Version classiqueVersion mobile

Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

 | 
Alain Bouet

Préface

Philippe Leveau

Texte intégral

1La période impériale romaine a vu la naissance d'une proto-industrialisation de la construction. Elle est assurée d'abord par la mise au point et la diffusion massive de l'opus caementicium. Mais parallèlement, l'utilisation des matériaux cuits dans les maçonneries prend rapidement une place essentielle. La maîtrise croissante des arts du feu permet en effet une production massive de vaisselles, de conteneurs et de matériaux de construction, conduits et éléments de canalisation, briques et tuiles dont les formes répondent à la variété des besoins. Leur usage devient de ce fait un des éléments qui permet de définir une construction comme romaine. En outre, fabriqués pour leur commodité d'utilisation, ces matériaux offrent une capacité de résistance aux fortes températures qui les fait préférer à la pierre et en entraîne l'utilisation massive dans un type de bâtiments dont la romanisation a systématisé l'usage, les bâtiments thermaux.

2La rédaction d'une thèse de doctorat sur les thermes de Gaule Narbonnaise a très logiquement conduit Alain Bouet à s'intéresser à ces matériaux puis à reprendre les données qu'il avait réunies dans une étude systématique. La connaissance de ces matériaux a bénéficié des progrès des méthodes physico-chimiques qui portent sur les argiles et les techniques de fabrication et permettent des datations. Il en résulte ce besoin de disposer de typologies auquel cette synthèse constitue une réponse. Comme Alain Bouet le rappelle en effet dans son avant-propos, son étude des thermes a été permise par le concours des nombreux chercheurs qui lui ont ouvert leur chantier et ont mis leur documentation à sa disposition. Ce geste n'était évidemment pas dû à la seule sympathie qu'il suscitait par son travail et à son pouvoir de conviction. Ils entendaient aussi favoriser l'élaboration des outils d'identification et de caractérisation des matériaux, de gestion des données de fouille, de compréhension et de description des structures mises au jour dont l'essor actuel de l'archéologie du bâti crée le besoin impérieux. C'est donc cet outil que leur livre en retour Alain Bouet.

3On se doute qu'il ne sera pas utilisé que par les archéologues de Gaule Narbonnaise. La période impériale romaine a vu en effet le développement d'un marché, la fabrication et l'écoulement d'une production standardisée grâce au réseau des voies terrestres et des voies d'eau. Les éléments comparatifs fournis par Alain Bouet permettront à tous ceux qui ont travaillé sur les bâtiments thermaux et ont rencontré ce type de matériaux dans d'autres provinces, d'en saisir les spécificités typologiques ou la répartition statistique, donc de cartographier des courants commerciaux. Sa conclusion en donne une excellente illustration. Mais le développement de ces courants et la généralisation de la pratique du bain dans la civilisation romaine n'empêchent évidemment pas que subsistent des diversités régionales. A ce niveau, l'histoire des productions techniques utilisées dans des édifices thermaux contribue à l'identification de faciès culturels régionaux.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search