Version classiqueVersion mobile

Parenté et société dans le monde grec

 | 
Alain Bresson
, 
Marie-Paule Masson-Vincourt
, 
Stavros Perentidis
, 
et al.

Troisième partie. De Byzance à la Grèce d’aujourd’hui

Constitution d’une généalogie à Byzance

Paris Gounaridis

Texte intégral

  • 1 Timarion, 62.
  • 2 Chistophilopoulou (1949, 31-2) parlait déjà d’une noblesse de titre, sans ancêtres. A. Kazhdan (Ka (...)
  • 3 Sur le terme, Magdalino 1984, 64-65.
  • 4 Cf. la scolie ironique de la Souda, 513 : (Γενναῖος) ὁ εὖ γεγονώς et son extension : ‹Γενναῖος εἶ (...)
  • 5 Voir ce que Psellos dit pour les parents de l’empereur Michel le Calfat (Kalaphatès) : [Psellos, 6 (...)

1Timarion, un homme du xiie siècle de l’ère chrétienne, parlant du gouverneur de la région de Thessalonique, dit : “En ce qui concerne son lignage (γένος), comme j’ai appris, après avoir enquêté auprès des connaisseurs, il est héroïque et bienheureux, par les deux lignées. Ainsi, son grand-père paternel était parmi les premiers par la richesse et la gloire en Grande Phrygie...”1. Des témoignages comme celui-ci nous amènent à la comparaison avec la noblesse occidentale pour la compréhension d’un phénomène historique tel que la constitution de la généalogie. Pourtant, ni la similitude ni l’abstraction ne peuvent être les méthodologies appropriées pour la comparaison2. La généalogie implique la noblesse comme groupe social diachronique et les nobles comme une classe distincte et close dans le temps, avec des privilèges légaux. Pourtant, la noblesse légale ne s’est jamais réalisée à Byzance3. Selon la loi byzantine, était de bonne naissance (εὐγενής) tout citoyen, en opposition à l’esclave et à l’étranger. Mais les sources narratives parlent d’hommes de bonne naissance, les εὐγενεῖς ou les εὖ γεγονότες4, en opposition à ceux dont le lignage était sans distinction, les hommes d’ἀσήμoυ γένους5.

  • 6 P.G., 142, 753 : περί γένους καὶ είδους.
  • 7 Cf. Papamastorakis 1989-1990, 230.
  • 8 Les exemples utilisés ne sont pas exhaustifs, ils veulent illustrer certains des aspects du phénom (...)

2Le terme “γενεαλογία” chez les Byzantins a la même signification que notre concept. “Les signifiants du mot genos peuvent être variés”, dit Nicéphore Blemmyde, dans son ouvrage de la “logique”6 et il donne trois significations que ce terme recouvre. Deux se rapportent à l’origine commune d’un peuple tandis que la troisième fait référence au lignage, τῆς γενέσεως αρχή... ἀπò τοῦ τίκτοντος, sans autre explication. Cette définition laisse toujours subsister une certaine distance entre la réalité sociale et politique et les concepts analytiques provenant de l’antiquité, bien que l’ascendance de Jésus, établie par l’évangile selon Matthieu, soit le modèle, ambigu, pour la constitution d’une généalogie7. Notre étude a comme but de montrer la fonction de la constitution d’une généalogie byzantine8.

  • 9 DAI, (προίμιον), 44-46 Χρεών δὲ μετὰ τῶν ἄλλων καὶ ταῦτά σε γινώσκειν,... Τὰ δέ ἐστιν περὶ διαφορᾶ (...)
  • 10 DAI, § 14, 76 Περί τῆς γενεαλογίας τοῦ Μοχούμετ.

3Parfois le terme “γενεαλογία” prend le sens de l’histoire. Ainsi, par exemple, Constantin VII Porphyrogénète conseille à son fils Romain d’apprendre tout ce qui concerne les autres peuples, leur généalogie, c’est-à-dire leur histoire, incluse9. Le même Constantin VII rapporte la γενεαλογία du prophète Mahomet, qui est en même temps l’histoire de la nation arabe10.

  • 11 Théophanes cont., 212 μὴ ἀγνοῆται βασιλείου στελέχους ἐπὶ πολὺ τοῦ χρόνου παρεκταθέντος ἡ πρώτη πη (...)

4Ce même empereur, Constantin VII, fabrique une généalogie mythique et prestigieuse pour son grand-père Basile, l’empereur fondateur de la dynastie macédonienne. C’est là où l’auteur impérial utilise le terme γενεαλογία pour désigner la suite des ancêtres. Il affirme que l’établissement de cette généalogie répond au besoin de ne pas oublier la première source et la racine de cette branche impériale. Il ajoute que cette connaissance constituerait pour ses descendants la règle de la vertu et de la bravoure mais aussi le modèle à imiter11.

  • 12 Ibid., 214-215.
  • 13 ἀπò τῆς ἔξωθεν καταστάσεως καὶ περί τὴν κατὰ στολήν ἰδιότητος οὐχ ἔναν τῶν τυχόντων καὶ ταπεινών ἀ (...)
  • 14 φήμη... τις διέτρεχεν οὐ παντελώς ἀμυδρά, ἐκ τοῦ μεγάλου Κωνσταντίνου ἕλκειν αὐτὴν τὴν συγγένειαν.
  • 15 Ibid., 215.

5Rappelons brièvement le récit de la généalogie tel qu’il est consigné par la Vita Basilii, comme est connu le cinquième chapitre de la continuation de Théophane. La lutte pour le pouvoir a amené deux princes arsacides, qui régnaient sur le trône des Arméniens, à trouver refuge à Constantinople. L’empereur les a honorés selon leur haut lignage et, pour éviter les complications des rapports internationaux, les a installés à Andrinople, cité qui faisait partie de la province de Macédoine. C’est là que la généalogie des “Macédoniens” commence. Selon la Vita12, les descendants des princes ont constitué un groupe particulier (ἰδίαν... συνεστηκότες φατρίαν τε καὶ φυλήν), ils se sont multipliés, ils se sont enrichis, ils ont gardé leur noblesse héréditaire (τὴν πάτριον εὐγένειαν) et ont conservé leur lignage pur (ἀσύγχυτον τò γένος διαφυλάττοντες). Un des descendants des princes s’est trouvé à Constantinople, où il a rencontré un de ses compatriotes, un noble arménien13. L’amitié de deux hommes a été scellée par une alliance matrimoniale, comme le descendant du prince s’est marié avec la fille de l’Arménien. Ainsi est né Léon, le père de Basile. Léon, à Andrinople, a rencontré une noble veuve (εὐγενῆ καὶ κοσμία), descendante de Constantin le Grand14. La fille de la veuve est devenue la femme légitime de Léon15. Ainsi, par l’union des deux maisons princières, de l’Arménie et de l’empereur romano-byzantin par excellence, Constantin le Grand, est né Basile, le premier d’une nouvelle lignée impériale.

  • 16 Pour les éléments prosopographiques de Basile Ier, cf. Adontz 1933-1934, 475-550, et Moravcsik 196 (...)

6La belle analyse structurale, dans cette légende, peut parler des groupes endogames et exogamiques, des déplacements dans l’espace et de la rencontre d’un homme et d’une femme, pour l’union de deux parties du monde romano-byzantin. L’analyse de l’histoire événementielle peut nous expliquer que cette généalogie est, entre autres, l’effort de l’auteur impérial de la Vita pour légitimer l’aventurier Basile, qui a mis à mort de ses propres mains son bienfaiteur, l’empereur Michel III. Il est évident que cette généalogie est là pour servir à des buts politiques16.

  • 17 Petit 1902, 543-594.

7Le fait politique est évident même dans la généalogie d’un saint, comme c’est le cas de Michel Maleïnos, un homme qui a vécu au xe siècle (894-961), oncle maternel de l’empereur Nicéphore Phocas17. La vie de Michel Maleïnos est importante également pour une autre raison : elle présente les deux modèles pour la constitution d’une généalogie. Le premier, que l’on peut nommer patricien, présente une généalogie indépendante, voire antagoniste, du pouvoir politique byzantin. Le deuxième, que 1’on peut nommer régalien, se réfère à la parenté, directe ou indirecte, avec la famille impériale.

  • 18 Ibid., 550.
  • 19 Ibid., 551 βουλῆς τε συγκλήτοῦ μετέχοντα (ἐv γὰρ τοῖς πατρικίοις καὶ αὐτός κατηρίθμητο) καὶ τῆς Κα (...)
  • 20 Ibid., 565.

8Dans un premier temps, l’auteur de la vita de Michel Maleïnos met en avant le modèle patricien. Les ancêtres de Michel attiraient les regards pour leurs richesses, leurs honneurs et leur gloire (πλούτῳ καὶ τιμῇ καὶ δόξῃ περίβλεπτοι)18. Concrètement, les deux grands-pères de Michel Maleïnos étaient patrices et c’est grâce à cette qualité qu’ils ont eu des commandements militaires. Le même modèle patricien est valable pour la description de Constantin, le frère de Michel. Il était membre du sénat, car, comme dit la Vita, il était patrice et il a été gouverneur militaire de la région de Cappadoce pendant de longues années19. Même un empereur, Romain Ier Lécapène, dont la grand-mère de Michel était parente, est caractérisé par sa qualité patricienne, puisque, comme dit la Vita, il a pris le pouvoir impérial provenant de la classe des patrices (τοῦ ἐκ πατρικίων εἰς τὴν βασίλειον προεληλυθότος ἀρχὴν)20.

  • 21 Ibid., 551.
  • 22 Cf. Maksimović 1991, 27-34.
  • 23 Voir aussi la prévision de Michel Maleïnos sur la fin de l’empereur Romain Ier : Petit 1902, 565-5 (...)

9C’est peut-être cette grand-mère qui fait la transition vers le modèle régalien, puisqu’elle appartenait à la famille impériale (ἐκ βασιλικοῦ αἵματος γεγενημένην). C’est la parenté avec l’empereur Nicéphore Phocas qui semble donner à la famille de Maleïnos une autre perspective. L’heureux mariage de la sœur de Michel avec le césar Bardas Phocas, qui a uni deux grands groupes familiaux de la Cappadoce, les Phocas et les Maleïnos, a transformé cette famille en un groupe de piété et de vertu, qui engendre le pouvoir impérial21. Il ne s’agit plus d’un groupe familial, appartenant à la classe des patrices et honoré pour l’accomplissement de leurs devoirs civiques22. C’est un groupe familial qui participe au pouvoir de l’empereur couronné par Dieu. Il s’agit là d’une parenté régalienne23.

  • 24 Lampros 1911, 3 sq. ; 122 sq., note 223 ; 147.
  • 25 Elle faisait partie d’une famille descendante de la fille de l’empereur Alexis I Comnène : Ζωή, θυ (...)

10Les deux généalogies sont constituées par des lignées [ῥιζουχία ou γεναρχία]. Ainsi, Andronic (Athanase, nom de moine) Synadènos n’avait personnellement aucun rapport avec la famille impériale, simplement il faisait partie de la γεναρχίαν τῆς Συναδηνῶν εὐκλεοῦς ῥιζουχίας, autrement dit il faisait partie d’une lignée prestigieuse par elle-même24. Par contre, son épouse Zoé était descendante de la famille impériale des Comnènes25. Les deux généalogies coexistent et avaient des fonctions politiques différentes.

  • 26 Ainsi, les sources parlaient de Δαλασσηνῶν... ῥιζουχία [Lampros 1911, no 59, 28-29] ou Δοκειανῶν.. (...)
  • 27 Attaliatès, 217 sq. Une descendance analogue, assez élaborée pour le lignage de Doukas. Ainsi, le (...)
  • 28 Attaliatès, 216 sq.

11La généalogie patricienne se réfère aux membres du sénat qui sont arrivés de Rome et dont les descendants font partie du groupe dirigeant du moment26. Le modèle trouve une excellente illustration dans le cas de l’empereur Nicéphore III Botaniatès. En effet, Michel Attaleiatès inclut dans son récit historique un long exposé sur la généalogie de l’empereur Nicéphore, comme quoi celui-ci était le descendant de la lignée des Phocas, une lignée de quatre-vingt-douze générations d’hommes du pouvoir. Ces hommes, jusqu’à Nicéphore Phocas, font leur entrée dans l’histoire à l’époque de Constantin le Grand. C’est cet empereur qui a transféré de l’ancienne Rome les plus importants des pères de la patrie (εὐπατρίδαι), c’est-à-dire les patrices, et il les a fait ses concitoyens au sein de la nouvelle Rome - Constantinople27. Attaleiatès va encore plus loin, en disant que les Phocas ne sont autres que les descendants des Fabiens (gens Fabia). Ainsi, tous les héros de l’histoire de Rome païenne appartenaient à la même famille que Nicéphore Botaniatès28.

  • 29 Attaliatès, 212-213 : προσδεξάμενος γὰρ τὴν αἴτῆςιν αὐτῶν ὁ ἐν ἐλέει ἀμέτρητος κύριος ἀνίστῆςιν ἄν (...)
  • 30 Même avant que Nicéphore revendique le pouvoir, il est présenté comme le descendant d’une lignée g (...)

12“... et le Seigneur, dans sa miséricorde, a accepté la demande de ceux qui ont sa crainte. Il a élevé au trône un homme meilleur que celui qu’ils souhaitaient. Il était si vertueux, avec des sentiments si élevés, il était si brave, et sa gloire militaire était si grande, tandis que l’ex-empereur était d’une mauvaise nature, il se distinguait par sa petitesse et il était connu pour son comportement vulgaire”29. Le modèle patricien est utilisé par Attaleiatès pour opposer Nicéphore à son prédécesseur. Cette opposition, pour avoir tout son sens politique, doit mettre face à un mauvais gouvernement une généalogie qui garantirait la responsabilité civique30. La légitimation généalogique patricienne est indépendante du pouvoir impérial, elle fait appel à une histoire familiale et peut servir à un discours d’opposition.

  • 31 Cf. διπλοπορφύρου... ῥιζουχίας [Lampros 1911, no 224, 148-150], τò πορφυρόν βλάστημα, τὴν Ευδοκίαν (...)
  • 32 Lampros 1911, no 224, 148. Le même grand hétériarque Georges Paléologue a commandé la peinture de (...)
  • 33 Grégoire 1959-1960, 449.

13Au contraire, le modèle régalien fait participer l’individu au choix des cieux. La généalogie régalienne suppose la légitimité établie sur la parenté avec l’empereur31. Au xiie siècle, le grand hétériarque Georges Paléologue a rénové un monastère. Au porche, il a fait peindre les empereurs dont était originaire sa lignée (ἐξ ὧν σειρὰ τοῦ γένους τούτου). Les empereurs représentés étaient ceux de la dynastie des Doukas, mais aussi Romain IV Diogène et Nicéphore III Botaniatès, ainsi que les empereurs de la famille des Comnènes. Dans le poème dédicatoire, Georges Paléologue se présente comme le descendant des petits-fils des empereurs Doukas et Comnènes (ἐκ Κομνηνοδουκῶν αὐτοκρατορεγγόνων)32. Le descendant du grand hétériarque, l’empereur Michel VIII Paléologue, au xiiie siècle, souligne qu’il est le descendant des gendres d’empereurs et d’impératrices (εις βασιλίδων καὶ βασιλέων γαμβρούς). Cette ascendance, on le verra dans un instant, constituait le fondement de son ascension au pouvoir suprême33.

  • 34 Zonaras, 766, cf. Magdalino 1996,150, “as property of the imperial family as whole...”, voir aussi (...)
  • 35 Bryennios, 67.

14Selon Zonaras, c’est Alexis Ier Comnène qui, le premier, a gouverné l’État byzantin comme s’il s’agissait de sa fortune familiale34. Pourtant, même Alexis Ier Comnène se pose comme membre d’une famille patricienne (Κομνηνικὴν ἀρχαιογονίαν), qui, par son mariage avec Irène Doukas, a fondé son propre pouvoir35.

  • 36 Burgmann & Magdalino 1984, 380 : θεσπίζει [ἡ βασιλεία μου] κοινώς τοῖς πᾶσι καὶ πρώτως μὲν τοῖς σχ (...)
  • 37 MM, 336-339 : Chrysobulle pour le monastère de Makrinitissa (après 1274).

15C’est à partir de l’ascension des Comnènes au pouvoir que les postes politiquement importants étaient confiés exclusivement aux parents de l’empereur. Même les hommes de main des empereurs, d’habitude d’une extraction vile, furent mariés dans la famille impériale au sens large, pour légitimer leur position dans l’administration. Mais la parenté avec la famille impériale n’était pas une affaire individuelle, elle concernait à tous les membres de la famille. L’empereur Michel VIII, le fondateur de la dynastie des Paléologues, avec une franchise désarmante, admet que la machine administrative de l’État byzantin est dirigée par les membres de sa famille, en adressant une loi à ses frères et à ses parents, de sang et par alliance36. Ainsi, l’accès aux charges publiques, civiles ou militaires, et la nomination aux offices palatins était le résultat de la participation à l’aristocratie, constituée dans son essence des parents de l’empereur. Ces alliances étaient imposées aux parents de l’empereur et, en grande partie, aux intéressés. Ainsi, tout homme ayant une représentation sociale était censé être en même temps parent de l’empereur. Cette conception sera résumée d’une façon brillante par Michel VIII dans une phrase : l’empereur peut être influencé par la noblesse (σωματικῆς εὐγενείας) d’un individu, quand celui est parent de l’empereur (τῆς βασιλικής ἐξαρτώμενος γνησιώτητος)37.

  • 38 Selon Georges Akropolitès [Acropolitès, 100], l’empereur voulait marier Michel Paléologue avec sa (...)

16Le rapport de parenté avec l’empereur, par le sang ou, le plus souvent, par l’alliance matrimoniale, constituait le titre essentiel de légitimité et de prestige d’un individu. Cette légitimation était conjoncturelle. En effet, le détenteur du pouvoir, par la conclusion des alliances matrimoniales, transformait la force sociale d’un individu en pouvoir politique soumis. Ainsi, Jean III Vatatzès, au milieu du xiiie siècle, après un procès où il n’a pas réussi à faire condamner Michel Paléologue, l’a marié à sa nièce et l’a nommé grand connétable38.

  • 39 Grégoire 1959-1960, 451 : καὶ κηδεστὴς ἐμòς γίνεται, τὴν αὐτανεψιὰν καὶ ἴσα θυγατρὶ στεργομένην κα (...)
  • 40 ὁ μὲν πατὴρ εἰς βασιλίδων καὶ βασιλέων γαμβρούς αναφέρει τò γένος προγόνους, ἡ δὲ μήτηρ εἰς βασιλέ (...)
  • 41 Pachymère, I, 93 ; κλάδος χρυσός : Horna 1904, 336, 338 ; χρυσή σειρά : Darrouzès 1968, 108 ; σειρ (...)
  • 42 ὥστε μοι θεòς πόρρωθεν καὶ τὴν κατά γένος λαμπρότητα, καὶ τὴν τῆς παρούσης ἀρχῆς κρηπίδα κατεβάλετ (...)

17Le mariage de Michel Paléologue est exemplaire pour l’usage de la généalogie. En effet, dans son autobiographie, Michel Paléologue présente son mariage comme un acte d’estime de l’empereur envers sa personne39. Mais, en même temps, il insinue qu’il s’agit là de la consécration du poids social et de l’histoire de sa famille. Ainsi, la force sociale de Michel Paléologue était également liée au prestige de sa famille, prestige qui était dû, comme il le dit lui même, aux hauts faits mais aussi aux mariages conclus par ses ancêtres dans les familles impériales40. On sait que Michel Paléologue est sorti victorieux d’une compétition avec d’autres membres de l’aristocratie, ceux qui constituaient la noblesse byzantine, la μεγαλογενὴς χρυσή σειρά, pour la tutelle du jeune Jean IV et la régence de l’empire41. Cette victoire, le premier pas qui l’a amené au trône, formellement, était due à son ascendance impériale et à ses liens de parenté avec la famille régnante42.

  • 43 P.G., 142,352, 393, cf. Grégoire 1959-1960, 444.
  • 44 Grégoire 1959-1960,444.
  • 45 Ibid., 451.

18Georges de Chypre, le futur patriarche Grégoire, dans les éloges faits à Michel VIII et à son fils Andronic II, dit que les Paléologues était une famille des plus distinguées parmi les Grecs et les Romains (γένος ἐπισημότατον Ἑλλήνων καὶ Ῥωμαίων). Georges de Chypre qualifie cette famille comme sacrée et dit qu’elle donnait à sa patrie, à Constantinople, du prestige, contrairement à ce qui arrivait aux autres familles qui tiraient leur gloire de la ville. Michel Paléologue, dans son autobiographie, dit que sa famille accumulait prestige et richesse grâce à la piété et la vertu de ses membres43. Cette εὔκλεια τοῦ γένους, comme dit Michel VIII, ce capital symbolique, passait d’une génération à l’autre, du père au fils en s’augmentant (ἀεὶ μείζονα ἧς παρείληφε)44. C’est Michel Paléologue lui même qui souligne qu’il a reçu cet héritage (ἐγὼ τòν καλòν καὶ μέγαν τοῦτον διαδεξάμενος κλῆρον45) et ainsi il se présente comme l’administrateur du capital de prestige que représente l’histoire familiale.

  • 46 DAI, § 13, 70.
  • 47 Ibid., § 13, 72.

19Une telle stratégie devait se développer suivant des règles et dans des cadres acceptables. Constantin VII le Porphyrogénète affirme qu’un empereur byzantin ne doit jamais conclure une alliance matrimoniale avec le détenteur du pouvoir d’une force étrangère, à l’exception des Francs. Selon Constantin VII, telle était la volonté du premier empereur chrétien, Constantin le Grand46. Le fait est que cette règle ne fut pas suivie par Romain Ier Lécapène, le beau-père et tuteur du Porphyrogénète. Constantin VII explique, sans doute motivé par ses sentiments personnels, que l’empereur Romain Ier était un homme de condition modeste et illettré (ἰδιώτης καὶ αγράμματος), qui n’avait pas été élevé à la cour et ne connaissait pas les habitudes qui avaient prévalu dès les origines. Romain Ier, dit le Porphyrogénète, n’était pas d’une lignée impériale et noble, ce qui l’avait mené à se comporter d’une façon arbitraire et autoritaire47. Ainsi Constantin VII, par la connaissance des règles peut transformer un rustre paysan, son grand-père Basile Ier, en un descendant des princes, donnant prestige à son lignage paternel. Il peut aussi condamner au mépris, en le qualifiant d’ignorant roturier, un empereur, Romain Ier, qui était son beau-père mais aussi celui qui l’avait écarté pendant longtemps du pouvoir.

  • 48 Grégoire 1959-1960, 449.
  • 49 Hörandner 1974, no XX, 321, ὑπερήρας νῦν κηδεστὰ τῇ τιμῇ, νῦν ηὐγενίσθης πλέον ὅτι καὶ τῷ Κομνηνικ (...)

20La descendance patrilinéaire semble être une règle importante pour la constitution d’une généalogie. L’accumulation des liens matrimoniaux avec l’empereur donne de l’autorité à la famille et, d’une certaine façon, constitue un titre de noblesse. Michel Paléologue souligne le poids important qu’a la généalogie, par le fait d’être gendre des empereurs (εἰς βασιλίδων καὶ βασιλέων γαμβρούς). Dans ces alliances, ce qui compte surtout est le fait qu’elles sont du côté du lignage paternel. Ainsi, il dit que dans sa généalogie il ne prendra pas en considération son lignage maternel bien qu’il soit clairement impérial (σαφῶς βασιλικόν)48. On peut se demander si 1’on ne doit pas comprendre que dans la généalogie régalienne, les alliances matrimoniales sont une obligation envers l’empereur ; le mariage dans ce cas est un anoblissement49.

  • 50 Lampros 1911, no 103, 124.

21Pour autant, la descendance patrilinéaire n’était pas un fait statique, c’était un moyen pour l’accumulation de la force politique qui devait se renouveler à chaque génération. Goudelès Tzikandilès est assez franc (ou bien y est-il socialement obligé) pour dire que sa parenté avec l’empereur Nicéphore Botaniatès est due à sa grand-mère, la mère de son père. Par ailleurs, il reconnaît le plus grand prestige de sa femme ; elle était descendante de la fille de l’empereur Alexis Ier Comnène. Sans doute, dans la génération suivante, selon la conjoncture, la famille Tzikandilès pouvait renouveler l’alliance avec un descendant impérial mâle50.

  • 51 Patlagean 1984, 23-43.
  • 52 Pachymère, II, 237 sq. Sur la chronologie : Id., 237 note 59, et l’identification 236 note 56, cf. (...)
  • 53 Actes de Chilandar, no 155, 326 cf. 324, 325 ils sont fils de Isaris et ils signent en même temps (...)
  • 54 Ibid., no 155, 328 cf. τοῖς τρισὶ αὐταδέλφοις τοῖς Λασκαρίοις (1375/1).
  • 55 Laurent 1933, 130.

22Dans ces jeux de stratégie familiale, l’usage du nom constituait un élément déterminant et les manipulations des surnoms avaient un caractère idéologique et de programme politique51. Alexis, le fils puîné de Michel Doukas Tarchaneiotès, choisit comme nom patronymique le nom Philanthopènos, nom de son grand-père maternel (ἐκ τοῦ πρòς μητρòς πάππου). Selon la pratique, Alexis pouvait très bien adopter le nom de son père, Tarchaneiotès, le surnom impérial que celui-ci utilisait, Doukas, ou encore celui des Paléologues. Pourtant, il a adopté le nom d’un stratège des Lascarides, prenant ainsi des distances avec la famille régnante. Alexis Philanthopènos s’est révolté et a usurpé le nom impérial52. C’est sans doute la stratégie des alliances matrimoniales et l’accumulation de force sociale et politique qui ont amené les frères Théodore et Michel Isaris à utiliser respectivement les noms Comnène et Ange53. Par ailleurs, les frères Léon et Constantin Lascaris, enfants des mêmes parents, ont adopté des surnoms familiaux différents, l’un se surnomme Kotéanitzès, l’autre s’appelle Paléologue54. On sait que Michel VIII, à côté du nom de sa famille, Paléologue, utilisait aussi les noms de Doukas, de Comnène et d’Ange, c’est-à-dire les noms des familles impériales qui avaient régné à Constantinople depuis le xie siècle. Ces noms n’étaient pas le signe d’une proche parenté personnelle, mais l’indication des alliance matrimoniales de ses ancêtres55.

  • 56 Manuel II, 79.
  • 57 καὶ μάλισθ’ὅταν τύχωσιν... καὶ ἀρετῆς οὐ σμικρᾶς καὶ δόξης οὐ μeτρίας μετεσχηκότες. Le modèle est (...)
  • 58 La nécessité rhétorique de décrire une personne selon son lieu d’origine, sa généalogie, sa riches (...)
  • 59 Même pour la famille des Comnènes, Anna Comnène, la biographe de son père Alexis Ier, ne dépasse p (...)

23L’empereur Manuel II Paléologue, dans l’épitaphe de son frère Théodore56, signale que c’est l’habitude, art rhétorique oblige, de faire référence à la généalogie quand on fait l’éloge d’un homme qui avait des responsabilités politiques57. Pour autant, ni dans cette œuvre rhétorique, ni dans une autre, cette intention d’établir une généalogie ne se réalise, elle reste toujours une tournure du discours. Dans son autobiographie, Michel VIII, si fier des exploits de ses ancêtres, renvoie, lui aussi, aux éloges et aux livres historiques. Cependant, les livres historiques, chroniques et vies de Saints, obéissant au même principe rhétorique58, font allusion à l’importante histoire familiale de leurs héros, mais concrètement les généalogies ne dépassent jamais la troisième génération59.

  • 60 Attaliatès, 229-230.
  • 61 Ainsi, Michel Paléologue dit que même si les exploits ne se trouvent pas décrits par les livres hi (...)

24Bien qu’il semble trivial de le dire, en principe, la notion de la généalogie est différente et parallèle à celle de la parenté. La généalogie représente l’individu, qui participe à la pratique politique, comme le chaînon entre le long passé glorieux et l’avenir radieux d’une famille, en tant que groupe de prestige. Ainsi, la généalogie est constituée d’un ensemble d’informations sur l’ascendance et la parenté, que l’individu utilise en sa faveur, en les diffusant directement ou indirectement. Dans la pratique byzantine, la généalogie n’est pas l’établissement d’histoires des ancêtres, les informations concrètes n’ayant pas grande profondeur. Le fait est que dans tous les cas examinés, la mémoire est très courte, comme c’est le cas dans les familles roturières. Ainsi, Constantin VII, lorsqu’il évoque ses ancêtres, ne peut pas aller au-delà de Léon, le père de son héros, Basile Ier. Dans le cas de Nicéphore Botaniatès, Attaleiatès, qui distribue les information généalogiques, ne peut pas donner le rapport des Phocas avec les Botaniatès et ne peut pas remonter au-delà du grand père de son héros60. Ajoutons que, pour la période byzantine, avec les quatre-vingt-douze générations d’hommes du pouvoir rapportés comme étant les ancêtres de Nicéphore Botaniatès, le seul héros cité par son nom est le stratège et empereur Nicéphore Phocas. Mais aussi, dans le cas des Maleïnos, l’ascendance ne va pas plus loin que les grands-parents de Michel, Eustathe et Adralestos. Même celui qui fabrique son autobiographie, Michel VIII Paléologue, ne peut donner des détails concrets sur son ascendance, bien qu’il veuille paraître mieux informé. La stratégie individuelle et/ou familiale faisait appel à la mémoire d’une façon rhétorique61. A Byzance, il n’y a pas de classe sociale qui vive du nom des ses ancêtres, il y a seulement l’allusion aux ancêtres, lesquels revivent au nom de la stratégie politique.

  • 62 Lampros 1911, no 221, 145.

25De toute façon, les références à un lignage prestigieux ne sont pas, en soi, anoblissantes. L’usage de la généalogie présuppose que les membres d’une famille aient un rôle actif dans le jeu politique, ce qui leur donne les moyens économiques. Ainsi, la prétention à la descendance d’un lignage prestigieux doit être soutenue par la force économique et, en général, par le pouvoir social. Les paroles du prêtre Jean Chysoraphitès, un homme sans fortune, qui est, comme il le dit, descendant d’une lignée fameuse, montrent son sentiment amer. Seule la fortune pouvait le faire sortir de la position d’εὐτελής (ἐξ ἐπωνύμου γένους, κἄν εὐτελής ἢ καὶ μικρòς τὰ πρòς τύχην)62.

Notes

1 Timarion, 62.

2 Chistophilopoulou (1949, 31-2) parlait déjà d’une noblesse de titre, sans ancêtres. A. Kazhdan (Kazhdan & Ronchey 1997) est celui qui a étudié à fond le problème de la “noblesse” byzantine. Il considère qu’au xie siècle il y a une évolution dans les conceptions byzantines concernant la classe dominante (67 sq.). Magdalino (1984, 58-78) fait des remarques importantes tout en soulignant la différence entre le système byzantin et le système nobiliaire occidental. Laiou (1973, 131-151) parle d’un rapprochement entre la noblesse féodale de certains parties de l’Europe Occidentale (131), mais elle souligne que il n’y a pas de noblesse byzantine (133 : “There was... a byzantine aristocracy, but no byzantine nobility”).

3 Sur le terme, Magdalino 1984, 64-65.

4 Cf. la scolie ironique de la Souda, 513 : (Γενναῖος) ὁ εὖ γεγονώς et son extension : ‹Γενναῖος εἶ ἐκ βαλαντίου› ἐπὶ τῶν διὰ πλοῦτον εὐγενῶν εἶναι δοκούντων, ὅτι χρημάτων κρεὶττων ὁ γενναίος ἀνήρ.

5 Voir ce que Psellos dit pour les parents de l’empereur Michel le Calfat (Kalaphatès) : [Psellos, 69] Ό δε ἀνὴρ οὗτος,... τò μεν πατρῷον γένος ἀδοξότατος... καὶ αφανέστατος... ἦν γὰρ ὁ πατὴρ ἐκ πανερήμου τινòς ἀγροῦ ἤ τινος ἄλλης ἐσχατιᾶς ὡρμημένος,... εἰ δέ τις αὐτòν καὶ μητρόθεν γενεαλογεῖν βούλοιτο,... οὐ πάνυ τι τοῦ πατρικοῦ διαστῆςει γένους...

6 P.G., 142, 753 : περί γένους καὶ είδους.

7 Cf. Papamastorakis 1989-1990, 230.

8 Les exemples utilisés ne sont pas exhaustifs, ils veulent illustrer certains des aspects du phénomène.

9 DAI, (προίμιον), 44-46 Χρεών δὲ μετὰ τῶν ἄλλων καὶ ταῦτά σε γινώσκειν,... Τὰ δέ ἐστιν περὶ διαφορᾶς πάλιν ετέρων ἐθνῶν, γενεαλογίας τε αὐτῶν καὶ ἐθῶν καὶ βίου διαγωγῆς καὶ θέσεως καὶ κράσεως τῆς παρ’αὐτῶν κατοικουμένης γῆς καὶ περιηγήσεως αυτῆς καὶ σταδιασμοῦ...

10 DAI, § 14, 76 Περί τῆς γενεαλογίας τοῦ Μοχούμετ.

11 Théophanes cont., 212 μὴ ἀγνοῆται βασιλείου στελέχους ἐπὶ πολὺ τοῦ χρόνου παρεκταθέντος ἡ πρώτη πηγή καὶ ρίζα, καὶ τοῖς ἐκγόνοις ἐκείνου οἶκοθεν εἴη ἀνεστηκὼς ὁ προς αρετήν κανών τε καὶ ἀνδριὰς καὶ τò αρχέτυπον τῆς μιμήσεως.

12 Ibid., 214-215.

13 ἀπò τῆς ἔξωθεν καταστάσεως καὶ περί τὴν κατὰ στολήν ἰδιότητος οὐχ ἔναν τῶν τυχόντων καὶ ταπεινών ἀλλ’εὐγενῆ καὶ περιφανῆ.

14 φήμη... τις διέτρεχεν οὐ παντελώς ἀμυδρά, ἐκ τοῦ μεγάλου Κωνσταντίνου ἕλκειν αὐτὴν τὴν συγγένειαν.

15 Ibid., 215.

16 Pour les éléments prosopographiques de Basile Ier, cf. Adontz 1933-1934, 475-550, et Moravcsik 1961, 59-126.

17 Petit 1902, 543-594.

18 Ibid., 550.

19 Ibid., 551 βουλῆς τε συγκλήτοῦ μετέχοντα (ἐv γὰρ τοῖς πατρικίοις καὶ αὐτός κατηρίθμητο) καὶ τῆς Καππαδοκῶν χώρας ἐπὶ πλείστοῦς ἔτεσι στρατηγήσαντα.

20 Ibid., 565.

21 Ibid., 551.

22 Cf. Maksimović 1991, 27-34.

23 Voir aussi la prévision de Michel Maleïnos sur la fin de l’empereur Romain Ier : Petit 1902, 565-566.

24 Lampros 1911, 3 sq. ; 122 sq., note 223 ; 147.

25 Elle faisait partie d’une famille descendante de la fille de l’empereur Alexis I Comnène : Ζωή, θυγατρὶ Κομνηνῆς Θεοδώρας, πορφυροθαλοῦς πατρòς ἐξ Ἀλεξίου, των Αὐσώνων ἄνακτος εὐσεβεστάτοῦ Ibid.. Sur la famille des Comnènes le livre monumental de Varzos 1984. La thèse de De Wittek 1937 ne m’a pas été pas accessible.

26 Ainsi, les sources parlaient de Δαλασσηνῶν... ῥιζουχία [Lampros 1911, no 59, 28-29] ou Δοκειανῶν... ῥιζουχία [ibid., no 246, 156-157], σεβαστòς Ἀνδρόνικος... καὶ Καματηρòς ἐκ πατρòς γεναρχίας [Id., no 88, 48-49, cf. Id., no 81, 91, 93, 94, 97],

27 Attaliatès, 217 sq. Une descendance analogue, assez élaborée pour le lignage de Doukas. Ainsi, le premier Doukas n’était pas seulement un compagnon de Constantin I, à la translation à Constantinople, mais il était aussi son cousin. Constantin I a nommé cet ancêtre duc de Constantinople et le nom Doukas n’est qu’un sobriquet : Bryennios, 67-68.

28 Attaliatès, 216 sq.

29 Attaliatès, 212-213 : προσδεξάμενος γὰρ τὴν αἴτῆςιν αὐτῶν ὁ ἐν ἐλέει ἀμέτρητος κύριος ἀνίστῆςιν ἄνδρα κρείττονα τῆς ευχής των φοβουμένων αὐτόν...

30 Même avant que Nicéphore revendique le pouvoir, il est présenté comme le descendant d’une lignée glorieuse qui avait comme héritage la bravoure militaire, Attaliatès, 185 : ἦν δ’ οὗτος Νικηφόρος κουροπαλάτῆς ὁ Βοτανειάτῆς, ἀνὴρ ἐξ ένδοξων γενόμενος καὶ προγονικήν ἔχων τὴν στρατιωτικήν γενναιότητα...

31 Cf. διπλοπορφύρου... ῥιζουχίας [Lampros 1911, no 224, 148-150], τò πορφυρόν βλάστημα, τὴν Ευδοκίαν, ἧς χρύσεον ρίζωμα τῆς γεναρχίας Κομνηνοφυῶν ἐκ τρισαυτοκρατόρων [Ibid., no 270, 168-169], ἐκ... ῥηγικῶν ριζωμάτων [ibid., no 330, 185-186], τῆς γεναρχίας κλέος ἡ πατρομήτορ καὶ γὰρ αὐτοῦ συγγονὴ Βοτανειάτῃ βασιλεῖ Νικηφόρῳ, ἧς ἄξιον βλάστημα φυέν [ibid., no 103, 123-125]. Le fait de la descendance régalienne est évident par les sceaux : ainsi p. ex. le sébaste Nicéphore Doukas a ρίζα γένους... ἐκ βασιλέων [Stavrakos 2000, no 77], tandis que le Δουκοβλαστός Ἀλέξιος était κατηγμένος ἐκ βασιλικῶν αιμάτων [Horna 1904, 336, 338],

32 Lampros 1911, no 224, 148. Le même grand hétériarque Georges Paléologue a commandé la peinture de l’archange Michel à l’entrée (propylée) d’une église au dehors du fort de Triaditsa. Avec l’archange sont peints le grand hétériarque lui même et son fils le sébaste Alexis. Aux vers qui se rapportent à cette peinture les deux Paléologues, père et fils, sont nommés descendants (βλαστοὶ Κομνηνοδουκῶν ἀνακτεγγόνων) : no 213, 143 Des éléments biographiques sur Georges Paléologue : Varzos (1984), II, n. 191, p. 858 sq. Cf. P.G., 133, 1400 τò κομνηνοδουκῶν γένος ἄμφω... cf. aussi Speck 1986, no 5 : Κομνηνοδουκοβλαστòν αὐχοῦντος γένος ; Zacos & Veglery 1984, no 2736 Κομνηνοδουκοπαίδα μητροπατρόθεν ; no 2747 Κομνηνοδουκῶν ἐξ ἀνάκτων ὀσφύος.

33 Grégoire 1959-1960, 449.

34 Zonaras, 766, cf. Magdalino 1996,150, “as property of the imperial family as whole...”, voir aussi 165-166.

35 Bryennios, 67.

36 Burgmann & Magdalino 1984, 380 : θεσπίζει [ἡ βασιλεία μου] κοινώς τοῖς πᾶσι καὶ πρώτως μὲν τοῖς σχέσιν ἀδελφικῆς ἐγγύτητος πρòς τὴν βασιλείαν μου κεκτημένοις εἶθ’οὕτως τοῖς ἑτέρως ἐξ αἵματος καὶ ἐξ αγχιστείας προσηκειωμένοις τῇ βασιλεία μου, τοἰς προσγενέσι τε τούτων οἷς εἰς μέγιστα ὀφφίκια προβιβασθεῖσι καὶ αξιώματα.

37 MM, 336-339 : Chrysobulle pour le monastère de Makrinitissa (après 1274).

38 Selon Georges Akropolitès [Acropolitès, 100], l’empereur voulait marier Michel Paléologue avec sa petite-fille, Irène, fille de Théodore II Lascaris.

39 Grégoire 1959-1960, 451 : καὶ κηδεστὴς ἐμòς γίνεται, τὴν αὐτανεψιὰν καὶ ἴσα θυγατρὶ στεργομένην κατεγγυήσας.

40 ὁ μὲν πατὴρ εἰς βασιλίδων καὶ βασιλέων γαμβρούς αναφέρει τò γένος προγόνους, ἡ δὲ μήτηρ εἰς βασιλέας αυτούς.

41 Pachymère, I, 93 ; κλάδος χρυσός : Horna 1904, 336, 338 ; χρυσή σειρά : Darrouzès 1968, 108 ; σειρά χρυσέα μητρόθεν τε καὶ πατρόθεν : Lampros 1916, no 1, 415-6 ; no 2, 417 ; no 3,418 ; Doukas, l’historien de la chute de Constantinople, concernant son grand père, dit : γένει τε καταγόμενος τῶν ανέκαθεν Δουκῶν καὶ τῆς αυτῆς σειράς χρυσόκοσμος κρίκος [Tomadakis 19692, 18], Par contre, le Pseudo Sphrantzès parle de χρηστῆς ῥίζης καρπόν, ne comprenant pas la tournure rhétorique byzantine pour les nobles [ibid., 152].

42 ὥστε μοι θεòς πόρρωθεν καὶ τὴν κατά γένος λαμπρότητα, καὶ τὴν τῆς παρούσης ἀρχῆς κρηπίδα κατεβάλετο.

43 P.G., 142,352, 393, cf. Grégoire 1959-1960, 444.

44 Grégoire 1959-1960,444.

45 Ibid., 451.

46 DAI, § 13, 70.

47 Ibid., § 13, 72.

48 Grégoire 1959-1960, 449.

49 Hörandner 1974, no XX, 321, ὑπερήρας νῦν κηδεστὰ τῇ τιμῇ, νῦν ηὐγενίσθης πλέον ὅτι καὶ τῷ Κομνηνικῷ συνεκεντρίσθης γένει.

50 Lampros 1911, no 103, 124.

51 Patlagean 1984, 23-43.

52 Pachymère, II, 237 sq. Sur la chronologie : Id., 237 note 59, et l’identification 236 note 56, cf. Laiou 1972, 81, note 98.

53 Actes de Chilandar, no 155, 326 cf. 324, 325 ils sont fils de Isaris et ils signent en même temps que leur mère (1374/4).

54 Ibid., no 155, 328 cf. τοῖς τρισὶ αὐταδέλφοις τοῖς Λασκαρίοις (1375/1).

55 Laurent 1933, 130.

56 Manuel II, 79.

57 καὶ μάλισθ’ὅταν τύχωσιν... καὶ ἀρετῆς οὐ σμικρᾶς καὶ δόξης οὐ μeτρίας μετεσχηκότες. Le modèle est toujours Ménandre.

58 La nécessité rhétorique de décrire une personne selon son lieu d’origine, sa généalogie, sa richesse et son prestige : Kurtz 1902, 2 : πατρὶς μεν ἧν... ἡ ἐπουράνιος Ἱερουσαλήμ,... ευγένεια δὲ ἡ τῆς εἰκόνος τοῦ πλάσαντος τήρησις,... πλοῦτος δὲ τò πᾶσαν τὴν υλικήν τοῦ κόσμου περιουσίαν ὥσπερ τινὰ κόνιν τῶν ποδῶν ἐκτινάξασθαι δόξα δε τò μηδ’ὁπωσοῦν παρὰ τῶν ἀνθρώπων ἐθέλειν δοξάζεσθαι. οὕτω μὲν οὗν ἔχω λέγειν περί πατρίδος καὶ εὐγενείας καὶ δόξης τῆς ἁγίας ἐκείνης καὶ όντως ἀλήπτοῦ ψυχής. Cf. l’attitude négative dans la Vita de Nicéphore, évêque de Milet : Wiegand (1913), 157 : τί γὰρ κοινòν οὐρανῷ καὶ γῇ τί δὲ πνευματικοῖς νόμοις καὶ ῥητορικοῖς, ἢ κόσμῳ καὶ τοῖς υπέρ κόσμον καὶ ταῦτα διεξῆλθον οὐ τò δηλοῦν γένος καὶ πατρίδα, περί ὦν ὁ λόγος, κωλύων άλλα τò ἀσέμνως τούτοις σεμνύνεσθαι καὶ ἀπρεπῶς ἐγκαλλωπίζεσθαι καὶ ἐπαίρεσθαι καὶ τῇ τούτων ἀκαὶρως ἐμφιλοχωρεῖν διηγήσει.

59 Même pour la famille des Comnènes, Anna Comnène, la biographe de son père Alexis Ier, ne dépasse pas les générations contemporaines à son héros ; cf. Mullett 1996. 4 : “Even Anna does not go so far... ; there is though a surprising lack of information about early life of the Komnenoi...”. De même, la connaissance de Jean Tzétzès sur son ascendence ne semble pas aller plus loin, cf. Gautier 1970, 209-211.

60 Attaliatès, 229-230.

61 Ainsi, Michel Paléologue dit que même si les exploits ne se trouvent pas décrits par les livres historiques (... ἐν γράμμασιν), les hommes peuvent toujours en témoigner : Grégoire 1959-1960, 449.

62 Lampros 1911, no 221, 145.

Auteur

Université de Thessalie (Volos).

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search