Version classiqueVersion mobile

Parenté et société dans le monde grec

 | 
Alain Bresson
, 
Marie-Paule Masson-Vincourt
, 
Stavros Perentidis
, 
et al.

Deuxième partie. L’univers de l’Antiquité

Les évolutions du vocabulaire grec de la parenté

Jérôme Wilgaux

Texte intégral

J’adresse mes remerciements chaleureux aux participants du colloque qui, par leurs remarques et leurs questions, m’ont permis d’approfondir ma réflexion, ainsi qu’à Jean Yvonneau, pour sa relecture attentive d’une première version de cet article.

Introduction

1Dans une société donnée, les termes utilisés pour désigner les parents peuvent-ils permettre d’en déduire les règles de filiation et d’alliance ou bien encore les représentations de la parenté ? L’histoire de ces termes est-elle en conséquence révélatrice des transformations profondes des systèmes de parenté correspondants ? Les changements observés obéissent-ils à des logiques particulières ? Montrent-ils des tendances claires sur le long terme, voire un caractère irréversible ?

  • 1 Cf. Godelier et al. 1998 et Jamard 2000. Voir également Hage 1999.

2Ces questions ont joué un rôle essentiel dans l’histoire de l’anthropologie de la parenté, et une publication récente a montré qu’elles conservaient une forte valeur heuristique1.

  • 2 Nous donnons plusieurs références dans la suite de notre texte. Voir en particulier la synthèse réc (...)
  • 3 Cf. Dyen & Aberle 1974.

3Pourtant, paradoxalement, si l’approche diachronique n’a pas été négligée et si les reconstitutions de terminologies “originelles” à l’aide des termes aujourd’hui connus dans plusieurs langues parentes, ont souvent été tentées par les chercheurs, qu’ils soient linguistes, historiens ou anthropologues, comme le montre par exemple l’abondante littérature consacrée au proto-indo-européen2 ou, dans une moindre mesure, les recherches consacrées au proto-athapaskan3, les études terminologiques dans la longue durée sont restées, somme toute, relativement rares, alors qu’elles donnent bien sûr la possibilité d’observer dans le détail les transformations d’une nomenclature. De même, si les études historiques, étymologiques, consacrées à un terme ou une série de termes, sont monnaie courante, l’étude de l’ensemble des termes en tant que système, dont il s’agit de décrire l’évolution et de mettre en évidence la structure, sont elles aussi rares.

  • 4 Soit une durée comparable à celle du vocabulaire chinois, dont l’étude a été récemment présentée pa (...)
  • 5 L’étude que nous présentons ici reprend en partie des analyses développées dans notre thèse, souten (...)

4Il est vrai qu’avant l’époque moderne, en Europe comme dans le reste du monde, les nomenclatures de parenté nous sont difficilement accessibles : les sources antiques ou médiévales ne nous livrent que rarement la totalité des termes de parenté utilisés ainsi que le sens précis de chacun d’entre eux. Quelques langues cependant font exception, et nous donnent accès à des données suffisamment nombreuses pour déterminer, dans la longue durée, les tendances générales de l’évolution des nomenclatures. C’est le cas du vocabulaire grec de la parenté, qui présente l’immense intérêt de pouvoir être étudié sur près de trente siècles4 et dont les matériaux ont pourtant été peu exploités jusqu’à présent5.

Quatre terminologies privilégiées

5Au sein d’une nomenclature, il est traditionnel en anthropologie de la parenté de distinguer termes d’adresse et termes de référence : les termes d’adresse sont les termes servant à désigner un parent auquel on s’adresse directement ; les termes de référence sont les termes servant à désigner à un tiers un parent.

6Nous nous sommes limités ici aux seuls termes de référence, car s’il est bien évident que les termes d’adresse peuvent être beaucoup plus variés et connaître des modifications beaucoup plus rapides, ils sont le plus souvent absents de nos sources anciennes et ne peuvent donc constituer le support d’une telle étude. En ce qui concerne les termes de référence, les sources littéraires antiques ne mentionnent le plus souvent que les relations les plus proches et se révèlent assez pauvres dans la dénomination des relations d’alliance.

7Prenons l’exemple des termes de parenté attestés chez quatre auteurs importants d’époque romaine :

— Strabon (c. 64 a.C.-21 p.C.) :

ἀδελφός ; ἀδελφιδοῦς ; ἀνεψιός ; γαμβρός ; θεῖος ; θυγάτηρ ; θυγατριδοῦς ; κηδεστής ; μάμμη ; μήτηρ ; πάππος ; πατήρ ; πενθερός ; πρόπαππος ; υἱός.

— Clément d’Alexandrie (c. 150-216 p.C.) :

ἀδελφός ; ἀδελφιδοῦς ; γαμβρός ; ἔγγονος ; θεῖος ; θυγάτηρ ; μήτηρ ; νύμφη ; πατήρ ; υἱός.

— Athénée (fin iie s. p.C.) :

ἀδελφός ; ἀδελφιδοῦς ; ἀνεψιός ; γαμβρός ; ἐξἀνεψιός ; θεῖος ; θυγάτηρ ; θυγατριδοῦς ; μάμμη ; μήτηρ ; νύμφη ; πάππος ; τήθη ; τηθίς ; υἱός.

— Libamos (c. 314-393 p.C.) :

ἀδελφός ; ἀδελφιδοῦς ; ἀνεψιός ; γαμβρός ; ἔγγονος ; ἐπίπαππος ; θεῖος ; θυγάτηρ ; θυγατριδοῦς ; κηδεστής ; μήτηρ ; μητρυιά ; νύμφη ; πάππος ; πατήρ ; πενθερά ; προγονός ; τήθη ; τηθίς ; υἱός ; υἱδούς.

8Les termes de parenté les plus souvent utilisés sont bien évidemment les termes de base, centrés sur la famille nucléaire. Il est très rare de rencontrer des termes dépassant le 2e degré romain dans la linéarité, le 3e ou le 4e degré dans la collatéralité. γαμβρός, κηδεστής, νύμφη et πενθερός sont les termes d’alliance les plus souvent attestés.

  • 6 L’édition des fragments du Peri suggenikôn onomatôn d’Aristophane de Byzance par W. J. Slater (1986 (...)

9Pour la période antique, nous avons donc complété l’apport des sources littéraires par une analyse approfondie des sources épigraphiques et lexicographiques6. Pour la période byzantine, un grand nombre d’ouvrages de droit civil ou religieux nous livrent une vue d’ensemble de la terminologie, mais l’étude des sources littéraires reste nécessaire pour mieux appréhender les usages et les variations. Enfin, en ce qui concerne la période contemporaine, nous avons repris pour l’essentiel (avec quelques modifications) les termes cités par J. Andromedas (1957).

  • 7 Le principe de bifurcation distingue les parents d’Ego selon qu’ils lui sont apparentés par l’inter (...)
  • 8 Le principe de polarité désigne le fait qu’un terme de référence spécifique est utilisé par Ego pou (...)
  • 9 Voir Kroeber 1909, Lowie 1928 et 1929 et Murdock, 1972, 109 sq.

10Avant d’entrer dans le détail des analyses, rappelons que A. L. Kroeber et R. H. Lowie, suivis en cela par la plupart des anthropologues, ont distingué six critères majeurs de différentiation terminologique, à savoir la génération, le sexe (de la personne dont on parle), l’alliance, la collatéralité, le principe de bifurcation7 et la polarité8, auxquels ils ont ajouté trois critères subsidiaires : l’âge relatif, le sexe de la personne qui parle et le décès9. Ce sont ces critères que nous utiliserons pour étudier les caractéristiques des nomenclatures grecques de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

11Dans le cadre de cette communication, nous avons privilégié quatre “moments” de cette histoire, qui correspondent à quatre ensembles documentaires suffisamment riches pour permettre une analyse approfondie :

  • 10 Nous n’avons pas pris en compte par contre, dans ce travail, les termes attestés dans les textes en (...)

12— Le corpus homérique10 (voir annexe 1)

13L’Iliade et l’Odyssée nous livrent un grand nombre de termes de parenté, mais l’interprétation en reste délicate car certaines positions ne sont pas nommées tandis que les sens de certains termes se recoupent. Les précisions apportées par les scoliastes et les lexicographes peuvent d’autre part être trompeuses car anachroniques. Si nous nous en tenons aux seuls termes utilisés par Homère, quelle que soit la datation adoptée par ailleurs pour ces œuvres, cette terminologie se révèle très proche du Proto-Indo-Européen (PIE) tel qu’il peut être actuellement reconstitué.

14Les termes élémentaires désignant les parents les plus proches ont perduré jusqu’à aujourd’hui : πατήρ, μήτηρ, ἀδελφεός, υἱός, θυγάτηρ, ainsi qu’ἀνήρ et γυνή. Certains parents plus éloignés sont désignés par des termes composés qui décrivent la relation, par exemple μητροπάτωρ (“père de la mère”), πατροκασίγνητος (“frère du père”).

  • 11 Cf. Gates 1971, 14-16 et p. 22.
  • 12 Ibid., 15-16.

15Le sens de certains termes, nous l’avons dit, pose problème. C’est le cas notamment de κασίγνητος, qui désigne généralement le “frère”, mais peut également désigner, dans quelques occurrences, des parents plus éloignés, en particulier le cousin parallèle patrilatéral (FBS), position pour laquelle le terme ἀνεψιός est également employé11. Dans son analyse approfondie du vocabulaire homérique, H. P. Gates arrive à la conclusion que le terme κασίγνητος a pour sens premier la désignation des seuls frères, mais qu’il peut, dans certains cas, être utilisé comme terme générique et ainsi prendre le sens de “parent”12. Il ne faudrait donc pas retenir l’hypothèse d’un même terme assimilant germains et cousins et, dès lors, la reconnaissance du principe de collatéralité serait bien l’une des caractéristiques du vocabulaire homérique.

  • 13 Cf. par exemple Gernet 1983, 153-172 ; Friedrich 1966 ; Benveniste 1969,1, 207-208 ; Avezzù 1991, 2 (...)
  • 14 Cf. Gessat-Anstett 2000, 624 sq. ; voir les remarques de Hage 1999, 433.

16Le vocabulaire homérique de l’alliance, très riche même s’il est incomplet, a fait par ailleurs l’objet de nombreux commentaires, qui mettent généralement en valeur le caractère patrilocal de la résidence et l’inflexion patrilinéaire de la société, puisque ce sont avant tout les termes utilisés par une femme pour désigner les parents de son époux qui sont connus13. Ces termes prenant en compte le sexe du locuteur, il est possible que ce critère ait été reconnu en proto-indo-européen, comme c’est encore le cas dans le vocabulaire russe de l’alliance14.

17— Le vocabulaire attique d’époque classique (ve-ive s. a.C. ; voir annexe 2)

18Cette terminologie est également incomplète mais les termes de consanguinité sont globalement bien connus. Les termes d’alliance sont par contre très peu usités dans nos sources, constituées pour l’essentiel de plaidoyers (Lysias, Isée, Démosthène...) ; en effet, lorsqu’un orateur évoque un parent par alliance, il utilise presque toujours le terme κηδεστής, auquel nous pouvons donner le sens général d’“allié”. Précisons que les termes attestés en Attique à l’époque classique sont également ceux de la koinè et donc se retrouvent (avec quelques variantes) dans l’ensemble du monde grec à l’époque hellénistique.

  • 15 Cf. Murdock 1972, 109 : “Un terme élémentaire est un mot tel que ‘père’ ou ‘neveu’, qui ne peut êtr (...)

19Le vocabulaire athénien de la parenté est relativement simple et peu étendu : une dizaine de termes élémentaires seulement suffisent pour décrire la plus grande partie des relations ; quelques termes dérivés (πρόπαππος par ex.) ou descriptifs (ἀνεψιοῦ παῖς) complètent ce système de base15.

20Quels sont ici les critères opératoires ?

21Nous retrouvons, et de manière très claire, le critère de la collatéralité : à la génération des parents d’Ego (G + 1) par exemple, les germains des parents sont bien différenciés des parents eux-mêmes, de même qu’à la génération d’Ego (G0), les germains sont différenciés des cousins, et dans les deux cas, les collatéraux de même sexe sont assimilés, sans prise en compte des oppositions croisé/parallèle ou paternel/maternel.

22Il est donc clair que cette terminologie, pour reprendre les typologies de R. H. Lowie et de G. P. Murdock, est de type linéaire au niveau de la génération des parents d’Ego, et du type “Eskimo” à la génération d’Ego et de ses cousins, c’est-à-dire que dans ces deux générations elle distingue les parents linéaires (les ascendants et les descendants) des collatéraux qui sont eux-mêmes regroupés dans la même catégorie (catégories θεῖος, -α et ἀνεψιός, -α).

23Notons cependant que si en G + 1 et GO le critère de bifurcation n’est donc pas opératoire, nous le retrouvons en G - 2 (génération des petits-enfants), puisque le “fils du fils” est distingué du “fils de la fille” (υἱδοῦς, θυγατριδοῦς).

24Tous les termes de parenté sont sexués, à l’exception notable du terme neutre τέκνον qui désigne de manière générale la progéniture (sens d’“enfant”), et donc peut désigner tout autant le fils que la fille. Le critère subsidiaire du sexe du locuteur n’est pas pris en compte. Par contre, la plupart des termes sont polarisés, à l’exception des termes désignant des consanguins de même génération et de même sexe.

  • 16 Cf. Vartigian 1978, 110.

25Le critère de l’alliance est très clairement présent : les termes qui désignent les consanguins ne peuvent désigner des alliés. Le terme θεῖος, par exemple, qui correspond au terme français “oncle”, désigne le frère du père ou le frère de la mère mais ne désigne jamais l’époux de la sœur du père ou l’époux de la sœur de la mère16. Un seul terme, déjà évoqué, κηδεστής, suffit d’ailleurs pour désigner les “alliés” les plus proches.

26Le critère de la génération est appliqué dans la désignation des consanguins les plus proches, mais il n’opère ni dans l’alliance, puisque κηδεστής désigne des alliés de différentes générations, ni dans la désignation des consanguins éloignés : ἀνεψιός par exemple désigne tout à la fois des parents en G + 1 (FFBS par ex.) et en G0 (FBS par ex.).

27Remarquons enfin que les critères subsidiaires de l’âge relatif (et donc la distinction aîné/cadet) et du décès ne sont pas pris en compte.

28— Nomenclature byzantine (xe-xiie s. p.C. ; voir annexe 3)

29La liste des termes d’usage courant est plus importante que celle que nous avons donnée pour l’époque classique, principalement du fait que nos sources se sont étoffées et sont devenues plus précises, avec le développement du droit grec, civil et religieux, sous les influences successives du droit romain puis du droit élaboré par l’Église chrétienne. Apparaissent alors des lexiques, des listes de termes, des recueils de lois concernant les problèmes d’héritage ou les prohibitions matrimoniales et, au fur et à mesure que s’étend la perception d’une relation de parenté, des termes désignant des parents de plus en plus éloignés sont cités dans nos sources.

30Remarquons d’ailleurs que notre liste n’est pas exhaustive, puisque nous n’avons pas indiqué les termes désignant des parents éloignés, tels que l’ascendant au 6e degré romain (τρίσπαππος) ou bien encore le frère du trisaïeul (θεῖος μέγιστος), car ces termes sont sans doute très rarement employés et réservés au langage juridique. De plus, leur usage ne semble pas aussi uniformisé que celui des termes que nous avons signalés ; le terme δισέγγονος par exemple désigne selon les auteurs un descendant au 3e degré ou au 5e degré romain.

31D’un point de vue typologique, cette terminologie est toujours de type Eskimo et la plupart des remarques précédentes peuvent être reprises.

32Le critère de l’alliance nécessite cependant un examen plus approfondi : à l’époque classique, nous l’avons dit, les termes qui désignent les consanguins ne peuvent désigner des alliés ; aujourd’hui, le terme θεῖος peut désigner également un oncle par alliance. Qu’en est-il à l’époque byzantine ? A partir de quel moment des termes désignant des consanguins ont-ils pu également désigner des affins, assimilés dès lors aux consanguins ? Nos recherches personnelles ne nous ont pas permis jusqu’à présent de préciser ce point, mais S. Binon (1938) avait noté de son côté qu’à l’époque byzantine l’époux de la petite-nièce pouvait être désigné par un terme de consanguinité. Nous aurions donc tendance à penser que ce type d’assimilation était possible aux xe-xiie s., quelle que soit la génération.

33— La nomenclature actuelle (voir annexe 4)

34Pour établir cette nomenclature, nous avons repris quelques études anthropologiques et procédé à quelques enquêtes lors de nos séjours en Grèce. Les termes actuels sont très proches de ceux employés à l’époque byzantine, les modifications les plus importantes étant connues par le vocabulaire de l’alliance, mais sans bouleversement des principes structurants. En interrogeant des personnes de générations différentes, il est possible de constater de nombreuses hésitations, voire des déclarations d’incompétence, lorsqu’il s’agit de nommer des parents éloignés, mais ces incertitudes ne sont en rien propres à la Grèce (voir nos remarques infra). Quel que soit le degré de précision des réponses, la distinction de trois catégories de collatéraux theios/exadelphos/anipsios est bien établie.

Remarques à propos des variations régionales

35Ces quatre nomenclatures ne rendent qu’insuffisamment compte bien sûr de la totalité des données disponibles, et une présentation plus exhaustive mettrait en évidence d’importantes variations régionales.

  • 17 Voir notre remarque bibliographique, Annexe 4.

36Pour la situation en grec contemporain, nous renvoyons aux travaux d’E. Alexakis17, P. A. Bialor (1967 et 1973) et aux brèves remarques de M. Herzfeld (1983, 165), qui mentionne par exemple certaines variations dans le vocabulaire de l’alliance (en partie intégrées dans notre propre inventaire de termes, puisque nous avons donné deux termes, γαμβρός et κουνιάδος, pour une même relation “époux de la sœur’’).

37Particulièrement riches d’enseignement sont les termes fournis par les sources épigraphiques en Asie mineure à l’époque romaine.

  • 18 Ces termes sont également souvent cités par les lexicographes. Concernant les sources épigraphiques (...)
  • 19 Inscriptions grecques recueillies en Asie Mineure, Académie royale de Belgique, Mémoires publiés pa (...)
  • 20 Inscriptiones Bureschianae, 16, no 20.
  • 21 Robert 1948, 91 sq., no 35.

38Les inscriptions de cette région du monde hellénophone montrent en effet au moins jusqu’au ive s. p.C. l’emploi de termes distincts pour désigner l’oncle paternel (πάτριος) et l’oncle maternel (μήτρως)18. Le principe de bifurcation reste donc opérant dans certaines régions de langue grecque jusqu’à une époque tardive ; il faut néanmoins remarquer que, dans les inscriptions que nous venons d’évoquer, des termes bifurqués et des termes bilatéraux coexistent : ainsi, pour donner un seul exemple, dans une inscription de Lydie (Julia Gordos), précédemment publiée par A. Wagener19, et par A. Körte20 puis étudiée par L. Robert21, nous trouvons les termes πάτρως et πάππος, soit une bifurcation en G +1 tandis que la “tranche terminologique” en G + 2 ne prend pas en compte le sexe du parent intermédiaire.

  • 22 Cf. Hage 1999, 425.

39De manière plus générale, dans tous les cas de figure connus, la nomenclature des cousins est toujours de type Eskimo, que les termes en G+l montrent ou non l’application du principe de bifurcation22.

  • 23 Patradelphos : Dem., Leoch., 13 ; Dem., Macan., 36, 37, 42 et 43 ; Is. 4.23.26 ; Pi., I., 8.66 ; Mi (...)
  • 24 Les références pour patradelphos sont d’autant plus nombreuses que le terme est employé dans la Sep (...)
  • 25 Voir par exemple saint Basile, De vita et miraculis sanctae Theclae, 2.2.1 : θεῖος δὲ ἦν οὗτος αῦτῷ (...)

40Notons enfin que le terme θεῖος, -α était également concurrencé par les formes descriptives, et donc bifurquées, πατράδελφος, πατραδέλφη (“frère du père”, FB ; “sœur du père”, FZ) et μητράδελφος, μητραδέλφη (“frère de la mère”, MB ; “sœur de la mère” MZ), attestées à l’époque classique23, et dont les occurrences sont fréquentes jusqu’à l’époque byzantine24. Le terme πατράδελφος est parfois utilisé en concurrence de θεῖος pour préciser une relation de parenté25.

41Dans certaines régions d’Asie mineure, toujours à l’époque romaine, le vocabulaire de l’alliance présente également une originalité incontestable. Les inscriptions lydiennes et phrygiennes, à côté des traditionnels γαμβρός et νύμφη, attestent également l’emploi des termes δαήρ (“frère de l’époux”), ἑκυρός, ἑκυρά (“père et mère du mari”), εἰνάτηρ (“épouse du frère” ; “époux de la sœur” ?), πενθερός, πενθερά (“père et mère de l’épouse”), πενθερίδης (“frère de l’épouse”), termes et emplois qui s’inscrivent dans la continuité du vocabulaire homérique alors que ces régions n’étaient pas hellénisées à l’époque archaïque.

  • 26 Le vocabulaire employé par Hérodote, originaire d’Asie mineure (Halicarnasse), permet de nous rendr (...)
  • 27 Usages qui nous échappent malheureusement, faute de sources.
  • 28 Cf. Humphreys 1978, 206.

42Il faut alors préciser qu’au ve s. a.C. le vocabulaire (ionien) de la parenté d’Hérodote d’Halicarnasse est beaucoup plus proche de l’homérique que ne l’est celui d’Athènes à la même époque26 : les indigènes hellénisés de Lycie, de Phrygie et des régions avoisinantes devaient donc être au contact de parlers grecs qui avaient conservé les termes et les usages anciens27. En conséquence, ces termes se sont d’autant plus facilement imposés au cours de l’hellénisation de l’Asie Mineure qu’ils s’accordaient parfairement à l’organisation sociale des populations concernées28 : formation de familles étendues, regroupant plusieurs générations de consanguins ainsi que certains de leurs alliés, prédominance de la patrilocalité, solidarité familiale et bien sûr lieu de sépulture commun, qui nous permet d’avoir accès à des épitaphes énumérant de nombreuses relations de parenté.

43Une nomenclature de parenté nous confronte donc tout à la fois à des éléments remarquablement stables (comme c’est le cas des termes désignant les parents les plus proches) et à d’importantes variations, temporelles et spatiales (sans évoquer les variations sociales, surtout sensibles dans les termes d’adresse, et auxquelles les sources ne nous donnent pas accès).

44Ces variations n’empêchent pas cependant, nous semble-t-il, la détermination de principes structurants opératoires dans la longue durée et de tendances générales incontestables.

Remarques générales

45Nous avons insisté sur ce point à plusieurs reprises : dès le corpus homérique (si nous suivons l’analyse de H. Gates), les terminologies grecques de la parenté se caractérisent par le respect du critère de la collatéralité, c’est-à-dire la distinction claire entre parents linéaires (ascendants, descendants, germains d’Ego) et collatéraux.

46La typologie des nomenclatures de parenté développée par G. Murdock à la suite de R. Lowie repose dans ses grandes lignes sur la prise en compte de deux critères seulement, la collatéralité et la bifurcation, comme le montre le tableau suivant :

Distinction ligne/collatéralité

Absence de distinction ligne/collatéralité

Prise en compte du sexe du parent intermédiaire

type soudanais

type iroquois

Absence de prise en compte du sexe du parent intermédiaire

type eskimo

type hawaïen

47Les terminologies grecques peuvent présenter des traits soudanais, notamment en G+l, mais plus fondamentalement se rattachent au type eskimo, et c’est là sans doute leur caractéristique essentielle.

  • 29 19 termes élémentaires à l’époque classique, 20 à l’époque byzantine, 24 aujourd’hui, à comparer au (...)

48Les termes actuels désignant les plus proches parents (père, mère, fils, fille, frère, sœur+ mari et épouse) sont attestés dès le corpus homérique. Si les relations plus éloignées et les relations d’alliance ont connu des transformations, de manière générale les termes utilisés ont été construits à l’aide de ces termes élémentaires (dont le nombre reste d’ailleurs à peu près constant de l’époque classique jusqu’à aujourd’hui29), en combinant plusieurs termes (ex. μητροπάτωρ dans le vocabulaire homérique ; ἀνδράδελφος dans le vocabulaire byzantin) ou en en modifiant le sens à l’aide de suffixes ou de préfixes.

  • 30 Nous revenons plus loin sur cette évolution.
  • 31 Cf. Jannoray 1946, 255-256.

49De ce point de vue, d’Homère jusqu’à nos jours, nous observons une disparition progressive des termes combinés, que nous avons appelés, à la suite de G. Murdock, “descriptifs”, et en conséquence l’apparition de nouveaux termes élémentaires tels que πάππος, θεῖος, ἔγγονος, κουνιάδος. Particulièrement significative30 nous semble la disparition des termes construits à l’aide du suffixe-ιδ, qui marque la descendance, tels que ἀνεψιαδοῦς, υἱδοῦς, θυγατριδοῦς, ἀδελφιδοῦς, τηθίς, πενθερίδης. Ces termes, qui ne sont plus attestés à l’époque byzantine, peuvent être remplacés par des termes construits à l’aide du préfixe ἐκ-qui indique lui aussi la descendance directe31 : ἔγγονος (que nous trouvons également sous la forme ἔκγονος), ἐξέγγονος, ἐξάδελφος, ἐξἀνεψιός...

50Ces vocabulaires révèlent par ailleurs très peu d’emprunts à des langues étrangères, et les plus notables sont en fait postérieurs au xiie siècle. Citons par exemple κουνιάδος et μπατζανάκης· κουνιάδος dérive du latin cognatus, sans doute par l’intermédiaire des usages vénitiens ; μπατζανάκης a une origine turque (turc : bacanak, que nous retrouvons dans d’autres langues balkaniques, par exemple en bulgare).

  • 32 L’évolution depuis le vocabulaire proto-indo-européen est décrite par Gates 1971, 2 et 37.

51Nous pouvons également observer une lente évolution vers l’homogénéisation des termes masculins et féminins, le sexe n’étant plus indiqué que par la seule terminaison -os, -α (θεῖος, -α à la place de θεῖος/τηθίς, notamment)32.

52Par ailleurs, parmi les transformations constatées, trois points ont plus particulièrement retenu notre attention :

  • La disparition progressive de la bifurcation, c’est-à-dire de la prise en compte du sexe d’un parent intermédiaire entre Ego et Alter.

  • L’évolution du terme ἀνεψιός, qui perd le sens de “cousin” pour prendre celui de “neveu”.

  • Enfin, l’évolution des termes d’affinité et des termes génériques, dont l’étude est plus délicate, car le sens des termes employés ne peut toujours être retrouvé avec précision.

La disparition progressive de la bifurcation

53Revenons tout d’abord sur ce point. La terminologie proto-indo-européenne, telle qu’elle est actuellement reconstituée par les linguistes, reconnaît ce principe de bifurcation : le “frère du père” par exemple, *pHtrwos, semble avoir été distingué du “frère de la mère”, *awos. C’est la situation observée dans le corpus homérique.

54En effet, dans l’Iliade et l’Odyssée, les références aux grands-parents précisent toujours le sexe du parent par lequel la relation passe, soit que la relation soit décrite : πατρὸς πατήρ (“père du père”, ex. Il, 14.118), μητρὸς πατήρ ("père de la mère”, ex. Od., 19.395), μήτηρ μητρός (“mère de la mère”, Od., 19.416) ; soit, dans une seule occurence, que le terme employé soit lui-même descriptif : μητροπάτωρ (“père de la mère”, Il., 11.224).

  • 33 Sur le vocabulaire pindarique, voir Longo 1991.

55Ce dernier cas, celui donc d’un terme composé de deux termes élémentaires, connaît en fait d’autres exemples dans la littérature grecque postérieure, par exemple les formes doriennes ματρομάτωρ et πατρομάτωρ, utilisées par Pindare (O., 6.84 ; P., 9.82)33.

  • 34 Sur huiônos, -è (SS, SD), voir Vartigian 1978, 43.

56La prise en compte du sexe du parent intermédiaire est probable, mais non certaine, dans le cas des petits-enfants : le seul terme attesté est le terme υἱωνός (Il, 2. 666, 5.361, 13.207 ; Od., 24.515), qui dérive clairement de υἱός, “le fils”. Le terme fait référence au “fils du fils” dans les trois cas où la relation peut être précisée34.

  • 35 Cf. Gates 1971, 19-22.

57Le principe de bifurcation opère également en G+l, puisque l’oncle maternel est désigné par le terme μήτρως (Il., 2.662, 16.717), tandis que le terme πατροκασίγνετος (Il., 21.469 ; Od., 6.330, 13.342) est employé pour désigner le frère du père35.

58Le vocabulaire de la parenté grec le plus ancien distingue donc les parents paternels des maternels en G + 1 et G + 2, ainsi que les descendants par le fils des descendants par la fille (G - 2). A l’époque classique, ces distinctions sont perdues dans les générations ascendantes (apparition de πάππος et θεῖος), mais conservées en G-2. A l’époque byzantine, toute trace de bifurcation a disparu dans le vocabulaire de la consanguinité (apparition d’ἔyyovoϛ).

59Les termes πάππος et θεῖος apparaissent dans les sources littéraires à la fin du vie s. et au début du ve s. a.C. Le terme πάππος devait être à l’origine un terme d’adresse (cf. Benveniste 1969, p. 225).

  • 36 Cf. Szemerényi 1977, 61-62, ainsi que Gates 1971, 22.
  • 37 Cf. Alinei 1983.
  • 38 Voir les remarques de Hage 1999, 434.

60L’origine du terme θεῖος est incertaine (les lexicographes antiques le rapprochent bien évidemment de l’adjectif “divin”, et y voient un terme de respect, mais faut-il vraiment les suivre sur cette voie ?). La forme peut être mise en relation avec la racine *dhê- qui se retrouve dans les formes τήθη, “grand-mère” et τηθίς, “sœur du père et de la mère, tante”36. Elle a inspiré (par l’intermédiaire des formes latines thius, -a) les formes actuelles italiennes (zio, zia) et espagnoles (tio, tia)37. Remplaçant, à partir de l’époque classique, des formes descriptives ou dérivées, elle contraste bien évidemment très fortement avec les termes désignant les parents (πατήρ, μήτηρ) et renforce ainsi l’opposition entre ligne et collatéralité38.

  • 39 Voir par exemple Bousquet 1963, 255-256 ; Jannoray 1946, 255-256. Les Theologumena arithmeticae (éd (...)

61La distinction des petits-enfants disparaît dans nos sources épigraphiques dans les premiers siècles de notre ère, le terme ἔγγονος (GCh ; le terme avait jusqu’alors un sens plus vague de “descendant” ; voir Vartigian 1978, 30-31 pour les définitions des lexicographes) se substituant à υἱωνός (ou υἱδοῦς) et θυγατριδοῦς39.

62Dans l’ouvrage de Bean et Mitford 1970, par exemple, le terme υἱωνός est encore attesté au iie siècle p.C. (inscriptions no 163 et 164), mais dans une inscription datant du même siècle (no 13), il est précisé que Kbaroues, fille de Setas et de Vetillia, est “petite-fille”, ἐγγόνη, πρὸς μητρός, “par sa mère”, de Stanamoas fils de Setas, et πρὸς πατρὸς, “par son père”, de Neoptolemus, fils de Setas. Le terme indifférencié est donc utilisé, alors même que la relation est décrite très précisément.

  • 40 Voir plus particulièrement Robert 1948, 94-98 (inscription datée de 47-48 p.C.) ; Malay 1994, no 17 (...)

63Remarquons encore qu’en Asie Mineure, à l’époque impériale, le terme καμβίον, “petit-fils”, est également attesté dans de nombreuses inscriptions, et ne semble pas s’appliquer au seul petit-fils par le fils40.

64Nous l’avons vu, à l’époque romaine, la prise en compte du sexe du parent intermédiaire est en fait très différente selon les régions ; mais sa disparition paraît inéluctable.

65A l’époque byzantine, elle n’est donc plus attestée dans le vocabulaire de la consanguinité, mais reste présente dans le vocabulaire de l’alliance (ἀνδράδελφος, γυναικάδελφος : les beaux-frères sont distingués selon que la relation s’établisse par l’époux ou par l’épouse).

66Enfin, dans la terminologie actuelle, ce principe de bifurcation a totalement disparu, dans la consanguinité comme dans l’alliance : les deux types de “beau-frère” peuvent être désignés par le même terme, κουνιάδος, et dans la longue durée, d’autres termes d’alliance montrent la même évolution ; le terme πενθερός par exemple désigne dans le corpus homérique le seul “père de l’épouse”, puis, en fait dès l’époque classique, prend également le sens de “père de l’époux” : là encore le sexe du parent intermédiaire n’est plus pris en compte.

67Progressivement, les relations par les hommes et les relations par les femmes sont donc assimilées, d’abord dans les générations ascendantes, puis dans les générations descendantes et dans les relations d’alliance.

68Cette évolution peut s’interpréter simplement comme l’expression d’une bilatéralisation renforcée de la société grecque, mais d’autres éléments ne sont pas à négliger. Nous pouvons ainsi émettre l’hypothèse qu’à partir du moment où la bifurcation disparaissait dans une “tranche terminologique”, le processus était enclenché et ne pouvait qu’aboutir à la disparition totale de ce critère : l’absence de bifurcation en G + 2 par exemple, par symétrie, ne pouvait qu’aboutir à sa disparition en G-2.

  • 41 Cf. Gates 1971.36.

69Les aspects purement linguistiques sont également à prendre en compte. A l’époque classique par exemple, le vocabulaire ne montre pas de bifurcation en G-l : le fils du frère et le fils de la sœur sont désignés par le même terme, ἀδελφιδοῦς. Mais la raison n’en est pas sociale : le terme est en effet composé à partir de la racine adelph-, qui ne permet pas de distinguer le frère de la sœur41. Il n’en reste pas moins qu’entre l’époque classique et l’époque byzantine, le terme ἀδελφιδοῦς sort des usages et est remplacé par un seul terme, ἀνεψιός : il n’a pas paru nécessaire de distinguer les deux types de neveux.

L’évolution du terme anepsios

70Si la disparition du principe de bifurcation fut progressive, ce changement de sens du terme ἀνεψιός a dû se produire durant une période assez réduite et peut être considéré comme une étape décisive dans la mise en place du système actuel.

  • 42 Voir par exemple Szemerényi 1977, 156.

71Le terme ἀνεψιός est attesté dès le vocabulaire homérique, mais son extension précise nous est alors inconnue. Il dérive de la racine indo-européenne *(H)nepôs (skr. napât, naptr ; lat. nepos ; gall. nei, etc.), qui selon les langues a pris le sens de “neveu”, “cousin” ou bien encore “petit-fils”42.

72A l’époque classique, il peut désigner le “cousin” (enfant d’un germain des parents) ou bien encore l’enfant d’un germain des grands-parents (c’est-à-dire un “cousin” des parents d’Ego. L’ἀνεψιός des parents d’Ego est désigné par ce dernier en utilisant le même terme de référence). La forme dérivée ἀνεψιαδοῦς désigne d’ailleurs tout à la fois les positions que la terminologie française nomme “enfant de cousin germain” et “cousin au deuxième degré”.

73A l’époque byzantine, le terme ἀνεψιός peut garder dans la littérature le sens de “cousin”, mais l’usage commun lui donne le sens de “neveu” qui le caractérise encore aujourd’hui, tandis que la relation de cousinage est décrite par le terme ἐξάδελφος, qui s’est également maintenu jusqu’à aujourd’hui. Quant au terme ἀδελφιδοῦς, qui désignait le “neveu” à l’époque classique, il a presque disparu du vocabulaire byzantin. Les sources littéraires, mais surtout épigraphiques, peuvent nous permettre de préciser la chronologie de ces transformations.

74Jusqu’à la fin de l’Antiquité, et même parfois à l’époque byzantine, les sources littéraires, conservent les usages traditionnels, et emploient donc ἀνεψιός et ἀδελφιδοῦς dans leur sens classique.

  • 43 Cf. également Etymologicum Gudianum, s.v. ἀνεψιός · ἀνεψιὸς ὁ νῦν καλούμενος ἐξάδελφος.
  • 44 “... son cousin (anepsion.) Antiochos, car c’est ainsi que les anciens appelaient les exadelphoi” ( (...)

75La tradition littéraire semble ainsi avoir quelque peu figé les usages, comme le montre l’extrait suivant de l’œuvre de Zonaras (9.25.9), qui résumant l’Histoire romaine de Dion Cassius (304.16), reprend le terme ancien, tout en notant le changement de terme43 :... τὸν ἀνεψιὸν τὸν Ἀντίοχον (οὕτω γὰρ oἱ πάλαι τοὺς ἐξαδέλφους ἐκάλουν)...44.

  • 45 Les usages byzantins mélangent ainsi les emplois “classiques” avec les usages contemporains, incont (...)

76Les textes byzantins peuvent d’ailleurs parfois confondre les différents usages45. L’ambivalence du terme ἐξἀνεψιός à l’époque byzantine est représentative de ces hésitations, puisque ce terme désigne selon les textes le “fils du neveu ou de la nièce” ou le “fils du cousin germain” (position pour laquelle l’expression μικρός ἀνεψιός s’impose à l’époque byzantine).

77Les sources épigraphiques permettent dès lors d’affiner la chronologie. Le sens de “cousin” est en effet bien attesté à l’époque hellénistique, à Delphes par exemple (FD, III.3, 250,1. 3 ; datée du ier s. a.C.) ou bien encore à Délos (ID, 1530, I. 4 ; datée de la fin du iie s. a.C.). Ce sens est également clair dans des inscriptions d’époque romaine, par exemple ETAM, 3, 226 (iie s. p.C.), Malay 1994, no 521 (inscription provenant de l’ouest de Daldis ; ier ou iie s. p.C.), ou bien encore IGLS, IV. Laodicée, Apamène, n° 1261 (datation : époque romaine :2e moitié du ier s. a.C. à la fin du iie s. p.C.).

  • 46 Exadelphidè : Dain. Inscrip. Louvre, 56.4 (Milet, IIe s. p.C.) : les deux termes adelphidè et exade (...)

78Notons d’ailleurs l’existence du terme ἐξαδελφιδοῦς,-η, pour désigner l’enfant d’un neveu ou d’une nièce, dans des inscriptions du iie-iiie s. p. C., terme dérivé d’ἀδελφιδοῦς, qui est lui-même encore attesté à cette époque46.

79Le terme ἀνεψιός est cependant employé avec le sens de “neveu” dans plusieurs inscriptions chrétiennes du ve s. p.C., par exemple MAMA, VII, 96, et dans une inscription chrétienne conservée au Louvre (Froehner 1865, no 282).

80Mais ce sens apparaît auparavant, semble-t-il dès le iie s. p.C. Nous pouvons prendre pour exemples deux inscriptions funéraires tirées de l’ouvrage de C. W. M. Cox, A. Cameron, J. Cullen, Monuments from the Upper Tembris Valley, Cotiaeum, Cadi, Synaus, Ancyra and Tiberiopolis, Journal of Roman Studies Monographs no 7, London, 1993 (MAMA, X) :

  • L’inscription no 85, datée de la seconde moitié du iie ou du début du iiie siècle p.C., est dédiée à un frère, à son épouse (ἐνάτρι, “épouse du frère”) et à leurs enfants, des neveux par conséquent : Ἐλπίζων Φρονίμῳ ἀδελφῷ καὶ Ἀλεξανδρία ἐνάτρι κὲ (...) κὲ Δημητρίῳ ἀνεψίοις ἐποίησε μνήμης χάριν

  • L’inscription no 308. datée du début du iie s. p.C., évoque un “oncle paternel” (πατρώς) et son “neveu” (ἀνυψιός) : Μηνοφᾶς ἀδελφῷ Μνασέα καὶ Τρόφιμος πατρὼς ἀνυψιῷ ἀωροθανῇ μνήμης χάριν

81Dans une autre inscription datée du début du iie s. p.C. et trouvée en Cilicie, le sens probable d’ἀνεψιόϛ est également “neveu” (Bean & Mitford 1970, no 226).

  • 47 Le sens de “cousin” est probable dans les inscriptions suivantes : ΤΑΜ, II, 224 ; CIG, 3891 ; MAMA,(...)
  • 48 ἐξάδελφος· ἀποδιοπομπητέον, ἀνεψιὸς δε ῥητέον. L’usage est donc considéré comme impropre.

82Cette chronologie est confirmée par nos données concernant le terme ἐξάδελφος. Celui-ci, inconnu des corpus homérique et classique, apparaît tout d’abord à l’époque hellénistique dans le sens de “neveu”, par exemple dans la Septante (Tob. 1. 22 ; 11, 17), puis dans les Antiquités judaïques de Flavius Josèphe (20, 10), chez Justin (Dialogue avec le juif Tryphon, 49 [PG, 6, p. 583 Migne]), ou bien encore Eusèbe de Césarée (PG, 19, 1.551), soit jusqu’au ive s. p.C. Les inscriptions ne permettent pas toujours de connaître le sens exact du terme employé, qui peut tout aussi bien signifier “neveu” que “cousin” ; ce dernier sens semble cependant attesté à partir des ier-iie s. p.C.47 et se retrouve également dans nos sources littéraires à partir du iie s. p.C. (Phrynichus d’Arabie, Praeparatio sophistica, dans Bekker, Anécdota Graeca, 30648).

Tableau récapitulatif

“Cousin” (FBS, FZS, MBS, MZS)

“neveu” (BS, ZS)

autres termes à signaler

Époque classique(ve-ive s.)

anepsios

adelphidous

anepsiadous : “fils de cousin germain, cousin au deuxième degré” (pour ce dernier sens, le terme exanepsios apparaît à l’époque hellénistique)

iie-iiie s. p.C.

anepsios, exadelphos

adelphidous, anepsios

exadelphidous, “enfant de neveu ou de nièce”

xe-xiie s. p.C.

exadelphos

anepsios

exanepsios : “fils de neveu ou de nièce, fils de cousin germain”

83C’est donc dans les premiers siècles de notre ère, à l’époque romaine, entre le premier et le troisième siècle, que de nouveaux sens apparaissent pour les termes ἀνεψιός et ἐξάδελφος, avant de s’imposer dans les derniers siècles de l’Antiquité et durant l’époque byzantine.

84Remarquons au passage que si nos sources montrent dès lors certaines hésitations dans l’emploi de ces deux termes, nous ne trouvons pas, sauf très rares exceptions, chez un même auteur, un seul terme désignant à la fois le “neveu” et le “cousin”. Les termes changent, la distinction subsiste.

85Dans tous ces cas de figure cependant, le terme ἀνεψιός désigne un même type de relation, “un enfant de germain, un petit-fils d’un ancêtre commun”, mais, à l’époque classique, il s’agit d’un “enfant de germain du père ou du grand-père d’Ego”, tandis qu’à partir des premiers siècles de notre ère, le terme désigne un “enfant de germain” d’Ego lui-même. Ce déplacement nous paraît révélateur d’une transformation profonde de la nomenclature de parenté grecque.

86Quelles en sont les modalités ? Nous l’avons dit, c’est durant cette même période que nous observons une disparition des termes construits à l’aide du suffixe -ιδ, tandis que s’imposent et se développent des termes construits à l’aide du préfixe ἐκ-, évolution dont le terme ἐξάδελφος est le meilleur exemple.

  • 49 Le terme est rarement attesté ; voir les références données par Wyse 1967, 567 et notamment Polybe (...)

87L’apparition, semble-t-il à l’époque hellénistique, du terme ἐξἀνεψιός, pour désigner les cousins au deuxième degré, peut être considérée comme la première manifestation de ces évolutions dans la construction et dans l’emploi des termes de parenté49. D’autres termes construits à l’aide du suffixe ἐκ- n’ont pas cependant réussi à s’imposer, en particulier l’original et consensuel ἐξαδελφιδοῦς.

88Ces modifications dans la construction des termes s’accompagnent, et c’est ce point qui nous paraît fondamental, d’une réorganisation de la terminologie autour de la position d’Ego. A l’époque classique en effet, la construction des termes de consanguinité peut être essentiellement décrite comme linéaire : la plupart des termes de parenté se construisent en respectant les lignes de descendance et dès lors prennent pour point de référence les ancêtres d’Ego. C’est ainsi par exemple que la ligne du “frère”, est bien différenciée par des termes construits à partir de la racine adelph- et marquant la descendance à l’aide du suffixe-id (άδελφιδοῦς, ἐξαδελφιδοῦς ; cf. schéma 1).

89A l’époque byzantine comme aujourd’hui, les termes de parenté se construisent en distinguant trois générations (génération d’Ego, génération ascendante, génération descendante) et s’organisent autour de la position d’Ego. C’est ainsi que par exemple ἀνεψιός ne désigne plus le “fils du germain d’un parent” (“cousin”), mais le “fils d’un germain” (“neveu” ; cf. schéma 2).

90Ces changements interviennent apparemment, nous l’avons vu, durant les premiers siècles de notre ère, aux alentours des iie et iiie s. p.C.

  • 50 Sur la chronologie de cette évolution du terme nepos, voir Beekes 1976, 49 sq.
  • 51 Cf. Bullough 1969 ; Goody 1985, 265 sq. ; Anderson 1963.
  • 52 Il est indéniable bien sûr que ces terminologies s’influencent les unes les autres, comme le montre (...)

91Remarquons que c’est également à la même époque, au iie s. p.C. plus précisément, que le terme latin nepos (“petit-enfant”) prend le sens de “neveu”50. Une étude de l’ensemble des variations terminologiques européennes durant cette période sort du cadre de cette recherche51. Une telle étude permettrait cependant d’approfondir notre hypothèse, même s’il n’est pas assuré que ces variations obéissent toutes à la même logique52.

92Quoi qu’il en soit, deux facteurs essentiels et complémentaires sont donc à prendre en compte pour expliquer cette évolution des termes de collatéralité : un changement de point de référence (généralisation d’un point de vue égocentré) et la mise en place d’un système générationnel.

  • 53 Cf. Hage 1999.

93Pouvons-nous aller plus loin dans notre analyse et développer une interprétation sociale des ces transformations ? Il nous faut ici rester prudent, et ne pas oublier de tenir compte des aspects linguistiques et cognitifs53.

  • 54 Voir par exemple Goodenough 1965, 259 ; Wald 1977.
  • 55 Karnoouh 1971.

94La désignation des collatéraux éloignés révèle toujours une part d’incertitude dans les nomenclatures de type eskimo étudiées en Europe54. Ce que nous constatons dans le cas des terminologies grecques, c’est donc la succession de deux modes de construction des termes. A l’époque classique, pour savoir par quel terme désigner un collatéral éloigné (Alter), Ego doit tout d’abord remonter à leur ancêtre commun, puis calculer la distance généalogique séparant cet ancêtre commun d’Alter ; la distance généalogique entre l’ancêtre commun et Ego n’est pas prise en compte. Ainsi, si Alter est le petit-fils de l’ancêtre commun, Ego l’appellera ἀνεψιός, qu’il soit lui-même petit-fils ou arrière-petit-fils de l’ancêtre commun. Le fils d’un ἀνεψιός est un ἀνεψιαδοῦς. Ce mode de construction particulier peut être retrouvé aujourd’hui, en Europe, dans de nombreuses régions. C’est le cas par exemple en Lorraine55, où la terminologie des collatéraux est tout à fait semblable à la terminologie attique d’époque classique (cf. schéma 3).

Schéma 3 : la terminologie lorraine des collatéraux

Schéma 3 : la terminologie lorraine des collatéraux

95A l’époque byzantine, et aujourd’hui, si les deux collatéraux, Ego et Alter, sont de génération différente, les termes utilisés vont être θεος (et ses dérivés) pour la génération supérieure, ἀνιψιός (et ses dérivés) pour la génération inférieure. Si les deux collatéraux sont de même génération, les termes utilisés vont être ξάδερφος et ses dérivés. Ce mode de construction se retrouve lui aussi en Europe aujourd’hui dans d’autres régions ; l’extension actuelle du terme anipsios et de ses dérivés est ainsi comparable à celle de “neveu” dans l’expression “neveu à la mode de Bretagne”.

  • 56 Voir notamment Wald 1977.

96D’autres modes de construction pourraient être exposés, créant autant de sous-types à l’intérieur du type Eskimo56, et nous ne pouvons que constater la très grande variété des contextes sociaux au sein desquels ces sous-types sont observés.

Le vocabulaire de l’alliance

97Notre interprétation peut néanmoins être complétée par la prise en compte de l’évolution des termes d’affinité et des termes génériques.

98Nous avons déjà évoqué certaines transformations du vocabulaire de l’alliance, en particulier en évoquant la disparition de la bifurcation et l’assimilation de certains affins à des consanguins. Revenons sur ce dernier point.

99Le vocabulaire de l’alliance dans les corpus homérique et classique, nous l’avons vu, est caractérisé par une distinction absolue entre consanguins et alliés : un terme de consanguinité ne peut en aucun cas être utilisé pour désigner un allié ; le terme θεῖος par exemple désigne l’“oncle” mais ne peut pas désigner “l’époux de la tante”. Entre l’époque classique et l’époque byzantine, cette distinction disparaît sans doute et le terme θεῖος, pour reprendre le même exemple, peut être dès lors utilisé pour désigner l’“époux de la tante”, comme c’est le cas aujourd’hui. Il faut alors constater que nous observons une évolution similaire dans le cas des termes génériques. Le terme συγγενῆς, qui désigne à l’époque classique un “consanguin”, prend ensuite le terme de “parent” au sens large, c’est-à-dire en englobant les consanguins et les alliés.

  • 57 Voir par exemple Alexiade, 2.3.4 : διὰ τὴν ἐξ ἀγχιστείας συγγένειαν ; Alexiade, 7.3.6 : “Puis il se (...)

100La συγγένεια désigne donc, la parenté dans sa totalité et les expressions ἡ ἐξ αἵματος (i.e. par le sang) συγγένεια, ἡ ἐξ ἀγχιστείας (i.e. par alliance) συγγένεια, ou bien encore ἡ κατ ’επιγαμίαν (i.e. par mariage) συγγένεια, deviennent ainsi d’usage courant dans la littérature byzantine57.

  • 58 Cf. Corbier 1998, 108-109, ainsi que Bettini 2000 ; voir saint Jérôme, Adversus Rufinum, 2.2 : “Il (...)

101A partir de quand cette conception étendue de la συγγένεια s’est-elle imposée ? La nature de nos sources rend particulièrement difficile la datation de ce changement, puisque les textes littéraires tendent à perpétuer les anciens usages, tandis que les occurrences épigraphiques ne permettent pas de déterminer le sens exact des termes génériques. Il est cependant intéressant de constater que la langue latine connaît une évolution semblable, puisque le terme parens, qui désigne à l’origine le père et la mère, voire un ancêtre, a pris le sens plus général de “parent”, tel qu’il est compris actuellement, c’est-à-dire englobant l’ensemble des relations de consanguinité et d’affinité. Cette extension de sens, attestée épigraphiquement dès les premiers siècles de l’Empire, se retrouve pour la première fois dans nos sources littéraires chez Tertullien (iiie s. p.C.)58. Les premiers siècles de notre ère paraissent donc bien caractérisés par d’importantes modifications lexicales et sémantiques au sein des vocabulaires de la parenté grec et latin.

102Cette extension peut sans doute être expliquée comme l’évolution précédente par une réorganisation autour de la position d’Ego. En effet, nous pouvons reformuler ainsi cette extension de sens : le terme συγγενες désigne tout d’abord les consanguins paternels d’Ego et les alliés du père (les maternels), puis, à l’époque byzantine, s’étend aux propres alliés d’Ego. C’est donc à nouveau le changement de point de référence qui semble déterminant.

  • 59 Ces termes de “co-alliance” sont apparemment présents dès le proto-indo-européen, cf. Sergent 1995, (...)
  • 60 Cf. Pitsakis 2000.

103Poursuivons cette analyse des termes d’alliance en remarquant que malgré la simplification du vocabulaire, à toute époque sont attestés des termes désignant “l’allié d’un allié”, ou pour le dire autrement des relations de “co-alliance”, tels que συγκηδεστής à la période classique ou bien encore μπατζανάκης aujourd’hui59. Ces termes, ainsi que l’extension des termes d’alliance (le terme νύμφη par exemple désigne généralement non seulement la bru, mais de manière plus étendue l’épouse d’un consanguin de même génération ou d’une génération inférieure) montrent bien que le mariage n’est pas tant conçu comme une union entre individus que comme une alliance entre familles. De fait, ces relations de “co-alliance” sont reconnues également par les législations de l’Église orthodoxe relatives aux prohibitions matrimoniales, puisque depuis la fin du viie s. p.C., deux frères par exemple ne peuvent pas épouser deux sœurs60.

  • 61 Citons par exemple Binon 1938, 391 : “On tenait à Byzance pour gambros non seulement le mari de la (...)

104Enfin, il convient de remarquer qu’à certaines époques, l’extension des termes d’alliance a pour conséquence une certaine reconnaissance de l’opposition entre “preneurs” de femmes (regroupés dans une seule catégorie : γαμβροί) et “donneurs” (regroupés dans une même catégorie : πενθεροί)61.

Conclusion

105Au terme de cette étude, il nous faut insister à nouveau sur la prudence nécessaire dans l’interprétation des résultats, du fait notamment du manque de données historiques comparatives. Mais un certain nombre de conclusions peuvent être formulées.

106Le vocabulaire grec actuel de la parenté est donc l’aboutissement de transformations incessantes, particulièrement importantes entre les périodes classique et byzantine, mais qui n’empêchent pas la mise en évidence de constantes.

  • 62 Cf. Wald 1977, 29 ; Burling 1970.

107Remarquons tout d’abord que, comme cela a déjà été constaté dans les autres nomenclatures européennes, les termes désignant les parents les plus proches se révèlent remarquablement stables, les variations concernant donc les consanguins éloignés et les alliés (à l’exception des conjoints)62.

108D’Homère jusqu’à nos jours, la caractéristique essentielle des terminologies grecques est assurément la distinction entre ligne et collatéralité. D’un point de vue typologique, si des traits soudanais sont présents jusqu’à la fin de l’époque romaine, c’est bien au type eskimo que se rattachent ces terminologies ; et il est intéressant de constater qu’à aucun moment (si nous suivons l’analyse que H. P. Gates propose du terme homérique κασίγνητος) un terme désignant un ascendant, un descendant ou un germain ne désigne également une relation collatérale, au contraire de ce que nous voyons par exemple dans la terminologie latine avec le terme frater (B et FBS), puis avec le terme nepos (“petit-fils” et “neveu”).

109L’affirmation progressive d’une terminologie par lignes exclusive de tout autre critère structurant s’accompagne donc de la disparition de la prise en compte du sexe du parent intermédiaire (bifurcation) ainsi que du passage à un système générationnel et égocentré.

110Le vocabulaire de l’alliance est souvent très riche dans nos sources et se caractérise par la présence constante de termes de co-affinité, qui mettent en évidence la relation de parenté unissant deux personnes par l’intermédiaire de la famille de leurs conjoints ; certaines extensions terminologiques montrent également que le mariage est conçu comme une union entre familles.

111D’un point de vue chronologique, la période la plus importante dans l’évolution de cette nomenclature est donc assurément celle qui couvre les premiers siècles de notre ère, qui a donné comme nous l’avons vu certaines de ses caractéristiques essentielles au système actuel. Il est à noter que ces transformations ont commencé avant que l’influence chrétienne ne devienne perceptible dans le monde grec et qu’elles apparaissent simultanément dans d’autres langues, en particulier en latin. Il semble donc que cette période soit caractérisée par une réorganisation générale des systèmes de parenté en Europe méditerranéenne, réorganisation dont les transformations connues par la terminologie de parenté sont l’expression la plus visible.

  • 63 Aucune terminologie grecque ne montre de prise en compte du critère de l’âge (distinction aîné/cade (...)

Tableau récapitulatif des critères opératoires dans les terminologies grecques63

Annexes

Annexes

Les abréviations utilisées pour préciser le sens des termes de parenté sont anglo-saxonnes et doivent se lire en partant de la droite : F : père ; M : mère ; S : fils ; D : fille ; B : frère ; Z : sœur; H : mari ; W : femme.

FB est donc le frère du père, MBSSW, l’épouse du fils du fils du frère de la mère.

Annexe 1. Terminologie homérique (liste non exhaustive)64

ὁ μητροπάτωρ : “père de la mère” : MF

ὁ, ἡ τοκεύς : “parent”, “ancêtre proche” : F, M, FF, FM, MM, MF

ὁ πατήρ : “père” : F (sens général d’“ancêtre” possible65)

ὁ μήτηρ : “mère” : M

ὁ υἱός : “fils” : S66

ἡ θυγάτηρ : “fille” : D

ὁ υἱωνός : “petit-fils par le fils” : SS

ὁ ἀδελφεός : “frère” : B (FS, MS)

ὁ μήτρως :· “frère de la mère” : MB

ὁ πατροκασίγνητος : “oncle paternel” : FB

ὁ κασίγνητος (ou αὐτοκασίγνητος) : “frère”, “cousin parallèle patrilatéral” : B, FBS

ἡ κασιγνήτη (ou αὐτοκασιγνήτη) : “sœur” : Z

ὁ ἀνεψιός : “cousin” : FBS (+FZS, MBS, MZS ?)67

ἡ γυνή ; “épouse” :W

ἡ ἄκοιτις : “épouse” : W

ἡ παράκουτις :. “épouse” : W

ἡ ἄλοχος : “épouse” : W

ἡ δάμαρ : “épouse” : W

ἡ ὄαρ : “épouse” : W

ἀνήρ : “mari” : H

πόσις : “mari” : H

ἀκοίτης : “mari” : H

παρακοίτης : “mari” : H

ὁ πενθερός : “père de l’épouse” : WF

ὁ ἑκυρός : “père de l’époux” : HF

ἡ ἑκυρά : “mère de l’époux” : HM

ἡ δαήρ : “frère de l’époux” : HB

ἡ γάλως : “sœurde l’époux” : HZ

ὁ γαμβρός : “époux de la soeur, époux de la fille” : ZH, DH

ἡ νυός : “épouse du fils, épouse du frère ?” : SW, BW ?

ἡ εἰνάτηρ : “épouse du frère de l’époux” : HBW

ἡ μητρυιά : “marâtre” : FW

Annexe 2. Le vocabulaire de la parenté attique a l’époque classique68

ὁ πρόππαπος : “bisaïeul” : FFF, FMF, MFF, MMF

ὁ πάππος : “grand-père” : FF, MF

ἡ τήθη : “grand-mère” : FM, MM

ὁ πατήρ : “père” : F

ἡ μήτηρ : “mère” : M

ὁ θεῖος : “oncle” : FB, MB

ἡ τηθίς : “tante” : FZ, MZ

ὁ ἀδελφός : “frère” : B (FS, MS)

ἡ ἀδελφή : “soeur” : Z (MD, FD)

ὁ ἀνεψιός : “cousin” : FBS, FZS, MBS, MZS + FFBS...

ἡ ἀνεψιά : “cousine” : FBD, FZD, MBD, MZD

ὁ ἀνεψιαδοῦς : “fils de cousin, cousin au deuxième degré69” : FBSS, FZSS, MBSS, MZSS, FBDS, FZDS, MBDS, MZDS + FFBSS...

ἡ ἀνεψιαδῆ : “fille de cousin, cousine au deuxième degré” : FBSD, FZSD, MBSD, MZSD, FBDD, FZDD, MBDD, MZDD

ὁ υἱός : “fils” : S

ἡ θυγάτηρ : “fille” : D

ὁ υἱδοῦς : “petit-fils par le fils” : SS

ὁ θυγατριδοῦϛ : “petit-fils par la fille” : DS

ἡ θυγατριδῆ : “petite-fille par la fille” : DD

ὁ ἀδελφιδοῦς : “neveu” : BS, ZS

ἡ γυνή : “épouse” : W (syn. ἡ νύμφη, ἡ γαμετή)

ὁ ἀνήρ : “mari” : Η

ἡ πενθερά : “belle-mère” : WM

ὁ κηδεστής : “allié” : WF, WB, DH, ZH (+ MH, WZH)

ὁ συγκηδεστής : “allié d’un allié”, en l’occurrence “époux de la sœurde l’épouse” : WZH

ἡ μητρυιά : “marâtre” : FW

ὁ μητρυἱός : “parâtre” : MH

ὁ, ἡ προγονός : “fils ou fille du conjoint, d’un autre lit” : WCh, HCh

Annexe 3. La nomenclature byzantine (xe-xiie siècles)

Les termes les plus souvent attestés sont les suivants :

ὁ πρόπαππος : “bisaïeul” : FFF, FMF, MMF, MFF

ἡ προμάμμη : “bisaïeule” : FFM, FMM, MMM, MFM

ὁ πάππος : “grand-père” : FF, MF

ἡ μάμμη : “grand-mère” : FM, MM

ὁ πατήρ : “père” : F

ἡ μήτηρ : “mère” : M

ὁ υἱός : “fils” : S

ἡ θυγάτηρ : “tille” : D

ὁ ἔγγονος : “petit-fils” : SS, DS

ὁ ἐγγόνη : “petite-fille” : SD, DD

ὁ προέγγονος : “arrière-petit-fils” : SSS, DSS, SDS, DDS

ἡ προεγγόνη : "arrière-petite-fille” : SSD, DSD, SDD, DDD

ὁ θεῖος : “oncle” : FB, MB, FZH ?, MZH ?

ἡ θεία : “tante” : FZ, MZ, FBW ?, MBW ?

ὁ θεῖος μέγας : “grand-oncle, frère des grands-parents” : FFB, FMB, MFB, MMB (+époux des grandes-tantes ?)

ἡ θεία μεγάλη : “grande-tante, sœur des grands-parents” : FFZ, FMZ, MMZ, MFZ (+épouse des grands-oncles ?)

ὁ θεῖος μικρός : “cousin des parents, oncle à la mode de Bretagne” : FFBS, FFZS, FMBS, FMZS, MMBS, MMZS, MFBS, MFZS (+affins ?)

ἡ θεία μικρά : “cousine des parents, tante à la mode de Bretagne” : FFBD, FFZD, FMBD, FMZD, MMBD, MMZD, MFBD, MFZD (+affins ?)

ὁ ἀνεψιός : “neveu” : BS, ZS

ἡ ἀνεψιά : “nièce” : BD, ZD

ὁ ἐξἀνεψιός, ὁ δισἀνεψιός : “fils de neveu (ou de nièce), petit-neveu” : BSS, ZSS, BDS, ZDS

ἡ ἐξανεψία, ἡ δισανεψιά : “fille de neveu (ou de nièce), petite-nièce” : BSD, ZSD, BDD, ZDD

ὁ τρισἀνεψιός : “arrière petit-neveu” : BSDS, ZSDS, BDDS, ZDDS

ἡ τρισανεψιά : “arrière petite-nièce” : BSDD, ZSDD, BDDD, ZDDD

ὁ ἀδελφός : “frère” : B, FS, MS

ἡ ἀδελφή : “soeur” : Z, FD, MD

ὁ ἐξάδελφος : “cousin germain” : FBS, FZS, MBS, MZS

ἡ ἐξαδέλφη : “cousine germaine” : FBD, FZD, MBD, MZD

ὁ δισεξάδελφος : “cousin issu de germains” : FFBSS, FFZSS, FMBSS, FMZSS, MMBSS, MMZSS, MFBSS, MFZSS, FFBDS, FFZDS, FMBDS, FMZDS, MMBDS, MMZDS, MFBDS, MFZDS

ἡ δισεξαδέλφη : “cousine issue de germains” : FFBSD, FFZSD, FMBSD, FMZSD, MMBSD, MMZSD, MFBSD, MFZSD, FFBDD, FFZDD, FMBDD, FMZDD, MMBDD, MMZDD, MFBDD, MFZDD

ὁ τριτεξάδελφος : cousin au 8e degré romain

ἡ τριτεξαδέλφη : cousine au 8e degré romain

ὁ ἐξἀνεψιός, ὁ μικρός ἀνεψιός : “fils de cousin germain, neveu à la mode de Bretagne” : FBSS, FBDS, FZS S, FZDS, MBSS, MBDS, MZSS, MZDS

ἡ ἐξανεψιά, ἡ μιρκά ἀνεψιά : “fille de cousin germain, nièce à la mode de Bretagne” : FBSD, FBDD, FZSD, FZDD, MBSD, MBDD, MZSD, MZDD

ὁ πενθερός : “beau-père” : WF ; le terme peut désigner également WFF et WMF ; le même terme s’applique au “père de l’époux” (HF)

ἡ πενθερά : “belle-mère” : WM ; le terme peut désigner également WMM et WFM ou bien encore WMMM, WMFM, WFFM et WFMM ; le même terme s’applique à la “mère de l’épouse”.

ὁ γαμβρός : “gendre” : DH ; le terme peut désigner de manière générale l’époux d’une consanguine.

ἡ νύμφη : “bru” : SW ; le terme peut désigner de manière générale l’épouse d’un consanguin, par exemple l’épouse d’un frère ou l’épouse d’un petit-fils,

ὁ πατρυἱός : “parâtre” : MH

ἡ μητρυιά : “marâtre”, “seconde épouse du père”, et “seconde épouse du grand-père, du bisaïeul” : FW, FFW, MFW, FFFW, MFFW...

ὁ ἀνδράδελφος : “frère de l’époux” : HB

ἡ ἀνδραδέλφη : “sœur de l’époux” : HZ

ὁ γυναικάδελφος : “frère de l’épouse” : WB

ἡ γυναικαδέλφη : “sœur de l’épouse” : WZ

ὁ σύγγαμβρος : désigne l’allié d’un allié, un homme qui a épousé une femme de la même famille que l’épouse d’Ego ; désigne en particulier l’époux de la sœur de l’épouse : WZH

οἱ συμπένθεροι : co-beaux-parents, par exemple les pères des deux conjoints.

Annexe 4. Nomenclature contemporaine

Nous reprenons ici la liste des termes donnée par J. Andrómedas (1957), avec quelques modifications70.

πατέρας, μπαμπάς : “père” : F

μητέρα, μαμά, μάνα : “mère” : Μ

γονείς : “parents” : F, Μ

αδερφός : “frère” : B

αδερφή : “sœur” : Z

αδέρφια : “germains” ; B, Z

γιός : “fils” : S

θυγατέρα, κόρη : “fille” : D

παιδί : “enfant” : S, D

παππούς : “grand-père” : FF, MF

γιαγιά : “grand-mère” : FM, MM

προπαππούς : “arrière-grand-père” : FFF, FMF, MFF, MMF

προγιαγιά : “arrière-grand-mère” : FFM, FMM, MFM, MMM

εγγονός : “petit-fils” : SS, DS

εγγονή : “petite-fille” : SD, DD

θείος (et dérivés) : “oncle, époux de la tante” : FB, MB, FZH, MZH, FFB, FMB, MFB, MMB, FFZH...

μπάρμπας (et dérivés) : “oncle, époux de la tante” (terme familier) : FB, MB, FZH, MZH, FFB, FMB, MFB, MMB, FFZH...

θεία (et dérivés) : “tante, épouse de l’oncle” : FZ, MZ, FBW, MBW, FFZ, FMZ, MFZ, MMZ, FFBW...

ἀνιψιός (et dérivés) : “neveu, époux de la nièce, fils de cousin” : BS, ZS, BDH, ZDH, FBSS, FBDS, FZSS, FZDS, MBSS, MBDS, MZSS, MZDS...

ανιψιά (et dérivés) : “nièce, épouse du neveu, fille de cousin” : BD, ZD, BSW, ZSW, FBSD, FBDD, FZSD, FZDD, MBSD, MBDD, MZSD, MZDD...

εξάδελφος, ξάδερφος : “cousin germain” : FBS, FZS, MBS, MZS

εξαδέλφη, ξαδέρφη : “cousine germaine” : FBD, FZD, MBD, MZD

πρωτοξάδελφος : “cousin issu de germains” : FFBSS, FFZSS, FMBSS, FMZSS, MMBSS, MMZSS, MFBSS, MFZSS, FFBDS, FFZDS, FMBDS, FMZDS, MMBDS, MMZDS, MFBDS, MFZDS

πρωτοξαδέλφη : “cousine issue de germains” : FFBSD, FFZSD, FMBSD, FMZSD, MMBSD, MMZSD, MFBSD, MFZSD, FFBDD, FFZDD, FMB DD, FMZDD, MMB DD, MMZDD, MFB DD, MFZDD

συμπέθερος : “co-beaux-pères” : (ms)SWF, (ms)DHF

συμπεθέρα : “co-belles-mères” : (ws)SWM, (ws)DHM

πεθερός : “père du conjoint” : HF, WF

πεθερά : “mère du conjoint” : HM, WM

κουνιάδος : “conjoint d’un germain ou germain du conjoint” : HB, WB, ZH

κουνιάδα : “conjoint d’un germain ou germain du conjoint” : HZ, WZ, BW

νύφη : “épouse du fils, épouse du frère”, sens qui peut être étendu à celui d’“alliée”, de “jeune épouse d’un consanguin” : SW, BW

γαμβρός : “mari de la sœur, mari de la fille” : ZH, DH

γυναίκα : “épouse” : W

άνδρας : “mari” : H

σύζυγος : “conjoint” : H, W

μπατζανάκης : “époux de la sœur de l’épouse” : WZH

συννυφάδα : “épouse du frère de l’époux” : HBW

Notes

1 Cf. Godelier et al. 1998 et Jamard 2000. Voir également Hage 1999.

2 Nous donnons plusieurs références dans la suite de notre texte. Voir en particulier la synthèse récente de Sergent 1995.

3 Cf. Dyen & Aberle 1974.

4 Soit une durée comparable à celle du vocabulaire chinois, dont l’étude a été récemment présentée par M.V. Kryukov 1998.

5 L’étude que nous présentons ici reprend en partie des analyses développées dans notre thèse, soutenue à Bordeaux en décembre 2000, et intitulée : “Le mariage dans un degré rapproché”. Anthropologie historique du mariage athénien des demi-germains à l'époque classique. Nous avons déjà eu l’occasion de présenter les grandes lignes de l’évolution des terminologies grecques lors d’un colloque intitulé “Ruptures et continuité dans la langue grecque moderne”, organisé à Athènes les 5-6 novembre 2001 par l’Université Paul Valéry-Montpellier III et l’École française d’Athènes (à paraître).

6 L’édition des fragments du Peri suggenikôn onomatôn d’Aristophane de Byzance par W. J. Slater (1986) est désormais la référence majeure pour l’étude des données lexicographiques antiques et byzantines. On y trouvera, p. xix sq., les principales références bibliographiques.

7 Le principe de bifurcation distingue les parents d’Ego selon qu’ils lui sont apparentés par l’intermédiaire d’une personne de sexe masculin ou féminin. Par exemple, le frère du père et le frère de la mère sont désignés par des termes différents.

8 Le principe de polarité désigne le fait qu’un terme de référence spécifique est utilisé par Ego pour désigner Alter, le terme n’étant pas réciproque.

9 Voir Kroeber 1909, Lowie 1928 et 1929 et Murdock, 1972, 109 sq.

10 Nous n’avons pas pris en compte par contre, dans ce travail, les termes attestés dans les textes en linéaire B, car la liste est trop incomplète et le sens trop hypothétique.

11 Cf. Gates 1971, 14-16 et p. 22.

12 Ibid., 15-16.

13 Cf. par exemple Gernet 1983, 153-172 ; Friedrich 1966 ; Benveniste 1969,1, 207-208 ; Avezzù 1991, 28. Ces interprétations ont été contestées par Goody 1959 ; voir la synthèse de Gates 1971, 23 sq. et plus récemment, Sergent 1995, 193 sq., notamment p. 196.

14 Cf. Gessat-Anstett 2000, 624 sq. ; voir les remarques de Hage 1999, 433.

15 Cf. Murdock 1972, 109 : “Un terme élémentaire est un mot tel que ‘père’ ou ‘neveu’, qui ne peut être décomposé en éléments lexicaux dotés d’une signification relative à la parenté. Un terme dérivé (‘grand-père’, ‘belle- sœur’ ou ‘beau-fils’) est construit à partir d’un terme élémentaire et d’un autre élément lexical qui n’a pas à l’origine de signification de parenté. Un terme descriptif associe, comme le substantif suédois farbror (‘frère du père’), deux ou plusieurs termes élémentaires pour désigner un parent particulier”. Voir également Vartigian 1978, 148.

16 Cf. Vartigian 1978, 110.

17 Voir notre remarque bibliographique, Annexe 4.

18 Ces termes sont également souvent cités par les lexicographes. Concernant les sources épigraphiques, voir par exemple les occurrences suivantes du terme patrôs : ΜΑΜΑ, VII, 269 ; ΜΑΜΑ, X, no 244, no 308(iie s. p.C.), no 323, no 512 ; IGRR, IV, 621 ; ΤΑΜ, V, 152, 293, 295, 432-4,473a, 477, 483a, 548, 625, 680 sq„ 704, 706 sq., 714, 743, 786 ; Varinlioğlu 1990, no 31 ; Malay 1994 no 548(iie s. p.C.) ; Petzl 1978, 746 ; Herrmann & Polatkan 1969, 53-54. Exemples d’occurrences du terme matrôs : MAMA, VII, 158 ; MAMA, X, 89 (ive s. p.C.) ; 221(iiie s. p.C.) ; 240 ; Herrmann & Polatkan 1969, 53-54 ; Petzl 1990, no 12 et no 15 ; Malay 1994, no 320 et 548. Des formes féminines, patreia, patra, piatra, sont également attestées, avec le double sens possible de “sœur du père” et “épouse du frère du père” (cf. Wilgaux 2000b, 58).

19 Inscriptions grecques recueillies en Asie Mineure, Académie royale de Belgique, Mémoires publiés par l’Académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Belgique, t. XXX, 1859, p. 33, no XI.

20 Inscriptiones Bureschianae, 16, no 20.

21 Robert 1948, 91 sq., no 35.

22 Cf. Hage 1999, 425.

23 Patradelphos : Dem., Leoch., 13 ; Dem., Macan., 36, 37, 42 et 43 ; Is. 4.23.26 ; Pi., I., 8.66 ; Michel, 995C44... Mêtradelphos : Pi., P., 8.36.

24 Les références pour patradelphos sont d’autant plus nombreuses que le terme est employé dans la Septante. Le terme se trouve par ailleurs attesté dans les papyri égyptiens pendant toute la période romaine. Mêtradelphos : Plut., Parall, min., 316b ; Zonar., Epitome Hist., 1.145.27...

25 Voir par exemple saint Basile, De vita et miraculis sanctae Theclae, 2.2.1 : θεῖος δὲ ἦν οὗτος αῦτῷ καὶ πατράδελφος (“celui-ci était son oncle, le frère de son père”).

26 Le vocabulaire employé par Hérodote, originaire d’Asie mineure (Halicarnasse), permet de nous rendre compte des variations qui pouvaient exister au sein même du dialecte ionien : mètropatôr désigne le “grand-père maternel” (MF), mètrôs l’“oncle maternel” (MB) et patrôs l’“oncle paternel” (FB). Ajoutons que selon certaines sources, les termes patrôs et mètrôs auraient respectivement le double sens de “frère du père, père du père”, “frère de la mère, père de la mère”.

27 Usages qui nous échappent malheureusement, faute de sources.

28 Cf. Humphreys 1978, 206.

29 19 termes élémentaires à l’époque classique, 20 à l’époque byzantine, 24 aujourd’hui, à comparer aux 16 termes élémentaires de l’actuel vocabulaire français de la parenté.

30 Nous revenons plus loin sur cette évolution.

31 Cf. Jannoray 1946, 255-256.

32 L’évolution depuis le vocabulaire proto-indo-européen est décrite par Gates 1971, 2 et 37.

33 Sur le vocabulaire pindarique, voir Longo 1991.

34 Sur huiônos, -è (SS, SD), voir Vartigian 1978, 43.

35 Cf. Gates 1971, 19-22.

36 Cf. Szemerényi 1977, 61-62, ainsi que Gates 1971, 22.

37 Cf. Alinei 1983.

38 Voir les remarques de Hage 1999, 434.

39 Voir par exemple Bousquet 1963, 255-256 ; Jannoray 1946, 255-256. Les Theologumena arithmeticae (éd. De Falco 1922, 66, 10) proposent la suite de termes suivante : patros, huiou, eggonou, mais malheureusement leur datation est incertaine (entre le ier s. et le ive s. p.C.).

40 Voir plus particulièrement Robert 1948, 94-98 (inscription datée de 47-48 p.C.) ; Malay 1994, no 179 ; Laminger-Pascher 1984, no 43 et no 59 ; différentes formes sont attestées, notamment kanbeion, kambion, kambein, kombion et kombos.

41 Cf. Gates 1971.36.

42 Voir par exemple Szemerényi 1977, 156.

43 Cf. également Etymologicum Gudianum, s.v. ἀνεψιός · ἀνεψιὸς ὁ νῦν καλούμενος ἐξάδελφος.

44 “... son cousin (anepsion.) Antiochos, car c’est ainsi que les anciens appelaient les exadelphoi” (il s’agit d’Antiochos V, cousin de Démétrios Ier)

45 Les usages byzantins mélangent ainsi les emplois “classiques” avec les usages contemporains, incontestablement populaires. Ainsi, dans l’Alexiade d’Anne Comnène (début du xiie s,), anepsios est certes employé dans le sens de “neveu”, exadelphos dans le sens de “cousin”, mais adelphidous apparaît également dans le texte (dans le sens de “neveu”) et le terme anepsiadês reste obscur, pouvant avoir le sens de “cousin” ( ?) ou de “neveu” (cf. 11.3.2).

46 Exadelphidè : Dain. Inscrip. Louvre, 56.4 (Milet, IIe s. p.C.) : les deux termes adelphidè et exadelphidè se retrouvent dans cette inscription, curieusement traduits “soeur” et “cousine” par Dain. La traduction correcte est donnée par le LSJ, Supplt., s.v. exadelphidè : “great-niece”. Exadelphidous : Bousquet 1963, 203. Adelphidous : voir par exemple Petzl 1990, no 17(1er s. p.C.) ; Varinlioglu 1990, no 38(IIe s. p.C.) et no 45(IIe s. p.C.) ; IGRR, IV, 621, 16 (IIIe s. p.C.) ; Malay 1994. no 376 et 521. F. Cumont, “Les fouilles de Sâlihîyeh sur l’Euphrate”, Syria, 4. 1923, p. 49 : des peintures sont accompagnées d’inscriptions donnant le nom des personnes représentées : “Nous apprenons ainsi qu’Ilasamsos a peint Apollophane, fils d’Athénodore, fils de Zénodote et son cousin germain (exadelphon) Zénodote, l’enfant près de lui”. Comme nous le voyons, rien ne permet d’affirmer que le terme désigne bien un “cousin”, le sens de “neveu” est tout aussi probable, sinon plus.

47 Le sens de “cousin” est probable dans les inscriptions suivantes : ΤΑΜ, II, 224 ; CIG, 3891 ; MAMA, VII, 150, 421, 446 ; MAMA, VIII, 101 (Laminger-Pascher 1992, no 355), 271 ; MAMA, X, 221 : toutes ces inscriptions sont d’époque romaine, certaines sont chrétiennes. Les inscriptions sont cependant souvent difficiles à interpréter, comme le montre l’exemple suivant : Haussoullier 1923, 534, note 3, traduit le terme exadelphos par “cousin” et renvoie à

48 ἐξάδελφος· ἀποδιοπομπητέον, ἀνεψιὸς δε ῥητέον. L’usage est donc considéré comme impropre.

49 Le terme est rarement attesté ; voir les références données par Wyse 1967, 567 et notamment Polybe (6.11a4) où le terme désigne clairement les sobrini romains. Le terme est également attesté à l’époque byzantine dans le sens de “fils de neveu”, voire de “fils de cousin” ; pour ce dernier sens, cf. Fontes Minores X, 1998 (Das Prochiron Stephani, Prochiron Auctum), p. 444 : ὁ πρῶτος μου ἐξάδελφος τετάρτου μού ἐστι βαθμοῦ. Ὁ δὲ υἱὸς τοῦ πρώτου μου ἐξαδέλφου ἤγουν ὁ μικρός μου ἀνεψιός, ὁ καὶ παρα τινων ἐξανεψιὸς λεγόμενος, πέμπτου βαθμοῦ ἐστι πρὸς ἑμὲ · πέντε γὰρ γεννήσεις εὑρίσκονται.

50 Sur la chronologie de cette évolution du terme nepos, voir Beekes 1976, 49 sq.

51 Cf. Bullough 1969 ; Goody 1985, 265 sq. ; Anderson 1963.

52 Il est indéniable bien sûr que ces terminologies s’influencent les unes les autres, comme le montre la circulation des termes de parenté d’une langue à l’autre. L’influence exercée par la nomenclature romaine, par l’intermédiaire notamment de la littérature juridique, sur les pratiques grecques est incontestable, mais ne peut expliquer à elle seule ces transformations.

53 Cf. Hage 1999.

54 Voir par exemple Goodenough 1965, 259 ; Wald 1977.

55 Karnoouh 1971.

56 Voir notamment Wald 1977.

57 Voir par exemple Alexiade, 2.3.4 : διὰ τὴν ἐξ ἀγχιστείας συγγένειαν ; Alexiade, 7.3.6 : “Puis il se posta au centre des lignes, là où se trouvaient groupés ses parents et alliés (των έξ αϊματος καὶ ἀγχιστείας προσηκόντων αὐτῷ συγγενῶν).” Les relations d’alliance sont donc bien englobées dans les relations de syngeneia.

58 Cf. Corbier 1998, 108-109, ainsi que Bettini 2000 ; voir saint Jérôme, Adversus Rufinum, 2.2 : “Il est ridicule que celui-ci se vante d’être revenu chez ses parents après trente ans, lui qui n’a ni père ni mère... à moins que par parents (parentes), il n’entende cognati (parents consanguins) et affines (parents par alliance), selon la langue vulgaire et militaire.”

59 Ces termes de “co-alliance” sont apparemment présents dès le proto-indo-européen, cf. Sergent 1995, 195-196.

60 Cf. Pitsakis 2000.

61 Citons par exemple Binon 1938, 391 : “On tenait à Byzance pour gambros non seulement le mari de la sœur ou de la fille - cette acception est la plus courante-, mais tout étranger épousant une proche parente, petite-fille, nièce ou petite-nièce, cousine ou petite-cousine.” Voir également Pollux 3.31 : “Les gambroi sont les membres de la maison du mari, ainsi le père et la mère, et tous les autres membres de la famille du mari, suivant le même principe ; les pentheroi au contraire sont les proches de la mariée, même si les poètes ont confondu les termes, inversant leur usage. Et Sappho appelle gambros le mari lui-même.”

62 Cf. Wald 1977, 29 ; Burling 1970.

63 Aucune terminologie grecque ne montre de prise en compte du critère de l’âge (distinction aîné/cadet), ni d’équivalences terminologiques laissant supposer l’existence de mariages prescriptifs. En ce qui concerne la génération, à toutes époques, celle-ci est toujours respectée pour les parents linéaires, mais ne l’est pas dans la dénomination des collatéraux, relations pour lesquelles apparaissent des équivalences obliques.

64 Cf. Gates 1971.

65 Cf. Gates 1971, 5-7.

66 Autres termes possibles dans le sens d’“enfant” : kouros, pais, tekos, teknon.

67 Cf. Gates 1971, 22.

68 Voir Thompson 1970 et 1971, Vartigian 1978 ; nous avons procédé à quelques modifications en fonction de nos propres recherches, et nous n’avons pas tenu compte des termes utilisés par les Tragiques. W. E. Thompson a pris en compte dans son étude les écrits de Thucydide, de Xénophon, de Platon et des orateurs attiques. H. Vartigian a inventorié les termes de parenté utilisés par les auteurs suivants : Eschyle, Sophocle, Euripide, Aristophane, Thucydide, et les orateurs Antiphon, Lysias, Andocide, Isée et Démosthène. Dans une première partie, H. Vartigian a également fait l’inventaire des termes définis par les lexicographes. Sur le vocabulaire de parenté de Platon, voir Avezzù 1983-1984.

69 Système commun de comput.

70 Voir également Toundassaki 1995, 155-157 ; Les termes de parenté, en particulier les termes d'alliance, ont également été étudiés par M. Xanthakou, communication lors d'un séminaire du Laboratoire d’Anthropologie Sociale (Collège de France, Paris), avril 2000. Nous n’avons pas tenu compte de certaines variations régionales, en particulier des termes attestés au sein des communautés arvanites. Les travaux d’E. Alexakis sont de ce point de vue un complément précieux à cette étude, voir notamment Alexakis 1975 ; 1980 ; 1983, 235 sq. ; 1996, 170 sq.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9440/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Schéma 3 : la terminologie lorraine des collatéraux
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9440/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tableau récapitulatif des critères opératoires dans les terminologies grecques63
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9440/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search