Version classiqueVersion mobile

Parenté et société dans le monde grec

 | 
Alain Bresson
, 
Marie-Paule Masson-Vincourt
, 
Stavros Perentidis
, 
et al.

Deuxième partie. L’univers de l’Antiquité

Parenté et alliance dans le monde Romain (iie siècle a.C. -vie siècle p.C.)

Mireille Corbier

Texte intégral

  • 1 L’étude la plus récente (Bussi 2002) fournit aussi (p. 9) l’essentiel de la bibliographie.
  • 2 Corbier 2004.
  • 3 Aux contraintes liées à la prohibition de la bigamie ou à l’interdiction du mariage entre parents e (...)
  • 4 Voir, notamment, Balland 1981, 151-154 et 253. A propos des Arruntii de Xanthos, l’auteur envisage (...)
  • 5 Le stemma a été dressé depuis longtemps et repris par Jameson 1966 ; pour une étude récente du maus (...)

1La domination du monde méditerranéen a mis les élites romaines en contact avec d’autres usages familiaux que les juristes, issus de ces élites, n’ignorent donc pas. Et, inversement, des individus et des familles relevant d’autres cultures ont été intégrés dans ces mêmes élites romaines. Avec des extensions spatiales diverses - des périodes d’expansion puis de rétraction-, le monde romain a connu une histoire de plus de dix siècles et, si j’ai indiqué une période longue, c’est pour marquer nettement mon refus de généralisations qui aplatissent la chronologie, écrasent l’espace et mettent entre parenthèses les hiérarchies sociales. À partir de Rome et de l’Italie, le corps des citoyens romains n’a cessé de s’étendre jusqu’à s’identifier en 212 p.C. avec la totalité des hommes (et des femmes) libres de l’empire. Tant qu’il a existé des pérégrins, c’est-à-dire des hommes libres non-citoyens romains, des pratiques familiales autres que celles des Romains ont coexisté avec les leurs : ainsi celles du mariage entre frère et sœur, nés de même père et de même mère, pratiqué sous l’Empire par les Hellènes d’Égypte désireux de transmettre leur statut privilégié à leurs enfants, mais interdit en Égypte même aux citoyens romains1. Obtenir la citoyenneté romaine c’était au contraire, du moins en principe, se plier aux contraintes d’un nouveau droit. Rien n’interdisait aux provinciaux de conserver, s’ils le souhaitaient, des pratiques préférentielles si celles-ci n’étaient pas prohibées, d’autant plus que le droit romain à cette date autorisait tout ou presque, et avait réduit le champ de l’inceste au strict minimum. De fait, Apulée témoigne de la pratique du remariage de la veuve avec le frère de son mari (dans laquelle nous reconnaissons le lévirat) dans la Tripolitaine du iie siècle de notre ère par des familles appartenant désormais à l’élite romaine mais restées imprégnées de culture punique ; des remariages de ce type n’avaient alors rien d’illicite : on en repère d’ailleurs deux cas à Rome dans l’aristocratie2. Quant aux pratiques familiales qui n’étaient pas admises par le droit romain, leur perpétuation dépendait du degré de tolérance du pouvoir à leur égard, j’y reviendrai : de Domitien à Justinien les empereurs prennent des édits par lesquels ils “amnistient”, si je peux dire, les pratiques familiales déviantes de certains, tout en invitant leurs sujets à respecter les règles à l’avenir3. En raison des témoignages assurés d’unions entre proches chez les notables lyciens4, les mariages entre cousins germains et cousins issus de germains dont témoignent les inscriptions du mausolée de Licinnia Flauilla à Oinoanda est généralement interprété comme le reflet de traditions matrimoniales locales5.

2Mon propos est donc de dégager le noyau dur de règles et de pratiques qui, dans le domaine du mariage, de la filiation, de la transmission (du nom, des statuts et des biens), dans le domaine aussi des droits et des obligations liés à la parenté, fondaient aux yeux mêmes des Romains leur identité. Entre le iie siècle a.C. et le début du iiie siècle p.C. des sources très diverses s‘offrent à l’observation et permettent d’esquisser ce que pouvait être alors le “système” romain de la parenté et de l’alliance. Il n’en est pas de même en amont du iie siècle a.C. ; les reconstitutions du système de parenté et d’alliance des origines, proposées par certains auteurs sur la base du vocabulaire romain de la parenté, d’usages sociaux tels que celui du baiser sur la bouche donné par les femmes à leurs proches parents (et alliés), de l’interprétation de rares allusions éparses dans la littérature postérieure (Tacite, Plutarque) restent très aléatoires. À l’autre extrémité de la période, et surtout à partir de la fin du ive siècle, la prédominance, parmi nos sources, des écrits des pères de l’Église (qui ont fait l’objet d’une transmission privilégiée jusqu’à nous) a encouragé les historiens à se placer sur le sujet dans la perspective d’une période de transition au lieu d’étudier l’époque pour elle-même.

  • 6 Voir la contribution de Carlos Lévy.

3Même pour la période centrale, du iie siècle a.C. au iiie siècle p.C., le “système” romain de la parenté et de l’alliance n’a fait l’objet, on s’en doute, d’aucune description de la part des contemporains. Les juristes romains s’intéressent au mariage, à la filiation - qu’elle soit “naturelle” (naturalis) ou adoptive-, aux relations de parenté qui en dérivent, en raison principalement de leurs effets : sur le droit à la succession, sur l’exercice de la tutelle des mineurs, etc. Ils sont ainsi conduits à étudier les cas d’empêchement qui priveraient une union de son caractère de mariage légitime. Si nous nous mettons en quête d’une réflexion des contemporains sur ce système, ce n’est pas vers les juristes qu’il faut nous tourner mais vers quelques auteurs tentés par ce qui relèverait pour nous d’une approche anthropologique. Deux d’entre eux méritent une mention spéciale : à trois cents ans d’intervalle, Plutarque et Augustin ont fait œuvre le premier d’ethnologue et de comparatiste avec ses Questions romaines, qui accordent une large place au thème de la parenté, le second de théoricien. Ce dernier a esquissé dans la Cité de Dieu une théorie de l’alliance (et du renouvellement de celle-ci par bouclage consanguin) qui anticipe celle de Cl. Lévi-Strauss. Par ailleurs ces mêmes auteurs et d’autres - ainsi Musonius Rufus - ont élaboré une philosophie du mariage, ce qui est une autre question, abordée ici même par une autre communication6. Plutarque et Augustin s’inspiraient de modèles, des mêmes parfois ; ainsi ils ont puisé l’un et l’autre dans Varron, dont les écrits sur le sujet sont perdus. Plutarque avait lu Polybe, observateur des mœurs romaines deux siècles et demi avant lui. L’intérêt pour les faits de parenté manifesté par la plupart des auteurs anciens prouve l’importance que la société reconnaissait alors à ces liens. Il se traduit d’abord par l’usage du vocabulaire de la parenté qui, en latin, je le rappelle, assigne un nom spécifique (distinguant chez une partie des collatéraux les paternels des maternels) à tous les consanguins d’“ego” dans les limites du sixième degré de parenté romain (jusqu’aux sobrini, les cousins issus de germains, donc) ainsi qu’aux alliés proches, en ligne ascendante et descendante. Issus pour la plupart des élites, les auteurs - tous masculins - s’expriment volontiers au passage sur les pratiques matrimoniales et sur les obligations liées à la parenté. Pour mener une recherche sur la parenté romaine les sources épigraphiques, combinées aux sources littéraires lorsqu’il y en a, offrent la possibilité d’étudier des pratiques réelles mais aussi des représentations. Depuis longtemps, les épigraphistes du monde romain ont reconstitué des généalogies familiales : des filiations naturelles ou adoptives, des alliances, pour reconstruire des arbres généalogiques - des stemmata - centrés le plus souvent sur un nom. Leur démarche était surtout - et reste encore - celle de prosopographes, qui exploitent le document pour les relations familiales “objectives” qu'il leur permet d'atteindre. Ils mettent entre parenthèses l’“ego” qui se situait au centre du document. Or, l'intérêt de la source épigraphique, souvent une épitaphe mais pas toujours (cela peut être une inscription honorifique), est de présenter les relations familiales du point de vue d’un “ego” qui peut être soit le dédicant, soit le dédicataire (le défunt jouant les deux rôles lorsqu'il a rédigé l'épitaphe de son vivant). En ce sens, l'épigraphiste se retrouve placé par sa documentation même dans la situation de l'anthropologue qui organise lui aussi autour d'un “ego” les relations de parenté qu’il a réussi à reconstituer par l'enquête auprès des sujets interrogés.

La définition du mariage

  • 7 Cic., Off., 1.54 ; August., C.D., 15.16.

4Commençons par le mariage “pépinière de la cité”, selon la formule de Cicéron reprise par Augustin7.

5La formule “prendre femme pour avoir des enfants”, qui est l’une des définitions romaines du mariage, ne signifie pas que la finalité de celui-ci se résume à la procréation. Fondé sur la volonté réciproque des époux de le maintenir (le fameux “consentement” qui fait durer le mariage et qui, à l’inverse du consentement chrétien, n’est pas donné une seule fois pour toujours), le mariage romain n’a pas besoin pour être valide d’être consommé. Est-il besoin cependant de préciser qu’à Rome le mariage de deux individus de même sexe relève de la parodie ? Ce n’est pas un hasard si l’idée qu’à défaut de consommation l’union d’un homme et d’une femme est entachée de nullité apparaît dans l’Antiquité tardive. Le rapport de l’homme avec son corps a changé. La valorisation de la virginité des femmes, du célibat, de la chasteté entre époux, du non-remariage des veuves, qui apparaît au ive siècle dans le discours chrétien et qui fait alors des adeptes, n’avait guère à Rome de précédent, si ce n’est l’hommage rendu à la femme “qui n’a connu qu’un seul homme” (uniuira).

6Ce qui distingue “les justes noces” romaines de toute autre forme de relation sexuelle, occasionnelle ou associée à une cohabitation, c’est que la progéniture qui en est issue sera légitime (si elle est reconnue ; à l’inverse, un enfant né hors mariage ne pourra pas être légitimé) et donnera au père les héritiers “siens”, ceux qui ab intestat ont droit à la succession.

7Mais le père peut se donner des enfants légitimes par l’adoption d’enfants d’autres citoyens, ou même, par adrogation, de l’enfant illégitime d’une femme non mariée à condition que celle-ci soit elle-même citoyenne.

  • 8 Sur tout ce qui précède, je me permets de renvoyer aux quelques titres de mes travaux sur la famill (...)

8Au premier abord, les Romains semblent offrir un modèle de société patrilinéaire. Leur propre lecture de leurs institutions familiales a beaucoup contribué à cette image. Le père romain transmet à ses enfants son nom, son statut, son rang éventuel, ses biens. Il exerce sur eux la patria potestas dont les Romains se plaisaient à souligner la singularité. Dans les faits, pourtant, la mère elle aussi est un agent de transmission : de biens symboliques (les parentés maternelles sont largement prises en compte pour apprécier ce que nous appellerions de nos jours la noblesse d’un individu), mais aussi de biens matériels (il n’y a pas de communauté de biens entre époux ; les patrimoines paternel et maternel restent distincts et font l’objet d’une transmission séparée). Par ailleurs, la mère transmet sa condition à ses enfants illégitimes, donc la citoyenneté romaine si elle est citoyenne (et, bien entendu, le statut d’esclave si elle est esclave elle-même). Dans la période historique dans laquelle je me suis placée d’emblée, il est donc plus juste de considérer que, si le droit - notamment le droit successoral - privilégiait les agnats, les Romains évoluaient dans un système de parenté cognatique, à forte inflexion patrilinéaire8.

Le contrôle social

9Le mariage romain est une entente privée, une affaire de famille ou une affaire qui concerne deux individus si ces derniers ne sont plus sous autorité paternelle ; il ne fait l’objet d’aucun enregistrement et peut être dissous par accord mutuel ou par décision unilatérale du conjoint ou de son paterfamilias.

10Le contrôle se fera seulement a posteriori, à la mort du père, si d’autres héritiers potentiels en viennent alors à contester la légitimité du mariage, donc le droit des enfants à la succession ab intestat ou à la succession testamentaire si le père a désigné dans son testament des héritiers (garçons ou filles) en qualité de filii.

  • 9 Marcien, Dig., 23.2.57 a.

11La possibilité de faire légitimer des enfants “comme s’ils étaient nés d’un mariage légitime” est apparue sous l’Empire avec la naissance d’une procédure nouvelle, le rescrit impérial pris en réponse à une requête. Rien à voir avec le système de la dispense : il s’agit d’une légitimation a posteriori, vraisemblablement liée à la contestation du statut d’héritier des enfants à la mort du père. Ainsi, entre 161 et 169, les empereurs Marc Aurèle et Lucius Verus ont légitimé les enfants nés de l'union (illégitime, vu le degré de parenté des époux) d’une dame, Flauia Tertulia, et de son oncle maternel (auunculus), union contractée quarante ans plus tôt mais rompue (depuis peu sans doute) par la mort de l’époux9.

12La formule de la requête à l’empereur d’une dispense préalable au mariage, à laquelle l’histoire postérieure de l’Europe nous a davantage familiarisés, apparaît seulement vers 400 p.C.

13Mais, peu avant 400 aussi, est apparue une autre rupture, beaucoup plus significative : le début d’un contrôle social de l’Église en la personne des évêques, que les pères de famille se mettent à consulter en Occident comme en Orient. C’est par ce magistère moral que les Pères de l’Église ont tenté de diffuser de nouvelles pratiques matrimoniales, même si certaines de celles qu’ils réprouvaient (ainsi le mariage entre cousins) étaient, comme ils le reconnaissaient eux-mêmes, licites.

Qui épouser ? Une proche parente, ou non ?

14Car l’enjeu majeur semble bien être celui-là. Sur la question des pratiques d’alliance, la lecture de travaux récents nous renvoie curieusement pour le monde romain antique à deux visions opposées.

  • 10 Goody 1983 (1985).

15Pour Jack Goody, qui pose sur les sociétés le regard d’un anthropologue familier de l’observation planétaire, le monde de la Méditerranée antique se caractériserait par la pratique du mariage entre proches - en net contraste avec l’exogamie que l’Église a tenté d’imposer dans l’Occident médiéval10.

  • 11 Bettini 1991 et 2003.

16A lire Maurizio Bettini, philologue et anthropologue de la parenté, on pourrait croire au contraire que le monde occidental a été marqué depuis la plus haute antiquité par le dégoût du mariage entre cousins. A propos d’une anecdote tirée du récit de voyage en Chine de Marco Polo, Bettini réinvente une tradition occidentale qu’il fait remonter à la Rome archaïque et qui aurait subsisté “de façon rampante” (“serpegiante”) aux époques historiques11. Je raconte l’anecdote : Marco Polo, visitant une province de la Chine, observe que les hommes prennent pour épouse leur cousine et leur tante ; il commente : “Ils vivent comme des bêtes”. Plus loin il s’effare du mariage avec “la cousine, la marâtre (après la mort du père) et l’épouse du frère”. Il est aisé de reconnaître le point de vue d’un homme du xiiie siècle imprégné de culture chrétienne. Maurizio Bettini fait remonter ce dégoût aux origines de l’histoire romaine. Son affirmation “noi... siamo quelli che non sposano la cugina” est malheureusement accueillie parfois à la lettre par des lecteurs peu familiers de la Méditerranée antique.

  • 12 Tac., Ann., 12.6.3 : et sobrinarum diu ignorata (coniugia) (avis exprimé au sénat en 49 p.C. par l’ (...)
  • 13 Polybe (6.1l a.4) précise que le baiser s’adresse aux parents de l’épouse comme à ceux de son mari (...)
  • 14 Ils ont perdu en revanche l’appui d’un fragment de Tite-Live publié en 1870 (Liv. 20, fr. 12) relat (...)

17Sur la base de rares indices, les historiens de Rome admettent en effet l’existence d’une barrière exogamique qui aurait empêché le mariage entre cousins issus de germains (le 6e degré de parenté romain) et donc entre cousins germains (le 4e degré romain). Au tournant du ier et du iie siècle de notre ère en tout cas, une vision évolutionniste s’était imposée quant à la variation des limites de l’interdit ; partagée par Plutarque et Tacite, elle était antérieure12. Dans la Question romaine 6, “Pour quelle raison les femmes embrassent-elles sur la bouche leurs proches parents ?”, Plutarque, après avoir envisagé d’autres explications, suggère que le cercle des parents concernés par ce chaste baiser recouvre des interdits matrimoniaux. La limite extérieure (les cousins issus de germains) des bénéficiaires du baiser - non de l’interdit - est donnée par Polybe13. La coïncidence de cette limite et de celle de la terminologie de la parenté a depuis longtemps incité de nombreux auteurs modernes à reconnaître dans ce cercle les parents qu’il est interdit d’épouser14.

18Quoi qu’il en soit de cette barrière, elle n'existait plus vers 200 a.C. lorsqu’apparaissent les premiers témoignages de mariages historiques (Tite Live situe en 171 le récit d’un centurion qui a eu huit enfants de sa cousine germaine patrilatérale et qui a lui-même dépassé cinquante ans ; au iie siècle, la grande famille des Scipions pratique le mariage entre cousins). Or, c’est six siècles plus tard, peu avant 400 p.C. que l’interdiction du mariage avec la cousine germaine a été notifiée par l’empereur Théodose, interdiction sur laquelle les empereurs de la moitié orientale de l’empire sont revenus d'ailleurs peu après pour l'abolir.

19Il me paraît osé de gommer au moins six siècles d’histoire (200 a.C. – 400 p.C.) au cours desquels au contraire les Romains ont manifesté un intérêt marqué en faveur du mariage avec les quatre cousines germaines - et non de façon préférentielle avec la cousine patrilatérale-, toujours autorisé dans l’empire byzantin à l’époque de Justinien, et de gommer aussi les trois siècles (de 49 à 342) où ils ont même eu le droit d’épouser leur nièce, fille du frère, en raison du précédent constitué par le mariage de Claude et d’Agrippine (qui avait été explicitement autorisé par un sénatus-consulte).

  • 15 Corbier 1987, 1990, 1994 ; Moreau 1994.

20Dès les premiers exemples historiques assurés de mariage (dans la famille des Scipions), on est frappé par la totale liberté avec laquelle les Romains pratiquent tantôt le mariage proche (qui resserre les liens familiaux et préserve les avantages acquis), tantôt le mariage lointain (qui ouvre la famille sur de nouvelles alliances). La collecte des mariages entre proches assurés montre des unions avec les quatre types de cousines germaines ainsi qu’entre cousins issus de germains, parfois des mariages de cousins dont au moins un parent, parfois les deux, étaient déjà apparentés15.

  • 16 AE, 1998, 1576-1578 ; Corbier 2004.
  • 17 Soit sur le mur d’enceinte de la maison, soit sur une tour d’angle.
  • 18 Lire Feissel 1998 (= SEG, 48, 1998, n° 1849) : le texte se signale aussi par la beauté de sa gravur (...)

21Par l’épigraphie nous ont été transmis au moins deux messages présentant le mariage avec la cousine germaine comme le bon choix. La signification du message est très différente selon qu’il est transmis par une épitaphe rédigée par le conjoint survivant après la mort de l’un des époux (un bel exemple datant du début du iiie siècle a été trouvé récemment en Tunisie16) ou par une inscription placée en façade17 par laquelle un jeune ménage prend à témoin ses voisins (il s’agit dans ce cas d’un mariage de chrétiens dans la Syrie byzantine au vie siècle de notre ère18) ; dans l’un et l’autre cas - Occident au iiie siècle, Syrie au vie siècle, univers païen d’un côté, univers chrétien de l’autre-, ce type de mariage était parfaitement légal.

22Pourtant, dans le contexte du monde méditerranéen antique, en dépit de la possibilité légale et de la réalité constatée du mariage entre cousins, le modèle “romain” du mariage était perçu par les Grecs, en tout cas par Plutarque, comme plus exogame que celui qui était usuellement pratiqué dans la partie orientale de l’empire. Avec le regard d’un Grec habitué au mariage entre proches, Plutarque dans la Question romaine 108 se demande “Pour quelle raison les Romains n’épousent-ils pas leurs proches parentes ?” (On notera toutefois que le degré de non-proximité n’est pas précisé.) A son habitude, Plutarque offre une gamme d’explications possibles :

    • 19 Il me paraît hasardeux de reconnaître ici la référence à un mariage préférentiel entre cousins croi (...)

    La première est l’intérêt, par l’échange des femmes, d’étendre les parentés et de multiplier les alliances19 ;

  • La deuxième explication est que les Romains souhaitent maintenir distinct le droit issu de l’alliance et le droit issu de la parenté (j’y reviendrai) ;

    • 20 Voir, notamment, Corbier 1987.

    La troisième repose sur l’argument de la faiblesse des femmes qui peuvent avoir besoin du soutien de leurs parents contre leurs maris20.

  • 21 Jos., AJ, 17.322-323.
  • 22 Voir Corbier 1991.

23Inversement, lorsqu’Auguste donnait en mariage les deux filles d’Hérode le Grand, Roxane et Salomé, à leurs cousins, les fils de Phéroras, frère cadet d’Hérode, qu’il avait nommé en 20 a.C. tétrarque de la Pérée au delà du Jourdain21, il procédait à des unions qui n’auraient pas été choquantes à Rome mais qui devaient lui sembler conforme aux mœurs (honestum) de la société concernée. Il avait lui-même marié d’abord sa fille à son cousin germain, puis, plus tard, deux de ses petits-enfants (par sa fille), un frère et une sœur, à deux des petits-enfants, la sœur et le frère, de sa sœur Octavie22.

Les obligations familiales liées à la parenté et a l’alliance

  • 23 Sur la pietas romaine, lire Saller 1994, sur la solidarité, Corbier 2000.

24La deuxième explication proposée par Plutarque à la Question romaine 108 nous conduit sur un terrain particulièrement cher aux Romains : celui des obligations familiales. La notion romaine de pietas concerne au premier chef le respect des devoirs d’affection et de révérence (à l’égard des ascendants et de ceux qui se trouvent en position d’ascendant), mais également de solidarité liés à la parenté. Le mariage, lui aussi, est créateur de necessitudines, c’est-à-dire de relations de parenté porteuses d’obligations réciproques23.

  • 24 Tac..Ann., 3.31 ; Corbier 1998, 121-122 (avec stemma).

25Épouser une proche parente signifie redoubler par les obligations de l’alliance les devoirs déjà liés à la parenté. Les Romains en étaient pleinement conscients. Tacite signale par exemple qu’un sénateur âgé avait défendu un plus jeune qui ne portait pas son nom (et le lecteur du passage concerné pourrait alors se demander pourquoi) parce qu’il était à la fois “son oncle paternel” et son “beau-père” ; le défenseur avait donc épousé en secondes noces la veuve de son demi-frère ; oncle et neveu n’appartenaient pas à la même familia24.

  • 25 Cic., Phil, 2.38.99.
  • 26 Ainsi Moreau 2002, 191.
  • 27 Ce comportement le caractérise comme un monstre politique, selon l’analyse de Lévy 1998.

26Inversement, l’offense faite à des parents proches est d’autant plus choquante qu’ils vous sont unis par des liens multiples : de Cicéron à l’empereur Julien (en 361), la même réprobation s’exprime pour ce défi aux règles élémentaires de la parenté. Relisons la diatribe de Cicéron contre Marc Antoine dans les Philippiques (en son entier et non en morceaux choisis)25. Marc Antoine a répudié Antonia qui n’était pas une épouse ordinaire mais sa soror (patruelis), la fille de son oncle paternel (l’interprétation du passage est renforcée par la remarque de Plutarque, Vie d’Antoine, 9.3 : “Et il chassa de sa maison son épouse, qui était sa cousine germaine ; elle était en effet la fille de C. Antonius”). Et voici l’offense faite à l’oncle paternel (le patruus) : “Tu l’as accusé de toutes sortes d’outrages, cet homme que tu aurais dû honorer comme un père (patris loco). Sa fille, ta cousine germaine (filiam eius, sororem tuam), tu l’as répudiée pour un autre parti..., si tu étais capable de la moindre affection filiale (pietas)...”. Faut-il penser que par le choix du terme soror Cicéron associe “à la personne d’Antoine l’idée d’une transgression criminelle26”? Ce n’est pas exclu, vu l’importance des attaques de nature sexuelle, au premier rang desquelles les accusations d’inceste, dans l’invective. En omettant volontairement (à deux reprises), comme l’usage le permettait, l’adjectif patruelis qui aurait désigné clairement cette “sœur” comme cousine, Cicéron peut, en filigrane, faire planer le doute sur la légitimité de ce mariage. Il reste que le propos déclaré est le respect des devoirs liés à la parenté : Antoine a offensé un homme “qui lui tenait lieu de père” et une épouse qui était sa cousine germaine patrilatérale - une quasi-sœur. En ne respectant pas les liens familiaux les plus sacrés, Antoine apparaît comme un destructeur du premier cercle de l’oikeiôsis, chère aux stoïciens27. Je doute d’ailleurs qu’il soit aisé de répudier aujourd'hui la bint’al amm, la fille de l’oncle paternel, dans le cadre du mariage “arabe” qui fait de cette cousine la conjointe de prédilection.

  • 28 Jul., Epist. Ad Athen., 4.272d.

27De même, le reproche adressé par l’empereur Julien à son prédécesseur Constance II d’avoir laissé tuer “son cousin germain, un César, devenu l’époux de sa sœur, le père d’une de ses nièces, dont il avait lui-même (Constance II) épousé la sœur en premières noces” exprime clairement la réprobation pour avoir manqué à son devoir de protection à l’égard d’une personne qui lui était unie par tant de liens de parenté28.

  • 29 AE, 1996, 885 ; sur le vocabulaire de la parenté retenu par les rédacteurs du sénatus-consulte, voi (...)

28Pendant des siècles, les Romains ont reconnu que des personnes unies à la fois par des liens de parenté et d’alliance étaient des proches plus proches que les autres ; les auteurs, les rédacteurs d’épitaphes se plaisent à souligner le cumul d’un lien de parenté et d’un lien d’affinité. Mais le choix des termes retenus par les sénateurs eux-mêmes pour décrire les relations de parenté à l’intérieur de la famille impériale (la domus Augusta) dans le sénatus-consulte de 20 p.C. récemment découvert est révélateur du même état d’esprit : il est spécifié que l’empereur Tibère est l’oncle paternel de sa belle-fille (patruus et socer) et que celle-ci est une femme étroitement unie par un entrelacs de liens (inligata) avec l’empereur et sa mère29.

  • 30 Sur ce texte souvent commenté, voir notamment Corbier 1987.

29Lorsque, au début du ve siècle, Augustin confirme le souci de multiplier les alliances et d’élargir le cercle des proches, il se situe donc fortement dans la tradition romaine de valorisation de la parenté par alliance. Mais son souci - nouveau - d’éviter qu’une seule personne cumule deux relations de parenté (qui pourraient être réparties entre deux) relève d’une autre logique. Il situe sa démonstration dans la perspective moins de l’intérêt des familles, invitées à gérer au mieux leur capital en diversifiant et en renouvelant leurs investissements, que de celui de la société des hommes : la caritas assurée par l’alliance et la parenté garantit la concorde et fonde efficacement la “vie sociale”30.

Orient/Occident

30J’évoquerai enfin une famille célèbre à laquelle s’appliquait le droit romain puisqu’il s’agit de citoyens romains dont, de surcroît, certains membres sont entrés dans ce que j’appellerai, en appliquant à un autre contexte la formule classique de Pierre Bourdieu, “la noblesse d’État”, c’est-à-dire l’ordre sénatorial.

31L’arbre généalogique du richissime sophiste athénien Hérode Atticus, sénateur romain, dont le père Atticus avait été lui-même consul, prête encore à discussion. Il est assez généralement admis que le père du sophiste, Atticus, avait épousé sa nièce, fille de sa sœur. La mère du sophiste, Vibullia Alcia Agrippina, était issue des Vibullii de Corinthe, donc d’une famille descendant de colons romains. Si Hérode était né d’un mariage oncle-nièce interdit par le droit romain, ce qui ne semble jamais inquiéter les prosopographes qui en font l’hypothèse, il faut croire qu’un consensus social assurait le père d’Hérode qu’à sa mort nul ne contesterait la légitimité de son mariage et donc celle de son fils. Nous avons vu pourtant qu’à la même époque au moins un cas de contestation, réglé entre 161 et 169 par un rescrit de Marc Aurèle et Lucius Verus, s’était présenté : il en subsiste la trace au Digeste.

  • 31 Sur les ancêtres et les descendants d’Hérode Atticus et de son épouse, Annia Regilla, voir, à la su (...)

32Le cas du sophiste illustre en tout cas l’extrême souplesse des pratiques romaines du iie siècle. Un sénateur de la première génération descendant d’une grande famille athénienne tel qu’Atticus, le père du sophiste, renouvelle en épousant Vibullia Alcia Agrippina l’alliance avec les Vibullii de Corinthe, dont témoigne déjà le mariage de sa sœur Claudia avec P. Vibullius Rufus ; mais il la renouvelle apparemment au plus court en épousant une Vibullia, qui est la fille même de cette sœur. A la génération suivante, les horizons matrimoniaux de la famille se sont considérablement élargis : fils de consul, sénateur lui-même, Hérode épouse en Italie la fille d’un patricien appartenant à une famille d’Iguuium qui de toute part, du côté de son père, de sa mère, de son arrière-grand-mère paternelle, pouvait aligner des consuls jusqu’au milieu du premier siècle de notre ère. Mais, à la génération suivante, une fille permet à Hérode de renouveler l’alliance traditionnelle avec les Vibullii (un mariage entre cousins issus de germains dans ce cas). Par la volonté de l’empereur, le fils biologique d’Hérode est élevé au patriciat à la mort de sa mère ; en un sens il hérite ainsi du statut maternel. Des stratégies adoptives complexes semblent avoir fait d’Hérode le fils adoptif de son oncle maternel, tandis que lui-même adopte à son tour l’un des petits-fils de son père adoptif en mariant sa fille à l’autre. De tout un ensemble de pratiques d'héritages aurait découlé la concentration de patrimoines sur Hérode dont fait part Philostrate dans sa biographie du sophiste31.

33Vers 400 p.C. l’aristocratie avait-elle renoncé aux pratiques familiales qui lui étaient coutumières ? Rien n’est moins sûr. Mais la hiérarchie de la nouvelle Église s’efforçait de l’y inciter. Ses motifs sont loin d’être clairs, malgré les tentatives d’explication qu’ont données les anthropologues avec Jack Goody.

Notes

1 L’étude la plus récente (Bussi 2002) fournit aussi (p. 9) l’essentiel de la bibliographie.

2 Corbier 2004.

3 Aux contraintes liées à la prohibition de la bigamie ou à l’interdiction du mariage entre parents et alliés dans certains degrés de proximité s’ajoutent dans le monde romain des limites statutaires. C’est à des mariages conclus en contradiction avec les règles que se réfère vraisemblablement la “lettre” de Domitien gravée à la fin de la lex Irnitana (AE, 1986, 333, dernier paragraphe) - qui accorde le “pardon” aux contrevenants mais invite les administrés à respecter la loi à l’avenir.

4 Voir, notamment, Balland 1981, 151-154 et 253. A propos des Arruntii de Xanthos, l’auteur envisage plus largement la question du mariage entre proches.

5 Le stemma a été dressé depuis longtemps et repris par Jameson 1966 ; pour une étude récente du mausolée, voir Hall et al. 1996.

6 Voir la contribution de Carlos Lévy.

7 Cic., Off., 1.54 ; August., C.D., 15.16.

8 Sur tout ce qui précède, je me permets de renvoyer aux quelques titres de mes travaux sur la famille et la parenté indiqués dans la bibliographie générale.

9 Marcien, Dig., 23.2.57 a.

10 Goody 1983 (1985).

11 Bettini 1991 et 2003.

12 Tac., Ann., 12.6.3 : et sobrinarum diu ignorata (coniugia) (avis exprimé au sénat en 49 p.C. par l’ancien censeur Lucius Vitellius pour justifier le vote d’un sénatus-consulte autorisant l’empereur Claude à épouser sa nièce Agrippine, fille de son frère Germanicus) ; Plut., Quaest. rom., 6.

13 Polybe (6.1l a.4) précise que le baiser s’adresse aux parents de l’épouse comme à ceux de son mari dans le même degré de parenté.

14 Ils ont perdu en revanche l’appui d’un fragment de Tite-Live publié en 1870 (Liv. 20, fr. 12) relatif au mariage d'un patricien qui aurait été le premier à prendre femme à l’intérieur du septième degré de parenté. Ce passage considéré, récemment encore, comme la preuve irréfutable de l’interdit au sixième degré (ainsi Moreau 1980, 240-241) est maintenant tenu pour un faux médiéval (Moreau 2002, 181-186).

15 Corbier 1987, 1990, 1994 ; Moreau 1994.

16 AE, 1998, 1576-1578 ; Corbier 2004.

17 Soit sur le mur d’enceinte de la maison, soit sur une tour d’angle.

18 Lire Feissel 1998 (= SEG, 48, 1998, n° 1849) : le texte se signale aussi par la beauté de sa gravure avec la technique du champlevé.

19 Il me paraît hasardeux de reconnaître ici la référence à un mariage préférentiel entre cousins croisés dans la Rome primitive. Rien n’invite à mon sens à situer le propos de Plutarque dans un passé lointain.

20 Voir, notamment, Corbier 1987.

21 Jos., AJ, 17.322-323.

22 Voir Corbier 1991.

23 Sur la pietas romaine, lire Saller 1994, sur la solidarité, Corbier 2000.

24 Tac..Ann., 3.31 ; Corbier 1998, 121-122 (avec stemma).

25 Cic., Phil, 2.38.99.

26 Ainsi Moreau 2002, 191.

27 Ce comportement le caractérise comme un monstre politique, selon l’analyse de Lévy 1998.

28 Jul., Epist. Ad Athen., 4.272d.

29 AE, 1996, 885 ; sur le vocabulaire de la parenté retenu par les rédacteurs du sénatus-consulte, voir Corbier 2001b.

30 Sur ce texte souvent commenté, voir notamment Corbier 1987.

31 Sur les ancêtres et les descendants d’Hérode Atticus et de son épouse, Annia Regilla, voir, à la suite de Simone Follet et d’autres, la synthèse récente et les tableaux généalogiques proposés par Settipani 2000, 468-477. Une étude inédite de S. Follet apporte du nouveau sur l’ascendance paternelle d’Hérode.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search