Version classiqueVersion mobile

Parenté et société dans le monde grec

 | 
Alain Bresson
, 
Marie-Paule Masson-Vincourt
, 
Stavros Perentidis
, 
et al.

Deuxième partie. L’univers de l’Antiquité

Maîtres et esclaves : les relations au sein de l’oikos

L’exemple de Delphes

Dominique Mulliez

Texte intégral

1Pour nos collègues qui ne la connaissent peut-être pas nécessairement, qu’il me soit permis de présenter en quelques mots la documentation exceptionnelle dont on dispose à Delphes pour analyser la parenté et les réseaux de relations qui s’y constituent. A partir de 200 a.C. et jusqu’à la fin du ier siècle p.C., en effet, soit pendant près de trois siècles, on a entrepris de graver les actes d’affranchissement d’esclaves sur les murs et les monuments du sanctuaire apollinien. Ces documents se présentent comme des contrats de vente, par lesquels le maître-propriétaire vend à Apollon Pythien un esclave qui devient juridiquement propriété du dieu, mais acquiert dans les faits sa liberté. Ils livrent les éléments de datation, énumèrent les parties contractantes, l’objet de la vente - l’esclave - et son prix, les clauses qui définissent le statut du nouvel affranchi, les garanties et, enfin, la liste des témoins. Plus de 1 300 de ces contrats nous ont été conservés. En ne prenant en compte que les individus dont le nom se lit, partiellement ou totalement, cette documentation mentionne à des titres divers près de cinq mille personnes libres ; ce sont en outre près de mille quatre cents esclaves qui sont affranchis durant les trois siècles où est attestée la procédure.

2Dans le cadre restreint de cet article, je voudrais évoquer, exemples à l’appui, certains des traits saillants de cette documentation pour le thème qui nous occupe. L’on verra qu’il y a dans l’ensemble des remarques que j’exposerai un fil directeur : une sorte de confusion entre une norme, qui définit juridiquement les relations familiales, et les situations concrètes.

1. Relations familiales : les réseaux d’alliances du maître

3Dans les actes d’affranchissement, la parenté, que définissent des liens de consanguinité ou d’alliance entre deux ou plusieurs personnes, peut être analysée - juridiquement ou fonctionnellement - à quatre moments différents du contrat.

Le consentement à la vente ou εὐδόκησις

  • 1 Affr. no 661 : la vente est le fait d’un frère et d’une sœur, qui agissent avec le consentement de (...)
  • 2 Ce qu’expriment les verbes συνευαρεστέω, συνευδοκέω, συνεπευδοκέω ou encore συνεπαινέω.

4Les documents font assez souvent état du consentement que des parents, époux, fils, père ou mère, voire grand-mère1 donnent à la vente2. L’interprétation qu’on en propose traditionnellement est claire : prévenir toute contestation possible de la transaction au sein de la famille. S’il en est bien ainsi, il faut alors peut-être distinguer deux cas :

    • 3 On lacomparera avec l’indication contenue dans la consécration de l’esclave Ἀντίοχος par Καλλικράτη (...)

    Le consentement des ayants droit, frères ou sœurs, voire parents, se justifie dans la mesure où l’affranchissement d’un esclave porte atteinte au patrimoine et qu’il faut se prémunir contre toute remise en cause possible des héritiers. L’affranchissement no 1113 ne dit pas autre chose lorsqu’il stipule que l’affranchi n’appartiendra ni à Aiakidas (probablement le fils de la vendeuse) ni à ses descendants, μὴ ποθήκειν Αἰακίδᾳ μηδὲ ἐκγόνοις : la formulation est exceptionnelle, mais vaut en quelque sorte consentement3.

    • 4 Voir en particulier Vial 1984, 68-76.

    Mais c’est une autre explication que l’on doit avancer pour le consentement entre époux, si du moins l’on admet que la loi sur la restitution des dots était à Delphes la même qu’à Athènes ou à Délos4 : le consentement du mari pour un affranchissement auquel procède son épouse est nécessaire dans la mesure où il diminue la dot et le consentement de l’épouse pour un affranchissement auquel procède son mari est nécessaire dans la mesure où les biens du mari servent à garantir la dot, restituable en cas de divorce aux torts du mari ou en cas de décès de ce dernier.

5Mais je ne suis pas assuré qu’il faille toujours maintenir absolument ce distinguo, si j’en juge par la rédaction adoptée dans le contrat no 566 : Ἀριστόμαχος y procède à un affranchissement συνευδοκεούσας καὶ τᾶς γυναικὸς αὐτοῦ Ἀριστοῦς τᾶς ἐπινόμου οὔσας Ἀριστομάχου καὶ τοῦ υιού αὐτᾶς Πύρρου. L’expression du consentement paraît bien introduite ici pour prévenir toute contestation éventuelle lors de la transmission de l’héritage, sans qu’il soit question de garantie à apporter à la dot : c’est bien en qualité d’héritière qu”Aριστώ donne son approbation et le fait qu’elle ait épousé Ἀριστόμαχος en secondes noces ne modifie pas cette analyse.

  • 5 Affr. no 264 et 292.
  • 6 Affr. no 298 et 357.
  • 7 Babacos 1966, 73.

6Sans doute l’εὐδόκησις répond-elle à une disposition légale, ce que paraît indiquer l’affranchissement no 515 qui la fait accompagner de la mention κατὰ τὸν νόμον τᾶς πόλιος. Mais il y a lieu de se demander jusqu’où il faut pousser l’analyse juridique, car l’on pourrait multiplier les exemples similaires à celui de Ξένων Πειθαγόρα, qui intervient à deux années d’intervalle dans des affranchissements où sa femme est vendeuse, dans le premier en qualité de garant, dans le second comme συνεπευδοκέων5 ; et quand à son tour il est vendeur quelques années plus tard6, son épouse n’est nullement impliquée dans le contrat. A propos des affranchissements thessaliens, A. Babacos observait déjà que “d’une façon générale, les inscriptions donnent prima facie l’impression que l’εὐδόκησις et l’affranchissement en commun, de par la confusion qui règne en ce qui concerne l’emploi de l’une ou de l’autre, ne sont que deux modes pour exprimer la même chose” et qu’il n’y a “aucun doute sur l’identification juridique de l’εὐδόκησις et de l’affranchissement en commun”7. Sans entrer dans le détail d’une argumentation hors de propos ici, il est manifeste que plusieurs affranchissements delphiques me paraissent également plaider en ce sens.

  • 8 IJG, p. 254.

7Liée à la notion d’εὐδόκησιϛ se pose également la question de la curatelle et de la tutelle. A Delphes, rares sont les affranchissements qui mentionnent la présence d’un tuteur ou d’un curateur, qui “complètent la capacité”8 juridique d’un mineur ou d’une femme et servent de tuteurs ou d’administrateurs de leurs biens. Je n’en relève que les exemples suivants :

no 915

présence d’un κύριος auprès d”Aλέξαvδpoς Ἀλεξάνδρου, covendeur.

no 981

présence de deux φροντισταί auprès du vendeur [Φιλ]λέας Ξενοκράτεος Ἀμβρόσσιος.

no 1064

présence d’un φροντιστής auprès Πολύξενος’Άρχωνος, co-vendeur avec sa mère

no 1160

présence d’un φροντιστής auprès de Ζωΐλα Ἀλεξᾶ.

no 1199

présence d’un φροντιστής auprès d’Ἀρτεμ[---].

no 1203

affranchissement effectué par Ἀρι[στ]ὼ Ἀλεξάνδρου μετὰ φροντιστοῦ Νικάνορος τοῦ Λυσιμάχου...

no 1238

affranchissement effectué par Δωνάτα διά κυρίου καὶ φροντιστοῦ Εὐνεικίδα Εὐανθέως...

no 1260

affranchissement réalisé par Νεικασὼ Σωσύλου διὰ προνοọῦγτος αὐτῆς Λαιάδα...

  • 9 Affr. no 1255.

8Pour les trois premiers exemples, il est clair que la tutelle ou la curatelle s’exerce auprès de jeunes garçons dont le père est décédé. On ne peut rien conclure de certain pour Ζωΐλα Ἀλεξᾶ, Ἀρτεμ[---] et Ἀριστὼ Ἀλεξάνδρου, qui ne nous sont pas autrement connues : il peut s’agir de mineures ou de veuves. Δωνάτα, vendeuse dans l’affranchissement no 1238, ne porte pas un nom grec : elle n’est pas Delphienne, mais son statut est incertain ; il pourrait s’agir d’une affranchie. Quant à Νεικασὼ Σωσύλου, elle est connue pour avoir quelques années plus tôt effectué un premier affranchissement, en présence et avec l’approbation de son fils, mais sans tuteur ni curateur9 ; à n’en pas douter, c’est une veuve, mais je ne sais ce qui justifie l’intervention d’un προνοητής dans le second affranchissement auquel elle procède : son fils est peut-être mort entre temps.

  • 10 Babacos 1966, 90 ; Cabanes 1976, 407-413 ; Lerat 1952, 138-142 et en particulier 141, n. 2 ; Vatin (...)
  • 11 Vatin, 251. On a parfois voulu tirer argument du participe παρών ou συμπαρών pour conclure à l’exis (...)

9Il faudrait certes considérablement allonger cette liste s’il fallait considérer, avec les éditeurs des Inscriptions juridiques grecques, que tout mari, fils ou frère donnant son approbation à un affranchissement auquel procède son épouse, sa mère ou sa sœur intervient en qualité de κύριος. Or il est désormais bien établi qu’en Thessalie, en Épire, en Locride et en Phocide, la tutelle légale des femmes n’est pas attestée10 et l’on ne manque pas d’exemples d’affranchissements réalisés par des femmes seules : la présence d’un mari ou d’un fils ou d’un frère donnant leur consentement à un affranchissement réalisé par une épouse ou une mère ou une soeur ne doit donc pas être surinterprétée : leur approbation, “ils la donnent comme l’épouse et la fille dans des circonstances analogues déclarent approuver l’affranchissement d’un esclave par le père de famille11”.

Le choix du garant

  • 12 Affr. no 209. Ἀμύντας Ἀμύντα, fils du vendeur et bénéficiaire avec lui de la clause de paramona, es (...)
  • 13 On trouve déjà “quelques exemples, choisis parmi beaucoup”, dans la synthèse de Daux 1936, 58-59. J (...)

10D’un point de vue juridique, le rôle du garant d’un contrat de vente est de pourvoir aux obligations du vendeur en cas de défaillance (absence, décès, etc.)· On s’aperçoit qu’à de nombreuses reprises, le garant est choisi dans le cercle proche de la parentèle du vendeur. Cette situation est d’autant plus tenable que le rôle de garant n’implique aucune d’obligation financière, mais consiste à confirmer la vente au dieu au cas où le statut du nouvel affranchi serait remis en question. Relais du vendeur, le garant lui est donc souvent lié par une parenté naturelle ou juridique et l’on peut même citer des cas où le vendeur fait mentionner son fils ou son ayant droit en plus du garant ordinaire dans la clause destinée à protéger les effets de la transaction12. Voici une liste des textes dans lesquels on peut tenir pour certain qu’il existe un lien de famille entre le vendeur et le garant13 :

Lien de parenté du garant avec le vendeur

Références

Père

73 (?), 114, 201 (?), 225 (?), 261, 479, 548, 618, 631 = 632.

Époux

89, 264, 404, 411, 649, 694(?)

Fils

17, 24, 34, 55, 72, 77, 80, 87, 95 (?), 140, 143, 160, 161, 211, 225 (?), 246, 247, 255, 266(?), 270, 275, 277, 285, 305, 310, 330, 331, 344, 351, 377, 413, 424, 444, 517, 578, 579, 600, 602, 607, 622, 630, 691, 702, 733, 766, 1155, 1242.

Frère/sœur

23, 85, 159, 171, 179, 247, 274, 280, 302, 340, 371, 376, 408, 427, 493, 522, 545, 577, 595, 604, 606 (?), 656, 705, 754, 788, 843. 850, 868, 920, 922, 926, 927.

Petit-fils

6, 335, 339, 424.

Gendre

373.

Beau-frère

392, 546, 694, 887.

Oncle

249, 470, 603, 692, 733

Neveu

73 (?), 80, 107, 246, 266, 318, 493, 605, 679, 685, 963

Cousin

318, 384, 387, 412, 693, 704 (?), 733, 788

Indéterminable

333, 400, 495, 523 (?), 693, 713, 771, 878

  • 14 A côté de ces relations purement familiales, on pourrait en faire valoir d’autres, dont j’indique q (...)

11On observe sans surprise que les cas les plus fréquemment attestés concernent des garants désignés à cet office par leurs parents, leur frère ou leur sœur14.

Les bénéficiaires des clauses

  • 15 Affr. no 435 ou 940.
  • 16 Affr. no 1022 et 1036.
  • 17 Entrent dans cette série les affr. no 445, 572, 945, 963, 1073, 1125 et 1222.

12Plus rarement, certaines clauses de l’affranchissement pourvoient au bien-être de la parentèle du vendeur, ascendants ou descendants. La plus importante est la clause de paramona, qui impose à l’esclave affranchi de demeurer auprès et au service d’un bénéficiaire nommément désigné dans le contrat. Le bénéficiaire de la paramona est très généralement le vendeur lui-même, mais il peut y associer différents membres de sa famille, - sa mère15, ses enfants16 ou, cas le plus fréquent, son conjoint, même s’ils ne sont pas autrement impliqués dans la vente17. Dans cette série, on rappellera au moins le cas unique de l’affranchissement no 1144, dans lequel le vendeur se désigne avec son épouse comme bénéficiaire de la paramona, tout en précisant qu’en cas de divorce, le bénéfice de la paramona revient à lui seul, tandis qu’en cas d’entente des conjoints, il concerne le couple.

  • 18 Affr. no 145, 209, 233, 296, 339, 940 et 946.
  • 19 Affr. no 883 et 979 ( ?).
  • 20 Affr. no 342, 660 ( ?), 1178 ou 1246.
  • 21 Affr. no 774.

13Le vendeur peut aussi prévoir le report de la paramona sur ses enfants à son décès18 ou encore renoncer au bénéfice de la paramona au profit d’un membre de sa famille, sa mère19, ses enfants20, voire peut-être sa petite-fille21.

La liste des témoins

14Enfin, il n’est pas rare de retrouver dans la liste des témoins qui conclut le contrat des parents du ou des vendeurs. Je n’entrerai pas dans le détail des exemples très nombreux que l’on peut relever en cours de lecture : présence d’un frère, d’une père ou d’un oncle. Ils conduisent à la même conclusion que précédemment : l’affranchissement est décidément principalement une affaire de famille et apparaît comme un instrument juridique susceptible de révéler ou de renforcer les liens au sein de la parentèle, en créant entre ses membres de nouvelles obligations.

2. “Ils n’ont pas de parents” : la “parenté” de l’esclave

  • 22 En d’autres termes, on se trouve mutatis mutandis dans la même situation que celle évoquée par Kopt (...)

15Lorsqu’on évoque la parenté au sujet des esclaves, il convient de rappeler une sorte de contradiction entre la situation juridique et les situations concrètes, - à commencer par la dénomination même des liens de parenté. Paul (Dig., 38.10.10.5) écrivait : “nous n’évitons pas ces dénominations, c’est-à-dire les dénominations parentales, même pour les esclaves : c’est ainsi que nous parlons de pères, d’enfants et de frères même au sujet des esclaves, mais la parenté servile n’a aucun rapport avec les lois”. Par ailleurs, bien que l’esclave soit juridiquement une non-personne, il se voit appliquer les mêmes dispositions que les hommes libres et les liens que l’on observe entre les personnes libres se peuvent également observer entre les esclaves au sein d’un même oikos. Si l’union entre esclaves n’a pas de reconnaissance juridique, elle existe concrètement et est tacitement reconnue22. Venuleius, dans le Digeste (40.2.12.4), donnait la raison de cette contradiction à propos de la loi sur les parricides, en expliquant que “formellement, même la loi de Pompée sur le parricide ne s’applique pas aux esclaves (...), car ils n’ont pas de parents ; mais comme la nature est le lot commun des hommes, cette loi peut aussi être utilisée contre eux”.

16Cette sorte de tension entre les définitions juridiques et la vie au quotidien trouve son reflet dans les affranchissements delphiques, qu’il s’agisse de la parenté acceptée, de la parenté reconnue ou de la parenté imposée.

La parenté acceptée : la reconnaissance de la cellule familiale

  • 23 Afir. no 589, 940 et 1219.
  • 24 De même que je ne connais qu’un seul exemple de la tournure prépositionnelle oἱ περὶ... pour désign (...)
  • 25 Voir les observations de Hopkins & Roscoe 1978, 163-168.

17L’affranchissement ne concerne pas nécessairement un seul esclave et l’on pourra lire des contrats concernant jusqu’à sept ou huit et même treize esclaves23. Si ces derniers chiffres demeurent exceptionnels, des affranchissements de deux ou trois esclaves se rencontrent fréquemment24. Dans certains cas, il est patent que les esclaves libérés ensemble forment une cellule familiale, soit parce que le lien est explicitement mentionné, soit parce que la formulation permet de le rétablir aisément : un couple - et il s’agit alors d’une parenté par alliance non reconnue juridiquement -, une mère et ses enfants, des parents et leurs enfants, ce qui relève alors de la parenté par consanguinité25. Bref, il y a, dans ce cas, au sein d’un acte juridique (le contrat de vente), une forme de reconnaissance implicite de la cellule familiale, qui n’a pas elle-même d’existence juridique, mais qui ne s’en est pas moins concrètement constituée au sein de l’oikos et qui était acceptée en tant que telle par le maître.

  • 26 Affr. no 1149.
  • 27 Affr. no 32.
  • 28 Affr. no 397.
  • 29 Affr. no 506.
  • 30 Affr. no 374.

18Et l’on trouve d’autres indices de cette parenté acceptée dans les actes d’affranchissement. Il arrive parfois, en effet, que les parents esclaves se sacrifient au profit de leurs enfants et s’entremettent pour obtenir leur affranchissement. Il pourrait suffire de citer celui d’Αὔγη, affranchie à l’âge de six mois et qui n’a pu être affranchie que sur intervention de ses parents26. Mais d’autres exemples me paraissent tout aussi indiscutables : la jeune Εὔκλεια est affranchie pour la somme de trois mines d’argent, mais c’est sa mère Σώτιον qui s’en est remise au dieu pour cet achat et c’est elle aussi qui a donc payé pour la libération de sa fille27. La jeune Καλλικράτεια est affranchie pour la somme modique de vingt-cinq statères d’argent ; elle est ensuite déclarée libre et fille de Sôsicha et Hermogénès, un couple qui a dû l’adopter et payer pour son affranchissement28. Je rappellerai également l’exemple du jeune Σωσθένης, dont il est précisé qu’il est le fils des affranchis Ἑρμαῖος et Σωσώ et dont le prix de la libération a vraisemblablement été versé par ses parents29. Aucun doute non plus, je crois, sur l’origine de l’argent versé pour l’affranchissement de la jeune Μήδα, qui devra, lorsqu’elle sera en âge de le faire, entourer de soins son père Sôsibios et sa mère Sôsô, qu’ils soient encore esclaves ou qu’ils soient devenus libres30. Il n’est évidemment pas indifférent de noter que dans tous ces exemples les affranchis sont qualifiés de κορίδιον, de κοράσιον ou de παιδάριον.

La parenté reconnue : l’adaptation des codes

19Cette forme de parentèle de facto acceptée par le maître était telle que ce dernier appliquait parfois aux affranchis les obligations et les codes en usage entre personnes libres, en les adaptant au besoin aux situations concrètes :

    • 31 Affr. n o 374.
    • 32 Affr. no 214. Dans les faits, Ἡδύλα est la fille de Δώρημα.
    • 33 Affr. no 150. - Δορκάς a très probablement continué à vivre sous le toit d’Ἀλέξων Χαριξένου après s (...)

    Tel est le cas de la γηροτροφία : les règles de la γηροτροφία peuvent, en effet, être imposées par le maître par égard pour de vieux serviteurs. La jeune Μήδα, dont je viens de citer l’exemple, devra, lorsqu’elle sera en âge de le faire, entourer de soins son père Sôsibios et sa mère Sôsô, qu’ils soient encore esclaves ou qu’ils soient devenus libres31. On pourrait ajouter l’exemple de Ἡδύλα, à qui son maître Νίκων impose d’accorder à Δώρημα, elle même affranchie de Νίκων, tous les soins qu’il est d’usage d’accorder à ses parents, ὄσα νομίζεται τοῖς γονέοις32. Dans la même catégorie, entre l’affranchissement no 305, pour lequel j’ai pu proposer une nouvelle interprétation : à la mort de son maître Ἀλέξων Χαριξένου, l’affranchi Θρᾳκίδας devra nourrir Δορκάς, qui doit être sa mère et qui avait été elle-même affranchie quatorze années plus tôt par Ἀλέξων33 ; le texte, très précis, prévoit la quantité de froment et de vin que Θρᾳκίδας devra faire parvenir à Δορκάς, s’il n’habite pas avec elle.

    • 34 Voir les affr. no 344, 370, 426, 444, 546, 559, 603 et 709 ; même distinction dans la consécration (...)
    • 35 Affr. no 344, 1. 14-15. Formulation similaire dans les affr. no 426,444 ou 709, e.g. Dans l’affr. n(...)
    • 36 Affr. no 344, 378, 218 et 426.
    • 37 Affr. 546 et 1248, 1. 16.

    Les règles successorales : la parenté étant le fondement du droit successoral, c’est elle qui prévaut lorsqu’il est fait mention de la dévolution des biens de l’affranchi, mais avec une restriction de taille. En effet, en matière de succession, si l’on reconnaît généralement à l’affranchie la parenté naturelle, on ne lui reconnaît pas toujours la parenté légale qui résulte de l’adoption. Dans les textes qui s’attachent à régler la dévolution des biens de l’affranchi, on établit dans la plupart des cas une distinction selon que l’affranchi(e) a ou non une descendance, le vendeur et ses ayants droit se désignant héritiers de l’affranchi qui meurt ἀγενής ou ἄτεκνος34. Pour que la clause ait un sens, il faut probablement comprendre que l’affranchi sans descendance n’est pas autorisé à aliéner ses biens, ce que quelques textes précisent : εἰ δέ κα τελευτάσῃ Σῶσος ἅτεκνος, τὰ καταλειφθέντα υπάρχοντα Σώσου πάντα Καλλιξένου ἔστων εἰ δέ τινι ζώων δόσιν ποέοιτο τῶν ἰδίων Σῶσος, ἀτελὴς ἁ ὠνά ἔστω35. Et l’on voit que cette clause peut être assortie de la menace de frapper la vente de nullité s’il y avait quelque donation que ce soit36. Le texte le plus caractéristique en la matière est probablement l’affranchissement no 444, qui étend cette interdiction d’aliénation à la seconde génération. Un texte précise plus clairement encore les choses en excluant l’adoption explicitement37.

La parenté obligée

  • 38 Cette évolution a été mise en évidence dès 1898 par Colin 1898, 199.
  • 39 L’impératif δότω est le plus couramment employé, mais on rencontre également, lorsqu’il s’agit d’en (...)
  • 40 Le premier exemple de cette clause est isolé en 160 a.C. : ἐκθρεψάτω (Νικὼ) παιδάρια δύο ἀδόλως (no(...)

20Mais à côté de la parenté acceptée et reconnue, avec les mêmes codes que ceux en vigueur pour les hommes libres, il y a également des cas de parenté imposée, en particulier dans le cadre de la paramona. A partir du ier siècle a.C., alors que ces clauses de paramona se font plus fréquentes, elles se font en même temps plus sévères et plus contraignantes38. Il ne s’agit plus désormais d’envisager le sort d’un enfant qui viendrait à naître, mais d’exiger que l’esclave affranchi procure39, pendant ou au terme de la paramona, un ou plusieurs enfants et/ou une somme d’argent aux ayants droit du vendeur40 :

no 973

trois mines d’argent et un enfant âgé d’un an.
bén. : la fille des vendeurs.

no 1043

un enfant âgé d’un an et deux mines.
bén. : le fils de la vendeuse.

no 1073

deux mines d’argent ou un enfant âgé d’un an.
bén. : la fille ( ?) du vendeur.

no 1074

un enfant âgé d’un an.
bén. : la fille d’une co-vendeuse.

no1136

trois mines d’argent et un enfant âgé de trois ans.
bén. : indéterminé.

no 1168

un enfant âgé de deux ans.
bén. : le fils de la vendeuse.

no 1173

1ère affranchie : un enfant âgé de trois ans ou 200 deniers.
bén. : le petit-fils de la vendeuse.
2e affranchie : deux enfants âgés de trois ans.
bén. : le fils et le petit-fils de la vendeuse.

no 1175

deux enfants âgés de deux ans.
bén. : la fille de la vendeuse.

no 1180

un enfant et 80 deniers.
bén. : la fille de la vendeuse.
deux enfants ou 160 deniers.
bén. : le petit-fils de la vendeuse.

no 1182

un petit enfant à chacun des enfants de la vendeuse.

no 1192

deux enfants, l’un âgé de deux ans, l’autre d’un an ou toute somme qu’il plaira au maître.
bén. : le vendeur.

no 1188

un enfant (sans autre précision).
bén. : le fils de la vendeuse.

no 1194

quatre enfants âgés d’un an.
bén. : le fils des vendeurs.

no 1195

un enfant âgé d’un an dans les trois années à venir.
bén. : le fils de la vendeuse.

no 1213

un enfant âgé de trois ans ou 100 deniers et un autre enfant durant la paramona.
bén. : le fils des vendeurs.
Interdiction est faite à l’affranchie d’élever un enfant pour elle-même durant la paramona.

no 1220

un enfant de deux ans à chacun des fils de la vendeuse,

no 1242

texte lacunaire, mais l’affranchie doit donner son enfant premier né à l’un des fils de la vendeuse ; à l’autre, elle doit donner un ou des [enfants] ou la somme de 100 deniers au moins.

no 1246

Θίσβη et Νικώ : chacune deux enfants âgés d’un an.
bén. : le premier fils des vendeurs.
’Άθινκτος et Ἀλκίππη :
Ἀλκίππη : deux enfants
’Άθινκτος : 500 deniers à verser à la mort du vendeur.
bén. : le second fils des vendeurs,

no 1270

un enfant.
bén. : le θρεπτός des vendeurs.

  • 41 Les éditeurs des IJG, II, p. 276, voient dans ces clauses un moyen pour l’esclave de se libérer de (...)

21Le but de telles clauses est clair : assurer pour les héritiers le remplacement de l’esclave affranchi et désormais libéré de toute obligation41, à un moment où les sources d’approvisionnement extérieures se sont singulièrement appauvries.

3. Les liens du maître et de l’esclave

22Enfin, dans les multiples clauses qui précisent ces contrats, ce sont les relations entre le maître et son ou ses esclaves et les liens de parenté qu’ils supposent parfois qui se laissent appréhender. Observons une fois encore que si l’esclave est juridiquement une nonpersonne, on lui applique en les adaptant concrètement et pratiquement les règles fondamentales du droit. Et l’on ne sera pas surpris de retrouver ici les questions d’héritage et de γηροτροφία.

La parenté naturelle

  • 42 Nouvelle lecture.

23On possède peu d’attestations explicites des unions entre un maître et son esclave. Il faut néanmoins citer l’affranchissement no 653 : Ἀριστίων Ἀναξανδρίδα, qui, dans les contrats no 572 et 603, désigne ses fils ( ?) ou lui-même pour héritiers des biens de ses affranchis s’ils meurent sans descendance, fait ensuite de son affranchie l’héritière de ses biens, - sauf si un enfant naissait entre-temps de leur union42. Mais l’onomastique peut aussi laisser supposer ou deviner ces unions naturelles : dans huit des quelque mille trois cent cinquante affranchissements delphiques, l’esclave porte strictement le même nom que son maître, dans cinq autres cas il porte le même nom, mais avec un changement de genre ; dans un cas, on use d’un diminutif et Λύκος Ἀρίστωνος affranchit une esclave nommée Λυκίσκα. On considère en général que cette homonymie trahit une filiation naturelle du maître et qu’elle “doit s’expliquer parfois par un rapport de père (ou de mère) à bâtard” (G. Daux). A plusieurs reprises, on constate également qu’un esclave porte le même nom que le père de son maître, avec ou sans changement de genre (respectivement trois et deux exemples) ou que le fils de son maître (dans les deux cas, avec un changement de genre) : c’est peut-être la même explication qui prévaut.

  • 43 Affr. no 1142 : Κλεόμαντις Δείνωνος dégage des obligations liées à la paramona son affranchie Είσιά (...)
  • 44 Mulliez 2001, 289-303, texte no 2.
  • 45 On sait que le terme désigne souvent des “enfants illégitimes du maître avec une esclave”, quand il (...)

24Cette parenté naturelle peut se doubler d’une parenté légale, lorsque le maître finit par adopter l’enfant qui lui est né d’une esclave. Contrairement à ce que l’on a pu écrire, en effet, l’adoption d’un enfant d’esclave par un homme libre est parfaitement attestée, au moins à deux reprises dans la série des affranchissements delphiques. Le premier exemple avait été publié dès 1898 ; il était ignoré d’A. Babacos, qui considérait que “l’adoption d’un affranchi par un homme libre était (...) impossible” : il s’agit de l’affranchissement dans lequel Κλεόμαντις adopte le fils de son affranchie et lui donne son nom43. J’ai récemment publié le second exemple, où l’on voit Εἰρανίων Μενάνδρου modifier le contrat initial et, avant terme, libérer Συμφέρουσα des obligations liées à la paramona44 ; Εἰρανίων y reconnaît Συμφέρουσα pour sa fille, par ce qui n’est probablement qu’une façon d’admettre une filiation naturelle. Le terme θρεπτή utilisé en l’occurrence conforte cette interprétation45.

La parenté, fondement du droit successoral

  • 46 Affr. no 671, 936, 941, 949, 1115, 1142, 1143 et 1190.

25Si certains maîtres se désignent comme héritiers de leur affranchi(e) mort(e) sans enfants, certains maîtres désignent au contraire leur affranchi(e) comme héritier de leurs biens. De nouvelles lectures ont permis d’augmenter la liste de ces dispositions46. Très exemplaire, de ce point de vue, est la situation que l’on débrouille à travers les actes no 1142, 1168 et 1190. Dans l’affranchissement no 1142, déjà cité, Κλεόμαντις Δείνωνος désigne pour première héritière une certaine Σωσύλα, qui doit être son épouse ; au décès de celle-ci, les biens de Κλεόμαντις reviendront à son affranchie Eἰσιάϛ et au fils de celle-ci, né pendant le temps de la paramona et adopté par Κλεόμαντις, qui lui fait prendre son nom : la singularité de ces dispositions explique probablement l’indication unique τάδε φρονῶν καί νῦν qui ouvre le contrat. Dans l’affranchissement no 1168, les vendeurs Ἀριστίων Εὐκλείδα et Εἰσιάς Κλεομάντιος, avec le consentement du fils de cette dernière, Κλεόμαντις, affranchissent une esclave du nom de Σωστράτα : je ne doute pas que l’on retrouve ici et l’affranchie Εἰσιάς et son fils. Dans l’apolysis no 1190, enfin, Ἀριστίων et Εἰσιάς dégagent Σωστράτα de son obligation de paramona et Ἀριστίων fait préciser que les biens qu’il laissera à sa mort iront pour moitié à Κλεόμαντις, le fils d’Εἰσιάς, et pour moitié à l’affranchie Σωστράτα. Ainsi se trouve réglée la dévolution des biens dans cette suite de générations, ainsi se trouvent débrouillés les liens d’une parentèle qui associe des personnes de statut différent.

La γηροτροφία

  • 47 Affr. no 219.

26La γηροτροφία, on l’a vu, fait partie des droits et des obligations de la parenté et, au besoin, le maître rappelle ses obligations au nouvel affranchi. Il n’est pas inintéressant d’observer qu’un maître inscrit ce droit fondamental dans un affranchissement, en se désignant lui-même comme bénéficiaire de ces soins : le vendeur Ἐργασίών Σίμωνος attend de son affranchie qu’elle se comporte avec lui comme avec un père, ποιοῦσαν πατέρι Ἐργασίωνι τὰ νομιζόμενα47. Le contrat sert ici à rétablir juridiquement une sorte de lien de parenté, qui existait peut-être dans les faits. C’est également une forme de γηροτροφία qui ne dit pas son nom que l’on retrouve dans les affranchissements no 987 et 1016 : deux frères, Διόδωρος και Ἀριστοκλέας Φιλονίκου, imposent à une affranchie de demeurer au service de leur commune nourrice, probablement elle-même affranchie.

  • 48 Daux 1936, 3-4.

27A travers ces quelques exemples, nous voici introduits “dans la connaissance familière de la communauté delphique” - une communauté “qui ne commence vraiment à vivre sous nos yeux qu’aux environs de l’an 200”48. En même temps qu’elle contribue à les renforcer, la forme juridique adoptée à Delphes pour l’affranchissement révèle mieux que tout le fonctionnement des réseaux d’alliance dans toute leur complexité.

Annexes

Annexe - Table de concordance

Dans l’attente de la publication du Corpus des inscriptions de Delphes. V Les actes d’affranchissement, j’indique ici la correspondance entre le numéro de publication et l’édition antérieure la plus courante.

Notes

1 Affr. no 661 : la vente est le fait d’un frère et d’une sœur, qui agissent avec le consentement de leurs parents et de leur grand-mère paternelle.

2 Ce qu’expriment les verbes συνευαρεστέω, συνευδοκέω, συνεπευδοκέω ou encore συνεπαινέω.

3 On lacomparera avec l’indication contenue dans la consécration de l’esclave Ἀντίοχος par Καλλικράτης et Πραξώ : μὴ καταδουλίξαστω Ἀντίοχον μηθεὶς τῶν Καλλικράτεος καὶ Πραξοῦς (no 615, 1. 9-10).

4 Voir en particulier Vial 1984, 68-76.

5 Affr. no 264 et 292.

6 Affr. no 298 et 357.

7 Babacos 1966, 73.

8 IJG, p. 254.

9 Affr. no 1255.

10 Babacos 1966, 90 ; Cabanes 1976, 407-413 ; Lerat 1952, 138-142 et en particulier 141, n. 2 ; Vatin 1970, 250-251.

11 Vatin, 251. On a parfois voulu tirer argument du participe παρών ou συμπαρών pour conclure à l’existence d’une tutelle. Mais l’analyse précise des textes, que je développerai ailleurs, ne me paraît pas de nature à conforter cette hypothèse.

12 Affr. no 209. Ἀμύντας Ἀμύντα, fils du vendeur et bénéficiaire avec lui de la clause de paramona, est associé à la garantie de la vente, en même temps que le vendeur lui-même et le garant ; de même dans les affr. no 42 et 44 pour l’héritier - ὁ ἐπίνομος - du vendeur, qui n’intervient pas autrement dans le contrat.

13 On trouve déjà “quelques exemples, choisis parmi beaucoup”, dans la synthèse de Daux 1936, 58-59. Je n’ai retenu dans ce tableau que les cas les plus certains. On ne peut de toute façon déterminer que des relations généalogiques simples ; il faut la combinaison de plusieurs facteurs pour pouvoir déterminer que dans l’affr. no 675, par exemple, la sœur du garant est l’épouse du beau-frère du vendeur ( !).

14 A côté de ces relations purement familiales, on pourrait en faire valoir d’autres, dont j’indique quelques exemples épars :
— dans l’affr. no 68, le vendeur est un bouleute ; il désigne pour garant l’un de ses collègues.
— dans l’affr. no 658, un affranchi choisit pour garant son ancien maître.
— dans l’affr. no 943, le vendeur est un prêtre ; le garant qu’il désigne est fils de son collègue.
Citons encore le cas des affr. no 42 et 44 qui témoignent de ces relations entre le vendeur et le garant : dans le premier, le vendeur est Μίκκων Ξενώνδα et le garant Πολύων Νικάρχου ; dans le second, de quelques mois postérieurs, les rôles sont inversés. Les deux hommes ont en outre fait appel au même rédacteur, comme en témoignent de nombreuses similitudes entre les deux textes. Dans le texte no 475, Βάκχιος procède à un affranchissement avec Χαρίξενος Ἀλέξωνος ; leurs fils respectifs,’Άγρων Βακχίου et Πολέμαρχος Χαριξένου, συνευδοκέοντες dans ce contrat, sont ensemble garants dans l’affr. no 609.

15 Affr. no 435 ou 940.

16 Affr. no 1022 et 1036.

17 Entrent dans cette série les affr. no 445, 572, 945, 963, 1073, 1125 et 1222.

18 Affr. no 145, 209, 233, 296, 339, 940 et 946.

19 Affr. no 883 et 979 ( ?).

20 Affr. no 342, 660 ( ?), 1178 ou 1246.

21 Affr. no 774.

22 En d’autres termes, on se trouve mutatis mutandis dans la même situation que celle évoquée par Koptev 1995, 127-155.

23 Afir. no 589, 940 et 1219.

24 De même que je ne connais qu’un seul exemple de la tournure prépositionnelle oἱ περὶ... pour désigner un groupe de vendeurs, je ne connais qu’un seul exemple de cette même tournure pour désigner un groupe d’affranchis (no 936), plus généralement désigné par l’expression οἱ προγεγραμμένοι ou τὰ προγεγραμμένα σώματα.

25 Voir les observations de Hopkins & Roscoe 1978, 163-168.

26 Affr. no 1149.

27 Affr. no 32.

28 Affr. no 397.

29 Affr. no 506.

30 Affr. no 374.

31 Affr. n o 374.

32 Affr. no 214. Dans les faits, Ἡδύλα est la fille de Δώρημα.

33 Affr. no 150. - Δορκάς a très probablement continué à vivre sous le toit d’Ἀλέξων Χαριξένου après son affranchissement, - et ce détail n’est pas sans intérêt.

34 Voir les affr. no 344, 370, 426, 444, 546, 559, 603 et 709 ; même distinction dans la consécration no 642. Aucune distinction en revanche dans les affr. no 218, 378, 463 et 707.

35 Affr. no 344, 1. 14-15. Formulation similaire dans les affr. no 426,444 ou 709, e.g. Dans l’affr. no 572, il est même stipulé que l’affranchi ne peut adopter un enfant à qui elle laisserait ses biens.

36 Affr. no 344, 378, 218 et 426.

37 Affr. 546 et 1248, 1. 16.

38 Cette évolution a été mise en évidence dès 1898 par Colin 1898, 199.

39 L’impératif δότω est le plus couramment employé, mais on rencontre également, lorsqu’il s’agit d’enfants, θρεψάτω (no 1175, 1242 et 1246) ou παρασιησάτω (no 1180, 1192 et 1220).

40 Le premier exemple de cette clause est isolé en 160 a.C. : ἐκθρεψάτω (Νικὼ) παιδάρια δύο ἀδόλως (no 354).

41 Les éditeurs des IJG, II, p. 276, voient dans ces clauses un moyen pour l’esclave de se libérer de la paramona “avant terme” alors qu’il s’agit d’exigences qui viennent s’ajouter aux obligations inhérentes à toute paramona.

42 Nouvelle lecture.

43 Affr. no 1142 : Κλεόμαντις Δείνωνος dégage des obligations liées à la paramona son affranchie Είσιάς et le fils qui lui est né durant la paramona, Νικόστρατος, ὃν καὶ μετωνόμασα (sq. Κλεόμαντις Δείνωνος) θέσει Κλεόμαντιν (1. 3). G. Daux considérait que Κλεόμαντις Δείνωνος devait être le père naturel de cet enfant qui s’est d’abord appelé Νικόστρατος. Mais comme Εἰσιάς se fait ensuite appeler Εἰσιάς Κλεομάντιος (affr. no 1168, mentionné ci-dessous), on pourrait tout aussi bien considérer qu’Eἰoiάϛ est la fille naturelle de Κλεόμαντις, qui aurait donc adopté son petit-fils.

44 Mulliez 2001, 289-303, texte no 2.

45 On sait que le terme désigne souvent des “enfants illégitimes du maître avec une esclave”, quand il ne s’agit pas “d’enfants de parents pauvres ou d’enfants trouvés et élevés dans une famille, dont le statut (...) se situait entre celui de l’esclave et celui de la personne libre” (Μ. B. Hatzopoulos, dans Petsas et al. 2000, 37, 42 et 47-48, avec la bibliographie antérieure).

46 Affr. no 671, 936, 941, 949, 1115, 1142, 1143 et 1190.

47 Affr. no 219.

48 Daux 1936, 3-4.

Auteur

Directeur de l’École française d’Athènes. Dans les pages qui suivent, je renvoie à la numérotation établie pour le Corpus des inscriptions de Delphes. V. Les actes d’affranchissement (à paraître). On trouvera, en fin d’article, une table de concordance avec l’édition antérieure la plus courante ou la plus accessible.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search