Version classiqueVersion mobile

Parenté et société dans le monde grec

 | 
Alain Bresson
, 
Marie-Paule Masson-Vincourt
, 
Stavros Perentidis
, 
et al.

Première partie. Questions de méthode

Quelques remarques méthodologiques sur l’étude comparative des systèmes de parenté

Bernard Vernier

Texte intégral

1L’étude comparative des systèmes de parenté doit tenir compte de l’ensemble des traits structuraux susceptibles d’entrer dans leur composition, étudier leurs différentes combinaisons possibles sachant qu’un même trait peut avoir une importance variable selon les cas et prendre un sens différent selon la combinaison où il se trouve. S’agissant d’analyser un système de parenté concret, il faut montrer les interrelations qu’il entretient avec les caractéristiques de la société dans laquelle il fonctionne et examiner la façon dont la combinaison de traits qui le spécifie contribue à structurer (avec l’ensemble des autres structures sociales) les rapports de parenté pratiques : politiques, économiques, symboliques et affectifs.

  • 1 Bachofen 1861 [1996], 222. Sur Hippôn, philosophe grec du ve siècle, voir OCD, 711-712 (éd. de 199 (...)

2Les règles de filiation, de succession, de résidence, de mariage, la terminologie de la parenté, l’organisation des rapports entre les sexes et entre les générations, la relation aux morts, la représentation des mécanismes de la procréation et notamment du rôle qu’y jouent l’homme et la femme, font partie des traits structuraux des systèmes de parenté dont on n’a plus besoin de montrer l’importance. Depuis une époque plus récente, on s’intéresse de façon systématique aux effets (par exemple sur la filiation, les mariages préférentiels ou le champ d’application du tabou de l’inceste) des représentations portant sur la transmission des composantes de la personnes, âme(s), sang, chair, os, esprit, sperme, etc. Johann J. Bachofen rappelait déjà que, selon Hippôn, les os viennent du père et la chair de la mère et que lorsque Horus fut jugé on attribua à son père son esprit et son sang et à sa mère toute sa chair1.

3J’ai personnellement insisté sur l’importance des prénoms d’origine familiale et des règles de ressemblance physique et psychologique. Les ethnologues et les historiens ont bien vu l’importance des prénoms d’origine familiale. Mais ils ont souvent sous-estimé la contribution des règles de nomination à la structuration des rapports de parenté (économiques, politiques, symboliques et affectifs, cf. supra). Il est vrai que cet effet de structuration n’a pas la même importance dans toutes les sociétés ni, pour une société donnée, aux différents moments de l’histoire ou dans chacun des domaines évoqués.

  • 2 Malinowski 1930.

4Pour ce qui est des ressemblances, on peut trouver en Europe une foule d’auteurs qui depuis l’Antiquité développent diverses théories sur les ressemblances familiales. Il faut constater cependant que, malgré un texte magnifique de Bronislaw Malinowski2 que j’ai souvent cité, très peu de travaux ethnologiques fouillés ont été consacrés à ce sujet.

1. L’importance des règles de nomination et de ressemblances

  • 3 Voir notamment Vernier 1991 et 1999.

5C’est mon travail dans les îles grecques de la mer Égée qui m’a fait comprendre l’importance des règles de nomination et de ressemblances. Je partirai de l’exemple karpathiote, étudié de 1967 à 19863.

Karpathos

6Le système karpathiote se caractérisait par des lignées sexuées, féminines et masculines, nettement séparées ayant pour support des prénoms et des patrimoines indivisibles. Le premier-né des garçons appartenait à la lignée masculine de son père dont il héritait. Il ressuscitait son grand-père paternel dont il prenait le prénom ce qui légitimait son droit à l’héritage. La première-née des filles appartenait à la lignée féminine de sa mère dont elle héritait. Elle prenait le nom de sa grand-mère maternelle qu’elle ressuscitait. Les autres enfants étaient exhérédés. Les cadets émigraient et (dans le village d’Elymbos en tout cas) une majorité de cadettes restaient sur place, célibataires à vie. Elles servaient aux couples formés par leurs aîné(e)s d’ouvrières agricoles et de bonnes non rémunérées.

7Les lignées masculines et féminines recrutaient aussi les cadets, dont elles avaient besoin pour leur reproduction, par le système de nomination qui obéissait à un principe d’alternance : le premier garçon recevait le prénom du père de son père mais le deuxième celui du père de sa mère. Dans une famille de deux garçons sans fille, c’est donc le deuxième garçon qui recevait l’héritage féminin de sa mère car il portait le nom du père de sa mère. Mais il n’était qu’un relais provisoire pour la lignée maternelle. Il était obligé de transmettre le patrimoine féminin reçu à l’une de ses filles, à qui il donnait le prénom de sa mère.

8Ces règles de nomination contribuaient à structurer les rapports de parenté économiques et politiques (il fallait avoir le bon prénom pour hériter/l’héritier se retrouvait alors en position dominante dans les rapports d’exploitation intra-familiaux), symboliques (de prestige) et aussi (cela a été pour moi une grande découverte) affectifs. Les grandsparents considéraient comme des “étrangers” ceux de leurs petits-enfants qui n’étaient pas leurs homonymes. Et les parents, selon l’expression indigène, “se partageaient” les enfants. Un dicton résume bien la loi majeure qui gouvernait les rapports entre les grands-parents, les parents et leurs héritiers : “Là où va la fortune, là aussi va l’amour”.

  • 4 Voir Freud 1962 et Stekel 1911.

9Le pouvoir des prénoms était si fort qu’il contribuait aussi à structurer les rapports affectifs avec les étrangers à la famille. Cela m’a permis de vérifier statistiquement l’hypothèse de Sigmund Freud et Wilhelm Stekel sur l’existence de choix d’objet incestueux ayant pour support des prénoms4. On tend à épouser à Karpathos des étrangers homonymes des parents (père, mère ou germains) avec lesquels on a des relations privilégiées plus que ne l’aurait voulu le simple hasard. L’étude des choix matrimoniaux peut donc y être utilisée, comme test projectif, pour retrouver la logique à laquelle obéit l’économie affective familiale telle qu’elle est structurée notamment par le système de parenté.

  • 5 Leach 1972, Malinowski 1930.

10Ces règles de nomination s’accompagnaient d’une théorie des ressemblances familiales qui comportait plusieurs principes. L’aîné des garçons ressemble à sa mère et l’aînée des filles à son père. Le deuxième-né des garçons ressemble à son père et la deuxième-née des filles à sa mère. A partir du troisième-né de chaque sexe, il n’y a plus de règle. Les cadets ressemblent un peu aux deux parents mais ne sont la réplique d’aucun. Ainsi, la fille aînée appartenait à sa mère mais ressemblait à son père. Le fils aîné appartenait à son père, mais ressemblait à sa mère. Les règles de ressemblance contredisaient les règles de filiation. Il en allait de même chez les Kachin patrilinéaires de Birmanie (étudiés par Edmund Leach), où les enfants “ressemblent” à leur mère, et les Trobriandais matrilinéaires de Mélanésie (étudiés par Bronislaw Malinowski) où ils “ressemblent” à leur père5.

11Comment expliquer cette contradiction ? La théorie des ressemblances est là, selon Malinowski, pour rattacher physiquement et affectivement les enfants à celui des deux parents à qui ils n’appartiennent pas. A Karpathos, les règles de nomination exerçaient un tel pouvoir de structuration sur les rapports de parenté que la famille était virtuellement menacée d’éclatement. La théorie des ressemblances avait pour fonction de contrecarrer les effets dysfonctionnels de l’attribution des aînés à un parent déterminé. Elle rattachait chaque aîné à celui des deux parents qui pouvait être tenté de le négliger parce qu’il n’appartenait pas à sa lignée. Elle contribuait aussi à créer les conditions d’une collaboration harmonieuse entre les deux conjoints. La mère éprouvait de la gratitude pour son mari quand celui-ci aidait sa fille aînée qui lui ressemblait. La théorie des ressemblances mettait d’ailleurs elle-même en pratique cette collaboration, puisqu’elle faisait de la procréation un échange de dons entre les lignées : le père offrait son visage à l’enfant de sa femme. En échange celle-ci offrait son visage à l’enfant de son mari. Enfin elle venait souligner le statut inférieur des cadets qui n’étaient rattachés à aucun parent en particulier.

D’autres systèmes en Grèce

12L’utilisation de ces deux critères (nomination et ressemblance) permet de distinguer en Grèce d’autres systèmes de parenté. Mais dans beaucoup de régions, les jugements de ressemblance tels qu’ils s’exprimaient dans des régularités statistiques tendaient à renforcer l’effet d’affiliation exercé par le système de nomination. A Meganissi (île ionienne), la grande majorité des enfants, mais plus encore les aînés, étaient rattachés à la famille paternelle aussi bien par le nom (80 %) que par la ressemblance (63 %). Dans le Magne, sous le double rapport du prénom et de la ressemblance du visage, les premiers-nés (à l’intérieur de leur sexe) appartenaient à la famille paternelle et, dans une moindre mesure, les deuxième-nés à la famille maternelle. En passant de Karpathos à Méganissi on passe d’un système très égalitaire du point de vue des rapports entre alliés à un système très inégalitaire.

13La prise en compte des règles de nomination et de ressemblance permet de comprendre de façon plus fine le système maniote souvent décrit comme un système agnatique avec lignages agnatiques localisés. L’insistance sur la solidarité entre les porteurs d’un même nom de famille a occulté l’effet de structuration exercé en profondeur par les règles de prénomination. Les grands-parents et les oncles et tantes avaient un faible pour leurs petits-enfants ou neveux et nièces homonymes ou pour ceux qui portaient un nom provenant de leur côté. Dans cette société où la résidence du couple est patrilocale, les beaux-parents avaient souvent un faible pour les brus qui portaient le prénom d’une de leurs filles : “Comme ça le nom restait près d’eux quand leur fille les quittait pour se marier”. Quand un couple n’avait pas d’héritier, c’était une fille qui héritait et son mari venait s’installer “en gendre”. Il était alors en position inférieure, sauf dans le cas où, au contraire, il devenait le plus chéri des gendres : c’était celui où, fermant une plaie ouverte, il portait le prénom qu’aurait dû avoir le fils aîné de la maison.

Le système français

  • 6 Les différences de résultats entre ma première enquête publiée dans Ethnologie française et l’enqu (...)

14On a donc sous-estimé l’importance des règles de nomination et de ressemblance. Il serait intéressant de réexaminer tous les systèmes de parenté sous ces rapports, à commencer par les systèmes européens (je pense notamment au système russe). Prenons le cas des ressemblances. Notre propre système de parenté est un système bilatéral qui donne autant d’importance à la famille maternelle que paternelle. Une enquête sur plus de 3 000 jugements de ressemblances physiques et psychologiques montre que notre perception des ressemblances est structurée (comme souvent en Grèce) par un principe d’égalité entre les deux parents6, celui-là même qui structure déjà la transmission des prénoms d’origine familiale. La majorité des jugements font ressembler chaque enfant à ses deux parents ou (ce qui donne tout son sens au cas précédent) font alterner les ressemblances, d’un parent à l’autre, quand on passe d’un enfant à l’enfant suivant. Cette alternance est la plus forte (3 fois sur 4) quand son absence créerait une inégalité particulièrement difficile à supporter par l’un des partenaires, c’est-à-dire dans les fratries de deux enfants de même sexe où, pour cette raison, la partie lésée n’a aucune chance de trouver une compensation de même nature, physique ou psychologique, à travers un autre enfant.

15Le système karpathiote tendait à attribuer chaque enfant important à un parent ou à un côté parental donné. Il fixait clairement les droits. Sous réserve d’un léger biais patrilatéral, le système français semble livrer l’appropriation du premier enfant au jeu de la libre compétition entre les parents et entre leurs familles. Mais le principe d’alternance tend à assurer un minimum d’équilibre dans les gains des deux parents en instaurant un système de compensation qui remplace l’enfant “perdu” (c’est-à-dire attribué au partenaire) par un autre relativement équivalent dans le cadre, ici aussi, d’un échange de dons et de bons procédés entre les conjoints. En assurant une relative égalité dans les gains des deux parents, notre taxinomie officieuse supprime une cause de frustration et contribue ainsi à établir les conditions d’une bonne entente entre les conjoints et, par là, de la stabilité familiale. La revendication des deux parents et de leur famille à une égalité des droits dans l’appropriation symbolique des enfants s’exprime soit en partageant un même enfant entre les deux parents (il ressemble physiquement aux deux parents ou physiquement à l’un et psychologiquement à l’autre), soit en répartissant entre les deux parents les enfants qui se suivent.

Quelques conclusions provisoires

  • 7 On peut porter plusieurs noms renvoyant ou non au même côté parental. Dans certaines sociétés comm (...)

16Au total, les systèmes de parenté peuvent se distinguer entre eux notamment par la façon dont ils associent, ou non, par la ressemblance et/ou par le nom7 des catégories d’enfants (différenciées par le sexe et l’ordre de naissance) et des catégories de parents (père, mère, grands-parents ou oncles et tantes patri-ou matrilatéraux) vivants ou morts ; selon qu’ils s’intéressent au classement, sous ce rapport, de tous les enfants ou seulement (comme à Karpathos) de certains d’entre eux ; selon le ou les agents qui attribuent ces noms ou qui sont les médiateurs de la transmission des ressemblances. Selon que la ressemblance advient comme un destin naturel, comme le produit d’une volonté, le résultat d’une compétition ou l’effet d’une combinaison de ces facteurs ; selon qu’il existe ou non des règles explicites, que certaines ressemblances sont taboues ou non (comme souvent celle entre le père et le fils aîné qui lui succède) ou qu’il est plus ou moins bien vu de parler des ressemblances familiales.

17Une étude comparative permet alors de mieux comprendre la spécificité de chaque système, la nature plus ou moins inégalitaire des rapports entre conjoints et entre familles alliées, la clôture plus ou moins forte de la famille nucléaire sur elle-même et le statut qu’occupe chaque enfant en fonction de son sexe et de son ordre de naissance, selon qu’il est rattaché ou non à un parent précis, paternel ou maternel. Les règles de nomination et de ressemblance, qui constituent deux modes d’appropriation symbolique des enfants et entrent dans des rapports variés avec le principe de filiation, contribuent à définir l’identité plurielle des personnes.

18Il n’est pas impossible enfin que les règles de ressemblance donnent parfois un sens vécu inattendu aux mariages préférentiels entre parents. La règle turque selon laquelle les garçons ressemblent à leur oncle maternel et les filles à leur tante paternelle transforme le mariage avec la cousine croisée matrilatérale (fille du frère de la mère), considéré par Claude Lévi-Strauss comme fondé sur l’échange généralisé et caractéristique d’une société capable de prendre des risques, en un mariage psychologiquement doublement incestueux. Du point de vue des marieurs d’abord, puisque le frère et la sœur trouvent dans le mariage de leurs enfants le moyen d’unir ainsi, sous le rapport des ressemblances, des équivalents d’eux-mêmes. Du point de vue des conjoints ensuite, puisque l’homme épouse alors une femme qui ressemble à sa mère, et la femme un homme qui ressemble à son père. Cette hypothèse paraîtra peut-être moins hasardeuse si l’on sait que, à Djerba, il est important qu’une fille ressemble à la sœur de son père car ainsi, dit-on, le grand-père paternel peut garder chez lui la fille qu’il a perdue quand elle s’est mariée (en la personne de la fille de son fils). Curieusement, on trouve en Grèce, occupée pendant plusieurs siècles par les Turcs, le dicton suivant dont j’ignore cependant s’il existe aussi en Turquie : “La femme dès sa naissance ressemble à sa belle-mère. Le mari dès sa naissance ressemble à son beau-père”. Ce qui correspondrait exactement à la situation d’un mariage avec la cousine croisée matrilatérale associée au dicton turc selon lequel les garçons ressemblent au frère de la mère et les filles à la sœur du père.

19Quoi qu’il en soit, les règles de nomination et de ressemblance constituent autant de modalités possibles de l’affiliation (beaucoup plus individualisée que l’affiliation globale par le sang, la chair ou les os ou que par une théorie donnée de la procréation) et doivent être considérées comme faisant partie des traits fondamentaux qui permettent de spécifier un système particulier et de l’introduire dans une typologie générale. Ces règles peuvent, on l’a vu, se renforcer ou se contredire. Elles peuvent aussi contredire, renforcer ou entrer dans des rapports complexes avec le principe de filiation officiel. Elles peuvent donc introduire une différence significative entre deux systèmes de parenté ayant le même principe de filiation.

20Soit le cas de quelques systèmes patrilinéaires. Les Kachin de Birmanie affirment que les enfants ressemblent à leur mère. Les Maniotes de Grèce tendent à classer à la fois sous le rapport du nom et de la ressemblance les enfants premiers-nés à l’intérieur de leur sexe du côté de leur père et les deuxièmes du côté de leur mère. Mais dans le même pays les Méganissiotes donnent à leurs enfants, surtout à l’aîné, des prénoms de la famille paternelle et supposent que la majorité des enfants, surtout l’aîné quel que soit son sexe, ressemblent à leur père sans qu’il y ait d’alternance entre les enfants. En Turquie, du Kurdistan à Istanbul, chez les Kurdes comme chez les Arméniens, un dicton fait ressembler, on l’a vu, les garçons à leur oncle maternel et les filles à leur tante paternelle.

21La prise en compte de la présence ou de l’absence d’un principe d’alternance structurant les règles de nomination et de ressemblance offre une autre façon d’établir des distinctions entre systèmes de parenté, y compris entre ceux qui connaissent le même principe de filiation. On ne peut voir dans la règle d’alternance, où se lit l’exigence d’un minimum de réciprocité, un invariant régional qui refléterait la bilatéralité des systèmes de parenté européens qu’à condition d’oublier qu’il en va différemment à Méganissi, que dans certains cas (Karpathos) l’alternance fonctionne dans le cadre d’une alliance égalitaire entre lignées sexuées pour lesquelles le terme de bilatéralité est particulièrement inadéquat, sauf à en faire un concept mou à géométrie variable, et que dans la plupart des autres elle profite d’abord au père et à la famille paternelle (Magne). On peut alors la considérer comme l’une des conditions du bon fonctionnement d’un système plus ou moins inégalitaire dans une société qui ne supporte l’inégalité que dans certaines limites. La prise en compte des règles de nomination et de ressemblance permet de poser la question de l’intérêt heuristique qu’il y a à définir les systèmes de parenté européens comme des systèmes simplement indifférenciés ou bilatéraux. La notion de bilatéralité ne rend pas compte des effets de structuration exercés par les différents systèmes de nomination grecs sur les rapports de parenté et notamment sur la définition de la parentèle qui peut servir d’appui à Ego.

22Dire que deux systèmes de parenté sont identiques, c’est dire qu’ils possèdent les mêmes traits structuraux donc, aussi, les mêmes règles de nomination et de ressemblance. Il n’est pas sûr cependant que ce soient les comparaisons trait à trait qui soient les plus intéressantes.

2. Sur les difficultés de la comparaison et de la reconstruction a posteriori

L’autonomie différentielle de chaque trait structural

23Si les règles de nomination et de ressemblance étaient indissociablement liées entre elles, ainsi qu’avec les rapports de parenté qu’elles contribuent à structurer, il suffirait de dresser la carte de distribution des systèmes de prénomination en Tl pour obtenir celle des théories des ressemblances, des systèmes de parenté et des rapports de parenté correspondants au moment considéré. Les choses sont en réalité beaucoup plus compliquées. Les traits structuraux qui composent les systèmes de parenté disposent d’une autonomie relative plus ou moins grande les uns par rapport aux autres mais aussi, les deux étant liés, chacun par rapport aux différents aspects du changement social. Ils ne se transforment donc pas au même rythme.

24Les ethnologues l’ont montré depuis longtemps : la filiation matrilinéaire peut s’accompagner d’une règle de résidence matrilocale ou patrilocale. Une terminologie de la parenté eskimo comme celle de Karpathos est compatible avec des systèmes de parenté très différents, y compris quand leurs terminologies utilisent le même vocabulaire : les termes de référence karpathiotes sont les mêmes que dans une grande partie de la Grèce.

25A propos du changement social maintenant, on peut avancer qu’un changement structural dans les règles de nomination (ou de ressemblance) reflète toujours (et contribue à renforcer) des transformations du système de parenté liées à de profondes transformations sociales. Et qu’une absence de changement social important se traduit par une stabilité des règles de nomination. Mais l’existence d’un lien entre transformation des règles de nomination (et de ressemblance) et changement social implique-t-il pour autant qu’un changement social important, même dans le domaine de la parenté, entraîne toujours une transformation structurelle des règles de nomination et que les historiens peuvent donc utiliser la stabilité de ces règles comme indicateur d’une stabilité du système de parenté et de la société ? Il suffit d’examiner le cas karpathiote pour répondre, par la négative, à ces questions. Un ensemble impressionnant de changements structuraux et qui vont jusqu’à remettre en cause l’existence même de la société (émigration massive ; dévalorisation des champs, qui sont la base économique de l’existence des lignées ; mariage des cadettes ; modification des règles d’héritage des biens masculins...) se traduisent, par une application encore plus stricte des règles de nomination traditionnelles. Ces règles sont donc très peu sensibles au changement, y compris quand il affecte d’autres aspects du système de parenté. Elles sont compatibles avec des moments très différents de l’évolution du système, y compris avec une phase avancée de sa destructuration. On ne peut donc pas en déduire l’état des rapports de parenté.

La notion de système de parenté

26Faut-il en déduire que le domaine de la parenté est profondément chaotique et qu’il est impossible d’y établir des relations d’interdépendance ? Bien sûr que non. On sait que certains traits structuraux présentent une certaine affinité (socio-logique) et sont, statistiquement, co-présents avec une certaine fréquence : dans les systèmes matrilinéaires, la transmission des biens et la succession à une position sociale passent le plus souvent de l’oncle utérin au fils de la sœur, alors que dans les systèmes à filiation patrilinéaire elle passe du père au fils. La filiation patrilinéaire s’accompagne également assez souvent pour le jeune couple d’une résidence patrilocale.

27Surtout, le fait que deux traits structuraux se contredisent n’implique en aucun cas chaos ou irrationalité. On cherche souvent dans cette contradiction un équilibre des pouvoirs. La contradiction fréquente dans les systèmes matrilinéaires entre la filiation qui attribue les enfants au groupe de la mère et la règle de résidence qui fait habiter le couple dans le groupe du père a été comprise, à juste titre, par Claude Lévi-Strauss comme le produit d’une stratégie visant à équilibrer les droits et les pouvoirs entre les alliés. Il en va de même pour les règles de ressemblances, qui peuvent suivre ou contredire les règles de nomination. Dans un cas on renforce l’effet de structuration exercé par les prénoms sur les rapports de parenté et, dans l’autre, comme à Karpathos, on contrecarre ses effets jugés dysfonctionnels. Ajoutons que, à un niveau plus profond, les règles de ressemblance et de nomination dans les deux cas obéissent au même principe d’alternance qui établit une égalité parfaite entre les alliés.

28Le champ d’application de la notion de système de parenté peut donc aussi s’appliquer aux “systèmes” dont certains traits structuraux se contredisent. Ce qui est important, ce n’est pas l’existence d’une cohérence logique formelle, c’est le fait que l’articulation particulière de ces traits réponde à certaines exigences du milieu et/ou permette un équilibre donné de droits et de devoirs et/ou un certain type de rapport de force entre les groupes alliés et à l’intérieur de chacun des deux groupes.

Au delà des évidences

29L’autonomie des règles de nomination par rapport à l’histoire n’implique pas que les systèmes de parenté échappent à l’histoire et aux déterminations sociales. Toute une dimension de l’ethnologie et de la sociologie des systèmes de parenté s’attache au contraire à montrer, de la façon la plus précise possible, les effets des différentes dimensions du changement social sur chacun des traits structuraux des systèmes de parenté, comme je l’ai fait pour les effets de l’émigration à Karpathos.

30Si les règles de nomination karpathiotes ont survécu aux bouleversements de la société et du système de parenté, c’est que les nouveaux rapports de parenté continuaient pour une part à obéir à l’ancienne logique et, surtout, que ces règles continuaient à exprimer et reproduire le rapport égalitaire, inchangé, entre les alliés. Pour qu’elles se transforment du point de vue de leur loi structurale fondamentalement égalitaire, il aurait fallu qu’apparaissent des rapports inégalitaires entre alliés. Elles sont compatibles avec tous les systèmes qui établissent une égalité parfaite entre les alliés (au moins en ce domaine), comme les systèmes cognatiques et les systèmes parallèles.

31Pour être vraiment intéressante, l’analyse comparative doit s’intéresser aussi aux ressemblances générales entre les systèmes. Tous ceux qui ont des règles de nomination karpathiotes ont en commun la volonté d’établir une égalité entre les alliés qui peut se retrouver ou non selon les cas (comme le disait Radcliffe-Brown pour ce qu’il appelait les principe structuraux) dans d’autres domaines. Cette volonté d’alternance et d’égalité entre les parents et les alliés qui existe dans les règles de nomination se retrouve à Karpathos dans la terminologie de la parenté, les règles de ressemblance et les règles de résidence du couple, qui habite d’abord dans la maison de la femme puis dans celle de l’homme.

32Des différences entre systèmes qui, à première vue, paraissent très importantes, peuvent donc cacher des ressemblances plus profondes. Dans les systèmes de parenté grecs, les règles de ressemblances peuvent suivre ou contredire les règles de nomination, mais ils ont souvent en commun quelque chose de beaucoup plus important que ces différences évidentes : le fait que bien souvent, dans les deux domaines, les règles obéissent à un principe d’alternance qui établit une égalité (plus ou moins forte selon les cas) entre les familles alliées.

33Il existait dans les îles de la mer Égée au moins trois systèmes de transmission des biens. Dans le système karpathiote, le premier fils héritait de son père et la première fille de sa mère ; dans le système sifniote, les filles tendaient à hériter de leur mère et les fils de leur père (la différence avec le système karpathiote étant le degré auquel étaient avantagés les aînés de chaque sexe) ; dans le système de Lesbos (Mytilène), la fille aînée prenait l’ensemble des biens qu’elle recevait donc de sa mère. Les différences apparemment très importantes entre ces trois types de règles d’héritage cachent en réalité l’appartenance des îles de ces trois systèmes à un même groupe de transformation. Ce qui frappe, c’est d’une part la coexistence parfois de plusieurs systèmes au même endroit, qu’il s’agisse de pratiques différentes d’un village à l’autre, ou même d’une catégorie sociale à l’autre et, d’autre part, les possibilités structurales mais aussi sociologiques et historiques du passage d’un système à l’autre.

34Une île comme Nissyros peut être classée dans le système 1, celui de Karpathos, quand le père a un patrimoine masculin à transmettre ou dans le système 3 (transmission de la mère à la fille aînée) dans le cas contraire. Dans l’île d’Andros certains villages connaissaient le système 1 et d’autres le système 2 (patrimoine féminin distribué aux filles et patrimoine masculin aux garçons). Or, on a la preuve que certaines îles sont passées du système 1 au système 2. A Tilos, par exemple, qui connaissait un système de primogéniture bilatérale, la réforme de 1911 a imposé une variante du système 2 : la première fille dut se contenter de la moitié de la fortune maternelle, le reste étant partagé entre les cadettes et le premier fils ne prit plus que la moitié de la fortune paternelle, le reste étant laissé aux cadets. Il est bien possible qu’une évolution de ce type se soit produite à Andros, même si la coexistence des deux systèmes peut également être expliquée par la plus ou moins grande richesse des villages concernés au moment considéré. Il est probable que les cadettes avaient d’autant plus de chance de bénéficier d’une partie du patrimoine féminin que celui-ci était plus important. L’exemple de Karpathos, mais aussi semble-t-il de Nissyros (Nisyros), montre que le système 1 de primogéniture bilatérale peut évoluer dans le sens d’une exhérédation de l’aîné des garçons (au niveau des biens de famille) au profit de la deuxièmenée des filles qui porte le nom de la mère de son père. Pour Nissyros, nous avons les procès-verbaux du conseil spirituel du village de Mandraki où l’on peut voir qu’en 1916 la première fille prenait la fortune de sa mère et la deuxième la fortune acquise ou héritée de son père, le reste des enfants prenant “par indulgence” certains champs sans valeur. Voilà qui nous évoque la situation que connaissait à un moment Lesbos où ce fut la deuxième fille qui prit la fortune acquise par son père. On voit l’intérêt de ces exemples. Un système où la deuxième fille hérite de son père ne peut qu’être transitoire et évolue vers le système 3. En effet, comme on le voit pour Karpathos, les deuxièmes-nées quand elles héritent sont conduites dans une société qui valorise les aînées à transmettre le patrimoine qu’elles ont reçu de leur père à leur propre fille aînée, laquelle le transmettra à son aînée. Il est bien possible que d’autres îles aient connu une évolution de ce type. Bien sûr, pour la fortune acquise la situation est différente. Rien ne s’oppose à ce que, comme à Lesbos peut-être, le père cède sa fortune acquise à sa deuxième fille qui la cédera (ensuite) à son aînée, les deux types de circulation se poursuivant à chaque génération jusqu’à ce qu’un autre élément fasse évoluer le système.

35Dans une société qui sépare les patrimoines masculins et féminins (impératif sociologique), la transformation du système 1 en système 2, où les patrimoines paternels et maternels qui revenaient auparavant aux aînés sont désormais distribués de façon plus égalitaire respectivement aux garçons et aux filles, peut s’expliquer par l’émergence d’un plus grand souci d’égalité. Ce changement dans le système des valeurs semble avoir été encouragé par la pression de l’Église et de l’État, et il a été finalement rendu possible par les changements économiques. Le développement d’une économie monétaire par exemple et/ou un nouveau type d’émigration vers des pays plus riches ont pu contribuer à dévaloriser la terre et à faire que le patrimoine ancestral perdît de son poids relatif dans l’ensemble des biens à transmettre. Le droit d’aînesse, on s’en souvient, ne s’appliquait théoriquement qu’au patrimoine possédé de longue date dans la famille. Dans une situation où la fortune acquise devenait plus importante que le patrimoine, la nécessité de réserver ce dernier à l’aîné s’imposait avec moins de force. Il fallait surtout que les aînés participent à la distribution de la fortune acquise. C’est ainsi que, à Karpathos, la coutume écrite pour la première fois en 1864 laisse à l’aîné le choix soit de prendre le patrimoine de sa lignée, soit de prendre deux part de l’ensemble (patrimoine + fortune acquise) divisé par le nombre d’enfants plus un. C’est dans un contexte de ce genre que les cadets ont probablement été amenés à hériter d’une partie du patrimoine. Dans un village d’Andros a existé à un moment donné une variante du système 2, les filles recevaient deux parts de la fortune maternelle et une part de la fortune paternelle et les garçons, inversement, deux parts de la fortune paternelle et une part de la fortune maternelle. Dans la mesure où les patrimoines féminins et masculins pouvaient être de volume très inégal, cette variante, qui continue à maintenir la distinction entre biens féminins et biens masculins, correspond on le voit à un plus grand souci d’égalité entre tous les enfants et non plus seulement entre tous ceux d’un même sexe. Il est clair que cette transformation du système 2 ne peut déboucher à la longue que sur un nouveau système de parenté sans lignées sexuées.

36Dans un contexte où, pour des raisons diverses, notamment la croissance de l’émigration masculine, il devient difficile de marier les filles, le système 1 de primogéniture bilatérale peut se transformer en système 3 (tout pour la fille aînée) soit directement, soit (et c’est peut-être le plus probable), comme à Karpathos, par l’intermédiaire d’une phase transitoire presque invisible pour les observateurs car de courte durée dans chaque famille, où le patrimoine masculin est donné à la deuxième fille.

37Il serait pourtant dangereux de tomber dans une conception unilinéaire de l’évolution et de donner une origine commune à des systèmes qui en tout état de cause correspondent à des conditions socio-économiques particulières : état de développement de l’économie monétaire, rapport de force, notamment numérique, entre les sexes sur le marché matrimonial local, stratégies de reproduction des différentes classes dans un contexte de changement social, état du rapport entre l’ensemble des ressources disponibles et importance de la population, etc. Dans une société où les deux aînés sont de toute façon valorisés, le système 3 (transmission de la mère à la fille aînée) a pu se transformer, comme on le voit à Myconos dans une partie des familles, en une variante du système 1 où les deux aînés sont avantagés sans qu’il soit tenu compte de façon rigoureuse cette fois de la distinction entre fortune masculine et féminine. Et bien d’autres évolutions sont possibles. Ainsi, dans un contexte où la fortune acquise par les hommes est investie dans le tourisme sous forme d’hôtels, de pensions et de restaurants, ces biens qui forment peut-être la part la plus importante de la fortune familiale peuvent se transmettre, comme par exemple à los, en ligne masculine, avec probablement un avantage donné au fils aîné.

38Il apparaît semble-t-il raisonnable de penser qu’une partie relativement importante des îles de la mer Égée, tant du Dodécanèse que des Cyclades, a connu dans le passé un système de parenté profondément original. Ce système se caractérisait par les traits suivants :

  1. L’existence de lignées sexuées constituées d’aînés et/ou d’aînées à l’intérieur de leur sexe. Elles avaient pour base matérielle des patrimoines sexués dont l’intégrité était plus ou moins bien protégée selon les îles, les catégories sociales et l’époque considérées.
  2. Un système de transmission des prénoms (de type karpathiote) soumis à un principe d’alternance qui assurait une stricte égalité de traitement entre les familles alliées.
  3. Un lien entre l’origine du prénom et la fortune dont on pouvait hériter ce qui était à la base des stratégies de captation d’héritage et parfois des stratégies d’adoption.
  4. Le prénom contribuait à définir l’identité sociale de l’individu. Les rapports que chacun entretenait avec sa parentèle et, même si c’était de façon minime, avec le reste des villageois, tendaient à être déterminés en partie par l’origine du prénom qu’il portait.
  5. La résidence du couple était matrilocale ou uxorilocale en tout cas pendant la plus grande partie de la période féconde de la femme.
  6. Les femmes-héritières disposaient d’une position élevée dans les rapports de force domestiques et d’une large marge d’initiative.

39La plupart des traits retenus pour définir le système de parenté karpathiote connaissaient une aire de distribution qui dépasse largement celle des îles concernées par ce système. La spécificité de ce dernier est tout entière dans l’articulation du double droit d’aînesse avec les autres traits qui ne lui sont pas spécifiques. On peut en effet trouver dans de très nombreuses îles dont nous avons parlé (et même en Grèce continentale) une transmission sexuée des biens, la règle paterna paternis, materna maternis, des règles de transmission de prénoms grossièrement identiques, un lien plus ou moins fort entre les prénoms et les biens dont on hérite et une résidence matri-ou uxorilocale. Tous ces traits sont relativement stables, ce qui implique l’appartenance à un même ensemble culturel. Les différences structurelles entre les îles proviennent essentiellement de l’articulation de ces traits de base avec un élément variable constitué par le système de transmission des biens qui, lui, est soumis à l’influence de différents facteurs comme les stratégies de reproduction des différentes catégories sociales, le rapport entre superficie cultivable et l’importance de la population ou le rapport de force notamment numérique entre les sexes sur le marché matrimonial.

40Ces systèmes à droit d’aînesse plus ou moins prononcé doivent en partie leur survie à la résistance des villageois, en concurrence les uns à l’égard des autres, qui défendaient leurs intérêts en termes de position sociale contre la politique égalitaire de l’Église et de l’État. Ils appartiennent au même groupe de transformation. L’on pouvait passer socio-logiquement facilement de l’un à l’autre. Les changements constatés, comme ceux qui font passer le système de transmission des biens du système 1 ou du système 3 à un système où le père transmet sa fortune héritée ou acquise à sa deuxième fille, existent déjà en creux dans les possibilités structurales de ces systèmes qui créent un lien entre le père et sa fille par l’intermédiaire des prénoms ainsi qu’un lien entre les prénoms et la fortune dont on peut hériter.

41Le fait qu’un même système de nomination soit compatible avec plusieurs systèmes de parenté attire l’attention sur ce qu’il peut y avoir de structuralement commun à ces différents systèmes et invite à poursuivre l’analyse vers l’étude des compatibilités sociologiques entre les différents traits structuraux des systèmes de parenté et vers l’étude de l’appartenance éventuelle de différents systèmes de parenté au même groupe de transformation. Faire avancer ce type d’études, c’est en tout cas se donner de nouveaux atouts pour pouvoir élaborer des hypothèses raisonnables sur les systèmes de parenté mal connus qui ont laissé derrière eux, offertes au déchiffrement, des traces écrites de certains de leurs traits structuraux les plus importants, comme les règles de nomination.

L’usage des actes notariés

42Quelle est la valeur des actes notariés pour reconstituer les systèmes de parenté ? Ceux qui ont travaillé dans les îles par entretiens approfondis et qui ont lu les travaux d’historiens basés sur le dépouillement des archives notariales (contrats de mariage, testaments) savent que celles-ci ne donnent qu’une image tronquée de la réalité. D’autres l’ont dit avant moi : ces actes correspondent à des circonstances spéciales (par exemple quand la transmission est liée à une contrepartie, etc.) mais aussi à des populations particulières. Ils sont peut-être particulièrement fréquents pour éviter toute contestation en cas de rupture avec la pratique coutumière. Le recours possible aux règles turques diminue la visibilité des systèmes locaux. Dans toute l’Europe, la pratique du droit d’aînesse s’est poursuivie, par divers subterfuges, bien après son abolition officielle.

43Les archives des îles de la mer Égée détiennent une part de vérité, mais il faut les utiliser avec prudence car elles occultent certaines stratégies. Dans les systèmes inégalitaires où l’agriculture tend à perdre de son intérêt, les parents les plus lucides continuent parfois à avantager l’aîné non dans le partage des terres mais en finançant ses études. Pour apercevoir le système traditionnel, il faut aussi pouvoir isoler les familles dans l’île “depuis toujours” et distinguer les patrimoines des fortunes acquises qui, elles, sont transmises de façon plus libre.

44Les chercheurs qui travaillent sur la Grèce opèrent souvent dans le matériel disponible des ponctions à intervalles temporels réguliers pour dégager des évolutions. Cette méthode tend malheureusement à scinder l’ensemble des documents qui concernent une même famille. Or, pour reconstituer les anciennes règles, il faut reconstituer des fratries complètes, connaître leur composition par sexe, distinguer les cas “purs” où existent des enfants de chaque sexe et suivre la transmission des biens dans ces familles reconstituées sur plusieurs générations. Enfin il faut tenir compte non seulement de la transmission entre parents et enfants mais aussi entre grand-parents et petits-enfants homonymes.

45On peut utiliser deux méthodes grossières mais utiles pour savoir jusqu’à quand les aînés ont été avantagés : calculer jusqu’à quelle période les aînés de chaque sexe sont restés ou se sont mariés plus souvent au village que les cadets et calculer jusqu’à quand les aînés ont eu tendance à se marier entre eux. Ces techniques sont utilisables dans d’autres sociétés.

3. En guise d’ouverture

Des racines antiques pour le groupe de transformation égéen ?

  • 8 Bresson 1981 et 1983.

46C’est Alain Bresson qui, à ma connaissance, a été le premier chercheur à s’intéresser de façon méthodique aux racines antiques possibles du système égéen8. Il me semble avoir démontré dans deux très beaux articles que l’on retrouve dans la Rhodes antique et/ou dans l’Athènes classique le même système de transmission des prénoms et les mêmes stratégies d’adoption et de captation d’héritage que celles trouvées à Karpathos. Voilà qui pose sous un nouveau jour le problème de l’ancienneté du groupe de transformation égéen. De mon côté, j’étais fasciné par un texte d’Hérodote sur la Lycie sans oser l’utiliser comme preuve tant il avait été critiqué par les spécialistes. Je savais par ailleurs que pour un certain nombre d’îles, par exemple Siphnos ou Lesbos, le système n’apparaît jamais aussi pur (dans son état “organique”) qu’au moment (début xixe, ou fin xviiie siècle) où les documents cessent d’être accessibles. Je n’ai pas de nouvelles données à apporter sur les nombreux siècles intermédiaires. C’est dire le caractère purement hypothétique de ce que je vais avancer ici. La science (comme les sociétés) progresse par essais et erreurs. Il me semble que le progrès dans la connaissance de la Grèce antique donne un début de crédibilité à l’hypothèse des racines antiques et suggère que l’on réexamine le cas lycien. Le fameux code de Gortyne n’est peut-être qu’une des variations possibles à l’intérieur du groupe de transformation égéen.

  • 9 Vérilhac & Vial 1998, notamment p. 125 sq.
  • 10 Vérilhac & Vial 1998, 156.

47Les spécialistes de l’Antiquité (par exemple A.-M. Vérilhac et Cl. Vial à qui nous empruntons les données qui suivent9) semblent d’accord pour dire que l’on a sous-estimé la possibilité qu’avaient les femmes d’hériter (par l’intermédiaire de leur dot notamment) de biens immobiliers (terres et maison) dont la valeur à Athènes pouvait atteindre, dans certains cas, la moitié de celle des garçons. A Athènes, les époux vivent sous le régime de la séparation des biens ; chacun les retrouve en cas de divorce. Mais les îles de la mer Égée (par exemple, Amorgos, Délos, Myconos, Ténos au iiie siècle a.C.), se distinguent par une meilleure protection des dots féminines. C’étaient tous les biens immobiliers du mari et non seulement certains biens (comme à Athènes) qui servaient de gage. On peut soupçonner que le statut de la femme y était meilleur. Les femmes avaient leur propre fortune, parfois les plus importantes de l’île. C’est le cas à Ténos où, sous tutelle d’un mari ou d’un frère, les femmes mariées ou célibataires interviennent environ pour moitié dans les transactions comme acheteuses ou vendeuses de terres et/ou de maisons. Elle reçoivent une part d’héritage sous forme de dot ou de testament. Il en va de même à Délos (et Amorgos) où des noms féminins reviennent très souvent dans les comptes et où l’approbation de la femme est nécessaire pour les opérations du mari. Un assez grand nombre de femmes, en vue d’emprunts, hypothèquent une maison dont elles sont propriétaires. Il n’est pas impossible qu’à Délos l’aîné soit avantagé. Le système des noms par alternance produit des homonymes et comme le suggèrent les auteurs, à Ténos, le nom peut jouer un rôle dans la transmission des biens : un homme Chairélas donne la quasi totalité des biens à sa fille et fait un legs au profit de celui de ses petits-fils qui porte son nom (fin ive siècle a.C.)10. Un certain nombre d’enfants portent un nom d’origine maternelle et notamment (en cas d’héritage de ce côté) celui du grand père maternel. Ce nombre pourrait être plus important si l’on connaissait l’origine du nom des cadets généralement moins connue. Comme s’il y avait une contradiction (dont on ne connaît pas l’importance) entre les règles de nomination et l’organisation globalement patrilinéaire.

  • 11 Vérilhac& Vial 1998, 112.
  • 12 Vérilhac& Vial 1998, 113.
  • 13 Vérilhac & Vial 1998, 156.

48Il semble que les Cyclades n’aient pas connu l’institution, si caractéristique du système de parenté patrilinéaire athénien, de l’épiclère. On marie la fille unique héritière non avec un parent agnatique (avec le but de conserver la fortune dans le groupe agnatique et d’assurer ainsi la reproduction de sa position sociale), mais avec un étranger quitte à donner à l’un de ses fils le nom du père de sa mère ou celui du frère de l’héritière (celui qui aurait dû avoir la fortune s’il était vivant), comme on l’a vu plus haut. La lignée du grand-père se poursuit donc à travers son petit-fils homonyme qui est fils de sa fille. Ce qui montre l’importance des noms et du lien entre le nom et l’héritage. C’est le cas d’Epitéleia à Théra en 200 a.C. ; cette femme sans frère vivant épouse un étranger : “Il est clair (disent les auteurs) qu’(elle) est l’héritière de la totalité des biens de son père et de sa mère ; elle vivante, Andragoras, son fils et le petit-fils du défunt, ne reçoit rien”11. C’est cette fille qui est considérée comme la continuatrice de la lignée. Epitéleia donne à son fils le nom de son frère mort à qui devait aller la fortune. On trouve la même coutume à Délos : la fille sans frère épouse souvent un non parent et elle est une héritière à part entière de la fortune paternelle. Elle pouvait hypothéquer sa maison patrimoniale12. Dans trois cas sur cinq, un des fils de l’héritière porte le nom de son grand père maternel. La même coutume existait aussi à Ténos (Iphikritè, fille de Chairélas, fin ive siècle) : on se marie à l’extérieur de la famille et le fils prend le nom du père de sa mère13.

  • 14 Syll. 3 1015,1. 6-7, cf. Vérilhac & Vial 1998, 50, n. 27.

49Enfin, indice de l’importance de la parenté maternelle, si en Grèce la citoyenneté est généralement basée (à l’époque d’Aristote) sur la double filiation, dans l’île de Cos au iiie siècle, à la différence de ce qui se passe à Athènes, le métronyme des personnes est mentionné systématiquement en parallèle avec le patronyme. C’est aussi le cas pour Kalymnos. A Halicarnasse, la prêtresse d’Artémis Pergaia doit être “citoyenne issue de deux citoyens sur trois générations, du côté de son père et du côté de sa mère”14. Les systèmes de parenté dans les îles sont donc assez différents de ce qui existe à Athènes et on sent intuitivement quelques affinités avec le système égéen sans pouvoir malheureusement articuler toutes ces données de façon claire. Il me semble que les efforts des historiens devraient porter sur le destin familial des dots des filles à la génération suivante.

  • 15 Hdt 1.173, trad. A. Barguet.
  • 16 Pembroke 1965 et 1967.
  • 17 Voir Schweyer 2002.

50J’en viens au problème posé par la Lycie. La côte turque qui fait face aux îles grecques a été l’un des lieux où, dit-on, les Amazones ont guerroyé. Il n’est pas exclu que ce mythe ne fasse qu’exprimer à sa façon l’étonnement des Grecs devant des sociétés où les femmes avaient une place beaucoup plus importante que chez eux. Hérodote (c. 484 - c. 420 a.C.) raconte que les Lyciens (ils habitent une région qui, grossièrement, fait justement face aux îles de Rhodes et de Karpathos) étaient matrilinéaires15 : “Ils ont des coutumes empruntées soit aux Crétois, soit aux Cariens ; mais il en est une qui leur est propre et ne se retrouve pas ailleurs : ils portent le nom de leur mère, et non celui de leur père ; quand un Lycien demande à son voisin qui il est, l’autre indique le nom de sa mère et remonte à ses aïeules du côté maternel”. Les chercheurs les plus sérieux n’ont pas cru à cette information. Selon Simon Pembroke16, Hérodote aurait imaginé les coutumes étrangères (barbares) comme l’inverse des coutumes grecques prises comme référence de la normalité. Et il est vrai que, dans un certain nombre de descriptions de sociétés étrangères, Hérodote mélange allègrement fantasme et réalité. L’analyse du contenu des tombes lyciennes (d’après les inscriptions funéraires) ne fournit d’ailleurs pas la moindre preuve de l’existence d’un système matrilinéaire. Au contraire, on a parfois des indices très forts de société patrilinéaire et patrilocale : des frères, leurs femmes et leurs enfants, partageant la même tombe17.

51La connaissance que nous avons maintenant de l’existence d’un système de transformation égéen vieux de plusieurs siècles (ce qu’ignoraient ou négligeaient encore tout récemment la plupart des historiens de l’Antiquité) doit nous amener à réexaminer attentivement le dossier lycien. Les inscriptions funéraires témoignent du fait que les femmes avaient leur propre fortune. Certaines construisaient des tombes pour leurs parents, leurs frères, et leur mari en même temps que pour leurs enfants à elle. Surtout, il est impossible de lire dans le contenu des tombes une structure familiale typiquement patrilinéaire. Il arrive par exemple qu’une femme construise une tombe pour elle, sa sœur, leurs maris à toute deux et leurs enfants. Dans certains cas, c’est le beau-père qui permet l’inclusion dans sa tombe de son gendre ; dans d’autres, c’est l’inverse. On a des exemples d’autorisation pour un gendre alors que le propriétaire n’a pas besoin d’un héritier mâle car il a déjà un fils. Un homme peut donner son accord à la fois pour ses parents à lui et pour ceux de sa femme. Dans deux cas, un homme inclut le frère de sa femme et le mari de sa fille. Un homme accepte dans sa tombe d’un côté son frère et la femme de son frère et de l’autre la sœur de sa femme. Un autre prévoit d’inclure dans sa tombe ses parents (père et mère), ceux de sa femme mais aussi la tante maternelle de sa femme. Un autre enfin accepte dans sa tombe son père et sa mère, ses frères (n’ont-ils ni femme ni enfants ?), ses filles, leurs maris et leurs enfants.

52Certes, les femmes sont le plus souvent enterrées avec leurs maris, mais comment expliquer que dans le cas le plus fréquent un couple construit une tombe pour ses enfants et les enfants de ses enfants sans privilégier explicitement les descendants en ligne masculine ? Une structure patrilinéaire et patrilocale supposerait que ne soient gardés à chaque génération que les hommes et leurs femmes, les filles partant habiter chez leurs maris à l’exception de celles qui restent célibataires, de celles qui sont divorcées ou qui sont héritières (fille unique ou filles sans frère). Est-il si évident que les descendants concernés soient les fils et leurs descendants en ligne masculine et qu’il ne soit donc pas nécessaire de le mentionner ? La complexité des rapports de parenté actualisés dans les tombes semble le contredire. Tout se passe comme si ces rapports pouvaient passer aussi par des femmes. Comme si c’était finalement celui qui avait de quoi construire une tombe qui décidait à l’intérieur d’une parenté bilatérale (avec une assez forte accentuation patrilinéaire) les parents qu’il y accepterait. On soupçonne aussi un nombre relativement important de célibataires ou, en tout cas, de personnes sans enfants. Ne se peut-il pas que le caractère fluide de cette structure de parenté (reconnue comme telle par S. Pembroke) vienne du fait que le système de parenté est en pleine transformation ?

53Hérodote, faut-il le rappeler, était lui-même originaire de Carie, voisine de la Lycie, puisqu’il était né à Halicarnasse. Dans bien des cas les historiens trouvent son témoignage solide. Pourquoi faudrait-il le rejeter justement quand il parle de la région voisine de celle dont il vient ? On ne connaît pas bien la terminologie de la parenté lycienne et on distingue mal dans cette langue les noms féminins des noms masculins. Les tombes sur lesquelles on a des renseignements précis (quand les inscriptions lyciennes coexistent avec des inscriptions grecques) correspondent à une période plutôt postérieure et peuvent venir d’un milieu social privilégié qui vit, comme c’est parfois le cas selon un autre système de parenté (imité de l’extérieur) que le reste du peuple. Hérodote ne nous a-t-il pas expliqué lui-même qu’à son époque les Lyciens de Xanthos et de Caunos avaient été en grande partie massacrés par les Perses ?

  • 18 Plut., Mul. Virt., 248d.
  • 19 Pour toutes ces références, voir Bachofen 1861 [1996], 71 sq. ; Pembroke 1965, 217 note 1 ; Pembro (...)

54Quoi qu’il en soit, Hérodote n’est pas le seul à parler de la matrilinéarité des Lyciens. Plutarque nous apprend que Nymphis d’Héraclée (iiie siècle a.C.) disait aussi que les Lyciens prenaient le nom de leur mère18. Héraclide Lembos disait que les Lyciens, tous pirates, étaient dominés par les femmes. Et Nicolas de Damas (Ier siècle a.C.) affirmait que les Lyciens honorent les femmes plus que les hommes, qu’ils prennent leur deuxième nom du coté maternel et qu’ils laissent leur propriété à leurs filles, non à leur fils19.

  • 20 Bachofen 1861 [1996], 73 sq. ; Pembroke 1967, 24 sq.
  • 21 Le pouvoir domestique féminin à Kassos a aussi son mythe d’origine : “Il y a longtemps, dit-on, un (...)

55Ce système de parenté lycien a son mythe d’origine que l’on trouvera dans le livre de J. J. Bachofen et l’article de S. Pembroke20. Plusieurs versions circulent. Bellérophon avait sauvé les habitants de la Lycie d’une bête sauvage ou d’une chimère mais ne reçut d’eux aucune récompense. Au contraire, le roi de Lycie, lobatès, envoya contre lui les Amazones. Pour se venger, il fit intervenir Poséidon et la Lycie fut alors menacée par le sel et la stérilité ou, selon d’autres, par d’immenses vagues. Les femmes sauvèrent leur peuple soit en suppliant Bellérophon soit en convergeant vers lui, jupe relevée jusqu’à la taille. Bellérophon intimidé s’enfuit emmenant les vagues avec lui. Le roi de Lycie donna sa fille et son trône à Bellérophon. Il félicita les femmes de leur initiative et décréta qu’à l’avenir tous les Xanthiens devraient leur descendance à leur mère et non à leur père21. Parmi l’ensemble des possibilités envisageables, il y aurait celle que le système karpathiote soit pour une part le résultat d’un compromis entre deux populations (l’une patrilinéaire et l’autre matrilinéaire) qui ont voulu fusionner en maintenant une certaine égalité dans la sauvegarde de leurs traditions. Mais cela, je m’en rends compte, reste bien hypothétique.

Structures et stratégies

  • 22 Vernier 2004.

56On l’aura compris, tous les systèmes de parenté - et c’est vrai de chacune de leurs caractéristiques (par exemple, la prohibition de l’inceste et son champ d’application) -, sont l’objet de choix stratégiques. Leur étude et celle de leurs composantes demandent l’analyse de l’ensemble des intérêts économiques, symboliques, politiques, mythiques, affectifs et parfois fantasmatiques qui sont en jeux dans leur sélection ou leur modification. Ils sont construits au cours de l’histoire, en fonction d’objectifs précis parfois conjecturaux, par des hommes et des femmes qui ont des intérêts et des croyances spécifiques et dont le pouvoir de décision dépend de leur position dans des rapports de force propre à la société considérée, mais qui sont obligés de tenir compte des besoins collectifs de consensus et de sécurité et des problèmes de toutes sortes qu’ils se posent ou qui se posent à leur société, y compris ceux qui remettent en cause son existence comme la nécessité ou la volonté de fusionner ou de garder son identité lors de rencontres avec d’autres sociétés pacifiques ou conquérantes. Ajoutons qu’il y a souvent plusieurs solutions pour un même problème. On peut créer des liens avec un autre groupe soit en s’alliant par le mariage soit au contraire, comme j’ai pu l’étudier au Nigéria, en instaurant une prohibition sexuelle qui transforme l’autre en frère. Cette solution, contrairement à ce que pense Claude Lévi-Strauss, est toute aussi fonctionnelle que la première22. Les systèmes sont choisis en fonction des possibilités logiques et sociales qu’ils recèlent, et sont élaborés en utilisant des matériaux que propose l’environnement social. Mais les hommes sont aussi faits par les systèmes qu’ils élaborent et tiennent compte dans leur choix des effets que ces systèmes ont sur eux. Enfin, ces systèmes sont aussi sous la dépendance de mécanismes socio-économique et psycho-sociologiques qui échappent en partie à la conscience et à la volonté humaine. Toutes choses que le scientifique a pour tâche de démêler.

  • 23 Murdock 1972.

57Est-ce à dire que l’analyse comparative est condamnée à découvrir autant de systèmes de parenté que de sociétés ? Les anthropologues comme Murdock23, Radcliffe-Brown ou Lévi-Strauss ont eu raison d’insister sur le fait que les hommes n’avaient souvent le choix qu’entre un nombre fini de possibles pour un trait structural donné (par exemple, les règles de résidence) et ne disposaient que d’un nombre fini de combinaisons possibles entre les différentes formes que peuvent prendre ces différents traits. Pourtant dans leur volonté de mise en ordre, ils ont eu tendance à minimiser le nombre des possibles notamment en négligeant des traits comme le nom et la ressemblance.

58Mais l’analyse comparative n’a pas seulement pour fonction d’établir des typologies et de classer, elle fournit aux sciences sociales l’équivalent approximatif, mais fécond, d’une véritable expérimentation qui permet même parfois d’élaborer des théories à visée universelle. La théorie unitaire de la prohibition de l’inceste que je défends explique de la même façon les interdits entre proches parents, entre alliés matrimoniaux et entre “frères de sang’’. Il s’agit d’instaurer les conditions d’une coopération pacifique à l’intérieur du groupe, entre les groupes alliés par le mariage ou par la fraternité de sang.

Notes

1 Bachofen 1861 [1996], 222. Sur Hippôn, philosophe grec du ve siècle, voir OCD, 711-712 (éd. de 1996) et DPhiA, III (2000), 799.

2 Malinowski 1930.

3 Voir notamment Vernier 1991 et 1999.

4 Voir Freud 1962 et Stekel 1911.

5 Leach 1972, Malinowski 1930.

6 Les différences de résultats entre ma première enquête publiée dans Ethnologie française et l’enquête finale tient au fait que dans l’enquête finale, pour obtenir des résultats plus “purs”, j’ai ôté de la population les réponses des étudiants d’origine étrangère ; voir Vernier 1994 et 1999.

7 On peut porter plusieurs noms renvoyant ou non au même côté parental. Dans certaines sociétés comme les Kwakiutl (côte nord-ouest de l’Amérique du Nord), on porte plusieurs prénoms : on offre peu à peu ses noms d’origine paternelle de son vivant et l’on garde mort ses noms d’origine maternelle.

8 Bresson 1981 et 1983.

9 Vérilhac & Vial 1998, notamment p. 125 sq.

10 Vérilhac & Vial 1998, 156.

11 Vérilhac& Vial 1998, 112.

12 Vérilhac& Vial 1998, 113.

13 Vérilhac & Vial 1998, 156.

14 Syll. 3 1015,1. 6-7, cf. Vérilhac & Vial 1998, 50, n. 27.

15 Hdt 1.173, trad. A. Barguet.

16 Pembroke 1965 et 1967.

17 Voir Schweyer 2002.

18 Plut., Mul. Virt., 248d.

19 Pour toutes ces références, voir Bachofen 1861 [1996], 71 sq. ; Pembroke 1965, 217 note 1 ; Pembroke 1967, 19 sq.

20 Bachofen 1861 [1996], 73 sq. ; Pembroke 1967, 24 sq.

21 Le pouvoir domestique féminin à Kassos a aussi son mythe d’origine : “Il y a longtemps, dit-on, un bateau est arrivé à Kassos. Il était plein d’hommes, certains disent de pirates, qui voyant l’île désertée décidèrent de s’y installer. Au bout d’un certain temps, ils ressentirent le manque de femmes. Ils se rendirent à Karpathos pour en chercher mais ils s’aperçurent que les femmes de cette île allaient avec beaucoup d’hommes. Ils allèrent en Égypte, puis en Crète mais personne ne voulait leur en donner car on ne les connaissait pas. Ils parvinrent finalement à convaincre les Crétois en leur promettant qu’ils abandonneraient leur argent dans les mains de leurs femmes et qu’elles commanderaient à la maison. Depuis ce temps-là, c’est la femme qui tient l’argent et qui commande à la maison”.

22 Vernier 2004.

23 Murdock 1972.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search