Version classiqueVersion mobile

Parenté et société dans le monde grec

 | 
Alain Bresson
, 
Marie-Paule Masson-Vincourt
, 
Stavros Perentidis
, 
et al.

La parenté grecque en palindrome

Alain Bresson

Texte intégral

1Le colloque de Volos avait un but : rassembler historiens et anthropologues autour du thème de la parenté dans le monde grec dans une perspective transhistorique, de l’Antiquité à nos jours. Il s’agissait là d’un double défi.

2Historiens et anthropologues n’ont pas les mêmes méthodes, ne traitent pas à proprement parler des mêmes objets. Quand l’historien paraît principalement voué à rendre compte de la diachronie, l’anthropologue travaille dans la synchronie. Surtout, quand le premier s’intéresse au spécifique, le second a souvent l’ambition de trouver des lois d’une portée qui dépasse le groupe qu’il étudie. Mais on peut admettre qu’avec un peu de bonne volonté de part et d’autre - et, dans ce colloque, il y en avait beaucoup - il soit possible de faire converger deux approches qui, après tout, ont vocation à décrire une seule et même réalité.

  • 1 On emploiera ici provisoirement ce terme neutre, pour ne pas parler ici de continuité, notion sur (...)

3Mais l’autre défi était bien plus redoutable. Un tel colloque pouvait-il avoir un sens ? Etait-il raisonnable de vouloir trouver des points communs, fût-ce au plan des structures de parenté, entre le monde d’Homère et l’univers de la Grèce des xixe et xxe siècles de notre ère ? Notre pari était que cette question appelait une réponse positive. Non seulement la perspective transhistorique pouvait être fructueuse, mais mieux : elle était indispensable. De manière inattendue, les spécialistes des diverses périodes se trouvent en effet confrontés à la “longue durée” des structures de parenté, ou, du moins, de certaines d’entre elles, un phénomène qui jusqu’ici a été totalement ignoré1. Or, en soi, il s’agit là d’une donnée de la plus haute importance.

4Ce colloque réunit donc des spécialistes de périodes allant de l’Antiquité à l’époque contemporaine. La période byzantine, qui passe pour être le “trou noir” des études de parenté grecque, est au contraire ici fortement représentée, précisément pour apporter un éclairage indispensable sur une période centrale dans la problématique de la longue durée définie précédemment. De même, les organisateurs de ce colloque n’ont pas hésité à faire appel à des spécialistes d’anthropologie générale, comme aussi à des spécialistes de la parenté de la Rome antique ou de l’Occident médiéval et moderne, dans le but de fournir des éclairages comparatifs qui permettent de mettre en perspective la problématique plus spécifique de la parenté grecque.

5Justifier cette démarche passe par une réflexion méthodologique générale sur la ses rapports entre parenté et “milieu historique”. La dimension transhistorique de la parenté grecque, sur trois millénaires, apparaît donc comme un laboratoire idéal de cette problématique. A la lumière de cette expérience, on proposera les premiers éléments d’un cadre conceptuel qui permette de rendre compte de cette étrange “longue durée” évoquée précédemment.

61. La parenté est dans l’histoire, et comme toute forme historique elle se transforme. C’est là une constatation d’évidence. Mais comment et de quelle manière ? La réponse à ces deux interrogations ouvre cette fois un immense débat. Au point de départ, se pose la question de l’extension à accorder au champ de la parenté, donc celle de la définition même du concept de parenté. Mais la question la plus difficile est celle des formes et facteurs de ces transformations.

  • 2 Houseman 1991.
  • 3 Bresson 2005, 106-107

7Tout d’abord, comment définir ce qu’est la parenté ? De manière curieuse, on en donne d’ordinaire une définition essentiellement négative : la parenté n’est pas en continuité avec le fait biologique de reproduction, mais elle est une pratique pleinement sociale. Comme telle, elle relève du domaine de l’action et de la pensée2. Il reste toutefois à donner un contenu à la fois plus général et plus positif à cette définition. En effet, si l’on convient bien volontiers de ce que la parenté soit de l’ordre du social, en quoi se distingue-t-elle, par exemple, de l’étude des formes d’organisation politique ? On doit considérer que la parenté n’est autre que la forme de la reproduction sociale vue sous l’angle de la reproduction des hommes eux-mêmes, par différence avec les autres formes que sont la reproduction matérielle (l’économie), politique (le contrôle des individus) ou symbolique (le contrôle des formes de l’imaginaire)3. C’est par là que la parenté trouve son ancrage biologique, d’une part dans la différenciation sexuelle entre hommes et femmes, d’autre part, pour ces individus sexués, dans le cycle de la vie individuelle, de l’enfant au vieillard, avec les contraintes spécifiques qu’il impose. Telles sont (ou ont été jusqu’ici) les bases de la reproduction du tissu vivant des sociétés humaines, communes à toutes les sociétés quel que soit leur niveau de développement et aussi incontestable élément structurant d’une série de pratiques sociales relevant selon le cas de l’économie, de l’économie ou de l’imaginaire. La sexualité est donc bien l’instrument de la reproduction des hommes, mais la parenté ne peut nullement s’y réduire.

  • 4 Godelier et al. 1998, “Introduction”, 4-5, suivant les définitions de R. Needham. Pour une introdu (...)

8Sur la base de cette définition minimale, on peut maintenant préciser la notion de parenté, qui recouvre à la fois un ensemble de conduites (les pratiques effectives), de règles (les principes déclarés que les individus seraient censés suivre, mais dont l’observation montre qu’ils ne les suivent pas nécessairement) et un univers de catégories (qui structurent l’ensemble des règles)4. Depuis les travaux fondateurs de L. Morgan, il n’est pas exagéré de dire que l’anthropologie a ouvert un continent nouveau à la connaissance. C’est au demeurant sensiblement à la même époque que l’économie, la sociologie et la psychologie commencèrent à se constituer comme disciplines autonomes, pour former ensemble ce qu’on nomme aujourd’hui les sciences sociales. Dans le domaine des recherches anthropologiques, les études de parenté ont toujours occupé une place d’importance exceptionnelle. Deux facteurs expliquent ce rôle privilégié. Le premier est tout simplement que les sociétés archaïques révélées par les enquêtes ethnographiques (qui se sont multipliées à partir de la fin du xixe siècle) ont montré que dans nombre de sociétés la parenté jouait un rôle de premier plan dans l’organisation sociale. Le second est que les observations relatives aux pratiques et aux règles de filiation et d’alliance ont permis de proposer des analyses systématiques, certes objets de débats et de controverses, mais qui permettaient aussi du même coup de donner aux études de parenté une cohérence et une rigueur formelle auxquelles ne pouvaient accéder les autres domaines de l’anthropologie. Plus tard venues, l’anthropologie politique, l’anthropologie économique ou, plus récemment, les études centrées sur le monde féminin ou le monde de l’enfance et des apprentissages, ont en effet été l’occasion d’études remarquables, mais qui n’ont jamais atteint (et même prétendu atteindre) la rigueur méthodologique des études de parenté. Seules les recherches sur l’imaginaire et les mythes, avec les admirables travaux de Cl. Lévi-Strauss, ont pu rivaliser en rigueur méthodologique avec les travaux relatifs à la parenté.

9La domination des études de parenté pose aussi de ce fait la question de leur domaine d’extension. Doit-on s’en tenir à une définition stricte et se limiter à étudier filiation, alliance et vocabulaire de la parenté ? Ou doit-on inclure plus largement dans la perspective de recherche les éléments “structurés par la parenté” comme la transmission des biens, des statuts, des privilèges, du “capital symbolique”, en tant que formes nécessairement sexuées de la reproduction des hommes, selon la définition précédente ?

10C’est ici que l’on voit apparaître la vraie difficulté de recherches de ce type. La question n’est pas seulement d’opportunité. Elle engage cette fois un problème de fond : celui de déterminer si un noyau formé par la filiation, l’alliance et le vocabulaire de la parenté entretient, ou non, des relations avec un “milieu” économique, social, politique et imaginaire - et si oui, lesquelles. De fait, on touche donc là aussi à la difficile question de l’évolution des formes de parenté, évoquée précédemment.

  • 5 Goody 2000, 10.

11Une citation de J. Goody, l’un des meilleurs spécialistes qui se soient penchés sur le sujet, suffira à illustrer la complexité du problème et à montrer la manière dont on a pu penser pouvoir le résoudre5 :

“Africa south of the Sahara differs significantly from both Europe and Asia because it had a simpler productive System which had implications for the nature of ownership and stratification; and that in turn affects the nature of inheritance, marriage and ties of kinship.
Europe began to differ substantially from Asia and from the surrounding Mediterranean when it adopted Christianity with its spécifie sélection of new norms. And those new rules were not simply diacritical features used to differentiate themselves, for example, from Jews and pagans (though this they often did) but were introduced for spécifie reasons connected with the establishment and maintenance of the church as a major organization in the society?”

12Cette citation est révélatrice de la double conception que se fait J. Goody de l’évolution des structures de parenté. La première partie de la citation, où J. Goody s’attache à montrer la différence entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne, montre que ce dernier considère que la parenté évolue directement en fonction de facteurs qui lui sont extérieurs. L’Afrique n’a pas connu la révolution de l’Age du Bronze, qui, par les possibilités d’accumulation qu’elle a apportées, a provoqué en Europe et en Asie une transformation profonde des systèmes sociaux en général et de la parenté en particulier. En Afrique, des systèmes de production plus simples se sont traduits cette fois par des systèmes de parenté foncièrement différents de ceux qui se sont développés en Europe et en Asie. En dernier ressort, une nouvelle structuration économique, provoquée par exemple par l’introduction d’une nouvelle technologie, serait donc un facteur déterminant d’évolution des systèmes de parenté.

13En même temps, J. Goody considère que ces évolutions matérielles et économiques ne sont pas les seules qui puissent conduire à une évolution significative de ces systèmes de parenté. Les constructions idéologiques - des religions comme le christianisme ou l’islam - ont un dynamisme propre, qui leur donne aussi un pouvoir structurant susceptible de modeler en profondeur les systèmes de parenté.

14Mais, pour J. Goody, la parenté n’est pas seulement une forme à modeler réagissant sous l’influence de facteurs extérieurs. Il est pleinement conscient de ce que les structures de parenté ont elles-mêmes un dynamisme propre, qui leur donne à leur tour une véritable influence sur le processus social global. C’est ainsi que les formes d’accumulation au sein des lignées ont pu, selon lui, être l’un des facteurs déterminants de différenciation des sociétés issues de la révolution du Bronze, en particulier être l’un des éléments conditionnant l’essor des sociétés occidentales, avec pour finir leur développement de type capitaliste.

  • 6 Goody & Tambiah 1973, 13-21.

15On voit en tout cas que, sans négliger le noyau formé par la filiation, l’alliance et le vocabulaire de la parenté, les travaux de Goody accordent une place privilégiée aux formes “périphériques” de la parenté, c’est-à-dire aux formes de reproduction sociale liées à l’économie, au politique ou à l’imaginaire. Ainsi, pour ce qui est du rapport entre parenté et économie, J. Goody a souligné l’importance dans le domaine européen de ce qu’il a appelé la “diverging devolution”, c’est-à-dire la transmission des biens aux enfants des deux sexes en provenance des deux parents6. Cette “diverging devolution” serait même une des caractéristiques spécifiques de la “parenté occidentale”.

  • 7 Godelier et al. 1998.

16C’est dans une tout autre perspective que se sont engagés les auteurs de l’ouvrage intitulé Transformations of kinship7. Il s’agissait pour eux d’examiner au contraire le “noyau” de la parenté, celui des catégories formelles. Le mot “transformation” est à entendre au sens logique et non pas au sens phylogénétique. Dans ce sens, le passage d’un système de parenté à une autre ne peut passer que par un nombre limité de chemins logiques, constitué par la présence ou l’absence de traits spécifiques (relatifs à l’identité du parent susceptible ou non d’être épousé et à la définition de la nomenclature de parenté). Les formes de chemins logiques ne sont pas nécessairement toutes observées dans des sociétés réelles, mais elles sont prévues par le système. Une conclusion non moins importante qui se dégage de ces travaux est que ces formes logiques et leur apparition dans des sociétés diverses à travers toute la planète ne sont pas liées directement au régime social, économique ou politique de la société considérée. Cela ne veut pas dire, bien entendu, que ce régime social ou politique n’influe pas sur l’évolution de ces formes logiques, mais que ces dernières ne sont pas le produit ou la simple traduction du régime social, économique, qu’elles ont leur propre cohérence et leur propre logique.

172. Cette présentation générale mène à percevoir l’un des enjeux de ce colloque et son originalité, puisqu’il s’agissait d’une rencontre entre historiens et anthropologues, la plupart d’entre eux spécialistes de la Grèce, et à travers toutes les époques, depuis “les origines homériques” jusqu’à l’époque contemporaine. L’objectif était donc de confronter les perspectives de spécialistes issus de disciplines différentes. Mais il s’agissait aussi, sur un terrain volontairement limité au plan géographique mais avec le bénéfice d’une exceptionnelle profondeur chronologique (près de trois millénaires), d’offrir un terrain d’expérience pour une réflexion sur le rapport entre le “noyau” dur de la parenté évoqué précédemment et les “éléments périphériques” constitués par les formes économiques, politiques et imaginaires structurées par la parenté.

18Pour ce qui est du rapport entre structures de parenté et milieu économique, politique et symbolique dans lequel elles s’insèrent, avec tous les aléas de l’histoire, le cas de la Grèce offre à la réflexion des éléments particulièrement intéressants.

19A travers ces trois millénaires d’histoire, le peuple grec a pu conserver l’élément essentiel de son identité, c’est-à-dire sa langue. Par l’intermédiaire de la langue en effet, ce sont inévitablement des éléments d’une tradition qui ont pu se maintenir, par des processus “spontanés” (populaires) ou “volontaires” (par l’intermédiaire d’une tradition savante de lettrés). Cependant, pour l’essentiel, ce n’est pas en ces termes de maintien d’une tradition plus ou moins inchangée qu’il faut poser le problème des formes de la parenté dans la culture grecque (identifiable par sa langue) depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.

  • 8 Vernier 1991, ainsi que 1999.

20L’un des points de départ de ce colloque a été une rencontre déjà ancienne, il y a plus de vingt-cinq ans, entre l’auteur de ces lignes et Bernard Vernier. Celui-ci commençait à publier dans les Actes de la Recherche en Sciences Sociales, une série d’admirables articles sur l’organisation de la parenté dans le village d’Elymbos, au nord de l’île de Karpathos. Ces études trouvèrent leur aboutissement dans le livre La genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l’île grecque de Karpathos (1991)8. Placé à l’écart des voies de communication (à l’origine, tout à fait volontairement : il avait servi de refuge), le village d’Elymbos, avait préservé jusqu’à l’époque contemporaine un système de parenté qui à plus d’un titre était paradoxal. L’enquête ethnographique et les documents d’archives montraient que ce système n’était nullement le produit d’une évolution récente, qu’il avait au moins plusieurs siècles d’existence, sans qu’il fût possible d’en mesurer exactement la profondeur chronologique. L’une des caractéristiques les plus frappantes de ce système était l’importance accordée à la nomination et aux règles de nomination. Pour les exposer très sommairement, on pourrait dire que l’on avait affaire à un système de nomination séparant les noms des garçons de ceux des filles. A l’intérieur de chaque fratrie, l’aîné des garçons prenait le nom de son grand-père paternel, le second celui de son grand-père maternel, le troisième un nom du côté du père (en général celui de l’oncle paternel), le quatrième un nom du côté de la mère (en général celui de l’oncle maternel), etc. Il en allait de même en symétrique pour les filles : l’aînée prenait le nom de sa grand-mère maternelle, la seconde celui de sa grand-mère paternelle, l’alternance se poursuivant de manière analogue à ce que l’on pouvait constater pour les garçons.

21Tel n’était pas le seul trait remarquable de ce système. On pouvait aussi observer que la transmission des biens s’opérait de manière parallèle entre les fils et les filles, contredisant ainsi le principe de la “diverging dévolution” mentionné précédemment. En revanche, on retrouvait un trait commun bien connu des sociétés européennes de l’âge médiéval et moderne, soit la préférence accordée aux aînés (kanakarides dans la langue locale), garçons ou filles. Les puînés recevaient une part moindre de l’héritage, ou même rien du tout. De la sorte, les filles cadettes, qui ne pouvaient se marier faute de dot, devenaient les servantes à titre gratuit (pour ne pas dire les esclaves) de leurs sœurs aînées. Quant aux fils cadets, ils se trouvaient aussi dans la dépendance de leurs frères aînés, mais ils avaient la ressource d’émigrer pour se louer comme maçons ou marins à l’étranger. Un imaginaire spécifique s’était construit autour de ce système. Les croyances communes affirmaient que les aînés étaient plus beaux, plus droits, meilleurs que leurs cadets, les puînés étant en quelque sorte “esclaves par nature”, comme aurait dit Platon. En même temps, un jeu subtil de stratégies se déployait en utilisant les règles de nomination. Ainsi, l’objectif du père ou de la mère était de faire adopter respectivement son fils ou sa fille par un frère ou une sœur (ou un cousin ou une cousine) dépourvu d’enfant : il jouait alors sur la possible homonymie entre cet enfant et le père ou la mère du parent sans enfant. De la sorte, s’il portait le “bon prénom”, l’enfant faisait anastassi à son aïeul (il le faisait renaître - le terme s’applique aussi à la résurrection du Christ). Ainsi, au sein de cette société, la reproduction de la lignée était un impératif catégorique. Le principe s’imposait à tous, aînés comme puînés. Lorsque la survie de leur lignée respective était assurée, il n’était pas rare de voir le père et la mère se séparer, chacun vivant désormais dans une petite maison séparée. En tant qu’individus, ils avaient assuré la reproduction de leur lignée et n’avaient donc plus d’intérêt en commun. Ils pouvaient ou devaient s’effacer au profit de ceux dont c’était maintenant le tour d’assurer la reproduction de la lignée.

  • 9 Bresson 1981.
  • 10 Bresson 1983.

22Le spécialiste de la Grèce ancienne ne pouvait que réagir à ces publications en se demandant si, par hasard, certains éléments de ce système ne se retrouvaient pas en Grèce ancienne. Étudiant alors le dossier des inscriptions antiques de la cité de Rhodes et des îles voisines (dont Karpathos), il nous fut aisé de démontrer que, s’agissant de la nomination, à l’époque hellénistique le principe de l’alternance des noms entre les lignées pouvait être observé aussi bien pour les garçons que pour les filles9. S’agissait-il d’une coutume régionale particulière qui aurait été ainsi miraculeusement préservée ? En aucune façon, et pour une double raison. A l’époque contemporaine, le système de nomination carpathiote n’est nullement isolé. On le retrouve très largement dans diverses régions de la mer Égée, par exemple à Lesbos. Pour l’Antiquité, les sources montrent que les règles du système devaient aussi s’appliquer à Athènes10. Dans nombre d’autres régions, là où l’on possède suffisamment d’informations, on voit qu’il s’agissait d’un système très largement connu et pratiqué (par exemple à Épidaure à l’époque hellénistique ou en Asie Mineure à l’époque impériale).

23Du coup, ce rapprochement ponctuel invitait à ouvrir une enquête plus systématique entre les pratiques de la parenté de la Grèce moderne et celles de l’Antiquité. Il amenait aussi du même coup à une sérieuse interrogation méthodologique sur les formes de reproduction de la parenté, donc, au delà du paradigme grec, sur la parenté elle-même. Depuis l’Antiquité, la société grecque a subi une multitude d’invasions, marquées non seulement par de longues périodes de soumission politique à des pouvoirs étrangers, mais aussi par des apports massifs de populations allogènes, en particulier slaves, albanaises et turques. L’univers religieux a également été très tôt bouleversé, le polythéisme païen étant remplacé par le monothéisme chrétien, sous sa forme orthodoxe, mais non sans connaître localement de fortes influences catholiques, tandis que l’islam a été la religion du pouvoir dominant à l’époque ottomane. Périodes de graves reculs économiques ou de relative prospérité se sont succédé depuis l’Antiquité. Avec de tels avatars, comment aurait-on pu espérer pouvoir trouver quelque élément commun entre la Grèce de l’Antiquité et celle de l’époque moderne ? N’a-t-on pas dénoncé naguère les illusions d’un hellénisme éternel ? S’il s’agissait de céder au mirage de la recherche d’une “immortelle âme grecque”, la recherche devrait d’emblée être condamnée. Mais, loin de tout romantisme, il s’agit d’observer et d’expliquer des faits dont on ne saurait nier l’existence.

  • 11 Bachofen 1861. Sur le Mutterrecht de Bachofen, voir Georgoudi 1991.
  • 12 Voir en particulier Leduc 1991 et 1998 ; Patterson 1998 ; Cox 1998 ; Vérilhac & Vial 1998.
  • 13 Les études sur la parenté connaissent aujourd’hui, fort heureusement, un “retour de flamme” (pour (...)

24Malgré les avatars de l’histoire précédemment signalés, y a-t-il donc d’autres éléments du système de parenté de la Grèce moderne qu’on pourrait retrouver dans la Grèce ancienne ? C’est là un vaste programme, d’autant plus difficile à mener qu’à proprement parler, et curieusement, l’anthropologie de la parenté de la Grèce ancienne a été jusqu’ici largement négligée. A l’époque de la “gloire” des études sur la parenté, soit en gros dans les trois premières décennies du xxe siècle, la Grèce antique est restée largement en dehors du champ de l’anthropologie. Les anthropologues considéraient qu’ils avaient beaucoup plus à tirer des sociétés traditionnelles d’Afrique, d’Amérique ou d’Océanie, que des sources livresques grecques et latines. Le temps était loin où, avec Das Mutterrecht, Bachofen avait pu tout à la fois faire œuvre de pionnier dans le domaine de l’anthropologie et, en même temps, exploiter les sources littéraires gréco-latines11. La mythologie grecque a été explorée avec le succès que l’on sait par ce qu’il est convenu d’appeler “l’École de Paris”. Les travaux sur la famille ou ceux qui relèvent des gender studies se sont multipliés ces dernières années - et au passage il est vrai nombre de questions touchant à l’anthropologie de la parenté y ont été abordées, par exemple la transmission des biens, le mariage ou l’adoption12. Mais, à quelques notables exceptions près, l’ensemble des traits constituant un système de parenté a beaucoup moins retenu l’attention des spécialistes. Le fait que, chez les anthropologues euxmêmes, les études de parenté aient pu paraître passées de mode a pu contribuer à cette relative désaffection13. On mentionnera cependant quelques pistes qui suffiront à montrer l’ampleur des questions qui se posent.

  • Vocabulaire de la parenté. Il fait l’objet dans ce recueil d’une étude détaillée de Jérôme Wilgaux, qui montre tout à la fois la stabilité d’ensemble du système et ses évolutions, une étape essentielle étant la mutation qui se produisit au début de notre ère et qui commença avant même l’introduction du christianisme14.
  • Pratiques matrimoniales. Cette fois, la différence est sensible entre l’Antiquité et le monde moderne. La Grèce byzantine et moderne a connu la “révolution chrétienne”, qui interdit les mariages dans un degré rapproché. En revanche, de telles unions étaient fréquentes dans la Grèce antique (même si elles n’étaient pas statistiquement dominantes — encore cette question devrait-elle être réexaminée au fond) et constituaient même une forme d’union préférentielle, socialement reconnue et valorisée. Les unions allaient jusqu’à la demi-sœur, paternelle à Athènes, maternelle à Sparte. En ce sens, la Grèce antique faisait partie du monde “des harems et des cousins” cher à G. Tillion et illustré entre autres par les travaux récents de P. Bonte15 La portée et la signification de cette différence dans les prohibitions matrimoniales devraient cependant être réexaminées à l’intérieur du paradigme global formé tant par le système grec ancien que par le système grec moderne.
  • Lignées et lignages. La Grèce moderne connaît des affiliations en yenies ou soï (mot d’origine turque) qui correspondent à des groupes de descendants autour d un même ancêtre. Mais, comme l’a montré É. Kolodny pour l’’île d’Amorgos, ces “familles’ne sont pas autre chose que des structures instables, aux frontières peu nettes, en tout cas ne constituant nullement des groupes lignagers qui auraient été capables d’une action collective concertée et permanente16. Le souci de la lignée individuelle est beaucoup plus important. Il engendre des actions, des comportements et des stratégies qui absorbent toute l’attention des individus. Pour l’Antiquité, on retrouve en fait le même souci de la lignée. Pour ce qui est des organisations de type lignager ou pseudo-lignagers, elles ont une véritable réalité institutionnelle, par exemple sous la forme des regroupements de type genos (ou patra), phratrie ou tribus (phylai). On devrait cependant se garder de voir en ces organisations de vrais groupes lignagers “autonomes”. Certes recrutées sur des bases familiales, elles n’en faisaient pas moins partie intégrante du système civique. Il s’agissait en quelque sorte d’organisations qui prenaient la forme idéologique de groupes de parenté, puisque la cité n’était elle-même qu’une grande famille. Du reste, dans une cité comme Athènes, depuis la loi de 451 a.C., le corps civique se définissait par une règle matrimoniale, celle qui interdisait d’épouser une étrangère, sous peine de procréer des enfants qui ne seraient pas eux-mêmes citoyens et qui seraient réputés être des bâtards ? Sur ce plan comme sur bien d’autres, le modèle athénien fut largement imité. La différence entre Grèce ancienne et Grèce moderne est donc réelle, mais pas aussi importante qu’on aurait pu le penser au premier abord, car les deux mondes ont en commun l’obsession de la lignée.
  • Résidence, filiation et transmission des biens. Ici, on doit d’emblée relever une caractéristique commune à la Grèce ancienne et à la Grèce moderne : celle de la diversité des systèmes existants. Jusqu’à la seconde Guerre Mondiale, la Grèce moderne a connu principalement quatre systèmes différents d’organisation sociale et plusieurs types de règles de transmission des biens17. En Grèce continentale, on trouvait des communautés de bergers (type 1), patrilocales, de filiation agnatique et avec des familles patrilatérales étendues. Les communautés d’agriculteurs (type 2) étaient patrilocales, de filiation agnatique. Chez les bergers, les fils héritaient de la totalité des troupeaux. Dans les communautés d’agriculteurs, les fils recevaient la plus grande partie des terres, mais les filles pouvaient parfois aussi hériter de quelques champs18. Les îles de la mer Ionienne (type 3) avaient plus ou moins les mêmes règles de résidence et de filiation, mais, pour ce qui est de l’organisation familiale, le système donnait une place plus importante aux structures de type lignager, tout en maintenant un système de production fondé sur l’activité des foyers nucléaires19. Dans cette classification, la dernière catégorie (type 4) est représentée par les îles de la mer Égée (la Crète constituant toutefois un cas un peu à part), où l’organisation sociale était fondée sur la résidence uxorilocale, tandis que la production reposait sur l’activité des foyers nucléaires, terres et maison pouvant cependant être transmises aussi bien aux descendants féminins que masculins - mais parfois, comme à Lesbos, avec une exclusion de la descendance masculine. Enfin, à l’intérieur de chacun des systèmes, on ne saurait négliger les évolutions constatées à l’époque contemporaine même en un laps de temps assez court20. Pour le monde antique, la supposée uniformité du modèle athénien, de filiation agnatique, de résidence patrilocale et où (pour simplifier) les filles n’avaient pas accès à la terre, n’est qu’un mythe. “L’exception crétoise”, toujours mise en avant, où (de nouveau pour simplifier, car les choses sont en fait plus complexes) les filles avaient droit à un tiers des biens du père et de la mère, y compris des terres, n’en est en réalité pas une : on peut montrer que, ailleurs aussi, l’accès à la terre était plus largement répandu qu’on ne l’a cru généralement21. La diversité des règles successorales est un trait caractéristique du système de dévolution des biens, en particulier pour l’accès à la forme de richesse essentielle qu’était la terre. En cela, la situation de la Grèce ancienne ne diffère pas de celle de la Grèce moderne.

253. On est maintenant au cœur du problème. Comment expliquer à la fois ces similitudes et, non moins, ces différences entre le système de la Grèce antique et celui de la Grèce moderne ? Quel modèle explicatif peut-on avancer pour rendre compte de ces étranges rencontres, quand les avatars d’une histoire chaotique, d’un pays livré au hasard d’invasions multiples et d’évolutions divergentes, ne préparaient guère à cette découverte ? Par-delà le cas particulier offert par la parenté en Grèce, quels enseignements théoriques une telle recherche est-elle susceptible d’avoir à la fois pour la recherche anthropologique et pour la recherche historique ? Les principes organisateurs de la parenté sont-ils organisés sous une forme hiérarchique, et, si oui, est-il possible de mettre en évidence cette hiérarchie ? De la sorte, au delà du cas de la Grèce, est-il possible d’établir des critères permettant d’analyser les changements diachroniques intervenant au sein des organisations de parenté en général ? Comment penser la continuité des faits de parenté ? Doit-on éliminer l’idée même de la continuité pour éviter de tomber dans le piège de l’évolutionnisme ? Le concept de continuité doit certes être manipulé avec la plus grande prudence, mais on est inévitablement amené à tenir compte de cette dimension. Au plan méthodologique, on pourrait présenter deux positions extrêmes, en admettant que :

  • Les structures de parenté sont anhistoriques et n’entretiennent aucune relation avec le milieu social dans lequel elles évoluent. S’il en était ainsi, il ne serait pas surprenant de retrouver des formes d’organisation similaires ou analogues, à des périodes différentes et dans le même cadre ethno-culturel, mais tout aussi bien dans des sociétés totalement différentes. En ce sens, les similitudes observables entre les structures de parenté de la Grèce antique et celles de la Grèce moderne pourraient ne relever que de rencontres fortuites. On considérerait alors que si les structures de parenté évoluent, elles le font selon des règles propres et autonomes pour lesquelles les données historiques extérieures ne constituent tout au plus qu’un élément d’impulsion. On évoquera le parallèle possible des règles phonétiques : les langues évoluent sans cesse, mais selon des règles immuables qui, directement, n’ont rien à voir avec l’évolution historique et économique.
  • Les structures de parenté sont étroitement liées à un contexte social et culturel, voire ne sont que la traduction d’un certain état social et économique. S’il en est ainsi, l’observation de formes d’organisation similaires ou analogues, à des périodes différentes et dans le même cadre ethno-culturel, s’explique par le maintien d’éléments structurants externes identiques d’une société à l’autre. En ce cas, seule la continuité globale d’éléments structurants externes pourrait justifier le maintien de structures de parenté similaires à travers le temps dans des contextes historiques pourtant différents. Le problème est en quelque sorte déplacé vers la recherche d’éléments identiques dans les structures sociales et économiques ne relevant pas de la parenté.

26Comment répondre à ces interrogations ? Les réponses qu’on peut leur apporter sont-elles exclusives les unes des autres ? Tel est précisément l’enjeu de ce colloque. Aux questions posées, on se propose ici de donner des réponses diversifiées. En reprenant, après d’autres, l’image des deux faces de la bande de Möbius, on pourrait dire que le but est de créer des concepts qui permettent d’intégrer des données ou des analyses a priori contradictoires. En outre, comme on l’a vu, il n’est pas évident que les structures de parenté constituent une réalité homogène qui évolue ou se transforme d’un même pas, alors même cependant que l’on doit aussi penser en chaque cas le lien structurel entre vocabulaire de la parenté, nomination, filiation, alliance ou transmission des biens. En d’autres termes, le travail théorique paraît non moins important que le travail proprement ethnographique.

27Au premier abord, il est bien sûr tentant d’analyser ces phénomènes en termes de pure continuité d’institutions qui se seraient maintenues inchangées à travers le temps. Mais ce modèle pose cependant immédiatement beaucoup de questions. Si on l’accepte provisoirement, comment se fait-il que telle structure, comme le système de nomination, ait pu se maintenir apparemment inchangée, quand telle autre, comme les règles de prohibition matrimoniale, ait pu être totalement modifiée ? Même une simple analyse en termes de continuité oblige donc à faire trois remarques importantes.

28Tout d’abord, il apparaît que les différents éléments (ou structures) qui constituent un système de parenté ne sont pas indissolublement liés entre eux mais qu’ils disposent d’une certaine autonomie (qui serait à préciser, pour déterminer éventuellement s’il existe des régularités d’association ou au contraire des incompatibilités). Ainsi, le système de nomination évoqué plus haut, avec l’alternance parallèle des noms masculins et féminins, n’est pas nécessairement lié à un système de dévolution des biens qui privilégie nécessairement les aînés. En effet, les îles de la mer Égée de l’époque moderne présentent des modes de dévolution des biens qui sont variables, privilégiant plus ou moins les aînés ou au contraire plus égalitaires. En tout cas, la situation de la Grèce ancienne, avec son mode de dévolution des biens qui, du moins à l’époque classique, était égalitaire dans la fratrie, contredit l’idée que ce système de nomination ait été structurellement lié à un système de privilège en faveur des aînés.

29La seconde remarque, corollaire de la première, est que certains éléments ont une plus grande longévité que d’autres, qu’ils peuvent coexister avec une série d’autres éléments sans nécessairement se modifier - ce qui est sans aucun doute précisément le secret de leur longévité, puisqu’ils sont indifférents à des changements d’autres éléments. Il en est ainsi de la nomination, qui, en synchronie, peut coexister avec une série d’autres traits (par exemple dévolution des biens égalitaire ou inégalitaire) et de même en diachronie (mariage dans un degré rapproché dans l’Antiquité ou prohibition de telles unions avec le mariage chrétien).

30Les divers éléments ne se juxtaposent pas purement et simplement l’un avec l’autre : ils s’utilisent et s’appuient l’un sur l’autre, dans des limites qu’il faudra déterminer. Ainsi, le système de dévolution des biens privilégiant les kanakarides s’appuie sur le système de nomination, qui pourtant ne lui est pas intrinsèquement lié.

31On voit qu’une analyse en termes de pure et simple continuité - qui en quelque sorte n’aurait pas à être expliquée et se suffirait à elle-même - serait notoirement insuffisante car ce modèle recèlerait une série de questions auxquelles par lui-même il ne saurait donner de réponse. En outre, les mouvements massifs de population ont dans bien des régions été d’une telle ampleur qu’ils ne peuvent autoriser une analyse simpliste en ces termes. Mais le bilan de cette contre-analyse n’en est pas moins positif : il invite à hiérarchiser, non pas par ordre d’importance supposée, mais en termes de capacité à se maintenir, les divers éléments du système. La nomination se maintient inchangée : elle est du côté des structures froides comme la langue, qui elle aussi finit par triompher de tous les avatars de l’histoire. En revanche, les pratiques matrimoniales connaissent avec le christianisme une vraie rupture, tandis qu’ensuite le système se maintient inchangé jusqu’à l’époque contemporaine. La dévolution des biens paraît donc être un système ayant vocation à se modifier rapidement. Mais, en même temps, le parallèle avec le tableau des modes de dévolution des biens qu’on peut reconstituer pour l’Antiquité amène à penser qu’il n’existait qu’un nombre limité de variantes, qui pouvaient (ou non) se transformer rapidement l’une dans l’autre, mais tout en restant à l’intérieur d’un même jeu de possibilités.

32Si la continuité analysée élément par élément n’est pas en soi une explication suffisante, mais si, tout de même, certaines formes de continuité sont inévitablement à prendre en compte, quel cadre conceptuel peut-on proposer ? Il y a pour le moment plus de questions que de vraies solutions. Mais poser des questions est une étape indispensable pour pouvoir espérer un jour trouver des réponses.

33En empruntant la démarche à la biologie, les similitudes évoquées tiennent-elles à une simple coïncidence de “traits phénotypiques”, le “génotype” de la parenté étant totalement différent ? Ou bien les ressemblances de “traits phénotypiques” s’expliquent-elles logiquement par le fait que de larges segments du “génotype” étaient identiques ? En Grèce moderne, alors que pourtant, en dehors de la tradition lettrée, la mémoire du passé antique avait disparu, des conditions structurales semblables auraient-elles généré (au sens mathématique du terme) des formes d’organisation de la parenté toutes proches de celles qui avaient prévalu dans l’Antiquité ? Bilatéralité de l’organisation de la parenté et contrainte écologique inchangée pesant sur de micro-sociétés paysannes joueraient-elles donc le rôle d’éléments fondamentaux d’un “génotype” grec de la parenté ? S’il fallait ici donner déjà une réponse, il est clair que c’est cette solution qui aurait notre faveur.

34Il nous reste à justifier notre titre : la parenté grecque en palindrome. On sait ce qu’est un palindrome. C’est un mot ou une chaîne de mots qui se lit indifféremment de gauche à droite et de droite à gauche (en français : “ici”, ou encore “Ésope reste ici et se repose”). Que l’on commence par une extrémité ou par l’autre, la chaîne phonétique et le sens sont les mêmes. En fait, cette proposition de lire la parenté grecque en commençant par le début ou par la fin pourrait laisser croire à une volonté d’éliminer l’histoire. Mais 1’intention est autre : en matière de parenté, la solution des problèmes qu’on ne parvient pas à résoudre par une analyse en synchronie réside dans l’étude du système sur la longue durée. C’est là un moyen de dépasser la problématique de la continuité en termes de traits spécifiques évoquée précédemment. Si deux éléments peuvent être observés à deux mille ans de distance, ce n’est pas nécessairement parce que le trait s’est conservé pendant tout cette période, mais parce qu’une logique de niveau plus profond a pu générer des formes identiques à deux moments différents. La problématique de la continuité se trouve donc réconciliée avec elle-même.

  • 22 Bresson 2006 à paraître.

35Dès lors, on ne s’étonnera pas que des formes de dévolution des biens de la Sparte de l’époque classique et hellénistique puissent se retrouver à Karpathos à l’époque contemporaine.22 Ce n’est évidemment pas une problématique mécanique de la continuité qui pourrait rendre compte du phénomène. Ce dont il s’agit, c’est de comprendre que se trouve à l’œuvre une même logique structurale dans un milieu ethno-linguistique ayant en commun des caractéristiques de base identiques et dans les mêmes conditions écologiques. On ne s’étonnera donc pas non plus de relever des traits d’organisation de parenté identiques dans le monde des cités grecques de l’Antiquité et chez des populations albanaises chrétiennes installées en Grèce depuis le Moyen Age : s’il en est ainsi, c’est tout simplement parce que ces dernières s’étaient insérées dans un univers de règles qui, à ce titre, ne les différenciaient pas des populations hellénophones et que les mêmes règles de base pouvaient générer des formes “phénotypiques” identiques.

  • 23 Éditions Armelin Musica, Padoue. L’œuvre est attribuée à Mozart, sans certitude. Mais ce jeu de vi (...)

36Dans un petit scherzo-duetto pour deux violons ou deux hautbois daté de 1787, le divin Mozart, s’il en est bien l’auteur, s’est livré à une de ces plaisanteries dont il avait le secret23. La partition du second violon se lit exactement en miroir de celle du premier. C’est la même ligne mélodique, mais à l’envers. Un seul exemplaire de la partition suffit si les deux exécutants sont face à face. Aucun des deux instruments ne joue donc la même note dans la même mesure et sur le même temps. Pourtant, leurs deux voies sont comme enchaînées l’une à l’autre et s’accompagnent mutuellement. Déchiffrer l’univers de la parenté grecque relève d’une démarche identique : il faut commencer à la fois par le début et par la fin pour en entendre l’harmonie.

Notes

1 On emploiera ici provisoirement ce terme neutre, pour ne pas parler ici de continuité, notion sur laquelle nous revenons plus longuement infra p. 20-22.

2 Houseman 1991.

3 Bresson 2005, 106-107

4 Godelier et al. 1998, “Introduction”, 4-5, suivant les définitions de R. Needham. Pour une introduction au concept de parenté, on lira avec profit les articles de P. Bonte (1991a) et A. Good (1996).

5 Goody 2000, 10.

6 Goody & Tambiah 1973, 13-21.

7 Godelier et al. 1998.

8 Vernier 1991, ainsi que 1999.

9 Bresson 1981.

10 Bresson 1983.

11 Bachofen 1861. Sur le Mutterrecht de Bachofen, voir Georgoudi 1991.

12 Voir en particulier Leduc 1991 et 1998 ; Patterson 1998 ; Cox 1998 ; Vérilhac & Vial 1998.

13 Les études sur la parenté connaissent aujourd’hui, fort heureusement, un “retour de flamme” (pour emprunter cette formule à J.-L. Jamard, 2000, et aussi infra p. 45-58) dont il faut espérer qu i1 ne sera pas sans lendemain ; cf. aussi le bilan très utile de Ch. Collard (2000).

14 Voir infra p. 209-234.

15 Bresson 1984 ; Bonte 1994b et 2000, avec les remarques très suggestives des p. 60-61. Voir aussi Wilgaux 2000a et la thèse à paraître (Wilgaux 2000b).

16 Kolodny 1992, 81-82.

17 Couroucli 1985a, 11-14 and 1987, 329-30.

18 Communautés pastorales : voir le cas des Sarakatsanes d’Épire (Campbell 1964). Communautés agricoles : voir le cas d’Arnaia de Chalcidique (Handman 1987a et b).

19 Couroucli 1985a et b, avec le cas d’Episkepsi dans le nord de l’île de Corfou.

20 De manière générale, la Grèce a connu une évolution récente vers un système cognatique (Handman 1989), ce qui ne doit pas masquer que, sur le continent, la Grèce a connu un système foncièrement agnatique jusqu’au xxe siècle.

21 Bresson 2006 à paraître. Sur la question de la propriété dans l’aire grecque et méditerranéenne, voir aussi les articles rassemblés in Breteau et al. 1981 et Piault 1984.

22 Bresson 2006 à paraître.

23 Éditions Armelin Musica, Padoue. L’œuvre est attribuée à Mozart, sans certitude. Mais ce jeu de virtuosité serait bien dans sa manière.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search