Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’écriture publique du pouvoir

 | 
Alain Bresson
, 
Anne-Marie Cocula
, 
Christophe Pébarthe

Deuxième partie. Les affichages publics du pouvoir

La “croix victorieuse” des rois des Asturies (viiie-xe siècles)

Inscriptions et communication du pouvoir

Robert Favreau

Texte intégral

  • 1 Chroniques asturiennes (fin ixe siècle), 1987 : Hic requiescit Rodericus ultimus rex Gothorum.

1En 711, le musulman Tarik franchit le détroit qui sera par la suite appelé le “détroit de Tarik”, Gibraltar ; le 23 septembre, avec Muza, il écrase le roi de Tolède Rodrigue. Après la chute de celui, qui aura été, selon son épitaphe, “le dernier roi des Goths”1, la péninsule Ibérique devient, en une dizaine d’années seulement, une province de l’empire musulman ; la péninsule dans sa presque totalité plus exactement. Pélage, membre de la garde noble des derniers rois de Tolède, retiré dans les monts Cantabriques, au nord-ouest de la péninsule, y a organisé une première résistance à l’occupant arabe. Au printemps de 722, à Covadonga, il remporte une victoire capitale, premier jalon d’une “reconquête”, qui prendra 770 ans...

  • 2 Ibid., 23. Voir aussi la “Chronique d’Alphonse III”, 44, qui termine son récit de la victoire de Pé (...)

2“C’est ainsi que la liberté fut désormais rendue au peuple chrétien... et grâce à la Providence divine le royaume des Asturies voit le jour” écrit la “Chronique d’Albelda”2. Cette monarchie, qui va durer près de deux siècles, a été célébrée par plusieurs chroniques, dont la “Chronique d’Alphonse III”, qui pourrait être l’œuvre du roi lui-même. Elle s’est illustrée par un grand nombre de fondations religieuses et civiles, et par de remarquables ouvrages d’orfèvrerie, qui ont enrichi les trésors des églises, et que nous pouvons encore admirer aujourd’hui. Mais elle a encore utilisé les inscriptions comme un moyen de signer ses réalisations, et d’affirmer aux yeux de tous ses succès grâce à la protection divine.

  • 3 Fontaine 1973, 258-259.
  • 4 Chroniques asturiennes, 13.
  • 5 Vigil 1887, 304-305, no 18 ; Inscriptionum Hispaniae christianarum supplementum 1900, no 384, 70 ; (...)
  • 6 Patrologie latine, t. 86, col. 1 119 : super Crucis trophaeum.

3Les rois asturiens vont, en effet, se placer sous le signe de la croix du Christ et se proclamer les défenseurs de la chrétienté contre l’Islam, au point que la croix, dont ils feront le symbole de leur monarchie, a pu être appelée le “labarum primitif de la reconquête”3. Le premier siège de la petite monarchie sera installé, après la victoire de Covadonga, à Canga de Onis, et le premier monument de l’art asturien que l’on connaisse est l’église qu’y dédièrent le roi Favila, fils et successeur de Pélage, et son épouse en 737. Une inscription y fut placée pour commémorer l’événement : “Voici restauré selon les divins préceptes cet édifice sacré ; bien que de modeste fabrique ce temple orné par les prières des fidèles, brille avec éclat, offrant aux saints regards la figure du signe de la croix bienfaisante. Puisse plaire au Christ ce sanctuaire consacré en l’honneur de la croix victorieuse, que son serviteur Favila construisit ainsi, d’une foi sincère, avec son épouse Froiliuba et leurs chers enfants. Que par tes dons, ô Christ, ta grâce leur soit en retour donnée en plénitude, et que leur soit réservée une large miséricorde après le cours de cette vie. Des autels ont été consacrés au Christ en ce lieu par l’évêque Asterius, au terme du 300e jour de l’an, au cours du sixième âge du monde, en l’an de l’ère 775” (dimanche 27 octobre 737). Le sixième âge du monde commence à partir du Christ, comme le rappelle d’ailleurs la Chronique d’Albelda4, et l’on sait que Père d’Espagne commence en 38 avant Jésus Christ. Cette première inscription de la monarchie asturienne a été plusieurs fois éditée et on en possède un calque, mais l’église a été détruite au cours de la dernière guerre civile5. Ce qu’il faut souligner ici, c’est que cette première fondation royale a été accompagnée d’une inscription solennelle à la gloire des fondateurs, la famille royale, que cette église est une église Sainte-Croix, et que la mention de la croix est accompagnée des termes forts de signaculum, que Tertullien emploie déjà, et de trophaeum, victoire, triomphe, qui figure dans le Breviarum gothicum au jour de l’invention de la Sainte Croix6.

  • 7 Bonet Correa 1967, 31.
  • 8 Inscriptiones Hispaniae christianae, 1871, no 145 ; Vigil 1887, 474-475, noUA, 4 ; Fontaine 1973 26 (...)

4Alphonse Ier, gendre de Pélage (739-757) avait conquis la Galice. Aussi dans la seconde moitié du viiie siècle la cour fut transférée à une centaine de kilomètres à l’Ouest de Cangas, à Santianes de Pravia, tandis qu’était fondée la ville d’Oviedo qui ne comptera au début qu’un monastère, une basilique, un palais7. Le roi Silo (774-783) fit édifier à Pravia une église Saint-Jean (Santianes), dans laquelle une inscription en forme de labyrinthe, silo princeps fecit, rappelait bien en évidence qu’il en était le fondateur8. Nous n’avons plus de cette inscription, détruite en 1662, qu’une reproduction de Moralès, et un fragment en a été signalé par Vigil. Elle était, semble-t-il, placée à l’arc triomphal, donc très en évidence. Elle se développait sur dix-neuf mots en largeur, quinze en hauteur et le leitmotiv partant du point de jonction, le S de Silo, donnait à l’évidence la forme de la croix selon le schéma ci-dessous :

  • 9 Raban Maur (Perrin 1988).

5On pense naturellement aux célèbres compositions du De laudibus Sanctae Crucis de Raban Maur9.

  • 10 Fontaine 1973, 258 ; Schlunk & Hauschild 1978, 201-204 (et fig. 50, 53, pl. 107b).
  • 11 Chroniques asturiennes, 50-51. La “Chronique d’Albelda” (ibid, 24) qualifie le roi de “le Grand”. L (...)

6Mais c’est à partir d’Alphonse II le Grand ou le Chaste (791-842) que va se développer l’emploi systématique par la monarchie asturienne de la croix pattée aux branches de laquelle sont attachés par des chaînettes l’alpha et l’omega qu’on appellera dès lors la “Croix d’Oviedo”. Elle trouve sans doute son inspiration dans la croix de procession et les couronnes votives offertes par les rois wisigoths qui forment le célèbre trésor de Guarrazar, aujourd’hui conservé au Museo Arqueológico Nacional à Madrid10, et dans les croix des trésors de Torredonjimeno (fig. 1). Alphonse le Grand “fut le premier qui fixa son trône à Oviedo. Il construisit aussi une basilique d’un ouvrage admirable au nom de notre Rédempteur le Sauveur Jésus-Christ et qu’on appelle donc précisément l’église Saint Sauveur ; il ajouta de chaque côté du grand autel deux fois six autels (sur lesquels sont inscrites les dédicaces), et il y déposa des reliques de tous les apôtres. Il édifia aussi une église en l’honneur de sainte Marie toujours Vierge, contre la partie nord de l’église précitée, et il y érigea, en dehors du maître-autel, sur le côté droit un autel avec une dédicace à la mémoire de saint Étienne, sur le côté gauche un autel avec une dédicace à la mémoire de saint Julien. Il bâtit aussi, sur la partie occidentale de cette vénérable demeure, une salle destinée à recevoir la sépulture des rois. Il construisit aussi une troisième basilique en souvenir de saint Tirse, ouvrage dont un témoin est plus à même d’admirer la beauté qu’un scribe érudit d’en faire l’éloge. Il édifia de même, du côté du Nord, et à une distance de presque un stade du palais, une église à la mémoire de saint Julien martyr, et il disposa à l’entour (du maître-autel), de part et d’autre, deux autels merveilleusement décorés. Il construisit aussi d’élégants édifices royaux, tels que palais, thermes, salles de réception, résidences, salles de conseil et fit fabriquer tous les objets utiles les plus beaux du royaume”11.

  • 12 Vigil 1887, Texto 6-7, no 1A et A2 ; Santos 1994, no 6, 37 : edificium... totum a famulo Dei Adefon (...)
  • 13 Santos 1994, no 70 et 71, 99-100. Dans la première, partielle, on verra dans le AD de la 2e ligne l (...)
  • 14 Arias Páramo 1999, 39, 85-87.
  • 15 Chroniques asturiennes, 24.

7Des inscriptions ont souligné le rôle d’Alphonse II comme bienfaiteur d’églises : inscriptions qui auraient été gravées sur pierre de part et d’autre du maître-autel de l’église Saint-Sauveur, en 802, rapportées au xiie siècle par le Liber testamentorum12, prières inscrites sur les murs de San Tirso, pour demander pour Alphonse le pardon de ses fautes13, programme pictural parfaitement hiérarchisé de San Julian de los Prados14 ordonné autour d’une croix pattée à laquelle pendent par une chaînette la première et la dernière lettre de l’alphabet grec, A et ω (fig. 2), qui renvoient au Christ de gloire après sa Résurrection et son Ascension, Celui qui est à la fois le premier et le dernier, le début et la fin (Apocalypse I, 8 ; XXI, 6 ; XXII, 13). Cette croix devient précisément alors le symbole d’une monarchie asturienne, consciente d’être l’héritière légitime de la monarchie qui régnait en Espagne avant l’invasion arabe. Alphonse II, dit la chronique d’Albelda, “établit à Oviedo l’ordre des Goths tout entier, tel qu’il avait existé à Tolède, tant dans l’Église qu’au Palais”15.

  • 16 Cette croix a été souvent étudiée, en particulier par Helmut Schlunk ; on se reportera à la bibliog (...)

8Mais le modèle par excellence de la “croix d’Oviedo” est évidemment la Croix dite des anges (fig. 3), qu’Alphonse fit exécuter en 808 pour l’église Saint-Sauveur, cathédrale du nouveau siège épiscopal érigé à Oviedo. C’est la pièce d’orfèvrerie asturienne la plus ancienne qui nous soit parvenue, âme de bois recouverte de fines feuilles d’or et décorée de pierreries. Une légende rapportée par la Chronique de Silos rapporte que cette croix fut exécutée par des anges, ce qui pourrait être la traduction de la venue à Oviedo d’artistes étrangers auxquels le roi aurait confié or et pierres précieuses pour la confection de la croix16. Volée en octobre 1934 puis en août 1977, cette croix retrouvée, restaurée, a repris sa place en la Camara Santa de la cathédrale d’Oviedo en septembre 1986. Elle est encore aujourd’hui la figure centrale des armes de la cité d’Oviedo. Une longue inscription en relief court au revers de la croix sur deux lignes de chacun des bras :

(bras supérieur) +

susceptum placide maneat hoc in honore dei
offert
adefonsus humilis servus christi

(bras gauche)

quisquis auferre presumserit mihi
fulmine
divino intereat ipse

(bras droit)

nisi libens ubi voluntas dederit mea

(bras inférieur)

[h]oc opus perfectum est in era dcccxlvi
hoc
signo tuetur pius
hoc
signo vincitur inimicus

+

Qu’accueilli avec bienveillance ce don demeure en l’honneur de Dieu.

C’est l’offrande d’Alphonse, humble serviteur du Christ.

Que quiconque oserait me l’enlever périsse frappé par la foudre de Dieu, si ce n’est là où ma volonté l’aurait donnée de bon gré.

Cette œuvre a été achevée en l’ère 846.

Par ce signe l’homme pieux est protégé,

Par ce signe l’ennemi est vaincu.

  • 17 Traube 1907.
  • 18 Paulus servus Jesu Christi (Romains, I, 1), Paulus et Thimotheus servi Jesu Christi (Phil. I, 1), P (...)
  • 19 Giry 1894, 667-668.
  • 20 Favreau 1992, 682-688.

9On peut rapprocher l’offrande initiale de la partie de la messe consacrée aux offrandes (Suscipe, sancte Pater, hanc hostiam ; suscipiat Dominus sacrificium). Alphonse s’adresse à Dieu, dont le nom est le seul mot abrégé dans l’inscription (DI, XPI) selon une pratique habituelle pour les “noms sacrés”17. Il se dit “l’humble serviteur du Christ”, une formule inspirée de la suscription des lettres de Paul, Jacques, Pierre et Jude18. Le pape Grégoire le Grand, le premier, se dira servus servorum Dei, le serviteur des serviteurs de Dieu, et ses successeurs feront de même dès le viie siècle, l’expression étant de règle absolue à partir du ixe siècle19. Le verbe offerre se trouve sur les croix et couronnes votives du trésor de Guarrazar, sur les fragments de croix trouvés à Torredonjimeno conservés aux musées de Barcelone et de Cordoue – sept exemples –, sur une petite croix de bronze à Burguillos, et on a fait à juste titre le rapprochement avec la liturgie wisigothique qui comporte “une messe pour ceux qui offrent (offerunt) leurs vœux au Seigneur aux jours de naissance des martyrs”20. Le verbe offerre est d’ailleurs celui qu’emploie le prêtre à la messe pour l’offrande (offero tibi Deo) et qu’Alphonse lui-même emploie dans l’inscription d’Oviedo de 802.

  • 21 Coleccion diplomatica del monastrio de San Vicente de Oviedo (años 781-1200) 1968.
  • 22 Patrologie latine, t. 67, col. 889 : fulmine anathematis.
  • 23 Corpus juris canonici. Pars prior. Decretum magistri Gratiani, 1922, col. 1225 (De penitentia, dist (...)

10L’anathème est courant dans les chartes du viiie au xie siècle, et il n’est pas exceptionnel d’en trouver des exemples dans l’épigraphie pour des épitaphes et des objets précieux tels que des reliquaires. On les rencontre ainsi régulièrement dans les chartes de l’abbaye San Vicente d’Oviedo21 à partir de 781, mais je n’ai pas trouvé d’autre exemple de la formulation de la croix des anges. Fulgentius Ferrandus, diacre de Carthage, parle de “la foudre de l’anathème”22, le décret de Gratien de “la foudre du ciel”23, et le verbe praesumpsere est fréquent dans les anathèmes. Mais ce qui est significatif ici, c’est l’apparition d’une acclamation de la croix victorieuse, qui va devenir propre à la monarchie asturienne.

  • 24 English Romanesque Art 1984, no 176, 208-209, ill. p. 66. On lit plutôt in hoc vince, ce qui pourra (...)

11Cette acclamation est à replacer dans le contexte des luttes entre le roi asturien et les Arabes. Ceux-ci ont mis à sac en 794 la nouvelle capitale asturienne d’Oviedo, mais ensuite Alphonse II prend Lisbonne (798) et établit de nouvelles frontières dans les vallées du Duero alors abandonnées. C’est donc d’un roi victorieux qu’il est question au début du ixe siècle. Or, le pieux Alphonse II a le sentiment d’avoir été l’instrument de Dieu dans la lutte contre l’infidèle et de l’avoir emporté grâce à l’aide de Dieu. Bref, c’est l’histoire de Constantin qui se renouvelle, Constantin qui, à la suite d’une vision pendant son sommeil, selon Lactance, ou d’une apparition dans le ciel selon Eusèbe, fit inscrire sur ses boucliers ou ses bannières le signe de la croix, in hoc signo vinces, “par ce signe tu vaincras”. La consigne donnée à Constantin se trouve sur une croix de pierre relatant la découverte de la Vraie Croix par sainte Hélène en l’église Sainte-Hélène de Kelloe en Angleterre : in hoc [signo v]inces24. A Oviedo, on a choisi une formule proche de la versification, facile à retenir, inspirée des nombreuses hymnes à la croix :

  • 25 Analecta hymnica Medii Aevi, t. 8, 28, no 23 ; t. 35, 11, no 1 ; t. 41,203, no 28 ; t. 46, 106, no  (...)

Praestitit auxiliumut fugaret impium – crucis signum. In hoc signosub servi specie-vicit Christushostem nequitiae. Signum crucis quem defenditeum facitque securuminimicus non offendit. Crucis sanctae potens signum-... pellat omneque malignum. A maligno me protege – crux alma, omni tempore. Hoc contra signum nullum stet periculum. Hoc insigne crucis signum – hostem effugat malignum. Hoc est namque sacrum signumper quod vincimus malignum25.

Le signe de la croix a fourni l’aide pour mettre en fuite l’impie. En ce signe, sous l’apparence d’un esclave, le Christ a vaincu l’ennemi de fourberie. Celui que le signe de la croix défend et met en sûreté, l’ennnemi ne peut l’atteindre. Le puissant signe de la croix repousse tout mal. Du malin protège-moi en tout temps, ô bonne croix. Que contre ce signum nul péril ne puisse se dresser. Que ce remarquable signe de la croix mette en fuite l’ennemi perfide. Ceci est en effet le signe sacré, par lequel nous vainquons le malin.

12La liturgie de l’Invention de la croix dit de même : Per signum crucis de inimicis nostris libera nos Deus noster. L’ennemi (inimicus) c’est évidemment, sous ce terme, le diable, comme le dit expressément le Christ, dans l’évangile selon saint Mathieu (XIII, 39), et après lui tous les auteurs chrétiens, Tertullien, Cyprien, Augustin, etc. Nul doute que dans la croix des anges l’ennemi soit aussi, ou d’abord, le musulman contre lequel lutte le roi des Asturies. La formule de la “croix d’Oviedo” va désormais être une des expressions emblématiques de la monarchie asturienne.

  • 26 Chroniques asturiennes (voir n. 1), 54-55.
  • 27 Vigil 1887,218-221, noL 62, pl. L II ; Berenguer 1972-73, 400 : Santos 1994, no 74, 101-103.

13A la mort d’Alphonse, Ramire (942-850), fils du prince Bermude, dut s’imposer dans des luttes dynastiques. Il combattit victorieusement des flottes normandes qui s’étaient avancées jusqu’au littoral asturien, et remporta deux victoires sur les Sarrasins. Il fonda à Naranco, à peu de distance d’Oviedo, en l’honneur de la Vierge, une église “couverte de plusieurs voûtes en plein cintre, construites seulement en chaux et en pierre, et, ajoute la Chronique d’Alphonse III, si l’on veut trouver un édifice à lui comparer, on ne le trouvera pas en Espagne”26. On a gardé la table d’autel, aujourd’hui au Musée d’Oviedo, avec l’inscription de fondation du 23 juin 84827 :

+ christe, filius dei, qui in utero virginis beatae mariae ingressus es sine humana conteptione et egressus sine corruptione, qui per famulum tuum ranimirum, principem gloriosum, cum paterna regina conjuge, renovasti [hoc] habitaculum nimia vetustate consumptum, e[t pro] eis aedificasti hanc haram benedictionis gloriosae sanctae mariae in locum hunc summum, ex[audi eos] de caelorum habitaculo tuo et dimi[tte peccata e]orum, qui vivis et regnas per infinita saecula saeculorum, amen die viiii° kalendas julias era dccc lxxxvi a.

+ O Christ, fils de Dieu, toi qui es entré dans le sein de la bienheureuse Vierge Marie sans conception humaine et en es sorti sans corruption, toi qui par ton serviteur le glorieux prince Ramire, avec sa femme Paterne, a rénové cette demeure quasi détruite par une trop grande vétusté et a pour eux édifié cet autel de la bénédiction de la glorieuse sainte Marie en ce haut lieu, exauce les de ta demeure céleste et remets leurs péchés, toi qui vis et règnes par les infinis siècles des siècles, amen.
Le 9e jour des calendes de juillet, en l’ère 896.

  • 28 Favreau 1997, 161.

14Une fois de plus une fondation royale est célébrée par une inscription. Ramire se qualifie de “serviteur” mais est aussi dit “prince glorieux”. La demande de pardon des péchés rejoint les inscriptions d’Alphonse II à San Tirso d’Oviedo, avec une formule dimitte peccata qu’on rencontre aussi en Catalogne28. A la façade ouest au-dessous de la triple fenêtre on trouve la “croix d’Oviedo” avec l’alpha et l’omega, et il en est de même à la face sud ; elle est encore à l’intérieur au-dessus d’un disque décoratif. Cette croix a la particularité d’avoir, au pied, une hampe qui en fait une croix d’autel lorsqu’elle a un socle, ou encore une croix de procession.

  • 29 Huebner 1900, 106, no 465. Cette croix est malheureusement perdue depuis 1906.

15L’épitaphe du roi Ramire le dit “de divine mémoire” (divinae memoriae), une expression surprenante dont on trouve une dizaine d’autres exemples en Espagne, mais qui est exceptionnelle au Moyen Age (Bernward d’Hildesheim, 1015) hors de la péninsule. Mais c’est surtout avec Alphonse III le Grand (866-910) qu’apparaît, dans la continuité de ses prédécesseurs, une forte affirmation royale par le moyen d’inscriptions. Alphonse II avait fondé une première église à Compostelle. Alphonse III en fit élever une nouvelle plus importante, et lui donna, en 874, une croix semblable à la croix des anges29. L’inscription courait sur les bras de la croix, horizontalement, puis verticalement :

+ ob honorem sancti jacobi apostoli offerunt famuli dei
adefonsus princeps cum conjuge scemena regina
hoc signo tuetur pius hoc signo vincitur inimicus
hoc opus perfectum est in era dccc a duodecima

+ Le prince Alphonse et son épouse Chimène, serviteurs de Dieu,
offrent [cette croix] en l’honneur de saint Jacques apôtre.
Par ce signe le pieux est protégé, par ce signe l’ennemi est vaincu.
Cet ouvrage a été achevé en l’ère 912.

16Ainsi l’inscription est-elle une copie conforme de celle de 808 pour la prière et pour la datation.

  • 30 Huebner 1871, no 249, 80 ; Vigil 1887, 19, noA 21, planche A VIII ; Santos 1994, no 23, 58-60.

17La croix de la Victoire, commandée par Alphonse III, commémore, cent ans après celle des anges (908), les succès de la monarchie asturienne sur les musulmans. Elle est plus élégante et plus somptueuse, un début de hampe suggère une utilisation processionnelle, et l’inscription qui court sur les bras de la croix est encore plus proche de celle de la croix des Anges que celle de la croix de Compostelle30 :

(bras supérieur)

 : susceptum placide maneat hoc in honore dei quod offerunt
famuli
christi adefonsus princes et scemena regina.

(bras gauche)

quisquis auferre hoc donaria nostra presumserit
fulmine
divino intereat ipse.

(bras droit)

hoc opus perfectum et concessum est
sancto
salvatori ovetense sedis

(bras inférieur)

hoc signo tuetur pius hoc signo vincitur inimicus
et
operatum est in castello gauzon anno regni nostri
xlii
discurrente era dccccxlvi a.

  • 31 Uria Riu 1966, 13-28, 1967, 91-108.
  • 32 Bonet Correa 1967, 217, 224-225 (ill. 108-109).
  • 33 Bonet Correa 1967, 230-231, ill. 112 ; Santos 1994, no 24, 60-61.

18Les seules différences importantes sont la concession à San Salvador d’Oviedo et la réalisation de l’œuvre au château de Gozόn, que l’on a localisé à Raίces près de Salinas31. La croix est conservée en la Cámara Santa de la cathédrale d’Oviedo. Sort probablement de l’atelier de Gozόn le reliquaire de la cathédrale d’Astorga dont le couvercle est orné de l’Agneau tenant une croix pattée processionnelle, entourée des noms des donateurs Alphonse III (+adefonsus rex) et Chimène (+scemen regina) et qui porte, au fond, la croix d’Oviedo avec l’alpha et l’omega32. La croix de la Victoire servira aussi de modèle à Fruela II, fils d’Alphonse III, lorsque, en 910, avec sa femme, il fit don à la Camara Santa de la cathédrale d’Oviedo d’une somptueuse “caja de las ágatas”33. Au centre du fond de cette “caja” a été reproduite la croix d’Oviedo, entourée du tétramorphe et, sur les bords, d’une inscription qui copie celle de 908 :

susceptum placide maneat hoc in honore dei,
quod
offerunt famuli christi froila et nunilo
cognomento
scemena hoc opus perfectum et
concessum
est sancto salvatori ovetensis
quisquis
auferre hoc donaria nostra presumserit
fulmine
divino intereat ipse operatum est
era
dccccxla viiia.

19Seuls ont changé les noms et la date.

  • 34 Chroniques asturiennes, 53-54 (Nordomanorum classes) et 58 (iterum Nordomani piratide... ad nostris (...)
  • 35 La localisation primitive est donnée par un diplôme royal de 905 : super portant ipsius castelli in (...)

20Du règne d’Alphonse III nous avons par chance plusieurs inscriptions sur les monuments civils. Il avait fait construire une muraille autour de son palais et de la cathédrale, afin de les mettre à l’abri d’une attaque des pirates, sans doute ces flottes normandes que les rois Ramire Ier et Ordoño II avait dû s’employer à combattre34. Il assura la publicité de son œuvre par une longue inscription – la pierre mesure plus de 1,5 mètre – placée à la porte d’entrée de la forteresse, “en témoignage”35 :

  • 36 Vigil 1887, 7-8, no A 3, pl. A 1 ; Manzanares Rodriguez 1960, 62-63 ; Uria Riu 1967, 311 ; Santos 1 (...)

Au nom de notre Dieu et sauveur Jésus Christ et en l’honneur de tous, glorieuse sainte Vierge Marie, douze apôtres et autres saints martyrs en l’honneur de qui ce temple a été édifié en ce lieu d’Oviedo par feu le religieux prince Alphonse. Après son décès, quatrième de ses successeurs dans le royaume, de sa lignée et du même nom, le prince Alphonse, fils du roi Ordoño de divine mémoire, décida, avec son épouse Chimène et leurs deux enfants, de faire édifier cette fortification pour une totale protection du trésor du palais de cette église, redoutant, – puisse cela ne pas arriver –, que quelque chose ne vienne à périr à l’occasion d’une attaque maritime dont les païens ont coutume avec leur armée de pirates. Que cette œuvre offerte par nous à ladite église demeure concédée à titre perpétuel36.

Il a été proposé de dater ce texte de 872 ou 873.

  • 37 Vigil 1887, 183, no K 1, pl. Kl ; Fontaine 1973, 327, pl. 133 ; Santos 1994, no 75, 103-104.

21Deux inscriptions lapidaires venant du palais et l’enceinte sont aujourd’hui conservées au Museo arqueologico provincial d’Oviedo. Celle provenant du palais37 porte le nom d’Alphonse III et de sa femme Chimène (fig. 4). Elle comprend deux textes disposés l’un au-dessus des bras de la croix d’Oviedo – ici avec un départ de hampe –, l’autre au-dessous de l’alpha et de l’omega suspendus au bras de la croix.

(en haut, sur trois lignes) :+ signum salutis pone domine/in domibus istis ut non permit as in/troire angelum percutientem
Place Seigneur, le signe du salut sur ces maisons, afin d’en interdire l’entrée à l’ange qui frappe

(en bas sur quatre lignes) : in christi nomine adefonsus prin/ceps cum conjuge scemena/hanc aulam construere/sancserunt in era dcccc xiii a.
Au nom du Christ le prince Alphonse avec son épouse Chimène,
ont décidé de construire ce palais en l’ère 913 (875).

  • 38 Psaumes III, 8 ; LXXVIII (LXXVII), 51 ; CXXXV (CXXXIV), 8 ; CXXXVI (CXXXV), 10-11) ; Isaïe, XIX, 22 (...)
  • 39 Analecta hymnica Medii Aevi, 50, no 223, 291.
  • 40 Antifonario visigotico mozarabe de la catedral de Leόn, 1959 vol. V, 1), 427 dans l’édition en facs (...)
  • 41 Le Pontifical romain au Moyen Age, III. Le Pontifical de Guillaume Durand, 1949, 451.

22Dans la Bible il n’est question de l’ange qui frappe que dans les Actes des apôtres (12.23) lorsqu’Hérode persécute les gens de Tyr et de Sidon : “L’ange du Seigneur le frappe parce qu’il n’avait pas rendu gloire à Dieu ; et rongé de vers il rendit l’âme”. L’ange qui frappe, c’est plutôt ici [l’envoyé de] Dieu qui frappe l’Égypte de multiples fléaux afin que le pharaon laisse partir de son pays le peuple hébreu, et notamment lorsqu’il fait périr les premiers nés des Égyptiens alors qu’il épargne les maisons des Hébreux dont le linteau a été marqué du sang de l’agneau pascal (Exode, chapitre 12). Cet épisode est rappelé à plusieurs reprises dans les psaumes et par Isaïe38. L’expression signum salutis se trouve aussi dans un hymne d’Héribert de Rothenburg, évêque d’Eichstätt (+1042) : Signum salutis, salus in periculis... protege, salva, benedic, sanctifica populum tuum crucis per signaculum39. En fait cette prière à la croix, qui va être une autre des prières à la croix propres à la monarchie asturienne, vient de la liturgie mozarabe, et figure dans les litanies que l’on disait en cas de fléau (litanias de clade dicendi). On peut la relever dans l’antiphonaire wisigothique mozarabe de la cathédrale de Leόn, du xe siècle, qui a été l’objet d’une publication et d’une édition en fac-similé40. L’antienne se trouve aussi dans le Pontifical de Guillaume Durand au xiiie siècle, mais cette fois pour la bénédiction de la première pierre par l’évêque41.

  • 42 Santos 1994, no 76, 104.

23La seconde inscription lapidaire était placée sur les murs mêmes de l’enceinte (fig. 5), sans doute à l’une des portes42. Elle est très proche de la première et comprend elle aussi deux textes, l’un à la partie supérieure de la pierre, de chaque côté de la “croix d’Oviedo”, l’autre à la partie inférieure, sous l’alpha et l’omega pendus au bras de la croix. Ce sont les deux prières à la croix emblématique de la monarchie asturienne, en haut le

hoc signo tuetur pius hoc signo vincitur inimicus

24de la croix des anges, de la croix de Compostelle, de la croix de la victoire, en bas, sur deux lignes l’antienne de l’Antiphonaire mozarabe de Leόn, avec ses mots mêmes de in januis istis :

signum salutis pone domine in januis istis
ut
non permitas introire angelum percutientem.

  • 43 Santos 1994, no 77, 105. Il reste des fragments d’inscription trop réduits pour qu’on puisse les co (...)
  • 44 Vigil 1887, 10, noA 8 ; Santos 1994, no 34, 70. On ne connaît de l’épitaphe que les trois mots term (...)

25Ces deux prières accompagnaient également une “croix d’Oviedo” au pignon d’une fontaine, proche du palais, dont la construction avait été ordonnée par Alphonse III, au coin aujourd’hui des rues Gascona et la Foncalada. On avait simplement aménagé la demande au Seigneur : place le signe du salut “sur cette fontaine” (in fonte [isto])43. Et sur le sépulcre d’Alphonse III en la chapelle du roi chaste de la cathédrale d’Oviedo, en 912, il y aura encore la “croix de la Victoire” ou “croix d’Oviedo” avec la demande au Seigneur de ne pas laisser entrer l’ange qui frappe, introire angelum percutientem44.

  • 45 Huebner 1871, no 261 84 ; Vigil 1887, 595-596, no Ub 10, planche Ub V ; Santos 1994, no 226, 204-20 (...)
  • 46 Fontaine 1973, 329 et pl. 134.
  • 47 Bonet Correa 1967, 188 ; Arias Páramo 1999, 144, avec une inscription partielle (In nomine) domini (...)

26Dans d’autres édifices asturiens liés à la personnalité d’Alphonse III on rencontre à nouveau la croix d’Oviedo et les deux prières à la croix emblématiques de la monarchie. L’église San Salvador de Valdedios près de Villaviciosa est sans doute une fondation d’Alphonse III, qui choisira cette vallée comme lieu de retraite après avoir été détrôné par ses fils en 910. On a gardé l’inscription sur marbre45 de la dédicace de l’église le dimanche 16 septembre 893 par sept évêques ; la première partie à la gloire de Dieu montre une grande maîtrise du latin, car elle est disposée sur vingt-quatre lignes, la première ligne étant reprise à la quatrième ligne, la cinquième à la huitième et ainsi de suite jusqu’à la fin. Le souverain n’y est pas mentionné, mais en haut de la façade occidentale, au-dessus des fenêtres est gravée la croix pattée, à alpha et omega, avec une courte hampe46, et à la tribune du mur ouest sont peintes les trois croix du Golgotha, celle du Christ au centre, beaucoup plus grande, n’étant autre que la “Croix d’Oviedo”47. Au linteau de la porte latérale nord, une autre inscription est une menace pour quiconque entreprendrait de dégrader cette donation :

  • 48 Santos 1994, no 229, 207. Une autre formule d’anathème a fait l’objet d’une inscription à Valdedios (...)

si quis convelere presumpserit donaria nostra que hic in tuo honore posimus, terriblem mortem pateat malis longevisque cum juda lugeat48
si quelqu’un osait arracher nos dons que nous avons déposés en ton honneur, qu’une mort terrible lui soit réservée et qu’il se lamente avec Judas durement et longuement.

27On rapprochera évidemment le début de l’inscription de la menace inscrite sur la croix de la Victoire, quisquis aufferre hoc donaria nostra presumserit.

28L’église San Martin de Salas est aussi probablement une fondation d’Alphonse III. L’archidiacre Gonzalo, son fils, en fait don à San Salvador d’Oviedo en 896. Sur l’abside (fig. 6) une pierre porte la Croix de la Victoire avec l’alpha et l’omega, et la prière inscrite sur le palais de l’enceinte d’Oviedo par Alphonse III :

  • 49 Huebner 1871, no 501, 122 ; Vigil 1887, 509, no Eb 19, planche EB VIII ; Santos 1994, no 166, 166-1 (...)

(en haut) :

signum salutis pone domine
in
domo isto ut non

(en bas)

permitas introire
angelum
percutientem49

  • 50 Huebner 1871, no 497, 121 ; Vigil 1887, 508, no Eb 7 ; Santos 1994, no 1665 166.
  • 51 Santos 1994, no 161 et no 162, 164 ; no 163, 164-166.
  • 52 Santos 1994, no 205b, 193.

29Et sur le mur sud à l’extérieur (fig. 7) on peut admirer dans un cadre remarquablement orné une belle nouvelle croix de la Victoire avec l’autre prière habituelle des inscriptions d’Alphonse III : hoc signo tuetur pius hoc signo vincitur inimicus, avec, dans la partie sous l’alpha et l’omega, adefonsus fecit et salva eum deus50. D’autres inscriptions de la même église semblent se rapporter à Alphonse III ou à son temps51 : christe dei filius qui sedes a desteram patris in sede suberna da mici adefonso requiem eternam ; salvator noster qui es vera sal[us, resurr]eccio et vita, da mici adefonso foduciam ut anima mea ante tuo[rum consort]ium sine confusione perducas ; + larga tua pietas christe (le reste lacunaire) qui est sur le début même de l’inscription de consécration de Valdedios en 893, mais il y a dans la même église des inscriptions qui se rapportent à un autre Alphonse, qui se qualifie toujours semble-t-il de confessus, et qui est le petit-fils d’Alphonse III. Et c’est probablement encore à Alphonse III qu’il faut penser à propos de la table d’autel de San Miguel de Quiloño qui porte la “croix d’Oviedo” entourée des mots : adefonsus christi servus52.

  • 53 Santos 1994, 60, commentaire du no 23.
  • 54 L’art prémoran hispanique, 259 : Ms t. II 25 de l’Escortal.
  • 55 Antiphonaire publié par dom Louis Brou et le dr. José Vivès (voir n. 40).
  • 56 Williams 1994, fig. 151 (Valladolid) et 1998, fol. 103 (San Millán) et 353 (New York).
  • 57 Williams 1994, fig. 100.
  • 58 Historia general 1949, 267 (manuscrit de la real Academia de la Historia à Madrid).
  • 59 Boylan 1990, 43-123 et pl. 21 ; Williams 1994, t. 3, fig. 226 (Madrid, Biblioteca Nacional, Ms Vitr (...)

30D’après Francisco Diego Santos on trouvait également sur la forteresse galicienne de Torrès de Oeste (Catoire-Pontevedra) la formule Hoc signo tuetur pius, hoc signo vincitur inimicus53, qui pourrait traduire une influence directe des rois des Asturies, dont on sait qu’ils régnaient aussi sur la Galice. Mais ce qui est surtout remarquable, c’est le succès de la “Croix d’Oviedo” et de cette formule dans différents livres manuscrits, et notamment des illustrations du Commentaire de l’Apocalypse dû à Beatus de Liebana, moine du monastère de Saint-Martin devenu ensuite de Santo Torribio – dans les Asturies – à la fin du viiie siècle. Jacques Fontaine cite un manuscrit de l’Escorial qui présente, face à la croix d’Oviedo, les mots Adefonsi principis librum54. Ordoño II (914-924), fils d’Alphonse III, transportera la cour à Leόn, et l’Antifonario visigotico mozarabe de la cathédrale de Leόn, qui est de la première moitié du xe siècle, s’ouvre (fol. 5v°) par une “croix d’Oviedo” entourée de la formule Hoc signo tuetur pius, hoc signo vincitur inimicus55. On trouve la même croix et la même formule dans le Beatus de Valladolid (fol. 1v°), le Beatus de San Millán de la Cogolla (fol. 1v°), le Beatus de la Pierpont Morgan Library (fig. 8) à New York (Ms M. 1079, fol. 10v°)56. La “croix d’Oviedo” avec l’alpha et l’omega, est seule sur un autre Beatus de la Pierpont Morgan Library (Ms M. 644, fol. 219)57, ou dans un liber scintillarum d’Alvaro de Cόrdoba, ouvrage mozarabe du xe siècle provenant de San Millán58. Elle est, dans deux autres Beatus, cantonnée des mots, Pax, Lux, Rex, Lex59.

  • 60 Vigil 1887, 375, no U 16 et 560, no Pb 5 ; santos 1994, no 218, 199 et no 183, 178.

31Avec ces manuscrits s’arrête, semble-t-il, l’emploi épigraphique des deux prières alphonsines à la croix. Lorsqu’on retrouve la “croix d’Oviedo” dans les Asturies à Santa Maria de Leorio en 1051, ou en l’église collégiale San Pedro de Teverga60 en 1076, la prière à la croix est empruntée à Eugène évêque de Tolède de 646 à 657 :

  • 61 Patrologie latine, t. 87, col. 389 ; Vollmer, 1905, 264 (Carmen, 79).

crucis alme fero signum fuge demon
Je porte le signe de la croix bienfaisante, fuis, démon61.

  • 62 Labbe & Cossart 1671, col. 974 : Placuit picturas in ecclesia esse non debere, ne quod colitur et a (...)

32La croix, qui rappelait la victoire de Constantin sur le païen Maxence, était un symbole parfaitement adapté à la situation politique du petit royaume des Asturies dans son entreprise de “Reconquista” sur l’infidèle musulman. Peut-être y avait-il encore une certaine méfiance vis-à-vis de la représentation du Christ par des images, dans l’esprit de leur interdiction par le concile d’Elvire au ive siècle62. Peut-être aussi le rejet de l’image humaine par l’Islam et par les Juifs a-t-il conduit à ne pas multiplier les représentations humaines. La croix, en tout cas, évitait ces difficultés, et elle avait des antécédents dans l’art de l’Espagne à l’époque wisigothique. Ce qui est frappant, dans l’histoire du royaume des Asturies au ixe et au début du xe siècle, c’est la fixation d’un modèle bien arrêté qui ne variera que par la représentation d’un départ de hampe au milieu du ixe siècle, et surtout sa représentation systématique dans toutes les fondations religieuses et civiles du roi. La croix des anges a ici une importance particulière pour fonder la tradition asturienne. Notable aussi est le choix de deux prières à la croix qui vont, dans les œuvres royales, accompagner de manière très régulière les représentations de la “croix d’Oviedo”. La monarchie asturienne s’affirme ainsi le rempart de la chrétienté dans la péninsule ibérique submergée par l’Islam.

Fig. 1 : Trésor de Torredonjimeno, Musée archéologique provincial de Cordoue, seconde moitié du viie siècle
(Pedro de Palol, Arte hispanico de la epoca visigoda, Barcelone, 1968, p. 172)

Fig. 2 : San Julian de los Prados, Santullano. Nef transversale, mur oriental, reconstitution (Antonio Bonet Correa, Arte pre-romanico asturiano, Barcelone, 1967, p. 115)

Fig. 3 : La croix des anges, cathédrale d’Oviedo, Camara sancta (CESCM, photothèque)

Fig. 4 : Croix d’Alphonse III, palais d’Oviedo (Catalogo de las salas de Arte asturiano prerománico del Museo Arqueolόgico Provincial, Oviedo, 1961, pl. 25a)

Fig. 5 : Croix d’Alphonse III, mur de l’enceinte d’Oviedo (Catalogo de las salas de Arte asturiano prerománico del Museo Arqueolόgico Provincial Oviedo, 1961, pl. 25b)

Fig. 6 : San Martin de Salas, abside
(Dessin de Vigil publié par Émile Huebner, Inscriptionum Hispaniae christianarum supplementum, Berlin, 1900, n° 501, p. 129).

Fig. 7 : San Martin de Salas, mur extérieur sud (Dessin de Vigil publié par Émile Huebner, Inscriptionum Hispaniae christianarum supplementum, Berlin, 1900, n° 497, p. 127)

Fig. 8 : “Beatus” de la Pierpont Morgan Library, New York
(John Williams,
The Illustrated Beatus. III. The Tenth and Eleventh Centuries, Londres, Harvey Miller Publishers, 1998, fig. 353)

Bibliographie

Bibliographie

Andrieu, M. éd. (1940) : Le Pontifical romain au Moyen Age, III, Le Pontifical de Guillaume Durand, Cité du Vatican.

Arias Páramo, L. (1999) : La pintura mural en el reino de Asturias en los siglos, Oviedo.

Berenguer, M. (1972-1973) : “Puntualizaciones sobre los edificios ramirenses del Naranco (Oviedo)”, Anuario de estudios medievales, 8, Barcelone, 395-403, 6 pl. h. t.

Bonet Correa, A. (1967) : Arte pre-romanico asturiano, Barcelone.

Bonnaz, Y. éd. (1987) : Chroniques asturiennes (fin ixe siècle), Sources d’histoire médiévale publiées par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Paris.

Boylan, A. (1990) : Manuscript Illumination at Santo Domingo de Silos (xth to xiith centuries), University of Pittsburgh.

Brou, dom L., dr. J. Vivès, éd. (1959) : Antifonario visigotico mozarabe de la catedral de Leόn, Monumenta Hispaniae sacra. Serie liturgica V. 1-2, Barcelone-Madrid.

English Romanesque Art (1984) : English Romanesque Art 1066-1200, Londres.

Favreau, R. (1992) : “Les commanditaires dans les inscriptions du haut Moyen Age occidental”, Committenti e produzione artistico-letteraria nell’alto Medioevo occidentale, Settimane di studio del Centra italiano di studi sull’alto Medioevo 39, Spolète, 681-727.
— (1997) : Épigraphie médiévale, Turnhout.

Fontaine, J. (1973) : L’art préroman hispanique, La Pierre-qui-Vire (Yonne).

Giry, A. (1894) : Manuel de diplomatique, Paris.

Historia general (1949) : Historia general de las literaturas hispánicas. I. Desde los origines hasta 1400, Barcelone.

Huebner, E., éd. (1871) : Inscriptiones Hispaniae christianae, Berlin.
— éd. (1900) :
Inscriptionum Hispaniae christianarum supplementum, Berlin.

Kraus, F. X. (1894) : Die christlichen Inschriften der Rheinlande, II, Fribourg-en-Brisgau-Leipzig.

Labbe, Ph. et G. Cossart, éd. (1671) : Sacrosancta concilia, I, Paris.

Llorente, P. F. éd. (1968) : Coleccion diplomatica del monasterio de San Vicente de Oviedo (años 781-1200), I, Oviedo.

Manzanares Rodrigues, J. (1960) : Itinerario monumental de Oviedo, Oviedo.

Perrin, M., éd. et trad. (1988) : Raban Maur, Louanges de la Sainte Croix, Paris-Amiens.

Richter, E. L. et E. L. Friedberg, éd. (1922) : Corpus juris canonici, pars prior. Decretum magistri Gratiani, Leipzig.

Santos, F. D. (1994) : Inscripciones medievales de Asturias, Oviedo.

Schlunk, H. et Th. Hauschild (1978) : Die Denkmäler der frühchristlichen und westgotischen Zeit, Mayence.

Traube, L. (1907) : Nomina sacra. Versuch einer Geschichte der christlichen Kürzung, Quellen und Untersuchungen zur lateinischen Philologie des Mittelalters, II, Munich.

Uria Riu, J. (1966) : “El lugar de emplazamiento del castillo de Gozon (edificado par Alfonso III para defensa de las incursiones de los Normandos)”, Valdedios, 1966 et 1967, 13-28 et 91-108.
— (1967) : “Cuestiones hist
όrico-arqueolόgicas relativas a la ciudad de Oviedo en los siglos VIII al X”, Symposium sobre cultura asturiana de la alta edad media, Oviedo, 261-368.

Vigil, C. M. (1887) : Asturias monumental epigráfica y diplomática datos para la historia de la provincia, Oviedo.

Vivès, J. (1969) : Inscripciones cristianas de la España romana y visigoda, 2e éd., Barcelone.

Williams, J. (1994) : The Illustrated Beatus. A Corpus of the Illustrations of the Commentary on the Apocalypse, II, The Ninth and Tenth Centuries, Londres.

Notes

1 Chroniques asturiennes (fin ixe siècle), 1987 : Hic requiescit Rodericus ultimus rex Gothorum.

2 Ibid., 23. Voir aussi la “Chronique d’Alphonse III”, 44, qui termine son récit de la victoire de Pélage par la prière : “Béni soit le nom du Seigneur qui réconforte ceux qui croient en lui”.

3 Fontaine 1973, 258-259.

4 Chroniques asturiennes, 13.

5 Vigil 1887, 304-305, no 18 ; Inscriptionum Hispaniae christianarum supplementum 1900, no 384, 70 ; Vivès 1969, no 315, 107 ; Fontaine 1973, 264 ; Santos 1994, no 253, 226-227.

6 Patrologie latine, t. 86, col. 1 119 : super Crucis trophaeum.

7 Bonet Correa 1967, 31.

8 Inscriptiones Hispaniae christianae, 1871, no 145 ; Vigil 1887, 474-475, noUA, 4 ; Fontaine 1973 264 ; Santos 1994, no 175, 172.

9 Raban Maur (Perrin 1988).

10 Fontaine 1973, 258 ; Schlunk & Hauschild 1978, 201-204 (et fig. 50, 53, pl. 107b).

11 Chroniques asturiennes, 50-51. La “Chronique d’Albelda” (ibid, 24) qualifie le roi de “le Grand”. Le Liber testamentorum regium, de 1126-1129 l’appelle rex castus, le roi chaste.

12 Vigil 1887, Texto 6-7, no 1A et A2 ; Santos 1994, no 6, 37 : edificium... totum a famulo Dei Adefonso... fundatum et omne in melius renovatum ; sis mei Adefonsi memor... ; hujus perfectam fabricam templi exiguus servus tuus Adefonsus exiguum tibi dedico muneris votum.

13 Santos 1994, no 70 et 71, 99-100. Dans la première, partielle, on verra dans le AD de la 2e ligne le début de Adefonsus plutôt que un a D[eo] : Beatissime Tirse.... / ut sint mici Ade[fonso]... /dimissa omnia p[eccata].../per ipsum qui te elegit sibi. La seconde reprend la demande de pardon : + Quisquis hic in hanc/basilicam pro sua delicta/Deum deprecaverit Christus eum exaudiat/Adefonsum in mente habeat :/dimissa sint mihi pecata mea in aeternum. Tu tendis arcum in cunctis/et his salver ab inimicis/vel ab omnibus malis.../ut qui pro quemlibet [pro me] ipsum Deo deprecaverim.

14 Arias Páramo 1999, 39, 85-87.

15 Chroniques asturiennes, 24.

16 Cette croix a été souvent étudiée, en particulier par Helmut Schlunk ; on se reportera à la bibliographie qu’en donne Santos 1994, no 22 55-58. Les inscriptions de la croix ont aussi été publiées par Huebner 1871, no 247, 79, par Vigil 1887, 16-17, noA 20, pl. A VII, par Fontaine 1973, 258-259 ou encore Rodrigues 1960.

17 Traube 1907.

18 Paulus servus Jesu Christi (Romains, I, 1), Paulus et Thimotheus servi Jesu Christi (Phil. I, 1), Paulus servus Dei (Tite 1,1), Dei et Domini nostri Jesu Christi servus (Jacques, I, 1), Simon Petrus servus et apostolus Jesu (2 Pierre, I, 1), Judas Jesu Christi servus (Jude 1). Déjà dans l’inscription de San Salvador d’Oviedo de 802 Alphonse se dit exiguus servus de Dieu. On a d’autres exemples épigraphiques de l’emploi de servus.

19 Giry 1894, 667-668.

20 Favreau 1992, 682-688.

21 Coleccion diplomatica del monastrio de San Vicente de Oviedo (años 781-1200) 1968.

22 Patrologie latine, t. 67, col. 889 : fulmine anathematis.

23 Corpus juris canonici. Pars prior. Decretum magistri Gratiani, 1922, col. 1225 (De penitentia, dist. III, c. 42) : ut celesti fulmine percussus. On trouve dans l’inscription d’un reliquaire de la cathédrale de Spire la menace : fulminet ira Dei, Kraus 1894, 74, no 155.

24 English Romanesque Art 1984, no 176, 208-209, ill. p. 66. On lit plutôt in hoc vince, ce qui pourrait renvoyer à la Vita Constantini de Eusèbe : Hac vince.

25 Analecta hymnica Medii Aevi, t. 8, 28, no 23 ; t. 35, 11, no 1 ; t. 41,203, no 28 ; t. 46, 106, no 64 ; t. 50, 291, no 223 ; t. 54, 195, no 123, 201, no 129.

26 Chroniques asturiennes (voir n. 1), 54-55.

27 Vigil 1887,218-221, noL 62, pl. L II ; Berenguer 1972-73, 400 : Santos 1994, no 74, 101-103.

28 Favreau 1997, 161.

29 Huebner 1900, 106, no 465. Cette croix est malheureusement perdue depuis 1906.

30 Huebner 1871, no 249, 80 ; Vigil 1887, 19, noA 21, planche A VIII ; Santos 1994, no 23, 58-60.

31 Uria Riu 1966, 13-28, 1967, 91-108.

32 Bonet Correa 1967, 217, 224-225 (ill. 108-109).

33 Bonet Correa 1967, 230-231, ill. 112 ; Santos 1994, no 24, 60-61.

34 Chroniques asturiennes, 53-54 (Nordomanorum classes) et 58 (iterum Nordomani piratide... ad nostris litoribuspervenerunt). Il s’agit ici de la “Chronique d’Alphonse III”.

35 La localisation primitive est donnée par un diplôme royal de 905 : super portant ipsius castelli in uno lapide illam concessionem scribere in testimonium mandavimus. L’inscription est aujourd’hui dans la cathédrale à gauche de la porte d’entrée de la chapelle du roi Alphonse II le Chaste. La forteresse a été démolie en 1920.

36 Vigil 1887, 7-8, no A 3, pl. A 1 ; Manzanares Rodriguez 1960, 62-63 ; Uria Riu 1967, 311 ; Santos 1994, no 7, 37-38.

37 Vigil 1887, 183, no K 1, pl. Kl ; Fontaine 1973, 327, pl. 133 ; Santos 1994, no 75, 103-104.

38 Psaumes III, 8 ; LXXVIII (LXXVII), 51 ; CXXXV (CXXXIV), 8 ; CXXXVI (CXXXV), 10-11) ; Isaïe, XIX, 22. On trouve plusieurs autres textes bibliques qui citent expressément l’angélus percutiens.

39 Analecta hymnica Medii Aevi, 50, no 223, 291.

40 Antifonario visigotico mozarabe de la catedral de Leόn, 1959 vol. V, 1), 427 dans l’édition en facsimilé (vol. V, 2) l’antienne est au fol. 256 v°.

41 Le Pontifical romain au Moyen Age, III. Le Pontifical de Guillaume Durand, 1949, 451.

42 Santos 1994, no 76, 104.

43 Santos 1994, no 77, 105. Il reste des fragments d’inscription trop réduits pour qu’on puisse les compléter.

44 Vigil 1887, 10, noA 8 ; Santos 1994, no 34, 70. On ne connaît de l’épitaphe que les trois mots terminant l’antienne Signum salutis.

45 Huebner 1871, no 261 84 ; Vigil 1887, 595-596, no Ub 10, planche Ub V ; Santos 1994, no 226, 204-205.

46 Fontaine 1973, 329 et pl. 134.

47 Bonet Correa 1967, 188 ; Arias Páramo 1999, 144, avec une inscription partielle (In nomine) domini et salvatoris nostri cujus est domus ista.

48 Santos 1994, no 229, 207. Une autre formule d’anathème a fait l’objet d’une inscription à Valdedios, “que la lumière du Christ lui manque, que la terre l’engloutisse, que sa descendance soit frappée de mendicité et de lèpre”, (Huebner 1871,2, no 485, 116 ; Vigil 1887, 596 ; Santos 1994, no 227, 205-206).

49 Huebner 1871, no 501, 122 ; Vigil 1887, 509, no Eb 19, planche EB VIII ; Santos 1994, no 166, 166-167.

50 Huebner 1871, no 497, 121 ; Vigil 1887, 508, no Eb 7 ; Santos 1994, no 1665 166.

51 Santos 1994, no 161 et no 162, 164 ; no 163, 164-166.

52 Santos 1994, no 205b, 193.

53 Santos 1994, 60, commentaire du no 23.

54 L’art prémoran hispanique, 259 : Ms t. II 25 de l’Escortal.

55 Antiphonaire publié par dom Louis Brou et le dr. José Vivès (voir n. 40).

56 Williams 1994, fig. 151 (Valladolid) et 1998, fol. 103 (San Millán) et 353 (New York).

57 Williams 1994, fig. 100.

58 Historia general 1949, 267 (manuscrit de la real Academia de la Historia à Madrid).

59 Boylan 1990, 43-123 et pl. 21 ; Williams 1994, t. 3, fig. 226 (Madrid, Biblioteca Nacional, Ms Vitrina 14-2, fol. 6 v°).

60 Vigil 1887, 375, no U 16 et 560, no Pb 5 ; santos 1994, no 218, 199 et no 183, 178.

61 Patrologie latine, t. 87, col. 389 ; Vollmer, 1905, 264 (Carmen, 79).

62 Labbe & Cossart 1671, col. 974 : Placuit picturas in ecclesia esse non debere, ne quod colitur et adoratur in parietibus depingatur.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-1.jpg
Fichier image/, 76k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-2.jpg
Fichier image/, 164k
Légende Fig. 1 : Trésor de Torredonjimeno, Musée archéologique provincial de Cordoue, seconde moitié du viie siècle(Pedro de Palol, Arte hispanico de la epoca visigoda, Barcelone, 1968, p. 172)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-3.jpg
Fichier image/, 228k
Légende Fig. 2 : San Julian de los Prados, Santullano. Nef transversale, mur oriental, reconstitution (Antonio Bonet Correa, Arte pre-romanico asturiano, Barcelone, 1967, p. 115)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-4.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Fig. 3 : La croix des anges, cathédrale d’Oviedo, Camara sancta (CESCM, photothèque)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-5.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Fig. 4 : Croix d’Alphonse III, palais d’Oviedo (Catalogo de las salas de Arte asturiano prerománico del Museo Arqueolόgico Provincial, Oviedo, 1961, pl. 25a)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-6.jpg
Fichier image/, 176k
Légende Fig. 5 : Croix d’Alphonse III, mur de l’enceinte d’Oviedo (Catalogo de las salas de Arte asturiano prerománico del Museo Arqueolόgico Provincial Oviedo, 1961, pl. 25b)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-7.jpg
Fichier image/, 184k
Légende Fig. 6 : San Martin de Salas, abside(Dessin de Vigil publié par Émile Huebner, Inscriptionum Hispaniae christianarum supplementum, Berlin, 1900, n° 501, p. 129).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-8.jpg
Fichier image/, 140k
Légende Fig. 7 : San Martin de Salas, mur extérieur sud (Dessin de Vigil publié par Émile Huebner, Inscriptionum Hispaniae christianarum supplementum, Berlin, 1900, n° 497, p. 127)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-9.jpg
Fichier image/, 212k
Légende Fig. 8 : “Beatus” de la Pierpont Morgan Library, New York(John Williams, The Illustrated Beatus. III. The Tenth and Eleventh Centuries, Londres, Harvey Miller Publishers, 1998, fig. 353)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9293/img-10.jpg
Fichier image/, 182k

Auteur

Université de Poitiers.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540