Version classiqueVersion mobile

L’écriture publique du pouvoir

 | 
Alain Bresson
, 
Anne-Marie Cocula
, 
Christophe Pébarthe

Deuxième partie. Les affichages publics du pouvoir

Usages publics de l’écriture affichée à Rome

Mireille Corbier

Texte intégral

  • 1 Corbier 1977 ; 1984 ; 1987 ; 1991 ; 1995 ; 1997.
    J’ai développé aussi ce thème dans mes publication (...)
  • 2 Où l’on trouvera une présentation plus complète, les références textuelles et l’ensemble de la bib (...)

1Mes recherches sur le statut de l’écrit dans la société romaine ont valorisé depuis longtemps le thème de l’écriture affichée1. Il est au cœur du livre Mémoire et communication, que j’ai rédigé pour la collection “Communication” de CNRS Éditions, dirigée par Dominique Wolton, et qui devrait sortir d’ici quelques mois. L’exposé présenté aujourd’hui prend appui sur l’introduction de ce livre2, dont le propos principal est l’étude des usages publics et des usages privés des écritures “exposées” qui, dans le monde romain, ont connu une très large diffusion et dont la réapparition en Occident, à partir du xie siècle mais surtout à la Renaissance, n’a pas atteint la même ampleur, ni répondu aux mêmes attentes. Ces écritures, l’une des originalités fortes de la ville romaine, ne se limitent pas aux seules écritures “monumentales” – celles qui, à partir de la Renaissance, ont fait l’objet de la plus forte imitation. Si les écritures d’apparat, liées à la pratique de l’éloge, public, privé ou funéraire, des grands hommes et de leur famille, ont fleuri dans l’Europe baroque, l’exposition pérenne de documents officiels émanant du pouvoir reste une particularité des sociétés antiques.

2Mon propos, dans ce livre, est donc bien de cerner, dans une société où l’importance accordée à l’art oratoire désigne la place de premier plan occupée par l’oral, l’existence et les contours d’un champ spécifique de “communication” écrite et publique, conçue comme telle, envisagée dans ses diverses dimensions : information, rituels, auto-célébration, construction de la mémoire, pratiques administratives, usages ludiques et contestataires. Cette communication passe, en l’absence de toute reproduction écrite des textes en grande série, par des formes multiples et différenciées d’affichage de l’écrit.

3Dans le cadre de notre rencontre, j’ai choisi, pour répondre à la demande des organisateurs, de centrer mon exposé sur “les usages publics de l’écriture affichée” – un vaste sujet dont je traiterai seulement quelques aspects.

4Après avoir rappelé l’importance des écritures données à voir à la gloire du pouvoir et des élites, je me tournerai vers les textes officiels portés à la connaissance effective ou potentielle des citoyens ou des administrés.

5J’examinerai ensuite la question des “lieux” – d’exposition, d’affichage – avec la référence constante au celeberrimus locus.

6Je poserai enfin le problème de la réception des messages diffusés par le pouvoir en relation avec leur clarté et avec la capacité des destinataires à les lire.

1. La gloire du pouvoir et des élites : les écritures monumentales

  • 3 Le Monde des Livres, novembre 1993 : compte rendu d’A. Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages (...)

7Parmi les écrits à la gloire du pouvoir et des élites, la priorité revient aux écritures monumentales. Je partirai donc de la définition inspirée à Roger Chartier par la lecture du livre d’Armando Petrucci sur les formes et les usages des inscriptions en Italie (du xie au xxe siècle)3 :

Les écritures monumentales ont pour fonction première de manifester l’autorité d’un pouvoir maître de l’espace urbain et graphique ou la puissance d’une lignée ou d’un individu assez riche pour faire graver son nom dans la pierre ou le marbre. Leur lecture est souvent impossible : trop haut placées et parfois dissimulées par l’architecture, elles ne peuvent être déchiffrées par les passants ; écrites en latin, elles ne peuvent être comprises par ceux, nombreux, qui ne maîtrisent que la langue vulgaire. Mais leur seule présence signifie la souveraineté et la gloire.

8Cette définition des écritures monumentales parfaitement appropriée aux inscriptions de la Renaissance et de l’âge baroque convient à une part de l’écriture exposée de l’époque romaine – celle qui se déployait en grandes lettres sur les monuments publics, les arcs de triomphe, les bases de statues et les tombeaux – mais à quelques réserves près, dont deux sont essentielles, sa remarquable lisibilité (sur laquelle je reviendrai) et la langue : le latin et le grec étaient en effet les langues vulgaires de l’époque, même si ce n’étaient pas les seules langues parlées dans l’empire et si tous les habitants de l’empire étaient loin de les parler et encore moins de les lire ; leur utilisation dans tous les textes officiels venait rappeler à tous qu’elles étaient les langues du politique et de l’administration, et que l’appartenance politique à l’empire reposait sur la compréhension de l’une ou l’autre de ces deux langues de communication et, pour les élites, des deux.

9L’urbanisme et l’architecture antiques se prêtent particulièrement à l’exaltation du pouvoir et des élites par l’insertion de l’écrit dans des surfaces rectangulaires bien exposées au regard : notamment l’attique des arcs et l’architrave des édifices dont la façade est toujours supportée par une colonnade. Les monuments appellent l’écrit et l’espace, en offrant un recul suffisant, appelle la lecture.

10A Rome, la dédicace d’un monument public n’était pas une mince affaire car la gloire acquise par la construction d’un édifice prestigieux pouvait traverser les siècles. Les auteurs anciens nous ont transmis toute une gamme d’anecdotes à ce sujet. Le droit d’inscrire son nom reconnu au constructeur (ou au restaurateur) d’un édifice est lié en effet à la pratique romaine du pouvoir : droits du général vainqueur sur le butin (les manubiae), succession des magistratures, recours à l’évergétisme. Ce droit est aussi à l’origine de la “révolution” intervenue au début du principat. Dans la capitale même, Rome, les grandes familles ont perdu le privilège de la construction publique au profit du Prince qui s’en est assuré le monopole. Dès le milieu du Ier siècle de notre ère, rares sont les noms inscrits sur les monuments de Rome autres que ceux des empereurs et des membres de leur famille. Ainsi inscrire le gentilice Iulius sur tous les édifices entourant le forum romain fut de la part d’Auguste une politique systématique bien identifiée par les modernes. Domitien, nous diton, procéda de même en construisant des arcs partout pour y déployer son nom.

11Dans une ville romaine, le promeneur pouvait lire également des écritures liées à une pratique, elle aussi rigoureusement codifiée, qui s’est poursuivie jusqu’à la fin de l’Antiquité, celle d’élever dans des “lieux” publics prestigieux des statues honorifiques aux personnages qui avaient rendu des services signalés à la cité. Pline l’Ancien (Naturalis Historia, 34.17) propose une analyse du phénomène : “Les statues devinrent l’ornement des places publiques de tous les municipes, on se mit à perpétuer le souvenir des grands hommes et à graver leurs honneurs sur le socle de leurs statues, afin que la postérité pût les y lire et que leurs tombeaux ne fussent plus seuls à les faire connaître”. Dans les années 60 et 70 du Ier siècle de notre ère, à l’époque où écrivait Pline, les empereurs avaient pris le contrôle de l’espace public romain pour l’exposition de statues comme pour la dédicace des monuments. Ils en bénéficiaient d’abord pour la diffusion de leur propre image et de celle des membres de leur famille. Dès les débuts du principat, seuls ou presque des sénateurs qui avaient bien mérité du Prince et auxquels, sur la proposition de ce dernier, le Sénat votait l’octroi de cette distinction se voyaient élever publiquement (c’est-à-dire dans l’espace public) des statues. La formule de l’éloge du père de l’empereur Vitellius gravée sur la base de sa statue transmise par Suétone (Vitellius, 3.1) – pietas immobilis erga principem – aurait pu être choisie comme citation pour tous les autres : “pour sa loyauté inébranlable envers le prince”.

12Quant à la tombe, elle est le monumentum par excellence – celui qui invite à monere, à “faire penser”. Par sa taille imposante, sa forme particulière, les reliefs et les statues des défunts qui l’ornaient, les grandes lettres de son nom, un monument funéraire romain indiquait le statut ou la richesse du commanditaire. Le Mausolée d’Auguste au Champ de Mars présentait une particularité originale. Il portait de longs textes gravés sur des plaques de bronze ; leurs lettres plus petites exigeaient de celui qui voulait en prendre connaissance plus d’attention qu’une simple épitaphe. L’éloge autobiographique du premier princeps, que les historiens désignent (comme les encycliques des papes) par ses deux premiers mots – Res Gestae –, occupait en effet depuis la fin de l’année 14 plusieurs plaques de bronze fixées sur deux piliers dressés devant l’entrée. Cinq ans plus tard, les tables de bronze portant les sénatus-consultes pris à la mémoire de Germanicus sont venues les rejoindre, lorsque les cendres du prince héritier mort en octobre 19 ont été à leur tour déposées dans le Mausolée.

13Cette pratique nous conduit à aborder le deuxième point de cet exposé puisque les textes concernés étaient en fait la copie dans le bronze de documents officiels.

2. Exposition pérenne et affichage temporaire de documents publics

14La société romaine a recours en effet à la gravure et à l’exposition pérenne de nombreux textes pour leur donner, à la fois ou selon les cas :

  • un caractère public et officiel ;
  • une valeur de référence ;
  • une valeur commémorative spécifique ;
  • la possibilité virtuelle autant que réelle d’être lue par tout un chacun.

15Cette exposition repose au départ sur une sélection des textes et des personnes par une autorité. A cette sélection initiale, le temps a ajouté la sienne : un support prestigieux, le bronze (aisément refondu), s’est révélé sur le long terme plus fragile que d’autres matériaux. Par le choix du matériau, le support a la charge de témoigner du statut du document qu’il conserve pour la postérité.

16Très tôt, le monde romain a pratiqué, parallèlement à leur archivage, l’exposition des “lois”. Quelques lois romaines – alors votées par le peuple, sur la proposition de magistrats – et quelques sénatus-consultes de l’époque républicaine et des débuts du principat nous sont ainsi parvenus par l’intermédiaire d’inscriptions qui en donnent la copie. Rares sont les tables de bronze qui proviennent de Rome même, où avait pourtant eu lieu l’affichage initial de toutes les autres. Dès les débuts du principat, la parole du Prince a fait l’objet à son tour d’un affichage privilégié dans le bronze en Italie et dans les provinces d’Occident.

17Le motif donné à l’ordre d’affichage dans le bronze est toujours celui de la pérennité de la décision. La valeur supérieure reconnue à l’écrit officiel gravé et exposé sous une forme durable peut être illustrée par les développements consacrés par Tacite (Annales, 3.60-63) aux prétentions au droit d’asile présentées, sous le règne de Tibère, par plusieurs sanctuaires de l’Asie mineure et de Chypre et soumises alors par le Prince à l’arbitrage du Sénat. Les sénateurs considèrent que, pour l’avenir, les meilleurs garants locaux de la “mémoire” seront les sénatus-consultes pris en conclusion de ces débats : “Et on donna l’ordre de les graver dans le bronze et de les fixer dans les temples mêmes pour en consacrer le souvenir (sacrandam ad memoriam), et aussi pour empêcher les cités de glisser dans l’intrigue sous le couvert de la religion”. C’est-à-dire, en clair, pour empêcher de les falsifier.

18Le prestige symbolique du bronze explique l’extension de son usage à toutes les marques d’honneur. Sous la République, des tables de bronze accueillaient au Capitole les concessions de privilèges, au premier rang desquels la citoyenneté romaine. Au bronze est restée confiée sous l’Empire la notification collective de la citoyenneté aux corps de troupes recrutés parmi les pérégrins – signe de la relation privilégiée qui, à travers le serment, unit les soldats à leur empereur.

  • 4 Oliver 1989, no 19.
  • 5 Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, 19.291 = Oliver 1989, 583-585, app. 5.
  • 6 FIRA2, I, no 73 = Oliver 1989, no 38.

19Cette exposition pérenne, qui participe du travail de construction volontaire de la mémoire, ne représente pourtant que l’un des aspects des usages de la communication publique dans le monde romain des premiers siècles de l’Empire. La “communication” d’une information ou d’une décision par les autorités ne nécessitait pas en effet un affichage durable. Avec la lecture publique et l’affichage temporaire, Rome nous montre en ce domaine une remarquable complémentarité de l’oral et de l’écrit : diffusant la lettre de Claude aux Alexandrins4, le préfet d’Égypte déclare que tous les habitants de la ville n’ayant pu écouter la lecture publique de la lettre de l’empereur, le texte va être affiché pour qu’il soit loisible à chacun de le lire. D’après Flavius Josèphe5, seule source sur le sujet, l’édit de Claude confirmant les privilèges des communautés juives comportait l’ordre, adressé aux cités, aux colonies et aux municipes d’Italie et des provinces, ainsi qu’aux souverains des royaumes sujets, de l’afficher pendant au moins trente jours de manière à ce qu’il puisse être lu de plain pied ; l’empereur n’exigeait pas de gravure et donc d’exposition permanente ; de fait, le texte ne nous est pas autrement parvenu. Pour la permanence sous l’Empire de la pratique de l’affichage (temporaire) des édits sur un tableau de bois blanchi, attestée sous la République, est toujours cité l’édit de Vespasien relatif aux privilèges des médecins, dont une traduction en grec a été gravée dans le marbre et exposée à Pergame, qui porte à la fin du texte la mention en leukômati, traduction du latin in albo : l’édit avait été affiché à Rome au Capitole le 27 décembre 746.

2.1. Qui décide ?

20Tant que Rome a été le centre réel du pouvoir, une masse de documents a été émise dans la capitale. Un ordre d’affichage pouvait être donné par l’instance émettrice ; et le Sénat, sous la République déjà, n’a pas manqué de prévoir l’exposition de traités dans les villes grecques avec lesquelles il les avait passés : mais la pratique ne semble pas avoir été systématique.

  • 7 Thème développé dans Corbier 2001 a et 2001b.

21L’ordre d’afficher les sénatus-consultes de décembre 19 et de décembre 20 liés à la mort de Germanicus et au procès de son assassin présumé, le gouverneur de Syrie Pison, non seulement à Rome mais dans les principales cités de l’empire, et même, pour le second d’entre eux, dans les camps légionnaires de la périphérie, témoigne du souci de diffuser à travers l’empire une connaissance commune7 de ces événements marquants pour la famille impériale.

22Dans les cités, qui constituaient la trame institutionnelle de l’empire, l’affichage était du ressort du conseil municipal, qui pouvait faire connaître ainsi ses propres décrets, décider de pérenniser la parole du Prince ou tel édit du gouverneur intéressant directement la communauté, ou encore se faire le relais d’instructions d’affichage reçues du pouvoir central. Un texte pouvait donc être affiché en un seul exemplaire en un lieu précis à Rome, en Italie ou en province, ou, au contraire, connaître une large diffusion à travers l’empire, ce qui renforce alors les chances qu’une copie au moins soit parvenue jusqu’à nous. Une telle diffusion ne peut s’expliquer que par une injonction du pouvoir central. Elle a pu être favorisée aussi par le zèle d’un gouverneur.

  • 8 CIL, XIII, 1668 = ILS, 212.

23Les provinces témoignent souvent de l’affichage de documents émis à Rome qui, dans la capitale, n’avaient pas d’autre place que les archives : ainsi le discours de Claude exposé à Lyon – la Table claudienne, aujourd’hui la pièce majeure du Musée de la Civilisation gallo-romaine – n’intéressait que les notables des Gaules, seuls concernés8. Mais c’est hors de Rome qu’ont été trouvées les copies de nombreux documents qui avaient bénéficié aussi d’une exposition durable dans la capitale. Je ne reviens pas sur le cas, connu de tous, des Res Gestae. La découverte récente en Andalousie (elle date des vingt dernières années) des sénatus-consultes liés à la mort de Germanicus constitue l’exemple le plus remarquable de ce phénomène. Pour le second de ces sénatus-consultes, celui du 10 décembre 20 consécutif au procès de Pison, il est clair que les multiples copies retrouvées en Bétique – huit à ce jour – témoignent du puissant relais constitué par le proconsul de l’époque, Numerius Vibius Serenus, dont le nom figurait en tête des copies.

2.2. Affichage protecteur ou publicité individuelle

24Mais nous aurions tort de concentrer l’observation sur l’initiative du pouvoir.

25La pratique de l’affichage protecteur, à l’initiative des cités, des communautés, voire des individus concernés, a été identifiée depuis longtemps. Les Anciens avaient parfaitement compris que l’affichage permanent de décisions prises par les autorités en leur faveur pouvait témoigner de leurs droits ou les protéger contre des agressions futures. Ce type d’affichage était particulièrement approprié à un mode d’exercice du pouvoir politique qui n’a cessé de prendre de l’ampleur aux deux premiers siècles de l’Empire. La pétition (libellus) à l’empereur émanant de communautés et de groupes divers – cités, domaines impériaux, collèges – qui, tantôt sollicitaient l’octroi d’un privilège (statutaire, fiscal ou autre), tantôt se plaignaient d’exactions dont ils étaient victimes, appelait une réponse : selon le statut du demandeur, celle-ci prenait à son tour tantôt la forme d’une véritable lettre, tantôt celle d’une simple “souscription” au texte de la pétition. Il va de soi que les réponses négatives n’ont pas fait l’objet d’une gravure permanente de la part des intéressés.

26Or, l’envoi d’une pétition auprès de l’empereur nécessitait le recours à (au moins) un porte-parole auquel l’empereur adresse toujours sa réponse. Aussi, contre la tendance des historiens à attribuer de façon trop systématique l’affichage des réponses impériales aux communautés désireuses de se protéger en rappelant leur droit, il nous faut faire place à d’autres intentions et donc à d’autres acteurs possibles. L’initiative d’exposer une décision impériale peut relever aussi de la personne qui a servi d’intermédiaire, travaillant pour sa propre gloire.

3. Les lieux et le choix des lieux

27Le choix symbolique ou fonctionnel des emplacements est assorti à la teneur et au statut des textes concernés : une même expression celeberrimus locus (qui ne signifie pas “un lieu très célèbre” mais “un lieu très fréquenté”) caractérise aussi bien les lieux où l’on expose les statues honorifiques que ceux où l’on affiche les documents officiels. Dans une ville romaine il s’agit d’ordinaire du forum. A Rome même, en dépit de certaines constantes, et malgré une sélection plus stricte des textes ainsi affichés, ce choix a évolué au cours du temps avec l’élargissement progressif des espaces monumentaux, mais aussi avec la spécialisation de ces nouveaux espaces : le Capitole et le forum républicain, puis les forums, romain et impériaux.

28L’espace public de la ville romaine prévoit des parois consacrées à l’affichage durable ou temporaire d’informations destinées aux citoyens. Une petite fresque de Pompéi montre ainsi des passants occupés à lire un panneau d’affichage. Mais cet espace peut prévoir aussi des affichages rétrospectifs à des fins commémoratives.

29Un cas exemplaire de délimitation d’une zone d’affichage nous est offert par les constitutions impériales en faveur des vétérans. Sous le règne de Claude, le choix initial a été clairement symbolique : le lieu d’affichage présente en effet une affinité étroite avec ces textes qui sont regroupés, sur le Capitole, à proximité du temple de Fides, divinité garante du serment. Dans la décennie 80 a été adopté un lieu d’affichage définif entre forum et Palatin derrière le temple d’Auguste divinisé.

30Tout message politique doit être délivré dans le lieu jugé approprié. L’attribution par le Sénat à Auguste du titre de Pater Patriae offre un exemple caractéristique ; le Sénat a prévu l’exposition du titre en trois endroits : la Curie lieu d’émission, le vestibule de la maison du destinataire et, dans l’espace public, la base du quadrige élevé à Auguste au centre de son nouveau forum. Quant aux sénatus-consultes décidant des honneurs posthumes à rendre à Germanicus, ils ont été gravés dans le bronze et exposés dans la salle où était réuni le Sénat lorsqu’il les avait votés (la Curie du Palatin dans ce cas), ainsi qu’au mausolée de la domus Augusta où se trouvait l’urne cinéraire – maintenant la domus du prince mort.

31Les sénateurs qui, sur la suggestion de Néron, ont voté l’hommage de neuf statues au préfet de la ville Lucius Volusius Saturninus, mort nonagénaire en 56, ont veillé à l’adéquation symbolique du type de la statuaire et de l’emplacement prévu : ainsi, une statue équestre devait se dresser sur le forum romain devant les Rostres, une statue de bronze en tenue de triomphateur sur le forum d’Auguste, tandis que la statue placée devant la Curie du Palatin devait être revêtue de la tenue de consul. Aucune des neuf statues, notons-le, ne se voyait assigner pour emplacement le Capitole qui, à cette époque, semble avoir été confisqué par le prince.

  • 9 Dion Cassius 61.16.2 a.

32L’espace public est à son tour investi par des formes sauvages d’affichage. La contre-communication prenait en effet souvent la forme écrite du graffito réutilisant les supports mêmes offerts par les monuments officiels. Une base de statue d’Agrippine reçut après l’assassinat de celle-ci ce reproche adressé à Néron : “Moi j’ai honte de toi ; mais toi ne rougis-tu pas ?”9. On connaît par Suétone (Domitien, 13) le plus célèbre de ces graffiti contestataires ; il joue sur le bilinguisme. Pour fustiger la propension de Domitien à construire partout des arcs pour y faire exposer son nom, une main anonyme écrivit en grec ἀρкεῖ “il suffit”, qui se prononçait arci “les arcs” (“basta avec les arcs”).

33Mais cette expression de l’opinion publique nous situe en fait sur les franges de l’écrit et de l’oral car elle fait appel aussi à la chanson et aux plaisanteries (ioci) colportées dans les rues.

4. Clarté et réception du message

4.1. La lisibilité

34Seules, et d’ailleurs en très petit nombre, des écritures privées de caractère funéraire ou religieux pourraient offrir des exemples comparables à ceux que cite Roger Chartier après Armando Petrucci pour l’âge baroque : c’est-à-dire d’écritures contournées ou cachées au regard.

35Au contraire, l’écriture exposée romaine se caractérise d’ordinaire par sa lisibilité. Les dédicaces monumentales placées à plusieurs mètres de hauteur sont parfois gravées en lignes de hauteur décroissante pour créer l’illusion d’optique d’un même module (ainsi sur l’arc de Titus).

36Les inscriptions monumentales se prêtent encore à d’autres “jeux de lettres”. Le bronze, matériau des statues et des inscriptions prestigieuses, a été apprécié également pour la confection de lettres en relief fixées sur l’architrave ou l’attique des monuments : combinée au recours à la dorure, cette pratique ostentatoire, qui a connu un grand développement à partir de l’époque augustéenne, mais qui n’a pas excédé le premier siècle de notre ère, a permis de doter certains édifices de “lettres d’or”.

37Lorsqu’un document romain à caractère public est gravé à une hauteur telle ou dans des lettres si petites que l’on ne peut pas le lire, cette disposition, en contradiction avec les usages établis, est intentionnelle ou, plus précisément, relève d’une mauvaise intention ! Pressé par les habitants de Rome de rendre public le règlement des impôts nouveaux qu’il venait d’édicter, Caligula pour sa part s’était résolu à les faire afficher, mais “en lettres si petites et en des lieux si retirés que nul ne pouvait en prendre connaissance”, nous dit Suétone (Caligula, 41.1).

38La lisibilité d’un document de nature politique ou administrative est en effet l’une des conditions mises à l’obligation imposée de l’afficher de façon temporaire ou durable. La formule la plus courante unde de plano recte legi possit prévoit que les caractères soient suffisamment gros et l’affichage à une hauteur suffisamment basse pour que le texte soit lisible par une personne debout sur le sol. Il est précisé parfois que la gravure doit se faire en caractères bien lisibles. Les “lettres” dont l’emploi est recommandé sont les grandes capitales des inscriptions romaines – d’où sont issues nos majuscules d’imprimerie. La présentation des très longs textes de lois en colonnes, la numérotation (en chiffres romains) des chapitres, l’identification (par l’ajout de titres intercalaires) des différents documents d’un dossier affiché, la mise en valeur des paragraphes des discours impériaux (par débordement dans la marge et non en retrait) comme sur la table claudienne de Lyon, la séparation des mots par des points (gravés à mi-hauteur des lettres), la peinture en rouge des lettres incisées dans le marbre blanc, autant de techniques dont l’objet est précisément de faciliter la lecture, même si ce n’est pas le seul. Il souligne le caractère, construit et finalisé, de ce dispositif de mise en forme, qui vise à la fois à présenter le texte, et à prédéterminer ou au moins orienter la lecture qui en sera faite. Mais le souci esthétique ne doit pas être sous-estimé pour un “monument” qui est autant un artefact qu’un texte. Un document épigraphique témoigne d’abord par sa présence.

4.2. La langue

  • 10 Tite Live 7.3.5 (lex uetusta est, priscis litteris uerbisque scripta) ; Polybe 3.22.3.

39Même latine, celle-ci, malgré les apparences, n’est pas unique. Elle varie avec le temps mais aussi selon les contextes et les locuteurs. Les écritures visibles dans une ville romaine donnent accès à divers niveaux de langue : de la langue juridique à celle des graffiti, qui est à l’origine des études sur le latin dit “vulgaire” – c’est-à-dire de la langue populaire. Mais déjà des auteurs anciens, tels que Polybe ou Tite Live, ont été frappés par le caractère archaïque de la langue latine ou de l’écriture d’anciennes lois et traités, exposés au Capitole, toujours visibles en leur temps10.

40Le mélange des langues latine et grecque dont témoignent les dossiers gravés dans les provinces orientales constitue un observatoire privilégié des pratiques administratives.

  • 11 Table de Brigetio (FIRA2, I, no 93).

41Les textes gravés font parfois état d’un changement de main dans le document original qu’ils reproduisent pour mettre en évidence la signature impériale soit par une périphrase (a diuina manu11), soit en laissant subsister à la fin d’un texte en grec la forme latine scribsi ou rescripsi – “j’ai répondu”.

4.3. La réception

42L’attention portée par les Anciens eux-mêmes aux inscriptions gravées sur les monuments et sur les bases de statues, aux épitaphes, aux “souscriptions” contestataires apposées par des mains anonymes sur les piédestaux, atteste la valeur reconnue par leur société à ces messages dont ils nous ont souvent transmis le texte. Quant aux documents officiels qui comportaient une clause d’affichage, ils donnent toujours à entendre qu’ils pourraient être lus. Mais nous savons qu’ils étaient aussi recopiés. En tout cas, les empereurs insistent toujours pour que les conditions de la lecture soient les meilleures possibles.

43L’écriture exposée a vocation à être lue, ce qui ne signifie pas qu’elle l’ait toujours été. Loin de m’associer aux débats, en partie inutiles à mon sens, sur le pourcentage des Romains qui savaient lire, je me suis située d’entrée de jeu dans la problématique adoptée par les historiens de la lecture des époques modernes, celle des niveaux de lecture et de compréhension des textes affichés.

44Tout un champ de l’écriture publique est compatible avec un niveau inférieur de la capacité de lire, comme en témoigne le lapidarias litteras scio de l’affranchi Hermeros du Satiricon (58.7) – celui qui se déployait en lettres majuscules sur les monuments publics et les bases de statues. Il se caractérise en effet par l’usage d’abréviations courantes, au sens fortement codé, intégrées dans une syntaxe volontairement simplifiée.

  • 12 Ulpien, Digeste, 14.3.11.3. Le passage concerne l’esclave mis à la tête d’un commerce et l’obligat (...)

45La lecture des textes de loi ou des documents administratifs exigeait plus de compétences. Mais un texte d’Ulpien relatif à un affichage de caractère privé est extrêmement révélateur de la confiance manifestée par les juristes dans l’efficacité d’une telle exposition12. Je le gloserai ainsi : “Si une annonce a été faite en public (proscribere palam), en lettres bien distinctes (claris litteris), de façon à être lisible de plain pied (unde de piano recte legi possit), non dans un lieu caché mais bien en évidence – en grec ou en latin selon le lieu (pour que personne ne puisse dire qu’il ne connaît pas la langue)-, en un lieu où un grand nombre de personnes peuvent le lire, on n’écoutera pas celui qui déclarera qu’il ne sait pas lire ou qu’il n’a pas regardé ce qui était affiché”.

Conclusion

46Le pouvoir romain a utilisé l’écrit à plusieurs fins :

  • pour s’exalter lui-même et construire une mémoire ;
  • pour communiquer des décisions politiques et administratives. Ces décisions faisaient l’objet d’un affichage temporaire, ou de plus longue durée, et pouvaient à leur tour servir de sources pour tout un travail de copie. Une grande attention était prêtée à ce que soit offerte la possibilité de lire les documents.

47Le dossier que je vous ai rapidement présenté met en évidence de multiples différences et hiérarchies.

48On pense aussitôt à la hiérarchie des émetteurs : si le monopole du pouvoir central fait l’objet à Rome de contestation par les graffiti – une forme de subversion –, il fait l’objet d’imitations par les couches sociales élevées dans les provinces (un thème qu’il n’était pas possible de développer aujourd’hui). Mais la hiérarchie géographique intervient aussi : selon l’importance de la ville considérée (Rome, les capitales provinciales, les petites villes), les circuits de communication sont de taille très différente (je pense, par exemple, à la remarquable variété de documents officiels de toute époque conservés dans la pierre et le marbre à Éphèse, “capitale” de la province d’Asie).

49Il faut prendre en compte également des différences temporelles et des évolutions : avec la multiplication de l’écrit liée à l’administration de l’empire, le temps a joué en faveur de l’affichage temporaire et du simple archivage aux dépens de la copie épigraphique des documents. Ces modifications temporelles coïncident avec des modifications techniques : l’utilisation de supports plus souples (les documents de l’Antiquité tardive contiennent des références plus nombreuses à la “peau”) et de consultation plus aisée (avec le passage au codex).

Bibliographie

Bibliographie

Angeli Bertinelli, G. et A. Donati, éd. (2001) : Varia epigraphica. Atti del Colloquio Intemazionale di Epigrafia (Bertinoro, 8-10 giugno 2000), Faenza.

Beard, M., A. Bowman, M. Corbier et al. (1991) : Literacy in the Roman World, Journal of Roman Archaeology, Supplementary Series 3, Ann Arbor.

Corbier, M. (1977) : “Le discours du prince d’après une inscription de Banasa”, Ktèma, 2 (= IIIe Rencontre d’Histoire Romaine : “Sources et formes de la richesse dans le monde romain’’, Strasbourg, 1976), 213-232.
— (1984) : “L’aerarium militare sur le Capitole’’, Cahiers du groupe de recherches sur l’armée romaine et les provinces, III, Paris, 147-160.
— (1987) : “L’écriture dans l’espace public romain”, L’Urbs. Espace urbain et histoire ( ier siècle av. J.-C.- iiie siècle ap. J.-C.). Actes du colloque international organisé par le Centre national de la recherche scientifique et l’École française de Rome (Rome, 8-12 mai 1985), Collection de l’École française de Rome 98, Rome, 27-60.

— (1991) : “L’écriture en quête de lecteurs”, in : Beard et al. 1991, 99-118.
— (1995) : “L’écriture dans l’image”, in : Solin et al. 1995. 113-116.
— (1997) : “Pallas et la statue de César. Affichage et espace public à Rome”, Revue numismatique, 152, 11-40.
— (2001a) : “Le ‘Principatus’ de Jean Béranger à la lumière des découvertes épigraphiques récentes”, in : Frei-Stolba & Gex 2001, 309-320.
— (2001b) : “Maiestas domus Augustae”, in : Angeli Bertinelli & Donati 2001, 155-199.

Frei-Stolba, R. et K. Gex, éd. (2001) : Recherches récentes sur le monde hellénistique. Actes du colloque international organisé à l’occasion du 60e anniversaire de Pierre Ducrey (Lausanne, 20-21 novembre 1998), ECHO. Collection de l’Institut d’archéologie et d’histoire ancienne de l’Université de Lausanne, 1, Berne.

Oliver, J. H. (1989) : Greek Constitutions of Early Roman Emperors from Inscriptions and Papyri, Philadelphie.

Solin, H., O. Salomies et U.-M. Liertz, éd. (1995) : Acta colloquii epigraphici Latini Helsingiae 3.-6. sept. 1991 habiti, Commentationes Humanarum Litterarum, 104, Helsinki.

Notes

1 Corbier 1977 ; 1984 ; 1987 ; 1991 ; 1995 ; 1997.
J’ai développé aussi ce thème dans mes publications relatives à la domus Auguste (voir, notamment, infra note 7) et dans mes travaux sur la transhumance, qui font une place aux écritures affichées sur les chemins de la transhumance.

2 Où l’on trouvera une présentation plus complète, les références textuelles et l’ensemble de la bibliographie.

3 Le Monde des Livres, novembre 1993 : compte rendu d’A. Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, xie- xxe siècles, Paris, 1993 (= La scrittura. Ideologia e rappresentazione, Turin, 1986).

4 Oliver 1989, no 19.

5 Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, 19.291 = Oliver 1989, 583-585, app. 5.

6 FIRA2, I, no 73 = Oliver 1989, no 38.

7 Thème développé dans Corbier 2001 a et 2001b.

8 CIL, XIII, 1668 = ILS, 212.

9 Dion Cassius 61.16.2 a.

10 Tite Live 7.3.5 (lex uetusta est, priscis litteris uerbisque scripta) ; Polybe 3.22.3.

11 Table de Brigetio (FIRA2, I, no 93).

12 Ulpien, Digeste, 14.3.11.3. Le passage concerne l’esclave mis à la tête d’un commerce et l’obligation pour le propriétaire de faire savoir – si tel est le cas – qu’il n’autorise pas l’esclave à le représenter. A défaut d’avoir donné cette information, le maître pourra être tenu pour responsable des contrats passés par l’esclave.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search