Version classiqueVersion mobile

L’écriture publique du pouvoir

 | 
Alain Bresson
, 
Anne-Marie Cocula
, 
Christophe Pébarthe

Deuxième partie. Les affichages publics du pouvoir

Inscriptions et régime politique : le cas athénien1

Christophe Pébarthe

Texte intégral

  • 1 Sur cette question, Hedrick 1994. 1999 et 2000. Nous renvoyons à la bibliographie d’Hedrick 1999, (...)
  • 2 Nous disposons de 15 000 inscriptions antiques athéniennes (tous types et toutes époques confondus (...)
  • 3 Pour les calculs, Hedrick 1999, 392.
  • 4 Cf. les tableaux récapitulatifs réalisés par Hedrick 1999, 394.
  • 5 Hansen 1987. 110 et 1989, 98-102 s’y est essayé sans réel succès. Il est toutefois indubitable que (...)
  • 6 Hedrick 1999, 395.
  • 7 Hedrick 1994, 157.

1Le nombre total d’inscriptions athéniennes, une vingtaine de milliers, tranche avec la faible quantité de textes gravés en notre possession pour les autres cités2. L’étude de la distribution chronologique du dossier épigraphique athénien atteste une forte augmentation pour le ve s. qui compterait plus de 2 000 inscriptions et d’un maximum pour le ive s., autour de 6 0003. Un raisonnement analogue peut être mené en tenant compte de la distribution chronologique des inscriptions selon leur catégorie. Il ne donne pas des résultats strictement identiques mais il ne contredit que rarement la ligne générale observée4. Il n’est pas vraiment possible d’aller plus loin, c’est-à-dire d’établir un ratio entre le nombre de décrets votés et leur mise sur pierre5. En dépit des limites de toutes les estimations, une spécificité athénienne apparaît en ce domaine. Des circonstances particulières peuvent certes être citées : le recours au métal dans d’autres cités, un matériau qui facilite la réutilisation ; la plus grande quantité de fouilles faites en Attique. Une part importante de la supériorité quantitative de l’épigraphie athénienne pourrait s’expliquer par des découvertes plus nombreuses et non par un nombre plus grand d’inscriptions. De plus, si particularité il y a, elle concerne les sociétés civiques grecques qui recourent dans l’ensemble à cette occupation spécifique de l’espace public. Aucun équivalent avec la période mycénienne ne peut être trouvé. Le recours à l’écriture ne donne pas en soi une information sur le régime politique de la cité :“Writing can be and was used in many ancient States, in Greece and elsewhere, before and after the Classical period, for a variety of political purposes : to inform, commemorate, intimidate, and control”6. Si Athènes étonne, ce n’est donc pas par sa pratique mais par l’ampleur de celle-ci, “by orders of magnitude”7.

  • 8 Meritt 1940, 89-93 (cité par Hedrick 1994, 159, id. 1999, 387 et id. 2000, 327).
  • 9 Austin 1938, 24-25. La citation qui suit est extraite de la page 25.
  • 10 Meritt 1940, 89-93.
  • 11 Meritt 1940, 90. L’épigraphiste américain ne s’intéresse pas à la totalité des clauses de publicat (...)
  • 12 Robert 1974, 310-311.

2Les historiens et les épigraphistes ont tenté d’aller plus loin en passant du constat à la corrélation. Ils ont associé le système politique athénien, la démocratie, à une forte alphabétisation et dans l’ensemble à un recours important à l’écriture. Cette affirmation générale, et souvent liminaire, repose sur un certain nombre de postulats, notamment le lien entre l’augmentation du nombre d’inscriptions et la démocratisation des formes de gouvernement. Selon C. W. Hedrick, l’idée semble remonter à B. D. Merrit8. En fait, elle est manifestement plus ancienne car elle se trouve déjà chez R. P. Austin. Ce dernier remarquait que l’augmentation du nombre d’inscriptions était à mettre en relation avec l’émergence de la démocratie athénienne :“It was doubtless intimately connected with the rise of Athenian democracy, which probably insisted that the laws by which it was governed should be accessible to everyone”9. L’argumentation de B. D. Meritt n’est pas très éloignée. D’une part, celui-ci associait pratiques écrites et habitudes démocratiques, à tel point qu’il expliquait les fluctuations quantitatives des inscriptions en fonction des évolutions des sentiments et des pratiques démocratiques10. Par opposition, les périodes non démocratiques à Athènes, et plus généralement les cités oligarchiques, auraient peu recouru à l’écriture affichée. D’autre part, l’épigraphiste américain arguait de la présence de clauses concernant la publication de la stèle comme preuve de la fonction démocratique des inscriptions11. L. Robert a été plus loin en liant plus généralement l’épigraphie officielle à la démocratie en établissant un parallèle avec la Révolution française12.

  • 13 Hedrick 1994, 161 notamment.
  • 14 Euripide, Suppliantes, 429-434 (traduction CUF). De même, Cléon défend la fixité des lois (Thucydi (...)

3Si l’association entre écriture et démocratie paraît séduisante, une bonne partie des arguments présentés ci-dessus reposent sur une conception anachronique de la démocratie, incluant l’accès libre et direct à l’information officielle13. Lorsque les sources anciennes évoquent l’écriture, c’est simplement pour affirmer son association avec l’isonomie. Le droit écrit constituerait une garantie contre l’arbitraire. Lorsque Thésée compare la démocratie et la tyrannie dans son dialogue avec le héraut de Thèbes, il affirme14 :

Pour un peuple il n’est rien de pire qu’un tyran. Sous ce régime, pas de lois faites pour tous. Un seul homme gouverne, et la loi, c’est sa chose. Donc, plus d’égalité, tandis que sous l’empire de lois écrites, pauvres et riches ont mêmes droits.

  • 15 Platon, Lois, 859a (traduction CUF), c’est nous qui soulignons. Pour une discussion approfondie de (...)

4Cependant, un passage des Lois montre que ces pratiques ne suffisent pas à l’établissement de la démocratie15 :

Leurs prescriptions doivent-elles prendre l’attitude d’un père ou d’une mère pleins d’amour et de sagesse ou celles d’un tyran et despote qui ordonne et menace et, une fois ses volontés écrites sur les murs, s’en va libéré ?

  • 16 Euripide, Suppliantes, 438-441 (traduction CUF).

5Mais cela ne concerne pas le nombre d’inscriptions, ni même le recours à l’écriture affichée. En outre, le même Thésée précise16 :

Quant à la liberté, elle est dans ces paroles : ’Qui veut, qui peut donner un avis sage à sa patrie ?’Lors, à son gré, chacun peut briller... ou se taire. Peut-on imaginer plus belle égalité ?

6Ces quelques exemples montrent que la thèse démocratique doit être interrogée de nouveau.

  • 17 Dow 1942. 113-119.
  • 18 Dow 1942, 117-118 cite du reste des exemples d’inscriptions corinthiennes du ve s., tant publiques (...)
  • 19 Thomas 1994, 49.
  • 20 Dow 1942, 119.

7N’existe-t-il pas cependant un lien entre cités oligarchiques et faible recours à l’épigraphie publique, comme l’hypothèse de la justification démocratique des inscriptions semble l’induire ? Ce point de vue a été développé pour Corinthe par St. Dow17. Selon lui, rien ne permet de penser que des destructions, celle des troupes de Mummius en 146 ou d’autres plus tardives, expliqueraient le faible nombre d’inscriptions retrouvées. Le butin ne se composait pas de stèles. Quelle que soit l’ampleur des destructions, des fragments d’inscriptions auraient dû parvenir jusqu’à nous. Le nombre plus important de documentation épigraphique pour l’époque romaine prouve que des déprédations byzantines ne sauraient non plus être évoquées. Il y a tout lieu de penser que les stèles en pierre furent peu nombreuses à Corinthe pendant la période classique, sans que l’absence de marbre puisse être invoquée18. Qu’en est-il des autres supports ? Le bronze vient tout de suite à l’esprit, en raison de l’activité importante des bronziers corinthiens. Sa valeur était telle que des soldats n’auraient pas laissé une telle fortune derrière eux. En outre, ce matériau résiste moins à l’usure du temps19. Mais les fouilles n’ont pas révélé de bases en pierre nécessaires à l’érection d’inscriptions sur bronze. Deux facteurs s’imposeraient selon St. Dow, l’analphabétisme important des Corinthiens et leur désintérêt pour les documents publics à cause de leur système politique20. Le même raisonnement a été tenu pour Sparte. Le goût du secret irait de pair avec un pouvoir politique aux mains d’un groupe restreint et un faible recours aux inscriptions.

  • 21 Millender 2001, notamment p. 139-141.
  • 22 Millender 2001, 141 avec n. 92.
  • 23 Thucydide 5.18.10 et 5.23.5, Pausanias 3.14.1 et Thucydide 1.134.4 avec Millender 2001, 139. Voir (...)
  • 24 Hedrick 1999, 388.
  • 25 Démosthène, C. Néaira, 59.76 (traduction CUF).

8E. Millender conteste l’essentiel de cette hypothèse21. D’abord, le coût de la gravure sur bronze à Corinthe n’est pas connu et il est sans doute moins important que ne le pensait St. Dow en raison de l’abondance de ce matériau et d’un coût de la gravure proprement dite inférieur à celle de la pierre. Ensuite, l’agora classique et hellénistique de Corinthe n’a pas encore été fouillée – des travaux récents ont montré qu’elle n’était pas située sous le forum – et n’a pu donc révéler une absence de témoignages épigraphiques22. L’agora de Sparte, c’est-à-dire le lieu possible d’exposition des documents écrits, n’a pas été trouvée. Enfin, les sources littéraires donnent plusieurs exemples du recours Spartiate à l’écriture exposée23. Est-ce à dire que Corinthe ou Sparte gravaient des documents publics sur pierre à l’identique d’Athènes ? Non pas. “The political meaning of writing lies in what people and societies and political régimes make of it, that is, in its historical situation”24. Autrement dit, si les Athéniens ont recouru aux inscriptions dans un souci de démocratie, cela tient à une circonstance particulière et non à un effet intrinsèque de l’écriture ou à un effet en retour de l’adoption d’un régime démocratique. Les autres cités qui connaissaient la démocratie ne nous ont pas livré une telle quantité d’inscriptions. Enfin, à Athènes et ailleurs, l’inscription ne s’oppose pas au secret, tout dépend de sa localisation. Lorsque Démosthène dans le Contre Néaira évoque une loi très ancienne sur le mariage, il fait remarquer : “C’est pourquoi la stèle a été dressée dans le sanctuaire de Dionysos aux Marais, le plus antique et le plus saint : on voulait que l’inscription ne fût connue que d’un petit nombre ; et en effet le sanctuaire n’est ouvert qu’une fois par an”25.

  • 26 Bertrand 1997 et id. 1999, 137-153.
  • 27 Platon, Lois, 785a-b.
  • 28 Bertrand 1997, 29.
  • 29 Platon, Lois, 9.873d.
  • 30 Bertrand 1999, 148-149.
  • 31 On retrouve une formule proche de celle qui figure dans les inscriptions attiques (cf. infra).
  • 32 Bertrand 1997, en particulier p. 29-32.

9Si l’on se tourne vers une cité idéale, celle décrite par Platon dans les Lois, bien que non démocratique, elle n’en utilise pas moins les inscriptions26. La liste des citoyens doit être mise sur un mur blanc et tenue à jour. Les morts sont effacés et les vivants ajoutés27. Sinon, le citoyen ne voit guère son nom affiché sur une stèle, sauf s’il se distingue ou s’il est élu magistrat28. A sa mort, son nom disparaît des documents et seule éventuellement une stèle funéraire individuelle rend compte de son mérite à condition de ne pas avoir commis de fautes graves et encore ces inscriptions ne sont pas exposées dans un lieu particulièrement visible29. Dans l’ensemble, la publication sur pierre des lois de la cité des Magnètes n’est pas prévue. Les seules exceptions concernent les dispositions relatives au commerce, celles prévues par le législateur originel et celles qui sont ajoutées par les magistrats. Cependant, les activités commerciales sont le plus souvent interdites aux citoyens ; ces textes gravés s’adressent donc avant tout aux étrangers ou aux métèques. “L’écrit public sert à stigmatiser toute une part de la population du pays. Une catégorie entière d’habitants de la cité est, par la stèle que l’on érige au centre même de l’espace public, confrontée en permanence à l’indignité présupposée de l’activité à laquelle elle doit s’adonner parce qu’elle est la seule que lui permet d’exercer le système politique”30. Dans la cité des Lois, l’inscription publique vaut stigmatisation. Ainsi, le nom de ceux qui volontairement avaient voulu tromper la cité en faisant une fausse déclaration de patrimoine était affiché durant leur vie entière. Il en allait de même pour le nom des magistrats qui ne remplissaient pas tous les devoirs de leurs charges. Le but explicite est de permettre à tous ceux qui le désirent de s’informer31. Les mêmes pratiques devaient servir à punir les couples qui ne remplissaient pas leur devoir, procréer. En bref, l’épigraphie des Magnètes sert à désigner les coupables32.

10L’exemple de cette cité idéale montre à quel point il est vain de chercher à établir une association automatique entre les écrits affichés et un système politique. Toutefois, cela ne préjuge pas de la valeur démocratique que les Athéniens pouvaient prêter à l’inscription.

  • 33 Hérodote 1.59.6. Thucydide 6.54.6 et Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 14.3 et 16.2.
  • 34 L’un des premiers décrets gravés mentionné dans nos sources concerne l’expulsion des Pisistratides (...)

11Dès lors, il faut essayer de mettre en parallèle l’évolution de la démocratie athénienne et celle du nombre d’inscriptions. On constate alors que les documents épigraphiques augmentent pendant la tyrannie des Pisistratides. Certes, nous ne possédons pas de décrets mais des dédicaces qui révèlent une politique active d’écriture publique, ainsi que des bornes. Au cours du vie s., l’habitude de graver les lois se développe et tout laisse à penser que l’Athènes des Pisistratides n’échappait pas à la règle33. En revanche, on n’observe pas d’augmentation significative à l’époque de Clisthène, nous connaissons quelques décrets seulement34. De fait, l’augmentation n’est réelle qu’après les années 450, au moment où la démocratie s’installe avec les réformes d’Éphialte et de Périclès. Concomitance ou corrélation ?

  • 35 Anaximène FGrHist 72 F13 : τoὺς ἄξovας καὶ τoὺς κὺρβεις ἅνωθεν ἐκ τῆς ἀκροπóλεως εἰς τò βουλευτήρι (...)

12Un passage d’Anaximène de Lampsaque (ive s.) pourrait montrer que la réforme d’Éphialte s’accompagna de dispositions concernant l’écrit affiché35 :

Éphialte a transféré les axones et les kyrbeis de l’Acropole vers le Bouleutérion et l’agora.

  • 36 Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 7.1. Robertson 1986. 157 justifie ainsi sa préférence pou (...)
  • 37 Sur cette erreur d’Aristote, Leslie Shear 1994, 238-240. L’erreur de l’auteur de la Constitution d (...)
  • 38 Ruschenbusch T 15 : βουστροφηδòν ἦσαν οἱ ἄξоνες καὶ oἱ κύρβεις γεγραμμένоι.

13Le texte de la Constitution des Athéniens ne contredit pas vraiment ce passage lorsqu’il indique que Solon fit transcrire ces lois sur des kyrbeis et les plaça dans la Stoa Basileia36. Certes, il est hors de doute que cette dernière n’existait pas à l’époque de Solon et qu’elle date au plus tôt de 550. Toutefois, à la fin du ive s., ce bâtiment était vieux de deux cents ans et était le cadre de cérémonies à l’origine très ancienne, comme la prestation de serment des archontes sur la pierre. L’erreur de l’auteur est donc compréhensible37. La forme même de l’écriture aidait à la confusion38.

  • 39 Pollux, Onomasticon, 8, 128 : Άπέкειντо δὲ οἷ τε кύρβεις кαὶ οἱ ἄξоνες ἐν ἀкρоπόλει πάλαι · αὖθις (...)

14Une source tardive, Pollux, conforte le témoignage d’Anaximène en apportant des précisions intéressantes dans notre perspective39 :

Autrefois, les kyrbeis comme les axones étaient conservés sur l’Acropole mais plus tard afin que tous puissent les consulter ils ont été transférés au Prytaneion et sur l’agora. C’est pour cette raison qu’on dit les lois d’en bas par opposition à celles de l’Acropole.

  • 40 Stroud 1979, 3-40 les a rassemblées et commentées. Nous le suivons pour sa reconstitution matériel (...)
  • 41 Rhodes 1993, 131-134 conteste l’interprétation de Stroud 1979, 41-44 et préfère Ératosthène qui co (...)
  • 42 Aucune pièce en bois ne nous est parvenue, ce qui ne doit pas surprendre. A l’époque de Pausanias, (...)
  • 43 Stroud 1979. 48.
  • 44 Stroud 1979. 49 et 51 ; voir p. 50 fig. 3.

15Comme bien d’autres sources, ces deux passages distinguent deux supports différents, axones et kyrbeis40. Il semble que les premiers soient de longues pièces de bois comportant quatre faces, pris dans une structure de forme oblongue de la taille d’un homme qu’il est possible de faire tourner pour les consulter ; rien ne permet de penser que ce type de monuments ait accueilli d’autres textes que ceux de Dracon et de Solon. Les kyrbeis sont des sortes de stèles, en bronze ou en pierre qui ont trois ou quatre faces41. Le haut de ce monument avait une forme allongée. À la différence des axones dont on ne connaît pas de traces archéologiques, leur description dans les sources littéraires a pu être rapprochée de monuments trouvés à Tégée42. “They are freestanding, upright stones tapering very slightly towards the top with four sides of roughly identical width. At the top, the stone has been carved into the shape of a pyramid which in most cases is set off from the shaft below by one, sometimes two, concave moulded bands”43. Aucun objet similaire n’a été retrouvé à Athènes. Mais il est intéressant de noter que les premières inscriptions officielles athéniennes que nous connaissons, comme le décret de Salamine, se trouvent sur des piliers. De plus, les fouilles d’Athènes ont révélé des bases en pierre portant chacune l’empreinte d’un triangle équilatéral. L’une des rainures contient encore du plomb ainsi qu’une partie du bas de la stèle de bronze. Un angle est conservé et il permet de conclure que les deux faces qu’elle forme étaient moulées en une seule pièce44. Toutefois, deux questions demeurent pour l’instant sans réponse. Pourquoi deux monuments ? Pourquoi au ve s., deux emplacements différents ?

  • 45 Cratinos apud Plutarque, Solon, 25.1.
  • 46 Stroud 1979, 20 : “Since all of our testimonia are later than Ephialtes” reforms, it is not surpri (...)
  • 47 Robertson 1986 et Sickinger 1999, 31.
  • 48 Stroud 1979, 13 penche pour le Prytaneion. Mais le Bouleutérion qui servait de bâtiment d’archives (...)
  • 49 Stroud 1979, 7 ne va pas jusque là et insiste surtout sur le fait que les kyrbeis étaient en bronz (...)

16Un premier élément paraît certain. Les lois de Dracon, divisées en axones comme l’inscription de la nouvelle publication en témoigne, se tinrent aussi sur des kyrbeis comme l’indique Cratinos le poète comique, et ce, de façon concomitante45. Disant cela, ce dernier citait l’objet le plus familier de son public46. Deuxième élément, à un moment donné au cours du ve s. (au moment de la réforme d’Éphialte ?), un déplacement fut opéré. La justification donnée par Pollux n’est pas dénuée d’intérêt : “afin que tous puissent le lire”, ἵνα πᾶσιν ἐξῇ ἐνυγχάνειν. Mais n’y-a-t-il pas confusion entre, d’une part le transport, et d’autre part, la gravure sur un matériau pérenne ? La matérialité des deux supports n’est pas ici indifférente. Les axones procèdent d’une volonté de consultation, tandis que les kyrbeis d’un souci d’exposition47. A l’époque de Solon, il importe avant tout de disposer d’un texte de référence auquel les Athéniens puissent se reporter le cas échéant. C’est du reste à la numérotation des axones à laquelle il est fait systématiquement référence pour les citations de la loi de Dracon comme pour les lois de Solon. Ce dernier s’est-il soucié également de la publicité à donner à ses lois ? Il est difficile de répondre avec certitude, la date de la réalisation de la version en bronze ou en pierre n’étant pas facile à déterminer. Quoi qu’il en soit, au cours du ve s., au moment de l’avènement de la démocratie radicale et à la suite d’un déplacement, les axones étaient conservés dans le Prytaneion tandis que les kyrbeis étaient exposées à l’Agora48. Les deux contenaient bien les dispositions prises par Solon auxquelles s’ajoutait la loi sur l’homicide de Dracon. Les sources se réfèrent plus facilement aux kyrbeis, car elles étaient visibles immédiatement, à l’exemple des orateurs qui citaient volontiers des stèles49. La distinction ainsi opérée par les Athéniens témoigne de la valeur qu’ils prêtaient à leurs écrits affichés : il s’agissait avant tout de textes à voir.

  • 50 IG, I3, 229, Tod2, 98 ; IG, II2, 66 (SEG, 14, 1956, no 40) ; avec les commentaires de Rhodes 1972, (...)

17Les deux coups d’État oligarchiques de la fin du ve s. ont une durée inférieure à une année et il n’est pas aisé d’en déduire une pratique épigraphique singulière. Les Trente ont, semble-t-il, été loin dans une volonté de recomposition de l’espace public graphique et ont pratiqué la destruction d’inscriptions. Plusieurs décrets du début du ive s. évoquent de tels actes50. Parmi les décisions visées, les oligarques athéniens ont porté une attention particulière aux proxénies et aux évergésies. Cela n’est pas étonnant. D’une part, les actes considérés qui étaient à l’origine du décret avaient contribué d’une manière ou d’une autre au renforcement de la démocratie. D’autre part, c’est le corollaire de l’affirmation précédente, la stèle en elle-même constituait un honneur.

  • 51 Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 35.2 (traduction CUF).

18Selon un passage de la Constitution des Athéniens, les Trente auraient également détruit des textes de lois51 :

Au début ils étaient modérés à l’égard des citoyens et feignaient d’appliquer la constitution des ancêtres ; ils enlevèrent de l’Aréopage les lois d’Éphialte et d’Archestratos concernant les Aréopagites, et celles des lois de Solon qui provoquaient des discussions, ainsi que le pouvoir de décision souveraine qu’avaient les juges ; ils prétendaient redresser ainsi la constitution et la soustraire aux discussions. Par exemple, en ce qui concerne les donations, ils rendirent chacun absolument libre de donner à qui il le voudrait et enlevèrent les entraves mises à ce droit : ’excepté en état de folie ou de sénilité ou sous l’influence d’une femme’, cela afin d’enlever tout moyen d’action aux sycophantes.

  • 52 Rhodes 1993,440.
  • 53 Lysias, C. Nicomachos, 30.20. Pour d’autres documents n’ayant pas été détruits par les Trente, IG, (...)

19Les Trente ont donc enlevé les stèles qui accueillaient certains textes de lois52. Toutefois, notre analyse de la conservation des axones soloniens amène à préciser que les documents d’archives n’ont pas été touchés, à l’instar des originaux des décrets de proxénie53. A la lecture de ce passage, il semble que les Trente étaient sensibles avant tout aux possibilités de contestation et de discussion qu’offrait une stèle, comme si son érection suffisait à constituer un espace public et une opinion publique. La Constitution des Athéniens cite ensuite un extrait d’un texte produit par les Trente, signe qu’ils recouraient à l’écrit lorsque le besoin s’en faisait sentir.

  • 54 Sur ce dernier point. D’Angour 1999.

20Revenant au pouvoir, la démocratie eut tendance à s’occuper des écritures publiques, en augmentant leur nombre (à partir de 410, c’est la republication des lois), soit en réformant l’écriture (en 403/2, on modifie l’alphabet)54. Au cours du ive s., jusqu’en 322, il n’y a plus de variations sensibles.

  • 55 Tracy 2000a, 229. Toutefois, Tracy 1995, 36 rappelle que les datations de certains décrets ne sont (...)
  • 56 Pour les références, Tracy 1995, 39 et plus généralement sur les inscriptions à l’époque de Démétr (...)
  • 57 Tracy 1995, 39-40.
  • 58 Habicht 2000, 74-75 et Tracy 2000b, 338 avec n. 32.
  • 59 Selon Favorinus apud Diogène Laërce 5.77, après la chute de Démétrios de Phalère, les Athéniens fi (...)
  • 60 Tracy 2000a, 227.
  • 61 Hedrick 1999, 407.
  • 62 Cf. infra.
  • 63 Hedrick 1999, 408.

21La fin du ive s. et les fluctuations institutionnelles d’Athènes constituent une période clé pour vérifier la thèse de Meritt. A première vue, le nombre des inscriptions varie en fonction des évolutions politiques. Deux décrets sont connus pour la période 317-307 (Démétrios au pouvoir) contre seize pour la seule année 307/306 (début de la période de démocratie restreinte)55. Mais il est difficile de passer de la coïncidence à une relation causale. En effet, le règne de Démétrios n’a pas interrompu la gravure de stèles dans la cité, comme celle des décrets de dème, des inventaires des trésoriers d’Athéna ou bien encore des bornes même si la réalisation de certains documents semble interrompue comme les listes éphébiques ou bien celles des bouleutes56. En outre, St. V. Tracy a identifié pas moins de quatre lapicides actifs pendant cette période, ce qui implique l’existence d’une certaine quantité de travail pour ces professionnels57. Ainsi, le faible nombre de décrets peut très bien s’expliquer par la baisse des dépenses considérées comme somptuaires, catégorie à laquelle les frais de gravure pouvaient appartenir58. Une autre hypothèse consiste à envisager une moindre activité du Conseil ou bien encore que les démocrates revenus au pouvoir aient pu faire disparaître les écritures publiques de l’époque de Démétrios59. Si les inscriptions reflètent avant tout des actes politiques60, il est dangereux d’associer automatiquement nombre d’inscriptions et institutions politiques. S’il est clair que certains textes, les décrets par exemple, sont sensibles aux évolutions politiques, l’hostilité des régimes antidémocratiques à l’encontre des écritures publiques est loin d’être certaine61. Du reste, la cité athénienne n’hésitait pas à éliminer certaines inscriptions n’ayant plus de valeur ou représentant une période trouble62. “Meritt’s attempt to explain the general Athenian epigraphical habit as a consequence of the Athenian democracy is less persuasive, chiefly because the environment of writing is not only political”63.

  • 64 Cf. infra.
  • 65 Habicht 2000, 84-97.
  • 66 Linders 1975, 61-65.
  • 67 Linders 1975, 61-62.
  • 68 En dernier lieu Boffo 1995.
  • 69 Lawton 1995, 26-28.

22Pour autant, certaines périodes historiques athéniennes se traduisent par une volonté explicite de recourir aux inscriptions. Pendant les années 307-301, le nombre de textes gravés en notre possession augmente et il semble que le souci de partager l’information soit affirmé dans les textes64. Cette restauration démocratique instaurée par Démétrios Poliorcète entraîne une remise en cause profonde des institutions65. Les nomophylaques et le cens sont supprimés, l’assemblée et le Conseil connaissent une période intense d’activités, le nombre de citoyens s’accroît comme les listes éphébiques de l’époque le montrent. Enfin, une révision et une publication des lois en vigueur sont entreprises par un collège de nomothètes. Les modifications institutionnelles impliquaient donc des changements dans les pratiques épigraphiques. A l’extrême fin du ive s., de très nombreuses catégories d’inscriptions, particulièrement les comptes et les inventaires, cessent d’être produites par la cité66. Il y a là une tendance de fond. T. Linders propose l’hypothèse suivante : “This can probably be explained by the growing importance of archives, in which copies of the documents were deposited, so their permanence was ensured”67. Mais cette hypothèse ne peut être retenue car tout indique que la stèle n’est pas l’archive68. Il faut y voir un signe de plus de l’existence de modes épigraphiques qui s’inscrivaient dans un cadre institutionnel qui nous échappe. Nous ignorons ainsi l’identité de ceux qui décidaient de l’ornementation des stèles officielles69.

  • 70 Dans son estimation minimaliste. Harris 1989 en convient.

23Admettre la thèse démocratique revient à supposer que la cité souhaitait informer les citoyens par le biais des inscriptions et que les citoyens lisaient les inscriptions. Commençons par le deuxième point, la lecture des inscriptions. Nous n’aborderons pas ici la question connexe de l’alphabétisation des Athéniens, nous tenons pour acquis que les citoyens qui participaient activement aux affaires politiques de la cité savaient lire70.

  • 71 Tracy 1975, 119-120 et Lawton 1995, 13-14.
  • 72 Thucydide 6.54.7.
  • 73 En dernier lieu, Bertrand 1999, 114-124.
  • 74 Platon, République, 368d (traduction CUF modifiée).

24Pour l’épigraphiste contemporain, la lecture des stèles requiert une grande attention. Mais les Athéniens de l’époque classique ne se trouvaient pas dans la même situation. Il y a en effet tout lieu de penser que les stèles étaient peintes justement pour en faciliter la lecture71. Lorsque la peinture s’effaçait, il devenait plus difficile de lire le texte, comme Thucydide l’indique au sujet d’une inscription datant des Pisistratides72. La taille des lettres pouvait également compliquer la tâche du lecteur potentiel73. Socrate établit une différence entre les petites lettres et les grandes et il est probable qu’il a à l’esprit les inscriptions qui seules permettent des variations de ce type74 :

Si l’on donnait à lire de loin à des gens qui ont la vue basse des lettres écrites en petits caractères, et que l’un d’eux s’avisât que les mêmes lettres se trouvent écrites ailleurs en caractère plus gros sur un support plus grand, ce leur serait, je présume, une bonne chance de commencer par lire les grosses lettres et d’examiner ensuite les petites pour voir si ce sont les mêmes.

  • 75 Nous reprenons les mesures de Meiggs-Lewis, 39, p. 84.
  • 76 Johnson 2000, 608-612 s’interroge sur l’absence de séparation entre les mots (scripta continua) al (...)
  • 77 Bertrand 1999, 121-122.

25Les Athéniens avaient une claire conscience des problèmes que pouvait poser la lecture d’une stèle. Il n’en demeure pas moins que certaines d’entre elles, justement par la taille des lettres, combinée avec la hauteur du monument, permettent de douter que les inscriptions étaient lues, voire qu’elles étaient érigées pour cela. Les listes du soixantième du tribut en fournissent un exemple concluant. Les quinze premières années figurent sur une stèle de 3,66 mètres de haut et 1,11 mètre de large75. Il est impossible de déchiffrer les informations inscrites sur la partie supérieure. Certes, dans d’autres cas, la peinture rendait plus aisée le déchiffrement des inscriptions voire leur lecture. Un problème demeurait important, l’éclairage. La forte luminosité rend très difficile la lecture pendant la plus grande partie de la journée, sinon la totalité, phénomène que la peinture ne faisait que compenser. Autre point qu’il convient d’aborder, l’absence de séparation entre les mots qui ne facilitait pas la lecture76. Dernier élément, la multiplication des stèles en ville compliquait la tâche des lecteurs éventuels77. Rien ne permet donc de conclure à une lecture systématique des inscriptions.

  • 78 Bertrand 1999, 95. Nous ne suivons pas Musti 1986, 30-31 qui considère le stoichedon comme un moye (...)
  • 79 Tracy 2000a.
  • 80 Tracy 2000a, 229.
  • 81 Tracy 2000a, 230 pour le tableau récapitulatif des inscriptions et p. 232 pour le commentaire.
  • 82 Tracy 2000a, 232.
  • 83 La diminution de ce type de présentation au cours de la période pourrait être le signe dans les pr (...)
  • 84 Habicht 2000, 74-75 n’établit pas un lien entre “une conception aristocratique selon laquelle aucu (...)

26Par une mise en page particulière, certaines inscriptions témoignent d’une volonté évidente d’informer, de mettre en valeur une information78. St. V. Tracy a attiré l’attention sur une innovation dans la présentation même des inscriptions manifestant la volonté de mettre en avant l’orateur en jouant sur la disposition de certains éléments des textes : soit un espace vide est laissé avant la mention de l’orateur, soit le nom de l’orateur interrompt la ligne, le texte se poursuivant la ligne suivante79. Cela tranche avec les habitudes épigraphiques précédentes. Jusque-là, écrit Tracy au sujet des stèles, “their inscribed faces présent to the viewer a sea of letters all run together. Thus, blank space(s) and line-initial position will have enabled a reader to pick out quite easily the name of the speaker”80. Cette publicité faite à l’orateur n’est pas systématique mais représente presque deux tiers (62 %) du dossier contre 25 % dans les périodes entourant 307-30181 : “Clearly the politicians of these years took care that their names were given prominence rather often in the texts inscribed on stone and set up publicly”82. Trois conclusions peuvent être tirées : les inscriptions étaient vues comme symbole possible d’une politique83 ; les hommes politiques pensaient que leurs noms seraient lus par leurs concitoyens et que ces derniers associeraient le décret au nom de l’orateur ; l’alphabétisation était généralisée dans la ville à la fin du ive s. En outre, cela introduisait une rupture de fait avec l’Athènes de Démétrios de Phalère. Il n’était alors pas question pour un citoyen de se mettre en avant, comme l’indique l’interruption des liturgies84.

  • 85 IG, II2, 487 (= Syll. 3, 336, 1. 5-9).
  • 86 Syll. 3, 336, 1. 10-12.
  • 87 Hedrick 2000, 331 se contente de ce décret pour affirmer que sa finalité première était de porter (...)

27Parfois, le texte inscrit semble affirmer une volonté de porter à la connaissance de tous les citoyens une série d’informations. Ainsi, sous l’archontat de Phéréklès, 304/303, un des nomothètes, Eucharès fils d’Euarchos de Konthylè, est honoré pour avoir assuré la gravure des lois votées au cours de cet archontat, afin qu’elles puissent être examinées par celui qui le veut85. Il est question ici d’une connaissance du contenu des lois et non simplement de leur exposition. Cependant, plus loin, la clause de publication du décret honorifique proprement dit est justifiée par l’expression “afin donc que le Conseil montre qu’il rend un digne hommage à chacun de ceux qui ont recherché les honneurs”86. Le document en lui-même est donc pensé en fonction de sa monumentalité et non de son contenu. Il paraît difficile d’en déduire que la stèle était érigée pour être lue. Il y a une dimension proprement rhétorique dans la première formule évoquant la connaissance des textes de loi qu’il ne faut pas sous-estimer87.

  • 88 IG, II2, 463 1. 30-31 avec la restitution proposée par Hedrick 2000, 332 et défendue n. 28 : [ὅπως (...)

28La même analyse peut être faite concernant un décret voté en 307/306 concernant le renforcement des murailles de la cité88 :

Afin que tout Athénien qui le désire sache et examine les affaires concernant les murailles.

  • 89 Pour un exemple d’exetasmos requérant plusieurs documents écrits, cf. le décret concernant la Chal (...)

29Dans ce cas, le citoyen qui le souhaite est censé pouvoir examiner les affaires financières découlant de ces travaux. Le verbe utilisé, ἐξετάζειν, évoque une procédure d’inventaires extraordinaire, c’est-à-dire non régulière. Toutefois, celle-ci suppose un maniement de plusieurs documents écrits89. Plus généralement, la stèle n’est qu’un élément de cette procédure, elle n’est en rien un document de référence.

  • 90 Σкοπεῖν τῶι βουλομένωι. Elle n’est attestée que dans cinq inscriptions dont quatre au Ve s. et la (...)
  • 91 Hedrick 1999, 415.
  • 92 Hedrick 1999, 421.
  • 93 Cf. infra.
  • 94 Gauthier 1985.

30D’autres formules présentes dans les décrets semblent évoquer l’examen des inscriptions par les citoyens. On pense par exemple à “que celui qui le souhaite examine le texte”90. Cependant, le verbe utilisé n’est pas ἀναγιγνώσкειν (i. e. lire), il peut donc plutôt renvoyer à la dimension monumentale de la stèle. Une autre formule à partir du ive s. met en avant l’idée de savoir “afin qu’on sache”, ὅπως ἂν εἰδῶσι. Cependant, il n’est pas aisé d’introduire un lien entre le verbe savoir et l’idée démocratique. “In certain contexts it is clear that the formula has an approximately democratie force, in the sens that the document is intende to pass on information that will make participation possible among a certain group”91. Concernant les autres formules présentes dans les clauses de publication des décrets attiques, une seule éclaire le problème posé “afin qu’il y ait une trace”, ὅπωσ ἂν ὑπάρχηι ὑπόμνημα. Cette formulation met en avant l’idée de conservation durable permise par le document. “Words and deeds may be ephemeral, memory unreliable ; but as long as the monument stands it will recall to mind what is gone”92. La stèle rappelle les bonnes actions faites par le personnage honoré ou bien la gratitude de la cité. Partant de là, la pierre peut attester un honneur rendu93. Toutefois, Ph. Gauthier a bien montré la différence qui existait entre le décret voté par l’assemblée qui comportait les motivations de la décision (les attendus) de la version abrégée sur la pierre qui rapporte les honneurs et privilèges accordés et qui ne contenait qu’une formule vague évoquant les mérites du personnage94.

  • 95 Lawton 1995, 14-17.

31Mais tout cela dépend de la localisation choisie pour la pierre95. L’Acropole a livré un grand nombre d’inscriptions officielles. Il s’agissait avant tout de textes diplomatiques, les relations avec les autres cités. Les inventaires des trésoriers ainsi que leurs comptes y étaient également placés. Le lieu était pour autant loin d’être le plus fréquenté par les citoyens, la volonté d’informer dans ce cas était limitée.

  • 96 Pour les décrets, cf. Woodhead 1997.
  • 97 SEG, 12, 1954, 87.

32L’agora accueillait également des textes96. Pour la période précédant 404, nous possédons 28 décrets (sept sont trop fragmentaires pour qu’il soit possible d’en deviner le sujet). Le décret le plus ancien retrouvé date de 451/450 (décret en l’honneur des habitants de Sigée). Un quart de cet ensemble est constitué par des manifestations de gratitude et l’octroi d’honneurs individuels, trois documents s’adressent à des communautés, trois sont des traités officiels, trois concernent des dispositions pour un alliés et des colonies, un autre les mesures. Quatre décrets ont pour objet les affaires intérieures de la cité : travaux publics, propriétés publiques et fêtes officielles. Pour la période suivante, nous disposons de 87 documents (seuls 54 permettent une reconstitution de leur objet), avec une nette prédominance pour les textes concernant les affaires extérieures. En optant pour l’agora comme lieu d’exposition, la cité faisait le choix d’ériger ses décisions en son centre politique (également lieu de débat). Mais le faisait-elle pour donner à lire à ses citoyens des informations officielles dans le but d’éclairer leurs choix ultérieurs ? Il paraît difficile de l’affirmer, d’autant que les grands décrets des ve et ive s. étaient le plus souvent sur l’Acropole. Ainsi monumentalisées, les écritures publiques donnaient à voir plutôt qu’elles donnaient à lire. On peut analyser de cette façon la stèle portant la loi contre la tyrannie de 337/336 qui fut placée sur la Pnyx, le lieu de réunion de l’assemblée97.

  • 98 Detienne 1992b, 30.
  • 99 Musti 1986, 28.

33En somme, par ces monuments épigraphiques, les Athéniens ont cherché à élaborer un espace public constitutif de leur démocratie, un espace de discussions libres à l’aide de références partagées, vues plutôt que lues. En l’occurrence, la masse des inscriptions ne facilitait pas la lecture. Qu’importe, la potentialité d’une vérification suffisait ainsi que la manifestation monumentale du bon fonctionnement de la démocratie, ce qui explique la précision de certains textes, outre la dimension religieuse ; les dieux requéraient la précision. Si lien entre pratique épigraphique et démocratie il y a, il ne réside pas tant dans une association mécanique du nombre au régime que dans le lien original qui existait entre l’écriture affichée et le débat oral. Il n’est pas anodin de rappeler que l’usage privé de l’alphabet est bien antérieur à celui fait par la cité à la fin du viie s., du moins en terme d’exposition publique. A cette date, il importe donc de rendre compte de la prise de possession de l’écriture par la cité. Elle est monumentale, exposée au centre de la cité ; elle participe à la définition d’“un espace nouveau, celui du gouvernement des hommes par les hommes”98. Espace public et publicité se complètent, d’un côté un lieu de débat entre égaux, de l’autre la mise au centre de ce qui est commun. L’essentiel est de représenter le pouvoir comme commun, c’est-à-dire sous le contrôle de celui qui “veut” lire : ὁ βουλόμενος99.

Bibliographie

Bibliographie

Austin, R. P. (1938) : The Stoichedon Style in Greek Inscriptions, Londres.

Bertrand, J.-M. (1997) : “De l’usage de l’épigraphie dans la cité des Magnètes platoniciens”, in : Symposion 1995. Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte (Korfu, 1-5 September 1995), 27-47.
— (1999) : De l’écriture à l’oralité. Lectures des Lois de Platon, Paris.

Boffo, L. (1995) : “Ancora una volta sugli “archivi” nel mondo greco : conservazione e pubblicazione epigraphica”, Athenaeum, 83, 91-130.

Bowman, A. K. et G. Woolf, éd. (1994) : Literacy and Power in the Ancient World, Cambridge. Coulson. W. D. E., O. Palagia, T. Leslie Shear, H. A. Shapiro et F. J. Frost (1994) : The Archeology of Athens andAttica under the Democracy, Oxford.

D’Angour, A. J. (1999) : “Archinus, Eucleides and the Reform of the Athenian Alphabet”, Bulletin of the Institute of Classical Studies of the University of London, 43, 109-130.

Detienne, M., dir. (1992a) : Les savoirs de l’écriture, Lille.
— (1992b) : “L’espace de la publicité : ses opérateurs intellectuels dans la cité”, in : Detienne 1992a, 29-81.

Dow, St. (1992) : “Corinthiaca”, Harvard studies in classical philology, 53, 89-119.

Flensted-Jensen, P., Th. H. Nielsen et L. Rubinstein, éd. (2000) : Polis & Politics. Studies in Ancien Greek History. Presented to Mogens Herman Hansen on his Sixtieth Birthclay, August 20, 2000, Copenhague.

Fortenbaugh, W. W. et E. Schütrumpf, éd. (2000) : Demetrius of Phalerum. Text, Translation and Discussion, New-Brunswick-Londres.

Francis, E. D. (1990) : Image and Idea in Fith-century Greece, Londres.

Gauthier, Ph. (1985) : Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, Athènes.

Green, P. (1990) : D’Alexandre à Actium. Du partage de l’empire au triomphe de Rome, Paris (trad. fr.).

Habicht, Chr. (2000) : Athènes hellénistique, Paris (trad. fr.).

Hansen, M. H. (1987) : The Athenian Assembly in the Age of Demosthenes, Oxford.

— (1989) : The Athenian Ecclesia II. A Collection of Articles 1983-1989, Copenhague.

Harris, W. V. (1989) : Ancient Literacy, Harvard.

Hedrick, Ch. W. (1994) : “Writing, Reading, and Democracy”, in : Osborne et al. 1994, 157-174.
— (1999) : “Democracy and the Athenian Epigraphical Habit”, Hesperia, 68, 387-439.
— (2000) : “Epigraphic Writing and the Democratie Restoration of 307”, in : Flensted-Jensen et al. 2000, 327-335.

Johnson, W. A. (2000) : “Towards a Sociology of Reading in Classical Antiquity”, American journal of philology, 121, 593-627.

Lawton, C. L. (1995) : Attic Document Reliefs. Art and Politics in Ancient Athens, Oxford.

Leslie Shear, T. (1994) : “’Ισονόμους τᾤ’Αθήνας ἐποιησάτην : The Agora and the Democracy”, in : Coulsoneral. 1994,225-248.

Linders, T. (1975) : The Treasurers of the Other Gods in Athens and their Functions, Meisenheim.

Meritt, B. D. (1940) : Epigraphica Attica, Cambridge (Mass.).

Millender, E. G. (2001) : “Spartan Literacy Revisited”, Classical antiquity, 20, 121-164.

Miller, St. G. (1978) : The Prytaneion. Its Function and Architectural Form, Berkeley-Los-Angeles.

Musti, D. (1986) : “Democrazia e Scrittura”, Scrittura e civiltà, 10, 21-48.

Osborne, R. et S. Hornblower, éd. (1994) : Ritual, Finance and Politics. Athenian Democratie Accounts Presented to D. Lewis, Oxford.

Rhodes P. J. (1972) : The Athenian Boule, Oxford.

(1993) : A Commentary on the Aristotelian Athenaion Politeia, Oxford.

Robert, L. (1974) : “Rapport sur les cours de 1967-1968 à l’EPHE”, in : Opera minora selecta, IV, Amsterdam, 1974, 305-317.

Robertson, N. D. (1986) : “Solon’s axones and kurbeis and the Sixth-Century Background”, Historia, 35, 147-176.

Ruschenbusch, E. (1966) : ΣΟΛΩΝΟΣ NOMOI, Historia Einzelschriften 9, Wiesbaden.

Sickinger, J. P. (1999) : Public Records and Archives in Classical Athens, Chapel Hill-Londres.

Stroud, R. S. (1979) : The Axones and Kyrbeis of Dracon and Solon, Berkeley.

Thomas, R. (1994) : “Literacy and the City-state in Archaic and Classical Greece”, in : Bowman et al. 1994, 33-50.

Tracy, St. V. (1975) : The Lettering of an Athenian Mason. Hesperia Supplément 15, Princeton.
— (1995) : Athenian Democracy in Transition. Attic Letter-Cutters of 340 to 290 B.C., Berkeley.
— (2000a) : “Athenian Politicians and Inscriptions of the Years 307 to 302”, Hesperia, 69, 227-233.
— (2000b) : “Demetrius of Phalerum : Who Was He and Who Was He Not ?”, in : Fortenbaugh et al. 2000, 331-345.

Woodhead, A. G. (1997) : The Athenian Agora, XVI, Inscriptions : The Decrees, Princeton.

Notes

1 Sur cette question, Hedrick 1994. 1999 et 2000. Nous renvoyons à la bibliographie d’Hedrick 1999, 387 n. 3 et Millender 2001, 157 n. 171-173.

2 Nous disposons de 15 000 inscriptions antiques athéniennes (tous types et toutes époques confondus), chiffre largement inférieur à la réalité. Hedrick 1999, 390 propose 20 000 comme ordre de grandeur, ce qui représenterait 20 % du total des inscriptions grecques. Quelques exemples pour établir une comparaison : Éphèse en fournit un peu moins de 4 000, Délos autour de 3 000 et Delphes 2 000.

3 Pour les calculs, Hedrick 1999, 392.

4 Cf. les tableaux récapitulatifs réalisés par Hedrick 1999, 394.

5 Hansen 1987. 110 et 1989, 98-102 s’y est essayé sans réel succès. Il est toutefois indubitable que les décrets gravés constituaient une infime partie du nombre de décrets adoptés.

6 Hedrick 1999, 395.

7 Hedrick 1994, 157.

8 Meritt 1940, 89-93 (cité par Hedrick 1994, 159, id. 1999, 387 et id. 2000, 327).

9 Austin 1938, 24-25. La citation qui suit est extraite de la page 25.

10 Meritt 1940, 89-93.

11 Meritt 1940, 90. L’épigraphiste américain ne s’intéresse pas à la totalité des clauses de publication mais seulement à la partie concernant l’examen éventuel de la stèle par celui qui le souhaite. Hedrick 1999, 387 distingue cette dernière en parlant de “formulae of disclosure”.

12 Robert 1974, 310-311.

13 Hedrick 1994, 161 notamment.

14 Euripide, Suppliantes, 429-434 (traduction CUF). De même, Cléon défend la fixité des lois (Thucydide 3.37).

15 Platon, Lois, 859a (traduction CUF), c’est nous qui soulignons. Pour une discussion approfondie de ce passage, Bertrand 1999, 87 n. 339.

16 Euripide, Suppliantes, 438-441 (traduction CUF).

17 Dow 1942. 113-119.

18 Dow 1942, 117-118 cite du reste des exemples d’inscriptions corinthiennes du ve s., tant publiques que privées, montrant que Corinthe parvenait à se procurer ce matériau.

19 Thomas 1994, 49.

20 Dow 1942, 119.

21 Millender 2001, notamment p. 139-141.

22 Millender 2001, 141 avec n. 92.

23 Thucydide 5.18.10 et 5.23.5, Pausanias 3.14.1 et Thucydide 1.134.4 avec Millender 2001, 139. Voir aussi IG, V.1, 1 et 219 qui exposent les listes des cités contributrices au fonds de guerre Spartiate durant la guerre du Péloponnèse. Les références sont certes peu nombreuses mais elles concernent des types de documents très différents.

24 Hedrick 1999, 388.

25 Démosthène, C. Néaira, 59.76 (traduction CUF).

26 Bertrand 1997 et id. 1999, 137-153.

27 Platon, Lois, 785a-b.

28 Bertrand 1997, 29.

29 Platon, Lois, 9.873d.

30 Bertrand 1999, 148-149.

31 On retrouve une formule proche de celle qui figure dans les inscriptions attiques (cf. infra).

32 Bertrand 1997, en particulier p. 29-32.

33 Hérodote 1.59.6. Thucydide 6.54.6 et Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 14.3 et 16.2.

34 L’un des premiers décrets gravés mentionné dans nos sources concerne l’expulsion des Pisistratides (Thucydide 6.55.1).

35 Anaximène FGrHist 72 F13 : τoὺς ἄξovας καὶ τoὺς κὺρβεις ἅνωθεν ἐκ τῆς ἀκροπóλεως εἰς τò βουλευτήριον καὶ τὴν ἀγορὰν µετέστησεν Ἐφιάλτης.

36 Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 7.1. Robertson 1986. 157 justifie ainsi sa préférence pour la Constitution des Athéniens : “Since by every token [Aristotle] knew more than Anaximenes about the history of Athenian law-making, and since Anaximenes’ account has an obvious tendency and the Aristotelian does not, and since the course of development asserted by Anaximenes is not very plausible in itself, our choice is easy, at the point where choice is necessary”.

37 Sur cette erreur d’Aristote, Leslie Shear 1994, 238-240. L’erreur de l’auteur de la Constitution des Athéniens fut de croire que la stoa datait de l’époque de Solon, alors qu’elle date de la deuxième moitié du vie s., car il savait que les kyrbeis avaient toujours été à l’intérieur. “We may go farther and suggest that the form of the Royal Stoa was specifically chosen for the purpose of displaying the kurbeis”.

38 Ruschenbusch T 15 : βουστροφηδòν ἦσαν οἱ ἄξоνες καὶ oἱ κύρβεις γεγραμμένоι.

39 Pollux, Onomasticon, 8, 128 : Άπέкειντо δὲ οἷ τε кύρβεις кαὶ οἱ ἄξоνες ἐν ἀкρоπόλει πάλαι · αὖθις δᾢ ἵνα πᾶσιν ἐξῇ ἐντυγχάνειν, εἰ ς τò πρυτανεῖον кαì τὴν ἀγορὰν μετεкομίσθησαν· διὰ τοῦτο ἔλεγον τòν кάτωθεν νόμον ἀντιτιθέντες πρòς τὴν ἀкρόπολιν.

40 Stroud 1979, 3-40 les a rassemblées et commentées. Nous le suivons pour sa reconstitution matérielle.

41 Rhodes 1993, 131-134 conteste l’interprétation de Stroud 1979, 41-44 et préfère Ératosthène qui considère que ces deux termes renvoient à la même réalité (FGrHist 241 F37a), au contraire de R. S. Stroud qui fonderait son argumentation surtout sur le témoignage d’Anaximène. Toutefois, P. J. Rhodes ne donne pas les raisons précises de son choix. En outre, comme le fait remarquer Robertson 1986, 147 n. 2 “it is hardly fair to say (p. 132) that Stroud ’relies on Anaximenes’”.

42 Aucune pièce en bois ne nous est parvenue, ce qui ne doit pas surprendre. A l’époque de Pausanias, il n’en restait que quelques fragments. Pour les reconstructions, R. S. Stroud utilise une représentation figurée sur un vase (Stroud 1979, 45-47 avec un dessin p. 46, fig. 1). Mais d’autres interprétations sont possibles.

43 Stroud 1979. 48.

44 Stroud 1979. 49 et 51 ; voir p. 50 fig. 3.

45 Cratinos apud Plutarque, Solon, 25.1.

46 Stroud 1979, 20 : “Since all of our testimonia are later than Ephialtes” reforms, it is not surprising that the objects in the more prominent position, kyrbeis in the Agora, drew more attention than axones in the Prytaneion, especially if they both carried the same text”.

47 Robertson 1986 et Sickinger 1999, 31.

48 Stroud 1979, 13 penche pour le Prytaneion. Mais le Bouleutérion qui servait de bâtiment d’archives au ve s. pourrait être préféré du fait même de sa fonction. Par là, on retrouve la théorie de Francis 1990, 112-120. Cependant, les axones ne ressemblent pas aux archives du ve s., sur tablettes ou papyrus. Ils combinent une dimension d’exposition et une dimension de conservation, ce qui en faisait une archive très particulière. En outre, la valeur particulière de ces documents justifiait un lieu de conservation tout aussi singulier. A notre avis, le Prytaneion était le bâtiment le mieux indiqué pour accueillir les axones et ce, quelle que soit sa localisation (cf. l’analyse des différentes positions faite par Miller 1978, 38-66).

49 Stroud 1979, 7 ne va pas jusque là et insiste surtout sur le fait que les kyrbeis étaient en bronze donc mieux conservées.

50 IG, I3, 229, Tod2, 98 ; IG, II2, 66 (SEG, 14, 1956, no 40) ; avec les commentaires de Rhodes 1972, 82-85 et Sickinger 1999, 150-151.

51 Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 35.2 (traduction CUF).

52 Rhodes 1993,440.

53 Lysias, C. Nicomachos, 30.20. Pour d’autres documents n’ayant pas été détruits par les Trente, IG, I3, 227 ; IG, I3, 228 ; IG. II2, 49, 63, 77, 95.

54 Sur ce dernier point. D’Angour 1999.

55 Tracy 2000a, 229. Toutefois, Tracy 1995, 36 rappelle que les datations de certains décrets ne sont pas certaines et pourraient donc correspondre à cette période.

56 Pour les références, Tracy 1995, 39 et plus généralement sur les inscriptions à l’époque de Démétrios p. 36-51.

57 Tracy 1995, 39-40.

58 Habicht 2000, 74-75 et Tracy 2000b, 338 avec n. 32.

59 Selon Favorinus apud Diogène Laërce 5.77, après la chute de Démétrios de Phalère, les Athéniens firent modifier la liste des archontes en inscrivant pour l’année correspondant à l’archontat de celui-ci (309/8), anomia. Green 1997, 53-54 en déduit une possible suppression des décrets votés en l’honneur de Démétrios au moment même où Antigone et son fils recevaient de très nombreux honneurs de la part des Athéniens (Diodore 20.46.1-2 et Ps-Plutarque, Démosthène, 10-12).

60 Tracy 2000a, 227.

61 Hedrick 1999, 407.

62 Cf. infra.

63 Hedrick 1999, 408.

64 Cf. infra.

65 Habicht 2000, 84-97.

66 Linders 1975, 61-65.

67 Linders 1975, 61-62.

68 En dernier lieu Boffo 1995.

69 Lawton 1995, 26-28.

70 Dans son estimation minimaliste. Harris 1989 en convient.

71 Tracy 1975, 119-120 et Lawton 1995, 13-14.

72 Thucydide 6.54.7.

73 En dernier lieu, Bertrand 1999, 114-124.

74 Platon, République, 368d (traduction CUF modifiée).

75 Nous reprenons les mesures de Meiggs-Lewis, 39, p. 84.

76 Johnson 2000, 608-612 s’interroge sur l’absence de séparation entre les mots (scripta continua) alors même que les exercices d’écriture des écoliers attestent l’utilisation de ponctuation et plus généralement de séparation entre les mots. Concernant les manuscrits, la disposition en colonnes facilitait grandement la lecture car la taille de ces dernières correspondait au nombre de lettres que l’œil peut lire dans une saccade (une ligne d’un livre au format le plus courant impose deux à trois saccades, i. e. bonds que le regard accomplit pour lire).

77 Bertrand 1999, 121-122.

78 Bertrand 1999, 95. Nous ne suivons pas Musti 1986, 30-31 qui considère le stoichedon comme un moyen de rendre la lecture plus aisée, son développement comme un corollaire de celui de la démocratie.

79 Tracy 2000a.

80 Tracy 2000a, 229.

81 Tracy 2000a, 230 pour le tableau récapitulatif des inscriptions et p. 232 pour le commentaire.

82 Tracy 2000a, 232.

83 La diminution de ce type de présentation au cours de la période pourrait être le signe dans les premières années d’un enthousiasme certain pour le nouveau régime qui chute à l’époque des attaques de Cassandre (cf. la répartition chronologique donnée par Tracy 2000a, 232).

84 Habicht 2000, 74-75 n’établit pas un lien entre “une conception aristocratique selon laquelle aucun particulier ne devait dépasser ses pairs” et la fin des liturgies.

85 IG, II2, 487 (= Syll. 3, 336, 1. 5-9).

86 Syll. 3, 336, 1. 10-12.

87 Hedrick 2000, 331 se contente de ce décret pour affirmer que sa finalité première était de porter à la connaissance des citoyens une information. Pour pouvoir l’affirmer, cela supposerait auparavant qu’il soit possible de prouver que les citoyens lisaient les inscriptions. Dans un article précédent, Hedrick 1999, 411 affichait une certaine prudence sur cette question. Cf. supra sur la lecture des inscriptions.

88 IG, II2, 463 1. 30-31 avec la restitution proposée par Hedrick 2000, 332 et défendue n. 28 : [ὅπως ἂν ἦι τῶι βου]λομ[ένωι ’A]θη[ναίων εἴδέναι кαì ἐ[ξετ]άζ[ει]ν τ[ὰ] περὶ τὰ τ[εíχη].

89 Pour un exemple d’exetasmos requérant plusieurs documents écrits, cf. le décret concernant la Chalcothèque (IG, II2, 120).

90 Σкοπεῖν τῶι βουλομένωι. Elle n’est attestée que dans cinq inscriptions dont quatre au Ve s. et la cinquième à la fin du ive s. Andocide, Sur les Mystères, 1.83 et 84 l’utilise une fois en relation avec un affichage temporaire et une autre fois à propos d’une publication définitive sur pierre.

91 Hedrick 1999, 415.

92 Hedrick 1999, 421.

93 Cf. infra.

94 Gauthier 1985.

95 Lawton 1995, 14-17.

96 Pour les décrets, cf. Woodhead 1997.

97 SEG, 12, 1954, 87.

98 Detienne 1992b, 30.

99 Musti 1986, 28.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search