Version classiqueVersion mobile

L’écriture publique du pouvoir

 | 
Alain Bresson
, 
Anne-Marie Cocula
, 
Christophe Pébarthe

Deuxième partie. Les affichages publics du pouvoir

Pouvoir et communication écrite sous la dynastie néo-babylonienne

Francis Joannès

Texte intégral

  • 1 Cf. Durand 1997-2000.
  • 2 Cf. Thureau-Dangin 1924.
  • 3 Cf. Charpin 1990, 13-24.

1Traiter de l’écriture publique du pouvoir en Mésopotamie conduit à évoquer habituellement un certain nombre de monuments prestigieux, au premier rang desquels, sans doute, figure le Code de Hammurabi, ou bien, dans le registre des systèmes de communication mis en place par le pouvoir royal, des corpus de lettres et de documents administratifs comme ceux du palais de Mari (xviiie siècle a.C.)1 ou le dossier exemplaire de la correspondance entre Hammurabi de Babylone et son représentant dans le sud de la Babylonie, Shamash-hazir, chargé de la gestion des domaines royaux tombés entre les mains du roi de Babylone à la suite de la conquête du royaume de Larsa2. On peut d’ailleurs, toujours pour la période paléo-babylonienne, mentionner l’existence d’un certain nombre d’“ordonnances royales” (simdat sharrim) qui consignaient par écrit une décision royale d’annulation des effets des dettes3.

2Or, au Ier millénaire, dans la Babylonie de Nabuchodonosor II (604-562) puis de Nabonide (555-539), qui justifient leur pouvoir en se référant régulièrement aux traditions les plus anciennes, et au moment où la ville de Babylone se retrouve capitale d’un empire couvrant une grande partie du Proche-Orient occidental, avec un développement maximal de la puissance royale, le circuit écrit des décisions du pouvoir devient, paradoxalement, assez difficile à cerner.

  • 4 Tremayne 1925, no 128, 1. 29-30 : “Selon l’ordonnance des sanctuaires (simdat ekurrâte), on (= l’i (...)

3Il n’existe, dans le corpus cunéiforme d’époque néo-babylonienne, qu’une seule mention d’ordonnance (simdâtum) concernant le régime de dédommagement des temples en cas de fraude ou de vol, et encore ne fait-on pas référence explicitement à l’origine royale de la décision4. Cette rareté des témoignages pose problème : certes, on doit d’abord prendre en compte l’absence presque totale d’archives palatiales pour cette époque et le fait que notre connaissance de la plupart des institutions et des mécanismes administratifs provient des documents retrouvés dans les sanctuaires de Babylonie. Mais il n’est pas exclu que l’expression écrite de la loi, des règlements, des normes de la politique royale soit à chercher ailleurs que dans une littérature produite directement par le pouvoir. Et même lorsque cette communication écrite du pouvoir royal est identifiable, elle n’est pas exempte de manipulations.

4Deux exemples peuvent ainsi être évoqués : d’abord, pour répondre à la question de savoir comment se fait le recours à la loi ou à la norme telles qu’elles sont définies par le pouvoir et éventuellement modulées par les divers rouages administratifs, on peut examiner un certain nombre de documents émanant des archives des temples babyloniens de la seconde moitié du viie siècle. Si l’on veut, d’autre part, serrer de plus près le discours public du pouvoir sur lui-même, il convient de se pencher sur le corpus des inscriptions du roi Nabonide, qui a produit des documents d’un genre particulier.

  • 5 Cela ne signifie pas que la notion de “règlement” édicté par le roi n’ait plus eu cours en Mésopot (...)

5A partir des données fournies par les centaines de textes cunéiformes qui composent les archives du temple de la déesse Ishtar, appelé l’Eanna, à Uruk, en basse Mésopotamie, qui couvrent pour l’essentiel le vie siècle a.C. et qui documentent la pratique de la gestion des terres et des troupeaux, du personnel et des offrandes, on constate que si certaines situations font l’objet d’une décision écrite du roi ou de ses représentants, l’administration de l’Eanna paraît avoir constitué ses propres textes de référence en matière de règlement, pour ne pas avoir à s’en remettre systématiquement aux autorités supérieures dans la gestion quotidienne de ses activités économiques. Cependant, comme pour la plupart des domaines de la connaissance dans lesquels un principe général est censé pouvoir s’appliquer à une multiplicité de cas d’espèce (droit, médecine, mathématiques), on ne trouve pas de règle théorique, mais une série de textes de la pratique qui servent de “modèles” et que l’on garde dans les archives des temples à cette fin5. On constate d’ailleurs que le recours à l’écrit n’est pas la seule possibilité qui se présente : lorsque cela était possible, on faisait aussi appel à la mémoire des spécialistes des sujets qui étaient en discussion.

  • 6 Pour une analyse pertinente de cette notion d’archive appliquée à l’Eanna d’Uruk, cf. van Driel 19 (...)

6La notion même de “fonds d’archive” est délicate à manier, tant le risque est grand d’appliquer des catégories modernes à une réalité antique très différente6. Dans le cas cependant de ces “documents normatifs”, la volonté de les utiliser comme modèles réglementaires apparaît, à l’usage, assez clairement et suppose un classement particulier à l’intérieur des archives administratives du temple.

  • 7 Mac Ewan 1983.

7Les caractères qui permettent d’appliquer la qualification de “normatif’ à ce genre de texte sont multiples : l’un des plus évident est l’ancienneté, c’est-à-dire la présence, dans un ensemble de textes daté en général de la seconde moitié du vie siècle, de documents plus anciens, qui ont été conservés pour leur valeur exemplaire. On peut citer, par exemple, la tablette de répartition des parts de moutons d’offrande entre les membres du clergé de l’Eanna, un document daté du roi Nabû-apla-iddin (888-855), donc antérieur de deux siècles au moins au contexte de l’Eanna néo-babylonien7.

  • 8 Dougherty 1920, no 11 ; Schwenzner 1924-1925 ; Durand 1981, pl. 64.

8On y ajoutera la duplication : ainsi le contrat de la première Ferme Générale aux orges mise en place en 554 entre le temple d’Ishtar et deux hommes d’affaires, Shum-ukîn et Kalbaia, nous est-il parvenu en au moins trois copies identiques, parce qu’il a servi de modèle pour établir les contrats postérieurs8.

9La localisation du document, quand elle peut être déterminée, est également à prendre en compte : ainsi, à Sippar, dans le temple de Shamash, à la suite de la restauration du culte par Nabû-apla-iddin au ixe siècle, mit-on dans une cassette en argile des modèles en terre crue de la statue du dieu Shamash, et, à côté, un texte de donation royale sur pierre (appelé communément la “Sun-tablet”) et un autre sur argile énumérant les habits de cérémonie dont devait être revêtue la statue divine. Or cette cassette fut déposée non pas dans les “bureaux” du temple où étaient d’habitude conservés les documents cunéiformes, mais sous une brique du pavage de la cella du dieu Shamash pour servir de recours en cas d’incertitude sur l’ordonnancement du culte.

10Enfin, la formulation même du texte concerné peut indiquer son usage, comme c’est le cas de ce que D. Cocquerillat a appelé “l’Édit de Bêl-shar-usur”, et qui précise dès le début que l’on a affaire à une intervention royale :

[Document concernant] la terre arable appartenant au dieu Bêl qu’au mois de Nisannu de l’an 7 du règne de Nabonide, roi de Babylone, Bêl-shar-usur, le fils du roi. sur ordre du roi, a partagée entre les chefs de cultures [...]

11Un rapide catalogue des plus connus de ces textes normatifs montre que dans le contexte des archives de temples, ils s’appliquent à des domaines variés. On trouve ainsi :

  • Des découpages et des réattributions de domaines agricoles opérés par les rois néo-assyriens en faveur du temple d’Ishtar d’Uruk9.
  • Le contrat de ferme générale de Shum-ukîn10.
  • L’édit de Bêl-shar-usur recopie d’un document fixant les normes des redevances des temples de la région de Babylone11.
  • Le serment des artisans : protocole définissant sous le règne de Cyrus les obligations des artisans au service du temple d’Ishtar, sur le modèle des conventions jurées de nature politique12.
  • La tablette de répartition des parts de viande est probablement un exemplaire recopié et fixe le régime de partage des morceaux de moutons d’offrande entre les diverses catégories de membres du sanctuaire. Il est censé dater du règne de Nabu-apla-iddin13.
  • Les éléments vestimentaires de la parure de la Dame d’Uruk (= Ishtar) ont tait l’objet de plusieurs décisions royales (Nabuchodonosor II, Nériglissar, Nabonide) concernant la non obligation pour l’Eanna de participer à l’habillement de la statue de Nanaia de la ville de Bêltiya14.
  • La tablette du régime des offrandes est l’enregistrement des instructions officielles du chancelier (rab unqâti) concernant les allocations à verser aux prébendiers, sur le modèle de ce qui se fait dans les temples de Babylone15.
  • La “Sun-tablet” de Sippar est le récit de la trouvaille “miraculeuse” qui permit de reconstituer le dessin exact de la statue du dieu Shamash et des gratifications accordées au Prêtre de Sippar et à ses descendants par le roi Nabû-apla-iddin. Cette tablette de donation (en pierre) est accompagnée d’une autre donnant le détail des garde-robes cultuelles des divinités de l’Ebabbar16.

12Plusieurs de ces textes mettent explicitement en scène le roi de Babylone (Nabu-aplaiddin, Nabonide) ou, pendant le règne de ce dernier, son fils Bêl-shar-usur qui assuma le pouvoir pendant que Nabonide était en Arabie : il peut s’agir d’une simple parole royale que l’on transmet, ou d’une décision plus élaborée et déjà mise par écrit. Bien que s’appliquant à chaque fois à un cas ponctuel, la décision royale fait jurisprudence et sert à ordonner le régime du culte. Cet aspect est renforcé lorsque plusieurs rois ont pris la même décision à la suite : cela devient dès lors une référence intangible et une sorte d’article de loi. On note par exemple, au début du règne de Nabonide, une déférence toute particulière envers les décisions prises du temps de Nabuchodonosor II, comme l’attestent plusieurs mentions :

  • 17 Dougherty 1920, no 10,1. 8-10.
  • 18 Dougherty 1920, no 71.
  • 19 P(rinceton) T(heological) S(eminary) 2097, cité dans Beaulieu 1989.

Témoins en présence desquels Nabû-dîni-epush, le chancelier, a déclaré à Nabû-shar-usur, l’administrateur royal : “Conformément [aux règles] du temps de Nabuchodonosor, la préparation des offrandes régulières doit se faire comme dans l’Esagil et dans l’Ezida pour les prébendiers brasseurs et boulangers” [...]17.
Le [clergé] de Babylone et d’Uruk, les Anciens, les prêtres et le Collège sacré de l’Eanna ont déclaré à Nabû-shar-usur, l’administrateur royal : “Il n’y a jamais eu de fourniture de turban par l’Eanna à la ville de Bêltiya. Une fois, du temps de Nabuchodonosor, Mushêzib-Marduk le Chef des temples ayant procédé à cette fourniture, obstacle y a été mis : Nabuchodonosor l’ayant appris l’avait fait stopper. Du temps de Nériglissar, une autre fois, comme la fourniture avait aussi eu lieu, Nériglissar l’ayant appris, l’avait fait stopper” [...]18.
Conformément à l’ordre que le roi nous a donné en ces termes : “Attribuez les allocations cultuelles selon les règles anciennes du temps de Nabuchodonosor, roi de Babylone”, les prêtres, le Collège sacré, les scribes de l’Eanna ont examiné les registres et les inscriptions de l’Eanna du temps de Nabuchodonosor [...]19.

13Mais il n’existe pas de “loi sacrée” mise par écrit et valable en tous temps : ce sont les sanctuaires qui conservent les copies des interventions royales et se constituent ainsi un dossier de référence, dont on peut penser qu’il était disjoint des archives de la gestion courante. Comme pour les textes savants des bibliothèques, ce type de document pouvait faire l’objet de plusieurs copies ou bien, comme la Sun Tablet, placée sous le pavage de la cella du dieu Shamash, être mis en sécurité dans un endroit particulier. On peut ainsi reconstituer une sorte de “circuit de transmission” des décisions royales à l’intérieur des sanctuaires : l’ordre du roi est envoyé directement par lettre ou sous la forme d’une instruction adressée par un dignitaire de la cour ; il est appliqué dans la rédaction d’un document administratif, qui prend ensuite le statut de modèle de référence et est archivé en tant que tel dans un endroit particulier où les scribes du temple peuvent venir le consulter et s’en inspirer.

14Le pouvoir royal, à l’époque néo-babylonienne, lorsqu’il transmet ses instructions, ne définit donc pas forcément de manière rigoureuse et unique la forme même de cette communication : celle-ci ne peut, certes, être laissée à la seule mémoire des personnes concernées et fait l’objet d’une mise par écrit, mais selon des formes que choisit chacun des sanctuaires concernés. Ce type de communication présente l’avantage à la fois de fournir une norme garantie par le rappel de la décision royale, mais en même temps un “modèle” susceptible d’être adapté à des cas similaires, sans avoir à en référer systématiquement au souverain. Ainsi, un envoyé du temple d’Uruk dans la région de Babylone qui réclame des rations, enjoint-il au responsable administratif auquel il écrit de consulter les listes du temps de Nériglissar, de Nabonide et de Cyrus pour voir quel était le régime des rations journalières des travailleurs corvéables :

  • 20 Clay 1919, no 45.
  • 21 Clay 1919, no 81,1.27-32.
  • 22 Clay 1919, no 106,1. 19-26.

Que mon Seigneur [= le shatammu] vérifie le registre [du temps] de Nériglissar et de Nabonide, et comment la livraison de l’orge et de la farine s’opéra vers la ville d’Agadé, et ce que, pour ma part, vous m’avez donné, au temps de Cyrus pour les travailleurs de la ville de Lahiru20.
Vérifie(z) le coût de transport analogue du temps de Nériglissar et Nabonide lorsqu’on a transporté de la farine et de l’orge à Agadé, et vérifiez ce que, pour ma part, au temps de Cyrus pour les travailleurs de la ville de Lahiru, vous avez donné21.
Vérifie le registre [du temps] de Nabuchodonosor, de Nériglissar et de Nabonide et comment vous avez fourni farine et frais de transport, sacs et en chaussures aux travailleurs qui étaient affectés au fleuve de Takrit et à la ville d’Agadé22.

15Dans le cas des temples, on peut d’autre part distinguer deux niveaux : d’une part des interventions spécifiques, propres à l’Ebabbar de Sippar ou à l’Eanna d’Uruk, lorsque le roi a rendu une décision qui ne concernait que le sanctuaire en question, souvent quand il s’agit du régime des offrandes ; d’autre part des extensions d’application, sortes de circulaires, qui élargissent à tous les temples de Babylonie le régime en vigueur pour le sanctuaire de BêlMarduk à Babylone. Il y a donc mise en place de deux références imbriquées : d’une part ce que décide le roi, d’autre part ce qui vaut pour le dieu de Babylone.

  • 23 Weidner 1954-1956.
  • 24 Lambert 1965, 1-11.

16Le domaine d’extension de ces décisions royales mises par écrit et conservées comme archives normatives est naturellement plus large que la simple gestion administrative et entre parfois dans le registre de la communication idéologique : on constate que des textes non administratifs les réutilisent également. Ainsi, sur une tablette provenant de l’Ezida de Borsippa23, qui n’est fondamentalement qu’un contrat de vente de terre par le temple à un particulier, le préambule rappelle que le temple est entré en possession de cette terre à la suite d’une confiscation opérée par le roi Nabuchodonosor II des biens d’un notable rebelle et les premières lignes du texte résument les circonstances de la condamnation à mort de cet individu par le roi lui-même. De même, le texte hagiographique appelé par son éditeur “Nebuchadnezzar, King of Justice” rapporte-t-il la conduite du même souverain lors d’une procédure d’ordalie particulièrement dramatique24. La littérature judiciaire est ici reversée dans l’histoire édifiante à fin de propagande.

  • 25 Cf. Durand 1988, 13, no 1 (“protocole des devins”) ; Durand 1985, 323, n. 132 (“protocole des serv (...)

17Cette pratique des documents normatifs n’est pas propre à l’époque néobabylonienne, et se trouve déjà bien attestée par exemple dans les archives du palais royal de Mari au début du IIe millénaire : on y a retrouvé un certain nombre de “protocoles”, parfois inspirés par une décision royale, parfois purement techniques25. La mise en place des normes peut alors découler non plus du pouvoir mais des techniciens spécialistes du domaine considéré. L’inspiration première est cependant toujours de se mettre en conformité avec une volonté royale. Le genre des documents normatifs techniques se retrouve dans les archives des temples néo-babyloniens, bien qu’il ne soit pas toujours facile de savoir si l’on a affaire à un pur document de la pratique, à un modèle théorique, ou à un cas concret devenu ensuite un modèle. L’un des cas les plus intéressants est une grande tablette de compte récapitulant sur près de 10 ans, entre l’an 37 de Nabuchodonosor II (568) et l’an 1 de celui de Nériglissar (559) l’évolution d’un troupeau de moutons, compte tenu de sa taille initiale, du croît naturel, des prélèvements opérés sur les agneaux pour les offrandes, d’ajouts complémentaires effectués certaines années. Le statut de “modèle” de ce document peut être proposé quand on constate que la progression du troupeau est pratiquement linéaire et débouche sur un rythme d’accroissement annuel en quelque sorte “idéal” d’1/6 (environ 16 %), en combinant les paramètres énumérés précédemment.

18Au total, on est en présence, avec ces textes normatifs, d’un type de “littérature administrative” caractéristique du système mésopotamien : qu’on les appelle édits, protocoles ou modèles, ils témoignent du type de contrôle qu’exerce le pouvoir royal, en édictant lui-même les normes ou en les inspirant. Même si, au Ier millénaire, le processus de transmission des décisions royales nous apparaît moins clairement du fait de l’absence de certaines sources, la présence de ces documents normatifs atteste la poursuite d’un processus élaboré dès la fin du IIIe millénaire en Mésopotamie.

  • 26 Cf. de ce point de vue l’étude comparative des épithètes divines attribuées aux dieux Bêl-Marduk e (...)

19Le second point que l’on peut examiner est, d’une certaine manière, l’antithèse du premier, puisqu’il permet de mettre en évidence, à travers certaines inscriptions royales néobabyloniennes, un processus de “perversion” ou de “détournement” des normes, par le souverain lui-même : les inscriptions de Nabonide constituent dans cette perspective un exemple particulier mais significatif de l’usage de l’écrit qu’a pu faire un roi néobabylonien. Nabonide a eu en effet un règne particulier dans la mesure où il a cherché avec constance à justifier à la fois son droit à la royauté et sa manière de l’exercer. Il a, de ce fait, multiplié les inscriptions royales et utilisé consciemment l’écrit dans un but de propagande personnelle. Dans la répartition générale de ses inscriptions, on trouve ainsi des éléments orthodoxes et d’autres que l’on peut qualifier d’hétérodoxes, et l’on peut établir une liste de ce qui relève de chacune de ces catégories26.

  • 27 Langdon 1912, no 7.

20Sont en général orthodoxes la titulature, de même que la mention de l’entretien régulier ou de la restauration des grands temples de Babylonie. Une version classique de ce genre d’inscriptions royales se trouve dans un exemplaire de Sippar, en Babylonie du nord27 :

Je suis Nabonide, le roi de Babylone, qui pourvoie abondamment aux besoins de l’Esagil et de l’Ezida, le prince pieux qui s’enquiert des desseins des grands dieux dont les bras répandent l’abondance, celui dont, quotidiennement, l’esprit est disposé à respecter les dieux, dont le cœur est empli de respect, qui dirige toute son attention aux ordres d’un dieu ou d’une déesse, l’humble, le soumis, celui que la crainte religieuse possède, qui prie avec constance dieux et déesses pour ne pas commettre de péché, qui saisit [comme un suppliant] le pan du manteau des dieux, recherche une longue vie, dont le cœur est empli de respect, qui garde l’ordre des dieux, qui adresse ses prières aux dieux pour ne pas agir indépendamment des décrets divins, qui s’il fait quelque chose, ne cesse de chercher l’éventuel péché qui en découlerait, qui marche à la suite des dieux pour [leur adresser] prières et suppliques, qui prie de tout son cœur Bêl et le fils de Bêl, dont la nuque est profondément courbée pour tirer leur char, qui respecte le nom très précieux des grands dieux, le fils de Nabû-balâssu-iqbi le sage prince.
Lorsque Marduk, le grand seigneur m’eut confié la seigneurie du pays, qu’il eut mis dans ma main l’approvisionnement des grands sanctuaires, la rénovation des lieux saints, je n’ai jamais cessé d’agir en vue de pourvoir aux besoins de l’Esagil et de l’Ezida : j’y ai fait entrer la meilleure qualité de tout ce qui existe ; je ne cessai de leur apporter des cadeaux particulièrement précieux ; j’y entassai une multitude de toutes sortes de choses.

  • 28 En particulier celles des rois d’Agadé (xxive siècle), de Hammurabi de Babylone (xviiie siècle), d (...)

21On note cependant que, même dans ces inscriptions orthodoxes, Nabonide met une insistance particulière à introduire des références chronologiques qui situent son action pieuse dans une longue tradition : il signale ainsi systématiquement les anciens dépôts de fondation ou les inscriptions antiques qu’il découvre lors des travaux qu’il fait entreprendre28. De même, il a souvent recours, pour amplifier ce rapport privilégié à la tradition, à une graphie archaïsante du cunéiforme, avec des formes et des valeurs des signes de la fin du IIIe ou du début du IIe millénaire. Cela suppose l’existence de scribes connaissant ces graphies anciennes capables de les lire et de les reproduire, et Nabonide mentionne effectivement un recours aux ummânu, les experts en écriture, qui interviennent dans les restaurations.

  • 29 Pratique également attestée à Suse en Elam avec les transferts de monuments mésopotamiens, dont l’ (...)

22Cette pratique royale permet par ailleurs de comprendre l’existence à cette époque de dépôts, dans certains endroits, de documents écrits “antiques” : on en a trouvé par exemple dans l’Ebabbar de Sippar, ou dans ce que l’on a appelé le “Musée” du palais de Babylone. Si certains de ces documents ont pu servir, pour le temple, à prouver des droits de propriété ou parfois simplement sa propre ancienneté, le palais royal y ajoutait la notion de prise de guerre29, mais était sans doute mu aussi par le souci de disposer d’un “fonds de documentation épigraphique”. Même dans des archives privées de scribes, on trouve ainsi des recopies d’inscriptions anciennes, témoignant d’un intérêt soutenu pour les documents du passé, mais pouvant être aussi considérées comme des exercices pratiques d’écriture cunéiforme archaïque.

23Peut, par contre, être considérée comme hétérodoxe dans le corpus des inscriptions de Nabonide la mise en avant fréquente des dieux “astraux”, comme Shamash (Soleil), Ishtar (la planète Vénus), et surtout Sîn (Lune), qui accède même à la fin du règne à un statut tout à fait particulier de quasi seigneur du panthéon, place normalement dévolue au dieu de la ville de Babylone, Bêl-Marduk. On relève également la remise en usage de la nomination d’une princesse royale comme grande prêtresse du dieu de la lune à Ur, pratique abandonnée depuis la fin du xixe siècle a.C., ainsi que la justification de certaines prises de décision par un rêve ayant mis en présence Nabonide et le dieu Bêl-Marduk ou le roi Nabuchodonosor, ou par une consultation hépatoscopique dont Nabonide interprète lui-même les données (alors que cela est du ressort normal des devins). On peut aussi y rattacher la manière dont le roi présente certains éléments de son environnement familial : avec le rappel fréquent de son ascendance non royale, ou lorsqu’il fait reconstituer la biographie de sa mère sur l’une de ces inscriptions. Enfin il faut signaler, dans un de ces textes, la mention d’une opposition intérieure à la politique royale. Même si les Babyloniens sont alors décrits comme frappés de folie, il est exceptionnel qu’un souverain indique que ses sujets manifestent une opposition à ses décisions.

  • 30 Gadd 1958. Cf. Röllig 1964.

24La plupart de ces éléments hétérodoxes sont par exemple présents, condensés sur les premières lignes, dans l’inscription de Nabonide dite “de Harrân”, datée de la 14e ou de la 15e année de son règne30 :

  • 31 Autre nom (sumérien) du dieu Sîn.

[Voici] la grande œuvre de Sîn, dont personne n’avait plus conscience parmi les dieux et les déesses, qui depuis les jours les plus anciens ne s’était plus manifestée dans le pays, que les gens du pays n’avaient plus vue, n’avaient pas inscrite sur une tablette et n’avaient pas mise en évidence pour l’avenir, l’œuvre de Sîn, le seigneur des dieux et des déesses qui habitent les cieux, qui est venue du ciel au temps de Nabonide, le roi de Babylone : à moi, Nabonide, le fils unique, qui n’avait aucune [ascendance royale], dont le cœur ne désirait aucunement la royauté, qui n’adressait aucune prière aux dieux et aux déesses à cet effet, et qui avait pourtant été créé par Sîn en vue d’exercer cette royauté, au milieu de la nuit il [= Sîn] me fit voir un rêve, en disant : « Reconstruis l’Ehulhul, le temple de Sîn de la ville de Harrân, rapidement, de sorte que j’emplisse ta main de tous les pays !
[Mais] les gens fils de Babylone, de Borsippa, de Nippur, d’Ur, d’Uruk, de Larsa, les prêtres des villes-saintes du pays d’Akkad commirent des péchés contre sa grande souveraineté, fautèrent, firent le mal ; ils ignorèrent le grand courroux du roi des dieux, Nannaru31 ; ils négligèrent leurs obligations cultuelles, et ils prononçaient des mensonges et des faussetés ; comme des loups ils ne cessaient de se dévorer entre eux ; ils installèrent parmi eux épidémie et famine ; [et Sîn] réduisit [le nombre] des gens du pays.
Quant à moi, il me fit partir de Babylone, ma capitale, et je ne cessai d’aller sur les routes de Tema, Dedân, Padakku, Hibrâ, Yadih et Yatrib pendant 10 ans, sans rentrer dans Babylone, ma capitale.

  • 32 Clay 1919, no 4, envoyée au chef du temple (shatammu) d’Ishtar à Uruk.

25Or cette inscription a fait l’objet d’une diffusion particulière de la part de Nabonide, qui exigea des grands sanctuaires de Babylonie qu’ils placent en évidence dans leurs bâtiments les stèles qu’il apportait et qu’il leur faisait envoyer. Pour Uruk, cela ressort d’une lettre des archives de l’Eanna32 :

Parole du roi à Kurbanni-Marduk. Je vais bien. Puisse ton cœur être satisfait. Les stèles inscrites en pierre-galâlu que je vous ai fait envoyer, place-les dans le sanctuaire à un endroit qui soit convenable.

  • 33 Arnaud 1987, 215.
  • 34 Selon la classification de leur éditeur, Gadd 1958 (voir note 29).
  • 35 Donbaz 1987.
  • 36 King 1912, 128-129 et pl. XCIII f.
  • 37 Arnaud 1987.

26Une proposition séduisante33 a été faite de reconnaître là l’inscription rapportant certains épisodes de son règne et commémorant la restauration du temple de Sîn à Harrân. Le texte le plus complet en a été trouvé à Harrân même (stèles H2A et H2B)34, mais il en existe semble-t-il au moins trois copies : l’une retrouvée également à Harrân et publiée récemment35, la seconde à Babylone36 et la troisième à Larsa37. Mises à part les stèles de Harrân, les exemplaires de ces inscriptions sont fragmentaires car les stèles sur lesquelles elles sont gravées ont fait l’objet d’une destruction dans l’Antiquité.

  • 38 Nabonide lui-même signale ainsi que les inscriptions de ses lointains prédécesseurs qu’il trouva l (...)

27A la différence des inscriptions royales habituelles qui n’étaient pas destinées à une lecture collective, mais étaient intégrées aux fondations ou aux maçonneries des édifices restaurés pour servir à la lecture des dieux et constituer un témoignage à destination de la postérité38, l’inscription de Harrân fut diffusée dans les grands temples babyloniens et placées “à l’endroit qui convenait” pour marquer l’originalité de l’action de Nabonide et le rôle prédominant du dieu Sîn dans les destinées du pays. On a là un cas relativement rare pour la Babylonie de propagande royale, dont l’aspect hors norme fut ensuite sanctionné par la destruction ou la mutilation de la plupart des stèles.

Bibliographie

Bibliographie

Arnaud, D. (1987) : “Les textes de la dixième campagne de fouilles à Temm Sinkara”, in : Huot 1987, 215-217.

Beaulieu, P. A. (1989) : The Reign of Nabonidus, King of Babylon 556-539 B.C, Yale Near Eastern Researches (=YNER) 10, Yale.

Charpin, D. (1990) : “Les édits de ‘restauration’ des rois babyloniens et leur application”, in : Nicolet 1990, 13-24.

Clay, A. (1919) : Neo-Babylonian Letters from Erech, Yale Oriental Sériés (= YOS) 3, New Haven.

Donbaz, V. (1987) : “Deux nouvelles inscriptions de Nabonide”, Anatolia Antiqua, 1, 17-21.

Dougherty, R. (1920) : Records from Erech, time of Nabonidus (555-538 B.C.), Yale Oriental Series (= YOS) 6, New Haven.

Durand, J.-M. (1981) : Textes babyloniens d’époque récente, Paris.
— (1985) : Mari, Annales de Recherches Interdisciplinaires (= MARI), 4.
— (1987) : “Questions de chiffres”, Mari, Annales de Recherches Interdisciplinaires (= MARI), 5, 605-610.
— (1988) : Archives Royales de Mari (= ARM) 26.1.

— (1997-2000) : Documents épistolaires du Palais de Mari, I III, Paris.

Gadd, C. J. (1958) : “The Harran Inscriptions of Nabonidus”, Anatolian Studies, 8, 35-92.

Huot, J.-L. dir. (1987) : Larsa (10e campagne) et’Oueili (4e campagne), rapport préliminaire, Paris.

King, L. (1912) : Babylonian Boundary-Stones and Memorial-Tablets in the British Museum, Londres.

Lambert, W. G. (1965) : “Nebuchadnezzar, King of Justice”, Iraq, 27, 1-11.

Langdon, S. (1912) : Die neubabylonischen Königsinschriften, Vorderasiatische Bibliothek IV, Leipzig.

Mac Ewan, G. (1983) : “Distribution of Meat in Eanna”, Iraq, 45, 187-198.

Nicolet, Cl., dir. (1990) : Du pouvoir dans l’Antiquité : mots et réalité, Genève.

Röllig, W. (1964) : “Erwägungen zu neuen Stelen König Nabonids”, Zeitschrift für Assyriologie, 56.

Schwenzner, W. (1924-1925) : “Beitràge zur Kultur-und Wirtschaftsgeschichte des Alten Orients, I, Zum neubabylonischen Latifundienwesen”, Archiv für Keilschriftforschung, 2, 107.

Thureau-Dangin, F. (1924) : “La correspondance de Hammurapi avec Shamash-hasir”, Revue d’Assyriologie, 21, 1-58.

Tremayne, A. (1925) : Records from Erech, Time of Cyrus and Cambyses (538-521 B.C.), Yale Oriental Series (= YOS), 7, New Haven.

van Driel, G. (1998) : “The Eanna Archive”, Bibliotheca Orientalis, 55, 59-79.

Weidner, E. (1954-1956) : “Hochverrat gegen Nebukadnezar II. Ein Grosswurdenträger vor dem Konigsgericht”, Archiv für Orientforschung, 17, 1-4.

Weisberg, D. (1967) : Guild structure and political allegiance in early Achaemenid Mesopotamia, Yale Near Eastern Researches (= YNER), 1, Yale.

Notes

1 Cf. Durand 1997-2000.

2 Cf. Thureau-Dangin 1924.

3 Cf. Charpin 1990, 13-24.

4 Tremayne 1925, no 128, 1. 29-30 : “Selon l’ordonnance des sanctuaires (simdat ekurrâte), on (= l’instance judiciaire) a instauré un remboursement au trentuple à la charge de Bêlshunu”.

5 Cela ne signifie pas que la notion de “règlement” édicté par le roi n’ait plus eu cours en Mésopotamie après la période paléo-babylonienne : la série des textes baptisés “Édits de harem” par leur éditeur, et qui présentent un certain nombre de règles de la vie quotidienne dans la partie des palais assyriens occupée par les femmes, entre dans cette catégorie.

6 Pour une analyse pertinente de cette notion d’archive appliquée à l’Eanna d’Uruk, cf. van Driel 1998, en particulier p. 66 : “Amongst the purchased material in museum collections which contain material with clear Eanna connotations from Uruk there are a number of important older texts, which though perhaps not all directly referring to Eanna, could still be considered as of importance for the institution (...)”.

7 Mac Ewan 1983.

8 Dougherty 1920, no 11 ; Schwenzner 1924-1925 ; Durand 1981, pl. 64.

9 Cf. van Driel 1998, 78 sub 8.b. : “The land registers, if really from Eanna, are documents with a venerable past (...)”.

10 Cf. note 8.

11 Dougherty 1920, no 103.

12 Weisberg 1967, texte I.

13 Cf. note 7.

14 Dougherty 1920, no 71 et 72.

15 Dougherty 1920, no 10.

16 King 1912, no XXXVI.

17 Dougherty 1920, no 10,1. 8-10.

18 Dougherty 1920, no 71.

19 P(rinceton) T(heological) S(eminary) 2097, cité dans Beaulieu 1989.

20 Clay 1919, no 45.

21 Clay 1919, no 81,1.27-32.

22 Clay 1919, no 106,1. 19-26.

23 Weidner 1954-1956.

24 Lambert 1965, 1-11.

25 Cf. Durand 1988, 13, no 1 (“protocole des devins”) ; Durand 1985, 323, n. 132 (“protocole des serviteurs du palais de Mari”) et Durand 1987, 608-609 (“protocole des fondeurs”).

26 Cf. de ce point de vue l’étude comparative des épithètes divines attribuées aux dieux Bêl-Marduk et Sîn dans ces inscriptions, qui montre un glissement de souveraineté du premier au second dans les dernières inscriptions de Nabonide : Beaulieu 1989, 43-65, § 1.4 “The Exaltation of Sîn”.

27 Langdon 1912, no 7.

28 En particulier celles des rois d’Agadé (xxive siècle), de Hammurabi de Babylone (xviiie siècle), des rois cassites (xive siècle). On constate cependant que les datations proposées par Nabonide sont largement erronées par rapport à la chronologie actuellement en vigueur.

29 Pratique également attestée à Suse en Elam avec les transferts de monuments mésopotamiens, dont l’écriture était parfois martelée pour en annihiler la valeur.

30 Gadd 1958. Cf. Röllig 1964.

31 Autre nom (sumérien) du dieu Sîn.

32 Clay 1919, no 4, envoyée au chef du temple (shatammu) d’Ishtar à Uruk.

33 Arnaud 1987, 215.

34 Selon la classification de leur éditeur, Gadd 1958 (voir note 29).

35 Donbaz 1987.

36 King 1912, 128-129 et pl. XCIII f.

37 Arnaud 1987.

38 Nabonide lui-même signale ainsi que les inscriptions de ses lointains prédécesseurs qu’il trouva lors des travaux de réfection qu’il fit entreprendre dans les grands sanctuaires furent lues, datées, et remises en place avec soin.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search