Version classiqueVersion mobile

L’écriture publique du pouvoir

 | 
Alain Bresson
, 
Anne-Marie Cocula
, 
Christophe Pébarthe

Deuxième partie. Les affichages publics du pouvoir

L’écriture du pouvoir dans l’Égypte pharaonique

Du normatif au performatif

Pascal Vernus

Texte intégral

1. La fonction de pharaon : nature et fondements doctrinaux de ses actes de pouvoir

1.1. Dualité de la fonction pharaonique : chef d’État et vicaire du démiurge

  • 1 Vernus 1986.

1La fonction du pharaon outrepasse largement celle de chef d’État. Son pouvoir loin de se limiter au simple gouvernement séculier de l’Égypte, s’étend “à tout ce que le soleil entoure”, et s’exerce donc sur la terre entière qu’il doit tout à la fois maintenir en fonctionnement et aménager. L’Égypte, en effet, est un empire dans la mesure où la compétence théorique de son souverain en excède les frontières du moment pour s’étendre potentiellement aux limites même du monde1. En gouvernant cet empire, le pharaon participe d’une plus vaste entreprise, le maintien de l’ordre cosmique, dont l’ordre terrestre n’est qu’une application particulière. De fait, son pouvoir, il l’exerce en tant que vicaire du démiurge solaire et dieu suprême.

  • 2 Hornung 1983.
  • 3 Brunner 1986.

2Un mythe raconte en effet que, jadis, c’était ce démiurge en personne qui régnait sur terre, jusqu’au jour où, fatigué d’avoir à mater l’indocilité des hommes, il décida de superviser de plus haut, dans les deux, la bonne marche de la création2. Pour assurer le gouvernement d’ici-bas, il créa la fonction de pharaon, confiée désormais à un être humain après que quelques dieux et demi-dieux eurent assuré la transition. Toutefois, ce changement ne signifie pas un total désintérêt du démiurge pour les affaires terrestres. Bien entendu, il en conserve le contrôle en dernière instance. Un des moyens de ce contrôle est d’instrumentaliser le pharaon auquel l’unit un lien étroit. Un autre mythe, appelé ’’mythe de la théogamie”, formule l’arrière-plan symbolique de ce lien : le pharaon est censé être le fils d’une humaine, la reine, et du démiurge lui-même, qui la féconde en prenant l’apparence de son époux3.

1.2. Le pharaon vecteur de la volonté démiurgique dans l’exercice de son autorité

3Cette filiation fonde mythologiquement la doctrine selon laquelle le pharaon dans l’exercice de sa fonction est le vecteur de la volonté du dieu suprême qui inspire ses actes de pouvoir. En voici une illustration fort claire gravée sur les stèles frontières délimitant le territoire créé par Akhénaton :

  • 4 Stèles frontières de Tell el Antarna, première proclamation (stèles K, M, X) ; édition la plus réce (...)

Considérez Aton [ou : aussi vrai qu’on voit Aton], Aton désire qu’on agisse pour lui sous forme d’un monument à son nom à toujours et à jamais. Or, c’est Aton mon père qui m’a donné des instructions au sujet de l’Horizon-d’Aton. Pas un notable ne m’a donné des instructions à ce sujet, aucun homme du pays tout entier ne m’a donné des instructions à ce sujet pour me dire un plan pour faire L’Horizon-d’Aton dans cette place-ci éloignée. C’est Aton, mon père qui m’a donné des instructions à ce sujet pour agir pour lui4.

  • 5 Sethe 1906-1909, 352 1. 16-17.

4Sur ce point, loin d’innover, Akhénaton suit la doctrine établie. Par exemple, la reine Hatshepsout proclame explicitement que les décisions qu’elle promulgue, elle les tient de son père, le dieu : “Je veux vous informer de ce qui a été ordonné par moi. J’[en] ai pris connaissance auprès de mon père5”.

  • 6 Hymne à Amon du Papyrus de Leyde, V.16-7.

5En émettant des énoncés d’autorité, le pharaon se trouve en fait transi par la parole créatrice, personnifiée par le dieu Hou, parole possédant intrinsèquement une vertu efficiente. Cette parole créatrice est, en premier lieu, un attribut du démiurge. Ainsi, un hymne à Amon proclame au sujet du dieu créateur : “Hou sont ses deux lèvres”6.

  • 7 Excellent répertoire de la phraséologie utilisée pour décrire les manifestations du pouvoir pharaon (...)

6Or, c’est cette même parole créatrice qui fonde les propos du pharaon, à tout le moins quand il est dans l’exercice de sa fonction, comme l’illustrent ces citations7 :

  • 8 Enseignement loyaliste § 5, 1, Ostraeon Ashmolean, cf. Vernus 2001b, 209.
  • 9 Cuir de Berlin, avec un texte de l’idéologie pharaonique attribué à Sésostris Ier ; voir, inter ali (...)

C’est Hou sa parole8.
Tout ce qui sort de la bouche de Ta Majesté advient immédiatement. Hou est ta parole9.

7L’activité du pharaon, à tout le moins lorsqu’il est dans la plénitude de sa fonction, transcende donc sa nature humaine pour se charger d’une prégnance créatrice qui trouve son origine dans la puissance du démiurge.

1.3. Profération de l’acte de pouvoir et fixation écrite subséquente

  • 10 Eyre 1996, 426-427.
  • 11 Stèle de Piânkhi l. 1.
  • 12 Kruchten 1981, 21.

8Dans la doctrine pharaonique, ce qui fonde un acte de pouvoir, c’est avant tout son énonciation orale, au cours d’une profération publique10. Le roi capte l’attention de l’audience par le terme “Écoutez !”, et spécifie comme tel l’acte de pouvoir à travers des formules comme “décret [ou rescrit] qu’a dit Ma Majesté”11, “Le roi en personne dit en tant que décret [ou rescrit]”12. Ce qui est rendu par “décret” ou “rescrit”, c’est le terme égyptien oudj, substantif formé sur le verbe oudj, “ordonner, “commander”.

9Cela posé, cette profération publique peut s’effectuer selon diverses formes :

    • 13 Décret d’Horemheb, champ 1. 9-12, cf. Kruchten 1981, 17-26.

    Elle peut avoir pour préliminaire une réflexion personnelle du pharaon – c’est-à-dire une discussion en son for intérieur-, dont il énonce ensuite les résultats avant de les faire enregistrer par son secrétaire : “Aussitôt Sa Majesté se mit à tenir conseil en son for intérieur [litt. avec son cœur] [...] Or donc Sa Majesté était sans cesse en éveil, cherchant ce qui est utile à l’Égypte, examinant les cas de [...] Le roi en personne, il dit en tant que décret/rescrit”13. On observera :

  1. que la réflexion personnelle du pharaon est qualifiée de “conseil’’, en recourant au même terme qui désigne la réunion d’autorités responsables pour débattre de la situation.

  2. d’autre part, que ce qui qualifie le produit de sa réflexion comme énoncé de pouvoir, c’est sa profération en tant que “décret/rescrit’’, passible de fixation écrite.

    • 14 Stèle de Bakhtan, cf. Broze 1989, 108, n. 51.

    Dans un conseil restreint de hauts dirigeants ou de spécialistes du domaine concerné par la décision : “Sur ce Sa Majesté dit : ’Amenez-moi le personnel de la Maison de Vie et les conseillers de la cour !’On [les] introduisit immédiatement. Sa Majesté dit : ’Voyez, on vous a fait appeler pour que vous entendiez cette parole. Or donc, amenez-moi quelqu’un d’expert dans ses dispositions intellectuelles, un scribe habile de ses doigts parmi vous”14.

    • 15 Ces cérémonies viennent de faire l’objet d’une étude par Trapani 1999. Voir aussi Schulman 1987.
    • 16 Helck 1955-1968, 1842, 1.
    • 17 Kitchen 1996, 352, 11-12.

    A l’occasion d’une cérémonie spécialement consacrée pour la nomination, la promotion ou la récompense des hauts fonctionnaires15 par le pharaon qui se donne à voir sur son trône : “Le roi d’apparaître sur le grand siège pour récompenser les dirigeants de Haute Égypte et de Basse Égypte”16.Il peut aussi se manifester à la Fenêtre-des-Apparitions de son palais. En tout cas, il prononce les paroles qui fondent sa décision, même si la réalisation en passe par un intermédiaire. Par exemple à propos de la récompense d’un lieutenant du pays de Ouaouat (une des régions de la Nubie-Soudan) : “Sa Majesté de dire au fils royal de Koush [= administrateur général de la Nubie-Soudan] : “Qu’on accorde deux cruches d’électrum et l’onction avec la gomme à ce lieutenant”17.

    • 18 Pour les palais comme espaces où sont proférés des actes de pouvoir, voir O’Connor 1995.

    Devant le public de ceux qu’on peut appeler les dominants de la classe dominante, c’est-à-dire les courtisans et les hauts magistrats, réunis soit à l’intérieur du palais ou d’un des palais, soit dans une espace consacré18. En voici un exemple, à partir des stèles frontières d’Akhénaton, déjà évoquées ci-dessus, qui montre comment l’acte de pouvoir prend forme à partir de sa formulation par le pharaon, après une succession d’actions codifiées par l’étiquette et le rituel, et signalées par des caractères gras :

Ce jour où on était dans l’Horizon-d’Aton. Sa Majesté [d’apparaître] sur le grand char d’or fin comme Aton quand il se lève dans son horizon et qu’il remplit le pays d’[amour...]„. Prendre un départ vers l’Horizon-d’Aton, sa place de la première fois qu’il a fait pour lui afin qu’il se pose en son intérieur quotidiennement [...]. Présenter une grande offrande à son père Hor-Aton consistant en pains, bière, bœufs [bœufs sans cornes], veaux, oiseaux, vin, fruits, encens, présentation de légumes de toute sorte, toute chose bonne [devant] la montagne de l’Horizon d’Aton [...] Après cela, accomplir ce qui est apprécié [pour] l’Aton, qui se trouva satisfait ce qu’on lui avait fait [...] Alors Sa Majesté dit : ’Qu’on m’amène les amis du roi, les grands du palais, le directeur des gardes, le directeur des travaux, les dignitaires et la cour tout entière’. On les introduisit immédiatement. Et aussitôt ils furent sur leurs ventres devant sa majesté flairant le sol devant le dieu bon. Alors Sa majesté leur dit...

  • 19 Décret d’Horemheb, cité supra.

10La parole énoncée par le pharaon en tant qu’acte de pouvoir est fixée par écrit, parfois par lui-même, le plus souvent par un secrétaire : “Sur ce, il [= Le scribe du pharaon] prit la palette ainsi que le rouleau. Et aussitôt ils se mit à écrire selon tout ce que disait Sa Majesté. Le roi en personne, il dit en tant que décret/rescrit”19.

  • 20 Des données dans Radwan 1969.
  • 21 Pour l’état de la question et la bibliographie, se reporter au récent exposé de Loprieno 1996b. Pou (...)
  • 22 Eyre 1996, 427.

11Il existe une iconographie officielle pour représenter le pharaon exerçant son autorité20. Parallèlement, l’idéologie pharaonique a produit un répertoire phraséologique pour exprimer le cadre et la manière dont le pharaon produit ses paroles de pouvoir. Ce répertoire est passé dans l’égyptologie sous le nom de “nouvelle royale” (à partir de l’allemand “Königsnovelle”)21. Le roi tend à y être présenté comme un héros dont les qualités, qui tranchent sur la moyenne de l’humanité souvent représentée par des courtisans et des hauts dirigeants couards et obtus, permettent de dénouer une situation difficile. Mais cette profération fixée par écrit est théoriquement vouée à la plus large diffusion. Toute la population du moment est conviée à prendre connaissance, serait-ce indirectement, de cette profération et à participer à la liesse qu’elle ne manque pas de susciter. La parole du pharaon doit donc être communiquée. Dans un pays où l’écrasante majorité de la population était illettrée, on devait recourir à des annonces publiques faites par la bouche de messagers et de porte-parole22.

  • 23 Par exemple, dans le Papyrus Berlin 9010, trois témoins sont requis pour valider un acte écrit, rel (...)

12La primauté de la parole est donc clairement affirmée dans la manifestation des décisions du pharaon, ce qui correspond à la primauté théorique de l’oral à travers les relations complexes qu’il entretient avec l’écrit dans le domaine juridique23. Cela posé, la civilisation pharaonique possédait l’écriture, et, on l’a vu, si la profération est fondatrice de l’acte d’autorité, elle suscite aussi, bien évidemment, des manifestations écrites.

2. Les deux dimensions de la production écrite dans l’Égypte pharaonique

  • 24 Vernus 2004.
  • 25 Les non spécialistes de l’Égypte pharaonique pourraient s’étonner à juste titre de la dénomination (...)
  • 26 Détail dans Vernus 1990b.

13Pour les bien apprécier, une mise au point doit être faite sur l’écrit dans l’Égypte pharaonique. Une distinction fondamentale s’avère, en effet, essentielle pour bien appréhender les tenants et les aboutissants de la communication du pouvoir pharaonique. Cette distinction porte sur les styles d’écriture, la nature du support, l’apparat formel, voire les états de langue utilisés (sur ce point infra 5.1). Contrairement à ce que nous porte à croire la manière dont a été popularisée la découverte de Champollion dans notre culture moderne, l’écriture hiéroglyphique, qui est fondamentalement une écriture figurative en ce que les signes qu’elle utilise reproduisent des éléments immédiatement identifiables de l’univers pharaonique, n’est pas l’écriture standard du lettré de base. En effet, elle est inutilisable dans la vie quotidienne en raison du temps exigé pour son tracé matériel. Très tôt, en fait pratiquement dès l’invention de l’écriture24, les Égyptiens recouraient à ce qu’on appelle des “cursives” – il vaudrait mieux dire des “tachygraphies” – pour répondre aux exigences pratiques ; l’une est appellée hiératique”25, une autre plus tardive, “démotique”. Si ces tachygraphies conservent les principes mêmes du système d’écriture, le tracé des signes y est très simplifié au point qu’ils en perdent souvent leur figurativité. En revanche, elles permettent d’écrire bien plus rapidement et, par là même, répondent mieux aux nécessités du quotidien. Aux deux types d’écriture, hiéroglyphes et tachygraphies, correspondent, grosso modo, car le détail est complexe, deux catégories de supports, et par delà, à deux dimensions dans la production écrite26.

2.1. La dimension profane

  • 27 Le détail est évidemment complexe. Il peut arriver qu’un texte en tachygraphie ait un support de pi (...)

14Prévaut la recherche de l’accessibilité immédiate, de la commodité d’emploi et de la rapidité, puisque on se meut dans la contingence et le provisoire ; d’où le recours à l’encre et à des modes de marquages aisés à réaliser (pinceaux, brosses) ; d’où aussi la préférence pour des supports spécialisés dans cette fonction, comme le papyrus, les cuirs, les tablettes, les ostraca27 ; d’où encore la tendance à la cursivité dans le tracé des signes, et emploi de tachygraphies par souci de gagner du temps ; d’où, enfin, l’utilisation du vernaculaire ou, à tout le moins, de registres de langue participant de la langue contemporaine.

2.2. La dimension “sacralisée” ou “magico-religieuse”

  • 28 Exemples illustrés de cette capacité d’adaptation dans Vernus 2001a.
  • 29 Vernus 1985.

15L’écrit fonctionne comme instrument utilisé dans la reconstruction du monde selon les principes totalisateurs de la pensée religieuse. Prévalent la recherche de la durée, et celle de l’efficacité cérémonielle et rituelle, ce qui implique perfection technique et esthétique ; d’où très souvent la gravure, l’incision, la peinture de ce qui est écrit ; d’où, aussi, comme supports, des objets d’apparat et des monuments en pierre de constructions, pierres précieuses ou semi-précieuses, bois, métal, etc. c’est-à-dire des matériaux “nobles” et pérennes ou, à tout le moins, espérés comme tel, car la dureté des temps a trop souvent contrarié cette vocation ; d’où encore l’écriture hiéroglyphique de préférence. Car elle entretient avec ces monuments et objets une affinité élective qui procède, d’une part, de sa multidirectionnalité, laquelle lui permet de s’adapter harmonieusement aux rythmes architectoniques d’un objet ou d’un édifice28, d’autre part de sa figurativité, laquelle lui permet de nouer un lien sémiotique avec les représentations29 ; d’où enfin, éventuellement, le recours à une langue de tradition, censée être mimétique de la langue de la Première Fois, celle qui, dans sa plénitude originelle, donnait aux êtres et aux choses les noms les plus propres à capter leurs essences.

16Bien entendu, si cette opposition fondamentale entre les deux dimensions demeure prégnante dans toute la culture pharaonique, il existe des situations intermédiaires, ainsi :

  • Il arrive que des textes en tachygraphie soient écrits sur un monument ou un objet, par exemple faute de moyens ou de compétence pour l’écrire en hiéroglyphes.

  • Inversement, des textes hiéroglyphiques, souvent en hiéroglyphes cursifs au tracé moins complexe, peuvent être copiés sur des supports spécifiques, surtout le papyrus. C’est le cas, par exemple, pour l’archivage de certains textes religieux. En effet, d’une part les nécessités pratiques de l’archivage leur imposent ce genre de support, mais, d’autre part, le recours à une écriture figurative rappelle qu’ils demeurent potentiellement sacralisés.

    • 30 Grandet 1994.
    • 31 Grandet 1994, I, 122-127, suggère que ce texte aurait été affiché, thèse jugée “surprising and whol (...)

    Des compromis peuvent être trouvés entre impératif de sacralisation et exigences pratiques, comme dans l’exemple du Papyrus Harris30. Ce texte se veut un bilan de son règne mis dans la bouche de Ramsès III. Il relève d’une part de la pratique administrative et donc de la dimension profane, puisqu’il accumule des énumérations chiffrées et des comptabilités de toutes les actions du pharaon en faveur des temples. Par là même, et aussi en raison de sa longueur (le rouleau fait 42 mètres de long), il appelle le recours à la tachygraphie hiératique et à un support spécifique comme le papyrus. Mais d’autre part, ce bilan de règne défend la thèse générale que tous ces bienfaits à l’égard des hommes et des dieux méritent, en tant que rétribution, que son successeur, Ramsès IV, bénéficie d’un règne heureux. Il participe alors de l’idéologie royale, et se marque comme tel par des discours aux dieux et aux humains avec rappel de toute son activité de chef d’État et de sa piété. Par là, il participe de la dimension sacralisée et des procédés particuliers ont été mis en œuvre pour le faire valoir : ces pages tranchent sur le reste, parce qu’elles font intervenir l’apparat iconographique propre aux scènes rituelles, entre autres, le recours à l’écriture hiéroglyphique31.

17Le pouvoir utilise ces deux dimensions de la culture écrite pour sa communication au sens le plus large de diverses manières selon ses besoins. On verra que pour un même sujet, sinon un même texte, il peut au demeurant jouer sur ces deux dimensions.

3. La communication publique du pouvoir dans la dimension “profane” de la culture écrite

3.1. Communication administrative

  • 32 Vernus 1990a.
  • 33 Sinohé B 178. Très symptomatiquement, dans le passage où figure ce décret, la disposition graphique (...)

18Une fois proférée, la parole ordonnatrice de pharaon sous forme de “décret/rescrit royal” (en égyptien oudj nesou) est fixée par écrit (supra 1.3). Le texte ainsi fixé avec un apparat formel qui l’authentifie – type d’écriture, mise en page, sceau, diplomatique, dimension du support – peut connaître diverses destinées32. S’il est adressé à un particulier – il peut s’agir d’une simple lettre personnelle – une copie lui en est notifiée. Par exemple dans le chef d’œuvre de la littérature égyptienne, Les aventures de Sinohé, Sésostris Ier, l’envoi au héros d’une missive est ainsi caractérisé : “Copie du décret/rescrit qui fut apporté au serviteur-là au sujet du fait de le ramener en Égypte’’33. Les actes à portée collective sont évidemment notifiés aux autorités directement intéressées, comme l’illustre ce document :

  • 34 Décret d’Antef Noubkheperrê à Coptos.

Décret/rescrit royal à l’intention du scelleur du roi du nord, gouverneur de Coptos, Minemhat, du fils royal, commandant de Coptos, Qinen, du scelleur du roi du nord, prêtre de Min, scribe du temple Néferhotep-l’ancien, du corps d’armée de Coptos dans son intégralité, du clergé régulier [litt. horaire] du temple dans son intégralité. Voyez, ce décret/rescrit-ci vous a été apporté pour vous informer que Ma Majesté, Vie, Plénitude, Santé, a fait venir le scribe du trésor d’Amon, Sa-amon, et l’aîné-du-portail Ouser-Amon pour faire une inspection dans le temple de Min...34

19Bien entendu, parallèlement, le décret/rescrit du pharaon, muni des sceaux adéquats, est archivé et il en est fait ampliation autant de fois que nécessaire.

  • 35 Redford 1984, 327 sq. Pour les “journaux” du palais, voir Redford 1986, 97.

20Par ailleurs, outre ses décrets/rescrits, les faits et gestes de pharaon font l’objet d’enregistrement à travers des genres spécialisés, journaux du palais, annales. Ces rapports impersonnels dans un style concis sont en principe réduits à l’énumération d’actions sélectionnées, et consignés dans les archives sur papyrus ou tablettes, en cursives, mais demeuraient bien entendu passibles d’éditions monumentales35.

3.2. Diffusion littéraire

  • 36 Brunner 1957. Pour une étude récente, cf. Osing 1997.
  • 37 Posener 1956.
  • 38 Assmann & Blumenthal 1999 ; voir aussi Simpson 1996.
  • 39 Voir Posener 1956, chapitre premier, dont les analyses dans le cas de cette œuvre en particulier, c (...)

21Dans l’Égypte pharaonique, la littérature peut être pour le pouvoir en place un média efficace pour diffuser sa pensée dans la classe dirigeante. En effet, l’un des principes fondamentaux de l’enseignement est la copie, l’étude et l’apprentissage d’œuvres littéraires (au sens restreint de belles-lettres), ou encore de “miscellanées”, lettres administratives, hymnes, eulogies, et autres morceaux choisis par les jeunes gens appelés à devenir les cadres du pays et appartenant à l’élite dominante par le fait de maîtriser l’écriture36. La tentation était grande de faire figurer dans le répertoire scolaire des textes porteurs de manière plus ou moins visible d’un message du pouvoir à l’intention de ses sujets, donc, tout simplement, de propagande politique. Il semble bien que le pouvoir en place y ait succombé plus d’une fois. G. Posener l’établit en 1956 pour la xiie Dynastie dans un petit livre qui devait avoir un grand retentissement dans l’égyptologie37. Un colloque consacré au même thème a montré que, quarante ans après, si les progrès de la discipline suggéraient d’apporter à la thèse de G. Posener bien des nuances, des aménagements et des approfondissements, elle n’en gardait pas moins sa valeur, et qu’il fallait bel et bien compter la littérature parmi les moyens de communication du pouvoir38. Une œuvre peut être commandée à un écrivain stipendié en fonction de la situation du moment. Par exemple pour conforter une nouvelle dynastie récemment parvenue au pouvoir et encore contestée par la précédente. Cas topique, la Prophétie de Néferty, prédisant post eventum, la venue d’un sauveur qui mettra fin à une période d’anarchie et de désordre. Faut-il dire que, sous les traits de ce sauveur, on reconnaît sans peine le nouveau détenteur du pouvoir39 ?

22On peut aussi faire passer des compositions de l’idéologie royale, originellement fixées sur monuments malaisément accessibles (infra 5.1), par le canal de la littérature, ce qui permet une diffusion plus aisée puisque écrits en tachygraphie et tolérant des supports aisément transportables – ostraca, tablette, papyrus. En voici deux exemples caractéristiques :

    • 40 Tablette Carnavon no I : Gardiner 1916, 95 sq. ; Habachi 1972.

    Un scribe a copié en hiératique sur une tablette quelques lignes d’un texte gravé en hiéroglyphes sur les stèles dressées dans le temple de Karnak par le pharaon Kamès et relatant sa campagne de libération nationale contre la domination Hyksôs au xvie siècle a.C.40

    • 41 Lesko 1994b ; Les artistes de pharaon, 62.

    La bataille que Ramsès II livra aux Hittites près de Qadesh suscita plusieurs récits par le texte et l’image, fixés en hiéroglyphes sur les parois des temples. Originellement, c’est un pur produit de l’idéologie royale, donc relevant fondamentalement de la “dimension sacralisée” (infra, p. 134 sq. 4.6). Mais son élaboration soignée et son inspiration quasi épique visant à conférer au pharaon les dimensions d’un héros avaient frappé les contemporains qui l’accueillirent dans le royaume des belles-lettres afin de le consommer comme œuvre littéraire. De fait, on connaît aussi des éditions en hiératique, attestées sur papyrus d’un des récits de bataille gravés dans les temples, passé dans l’égyptologie sous le nom de Poème de Pentaoure (dénomination bien malheureuse au demeurant faute de véritable dimension poétique). Par un heureux hasard, on saisit sur le vif un épisode de cette diffusion littéraire grâce au cas du scribe Qenherkhepsehef. Ce scribe de la communauté des ouvriers de la tombe royale ajouta deux extraits à une bibliothèque qu’il avait héritée et qui comportait déjà quelques œuvres marquantes des belles-lettres comme des chants d’amour ou un mythe passé en conte, “Les aventures d’Horus et de Seth”. Il a apporté ainsi sa pierre à la littérature pharaonique en contribuant à la sélection et à la diffusion de ses trésors41.

  • 42 Très fines et profondes analyses de Coulon 1999.
  • 43 Voir Vernus 1993, 172-196.
  • 44 Sagesse du Papyrus Brooklyn 47.21. 218. 135 = Vernus 2001b, 353.

23Indéniablement donc, la littérature peut être utilisée par le pouvoir pour diffuser sa propre justification à destination d’abord de l’élite et de la sub-élite qui maîtrise l’écrit, donc, grosso modo, des dominants, secondairement à destination de plus larges couches de la population par le relais de récitations ou de lectures publiques. Dans ce cas, on peut bel et bien parler de “propagande politique”, dans la mesure où il s’agit bel et bien d’influencer l’opinion de groupes sociaux dont il faut tenir compte. Cela posé, gardons-nous bien de réduire la littérature au simple vecteur de la propagande du pouvoir. Elle peut être le champ de débats politiques plus autonomes, par exemple la mise en question de la rhétorique par rapport à l’autorité, le discours portant en lui-même sa propre mise en question42. Plus encore, il arrive que la littérature véhicule des valeurs propres à tel ou tel secteur de la société qui aboutissent à des mises en question presque subversives. C’est le cas au Nouvel Empire, où la nouvelle éthique qui parcourt l’idéologie dominante a pour cause ou pour corrélat la critique à peine voilée de l’institution, à travers, par exemple, des hymnes à Amon insérés dans des morceaux choisis scolaires43. A la Basse Époque encore, on relève, au détour d’une sagesse, cette expression caustique de récrimination sociale : “Ce sont les hauts dirigeants qui n’auront qu’à tendre la main pour remplir leurs ventres, alors que ceux qui travaillent sont morts de faim au milieu des rues”44.

  • 45 Fondamental : E. Brunner-Traut 1955 ; id. 1977 ; id. 1979 et id. 1980.

24Par ailleurs, il existe une littérature diffusée à travers des images, dont on peut postuler qu’elles illustraient des récitations orales, et qui a certainement servi, même indirectement, à véhiculer des mises en question du pouvoir. A partir du Nouvel Empire, en effet, se multiplient les vestiges d’histoires d’animaux dont les épisodes saillants sont fixés à travers des images, très rarement légendées, sur de nombreux ostraca, et moins souvent sur des papyrus. Un fonds commun : ce sont des parodies dans la mesure où ces animaux sont représentés dans des postures humaines et se livrent à des activités humaines. Gît indubitablement là, à peine dissimulé, un fonds de satire sociale, même si sa transposition dans ce genre littéraire a pour effet d’en neutraliser les latences subversives en les dissipant dans l’univers de la fiction. Est-ce un hasard si ces histoires d’animaux apparaissent à une époque traversée par une crise des valeurs ? A coup sûr, on ne saurait nier que cette littérature prenne en compte pour les transfigurer des tensions traversant l’ensemble de la classe dirigeante, plutôt que l’ensemble de la société pharaonique. La composante satirique de la parodie exprime moins la distance critique du peuple à l’égard des dominants pris comme un tout, que celle du tout venant de ces dominants, – la “sub-élite”, ou les “dominés des dominants” – à l’égard de l’élite suprême, – les “dominants des dominants”45.

4. La communication publique du pouvoir dans la dimension “sacralisée” de la culture écrite

25Dans notre imaginaire moderne, la civilisation pharaonique est avant tout marquée par sa monumentalité. Et de fait, l’activité du pouvoir pharaonique se manifeste de manière ostensible par des objets et des monuments à vocation pérenne. Lesquels, puisque c’est une civilisation de l’écrit, peuvent être supports de textes, et plus particulièrement de textes en écriture hiéroglyphique qui, en raison de ses propriétés spécifiques, entretient avec eux une affinité élective (voir supra). Par là même, ils peuvent être les médias de la communication publique du pouvoir ; encore est-ce de diverses manières qu’il faut soigneusement distinguer.

  • 46 Rappelons, pour les non spécialistes, que beaucoup de pyramides, à commencer par celle de Chéops, s (...)
  • 47 Leurs entrées étaient indiquées par des portes dont les jambages et les linteaux étaient inscrits, (...)

264.1. D’emblée, dissipons ce qui peut être source de confusion pour qui n’est pas familier avec l’Egypte pharaonique. A priori, on est bien tenté d’assigner une position privilégiée dans l’écriture publique du pouvoir aux monuments les plus prestigieux comme les pyramides où les tombes de la Vallée des rois. En fait, ce n’est pas si simple. Le pharaon, en tant qu’individu, comme tous les autres Égyptiens, place la possibilité d’une survie au premier rang de ses préoccupations. Et il emploie à cette fin des moyens en proportion avec sa puissance et sa richesse. D’où ces tombes si spectaculaires pour nous autres Modernes. Pourtant, on prendra bien garde qu’elles ont pour finalité première non de véhiculer la communication publique du pouvoir, mais d’assurer à la royale momie un lieu de repos où les multiples rituels célébrés pour donner la capacité d’éviter la seconde mort (c’est-à-dire l’anéantissement pur et simple) ont les meilleures chances de conserver leur efficacité. Cela posé, elles peuvent, par leur monumentalité même, fonctionner secondairement dans leur globalité comme signe de ce pouvoir. Pensons, par exemple, aux pyramides visibles de loin, et qui ne pouvaient manquer de proclamer la gloire – accessoirement la tyrannie – de ceux qui les avaient bâties46. On n’en dira pas autant des tombes de la Vallée des Rois, en principe inaccessibles et très difficilement repérables47.

274.2. Le monument funéraire comporte non seulement la tombe, au sens de partie sépulcrale, en principe close à tout jamais, mais aussi une partie ouverte, où sont célébrés rites, rituels et cérémonies mettant en œuvre des biens et des personnes. Animée par une intense activité, parfois même faisant fonction de centre administratif de toute une région, qu’elle soit à proximité immédiate de la partie sépulcrale, comme dans les complexes de l’Ancien Empire, ou qu’elle en soit nettement séparée, comme les temples funéraires de la rive ouest de Thèbes le sont des tombes de la Vallée des rois, cette partie ouverte est un lieu tout à fait susceptible d’être utilisé par le pouvoir pour sa communication publique. En fait, sur ce point, elle a le même statut que le temple divin. On se reportera alors aux points 4.4 et 4.5.

284.3. Il existe un type particulier d’objets utilisé par le pharaon pour communiquer à propos d’un fait considéré par l’idéologie royale comme un événement de son règne. Ce sont les scarabées dits “historiques”. Sur la face ventrale d’un scarabée (Scarabeus sacer) le plus souvent de stéatite glaçurée, de 5 à 11 cm, était gravée en hiéroglyphes une évocation de l’événement en question. On distingue habituellement :

    • 48 Desroches-Noblecourt 1950 ; Keimer 1940.

    Les scarabées historiques “mineurs”, limités à une mention concise, par exemple “Menkheperrê-est-celui-qui-purifie-le-domaine de Rê-pour-l’éternité”, qui fait écho à une opération de nettoyage du domaine d’un temple d’Héliopolis48.

  • Les scarabées historiques dits “majeurs” comportant un texte développé.

  • 49 Voir Blankenberg-van Delden 1969 ; Kozloff & Bryan 1992, 67 ; Konrad 2000.

29C’est le pharaon Aménophis III qui s’est le plus spectaculairement illustré dans ce genre, en en faisant produire en même temps cinq séries49 :

  • Relation de chasses aux lions, de l’an 1 à l’an 10 ;

  • Relation de chasses aux taureaux sauvages ;

  • Glorification de la reine Tyi (scarabées dits du mariage) ;

  • Relation du creusement d’un bassin ;

  • Relation de l’arrivée en l’an 10 de Kiluhepa, fille de Shouttarna II, roi de Mitanni.

  • 50 Eyre 1996. Une nuance est apportée par Simpson 1982, 271 : “they are more in the nature of royal co (...)

30Ce genre de scarabée servait apparemment à diffuser dans l’élite dirigeante, à la manière de nos médailles commémoratives, ce que le pharaon considérait comme les éléments saillants de son règne50. Ils sont attestés depuis Hatshepsout jusqu’à l’époque saïte.

  • 51 Pour la notion fondamentale d’aménagement de la création, voir Vernus 1995, 110.
  • 52 Quirke 1989 et Galan 1995.

314.4. Dans l’idéologie que sa civilisation a secrétée, l’Égypte, on l’a évoqué, était un empire, c’est-à-dire que ses frontières s’étendaient potentiellement aux limites du monde terrestre. Lequel n’est pas totalement connu et assujetti ; il comporte une zone d’expansion à explorer et à aménager, et c’est précisément un des rôles du pharaon51. Aussi se doit-il de dresser aux endroits liminaux, – marges des marches, limites géographiques, points extrêmes de ses expéditions, etc., des stèles ou des statues marquant sa présence et explicitant par le texte, sinon l’image, le statut que l’idéologie assigne à la zone concernée52, c’est-à-dire la manière dont elle est assujettie à l’Égypte en tant qu’organisatrice du monde. Cet impératif est explicitement formulé dans l’Enseignement pour Mérykarê, une sagesse censée être énoncée par un pharaon, et qui se révèle un véritable traité du pouvoir pharaonique :

  • 53 Enseignement pour Mérykarê P 67 = Vernus 2001b, 144.

Envoie tes statues vers le pays étranger lointain,
dont on ne fournit pas de notice descriptive53.

  • 54 Eyre 1990.
  • 55 Drioton 1939.

32Nombre d’exemples sont connus, toujours en écriture hiéroglyphique ; entre autres, les stèles érigées en Nubie par Sésostris III54, ou encore le groupe de Ramsès III et d’une reine placée dans le désert oriental et couverte de formules magiques contre les serpents et les scorpions55. Dans les deux cas, il s’agit de proclamer et de rendre effective par le texte et l’image la neutralisation des êtres potentiellement hostiles de régions marginales par rapport à l’Égypte, les humains dans le premier cas, les animaux dangereux dans le second. L’écriture publique du pouvoir se manifeste alors sous forme d’un apprivoisement magico-religieux du liminal.

  • 56 Il existe des copies faites sur des parois de salles ou de passages à l’intérieur des temples, selo (...)

334.5. On a vu que les décrets/rescrits royaux, c’est-à-dire les actes de pouvoir où, à travers ses paroles, le pharaon est censé être transi par la volonté du démiurge étaient fondamentalement fixés en hiératique sur papyrus. Mais, à côté de ces éditions administratives, ces décrets/rescrits faisaient fréquemment l’objet d’éditions monumentales en hiéroglyphes, le plus souvent, mais pas toujours, sur des stèles dressées près de l’entrée ou dans une partie relativement ouverte des temples ou édifices concernés par la teneur du décret56. Au demeurant, le mot oudj, “décret/rescrit”, a pris l’acception “stèle”, en général précisée par un déterminatif approprié. Qu’il s’agisse, partiellement à tout le moins (voir infra), d’un média de la communication publique du pouvoir est indéniable. Certes, l’écriture hiéroglyphique restreint fortement leur accessibilité, même au sein de l’élite lettrée dont une bonne partie ne la maîtrise pas. Cela posé, les happy few qui la maîtrisaient pouvaient servir de relais. Et surtout, cette vocation publique – j’entends pour les sujets du pharaon (ou du souverain étranger jouant ce rôle) – est manifeste aux époques tardives, quand le texte hiéroglyphique est suivi de version en écriture démotique, véhiculant un étal de l’égyptien contemporain et même de version en grec : l’exemple topique est la célèbrissime pierre de Rosette.

  • 57 Détail dans Vernus 1990a.

34Un point important est à souligner : les éditions monumentales de ces décrets/rescrits peuvent se distinguer des éditions administratives de la “dimension profane”. Si, à l’Ancien Empire, le texte et la diplomatique de l’original sont transposés sur les versions de pierre, par la suite, celles-ci tendent à se donner une large autonomie. La littéralité et l’intégralité de l’original ne sont pas toujours respectées, loin de là. Inversement, s’ajoute souvent un apparat formel spécifique plus ou moins développé : représentation du pharaon officiant devant les divinités ; justificatif de la teneur du décret/rescrits à travers les thèmes de l’idéologie royale, insertion de l’acte de pouvoir dans une vision totalisatrice du monde, etc.57

  • 58 La bibliographie est trop abondante pour être donnée intégralement. Traductions de base dans Gardin (...)

354.6. Toutefois, ces décrets ou rescrits affichés en un lieu relativement accessible ne représentent qu’une faible part des textes hiéroglyphiques où s’exprime le pouvoir pharaonique en tant que tel dans les temples et édifices apparentés. En effet, de nombreux autres comptes rendus de cérémonies cultuelles conduites par le pharaon, manifestations prodigieuses, commémoration de construction, de restauration, de consécration, panégyrique royal en termes dithyrambiques, annales, récits de guerre, récits d’expédition, etc., sans compter les épithètes proclamant tel aspect de l’idéologie royale sont susceptibles d’être fixés dans de multiples endroits à l’intérieur des sanctuaires. Ainsi, les différents récits par le texte seul ou par le texte et l’image de la Bataille de Qadesh, précédemment évoqués à propos de la diffusion littéraire de certains d’entre eux (3.2), avaient fait l’objet d’éditions monumentales dans plusieurs temples58 :

  • Temple d’Abydos, extérieur du mur ;

  • Temple de Karnak, angle nord-ouest de la cour de la cachette, paroi entre les pylônes IX et X, mur sud de la salle hypostyle ;

  • Temple de Louqsor, pylône et cours, parois extérieures et intérieures ;

  • Ramesséum, c’est-à-dire le temple funéraire de Ramsès II, sur les pylônes ;

  • Abou Simbel, paroi de la grand salle à l’intérieur du spéos.

36Loin d’être affichées sur des stèles autonomes par rapport à cet ensemble, comme les stèles affichant le texte de nombreux décrets/rescrits, ces éditions étaient intégrées à l’ensemble du décor du temple où elle figurent.

37Les éditions monumentales de ces textes rapportant l’activité du pharaon, comme celles des décrets/rescrits peuvent se donner une large autonomie par rapport aux éditions de chancellerie dont elles procèdent : elles présentent plus de références et de justifications doctrinales, une sélection opérée de l’exceptionnel et du significatif pour la postérité en général. Voici deux citations tirées de publications sacralisées des exploits de Thoutmosis III qui explicitent cette orientation particulière :

  • 59 Annales de Thoutmosis III.
  • 60 Stèle de Thoutmosis III, dressée devant le temple d’Hermonthis.

Ils sont fixés sur le journal du palais, Vie, Plénitude, Santé. Si on n’a pas mis leurs énumérations sur cette stèle, c’est afin de ne pas augmenter les mots afin que leurs contenus soient mis en œuvre à l’endroit où ils sont mis en œuvre59.
Rassembler les cas où ce dieu bon [= le pharaon] a été vaillant victorieusement [litt. les cas d’être vaillant victorieusement qu’a faits ce dieu bon] en tant que cas parachevés de bravoure, en remontant à la première génération. Ce qu’a fait pour lui le maître des dieux, le maître d’Hermonthis, qui accroît ses victoires pour faire qu’on dise sa manière d’être vaillant pour les millions d’années qui viendront, compte non tenu des manifestations régulières de bravoure de Sa Majesté [litt. des cas d’être brave qu’a faits sa majesté régulièrement]60.

5. Les enjeux de l’écriture du pouvoir dans la dimension sacralisée

5.1. La thèse de la propagande politique et ses insuffisances

  • 61 C’est Bleiberg 1985-1986 qui a donné de cette thèse l’expression la plus parachevée dans un fort ri (...)

38Comment donc caractériser la communication du pouvoir dans la “dimension sacralisée (magico-religieuse)” ? Il s’agirait, selon une thèse répandue, de “propagande politique”61, ce qui signifie que cette communication viserait à diffuser des idées susceptibles d’influencer le comportement de ceux des sujets du pharaon qu’elle était amenée à toucher. Autrement dit, elle concurrencerait dans la “dimension sacralisée”, la communication du pouvoir à travers la littérature dans la “dimension profane”.

  • 62 Notez la réserve significative de Simpson 1982, 270 : “The reader may well feel some uneasiness wit (...)
  • 63 Vernus 1996.

39A vrai dire, même si elle comporte une part de pertinence, cette thèse ne semble pas entièrement satisfaisante62. Certes, nul ne niera que la diffusion de scarabées “historiques” (infra, p. 132-133, 4.3) dans la classe dirigeante, sans doute en tant que présents ou récompenses, participe d’une intention de propagande. Certes, nul ne niera que si l’on prenait la peine d’afficher les décrets/rescrits sur des stèles parfois imposantes dans des endroits de passage (infra, p. 134, 4.5), c’était bien pour leur assurer une publicité, au sens étymologique, et que la diffusion de leur contenu, formulé évidemment en termes gratifiants pour le pharaon ne pouvait que favoriser sa réputation auprès de ceux de ses sujet qui en prenaient connaissance. Mais même si l’accessibilité de cette catégorie d’objets ou monuments aux sujets du pharaon est incontestable, on peine à croire que le souci de propagande en épuise la finalité. Ce serait contradictoire avec le fait même qu’ils aient été écrits en écriture hiéroglyphique, ce qui ne pouvait manque de limiter leur portée. Ce serait contradictoire avec le fait qu’ils sont souvent rédigés dans une langue de tradition, qui, à certaines époques, est si éloignée du vernaculaire qu’elle exige une traduction63. Par exemple, la fameuse stèle de Naucratis, un décret/rescrit, promulgué par Nectanébo Ier, premier pharaon de la XXXe dynastie, entre 378-360 a.C., est rédigée dans une langue mimétique de celle des périodes devenues classiques, c’est-à-dire l’égyptien de la première phase correspondant grosso modo à la seconde moitié du troisième millénaire et à la première moitié du deuxième millénaire. Quant à la fameuse Pierre de Rosette, déjà évoquée, le texte hiéroglyphique est lui aussi en langue de tradition, proprement incompréhensible pour qui ne maîtrisait que la langue contemporaine, au demeurant représentée sur le monument par la traduction en démotique.

  • 64 Le temple proprement dit était entouré d’une enceinte en briques, de sorte que ses parois extérieur (...)
  • 65 Derchain 1961.

40Et surtout bien d’autres expressions du pouvoir dans la dimension magico-religieuse étaient fixées dans des endroit à l’accessibilité sévèrement limitée de jure et, qui plus est, gravées dans des positions ou des conditions qui rendaient leur lecture pratiquement impossible de facto, à tout le moins sans matériel. De nos jours encore, il faut souvent un lourd appareillage, échelles, échafaudages, lumière artificielle, etc., aux missions épigraphiques pour en donner l’édition. Seuls les scribes et les graveurs responsables auraient pu se pénétrer de leur message ! Il est clair que ni le souci de visibilité, ni celui de lisibilité n’avaient prévalu. Il en est ainsi pour les éditions monumentales de la Bataille de Qadesh énumérées supra (p. 135, 4.6) : elles ne sont pas toute localisées dans un secteur aisément accessibles, et quand elles le sont apparemment, par exemple sur la paroi extérieure d’un temple ou d’un pylône, on a lieu de penser qu’ont joué des raisons symboliques plus que des impératifs de publicité64. En effet, des relations de guerres (victorieuses, bien sûr !) sont bien venues dans ces localisations où le décor a une fonction essentiellement apotropaïque65.

  • 66 Vernus 1995, 165-167 ; Eyre 1990, 138 : “There is no need to assume that the Semna stela was inscri (...)
  • 67 Medinet Habu V The Temple Proper. Part I (The University of Chicago Oriental Institute Publications (...)

41Enfin, l’expression du pouvoir dans la dimension sacralisée (magico-religieuse) se donne un public qui dépasse très largement les sujets du pharaon susceptibles d’être l’objet d’une propagande politique. Il s’agit de rien de moins que de la création entière présente et future, ce qui élargit le public à toute la postérité66. La doctrine l’exprime dans cette scène standardisée où Thot, dieu de l’écriture, inscrit sur l’arbre-ished d’Héliopolis, probablement le balanites Aegyptiaca, le nom du pharaon sur les feuilles, et, par extension ses Res Gestae, en proclamant “J’établis tes annales à l’instar de Rê, pour l’éternité de l’éternité”67.

5.2. L’alchimie de l’histoire ou la création prolongée

  • 68 Analyses détaillées dans Vernus 1995, 153-163.

42En fait, ce qui est en jeu dans la communication sacralisée du pouvoir, c’est par delà un effet politique occasionnellement possible mais secondaire, une conception cosmique du normatif. Le pharaon, on l’a vu, est tout à la fois un chef civil, gérant par sa politique la communauté humaine de son temps, mais aussi un chef religieux, un vicaire du démiurge, dont il poursuit la tâche. Ses actes de pouvoir jouent donc sur deux dimensions : d’une part, dans leur radicale positivité, sur la marche quotidienne de la société d’un point de vue purement profane, mais d’autre part aussi, d’un point de vue religieux, sur le devenir de la création mise en place lors de la Première Fois. Dans cette perspective, le pharaon a pour mission de prolonger l’action du démiurge. Il sélectionne dans le flot du vécu que traverse son règne ce qui mérite d’être considéré comme événement, lui donne sens à l’intérieur d’une vision totalisatrice jusqu’à le situer chronologiquement par référence au début de la Création. Cette interprétation s’effectue selon deux procédés68 :

  • Réduction d’une partie des événements à la répétition d’un modèle préexistant, par référence à des archétypes instaurés lors de la mise en place du monde, la Première Fois. Il y a donc dissolution du singulier, du particulier, du spécifique.

    • 69 Yoyotte 1973 ; id. 1972 et id. 1974.

    Intégration d’autres événements dont la singularité, loin d’être niée, est soulignée. Le singulier, le particulier, le spécifique sont alors pris en compte en tant que tel. Toutefois s’ils le sont, ce n’est pas en tant que masse opaque, impénétrable aux rayonnements de l’idéologie, mais à travers la notion d’un monde partiellement inachevé, et encore aménageable par les actes de pouvoir du pharaon, médiatisant l’humanité, et instrument du démiurge en dernière instance. Un exemple suffira : l’idéologie égyptienne intègre dans sa vision spécifique du monde la nouvelle réalité “géopolitique” (sit venia verbo) provoquée par la domination perse, et fixe cette recomposition de l’univers sur une statue colossale de Darius en des termes et des images puisés dans l’arsenal traditionnel, et qui la rendent compatible avec la doctrine pharaonique69.

43Autrement dit, transformant ce qui était bruit en signal, le pharaon produit de l’histoire “pertinente”, je veux dire du passé modelé aux normes de l’idéologie, et qui prolonge le déjà créé en tant qu’accrétion à l’œuvre démiurgique.

  • 70 Cette notion extrêmement féconde et précieuse est d’une grand complexité et je trouve parfois galva (...)

44Mais pour que ce produit devienne prolongement de cette œuvre, encore faut-il qu’il échappe à l’instantanéité de l’acte et à la labilité de la parole. C’est le rôle de la communication dans la dimension sacralisée, laquelle se manifeste, on l’a vu, par fixation de l’écrit sur des objets et des monuments voués à durer. Cette fixation s’effectue selon un apparat formel qui vise à assimiler l’objet ou le monument à un modèle réduit de l’univers – voilà pourquoi le bord du cintre de beaucoup de stèles royales évoque le signe du ciel – et, surtout, à faire advenir ce qui y est consigné. Pour ce faire, on recourt aux vertus conjuguées de l’image et de l’écrit qui, selon la pensée égyptienne, sont des hypostases des réalités, susceptibles d’en capter, ou, à tout le moins d’en accueillir fût-ce temporairement les essences. Voici pourquoi prévaut l’écriture hiéroglyphique dans cette perspective. En effet, sa figurativité lui donne les meilleures chances de fonctionner comme hypostase puisque elle saisit non seulement les noms des choses à travers la langue, mais aussi leurs images ou leurs composantes iconiques. L’objet ou le monument sacralisé remplit donc une fonction “performative”70, au sens large, grâce à laquelle est censé advenir ce qu’énonce l’idéologie, à travers la communication du pouvoir, dans son travail de recomposition du flux du temps en prolongement de la création. De plus, par la qualité de son matériau, la pierre, en premier lieu – là où les papyrus ou les rouleaux de cuir sont conçus avant tout pour être consultés, et par leur pérennité espérée, il donne théoriquement aux produits de cette fonction performative la durée de l’éternité.

45Donc, à travers les objets et monuments “sacralisés” qu’il fait réaliser en tant qu’expressions de son pouvoir, le pharaon ajoute au monde tel qu’il était quand il en a hérité, le flux traité, recomposé, bref, rendu idéologiquement pertinent et performativement effectif des événements qu’il a suscités ou affrontés en tant que représentant de la collectivité humaine.

46Cette conception de l’écriture publique du pouvoir est évidemment spécifique à la civilisation pharaonique dans son fondement doctrinal. Cela posé, dans une perspective plus générale, elle se rattache sans doute, en dernière instance, à une tendance fréquente du pouvoir dans maintes sociétés : écrire publiquement une reconstruction à travers sa vision du monde des réalités qu’il a eues à gérer et à affronter par ses actes. Bien des faits montrent que ce genre de reconstructions écrites ne saurait s’expliquer uniquement par le seul souci de la propagande politique, même s’il peut jouer secondairement. En fait, à travers elles, le pouvoir vise à donner en la fixant sur des supports durables, dans un apparat visant esthétisme et solennité, une image idéalisée de l’histoire qu’il a tout à la fois subie et influencée. Cette image est à destination des contemporains, sans doute, mais aussi, bien sûr, de la postérité, et encore, probablement, de lui-même.

Bibliographie

Bibliographie

Assmann, J. et E. Blumenthal éd. (1999) : Literatur und Politik im pharaonischen und ptolemäischen Ägypten, Bibliothèque d’étude 127, Le Caire.

Baines, J. (1991) : “Society, Morality, and religious Practice”, in : Shafer 1991, 123-200.

Blankenberg-van Delden, C. (1969) : The Large Commemorative Scarabs of Amenhotep III, Leyde.

Bleiberg, E. (1985-1986) : “Historical texts as political propaganda during the New Kingdom”, Bulletin of the Egyptological Seminar, 7, 5-14.

Blumenthal, E. (1970) : Untersuchungen zum ägyptischen Königtum des Mittleren Reiches I : Die Phraseologie, Abhandlungen der Sächsischen Akademie der Wissenschaften, phil.-hist. Klasse 61.1, Berlin.

Broze, M. (1989) : La princesse de Bakhtan, Monographies Reine Elizabeth 6, Bruxelles.

Brunner, H. (1957) : Altägyptische Erziehung, Wiesbaden.
— (1986) :
Die Geburt des Gottkönigs. Studien zur Überlieferung eines altägyptischen Mythos, Äg. Abh. 10, 2., ergänzte Auflage, Wiesbaden.

Brunner-Traut, E. (1955) : “Ägyptische Tiermärchen”, Zeitschrift für Altägyptische Sprache und Altertum, 80, 12-32.
— (1977) : “Der Katzmausekriege - Folge von Raussgift”,
Göttinger Miszellen, 25, 47-51.

— (1979) : Altägyptische Märchen, Düsseldorf.
— (1980) :
Altägyptische Tiergeschichte und Fabel, Darmstadt.

Christin, A.-M. éd. (1985) : Écritures II, Paris.
— éd. (2001) : Histoire de l’écriture de l’idéogramme au multimédia, Paris.

Coulon, L. (1999) : “La rhétorique et ses fictions. Pouvoir et duplicité du discours à travers la littérature égyptienne du Moyen et du Nouvel Empire”, Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 99, 103-132.

Derchain, Ph. (1961) : “Remarques sur la décoration des pylônes ptolémaïques”, Bibliotheca Orientalis, 18, 47-49.
— (1992) : “Les débuts de l’histoire”, Revue d’Égyptologie, 43, 35-47.

Desroches-Noblecourt, Chr. (1950) : “A propos de l’obélisque de Saint-Jean-de-Latran et d’un sanctuaire en vogue à Karnak à la fin de la xviiie dynastie”, Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, 50, 257-267.

Drioton, E. (1939) : “Une statue prophylactique de Ramsès III”, Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, 39, 57-89.

Eyre, Ch. (1990) : “The Semna Stelae : Quotation, Genre and Functions of Literature”, in : Israelit-Groll 1990, 134-165.
— (1996) : “Is Egyptian Historical Literature ‘Historical’ or ‘Literary’ ?”, in : Loprieno 1996a, 415-433.

Fecht, G. (1984) : “Das ‘Poeme’ über die Qades-Schlacht”, Studien zur Altägyptischen Kultur, 11, 281-333.

Galan, J. M. (1995) : Victory and Border. Terminology Related to Egyptian Imperialism in the XVIIIth Dynasty, Hildesheimer ägyptologische Beiträge, 40, Hildesheim.

Gardiner, A. H. (1916) : “The Defeat of the Hyksos by Kamose, The Carnavon Tablets No I”, Journal of Egyptian Archaeology, 3, 95 sq.
— (1960) :
The Kadesh Inscriptions of Ramesses II, Oxford.

Goedicke, H. éd. (1985) : Perspective on the Battle of Kadesh, Baltimore.

Grandet, P. (1994) : Le papyrus Harris I (BM 9999), Bibliothèque d’étude 109.1-2, I et II, Le Caire.

Griffith, F. Ll. (1909) : Catalogue of the Demotic Papyri in the John Rylands Library Manchester with Facsimiles and complete Translations III, Londres.

Grimal, N. (1986) : Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres N.S. 6, Paris.

Habachi, L. (1972) : The Second Stela of Kamose and his Struggle against the Hyksos Ruler and his Capital, Abhandlungen des Deutschen Archäologischen Instituts Kairo, 8, Glückstadt.

Helck, W. (1955-1968) : Urkunden der 18. Dynastie, Berlin.

Hornung, E. (1983) : Der ägyptische Mythos von der Himmelskuh. Eine Ätiologie des Unvollkommenen, Orbis Biblicus et Orientalis 46, Fribourg-Göttingen.

Ignatov, S. (1999) : “Literature and Politics in the Time of Ramesses II : the Kadesh Inscriptions”, in : Assmann & Blumenthal 1999, 87-88.

Israelit-Groll, S. éd. (1990) : Studies in Egyptology Presented to Miriam Lichtheim, Jérusalem.

Junge, F. éd. (1984) : Studien zu Sprache und Religion Ägyptens. Zu Ehren von Wolfhart Westendorf, I, Göttingen.

Keimer, L. (1940) : “Un scarabée commémoratif de Mineptah”, Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, 40, 105-120.

Kitchen, K. A. (1996) : Ramesside Inscriptions, Translated and Annotated, Translations Vol. II, Ramesses II, Royal Inscriptions, Oxford.

Konrad, K. (2000) : “Sechs Original-Beleg eines Textes in vier Versionen ?”, Zeitschrift für Altägyptische Sprache und Altertum, 127, 135-141.

Kozloff, A. P. et B. Bryan (1992) : Egypt’s Dazzling Sun. Amenhotep III and his World, Cleveland.

Kruchten, J. M. (1981) : Le décret d’Horemheb. Traduction, commentaire épigraphique, philologique et institutionnel, Université Libre de Bruxelles Faculté de Philosophie et Lettres 82, Bruxelles.

Le Roy Ladurie, Emm. éd. (1986) : Les monarchies, Centre d’Analyse comparative des systèmes politiques, Paris.

Les artistes de pharaon. Deir el-Médineh et la Vallée des Rois, Réunion des Musées Nationaux, Paris, 2002

Lesko, L. H. (1994a) : Phraraoh’s Workers. The Villagers of Deir el Medina, Londres-Ithaca.
— (1994b) : “Literature, Literacy, and Literati”, in : Lesko 1994a, 133-138.

Loprieno, A. éd. (1996a) : Ancient Egyptian Literature. History and Forms, Probleme der Ägyptologie 10, Leyde.
— (1996b) : “The “King’s Novel”, in : Loprieno 1996a, 276-295.

Medinet Habu V The Temple Proper. Part I, The University of Chicago Oriental Institute Publications 83, Chicago, 1957.

Murnane, W. J. et Ch. van Siclen III (1993) : The Boundary Stelae of Akhenaten, Londres-New York.

O’Connor, D. et D. P. Silverman éd. (1995) : Ancient Egyptian Kingship, Probleme der Ägyptologie 9, Leyde-New York-Cologne.

O’Connor, D. (1995) : “Beloved of Maat, the Horizon of Re : the Royal Palace in New Kingdom Egypt”, in : O’Connor & Silverman 1995, 266-279.

Osing, J. (1997) : “School and Literature in the Ramesside Period”, L’impero Ramesside. Convegno internazionale in onore di Sergio Donadoni, Vicino Oriente Quaderno 1, Rome, 131-142.

Piccato, A. (1997) : “The Berlin Leather Roll and the Egyptian Sense of History”, Lingua Aegyptiaca, 5, 137-159.

Pirelli, R. éd. (1999) : Egyptological Studies for Claudio Barocas, Istituto Universitario Orientale. Serie Egittologica I, Naples.

Posener, G. (1956) : Littérature et politique dans l’Égypte de la XIIe dynastie, Bibliothèque de l’École des Hautes Études. Sciences historiques et philologiques 307, Paris.

Quirke, S. (1989) : “Fronder or Border. The Northwest Delta in Middle Kingdom Texts”, Discussions in Egyptology. Special Number 1, 261-276.

Radwan, A. (1969) : Die Darstellungen des regierenden Königs und seiner Familien angehörigen in der privat Gräbern der 18. Dynastie, Münchner ägyptologische Studien, 21, Munich.

Redford, D. B. (1984) : “The Meaning and Use of the Term gnwt ’Annals’”, in : Junge 1984, 327 sq.
— (1986) :
Pharaonic King-Lists, Annals and Day-Books. A Contribution to the Study of the Egyptian Sense of History, Mississauga (Ontario).

Schade-Busch, M. (1992) : Zur Königsideologie Amenophis III. Analyse der Phraseologie historischer Texte der Voramarnazeit, Hildesheimer ägyptologische Beiträge, 35, Hildescheint.

Schulman, A. R. (1987) : Ceremonial Execution and Public Rewards. Some Historical Scenes on New Kingdom Private Stelae, Orbis Biblicus et Orientalis 75, Fribourg-Göttingen.

Sethe, K. (1906-1909) : Urkunden der 18. Dynastie, Leipzig.

Shafer, B. E. éd. (1991) : Religion in Ancient Egypt. Gods, Myths, and personal Practice, Cornell University.

Shirun-Grumach, I. (1988) : “Kadesh Inscriptions and Königsnovezlle”, in : Proceeclings of the Seventh International Congress of Egyptologists, Orientalia Lovaniensia Analecta, 82, Louvain, 1067-1073.

Silverman, D. (1995) : “The Nature of Egyptian Kingship”, in : O’Connor & Silverman 1995, 49-92.

Simpson, W. K. (1982) : “Egyptian Sculpture and Two-dimensional Representation as Propaganda”, Journal of Egyptian Archaeology, 68, 266-271.
— (1996) : “Belles Lettres and Propaganda”, in : Loprieno 1996a, 436-443.

Spalinger. A. (1982) : Aspects of the military Documents of the Ancient Egyptians, Yale Near Eastern Researches 9, New Haven-Londres.

Trapani, M. (1999) : “Le “scene di recompensa e/o d’investitura” dei funzionari nelle tombe e sulle stelle del Nuovo Regno”, in : Pirelli 1999, 115-149.

Vernus, P. (1985) : “Des relations entre textes et représentations dans l’Égypte pharaonique”, in : Christin 1985, 45-66.
— (1986) : “Le concept de monarchie dans l’Égypte ancienne”, in : Le Roy Ladurie 1986, 29-42.
— (1990a) : “Les décrets royaux (wḏ-nsw) : l’énoncé d’auctoritas comme genre”, Akten des Vierten Internationalen Ägyptologen Kongress München 1985. Studien zur Altägyptischen Kultur. Beihefte 4, 239-246.
— (1990b) : “Les ’espaces de l’écrit” dans l’Égypte pharaonique”, Bulletin de la Société Française d’Égyptologie, 119, 35-56.
— (1993) : Affaires et scandales sous les Ramsès. La Crise des Valeurs dans l’Égypte du Nouvel Empire, Bibliothèque de l’Égypte ancienne, Paris.
— (1995) : Essai sur la conscience de l’Histoire dans l’Égypte pharaonique, Bibliothèque de l’École des Hautes Études Sciences historiques et philologiques 132, Paris.
— (1996) : “Langue littéraire et diglossie”, in : Loprieno 1996a, 559-564.
— (2001a) : “Adaptation de l’écriture au monument”, in : Christin 2001,64-65.
— (2001b) : Sagesses de l’Égypte pharaonique, Paris.
— (2004) : “Du nouveau sur l’écrit”, Aegyptus à paraître.

Vittmann, G. (1994) : “Eine miβlungene Dokumentenfälschung : Die ’Stelen’des Peteese I (P. Ryl 9, XXI-XXIII)”, Acta Demotica, Egitto e vicino oriente 17, Pise, 301-315.

von der Way, T. (1984) : Die Textüberlieferung Rameses’II zur Qades-Schlacht, Hildesheimer ägyptologische Beiträge, 20, Hildesheim.

Yoyotte, J. (1972) : “Les inscriptions hiéroglyphiques, Darius et l’Égypte’’, Journal Asiatique, 260, 253-266.
— (1973) : “Les inscriptions hiéroglyphiques égyptienne de la statue de Darius”, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 256-259.
— (1974) : “Les inscriptions hiéroglyphiques de la statue de Darius à Suse”, Cahiers de la Délégation archéologique française en Iran, 4, 181-214.

Notes

1 Vernus 1986.

2 Hornung 1983.

3 Brunner 1986.

4 Stèles frontières de Tell el Antarna, première proclamation (stèles K, M, X) ; édition la plus récente : Murnane & van Siclen III 1993.

5 Sethe 1906-1909, 352 1. 16-17.

6 Hymne à Amon du Papyrus de Leyde, V.16-7.

7 Excellent répertoire de la phraséologie utilisée pour décrire les manifestations du pouvoir pharaonique apud Blumenthal 1970 ; d’autres travaux portent sur d’autres époques : Grimal 1986 ; Schade-Busch 1992.

8 Enseignement loyaliste § 5, 1, Ostraeon Ashmolean, cf. Vernus 2001b, 209.

9 Cuir de Berlin, avec un texte de l’idéologie pharaonique attribué à Sésostris Ier ; voir, inter alia, Derchain 1992 ; Piccato 1997.

10 Eyre 1996, 426-427.

11 Stèle de Piânkhi l. 1.

12 Kruchten 1981, 21.

13 Décret d’Horemheb, champ 1. 9-12, cf. Kruchten 1981, 17-26.

14 Stèle de Bakhtan, cf. Broze 1989, 108, n. 51.

15 Ces cérémonies viennent de faire l’objet d’une étude par Trapani 1999. Voir aussi Schulman 1987.

16 Helck 1955-1968, 1842, 1.

17 Kitchen 1996, 352, 11-12.

18 Pour les palais comme espaces où sont proférés des actes de pouvoir, voir O’Connor 1995.

19 Décret d’Horemheb, cité supra.

20 Des données dans Radwan 1969.

21 Pour l’état de la question et la bibliographie, se reporter au récent exposé de Loprieno 1996b. Pour les récits de guerre voir plus particulièrement Spalinger 1982.

22 Eyre 1996, 427.

23 Par exemple, dans le Papyrus Berlin 9010, trois témoins sont requis pour valider un acte écrit, relatif à la dévolution d’un bien, voir Baines 1991, 153-154. Autrement dit, par un effet de retour paradoxal, ce n’est plus l’écrit qui garantit les paroles prononcées, mais ce sont des déclarations qui doivent garantir l’authenticité de l’écrit. Cela renvoie, bien sûr, à la conscience aiguë des manipulations auxquelles s’exposent les écrits, et dont un exemple précis est fourni dans l’odyssée juridique de Mès.

24 Vernus 2004.

25 Les non spécialistes de l’Égypte pharaonique pourraient s’étonner à juste titre de la dénomination “hiératique” pour un style d’écriture voué au quotidien. En fait, cette dénomination lui fut donnée par les Grecs, à une époque où il était restreint à la copie sur papyrus des textes religieux ou de la science sacerdotale.

26 Détail dans Vernus 1990b.

27 Le détail est évidemment complexe. Il peut arriver qu’un texte en tachygraphie ait un support de pierre, soit parce qu’on n’a pas les moyens de le transcrire ou de l’adapter en hiéroglyphes, Il arrive aussi que telle tachygrahie ait fini par être considérée avec le temps comme marque spécifique de l’archive, lorsqu’on veut conférer une allure authentique à un faux : c’est le cas du décret de Psammétique écrit en hiératique dans un document démotique : Papyrus Rylands IX = Griffith 1909, 247-257 ; cf. Vittmann 1994, 301 sq.

28 Exemples illustrés de cette capacité d’adaptation dans Vernus 2001a.

29 Vernus 1985.

30 Grandet 1994.

31 Grandet 1994, I, 122-127, suggère que ce texte aurait été affiché, thèse jugée “surprising and wholly unsubstantiated” par Eyre 1996, 425, n. 66.

32 Vernus 1990a.

33 Sinohé B 178. Très symptomatiquement, dans le passage où figure ce décret, la disposition graphique élue par le scribe est calculée pour suggérer la disposition graphique élaborée (jeu sur l’opposition entre lignes horizontales et colonnes verticales) requise dans la diplomatique des décrets originaux. Et pourtant, il s’agit d’une fiction.

34 Décret d’Antef Noubkheperrê à Coptos.

35 Redford 1984, 327 sq. Pour les “journaux” du palais, voir Redford 1986, 97.

36 Brunner 1957. Pour une étude récente, cf. Osing 1997.

37 Posener 1956.

38 Assmann & Blumenthal 1999 ; voir aussi Simpson 1996.

39 Voir Posener 1956, chapitre premier, dont les analyses dans le cas de cette œuvre en particulier, conservent toute leur pertinence.

40 Tablette Carnavon no I : Gardiner 1916, 95 sq. ; Habachi 1972.

41 Lesko 1994b ; Les artistes de pharaon, 62.

42 Très fines et profondes analyses de Coulon 1999.

43 Voir Vernus 1993, 172-196.

44 Sagesse du Papyrus Brooklyn 47.21. 218. 135 = Vernus 2001b, 353.

45 Fondamental : E. Brunner-Traut 1955 ; id. 1977 ; id. 1979 et id. 1980.

46 Rappelons, pour les non spécialistes, que beaucoup de pyramides, à commencer par celle de Chéops, sont sans inscription, et que les Textes de pyramides, pour celles qui en comportent, ont été gravés dans des appartements funéraires voués à demeurer inaccessibles.

47 Leurs entrées étaient indiquées par des portes dont les jambages et les linteaux étaient inscrits, mais qui n’étaient identifiables qu’à quelques mètres, pour ne rien dire de la célèbrissime tombe de Toutankhamon qui échappa au pillage total parce qu’elle avait été dissimulée par les déblais d’une tombe postérieure.

48 Desroches-Noblecourt 1950 ; Keimer 1940.

49 Voir Blankenberg-van Delden 1969 ; Kozloff & Bryan 1992, 67 ; Konrad 2000.

50 Eyre 1996. Une nuance est apportée par Simpson 1982, 271 : “they are more in the nature of royal communications, proclamations and message than commemoration”.

51 Pour la notion fondamentale d’aménagement de la création, voir Vernus 1995, 110.

52 Quirke 1989 et Galan 1995.

53 Enseignement pour Mérykarê P 67 = Vernus 2001b, 144.

54 Eyre 1990.

55 Drioton 1939.

56 Il existe des copies faites sur des parois de salles ou de passages à l’intérieur des temples, selon diverses motivations, cérémonielles (lieu de l’oracle) ou symboliques.

57 Détail dans Vernus 1990a.

58 La bibliographie est trop abondante pour être donnée intégralement. Traductions de base dans Gardiner 1960, et dans Fecht 1984. On consultera les contributions réunies dans Goedicke 1985 ; voir aussi, parmi bien d’autres aussi intéressantes, von der Way 1984 ; Shirun-Grumach 1988 ; Ignatov 1999, 87-88.

59 Annales de Thoutmosis III.

60 Stèle de Thoutmosis III, dressée devant le temple d’Hermonthis.

61 C’est Bleiberg 1985-1986 qui a donné de cette thèse l’expression la plus parachevée dans un fort riche article, nourri d’une excellente culture comparatiste.

62 Notez la réserve significative de Simpson 1982, 270 : “The reader may well feel some uneasiness with the use of the term propaganda in some of these contexts, and this uneasiness is shared by the writer.”

63 Vernus 1996.

64 Le temple proprement dit était entouré d’une enceinte en briques, de sorte que ses parois extérieures n’étaient pas nécessairement immédiatement accessibles.

65 Derchain 1961.

66 Vernus 1995, 165-167 ; Eyre 1990, 138 : “There is no need to assume that the Semna stela was inscribed to be read by any ordinary literate person. There is an element of adress to posterity.” Silverman 1995, 51 : “Such inscriptions are meant to last an eternity. Moreover, they ordinarily had both immédiate and far reaching propagandistic values.”

67 Medinet Habu V The Temple Proper. Part I (The University of Chicago Oriental Institute Publications LXXXIII), Chicago, 1957, pl. 313.

68 Analyses détaillées dans Vernus 1995, 153-163.

69 Yoyotte 1973 ; id. 1972 et id. 1974.

70 Cette notion extrêmement féconde et précieuse est d’une grand complexité et je trouve parfois galvaudée. Faute de pouvoir entrer dans les détails, je renvoie à Vernus 1996, 557, n. 2.

Auteur

École Pratique des Hautes Études (Paris).

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search