Version classiqueVersion mobile

L’écriture publique du pouvoir

 | 
Alain Bresson
, 
Anne-Marie Cocula
, 
Christophe Pébarthe

Première partie. Les littératures du pouvoir

Pouvoir et publication dans la France d’Ancien Régime

Christian Jouhaud

Texte intégral

  • 1 Foucault 1997.

1Je voudrais partir de la réflexion de Michel Foucault dans son cours au collège de France de 1976 publié sous le titre de “Il faut défendre la société”, opposant, dans l’étude du pouvoir comme objet d’analyse historique, la souveraineté et “le fait de la domination”1. Foucault montre comment les discours innombrables produits autour de la question de la souveraineté ont, dans le passé (“entre Renaissance et xviiie siècle”) dissous le fait de la domination dans “le discours et la technique du droit”. L’historiographie récente a entériné et reproduit en pratique, sinon en théorie, cette opposition : d’un côté les historiens du social qui étudient les effets de la domination et. de l’autre, les historiens du politique qui traitent des discours sur la légitimité en son centre, éventuellement de la crise d’un système, mais comme crise de la légitimité. Or je crois que traiter de la publication du pouvoir, c’est-à-dire indiscernablement du pouvoir de la publication, c’est une manière de sortir de la situation que décrit Foucault. Et cela pour plusieurs raisons. Disons trois raisons :

  • Pour Foucault c’est dans ses effets périphériques que le pouvoir se saisit le mieux comme domination : or analyser des processus de publication revient à s’inscrire dans une dynamique du déplacement des effets de pouvoir, de la circulation de ses commandements comme de ses représentations.
  • C’est le moyen d’observer comment le discours de la souveraineté comme “littérature de pouvoir” produit des effets là où il est reçu, actualisé, et donc traduit dans une situation, un lieu, où les rapports de force ne sont pas ceux du lieu ou de l’institution de sa production.
  • A l’inverse, il pourrait bien arriver que les extrémités soient aussi au centre, que l’exercice de la domination manifeste ses effets de manière particulièrement saisissable dans le lieu de l’élaboration des théories de la souveraineté : la publication réussie ou ratée du pouvoir ferait ainsi retour vers sa source2.

2Autant de raisons de prendre au sérieux le terme de publication en ne le considérant pas comme un simple synonyme d’édition, ou d’émission ou de diffusion, etc.

1. Publication du pouvoir et pouvoir de la publication

3Aujourd’hui nous employons spontanément ce mot soit pour désigner un objet imprimé (une publication), soit pour évoquer une parution (la publication d’un livre ou d’une revue). Certes, nous continuons à mentionner la publication d’une loi et nous comprenons encore ce que signifie publier les bans d’un mariage. Mais le lien entre ces différentes manières de rendre public ou entre ces différents objets rendus publics par une action de publication ne nous saute plus aux yeux.

  • 3 Dans l’ordre chronologique de parution : P. Richelet, Dictionnaire français ancien et moderne, Gen (...)

4Dans les dictionnaires de la fin du xviie siècle, publication forme une grappe de significations avec public et publier3. Richelet : “Action de publier, proclamation”. Dictionnaire de l’Académie : “Action de rendre une chose publique et manifeste”, cette définition est suivie de cinq exemples d’usage : publication de la guerre, de la paix, d’un édit, des bans d’un mariage et enfin d’un livre. Comme souvent, Furetière est le plus prolixe : “Notification qu’on fait dans les assemblées et lieux publics d’une chose qu’on veut que tout le monde sache. On fait au prône des proclamations et publications de bans pour les mariages, pour les enchères des décrets, etc. On a fait la publication d’un monitoire. Il se fait des publications à cri public, à son de trompe, par des affiches, etc. On faisait autrefois des publications d’enquêtes, lorsqu’on en faisait l’ouverture, et qu’on les tirait d’un sac dans lequel elles avaient été envoyées closes et scellées par le Commissaire Enquêteur ; et alors on n’était plus redevable à donner des reproches contre les témoins”. On voit que dans les trois cas le terme renvoie d’abord à des actions officielles de publication : celles, solennelles, que produit ou commande le pouvoir royal, celles qui s’inscrivent dans des procédures judiciaires. L’espace public est alors celui que vise et définit l’ordre public. Les définitions de l’Encyclopédie, plus d’un demi-siècle plus tard, seront de la même veine. Chez Furetière, il s’agit aussi de préciser les modalités de l’action de publier : par affiche, à son de trompe, et donc éventuellement par l’imprimé. Cependant dans son article édition, il mentionne, comme le Dictionnaire de l’Académie, la publication d’un livre (“publication d’un ouvrage, d’un livre, action par laquelle on le met au jour”) : l’édition est donc un cas de publication, concept englobant.

5Toutes ces définitions trouvent leur sens dans une perception de l’espace public, et, plus généralement, du public, modelée par l’organisation socio-politique de la monarchie française, telle que l’ont longuement glosée plusieurs générations de jurisconsultes serviteurs de l’État. Mais il ne faut pourtant pas négliger la présence, certes en position très subalterne, sur fond d’idéologie étatique, de la “publication d’un ouvrage” : elle témoigne de ce que dans une nébuleuse sémantique dominée par l’ombre du pouvoir d’État, qui définit juridiquement le public, quelque chose est là qui renvoie à l’idée d’offre, de mise au jour, de divulgation, de persuasion et non plus seulement de prescription. Les dictionnaires rendent discrètement visible que la publication n’est pas seulement l’entrée dans un espace public étatique, mais la sortie concomitante vers un public de destinataires que la parole publique, l’image et l’écrit sous ses diverses formes vont toucher dans les espaces publics urbains (les marchés, les carrefours, les palais de justice, les églises, etc.) et aussi dans des espaces qui ne sont pas publics.

6Dès lors se pose la question de la place explicitement ou implicitement assignée au protagoniste principal : le public. Les procédures d’adresses explicites ouvrent largement l’éventail. Le public des destinataires peut y être assimilé à un universel (par exemple construit par le bon sens, ou l’honnêteté morale), un groupe restreint déclaré seul légitime (par exemple au nom du bon goût), un groupe d’individus assemblé autour d’un trait particulier, voire un individu unique mis fictivement dans la position de représenter une communauté plus large ou de servir d’intermédiaire pour la convaincre. Au-delà de ces figures d’identification offertes aux destinataires, on peut observer une certaine tension entre l’adresse à des publics larges, tendant à l’universel, et la résurgence de valorisations de publics restreints désignés par des compétences ou une position particulière (et le plus souvent par une complicité).

  • 4 Ariès 1986, 6-19.

7Cette tension peut être rapprochée de celle qu’évoquait Philippe Ariès dans un colloque destiné à préparer le projet de l’Histoire de la vie privée4. Après avoir inventorié des “indices de privatisation”, et avoir insisté sur le “remplacement d’une sociabilité anonyme, celle de la rue, de la cour du château, de la place, de la communauté, par une sociabilité restreinte qui se confond avec la famille, ou encore avec l’individu lui-même”, Ariès venait buter sur “la double définition du public” : public comme antonyme de privé (du côté des sociabilités), public comme identifié à l’État et antonyme de particulier (la dimension politique du public). Entre Moyen Age et xviiie siècle, l’émergence du privé concernait ces deux dimensions du public. Ariès parle de la “déprivatisation du public, évoquant par-là la séparation progressive entre la gestion des affaires publiques et celle des affaires privées : là où il y avait confusion des fonctions et des intérêts s’impose peu à peu une distinction. Mais, pendant une longue phase de ce processus “un espace mixte est resté disponible” : espace, par exemple, des clientèles (qui confondent public et privé), sur lesquelles s’appuie la monarchie, quand elle les contrôle, autant qu’elle les combat quand elles lui résistent. Cet “espace mixte” est à la fois un espace de confusion continuée des intérêts des personnes, des groupes et du public étatique, et une zone de tensions travaillées par des polarisations antagonistes.

  • 5 Sur ce point, GRIHL 2002.

8C’est dans cet “espace mixte” que l’écrivain et le “publicateur” (ou l’écrivain comme “publicateur”) travaillent. De là l’omniprésence d’une rhétorique de la destination, c’est-à-dire d’une pensée politique de la publication, qui identifie les pratiques de publication à des pratiques d’écriture5. La conscience d’auteur qui transparaît dans une lettre de Gabriel Naudé à Mazarin à propos d’un pamphlet produit explicitement dans le cadre du service de plume, le Mascurat, en fournit une illustration exemplaire :

  • 6 Wolfe & Wolfe 1991,63 et 64.

Votre Éminence pourrait faire dire à Mr Cramoisy par personne qui eut auctorité de le faire qu’il laschat la bride au Mascurat, voire mesme qu’il en fit des éditions moins chères et plus portatives, et V. E. devroit aussy le faire réimprimer en latin et en françois en Allemagne puisque l’on voit par iceluy tout ce qui est du détail de sa personne. Et que V. E. au nom de Dieu ne s’imagine pas que je dise cela pour l’advantage de l’autheur puisqu’en ce temps-cy il doibt plus craindre qu’espérer de la publication d’un tel livre, mais parce que c’est une défense toute faicte et la plus belle et plus particulière et plus agréable à lire qui ait jamais esté faicte pour personne...6

9Naudé dessine ici plusieurs espaces possibles de réception pour son livre, qui, tous, le feraient échapper à l’entente bornée de l’espace frondeur. Il tente ainsi de susciter, depuis sa position d’auteur, un remodelage des stratégies de publication choisies par son patron et les plus proches conseillers de ce dernier, auxquels il s’oppose. Malgré sa dénégation à propos de “l’avantage de l’auteur”, il désigne comme espace de la persuasion politique ce qui est en fait l’espace des échanges lettrés, où la performance pamphlétaire sera peut-être admirée, sans qu’elle entraîne pour autant le moindre effet d’adhésion à la cause explicitement défendue.

10L’“espace mixte” de la confusion des intérêts apparaît ainsi comme l’espace de la publication sous l’Ancien Régime. C’est celui de l’édition sous le système du privilège, celui des théâtres publics contrôlés par les gouverneurs de province, les intendants et les municipalités, celui des débats théologiques tiraillés entre les autorités contradictoires des tribunaux étatiques, de la faculté de théologie et des engagements privés, celui des académies et des périodiques officiels, celui des sociabilités privées d’hommes publics (officiers de justice, agents de l’État de divers rangs, ecclésiastiques). Bref, c’est l’espace des “publicateurs” -relais qui forment le premier public de leurs publications.

  • 7 Naudé 1997 ; Naudé 1988, chap. IV, p. 138-141. Louis Marin dans une belle préface donnée à cette é (...)

11Mais Gabriel Naudé est surtout connu pour avoir théorisé l’instrumentalisation de l’écrit dans le combat politique, apparemment au service du pouvoir politique qu’il servait : Le Marfore ou discours contre les libelles et surtout Les considérations politiques sur les coups d’État7, posent crûment la question de la manipulation et de l’instrumentalisation des destinataires de libelles. Dans cette vision, l’auteur n’est lui-même qu’un instrument de la politique d’un grand acteur chef de parti qui garde l’entière initiative et conduite de l’action. Mais cette nécessaire instrumentalisation de l’écrit au service de visées tactiques est explicitée – et éventuellement publiée – par des hommes de lettres qui sont eux-mêmes des conseillers des grands ou se pensent comme tels (prétendant les éclairer, par un savoir lettré, sur la vérité de l’action politique et la nécessité des pratiques de dissimulation qui incluent le recours à l’écrit manipulateur). Le public de ces écrits manipulateurs – pensés comme tels par ceux qui les fabriquent – est identifié au “vulgaire” ou au “peuple” transformé en objet, tout particulièrement dans ces lignes de Naudé :

Il faut que les princes ou leurs ministres s’étudient à le manier et persuader par belles paroles, le séduire et tromper par les apparences, le gagner et tourner à ses desseins par des prédicateurs et miracles sous prétexte de sainteté, ou par le moyen des bonnes plumes, en leur faisant faire des livrets clandestins, des manifestes, apologies et déclarations artistement composés pour le mener par le nez, et luy faire approuver sur l’étiquette du sac tout ce qu’il contient...

12Alors que le chef de parti doit envisager :

D’un œil ferme et assuré, et quasi comme estant sur le donjon de quelque haute tour, tout ce monde, se le présentant comme un théâtre assez mal ordonné, et rempli de beaucoup de confusion, où les uns jouent des comédies, les autres des tragédies, et où il luy est permis d’intervenir tanquam deus aliquis ex machina toutefois et quantes il en aura la volonté, ou que les diverses occasions luy pourront persuader de le faire...

  • 8 Cavaillé 2002 ; Gauchet 1994, 193-244. Cahiers du Centre de Recherches Historiques no 20, 1998, co (...)

13La force de ces énoncés s’impose, mais il convient de ne pas postuler une superposition sans reste de cette théorie de l’action et des actions elles-mêmes, dans lesquelles le producteur de la théorie aurait trouvé sa place comme producteur d’écrits destinés à faire agir. Et, à propos de Naudé, on ne peut s’en tenir à la simple postulation d’une cohérence et à la supposée continuité d’un parcours de service qui l’aurait mené à dire la vérité – à “vendre la mèche” – dans les Considérations politiques sur les coups d’État, texte qui jouerait ainsi pour nous, le lisant à distance, le rôle du “donjon de quelque haute tour” d’où l’on contemple, analyse et conduit l’action. Comme le montrent plusieurs travaux récents, Naudé n’a pas été cet auteur, transformé en acteur politique de l’ombre par sa science et son pouvoir de conseiller occulte, qui aurait réussi la superposition profitable de la science politique du grand acteur et de l’action manipulatrice par l’écriture. Ces recherches attirent notre attention sur la complexité du personnage Naudé et de ses écrits. Jean-Pierre Cavaillé voit ainsi dans les Considérations une dimension de “pornographie politique” qui consisterait pour l’auteur à se montrer en train de dévoiler systématiquement les ressorts cachés de l’action des grands, dans un projet de désacralisation et d’exhibition du secret révélé qui, sans le divulguer, montrerait sa présence comme clé8.

14Une des caractéristiques fortes de cet imaginaire d’auteur libelliste, c’est de construire une représentation du public des destinataires comme dédoublé. Dédoublé entre public restreint et public large, public complice (restreint) et public instrumentalisé (large). Deux figures tout à fait équivoques d’ailleurs. En effet, la complicité avec un public “complice” peut être conçue de deux manières très différentes. Soit cette représentation repose sur une dynamique d’exclusion : le public complice se définit par le partage d’une information et par l’accès, peu ou prou, au secret politique et au secret des ressorts de l’écriture instrumentalisante (c’est le petit groupe de ceux qui ne sauraient être dupes). Soit le public complice est conçu certes comme un groupe restreint, mais en expansion : tout lecteur qui use avec acuité de sa capacité de raisonner peut franchir la barrière qui sépare les « déniaisés » des autres. De la même manière l’instrumentalisation d’un public large peut être observée sous deux angles très différents. On peut considérer qu’elle est tournée vers des lecteurs pris au piège de l’argumentation ou des récits : il s’agirait donc d’une manipulation d’efficace propagandiste. Ou bien on peut déceler un paradoxe. L’instrumentalisation n’aurait pas d’efficacité contrôlable (prévisible, postulable) sur ceux qui en seraient les destinataires (ce serait une technique dont les effets se perdraient dans les incertitudes des réceptions plurielles), mais elle serait crue par ceux qui s’en conçoivent comme les bénéficiaires et en sont les commanditaires. Les libellistes rendraient crédible à leurs commanditaires et patrons la figure d’un public défini à partir des opérations de manipulation susceptibles de l’atteindre, à travers les effets présupposés réussis de l’opération de manipulation (sans reste). Le pouvoir politique serait ainsi pris lui-même au reflet de ce miroir déformant, au reflet de son propre pouvoir. Évidemment la réalité des effets produits doit se trouver quelque part sur le chemin de ces polarisations. C’est toute la question de l’histoire des écritures “libertines” ou “machiavéliennes” du politique qui est ici soulevée, mais qui ne trouve de sens que dans la prise en compte de son historicité.

2. Les chaînes de publication

15Au reste, la mise au jour et l’établissement de la porosité de la frontière entre public restreint et public large ne doit pas recouvrir et masquer le prolongement jusqu’à nous d’actions de publication accomplies dans le passé : de véritables chaînes de publication lient des objets publiés autrefois à notre présent. Tournons-nous vers le cardinal de Retz pour prendre la mesure de l’une de ces chaînes. L’action se passe au temps de la Fronde au mois de juin 1649. Certains partisans du cardinal Mazarin (alors installé à Saint-Germain avec la cour) viennent à Paris défier les frondeurs en se pavanant dans le jardin des Tuileries :

  • 9 Retz, Mémoires (Hipp & Pernot 1984), 624-625.

Jarzé, qui était, en ce temps-là, fort attaché au cardinal Mazarin, se mit en tête d’accoutumer, disait-il, les parisiens à son nom ; et il s’imagina qu’il y réussirait admirablement en brillant, avec tous les autres jeunes gens de la cour qui avaient ce caractère, dans les Tuileries, où tout le monde avait pris fantaisie de se promener tous les soirs. [... ] Nous n’y fîmes point de réflexion, et comme nous nous sentions les maîtres du pavé, nous crûmes même qu’il était de l’honnêteté de vivre civilement avec des gens de qualité à qui l’on devait de la considération, quoiqu’ils fussent du parti contraire. Ils en prirent avantage. Ils se vantèrent à Saint-Germain que les frondeurs ne leur faisaient pas quitter le haut des allées dans les Tuileries. Ils affectèrent de faire de grands soupers sur la terrasse du jardin de Renard, d’y mener des violons et d’y boire publiquement à la santé de Son Eminence, à la vue de tout le peuple qui s’y assemblait pour entendre la musique. Je ne vous puis exprimer à quel point cette extravagance m’embarrassa. Je savais d’un côté qu’il n’y a rien de si dangereux que de souffrir que nos ennemis fassent devant les peuples ce qui nous doit déplaire, parce que les peuples ne manquent jamais de s’imaginer qu’ils le peuvent, puisque l’on le souffre9.

16Comment remettre à leur place ces “mazarins” buveurs et mélomanes sans endosser le mauvais rôle d’agresseur mal intentionné ? Comment répondre à un défi dangereux parce qu’il est lancé “publiquement” (il publie l’impunité et donc l’absence de force de ceux qui sont censés “tenir le pavé” ; le “pavé” n’étant rien d’autre ici qu’une matérialisation imagée de l’espace public parisien) ? Le mémorialiste raconte qu’il avait monté avec beaucoup de tact et de précaution une opération de rétorsion. Mais ceux qui avaient la charge de la mener à bien n’ont pas su éviter le scandale d’une bagarre générale. L’imprimé apportera une deuxième réponse en publiant un récit avantageux de toute l’affaire et en prenant soin de ridiculiser les provocateurs. Sept libelles sont donc écrits, imprimés et diffusés, réitérant dans l’espace plus large de la diffusion des mazarinades le coup de force à moitié raté du jardin des Tuileries. L’action publique imparfaite apparaît ainsi comme une sorte de prétexte de la version parfaite qu’en donne, avec ses propres moyens rhétoriques, l’écrit publié. Mais le processus de publication ne s’arrête pas là. Nous lisons encore les Mémoires du cardinal de Retz qui racontent toute cette affaire et nous continuons de sourire à la lecture de ce récit qui reprend plusieurs des traits satiriques des libelles. Cependant, marque du temps, du succès littéraire et de l’irréversible atténuation des enjeux, l’espace de publication, à trois siècles et demi de distance, est désormais celui de collections éditoriales qui manifestent le statut de classique atteint par l’auteur.

17Ces chaînes de publications successives, dont les supports matériels, les modalités d’action, les acteurs, les effets symboliques sont multiples et imbriqués, sont faites de maillons distincts et inséparables, qui ont eu, en fait, des durées de survie – une histoire – très diverses : la publication de la force du cardinal de Retz continue à nous concerner comme performance du mémorialiste et comme témoignage sur une certaine manière de faire de la politique, mais le coup d’écriture nous intéresse bien davantage que l’honneur de René du Plessis de La Roche-Pichemer baron de Jarzé, lequel nous est devenu à peu près indifférent. Nous n’appartenons plus ni à l’espace public du Paris frondeur, ni au public des premiers lecteurs des Mémoires au début du xviiie siècle, et pourtant nous croyons au simulacre que Retz propose de son action et nous sommes ainsi disposés à laisser se pénétrer deux actualités, la sienne et la nôtre.

18Que l’on prenne en considération le seul temps court de l’action, par exemple politique, pour reconstituer une chaîne de publication en son temps, ou le temps plus long de la survie des œuvres et de leurs effets, on remet en cause l’idée d’un face à face simple entre des producteurs d’écrits (qui les “émettent” ou les destinent) et un ou des publics (qui les reçoivent). La nécessité de prendre en compte les actes de publication qui entourent et dépassent la diffusion et la réception de ces écrits apparaît bien dans un deuxième exemple, à nouveau emprunté à Retz. En avril 1651, la faction de “la vieille Fronde, dont Jean-François de Gondi (le cardinal de Retz) est le chef, et le parti du prince de Condé se toisent et commencent à s’affronter par le truchement de libelles imprimés. Dans ses Mémoires, Retz évoque la suite qu’il a choisi de donner à la parution de “douze ou quinze libelles plus mauvais l’un que l’autre”, écrits contre lui :

  • 10 Retz, ibid, 436.

Je me les faisais apporter réglément sur l’heure de mon dîner, pour les lire publiquement, au sortir de table, devant tout ce qui se trouvait chez moi ; et quand je crus avoir fait connaître suffisamment aux particuliers que je méprisais ces sortes d’invectives, je me résolus de faire voir au public que je les savais relever. Je travaillai pour cela, avec soin, à une réponse courte, mais générale, que j’intitulai l’Apologie de l’ancienne et légitime Fronde, dont la lettre paraissait être contre le Mazarin, et dont le sens était proprement contre ceux qui se servaient de son nom pour abattre l’autorité royale. Je la fis crier et débiter dans Paris par cinquante colporteurs, qui parurent, en même temps, en différentes rues, et qui étaient soutenus, dans toutes, par des gens apostés pour cela. J’allais, le même matin, au Palais, avec quatre cents hommes...10

19Des libelles ont été publiés dans l’espace parisien. Le narrateur des Mémoires choisit de se protéger des effets éventuels de cette publication en les lisant lui-même “publiquement” (à voix haute et pour tout le monde) devant le groupe fourni de ses commensaux. Ceux-ci – “tout ce qui se trouvait chez moi” – sont des “particuliers”, mais aussi, pour un certain nombre d’entre eux, des relais pour la diffusion de l’information dans la ville. Ils pourront manifester le mépris public de Retz pour les libelles qui l’attaquent et, par là, le publier. On voit ici comment les deux notions antithétiques de public et de particulier se trouvent associées dans une sorte de parade narrative qui conduit, à nos yeux, à leur subversion. D’autant que le processus n’est pas achevé puisque Retz choisit aussi de répondre par des libelles imprimés adressés “au public”. Doublement adressés, en fait : d’abord par leur argumentation, ensuite par la manière dont ils sont diffusés à main armée, qui porte le témoignage de la puissance du parti qu’ils défendent, en un mot ils publient cette puissance. La démonstration de force est elle-même redoublée par le déplacement au parlement de Paris qui permet au coadjuteur de se montrer dans l’espace public avec une escorte de quatre cents hommes.

  • 11 Sur la notion d’espace public, l’ouvrage classique de Habermas 1978, et les très nombreux débats q (...)

20Écrire l’histoire de processus de publication, en commençant par reconstituer et décrire des actions, ou des opérations, de publication, conduit aussi à aborder à nouveaux trais la question de l’histoire des espaces publics. En effet, loin des prises de position sur la “nature” de l’espace public sous l’Ancien Régime, nous pouvons considérer, à partir de nos questionnaires et de nos préoccupations actuelles, que chaque action de publication est porteuse d’une prise de position sur ce qu’est ou n’est pas l’espace public qu’elle envisage (en conservant l’ambiguïté de ce terme, ici qu’elle prévoit et qu’elle découvre) et que, précisément, elle met à l’épreuve de l’action11. A la limite, on pourrait même dire que chaque action de publication révélant par son accomplissement l’espace de publicité dont elle subit les contraintes, le construit comme sa raison d’être, l’invente comme son horizon, l’imagine comme son présupposé.

3. littérature de pouvoir : équivoques de la louange

21Pour qui veut publier le pouvoir, dans le souci de le louer, deux questions doivent préalablement être tranchées, sous peine d’échec immédiat : comment faire et comment penser ce qu’on fait pour réussir à le faire ? Cela suppose de nourrir une idée à peu près claire de ce que c’est que rendre service en publiant une identité (et même une identité qui reste cachée, et même en la publiant comme cachée) et d’être apte à mobiliser les moyens (rhétoriques ou matériels) estimés nécessaires, et d’abord les sources d’information adéquates. Deux types d’écrits encomiastiques montrent que ces conditions ne sont pas si faciles à réunir et que la louange efficace du pouvoir est, contre toute apparence, parfois plus malcommode à pratiquer (et à réussir) que sa critique.

3.1. L’histoire ou la difficile publication du pouvoir

22Tout au long du xviie siècle, le pouvoir monarchique a tenté de susciter l’écriture d’une histoire contemporaine qui le satisfasse et dans laquelle il se reconnaisse. Diverses méthodes ont été employées, différents projets ont été mis sur pied et ont reçu un début de réalisation, de gros livres ont même été écrits. Mais jamais le résultat n’a paru à la hauteur de l’attente. La détermination des gouvernants et le zèle affiché des écrivains n’ont pas suffi, comme si un malin génie du malentendu brouillait à chaque fois le jeu, faisant sombrer la force et la clarté des intentions dans l’impuissance des réalisations.

23Il reste que l’écriture de l’histoire au service du pouvoir politique, par la clarté de ses enjeux et la netteté des engagements qu’elle présuppose, est une activité d’écriture qui révèle crûment la servitude et la grandeur du service de plume. La force de la contrainte et ses bornes, la subtilité des rétributions et les limites de leurs effets y apparaissent de manière sûrement plus parlante qu’en d’autres sites de la production littéraire. L’homme de lettres réfléchissant à l’écriture de l’histoire et à son identité d’historien apporte ainsi, par la spécificité même de sa démarche, une matière propre à nourrir l’étude des rapports entre pouvoir, écriture et publication au xviie siècle.

  • 12 Charles Perrault, Mémoires de ma vie [1993], 133-136.

24Charles Perrault évoque la question de l’écriture de l’histoire au service du pouvoir politique dans un passage faussement candide de ses Mémoires de ma vie12. Bien que ces mémoires aient été, en principe, destinés à ses seuls enfants, son récit y dessine à cet endroit un habile scénario. Un jour de 1666, Louis XIV reçoit les membres de la “petite Académie” alors chargée de “travailler à l’histoire du roi” et leur tient ce discours : “Vous pouvez, Messieurs, juger de l’estime que je fais de vous, puisque je vous confie la chose du monde qui m’est la plus précieuse, qui est ma gloire. Je suis sûr que vous ferez des merveilles : je tâcherai de ma part de vous fournir de la matière qui mérite d’être mise en œuvre par des gens aussi habiles que vous êtes”.

25La matière de l’histoire, c’est le roi : personne ne contestait ce principe. Mais la limpidité de ce programme historiographique n’éclairait pas pour autant le chemin de sa réalisation. Quelle méthode de travail suivre ? Quelles sources utiliser pour peindre par écrit la gloire du roi ? François Charpentier désigné pour tenir la plume prétendait travailler à partir de “mémoires” (de dossiers) capables d’éclairer le secret des affaires et il souhaitait également que Colbert lui accorde des entretiens réguliers afin de mieux pénétrer les raisons cachées des actions du roi. Le ministre ne l’entendait nullement de cette oreille : il suggéra que l’historien “se servit des gazettes et de tout ce qui se peut recouvrer dans le public pour former le corps de son histoire” et, ajoute Perrault, “à mesure qu’il aurait fait quelque chose de considérable et que l’Académie l’aurait revu, M. Colbert y ajouterait ou en retrancherait ce qu’il jugerait nécessaire”.

26Tous les protagonistes partageaient le même postulat : l’écriture de l’histoire du temps doit être au service du monarque. Les avis divergeaient sur la manière de rendre ce service. Charpentier ne voulut jamais admettre que l’historien en charge de la gloire posthume du roi pouvait remplir sa mission en utilisant les gazettes. Colbert, au contraire, ne voulait pas faire pénétrer l’historien dans les coulisses des grandes actions du règne et donc dans ses archives. L’homme chargé du “corps de l’histoire”, soumis ensuite à la réécriture du ministre, devait rester sur la face publique de la politique, tracer un récit continu à partir des récits fragmentaires qui se pouvaient “recouvrer dans le public” et condenser ainsi les effets publics de ces récits fragmentaires. Ce conflit d’interprétation fut tranché par l’abandon du projet : “ainsi la chose en demeura là”. La “petite Académie” perdit la charge si honorable d’écrire l’histoire du roi.

  • 13 Une longue histoire... Voir Sabatier 1999.

27En réalité, les divers projets d’écrire l’histoire du roi ne sont qu’une suite d’échecs (sauf peut-être dans l’iconographie versaillaise, mais c’est... une autre histoire13). Échec de Charpentier, échec de Pellisson, échec de Racine et Boileau. L’obstination de Charpentier a privé la petite Académie d’une tâche qui, d’évidence, lui revenait et aurait assuré sa notoriété. A suivre Perrault, lui seul au fond aurait été capable d’éviter cette impasse. Il était un client et affidé de Colbert. Avant même que la petite Académie ne se mette au travail, le ministre l’avait chargé de tenir registre des bons mots “et actions fort considérables de sa majesté”. Mais les liens de clientèle le munissaient de ce qui manquait à Charpentier : les actions du roi que lui faisait écrire et commenter son patron devaient être non seulement fort considérables mais, en outre, elles étaient “ou peu connues de tout le monde ou leurs motifs et quelques circonstances n’estoient sçues que de lui seul”. Un exemple de cette confidence : “Je me souviens qu’il me dicta toute l’affaire de M. Fouquet”. Fort de cette expérience, Perrault propose un expédient pour dénouer le conflit entre Charpentier qui voulait des secrets, et Colbert qui n’entendait pas lui en livrer. Comme cela lui était commandé, Charpentier écrirait en cahiers une histoire à partir des gazettes et de “tout ce qui se peut recouvrer dans le public”. Ces cahiers seraient mis sur la table du ministre (“avec les autres paquets de lettres qu’il recevoit incessamment”) lequel corrigerait, ajouterait et retrancherait. L’académicien n’aurait donc pas accès directement au secret politique, il n’aurait pas le loisir d’en prendre connaissance, d’en nourrir sa réflexion et son écriture, mais son texte serait mis à l’épreuve du lieu du secret politique : il y serait trempé au moment même où le ministre découvrirait ses dépêches, aurait à décider, à agir.

28Le texte de Perrault concentre, en un récit de quelques pages, un nombre considérable d’éléments qui nous font saisir les difficultés d’une mobilisation de l’écriture de l’histoire au service du pouvoir politique. Il invite à prendre en considération la succession d’échecs qui marquent, tout au long du règne de Louis XIV, le dessein de donner une histoire épidictique, permettant de produire un récit du passé proche, voire du présent, destiné à traverser le temps, à s’imposer donc comme l’histoire vraie pour les temps à venir. On touche ainsi du doigt une réalité qui traverse le siècle : l’histoire est un inévitable et encombrant défi pour le pouvoir. Il y a toujours de l’histoire transmise. Et comment ne pas tenter de penser et de contrôler cette transmission ? Les rois, les hommes d’État qui les entourent ont pleine conscience de l’importance de cette tâche. Beaucoup d’auteurs sont prêts à l’assumer. Et pourtant leurs efforts ne débouchent pas. Perrault repère deux points de blocage : l’accès aux sources qui fourniront la matière du récit, le choix hésitant et la tension entre deux types de serviteurs par la plume et deux logiques de service. D’un côté, la logique institutionnelle de Charpentier comme membre de la petite Académie, de l’autre, la logique de la faveur et de la domesticité pour Pellisson, Racine et Boileau. Aucune des deux ne donne satisfaction. Perrault propose une figure mixte de serviteur académicien, mais son point de vue ne réussit pas à l’emporter contre celui de Charpentier. Il se pourrait bien qu’apparaisse là, à propos de l’écriture de l’histoire, l’ambiguïté constitutive des académies dans leur définition et leur pratique françaises. Leur pratique, c’est-à-dire d’abord leurs pratiques d’élaboration et de publication de la louange du roi.

  • 14 Édition la plus récente : Goubert 1992.

29Quoi qu’il en soit, la question névralgique est celle du rapport entre, d’une part, le type de travail fourni et le type d’écriture produite et, d’autre part, la position, les prétentions, les formes de rétribution de celui qui tient la plume. La conception du travail et de l’écriture se trouve évidemment liée à celle de la position occupée en face du pouvoir politique. L’auteur doit-il raconter l’éclat et la gloire du roi en se situant lui-même dans une position qui lui permette d’en comprendre les ressorts, de manière à restituer leur efficacité dans son écriture, ou bien doit-il se contenter de réfléchir cette efficacité, son écriture consistant à transposer dans un récit continu les meilleurs et les plus puissants des effets de la gloire et du pouvoir comme spectacle tels que “le public” peut les percevoir ? Ce débat est, en réalité, centré sur la question des effets : comment reproduire dans l’écriture de l’histoire les effets produits par les actions du roi sur ceux qui en ont été témoins ? Quelle doit être la place du travail de l’érudition ? Celle de l’ornementation ? Comment doser le recours aux modèles anciens et la nouveauté des événements présents ? Comment l’histoire pourra-t-elle au mieux se faire croire dans l’avenir ? Une collectivité savante peut-elle seule, se trouver en mesure de répondre à des exigences en partie contradictoires ? Le nom d’auteur doit-il être mentionné, exhibé ou effacé, voire effacé derrière celui du roi, comme cela fut pratiqué avec le texte tôt délaissé de ce qu’on nomme aujourd’hui les Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du dauphin ?14

  • 15 Marin 1981,49-115.

30Entre la petite Académie et “MM. Racine et Despréaux”, intervient Pellisson. Il est l’auteur d’un célèbre Projet de l’histoire de Louis XIV, adressé à Colbert et puissamment analysé par Louis Marin dans son Portrait du roi15. Lisant le texte de Pellisson après celui de Perrault, on remarque aussitôt qu’aucune référence n’y est faite à l’épineuse question des sources de l’histoire en projet. L’information de l’historien cède le pas à son inspiration : “ce serait plutôt comme une grande histoire à la manière de Tite-Live, de Polybe et des autres Anciens”. L’essentiel vient ensuite. Cette histoire doit être d’abord efficace, c’est-à-dire apte à persuader et, pour cela, elle doit dissimuler toute intention de persuasion. L’utilité politique de l’œuvre à venir est à ce prix. S’agit-il de raconter les causes de la rupture entre la France et l’Espagne ? Il faut persuader le lecteur des “justes prétentions du roi”, mais le faire en historien et non en avocat. Quelque chose dans l’écriture doit rendre irrésistible l’argumentation, en un plaidoyer qui supprime systématiquement toute trace d’argumentation, qui rende imperceptible à la lecture son statut de plaidoyer pour la cause française. Le simple récit présente alors deux avantages : il permet une affectation d’absence de parti pris, le narrateur dissimulant sa propre position derrière les faits dont l’enchaînement doit paraître naturel, et il permet d’escamoter les marques rhétoriques de l’éloge (ou de la réfutation). C’est ce que Marin appelle “déplacer l’épidictique dans le narratif’, déplacement qui “tient lieu du discours politique et est une opération politique”. Un des outils de ce déplacement sera une série de portraits des acteurs principaux de l’histoire comme autant de tableaux et, au milieu, “celui de Sa Majesté doit éclater”. Vient ensuite le passage le plus célèbre du projet de Pellisson :

  • 16 Ibid., le texte de Pellisson est reproduit p. 49-51.

Il faut louer le Roi partout mais pour ainsi dire sans louange, par un récit de tout ce qu’on lui a vu faire, dire et penser, qui paraisse désintéressé, mais qui soit vif. piquant, et soutenu, évitant dans les expressions tout ce qui tourne vers le panégyrique. Pour en être mieux cru, il ne s’agit pas de lui donner là les épithètes et les éloges qu’il mérite ; il faut les arracher de la bouche du lecteur par les choses mêmes16.

  • 17 Ibid, surtout p. 62-84.

31Autrement dit, si écrire en historien consiste d’abord à faire partager au lecteur le postulat d’une distance, d’une indépendance, entre celui qui écrit et sa matière, cela revient également à mimer une radicale complicité avec le destinataire supposé, dans la commune lumière du (bon) “sens naturel”. L’histoire écrite devra, dans le même élan rhétorique, créer le sentiment d’une présence éclatante de la puissance royale (il faut même montrer ce qu’on a vu penser au souverain), donc combler le fossé entre l’action et l’écriture qui en rend compte, supprimer tout délai (de réflexion) entre l’une et l’autre. La dimension référentielle de l’histoire se dissout dans la postulation de ses effets persuasifs. L’admiration suscitée chez le lecteur par le récit ne pourra finalement que reproduire en la reconnaissant la puissance admirable du roi17. Cette approche épiphanique – et presque naïvement tonitruante – de l’utilité politique de l’écriture de l’histoire seyait sûrement à une déclaration de candidature à une charge d’historiographe. La suite devait prouver que Pellisson promettait plus qu’il ne pouvait tenir. En réduisant l’histoire – entendons l’histoire utile au pouvoir et non une discipline de savoir “désintéressée” – à ses seuls effets postulés sur d’hypothétiques lecteurs, il manifestait une certaine régression par rapport aux ambitions – y compris de service – de ses prédécesseurs.

3.2. De l’encomiastique à la critique : ambiguïtés

  • 18 Voir par exemple Thuau 1966, 252-263. Dans une toute autre perspective, je me permets de renvoyer (...)

32Le Prince (1631) de Jean-Louis Guez de Balzac est très souvent cité comme exemple d’un traité écrit à la louange de l’absolutisme royal18. Page après page, il indexe en effet la grandeur de la majesté royale sur la personne du souverain, sur la convocation rhétorique de cette perfection elle-même référée à la perfection de Dieu. Mais puisque le roi n’est pas Dieu, cette perfection n’a pas d’autre fondement, d’autre preuve et d’autre garantie qu’elle-même : c’est dire la puissance que s’accorde à elle-même la voix qui s’investit de la mission de la proférer.

33Cette perfection royale est un bastion présenté comme imprenable, une citadelle, un temple au milieu d’un paysage ravagé par l’impureté, la malignité, la faiblesse et la corruption, le malheur de l’imperfection des hommes et de l’histoire. Elle n’épargne pas, par comparaison, les autres rois (forcément imparfaits), les prédécesseurs de Louis XIII comme les étrangers, quel que soit le respect qu’il convient de leur témoigner puisqu’ils sont des rois. Le respect pour la puissance souveraine, dès lors qu’elle est étrangère, anglaise, espagnole, impériale ou moscovite, s’accommode fort bien de la critique aigre. Un des adversaires de Balzac le souligne fort clairement :

  • 19 Discours/sur le livre/de Balzac/Intitulé le Prince./Et sur deux Lettres suivantes./En Décembre 163 (...)

S’il veut dire qu’il a raison de louer nostre bon Maistre, il fait un narré des mauvais Princes que leurs subjects ont loués. Il oste à un de nos Roys le titre de débonnaire, pour luy donner celuy de Sot [...] Si le Roy est dévotieux, c’est le sujet d’un grand discours contre les fausses dévotions... Sa Majesté se plaist aux exercices du corps, il faut blasmer les autres Princes de nostre temps, qui passent la plupart de leur vie dans leurs Palais, et rendre infame leur solitude Le Roy aime la peinture [...] René d’Anjou a failly non pas pour avoir esté absent de Sicile quand il la perdit, mais pour s’estre arresté à la peinture d’une perdrix [...] Veut-il louer la diligence et la providence de Sa Majesté, il blasme universellement tous ses devanciers19.

34La perfection d’un seul, installée dans son mystère et sa spécificité irréductible, serait donc le moyen pour critiquer tous les autres, français ou étrangers, pour les dévoiler dans leurs insuffisances, et donc saper la stabilité et même la légitimité du pouvoir monarchique condamné à l’injustice et à la banalité de l’imperfection humaine, si un souverain radicalement exceptionnel dans sa perfection personnelle n’est pas celui qui l’incarne.

35Et cette perfection elle-même – source inépuisable, intarissable, toujours renouvelée, à l’origine mystérieuse, fruit d’un hasard ou de la Providence aux voies impénétrables – est menacée par la moindre des taches de faiblesse humaine qui viendrait à la ternir. Jusqu’à quel point de tension la rhétorique de l’éloge peut-elle réussir à décrire un homme comme perfection ? Balzac n’hésite pas à affronter avec une légèreté théologique, qui lui vaudra quelques ennuis avec la Sorbonne, la question des rapports du roi au péché. Son héros, bien que créature, ne pèche pas, ou ne pèche pas vraiment (“il n’y a personne aujourd’huy au monde qui sache que le Roy peche”). Il pose le problème de manière plutôt alambiquée :

  • 20 Balzac [1971], 34. La phrase “Car humainement parlant et dans la rigueur de notre justice, il semb (...)

C’est pourquoy. bien qu’on le voie assez souvent prosterné devant son confesseur, et toute sa Majesté humiliée aux pieds d’un de ses Sujets, qu’on ne s’imagine pas pour cela que l’habitude qu’il a à pecher luy rende plus familière cette action. Car humainement parlant et dans la rigueur de notre justice, il semble qu’il n’ait pas perdu son innocence. Il n’a donc pas tousjours besoin de la puissance du Sacerdoce, mais il demande quelquefois la consolation de la Theologie20.

36Balzac ne peut pas écrire que le roi pèche comme homme et ne connaît pas le péché comme roi, puisque c’est la perfection de l’homme qui fonde la puissance efficace du roi. Il distingue donc, assez mal à propos, la justice humaine d’une autre justice que Dieu, pénétrant le secret des âmes, saurait seul rendre. Voyant le roi aux pieds de son confesseur et connaissant sa perfection, il est vraisemblable de penser qu’il ne cherche pas l’absolution mais une conversation édifiante. Cette hyperbole masquée pose évidemment un problème théologique. Le seul fait de le poser revient d’ailleurs à apporter un inévitable démenti aux prétentions et sous-entendus de la louange. A partir de ce démenti n’est-il pas possible de relire l’ensemble des propos sur la perfection comme hyperboliques et trompeurs, voire ironiques ? La “religion du roi” dont le livre prétend inventer les mots et la thématique se trouverait ainsi fragilisée par ce qui en paraissait le socle : la dévotion – forcément humaine et imparfaite – du roi.

  • 21 Ibid., 62.

37En centrant l’éloge du roi sur les perfections de sa personne, Le Prince ne s’écarte guère d’une profuse littérature de célébration publiée après le siège de La Rochelle. Mais il s’agissait alors d’imprimés éphémères et non d’un traité prétendant “servir le public” jusque dans la postérité. Quels sont les destinataires du Prince ? Pourquoi offrir au public de littérature un objet textuel hybride dans lequel, peut-être, personne ne retrouvera son attente. Erreur tactique ? Entreprise méditée de déstabilisation de la théorie politique ? Un chapitre parut scandaleux à beaucoup, tant il semblait prétendre cyniquement reconnaître la légitimité des arcana imperii les plus violents, ces cyniques “moyens extraordinaires” des gouvernants dénoncés par bien des “politiques chrétiens”. C’est le chapitre 17, vivement critiqué par tous les adversaires de Balzac, qui citent cette phrase reprise aussi par beaucoup de commentateurs : “Sur un simple soupçon, sur une légère deffiance, sur un songe qu’aurait fait le Prince, pourquoy ne luy sera-t-il pas permis de s’asseurer de ses subjets factieux, et de se soulager l’esprit en leur donnant pour peine leur propre repos”21. Dans le texte de Balzac, ce recours à la violence préventive contre des sujets libres fait partie “des maximes nécessaires au fort de l’orage et dans les grandes nécessités”. La décision du recours à ces moyens extrêmes, tout comme la légitimité de leur usage, se trouvent il est vrai confiées à la charité du roi et donc à sa dévotion et à sa perfection. Dans cette opération, les moyens “extraordinaires” légitimés par une perfection tout aussi extraordinaire sont du coup publiés comme vérité parlante de la puissance du souverain absolu. Au fond, le lieu de cette puissance est dessiné par la rencontre de ces deux extraordinaires : extraordinaire de la perfection et extraordinaire de la violence sans légitimité juridique et morale. Et, bien sûr, si la perfection venait jamais à se corrompre en fausse apparence, alors le recours aux moyens extraordinaires de domination, désormais séparés de l’innocence du prince idéal, apparaîtrait dénué de toute légitimité, au moment même où la tentation d’y recourir sans contrôle ni garant deviendrait plus grande pour le monarque démasqué.

  • 22 Aristippe ou de la Cour. Par Monsieur de Balzac. A Paris. Chez Augustin Courbé, au Palais, en la G (...)
  • 23 Aristippe ou de la Cour, dans Œuvres complètes, op. cit., II, p. 190.

38L’histoire ne s’arrête pas avec Le Prince. Cet ouvrage devait compter trois volumes : tel était le projet. Un seul a paru. Le deuxième a, semble-t-il, sombré et le troisième, qui devait être consacré au ministre, a été retenu par son auteur, remanié, réécrit, retravaillé année après année, pour finalement paraître posthume en 1658, sous le titre d’Aristippe ou de la Cour22. Ce qui avait été initialement conçu comme un panégyrique du cardinal de Richelieu est devenu avec le temps une charge contre les favoris, à commencer par le premier ministre disparu qui prend figure de repoussoir. Le dernier chapitre de ce livre voit culminer les critiques et les accusations contre les “conseillers-tyrans”. Un glissement s’y opère qui finit par entraîner dans l’opprobre les princes qui laissent le champ libre à de pareils conseillers. La figure du prince se trouve ainsi aspirée dans la critique finale des conseillers qui les ont transformés en fétiches insignifiants ou sanguinaires, révélant malgré eux la faiblesse du contrat politique sur lequel reposait leur domination (“Nos sages prédécesseurs ont esté sages en cecy, aussy bien qu’au reste. Comme ils n’ont pas fait la couronne élective en faveur d’eux-mêmes, ils ne l’ont pas voulu rendre propriétaire en faveur du Roy23”).

39C’est ainsi que revient à la fin d’Aristippe ce que Le Prince paraissait tenir à distance et prétendait périmer par la rhétorique éclatante de l’éloge : l’histoire et la réflexion politique sur le système de gouvernement. Si les mauvais conseillers peuvent donner des mauvais princes, c’est que des princes insuffisants ont choisi de mauvais conseillers. Aristippe n’est pas un livre à clés, mais les figures de rois et de conseillers qui le traversent sont rendues disponibles pour toute appropriation et toute actualisation historique. C’est d’abord en cela qu’il s’agit d’une écriture équivoque.

  • 24 Ibid., p. 188.

40Si Le Prince pouvait se présenter comme une réserve de propos édifiants, menacée par la tension de complétude qu’il mettait en scène, Aristippe propose, presque pêle-mêle, une collection d’instruments de doutes pour actualisation historique (en grande partie laissée au lecteur). Ainsi le péché du prince passif convoque la silhouette de Louis XIII d’autant plus facilement qu’elle semble faire écho au texte même du Prince : “Cependant le Prince ne peche point, et ne laisse pas d’etre coupable ; son ignorance ne luy peut point estre pardonnée : sa patience n’est point une vertu, et le désordre ou qu’il ne sçait pas ou qu’il endure, luy est imputé devant Dieu, tout de mesme que s’il le faisoit [...] les Rois ne se doivent pas contenter d’une innocence personnelle et particulière [...] il ne leur sert de rien d’estre justes s’ils se perdent par l’injustice de leurs Ministres”24. Le conseiller-tyran “donne au vice la couleur de la vertu”. Mais le roi de ce conseiller n’est “qu’une effigie que l’on sert en public” : la couleur de la vertu n’était qu’une couleur, l’apparence fabriquée d’une illusion. A l’illusion de la vertu du prince succède ainsi la puissance d’une désillusion. Faire luire l’une ou dévoiler la misère que l’autre manifeste est, Balzac en était persuadé, un pouvoir – politique – d’écrivain.

41Ce retournement final de la louange en critique ne trouve pas son efficacité dans la subtilité d’une invention (inventio) mais dans la position particulière de publicateur de la vertu du roi. Et cette vertu était elle-même devenue objet de publication dans un projet, politique, d’hyperbolisation de la célébration du monarque comme homme. Mais toute publication est douée d’une dimension réflexive : elle est publication de quelque chose et publication de son statut de publication : celui qui publie se publie en même temps comme publiant. C’est-à-dire, en l’occurrence, que le littérateur s’est d’abord publié comme apte à publier la vérité sur le pouvoir politique et, en cela, il a capté quelque chose de la puissance publique du pouvoir, capté à son profit dans le discours même de la publication du pouvoir comme perfection. Cette force captée, il peut ensuite la détourner dans une perspective critique qui tire elle-même sa force du pouvoir acquis comme publicateur d’une interprétation de la force (une interprétation non juridique : c’est la base du projet du Prince, mais une interprétation tout entière tournée vers la célébration de la souveraineté). Il retourne en quelque sorte la force qui lui vient de la publication du pouvoir contre la force du pouvoir. Il s’agit bien d’un rapport de forces. L’auteur-publicateur est ici dans une situation de puissance, mais il se trouve que la puissance de publication de la vérité retournée du pouvoir n’a plus guère de public au moment de sa publication : c’est une force éventée. Les moyens rhétoriques de la composition ont probablement perdu une partie de leur force propre de publication, alors que le pouvoir de la publication du pouvoir a été recomposé dans une nouvelle donne politique : l’auteur-publicateur n’a de prise que sur l’histoire courte de sa publication, sur son actualité, et non sur la durée, sauf à se prêter à un réemploi dont les raisons évidemment lui échappent. C’est aussi une expérience subie de la domination.

Bibliographie

Bibliographie

Ariès, Ph. (1986) : “Pour une histoire de la vie privée”, repris dans Histoire de la vie privée, Ph. Ariès et G. Duby éd., III, De la Renaissance aux Lumières, Paris.

Baker, K. M. et R. Chartier (1994) : “Dialogue sur l’espace public”, Politix, 26, 5-22.

Beugnot. B. (2001) : Guez de Balzac, Bibliographie générale, Paris-Rome.

Cavaillé, J.-P. (1998) : “Gabriel Naudé : destinations et usages du texte politique”, Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 20, 69-78.
— (2002) : Dis/simulations. Jules-César Vanini, François La Mothe le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto. Religion, Morale et politique au xviie siècle, Paris.

Damien, R. (1995) : Bibliothèque et État, Naissance d’une raison politique dans la France du xviie siècle, Paris.

Foucault, M. (1997) : “Il faut défendre la société”. Cours au Collège de France (1975-1976), sous la dir. de F. Ewald et A. Fontana, Paris.

Gauchet, M. (1994) : “L’État au miroir de la raison d’État : la France et la chrétienté”, in : Y.-Ch. Zarka (éd.), Raison et déraison d’État. Théoriciens et théories de la raison d’État aux xvie et xviie siècles, Paris.

Guez de Balzac, J. -L. (1971) : Œuvres divisées en deux tomes, Genève (1ère éd. 1665).

GRIHL (2002) : De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris.

Goubert, P., éd. (1992) : Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du Dauphin, Paris.

Habermas, J. (1978) : L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, (trad. fr. de Strukturwandel der Öffentlichkeit, Neuwied-Berlin, 1962).

Halévi, R., éd. (2002) : Le savoir du prince. Du Moyen Age aux Lumières, Paris.

Hipp, M.-Th. et M. Pernot, éd. (1984) : Cardinal de Retz : Mémoires, Œuvres, Paris.

Issartel, T. (2000) : Politique, érudition et religion au Grand siècle : Pierre de Marca (1594-1662), thèse soutenue à l’Université de Pau en décembre 2000, II.

Jouhaud, Chr. (2002a) : “Pouvoir, souveraineté, domination”, Critique, 660, 368-380.
— (2002b) : “Une ‘Religion du roi’ équivoque. Le Prince de Jean-Louis Guez de Balzac”, in : Halévi 2002, 175-196.

Marin, L. (1981) : Le portrait du roi, Paris.

Merlin, H. (1994) : Public et littérature en France au xviie siècle, Paris.

Naudé, G. (1988) : Considérations politiques sur les coups d’État, Paris (1ère éd. 1639).
— (1997) : Le Marfore ou discours contre les libelles, Paris-Zanzibar (1ère éd. 1620).

Perrault, Ch. (1993) : Mémoires de ma vie, Paris.

Sabatier, G. (1999) : Versailles ou la figure du roi, Paris.

Stenzel H. (1998) : “Apories de l’humanisme et raison d’État dans le Mascurat de Gabriel Naudé” Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 20, 79-96.

Thuau, É. (1966) : Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris.

Wolfe, K. W. et P. J. Wolfe, éd. (1991) : Considérations politiques sur la Fronde. La correspondance entre Gabriel Naudé et le Cardinal Mazarin, Biblio 17, Papers on French Seventeenth-Century Literature 64, Paris-Seattle-Tübingen.

Notes

1 Foucault 1997.

2 Sur ces trois points, je me permets de renvoyer à Jouhaud 2002a.

3 Dans l’ordre chronologique de parution : P. Richelet, Dictionnaire français ancien et moderne, Genève, 1680 ; A. Furetière, Dictionnaire universel, La Haye-Rotterdam, 1690 ; Dictionnaire de l’Académie françoise, Paris, 1694.

4 Ariès 1986, 6-19.

5 Sur ce point, GRIHL 2002.

6 Wolfe & Wolfe 1991,63 et 64.

7 Naudé 1997 ; Naudé 1988, chap. IV, p. 138-141. Louis Marin dans une belle préface donnée à cette édition des Considérations, significativement intitulée “Pour une théorie baroque de l’action politique”, insiste sur la subtilité des procédures d’énonciation propres à ce texte. Les deux phrases citées ci-dessous : p. 138-141.

8 Cavaillé 2002 ; Gauchet 1994, 193-244. Cahiers du Centre de Recherches Historiques no 20, 1998, consacré aux Miroirs de la raison d’État, où l’on trouve deux articles consacrés à Naudé : Jean-Pierre Cavaillé, “Gabriel Naudé : destinations et usages du texte politique”, p. 69-78, Hartmut Stenzel, “Apories de l’humanisme et raison d’État dans le Mascurat de Gabriel Naudé”, p. 79-96. Aussi Damien 1995, qui, tout en insistant sur l’unité du corpus naudéen, avance l’hypothèse que l’œuvre s’ordonne autour d’une matrice, la raison bibliothécaire ou même le “souverain bien” bibliothécaire, et non autour des règles cachées de la politique. Ces dernières, telles que proposées et glosées par Naudé, seraient donc surtout une extrapolation, sur le terrain politique, des conceptions élaborées à propos des classements du savoir dans la bibliothèque parfaite dont il rêve.

9 Retz, Mémoires (Hipp & Pernot 1984), 624-625.

10 Retz, ibid, 436.

11 Sur la notion d’espace public, l’ouvrage classique de Habermas 1978, et les très nombreux débats qu’il a suscités, un des plus éclairants : Baker & Chartier 1994, 5-22. Sur la naissance d’un public littéraire au xviie siècle et ses liens à la mémoire sémantique du public politique, Merlin 1994.

12 Charles Perrault, Mémoires de ma vie [1993], 133-136.

13 Une longue histoire... Voir Sabatier 1999.

14 Édition la plus récente : Goubert 1992.

15 Marin 1981,49-115.

16 Ibid., le texte de Pellisson est reproduit p. 49-51.

17 Ibid, surtout p. 62-84.

18 Voir par exemple Thuau 1966, 252-263. Dans une toute autre perspective, je me permets de renvoyer à Jouhaud 2002b.

19 Discours/sur le livre/de Balzac/Intitulé le Prince./Et sur deux Lettres suivantes./En Décembre 1631, 46 p„ BnF E*Z 553 à 564.

20 Balzac [1971], 34. La phrase “Car humainement parlant et dans la rigueur de notre justice, il semble qu’il n’ait pas perdu son innocence” est évidemment équivoque. Cette équivoque (principalement fondée sur “il semble”) a permis à Balzac de sortir d’un mauvais pas théologique. Ses adversaires avaient en effet pris à partie ce passage dans sa formulation initiale : “Car humainement parlant, et dans la rigueur de notre justice, il semble que s’il ne se calomnie soy-mesmes, il ne puisse s’accuser de mal-faire”. Balzac revient sur ce passage dans son Apologie contre le docteur de Louvain, reprise parmi les “Dissertations chrétiennes et morales” (dans le tome II des Œuvres complètes, p. 286-294). Thierry Issartel a analysé ce texte, adressé à Pierre de Marca, dans sa thèse Politique, érudition et religion au Grand siècle : Pierre de Marca (1594-1662) soutenue à l’Université de Pau en décembre 2000, II, p. 509-519. Th. Issartel montre que Jansénius est très probablement l’un des principaux adversaires de Balzac dans la querelle du Prince (il serait l’auteur du Discours sur le livre de Balzac intitulé le Prince cité plus haut et de la Défense du discours sur le livre intitulé le Prince).

21 Ibid., 62.

22 Aristippe ou de la Cour. Par Monsieur de Balzac. A Paris. Chez Augustin Courbé, au Palais, en la Galerie des Merciers, à la Palme, M DC LVIII. Avec Privilège du Roy. L’achevé d’imprimer est du 10 novembre 1657 ; en même temps que cette édition in-4°, paraissait une édition in-12° imprimée à Rouen pour Courbé. Bernard Beugnot, dans son Guez de Balzac, Bibliographie générale, Paris-Rome, 2001, recense 27 éditions d’Aristippe publiées de 1658 à 1714 (dont 5 anglaises, 3 italiennes, 2 en langue allemande, 1 hollandaise, 1 portugaise).

23 Aristippe ou de la Cour, dans Œuvres complètes, op. cit., II, p. 190.

24 Ibid., p. 188.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search