Version classiqueVersion mobile

L’écriture publique du pouvoir

 | 
Alain Bresson
, 
Anne-Marie Cocula
, 
Christophe Pébarthe

Première partie. Les littératures du pouvoir

La monarchie anglaise et l’écrit : public ou privé ?

Jean-Philippe Genet

Texte intégral

1Vu du Moyen Age, le concept d’écriture publique, s’il reste parfaitement opératoire, n’est pas sans poser quelques problèmes. Dans la cité antique ou dans l’Empire Romain, la notion va de soi : mais, dès l’effondrement de l’Empire romain d’Occident, l’idée même de “public” oblige à évoluer sur deux niveaux bien différents, auxquels les connotations sémantiques actuelles du terme “public” ne s’accordent pas facilement. Premier niveau, ce qui est public, c’est ce qui concerne le peuple, doit être observé et connu par tous et dépend d’une autorité suprême : la société médiévale, c’est l’ecclesia chrétienne, son autorité suprême, c’est l’Église. Et le peuple chrétien, c’est tout le monde. Deuxième niveau, ce qui est public, c’est ce qui concerne le peuple dans sa relation avec le pouvoir qui l’incarne, le représente et le régit, c’est-à-dire l’autorité publique, du moins dans le cadre d’une société où une telle autorité existe et où elle ne coïncide pas avec l’autorité de l’Église. Or, l’un et l’autre niveaux sont organisés de façon différente, et ils sont d’ailleurs largement antagonistes : quant au premier niveau, il s’organise par un double mouvement de renforcement du contrôle de l’autorité pontificale, mais aussi par la multiplication rapide des instances autorisées (hiérarchie épiscopale, ordres réguliers etc.) ; quant au second niveau, l’émiettement du pouvoir public dans l’exercice du dominium multiplie en les fractionnant et en les imbriquant les instances d’autorité, jusqu’à ce que les “princes” d’une part, les “villes” d’autre part, commencent à reconstruire à leur profit des monopoles d’exercice de l’autorité publique. Dès lors, toute tentative de distinction trop tranchée entre écriture privée et écriture publique paraît vouée à l’échec, et l’on est donc en droit de se demander si la distinction entre “écriture privée” et “écriture publique” est pertinente dans un tel contexte : “l’écriture publique” est-elle la seule qui affecte la sphère du public, et se distingue-t-elle réellement de ce que l’on pourrait appeler, par symétrie, “l’écriture privée” ?

  • 1 Nicolet 1985 ; Moatti 1993 ; Demougin 1994 et Moatti 1998.
  • 2 Genet 1999.
  • 3 Clanchy 1979 ; voir aussi Goody 1986.

2A cela s’ajoute le fait que l’on reste dans un monde où l’écrit est relativement rare : depuis longtemps, les travaux de Claude Nicolet et de Claudia Moatti ont attiré l’attention sur la gigantesque archive qu’impliquait le fonctionnement des institutions de Rome1. La fin de l’Empire chrétien marque à cet égard une double rupture : à la disparition de pratiques administratives devenues sans objet s’ajoute la volonté délibérée de l’Église de restreindre l’accès au texte biblique de façon à en réserver l’exposition et l’interprétation à ses membres. Sans doute y a-t-il ensuite une flexion importante par rapport au Haut Moyen Age, époque carolingienne comprise, à partir du xie siècle : alors s’annonce une lente mais puissante et irréversible mutation2, par la mise en place d’un système éducatif performant qui assure la formation d’une fraction non négligeable de la population dans le cadre d’une restricted litteracy magistralement analysée par Michael Clanchy3 : une situation où tout le monde ne sait pas lire et écrire, mais où tout le monde ou presque sait à quoi sert le document écrit et comment l’on peut se procurer un document écrit en cas de besoin. Audelà de la transformation du système éducatif, c’est aussi l’apparition d’une textualité non latine, vernaculaire, avec tout ce que cela peut impliquer : la naissance d’une littérature, la multiplication des traductions de textes savants, le début d’un enseignement en langue vernaculaire et la stabilisation des langues qui font de ces langues vernaculaires des “langues de clergie” pour emprunter l’expression de Christine de Pizan.

  • 4 Voir les articles contenus dans Caramarosano 1994, et notamment la conclusion de Jacques Le Goff, (...)
  • 5 Habermas [1978] est l’ouvrage théorique indispensable sur le concept d’espace public, mais sa visi (...)

3L’écrit prolifère donc, et il joue un rôle très important bien que limité, notamment avec l’apparition d’une administration et d’une justice qui se mettent à l’utiliser largement alors que, même pour la justice, c’était loin d’être le cas au Haut Moyen Age où les arbitrages et les réconciliations publiques qui s’ensuivaient paraissent avoir été un mode de fonctionnement à la fois répandu et peu producteur d’actes écrits. Mais l’écrit n’atteint effectivement qu’une fraction de la population, y compris à la fin du Moyen Age : ce n’est plus un obstacle au niveau de l’écrit administratif, étant donné ce que nous venons de dire de la restricted litteracy, mais c’en est un s’il s’agit d’informer ou d’entraîner la conviction et de ce que l’on peut appeler (mais avec beaucoup moins de vigueur que ne le feraient certains) la “propagande”4. Il devient alors nécessaire d’avoir recours à d’autres médias permettant d’atteindre une population plus large. Aussi, tous les éléments du système de communication qui font appel à la voix et à l’oralité (cri, prédication, annonces...), et à l’image et à la représentation (liturgies, cérémonies, processions) jouent un rôle capital. Le plus souvent, ces différents éléments se combinent dans des séquences complexes qui impliquent chant, déplacements spatiaux, gestes et théâtralisation, mais aussi des écrits, qu’ils soient affiches ou inscriptions, ou qu’ils fassent l’objet d’une performance. Or, ceci se fait dans un espace public dont le fonctionnement, la domination et le contrôle sont inégalement partagés entre l’Église, le pouvoir royal, princier ou seigneurial et, le cas échéant, le ou les pouvoirs communautaires urbains (commune, métiers, guildes)5.

4C’est dans ce cadre général que j’essaierai d’évaluer l’impact de l’écrit dans le fonctionnement de la monarchie anglaise. Autrement dit, non pas en me concentrant sur ses conséquences administratives, judiciaires ou strictement politiques, mais en essayant de voir comment l’écrit public joue un rôle spécifique dans le système de communication et en transforme un certain nombre d’éléments ; n’oublions pas qu’au même moment, l’écrit d’Église, une catégorie qui englobe l’ensemble des textes ayant vocation à être lus par tout le peuple chrétien (les livres d’heures et de prières, les bréviaires, les missels etc.) se répandent aussi et occupent dans les bibliothèques privées une place considérable. Or, l’écrit d’Église est tout aussi public que l’écrit d’État, sinon plus...

  • 6 Loyn 1985 ; les historiens anglais insistent aujourd’hui sur le niveau de développement administra (...)
  • 7 Clanchy 1979, 44 et 58-59 notamment.
  • 8 Sur les rolls anglais, un système d’archivage qui n’a pas d’antécédents connus avant le xiie siècl (...)
  • 9 Faith 1984.

5Le cas de la monarchie anglaise et de l’Angleterre paraît du point de vue qui est le nôtre particulièrement intéressant, dans la mesure où la monarchie “anglaise” a sans doute été la première des monarchies occidentales à développer une administration faisant une large part à l’écrit. Elle s’appuyait, dans une large mesure, sur une tradition anglo-saxonne de centralisation et de contrôle administratif et juridique, d’autant plus vivace que la monarchie anglo-saxonne était pratiquement la seule à utiliser une langue vernaculaire (à la différence des empires carolingiens et othoniens, par exemple)6. Les rois Normands et Angevins ont su profiter des spécificités anglo-saxonnes pour développer très rapidement, avec une large avance sur les souverains continentaux, une administration écrite efficace. En utilisant à la fois l’indice du nombre des actes subsistants et celui de la quantité de cire achetée par la chancellerie, Michael Clanchy a montré que la quantité des actes produits a doublé tous les vingt ans de 1080 à la fin du xiie siècle ; entre 1225 et 1270, elle a décuplé7 ! Dès le xiie siècle, et dès le règne de Henri Ier, même si l’on ne sait pas exactement quand, l’Échiquier a organisé son archivage en mettant en place le système de l’enrôlement8 : les autres départements de l’administration s’y mettent à leur tour, et les archives sont une première fois organisées dans leur ensemble par Hubert Walter à la fin du xiie siècle et réorganisées une nouvelle fois par Walter Stapledon dans les années 1320. Plusieurs séries sont utilisables, et les particuliers ou leurs représentants juridiques peuvent se procurer des copies de documents sous forme de vidimus. C’est un fait bien connu que, dans les années précédant immédiatement la révolte des Travailleurs, en 1381, les communautés paysannes employèrent des juristes professionnels pour aller rechercher dans les volumes du Domesday Book des preuves irréfutables (du moins le croyaient-ils...) de leur statut d’hommes libres9.

  • 10 Orme 1973.
  • 11 Bibliographie dans “Les Court Rolls Anglais”, dans Guichard & Alexandre-Bidon 1995, 29-39.
  • 12 Brand 1992.

6Cet exemple prouve d’ailleurs qu’en dépit de la rareté et de la difficulté relatives de l’accès à l’écrit, l’éventail des groupes sociaux qui pouvaient en cas de nécessité y accéder s’ouvrait très largement en Angleterre. Cette situation est due à trois éléments au moins. Tout d’abord, c’est la densité du système éducatif et le nombre croissant des écoles qui sont attestées à partir du xiie siècle, même si les sources peuvent donner une image trompeuse et quelque peu flatteuse, en raison de la survie moderne de certaines de ces écoles10. Le second est le développement précoce des comptabilités et de la gestion écrite des seigneuries, qui a entraîné un large recours à l’écrit, même si la pratique des tailles ne doit pas être sous-estimée : les tailles, de toutes façons, comprenaient à côté des encoches une inscription, généralement très brève11. Le troisième, enfin, est l’existence de la common law, un droit enseigné en dehors du circuit universitaire, dominé peu ou prou par l’Église, et dans l’enseignement duquel le latin ne joue qu’un rôle très secondaire. Le fait que cette justice soit pratiquée en vernaculaire, par contre, ne change pas grand chose, parce que le français des juges est vite devenu une langue purement technique, incompréhensible pour qui n’est pas du métier12.

  • 13 Chaplais 1971.
  • 14 Chaplais 1971, 33, citant le British Library Additional 24602.
  • 15 Un autre exemple est celui des feet of fines : lorsqu’un chirographe est rédigé, chaque partie en (...)

7Productrice importante d’écrit à son propre usage, notamment par les enrôlements de la chancellerie et de l’Échiquier, destinés à conserver la trace de tous les documents émis par l’administration centrale et de certains documents reçus par elle, la monarchie anglaise est aussi émettrice de documents destinés soit à ses administrateurs locaux, soit au public en général13 : chartes, lettres closes, lettres patentes, et surtout writs. Pour certains de ces documents, la distinction entre public et privé devient effectivement ténue. Ainsi, les bills royaux sont à l’origine des pétitions émanant de personnes privées, endossées avec une note d’assentiment commençant par Fiat et scellées avec le sceau privé. Et dans son formulaire, le poète Thomas Hoccleve, qui appartient à la chancellerie, copie dix bills sous le sceau privé, sous la mention Au chanceller : sauf conduytz, commissions, proteccions et autres garranz overtes issanz souz le prive seal nient faisantz mencion de le stile de chanceller14 : on voit qu’il s’agit là d’émettre des documents qui, comme nos documents d’identité modernes, sont destinés à des personnes privées, mais gardent un caractère public. On retrouve les pétitions à l’origine d’autres classes de documents, par exemple des ordres ou décisions royales, et la chancellerie a mis en place toute une série de routines pour garantir que la décision avait bien été prise par le roi, qu’il l’ait communiquée personnellement par voie orale ou par écrit, par l’intermédiaire de l’un de ses clercs. Leur origine publique fait tout le prix de nombreux documents : les vidimus et inspeximus qui ont valeur de “copies conformes”, ou les indentures, rédigées en deux parties, qui conservent la trace écrite des contrats passés par la monarchie15.

8D’autres cas sont plus ambigus, comme celui du writ, qui joue un rôle déterminant dans le fonctionnement de la justice. En common law, en effet, l’accès aux tribunaux royaux est ouvert à tous les hommes libres qui, pour initier une affaire, doivent seulement se procurer, contre une somme qui n’est pas négligeable mais qui n’est pas non plus exorbitante, un writ : ce writ est envoyé par la chancellerie au nom du roi au sheriff, qui est chargé de convoquer les parties à une certaine date et en un certain lieu pour que l’affaire soit jugée ; le writ est retournable, c’est-à-dire que le sheriff doit le retourner à Westminster après avoir écrit au verso ce qu’il a fait. Certains writs (ceux qui ont été émis après paiement à l’instigation d’un plaignant, par exemple) sont donc des documents publics émis à l’initiative de personnes privées. La seule contrainte est que chaque affaire doit être initiée par un writ correspondant exactement à ses spécificités ; or, il existe à la fin du Moyen Age plusieurs centaines de writs, ce qui impose d’entrée de jeu d’avoir recours à un homme de loi familier avec le Registrum Brevium, un attorney professionnel donc, qui se chargera de piloter l’affaire. Au fond, l’Etat met ici sa technologie au service du public, les hommes de loi devenant les intermédiaires incontournables entre le public et lui pour mettre en action des procédures d’Etat : si l’émetteur de l’acte reste bien le roi, l’initiative vient en réalité d’une personne privée par l’entremise d’un professionnel médiateur. L’écrit génère ainsi des professionnalisations qui, il faut le souligner, s’avéreront cruciales en Angleterre (comme ailleurs) sur le plan des structures sociales et de leur évolution.

  • 16 Genet 1994.

9La monarchie ne fait pas que répondre à la demande de ses sujets. Elle prend aussi l’initiative en diffusant des textes. Les chroniques anglaises abondent ainsi en documents qui sont des documents publics, même si, en Angleterre, la production historique est certainement “privée” au sens où nous l’entendons. La présence de documents publics dans les textes historiques est plus le signe de la place qu’occupe la monarchie dans le fonctionnement du système de communication qu’une preuve de propagande16. Certaines chroniques ne sont en fin de compte que de véritables échafaudages destinés à lier entre eux des documents de toutes sortes. Les chroniques de la période de la guerre de Cent Ans utilisent ainsi de façon très courante les “lettres de nouvelles”, souvent rédigées par des chapelains attachés aux armées et dont cela paraît avoir été l’une des fonctions, et qui sont envoyées par les capitaines au roi ; ces lettres sont apparemment répercutées, avec d’ailleurs bien d’autres documents, vers les évêques : ceux-ci, après les avoir parfois recopiés dans leurs registres épiscopaux, en assurent ensuite la diffusion jusqu’au niveau des simples curés (ou de leurs vicaires) pour qu’ils en fassent la lecture ou le commentaire au moment du prône. Par ailleurs, les chroniques contiennent aussi des documents qui ne sont pas exclusivement publics : par exemple, des documents émis par les autorités ecclésiastiques, ce qui ne les empêche d’ailleurs pas, nous l’avons observé, de pouvoir être considérés comme publics, des lettres entre personnes privées, des tracts, manifestes et proclamations, etc.

  • 17 Martin 1995. Voir aussi Martin 1997.
  • 18 Le problème spécifique des relations entre l’écrit et l’hérésie et même celui du caractère public (...)
  • 19 Martin 1995, XXXII-XL pour un tableau récapitulatif des textes cités.

10Un bon exemple de ces montages est fourni par la chronique d’Henry Knighton17, généralement utilisée comme l’une de nos sources privilégiées sur le mouvement lollard18 que l’auteur a pu observer de très près, d’une part parce que son monastère était l’abbaye des chanoines augustins de St-Mary de Leicester, une des villes touchées très tôt par l’hérésie, et d’autre part parce que l’un des chanoines n’était autre que Philip Repingdon, plus tard évêque de Lincoln et confesseur d’Henri IV, mais après avoir été l’un des principaux disciples de Wyclif à Oxford jusqu’en 1382. Son œuvre est une véritable histoire d’Angleterre : c’est essentiellement une compilation des chroniques de Walter de Guisborough et de Ranulph Higden, mais à partir du moment où ces chroniques s’arrêtent, Knighton fait œuvre originale. Son dernier éditeur a établi une liste de 110 documents, plus ou moins longs, qu’il a incorporés dans sa chronique, en totalité ou en extraits. Sur ces 110 documents, il y a au moins 46 lettres de nouvelles (parfois, les extraits proviennent de plusieurs lettres, ainsi quand il s’agit d’un récit de campagnes). Certaines de ces lettres sont ecclésiastiques, par exemple, la lettre provenant d’un membre de la Curie décrivant les ravages de la peste noire à Avignon ou celle décrivant une vision miraculeuse lors d’une messe célébrée au couvent dominicain de Londres en mai 1382, et une autre au moins vient de la Cité de Londres ; mais la très grande majorité est militaire : l’une d’elles contient à son tour un document du roi de France, les plans français pour l’invasion de l’Angleterre en 1339 ! Les 64 autres documents sont d’origine très variée : on y remarque une quinzaine de documents universitaires, ecclésiastiques, royaux ou parlementaires concernant Wyclif et les Lollards. Mais Knighton a visiblement eu accès au texte de plusieurs traités (Brétigny, trêves d’Esplechin ou de Leulinghen), ainsi qu’à des rapports sur les négociations avec les Écossais ou avec la Papauté. A plusieurs reprises, il dispose de sources parlementaires : octroi de taxes, procès de Michael de La Pole, les fameuses neuf questions de Richard II aux juges, une pétition des Communes et les 39 articles de l’appel contre les conseillers de Richard II en 1388... Plusieurs lettres patentes royales sont également incluses. Deux seulement de ces textes d’origine publique peuvent être pris pour de véritables textes de propagande : la proclamation des droits d’Édouard III au royaume de France et le récit de l’entrée triomphale de Richard II à Londres après sa réconciliation formelle avec la Cité en 139219.

  • 20 Genet 1980.

11Deux éléments, d’ailleurs liés, ont certainement joué un rôle dans ce processus : le choix des formes textuelles narratives et le choix du format du livre pour plusieurs classes de documents, ce qui rend la diffusion plus facile, et l’emprunt plus naturel. La forme narrative est adoptée par les clercs du Parlement à partir du milieu du xive siècle : ils ont ainsi pu organiser le contenu des sessions parlementaires comme un récit dans lequel ils ont enchâssé des discours (ou du moins des résumés de discours), des pétitions et des textes législatifs ; si la présentation reste celle d’un roll traditionnel, comme il convient pour l’archivage et la consultation administrative, lorsqu’on en fait une copie, elle s’insère tout naturellement dans le format du livre. Surtout, les statuts proprement dits sont organisés dès le début du xive siècle en deux collections complémentaires, les Statuta Antiqua et les Statuta Nova : ou, plus exactement, c’est l’organisation des Statuta que l’on appellera par la suite antiqua et qui vont jusqu’à la fin du règne d’Édouard Ier qui déterminera la constitution d’une seconde série, celle des Statuta Nova. Ces deux collections seront copiées en un très grand nombre d’exemplaires : j’en ai personnellement répertorié environ 350 manuscrits, mais cette enquête n’a rien d’exhaustif20. Et l’on trouve beaucoup de mentions de ces statuts dans les testaments et les catalogues de bibliothèques. A chaque nouvelle session du Parlement, il faut mettre à jour les volumes et c’est sans doute là ce qui explique que le droit soit un des secteurs les plus vivaces de la production du livre manuscrit en Angleterre, et bientôt de l’imprimerie, où ce sera au début l’un des seuls secteurs capables de surmonter la concurrence des imprimeurs rhénans ou italiens.

  • 21 Il y en a 159 dans Davis 1958.
  • 22 Genet 1977 (p. 97-100 pour l’analyse du cartulaire de Saint Augustin).
  • 23 Voir Walker 1971.
  • 24 Coss 1980.

12Les documents publics, parce qu’ils restent accessibles, peuvent donc aisément être “privatisés” : de nombreuses classes de textes privés sont nourries de documents publics et les intègrent, mêlés à une documentation qui, elle, n’a souvent rien de public. Nous avons déjà évoqué les chroniques, et nous nous arrêterons ici sur les cartulaires. Ils contiennent bien sûr toujours (du moins ceux des établissements religieux, car il existe un grand nombre de cartulaires laïcs21) des documents ecclésiastiques. Pour les grandes fondations religieuses, une section de chartes royales suit alors la collection des bulles pontificales ; ainsi, à Saint Augustin de Canterbury, les 111 bulles pontificales sont suivies de 42 chartes et lettres royales22. Mais on trouve aussi dans ces cartulaires beaucoup de copies de documents d’archive d’intérêt plus général, par exemple, des extraits du Domesday Book ou des Hundred Rolls, des statuts et des formulaires juridiques : les compilateurs ont eu recours à des documents publics pour organiser et éclairer leurs matériaux domaniaux23. La recherche de ces documents peut aller fort loin, car le cartulaire n’est pas seulement un écrit de mémoire : certains cartulaires sont conçus comme des instruments stratégiques, afin d’être en position de conquérir telle ou telle terre ou de s’emparer d’une parcelle d’honneur ou de considération supplémentaire. Le cartulaire “Langley”, par exemple, a été rédigé par un certain William Langley, non pas pour ses propres domaines, fort modestes au demeurant, mais pour ceux d’une autre branche de la famille Langley : sans doute avait-il l’intention d’essayer de s’approprier un jour par cette manœuvre un peu puérile sinon les terres des grands Langley, mais un peu du prestige et de l’aura de cette famille24.

  • 25 Voir l’historique des manuscrits dans Davis 1971, XXIV-XXXV.

13Ce passage de l’écriture publique au statut privé facilite le cheminement inverse : dans les archives publiques, beaucoup de documents privés finissent par trouver une place. Une partie notable des cartulaires et des documents de la gestion ecclésiastique a ainsi été absorbée soit directement, soit indirectement, dans les collections publiques, par exemple, lorsqu’un cartulaire était cité comme pièce à conviction dans un procès. Des collections de lettres, documents privés s’il en fût, ont été produites en justice et ont ainsi été préservées, pas toujours dans des archives publiques, mais dans des archives où, valorisées par leur statut de preuves et de documents judiciaires, elles ont acquis un petit supplément de prestige et d’intérêt qui leur a permis de traverser les âges pour arriver jusqu’à nous. L’Angleterre offre ainsi pour le xve et le début du xvie siècle un cas à peu près unique en Europe occidentale (Stonor, Paston25, Cely, Armburgh, Plumpton, De Lisle etc.). L’intensité de la circulation généralisée des textes à travers la frontière symbolique du privé et du public pendant l’ère du manuscrit est ainsi l’un des grands enseignements de cette petite enquête. On peut bien sûr s’interroger quant aux effets du passage du manuscrit à l’imprimé sur cette circulation.

14Mais dès la fin du xive siècle s’amorce un mouvement qui culminera au xviie siècle et qui concerne une forme particulière de privatisation d’un certain type d’écrit d’Etat, et en même temps de valorisation de cet écrit. Le terme d’écrit d’État est ici préférable à celui d’écrit public : en effet, il s’agit de documents qui concernent les affaires de l’État, mais que les hommes qui servent cet État en viennent à considérer comme leur bien privé, comme leurs propres “papiers”. Ce que nous avons jusqu’ici décrit ressort d’une forme relativement neutre de circulation de l’écrit : les documents insérés dans la chronique de Knighton ne sont pas rares ou secrets, du moins pour la plupart ; ils sont précisément là parce qu’ils étaient disponibles. Mais, avec le temps (comme toujours, le mouvement commence avant la diffusion de l’imprimerie mais il s’accélère après), la production d’écrit public (y compris, très vite, sous la forme de formulaires imprimés) se banalise et l’on en vient à rechercher des écrits qui, s’ils touchent à l’État, ne sont pas à proprement parler publics, ou, s’ils l’ont été, ne le sont plus parce que les “politiques” et leurs agents se les sont appropriés. Ils ont d’ailleurs d’autant plus de valeur qu’ils sont liés à telle ou telle personne, ce qui leur confère une “autorité” (j’emploie ce mot à dessein, car le phénomène est contemporain de l’affirmation du concept moderne d’auteur) supérieure. A l’opposition public/privé se superpose et dans une large mesure se substitue une nouvelle opposition public/secret.

  • 26 Nichols 1860.
  • 27 Carlson 1993.
  • 28 Le manuscrit Lambeth 506.
  • 29 Cf. le Nomma Insularum du MS. Cambridge Corpus Christi College 210, f.279 et 305-306, un manuscrit (...)

15Ce mouvement commence au xve siècle, et j’en prendrai deux exemples, celui de William de Worcester et celui de John Vale. Worcester (de son vrai nom William Botoner) est passé par Oxford, mais il est resté laïc, devenant l’un des principaux hommes d’affaire de Sir John Fastolfe, pour le compte duquel il sillonne l’Angleterre. Il a écrit son Boke of noblesse26, un plaidoyer pour la reprise d’une politique belliciste à l’égard de la France, à l’intention d’Henri VI : il représentera l’œuvre à son successeur Édouard IV, et son propre fils représentera le texte à Richard III. L’intention de William de Worcester n’est pas de faire copier des dizaines de copies : le livre est adressé au seul lecteur qui vaille, il n’est pas véritablement destiné à un vaste public. Par contre, cet auditeur là, il faut absolument l’atteindre, d’où la mécanique des présentations de copies manuscrites personnalisées, une pratique qui sera constamment celle des humanistes italiens en Angleterre27. Le livre proprement dit est d’ailleurs accompagné de toute une série de documents annexes, qui sont comme les pièces justificatives du dossier28. On retrouve dans ses papiers, d’une façon générale, cet intérêt pour la rareté et pour l’idée de diffusion restreinte : il est ainsi l’un des premiers à s’être documenté sur l’exploration maritime et la découverte des îles de l’Atlantique29.

  • 30 Kekewich et al. 1995, 73-102 est l’édition commentée du manuscrit Additional 48031A de la British (...)

16Avec John Vale, c’est une toute autre affaire. Il a passé la plus grande partie de son existence active au service de Thomas Cook, Warden du Pont de Londres de 1440 à 1457 et l’un des Wardens of the Drapers’Company, de son fils, Sir Thomas Cook, Lord-Maire de Londres et de la veuve de ce dernier, Elizabeth Cook, du début des années 1460 à 1484 ; et il travaillera au règlement de l’héritage de Sir Thomas (mort en 1478) jusqu’en 1488. Sir Thomas Cook a en effet amassé une fortune considérable, mais celle-ci est obérée par ses mésaventures politiques : Lancastrien à l’origine, il s’est rallié à Édouard IV, devenant maire de Londres ; il est même fait chevalier. Or, en 1468, il est accusé de ne pas avoir dénoncé un complot lancastrien. Ulcéré, il profite de l’exil d’Édouard IV en 1470 pour régler ses comptes, redevenant même maire de Londres : l’échec de la restauration lancastrienne d’Henri VI en 1471 le jette à son tour sur le chemin de l’exil, mais un pirate hanséate le débarque prisonnier en Zélande et il lui faut négocier, au prix fort, son retour. C’est au moment où il quitte le service des Cook que John Vale a fait recopier son “livre”30 : il est presque entièrement construit à partir des archives Cook, comme si, au moment où il perdait l’accès à cette documentation, Vale voulait en garder à sa disposition les éléments qui pouvaient encore lui être utiles.

  • 31 Gransden 1982, 220-248, et Kingsford 1905.
  • 32 L’édition la plus courante est celle de Lockwood 1997 qui ne tient pas compte du livre de John Val (...)
  • 33 Les textes de Fortescue occupent les folios 146 à 165 ; ils sont suivis par le Serpent of Division(...)

17Le “livre” contient plus de 470 items distincts, et l’ordre dans lequel ils ont été copiés n’a rien d’évident. On peut néanmoins distinguer, en gros, trois éléments principaux. C’est d’abord un formulaire, où l’on a enlevé les dates et les noms puisque c’est là la phraséologie qui importe ; beaucoup de ces documents sont produits par la chancellerie et, d’une façon générale, par l’administration royale. Un deuxième ensemble regroupe une série de documents qui, pour l’essentiel, est assez proche de ceux que contiennent les chroniques de Londres31 : cette catégorie de chroniques (en réalité, ce sont des annales, le récit de chaque année étant précédé du nom du maire et du sheriff) a en effet la particularité d’incorporer des documents sans doute disponibles au Guildhall de Londres, et qui intéressent plus particulièrement la Cité : celle-ci est la récipiendaire d’un grand nombre de lettres de nouvelles ; le roi lui envoie régulièrement les siennes, comme il les envoie aux évêques. Certains de ces documents sont reliés par des fragments narratifs, apparemment écrits par Vale lui-même, un peu comme s’il avait eu l’intention de composer à son propre usage, une chronique de Londres, et s’était arrêté en chemin. Le troisième ensemble est celui des documents politiques : manifestes, proclamations, lettres datant des années 1446-1471, certainement l’une des plus riches collections de ce genre sur les années troubles de la guerre des Deux Roses. Outre l’intérêt intrinsèque des documents qui sont rassemblés ici, il est frappant de constater que la structure du manuscrit agit sur le statut des textes : si son caractère de fiction isole effectivement l’un d’eux, bien qu’il s’agisse de la seule incursion de son auteur dans le domaine de la prose, comme une œuvre “littéraire” à part entière (le Serpent of Division de John Lydgate), des textes que leurs éditeurs modernes présentent comme des “traités” par comparaison avec des œuvres largement postérieures, prennent ici une tout autre coloration, apparaissant presque comme des documents de la pratique, à la fois avis et conseils prodigués au prince, et programmes politiques. C’est notamment le cas des articles envoyés en 1470-1471 par le Prince de Galles Edouard à Richard Neville, Earl of Warwick sur le gouvernement de l’Angleterre, de Example what good counseill helpith ; du Governance of England, écrits par Sir John Fortescue32 et de The XXII rightwisnesses belonging to a kyng, un texte anonyme. La proximité entre ces textes, et les documents royaux et parlementaires d’une part, et les manifestes et proclamations des divers acteurs, tour à tour détenteurs du pouvoir et rebelles, d’autre part, non seulement rend la distinction entre public et privé illusoire, mais elle fait ressortir l’ambiguïté du statut “littéraire” de ces œuvres pionnières de la littérature politique ; les textes diplomatiques qui suivent sont, en réalité, un dossier de textes censé démontrer la duplicité des Français, et ce dossier a le douteux privilège d’être le premier recours à l’imprimerie de la part d’un gouvernement anglais à des fins de propagande33.

  • 34 Sur Cromwell et ses conseillers, Elton 1973.
  • 35 Bacon écrit ainsi Certain observations made upon a libel published this present year en 1592, pour (...)
  • 36 Sur William Cecil, voir Read 1955 et Read 1960 ; sur ses collections, Haynes & Murden 1740-1759 et (...)

18Au xvie siècle, cette situation se transforme rapidement. C’est après 1529, notamment autour de Thomas Cromwell34, dans la période où se prépare la législation qui va progressivement assujettir l’Église d’Angleterre à la suprématie royale, que l’on repère la prolifération de projets ou de notes d’information destinées à être discutées et à constituer les éléments des dossiers sur lesquels se fondent les décisions politiques et les textes législatifs. Les brouillons préparés par les experts (les drafts) pour le Conseil ou pour les séances du Parlement, les notes ou les documents ayant servi à la préparation des discours, les avis envoyés par les conseillers des uns ou des autres, les lettres et notamment les rapports envoyés de l’étranger aux secrétaires d’État et aux ministres par leurs “honorables correspondants”, sont conservés et sont recherchés après la mort de leurs destinataires par leurs successeurs ou par d’autres personnages intéressés aux affaires publiques, s’ils n’ont pas été archivés avec les documents administratifs. Les grands hommes politiques, qui n’hésitent pas à prendre la plume (avec quelques “nègres” à leur service, il faut bien le dire) pour défendre les positions publiques des souverains Tudors et Stuart, amassent ainsi des quantités de documents plus ou moins secrets tout en étant eux-mêmes de véritables auteurs à part entière : c’est le cas des Cecil (William. Lord Burghley, et son fils Robert, Earl of Salisbury) et de Sir Francis Bacon35, pour ne citer que les plus célèbres. Les secrétaires d’État William Cecil, Lord Burghley, et son fils Robert Cecil, Earl of Salisbury, constituent ainsi d’immenses collections qui se répartissent aujourd’hui entre la British Library, le Public Record Office et les collections manuscrites conservées à Hatfield. Parmi les documents auxquels ces hommes accordent la plus grande valeur figurent les cartes : le portefeuille de cartes de Sir William Cecil est particulièrement remarquable36. D’autres secrétaires, comme Sir Francis Walsingham et Francis Davison ont eux aussi rassemblé d’impressionnantes collections de papiers.

  • 37 Yates 1969, 1-41 et French 1972.
  • 38 Yates 1979 ; le catalogue de la bibliothèque, riche en “arcanes”, qu’il a rassemblé à Mortlake sub (...)
  • 39 Yates 1975,48.

19Mais nous terminerons en nous arrêtant un instant sur deux de ces collections manuscrites, celle de John Dee et celle de Sir Robert Cotton. John Dee est certainement l’un des grands savants du xvie siècle anglais37 : mais ce grand mathématicien est aussi une sorte de sorcier obsédé par les sciences occultes38 qui cultive le mystère, le secret et les arcana. Il a notamment conçu, au plan politique, un vaste ouvrage qui aurait dû s’appeler Hexameron or Plat Politicall of the Brytish Monarchie, dont il n’a fait publier que le premier volume (dédié à Sir Christopher Hatton), et qui est un plaidoyer, inspiré par le modèle arthurien (!), pour la création d’un grand Empire maritime anglais dont il désigne la reine Elisabeth comme la souveraine rêvée39. Il diffuse ses idées et ses œuvres essentiellement par des manuscrits dédicacés à divers grands personnages : mais une comparaison attentive de ces manuscrits dédicacés aux versions imprimées (car il a fait imprimer certains de ses ouvrages) montre qu’ils contiennent des passages qui ne figurent pas dans la version imprimée, en particulier ceux qui sont dédiés à la reine Elisabeth. Là encore, ce sont les souverains et leurs proches (Burghley, Hatton), c’est-à-dire des personnes publiques, qui sont les destinataires de ces écrits à publicité nulle ou variable (différents, par le jeu des annotations et des variantes, selon la personne à qui les exemplaires sont dédiés).

  • 40 Sharpe 1979.
  • 41 Van Norden 1946.

20Quant à Sir Robert Cotton40 il a réussi à assembler une extraordinaire collection de manuscrits mais aussi de papiers politiques, et c’est là que certains des grands historiens de l’époque, tels William Camden et John Speed, vont trouver une part notable de leur documentation. Cette bibliothèque a d’ailleurs une grande importance pour l’historiographie, puisque le fait qu’elle soit continuellement fréquentée par des érudits en a fait le lieu où s’est réunie la première société savante vouée à l’étude de l’histoire : c’est en effet là que se réunissait le College of antiquaries, où des gentlemen réputés pour leur savoir venaient à dates fixes débattre de questions mises à l’ordre du jour41 : certaines, comme l’antiquité des devises ou les moyens de mesurer la terre en Angleterre, étaient fort innocentes, mais d’autres, sous le règne des premiers Stuart, sentaient fortement le soufre, comme celle posée sur l’ancienneté et les prérogatives du Parlement. Ce genre de sujets comme les liens de Cotton avec l’opposition parlementaire rendront cette collection politiquement dangereuse et elle sera finalement confisquée en 1629. Elle formera plus tard, comme chacun le sait, l’un des principaux fonds manuscrits de la British Library, celui des Cotton Manuscripts.

21En fin de compte, on s’aperçoit que la frontière entre l’écrit public et l’écrit “privé” est mouvante et poreuse. Surtout, ces fluctuations et ces changements précèdent puis accompagnent une autre transformation que l’imprimerie n’a pas créée, mais va généraliser. En effet, à partir du moment où un texte est imprimé, il est censé être public, non qu’il soit émis par une autorité publique, mais simplement parce qu’il est mis à la disposition du “public” sur un marché accessible à tous et que son contenu soit public ou privé : la véritable domination qu’exerce sur le marché des productions littéraires le roman (pas au sens médiéval, bien sûr !) a sa racine ici. A dire vrai, ce dernier glissement de sens affecte beaucoup plus l’ordre du “privé” que le “public” – alors qu’au contraire l’opposition “public/secret” jouait sur la définition même du public : le même processus est d’ailleurs en train de se développer aujourd’hui à propos de l’image et nous en vivons nous-mêmes les contradictions et les soubresauts, qui plus qu’au privé touchent à l’intime en altérant profondément les limites de la reproduction “publique” du corps, de ses fonctions et ses activités. La sociologie culturelle et les technologies de la communication jouent, en tout état de cause, un rôle essentiel dans ces processus.

22Mais elles ne sont pas les seules. Les structures politiques jouent, elles aussi, un rôle actif. L’État, ou du moins l’autorité publique, peut en effet agir à trois niveaux. Au niveau performatif, celui où l’écrit public continue à fonctionner pour agir (documents juridiques, documents officiels ou administratifs, formulaires) et pour informer, l’écrit est en quelque sorte le prolongement communicationnel de l’existence de l’État. A cet égard, la propagande joue ici un élément important, mais c’est seulement en avançant dans le temps que l’écrit révèle toute son efficacité. A un second niveau, en franchissant la barrière qui sépare le public du privé, l’écrit d’État s’insinue, comme tous les autres types d’écrit, dans les multiples transactions qui forment le tissu vivant du système communicationnel : il chemine, comme les autres, dans les directions les plus variées et fait de l’État un interlocuteur incontournable pour tous les membres de la société politique, avec, là aussi, une efficacité grandissante avec le temps. Le troisième niveau témoigne par contre d’une valorisation spécifique des textes liés à l’État, mais qui ne sont pas pour autant des écrits publics ; cela nous renvoie à une structure où l’écrit politique n’est plus seulement un écrit fonctionnel mais est aussi le porteur d’une valeur singulière, en grande partie conséquence de la transformation du système de communication (valeur de secret, valeur d’authenticité, valeur de puissance), valeur dont les souverains, les hommes politiques et leurs agents s’efforceront au mieux de jouer.

Bibliographie

Bibliographie

Aston, M. et C. Richmond (1997) : Lollardy and Gentry in the Later Middle Ages, Stroud.

Brand, P. (1992) : The Origins of the English Legal Profession, Oxford.

Bullough, D. A. et R. L. Storey (1971) : The Study of Medieval Records, Essays in Honour of Kathleen Major, Oxford.

Cammarosano, P., éd. (1994) : Le Forme della Propaganda Politica nel due e nel Trecento, Collection de l’Ecole française de Rome 201, Rome.

Carlson, D.R. (1993) : English Humanist Books. Writers and Patrons, Manuscript and Print 1475-1525, Toronto.

Chaplais, P. (1971) : English Royal Documents. King John-Henry VI. 1199-1461, Oxford.

Clanchy, M. T. (1979) : From Memory to Written Record. England 1066-1307, Londres (2e éd. 1992).

Coss, P. R. L. (1980) : The Langley Cartulary, Dugdale Society Publications 32, Stratford-upon-Avon.

Davis, G. R. C. (1958) : Medieval Cartularies of Great-Britain. A Short Catalogue, Londres.

Davis, N. (1971) : Paston Letters and Papers of the Fifteenth Century, I, Oxford.

Demougin, S., éd. (1994) : La mémoire perdue I. A la recherche des archives oubliées, publiques et privées de la Rome antique, Paris.

Elton, G. R. (1973) : Reform & Renewal. Thomas Cromwell and the Common Weal, Cambridge.

Faith, R. (1984) : “The ‘Great Rumour’ of 1377 and Peasant Ideology”, in : Hilton & Aston 1984, 43-73.

French, P. (1972) : John Dee. The World of an Elizabethan Magus, Londres.

Genet, J.-Ph. (1977) : “Cartulaires, Registres, Histoires : l’exemple anglais” in : Guenée 1977, 95-138.
— (1980) :“Droit et histoire en Angleterre : la préhistoire de la Révolution Historique”, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Actes du Congrès de la Société des Médiévistes de l’Enseignement Supérieur 87, Tours, 319-356.
— (1994) : “Historiographie et documentation dans la tradition anglaise”, in : Cammarosano

1994, 227-250.
— (1999) : La mutation de l’éducation et de la culture médiévales, I-II.

Goody, J. (1986) : La logique de l’écriture : aux origines des sociétés humaines, Paris.

Gransden, A. (1905) : Historical Writing in England, II. C. 1307 to the Early Sixteenth Century, Londres.

Guenée, B., éd. (1977) : Le métier d’historien au Moyen Age, Paris.

Guichard, P. et D. Alexandre-Bidon (1995) : Comprendre le xiiie siècle. Études offertes à Marie-Thérèse Lorcin, Lyon.

Habermas, J. (1978) : L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, (trad. fr. de Strukturwandel der Öffentlichkeit, Neuwied-Berlin, 1962).

Harvey, J. H. (1969) : William Worcester. Itineraries, Oxford.

Haynes, S. et W. Murden (1740-1759) : Collections of State Papers... left by William Cecil, Lord Burghley, I-II, Londres.

Hilton, R. H. et T. H. Aston, éd. (1984) : The English Rising of 1381, Cambridge.

Hudson, A. (1988) : The Premature Reformation. Wycliffite Texts and Lollard History, Oxford.

James, M. R. (1921) : Catalogus Librorum Bibliothecae externae Mortlacensis D. Joh. Dee, A° 1583, 6 sept., (Supplement to the Bibliographical Society’s Transactions, no 1), Londres.

Jardine, L. et A. Stewart (1998) : Hostage to Fortune. The Troubled Life od Francis Bacon 1561-1626, Londres.

Kekewich, M. L., Richmond, C., A. F. Sutton et L. Visser-Fuchs (1995) : The Politics of Fifteenth-Century England. John Vale’s Book, Stroud.

Kingsford, C. L. (1905) : Chronicles of London, Oxford.

Lockwood, S. (1997) : On the Laws and Governance of England, Cambridge.

Loyn, H. R. (1985) : The Governance of Anglo-Saxon England, 500-1087, Londres.

Martin, G. (1995) : Knighton’s Chronicle, 1337-1396, (Oxford Medieval Texts) Oxford.
— (1997) : “Knighton’s Lollards”, in : Aston & Richmond 1997, 28-40.

Moatti, Cl. (1993) : Archives et partage de la terre dans le monde romain. Collection de l’École française de Rome 173, Rome.
— , éd. (1998) : La mémoire perdue II. Recherches sur l’administration romaine. 1. Les documents sacerdotaux, 2. Les archives de l’administration des distributions de vivres. Collection de l’École française de Rome 243, Rome.

Nichols. J. G., éd. (1860) : The Boke of Noblesse Addressed to King Edward the Fourth on his Invasion of France in 1475, Roxburghe Club (reprint New York, 1972).

Nicolet, Cl. (1985) : “Centralisation d’État et problème du recensement dans le monde gréco-romain”, Culture et Idéologie dans la Genèse de l’État Moderne, Collection de l’École française de Rome 82, Rome, 9-24.

Orme, N. (1973) : English Schools in the Middle Ages, Londres.

Read, C. (1955) : Mister Secretary Cecil and Queen Elizabeth, Londres.
— (1960) : Lord Burghley and Queen Elizabeth, Londres.

Sharpe, K. (1979) : Sir Robert Cotton 1586-1631 : History and Politics in Early Modern England, Oxford.

Skelton, R. A. et J. Summerson (1969) : A Descriptive Catalogue of Maps and Architectural Drawings Made by William Cecil Baron Burghley now at Hatfield House, Roxburghe Club, Oxford.

Van Norden, L. (1946) : The Elizabethan College of Antiquaries, D. Phil. University of California, Los Angeles, (microfilm à la British Library).

Walker, D. (1971) : “The Organization of Material in Medieval Cartularies”, in : Bullough & Storey 1971, 132-150.

Wormald, P. (1997) : “Giving God and King their Due : Conflict and Regulation in the Early English State”, Settimana di Studio del Centro Italiano di Studi sull’alto Medioevo, Spolète, 549-590.
— (1999) : Legal Culture in the Early Médiéval West. Law as Text, Image and Experience, Londres-Rio Grande.

Yates, F. A. (1969) : Theatre of the World, Londres.
— (1975) : Astraea. The Imperial Theme in the Sixteenth Century, Londres.
— (1979) : The Occult Philosophy in the Elizabethan Age, Londres.

Notes

1 Nicolet 1985 ; Moatti 1993 ; Demougin 1994 et Moatti 1998.

2 Genet 1999.

3 Clanchy 1979 ; voir aussi Goody 1986.

4 Voir les articles contenus dans Caramarosano 1994, et notamment la conclusion de Jacques Le Goff, p. 519-528.

5 Habermas [1978] est l’ouvrage théorique indispensable sur le concept d’espace public, mais sa vision de l’impossibilité de l’existence d’une sphère publique médiévale comme “séparée d’une sphère privée”, doit être revue (p. 19).

6 Loyn 1985 ; les historiens anglais insistent aujourd’hui sur le niveau de développement administratif et politique atteint par la monarchie anglo-saxonne dans la dernière phase de son développement ; d’une certaine façon, on peut lire dans ses institutions le stade qu’aurait pu atteindre l’Europe carolingienne si elle n’avait pas été atteinte par le processus de décomposition du pouvoir public, en fait celui d’une naissance de l’Etat moderne directement à partir de la synthèse carolingienne sans passage par le stade de la monarchie féodale : cf. notamment Wormald 1997, rééd. dans Wormald 1999.

7 Clanchy 1979, 44 et 58-59 notamment.

8 Sur les rolls anglais, un système d’archivage qui n’a pas d’antécédents connus avant le xiie siècle et qui est, pour l’essentiel, spécifique à l’Angleterre, voir Clanchy 1979, 105-115.

9 Faith 1984.

10 Orme 1973.

11 Bibliographie dans “Les Court Rolls Anglais”, dans Guichard & Alexandre-Bidon 1995, 29-39.

12 Brand 1992.

13 Chaplais 1971.

14 Chaplais 1971, 33, citant le British Library Additional 24602.

15 Un autre exemple est celui des feet of fines : lorsqu’un chirographe est rédigé, chaque partie en garde un exemplaire. Hubert Walter, en 1195, crée le chirographe en trois parties, la troisième copie (en bas de parchemin d’où le nom du document) étant déposée dans le trésor royal ; cette pratique est ensuite étendue aux cours ecclésiastiques (Clanchy 1979, 66).

16 Genet 1994.

17 Martin 1995. Voir aussi Martin 1997.

18 Le problème spécifique des relations entre l’écrit et l’hérésie et même celui du caractère public de l’écrit religieux (à commencer par la Bible) est au cœur de l’ouvrage fondamental de Hudson 1988.

19 Martin 1995, XXXII-XL pour un tableau récapitulatif des textes cités.

20 Genet 1980.

21 Il y en a 159 dans Davis 1958.

22 Genet 1977 (p. 97-100 pour l’analyse du cartulaire de Saint Augustin).

23 Voir Walker 1971.

24 Coss 1980.

25 Voir l’historique des manuscrits dans Davis 1971, XXIV-XXXV.

26 Nichols 1860.

27 Carlson 1993.

28 Le manuscrit Lambeth 506.

29 Cf. le Nomma Insularum du MS. Cambridge Corpus Christi College 210, f.279 et 305-306, un manuscrit qui contient une copie par William de Worcester du Liber Insularum de Cristoforo Buondelmonte, faite à Londres sur un exemplaire ayant appartenu à Sir John Fastolfe : voir Harvey 1969, 372-377.

30 Kekewich et al. 1995, 73-102 est l’édition commentée du manuscrit Additional 48031A de la British Library à Londres, un modèle du genre : on renonce là à l’édition d’œuvres pour celle, exhaustive, d’un manuscrit dans toute la variété de son contenu.

31 Gransden 1982, 220-248, et Kingsford 1905.

32 L’édition la plus courante est celle de Lockwood 1997 qui ne tient pas compte du livre de John Vale. Le chapitre dans lequel Fortescue attaque la torture fait précisément allusion à John Hawkins, l’accusateur de Thomas Cook en 1467 : il est cité comme l’exemple de l’inutilité de la torture qui aboutit à faire proférer des accusations sans fondement.

33 Les textes de Fortescue occupent les folios 146 à 165 ; ils sont suivis par le Serpent of Division, mais on trouve le dossier diplomatique imprimé en 1483, sans doute en liaison avec l’ouverture du Parlement (STC 9176), autour de la promesse du mariage du dauphin Charles faite par Louis XI à Edouard IV pour sa fille Elizabeth.

34 Sur Cromwell et ses conseillers, Elton 1973.

35 Bacon écrit ainsi Certain observations made upon a libel published this present year en 1592, pour contrer les attaques catholiques contre le gouvernement (le Responsio ad edictum reginae Angliae de Robert Parsons). Le jeune homme (il n’a que 31 ans) a d’autres écrits de ce genre à son actif ; de même, il a rédigé des avis et des rapports pendant son séjour à l’ambassade d’Angleterre à Paris : cf. Jardine & Stewart 1998.

36 Sur William Cecil, voir Read 1955 et Read 1960 ; sur ses collections, Haynes & Murden 1740-1759 et Skelton & Summerson 1971.

37 Yates 1969, 1-41 et French 1972.

38 Yates 1979 ; le catalogue de la bibliothèque, riche en “arcanes”, qu’il a rassemblé à Mortlake subsiste : James 1921.

39 Yates 1975,48.

40 Sharpe 1979.

41 Van Norden 1946.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search