Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires dans le bassin du Douro à l’Époque romaine

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Juan José Palao Vicente
, 
Maria Ángeles Magallón Botaya

Études historiques

L’administration romaine dans la vallée du Douro

Leonard A. Curchin

Texte intégral

1Le système romain de gouvernement provincial est bien connu. On peut alors se demander pourquoi il vaut la peine d’examiner l’administration romaine dans la vallée du Douro. En réalité, l’organisation provinciale de cette région présentait des problèmes qui déterminaient la forme de son administration. En premier lieu, la vallée n’était pas attribuée à un seul conuentus, ni même à une seule province. Sa partie supérieure appartenait au conuentus Cluniensis, dans la province de Citérieure. Le cours inférieur du Douro partageait la Lusitanie et la Galice, traversant ainsi les conuentus Scallabitanus, Emeritensis, Bracaraugustanus et Asturum. La Galice fit d’abord partie de l’Hispanie Ultérieure, puis de la Citérieure, puis encore, au Bas-Empire, elle forma une province distincte. En outre, la Lusitanie et la Citérieure étaient des provinces de type différent, l’une consulaire, l’autre prétorienne ; et à partir de Vespasien, la seule légion dans la Péninsule était stationnée en Galice. D’ailleurs, à la différence de quelques autres régions, telles que les vallées de l’Èbre et du Guadalquivir, la vallée du Douro n’était pas une zone de colonisation romaine, c’est-à-dire d’implantation de ueterani pouvant aider à la romanisation et à la défense des villes romaines en cas de révolte. Ceci posait des problèmes sérieux de coordination des routes, de la justice, de la sécurité militaire. Aucun autre fleuve hispanique ne coupait tant de frontières.

2Ainsi, du point de vue administratif, le Douro n’était pas une région homogène. Ce n’est pas un cas unique : le Danube, par exemple, traversait beaucoup de provinces. Mais notons en plus que le Douro servait deux fonctions sur le plan administratif. Dans son cours inférieur, il formait une limite entre deux provinces. Par contre, son cours supérieur se situait au centre du conuentus Cluniensis, car l’essentiel de ce conuentus comprenait la Vieille Castille qui correspond à la vallée formée par le Douro et par ses affluents. Cette organisation se conformait aussi aux réalités économiques. Le cours inférieur étant navigable, le Douro servait de route de commerce pour les deux provinces qui le bordaient. Le cours supérieur était surtout un bassin agricole, comprenant inter alia la Tierra de Campos et la Tierra del Pan. De fait, ce contraste économique recouvrait une opposition géographique entre les deux parties du Douro. Le Douro supérieur, bien qu’il possède un bassin énorme qui occupe toute la Meseta septentrionale, manque de grande valeur pour le transport fluvial, à cause de son manque de profondeur et des rapides. Le Douro inférieur, en revanche, fait bon accueil aux navires, mais son bassin est relativement étroit, car il est encaissé entre des montagnes : les Tràs-os-Montes au nord, la Beira Alta au sud.

  • 1 Liv., 40.47.1 ; App., Hisp., 59.

3L’administration romaine dans la vallée supérieure du Douro débuta au iie siècle a.C. Le gouverneur provincial, qui était également le commandant militaire, exerçait son autorité, son imperium, pour résoudre des problèmes sur place. Bien que les gouverneurs aient été de compétence variable, le Sénat romain se contentait en règle générale de leur donner carte blanche dans la province. Ce fut seulement durant les vingt ans de crise entre 153 et 133 a.C., au moment des guerres celtibériques et numantines, que le Sénat joua un rôle plus actif, à cause des catastrophes militaires et des erreurs faites par les généraux. Le Sénat rejeta donc les pactes honteux consentis par M. Claudius Marcellus en 152 et par Q. Pompeius en 139 ; en 137, il livra C. Hostilius Mancinus aux mains de l’ennemi pour avoir fait sa soumission ; l’année suivante, il condamna M. Aemilius Lepidus à une amende parce qu’il avait envahi le territoire des Vaccéens sans autorisation ; et après la chute de Numance, il envoya une commission de dix sénateurs pour régler les affaires dans la province. Après cela et jusqu’à la fin de la République, les gouverneurs reçurent de nouveau carte blanche, comme on le voit par exemple à l’occasion des campagnes de Q. Caecilius Metellus et Pompeius Magnus contre Sertorius. D’ailleurs, la limite entre les provinces de Citérieure et d’Ultérieure était assez fluide. En 179 a.C., les gouverneurs des deux provinces, Ti. Sempronius Gracchus et L. Postumius Albinus, coopérèrent pour vaincre les Vaccéens et les Celtibères. Pareillement, en 150, les gouverneurs Lucullus et Galba attaquèrent les Lusitaniens conjointement1.

  • 2 Curchin 1994, 87-89.
  • 3 App., Hisp., 99.

4Naturellement, les décisions, parfois contradictoires, de gouverneurs qui remplissaient leurs fonctions à tour de rôle n’aboutissaient pas à une politique uniforme, et souvent nos sources littéraires les accusent d’avarice, de paresse, de lâcheté, d’irrésolution ou de perfidie. Mais en général, deux stratégies étaient à la disposition du gouverneur pour régler et contrôler sa province : le contrôle persuasif et le contrôle coercitif. Chaque gouverneur pouvait employer l’une ou l’autre2. Ti. Sempronius Gracchus, gouverneur en 179-178 a.C., était passé maître dans l’art du contrôle persuasif. Il conclut un accord avec les Celtibères par lequel ceux-ci acceptaient de payer tribut et de fournir des troupes ; il se gagna l’amitié de l’aristocratie indigène et il distribua de la terre aux pauvres. De tels moyens diplomatiques servaient à garder la paix et à intégrer les indigènes dans la société romaine. Malheureusement, Gracchus représente un cas exceptionnel. Le contrôle coercitif, en revanche, était surtout employé en temps de révolte, les insurgés étant punis par le massacre, le pillage ou la réduction en esclavage. Parfois on exigea que les habitants d’une ville, telle que Termes en 98 a.C., se déplacent dans la plaine3.

  • 4 HEp, 7, 1997, 378.
  • 5 À ce propos, voir supra la communication de J.-M. Roddaz.

5C’est Auguste qui termina la conquête de la Péninsule et qui rendit la Bétique au Sénat. Toutefois, la Lusitanie et surtout la Galice et la Cantabrie n’étant pas totalement pacifiées, le prince continuait à les contrôler par l’intermédiaire des légats. Dans un premier temps, comme nous informe l’édit de Bembibre de l’an 15 a.C., il créa une Transduriana prouincia gouvernée par un légat4, mais celle-ci n’était évidemment qu’une étape temporaire qui répondait aux besoins d’un certain moment, en particulier le contrôle militaire de la Galice et de la Cantabrie après les campagnes de 26-25 a.C.5 Cette province éphémère ne faisait pas partie de la division finale des trois Hispanies.

6Pour assurer des rapports paisibles avec les indigènes, il fallait rechercher la coopération des élites indigènes. Toutefois, après les révoltes de l’époque républicaine, il n’était pas possible de préserver et d’utiliser la structure politique celtibère, c’est-à-dire la structure tribale. En Hispanie, c’était précisément les tribus, telles que les Arévaques et les Lusitaniens, qui avaient organisé les révoltes. Alors, les Romains ont fini par refuser aux tribus tout rôle dans l’administration de la province. Par conséquent, les tribus ont perdu leur importance politique. En revanche les bourgades, autrefois subordonnées aux tribus, prirent plus d’importance. Au cours du ier siècle p. C., elles reçurent le statut de municipia, villes quasi-autonomes.

  • 6 CIL, VI, 1454 = ILS, 6109.

7En même temps – soit sous Auguste, soit sous Vespasien – on imposa un niveau administratif intermédiaire entre la province et les villes. Je fais allusion, bien entendu, au conuentus. Par exemple, la vallée supérieure du Douro appartenait au conuentus de Clunia. Parfois, on a considéré le rôle du conuentus comme exclusivement juridique, mais la jurisdiction n’était qu’une de ses fonctions. On se rendait à son chef-lieu pour présenter une pétition au gouverneur ou pour lui demander une récompense. Il y avait d’ailleurs également un rôle économique, car le chef-lieu du conuentus servait de centre de marché pour la région. Le conuentus avait enfin une fonction religieuse dans le cadre du culte impérial. Chaque conuentus possédait son prêtre (sacerdos) et son esprit protecteur (genius). Le conuentus avait aussi un conseil : par exemple, une inscription de Rome rapporte que le concilium conuentus Cluniensis avait choisi un légat de légion, probablement la legio VII Gemina, comme patron6. Ce qui manquait au conuentus, c’était des magistrats. Il n’y avait pas de chef de conuentus : c’était le gouverneur de province ou son député, le légat juridique, qui visitait la capitale du conuentus chaque année pour administrer la justice. Ainsi, le conuentus apparaît moins comme un élément distinct à l’intérieur de la hiérarchie administrative que comme un satellite du gouvernement provincial.

  • 7 Tac., Ann., 4.45.
  • 8 Lostal Pros 1992, 42-45.
  • 9 Palol 1994, 17.

8Nous connaissons un incident qui peut être situé peu après la date de création des conuentus. En 25 p.C. un paysan de Termes assassina L. Pison, légat juridique de la province, sur la route7. Il s’agit sans doute de la route A-27 entre Caesaraugusta et Asturica Augusta, qui passait par Uxama et Clunia. Elle n’était pas pavée jusque vers 33-34 p.C., comme nous l’indiquent les bornes milliaires8, mais un chemin existait là depuis longtemps. Que faisait Pison dans la proximité de Termes ? Il semble que Pison voyageait vers Clunia, et probablement aussi vers la Galice, pour les assises. À cette époque, c’est-à-dire sous le règne de Tibère, Clunia émettait des monnaies portant le nom des quattuoruiri ou des édiles, ce qui suggère fortement que Clunia était alors municipium9.

  • 10 Tac., Hist., 2.65. Voir Alföldy 1969, 13-14.

9À l’époque impériale, le legatus Augusti de Citérieure gouvernait normalement sa province environ trois ans, mais on connaît des exceptions. Théoriquement, L. Arruntius (cos. ord. 6 p.C.) gouverna entre 23 et c. 37, mais en réalité il ne mit jamais le pied dans sa province. En effet, Arruntius gouvernait in absentia, car Tibère ne lui permettait pas de quitter Rome – ob metum, comme nous l’explique Tacite10. Sous Tibère également, commence la pratique de nommer un legatus iuridicus pour aider le gouverneur sur le plan juridique. Il y avait aussi un procurateur de rang ducénaire, qui, à l’époque Julio-claudienne, et encore au iiie s., exerçait ses fonctions dans toute la province, y compris le Nord-Ouest.

  • 11 Alföldy 2000c, 447.

10L’organisation provinciale établie par Auguste dura pendant deux siècles, avec peu de modifications. En effet, c’est seulement en Galice qu’on observe des changements significatifs. Sous Vespasien, Asturia et Callaecia avait son propre procurator ducenarius, en raison de l’importance des mines d’or de cette région. Le premier procurateur de Galice que nous connaissons est Pline l’Ancien, vers 73 p.C., qui, dans son Histoire Naturelle, se montre très bien informé sur le Nord-Ouest, et nous donne les chiffres du cens de cette région exclusivement11. À la fin du règne d’Hadrien, le legatus iuridicus de l’Hispanie Citérieure, qui auparavant aidait le gouverneur dans toute la province, commença à se charger seulement du Nord-Ouest.

  • 12 AE, 1998, 282 ; Alföldy 2000b.

11À partir de Caracalla, la Galice devient une province distincte, appelée formellement Hispania Noua Citerior Antoniniana, ou plus brièvement, comme nous en informe une inscription de l’an 227 découverte sur le site de Lavinium en 1995-96, Hispania Superior. La nouvelle province se composait seulement des conuentus Lucensis et Bracaraugustanus ; le conuentus Asturum, avec le campement de la legio VII Gemina, restait évidemment en Tarraconnaise, car nous savons que T. Clodius Aurelius Saturninus fut en 218 iuridicus prouinciae Hispaniae Citerioris uice (legati) legionis, c’est-à-dire qu’il servait de iuridicus et en même temps de légat de la septième légion. Selon G. Alföldy, ce changement s’inscrit dans le contexte de la politique sévérienne consistant à limiter les territoires des gouverneurs de province et leur contrôle des ressources, en particulier les mines d’or de la Galice12.

  • 13 Zos., 6.20 ; Oros., 6.21.2.
  • 14 Auson., Ordo nob. urb.,lxxxi-lxxxv.

12Sous Dioclétien, est créée une province de Callaecia, contrôlée par un gouverneur de rang équestre, et formant une des six provinces du diocèse hispanique. Des sources littéraires nous informent que cette province de Galice incluait une grande partie du bassin du Douro, y compris Cauca et Numantia13. La capitale de la nouvelle province était apparemment Bracara Augusta, considérée par Ausone comme l’une des villes les plus importantes de la Péninsule14.

  • 15 Hopkins 1980, 121.
  • 16 Curchin 1990, 199-200.

13Rome avait trois grands objectifs dans les provinces : la sécurité, la justice, et la perception des impôts. Dans la vallée du Douro, la sécurité était assurée par l’armée – au temps d’Auguste les légions IV Macedonica, VI Victrix et X Gemina, ou plus tard la legio VII Gemina. Le rôle de l’armée consistait non seulement à réprimer des révoltes, mais également à assurer la protection des ressources, surtout les mines de la Galice. Ces deux raisons expliquent l’emplacement de la légion en Asturie. La justice, comme nous avons dit, était administrée par le gouverneur et son légat juridique. Le procurateur se chargeait des impôts. Armée, gouverneur, procurateur, étaient tous aux ordres de l’empereur. Ceci formait la superstructure, l’apparence publique, du gouvernement provincial. Toutefois, la cheville ouvrière de l’administration, c’était les élites municipales. Les Romains laissaient un degré considérable d’autonomie locale aux communautés indigènes, par l’intermédiaire de la curie et des magistrats municipaux. Grâce à cette méthode de gouvernement indirect, Rome évitait les dépenses d’une grande bureaucratie, telle qu’on la trouve dans d’autres régimes. Par comparaison, Rome ne disposait que de quatre pour cent environ du nombre de fonctionnaires de rang élevé qu’on trouve dans la Chine au xiie siècle15. Les quattuoruiri, magistrats municipaux, font leur première apparition dans notre région sur des monnaies de Clunia, sous le règne de Tibère16. Ces magistrats se chargeaient de percevoir les impôts dans la ville et son territoire, et d’administrer la justice civile. En effet, à l’époque impériale, c’est la coopération de ces élites locales, et la participation de leurs villes dans l’administration de la province, qui évitaient des révoltes et qui rendaient donc superflue une grande présence militaire dans la Meseta. Avoir rallié les élites indigènes représentait pour Rome une victoire administrative plus permanente qu’aucune bataille militaire.

Notes

1 Liv., 40.47.1 ; App., Hisp., 59.

2 Curchin 1994, 87-89.

3 App., Hisp., 99.

4 HEp, 7, 1997, 378.

5 À ce propos, voir supra la communication de J.-M. Roddaz.

6 CIL, VI, 1454 = ILS, 6109.

7 Tac., Ann., 4.45.

8 Lostal Pros 1992, 42-45.

9 Palol 1994, 17.

10 Tac., Hist., 2.65. Voir Alföldy 1969, 13-14.

11 Alföldy 2000c, 447.

12 AE, 1998, 282 ; Alföldy 2000b.

13 Zos., 6.20 ; Oros., 6.21.2.

14 Auson., Ordo nob. urb.,lxxxi-lxxxv.

15 Hopkins 1980, 121.

16 Curchin 1990, 199-200.

Auteur

Université de Waterloo (Canada)

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540