Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’écriture publique du pouvoir

 | 
Alain Bresson
, 
Anne-Marie Cocula
, 
Christophe Pébarthe

Première partie. Les littératures du pouvoir

Les homélies du roi Zar’a Ya’eqob : La communication d’un souverain éthiopien du xve siècle

Marie-Laure Derat

Texte intégral

  • 1 Il s’agit en particulier de Dawit (1379/80-1412) qui fit traduire le Livre des miracles de Marie de (...)
  • 2 Les homélies attribuées à Zar’a Ya’eqob ont été en grande partie éditées et traduites. En particuli (...)

1Au cours du xve siècle, les souverains chrétiens d’Éthiopie manifestent leur dévotion religieuse par la rédaction d’hymnes, homélies et sermons1. L’un d’eux se distingue particulièrement par l’abondance de sa production écrite et par la diffusion de celle-ci. Le roi Zar’a Ya’eqob (1434-1468) aurait rédigé et/ou commandité une vingtaine d’homélies, dont certaines représentent de véritables ouvrages à l’image du Livre de la lumière, du Livre de la Nativité ou encore de l’Épître de l’humanité2. Loin de constituer un corpus limité aux sphères du privé, ces textes ont une dimension publique dans la mesure où ils informent la société éthiopienne des décisions royales en matière religieuse tout en véhiculant l’idéologie du pouvoir. Pour ce faire, ils sont diffusés dans les églises du royaume où ils sont destinés à être lus à l’assistance lors des offices.

2Les compositions homilétiques de Zar’a Ya’eqob sont aussi exceptionnelles dans l’histoire du royaume chrétien d’Éthiopie des xiiie-xvie siècles que l’est son règne. Sans doute, l’abondance des sources le concernant, comparée à la pénurie d’informations se rapportant à ses prédécesseurs, crée une distorsion qu’on ne peut ignorer. Mais, au cours des trente quatre années qu’il passa sur le trône d’Éthiopie, Zar’a Ya’eqob s’est à la fois distingué par son autoritarisme voire sa cruauté à l’égard de ses propres enfants qu’il soupçonnait de comploter contre lui, et par ses aptitudes d’homme d’État. En bref, il s’est évertué à élever la fonction royale, à renforcer son pouvoir et l’unité de son royaume, en s’affirmant comme un chef spirituel aussi bien que temporel, centralisant l’essentiel des pouvoirs dans ses mains et celles de son proche entourage. La christianisation, selon l’orthodoxie dont il décidait lui-même, était au cœur de sa politique, comme ciment d’un royaume en expansion et aux particularismes régionaux bien marqués.

3Cette ambition, avec ses aléas et ses réussites, se lit dans les homélies de Zar’a Ya’eqob, non seulement dans le contenu mais aussi dans la forme donnée aux textes. Ce sont donc tous ces aspects de la communication du roi qui font l’objet de cette étude, depuis la production des textes à la cour, leur diffusion et leur réception dans le royaume, jusqu’à la teneur des messages ainsi répandus.

La production des homélies dans le scriptorium royal

4Avant de s’intéresser à la manière d’écrire les homélies royales, il est nécessaire de s’arrêter sur la question de la paternité de ces homélies. Le roi est-il l’auteur ou le commanditaire des textes qui lui sont attribués ? Cette interrogation soulève le problème de la capacité du roi éthiopien à rédiger des textes qui font preuve d’une grande culture biblique et religieuse, et de son accès à l’écriture et à la langue liturgique de l’Église éthiopienne – le guèze –, distincte de la langue parlée. Soulever ces questions, c’est aussi poser le problème de l’existence d’un scriptorium royal, dont le statut, les tâches et les membres nous sont encore bien peu connus et, par conséquent, préciser si les homélies sont des instruments de communication aux mains du roi ou bien des clercs du royaume. Le scriptorium désigne non seulement le lieu où l’on effectue des copies des manuscrits, sujet que l’on abordera plus loin, mais aussi un lieu de création littéraire, rassemblant des ouvrages de référence et des auteurs.

  • 3 Perruchon 1893, 115-118.
  • 4 Getatchew Haile 1991, 89.
  • 5 “J’ai donné le nom de Livre de la lumière à ce sermon parce qu’il enseigne le culte du Seigneur, lu (...)

5D’après la chronique de Zar’a Ya’eqob, rédigée par un témoin de son règne, ce souverain fut un auteur prolixe. Le chroniqueur lui attribue sept ouvrages, précisant que le roi y consignait ses décisions, notamment en matière religieuse3. Cette pratique fut instaurée dès son accession au trône en juin 1434, puisqu’en juillet ou août de la même année, il achevait l’une de ses homélies intitulée l’Épître de l’humanité4. Le style de ces textes, avec en particulier l’emploi de la première personne du singulier en certaines occasions, contribue à donner l’impression que Zar’a Ya’eqob est bien l’auteur de ces ouvrages5.

  • 6 Pour reprendre le terme employé par les auteurs du recueil de la Pléiade, désignant les pseudépigra (...)
  • 7 Il s’agit de l’homélie en l’honneur du sabbat (Getatchew Haile 1982, 212, 231).
  • 8 Texte intertestamentaire traduit du grec et reconnu comme canonique en Éthiopie (Caquot 1987, 630).
  • 9 Compilation de textes pseudo-apostoliques traduite de l’arabe (Bausi 1990, 19).

6Pourtant, leur contenu implique une éducation et une culture religieuse que l’on attribue couramment au clergé. Loin de constituer de simples cahiers d’enregistrement, les homélies de Zar’a Ya’eqob sont construites autour de citations bibliques ou de textes intertestamentaires6 qui illustrent et légitiment à la fois les décisions royales. Ainsi, quand le roi décide de reconnaître comme orthodoxe l’observance du sabbat, en plus du dimanche, après des décennies de controverses théologiques divisant le clergé et le royaume, il rédige une homélie7 dans laquelle il justifie sa position en s’appuyant non seulement sur la Genèse, mais aussi sur le Livre des Jubilés8, ou encore sur le Sénodos9.

  • 10 Conti Rossini & Ricci 1964-1965, II, 82.
  • 11 Getatchew Haile 1982, 19.
  • 12 Caquot 1955, 106.

7Nous ignorons à peu près tout de l’éducation reçue par Zar’a Ya’eqob avant son accession au trône. Dans l’un de ses ouvrages, il évoque rapidement cette période en faisant allusion à un séjour sur une montagne où il était retenu prisonnier10. Jusqu’à présent, on identifie cet endroit à la fameuse montagne des rois, installée sur l’amba Geshen dans l’Amhara11. Celle-ci servait à la fois de prison et de réserve dynastique où les frères, oncles et neveux du roi régnant étaient enfermés, afin d’éviter tout conflit de pouvoir et pour résoudre les querelles de succession. Dans l’un des manuscrits conservés à Geshen, compilation de listes et de décrets royaux, un passage se réfère à la fondation, par Zar’a Ya’eqob lui-même, d’un monastère sur cette montagne qu’il désigne comme “le domaine de la royauté et du sacerdoce”12. Si bien que cette prison royale apparaît aussi comme un lieu d’éducation des futurs rois.

  • 13 Colin 1987, 13.

8Par ailleurs, à la cour du père de Zar’a Ya’eqob vivait un théologien appelé Georges de Sagla. Il était membre du clergé royal (kahnata dabtara), et l’auteur d’ouvrages qui ont considérablement influencé la politique religieuse de notre souverain. Or, d’après son hagiographe, Georges “resta quelque temps à enseigner le fils du roi, Zar’a Abreham, et ses compagnons”13. Parmi tous les fils du roi Dawit qui accédèrent au trône (Tewodros, Yeshaq, Zar’a Ya’eqob), on ne trouve aucun Zar’a Abreham, qui n’est d’ailleurs pas identifié et en tout cas ne peut pas être assimilé à notre roi. Rien ne prouve que Zar’a Ya’eqob eut Georges de Sagla comme professeur, mais cette information souligne en tout cas une pratique intéressante. Les enfants du roi recevaient une éducation religieuse à la cour, dispensée par des membres du haut clergé. Il est donc tout à fait possible que Zar’a Ya’eqob ait reçu à la cour ou dans la prison royale l’éducation nécessaire à la rédaction des homélies qui lui sont attribuées.

  • 14 Getatchew Haile & Macomber 1981, 323 ; Getatchew Haile 1992, 59.
  • 15 Getatchew Haile 1981, 311, 323.
  • 16 Lusini 1996, VI. Au sujet de la place de Yostinos à la cour royale et d’une comparaison possible av (...)

9Toutefois, il n’est sans doute pas le seul auteur de ces textes. Quelques indices permettent d’identifier deux personnages susceptibles d’appartenir au scriptorium royal : Zakaryas et Yostinos. En effet, Getatchew Haile a mis en lumière la contribution d’un certain Zakaryas à la rédaction de l’homélie en l’honneur de l’archange Gabriel. Il l’identifie au chapelain (qasis hasay) de Zar’a Ya’eqob14. Par ailleurs, un manuscrit (EMML 1480) datant du règne de notre souverain retrouvé dans une communauté du Nord du royaume appelée Dabra Maryam (Sara’e, Érythrée) forme un recueil d’homélies attribuées à Zar’a Ya’eqob. En plus de celles-ci figurent les actes d’un certain Yostinos, prêtre (kahnata dabtara) desservant l’église de Marie à la cour15. Un Octateuque également conservé à Dabra Maryam mentionne une nouvelle fois le nom de Yostinos, rédacteur du colophon du manuscrit dans lequel il rappelle l’histoire du monastère auquel il semble lié16. Yostinos, membre du clergé de cour, apparaît ainsi comme un auteur qui pourrait être lié à la rédaction des homélies royales puisque ses actes sont associés aux compositions attribuées à Zar’a Ya’eqob. Et la présence au monastère de Dabra Maryam, où il se retira peut-être à la fin de sa vie, du manuscrit EMML 1480 renforce l’idée que Yostinos, tout comme Zakaryas, appartenait à ce que l’on peut désormais appeler le scriptorium royal.

  • 17 Conti Rossini 1943, 63.

10Ces informations indiquent que le souverain recevait l’assistance de membres du haut clergé, susceptibles de lui fournir le matériel théologique nécessaire à la construction de ses textes. Ce qui explique que certaines homélies soient écrites à la troisième personne du singulier, tout en citant par endroits ce qui pourrait être des paroles du roi, passant ainsi du discours indirect au discours direct : “Notre roi Zar’a Ya’eqob, qui est appelé Constantin, lequel a décrété ce grand règlement honoré, dit : “Moi, aussi j’ai établi pour moi trois coups de fouets, à infliger de ma main sur mon corps, en l’honneur de la chair et du sang du Fils du Seigneur”17.

  • 18 Dans le calendrier éthiopien, la Nativité tombe le 29 de tahsas. C’est précisément à cette date que (...)
  • 19 J’ai entrepris, ailleurs, l’analyse de l’écriture de cette bataille (Derat, à paraître 1).
  • 20 Conti Rossini 1910, 609 ; Cerulli 1933, 91-92 ; Wendt 1962-1963 I, 13.
  • 21 Le récit met en scène à la fois le courage, l’abnégation et l’élection divine de Zar’a Ya’eqob. Il (...)

11La répétition de motifs identiques dans des homélies différentes laisse entrevoir le fonctionnement du scriptorium royal. A cet égard, l’exemple du récit d’une victoire militaire de Zar’a Ya’eqob est très évocateur. Le 29 de tahsas 1445 (décembre), à Gomit, celui-ci affronta Badlay, le représentant d’un sultanat voisin du royaume. Il remporta une victoire qu’il voulait voir célébrer le 29 de chaque mois par ses sujets, dans la mesure où celle-ci coïncidait avec le jour commémoratif de la naissance du Christ18. Le récit de la bataille qui opposa Zar’a Ya’eqob à Badlay fut alors rédigé19, mais tout porte à croire que le roi n’en est pas l’auteur. L’un des nœuds de l’exposé s’articule autour d’un miracle qui aurait eu lieu dans une église, où une icône de la Vierge se serait animée pour signaler à l’assistance réunie autour du roi que celui-ci remporterait la victoire20. En revanche, le compte-rendu de l’affrontement militaire est très stéréotypé et laisse penser que son auteur n’y a pas participé21. On peut donc estimer que le récit de la bataille de Gomit a été rédigé par un proche de Zar’a Ya’eqob, probablement membre du clergé de cour.

  • 22 Cerulli 1933,94.
  • 23 Au sujet des miracles supplémentaires rédigés au cours du règne de Zar’a Ya’eqob, voir Cerulli 1933 (...)
  • 24 D’après le canon d’al-Mu’allaqah, qui aurait été fixé dans l’église homonyme du Caire par des évêqu (...)
  • 25 Wendt 1962-1963 I, 17.

12Le texte a ensuite été intégré dans deux types d’ouvrages. Il s’agit tout d’abord du Livre des Miracles de Marie22. Traduit de l’arabe en guèze au tournant des xive et xve siècles, ce recueil s’est étoffé de miracles éthiopiens, intervenus en particulier au cours du règne de Zar’a Ya’eqob23. Cet enrichissement est lié à la décision de ce souverain de voir les chrétiens observer les trente deux fêtes de Marie (une fête mensuelle, le 21, et des célébrations liées aux moments de la vie de la Vierge : présentation au Temple, fuite en Égypte, assomption...). Ce qui impliquait lors des offices dédiés à ce culte la lecture de trois miracles de Marie24. La bataille de Gomit, placée sous le signe d’un miracle de la Vierge, augmenta ainsi le recueil. Par ailleurs, ce même récit a pris place dans un ouvrage attribué à Zar’a Ya’eqob : le Livre de la Nativité25. Il rassemble les homélies qui doivent être lues pour commémorer la naissance du Christ le 29 de chaque mois. Comme cette date coïncide avec la victoire sur Badlay, le texte rédigé à la cour a été réemployé dans les homélies royales.

  • 26 Perruchon 1893, 57-66.

13Ainsi, on peut esquisser la méthode adoptée dans le scriptorium de Zar’a Ya’eqob. Un événement lié à la vie du roi fait l’objet d’un compte-rendu, qui est ensuite inséré dans des ouvrages à vocation liturgique. Les membres du scriptorium appartiennent sans doute au clergé, à l’image de Zakaryas ou Yostinos, dans la mesure où leurs compositions sont toujours religieuses. Leur tâche n’est pas de livrer des textes profanes, laissés à d’autres, comme l’atteste la chronique de Zar’a Ya’eqob. En effet, le chroniqueur évoque bien la fameuse bataille de Gomit, mais il en rend compte en des termes très différents du Livre des Miracles de Marie ou du Livre de la Nativité26. Parfois, dans ces homélies, des paroles du souverain sont citées, d’autres fois, il semble bien que ce soit le roi lui-même qui ajoute des passages.

14Les homélies commanditées et rédigées en partie par le roi Zar’a Ya’eqob n’avaient pas vocation à enrichir la bibliothèque de la cour. Puisqu’elles répondent à un besoin liturgique en offrant les lectures nécessaires à la célébration de fêtes religieuses instaurées ou réactualisées par le roi, il fallait qu’elles soient diffusées auprès du public concerné : les ecclésiastiques du royaume. C’était encore le travail du scriptorium royal. Il devait fournir les copies nécessaires et procéder à l’envoi des textes dans les églises et monastères. Quelques manuscrits témoignent encore de cette activité.

  • 27 Wendt 1962-1963 II, 83.
  • 28 Cerulli 1943, 20.

15Zar’a Ya’eqob a exprimé à plusieurs reprises sa volonté de diffuser dans les églises les ouvrages produits dans son scriptorium. L’un des moyens employés consiste à envoyer une copie manuscrite de l’homélie, qui sera dès lors conservée dans la bibliothèque de l’établissement religieux. Ce qu’attestent des copies du Livre de la Nativité ou du Livre des Miracles de Marie. On trouve ainsi les mentions suivantes : “J’ai envoyé ce Livre de la Nativité à toutes les églises et à toute la chrétienté, moi Zar’a Ya’eqob, dont le nom de règne est Constantin, afin que vous croyiez en la naissance de Notre Seigneur de la pure Marie”27 ; ou encore “Ensuite le roi envoya beaucoup de Livres des Miracles de Marie dans de nombreuses églises pour qu’ils les lisent et se réjouissent”28.

  • 29 Getatchew Haile 1991, 3.
  • 30 Manuscrit Conti Rossini 91, Accademia dei Lincei, p. 77 ; Derat à paraître (2).

16D’autres moyens étaient employés pour diffuser les productions du scriptorium. L’une des homélies de Zar’a Ya’eqob évoque la présence à la cour d’un jeune diacre qui, questionné sur sa destination, déclare : “Je vais chez les copistes apportant ce parchemin pour qu’ils puissent y copier les miracles de Notre Dame Marie29. La reproduction du texte avait bien lieu à la cour, mais sur un manuscrit provenant d’une église extérieure à celle-ci. Tout se passe donc comme si des ecclésiastiques apportaient leurs propres ouvrages au scriptorium afin de les mettre à jour. Enfin, certains textes issus de la cour et envoyés dans les églises du royaume étaient destinés à être recopiés par le clergé local. Telle est en tout cas l’injonction d’un grand ecclésiastique, contenue dans une lettre accompagnant l’envoi du Livre de la Nativité à un monastère de la région du Tigré : "Ce message devra être écrit dans l’Evangile, afin qu’il soit un témoignage devant Dieu, pour moi et pour vous tous”30.

  • 31 Conti Rossini 1914, 159.
  • 32 Manuscrit Conti Rossini 91, Accademia dei Lincei.

17Quelle que soit la méthode adoptée, les homélies composées dans le scriptorium de la cour et supervisées par le roi Zar’a Ya’eqob furent bien diffusées dans les églises du royaume. C’est la raison pour laquelle, jusqu’à présent, on a retrouvé deux copies du Livre de la Nativité, l’une, complète, sur l’île de Daga à l’ouest du royaume31 ; l’autre, partielle, au monastère de Dabra Karbé dans le Nord32.

Du clergé aux fidèles, de l’écriture a l’oralité

18Les homélies royales s’adressaient avant tout aux gens d’église puisque c’est vers les établissements religieux qu’elles ont été envoyées. Elles devaient faire connaître au clergé les réformes religieuses entreprises par Zar’a Ya’eqob. Mais, par le biais du clergé, le roi cherchait en fait à toucher une partie de la société éthiopienne, qui devait observer les nouvelles règles qu’il avait instaurées. Il confiait alors aux ecclésiastiques un rôle d’intermédiaire, de passeur entre un pouvoir usant de l’écrit comme moyen de communication, et une société majoritairement illettrée.

19La chronique de Zar’a Ya’eqob stipule la fonction remplie par les homélies :

  • 33 Perruchon 1893, 75-76.

Il (le roi) réglementa le culte d’après la foi orthodoxe et enseigna que l’on devait observer l’ancien sabbat aussi religieusement que le dimanche, ainsi que l’ont écrit les apôtres dans leurs constitutions, où il est dit : “Nous, Pierre et Paul, ordonnons que les esclaves travaillent pendant 5 jours de la semaine et qu’ils consacrent les deux autres à Dieu”. Il ordonna aussi de fêter le 29 de chaque mois pour glorifier la naissance de Notre Seigneur Jésus-Christ et parce qu’il avait lui-même ce jour-là vaincu Arwe Badlay ; il exigea que les 32 fêtes de Notre-Dame fussent, de même que le dimanche, célébrées avec la plus grande ponctualité, comme l’ont prescrit les évêques et les patriarches, sous peine d’excommunication ; il institua aussi une fête mensuelle en l’honneur de saint Michel, ainsi que des fêtes pour tous les prêtres et archiprêtres du ciel, pour les quatre animaux célestes, les prophètes et les apôtres, et recommanda de sanctifier toutes ces fêtes par des aumônes, par des offrandes et de larges distributions de pain aux indigents. Il consigna ces instructions dans ses livres saints33.

20Les homélies de Zar’a Ya’eqob répondent en fait à trois préoccupations. D’une part, faire connaître les réformes religieuses adoptées par le roi, concernant le calendrier liturgique : la célébration du sabbat en plus du dimanche, la fête de l’archange Michel tous les 12 du mois, les fêtes de Marie les 21 de chaque mois auxquelles s’ajoutent les fêtes liées au calendrier marial, et enfin la fête de la nativité tous les 29 du mois qui coïncide avec la commémoration de la victoire du roi lors de la bataille de Gomit.

21D’autre part, les homélies justifient ces réformes d’un point de vue théologique. Nous avons vu comment les autorités bibliques et apostoliques sont invoquées pour souligner l’orthodoxie de l’observance du sabbat. Concernant cette réforme, Zar’a Ya’eqob fait également appel aux deux métropolites Michael et Gabriel, évêques nommés par le patriarche d’Alexandrie à la tête de l’Église d’Éthiopie. Leur soutien est indispensable pour valider la décision prise par le roi. Non pas tant parce que ce sont les véritables chefs de l’Église – on voit bien que Zar’a Ya’eqob se comporte comme tel – mais parce qu’ils sont les représentants de l’Église d’Alexandrie, jusqu’alors opposée à l’observance du sabbat.

  • 34 Conti Rossini & Ricci 1964-65 II, 86.
  • 35 Getatchew Haile 1981,77.
  • 36 Ibid., 77.
  • 37 Comme l’attestent les manuscrits dans lesquels cette lettre a été retrouvée : tous sont des copies (...)

22Par conséquent, dans le Livre de la lumière, le roi décrit comment, en 1449, il convoqua un concile dans une église qu’il avait fondée. Il invita les deux métropolites qui acceptèrent, devant les arguments du roi, de reconnaître l’orthodoxie du sabbat. Zar’a Ya’eqob ajoute : “Avec leurs mains, ils ont écrit qu’ils devaient être observés. De cette manière, le Seigneur a éliminé les dissensions entre nous, les métropolites et les disciples de Ma’qaba Egzi’e, et nous fûmes tous d’accord pour célébrer les deux sabbats”34. Il fait allusion à une lettre écrite par Michael et Gabriel qui s’adresse à tous les chrétiens d’Éthiopie35, dans laquelle ils disent avoir été convaincus par le roi. Ils précisent que leurs prédécesseurs s’étaient opposés au sabbat par ignorance des Écritures. Ils enjoignent les fidèles à observer le sabbat et terminent en précisant : “Laissez les porteurs de cette lettre, les messagers du roi, notre seigneur, vous parler de ce livre ; écoutez-les”36. Ainsi, la lettre des métropolites accompagnait les copies du Livre de la lumière envoyées dans les églises37 et lui donnait autorité.

  • 38 Conti Rossini & Ricci 1964-1965 I, 9.

23Enfin, puisque Zar’a Ya’eqob instaure de nouvelles fêtes à commémorer dans le calendrier, il doit fournir au clergé les matériaux liturgiques nécessaires à ces célébrations supplémentaires. C’est aussi l’office que remplissent ses homélies. Ainsi, le Livre de la lumière est composé de quinze homélies pour les samedis et dimanches de chaque mois (trois sabbats par mois, avec pour chacun une homélie pour le samedi et une autre pour le dimanche)38 : chaque homélie est donc relue tous les mois de l’année par le clergé lors des offices correspondants. De même, le Livre de la Nativité propose douze homélies à lire le 29 de chaque mois, pour célébrer la Nativité du Christ.

24Les homélies de Zar’a Ya’eqob sont non seulement destinées à informer le clergé de ses décisions en matière religieuse, mais aussi à être lues lors des fêtes liturgiques que ses réformes ont instaurées. Elles constituent ainsi des sermons, multipliant les arguments d’autorités, capables de convaincre et de contraindre le clergé à adopter le nouveau calendrier. Elles sont aussi de véritables catéchismes, fournissant aux ecclésiastiques tous les éléments nécessaires à la prédication. Car telle est bien la tâche qui leur est assignée par le roi :

  • 39 Ibid., 89.

Écoutez et prêtez attention ! Au nom de notre Rédempteur Jésus-Christ, je vous commande, moi, Zar’a Ya’eqob, dont le nom de règne est Constantin, ô puissants de l’Église, prêtres et diacres, et vous tous les moines, qui vous rassemblez pour le sabbat et le dimanche dans l’église avec les hommes et les femmes (vous qui vous trouvez au voisinage de l’église) ; les hommes doivent se tenir d’un côté et les femmes d’un autre, où ils ne doivent pas se voir ni s’entendre. Les ecclésiastiques leur enseignent le culte du Seigneur, ses préceptes et l’observance de ses sabbats39.

25Le roi entend se servir de ses homélies comme d’un outil de communication à l’égard de ses sujets, en utilisant le clergé comme un porte-parole. Ce rôle s’explique de deux manières. D’une part, les églises et les monastères étaient suffisamment contrôlés par le souverain, au travers des donations de terre, bases de la richesse foncière des établissements, pour que ceux-ci agissent comme des relais du pouvoir royal. D’autre part, les homélies de Zar’a Ya’eqob étaient rédigées en guèze, une langue liturgique et littéraire qui, estime-t-on, n’était plus employée comme langue vivante depuis le xe siècle. Il n’est donc pas certain que les fidèles qui entendent des sermons en guèze les comprennent. Le passage de l’écrit à l’oral s’accompagnait donc du passage de la langue guèze à une langue vulgaire, le clergé faisant office d’interprète.

26Zar’a Ya’eqob engage les ecclésiastiques à s’imprégner du contenu de ses homélies, et à le restituer à l’assistance lors des offices. Mais il leur demande aussi de prêcher dans les campagnes, hors de l’église, afin de toucher une partie plus importante de la société :

  • 40 Ibid., 89.

S’il y a des cas où ils [les hommes et les femmes] sont loin de l’église, l’ecclésiastique se rend auprès d’eux le vendredi et il enseigne aux hommes isolément derrière un voile et derrière un autre voile, où ils ne se voient pas et ne s’entendent pas, un autre ecclésiastique enseigne aux femmes. Durant la saison des grandes pluies, ils entrent dans une maison40.

  • 41 Vauchez 1981, 16.
  • 42 Getatchew Haile 1991, 2-3, 30-31, 65-66 ; voir aussi l’analyse minutieuse des “hérésies” dénoncées (...)

27Ces recommandations très précises soulignent à quel point le roi souhaite que les prêtres délaissent leurs livres et leurs églises pour évangéliser par la parole. Il ne se contente pas de la présence des fidèles pour les jours de fêtes, participant aux commémorations par des rites et des gestes. Une formule employée par A. Vauchez semble pouvoir s’appliquer à la politique religieuse de Zar’a Ya’eqob : “Il ne suffit plus de croire, il faut encore bien croire et bien agir”41. Dans cette perspective, ceux qui ont remis en cause les réformes entreprises par le roi sont dénoncés dans les homélies, et l’hérésie de leurs doctrines est démontrée par le recours aux autorités. Pour ne citer qu’un exemple, dans l’Épître de l’humanité, le prêtre Za-Michael fut accusé notamment de s’opposer au culte de Marie, avançant l’idée que la Vierge ne pouvait pas être un instrument de salut42. D’autres homélies racontent le procès dirigé par Zar’a Ya’eqob contre cet hérétique. Par les écrits royaux, il est ainsi désigné comme un contre-modèle et en quelque sorte voué à la vindicte populaire.

28Toutefois, il semble que le roi n’atteint pas ainsi toute la société éthiopienne. Zar’a Ya’eqob ne s’adresse qu’aux chrétiens du royaume : ceux qui vont à la messe ou que le clergé peut et doit aller visiter dans les campagnes. Il exclut donc les populations païennes, les musulmans et les juifs du royaume. Il est probable que le roi estimait que seuls les chrétiens faisaient partie de son royaume et que ceux qui adhéraient à d’autres religions avaient un statut inférieur. Par ailleurs, cette exclusion des non-chrétiens marque l’incapacité du roi à communiquer avec ces populations par le biais de ses homélies. Ce qui pose la question de la communication du pouvoir avec les non-chrétiens dans le royaume éthiopien. Si les homélies royales n’avaient qu’une dimension religieuse, la restriction aux chrétiens ne surprendrait pas. Mais elles sont aussi des instruments de propagande politique.

Un outil de propagande

29L’abondante production écrite attribuée à Zar’a Ya’eqob révèle un besoin de communication de la part du roi. Certes, les textes dont il est l’auteur ou le commanditaire ont avant tout une vocation liturgique. Mais ils dépassent les simples préoccupations religieuses du souverain et se situent en fait au cœur d’enjeux politiques et idéologiques. Loin de se limiter à fournir des sermons au clergé, où seules figureraient les questions de la foi et de l’orthodoxie, le souverain distille dans ses ouvrages des arguments visant à le justifier, voire à le légitimer, et des représentations de son propre pouvoir qui s’apparentent à une théologie politique.

  • 43 Getatchew Haile 1991, 53-63.
  • 44 L’Épître de l’humanité associe en effet à Isayeyyas, sa femme Shi Mangasa, qui était gouverneur (ha (...)
  • 45 Avant d’être nommé chef des armées par le roi Zar’a Ya’eqob, Isayeyyas était gouverneur du Tigré. C (...)

30En plusieurs occasions, les homélies évoquent des opposants au roi, parmi lesquels on trouve des membres de sa propre famille (certains de ses fils, des épouses). Le plus souvent, ceux-ci sont dénoncés soit comme des hérétiques, soit comme des adeptes de pratiques magiques et de sorcellerie. Ces oppositions interviennent dès le début du règne de Zar’a Ya’eqob, et nous sont révélées par l’une des homélies royales, l’Épître de l’humanité. En effet, lorsqu’il accède au pouvoir en 1434, son règne est loin de faire l’unanimité. Il est le quatrième fils du roi Dawit à exercer le pouvoir, alors que certains de ses neveux sont devenus rois avant lui. Il est donc le candidat au trône d’une partie des grands du royaume, mais d’une partie seulement. Un clan se détache en particulier dans l’opposition au nouveau roi. Il se constitue autour de l’un des deux chefs de l’armée du royaume, le beht waddad Isayeyyas43. Celui-ci, entouré des membres de sa famille occupant de hautes fonctions régionales44, et tirant son pouvoir de la province du Tigré45, aurait comploté pour renverser Zar’a Ya’eqob. Quand le roi prend conscience du danger, il engage une répression sévère contre Isayeyyas et sa famille. La manière dont cette répression est décrite dans les sources est révélatrice du besoin de communication de Zar’a Ya’eqob.

31Deux textes évoquent cet épisode. Le premier est extrait de la Chronique de Zar’a Ya’eqob, rédigée par un témoin de son règne, mais probablement après la mort du souverain en 1468. L’historiographe, loin du panégyrique, adopte presque un point de vue critique, en insistant sur la sévérité des peines infligées à ceux qui étaient suspectés de comploter contre le roi :

  • 46 Perruchon 1893, 4-12.

Sous le règne de notre roi Zar’a Ya’eqob, il y eut une grande terreur et une grande épouvante dans tout le peuple de l’Éthiopie, à cause de la sévérité de sa justice et de son pouvoir autoritaire (...). Amda Saytan fut déporté dans un endroit de la province d’Amhara connu du roi seul ; Amha Iyasus et Nob, surnommé Kabaro Saytan, furent exilés à Gwash’aro. Le prédécesseur d’Amda Saytan dans l’emploi de beht waddad, qui se nommait Isayeyyas et qui occupait cette charge lorsque notre roi était à Qesat, dans la province d’Amhara, avait eu le même sort. Je n’ai pas été témoin de son arrestation, mais on m’a rapporté qu’on le saisit, qu’on lui mit au cou un grand collier de fer et qu’on le transporta à cause de ses crimes dans un endroit qui m’est resté inconnu46.

  • 47 Getatchew Haile 1991, 63.

32Dans l’Épître de l’humanité, le traitement de cet épisode est bien différent. Isayeyyas est déporté, mais tout est mis en œuvre pour montrer que c’est Dieu qui l’a puni, et non pas le roi : “Quant à Zar’a Ya’eqob, qui est appelé Constantin, il aimait Isayeyyas plus que les autres chefs, jusqu’à ce qu’il connaisse sa méchanceté. Dieu le récompensa selon ses actes. Et maintenant, ô peuple d’Éthiopie, ne cherche pas un autre roi que Dieu ne t’a pas donné, mais obéis à celui qu’il a fait roi (...)”47.

  • 48 Getatchew Haile 1991, 89.

33Par cet exemple, on voit bien à quel point dès son accession au trône d’Éthiopie, Zar’a Ya’eqob avait besoin de légitimer ses actes auprès de ses sujets. La rédaction de l’Épître de l’humanité débute au cours du premier mois de son règne48. Par la production d’homélies à sa cour, leur diffusion dans le royaume, et leur lecture aux fidèles au cours de l’office, le roi entreprend une véritable campagne de communication qui vise à justifier sa politique et à obtenir une reconnaissance populaire pour son règne.

34Au-delà des dénonciations d’opposants politiques, c’est le pouvoir du roi qui est mis en scène dans ces textes. Ils véhiculent l’idéologie de Zar’a Ya’eqob. Si le roi est le garant de l’orthodoxie du royaume, s’il peut rédiger des homélies qui seront lues à l’office, s’il peut faire célébrer ses victoires au cours de ces mêmes offices, c’est parce qu’il considère qu’il tire son pouvoir de Dieu et qu’il garde le royaume éthiopien en son nom. Un extrait d’un miracle de Marie rédigé dans le scriptorium royal et consacré au roi Zar’a Ya’eqob illustre parfaitement cette conception.

  • 49 Getatchew Haile 1992, 155.

35Un homme raconte comment lui fut révélée l’attribution de la royauté à Zar’a Ya’eqob par Marie. Alors qu’il dormait, un homme vint le chercher pour lui montrer les rois : il voit les rois d’Israël, portant tous une couronne, et identifie notamment David et Salomon. Puis il assiste à une scène divine : Dieu remet son royaume terrestre aux mains de Marie. Et le texte poursuit : “Elle, de son côté, appela Zar’a Ya’eqob et le fit monter aux cieux, là où elle se tenait. Elle plaça la couronne royale sur la tête de Zar’a Ya’eqob avec ses propres mains. Elle le bénit et lui dit : ’Garde le royaume’”49.

  • 50 Getatchew Haile 1991, 89.

36Ainsi, Zar’a Ya’eqob est l’héritier des rois d’Israël et l’héritier de leur royaume. Et l’idéologie véhiculée par les homélies royales va même plus loin : le roi éthiopien est le nouveau Messie. Cette conception est affirmée dans deux homélies : l’Épître de l’humanité et l’Homélie en l’honneur de Saint Jean l’Évangéliste50. On lit en effet dans la première.

  • 51 Getatchew Haile 1983, 166.

Pour cette raison, nous croyons dans la venue du Fils avec son Père et l’Esprit Saint pour juger les vivants et les morts, et il n’y aura pas de fin à ce règne. Qu’Il récompense notre Messie, Zar’a Ya’eqob, dont le nom de règne est Constantin, en le plaçant à sa droite avec tous ses pères bénis, avec nous tous, son armée, qui garda ses commandements51.

37Toute la politique du roi Zar’a Ya’eqob se trouve ainsi justifiée par cette théologie politique : le nouveau Messie gouverne les hommes au nom de Dieu dont il est le représentant et il conduit son peuple vers le royaume des cieux. Le nom de règne que Zar’a Ya’eqob a choisi, Constantin, participe de cette idéologie : comme le premier empereur chrétien, il incarne un nouvel avènement du christianisme.

38Or, rappelons-le, tous ces textes sont régulièrement lus à l’office, certains mêmes plusieurs fois par an, et le clergé doit s’assurer qu’ils sont bien compris, au besoin en traduisant en langue vulgaire et à l’oral leur contenu. Au cours d’un même mois qui compte trente jours, par exemple le mois de genbot (mai-juin), les fidèles doivent ainsi entendre six homélies royales correspondant aux lectures pour les samedis et dimanches du sabbat – lectures qu’ils réécouteront le mois suivant –, mais aussi neuf miracles de Marie pour commémorer la naissance de la Vierge (1er genbot), sa fête mensuelle (le 21 genbot) et la fuite en Égypte (le 24 genbot) ; et enfin, le 29 du mois, une nouvelle homélie royale pour la fête de la Nativité et la célébration de la victoire du roi sur Badlay. La vie des fidèles se trouve alors organisée autour d’un calendrier liturgique, bien plus que d’un calendrier agricole. Une partie de la société éthiopienne est encadrée par l’Église, relais du roi Zar’a Ya’eqob, qui communique ainsi ses décisions, ses actions, et ses conceptions du pouvoir.

  • 52 Perruchon 1893, 7, et une meilleure traduction du passage proposée par le regretté Schneider 1990, (...)

39Pour finir, il paraît nécessaire de poser la question de la réception et de l’impact des homélies de Zar’a Ya’eqob dans le royaume éthiopien. La documentation dont nous disposons ne permet pas de mesurer l’effet des écrits du roi sur la société. Un indice, relevé dans la chronique de ce souverain, signale toutefois que des peines très sévères étaient infligées à ceux qui n’obéissaient pas à sa loi : “Le roi (publia) partout un ordre disant que celui qui n’agissait pas ainsi, que sa maison soit pillée et lui-même soit châtié corporellement”52. Et le calendrier liturgique actuel de l’Église éthiopienne a conservé les fêtes mensuelles en l’honneur de Marie et de Michel. Mais les homélies de Zar’a Ya’eqob ne sont plus lues à ces occasions.

  • 53 Conti Rossini 1910, 609.

40S’il est malaisé de mesurer l’impact des homélies sur la société éthiopienne, il est en revanche possible d’estimer leur influence sur le clergé éthiopien. En effet, un ouvrage rédigé dans un monastère du lac Tana à la fin du xve siècle, intitulé le Pacte de la Miséricorde, atteste de l’emploi des homélies du roi Zar’a Ya’eqob comme source par l’auteur. Deux textes sont ainsi réemployés : celui sur la victoire militaire du roi Zar’a Ya’eqob contre le sultan de l’Adal (Mashafa Milad) et le Livre des miracles de Marie53. Or, d’après nos informations, le monastère dans lequel fut rédigé le Pacte de la Miséricorde ne possédait pas les textes en question. Mais certains d’entre eux étaient conservés dans des monastères situés sur des îles voisines. Ce qui implique que les textes continuaient de circuler dans le royaume après leur envoi par le scriptorium royal.

41L’écrit est donc bien un outil de communication du pouvoir royal éthiopien au cours du règne de Zar’a Ya’eqob. Il sert à informer mais aussi à donner une représentation du pouvoir éthiopien. Il s’adresse à un public large, celui des chrétiens, qu’il atteint probablement au prix d’un passage par l’oralité : le clergé est donc un médiateur essentiel de la communication du souverain.

Bibliographie

Bibliographie

Bausi, A. (1990) : “Alcune considerazioni sul ’Senodos’etiopico”, Rassegna di Studi Etiopici 34 5-73.

Caquot, A. (1955) : “Aperçu préliminaire sur le Mashafa Tefut de Geshen Amba”, Annales d’Éthiopie 1, 89-108.
— (1987) : “Jubilés”, La Bible, 626-810.

Cerulli, E. (1933) : “L’Etiopia del secolo XV in nuovi documenti storici”, Africa Italiana, 2, 57-112.
— (1934). La sconfitta del sultano Badlay ibn Sa’d ad-din in due inediti "Miracoli di San Giorgio” etiopici”,
Aethiopica, 4, 105-109.
— (1943) :
Il libro etiopico dei Miracoli di Maria e le sue fond nelle letterature del Medio Evo latino, Rome.

Colin. G. (1987) : Vie de Georges de Sagla, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, 492-493, Scriptores AEthiopici 81-82, Louvain.

Conti Rossini, C. (1910) : “Il convento di Tsana e le sue laudi alla Vergine”, Rendiconti della Reale Accademia dei Lincei, série 5, 19, 581-621.
— (1914) : Notice sur les manuscrits éthiopiens de la collection d’Abbadie, extrait du Journal Asiatique, Paris.
— (1943) : “Il libre di re Zar’a Ya’eqob sulla custodia del Mistero”, Rassegna di Studi Etiopici, 2, 148-166.

Conti Rossini, C. et L. Ricci (1964-65) : Il libro della luce del negus Zar’a Ya’eqob (Mashafa Berhan), Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 250-251, 261-262, Scriptores AEthiopici 47-48 (I), 51-52 (II), Louvain.

Derat, M.-L. (1999) : “La sainteté de Giyorgis de Sagla : une initiative royale ?”, Warszawksie Studia Teologiczne, 12, 51-62.
— (à paraître, 1) : Élaboration et diffusion du récit d’une victoire militaire : la bataille de Gomit, décembre 1445”, Oriens Christianus.
— (à paraître, 2) : “A Royal Correspondence in the xvth and xvih Centuries : The Case of the Documents of the Gospel of Dabra Karbe (Zana)”, Proceedings of the XIVth International Conference of Ethiopian Studies, Addis Ababa.

Écrits intertestamentaires (1987) : La Bible, écrits intertestamentaires, Bibliothèque de la Pléiade, Paris.

Faire croire (1981) : Faire croire, modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIe au XVe siècle, Collection de l’École française de Rome 51, Rome.

Getatchew Haile (1979) : Catalogue of Ethiopian Manuscripts Microfilmed for the Ethiopian Manuscript Library (EMML), Addis Ababa, and for the Monastic Manuscript Microfilm Library, Collegeville, Collegeville, IV.

Getatchew Haile et W. F. Macomber (1981) : Catalogue of Ethiopian Manuscripts Microfilmed for the Ethiopian Manuscript Library (EMML), Addis Ababa, and for the Monastic Manuscript Microfilm Library, Collegeville, V.
— (1981) : “The Letter of Archibishops Mika’el et Gabre’el Concerning the Observance of Saturday”,
Journal of Semitic Studies, 26, 73-78.
— (1982) : “The Homily of Ase Zar’a Ya’eqob of Ethiopia in Honour of Saturday”,
Orientalia Lovaniensia Periodica, 13, 185-231.
— (1982) : “Inside the Royal Confinement”,
Northeast African Studies, 4, 19-25.
— (1983) : “The Homily of Zar’a Ya’eqob in Honour of Saint John the Evangelist, EMML 1480, ff. 48r-52v”,
Oriens Christianus, 67, 144-166.
— (1983) : “The Life of abuna Yostinos (EMML 1480, ff. 44r-47r)”,
Analecta Bollandiana, 101, 311-325.
— (1991) :
The Epistle of Humanity of Emperor Zar’a Ya’eqob (Tomara Tesbe’t), Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 522-523, Scriptores AEthiopici 95-96, Louvain.
— (1992) :
The Mariology of Emperor Zar’a Ya’eqob of Ethiopia, Orientalia Christiana Analecta 252, Rome.

Le Boulluec, A. (1995) : La controverse religieuse et ses formes, Paris.

Lusini, G. (1996) : Il “Gadla Absadi” (Dabra Maryam, Sara’e), Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 557-558, Scriptores Æthiopici 103-104, Louvain.

Perruchon, J. (1893) : Les chroniques de Zar’a Ya’eqob et de Ba’eda Maryam, Paris.

Piovanelli, P. (1995) : “Les controverses théologiques sous le roi Zar’a Ya’eqob (1434-1468) et la mise en place du monophysisme éthiopien”, in : Le Boulluec 1995, 189-228.

Schneider, R. (1990) : “Notes éthiopiennes, II”, Annales d’Éthiopie, 15, 113-139.

Vauchez, A. (1981) : “Présentation”, in : Faire croire 1981, 7-16.

Wendt, K. (1962-1963) : Das Mashafa Milad (Liber Nativitatis) und Mashafa Sellasse (Liber Trinitatis) des Kaisers Zar’a Ya’qob, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 221-222, 235-236, Scriptores AEthiopici 41-42 (I), 43-44 (II), Louvain.

Notes

1 Il s’agit en particulier de Dawit (1379/80-1412) qui fit traduire le Livre des miracles de Marie de l’arabe en guèze et "fit rédiger des homélies en son (Marie) honneur” (Caquot 1955, 99) ; et de Na’od (1494-1508) auquel on attribue plusieurs textes dédiés à la Vierge : le malke’a (blason), le weddasse (prière) et le salam (salutation) (Caquot 1955, 108).

2 Les homélies attribuées à Zar’a Ya’eqob ont été en grande partie éditées et traduites. En particulier, la Garde du mystère (Conti Rossini 1943) ; le Livre de la Nativité et le Livre de la Trinité (Wendt 1962-1963) ; le Livre de la lumière (Conti Rossini & Ricci 1964-1965) ; l’Homélie en l’honneur du sabbat (Getatchew Haile 1982) ; l’Homélie en l’honneur de Saint Jean l’Évangéliste (Getatchew Haile 1983) ; l’Épître de l’humanité (Getatchew Haile 1991) ; l’Homélie en l’honneur de l’archange Gabriel et la Révélation des miracles de Marie (Getatchew Haile 1992). Quelques ouvrages restent encore à traduire : la Prière du Bien-Aimé (manuscrit EMML 1529, Getatchew Haile & Macomber 1981, 29), le Livre de la substance (manuscrit EMML 1480, Getatchew Haile 1979 ; ou à découvrir l’Abjuration de Satan et Dieu règne (ouvrages cités dans la chronique de Zar’a Ya’eqob, Perruchon 1893, 78).

3 Perruchon 1893, 115-118.

4 Getatchew Haile 1991, 89.

5 “J’ai donné le nom de Livre de la lumière à ce sermon parce qu’il enseigne le culte du Seigneur, lumière, comme il est dit dans l’Exode (...)” (Conti Rossini & Ricci 1964-1965, I, 9).

6 Pour reprendre le terme employé par les auteurs du recueil de la Pléiade, désignant les pseudépigraphes de l’Ancien Testament (Écrits intertestamentaires 1987, XII).

7 Il s’agit de l’homélie en l’honneur du sabbat (Getatchew Haile 1982, 212, 231).

8 Texte intertestamentaire traduit du grec et reconnu comme canonique en Éthiopie (Caquot 1987, 630).

9 Compilation de textes pseudo-apostoliques traduite de l’arabe (Bausi 1990, 19).

10 Conti Rossini & Ricci 1964-1965, II, 82.

11 Getatchew Haile 1982, 19.

12 Caquot 1955, 106.

13 Colin 1987, 13.

14 Getatchew Haile & Macomber 1981, 323 ; Getatchew Haile 1992, 59.

15 Getatchew Haile 1981, 311, 323.

16 Lusini 1996, VI. Au sujet de la place de Yostinos à la cour royale et d’une comparaison possible avec Georges de Sagla, cf. Derat 1999.

17 Conti Rossini 1943, 63.

18 Dans le calendrier éthiopien, la Nativité tombe le 29 de tahsas. C’est précisément à cette date que Zar’a Ya’eqob remporta la bataille de Gomit. En mémoire de cette victoire et de la naissance du Christ, il commanda donc de célébrer une fête liturgique tous les 29 du mois.

19 J’ai entrepris, ailleurs, l’analyse de l’écriture de cette bataille (Derat, à paraître 1).

20 Conti Rossini 1910, 609 ; Cerulli 1933, 91-92 ; Wendt 1962-1963 I, 13.

21 Le récit met en scène à la fois le courage, l’abnégation et l’élection divine de Zar’a Ya’eqob. Il est construit autour de l’archétype de la lutte de David contre Goliath, l’auteur n’hésitant pas à attribuer de nombreuses citations des psaumes de David au roi Zar’a Ya’eqob (Wendt 1962-1963 I, 17).

22 Cerulli 1933,94.

23 Au sujet des miracles supplémentaires rédigés au cours du règne de Zar’a Ya’eqob, voir Cerulli 1933, 80-96 ; Cerulli 1943, 94-125 ; Getatchew Haile 1992, 149-203.

24 D’après le canon d’al-Mu’allaqah, qui aurait été fixé dans l’église homonyme du Caire par des évêques de l’Église d’Alexandrie, le Livre des Miracles de Marie devait être lu par extrait de trois récits, au cours des 32 fêtes de Marie. Ce canon a été introduit dans le Livre des Miracles de Marie éthiopien lors de sa traduction de l’arabe en guèze au cours du règne de Dawit (Cerulli 1943, 17).

25 Wendt 1962-1963 I, 17.

26 Perruchon 1893, 57-66.

27 Wendt 1962-1963 II, 83.

28 Cerulli 1943, 20.

29 Getatchew Haile 1991, 3.

30 Manuscrit Conti Rossini 91, Accademia dei Lincei, p. 77 ; Derat à paraître (2).

31 Conti Rossini 1914, 159.

32 Manuscrit Conti Rossini 91, Accademia dei Lincei.

33 Perruchon 1893, 75-76.

34 Conti Rossini & Ricci 1964-65 II, 86.

35 Getatchew Haile 1981,77.

36 Ibid., 77.

37 Comme l’attestent les manuscrits dans lesquels cette lettre a été retrouvée : tous sont des copies du Livre de la lumière auxquelles ont été ajoutées des copies de la lettre des métropolites Michael et Gabriel sur la reconnaissance du sabbat (Getatchew Haile 1981, 74).

38 Conti Rossini & Ricci 1964-1965 I, 9.

39 Ibid., 89.

40 Ibid., 89.

41 Vauchez 1981, 16.

42 Getatchew Haile 1991, 2-3, 30-31, 65-66 ; voir aussi l’analyse minutieuse des “hérésies” dénoncées par Zar’a Ya’eqob réalisée par Piovanelli 1995.

43 Getatchew Haile 1991, 53-63.

44 L’Épître de l’humanité associe en effet à Isayeyyas, sa femme Shi Mangasa, qui était gouverneur (hasgwa) du Fatagar, son frère Neway, gouverneur (makwannen) du Tigré, son beau-frère Galawdeyos, qui était probablement l’un des fils du roi Zar’a Ya’eqob, son fils Badel Wani, chef des jeunes de droite et son beau-fils Harb Sagada, chef d’un corps de troupe de la région de l’Angot (Getatchew Haile 1991, 53-54).

45 Avant d’être nommé chef des armées par le roi Zar’a Ya’eqob, Isayeyyas était gouverneur du Tigré. C’est son fils, Neway, qui lui succède ensuite à la tête de cette province du nord du royaume chrétien (Getatchew Haile 1991,62-63).

46 Perruchon 1893, 4-12.

47 Getatchew Haile 1991, 63.

48 Getatchew Haile 1991, 89.

49 Getatchew Haile 1992, 155.

50 Getatchew Haile 1991, 89.

51 Getatchew Haile 1983, 166.

52 Perruchon 1893, 7, et une meilleure traduction du passage proposée par le regretté Schneider 1990, 125.

53 Conti Rossini 1910, 609.

Auteur

CNRS- UMR 8054 (Paris).

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540