Version classiqueVersion mobile

L’écriture publique du pouvoir

 | 
Alain Bresson
, 
Anne-Marie Cocula
, 
Christophe Pébarthe

Première partie. Les littératures du pouvoir

Auguste et la transmission du message idéologique

Jean-Michel Roddaz

Texte intégral

1Les rapports entre le pouvoir et le peuple à Rome ont été profondément modifiés par les guerres civiles de la fin de la République et l’avènement du nouvel ordre augustéen. L’instauration d’un patronat unique, celui du Prince, le monopole exercé par celui-ci sur les principales manifestations et sur la représentation du pouvoir ont largement déterminé l’émergence de nouvelles formes de communication entre l’Empereur et le peuple, étant bien entendu qu’il n’est pas du tout certain qu’Auguste ait pu s’adresser de la même manière à un membre de la plèbe urbaine domo Roma et à un habitant de Gaule, d’Afrique ou d’Asie Mineure. On aura, de la même façon, du mal à mesurer l’impact qu’a pu avoir la restitution par le Parthe des enseignes de Crassus sur un habitant de la péninsule Ibérique et on a encore plus de mal à discerner le degré de satisfaction et de fierté d’un habitant de la Grèce à la nouvelle de la soumission des Cantabres. De toute évidence, le message ne pouvait être le même, ou du moins être reçu de la même manière quand on était dans la capitale ou que l’on vivait ailleurs dans l’Empire.

  • 1 Veyne 1976, 661 sq. ; Veyne 1990, 311-342.
  • 2 Scott 1933 ; Jal 1963, 158 sq. ; voir en dernier lieu, Freyburger & Roddaz 1991, xlvi-liv.
  • 3 Voir en dernier lieu Ferrary 2003 et Roddaz 2003.

2Une question de terminologie se pose tout d’abord : les termes de propagande et d’idéologie ont été largement galvaudés par l’historiographie moderne. En ce qui concerne la propagande, les études de P. Veyne1 ont montré l’usage abusif que l’on a pu faire de cette notion à propos du régime impérial ; on ne saurait cependant nier qu’Auguste a largement utilisé ce moyen qui avait permis à Octavien de retourner l’opinion en sa faveur dans la lutte qu’il avait conduite contre Antoine et Cléopâtre2. L’existence d’une opinion publique, condition nécessaire pour qu’il y ait déploiement de propagande est avérée pour l’époque triumvirale, et même si, après 27, l’apparat monarchique ne constituait pas un programme politique en lui-même, il fallait faire accepter à une opinion publique déjà passablement convaincue par l’artifice de la Res Publica Restituta, la nouvelle entreprise politique. En ce qui concerne l’idéologie, les choses sont un peu plus complexes, car même si l’on a eu tort, comme cela a été fait parfois, de mettre sur le même plan l’idéologie augustéenne et d’autres mieux connues de nous du siècle passé, on ne peut nier que le Prince eut besoin de justifier son régime, de lui donner une réalité, un cérémonial, mieux une doctrine. Mais, pour que l’on puisse parler d’une idéologie, il faut, tout en évitant la confusion entre expression et information, qu’il y ait des textes et des images ; c’est pour cela qu’il est difficile de parler de l’idéologie d’Antoine, mais que l’on est plus à l’aise pour analyser celle d’Auguste. Il n’est naturellement pas question d’étudier ici l’idéologie augustéenne ; ce n’est d’ailleurs pas le sujet. Il suffit de retenir que son maître-mot est Res Publica Restituta3, un slogan qui aide à comprendre que la révolution augustéenne est une révolution conservatrice et que tout l’art d’Auguste consista à faire du neuf avec du vieux.

  • 4 Zanker 1987, et les remarques de Eder 1990, 73 sq.
  • 5 Eder 1990, 84. Toute image issue d’un milieu culturel spécifique n’est parfaitement visiblement pa (...)
  • 6 Corbier 1987.

3La nouvelle monarchie hérita avec le culte du souverain hellénistique d’un système de communication visuelle dans lequel la nouvelle imagerie et la symbolique furent fortement intégrées. En Occident, l’impact de la nouvelle imagerie présupposa l’acceptation de la totalité du concept idéologique et cela explique une certaine uniformité des réalisations et la simplicité du message. P. Zanker, dans son ouvrage sur le pouvoir des images4, a largement exploré l’interaction complexe de l’établissement de la monarchie, de la transformation de la société et de la création d’une toute nouvelle méthode de communication visuelle. Une réserve, cependant : sans aucun doute, le pouvoir des images qui s’exprime dans un monument, une statue, un mémorial convient bien pour illustrer ce qui existe, pour rendre visible les idéologies derrière la réalité et pour amplifier les sentiments autant que les identités un peu vagues. Mais, de la même manière, il paraît problématique d’attribuer à ces images et symboles le pouvoir de créer de nouvelles identités. Même dans le cas de programmes picturaux avec une base idéologique qui ont de longues années pour provoquer un effet sur le spectateur, l’axiome demeure : on ne voit seulement que ce que l’on connaît5. L’efficacité d’un programme pour créer de nouvelles identités dépend donc du degré de familiarité du contenu du message : il est nécessaire de recourir au passé. Mais pourquoi cette digression sur l’image, alors que la perspective de cette rencontre est l’écrit ? Dans la mesure où faire savoir, c’est aussi faire croire et en même temps faire admirer, il paraît difficile de distinguer entre l’écrit et l’image. A Rome, l’image est au moins aussi importante que l’écriture ; elle lui est surtout étroitement associée ; M. Corbier, dans un article pionnier6, avait bien montré que l’information et la propagande passaient par l’image aussi bien et même plus que par l’écrit. C’est cette étroite imbrication entre l’image et l’écriture que je voudrais d’abord mettre en évidence.

  • 7 Ando 1992, 279.
  • 8 Virgile, Énéide, 6.851 : “A toi de diriger les Peuples sous ta loi, Romain, qu’il t’en souvienne.. (...)
  • 9 Bonnefond 1987, 251-278.

4Il est naturellement inutile de reprendre tout ce qui a été dit ou écrit sur le sujet et je me contenterai de prendre un exemple significatif des thèmes développés dans l’idéologie augustéenne, celui de la victoire, parce qu’il occupe une place déterminante dans les messages que le Prince a voulu faire passer. Le pouvoir d’Auguste ne repose pas sur l’armée, mais sur la victoire ; à la limite peu importe que le Prince ait été un piètre général : le contraste entre sa propagande et sa médiocrité militaire n’existe pas pour Rome. Le succès militaire est lié à trois éléments, l’imperium, l’auspicium et la felicitas, c’est-à-dire la relation avec le divin. La victoire exprime donc pour les Romains le lien entre le magistrat, celui qui détient l’imperium et l’auspicium, et les dieux, et la défaite est la conséquence de la rupture de ce lien7. Précisément, le nom d’Auguste est la reconnaissance de sa stature unique, de son charisme, de sa felicitas, et il accomplit la mission de Rome, définie par Virgile ‘Tu regere Imperio populos, Romane, memento8’. Le rôle d’Auguste est d’être l’intermédiaire entre Rome et les dieux et l’on comprend bien dans ce contexte le monopole qu’il exerce dans ce domaine, monopole du triomphe qui lui permet de mettre à son crédit les victoires de ses légats et l’accaparement de l’espace public par l’omniprésence des symboles de victoire, pour exalter sa virtus : la réorganisation du forum Romanum avec l’élévation de colonnes et d’arcs triomphaux, le transfert sur le forum Augustum de la plupart des fonctions militaires et triomphales en font la démonstration9.

  • 10 Tacite, Dialogue. 13.

5En quoi consiste ce message ? Qui le transmet ? Celui de l’artiste est plus difficile à déchiffrer que celui du poète. D’abord, le premier est aux ordres, ce qui n’est pas toujours le cas du second, ensuite, le premier délivre un message simple : la présence de dauphins, de tritons, de rostres ou de couronnes de laurier est suffisamment évocatrice pour rappeler la victoire. Il est, en revanche plus difficile de déchiffrer le langage des poètes : ils ont certes exalté le miracle d’Actium, mais on mesure mal l’impact de leur message sur le peuple : on sait seulement que Virgile fit un véritable triomphe lorsqu’il lut l’Enéide au théâtre, lieu d’un véritable dialogue entre le Prince et la plèbe et qui remplit une importante fonction culturelle et didactique10. Cela pose la question des lieux de diffusion de cette propagande.

  • 11 Pline, Histoire Naturelle, 22.6.3.
  • 12 Dion Cassius, Histoire romaine, 56.34.

6L’endroit le plus significatif est naturellement le forum d’Auguste où les statues des triomphateurs et de ceux qui ont reçu les ornements du triomphe ont rejoint celles des summi viri de la République. Il s’agit ni plus ni moins d’un condensé de l’histoire de Rome puisque la statue de chacun des grands hommes est associée à un bref titulus qui donne le nom du personnage et un cursus, récit abrégé des hauts faits de chaque personne11 : l’Histoire est réduite à un simple mais continu processus de la grandeur de l’Empire qui ne se termine pas, comme on l’a dit trop souvent, au moment présent. L’Histoire est ainsi révisée pour se confondre avec le mythe tout en répondant aux propos du Prince et il n’est pas étonnant que le Prince ait lui-même participé aux choix des programmes et des personnages et à la rédaction des elogia. Ce n’est pas non plus un hasard si, conformément aux consignes écrites d’Auguste laissées dans son testament, les grands hommes qui sont sur le forum sont les mêmes dont les images sont présentées lors des funérailles du Prince12, sans aucun doute avec la mention de leurs hauts faits.

  • 13 Ovide, Tristia, 4.2.19-22 ;41-46 ; Ando 1992, 253.
  • 14 Pline, Histoire Naturelle, 5.36-37 ; voir Desanges 1957.
  • 15 Mela 3.49.
  • 16 Pline, Histoire Naturelle, 35.22-23.

7Cette association entre le texte et l’image se retrouve dans la pompe triomphale et la représentation des peuples vaincus sur les tableaux du triomphe : lors du triomphe de Tibère sur la Germanie, on représenta les montagnes, les rivières et les batailles13, avec de brèves indications, et Pline observe que les écrivains reproduisent les conquêtes de Cornelius Balbus dans l’ordre dans lequel sont présentés les tableaux du triomphe : ‘Balbus a mené en triomphe les noms et les images des peuples et des villes’14. Le Mont Giri, situé dans un lieu inconnu sur le territoire des Garamantes, est précédé d’un écriteau disant qu’il produit des pierres précieuses. On fournit là l’information susceptible d’intéresser la foule. De la même manière, Pomponius Mela indique qu’il utilise sur la Bretagne des informations géographiques et ethnographiques transmises au moment du triomphe de Claude15. Ces tableaux avec leur légende sont ensuite exposés dans des lieux fréquentés où ils sont parfois directement commentés comme jadis l’avait fait L. Hostilius Mancinus au forum devant le plan de Carthage assiégée par Scipion Émilien16.

  • 17 Sur le rôle et la place des portiques, voir Zanker 2001, 122-132 ; sur les lieux de l’affichage, v (...)
  • 18 Velleius Paterculus 2.1.2.
  • 19 Galinsky 1996,364.
  • 20 Zanker 1987, 147 : voir aussi Ovide, L’Art d’aimer, 3.393 ; Martial 2.14.
  • 21 Pline, Histoire Naturelle, 36.29.
  • 22 Suétone, Auguste, 31 ; voir Zanker 1987, 150-151 ; Gros 2001.

8Hormis le forum d’Auguste, ce sont les nombreux portiques érigés ou restaurés par le Prince qui constituaient les principaux lieux de cette information17. Ces portiques étaient concentrés au Champ de Mars, d’abord dans la zone du Circus Flaminius, point de départ de la procession triomphale au moins depuis le début du iie siècle a.C. Les viri triumphales avaient voulu marquer dans la pierre la célébration de leurs exploits et certaines de ces colonnades portaient témoignage de la publica magnificentia, pour reprendre l’expression de Velleius Paterculus18, à propos de laporticus construite à l’origine par Cn. Octavius après sa victoire sur Persée en 168. La compétition entre les viri triumphales fut remplacée par le monopole d’Auguste qui restaura les anciens portiques comme monuments de la famille impériale, faisant disparaître le nom de leurs anciens patrons et utilisant ces espaces pour commémorer ses propres exploits19. Surtout, ces espaces se multiplièrent à l’époque augustéenne, sur l’Esquilin, mais aussi et surtout dans la partie centrale du Champ de Mars, autour du Panthéon et des Saepta Iulia, lieu restauré à l’origine pour la réunion des comices, mais qui devint rapidement une espèce de bazar où se rassemblaient toutes sortes de marchands20. Les portiques aux alentours portaient le nom d’œuvres d’art qui y étaient exposées, portique de Argonautes, portique de Méléagre, et constituaient un vaste système d’espaces couverts et richement décorés21 qui parcourait les zones centrales de la vie citadine et étaient accessibles à tous. Ces espaces polyvalents étaient des lieux de communication sociale par excellence, fréquentés par toutes sortes de gens, certes des acheteurs fortunés côtoyant des parasites de la société à la recherche d’une invitation, mais aussi des élèves avec leur maître et qui venaient prendre leur leçon devant telle ou telle œuvre d’art. Ils devinrent comme ceux des fora impériaux de centres de la vie intellectuelle où l’on présentait des conférences sur tous les sujets. Ces portiques largement ouverts au public, à tous les publics mettaient en scène aussi bien l’école que la religion, la politique ou la justice. Certains, comme la Porticus Octaviae étaient accolés à des scholae et à des bibliothèques, dans ce cas précis dédiées à Marcellus, défunt neveu et gendre du Prince, et situées à proximité du théâtre qui porte son nom, dans un quartier où se déroulaient diverses manifestations culturelles22. Chacun de ces portiques avait ses propres images et ses inscriptions qui racontaient l’histoire de son (ou ses) donateurs historiques ; ils étaient des lieux de mémoire dans lesquels le Prince et ses familiers installaient statues, tableaux, œuvres d’art, objets de butin et trophées qui exaltaient la victoire et rappelaient que Rome était le centre du monde.

  • 23 Pline, Histoire Naturelle, 3.13-16.
  • 24 Nicolet 1988, 111 sq.
  • 25 Servius, Ad Aen., 8.720-723. Voir aussi Pline, Histoire Naturelle, 36.39 ; Velleius Paterculus 2.3 (...)
  • 26 Dion Cassius, 56.34.1-3 ; cf. Res Gestae, 26.1.

9Quel autre document pourrait le mieux suggérer au peuple romain cette réalité que la fameuse carte dessinée sur la Porticus Vipsania, à l’instigation du Prince, sur les recommandations du frère de Vipsania, Marcus Agrippa : il s’agit, selon Pline, de montrer la terre à l’Urbs ‘sic quoque terrarum orbem victum ostendere’ : pour gouverner l’oikoumène, il faut le connaître, le mesurer et le représenter23. La carte en forme de chlamyde, de type oblong, a été réalisée à partir des commentaires écrits : on peut toujours discuter de l’ampleur des indications écrites qui figuraient sur le plan, mais à côté de la mention des distances, il y avait probablement des noms de lieux, de fleuves et de pays24 : la démarcation entre l’image et l’écrit s’estompe. Il est certain aussi que ce type de représentation contribuait à familiariser le peuple romain avec le nom des peuples et des lieux déjà largement évoqués dans les œuvres des poètes et mis en scène dans les effigies figurées installées dans les portiques et les exèdres du forum d’Auguste. La carte est un objet symbolique et donc politique : on affiche aux yeux de Rome le monde qu’elle domine comme Auguste installe dans le portique des nations de son forum, qui n’est pas sans parallèle avec celui de Pompée, la représentation de toutes les races conquises : ‘simulacrum omnium gentium’, nous dit le scoliaste de Virgile25, les mêmes qui défilent le jour de ses funérailles26. La familiarité pour l’habitant de Rome est devenue telle que l’image peut se réduire à une effigie et l’écrit se résumer à un titre ou à un slogan.

  • 27 Nicolet 1988, 131.

10En montrant la terre à l’Urbs, dans un lieu particulièrement fréquenté et proche des monuments dynastiques, le pouvoir reprend le thème de l’empire universel et l’orbis pictus se présente comme l’illustration savante d’un autre document écrit, les Res Gestae, et n’est pas sans lien avec le Forum Augusti qui lui est contemporain27. Il s’agit, en quelque sorte, de figurer l’achèvement spatial de la conquête, de signifier visuellement la maîtrise des terres habitées et, à partir de là, de pouvoir recommander de ne pas aller plus loin.

  • 28 Sur les Acta Diurna, voir Bats 1994 ; Baldwin 1979.
  • 29 Pline, Histoire Naturelle, 7.186.
  • 30 Suétone, César, 24.3 ; 74.2 ; Auguste, 66.4.
  • 31 Tacite, Annales, 13.36.
  • 32 Pline, Histoire Naturelle, 7.186.
  • 33 Mela 3.13.
  • 34 Mela 3.11.
  • 35 Mela 3.13 : “et trois autels appelés Arae Sestianae, installés sur une presqu’île et que le nom d’ (...)
  • 36 Horace, Ode, 4.14.1-6 : “Comment le zèle des Pères et des quirites pourrait-il, Auguste, combler l (...)
  • 37 Suétone, Auguste, 55-56.
  • 38 Voir sur ce point Jal 1963, 208 sq.
  • 39 Si le lieu d’affichage reste du domaine de l’incertain, les pratiques de l’affichage ne font aucun (...)
  • 40 Suétone, Auguste, 42.
  • 41 Pline, Histoire Naturelle, 35.26 ; voir aussi 34.62 ; Roddaz 1984, 512 sq.
  • 42 Dion Cassius, Histoire romaine, 54.28.3 sq. ; Frachetti 1994, 299-307.
  • 43 A la base de l’édit, il y a une oratio, un discours ou une proclamation faite devant le peuple qui (...)
  • 44 Jal 1963, 225 sq.
  • 45 Suétone, Auguste, 56 ; voir aussi 89.6 ; Corbier 1987, 53.
  • 46 Ovide, Pont., 1.1.23.
  • 47 Suétone, Auguste, 53.
  • 48 Suétone, Auguste, 89.4.

11L’écrit n’avait pas toujours besoin du support de l’image et Octavien avait pu mesurer son efficacité dans la guerre de propagande qu’il avait menée contre Antoine et Cléopâtre. Sa victoire lui permit de contrôler le contenu des Acta Diurna, véritable journal officiel, désormais au service du pouvoir28. Les auteurs anciens citent cette gazette sous des noms différents : Pline parle des Acta Populi Romani29, Suétone des Populi diurni Acta30, Diurna Urbis Acta selon Tacite31. Auguste interdit la publication des Acta senatus qu’avait instaurée César, mais il ne supprima pas la gazette dont il contrôla le contenu et qui lui permit de diffuser l’information sur lui-même et sur la domus. Les Acta relataient aussi bien les prodiges que les événements heureux ou malheureux de la famille impériale et contenaient toutes sortes de message que le pouvoir souhaitait transmettre. Ils étaient affichés à l’usage du public et les particuliers pouvaient prendre copie du texte qui était ensuite conservé dans les archives de l’État. Ils étaient par ailleurs régulièrement envoyés aux gouverneurs de province dont ils constituaient la principale source d’information sur les événements de la capitale. On dispose malheureusement de peu d’informations concrètes transmises par nos sources sur le contenu de ce journal : une seule est dûment attestée par Pline32 pour tout le règne d’Auguste. On peut cependant pousser la réflexion un peu plus loin : si le contenu des séances et des débats fut interdit à la diffusion, il en allait autrement des décisions ou décrets de l’assemblée auxquels on donnait une très large publicité, notamment quand il s’agissait d’honorer le Prince ou sa famille. On peut aussi légitimement penser que Pline ou Pomponius Mela n’ont pas eu besoin de se rendre dans les provinces pour lire l’inscription de la Turbie, celle des Arae Sestianae33 ou encore celle de la Turris Augusti34 dans le Nordouest de l’Espagne. Et lorsque Mela évoque à propos des autels de Sestius Quirinalis la mission de Rome d’éclairer ces terres autrefois obscures ‘et tres arae quas sestianas vocant in paene insula sedent et sunt Augusti nomine sacrae inlustrantque terras ante ignobiles35le rappel de cette formule répond comme un écho au vers d’Horace ‘O qua sol habitabilis inlustrat36. Mais les Acta servirent aussi à mon avis à la publication de certains discours prononcés au Sénat ou devant le peuple ‘in senatu aut in contione populi’ et Suétone fait bien la distinction avec les diverses sentences, avis ou réprimandes qui firent l’objet d’un édit37. Auguste portait un soin tout particulier à la préparation de ses discours et les écrivait avant de les prononcer38 : on peut donc penser qu’ils étaient largement diffusés et affichés même s’il est difficile d’en mesurer l’impact39 : il pouvait ainsi se justifier de refuser un congiaire ou une distribution de vin, parce que, disait-il, son gendre Agrippa avait suffisamment pris soin à ce que personne ne mourut de soif40. Il n’était sans doute pas le seul à utiliser les Acta et c’est peut-être là que Pline trouve la trace du fameux discours ‘de tabulis omnibus signisque publicandis’, digne, selon lui, du plus grand des citoyens et dans lequel le gendre du Prince préconise de verser dans le domaine public tous les tableaux et toutes les statues, ce qui eut été bien préférable à leur envoi en exil dans une maison de campagne41. Quel meilleur lieu que les Saepta Iulia devant lesquels se tenaient habituellement les contiones électorales pour prononcer ce discours de propagande politique et quel meilleur endroit que les portiques qui jouxtaient cet ensemble, celui des Argonautes ou celui de Méléagre, là où précisément Agrippa appliquait ces préceptes42, pour afficher ce texte ? On peut en effet douter que, d’une manière générale, ces injonctions furent suivies d’effet, mais on peut être certain de la large diffusion de ce discours qui affichait le caractère populaire voire populiste de son auteur ; le document après avoir été affiché fut certainement recopié et rangé dans les archives où Pline put le consulter. A partir du moment où Auguste avait dépossédé le Sénat et le peuple de tout pouvoir politique, il était nécessaire pour le pouvoir impérial de communiquer : le prince, doté comme tout magistrat du ius edicendi fit donc un large usage de l’édit pour s’adresser au peuple. A la différence de la loi, l’édit ne contenait pas nécessairement un ordre, mais permettait de donner des informations, des conseils ou de faire des réprimandes43. Pendant les guerres civiles, ce texte officiel, puisqu’il émanait d’un magistrat, avait largement été utilisé sous la forme de proclamation et d’affiche ; il avait en outre permis la diffusion de libelles à destination du peuple44. Auguste perpétua cet usage, ce qui lui permit, entre autres, de répondre aux pamphlets, libelles, satires qui circulaient très librement dans Rome, mais aussi aux graffiti, vers ou épigrammes voire autres plaisanteries haineuses que l’on voyait inscrits un peu partout dans Rome dans les lieux publics largement fréquentés et jusque sur les socles des statues45. On sait par exemple que les libelles ou discours d’Antoine étaient encore lus à la fin du règne, ainsi que l’indique Ovide, ‘Antoni scripta leguntur’46. Suétone donne quelques exemples de contenu d’édits du Prince, réprimande aux spectateurs qui, au théâtre, le saluent du nom de maître47, invitation faite aux chevaliers de venir écouter ses plaidoiries et il lui arriva même, selon le biographe, de lire au Sénat et de faire connaître au peuple par un édit des ouvrages entiers, comme les discours de Q. Metellus sur la repopulation et ceux de Rutilius sur la somptuosité excessive des édifices pour démontrer avec plus de force qu’il n’était pas le premier à s’occuper de ces deux questions48.

  • 49 Voir Ando 1992, 198-199.
  • 50 Suétone, Auguste, 101.

12Octavien lui-même fit publier les discours qu’il avait prononcés contre Sextus Pompée et en fit un livre, mais c’est surtout dans son autobiographie qu’il chercha à se justifier de ses actes de triumvir. Il est vrai que la période se prêtait à ce type d’ouvrages et nombreux étaient ceux qui, mêlés aux événements des guerres civiles, éprouvèrent le besoin de raconter leur vie, certains d’être compris ou du moins de susciter l’intérêt de leurs contemporains, mais aussi parfois avec le secret désir de se justifier ou de se mettre en valeur. Auguste ne fut donc pas une exception et l’on peut s’interroger sur l’écho auprès du public de ce texte apologétique en 13 livres49. Il eut sans conteste une grande influence sur la littérature et l’historiographie du temps, car il constituait la version officielle des événements, et fut littéralement recopié, plagié par les historiens des siècles postérieurs. Son impact fut, à notre avis, plus grand que les documents qu’il laissa après sa mort et que Suétone présente bien50 : trois rouleaux de parchemin ; ils contenaient l’un des ordres relatifs à ses funérailles, le second, le résumé de l’œuvre qu’il avait accomplie(Index rerum a se gestarum), résumé qu’il demandait de graver sur des tables de bronze, à placer devant son Mausolée ; le troisième était un état de la situation de tout l’Empire, mentionnant combien il y avait de soldats sous les enseignes, sur l’ensemble du territoire, combien il y avait d’argent dans le trésor, dans les caisses impériales et ce qui restait des revenus publics”.

13Si Auguste avait rédigé son Autobiographie pour expliquer sa position, sa statio, avec un œil sur la postérité, il adoptait dans les Res gestae, un ton plus neutre. Le texte n’est en rien un document de propagande – qui reste-t-il d’ailleurs à convaincre ? – mais un exposé factuel d’une glande sobriété qui détaillait les conquêtes diplomatiques et militaires, les bienfaits et les jeux accordés à la plèbe, la contribution à la Rome de marbre. Mais c’est davantage le texte d’un notaire qui rend les comptes et fait un bilan que le mémorial d’un conquérant. Et, pour le contemporain, le texte compte moins que le lieu où il est exposé parce que ce lieu symbolise à lui seul la grandeur du règne et la pérennité de la dynastie.

  • 51 Nicolet 1988. 192 sq.
  • 52 Dion Cassius, Histoire romaine, 53.30.2. Suétone, Auguste, 28.1.

14Le Breviarium totius imperii complétait les Res Gestae et donnait l’état du monde qu’Auguste avait gouverné51. Ce document sur la situation de l’Empire constituait un véritable outil de gouvernement et contenait un nombre considérable d’informations. Il était régulièrement remis à jour, puisqu’en 23 a.C., croyant sa fin venue, le Prince l’avait confié à son collègue au consulat52 : son but n’était pas qu’il soit largement diffusé.

Conclusion

  • 53 Sur ce point, voir Veyne 1976, 545.

15L’avènement du Principat n’a pas mis un terme à la communication entre le pouvoir et le peuple. Bien au contraire, les formes de cette communication se sont diversifiées et se sont structurées dans la mesure où le pouvoir impérial avait d’autant plus besoin d’informer qu’il avait dépossédé les institutions républicaines de tout véritable pouvoir politique. Mais cette communication tendit de plus en plus à se faire à sens unique, le ton du Prince se fit davantage moralisateur et les relations qu’il entretint avec le peuple furent de plus en plus celles d’un père ou d’un patron ; il s’ensuit que lui-même et sa domus – la domus divina – constituèrent l’essentiel des centres d’intérêt tandis que s’opérait de plus en plus la confusion de la sphère privée et du domaine public. Dans ce sens l’écrit se dépolitisa peu à peu et la propagande s’avéra de plus en plus inutile. Si l’on critique ou l’on se moque par des libelles ou des graffiti, c’est la personne du souverain ou de ses proches qui sert de cible, leur vie privée que l’on raille, mais on ne conteste pas le pouvoir que le Prince incarne. Paradoxalement, cette familiarité dans le ton renforce encore la connivence avec l’Empereur, dans la mesure où l’on se sent encore plus proche de celui que l’on peut critiquer dans son intimité53.

16Une autre idée se détache de nos remarques : la simplicité des messages qui ont trait à l’idéologie officielle. Le pouvoir est soucieux qu’ils soient accessibles à tous. Les slogans suffisent parfois : pietas, concordia, virtus, clementia ; de la même manière, l’imagerie est simplifiée, nous l’avons vu lorsqu’il s’agit d’exalter la victoire impériale. Les monnaies symbolisent le mieux cette expression édulcorée qui se diffuse dans les provinces et cette association de l’écrit et de l’image que l’on trouve dans tous les lieux publics. La cité entière est un lieu d’expression potentiel, du moins ses monuments, ses places, ses rues et ses portiques.

  • 54 Dion Cassius. Histoire romaine, 53.19.

17Une dernière remarque, enfin ; les historiens de l’Antiquité, même ceux qui étaient favorables au régime impérial (Dion Cassius, par exemple), ont établi un lien entre la restriction de la liberté politique et une certaine uniformité dans la façon de présenter l’Histoire54, disons l’appauvrissement d’une certaine liberté intellectuelle : la restriction du champ de la liberté de l’écrit aurait correspondu à la perte de la liberté politique. Rien d’étonnant à cela, mais il convient de nuancer, car cela serait admettre que le pouvoir détenait les moyens de la censure et de verrouiller la liberté de pensée et d’expression. Le souci d’Auguste de répondre aux critiques montre que ce n’était pas le cas et les premiers autodafés d’œuvres littéraires, philosophiques ou historiques mentionnées par nos sources datent de la fin du règne lorsque la loi de majesté est utilisée à des fins de censure. Et si elles sont rappelées, c’est bien qu’il s’agit de cas exemplaires et exceptionnels. Le nouvel ordre était en réalité dans l’incapacité de restreindre cette liberté, voire de la contrôler. La question essentielle n’est cependant pas là ; elle est celle du public, celle d’une opinion publique qui n’existe pas, parce que la masse se détourne de ces questions. Elle pose un autre problème qui est celui de la capacité de réception du message, mais aussi celui de l’alphabétisation, du niveau de la lecture ; il s’agit là d’un autre débat et d’un autre colloque et ne concerne pas spécifiquement l’époque augustéenne à laquelle je me suis intéressé.

18Quoiqu’il en soit, le monopole du pouvoir politique ne signifiait pas monopole de la pensée et l’écrit pouvait devenir une arme particulièrement redoutable si le pouvoir se coupait des élites ou si son détenteur ne se révélait plus digne de Rome.

Bibliographie

Bibliographie

Ando, C. (1992) : Impérial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Berkeley.

Baldwin, B. (1979) : “The acta diurna’’, Chiron, 9, 189-203.

Bats, M. (1994) : “Les débuts de l’information politique officielle à Rome au ier siècle av. J.-C.”, in : Demougin 1994, 19-43.

Belayche, N., éd. (2001) : Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Rennes.

Bonnefond, M. (1987) : L’Urbs : espace urbain et histoire ( ier siècle av. J.-C.- iiie siècle ap. J.-C.), Collection de l’École française de Rome 98, Rome.

Corbier, M. (1987) : “L’écriture dans l’espace public romain”, in : Bonnefond 1987, 27-60.

Coudiy, M. (1994) : Senatus-Consulte et Acta Senatus : rédaction, conservation et archivage des documents émanant du Sénat, de l’époque de César à celle des Sévères”, in : Demougin 1994 65-102.

Demougin, S., éd. (1994) : La mémoire perdue, A la recherche des archives oubliées, publiques et privées de la Rome antique, Paris.

Desanges, J. (1957) : “Le triomphe de Cornélius Balbus (19 av. J.-C.)”, Revue Africaine, 101, 1-43.

Eder, W. (1990) : “The Augustan Principate as Binding link between Republic and Empire” in : Raaflaub & Toher 1990, 71-122.

Ferrary, J.-L. (2003) : “Res Publica Restituta et les pouvoirs d’Auguste”, in : Franchet d’Espèrey et al. 2003,419-428.

Frachetti, A. (1994) : Rome et le Prince, Paris.

Franchet d’Espèrey, S., Fromentin, V., Gotteland, S. et J.-M. Roddaz, éd. (2003) : Fondements et crises du pouvoir, Ausonius Études 9, Bordeaux.

Freyburger, M.-L. et J.-M. Roddaz éd. (1991) : Dion Cassius, Histoire romaine. Livres 50 et 51, Paris.

Galinsky, U. (1996) : Augustan Culture, Princeton.

Gros, P. (2001) : L’architecture romaine : du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. 2, maisons, palais, villas et tombeaux, Paris.

Jal, P. (1963) : La guerre civile à Rome, Étude littéraire et morale, Paris.

Nicolet, C. (1988) : L’inventaire du monde, Paris.

Raaflaub, K. et M. Toher, éd. (1990) : Between Republic and Empire, Interpretations of Augustus and his Principate, Londres.

Roddaz, J.-M. (1984) : Marcus Agrippa, Rome.
— (2003) : “La métamorphose : d’Octavien à Auguste”, in : Franchet d’Espèrey et al. 2003, 397-418.

Scott, K. (1933) : “The Political Propaganda of 44-33 B.C.”, Memoirs of the American Academy in Rome, 11, 7-49.

Veyne, P. (1976) : Le pain et le cirque, Paris.
— (1990) : La société romaine, Paris.

Zanker, P. (1987) : Augustus und die Macht der Bilder, Munich.
— (2001) : “L’Empereur construit pour le peuple”, in : Belayche 2001, 119-156.

Notes

1 Veyne 1976, 661 sq. ; Veyne 1990, 311-342.

2 Scott 1933 ; Jal 1963, 158 sq. ; voir en dernier lieu, Freyburger & Roddaz 1991, xlvi-liv.

3 Voir en dernier lieu Ferrary 2003 et Roddaz 2003.

4 Zanker 1987, et les remarques de Eder 1990, 73 sq.

5 Eder 1990, 84. Toute image issue d’un milieu culturel spécifique n’est parfaitement visiblement par les individus qui font partie du même ensemble culturel.

6 Corbier 1987.

7 Ando 1992, 279.

8 Virgile, Énéide, 6.851 : “A toi de diriger les Peuples sous ta loi, Romain, qu’il t’en souvienne...”

9 Bonnefond 1987, 251-278.

10 Tacite, Dialogue. 13.

11 Pline, Histoire Naturelle, 22.6.3.

12 Dion Cassius, Histoire romaine, 56.34.

13 Ovide, Tristia, 4.2.19-22 ;41-46 ; Ando 1992, 253.

14 Pline, Histoire Naturelle, 5.36-37 ; voir Desanges 1957.

15 Mela 3.49.

16 Pline, Histoire Naturelle, 35.22-23.

17 Sur le rôle et la place des portiques, voir Zanker 2001, 122-132 ; sur les lieux de l’affichage, voir Corbier 1987, 43-46.

18 Velleius Paterculus 2.1.2.

19 Galinsky 1996,364.

20 Zanker 1987, 147 : voir aussi Ovide, L’Art d’aimer, 3.393 ; Martial 2.14.

21 Pline, Histoire Naturelle, 36.29.

22 Suétone, Auguste, 31 ; voir Zanker 1987, 150-151 ; Gros 2001.

23 Pline, Histoire Naturelle, 3.13-16.

24 Nicolet 1988, 111 sq.

25 Servius, Ad Aen., 8.720-723. Voir aussi Pline, Histoire Naturelle, 36.39 ; Velleius Paterculus 2.39.2.

26 Dion Cassius, 56.34.1-3 ; cf. Res Gestae, 26.1.

27 Nicolet 1988, 131.

28 Sur les Acta Diurna, voir Bats 1994 ; Baldwin 1979.

29 Pline, Histoire Naturelle, 7.186.

30 Suétone, César, 24.3 ; 74.2 ; Auguste, 66.4.

31 Tacite, Annales, 13.36.

32 Pline, Histoire Naturelle, 7.186.

33 Mela 3.13.

34 Mela 3.11.

35 Mela 3.13 : “et trois autels appelés Arae Sestianae, installés sur une presqu’île et que le nom d’Auguste rend sacrés, illustrent une contrée auparavant obscure” (trad. CUF).

36 Horace, Ode, 4.14.1-6 : “Comment le zèle des Pères et des quirites pourrait-il, Auguste, combler la mesure des hommages et des honneurs, perpétuant les vertus dans les inscriptions et les Fastes qui n’oublieront jamais, ô toi, le plus grand de ceux qui ont le premier rang aussi loin que le soleil illumine les régions habitées” ; voir aussi Velleius Paterculus, 2.39.2 et Virgile, Énéïde, 8.721.

37 Suétone, Auguste, 55-56.

38 Voir sur ce point Jal 1963, 208 sq.

39 Si le lieu d’affichage reste du domaine de l’incertain, les pratiques de l’affichage ne font aucun doute : Suétone, Auguste, 89. Voir Corbier 1987, 46 sq.

40 Suétone, Auguste, 42.

41 Pline, Histoire Naturelle, 35.26 ; voir aussi 34.62 ; Roddaz 1984, 512 sq.

42 Dion Cassius, Histoire romaine, 54.28.3 sq. ; Frachetti 1994, 299-307.

43 A la base de l’édit, il y a une oratio, un discours ou une proclamation faite devant le peuple qui a été invité à se réunir en contio ‘in contione edicere’. La lecture officielle est effectuée devant le Sénat et l’affichage suit : Veyne 1990, 549.

44 Jal 1963, 225 sq.

45 Suétone, Auguste, 56 ; voir aussi 89.6 ; Corbier 1987, 53.

46 Ovide, Pont., 1.1.23.

47 Suétone, Auguste, 53.

48 Suétone, Auguste, 89.4.

49 Voir Ando 1992, 198-199.

50 Suétone, Auguste, 101.

51 Nicolet 1988. 192 sq.

52 Dion Cassius, Histoire romaine, 53.30.2. Suétone, Auguste, 28.1.

53 Sur ce point, voir Veyne 1976, 545.

54 Dion Cassius. Histoire romaine, 53.19.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search