Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

Conclusions

Ségolène Demougin

Texte intégral

1Au terme de nos deux jours de travaux, nous avons sans aucun doute progressé dans la compréhension du concept d’élite, tel qu’il ressort des études et enquêtes minutieuses présentées ici. Mais si nous avons pu le faire dans les meilleures conditions possibles, c’est en vertu du dynamisme scientifique et de la célèbre hospitalité que nous a prodiguée l’Institut Ausonius. Pendant tout ce temps d’échanges fructueux, nous avons été traités nousmêmes comme des élites, et rien n’a été ménagé pour rendre notre séjour plus agréable. Grâces en soient rendues tout d’abord à J.-M. Roddaz, le directeur de l’Institut, qui a veillé sur le confort matériel et intellectuel de la rencontre, ainsi qu’à Fr. Des Boscs-Plateaux et surtout M. Navarro Caballero, qui en ont été les chevilles ouvrières, et qui n’ont ménagé ni temps, ni peine, pour le succès du Colloque. Nous n’oublierons pas de sitôt la “vie inimitable” qui nous a été offerte dans la patrie de Iulius Secundus et d’Ausone. Qu’on me permette, au nom de tous les participants, d’exprimer notre profonde gratitude aux organisateurs, et de souhaiter la pérennité de ces rencontres.

  • 1 M. Pinçon et M. Pinçon-Chariot, Dans les beaux quartiers, Paris, 1989 ; Id., Quartiers bourgeois, (...)
  • 2 Id., Grandes fortunes.., p. 12.

2Pour en revenir à notre propos, en fait, le débat tourne d’abord sur la définition des élites elles-mêmes. Je crois que, pour bien comprendre la notion même, il ne faut pas se contenter de la maigre et réductrice rubrique d’un dictionnaire. En effet, le caractère de l’élite est étroitement lié à la notion d’excellence, mais celle-ci sous-entend deux phases : d’une part, la constitution des élites, dont l’accès est soumis à des conditions particulières, parfois mouvantes, avec la manifestation de leur prépondérance, reconnue par tous ; d’autre part, la recherche de l’établissement durable dans l’excellence, avec l’hérédité du rang obtenu. Cela revient à dire qu’il faut à la fois prendre en compte les individualités, qui forment les élites et les groupes – familiaux ou autres – qui tiennent à maintenir les avantages sociaux acquis. L’importance réciproque de ces deux partenaires est bien marquée par les études tout à fait contemporaines, faites, par exemple sur les élites françaises nobiliaires par M. Pinçon et M. Pinçon-Chariot1 auxquels on pourra emprunter une description des buts poursuivis par les élites : “Les intérêts familiaux et collectifs se confondent ; les patrimoines économiques, sociaux, culturels et symboliques ont indissolublement une dimension individualisée, familiale et une forme collective... Les enjeux sont d’importance et ils sont éminemment collectifs”2. Ainsi, c’est la constitution, la réunion et la permanence de ces divers facteurs comme la richesse, le rôle effectif joué dans la société, et la place éminente reconnue à l’individu et à sa famille, qui fondent l’élite et qui lui fait reconnaître et exercer une domination sociale acceptée par tous.

3Dans toute collectivité, de la simple ville à la capitale, se forme une haute société, dont les membres jouissent de ces “patrimoines” évoqués plus haut, et dont le but est d’en assurer la pérennité. Mais la définition même de l’élite – ou des élites – est très souvent trop large, et donc peu adaptée à son objet ; il convient alors de préciser très exactement le champ où elle est reconnue en tant que telle ; c’est en ce sens qu’on pourra “d’élites marchandes” ou “d’élites militaires”, par exemple.

  • 3 On citera ici les colloques publiés par Cébeillac 1983, 1996 ; Cébeillac, M., éd. (sous presse) : (...)
  • 4 Mrocewicz 1989.
  • 5 À cet égard, on rappellera les actes du colloque tenu à Wroclaw Les élites provinciales entre leur (...)

4Ce thème général suscite actuellement bien des discussions et des confrontations. Si nous passons au monde romain3, nous nous heurtons à plusieurs difficultés, et tout d’abord à celle de la définition même des cercles dominants. On sait que certains se contentent d’une définition étroite, applicable avant tout à la situation de l’Italie républicaine, en ne considérant comme faisant partie des élites que les magistrats et décurions municipaux et leur famille. Cette conception semble trop restrictive ; il faut passer à une vision bien plus large, employée avec succès pour les provinces danubiennes, comme en témoigne l’ouvrage de L. Mrocewicz4 et qui convient bien mieux à la situation de l’Empire : c’est-à-dire qu’il faut y englober tous les personnages notables, dans une société locale comme dans une société provinciale, même ceux qui, disposant de tous les atouts, ont refusé toute carrière publique par choix personnel, sans oublier les individus dont le statut personnel inférieur est, en quelque sorte, racheté par les fonctions qu’ils occupent, comme les affranchis impériaux, représentant, à leur échelle, le prince. De là, vient l’impression justifiée d’une configuration multiforme et variée, pour la haute société, soumise elle aussi à une hiérarchisation subtile. Mais ces réflexions se placent au niveau de l’état romain et restent générales ; il faut aussi considérer les cadres géographiques, provinces ou régions, dans lesquels se sont développées les élites5 ; le poids des structures sociales locales a été confronté à la pression exercée par l’élément étranger, quoique fédérateur, constitué par Rome et l’attirance de la romanisation.

5Le cas de l’Hispanie, pour ce type d’étude, constitue un cas passionnant : en effet, y coexistent des régions annexées depuis très longtemps à l’empire de Rome, et donc ouvertes à une cohabitation entre divers éléments et à une romanisation précoce, et des régions finalement conquises et pacifiées par Auguste, où l’on s’attend à une plus lente assimilation. Terre de contrastes, elle comprend à la fois des communautés indigènes et de nombreuses colonies, autant de “petites Romes” ; elle bénéficie de la réforme flavienne, qui affirme les effets de la romanisation, et conduit donc à l’uniformisation. C’est dans cette péninsule en perpétuel devenir que l’on voit émerger ces familles qui ont été en mesure de jouer un rôle important à Rome même, avant de parvenir au rang suprême, en donnant le premier souverain qui n’ait pas été un Italien de souche. On comprend bien pourquoi l’étude des élites hispaniques peut amener une modélisation de la formation et de la constitution et de la permanence des couches privilégiées dans tout l’empire romain.

6Avant tout, dans une société où le regard d’autrui joue un rôle essentiel, les élites laissent des signes, immédiatement perceptibles, de leur importance au sein de la société locale, et cela qu’elles soient indigènes ou “romaines”, et même en adoptant des modèles allogènes. Mais nos approches sont limitées trop souvent par nos sources d’information : en effet, nous devons analyser et comprendre des documents qui, pour une part, émanent des élites elles-mêmes, ou des collectivités qui leur reconnaissent ce rang. Il en va ainsi des inscriptions, qu’elles aient été gravées à l’initiative des membres de la haute société, ou qu’elles établissent l’existence de la reconnaissance d’un rang éminent par la communauté, petite ou grande. Cependant, ce type de témoignage, comme on le sait, reste difficile à estimer à sa juste valeur, en dépit de sa nature publique car, comme le rappelle P. Le Roux, elle ne reflète pas toujours la réalité. Il est aussi d’autres indices de l’importance sociale, aussi bien sur le plan public que sur le plan privé. Sans préjuger de ce que nous allons dire plus bas, il est évident que les évergésies, qu’elles soient fonctionnelles ou personnelles, constituent un signe fort de la prééminence, comme l’a rappelé E. Melchor Gil pour la Bétique. Et elles apparaissent très tôt : en témoigne ainsi la présentation, par A. Ferreruela Gonzalvo et J. A. Mínguez Morales, du pavement d’époque républicaine, découvert en 1998 à La Cabañeta, et mentionnant des magistreis, dont certains sont des affranchis, maîtres d’œuvre de travaux édilitaires, qu’ils ont tenus à signer, comme cela se pratiquait dans la péninsule italienne. Il faut distinguer ici le domaine privé du domaine public ; si les exigences ne sont pas les mêmes, les manifestations tendent au même but, signifier matériellement le rôle dominant. Et, dans ce domaine, élites “indigènes” et élites “romaines” adoptent les mêmes conduites. Et c’est peut-être là que se montre d’abord le phénomène de l’acculturation progressive des élites locales, qui, ne renonçant pas entièrement aux traditions indigènes, adoptent aussi les modes les plus récentes, venues d’Italie. Ces comportements se montrent d’abord dans les transformations de l’habitat, comme P. Sillières l’a excellement montré pour l’époque républicaine : il s’agit ici des demeures des familles de l’élite, qui abandonnent les procédés traditionnels de construction et de répartition de l’espace privé. P. Gros a insisté très justement sur l’émergence de la réception de ces “modèles métropolitains”, à diverses époques, ce qui, bien entendu, conforte l’hypothèse d’une ouverture précoce de la haute société à l’influence de Rome. Encore faut-il insister sur les différences régionales qui apparaissent dans les enquêtes les plus fines. Mais ce n’est pas seulement dans le domaine des vivants que s’exprime l’excellence sociale ; elle apparaît aussi dans celui des morts, par les splendides mausolées que les familles de notables se font ériger et qui restent des témoignages, pour l’éternité, de la splendeur qui fut la leur. L’étude présentée par M. Cancela Ramírez de Arellano est exemplaire à cet égard. Le prestige et l’exaltation du statut social, personnel et familial, sont traduits par la magnificence des grands tombeaux, bâtis soit dans les nécropoles suburbaines ou sur les grands domaines. Ces constructions prestigieuses, copiant les réalisations italiennes, ont été introduites à l’époque d’Auguste, mais étaient promises, plus tard, à de fortes influences africaines. En tout cas, ces tombes monumentales s’intègrent dans les courants généraux qui caractérisent l’architecture romaine de l’Empire. Là encore, on voit les modèles d’outre-mer s’imposer, et les élites locales les faire rapidement leurs.

7Les mêmes réflexions peuvent être faites sur les représentations figurées des membres de l’élite. Là on quitte le domaine de la collectivité, représentée par les grandes demeures, celles des vivants et celles des morts. Statues et portraits nous restituent les individus dans leur vérité, ou dans la vérité qu’on leur accorde. Certes, ces représentations sont, elles aussi, tributaires des modes, et fortement influencées par la diffusion de modèles extra-hispaniques, tout en ne renonçant pas à une certaine liberté, rendue évidente par des types de monuments spécifiques – comme l’a montré T. Nogales Basarrate, en s’attachant au riche matériel d’Emerita, même si, on quitte, au ive s. le domaine de la statuaire classique pour celui des représentations sur mosaïques. A.U. Stylow a élargi l’enquête, en portant une attention particulière au Sud et l’Est de la péninsule, et insisté sur la complexité des rapports engendrés entre les cités et leurs élites : finalement, avec les représentations figurées et les inscriptions qui identifiaient les personnages représentées, les cités bénéficiaient de la gloire de leurs meilleurs citoyens, qu’elles décident de les honorer elles-mêmes ou qu’elles leur concèdent un lieu public pour perpétuer leur mémoire.

  • 6 Voir en dernier lieu Andreau 1999, 271-290.

8Mais tous ces témoignages qui établissent dans le paysage la domination sociale, nous ramènent à une question fondamentale : comment sont formées les élites, et quelle définition en donner dans le contexte espagnol ? Dans ce domaine, on ne peut éviter d’évoquer d’abord les conditions économiques, indispensables, mais non suffisantes, pour appartenir à la haute société. C’est là aussi où l’on voit se manifester certains groupes sociaux dont les biens les qualifieraient pour occuper une position haute dans la société, mais qui ne peuvent vraiment y appartenir pour des raisons touchant au statut personnel. A.U. Stylow a, par exemple, insisté sur le cas particulier que représentent les seuiri Augutales, qui, pour se faire reconnaître une mémoire officielle, offrent des statues divines ob honorem, ne pouvant faire ériger la leur. Ainsi, comment faut-il considérer, dans le cadre de la définition des élites, ce que R. Étienne et Fr. Mayet ont appelé les “élites marchandes”, qui sont constituées par les milieux du négoce, et surtout le négoce oléicole ? L’enquête menée met en valeur le fait que ces milieux sont peuplés d’affranchis, qu’on ne s’étonnera pas de trouver comme intermédiaires, et certainement aussi comme représentants de leurs patrons, propriétaires fonciers. Ce phénomène typique caractérise le Haut-Empire : mais on ne saurait souscrire à l’affirmation suivant laquelle, sous la République, les negotiatores sont intégrés dans l’ordre équestre6. Cependant, en dépit des différences professionnelles hiérarchisées, illustrées par les appellations mêmes, mercator, diffusor, enfin negotiator, reste qu’on se trouve toujours en présence d’affranchis sur lesquels pèse sans discontinuer un décri social certain. Cela explique, comme l’avait déjà fait remarquer le regretté Fr. Jacques, que les affranchis, ne pouvant jamais envisager d’égaler, sur le plan social, les autres membres des élites locales, sont très généreux dans leurs actes d’évergétisme, espérant et obtenant ainsi une reconnaissance publique du rang qu’ils ont atteint. Sur ce plan, affranchis enrichis, seuiri Augustales, et nouveaux riches ont un comportement identique, comme l’a bien montré pour la Bétique E. Melchor Gil.

9Ainsi se marque aussi l’un des caractères fondamentaux des élites : l’hétérogénéité constante. On a déjà eu l’occasion d’insister sur la dualité de la composition de la société hispanique, partagée en indigènes et allogènes ; on trouvera d’autres différences, qui font que les élites ne sont pas monolithiques ; dans ce sens, on ne peut nier que certains affranchis sont très proches des notabilités locales, surtout dans la mesure où le statut affranchi ne constitue qu’une étape, qu’un passage, et que les enfants des anciens esclaves et a fortiori les petits-enfants peuvent entrer dans la haute société, à condition, naturellement que le patrimoine familial perdure et même s’accroisse.

  • 7 À titre de comparaison, pour une étude la propriété foncière des sénateurs en Italie, voir l’ouvra (...)
  • 8 PIR 2, M, 295.
  • 9 Ep., 101, 1-4.
  • 10 PIR 2, C, 1449.
  • 11 Caballos 1999, 493.

10Parler de patrimoine, c’est aussi s’interroger d’abord sur la composition de la fortune des élites ; J. Edmondson y est revenu, en rappelant d’abord la conception traditionnelle – représentée par Cicéron – plaçant la possession foncière et les activités agricoles7 au-dessus de toutes les autres, mais en faisant remarquer que les propriétés agricoles sont essentiellement transmises par les héritages. Les patrimoines croissaient et se diversifiaient, grâce à toutes sortes d’activités, non seulement la commercialisation de produits directement issus de la production agricole, comme le vin ou l’huile, mais aussi de produits dérivés comme les salaisons, mais aussi l’exploitation des ressources minières : à cet égard, reste exemplaire la figure de Sex. Marius, Hispaniarum ditissimus, heureux possesseur de mines d’or et d’argent, mais établi pour son malheur à Rome, où il trouva une fin misérable8. Hors des circuits du commerce et de l’artisanat, J. Edmondson a aussi posé la question de l’enrichissement des élites déjà constituées, et a rappelé l’importance des dons, venant des principes romains, imperatores républicains ou empereurs, ou des redistributions de terres opérées après les troubles civils et les confiscations qu’ils ont provoquées. Il semble ici qu’on puisse suggérer l’existence d’autres moyens d’accroissement de la richesse, mais qui étaient réservés à une minorité : l’exercice d’activités fiscales étatiques, par la participation aux fermes publiques ; en témoigne une célèbre lettre de Sénèque9, mentionnant la mort d’un riche chevalier romain, homme d’affaires, qui venait d’entrer dans une société de publicains, Cornelius Senecio10, probablement originaire de Bétique11.

11C’est d’ailleurs dans cette province qu’A. Caballos Rufino a mené une enquête exhaustive sur les ressources économiques des aristocrates des deux ordres supérieurs de Bétique ; ses considérations répondent aux interrogations de J. Edmondson. On ne s’étonnera pas, dans ce contexte, de noter l’importance de la possession d’oliveraies, de la production d’huile et de ses contenants. Il a rappelé aussi que non seulement les sénateurs, qui y étaient contraints, mais aussi bon nombre de chevaliers hispaniques vivaient en Italie, où ils devaient encore recevoir les revenus de leurs domaines d’outre-mer, en y ajoutant ceux de leurs éventuelles possessions dans la péninsule.

12Mais la puissance économique n’explique pas tout. Les élites de l’Hispanie romaine se définissent aussi en dehors des facteurs économiques. Avant même de passer à l’analyse de leur situation, il ne faut pas oublier que leur origine est fort diverse, comme l’a fait remarquer J. Edmondson : certes, on ne peut mettre à l’écart le substrat indigène, mais c’est le parti des vaincus. Les élites hispano-romaines sont issues de contacts entre ce substrat et les éléments allogènes représentés par l’arrivée d’une population minoritaire “romaine”. Cependant, comme y a judicieusement insisté J. Edmonson, qui demande, à juste titre, d’établir une “typologie des élites hispano-romaines”, il faut nuancer ce constat trop brutal, et bien différencier la situation des colonies, celle des municipes et celle des ciuitates stipendiariae ; dans le premier cas, l’élite est, au départ, purement romaine ; dans le second cas, l’appel aux aristocrates locaux s’est fait sous l’égide du gouvernement provincial ; de plus, la concession du ius Latii permettait à leurs bénéficiaires d’obtenir la citoyenneté, dès la gestion des premières magistratures. Il apparaît aussi évident que, dans les municipes flaviens, les curies furent peuplées de représentants des aristocraties indigènes. Ainsi se configurèrent les élites, soumises en fait à une hiérarchie, tenant autant du statut juridique que de facteurs plus personnels : se conjuguent alors ancienneté dans la ciuitas Romana et ancienneté de la famille. Il est assez évident que tous les effets de la promotion sociale dans le système des ordres romains se firent d’abord sentir parmi les notables des colonies, avant de s’étendre aux municipes. Cette configuration des élites a fait l’objet de deux études, à deux échelons différents : d’une part la cité, avec la communication de J. L. Ramírez Sádaba sur Augusta Emerita, puis d’autre part la province, avec celle de S. Dardaine sur la Bétique. Dans le premier exemple, on se trouve devant un cas d’espèce, puisque Mérida est aussi une capitale de province ; donc les élites qui y sont connues – ou bien devrait-on parler pour certains cas de notabilités - relèvent de plusieurs niveaux. Mais le statut de la cité comme capitale provinciale explique que certains des membres de cette élite ne font qu’y passer : le gouverneur provincial, avec tout son staff et ses bureaux – et il est indéniable que, dans ce contexte, même un petit bureaucrate jouit, au niveau qui est le sien, du prestige du pouvoir central – ; les grands-prêtres du culte provincial. Quant à la population de la ville elle-même, elle est dominée par les dignitaires municipaux et leurs familles ; il faut aussi mentionner les militaires, surtout ceux qui se sont retirés à Emerita, et qui jouissent d’une position privilégiée. En revanche, les membres des ordres supérieurs se font très rares : point de famille sénatoriale, pratiquement pas de chevaliers. Il est vraisemblable que cette situation devait se répéter dans bien des capita prouinciarum de l’Empire.

  • 12 On trouvera une liste complète de tous les chevaliers hispaniques dans l’article d’A. Caballos Ruf (...)

13Il n’en va pas évidemment de même dans la province de Bétique, si anciennement et si profondément romanisée ; l’échelle de l’analyse est différente. S. Dardaine s’est attachée à présenter toute la hiérarchie “romaine” de la province : sénateurs et chevaliers12 originaires de la province, prêtres provinciaux, élites municipales ; elle a prêté une particulière attention aux données de l’onomastique. Là, évidemment, on sera plus attentif aux phénomènes de choix et de sélection des notables pour l’entrée dans les ordres supérieurs. Mais y interviennent des facteurs qui dépassent largement le strict cadre de la cité et de la province, et qui dépendent du pouvoir central : services rendus qui entraînent une contrepartie, liens personnels, exercice du patronage, interventions faites par des membres de la cour ou des conseillers impériaux, enfin, faveur expresse de l’empereur...

14Mais, en dépit des efforts faits pour les connaître – et beaucoup d’orateurs dans ce colloque ont évoqué la question – ces diverses voies restent encore trop souvent pour nous dans l’ombre. En tout cas, dans ce domaine, il n’y a guère de différence entre l’Hispanie et les autres régions du monde romain, en dehors de la précocité qui marque l’ascension des élites hispaniques, par rapport aux autres provinces.

15Ces considérations générales qui concernent tous ces dignitaires, tous ces notables, tous ces membres de la haute société, demandent aussi être amendées ou corrigées par l’examen de situations particulières. Par bonheur, certains de nos intervenants ont livré les résultats d’enquêtes plus précises sur des groupes bien isolés et circonscrits. Tout d’abord, dans un domaine, classiquement exploité, qui touche au politique, S. Lefebvre est revenue sur les progrès de la romanisation et l’ascension sociale, en s’attachant à reconstituer le stemma des Lucceii d’Olisipo, en Lusitanie ; l’assimilation et la montée sociale dans les structures étatiques romaines sont illustrées par la personnalité de Q. Lucceius Albinus, fils d’un notable pérégrin, devenu flamine de la province. Cette histoire familiale, que nous avons la chance de reconstituer, est exemplaire : il y en eut, à n’en pas douter, beaucoup d’autres qui n’ont pas laissé de traces.

16Passons à la grande politique, et au niveau de l’Empire, mais dans ce domaine, bien évidemment, on ne peut guère parler que des groupes impliqués dans le gouvernement du monde romain : essentiellement les sénateurs et ceux des chevaliers qui forment l’élite administrative des procurateurs. C’est, en quelque sorte, le revers de la médaille. La création d’élites dans la péninsule Ibérique entraîna, à long terme, l’immixtion de celles-ci dans les affaires de l’état romain ; ce processus avait commencé déjà sous la République, aidé puissamment, il est vrai, par les troubles civils. Mais, comme l’a montré Fr. Des Boscs-Plateaux, qui a arrêté sa présentation au règne de Trajan, il a connu son apogée sous les Flaviens, où le groupe des sénateurs hispaniques constitue une “minorité agissante”, pour culminer avec le premier empereur “provincial". Mais on peut aussi dire qu’avec l’accession de Trajan au pouvoir suprême triomphait la parfaite assimilation des Hispaniques.

17Enfin, on ne saurait assez se féliciter de l’apparition, dans nos discussions, d’un groupe dont l’importance n’est plus mise en doute aujourd’hui, en dépit de son statut personnel considéré comme inférieur. Depuis quelques décennies, on s’est aperçu que, dans la formation et la constitution des élites, la lignée féminine est non moins importante que la lignée masculine. M. Navarro Caballero est revenue sur ce thème, en montrant comment les femmes, appartenant à la haute société, jouissant d’une fortune personnelle, et parfois titulaires des seules fonctions publiques qui leur étaient accessibles, les sacerdoces, jouent un rôle absolument fondamental dans la manifestation publique de la dignitas familiale. Non seulement, elles sont honorées par les collectivités auxquelles elles ont fait des largesses, mais encore elles se chargent souvent de l’exécution des hommages rendus à leur parentèle, et essentiellement à l’élément masculin. C’est aussi pour elles pour elles le moyen de perpétuer leur propre mémoire, dans la sphère publique.

18Cependant, nous avons insisté plus haut sur le but de toute élite : se perpétuer et conserver un rang éminent dans la société locale, ou provinciale. Les membres des élites ont un sens aigu de l’obligation absolue de la transmission de la position privilégiée, et de la conservation des divers patrimoines acquis. C’est dans ce cadre que s’inscrit la volonté farouche des grandes familles de maintenir leurs acquis. Pourtant, elles ne sont pas exemptes d’accidents qui mettent un terme à leur position dominante locale, interrompent net leur ascension ou détruisent leurs ambitions. On ne saurait assez approuver les excellentes et stimulantes réflexions de P. Le Roux sur la crise des élites. En fait, les élites n’échappent pas aux mutations, dans la mesure où les codes politico-sociaux auxquels elles sont soumises changent et se transforment aux-mêmes. Plus que de crise, il faut parler d’adaptation à de nouvelles conditions ; l’évolution de l’Empire a entraîné celle des couches dominantes, même si l’on doit déplorer les lacunes documentaires auxquelles l’historien de l’Antiquité est perpétuellement confronté.

19Pour qualifier ces élites hispano-romaines, on insistera, pour conclure, sur leurs caractéristiques : précocité de leur constitution, hétérogénéité de leur composition, hiérarchisation des niveaux d’appartenance. En ce sens, comme dans d’autres régions du monde romain, ce sont les Italiens (avec leurs familles), venus s’installer outre-mer qui ont d’abord occupé le premier rang, avant d’être rejoints bien plus tard par les aristocrates locaux. Mais cette dualité a formé la richesse sociologique de la haute société hispanique.

Notes

1 M. Pinçon et M. Pinçon-Chariot, Dans les beaux quartiers, Paris, 1989 ; Id., Quartiers bourgeois, quartiers d’affaires, Paris, 1992 ; Id., La chasse à courre, ses rites et ses enjeux, Paris, 1993 ; Id., Grandes fortunes, dynasties familiales et formes de richesse en France, Paris, 1996 ; Id., Voyage en grande bourgeoisie, Paris, 1997 ; Id., Nouveaux patrons et nouvelles dynasties, Paris, 1999.

2 Id., Grandes fortunes.., p. 12.

3 On citera ici les colloques publiés par Cébeillac 1983, 1996 ; Cébeillac, M., éd. (sous presse) : Les Élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domicien, entre continuité et rupture (Naples, 1997), Rome.

4 Mrocewicz 1989.

5 À cet égard, on rappellera les actes du colloque tenu à Wroclaw Les élites provinciales entre leurs cités et l’Empire, Antiquitas, 22, Wroclaw, 1997, avec les conclusions de J. Andreau, p. 187-199.

6 Voir en dernier lieu Andreau 1999, 271-290.

7 À titre de comparaison, pour une étude la propriété foncière des sénateurs en Italie, voir l’ouvrage récent d’Andermahr 1998.

8 PIR 2, M, 295.

9 Ep., 101, 1-4.

10 PIR 2, C, 1449.

11 Caballos 1999, 493.

12 On trouvera une liste complète de tous les chevaliers hispaniques dans l’article d’A. Caballos Rufino cité plus haut, note 11.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search