Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Villes et territoires dans le bassin du Douro à l’Époque romaine

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Juan José Palao Vicente
, 
Maria Ángeles Magallón Botaya

Études historiques

L’armée romaine dans la vallée du Douro aux iie et ier siècles a.C. : géographie et stratégie à l’époque de la conquête

François Cadiou

Texto completo

Je tiens à remercier Monsieur Patrick Le Roux d’avoir bien voulu relire une première version de ce texte et de m’avoir fait part de ses suggestions.

  • 2 Voir par exemple le postulat de Dyson 1985, 176, qui résume bien cette approche : “As the frontier (...)
  • 3 Luttwak 1987 (trad. fr.), iii-iv.
  • 4 Murray & Grimsley 1994, 2-3.
  • 5 Beaufre 1998, 30.

1Dans l’histoire militaire de la conquête de la péninsule Ibérique par les Romains, entre la fin du iiie siècle et celle du ier siècle avant notre ère, les vallées des grands fleuves apparaissent comme des éléments géographiques qui ont nécessairement joué un rôle essentiel. Elles offraient en effet des espaces de circulation qui ont orienté la progression de la puissance conquérante. Ce faisant, elles ont sans doute déterminé une large part des choix des Romains en matière d’appréhension de l’espace hispanique. Pour cette raison, l’historiographie actuelle considère volontiers que ces grandes vallées ont formé autant d’axes stratégiques privilégiés par les généraux romains2. L’apparente évidence de ce point de vue est si forte que l’on prend finalement rarement la peine de se demander quelle réalité militaire peut, en pratique, recouvrir ce rapport de principe posé entre géographie et stratégie. L’exemple particulier du Douro fournit une bonne occasion de s’interroger sur la valeur épistémologique de ce rapprochement commode mais finalement assez vague. Il est frappant, par exemple, de constater que le Douro, à la différence des autres grands fleuves, comme l’Èbre, le Guadalquivir, et, dans une moindre mesure, le Tage, est peu mentionné dans les récits des opérations militaires. Cela peut s’expliquer en partie par la nature de nos sources, puisque la période durant laquelle les Romains combattent dans la haute et la moyenne vallée du Douro ne bénéficie plus de témoignages aussi détaillés que ceux que nous possédons pour la période précédente. Cependant, sans nier l’importance du changement qui intervient alors dans notre documentation, je crois que cet argument ne peut entièrement rendre compte de cette caractéristique du dossier. Ne serait-ce pas plutôt parce que le fleuve et sa vallée ne revêtaient pas, aux yeux des Romains engagés dans ces campagnes militaires, la dimension géostratégique que leur accorde plus volontiers l’historiographie moderne ? Il convient en effet de ne pas se laisser aveugler par des concepts qui n’ont rien d’intemporel. Fin connaisseur de ces questions, l’américain Edward Luttwak, dans un livre fameux qui fut critiqué à juste titre pour d’autres raisons, soulignait ainsi dans sa préface, en 1977, la nécessité de ne pas appliquer mécaniquement à l’Antiquité une définition de la stratégie née avec Clausewitz, au début de la période contemporaine3. Les historiens du fait stratégique savent bien que, loin de reposer sur des constantes, la stratégie est le produit d’une adaptation permanente au contexte politique, technique et idéologique de chaque époque4. Rien n’est moins “objectif” finalement que l’adjectif stratégique. L’un des plus importants théoriciens français de l’après-guerre remarquait ainsi en 1963 : “Si le nom de stratégie est souvent employé, les réalités qu’il recouvre sont généralement ignorées. C’est certainement l’un des termes courants dont le sens est le moins bien connu.”5 Au fond, la pertinence même du réflexe qui consiste à définir par défaut (parce qu’il est associé à un contexte militaire) un espace comme “objectif stratégique” me semble devoir être examinée plus avant. C’est ce que je me propose de faire dans le cadre de cette brève communication, en me limitant néanmoins à une série de remarques, sans prétention à traiter ici le dossier de façon exhaustive ou définitive.

  • 6 Cette hypothèse repose en effet exclusivement sur Gell. 16.1.3. Elle est acceptée (avec plus ou moi (...)
  • 7 Liv. 40.47.2.
  • 8 App., Hisp., 80.
  • 9 C’est la conclusion retenue notamment par Burillo 1998, 233. Elle me semble plus convaincante que l (...)

2Dans un premier temps, il convient de rappeler que, alors que l’on a tendance à la mettre en rapport avec une seule et même ligne stratégique, la cohérence de l’activité militaire romaine dans la vallée du Douro ne va pas de soi. La présence des Romains y semble assez tardive : pour autant que nous puissions en juger, elle ne se manifeste véritablement que plus d’un demi-siècle après le premier débarquement des légions sur le littoral catalan en 218 a.C. Certes, la pénétration des armées romaines à l’intérieur de la région n’est pas aisée à retracer, ni sur le plan chronologique, ni sur le plan topographique. Beaucoup d’obscurités demeurent, et il est fort peu probable que l’ingéniosité des érudits parvienne jamais à les lever toutes, faute de données suffisamment assurées. Toutefois, si on laisse de côté une éventuelle poussée de Caton jusque sous les murs de Numance en 195 a.C., dont la véracité n’est pas universellement admise6, on considère généralement que l’entrée des légions dans la région n’intervient pas avant l’opération combinée de L. Postumius Albinus et de T. Sempronius Gracchus contre les Vaccéens en 179 a.C.7. Encore le détail exact du trajet suivi par ces deux généraux, et notamment celui de Gracchus, soulève-t-il de nombreuses difficultés. En réalité, c’est essentiellement le témoignage d’Appien relatif aux peuples concernés par les traités gracchiens qui donne sa vraisemblance à l’hypothèse selon laquelle certains peuples de la haute, mais aussi de la moyenne vallée du Douro, seraient dès cette époque entrés dans la fides romaine8. Leur identité et leur nombre demeurent cependant inconnus. En tout état de cause, il semble néanmoins certain que, au milieu du iie siècle encore, Rome n’a pas soumis le Haut-Douro, même partiellement9. Ce n’est donc qu’avec la première guerre celtibère (154-150 a.C.) que débute vraiment l’aventure militaire dans cette partie de la Péninsule.

  • 10 App., Hisp., 44. Les Romains accusaient les Ségédans d’avoir rompu les traités gracchiens qui prohi (...)
  • 11 App., Hisp., 45.
  • 12 Contra Burillo 1998, 246.
  • 13 Richardson 1996, 61-63. Richardson 1996, 61-63.

3Deuxième élément à souligner : le déclenchement de ce conflit ne doit pas être mis trop hâtivement en relation avec d’hypothétiques visées impérialistes de Rome dans la région. Le déplacement, du centre de gravité des opérations militaires en Hispania Citerior vers la Meseta à partir de 154 a.C., ne constituait en aucune façon le prolongement logique ou planifié d’un processus de conquête de l’intérieur des terres dont la campagne de Gracchus aurait représenté la première étape. Au contraire, l’ensemble de la documentation se contente de mettre ce tournant de l’activité militaire en relation directe avec la décision du Sénat de réprimer une initiative de la ville celtibère de Segeda, alliée des Romains et située sur la rive gauche du río Perejiles10. D’après Appien, c’est seulement parce que la plus grande partie des défenseurs de Segeda aurait trouvé refuge dans la cité arévaque de Numance que le consul Fulvius Nobilior transféra ensuite la guerre sur le Haut-Douro11. Il n’y a pas lieu, selon moi, de remettre en cause ce témoignage des textes et d’imaginer que la sévérité du Sénat à l’égard de Segeda fut en réalité motivée par le désir de trouver un prétexte à l’invasion de la vallée du Douro12. Certes, l’envoi d’une armée consulaire peut apparaître disproportionnée face à ce qui n’était au fond, à l’origine, que la manifestation d’autonomie d’une ville alliée. Mais, comme l’a fait justement valoir John Richardson, cette réaction romaine peut être expliquée par les besoins circonstanciels en commandements consulaires de la nobilitas romaine de cette époque13. De ce point de vue, on peut effectivement admettre que le commandement confié à Nobilior n’avait pas été dépourvu d’arrière-pensées. Mais ce n’est pas un argument suffisant, en revanche, pour en déduire l’existence d’une volonté politique d’étendre, à compter de cette époque, la domination romaine dans la vallée du Douro.

  • 14 Sur les choix stratégiques du sénat au début de cette guerre, voir la mise au point de Bernstein 19 (...)
  • 15 C’est ainsi le cas de Pérez Vilatela 1999, 223-241, à propos des différentes campagnes contre les c (...)
  • 16 La vision anachronique d’une conquête planifiée de l’ensemble de la Péninsule doit être désormais a (...)
  • 17 D.C. 51.20.5 (Statilius Taurus) ; App., Hisp., 83 (Calpurnius Piso) ; Liv. 40.47.2 (Sempronius Grac (...)

4Le déroulement des opérations militaires à partir de 154 a.C. ne plaide pas d’ailleurs en faveur d’une telle hypothèse. Tel qu’il nous est rapporté par les sources littéraires, il laisse au contraire le sentiment d’une forte discontinuité, voire d’un certain arbitraire. Pour compenser les divers atermoiements et échecs devant Numance, certains généraux entreprirent des coups de main plus ou moins réussis contre les populations voisines, en particulier les Vaccéens de Cauca, Intercatia et Pallantia. Mais jamais les auteurs anciens n’inscrivent ces campagnes dans un projet global, comme ce pouvait être le cas à propos de la seconde guerre punique14. Ils se contentent de rapporter les faits et d’en donner invariablement la même explication (représailles ou prédation). Ce sont les historiens modernes qui ont cherché à retrouver derrière cette succession d’opérations militaires une logique rationnelle, jugée plus satisfaisante, et qu’ils reconstituent à partir de la manière dont ils conçoivent a priori les causes d’une campagne militaire et la façon “naturelle” de la mener. Ainsi, ils s’efforcent en permanence de ramener toute opération singulière à un schéma stratégique d’ensemble, sans que l’existence même d’un tel schéma ne soit vraiment démontrée15. Certes, l’idée d’une conquête planifiée dès l’origine par les autorités romaines à l’échelle de l’espace correspondant à la carte actuelle de la Péninsule a cessé aujourd’hui de fournir systématiquement l’arrière-plan de la réflexion dans l’historiographie, et l’on doit s’en féliciter16. Mais il me semble qu’il faut aller encore plus loin et éviter de déplacer ce réflexe d’interprétation à un niveau inférieur, régional ou même local. Pourquoi présupposer nécessairement que la répétition dans nos sources du nom de certaines ethnies (Vaccéens ou Arévaques) pour désigner les adversaires des légions exprimerait la concentration de l’effort militaire romain contre des objectifs toujours identiques ? Toutes les études récentes sur les peuples péninsulaires insistent au contraire sur l’emploi par les auteurs anciens de noms génériques pour désigner des populations indigènes en réalité plus morcelées. Ce choix, qui complique souvent l’étude des sociétés préromaines, rend également vain toute reconstitution véritablement précise des opérations militaires, et fragilise les hypothèses relatives aux intentions stratégiques du sénat et des généraux romains. Dès lors que nous sommes incapables de savoir si les Vaccéens combattus par Statilius Taurus en 29 a.C. sont ou non les mêmes que ceux assiégés par Calpurnius Piso en 135 a.C. ou ceux vaincus par Sempronius Gracchus en 179 a.C., il apparaît périlleux de se fonder sur la succession de ces épisodes pour imaginer l’orientation de la politique militaire romaine dans la moyenne vallée du Douro17.

  • 18 App., Hisp., 51 (Lucullus) ; App., Hisp., 81 (Lepidus).
  • 19 En effet, Liv., Per., 48, évoque au contraire les nombreuses victoires remportées par Lucullus dans (...)
  • 20 Les événements postérieurs à 133 sont mal connus, faute de sources. Nous savons cependant qu’entre (...)
  • 21 App., Hisp., 99.
  • 22 DC. 39.54.1. Sur cet épisode, voir en dernier lieu Amela 2002, 269-285.
  • 23 Isaac 1992, notamment 394-395. Cet auteur rejette à juste titre l’idée reçue selon laquelle des mot (...)
  • 24 Isaac 1992, 401.
  • 25 Voir à ce sujet les remarques de Goldsworthy 1996, 77, qui observe que la différence principale ent (...)
  • 26 Burillo 1998, 202.
  • 27 Pol. 3.37.11. Au-delà de la seule péninsule Ibérique et de la période considérée, voir les remarque (...)

5Si l’offensive romaine sur le Haut-Douro avait eu pour but principal d’ouvrir un accès vers le cœur de la Meseta, on peut s’étonner de la réaction négative du Sénat face aux initiatives de certains généraux ambitieux, comme Lucullus ou Lepidus, pour y pénétrer. Appien affirme en effet que le premier, en 151 a.C., porta la guerre contre trois cités vaccéennes sans y avoir été autorisé par les patres, tandis que le second, en 137 a.C., fut même sévèrement sanctionné pour avoir assiégé Pallantia malgré l’interdiction explicite qui, cette fois, lui en avait été faite en vertu d’un sénatus-consulte18. Les difficultés posées par la guerre numantine, alors en cours, ne sont pas seules en cause, pas plus que les échecs cinglants attribués à ces généraux par l’historien alexandrin qui utilise vraisemblablement des sources hostiles à ces personnages, et notamment à Lucullus19. D’ailleurs, même après la prise et la destruction de Numance, on n’assiste pas pour autant, semble-t-il, à une nette poussée romaine vers l’ouest20. Au contraire, les opérations se concentrent plutôt autour de Termantia jusqu’en 98 a.C., ce qui suggère que la progression romaine vers l’intérieur est restée assez circonscrite jusqu’à cette date21. En outre, par Dion Cassius, nous savons qu’en 56 a.C. encore, la soumission de Clunia n’était toujours pas clairement acquise22. Par conséquent, les péripéties des années 151-136 a.C. suggèrent plutôt que, du point de vue du Sénat, il n’existait pas a priori de lien évident entre le conflit numantin et la conquête de la moyenne vallée du Douro. Il est plus facile d’admettre un tel constat si l’on tient compte du fait, comme l’a très bien rappelé Benjamin Isaac dans son livre sur les frontières orientales de l’Empire, que les Romains concevaient leur imperium comme imposé à des peuples et non à des territoires23. En quelque sorte, la dimension territoriale constitue un aspect finalement secondaire de la conquête romaine24. Rome ne réfléchissait pas en terme de territoires à conquérir, mais en terme de peuples à soumettre. Par conséquent, les Romains ne percevaient assurément pas la vallée du Douro comme un ensemble géographique homogène dont il leur fallait s’assurer progressivement le contrôle25. Ils étaient au contraire en présence d’une mosaïque de peuples dépourvus d’unité, voire opposés les uns aux autres. Francisco Burillo a ainsi insisté à juste titre sur l’illusion, alimentée par certains passages d’Appien, qu’il aurait existé “(una) visión ‘duriense’en la defensa de la unidad del ámbito arévaco-vacceo”26. En outre, il faut tenir compte du fait que les Romains, de leur côté, n’avaient pas une représentation très claire des régions intérieures de la Péninsule avant une date assez avancée, si l’on en croit Polybe27. En raison de la participation probable de l’historien grec aux campagnes de Lucullus en 151 a.C., il est très vraisemblable que ce fut précisément celui-ci qui fit le premier progresser la connaissance du pays et des habitants de la vallée du Douro.

6Ainsi, à eux seuls, le rythme et les caractères des opérations militaires dans cette partie de la Péninsule, ne sont pas des éléments suffisants pour nous permettre de considérer que la vallée du Douro, dès le deuxième tiers du iie s., constitua bien pour les généraux romains un objectif stratégique majeur. Certes, il est indéniable que des campagnes dures et importantes s’y sont déroulées, et ce d’ailleurs jusqu’à la fin du ier s. Mais elles ne peuvent assurément pas s’expliquer par la volonté de conquérir méthodiquement un espace que, par ailleurs, les Romains ne pensaient pas dans sa globalité avant les descriptions systématiques dressées par des géographes tardifs comme Posidonius, puis Strabon.

  • 28 Géré 2000, 253-255, qui regrette une “inflation de sens”.
  • 29 Montbrial & Klein 2000, 531-542.
  • 30 Le mot “stratégie”, dans son sens actuel, est un néologisme forgé par Joly de Maizeroy dans la seco (...)

7L’ensemble des remarques effectuées jusqu’à présent suffit à mon sens à montrer la difficulté à admettre sans discussion une explication géographique de la (ou des) stratégie(s) militaire(s) romaine(s) dans la péninsule Ibérique. La stratégie ne peut ignorer la géographie (il faut bien parvenir à déplacer les armées et à les ravitailler), mais la géographie n’est pas pour autant le facteur à l’origine de l’élaboration de cette stratégie. Pour qu’un espace donné définisse la stratégie mise au point par un État, il faut que cet espace soit perçu comme tel par l’autorité qui coordonne les moyens militaires, mais aussi que le contrôle de cet espace dicte la succession des choix opérationnels. Ce n’est manifestement pas le cas de la vallée du Douro aux deux derniers siècles a.C. Si la stratégie n’est pas nécessairement fondée sur des considérations géographiques (formulées en termes d’espace à conquérir), peut-on dès lors, à l’inverse, admettre systématiquement la validité de la notion d’espace stratégique évoquée en introduction ? La question n’est pas seulement rhétorique. Les réflexions actuelles sur la stratégie soulignent, pour le déplorer28 ou au contraire pour s’en féliciter29, la tendance croissante, depuis la Seconde Guerre Mondiale, à étendre l’emploi du concept, au-delà du domaine militaire proprement dit, à toute mise en œuvre rationnelle de moyens en vue d’une fin (on parle par exemple de “stratégie économique” ou de “secteur stratégique”). Sans entrer dans ce débat qui ne nous concerne pas ici directement, on peut néanmoins remarquer que nos contemporains qualifient donc volontiers de “stratégique” tout élément qui leur apparaît crucial dans la réalisation d’une volonté. Ce faisant, on est loin de l’idée initiale, plus restreinte, de “l’art du général (stratêgos)”, dans lequel le fait d’isoler une dimension proprement stratégique, par opposition à tactique, n’apparaît pas formellement, du reste, avant la fin du xviiie siècle30. Cela revient à dire que, si l’on ne veut pas se contenter, dans le contexte de la conquête romaine en péninsule Ibérique, de faire du mot “stratégique” un simple synonyme d’“important”, il faut s’interroger soigneusement sur la valeur que les espaces considérés pouvaient revêtir sur le plan de la conduite des opérations militaires elles-mêmes. Or, nous allons voir que les hypothèses parfois formulées en ce sens (protection des provinces, contrôle des voies de communication) ne sont pas aussi bien établies que leur répétition dans l’historiographie pourrait le laisser penser.

  • 31 Dyson 1985, 191 : “the Romans could not hope for peace and security without better control of the c (...)
  • 32 Knapp 1977, 29-30 et 33.
  • 33 Sur l’absurdité stratégique de cette idée de frontière naturelle, et notamment de “fleuves frontièr (...)
  • 34 Dyson 1985, 202-203 ; Blázquez Martínez et al. 1986, 59-60 ; Keay 1988, 32 ; Burillo 1998, 236 ; Ro (...)
  • 35 Récemment encore, l’idée de l’appartenance de Gracchurris au limes de la vallée de l’Èbre a été rep (...)
  • 36 Dyson 1985, 191 et 220.
  • 37 Id. 1985, 226.
  • 38 Burillo 1998, 192 et 256. Compte-tenu du voisinage de Colenda, il semble néanmoins qu’elle était si (...)
  • 39 App., Hisp., 100.

8Dans le cas de la vallée du Douro, l’idée d’une valeur stratégique implique généralement que la maîtrise durable de cet espace constituait un atout indispensable à la conduite de la guerre en Hispania et à la défense des provinces contre les populations insoumises. Ainsi, insiste-t-on à ce sujet sur une préoccupation sécuritaire de la part des magistrats chargés de gouverner les provinces31. Sur le modèle développé pour rendre compte de la présence romaine dans la vallée du Guadalquivir, où l’on croit que les incursions lusitaniennes auraient imposé dès le début du iie s. la mise en place d’une ligne de défense, on suppose volontiers que le souci de prémunir l’Hispania Citerior contre la menace représentée par les peuples belliqueux de la Meseta rendait nécessaire le contrôle de la vallée du Douro, du moins dans sa partie orientale. Robert Knapp, qui a formulé cette conception défensive de la façon la plus systématique, reconnaît cependant lui-même que les sources ne permettent pas de mettre en évidence l’existence d’une véritable ligne de défense sur le Douro32. Il l’explique par le fait qu’en Citérieure, les généraux romains ne pouvaient s’appuyer sur les fleuves, car ceux-ci n’y formaient pas des frontières naturelles33, à la différence de ceux du sud de la Péninsule, comme le Guadalquivir ou le Guadiana. Selon lui, les gouverneurs auraient néanmoins assuré la défense de la province grâce au glacis protecteur réalisé peu à peu par la conquête opiniâtre du Haut-Douro. Depuis, la plupart des travaux ont repris l’idée d’une frontière établie dans la haute vallée de l’Èbre et protégée par le contrôle progressif de la région du Douro, devenue pour cette raison hautement “stratégique”34. La ville de Gracchurris, ainsi que les établissements de Castra Aelia et Castra Atiliana, tous deux considérés généralement comme des postes militaires, sont présentés comme l’ossature de cette frontière35. Au-delà, afin de garantir la stabilité de cette dernière, la soumission des peuples voisins par le biais de campagnes répétées aurait suffi36. Seul Stephen Dyson affirme que la fondation de C. Marius en 114, à proximité de Colenda, avait pour objet d’assurer la sécurité de la vallée par le biais de l’implantation directe d’un établissement militaire37. Une telle interprétation se heurte néanmoins à l’impossibilité de localiser avec certitude l’emplacement de cette ville38. Sa destruction par Titus Didius en 98 suggère plutôt la faillite d’une politique d’installation de populations indigènes, dont la finalité et le contexte demeurent obscurs39.

  • 40 Dyson 1985, 175-176.
  • 41 Burillo 1998, 236.
  • 42 À ce propos, la critique méthodologique, formulée par Isaac 1992, 408, de l’emploi inconsidéré du t (...)
  • 43 Cadiou & Moret (à paraître).
  • 44 Ces aspects sont plus amplement abordés dans ma thèse à laquelle je me permets de faire ici référen (...)
  • 45 Pour une démonstration détaillée sur cette question, je renvoie également à Cadiou 2003, 81-100.
  • 46 Sur l’aspect juridico-politique et non territorial, d’une province, voir les réflexions de Le Roux (...)
  • 47 App., Hisp., 81 : “Comme il avait compris d’autre part qu’opérer un repli serait une entreprise plu (...)
  • 48 Liv. 29.1.19 : “Eadem aestate in Hispaniam coortum ingens bellum conciente Ilergete Indibili, nulla (...)
  • 49 Pol. 35.2 : “Si leur première rébellion restait impunie, dirent-ils, ces gens auraient bientôt fait (...)
  • 50 Plut., Sert., 18.5-11.

9Ainsi il me semble que l’intérêt stratégique prêté aux Romains en ce qui concerne la haute et la moyenne vallée du Douro est moins fondé sur un témoignage indiscutable des sources que sur un modèle interprétatif très répandu, selon lequel Rome rechercha en permanence, dans la péninsule Ibérique, à éloigner des territoires conquis une menace externe, en repoussant toujours davantage dans l’intérieur des terres la zone de contact entre espaces provinciaux et Hispanie “indépendante”40. Dans cette perspective, la zone située entre Èbre et Douro, à l’instar de celle entre Guadiana et Tage, fait parfois figure de limes républicain41. Rien n’est, à mon sens, plus éloigné de la réalité42. J’ai montré ailleurs combien cette notion de limes, si délicate à manier pour la période impériale, était encore moins appropriée, même adaptée et atténuée, pour penser l’entreprise de conquête en Hispanie et le rôle de l’armée43. En raison de la faiblesse relative des moyens humains et matériels dont disposaient les gouverneurs, mais surtout en raison de l’absence de toute préoccupation frontalière de ce type, Rome n’a jamais employé ses légions à de telles tâches de contrôle territorial, pas plus dans la vallée du Douro que dans le reste de la Péninsule d’ailleurs44. La place me manque, dans les limites de cette communication, pour appuyer ce constat en analysant précisément la nature et l’usage des postes militaires établis sur ces territoires45. Disons, pour aller vite, que les contingents romains envoyés en Hispanie devaient avant tout permettre de maintenir intact le prestige de Rome aux yeux de ses alliés indigènes. La cohésion des provinces en dépendait, puisque la supériorité militaire constituait un facteur essentiel de la suprématie romaine dans la Péninsule, dès lors que, aux yeux des peuples hispaniques comme à ceux des Romains eux-mêmes, la victoire fondait toute légitimité à revendiquer une position politique dominante. Les légions démontraient cette supériorité, tout en la renforçant, en affrontant régulièrement les cités ou les peuples dont les agissements ou les intérêts pouvaient remettre en question, du point de vue des alliés, cette légitimité. Rome prouvait de la sorte sa capacité à offrir la contrepartie de la fides qui lui liait ses alliés dans le cadre de cet ensemble de rapports juridico-politiques complexes qui formait la seule réalité tangible de la province46. C’est ainsi qu’il faut comprendre, dans le cadre de la vallée du Douro, les assauts ponctuels, mais répétés, contre Numance, Pallantia ou Termantia, des villes importantes dont les hauts faits suggéraient que l’on pouvait tenir tête à Rome avec succès. En 138 a.C., Aemilius Lepidus justifia d’ailleurs auprès du sénat la poursuite de son opération illégale contre Pallantia, en invoquant pragmatiquement la nécessité de sauver la face pour éviter qu’un soupçon de lâcheté n’entraîne ensuite des défections de la part des alliés47. L’argument, rapporté par Appien, pourrait prêter à sourire s’il ne trouvait un écho dans les causes attribuées par Tite-Live à la révolte de Mandonius et d’Indibilis en 205 a.C. dans le contexte différent de la vallée de l’Èbre48. Polybe précise pour sa part que le sénat décida à l’automne 152 a.C. de poursuivre la guerre en Celtibérie après avoir écouté les ambassadeurs de ses alliés invoquer les conséquences que risqueraient d’avoir la conclusion d’une paix, si les Romains donnaient par-là l’impression qu’il était envisageable de leur résister49. Rappelons enfin qu’en 76 encore, au cours de la bataille de Lauro près de Sagonte, l’habileté de Sertorius fut, selon Plutarque, de prouver que ni le talent militaire de Pompée, ni la taille de son armée, ne lui suffisaient pour apporter son secours ne serait-ce qu’à une seule ville alliée50.

  • 51 App., Hisp., 51 ; 80-81 ; 87 ; 89.
  • 52 C’est ce que la stratégie moderne désigne comme le fait de rechercher à “conserver sa liberté d’act (...)
  • 53 Ceci ne veut pas dire que l’imperium fondé sur ce prestige gagné militairement par Rome n’avait pas (...)
  • 54 Dyson 1986, 221, 223, 226.
  • 55 App., Hisp., 71-73. Sur la route suivie par Brutus, voir Tranoy 1981, 126-129 ; Santos Yanguas 1988 (...)
  • 56 App., Hisp., 80.
  • 57 App., Hisp., 89.
  • 58 App., Hisp., 51-55 ; sur cette campagne, voir Solana 1983.
  • 59 Cadiou 2003, 94-98. Nous n’avons aucune attestation dans nos sources d’une fondation similaire à ce (...)

10Ainsi, Rome ne chercha pas, à partir de la seconde moitié du iie siècle, à s’assurer le contrôle d’une région jugée stratégique. Cette façon d’envisager l’espace péninsulaire lui était étrangère. La logique romaine se révèle en réalité très différente. Rome renforçait son imperium sur ses alliés indigènes en guerroyant contre des peuples limitrophes avec lesquels elle rentrait en contact au gré des ambitions de ses généraux, désireux de se couvrir de gloire en triomphant de peuplades inconnues des Romains, ou bien au gré des circonstances, comme en témoignent les accusations, portées à plusieurs reprises contre les Vaccéens, d’avoir ravitaillé Numance assiégée par les légions51. Là résidait le principe stratégique romain : intimider l’adversaire potentiel et non conquérir des territoires52. Ce n’était pas le contrôle physique d’un territoire précisément défini qui dictait la guerre romaine, mais, au contraire, c’était la démonstration de force contre un adversaire puissant (ou jugé tel) qui assurait la stabilité de l’autorité romaine dans les régions où celle-ci s’exerçait53. Ainsi, en soi, la maîtrise de l’espace de la haute et de la moyenne vallée du Douro importait peu à la protection d’une prouincia dont l’intégrité territoriale n’était pas davantage le souci principal du pouvoir. Dans le même ordre d’idées, la volonté de faciliter les communications entre les différentes parties de l’Hispania romaine n’apparaît pas non plus comme un élément qui aurait rendu ce contrôle indispensable, contrairement à ce que l’on affirme parfois54. En 138 a.C., pour pénétrer dans les régions septentrionales qui lui vaudront son surnom de Callaicus, Decimus Iunius Brutus suivit la route longeant le littoral atlantique depuis l’embouchure du Tage55. Mais ce choix ne fut pas seulement imposé par l’incapacité à disposer d’un accès par le bassin du Douro, puisque Brutus put ensuite, semble-t-il, rejoindre son beau-frère Lepidus devant les murs de Pallantia, alors même que, à cette époque, les armes romaines ne pouvaient encore se vanter d’avoir soumis tous les peuples et les cités de la moyenne vallée du Douro, loin de là56. L’itinéraire sud-nord du gouverneur de l’Ultérieure s’explique avant tout par le fait que sa zone d’opération initiale fut le littoral entre Tage et Douro. L’opération combinée de Brutus et de Lepidus contre Pallantia suggère que l’axe du Douro n’était en rien fermé aux armées romaines, ce qui n’est guère étonnant en l’absence d’un pouvoir centralisé dans la région. On sait ainsi par Appien que, quelques années plus tard, en 134 a.C., les habitants de Cauca n’étaient pas en mesure d’empêcher Scipion Emilien de traverser leur territoire pour se rendre de Pallantia à Numance, ou bien ne le souhaitaient pas57. De même, en 151 a.C., au cœur d’une région que Lucullus était pourtant, comme je l’ai rappelé précédemment, le premier général romain à arpenter, son armée put circuler entre Cauca, Intercatia et Pallantia sans manifestement rencontrer d’obstacle sérieux à sa progression58. Ces exemples invitent à nuancer l’idée que la neutralisation préalable de sites stratégiques était toujours indispensable à la circulation des armées romaines. Dans nos sources, rien ne vient confirmer la pratique d’une sécurisation à long terme des voies de communication (fluviales ou terrestres), en dehors de l’établissement de dépôts de vivres et de bases arrières destiné à permettre, le temps de la campagne seulement, d’assurer aux légions leur autonomie et leur sécurité59.

  • 60 Ces deux généraux éprouvèrent en effet de graves difficultés de ravitaillement devant Pallantia. Il (...)

11Encore cette dernière précaution n’était-elle pas toujours strictement observée, comme le prouve l’exemple de Lucullus en 151 a.C., ni suffisante pour remporter la décision, comme le montre le cas de Lepidus en 137 a.C.60. Quoi qu’il en soit, compte tenu de leur perception de l’espace péninsulaire comme des conditions habituelles dans lesquelles se déroulaient les opérations militaires, les généraux romains envoyés dans la péninsule Ibérique aux iie et ier siècle avant notre ère n’avaient aucune raison de considérer la vallée du Douro, dans son ensemble, comme un axe de communication qu’il convenait de sécuriser à tout prix.

  • 61 Pour un point de vue différent, voir Laederich 2001.
  • 62 Isaac 1992, 416 : “Rome expanded where it could, not where it should.”

12Pour conclure, il me semble que, dans le contexte des guerres de conquête sous la République, et notamment des guerres en Hispania, il n’est pas suffisant, comme cela est devenu banal suite aux critiques de méthode formulées à l’encontre des théories d’Edward Luttwak, d’admettre l’absence de toute “grande stratégie” de la part de l’État romain, c’est-à-dire de vision géostratégique globale à l’échelle de l’Empire61. Il faut en outre reconnaître que les opérations militaires menées dans les territoires par les généraux ne s’inscrivaient pas davantage dans une logique géographique que l’on serait en droit de qualifier de “stratégique”. De ce point de vue, il me paraît donc important de veiller à ne pas employer, pour la période républicaine, un vocabulaire et des catégories d’analyse qui tendraient, même implicitement, à réintroduire au niveau provincial un schéma interprétatif reconnu comme contestable au niveau de la politique extérieure du Sénat. Or c’est, à mon sens, le risque encouru à hiérarchiser les territoires, à l’échelle de la progression de l’imperium romain dans la péninsule Ibérique, en fonction de leur caractère jugé plus ou moins stratégique. Ce qualificatif me paraît trompeur, dans la mesure où il présuppose une vision stratégique globale dont nous avons peine à trouver trace dans nos sources. Pour paraphraser une nouvelle fois Benjamin Isaac, les armées romaines opéraient dans le contexte d’une expansion qui se déployait “où elle le pouvait et non où elle le devait”62. Répétons-le, néanmoins, la guerre romaine se fondait bien évidemment sur des choix stratégiques. Mais ce n’était pas la géographie qui créait cette stratégie (même si la stratégie ne peut ignorer la géographie). Les choix opérés par les généraux romains doivent être déduits des données, souvent maigres, dont nous disposons et non construits à partir de modèles dont une approche purement géographique et territoriale de la conquête favorise a priori l’éclosion. Sans provocation donc, il est ainsi possible d’affirmer que, en ce qui concerne l’histoire militaire du moins, l’espace que nous désignons aujourd’hui comme la vallée du Douro, ne revêtait pour les Romains des deux derniers siècles avant notre ère aucune dimension stratégique particulière. En revanche, il est certain que cet espace fut, au moins dans sa partie orientale, le théâtre de longues et violentes opérations militaires qui représentèrent assurément une étape essentielle du développement et de l’affirmation de l’imperium Romanum dans la Péninsule.

Notas

2 Voir par exemple le postulat de Dyson 1985, 176, qui résume bien cette approche : “As the frontier developed, river farther west such as the Guadiana, Tejo, and Douro became key factors in Roman conquest plans.”

3 Luttwak 1987 (trad. fr.), iii-iv.

4 Murray & Grimsley 1994, 2-3.

5 Beaufre 1998, 30.

6 Cette hypothèse repose en effet exclusivement sur Gell. 16.1.3. Elle est acceptée (avec plus ou moins de réserves) par la plupart des travaux sur la campagne de 195 : Martínez Gázquez 1974, 168 et 175 ; Astin 1978, 45-46 ; Knapp 1980, 43. Le scepticisme l’emporte toutefois, à juste titre, dans les travaux les plus récents : Capalvo 1996, 139-141 ; Burillo 1998, 232.

7 Liv. 40.47.2.

8 App., Hisp., 80.

9 C’est la conclusion retenue notamment par Burillo 1998, 233. Elle me semble plus convaincante que l’idée d’une première mainmise romaine sur la région que l’on trouve évoquée par exemple dans la synthèse récente de Roldán & Wulff 2001, 120.

10 App., Hisp., 44. Les Romains accusaient les Ségédans d’avoir rompu les traités gracchiens qui prohibaient la fondation de nouvelles cités. Segeda est localisée à l’emplacement de l’actuelle Poyo de Mara (Belmonte). Sur cette question, voir Burillo 1994, 95-105.

11 App., Hisp., 45.

12 Contra Burillo 1998, 246.

13 Richardson 1996, 61-63. Richardson 1996, 61-63.

14 Sur les choix stratégiques du sénat au début de cette guerre, voir la mise au point de Bernstein 1994, 77, qui par ailleurs apporte peu au problème que nous discutons ici.

15 C’est ainsi le cas de Pérez Vilatela 1999, 223-241, à propos des différentes campagnes contre les cités vaccéennes. De façon assez révélatrice, cette interprétation alimente un discours très hagiographique sur cette ethnie, que l’auteur considère comme celle qui a le plus vaillamment résisté aux Romains.

16 La vision anachronique d’une conquête planifiée de l’ensemble de la Péninsule doit être désormais abandonnée. Voir notamment : Richardson 1996, 180, et Le Roux 1995, 19-22. Ces renouvellements commencent à être pris en compte dans certains manuels récents : cf. Roldán & Wulff 2001, 108 et 120. Ces derniers maintiennent toutefois qu’une conduite moins empirique de la conquête apparaît à partir des campagnes de Gracchus, mais ceci reste à démontrer.

17 D.C. 51.20.5 (Statilius Taurus) ; App., Hisp., 83 (Calpurnius Piso) ; Liv. 40.47.2 (Sempronius Gracchus).

18 App., Hisp., 51 (Lucullus) ; App., Hisp., 81 (Lepidus).

19 En effet, Liv., Per., 48, évoque au contraire les nombreuses victoires remportées par Lucullus dans la région. Il suit ici probablement une tradition moins défavorable au personnage (Polybe ?).

20 Les événements postérieurs à 133 sont mal connus, faute de sources. Nous savons cependant qu’entre la prise de Numance et le début des guerres civiles sur le sol péninsulaire, Rome mena de fréquentes opérations militaires dont le cadre géographique demeure néanmoins difficile à préciser. cf. Roldán 1980, 157-178 ; García Moreno, dir. 1987.

21 App., Hisp., 99.

22 DC. 39.54.1. Sur cet épisode, voir en dernier lieu Amela 2002, 269-285.

23 Isaac 1992, notamment 394-395. Cet auteur rejette à juste titre l’idée reçue selon laquelle des motifs territoriaux auraient déterminé les buts de guerre des Romains et que les lignes des frontières auraient été choisies en fonction de telles considérations stratégiques.

24 Isaac 1992, 401.

25 Voir à ce sujet les remarques de Goldsworthy 1996, 77, qui observe que la différence principale entre les récits des campagnes militaires dans les sources littéraires antiques et dans les livres des historiens modernes est précisément l’accent mis chez les seconds sur l’aspect géographique, absent chez les premiers : “There is no evidence in the ancient sources for the Romans ever having fought a war to control a piece of land for its own sake”.

26 Burillo 1998, 202.

27 Pol. 3.37.11. Au-delà de la seule péninsule Ibérique et de la période considérée, voir les remarques de Millar 1982, 15-20, qui estime que, d’une manière générale, les Romains n’avaient pas une notion suffisamment claire ou pertinente des réalités géographiques pour leur permettre de concevoir la situation militaire en termes de stratégie globale.

28 Géré 2000, 253-255, qui regrette une “inflation de sens”.

29 Montbrial & Klein 2000, 531-542.

30 Le mot “stratégie”, dans son sens actuel, est un néologisme forgé par Joly de Maizeroy dans la seconde moitié du xviiie s. Sur la pertinence d’y recourir pour rendre compte des conceptions et des pratiques de la guerre romaine, voir par exemple Goldsworthy 2000, 63 et Wheeler 1988, xi, n. 5.

31 Dyson 1985, 191 : “the Romans could not hope for peace and security without better control of the central Meseta area”.

32 Knapp 1977, 29-30 et 33.

33 Sur l’absurdité stratégique de cette idée de frontière naturelle, et notamment de “fleuves frontières”, voir la mise au point de Laederich 2001, 129-132, qui en souligne l’aspect exclusivement idéologique.

34 Dyson 1985, 202-203 ; Blázquez Martínez et al. 1986, 59-60 ; Keay 1988, 32 ; Burillo 1998, 236 ; Roldán & Wulff 2001, 123-125.

35 Récemment encore, l’idée de l’appartenance de Gracchurris au limes de la vallée de l’Èbre a été reprise par Hernández Vera 2002, 179.

36 Dyson 1985, 191 et 220.

37 Id. 1985, 226.

38 Burillo 1998, 192 et 256. Compte-tenu du voisinage de Colenda, il semble néanmoins qu’elle était située sur le Haut-Douro, en territoire arévaque.

39 App., Hisp., 100.

40 Dyson 1985, 175-176.

41 Burillo 1998, 236.

42 À ce propos, la critique méthodologique, formulée par Isaac 1992, 408, de l’emploi inconsidéré du terme de limes dans l’historiographie me semble pouvoir s’appliquer parfaitement au cas de la péninsule Ibérique : “It has now become the standard practice of modern historians and archaeologists to apply the term to every frontier zone where the presence of Roman soldiers is attested”.

43 Cadiou & Moret (à paraître).

44 Ces aspects sont plus amplement abordés dans ma thèse à laquelle je me permets de faire ici référence, bien qu’elle ne soit pas encore publiée : Cadiou 2001.

45 Pour une démonstration détaillée sur cette question, je renvoie également à Cadiou 2003, 81-100.

46 Sur l’aspect juridico-politique et non territorial, d’une province, voir les réflexions de Le Roux 2003, 15.

47 App., Hisp., 81 : “Comme il avait compris d’autre part qu’opérer un repli serait une entreprise plus redoutable que la guerre et entrainerait un effondrement presque complet de la domination romaine en Ibérie, si l’on en venait à mépriser les Romains comme des couards, il renvoya la commission conduite par Cinna, sans qu’elle eût rien obtenu, et présenta au Sénat par lettres ces mêmes justifications.”

48 Liv. 29.1.19 : “Eadem aestate in Hispaniam coortum ingens bellum conciente Ilergete Indibili, nulla alia de causa quam per admirationem Scipionis contemptu imperatorum aliorum orto” (Le même été, en Espagne, éclata un important conflit, provoqué par l’Ilergète Indibilis pour l’unique raison que son admiration envers Scipion lui avait fait concevoir du mépris à l’égard des autres généraux).

49 Pol. 35.2 : “Si leur première rébellion restait impunie, dirent-ils, ces gens auraient bientôt fait de se soulever à nouveau et ils provoqueraient une insurrection générale parmi les populations espagnoles, en leur montrant qu’ils avaient été capables de tenir tête aux Romains.”

50 Plut., Sert., 18.5-11.

51 App., Hisp., 51 ; 80-81 ; 87 ; 89.

52 C’est ce que la stratégie moderne désigne comme le fait de rechercher à “conserver sa liberté d’action”. Cf. Beaufre 1998, 52-54, qui place celle-ci au cœur de l’action stratégique. Le modèle élaboré par Luttwak 1987, 11 et 158 pour la période julio-claudienne repose d’ailleurs à juste titre sur ce principe, formulé en termes modernes d’“économie des forces”.

53 Ceci ne veut pas dire que l’imperium fondé sur ce prestige gagné militairement par Rome n’avait pas besoin ensuite d’être prolongé et relayé par d’autres modes de relations et d’interventions que l’on regroupe sous la notion de provincialisation. Mais il ne s’agissait plus alors principalement de guerre et d’armée. Sur ces questions, voir Le Roux 2005 : “La province n’était pas, par définition, une structure militaire de contrôle du territoire”.

54 Dyson 1986, 221, 223, 226.

55 App., Hisp., 71-73. Sur la route suivie par Brutus, voir Tranoy 1981, 126-129 ; Santos Yanguas 1988, 31-32 ; Martínez Mera 2001, 304-307.

56 App., Hisp., 80.

57 App., Hisp., 89.

58 App., Hisp., 51-55 ; sur cette campagne, voir Solana 1983.

59 Cadiou 2003, 94-98. Nous n’avons aucune attestation dans nos sources d’une fondation similaire à celle d’Olisipo à l’embouchure du Tage, dont Strabon nous dit qu’elle était destinée “à commander le cours du fleuve” (Str. 3.3.1). Cet exemple nous assure que les Romains considéraient bien certaines voies fluviales comme essentielles à la conduite de la guerre. Mais il convient également de ne pas oublier que cette fondation de Brutus se comprend dans le contexte précis de la préparation de l’ambitieuse campagne de 138 (Str. 3.3.1 : “pour garder en tout temps libres les accès à la mer et le ravitaillement en vivres”). On ne saurait en déduire que chaque voie fluviale d’importance fut gardée par de tels postes militaires, dont nous n’avons pas trace par ailleurs.

60 Ces deux généraux éprouvèrent en effet de graves difficultés de ravitaillement devant Pallantia. Il est possible que Lucullus ait négligé de se doter d’un dépôt de vivre, puisque le récit d’Appien nous le montre entièrement dépendant des disponibilités du terrain (App., Hisp., 55) ; quant à Lepidus, la prudente construction d’une base arrière (App., Hisp., 81) ne lui évita pas une mésaventure similaire.

61 Pour un point de vue différent, voir Laederich 2001.

62 Isaac 1992, 416 : “Rome expanded where it could, not where it should.”

Autor

Institut Ausonius, CNRS - Université de Bordeaux 3

© Ausonius Éditions, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540