Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

Les élites et le pouvoir

Q. (Lucceius Albinus), flamen provinciae Lvsitaniae ?

L’origine sociale des flamines provinciaux de Lusitanie1

Sabine Lefebvre

Texte intégral

  • 1 Je tiens tout d’abord à remercier vivement Milagros Navarro Caballero et Jean-Pierre Bost qui ont m (...)

1Les liens privilégiés que les élites hispaniques ont cherché à établir avec le pouvoir central, ont pu particulièrement s’épanouir dans le cadre du culte impérial, contrôlé par les agents du prince, mais rendu par les notables. Aussi, dans un tel contexte, le flamen prouinciae, représentant choisi par les délégués de chaque cité est l’intermédiaire obligé du gouverneur de la province. Il m’a donc paru intéressant de reprendre ce dossier pour la province de Lusitanie ; en effet, l’ensemble constitué par les dix-neuf mentions du flaminat provincial ne constituait pas un ensemble cohérent quant à l’origine sociale des titulaires de la charge. Une famille particulière devait être mise à part. Or, il semble que le réexamen du dossier épigraphique concernant cette dernière permet d’éliminer certains aspects de son particularisme.

2C’est à travers un ensemble de trois inscriptions que l’on peut suivre les progrès de la romanisation et l’ascension sociale de cette famille de Lusitanie, en partie enracinée à Olisipo. Les textes sont les suivants :

1. CIL, II, 195b = Silva 1944, no 36 (ILER, 1660) Olisipo

Lucceiae / Q(uinti) f(iliae) Albinae, / Terentiani (uxori),/decreto decurionum.

2. CIL, II, 195a = Silva 1944, no 36 (ILER, 1660) Olisipo

Flaminicae / prouinciae / Lusitaniae, / Seruiliae L(ucii) f(iliae), / Albini (uxori), d(ecreto) d(ecurionum).

3. CIL, II, 473 (ILS, 6892 ; ILER, 1032) Augusta Emerita

  • 2 Le texte a posé des problèmes de lecture : fallait-il lire à la ligne 3, Diui Aug(usti) comme E. Hü (...)

Diuo Augusto, / Albinus Albui f(ilius), flamen / diuae Aug(ustae) prou(inciae) Lusitaniae2.

3Restitution suggérée par J. Edmondson :

Diuo Augusto [et diuae Aug(ustae)], / Albinus Albui f(ilius), flamen [iui Augusti et] / diuae Aug(ustae) prouinciae Lusitan[iae, dedicauit ?].

  • 3 Pour Le Roux 1994, 400, par exemple, il est “probablement antérieur aux Flaviens”.

4Les documents 1 et 2 ont été datés du ier siècle, sans doute sous le règne de Claude. Le no 3 est de peu postérieur à 42 p.C., en raison de la divinisation de Livie, et antérieur à la divinisation de Claude en 543.

5Chaque document nous met en présence d’un certain nombre de personnages, dont la fonction est parfois mentionnée :

  • 4 Cette hypothèse, ancienne, est proposée par Marchetti in De Ruggiero 1906, III, 920. Cependant, il (...)

1 :

Lucceia Albina,

(---) Terentianus, son époux,

Q. (Lucceius), son père.

2 :

Seruilia, sans doute flaminica prouinciae Lusitaniae,

(---) Albinus, son époux4, pourrait être flamen prouinciae, ce que pourrait confirmer le flaminicat de Seruilia,

L. (Seruilius), père de Seruilia.

3 :

(---) Albinus, flamen prouinciae Lusitaniae,

Albuius, son père.

  • 5 Au niveau provincial, la flaminique est très généralement l’épouse du flamen (De Francisco 1989, 12 (...)

6Il est très tentant de rapprocher quelques-uns de ces Lusitaniens ; ainsi Albinus, époux de Seruilia, flaminica prouinciae Lusitaniae (2) serait sans doute Albinus, fils de Albuius et flamen prouinciae Lusitaniae (3). Nous aurions ici un couple de magistrats religieux provinciaux5, appartenant aux élites locales.

  • 6 Marchetti in De Ruggiero 1906, III, 920.
  • 7 Pour Étienne 1958, 166 et De Francisco 1989, 122, c’est Seruilia qui est la fille de L. Albinus, qu (...)
  • 8 De Francisco 1989, 130.

7Or, le document 2 se trouve gravé sur la même pierre que le document 1 ; les personnages ont donc forcément un rapport entre eux6, d’autant plus que la forme des lettres permet de dater les deux textes de la même période : il ne s’agit donc pas d’un remploi. Lucceia Q. f. Albina (1) pourrait donc être mise en rapport avec (---) Albinus (2 et 3) : je pense qu’il s’agit de son père7, qu’il faut alors dénommer Q. Lucceius Albui f. Albinus. Ce dernier est alors l’époux de Seruilia L. f.8. Nous obtenons donc le stemma suivant :

8Les documents 1 et 2 découverts à Olisipo devaient être accompagnés d’un troisième texte mentionnant le principal personnage familial, Q. Lucceius Albinus, flamen prouinciae Lusitaniae.

  • 9 Palomar Lapesa 1957, 28 ; Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), art (...)
  • 10 Álvarez 1943, 45, Augusta Emerita.
  • 11 Palomar Lapesa 1957, 118.
  • 12 Edmondson 1997, 99. Il faut ajouter en effet : ILER, 682 = Étienne et al. 1976, no 11 Conimbriga : (...)
  • 13 Pour Le Roux 1994, 400, le flamen prouinciae est un pérégrin ; pour Edmondson 1997, 99-100, le père (...)
  • 14 Abascal 1994, 174 ; Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), article L (...)
  • 15 CIL, II, 216 = Silva 1944, no 37, Olisipo.
  • 16 CIL, II, 232 = Silva 1944, no 47, Olisipo.
  • 17 CIL, II, 383 et p. XL (ILER, 4147) et p. 841 = Étienne et al. 1976, no 57 Conimbriga.
  • 18 Étienne et al. 1976, no 17 Conimbriga.
  • 19 García Iglesias 1973, no 171 Augusta Emerita.
  • 20 AE, 1983, 493 Augusta Emerita.
  • 21 García Iglesias 1973, no 320 (ILER, 4607) Augusta Emerita.
  • 22 Alvarez 1958-1961, 112.
  • 23 García Iglesias 1973, no 182b Augusta Emerita : T. Lucceius/T. lib. Arog/us Italice[nsis...].
  • 24 CIL, II, 6170 = IRB, 178 Barcino.
  • 25 CIL, II, 4969, 31.
  • 26 CIL, II, 4970, 272.
  • 27 CIL, II, 4974, 24.
  • 28 Kajanto (1965), 227.
  • 29 Albertos Firmat 1966, 15 ; De Francisco 1989, 135 ; Abascal 1994, 264-265 ; Grupo Mérida, Y Atlas o (...)
  • 30 Palomar Lapesa 1957, 27-28 ; en dehors de la péninsule Ibérique, un exemple d’Albicus est connu à V (...)
  • 31 CIL, II, 99 Béjar ; Roso de Luna 1905, 71, no 82 Valdefuentes.
  • 32 CIL, II, 518 Augusta Emerita.
  • 33 CIL, II, 2394b Villar de Maçada (conventus Bracaraugustanus).
  • 34 CIL, II, 880 Salmantica.
  • 35 CIL, II, 287 * Toletum.
  • 36 CIL, II, 3054 Madrid ; Schulze 1904, 119 ; Solin & Salomies 1988, 11.
  • 37 Gómez Moreno 1927, 34.
  • 38 CIL, II, 2626 Moral (conventus Asturum) ; Gómez Moreno 1927, 32.
  • 39 CIL, II, 606 Metellinum ; CIL, II, 776 Caurium ; CIL, II, 338 = CIL, II, 5230 Collipo ; CIL, II, 53 (...)
  • 40 Alföldi 1966, 721 : la transmission héréditaire entre Albus et Albinus est attestée à Rome.
  • 41 Palomar Lapesa 1957, 28 ; 180.
  • 42 Étienne et al. 1976, no 35, signalent que cet anthroponyme latin, principalement localisé en Lusita (...)
  • 43 Edmondson 1997, 99.

9L’onomastique nous permet de confirmer l’origine géographique de cette famille. Albuius est l’ancêtre de la famille ; c’est un pérégrin. Il ne peut donc pas être originaire d’une colonie romaine. Aussi, même si l’on connaît un autre Albuius9 à Augusta Emerita10, le père du flamen ne vient pas de cette cité. Ce nom indigène, assez rare – il s’agit d’un anthroponyme avec des éléments celtiques11–, est principalement présent dans les régions situées au nord de la province de Lusitanie12. Le fils, Q. Lucceius Albinus, qui possède les tria nomina du citoyen romain13, porte un gentilice qui n’est pas rare en Lusitanie14 ; on connaît à Olisipo même, en plus de Lucceia Albina, Lucceia Cinnamis, patronne de l’esclave Graptus, mort à 13 ans15 et G. Lucceius Philogenes, mort à 40 ans16. Dans le même conuentus, à Conimbriga, Q. Lucceius Rufinus, mort à 25 ans et son père Lucceius Seuerinus sont mentionnés dans un même texte17 ; [Q. ?] Lu[cceius ?] Max[imus ?]18 est présent dans la même cité. A Augusta Emerita, il faut mentionner Lucceia Herennia19, Lucceia Laudice20, Lucceius Dorion21, L. Lucceius Restitutus22 et T. Lucceius T. lib. Arogus, Italicen(sis)23, et donc sans doute originaire d’Italica et non de Lusitanie, soit cinq attestations. Enfin il faut citer, à l’écart de la zone principale de concentration des témoignages, M. Lucceius M. 1. Chilo, présent à Barcino, en Tarraconnaise24. Plusieurs références figurent dans l’instrumentum domesticum, les objets – lucernae25, vases26, grapha scripta27 – étant conservés au Musée de Tarragone. Quant au cognomen Albinus28, il est souvent utilisé en Lusitanie29 ; il dérive de Alb-et Albic-, base attestée dans les régions de population ligure30 et dont dérivent Albicus31, Albicianus32, le nom du dieu Albocelo33, les ethniques Albiones et Albocolensis34, les gentilices Albiganic35, Albinius et Albinus36, les anthroponymes Albucius37 et Albucia38, Albonius et Albonia39, et enfin les surnoms Albinus et Albina, très fréquents en Lusitanie, qui, selon M. Palomar Lapesa, “paraissent être la dérivation indigène du même radical”. Du nom du père40, Albuius, auquel ont été ajouté le suffixe N et la vocale-I-41, association fréquente dans les langues celtiques, on arrive à Albinus, forme latinisée d’un nom local42. Les attestations du cognomen Albinus/a sont assez bien localisées en Lusitanie, dans les régions situées au nord du Tage et à l’intérieur de la province43.

Liste des attestations d’albinus/a en péninsule ibérique

  • 44 Cette lecture est celle proposée par Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à par (...)
  • 45 Voir note 12.
  • 46 La localisation précise est inconnue.
  • 47 La lecture de cette inscription est incertaine.

Ville

Nom

Filiation

Divers

Réf.

B. Axati

C. Iuuentius Quir. .... Albinus

C. f.

aedilis ; IIuir ; ciuis ; patronus

CIL, II, 1054

L. Ammaia

Cornelius Albinus

Seueras Cornelius ? Ciuus, et fils de Cornelius ? frère de Cornelius ? Alpinus, de de Cornelius ? Seuerus

CIL, II, 5131 (ILER 4165 et p. 841) IRCP,

L. Augusta Emerita

Albinus

Albui f.

Lusitaniae flamen prou.

CIL, II, 473

L. Augusta Emerita

Albinus

père de Lupus Taporus

CIL, II, 520

L. Augusta Ementa

M. Rufinus Albinus Taporus

epoux de Floria Seuera fils de Flauia Flauina

CIL, II, 521 (ILER,3670)

L. Augusta Emerita

Tutilia Alb[ina]

mater ?

CIL, II, 550

L. Barruecopardo

Albin(us)

Maluquer, no 4

L. Caesarobriga

Albinus

f. fils de Aestiuus Nigri f. et de Annia Mustari frère de Aquilus et de Maturas

CIL, II, 904

L. Capera

Albinus

père de [-]

CIL, II, 817

L. Capera

[-] Albinus

acte d4evergétisme époque post-flavienne

CPILC, 815 (AE, 1941, 133 ;AE, 1986,307)

L. Caurium

Albinus

père de Albinilla, Saturninus Cili f. épouse ( ?) de

CIL, II, 771 = CPILC, 223 = CILC, 18

L. Caurium

Albina

Albi f.

f.c.

CIL, II, 803

L. Cogula

Albinus

Figueiredo 1953, 174

L. Conimbriga

Albinus

Arconis f. père d’Arco et Aio[...]

ILER, 4845

L. Ebora

Canidia Albina

mater Catinii Canidiani, c. u., consobrini Catiniae M. f. Acilianae, c. f.

c.f.

CIL. Il, 111 = IRCP, 381

L. Egitania

Albinus

Tangini f. liens avec Amoena Maelonis f.

Lanciensis oppidanus

AE, 1961, 360= 1967, 147 (ILER, 5355)

L. Egitania

Albinus

Proculi f.

ILER, 727 = HAE, 1207

L. Meimão

Q. Flau(ius?) Albi(nus?)44

AE, 1960, 192

L. Mós do Douro

[Al]binus [Ta]porus

[A]pili f. époux de [T]urea [Al]boni f.

mort à 60 ans

AE, 1985, 522

L. Norba

Albinus

Rufi f.

CIL, II, 699 = CPILC, 98

L. Norba

Albinus

père de Manutanus

CIL, II, 710 = CPILC, 102 = 160 (ILER, 2448)45

L. Norba

N[o]rba[nus] Alb[i]nus

CIL, II, 711

L. Norba

A[l]binus

père de Ve[g]et[a] [T]a[l]ora?

CIL, II, 754

L. Norba46

Albinus Albinus Taporus

fils de Murcia (?), f.c. Lanciensis

CIL, II, 950 et p. 832 (ILER, 5361) = CPILC, 13147

L. Olisipo

Lucceia Albina

Q.f.

Terentiani (uxor)

CIL, II, 195b

L. Olisipo

Albinus

époux de Seruilia L. f., flaminica prou. Lusitaniae

CIL, II, 195a

L. Pinhel

Albinus

Maelo[n]is (f.)

AE, 1986, 299 = HEp, 1, 1989,683

L. Retortillo

Albinus

fils de?

Maluquer 1956, no 91

L. Salmantica

Celsidius Albinus

Pater mater de Celsidia

CIL, II, 872

L. Turgalium

Albinus

Serena père de Afer Turolus

CIL, II, 685 = CPILC, 422

L. Turgalium

P. [Se?]ruilius [Al?]bi[nus?]

parent ou patron de Q. Sertorius C. f. Pap. Balbus

AE, 1993, 925

L. Villamiel

Albinus

HEp, 3, 1993, 146

L. Viseu

Albinianus Gener

CIL, II, 410

L. Viseu

Albinus

père de Fuscus, père de Rufus

CIL, II, 422

L. Zebras

Albinus

Moguli f.

Vasconcellos 1887-1913, 209, no 3,

T. Aquae Flauiae

Albinus

Balesini (f. ?)

CIL, II, 2471

T. Caldas de Vizela

Flauius Albinus

époux de Maxumina

CIL, II, 5553

T. Carthago Nova

Albinus

IIuir quinquennal. entre 50 et 1 a.C.

RPC, 149

T. Carthago Nova

Albin[u]s

Huir quinquennal. entre 50 et 1 a.C.

RPC, 150

T. Carthago Nova

M. Postum(ius) Albin(us)

Huir quinquennal. post. à 14 p.C.

RPC, 170

T. Carthago Nova

M. Postum(ius) Albin(us)

Huir quinquennal. post. à 14 p.C.

RPC, 171

T. Carthago Nova

M. Postum(ius) Albinus

Huir quinquennal, iter. post. à 14 p.C.

RPC, 174

T. Carthago Nova

M. Postu(mius) Albinus

Huir quinquennal. iter. post. à 14 p.C.

RPC, 175

T. Carthago Nova

M. Postu(mius) Albinu(s)

Huir quinquennal, iter. post. à 14 p.C.

RPC, 176

T. Carthago Nova

(M. Postumius) Albin(us)

Huir quinquennal, iter

RPC, 178

T. Carthago Nova

M. Post(mius) Albinu(s)

Huir quinquennal, iter.

RPC, 177

T. Clunia

Albina filia

fille de Anna

CIL, II, 5793

T. Elche

Albinus

père de C. Accus

AE, 1914, 19

T. Junqueira, conv. Brac.

Aelius Albinus

CIL, II, 2398

T. Madrid

L. Albinius

fils de P. [-]cicius

CIL, II, 3054

T. Rios

G. Nigrinius Albinus G. Albinus Nigrinius

le fils

AE, 1984, 544

T. Tarraco

Sempronia Albina

liens avec Sempronia Meroe et Cornelius Rhetoricus

Battle Huguet 1943, 85, no 11

T. Zoelae, conv. Asturum

Albinus Cilinus

Alburi (f.)

mort à 70 ans

EphEp, VIII, 132

  • 48 M. Messius Rusticianus Aemilius Lepidus Iulius Celsus Albinus Arrius Proculus, trib. pleb. design., (...)
  • 49 ILER, 6322 (AE, 1935, 5) Augusta Emerita : T. Pompeius T. f. Trom. Albinus, domo Vienna qui est dit(...)
  • 50 Untermann 1965, 19-20 et 47-48 : l’un des anthroponymes les plus représentatifs de la zone lusitano (...)
  • 51 Voir la carte I.
  • 52 Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), article Seruilius.
  • 53 En Lusitanie : CIL, II, 359 Collipo. En Bétique : CIL, II, 1513 Astigi ; CIL, II, 1346 Acinipo ; CI (...)
  • 54 A Herguiguela (province de Caceres) CPILC, 756 : Q. Seruilius Q. f. Pap. Celer ; à Augusta Emerita, (...)

10En ôtant de cette liste les membres de l’ordre sénatorial48 ou les officiers49, qu’ils soient originaires d’Hispania ou en poste dans l’une des trois provinces, on obtient une répartition très localisée d’Albinus50 ; on ne trouve qu’une seule attestation en Bétique, et si huit cités de Tarraconaise figurent dans le tableau ci-dessus, seuls douze personnages portent le nom d’Albinus/a. La grande majorité des attestations se trouvent en Lusitanie51, et principalement entre le Tage et le Douro, à l’intérieur des terres. Q. Lucceius Albui f. Albinus serait donc originaire de la partie nord de la province, si l’on prend uniquement en compte l’onomastique. Quant à son épouse, Seruilia, elle appartient à une famille entrée dans la citoyenneté romaine sans doute à la génération précédente, voir même encore avant : son père, L. (Seruilius) est visiblement citoyen romain. Les Seruilii52 sont connus en Hispania (une vingtaine d’attestations53 dont dix en Lusitanie54.)

  • 55 Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), article Terentianus.
  • 56 CIL, II, 195b ; CIL, II 248 = Silva 1944, no 97 : M. Vi[u]bius Terentianus, mort à 9 ans ; CIL, II, (...)
  • 57 CIL, II, 320 (HAE, 1624) : C. Teren[t]ius Maxumus Terentianus, père de C. Terentius C. f. Gal. Ru[f (...)

11Lucceia Albina serait donc bien fille d’un couple de citoyens romains et elle reste dans ce milieu en épousant (---) Terentianus, qui semble être lui aussi citoyen romain. En effet, les unions sont mentionnées dans les textes par l’utilisation du cognomen de l’époux au génitif ; aussi bien dans le document 2, Seruilia L. f., Albini (uxor), que dans le document 3, Lucceia Q. f. Albina, Terentiani (uxor). Le cognomen Terentianus est peu fréquent en Lusitanie : quatre attestations55 au total, dont trois à Olisipo56 et un dans la ciuitas d’Olisipo57.

12C’est donc à une famille indigène romanisée que nous avons affaire, famille qui a rapidement gravi l’échelle sociale.

  • 58 Les tableaux d’Étienne 1958, 153-156 montrent que quarante-huit flamines prouinciae ont reçu des ho (...)
  • 59 Ibid., 144 : l’origine d’Albinus est inconnue.
  • 60 Ibid., 151 évoque les doutes quant à l’inscription d’Albinus dans une tribu ; de Francisco Martín 1 (...)
  • 61 Ibid., 150-151,166 : pour l’auteur, c’est l’exercice du flaminat provincial qui confère à L. Albinu (...)
  • 62 La divinisation de Livie date de 42 p.C.

13En effet, Q. Lucceius Albinus est connu comme flamen prouinciae Lusitaniae. Avant de parvenir à cet honneur, il a sans doute exercé des magistratures municipales58, sans que sa cité d’origine soit indiquée59. La découverte des inscriptions mentionnant sa femme et sa fille, ainsi que la concentration de Lucceii à Olisipo tendraient à faire de cette cité la patrie de Q. Lucceius Albinus. Or, il a obtenu la citoyenneté romaine60, indispensable comme R. Étienne le signale, pour obtenir le flaminat provincial61. Se pose le problème de savoir à quel moment il a reçu cette citoyenneté, étant bien entendu que c’est lui et non son père qui l’a obtenue : dans ce dernier cas, Albuius n’aurait pas été mentionné comme tel dans le texte dont son fils est le dédicant peu après 42 p.C.62.

  • 63 Vittinghoff 1952, 78, 109, 148 ; Galsterer 1971, 69 ; Tovar 1976, 266 ; García Iglesias 1979, 81-85 (...)

14Q. Lucceius Albinus a donc bénéficié d’une promotion de statut, soit en temps que membre d’un groupe, les habitants du territoire d’Olisipo, devenu municipe de droit romain – municipium Iulium Olisipo, inscrit dans la tribu Galeria – sous César63, soit à titre personnel, et alors en dehors du cadre d’Olisipo ; la date est alors à préciser.

  • 64 Les Iulii sont très nombreux en péninsule Ibérique, en particulier en Lusitanie ; cf. Guichard &. L (...)

15Si Q. Lucceius Albinus a bénéficié d’une promotion en même temps que ses concitoyens, il faut donc la placer sous César. Deux problèmes se posent alors : pourquoi porter le gentilice Lucceius, alors que Iulius s’imposait ? On sait que le nombre des Iulii en Lusitanie est important64. Comment un notable vivant sous César, et donc arrivé à ce moment à l’âge adulte, soit 30 ans environ, peut-il être flamen diui Augusti et diuae Augustae après 42 p.C. ? Il serait alors âgé de près de 120 ans, ce qui est impossible.

16La promotion uiritim, plus tardive, doit donc être envisagée. Mais deux problèmes se posent également : Q. Lucceius Albinus ne peut plus être citoyen d’Olisipo, dont tout le corps civique possède la citoyenneté romaine depuis César, et de plus, il faut se demander pourquoi il porte ce gentilice assez rare.

17Q. Lucceius Albinus, serait plutôt, ainsi qu’en témoigne son onomastique, originaire d’une cité située au nord du Tage, sans que nous puissions préciser laquelle. Son mariage avec Seruilia et/ou la possession de biens dans la région d’Olisipo ont pu le conduire à s’installer en partie dans cette importante cité côtière.

  • 65 Établir une liste détaillée des Lucceii dans tout l’Empire ne m’a pas paru très utile pour ma démon (...)
  • 66 Flavius Josèphe, Ant., 20.197 ; 20.202 ; Bell., 2.277 ; Tacite, Hist., 2.58-59 ; PIR 2, L, 354 ; RE (...)
  • 67 Tacite, Hist., 2.58 : Idem diebus accessisse partibus utramque Mauretaniam, interfecto procuratore (...)

18Quant à l’utilisation du gentilice Lucceius, elle reste problématique ; une étude de l’utilisation de ce nomen au sein des élites romaines pourrait permettre de trouver une réponse. En effet, quoique peu fréquent, ce nomen apparaît néanmoins dans les deux ordres supérieurs de la société romaine65. Nous connaissons tout d’abord Lucceius Albinus66, qui a rempli une mission officielle inconnue à Alexandrie ; il a ensuite été envoyé, succédant à Porcius Festus, comme procurator centenaire en Judée en 62 d’où il est rappelé en 64 par Néron pour "mauvaise conduite administrative". Puis en 66-67 (ou peut-être dès 65 pour B. E. Thomasson), il arrive en Maurétanie Césarienne, avec un salaire ducénaire, et, en 68-69, il est également dépêché, par Galba, en Maurétanie Tingitane, qu’il gère conjointement à la Césarienne. Mais, après s’être rallié à Othon, comme il menace et d’envahir l’Hispania, disposant de dix-neuf cohortes et de cinq escadrons de cavaliers, et de ceindre le diadème des rois de Maurétanie, il est exécuté avec sa femme et ses partisans en 6967, par des provitelliens, dont Cluuius Rufus, légat de Citérieure.

  • 68 Lucceius Albinus n’est cependant pas consulaire (Sherwin-White 1966, 277).
  • 69 Pline lui adresse pendant l’été 107, un message concernant le tombeau de Verginius Rufus (6.10).
  • 70 PIR2, L, 355.
  • 71 Pline, Ep., 3.9.7 : Aderam Baeticis mecumque Lucceius Albinus, uir in dicendo copiosus, ornatus ; q (...)
  • 72 Pline, Ep., 4.9.13 : Successif mihi Lucceius Albinus tam apte, ut orationes nostrae uarietatem duar (...)

19Son fils, sénateur68 ami de Pline le Jeune69, Lucceius Albinus70, est un avocat de renom qui défend les habitants de Bétique contre les excès de Caecilius Classicus en 10171, lors d’un procès de repetundis. Il défend également Iulius Bassus en 103 ou 10472.

  • 73 Sherwin-White 1966, 232 (“The family comes from Olisipo in Lusitania”) ; 365 (“the Spanish advocate (...)

20L’origine lusitanienne de ces deux personnages a été évoquée à plusieurs reprises73. On peut être plus affirmatif. En effet, même si les indices sont minces pour établir des liens entre les Lucceii Albini, procurateur et sénateur, et la province de Lusitanie, ils existent : il y a tout d’abord le désir de Lucceius Albinus d’envahir la Bétique depuis la Maurétanie Tingitane. Certes, de cette province africaine, la Bétique est sans doute plus facile à rejoindre que la Maurétanie Césarienne. Mais se serait-il livré à cette manœuvre s’il n’avait pas été sûr de trouver en Hispania des partisans ? Ces derniers pourraient être les Lusitaniens, ses compatriotes. De plus, le fils avocat défend les habitants de Bétique, ce qui crée un autre lien avec l’Hispania. Pourquoi avoir choisi Lucceius Albinus ? Sans doute, là encore, parce que des liens d’amitié ont pu jouer. Enfin, les deux familles comportent des Lucceii Albini ; l’association de ce nomen et de ce cognomen est très rare.

  • 74 Camodeca 1982, 121.
  • 75 Cn. Lucceius, connu en 44 a.C. comme ami de Cicéron (Cicéron, ad. Att, 16.5.3 ; ad. Att, 15.21.1) ; (...)
  • 76 CIL, I2, 2663 Samothrace ; Broughton 1952, II, 19.
  • 77 Dion Cassius, 36.41.1-2 ; Broughton 1952, II, 143.
  • 78 Cicéron, ad. Fam., 5.15.2.
  • 79 Il serait fort tentant d’envoyer son éventuel fils en Lusitanie à la fin du règne d’Auguste

21Un autre groupe de Lucceii est aussi connu. Il est semble-t-il originaire de Cumae74, et est bien attesté à l’époque augustéenne75. Il faut enfin mentionner l’existence d’une famille sénatoriale républicaine, composée de L. Lucceius M. f., sans doute legatus en juillet 92 a.C.76, de L. Lucceius Q. f., praetor en 67 a.C.77, qui refuse la province de Sardaigne, possédant une villa à Puteoli en 45 a.C.78. Nous ne connaissons malheureusement pas la totalité de son cursus, et en particulier les provinces dans lesquelles il aurait eu à remplir des missions officielles79.

22Quels peuvent être les liens entre ces différentes attestations de groupes familiaux de Lucceii ? Je pense que l’on peut écarter de notre étude l’ensemble de Cumes ; le prénom Cnaeus, omniprésent dans leur dénomination, leur rayonnement quasi exclusivement local, ou italien, l’absence de cognomen, et donc d’Albinus, sont des arguments nous permettant de les exclure. En revanche, des liens de clientèle auraient pu avoir été établis avec la famille sénatoriale républicaine, en particulier le L. Lucceius d’époque césarienne et ses descendants, dont l’un aurait pu être envoyé en Lusitanie à la fin du règne d’Auguste ; mais il faut rester d’une grande prudence, en particulier parce qu’il est difficile de comprendre pourquoi, après la promotion de Q. Lucceius Albinus à la citoyenneté romaine, c’est le gentilice Lucceius qui est porté et non le gentilice Iulius.

23Par contre, il nous paraît intéressant de rapprocher les Lucceii Albini de Lusitanie avec les Lucceii Albini au service des princes dans le dernier tiers du ier siècle. En effet, l’onomastique, la présence persistante de la péninsule Ibérique dans les carrières du père et du fils, ainsi que la chronologie nous conduisent à ce rapprochement. Le stemma suivant permet de visualiser ce rapprochement :

  • 80 Il faut signaler l’existence d’une inscription se trouvant dans les collections de l’Antiquarium Co (...)

24La filiation que je propose entre Q. Lucceius Albinus, flamen prouinciae Lusitaniae et Lucceius Albinus, procurator est une hypothèse80. Mais plusieurs indices nous poussent dans cette direction.

  • 81 Étienne 1982, 521-522.
  • 82 Q. Iulius Cordus Iunius Mauricus (Étienne ibid., 525-526. no 3).

25Il faut cependant rester prudent ; en effet, cette hypothèse implique la présence d’un sénateur d’origine lusitanienne, dès la fin du ier siècle. Or R. Étienne81 signale que les quelques sénateurs connus de Lusitanie sont plutôt tardifs : le premier attesté de façon sûre date du début du iie siècle82.

26Si cette hypothèse est un jour confirmée, nous serions en présence d’une ascension sociale rapide au ier siècle : du pérégrin à la première génération, au sénateur à la quatrième pour une famille d’origine provinciale, et d’une province romanisée tardivement, sous Auguste.

  • 83 Étienne 1958, 152.

27Sans extrapoler sur l’éventuelle ascension sociale des descendants du flamen prouinciae, nous avons déjà, avec lui, un bel exemple de réussite sociale locale : un fils de pérégrin, fraîchement romanisé et tout nouveau citoyen romain, mais appartenant aux élites locales, devenu flamen prouinciae. R. Étienne signale que c’est dans ce vivier des indigènes romanisés que les flamines provinciaux sont recrutés83, surtout au ier siècle.

  • 84 Ibid., 143 ; De Francisco 1989, 120 ; Fishwick 1987, 156-158.
  • 85 Étienne ibid., 172.
  • 86 De Francisco 1989, 122 transforme quelque peu les propos d’Étienne en indiquant que, je cite, “ning (...)

28Le culte provincial semble être né en Lusitanie au tout début du règne de Tibère84. R. Étienne85 pense que les flaminicae ont pu apparaître dans la province dès le début du culte des diuae, sous Claude, même si les premières flaminiques connues lors de la rédaction de son ouvrage sont à placer sous le règne de Vespasien86.

Liste chronologique des flamines et flaminicae provinciae lvsitaniae

  • 87 PIR2, C, 1333 ; Devijver 1976-1980, C 229 et 1987, 1525, fait du père et du fils un même personnage (...)
  • 88 La place du tribunat militaire dans la carrière du personnage est difficile à préciser : est-il ant (...)
  • 89 Demougin ibid., n° 513 ; Devijver 1993, C 229.
  • 90 CIL, II, 897 Caesarobriga.
  • 91 CIL, II, 896 Caesarobriga.
  • 92 De Francisco 1977, 233, n° 14 ainsi que Curchin 1990a, 171, n° 335 signalent que l'ordre du cursus
  • 93 Velázquez 1988, 125-132 (AE, 1989, 396 = HEp, 2, 1990, 40).
  • 94 Curchin 1990a, 171, n° 334 a choisi cette restitution.

Date

Nom

Fonctions antérieures

Flaminat provincial

Fonctions postérieures

Famille

Reférences

41-54

L. Corneluis C. F. Bocchus87

tr. Mil. ?

Fl. prou.

tr. mil ?88

CIL. II, 65 (ILS, 2920 ; AE, 1967,195)=IRCP, 185 Salacia ; CIL. II, 5617= CIL. II, 5617 Aquae Flaviae

2. 42-50 ca 3.

Q. Lucceius Albui f. Albinus
Seruilia L.f.

fl. d[iui Aug.et] diuae Aug. Prou Lusitania
fl. prou. Lusitaniae

Epouse de Q. Lucceius Albinus

CIL. II, 473 Augusta Emerita
CIL. II, 195a Olisipo

4. 48

[L. Po]mponius M. F. Capito

Iluir col. Aug. Emeritae ; praef. Fab. ;fl. col. Aug. Emeritae

fl. prou. Lusita,iae diui Aug. [et,] diuae Aug.

AE 1966, 177 ; HEA,2640 ; ILER, 5540 ; Hep, 4, 1994, 1084 Scallabis

5. 54-79

L. Cornelius L. f. Bocchus89

tr. mil. leg. III Aug.

fl. prou. Lusitaniae

fils de L. Cornelius Bocchus (1.)

CIL, II, 5184 (ILS, 2921 ; AE, 1967, 195)= IRCP, 207 Caetobriga

6. 70-79

L. Papirius L. f.

fl.Augustalis

CIL, II 41* (AE, 1982, 489) Cobimbriga

7. 70-96

Flauia L. f. Rufina, Emeritensi

fl. mun. Salaciensis ; fl. perp. col. Eleritensis

fl. prou. Lusitaniae

CIL, II, 32 Salacia

8. 70-96

Domitia L. f. Proculina

fl. mun. Sui prima et perpetua

fl. prou Lusitaniae

Lien avex Domitia attia90épousede L. Annius Placidus91aedilis, quaestor, Iluir

CIL, II, 895 et p. 838 Caeserobriga

9. 77-78

L. Iunius Latro, Conimbricesis

fl.prou. Lusitaniae

CIL, II, 5264 Auguste Emerita

10. 41-100

T. Aemilius Macrinus

Aedilis ; Iliuir

fl.prov. Lusitaniae

Père de T[ita ?] Aemilia Macrina

Figueiredo 1953, 186

11. 1-100

C. Pompeius L. f. Priscus

Fl. Col. (Emeritnsis) ; Iluir 92

fl.prov. Lusitaniae

AE 1967 187 (HAE, 2358 ; ILER, 6404) Augusta Emerita

12. 1-100

M. Corneluis Q. f. Gal. Persa

patronus d’Ossonoba

fl.prou. Lusitaniae

IRCP, 7 Ossonoba

13. 150 ca.

[…]A. f. Calchisia

fl.prou. Lusitaniae II ( ?)

CIL, II 122 = 5189 (AE, 1969 /70,214) Ebora

14. 100-193

Heluia M. [f.]93

fl.prou. [Lusitaniae]

AE, 1989, 396 Augusta Emerita

15. À partir de 100

Sex. Aponius Scaeuus Flaccus

fl.prou. Lusitaniae II ( ?)

époux de Iulia Modesta

CIL, II 396 Bobadella

16.

Iulia Modesta

fl. mun? uel

fl.prou.?

CIL, II, 396 et Bobadella

17.?

C. Iulia Vegetus

fl.prou. Lusitaniae

époux de Propinia Stafra

CIL, II, 160 Ebora

18.?

Laberia L. f. Galla

fl. mun. Eborensis

fl. prou. Lusitaniae

épouse de L. Sulpisius Claudianus

CIL, II, 339 Collipo (ILER, 1774+ p. 834 ; CIL, II, 114 + p. 805 Ebora

19.?

[…]

[Il]uir bis ; Iluir praeflectus uel [IV]uir bis ; Iluir ; praeflectus ?94

[flamen prou]inciae Lusitaniae

CIL, II, 493 Augusta Emerita

29Dix-neuf membres du clergé provincial sont connus, dont deux avec quelques hésitations (no 16 ; 17). Tous ces personnages, ayant accédé au premier rang provincial, de leur fait ou de celui de leur époux, appartiennent à l’élite des notables provinciaux.

  • 95 L. Sulpicius Claudianus n’est pas attesté dans l’épigraphie comme étant flamen prouinciae.

30Treize sont citoyens romains issus de citoyens romains (no 1 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 ; 7 ; 8 ; 11 ; 12 ; 13 ; 14 ; 16 ; 18) ; pour quatre, la filiation n’est pas mentionnée, mais le membre du clergé est citoyen romain, sans que l’on puisse être sûr de l’origine sociale de son père (no 9 ; 10 ; 15 ; 17). Un seul est citoyen romain issu de pérégrin, il s’agit de Q. Lucceius Albinus (no 2), et l’absence de dénomination du dernier (no 19) ne permet pas d’établir son origine sociale. Les conjoints, quand ils sont connus, appartiennent aussi au milieu des citoyens romains (no 3 épouse de no 2 ; no 16 épouse de no 15 ; Propinia Stafra épouse de no 17 ; L. Sulpicius Claudianus époux du no 1895.) Le recrutement des flamines prouinciae Lusitaniae, au cours du ier siècle p.C., en particulier avant l’octroi du ius Latii à la péninsule Ibérique par Vespasien, se fait parmi les membres les plus élevés de l’élite provinciale, les citoyens romains issus de citoyens romains, à l’exception de Q. Lucceius Albinus, fils de pérégrin. Il s’agit de familles ayant obtenu le droit de cité romain au cours du ier siècle a.C. ; le cas de Q. Lucceius Albinus, fils de pérégrin est donc tout à fait exceptionnel.

  • 96 Les gentilices suivants ne semblent pas correspondre à des gouverneurs républicains en poste en His (...)
  • 97 Dyson 1980/1981, 257-299, en particulier 267-272. Six gouverneurs ou administrateurs de péninsule I (...)
  • 98 Les Cornelii gouverneurs en péninsule Ibérique sont les suivants : P. Cornelius Scipio, cos., envoy (...)
  • 99 Les Domitii : M. Domitius Calvinus, proconsul en Citérieure en 79 a.C. (Broughton 1952, ii, 84) ; C (...)
  • 100 Un seul Heluius est attesté comme gouverneur en Hispania : M. Heluius, préteur en péninsule Ibériqu (...)
  • 101 Dyson 1980-1981, 276-280. Les six gouverneurs sont : M. Iunius Silanus, présent entre 210 et 206, i (...)
  • 102 Dyson 1980-1981, 288-291. Q. Pompeius vers 140-139 a.C. (Broughton 1952, 480, 482) ; Cn. Pompeius M (...)
  • 103 Knapp 1978, 191, 199-200, 203.
  • 104 Id. 1978, 191.

31En effet, les familles de plusieurs flamines ont pu obtenir la citoyenneté romaine dès l’époque républicaine, grâce à l’octroi de ce droit par des gouverneurs96. On peut évoquer les Aemilii97, les Cornelii98, les Domitii99, les Heluii100, ainsi que les Iunii qui sont au moins six à remplir la fonction de gouverneur dans les provinces hispaniques101. Pour les Pompeii102, le rôle le plus important revient à Cn. Pompeius Magnus, qui depuis la guerre contre Sertorius, a accordé le droit de cité romain sans doute avec beaucoup de générosité, alors que les Iulii ont obtenu la citoyenneté par César, lors de ses passages dans la péninsule103. Enfin, certains parmi les flamines ont sans doute été promus après les mesures flaviennes, et portent alors le gentilice impérial, Flauius104.

  • 105 Cela expliquerait en effet le double flaminat de Flauia L. f. Rufina.
  • 106 La fonction peut soit être locale, soit préparer à des fonctions équestres.

32Pour accéder au premier rang de la province, il leur a fallu se faire connaître au niveau local ; ainsi certains ont été aedilis (no 10), duumuir de leur cité (no 4 ; 10 ; 11 ; 19) ou flamen municipal (no 4 ; 7 ; 8 ; 11 ; 18). Sept des dix-neuf flamines et flaminicae ont donc eu des responsabilités locales. Flauia L. f. Rufina (no 7), originaire d’Augusta Emerita, se fait même connaître dans deux cités, la sienne et Salacia, dont est peut-être originaire son époux105. Q. Lucceius Albinus (no 2) ne fait apparemment pas partie de ce groupe. Notons que L. Pomponius M. f. Capito (no 4) a été praefectus fabrum, après son duumvirat et avant le flaminat. Il est difficile de préciser la nature de ce poste106.

  • 107 Étienne 1958, 153.
  • 108 Demougin 1992, no 513.
  • 109 Ead. ibid., no 513.
  • 110 CIL, II, 2479 = 5617 Aquae Flaviae.
  • 111 Je ne pense pas que l’on puisse ici restituer un flaminat provincial, d’une part en raison de la le (...)
  • 112 CIL, II, 35 Scallabis.
  • 113 Elles ne sont mentionnées que dans une inscription (CIL, II, 2479 = CIL, II, 5617 Aquae Flaviae), m (...)
  • 114 Il est difficile de comprendre Étienne 1982, 523, pour qui, je cite, “il est révélateur que la Lusi (...)

33Deux seulement parmi ces flamines accèdent à la carrière équestre107 : L. Cornelius C. f. Bocchus et L. Cornelius L. f. Bocchus. Pour cette famille, S. Demougin108 pensait pouvoir retrouver trois générations. Sous Tibère109, [-Cornelius? Boc]chus110, aurait été tout d’abord en tant que notable municipal, praefectus Caesarum bis, pontifex perpetuus, flamen perpetuus dans sa cité d’origine111, puis praefectus fabrum V, tribunus militum. Puis L. Cornelius C. f. Bocchus112, flamine provincial sous Claude, aurait lui aussi été tribunus militum. Enfin L. Cornelius L. f. Bocchus, son fils, lui aussi flamen prouinciae aurait également rempli un tribunat militaire, celui de laIIIa legio Augusta vers 60/70. Il faut cependant rester prudent dans l’établissement d’un stemma, et les deux premiers personnages peuvent être identifiés. Cependant, que les membres connus de cette famille soient deux ou trois, nous sommes ici en présence d’une famille importante de Lusitanie, possédant sans doute des domaines aussi bien dans la région de Scallabis que dans celle de Caetobriga. Ces citoyens romains jouent non seulement un rôle municipal en remplissant des magistratures locales113, mais aussi un rôle provincial en tant que flamines de Lusitanie, et enfin un rôle que l’on peut qualifier de national, en entrant dans l’ordre équestre114.

  • 115 Parfois, seule leur carrière est mentionnée. C’est le cas pour : L. Cornelius L. f. Bocchus (no 5)  (...)
  • 116 Selon la restitution d’Edmondson 1997, 89-105.
  • 117 CIL, II, 397 Bobadella.
  • 118 Lefebvre 1994, 267-274 ; 327-330.
  • 119 Wesch-Klein 1993, 76, 81, 175.
  • 120 Ead. ibid., 76, 175.
  • 121 CIL, II, 396 Bobadella.
  • 122 L. Pompeius Vopiscus C. Arruntius Catellius Celer, légat d’Auguste propraetore de Lusitanie entre 7 (...)
  • 123 Malheureusement, les fastes de la province de Lusitanie (Alföldy 1969, 218-229) ne nous permettent (...)

34Leurs activités en tant que flamen prouinciae ne sont guère évoquées dans les documents115. Certes, certains participent à l’érection de monuments de nature religieuse, comme Flauia L. f. Rufina (no 7) qui fait une dédicace à Iupiter Optimus Maximus, ou comme L. Papirius L. f. (no 6) qui honore Diuus Augustus, pro salute et incolumitate ciuium ; le document concernant Q. Lucceius Albinus (no 2) est lui dédié à Diuus Augustus et diua Augusta116. Un document incomplet pourrait être le reflet d’une intervention en tant que dédicante de la flaminique Iulia Modesta (no 16), dans le cadre de sa cité117. Sont mentionnés quelques actes d’évergétisme, dont la nature reste inconnue (no 1 : la formule d. s. p.f. ne peut s’appliquer qu’à un acte d’évergétisme). Les flamines prouinciae sont d’ailleurs remerciés par les cités, en particulier lorsqu’ils en sont les patrons (no 12), dans le cadre d’un hommage public – decreto decurionum – (no 3 ; 4), parfois ob merita118 (no 1) ou obtiennent des funérailles officielles119, comme Laberia L. f. Galla (n° 18), à qui la cité de Collippo, offre par décret municipal, l’impensa funeris, un locus sepulturae, et une statua, une partie de ceci étant sans doute financé par son époux L. Sulpicius Claudianus ; C. Pompeius L. f. Priscus (no 11) a également reçu tous honneurs120, avec en plus une laudatio qui a été prononcée publiquement. Il faut enfin signaler la présence de documents de nature privée (no 17 ; 18), comme les inscriptions funéraires (no 13 ; 14). Dans ce contexte, Iulia Modesta (no 16) met en place une base consacrée à la Pietas121, financée ex patrimonio suo, en l’honneur de la gens de son époux Sex. Aponius Scaeuus Flaccus (no 15), flamine provincial et de sa propre gens, les Iulii. L’inscription évoquant le mieux les rapports existants entre ce groupe particulier, et hiérarchiquement supérieur, de notables et le pouvoir central reste celle mentionnant, dans une dédicace à Vespasien financée par la province, le gouverneur C. Arruntius Catellius Celer122 et le flamine provincial L. Iunius Latro (no 9) ; sont ici présents les deux personnages les plus élevés de la province, l’un détenant son pouvoir du prince, et l’autre des provinciaux.Le cas de Q. Lucceius Albui f. Albinus est donc particulièrement remarquable. Contrairement à ses collègues flamines provinciaux, il est citoyen romain depuis peu. Il est tentant de lui donner une descendance travaillant pour le prince, et cela très tôt dans la mise en place des structures provinciales du culte impérial. Le choix de Q. Lucceius Albinus pourrait sans doute s’expliquer par la fidélité de sa famille, fidélité qui lui aurait permis d’obtenir la citoyenneté romaine uiritim. Installé à Olisipo, qui dans ce cas-là ne peut être sa cité d’origine, il se serait uni à une fille de citoyen romain ; riche, il aurait attiré l’attention sur lui, et, choisi comme flamen prouinciae, il aurait pu profiter de la situation pour promouvoir la carrière de ses enfants123.

  • 124 Malheureusement, les fastes de la province de Lusitanie (Alföldy 1969, 218-229) ne nous permettent (...)

35Le cas de Q. Lucceius Albui f. Albinus est donc particulièrement remarquable. Contrairement à ses collègues flammes provinciaux, il est citoyen romain depuis peu. Il est tentant de lui donner une descendance travaillant pour le prince, et cela très tôt dans la mise en place des structures provinciales du culte impérial. Le choix de Q. Lucceius Albinus pourrait sans doute s’expliquer par la fidélité de sa famille, fidélité qui lui aurait permis d’obtenir la citoyenneté romaine uiritim. Installé à Olisipo, qui dans ce cas-là ne peut être sa cité d’origine, il se serait uni à une fille de citoyen romain ; riche, il aurait attiré l’attention sur lui, et, choisi comme flamen prouinciae, il aurait pu profiter de la situation pour promouvoir la carrière de ses enfants124.

Addendum

36Depuis la tenue de ce colloque, sont parus plusieurs articles, traitant des flamines de Lusitanie. Il va sans dire que les réflexions et hypothèses des auteurs n’ont donc pu être analysées ou intégrées à mon travail. Néanmoins, il paraît utile de les citer afin de compléter la bibliographie sur le sujet ; il s’agit de travaux de Garriguet Mata, J. A. (1997) : “El culto imperial en las tres capitales provinciales hispanas : fuentes par su estudio y estado actual del conocimiento”, AnACórdoba, 8, 43-68, pour qui, “entre los flamines provinciales, el más antiguo por el momento es Albinus, que fue Diui Augusti et Diuae Augusta en época de Claudio” (p. 50) ; de Delgado Delgado, J. A. (1999) : “Flamine s provinciae Lusitaniae", Gerión, 17, 433-461, qui, lui aussi, date le flaminat d’Albinus du règne de Claude, peu après 42 ; mais pensant que le flamine est originaire de Mérida, il ne fait que supposer une relation familiale avec les femmes mentionnées à Olisipo, qu’il place à partir du règne de Vespasien.

Discussion

37— Question de A. U. Stylow

38¿Se puede creer que en época de Claudio un ciudadano romano utilizaría una onomástica peregrina en una inscripción oficial ?

39— Réponse de S. Lefebvre

40Si on conserve une datation haute pour la famille de Q. Lucceius Albinus, sous le règne de Claude, le couple serait alors l’un des tous premiers à occuper ce poste. Il serait alors compréhensible que les règles de recrutement n’aient pas été encore très bien fixées. D’autre part, les candidats acceptables (dignitas, fortune, etc...) n’étaient sans doute pas très nombreux. Enfin, Albuius, père du flamine, a pu être une personnalité marquante dont le fils a souhaité conserver la trace, même si le père était pérégrin.

41— Question de P. Le Roux

42Prolongeant ce que vient de dire A. U. Stylow, je me demande - je n’ai pas la réponsedans quelle mesure on n’est pas en droit de penser que pour un flamine provincial pérégrin la charge ainsi revêtue entraînait la naturalisation romaine du titulaire, étant entendu qu’on doit alors distinguer l’inscription liée à la prêtrise et l’inscription postérieure au flaminat ?

43— Réponse de S. Lefebvre

44La documentation que j’ai pu consulter pour les Gaules, pour les provinces africaines et pour la Lusitanie en particulier semble montrer que la quasi-totalité des flamines sont des citoyens romains, en majorité fils de citoyens romains. Certes, les documents sont postérieurs au flaminat, mais la preuve du contraire manque totalement et il n’est dit nulle part que le flaminat provincial donne la citoyenneté romaine.

45— Question de J. Edmondson

46Votre communication touche à quelques questions de grand intérêt. Mais, à mon avis, il est primordial de dater l’inscription de Lisbonne (CIL, II, 195a) qui atteste Servilia L. f. comme flaminica provinciae Lusitaniae. Quelle date doit-on assigner à cette inscription ?

47Il est aussi important d’établir la date de la création de l’office de flaminica provinciae Lusitaniae. À mon avis, on doit l’assigner à l’époque flavienne, date proposée par R. Étienne et D. Fishwick. Cela pose quelques problèmes pour l’identification d’Albinus Albui f. de l’inscription (CIL, II, 473) d’Emerita avec l’Albinus, époux de Servilia L. f. attesté à Olisipo, puisqu’il faut dater l’inscription d’Emerita à l’époque de Claude (pour l’argumentation, voir mon article dans MDAI(M) 38, 1997). Comment peut-on résoudre les difficultés chronologiques ?

48— Réponse de S. Lefebvre

49Sur ce double problème de la datation des deux inscriptions, je n’ai pas de précision à apporter. Mon choix est le résultat de diverses opinions et de mon intime conviction. Toute datation assurée de l’un ou de l’autre des documents permettrait, j’en suis consciente, soit de confirmer mes hypothèses, soit de les réduire à néant.

50— Intervention de F. Des Boscs-Plateaux

  • 125 Étienne 1982.

51À propos de l’interrogation de S. Lefebvre qui se demandait qui avait pu favoriser l’ascension de la famille de Q. Lucceius Albinus, alors que, se fondant sur les travaux de R. Étienne125, elle constatait que l’apparition de familles sénatoriales originaires de la Lusitanie est plus tardive, j’ai deux éléments à proposer. D’une part, on connaît une autre famille d’Emerita Augusta dont l’ascension est contemporaine de celle d’Albinus : celle des Cornelii Severi. Il y a Cn. Cornelius Cn. f. Pap. Severas, chevalier et magistrat municipal d’Emerita à l’époque de Tibère, puis un Cn. Cornelius L. f. Pap. Clemens, adopté par un Pinarius, promu sénateur sous Néron, qui obtint le consulat autour de 70, fut ensuite légat de Germanie supérieure sous Vespasien et reçut les ornements du triomphe, puis un Cn. Cornelius Cn. f. Pap. Severas, questeur candidat de Trajan, consul en 112 et dont le poste de salius Collinus témoigne de l’appartenance au patriciat. D’après différents recoupements (onomastique, tribu notamment), il s’agit avec vraisemblance des représentants de trois ou quatre générations d’une famille d’Emerita dont l’accès au sénat se situe sous Néron.

52D’autre part, on sait que Salvius Otho fut à cette époque envoyé pour gouverner la province de Lusitanie, à la demande de Sénèque, alors tout puissant à Rome. Dans ce contexte, il est fort tentant, et sans doute probable, de relier l’ascension de ces deux familles du sud de la Lusitanie à l’intervention de l’un des deux, ou même de ces deux personnages, qui ont dû intercéder en leur faveur auprès du prince.

1. Axati
2.
Ammaia
3.
Augusta Emerita
4.
Barruecopardo
5.
Caesarobriga
6.
Capera
7.
Caurium
8.
Cogula
9.
Conimbriga
10.
Ebora
11.
Egitania
12.
Meimão
13.
Mós do Douro
14.
Norba
15.
Olisipo
16.
Pinhel
17.
Retortillo
18.
Salmantica
19.
Turgalium
20.
Villamiel
21.
Viseu
22.
Zebras
23.
Aquae Flauiae
24.
Caldas de Vizela
25.
Carthago Noua
26.
Clunia
27.
Elche
28.
Junqueira
29.
Complutum
30.
Rios
31.
Tarraco
32.
Zoelae
Carte 1

Notes

1 Je tiens tout d’abord à remercier vivement Milagros Navarro Caballero et Jean-Pierre Bost qui ont mis à ma disposition les indices onomastiques de l’Atlas onomástico de la Lusitania romana, qu’ils sont en train de terminer dans le cadre du groupe de travail Mérida ; j’ai ainsi pu vérifier mes listes onomastiques et les compléter. Michel Christol m’a très gentiment permis d’améliorer ma réflexion, en relisant les différentes étapes de ma rédaction. Anne Daguet-Gagey, François Chausson ont accepté de traquer les fautes de frappe et ultimes incohérences. Enfin, Ségolène Demougin m’a permis de présenter mes premières réflexions dans le cadre de son séminaire à l’École Pratique des Hautes Études.

2 Le texte a posé des problèmes de lecture : fallait-il lire à la ligne 3, Diui Aug(usti) comme E. Hübner ou bien Diuae Aug(ustae), (Álvarez Saenz de Buruaga 1943, 45 (AE, 1946, 201)) que retiennent Étienne 1958, 124 et pl. I, ainsi que Fishwick 1970, 79-82 ? La seconde solution, aujourd’hui admise, créait cependant une fonction curieuse, le flaminat d’une Diua ; mais des prêtres du culte municipal des femmes de la famille impériale sont connus, à Olisipo (CIL, II, 194 (ILS, 6986)) et à Augusta Emerita (AE, 1915, 95). R. Étienne pensait que l’inscription était dédiée à Diuus Augustas et Diua Augusta, avec un oubli du lapicide, qui aurait rajouté la mention de l’impératrice après le flaminat. Cependant l’inscription est très bien gravée. Deininger 1965, 29, note 4 ; 131, note 5, suggère avec réserve que sous Claude le culte provincial de Lusitanie était uniquement consacré à Livie. Mais alors pourquoi un hommage à Diuus Augustus ? De plus, le culte a semble-t-il été mis en place sous Tibère. Fishwick propose une autre solution : l’inscription aurait été rédigée très peu de temps après la consécration de Livie ; le culte provincial s’adresse désormais à deux Diui. La mention du nom de Livie dans la titulature du flamen est le résultat de cette évolution. L’absence de Diuus Augustus dans la titulature reste alors curieuse, sauf si l’on considère l’inutilité de répéter cette dénomination. Pour Le Roux 1994, 397-411, la province de Lusitanie rendait un culte particulier à Livie, ce qui lui permet de dire que “Albinus Albui f. fut flamen diuae Augustae prouinciae Lusitaniae sans discussion possible”, titre qui pourrait être complété par la mention de la perpétuité pour Trillmich 1993, 119-120, ce qui serait la seule attestation dans la partie occidentale de l’Empire pour un prêtre provincial. Edmondson 1997, 89-105 a repris la lecture du document ; certes, ainsi qu’il le précise, “joint-dedications to Diuus Augustus et Diua Augusta are extremely rare from the western provinces”, mais un nouvel exemple est connu à Augusta Emerita, diuo A[ugusto] / et diua[e Augustae] / sacrum [---/---/---/---), pour une période proche de la déification de Livie : très tôt, il a été décidé de ne pas créer de cultes séparés pour les membres de la famille impériale.

3 Pour Le Roux 1994, 400, par exemple, il est “probablement antérieur aux Flaviens”.

4 Cette hypothèse, ancienne, est proposée par Marchetti in De Ruggiero 1906, III, 920. Cependant, il avait été proposé que Seruilia soit la fille d’Albinus ; cette hypothèse doit bien entendu être abandonnée, ainsi que le souligne Edmondson 1997, 100. note 42.

5 Au niveau provincial, la flaminique est très généralement l’épouse du flamen (De Francisco 1989, 121) ; Étienne 1958, 170-171, n’est pas d’accord avec cette affirmation.

6 Marchetti in De Ruggiero 1906, III, 920.

7 Pour Étienne 1958, 166 et De Francisco 1989, 122, c’est Seruilia qui est la fille de L. Albinus, qui pour Étienne, n’obtient la citoyenneté romaine qu’après l’exercice du flaminat provincial.

8 De Francisco 1989, 130.

9 Palomar Lapesa 1957, 28 ; Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), article Albuius.

10 Álvarez 1943, 45, Augusta Emerita.

11 Palomar Lapesa 1957, 118.

12 Edmondson 1997, 99. Il faut ajouter en effet : ILER, 682 = Étienne et al. 1976, no 11 Conimbriga : Albuius Camali f(ilius) ; CIL, II, 710 = CPILC, 102 = 160 (ILER, 2448) Norba : Mantaus Albui f(ilius), cf. également Curchin 1982, 106, no 3, qui lit : Manutanus Albini f(ilius) ; voir le tableau ci-dessous.

13 Pour Le Roux 1994, 400, le flamen prouinciae est un pérégrin ; pour Edmondson 1997, 99-100, le père et le fils sont des pérégrins, appartenant à l’élite indigène ; Albinus Albui f. serait alors pour lui le seul flamen prouinciae pérégrin connu. Marchetti in De Ruggiero, 1906, 920, pense qu’il aurait obtenu la citoyenneté romaine après son flaminat provincial, ce qui paraît peu probable, aucun parallèle n’étant connu. Edmondson propose deux hypothèses pour expliquer cette dénomination : d’une part, il propose que dans ce contexte des débuts du culte impérial provincial, les prêtres provinciaux n’aient pas tous été des citoyens romains, car peu de villes pouvaient fournir, surtout en Lusitanie, des élites possédant ce droit ; le faible nombre de flamines datés de cette époque ne permet pas selon lui d’écarter cette hypothèse. D’autre part, il pense que dans cette dédicace, le nom du flamine aurait pu n’être que partiellement mentionné, car indiqué dans sa totalité sur une base voisine, plus importante – il faut rappeler que le bloc d’Augusta Emerita est de taille modeste – ; il propose de restituer le nom suivant : C. Iulius Albui f. Albinus. Dans sa conclusion (Edmondson 1997, 103), il précise que cette hypothèse ne le convainc pas totalement. Je pense néanmoins qu’elle doit retenir l’attention, en particulier si la base voisine sur lequel figurerait le nom complet est une base dédiée à l’empereur régnant, Claude ; cependant le prénom et le nom choisi par J. Edmondson ne sont qu’hypothétiques et ne se justifient pas.

14 Abascal 1994, 174 ; Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), article Lucceius.

15 CIL, II, 216 = Silva 1944, no 37, Olisipo.

16 CIL, II, 232 = Silva 1944, no 47, Olisipo.

17 CIL, II, 383 et p. XL (ILER, 4147) et p. 841 = Étienne et al. 1976, no 57 Conimbriga.

18 Étienne et al. 1976, no 17 Conimbriga.

19 García Iglesias 1973, no 171 Augusta Emerita.

20 AE, 1983, 493 Augusta Emerita.

21 García Iglesias 1973, no 320 (ILER, 4607) Augusta Emerita.

22 Alvarez 1958-1961, 112.

23 García Iglesias 1973, no 182b Augusta Emerita : T. Lucceius/T. lib. Arog/us Italice[nsis...].

24 CIL, II, 6170 = IRB, 178 Barcino.

25 CIL, II, 4969, 31.

26 CIL, II, 4970, 272.

27 CIL, II, 4974, 24.

28 Kajanto (1965), 227.

29 Albertos Firmat 1966, 15 ; De Francisco 1989, 135 ; Abascal 1994, 264-265 ; Grupo Mérida, Y Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), article Albinus.

30 Palomar Lapesa 1957, 27-28 ; en dehors de la péninsule Ibérique, un exemple d’Albicus est connu à Vintimille.

31 CIL, II, 99 Béjar ; Roso de Luna 1905, 71, no 82 Valdefuentes.

32 CIL, II, 518 Augusta Emerita.

33 CIL, II, 2394b Villar de Maçada (conventus Bracaraugustanus).

34 CIL, II, 880 Salmantica.

35 CIL, II, 287 * Toletum.

36 CIL, II, 3054 Madrid ; Schulze 1904, 119 ; Solin & Salomies 1988, 11.

37 Gómez Moreno 1927, 34.

38 CIL, II, 2626 Moral (conventus Asturum) ; Gómez Moreno 1927, 32.

39 CIL, II, 606 Metellinum ; CIL, II, 776 Caurium ; CIL, II, 338 = CIL, II, 5230 Collipo ; CIL, II, 5304 Norba ; toutes les attestations en dehors de la péninsule Ibérique proviennent d’Italie ligure.

40 Alföldi 1966, 721 : la transmission héréditaire entre Albus et Albinus est attestée à Rome.

41 Palomar Lapesa 1957, 28 ; 180.

42 Étienne et al. 1976, no 35, signalent que cet anthroponyme latin, principalement localisé en Lusitanie et en Galice, pour les régions hispaniques, a été adopté par des individus de traditions celtiques.

43 Edmondson 1997, 99.

44 Cette lecture est celle proposée par Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), article Albinus.

45 Voir note 12.

46 La localisation précise est inconnue.

47 La lecture de cette inscription est incertaine.

48 M. Messius Rusticianus Aemilius Lepidus Iulius Celsus Albinus Arrius Proculus, trib. pleb. design., quaestor, trib. mil. leg. XV Apollinaris et leg. III Gallicae, praef. Vrbis feriarum Latinarum (AE, 1983, 517 El Trobal, Bétique) et M. Nummius Senecio Albinus, c. u., pont., leg. Aug. pr. pr., patronus (CIL, II, 3741 ValentIa).

49 ILER, 6322 (AE, 1935, 5) Augusta Emerita : T. Pompeius T. f. Trom. Albinus, domo Vienna qui est dit adiutor procuratoris.

50 Untermann 1965, 19-20 et 47-48 : l’un des anthroponymes les plus représentatifs de la zone lusitanogalicienne est Albinus.

51 Voir la carte I.

52 Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), article Seruilius.

53 En Lusitanie : CIL, II, 359 Collipo. En Bétique : CIL, II, 1513 Astigi ; CIL, II, 1346 Acinipo ; CIL, II, 1347 et add. Acinipo ; CIL, II, 1349 Acinipo ; CIL, II, 1887 Gades ; CIL, II, 2069 Iliberris ; CIL, II, 2092 = CIL, II, 5509 Iliberris ; CIL, II, 1608 Baena ; CIL, II, 1937 Lacippo ; CIL, II, 1966 Malaca ; CIL, II, 1149 Italica ; CIL, II, 1239 Hispalis ; CIL, II 5120 Carmo. En Tarraconaise : CIL, II, 3438 Carthago Nova ; CIL, II, 3014 Ilerda ; CIL, II, 4366 Tarraco.

54 A Herguiguela (province de Caceres) CPILC, 756 : Q. Seruilius Q. f. Pap. Celer ; à Augusta Emerita, García Iglesias 1973, no 368 : Seruilia M. l. Fausta, M. Seruilius M. f. Pap., M. Seruilius Sp. f. Pollio et M. Seruilius Tertius ; Ramírez & Gijón 1994, 117-167, no 16 : Seruilia [L.] f. Iucind[a] et L. Seruilius Galata ; García Iglesias 1973, n°196 : Seruilia G. f. Secunda, Ting(itana) ; à Olisipo, CIL, II, 195a ; à Caetobriga (Melides), IRCP, 220 : C. Seruilius Claranus ; à Collipo CIL, II, 359 : Sulpiciae / L. f. Auitae, / ex t(estamento) suo, Q. / Seruilius / Auitus, her(es) / G. Seruili/Lauri, patris/sui f(aciendum) c(urauit).

55 Grupo Mérida, l’Atlas onomástico de la Lusitania romana (à paraître), article Terentianus.

56 CIL, II, 195b ; CIL, II 248 = Silva 1944, no 97 : M. Vi[u]bius Terentianus, mort à 9 ans ; CIL, II, 5100 = CIL, II, 5222 Olisipo : C. Iulius C. f. Gal. Terentianus.

57 CIL, II, 320 (HAE, 1624) : C. Teren[t]ius Maxumus Terentianus, père de C. Terentius C. f. Gal. Ru[fus].

58 Les tableaux d’Étienne 1958, 153-156 montrent que quarante-huit flamines prouinciae ont reçu des honneurs municipaux et huit ont été prêtres municipaux.

59 Ibid., 144 : l’origine d’Albinus est inconnue.

60 Ibid., 151 évoque les doutes quant à l’inscription d’Albinus dans une tribu ; de Francisco Martín 1989, 134 signale que “a primera vista parece no ser cuidadano romano”. La reconstitution du stemma que je propose, permet de préciser les tria nomina du personnage, et la dénomination de sa fille ne laisse aucun doute quant à son appartenance au groupe des citoyens romains.

61 Ibid., 150-151,166 : pour l’auteur, c’est l’exercice du flaminat provincial qui confère à L. Albinus son statut de citoyen romain, ce qui paraît peu réalisable en Occident. Edmondson 1997, 92 rappelle que l’un des problèmes que posait le document était l’appart6+enance apparente du flamine à la communauté pérégrine, alors que la règle établie, en particulier en Gaule Narbonnaise à l’époque flavienne voulait que les flamini prouinciae soient des citoyens romains.

62 La divinisation de Livie date de 42 p.C.

63 Vittinghoff 1952, 78, 109, 148 ; Galsterer 1971, 69 ; Tovar 1976, 266 ; García Iglesias 1979, 81-85 ; Wiegels 1985, 82-84.

64 Les Iulii sont très nombreux en péninsule Ibérique, en particulier en Lusitanie ; cf. Guichard &. Lefebvre 1992, en particulier 168-169.

65 Établir une liste détaillée des Lucceii dans tout l’Empire ne m’a pas paru très utile pour ma démonstration.

66 Flavius Josèphe, Ant., 20.197 ; 20.202 ; Bell., 2.277 ; Tacite, Hist., 2.58-59 ; PIR 2, L, 354 ; RE, 13, 2, 1927, col. 1559-1560, no 11 (A. Stein) ; Pallu de Lessert 1896, 478-479 ; Pflaum 1960-1961,33 ; Thomasson 1960, 244, 291 ; Romanelli 1959, 283-284 ; Benabou 1976, 47, note 8, 97-99, 104, 324 ; Demougin 1992, no 665 ; Kunisz 1994, 102-103 ; Thomasson 1996, 198, no 5, 225.

67 Tacite, Hist., 2.58 : Idem diebus accessisse partibus utramque Mauretaniam, interfecto procuratore Albino, nuntii uenere. Lucceius Albinus a Nerone Mauretaniae Caesariensi praepositus, addita per Galbam Tingitanae prouinciae administratione, haud spernendis uiribus agebat : spargebatur insuper spreto procuratoris uocabulo albinum insigne regis et Iubae nomen usurpare. 59.... ipse Albinus, dum e Tingitana prouincia Caesariensem Mauretaniam petit, <in> adpulsu litoris trucidatus.

68 Lucceius Albinus n’est cependant pas consulaire (Sherwin-White 1966, 277).

69 Pline lui adresse pendant l’été 107, un message concernant le tombeau de Verginius Rufus (6.10).

70 PIR2, L, 355.

71 Pline, Ep., 3.9.7 : Aderam Baeticis mecumque Lucceius Albinus, uir in dicendo copiosus, ornatus ; quem ego cum olim mutuo diligerem, ex hac officii societate amare ardentius coepi. Lucceius Albinus est le second des avocats désignés par le Sénat. Pour ce qui concerne les procès, cf. Guichard 1989, qui place le procès de Classicus en 99 ; Rodriguez Neila 1978, 231-238.

72 Pline, Ep., 4.9.13 : Successif mihi Lucceius Albinus tam apte, ut orationes nostrae uarietatem duarum, contextum unius habuisse credantur.

73 Sherwin-White 1966, 232 (“The family comes from Olisipo in Lusitania”) ; 365 (“the Spanish advocate”) ; 751 (l’auteur parle d’une origine espagnole) ; Camodeca 1982, 121 ; Demougin 1992, no 665. Signalons que Pallu de Lessert 1896, 478-479, pense plutôt à une origine romaine de la gens Lucceia.

74 Camodeca 1982, 121.

75 Cn. Lucceius, connu en 44 a.C. comme ami de Cicéron (Cicéron, ad. Att, 16.5.3 ; ad. Att, 15.21.1) ; Cn. Lucceii, le père et le fils, préteurs à Cumes, ayant réalisé de grands travaux édilitaires sous Auguste (CIL, X, 3685) ; Cn. Lucceius, qui fait une dédicace à Apollon (Bertoldi 1973, 38) ; enfin, au début du règne de Trajan, Cn. Lucceius, pontifex (PIR2, L, 352) qui a parfois été assimilé avec Lucceius Albinus, sénateur ami de Pline le Jeune (CIL, VI, 32445).

76 CIL, I2, 2663 Samothrace ; Broughton 1952, II, 19.

77 Dion Cassius, 36.41.1-2 ; Broughton 1952, II, 143.

78 Cicéron, ad. Fam., 5.15.2.

79 Il serait fort tentant d’envoyer son éventuel fils en Lusitanie à la fin du règne d’Auguste

80 Il faut signaler l’existence d’une inscription se trouvant dans les collections de l’Antiquarium Comunale du Célius, publiée par Fraioli et Russo, Gregori 1997, 173-174, no 10 ; elle mentionne un Q. Sulpicius Luçç [eius] Victorinus, e[quo] publico, dont le père Sulpicius Victor fait graver l’épitaphe. Le gentilice Lucceius, assez rare comme nous l’avons vu, apparaît encore, mais ici utilisé comme cognomen, dans un milieu social supérieur de la société.

81 Étienne 1982, 521-522.

82 Q. Iulius Cordus Iunius Mauricus (Étienne ibid., 525-526. no 3).

83 Étienne 1958, 152.

84 Ibid., 143 ; De Francisco 1989, 120 ; Fishwick 1987, 156-158.

85 Étienne ibid., 172.

86 De Francisco 1989, 122 transforme quelque peu les propos d’Étienne en indiquant que, je cite, “ninguna de las flaminica de Hispania es anterior a la época de Vespasiano, con lo que concuerdan bastante exactamente las dataciones que nosotros proponemos para las documentadas en Lusitania” ; Edmondson 1997, 104.

87 PIR2, C, 1333 ; Devijver 1976-1980, C 229 et 1987, 1525, fait du père et du fils un même personnage, à la suite de Pflaum 1965, 93 ; de Francisco 1989, 127, va même plus loin en identifiant les personnages mentionnés dans l'inscription de Caetobriga, dans les deux de Salacia, et dans le personnage mentionné par Pline l'Ancien (HN, 37.24.97 ; 127), proposition reprise par Curchin 1990a, 177, n° 389. Mais Demougin 1992 n° 512 et 513, reprend la distinction faite par Leite de Vasconcellos, et par Étienne, et rétablit l'existence de deux flamines distincts ; cf. Devijver 1993, C 228, 2078-2080.

88 La place du tribunat militaire dans la carrière du personnage est difficile à préciser : est-il antérieur ou

postérieur au flaminat provincial? Cf. Pflaum ibid., 93 ; Demougin ibid., n° 513.

89 Demougin ibid., n° 513 ; Devijver 1993, C 229.

90 CIL, II, 897 Caesarobriga.

91 CIL, II, 896 Caesarobriga.

92 De Francisco 1977, 233, n° 14 ainsi que Curchin 1990a, 171, n° 335 signalent que l'ordre du cursus

municipal est inhabituel.

93 Velázquez 1988, 125-132 (AE, 1989, 396 = HEp, 2, 1990, 40).

94 Curchin 1990a, 171, n° 334 a choisi cette restitution.

95 L. Sulpicius Claudianus n’est pas attesté dans l’épigraphie comme étant flamen prouinciae.

96 Les gentilices suivants ne semblent pas correspondre à des gouverneurs républicains en poste en Hispania : Aponius, Laberius (famille de magistrats connus : Broughton 1952, II, 578), Pomponius (famille sénatoriale connue : Ibid., ii, 604), Papirius (Ibid., Il, 598-599). Ils ont donc sans doute une origine italienne.

97 Dyson 1980/1981, 257-299, en particulier 267-272. Six gouverneurs ou administrateurs de péninsule Ibérique portent ce gentilice : L. Aemilius Paullus, préteur en 191 a.C. (Broughton ibid., 353), proconsul en 190-189 (Broughton ibid., 357 et 362) ; M. Aemilius Lepidus Porcina, proconsul de Citérieure en 136 a.C. (Broughton ibid., 487) ; M. Aemilius Lepidus, proconsul de Citérieure en 48-47 (Broughton ibid., ii, 275 et 288) et 44-43 a.C. (Broughton ibid., II, 326 et 341) ; L. Paullus Aemilius Lepidus, qui accompagne peut-être Octave lors de la lutte contre Sextus Pompée en 36, et qui est éventuellement légat d’Auguste en Citérieure (Szramkiewicz 1975, ii, 371-372 ; M. Aemilius Lepidus, gouverneur de Citérieure en 10-12/14 p.C. (Szramkiewicz ibid., ii, 372) ; Q. Aemilius Lepidus, légat de son frère M. Aemilius Lepidus vers 10-12/14 p.C. (Szramkiewicz ibid., ii, 372-373).

98 Les Cornelii gouverneurs en péninsule Ibérique sont les suivants : P. Cornelius Scipio, cos., envoyé en Hispania de 218 à 211 a.C. (Broughton 1952, 237-238, 245, 250, 255, 260, 264, 269, 274) ; Cn. Cornelius Scipio (Caluus) envoyé comme légat avec son frère en péninsule Ibérique en 218 (Broughton ibid., 239, 245), où il devient proconsul de 216 à 211 (ibid., 250, 256, 260, 264, 269, 274) ; P. Cornelius Scipio Africanus de 210 à 205 (Broughton ibid., 280, 287, 291, 296, 299) ; L. Cornelius Scipio Asiaticus, légat de son frère en péninsule Ibérique en 207-206 (Broughton ibid., 297, 300) ; L. Cornelius Lentulus investi d’un imperium pro consule en Hispania en 206-200 (Broughton ibid., 299, 302, 307, 312, 317, 324) ; Ser. Cornelius Lentulus, tribun des soldats en 205 (Broughton ibid., 303) ; C. Cornelius Cethegus, nommé gouverneur de 201 à 200 (Broughton ibid., 320, 324) ; Cn. Cornelius Blasio, proconsul d’Ultérieure de 199 à 197 a.C. (Broughton ibid., 328, 331, 333) ; P. Cornelius Scipio Nasica, préteur en Ultérieure en 194 (Broughton ibid., 343), puis promagistrat en 193 (Broughton ibid., 348) ; P. Cornelius Scipio Africanus Aemilianus, promagistrat en péninsule Ibérique en 133 (Broughton ibid., 494) ; L. Cornelius P. f. L. n. Dolabella, préteur en Ultérieure en 100 a.C. ? (Broughton ibid., 574), puis promagistrat dans la même prrovince (Broughton ibid., II, 3) ; P. Cornelius Scipio Nasica, préteur en Hispania en 93 ? (Broughton ibid., II, 14) ; P. Cornelius Lentulus Spinther, proconsul en Citerior en 59 (Broughton ibid., II, 191) ; P. Cornelius Dolabella, légat en péninsule Ibérique en 45 (Broughton ibid., II, 311). Le cas le plus connu de clientélisme est celui de L. Cornelius Balbus de Gades ; voir Knapp 1978, 188, 193, 194, 197 en particulier, et en dernier lieu, Des Boscs-Plateaux 1994, 7-35, qui reprend toute la bibliographie.

99 Les Domitii : M. Domitius Calvinus, proconsul en Citérieure en 79 a.C. (Broughton 1952, ii, 84) ; Cn. Domitius Calvinus, promagistrat de 39 à 36 (Broughton ibid., ii, 388, 392, 397, 402).

100 Un seul Heluius est attesté comme gouverneur en Hispania : M. Heluius, préteur en péninsule Ibérique en 197 a.C. où il a maté une révolte (Broughton 1952, 333) ; il y est encore en 196-195, date à laquelle il bat les Celtibères (Broughton ibid., 336 et 341).

101 Dyson 1980-1981, 276-280. Les six gouverneurs sont : M. Iunius Silanus, présent entre 210 et 206, il sert sous les ordres de Scipion l’Africain (Broughton 1952, 280, 287, 292, 296, 299-300) ; P. Iunius Brutus, gouverneur d’Ultérieure en 189-188 a.C. (Broughton ibid., 362, 366) ; M. Iunius Pennus, préteur en Citérieure en 172 (Broughton ibid., 411) ; D. Iunius Brutus Callaicus, proconsul d’Ultérieure en 137-136 a.C. (Broughton ibid., 485, 487) ; M. Iunius Silanus, préteur qui sert en péninsule Ibérique vers 113-112 (Broughton ibid., 535, 538) ; C. Iunius Silanus, gouverneur de Citérieure au début de l’Empire (selon Alfoldy 1969, 8, note 29 ; Szramkiewicz 1975, 494).

102 Dyson 1980-1981, 288-291. Q. Pompeius vers 140-139 a.C. (Broughton 1952, 480, 482) ; Cn. Pompeius Magnus, avec un imperium spécial en 77-71 (Broughton 1952, II, 90, 94, 99, 104, 112, 118, 124) ; procos. en 54-49 in absentia (Broughton ibid., II, 225, 230, 238, 243, 251, 263) ; Cn. Pompeius Magnus, chef de forces pompéiennes en 45 ((Broughton ibid., II, 309).

103 Knapp 1978, 191, 199-200, 203.

104 Id. 1978, 191.

105 Cela expliquerait en effet le double flaminat de Flauia L. f. Rufina.

106 La fonction peut soit être locale, soit préparer à des fonctions équestres.

107 Étienne 1958, 153.

108 Demougin 1992, no 513.

109 Ead. ibid., no 513.

110 CIL, II, 2479 = 5617 Aquae Flaviae.

111 Je ne pense pas que l’on puisse ici restituer un flaminat provincial, d’une part en raison de la lecture du texte, d’autre part en raison de la chronologie.

112 CIL, II, 35 Scallabis.

113 Elles ne sont mentionnées que dans une inscription (CIL, II, 2479 = CIL, II, 5617 Aquae Flaviae), mais on ne peut douter que les deux flamines provinciaux aient rempli de telles charges avant d’accéder au poste le plus important de la province.

114 Il est difficile de comprendre Étienne 1982, 523, pour qui, je cite, “il est révélateur que la Lusitanie n’ait pendant trois siècles vu naître aucun futur chevalier qui serait entré au service du souverain”. Étienne parle sans doute uniquement du service procuratorien (“le service impérial équestre”), ainsi que le faisait Pflaum 1965, 118.

115 Parfois, seule leur carrière est mentionnée. C’est le cas pour : L. Cornelius L. f. Bocchus (no 5) ; Domitia L. f. Proculina (no 8) ; CIL, II, 493 (no 19)

116 Selon la restitution d’Edmondson 1997, 89-105.

117 CIL, II, 397 Bobadella.

118 Lefebvre 1994, 267-274 ; 327-330.

119 Wesch-Klein 1993, 76, 81, 175.

120 Ead. ibid., 76, 175.

121 CIL, II, 396 Bobadella.

122 L. Pompeius Vopiscus C. Arruntius Catellius Celer, légat d’Auguste propraetore de Lusitanie entre 75 et 77/78, puis consul suffect en 77 ou 78 : Alfoldy 1969, 139-140 ; Gaggiotti & Sensi 1982, 260 ; Torelli 1982, 291 - 292 ; PIR 2, P, 662.

123 Malheureusement, les fastes de la province de Lusitanie (Alföldy 1969, 218-229) ne nous permettent pas de mettre en rapport la carrière d’un gouverneur de la Lusitanie en poste vers les années 42-50, et, celle de Lucceius Albinus, procurateur sous le règne de Néron.

124 Malheureusement, les fastes de la province de Lusitanie (Alföldy 1969, 218-229) ne nous permettent pas de mettre en rapport la carrière d’un gouverneur de la Lusitanie en poste vers les années 42-50, et, celle de Lucceius Albinus, procurateur sous le règne de Néron.

125 Étienne 1982.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9129/img-1.jpg
Fichier image/, 20k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9129/img-2.jpg
Fichier image/, 24k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9129/img-3.jpg
Fichier image/, 28k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9129/img-4.jpg
Fichier image/, 44k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9129/img-5.jpg
Fichier image/, 68k
Légende 1. Axati2. Ammaia3. Augusta Emerita4. Barruecopardo5. Caesarobriga6. Capera7. Caurium8. Cogula9. Conimbriga10. Ebora11. Egitania12. Meimão13. Mós do Douro14. Norba15. Olisipo16. Pinhel17. Retortillo18. Salmantica19. Turgalium20. Villamiel21. Viseu22. Zebras23. Aquae Flauiae24. Caldas de Vizela25. Carthago Noua26. Clunia27. Elche28. Junqueira29. Complutum30. Rios31. Tarraco32. ZoelaeCarte 1
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9129/img-6.jpg
Fichier image/, 107k

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540