Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

Les élites et le pouvoir

Les sénateurs hispaniques et le pouvoir d’Auguste à Trajan

Françoise Des Boscs-Plateaux

Texte intégral

  • 1 Fr. Plateaux-des Boscs : Ascension des élites hispano-romaines et pouvoir politique à Rome, d’Augu (...)

1Je voudrais tenter ici de présenter une synthèse des rapports des sénateurs d’origine ibérique et de quelques chevaliers très haut placés avec le pouvoir impérial, tels qu’ils nous apparaissent à travers le recoupement de plusieurs types de données que j’ai analysées dans le cadre d’une enquête1 et que je présenterai d’abord rapidement :

2Données numériques : évolution du nombre de sénateurs d’origine espagnole durant la période (avec distinction de deux catégories, les homines noui et les fils de sénateur, pour une approche de la composition du groupe).

  1. Données sociales : l’analyse des réseaux de relations (familiales, patronage), apporte un éclairage sur l’insertion de ce groupe dans la haute société romaine.
  2. Les carrières : l’étude approfondie des carrières de ces personnages permet d’éclairer la place qu’ils ont occupée dans les instances dirigeantes de l’empire.
  3. Données événementielles : Il faut prendre en compte également la manière dont se situent, dont interviennent (ou n’interviennent pas) les sénateurs hispaniques dans les événements importants des règnes, plus ou moins indépendamment de leurs carrières, tels que les complots, les problèmes de succession, etc..., comme révélateurs de leur positionnement sur la scène politique.

3La considération de l’ensemble de ces données permet de définir, de mettre à jour quatre types de rapports qui ont existé entre les élites hispaniques et le pouvoir durant le siècle et demi pris en compte et qui se sont succédés.

4Sous les premiers Julio-claudiens, jusqu’à la fin du règne de Claude, le pouvoir des Hispaniques paraît pouvoir se définir comme un pouvoir de personnalités.

  • 2 Voir tableau 1.1. p. 212.
  • 3 Tous les personnages cités ici et dont les noms ne sont suivis d’aucune référence sont considérés (...)

5Pendant cette période, l’effectif des sénateurs hispaniques, qui proviennent tous de la Bétique, est très réduit2, du fait de la fermeture de l’accès du sénat aux provinciaux par Auguste, et à cette présence hispanique peu marquée correspond une place insignifiante dans les structures du pouvoir mises en place par cet empereur. Certes, de rares Hispaniques ont obtenu des postes importants et appartenu à l’entourage proche du prince, tels L. Cornelius Balbus le jeune3 ou le chevalier Turranius Gracilis, mais on ne peut parler pour cette époque que de réussites personnelles.

  • 4 PIR 2 A 441. Voir également sur ce personnage Mac Dermott 1949.
  • 5 Pour l’analyse des consulats sous Néron, voir, outre Degrassi 1952, Gallivan 1973 et 1974. Pour ce (...)

6A cet égard, le règne de Néron, particulièrement pendant la durée de l’expérience de Sénèque, semble ébaucher un premier changement ; il a consacré le pouvoir de la famille des Annaei, ce qui a eu des répercussions, notamment sur le recrutement des sénateurs. Il se caractérise d’abord par une hausse significative de l’effectif des sénateurs hispaniques, qui, principaux bénéficiaires de la politique d’ouverture du Sénat aux provinciaux ébauchée par Claude passèrent sous Néron de 9 à 23, et cela sans nul doute en grande partie grâce à l’influence exercée par le Cordouan L. Annaeus Seneca sur Néron. Par ailleurs, avec le rôle joué par Sénèque auprès du prince dans la première moitié du règne, se crée entre le petit groupe des Hispaniques et le pouvoir un rapport de type nouveau. En effet, on observe qu’avec Afranius Burras4, dans le but énoncé de restaurer l’autorité du sénat et de revenir au partage des attributions instauré par Auguste, Sénèque s’est essentiellement appuyé sur les membres de sa famille et les relations sociales, induites par son mariage avec Pompeia Paulina, avec le milieu des equites et des sénateurs de Narbonnaise. La preuve en est que, si l’on scrute ceux qui gravitent autour de lui à la cour, parmi les consuls ou ceux qui exercent des charges importantes en province, on croise un nombre significatif d’hommes appartenant à ces deux groupes, même si, bien sûr, ils n’ont sont pas la composante exclusive5.

7Tout cela donne donc l’impression que si les Hispano-narbonnais ont pu exercer une certaine influence sur le gouvernement de Néron, celle-ci a reposé presque uniquement sur l’existence de liens familiaux ou de clientèle avec l’ancien précepteur de l’empereur. Cette influence s’est appuyée par ailleurs davantage sur des charges urbaines et une présence à la cour que sur des responsabilités civiles et militaires dans les provinces.

  • 6 C’est notamment parmi les jeunes recrues hispaniques de l’époque du quinquennium que Néron essaya (...)

8Il s’agit donc d’un pouvoir d’éminence grise, mais élargi ici aux membres de la famille proche qui en ont été parmi les principaux bénéficiaires. Cependant, paradoxalement, c’est sans doute la structure même de ce pouvoir, concentré uniquement à la direction des opérations et qui ne pouvait s’appuyer sur un ensemble suffisant de relais parmi les cadres de l’armée et des provinces faute d’effectifs, de réseaux de parentèles et de patronage interhispanique assez consistants, qui constituait en même temps la principale source de sa fragilité. La preuve en est que les Annaei disparus, les Hispaniques disparaissent presque totalement des cercles dirigeants de l’Empire. Malgré tout, leur passage semble avoir été suffisamment long et marquant pour avoir laissé des traces durables, notamment au niveau du recrutement6.

9Dans ce contexte, la guerre civile de l’année 69, les prises de position qu’elle allait entraîner, l’accès au pouvoir de la dynastie italienne des Flaviens (70-96) allaient accélérer la montée en puissance des Hispaniques et consolider leur position au Sénat.

10De cette évolution témoignent à la fois trois types de données : la progression des effectifs au Sénat, l’ouverture des relations familiales et la constitution de réseaux de parentèles enchevêtrés, le rôle joué par un certain nombre d’Hispaniques sous ces princes, notamment sous Domitien.

  • 7 En effet, dans leurs études sur les adlecti de Vespasien, Houston 1977 et surtout Devreker 1980a, (...)
  • 8 Sur ce sujet voir Gagé 1952 et Syme 1982 = RP 4, 1988.

11Sous les Flaviens, l’effectif des sénateurs hispaniques connut en effet une très forte progression, puis qu’entre la fin du règne de Néron et celle du règne de Vespasien, il passa de 23 à 33 sénateurs et à 37 pour le règne de Domitien. Liée à la nécessité de reconstituer les rangs du sénat et de l’ordre équestre décimés par les persécutions de Néron et une année de guerre civile, cette promotion, dont ils furent, parmi les provinciaux, les plus grands bénéficiaires, s’explique essentiellement par des facteurs politiques. Parmi eux, la prise de position en faveur de Vespasien d’un certain nombre de notables espagnols apparaît avoir été un des facteurs essentiels7. Mais l’accès en nombre des élites espagnoles au sénat à ce moment a pu s’appuyer aussi sur deux autres éléments. D’abord, la réhabilitation par Vespasien de la mémoire de Galba a pu intervenir dans la promotion de certains Espagnols de Tarraconaise8. Ensuite, l’héritage de la dynamique inaugurée sous Néron et favorisée par le patronage de Sénèque a alors pu jouer de deux manières : par l’entrée dans l’assemblée de fils de sénateurs de l’époque de Néron, mais aussi par l’influence acquise auprès de Vespasien d’un certain nombre de sénateurs promus sous Néron, tels M. Ulpius Traianus père, Cn. Cornelius Clemens, et d’autres, qui poursuivirent leur carrière très honorablement sous son successeur. Tous ces indices indiquent donc que la consolidation de la position des Hispaniques dans le Sénat, en termes d’effectifs, fut largement redevable à leurs engagements durant la guerre civile de 69.

  • 9 Pour plus de détail sur cet aspect, voir Des Boscs-Plateaux 1995.

12Cependant, l’explication de leur poids croissant dans le gouvernement de l’Empire réside aussi dans l’élévation à cette époque de certaines familles au patriciat comme dans la constitution progressive de réseaux de parentèles qui paraissent obéir à une logique d’expansion9.

  • 10 Sur ce sujet, voir principalement Pistor 1965, 42-44.

13En effet, l’époque des Flaviens se présente de ce point de vue comme celle de l’élaboration de stratégies familiales complexes où l’on perçoit à la fois une tendance au déracinement par le biais d’alliances avec des familles italiennes ou narbonnaises montantes et le souci, notamment au moyen des adoptions, de garder des liens avec sa province d’origine. Ces traits, associés à l’élévation au patriciat en 73/74 de quatre familles des plus influentes (Ulpii, Annii, Domitii et Pedanii)10 eurent des répercussions politiques importantes. En effet, tandis que les alliances avec des familles italiennes en vue permirent l’enracinement dans l’aristocratie dominante, la constitution de ce noyau de familles influentes liées entre elles, fut un puissant levier de promotion pour d’autres familles hispaniques qui gravitaient dans leur orbite ou vinrent se greffer dans leur parentèle. Enfin, on note le souci de conserver, notamment de la part des adlecti, des liens avec leur province d’origine. Tout cela confère aux réseaux des parentèles des sénateurs hispaniques une coloration ibérique assez nette, bien que non exclusive, et un caractère assez enchevêtré, susceptible de favoriser, éventuellement, du fait de leur structure même et du fonctionnement de la société romaine, une sorte de népotisme régionaliste, sans que celui-ci ne soit forcément conscient, ni ne traduise non plus un quelconque sentiment d’ordre patriotique.

14Quoi qu’il en soit, on constate que corrélativement à cette consolidation en termes d’effectifs et à l’élaboration de réseaux de parenté diversifiés, les Hispaniques conquièrent une place de plus en plus importante sur la scène politique et dans les cercles dirigeants.

  • 11 On peut penser à la suite de la carrière de M. Ulpius Traianus père comme légat de Syrie et procon (...)
  • 12 Voir Tableau 2, p. 212.
  • 13 Jones 1979, 85.

15Encore assez terne sous Vespasien, malgré quelques exceptions11, la place des Espagnols dans l’élite dirigeante se renforça de façon marquée sous Domitien. Elle se matérialisa alors par des carrières prétoriennes plus courtes que la moyenne, le taux élevé d’accès au consulat des Hispaniques, le nombre de consulats qui leur fut attribué et surtout leur répartition tout au long du règne12. Ces traits sont d’autant plus remarquables que B. W. Jones a noté que Domitien s’était montré plutôt restrictif dans l’accès au consulat des sénateurs prétoriens13 et que nous avons nous même constaté que le taux d’accès des Hispaniques au consulat avait été de 66 % alors que le taux moyen d’accès au consulat pour les anciens préteurs et pour l’ensemble du règne est de 48 %.

  • 14 On compte six Espagnols sur les dix-sept consuls nommés dans les deux années qui ont suivi cette c (...)
  • 15 Au cours de ces cinq années du règne, on compte en effet parmi eux deux légats de Germanie, un lég (...)

16La montée en puissance des sénateurs hispaniques sous Domitien transparaît aussi à travers le rôle qu’ils jouèrent dans les années de crise et les temps forts du règne. Ainsi, la guerre contre les Daces et l’organisation des deux nouvelles provinces de Mésie inférieure et supérieure a été confiée à deux homines noui de Tarraconnaise, L. Funisulanus Vettonianus et M. Cornelius Nigrinus Curiatius Maternus. De même, après la révolte de L. Antonius Saturninus, Espagnol lui aussi, un certain nombre ont été nommés à des postes de confiance ou obtenu le consulat14. Enfin, dans les années suivantes caractérisées par un durcissement de l’attitude de Domitien vis-à-vis des sénateurs, et parallèlement par une opposition grandissante de la majorité du sénat, ce n’est sans doute pas un hasard si l’on rencontre encore des Hispaniques, souvent des homines noui à la tête des provinces les plus importantes15.

  • 16 Jones 1979, 4-6, pense que l’opposition à Domitien n’a sans doute pas été aussi générale que la le (...)

17On peut donc conclure que, même s’ils n’étaient pas des partisans forcenés de la tyrannie instaurée par Domitien, les Hispaniques restèrent dans l’ensemble loyaux au représentant de la dynastie qui avait permis leur accès au sénat16. Cependant, et c’est un autre trait important qui se dégage des carrières de cette époque, cette loyauté ne s’accompagna jamais de compromission avec la dérive “tyrannique”, perçue en tout cas comme telle par les sénateurs, qui marqua la fin du règne. En effet, on ne rencontre pas parmi les Hispaniques et leurs alliés de sénateurs proches du pouvoir, tels les frères Domitii, Trajan, ou Iulius Frontinus, qui se complut à jouer les délateurs, comme le firent Baebius Massa ou Memmius Regulus.

  • 17 Cf. Pleket 1961 ; Jones 1979, 4 ; Frézouls 1994, 301-302 et 310-327 qui insistent sur le souci d’u (...)
  • 18 Crook 1955 ; Devreker 1977.
  • 19 Alföldy & Halfmann 1973a et 1973b.

18Vu sous un autre angle, on peut sans doute dire que Domitien trouva dans la plupart de ces hommes dont la promotion était récente et l’origine provinciale, les hommes de confiance et les généraux dont il avait besoin pour assurer la sécurité des frontières, particulièrement sur le Rhin et le Danube, et la pacification administrative et sociale des provinces, dont on sait qu’ils furent un des traits majeurs de sa politique17, dans la continuité de celle entreprise par son père. Mais si l’ascension politique du groupe des Hispaniques est certaine sous Domitien, ils n’étaient pas alors encore parvenus au faîte des honneurs et leur influence se limitait essentiellement au cercle des cadres militaires et d’un groupe croissant de consulaires. En revanche, ils étaient encore assez peu nombreux au sein du conseil du prince18. Peu nombreux eurent aussi l’honneur d’un consulat ordinaire, encore moins d’un consulat double ou triple. Malgré tout, Domitien avait dû donner suffisamment de place dans son gouvernement aux Hispaniques, comme en témoigne aussi le nombre d’entre eux qui furent cooptés à la fin de son règne dans le collège des pontifes, pour que le moment venu, ceux-ci, qui pouvaient s’appuyer sur des réseaux de parenté diversifiés et étendus vers quelques familles italiennes des plus influentes, aient été capables de présenter simultanément deux candidats à la succession de Nerva, le Tarraconnais M. Cornelius Nigrinus Curiatius Maternus et Trajan19, dont le règne constitue sans doute l’apogée de l’influence hispanique dans le gouvernement de l’Empire.

19En effet, après que Trajan se soit finalement imposé, on constate, alors même que les effectifs des Hispaniques au Sénat sont stabilisés depuis une génération, que ces derniers ont acquis une place de choix dans le gouvernement de l’Empire, dont les facettes sont multiples, et dont témoignent principalement l’allure générale des carrières, le rôle des sénateurs espagnols dans les grandes entreprises du règne et leur prise de position sur la délicate question de la succession. La faveur dont jouirent ses compatriotes sous Trajan peut se mesurer d’abord au nombre élevé de sénateurs qui obtinrent alors le consulat, mais plus encore au fait que pour la première fois les Espagnols furent admis de façon significative aux fonctions les plus honorifiques ou les plus prometteuses. Ce n’est en effet qu’à partir de Trajan, et en majorité sous son règne, que l’on rencontre pour les débuts de carrière, de jeunes Hispaniques choisis comme triumuiri monetales, quaestores Augusti tandis que le jeune cousin Hadrien obtint même la préfecture des féries latines.

  • 20 Par ailleurs, sur les sept nouvelles familles admises dans le patriciat probablement par Trajan, c (...)

20Quant aux fins de carrière, les consuls bis ou ter sont souvent des homines noui qui, bons militaires ou diplomates, avaient soutenu la candidature de Trajan, tels Licinius Sura, Iulius Ursus Servianus ou Q. Sosius Senecio, tandis que d’autres furent récompensés de leurs services par l’obtention des prêtrises les plus prestigieuses. C’est également sous Trajan que les proconsuls d’Asie et d’Afrique d’origine hispanique sont les plus nombreux20.

21Parallèlement à cet accès des sénateurs de la Péninsule aux fonctions les plus prestigieuses, l’étude des carrières fait aussi ressortir que la faveur de l’Empereur se manifeste auprès des plus jeunes par des carrières prétoriennes plus rapides que la moyenne ou au contraire par le soin apporté à la préparation militaire, notamment dans le cas d’Hadrien, mais aussi dans celui, par exemple, du jeune Tarraconnais L. Minicius Natalis Quadronius Verus.

  • 21 D’après les listes proposées par Crook 1955, 148-189, Waters 1969 et Devreker 1977.

22L’on croise alors des Hispaniques à tous les postes de pouvoir, qu’il s’agisse des gouverneurs de provinces militaires stratégiques, du poste de préfet du prétoire, détenu par le chevalier d’Italica, Acilius Attianus, ou des membres du conseil, où ils représentent environ 20 % (10/44) des amici principis (un peu plus, si l’on rajoute 7 autres personnages liés par parenté proche à des Hispaniques, voire à la famille de Trajan, et qui font donc partie de la “famille” hispanique)21.

  • 22 D’après une découverte récente, récemment publiée (Eck 1996a), on sait maintenant que Pompeius Fal (...)
  • 23 Sa présence n’est pas explicitement mentionnée, mais le fait qu’à l’issue de cette guerre, en 102, (...)
  • 24 Étienne 1994, 249-250.

23Mais plus que par leur nombre, c’est plutôt par leur présence et leur rôle dans les grandes expéditions du règne que se sont distingués les Hispaniques. Au moment de la première guerre dacique, on trouve en effet aux côtés de Trajan tous les Espagnols les plus éminents, qui sont aussi ceux qui s’étaient montré ses principaux soutiens lors des tractations pour la succession de Nerva : Q. Sosius Senecio, son gendre Q. Pompeius Falco22, L. Minicius Natalis, P. Aelius Hadrianus, surtout L. Licinius Sura et probablement Ser. Iulius Ursus Servianus23. Lors de la seconde guerre dacique qui se déroula entre 105 et 107, on retrouve encore les mêmes hommes, mais aussi quelques nouveaux, parfois chargés de responsabilités plus importantes. Comme l’a déjà fait remarquer R. Étienne24, on peut donc constater que dans ces deux entreprises majeures du règne de Trajan, tous les Hispaniques qui comptaient étaient présents, mais on peut sans doute ajouter que des hommes tels que Licinius Sura ou Sosius Senecio durent jouer un rôle fondamental tant au niveau de l’élaboration des campagnes, qu’à celui de leur réalisation et de leur réussite, comme peut en témoigner le caractère extraordinaire des récompenses qu’ils reçurent à l’issue de ces deux guerres.

  • 25 Cette décision semble d’ailleurs avoir été prise dans la foulée du succès sur les Daces et sa mise (...)
  • 26 Halfmann 1986, 92-103.

24Enfin, dans la dernière entreprise du règne, l’expédition contre les Parthes, les sénateurs et chevaliers hispaniques tiennent encore parmi les principaux rôles. D’une part, il est assez légitime de supposer qu’un certain nombre des personnages qui s’étaient montrés fermes partisans de l’Empereur lors des guerres daciques l’encouragèrent également à prendre la décision d’en finir avec les Parthes25. D’autre part, des Hispaniques se trouvent à la fois présents aux côtés de Trajan dans son état-major26 et à la tête de la plupart des provinces stratégiques (Mésie, Pannonie, Syrie) qui nécessitaient d’être bien tenues en main pendant la durée de la campagne.

25A ces carrières favorisées et à cette concentration d’Espagnols dans le hautcommandement lors des principales expéditions de conquête entreprises par Trajan, on peut trouver plusieurs éléments d’explication. Etant donné qu’ils ne représentaient qu’une minorité du sénat, et que l’empire comptait d’autres bons militaires (comme Laberius Maximus, Cornelius Palma, Publicius Certus, Avidius Nigrinus ou d’autres encore), on ne peut s’empêcher de penser que, dans ce contexte, et à qualités égales, leur origine, leur parenté ou leurs relations avec le milieu des Hispaniques les plus influents, voire avec l’empereur lui-même n’ont pas été étrangères non plus à ces choix. Bref, il y aurait eu une sorte de préférence régionale ou familiale ou, peut-être mieux, régionale, parce que familiale dans le sens où la structure des réseaux d’alliances (plusieurs familles de niveau "secondaire" gravitant dans l’orbite d’une famille plus importante) permettait de faire jouer au mieux le système de la recommandation.

26A cela, il faut ajouter sans doute aussi la volonté de la part de Trajan de récompenser de leurs services un certain nombre d’Hispaniques, qui, sous l’égide d’un Domitius Tullus, d’un Licinius Sura ou d’un Sosius Senecio avaient pris une part active aux négociations qui le portèrent sur le trône.

  • 27 On peut penser en particulier aux Messii Rustici de Siarum, aux Accenae d’Hispalis, aux Cutii Balb (...)
  • 28 On peut penser, par exemple, à L. Minicius Natalis Quadronius Verus, Q. Licinius Silvanus Granianu (...)

27D’autre part, justement du fait de la présence de plusieurs Espagnols dans le petit cercle des amici de Trajan et au conseil, associé au caractère de minorité influente qu’ils pouvaient constituer alors au sénat, il semble que les voies de promotion liées aux relations familiales et au patronage “géographique” aient fonctionné au mieux permettant l’ascension de nouvelles familles27, ou la distinction de certains jeunes sénateurs entrés au Sénat à la fin du règne de Domitien28, protégés et soutenus par ces compatriotes éminents, ou encore la nomination de tel ou tel à tel poste. Ainsi, celle d’Hadrien comme légat de Syrie. Par-là, le groupe pouvait avoir la possibilité de renforcer de lui-même son pouvoir.

  • 29 Plusieurs éléments permettent d’ailleurs de supposer avec vraisemblance que Sura exerça jusqu’à sa (...)

28Enfin, un dernier élément d’explication peut résider dans la présence, au sein de ce groupe, de personnalités hors pair qui, tels Domitius Tullus ou Licinius Sura, ont dû être non seulement les réalisateurs, mais parmi les principaux inspirateurs de l’ensemble de la politique de Trajan, et il faudrait ici insister tout particulièrement sur la place qu’occupa ce dernier auprès de l’Empereur. Il semble en effet avoir été le pilier, et les autres les soutiens actifs de cette politique d’équilibre caractérisée par une pratique modérée de l’absolutisme et la vocation militaire conquérante de la politique extérieure29.

29Si telles nous apparaissent donc à la fois les causes essentielles et les modalités de l’exercice de ce que l’on pourrait appeler la “prépondérance hispanique” dans le gouvernement de Trajan, celle-ci s’est aussi manifestée à travers la position des Hispaniques sur la délicate question de la succession.

  • 30 Dion Cassius 69.1.1-2. D’après Dion Cassius, Hadrien n’aurait de fait été adopté, en Orient, qu’ap (...)
  • 31 SHA, Vita Hadr., 4. 10. Cette version est en contradiction avec un autre passage (5. 6) selon lequ (...)

30Trajan, en effet ne désigna pas de successeur de son vivant, et il semble même que ses intentions n’aient pas été très claires comme en témoigne sans doute la diversité des opinions transmises à ce sujet dans le récit de la Vie d’Hadrien. Les circonstances de l’adoption d’Hadrien elles-mêmes, telles qu’elles sont rapportées par Dion Cassius30, puis par l’Histoire Auguste31, vont également dans ce sens, mais elles révèlent aussi qu’Hadrien disposait parmi les proches collaborateurs de Trajan, et notamment parmi ses compatriotes, de soutiens puissants.

  • 32 SHA., Vita Hadr., 3.10.
  • 33 SHA, ibid., 4.2.

31Il n’est pas surprenant de retrouver Licinius Sura à l’origine de cette démarche, lui qui, dès 108, annonçait à Hadrien qu’il allait être adopté par Trajan32. Cette parole ne fut pas suivie d’un effet immédiat, mais il est significatif de constater que parmi ceux qui prirent la relève de Sura comme soutiens de la candidature d’Hadrien, on rencontre, outre l’impératrice Plotine, nombre d’Hispaniques. Au moment de l’expédition contre les Parthes nous dit l’Histoire Auguste, “Hadrien jouissait de l’amitié de Sosius, de Papus et de Platorius Nepos, membres de l’ordre sénatorial, et dans l’ordre équestre, de celle d’Attianus, autrefois son tuteur, de Livianus et de Turbo”33. Derrière Hadrien, on retrouve donc les partisans espagnols de la première heure de Trajan devenus ensuite ses principaux collaborateurs, incarnés ici par Sosius Senecio, sans doute aussi par Acilius Attianus, mais également les nouvelles recrues originaires principalement de la Bétique et représentées par les personnages de M. Messius Rusticus Aemilius Papus et A. Platorius Nepos.

  • 34 En effet, la non-réalisation de l’adoption d’Hadrien annoncée par Sura en 108, la relative mise à (...)

32Il semble donc bien que certains Hispaniques aient activement travaillé à maintenir une dynastie espagnole sur le trône et cela d’autant plus que les sources paraissent indiquer que ce ne fut pas forcément chose évidente34.

  • 35 Dion Cassius 69, 1 ; SHA, Vita Hadr., 4,10.
  • 36 SHA, ibid., 5.5 ; 9.3.

33Quoi qu’il en soit, grâce en particulier à l’action de Plotine et des hommes mentionnés ci-dessus, cette tendance finit par l’emporter comme le montrent l’affectation d’Hadrien en Syrie et la nomination d’Attianus comme préfet du prétoire. Ces personnes jouèrent même un rôle décisif au moment de la mort de Trajan, puisque, aux dires de Dion Cassius et de l’Histoire Auguste35, c’est Plotine et Acilius Attianus qui, au moment voulu, prirent l’initiative de proclamer l’adoption d’Hadrien, avant même d’annoncer le décès de Trajan et qu’Acilius Attianus prit ensuite une part capitale à la consolidation du pouvoir d’Hadrien à Rome et à l’élimination physique des opposants36.

  • 37 Cf. tableau III. Ils devaient représenter 10 à 15 % des effectifs du sénat.

34Le rôle des Hispaniques dans la succession, associé à la place qu’ils occupent dans la vie politique du règne, eu égard à leur faible poids dans l’assemblée37, confirme donc, s’il en était besoin, l’influence acquise par ce groupe de sénateurs et de quelques chevaliers. Tous ces éléments, conjugés au fait que l’influence acquise au niveau du conseil pouvait cette fois, contrairement à ce qui s’était passé à l’époque de Sénèque, trouver des relais à tous les niveaux de la hiérarchie sénatoriale et même équestre permettent sans doute de parler de l’existence d’un “parti” hispanique, instrument d’un gouvernement respectueux des principes augustéens de gouvernement et d’une politique de conquêtes, prenant plutôt sa source dans la tradition républicaine. Ce “parti” était regroupé autour de personnalités bénéficiant d’un charisme important déjà sous Domitien et de quelques familles très puissantes. Il était constitué de ce tissu de liens denses et enchevêtrés, à la fois verticaux (patronage) et horizontaux (alliances matrimoniales) auxquels se mêle peut-être un brin d’attachement à sa terre natale, qui enserrait l’ensemble des sénateurs hispaniques et de leurs alliés dans un ensemble certes et nécessairement composite, mais où ils paraissent avoir su garder le ton dominant.

35En cela, on peut dire que progressivement depuis les Julio-claudiens, la nature du “pouvoir hispanique” a considérablement changé, puisqu’à des réussites personnelles, puis à un pouvoir d’“éminence grise” s’est peu à peu substitué, à la faveur du règne de Domitien, un pouvoir de minorité agissante, reposant à la fois sur une certaine importance numérique, sur une place significative dans l’administration civile ou militaire de l’Empire, sur des réseaux de relations personnelles et l’existence de personnalités remarquables.

36Cette influence allait-elle se maintenir sous Hadrien ? C’est là une autre question à débattre.

Annexes

Appendice

1. Evolution des effectifs

1.1. Sénateurs d’origine provinciale sous les Julio-claudiens

— Espagnols38

Auguste

Tibère

Caligula

Claude

Néron

2

4

4

9

23

— Autres provinciaux39

Auguste

Tibère

37-54

Néron

Narbonnaise

1

6

7

11

Trois Gaules

1

1

Espagnes

2

4

9

23

Afrique

Provinces orientales

1

3

5

Total

4

10

20

40

1.2. Sénateurs provinciaux sous les Flaviens

Vespasien-Titus

Domitien

Narbonnaise

7

10

Rhétie

1

Sicile

2

Espagnes

23

36

Afrique (Proconsulaire et Numidie)

2

3

Provinces orientales

15

21

Total

57

73

1.3. Sénateurs provinciaux sous les premiers Antonins

Nerva-Trajan

HADRIEN

Narbonnaise

10

5

Dalmatie

1

Norique

1

Sicile

2

1

Espagnes

34

31

Afrique (Proconsulaire et Numidie)

6

13

Provinces orientales

30

23

Total

81

75

2. Les sénateurs hispaniques et le consulat

2.1. Sous les Julio-Claudiens

Aucun sénateur hispanique n’obtint le consulat avant Néron, sauf peut-être L. Cornelius Balbus.

Sur les 84 consulats distribués par Néron, 5 échurent à des sénateurs d’origine hispanique. On peut remarquer qu’à l’exception de celui détenu par M. Annius Afrinus en 67, les quatre autres se situent dans la période d’apogée de Sénèque, entre 55 et 62, et ont été attribués, outre à Sénèque lui-même et à son frère Annaeus Gallio, à deux autres personnages originaires de la Bétique, M. Aponius Saturninus, probablement de Cordoue et M. Manilius Vopiscus.

2.2. Sous les Flaviens et les premiers Antonins

On compte 8 consulats sous Vespasien et Titus. Le tableau suivant montre que c’est avec Domitien que se situe l’envolée.

Années

consulats suffects

consulats ordinaires

Domitien

81

-M. Roscius Coelius

82

-L. Antonuis Saturnisus

83

-M. Cornelius Nigrinus Curiatius-M. Annius Messala-Marius Priscus

84

-[ ?] Pedanius Fuscus Salinator

85

-M. Annius Herennius Pollio-P. Herennius Polio

85 ou 86

-L. Licinius Sura

88

-Sex. Iulius Sparsus

90

-L. Antistius Rusticus-L. Iulius Ursus Servianus -L. Cornelius Pusio Annius Messala-Cn. Pinarius Aemilius Cicatricula Pompeius Longinus

91

-Q. Valerius Vegetus

-M. Ulpius Traianus

93

-[L. Dasumius] Hardrianus

année indéterminée sous Domitien

-Cn. Licceius Albinus

Nerva

consulats suffects

consulats ordinaires

96

-Q. Fabius Postuminus

97

-M. Annius Verus

Trajan

consulats suffects

consulats orddinaires

98

-Cn. Domitius Tullus-C. Pomponius Rufus Acilius Coelius Sparsus

99

-Q. Sosius Senecio-[ ?] Senecio Memmius Afer

100

-L. Fabius Tuscus-T. Pomponius Mamilianus Rufus Antianus Funisulanus VettonianusL. Roscius Aelianus Maecius Celer

101

-M. Maecius Celer

102

-L. Fabius Iustus

-L. Licinius Sura-Ser. Iulius Servianus

103

-[ ?] Annius MEla

101-103

-P. Herennius Severus

106

-Q. Licinius Silvanus Granianus-L. Minicius Natalis

107

-L Licinius Sura-Q. Sosius Senecio

108

-P Aelius Hardrianus

111

-P. Coelius Apollinaris

112

-Cn. Pinarius Cornelius Severus-Q. Valerius Vegetus

114

-L. Messius Rusticus

-P. Manilius Vopiscus

3. Tableau de synthèse : part des sénateurs d’origine ibérique dans le sénat et part des consulats qui leur furent attribués

En se fondant uniquement sur les certi40, on obtient les résultats suivants :

Règnes

Nombre de sénateurs espagnols

nombre de sénateurs (origine connue)

%

nombre de consulats

nombre de consulats espagnols

%

Auguste

2

420

116

1

Tibère

4

345

84

0

Claude

9

229

3,9 %

43

0

Néron

23

250

9,2 %

84

5

5,9 %

Vespasien-Titus

33

244

13,5 %

74

8

10,8 %

Domitien

36

273

13,1 %

121

18

14,8 %

Trajan

34

231

14,7 %

140

20

14,2 %

Discussion

— Intervention de G. Alföldy

Le pouvoir politique des sénateurs hipano-romains à l’époque de la fin du premier siècle se manifeste très clairement à la lumière de deux faits : il faut se demander qu’est-cequi se passe dans la vie politique de Rome dans les situations de changements radicaux ou lors des crises. En 89, c’était un sénateur espagnol, L. Antonius Saturninus qui a essayé de se révolter contre l’empereur régnant. En 97, trois personnes ont joué un rôle décisif : L. Licinius Sura, qui a forcé l’adoption de Trajan à Rome par Nerva, Trajan lui-même et son rival, M. Cornelius Nigrinus Curiatius Maternus. Par ailleurs, on peut reconnaître une réflexion sur le pouvoir des Espagnols dans le passage de Florus (Epit., 1.33. 4) selon lequel l’Hispania a reconnu sa force (robur) sous la domination romaine. Il me semble que ce n’est pas un hasard si ce passage a été écrit au début du iie siècle p.C.

— Question de J. L. Ramírez

La relación de senadores hispano-romanos solo contiene 2 Iulli. Sin Embargo, Iulius es el nomen más abundante en Hispania. ¿Puede significar esto que los Iulii son ciudadanos de un status social intermedio, y que, por eso, no destacan significativamente como elite ?

— Question de P. Le Roux

J’ai lu sous votre plume que vous faites de L. Funisulanus Vettonianus un Espagnol, en vous fondant notamment sur une monnaie de Caesarauguta où l’on connaît un magistrat municipal dont on lirait le nom sous la forme Funi(sulanus) Vet(tonianus). Mais êtes-vous sûre qu’il faille lire Funi et non Iun ?

— Réponse de F. des Boscs

La proposition, qui a été formulée avant moi par A. Caballos, d’attribuer à L. Funisulanus Vettonianus une origine espagnole, se fonde principalement sur deux arguments concordants, étant donné par ailleurs, la rareté du gentilice et du cognomen :

– L’existence d’un as de l’époque de Tibère mentionnant deux IIuiri de Caesaraugusta et dont la lecture des noms sous la forme C. Carri. Aquil. et L. Funi. Vet. a été récemment confirmée par M. P. García-Bellido et C. Blázquez41.

– L’appartenance du sénateur L. Funisulanus Vettonianus à la tribu Aniensis, celle de Caesaraugusta, au demeurant seule cité de la Péninsule à être inscrite dans cette tribu, d’après R. Wiegels42.

Notes

1 Fr. Plateaux-des Boscs : Ascension des élites hispano-romaines et pouvoir politique à Rome, d’Auguste à Hadrien : la montée d’un “parti” hispanique ? (27 av. J.-C.-138 ap. J.-C.), thèse de doctorat soutenue à l’Université de Bordeaux III en décembre 1996.

2 Voir tableau 1.1. p. 212.

3 Tous les personnages cités ici et dont les noms ne sont suivis d’aucune référence sont considérés comme espagnols ou probablement comme tels. Pour plus de détails et d’informations sur eux se référer à Castillo 1982, Étienne 1982, Le Roux 1982, surtout Caballos 1990a, Eck 1997b. Sur L. Cornelius Balbus en particulier voir aussi Des Boscs-Plateaux 1994, 34-34 ; sur Turranius Gracilis, Demougin 1992, 372-373.

4 PIR 2 A 441. Voir également sur ce personnage Mac Dermott 1949.

5 Pour l’analyse des consulats sous Néron, voir, outre Degrassi 1952, Gallivan 1973 et 1974. Pour celle des gouverneurs de provinces, et d’une façon générale, nous avons pour chaque règne examiné qui s’était trouvé en poste (et donc pu mesurer ainsi quelle place avaient les Hispaniques) à partir des ouvrages ou articles, mentionnés dans la bibliographie, s’attachant à établir les listes des gouverneurs pour telle ou telle province ou ensemble de provinces. Nous avons procédé de même pour l’analyse de la place des Hispaniques dans l’administration civile et leur accès à certaines magistratures.

6 C’est notamment parmi les jeunes recrues hispaniques de l’époque du quinquennium que Néron essaya de se constituer un petit cercle de partisans et amorça ainsi l’ébauche d’un renouvellement du personnel politique, cf. notamment Scheid 1975, 293-297.

7 En effet, dans leurs études sur les adlecti de Vespasien, Houston 1977 et surtout Devreker 1980a, 70-87, particulièrement 72-75, ont bien montré que le but principal de Vespasien avait été de récompenser ses partisans de l’ordre équestre pour leur engagement en sa faveur durant la guerre civile. Or, sur l’ensemble des adlecti recensés, les Espagnols, avec sept ou huit représentants forment environ 1/3 des bénéficiaires de l’adlectio et la moitié des provinciaux.

8 Sur ce sujet voir Gagé 1952 et Syme 1982 = RP 4, 1988.

9 Pour plus de détail sur cet aspect, voir Des Boscs-Plateaux 1995.

10 Sur ce sujet, voir principalement Pistor 1965, 42-44.

11 On peut penser à la suite de la carrière de M. Ulpius Traianus père comme légat de Syrie et proconsul d’Asie ou à celle de Cn. Cornelius Clemens qui participa à la conquête et à l’organisation des Champs décumates et fut récompensé par les ornements du triomphe.

12 Voir Tableau 2, p. 212.

13 Jones 1979, 85.

14 On compte six Espagnols sur les dix-sept consuls nommés dans les deux années qui ont suivi cette crise (90 et 91), dont M. Ulpius Traianus qui reçut le consulat ordinaire pour 91. A titre indicatif, cf. tableau lit, p. 000, les Espagnols ne devaient guère représenter alors qu’un peu plus de 10 % des effectifs du sénat.

15 Au cours de ces cinq années du règne, on compte en effet parmi eux deux légats de Germanie, un légat de Mésie supérieure, puis de Pannonie, et un légat de Syrie. Il s’agit de L. Licinius Sura, entre 89 et 92, et de M. Ulpius Traianus, en poste en 96/97, en Germanie supérieure ; en Mésie, Cn. Pinarius Aemilius Cicatricula Pompeius Longinus, entre 93 et 96, puis en Pannonie ; en Syrie, M. Cornelius Nigrinus Curiatius Maternus probablement entre 94 et 97.

16 Jones 1979, 4-6, pense que l’opposition à Domitien n’a sans doute pas été aussi générale que la lecture de Pline le suggère, et qu’il faut relativiser la notion d’une tyrannie avec son cercle vicieux de conspirations et de répressions. Il remarque de même (M., 86-87) que si Nerva, considéré comme un des piliers du consilium de Domitien, avait été choisi pour lui succéder, c’est que les soutiens de l’empereur défunt devaient être assez nombreux dans le sénat pour exiger l’apaisement.

17 Cf. Pleket 1961 ; Jones 1979, 4 ; Frézouls 1994, 301-302 et 310-327 qui insistent sur le souci d’une bonne administration des provinces, sur l’attention portée pendant ce règne aux provinciaux et sur la bonne qualité générale des gouverneurs choisis.

18 Crook 1955 ; Devreker 1977.

19 Alföldy & Halfmann 1973a et 1973b.

20 Par ailleurs, sur les sept nouvelles familles admises dans le patriciat probablement par Trajan, ce n’est sans doute pas un hasard si trois d’entre elles sont hispaniques et que l’une d’elles lui était apparentée. Selon Pistor 1965, 53, ces familles hispaniques sont celles des Cornelii Pinarii, avec Cn. Pinarius Cornelius Severus, consul en 112, des Manilii Vopisci, avec P. Manilius Vopiscus, consul ordinaire en 114, des Aelii, au plus tard avec l’adoption d’Hadrien. Les autres sont les Eggii, les Atilii Bradua, les Venuleii, les Annii Anniani.

21 D’après les listes proposées par Crook 1955, 148-189, Waters 1969 et Devreker 1977.

22 D’après une découverte récente, récemment publiée (Eck 1996a), on sait maintenant que Pompeius Falco était originaire de Sicile. Cependant, en tant que gendre de Q. Sosius Senecio, il était lié au clan hispanique.

23 Sa présence n’est pas explicitement mentionnée, mais le fait qu’à l’issue de cette guerre, en 102, il obtint en même temps que Sura un second consulat ordinaire laisse penser qu’il dut prendre aussi une part quelconque dans le déroulement de cette campagne.

24 Étienne 1994, 249-250.

25 Cette décision semble d’ailleurs avoir été prise dans la foulée du succès sur les Daces et sa mise en œuvre entraîna de longs préparatifs. Sur les causes et les différents moments du déroulement de cette campagne, voir Angeli Bertinelli 1976, 5-22.

26 Halfmann 1986, 92-103.

27 On peut penser en particulier aux Messii Rustici de Siarum, aux Accenae d’Hispalis, aux Cutii Balbini d’Hispalis également, à M. Valerius Propinquus de Liria.

28 On peut penser, par exemple, à L. Minicius Natalis Quadronius Verus, Q. Licinius Silvanus Granianus originaires de la Tarraconaise, à A. Platorius Nepos, L. Messius Rusticus ou d’autres encore.

29 Plusieurs éléments permettent d’ailleurs de supposer avec vraisemblance que Sura exerça jusqu’à sa mort une influence majeure sur le conseil du prince, appuyé par un petit groupe constitué principalement des proches parents de l’empereur, notamment l’impératrice Plotine, et des sénateurs hispaniques et leurs alliés présents au conseil On peut citer notamment comme appartenant à ce groupe : Q. Sosius Senecio et son beau-père Sex. Iulius Frontinus (PIR 2, I. 322), Cn. Pedanius Fuscus Salinator, Ser. Iulius Ursus Servianus, P. Calvisius Ruso, L. Catilius Severus (PIR 2, C, 558), M. Annius Verus, P. Acilius Attianus, C. Iulius Quadratus Bassus (PIR 2, I, 508).

30 Dion Cassius 69.1.1-2. D’après Dion Cassius, Hadrien n’aurait de fait été adopté, en Orient, qu’après la mort de Trajan, sous l’influence de Plotine et de P. Acilius Attianus, le préfet du prétoire, son compatriote et extuteur.

31 SHA, Vita Hadr., 4. 10. Cette version est en contradiction avec un autre passage (5. 6) selon lequel Hadrien aurait reçu, à Antioche, une lettre de Trajan lui annonçant son adoption, mais le récit de Dion Cassius permet de penser que c’était pourtant la bonne (cf. le commentaire d’A. Chastagnol dans SHA, Vita Hadr., p. 23, n. 7).

32 SHA., Vita Hadr., 3.10.

33 SHA, ibid., 4.2.

34 En effet, la non-réalisation de l’adoption d’Hadrien annoncée par Sura en 108, la relative mise à l’écart de celui-ci, qui n’obtint aucun poste entre son consulat et le commandement de la Syrie, témoignent pour le moins d’hésitations sur la conduite à tenir vis-à-vis de son petit-neveu. Par ailleurs, l’absence d’Hispaniques notables au consulat dans les années 109-111, à l’exception de P. Coelius Apollinaris comme consul suffect en 111 (d’après Degrassi 1952, 32-33) mais au contraire la présence de Cornelius Palma, au consulat ordinaire en 109, et d’Avidius Nigrinus qui allaient tenter de s’opposer par la force à la nomination d’Hadrien, tous ces éléments paraissent montrer que la disparition conjointe de Sura et de Domitius Tullus fut suivie d’une courte période de flottement pour les Hispaniques, et peut-être de la domination pour un temps d’une factio moins favorable à leur prépondérance et à la mise en place d’une politique dynastique.

35 Dion Cassius 69, 1 ; SHA, Vita Hadr., 4,10.

36 SHA, ibid., 5.5 ; 9.3.

37 Cf. tableau III. Ils devaient représenter 10 à 15 % des effectifs du sénat.

38 Les chiffres donnés pour les Espagnes sont ceux obtenus à partir de notre propre recherche et tiennent compte de sénateurs qui ont commencé leur carrière sous un règne et l’ont achevée sous un autre.

39 Les chiffres sont obtenus à partir des données contenues dans les articles d’EOS 2 1982.

40 Ce tableau se fonde : 1. Sur la liste des sénateurs certi que j’ai retenus, en tenant compte pour chaque règne des nouveaux sénateurs et de ceux qui poursuivent une carrière entamée sous un empereur précédent ; 2. Sur le nombre de sénateurs dont l’origine est connue obtenu à partir de de Laet, 1941, 310, pour l’époque julio-claudienne, Devreker 1980, 257-268, pour l’époque flavienne et Étienne 1965, 57, pour les règnes de Trajan et Hadrien. Par ailleurs, pour les consulats, nous avons utilisé Degrassi 1952, Vidman 1957 et Zevi 1979, et nous n’avons pas compté les itérations, ni les consulats des princes et des Césars.

41 García-Bellido & Blázquez 1995, 390.

42 Wiegels 1985, 101-102.

Auteur

Université de Bordeaux III - Ausonius, France.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search