Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

Les élites et le pouvoir

Les femmes de l’élite hispano-romaine, entre la famille et la vie publique

Milagros Navarro Caballero

Texte intégral

Maiores nostri nullam ne priuatam quidem rem agere feminas sine tutore auctore uoluerunt, in manu esse parentium, fratrum, uirorum : nos, si diis placet, iam etiam rem publicam capessere eas patimur et foro quoque et contionibus et comitiis immisceri.
Tite Live 34.2.11.

1Il existe une partie de l’élite hispano-romaine dont on parle peu, malgré son importance quantitative. Il s’agit de ces femmes qui ont été les mères, les épouses, les filles et même les belles-mères et les belles-filles des sévirs, des magistrats et, de façon générale, des tous les hommes influents des cités romaines de la péninsule Ibérique, qui eux, en revanche, ont souvent fait l’objet de travaux scientifiques.

  • 1 Navarro Caballero 1994, 109-132 ; Sillières et al. 1995, 107-130 ; Magallón et al. 1995, 75-103.
  • 2 Il a fait l’objet d’une étude antérieure, Navarro Caballero 1997, 109-140, voir en particulier pou (...)

2Notre intérêt pour les feminae appartenant aux élites locales est né de l’étude de plusieurs dossiers issus de l’épigraphie publique de la péninsule Ibérique. Le premier est celui des piédestaux de la curie de Labitolosa dont quatre, supportant la statue d’un notable local, sont signées ex testamento par Cornelia Neilla1. Cette documentation met en valeur le rôle des femmes dans la réalisation des inscriptions honorifiques et amène à réfléchir sur les raisons qui les poussaient, alors qu’elles étaient exclues de la vie politique, à dépenser ainsi leur patrimoine. Le deuxième dossier est celui de la participation économique des notables aux activités publiques des cités de la Citérieure2. Les femmes y participaient également et leurs activités présentent des éléments communs.

  • 3 Nous étudions la femme en tant que membre de l’élite et pas simplement en tant que telle : pour de (...)
  • 4 Obsolète était la loi Oppia, si chère à Caton, qui en 215 a.C. interdisait aux femmes la possessio (...)
  • 5 D, 50.17.2 (Ulpien, Comm. ad. Sab 1.1 : Feminae ab omnibus officiis ciuilibus, uel publicis remota (...)
  • 6 L’infirmitas du sexe feminin est un topos très récurrent dans la littérature latine, ainsi que l’i (...)
  • 7 Sur leurs activités sociales, Castillo 1981.

3Les inscriptions honorifiques et les textes commémoratifs montrent une présence importante des femmes dans la sphère publique des cités hispaniques. De leur lecture, on peut pressentir l’existence de lignes de conduite similaires et de rôles semblables joués par ces dernières. A la base de ces coïncidences doit se trouver la position de ces dames, marquée par deux aspects indissociables : leur appartenance à l’aristocratie locale3 et leur condition féminine, qui leur permettait la possession d’une fortune personnelle4, mais leur déniait toute fonction politique individuelle5. Elles avaient un rôle économique et social, mais pas de rôle politique car – tout le monde le savait – elles appartenaient au sexe faible, incapable de s’intéresser aux affaires publiques6. Leur temps libre, très important étant donné leurs ressources financières, leur permettaient cependant de regarder de près ce qui se passait dans la vie de leurs cités7.

  • 8 Les femmes traitent elles-mêmes leurs affaires : mulieres enim quae perfectae aetatis sunt ipsae s (...)
  • 9 Selon la loi Atilia, ce sont les consuls ou le praetor tutoris qui attribuent le tuteur aux femmes (...)
  • 10 Casado 1972, 130 ; Gaius, Intitutes, 1.178 (pour la constitution de la dot), 2.85 (pour la vente d (...)
  • 11 D. 1.7.8 ; D, 26.3.1 ; CTh, 3.17.2 : CJ, 5.30.3.
  • 12 Gaius, Institutes, 1.157 et 171.
  • 13 Il s’agit de la lex Iulia de maritandis ordinibus de 4 a.C. et de la lex Iulia et Papia Poppaea de (...)
  • 14 La loi pouvait être détournée avec les fideicommissa, d’autant plus que “la société romaine pratiq (...)

4Rappelons que, dès la fin de la République, la femme sui iuris, c’est-à-dire, la femme pubère qui n’était plus sous la patria potestas d’un père déjà décédé et qui n’avait pas contracté un mariage in manu (ce qui représentait la plupart des cas à l’époque impériale, notamment en province) gérait seule sa fortune personnelle8, sous le regard du tuteur qui lui avait été désigné9. Celui-ci ne pouvait utiliser son autorité sur les affaires de sa pupille que dans certains cas10 et, même dans les situations où il intervenait, les femmes pouvaient changer de tutor grâce à la lex Claudia de 44 p.C.11, qui éliminait le pouvoir absolu des agnats sur les femmes12. Les lois sur la famille de l’époque d’Auguste13, suivies par d’autres, les ont poussées à se marier et à procréer, car ces normes judiciaires ont instauré l’interdiction, pour les célibataires ou veuves, même entre 20 et 50 ans, de recevoir des legs14. La solution idéale était d’obtenir le ius liberorum, attribué aux mères ingénues de trois enfants et aux affranchies mères de quatre, afin d’échapper en plus à la tutelle. Mais, dans l’administration de leurs biens, leur mari possédait cependant un rôle prépondérant. Le veuvage devait rendre aux femmes la totale commande de leurs biens et une position prééminente à l’intérieur de leurs propres familles.

  • 15 Forbis 1990, 493-512 ; Mac Mullen 1980, 208-218.

5Partant des hypothèses issues des dossiers épigraphiques précédents, associées aux données fournies par les textes de lois et de jurisprudence sur le statut de la femme romaine du Haut-Empire, nous avons élargi notre recherche à l’ensemble de la documentation épigraphique de la péninsule Ibérique. L’objectif était de systématiser et d’isoler les conduites et les rôles des femmes dans la sphère publique, tout en essayant de les inclure dans le contexte qui était le leur : la vie urbaine et l’activité des aristocraties locales à la tête des cités hispaniques. Notre corpus réunit donc tous les textes épigraphiques où les femmes apparaissent en public, devant la communauté urbaine15.

  • 16 Un premier recueil sur les hommages funèbres rendus aux femmes hispaniques fut réalisé par Gallego (...)

6Ce corpus, composé à l’heure actuelle de presque 400 inscriptions, comprend quatre catégories de textes épigraphiques. La première concerne les hommages honorifiques destinés à une femme. Cent quarante textes mentionnent l’érection d’une statue par décision d’une personne privée. Néanmoins il ne manque pas d’honneurs payés par les deniers publics (39 au total), parmi lesquels, nous avons inclus les hommages funèbres16.

  • 17 La distinction entre une inscription honorifique et une inscription située sur le monument funérai (...)

7Quand à la seconde, elle prend en compte les inscriptions honorifiques dont une femme a été l’auteur17 (151 textes).

  • 18 Dans ce cas, il s’agit d’une recherche directement liée à mes travaux sur la participation des éli (...)

8La troisième partie du dossier, ensuite, est composée des inscriptions qui rappellent la participation financière des femmes à différents aspects de la vie publique : donations de monuments, réalisation de jeux, donations alimentaires...18

  • 19 Car dans la partie orientale, entre le iie siècle a.C. et le iiie siècle p.C., certaines femmes on (...)
  • 20 Étienne 1958, 166-177 et 238-249, Alfoldy 1973, 94-97 ; Mirón 1996, 137-223.

9Enfin, le quatrième type comprend les textes mentionnant des sacerdoces occupés par des femmes, seuls postes officiels qu’elles ont exercés dans la partie occidentale de l’Empire19. Il n’était pas de notre intention de réaliser une nouvelle synthèse sur un sujet qui a fait et qui continue à faire l’objet de nombreuses études20. Il s’agissait de mettre en relation, dans la mesure du possible, les flaminiques et les autres prêtresses avec les femmes présentes dans les inscriptions des catégories précédentes.

10Étant donné les différents critères qui émanent de sa constitution, le corpus est assez vaste et hétéroclite mais un examen approfondi de la documentation permet de mettre en exergue des lignes de conduite tout-à-fait significatives, qu’il faut situer géographiquement et chronologiquement. Si la Lusitanie n’a livré qu’une cinquantaine de textes, le reste des inscriptions se partage pratiquement de façon presque égale entre la Citérieure et la Bétique. Comme pour le reste de l’épigraphie hispanique, les documents concernent surtout la fin du premier siècle et le deuxième siècle, particulièrement les règnes des Antonins. Le support prédominant est le piédestal car il correspond aux principales activités publiques où sont impliquées les femmes : inscriptions honorifiques en premier lieu (301), inscriptions votives en second (58).

11Pour comprendre la présence des dames de l’élite dans ces textes, nous avons analysé la manière de les nommer et la fonction sociale que le texte épigraphie leur attribuait. Et la première constatation que l’on peut émettre n’étonnera personne : dans les dédicaces privées, les femmes sont plus fréquemment mentionnées dans les inscriptions comme auteurs des dédicaces que comme sujets honorés. Leur principale activité publique face à la communauté était donc de rendre hommage à certains hommes car nous n’avons que peu d’inscriptions honorifiques d’une femme à une autre.

12Et, dans ce contexte, l’étude de la personnalité des individus qui ont mérité qu’une femme leur érige une statue in loco publico apporte des résultats significatifs. En effet, ces sont leurs fils les plus honorés. Et ce choix ne peut simplement se justifier par l’amour maternel, et ceci pour deux raisons : d’une part, parce que nous avons peu de dédicaces érigées par une mère à sa fille, d’autre part, par la façon tout-à-fait particulière comme les enfants honorés sont mentionnés dans les textes épigraphiques.

  • 21 CIL, II, 695. 3623 ; CIL, II2/5, 49. 271 (sénateur). 610. 795. 847. 849 ; CILA, 2, 15. 16 (sénateu (...)
  • 22 Belo V, 14 ; CIL, II, 14. 32. 456. 724. 803. 913. 3598. 5261 ; CIL, II2/5, 636. 965 ; CILA, 2, 169 (...)
  • 23 Il n’est pas toujours facile de distinguer les textes à caractère funéraire. On peut cependant le (...)
  • 24 Belo V, 14 ; CIL, II, 724. 803. 3598 ; CIL, Il2/5, 800 ; CIL, II2/7, 290 ; CILA, 2, 15. 16 (sénate (...)
  • 25 CILA, 6, 80.101.

13En effet, dans presque la moitié des dédicaces, les mères mentionnent la condition de magistrat de leur fils, la possession d’honneurs publics21. Elles ont donc pour but de parler à la communauté de l’homme public qui était leur fils ou encore de celui qu’il aurait pu l’être22, puisque beaucoup des textes sont des hommages posthumes23. Il s’agirait, pour la plupart des cas, des veuves qui prenaient ainsi les commandes de l’honorabilité de la famille. En effet, avant la morte de l’époux, les mulieres nobles honoraient leurs enfants en couple24. Cornelia Marullina était déjà veuve à la mort de son fils dans la cité de Castulo25. La mère avait perdu non seulement un fils mais aussi l’espoir de la famille. En guise de compensation, l’érection de statues d’argent à sa mémoire rappellerait à la communauté le nom du filius associé à la figure d’une abstraction divine. Une telle libéralité amène la cité à dédicacer une statue à la mère et à l’enfant, et celle-ci s’est empressée de prendre cet honneur à sa charge. L’action de Marullina, morte entre temps, a permis à son héritier, Cornelius Bellicus, de paraître publiquement avec la femme évergète et son fils défunt.

  • 26 Il peut s’agir également de textes qui rappellent la dévolution des frais des honneurs publics.
  • 27 Généralement optimus.
  • 28 IRC, IV, 106. 113. 115 ; CIL, II2/7, 77 (Augustalis).
  • 29 CIL, II2/14, 134 ; CILA, 2, 843 ; CILA, 6, 69. 97. 100. 335 ; IRB, 27 ; IRC, II, 11 ; IRC, III, 3  (...)
  • 30 CIL, II, 396 ; CIL, lI2/7, 799 ; IRCP, 617 ; RIT, 312.
  • 31 RIT, 186. 189. 196.198 (post mortem, il est probable qu’elle soit l’épitaphe).
  • 32 CIL, II2/7, 282 ; IRC, III, 3 ; RIT, 169.

14Le second destinataire des hommages féminins est le mari26 (34 exemples connus). À côté des superlatifs affectueux à caractère familial27, les textes présentent la carrière des mariti dont la quasi-totalité est ainsi définie dans leur fonction civique : sévirs28, magistrats ou prêtres locaux29, flamines provinciaux30. On trouve aussi des bénéficiaires des gouverneurs31. Le statut équestre ne manque pas d’être indiquée quand c’est le cas32.

  • 33 En 6 cas, le père est présenté avec son cursus local : CIL, II2/5, 82 ; CIL, II2/7, 302 ; CILA, 1, (...)
  • 34 CIL, II2/5, 754 ; CILA, 2, 1048 ; IRC, II, 8.9. 30. 39. 45. 53 ; IRC, IV, 61 ; IRCP, 79. 145 ; RIT (...)
  • 35 Nous avons, pour le moment, 6 exemples : CIL, II2/5,780.781 ; CILA, 2,933 ; IRC, IV, 100.133 ; RIT (...)
  • 36 CIL, II2/5, 784.
  • 37 Faute de dédicant, on peut penser que les statues avec les bases de ses petits-enfants (CIL, II2/5 (...)

15Signalons enfin que d’autres degrés de parenté apparaissent : dix inscriptions ont été dédicacées par une fille à son père33, treize par une sœur à un frère34. Il ne manque pas d’inscriptions érigées par une arnica en l’honneur d’un homme important35. L’exemple le plus significatif est celui d’Acilia Plecusa à Singilia Barba : affranchie, puis épouse de M’. Acilius Fronto, magistrat et membre de l’ordo equester36, elle a utilisé une bonne partie de sa fortune pour l’exposition publique de sa position si brillamment acquise. Elle a rendu hommage, sans s’oublié, à son mari, mais aussi à P. Magnius Rufus Magonianus, procurateur de la province, et à son épouse, et elle a dû faire de même avec d’autres personnages. Elle a également tenté d’illustrer de son nouveau prestige à son fils et, en contrapartie, de recevoir le bénéfice de la position privilégiée de celui-ci car au moins, une dédicace le présente comme décurion. La cité, en reconnaissance de ses mérites, sûrement à la hauteur de ses désirs de reconnaissance sociale, a voulu la remercier en honorant par une statue certains membres de sa famille, et Acilia Plecusa en a souvent assumé les frais37.

  • 38 CIL, II, 360. 792. 814 ; CIL, IP/5, 98 ; CIL, II2/7, 800 ; CIL, II2/14, 76 ; IRC, II, 14 ; RIT, 38 (...)
  • 39 AE, 1991, 1086 ; CIL, IP/5, 796 ; CILA, 1, 83 ; CILA, 2, 229 ; IRC, II, 6 ; IRC, IV, 126 ; IRCP, 1 (...)
  • 40 Auia-nepti : CIL, II, 813 ; CIL, II2/5, 296 ; neptis-auiae : CIL, II2/5, 803 ; ILPG, 63 ; RIT, 456 (...)

16Si nous regardons maintenant les dédicaces érigées en l’honneur de femmes, on constate que celles-ci reçoivent peu d’hommages publics de la part d’autres femmes (quarente-trois en tout). En effet, si l’on ne conserve que neuf dédicaces de filles à leurs mères38, nous avons qu’à peine davantage de matres honorant leurs filias (douze exemples)39. Bien entendu, les chiffres sont encore plus modestes quand il s’agit d’autres relations féminines40.

  • 41 CIL, II, 438. 835. 1476. 3437. 5218 ; CIL, II2/5, 10. 234. 800. 805. 856 ; CILA, 2, 389.948. 1079  (...)
  • 42 CIL, II, 316. 834. 1947. 1956. 3622 ; CIL, II2/5, 859. 936 ; CILA, 2, 1081. 1220 ; IRAl, 44 ; IRB,(...)

17Parmi les personnes qui érigent ces hommages publics, les maris viennent en première position (avec une trentaine de textes)41, suivis des fils (une vingtaine environ)42.

  • 43 Les parents ensemble dans : CIL, II, 359. 1021 ; CIL, II2/5, 798. 800 ; CIL, II2/7, 371 ; IRB, 165 (...)
  • 44 Il s’agit de 14 inscriptions : CIL, II2/14, 37. 43 ; CIL, II, 114. 399. 3231. 5484 ; CIL, II2/5, 8 (...)

18Signalons également la présence importante du père dans les dédicaces (une vingtaine de textes donc huit fois en association avec la mère)43 et des affranchis, souvent les heredes, dont l’acte est toujours initié par un affranchi homme44.

  • 45 Il s’agit souvent des inscriptions honorifiques post mortem.
  • 46 En effet, les épithètes sont les mêmes que dans les épitaphes, Curchin 1982a, 179-182.

19En résumé, les femmes font des dédicaces et en reçoivent, mais il y a peu de relation entre ces deux actions. Les honneurs reçus ou donnés passent presque toujours par l’intermédiaire des hommes, qui récupèrent ainsi le prestige civique de la femme en question : ils reçoivent l’hommage des femmes quand elles sont riches et influentes et, quand une femme est digne d’hommage pour les mêmes raisons, c’est généralement un homme qui est responsable l’hommage public. Les épithètes qu’elles attribuent ou qu’elles reçoivent, théoriquement destinés à exalter leurs mérites, soulignent toujours une disposition spéciale aux vertus familiales : elles sont surtout optimae et piissimae, mais aussi carissimae et amantissimae, ou encore desiderantissimae45, indulgentissimae, obsequentissimae, honestissimae et modèles de chasteté. La femme en public reste chargée du rôle que, de façon idyllique, elle se devait d’occuper à l’intérieur du foyer46.

  • 47 Nous avons retenu également des dédicaces érigées par une province ou conventus.
  • 48 CIL, II, 195. 813. 1956. 1958. 1971 ; CIL, IP/5, 96. 157. 234. 296. 311. 387. 796. 800 ; CIL, II2/ (...)
  • 49 Le funus comprenait entre autres, une prière funèbre, le don du lieu et du monument de la sépultur (...)

20Dans la recherche de la signification sociale des honneurs publics rendus aux femmes, je me suis aussi beaucoup intéressée à ceux qui ont été octroyés de façon officielle47. Ces actes devaient montrer avec plus d’exactitude l’importance et l’activité de certaines femmes, reconnues ainsi par une décision de l’ordo ou de l’assemblée provinciale et, parfois, honorées par une collecte des citoyens. Ces hommages se concrétisaient souvent par une statue in loco publico48 mais aussi, dans le cas d’hommages post mortem, par un funus aux frais de la cité49. Comme on pouvait s’y attendre, le dossier est assez bref, avec 40 textes seulement.

  • 50 ILPG, 37 : Cornelia P. f Seuerina, flaminica Aug., mater Valen Vegeti consulis ; ILPG, 40 : Etrill (...)
  • 51 CIL, II, 195. 956. 1958 ; CIL, II2/5, 311.387 ; ILPG, 37 ; IRPC, 80. 531 ; RIT, 320. 324. 326. 328
  • 52 Certains auteurs ont considéré que les flaminiques étaient les femmes des flamines, étant donné la (...)
  • 53 CIL, II, 1956 ; CIL, II2/5, 5. 311. 387 (ob merita) ; CILA, 6, 101 ; IRPC, 531. Les dons de leurs (...)

21La question de la position de ces femmes ou la raison de l’octroi de tels honneurs trouve peu d’explication dans les textes, bien que l’on puisse en déduire trois types de réponses. Il n’est pas rare que les textes mentionnent le nom de l’époux ou d’un autre membre de leur famille50. D’ailleurs, dans l’épigraphie hispanique, c’est presque exclusivement dans ce type de texte que la nomenclature personnelle d’une femme est suivie de la mention de l’époux en génitif. Par conséquent, elles étaient donc honorées par leur position familiale ou matrimoniale ; on trouve aussi la mention d’un sacerdoce féminin51 ce qui, assez souvent, équivalait à être l’épouse d’un prêtre52 ; il est également possible de lire leurs mérites envers leur cité53. Mais, souvent, les textes ne spécifient rien.

  • 54 Nous avons entrepris la réalisation d’un corpus prosopographique des femmes de l’élite locale clas (...)

22D’ailleurs, si l’on regarde de près la personnalité des femmes de notre corpus, on s’aperçoit vite du manque d’information à leur sujet : les textes disent très peu de choses d’elles, qui n’occupaient aucun honos dans leur cité et dans l’Empire, malgré leur participation économique à la vie publique. En plus, la recherche actuelle continue à les ignorer. L’absence de listes onomastiques et prosopographiques des femmes de l’élite hispano-romaine est remarquable, exception faite des prêtresses, qui replacent les feminae de l’aristocratie locale dans leur rôle de mère, fille, épouse ou autre. Cette étude mérite d’être entreprise car elle s’avère utile pour connaître exactement le rang social de femmes mais aussi pour déterminer les conséquences de leurs actes sur la place de leurs familles et sur l’évolution de la carrière de leurs maris. Il s’agit là des données essentielles pour comprendre la composition et l’évolution des élites hispaniques54.

  • 55 CIL, II2/5, 296.
  • 56 CIL, II2/5, 294.

23Prenons comme exemple le cas de Valeria Acte, qui reçut une statue honorifique de la part du conseil municipal de Cisimbrium55 dont elle décida de payer les frais. La mort a dû l’en empêcher et c’est sa petite-fille, Flavia Valeriana qui l’a remplacée ; de même, Valeriana a dédié un temple et cinq statues qui avaient été donnés par C. Valerius Valerianus, magistrat de la cité et, sans doute, mari de Valeria Acte56. La personnalité et la munificence de celui-ci étaient récompensées par des honneurs publics dans lesquels sa femme n’était pas oubliée. En effet, le remerciement des cités aux généreux évergètes comprenait souvent leurs épouses.

  • 57 Purcell 1982.
  • 58 Rappelons de nouveau notre travail sur la Citérieure, les études de E. Melchor et la thèse de Miró (...)
  • 59 Le dossier comporte, à l’heure actuelle, une quinzaine d’exemples.
  • 60 Van Bremen 1996, 100-113, est arrivée à des conclusions semblables.
  • 61 AE, 1968, 234 ; CIL, II, 396. 1939 ; CIL, II2/5, 30 ; CILA, 2, 234 ; IRPC, 75. Parfois, elles agis (...)
  • 62 AE, 1968, 233 ; CIL, II, 396. 742. 1024. 1951. 5261 ; CIL, II2/5, 839. 1165 ; CIL, II2/7, 133 ; CI (...)
  • 63 AE, 1968, 233. 234 ; CIL, II2/14 ; 121 ; CIL, II2/5, 166. 742 ; CIL, II2/7, 7-3A. 133 ; CILA, 3, 3 (...)
  • 64 CIL, II, 1955 ; CIL, II2/5, 1165 ; CILA, 2, 626 ; CILA, 6, 93 ; IRC, III, 36.
  • 65 CIL, II, 46. 351. 1024. 5261 ; CILA, 1, 83 ; CILA, 6, 80. 245 ; HEp, 1993, 385 ; ILPG, 63 ; IRC, I (...)

24Si l’on tient compte des activités évergétiques, le constat est également concluant. À l’exemple des impératrices57, les femmes de l’aristocratie locale ont dépensé une partie de leur patrimonium dans des donations à leurs ciuitates58 et, comme celles-ci, elles semblent l’avoir fait pour la plus grande gloire de “leurs dynasties”. Il est rare qu’une femme soit citée toute seule dans la commémoration de la donation d’un monument, ne serait-ce qu’une statue, sauf quand il s’agit d’une prêtresse locale ou provinciale et, même dans ce cas, le dossier est plutôt mince59. Leur participation financière aux activités publiques de la cité s’est réalisée au sein de la famille60, selon les lignes directrices suivantes : ou bien la donation est faite avec un ou plusieurs hommes de la famille (presque quarante exemples) – là encore, le père61, le mari62 ou le fils63 – ou bien la donation est faite par le testament de la femme, à la charge des héritiers de la réaliser et de la compléter, en la dédiant64 ; ou enfin, il s’agit d’un monument ou d’une statue à la mémoire ou pro salute d’un membre de la famille65.

  • 66 AE, 1968, 233. 244 ; CIL, II, 46. 351. 396. 468. 981. 742. 1024. 1951. 1952. 2418. 2819. 5261 ; CI (...)
  • 67 CIL, II2/14,121 ; CIL, II, 468. 5261 ; CIL, II2/5, 30 ; CIL, II2/7, 7-3A. 133 ; CILA, 2, 208. 234. (...)
  • 68 CIL, II2/5, 59. 69. 773 ; CILA, 1, 70. 81. 84.

25Si l’on s’intéresse à la nature des donations féminines, on aperçoit un lien étroit entre celles-ci et la deuotio romaine. En effet, il s’agit très souvent de statues cum base aux divinités et aux abstractions romaines, pour la meilleure ornementation et décor des centres publics66. Signalons cependant la participation épisodique des généreuses dames dans la construction des monuments architecturaux de plus ou moins grande ampleur, toujours dans ces conditions sociales d’étroite association avec les membres masculins de leurs familles67. À ce propos, les femmes se chargent volontiers de faire les dédicaces des donations des autres68, tout en ajoutant un epulum et, éventuellement, des jeux et des présents supplémentaires. La cérémonie de la dedicatio pouvait leur permettre d’être au centre d’un petit acte public.

  • 69 Pour l’ensemble de la documentation, Dardaine 1992.

26Dans ce même contexte de participation économique dans la vie des cités se situe le dossier des dévolutions des dépenses honorifiques personnelles, dont l’analyse apporte des conclusions encore plus significatives : puisque les hommes occupaient les postes publics, ils recevaient en grande majorité l’hommage des cités et leur femmes qui prenaient pour leur compte ces dépenses69, bien que la situation inverse se presente beaucoup plus rarement.

  • 70 Van Bremen 1996, 298-299.
  • 71 Sillières et al. 1995, 115-122.

27En conclusion, notre constat rejoint celui de chercheurs tels que R. van Bremen70 : la forte masculinisation du dossier des femmes. D’ailleurs, dans le dossier onomastique et prosopographique qui résulte de notre corpus, les hommes sont plus nombreux que les femmes. Toutes les apparitions publiques des femmes semblent être destinées à diffuser et à accroître le prestige des hommes de leur famille. Elles ont donc agi comme intermédiaires entre leurs maris, père, fils ou affranchis et la communauté. En effet, elles ont utilisé leurs ressources personnelles afin d’affirmer la continuité civique de leurs groupes familiaux. Les femmes de l’élite ont joué un rôle public important dans le but de maintenir et de transmettre la dignitas familiale. Même dans leurs testaments où elles pouvaient exprimer des “désirs plus libres”, elles manifestent les mêmes constantes : pensons au dossier de Labitolosa où Cornelia Neilla, très probablement la femme d’un membre de l’ordo, ordonna à ses héritiers affranchis, de faire ériger des statues à certains collègues de son défunt époux71. Le veuvage leur donnaient une responsabilité suplementaire.

28Cependant, si cette première lecture du dossier consacre l’importance donnée à la carrière des hommes, je voudrais proposer une deuxième lecture un peu moins littérale. En effet, sans vouloir douter des bons sentiments de toutes ces femmes envers les leurs, on ne peut pas leur enlever toute ambition personnelle, étant donné leur rôle socio-économique dans la transmission du prestige et de la richesse. D’ailleurs les inscriptions sont bien la preuve de leur désir de paraître. Il est possible qu’elles aient agi aussi autrement, mais il est difficilement imaginable que les textes aient parlé autrement : d’une part, parce que leur prestige dépendait de celui de leur famille, donc aussi de la carrière politique des hommes (rappelons que le statut civique d’une femme célibataire était étroitement lié à celui de son père, de même que celui d’une femme mariée avait la même condition de son mari) ; elles y avaient donc un intérêt personnel ; d’autre part, parce que les feminae de l’élite hispano-romaine, comme celles du reste de l’aristocratie romaine, étaient tributaires de l’image de la femme romaine.

  • 72 Pline, Ep., 2.4.

29L’analyse des inscriptions de la péninsule Ibérique que nous avons pu recueillir, comme celles du reste de l’Empire, si elles étaient soumises à la même enquête, ne permet pas de connaître le poids effectif de leur influence politique, mais elle offre néanmoins la possibilité de recréer leur image publique, une image idyllique et prestigieuse. Les textes épigraphiques transmettent ce que les femmes ont pu et voulu dire d’elles-mêmes à la communauté et ce que les membres de leurs familles et les propres res publicae ont considéré utile de manifester à leur égard. Il s’agissait de représenter le rôle social qui leur était attribué dans la sphère publique par la mentalité collective romaine. Celui-ci était directement lié au prestige des membres masculins de leurs familles qu’elles essayaient d’accroître. Non seulement leur propre reconnaissance sociale étaient directement liée à celles des hommes mais, en plus, il leur était socialement et politiquement utile d’afficher en public une pieuse attitude envers les leurs : des femmes dévotes qui honorent les dieux mais, surtout, des femmes respectueuses des hommes, comme les grandes dammes de l’histoire romaine, des femmes pieuses, des femmes, filles, épouses ou mères, telles que Pline le Jeune conseilla d’être à Calvina lors la mort de son père72, qui se doivent de garder et faire respecter l’honneur et la réputation de leur famille, en fait, des hommes de leur famille.

Discussion

30— Question de S. Demougin

31Le problème qui se pose pour les femmes de l’élite, c’est de voir comment elles peuvent agir sur le plan économique sans intervention de leur tuteur légal (mari ou tuteur) : s’agirait-il d’une latitude par rapport à la loi ?

32— Réponse de M. Navarro

33Las inscripciones muestran efectivamente cómo determinadas mujeres hacían uso público de su patrimonio. Se observa, en efecto, una gran libertad de acción que pareciera oponerse a la visión restrictiva que se deduce de la ley y de la jurisprudencia. Pero, vuelvo a insistir, las normas jurídicas habían evolucionado y, paulatinamente, en época imperial, toda mujer sui iuris, a pesar de ser considerada un ser casi infantil siempre bajo tutela, podía gestionar sola su patrimonio. El poder del tutor se había reducido y, además, recordemos de nuevo la existencia de la lex Claudia en virtud de la que la mujer descontenta podía pedir el cambio de tutor.

34— Question de J. L. Ramírez

35Si se confecciona un corpus, cuantitativa y cualitativamente indicativo, con inscripciones que informan sobre la actividad e iniciativa personal de la mujer, ¿puede saberse si es ella la que dispone de dinero propio, sea cual sea su estado civil, es decir, sea soltera, casada o viuda ?

36— Réponse de M. Navarro

37La mujer posee su propio patrimonio ; poco a poco será capacitada para administrar, recibir herencias y hacer testamento, pero para toda actividad en la que sus fondos personales sean utilizados necesitará siempre el permiso de la persona bajo quien está en situación de potestas o, en el caso de la mujer sui iuris, del tutor. La situación matrimonial de la mujer con respecto al disfrute de su propio patrimonio es importante, no sólo en el caso de los matrimonios in manu (muy pocos en época imperial) sino en general, a causa de la existencia de las leyes caduciarias de Augusto y de sus sucesores, que les obligaban a casarse y a tener hijos para poder heredar. A este respecto, recordaré de nuevo la importancia del ius liberorum.

38— Question de E. Melchor

39¿Qué autonomía tienen las flamínicas municipales y provinciales ?

40— Réponse de M. Navarro

41No tengo la solución a esta cuestión, largamente debatida. Durante un tiempo, se pensaba que se trataba de la esposa del flamen ; la tesis reciente de D. Burón considera que no era obligatorio estar casada con el flamen correspondiente (local o provincial) para ocupar el correspondiente sacerdocio femenino. Tal vez la solución se sitúe entre ambas hipótesis : normalmente, eran las esposas de los flámines quienes recibían el titulo de flamínica, sin que existiera una norma obligatoria al respecto.

42— Question de P. Le Roux

43Le thème de notre rencontre inclut une interrogation sur l’originalité hispanique de l’histoire des élites : qu’est-ce que suggère une comparaison sur ce plan entre la péninsule et d’autres provinces, y compris moins romanisées comme les Trois Gaules (voir A. Bielman et R. Frei-Stolba), et, s’il y a une différence, quels pourraient être l’explication ou les éléments de commentaire ?

44— Réponse de M. Navarro

45Je n’ai pas élargi ma recherche à la totalité de l’Empire. Je crois néanmoins que, avec des petites différences qui seraient le résultat des caractéristiques locales, le dossier et les conclusions risquent d’être assez semblables, tout au moins dans les provinces occidentales.

Notes

1 Navarro Caballero 1994, 109-132 ; Sillières et al. 1995, 107-130 ; Magallón et al. 1995, 75-103.

2 Il a fait l’objet d’une étude antérieure, Navarro Caballero 1997, 109-140, voir en particulier pour le rôle de femmes p. 134.

3 Nous étudions la femme en tant que membre de l’élite et pas simplement en tant que telle : pour des études de genre, voir Martínez López 1991.

4 Obsolète était la loi Oppia, si chère à Caton, qui en 215 a.C. interdisait aux femmes la possession d’un patrimoine personnel (Tite Live 34.1-8 ; Valère Maxime 9.1.3 ; Orose 4.20 ; sur cette lex et sur son abolition, Goria 1988, 265-303.

5 D, 50.17.2 (Ulpien, Comm. ad. Sab 1.1 : Feminae ab omnibus officiis ciuilibus, uel publicis remotae sunt ; et ideo nec iudices esse possunt, nec magistratum gerere, nec postulare, nec uirilibus officiis fungantur mulieres.

6 L’infirmitas du sexe feminin est un topos très récurrent dans la littérature latine, ainsi que l’impotentia muliebris et la coquetterie maladive.

7 Sur leurs activités sociales, Castillo 1981.

8 Les femmes traitent elles-mêmes leurs affaires : mulieres enim quae perfectae aetatis sunt ipsae sibi negotia tractant, Gaius, Institutes, 1.190. Elles pouvaient négocier (D, 3.5.29.6 et 31, voir aussi Garder 1986, 233-237), recevoir de l’argent après la vente de choses non mancipables (Gaius, Institutes, 2.85), être nommées héritières (Cicéron, de Rep., 3.10) et faire librement leur testament (Gaius, Institutes, 2.112 ; 2.118 et 2.121 ; sur le sujet Volterra 1941 ; Rantz 1982).

9 Selon la loi Atilia, ce sont les consuls ou le praetor tutoris qui attribuent le tuteur aux femmes. Plus tard, les leges Iulia et Titia ont confié cette attribution aux gouverneurs dans les provinces (Gaius, Institutes, 1.185 et 1.200. La-dessus, Casado Candelas 1972, 89-90 avec toutes les sources papyrologiques et épigraphiques sur le sujet). Enfin, la loi Vrsonensis, rubrique 109 et la loi Irnitana, rubrique 29 expriment que cette possibilité pouvait être octroyée aux IIuiri. La tutelle passe pour être considérée comme un simple munus personnel : D, 50.4.1.12 ; D., 50.4.18.1.

10 Casado 1972, 130 ; Gaius, Intitutes, 1.178 (pour la constitution de la dot), 2.85 (pour la vente d’objets non mancipables), 2.118 (pour la réalisation du testament), 3.108. Le tuteur donnait sa permission, mais il ne gérait pas.

11 D. 1.7.8 ; D, 26.3.1 ; CTh, 3.17.2 : CJ, 5.30.3.

12 Gaius, Institutes, 1.157 et 171.

13 Il s’agit de la lex Iulia de maritandis ordinibus de 4 a.C. et de la lex Iulia et Papia Poppaea de 9 p.C. : Suétone, Auguste, 34.1 ; Dion Cassius 16.1 ; D, 23.2.44 ; D, 24.2.11.1 ; D, 24.3.64 ; D, 38.1.37.

14 La loi pouvait être détournée avec les fideicommissa, d’autant plus que “la société romaine pratique la division à parts égales de l’héritage entre tous les héritiers de sang de même rang, quel que soit leur sexe” pour les cas ab intestat. Dans les testaments, il n’y a pas d’exclusion des femmes, Corbier 1987, 1278.

15 Forbis 1990, 493-512 ; Mac Mullen 1980, 208-218.

16 Un premier recueil sur les hommages funèbres rendus aux femmes hispaniques fut réalisé par Gallego 1994, 267-275.

17 La distinction entre une inscription honorifique et une inscription située sur le monument funéraire n’est pas toujours aisée à faire, étant donné la fréquence des dédicaces post mortem dans un espace public, même avec l’indication de l’âge et étant donné la possibilité de trouver des piédestaux sur les monuments funéraires. Sur les critères, Alföldy 1979, 225-227.

18 Dans ce cas, il s’agit d’une recherche directement liée à mes travaux sur la participation des élites à la vie publique des cités de la Citérieure que j’ai élargie aux autres provinces.

19 Car dans la partie orientale, entre le iie siècle a.C. et le iiie siècle p.C., certaines femmes ont occupés des liturgies jusqu’ici réservées aux hommes, Van Bremen 1996, 55-81.

20 Étienne 1958, 166-177 et 238-249, Alfoldy 1973, 94-97 ; Mirón 1996, 137-223.

21 CIL, II, 695. 3623 ; CIL, II2/5, 49. 271 (sénateur). 610. 795. 847. 849 ; CILA, 2, 15. 16 (sénateur). 28 ; E.R.Ter, 24 ; IRB, 128 ; IRC, II, 3. 24 (chevalier). 26. 29 ; IRC, III, 47 ; IRC, IV, 55. 61. 67. 70-71 ; IRCP, 383 (sénateur) ; RIT, 171 (chevalier). 345. 352.

22 Belo V, 14 ; CIL, II, 14. 32. 456. 724. 803. 913. 3598. 5261 ; CIL, II2/5, 636. 965 ; CILA, 2, 169. 247. 994. 1203 ; CILA, 6, 233 ; IRC, III, 9. 47 ; IRC, IV, 130 ; IRPC, 78 ; RIT, 462.

23 Il n’est pas toujours facile de distinguer les textes à caractère funéraire. On peut cependant le faire clairement dans IRC, IV, 61 grâce à l’indication de l’âge de l’édile et duumvir et à l’expression post mortem, bien que la statue soit, sans aucun doute, dans un endroit public (L.D.D.D.) ; ou encore pour IRC, IV, 71 avec l’indication de l’âge d’un très jeune édile barcelonais, et IRC, IV, 130 ; IRC, III, 9, RIT, 343. Les dédicants sont les héritiers dans IRC, II, 39. Sous cette rubrique, nous avons également inclus les dédicaces en l’honneur et à la mémoire d’un fils disparu : CIL, II, 46. 5261 ; CIL, II2/7, 271 ; CILA, 6, 80 ; IRC, II, 35. 47 ; IRC, III, 8 ; et la dévolution des frais des funérailles et honneurs publics : CIL, II, 1955 (chevalier) ; CIL, II2/7, 290 ; CILA, 2, 225. 239 ; CILA, 6, 47.48 ; ILPG, 73 ; IRCP, 60.

24 Belo V, 14 ; CIL, II, 724. 803. 3598 ; CIL, Il2/5, 800 ; CIL, II2/7, 290 ; CILA, 2, 15. 16 (sénateur). 239 ; CILA, 6, 28. 47. 48 ; IRB, 128 ; IRC, II, 35 ; IRC, III, 9 ; IRCP, 60. Parfois, elles sont associées à d’autres membres masculins de leur familles, comme un autre fils : CILA, 2, 225.

25 CILA, 6, 80.101.

26 Il peut s’agir également de textes qui rappellent la dévolution des frais des honneurs publics.

27 Généralement optimus.

28 IRC, IV, 106. 113. 115 ; CIL, II2/7, 77 (Augustalis).

29 CIL, II2/14, 134 ; CILA, 2, 843 ; CILA, 6, 69. 97. 100. 335 ; IRB, 27 ; IRC, II, 11 ; IRC, III, 3 ; IRC, IV, 43. 64 ; RIT, 169. 312. 338. 341.

30 CIL, II, 396 ; CIL, lI2/7, 799 ; IRCP, 617 ; RIT, 312.

31 RIT, 186. 189. 196.198 (post mortem, il est probable qu’elle soit l’épitaphe).

32 CIL, II2/7, 282 ; IRC, III, 3 ; RIT, 169.

33 En 6 cas, le père est présenté avec son cursus local : CIL, II2/5, 82 ; CIL, II2/7, 302 ; CILA, 1, 84 ; CILA, 6, 399 ; IRC, II, 31 et IRC, IV, 69. Un septième rappelle la condition sénatoriale du père : RIT, 144. Voir aussi CIL, II, 938, CIL, II2/7, 302 et IRCP, 154.

34 CIL, II2/5, 754 ; CILA, 2, 1048 ; IRC, II, 8.9. 30. 39. 45. 53 ; IRC, IV, 61 ; IRCP, 79. 145 ; RIT, 345. 349.

35 Nous avons, pour le moment, 6 exemples : CIL, II2/5,780.781 ; CILA, 2,933 ; IRC, IV, 100.133 ; RIT, 453.

36 CIL, II2/5, 784.

37 Faute de dédicant, on peut penser que les statues avec les bases de ses petits-enfants (CIL, II2/5, 802.803) ont été érigées par la cité et la raison est justement la parenté avec Acilia

38 CIL, II, 360. 792. 814 ; CIL, IP/5, 98 ; CIL, II2/7, 800 ; CIL, II2/14, 76 ; IRC, II, 14 ; RIT, 383. 454.

39 AE, 1991, 1086 ; CIL, IP/5, 796 ; CILA, 1, 83 ; CILA, 2, 229 ; IRC, II, 6 ; IRC, IV, 126 ; IRCP, 147 ; IRPC, 509.512 ; RIT, 35. 350. 390.

40 Auia-nepti : CIL, II, 813 ; CIL, II2/5, 296 ; neptis-auiae : CIL, II2/5, 803 ; ILPG, 63 ; RIT, 456 ; nurussucru : CILA, 6, 217 ; IRC, II, 50 ; amica-amicae : CIL, II2/5, 782 ; CILA, 2, 609 ; soror-sorori : CIL, II2/5, 755 ; RIT, 380. Enfin, plusieurs inscriptions ne présentent pas de degrés de parenté entre la femme honorée et celle qui dédie : CIL, II, 195 ; CIL, II2/5, 37 ; CIL, II2/7, 379.381.

41 CIL, II, 438. 835. 1476. 3437. 5218 ; CIL, II2/5, 10. 234. 800. 805. 856 ; CILA, 2, 389.948. 1079 ; ILPG, 50 ; IRAl, 44 ; IRC, II, 18. 41 : IRC, IV. 125.126. 136 ; IRPC, 532 ; RIT, 36. 325. 327. 347. 383. 414. 464. 468. 474.

42 CIL, II, 316. 834. 1947. 1956. 3622 ; CIL, II2/5, 859. 936 ; CILA, 2, 1081. 1220 ; IRAl, 44 ; IRB, 29 ; IRC, IV, 123. 131 ; RIT, 466. 459. 460. 470.

43 Les parents ensemble dans : CIL, II, 359. 1021 ; CIL, II2/5, 798. 800 ; CIL, II2/7, 371 ; IRB, 165 ; IRC, II, 19 ; RIT, 459. Le père tout seul dans : CIL, II, 832 ; CIL, II2/5, 681 ; CILA, 2, 389 ; CILA, 6, 316. 389 ; IRB, 29 ; IRPC, 80, 531, RIT, 404.

44 Il s’agit de 14 inscriptions : CIL, II2/14, 37. 43 ; CIL, II, 114. 399. 3231. 5484 ; CIL, II2/5, 855 ; CILA, 2, 987 ; IRC, IV, 122 ; IRCP, 160 ; RIT, 322. 344. 372. 472.

45 Il s’agit souvent des inscriptions honorifiques post mortem.

46 En effet, les épithètes sont les mêmes que dans les épitaphes, Curchin 1982a, 179-182.

47 Nous avons retenu également des dédicaces érigées par une province ou conventus.

48 CIL, II, 195. 813. 1956. 1958. 1971 ; CIL, IP/5, 96. 157. 234. 296. 311. 387. 796. 800 ; CIL, II2/7, 370 ; CILA, 6, 35. 101. 339 ; IRPC, 80. 512. 531. 541 ; IRPG, 37. 40. 100 ; Mélida & Macías 1932, 14 ; RIT, 320. 324.326. 346-347.

49 Le funus comprenait entre autres, une prière funèbre, le don du lieu et du monument de la sépulture et, en général, les autres frais de l’enterrement et des obsèques. La cité attribuait aussi une statua dans un endroit public. C’est le monument habituellement consacré : AE, 1971, 144 ; CIL, II2/7, 800 ; CIL, II2/5, 5.798 ; CILA, 2, 38. 297.1079 ; CILA, 3, 389 ; IRPC, 509. 532 ; mais il est possible de trouver la mention des honneurs funèbres publics dans certaines épitaphes : Belo, V, 1 ; CILA, 2, 1220 ; CILA, 6, 33 ; CIL, II2/7, 197. Sur le sujet, WeschKlein 1993.

50 ILPG, 37 : Cornelia P. f Seuerina, flaminica Aug., mater Valen Vegeti consulis ; ILPG, 40 : Etrilla [E], f. Afra, épouse du même Valerius Vegetius ; ou encore Valeria C. f. Lucilla, mariée à L. Valerius Proculus, préfet d’Égypte, CIL, II, 1971. Les flaminiques de Tarraco sont généralement indiquées avec le nom de leur mari : RIT, 320. 326. 328.

51 CIL, II, 195. 956. 1958 ; CIL, II2/5, 311.387 ; ILPG, 37 ; IRPC, 80. 531 ; RIT, 320. 324. 326. 328.

52 Certains auteurs ont considéré que les flaminiques étaient les femmes des flamines, étant donné la référence de la lex Narbonensis à la [uxor fla]minis (Mirón 1996, 173). A l’heure actuelle, l’opinion contraire semble l’emporter. Il est cependant possible de trouver une position intermédiaire : il n’est pas nécessaire que la flaminique soit l’épouse du flamen et de même pour les autres prêtresses, mais le fait d’être la femme d’un prêtre en exercice devait être l’élément déterminant de l’élection.

53 CIL, II, 1956 ; CIL, II2/5, 5. 311. 387 (ob merita) ; CILA, 6, 101 ; IRPC, 531. Les dons de leurs maris aux ciuitates, peut-être avec la participation de leurs ressources personnelles, leur procuraient également des statues : CIL, II2/5, 5. 234. 296. On assiste à la dévolution des frais utilisés dans la réalisation de la statue, ce qui pourrait être considéré comme une autre manifestation d’évergétisme. Si l’hommage est réalisé du vivant de la femme en question, c’est elle l’auteur de la dévolution. Dans les dédicaces post mortem on voit apparaître plusieurs membres de la famille, ce qui leur permettait de marquer leur lien avec notamment le mari suivi des parents. Les enfants sont très peu représentés.

54 Nous avons entrepris la réalisation d’un corpus prosopographique des femmes de l’élite locale classées par cités, en commençant par celles de la Citérieure.

55 CIL, II2/5, 296.

56 CIL, II2/5, 294.

57 Purcell 1982.

58 Rappelons de nouveau notre travail sur la Citérieure, les études de E. Melchor et la thèse de Mirón 1996, 193-215.
Les flaminiques et les autres prêtresses devaient payer la summa honoraria. Cette partie de leur donation, que nous ne pouvons pas séparer du reste dans les inscriptions hispaniques, ne ferait donc pas partie du concept moderne d’évergétisme.

59 Le dossier comporte, à l’heure actuelle, une quinzaine d’exemples.

60 Van Bremen 1996, 100-113, est arrivée à des conclusions semblables.

61 AE, 1968, 234 ; CIL, II, 396. 1939 ; CIL, II2/5, 30 ; CILA, 2, 234 ; IRPC, 75. Parfois, elles agissent avec leur frère, leur oncle et leur grand-père (CILA, 2, 234).

62 AE, 1968, 233 ; CIL, II, 396. 742. 1024. 1951. 5261 ; CIL, II2/5, 839. 1165 ; CIL, II2/7, 133 ; CILA, 2, 271 ; CILA, 3, 389 ; CILA, 6, 93. 334 ; IRC, I, 36 ; IRC, II, 19 ; IRPC, 80.

63 AE, 1968, 233. 234 ; CIL, II2/14 ; 121 ; CIL, II2/5, 166. 742 ; CIL, II2/7, 7-3A. 133 ; CILA, 3, 389 ; IRAl, 2 ; IRPC, 80.

64 CIL, II, 1955 ; CIL, II2/5, 1165 ; CILA, 2, 626 ; CILA, 6, 93 ; IRC, III, 36.

65 CIL, II, 46. 351. 1024. 5261 ; CILA, 1, 83 ; CILA, 6, 80. 245 ; HEp, 1993, 385 ; ILPG, 63 ; IRC, II, 19 ; IRCP, 147 ; IRPC, 80 ; RIT, 35. 45. 47.

66 AE, 1968, 233. 244 ; CIL, II, 46. 351. 396. 468. 981. 742. 1024. 1951. 1952. 2418. 2819. 5261 ; CIL, II2/14, 7 ; CIL, II2/5, 59. 69. 271. 742. 773. 839. 1162. 1165 ; CIL, II2/7, 222. 975 ; CILA, 1, 83 ; CILA, 2, 289. 358. 609.626. 951. 1058 ; CILA, 6, 80. 245. 266 ; HEp, 1993, 385 ; ILPG, 63 ; IRC, I, 36 ; IRC, II, 19. 21 ; IRC, III, 37 ; IRCP, 145. 147. 183. 486 ; IRPC, 80.534 ; RIT, 35.36. 45. 47.

67 CIL, II2/14,121 ; CIL, II, 468. 5261 ; CIL, II2/5, 30 ; CIL, II2/7, 7-3A. 133 ; CILA, 2, 208. 234. 235. 271. 392.1058 ; CILA, 6, 105. 245 ; IRAl, 2, 48 ; IRC, III, 36 ; IRPC, 75 ; Alföldy 1987a, 81-84.

68 CIL, II2/5, 59. 69. 773 ; CILA, 1, 70. 81. 84.

69 Pour l’ensemble de la documentation, Dardaine 1992.

70 Van Bremen 1996, 298-299.

71 Sillières et al. 1995, 115-122.

72 Pline, Ep., 2.4.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search