Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

La transmission des modèles romains

La maison aristocratique à l’époque républicaine, principalement dans la vallée de l’Èbre

Pierre Sillières

Texte intégral

1Dès l’époque républicaine, la demeure privée des notables des cités indigènes de l’Hispanie se distinguait à la fois de celle de leurs ancêtres, les principes ibères ou celtibères, et de l’habitat du reste de la population. Les élites indigènes ont, en effet, adopté assez tôt pour leur maison des nouveautés architecturales et décoratives venues d’Italie. Les transformations de ces demeures aristocratiques constituent une information historique qui ne doit pas être négligée : leur datation permet non seulement de préciser le moment de la pénétration dans la péninsule Ibérique de techniques architecturales et décoratives nouvelles, mais elle peut aussi indiquer le commencement d’une évolution culturelle beaucoup plus profonde. En effet, l’apparition de décors hellénistiques et italiens dans le cadre de vie domestique des élites indigènes est un indice d’autres changements qui dépassent largement la culture matérielle. C’est, sans doute, une des premières manifestations, observable et datable par la fouille, de la grande mutation désignée par le terme général de romanisation.

2Mais notre documentation sur l’habitat aristocratique est encore assez mince. Les exemples d’ensemble architecturaux privés, identifiables comme des demeures de notables indigènes d’époque républicaine, restent rares. Même si, dans de nombreux sites archéologiques urbains, un état républicain existe souvent sous les édifices postérieurs, il n’a guère été exhumé en raison de l’intérêt des bâtiments du Haut-Empire et il n’a été que très ponctuellement reconnu par des sondages trop exigus pour en permettre une véritable étude. Il est donc encore assez exceptionnel de pouvoir observer le processus de transformation progressive des établissements indigènes en villes hispano-romaines.

3Toutefois, cette méconnaissance générale des villes républicaines présente quelques exceptions et celles-ci tendent à devenir un peu moins rares aujourd’hui. En premier lieu, les fouilles atteignent parfois les niveaux archéologiques les plus profonds, notamment dans les grandes villes actuelles où les importants chantiers de construction, qui entraînent malheureusement trop souvent la destruction totale des vestiges antiques, sont précédés de fouilles de sauvetage qui sont menées jusqu’au terrain vierge. Aussi, dispose-t-on d’un certain nombre d’informations sur des bâtiments d’époque républicaine : en ne considérant que les cas de villes sûrement indigènes, on doit principalement citer les travaux réalisés à Saragosse ou à Huesca qui ont fait connaître des maisons des villes ibéro-romaines de Salduie et de Bolskan-Osca.

  • 1 Le fouilleur a donné quelques courts comptes rendus de ces fouilles qui durèrent près d’un quart de (...)
  • 2 Dans l’attente d’une publication détaillée, on consultera les articles et communications d’A. Beltr (...)
  • 3 Vicente et al. 1991.

4Surtout, il existe un certain nombre d’agglomérations d’époque républicaine qui n’ont pas été recouvertes par des constructions postérieures. C’est le cas des villes qui furent abandonnées à la suite des graves troubles politiques et militaires qui marquèrent l’histoire de la péninsule Ibérique au ier siècle a.C., en particulier la guerre de Sertorius et l’affrontement entre Césariens et Pompéiens. Sans doute, la plupart de ces sites privilégiés n’ont fait l’objet d’aucune recherche archéologique ou seulement de sondages exigus ; toutefois, quelques-uns ont été plus largement mis au jour et ils fournissent la majeure partie de notre documentation sur ces agglomérations indigènes qui étaient en cours de transformation urbanistique plus ou moins avancée au moment de leur abandon. La mieux connue est, bien sûr, celle du Cerro de Alcalá à Azaila (Teruel), qui a été presque entièrement exhumée1. D’autres fouilles, malgré leur moindre extension, apportent aussi des informations extrêmement précieuses, en particulier celles du Cabezo de las Minas de Botorrita (Saragosse)2, qui correspond à l’antique Contrebia Belaisca, et de La Caridad de Caminreal (Teruel)3.

1. Les demeures aristocratiques de la période républicaine

  • 4 Guitart 1995.

5Notre enquête ne portant que sur l’habitat des élites indigènes pendant la période républicaine, un certain nombre de villes, qui ont pourtant livré d’importants vestiges de maisons de cette époque, ne sont pas prises en compte ici : les édifices des colonies latines et romaines d’époque républicaine sont bien sûr exclus, mais aussi ceux des villes dans lesquelles la place des Italiens semble avoir été importante dès la période républicaine, comme Badalona (Baetulo) et Mataro (Iluro), centres de conuentus ciuium romanorum et fondations ex nouo de 100 a.C. environ4. Ne sont pas non plus retenus ceux d’Emporiae, de Carthago Nova et de Gades dont la population au ier siècle a.C. était sans doute en grande majorité d’origine étrangère, grecque et romaine pour la première, phénico-punique et romaine pour les deux autres. En fait, la documentation archéologique concerne presque exclusivement la moyenne vallée de l’Èbre.

1.1. Les maisons du Cerro de Alcalá (Azada,Teruel)

6Le Cerro de Alcalá est le site qui offre le plus grand nombre de maisons, puisque cet oppidum a été presque entièrement fouillé. Toutefois, comme les recherches de J. Cabré sont déjà anciennes et que bien des précisions font défaut dans ses publications de fouilles, il est parfois délicat de distinguer et de reconstituer les ensembles architecturaux.

7Cette ville ibéro-romaine se caractérise par l’hétérogénéité de son urbanisme. Le plan d’ensemble de son habitat et de ses rues ainsi que le type de ses fortifications appartiennent encore clairement à la tradition ibérique. En revanche, les chaussées, avec leur dallage soigné et leurs trottoirs, et un certain nombre d’édifices montrent d’évidentes nouveautés architecturales, surtout les bâtiments publics, en particulier le temple et les thermes qui sont deux constructions entièrement romaines.

Fig. 1 : La maison D2 du Cerro de Alcalá (Azaila).
a. Vue de l’arrière (nord).
b. Plan, orienté comme la photographie (nord en bas) d’après Beltrán Lloris 1976, 143.

  • 5 Lasheras 1984.

8Mais l’influence de l’architecture romaine est également perceptible dans l’habitat privé : elle est bien marquée dans les plus vastes demeures qui se distinguent très nettement du reste des maisons. Alors que celles-ci n’ont guère plus d’une cinquantaine de mètres carrés de surface et sont restées fidèles aux caractères de l’habitat ibérique, notamment dans le plan, de forme étroite et allongée, et la subdivision intérieure en deux à quatre pièces alignées perpendiculairement à la rue, les grandes demeures, cinq ou six environ, présentent un plan de type plus clairement méditerranéen, qui est caractérisé par l’organisation des pièces autour d’une cour. Les meilleurs exemples de cet habitat aristocratique sont constitués par les maisons A6-A8, 5C et surtout D2 : cette dernière, qui occupe 300m2 environ, présente le plan le plus régulier avec une grande cour centrale à portiques sur laquelle ouvraient la plupart des pièces (fig. 1a-b). Mais on connaît très mal leur décoration : à la différence du temple et des thermes, qui conservaient une part importante de leurs mosaïques et de leurs stucs peints, les grandes maisons ne semblent pas avoir livré au fouilleur de vestiges en place de leur décor. Cependant, M. Beltrán Lloris découvrit sur le versant sud de l’oppidum, parmi des décombres antiques, un certain nombre de morceaux de stucs peints, dont les motifs qui imitent des parois en marbre ou en grand appareil correspondent au 1er style pompéien. En outre, plus de cinquante petits fragments d’opus signinum décorés de tesselles blanches se conservent parmi le mobilier archéologique des fouilles de J. Cabré : ils proviennent aussi, très probablement, des sols des grandes maisons5.

1.2. La grande maison du Cabezo de las Minas (Botorrita, Saragosse)

  • 6 Beltrán Martínez & Tovar 1982 = MLH, IV, K. 1.1 ; Fatas 1980 = AE, 1979, 377 ; Beltrán Lloris et al (...)
  • 7 Beltrán Martínez 1982b.

9L’antique Contrebia Belaisca, qui est surtout célèbre par ses trois plaques de bronze inscrites6, fut une importante ville hispano-romaine qui s’étendait vraisemblablement sur une vingtaine d’hectares. Elle n’a été que très partiellement exhumée par A. Beltrán Martínez et ses élèves à partir de 1970 : on connaît seulement l’étage inférieur d’un grand monument public en briques crues et à colonnes, une portion de rue soigneusement dallée et bordée de trottoirs, enfin une vaste demeure7.

  • 8 Même la synthèse sur la maison (Beltrán Martínez 1991) est peu utilisable en raison de la médiocrit (...)
  • 9 Ibid., 187.

10Cette grande maison, très incomplètement conservée et, en outre, fort imprécisément décrite par ses fouilleurs8, atteignait peut-être une superficie d’un millier de m2 et se divisait en deux ensembles, l’un résidentiel et l’autre rustique. La partie d’habitation, qui avait son entrée à l’est sur la rue dallée, s’organisait vraisemblablement autour d’une cour à atrium, mais seules quelques pièces de sa partie nord-est ont été convenablement mises au jour, notamment deux chambres et probablement le triclinium. Aussi ne peut-on guère se prononcer à propos de son plan. Quant aux bâtiments d’exploitation, également disposés autour d’une cour, ils se trouvaient au nord et à l’ouest et donnaient à l’arrière sur une autre rue par une porte charretière ; leur plus longue salle abritait de nombreux dolia et pourrait faire partie de l’huilerie, comme le laisse entendre A. Beltrán9.

  • 10 Outre Beltrán Martinez 1991, 186-187 et 198-199, on mentionnera à propos des peintures l’étude de G (...)

11Si les rapports de fouille sont trop imprécis pour aller au-delà de ces quelques indications concernant le plan général de la maison, les illustrations publiées et les descriptions de ses éléments décoratifs sont plus facilement exploitables, même si ceux-ci n’ont pas non plus fait l’objet d’une véritable publication10. La plupart des salles de la partie résidentielle étaient pourvues de sols en opus signinum décoré de motifs géométriques en tesselles blanches incrustées : dans une chambre, c’était un méandre de svastikas ; dans une autre pièce, un emblème carré à rosette de six pétales et feuillage ; dans le possible tablinum, un réticulé cerné par un méandre de svastikas. Quant au décor peint, il en restait des traces sur la partie inférieure de nombreux murs de la maison : divisé en deux parties, en bas un soubassement de couleur noire et, au-dessus, le reste de la paroi peint en rouge ou jaune, il comportait aussi des motifs en stuc, parmi lesquels ont été observés une corniche à denticules, des morceaux de panneaux imitant un appareil à bossage et un pilastre, éléments qui sont tous caractéristiques du Ier style pompéien.

1.3. La “Casa de Likine” de La Caridad (Caminreal, Teruel)

12La fouille de l’extrémité nord-ouest du site antique de La Caridad, grand gisement d’une douzaine d’ha, a, heureusement, été menée de façon nettement plus précise que celles des agglomérations précédentes et elle a fourni des informations bien plus sûres. Cette agglomération correspond à une ville au nom inconnu, qui paraît avoir été fondée ex novo et construite selon un plan régulier déterminé par des rues orthogonales.

13Cette fiabilité de la documentation archéologique est d’autant plus précieuse que les trois maisons connues à ce jour représentent les meilleurs exemples de l’adoption en Hispanie de modèles de l’architecture privée romaine. La plus grande, appelée Casa de Likine en raison de l’inscription de ce nom sur un de ses pavements en opus signinum, est vaste (915 m2) et presque exactement carrée (30,50 m par 30, soit environ 100 pieds carrés). Elle présente une disposition régulière et simple, ses 21 pièces étant construites autour d’une cour centrale à portique de huit colonnes qui occupe le quart de l’espace intérieur (fig. 2). Ce plan de maison à cour centrale entourée d’un portique correspond au type hellénistique, notamment délien, qui est présent dans tout le bassin méditerranéen à l’époque républicaine. Il fut adopté précocement en Hispanie, notamment dans la ville basse d’Ampurias, mais a été utilisé encore plus fréquemment pendant l’Empire, par exemple à Munigua, Belo ou Juliobriga.

  • 11 Vicente et al. 1991, 100-107. Le décor avait une disposition tripartite : les deux zones latérales, (...)

14Le décor de cette grande maison est également directement inspiré des modèles italiens. Ses sols sont généralement en argile, mais quatre pièces ont reçu un pavement de mortier, parmi lesquels deux sont un opus signinum à décor d’incrustation de tesselles blanches, le plus varié ornant la plus vaste salle (fig. 3) qui correspondait vraisemblablement à I’oecus11. Enfin, si la plupart des murs n’ont qu’un enduit d’argile, les parois de ces quatre salles à sol de mortier étaient revêtues de stucs peints et ornées de moulures et de fausses colonnes, éléments décoratifs qui appartiennent au répertoire duIer style pompéien : dans une chambre le soubassement du mur était peint en noir et les colonnes en rouge avec une moulure blanche à filet jaune.

Fig. 2 : Le plan de la “Casa de Likine”, d’après Vicente Redón et al. 1991, 86.

Fig. 3 : La mosaïque de la “Casa de Likine”, d’après Vicente et al. 1989, 37.

Fig. 4 : La mosaïque de la maison de la rue Don Juan de Aragón à Saragosse, d’après Galve 1996, 40-41.

1.4. Les maisons de Salduie (Saragosse)

  • 12 M. P. Galve vient de publier une présentation très complète de la fouille et des vestiges mis au jo (...)

15Parmi les nombreuses fouilles qui ont été réalisées au cours des dernières décennies à Saragosse, quelques-unes ont mis au jour des bâtiments de la grande cité indigène de Salduie, qui a précédé Caesaraugusta et qui se trouvait au même emplacement que la colonie augustéenne, sous la partie orientale de celle-ci. En plusieurs endroits, des pièces à sol d’opus signinum ont été exhumées, mais l’ensemble le plus intéressant, qui appartenait à une riche maison, a été découvert au 9 de la rue Don Juan de Aragon12. Il comporte seulement deux pièces, mais l’une, qui correspondait à une vaste salle de 30 m2, avait un sol entièrement revêtu d’un pavement en opus signinum à décor de tesselles blanches : le répertoire des motifs-réticulé de losanges, méandre de svastikas, couronne de feuilles de lierre, rosette, dauphins-est commun pour ce genre de mosaïque et leur disposition tripartite paraît indiquer que cette pièce était le triclinium de la domus (fig. 4). Le bas des murs conservait aussi des restes de stuc peint de couleur bistre, appartenant au décor du soubassement des parois.

1.5. Dans d’autres villes indigènes du bassin de l’Èbre

16Sur plusieurs autres sites de villes de la vallée de l’Èbre des restes d’habitat privé de la même époque républicaine ont encore été reconnus.

  • 13 Juste 1995, 61-63.

17D’importantes fouilles de sauvetage ont aussi été effectuées récemment dans Huesca, la Bolscan ibère puis l’Osca hispano-romaine. Ils ont permis la découverte d’édifices d’époque républicaine, un bâtiment public, qui est vraisemblablement un temple, et une partie de grande maison. Celle-ci comportait une pièce dont le sol était revêtu d’un opus signinum à décor de rosettes en tesselles blanches et noires13.

  • 14 Beltrán Lloris 1992, 272, Secaisa, Segada, Poyo de Mara et Durón de Belmonte (Catalayud).

18Sur le grand site du Durón de Belmonte (Saragosse), qui correspond peut-être à l’antique Segeda, fut observée il y a déjà longtemps une salle qui conservait un beau pavement en opus signinum à décor de teselles blanches et des vestiges de décor stucqué simulant un appareil isodome14.

  • 15 Lasheras 1984, 172.

19Enfin, des fragments de pavements en opus signinum décorés de tesselles blanches ont encore été recueillis au Cabezo de la Bovina (Vinaceite, Teruel) et au Castillejo de la Romana (Puebla de Híjar, Teruel), deux établissements voisins d’Azaila15.

1.6. Quelques très rares indices pour le reste de l’Hispanie

  • 16 Strabon, 3.2.15.
  • 17 Arteaga 1986-1989, 36-39.
  • 18 Campos 1986, 153-157.
  • 19 Ramos Fernández 1995.

20Pour le reste de la péninsule, la documentation sur les villes indigènes est quasiment nulle. Il est particulièrement regrettable que l’on ne puisse disposer d’exemples comparables pour les régions de l’Est et du Sud, car on considère généralement que les effets de la romanisation y furent à la fois plus précoces et plus profonds16. Le cas de Sagonte serait, en particulier, extrêmement intéressant, puisque ses grandes familles furent en contact avec Rome dès le iiie siècle a.C. et que, après la deuxième guerre punique, la ville reçut l’aide de Scipion pour sa reconstruction. En fait, nous ne disposons de quelques très modestes et fort imprécises informations sur cet habitat privé que pour Porcuna17 (Ipolca-Obulco), Séville (Hispali)18 et La Alcudia de Elche (Helice)19.

Fig. 5 : La mosaïque de la “Casa del mosaico helenístico” de La Alcudia de Elche, d’après Ramos Folqués, 1975, 71.

  • 20 Ramos Folqués 1975.

21Les vestiges les plus intéressants ont été mis au jour sur ce dernier site. Avant la déduction de vétérans et la fondation de la colonie d’Ilici, qui eurent lieu vraisemblablement au début de l’époque augustéenne, la grande ville ibérique d’Helice s’était déjà fortement transformée comme semblent l’indiquer un certain nombre de sondages qui ont atteint des niveaux de l’époque républicaine et ont mis au jour des sols de mortier et des murs à décor de stuc peint. Le meilleur témoin de cet habitat privé d’époque républicaine est la “maison de la mosaïque hellénistique” dont furent fouillées la grande salle décorée de la mosaïque, de 7 m sur 6,30 m, et trois autres pièces, l’une abritant l’huilerie avec son pressoir. La mosaïque, faite de tesselles de différentes couleurs (blanc, noir et ocre) formant des motifs variés (muraille urbaine, ligne de postes, feuilles de vigne, oiseaux, rosette), porte une inscription en caractères latins désignant une ou plusieurs personnes d’onomastique ibérique (fig. 5)20.

  • 21 Voir Moret 1996, 195-200.

22Ainsi les membres de l’aristocratie indigène montrèrent pour l’aménagement de leur demeure à la fois un attachement aux traditions indigènes et un goût pour les nouveautés venues d’Italie. Les innovations qu’ils adoptèrent intéressaient le plan et le décor : la cour devenait le centre de la maison et la disposition des salles autour de cet espace était de plus en plus régulière ; les principales pièces, salles d’apparat et chambres, recevaient un revêtement d’opus signinum et de mosaïques pour les sols, de stuc et de peintures pour les parois. En revanche, pour la construction elle-même, ils continuèrent à employer les techniques ancestrales du soubassement en pierre et de l’élévation en terre, généralement en adobes21 : même à la Casa de Likine, qui constitue l’exemple le plus accompli de domus d’époque républicaine, les murs ont été bâtis de cette façon.

2. La chronologie de ces demeures aristocratiques : l’ensemble homogène de la moyenne vallée de l’èbre

23Les édifices mis au jour dans la vallée de l’Èbre présentent aussi le très grand intérêt d’être convenablement datés, alors que les indications chronologiques fournies pour les rares vestiges reconnus ailleurs restent très incertaines.

2.1. Les données des fouilles

  • 22 Vicente et al. 1991, 92-95.

24La datation la plus sûre a été obtenue à La Caridad, où la stratigraphie est extrêment simple : l’agglomération fut installée sur un site désert auparavant et elle n’a connu qu’une phase d’occupation, du moins dans la zone de la Casa de Likine située à l’angle nord-ouest du gisement. Parmi le mobilier abondant et homogène qui a été recueilli dans cette grande maison (céramique campanienne, principalement de type B, amphores vinaires Dressel 1A, 1B et 1C, lampes hellénistiques, gobelets à parois fines précoces), c’est la série numismatique de 17 as et 1 denier qui a fourni l’information la plus sûre et permis de dater sa destruction pendant le premier tiers du ier siècle a.C., c’est-à-dire très vraisemblablement au cours de la guerre sertorienne22. Quant à la construction de cette maison, elle paraît devoir être fixée au cours de la deuxième moitié du iie siècle. Elle fut donc occupée pendant un demi-siècle environ.

  • 23 Galve 1996, 75-76 : l’absence d’imitations ampuritaines de Campanienne B et de gobelets à paroi fin (...)

25Pour la domus mise partiellement au jour à Saragosse, les indications chronologiques paraissent également parfaitement fondées. Le niveau archéologique servant de support de la grande mosaïque est daté de 100 a.C. environ, : c’est à ce moment-là que fut construite la nouvelle maison après l’arasement de l’habitat ibérique antérieur dont les derniers temps sont placés à la fin du iie siècle a.C. (céramiques campaniennes A tardive et B, amphores grécoitaliques et Dressel 1, as de Bolskan)23.

  • 24 Beltrán Lloris 1995, 255-257.

26Pour le site d’Azaila, dont la fouille est ancienne, les indications sont beaucoup moins claires et précises et elles ont donné lieu à plusieurs hypothèses et chronologies. Toutefois, les conclusions du dernier réexamen de la documentation archéologique paraissent convaincantes : se fondant sur une révision de l’ensemble des mobiliers conservés, principalement de tout le matériel céramologique et numismatique, M. Beltrán Lloris met la destruction et l’abandon de l’oppidum en relation directe avec les guerres sertoriennes : il propose même de placer ceux-ci pendant la courte période 76-72 a.C. qui fut marquée par la grande campagne de Pompée en Espagne citérieure24. Il semble donc permis de considérer que la plupart des structures mises au jour sur l’oppidum, en particulier les grandes maisons, appartiennent presque exclusivement au dernier état de l’agglomération, ou, du moins étaient en service lors de la prise de la ville. Celles-ci doivent donc avoir été édifiées vers la fin duIIe s. a.C., comme le temple et les thermes dont les décors des sols et des parois sont caractéristiques de cette époque.

  • 25 Beltrán Martínez 1982b, 100, avait cru distinguer trois niveaux de destructions dans la ville, au d (...)
  • 26 Beltrán Lloris 1987.

27La même incertitude concerne la chronologie de la grande maison de Botorrita : sa destruction qui avait été placée à l’époque de la campagne césarienne par le premier fouilleur25, a été aussi l’objet d’une révision par M. Beltrán Lloris : se fondant encore sur un réexamen de tout le mobilier recueilli dans la zone de la maison, celui-ci préfère situer son abandon pendant les guerres sertoriennes26, au moment où s’arrêtent aussi les frappes de l’atelier monétaire de Contrebia Belaisca.

2.2. La chronologie des décors

28Les datations stratigraphiques de ces maisons conviennent parfaitement pour les décors des sols et des parois que quelques-unes conservaient.

  • 27 A propos des peintures d’Azaila, voir Mostalac & Guiral 1992.
  • 28 Laidlaw 1991.
  • 29 Lasheras 1984.
  • 30 Morricone 1971, 28-29 et 35-37 : l’auteur cite un certain nombre d’exemples de monuments comportant (...)

29Les restes de revêtement des murs sont tous caractéristiques du ier style pompéien. À Azaila, à Botorrita et à Segeda les stucs simulaient le grand appareil isodome ou à bossages27. A Botorrita, ils formaient une corniche à denticules. A Caminreal, les parois revêtues de stucs peints étaient ornées de moulures et de fausses colonnes. Cette décoration des parois est apparue en Italie au iie siècle, à l’imitation de prototypes hellénistiques, et elle y resta à la mode juqu’au début du ier siècle28. Quant aux sols d’opus signinum décorés d’incrustation de tesselles blanches, ils ont été rencontrés dans toutes les maisons mises au jour. Les motifs sont généralement identiques, sinon similaires29 : réticulés de losanges à Saragosse et Botorrita, méandres de svastikas à La Caridad, Saragosse et Botorrita, rosette à six pétales, rinceau de feuilles de lierre, dauphins aux angles du motif central. Ce sont encore des types de décor tout à fait classiques et communs à Rome, surtout à la fin du iie siècle et au début du ier siècle a.C.30.

30La diffusion en péninsule Ibérique de ces deux formes du décor intérieur des maisons s’est donc effectuée sans aucun décalage chronologique avec l’Italie. Toutes deux, aussi bien celle des parois aux stucs et peintures du ier style pompéien que celle des pavements en opus signinum à motifs linéaires faits d’incrustation de tesselles, ont été adoptées dès la fin du iie siècle a.C., notamment dans les villes indigènes de la vallée de l’Èbre.

  • 31 Dans l’état actuel des données, c’est-à-dire après les découvertes des inscriptions musives de La C (...)

31Ces demeures aristocratiques furent généralement occupées durant le demi-siècle qui va de la prise de Numance à la guerre sertorienne. C’est pendant cette période de paix que les élites se sont fait construire des maisons nouvelles, du genre de celles que les fouilles ont parfois exhumées. Ainsi, peu de temps après la fin de la pacification de la Meseta, de très nombreux chantiers s’ouvrirent dans la plupart des villes. Là s’employèrent à la fois des maçons locaux et des équipes d’ouvriers itinérants spécialisés dans telle ou telle technique nouvelle. Ce fut vraisemblablement le cas de l’atelier de mosaïque de ce Likine d’Osicerda, peut-être un Italien du nom de Licinius, dont l’entreprise à plusieurs succursales pouvait se déplacer au gré des engagements et aurait travaillé à La Caridad de Caminreal et à Andelos31.

32Au cours de cet exposé, il a plusieurs fois été regretté que notre documentation sur la maison à l’époque républicaine provienne presque exclusivement de la vallée de l’Èbre. Pourtant, cette situation présente un grand intérêt pour notre propos à l’occasion de ce colloque : c’est, en effet, dans ces villes hispano-romaines du bassin de l’Èbre que l’aristocratie est la mieux connue d’Hispanie, grâce, principalement, à une exceptionnelle série épigraphique.

  • 32 MLH, III-2, 180-325 et MLH, III-1, 195-238.
  • 33 Vicente et al; 1993.
  • 34 Beltrán Lloris 1995, 272.

33Cette documentation, unique dans la péninsule Ibérique, prouve que les habitants de toutes ces grandes demeures étaient des indigènes. Le plus fréquemment, elle est constituée par les graffites d’appartenance gravés en caractères ibériques sur des vases ou sur d’autres objets. Ils ont été rencontrés partout, mais le plus grand nombre provient d’Azaila : 452 graffites en caractère ibériques ont été répertoriés par J. Untermann contre seulement 2 ou 3 en alphabet latin ; la plupart sont gravés sur des objets (vases, amphores, pesons) et ils correspondent donc très fréquemment à des noms ou à des abréviations de noms de personnes qui étaient les propriétaires ou les utilisateurs de ces objets32. La Casa de Likine de La Caridad de Caminreal a aussi livré un petit lot de graffites en celtibère sur des objets d’usage quotidien33, ainsi que la grande maison de Botorrita34.

  • 35 Bronze d’Asculum : CIL, I2, 709 ; Roldán 1986.
  • 36 Bronze II : Fatás 1980.
  • 37 Bronze I, face B : MLH, IV, 573-574.
  • 38 Bronze III ; MLH, IV, 606.

34Mais les mieux connus de tous les notables sont ceux de Salduie et de Contrebia Belaisca, grâce aux tables de bronze intéressant ces deux villes. Quatre cavaliers de Salduie, sans doute membres de l’aristocratie de la cité, apparaissent en effet dans la liste des Hispani de la Turma Salluitana qui furent fait citoyens romains en 89 a.C., en raison de leur bravoure lors de la prise d’Ascoli35 ; un autre, dont le nom est incomplet, est mentionné sur le deuxième bronze de Contrebia, comme défenseur de sa ville dans le litige opposant celle-ci à sa voisine Alaun en 87 a.C.36. Enfin, ce sont vingt membres de la classe dirigeante de Contrebia Belaisca qui sont cités sur les deux premiers bronzes de Botorrita : sur le deuxième se trouvent le préteur de la cité en 87 a.C. et les cinq magistrats qui assistèrent celui-ci pour arbitrer cette même affaire de terrain et de canal ; sur le premier, il s’agit des 14 personnes qualifiées de bintis, qui appartenaient très vraisemblablement au sénat local37. Quant à l’extraordinaire liste du troisième bronze, elle montre que la société des cités indigènes de la vallée de l’Èbre s’est déjà ouverte : à côté des noms de très nombreux Celtibères, hommes et femmes de Contrebia, se trouvent ceux de quelques étrangers qui étaient des Ibères et, vraisemblablement, des gens d’origine italienne et grecque38.

35Voilà quelques-uns des notables qui habitèrent les grandes maisons. Ils conservaient leur culture : leur nom était ibère ou celtibère et les lois qu’ils établissaient pour leur cité étaient toujours édictées en langue indigène et gravées en caractères ibères. Mais ils avaient de nombreux contacts avec le monde romain et ils prirent rapidement goût aux produits italiens, comme les trouvailles l’indiquent pour le vin, l’huile et la vaisselle. En outre, le deuxième bronze de Botorrita prouve qu’ils étaient capables d’utiliser des procédures du droit romain dès le début du ier siècle. Quelques membres de cette aristocratie obtinrent aussi la citoyenneté romaine.

  • 39 Plutarque, Sertorius, 14.3.
  • 40 Strabon 3.2.15.

36Finalement, une décennie plus tard, ces Hispani “des plus nobles familles” enverront leurs fils se former à la culture romaine à Huesca, auprès de Sertorius39. Cette évolution des élites indigènes, “même des Celtibères qui étaient considérés comme les plus sauvages de tous”40, a été rapide puisqu’elle semble avoir commencé pendant le dernier quart du iie siècle a.C. comme l’indiquent les fouilles de leurs maisons.

Discussion

37— Intervention de M. Martín Bueno

38La planta de la domus baja (de los bronces) de Botorrita (Contrebia Belaisca) se arbitra entre zonas diferentes claramente : una parte del dominus con varias habitaciones cerca de la puerta y alrededor de una gran habitación a modo de patio distribuidor ; una segunda zona de servicios, en el mismo nivel, con acceso independiente desde la calle, en la que se pudo definir la puerta de madera claveteada con herrajes de hierro, así como la zona de cocinas y almacenes/despensa, etc... ; en tercer lugar, hacia el río, en un nivel más bajo, una parte dedicada a la actividad agrícola con molino, dolia de almacenamiento, etc..., en la que aparecieron los dos bronces escritos en escritura ibérica, separados, y uno de ellos (B) con su cara B, clavada sobre una plancha de madera.

39La casa fue construida posiblemente en la 2e mitad del s. ii a.C. con dos reformas, antes de su defensa y parcial fortificación en el momento de las guerras sertorianas, en las que es violentamente destruida, con asalto e incendio incluidos.

40Datos como pavimentos de opera signina, decoración pictórica del ier estilo pompeyano, así como la distribución espacial de la planta general y de algunas estancias son muestra del urbanismo romano republicano, sea su dominus itálico o indígena. El plano de la domus publicado por A. Beltrán es de M. Martín-Bueno responsable directo de los trabajos de campo en esa época, bajo la dirección de A. Beltrán.

Notes

1 Le fouilleur a donné quelques courts comptes rendus de ces fouilles qui durèrent près d’un quart de siècle (1919-1942) : voir principalement Cabré Aguiló 1929. Mais l’importante documentation, qui était restée en partie inédite, a été entièrement reprise par M. Beltrán Lloris dans deux ouvrages : Beltrán Lloris 1976 et Beltrán Lloris 1995.

2 Dans l’attente d’une publication détaillée, on consultera les articles et communications d’A. Beltrán Martínez, notamment Beltrán Martínez 1991, ainsi que les résumés de dernières fouilles dans Arqueología Aragonesa 1992, 87-91.

3 Vicente et al. 1991.

4 Guitart 1995.

5 Lasheras 1984.

6 Beltrán Martínez & Tovar 1982 = MLH, IV, K. 1.1 ; Fatas 1980 = AE, 1979, 377 ; Beltrán Lloris et al. 1996 = MLH, IV, K. 1.3.

7 Beltrán Martínez 1982b.

8 Même la synthèse sur la maison (Beltrán Martínez 1991) est peu utilisable en raison de la médiocrité des plans et de l’invraisemblance de certaines dimensions indiquées.

9 Ibid., 187.

10 Outre Beltrán Martinez 1991, 186-187 et 198-199, on mentionnera à propos des peintures l’étude de Guiral & Mostalac 1987, et au sujet des revêtements de sol celles de Ramallo 1983 et de Lasheras 1984.

11 Vicente et al. 1991, 100-107. Le décor avait une disposition tripartite : les deux zones latérales, simplement ornées d’un réticulé et d’un méandre de svastikas, mettaient en valeur le tiers central plus richement décoré de trois cercles et bordé vers l’entrée par l’inscription de Likine.

12 M. P. Galve vient de publier une présentation très complète de la fouille et des vestiges mis au jour : Galve 1996.

13 Juste 1995, 61-63.

14 Beltrán Lloris 1992, 272, Secaisa, Segada, Poyo de Mara et Durón de Belmonte (Catalayud).

15 Lasheras 1984, 172.

16 Strabon, 3.2.15.

17 Arteaga 1986-1989, 36-39.

18 Campos 1986, 153-157.

19 Ramos Fernández 1995.

20 Ramos Folqués 1975.

21 Voir Moret 1996, 195-200.

22 Vicente et al. 1991, 92-95.

23 Galve 1996, 75-76 : l’absence d’imitations ampuritaines de Campanienne B et de gobelets à paroi fine, dont le diffusion commence vers 80 a.C., conforte la datation proposée.

24 Beltrán Lloris 1995, 255-257.

25 Beltrán Martínez 1982b, 100, avait cru distinguer trois niveaux de destructions dans la ville, au début du ii e siècle, puis pendant la guerre sertorienne, enfin à l’époque césarienne,

26 Beltrán Lloris 1987.

27 A propos des peintures d’Azaila, voir Mostalac & Guiral 1992.

28 Laidlaw 1991.

29 Lasheras 1984.

30 Morricone 1971, 28-29 et 35-37 : l’auteur cite un certain nombre d’exemples de monuments comportant à la fois un pavement en opus signinum à décor de tesselles et une décoration pariétale du Ier style pompéien.

31 Dans l’état actuel des données, c’est-à-dire après les découvertes des inscriptions musives de La Caridad (Vicente et al. 1989 ; MLH, III-2, E.7.1, 340-342) et d’Andelos (Mezquíriz 1993-1994, 127-129 ; MLH, IV, K.28.1, 718-719) cette hypothèse proposée par Untermann 1992, nous paraît la meilleure explication de la similitude des deux textes épigraphiques.

32 MLH, III-2, 180-325 et MLH, III-1, 195-238.

33 Vicente et al; 1993.

34 Beltrán Lloris 1995, 272.

35 Bronze d’Asculum : CIL, I2, 709 ; Roldán 1986.

36 Bronze II : Fatás 1980.

37 Bronze I, face B : MLH, IV, 573-574.

38 Bronze III ; MLH, IV, 606.

39 Plutarque, Sertorius, 14.3.

40 Strabon 3.2.15.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 1 : La maison D2 du Cerro de Alcalá (Azaila).a. Vue de l’arrière (nord).b. Plan, orienté comme la photographie (nord en bas) d’après Beltrán Lloris 1976, 143.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 2 : Le plan de la “Casa de Likine”, d’après Vicente Redón et al. 1991, 86.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 3 : La mosaïque de la “Casa de Likine”, d’après Vicente et al. 1989, 37.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9108/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 4 : La mosaïque de la maison de la rue Don Juan de Aragón à Saragosse, d’après Galve 1996, 40-41.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9108/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 5 : La mosaïque de la “Casa del mosaico helenístico” de La Alcudia de Elche, d’après Ramos Folqués, 1975, 71.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9108/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search