Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

La transmission des modèles romains

Présentation

Pierre Gros

Texte intégral

1Le thème retenu pour cette troisième séance est d’une richesse singulière, et cela pour deux raisons. D’une part en effet nos connaissances sur l’urbanisme, l’architecture publique ou privée, la statuaire et les portraits des provinces hispaniques se sont, au cours de ces dernières décennies, extraordinairement développées ; et il faut ici rendre d’emblée l’hommage qu’elles méritent aux équipes de nos collègues et amis espagnols qui ont su donner à ces recherches l’essor que l’on sait, modifiant sur de nombreux points l’idée que nous pouvions avoir des principaux sites antiques de la péninsule. D’autre part, la valeur sémantique des phénomènes que nous nous proposons d’analyser leur confère un intérêt tout particulier pour la compréhension des processus historiques sur lesquels nous réfléchissons depuis le début de cette réunion.

  • 1 Nicolet 1974, 110 ; cf. Demougin 1988, 533.

2Il s’agit de recueillir et de décrypter les signes politiques, gentilices, culturels par lesquels les notables ont voulu, sous des formes diverses, exalter l’urbanitas, c’est-à-dire la dimension “urbaine”, dans tous les sens du terme, de leur cadre de vie et de leur activité, afin de rendre sensible leur intégration dans l’univers de la romanité. Cette dimension s’exprime soit par l’évergétisme, lequel n’est jamais, comme le rappelait hier le Professeur Ramírez Sádaba, qu’une manifestation de puissance, soit à travers l’intervention, directe ou indirecte, du pouvoir central ou de ses relais provinciaux, soit, plus souvent encore, par l’auto-exaltation communautaire, gentilice ou individuelle qui, pour être efficace, doit adopter les modèles éprouvés. Qu’ils concernent les espaces publics des centres urbains, l’habitat, les tombeaux ou les représentations figurées, ces gestes sont toujours liés à l’accession à des statuts juridiques ou à des situations sociales privilégiées ; ils peuvent être le fait aussi bien des Italiques établis en Ibérie que des autochtones, car le mélange profond entre les deux populations est l’une des caractéristiques de la péninsule, et a suscité dès avant le début de l’Empire une diffusion capillaire et une réceptivité précoce aux modes de vie et aux formes d’expression introduites par la conquête. Cl. Nicolet rappelle dans son ouvrage sur l’ordre équestre que les provinces espagnoles sont les seules, en Occident, à avoir été, dès le iie siècle, peuplées de Romains et d’italiques1. Cette situation exceptionnelle impose une révision de la notion de modèle : une dynamique du transfert doit être mise en évidence, avec tout ce que cela implique à la fois de continuité formelle apparente – parfois sur plusieurs siècles-, d’originalité mais aussi de modifications spécifiques en ce qui concerne les significations et les finalités. Autant dire que l’analyse du langage plastique, qu’il soit architectural ou iconographique, ne constitue pas pour notre propos une fin en soi, mais doit permettre de faire comprendre l’émergence, plus rapide ici qu’en toute autre terre occidentale, de la culture propre d’une élite sociale qui construit son identité et affirme son pouvoir au travers de phénomènes traditionnellement rangés sous la rubrique générale de la “romanisation”.

  • 2 Floras, Vergilius, orator an poeta ? 28. La traduction de l’édition des Belles Lettres : “... sa n (...)
  • 3 Strabon 3.2.1. Cf. Torelli 1997, 101.

3Un exemple textuel, rarement pris en compte, de cette adoption des modèles – et de ses ambiguïtés – est fourni par Florus qui, parlant de Tarragone au début du iie siècle p.C., déclare : nam praeter uexilla, quae portat, triumphos unde nomen accepit, adest etiam peregrina nobilitas (“car outre les étendards de César, qu’elle porte, les triomphes auxquels elle doit son nom (colonia urbs triumphalis Tarraco), on y trouve même une noblesse d’origine étrangère”)2. Ces notables locaux qui témoignent par leur présence de l’essor de la ville, capable d’accueillir désormais dans ses couches dirigeantes des personnalités qui ne sont pas issues des anciens colons italiques, méritent le titre envié de nobiles parce qu’ils habitent eux aussi des domus, participent au mécénat urbain, prennent une part active aux manifestations du culte impérial, bref ont assimilé à leur façon-qui peut être particulière mais doit rester conforme aux codes et à l’axiologie de l’urbanitas – les modèles sociaux, religieux et culturels du “Roman way of life". Nous retrouvons ici, à près de deux siècles de distance, le phénomène dont Strabon avait relevé des prémisses dans un autre contexte, celui de la fondation de Cordoue en 169 a.C., où M. Claudius Marcellus avait pris soin de rassembler “dès le début des Romains de souche et des autochtones choisis”, cette dernière expression proposant – soit dit en passant – l’une des rares définitions antiques de la notion d’élites indigènes3.

4Sans empiéter sur les communications qui vont suivre, je rappellerai seulement que les périodes les plus significatives pour notre propos-même si les processus commencent beaucoup plus tôt, comme le montrera R Sillières à propos de l’habitat-sont le règne d’Auguste, la période flavienne et, au début du iie siècle, celle des empereurs “hispaniques”, à savoir l’époque de Trajan et d’Hadrien.

  • 4 Voir en dernier lieu, avec la bibliographie complète du sujet, Trillmich 1997, 131-141 et Id. 1995 (...)
  • 5 Comme semblent l’indiquer des découvertes récentes faites en la capitale de la Bétique ; Cf. Vaque (...)
  • 6 Voir à ce sujet, Gros 1996b, 234 et Id. 1996a, 229-231.

5L’équipement de base des capitales provinciales a pris tout de suite un essor étonnant : l’équipement de Mérida est trop connu aujourd’hui pour que nous nous y arrêtions, mais il est exemplaire de cette volonté de faire des capita prouinciarum, dès leur fondation, des lieux où tous les prestiges de l’urbanisme romain soient réunis ; le schéma du Forum d’Auguste, jusque dans le détail de ses programmes iconographiques, s’y trouve reproduit avec beaucoup de fidélité, comme l’ont montré les travaux de W. Trillmich et de Tr. Nogales Basarrate4. Pour l’époque flavienne, chacun connaît les fameux “forums provinciaux” dont se dotent les mêmes capitales : la transmission d’un modèle qui semble avoir été reproduit ponctuellement dans les trois villes (avec sans doute une précocité particulière à Cordoue)5 apparaît ici d’autant plus digne d’intérêt qu’elle s’accompagne de la redéfinition d’un schéma monumental et planimétrique dont la maturation se poursuivait à Rome depuis le début du Principat, celui du complexe palatial6 ; dans une société très hiérarchisée, où toutefois le pouvoir central n’avait pas, en principe, d’expression architecturale spécifique, le recours à ce type de composition pour les centres fédéraux à caractère politique et religieux est évidemment riche d’harmoniques symboliques.

  • 7 Coarelli 1987, 87-100.

6Mais on ne saurait circonscrire la réflexion aux seules cités capitales. Tout récemment, les recherches hispano-italiennes qui se sont développées à Munigua ont montré comment et dans quelles circonstances un modèle beaucoup plus ancien avait été mis en œuvre : l’accès à la pleine citoyenneté latine, grâce à la législation de Vespasien, a été célébré ici par la construction d’une réplique parfaitement identifiable d’un sanctuaire à terrasse de type latial dont les prototypes remontent, comme chacun sait, à la fin du iie siècle a.C.7

  • 8 Cf. Rodríguez Hidalgo 1991, 291-296.

7En d’autres domaines, il est aisé de mettre en évidence des phénomènes du même ordre : la présence de schémas “métropolitains” témoigne éloquemment de la pression des modèles, et de la réceptivité des élites, dans l’habitat. Les grandes domus de la noua urbs d’Italica présentent toutes, sous des formes variables, des espaces de représentation directement inspirés de ceux qui avaient été élaborés à la fin du siècle précédent pour la domus Augustana du Palatin ; je n’en retiendrai ici qu’un exemple, celui du salon principal de la "Casa de los Pajaros”, qui reproduit à une échelle réduite le grand triclinium du palais flavien, flanqué de deux fontaines destinées à agrémenter par leurs jeux d’eau et leur fraîcheur le séjour des dîneurs8. Une telle transposition n’est pas innocente : il ne s’agit pas – ou en tout cas pas seulement – d’imiter des formes et de reproduire une organisation spatiale gratifiantes, mais aussi d’annexer les signes du pouvoir à l’intérieur d’une composition qui, dans ce quartier conçu comme une “vitrine” de la classe dirigeante de Bétique, devait être apte à exprimer de la façon la plus pertinente la puissance et la richesse du dominus.

  • 9 Nogales 1995, 55-68.
  • 10 Voir en dernier lieu l’étude de Melchor 1997, 223-237.
  • 11 Sillières et al. 1995, 107-130.
  • 12 Zimmer 1989.

8Il conviendrait aussi, pour balayer ne fût-ce que sommairement le thème de cette séance et en baliser les points forts, de faire un sort à l’auto-représentation des élites : certains portraits en calcaire stuqué remontant aux débuts de la colonie de Mérida9 constituent de véritables “incunables” des images honorifiques, dont ensuite se peupleront les forums hispaniques, de Barcino à Saguntum ou à Singilia Barba, sans parler des espaces publics des capitales provinciales10. L’un des exemples les plus remarquables de cette multiplication des effigies des notables est celui, récemment analysé, du municipium Labitulosanum où le templum ordinis, qui fonctionnait comme lieu de culte du genius municipal et comme curie de l’ordo décurional, présente une série de vingt-cinq bases destinées aux membres les plus illustres de la communauté des citoyens, comme le confirme l’épigraphie retrouvée sur le site11. Cette emprise de l’iconographie des élites locales, qui ne semble pas avoir reflué, comme on l’observe sur les forums africains de Cuicul et de Thamugadi, devant l’accumulation des effigies impériales à caractère dynastique ou sacralisant, constitue sans aucun doute l’un des traits les plus spécifiques des villes romaines d’Espagne12.

  • 13 Tite-Live 49. 3. 1-4.
  • 14 La famille des Voconii, à Mérida, est à eet égard emblématique. Cf. Bendala 1972, 246-250 et Trill (...)
  • 15 Nünnerich-Asmus 1993, 341-342 et pl. 125.
  • 16 Pour la datation tardive (fin iie-début iiie s. p.C.), Menéndez Pidal 1970, 89-112. Pour une datat (...)

9Ce souci d’affirmation, qui est le fait aussi bien des Italiques que des autochtones, ou de ces noui generis hommes dont parle Tite-Live à propos de la fondation de Carteia en 171 a.C., issus de mariages mixtes, qui accèdent rapidement, pour beaucoup d’entre eux13, à des niveaux de dignitas et de richesse remarquables, se manifeste aussi dans les monuments funéraires, dont nous parlera M. L. Cancela Ramírez de Arellano14 ; nous évoquerons seulement ici le fameux tombeau des Atilii (Sádaba, province de Saragosse) où le choix du “Theatermotiv” et la multiplication des frontons témoignent d’une volonté d’annexer à un édifice gentilice les motifs les plus prestigieux de l’architecture publique, en y intégrant, par le biais d’un décor foisonnant, une série de symboles plus ou moins explicites (rinceaux, guirlandes, éléments figurés de toutes sortes) que seule pouvait apprécier à leur juste valeur une élite romanisée15. Le fait que la datation d’un tel monument est difficile à préciser, puisque les hypothèses oscillent entre le début de l’Empire et le iiie siècle, montre bien le caractère singulier de ce type de manifestation, qui ne trouve pas d’équivalent dans les autres provinces occidentales, sauf peut-être en Narbonnaise16.

10Mais il nous faut clore cette réflexion préliminaire, qui n’avait d’autre prétention que de signaler quelques sommets émergeant d’un massif aux ramifications complexes. C’est dans ce massif que nous allons maintenant pénétrer, à la suite des guides particulièrement qualifiés que sont les orateurs de cette matinée.

Notes

1 Nicolet 1974, 110 ; cf. Demougin 1988, 533.

2 Floras, Vergilius, orator an poeta ? 28. La traduction de l’édition des Belles Lettres : “... sa noblesse a aussi une origine étrangère”, est évidemment fautive.

3 Strabon 3.2.1. Cf. Torelli 1997, 101.

4 Voir en dernier lieu, avec la bibliographie complète du sujet, Trillmich 1997, 131-141 et Id. 1995, 269-291.

5 Comme semblent l’indiquer des découvertes récentes faites en la capitale de la Bétique ; Cf. Vaquerizo éd. 1996, 34, 80, 94 et les articles réunis dans Léon éd. 1996.

6 Voir à ce sujet, Gros 1996b, 234 et Id. 1996a, 229-231.

7 Coarelli 1987, 87-100.

8 Cf. Rodríguez Hidalgo 1991, 291-296.

9 Nogales 1995, 55-68.

10 Voir en dernier lieu l’étude de Melchor 1997, 223-237.

11 Sillières et al. 1995, 107-130.

12 Zimmer 1989.

13 Tite-Live 49. 3. 1-4.

14 La famille des Voconii, à Mérida, est à eet égard emblématique. Cf. Bendala 1972, 246-250 et Trillmich et al. 1993, 274-275 et pl. 38.

15 Nünnerich-Asmus 1993, 341-342 et pl. 125.

16 Pour la datation tardive (fin iie-début iiie s. p.C.), Menéndez Pidal 1970, 89-112. Pour une datation au début de l’Empire, von Hesberg 1990, 362-363.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search