Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

Les fondements économiques de la puissance des élites hispaniques

Les élites marchandes de la péninsule Ibérique

Robert Étienne et Françoise Mayet

Texte intégral

  • 1 Domergue 1994, 90 : “Pénétrer les arcanes du commerce antique n’est pas une tâche facile”.

1Il n’est pas très aisé de définir la composition des milieux du négoce dans la péninsule Ibérique1, comme ailleurs dans tout autre province de l’Empire romain, tant le commerce relève du monde du silence ou de celui du mensonge, ou des deux à la fois. C’est qu’il met en jeu dans un univers de la concurrence des intérêts financiers, parfois considérables, qu’il s’accorde peu, en apparence depuis toujours, à la mentalité romaine et qu’il appartient à une face cachée de la civilisation antique.

  • 2 Distinction mise en valeur par Taglietti 1994, 178 ; distinction brouillée à propos de L. Iunius P (...)
  • 3 Liou & Tchernia 1994, 152.
  • 4 Id. ibid. 138-140 et 152.

2La première tâche qui s’impose à l’historien de l’économie est de parfaitement baliser monde de la production et monde du commerce2 pour éviter les confusions à propos des trois produits que nous allons examiner – l’huile, le vin et les saumures –, en confrontant inscriptions lapidaires et inscriptions peintes, élucidées une bonne fois pour toutes par H. Dressel et complétées par E. Rodríguez Almeida et B. Liou. A vrai dire, certains producteurs commercialisent eux-mêmes leur récoltes et viennent ainsi compliquer la recherche ; mais, comme le remarquent B. Liou et A. Tchernia3, les points de contact entre les fonctions de production de l’huile, la fabrication des amphores et leur commercialisation, sont peu nombreux et à juste titre on peut s’en étonner. En font partie les Fulvii Charisani, les Aelii Optati, Q. Urittius Revocatus, les Iuuentii, M. Ovius Avillianus, T. Cassius Apolaustus et T. Tertius Tertullus4. Effectivement, ce dénombrement ne va pas loin et on peut le négliger au profit d’une remarque plus féconde : on a l’impression d’une répartition des tâches à l’intérieur des familles, d’autant que la sphère des commerçants appartient au monde des affranchis.

1. Un monde d’affranchis

  • 5 Rougé 1966, 276-277 : ils sont des brasseurs d’affaires, des manieurs d’argent.
  • 6 Id. ibid. 280.
  • 7 CIL, VI, 1677.
  • 8 CIL, VI, 1625b.
  • 9 Étienne & Mayet 1998, 156-157.
  • 10 CIL, XV, 4732.
  • 11 Rougé 1966, 305-309.
  • 12 Solin 1982.
  • 13 Nous avons décompté l’ensemble des mercatores, sans nous préoccuper de leur origine hispanique.
  • 14 Purcell 1983, 153 : les trois quarts sont affranchis.

3Si la République voit un foisonnement de negotiatores intégrés dans l’ordo des chevaliers5, le Haut Empire est peuplé de negotiatores affranchis ; à partir de Tacite, ils s’adonnent plutôt au commerce maritime et leur fonction est spécialisée6 : negotiatores salsarii7, negotiatores olearii ex Baetica8. Les indices, conduisant à les définir comme affranchis, sont convergents : nous les avons analysés à propos des marchands de saumure hispanique9. Outre la mention rare dans l’onomastique de la qualité d’affranchi, comme par exemple Dorionis L(ucii) l(iberti) Quieti10, c’est surtout le cognomen hellénique qui désigne non pas une origine géographique11, mais renvoie à un statut servile primitif, ce que prouvent les listes dressées par H. Solin12. Nous avons ainsi dénombré près de 30 % du total des mercatores13 de saumure ; la proportion est encore plus forte avec les mercatoresnegotiatores d’huile, identifiés comme originaires de la péninsule Ibérique : elle représente au moins les deux tiers des individus, soit 66,66 %. Il faut certainement réviser à la hausse cette dernière proportion car les fonctions subalternes assumées par certains diffusores olearii, telles celles de uiator et apparitor, de lictor curiatus, désignent leurs titulaires comme affranchis14 et, par conséquent, tous les membres du “clan” des D. Caecilii d’Astigi doivent être comptés parmi les affranchis.

  • 15 Plutarque, Cato Mai., 21.6.
  • 16 Cicéron, II Verr., 5.167 : les mercatores voyagent sur mer. Phaeton, affranchi de Quintus, le frèr (...)
  • 17 D’Arms 1981, 40.
  • 18 Panciera 1980, 236-238 ; au contraire de ces affranchis, les dédicants de la construction du templ (...)
  • 19 Cicéron, Paradig. Stoic., 46 : qui cum semis, cum libertis, cum clientibus societate.
  • 20 Id., II Verr., 5.154.
  • 21 Id., ibid. 5.167 : “des hommes de petite condition, de naissance obscure”.
  • 22 Id., ibid. : hac una tamenfiducia ciuitatis hanc sibi rem praesidia sperant futurum.

4Un tel fait ne doit pas nous étonner : il est patent dès la République. Plutarque cite un affranchi de Caton l’Ancien, Quintion15 qui, lui, joue un rôle d’intermédiaire et qui fait des affaires avec les emprunteurs auprès de qui il navigue16. Les affranchis représentent17 des personnages plus importants qu’eux-mêmes ou plus distingués. L’épigraphie républicaine nous fait connaître P. Barbarius M.l. Oliarius, P. Livius Pileros, affranchi de P. Livius Euxestus et L. Fursius L.l. Dionisius, exerçant le même métier d’olearius, qui sont des gens de peu de moyens à en croire S. Panciera18. Ils peuvent former une societas avec un parent, avec un frère (chez les mercatores de saumure, les frères A.A. Atinii, C.C. Atinii, Q.Q. Caecilii. M. et L. Claudii ; chez les marchands d’huile, D.D. Caecilii Hospitalis et Maternus par exemple) ou avec tout autre individu, qu’il soit esclave, affranchi ou libre19. Une societas peut donc être hétérogène et les mercatores de Puteoli20 se plaignent des mauvais traitements infligés à des libres, à des affranchis et aux affranchis d’affranchis. Il est aisé de relever parmi les mercatores de saumure hispanique des esclaves, beaucoup plus difficile parmi les mercatores d’huile. Les premiers se laissent facilement identifier comme mercatores de basse extraction, ignobiles. Doit-on leur appliquer la formule de Cicéron21 : homines tenues, obscuro loco nati, où s’étale certes la morgue sénatoriale de l’homo nouus à l’égard d’individus qui sont cependant citoyens ? ils se fient à ce titre pour s’estimer en sûreté22.

  • 23 D’Arms 1981, 22, invoquant les textes de Cicéron, Paradig. Stoic., 46 : qui honeste rem quaerunt m (...)
  • 24 Hesnard & Gianfrotta 1989.
  • 25 Rougé 1966, 309-310.

5Avec juste raison, J. D’Arms23 en appelle du jugement abrupt d’A. Hesnard et P. A. Gianfrotta24. En tout cas, si les mercatores de saumure hispanique appartiennent d’une façon générale à un milieu social inférieur à celui des marchands de Pouzzoles, les mercatores d’huile peuvent se mesurer à eux. Au total, tous ces commerçants appartiennent bien au milieu des affranchis25, ce qui se vérifie à 50 % pour l’ensemble des inscriptions de mercatores-negotiatores publiées dans les dix dernières années de l’Année Épigraphique et recueillies dans l’ensemble du monde romain. Mais comment appeler ces commerçants ?

2. Marchands ou négociants

  • 26 Liou & Gassend, 1990, 203.
  • 27 Tchernia 1980, 159, identifie negotiator avec diffusor olearius, tout en restant prudent, tandis q (...)
  • 28 Rodriguez Almeida 1979, passim.
  • 29 C’était déjà l’opinion de de Ruggiero 1910, 1783.
  • 30 Liou & Tchernïa 1994.
  • 31 Remesal 1989a, passim.

6La question mérite d’être posée car B. Liou26, à la suite d’A. Tchernia27 de d’E. Rodríguez Almeida28, a opté pour une parfaite identité entre mercator, negotiator et diffusor olearius29. Pas plus que B. Liou et A. Tchernia30, nous n’avons l’intention de suivre J. Remesal31 qui veut distinguer, au travers de ce vocabulaire appliqué aux commerçants, la sphère du commerce privé et celle du commerce officiel de l’État où les naviculaires transporteraient les produits de l’annone. Reposant sur un contre-sens sur l’emploi du mot nauicularius sous le Haut Empire, une telle distinction ne conduit qu’à une impasse : les amphores ne peuvent pas répondre à une fausse bonne question.

2.1. Mercatores-negotiatores

  • 32 D’Arms 1981, 24.
  • 33 Cicéron, pro Plancio, 64 : “courtois envers les négociants, juste avec les marchands” (P. Grimai t (...)
  • 34 Deniaux 1993, passim.
  • 35 Voir la note 6.
  • 36 CIL, IX, 4680 = ILS, 7484. Reate en Sabine : negotiator uinarius... idem mercator omnis generis me (...)
  • 37 CIL, VI, 1935 = ILS, 7489.

7Le vocabulaire latin ne laisse place à aucune ambiguité. Un mercator ne saurait être un negotiator et J. D’Arms a raison32 d’affirmer qu’il s’agit de catégories sociales différentes. Cicéron les distingue sans sacrifier à un mouvement oratoire ou à une affèterie de style33 : negotiatoribus comis, mercatoribus iustus. Le negotiator s’occupe des negotia, c’est-à-dire d’affaires qu’il mène de façon convenable pour sa dignitas ; le mercator est de rang inférieur, qualifiant des uiri municipales, des provinciaux et des affranchis. La différence essentielle entre les deux catégories d’activités réside dans la multiplicité des affaires lucratives d’un negotiator et l’étendue de sa sphère d’action, telle qu’É. Deniaux34 les a définies pour l’époque cicéronienne. Même si, comme nous l’avons noté après J. Rougé35, une évolution sémantique a spécialisé la fonction de negotiator, il n’en reste pas moins que les deux “métiers” sont distingués dans une même inscription s’adressant au même individu36 : le mercator agit à une échelle inférieure à celle du negotiator, comme le détaillant s’oppose au commerçant en gros. Certes, rien ne distingue sur les inscriptions peintes l’identité du transporteur. D’une façon générale, on parle de mercatores ; or une seule inscription lapidaire à Rome37 confirme cette dénomination, elle qualifie L. Marius Phoebus de mercator olei hispani ex provincia Baetica ; tout comme un negotiator ou un diffusor, il a obtenu une charge de uiator tribunicius de la décurie de première catégorie. Il se pourrait alors que mercator soit devenu obsolète et soit l’équivalent de negotiator, qui est porté par les commerçants les plus importants : deux exemples illustrent avec éclat la place de negotiator.

  • 38 CIL, II, 1474.
  • 39 CIL, VI, 1625b = ILS, 1340.
  • 40 Stein 1950, 78-80.
  • 41 Pflaum 1960, 285-286, no 117 ; Pavis d’Escurac 1976, 343-344.
  • 42 CIL, XV, 3762-3764 (datées de 145 et de 147) ; 3769-3781 (six fragments datés de 154).

8Le premier est offert pour D. Caecilius Hospitalis dont le nom apparaît peint sur les amphores à huile Dressel 20. Il appartient à la famille des D. Caecilii, implantés à Astigi (Écija)38, ville de Bétique située vers le confluent du Genil et du Guadalquivir. Or, on le retrouve à Rome39 curator du puissant syndicat des negotiatores olearii ex Baetica, qui dresse une statue à M. Petronius Honoratus, préfet d’Égypte et ancien préfet de l’annone. La dédicace se place entre le 28 août 147 et le 11 novembre 148, dates limites de sa préfecture d’Égypte40, sa préfecture de l’annone intervenant avant 14741, ce qui est parfaitement cohérent avec les dates d’expédition d’huile retrouvées au Testaccio42. Donc seul un negotiator olearius pouvait être curateur du syndicat des negotiatores olearii. D. Caecilius Hospitalis, comme ceux-ci, avait des relations d’affaires suivies avec l’administration de l’annone.

  • 43 CIL, VI, 9677.
  • 44 Muñiz Coelho 1975, passim.
  • 45 CIL, II, 1970 = ILS, 1341 ; Pflaum, 1960, 274-279, no 113.
  • 46 Pavis d’Escurac 1976, 242.
  • 47 Stein 1950, 76-78.
  • 48 CIL, II, 1971.
  • 49 Pflaum 1960, 279, suivi par Pavis d’Escurac 1976, 342. Pourquoi Curtis 1991, 63, 152 et 157 insist (...)
  • 50 Éclairés par Saller 1982, passim.

9Comment ne pas évoquer la destinée parallèle du negotiator salsarius, P. Clodius Athenio de Malaca43, lui aussi un affranchi, élu président quinquennalis du syndicat des négociants de Malaca ? Il s’est installé à Rome où lui et son épouse ont construit de leur vivant un mausolée pour eux-mêmes, leurs enfants, leurs affranchis et pour leur double postérité. Il s’agit d’un négociant du port de Bétique44, très lié au procurateur financier ducénaire de Bétique, L. Valerius Proculus45, que Malaca a choisi pour patron, et qui par la suite est devenu préfet de l’annone46 en 144 et préfet d’Égypte du 12 mai 144 à avril 14747. Quand il atteint cette fonction, les citoyens de Malaca décident de l’honorer d’une statue et d’en consacrer une autre à son épouse Valeria Lucilla48, grâce à une collecte. Précisément P. Clodius Athenio rembourse l’argent de la collecte : un tel geste montre la force et la continuité de son attachement à celui qui a joué au long de sa carrière un rôle décisif en faveur des intérêts commerciaux de la république malacitaine. Point n’est besoin de croire que L. Valerius Proculus était originaire de cette ville49. Les liens sociaux50 suffisent à expliquer ces dédicaces. En tout cas, dans la hiérarchie des gens du négoce, les negotiatores viennent avant les mercatores.

2.2. Les diffusores olearii

  • 51 CIL, VI, 29 722 = ILS, 7490.
  • 52 Fishwick 1973, 629 ; un C. Ulattius, fils de Priscus, est originaire de la cité des Ségusiaves.
  • 53 Le Roux 1988, p. 269, no 8 a bien noté l’origine lyonnaise de Cn. Sentius Regulianus ; on peut ajo (...)

10Comme leur nom l’indique, les diffusores olearii appartiennent au monde oléicole et leur titre est souvent complété par la mention d’origine géographique de cette huile : ex Baetica désigne la province productrice et non la provenance des commerçants. Il ne peut être question à la lecture du seul titre diffusor olearius ex Baetica de ranger le titulaire parmi les commerçants hispaniques. Le démontre parfaitement le cas de Cn. Sentius Regulianus51, connu par une inscription de Rome qui énumère ses diverses fonctions accomplies essentiellement à Lyon, où il est negotiator uinarius, curateur et patron de cette corporation, patron aussi des sévirs de la ville, ce qui lui donne une implantation solide en Lyonnaise, confirmée par son onomastique, celle de son grand-père Silenius Reginus, de son épouse Ulattia Metrodora52. Il est à Rome diffusor olearius ex Baetica et curateur du corpus de diffusores olearii : sa position économique éminente lui vaut de recevoir le cheval public et son entrée, exceptionnelle pour un commerçant, dans le second ordre de l’Empire démontre en même temps l’importance de ce trafic de l’huile, qui intéresse les trafiquants de toute origine géographique53.

  • 54 Taglietti 1994, 178-185.
  • 55 Granino Cecere 1994, 712-719.

11La même précision est difficile à atteindre quand il s’agit de définir la fonction des diffusores, qu’il ne faut pas assimiler simplement à celle des negotiatores. D’ailleurs, il existe à Rome un corpus des negotiatores olearii ex Baetica, dont nous connaissons les curateurs D. Caecilius Hospitalis et Cassius Faustus, et un corpus des diffusores olearii dont Cn. Sentius Regulianus était également le curateur. Toute une discussion polémique s’est développée autour de ce métier de diffusor, discussion dont F. Taglietti54 a retracé les divers épisodes et M. G. Granino Cecere55 a enrichi le dossier.

  • 56 Tchernia 1980, 155.
  • 57 Panciera 1980, 241.
  • 58 Loyzance 1988, passim.

12Si A. Tchernia56 y voit des intermédiaires des negotiatores, des sortes de représentants des firmes productrices de l’huile, S. Panciera57 avec prudence les attire dans la sphère de la commercialisation, accueillant le produit dans le port d’arrivée. M.-F. Loyzance58, qui a décrypté le sens du verbe diffundere, a montré leur rôle dans le transvasement de l’huile, des outres dans les amphores au port d’embarquement, d’amphores ou dolia en récipients moins volumineux au port de débarquement, pour contrôler la quantité et la qualité de l’huile. Ainsi s’expliquerait la présence à Oducia de Cassius Sempronianus, diffusor olearius.

  • 59 Le Roux 1988, 260-263.
  • 60 Chic 1987, passim.
  • 61 Rodríguez Almeida 1987-1988, 305-306.
  • 62 Liou & Gassend 1990, 205-208.
  • 63 Liou & Tchernia 1994, 136.

13Ce contrôle de la qualité et de la quantité a conduit P. Le Roux59 à lier les diffusores olearii à l’annone ; transportée jusqu’aux horrea d’Ostie et mise à la disposition de revendeurs romains, cette huile est soumise à la surveillance de gens liés à l’annone. Une telle spécificité de fonction permet d’écarter les opinions de ceux qui mettent sur le même plan mercatores, negotiatores et diffusores, tels G. Chic García60, E. Rodriguez Almeida61, B. Liou62 et B. Liou-A. Tchernia63. Les diffusores dont les mentions sont concentrées au milieu du iie siècle sont donc liés à l’annone et leur présence à Ostie en apporte la confirmation.

  • 64 CIL, XV, 8166 = IG. XIV, 2412, 24.
  • 65 AE, 1978, 71.
  • 66 CIL, XV, 8075.
  • 67 CIL, XV, 3725-3727.
  • 68 CIL, XV, 8272.
  • 69 CIL, XV, 3883-3888.
  • 70 CIL, XV, 8097.
  • 71 Et à Rome : le sceau de Coelia Mascellina a été trouvé dans la zone du port fluvial, où l’on a loc (...)

14En effet, on a découvert dans une tombe datée de 135 après Jésus-Christ une brique portant un timbre circulaire avec la mention de M. Cassius Sempronianus, le diffusor olearius présent à Tocina (Oducia), accompagnée de celle d’Ostia. La structure et le formulaire conduisent à rapprocher ce timbre de plusieurs sceaux en bronze qui portent les noms de négociants en huile de Bétique ; l’un d’eux nous fait connaître Coelia Mascellina64 identifiée dans une inscription funéraire, trouvée sous Saint-Pierre au Vatican65 ; un autre, L. Antonius Severus66, qui apporte de l’huile au Testaccio en 14967 ; C. Iulius Alfius Theseus68 le fait en 15469 ; T. Atilius Aurelianus70 n’est pas autrement connu mais, entrant dans cette série, il ne peut qu’avoir été lui aussi un diffusor ou un negotiator olearius. Ces briques timbrées de leur nom signifient que ces personnages sont intervenus à Ostie71 dans la construction ou l’agrandissement d’horrea qui recevaient la précieuse marchandise dont ils devaient assurer le contrôle.

15En conclusion, on peut affirmer la spécificité de chacune des trois catégories de mercatores, negotiatores et diffusores olearii.

3. Des marchands hispaniques ?

  • 72 Celle de M. Cassius Sempronianus, citoyen romain d’Olisipo.
  • 73 Pétrone, Sat., 101 : Lichas de Tarente possède une familia negotians dont il est le dominus.

16Chemin faisant, en examinant le problème de leur dénomination, nous avons rencontré des commerçants hispaniques qui appartiennent, sauf exception72, à la catégorie sociale des affranchis ; il existe donc une familia negotians73 autour de personnages en vue dans les cités de la péninsule.

  • 74 CIL, XV, 3782-3783.
  • 75 AE, 1988, 864b.
  • 76 CIL, XV, 3756-3761.
  • 77 CIL, XV, 3769-3781.
  • 78 Rodríguez Almeida 1972, no 12.
  • 79 Id. 1979, 886 : daté au Testaccio de 149.
  • 80 CIL, XV, 3795.
  • 81 Rougé, 1966, 429.
  • 82 CIL, XV, 3973 ; AE, 1984, 528 ; CIL, VI, 1625b = ILS, 1340.
  • 83 AE, 1979, 339 ; Rodríguez Almeida 1972, no°6 ; 7 ; CIL, XV, 3883-3888 ; 3889.
  • 84 CIL, II, 1481 ; CIL, XV, 3897 ; CIL, VI, 20742.

17Ils peuvent figurer seuls sur les inscriptions peintes, tel par exemple D. Caecilius Onesimus74 ou D. Caecilius Abascanthus75, ou bien en partenariat avec d’autres affranchis de la même famille, tels les D. Caecilii Evelastus et Daphnus76, les D.D. Caecilii Hospitalis et Maternus77, D.D. Caecilii Onesimus et Hospitalis78 ; le partenariat lie aussi père et fille : D. Caecilius Onesimus et Charitosa filia79 ; ou bien les affranchis d’une autre famille : D.D. Caecilii et Aelius Optatus80. Ces societates semblent donc éphémères et valoir pour un seul voyage ; nous ignorons tout des raisons de leur dissolution81. Elles marquent la force du lien familial qui permet de parler à propos des Caecilii d’un véritable clan, puisqu’on dénombre quatorze negotiatores qui portent ce gentilice. On peut noter aussi les Cassii82, les Iuli Alfii83, les M. Iuli Hermesiani84, les seuls qui offrent une continuité “dynastique”.

18Il est difficile de découvrir les liens réciproques des affranchis, d’autant que les negotiatores et diffusores possèdent à leur tour des affranchis, sans parler de leur descendance directe. Leur mobilité géographique permet de dresser au moins une hiérarchie de fonction et sans doute de richesse.

  • 85 CIL, II, 1474.
  • 86 AE. 1980, 98 ; 1994, 194.
  • 87 AE, 1994, 193 = CIL, VI, 1885.
  • 88 CIL, VI, 9677.
  • 89 CIL, XIV, 397.
  • 90 L. Numisius Montanus, prêtre provincial de Tarraconnaise (CIL, II, 4231 ; 4295), époux de Porcia M (...)
  • 91 Meiggs 1960, 215 : seuiro Augustali, negotiatori ex Híspania citeriore ; son épouse est Numisia Me (...)
  • 92 D’Arms 1981, 129 : témoignage de la dimension de leurs tombes.
  • 93 Fabre 1981, 342-352, tout en reconnaissant cet affranchissement, continue à souligner la dépendanc (...)
  • 94 Haley 1991, 102-109.

19Il est évident que D. Caecilius Hospitalis, curateur du syndicat des negotiatores olearii, en résidence à Rome, l’emporte sur tous les autres membres de la gens Caecilia originaire d’Astigi85. Il représente la firme à Rome, point d’aboutissement des convois d’huile et y joue le rôle d’agent commercial. Certains même s’installent à demeure à Rome, tels D. Caecilius Onesimus86, dont l’inscription funéraire à Rome est élevée par ses héritiers, D. Caecilius Abascanthus87, qui honore son épouse Caecilia Hellas d’un tombeau qu’il destine à lui-même, à ses enfants, à ses affranchis et à leur double postérité, formule que l’on retrouve chez le negotiator salsarius, P. Clodius Athenio88 qui, de Málaga, est venu s’installer à Rome. Certains se retrouvent à Ostie : nous avons cité les negotiatores des signacula de bronze. Nous pouvons ajouter le Tarragonais L. Numisius Agathemerus89, affranchi de la gens Numisia90 qui tenait le haut du pavé dans la capitale de la Citérieure et qu’Ostie a accueilli comme seuir Augustalis91, ce qui le classe dans la couche supérieure des affranchis92 : il surveillait à Ostie l’arrivée des bateaux, vraisemblablement chargés du vin de Tarraconnaise. Ainsi un tel éloignement favorisait l’autonomie de ces agents, honorables correspondants des firmes de la mère-patrie, développait leur esprit d’initiative et accroissait leur richesse. Ces affranchis peu à peu se sont libérés des obsequia dus à leurs anciens maîtres93 ; nous pouvons aussi souscrire aux remarques de J. H. D’Arms sur leur progressive autonomie et sur la constitution d’une couche économique et sociale, certes éphémère, intermédiaire et décisive dans le fonctionnement de la société hispano-romaine. La liberté vient aux negotiatores de leur mobilité géographique94.

  • 95 CIL, II, 1474.
  • 96 Inédit. Rodríguez Almeida 1984, 224.
  • 97 CIL, XV, 3693 ; 3694, ce qui manifeste un lien entre les Aelii Optati de Peñaflor et les Caesii d’ (...)
  • 98 Caesius Montanus est le fils d’Aponia C.f. Montana, révélé par HEp, 3, 1993, 344 : Ordoñez Aguila (...)
  • 99 Curateur des negotiatores olearii à Rome, en compagnie de D. Caecilius Hospitalis : CIL, VI, 1625b (...)
  • 100 CIL, II, 1481 ; voir Rodríguez Almeida 1991, 257.
  • 101 CIL, II, 3897.

20Toutefois, même un D. Caecilius Hospitalis n’a pas rompu tout lien avec la mèrepatrie, Astigi. On le rencontre95 parmi les cohéritiers de Caecilia Trophime et de son mari Caecilius Silo, qui exécutent le voeu testamentaire de la première en élevant une statue de la Pietas de cent livres d’argent et c’est Astigi qui vient en tête des villes d’où sont originaires les commerçants d’huile. Aux quatorze membres de la gens Caecilia, tous negotiatores, s’ajoutent Aponius96, L. Aelius Optatus Caesianus97, Caesius Montanus98, Cassius Faustus99, M. Iulius Hermesianus, le père et le petit-fils100, M. Iulius Hermes101, soit au total vingt marchands d’Astigi qui devient la capitale commerciale de l’économie oléicole de la Bétique.

  • 102 Chic 1987,243.
  • 103 Chic 1987, 244 ; on y rencontre les trois ateliers les plus importants : Las Delicias, Alcotrista, (...)
  • 104 Le décompte est fait sur les listes de Rodríguez Almeida 1984, 224-231. Liou 1980, 173 note que le (...)

21Nous n’avons pas à nous en étonner : Astigi est au milieu de la plus riche région oléicole102, dans la zone où les fours d’amphores à huile sont les plus denses103 et le district fiscal d’Astigi devance tous les autres, avec vingt mentions sur les quarante-quatre de l’ensemble des districts, soit 45,45 %104.

  • 105 Thévenot, 192, passim ; à Celti, une Aelia Optata fait une dédicace funéraire à Q. Aelius Optatus (...)
  • 106 Loyzance 1988, passim.
  • 107 AE, 1979, 339= AE, 1984, 528 pour C. Iulius Alfius Theseus.

22Les autres places d’origine des marchands sont Peñaflor (Celti)105, Oducia106, Barbesula107, soit vingt-trois marchands identifiés comme provenant de la péninsule Ibérique, sur les deux cent cinquante-sept présents au Testaccio et recensés par Rodriguez Almeida : ils représentent juste un peu plus de 9 % et donc le commerce de l’huile hispanique est loin d’être aux seules mains des Hispaniques.

  • 108 Gayraud 1981, 530-541 : le monde du commerce.
  • 109 CIL, XI, 4393 ; CIL, XV, 3863-3879 (149 et 154) ; CIL, XV, 3856-3861 (149) ; CIL, XV, 3862-3874. Ga (...)
  • 110 CIL, XII, 4406 ; CIL, XV, 3974-3975 ; un affranchi CIL, XV, 3976 (149).
  • 111 Coelia Chrysis, Coelius Mascelinus : ILGN, 584. Gayraud 1981, 417 : gentilice typique de l’onomast (...)
  • 112 CIL, XII, 5187 ; affranchis : CIL, XV, 3993-3994 ; 3995-3996 ; 3997 ; 3998-3999. Gayraud 1981,446.
  • 113 AE, 1916,41 = ILGN, 586.
  • 114 Chic, 249, note que les “diffusores” étrangers sont nombreux à Astigi.
  • 115 C’est Euthydème d’Athènes, auteur d’un Περὶ ταρίχων, qui le rapporte chez Ath., Deipn., III, 116. (...)

23Nous connaissons par ailleurs la place importante des Narbonnais108 : Sex. Fadius Musa, armateur et négocian109, P. Olitius Apollonius110, les Coelii111, les Segolatii112 et même un Cordouan affranchi est allé s’installer à Narbonne : M. Fabius, libertas trium Marcorum113. Vraisemblablement, face à ces minorités, ce sont les Italiens qui occupent une position dominante et ils n’ont laissé qu’un faible espace à la concurrence provinciale114. Cette situation se retrouve pour le commerce des salaisons où les Hispaniques se contentent seulement d’une portion congrue. Au iie siècle avant Jésus-Christ, les Italiens exerçaient déjà un monopole complet sur le transport des salaisons de Gadès à Rome : on n’y rencontrait que les vaisseaux du Bruttium, de la Campanie et ceux de Tarente115. Certainement, les Hispaniques ont dû lutter même pour obtenir une petite place : le destin de P. Clodius Athenio n’en est que plus remarquable.

  • 116 Colis et al. 1977, 139.
  • 117 Bost et al. 1992, 207.
  • 118 Et non neuf, après les compléments de fouille.

24C’est alors que nous saisissons le mieux l’opposition entre production et commerce. Les trois grands produits de l’agriculture hispanique étaient menés vers les entrepôts des grands emporia et l’analyse des cargaisons livrées par les épaves nous a conduits inexorablement vers Gadès, que ce soit pour Port-Vendres II116 ou pour Cabrera III117. Pour constituer une cargaison complète, plusieurs commerçants groupent leurs marchandises et constituent pour la durée d’un voyage une ample societas : sur le bateau de Port-Vendres II, on dénombre onze partenaires118 parmi lesquels les commerçants hispaniques étaient minoritaires.

Conclusion

  • 119 Comme en témoignent la taille et le style de leurs inscriptions funéraires : Gravino Cecere 1994, (...)
  • 120 Purcell 1983, passim.
  • 121 CIL, VI, 1885.
  • 122 AE, 1980, 98 = AE 1994, 194.
  • 123 Même si M. Iulius Hermesianus a fait un séjour temporaire à Rome, où il a affranchi Iulia Zotice ( (...)
  • 124 CIL, II, 1481.
  • 125 AE, 1979, 339 = AE, 1984, 528.
  • 126 Voir la note 90.
  • 127 Étienne 1997-1999, passim = AE, 1995, 845.
  • 128 Andreau 1974, 296-299.

25Ainsi il est difficile de parler pour la péninsule Ibérique d’une classe “marchande”. De par leur statut social, les affranchis représentent un simple moment dans le destin d’une famille. Certains, plus habiles et plus riches119, ont migré vers Rome où ils sont restés et ils sont parfois entrés dans les postes de petits fonctionnaires120 : lictor curiatus pour D. Caecilius Abascanthus121, apparitor Augustorum pour D. Caecilius Onesimus122. Restant dans la capitale, ils doivent espérer une carrière “bourgeoise” pour leurs enfants. Certains reviennent dans leur patrie, tel D. Caecilius Hospitalis, ou même perpétuent, comme les Iulii Hermesiani, leur fonction marchande jusqu’à la génération de leur petit-fils123. Leur position sociale est. importante, puisque par exemple le sénat municipal concède aux descendants le terrain pour élever le tombeau de l’ancêtre. Bien plus, leurs enfants sont honorés d’une charge civique ou religieuse : telle Alfia Domitia Severiana124, fille de C. Iulius Alfius, flaminica perpetua à Barbesula125, honorée en vertu d’un décret du sénat municipal d’une statue en argent de cent livres. C’est donc la génération suivante qui profite de la richesse du père. Naturellement, l’horizon commercial a aidé à projeter leurs détenteurs dans le cercle des propriétaires fonciers : le cas semble évident par exemple pour les Numisii126 de Tarragone, et encore plus éclatant pour Aemilius Niger dont les trois affranchis, Aemilii Ligurinus, Italicus et Delius sont engagés dans le commerce des saumures produites par leur patron127, mais il serait de mauvais goût de faire allusion à une production “industrielle”, tout comme pour A. Umbricius Scaurus de Pompéi128. Ce sont les affranchis qui, par leur activité mercantile profitable, permettent de maintenir la dignitas du patron et lui permettent d’être élu prêtre du culte provincial de Bétique. La hiérarchie sociale est sauvegardée, la discrétion assurée et l’odeur de la caque camouflée.

  • 129 Lichas de Tarente, signalé à la note 73, possède un navire dont il est le capitaine, s’affiche com (...)

26Le partage se fait entre notables-propriétaires fonciers qui jouissent des revenus de leurs terres et affranchis qui sont les acteurs du trafic129. Les familles d’influence sont accompagnées d’une nébuleuse d’affranchis qui, la même année – par exemple cette fameuse année 149 au Testaccio ! –, risquent les cargaisons patronales sur les voies maritimes ; en les répartissant sur plusieurs navires, ils évitent ainsi de grosse pertes et la ruine totale de leur patron.

27Les affranchis n’ont pas tous les mêmes capacités ni le même niveau de richesse : mercator pourrait désigner le bas de l’échelle, negotiator le sommet de la profession et diffusor impliquerait une convention avec l’État pour garantir la livraison de l’huile de l’annone ; toutefois, une telle hiérarchie souffre quelques exceptions.

28La nécessité d’accompagner les produits – vin, huile, saumures – jusqu’à la capitale, Rome, et au moins jusqu’à son port, Ostie, implique que certains de ces affranchis fassent des séjours temporaires en Italie ; seule une faible minorité s’implante définitivement à Rome. Un tel éloignement, passager ou définitif, de leur patrie d’origine et de leur patron, leur assure une liberté qui alimente la dynamique de la société hispano-romaine ; grâce au commerce, elle bouge, donnant naissance à de nouvelles familles romaines ou rapatriant les affranchis vers une société provinciale dont ils avaient été primitivement exclus. L’existence de dynasties marchandes reste toutefois exceptionnelle dans le monde romain : une certaine malédiction pèsera longtemps sur le négoce dans les sociétés occidentales.

Discussion

29— Question de P. Gros

30Que pense R. Étienne des amici de l’inscription d’Almuñecar (Sexi) qu’il a mentionnée ? Ne s’agit-t-il pas des hommes de confiance chargés par C. Aemilius Niger de faire pour son compte des opérations commerciales ? Dans ce cas, ils appartiendraient à la familia, telle qu’elle est définie dans le texte de Pétrone qu’il a cité. Et ne peut-on pas penser que les noms géographiques des amici en question évoquent les terroirs sur lesquels ils déploient prioritairement leurs activités ?

31— Réponse de R. Étienne

  • 130 Saller 1982.

32On ne peut s’étonner de ce qualificatif depuis les travaux de R. P. Saller130. Le mot d’amicus n’exclut pas une nuance d’inégalité sociale et elle assume dans cette inscription une relation de patronage. Malgré les remarques de P. Le Roux, je maintiens la relation géographique entre les cognomina de ces affranchis et la prospérité du commerce méditerranéen du patron, producteur de salaisons de poissons, qui veut faire oublier l’origine de sa richesse et ne garde que le prestige de la prêtrise provinciale de la Bétique.

Notes

1 Domergue 1994, 90 : “Pénétrer les arcanes du commerce antique n’est pas une tâche facile”.

2 Distinction mise en valeur par Taglietti 1994, 178 ; distinction brouillée à propos de L. Iunius Puteolanus par Haley 1991, 113 : connexion de la production et du commerce des saumures, or il ne peut s’agir que de production, voir Étienne & Mayet 1998, passim ; amalgame entre production et commerce effectué par Castillo 1998, passim.

3 Liou & Tchernia 1994, 152.

4 Id. ibid. 138-140 et 152.

5 Rougé 1966, 276-277 : ils sont des brasseurs d’affaires, des manieurs d’argent.

6 Id. ibid. 280.

7 CIL, VI, 1677.

8 CIL, VI, 1625b.

9 Étienne & Mayet 1998, 156-157.

10 CIL, XV, 4732.

11 Rougé 1966, 305-309.

12 Solin 1982.

13 Nous avons décompté l’ensemble des mercatores, sans nous préoccuper de leur origine hispanique.

14 Purcell 1983, 153 : les trois quarts sont affranchis.

15 Plutarque, Cato Mai., 21.6.

16 Cicéron, II Verr., 5.167 : les mercatores voyagent sur mer. Phaeton, affranchi de Quintus, le frère de Cicéron, est sur un autre bateau que son maître, ad Att., 3.8.

17 D’Arms 1981, 40.

18 Panciera 1980, 236-238 ; au contraire de ces affranchis, les dédicants de la construction du temple d'Hercules Victor Olivarius, construit près du port du Tibre, sont des commerçants en gros.

19 Cicéron, Paradig. Stoic., 46 : qui cum semis, cum libertis, cum clientibus societate.

20 Id., II Verr., 5.154.

21 Id., ibid. 5.167 : “des hommes de petite condition, de naissance obscure”.

22 Id., ibid. : hac una tamenfiducia ciuitatis hanc sibi rem praesidia sperant futurum.

23 D’Arms 1981, 22, invoquant les textes de Cicéron, Paradig. Stoic., 46 : qui honeste rem quaerunt mercaturis faciundis ; II Verr., 5.154 : mercatores homines locupletes atque honesti, constat qui s’applique aux marchands de Pouzzoles.

24 Hesnard & Gianfrotta 1989.

25 Rougé 1966, 309-310.

26 Liou & Gassend, 1990, 203.

27 Tchernia 1980, 159, identifie negotiator avec diffusor olearius, tout en restant prudent, tandis que Panciera 1980, 243 demeure dubitatif.

28 Rodriguez Almeida 1979, passim.

29 C’était déjà l’opinion de de Ruggiero 1910, 1783.

30 Liou & Tchernïa 1994.

31 Remesal 1989a, passim.

32 D’Arms 1981, 24.

33 Cicéron, pro Plancio, 64 : “courtois envers les négociants, juste avec les marchands” (P. Grimai traduit mercatoribus par intermédiaires).

34 Deniaux 1993, passim.

35 Voir la note 6.

36 CIL, IX, 4680 = ILS, 7484. Reate en Sabine : negotiator uinarius... idem mercator omnis generis mercium transmarinarum.

37 CIL, VI, 1935 = ILS, 7489.

38 CIL, II, 1474.

39 CIL, VI, 1625b = ILS, 1340.

40 Stein 1950, 78-80.

41 Pflaum 1960, 285-286, no 117 ; Pavis d’Escurac 1976, 343-344.

42 CIL, XV, 3762-3764 (datées de 145 et de 147) ; 3769-3781 (six fragments datés de 154).

43 CIL, VI, 9677.

44 Muñiz Coelho 1975, passim.

45 CIL, II, 1970 = ILS, 1341 ; Pflaum, 1960, 274-279, no 113.

46 Pavis d’Escurac 1976, 242.

47 Stein 1950, 76-78.

48 CIL, II, 1971.

49 Pflaum 1960, 279, suivi par Pavis d’Escurac 1976, 342. Pourquoi Curtis 1991, 63, 152 et 157 insiste-t-il à tort sur sa résidence à Ostie ?

50 Éclairés par Saller 1982, passim.

51 CIL, VI, 29 722 = ILS, 7490.

52 Fishwick 1973, 629 ; un C. Ulattius, fils de Priscus, est originaire de la cité des Ségusiaves.

53 Le Roux 1988, p. 269, no 8 a bien noté l’origine lyonnaise de Cn. Sentius Regulianus ; on peut ajouter que [Coelia Chrysis], negotiatrix olearia ex prouinc. Baetica (AE, 1973, 71) vient de Narbonne : Gayraud 1981, 417, 530.

54 Taglietti 1994, 178-185.

55 Granino Cecere 1994, 712-719.

56 Tchernia 1980, 155.

57 Panciera 1980, 241.

58 Loyzance 1988, passim.

59 Le Roux 1988, 260-263.

60 Chic 1987, passim.

61 Rodríguez Almeida 1987-1988, 305-306.

62 Liou & Gassend 1990, 205-208.

63 Liou & Tchernia 1994, 136.

64 CIL, XV, 8166 = IG. XIV, 2412, 24.

65 AE, 1978, 71.

66 CIL, XV, 8075.

67 CIL, XV, 3725-3727.

68 CIL, XV, 8272.

69 CIL, XV, 3883-3888.

70 CIL, XV, 8097.

71 Et à Rome : le sceau de Coelia Mascellina a été trouvé dans la zone du port fluvial, où l’on a localisé la cella Ciuiciana (via du Port de Ripa Grande) (voir Castagnoli 1980, 37), sans qu’on sache quelle marchandise recevait ce magasin spécialisé.

72 Celle de M. Cassius Sempronianus, citoyen romain d’Olisipo.

73 Pétrone, Sat., 101 : Lichas de Tarente possède une familia negotians dont il est le dominus.

74 CIL, XV, 3782-3783.

75 AE, 1988, 864b.

76 CIL, XV, 3756-3761.

77 CIL, XV, 3769-3781.

78 Rodríguez Almeida 1972, no 12.

79 Id. 1979, 886 : daté au Testaccio de 149.

80 CIL, XV, 3795.

81 Rougé, 1966, 429.

82 CIL, XV, 3973 ; AE, 1984, 528 ; CIL, VI, 1625b = ILS, 1340.

83 AE, 1979, 339 ; Rodríguez Almeida 1972, no°6 ; 7 ; CIL, XV, 3883-3888 ; 3889.

84 CIL, II, 1481 ; CIL, XV, 3897 ; CIL, VI, 20742.

85 CIL, II, 1474.

86 AE. 1980, 98 ; 1994, 194.

87 AE, 1994, 193 = CIL, VI, 1885.

88 CIL, VI, 9677.

89 CIL, XIV, 397.

90 L. Numisius Montanus, prêtre provincial de Tarraconnaise (CIL, II, 4231 ; 4295), époux de Porcia Materna, flaminique provinciale de Tarraconnaise et municipale (CIL, II, 4241) ; L. Numisius Ovinianus, frère du précédent, prêtre provincial de Tarraconnaise et entamant une carrière équestre (CIL, II, 4232).

91 Meiggs 1960, 215 : seuiro Augustali, negotiatori ex Híspania citeriore ; son épouse est Numisia Mercatilla.

92 D’Arms 1981, 129 : témoignage de la dimension de leurs tombes.

93 Fabre 1981, 342-352, tout en reconnaissant cet affranchissement, continue à souligner la dépendance vis-à-vis du patron.

94 Haley 1991, 102-109.

95 CIL, II, 1474.

96 Inédit. Rodríguez Almeida 1984, 224.

97 CIL, XV, 3693 ; 3694, ce qui manifeste un lien entre les Aelii Optati de Peñaflor et les Caesii d’Astigi.

98 Caesius Montanus est le fils d’Aponia C.f. Montana, révélé par HEp, 3, 1993, 344 : Ordoñez Aguila 1988, 164. Aponía Montana est prêtresse municipale d’Astigi : CIL, II, 1471.

99 Curateur des negotiatores olearii à Rome, en compagnie de D. Caecilius Hospitalis : CIL, VI, 1625b = ILS, 1340 ; les Cassii sont présents au Testaccio : CIL, XV, 3804-3809.

100 CIL, II, 1481 ; voir Rodríguez Almeida 1991, 257.

101 CIL, II, 3897.

102 Chic 1987,243.

103 Chic 1987, 244 ; on y rencontre les trois ateliers les plus importants : Las Delicias, Alcotrista, Malpica.

104 Le décompte est fait sur les listes de Rodríguez Almeida 1984, 224-231. Liou 1980, 173 note que le secteur d’Astigi est le plus nommé.

105 Thévenot, 192, passim ; à Celti, une Aelia Optata fait une dédicace funéraire à Q. Aelius Optatus (CIL, II, 2329) et l’on peut rattacher à la famille des Aelii Optati notre Lucius.

106 Loyzance 1988, passim.

107 AE, 1979, 339= AE, 1984, 528 pour C. Iulius Alfius Theseus.

108 Gayraud 1981, 530-541 : le monde du commerce.

109 CIL, XI, 4393 ; CIL, XV, 3863-3879 (149 et 154) ; CIL, XV, 3856-3861 (149) ; CIL, XV, 3862-3874. Gayraud 1981, 417 : nom typique de l’onomastique de Narbonne.

110 CIL, XII, 4406 ; CIL, XV, 3974-3975 ; un affranchi CIL, XV, 3976 (149).

111 Coelia Chrysis, Coelius Mascelinus : ILGN, 584. Gayraud 1981, 417 : gentilice typique de l’onomastique de Narbonne

112 CIL, XII, 5187 ; affranchis : CIL, XV, 3993-3994 ; 3995-3996 ; 3997 ; 3998-3999. Gayraud 1981,446.

113 AE, 1916,41 = ILGN, 586.

114 Chic, 249, note que les “diffusores” étrangers sont nombreux à Astigi.

115 C’est Euthydème d’Athènes, auteur d’un Περὶ ταρίχων, qui le rapporte chez Ath., Deipn., III, 116. Vers 100 a.C., Panciera, 1980, 238 remarque qu’aucun commerçant en huile n’est autre qu’italien.

116 Colis et al. 1977, 139.

117 Bost et al. 1992, 207.

118 Et non neuf, après les compléments de fouille.

119 Comme en témoignent la taille et le style de leurs inscriptions funéraires : Gravino Cecere 1994, 713-714.

120 Purcell 1983, passim.

121 CIL, VI, 1885.

122 AE, 1980, 98 = AE 1994, 194.

123 Même si M. Iulius Hermesianus a fait un séjour temporaire à Rome, où il a affranchi Iulia Zotice (CIL, VI, 20741 ; Panciera 1980, 159). Son fils, M. Iulius Hermes, exporte de l’huile en 149 (CIL, XV, 3897), tandis que son petit-fils le fait à une époque post-sévérienne, vers 230.

124 CIL, II, 1481.

125 AE, 1979, 339 = AE, 1984, 528.

126 Voir la note 90.

127 Étienne 1997-1999, passim = AE, 1995, 845.

128 Andreau 1974, 296-299.

129 Lichas de Tarente, signalé à la note 73, possède un navire dont il est le capitaine, s’affiche comme propriétaire foncier et c'est sa familia qui assure les tâches commerciales.

130 Saller 1982.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search