Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

Les fondements économiques de la puissance des élites hispaniques

Présentation

Jonathan Edmondson

Texte intégral

  • 1 Finley 1973 ; Garnsey 1987, surtout 43-103 ; Id. 1998 ; Whittaker 1993.
  • 2 Whittaker 1985.
  • 3 Cicéron, de Off. 1.151 : omnium autem rerum, ex quibus aliquid acquiritur, nihil est agri cultura (...)
  • 4 Rostovtzeff 1957 (2e éd.), 153.

1On peut admettre que les recherches de M. Finley et de l’école de Cambridge sous sa direction pendant les années 1970 et 1980 ont réanimé le débat, ou la polémique, sur la véritable nature de l’économie antique. Soit pour M. Finley, soit pour ses collègues C. R. Whittaker et P. Garnsey, l’agriculture est toujours le principal fondement économique de la richesse des élites du monde antique, élites grecques ou élites romaines. Les autres sources (par exemple, la production, le commerce ou l’activité financière) reste beaucoup moins importantes1. Même si l’on transporte les produits à longue distance, cela n’implique pas nécessairement qu’on les commercialise. Selon C. R. Whittaker, les élites utilisaient les produits de leurs domaines provinciaux pour nourrir leurs esclaves ou leurs dépendants qui résidaient en Italie ou à Rome. Ces transports de biens restaient complètement en dehors du circuit du commerce2. Les études de M. Finley se fondaient surtout sur les sources littéraires, qui parlent du dégoût avec lequel les élites romaines considéraient le commerce. Et, parmi ces témoignages, il met l’accent sur un passage du de Officiis de Cicéron (1.151) qui soutient que “de toutes les entreprises dont on retire quelque bénéfice, rien n’est meilleur que l’agriculture, rien n’est plus productif, rien n’est plus agréable, rien n’est plus digne d’un homme libre”3. En insistant sur les attitudes des élites, M. Finley cherchait à discuter les principes avancées par M. Rostovtzeff, surtout dans son œuvre classique sur l’histoire sociale et économique de l’Empire romain, dont la première édition parut en 1926. Selon M. Rostovtzeff, “le fondement principal de la grande richesse était le commerce. On augmentait la richesse ainsi gagnée en la prêtant surtout par contrat hypothécaire, et on l’investissait pour acquérir des propriétés foncières”4.

  • 5 Pour un bilan, voir Frederiksen 1975.
  • 6 Hopkins 1983a ; 1983b.
  • 7 Cicéron, de Off. 1.151 : mercatura autem, si tenuis est, sórdida putanda est ; sin magna et copios (...)

2Ce n’est pas l’occasion de reprendre ici la critique de deux positions opposées de M. Rostovtzeff et de l’école de M. Finley5. Mais il faut indiquer qu’entre les deux pôles a surgi une proposition intermédiaire, développée surtout par K. Hopkins. D’après lui, être propriétaire foncier restait toujours primordial pour les élites romaines, mais cependant il faut admettre que les élites, assez fréquemment, investissaient une part de leur richesse foncière dans d’autres domaines économiques : par exemple, dans la production de vin, de l’huile d’olive, de conserves de poisson, dans le commerce, particulièrement maritime, ou même dans les activités financières6. A preuve, il faut invoquer un autre passage du de Officiis de Cicéron (1.151), où il dit, “Le commerce, s’il est réduit, est à considérer comme vil, mais s’il est étendu et abondant, important de partout beaucoup de choses, approvisionnant sans fraude beaucoup de gens, il n'est pas à blâmer absolument ; et même si ce commerce, rassasié de gain, ou plutôt satisfait, s'est transporté, comme souvent, de la haute mer au port, du port lui-même en des possessions de terre, il semble qu’on peut ajuste titre le louer’’7. Mais ici on note la préférence de Cicéron pour l’utilisation des profits des activités commerciales pour acquérir des propriétés foncières.

  • 8 Manacorda 1978 ; Will 1979. En générale sur la participation de l’élite sénatoriale dans le commer (...)
  • 9 Cébeillac 1998, 135-200.
  • 10 Andreau 1987 et 1999a.

3Jusqu’à maintenant, la discussion se concentrait surtout sur l’élite sénatoriale de Rome ; on se souvient ainsi des recherches sur les activités commerciales des Sestii, une famille de l’ordre sénatorial de la région de Cosa en Etrurie, qui exportait le vin italien, surtout dans la Gaule, en s’enrichissant en même temps8. Mais plus récemment, on commence à poser les mêmes questions à propos des élites locales de l’Italie. M. CébeillacGervasoni s’occupe des ressources économiques des notables dans une partie de son livre récent sur les magistrats du Latium et de la Campanie à l’époque républicaine. Elle en examine les revenus issus de l’exploitation agricole et aussi ceux des activités artisanales et industrielles liées à la propriété foncière et les ressources provenants d’activités financières et commerciales9. Et depuis l’œuvre de M. Finley, on peut profiter maintenant des recherches de J. Andreau sur la place des activités financières dans l’économie romaine10.

  • 11 Par exemple, les lettres de Cicéron sont une source fondamentale de l’étude de Cébeillac (1998, 13 (...)
  • 12 Sur leur recrutement dans l’ordre sénatorial, voir Syme 1981, 1982-83, 1983 ; Caballos 1990a ; dan (...)
  • 13 Sur l’implication des élites de Carthago Nova dans l’exploitation des mines de plomb argentifère d (...)

4Pour la péninsule Ibérique, la plupart des recherches sur les élites locales ne se consacre pas avec la même intensité aux fondements économiques de leur puissance, ce dont il ne faut pas nous étonner, car il est très difficile de comprendre l’origine et la nature des ressources des élites provinciales. Pour les dégager, on aurait besoin de sources littéraires plus nombreuses, très réduites pour l’Hispanie11, A défaut, on étudie l’entrée de l’élite hispanique dans les ordres sénatorial et équestre ou leur rôle dans la vie politique et sociale des villes hispano-romaines et surtout leur implication dans le processus de l’évergétisme12. Heureusement, quelques travaux récents sur l’économie de l’Hispanie romaine, soit sur les activités minières, soit sur la production du vin de la Tarraconnaise, de l’huile de la Bétique ou des conserves de poisson de Lusitanie, traitent d’une manière nécessairement préliminaire du rôle des élites locales dans leur production et leur commercialisation. C’est surtout par une comparaison des noms attestés sur ces produits, d’une part sur les lingots de plomb produits dans la région de Carthago Nova, d’autre part sur les amphores d’huile de la vallée du Guadalquivir, avec ceux des élites locales connus par l’épigraphie monumentale ou honorifique que l’on peut progresser dans la connaissance de la participation des élites aux activités productives et commerciales13. Pour avancer la discussion sur la richesse des notables hispano-romains, il sera utile, à mon avis, de réfléchir sur quelques questions peu traitées jusqu’à maintenant.

  • 14 Sur les processus de la fondation d’une colonie, l’œuvre de Salmon 1969 reste toujours utile. Plus (...)
  • 15 Sur la question de l’immigration de l’Italie, voir Marín Díaz 1988 ; Le Roux 1995b.
  • 16 Pour quelques réflexions sur ce thème, voir Syme 1977.

5En premier lieu, il faut distinguer entre les différents types d'élites dans la péninsule Ibérique, que l’on ne doit pas confondre. Les notables d’une petite communauté à l’intérieur de la péninsule sont assez différents de ceux qui contrôlaient les grandes villes ouvertes au commerce de longue distance. De plus, les élites les plus élevées de la péninsule, qui ont pu accéder à l’ordre équestre et surtout à l’ordre sénatorial et qui, par conséquence, devaient résider de manière assez permanente à Rome ou en Italie, se différencient des élites locales, les domi nobiles, qui restaient, leur vie durant, dans la péninsule. Donc, il faut établir une typologie des élites hispano-romaines et distinguer entre les sources différentes de leur richesse et les moyens divers de la mobiliser. En outre, parmi les domi nobiles, il nous faut différencier, d’une part, les élites des colonies romaines, d’autre part, celles des municipes ou des ciuitates stipendiariae. Toutes les colonies (au moins dans la période de la formation des élites) furent implantées par Rome. Leur fondation implique la création d’une élite totalement nouvelle, dans un espace modelé par Rome et déterminé au début par le deductor coloniae. Le deductor parcellait les terres et choisissait les membres du sénat local ; il jouait ainsi un rôle primordial dans la formation de la hiérarchie sociale et, par-là, de l'élite coloniale. A cause du cadastre parcellaire, les inégalités éclatantes de la richesse n’étaient pas théoriquement possibles, du moins à l’époque de la fondation14. Dans les municipes, c’est-à-dire, les communautés indigènes promues par Rome à un statut privilégié, les élites comprenaient fréquemment des aristocrates indigènes, confirmés sur place par les autorités romaines, soit par le proconsul en Bétique, soit par le legatus Augusti pro praetore en Lusitanie ou en Hispanie Citérieure, ou des indigènes élus et promus socialement pour former une nouvelle élite sous l’influence de Rome. Mais sur ce point, il ne faut pas oublier que les immigrants romains ou, surtout, italiens de niveau moyen, qui s’établissaient dans les régions surtout côtières et méridionales pendant la période tardo-républicaine, ont dû s’incorporer à l’élite municipale à plusieurs reprises15. Dans les milieux municipaux, on peut constater que la distribution de la richesse était plus inégale que dans les colonies16. Il faut se demander s'il y avait des différenciations importantes dans la nature, l’origine et le niveau de la richesse entre, d’une part, les élites des colonies et, d’autre part, les élites des municipes et communautés stipendiaires.

  • 17 Pour une étude, bien nuancée, de l’organisation et des ramifications du patronage dans une autre r (...)
  • 18 S.C. de Pisone patre, lignes 84-90.
  • 19 Plutarque, Crassus, 4-5 ; Bell. Hisp. 3.3-9 ; Cicéron, ad Att. 12.21.1 ; ad Fam. 6.18.2. Sur la fa (...)

6De plus, dans le contexte colonial ou impérial de l'Hispanie romaine, il faut admettre plusieurs étapes et plusieurs moyens variés de l’acquisition, de la création et de l’augmentation de la richesse. Les élites hispano-romaines en gagnaient sans doute la plus grande partie par l’héritage en ligne patrilinéaire de la fortune familiale. Mais pour son augmentation, il ne faut pas négliger l’importance d’autres apports, par exemple, les dons. Les liens de patronage avec quelques membres plus puissants de l’élite hispano-romaine, ou avec les membres de la classe dirigeante de Rome, pouvaient entraîner des donations importantes au profit des élites locales17. Le senatus consultum de Cn. Pisone patre nous rappelle que le princeps savait bien accorder des dons importants à ses amis, comme le fit Auguste lorsqu’il attribua à Cn. Pison une propriété foncière assez grande, un saltus dans l’Illyricum18. Et à la suite de la conquête romaine, la période la plus importante de la formation des élites hispano-romaines, les dons de terres jouaient un rôle significatif pour confirmer leur poids économique. On imagine que la fortune de familles comme les Vibii Pacciaeci s’accrut à cause de leurs liens avec les dynastes romains comme M. Licinius Crassus, le triumvir, ou César, auxquels ils ont offert leur appui en Espagne pendant les guerres civiles du 1er siècle a.C.19

  • 20 Pour quelque discussion, voir Edmondson 1987, 71-84, 128-136 ; Domergue 1990, 253-277, 321-333.
  • 21 Pour cette question très importante, voir Whittaker 1985, 58.

7D’ailleurs, on doit se demander si les élites hispano-romaines pouvaient augmenter leur puissance économique par l’investissement d’une partie de leur richesse d’origine foncière dans la production et/ou la commercialisation de biens agricoles à plus grande échelle ou même dans les secteurs industriels, surtout les activités minières20. Dans ce milieu provincial, est-il possible que les élites ne s’enrichissaient que par le commerce ou l'artisanat ? Au centre du pouvoir, cela restait impossible à cause de la domination de la propriété foncière dans l’idéologie hiérarchisée des activités économiques convenables pour un homme honorable. Mais la situation était-elle identique dans le milieu provincial ? De plus, en considérant le rôle des élites dans le commerce ou dans la production, on doit s’interroger sur l’utilisation par les élites des esclaves, des affranchis, ou des dépendants représentant leurs intérêts économiques dans le monde des affaires pour les protéger contre le mépris idéologique prétendu contre les activités commerciales. Plus intéressant encore, on voudrait savoir si les élites établissaient leurs affranchis, esclaves ou dépendants comme des véritables entrepreneurs dans des entreprises assez solides, dont elles voulaient tirer des profits21. Comme toujours, il faut considérer la question de l’échelle des opérations et des intentions des élites. Si elle est vraiment grande, elle présente beaucoup d’intérêt. Autrement, il faut la considérer comme un élément traditionnel de la gestion d’une propriété foncière.

  • 22 Pétrone, Sat., 76.
  • 23 Pour les modifications de la propriété dans la zone oléicole, voir Remesal 1980 ; 1986, 104-105 ; (...)

8Enfin, en discutant de l’accroissement de la richesse des élites, il ne faut pas oublier que ces activités (et surtout le commerce maritime) faisaient courir des risques, ce qui pouvait diminuer les moyens économiques des élites plutôt que les augmenter. C’est ce que découvrit l’affranchi Trimalchion du roman de Pétrone, lorsqu’il commença sa carrière de négociant22. Et il ne faut pas négliger les bouleversements politiques au centre du pouvoir, c’est-à-dire à Rome, qui, d’un coup, ont dû modifier – souvent de manière très radicale – la situation économique d’un monde provincial comme l'Hispanie. Les guerres civiles (soit entre Pompée et César, soit après la mort de César, soit après la chute de Néron, soit après l’assassinat de Commode) provoquèrent une redistribution des propriétés selon les nouvelles fidélités créées par les exigences politiques. On le constate dans la zone oléicole de la Bétique à la suite de la victoire de Septime Sévère dans la guerre civile contre Clodius Albinus de 195 à 197 p.C.23 Donc, dans chaque analyse des fondements économiques des élites hispano-romaines on doit inclure un bilan diachronique, puisqu’il y aurait eu des modifications continuelles dans la répartition de la richesse. Les fluctuations ne sont pas toujours visibles, mais il faut les admettre.

Notes

1 Finley 1973 ; Garnsey 1987, surtout 43-103 ; Id. 1998 ; Whittaker 1993.

2 Whittaker 1985.

3 Cicéron, de Off. 1.151 : omnium autem rerum, ex quibus aliquid acquiritur, nihil est agri cultura melius, nihil uberius, nihil dulcius, nihil homine libero dignius. (traduction de M. Testard, CUF).

4 Rostovtzeff 1957 (2e éd.), 153.

5 Pour un bilan, voir Frederiksen 1975.

6 Hopkins 1983a ; 1983b.

7 Cicéron, de Off. 1.151 : mercatura autem, si tenuis est, sórdida putanda est ; sin magna et copiosa, multa undique apportons multisque sine uanitate impertiens, non est admodum uituperanda, atque etiam, si satiata quaestu uel contenta potius, ut saepe ex alto in portum, ex ipso portu in agros possessionesque contulit, uidetur iure optimo posse laudari. (traduction de M. Testard, CUF).

8 Manacorda 1978 ; Will 1979. En générale sur la participation de l’élite sénatoriale dans le commerce, voir D’Arms 1981 ; cf. Whittaker 1985.

9 Cébeillac 1998, 135-200.

10 Andreau 1987 et 1999a.

11 Par exemple, les lettres de Cicéron sont une source fondamentale de l’étude de Cébeillac (1998, 135-200) sur les activités économiques des élites locales de l’Italie.

12 Sur leur recrutement dans l’ordre sénatorial, voir Syme 1981, 1982-83, 1983 ; Caballos 1990a ; dans l’ordre équestre voir Caballos 1995 ; Demougin 1988, 487-490, 516-517, 531-534. Sur l’évergétisme, voir surtout Melchor 1994a (avec références aux autres études).

13 Sur l’implication des élites de Carthago Nova dans l’exploitation des mines de plomb argentifère de la région, voir Domergue 1984 ; 1985 et Koch 1988. Sur les rapports entre les grands propriétaires de la vallée du Guadalquivir et la production et commercialisation de l’huile de la région, voir Remesal 1977-78 ; Rodríguez Almeida 1984 ; Jacques 1990a et Chic 1992. Pour le vin de Tarraconnaise, voir Miró 1988 ; pour les conserves de poisson de Lusitanie, Edmondson 1987, 100-198, surtout 122-136 sur l’organisation de la production.

14 Sur les processus de la fondation d’une colonie, l’œuvre de Salmon 1969 reste toujours utile. Plus récemment, voir Keppie 1983, 87-100 ; Filippi 1983 ; Gargola 1995, 71-100.

15 Sur la question de l’immigration de l’Italie, voir Marín Díaz 1988 ; Le Roux 1995b.

16 Pour quelques réflexions sur ce thème, voir Syme 1977.

17 Pour une étude, bien nuancée, de l’organisation et des ramifications du patronage dans une autre région de l’empire, l'Afrique, voir Saller 1982.

18 S.C. de Pisone patre, lignes 84-90.

19 Plutarque, Crassus, 4-5 ; Bell. Hisp. 3.3-9 ; Cicéron, ad Att. 12.21.1 ; ad Fam. 6.18.2. Sur la famille, voir récemment Hernández Fernández 1998.

20 Pour quelque discussion, voir Edmondson 1987, 71-84, 128-136 ; Domergue 1990, 253-277, 321-333.

21 Pour cette question très importante, voir Whittaker 1985, 58.

22 Pétrone, Sat., 76.

23 Pour les modifications de la propriété dans la zone oléicole, voir Remesal 1980 ; 1986, 104-105 ; cf. ILS, 1140, pour le légat de l'Hispanie Citérieure qui fut chargé par Septime Sévère à poursuivre terra marique les rebelles H(ispaniae), h(ostes) p(opuli) R(omani), c’est-à-dire, les adhérents de Clodius Albinus récemment vaincu.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search