Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

L'originalité des élites hispaniques

La “Crise” des élites Hispano-romaines (iiie-ive siècles)

Patrick Le Roux

Texte intégral

1Le thème retenu résiste d’emblée à l’élaboration d’un dossier documentaire dont les éléments pourraient être comparés à ceux d’autres périodes et d’autres espaces provinciaux, afin de tirer quelques conclusions de portée générale, susceptibles de rendre compte des évolutions sociales de la péninsule, et de ce qui les sous-tendait, entre l’avènement des Sévères et la mort de Théodose ier. Il soulève un difficile problème d’érudition consécutif à la minceur des données disponibles.

  • 1 La “crise” fait référence à un événement décisif, c’est-à-dire momentané et grave, qui perturbe, pl (...)

2Cette constatation préalable implique qu’on confronte les termes de l’intitulé aux interprétations historiographiques dominantes concernant la période en Hispanie. Celles-ci sont d’autant plus variées et dépendantes du présent que les faits sont plus minces et lacunaires. Le mot de “crise”, comme la notion d’“élite”1, sont avant tout des outils forgés par la réflexion à caractère scientifique depuis le siècle dernier ; tous deux supposent l’établissement de définitions sans ambiguïté, replacées dans le contexte provincial et péninsulaire. Le libellé invite également à un effort redoublé de méthode pour mieux cerner les interrogations, rechercher la moins mauvaise manière de les formuler, mesurer la pertinence des réponses. Il renvoie enfin aux sources et à leur nature épigraphique. Doit-on parler de la “crise des élites” ou ne faut-il pas conclure plutôt à une “crise des sources” ? En l’occurrence s’agit-il d’une originalité de l’histoire péninsulaire ? Est-il légitime d’opposer une époque flavio-antonine brillante, marquée par l’abondance des inscriptions, expression de cette vitalité singulière, et une époque tardive assimilable à une phase de déclin aussi irrémédiable que précoce, reflétée par la disparition des élites que ne fait qu’accuser une brève réapparition au temps de Théodose ?

1. Le dossier : déformations et difficultés

  • 2 Pour un bilan historiographique présenté de manière critique voir désormais Cepas Palanca 1997.

3L’idée d’une grave crise des élites hispaniques est héritée de débats qui, depuis plus d’un demi-siècle, mettent en jeu des convictions opposées en l’absence de données satisfaisantes et incontestables ; elle repose aussi sur des raisonnements datés méthodologiquement2, enclins à prendre les sources à la lettre plutôt qu’à construire objectivement le dossier.

1.1. Les données : un diagnostic de pénurie

  • 3 Voir Caballos 1990a, qui accepte une liste très élargie par rapport à Castillo 1984 et à Le Roux 19 (...)
  • 4 Jacques 1986, 152-225, qui recense, pour la période et la totalité de l’Empire, un effectif global (...)
  • 5 Le Roux 1982, 452-453 ; se reporter aussi à Jacques 1986, 113-115 et 157.
  • 6 Chastagnol 1965, 272-284.
  • 7 Id., 1965, 288-290.
  • 8 Id., 1965, 272-273, 275, 288, 290 : tous ces personnages ont occupé à un moment ou un autre des pos (...)

4Les rares statistiques dont on peut disposer sont de maniement délicat. Sur 170 sénateurs recensés comme étant éventuellement d’origine hispanique au Haut-Empire, et représentant environ 70 familles différentes3, 5 seulement, dont 3 très probables, ont une postérité au iiie s., d’après la liste de F. Jacques4. Sur 26 sénateurs recensés comme originaires d’Hispanie citérieure, aucun ne procède d’une famille dont l’ascension se place avec certitude après Septime Sévère5. Comparées à celles d’Afrique et d’Italie, les 3 familles hispaniques du iiie s. qui se perpétuent forment un pourcentage inférieur à 5 %. À. Chastagnol a relevé 5 ou 6 "Espagnols” clarissimes dans l’administration péninsulaire du ive s.6, auxquels il a ajouté 9 sénateurs de la deuxième moitié du siècle ayant servi hors d’Hispanie7. Parmi les personnages inventoriés, Acilius Severus préfet de la Ville en 325-326, Flavius Sallustius ami de l’empereur Julien, le comte Théodose, père de Théodose ier, Nummius Aemilianus Dexter, proconsul d’Asie vers 379-387, préfet du prétoire en 395 et originaire de Barcelone, l’usurpateur Maxime et Basilius, le préfet de Rome de 395, sont les plus remarquables8.

  • 9 Ce qui de toute manière ne permet pas de décrire des filières d’ascension et demeure donc arbitrair (...)
  • 10 CIL, II, 1177 : voir cependant les réticences de Pflaum 1965a, 113-114 (Dardaine 1995, ne l’inclut (...)
  • 11 CIL, II, 2029.
  • 12 AE, 1972, 250 et AE, 1994, 907.
  • 13 Curchin 1990a, 115-120.

5Les informations sur les chevaliers et les perfectissimes sont encore plus maigres et déconcertantes. On ne connaît pas avec certitude de chevalier d’origine hispanique dont l’ascension s’effectue au iiie s., sauf à postuler (ce qui est théoriquement possible) que de nouveaux sénateurs de l’époque tardive ont eu des ancêtres promus dans ces conditions9. Si, sous Commode et à l’époque sévérienne, Caecilius C. Caecili [S]ilvani f. Virgilianus, honoré à Hispalis10, P. Magnius Q. f. Quir. Magonianus, honoré à Singili Barba11, et M. Lucretius Q. f. Quir. Iulianus, honoré à Italica12, ont des attaches probables en Hispanie, on n’est pas en mesure de suivre l’évolution de leurs familles, ni de leur reconnaître une postérité identifiée. Quant aux notables municipaux, à partir des premières décennies du iiie s., ils ne figurent plus dans des inscriptions permettant seulement de les nommer13.

  • 14 Voir Cepas Palanca 1997, 18-27 ; Bravo 1993, 160, et Arce 1982a, 85-100 en particulier.
  • 15 Voir, pour les références documentaires, Castillo 1982, n° 55, 504, qui propose Singili Barba et Ca (...)
  • 16 Sur le détail des hypothèses concernant l’origine : Caballos 1990a, 133-134.
  • 17 Hydace, Chron., 2 (379 C.), et Zosime, 4.24.4, placent Cauca en Callaecie, ce qui ne saurait être c (...)

6Le contraste avec le ier et le iie s. paraît éloquent ; il a été invoqué et mis en valeur depuis longtemps14. L. Fabius Cilo, estimé avec beaucoup de vraisemblance comme originaire de Bétique15, est devenu préfet de la Ville sous Septime Sévère. Il perpétue en quelque sorte l’éclat des grandes familles hispaniques clarissimes des cités de Bétique et de Citérieure de la période flavio-antonine16. Ensuite, il semble que les provinces péninsulaires perdent de leur influence et que leurs élites s’étiolent, sans connaître un renouveau sensible avant le règne de Théodose, lui-même né, selon Hydace et Zosime, à Cauca, dans le conventus de Clunia, non loin de Ségovie17.

7En arguant de la relative abondance de témoignages se référant aux périodes antérieures, on ne s’est donc pas fait faute de souligner le contraste et d’en tirer argument en faveur de la crise.

1.2. Explications traditionnelles et nouvelles

  • 18 Les deux versions coexistent toujours dans l’historiographie actuelle ; Alföldy 1998b, 26-27, invoq (...)

8Les explications ne manquent pas et tentent légitimement de mettre en relation l’histoire globale de la péninsule et le retrait ou le recul de ses élites. Les interprétations se répartissent selon deux grandes tendances supportant des nuances diverses18.

  • 19 Rostovtseff 1988, 246-254 et 269-284.
  • 20 Voir Blázquez 1978, 211-220.
  • 21 En dernier lieu, Domergue 1990, 221-223, qui pense à la diminution de la main-d’œuvre et à la concu (...)
  • 22 Voir Sillières 1995b, 57-61.
  • 23 Voir Alföldy 1973, 1, 14-15 et 57.

9Traditionnelle et en discussion depuis une vingtaine d’années est la “thèse”, inspirée de M. Rostovtseff19, d’une crise qui aurait affecté la Bétique sous Marc Aurèle, symbolisée par les invasions des Maures du Rif et par la concurrence, avérée au Testaccio, de l’huile de Bétique par l’huile africaine20, alors que les mines d’or cessèrent d’être exploitées au début du iiie s.21. L’abandon progressif d’espaces publics non restaurés qui se serait produit dans le municipe de Baelo ou de Munigua dès la fin du iie ou le début du iiie s. compléterait la démonstration22. C’est donc une Hispanie urbaine en pleine récession économique qui aurait subi les mesures autoritaires et partisanes de Septime Sévère. Les mauvais coups de l’empereur africain auraient aggravé les difficultés et le redressement commençait à peine quand la crise du iiie s. se produisit. Tout se passe comme si, affaiblies économiquement et socialement, les élites avaient déserté les forums faute de pouvoir tenir leur rang, avant de sombrer dans les catastrophes de la deuxième moitié du iiie s. Traces du déclin de la vie municipale qui en fut la conséquence, la disparition des manifestations locales et provinciales du culte impérial dans l’épigraphie23 et les indices archéologiques répertoriés dans les fouilles urbaines achèveraient de convaincre que les fondements mêmes de la cité hispano-romaine étaient fortement ébranlés à l’aube du ive s. et avec eux la reproduction et le renouvellement des élites locales et impériales. La Bétique, très romanisée et urbanisée, occupe une place centrale dans le diagnostic, car elle illustre clairement la disparition des évergésies et hommages publics attestés épigraphiquement. Ces élites locales, devenues incapables de développer leurs patrimoines et d’assurer la prospérité de leurs communautés, trahissaient par leur changement d’attitude les difficultés consécutives à une crise économique profonde et irréversible dès la fin du iie s., qui les avaient exposées à l’épuisement et à la disparition. Cette traduction des évolutions globales fait la part belle à l’épigraphie comme témoin privilégié de l’histoire sociale.

  • 24 C’est le discours dominant de sources d’inspiration sénatoriale et païenne, qu’il s’agisse de Dion (...)
  • 25 Voir, par exemple, Février 1964, 42-45 et 1982, Lepelley 1998, 15-17 en particulier ; Jacques 1984, (...)
  • 26 Rostovtzeff 1988, 291 : “Le règne de Septime Sévère et de ses successeurs immédiats fut simultanéme (...)
  • 27 Jacques 1986, 106-121. Le propos n’est pas sans évoquer une approche “libérale” des crises, sur le (...)

10En réaction contre ce qui est apparu comme un “catastrophisme” trop dépendant des sources d’origine sénatoriale, promptes à présenter l’Empire tout entier comme livré au soldat et à la barbarie24, on a invoqué les modèles africains et italiens, caractérisés par la résistance et le redressement de la cité, pour conclure à la continuité des structures et donc à la permanence des élites et des notables25. Tenant compte des exigences d’une histoire quantitative, susceptible de renouveler les apports de la méthode prosopographique, F. Jacques, tout en insistant cependant sur la capacité ininterrompue d’un nombre important de familles à se maintenir au sommet de la hiérarchie sociale, a mis en exergue, pour les clarissimes, la diversité des données et des histoires familiales. Après d’autres, il récuse le rôle étouffant attribué par l’école de M. Rostovtseff à la monarchie sévérienne26 et les destructions imputées à la crise ; il constate que le renouvellement des élites sénatoriales au iiie s. n’avait pas été aussi dramatique et radical qu’on l’avait affirmé. Outre que. dans la deuxième moitié de la période, des gentes déjà clarissimes avaient su asseoir leur puissance nouvelle, nombre de vieilles familles avaient, par les moyens ordinaires, conservé leur pouvoir et leur domination. L’inévitable mutation de l’aristocratie romaine avait introduit des changements, mais non des bouleversements. Simplement, les élites dominantes provenaient d’un nombre plus restreint de régions, car la crise avait éliminé les maillons les plus fragiles et consolidé les assises des Italiens, des Africains et des Orientaux relativement épargnés du fait des événements et de la structure de leur patrimoine27.

  • 28 C’est la formule, reprise de la décision de Constantin rétablissant Orcistus de Phrygie dans son au (...)
  • 29 Curchin 1990a, 116-120.
  • 30 Voir, par exemple. Lepelley 1997, 335-337.

11C’est sur le modèle du “privilège de liberté”28 que L. A. Curchin, faute de documents hispaniques probants et datables avec certitude de la période considérée, a réexaminé la question du déclin des cités péninsulaires tant à l’époque sévérienne que dans la deuxième moitié du iiie s.29. Les événements militaires, présentés d’ordinaire comme dévastateurs, sont évalués de manière équilibrée, et le ive s. est décrit comme une phase de tranquillité et de relative prospérité. Les notables municipaux, les curiales, continuèrent, malgré des obligations accrues, à assumer leurs responsabilités au service des communautés locales. Pour des raisons encore insuffisamment éclaircies30 – mais le fait n’est pas niable – les conduites changèrent et il n’était plus de mise d’élever des monuments portant des inscriptions à la gloire des magistrats et bienfaiteurs locaux comme cela avait été le cas au iie s. Selon la formule de R. Mac Mullen, on s’était détourné de ce qu’il faut nommer “l’habitude épigraphique”.

1.3. Une historiographie à renouveler

  • 31 Richardson 1996, 231-263, intitule ainsi son chapitre “The breakdown of the System, AD 180-284”. Po (...)
  • 32 Le Roux 1995a. 128-129.
  • 33 Sur l’expression “province sénatoriale”, jugée impropre : Millar 1966, 156, et Strabon, 17.3.25. Il (...)

12En dehors d’une appréciation moins négative des règnes des Sévères, on peut noter des réticences ou des lenteurs à changer radicalement d’opinion, mais les points de vue sont-ils aussi contradictoires et inconciliables qu’il y paraît31 ? La recherche d’une histoire propre à l’Hispanie tôt romanisée et mal préparée à faire face aux déplacements des centres politiques, économiques et sociaux de l’Empire ne peut-elle pas contribuer à un rapprochement des avis appelant dépassement et synthèse patiente32 ? La lecture, en cours de révision, des transformations sociales dans la péninsule sous l’Empire doit son impulsion, une fois encore, comme c’était prévisible au vu de l’état de la documentation, à une mutation de l’historiographie esquissée à l’échelle de l’Empire. Celle-ci conduit d’une part à mettre en question l’utilisation traditionnelle des témoignages archéologiques et épigraphiques, d’autre part à souligner davantage la prise en compte des diversités régionales et locales à l’intérieur même des espaces péninsulaires. En outre, le parallélisme qu’on souligne volontiers entre la situation des élites de la province de Narbonnaise et de la Bétique résulte peut-être d’une impression rapide et mal fondée, s’appuyant précisément sur l’idée du déclin simultané de deux provinces “sénatoriales”33 anciennement conquises et intégrées ?

13Le bilan, même rapide, renvoie à une analyse approfondie des conditions méthodologiques de l’élaboration d’un discours de l’historien sur la place et le rôle des élites hispaniques dans les sociétés romaines du iiie et ive s. L’étude prosopographique aussi bien que la “sacralisation” des sources épigraphiques n’ont-elles pas entraîné des déformations et des conclusions faussées sous couleur de bon sens ? Les observations tirées des fouilles archéologiques, muettes par définition, ont-elles été interprétées convenablement ? Peut-on, dans le contexte d’une lecture modifiée de l’histoire impériale du iiie s., continuer à opposer apogée du Haut-Empire et Bas-Empire déclinant, en se contentant de constater la diminution non négligeable et indéniable des témoins qui reflétaient les transformations jugées positives de l’époque flavio-antonine ?

14Les interrogations précédentes sont d’autant plus légitimes que les provinces d’Hispanie souffrent à l’évidence d’un déficit presque complet des sources d’information primaires relatives au iiie et au ive s. Il faut donc chercher à appréhender les réalités de manière différente. L’examen de l’histoire des élites et des notables originaires de territoires provinciaux met en jeu des données complexes, qui échappent en partie à l’emprise de l’expression épigraphique et à l’analyse prosopographique qui sont comptables aussi de leurs silences et schématisations. L’ascension d’une famille et ses aptitudes à se maintenir au sommet de la société obéissaient à divers facteurs, indépendamment de la richesse et de la dignité acquises : dimension individuelle, familiale, sociale et politique se conjuguaient à des causes accidentelles et à des considérations d’ordre général à l’échelle de l’Empire pour que soient favorisées ou non la mobilité et la volonté d’ascension. La fragilité des interprétations résulte surtout de l’insuffisance des informations précises relatives aux processus de renouvellement des élites quelles qu’elles fussent.

15Ces observations impliquent l’adoption d’une démarche qui dissocie les impressions liées aux lacunes de la documentation et la lecture historique prudente, éloignée de toute tentation d’explication tranchée ou exagérée. Elles imposent de prendre un nouveau recul par rapport aux inconséquences du dossier documentaire et de son traitement prosopographique, avant de permettre une réflexion sur la validité d’une interprétation fondée sur des critères acceptables.

2. Épigraphie, prosopographie et autres sources

16Sans vouloir faire preuve de rigueur excessive et sans oublier les apports irremplaçables de documents et de méthodes qui demeurent un des fondements d’une histoire sociale impériale et, en conséquence, d’une histoire des élites du monde romain, l’état actuel du dossier et l’usage des méthodes éprouvées obligent à conclure à l’impossibilité d’une analyse solidement étayée de la transformation des élites hispaniques entre la mort de Commode et la mort de Théodose. Mais on ne saurait négliger un certain nombre d’autres indices qui contraignent à modifier l’approche méthodique habituelle.

2.1. Les inscriptions et l’évolution

  • 34 Les analyses prudentes, mais fermes, de Jacques 1986 (voir supra) soulignent clairement ces limites
  • 35 Jacques 1986, 83-87 ; Le Roux 1995a, 120-121 ; voir aussi les nuances apportées par Lepelley 1997, (...)
  • 36 EOS, 1 et 2, 1982 apporte des réponses nuancées et parfois contradictoires sur ce qui constituait u (...)

17Le dossier épigraphique apparaît comme relativement limité dans ses apports. Outre ses lacunes sur le plan quantitatif34, il offre un échantillon circonscrit de situations, dû au caractère même des monuments et aux circonstances dans lesquelles on les élevait35. Les meilleurs éclairages sont ceux que diffuse la combinaison des sources écrites par des auteurs relevant de la tradition sénatoriale et des inscriptions. Quand celles-ci existent seules, il est rare qu’on dispose de plusieurs témoignages pour un même individu, à plus forte raison suffisamment différents dans leur contenu pour permettre de comprendre les relations et les atouts de tel ou tel lignage. Dans la mesure où une famille a réussi à entrer au Sénat romain, il est malaisé de suivre ses progrès et de savoir quelle est la nature des liens conservés - s’ils l’ont été - avec la province et la cité d’origine36. Enfin, statistiquement, plus on descend dans l’échelle sociale, du sénateur de second rang au chevalier et aux décurions municipaux, plus la documentation est laconique et floue.

  • 37 Sur les conclusions qu’autorise l’abondance ou non des inscriptions, voir les remarques d’Alföldy 1 (...)
  • 38 Un échantillon démonstratif est disponible à partir de la liste établie pour le conuentus de Tarrag (...)
  • 39 Il s’agit avant tout d’autoreprésentation et d’affirmation d’un pouvoir quel que fût son degré. Voi (...)

18Il est évident aussi que les inscriptions n’étaient pas faites pour servir à l’histoire telle que nous la concevons37. Le notable ou le personnage de rang sénatorial dont la mémoire était honorée appartenait à un groupe familial et à un groupe social qui pouvait se sentir concerné tout entier par l’hommage sans qu’on ait éprouvé le besoin de préciser et d’énumérer les mérites et les liens des uns et des autres38. L’élévation d’une statue, funéraire ou honorifique, révélait le succès et l’humanité (ou l’habileté) d’un aristocrate qui avait su, à titre individuel, perpétuer la tradition ancestrale. La recherche de la visibilité du monument et de la simplicité du texte, qui mettait assez fréquemment en relief l’état civil et voulait attirer l’attention sur les noms, interdisait les longs développements et les détails dont on aurait eu besoin pour retracer les histoires familiales. Les remerciements à un gouverneur scrupuleux et bienveillant, à un patron efficace ou l’hommage posthume à un chef de famille soucieux des siens et de sa domesticité n’étaient conçus qu’accessoirement pour être lus et se contentaient de l’énumération des titres de gloire39.

  • 40 Les hommages aux sénateurs, qu’ils soient publics, privés ou autres, n’ajoutent que peu à la carriè (...)
  • 41 Sur la difficulté d’établir des conclusions claires en ce domaine, Jacques 1990b, 428-430. Sur la q (...)
  • 42 Pour un bilan, Chastagnol 1992, 116. L’octroi du laticlave serait devenu un moyen plus prisé ou plu (...)
  • 43 RIT, 130 ; 139 ; 140.

19On est en présence d’un langage convenu et codé obéissant à des règles qui n’ont que peu évolué, en dehors des renouvellements qu’a engendrés le développement même des services administratifs et des carrières40. On observe également le peu de cas qui est alors fait de l’origo du sénateur qui n’était donc pas un critère essentiel, encore moins si on se réfère à la province plutôt qu’à la cité. C’est sans doute le signe que les grandes familles de l’élite s’inscrivaient dans une progression qui associait plusieurs lignages et provenances au gré des stratégies matrimoniales et des épisodes familiaux41. Il est remarquable aussi que les hommes nouveaux soient difficilement identifiables en dehors des adlecti dont on observe aujourd’hui qu’ils étaient moins nombreux qu’on ne l’avait admis auparavant42. Comme le prouvent les exemples de Q. Hedius L. f. Pol. Rufus Lollianus Gentianus ou celui de Tib. Claudius Candidus, les personnages étrangers aux provinces hispaniques, titulaires d’un grand gouvernement consulaire, suscitaient plus aisément, dès l’époque sévérienne, des honneurs à titre privé ou public que les sénateurs ou les notables originaires de la péninsule43.

  • 44 Roueché 1981, 107-113 ; Id. 1997, 353-357.
  • 45 Roueché 1981, 107 : inscriptions n° 4 et 5 de M. Aurelius Diogenes, gouverneur de Phrygie-Carie sou (...)
  • 46 Ce qui veut dire que, contrairement à ce que laisse souvent penser l’historiographie, la cité était (...)

20On invoquera ici les remarques de Ch. Roueché qui se rapportent à la cité carienne d’Aphrodisias, mais sont essentielles pour la réflexion sur les pratiques épigraphiques et leur évolution à l’époque tardive44. Constatant une forte diminution du nombre des inscriptions à partir de 250 et encore au ive s., c’est-à-dire à un moment où la cité est devenue capitale provinciale, elle indique que le langage des hommages restait foncièrement celui de la période classique tout en s’adressant en priorité désormais à des fonctionnaires de l’empereur45, ce qui manifeste une plus grande dépendance ou tutelle de la ville vis-à-vis du pouvoir central. Surtout, elle met en avant un changement de conception du texte inscrit et de ce qui était convenable pour une inscription du point de vue formel : l’écriture se transforme, les formulaires n’obéissent que peu aux normes antérieures et s’adaptent davantage aux cas individuels, ce qui résultait aussi de la baisse du nombre des monuments offerts. L’activité épigraphique n’avait pas cessé ; elle avait pris une nouvelle orientation dans un contexte politique et administratif modifié46. Ces réflexions peuvent éclairer en partie aussi la disparition de plusieurs monuments, vite remployés, comme les déficiences des faits de nature prosopographique.

2.2. Les limites de la méthode prosopographique

  • 47 Chastagnol 1965, 270 ; Id. 1992, 201-232 ; Jacques 1986, 85-87.
  • 48 Jacques 1986, 85 ; Chastagnol 1992, 216.
  • 49 Étienne 1986, 3-24.
  • 50 Voir Jacques 1986, n° 24, 168-169 ; Christol 1986, n° 13 et 14, 158-176.

21Les bornes d’une recherche de type prosopographique ont été scrutées savamment par A. Chastagnol et par F. Jacques et intéressent naturellement l’étude des élites issues des provinces ibériques47. La notion de dosage résume pour une part le problème de l’évaluation des documents, en dehors de la perspective historiographique proprement dite, qu’aucune méthode ne peut ignorer complètement. De ce point de vue, il faut prendre en compte la permanence ou non des valeurs et des coutumes qui avaient fait la grandeur du sénat et de l’empire au fur et à mesure du renouvellement des familles et de l’extinction possible de certains lignages anciens. Surtout, on ne saurait nier la faiblesse des données en l’absence de témoignages satisfaisants sur le sénat lui-même entre la mort de Sévère Alexandre et le redressement impérial sous Dioclétien, ce qui, comme le souligne A. Chastagnol, rend plus délicate encore l’interprétation48. Il faut alors résister à la tentation d’ériger un exemple avéré en loi générale, comme ce pourrait être le cas avec le stemma de la famille d’Ausone dont l’ascension remontait au milieu du iiie s. et prenait racine dans une famille de notables locaux49. On pourrait ajouter l’exemple des Caesonii dont on connaît par une chance extraordinaire le parcours sur cinq générations entre 175 et 31750. Toutefois, le hasard et le fait qu’il s’agit d’une famille étroitement liée au Latium et à la Campanie rendent compte de la perpétuation d’une lignée favorisée.

  • 51 Jacques 1986, 86, sur le gentilice, le cognomen et la filiation dont la signification et le registr (...)
  • 52 Id. 1986, 86-87.
  • 53 Christol 1986, 35-44, et 1997, 61-69.

22Ordinairement, l’onomastique, qui sert seule ou presque d’indice dans la majorité des cas, à cause de son évolution, apparaît pour la période tardive comme parsemée de davantage d’embûches que pour les époques antérieures. Les références dont se nourrissait le système précédent changent, surtout à partir du début du ive s., après une longue plage de silence documentaire51. Le fil ténu qui autorise parfois pour d’autres périodes à suivre le cheminement d’une famille de notables devenue sénatoriale, et ayant la chance de pouvoir le rester un certain temps sans modification importante, disparaît. Les surnoms se renouvellent, des gentilices banals se répandent, et il peut être alors malaisé de distinguer un membre d’une lignée aristocratique d’un rejeton de simple citoyen ou de curiale52. Les stratégies familiales sont encore plus compliquées à définir et à illustrer dans ces conditions, d’autant que les chevaliers se font de moins en moins nombreux (plus encore dans la péninsule Ibérique) dans les sources et qu’une élite équestre se dégage de plus en plus par le biais des charges militaires exclues par Gallien de la carrière sénatoriale53. Une fois encore, les nobles – ceux qui se font connaître et que l’on distingue – parmi les nobles émergent seuls dans un dossier insuffisamment nourri.

  • 54 Jacques 1990b, 416-417.
  • 55 Id. 1990b, 419-425.
  • 56 Chastagnol 1992, 152 (à propos de Pline le Jeune).

23La prosopographie conduit, par la force des choses et en dépit de ses ambitions, légitimes au vu de certains résultats, à privilégier l’individu et sa réussite personnelle par rapport à une approche sociale et sociologique de la question des élites. En la matière, la méthode statistique est seule apte à fournir des échantillons fiables54. Elle s’avère sûrement impossible pour la période définie habituellement comme celle de la “crise”. On observe que la notoriété obtenue par des moyens variés allant de la renommée littéraire à l’entrée dans le cercle restreint des consulaires ou des notables influents constitue un critère de sélection documentaire dommageable pour toute tentative visant à une appréhension globale d’un groupe aristocratique ou municipal55. Le rôle politique joué à un moment ou à un autre par tel ou tel membre d’une lignée contribue à mettre en avant des données qui ne peuvent être généralisées qu’avec beaucoup de circonspection comme l’a rappelé A. Chastagnol56. En outre, la détermination de comportements caractéristiques d’une catégorie particulière se heurte à l’absence de données objectives permettant de les confronter à un modèle fiable et solidement établi.

  • 57 Voir les remarques de R. Syme en conclusion de EOS, 789-791.

24Sans faire preuve de rigueur excessive et sans oublier les apports irremplaçables de documents et de méthodes qui restent un des fondements d’une histoire sociale impériale et, en conséquence, d’une histoire des élites du monde romain57, il faut conclure à l’impossibilité de proposer un bilan solidement informé de la transformation des élites hispaniques entre la mort de Commode et la mort de Théodose. On ne peut, de prime abord, l’examiner que par le biais d’une évaluation historiographique des concepts et des raisonnements mis en exergue pour affirmer le déclin ou la continuité des élites.

3. Critères : l’origine et les continuités familiales

  • 58 Voir supra, p. 49-50. Sur les problèmes que soulève l’interprétation archéologique et ses limites : (...)

25Deux concepts occupent une place fondamentale dans la détermination de l’histoire des élites : l’origine et la continuité. Mais, avant d’en évaluer la validité et les implications, il convient de reprendre la critique raisonnée d’images déformées, nées d’une documentation insuffisamment analysée autant que d’expressions dominantes du discours historique relayées mécaniquement par les travaux des archéologues58.

3.1. Un modèle inadapté : la Bétique

  • 59 Strabon, 3.1-10. Comme exemple de prospections systématiques, on peut se reporter aux recherches (d (...)
  • 60 Voir Blázquez 1978, 45-48. Faute de sources postérieures comparables, tout se passe parfois comme s (...)
  • 61 Le Roux 1995a, 83-87 ; Fear 1996, 168-169, avec des nuances.
  • 62 On connaît mieux aujourd’hui les évolutions des conteneurs, la disparition des tituli picti et le f (...)
  • 63 Pour le choix de “proconsulaire”, voir supra, p. 51, n. 33. En outre, on lira les nuances récentes (...)

26La Bétique, décrite sans aucune nuance régionale et comparée aux autres provinces ibériques, sert de base à l’histoire du déclin supposé de la péninsule. L’image traditionnelle qu’on en retient, en grande partie tributaire de Strabon et de prospections et recherches limitées aux zones les plus riches59, est celle d’une terre précocement et profondément romanisée, tirant parti de ses mines, de son agriculture (surtout l’huile) et de ses productions de salaisons (conserves de poisson, garum), bases du dynamisme de ses cités aussi nombreuses et concentrées que florissantes60. La période flavienne y avait porté à son apogée un processus d’intégration et d’épanouissement social et urbain plus vigoureux qu’en Lusitanie et en Hispanie citérieure, sous l’impulsion des élites locales, ambitieuses et stimulées par des promotions récentes61. Le déclin de la Bétique – qui avait donné les premiers empereurs d’origine provinciale à l’Empire – consécutif à la crise sous Marc Aurèle, n’avait pas été compensé par un essor équivalent des autres secteurs péninsulaires. La concurrence des produits africains affaiblissait les sources de revenu et les élites hispaniques, condamnées à l’effacement. Toutefois, en s’en tenant même à la Bétique, on ne saurait conclure à des transformations radicales. En effet, les indicateurs archéologiques retenus comme déterminants ne semblent pas avoir le poids chronologique qu’on leur avait attribué, qu’il s’agisse des amphores Dr. 20 ou de la céramique sigillée claire A62. La décadence des cités et des élites de Bétique ne peut être tenue pour effective, même sur le plan matériel, et la province proconsulaire ne représentait qu’une partie de l’Hispanie63.

  • 64 Voir Fear 1996, 63-104, qui tend cependant à délimiter plus clairement son rôle.
  • 65 Pline l’Ancien. NH, 3.31 ; Richardson 1996, 188-210.
  • 66 Résumé commode dans Keay 1987, 98-104. Également Nony 1998, 129-130.
  • 67 Le Roux 1995, 104-107.

27Contestable est encore le fait que le tableau qu’on propose ordinairement des provinces ibériques en voie de romanisation et d’intégration d’Auguste aux Sévères supporte de nombreuses nuances qui en modifient la signification. On s’appuie sur la colonisation césaro-augustéenne64, ferment de fusion bienfaisante et de prospérité régionale, sur la décision de Vespasien d’octroyer le Latium à l’uniuersa Hispania65, confondant dans un même ensemble les cités de la péninsule, sur le rôle romain des élites flaviennes et antonines, sur le succès de l’exportation à Rome de l’huile de Bétique, à l’origine de la colline artificielle du Testaccio66, sur l’épanouissement enfin des centres monumentaux des municipalités multipliées et dynamiques67. Pourtant, on a constaté depuis longtemps que les inscriptions hispaniques relatives aux évergésies et aux hommages publics concédés aux notables et autres bienfaiteurs munificents n’étaient pas très nombreuses, même en Bétique, confrontées aux séries d’Afrique, d’Italie voire de Gaule narbonnaise dans des phases comparables de leur histoire municipale.

  • 68 Pour la Bétique, par exemple, on dénombre 80 notables au moins, connus seulement par les monnaies d (...)
  • 69 Pline l’Ancien, NH, 3.18. On adopte ici la version de l’édition de H. Zehnacker : “quant à la provi (...)
  • 70 Dardaine 1995, 289-343 ; Eck 1997b, 69. Pour les autres provinces hispaniques les statistiques sont (...)
  • 71 Voir Caballos 1990a, 473-478, qui retient 174 sénateurs certi ou probabiles. Voir aussi Eck 1997b, (...)
  • 72 Eck 1997b, 81-84.

28Les informations tirées des listes de L. A. Curchin situent bien l’état des dossiers, étant entendu qu’elles comptabilisent les magistrats connus par les monnaies et par les tessères d’hospitalité et même des curateurs rei publicae68 : en Bétique, 80 cités environ, sur un total de 175 que donne Pline, fournissent les noms de 310 personnes. La Lusitanie, représentée par 23 cités sur 45 que compte Pline, 83, et la Citérieure 590 provenant de 85 communautés sur les 293 que paraît dénombrer Pline69. On ne retrouve qu’environ 200 communautés, pour une péninsule qui en abritait selon le texte de Pline au moins 413, et 983 notables, soit une moyenne de 4,91 par cité concernée et 2,3 par cité recensée. En outre, alors qu’on ne connaît que quarante-cinq chevaliers qui pourraient avoir des liens avec la Bétique et sont originaires de 20 cités70, les sénateurs dont la provenance hispanique est certaine sont relativement peu nombreux71. Tout se passe comme si, aux périodes dites florissantes, s’agissant des élites, la documentation épigraphique ne correspondait qu’imparfaitement et très incomplètement à l’image urbanisée et romanisée de la péninsule méridionale ; pareillement, on peut noter que c’est Italica qui a fourni le plus grand nombre de sénateurs connus, ce qui met en cause, sur le plan de la réflexion historique, et la documentation et la signification de l’ascension de certaines familles72.

  • 73 Sur les sénateurs de la période, avec quelques corrections, Étienne 1965, 56-58 et 77-78. Des Boscs (...)
  • 74 On sait bien aujourd’hui que. sous une apprente uniformité, les provinces de l’Empire adaptaient à (...)
  • 75 Le Roux 1987, 283-284.
  • 76 Ce qui conduit à penser, comme on l’a remarqué pour l’Italie, que c’est sans doute ce phénomène qui (...)
  • 77 Se reporter à la bibliographie : Février 1964 et 1997.

29On observe ainsi que la crise des élites hispaniques a été diagnostiquée au prix de déformations variées. Outre la confusion fréquente, mais fallacieuse, entre la Bétique et l’Hispanie romaine, on doit souligner l’exagération du bilan relatif à l’époque flavio-antonine qui a servi de critère pour apprécier l’évolution aux iiie et ive s. De même, le nombre des cités concernées par le recrutement des sénateurs était, par la force des choses - il n’y avait au plus que 600 membres dans l’assemblée romaine - proportionnellement peu élevé, ce qui reflétait une situation politique et économique éloignée de celle qu’on avait imaginée à la faveur de l’ascension de Trajan73. En dernier lieu, il me semble que la méthode utilisée emprisonne l’histoire sociale et municipale de l’Empire dans un modèle unique et réducteur, incompatible avec la durée et les phases qu’il a connues comme avec la diversité des histoires, des traditions et des contextes géographiques74. Il est légitime, comme j’ai eu l’occasion de le dire75 au sujet d’un texte de Singili Barba, de décrire l’époque entre Vespasien et Marc Aurèle comme celle de l’épanouissement de la civilisation municipale et donc d’y retrouver épigraphiquement les meilleures expressions d’une culture politique en plein essor et en voie d’intégration complète76. Il n’est pas moins légitime de considérer que la documentation épigraphique déforme et simplifie la réalité et attire l’attention sur des comportements bien définis dont l’amenuisement et la disparition ou la limitation ne traduisent pas obligatoirement le déclin ou la chute d’une société et de ses institutions. On doit aussi se garder de penser que toutes les élites obéissaient en permanence aux mêmes attraits et succombaient aux mêmes sirènes romaines. C’est là sans doute que réside la meilleure explication d’évolutions qu’on ne saurait assimiler à des crises, comme le soulignait déjà P.-A. Février à la faveur de ses enquêtes africaines77.

3.2. L’origine provinciale

  • 78 Nony 1998, 138-139. Voir aussi Von Hesberg 1995, 12.
  • 79 Sur le “clan espagnol” : Étienne 1965, 77-81. Des Boscs-Plateaux 1995, 114-117, propose une perspec (...)
  • 80 La recherche systématique reste à faire sur le sens à donner à Hispania mentionnée comme origo : la (...)
  • 81 CIL, II, 2073 = 5506 = ILS, 1139.
  • 82 Voir supra p. 53, n. 36.
  • 83 Illustration par Des Boscs-Plateaux 1995, 155-159 (des nuances de détail dans l’interprétation des (...)
  • 84 La difficulté à suivre les élites des cités provinciales sur plusieurs générations n’est pas seulem (...)
  • 85 Outre l’existence bien connue de faveurs impériales, de filières et de recommandations, la volonté (...)

30Quelle signification revêtait l’intégration des élites d’une province dans l’élite impériale et comment interpréter exactement la perte postérieure d’influence, si c’est bien de cela qu’il s’agit ? On ne saurait poser le problème en fonction d’une conscience provinciale ou nationale comme l’a noté à juste titre D. Nony78. Rien n’autorise à accréditer l’affirmation que les familles promues dans l’ordre romain avaient le sentiment de représenter l’Hispanie et la notion de “clan espagnol”, utilisée pour désigner un groupe de pression soucieux uniquement de faire prévaloir ses intérêts provinciaux, est à vrai dire discutable et discutée79. Une province n’était en réalité qu’un conglomérat de cités. Il est très rare, en tout cas à partir du iie s., qu’un sénateur ou un chevalier, dans les inscriptions, se réclame exclusivement de la province d’origine et encore moins de l’Hispanie invoquée comme une grande patrie80. P. Cornelius Anullinus se dit Iliberritanus à Grenade81, mais c’est une exception explicable par le contexte local, et les incertitudes concernant l’origo des sénateurs prouvent assez qu’il n’était pas fréquent qu’ils la mentionnent. Les élites impériales avaient le sentiment d’appartenir à une élite aristocratique avant que d’appartenir même à une cité. Les liens autres que patrimoniaux se distendaient, semble-t-il, assez rapidement avec la petite patrie82. Une fois à Rome, l’intégration dans des réseaux d’alliances matrimoniales et sociales indifférents aux provinces était un facteur essentiel de la continuité et la perpétuation de la famille83. Aussi, l’hypothèse de la fusion des élites sénatoriales originaires de Bétique, de Narbonnaise et de Cisalpine au cours du iie s. éclaire-t-elle en partie l’effacement constaté dans les sources des sénateurs issus de ces régions à partir du règne de Septime Sévère. Enfin, la romanisation ne saurait s’identifier seulement à une prospérité sans faille. Les élites impériales n’étaient, en aucune manière, le reflet fidèle des sociétés provinciales et de leurs hiérarchies variées. Des familles pouvaient s’enrichir pendant que d’autres déclinaient ou pouvaient manifester une vitalité plus grande que celles des autres notables de façon isolée, dans un contexte a priori peu favorable84. La compétition qui décidait de la sélection passait par des chemins trop divers pour qu’elle ait obéi à une loi d’uniformité85. La sphère sénatoriale constituait un monde autonome qui n’avait pas le rôle d’une caisse de résonance des fortunes ou des infortunes des élites provinciales. Celles d’Hispanie avaient assurément fini par se fondre dans des groupes familiaux dont l’appartenance provinciale ou civique n’était plus qu’un élément de la mémoire gentilice et sociale.

  • 86 Talbert 1984, 47-53.

31Le parcours qui conduisait aux postes les plus élevés de l’État était d’ordre familial et civique et ne servait en rien à illustrer une identité provinciale, ni à la renforcer. Il se doublait de patronages et de relations qui échappaient au cadre de la province. Enfin, les politiques des empereurs, indissociables des changements de dynastie et de famille impériale, contribuaient à modifier les conditions de la rivalité et de la concurrence à l’échelle de l’Italie et de l’Empire. Il en résulte que, sur ce plan comme sur d’autres, les fluctuations étaient un phénomène normal et que la péninsule Ibérique n’était pas différente des autres secteurs provinciaux. Toutefois, alors que les élites impériales d’origine hispanique semblent s’étioler, puis ne renaître que tardivement sous la protection d’un empereur issu de Cauca, on constate que la politique et les luttes pour le pouvoir entraient en ligne de compte dans les ascensions des individus, mais n’intervenaient pas dans les mêmes proportions pour déterminer les effacements ou les reculs indéniables86.

3.3. Continuités ou mutations ?

  • 87 Sans ces sources historiques on serait beaucoup plus démuni pour rendre compte de la situation sous (...)

32Il n’y a ni Pline, ni Tacite, ni Dion Cassius qui nous aide à nous guider dans la recherche des évolutions sénatoriales au iiie et au ive s., ce qui accuse encore et illustre le handicap documentaire important par rapport aux époques précédentes87. Les sources ont disparu plutôt qu’elles ont cessé d’être, et leur discontinuité n’exclut pas une mutation dont il faut essayer de prendre la mesure.

33Le concept de continuité, qu’il s’applique à une chaîne généalogique ou plus généralement à un phénomène de longue durée, est de maniement délicat. Synonyme de permanence, il gomme les aspérités d’une histoire façonnée par le réel et néglige les glissements qui n’ont pu manquer de se produire. On le sait bien, les changements se produisaient aussi sous couvert de conservation. Le pouvoir impérial du iiie et du ive s. n’avait pour ainsi dire rien transformé de sa structure juridique et honorifique ; il ne ressemblait pourtant, sous Constantin ou Julien, que de très loin à celui du fondateur, Auguste. Le Sénat romain, attaché à la progression des magistratures urbaines et maintenu jusqu’à Constantin dans ses effectifs traditionnels, s’était fortement modifié depuis Sylla et César. Dans un Empire romain contraint de faire face et de s’adapter au iiie s., les difficultés et les échecs ont accompagné une mutation lente à se dessiner. La péninsule Ibérique, parfaitement intégrée à la construction impériale et, à ce titre, impliquée dans les réformes successives et tâtonnantes du siècle, illustre l’absence de bouleversements et la progression de ce que, faute de mieux, on doit appeler la “romanisation” : consécutive en partie à l’extension universelle de la citoyenneté romaine sous Caracalla, l’intégration administrative et politique des provinciaux connut de nouveaux développements poussés par l’obligation de résister aux dangers et à l’instabilité chronique de l’imperium.

  • 88 Il s’agit d’un autel ou piédestal en marbre veiné de rose violacé, placé dans le sacellum ouest de (...)
  • 89 AE, 1989, 422 = CIL, II2/5, 778, en l’honneur de Licinius, serait une dédicace peinte, mais les pho (...)
  • 90 Comme on le voit mieux en Afrique, où la documentation est plus abondante, ou en Italie : ainsi, CI (...)

34Il faut alors s’arrêter sur la question des cités et de leur devenir qui n’est pas à proprement parler solidaire de celui des élites impériales. Il est ainsi impossible d’esquiver le problème de la perte, à partir des Sévères, d’une source jusque-là presque exclusive d’information, les inscriptions municipales. L’argument de la préférence progressive pour des textes peints plutôt que gravés pourrait trouver une illustration dans un autel anépigraphe du forum de Baelo88. On devrait disposer alors de nombreux exemplaires inscrits dans cette catégorie, ce qui n’est pas le cas, tandis qu’au ive s. on a, semble-t-il, persisté à privilégier le texte gravé dans la pierre89. Il vaut donc mieux penser à un changement de conduite qui a eu pour conséquence une pratique différente à l’égard de la recherche des hommages et de la reconnaissance personnelle. Malgré les réticences à l’admettre parfois, s’agissant d’une pratique normale dans toutes les communautés provinciales des territoires romains, la continuité de l’institution municipale ne signifie pas qu’elle demeurait le vecteur de valeurs, de comportements, d’ambitions inchangés, ni qu’elle cristallisait la passion de la réussite individuelle, familiale ou sociale quels que fussent le contexte et l’importance de la cité. Dans la mesure où les enjeux de pouvoir, du fait d’une intégration et d’une cohésion accrues de l’Empire, trouvaient de plus en plus leur issue ailleurs que dans les cités municipales des provinces traditionnelles, les notables soucieux de réussite et d’ascension politique et sociale tendaient à se fixer de nouveaux objectifs, ce qui n’interdisait pas à certains de s’en tenir à l’image traditionnelle du prestige et du succès90. C’est une des explications, à n’en pas douter, au retour apparent à des formes d’expression maintenues du prestige de la communauté locale en Italie, en Afrique ou en Orient, dans un contexte où la cité elle-même plus que des individus était désormais mise en valeur.

  • 91 Richardson 1996, 285-287. Sur les difficultés de la date d’Elvire, voir par exemple Lane Fox, trad. (...)
  • 92 Un éclairage tardif est peut-être fourni par AE, 1992, 1074, du territoire de Guadix.
  • 93 Les témoignages, essentiellement épigraphiques (CIL, II, 4919.4943.5736), sont difficiles à interpr (...)

35En d’autres termes, le iiie s. correspondit à la fin d’une phase singulière d’expansion urbaine au cours de laquelle l’émulation entre les notables, les filières de l’ascension sociale avaient obéi à un code précis et adapté à la recherche d’honneurs civiques et de dignité, fondement de la notoriété. Faute de témoignages suffisamment nombreux et lisibles, on ne peut décrire avec la précision requise les changements qui se sont fait jour. La compétition et la réussite ont suivi d’autres chemins, plus diversifiés, et ont engendré, qu’on l’ait voulu ou non, une recomposition progressive des rapports politiques et sociaux. Les relations entre l’empereur et les élites, entre l’État et les pouvoirs locaux ont emprunté de nouvelles voies, sans qu’on doive conclure à la fin des cités et à la disparition des critères de richesse et de renommée. Des hypothèses variées peuvent être formulées. L’attrait accru des dignités ecclésiastiques - l’épiscopat - forme une première possibilité dont témoigne la liste du concile d’Elvire. Toutefois, l’origine sociale d’Ossius de Cordoue91 reste inconnue et ce n’est pas avant Constantin et l’essor de la liberté de l’Église que des enfants de notables ont dû choisir plus volontiers cette orientation. L’ignorance où l’on est concernant les chevaliers, pose le problème de l’ascension des militaires92, alors que l’Hispanie, sauf peut-être à la faveur de l’Empire des Gaules93, resta isolée, à l’écart des centres où se joua le destin de l’Empire. Enfin, les carrières administratives, de plus en plus prisées et accueillantes, constituèrent un tremplin nouveau et apprécié.

  • 94 Cepas 1997, 224-233.
  • 95 Gorges 1979, 104-105 ; Sillières 1995a, 27-28, à compléter par Alarcão et al. 1990 ; Lancha 1997, 1 (...)
  • 96 Voir supra p. 48.
  • 97 On ne doit pas généraliser le cas des sénateurs espagnols apparentés à Théodose et Flaccilla (Chast (...)

36Dans la mesure où les villes n’ont pas décliné collectivement ni fortement94, dans la mesure où le luxe des habitats reflète plus que jamais la prééminence de la vie urbaine, les villae hispaniques du ive s. sont les témoins de la puissance sociale d’élites péninsulaires95 dont on ne peut pas savoir si elles étaient fréquemment liées au sénat romain ou non. La famille de Théodose, les amis de Symmaque, les “Espagnols” présents dans les hautes fonctions dans la deuxième moitié du ive s.96 apportent des confirmations à l’idée de continuité sociale des élites aussi en Hispanie à la faveur d’une histoire lente. Ces données n’excluent pas le fait que les patrimoines des familles hispaniques à l’origine aient évolué par le biais d’alliances romaines ou interprovinciales, comme par le passé97. Les structures sociales ont sans aucun doute suivi les mutations du reste de l’Occident, mais il a fallu assurément l’impulsion du pouvoir impérial pour que des élites hispaniques redevinssent visibles.

37Qu’on le veuille ou non l’Empire du iiie et du ive s. n’était plus exactement identique à celui des Antonins, sans qu’on puisse dire que l’un valait mieux ou moins bien que l’autre. De même que Maximin le Thrace ou Aurélien ne ressemblaient pas à Tibère ou Vespasien. tout en portant des titres inchangés et en revêtant un pouvoir équivalent sur le plan institutionnel, de même une cité tardive restait une cité sans répondre aux mêmes règles et aux mêmes codes de fonctionnement qu’un municipe flavien en pleine expansion. La puissance romaine postérieure aux Sévères dut à nouveau prouver sa supériorité contestée, les spécialistes de la guerre et de l’administration financière ou impériale acquirent un poids croissant au service d’un État en plein essor et soucieux de mieux contrôler ses ressources. Aussi, comme on sait, sauf à atteindre le sommet de la carrière ou à devenir gouverneur provincial, on n’avait plus les mêmes occasions d’attirer les hommages publics ou privés. Quant à l’apparent renouveau des élites impériales sous Théodose, il s’explique par l’existence d’un clarissimat élargi et plus restreint dans son recrutement à la suite de la création du Sénat de Constantinople, sans négliger les protections privilégiées. Au fond, l’ascension et l’effacement apparent des élites d’origine hispanique ne renvoyaient pas forcément une image fidèle de l’histoire des cités péninsulaires.

  • 98 EOS, 2, 1982, 790.
  • 99 Un certain romantisme n’est pas étranger à l’analyse traditionnelle de la crise et de la décadence.

38Au terme de cette réflexion, on se doit d’être modeste et prudent. L’essentiel de l’histoire des élites hispano-romaines repose sur les sources dites littéraires, inégales en valeur et dans le temps, et non sur les inscriptions, peu nombreuses et stéréotypées, malgré les affirmations parfois émises. Il est à vrai dire paradoxal de se fonder sur la perte relative des sources épigraphiques pour tenter de mettre en lumière une évolution politique et sociale dont la signification est controversée et difficile à percer. Sans doute ne doit-on pas oublier les leçons – optimistes – de R. Syme qui conviait à faire cas des informations quelle que fût leur qualité et à travailler pour en tirer le meilleur parti98. Pourtant, même ainsi, il n’est pas sûr qu’on obtienne les réponses souhaitées aux questions qu’on se pose. J’ai essayé de suggérer autre chose. L’examen critique des conclusions admises invite à se méfier des exagérations et des déformations dans les deux sens. Qu’on le veuille ou non, la documentation disponible n’autorise aucune sorte de généralisation et demande qu’on examine le cas hispanique avec des yeux autres que ceux de Chimène pour le Cid99, Ainsi, la question des élites hispano-romaines et celle de leur évolution à l’époque tardive ne tourne plus vraiment autour du rôle décisif et du déclin irrémédiable des provinces péninsulaires au cours des temps romains : elle est celle d’une adaptation permanente aux réalités d’un Empire qui n’était pas figé et offrait, dans le cadre qui était le sien, de nouvelles voies à la conservation d’une puissance restée longtemps incontestée. L’intégration et l’adoption des valeurs de la civilisation urbaine de Rome ne se mesurait pas davantage au seul succès de familles capables de parvenir jusqu’au sénat que le déclin des cités ne doit s’apprécier à leur effacement, ce qui affaiblit la notion même de continuité. Il n’y a pas de méthode infaillible et sûre en dehors d’une recherche patiente et empreinte de modestie pour tenter de sortir de leur anonymat des individus qui nous échappent. Les élites hispaniques du iiie et ive s. restent à découvrir en grande partie au prix d’un effort redoublé de méthode et de savante imagination.

Notes

1 La “crise” fait référence à un événement décisif, c’est-à-dire momentané et grave, qui perturbe, plus ou moins profondément, un individu, une communauté ou une société. Elle n’implique pas nécessairement des conséquences négatives, mais souligne une perturbation relativement violente dans le cours normal des choses : il y a ainsi des crises “conjoncturelles” et des crises “structurelles”. L’“élite” désigne ceux qui sont considérés comme les meilleurs, ceux qui se détachent du lot commun. Les “élites” sont les “personnes qui occupent le premier rang par leur formation et leur culture” (Le petit Robert, 1993, 734). Les “notables” sont à la fois ceux qui occupent une position sociale importante” (ibid., 1499) et ceux qui retirent une autorité politique de leur situation sociale supérieure. Je distinguerai par commodité les élites “impériales” (les deux ordres supérieurs, sénateurs et chevaliers) et les élites “municipales”, c’est-à-dire les notables locaux. J’exclus donc a priori les affranchis (sauf les sévirs augustaux) et les vétérans qui appartiennent à la plèbe. Toutefois, ces deux dernières catégories posent la question du renouvellement des élites et donc des “élites en devenir”.

2 Pour un bilan historiographique présenté de manière critique voir désormais Cepas Palanca 1997.

3 Voir Caballos 1990a, qui accepte une liste très élargie par rapport à Castillo 1984 et à Le Roux 1982, mais il y a une forte marge d’incertitude pour un grand nombre de cas, difficiles à chiffrer, outre le problème de l’inclusion de ceux qui mentionnés par SHA ; Eck 1997b, 69, indique que ce sont 90 à 100 sénateurs ayant un lien avec la Bétique qui sont ainsi comptabilisés par nos collègues espagnols.

4 Jacques 1986, 152-225, qui recense, pour la période et la totalité de l’Empire, un effectif global de 108 gentes.

5 Le Roux 1982, 452-453 ; se reporter aussi à Jacques 1986, 113-115 et 157.

6 Chastagnol 1965, 272-284.

7 Id., 1965, 288-290.

8 Id., 1965, 272-273, 275, 288, 290 : tous ces personnages ont occupé à un moment ou un autre des positions élevées et ont influencé la politique impériale. Le pape Damase ier n’est pas mentionné dans la mesure où son origine hispanique est discutée.

9 Ce qui de toute manière ne permet pas de décrire des filières d’ascension et demeure donc arbitraire.

10 CIL, II, 1177 : voir cependant les réticences de Pflaum 1965a, 113-114 (Dardaine 1995, ne l’inclut pas pour sa part dans ses listes).

11 CIL, II, 2029.

12 AE, 1972, 250 et AE, 1994, 907.

13 Curchin 1990a, 115-120.

14 Voir Cepas Palanca 1997, 18-27 ; Bravo 1993, 160, et Arce 1982a, 85-100 en particulier.

15 Voir, pour les références documentaires, Castillo 1982, n° 55, 504, qui propose Singili Barba et Caballos 1990, n° 66, p. 132-135, qui examine chaque hypothèse et n’exclut pas Évora de Lusitanie ; Richardson 1996, 241, le donne comme originaire d’Iluro (Alora), sans doute à la suite d’Instinsky.

16 Sur le détail des hypothèses concernant l’origine : Caballos 1990a, 133-134.

17 Hydace, Chron., 2 (379 C.), et Zosime, 4.24.4, placent Cauca en Callaecie, ce qui ne saurait être considéré d’emblée comme une erreur et peut traduire des ajustements territoriaux et administratifs dont nous ignorons les circonstances.

18 Les deux versions coexistent toujours dans l’historiographie actuelle ; Alföldy 1998b, 26-27, invoque, par exemple, le fait que les villes, trop fragiles, étaient menacées de déclin en cas de difficultés. On peut y voir l’influence des idées wébériennes.

19 Rostovtseff 1988, 246-254 et 269-284.

20 Voir Blázquez 1978, 211-220.

21 En dernier lieu, Domergue 1990, 221-223, qui pense à la diminution de la main-d’œuvre et à la concurrence extérieure.

22 Voir Sillières 1995b, 57-61.

23 Voir Alföldy 1973, 1, 14-15 et 57.

24 C’est le discours dominant de sources d’inspiration sénatoriale et païenne, qu’il s’agisse de Dion Cassius, d’Hérodien, de l’Histoire Auguste ou de Zosime.

25 Voir, par exemple, Février 1964, 42-45 et 1982, Lepelley 1998, 15-17 en particulier ; Jacques 1984, 399-407 (à propos du rôle du peuple dans la cité) et 766-786. Pour un bilan : Le Roux 1997, 44-51.

26 Rostovtzeff 1988, 291 : “Le règne de Septime Sévère et de ses successeurs immédiats fut simultanément le dernier maillon de la chaîne évolutive et inaugurée par les Antonins, et le premier de celle d’une nouvelle évolution qui s’acheva, après les terribles expériences de la deuxième moitié du iiie siècle, par un refaçonnement complet de l’État romain sur les modèles orientaux”.

27 Jacques 1986, 106-121. Le propos n’est pas sans évoquer une approche “libérale” des crises, sur le plan économique, dont les effets (positifs ?) sont de faire disparaître les plus faibles.

28 C’est la formule, reprise de la décision de Constantin rétablissant Orcistus de Phrygie dans son autonomie de cité, choisie comme titre par Jacques 1984.

29 Curchin 1990a, 116-120.

30 Voir, par exemple. Lepelley 1997, 335-337.

31 Richardson 1996, 231-263, intitule ainsi son chapitre “The breakdown of the System, AD 180-284”. Pour sa part, Alföldy 1998b, 32, résume : Me parece que, con respecto al siglo III, sería más adecuado hablar de una continuidad de la situación nacida bajo los Antoninos, eventualmente con un empeoramiento lento y paulatino de las condiciones generales, con dificultades económicas, con problemas sociales, con restricciones de la cultura política y con un desfallecimiento de la facultades intelectuales – y con una presencia creciente del Estado en la vida pública. Sans nier les changements et les difficultés du iiie s. p.C., il est nécessaire de ne pas inventer une longue décadence liée à l’accumulation répétée de maux imbriqués : les “crises” existent, sans pour autant modifier fondamentalement les orientations d’une évolution.

32 Le Roux 1995a. 128-129.

33 Sur l’expression “province sénatoriale”, jugée impropre : Millar 1966, 156, et Strabon, 17.3.25. Il est toutefois préférable de dire “proconsulaire” plutôt que “publique”, car les provinces de l’empereur sont aussi censées être des provinces “du peuple romain” (au même titre que celles qui sont confiées au Sénat) que l’empereur prend particulièrement en charge.

34 Les analyses prudentes, mais fermes, de Jacques 1986 (voir supra) soulignent clairement ces limites.

35 Jacques 1986, 83-87 ; Le Roux 1995a, 120-121 ; voir aussi les nuances apportées par Lepelley 1997, 341-344, concernant la géographie et la technique.

36 EOS, 1 et 2, 1982 apporte des réponses nuancées et parfois contradictoires sur ce qui constituait une question commune, posée à tous les intervenants sur les sénateurs d’origine provinciale. Il convient assurément de distinguer les données au moment de la promotion de la famille et celles qui sont relatives aux générations suivantes.

37 Sur les conclusions qu’autorise l’abondance ou non des inscriptions, voir les remarques d’Alföldy 1998a, 13-14. Comme on l’a souvent souligné, l’étude prosopographique repose fréquemment sur des parentés onomastiques qui ne sont pas toutes fiables.

38 Un échantillon démonstratif est disponible à partir de la liste établie pour le conuentus de Tarragone par Alföldy 1979, 235-275.

39 Il s’agit avant tout d’autoreprésentation et d’affirmation d’un pouvoir quel que fût son degré. Voir aussi Alföldy 1998a, 289.

40 Les hommages aux sénateurs, qu’ils soient publics, privés ou autres, n’ajoutent que peu à la carrière lorsqu’il s’agit de signifier les mérites du personnage honoré à la hauteur de son importance.

41 Sur la difficulté d’établir des conclusions claires en ce domaine, Jacques 1990b, 428-430. Sur la question en Hispanie et ses limites : Des Boscs-Plateaux 1995, 119-139, en particulier.

42 Pour un bilan, Chastagnol 1992, 116. L’octroi du laticlave serait devenu un moyen plus prisé ou plus prestigieux d’entrer au Sénat, mais l’adlection évitait les incertitudes de l’élection à la questure, voire au tribunat ou à l’édilité.

43 RIT, 130 ; 139 ; 140.

44 Roueché 1981, 107-113 ; Id. 1997, 353-357.

45 Roueché 1981, 107 : inscriptions n° 4 et 5 de M. Aurelius Diogenes, gouverneur de Phrygie-Carie sous Valérien et Gallien.

46 Ce qui veut dire que, contrairement à ce que laisse souvent penser l’historiographie, la cité était une cellule vivante et évolutive, qui adaptait ses pratiques et ses idéaux aux circonstances présentes. Voir le cas exemplaire de RIT, 171, piédestal élevé en l’honneur d’un notable, P. Licinius Laevinus, par sa mère, vers 100-150, puis réutilisé sur chacune des faces disponibles en retournant le monument si nécessaire, pour des hommages à Carus (RIT, 89), à Licinius (RIT, 94) puis à Constantin (RIT, 95).

47 Chastagnol 1965, 270 ; Id. 1992, 201-232 ; Jacques 1986, 85-87.

48 Jacques 1986, 85 ; Chastagnol 1992, 216.

49 Étienne 1986, 3-24.

50 Voir Jacques 1986, n° 24, 168-169 ; Christol 1986, n° 13 et 14, 158-176.

51 Jacques 1986, 86, sur le gentilice, le cognomen et la filiation dont la signification et le registre évoluent.

52 Id. 1986, 86-87.

53 Christol 1986, 35-44, et 1997, 61-69.

54 Jacques 1990b, 416-417.

55 Id. 1990b, 419-425.

56 Chastagnol 1992, 152 (à propos de Pline le Jeune).

57 Voir les remarques de R. Syme en conclusion de EOS, 789-791.

58 Voir supra, p. 49-50. Sur les problèmes que soulève l’interprétation archéologique et ses limites : Cepas Palanca 1997, 135-136, en particulier.

59 Strabon, 3.1-10. Comme exemple de prospections systématiques, on peut se reporter aux recherches (dans les années 1970 et 1980 essentiellement) et aux problématiques de M. Ponsich sur les campagnes oléicoles du bassin du Guadalquivir.

60 Voir Blázquez 1978, 45-48. Faute de sources postérieures comparables, tout se passe parfois comme si Strabon avait fixé une fois pour toutes l’image d’une Bétique forcément prospère.

61 Le Roux 1995a, 83-87 ; Fear 1996, 168-169, avec des nuances.

62 On connaît mieux aujourd’hui les évolutions des conteneurs, la disparition des tituli picti et le fait que l’amphore Dressel 20 fut concurrencée au iiie s. par l’amphore Dressel 23. De même, on relève en 257 p.C., dans la cargaison de Cabrera III, partie de Gadès, la présence, comme vaisselle de bord, de TS clair A de forme Hayes 14B, 17A et 23B : Bost et al. 1991, 118-127 et 180-181. Les céramiques et les récipients, malgré des progrès incessants des connaissances, constituent ainsi des témoins à faire parler avec précautions, d’autant que la céramique commune qui constitue en principe 90 % du matériel céramique en fouille n’est pas convenablement datée le plus souvent.

63 Pour le choix de “proconsulaire”, voir supra, p. 51, n. 33. En outre, on lira les nuances récentes énoncées par A. U. Stylow, dans le contexte de l’édition du CIL, II2/7.

64 Voir Fear 1996, 63-104, qui tend cependant à délimiter plus clairement son rôle.

65 Pline l’Ancien. NH, 3.31 ; Richardson 1996, 188-210.

66 Résumé commode dans Keay 1987, 98-104. Également Nony 1998, 129-130.

67 Le Roux 1995, 104-107.

68 Pour la Bétique, par exemple, on dénombre 80 notables au moins, connus seulement par les monnaies du iie-ier s. a.C. A Sagonte, 41 numéros sont proposés, mais 15 ne sont inclus que grâce aux monnayages précoces. Le n° 349, de Mérida n’est inséré qu’en raison de sa cura rei publicae.

69 Pline l’Ancien, NH, 3.18. On adopte ici la version de l’édition de H. Zehnacker : “quant à la province proprement dite, elle contient 293 communautés, sans compter celles qui sont rattachées à d’autres”. Il ne s’agit pas de 293 communautés contribuées, comme on l’a compris parfois.

70 Dardaine 1995, 289-343 ; Eck 1997b, 69. Pour les autres provinces hispaniques les statistiques sont encore plus limitées.

71 Voir Caballos 1990a, 473-478, qui retient 174 sénateurs certi ou probabiles. Voir aussi Eck 1997b, 74.

72 Eck 1997b, 81-84.

73 Sur les sénateurs de la période, avec quelques corrections, Étienne 1965, 56-58 et 77-78. Des Boscs-Plateaux 1995, 161, invoque le lien économique ; mais la prospérité de la Bétique flavienne et trajanienne elle-même demande à être fortement nuancée.

74 On sait bien aujourd’hui que. sous une apprente uniformité, les provinces de l’Empire adaptaient à leurs conditions et à leurs ressources le modèle urbain et civique.

75 Le Roux 1987, 283-284.

76 Ce qui conduit à penser, comme on l’a remarqué pour l’Italie, que c’est sans doute ce phénomène qui est extraordinaire ou exceptionnel et non l’apparent effacement des périodes suivantes.

77 Se reporter à la bibliographie : Février 1964 et 1997.

78 Nony 1998, 138-139. Voir aussi Von Hesberg 1995, 12.

79 Sur le “clan espagnol” : Étienne 1965, 77-81. Des Boscs-Plateaux 1995, 114-117, propose une perspective différente.

80 La recherche systématique reste à faire sur le sens à donner à Hispania mentionnée comme origo : la référence à la seule province de Citérieure me paraît vraisemblable.

81 CIL, II, 2073 = 5506 = ILS, 1139.

82 Voir supra p. 53, n. 36.

83 Illustration par Des Boscs-Plateaux 1995, 155-159 (des nuances de détail dans l’interprétation des documents ne modifient pas la conclusion d’ensemble).

84 La difficulté à suivre les élites des cités provinciales sur plusieurs générations n’est pas seulement due aux lacunes d’une documentation surtout épigraphique. Le renouvellement des familles de notables est suggéré par l’origine affranchie de certains parents : voir par ex. Curchin 1990a, 71-73 ; le dynamisme de certaines autres peut rendre compte en partie de la mobilité géographique : Curchin 1990a, 100-101.

85 Outre l’existence bien connue de faveurs impériales, de filières et de recommandations, la volonté familiale ou personnelle, le hasard heureux ou malheureux, les alliances entraient en ligne de compte.

86 Talbert 1984, 47-53.

87 Sans ces sources historiques on serait beaucoup plus démuni pour rendre compte de la situation sous les Flaviens et les Antonins.

88 Il s’agit d’un autel ou piédestal en marbre veiné de rose violacé, placé dans le sacellum ouest de la terrasse du forum : Sillières 1995b, 86.

89 AE, 1989, 422 = CIL, II2/5, 778, en l’honneur de Licinius, serait une dédicace peinte, mais les photographies éditées ne permettent pas de répondre à toutes les interrogations.

90 Comme on le voit mieux en Afrique, où la documentation est plus abondante, ou en Italie : ainsi, CIL, IX, 5283 = ILS, 6623.

91 Richardson 1996, 285-287. Sur les difficultés de la date d’Elvire, voir par exemple Lane Fox, trad. fr., Toulouse, 1997, 686.

92 Un éclairage tardif est peut-être fourni par AE, 1992, 1074, du territoire de Guadix.

93 Les témoignages, essentiellement épigraphiques (CIL, II, 4919.4943.5736), sont difficiles à interpréter. Ils suggèrent que Postume était reconnu comme empereur dans la péninsule, mais rien n’interdit de penser que ce fut concuremment à Gallien dont le monnayage circule dans le nord-ouest militaire.

94 Cepas 1997, 224-233.

95 Gorges 1979, 104-105 ; Sillières 1995a, 27-28, à compléter par Alarcão et al. 1990 ; Lancha 1997, 145-260, recense, en Hispanie, 38 mosaïques à sujet culturel, dont 22 dans des uillae qui sont en majorité occupées et embellies entre le iiie et le ve s.

96 Voir supra p. 48.

97 On ne doit pas généraliser le cas des sénateurs espagnols apparentés à Théodose et Flaccilla (Chastagnol 1992, 318). Peu à peu, cependant, au cours du ive s., une séparation s’impose (loi de 395) entre sénateurs romains et provinciaux (Chastagnol 1992, 316).

98 EOS, 2, 1982, 790.

99 Un certain romantisme n’est pas étranger à l’analyse traditionnelle de la crise et de la décadence.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search