Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

L'originalité des élites hispaniques

La naissance des élites hispano-romaines en Bétique

Sylvie Dardaine

Texte intégral

1L’intitulé de la table ronde, les élites hispano-romaines, nous plonge dans les réalités de la conquête, car si le qualificatif hispano-romain évoque par son premier terme une aire géographique, par le second il renvoie à des notions juridiques et politiques. Rome étant le centre du pouvoir, posséder la citoyenneté romaine était la condition sine qua non pour que le pérégrin, quelles que fussent sa fortune et la considération dont il jouissait auprès de ses compatriotes indigènes, pût être agrégé au monde des vainqueurs et occuper le premier rang.

  • 1 Devreker 1980b, 262 ; Chastagnol 1980, 278 ; Id. 1992, 161-163.

2De ce fait, le cadre chronologique d’une étude sur la naissance des élites hispanoromaines de Bétique s’impose de lui-même : avec la concession du ius Latii par Vespasien à l’Hispanie et l’accession de nombreuses cités pérégrines – à mon avis toutes en Bétique – au rang de municipes latins à partir du dernier quart du ier s., les élites indigènes accèdent à la citoyenneté romaine, suivant des règles préétablies qui ne les éloignent pas de leurs communautés d’origine. Théoriquement les portes leur sont donc ouvertes pour gravir les échelons de l’appareil d’État, devenir chevaliers ou sénateurs, à l’instar des citoyens romains d’Italie et des autres provinces, selon leur mérite et la faveur du Prince. Avec Trajan, premier provincial, précisément originaire de Bétique, à devenir Auguste, les élites hispano-romaines sont à l’évidence à la tête de l’État. Mais les études sur la composition du Sénat montrent que c’est à partir de ce moment-là que la part des Italiens et des Occidentaux, notamment des Narbonnais et des Hispaniques, diminue au profit des Africains et surtout des Anatoliens1.

  • 2 Trésor de la langue française, s.v. élites.
  • 3 Kolendo 1981, 301-315. Voir particulièrement pour la Bétique la lex Vrsonensis, § 125-127 (CIL, I2 (...)
  • 4 Dernièrement Knapp 1977, 143-163 ; Marín Díaz 1988, avec la bibliographie antérieure.
  • 5 Gabba 1954, 41-114 et 293-345 ; Pavis d’Escurac 1978, 29-45 ; Rodríguez Neila 1973 ; Id. 1992 ; De (...)

3La notion d’élites – terme commode que nos collègues étrangers nous empruntent volontiers en français dans leur texte – est subjective, ou du moins à des contours flous, cependant l’acception moderne – “les personnes qui, dans tous les domaines, occupent le premier rang”2 – se concilie avec la définition antique de ceux qui occupent les quatorze premières rangées dans les édifices de spectacles, que ce soit à Rome ou dans les cités provinciales3. Le terme hispanique en français est aussi quelque peu ambigu, puisqu’il recouvre deux réalités antiques différentes, d’une part les Hispani, c’est-à-dire les indigènes, d’autre part les Hispanienses, c’est-à-dire les descendants d’émigrants italiens. L’apport de population italienne a été important dans le sud de la péninsule Ibérique, sans qu’on puisse néanmoins donner une indication chiffrée4, et Hispanienses, mais aussi Hispani, ont pesé d’un poids certain dans la politique romaine dès le ier s. a.C.5

Les élites hispano-romaines de bétique : une mise au point

  • 6 Étienne 1965a, 55-85 ; Wiegels 1971 ; Castillo 1965 ; Ead. 1975, 601-654 ; Ead. 1982, 465-519 ; Ea (...)
  • 7 Wiegels 1971 ; Caballos 1995, 289-343 ; Dardaine 1995, 260-316.

4Durant ces trente dernières années, plusieurs études ont été consacrées aux sénateurs6 et chevaliers de Bétique7 ; elles ont, dans un premier temps, consisté à recenser les personnes et, dans un second, à établir leurs relations familiales.

  • 8 CIL, II, 5506.
  • 9 Caballos 1986, 21, dénombre 47 certi et 60 incerti, correspondant respectivement à 24 et 30 famill (...)

5Mais les sénateurs qui ont pour origo sûre une cité de Bétique sont en fait peu nombreux. Seul P. Cornelius P. f. Gal. Anullinus, indique son origo, Iliberritanus, dans une inscription8. Les autres, les Cornelii Balbi de Cadix, les Annaei de Cordoue, les Aelii et les Ulpii d’Italica, les Annii d’Ucubi puis de Gades, enfin les Herennii Polliones sont connus par des sources littéraires et la grande majorité d’entre eux ont intéressé les écrivains, parce qu’il s’agissait des empereurs, de leurs parents ou alliés. En ajoutant les Valerii Vegeti de Grenade, et les Messii Rustici de Siarum, on compte moins de quarante sénateurs issus sûrement de Bétique, se regroupant en neuf familles9.

  • 10 Eck 1997b.
  • 11 Eck 1997b, 217, n. 25, en raison de l’inscription EphEp, IX, 220.
  • 12 Caballos et al. 1996, 226 ; Eck et al. 1996, 94-95. Pour l’affranchie, CIL, II2/5, 601 (territoire(...)
  • 13 Eck 1996a, 114-121.

6Dans les autres cas, les attributions proposées sont vraisemblables, plus ou moins suivant l’importance du faisceau de présomptions, reposant sur le lieu de découverte de l’inscription, le type de monument – funéraire, honorifique, etc. –, l’onomastique, la tribu, les liens – officiels ou privés – du personnage avec la province, notamment par le biais de familiers, parents, alliés ou affranchis. Autrement dit, les listes établies sont à la merci de révision constante, par ajout ou par retrait. Ainsi W. Eck, faisant ces mêmes constatations dans sa communication sur l’apport des cités de Bétique à l’aristocratie impériale en 1994, synthèse parue en 199710 et qui s’appuie sur l’étude prosopographique d’A. Caballos, propose des modifications à l’album sénatorial de la Bétique. Dans sa communication il émet l’idée que P. Lucius Cosconianus, consul suffect en 125, d’après un diplôme militaire inédit, pourrait être originaire de Carmo11. Et tout récemment, les éditeurs du sénatus-consulte de Cnaeo Pisone patre pensent que l’un des signataires de la praescriptio, C. Arrenus C. f. Galería Gallus, serait un sénateur de Bétique, de rang prétorien, car la tribu pourrait correspondre à une cité d’Hispanie ; en outre, son gentilice, rare, figure sur un timbre d’amphore Dressel 20 et est connu en Bétique par l’épitaphe d’une affranchie12. En revanche, Pompeius Falco serait originaire de Sicile13 et non plus de la partie orientale de l’empire ou du sud de la péninsule Ibérique.

  • 14 Les points d’interrogation indiquent que l’appartenance de ces sénateurs à la Bétique est loin d’ê (...)

7Chez les sénateurs de Bétique, on rencontre les gentilices suivants14 : Accenna (4), Acilius (1), Aelius, Annaeus, Annius, Antistius (1), Aponius (?, 1), Arrenus (?), Caelius (?, 2), Cornelius (8 en 4 familles), Cutius (2), Dillius (2), Fabius (?, 2), Herennius, Iunius (1), Licinius (1), Lucius (?), Maenius (1), Manilius (?, 3), Marius (1), Messius (7), Mummius (4 en 2 familles), Papirius (3), Pompeius (?, 1), Sosius (?, 1), Ulpius, Valerius et, chez les polyonymes, aussi Aemilius, Apronius, Arrius, Attius, Catilius, Catinius, Caudicius, Cutius, Flauius, Heluius, Iulius, Stertinius. Lorsque la tribu est mentionnée, il s’agit de la Sergia ou de la Galería.

  • 15 Ne sont retenus que les chevaliers dont l’onomastique est connue. Dans le cadre de cette synthèse, (...)

8Pour les chevaliers originaires de Bétique, la situation n’est guère différente. Tous ceux qui ont tenté de les recenser ont constaté qu’il était difficile de les identifier, en dehors de ceux qui indiquent leur origo dans les inscriptions, qui ont géré des charges municipales ou que les textes littéraires, essentiellement du ier s., mentionnent. Voici la liste de ceux que j’ai recensés15 :

9— Pour la période de la fin de la République :

  1. Baebius de Hasta
  2. Flauius de Hasta
  3. Trebellius de Hasta16
  4. Pompeius Niger d’Italica17

10— Pour le Haut-Empire :

  1. *M. Acilius M’.f.Gal. Silo
  2. *P. Acilius Attianus18
  3. M’. Acilius Quir. Fronto
  4. *Annaeus Seneca
  5. *M. Annaeus Mela
  6. Annaeus Serenus
  7. M. Argentarius19
  8. M. Annius Syriacus20
  9. L. Baebius L. f. Serg. Balbus
  10. * L. Blatius L. f. Ser. Ventin(us)
  11. M. Calpurnius M. f. Gal. Seneca Fabius Sentinatianus
  12. + M. Cassius M. f. Agrippa21
  13. *Clodius Turrinus
  14. Cornelius Senecio
  15. + Q. Cornelius [---]
  16. + M. Cornelius A. f. Noua[t]us Baebius Balbus
  17. + P. Fabius [---] C. Clodius D[---]
  18. + L. Iulius M.f. Q. n. Gal. Gallus Mummianus
  19. *D. Iunius Gal. Melinus
  20. + Iunius Bassus Milonianus
  21. *L. Iunius L. f. Gal. Moderatus Columella
  22. M. Lucretius Q. f. Quir. Iulianus
  23. P. Magnius Q. f. Quir. Rufus Magonianus
  24. *Cn. Manlius Cn. f. Pap.
  25. L. Manlius A. f. A. n. Gal. Bocchus
  26. T. Mercello Persinus Marius22
  27. M. Mettius M. f. Gal. Maternus
  28. *[---] nicius L. f. L. n. L. pron. Gal. Mento Man[---]
  29. *[-] Postumius A. f. Pap. Acilianus
  30. Q. Quintius Q. f. Q. n. Q. pron. Q. abn. Gal. Hispanus [...]us
  31. C. Rocius Rocianus Valerianus
  32. + Q. Rutilius P. f. Gal. Flaccus Cornelianus
  33. C. Sempronius Urbanus23
  34. *C. Turranius Gracilis
  35. *M. Valerius M. f. M. n. Q. pron. Gal. Pullinus
  36. C. Valerius L. f. Quir. Florinus
  37. L. Valerius L. f. Quir. Proculus24
  38. C. Venaecius P. f. Voconianus
  39. L. Vibius L. f. Gal. Tuscus Aurelius Rufinus
  40. M. Vibius Maternus25
  • 26 PIR 2, V, 295.
  • 27 PIR 2, II, 315. Un homonyme, probablement un parent, avait fait partie du complot contre Cassius L (...)
  • 28 Hypothèse émise par Wiegels 1971, n° 210. Les Aemilii de Cordoue n’ont, semble-t-il, guère eu de s (...)

11Proches du pouvoir, mais n’exerçant pas de fonctions officielles, ou du moins les sources ne les mentionnant pas, sont aussi, sous les Julio-Claudiens, le richissime Sex. Marius26, propriétaire de mines, et Calpurnius Saluianus27, son accusateur devant Tibère. Et le rang équestre d’Aemilius Regulus28 de Cordoue, qui projetait de tuer Caligula, n’est peut-être pas non plus à exclure.

  • 29 Knapp 1995, 373-380, a montré que l’espoir de devenir sénateur ou d’occuper un poste procuratorien (...)
  • 30 Ce chevalier n’occupe pas un honos municipal, mais une très proche parente est sacerdos perpetua.
  • 31 Stylow 1995a, 120-121, reprenant les travaux de J. González et C. Castillo, a établi que la tribu (...)

12Les chevaliers étant la pépinière naturelle de l’ordre sénatorial29, le nombre particulièrement faible en Bétique de ceux que l’on peut nommément identifier est un handicap pour toute étude sur la mobilité sociale dans cette province. Il faut noter aussi qu’on connaît mieux les chevaliers du ier s. (50 %) que ceux des siècles suivants. Un peu plus du quart du total (11 sur 40) ont occupé des charges municipales, à Asido (no 1), à Hispalis (no 10), à Cordoue (no 18, 25 et 26), à Astigi (no 24), à Obulco (no 28, 30 et 35), à Urgauo (no 38) et à Cartima (no 19)30 : à l’exception d’un seul (n° 26), ils n’ont pas dépassé le niveau de la préfecture des ouvriers ou des milices équestres. Enfin, dans la nomenclature des quarante chevaliers recensés, la tribu Quirina est minoritaire : cinq cas, un sûr et quatre probables, pour 21 mentions de tribus. Ce sont les citoyens d’origine républicaine, ceux inscrits dans la Sergia31, et ceux dont les ancêtres ont reçu la citoyenneté au plus tard sous Auguste qui avaient le plus de chance de s’élever dans la société.

  • 32 Rémy 1987, 49.
  • 33 En outre, P. Acilius Attianus fut admis au Sénat.
  • 34 G. Marcius, un Ibère originaire de la ville d’Italica, en 144-143 (Appien, Iber., 66.282 (tr. P. G (...)
  • 35 Marion 1972, 49-62 ; Beltrán Lloris 1978, 169-211. Et dernièrement García-Bellido & Blázquez 1995, (...)

13L’étude onomastique apporte aussi quelques éléments. Bien que les gentilices des sénateurs et des chevaliers soient banals, leur comparaison, sans même tenir compte des prénoms et des différentes familles possibles, montre peu de convergence, et cela d’autant plus que des similitudes sont dues à des raisonnements analogiques et circulaires. Ainsi le chevalier Cornelius Senecio (no 14), mort en 64, et M. Annius Syriacus (no 8), préfet d’Égypte en 161-164, sont supposés être de Bétique, en raison d’une homonymie complète ou partielle avec des sénateurs de cette province, pour le premier Q. Cornelius Senecio Annianus, proconsul de Pont-Bithynie, peut-être sous Hadrien32, pour le second les MM. Annii. Les gentilices communs aux membres des deux ordres privilégiés sont Acilius, Annius, Cornelius, Fabius, Iunius, Marius, Valerius et, sans surprise, Annaeus33. Si l’on regarde la fréquence des gentilices dans la province (voir tableau i), les noms des tribules de la Galeria et de la Sergia (voir tableau ii) et les gentilices connus à l’époque républicaine par les textes littéraires34 et les légendes monétaires (voir tableau iii)35, des similitudes sont indubitables, mais ce sont plutôt les divergences qui sont remarquables. Je répète cependant

  • 36 1994, 29.
  • 37 1963,783, qui ne prend pas en compte les gentilices impériaux, Iulius, Flauius, etc.
  • 38 1978, 217.
  • 39 1978, 221, en excluant la Lusitanie dans les inscriptions du CIL.
  • 40 1990a, 94.
  • 41 Pour le premier rang, treize occurrences, pour le treizième, quatre.
  • 42 Pour le premier rang, seize occurrences, pour le quinzième, trois.

Gentilies en Hispanie

par nombre d’après J.M. Abascal Palazon36

par rang d’après R. Syme37

par rang d’après R.C. Knapp38

par rang d’après R.C. Knapp39

par rang des magistrats d’après L.A. Curchin40

par rang des notables municipaux en Bétique41

PAR rang en bétique tribus Sergia et Galeria42

Iulius

803

-

1

3

3

5

2

Valerius

718

1

2

1

2

3

4

Cornelius

541

2

3

2

1

1

3

Aemilius

327

4

5

5

4

11

7

Fabius

325

3

4

4

5

2

1

Licinius

305

4

6

6

9

13

Sempranius

271

6

7

7

11

7

Caecilius

247

6

9

8

6

13

Iunius

203

8

8

12

7

5

7

Antonius

200

10

13

11

5

5

Pompeius

8

10

10

10

7

Claudius

-

11

9

Flauius

-

12

14

Annius

13

15

15

5

Calpurnius

14

19

19

5

5

Porcius

14

20

20

5

15

Sulpicius

14

-

Domitius

14

-

Fuluius

18

-

7

Marcius

18

-

13

7

Marius

18

-

Baebius

11

17

17

15

Terentius

11

18

18

Aelius

14

13

4

7

Aurelius

16

15

15

Manlius

7

Attius

15

Mammius

15

Seruitius

13

15

Heluius

15

Lucretius

11

Tableau I : Fréquence des gentilices.

  • 43 Gentilices et occurrences des tributes de la Sergia, à l’exception des sénateurs et chevaliers : A (...)

14que je suis bien consciente de travailler sur des données très ténues et fragiles. Les Cornelii et les Valerii se placent toujours dans les premiers rangs, entre le premier et le troisième pour les premiers – les premiers sénateurs de Bétique sont les Cornelii Balbi-, entre le premier et le quatrième pour les seconds. En revanche, aucun Antonius ni aucun Porcius ne figurent parmi les sénateurs et les chevaliers. Quant aux Iulii, vu leur position dans la province, ils sont sous-représentés dans l’élite. Ainsi, chez les sénateurs, Iulius ne figure qu’une seule fois, en position secondaire, et une fois aussi chez les chevaliers, alors que c’est un des gentilices les plus répandus et que ceux qui le portent sont inscrits dans la Sergia43 et sont souvent des magistrats municipaux (tableau II). Mais cette anomalie n’est peut-être qu’une illusion due à l’état actuel de la documentation. Je reviendrai sur ces questions d’onomastique et de “chaînon manquant un peu plus loin.

Les élites municipales et provinciales

15En excluant les chevaliers qui ont géré des magistratures locales et les prêtres provinciaux (voir ci-dessous), on connaît environ 210 magistrats et prêtres, avec 85 gentilices différents. Il faut noter que la moitié des gentilices ne sont attestés qu’à un seul exemplaire.

  • 44 CIL, II, 1585 = II2/5, 409. Les autres membres de la famille dont les urnes ont été retrouvées dan (...)
  • 45 AE, 1965, 90 = CIL, II2/7, 91.
  • 46 CIL, II, 5488 et 1958. Le cognomen Turrinus est rare, porté par les Mamilii au IIIe s. a.C., mais (...)
  • 47 AE, 1965, 78 = CIL, II2/5, 85.
  • 48 CIL, II2/5, 498 et 520.
  • 49 CIL, II2/7, 133.
  • 50 CIL, II, 1610 = AE, 1986, 334d.
  • 51 AE, 1981, 496= 1986, 334a.
  • 52 CIL, II, 1631 =II2/5, 615.
  • 53 CIL, II, 1945.
  • 54 CIL, II, 2096 = AE, 1986, 334b.
  • 55 Voir n. 52.
  • 56 Voir n. 53.

16Aucun gentilice de notables n’est forgé sur un nom indigène, comme cela est courant dans les Gaules, et très rares sont les magistrats qui portent des cognomina indigènes. Sauf à admettre le cognomen Seneca comme un signe d’indigénisme caractérisé, je n’en connais que sept : M. Pompeius Q. f. Gal. Icstnis qui a été IIuir primus de familia Pompeia à la fin du ier s. a.C.44, M. Horatius M. f. Gal. Bodonilur, IIuir d’Urgauo à l’époque augustéenne, et dont l’épouse Lucretia L. f. Sergieton45 porte aussi un nom indigène, Valeria C. f. Situllina et Vibia L. f. Turrina, sacerdotesperpetuae de Cartima46, au début du iie s., Q. Cornelius L. f. Gal. Sauo dans la colonie de Tucci47, L. Calpurnius L. f. Gal. Danquinus qui a géré les honores à Ulia48 au milieu du ier s., enfin un personnage Martius au gentilice inconnu, mais appartenant au milieu des notables d’Obulco49, mentionné dans une inscription sur laquelle nous reviendrons. On notera la filiation parfaitement romaine de ces personnes. D’autre part, les citoyens per honorem portent des gentilices tout à fait latins : Aelius50, Annius51, Iunius52, Munius53, Valerius54 ; l’un d’entre eux est même un polyonyme, L. Iunius L. f. Mamius Faustinus55, un autre, L. Munnius Aurelianus56, a un cognomen dérivé d’un gentilice.

  • 57 Dardaine 1995, 392-405.

17Pline dénombre 175 cités en Bétique ; on connaît des magistrats dans 100 environ : 50 % d’entre elles n’ont livré qu’un seul nom et 23 quatre ou plus57. Il est donc difficile de suivre les notables sur plus de deux générations.

  • 58 Pour d’autres exemples, je renvoie à ma thèse.
  • 59 AE, 1962, 287.
  • 60 Plusieurs causes peuvent expliquer cette disparition : documentation conservée trop fragmentaire, (...)
  • 61 AE. 1986, 333, rubrique 30 : “Ceux qui sont actuellement sénateurs ou en tiennent lieu, ou sont ac (...)
  • 62 Caballos 1995, 304, hésite entre les deux possibilités.
  • 63 Canto 1978, 293-310.

18Prenons le cas du municipe flavien de Munigua58. Deux notables de la cité pérégrine, L. Lucceius et L. Octauius Siluanus, aux noms parfaitement latins, ont signé pour la communauté un pacte d’hospitalité avec le questeur propréteur Sex. Curuius Siluinus, au début de l’Empire59. Or, les gentilices des deux représentants de la cité ne sont plus attestés par la suite parmi les dirigeants du municipe flavien, qui appartenaient aux familles des Quintii, Aelii, Aemilii, Licinii et Valerii. Il ne faudrait pas en conclure un renouvellement des élites avec les mesures flaviennes, car d’une part ces deux gentilices ne sont plus attestés du tout dans cette cité60, d’autre part les règlements municipaux, par leur contenu même, ont conforté la primauté des familles les plus en vue des cités indigènes : les décurions des nouveaux municipes, parmi lesquels sont choisis les magistrats, sont purement et simplement les membres des anciens sénats locaux61. Et dans de nombreux municipes flaviens, les postes sont occupés par des personnes inscrites dans la tribu Galeria, c’est-à-dire ayant reçu la citoyenneté romaine avant même que leur cité ne soit élevée au rang de municipe latin. Là encore un exemple : à Cartima, D. Iunius Melinus accéda à l’ordre équestre peu avant la transformation de la cité en municipe latin ; il est eques Romanus ex ciuitate Cartimitana primas factus, sa fille, plutôt que sa sœur62, Iunia D. f. Rustica, devint sacerdos perpetua et prima in municipio. Ciuitas renvoie à la cité pérégrine, municipium à la cité latine. Iunia Rustica épousa C. Fabius Fabianus, membre d’une puissante gens de Bétique63, dont on peut d’ailleurs s’étonner qu’on ne connaisse pas au moins un chevalier. De l’union naquit un enfant, au nom révélateur de C. Fabius Iunianus, qui fut associé par sa mère à la rénovation architecturale du municipe.

19Ces cas, que l’on pourrait multiplier, montrent qu’en fait l’ascension de l’élite indigène était déjà réalisée pour une bonne part et qu’il faut chercher les racines de sa romanisation sous la République, à un moment où les documents font défaut presque totalement.

  • 64 CIL, II, 1953.
  • 65 CIL, II, 1952.
  • 66 CIL, II, 1962.
  • 67 CIL. II, 1958.

20Dans cette même cité de Cartima, la continuité des élites municipales est perceptible grâce à un autre cas beaucoup plus rare, voire unique, car il montre cette fois-ci l’adaptation des notables pérégrins aux nouvelles structures mises en place par les Flaviens et l’harmonie régnant entre anciens et nouveaux citoyens, encore que l’on puisse déceler une certaine rivalité, ou du moins émulation, en matière d’évergésie. Vibia Rusticana64 restaura une dédicace à Claude gravée en 52-53 ; elle était la nurus d’un des deux personnages pérégrins, Vestinus Rustici filius decemuir et Rusticus, qui eurent l’initiative du premier monument. Ce fut elle, à moins qu’il ne s’agisse d’une homonyme, qui, sous les Flaviens, offrit une dédicace à Venus Augusta65. Elle était, selon toute vraisemblance, apparentée à L. Vibius Rusticus66 – il s’agit peut-être de son père–, inscrit dans la tribu Quirina, et à Vibia L. f. Turrina, sacerdos perpetua de la fin du ier s. ou du début du iie, qui paya les frais de la statue que l’ordo avait décidé de lui élever67, et dont nous avons déjà parlé à propos des rares notables portant un cognomen indigène.

  • 68 Étienne 1958, 126-130, dix flamines, aucune flaminique. Voir aussi maintenant Castillo 1998.
  • 69 Trois prêtres sont des anonymes (CIL, II, 1979 et 3271 ; AE, 1974, 369) et ne figurent donc pas da (...)

21Entre les élites municipales d’une part, les sénateurs et chevaliers d’autre part se place, à partir des Flaviens, un échelon intermédiaire, celui des prêtres provinciaux. En effet, leur rayonnement dépasse le cadre de leur cité, ce que reflète d’ailleurs parfois leur appartenance à l’ordre équestre, que cette dignité leur ait été conférée avant ou après leur prêtrise. Cet échelon, qui n’a rien d’obligatoire dans le cursus des élites, est intéressant pour notre propos, car le nombre des chevaliers de Bétique connus au iie s. est, nous l’avons vu, particulièrement faible. Depuis la thèse de R. Étienne68, en 1958, le nombre des prêtres provinciaux connus de Bétique a plus que doublé ; on compte vingt-quatre flamines et une flaminique, datés de la fin du ier s. jusqu’au milieu du iiie, dont voici les noms et les lieux d’origine69 :

  • 70 Le titre est en partie restitué.

C. Aemilius Niger Annius Senecae f. Aruacus Galeria de Sexi (ILPG, 8 = AE, 1995, 845) ;
* Sex. Allius Mamercus d’Astigi (CIL, II, 1475 = II2/5, 1171) ;
* C. Annius d’Hispalis (AE, 1974, 376) ;
C. Antonius [-] f. Gal. Seranus d’Iporca (AE, 1971, 183) ;
* + M. Cassius Serg. Caecilianus d’Italica (AE, 1982, 520) ;
+ [-C]lodius C. f. S[erg. Sat]urninus Patriciensis de Cordoue (CIL, II2/7, 292) ;
L. Cominius L. f. Gal. Iulianus d’Ilurco (AE, 1966, 181) ;
M. Cornelius A. f. Nou[atus] Baebius Balbus d’Igabrum (CIL, II, 1614 = II2/5, 316) ;
Q. Cornelius [---] d’Obulco (CIL, II2/7, 133)70 ;
C. Cosanus C. f. Gal. Rusticus de Cordoue (CIL, II, 2220 = II2/7, 294) ;
Fabius de Celti (CIL, II, 2221 = II2/7, 295) ;
M. Heluius M. f. Serg. Rufus de Cordoue (CIL, II2/7, 296) ;
+ [L.] Iulius M. f. Q. n. Gal. Gallus Mummianus de Cordoue (CIL, II, 2224 = II2/7, 282) ;
* + L. Iunius P. f. Serg. Paulinus de Cordoue (CIL, II, 5523 = II2/7, 221) ;
L. Licinius L. f. Gal. Montanus Sarapio origine Malacitano adlecto Cordubensi (AE, 1996, 883) ;
P. Octauius Flauus d’Acci (CIL, II, 3395) ;
L. Octauius Licinianus Galeria de Seria (CIL, II2/7, 297) ;
C. Sempronius Speratus de Mellaria (CIL, II, 2344 = II2/7, 799) ;
L. Valerius Fuscinus de Cordoue (CIL, II2/7, 255) ;
+ C. Varinius Fidus de Segida (CIL, II, 983 = EphEp, VIII, 89) ;
Quintia Flaccina de Munigua (AE, 1966, 183).

  • 71 Cette dernière cité est une colonie de Citérieure.
  • 72 Trois prêtres sont sûrement originaires de municipes flaviens, C. Sempronius Speratus de Mellaria, (...)
  • 73 À Cordoue 3 sur 5 ou 6, car pour L. Licinius Montanus, voir la note précédente, et à Italica, le s (...)
  • 74 En Hispanie même on connaît deux homonymes, à Sagonte à la fin du Ier siècle (CIL, II, 6028 = II2/ (...)
  • 75 Ni Kajanto 1965, ni Mócsy et al. 1983, ne le recensent. Il est attesté une autre fois en Bétique, (...)
  • 76 Untermann 1965, 159-161.
  • 77 ILPG, 96 et 106.

22Avec environ 12 % des flamines de la période considérée identifiés, c’est juste la pointe émergée de l’iceberg que nous pouvons prendre en considération. Sept flamines indiquent une carrière municipale antérieure au flaminat provincial : deux ont été prêtres municipaux, trois magistrats, et deux ont occupé à la fois des magistratures et des prêtrises. Les gentilices sont variés, seulement Octauius et Annius sont communs à deux prêtres. Même si tous les types de cités – colonies romaines, municipes romains et flaviens – sont représentés, il n’en est pas moins vrai qu’il existe une discrimination certaine entre les individus. Deux tendances sont perceptibles d’après l’origo et la tribu des prêtres, d’une part l’influence de la capitale, Cordoue, se fait nettement sentir, d’autre part, l’ancienneté de la citoyenneté romaine dans les familles qui fournissent des flamines provinciaux paraît également jouer un rôle. Pas moins de six prêtres sont originaires de Cordoue, et un septième, de Málaga, municipe flavien, a été admis parmi les Cordubenses ; si l’on ajoute les autres colonies romaines, le total se monte alors à dix, c’est-à-dire que la moitié des prêtres connus sont issus des cités les plus prestigieuses, Cordoue, Astigi, Hispalis, Italica et Acci71. Lorsque la tribu des prêtres est mentionnée – 11 cas –, il s’agit toujours de la Sergia ou de la Galeria. La Quirina, tribu dans laquelle sont inscrits les municipes flaviens, n’est, dans l’état actuel de notre documentation, jamais mentionnée72. Quatre flamines sont inscrits dans la Sergia73, ce sont des citoyens de souche ancienne qui possédaient la citoyenneté romaine avant même que leur cité soit devenue colonie romaine. Il peut y avoir adlection dans une cité plus prestigieuse, il peut aussi y avoir adoption dans une famille plus éminente. Ce pourrait être le cas pour C. Aemilius Niger Annius Senecae f. Aruacus, dont le père adoptif - C. Aemilius Niger – a une onomastique banale74, mais qui lui-même porte un cognomen original75 et dont le père naturel a un cognomen hispanique, Seneca76, et est peut-être un Iluir d’Ilurco77. Sa nomenclature est aussi intéressante par comparaison avec celle des autres prêtres, car deux autres polyonymes sont des chevaliers, l’un ayant un double gentilice et un double cognomen, comme Aruacus, l’autre un double cognomen. Le dernier personnage à avoir plus que les tria nomina est L. Licinius Montanus Sarapio, le Malacitanus devenu Cordubensis.

  • 78 Voir mon étude d’ensemble en préparation. Certains peuvent être des affranchis, ainsi, à Munigua, (...)
  • 79 Alfia Domitia Severiana de Barbesula (AE, 1979, 335 = 1984, 528), M. Iunius L. f. Terentianus Seru (...)
  • 80 Q. Pomponius Clemens Sabinianus d’Hispalis (CIL, II. 1188), L. Blattius Traianus Pollio d’Italica (...)

23Les 40 chevaliers présentent 28 gentilices différents et 12 ont une nomenclature polyonymique, 5 avec deux gentilices, 7 avec deux cognomina. En revanche, la proportion chez les magistrats et prêtres municipaux – ce ne sont pas les seuls polyonymes78 – est beaucoup plus faible. Seulement neuf ont une nomenclature polyonymique, six avec gentilices multiples79 et trois avec plusieurs cognomina80. Parmi les premiers, il y a deux patrons de cités, dont l’assise sociale dépassait pour l’un au moins sa cité : originaire de Cordoue, il est patron d’Acinipo.

  • 81 Avec toutefois la graphie Etaccina dans l’inscription (CIL, II, 1024), voir Alvárez Martínez 1972, (...)
  • 82 Caballos 1990a, 179-180, n° 100.

24Quant à C. Varinius Fidus. flamen de la Bétique, sa fille Varinia Flaccina, clarissima femina, paraît bien avoir épousé le sénateur sévérien Licinius Serianus81 qui fit une dédicace à Junon en remerciement de la guérison de sa fille Varinia Serena82.

  • 83 CIL, II2/7, 133 : Q. Cornelius [---]/flamen diuor(um) Aug(ustorum) [prouinc(iae) Baetic(ae) suo no (...)
  • 84 Camodeca 1982, 122, L. Acilius Strabo, cos. suff. en 80 (pour la date, S. M. Marengo, Picus, 18, 7 (...)
  • 85 Salomies 1992, 38-39.

25Déjà à cet échelon s’opère une sélection entre les cités, les plus anciennement romanisées étant mieux représentées, et entre les individus, les citoyens dont la citoyenneté remonte à l’époque républicaine accédant plus facilement au flaminat provincial, plus d’un siècle encore après sa création, que les citoyens dont la citoyenneté est “d’Empire”, surtout lorsqu’elle est flavienne. Le cas de Q. Cornelius d’Obulco est intéressant à plus d’un titre et confirme la place charnière du flaminat provincial. En effet, à la fin du ier ou au début du siècle suivant, ce flamine, à l’onomastique banale, fait élever une aedes en son nom et aux noms de Valeria Corneliana, de L. Stertinius Quintilianus, tribun militaire de la légion VII Gemina, de Rusticus Apronius Proculus qui occupa un poste dans la province83 et d’un homme dont il ne reste que le cognomen Martius. Les liens de parentèle ou d’amitié qui unissent ces personnes ne sont pas connus avec précision, car le texte est malheureusement incomplet et semble défier toute restitution. Néanmoins, les noms de trois d’entre elles se retrouvent dans la dénomination du consul polyonyme de 146, L. Stertinius Quintilianus Acilius Strabo Q. Cornelius Rusticus Apronius Senecio Proculus. Il manque dans l’inscription d’Obulco le cognomen Senecio – mais on ignore celui du flamine Cornelius – et le groupe Acilius Strabo qui appartient à une famille sénatoriale de Campanie dont l’un des membres s’appelle L. Stertinius C. f. Maec. Quintilianus Acilius Strabo C. Curiatius Maternus Clodius Nummus84, à identifier plutôt à C. Clodius Nummus, le consul suffect en 114, qu’à L. Acilius Strabo Clodius Nummus, légat de la Troisième légion Auguste, en 11685.

  • 86 AE, 1985, 557.
  • 87 AE, 1973, 283.
  • 88 Alföldy & Halfmann 1973a, 331-373.

26Or, d’une part une inscription d’Almuñecar. en Bétique, mentionne un L. Ster[tinius Quintilianus] Acilius [Strabo Curiatius] Mater[nus Clodius Nummus]86, d’autre part la séquence Curiatius Maternus, nom du principal interlocuteur du Dialogue des orateurs de Tacite, sénateur de Gaule ou d’Hispanie, se retrouve aussi chez un sénateur de Liria, en Citérieure, M. Cornelius M. f. Gal. Nigrinus Curiatius Maternus87, adlectus parmi les préteurs par Vespasien, consul en 83 et rival de Trujan en 9788. Enfin, le nom du consul de 146 rappelle aussi celui du chevalier Cornelius Senecio de 64 et du sénateur de Carteia Q. Cornelius Senecio Annianus, de l’époque d’Hadrien. Tous ces noms, à la fois généalogie et carte de visite – l’utilisation de la dénomination, complète ou non, étant fonction des circonstances et des intentions –, montrent la complexité des relations reposant sur la richesse, le népotisme, le clientélisme, mais aussi le mérite, l’amitié et l’estime.

  • 89 Supra, p. 30-31.
  • 90 CIL, II, 1959.
  • 91 CIL, II, 1954.
  • 92 Sur les Balbi, voir n. 3.
  • 93 Des Boscs-Plateaux 1995, 128.
  • 94 HAE, 1852.
  • 95 Entre 19, année du triomphe, et 13, année de la mort de Balbus.
  • 96 AE, 1962, 71 ; Galsterer 1971, 23-24.
  • 97 Respectivement PIR 2, V, 168 et 165.

27Pour terminer, je voudrais souligner le fait que ces liens révélés par les gentilices – mais les cognomina ne sont pas non plus sans signification –, évoquent aussi des lieux de rencontre, des espaces hiérarchisés. Il y a tout d’abord le chef-lieu de cité quel qu’il soit – n’oublions pas l’obligation de résidence pendant la durée de la magistrature –, où les notables se perpétuent entre eux : la saga de la famille de Vibia Rusticana de Cartima, dont il a été question plus haut89, continue et est révélatrice de ce point de vue ; son père ou son parent, Vibius Rusticus, a pour mère Decimia Decimi f. Procula90, dont le père, M. Decimius Quir. Proculus, est pontifex perpetuus91. Il y a ensuite les ports et les cités prestigieuses, à cause, par exemple, d’un sanctuaire célèbre, telle Gades, où les occasions de contacts hors de la sphère habituelle de l’élite locale existent ; pensons à Cornelius Balbus et ses relations avec Pompée, puis César. Il y a les “cités administratives”, capitales de province et de conuentus, où siègent les autorités, ce qui crée des liens privilégiés entre les hauts fonctionnaires, sénateurs et chevaliers, et les élites municipales de chacune de ces cités. Et dans la capitale provinciale se réunit aussi le concilium prouinciae, lieu où l’élite des élites municipales se rencontre et côtoie les détenteurs du pouvoir. Il n’est peut-être pas fortuit que la date de création du concilium prouinciae coïncide avec le moment où les lieux de recrutement des sénateurs et chevaliers, jusque-là essentiellement Cordoue et Gades, se diversifient. Enfin, il y a Rome et son Sénat : une fois encore évoquons les Cornelii Balbi. La fille de L. Cornelius Balbus Minor a épousé C. Norbanus Flaccus. Cette union peut s’expliquer par le fait que Balbus et son oncle92, Norbanus et son père sont des partisans de César, puis d’Auguste. Mais les premiers sont des Hispaniques homines noui, les autres des Italiens issus d’une lignée de consulaires93. C’est vraisemblablement de cette différence d’origine même que vient leur rapprochement. En effet, le père homonyme de Norbanus gouverna l’Hispanie de 36 à 34, célébra un triomphe sur elle et fonda Norba Caesarina, l’actuelle Cáceres, réalisant peut-être un projet de César. Or Balbus, après son triomphe sur l’Afrique, devint patron de cette colonie94. Ce patronat est, en raison de sa date95, à mettre en relation avec le mariage de Cornelia96, mais ces deux événements témoignent en faveur de liens plus anciens entre les Cornelii Balbi et les Norbani Flacci, liens noués dans la lutte politique et resserrés à l’occasion du séjour en Hispanie de Norbanus. De même que le premier sénateur d’une province était un intermédiaire et un protecteur obligé pour le provincial aspirant au laticlave, les sénateurs italiens ne manquaient certainement pas de s’informer auprès de leurs pairs provinciaux lorsqu’ils avaient à se rendre hors d’Italie. C’était là également pour eux une occasion de mesurer de uisu l’assise sociale véritable des homines noui. Le mariage de Cornelia et de C. Norbanus Flaccus fut fécond et la famille maintint son rang, puisque leurs deux fils obtinrent le consulat, C. Norbanus Flaccus, en 15 p.C., L. Norbanus Balbus, en 1997. Mais que retenaient de ces derniers les Romains et les habitants de la Bétique ? Quelle image d’eux-mêmes donnaient les Norbani et quelle conscience d’eux-mêmes avaient-ils ? Consuls et descendants de consulaires ou consuls dont le grand-père était originaire d’au-delà des colonnes d’Hercule ? Là est toute la question...

Tableau ii : Gentilices des citoyens de Bétique inscrits dans les tribus Sergia et Galeria (à l’exception des sénateurs et des chevaliers)

  • 98 Les dates se fondent sur l’écriture et les formulaires ; elles n’ont qu’une valeur indicative.

Gentilices

Fonction ou honneur

Référence

Tribu, ier - déb. iieS.98

Acilius

2 IIuiri

CIL, II, 2188 = II2/7, 197Sacili

G X

Aelius(pol.)

IIuir c. c. P.
aed., IIuir
-
IIuir m. m. F. Aurgitani

CIL, II, 5524= II2/7, 302
Corduba
AE, 1961, 343 = II2/5, 497
UliaCIL, Il, 1464 = II2/5, 1143Cerro de las CabezasCIL, II2/5, 49Aurgi

G
G
G X
G

Aemilius

ornamenta IIuiralia
2 personnes
legatus

AE, 1978, 416 = II2/5, 1030
Urso
CIL, II, 2158 = II2/7, 142
Epora
AE, 1952, 49Ugia

S

G

G

Albanius

-

CIL, II, 1754
Gades

G

Ancarius

missicius et son fils

CIL, II, 1690 = II2/5, 81
Tucci

S X

Annius

-

-

IRPC, 93
Carteia
CIL, II, 1761
Gades

G

G

Antestius

mil. leg. XX V. V.

RIB, 518
Cordubensis(Chester)

S X

Antonius

Iiuir

IIII uir aed. pot.

sacerdosDecurio

flam. Diuor. Aug. Prouinc. Baeticae

CIL, II, 1313
Asido-Gades
CIL, II, 1727
Gades
1728
Gades
1729
AE. 1971, 183 = CIL, II2/7, 291 Iporca

G

G

G

G

G

Atilius

-

CIL, II, 5473 = II2/5, 107
Tucci

S X

Attenius

flam. Aug.

CIL, II2/7, 144
Epora

G X

Attius

dec.

mil. leg. IIII Mac.

mil. leg. IIII Mac.

CIL, II2/7, 905
Epora Arsensis
CIL, XIII, 6853
Nertobriga
CIL, XIII, 6854Nertobriga

G

G X

G X

Auf(idius)

Iiuir
IIuir desig.

CIL, II, 5354
Burguillos

G

Aufustius

-

EphEp, VIII, 303
Seria

G

Auillius

-

AE, 1983, 538 = CIL, II2/5, 352
Nueva Carteya

S X

Aurelius

-

mil. leg. X

AE, 1965, 56
MalacaAE, 1980, 562
Seria

G

G X

Gentilices

Fonction ou honneur

référence

tribu, ierdéb.iies.

Baebius

-

-

-

CIL, II, 5405
Hasta
CIL, II, 1736,
Gades
EphEp, IX, 140,
Encinasola

S

G

G

Bruttius

mil. leg. IIII Mac.

CIL, XIII, 6856
Tucci

S X

Caecilius

mil. leg. IIII Mac.

CIL, XIII, 6858

G X

Caesius (pol.)

aed., IIuir

AE, 1961, 343 = CIL, II2/5, 497
Ulia

G

Calpurnius

-

IIuir ; aed., IIuir, praef.



-

IIuir bis, flamen sacr. pub.

CIL, II, 2134= II2/7, 103
Obulco
CIL, II, 1536 = II2/5, 498 ; AE, 1974,
373 = II2/5, 520
Ulia
CIL, II, 1538 = II2/5, 500
UliaCIL, II, 2105 = II2/7, 68
Urgauo

G

G X



G

G

Cassius

-

CIL, II, 1318
Asido

G

Caruilius (pol.)

fils d’une sacerdos

CIL, II2/7. 3ª
Ossigi

G

Cincius

-

CIL, II2/5, 234
Patriciensis

S X

Clodius

honneurs funèbres

IIuir, flam. prou.

IRC, 31ª
Asido
CIL, II2/7, 292
Corduba

G

S

Cominius

flam. diuor. Augg. prou. Baetic.

AE, 1966, 181 = CIL, II2/7, 293
Ilurco

G

Cornelius

aed., IIuir

-

-

aed., flamen, Iluir

aed

IIuir, pontif. Caesaris primu

IIuir, pont. sacrorumaed., IIuir, praef.

-

fils d’une sacerdos(pol.)aed., flamen. IIuir

CIL,II2/7, 218-219
Corduba
CIL, II, 1321
Asido
CIL, II, 5512 = II2/5, 636
Iliberris
CIL, II, 2126 = II2/7, 93
Obulco
CIL, II, 2130 = II2/7, 4Obulco
CIL, II, 3350 = II2/7, 126
Ossigi
AE, 1974, 373 = CIL, II2/5, 520Ulia
CIL, II, 1700 = CIL, II2/5, 110
Tucci
CIL, II2/7, 3°
Ossigi

S
GG

G X
G X

G X

G X

G X

G X

G

Cosanus

flam. desig. prouinc.

CIL, II, 2220 = II2/7, 294Corduba

G

Cosconius

mil. leg. X Gem.

AE, 1928, 170= 1967, 235
Arsensis

G X

Curuius

IIIIuir iterum

IRPC, 92
Carteia

S X

Fabius

IIIIuir

IIIIuir

-

IIuir, flam. perpet.

CIL, II, 1305
Asido
CIL, II, 1315
Asido
CIL, II, 1324
Asido
CIL, II, 1941
Barbesula

G

G x

G

G

Gentilices

Fonction ou honneur

Référence

tribu,1er1er- déb.IIe S.

IIuir bis pont.

-

-

Iiuir
-
mil. leg. IIII Mac.

Iiuir

Iiuir

2 personnes



-

pont. perp. (pol.)

CIL, II, 1677 = II2/5, 60
Batora
CIL, II, 1068
Canama
CIL, II, 1367
Carissa
CIL, II, 1731
Gades
CIL, II, 1090
Ilipa
CIL, XIII, 7506
Nertobriga
CIL, II, 2144 = II2/7, 114
Obulco
CIL, II, 1537 = II2/5, 499
CIL, II, 1425, 1428 = II2/5, 854, 856
Teba del Condado
CIL, II2/5, 857
Teba del Condado
CIL, II, 2086 = II2/5, 632
Iliberris

G

G

G

G

G

G X

G X

G X

G

G

G X

Fuluius

3 personnes dont un patronus et pont.

CIL, II, 1064
Arua
CIL, II2/7, 465
Corduba

G

S

Galerius

Huir, pont. perp.

CIL, II, 2081 = II2/5, 630
Iliberris

G X

Gallius

-

AE, 1992, 249
Tuccitanus
(Cassino)

G

Gauius

affranchi

CIL, II2/7, 827
Baedro

S X

Heluius

flam. diuorum Aug. Prouinciae

honneurs funèbres

IIuir

AE, 1976, 285 = II2/7, 296
Patriciensis
CIL, II, 1184
Hispalis
CIL, II, 2115 = II2/7, 76
Urgauo

S


S

G X

Herennius

mil. leg. X Gem.

aed., IIuir III

AE, 1928, 180
Ugia
CIL, II, 5547 = II2/7, 895
Azuaga

G X

G X

Horatius

IIuir bis

IIuir

CIL, II, 1185
Hispalis
CIL, II, 2114 = II2/7, 91
Urgauo

G

G X

Iulius

mil. leg. X Gem.

4 personnes

-

mil. leg. IIII Mac.

-

aed. IIuir (bis)


Iiuir

dec. eq., centurio, hastatus primus leg. IIII, Iiuir
-

-

CIL, II, 2545
Hispalis
CIL, II, 2088 = II2/5, 642
Iliberris
CIL, II, 1598 = II2/5, 351
Itucci
CIL, XIII, 6865
Nertobriga
EphEp, VIII, 304
Seria
CIL, II, 1666 = II2/5, 72 et 1679 = II2/5, 87
Tucci
CIL, II, 1680 = II2/5, 88
Tucci
CIL, II, 1681 = II2/5, 82
Tucci
CIL, II, 1682 = II2/5, 118
Tucci
AE, 1977, 422 = CIL, II2/7, 873
Siruela

S X

G X

G X
G X

G

S X


S X

S X

S

G X

Gentilices

Fonction ou honneur

Référence

Tribu, ier-déb.iie S.

Iunius

pont., flam. perpet., IIuir c. c. P.
IIIIuir

IIuir, flamen, pont. perpet. c. c.
P., patronus
2 personnes

CIL, II, 5523 = II2/7, 221
Corduba
CIL, II, 1380
Carmo
CIL, II, 1347
Acinipo
CIL, II, 1030Ugultunia

S

G

G

G

Licinius

eq. leg. XXI Rap.

AE, 1974, 452
Cordubensis
(Cologne)
AE, 1980, 558
Celti

S X


G

Liuius

-

mil. leg. X. Gem.

CIL, II, 5363
Ilipa
Wiegels 1985, p. 63
Ulia(Carnuntum)

G

G X

Lucius

-

-

CIL, II, 2286 = II2/7, 486
Corduba
CIL, II, 1187
Hispalis

S X

G

Lutatius

mil. leg. IIII Mac.

CIL, XIII, 6869
Cordubensis ?

S X

Mancinius

-

CIL, II2/5, 1231
Astigi

G X

Manilius

-

CIL, II, 2082 = II2/5, 638Iliberris

G

Manlius

-

IIuir bis

-

-

CIL, II, 2063 = II2/5, 656
Iliberris
CIL, II, 1029
Ugultunia
CIL, II2/5, 511
Ulia
CIL, II, 1389 = II2/5, 1328 Obulcula

G

G
G X

G X

Marcius

IIuir de Corduba

2 personnes

mil. leg. X Gem.

AE, 1935, 6 = CIL, II2/5, 25
Iliturgicola
AE, 1978, 419 = CIL, II2/7, 48
Corduba
AE, 1929, 189
Tucci

G X

S X

S X

Minicius

-

Wiegels 1985, p. 24Baria

G

Mummius

Iiuir

Iiuir

legatus

CIL, II, 1584
Itucci
CIL, II, 1684 = II2/5, 91
Tucci
AE, 1952, 49
Ugia

G

S X

G

Octauius

flamen prouinciae

CIL, II2/7, 297
Seria

G

Petilius

scrib. aed. cur.

AE, 1975, 19
Tuccitanus (Rome)

G

Platorius

aed., IIuir

CIL, II, 1861
Gades

G

Pompeius

-

-

Huir

aed., IIuir

CIL, II, 5472 = II2/5, 286
Ipolcobulcola
CIL, II, 1710 = II2/5, 130
Tucci
CIL, II, 1585 = II2/5, 409
Itucci
CIL, II, 1596 = II2/5, 420
Itucci

G

S X

G X

G X

Gentilices

fonction ou honner

référence

tribu, 1er. déb. iie s.

Pomponius

aed. Huir c.c. R.

CIL, II ,118
Hispalis

S

Pontius

-

AE, 1985, 550
Italica

S X

Porcius

Iluir
aed. Huir desig

-

CIL, II, 1648=II2/5,255CIL, II, 2131= II2/7,98ObulcoCIL, II2/5, 1129Cerro de la Atalaya

G

G
G X

Postumius

Huir, pontif.c.c. P.

CIL, II2/5, 305
Cisimbrium

G

Pupius

Huir

AE, 1971, 172
Baelo

G

Quintius

-


aed. Huir, pontif

AE, 1965, 101= II2/7, 36
Hiturgi
CIL,II, 2129= II2/7, 97
Obulco

G

G

Rauis

Huir III

CIL,II, 1129Italica

S

Rutius

mil. leg. X Gem.

CIL, V. 932Italica

S X

Sempronius

-


-


2personnes

CIL,II, 1437= II2/5, 960
Ostippo
EphEp, IX, 247=CIL, II2/5, 829
Singili Barba
CIL,II, 951Trigueros

G

G X


G

Seruilius

Huir, flamen, pont, perpet,c.c. P. patron d’Acinipo
-
Huir, interrex

CIL,II, 1347
Acinipo
CIL,II, 1608= II2/5,429
Itucci
AE, 1982,511Siarum

G
G

G X

Terentius

aed., Huir, pont.

CIL,II, 2121= II2/7, 56
Isturgi

G

Trebonius

-

CIL,II, 972
Nertobriga

G

Valerius

Huir, pont, perpet.c.c. G.


Huir, pont, perpet.

-

-
-
-
-
-

CIL,II,5441=AE, 1952, 120= CIL, II2/5, 1032
UrsoCIL, II, 2098= II2/5, 298
Cisimbrium
CIL, II, 1633= II2/5, 306
Cisimbrium
IRPC, 399
Gades
IRPC, 429
Gades
CIL, II, 1907
Gades
AE, 1975, 498
Arcos de la Frontera
CIL, II, 2362= II2/7, 958
Campanario

S


G X

G X

G
G
G
G
G X

Vecilius

-

CIL,II, 1309
Hasta

S X

Vetius

centur. leg. XXX,
Huis iterum

CIL,II, 5438= II2/5, 1025
Urso

S

Veturius

-

CIL, II2/7, 555
Corduba

G

  • 99 Essentiellement d’après García-Bellido & Blázquez 1995.

Tableau iii : Noms des magistrats monétaires des cités de Bétique99

Gentilices

Tribu,magistrature

Nom unique

Lieux

Date

C. Aelius

Onuba

100-70

L. Agrius

ces.

Carteia

c. 95

L. Aimil(ius)

aid.

Obulco

120-100

Cn. Amius

aed.

Carteia

c. 90

L. Ar.

Carteia

c. 80

L. Arga.

aed.

Carteia

c. 90

M. Arga.

Carteia

c. 90

L. Atinius

IIIIuir

Carteia

c. 30 ?

Bodilcos

Obulco

150-100

P. Cor(nelius)

Bailo

75-50

M. Cur.

Carteia

c. 80

C. Curman. ou Cur. Man.

q.

Carteia

c. 105

Q. Curuius

Carteia

c. 120

P. Falcidius

IIIIuir

Carteia

c. 40

aed.

L. Folce

Acinipo

100-50

L. Furius

Corduba ?

100-70

Iino

Obulco

c. 150

Iltiratin

Obulco

125-120

Iltireur

Obulco

150-120

Iskeratin

Obulco

150-120

Cn. Iulius L. f.

q.

Corduba

100-70

P. Iulius

q.

Carteia

c. 115

M. Iunius

aid.

Obulco

120-100

Kasuritu

Obulco

150-120

-kionis

Abra

c. 150

Kolon

Obulco

150-120

Kueki ou uekoeki

Abra

L. Luc.

Osset

125-75

C. Maius C. f. Pollio

IIIIuir

Carteia

c. 35

Q. Manl(ius)

Bailo

75-50

T. Manlius T. f.

Sergia

Brutobriga

130-45

Marc(ius)

q.

Urso

150-100

L. Marcius

Carteia

c. 104

Misham

Obulco

150-100

C. Minius Q. f.

IIIIuir (it., III, IV)

Carteia

c. 55-45

IIIIuir

P. Mion ?

Carteia

c. 60

Naal

Obulco

c. 150

Neseltuko

Obulco

150-120

Nig.

Obulco

Ier S.

C. Ninius

q.

Carteia

c. 1 10

IIIIuir

C. Nucia ?

Carteia

c. 30

Gentilices

Tribu, Magistrature

Nom unique

Lieux

Date

Num.

Carteia

c. 70

L. Numit(orius) Bodo

Lascuta

90-70

-ntuakoi

Obulco

150-120

Cn. Om.

Obulco

1er s.

M. Opsi(lius ?)

Lascuta

90-70

M. Opsil(ius)

Carteia

c. 103

Otatiis

Obulco

150-120

C. Pe

Carteia

c. 75

Q. Pedacaius

Carteia

c. 102

Q. Publibius

Onuba

100-70

L. Raius

Carteia

c. 95

M. Sept.

Carteia

c. 101

Sikaai

Obulco

150-100

Sisiren

Obulco

150-100

Situbolai

Obulco

c. 150

P. Terentius

Onuba

100-70

P. Terent(ius) Bodo

Lascuta

90-70

Tuitubolai

Obulco

150-120

Tuituiboren

Obulco

150-120

Urkail

Obulco

c. 150

Urkailtu

Obulco

150-120

Val. Ter.

Halos

130-75

C. Venet(ius) ?

Obulco

150-100

P. Vet.

Osset

125-75

C. Vibius

IIIIuir

Carteia

c. 55

C. Vibius

aid.

Carteia

c. 65

Discussion

— Question de M. Ramírez Sádaba

28Qu’est-ce que l’élite ? Cela dépend de la limite. Si nous pensons aux Éméritains, l’élite, ce sont les habitants qui se détachent par leur position sociale ou leur pouvoir économique. Ainsi appartiennent à l’élite les magistrats, les prêtres, et même les affranchis qui deviennent prêtres (Augustales). Si l’on pense à l’élite romaine, ce seraient les legati Angustí pro praetore. À Augusta Emerita, nous ne connaissons pas de sénateurs, ni de chevaliers qui soient éméritains d’origine. Mais pourtant, les magistrats municipaux appartiennent à l’élite de la colonie. On doit l’expliquer ainsi : quelqu’un qui peut offrir du temps ou de l’argent à sa ville est un privilégié, un membre de l’élite locale.

— Intervention de S. Demougin

29Une question préalable n’a pas encore été posée, et elle aurait dû l’être : quelle définition donner des élites ? Il faut ici dépasser la simple définition que peuvent donner les dictionnaires, qui se contentent d’une appréciation minimale. Pour corriger celle-ci, l’usage se répand, depuis quelques années, dans les études sociologiques ou historiques, de préciser la nature exacte de ces élites : élites marchandes, élites politiques, etc.

30Le type de réponse apporté par les interventions précédentes est tout à fait symptomatique des conceptions divergentes que l’on peut avoir d’une société antique, surtout la société romaine fortement structurée. Certes, les définitions sont claires et simples pour les deux ordres supérieurs, sénatorial et équestre. En revanche, dès qu’on descend au niveau de la province et plus encore des cités, il faut se demander qui faire entrer dans les élites. On est alors confronté à un dilemme : faut-il choisir une position réductrice, ou privilégier l’ouverture ? Dans le premier cas, on se limitera à un monde clos : les élites sont constituées des dignitaires provinciaux et des magistrats municipaux, à qui on joindra (et pas toujours) leurs familles. Mais on sera amené aussi, dans ce cas, à pratiquer des exclusions.

31Dans le second cas, comme l’a fait L. Mrozewicz dans son livre sur les élites dans les provinces danubiennes, on étendra le concept à toutes les personnes qui, dans la société locale, provinciale, nationale, se distinguent par le rôle qu’elles y jouent ou le statut personnel dont elles jouissent ; cela permet, par exemple, d’intégrer les filles de notables dans la catégorie. Mais il conviendra aussi d’expliquer les raisons de la sélection. Il faut donc être à la fois précis et prudent, comme dans le cas de la présence, dans les cités, de représentants de la société militaire : en effet, l’immunité dont jouissent les retraités, hommes de troupe, sous-officiers, officiers subalternes, venus s’y installer, les dispense de participer à la vie politique locale ; cette situation est d’ailleurs la plus répandue, comme le montrent certaines études récentes. Mais ne faut-il pas les faire rentrer tout de même dans le groupe des notables ?

32— Intervention de P. Le Roux, qui revient sur les propos de S. Demougin, visant, en particulier, à élargir la notion d’élites municipales J’approuve la position et les exigences de méthode de S. Demougin et il est vrai que le problème se pose pour tout ce qui n’est pas défini par des fonctions politiques, c’est-à-dire pour tout ce qui n’appartient pas clairement aux deux ordres supérieurs ou aux décurions des cités. Mais un élargissement excessif risque de nous renvoyer à des oppositions entre statut et classe, entre humiliores et honestiores (qui sont de nature judiciaire et non sociale). Aussi, il me semble préférable de faire attention à distinguer les élites et les sources de leur renouvellement (affranchis, vétérans, femmes, etc.). Enfin, dans la documentation, comme par leur conduite, les vétérans posent la question de la diversité de leur condition (ancien bénéficiaire, ancien centurion, etc.) et des facilités qu’ils avaient ou non de nouer des relations avec les élites reconnues.

— Réponse de G. Alföldy, à propos de l’intervention de P. Le Roux

33Mon point de départ n’est pas l’adaptation d’une théorie sociologique moderne, mais la considération de la structure du monde romain et des réflexions des Romains sur cette structure. Étant donné la structure fondamentalement dichotomique de la société romaine, je compte parmi les élites tous les groupes sociaux qui peuvent être considérés comme honesti, au contraire des humiles.

34Il s’agit de ceux qui, grâce au privilège de l’accès aux honores de l’administration de l’Empire et des communautés urbaines, participent au pouvoir politique et qui, grâce à leur richesse fondée sur la propriété foncière, constituent les couches dirigeantes de la vie économique ; ils ont le prestige social qui était défini dans le monde romain par le mot honos. Ces critères, en général, coïncident avec l’appartenance à l’un des ordines privilégiés. Ce sont, comme on sait bien, l’ordre des sénateurs et celui des chevaliers d’un côté, les ordines decurionum et les corporations des seuiri Augustales des villes de l’autre. Bien sûr, dans un sens plus large, on peut compter aussi quelques groupes sociaux, dont les membres répondaient au moins à certains de ces critères, comme les esclaves impériaux (critère du pouvoir politique), les affranchis riches, en dehors des corporations de seuiri Augustales (critère du pouvoir économique) et les vétérans dimissi honesta missione (critère du prestige social). Or, il faut souligner que, selon l’auto-estimation de la société romaine, c’étaient seulement les honesti qui étaient considérés comme membres des “élites” sociales. Les esclaves des empereurs ou des liberti étaient regardés, en général, seulement comme des “usurpateurs” d’une position sociale élevée.

Notes

1 Devreker 1980b, 262 ; Chastagnol 1980, 278 ; Id. 1992, 161-163.

2 Trésor de la langue française, s.v. élites.

3 Kolendo 1981, 301-315. Voir particulièrement pour la Bétique la lex Vrsonensis, § 125-127 (CIL, I2, 594 ; II, 5439 ; II2/5, 1022), la lex Irnitana, § 81 (AE, 1986, 333) et le plus récent commentaire de la lex Vrsonensis par Crawford (et Gabba) 1996, 393-454, particulièrement 413-414, 429-430 et 449-451.

4 Dernièrement Knapp 1977, 143-163 ; Marín Díaz 1988, avec la bibliographie antérieure.

5 Gabba 1954, 41-114 et 293-345 ; Pavis d’Escurac 1978, 29-45 ; Rodríguez Neila 1973 ; Id. 1992 ; Des Boscs-Plateaux 1994, 7-35.

6 Étienne 1965a, 55-85 ; Wiegels 1971 ; Castillo 1965 ; Ead. 1975, 601-654 ; Ead. 1982, 465-519 ; Ead. 1984, 239-250 ; Caballos 1990a ; Id. 1986, 13-26 ; Id. 1989, 233-279 ; Id. 1993, 7-24 ; Eck 1996b, 213-226 ; Id. 1997b, 65-86 (version en espagnol, 208-219) ; Des Boscs-Plateaux 1995, 113-171.

7 Wiegels 1971 ; Caballos 1995, 289-343 ; Dardaine 1995, 260-316.

8 CIL, II, 5506.

9 Caballos 1986, 21, dénombre 47 certi et 60 incerti, correspondant respectivement à 24 et 30 familles.

10 Eck 1997b.

11 Eck 1997b, 217, n. 25, en raison de l’inscription EphEp, IX, 220.

12 Caballos et al. 1996, 226 ; Eck et al. 1996, 94-95. Pour l’affranchie, CIL, II2/5, 601 (territoire d’Ipagrum ; milieu du ier s. p.C.).

13 Eck 1996a, 114-121.

14 Les points d’interrogation indiquent que l’appartenance de ces sénateurs à la Bétique est loin d’être assurée.

15 Ne sont retenus que les chevaliers dont l’onomastique est connue. Dans le cadre de cette synthèse, les références aux sources antiques ne peuvent être rappelées : on les trouvera dans les études citées à la n. 6. Les chevaliers du ier siècle sont signalés par un astérisque, ceux de la fin de ce siècle ou du début du iie par une croix, ceux dont l’origine est certaine sont indiqués en gras (origo, fonctions municipales), enfin ceux en italiques ne figurent pas dans l’étude d’A. Caballos 1995. Voir aussi maintenant id. 1999.

16 Bell. Hisp., 26.2.

17 Bell. Hisp., 25.4. Sur ces chevaliers, voir Nicolet 1974, 411 et 416-419.

18 Après sa préfecture du prétoire, il entra au Sénat.

19 Si une de ses descendantes a épousé Lucain, il est possible qu’il ait été un chevalier cordouan. Dardaine 1983, 5-15.

20 D’après Eck 1997b, 213, qui fait le rapprochement entre ce préfet d’Égypte de 161-164, les MM. Annii de Bétique. l’inscription de Marseille (CIL, XII, 412) mentionnant Etrilia Laeta Syriaci (uxor) ex Hispania Baetica Italicensis et Etrilia Afra épouse du consul de 112, Q. Valerius Vegetus de Grenade (CIL, II, 2077 = II2/5, 625).

21 Son origine n’est pas vraiment assurée.

22 Sur la rareté du gentilice d’origine vraisemblablement étrusque, voir Espluga 1995, 45-60. À Brindisi, les Gerellani semblent succéder aux Mercellones qui ne sont plus attestés après les Flaviens. En Bétique, ce gentilice est pour l’instant représenté par le chevalier et un personnage du Bell. Alex., 52.4 ; 55.3, L. Mercello d’Italica. Leur prénom différent n’est pas un obstacle pour en faire des parents proches, mais leur appartenance à deux cités différentes, assez éloignées l’une de l’autre, ne milite guère en faveur de cette hypothèse.

23 Dardaine 1996, 299.

24 L’origine de ces deux frères (no 36-37) n’est pas totalement assurée.

25 Si Ilurensis désigne bien la ville de Bétique et non une de ses homonymes connues.

26 PIR 2, V, 295.

27 PIR 2, II, 315. Un homonyme, probablement un parent, avait fait partie du complot contre Cassius Longinus, en 48 a.C. (Bell. Alex., 53.2 ; 55.3 et 5 ; Valère Maxime 9.4.2).

28 Hypothèse émise par Wiegels 1971, n° 210. Les Aemilii de Cordoue n’ont, semble-t-il, guère eu de sympathie pour les premiers empereurs ; Aemilius Aelianus est connu pour avoir dit publiquement du mal d’Auguste (Suétone, Auguste, 51).

29 Knapp 1995, 373-380, a montré que l’espoir de devenir sénateur ou d’occuper un poste procuratorien pour un magistrat municipal est une chimère : les élites locales, lorsqu’elles accèdent à l’ordre équestre, ne dépassent généralement pas le niveau des milices, et il est rare qu’un chevalier d’un rang supérieur à celui-ci accepte de gérer les honores municipaux. Le tableau dressé par Saddington 1996, 171-181, est aussi révélateur à cet égard. Quant aux sénateurs ayant géré des charges ou des prêtrises municipales, ils sont peu nombreux dans les provinces occidentales, 10 contre 62 en Italie et 67 en Orient, et peu de témoignages indiquent des dons envers leur patrie originelle, 100 en Italie, 43 en Occident dont 3 en Bétique, et 57 en Orient. En Bétique, L. Cornelius Balbus Minor a été IIlluir à Gades et Q. Cornelius Senecio Annianus aurait occupé à Carteia la prêtrise d’Hercule (CIL, II, 1979). Voir Eck 1980, 283-322. Et pour les évergésies, Melchor 1994a, 198-199. Il faut noter aussi que de nombreux évergètes ont des fortunes supérieures au cens requis pour être chevalier ou sénateur sous l’Empire, mais qu’ils n’atteignent pas ce rang soit parce que leur condition leur suffit, soit parce qu’ils n’ont pas su se faire remarquer des autorités. Voir Dardaine 1993, 57-72.

30 Ce chevalier n’occupe pas un honos municipal, mais une très proche parente est sacerdos perpetua.

31 Stylow 1995a, 120-121, reprenant les travaux de J. González et C. Castillo, a établi que la tribu Sergia n’était pas liée aux fondations augustéennes et qu’elle était un signe d’ancienneté par rapport à la Galeria, sans toutefois qu’on puisse imputer son introduction systématiquement à César. La tribu Papiria est celle de la colonie augustéenne d’Astigi.

32 Rémy 1987, 49.

33 En outre, P. Acilius Attianus fut admis au Sénat.

34 G. Marcius, un Ibère originaire de la ville d’Italica, en 144-143 (Appien, Iber., 66.282 (tr. P. Goukowsky). Pour Caballos 1990a, 263-265, et Gabba 1954, 99, n. 10, l’expression ἄνδρα Ἴβηρα ἐκ πόλεωϛ Ἰταλικῆϛ serait la traduction grecque de Hispaniensis et désignerait non un indigène ayant reçu la citoyenneté, mais un Romain d’Italica ; L. Vibius Paciaecus qui hébergea Crassus fuyant les proscriptions de Marius (Plutarque, Crassus, 4.2-6 ; Sertorius, 9.2-3) ; les participants à la guerre civile, Annius Scapula de Cordoue (Bell. Alex., 55 ; Bell. Hisp., 33.3-4 ; Dion Cassius 43.29.3), L. Munatius Flaccus (Bell. Alex., 52.3 ; Bell. Hisp., 19.4-5 ; Dion Cassius 43.33.4 ; 34.1-2 et 5 ; Valère Maxime 9.2.4 ; Frontin, Stratagemata, III, 14.1), T. Thorius (Bell Alex., 57.3 ; 58.1 : 59.1), T. Vasius (Bell. Alex., 52.4), tous quatre d’Italica, Tib. Tullius (Bell. Hisp., 17.1-3 ; 18.1-2), Q. Aponius (Dion Cassius 43.29.3), Minucius Silo (Bell. Alex., 52.2 ; 53.3 ; 55.2-3), Manilius Tusculus (Bell. Alex., 53.2), L. Lucinius Squillus (Bell. Alex., 52.4 ; 55.4) et L. Vibius Paciaecus, le fils de l’hôte de Crassus (Bell. Hisp., 3.4 ; Cicéron, ad Att., 12.2.1 ; Cicéron, ad fam., 6.18.2) ; González Roman & Marín Díaz 1994, 242-318.

35 Marion 1972, 49-62 ; Beltrán Lloris 1978, 169-211. Et dernièrement García-Bellido & Blázquez 1995, 381-428, qui interprètent la légende L. AP. DEC Q. F. que l’on trouve sur des monnaies d’Urso et Baelo non comme un nom, mais comme un élément d’une formule calquée sur le punique.

36 1994, 29.

37 1963,783, qui ne prend pas en compte les gentilices impériaux, Iulius, Flauius, etc.

38 1978, 217.

39 1978, 221, en excluant la Lusitanie dans les inscriptions du CIL.

40 1990a, 94.

41 Pour le premier rang, treize occurrences, pour le treizième, quatre.

42 Pour le premier rang, seize occurrences, pour le quinzième, trois.

43 Gentilices et occurrences des tributes de la Sergia, à l’exception des sénateurs et chevaliers : Aemilius (1), Ancarius (1), Antestius (1), Atilius (1), Auillius (1), Baebius (1), Bruttius (1), Cincius (1), Cornelius (1), Curuius (1), Fuluius (1), Gauius (1 ; il s’agit d’un affranchi), Heluius (2), Iulius (5, mais quatre sont de la colonie de Tucci), Iunius (1), Licinius (1), Lucius (1), Lutatius (1), Manlius (1), Marcius (2), Mummmius (1), Pompeius (1), Pomponius (1), Pontius (1), Raius (1), Rutius (1), Valerius (1) et Vettius (1).

44 CIL, II, 1585 = II2/5, 409. Les autres membres de la famille dont les urnes ont été retrouvées dans le mausolée portent aussi des noms indigènes.

45 AE, 1965, 90 = CIL, II2/7, 91.

46 CIL, II, 5488 et 1958. Le cognomen Turrinus est rare, porté par les Mamilii au IIIe s. a.C., mais par les Clodii Turrini, amis des Sénèques.

47 AE, 1965, 78 = CIL, II2/5, 85.

48 CIL, II2/5, 498 et 520.

49 CIL, II2/7, 133.

50 CIL, II, 1610 = AE, 1986, 334d.

51 AE, 1981, 496= 1986, 334a.

52 CIL, II, 1631 =II2/5, 615.

53 CIL, II, 1945.

54 CIL, II, 2096 = AE, 1986, 334b.

55 Voir n. 52.

56 Voir n. 53.

57 Dardaine 1995, 392-405.

58 Pour d’autres exemples, je renvoie à ma thèse.

59 AE, 1962, 287.

60 Plusieurs causes peuvent expliquer cette disparition : documentation conservée trop fragmentaire, extinction naturelle de familles du moins du côté masculin, etc.

61 AE. 1986, 333, rubrique 30 : “Ceux qui sont actuellement sénateurs ou en tiennent lieu, ou sont actuellement décurions ou conscripti ou en tiennent lieu dans le municipe flavien d’Irni, ceux qui en vertu de ce règlement seront élus ou adjoints au nombre des décurions ou conscripti, ceux qui parmi eux tous devront être en vertu de ce règlement décurions ou conscripti, qu’ils soient les décurions ou conscripti du municipe flavien d’Irni...”

62 Caballos 1995, 304, hésite entre les deux possibilités.

63 Canto 1978, 293-310.

64 CIL, II, 1953.

65 CIL, II, 1952.

66 CIL, II, 1962.

67 CIL. II, 1958.

68 Étienne 1958, 126-130, dix flamines, aucune flaminique. Voir aussi maintenant Castillo 1998.

69 Trois prêtres sont des anonymes (CIL, II, 1979 et 3271 ; AE, 1974, 369) et ne figurent donc pas dans la liste. Les chevaliers sont indiqués en caractères gras, les noms des prêtres provinciaux qui ont géré une carrière municipale sont précédés d’un astérique (*) lorsqu’il s’agit d’une ou plusieurs prêtrises ou d’une croix (+) lorsqu’il s’agit d’une ou plusieurs magistratures.

70 Le titre est en partie restitué.

71 Cette dernière cité est une colonie de Citérieure.

72 Trois prêtres sont sûrement originaires de municipes flaviens, C. Sempronius Speratus de Mellaria, M. Cornelius Balbus d’Igabrum et L. Licinius Montanus de Málaga. Pour les deux premiers, leur tribu fait défaut dans leur nomenclature, pour le troisième, la tribu Galeria peut être sa tribu originelle - ce serait alors un citoyen de vieille souche dans le municipe flavien de Málaga-, comme celle de sa nouvelle cité, les deux hypothèses ne s’excluant d’ailleurs pas l’une l’autre, cf. CIL, II, 4249 = ILS, 6933 = RIT, 309.

73 À Cordoue 3 sur 5 ou 6, car pour L. Licinius Montanus, voir la note précédente, et à Italica, le seul prêtre connu.

74 En Hispanie même on connaît deux homonymes, à Sagonte à la fin du Ier siècle (CIL, II, 6028 = II2/14, 590) et à Lisbonne, également au Ier siècle (CIL, II, 200).

75 Ni Kajanto 1965, ni Mócsy et al. 1983, ne le recensent. Il est attesté une autre fois en Bétique, à Montilla (CIL, II2/5, 561).

76 Untermann 1965, 159-161.

77 ILPG, 96 et 106.

78 Voir mon étude d’ensemble en préparation. Certains peuvent être des affranchis, ainsi, à Munigua, L. Valerius Aelius Seuerus a pour patrons L. Valerius Celer et Aelia Thallusa (AE, 1966, 184).

79 Alfia Domitia Severiana de Barbesula (AE, 1979, 335 = 1984, 528), M. Iunius L. f. Terentianus Seruilius Sabinus de Cordoue, patron d’Acinipo (CIL, II, 1347), L. Iunius Mamius Faustus d’Igabrum (CIL, II, 1631), C. Sempronius Lucretius Saluianus, patron d’Ipsca (CIL, II, 1597), Q. Caesius M. f. P. n. P. pron. Hirrus Aelius Patruinus Fabianus d’Ulia (CIL, II2/5, 497) et L. Cornelius Herennius Rusticus d’Oba (CIL, II, 1330).

80 Q. Pomponius Clemens Sabinianus d’Hispalis (CIL, II. 1188), L. Blattius Traianus Pollio d’Italica (AE, 1978, 402), C. Lucretius Fronto Fabianus d’Ucubi (Curchin 1990a).

81 Avec toutefois la graphie Etaccina dans l’inscription (CIL, II, 1024), voir Alvárez Martínez 1972, 267-290, particulièrement 286-289.

82 Caballos 1990a, 179-180, n° 100.

83 CIL, II2/7, 133 : Q. Cornelius [---]/flamen diuor(um) Aug(ustorum) [prouinc(iae) Baetic(ae) suo nomine et]/Valeriae L f. Cornelia[nae--- et---]/Marti et L. Stertini Qu[intiliani---]/ trib(uni) milit(um) leg(ionis) VII gemi[n(ae)---et---]/Rustici Aproni Procul[i---] prouinc(iae) Baetic(ae) aedem [---et---]/stratam et statuas mar[mareas---].

84 Camodeca 1982, 122, L. Acilius Strabo, cos. suff. en 80 (pour la date, S. M. Marengo, Picus, 18, 73-75).

85 Salomies 1992, 38-39.

86 AE, 1985, 557.

87 AE, 1973, 283.

88 Alföldy & Halfmann 1973a, 331-373.

89 Supra, p. 30-31.

90 CIL, II, 1959.

91 CIL, II, 1954.

92 Sur les Balbi, voir n. 3.

93 Des Boscs-Plateaux 1995, 128.

94 HAE, 1852.

95 Entre 19, année du triomphe, et 13, année de la mort de Balbus.

96 AE, 1962, 71 ; Galsterer 1971, 23-24.

97 Respectivement PIR 2, V, 168 et 165.

98 Les dates se fondent sur l’écriture et les formulaires ; elles n’ont qu’une valeur indicative.

99 Essentiellement d’après García-Bellido & Blázquez 1995.

Auteur

CNRS-Paris, France.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search