Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

L'originalité des élites hispaniques

Présentation

Géza Alföldy

Texte intégral

1C’est un grand honneur que les organisateurs de cette table-ronde m’ont fait en me confiant la présidence de cette première séance consacrée à l’originalité des élites hispanoromaines. Je suis très heureux d’être de nouveau dans un centre d’histoire, d’épigraphie, et d’archéologie du monde antique si reconnu et je vous remercie aussi de cette cordiale invitation.

2L’originalité de ces élites et leur rôle spécifique dans l’histoire du monde romain se révèlent surtout par comparaison avec celui des élites originaires d’autres régions de l’Empire. Je mentionnerai ici seulement quelques faits bien connus, que l’on peut considérer comme représentatifs du “chemin historique” suivi par les élites hispano-romaines.

  • 1 Pline, NH, 3.31.

3Comme on le sait, les provinces de l’Empire, en dehors de la Gaule Cisalpine, étaient, jusqu’à la fin de la République, la Narbonnaise – selon les mots fameux de Pline Italia uerius quam prouincia1 – et les provinces hispaniques, particulièrement la Bétique, qu’on connaît comme patrie de la plupart des premiers sénateurs d’origine provinciale. Cependant, avant 91 p.C., année où Marcus Ulpius Traianus reçut le consulat ordinaire, seuls des sénateurs de Narbonnaise avaient obtenu cette haute distinction : Decimus Valerius Asiaticus, consul II en 46 ; Caius Pompeius Gallus, probablement d’origine narbonnaise, consul en 49 ; Publius Marius Celsus, consul en 62 ; Caius Memmius Regulus, sans doute né dans la même province, consul en 63 ; Marcus Iulius Vestinus Atticus, consul en 65 ; eu égard à sa nomenclature, peut-être aussi Lucius Iulius Rufus, consul en 67 et Publius Calvisius Ruso, consul en 79 ; et enfin, Titus Aurelius Fulvus, le grand-père de l’empereur Antonin le Pieux, consul en 89 p.C.

4Au premier coup d’œil, on pourrait penser que, comparés aux élites de la Narbonnaise, les aristocrates espagnols n’ont formé qu’un groupe de second ordre parmi les premiers sénateurs provinciaux. Or, le premier membre du sénat romain à n’être pas originaire de l’Italie fut justement un Espagnol, Quintus Varius Hybrida, né à Sucro, sur le territoire de Valentia, mort en 89 a.C. On peut supposer qu’il était citoyen de cette colonie de droit latin fondée en 138 a.C. De même, le premier consul non italien fut Lucius Cornelius Balbus, originaire de Gadès, consul en 40 a.C., mais qui, au contraire de Varius, était issu d’une famille indigène romanisée. Enfin, le premier empereur né hors d’Italie fut Marcus Ulpius Traianus, fils d’une famille d’origine italienne établie à Italica. Quelle distinction pour ce premier sénateur espagnol, honoré du consulat ordinaire à peine sept ans avant sa proclamation comme empereur ! Par comparaison, le premier empereur originaire de la Narbonnaise, Antonin le Pieux, fut seulement le troisième provincial à accéder à l’Empire, après deux prédécesseurs espagnols, Trajan et Hadrien.

5Cette primauté des aristocrates espagnols parmi les membres de l’ordre sénatorial de la République tardive et du Haut-Empire, au moins jusqu’à l’époque des Antonins, montre clairement l’importance de la péninsule Ibérique dans l’histoire du monde romain et, en même temps, celle des études consacrées à l’évolution de ses élites. Je suis convaincu que notre table-ronde enrichira encore considérablement nos connaissances à ce sujet.

Notes

1 Pline, NH, 3.31.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search