Version classiqueVersion mobile

Élites hispaniques

 | 
Ségolène Demougin
, 
Milagros Navarro Caballero
, 
Françoise Des Boscs-Plateaux

Introduction

Alain Tranoy

Texte intégral

1Comme dans la majorité des provinces de l’empire romain, l’étude de la société hispanique est dominée par les documents qui concernent une partie relativement restreinte de la population : ceux qui ont eu les moyens de laisser une trace visible de leur rôle dans leur cité, leur province ou, pour les plus importants, dans le cadre du pouvoir impérial. Cette situation justifie aussi en partie que l’on consacre une étude plus approfondie à ces individus rassemblés ici sous le vocable d’“Elites hispaniques”.

2En réalité, ce terme d’élite pour définir une catégorie sociale est assez récent, même si l’expression peut se retrouver dans l’œuvre de Cicéron qui parle d’un electissimus uir ciuitatis. En fait, c’est seulement au xixe siècle que l’on commence à utiliser cette expression, dans l’analyse sociale, pour désigner ceux qui, dans un ensemble de personnes, sont les meilleurs, les plus dignes d’être choisis, ce qu’exprime Taine en 1893, dans son ouvrage sur les “Origines de la France contemporaine”, lorsqu’il déclare que les élites sont “ceux qui ont des lumières, de l’aisance et de la conscience”. Ce terme concerne, en fait, les personnes qui jouissent d’une position sociale élevée grâce à leur fortune et à leur pouvoir ; elles constituent un groupe dirigeant et ainsi se forme le concept d’élite dirigeante. C’est en prenant en compte ces éléments de définition que nous allons porter nos regard sur les élites de la péninsule Ibérique à l’époque romaine.

3Leur étude implique d’abord d’examiner comment elles ont pu se constituer en fonction même de l’organisation des peuples avant la conquête, des conditions de cette conquête et de la restructuration de l’espace provinciale prévue par Rome. Plusieurs questions peuvent alors se poser. En s’établissant dans la péninsule, Rome est naturellement confrontée à des structures sociales préexistantes, dominées par une élite indigène ; comme dans toutes les provinces du monde romain, cette aristocratie locale est en partie intégrée aux nouvelles structures. L’étude précise de l’onomastique de la province de Lusitanie peut nous offrir des éléments d’appréciation de ces processus d’assimilation. En outre, la création de colonies comme Emerita Augusta met en présence, d’une part, une élite de passage, composée de membres de l’administration impériale et, d’autre part, de colons héritiers de soldats vétérans installés sur les terres de la colonie, dont une partie, par différenciation de richesse et par une participation aux honneurs locaux, constitua une élite au sein de la colonie. Une étude comparative peut apporter des éléments sur la structure de cette population civique. Une province comme la Bétique, dans une région déjà bien intégrée aux circuits méditerranéens avant la conquête, qui va bénéficier plus que toute autres des promotions juridiques à l’époque flavienne est un exemple intéressant des difficultés d’approche de l’origine de cette catégorie sociale. Ces problèmes doivent aussi être examinés dans la durée. Face à la crise qui affecte les provinces romaines à partir de la seconde moitié du iie siècle, qu’advient-il de cette élite au sein des mutations qui bouleversent les provinces ? Y a-t-il une évolution spécifique à la péninsule Ibérique ? Les réponses qui pourront être apportées à ces différents points devraient donc permettre de mieux cerner les aspects originaux du milieu hispanique.

4Une partie des fondements du pouvoir de cette élite hispano-romaine repose sur le contrôle qu’elle peut exercer sur les productions et sur la vie économique. L’intégration de la péninsule dans le monde romain, l’ouverture d’un marché plus large et surtout le développement d’intérêts économiques nouveaux à partir de l’exploitation des mines ou de l’intensifications de la production oléicole posent à la fois le problème de la place des élites dans cette évolution, en particulier pour la province de Bétique, et le rôle tenu par certaines catégories sociales comme les affranchis au service des notables, en particulier dans les activités commerciales.

5En réalité, l’évolution et l’histoire des élites hispano-romaines s’inscrivent dans un contexte culturel qui appartient à ce monde méditerranéen qui se définit désormais dans la notion de mare nostrum, cette mer et ce rivage intérieur que Strabon évoque comme “un espace connu, tempéré, peuplé par des cités et des races bien gouvernées”. Des modèles s’imposent alors aux notables et il est important d’étudier les modes d’appropriation de ces éléments culturels. Dès l’époque républicaine, il semble bien que les modes de vie des populations indigènes aient été progressivement affectés et l’archéologie peut apporter quelques témoignages des transformations de l’habitat de notables indigènes, qui adoptent des aménagements et des décors inspirés des modèles italiens. Mais, dans un autre domaine, c’est l’art funéraire qui offre un remarquable champ d’investigation pour suivre les évolutions et les processus d’adaptation des monuments classiques dans un contexte provincial. Il est nécessaire d’examiner les différences de comportements selon le poids des traditions indigènes, selon le rang des personnes concernées et aussi selon les époques : la sculpture de Mérida offre un bon exemple de ces possibilités d’étude dans les portraits des élites. Le souci de préserver la mémoire à partir d’actes d’évergétisme, récompensés par des hommages et des statues publiques est encore un bon instrument de mesure de l’influence culturelle des modèles romains sur cette élite provinciale hispanique.

6L’un des critères les plus importants pour définir les élites est leur degré de participation au pouvoir, comme nous l’avons évoqué au début de cette introduction. De nombreux et importants travaux ont déjà été consacrés à cet aspect de leur rôle qui pourrait faire à lui seul l’objet d’un colloque. Trois interventions ont été retenues pour cette table-ronde. La première tentera de préciser la place des femmes parmi les élites locales à partir de témoignages épigraphiques qui devraient permettre de mieux situer leur action et surtout la perception de celle-ci par la communauté civique. Mais ce sont essentiellement les fonctions et les honneurs exercées par les hommes qui nous amènent à comprendre les mécanismes du pouvoir, soit dans les carrières de magistrats, soit par la participation aux fonctions religieuses liées au culte impérial, soit enfin par l’exercice des grandes magistratures sénatoriales qui consacrent l’ascension sociale des notables provinciaux, en particulier au iie siècle.

7Certes, après ces deux jours, nous n’aurons pas épuisé le sujet, mais nous pouvons espérer avoir apporté une contribution importante à une meilleure connaissance des élites hispaniques, ceci d’autant plus que, pour aborder ce problème, nous allons, à travers vous, bénéficier de l’apport de l’élite des chercheurs sur l’histoire de l’Hispanie.

Auteur

Université de Poitiers, France.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search