Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires dans le bassin du Douro à l’Époque romaine

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Juan José Palao Vicente
, 
Maria Ángeles Magallón Botaya

Études historiques

Le Douro : ligne de frontière ou lieu de contact

Jean-Michel Roddaz

Texte intégral

  • 1 Whittaker 1989.

1Tous ceux qui se sont intéressés à la notion de frontière se sont trouvés confrontés à la question du rôle des éléments naturels ; les spécialistes de l’Antiquité1 ne font pas exception à la règle, même si les conceptions modernes et les conceptions antiques ne reposent pas sur le même type de connaissances. Certes, les repères géographiques ont de tout temps été pratiques pour les hommes politiques ou les ‘décideurs’ qui réagissent en fonction de cartes, de géostratégie, mais la cartographie antique était moins évoluée et moins précise que la cartographie moderne et les Anciens ont dû davantage fonder leurs raisonnements sur leur connaissance physique du terrain.

  • 2 C’est, en gros, le thème du livre de Nicolet 1988.
  • 3 Avec le Breuiarium totius imperii notamment : Tac., Ann., 1.11 ; Suet., Aug., 10.2 ; Nicolet 1988, (...)
  • 4 Le meilleur exemple est la carte d’Agrippa ; sur l’aspect idéologique de l’entreprise, voir, en der (...)

2Avec Auguste et l’avènement de l’Empire, il y eut un effort de l’administration pour intégrer les différentes composantes du monde provincial, ce qui s’est traduit par une intense activité dans le domaine de la géographie et de la cartographie2. Le fondateur du Principat a tenté de définir l’Empire d’un point de vue idéologique en fixant les limites naturelles de sa croissance, sur lesquelles il attira l’attention de ses successeurs3. Mais l’idéologie augustéenne avait aussi besoin de montrer au peuple souverain l’étendue de sa puissance et la carte fut l’utile complément du commentaire géographique ou du dossier technique4. Sur ce type de représentation l’élément naturel servait de point de repère et nul doute qu’il fut pris en compte dans la réflexion sur la réorganisation administrative entreprise alors. La péninsule Ibérique offre un bon champ d’application de ces méthodes et il n’est pas indifférent que Strabon, contemporain d’Auguste et géographe qui écrit pour éclairer ceux qui décident, a bien noté l’importance des fleuves dans la conquête et la pénétration de l’Hispania, mais aussi, comme artères irrigant l’ensemble du territoire, dans la procédure suivie par Rome pour organiser administrativement ou militairement les différentes provinces. Un fleuve peut, selon son importance, la largeur et l’encaissement de sa vallée, le profil de ses versants être un obstacle ou un élément d’unité : il peut aussi jouer le rôle de limite ou de démarcation entre deux peuples, mais, aussi bien, être un trait d’union entre les différentes composantes d’une ethnie qui vit sur ses deux rives.

  • 5 Plin., Nat., 4.112.

3L’intérêt du Douro est qu’il répond à ces deux définitions et paradoxalement peut-être, c’est dans sa partie non navigable qu’il fut un élément d’unité. C’est celle-ci que nous avons choisi d’étudier dans notre programme que conclut aujourd’hui cette table-ronde. Cependant, lorsque les Anciens l’évoquent, et notamment Pline5, c’est pour indiquer qu’il marque aussi une limite, au moins à partir d’Auguste. Il y a donc deux Douros et il est fondé, en prélude à cette rencontre de mesurer la place de ce fleuve, considéré dans son intégralité, dans une perspective militaire, administrative et donc politique.

1. Que disent les Anciens ? Des témoignages disparates et succincts

  • 6 C’est notamment le cas d’Appien pour les guerres celtibères.

4Les sources nous livrent peu d’informations sur le Douro proprement dit ; cela s’explique par une méconnaissance géographique et ethnique des auteurs anciens, à laquelle s’ajoutent les fluctuations territoriales, compliquées par le fait que les textes qui nous informent sont largement postérieurs – parfois de trois siècles – aux événements, généralement d’ordre militaire, qu’ils évoquent6. Une autre réalité dont il faut aussi tenir compte est le peu d’intérêt que présentent pour ces témoignages ces régions périphériques de l’Empire où, de surcroît, s’est rarement joué le sort de Rome ; ces différentes raisons expliquent largement une présentation assez inexacte et approximative des territoires du Nord et du Nord-Ouest de la péninsule.

  • 7 Str. 3.3.4.
  • 8 Soit jusqu’à Miranda del Duero. Voir Tranoy 1994, 126.
  • 9 Plin., Nat., 4.112.
  • 10 Ptol., 2.52.
  • 11 Cosm. Iul. Hon., 20 B.

5Nous disposons donc globalement de deux types de sources ; les premières, essentiellement militaires, narrent les épisodes de la conquête sans s’attarder sur le contexte géographique ou ethnique, les secondes s’intéressent à la géographie administrative postérieure à l’instauration de l’Empire : ces dernières sont plus riches d’informations et ce sont elles qui nous parlent d’abord du fleuve. L’ensemble de son cours qui prend naissance dans les sierras orientales de la Vieille Castille et traverse un vaste bassin englobant une grande partie de la Meseta septentrionale et du nord du Portugal, est noté avec assez d’exactitude. Strabon qui tient bon nombre de ses informations de Poseidonios nous parle du Douro qui vient de très loin et dont le cours baigne Numance et plusieurs établissements celtibères et vaccéens7 ; le géographe précise qu’on peut le remonter avec de gros bâtiments jusqu’à huit cents stades à partir de l’estuaire, soit environ cent cinquante kilomètres8. Pline nous parle de l’un des plus grands fleuves d’Espagne qui prend naissance chez les Pélendons, passe par Numance, traverse le territoire des Arévaques et des Vaccéens, sépare les Vettons de l’Asturie et les Callaeci de la Lusitanie et, en cet endroit, sépare aussi les Turduli des Braccari9. Ptolémée donne les coordonnées du fleuve10 et la Cosmographie de Julius Honorius11 fournit une distance assez exacte de la longueur du fleuve, 495 milles, soit 740 kms pour 726 en réalité.

6En revanche, les sources qui s’intéressent à la conquête sont plus pauvres, parce qu’elles se limitent aux faits militaires et fournissent peu d’indications sur les territoires concernés. Il est cependant possible d’en retirer certaines conclusions sur le processus de la conquête et sur la conception de l’espace qu’avaient les Romains.

  • 12 App., Hisp., 428-436.
  • 13 D.C. 39.54.
  • 14 Voir la nouvelle édition de Goukowsky 1997.

7Il est évident que notre analyse est tributaire de la dépendance dans laquelle nous placent les textes et que les périodes les plus mal connues ne correspondent certainement pas à un arrêt des opérations militaires. Les témoignages antiques ont focalisé l’attention sur la prise de Numance, mais les opérations militaires se poursuivirent après 133, précisément dans la vallée du Douro, en 98 avec T. Didius12 et plus tard avec Metellus Nepos qui s’en prit dans les années 56-55 a.C. aux Vaccéens13. Malgré tout, l’essentiel de notre information concerne les guerres celtibères, notamment par le truchement du Livre Ibérique d’Appien14. On peut retenir de ce témoignage deux idées principales, la fragmentation des opérations dans le temps et cette même dispersion dans l’espace.

  • 15 Voir, sur ce point, Gómez Fraile 2001.
  • 16 On peut à ce sujet prendre comme exemple le traitement des Vaccéens par Appien. Le géographe d’Alex (...)

8Il n’y eut pas de conflit généralisé, ni de véritable front, et cela pour deux raisons essentielles. Appien a bien mis en évidence la discontinuité des guerres et notamment entre les périodes 154-150 et 143-133, mais aussi le fait qu’il n’y avait pas de stratégie globale de la part des généraux romains qui se sont succédés : chaque magistrat intervenait dans une zone bien précise, souvent différente de celle de son prédécesseur, ce qui explique l’incohérence des opérations conduites au moins jusqu’au milieu du iie siécle a.C. L’autre explication est l’absence d’unité de l’adversaire. La Celtibérie est avant tout un concept et, pour les Romains, les Celtibères n’ont rien à voir avec un groupe ethnique particulier15. D’une part, il était difficile de délimiter avec précision un espace de 20 000 km2, d’autre part, l’appartenance de certains peuples au groupe celtibère demeurait discutée ou incertaine16.

  • 17 Dans l’historiographie, on note avec plaisir l’opulence de ces ciuitates qualifiées de nobilis, pot (...)
  • 18 C’est le cas notamment entre Pline et Strabon quand il s’agit de faire la liste des cités celtibère

9Par ailleurs, le champ des opérations était très restreint : le domaine celtibère était un territoire organisé et structuré par un réseau de villes et, d’ailleurs, les opérations se concentraient autour de cités, éléments permanents de la topographie, mais surtout lieux de pouvoir et de commandement et d’accumulation des richesses17 et les succès des généraux romains se mesuraient au nombre de villes prises. Or, les Anciens divergeaient entre eux quand ils ne se contredisaient pas eux-mêmes en fonction des sources qu’ils utilisaient pour attribuer telle ou telle cité à une ethnie particulière18.

  • 19 Sánchez Moreno 2000, 109-134.
  • 20 App., Hisp., 215.
  • 21 App., Hisp., 300.
  • 22 App., Hisp., 304.
  • 23 Plu., Caes., 12 ; D.C. 37.52-53 ; Liv. 103.5. ; voir Ferreiro 1988, 362-382.

10Dans ce contexte, le fleuve apparaissait comme un élément d’unité ; il irriguait les territoires des Pelendons, des Arévaques et des Vaccéens, terres dont la réputation de richesses en céréales n’était plus à faire puisqu’elle avait déjà conduit Hannibal s’aventurer sur les bords du Douro19. Cependant, la division précoce de l’Hispania en deux provinces n’invita jamais les Romains à considérer le fleuve dans son entité et la vision du Douro comme élément unificateur fut tardive et remonte à l’Empire avec Strabon, et encore s’agit-il là de la vision globalisante du géographe. À l’époque républicaine, on distingue nettement deux zones, la partie celtibère qui comprend les territoires et les cités de la haute vallée de l’Èbre du haut Jalon et du haut Douro, et d’autre part la partie occidentale, occupée par les Vettons et les Lusitaniens. La zone tampon qui permit à un certain moment aux gouverneurs des deux provinces d’unir leurs efforts fut en définitive le territoire des Vaccéens coincé entre les deux ce qui explique qu’à un certain moment le Douro put devenir un objectif pour le gouverneur de la province du sud. Déjà, au début de la reprise de la guerre contre les Celtibères, le gouverneur de la province d’Ultérieure, Licinius Lucullus, avait pris l’initiative d’engager une guerre “contre un peuple qui auparavant, n’avait jamais fait la guerre aux Romains”20. C’est à cette période, entre 152 et 150 a.C., que furent sans doute pris les premiers contacts avec un autre peuple, composante de ces territoires proches du fleuve, les Vettons. Mais la pénétration entre le Tage et le Douro fut longtemps sporadique, on peut dire jusqu’en 139 a.C. avec l’offensive de Q. Servilius Caepio sur le territoire de ce peuple21 À l’ouest, en effet, le rôle du Douro apparaît plus nettement parce qu’il marque clairement une limite. Son franchissement en 137 par Decimus Iunius Brutus22 constitue une étape importante de la conquête de Rome et de son avancée vers les confins et plusieurs campagnes conduites au premier siècle par différents généraux, dont César23, se situent sans équivoque au nord du fleuve.

  • 24 Plin., Nat., 4.112.
  • 25 Voir Tranoy 1981, 31 ; Grupo Mérida 2003, 43-44.
  • 26 Bonnaud 2001, 5-35 ; 2002, 171-199.
  • 27 Caes., B.C., 1.38 ; Roldán 1968-1969, 95-96.

11Le témoignage de Pline cité supra24 rappelle que dans sa partie navigable, le Douro trace la frontière entre différents peuples. À l’Est, la question se pose du tracé de la frontière entre les Vettons, les Astures et les Vaccéens25. Il est vrai que le territoire des Vettons, peuple éleveur et marqué par le nomadisme n’a jamais été délimité avec précision. Deux éléments nous paraissent cependant devoir être retenus. Les limites entre la Lusitanie et les provinces de Citérieure et de Bétique se sont plus ou moins superposées aux frontières nord, est et sud de la Vettonie, car on ne peut douter de la volonté des autorités romaines de prendre en considération l’unité ethnique de ce peuple qui occupait une position stratégique entre la Bétique et le nord-ouest, le long d’un axe de circulation vital pour les Romains26. L’autre idée est la solidarité à la fois géographique et historique entre les territoires vetton et lusitanien, et César distinguait déjà l’Espagne ultérieure qui allait jusqu’à l’Anas et un territoire lusitano-vetton qui s’étendait au-delà de l’Anas27. Cette solidarité se concrétisait dans le fait que ces deux territoires dépendaient du même gouverneur, mais aussi qu’ils avaient été constamment associés dans les opérations militaires. La distinction césarienne annonçait d’ailleurs la séparation entre la Bétique et la Lusitanie dans la réorganisation provinciale augustéenne.

  • 28 Plin., Nat., 4.112.
  • 29 La région de Miranda del Duero paraît avoir été une zone de contact entre les différents peuples, A (...)
  • 30 Il faut sans doute revenir sur la frontière proposée par le Grupo Mérida 2003, 43-44 qui fixe cette (...)

12On a donc peu de raison de se préoccuper de la frontière entre la Vettonie et la Lusitanie proprement dite. En revanche, il est plus délicat et peut-être plus important de préciser au nord est la ligne de démarcation entre les Vettons, les Vaccéens et les Astures Zoelae. À notre avis, il y n’y a pas de raison de revenir sur le témoignage de Pline28 qui considère que, dans cette zone, le Douro marquait la frontière entre le territoire des Astures et celui des Vettons et que la confluence de l’Esla et du Douro29, c’est-à-dire approximativement jusqu’à la limite de navigabilité de ce fleuve, constituait la limite sud des Asturies et par conséquent la limite septentrionale de la Lusitanie30.

  • 31 Str. 3.3.3.
  • 32 De la Torre Rodríguez 2001, 269-270.
  • 33 Cette idée est encore renforcée par l’importance des facteurs géographiques et notamment l’encaisse (...)

13Plus à l’ouest encore, se situait une multitude de peuples que Strabon se refuse à nommer tant ils sont petits et obscurs31 et que Pline classe sous le nom générique de Lusitani32 ; parmi ceux-ci, les Turduli Veteres, installés au sud du fleuve. Au nord, le nom Callaeci a été étendu à tous les peuples, là encore dans un souci de simplification. On les a longtemps considérés comme des Lusitaniens et c’est sans doute la campagne pionnière de Iunius Brutus jusqu’au Minho qui a convaincu les Romains d’instaurer cette distinction après que l’on eut discerner le titre de Callaïque au triomphateur. La campagne de 138-136 fit donc découvrir aux Romains la partie nord du fleuve du côté lusitanien ; c’est cette région qui fut ensuite concernée par les opérations de P. Licinius Crassus en 96-94, puis de César en 61. La ligne du fleuve fut naturellement conservée comme frontière entre la Lusitanie et la Citérieure au moment de la réforme administrative augustéenne33.

2. La provincia transdvriana

  • 34 On en aura un aperçu critique dans ce que nous avons écrit dans la nouvelle chronique sur la pénins (...)
  • 35 Nous citerons d’abord dans l’importante bibliographie qui nous est proposée la contribution de Lópe (...)

14Hormis l’indication de Pline citée supra, la seule allusion au rôle du fleuve en tant que ligne de frontière séparant deux entités politiques provient de la fameuse inscription du Bierzo qui mentionne une province jusqu’alors inconnue de nos sources. Il n’est pas question de revenir sur l’importante bibliographie suscitée par la découverte de ce document34, mais simplement de montrer que certaines clés des questions qu’il pose se trouvent dans ce que nous avons dit précédemment. En ce qui concerne l’inscription, deux interrogations dominent qui ont trait à la chronologie de la réforme administrative augustéenne et à la nature de la nouvelle province, c’est-à-dire son statut et ses limites35.

  • 36 Malgré Le Roux 2001, Canto 2001, Richardson 2002.
  • 37 Depuis Albertini 1923, 26.
  • 38 D.C. 53.12.5-8.
  • 39 La question demeure posée s’il y a un véritable changement, en 27, avec l’instauration du Principat (...)

15L’existence de cette inscription, dont il ne paraît plus de mise de contester l’authenticité36, indique tout d’abord que le passage des deux aux trois provinces dans l’organisation administrative de la péninsule résulte de bien des hésitations et fut plus complexe que prévu. Elle exclut définitivement l’hypothèse longtemps retenue37, parce qu’elle reposait sur le témoignage de Dion Cassius38, de la création des trois provinces en 27 a.C.39

  • 40 Alföldy 1969, 3-8 et 131-133.
  • 41 Salinas 2001, 140, n’exclut pas la date de 15, mais cette chronologie basse pose d’autres difficult (...)
  • 42 La tendance est actuellement d’abaisser le plus possible cette date, de toutes façons postérieure à (...)
  • 43 Nous reprenons ici la démonstration que nous avons faite sur ce point dans le rapport introductif d (...)
  • 44 Et encore aujourd’hui. Albertini 1923, 55 ; Tranoy 1981, 146 ; López Barja 2001, 37-38.
  • 45 Str. 3.4.20.
  • 46 Voir aussi sur ce point López Barja 2001, 36-38 qui ne va cependant pas jusqu’au bout de son raison (...)
  • 47 Plin., Nat., 4.118. Voir aussi la Diuisio orbis terrarum, 5-6 qui indique “Hispania Lusitania cum A (...)
  • 48 Voir notamment pour la Gaule Chevelue où il réunit les trois provinces (Plin., Nat., 4.105) ou enco (...)

16Il y a peu de raisons de contester la proposition de G. Alföldy40 de situer entre 22 et 19 a.C. le gouvernement de Lucius Sestius Quirinalis41 qui serait en même temps, comme l’atteste le texte de l’inscription, le premier détenteur d’un commandement sur la nouvelle province et sans doute en même temps celui qui présida à sa mise en place. L’ensemble des spécialistes modernes s’accordent pour reconnaître que l’existence de la nouvelle province ne dépassa pas la date de la réorganisation générale de l’Hispania et de sa nouvelle division en trois provinces, entre 15 et 13 a.C.42 À cet égard, la création de la prouincia Transduriana constitue un argument supplémentaire pour nous dispenser de compliquer encore les choses et de supposer une autre étape dans l’attribution définitive des régions du nord-ouest à la province de Citérieure43. On pensait, en effet, jusque-là44, que les territoires du nord-ouest, c’est-à-dire la Galice et l’Asturie, avaient dans le cadre de la réforme augustéenne, dans un premier temps été rattachés à la Lusitanie avant d’être intégrés à une date incertaine, comprise entre 10 et 3-2 a.C., à la province de Citérieure. Cette idée repose, à notre avis, sur une mauvaise lecture des textes anciens et plus précisément des témoignages de Strabon et de Pline. Le premier indique, en effet45, que ceux qui vivent au nord du Douro s’appelaient auparavant lusitaniens, se dénomment aujourd’hui Callaïques ; on a voulu voir là l’indice du transfert de ces populations de la nouvelle province de Lusitanie à celle de Citérieure. Il s’agit d’une surinterprétation du texte du géographe, car celui-ci ne précise pas du tout à quelle période il fait référence quand il dit prôteros, auparavant. Le nûn-maintenant de Strabon ne s’oppose pas à la date de la réforme, mais plus probablement à une date bien antérieure, sans doute contemporaine de Poseidonios qui était sa source principale46. L’autre témoignage est celui de Pline qui a utilisé des renseignements fournis par Agrippa. Lorsqu’il écrit “Lusitaniam cum Asturia et Gallaecia patere longitudine DXL (milia), latitudine DXXXVI (milia) Agrippa prodidit47, cela ne signifie pas que le Nord-ouest a été inclus un temps dans la province de Lusitanie ; en effet, Agrippa donne des distances et lorsqu’il mesure la façade océanique de la péninsule Ibérique de Gadès jusqu’au nord, il faut comprendre qu’il prend des points de repères qui englobent non seulement la Lusitanie, mais aussi sa continuité naturelle, la Galice et l’Asturie qui bordent l’océan au nord. Il n’est pas question ici de prendre en considération cet ensemble dans une perspective administrative mais dans son entité géographique, et Agrippa est coutumier du fait48. Cette remarque nous conduit à aborder l’autre question en suspens, celle de la nature et des limites de la province.

  • 49 Costabile 2001, 419-431 ; López Barja 2001, 31-34.
  • 50 Alföldy 2001, 365-418.
  • 51 Roldán 2001, 15-24.
  • 52 D.C. 54.5.1.

17Nous ne nous attarderons pas sur la question du statut qui ne relève pas directement de notre propos et nous nous contenterons de rappeler l’essentiel du débat. Deux thèses s’opposent : les savants sont partagés sur le fait de savoir s’il s’agit d’une entité indépendante49 ou si cette province ne fut qu’une province à l’intérieur d’une autre, plus importante, en l’occurrence celle d’Ultérieure50, voire une simple juridiction militaire51. Une chose est certaine : L. Sestius Quirinalis, consulaire, ne pouvait être l’adjoint d’un autre gouverneur. Par ailleurs, nous sommes partisan de suivre la première hypothèse pour des raisons d’ordre géographique que nous avons déjà évoquées, mais surtout pour des motifs politiques qui n’ont pas été jusque-là pris en compte. Pour Auguste comme pour tout politique romain, la situation à Rome l’emportait sur toutes les considérations provinciales : tout dépendait de Rome et tout se décidait à Rome en fonctions des nécessités immédiates de la politique romaine. En 23, Auguste avait renoncé au consulat, probablement parce que l’aristocratie demandait qu’il ne monopolise plus la principale magistrature. Mais il ne suffisait pas qu’il restitue le consulat aux oligarques, il fallait qu’après l’exercice de leur magistrature, ils puissent aussi assurer des commandements provinciaux, d’où la nécessité de ne pas lésiner sur le nombre de provinces. Or, le consul suffect de 23, Sestius Quirinalis, rentrait parfaitement dans ce cas de figure. En permettant à ce personnage au lourd passé républicain d’accéder à un consulat, puis en lui confiant un commandement d’importance – c’est en 22 que survient la révolte asture52 qui induit à penser qu’on a fermé un peu trop tôt les portes du temple de Janus en 25 et que le succès militaire du Prince n’a pas été complet – Auguste montrait que s’il n’avait rien oublié, il avait tout pardonné et faisait un geste significatif vis à vis de la partie du Sénat qui était la moins acquise au nouvel ordre.

  • 53 Diuisio orbis terrarum, 5-6.
  • 54 Costabile 2000, 50-56 ; voir aussi, sur ce point, Cavada & Villanueva 2001, 129-134.
  • 55 Alföldy 2000, 21-22.
  • 56 Str. 3.4.20. “Tout ce qui n’est pas la Lusitanie, c’est-à-dire la plus grande partie de l’Ibérie, e (...)

18Mais ce qui nous importe davantage, ce sont les limites de cette province. Les différents témoignages précédemment évoqués aident à les reconstituer ; au sud, le Douro marquait la frontière comme l’océan à l’ouest et au nord. La question en suspens est celle de sa limite orientale ; à nouveau, les considérations géographiques et historiques ont prévalu : la Galice et l’Asturie constituaient un ensemble bien défini par Agrippa, Pline ou les sources qui en dépendent : la Diuisio orbis terrarum précise même la frontière sur la côte entre l’Asturie et la Cantabrie “Finitur ab oriente Noeca, quae est ad oceanum53. Le témoignage de Strabon à propos de la zone de commandement des légats militaires du gouverneur de Citérieure au début du règne de Tibère a pu induire en erreur certains commentateurs qui ont inclus la Cantabrie dans cette Transduriana provincia54. Mais, en plus des arguments politiques invoqués par G. Alföldy55 selon lequel Auguste n’aurait jamais confié le commandement d’une armée de sept légions à l’un de ses légats et encore moins à un ancien adversaire politique, ce témoignage doit être compris dans le sens où la Cantabrie et l’Asturie constituaient deux entités séparées56, et le légat qui commandait au début du règne de Tibère la Xa Gemina et la VIa Victrix, exerçait ce commandement sur la Galice et l’Asturie ; il était, en fait l’héritier partiel de l’éphémère gouverneur de la province transdurienne. Ceci étant établi, on retrouve le fleuve pour marquer probablement la frontière sud est de la nouvelle province. Celle-ci devait passer quelque part à proximité des confins des territoires vaccéen, vetton et asture, à la confluence du Douro et de l’Esla. On ne voit pas pourquoi les Romains auraient profondément modifié ce tracé.

  • 57 On la retrouve déjà dans le témoignage de César, supra n. 27.

19Il n’y avait rien que de très logique dans la création de cette province d’audelà du Douro qui répondait à la nécessité du moment dans la mesure où les grands organisateurs de l’Empire, Auguste et Agrippa, n’avaient pas encore d’idée bien arrêtée sur ce que devait être la recomposition de la péninsule Ibérique, et pour cause : quand elle fut créée, la pacification n’était pas encore achevée. De plus, la nouvelle entité se fondait parfaitement dans une réalité géographique et historique. Lorsqu’il s’agira, un peu plus tard, de recomposer l’ensemble, les considérations de cohérence militaires prévaudront et il paraîtra plus judicieux d’intégrer cet ensemble à la Citérieure plutôt qu’à la Lusitanie d’autant qu’au sud, le fleuve marquait une rupture qui avait toujours existé. Si l’on doit s’interroger sur les raisons de la réorganisation provinciale et de son découpage, c’est tout autant sinon plutôt sur la partition de l’Ultérieure qu’il faut s’arrêter. À nouveau, des raisons politiques, la nécessité de maintenir le nombre de provinces et de commandements et de répartir, comme en Gaule, la charge provinciale entre l’Empereur et le peuple, mais aussi des contingences géographiques et ethniques qui impliquaient la préservation de l’entité lusitano-vettone57, ont conduit à la création des trois provinces. Le fleuve, dans ce nouveau contexte, conservait, comme l’indique Pline, sa fonction de frontière.

Conclusion

20Le Douro n’était pas seulement une limite administrative, une ligne de contact, ou, encore, comme nous l’avons défini en préambule, un élément unificateur des territoires qu’il irriguait. Le fleuve a joué un rôle physique dans la conquête et les états-majors romains ont dû en tenir compte dans leurs plans d’occupation, de la même manière qu’ils ont dû, une fois la pacification achevée l’intégrer dans ce que nous avons coutume d’appeler l’aménagement du territoire conquis. Il revient à ce colloque qui lui est en grande partie consacrée de préciser aussi sa fonction économique ; cela permettra de justifier et de préciser le jugement de Pline qui fait du Douro l’un des grands fleuves de l’Hispania.

Notes

1 Whittaker 1989.

2 C’est, en gros, le thème du livre de Nicolet 1988.

3 Avec le Breuiarium totius imperii notamment : Tac., Ann., 1.11 ; Suet., Aug., 10.2 ; Nicolet 1988, 192-199.

4 Le meilleur exemple est la carte d’Agrippa ; sur l’aspect idéologique de l’entreprise, voir, en dernier lieu, Roddaz 2004, 264.

5 Plin., Nat., 4.112.

6 C’est notamment le cas d’Appien pour les guerres celtibères.

7 Str. 3.3.4.

8 Soit jusqu’à Miranda del Duero. Voir Tranoy 1994, 126.

9 Plin., Nat., 4.112.

10 Ptol., 2.52.

11 Cosm. Iul. Hon., 20 B.

12 App., Hisp., 428-436.

13 D.C. 39.54.

14 Voir la nouvelle édition de Goukowsky 1997.

15 Voir, sur ce point, Gómez Fraile 2001.

16 On peut à ce sujet prendre comme exemple le traitement des Vaccéens par Appien. Le géographe d’Alexandrie les range parmi les Celtibères (Hisp., 215), mais distingue clairement les guerres qui sont conduites contre eux (Hisp., 233). Voir Wattenberg 1959.

17 Dans l’historiographie, on note avec plaisir l’opulence de ces ciuitates qualifiées de nobilis, potens ou opulentissima.

18 C’est le cas notamment entre Pline et Strabon quand il s’agit de faire la liste des cités celtibères

19 Sánchez Moreno 2000, 109-134.

20 App., Hisp., 215.

21 App., Hisp., 300.

22 App., Hisp., 304.

23 Plu., Caes., 12 ; D.C. 37.52-53 ; Liv. 103.5. ; voir Ferreiro 1988, 362-382.

24 Plin., Nat., 4.112.

25 Voir Tranoy 1981, 31 ; Grupo Mérida 2003, 43-44.

26 Bonnaud 2001, 5-35 ; 2002, 171-199.

27 Caes., B.C., 1.38 ; Roldán 1968-1969, 95-96.

28 Plin., Nat., 4.112.

29 La région de Miranda del Duero paraît avoir été une zone de contact entre les différents peuples, Astures, Vaccéens et Vettons. Par ailleurs, il y a une évidente parenté onomastique entre cette zone et celle qui est située plus au sud, c’est-à-dire, la région de Salamanque.

30 Il faut sans doute revenir sur la frontière proposée par le Grupo Mérida 2003, 43-44 qui fixe cette frontière plus au sud, le long du río Tormes ; on ne peut cependant exclure qu’il y ait eu des remaniements de détail. Voir Vallejo & Palao (à paraître).

31 Str. 3.3.3.

32 De la Torre Rodríguez 2001, 269-270.

33 Cette idée est encore renforcée par l’importance des facteurs géographiques et notamment l’encaissement de la vallée qui constituait un obstacle entre le nord et le sud de l’actuel Portugal.

34 On en aura un aperçu critique dans ce que nous avons écrit dans la nouvelle chronique sur la péninsule Ibérique, REA, 17, 2005.

35 Nous citerons d’abord dans l’importante bibliographie qui nous est proposée la contribution de López Barja 2001, 31-45 dont les conclusions rejoignent en partie les nôtres.

36 Malgré Le Roux 2001, Canto 2001, Richardson 2002.

37 Depuis Albertini 1923, 26.

38 D.C. 53.12.5-8.

39 La question demeure posée s’il y a un véritable changement, en 27, avec l’instauration du Principat, par rapport à la période triumvirale. D’aucuns pensent qu’on en revient aux deux provinces républicaines comme l’attesterait la formule des Res Gestae “in utraque Hispania”. Cela est discutable (sur la formule voir infra) parce que l’on ne voit pas ce qui a changé dans l’imperium d’Auguste par rapport à celui d’Octavien. L’un et l’autre disposaient de l’imperium sur l’Hispania et l’un comme l’autre ont placé à la tête des armées qui y stationnaient des légats au sens premier du terme. Il semble même qu’Octavien a dû composer davantage avec la susceptibilité des chefs d’armée puisque certains portèrent le titre de proconsul et furent habilités à triompher. Il n’est d’ailleurs pas du tout certain qu’il n’y ait eu pendant l’époque triumvirale qu’un légat à la fois. La définition des triomphes qui furent célébrés ex Hispania ne permet pas de préciser le territoire sur lequel ils exerçaient leur commandement. En 27, Auguste s’adjoint deux legati Augusti pro praetore dont les sphères de compétence sont effectivement la Citérieure et l’Ultérieure, mais le commandement comme l’imperium est unique et c’est celui du Prince.

40 Alföldy 1969, 3-8 et 131-133.

41 Salinas 2001, 140, n’exclut pas la date de 15, mais cette chronologie basse pose d’autres difficultés.

42 La tendance est actuellement d’abaisser le plus possible cette date, de toutes façons postérieure à l’édit du Bierzo. Aucun élément ne permet de préciser davantage ; on peut simplement dire qu’elle fut une conséquence du voyage du Prince dans la Péninsule, mais qu’elle fut sans doute mûrie avant, sans doute avec le concours d’Agrippa.

43 Nous reprenons ici la démonstration que nous avons faite sur ce point dans le rapport introductif du colloque de Saintes, en collab. avec J.-P. Bost et M. Martín-Bueno, Bost et al. 2005, 17-50.

44 Et encore aujourd’hui. Albertini 1923, 55 ; Tranoy 1981, 146 ; López Barja 2001, 37-38.

45 Str. 3.4.20.

46 Voir aussi sur ce point López Barja 2001, 36-38 qui ne va cependant pas jusqu’au bout de son raisonnement.

47 Plin., Nat., 4.118. Voir aussi la Diuisio orbis terrarum, 5-6 qui indique “Hispania Lusitania cum Asturica et Gallaecia” et la Dimensuratio, 23, “Asturia Gallicia et Lusitania ab oriente Cantabria et Oretania, ab occidente oceano”.

48 Voir notamment pour la Gaule Chevelue où il réunit les trois provinces (Plin., Nat., 4.105) ou encore l’ensemble Rhétie/Norique/Germanie (Plin., Nat., 4.98).

49 Costabile 2001, 419-431 ; López Barja 2001, 31-34.

50 Alföldy 2001, 365-418.

51 Roldán 2001, 15-24.

52 D.C. 54.5.1.

53 Diuisio orbis terrarum, 5-6.

54 Costabile 2000, 50-56 ; voir aussi, sur ce point, Cavada & Villanueva 2001, 129-134.

55 Alföldy 2000, 21-22.

56 Str. 3.4.20. “Tout ce qui n’est pas la Lusitanie, c’est-à-dire la plus grande partie de l’Ibérie, est placé sous l’autorité du gouverneur consulaire, qui dispose d’une armée importante d’environ trois légions, et de trois légats. L’un de ceux-ci couvre avec deux légions tout le pays au-delà du Douro en direction du nord, pays des Lusitaniens selon l’appellation ancienne, des Callaïques selon l’appellation moderne. Se rattachent encore à cette circonscription la chaîne des montagnes septentrionales, avec les peuples des Astures et des Cantabres. Le pays des Astures est traversé par le cours du Melsus, au-delà duquel se trouve à peu de distance, la ville de Noega. Près de celle-ci, un étier formé par l’océan, marque la frontière entre les Astures et les Cantabres. Le piémont qui fait suite, jusqu’au Mont Pyréné, est gouverné par un deuxième légat, avec la légion restante”.

57 On la retrouve déjà dans le témoignage de César, supra n. 27.

Auteur

Institut Ausonius, CNRS - Université de Bordeaux 3

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540