Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Conclusion générale

Texte intégral

1Au moment de conclure, il convient comme il se doit d’esquisser un bilan. En premier lieu, on peut se demander quelle est la place de l’Asie Mineure dans les affaires du temps. Nous sommes convaincu qu’elle doit être lue à travers divers “filtres” ou paramètres :

2— En ce qui concerne l’Empire perse il ne faut pas se laisser abuser par nos sources grecques : l’Asie Mineure n’est pas. n’a jamais été le centre d’intérêt primordial du Roi perse. Le contrôle de l’Égypte – et les tentatives pour la récupérer – ont occupé les meilleurs généraux (ou ceux qui étaient réputés tels : Tiribaze, Pharnabaze, Datamès), mobilisé les énergies de régions riches et peuplées (Cilicie, Phénicie), entraîné des dépenses considérables. Dans cette même logique, le roi ne pouvait accepter d’être longtemps privé du contrôle de Chypre.

3Cela ne signifie pas qu’il faille tomber dans le travers inverse : chaque fois qu’une parcelle de territoire (en particulier côtier) lui échappe, le Roi cherche à se la réapproprier par la guerre ou la diplomatie. Les moyens mis en œuvre sont parfois très importants : ainsi, l’envoi de Cyrus et les ressources dont il dispose et plus généralement la nomination à Sardes d’officiers de haut rang démontrent que le contrôle de la région n’est pas indifférent ; de surcroît la récupération du terrain perdu est en général assez facile, en tout cas rapide, que la rébellion soit locale ou perse (révolte des satrapes, Artabaze etc.) ou que l’agresseur vienne de l’extérieur (généraux lacédémoniens, Parménion). On pourrait objecter que des régions, ou parties de régions, ont échappé durablement à l’administration perse, mais il faut observer qu’il s’agit de contrées difficiles à maintenir dans l’obéissance et économiquement peu productives. De plus nous avons noté plus haut qu’elles étaient loin d’être homogènes et qu’elles n’étaient pas intégralement réfractaires, loin s’en faut, au pouvoir central. Il n’y avait donc aucune raison de déployer systématiquement de gros moyens pour les soumettre (ce qui n’empêcha pas la mise sur pied d’opérations de pacificatrices d’envergure : Autophradatès en Pisidie).

4— Si on se place du point de vue des Grecs européens, l’Anatolie – ou plus exactement ses côtes – devient une préoccupation prioritaire en 412. Avec des avatars divers cette situation va durer jusqu’en 387, ensuite il faudra attendre l’expédition de Parménion pour que l’Asie Mineure revienne sous le “feu des projecteurs”. Au dire d’Isocrate et de ses semblables c’est une chape de plomb qui s’est abattue sur les cités grecques asiatiques qui ne sont plus guère mentionnées que pour se lamenter sur leur sort misérable avec, il faut bien le dire, une certaine dose de tartuferie.

5Les changements que connaît le monde anatolien entre 412 et 323 se sont produits de façon continue et quasi insensible. En ce qui concerne l’administration, c’est toujours à partir de la satrapie que s’organise l’espace politique. Cependant, globalement, les satrapies sont plus nombreuses et deviennent de véritables ressorts administratifs alors qu’au départ on était plus proche d’un apanage aristocratique. Autrement dit, la conquête perse a mis bout à bout des territoires qui avaient chacun leur histoire et leur originalité. C’est de cette accumulation de parties que s’est dégagé progressivement un tout qui échappe aux définitions archaïques du pouvoir (la dernière grande liste des tributaires date de peu après 480) et forme un véritable État, à partir duquel se redéfinissent des subdivisions. Une fois encore le parallèle avec l’évolution de la cité grecque paraît s’imposer. La mise en place d’un maillage administratif plus étroit témoigne donc de la capacité d’adaptation du système aux realia du temps, il n’est en aucune façon la manifestation d’une inexorable décadence. Considérons la Carie. Elle est, selon certains, l’exemple de ces territoires périphériques que le pouvoir central impuissant se résigne à voir acquérir une indépendance de fait. La concession du pouvoir à des potentats locaux créerait une situation nouvelle dans la mesure où ils ont une politique extérieure qui leur est propre. En allant jusqu’au bout du raisonnement, sont-t-ils même des satrapes ? Sans reprendre l’argument développé plus haut, envisageons les choses globalement : entre 392 et 334 nous sommes informés sur une seule révolte, aux conséquences limitées, de Mausole. Nous savons d’autre part qu’Idrieus a connu des difficultés, non définies, avec le pouvoir central. Si l’on compare à la situation des satrapies gouvernées par des Iraniens, il apparaît que ces dernières ont connu des crises bien plus nombreuses et plus graves. Les Hékatomnides ont mené une politique étrangère conforme à leurs intérêts particuliers (e.g. le décret pour les Knossiens, leur rôle dans la guerre des alliés) mais ils n’ont pour autant jamais été pris en flagrant-délit de s’être mis en contravention avec ceux du Roi (même si les auteurs grecs font part de leur suspicion a cet égard, par exemple à propos des affaires de Chypre). Le mariage avorté entre Alexandre et Ada II ne représentait pas nécessairement une démarche sécessionniste. En tout cas, à la fin de la période, la reprise en main (si tant est qu’elle ait été nécessaire) s’opère “en douceur” : Ada II épouse Orontobatès qui succède à son beau-père sans qu’il ait apparemment de solution de continuité dans les modes d’administration (cf. par exemple le monnayage).

6Localement, le fait le plus significatif est le développement d’une koinè grecque qui tend à réduire les particularismes, sans les supprimer entièrement, ce qui permet l’entrée progressive de communautés autochtones dans le creuset commun (Sardes, Mylasa, Xanthos et tant d’autres). Ces particularismes locaux trouvent aisément des parallèles dans les situations complexes des cités : Éphèse, Iasos, Halicarnasse ne sauraient être définies autrement que comme des cités grecques et pourtant bien des traits de la vie quotidienne devaient surprendre ou même choquer ceux qui venaient de l’autre côté de l’Egée. Le caractère très mixte des populations était aussi un trait commun à toutes ces entités (Halicarnasse, Kédréai, Sigeion, etc.). On pourrait donc soutenir que les contours, mais aussi le contenu du monde grec anatolien, de la cité grecque en Anatolie, a changé. Il serait assez réducteur de parler à ce propos d’acculturation. Alexandre va traiter Sardes et Mylasa de la même façon qu’il aurait pu le faire pour de “vraies” cités grecques. Pour quelques temps encore pour certains traits (langue), pour beaucoup plus longtemps pour d’autres (faits religieux), les données héritées perdurent, enrichissant à leur tour la civilisation commune qui est en train de se créer. Par conséquent la démarche vers l’unité, tant culturelle que des modes de gouvernement, n’est nullement exclusive de diversité et d’enrichissement par des éléments allogènes.

7Comme cela a été souligné dans l’introduction, la cité avec ses formes multiples et dans la mesure du possible les autres types d’organisation locale mériteront une enquête spécifique. Mais même si cette dernière n’a pas été étudiée pour elle-même, il ressort de ce qui précède qu’elle est un élément actif voire moteur des événements. De plus l’un des centres d’intérêt de la période est de constater qu’elle devient une référence, un “standard” pour les entités qui ont pu entrer en contact avec le monde grec. L’exemple de la Carie démontre la volonté des Hékatomnides de généraliser le fonctionnement des communautés en poleis, préfigurant en ce domaine encore celui des États hellénistiques. De façon presque plus significative, la démarche a pu être naturelle et reposer sur des liens économiques et culturels durables ; cela vaut pour certaines parts de la Pisidie-Pamphylie, de l’Isaurie, de la Lycaonie. Le processus était alors avancé pour Selgè, seulement entamé pour les Étenniens, Laranda, Isaura, etc. L’aventure d’Alexandre va avoir comme conséquence paradoxale une interruption momentanée de révolutions de ces régions.

  • 1 Paus. 6.3.14-16.
  • 2 Ταῦτα μέν έστιν ἔχοντα οὕτοω τον ἀεί χρόνον καὶ Ἴωσιν ώσαύτως οἱ πάντες ἄνθρωποι θεραπεύουσι τἀ ὑπ (...)

8Au plan politique on doit se poser la question de leur marge de manœuvre. Le point de départ pourrait-être le jugement sévère porté par Pausanias1 sur les Ioniens dispensateurs de statues. Dans une de ses habituelles digressions et à propos de la statue de Lysandre à Olympie, il note que les Samiens ont consacré une statue de bronze à Alcibiade dans I’Héraion, puis après Aigos Potamoi avec les autres Ioniens ils en ont offert une de Lysandre à Olympie. Vers cette même période les Éphésiens multiplient les dédicaces : Lysandre, Étéonikos, Pharax et d’autres Lacédémoniens quasi inconnus. Nouveau revirement. Conon et Timothée sont honorés aussi bien dans l’Héraion de Samos que dans l’Artémision d’Éphèse, et il conclut : “C’est toujours la même chose, les Ioniens comme tout le monde, courtisent ce qui domine par la force2 ”. A cette énumération on pourrait ajouter pour Éphèse la statue de Philippe et le portrait peint d’Alexandre. Le parallèle Samos-Éphèse montre que des deux côtés de ce que nous avons défini comme l’axe paralien, les réactions sont de même nature. Pour la plupart des cités l’eleutheria est devenu un vain mot, ou plus exactement une aspiration à laquelle seules les circonstances peuvent de temps en temps donner quelque crédit. Les cités les plus importantes continuent à exploiter toutes les occasions de se démarquer de la tutelle du pouvoir. On pensera à Hermias d’Atarnée et à l’espoir qu’il suscite dans nombre de cités, ou encore à Éphèse en situation de conflit avec divers satrapes. Mais ces deux cas montrent bien les limites vites atteintes : à Éphèse le libre fonctionnement de la démocratie à l’époque d’Alexandre y compris dans ses excès est rapidement encadré par les représentants du roi. La fin tragique d’Hermias marque le début de l’inexorable décadence d’une région auparavant prospère et bien peuplée.

9Cela n’empêche nullement les cités de retomber dans leurs travers ancestraux, comme par exemple les conflits locaux reposant en particulier sur des contestations de limites territoriales, quittes, tels les plaideurs de la fable, à se mettre plus encore dans la main du pouvoir central dont on sollicite l’arbitrage. Ces conflits, parfois violents, se poursuivent bien au delà de la conquête macédonienne. On pensera en particulier à cette zone particulièrement agitée de l’Ionie où s’affrontent Éphèse, Priène, Santos, Magnésie, pour ne citer que les plus importantes. Il doit être non moins évident que cela ne préjuge en rien de la disparition de l’autonomia qui permet de sauver les apparences. Il y a bien des traces tangibles de cette dernière. Par exemple l’émission des monnaies se poursuit et même s’amplifie au ive s. (nombre des cités, importance des séries) alors que le "diktat” athénien les avait privées de ce privilège pendant une partie du ve s.

  • 3 IG, XII.2, 4 restitué et traduit par Hodot 1965 n° 4 d’où Labarre 1996, n° 92.
  • 4 La découverte d’un acqueduc daté sur des critères archéologiques de la première moitié du ive s. c (...)
  • 5 Heisserer 1988, 111-132 ; Labarre 1996, 209 sq., critique ses conclusions architecturales.
  • 6 Cf. par ex. Cnide.
  • 7 McNicoll 1997 ; Pimouguet 1994 ; Debord & Descat 1994, etc.
  • 8 Voir par exemple Demand 1990.
  • 9 E.g. le théâtre d’Érythrées, Mellink 1980, 513.
  • 10 Une liste exhaustive n’a pas sa place ici, relevons à titre d’exemple Athéna à Milet, IVe-IIIe s., (...)

10Le dynamisme des cités peut se mesurer aussi à leurs constructions. Un tel effort suppose en effet au moins deux conditions : des disponibilités financières mais aussi une volonté commune faite de stabilité politique et de confiance dans l’avenir de la collectivité (cf. les périodes de réalisation des grands programmes de construction à Athènes aux vie et ve s., rien de comparable au ive s.). Prenons l’exemple de Mytilène pour témoigner de travaux édilitaires d’importance : le sanctuaire d’Asklépios3 est évoqué dans un décret du milieu du ive s. en faveur d’un certain Athanas qui propose de prendre à sa charge le détournement d’un cours d’eau et l’aménagement d’un acqueduc pour desservir le sanctuaire et la ville4. Le temple d’Asklépios est réaménagé dans le dernier tiers du siècle5. Cette séquence chronologique paraît tout à fait significative et l’on pourrait alléguer bien d’autres témoignages. Déplacement de sites vers des endroits plus favorables6, constructions utilitaires avec l’érection des murailles7, développement urbanistique8, aménagements de monuments9, en particulier de temples, qui rivalisent de magnificence10 : nous sommes en présence d’une période d’assez intenses remaniements, de mise en chantier de monuments importants. Même si la date précise n’est pas toujours facile à déterminer (quelle articulation autour de l’anabase d’Alexandre ?) il est globalement évident que le mouvement commence avant c’est-à-dire au moins dès le milieu du ive s.

  • 11 Debord 1984.

11La “modernisation” des cités passe aussi par un toilettage de leurs institutions. Il semble que dans ce domaine les cités insulaires aussi bien que côtières aient servi de champ d’expérimentation pour des innovations dont la nécessité pouvait être liée à un accroissement substantiel de la population civique11.

  • 12 Cook 1961, 9 sq.
  • 13 E.g, Moysey 1975, 14-15.
  • 14 Mildenberg 1998, 277 sq. attribue à Artaxerxès III Ochos un rôle déterminant dans ce qu’il considè (...)

12Dans le domaine économique il est pour le moins aventuré de donner un diagnostic valable pour l’ensemble de l’Anatolie dans la mesure où la configuration géopolitique de ce sous-continent paraît exclure toute synthèse à valeur universelle, On sait le jugement de ce type porté par J. M. Cook12 qui postule un déclin de l’Ionie au ve s., qui se serait étendu jusqu’à l’arrivée d’Alexandre. Il a été suivi plus ou moins intégralement dans son analyse par divers auteurs13. Les témoignages littéraires mettent en avant les ravages, les destructions engendrés par la guerre (Iasos, Kédréai et bien d’autres). C’est là une dramatisation des faits parfaitement compréhensible mais qui risque de fausser beaucoup notre perception. Il faudrait au moins mettre en regard divers passages où les mêmes auteurs vantent la richesse de ces régions. L’existence des pérées et les ressources qu’elles procurent aux insulaires ont déjà été soulignées. En tout cela, positif ou négatif, le ive s. anatolien préfigurait peut-être plus qu’ailleurs l’époque hellénistique. La prise en compte du monnayage suggère aussi fortement que le milieu du ive s. est une période faste pour l’Empire achéménide14 en général mais particulièrement pour l’Anatolie. Le nombre des entités qui émettent devient très important dépassant largement le cadre de la cité. Des régions de l’intérieur (comme la Cappadoce) sont désormais concernées par la circulation monétaire.

13L’importance du règne d’Alexandre n’est pas où on l’a souvent cherchée. A court terme rien ne paraît bouger. Certes il y a de plus en plus de Gréco-Macédoniens à la tête de l’administration, mais le phénomène était déjà amorcé – à un degré moindre cela va de soi – dès la fin de l’époque achéménide. Cependant les structures administratives et fiscales n’évoluent que lentement, et en tout cas sont inchangées encore à la fin du ive s. L’anabase d’Alexandre agit plutôt comme un détonateur, un accélérateur pour placer sur le devant de la scène, ou systématiser, des données déjà perceptibles ou en gestation. Nous avons par exemple pu noter combien les Hékatomnides dans leur sphère ou encore la dynastie de Cléarchos à Héraclée pontique préfiguraient à bien des égards les souverains hellénistiques.

14Comme cela a été noté dans l’introduction, c’est le livre de W. Judeich qui nous a suggéré la mise en chantier de celui-ci. Il est intéressant d’observer que ce petit opuscule n’a pas si mal vieilli. Une reproduction réalisée naguère (1991) atteste qu’il est encore lu, et sur des points de détail, des découvertes récentes viennent de lui donner raison contre ses détracteurs (identité de l’Artémise ayant berné les habitants de Latmos). En bien des points les lacunes de l’information sont tout aussi désespérantes qu’en 1892 et interdisent toute conclusion définitive (révolte des satrapes). La masse sans cesse croissante des publications ne masque pas toujours le fait que l’on a bien peu de choses neuves ou originales à écrire. W. Judeich avait à sa disposition tout l’essentiel des sources littéraires (la seule grande exception étant les Helléniques d’Oxyrrhynchos). Il est évident que des découvertes épigraphiques spectaculaires ont fait reculer les limites de notre ignorance. La Trilingue de Xanthos, l’inscription de Droaphernès, les deux textes de Sekköy, pour ne citer que quelques-uns des documents récemment publiés, ont suscité (et susciteront encore) des débats passionnés qui permettront d’approfondir la réflexion sur les fontionnements à l’échelon local aussi bien qu’à celui de la satrapie. Sans mésestimer l’intérêt des travaux anciens en ce domaine, la numismatique a connu un regain d’intérêt considérable au cours de ces vingt dernières années avec la publication de monnaies exceptionnelles (Thémistocle, Tissapherne) et de trésors (e.g. trésors ciliciens, trésor de Pixodaros) qui n’ont pas fini de fournir des arguments à des lectures contrastées des données politiques ou économiques. Pour pouvoir procéder à une analyse globalisante chère à l’historien, il serait souhaitable que les données archéologiques accessibles soient également prises en compte cité par cité, région par région, afin de pouvoir mieux caractériser des phénomènes de fond pour lesquels on ne peut que percevoir des tendances à travers le reste de la documentation. Ce travail a priori ingrat mais indispensable reste à réaliser si l’on veut véritablement évaluer ce que représentait la cité grecque (ou de modèle grec) en Asie Mineure à l’aube de l’époque hellénistique.

Notes

1 Paus. 6.3.14-16.

2 Ταῦτα μέν έστιν ἔχοντα οὕτοω τον ἀεί χρόνον καὶ Ἴωσιν ώσαύτως οἱ πάντες ἄνθρωποι θεραπεύουσι τἀ ὑπερέχοντα τῇ ἰσχύι.

3 IG, XII.2, 4 restitué et traduit par Hodot 1965 n° 4 d’où Labarre 1996, n° 92.

4 La découverte d’un acqueduc daté sur des critères archéologiques de la première moitié du ive s. confirme cette réalisation (cf. AR, 1971-72, 19).

5 Heisserer 1988, 111-132 ; Labarre 1996, 209 sq., critique ses conclusions architecturales.

6 Cf. par ex. Cnide.

7 McNicoll 1997 ; Pimouguet 1994 ; Debord & Descat 1994, etc.

8 Voir par exemple Demand 1990.

9 E.g. le théâtre d’Érythrées, Mellink 1980, 513.

10 Une liste exhaustive n’a pas sa place ici, relevons à titre d’exemple Athéna à Milet, IVe-IIIe s., Mallwitz 1975, 67 sq. ; Déméter et Koré à Iasos, fin ve s. modifié au ive (AS 20, 1970, 14-16 : AR 1970-71,47) ; Létôon de Xanthos avec divers aménagements de la fin du ve et du ive s. ; Metzger et al. 1979, 17-22. Bien entendu on n’oubliera pas la reconstruction amorcée de l’Artémision d’Éphèse après la destruction par incendie de 356, Str. 14.1.22 ; autel du ive s. et les questions autour de la date du temple d’Athéna à Priène (supra p. 444).

11 Debord 1984.

12 Cook 1961, 9 sq.

13 E.g, Moysey 1975, 14-15.

14 Mildenberg 1998, 277 sq. attribue à Artaxerxès III Ochos un rôle déterminant dans ce qu’il considère comme l’apogée de l’Empire. Il y a sans doute des causes structurelles à cette apparente prospérité.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540