Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Deuxième partie. Conflits et enjeux de pouvoir (412-423 a.C.)

Chapitre XI. L’Asie Mineure à l’époque de l’expédition d’Alexandre

Texte intégral

  • 1 Baumbach 1911 ; Julien 1914 ; Berve 1926 ; Ehrenberg 1938 ; Wilcken 1933, 90-106 ; Bickerman 1934, (...)

1L’anabase d’Alexandre1 a suscité dès l’Antiquité un considérable attrait pour les auteurs et, même si bon nombre de ces relations ont aujourd’hui disparu, les récits que nous ont transmis Arrien, Diodore et subsidiairement Plutarque ou Quinte Curce fournissent pour l’Asie Mineure une information bien plus développée que pour la période précédente. Avant d’en entreprendre l’analyse, il convient de bien marquer les limites et surtout le caractère hagiographique qui a été donné à ces récits ou, plus exactement, de noter que les auteurs dont les textes nous sont parvenus écrivent à un moment où non seulement l’issue de la campagne est bien connue, mais aussi ses conséquences à plus long terme, c’est-à-dire la genèse du monde hellénistique. Pour analyser raisonnablement cette première partie de l’anabase il est donc nécessaire de faire abstraction de tout cela, ce qui n’est pas chose simple. De plus, à quelques exceptions près que nous aurons l’occasion de souligner, l’intérêt se porte tout naturellement sur les res gestae du Macédonien et ses adversaires (ou partenaires) locaux ne sont guère considérés que comme des faire-valoir ou, au mieux, à travers leurs traits “exotiques”. Or, au moment où il traverse l’Hellespont, Alexandre est certes le vainqueur de la vieille Grèce par le maniement alternatif de la séduction et du coup de force, mais le jugement que l’on pouvait porter à Suse ou même de l’autre côté de l’Égée sur les cités grecques européennes ne devait guère être favorable. De plus, et quoi qu’on ait pu en écrire, nous avons vu que la campagne de Parménion n’était rien moins qu’un échec et les cités grecques asiatiques ne pouvaient pas le ressentir d’une autre manière. Cela explique que l’accueil qui lui est réservé ait été dans un premier temps assez mitigé. Notre objectif dans ce chapitre reste évidemment constant : tenter d’apprécier quelles sont les réactions locales à cette intrusion (autorités perses, cités grecques, villes et communautés rurales) et quel impact à court terme a pu avoir cet événement.

1. Alexandre en Asie Mineure Occidentale

  • 2 Arrien, An., 1.11.6.
  • 3 Ibid. 7 ; Plut., Alex., 15.
  • 4 Diod. 17.17.6.
  • 5 Str. 13.1.26.
  • 6 Supra p. 299.
  • 7 Ἀρχαίας ἤδη κεκακωμένας ; pour ces synœcismes (Ilion, Alexandrie de Troade), cf. Cook 1973, 364.
  • 8 Ἰερόν... μικρὸν καὶ εὐτελές.
  • 9 Cf. la note de Jones, coll. Loeb p. 52-53. Le texte de Strabon tel qu’il est conservé fait problèm (...)
  • 10 Blegen et al. 1950-1958.
  • 11 Cf. aussi Cook 1973,98.
  • 12 Cook 1973, 100.
  • 13 IG, I3, 71 (ATL, A 9), III 132 (425/4) : TT Ἴ[λιον.
  • 14 Arrien, An., 1.12.1.

2Le passage de l’Hellespont se fait de Sestos vers Abydos2 ; de là, Alexandre se rend à Ilion où il sacrifie à Athéna3. On juge alors que le fait d’avoir trouvé à terre la statue du satrape Ariobarzane est un présage favorable4. Se distinguant en cela de Diodore, Arrien et Plutarque, Strabon5 situe explicitement ce pèlerinage après la victoire du Granique. Il indique qu’Ilion avait été réduite au rang de simple kômè. Faut-il penser que cela implique une péjoration de son statut juridique ou que les événements consécutifs à la révolte d’Ariobarzane avaient entraîné un pillage du site6 et donc la fuite d’une bonne partie des habitants ? Ce trait est semble-t-il valable pour tout une partie de la Troade puisque Strabon attribue à Lysimaque, dans son projet de renouveau d’Ilion, l’idée d’incorporer dans son territoire des cités voisines “vieilles et ravagées”7. Toujours selon Strabon, elle possédait un temple d’Athéna “petit et simple”8. Alexandre ordonne de lui rendre le titre de cité, consacre des offrandes dans le sanctuaire, commande d’orner la ville de constructions et enfin la proclame libre et exempte du tribut. Ultérieurement, après sa victoire sur les Perses, il promet d’en faire une grande cité, de lui construire un grand temple et de la doter d’un concours sacré. Ces promesses seront partiellement tenues par Antigone plutôt que par Lysimaque9. Ces données paraissent confirmées par les fouilles menées sur le site depuis Schliemann : K. Blegen10, reprenant la numérotation des strates proposées par ses devanciers, considère que Troie VIII correspond aux époques archaïque et classique. Les observations conduiraient à penser que la cité a été relativement prospère aux viie-vie s. et aurait décliné aux ve-ive s.11 avant de connaître un renouveau à la fin du ive s. (début du niveau Troie IX). Pour J. M. Cook12, l’estimation de la population proposée par Schliemann (de quarante à cent mille habitants) est beaucoup trop forte. Il a sans aucun doute raison pour les périodes antérieures à la création de la colonie romaine. Notons cependant que son élément de référence est le recensement turc de 1940 (deux mille habitants pour ce qui pourrait être le territoire d’Ilion avant le synœcisme) et qu’on peut douter de la totale pertinence de ce rapprochement dans la mesure où la population de ce secteur à l’époque était sans doute moins agglomérée que dans l’Antiquité. J. M. Cook allègue aussi pour mesurer l’importance des cités de la région le montant du phoros réclamé par les Athéniens en 425 (deux talents pour Ilion, trois pour Larisa et quatre pour Hamaxitos) mais ces valeurs ne sont pas assurées13. En arrivant à Ilion, nous l’avons vu un simple village, Alexandre est accueilli par diverses personnes, en particulier Charès qui est alors maître de Sigeion depuis 335. Arrien14 signale qu’il est accompagné de Grecs et ἐπιχώριοι, d’autochtones. Cette remarque est particulièrement intéressante dans la mesure où elle prolonge des thèmes déjà rencontrés au tout début du ive s. dans la région à propos des origines de Zènis et de Mania. L’acculturation est quasi complète mais la perception de la nature des populations ne varie guère (cf. plus loin pour Sardes).

Carte 14 : Alexandre en Asie Mineure occidentale.

  • 15 Diod. 17.18.2-4.
  • 16 Diod. 17.19.4.
  • 17 Supra p. 114 ; pour Arsitès, supra p. 104.
  • 18 Supra p. 153 et n. 299 ; pour Arrien, An., 1.12.8, il est satrape d’Ionie et de Lydie ; selon Diod (...)
  • 19 A l’évidence ces cavaliers viennent de la plaine hyrcanienne, supra p. 194.
  • 20 Quinte Curce 3.4.3 ; Arrien, An., 2.4.5. Cf. supra p. 185 : est-il déjà aposté en Cilicie ?
  • 21 Cf. Hdt. 3.90 : “Les Ciliciens fournissaient trois cent soixante chevaux blancs... et cinq cents t (...)
  • 22 “Feudataires” de ses domaines plutôt que mercenaires. Faire de Memnon un “mercenaire grec” est sin (...)

3Sans transition, Diodore15 nous fait assister au conseil de guerre tenu par les chefs de l’armée perse. Il fait la part belle à Memnon qui propose une tactique audacieuse consistant à pratiquer la politique de la terre brûlée en évitant le choc frontal avec Alexandre en rase campagne, et ensuite à porter la guerre en Grèce grâce à la concentration des forces navales et terrestres. Malgré cet avis, les généraux perses imposent le choix de l’affrontement en défendant le passage du Granique. La description de l’armée perse mais aussi le récit du déroulement de la bataille permettent de nommer les principaux chefs. Il y a là tous les satrapes de l’Asie Mineure côtière16, Arsitès de Phrygie hellespontique avec ses cavaliers paphlagoniens17, Spithrobatès18 d’Ionie et Lydie avec sa cavalerie hyrcanienne19 accompagné de son frère Rhoisakès, Arsaménès (ou Arsamès ?)20 de Cilicie qui dispose de sa propre cavalerie (rappelons que parmi le tribut levé traditionnellement en Cilicie figuraient des chevaux)21 et Memnon à la tête de sa cavalerie, ne se distinguant en rien à cet égard de ses homologues perses22.

  • 23 Arrien, An.. 1.12.6-7.
  • 24 Cf. aussi Str. 13.1.20 et la mention dans l’Iliade 2.835 ; Leaf 1923a, 108 sq.
  • 25 Str., ibid. Comme le note cet auteur, il s’agit là de bourgades sans importance, qu’il ne saurait (...)
  • 26 Sur le site de Priapos, Leaf 1923a, 73 et surtout Olshausen 1974, s.v.
  • 27 Présentation du site, Robert 1980, 89-98.
  • 28 Badian, 1966, 43 sq.
  • 29 Paus. 6.18.2-4.
  • 30 Ils ne sont pas en “révolte” comme le pense Badian, n. 32. Le texte n’est pas aussi précis : Λαμψα (...)

4Le tracé de la route qui mène Alexandre d’Ilion au Granique est décrit par Arrien23 : à Arisbè24, il rejoint le gros de ses forces, passe par Percotè25 mais évite Lampsaque, puis par Hermotos en contournant Kolonai. Par conséquent il passe au sud du Dede Dag, au long d’un affluent de rive gauche du Çan Çay (le Granique). La cité de Priapos26 se rend à l’arrivée des éclaireurs de l’armée, elle est prise en charge par un détachement conduit par un de ses ressortissants. Une grande partie des éclaireurs est originaire d’Apollonia (il s’agit très certainement d’Apollonia du Rhyndakos)27. Cette première partie du périple invite déjà à quelques observations générales. Par souci tactique, le Macédonien évite les cités les plus importantes, sans doute parce qu’un long siège aurait compromis ses chances de succès rapide (et donc de succès tout court) mais aussi, comme le note E. Badian28, parce qu’il est loin d’être assuré de l’appui des cités à un moment où la fortune des armes n’a pas encore choisi son camp. A cet égard, l’anecdote rapportée par Pausanias29 paraît tout à fait éclairante : les habitants de Lampsaque ont “persisé” ou sont suspects de l’avoir fait30. Après le succès d’Alexandre, ils craignent pour eux-mêmes, leurs familles et leur patrie. Ils décident d’envoyer Anaximène en ambassade auprès du roi. Celui-ci, averti, jure qu’il fera le contraire de ce que lui demandera le philosophe et ce dernier tourne habilement l’obstacle en demandant le pire traitement pour la ville et ses habitants. Alexandre, sous peine de se parjurer, pardonne à la cité. Cet épisode ne peut guère se placer, comme le note E. Badian, qu’après la bataille du Granique, mais il est impossible d’être plus précis. L’emploi de contingents d’éclaireurs autochtones indique clairement en revanche qu’Alexandre s’était assuré le concours de factions locales (par intérêt ou par conviction) qui lui évitent de tomber dans d’éventuels traquenards.

  • 31 Arrien, An., 1.13-16 ; Diod. 17.19-21, 6 ; Plut., Alex., 16. Sur ces divergences en particulier po (...)
  • 32 Sur le titre de ce personnage, supra p. 109.
  • 33 Cf. Mc Coy 1989, 425 sq. qui pose aussi la question (428 sq.) des rapports entre Memnon et Arsitès (...)

5Dans la perspective que nous nous sommes assignés, nous ne discuterons pas des péripéties de la bataille du Granique, dont Diodore et Arrien fournissent des versions assez divergentes31. Figurent parmi les morts le satrape de Sardes Spithridatès, son frère Rhoisakès et Mithrobouzanès hyparque (satrape ?) de Cappadoce32. La défaite fit indirectement une autre victime de marque : Arrien indique qu’Arsitès, revenu en Phrygie (probablement à Daskyleion), se suicida, façon aristocratique d’assumer la tactique qui avait mené au désastre contre l’avis de Memnon. On sait que ce dernier prônait la politique de la terre brûlée pour contrarier l’avance d’Alexandre mais qu’il ne fut pas suivi par les commandants perses. On attribue souvent à Arsitès un rôle décisif dans cette affaire. Raisons matérielles tout d’abord, la première région touchée par ces destructions préventives était sa propre satrapie. Rivalités de personnes ensuite si l’on veut bien se rappeler que la famille de Memnon est depuis longtemps impliquée en Phrygie hellespontique et liée familialement à Artabaze33.

  • 34 Leaf 1923a, 66 ; Hasluck 1910, 101 ; une inscription datée généralement de l’époque de la conquête (...)
  • 35 Comme le note Heckel 1997, 195, le fait qu’aient participé à ce conseil tous les satrapes d’Anatol (...)
  • 36 Comme noté plus haut, elle paie le phoros à Athènes et elle est probablement de nouveau dans l’obé (...)
  • 37 Arrien, An., 1.17.1-2.

6La cité de Zéleia34 qui avait servi de quartier général aux Perses35 n’est pas particulièrement sanctionnée, ce qui doit signifier comme le pense E. Badian qu’elle est soumise au traitement commun réservé aux habitants de la satrapie de Daskyleion, auxquels Alexandre enjoint de rentrer chez eux et d’acquitter le même phoros que sous Darius. Il convient d’observer que cette dernière est une cité grecque, en tout cas perçue comme telle au moins dès le ve s.36. La capitale satrapique de Daskyleion est prise sans coup férir par Parménion, elle avait été évacuée par sa garnison. Kalas est nommé satrape de Phrygie37. Il est précisé que les habitants de Daskyleion paieront un tribut égal à celui qu’ils versaient au Roi perse.

  • 38 Briant 1993, 13-27.
  • 39 Mithrinès pour Diodore. Sur le personnage et cette distinction entre les fonctions, cf. supra p. 4 (...)
  • 40 Arrien, An., 1.17.3 ; Diod. 17.21.7 ; les citadelles sont nous l’avons noté plus haut le point de (...)
  • 41 Badian 1966, 44-45.
  • 42 Gauthier 1989, 150-170. Cf. en un sens proche de celui exposé ici Briant 1993, 19-23.
  • 43 Seyrig 1963, 35-38.
  • 44 Cf. Briant 1995b relève l’existence de tribus à Sardes (Hdt. 4.45) : Ἀσιὰς φυλή
  • 45 Sur la date de cette inscription, cf. Debord 1982, 244 sq. Dans le même sens que nous Briant 1982, (...)
  • 46 Thompson 1983.
  • 47 Arrien, An., 1.17.5-6. Cf. Debord 1982, 268 ; Herrmann 1989, 131 ; Briant 1993, 23. On ne sait ce (...)
  • 48 Tacite, Annales, 3.60-63. Sur ce texte en général Debord 1982, 278-284 ; sur le cas de Sardes Herr (...)
  • 49 Delphinion, 135 ; Syll. 3, 273 ; cf. Gauthier 1972, 242, n. 95.
  • 50 Gauthier 1989, 160 sq.
  • 51 IK, 1l.l-Ephesos, 2 ; cf. Robert & Robert, Bull. ép.. 1965, 342 ; Robert 1967, 32-36 ; Masson 1987 (...)
  • 52 Debord 1982, 246.
  • 53 Supra p. 179.

7Alexandre marche alors sur Sardes38. Tous les auteurs concordent pour nous rapporter que le commandant de la citadelle, Mithrénès39, se porte au-devant du conquérant pour lui livrer la ville, les acropoles et les trésors qui y sont conservés40. Mithrénès est accompagné par les notables de Sardes. Le Macédonien concède la liberté aux Sardiens et à tous les autres Lydiens et leur permet de suivre les lois anciennes des Lydiens. Comme l’indique E. Badian41, rien ne dit que les Perses avaient abrogé ces lois (on peut même ajouter que tout ce que l’on sait de leur mode de gestion inciterait à penser le contraire). Cette “libération” n’exclut très probablement pas le phoros, en tout cas la garnison est explicitement maintenue. Le texte d’Arrien montre donc clairement qu’Alexandre n’a pas modifié la situation de la ville de Sardes. Que conclure alors à propos du statut juridique de cette dernière sous le règne d’Alexandre et de ses successeurs immédiats ? Ph. Gauthier argumente pour placer la naissance de la cité “grecque” de Sardes vers 22642. Il est vrai qu’une première période d’autonomie a dû débuter à ce moment, matérialisée pour nous par un monnayage avec la légende ΣΑΡΔΙΑΝΩΝ43. Faut-il en déduire pour autant qu’il n’y a pas de cité auparavant ? Il semble qu’il y ait là confusion entre deux notions qui ne sont pas sur le même plan. Nous avons vu plus haut qu’Alexandre conserve les institutions lydiennes et ce que l’on sait des rapports anciens entre Sardes et les cités ioniennes invite à penser que le développement institutionnel s’était fait de façon parallèle44 et par conséquent que le système politique en vigueur pouvait permettre de passer assez rapidement au modèle civique. Les noms, l’écriture et la langue lydienne perdurent assez longtemps à Sardes, mais dans le domaine privé. Les documents à caractère officiel font défaut, sauf si l’on accepte de replacer à la fin du ive s. (vraisemblablement peu avant 306) l’inscription Sardis, 7.1, 145. Ce document est en grec, même s’il ne nous en est parvenu qu’une copie, et la gestion des biens sacrés par des neopoiai montre que F hellénisation des institutions est largement engagée. Comment d’ailleurs pourrait-il en être autrement dans la mesure où Sardes reste une capitale satrapique de premier plan, avec par conséquent un échelon administratif gréco-macédonien important ? Elle a donc été traitée très tôt à l’instar d’une cité. Il n’est nullement nécessaire d’imaginer une étape intermédiaire de “fondation” : son nom n’a pas changé, sans doute a-t-on estimé qu’il était assez célèbre et glorieux pour ne pas la transformer en une banale Antioche ou Séleucie. Les limites à son autonomie tiennent d’abord à sa fonction de capitale et non à son “passé indigène”. Rappelons à ce propos que l’atelier de Sardes est sans doute le premier en Asie à battre monnaie au nom d’Alexandre46. Dans le domaine religieux Alexandre a manifesté à l’égard de Sardes une mansuétude au moins égale à celle pour les cités grecques. Il a le projet de construire un temple de Zeus Olympien, laisse des ordres en conséquence47 et accorde (ou confirme ?) le droit d’asile du sanctuaire d’Artémis48. Cela ne signifie pas pour autant que les relations avec les “vraies” cités du voisinage aient été totalement dépourvues d’ambiguïté : retenons à cet égard deux textes relatifs aux rapports de Sardes avec Milet et Éphèse. Le premier est un accord d’asylie conclu entre Milésiens et Sardiens, sans doute de peu postérieur à 33449. Ph. Gauthier50 insiste à bon droit sur la disparité des systèmes qu’il laisse entrevoir : d’un côté (Milet), ce sont des magistrats qui sont responsables, alors que de l’autre (Sardes), il s’agit de personnes désignées nominativement. Le second montre que ces rapports sont parfois difficiles : une inscription éphésienne51 donne la liste de quarante-six Sardiens condamnés à mort pour avoir massacré des théores éphésiens d’Artémis. Il ne doit pas s’agir d’une banale affaire de brigandage puisque l’un des condamnés paraît être le fils d’un des ambassadeurs de Sardes dans l’inscription milésienne. L’onomastique, en étant tout aussi majoritairement “indigène”, présente bien des traits communs avec l’inscription de Mnésimachos précitée52. Mais cela ne doit pas être considéré de façon trop manichéenne comme preuve que la cité n’existe pas. A titre de comparaison on évoquera la liste des poleis cariennes qui figurent dans deux inscriptions de Sekköy, datées du gouvernement de Mausole53. Leurs représentants ont des noms presque exclusivement cariens et pourtant leur statut de cité est reconnu par les successeurs immédiats d’Alexandre (et on peut étendre ce raisonnement au moins à la Lycie). En bref, les Milésiens et les Éphésiens ne considèrent probablement pas vers 330 les Sardiens comme constituant une cité similaire à la leur, mais la nouvelle conjoncture politique les amène à entretenir des contacts et même à conclure des conventions d’asylie, ce qui de facto les place sur un pied d’égalité. Un quart de siècle plus tard, Sardes fait gérer son principal sanctuaire, incontestablement très ancien avec toute l’organisation traditionnelle que cela suppose, par un collège de néopes dont la tonalité grecque et civique est indubitable et compte tenu de ce qui vient d’être dit plus haut il me paraît fort probable que dès le début de l’époque classique au moins les Sardiens se considéraient comme appartenant à une polis.

  • 54 Arrien, An., 1.17.7-8.
  • 55 Supra p. 168.

8Tout comme à Daskyleion, le conquérant procède à un remplacement du personnel de la satrapie mais sans toucher à l’organisation mise en place (ou conservée ?) par les Perses54 : Asandros, fils de Philotas est placé à la tête de la Lydie et du reste de Varchè de Spithridatès ; Nikias est chargé de l’établissement et de la perception des impôts55 ; enfin Pausanias commande la garnison de l’akra.

  • 56 Arrien, An., 1.17.8.
  • 57 Polyen 4.3.15.
  • 58 Rappelons que “symétriquement” s’est ouvert chez les Perses un débat pour savoir si l’on doit sacr (...)
  • 59 Mais à partir de quel moment ? Rappelons qu’il joue un rôle secondaire jusqu’au désastre du Graniq (...)

9C’est de Sardes qu’Alexandre ordonne à Kalas de prendre possession de la chôra de Memnon56. Polyen57 lui attribue un stratagème destiné à “déstabiliser” le Rhodien : après avoir débarqué en Asie, Alexandre aurait ordonné de ne pas toucher aux propriétés de Memnon afin de semer la suspicion dans le camp adverse58. Partant de l’idée qu’il est désormais l’adversaire le plus efficace59, la motivation de cette mesure ne fait pas problème. En revanche, la juxtaposition des sources invite à s’interroger sur la localisation de cette chôra si l’on admet qu’elle constitue un ensemble homogène. Sur ce point nombre de propositions divergentes ont été présentées.

  • Écartons d’emblée le point de vue de Chr. Tuplin60 qui situe ces domaines dans la vallée de l’Aisèpos, d’abord parce que cela supposerait le retour loin en arrière vers le Nord d’un détachement non négligeable (le fait que Kalas ait été nommé satrape de la région n’est pas en soi un argument) mais surtout parce que cette hypothèse repose sur une confusion : Strabon61 signale l’existence d’un tombeau de Memnon et d’une “Kômè de Memnon”, mais il s’agit, précise-t-il, du fils de Tithonos, c’est-à-dire du héros de la guerre de Troie et non du Rhodien62.
  • S. Hornblower63 réexamine les différentes attributions et retient comme solution la plus probable la chôra de Ténédos mais il ne fournit pas une véritable démonstration. Son principal argument est la mise en demeure faite aux Ténédiens par les successeurs de Memnon à la tête de la flotte perse de retourner à la Paix du Roi (Artaxerxès et non Darius comme l’indique par erreur Arrien64 ou parce que le texte a été corrompu)65. La pérée de Ténédos n’a sans aucun doute rien à voir dans cette affaire66. On sait que l’île était restée fidèle aux Athéniens jusqu’en 338 mais qu’elle avait changé de camp à ce moment67. Il n’est pas exclu qu’Alexandre ait cherché à favoriser Ténédos, y compris par des restitutions territoriales mais le lien avec l’opération précitée est pure conjecture. De plus les mêmes objections que dans le cas précédent s’imposent pour une localisation aussi septentrionale.
  • Autre candidat, les anciennes possessions de Mentor et Memnon en Troade (Skepsis, Kébren, etc.)68. Tel est le point de vue de K. J. Beloch69. Il faudrait alors supposer que les deux frères avaient reçu ces domaines en don du satrape Artabaze en 362 ; qu’ils leur auraient évidemment échappé au moment de la révolte et de l’exil, enfin que Memnon (ou Mentor ?) les aurait obtenu à nouveau du roi. S. Hornblower relève la distinction juridique qu’il convient d’établir entre les deux situations.
  • Il paraît préférable avec A. Baumbach70 de penser que Memnon a hérité du domaine conquis par Mentor et qui pourrait être constitué par les chôrai de Chios et de Mytilène71 et/ou de la principauté d’Hermias (les deux entités se recoupant au moins partiellement)72. Rien ne prouve par ailleurs que les propriétés de Memnon aient constitué un ensemble géographiquement homogène.
  • 73 Supra p. 247 (la route inverse d’Agésilas).
  • 74 Paus. 7.5.1-4.
  • 75 Arrien, An., 1.17.10.
  • 76 Cf. les éléments du dossier réunis par Cadoux 1938, 94-97. Doutant de l’authenticité, Gallet de Sa (...)
  • 77 Cf. infra p. 436.

10De Sardes, Alexandre fait route vers Éphèse. L’itinéraire le plus court emprunte la passe de Karabel73, mais il est possible qu’il ait choisi de passer à proximité du golfe de Smyrne, si du moins on accepte comme véridique la tradition selon laquelle il serait à l’origine du déplacement de Smyrne de Bayrakh vers son site hellénistique74. Le silence d’Arrien ne constitue pas un obstacle majeur : sauf pour les Smyrniotes eux-mêmes il s’agit là d’un événement secondaire. Selon Arrien75, le roi arrive à Éphèse le quatrième jour après son départ de Sardes. Cela paraît lui laisser le temps pour l’intermède cynégétique décrit par Pausanias, mais on ne saurait être pour autant assuré de l’historicité du fait76 dans la mesure où les Smyrniotes avaient tout intérêt a posteriori à placer ce transfert sous les meilleurs auspices, Alexandre devenant leur ktistès comme il avait été celui d’Alexandrie et de bien d’autres cités. En tout cas à défaut d’une “libération” par Alexandre lui-même Smyrne se trouvait sur la route qui menait Alkimachos d’Éphèse vers l’Éolide77.

  • 78 Supra p. 425.
  • 79 Il est assez probable que le personnage en question est celui qui est mentionné sous le nom de Hér (...)
  • 80 Polyen 6.49, rapporte comment, quelques années plus tard, trois frères assassinent un tyran d’Ephè (...)
  • 81 Arrien, An., 1.17.9-13.
  • 82 Str. 14.1.22.
  • 83 Cf. Debord 1982, 226 et notes.
  • 84 Str. 14.1.23.
  • 85 Arrien, An., 1.18.2 ; cf. Debord 1982, 268.
  • 86 Pline. HN, 35.92.
  • 87 Arrien, An., 1.18.1. Nous avons noté à l’époque de Thibron (supra p. 236) le déplacement de la vil (...)
  • 88 L’évolution de Tralles n’a pas dû être très différente de celle de Magnésie. Elle reçoit une garni (...)
  • 89 Arrien, An., 1.18.1-2.

11L’étape suivante pour l’armée d’Alexandre est donc Éphèse. Après l’échec de Parménion, Memnon avait installé dans la cité qui échappait depuis longtemps au contrôle perse une garnison commandée par le Macédonien Amyntas78. Le réalisme l’emporte sur la témérité : la garnison mercenaire s’enfuit en s’emparant de deux trières éphésiennes. Alexandre ramène avec lui un certain nombre de ceux qui avaient été exilés pour avoir pris son parti. Il met à bas l’oligarchie pour la remplacer par un gouvernement démocratique. La faction des démocrates entend bien se venger de ses adversaires : la mort est demandée pour ceux qui ont appelé Memnon, jeté à bas la statue de Philippe et profané la tombe d’Héropythès sur l’agora79. Le roi arrête rapidement cette “épuration” et en cela il se gagne, nous dit Arrien, la sympathie de beaucoup de Grecs80. Il enjoint aux Éphésiens de payer à Artémis les phoroi autrefois dus aux Perses81. Strabon82 rapporte que la cité était alors en train de reconstruire le temple de cette déesse, incendié en 356 par Hérostrate. D’après Timée, cette opération était menée à bien grâce aux dépôts effectués par les Perses83, mais Artémidore, suivi par Strabon, s’inscrit en faux contre une telle allégation. Alexandre propose aux Éphésiens de prendre à sa charge les frais passés et futurs de la reconstruction à la seule condition probablement que cela soit inscrit sur le temple (comme ce fut ensuite le cas à Priène). Les Éphésiens refusent par une sorte de pirouette : il ne sied pas à un dieu de consacrer des offrandes aux dieux. E. Badian en conclut que les relations d’Éphèse et d’Alexandre étaient moins confiantes que celles entretenues par la cité avec son père. Remarquons cependant qu’il porte à un stade les limites de l’asile84 et qu’il organise là des sacrifices à Artémis et une magnifique procession à laquelle participe l’ensemble de son armée, ce qui était bien propre à éveiller l’admiration mais aussi la crainte des populations de l’Asie85. Pline86 signale que les Éphésiens firent placer dans le temple d’Artémis une peinture d’Apelle représentant Alexandre brandissant le foudre. Manifestement ce dernier a franchi là une étape : il peut désormais se poser en arbitre indiscuté à l’intérieur des cités aussi bien que dans les rapports entre communautés comme la situation interne d’Éphèse en apporte la preuve. Magnésie87 et Tralles88 dépêchent des ambassades pour faire acte d’allégeance et Alexandre répond favorablement en confiant une mission à Parménion. Dans le même temps, il envoie un autre détachement sous Alkimachos en direction de l’Ionie et de l’Éolide (y compris les îles) pour “délivrer” les cités encore sujettes des Perses89. Selon E. Badian, il faut interpréter cela comme une Realpolitik et non pas une conviction personnelle, et de fait l’évolution se fait sentir très vite (cf. Éphèse), en tout cas dès qu’il est clair que l’Asie Mineure occidentale est conquise.

  • 90 Bickermann 1934, 346-374 ; Badian 1966, 46-53 ; Bosworth 1988, 45-46 ; 251-253.
  • 91 Meritt 1935, 358 sq. : n 1,1. 6-7 : ἐπειδὴ παρέδωκεν αὐτῶι Ἀλέξανδρος ὁ βασιλεὺς τὴν ἐλευθερίαν κα (...)
  • 92 Robert 1936b, 158 sq. ; quasi unanimement suivi par la suite.
  • 93 IK -Erythrai, 31 (OGIS, 223 ; Welles, RC, 15), 1. 22-23 : ἐπί τε Ἀλεξάνδρου καὶ Ἀντιγόνου αὐτό[ν]ο (...)
  • 94 Syll. 3, 284 ; IK, 2-Erythrai, 503.
  • 95 Heisserer 1979, 281-293 (deux photos) ; Gauthier 1982, 215-221 ; 1985, 32. Cette inscription a été (...)
  • 96 275-200 selon Heisserer ; milieu du iiie s. pour Gauthier. Heisserer 1979, 293, conclut en indiqua (...)
  • 97 Cf. Heisserer 1979, 286, n. 17 (informations fournies par Ph. Kinns). On consultera de ce dernier, (...)
  • 98 Pline. HN, 5.117 ; Str. 1.3.17.
  • 99 Pline, HN, 5.116.
  • 100 Gallet de Santerre 1947-1948, 301-304 à partir de Pline, HN, 35.14.

12De fait Arrien indique qu’ordre est donné de remplacer les oligarchies par des démocraties, de libérer les cités des taxes payées aux Perses. Il semble bien que pour la région concernée cette consigne ait été appliquée à la lettre, c’est du moins l’image que les cités ont voulu conserver90. Ainsi à Colophon où un décret de la cité, par ailleurs assez mutilé, comporte cette phrase parmi les considérants : “attendu que le roi Alexandre et Antigone lui ont donné (au peuple de Colophon) la liberté”91. La date – donc l’interprétation – du document ont été discutées. L’éditeur B. D. Meritt pensait à une date contemporaine du passage d’Alexandre, alors que L. Robert92 proposait une date comprise entre 311 et 306. Même ambiance dans une inscription d’Érythrées93, lettre d’Antiochos II à la cité qui concède liberté et exemption puisque “sous Alexandre et Antigone la cité était autonome et exempte du tribut”. Il n’est en revanche nullement assuré qu’il convienne de situer à ce moment deux décrets, que l’on a parfois allégués, pour illustrer les turbulences engendrées dans les cités par les deux interventions macédoniennes94. L’origine de la stèle qui supporte ces textes est discutée ; elle a été trouvée à Chios, mais on sait que nombre de pierres ont été transportées dans l’île depuis Érythrées. C’est cette provenance que retient A. J. Heisserer95, auteur d’un réexamen attentif de l’inscription. Il y est question de restituer son épée à la statue du tyrannoctone Philitès, épée que les oligarques en accédant au pouvoir avaient subrepticement enlevée faute, peut-être, d’avoir osé abattre la statue elle-même, mais la privant par ce geste de sa signification originelle (Ph. Gauthier). La forme des lettres interdit un rapprochement direct avec l’époque d’Alexandre96, mais il convient de noter que le scénario retenu, à savoir : mort d’un tyran, suivi d’une probable démocratie, installation d’une oligarchie, puis retour à la démocratie, suppose un laps de temps relativement long, sans que l’on puisse établir la chronologie absolue de cette séquence. Rien ne permet en effet d’affirmer que Philitès est la même personne que celle qui apparaît comme magistrat monétaire dans la période 350-34097. Il est donc impossible, en l’état de notre documentation, de relier ces événements internes à Érythrées à la “grande histoire”. Il faut noter enfin qu’Alexandre s’est intéressé à la région concernée puisque selon Pline il fait construire une digue à Clazomènes98 pour relier l’île au continent et, inversement, il projetait, toujours selon Pline99 de percer par un canal l’isthme d’Érythrées. On ne saurait déterminer à quel moment du règne se placent ces travaux ou projets. En revanche ce ne peut être qu’au moment de sa campagne qu’Alkimachos dédia dans le temple d’Apollon à Kymè un grand candélabre de bronze provenant du sac de Thèbes100.

Carte 15 : L’Ionie.

  • 101 I. Priene, 1. Cette inscription a été bien souvent reproduite (e.g. OGIS, 1). Plusieurs études lui (...)
  • 102 Telle est la solution retenue depuis Welles 1938, 258 et n. 3.
  • 103 Sherwin-White 1985, 72-74 ; selon elle il s’agirait d’un extrait d’une lettre, ce qui paraît mal c (...)
  • 104 Sherwin-White 1985, 71, fig. 1.
  • 105 I. Priene. 14-16.
  • 106 Faraguna 1995, 69-70.
  • 107 Infra p. 473.
  • 108 Heisserer 1980, 152 et 156, aux 1. 9-10 du texte : Μυρση[λείωγ κ]αὶ Πε[διέωγ...] χώραγ. La zone du(...)
  • 109 Cela suppose a contrario que les Priéniens étaient exemptés pour la partie de la chôra dont la pos (...)
  • 110 Cf. déjà dès la p. 81 in fine, elle ne parle plus que du statut fiscal des Priéniens ; cf. encore (...)
  • 111 Telle est la restitution que propose Heisserer 1980, 155. Mais en raison de ce qui est conservé de (...)
  • 112 En réalité la première si l’on admet avec Sherwin-White 1985, 81 que la ligne 1 : βασιλέως Ἀλ[εξάν (...)
  • 113 Sherwin-White 1985, 83, n. 113.
  • 114 I. Priene, 37 ; supra p. 268.
  • 115 1. 146 : Ἀλεξάνδρου διαβάντος εἰς τὴν Ἀσίαν.
  • 116 Supra p. 390.
  • 117 Chavane & Yon 1978, 140, donnent une traduction de ce texte.
  • 118 Cf. aussi I. Priene, 3 qui garantit les droits des Pedieis dans le décret pour le Mégabyze.
  • 119 Supra p. 46.
  • 120 Pline, HN, 5.113 ; cf. carte 15.
  • 121 I. Priene, 4 etc.
  • 122 Badian 1966,48-49.
  • 123 Charneux 1966, 177-183 (= SEG, 22, 1968, 189). Les villes visitées dans le secteur sont Clazomènes (...)
  • 124 La situation des deux villes de Colophon et Notion, telle que décrite par Robert 1936b, 165 sq., c (...)

13Le cas de Priène doit être abordé à ce moment de l’exposé. Les sources littéraires sont muettes à son sujet, mais les inscriptions amènent à réfléchir sur les rapports entre Alexandre et la cité. Le premier document à considérer est l’inscription no 1 du corpus101, diagramma royal relatif aux Priéniens102. Selon S. M. Sherwin-White103, ce document a été gravé sur une ante du temple d’Athéna104, seulement dans les années 280, au moment où Lysimaque domine l’Ionie et en rapport avec le dossier de textes qui se trouve immédiatement au-dessous105 et qui a trait à un conflit entre Priène d’une part, les Pedieis106 et les Magnètes de l’autre. Le diagramma servirait ainsi d’élément de référence dans un conflit à vocation territoriale, probablement de caractère séculaire. Cette hypothèse est très séduisante et éclaire d’un jour un peu différent le contenu du document. Tout le texte selon S. M. Sherwin-White (en réalité sa première partie seulement) est à mettre en relation avec la fiscalité, en distinguant : 1) Les [Priéniens] qui habitent Naulochon, lesquels sont, comme les autres Priéniens autonomes et libres, possèdent la [terre] et les maisons en totalité en ville et dans la chôra. Ceux-là, l’ensemble des Priéniens, Alexandre les exempte de la syntaxis107. 2) Un certain nombre de kômai, constituant au moins deux communautés, Myrsileia et les Pedieis, si l’on suit la très probable restitution de A. J. Heisserer108, villages que le roi réclame comme siens et qui, par conséquent, doivent acquitter le phoros109. Une nuance d’importance tout de même. S. M. Sherwin-White s’est attachée à montrer la cohérence du texte I. Priene, 1, avec le reste de la documentation concernant les Pedieis, mais à certains moments elle semble avoir perdu de vue la construction de la lettre elle-même110. La première clause concerne les Priéniens de Naulochon : “Au sujet de ceux qui résident à Naulochon, autant qu’ils soient [Priéniens], qu’ils soient autonomes et libres, possédant la terre et les maisons – toutes celles qui sont dans la ville et la chôra –, comme les Priéniens eux-mêmes”. Cette formulation serait bien insolite si l’on comprend qu’il s’agit là de mesures concernant les Priéniens en général. Il me semble que l’on doit interpréter les choses ainsi : la libération, l’autonomie, la pleine propriété sont déjà reconnues par Alexandre aux Priéniens, c’est ce que pourrait indiquer la ligne 7 : ὥ[σπερ...111, etc. ; le fait nouveau, que l’on met en valeur par la 1. 2112, c’est que les mêmes droits sont reconnus aux Priéniens de Naulochon. Dans ces conditions, bien que S. M. Sherwin-White ait balayé rapidement cette hypothèse113, il paraît inévitable d’admettre avec D. Van Berchem que la polis de la 1. 6 et la chôra de la 1. 7 ne peuvent être que celles de Naulochon, sinon comment les Priéniens de Naulochon pourraient être dits possesseurs légitimes de la terre et des maisons en totalité (1. 6) s’il s’agissait de Priène. Mon accord avec D. Van Berchem s’arrête là. Je crois en effet qu’il convient de renverser l’ordre des choses qu’il propose. Il s’agit, nous l’avons vu, d’un problème de territoire, de frontières, comme le différend séculaire avec Samos114 dans lequel Alexandre était intervenu dès 334115. Il faut tenir compte du tait que l’inscription figurait sur l’ante du temple ce qui implique que les Priéniens ont été les bénéficiaires de l’opération : il est clair que Naulochon appartient désormais aux Priéniens (ville et chôra), alors que nous avons pu noter que vers le milieu du ive s. la numismatique116 montre que les deux communautés existaient séparément, même si leurs liens étaient restés étroits. La seule autre mention de Naulochon dans l’épigraphie priénienne provient de I. Priene, 196. Cette inscription ne manque pas d’intérêt dans la mesure où cette dédicace117 présente des ionismes qui l’avaient faite dater du milieu du milieu du ive s. par Hiller von Gaertringen. Elle est en place et permet de fixer la chronologie du mur, à condition d’être sûr de celle de l’inscription. Il me semble que cette référence au héros Naulochos conviendrait mieux à l’époque où Priène récupère la bourgade de Naulochon précédemment émancipée et donc à l’époque d’Alexandre. En même temps, Alexandre fait valoir ses droits sur les Myrsileioi et les Pedieis (tout ou partie : on sait en effet que plus tard une partie de ces derniers se trouve dans la chôra de Priène118), et cela parce que le Macédonien se voulait l’héritier des grands domaines perses (royaux ou satrapaux) dont certains se trouvaient assurément dans la région de Magnésie119. On ne connaît pas l’emplacement exact de Naulochon, probable port de l’ancienne Priène (qui en possédait deux d’après le Ps.-Skylax), sans doute assez à l’est sur l’ancien tracé du golfe Latmique puisque Pline120 parle d’un oppidum situé entre Myonte et Priène. Quant aux Pedieis, leur nom même laisse supposer qu’ils habitaient le Pedion, c’est-à-dire la zone alluviale du Méandre entre Priène et Magnésie. Nous avons là tous les ingrédients du conflit réglé presque un demi-siècle plus tard par Lysimaque et cela rend cohérent le dossier dans le sens proposé par S. M. Sherwin-White. Malgré les lacunes, les 1. 1-15 se laissent donc assez bien interpréter. Il n’en va pas de même pour la suite dont le texte est mal conservé mais il devait y avoir là des clauses d’une autre nature que fiscale. Il y est d’abord question d’une phroura, une garnison ; il est raisonnable de penser qu’elle tient la Teloneia Akra dont il est question dans plusieurs décrets ultérieurs121. Si le verbe εἰ]σάγει[ν de la 1. 14 a bien pour objet τὴν φρουρ[ὰ]ν ἐφ... de la ligne précédente, on doit faire le rapprochement avec Chios où une garnison, φυλακή, est installée sur ordre du roi. Il est à noter que les Chiotes obtiennent son rappel en 331/330. Il est aussi question à la fin du texte de justice et de tribunaux, mais les circonstances se dérobent ; on ne sait s’il s’agit de retour des bannis, du jugement des oligarques, ce qui amènerait à proposer pour ce texte une date de peu postérieure à 332. En soulignant une fois encore avec E. Badian122 que le texte conservé suppose un acte antérieur pour les seuls Priéniens résidant à Priène. Reste à interpréter la mention de Naulochon (et l’absence de Priène) dans la liste de théodoroques d’Argos123 datée par son éditeur des environs de 330 par la mention en Épire d’une Cléopâtre, qui a toutes chances d’être la sœur d’Alexandre. Ce document constituait le principal argument de D. Van Berchem en faveur d’une refondation par Alexandre. On sait que Cléopâtre épouse son oncle à l’automne 336. Il est donc tout à fait possible de placer la rédaction du texte argien entre cette date et 332 (ou une date immédiatement postérieure). Avant cette date Naulochon était donc devenue indépendante, profitant de l’affaiblissement de Priène, ce qui ne signifie pas que cette dernière avait disparu, l’absence de Colophon dans la liste montre bien qu’elle ne vise nullement à l’exhaustivité124. Alexandre met fin à une situation mal ressentie par les Priéniens et en profite pour affirmer ses droits sur une partie de la basse vallée du Méandre ; mais les documents gravés au-dessous montrent bien que d’autres conflits impliquant les Pédiens, Priène, Magnésie se sont produits.

  • 125 Cf. Briant 1973, 35 n. 1 ; Billows 1985, 139 ; Heckel 1992, 52 ; Crowther 1996, 198.
  • 126 OGIS, 6, Skepsis ; OGIS, 7, décret de Kymè pour des juges de Magnésie (on rapprochera 1. Priene, 8 (...)
  • 127 Syll.3, 330, deuxième décret de la Confédération des cités de Troade ; lettre à Érésos, Welles, RC,(...)
  • 128 Supra p. 138.
  • 129 Le no 3 pour le Mégabyze comporte une clause qui va dans le même sens : interdiction d’acquérir de (...)
  • 130 Alors que Crowther ne peut mettre en avant que des parallèles géographiquement lointains pour Lysi (...)
  • 131 Robert 1936b, 160, à propos de l’inscription publiée par Meritt 1935, 358 sq., no 1 1. 6-7 : ἐπειδ (...)
  • 132 Je reprends ici le texte établi par Heisserer 1980, 146.
  • 133 Delphinion, 123,1. 2-4 : ἡ πόλις ἐλεύθερα καὶ αὐτόνομος ἐγένετο ὑπὸ Ἀντιγόνου καὶ ἡ δημοκρατία ἀπε (...)
  • 134 Billows 1985.451-453.
  • 135 Arbitrage rhodien du début du iie s.
  • 136 Sherk, RD, 10 A, senatus consulte de 135 a.C.
  • 137 Welles, RC, 7. Sur cette contestation de territoires qui trouve ses racines dans l’histoire archaï (...)
  • 138 Cf. Syll. 3, 330 décrets des ville de Troade pour Malousios de Gargara ; un premier décret est pri (...)

14Qui a été le “libérateur” de Priène ? La quasi-totalité des commentateurs attribuent cet acte à Antigone dans la mesure où ils datent d’août 334 le décret I. Priene, 2 pris en l’honneur d’Antigone, fils de Philippe, Macédonien125. Il convient de noter qu’une telle formulation est sans parallèle exact pour Antigone lui-même aussi bien pour l’époque pleine d’ambiguïté qui va de 311 à 306126 que celle où il a pris le titre de roi127. En revanche, elle trouve des répondants pour les Hékatomnides128. On peut penser qu’elle correspond bien à l’idée que le personnage honoré est d’abord un individu, qui doit son pouvoir à lui-même. Pour lui accorder les honneurs les Priéniens feignent de le considérer comme un simple particulier. Ceux qui lui sont octroyés sont importants mais excluent l’atélie sur la terre. Celle-ci reviendrait en fait, étant donné celui qui en est le récipiendaire, à retrancher une part du territoire civique129. Cette clause me paraît mieux correspondre au dynaste qu’à l’officier de 334. Plus décisif, les considérants : [εὐ]εργέτηι γενομένωι καὶ προθύμωι ἐόντ[ι εἰ]ς τὴμ πόλιν “s’étant conduit en évergète et étant plein d’empressement à l’égard de la cité”. Il pourrait paraître étonnant en effet que le document ne comporte aucune référence à la libération de la ville (on se vante seulement de son autonomie, cf. ci-après) pas plus qu’à Alexandre. Il serait enfin tout à fait paradoxal que nous ayons ce seul document concernant Antigone à l’époque de l’anabase d’Alexandre, alors que les témoignages sont nombreux à proximité immédiate130 après 315. L. Robert131 note : “Il me paraît évident qu’Antigone pas plus qu’aucun officier d’Alexandre, n’avait rien à voir dans la concession de la liberté à Colophon par Alexandre. S’il est nommé, c’est parce qu’il a agi de sa propre autorité ; il a, à son tour, étant maître de Colophon, concédé la liberté à cette ville ; le texte est donc postérieur à 315, où Antigone fit proclamer à Tyr la liberté des cités grecques, sans doute même à la paix de 311, antérieur à 306 où il prit le titre de roi”. Je crois pour ma part qu’il suffirait de remplacer le nom de Colophon par celui de Priène pour expliquer la situation de cette dernière et la position relative de I. Priene, 1 et 2 Comme à Colophon c’est tout à fait intentionnellement qu’aux 1. 4-7 du premier texte : αὐτο[νό]ους εἶναι κα[ὶ ἐλευθ]έρους... ὥ[σπερ οἱ] Πριηνε[ῖς αὑτοί]132 correspond la formule : Πριηνέων αὐτονόμων ἐόντων. Pour ce qui est de la date la plus vraisemblable il convient de rapprocher la situation de Milet à laquelle Antigone rend liberté et démocratie en 313/312133. R. A. Billows134 montre l’intérêt qu’Antigone a porté à Priène ; ce fait est enregistré en liaison avec son arbitrage à propos du territoire disputé entre Priène et Samos. Son rôle a été particulièrement marquant puisqu’il est souligné dans I. Priene, 37, 141-149135 et encore dans I. Priene, 40136 alors que Lysimaque avait manifestement adopté le point de vue des Samiens137. Si l’on s’en tient aux inscriptions, on constate que deux groupes géographiques de cités ont reçu une attention particulière d’Antigone dès avant 306 (ou celles-là en particulier ont tenu à le signaler) en Troade-Éolide mais aussi en Ionie et le “dossier” épigraphique priénien appartient à cet ensemble138.

  • 139 Cf. le point de vue de Gauthier, Bull. ép., 1997, 503, où l’on sent percer quelques réserves. Je r (...)
  • 140 Crowther 1996, 210 émet (pour la rejeter aussitôt) l’hypothèse que les décrets 3, 4 et 7 pourraien (...)

15Comme nous l’avons noté plus haut, C. V. Crowther conserve la date de 334 pour ce document et rabaisse à 296/295 le décret pour le Mégabyze, ce qui établirait un hiatus de presque quarante ans à l’intérieur d’une série qui paraît pourtant présenter une grande homogénéité phraséologique (notée par C. V. Crowther lui-même). Il ne saurait être question de traiter en détail ces questions de toute façon postérieures au règne d’Alexandre. Disons seulement que malgré la méticulosité de la démonstration de C. V. Crowther il me semble qu’elle n’emporte pas l’adhésion139. Pour ma part, je préfèrerais dater les textes I. Priene, 2, 3, 4a, 6, 7 au moins des années 313 et suivantes140.

  • 141 I. Priene, p. XII et 205. Cf. les prytanes érythréens dans le décret pour Idrieus, supra p. 404.
  • 142 On pourrait mettre en avant l’exemple de Chios où l’éponyme est désigné tantôt comme prytane, tant (...)

16Le fait que l’éponyme soit dans l’inscription no 2 le prytane, perçu comme un magistrat typiquement oligarchique en Asie Mineure141, et non pas un stéphanéphore avait fait placer cette inscription en tête de la série comportant la double mention de l’autonomie et du κύριος σύλλογος. Il n’est pas assuré qu’il convienne d’avoir un classement aussi systématique en opposant les couples prytane-oligarchie/stéphanéphore-démocratie142. Si toutefois on maintient l’ordre relatif rien ne prouve que les textes conservés permettent de remplir toutes les années concernées, même s’il faut penser que ces inscriptions occupent une période relativement brève.

  • 143 I. Priene, p. 204.
  • 144 Contra Crowther 1996. 216-218.

17Le décret I. Priene, 4a loue Apellis pour la longévité de son activité politique – vingt ans. C’est principalement ce texte qui sert d’argument à Hiller von Gaertringen143 pour dater la fondation de Priène de peu avant 350 a.C. Il me semble qu’une chronologie globalement rabaissée de vingt ans fournirait un début plus crédible pour la carrière d’Apellis en liaison avec l’autonomie concédée par Alexandre et le changement de personnel politique qui en a résulté144.

  • 145 Cf. supra p. 389.
  • 146 Heisserer 1980, 164, souligne qu’en 334 Alexandre pouvait faire des promesses incluant des engagem (...)
  • 147 I. Priene, 3. Remarquons au passage que ce néocore au nom cultuel perse se comporte dans un réseau (...)
  • 148 I. Priene, 136.
  • 149 Plut., Alex., 42.
  • 150 I. Priene, 156 (Syll. 3, 277 ; Tod, 184) ; Heisserer 1980, 143-145.
  • 151 Supra p. 391.
  • 152 Cf. Pimouguet 1994, 330-336 et par exemple McNicoll 1997, 48-53 ; 71-74, qui la date de l’époque h (...)
  • 153 Cf. par exemple Botermann 1994, 165, repoussant certains arguments de Demand 1986 à propos de la d (...)

18Le décret I. Priene, 3 amène à s’interroger sur les étapes de construction du temple d’Athéna. Nous avons noté plus haut qu’il y a toutes chances que celle-ci ait été entreprise sous les Hékatomnides145 mais n’était pas achevée au moment de la conquête macédonienne. Rien ne prouve qu’Alexandre se soit rendu à Priène mais tout le reste du dossier (affaire de Samos, de Naulochon) amène à penser qu’il a reçu des ambassadeurs (à Éphèse ? pendant le siège de Milet ?) et c’est à ce moment qu’il a promis les fonds nécessaires à l’achèvement du temple. La comparaison avec ce qui se passe en Troade, et précisément à Ilion, incite à douter que la promesse ait été suivie immédiatement d’effet146. Il ne me paraît nullement invraisemblable qu’Antigone, manifestement très actif dans la région, ait pu contribuer à l’achèvement des travaux. Quel peut être alors le rôle dans cette affaire de Mégabyze, fils de Mégabyze, néocore de l’Artémis d’Éphèse147 ? La formulations des lignes 6 à 8 : περὶ τοῦ ναοῦ τῆς [Ἀθηνᾶς] τὴν συντέλεσιν πᾶσαν προθυμίαν π[οιησάμε]νον indique bien plus sûrement une intervention diplomatique qu’une contribution financière qui eut été sans aucun doute plus clairement indiquée. A partir de là, deux hypothèses également plausibles sont susceptibles d’être proposées : soit le néocore a intercédé auprès d’Antigone, soit l’intervention a eu lieu au moment du passage d’Alexandre à Éphèse mais les Priéniens ont attendu la fin effective des travaux pour le remercier d’un décret et d’une statue148. On sait que ce dernier entretenait des relations épistolaires avec Alexandre149 qui font nécessairement suite à un contact direct à Éphèse. La dédicace : “Le roi Alexandre a consacré le temple à Athéna Polias”150 ne peut évidemment avoir été gravée qu’une fois le monument terminé, au moins dans son gros-œuvre. Que conclure ? Le règne d’Alexandre a ici encore été trop court pour avoir laissé une trace tangible incontestable. La fortification de l’akra, les débuts du temple d’Athéna remontent aux Hékatomnides151. Certains éléments de la muraille semblent être antérieurs à l’arrivée des Macédoniens, mais d’autres pourraient être contemporains et même postérieurs152. En revanche il est assez clair que les constructions urbaines ont tout chance d’être hellénistiques153 et tous les témoignages archéologiques iraient plutôt en ce sens. En bref, le débat sur la refondation de Priène me paraît être un faux problème. Il y a eu réactivation sous les Hékatomnides d’un site qui était l’une des composantes de Priène et cela pour des raions géo-stratégiques. Les effets ont été dès lors visibles sur le terrain et la faveur d’Alexandre puis des Diadoques a permis la construction d’un véritable centre urbain dont la cité était certainement dépourvue auparavant.

  • 154 Diod. 17.22.1.
  • 155 Arrien, An., 1.18.4.
  • 156 Arrien, An., 1.19.1. Preuve à tout le moins d’une certaine tiédeur à l’égard d’Alexandre ou en tou (...)
  • 157 Diod. 17.22.5 ; cf. Arrien, An., 1.19.6.
  • 158 Cf. la liste Syll.3, 272 (Delphinion, 122).
  • 159 Infra p. 463.
  • 160 Supra p. 161.
  • 161 Parke 1985, e.g. 67 ; en revanche, son interprétation du “massacre des Branchides” (62-68) paraît (...)
  • 162 FGrHist, 124, F14 apud Str. 17.1.43.

19Après le désastre du Granique, véritable Crécy de la noblesse perse mais aussi tombeau de la tactique prônée par les satrapes, la situation personnelle de Memnon est confortée. Il semble désormais être le seul à avoir l’oreille du Roi. Un échelon de résistance s’organise à Milet. Memnon se sent en sécurité, car il pense disposer (en cela il n’a pas tort) de la supériorité sur mer. Alexandre met le siège devant la ville154 qui est tenue par une garnison royale selon Arrien155. Le Macédonien établit un blocus par terre et par mer (Nicanor se jette avec sa flotte sur le célèbre îlot de Ladè) enlevant aux Milésiens l’espoir de recevoir le secours de la flotte perse. Les notables milésiens font alors la curieuse proposition de faire de Milet une ville ouverte en y accueillant simultanément les Perses et Alexandre156. La flotte perse est ancrée au cap Mycale mais elle est obligée de se ravitailler à Samos dans la mesure où Alexandre envoie Philotas pour l’empêcher de débarquer, établissant ainsi un blocus qu’elle se montre incapable de forcer. Alexandre réussit à s’emparer de la ville de Milet. Il laisse la liberté aux citoyens milésiens, mais vend les autres comme esclaves157. Il est clair que là comme ailleurs est établi un régime démocratique philomacédonien. Alexandre figure comme premier éponyme après la “libération” de la cité, donc pour l’année 334/333. Cela ne signifie nullement pour autant que les années suivantes aient été exemptes de difficultés comme le montrent les deux éponymies d’Apollon pour 332/331 et 330/329158. Il faut y voir la conséquence des exactions de Pharnabaze159. Il apparaît cependant que Milet a retrouvé assez rapidement sa prospérité au point de devenir dès le règne d’Alexandre une capitale administrative et un atelier monétaire royal160. H. W. Parke161 a sans doute raison de mettre en relation la restauration de la démocratie et celle de l’oracle de Didymes, dont Callisthène162 rapporte la prophétie faite à Alexandre dans le sens que pouvait souhaiter ce dernier.

  • 163 Diod. 17.23.4.
  • 164 Supra p. 155 et n. 315
  • 165 Cf. Thommassen 1984, 9 sq., pour les motifs qui ont conduit Alexandre à cette décision qui pouvait (...)
  • 166 Diod. 17.24.1 ; Arrien, An., 1.20.2. A partir de ce moment cf. Stark 1958a et b.
  • 167 Ce qui suppose qu’il ne l’était pas obligatoirement autant pour les autres (convient-il de rapproc (...)

20Fort de son succès à Milet, Alexandre se fixe Halicarnasse comme objectif dans la mesure où Memnon (avec aussi Orontobatès) a choisi cette place, aisément défendable, comme point de concentration des forces perses dans la région163. Le Rhodien a obtenu un vaste commandement sur les “riverains de la mer”164. Alexandre congédie l’essentiel de sa flotte165 et, dans sa marche vers Halicarnasse, soumet selon Arrien et Diodore les cités grecques qui se trouvent sur son chemin166. Diodore est le plus explicite : “Sur sa route, il gagne à sa cause les villes par ses bienfaits (ταῖς φιλανθρωπίαις), mais il était particulièrement généreux pour les cités grecques167, leur accordant l’autonomie et l’exemption du phoros, ajoutant qu’il avait entrepris la guerre contre les Perses en vue de la libération des Grecs”.

  • 168 Cf. par exemple Agésilas.

21Nous avons noté combien ces thèmes entraient pleinement dans toute la tradition d’intervention des Grecs d’Europe en Asie168, mais à partir de là ils nourrissaient aussi l’image mythique du Macédonien. Le détail de la marche ne nous est pas donné. On ne sait par conséquent si Alexandre a suivi le plus court chemin par la route côtière ou s’il a pris possession directement de la région de Mylasa, l’un des centres du pouvoir dans la satrapie de Carie.

  • 169 Arrien, An., 1.19.11.
  • 170 Edward 1989, 44-49
  • 171 Str. 14.2.21 que l’on oppose souvent à Thc. 8.28.3 : παλαιόπλουτον χωίον, “la place jouissait d’un (...)
  • 172 Sur ce point, cf. la description de Chandler 1775, 108-109 ; Rayet & Thomas 1877, pl. I et II (qui (...)
  • 173 Plut., Phoc., 18.7.
  • 174 Il ne s’agit nullement bien entendu du don de la ville ; une telle interprétation a amené certains (...)
  • 175 Sur Kios, supra p. 99 et n. 134 ; Gergithè, on pensera au don fait par Antiochos ier à Aristodikid (...)
  • 176 Supra p. 439.
  • 177 Supra p. 192.
  • 178 Athénée 12.538b (= Ephippos, FGrHist., 126, F5) ; Berve, s.v.
  • 179 Syll. 3, 312 ; Heisserer 1980, 184-193.
  • 180 Infra p. 471 sq.
  • 181 IG, IV2, 616-617.
  • 182 Heisserer 1980, 194-202 ; des ambassadeurs épidauriens auprès d’Alexandre en 324 – la raison n’est (...)
  • 183 Paton & Hicks 1891, no 21 ; Heisserer 1980, 179-182 ; IK, 2-Iasos, 24.
  • 184 Blümel, indique seulement “règne d’Alexandre”.
  • 185 IG, IV2, 616 nous apprend qu’il avait résidé à Cos.
  • 186 Contrairement à l’opinion de Heisserer 1980 qui inscrit cela dans un “programme” valable pour les (...)

22En tout cas, l’un de ses points de passage quasi obligé, dans la perspective énoncée par Diodore, est Iasos. Un parti au moins parmi les habitants de cette cité avait participé à l’action navale contre l’escadre macédonienne qui avait bloqué l’accès à Milet en se jetant sur l’îlot de Ladè169. Ce sont eux qui montent le seul navire capturé par les Macédoniens au cours d’une escarmouche. Faut-il voir là la preuve que la flotte carienne avait participé au face à face des deux flottes, au côté des Phéniciens et des Chypriotes170 ? C’est à nouveau par une inscription que nous sont fournies quelques informations complémentaires : deux frères, Gorgos et Minnion, sont honorés d’un décret par leurs concitoyens pour être intervenus auprès d’Alexandre et avoir ainsi recouvré la “Petite Mer” qu’ils remettent à leur cité. Il n’y est pas dit explicitement que le roi en avait privé les Iasiens, mais on peut raisonnablement penser que tel avait été le cas dans l’un de ces arbitrages à propos de terres depuis longtemps contestées : les cités profitant du passage d’Alexandre sur leur territoire ou à proximité pour lui faire régler leurs conflits séculaires. La localisation de la “Petite Mer” n’est pas complètement assurée. Iasos est une île très proche de la côte. Strabon précise171 que sa chôra est pauvre et que la richesse principale provient de la pêche, car la zone est très poissonneuse. Plusieurs savants modernes ont rendu vraisemblable qu’il s’agit là d’une étendue lacustre encore en communication avec la mer dans l’Antiquité, grâce aux eaux du Kybersos (aujourd’hui le Sari Çay), mais c’est l’alluvionnement dû à ce même fleuve qui a entraîné sa disparition progressive au profit d’une plaine alluviale172. Il suffit de regarder une carte pour constater que ce secteur a dû être l’objet de convoitises, de disputes avec Mylasa en particulier, cette dernière ayant probablement exercé des périodes de domination sur la région contestée, dans la mesure où il s’agissait de son débouché le plus commode sur la mer. En revanche, il ne paraît pas judicieux de suivre A. J. Heisserer lorsqu’il propose de verser au même dossier le don proposé par Alexandre à Phocion173 des revenus174 au choix de Kios, de Mylasa, de Gergithè175 ou d’Élaia, Cela ne signifie pas que le Macédonien a intégré, ou assimilé, ces villes grecques au domaine royal (comme il le faisait par exemple pour les kômai mentionnées dans l’inscription I. Priene, 1)176. Si l’anecdote a quelque fondement historique (et cette hypothèse ne doit en tout cas pas être rejetée au nom d’une certaine image que l’on croit pouvoir attribuer à Alexandre), cela prouve seulement que les cités en question n’étaient pas ἀφορολόγητοι, exemptes du tribut. Avec ce cadeau proposé par Alexandre nous serions dans le même cas de figure que pour Thémistocle177. Pour revenir à Iasos, doit-on comprendre que, dans un premier temps, le roi avait puni la cité de sa participation à la flotte ennemie puis s’était laissé fléchir par Gorgos et Minnion ? Encore faudrait-il que la chronologie soit assurée, or nous constatons, une fois encore, que tel n’est pas le cas. Il convient donc de réexaminer les indices fournis par les autres inscriptions qui mentionnent Gorgos. C’est probablement ce même personnage qui participe en 324 à Ecbatane178, en tant que ὁπλοφύλαξ, intendant de l’armement, à une mise en scène arrangée par le roi et où les deux hommes manifestent une acrimonie certaine à l’égard d’Athènes. Cela ne relève pas seulement de l’anecdote puisque Gorgos avec son frère, qui est semble-t-il resté au pays, est le bénéficiaire d’un des nombreux décrets remerciant ceux qui ont aidé les exilés samiens179. Il y a donc lieu de penser que Gorgos a contribué dans l’entourage royal à la décision prise, mais non appliquée de son vivant, par Alexandre d’imposer le retour des Samiens180. Deux épigrammes d’Épidaure181 doivent être datées de l’année 324, du moins pour les circonstances qui ont été à l’origine de leur gravure182 ; dans la seconde (très endommagée) il est question de quelqu’un venu de la part du roi et Gorgos, à la ligne précédente, a le titre malheureusement mutilé de ὁπλοφορ[... qui fait penser évidemment à ὁπλοφύλαξ chez Athénée. Reste un décret trouvé à Cos mais dont la provenance iasienne ne saurait être mise en doute, où Gorgos exerce la charge de [stéphanéphore] (éponyme)183. Ce document a été daté des années proches de 330 par A. J. Heisserer184. Or l’un des archontes de cette inscription exerce les fonctions de secrétaire à l’époque d’Eupolémos et sa “carrière” politique pourrait donc bien se situer plus tard que ne le pense A. J. Heisserer. Tout cela paraît plaider pour une date plus basse pour l’intervention des deux frères auprès d’Alexandre dans l’affaire de la “Petite Mer”. Gorgos était devenu l’un des familiers d’Alexandre à la fin de la vie de ce dernier, il obtient grâce à cela des avantages territoriaux pour sa cité, participe activement à quelques épisodes conflictuels de la vie du monde grec et après la mort d’Alexandre revient à Iasos185, dont il avait peut-être été exilé dans sa jeunesse. Il nous semble qu’il n’y a aucune raison objective de placer tôt dans la campagne asiatique l’arbitrage favorable à Iasos186. La démarche qui privilégie l’action d’un individu dans l’entourage immédiat du roi au profit de sa cité d’origine préfigure des situations bien connues à l’époque hellénistique et impériale et montre la mutation en cours de la monarchie macédonienne.

  • 187 Arrien, An., 1.23.8 ; Diod. 17.24.2-3.
  • 188 A l’exception du passage d’Arrien susmentionné on ne sait à peu près rien de l’histoire de cette a (...)
  • 189 Il paraît préférable de retenir la version d’Arrien pour lequel la reconnaissance comme satrape de (...)
  • 190 On ne sait à quel moment exactement elle est remplacée par Philoxénos ; supra p. 160.
  • 191 Diod. 17.24.3.

23Lorsqu’Alexandre entre en Carie, Ada (I) se porte à sa rencontre et lui fait une proposition qui pouvait apparaître à première vue comme saugrenue, celle de l’adopter187. Rappelons que la princesse hékatomnide avait été évincée du pouvoir par son frère Pixodaros et qu’elle avait été en quelques sorte reléguée à Alinda188. Alexandre reçoit cette offre avec faveur : dans un premier temps, il confirme la possession d’Alinda et après la prise d’Halicarnasse189, il confie à Ada le pouvoir satrapique sur l’ensemble de la province190. Diodore lie à cette mesure le ralliement des cités qui envoient des délégations porteuses de couronnes d’or et de promesses de collaboration191. Il s’agit de la réponse à la politique généreuse énoncée initialement et aux mesures particulières prises en faveur d’Ada. Il semble donc bien que lespoleis dont il est question ici soient celles de l’intérieur de la Carie que, par la construction de son développement. Diodore distingue des cités grecques de la côte.

  • 192 L’épisode est rapporté par le seul Arrien, An., 1.20.5-7. Sur la péninsule de Myndos, cf. Radt 197 (...)
  • 193 Arrien, An., 1.20.5-23 ; Diod. 17.24.3-27.5. Cf. Pimouguet 1994.
  • 194 Arrien, An., 1.23.6 ; sur l’évaluation des garnisons laissées derrière lui par Alexandre, Thommass (...)
  • 195 Arrien, An., 1.23.3 ; Diod. 17.27.5. Il s’agit de la kômè peuplée de Cariens au ve s. dont on conn (...)
  • 196 Supra p. 386.
  • 197 Varinlioğlu et al. 1992, 162.

24Alexandre entreprend alors le siège d’Halicarnasse dont il entend faciliter l’issue par la capture préliminaire de l’ancienne cité de Myndos192, mais cette dernière ne lui est pas livrée comme prévu, des renforts aux défenseurs arrivent par mer interdisant un succès rapide. Le jeu n’en vaut plus la chandelle et Alexandre concentre ses forces autour d’Halicarnasse. Les opérations sont rapportées en détail par Diodore et plus encore par Arrien193. La ville est bien défendue, à la fois par les fortifications et par la garnison. Le siège est long et l’issue incertaine. Cependant, la situation des assiégés se dégrade lentement et, après une sortie manquée, les chefs de l’armée perse décident d’abandonner les lieux en laissant une garnison sur l’acropole (Alexandre se garde bien de chercher à la déloger) ; ils replient troupes et trésor de guerre sur Cos. Rappelons qu’à ce moment Alexandre n’a plus de flotte à leur opposer. Il se contente de raser tout ce qui pourrait servir de base défensive à Halicarnasse où il laisse une petite garnison sous Ptolémée194, à la fois pour contrôler le parti installé par les Perses sur les hauteurs, en particulier à Salmakis195 et comme force d’intervention dans la région. Le synoecisme rapporté par Pline, HN, 5.107 doit intervenir Plus tard dans son règne. Il convient bien en effet de l’attribuer à Alexandre et de le distinguer de celui qui est dû à Mausole196. Il concerne les cités d’Ouranion, Théangéla, Sidè, Medmassa, Pédasa, Telmessos197. Cette fusion fut de courte durée pour au moins deux cités : Ouranion et Théangéla.

  • 198 Arrien, An., 1.24.3 ; Diod. 17.27.6.
  • 199 Telle est la stratégie d’Alexandre en direction des ports, pour couper le ravitaillement de la flo (...)
  • 200 Arrien, An., 2.5.7, ; cf. infra p. 461. Je reviendrai ailleurs avec A. Bresson, P. Brun, R. Descat (...)
  • 201 On pourrait penser au site d’Elmali qui correspond bien à l’image qu’en donne Arrien, An., 1.24.4, (...)
  • 202 Keen 1996, 110-118. A noter que selon Élien, HV, 1.25.11-12, Alexandre utilise Patara comme l’un d (...)
  • 203 Plut., Alex., 17 ; Le Roy 1980 situe l’épisode au Létôon.
  • 204 Le Roy 1980, 51-61, mais cf. Robert & Robert, Bull. ép. 1980, no 487 ; Goukowski 1980, 113-117 ; V (...)

25Après le déblocage du verrou d’Halicarnasse, l’objectif d’Alexandre s’infléchit quelque peu. Avant de poursuivre plus avant, il lui faut consolider les positions acquises, en soumettant en particulier les zones de forte colonisation perses, susceptibles de fournir des troupes fraîches à l’ennemi, mais il s’agit aussi de couper ses possibilités de ravitaillement à Memnon. Deux opérations sont donc menées simultanément, sur lesquelles les informations fournies (par Arrien surtout) sont assez minces. Parménion est envoyé à Sardes et de là il pénètre en Grande-Phrygie198. Alexandre, pour sa part, opte pour une offensive côtière en direction de la Lycie199 Il y a dans le récit d’Arrien un certain nombre de ruptures de style : le développement 1.23.7-8 décrit l’installation d’Ada comme satrape de Carie. Cette quasi-digression est précédée de cette notation : ἐπὶ Φρυγίας ἐστέλλετο ; il apparaît que cette affirmation est peu compatible avec 1.24.3 où l’on voit Alexandre déléguer Parménion à Sardes puis en Phrygie. Si l’on veut conserver le texte en l’état, il faut admettre que, dans un premier temps, le roi faisait route effectivement vers la Phrygie ; qu’il règle d’abord les affaires de Carie et modifie alors ses plans en scindant son armée en deux groupes. Donc, laissant de côté le golfe Céramique, solidement tenu par Orontobatès200, il se dirige vers la Lycie. Au passage, il obtient la soumission de la garnison mercenaire d’Hyparna, localité décrite comme un χωρίον ὀχρόν mais non localisée201. Alexandre pénètre en Lycie en s’emparant de Telmessos puis tombent Pinara, Xanthos et trente places de moindre importance202. L’épisode de Xanthos est rapporté par divers auteurs et l’on entre avec Plutarque de plain-pied dans la légende203. Le passage d’Alexandre est mis en évidence par une inscription204 dont il est difficile de préciser si elle a été gravée sur le moment ou (nettement ?) plus tard. La qualité de la stèle et de la gravure plaideraient dans le sens d’une commémoration destinée à rehausser le prestige de la ville et de son sanctuaire.

  • 205 Supra p. 75
  • 206 Supra p. 357 et n. 417.
  • 207 Arrien, An., 1.24.6.

26Quittant la côte de Lycie occidentale, Alexandre se dirige en droite ligne vers la Milyade, c’est-à-dire vers le nord-est. L’objectif se déduit de la suite : il s’agit de prendre le contrôle de la côte pamphylienne et par là de retirer à Memnon la ressource d’un approvisionnement dans une région riche et aussi d’éventuels relais vers la côte phénicienne. L’accès par la côte est connu (de ses guides) comme étant difficile ; Alexandre choisit donc une route intérieure, qui présente sans doute aussi des embûches tant humaines que géographiques. Il guerroie d’abord en Milyade205. Là, il reçoit la soumission de la “Basse Lycie’’. Il faut naturellement comprendre la région qu’il n’a pas parcourue, c’est-à-dire la côte sud-est dont le centre politique traditionnel est Limyra. A l’appel des Phasélitains, il se rend dans la cité de ces derniers. Rappelons que malgré sa situation géographique, Phasélis n’appartient pas à la Lycie. Avec ses trois ports, elle est une étape obligée sur la route maritime qui mène en Phénicie206. Alexandre aide ses habitants à détruire un point fortifié qui servait de point de départ pour des incursions des Pisidiens dans sa chôra207. Pendant le séjour à Phasélis, Arrien insère une sorte d’incidente rapportant le “complot” ourdi par Darius : il s’agit d’assassiner Alexandre en armant le bras d’un Macédonien homonyme du roi ; mais Parménion, alors en campagne en Phrygie, a vent de la chose et informe Alexandre. Il y a échange de courrier entre les Macédoniens avec l’intervention de guides de Pergè. Nous apprenons incidemment le nom du satrape de Phrygie, Atizyès, lequel est alors manifestement engagé contre Parménion.

  • 208 Noter le scepticisme de Plut., Alex., 17.
  • 209 Diod. 17.28.1-5 ; Cf. Tuplin 1987a, 177-178.
  • 210 Stark 1958a, 116 ; cf. Stark 1958b, 250 sq. ; Welles, Diodorus, ed. Loeb q.v., 195, n. 5.

27Après la “pause” de Phasélis, Alexandre décide de remonter vers le nord. Une partie de ses forces emprunte à nouveau une route intérieure pour se rendre à Pergè ; lui-même passe par la voie étroite qui épouse le littoral, il dompte ainsi les éléments, contribuant encore à sa légende208. Alors qu’il occulte tout le reste, Diodore est le seul à faire état de la prise de la forteresse de Marmarès209, qu’il situe aux limites de la Lycie. et du sacrifice volontaire d’une partie de ses habitants ; il s’agirait du site d’acropole de Chandir en Pamphylie210. L’itinéraire complexe d’Alexandre en Pamphylie-Pisidie fournit à Arrien l’occasion de dresser un tableau d’ensemble de la région, et cela pour la première fois dans nos sources littéraires. Il oppose les cités qui revendiquent des origines grecques et les agglomérations indigènes ; mais il fait aussi entrevoir un monde en pleine mutation, ce qui ne devait pas aller sans soubresauts et rivalités.

  • 211 Lanckoronski 1890, 33-63 ; Mansel 1949 ; 1967, 101-106 ; Brixhe 1976, 157-161.
  • 212 Pace 1922, 169-186 ; 1923, 297-314 ; 1923-1924, 402-412 où est publié un inventaire d’objets consa (...)
  • 213 L’une des curiosités naturelles de cette côte avec sa chute d’eau qui tombe directement dans la me (...)

28Comme le laissait supposer la présence à leurs côtés de guides originaires de cette localité, Pergè la pamphylienne accueille volontiers les Macédoniens. Notons qu’à Pergè211 seule la ville basse a été partiellement fouillée. La fortification de l’époque hellénistique a été pour une part conservée, mais il convient d’attendre des vestiges plus anciens sur l’acropole, encore inexplorée. Elle est surtout célèbre par son sanctuaire d’Artémis212, dont la localisation n’est pas exactement assurée, mais qui se trouve assez loin de la ville. Ce sanctuaire avait un grand renom dès le ive s. (et sans doute bien avant) comme l’atteste le Ps.-Skylax 101 : Πέργη πτόλις καὶ ἱερὸν Ἀρτέμιδος après le fleuve Kataraktès213.

  • 214 Lanckoronski 1890, 83-124 ; Brixhe 1976, 191-200.
  • 215 Arrien, An., 1.26.2-3.
  • 216 Arrien, An., 1.26.5-27.1-5.
  • 217 E.g. Aspendos et Pergè, guide archéologique des villes antiques de la Pamphylie, s.d., 27-2B. Sur (...)
  • 218 Cf. Tarn 1948.
  • 219 Str. 14.4.2.
  • 220 Un troisième possible en 41 I (Thc. 8.81.3) ; supra p. 213.
  • 221 ATL, A 9, II, 156-7 (IG, P, 71), il s’agit donc d’une velléité de perception plutôt que la preuve (...)
  • 222 Contra Badian 1966, 49 mais cf. Casabonne 1995. Il convient de comparer ce montant à ce que “vaut” (...)
  • 223 Ce monnayage porte la légende “d’Aspendos” en grec mais dans le dialecte utilisé en Pamphylie : ΕΣ (...)

29Les gens d’Aspendos214 viennent proposer de livrer la cité en contrepartie d’une exemption de garnison. Il est significatif de voir Alexandre accéder à cette demande mais exiger le versement de cinquante talents destinés au misthos de l’armée215 et le même nombre de chevaux que les Aspendiens devaient comme dasmos aux Perses. Nous apprenons un peu plus tard que les Aspendiens ne tiennent pas leurs engagements et se préparent à résister216. Alexandre se présente devant la ville. Comme dans le cas de Sillyon (infra), le site d’acropole d’Aspendos est facile à défendre. La différence est que cette dernière est une ville importante qu’Alexandre ne peut se permettre symboliquement de négliger. Bien que les fouilles n’aient rien révélé qui soit antérieur à l’époque de la domination romaine, il n’y a pas à douter de l’emplacement de la ville du ive s. ; on notera par exemple que la nécropole a livré des vases attiques du début du ve s.217. Malgré leur capacité de défense, les Aspendiens renoncent à résister mais, cette fois, Alexandre exige des otages, cent talents au lieu des cinquante demandés initialement, les chevaux promis, l’obéissance au satrape mis en place par Alexandre, un tribut annuel aux Macédoniens, la réduction d’un territoire qui avait été acquis par la force au détriment des voisins (sans malheureusement plus de précision). Cet épisode appelle un certain nombre d’observations. Dès le départ Alexandre manifeste une relative sévérité à l’égard des Aspendiens qui pourtant viennent livrer d’eux-mêmes leur cité. Les modernes218 se sont interrogés sur les raisons de cette attitude en soulignant avec Strabon219 que les Aspendiens revendiquent une origine grecque puisqu’ils affirment être une colonie d’Argos. Un élément de réponse est sans doute fourni par le comportement traditionnel d’Aspendos : bien qu’assez éloignée de la mer, la ville peut être atteinte par le fleuve Eurymédon, qu’il était possible de remonter pour des navires à faible tirant d’eau ; son port a servi constamment de base navale à la flotte perse lors des transferts de cette dernière de la Phénicie vers des régions plus occidentales. Deux cas sont bien connus220, en 467 d’abord lorsque Cimon défait la flotte de Phénicie à l’embouchure de l’Eurymédon et en 394 la flotte de Pharnabaze et de Conon a stationné à coup sûr quelques temps à Aspendos avant de pénétrer en Égée. Aspendos apparaît dans les listes du tribut seulement à travers le décret de 425221. Strabon souligne aussi que cette cité est riche en hommes. Les exigences d’Alexandre indiquent que la prospérité matérielle est bien réelle et il ne semble pas y avoir de raison de douter que les Aspendiens aient pu acquitter le montant considérable de ce qui était exigé d’eux (il est très probable que les cinquante talents initiaux sont le montant normal du phoros dû aux Perses, en plus des chevaux)222. Un autre indice permet de mesurer la richesse de la cité : le très abondant monnayage émis dès avant le milieu du ve s. et qui croît encore au ive s.223.

  • 224 Arrien, An., 1.26.4-5 ; Ps.-Skylax 101 ; cf. Nollé, IK, 43-Side.
  • 225 Non pas les Perses comme le comprend Robson, le premier traducteur de la coll. Loeb, mais les Pamp (...)
  • 226 Arrien, An., 1.26.4 : Και οὗτοι λέγουσιν ὑπὲρ σφῶν τόνδε τὸν λόγον, ὅτι ὡς κατῆράν τε ἐς τὴν γῆν ἐ (...)

30Entre-temps, Alexandre s’était rendu à Sidè qui revendique une origine éolienne et plus précisément kyméenne224. Strabon fournit les mêmes indications que le Ps.-Skylax ou Arrien mais il est beaucoup plus prolixe. Il indique qu’il y avait là un temple d’Athéna mais surtout il essaie de caractériser ce qui fait l’originalité de la cité ; ses fondateurs ont été les premiers à quitter Kymè pour essaimer dans les colonies, ce qui explique que depuis tout ce temps ils aient oublié leur langue, non sans quelque contradiction (dont il n’est pas sûr qu’il la prenne à sa charge), il poursuit en notant : “Ils parlèrent aussitôt une langue barbare, non pas celle de leurs voisins barbares225, mais une langue qui leur est propre et n’existait pas auparavant et, depuis lors, les citoyens de Sidè n’ont pas pactisé avec les barbares comme leurs autres voisins”226.

  • 227 Cf. Brixhe 1969, 54-84 ; Neumann 1980, 172, reconnaît des langues louvites dans l’isaurien, le pis (...)
  • 228 Pouilloux 1976,450 sq.
  • 229 Kraay 1976, 276.
  • 230 Le monnayage de Sidè a été étudié par Atlan 1967 ; cf. aussi pour le ve s., Kraay 1969, 15 sq. En (...)
  • 231 Lanckoronski 1890, 125-152 ; Mansel 1951 ; 1963 ; 1965, 34-119. Le matériel grec découvert remonte (...)

31Ce texte mérite d’être analysé avec une grande attention. Strabon joue de façon volontaire (sans doute même avec une certaine distanciation teintée d’ironie) sur les termes βάρβαρος, βάρβαρίξειν, qui sont quasi martelés par trois fois, mais à chaque fois à un niveau différent. Dans un premier temps, les citoyens de Sidè avouent parler une langue barbare au sens technique du terme : on ne saurait y reconnaître du grec227. Mais ils ne sont pas pour autant fondus dans le monde barbare, et il faut entendre qu’ils n’ont pas perdu leur “âme” par un quelconque phénomène d’acculturation avec leurs voisins pamphyliens. Mieux même, et cette fois-ci au plan politique, ils n’ont pas “barbarisé” c’est-à-dire pactisé avec l’ennemi des Grecs, i.e. le Perse, avec, ultime perfidie, l’idée que les autres voisins (les Aspendiens par exemple) n’ont pas eu la même attitude. Le monnayage permet de conforter ce tableau nuancé. Dès son apparition au ve s., il est illustré d’une grenade qui, en grec, se dit sidè. Un peu comme dans le cas de Salamine de Chypre228 il s’agit probablement d’un jeu de mots qui repose sur une assimilation phonique : les Grecs ont entendu le mot “grenade” et celle-ci est devenue l’emblème de la cité sur les monnaies du ve s. Ces conclusions paraissent plus plausibles que celles de C. M. Kraay229 pour qui l’absence de légende sur les monnaies du ve s. s’explique par la représentation de la grenade avec Athéna, l’association étant suffisamment explicite ; on lui objectera que les monnaies du ive s. représentant Athéna et la Nikè avec une grenade dans le champ sur une face, Apollon sur l’autre face portent, elles, une légende qui indique sans aucun doute le nom de la ville en un idiome local, ce qui confirme bien l’idée d’une langue originale développée à part du monde environnant. De même, sa thèse qu’Athéna serait l’illustration de la partie grecque de la ville alors qu’Apollon représenterait la partie pamphylienne de la population paraît ne pas tenir compte du texte d’Arrien. Notons enfin la relative abondance de ce monnayage, preuve si besoin en était de la prospérité de la cité à l’époque classique230. A la différence de ce qui s’était passé pour Aspendos, les habitants ne se voient pas imposer un tribut, mais Alexandre y installe une garnison231.

  • 232 Lanckoronski 1890, 65 sq ; Brixhe 1976, 163-166. En revanche on a isolé un monnayage du ive s. : S (...)
  • 233 Comme dans le cas de Phasélis, Pergè et Aspendos, la fondation de Sillyon est mise en relation ave (...)
  • 234 Arrien, An., 1.27.5-8.
  • 235 Aperçu sur l’histoire de Selgè, IK, 37-Selge (Nollé & Schindler). Sur le rôle de la Pisidie dans l (...)
  • 236 Str. 12.7.3 ; Polybe 5.76 ; cf. Jones 1971. 125 et note 4.

32En revanche Alexandre ne peut s’emparer de Sillyon (Arrien, tout comme le Ps.-Skylax, écrit Syllion) dont le site d’acropole permet presqu’uniquement par ses traits physiques de la décrire comme une “place forte” (χωρίον ὀχυρόν) propre à décourager Alexandre. La muraille date au plus tôt dans son état visible de l’époque hellénistique232. Le site n’a pas été fouillé. Arrien nous apprend qu’elle était tenue par une garnison mercenaire et aussi par des autochtones barbares. Cela nous éclaire sur le statut et la composition de la population de cette bourgade qui revendique pourtant elle aussi des origines grecques233. Après avoir réglé les affaires de la région, Alexandre retourne à Pergè et, de là, gagne Termessos (Arrien ou ses manuscrits écrivent Telmessos, comme pour la ville de Lycie), dont les habitants sont des Pisidiens. La position est très bien défendue naturellement234. L’affrontement se résume à quelques escarmouches car le Macédonien prend vite conscience de son incapacité à s’emparer rapidement de cette position. C’est à ce moment qu’il reçoit une ambassade des gens de Selgè, eux aussi Pisidiens et guerriers, qui viennent proposer leur amitié à Alexandre. Nous apprenons qu’ils sont les ennemis des Termessiens. Il serait cependant sans doute insuffisant de ramener ces clivages à de strictes querelles de voisinage entre des tribus dont l’activité la plus rémunératrice est ainsi que nous l’avons déjà vu le pillage des terres avoisinantes235. Selgè fonctionne comme une cité de modèle grec et elle revendique même des origines que lui contestent les auteurs anciens236.

  • 237 Arrien, An., 1.29.1-3. Une version un peu différente est donnée par Quinte Curce 3.7.8. Sur Kélain (...)
  • 238 Arrien, An., 1.29.5.
  • 239 Sur le célèbre épisode de Gordion, Arrien, An., 2.3 ; Plut., Alex., 17-18, 2 ; Quinte Curce 3.1.11 (...)
  • 240 Engels 1978, 38-39 ; Thommassen 1984, 55 n. 33.

33Au passage, et après une rude bataille, Alexandre s’empare de Sagalassos, qu’Arrien décrit comme une agglomération non négligeable peuplée des Pisidiens les plus belliqueux, ainsi que de toute une partie du système de fortification avant de poursuivre vers la Phrygie et sa capitale Kélainai, forte acropole tenue par mille Cariens et cent mercenaires grecs, le tout sous les ordres du satrape Atizyès. Les mercenaires proposent une reddition honorable s’ils ne reçoivent pas de renfort à la date convenue237. Alexandre désigne Antigone comme satrape et lui donne quinze cents mercenaires pour contrôler la ville. Ayant ainsi réglé le sort du dernier centre de concentration de forces perses en Asie Mineure occidentale, il donne rendez-vous à Parménion au but de sa prochaine étape : Gordion. Pour pénétrer au cœur de l’empire, Alexandre choisit donc de retrouver le tracé de la route royale (à peu près à la hauteur de la moderne Afyon). Comme Arrien nous le rappelle238, Gordion se trouve en Phrygie hellespontique alors que le Sangarios qui l’arrose prend sa source en (Grande) Phrygie239. Selon D.W. Engels240, le long séjour qu’y fait Alexandre et la traversée très rapide de la Cappadoce jusqu’à Issos s’expliquent par des raisons de logistique (approvisionnement en céréales).

  • 241 Arrien, An., 2.4.1-2.
  • 242 Quinte Curce 3.1.22-24. Plut., Alex., 18.5 est très concis.
  • 243 D’accord sur ce point avec Thommassen 1984, 55 n. 32 (aussi 7 sq.) ; contra Hornblower 1981, 240.
  • 244 FGrHist, 434, Fl, 4.1.
  • 245 Appien, Mithr., 8 ; Tarn 1948, 35, repousse cet épisode.
  • 246 Infra p. 463.
  • 247 Arrien, An., 3.24.4-5.

34A partir de Gordion, ou plutôt d’Ankyra, un certain nombre de décisions sont prises concernant la Paphlagonie. Alexandre reçoit la soumission de cette dernière et la place sous la tutelle de Kalas. Pour Arrien241 le roi doit accepter en contrepartie de ne pas entrer en force sur le territoire. La version de Quinte Curce242 est assez différente. Il indique qu’Alexandre entre en Paphlagonie, que les habitants se soumettent, remettent des otages et obtiennent de ne pas payer tribut. Même si l’on accepte cette version (l’exonération du tribut a des précédents, même pour des non-Grecs), il n’est nullement nécessaire (ni plausible) d’envisager un périple qui aurait amené le Macédonien jusqu’à la mer Noire243. Il suffit de penser que la halte de Gordion (supra) a donné le temps aux cités et aux peuples de lui envoyer des ambassades. C’est ainsi que l’on doit interpréter les informations fournies par Memnon244 sur l’histoire d’Héraclée, la réponse d’Alexandre est, somme toute, banale : rappel des bannis, instauration de la démocratie. Il montre aussi comment le tyran d’Héraclée, Denys, profite de la vacance du pouvoir et de la non présence directe d’Alexandre pour se maintenir en place et même agrandir son domaine. Alexandre adopte la même attitude à l’égard d’Amisos245. En revanche, il y a tout lieu de penser que Sinope est alors fortement tenue par une faction philo-perse, comme le montrera la suite des événements246 mais aussi l’épisode relaté par Arrien247. Au retour d’une expédition contre les Mardes, Alexandre fait arrêter des envoyés lacédémoniens et athéniens auprès de Darius qui ont été capturés par ses hommes, mais il laisse libre les Sinopéens au motif que leur cité n’appartenait pas à la Ligue des Grecs, de même pour les Chalcédoniens (la raison n’est pas indiquée mais doit être identique).

  • 248 Thommassen 1984, 47 sq. et supra p. 109.
  • 249 Plut., Alex., 18.5.
  • 250 Str. 12.1.4 ; Arrien, An., 2.4.2 ; Appien, Mithr., 8.
  • 251 Supra p. 162. Abistaménès, inconnu par ailleurs, nommé par Quinte Curce 3.4.1.
  • 252 Infra p. 465.

35En ce qui concerne la Cappadoce248, les auteurs anciens sont d’un grand laconisme, ce qui ne les empêche pas de nous fournir des versions qui sont apparemment contradictoires. Plutarque249 indique seulement que la Paphlagonie et la Cappadoce furent conquises et c’est manifestement exagéré, dans un cas comme dans l’autre. Peut-on considérer les autres versions250 comme complémentaires ? Le point de départ doit être l’existence, avérée par Strabon, de deux satrapies perses, la Grande-Cappadoce et la Cappadoce pontique, au moment de la conquête par Alexandre. Selon cet auteur, seule la Grande-Cappadoce fut gagnée. Cela est à peu près compatible avec ce que dit Arrien en une trop brève allusion : après avoir réglé les affaires de la Paphlagonie à Ankyra de Galatie (sic), il marche sur la Cappadoce, soumet la totalité de celle qui est à l’intérieur de l’Halys (ἐντóς, c’est-à-dire paradoxalement, étant donné la courbe de son cours, la rive gauche de ce fleuve) et beaucoup de la région au delà (il faut entendre seulement une partie...). Comme précédemment, la campagne est loin d’être systématique. Un certain nombre de chefs perses ou autochtones sont soumis au versement du tribut (Appien) et l’un d’eux choisi comme satrape251, mais le contrôle de la Cappadoce, dans sa seule partie méridionale, reste soumis à bien des vicissitudes sous le règne d’Alexandre avant d’échapper complètement aux Macédoniens252.

36En bref, malgré la facilité relative de ses succès, au moment où il commence à s’enfoncer dans l’Empire perse, l’Argéade prend des risques importants dans la mesure où le dispositif militaire qu’il laisse derrière lui aussi bien en Égée que sur la rive occidentale paraît fragile :

  • La flotte a pour unique fonction désormais le transport du matériel de siège.
  • Les garnisons sont peu importantes. L. A. Thommassen253 estime que le nombre des soldats laissés en arrière est supérieur à cinq mille hommes. Et encore faut-il noter qu’il s’agit de forces “périphériques” (c’est-à-dire levées sur les alliés ou des mercenaires). L’essentiel est constitué par les trois mille mercenaires et les deux cents cavaliers confiés à Ptolémée pour s’opposer à Orontobatès254. Il y a aussi mille cinq cents hommes laissés à Kélainai, mais le reste doit être relativement modeste dans la mesure où les forces de Kalas en Phrygie hellespontique aussi bien que celles de Sardes ont dû être réduites au minimum après l’achèvement de la pacification.
  • Alexandre laisse derrière lui de nombreux îlots potentiels de résistance qu’il n’avait ni le temps ni les moyens d’extirper un à un.
  • Les cités grecques sont fidèles, mais qu’en serait-il à l’annonce du premier revers important ? La suite des opérations en Égée montre à l’évidence qu’il y avait des partis oligarchiques et des aspirants à la tyrannie dont l’accès au pouvoir passait par une adhésion à l’alliance perse.

2. La Guerre en Egée255

  • 255 Thommassen 1984 ; Ruzicka 1988.
  • 256 Arrien, An., 2.1 ; Diod. 17.29.
  • 257 Supra p. 155 n. 315.
  • 258 Bruni 1986, 455 ; 1962, p. 154 ; Thommassen 1984, 34 n. 4.
  • 259 Diod. 17.27.5.
  • 260 L’adjonction de navires et d’hommes, bien que non mentionnée explicitement, est indispensable pour (...)
  • 261 Thommassen, loc. cit., cf. aussi Habicht 1957. 168 ; Bengtson 1964. I2, 71 pour lequel Samos était (...)
  • 262 Supra, p. 445.

37A ce moment des opérations256, le Grand Roi donne à Memnon le commandement de la guerre avec autorité sur toute la paralie257. Doté d’une flotte de trois cents navires et de mercenaires – dont le nombre n’est pas indiqué – le Rhodien est désormais maître de la mer. Sa contre-offensive débute au printemps de 333258. Après l’évacuation d’Halicarnasse, Memnon a établi l’essentiel de ses forces à Cos259. C’est là, et dans des positions adjacentes, qu’il reçoit les renforts envoyés par le Roi260. Il paraît difficile d’inférer d’Arrien 1.19.8 que Samos ait pu être une base, même secondaire, pour la flotte perse261. L’action menée là262 au moment du siège de Milet par Alexandre ne peut être conçue que comme une opération ponctuelle rendue quasi obligatoire par le blocus imposé par le Macédonien, qui interdit le ravitaillement sur le continent. L’attitude ultérieure de ce dernier, qui laisse Samos aux Athéniens, ne se comprendrait pas si les clérouques avaient fait cause commune avec les Perses. La question est encore plus épineuse pour Rhodes, pour laquelle il n’y a pas d’information sûre avant 332 : on ne sait si elle est restée dans la mouvance perse ou si elle s’est tenue à l’écart des événements.

  • 263 Ainsi Habicht 1963, 383 n. 3.
  • 264 Diod. 17.29.2.
  • 265 Thommassen 1984, 35 n. 6 a sans doute raison, après Bosworth 1980a, 179-180, de placer à ce moment (...)
  • 266 Nous avons eu plusieurs occasions de signaler que Mytilène était en mesure d’équiper une flotte no (...)
  • 267 Arrien, ibid., décrit Mytilène comme un point de passage du grand commerce international (supra in (...)
  • 268 Outre ses propres forces, on apprend dans la suite du récit d’Arrien (2.1.4) qu’Alexandre y avait (...)
  • 269 Ce siège entraîne des remous dans les îles (e.g. l’Eubée) qui se sentent les premières concernées  (...)
  • 270 Diodore prétend le contraire. Sa mort coïncide avec le départ d’Alexandre de Gordion, mais il n’ap (...)
  • 271 A partir de Polyen 7.27.2-3, Berve 1926, 96, attribue à Autophradatès un commandement terrestre au (...)
  • 272 Supra p. 155.
  • 273 Arrien, An., 2.1.4.
  • 274 Sur l’ensemble de cet épisode, cf. Pistorius 1913, 62 sq. Pour lui, Mytilène fait partie de la lig (...)
  • 275 Arrien. An., 2.1.5.
  • 276 Supra p. 278.

38Les objectifs de Memnon sont évidemment insulaires. Il se rend d’abord à Chios qui lui est livrée par traîtrise. Il faut y voir la preuve qu’il y avait là un parti philo-perse. Si l’on doit dater l’inscription IK, 1-Erythrai, 21 (décret pour Phanès) de 333/332263, il faut penser qu’une garnison avait également été installée sur l’acropole d’Érythrées dans la mesure où le personnage honoré est loué pour avoir prêté de l’argent, sans demander d’intérêt, à la fois pour payer une sorte de rançon aux mercenaires et pour démanteler les fortifications de l’acropole. De là, le Rhodien remonte vers Lesbos, s’empare des cités de l’île ; Diodore précise264 : Antissa, Méthymna265, Pyrrha, Érésos. Puis il entreprend le siège de Mytilène. Malgré une tentative de résistance sur mer266, la ville est bloquée à la fois par la terre et par la mer ; mais Mytilène est une cité prospère267 qui résiste longtemps268 au siège du stratège perse grâce à ses défenseurs et à ses réserves. Le risque de contagion est manifeste269. Selon Arrien, dont le récit est plus détaillé, Memnon était mort avant la capitulation de la ville270. Dans l’attente de la décision de Darius, Autophradatès271 et Pharnabaze (fils d’Artabaze et donc neveu de Memnon) assurent conjointement le commandement272. Ils réussissent à amener les Mytiléniens à composition. La convention passée avec ces derniers273 prévoit le départ des mercenaires appointés par Alexandre ; les stèles retranscrivant les accords avec le Macédonien seront abattues274. Les Mytiléniens seront les alliés des Perses sur les bases de la Paix d’Antalkidas avec Darius (sic), les exilés seront réintroduits dans la cité et recouvreront la moitié de leurs biens. Ces conditions parurent raisonnables aux assiégés, mais une fois dans la place, les Perses ont une toute autre attitude275 : une garnison est mise en place sous Lycomédès de Rhodes ; un régime tyrannique est offert à l’ancien exilé Diogénès ; des subsides extorqués par la force aux plus riches, par la taxation aux autres. C’est donc à un ensemble de mesures très sévères que furent en définitive soumis les Mytiléniens puisqu’il comportait pratiquement tout ce qu’une cité s’efforce d’éviter lorsqu’elle vient à composition : garnison, taxation, implantation d’un régime imposé de l’extérieur, retour des bannis. Dans ce contexte, comment comprendre la référence faite à la Paix du Roi puisque cette dernière prévoyait explicitement l’autonomie des insulaires276 ?

  • 277 Quinte Curce 4.8.13.

39Notons déjà que lu même référence sera utilisée ultérieurement pour Ténédos et qu’il ne s’agit donc pas d’une proclamation fortuite. Pour revenir à Mytilène, il convient de placer en contrepoint Quinte Curce277 qui rapporte qu’Alexandre loue ultérieurement la cité pour sa loyauté, rembourse les dépenses faites pour la guerre et accroît son territoire civique.

  • 278 Le but recherché est d’anihiler l’action d’Alexandre dans la même région : il s’agit de reconquéri (...)
  • 279 Thommassen s’efforce de montrer (1984, e.g. 31 et n. 23) que cette décision n’a pas amoindri l’act (...)
  • 280 Arrien, An., 2.2.2-3. Un raid au moins est lancé contre Samothrace, comme le note Thommassen 1984, (...)
  • 281 Bien qu’il n’y en ait aucune preuve, il est assez tentant de penser qu’il s’agit d’un parent du cé (...)
  • 282 II s’agit là sans aucun doute d’une référence à la Ligue de Corinthe à laquelle les Ténédiens avai (...)
  • 283 Hornblower 1982, 128.
  • 284 Interprétation différente de Thommassen 1984, 51 n. 8 et 53 n. 26, qui s’attache à montrer surtout (...)
  • 285 Cf. par exemple Griffith in Hammond & Griffith 1979, 634.

40Après la prise de Mytilène, Autophradatès reste en Egée alors que Pharnabaze se rend en Lycie avec une partie de la flotte et les mercenaires278. On ne sait rien des événements et donc de l’impact réel de l’offensive ; celui-ci a dû être relativement faible dans la mesure où Darius (à l’annonce de la mort de Memnon ?) modifie ses plans, privilégiant l’affrontement terrestre avec Alexandre. Pour cela, il récupère les mercenaires (par l’entremise de Thymondas, fils de Mentor)279 et réunifie la flotte sous le commandement de Pharnabaze. Entre temps, Autophradatès s’est porté avec cent navires vers Ténédos280 alors qu’un détachement de dix unités se dirige sous Datamès vers les Cyclades281. Les Ténédiens savent ne pas pouvoir attendre de renforts par la mer (la flotte d’Hégélochos, cf. infra, n’est pas encore prête) et se rendent. Ils obtiennent de se voir appliquer les clauses de la Paix du Roi à condition de mettre à bas les stèles sur lesquelles étaient inscrits les accords avec Alexandre et les Grecs282. S. Hornblower283 développe ici un point de vue original qu’il convient d’examiner : selon lui, la référence à la Paix d’Antalkidas dans le cas de Ténédos aussi bien que dans celui de Mytilène s’explique par le fait que les insulaires se sont empressés de récupérer leurs pérées et que les Perses les obligent ainsi à les restituer. Même si l’on admet (infra) que l’action perse n’a pas concerné strictement que le domaine insulaire, il est bien peu vraisemblable que le problème des territoires continentaux des îles ait constitué une préoccupation majeure pour Autophradatès. La référence à la Paix du Roi doit bien plutôt être lue dans la logique des multiples paix renouvelant celle de 387 ; paix séparées dans ce cas mais préfigurant une ordonnance générale dans l’hypothèse d’une victoire finale. En d’autres termes, il s’agit de démontrer que l’hégémonie perse qui avait connu une sorte d’apogée en 387 est synonyme de paix et par là même de stabilité sociale, programme bien propre à rassurer ou à conforter les aristocrates des cités284. En outre, la ligue des Hellènes à Corinthe a pour but de promouvoir une koinè eirènè285. Il était donc naturel que du côté perse la référence antagoniste fût celle de l’exemple le plus célèbre de ce type de “Paix commune”, où les Perses avaient joué un rôle déterminant.

  • 286 Quinte Curce 3.1.20.
  • 287 Green 1970. 116, propose de façon plus précise, mais uniquement comme vraisemblable, la cité d’Aby (...)
  • 288 Nous verrons plus loin que deux stratagèmes de Polyen quelquefois allégués n’apportent rien au déb (...)
  • 289 Babelon 1910, 122, no 67 (et éventuellement 66 et 68) ; cf. supra p. 61 n. 238 (Pl. II. 21).

41Pour faire face à une situation devenue dangereuse, Alexandre décide de prendre des mesures militaires d’importance. Nous sommes vers le milieu de 333 et les Macédoniens se trouvent alors à Gordion. Selon Quinte Curce286, le roi donne ordre de reconquérir Lesbos, Chios et Cos (à noter qu’il n’est pas question de Samos). Le dispositif est double, Amphotéros est placé à la tête de la flotte de l’Hellespont et Hégélochos commande les forces terrestres. Les deux commandements sont couplés, ce qui suppose que le centre de commandement est en Troade287. Il n’est pas exclu d’ailleurs qu’Autophradatès ait pu prendre pied sur le continent. Certes les textes ne disent rien de tel288 mais quelques monnaies portant la légende OATA et qui semblent avoir été émises en Troade pourraient l’avoir été par cet officier perse289.

  • 290 Pour l’ensemble de ces épisodes, Arrien, An., 2.4.3-5.9 ; Quinte Curce 3.4 ; 7.2-7.
  • 291 Supra p. 416.
  • 292 Briant 1993, 18, pense que cette amende s’ajoutait au tribut normalement payé par la cité.
  • 293 Arrien, An., 2.12.2.
  • 294 Babelon 1910, 463, croit pouvoir reconnaître cette déesse sur certaines séries du monnayage attrib (...)

42Pendant ce temps, Alexandre s’est avancé vers la Cilicie290 où il pénètre par les célèbres Portes, désertées par Arsamès291 qui est occupé à appliquer la stratégie de “terre brûlée” que Memnon avait vainement préconisée avant le Granique. Après avoir forcé le Perse à évacuer rapidement Tarse et ainsi évité son pillage (les auteurs n’indiquent pas quel fut le traitement appliqué à cette capitale satrapique où il reste quelque temps, bloqué par la maladie), Alexandre envoie Parménion contrôler les Portes de Syrie pour faire face à un éventuel retour offensif de Darius. En Cilicie, comme ailleurs précédemment, le sort réservé aux cités est très contrasté. Soloi doit recevoir une garnison, payer une contribution de deux cents talents d’argent pour avoir été favorable aux Perses292. Ce montant est allégé de cinquante talents après la bataille d’Issos293. Un peu plus tard, elle est aussi dotée d’une constitution démocratique, le Macédonien y organise une parade militaire et des concours, sacrifie à Asklépios qui a permis sa guérison, visite le sanctuaire d’Athéna de Magarsos294 après avoir pacifié rapidement la Cilicie Trachée. Il se rend à Mallos où il met fin à des luttes intestines (probablement au profit de ses partisans) et exempte la cité des taxes qui étaient auparavant versées au Grand Roi parce que les habitants disent être des colons des Argiens. De là, il atteint les environs de Myriandros au-delà des Portes assyriennes. La rencontre avec l’armée de Darius a lieu à Issos.

  • 295 On connaît deux Asandros, l’un (fils de Philotas) est le premier satrape macédonien de Sardes, l’a (...)
  • 296 Ps.-Skylax 99 ; Pline, HN, 5.107 qui signale l’existence d’une Palaemyndos. A partir de ce texte, (...)
  • 297 Dont la localisation n’est pas assurée avec une absolue certitude. Il est probable que les vestige (...)
  • 298 L’existence d’un toponyme Gelibolu a conduit Robert 1937, 491-500 à situer Kallipolis à proximité (...)
  • 299 Ce qui suppose qu’à quelque moment les habitants de Cos s’étaient affranchis de la tutelle perse.
  • 300 Bresson 1999. 83-114, considère que le Triopion et la ville hellénistique de la pointe de la presq (...)
  • 301 Quinte Curce 4.5.9. Si l’on suit l’ordre de cet auteur, le ralliement est plus tardif et se situe (...)
  • 302 Voir infra p. 463.
  • 303 Quinte Curce 4.1.36 ; Atkinson 1980, 289 pense à juste titre qu’il s’agit d’un raid ponctuel (cont (...)
  • 304 Arrien, An., 2.13.4.
  • 305 Ibid., 5. Sur ces événements Ruzicka 1988, 131-151.

43La constitution d’une flotte prend du temps, mais dans l’intervalle plusieurs opérations terrestres sont menées par des officiers d’Alexandre. Alors qu’il se trouve à Soloi, le roi apprend que Ptolémée et Asandros295 ont conduit une action victorieuse en Carie méridionale face à Orontobatès qui tenait Halicarnasse, Myndos296, Caunos, Théra297, Kallipolis298 et avait reconquis Cos299 et le Triopion300. A l’exception de Caunos tous ces sites se trouvent sur les deux rives du golfe Céramique. Il est tentant de placer dans ce même contexte de reconquête le ralliement des Rhodiens à Alexandre301. Cette action privait la flotte de Pharnabaze de son principal point d’appui terrestre et conduit ce dernier à contreattaquer ailleurs. Il soumet Milet à la taxation302 et renforce sa maîtrise sur Chios en y plaçant une garnison, pousse des raids jusqu’à Siphnos et Andros où il prend position. D’après Quinte Curce, il dispose encore de cent navires, malgré une défaite subie dans les passes de l’Hellespont par Aristoménès303. De Chios, des détachements sont envoyés à Cos et à Halicarnasse304, ce qui pourrait laisser penser que les Macédoniens se sont contentés de défaire Orontobatès mais qu’ils n’ont pas systématiquement cherché à occuper le terrain, dans la mesure sans doute où cela leur aurait imposé de disperser leurs forces. C’est à Halicarnasse qu’Agis, le roi de Sparte, rejoint Autophradatès. L’annonce en Égée de l’issue de la bataille d’Issos amène Pharnabaze à revenir précipitamment à Chios, qui est manifestement sa base opérationnelle et dont il craint le soulèvement305.

  • 306 Cf. Burn 1952, 81-91 (spécialement 81-84) ; Briant 1973, 53-70 ; Thommassen 1984, 68-70.
  • 307 Quinte Curce 4.1.34 ; Diod. 17.48.5-6.

44La défaite de Darius eut aussi une conséquence inattendue : une partie des contingents engagés du côté perse purent échapper aux Macédoniens et se replier en bon ordre vers le cœur de l’Anatolie (Cappadoce et Paphlagonie) pour y organiser un pôle de résistance306. Pour Quinte Curce, “les généraux de Darius, rescapés du combat d’Issos essayaient de reprendre la Lydie, à l’aide de toutes les troupes qui les avaient suivis dans leur fuite et en levant des forces en Cappadoce et en Paphlagonie’’307. Diodore indique qu’“un certain nombre de chefs et de généraux avaient échappé à la bataille d’Issos avec leurs contingents représentaient la résistance perse. Les uns, qui avaient pris possession de cités importantes, les conservèrent au parti de Darius ; les autres gagnant des peuples et recrutant des troupes parmi eux”.

  • 308 Quinte Curce 4.1.34-35 ; trad. Bardon, CUF.
  • 309 Ibid., 4.5.13.

45Ce dernier est donc moins précis sur les lieux mais on doit noter la distinction cités/ ethnè qui n’est pas un effet rhétorique. En bref, des forces non négligeables, organisées, accompagnées de leurs chefs, qui trouvent localement un réservoir de recrutement considérable (fantassins et cavaliers) tant en Paphlagonie qu’en Cappadoce, zone probable de colonisation perse, et peuvent disposer de l’infrastructure technique des cités (ateliers monétaires par exemple). Quelle réalité et quelle finalité pour les combats opposant Perses et Macédoniens ? Il convient bien entendu de revenir aux sources et même dans ce cas de mettre en question l’établissement du texte de Quinte Curce : “Le général d’Alexandre, Antigone, gouvernait la Lydie (Lydiae preerat) ; bien qu’il eût prélevé sur ses garnisons la plupart des soldats pour les envoyer au roi, il n’en mena pas moins ses hommes au combat, dans son mépris pour les barbares. Ici encore, le sort des deux antagonistes ne se démentit pas : dans les trois batailles livrées en différents endroits (tribus proeliis alia atque alia regione commissis)”...308 et plus loin : “Le roi n’était pas le seul à attaquer les villes qui ne reconnaissaient pas le joug de son empire ; ses généraux aussi, chefs excellents, avaient pénétré un peu partout : Kalas en Paphlagonie, Antigone en Lycaonie, Balakros ayant vaincu le général de Darius Hydarnès prit <Milet> (Balacros Idarne praetore Darii superato denuo Miletum cepit, mais le texte des manuscrits donne duos militum), Amphotéros et Hégélochos, avec une flotte de 160 navires soumirent au pouvoir d’Alexandre les îles qui séparent l’Achaïe de l’Asie”309.

  • 310 Harrison 1982a, 298, n. 71.
  • 311 Cf. Briant 1973, 72, no 2 ; sur diverses hypothèses embarrassées présentées, cf. e.g. Burn 1952, 8 (...)
  • 312 Supra p. 163. Dans le même mouvement qui voit Polyperchon succéder à Ptolémée, fils de Séleukos, m (...)
  • 313 Harrison 1982a, 265-290 et 1982b, 181-194 ; cf. supra p. 114 sq.
  • 314 Quinte Curce 4.1.37 ; supra p.461.
  • 315 Quinte Curce 4.5.13.
  • 316 Arrien, n., 2.13.4.
  • 317 Supra p. 261.

46Examinons tout d’abord le cas de Balakros et de “Milet”. D’une part parce que ce membre de phrase a rendu perplexe la plupart des commentateurs, d’autre part parce que, consciemment ou non, cette opération à Milet a largement influé sur la vision générale que l’on avait du déroulement global des opérations. On doit à C. M. Harrison310 une hypothèse très séduisante relative à l’établissement du texte. Elle propose de revenir à ce qui figure réellement sur les manuscrits : duos [vel simile] militum et de comprendre duo<milia> militum, au lieu de denuo Miletum cepit. Il devient alors beaucoup plus facile d’identifier Balakros et de situer son action311. Il s’agit bien du personnage qui a été nommé satrape de Cilicie au lendemain de la bataille d’issos312. C’est à ce titre qu’il doit affronter Hydarnès. Ce dernier est très probablement le fils de Mazaios et figure en tout cas parmi les officiers perses ayant frappé monnaie aux types sinopéens, comme le montre C. M. Harrison313. Levons aussitôt une objection possible : l’action d’un Balakros à Milet serait la réponse à la capture de cette dernière par Pharnabaze314. Or, le deuxième passage de Quinte Curce cité ci-dessus315 a amené les commentateurs qui admettent l’historicité de l’épisode à faire dire à 4.1.37 plus qu’il ne dit : “Pharnabaze, amiral de la flotte perse, extorque de l’argent aux Milésiens et implante une garnison dans la ville de Chios (A Milesiis... pecunia extrada et praesidio in urbem Chium introducto)” ; croisière d’intimidation dans un cas (non mentionnée par Arrien)316 et garnison seulement dans le second. On doit même ajouter que la mention expresse de la garnison de Chios aurait nécessairement été suivie de celle de Milet si elle avait existé. Pharnabaze se comporte là comme tous ceux qui ont tenu la mer avant lui (par exemple les Athéniens à l’époque de Thrasybule)317. S’il n’y a pas de prise de possession durable (voire même pas de prise du tout) il n’y a pas lieu de créer de toutes pièces un épisode qui la fasse reprendre.

  • 318 Cf. Thommassen 1984,76 sq., n. 27.
  • 319 Il n’est plus question de Sabiktas ou Abistaménès, nommé à la tête de la satrapie de (Grande) Capp (...)
  • 320 Harrison 1982 ; supra p. 114 sq.
  • 321 Un officier perse de ce nom combat en 331 à Gaugamèles (Arrien, An., 3.8.5). Berve 1926, no 594, p (...)
  • 322 Quinte Curce 4.1.34.
  • 323 Tarn 1948, 110, n. 3.
  • 324 Burn 1952, 82.
  • 325 Briant 1973, 63-68.
  • 326 Burn 1952. 83.
  • 327 Briant 1973, 61-63.
  • 328 Supra p. 459.
  • 329 Au sens de satrapie de Lydie.
  • 330 Briant 1973, 66-70.
  • 331 Cf. e.g. Briant 1973,97-118.
  • 332 Supra p. 161.
  • 333 Supra p. 109. Anson 1990, 125-128, suggère que l’importance des forces commandées par Néoptolème e (...)

47Revenons aux événements. Ils se placent nécessairement après Issos318. Nous avons relevé plus haut que l’anabase d’Alexandre n’avait fait qu’effleurer la Cappadoce319 et la Paphlagonie, que l’Arménie n’est pas concernée : par conséquent, la plus grande part du quart nord-ouest de I Asie Mineure échappe aux Macédoniens. Ces derniers ne manifestent pas une ardeur offensive particulière et Antigone, une fois sa satrapie pacifiée, renvoie une grande partie de ses troupes à Alexandre. Du côté perse, le potentiel existe mais, semble-t-il, ni les cadres ni la volonté politique. Ce statu quo bascule avec l’arrivée de contingents et de chefs actifs. Le mérite revient à M. C. Harrison320 d’avoir montré que Sinope devient l’un des centres, sinon le centre, de l’organisation de la riposte perse. Il est difficile d’expliquer autrement les multiples émissions monétaires à la légende araméenne, au moins six noms différents dont quatre pour les années 333-332 : Tyryn [?], personnage non identifié ; Mithropastès qui pourrait être le fils d’Arsitès, le dernier satrape de Phrygie maritime ; Orontobatès321, peut-être l’ancien satrape de Carie, dont on ne connaît pas le sort après sa défaite contre Ptolémée et Asandros ; Vidarna-Hydarnès, probable fils de Mazaios. Le déroulement et la durée des opérations ne se laissent pas aisément appréhender. Nous disposons, nous l’avons vu plus haut d’un passage assez vague de Diodore et de deux textes de Quinte Curce qui ne disent pas exactement la même chose. Le premier est tout à la gloire d’Antigone, le second place sur un même plan trois satrapes : Kalas, Antigone, Balakros. Je serais cependant tenté de penser qu’il s’agit pourtant des mêmes événements, mais à partir de sources différentes dont Quinte Curce n’a pas forcément perçu qu’elles faisaient double emploi. Les trois Macédoniens s’opposent à trois armées perses (Quinte Curce) dont les chefs pourraient être Hydarnès, Mithropastès, Orontobatès à la fois vers le sud, le nord-ouest et l’ouest. Quels pouvaient être les objectifs des Perses dans cette offensive ? Quinte Curce322 paraît répondre sans ambiguïté à cette question : il s’agit de reprendre la Lydie (Lydiam recuperare). Une telle assertion mérite réexamen, d’autant qu’elle a quelque peu perturbé les modernes et cela d’autant plus que quelques lignes plus bas, Quinte Curce dit, sans doute fautivement, d’Antigone qu’il gouvernait la Lydie (Lydiae praeerat). W. W. Tarn323 conclut après d’autres qu’il convient de remplacer dans les deux cas Lydia par Phrygia. A. R. Burn324 lui assigne des objectifs plus vastes et met en relation cette campagne avec les opérations navales de Pharnabaze. Cela implique de corriger Lydiae en Phrygiae praeerat mais de conserver Lydiam recuperare. P. Briant325 plaide pour la conservation du texte en l’état et en tire, comme nous le verrons plus loin, des conclusions sur la position personnelle d’Antigone dans le conflit. Restitué comme proposé par M. C. Harrison, le texte de Quinte Curce nous amène à considérer l’action perse comme une offensive tous azimuts, destinée à couper les relations d’Alexandre avec ses arrières qui lui fournissent régulièrement les renforts nécessaires à sa progression. Dans le même temps, l’ouverture d’un second front avait comme conséquence de mobiliser beaucoup d’énergies du côté macédonien alors que le Grand Roi est censé disposer d’un réservoir inépuisable d’hommes en Orient. Peut-on aller plus loin ? En d’autres termes est-il légitime de prêter aux officiers perses une politique offensive à plus longue portée, l’objectif avéré étant la Grèce326 ? Il est fort malaisé de spéculer sur des opérations qui ont échoué. P. Briant327 montre que l’essentiel de l’activité navale de Pharnabaze328 doit être nécessairement placée avant Issos : il est en effet bien clair que l’amiral perse est ensuite réduit à la défensive. Il n’en reste pas moins que les Perses ont pu (et même ont dû) raisonner sur la situation navale au moment de la bataille d’Issos et dans cette hypothèse il était normal de rechercher la jonction avec la flotte autour d’un pivot naturel qui ne pouvait être que la Lydie. Par conséquent, la solution de A. R. Burn, malgré les objections qui lui ont été opposées paraît plausible en conservant dans le texte Lydiam329 recuperare, mais sans qu’on puisse rien imaginer de ce qui se serait passé par la suite. P. Briant330 donne pour sa part à Lydia non pas le sens de satrapie de Lydie, mais un sens géopolitique large comparable à ce que l’on entendait par là à l’époque des Mermnades, c’est-à-dire en pratique toute l’Asie Mineure en deçà de l’Halys. Il en déduit qu’Antigone avait été doté d’un commandement majeur (du type karanos à l’époque perse). De fait, si l’on relit Quinte Curce 4.1.34-35, Antigone est le seul nommé, “il remporte trois victoires en des endroits différents” ; si l’on prend en compte 4.5.13, il faut constater que son rôle ne concerne que sa satrapie et encore dans une direction qui peut apparaître comme bien périphérique : la Lycaonie. Sans entrer dans le débat sur les sources de cet auteur331, il paraît tentant de penser qu’il a juxtaposé sans choisir deux récits, l’un dont Antigone était le principal centre d’intérêt et un second qui lui attribue un rôle quasi annexe. Il paraît impossible de trancher entre les deux versions sinon en observant que peu de temps après (peut-être immédiatement, puisque l’on ne connaît pas le véritable terme des opérations) Antigone reçut (à titre de récompense ?) la satrapie de Néarque en plus de celle qu’il gouvernait332. Cela pourrait montrer qu’il était considéré par Alexandre comme le véritable vainqueur de ce conflit. Il convient d’ailleurs de nuancer quelque peu les communiqués de victoire fournis par la (les) source(s) de Quinte Curce. Les généraux macédoniens n’ont fait rien de plus que de contenir la menace perse. Rien n’indique qu’Antigone ait franchi l’Halys ; on peut avoir des doutes sur l’efficacité de la campagne de Kalas en Paphlagonie et on sait a contrario qu’Ariarathe réussit à se constituer en Cappadoce et (au moins partiellement) en Paphlagonie une principauté qui perdure jusqu’aux campagnes d Eumène333. C’est donc plutôt l’impression d’un “match nul”, les adversaires restant à peu près sur leurs positions. Les actions décisives se passaient ailleurs.

  • 334 Arrien, An., 3.2.3-7 ; cf. aussi Quinte Curce 4.5.14-22.
  • 335 Thommassen 1984, 85, insiste ajuste titre sur le fait qu’en poursuivant sa politique systématique (...)
  • 336 Ce recrutement explique l’exigence d’une fourniture de navires par les gens de Chios.
  • 337 Rappelons que la piraterie jouait un rôle non négligeable dans le secteur nord de l’Egée. Nous avo (...)

48La reconquête navale est rapportée par Arrien334, qui la présente sous la forme d’un rapport d’Hégélochos à Alexandre qui se trouve alors en Égypte. Cette opération a été évidemment facilitée par l’attaque menée par le Macédonien sur les ports phéniciens et particulièrement Tyr335 qui a amputé la flotte de Pharnabaze de la part la plus nombreuse et la plus expérimentée de ses vaisseaux. Après avoir obtenu le ralliement de Ténédos, l’amiral macédonien se porte vers Chios à l’appel de la faction démocratique. Pharnabaze prend des mesures préventives : il fait arrêter les partisans de la Macédoine, donne la direction des affaires de la cité à ses alliés Apollonidès et Athénagoras avec une garde. Hégélochos met le siège devant la cité, mais un parti ouvre le passage, la population massacre la garnison perse, livre Pharnabaze et les oligarques aux Macédoniens. Trois mille mercenaires grecs se trouvent à Chios, que les officiers d’Alexandre s’empressent d’enrôler, ainsi que les équipages des navires capturés (douze trières plus trente navires sans équipages et des lemboi de pirates)336. Un peu plus tard, Aristonikos, le tyran de Méthymna, qui arrivait là avec cinq navires pirates337, tombe dans un traquenard : il est capturé et les pirates massacrés (selon Arrien) ou faits prisonniers (Quinte Curce). Pharnabaze, les oligarques, Aristonikos sont embarqués pour être déférés à Alexandre (mais le premier nommé réussit à s’enfuir au moment du passage à Cos).

  • 338 II faut entendre par là qu’il s’agit de mercenaires appointés par les Perses. Quinte Curce 4.5.22  (...)
  • 339 Arrien, An, 2.20.2
  • 340 Quinte Curce 4.8.12-15 ; cf. Diod. 18.8.1. qui soutient que la garnison ne fut expulsée qu’en 323.

49Hégélochos se rend ensuite à Mytilène qui est tenue par Charès avec deux mille Perses338. Il s’empare de la ville et obtient avec facilité le ralliement de toute l’île de Lesbos. Un détachement de soixante navires prend possession de Cos, elle aussi livrée par ses habitants. Rhodes s’est ralliée au moment où Alexandre effectue le siège de Tyr : c’est ce qu’il convient de conclure de l’envoi par la cité d’un contingent de neuf vaisseaux339. Tout comme Chios, elle est traitée avec une évidente méfiance. Alexandre renvoie les tyrans dans leurs cités respectives pour être jugés (selon Quinte Curce, cette décision est prise à Samarie) à l’exception de ceux de Chios qui sont déportés à Éléphantine. A Samarie également340 les gens de Rhodes et de Chios obtiennent d’être déchargés de leurs garnisons et Amphotéros reçoit pour mission de reconquérir la Crète après avoir purgé la mer des pirates. Comme nous l’avons noté plus haut, ce fléau réapparaît chaque fois qu’il n’y a aucune puissance capable d’assurer la police des mers ou que l’un des belligérants, comme c’est le cas des commandants de la flotte perse, encourage le phénomène.

  • 341 Ensemble du dossier réuni par Heisserer 1980.
  • 342 Syll3, 283 (Tod, 192) ; traduction Fr. Vannier, Le ive s. grec, n°31, p. 129 ; Austin 1981 no 5 ; (...)
  • 343 Tod, 1948, comm, ad loc. et la plupart des autres commentateurs.
  • 344 Les Chiotes envoient une ambassade en ce sens à Alexandre qui se trouve alors à Samarie : Quinte C (...)
  • 345 Heisserer 1980, 80.
  • 346 Cf. e.g. p. 91 sq., Érésos et peut-être aussi Priène.
  • 347 Supra p. 459
  • 348 Arrien, An., 3.2.3-5 : il fournit seulement les noms des principaux meneurs ; cf. aussi Quinte Cur (...)
  • 349 Supra p. 436 n. 80.
  • 350 Lenschau 1940, 207-214 ; SEG, 22, 1967, 506 ; Forrest 1969, 201-206 ; Heisserer 1980, 96-111 ; Pie (...)
  • 351 D’après Photius, Bibl., 176, 120b (contra Lenschau 1940, 213 ; cf. Berve 1926, no 365 ; Heisserer (...)
  • 352 Heisserer 1980, 109.
  • 353 Supra p. 160.

50Les conséquences internes de tous ces mouvements sont aussi perceptibles par quelques textes épigraphiques341 qu’il convient de tenter de replacer dans leur contexte. Nous étudierons en premier la lettre qu’Alexandre adresse aux gens de Chios342 pour leur imposer le retour des bannis et l’instauration d’un régime démocratique. Il se réserve un droit de regard sur les modifications institutionnelles à venir. Les gens de Chios doivent fournir vingt trières équipées à leurs frais jusqu’à la fin de la campagne. Il est aussi exigé que, parmi ceux qui ont livré la cité aux Perses, ceux qui ont fui seront bannis des cités adhérant à la paix (donc celles qui sont membres de la Ligue de Corinthe). Les différends entre les bannis réintégrés et les autres habitants seront jugés par la cour de justice d’Alexandre. Jusqu’au règlement définitif des litiges une garnison est mise en place, elle subsiste aux frais des Chiotes. Nous avons vu plus haut que ces derniers obtiennent son retrait lorsqu’Alexandre est à Samarie. Ce célèbre document amène à poser un certain nombre de questions et en premier lieu celle de sa date. Celle qui est habituellement proposée est 3 3 2343 mais 334 a aussi ses défenseurs. La raison avancée par A. J. Heisserer est la mention de la réquisition de la flotte ; mais cela peut s’appliquer aussi bien à celle que commande Hégélochos qu’à celle de 334 : rappelons en effet qu’au moment où Chios est reprise il reste beaucoup à faire en Égée et nous avons vu plus haut que les officiers macédoniens usent de tous les moyens pour renforcer leur potentiel militaire. Le rappel des bannis, la mention d’une garnison, dont les citoyens de Chios devront attendre le printemps 331 pour en être débarrassés344, tout cela plaide plutôt pour une date basse. Autre argument en ce sens, A. J. Heisserer lui-même345 soutient que la stèle est l’original de la lettre et non une copie tardive. Il donne des raisons de penser qu’ici comme ailleurs346 la présence du titre royal n’est pas la preuve que ces textes sont des documents aménagés a posteriori. S’il a raison sur ce point, il écarte lui-même la date de 334, dans la mesure où la stèle eût été immanquablement détruite en 333, au moment de l’offensive de Memnon, comme le montrent les épisodes de Mytilène et de Ténédos347. Comme l’avait prévu Alexandre, le retour des bannis et le traitement de ceux qui avaient pactisé avec les Perses font problème. Certes, nous avons vu que les principaux chefs avaient été déportés, mais le texte d’Arrien348 montre que le parti philo-perse avait dû être assez important. La normalisation s’est sans doute accompagnée d’une “chasse aux sorcières”, quasi inévitable dans ce type de situation de revanche pour les exilés349 et donc de procès plus ou moins justifiés, intentés ἐpὶ βαρβαρισμῶι Ici encore, Alexandre dut intervenir vigoureusement pour tempérer les ardeurs. Dans une lettre nécessairement postérieure à la précédente350, le souverain enjoint à Alkimachos de réfréner les ardeurs vengeresses des Chiotes. Il recommande en particulier d’accueillir un de ses amis encore maintenu – injustement à son avis – en exil. Le nom n’a pas été conservé, certains modernes ont pensé à l’historien Théopompe351. On ne saurait en tout cas, comme le fait A. J. Heisserer352, s’appuyer sur la mention d’Alkimachos dans le texte pour le dater précisément, dans la mesure où ce dernier paraît bien être resté en charge du secteur avec, parmi d’autres attributions inhérentes à sa fonction d’hyparque353, la capacité de rendre la justice au nom d’Alexandre.

  • 354 IG, XII.2, 6 (cf. Suppl, p. 3-4) ; OGIS, 2 ; Michel. 356 ; IJG, II, p. 344 sq. ; Tod, 201 ; cf. Pi (...)
  • 355 C’est la date traditionnelle, que l’on lie à l’ordonnance générale de retour des bannis (IJG ; Tod (...)
  • 356 Welles ; Bikerman ; Heisserer 1980 ; Heisserer & Hodot 1986 ; Worthington 1990 ; Labarre 1996, 34.
  • 357 Heisserer & Hodot 1986, 109-114 ; les auteurs rapprochent aussi IG, XII.2, 8.
  • 358 Heisserer & Hodot 1986, 121 sq. suivis par Worthington 1990 et Labarre 1996, 32.
  • 359 Mentionnés par Heisserer & Hodot 1986, 121 n. 18.
  • 360 Waddington et al., I, 95 ; cf. Debord 1998, 155 n. 154. Sur la notion d’homonoia en général, Théri (...)
  • 361 A titre de comparaison, de Romilly 1972, 199-209.
  • 362 Cf. le commentaire des éditeurs p. 113.

51La situation de Mytilène est sans aucun doute tout à fait comparable à celle de Chios. On connaissait depuis longtemps le texte d’un diagramma relatif au retour des bannis354. La date en est discutée ; celle que l’on retient généralement est 324 en liaison avec l’ordonnance générale lue à Olympie355. Mais la date de 332 a ses défenseurs356 et il me semble que c’est dans cette ambiance de remise en ordre difficile après les multiples retournements de situation qui ont lieu depuis 335 que l’on peut le mieux rendre compte du dossier complété récemment par un décret sur la Concorde357. A. J. Heisserer et R. Hodot proposent de placer chronologiquement ce texte avant/G, XII.2, 6358. Cependant par comparaison avec les exemples précités de Chios et d’Éphèse359 je serais tenté de retenir un ordre inverse. Le principal argument présenté par les éditeurs du décret sur la Concorde est fondé sur le fonctionnement des institutions à Mytilène : la mention de la bolla au même titre que le damas indiquerait pour eux que la démocratie n’est pas complètement assurée sur ses bases alors que les problèmes institutionnels seraient résolus dans IG, XII.2, 6. Il me semble que c’est mal apprécier la nature du document dont l’objet même est la Concorde. Celle-ci peut prendre plusieurs formes mais la tonalité du texte paraît indiquer un accord politique entre bolla et damos qui expliquerait le nombre des mentions des deux instances. Cette démarche est devenue tout à fait banale à l’époque impériale et trouve un parallèle exact sur une monnaie de Nicomédie dont la légende est ΒOYΛH ΔHMOΣ OMONOIA360. L’inscription insiste fortement sur la conceptualisation de l’homonoia361 comme le montre la liste des dieux et allégories garants de l’accord : les Douze Dieux ; Zeus Héraios, Basileus, Homonoios (créé sans doute pour la circonstance) ; Homonoia ; Dikè ; Epiteleia tôn agathôn362. Il me semble donc que le scénario a pu être le suivant : le retour des exilés et la restauration de la démocratie, les litiges devant être réglés par une commission mixte composée de représentants de ceux qui sont partis et de ceux qui sont restés. Mais ici, comme à Chios ou à Éphèse, l’ordre nouveau ne s’est pas établi sans mal. Une crise a eu lieu sous la prytanie de Ditas avec un emballement du processus d’épuration qui nécessite un “recentrage” : les actions judiciaires menées dans la légalité doivent continuer à être appliquées, à la différence des mesures prises sans support légal pour lesquelles sont apparemment prévues des dispositions réparatoires. En d’autres termes les autorités mises en place ont été débordées et nous sommes en présence d’une phase de reprise en main qui passe par l’affirmation de la cohésion des instances de la cité.

  • 363 IG, XII.2, 526 (OGIS, 8 ; Welles, RC, 2) ; Heisserer 1980, 27-28 ; Bertrand 1992, no 68 ; Labarre (...)
  • 364 Suivi à quelques nuances près par Labarre 1996, 25-31, qui argumente sur la présence de Parménion (...)
  • 365 Schol. Ps.-Démosthène, Traité Alex., p. 196 Dilts.
  • 366 CUF, p. 162. La date de ce document important a été fort discutée, cf. Thommassen 1984, 51, n. 9, (...)
  • 367 Cf. par ex. Heisserer 1980, 70-71.

52Le document le plus intéressant (et le plus difficile...) provient aussi de l’île de Lesbos. Il s’agit du célèbre dossier d’Érésos363. Cet ensemble de textes dont la gravure remonte au plus tôt au règne d’Antigone le Borgne est relatif à l’attitude que la cité doit avoir à l’égard de groupes de tyrans et de leurs familles. Tout le monde s’accorde à penser qu’il y a eu trois tyrannies successives. Mais à partir de là, les interprétations divergent. A. Heisserer s’efforce de démontrer, contre la plupart de ses devanciers364, que le second des épisodes tyranniques (i.e. avant la première prise en main de l’île au nom d’Alexandre) est le tait de la famille des premiers tyrans, donc de ceux qui sont nommés comme sollicitant leur retour sous Alexandre puis Philippe Arrhidée. Notons d’emblée que nous préférons, sur ce point, conserver la séquence proposée traditionnellement : 1) les trois frères Hermon, Héraios et Apollodôros ; 2) Agonippos et Eurysilaos ; 3) puis de nouveau ces derniers. Notre point de départ pour l’analyse de ce dossier est un passage d’un texte littéraire, la harangue Sur le traité avec Alexandre, qui figure dans le corpus des oeuvres de Démosthène (17), lequel a fait l’objet d’interprétations diverses sans qu’on le considère dans son intégralité (fond et tonalité). Du discours de l’orateur anonyme, il ressort qu’Athènes croit pouvoir disposer encore d’une certaine liberté de manoeuvre à l’égard du Macédonien, qu’elle possède une force navale non négligeable ce qui est aussi un atout politique (§ 20). Il eût été bien difficile d’employer ce ton après le sac de Thèbes et l’expédition en Asie ne saurait a fortiori avoir débuté. Rappelons aussi que le scholiaste de Démosthène365 place ce discours dans l’année d’accession au pouvoir d’Alexandre ; il paraît par conséquent impossible de le dater autrement que le fait M. Croiset366, c’est-à-dire en 336/335, dans la période qui suit la première mise au pas des Grecs avec le renouvellement de la Ligue de Corinthe, “normalisation” qui permet d’imposer le retour au pouvoir de la famille des tyrans de Messène. Voici ce que dit le § 7 : “Les partisans des tyrans argueront du fait qu’avant les traités (πρὶν τἀς συνθήκας) les fils de Philiadès étaient tyrans de Messène et que, en raison de cela, Alexandre les a réinstallés. Mais c’est un argument ridicule. Les tyrans de Lesbos, notamment ceux d’Antissa et d’Érésos ont été chassés, comme ayant un pouvoir illégitime, eux qui exerçaient la tyrannie avant les traités (πρὸ τῶν ὁμολογιῶν) Apparente contradiction qui ferait qu’Alexandre aurait renversé la tyrannie à Lesbos en même temps (au plus tard) qu’il restaurait celle de Messène en 336. Or la plupart des historiens n’envisagent pas qu’Alexandre ait pu intervenir, même indirectement, à Lesbos avant 334367. Comment sortir de cette aporie sinon en admettant :

  • 368 Polybe 18.4.
  • 369 Supra p. 436.
  • 370 Supra p. 410 ; Berve en fait deux frères, avec quelque vraisemblance.
  • 371 Heisserer 1980, 72.
  • 372 Contra Heisserer 1980. 66-68, suivant Pistorius 1913, 12, cf. aussi Habicht 1970, 14-16.
  • 373 Infra p. 484 (Pl. XI, 16-17).
  • 374 Cf. les conclusions de Kaiser-Raiss 1984, 27-53 à propos de Cyzique qui y voit un “portrait” de Ph (...)
  • 375 Gulbenkian 691-692.
  • 376 [Τοὶ]ς Ἓλλανας έλαΐζετ[ο], la formule est vague mais il convient de penser qu’Érésos avait adhéré (...)
  • 377 Selon Quinte Curce 4.9.11, c’est de Samarie qu’Alexandre décide de renvoyer les tyrans pour y être (...)
  • 378 Cf. Debord 1984, 211 n. 66.
  • 379 Supra p. 469.

531) Que les traités dont il est question ici ne peuvent être que l’acte constitutif de la Ligue de Corinthe de 338, fraîchement renouvelée par Alexandre ; 2) Que ce dernier ne peut être l’auteur de l’expulsion des tyrans d’Érésos consignée dans le texte, qui ne dit d’ailleurs rien de tel. Dans l’esprit de l’Athénien, le père et le fils mènent une même politique pernicieuse. Polybe368 indique clairement que les tyrans de Messène avaient d’emblée été les alliés de Philippe. Alexandre, qui est explicitement le restaurateur de la tyrannie ne fait que poursuivre la politique inaugurée par son père ; 3) Que dans ces conditions l’intervention de Philippe (ou en son nom) est postérieure à 338, puisque le Ps.-Démosthène fait référence à l’exercice de la tyrannie à Lesbos avant la création de la Ligue. Elle doit précéder de peu la campagne de Parménion, même si elle ne s’inscrit pas dans ce même mouvement. Dans cette hypothèse la politique du fils restait là aussi identique à celle du père. Il est en effet probable que la première saisie de l’île par Alexandre a eu lieu en 334 par l’entremise d’Alkimachos369. Au lendemain de l’échec de Parménion il est assez vraisemblable que l’île est retombée aux mains des partisans de la Perse et donc des amis de Memnon, tout comme Éphèse. Les tyrans se réfugient d’eux-mêmes auprès du Rhodien avant d’être réinstallés par ce dernier au cours de sa contre-attaque et enfin évincés par Hégélochos. C’est probablement au cours de leur deuxième exercice de la tyrannie que les deux frères370 Agonippos et Eurysilaos, qui tenaient selon toute apparence les deux cités d’Érésos et Antissa, ont détruit les autels de Zeus Philippios érigés dans les deux villes371. C’est Alexandre et non Philippe qui les a fait élever372 : il y a au moins deux raisons à cela. D’une part un culte de Zeus Philippios me parait très improbable du vivant de Philippe et, de ce point de vue, le parallèle d’Éphèse n’est pas recevable dans la mesure où les Éphésiens érigent une statue de Philippe. On sait par Pausanias que cette pratique avait de nombreux antécédents, d’autre part on comprendrait mal que les tyrans aient laissé subsister un tel témoignage après la première éviction des Macédoniens. On observera que la réinterprétation de deux hektai de Mytilène373 fournit un parallèle tout à fait éclairant. Sur l’une d’elle apparaît à l’avers un Zeus de facture très comparable à celui de certaines séries émises en Macédoine sous Philippe II. Il me paraît très tentant d’y voir un Zeus Philippios374, au revers un Héraklès imberbe. Alexandre se pose donc d’abord en successeur de son père divinisé. C’est à cette même époque que doit appartenir le monnayage précité de Cyzique et celui de Lampsaque après le ralliement rapide de cette dernière375. C’est donc leur seconde tyrannie qui est marquée par un sérieux durcissement : rendus furieux par leur éviction, ils exercent de vives représailles contre la population dans son ensemble et pas seulement contre la faction démocratique qui avait très probablement accédé au pouvoir avec l’arrivée d’Alexandre en Asie. Ils reconstruisent la citadelle de l’acropole, extorquent vingt mille statères aux citoyens, s’en prennent aux Hellènes376, abattent les autels de Zeus Philippios, déclarent la guerre à Alexandre et aux Hellènes, désarment et expulsent les citoyens, enferment leurs familles dans l’acropole ; s’emparent encore grâce à ces otages de trois mille deux cents (ou deux mille trois cents) statères, avec l’aide des “pirates”, pillent la cité et les temples et y mettent le feu, provoquant la mort de plusieurs citoyens. Enfin le seul Agonippos est accusé d’avoir calomnié les Érésiens auprès d’Alexandre. On sait que ces tyrans furent capturés sans doute par Hègélochos et remis sur ordre d’Alexandre aux Érésiens pour être jugés377. Ils lurent condamnés à mort à la quasi-unanimité : seulement sept citoyens sur huit cent quatre-vingt-trois se prononcèrent pour l’acquittement378. La vindicte populaire poursuivit comme il était de règle les descendants de tous les tyrans. Sous le même règne, on interdit le retour d’exil des descendants d’Hermon et d’Héraios et Apollodôros379 et on confirma la confiscation de leurs biens. Il parait probable que ces derniers entendaient profiter en 324 de I ordonnance générale de retour des bannis, mais ils n’obtinrent pas gain de cause.

  • 380 Shipley 1987, 159.
  • 381 Supra p. 292.
  • 382 Supra p. 457 et n. 261.
  • 383 Supra p. 445.
  • 384 Cf. en dernier lieu, Bousquet 1959, 152-155 ; deux des trois documents dans Syll3, 276 : les trois(...)
  • 385 Deux au moins sont connues, l’une en 354/353 (IG, II2, 1437), l’autre en 346/345 (ibid., 1443). Not (...)
  • 386 Rapprochement de I. Priene, 5,1. 18 et IG, II2, 1628a, 1. 120 ; cf. Cargill 1995, 142 et no 398 ; (...)
  • 387 Shipley 1987, 160.
  • 388 Shipley 1987, 165. Ou en 323 ? Cf. Cargill 1995, 40-41, avec bibliographie ; en dernier lieu Hallo (...)
  • 389 Cf. Heisserer 1980, 182 ; supra p. 448.
  • 390 Errington 1975. 53 sq.
  • 391 Comme note Cargill 1995, 41-42, l’authenticité (ou la date) de Plut., Alex., 28.1 a été discutée. (...)
  • 392 Reconstruction différente de celle de Shipley 1987, 165.
  • 393 Tel que ce document, publié par Habicht 1957, 164 sq. no 2, a été réinterprété par Badian 1976, 28 (...)
  • 394 Supra p. 269.
  • 395 Shipley 1987, 161-164, fournit, après Habicht 1957, une liste des témoignages conservés grâce aux (...)

54La situation de Samos est un cas particulier380. Cela est vrai en fait depuis 365, c’est-à-dire à partir de la saisie de I île par les Athéniens et l’installation d’une clérouquie381. Contrairement à ce qui a été parfois assuré, le silence des sources littéraires n’est pas fortuit382 : il semble bien qu’à l’exception d’un coup de main rendu nécessaire par les circonstances383 les deux adversaires aient ménagé la position athénienne. Cela permet en ces temps troublés, aux clérouques de mener une existence paisible ; ce que paraissent bien attester les documents épigraphiques. Par trois fois des théories apportent des couronnes d’or à Delphes, entre 334/3 et 3 28/7384. Comme le note G. Shipley, ces consécrations sont bien plutôt l’affirmation d’une prospérité de la communauté que la marque d’une quelconque inquiétude : la neutralité de fait de l’île permet d’accroître sa richesse. L’attachement à Athènes est concrétisé par des offrandes de couronnes émanant des colons et que l’on retrouve dans les inventaires des biens sacrés de la métropole385. On ne sait si la présence d’une garnison athénienne sur l’île était permanente. Des documents épigraphiques, malheureusement mal conserves, nous apprennent l’existence successive de plusieurs stratèges pour Samos. L’un d’entre eux [Di]philos Aixoneus pourrait être une aide précieuse pour la datation des premiers décrets du corpus de Priène, cependant l’identification et la chronologie reposent sur une reconstruction séduisante (mais non assurée) des textes386. Il reçoit le droit de cité à Priène dans des circonstances qui ne sont pas connues. G. Shipley387 conjecture que cela pourrait avoir un rapport avec la récupération de la Baitinétide par les Priéniens. C’est seulement en 324, avec l’ordonnance de retour de tous les bannis, que le cas des Samiens est pris en compte par Alexandre388 à la demande expresse de Gorgos, membre influent de l’entourage royal389. En effet, comme le pense R. M. Errington390, il a fallu une décision spéciale concernant le cas particulier de Samos391. Encore convient-il de remarquer que les Samiens devront attendre au moins 322 pour pouvoir effectivement rentrer dans l’île. Une tentative manquée de retour a lieu en 323. Elle vaut à ses auteurs d’être arrêtés, conduits à Athènes et condamnés à mort ; leur exécution étant évitée de justesse392. Il paraît plausible de lier à cette opération le décret honorifique pour Nausinicos de Sestos loué pour avoir fourni deux navires de guerre aux exilés qui se trouvaient à Anaia393. La bourgade la plus importante de l’ancienne pérée a servi de lieu de concentration des Samiens en attendant leur retour dans leur île. Il est même assez probable que certains se sont établis là avec la bénédiction des Perses dès 411 et encore en 365394. Notons à ce propos l’importance, quantitative et qualitative, de la “diaspora” samienne. Le nombre des décrets honorifiques et la dispersion géographique des bénéficiaires attestent de l’étendue du secteur où s’exilent les Samiens, mais aussi du fait qu’ils surent s’attirer la bienveillance de nombre de gens influents dans leur cités ou ailleurs (Gorgos et Minnion d’Iasos ne sont qu’un exemple parmi d’autres)395.

  • 396 Par exemple entre Tarn 1948 et Bikerman 1934.
  • 397 On déduit de Ps.-Démosthène, Traité Alex., 7 l’idée qu’Antissa et Érésos étaient certainement memb (...)

55Dans cette nouvelle tourmente, essayons d’apprécier ce qu’a pu être la situation des populations locales, quelle qu’en soit l’origine ethnique. Comme bon nombre de ses devanciers (Agésilas, Philippe, etc.) l’objectif que s’assignait officiellement Alexandre était la liberté des Grecs. On sait que de profondes divergences d’appréciations396 existent sur le point de savoir quelles conséquences pratiques a eu une telle proclamation. Question connexe, existe-t-il une différence de traitement entre les cités insulaires et les cités continentales ? Certains modernes ont cherché à mettre en exergue les différences en affirmant que les premières faisaient partie de la Ligue de Corinthe, les autres non. Il est difficile de tenir une position manichéenne. Certaines cités insulaires sont à coup sûr membres de la Ligue (peut-être même dès le règne de Philippe pour certaines d’entre elles), c’est le cas de Ténédos, de Chios, de tout ou partie des cités de Lesbos397. Mais c’est là la totalité de la liste : Cos et Rhodes sont restées tardivement dans la mouvance perse, Samos étant, nous l’avons noté, un cas particulier. Or nous constatons que si le besoin s’en fait sentir – que la cité ait préalablement appartenu à la Ligue ou non – le Macédonien ou ses officiers installent des garnisons : ainsi à Mytilène, à Chios aussi bien qu’à Rhodes. On peut arguer du fait que les objectifs étaient d’ordre stratégique et les garnisons placées avec I accord de la population ou, à tout le moins, à la demande de la faction philo-macédonienne nouvellement installée au pouvoir. Le cas de Chios invite à poser la question en termes différents ; la garnison est mise en place (aux frais de la cité) et le restera tant que les problèmes internes ne seront pas réglés. On peut sans peine conclure que celle-ci constitue un puissant moyen de pression dans le sens des intérêts d’Alexandre et de ses partisans. On sait aussi que la situation faite à Rhodes était identique et que les deux cités conjuguent leurs efforts pour obtenir le plus rapidement possible le départ de leurs phrouroi. Entre 340 et 323, plus encore que les cités continentales, les insulaires changent plusieurs fois d’obédience et cela ne fait qu’exacerber les passions et les exactions. Nous sommes assez mal renseignés sur ces convulsions, sauf dans le cas d Érésos où il semble bien que la tyrannie d’Agonippos et Eurysilaos se soit radicalisée entre le moment où elle s’est installée pour la première fois et celui où Memnon la remit au pouvoir après leur éviction. Les luttes de faction sont une plaie commune des cités du ive s., mais il est évident qu’elles trouvent un aliment sans cesse renouvelé dans les conflits qui opposent les grandes puissances.

  • 398 Badian 1966, 59 ; suivi sur ce point par Heisserer 1980, 167. Cf. le point de vue très critique de (...)
  • 399 Supra p. 440.
  • 400 Supra p. 160.
  • 401 En s’appuyant sur I. Priene, 5 et 6 et les conclusions de l’éditeur Hiller von Gaertringen : cf. H (...)
  • 402 Cf. aussi Scholie à Démosthène, Cour., 89.
  • 403 IK. 1-Erythrai, 31 ; supra p. 437.
  • 404 Est-on si sûr que, conformément à l’opinion généralement admise, telle était le cas de toutes les (...)
  • 405 Diod. 17.24.1 ; supra p. 446.
  • 406 Arrien, An., 3.24.3.
  • 407 De même pour les mercenaires engagés par le Grand Roi avant la paix et l’alliance.
  • 408 Goukowsky 1983, 236, suggère que ce changement d’attitude à l’égard des cités grecques a lieu à pa (...)
  • 409 Plut., Alex., 34.2 ; cf. Ruzicka 1996, 128 sq.
  • 410 Robert 1959, 668 sq. compte-rendu de I. Didyma à propos des no 434-437 ; cf. Deppert-Lippitz 1984, (...)

56En ce qui concerne les cités asiatiques, beaucoup d’encre a été consacrée à la question de savoir si elles ont adhéré à la Ligue de Corinthe après leur “libération”. Après d’autres, E. Badian398 conclut à leur appartenance. Son argumentation repose sur des bases qui peuvent paraître fragiles : il s’appuie essentiellement sur la convergence entre la fonction qu’il attribue à Philoxénos, celle de collecteur des syntaxeis des cités grecques de l’Ionie, et la mention dans I. Priene, 1 de l’exemption de la syntaxis octroyée aux Priéniens. Il fait valoir que 1) le terme syntaxis a été substitué par les Athéniens à phoros dans le cadre de la ligue du ive s. ; 2) Philippe a reproduit les institutions de cette ligue pour revivifier celle de Corinthe. Cette démonstration appelle un certain nombre de commentaires. La lettre de Priène distingue sans ambiguïté possible syntaxis et phoros : les citoyens de Priène sont exemptés des syntaxeis alors que les habitants des kômai appartiennent au roi et sont à ce titre redevables du phoros399. Peut-on pour autant identifier un personnage qui serait responsable de la collecte des impôts des seules cités grecques ? Il faut beaucoup forcer le texte d’Arrien, qui dénomme Philoxénos collecteur des impôts de ce côté du Taurus400, pour attribuer à ce dernier une fonction exclusivement tournée vers l’Ionie et les cités grecques. La distinction fondamentale est à opérer entre ceux qui paient et ceux qui sont exempts : άφορολόγητοι. Si l’on revient à l’inscription de Priène précitée, il faut bien voir quelles en sont les implications. E. Badian a raison de faire référence à Athènes pour la syntaxis, mais on est en droit de s’interroger sur ce que signifie l’emploi de ce terme. Dans la phraséologie diplomatique, qui sied aux rapports entre le Macédonien et une cité grecque, il est plus “politique” d’employer un terme évoquant une alliance où les cités contribuaient volontairement alors que le phoros, qui avait laissé un souvenir odieux, convenait bien aux populations autochtones “esclaves” du grand Roi. Rappelons à cette occasion les liens existants entre Athènes et Priène, qui ont conduit certains modernes à imaginer que la refondation de Priène était le fait des Athéniens401. Constatons tout aussitôt qu’il y a eu dévoiement du modèle en ce sens que la possibilité d’exemption que s’octroie Alexandre implique que la “liberté” que supposait la syntaxis est devenue entièrement fictive, puisque tout dépend en dernier ressort de la décision royale. Le vocabulaire reste le même entre le moment où Alexandre reprend le contrôle de la Grèce et celui où il conquiert l’Asie ; un certain nombre de parallèles ont été mis en évidence par A. J. Heisserer. Par exemple Ps.-Démosthène, Sur le traité avec Alexandre, 8402 : ἐλευθέρους εἶναι κaὶ αὐτόνóμuς τοῦς Ἕλληνας est à rapprocher de la formule identique appliquée à la seule cité de Priène dans I. Priene, 1. Pour que le discours idéologique soit complet, il doit comprendre, outre la liberté et l’autonomie, un troisième volet qui est l’exemption fiscale ; là encore, les parallèles s’imposent, l’inscription d’Érythrées403 répond à ce qu’avaient obtenu les Athéniens, αύτονόμους εἶναι καὶ ἀφρολογήτους404 encore exactement les mêmes termes employés par Diodore pour décrire ce qu’Alexandre concède aux cités grecques au cours de sa descente vers Halicarnasse405. Est-ce à dire que le cadre politique était nécessairement resté le même ? Il n’est certes pas question de nier l’évidence, c’est-à-dire la continuation de la Ligue des Hellènes. On rappellera par exemple le passage d’Arrien406 où l’on voit Alexandre, au retour d’une expédition contre les Mardes, régler différemment le sort d’ambassadeurs grecs auprès du Grand Roi407, arrêtant les Lacédémoniens et l’Athénien, mais laissant libres les Sinopéens, sujets du Roi et qui ne sont pas membres de la Ligue (probablement la même raison pour un sort identique fait à l’ambassadeur de Chalcédoine). Alexandre joue des distinctions avec une bonne foi toute relative puisqu’il ne semble pas que les Lacédémoniens aient jamais adhéré (de gré ou de force) à la Ligue des Hellènes. Il me paraît assez tentant de penser que celle-ci est devenue une entité de plus en plus théorique, autrement dit une référence à laquelle on redonne vie si nécessaire. La création de la Ligue avait correspondu du point de vue macédonien à un besoin, à une époque : elle était un moyen de “fidéliser” les cités grecques et de les associer au grand dessein oriental. Mais il y aurait quelque paradoxe à penser qu’Alexandre a continué à vivifier cette institution en lui adjoignant effectivement les cités asiatiques, dans le même moment où le licenciement de la flotte pouvait être ressenti comme un geste de défiance à l’égard de ses alliés grecs. Observons que la question devient obsolète à partir du moment où la victoire se dessine nettement en faveur de l’Argéade408. Après Gaugamèles en 331, “Il écrivit que toutes les tyrannies avaient été éradiquées et que partout les Grecs vivaient en citoyens autonomes”409. Nous sommes là en présence d’un bien curieux retour à ce leitmotiv qui a été si souvent repris depuis le ve s. On peut y voir une sorte de réponse à la Paix du Roi de 387 où les cités d’Asie Mineure étaient exclues des garanties accordées ou imposées aux autres, mais en fait il s’agit de marquer que les cités n’appartiennent plus aux Perses. De surcroît le concept d’autonomie a considérablement évolué. Nous verrons plus loin qu’avec l’ordonnance sur le retour des bannis de 324, elle est largement mise à mal, au nom des principes, puisqu’Alexandre intervient directement dans les affaires intérieures des poleis. Dans ces conditions, la relation individuelle d’alliance avec le roi devient l’élément déterminant. On rappellera que l’atelier monétaire de Milet frappe des συμμαχίδαι δραχμαί410, sans aucun doute des drachmes à l’effigie d’Alexandre (pour ?, au nom de ?, avec l’accord du roi ?).

  • 411 Gallet de Santerre 1947-1948, 305-306.
  • 412 Str. 14.1.31 ; infra p. 477.
  • 413 Mais Robert 1951, sp. 93 sq.. montre combien son point de vue a été schématisé.
  • 414 Cf. par ex. Wroth, BMC Troas, introduction : Head 1911, 559 ; SNG Cop. 331-335 et von Aulock 1732, (...)
  • 415 Robert 1951,92-100.
  • 416 Pistorius 1913, 125.
  • 417 Robert 1966, 95 sq.
  • 418 Cf. supra p. 178.
  • 419 Robert 1951,97 sq.
  • 420 Supra à propos de Priène.
  • 421 Cette politique en direction des koina se poursuit à l’époque hellénistique, cf. par ex. la lettre (...)
  • 422 Supra p. 176.

57Il est possible qu’il y ait eu un autre niveau à l’organisation des rapports. Je serais en effet assez enclin à suivre H. Gallet de Santerre411 lorsqu’il soutient l’hypothèse selon laquelle Alexandre s’est appuyé en Asie Mineure sur les koina. Il suggère qu’Alexandre a revivifié la ligue autour du Panionion, mais il ne peut guère fournir que des indices comme par exemple la célébration d’Alexandreia sur le territoire de Téos412 ; ainsi qu’une confédération des cités de Troade dont il situe le remodelage avant Antigone, autour de l’Athéna d’Ilion ; enfin il s’efforce d’accréditer l’existence d’une confédération éolienne. Il argumente en particulier autour de deux séries de monnaies, l’une d’argent (tête d’Athéna, casque corinthien, que Fr. Imhoof Blumer pense avoir été imitée du monnayage d’or d’Alexandre), l’autre de bronze (tête d’Héra ?) ; les deux portant au revers la légende AIOΛE. A la suite du numismate allemand413 une véritable vulgate s’est imposée pour interpréter ces pièces comme ayant été émises par un koinon de Lesbos entre 330 et 280, le lieu de frappe proposé étant Méthymna414. L. Robert415 fait valoir que depuis H. Pistorius416 existait une hypothèse alternative plus cohérente : une confédération liant les villes éoliennes à la fois de l’île et du continent, pourquoi en effet employer pour Lesbos seule la légende AIOΛE ? Il fait observer que les lieux attestés de découverte de ces monnaies sont Assos et Kébren et que les trouvailles les plus récentes nous ramènent à la Troade et à l’Éolide417. Il conclut donc à l’existence d’un koinon des Éoliens418 mais s’interroge419 sur les relations existant entre le koinon et la confédération réunie autour de l’Athéna d’Ilion. Il souligne que rien n’indique que ces entités se soient succédées et il me paraît que cette question délicate doit être traitée en parallèle avec le “doublon” apparent que représentent le koinon des Cariens et l’ethnos des Chrysaoriens. La mention d’Antigone, dont on sait qu’il a été un successeur fidèle aux idées d’Alexandre en particulier pour les thèmes de la liberté et de l’autonomie des cités420, invite à prendre en considération le point de vue d’H. Gallet de Santerre421, dont je me démarquerai cependant sur un point : cette politique ne constitue en aucun cas une rupture par rapport à la situation antérieure sous l’Empire perse422.

  • 423 Supra p. 445.
  • 424 Heckel 1997, 194.
  • 425 On pensera particulièrement au décret sur la concorde de Mytilène, Heisserer & Hodot 1986, 109, 1. (...)
  • 426 Arrien, An., 1.18.2 ; supra p. 446.
  • 427 Tarn 1948, 199-227.
  • 428 Badian 1966, 56 sq.

58Comme la plupart des commentateurs de bonne foi l’ont noté, l’attitude d’Alexandre à l’égard des cités, mais aussi la relation réciproque a beaucoup varié. Il faut d’emblée souligner que la littérature antique fausse sensiblement les perspectives dans la mesure où il y a de la part d’Arrien et de Diodore, mais sans aucun doute déjà aussi de leurs sources, réinterprétation de la première partie de la campagne à la lumière des événements ultérieurs. En d’autres termes, pour ce qui concerne la partie micrasiatique de la campagne, Alexandre n’a pas été considéré différemment de ses prédécesseurs athéniens ou surtout Spartiates : l’accueil reçu est très varié et il doit être tenu compte des situations locales particulières. Ainsi l’attitude opposée d’Abydos et de Lampsaque s’explique largement par la rivalité de toujours entre ces deux cités. De même on ne saurait affirmer que celle des Milésiens au début du siège423 témoignait d’une particulière révérence à l’égard du Macédonien : il s’agit, en un moment incertain, de sauvegarder au mieux les intérêts de la cité en recherchant une neutralité de ville ouverte. Comme le note W. Heckel424 l’accueil parfois réservé des Grecs et des populations autochtones s’explique aussi par le fait qu’ils trouvaient leur intérêt à la domination perse, cela est particulièrement vrai pour les oligarchies. Par conséquent interpréter les ordres donnés par Alexandre à Alkimachos d’établir la démocratie dans les cités d’Éolide et les efforts d’Hégélochos et Amphotéros pour éradiquer les tyrans des îles comme un acte désintéressé ne rend certainement pas compte des réalités. De plus ce mot d’ordre fut rapidement tempéré voire oublié. On constate en effet qu’une fois la victoire acquise, les cités profitent de l’occasion qui leur est offerte pour tenter de régler à leur avantage certaines affaires en suspens, particulièrement des conflits territoriaux. Comme dans les îles425, la faction démocratique s’assure le pouvoir, et à l’instigation d’Alexandre lui-même426, le changement s’opère immédiatement. Cependant les conséquences sont telles que le roi est amené assez vite à “calmer le jeu”. On se demandera d’ailleurs si cela correspond à la volonté sincère de rétablir la paix civile que des procès sans fin auraient irrémédiablement compromise ou bien si, la conquête devenant plus assurée, le roi avait en quelque sorte “recentré” le système politique qu’il souhaitait voir adopter par les cités grecques. Revenons un instant à l’attitude qu’Alexandre a adopté à l’égard de ces dernières. Dans ce domaine il n’y a pas eu, malgré W. W. Tarn427, d’attitude systématique mais bien plutôt des réactions empiriques tenant compte des cas particuliers mais aussi de l’état d’avancement des opérations militaires, des impératifs de propagande ou, de façon encore plus prosaïque, des nécessités financières. Il y a donc garnison (Sidè) lorsque cela est jugé nécessaire, exaction d’un tribut (Aspendos, Soloi) avec même, si l’on suit E. Badian428, une véritable organisation pour la collecte des syntaxeis. Comme le montre l’exemple de Sardes, l’évolution de la Pamphylie-Pisidie ou de la Carie, la distinction entre communautés grecques et non-grecques devient plus délicate à opérer et lorsque ces dernières ne se sont pas opposées à lui, le Macédonien les traite à peu près sur le même pied que les cités grecques accélérant ainsi un processus évolutif déjà en cours.

  • 429 Contra Gernet & Boulanger 1932, 474. Diod. 18.8.4 ne parle que des bannis, le reste se déduit du d (...)
  • 430 Badian 1961, 25-31 ; Bosworth 1988, 220-228.
  • 431 Supra p. 466 pour les cités insulaires.
  • 432 Sur la situation d’Héraclée à ce moment notre source principale est Memnon ; cf aussi Nymphis d’Hé (...)
  • 433 Memnon, FGrHist, 434, F1, 4.1 (supra p. 455).

59En 324, la proclamation de Nicanor à Olympie comporte deux volets : Alexandre exige que les cités lui décernent des honneurs divins429 et ordonne le retour des bannis430 dans leur cité d’origine. Si une telle mesure était propre à susciter l’enthousiasme des exilés, il n’en allait pas de même des pouvoirs en place dans les cités. Athènes pouvait par exemple craindre le pire à propos de Samos. En Anatolie431, les conséquences de l’ordonnance ne sont pas toujours faciles à apprécier, la marge de manoeuvre des poleis est des plus minces et il est significatif que l’un des seuls cas connus soit celui d’Héraclée pontique432 alors gouvernée par le tyran Denys. Ce dernier est manifestement ménagé par Alexandre (il faut rappeler que celui-ci ne contrôle pas vraiment les régions septentrionales), mais les bannis s’appuyant probablement sur l’ordre général demandent à rentrer. Denys obtient gain de cause grâce à l’intervention de Cléopâtre, la soeur du roi433.

  • 434 Sur le culte d’Alexandre dans les cités d’Asie Mineure et à Rhodes, Habicht 1970, 17-28. Voir auss (...)
  • 435 I. Priene, 108, 75 ; cf. Heisserer 1980, 165 n. 34.
  • 436 Magie 1950, 893.
  • 437 Michel, 456 ; voir Migeotte 1984, no 101 sq. ; 1992, no 77. Faut-il penser à Philippe II ou plutôt (...)
  • 438 OGIS, 3.
  • 439 Str. 14.1.31. Il est question d’Alexandreia au tout début de l’inscription I. Magnesia, 16 et auss (...)
  • 440 IK, 2-Erythrai, 201.
  • 441 IK, 1-Erythrai, 64 ; un sacerdoce d’Alexandre à Éphèse, IK, 13-Ephesos, 719. Nous avons noté plus (...)
  • 442 IK, 2-Erythrai, 207,1. 90.
  • 443 IK, 1-Erythrai, 87 et 89 (restitution probable).
  • 444 IK, 3-Ilion, 122.
  • 445 Callisthène, FGrHist, 124, F 14 ; Str. 17.1.43 ; récit un peu différent chez Quinte Curce 7.5 28 ; (...)
  • 446 BMC Ionia 51 p. 189 et pl. XXI, 8, daté là des environs de 350 ; Kinns 1986, 237, propose pour sa (...)

60Concernant l’autre objet de la proclamation d’Olympie, ses conséquences tangibles sont malaisées à quantifier434. Un Alexandreion à Priène435 est interprété comme un sanctuaire par l’éditeur mais D. Magie436 pense plutôt à un gymnase ou à une stoa. L’existence d’un gymnase Philippeion à Halicarnasse437 plaiderait plutôt en ce sens mais cela suppose malgré tout une dimension cultuelle non négligeable. On rapprochera la statue du dieu Alexandre consacrée dans le gymnase par la cité de Bargylia438. Le koinon des Ioniens organisait des Alexandria dans un bois sacré situé sur le territoire de Téos439. On rappellera que Priène avait un rôle moteur dans cette instance. Il faut signaler aussi l’existence d’un culte d’Alexandre à Érythrées dont le sacerdoce était mis en vente parmi tous ceux de la cité440 au début de l’époque hellénistique. Un sacerdoce du dieu Alexandre existe encore au iiie s. p.C.441. Il faut donc distinguer un culte civique, dont il est probablement fait mention dans le calendrier des cultes hellénistiques442 et la participation des Érythréens aux Alexandreia du koinon443. Par ailleurs, Ilion donne le nom d’Alexandre à l’une de ses tribus444. En revanche il est légitime de se demander dans quelle mesure l’histoire suivante relève ou non du “Roman d’Alexandre”. Notre guide est Callisthène, auteur du récit qui nous a été transmis par Strabon445. Après la défaite de Salamine Xerxès s’était vengé en détruisant les temples d’Ionie à l’exception de celui d’Artémis Éphesia. L’oracle de Didymes était resté muet et la source sacrée s’était tarie. La libération de Milet par Alexandre produit un effet miraculeux : l’oracle renaît et les Milésiens peuvent annoncer à Alexandre alors à Memphis qu’il est bien le fils de Zeus et que son avenir s’annonce sous les meilleures auspices. La suite est plus étonnante. Selon Callisthène la dynastie sacerdotale des Branchides n’a pas été déportée par les Perses mais a suivi volontairement Xerxès après avoir pillé elle-même le sanctuaire. C’est la raison pour laquelle Alexandre donne l’ordre de massacrer leurs descendants établis en Bactriane. Il n’y a pas lieu de refuser l’historicité de l’exaction, en revanche le sens profond de l’acte est moins évident. Callisthène, le thuriféraire officiel de l’expédition (avant son inexplicable revirement et sa mort en 327) loue Alexandre d’avoir vengé les Ioniens et de manifester ainsi son philhellénisme. Il est peut-être possible de placer dans ce contexte de renaissance du sanctuaire de Didymes le rare monnayage d’hémidrachmes présentant à l’avers une tête d’Apollon de trois-quarts face, et sur le revers le lion milésien à gauche regardant derrière lui avec la légende EΓ ΔIΔYMΩN IEPH446 sans qu’on puisse préciser le contexte historique ou politique précis de cette émission.

  • 447 Badian 1964, 61.
  • 448 Supra p. 158.

61On ne saurait dire quelle aurait été l’évolution à l’intérieur d’un empire unifié durablement. Relevons simplement comme une préfiguration du futur le fait que les cités paraissent avoir un “poids” lié à l’influence de tel de leurs concitoyens bien en cours auprès du roi (cf. par exemple Gorgos et Minnion d’Iasos, dont l’action permet de recouvrer un territoire disputé). Comme le note fort justement E. Badian447, les cités – pas plus celles d’Europe que celles d’Asie – ou les communautés assimilées ne sont nullement partie prenante, ni même l’enjeu, de la grande réunion de Babylone448 qui suit la mort d’Alexandre. La différence entre Europe et Asie réside dans le fait que les unes croient pouvoir encore être maîtresses de leur sort alors que les autres sont trop intégrées dans le système pour simplement tenter de résister. En ce sens comme dans beaucoup d’autres domaines, il n’y a donc guère de changement par rapport à la période qui précède. La conquête macédonienne n’a par conséquent fait qu’accentuer un mouvement déjà largement amorcé.

Annexes

Appendice 5. Alexandre et les monnayages “perses”

On connaît depuis longtemps des séries monétaires émises au nom d’Alexandre en Asie Mineure. M. Thompson449 isole six et peut-être sept ateliers qui frappent l’or en Asie Mineure occidentale : Lampsaque, Abydos, Sardes, Colophon, Magnésie, Milet et Téos ; les mêmes et d’autres encore, e.g. Mylasa450, frappent argent et bronze451. L’énoncé de cette liste n’a rien qui doive surprendre, les ateliers nommés produisent en effet à l’époque précédente des monnaies civiques, satrapales ou royales. Selon M. Thompson, l’essentiel du monnayage d’or royal des années 330-300 est frappé en Asie Mineure. On rappellera l’importance de l’atelier de Lampsaque452, qui utilise au moins cent coins de droit ; mais avant 325 ces monnaies sont presque exclusivement frappées à Sardes (en faible quantité à Magnésie)453. Elles sont très standardisées : les statères d’or ou leur divisions présentent invariablement à l’avers une Athéna au casque corinthien à droite ; au revers Nikè de trois-quarts face à gauche tenant une couronne dans sa main droite ; légende ΑΔΕΞΑΝΔΡΟΥ. Les drachmes et tétra-drachmes d’argent ont à l’avers Héraklès-Alexandre à droite avec la leontè ; au revers, Zeus sur son trône, de trois-quarts face à gauche, le sceptre dans la main gauche, l’aigle sur le bras droit tendu. Elles se distinguent donc essentiellement par les marques de contrôle (idéogramme et/ou monogramme) propres à chaque cité. Il convient encore de rappeler qu’une très large part de ces émissions a eu lieu après la mort du roi ; c’est vrai aussi pour l’argent. Il y a quelques exceptions, en particulier les séries de Sardes qui portent comme marque de contrôle une tête de “Mithra”454.

Les monnaies que nous allons évoquer maintenant sont bien différentes par leur origine, leur destination, leur caractéristiques. M. J. Price455, préparant la publication des monnaies trouvées lors des fouilles de la nécropole des animaux sacrés à Saqqara en Égypte a proposé naguère une interprétation originale de trois bronzes figurant dans ce lot456 :

— A l’avers tête d’homme imberbe à droite avec tiare apparemment diadémée et dressée sur au moins un des exemplaires (les autres sont mal centrés).

— Au revers protomé de Pégase à droite, à sa droite A, au-dessous une couronne.

Ce monnayage était connu depuis fort longtemps. E. Babelon457 proposait de l’attribuer à Lampsaque à cause du revers et il pensait y reconnaître Orontès, censé aspirer au titre royal puisqu’il émettait là un monnayage d’or – anépigraphe. Il avançait un autre avis en 1910458 par comparaison avec son no 27 frappé au nom de OATA (c’est-à-dire Autophradatès). J. Babelon en 1930 avec plus de prudence ne donnait aucun nom à l’occasion de la publication de la collection de Luynes459. On sait que la théorie d’E. Babelon était d’autant moins recevable (comment admettre par exemple la restitution de la légende [OPONT]A) qu’H. Troxell a retiré à Lampsaque le monnayage d’Orontès460. A noter cependant qu’elle publie461 un bronze (1.79 g) acquis par l’American Numismatic Society et présentant des caractéristiques similaires : avers un Perse à droite avec tiare, revers protomé de Pégase à droite. Elle observe qu’il porte la tiare droite (signe de la royauté, infra) et l’attribue en conséquence à Mithridate de Commagène462, de façon implicite parce qu’il descendait d’Orontès.

Malgré le scepticisme officieux de quelques numismates, M. J. Price n’a cessé de réaffirmer son hypothèse de départ. Le satrape imberbe de ces monnaies devait être identifié à Alexandre463 et l’émission réalisée à Memphis au moment où ce dernier y séjourne. Selon le numismate anglais il n’y aurait pas eu d’hiatus avec les monnaies des derniers satrapes perses Sabakès et Mazakès464.

Si on retient cette identification comme vraisemblable, il convient de s’interroger sur le caratère exceptionnel d’un tel monnayage. En d’autres termes, les graveurs de l’atelier de Memphis ont-ils innové ou tout simplement adopté des thèmes déjà largement répandus ? Nous avons observé plus haut que le type de Pégase (parfois interprété comme un hippocampe ailé) est commun à plusieurs cités, en particulier de Troade-Mysie-Éolide, et il est par exemple bien difficile d’attribuer précisément la monnaie publiée par H. Troxell. En ce qui concerne le “satrape imberbe” de multiples identifications ont été proposées. M. C. Harrison465 ironise en mettant en valeur les raisonnements contradictoires qui ont été tenus et conclut que dans la part nord-occidentale de l’Asie Mineure ce type doit être interprété comme Attis. Examinons d’abord les différentes émissions de cette région :

— A Teuthrania, un “satrape” imberbe dont le rendu est très proche de celui des monnaies de Memphis est donné par E. Babelon466 comme le portrait de Proklès ier. Son raisonnement repose sur un syllogisme dont les prémisses sont discutables : le seul personnage historique connu dans cette cité est le descendant de Démarate467, il est par conséquent le seul à pouvoir figurer sur les monnaies. La date de 399 qui découle de cette identification paraît bien trop haute pour le style des monnaies468, par ailleurs assez frustes, comme celles qu’identifie M. J. Price. Autre argument tout aussi décisif il s’agit de monnaies de bronze, qu’on ne saurait donc dater trop haut469.

— Il existe à Kébren une abondante série de monnaies portant une tête satrapale. Le type de revers est constitué par un monogramme liant les lettres K et E et elles sont ainsi faciles à identifier. Plusieurs attributions ont été proposées. W. Wroth470 pensait à Mania bien connue par le récit de Xénophon ou à la période qui suit la Paix du Roi. E. Babelon souligne à juste titre que “ces petits bronzes sont d’une époque plus voisine de l’invasion macédonienne471. De fait, un examen plus attentif des monnaies conservées montre qu’il y a différentes séries (au moins trois) l’une avec un Perse472 dont le rendu du visage et de la tiare pourrait être rapproché de la très célèbre monnaie de Lampsaque473 mais aussi de Traité, II. no 70, Pl. 89, 2 ; une deuxième474 où la tiare est traitée de façon très similaire à celles ou figure le nom de Spithridate475, ce qui nous ramène hypothétiquement au dernier satrape perse de Sardes. Sur la dernière série le “satrape” est clairement imberbe, la facture est plus soignée, cela vaut aussi pour le monogramme du revers476. S’il s’agit bien d’Alexandre il n’y a pas d hiatus dans la production de cette petite série de Kébren.

Le trésor de Drama en Macédoine477 comporte un grand nombre de bronzes dont certains proviennent d’Asie Mineure. Il est par conséquent très tentant d’attribuer à Kébren et non à la Macédoine la pièce 316 b (pl. 146) qui porte à l’exergue le monogramme K et E et de considérer qu’elle constitue en quelque sorte l’aboutissement de l’évolution de cet atelier478.

— A Kios de Mysie, il convient d’examiner attentivement toute une série de bronzes que W. Waddington-E. Babelon-Th. Reinach479 datent du dernier quart du ive s. Le premier se singularise par la présence à l’avers d’un perse barbu480, au revers une grappe de raisin entre deux épis de blé, anépigraphe. Ce personnage pourrait bien appartenir à la dynastie de Kios481 ancêtre des rois du Pont. Toutes les autres pièces ont en commun un avers à tête de Perse imberbe portant la tiare droite482 que les auteurs identifient comme Mithra. Elles sont légendées : KI, KIA, KIANΩN, ce qui indique qu’il s’agit d’émissions civiques. Les types de revers sont variés. Des thèmes dionysiaques dans la continuité de la monnaie précédente. grappe de raisin dans une couronne formée par les deux épis483, canthare d’où sortent deux grappes, couronne d’épis484. Une monnaie se distingue en retenant le type à la proue de navire, habituel sur les monnaies d’or ou d’argent, alors qu’une autre innove en plaçant au centre du revers une massue sous la légende KIANΩN485. Continuité et rupture caractérisent ce monnayage : comment ne pas voir en effet dans la massue une référence au nouvel ordre ? A titre de comparaison le monnayage émis par Balakros en Cilicie au nom d’Alexandre se distingue essentiellement de celui de ses prédécesseurs par l’apparition de la massue comme symbole secondaire486. Notons enfin une série avec Héraklès imberbe à l’avers, la massue et le carquois au revers, donc tout à fait comparable aux bronzes officiels d’Alexandre, mais la légende KIANΩN atteste un émission civique487 et le rendu est assez différent.

Trois cités micrasiatiques ou insulaires frappent des monnaies d’électrum. Tout montre qu’elles sont influencées en cela non seulement par leur propre somme mythologique mais aussi par les événements qui les concernent. Cela se traduit par une extrême variété des types retenus, trait qui leur est commun. Faut-il voir un effet du hasard si dans tous les cas apparaît une figure imberbe, coiffée d’une tiare ceinte d’un diadème ?

— A Phocée, plusieurs hektai portent des têtes satrapales très différentes les unes des autres. Sans revenir ici sur la question de savoir s’il s’agit ou non de portraits, nous serions tenté de penser que l’on a voulu évoquer Pissouthnès (Ph 65) plutôt que son prédécesseur, Tissapherne (Ph 86), Autophradatès (Ph 101) plutôt qu’Orontès. Tout cela pour montrer que l’hektè Ph 84 n’est pas un cas isolé. Fr. Bodenstedt488 propose d’y reconnaître un jeune perse ou Attis. Cette attribution paraît pouvoir être révisée : 1) il attribue une date de toute façon trop haute à cette monnaie ; 2) si l’on observe que ce “Perse” porte une tiare mais aussi un diadème (du débat qui a récemment opposé H. Cahn et J. Zahle489 il ressort, à côté d’un certain nombre d’incertitudes, que le diadème pourrait être à l’époque de la domination perse la marque du gouvernement satrapique) ; 3) si l’on “ôte” au personnage la tiare qui a été pour les modernes un obstacle insurmontable à toute interprétation, le rapprochement avec Héraklès-Alexandre devient parfaitement évident.

— Étant donné les liens qui unissent les émissions de Mytilène et de Phocée, on doit s’interroger sur l’éventuelle présence d’Alexandre sur ce monnayage. J. F. Healy490 étudie l’abondante série d’hektai (My 104 de Bodenstedt) qu’il considère (ajuste titre) comme ayant été la dernière émise à Mytilène : avers tête de jeune homme imberbe à droite cornes de bouc, trois boucles [?] sur le sommet du crâne491. Il y voit un Alexandre représenté en fils de Zeus Ammon492 et rejette à la fois l’idée qu’il s’agisse du dieu lui-même493 ou encore d’Apollon Karneios selon une hypothèse de Fr. Imhoof Blümer494. Le premier apparaissait barbu sur My 67 ; le second est un dieu essentiellement péloponésien. Revers : aigle à droite regardant derrière lui inscrit dans un carré dont les côtés sont constitués par des bourrelets en relief. Cet aigle trouve sa contrepartie dans divers monnayages “macédoniens”495 et on pense tout particulièrement à une brève série réexaminée récemment par M. J. Price496 : à l’avers, Zeus lauré à droite identique à celui des monnaies de Philippe II et aussi à l’avers de My 103 ; au revers, un aigle à droite de trois-quarts face regardant derrière lui, symboles secondaires : une branche d’olivier et un bonnet perse déplié horizontalement497, légende ΑΔΕΞΑΝΔΡΟΥ. M. J. Price classe cette émission à “Amphipolis”498. Ses caractéristiques ainsi que son poids499 avaient amené E. M. Pegan500 à considérer qu’il s’agissait d’une série de transition entre les monnaies de Philippe et celles d’Alexandre501. Si cette idée doit être repoussée, l’attribution à la Macédoine devient moins contraignante et la présence de la coiffe perse (comme symbole secondaire) ferait plutôt penser à Sardes (infra) et en tout cas à un atelier anatolien, dans la période précoce de l’intervention asiatique d’Alexandre.

Le portrait de Zeus lauré à droite est abondamment représenté sur le monnayage de Mytilène (My 96, 98, 101) et il est tentant d’y voir une référence à l’action de Philippe dans le nord de l’Égée502 mais nous avons vu plus haut que les autels de Zeus Philippios ne sauraient être antérieurs à la campagne asiatique d’Alexandre. Mais que dire de la monnaie My 103503 avec à l’avers Zeus et au revers un Héraklès imberbe ? Il est fort séduisant de penser que cette série vise à associer Zeus Philippios, dont le culte est justement attesté à Lesbos (à Érésos précisément) par une inscription504 et Alexandre Héraklès505 dans une représentation qui va devenir canonique sur les monnaies du conquérant de l’Asie. C’est de cette seule façon que l’on peut expliquer l’ordre des faces.

Fr. Bodenstedt place la monnaie My 102506 immédiatement avant dans son catalogue pour des raisons stylistiques évidentes, en particulier le même type de carré délimité par un bourrelet continu. Il a interprété le type de revers comme le profil d’un satrape imberbe (les successeurs de Memnon au cours de la contre-attaque perse de 332 après la mort de ce dernier à Mytilène ?), le personnage de l’avers, traité à la grecque, étant Kammys, Diogénès ou même Charès. Si cette lecture devait être retenue l’ordre des faces serait quelque peu étonnant et le seul élément de comparaison apparent serait une autre pièce de Mytilène, My 71, où est représenté au revers un Perse barbu qui a toutes chances d’être Pharnabaze, dans le contexte de la reprise en main de l’Égée après la bataille de Cnide en 394, mais à l’avers Athéna doit symboliser l’action de Conon qu’une cité grecque insulaire avait évidemment la volonté de privilégier par rapport à celle d’un Perse. Par conséquent les conditions ne sont pas similaires. Nous proposons de voir à l’avers Philippe et au revers Alexandre en satrape (tiare et diadème).

— A Cyzique, des statères et des hektai d’electrum507 aussi bien qu’une hémi-drachme et une subdivision d’argent508 ont pour illustration un “Perse” imberbe qu’E. Babelon509 propose d’identifier à Atys en particulier parce que l’une des principales divinités de Cyzique est la Meter Dindymènè, assimilée à Cybèle, et dont Attis est le parèdre. Mais cela est une reconstruction toute théorique dans la mesure où les références faites au sanctuaire montagnard de la déesse510 ne mentionnent nullement Attis. On notera aussi que dans ces exemplaires, comme E. Babelon l’indique lui-même, la tiare est ceinte du diadème et que plusieurs têtes de Zeus Ammon511 figurent dans le même groupe stylistique. Concernant la date de ces séries, il doit être observé qu’une monnaie similaire à Gulbenkian 644 (ou le même exemplaire ?) figure dans le trésor de Prinkipo512, ainsi qu’une tête d’Héraklès imberbe513.

— Enfin à Rhodes, une monnaie conservée dans la collection Courtauld514 et dont l’intérêt a été souligné par S. Hornblower515 présente dans le champ du revers une petite tête imberbe coiffée d’une tiare dans laquelle C. M. Kraay516 voit une Déméter. Comme le fait observer R. A. Moysey517 cette monnaie est datée des alentours de 340 par R. Ashton dans une fourchette comprise entre 350 et 334 (donc implicitement avant les séries frappées pour Alexandre). La rareté de cette émission – un seul exemplaire connu à ce jour – amène à suggérer qu’il s’agit là d’une série de “transition” au moment du ralliement de Rhodes à Alexandre (et dans ces conditions on s’interrogera sur la présence de la lettre A symétriquement à la tête satrapale par rapport au bouton de rose, en rappelant la même lettre sur les monnaies de Saqqara). Ce cas est donc différent en ce sens que la tête “satrapale” est ici un symbole secondaire auquel on pourrait être tenté de n’accorder aucune valeur particulière sinon la fantaisie du monétaire. Mais outre l’extrême rareté de tels symboles sur les monnaies rhodiennes de cette époque, on notera une rencontre qui ne paraît pas être le fait du hasard. Certaines séries officielles de Sardes518, qu’il s’agisse de l’or ou de l’argent, comportent comme marque de contrôle une tête coiffée d’une tiare. La série VIII, ainsi définie par M. Thompson (no 44-49), est datée par elle de la période 330-325. Suivant en cela E. T. Newell519 elle propose de reconnaître un Mithra520, tout en soulignant que Sardes était le lieu le mieux approprié pour le rappel du pouvoir perse. Il s’agit donc bien plutôt de la représentation du pouvoir du Roi, et à ce moment il ne peut s’agir que d’Alexandre. Sur certains exemplaires la tête est très exactement semblable à celle de Rhodes521, en revanche, et comme il sied pour le roi, le tétradrachme (no 46)522 présente une tête coiffée d’une tiare droite. Il y avait longtemps que les Grecs connaissaient les subtilités de l’étiquette perse. On rappellera, à titre de comparaison, le discours que Xénophon523 prête à Tissapherne “la tiare que le roi a sur la tête, lui seul a le droit de la porter droite” qui rend compréhensible la scène dépeinte par Plutarque524 : “Quand Démarate le Spartiate, invité à solliciter une faveur, demanda de faire son entrée dans Sardes à cheval en portant sa tiare droite, comme les rois, Mithropaustès, cousin du Roi, touchant la tiare de Démarate, lui dit, cette tiare n’a pas de cervelle à couvrir...” On sait par deux anecdotes concernant ce même Démarate et Thémistocle525 que le Grand Roi pouvait exiger le port du costume perse en échange de dons et du statut de Perse. Ce type de costume devait être tout a fait banal pour les aristocrates anatoliens quelle qu’en fût l’origine ethnique (et. la Lycie, la Paphlagonie, etc.) et il n y a pas lieu, sauf par un postulat intenable, de penser qu’il en allait autrement pour les Grecs.

Alexandre revêtu d’un costume perse ? Nous disposons de quelques indices qui vont en ce sens526. Arrien527 indique qu’il échange son ancienne coiffure contre la kidaris perse et Quinte Curce528 fournit une version différente mais comparable : “Il ceignit sa tête d’un diadème de pourpre broché de blanc, tel que Darius en avait eu un, adopta le vêtement des Perses”529. Plutarque530 rapporte l’anecdote suivante : les serviteurs d’Alexandre se sont divisés en deux camps, l’un dirigé par “Alexandre” l’autre par “Darius”. Averti, le Roi organise un combat singulier entre les deux chefs. “Alexandre” l’emporte. En récompense il reçoit douze villages et le droit de porter le costume perse. Ce dernier faisait donc à l’évidence encore partie de l’étiquette. Il y a aussi les monnaies provenant du trésor de Babylone531 dont M. J. Price532 montre que la date d’enfouissement doit être très proche de 323. On y trouve, selon la terminologie de Price, des monnaies de deux shekels (poids autour de 16 g) et de cinq shekels (autour de 40 g). La monnaie de deux shekels n’était pas connue avant la découverte de ce trésor. Il y avait semble-t-il plusieurs types et aussi plusieurs ateliers. L’une présente à l’avers un Perse avec bonnet en arrière tirant à l’arc à droite ; au revers un éléphant à droite533. Une autre variété publiée par H. Nicolet-Pierre534 illustre un archer sur un quadrige que M. J. Price identifie au Roi, lequel ne peut être autre qu’Alexandre. Il poursuit un éléphant monté par deux personnages qui se trouve sur l’autre face. Tout cela se retrouve sur la pièce de cinq shekels déjà bien connue535. A l’avers deux “Perses” sur un éléphant poursuivi par un cavalier armé d’une lance ; au revers un personnage de face regardant à droite couronné par Niké. Le couvre-chef est original, la combinaison du rendu des différentes séries permet d’en donner une description plus exacte. Il s’agit d’une tiare droite536 comme il sied au Roi, mais dotée d’un cimier. Curieuse rencontre entre pratiques grecques et perses, mais qui somme toute n’a rien d’inattendu. On peut penser qu’il s’agissait là d’une coiffure pour la guerre. Il est évidemment tentant de rapprocher ce casque de la série réunie par J. Votokopoulou537 à partir de découvertes issues principalement de la zone balkanique. Traditionnellement ces casques étaient appelés “thraces”, elle propose de les nommer “phrygiens” en soulignant, en particulier à travers Hérodote 7.73 les liens existant entre Macédoniens et Phrygiens538. Si l’on mène le raisonnement à son terme, les occurrences hérodotéennes539 mettent en relation ces deux peuples (avec d’autres). L’un des éléments peut être la parenté originelle, mais la soumission des Macédoniens à la Perse et leur participation à l’effort de guerre de cette dernière pourraient expliquer des similitudes dans la panoplie des différents contingents.

On connaît aussi depuis longtemps un monnayage de Hiérapolis Bambykè540 émis au nom d’Alexandre (LKSNDR). Des représentations diverses figurent sur ces séries. Nous retiendrons ici les numéros 8 et 9 : l’avers est légèrement différent mais dans les deux cas il s’agit d’un cavalier à gauche coiffé d’un bonnet perse. Sur le numéro 9541 il porte une tiare à fanons alors qu’à l’avers figure le Baal de Tarse dont il est bien probable qu’il a été à l’origine du revers des frappes d’argent du conquérant542. C’est assurément Alexandre que l’on a voulu illustrer là.

Y a-t-il une “mémoire” de ce type de costume, et en particulier de la coiffure ? J. S. Crawford543 publie un poids décoré d’époque romaine représentant Alexandre coiffé d’un casque dont le sommet est orné d’un griffon. Il le décrit comme “thrace” en fournissant un certain nombre de parallèles, le plus net étant une monnaie de Philippe V, où le roi est représenté avec un casque l’identifiant au héros Persée, à l’arrière une harpe. On sait toute l’ambiguïté d’utilisation de ce dernier en jouant sur l’homophonie perse-Persès. Mais comme le note J. S. Crawford, le casque du document qu’il publie n’est pas ailé et il semble bien séduisant de considérer comme le fait implicitement M. J. Price544 que ce casque “thrace” ou “phrygien” est en réalité “perse”. L’adjonction du griffon étant à mettre en relation par exemple avec la série IV du monnayage de Sardes545 où l’animal mythique sert de marque de contrôle.

L’examen des monnaies d’Amastris fait apparaître également une tête imberbe coiffée d’une tiare souple ceinte d’une couronne de laurier. On sait que la cité doit son nom à la reine homonyme nièce de Darius III, divorcée de Cratère puis veuve de Denys tyran d’Héraclée pontique, qui la fonda par le synoecisme de plusieurs établissements côtiers. Un premier monnayage est émis à son effigie et légendé à son nom à la fin du ive s.546. Lorsque la cité devient autonome au début du iiie s. elle adopte logiquement la légende AMAΣTPIEΩN, mais le personnage qui est figuré portant le même costume est alors masculin. Ceux des auteurs qui établissent cette distinction pensent alors à un Mithra. Il me semble qu’il s’agit d’un Alexandre idéalisé547.

C’est aussi un Alexandre “oriental”, ou en tout cas syncrétique, dont C. C. Vermeule548 publie la représentation. Il s’agit d’une statuette de bronze d’époque romaine, dérivant de la célèbre statue de Lysippe pour Alexandre, main droite appuyée sur une lance, main gauche sur la hanche, costume de facture grecque mais sur la tête une tiare souple à fanons retombants sur les épaules et le croissant lunaire du dieu Men.

Si l’on retient l’identification de C. C. Vermeule nous avons là une assimilation (tardive) d’Alexandre au dieu Men, probable volonté de réaffirmer le versant “oriental” de son épopée. N’oublions pas que le Dieu-lune est presque assurément un dieu d’origine iranienne. Certes, Alexandre (ou ceux qui ont utilisé son image post mortem) n’a nullement répugné à de telles assimilations. Mais le phénomène que nous venons de décrire n’est pas de même nature : la floraison dans le dernier tiers du ive s. d’un même thème, un jeune homme imberbe coiffé d’une tiare, droite ou non, mais le plus souvent ceinte d’un diadème fait problème. Les étalons, les métaux, les représentations mêmes, sont aussi variés que possible mais il ne saurait en être autrement lorsque l’on constate que ces monnayages sont civiques et que la frappe de ces derniers était justement l’une des manifestations les plus éclatantes de l’autonomie des cités. Quel pourrait-être alors le dénominateur commun, si l’on admet qu’il peut y en avoir un ? Malgré C. M. Harrison c’est une solution d’abandon que de penser qu’il s’agit de représentations divines. Certes ces dernières sont innombrables sur les monnaies, mais de nombreux dignitaires de l’Empire perse y figurent aussi. De surcroît, les “identifications” de divinités varient tout autant que celles des humains : Attis, Mithra, Men... Déméter même. Sans se soucier des contradictions, les auteurs de ces propositions divergentes établissent des corrélations entre les différentes séries, en général pour des raisons stylistiques. Soulignons enfin que les cultes des principales divinités retenues (Attis, Mithra) sont rattachés de façon parfois un peu laborieuse au panthéon de la cité concernée et, qu’à coup sûr, leur véritable succès est postérieur à l’anabase d’Alexandre. Sauf omission de ma part, il ne me semble pas que l’on puisse alléguer une seule représentation assurée d’Attis qui soit antérieure à l’époque hellénistique (plus tardive encore pour Mithra549). On pourrait tout au plus considérer qu’il est une conséquence indirecte de cette dernière par les brassages culturels qui se produisent à ce moment.

On doit alors aller jusqu’au bout du raisonnement. C’est assurément déformer les réalités que de lire les étapes de l’épopée d’Alexandre à travers le prisme de récits bien postérieurs aux faits où l’histoire des prémisses est réécrite en fonction des résultats. Alexandre libérateur des cités grecques asiatiques550, c’est devenu un débat d’école, presque un exercice de style chez les modernes. Si l’on essaie de “coller” le mieux possible aux sources contemporaines, telle est bien l’image qu’un certain nombre de cités ont voulu mettre en avant (cf. par exemple Priène) mais il n’est pas moins intéressant d’observer que ces mêmes cités ont représenté d’abord Alexandre non pas en roi macédonien, ni même en nouvel Héraklès mais en satrape puis en roi perse. A partir de là, deux hypothèses : soit qu’Alexandre ait choisi à ce moment de son apogée de revêtir un tel costume, soit que les cités aient vu en lui le successeur du satrape perse qui les gouvernait jusque-là et cela sans véritable solution de continuité551. Il est en effet aisé de montrer que dans un premier temps Alexandre n’a modifié en rien l’administration satrapique. Les deux hypothèses sont d’ailleurs parfaitement compatibles dans la mesure où on imagine mal que les cités aient pu développer un thème identique sur leurs monnaies sans l’aval du roi ou de ses représentants.

Sans entrer dans la controverse, qui comporte encore aujourd’hui quelques jugements subjectifs, sur la date (et donc le lieu) d’apparition des monnayages royaux d’Alexandre552, la synthèse des éléments présentés indique que son avance n’a pas localement entraîné tout de suite des bouleversements dans les pratiques monétaires des cités. En ce qui concerne le bronze, c’est dans des ateliers où l’on émettait déjà à l’effigie des satrapes, à Kios et à Kébren comme à Memphis, que l’on a évoqué, avec la liberté de style qui caractérisait très normalement les ateliers des cités grecques autonomes (ou des entités assimilées), le trait physique principal qui distinguait le jeune conquérant. Un certain nombre d’entre eux sont ensuite passés dans le nouveau système d’émission au nom du roi (légendes ΑΔΕΞΑΝΔΡΟΥ ou BA)553. En revanche le monnayage d’électrum n’a pas survécu au règne du Macédonien554 : les frappes relativement abondantes de Mytilène (My 104) en constituent en quelque sorte le chant du cygne555.

Légende des planches XI-XII
XI.1, Memphis, Price 1991 pl. 149. 3960a, ae, 0, 94 g.
XI.2. Memphis, Price 1991 pl. 149. 3960a x 2, ae.
XI.3, Memphis, Price 1991 pl. 149. 3960b. ae, 1, 22 g.
XI.4, Memphis (?), Babelon pl. 88. 26, ae, 1, 12 g.
XI.5, (?), Troxell 1977 pl. 4. 10, ae.
XI.6, Teuthrania, Babelon pl. 88. 4, ar, 1, 60 g.
XI.7, Teuthrania, Babelon pl. 88. 5, ae, 1, 05 g.
XI.8, Teuthrania, Babelon pl. 88. 6, ae, 1, 02 g.
XI.9, Kébren, SNG Tübingen 2628, ae, 0, 66 g.
XI.10, Kios, W.B.R. pl. 49. 34, ae.
XI.11, Kios, W.B.R. pl. 49. 31, ae.
XT.12, Kios, W.B.R. pl. 49. 28, ae.
XI.13, Kios, W.B.R. pl. 49. 38, ae.
XI.14, Rhodes, Pollard 1968, 101, ar, 15, 11 g.
XI.15, Mytilène, Bodenstedt My 104. el, 2, 73 g.
XI.16, Mytilène, Bodenstedt My 103, el, 2, 55 g.
XI.18, Mytilène, Bodenstedt My 102, el, 2, 35 g.
XII.1, Phocée, Bodenstedt Ph. 84, el, 2, 55 g.
XII.2, Macédoine (?), Price 1991 142a, ar, 14, 45 g.
XII.3, Cyzique, Babelon pl. 173. 27, el, 16 g.
XII.4, Cyzique, Gulbenkian 644, el, 15,86 g.
XII.5, Sardes, Thompson 1983 44, au, 8,59 g.
XII.6, Sardes, Thompson 1983 45, au, 8,55 g.
XII.7, Sardes, Thompson 1983 46, ar, 17,23 g.
XII.8, Hiérapolis de Syrie, Seyrig 1971 pl. 2. 9, ar, 8, 02 g.
XII.9, Babylone (?), Price 1991 pl. 159. I, ar.
XII.10, Babylone (?), Kraay-Davies 1973 pl. 12, ar.
XII.11, Babylone (?), Price 1991 pl. 159. H, ar.
XII.12, Amastris, SNG Black Sea 1299, ar, 9, 62 g.
XII.13, Amastris, SNG Black Sea 1303, ar, 9, 17 g.

Notes

1 Baumbach 1911 ; Julien 1914 ; Berve 1926 ; Ehrenberg 1938 ; Wilcken 1933, 90-106 ; Bickerman 1934, 346-374 ; Tarn 1948 ; Badian 1966, 37-69 ; Heisserer 1980 ; Seibert 1985 ; Bosworth 1988, 35-55. Les études concernant Alexandre sont innombrables.

2 Arrien, An., 1.11.6.

3 Ibid. 7 ; Plut., Alex., 15.

4 Diod. 17.17.6.

5 Str. 13.1.26.

6 Supra p. 299.

7 Ἀρχαίας ἤδη κεκακωμένας ; pour ces synœcismes (Ilion, Alexandrie de Troade), cf. Cook 1973, 364.

8 Ἰερόν... μικρὸν καὶ εὐτελές.

9 Cf. la note de Jones, coll. Loeb p. 52-53. Le texte de Strabon tel qu’il est conservé fait problème. Cf. Leaf 1923a, 142 sq. ; Cook 1973, 364 : le passage qui concerne Ilion semble s’appliquer plutôt à Alexandrie de Troade (fondée primitivement sous le nom d’Antigoneia).

10 Blegen et al. 1950-1958.

11 Cf. aussi Cook 1973,98.

12 Cook 1973, 100.

13 IG, I3, 71 (ATL, A 9), III 132 (425/4) : TT Ἴ[λιον.

14 Arrien, An., 1.12.1.

15 Diod. 17.18.2-4.

16 Diod. 17.19.4.

17 Supra p. 114 ; pour Arsitès, supra p. 104.

18 Supra p. 153 et n. 299 ; pour Arrien, An., 1.12.8, il est satrape d’Ionie et de Lydie ; selon Diodore il est en charge de l’Ionie. Il s’agit du personnage qu’Arrien appelle Spithridatès.

19 A l’évidence ces cavaliers viennent de la plaine hyrcanienne, supra p. 194.

20 Quinte Curce 3.4.3 ; Arrien, An., 2.4.5. Cf. supra p. 185 : est-il déjà aposté en Cilicie ?

21 Cf. Hdt. 3.90 : “Les Ciliciens fournissaient trois cent soixante chevaux blancs... et cinq cents talents d’argent ; de ces cinq cents talents, cent quarante étaient dépensés pour la cavalerie qui tenait garnison en Cilicie” (trad. Legrand, CUF).

22 “Feudataires” de ses domaines plutôt que mercenaires. Faire de Memnon un “mercenaire grec” est singulièrement réducteur, cf. le débat chez McCoy 1989. Lorsqu’Arrien dénombre l’armée perse il indique qu’elle comporte vingt mille cavaliers et presqu’autant de fantassins dont il prend soin d’indiquer qu’il s’agit de mercenaires étrangers (1.14.4).

23 Arrien, An.. 1.12.6-7.

24 Cf. aussi Str. 13.1.20 et la mention dans l’Iliade 2.835 ; Leaf 1923a, 108 sq.

25 Str., ibid. Comme le note cet auteur, il s’agit là de bourgades sans importance, qu’il ne saurait même placer avec exactitude. On se demandera donc si Arrien ne privilégie pas ces sites plutôt à cause des réminiscences homériques que par souci de vérité historique ; on y verra à la fois la volonté de faire renouer d’emblée la campagne d’Alexandre avec la geste héroïque et aussi la manifestation de l’érudition de l’auteur. Il convient d’observer que la région comprise entre Lampsaque et Cyzique est grecque de longue date, y compris pour des zones qui ne sont pas en contact direct avec la mer. On pensera par exemple à l’inscription votive du vie s. trouvée à Pegai-Biga (l’inscription, Robert 1955, 78 ; cf. Debord 1982, 209 et n. 215 ; sur le site, Hasluck 1910, 98-100). La cité n’est pas éloignée de l’emplacement supposé de la bataille du Granique.

26 Sur le site de Priapos, Leaf 1923a, 73 et surtout Olshausen 1974, s.v.

27 Présentation du site, Robert 1980, 89-98.

28 Badian, 1966, 43 sq.

29 Paus. 6.18.2-4.

30 Ils ne sont pas en “révolte” comme le pense Badian, n. 32. Le texte n’est pas aussi précis : Λαμψακηνῶν τὰ βασιλέως τοῦ Περσῶν φρνησάντων ἤ καὶ αἰτίαν φρονῆσαι λαβόντων. Par conséquent rien n’indique (supra p. 426) qu’ils aient adhéré au parti de Philippe au moment de la campagne de Parménion (contra Badian).

31 Arrien, An., 1.13-16 ; Diod. 17.19-21, 6 ; Plut., Alex., 16. Sur ces divergences en particulier pour les noms, cf. Brunt 1962, 143. En dernier lieu Mc Coy 19S9 (bibliographie).

32 Sur le titre de ce personnage, supra p. 109.

33 Cf. Mc Coy 1989, 425 sq. qui pose aussi la question (428 sq.) des rapports entre Memnon et Arsitès au moment de l’expédition de Parménion. En l’absence de sources cela est pure conjecture.

34 Leaf 1923a, 66 ; Hasluck 1910, 101 ; une inscription datée généralement de l’époque de la conquête macédonienne (Syll. 3, 279) ; cf. Rostovtzew 1910, 260.

35 Comme le note Heckel 1997, 195, le fait qu’aient participé à ce conseil tous les satrapes d’Anatolie et un certain nombre de proches parents du Roi montre que l’on prenait l’entreprise d’Alexandre très au sérieux.

36 Comme noté plus haut, elle paie le phoros à Athènes et elle est probablement de nouveau dans l’obédience athénienne en 410/409 (supra p. 218).

37 Arrien, An., 1.17.1-2.

38 Briant 1993, 13-27.

39 Mithrinès pour Diodore. Sur le personnage et cette distinction entre les fonctions, cf. supra p. 40 n. 109. Comme le fait observer Briant 1993, 16, il est le premier Perse de haut rang à se rallier à Alexandre.

40 Arrien, An., 1.17.3 ; Diod. 17.21.7 ; les citadelles sont nous l’avons noté plus haut le point de convergence du phoros et probablement de conservation d’une part de ce dernier.

41 Badian 1966, 44-45.

42 Gauthier 1989, 150-170. Cf. en un sens proche de celui exposé ici Briant 1993, 19-23.

43 Seyrig 1963, 35-38.

44 Cf. Briant 1995b relève l’existence de tribus à Sardes (Hdt. 4.45) : Ἀσιὰς φυλή

45 Sur la date de cette inscription, cf. Debord 1982, 244 sq. Dans le même sens que nous Briant 1982, 219, n. 227 ; Corsaro 1985, 87, n. 63, etc.

46 Thompson 1983.

47 Arrien, An., 1.17.5-6. Cf. Debord 1982, 268 ; Herrmann 1989, 131 ; Briant 1993, 23. On ne sait ce qu’il est advenu de ce projet.

48 Tacite, Annales, 3.60-63. Sur ce texte en général Debord 1982, 278-284 ; sur le cas de Sardes Herrmann 1989, 127-131 ; Briant 1993, 23 sq.

49 Delphinion, 135 ; Syll. 3, 273 ; cf. Gauthier 1972, 242, n. 95.

50 Gauthier 1989, 160 sq.

51 IK, 1l.l-Ephesos, 2 ; cf. Robert & Robert, Bull. ép.. 1965, 342 ; Robert 1967, 32-36 ; Masson 1987 225-239 ; Gauthier 1989, 162.

52 Debord 1982, 246.

53 Supra p. 179.

54 Arrien, An., 1.17.7-8.

55 Supra p. 168.

56 Arrien, An., 1.17.8.

57 Polyen 4.3.15.

58 Rappelons que “symétriquement” s’est ouvert chez les Perses un débat pour savoir si l’on doit sacrifier les domaines au nom de l’efficacité militaire.

59 Mais à partir de quel moment ? Rappelons qu’il joue un rôle secondaire jusqu’au désastre du Granique.

60 Tuplin 1987b, 136, n. 101.

61 Str. 13.1.11.

62 Sur la localisation de cet ensemble, Sekunda 1988a, 186-7. Heckel 1994, 93-95, sans mentionner la littérature antérieure, note justement qu’Arrien, An., 1.17.8 correspondrait mieux à une région proche de l’Ida mais on ne voit pas pourquoi Alexandre aurait spécifiquement fait saisir la chôra de Memnon s’il ne s’agissait pas de possessions de celui qui était devenu son principal adversaire.

63 Hornblower 1982, 128 ; 144, n. 58. Le texte de Polyen 4.3.15 ne paraît pas établir de lien temporel immédiat entre le débarquement et le fait d’épargner les biens de Memnon. Il suffira de rapprocher le début de ce paragraphe, Ἀλέξανδρος διαβὰς ἐς τὴν Ἀσίαν et I. Priene, 37,1. 146 : Ἀλεξάνδρου διαβάντος εἰς τὴν Ἀσίαν.. Alexandre règle un différend de frontière entre Priène et Samos mais il est bien évident que ce ne fut point sa première préoccupation en posant le pied en Asie. De plus le fait que ce stratagème vienne avant celui qui est utilisé au Granique n’est pas un argument décisif lorsqu’on pense à la désinvolture chronologique de Polyen.

64 Arrien, An., 2.2.2.

65 Heisserer 1980, 132 sq.

66 Supra p. 265.

67 Démosthène, Cour., 302.

68 Démosthène, C. Aristocr. 154 (cf. 157 pour la définition du territoire autrefois contrôlé par Charidèmos). Supra p. 347.

69 Beloch 1923, 148 et n. 1 ; position identique de Berve 1926 no 497 ; Seibert 1985, 37 et Brunt 1986, 73 n. 5.

70 Baumbach 1911, 17 et notes, ce point de vue remonte à G. Grote ; contra Berve 1926, 252, n. 1. Pour sa part, Hornblower 1982, 144, n. 58, considère – sans explication – que la localisation est trop au sud. Rappelons, si l’on veut absolument lier l’action de Kalas à son ressort satrapique, que la région a été souvent l’objet de revendication de la part du satrape de Daskyleion.

71 Supra p. 267.

72 C’est ce qui ressort du texte de Théopompe supra p. 418.

73 Supra p. 247 (la route inverse d’Agésilas).

74 Paus. 7.5.1-4.

75 Arrien, An., 1.17.10.

76 Cf. les éléments du dossier réunis par Cadoux 1938, 94-97. Doutant de l’authenticité, Gallet de Santerre 1947-48, qui lui prête cependant la volonté de cette refondation à partir de Pline, HN, 5.118 ; Aelius Aristide, Palin., p. 431 Dindorf (mais contra Str. 14.1.37 qui attribue cela à Antigone et Lysimaque).

77 Cf. infra p. 436.

78 Supra p. 425.

79 Il est assez probable que le personnage en question est celui qui est mentionné sous le nom de Hérophytos par Polyen 7.23.2 ; supra p. 388 et n. 140.

80 Polyen 6.49, rapporte comment, quelques années plus tard, trois frères assassinent un tyran d’Ephèse, Hègésias, et encourrent de ce fait les foudres des autorités macédoniennes, en particulier de Philoxénos, gouverneur d’Ionie (supra p. 160). Comme le note Badian 1966, 64 n. 36, il s’agit à ce moment d’un “ex-tyran” (il convient sans doute de penser à l’un des oligarques mis en place par Memnon après la campagne de Parménion) et il n’y a pas lieu avec Tarn 1948, 174 sq., de douter de l’authenticité de l’épisode.

81 Arrien, An., 1.17.9-13.

82 Str. 14.1.22.

83 Cf. Debord 1982, 226 et notes.

84 Str. 14.1.23.

85 Arrien, An., 1.18.2 ; cf. Debord 1982, 268.

86 Pline. HN, 35.92.

87 Arrien, An., 1.18.1. Nous avons noté à l’époque de Thibron (supra p. 236) le déplacement de la ville vers le sanctuaire d’Artémis Leukophryènè ; c’est probablement seulement à partir de ce moment qu’elle fut considérée comme une véritable cité grecque.

88 L’évolution de Tralles n’a pas dû être très différente de celle de Magnésie. Elle reçoit une garnison macédonienne (Arrien, An., 1.23.6) ; cf. Xén., Hell., 3.2.19 (en 397) ; Diod. 14.36.2 (en 399).

89 Arrien, An., 1.18.1-2.

90 Bickermann 1934, 346-374 ; Badian 1966, 46-53 ; Bosworth 1988, 45-46 ; 251-253.

91 Meritt 1935, 358 sq. : n 1,1. 6-7 : ἐπειδὴ παρέδωκεν αὐτῶι Ἀλέξανδρος ὁ βασιλεὺς τὴν ἐλευθερίαν καὶ Ἀντίγονος.

92 Robert 1936b, 158 sq. ; quasi unanimement suivi par la suite.

93 IK -Erythrai, 31 (OGIS, 223 ; Welles, RC, 15), 1. 22-23 : ἐπί τε Ἀλεξάνδρου καὶ Ἀντιγόνου αὐτό[ν]ομος ἦν καὶ ἀφορολόγητος ἡ πόλις ὑμῶν.

94 Syll. 3, 284 ; IK, 2-Erythrai, 503.

95 Heisserer 1979, 281-293 (deux photos) ; Gauthier 1982, 215-221 ; 1985, 32. Cette inscription a été donnée comme provenant de Chios par tous les premiers éditeurs, y compris Michel 1900, 364 ; elle est attibuée à Erythrées par Dittenberger et Hiller von Gaertringen dans la Sylloge ; à Clazomènes par Wilhem 1915, 30-38 (d’où le classement à cette cité par Engelmann & Merkelbach, IK, 2-Erythrai, 503.).

96 275-200 selon Heisserer ; milieu du iiie s. pour Gauthier. Heisserer 1979, 293, conclut en indiquant qu’à son avis il s’agit là d’une copie d’un document plus ancien. Il s’appuie principalement sur les praescripta très simplifiés, ne comportant pas la mention des prytanes, stratèges, exetastai. Mais il convient de ne pas conclure trop hâtivement dans la mesure où le nombre des décrets érythréens dont on a conservé le début est très faible et que le n°27 de IK, 1-Erythrai, que les éditeurs proposent de dater des environs de 274, débute par le même formulaire, tel qu’il est restitué par Robert 1927, 119. Cf. les réserves de Gauthier 1982, 215 n. 4, concernant le qualificatif de textes “commémoratifs” retenu par Heisserer– ; il pense qu’il est impossible en l’état de fournir une chronologie absolue dans la mesure où nous n’avons que le terminus (qu’il situe pour sa part, rappelons-le vers le milieu du iiie s.).

97 Cf. Heisserer 1979, 286, n. 17 (informations fournies par Ph. Kinns). On consultera de ce dernier, sa thèse 1980, 18-35, dont les principaux résultats sont résumés dans son article 1989, 186.

98 Pline. HN, 5.117 ; Str. 1.3.17.

99 Pline, HN, 5.116.

100 Gallet de Santerre 1947-1948, 301-304 à partir de Pline, HN, 35.14.

101 I. Priene, 1. Cette inscription a été bien souvent reproduite (e.g. OGIS, 1). Plusieurs études lui ont récemment été consacrées : Van Berchem 1970, 198-205 ; Heisserer 1980, 145-168 ; Sherwin-White 1985, 69-89. Cf. aussi Botermann 1994.

102 Telle est la solution retenue depuis Welles 1938, 258 et n. 3.

103 Sherwin-White 1985, 72-74 ; selon elle il s’agirait d’un extrait d’une lettre, ce qui paraît mal convenir avec le caractère apparemment composite de la fin du document.

104 Sherwin-White 1985, 71, fig. 1.

105 I. Priene. 14-16.

106 Faraguna 1995, 69-70.

107 Infra p. 473.

108 Heisserer 1980, 152 et 156, aux 1. 9-10 du texte : Μυρση[λείωγ κ]αὶ Πε[διέωγ...] χώραγ. La zone du vacat est estimée à c.a. 9-10 ; ne pourrait-on penser à quelque chose comme : κώμας τε καί ? Heisserer restitue Myrsileia parce qu’elle est mentionnée dans une inscription de Magnésie (certes beaucoup plus tardive, I. Magnesia, 116, 1. 53, à propos de ses agroi ; quant au Pedieis nous avons vu qu’ils sont l’occasion probable de l’inscription de l’ensemble du dossier de l’ante du temple.

109 Cela suppose a contrario que les Priéniens étaient exemptés pour la partie de la chôra dont la possession leur était reconnue. Comme le note fort justement Sherwin-White 1985, 83 il ne s’agit pas pour Alexandre de réclamer la chôra de Priène (contra Hornblower 1982a, 162 sq).

110 Cf. déjà dès la p. 81 in fine, elle ne parle plus que du statut fiscal des Priéniens ; cf. encore p. 83, the territory the Prienians are to control (the urban site of Priene, the chôra and Naulochon)”.

111 Telle est la restitution que propose Heisserer 1980, 155. Mais en raison de ce qui est conservé de la lettre, il est à vrai dire impossible de trancher entre un Ω et un O, qui permettait une lecture ὅ[σο]ι[δὲ.... Il argumente sur la longueur de la lacune qui ne permet pas de loger [δὲ μή].

112 En réalité la première si l’on admet avec Sherwin-White 1985, 81 que la ligne 1 : βασιλέως Ἀλ[εξάνδ]ρου a été rajoutée après coup, au moment de la gravure sur l’ante de l’ensemble du dossier.

113 Sherwin-White 1985, 83, n. 113.

114 I. Priene, 37 ; supra p. 268.

115 1. 146 : Ἀλεξάνδρου διαβάντος εἰς τὴν Ἀσίαν.

116 Supra p. 390.

117 Chavane & Yon 1978, 140, donnent une traduction de ce texte.

118 Cf. aussi I. Priene, 3 qui garantit les droits des Pedieis dans le décret pour le Mégabyze.

119 Supra p. 46.

120 Pline, HN, 5.113 ; cf. carte 15.

121 I. Priene, 4 etc.

122 Badian 1966,48-49.

123 Charneux 1966, 177-183 (= SEG, 22, 1968, 189). Les villes visitées dans le secteur sont Clazomènes, Érythrées, Chios, Téos, Lébédos, Éphèse, Milet, Notion, Naulochon.

124 La situation des deux villes de Colophon et Notion, telle que décrite par Robert 1936b, 165 sq., c’est-à-dire une sympolitie qui conserve la spécificité de chacune rendrait bien compte de la situation avant que Priène ne réussisse à absorber Naulochon (voir supra p. 390).

125 Cf. Briant 1973, 35 n. 1 ; Billows 1985, 139 ; Heckel 1992, 52 ; Crowther 1996, 198.

126 OGIS, 6, Skepsis ; OGIS, 7, décret de Kymè pour des juges de Magnésie (on rapprochera 1. Priene, 8 ; contra Crowther) ; Syll. 3, 330, décret de la Confédération des cités de Troade pour Malousios de Gargara ; Sardis, 7.1.1.

127 Syll.3, 330, deuxième décret de la Confédération des cités de Troade ; lettre à Érésos, Welles, RC, 2 (OGIS, 8), partie d’un dossier étudié ci-après ; lettre à Téos, Welles RC, 4.

128 Supra p. 138.

129 Le no 3 pour le Mégabyze comporte une clause qui va dans le même sens : interdiction d’acquérir de la terre à moins de dix stades des frontières du territoire d’Éphèse.

130 Alors que Crowther ne peut mettre en avant que des parallèles géographiquement lointains pour Lysimaque (Érétrie, Athènes).

131 Robert 1936b, 160, à propos de l’inscription publiée par Meritt 1935, 358 sq., no 1 1. 6-7 : ἐπειδὴ παρέδωκεν αὐτῶι Ἀλέξανδος ὁ βασιλεὺς τὴν ἐλευθερίαν καὶ Ἀντίγονος.

132 Je reprends ici le texte établi par Heisserer 1980, 146.

133 Delphinion, 123,1. 2-4 : ἡ πόλις ἐλεύθερα καὶ αὐτόνομος ἐγένετο ὑπὸ Ἀντιγόνου καὶ ἡ δημοκρατία ἀπεδόθη. Rappelons cependant que la situation de Milet (infra) et de Priène sont différentes déjà sous le règne de l’Argéade et surtout au moment de l’intervention des généraux d’Antigone contre la garnison installée par Asandros (Diod. 19.75.3-4).

134 Billows 1985.451-453.

135 Arbitrage rhodien du début du iie s.

136 Sherk, RD, 10 A, senatus consulte de 135 a.C.

137 Welles, RC, 7. Sur cette contestation de territoires qui trouve ses racines dans l’histoire archaïque, cf. supra p. 268.

138 Cf. Syll. 3, 330 décrets des ville de Troade pour Malousios de Gargara ; un premier décret est pris sous “Antigone” alors que le second mentionne “le roi” ; cf. aussi le décret de Skepsis pour Antigone (OGIS, 6 particulièrement les 1. 15-16 : ἐλεύθε[ρ]οι καὶ αὐτόνομοι ὄντες) ; celui de Kymè pour des juges de Magnésie (OGIS, 7). On mettra particulièrement en avant IK, 1-Erythrai, 31 (RC, 15). Il s’agit d’une lettre d’Antiochos II, nous sommes donc à une époque largement postérieure aux faits envisagés ici. La référence naturelle pour la liberté et l’autonomie est le “couple” le roi Alexandre et Antigone, 1. 22-23 : ἐπί τε Ἀλεξάνδου καὶ Ἀντιγόνου αὐτό[ν]ομος ἦν καὶ ἀφορολόγητος ἡ πόλις ὑμῶν. Il y a là un contexte général à l’époque d’Antigone dans lequel s’inscrit tout naturellement la formule très particulière des décrets priéniens, Πριηνέων αὐτονόμων ἐόντων. Cf. sur la politique d’Antigone à l’égards des cités grecques, Simpson 1959, 385-409, sp. 398-401 ; Billows 1985, 436-445 (en général), 446-463 (Asie Mineure) ; Ruzicka 1996, 131-134.

139 Cf. le point de vue de Gauthier, Bull. ép., 1997, 503, où l’on sent percer quelques réserves. Je reviendrai ailleurs sur l’analyse de ces textes.

140 Crowther 1996, 210 émet (pour la rejeter aussitôt) l’hypothèse que les décrets 3, 4 et 7 pourraient appartenir à une période commençant en 319 (mais pourquoi seulement ceux-là ?).

141 I. Priene, p. XII et 205. Cf. les prytanes érythréens dans le décret pour Idrieus, supra p. 404.

142 On pourrait mettre en avant l’exemple de Chios où l’éponyme est désigné tantôt comme prytane, tantôt comme stéphanéphore, avec même un cas où l’on a τὸν πρύτανιν τὸν στεφανηφ[όρον] ; cf. Vanseveren 1937, 344-347 (Robert & Robert, Bull, ép., 1971, 581) ; Crowther 1996, 206. Voir les implications supra p. 390 pour l’inscription de Priène concernant les Maronitains.

143 I. Priene, p. 204.

144 Contra Crowther 1996. 216-218.

145 Cf. supra p. 389.

146 Heisserer 1980, 164, souligne qu’en 334 Alexandre pouvait faire des promesses incluant des engagements financiers mais qu’il était incapable de les honorer à ce moment. En revanche, Crowther 1996, 219 soutient que la forme des lettres de la dédicace I. Priene, 153 amène à la placer en 334. Peut-on être aussi précis en argumentant seulement sur la “forme des lettres”.

147 I. Priene, 3. Remarquons au passage que ce néocore au nom cultuel perse se comporte dans un réseau relationnel tout à fait grec, on pensera à la peinture de la pompé du Mégabyze réalisée par Apelle, Pline, HN, 35.93 (cf. aussi les rapports d’un des prédécesseurs avec Xénophon, son voyage à Olympie). Faut-il conclure pour autant à une erreur de Strabon à propos des origines du personnages. Cela ne paraît en aucune façon assuré et témoigne ici encore d’une conception quelque peu manichéenne des rapports entre Grecs et non Grecs.

148 I. Priene, 136.

149 Plut., Alex., 42.

150 I. Priene, 156 (Syll. 3, 277 ; Tod, 184) ; Heisserer 1980, 143-145.

151 Supra p. 391.

152 Cf. Pimouguet 1994, 330-336 et par exemple McNicoll 1997, 48-53 ; 71-74, qui la date de l’époque hellénistique avant 300 (état de la question p. 49 n. 25).

153 Cf. par exemple Botermann 1994, 165, repoussant certains arguments de Demand 1986 à propos de la date de construction des maisons. Comme il a été noté plus haut, il est difficile de tirer des conclusions de I. Priene, 196 dont la date n’est pas assurée, en revanche la relation avec la muraille dans laquelle le bloc ne semble pas être en remploi, paraît bien affirmée.

154 Diod. 17.22.1.

155 Arrien, An., 1.18.4.

156 Arrien, An., 1.19.1. Preuve à tout le moins d’une certaine tiédeur à l’égard d’Alexandre ou en tout cas que l’on ne misait pas à coup sûr sur la victoire finale de ce dernier.

157 Diod. 17.22.5 ; cf. Arrien, An., 1.19.6.

158 Cf. la liste Syll.3, 272 (Delphinion, 122).

159 Infra p. 463.

160 Supra p. 161.

161 Parke 1985, e.g. 67 ; en revanche, son interprétation du “massacre des Branchides” (62-68) paraît plus sujette à caution.

162 FGrHist, 124, F14 apud Str. 17.1.43.

163 Diod. 17.23.4.

164 Supra p. 155 et n. 315

165 Cf. Thommassen 1984, 9 sq., pour les motifs qui ont conduit Alexandre à cette décision qui pouvait apparaître comme audacieuse, voire même imprudente.

166 Diod. 17.24.1 ; Arrien, An., 1.20.2. A partir de ce moment cf. Stark 1958a et b.

167 Ce qui suppose qu’il ne l’était pas obligatoirement autant pour les autres (convient-il de rapprocher cela de l’offre faite à Phocion concernant les revenus de Mylasa ?).

168 Cf. par exemple Agésilas.

169 Arrien, An., 1.19.11.

170 Edward 1989, 44-49

171 Str. 14.2.21 que l’on oppose souvent à Thc. 8.28.3 : παλαιόπλουτον χωίον, “la place jouissait d’une antique opulence”. Les deux mentions ne sont pas contradictoires, à moins de donner un sens au mot chorion qui ne convient pas ici.

172 Sur ce point, cf. la description de Chandler 1775, 108-109 ; Rayet & Thomas 1877, pl. I et II (qui donnent le tracé probable de la côte dans l’Antiquité et l’évolution jusque dans la deuxième moitié du xixe s.) ; dossier repris par Robert 1936a, 73-75 ; Robert & Robert, Bull, ép., 1973, 419 ; Pugliese Carratelli 1969-70, 376-377 ; Heisserer 1980, 176-177, propose de rapprocher la mention du sinus basilicus de Pline, HN, 5.112, qui aurait été ainsi dénommé à cause du don royal. Cf. La Rocca 1993.

173 Plut., Phoc., 18.7.

174 Il ne s’agit nullement bien entendu du don de la ville ; une telle interprétation a amené certains modernes à nier complètement toute validité à ce passage (e.g. Blümel 1987, 10), pour Tarn 1948, 223, il conviendrait de corriger Mylasa en Myrleia.

175 Sur Kios, supra p. 99 et n. 134 ; Gergithè, on pensera au don fait par Antiochos ier à Aristodikidès d’Assos de terres qui jouxtent la Gergithia, Welles, RC, 10, 1. 5 sq. ; Élaia, Str. 13.3.5. Chez Élien, HV, 1.25, Gergithè est remplacée par la lycienne Patara. La situation des deux premières localités et les fluctuations qui les caractérisent font apparaître l’existence de grands domaines fonciers qui ont été ou ont pu être à divers moments entre les mains du roi (aussi bien au ive s. qu’à l’époque hellénistique).

176 Supra p. 439.

177 Supra p. 192.

178 Athénée 12.538b (= Ephippos, FGrHist., 126, F5) ; Berve, s.v.

179 Syll. 3, 312 ; Heisserer 1980, 184-193.

180 Infra p. 471 sq.

181 IG, IV2, 616-617.

182 Heisserer 1980, 194-202 ; des ambassadeurs épidauriens auprès d’Alexandre en 324 – la raison n’est pas précisée.

183 Paton & Hicks 1891, no 21 ; Heisserer 1980, 179-182 ; IK, 2-Iasos, 24.

184 Blümel, indique seulement “règne d’Alexandre”.

185 IG, IV2, 616 nous apprend qu’il avait résidé à Cos.

186 Contrairement à l’opinion de Heisserer 1980 qui inscrit cela dans un “programme” valable pour les cités ioniennes (Érythrées, Clazomènes, etc.) qui est à la fois disparate et indatable.

187 Arrien, An., 1.23.8 ; Diod. 17.24.2-3.

188 A l’exception du passage d’Arrien susmentionné on ne sait à peu près rien de l’histoire de cette agglomération avant l’époque hellénistique (pas plus que pour sa voisine Alabanda). Sur les fortifications remarquablement conservées et qui pourraient remonter à l’époque de la domination hékatomnide, McNicoll 1997 ; Karlsson 1994, 151 (Ada) ; Pimouguet 1994.

189 Il paraît préférable de retenir la version d’Arrien pour lequel la reconnaissance comme satrape de Carie (supra p. 140) est postérieure à la prise de la capitale satrapique à celle, implicite, de Diodore où P arche de la Carie est reconnue à Ada dès l’entrevue initiale.

190 On ne sait à quel moment exactement elle est remplacée par Philoxénos ; supra p. 160.

191 Diod. 17.24.3.

192 L’épisode est rapporté par le seul Arrien, An., 1.20.5-7. Sur la péninsule de Myndos, cf. Radt 1970. Infra n. 296.

193 Arrien, An., 1.20.5-23 ; Diod. 17.24.3-27.5. Cf. Pimouguet 1994.

194 Arrien, An., 1.23.6 ; sur l’évaluation des garnisons laissées derrière lui par Alexandre, Thommassen 1984, 5-6.

195 Arrien, An., 1.23.3 ; Diod. 17.27.5. Il s’agit de la kômè peuplée de Cariens au ve s. dont on connait la convention qu’elle passe avec Halicarnasse et le tyran Lygdamis (ML, 32) ; cf. Hornblower 1982, 85 sq.

196 Supra p. 386.

197 Varinlioğlu et al. 1992, 162.

198 Arrien, An., 1.24.3 ; Diod. 17.27.6.

199 Telle est la stratégie d’Alexandre en direction des ports, pour couper le ravitaillement de la flotte ennemie et plus généralement pour la priver de tout appui terrestre ; cf. Diod. 27.22.5 (Thommassen 1984, 9).

200 Arrien, An., 2.5.7, ; cf. infra p. 461. Je reviendrai ailleurs avec A. Bresson, P. Brun, R. Descat, E.Varinlioglu sur la géographie historique de la région. Cet itinéraire suppose qu’Alexandre est revenu vers Mylasa et a par conséquent contourné une région côtière où la circulation était particulièrement difficile, ce qui facilitait d’autant les embuscades.

201 On pourrait penser au site d’Elmali qui correspond bien à l’image qu’en donne Arrien, An., 1.24.4, mais il y a beaucoup de phrouria de ce type. Bean & Cook 1957, 81-85 placent là Kyllandos, devenu ensuite Kallipolis (mais cf. en un sens différent Robert 1937,491-500). Infra p. 461 et n. 298. Cf. aussi Lawrence 1979, 141 sq. ; Hornblower 1982, 315.

202 Keen 1996, 110-118. A noter que selon Élien, HV, 1.25.11-12, Alexandre utilise Patara comme l’un de ses emporia et que la flotte lycienne participe à ses côtés à la suite de la guerre contre Darius, Arrien, An., 2.20.2.

203 Plut., Alex., 17 ; Le Roy 1980 situe l’épisode au Létôon.

204 Le Roy 1980, 51-61, mais cf. Robert & Robert, Bull. ép. 1980, no 487 ; Goukowski 1980, 113-117 ; Vidal Naquet 1984, 353-355.

205 Supra p. 75

206 Supra p. 357 et n. 417.

207 Arrien, An., 1.24.6.

208 Noter le scepticisme de Plut., Alex., 17.

209 Diod. 17.28.1-5 ; Cf. Tuplin 1987a, 177-178.

210 Stark 1958a, 116 ; cf. Stark 1958b, 250 sq. ; Welles, Diodorus, ed. Loeb q.v., 195, n. 5.

211 Lanckoronski 1890, 33-63 ; Mansel 1949 ; 1967, 101-106 ; Brixhe 1976, 157-161.

212 Pace 1922, 169-186 ; 1923, 297-314 ; 1923-1924, 402-412 où est publié un inventaire d’objets consacrés à la Déesse (SEG, 6, 1932, 728 A et B) ; cf. aussi Debord 1982, 222 et notes. Pergè est le centre d’une confédération (seulement à partir de l’époque hellénistique ?), cf. Str. 14.4.2 ; Magie 1950, 232 et 1134 ; Robert 1948a, 64 sq. Des monnaies de bronze du iie s., BMC Lycia p. 119 sq. portent la légende ϝανάσσας Πρειιας ; des tétradrachmes légendés Ἀρτέμιος Περγαίας ont suggéré à Seyrig 1963, 43, l’idée qu’il s’agissait là d’un “exemple typique de monnayage sacerdotal”, ce qui impliquerait, notons-le, que Pergè ait été à l’origine un état de type théocratique. Robert 1966b, 45-46, réfute cette hypothèse en comparant cette émission à celle émanant de l’Athéna d’Ilion qui s’interprète comme un monnayage de panégyrie ; il convient de le lier ici comme à Ilion à l’existence de la confédération. Nous n’avons donc aucune indication sur le système de gouvernement qui prévaut à Pergè au ive s.

213 L’une des curiosités naturelles de cette côte avec sa chute d’eau qui tombe directement dans la mer.

214 Lanckoronski 1890, 83-124 ; Brixhe 1976, 191-200.

215 Arrien, An., 1.26.2-3.

216 Arrien, An., 1.26.5-27.1-5.

217 E.g. Aspendos et Pergè, guide archéologique des villes antiques de la Pamphylie, s.d., 27-2B. Sur les villes de Pamphylie et leurs relations depuis les origines à l’Empire, Nollé 1993, 297-317, sp. 299-303.

218 Cf. Tarn 1948.

219 Str. 14.4.2.

220 Un troisième possible en 41 I (Thc. 8.81.3) ; supra p. 213.

221 ATL, A 9, II, 156-7 (IG, P, 71), il s’agit donc d’une velléité de perception plutôt que la preuve d’une imposition réelle.

222 Contra Badian 1966, 49 mais cf. Casabonne 1995. Il convient de comparer ce montant à ce que “vaut” Magnésie (supra p. 192).

223 Ce monnayage porte la légende “d’Aspendos” en grec mais dans le dialecte utilisé en Pamphylie : ΕΣΤϝΕΔΗΥΣ. Au ve s., après la campagne de Cimon, c. 465-430 a.C., à l’avers le héros Mopsos (cf. Robert 1960) ; au revers un triskèle dans un carré en creux ; pour la période suivante (420-360 a.C) av. un cavalier ; rev. un sanglier (il s’agit alors de demi-statères dont le poids est aligné sur le side perse ; sans doute simultanément (420-370 ?) le type désormais aisément identifiable : av. deux jeunes athlètes affrontés ; rev. un frondeur avec triskèle (ou non) dans le champ. Cf. Robert 1960, 177 sq. ; Mørkholm 1971,18 et pl. 20 ; en dernier lieu Kraay 1976, 276 sq. ; SNG Cop. 153-158 ; 160-179 ; France 3 1-25 ; PFPS Pamphylien 1-13. L’importance de ces séries est attestée par l’abondance des émissions et la présence dans de nombreux trésors. Cf. en dernier lieu Tekin (Istanbul).

224 Arrien, An., 1.26.4-5 ; Ps.-Skylax 101 ; cf. Nollé, IK, 43-Side.

225 Non pas les Perses comme le comprend Robson, le premier traducteur de la coll. Loeb, mais les Pamphyliens, probablement ceux que Strabon désigne sous le nom de Kibyrates mineurs (cf. la traduction de Brunt suivi par Savinel 1984, ad loc.). En revanche il me semble qu’il ne faut pas comprendre la phrase suivante comme une simple redondance (Brunt, Savinel), donnant là un texte bien plat mais qu’il convient de donner à βάρβαρίξειν le sens de “pactiser avec les barbares”, sens que l’on rencontre par exemple chez Xénophon, dont on sait qu’Arrien était un grand admirateur, ou encore dans l’inscription de Chios relative aux procès : ἐπὶ βαρβαρισμῶι, citée infra p. 467.

226 Arrien, An., 1.26.4 : Και οὗτοι λέγουσιν ὑπὲρ σφῶν τόνδε τὸν λόγον, ὅτι ὡς κατῆράν τε ἐς τὴν γῆν ἐκείνην οἱ πρῶτοι ἐκ Κύμης σταλέντες κaὶ ἐπὶ οἰκισμῷ ἐξέβησαν, αὐτκα τὴν μὲν Ἑλλάδα γλῶσσαν ἐξελάθοντο, εὐθὺς δὲ βάρβαρον φωνὴν ἵεσαν, οὐδὲ τῶν προσχώρων βαρβάρων, ἀλλὰ ἰδίαν σφῶν οὔπω πόσθεν οὖσαν τὴν φωνήν κaὶ ἐκτότε Oὐ κατὰ τοὺς ἄλλους προσχώρους Σιδῆται ἐβαρβάριζον.

227 Cf. Brixhe 1969, 54-84 ; Neumann 1980, 172, reconnaît des langues louvites dans l’isaurien, le pisidien, le sidétain, le lycien. Le mot σίδη n’est pas grec (Chantraine 1977 s.v).

228 Pouilloux 1976,450 sq.

229 Kraay 1976, 276.

230 Le monnayage de Sidè a été étudié par Atlan 1967 ; cf. aussi pour le ve s., Kraay 1969, 15 sq. En dernier lieu SNG France 3 624-659 ; PFPS Pamphylien 459-461. Ce monnayage est diffusé jusqu’en Cilicie, c’est l’idée que l’on doit retenir de la surfrappe de certains exemplaires par Datamès à moins d’admettre que ces pièces faisaient partie d’un butin acquis en Pamphylie par le satrape révolté, cf. supra p. 365 n. 491 aussi pour la présence et l’émission au nom d’Artembarès.

231 Lanckoronski 1890, 125-152 ; Mansel 1951 ; 1963 ; 1965, 34-119. Le matériel grec découvert remonte au moins au viie s. selon Akurgal 1986, 360.

232 Lanckoronski 1890, 65 sq ; Brixhe 1976, 163-166. En revanche on a isolé un monnayage du ive s. : SNG France 3 951-958, légende ΣEΛYNIYΣ

233 Comme dans le cas de Phasélis, Pergè et Aspendos, la fondation de Sillyon est mise en relation avec le héros Mopsos. Sur le sens à donner à ces retours de la guerre de Troie que l’on interprète comme un marqueur de la première colonisation cf. Nollé 1993, 299 sq. (avec bibliographie). Sillyon (tout comme Pergè et Aspendos en Pamphylie) figure parmi les listes des ATL, IG, I3, 71, II 114, et donc seulement en réalité dans le décret de 425/424.

234 Arrien, An., 1.27.5-8.

235 Aperçu sur l’histoire de Selgè, IK, 37-Selge (Nollé & Schindler). Sur le rôle de la Pisidie dans l’Empire perse, supra p. 315 ; sur les craintes, fondées, des Phasélitains, supra p. 450.

236 Str. 12.7.3 ; Polybe 5.76 ; cf. Jones 1971. 125 et note 4.

237 Arrien, An., 1.29.1-3. Une version un peu différente est donnée par Quinte Curce 3.7.8. Sur Kélainai et les événements, Briant 1973, 49 sq.

238 Arrien, An., 1.29.5.

239 Sur le célèbre épisode de Gordion, Arrien, An., 2.3 ; Plut., Alex., 17-18, 2 ; Quinte Curce 3.1.1118 Justin 11.7.

240 Engels 1978, 38-39 ; Thommassen 1984, 55 n. 33.

241 Arrien, An., 2.4.1-2.

242 Quinte Curce 3.1.22-24. Plut., Alex., 18.5 est très concis.

243 D’accord sur ce point avec Thommassen 1984, 55 n. 32 (aussi 7 sq.) ; contra Hornblower 1981, 240.

244 FGrHist, 434, Fl, 4.1.

245 Appien, Mithr., 8 ; Tarn 1948, 35, repousse cet épisode.

246 Infra p. 463.

247 Arrien, An., 3.24.4-5.

248 Thommassen 1984, 47 sq. et supra p. 109.

249 Plut., Alex., 18.5.

250 Str. 12.1.4 ; Arrien, An., 2.4.2 ; Appien, Mithr., 8.

251 Supra p. 162. Abistaménès, inconnu par ailleurs, nommé par Quinte Curce 3.4.1.

252 Infra p. 465.

253 Thommassen 1984, 5-6.

254 Comme le note Thommassen 1984, 20 n. 7, ce détachement était sans aucun doute renforcé de contingents cariens issus de forces loyales à Ada. On s’est demandé s’il peut s’agir des hommes que mentionne Sénèque. Des bienfaits, 5.6.1. Mais n’est-ce pas là un peu forcer le texte ? A la différence de Thommassen, je serais tenté de penser à des forces locales intégrées au fur et à mesure de la conquête pour compenser la chute d’effectifs “périphériques” mentionnés ci-dessus.

255 Thommassen 1984 ; Ruzicka 1988.

256 Arrien, An., 2.1 ; Diod. 17.29.

257 Supra p. 155 n. 315.

258 Bruni 1986, 455 ; 1962, p. 154 ; Thommassen 1984, 34 n. 4.

259 Diod. 17.27.5.

260 L’adjonction de navires et d’hommes, bien que non mentionnée explicitement, est indispensable pour arriver aux nombres fournis par Arrien. Il n’y a cependant aucune raison de penser que toute L’armada” perse avec Memnon à sa tête s’est formée en Cilicie-Phénicie (rappelons qu’Alexandre contrôle la Lycie et la Pamphylie).

261 Thommassen, loc. cit., cf. aussi Habicht 1957. 168 ; Bengtson 1964. I2, 71 pour lequel Samos était alors “in persischen Besitz” ; mais cf. contra, et sans aucun doute à juste titre, Shipley 1987, 158 sq., qui pense à une opération de razzia pour se procurer de l’eau et des vivres.

262 Supra, p. 445.

263 Ainsi Habicht 1963, 383 n. 3.

264 Diod. 17.29.2.

265 Thommassen 1984, 35 n. 6 a sans doute raison, après Bosworth 1980a, 179-180, de placer à ce moment et non pas en 340 le stratagème de Mytilène (note suivante) : Memnon aurait été assez près de Méthymna pour secourir le tyran Aristonikos (Polyen 5.44.3 l’appelle Aristonymos) contre l’action de l’Athénien Charès (cf. Berve 1926, no 819). En revanche, les motivations de ce dernier en cette affaire ne sont pas très claires. On sait qu’il se trouve à Sigeion (Arrien, An., 1.12.1) au moment du passage d’Alexandre à Ilion et apparemment se réconcilie avec lui. Il est possible que les officiers macédoniens en charge des détroits aient fait appel au vieux condottiere pour contrer l’avance du Rhodien. 11 semble avoir réussi plus tard (pour son propre compte ?) à s’emparer de Mytilène (infra p. 466).

266 Nous avons eu plusieurs occasions de signaler que Mytilène était en mesure d’équiper une flotte non négligeable (e.g. supra p. 289) mais celle-ci n’est pas en mesure de faire face efficacement à celle de Memnon. Un stratagème de Frontin (2.5.46) pourrait être mis en relation avec ces événements : on y voit Memnon, qui dispose alors de deux cents navires (on sait par Arrien, An., 2.1.2, qu’il avait scindé à ce moment sa flotte en deux escadres) amener ses adversaires (non nommés, mais on n’en voit pas d’autres possibles que les Mytiléniens) à engager le combat en les incitant à penser que ses navires sont en nombre très inférieur à la réalité.

267 Arrien, ibid., décrit Mytilène comme un point de passage du grand commerce international (supra introduction).

268 Outre ses propres forces, on apprend dans la suite du récit d’Arrien (2.1.4) qu’Alexandre y avait placé une garnison.

269 Ce siège entraîne des remous dans les îles (e.g. l’Eubée) qui se sentent les premières concernées ; des contacts sont pris (dans les Cyclades) et l’espoir renaît en Grèce même (Sparte).

270 Diodore prétend le contraire. Sa mort coïncide avec le départ d’Alexandre de Gordion, mais il n’apprend la nouvelle qu’en Cilicie (Brunt 1962, 154). Pour beaucoup d’auteurs modernes, à la suite d’Arrien, An., 2.1.3 ;Diod. 17.29.4 ; 30.7 ; 31.3 ; Quinte Curce 3.1.21 ;2.1 ; Plut., Alex., 18.5, la mort de Memnon porte un coup décisif à la contre-offensive perse. Il est vain de tenter de savoir ce qui ce serait passé si Memnon n’était pas mort subitement à Lesbos (état des débats sur ce point : Thommassen 1984, 24-29). Certes il y a bien un moment de flottement, mais le moment décisif paraît plutôt être la décision prise par Darius de rappeler à lui les mercenaires de Pharnabaze (supra) qui constituaient le principal instrument d’attaque dont la flotte n’était que le vecteur.

271 A partir de Polyen 7.27.2-3, Berve 1926, 96, attribue à Autophradatès un commandement terrestre au moment de l’avancée de Parménion ; d’après Thommassen 1984 (51 n. 5 ; cf. aussi 70-71) il s’agirait plutôt des années 333-332 où Autophradatès commanderait des mercenaires et aurait eu l’occasion d’affronter les Ephésiens. Il semble qu’en fait ces “stratagèmes” appartiennent bien plus vraisemblablement au premier Autophradatès : les occasions ne manquent pas au moment de la révolte des satrapes ou mieux encore au moment des troubles des années 380 (supra p. 281).

272 Supra p. 155.

273 Arrien, An., 2.1.4.

274 Sur l’ensemble de cet épisode, cf. Pistorius 1913, 62 sq. Pour lui, Mytilène fait partie de la ligue de Corinthe à partir de 338.

275 Arrien. An., 2.1.5.

276 Supra p. 278.

277 Quinte Curce 4.8.13.

278 Le but recherché est d’anihiler l’action d’Alexandre dans la même région : il s’agit de reconquérir les positions côtières susceptibles de fournir le nécessaire trait d’union entre l’Égée et la Cilicie-Phénicie. Cf., Berve 1926, no 544 s.v. Nearchos ; Green 1970. 117 ; Thommassen 1984, 52, n. 17.

279 Thommassen s’efforce de montrer (1984, e.g. 31 et n. 23) que cette décision n’a pas amoindri l’action des Perses en Égée (il est plus nuancé p. 58). Il a sans doute raison de croire, contre Diodore, que la stratégie à long terme de Memnon pas plus que celle de ses successeurs n’avait pour objet d’intervenir directement en Macédoine ; il s’agissait bien plutôt de susciter la révolte des cités en dispensant des subsides ou en fournissant des mercenaires (somme toute la même politique qui avait été pratiquée depuis 395). On objectera cependant qu’il ne suffit pas d’avoir un “plan”, encore faut-il se donner les moyens de le mettre en œuvre : comme le note Thommassen lui-même, les mercenaires récupérés après la bataille d’Issos feront preuve d’une redoutable efficacité aux côtés des Spartiates.

280 Arrien, An., 2.2.2-3. Un raid au moins est lancé contre Samothrace, comme le note Thommassen 1984, 43 (Plut., Mor., 339e) et une partie du butin envoyé en Phénicie (Plut., Alex., 48.4).

281 Bien qu’il n’y en ait aucune preuve, il est assez tentant de penser qu’il s’agit d’un parent du célèbre satrape. Pour le peu que l’on sait sur le personnage, cf. Berve 1926, no 45.

282 II s’agit là sans aucun doute d’une référence à la Ligue de Corinthe à laquelle les Ténédiens avaient donc adhéré (cf. Ehrenberg 1938, 22). Les modernes ont noté que dans le cas de Mytilène, il est question d’un accord avec le seul Alexandre. Cependant Pistorius 1913, 62 sq. pense que Mytilène avait adhéré à la ligue de Corinthe depuis 338. De même Ténédos était dans la mouvance macédonienne depuis la même date : situation antérieure chez Démosthène, Cour., 302.

283 Hornblower 1982, 128.

284 Interprétation différente de Thommassen 1984, 51 n. 8 et 53 n. 26, qui s’attache à montrer surtout en quoi la sujétion des cités insulaires contrevenait à la lettre des clauses de la Paix du Roi (cf. cependant Samos avant 365) ; cf. aussi Brunt 1986, 125 sq. n. 2.

285 Cf. par exemple Griffith in Hammond & Griffith 1979, 634.

286 Quinte Curce 3.1.20.

287 Green 1970. 116, propose de façon plus précise, mais uniquement comme vraisemblable, la cité d’Abydos.

288 Nous verrons plus loin que deux stratagèmes de Polyen quelquefois allégués n’apportent rien au débat.

289 Babelon 1910, 122, no 67 (et éventuellement 66 et 68) ; cf. supra p. 61 n. 238 (Pl. II. 21).

290 Pour l’ensemble de ces épisodes, Arrien, An., 2.4.3-5.9 ; Quinte Curce 3.4 ; 7.2-7.

291 Supra p. 416.

292 Briant 1993, 18, pense que cette amende s’ajoutait au tribut normalement payé par la cité.

293 Arrien, An., 2.12.2.

294 Babelon 1910, 463, croit pouvoir reconnaître cette déesse sur certaines séries du monnayage attribué maintenant à Balakros (supra p. 163). Rien là d’assuré.

295 On connaît deux Asandros, l’un (fils de Philotas) est le premier satrape macédonien de Sardes, l’autre (fils d’Agathon) est plus tard en charge de la Carie. La plupart des commentateurs (Berve 1926, no 165 ; Heckel 1992, 385) admettent que c’est le premier nommé qui a participé avec Ptolémée à l’éviction d’Orontobatès en Carie. Rien ne permet une telle affirmation. Le premier successeur d’Ada a pour nom Philoxénos (cf. Hornblower 1982, 51 et supra p. 160).

296 Ps.-Skylax 99 ; Pline, HN, 5.107 qui signale l’existence d’une Palaemyndos. A partir de ce texte, Bean & Cook 1955, 108-111 ; Bean 1979. 92-95 situent Myndos à Gümüslük (le nom turc rapelle l’existence d’une exploitation de minerai d’argent. Les vestiges d’une exploitation antique ont été repérés par Paton & Myres 1896, 204, à Bozda, où certains placent la Palaimyndos) et attribuent à Mausole un déplacement du site vers la mer (cf. supra p. 375). Demand 1990, 135-137, réfute ce point de vue en s’appuyant sur l’article de Kahrstedt 1954-1955, 292-301 (à propos de Palaiskepsis et de l’étymologie de la première partie de ce mot composé), sans pleinement convaincre, et sur la présence d’un mur polygonal (Paton & Myres 1986, 204) réputé plus ancien (mais cf. Pimouguet 1994, 279, pour la difficulté de datation d’un tel appareil que l’on pourrait descendre jusqu’à l’époque hellénistique) que la fortification assiégée sans succès par Alexandre (Arrien, An., 1.20.7). La problématique me paraît être ici assez comparable à celle de Cnide à laquelle on a souvent comparé Myndos : les mêmes questions doivent être posées concernant le déplacement du site et la hiérarchie des agglomérations.

297 Dont la localisation n’est pas assurée avec une absolue certitude. Il est probable que les vestiges de Yerkesik (d’où proviennent les épitaphes de Theraioi) et de Tasyenice (théâtre, constructions diverses) appartiennent à cette communauté ; cf. provisoirement Descat 1994. 205-207.

298 L’existence d’un toponyme Gelibolu a conduit Robert 1937, 491-500 à situer Kallipolis à proximité de la côte ; Bean & Cook 1957, 81-85 contestent ce point de vue. La question mérite d’être reprise. Nous pensons que la côte et l’intérieur au sud du golfe Céramique appartenaient à une même entité politique, en tout cas à partir du synoecisme relativement tardif (ive s.) que suppose le nom même de la localité de Kallipolis. Le paysage doit être pensé différemment de ce qu’il est aujourd’hui car il faut tenir compte de l’avancée des terres due aux aterrissements des petits fleuves côtiers. A noter la monnaie publiée par Imhoof-Blumer 1883, 307 no 29 qu’il faut attribuer à cette cité et non à celle des détroits et le portulan de Piri Reis qui confirme l’existence sur la côte du toponyme au xvie s.

299 Ce qui suppose qu’à quelque moment les habitants de Cos s’étaient affranchis de la tutelle perse.

300 Bresson 1999. 83-114, considère que le Triopion et la ville hellénistique de la pointe de la presqu’île occupent le même emplacement.

301 Quinte Curce 4.5.9. Si l’on suit l’ordre de cet auteur, le ralliement est plus tardif et se situe seulement en 332.

302 Voir infra p. 463.

303 Quinte Curce 4.1.36 ; Atkinson 1980, 289 pense à juste titre qu’il s’agit d’un raid ponctuel (contm Thommassen 1984, 62).

304 Arrien, An., 2.13.4.

305 Ibid., 5. Sur ces événements Ruzicka 1988, 131-151.

306 Cf. Burn 1952, 81-91 (spécialement 81-84) ; Briant 1973, 53-70 ; Thommassen 1984, 68-70.

307 Quinte Curce 4.1.34 ; Diod. 17.48.5-6.

308 Quinte Curce 4.1.34-35 ; trad. Bardon, CUF.

309 Ibid., 4.5.13.

310 Harrison 1982a, 298, n. 71.

311 Cf. Briant 1973, 72, no 2 ; sur diverses hypothèses embarrassées présentées, cf. e.g. Burn 1952, 84.

312 Supra p. 163. Dans le même mouvement qui voit Polyperchon succéder à Ptolémée, fils de Séleukos, mort au combat.

313 Harrison 1982a, 265-290 et 1982b, 181-194 ; cf. supra p. 114 sq.

314 Quinte Curce 4.1.37 ; supra p.461.

315 Quinte Curce 4.5.13.

316 Arrien, n., 2.13.4.

317 Supra p. 261.

318 Cf. Thommassen 1984,76 sq., n. 27.

319 Il n’est plus question de Sabiktas ou Abistaménès, nommé à la tête de la satrapie de (Grande) Cappadoce (supra p. 162).

320 Harrison 1982 ; supra p. 114 sq.

321 Un officier perse de ce nom combat en 331 à Gaugamèles (Arrien, An., 3.8.5). Berve 1926, no 594, pense qu’il s’agit du satrape déchu ; contra Justi 1895 s.v. Ὀροντοπάτης (2) et (3).

322 Quinte Curce 4.1.34.

323 Tarn 1948, 110, n. 3.

324 Burn 1952, 82.

325 Briant 1973, 63-68.

326 Burn 1952. 83.

327 Briant 1973, 61-63.

328 Supra p. 459.

329 Au sens de satrapie de Lydie.

330 Briant 1973, 66-70.

331 Cf. e.g. Briant 1973,97-118.

332 Supra p. 161.

333 Supra p. 109. Anson 1990, 125-128, suggère que l’importance des forces commandées par Néoptolème en Arménie en 322 s’explique par la présence du reliquat des forces perses de Cappadoce.

334 Arrien, An., 3.2.3-7 ; cf. aussi Quinte Curce 4.5.14-22.

335 Thommassen 1984, 85, insiste ajuste titre sur le fait qu’en poursuivant sa politique systématique de conquête des ports tenus par les Perses (opération débutée en Lycie après la capture d’Halicarnasse) Alexandre était conduit à ce choix de la route côtière et non de la pénétration immédiate au cœur de l’Empire ; choix stratégique considéré comme inexplicable pour beaucoup de modernes. La cohérence de cette stratégie est confirmée par la création éphémère d’une satrapie en Lycie-Pamphylie pour Néarque.

336 Ce recrutement explique l’exigence d’une fourniture de navires par les gens de Chios.

337 Rappelons que la piraterie jouait un rôle non négligeable dans le secteur nord de l’Egée. Nous avons par exemple des informations sur cette dernière à l’époque du règne de Philippe (supra p. 410 n. 87) ; cf. aussi Quinte Curce 4.8.15.

338 II faut entendre par là qu’il s’agit de mercenaires appointés par les Perses. Quinte Curce 4.5.22 ; Arrien, An., 3.2.6. Cf. Berve 1926 no 189.

339 Arrien, An, 2.20.2

340 Quinte Curce 4.8.12-15 ; cf. Diod. 18.8.1. qui soutient que la garnison ne fut expulsée qu’en 323.

341 Ensemble du dossier réuni par Heisserer 1980.

342 Syll3, 283 (Tod, 192) ; traduction Fr. Vannier, Le ive s. grec, n°31, p. 129 ; Austin 1981 no 5 ; Heisserer 1980, 79-95 ; cf. Hauben 1976, 84-86.

343 Tod, 1948, comm, ad loc. et la plupart des autres commentateurs.

344 Les Chiotes envoient une ambassade en ce sens à Alexandre qui se trouve alors à Samarie : Quinte Curce 4.8.12.

345 Heisserer 1980, 80.

346 Cf. e.g. p. 91 sq., Érésos et peut-être aussi Priène.

347 Supra p. 459

348 Arrien, An., 3.2.3-5 : il fournit seulement les noms des principaux meneurs ; cf. aussi Quinte Curce 4.5.14-21.

349 Supra p. 436 n. 80.

350 Lenschau 1940, 207-214 ; SEG, 22, 1967, 506 ; Forrest 1969, 201-206 ; Heisserer 1980, 96-111 ; Piejko 1985,239-245.

351 D’après Photius, Bibl., 176, 120b (contra Lenschau 1940, 213 ; cf. Berve 1926, no 365 ; Heisserer 1980. 106).

352 Heisserer 1980, 109.

353 Supra p. 160.

354 IG, XII.2, 6 (cf. Suppl, p. 3-4) ; OGIS, 2 ; Michel. 356 ; IJG, II, p. 344 sq. ; Tod, 201 ; cf. Pistorius 1913, 78 sq. ; Welles 1938, 258 n. 4 ; Bikerman 1940, 33 ; Balogh 1943. 69 sq. ; 122 sq. Heisserer 1980. 118-139 ; Heisserer & Hodot 1986, 120-128 (édition révisée du texte) ; Worthington 1990, 194-214.

355 C’est la date traditionnelle, que l’on lie à l’ordonnance générale de retour des bannis (IJG ; Tod, etc.). En ce sens Brun 1988, 255 sq. Quelle que soit la date retenue, il paraît difficile de placer à cette époque les décrets concernant le retour des bannis à Érythrées (IK. 1-Erythrai, 10). En fonction de la forme des lettres une date proche du milieu du ive s. conviendrait mieux.

356 Welles ; Bikerman ; Heisserer 1980 ; Heisserer & Hodot 1986 ; Worthington 1990 ; Labarre 1996, 34.

357 Heisserer & Hodot 1986, 109-114 ; les auteurs rapprochent aussi IG, XII.2, 8.

358 Heisserer & Hodot 1986, 121 sq. suivis par Worthington 1990 et Labarre 1996, 32.

359 Mentionnés par Heisserer & Hodot 1986, 121 n. 18.

360 Waddington et al., I, 95 ; cf. Debord 1998, 155 n. 154. Sur la notion d’homonoia en général, Thériaut 1996, sp. 19 sq pour l’inscription de Mytilène.

361 A titre de comparaison, de Romilly 1972, 199-209.

362 Cf. le commentaire des éditeurs p. 113.

363 IG, XII.2, 526 (OGIS, 8 ; Welles, RC, 2) ; Heisserer 1980, 27-28 ; Bertrand 1992, no 68 ; Labarre 1996, 327-332 (traduction française chez Bertrand et Labarre).

364 Suivi à quelques nuances près par Labarre 1996, 25-31, qui argumente sur la présence de Parménion en Éolide (Diod. 17.7.8-10) et le “parallèle” d’Éphèse (cf. p. suivante). Les deux références se sont pas pleinement adéquates. Bosworth 1988, 192-193 propose une autre interprétation selon laquelle la tyrannie d’Agonippos et Eurysilaos aurait évincé celle d’Hermon, Héraios et Apollodôros avec l’aval de Philippe, les deux tyrans auraient été définitivement expulsés plus tard et jugés. Cette reconstitution parait peu convaincante.

365 Schol. Ps.-Démosthène, Traité Alex., p. 196 Dilts.

366 CUF, p. 162. La date de ce document important a été fort discutée, cf. Thommassen 1984, 51, n. 9, après Ehrenberg 1938, 19-22 ; Atkinson 1980, 330-331 ; Bosworth 1980a, 178-180 ; Heisserer 1980, 59. On réduit partiellement la difficulté en observant que le texte ne dit nullement de façon expresse qu’Alexandre a expulsé les tyrans de Lesbos.

367 Cf. par ex. Heisserer 1980, 70-71.

368 Polybe 18.4.

369 Supra p. 436.

370 Supra p. 410 ; Berve en fait deux frères, avec quelque vraisemblance.

371 Heisserer 1980, 72.

372 Contra Heisserer 1980. 66-68, suivant Pistorius 1913, 12, cf. aussi Habicht 1970, 14-16.

373 Infra p. 484 (Pl. XI, 16-17).

374 Cf. les conclusions de Kaiser-Raiss 1984, 27-53 à propos de Cyzique qui y voit un “portrait” de Philippe (infra p. 484).

375 Gulbenkian 691-692.

376 [Τοὶ]ς Ἓλλανας έλαΐζετ[ο], la formule est vague mais il convient de penser qu’Érésos avait adhéré à la Ligue de Corinthe. On rapprochera plus loin dans le texte : πόλεμον έξε[νικ|άμενος πρòς Άλέξανδρον καὶ τοὶς Ἔλλανας. Infra p. 472.

377 Selon Quinte Curce 4.9.11, c’est de Samarie qu’Alexandre décide de renvoyer les tyrans pour y être jugés. Il précise que. parmi d’autres, Aristonikos et Ersilaos, tyrans de Méthymna, furent jugés, torturés, exécutés. Le second nom est sans doute dû à une erreur de Quinte Curce : Ersilaos est très certainement Eurysilaos, tyran d’Érésos. lui aussi exécuté après jugement par ses concitoyens.

378 Cf. Debord 1984, 211 n. 66.

379 Supra p. 469.

380 Shipley 1987, 159.

381 Supra p. 292.

382 Supra p. 457 et n. 261.

383 Supra p. 445.

384 Cf. en dernier lieu, Bousquet 1959, 152-155 ; deux des trois documents dans Syll3, 276 : les trois SEG 18,1962,200-202.’

385 Deux au moins sont connues, l’une en 354/353 (IG, II2, 1437), l’autre en 346/345 (ibid., 1443). Notons qu’en cette même année les clérouques dressent un inventaire des biens sacrés réunis dans l’Héraion (Michel, 832 ; Ohly 1953, 25-50) ; sur cet inventaire, Debord 1982, 219.

386 Rapprochement de I. Priene, 5,1. 18 et IG, II2, 1628a, 1. 120 ; cf. Cargill 1995, 142 et no 398 ; Hallof & Habicht 1995, 302 n. 70 (“kurz vor 326/5”) ; en revanche Crowther 1996, 197 n. 9 doute de la restitution retenue pour l’inscription athénienne et observe que l’on connaît d’autres stratèges pour Samos. Cf Kroll & Mitchel 1980, 91 sq.

387 Shipley 1987, 160.

388 Shipley 1987, 165. Ou en 323 ? Cf. Cargill 1995, 40-41, avec bibliographie ; en dernier lieu Hallof & Habicht 1996, 397-405.

389 Cf. Heisserer 1980, 182 ; supra p. 448.

390 Errington 1975. 53 sq.

391 Comme note Cargill 1995, 41-42, l’authenticité (ou la date) de Plut., Alex., 28.1 a été discutée. Il convient de s’interroger aussi sur le sens : Alexandre accepte-t-il ou non le “don” de Samos aux Athéniens par celui qu’on appelle son père ? (comment traduire ἔχετε ?)

392 Reconstruction différente de celle de Shipley 1987, 165.

393 Tel que ce document, publié par Habicht 1957, 164 sq. no 2, a été réinterprété par Badian 1976, 289-294 ; cf. aussi Fantasia 1986, 115.

394 Supra p. 269.

395 Shipley 1987, 161-164, fournit, après Habicht 1957, une liste des témoignages conservés grâce aux inscriptions honorifiques samiennes.

396 Par exemple entre Tarn 1948 et Bikerman 1934.

397 On déduit de Ps.-Démosthène, Traité Alex., 7 l’idée qu’Antissa et Érésos étaient certainement membres de la Ligue, cf. supra p. 410 ; le fait est moins assuré pour Mytilène, en tout cas si l’on accorde quelque valeur à la différence de formulation, relevée supra p. 458 et 459, par Arrien des exigences de Pharnabaze à l’égard de Mytilène et de Ténédos. Dans un cas destruction des stèles relatives aux accords avec Alexandre ; dans l’autre avec Alexandre et les Hellènes.

398 Badian 1966, 59 ; suivi sur ce point par Heisserer 1980, 167. Cf. le point de vue très critique de Higgins 1980, 135-139.

399 Supra p. 440.

400 Supra p. 160.

401 En s’appuyant sur I. Priene, 5 et 6 et les conclusions de l’éditeur Hiller von Gaertringen : cf. Homblower 1982,324-325.

402 Cf. aussi Scholie à Démosthène, Cour., 89.

403 IK. 1-Erythrai, 31 ; supra p. 437.

404 Est-on si sûr que, conformément à l’opinion généralement admise, telle était le cas de toutes les cités de la Grèce d’Europe ?

405 Diod. 17.24.1 ; supra p. 446.

406 Arrien, An., 3.24.3.

407 De même pour les mercenaires engagés par le Grand Roi avant la paix et l’alliance.

408 Goukowsky 1983, 236, suggère que ce changement d’attitude à l’égard des cités grecques a lieu à partir de 330.

409 Plut., Alex., 34.2 ; cf. Ruzicka 1996, 128 sq.

410 Robert 1959, 668 sq. compte-rendu de I. Didyma à propos des no 434-437 ; cf. Deppert-Lippitz 1984, 63-64. Faut-il attribuer le début de ce monnayage à la période de domination d’Antigone ou en remonter encore la date ?

411 Gallet de Santerre 1947-1948, 305-306.

412 Str. 14.1.31 ; infra p. 477.

413 Mais Robert 1951, sp. 93 sq.. montre combien son point de vue a été schématisé.

414 Cf. par ex. Wroth, BMC Troas, introduction : Head 1911, 559 ; SNG Cop. 331-335 et von Aulock 1732, malgré le livre de Robert précité, connu de l’auteur de la notice.

415 Robert 1951,92-100.

416 Pistorius 1913, 125.

417 Robert 1966, 95 sq.

418 Cf. supra p. 178.

419 Robert 1951,97 sq.

420 Supra à propos de Priène.

421 Cette politique en direction des koina se poursuit à l’époque hellénistique, cf. par ex. la lettre d’Eumène II au koinon des Ioniens, Welles, RC, 56 ; ou encore le koinon des Mysiens, Debord 1985, 349.

422 Supra p. 176.

423 Supra p. 445.

424 Heckel 1997, 194.

425 On pensera particulièrement au décret sur la concorde de Mytilène, Heisserer & Hodot 1986, 109, 1. 2-3 : “Que les citoyens vivent dans la cité en démocratie pour toujours”.

426 Arrien, An., 1.18.2 ; supra p. 446.

427 Tarn 1948, 199-227.

428 Badian 1966, 56 sq.

429 Contra Gernet & Boulanger 1932, 474. Diod. 18.8.4 ne parle que des bannis, le reste se déduit du dossier athénien et des réactions des chefs politiques dans la cité.

430 Badian 1961, 25-31 ; Bosworth 1988, 220-228.

431 Supra p. 466 pour les cités insulaires.

432 Sur la situation d’Héraclée à ce moment notre source principale est Memnon ; cf aussi Nymphis d’Héraclée, FGrHist, 432 ; IG, II2, 360, 1. 30 sq.

433 Memnon, FGrHist, 434, F1, 4.1 (supra p. 455).

434 Sur le culte d’Alexandre dans les cités d’Asie Mineure et à Rhodes, Habicht 1970, 17-28. Voir aussi Robert 1929, 148 sq. pour l’Ionie.

435 I. Priene, 108, 75 ; cf. Heisserer 1980, 165 n. 34.

436 Magie 1950, 893.

437 Michel, 456 ; voir Migeotte 1984, no 101 sq. ; 1992, no 77. Faut-il penser à Philippe II ou plutôt à Philippe III ? P

438 OGIS, 3.

439 Str. 14.1.31. Il est question d’Alexandreia au tout début de l’inscription I. Magnesia, 16 et aussi dans le décret des Ioniens pour Antiochos Ier trouvé à Clazomènes (IK, 2-Erythrai, 504,1. 25). Sur les Alexandria à Rhodes mentionnés dans Lindos, 197 f 6, cf. La discussion de Habicht 1970, 26-28. On se demandera dans quelle mesure le lien entre Alexandre et Dionysos (e.g. Lindos, 223) ne procède pas des relations privilégiées de Rhodes avec l’Egypte où se développe le mythe d’Alexandre Neos Dionysos (cf. sur l’Égypte Goukowsky 1981 79-83)

440 IK, 2-Erythrai, 201.

441 IK, 1-Erythrai, 64 ; un sacerdoce d’Alexandre à Éphèse, IK, 13-Ephesos, 719. Nous avons noté plus haut que les Ephésiens avaient consacré dans l’Artémision un portrait peint par Apelle.

442 IK, 2-Erythrai, 207,1. 90.

443 IK, 1-Erythrai, 87 et 89 (restitution probable).

444 IK, 3-Ilion, 122.

445 Callisthène, FGrHist, 124, F 14 ; Str. 17.1.43 ; récit un peu différent chez Quinte Curce 7.5 28 ; sur tout ce passage Parke 1985a, 59-68 ; 1985b, 36-42, qui retient l’historicité de l’événement.

446 BMC Ionia 51 p. 189 et pl. XXI, 8, daté là des environs de 350 ; Kinns 1986, 237, propose pour sa part c. 330(?).

447 Badian 1964, 61.

448 Supra p. 158.

449 Thompson 1983, introduction ; cf. aussi de Callataÿ 1994, 19-35. Petite mise au point commode Price 1993, 170-175.

450 Thompson 1981,207-218.

451 De Callataÿ 1989, 259-274.

452 Thompson 1991.

453 Thompson 1983, 41.

454 Infra p. 485.

455 Price 1981a, 32-37 ; 1981 h, 173-175 ; 1991.pl. 149, 3960a et b = Pl. XI. 1-3.

456 II indique que plusieurs autres provenant de Saqqara ou d’ailleurs en Égypte sont connus.

457 Babelon 1893, 56 no 379.

458 Babelon 1910, col. 121-122 no 66, pl. 88, 26 (Pl., XI, 4) ; cf. SNG Tübingen 2755, donné là comme “satrape non identifié (Autophradatès ?)”. Ce petit bronze assez fruste présente à l’avers un personnage imberbe à la tiare. Le revers est comparable à ceux de Kymè (protomé de cheval au galop). Le commentaire de Mannsperger rapproche cette monnaie de la précédente.

459 Babelon 1930, no 2900.

460 Troxell 1981,27-37.

461 Troxell 1977, 23 (pl. 4, 10 = Pl. XI, 5). On observera que c’est l’article du même auteur cité à la note précédente qui rend impossible cette attribution.

462 H. Troxell publie deux bronzes attribuables à ce dynaste (no 8 et 9) mais la facture n’a rien de commun avec celle du no 10. Le rendu de la tête de cette dernière monnaie ne l’apparente pas pour autant à celles de Saqqara : notons l’absence du A ainsi que des poids sensiblement différents.

463 Ainsi Price 1991,496 sq. et pl. 149 no 3960 a et b, “the attribution to the lifetime of Alexander and to the mint of Memphis seems certain”. Cf. aussi Price 1993.

464 Sur ce monnayage Nicolet-Pierre 1979, 221-230. L’atelier monétaire de Memphis au ive s. produit des imitation des chouettes athéniennes. Sur ces monnaies. Buttrey 1982, 137-140 ; l’officine fonctionne encore au début du règne de Ptolémée ier ; Zervos 1967, 1-16 ; cf. Price 1991, 496.

465 Harrison 1982a, e.g. 223 sq. et n. 53 ; 241. Elle s’appuie sur Brett 1955, Boston, no 1521-1523 (cf. pour Cyzique, Traité, II, no 2619-2620). Elle cite à l’appui de ses conclusions le bas-relief Lullies & Hirmer 1971, no 244. Mais nous devons observer que cette sculpture a été réalisée au iiie s. avancé dans un contexte culturel et historique déjà fort différent. Cf. aussi Weiser 1989, 293.

466 Traité, fl, col. 83-84 no 41 sq. (pl. 88, fig. 4 à 6 = Pl. XI, 6-8)

467 Xén., An ., 7.8.17.

468 Head 1911, 538 : Six 1890-194 ; 1894, 318 proposait d’attribuer ces monnaies à Proklès II. sur des critères de style plus que sur la vraisemblance historique (considérant que Proklès ier venait trop tôt pour la qualité du rendu). Les arguments de Babelon pour réfuter Six emportent l’adhésion.

469 Sur ce point Price 1968, 101.

470 Wroth 1892, introd. p. XX. Lazzarini 1986, 30 sq., propose Zènis.

471 Babelon 1910, col. 124.

472 Traité, II, no 2335, pl. 164, 24 ; vente Pegan 23 février 1991 no 40 (Pl. II, 13).

473 Attribuée hypothétiquement à Spithridate par Cahn 1989, 101 et 103 no 14, mais Weiser 1989, 292 propose Artabaze, Pl. Il, 15.

474 Traité, II, no 68, pl. 88, 28 ; 2335, pl. 164, 25.

475 E.g. Traité, II, pl. 89, 1 et 3 (Pl. II, 18-19).

476 SNG Tübingen 2628 (Pl. XI, 9) ; von Aulock 7622 ; Cop. 261 sq. ; Sweden II 2181-2183. De facture différente, von Aulock 1547.

477 IGCH 404, daté par Price 1991, 53 de 323-320 (ou peu après).

478 Sur le rôle important de cette cité et la diffusion de son monnayage, Robert 1951,83 sq.

479 Waddington-Babelon-Reinach 1908, 313 no 6-13 (pl. 49, 28-34) ; cf. aussi Traité, II, 1 no 2858-2864 (pl. 180, 27-33) ; cf. aussi Harrison 1982, 146.

480 Traité, II, no 2865, pl. 180, 34 = Waddington-Babelon-Reinach 1908,3l4n° 14, pl. 49, 35 (Pl. III. 12).

481 Diod. 15.90 ; 16.90.

482 De façon tout à fait comparable aux monnaies de Memphis, à tel point que Six 1894, 311-313 attribuait ces dernières et les bronzes de Kios à Mithridate, fils d’Ariobarzane pour la période 337-302.

483 Traité, II, no 2864. pl. 180, 33 ; Waddington-Babelon-Reinach 1908, 314, no 13, pl. 49, 34 (Pl. XI, 10).

484 Traité, II. no 2859-2862, pl. 180, 28-31, Waddington-Babelon-Reinach 1908, pl. 49, 31 (= Pl. XI, 11) : SNG von Aulock 7003 qui semble s’apparenter au portrait Delaware (infra).

485 Traité, II no 2858, pl. 180, 27 = Waddington-Babelon-Reinach 1908, 313 no 6, pl. 49, 28 (=Pl. XI, 12). Babelon indique que “cette tête est semblable sur les monnaies d’Amastris”...

486 Cf. par exemple SNG Levante 122, pour Balakros, se distingue principalement de 114, pour Mazaios, par la présence de la massue dans le champ.

487 Waddington-Babelon-Reinach 1908, 314 no 17 ; pl. 49, 38 (= Pl. XI, 13) daté là sans véritable démonstration du iiie s. ; cf. von Aulock 7005.

488 Bodenstedt 1981, 153 Ph. 84 (= Pl. XII, 1) et pl. 8, 8.

489 Cahn 1975, 84-91 et la réponse de Mørkholm & Zahle 1976, 82-84, aussi Zahle ibid., 101-102. Le débat s’est largement poursuivi ensuite, cf. par ex. Harrison 1982, 81-93 ; Bittner 1985 ; Petit 1988, 320-322 etc.

490 Healy 1962, 65-71 suivi par Worthington 1990, 211.

491 Elles ne figurent pas sur tous les exemplaires (My 104 = Pl. XI, 15).

492 Tel est aussi le point de vue de Bodenstedt 1981, 101. On pensera bien sûr aux monnaies de Lysimaque à l’effigie d’Alexandre-Ammon, et mieux encore aux monnaies émises à Naucratis du vivant d’Alexandre.

493 Ainsi Wroth 1892, et d’autres.

494 Tel est aussi le point de vue de Jenkins, commentaire à Gulbenkian 715.

495 La représentation la plus proche étant celle des monnaies d’Amyntas III, cf. Pegan 1968 : pl. 12, 11. En effet la parenté est évidente entre le rendu des monnaies d’Amyntas (à Aigai) et de Mytilène, mais c’est tout aussi net pour le monnayage au nom d’Alexandre (Price 1991, no 96 sq., etc.).

496 Price 1991, no 142 a et b (a = Pl. XII, 2 = Babelon 1932, n°910, pl. 311, 18).

497 L’identification de cette tiare, due à B. V. Head, est reprise par Babelon 1932, 551 sq., ce qui le fait pencher pour une fabrication asiatique – sans pouvoir imaginer qu’elle puisse être le fait d’Alexandre ! Il attribue à cette série une origine bactrienne. Rappelons que l’une de ces monnaies a été trouvée au Penjab. Les circonstances de l’anabase d’Alexandre pourraient expliquer le lieu de la découverte.

498 Guillemets de M. J. Price. Il pense aussi à Aigai. Le Rider 1977, 393 sq. les attribue pour sa part à Pella. Son argumentation repose en partie sur une observation de Pegan : deux des cinq exemplaires sont surfrappés sur des monnaies de Patraos roi des Péoniens (c. 335-315). Dans le même sens Le Rider 1998, 239-241 et pl. 53.17. Argument certes fort pour une frappe en Macédoine mais pas décisif à lui seul.

499 Entre 14,3 et 14,45 g ; tétradrachme de poids thraco-macédonien pour Le Rider. L’exemplaire de Rawalpindi est beaucoup plus léger.

500 Pegan 1968, 99-111 ; voir aussi Le Rider 1977, 393-394 et pl. 49, 1-3 : ses photos ne laissent pas de doute sur l’identification du bonnet. Celui-ci pouvait présenter des formes diverses, un cône retombant vers l’avant ou bien une sorte de “béret” doté de paragnatides et d’un couvre-nuque comme c’est le cas ici ; à titre de comparaison la photo donnée par Weiser 1989, pl. 18, 17 de la monnaie Bank Leu 42 Auktion 1987 no 376 (Pl. III, 20) ou encore Traité, II, pl. 91, 9, 13, 16, 18-21, etc.

501 Contra Price 1991, 103, “separate mint”.

502 Une image quasi canonique de ce Zeus lauré (supra p. 470) est présente avec une apparente simultanéité dans les séries de Lampsaque (e.g. Gulbenkian 691-692) et de Cyzique (e.g. Gulbenkian 671), type figurant dans le trésor de Prinkipo dont tout concorde à montrer qu’il est contemporain d’Alexandre (infra n. 63).

503 Pl. XI, 16.

504 IG, XII.2, 526 ; cf. en dernier lieu Heisserer 1980. 58 sq.

505 Bodenstedt 1981. 101.

506 Pl. XI. 17

507 Traité, II, no 2619-2620. (PI. 173. 27 [Pl. XII, 3]-28) ; Gulbenkian 644 (Pl. XII, 4) ; bibliographie dans Mildenberg 1993-1994.

508 Traité, II, no 2809-2810 (PI. 178, 14) ; cf. en dernier lieu vente Pegan, 23 février 1991 no 38.

509 Babelon 1910 col. 1461, sq. Cf. aussi von Fritze 1912.

510 Str. 12.8.11.

511 Traité, II, no 2623-2625 (pl. 173, 31-33) ; Gulbenkian 640 ; 652 qui provient du trésor de Prinkipo.

512 Regling 1931, no 12 ; IGCH 1239, daté là de 335/334, mais on consultera le commentaire de Le Rider 1977, 255-257, qui doute de l’homogénéité de ce trésor venant de la plus grande des Iles des Princes, en particulier de la liaison de groupe des philippes d’or avec le reste.

513 Gulbenkian 655 ; von Fritze 1912, 194, pl. 6.6 ; Kraay 1976, 264 no 964, date cette monnaie de 330, donc de l’époque d’Alexandre. Jenkins la place sensiblement plus haut dans le ive s.

514 Pollard 1968, 68 no 101 (datée là des environs de 380, cf. Descat 1993, 228, qui propose pour sa part 332 ou 331). Tétradrachme, 15,11 g = Pl. XI, 14.

515 Hornblower 1982, 130 n. 194 et p. 134 (pl. 36a). Il en tire des conclusions discutables, quelle que soit la date attribuée à la monnaie.

516 Kraay 1980, 61.

517 Moysey 1989, 127 et n. 57.

518 Thompson 1983, 42.

519 Newell 1923.

520 E.g. p. 5. Les deux notions ne sont pas aussi évidemment liées que semble le penser M. Thompson.

521 Cf. n°44 et aussi 45 et pl. 2 (= Pl. XII, 5-6).

522 Pl. XII. 7.

523 Xén., An., 2.5.23 ; Cyr, 8.13.3 ; cf. en contrepoint Hdt.7.61 et la note de Legrand, CUF, 95 n. 1.

524 Plut., Thém., 29.7 ; l’anecdote a quelque chance d’être authentique puisqu’elle remonte au moins à Phylarque (Souda, s.v. tiara).

525 Athénée 1.29f-30a ; cf. Sekunda 1991, 90.

526 Stewart 1993, 178 et n. 70 refuse cette idée en s’appuyant sur Plut.. Dém.. 25.3, mais ce qui est dit là (dans un contexte très polémique) est que l’Argéade refusait le titre de roi des rois. S. affirme d’autre part que Price 1981, 34 “demolishes the notion that the ‘Alexander’ head on the Memphite coins... was wearing a Persian satrapal cap”. Ce n’est pas ce que dit Price et, de surcroît, les têtes memphites s’inscrivent dans une tradition d’émissions perses.

527 Arrien, An., 4.7.4.

528 Quinte Curce 6.6.4.

529 Ritter 1965, 6-30 traite de la coiffure du roi perse et souligne, 31-78, que le diadème d’Alexandre n’a pas de modèle grec ou macédonien.

530 Plut., Alex., 31.2-5. Cf. Bosworth 1980b.

531 Babylone 1973 : CH 1, 1975, no 38 ; 2, 1976, no 49 ; 3, 1979 no 22.

532 Price 1982, 75-78 ; cf. 1991, 51 ; 452 sq. Ces séries semblent avoir circulé avant la thésaurisation.

533 Price 1991, pl. 159, 1-J (I = Pl. XII, 9). L’un des protagonistes de la mosaïque d’Alexandre à Pompéi porte le bonnet exactement de la même façon. Les lettres BA ligaturées ne sauraient s interpréter autrement que BA(ΣIΛEΩΣ) dans la continuité des monnayages officiels antérieurs.

534 Nicolet-Pierre 1978,401-405.

535 Cf. l’excellente photographie de cette monnaie donnée par Davis & Kraay 1973, pl. 10-12 (= Pl. XII, 10). Price 1988, 34 et n. 14 ; ses n° G et H (= Pl. XII, 11).

536 Ceinte d’un diadème dont le ruban flotte en arrière.

537 Votokopoulou 1982,497-520.

538 Supra p. 92.

539 Cf. aussi Hdt. 9. 31 sq.

540 Seyrig 1971. I 1-21.

541 Pl. XII, 8

542 Infra n. 104.

543 Crawford 1979, 477-481 et pl. 67.

544 Price 1981a, 34.

545 Thompson 1983, no 16-25.

546 E.g. SNG Black Sea 1297-1300(1297 = Pl. XII, 12) ; von Aulock 6798-6799, l’éditeur G. Kleiner décrit une tête d’Amastris en Mithra ; nous avons là bien plutôt une nouvelle illustration des habitudes vestimentaires des populations de l’Asie Mineure à cette époque.

547 SNG Black Sea 1303 (= Pl. XII, 13).

548 Vermeule 1989,183-185.

549 Cf. Vermaseren 1987.

550 Cf. par exemple l’article de Badian 1966, 37-69.

551 Briant 1993, 13 souligne l’intérêt précoce et soutenu d’Alexandre pour les choses d’Asie. Même s’il a voulu d’emblée se poser en successeur du Grand Roi, l’opinion des Grecs asiatiques a pu être plus nuancée. L’impact des victoires et de l’avancée vers l’intérieur modifiant progressivement les données.

552 Cf. Zervos 1979 ; 1982, 166-179. la réponse de Price 1982, 180-190 ; cf. encore de Callataÿ 1982, 5-25 ; Troxell 1991,49-62 et, réitérant son point de vue, Price 1991,27 sq. ; 1993, 172.

553 Mais notons à ce propos qu’il ne s’agit pas là d’une “révolution” puisqu’il existait depuis la fin du ve s. ou le début du ive s. des monnaies frappées dans les ateliers micrasiatiques avec la légende BA ou d’autres similaires.

554 Healy 1962.

555 Cf. déjà les conclusions de Babelon 1910, 1395 sq.

Table des illustrations

Légende Carte 14 : Alexandre en Asie Mineure occidentale.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Carte 15 : L’Ionie.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8973/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Planche XI
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8973/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Planche XII
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8973/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 393k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540