Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Deuxième partie. Conflits et enjeux de pouvoir (412-423 a.C.)

Chapitre X. 350-334 : Les “âges obscurs”

Texte intégral

1Pour cette quinzaine d’années les sources d’information font cruellement défaut. Les événements nous échappent presque totalement et dans beaucoup de cas nous sommes même dans l’impossibilité de préciser quels sont les titulaires des principaux gouvernements mis en place par les Perses. Les indications les plus cohérentes concernent la Carie et les régions contrôlées par ses maîtres successifs.

1. Les successeurs de Mausole

  • 1 Supra p. 135.
  • 2 Cf. Beloch 1923, 141 sq. ; Hornblower 1982, 40 ; Schol. Démosthène, Rhodiens, 11 (5a Dilts 1983), (...)
  • 3 Supra p. 140.
  • 4 Démosthène, Rhodiens, 23.
  • 5 Vitruve 2.8.14-15.
  • 6 Itaque post mortem Mausoli Artemisiam uxorem eius regnantem Rhodii indignantes mulierem imperare c (...)
  • 7 Sur cet épisode, infra p. 407.
  • 8 Judeich 1892, 250 sq.
  • 9 Blümel 1997, 136-142.
  • 10 Ruzicka 1992, 164 n. 2 penche pour le début du satrapat de Mausole ; Hornblower 1982, 322, suggère (...)

2Mausole est mort en 3531, et sa sœur-épouse Artémise lui succède jusqu’à son décès en 351/3502. Nous avons vu plus haut3 qu’il était difficile d’apprécier l’attitude du pouvoir perse face à cette situation. En revanche les Grecs ont considéré que c’était là une circonstance favorable pour s’affranchir de la tutelle carienne. Démosthène4 donne le ton en soulignant combien il serait humiliant pour les Athéniens d’avoir peur d’un barbare qui, de surcroît, est une femme. Comme en écho à l’ironie mordante de l’orateur, Vitruve5 décrit comment les Rhodiens, indignés du fait qu’une femme puisse dominer les cités de Carie6, tentent un coup de main sur Halicarnasse. L’affaire est cuisante puisque non seulement les mutins échouent : Artémise prévenue improvise l’un de ces stratagèmes dont les anciens aimaient à se faire narrer le détail ; puis, poussant son avantage, elle s’empare par surprise de Rhodes, qu’elle traite en cité conquise, faisant exécuter les principaux dirigeants et érigeant deux statues de bronze, l’une d’elle-même, l’autre de Rhodes y apposant les marques de la servitude7. Convient-il de rapprocher un autre stratagème, rapporté cette fois par Polyen 8.53.4. Ce dernier attribue, à tort, à Artémise l’Ancienne une manœuvre qui permet la capture de Latmos : s’étant rendue en grand cortège dans le bois sacré de la Grande Mère proche de Latinos, elle excite la curiosité des habitants qui relâchent leur vigilance. Pour W. Judeich8 cet épisode se placerait dans la période où Artémise exerce seule le pouvoir. La découverte d’une nouvelle inscription9 qui prouve que Latinos n’avait pas changé de nom à l’époque du satrape Asandros semble lui donner raison10.

  • 11 Selon Str. 14.2.17, Mausole est mort ἄτεκνος : il faut entendre par là qu’il n’a pas d’enfant susc (...)
  • 12 Diod. 16.69.2. ; Plut., Agés., 13, rapporte la supplique du satrape Idrieus à propos d’un certain (...)

3Mausole et Artémise sont morts sans enfant11, leur frère cadet Idrieus accède au pouvoir. Il est reconnu comme satrape par le pouvoir central et il épouse une de ses sœurs, Ada (I). Son gouvernement dure jusqu’en 34412. Le nouveau couple de dynastes poursuit la politique et consolide les acquis de ses prédécesseurs.

  • 13 Diod. 16.42.6-9. Hornblower 1982, 43, souligne les difficultés qu’engendre la chronologie assignée (...)
  • 14 Petit 1988, 316 sq.
  • 15 Coll. Froehner, 96 (Tralles) ; supra p. 136.

4Malgré les espoirs ou les illusions de Grecs comme Isocrate, la relation d’Idrieus avec l'Empire reste globalement bonne même si elle paraît avoir subi quelques crises. Peu de temps après son accession au pouvoir, si l'on suit Diodore13, ou la fin de son gouvernement comme le pensent la plupart des historiens contemporains, le Roi fait appel à lui pour préparer les opérations contre les rois de Chypre qui se sont révoltés, renouant en cela avec la tradition qui avait fait d’Hékatomnos le chef d’une expédition antérieure. Le corps expéditionnaire comporte quarante trières et huit mille mercenaires sous Phocion et Evagoras. Diodore le qualifie de dynaste mais il est dit aussi φιλος καὶ σύμμαχος donc ami et allié du Roi”. Mais, on oublie trop souvent de le signaler, le même auteur précise ἐγ προγόνων, ce qui implique que la situation d Idrieus n’est en rien une nouveauté. Il n’y a pas lieu de considérer l’Hékatomnide comme quasi indépendant. En effet, malgré Th. Petit14, si l’on doit privilégier un document c'est bien le texte épigraphique qui le qualifie de satrape15 plutôt que Diodore dont nous avons eu maintes occasions de souligner que les termes qu’il emploie pour dénommer les gouverneurs perses sont inadéquats.

  • 16 Tod, 161 B (Syll.3, 225 ; FD, III.4, 176), cf. Marcadé 1953, 93, pl. XVII, 1.
  • 17 Supra p. 139.
  • 18 Tod, 181, cf. Picard 1954, 75 sq. ; 870 sq. Sur le Mausolée et les éléments de comparaison, et de (...)
  • 19 Sur ce monument de Tégée, cf. Foucart 1910, 145 sq. ; Jonkees 1948, 31-33, qui propose de voir dan (...)
  • 20 La comparaison avec les monnaies rend probable qu’il s’agit là d’une représentation-interprétation (...)

5Tout cela n’empêche nullement Idrieus et Ada d’établir des contacts avec diverses cités de la Grèce d’Europe et de conforter leur image par l’érection de quelques monuments dans des circonstances qui nous échappent mais qui répondent à l’évidence à des objectifs de propagande. Les Milésiens16, citoyens d’une très ancienne et illustre communauté grecque, se font les promoteurs ou les intercesseurs de l'image du couple à Delphes. Image matérielle puisque le bloc sur lequel est gravée l’inscription servait de base aux statues des dynastes, mais aussi “image” que l’on veut accréditer en faisant d’eux de simples particuliers à la grecque : Idrieus fils d’Hékatomnos, Ada fille d’Hékatomnos. Mais le seul rappel de cette filiation unique place les frères-époux dans un cadre qui est bien étranger à la cité grecque classique17. Comme le note M. N. Tod, le sculpteur est Satyros de Paros, l’un des auteurs du Mausolée18. En revanche, il paraît plus improbable qu’une analyse similaire puisse être proposée pour un relief de Tégée19 représentant le couple entourant un Zeus Labraundeus polymaste avec le bipenne sur l’épaule droite et la lance dans la main gauche20, avec cette simple mention : Zeus-Ada-Idrieus. Waywell suggère que dans les deux cas (Delphes, Tégée) Idrieus et Ada ont contribué financièrement à la reconstruction des temples d’Apollon et d’Athéna Aléa. C’est donc là un moyen de manifester le philhellénisme de la dynastie, ce qui n’a rien de contradictoire avec la domination exercée sur un certain nombre de cités grecques insulaires ou côtières.

  • 21 Infra p. 407 sq.
  • 22 Infra p. 420.

6Dans le domaine insulaire, Idrieus consolide les positions acquises par son prédécesseur à Rhodes, Cos et Chios21. Il serait cependant hâtif de conclure qu’il y a eu annexion pure et simple des trois îles. L’histoire du monnayage de ces trois cités n’est pas complètement établie mais il paraît assuré que certaines séries ont été frappées pendant cette période. La présence de garnisons est synonyme d’un assujettissement plus marqué mais non d’une intégration à la satrapie. La participation de ces trois cités à la défense de Byzance contre Philippe doit en effet être considérée plutôt comme le signe d’une certaine latitude d’action des cités (à condition naturellement qu’elle n’aille pas dans un sens contraire aux intérêts du satrape) que comme un engagement direct des Hékatomnides dans le conflit22.

  • 23 Isocrate, Phil., 103.
  • 24 Le lieu est occupé par un culte d’Artémis qui est bien antérieur au ive s. Cf. par exemple les sta (...)
  • 25 Robert & Robert 1983, 63 ; consécration du propylée par Idrieus, no 1, p. 93-95 ; mise au point co (...)
  • 26 Labraunda, 6.
  • 27 Supra p. 392 n. 176.
  • 28 Bean & Cook 1955, 122 sq. ; 1957, 89 sq.
  • 29 Cf Robert & Robert 1983, 6 sq. ; cf déjà Robert 1953, 13.
  • 30 Devambez 1959, 28-29.
  • 31 Radt 1970, pour ne retenir que des monuments édités.

7En Carie et sur le continent, l'époque d’Idrieus paraît être celle d’une conquête intérieure. Il est assuré que sous Mausole bien des réticences ou des résistances se sont manifestées et que l’accroissement de sa zone d’influence n’est pas allé sans conflits. Le règne d Idrieus bien que relativement court ne révèle pas, pour ce qui est connu à ce jour, de telles tensions et il apparaît qu’il a été très productif dans nombre de domaines, en particulier celui des constructions. En 346, Isocrate23 décrit le satrape comme l'homme le plus riche parmi les continentaux (donc ici les habitants de l'Asie Mineure). C'est probablement grâce à cela qu'il peut entreprendre ou achever des travaux importants, tant pour l'embellissement de sanctuaires ou de sa capitale que pour la mise en œuvre d'un programme de constructions à vocation militaire. Évoquons simplement ici la réalisation architecturale imposante d’Amyzon24, “signée” par Idrieus25. On ne sait si ces travaux ont été commencés sous Mausole et seulement achevés sous son frère. La comparaison avec Labraunda26, où le frère cadet paraît avoir développé un programme complémentaire voire même concurrent de celui de son aîné, donne peut-être un élément de réponse à cette interrogation. On sait que les Hékatomnides ont aussi construit à Latmos27. Il existe des édifices comparables à Théangéla28, Alinda (l'utilisation du granit interdit ici toute comparaison stylistique)29, sans aucun doute aussi à Mylasa dont on sait peu de choses de son développement architectural dans la mesure où les vestiges ont été très largement détruits soit par la ville romaine, soit par la Milas moderne ; cf. aussi l'aménagement des substructions du site de Sinuri30. La plupart de ces constructions témoignent d’une très étroite parenté qui ne peut les situer à des époques trop éloignées. Bien des édifices de dimensions plus modestes qui datent aussi de cette même période comprise entre 350 et 335 jalonnent la côte31, etc.

  • 32 Cf provisoirement Bresson & Debord, 1985, 210 sq.
  • 33 Sinuri, 73 et 75.
  • 34 Sinuri, 73 ; texte amélioré Robert 1949b, 63 sq. (= Hornblower 1982, M5).
  • 35 Labraunda, III.2, no 15-19.
  • 36 Varinlioğlu 1981,45-47.
  • 37 E.g. IK, 1-Erythrai, 10 ; 12, etc.
  • 38 Cette mention semble confirmer l'hypothèse émise (Debord 1984, 210) sur la nouveauté que représent (...)
  • 39 IK, 1-Erythrai, 9, infra p. 418.

8Il s’agit là de manifestations tangibles d’un renforcement de l’unité de la satrapie-principauté, sur laquelle nous sommes mieux renseignés grâce à la diffusion de la langue grecque comme langue d'expression officielle de ces communautés. D'ailleurs, certaines d’entre elles vivaient à l'instar des cités grecques dont elles avaient copié les institutions, ou plus exactement elles avaient infléchi les leurs en leur donnant l’apparence et les dénominations grecques les plus approchantes32. Il ne faut rien attendre pour l'instant de l’épigraphie de Mylasa et d’Halicarnasse pour ces périodes. En revanche les sites d’ensembles plus modestes ayant été moins détruits ou pillés peuvent s’avérer plus parlants. A Sinuri, alors qu'Hékatomnos est seulement présent par la mention de l'offrande d'une trapeza et que le hasard (?) a fait qu'il n’y a rien pour Mausole, Idrieus et Ada apparaissent dans plusieurs inscriptions33. L’une en particulier fait mention d’une ἐντολή d'Idrieus et Ada (sans autre précision)34 Le choix de ce terme montre bien quel type de rapports pouvait exister entre les maîtres de la Carie et une petite communauté rurale avant son absorption par Mylasa. A noter cependant qu’Idrieus se définit lui-même comme Mylaseus dans l’une des dédicaces de Labraunda35, ce qui inciterait à quelque prudence à définir l’“en dedans” et l’“en dehors” de la satrapie par l’opposition quasi mécaniste de ces appellations. Cela nous amène à poser la question des rapports de cités comme Érythrées avec Idrieus à partir de la nouvelle inscription publiée par E. Varinlioğlu36. Ce dernier suggère que ce décret a pu être pris en même temps que celui pour Mausole. Il semble pourtant y avoir plusieurs arguments qui incitent à pencher plutôt pour la période où Idrieus est lui-même satrape : par exemple les collèges qui sont à l’origine du décret sont différents. Les seuls stratèges dans celui pour Mausole et trois collèges dans le second : stratèges, prytanes, epimènioi. Le dernier nommé apparaît ici pour la première fois. Il sera remplacé dans les institutions démocratiques par celui des exetastai37 et cela tendrait à prouver que nous sommes dans un cadre oligarchique qui siérait bien à un contrôle, qui reste à définir, des Hékatomnides. Autre différence, la citoyenneté parmi les honneurs que reçoit d’office Mausole. Il paraît significatif que dans le cas d’Idrieus il sera citoyen d’Érythrées s’il le veut et choisira son genos38. Par conséquent, même si les Érythréens entendent sauver les apparences de l’autonomie, ils accordent par exemple à Idrieus un droit de priorité dans les procès qui pourraient le concerner (ou qu’il pourrait intenter...). Il est clair que le droit de cité de la modeste Érythrées pèse comparativement peu face à la puissance du récipiendaire. Nous sommes ici dans un rapport de forces qui préfigure ceux de l’époque hellénistique. Il n’est pas fait mention d’Ada dans le texte, mais on observera que dans le décret pour Mausole les honneurs concédés à Artémise viennent à la fin de la stèle, or celle-ci est mutilée à cet endroit. On se demandera enfin quelle est la chronologie relative de ce document par rapport au traité passé avec Hermias39. Bien qu’il n’y ait aucune preuve irréfutable, il est tentant de penser que ce nouveau texte est antérieur et que par conséquent il suit de peu l’accession d’Idrieus aux fonctions satrapales.

  • 40 Arrien, An., 1.23.8.
  • 41 TL, 145.1. 11-12 ; il n’y a pas de raison de penser que l’autel du Roi de Caunos et d’Arkésimas da (...)
  • 42 IK, 34-Mylasa, 7 ; mais beaucoup plus probablement cette offrande est faite par Mausole et non par (...)
  • 43 Labraunda, III, 42 (Hornblower M8).
  • 44 TL, 45 1. 1 sq. : ἔδωκεν Πιξώδαρωι Ἑκ[α]τό[μνου Ξα]ν[θ]ίο[ι]ς, Τλωίτοις, Πιναρέοι[ς, Κανδαϋδέο[ι]ς (...)
  • 45 Laroche 1980, 6 (mais cf supra p. 68).
  • 46 Paton & Hicks 1891, 109 n. 53 ; interprétation de ce texte par Bean 1954.
  • 47 Supra p. 357.
  • 48 Borchhardt 1978, 183-191.
  • 49 Hornblower 1982, 76.
  • 50 Pl. V, 9 et 13.
  • 51 Robert & Robert 1983, 91 n. 63 ; Konuk 1993, 241-242 (cf. Pl. V, 10-11).

9La mort d’Idrieus en 344/343 entraîne le renouvellement de la situation qui avait permis à Artémise de se saisir seule du gouvernement pour quelques années : Ada (I) la sœur-épouse devient la maîtresse unique de la Carie. Cependant il convient tout aussitôt de remarquer qu’à l’exception des textes littéraires, aucune source ne nous renseigne sur cette période. Profitant des événements de 341/340 (la coïncidence paraît trop belle pour être purement fortuite), Pixodaros évince sa sœur, laquelle s’exile à Alinda40, et exerce un pouvoir satrapique reconnu, au moins en 337 comme le montre la Trilingue de Xanthos, si l’on accepte la datation basse. Nous ne possédons à vrai dire qu’une information assez mince sur l’activité du satrape. Du point de vue architectural (la phase des grandes entreprises en ce domaine semble être achevée, peut-être faute de moyens) on relève en tout et pour tout un autel, peut-être, à Xanthos41 ; même doute pour un autre bômos à Mylasa42. Comme on le voit cela est extrêmement mince, les temps ne sont pas à la magnificence. Il existe quelques traces de son activité politique dans un décret des Plataseis où Pixodaros est appelé satrape43, mais en réalité son nom figure là comme élément de datation par référence à l’autorité officielle sur la région. En Lycie, l’inscription bilingue (grec-lycien) TL, 45 nous apprend qu’un certain nombre de cités lyciennes : Xanthos, Tlos, Pinara, Kadyanda reçoivent un privilège que le mauvais état de conservation de la stèle ne permet pas de définir avec précision44 (dîme sur les transactions “internationales” ?). Il est peut-être aussi fait mention dans le texte d’une guerre avec Caunos. Ce n’est donc sans doute pas un hasard si le texte le plus important à ce jour concernant Pixodaros provient aussi de Lycie, de Xanthos. Il s’agit de la fameuse inscription trilingue datée de l'an I d’Artaxerxès, dont la date - et par conséquent le contexte - ont été si vivement discutés. Comme dans nombre de cas déjà signalés en Lycie et aussi à Tralles, il s’agit ici de décisions à caractère religieux. Il n’est pas possible d’établir s’il y a un lien entre cet acte et la campagne supposée à Caunos. Il convient en effet de rappeler que le basileus Kaunios, principal bénéficiaire de la consécration des Xanthiens et de leurs périèques, était connu à Xanthos au moins dès l’époque de la domination de Tissapherne45 ; mais qu’il est aussi présent à Cos, île contrôlée par les Hékatomnides46. Le texte de Xanthos est précieux par les indications qu’il fournit sur l’organisation administrative de la province47. Un personnage au nom carien, Artémélis, est épimélète de la cité de Xanthos et cela est à rapprocher de la découverte en Lycie orientale par J. Borchhardt48 d’une tombe-tumulus dont la seule décoration est un autel à la double hache, marquant ainsi la volonté du défunt de s’identifier fondamentalement comme carien. Les deux archontes de Lycie ont pour leur part des noms grecs, Hiéron et Apollodotos. C’est là un fait dont il semble que l’on n’a pas suffisamment souligné l’importance. S. Hornblower49 fait observer que leur patronyme n’est pas indiqué et que par conséquent on ne saurait préciser s’ils sont grecs ou si on les a seulement appelés de noms grecs. La première hypothèse reste la plus probable mais dans les deux cas ces noms plaident plutôt pour la datation basse de l’inscription. Notons que le monnayage de Pixodaros50 est identique à celui de ses prédécesseurs par les thèmes retenus pour l'illustration de ses monnaies. Cependant il est le seul des Hékatomnides à frapper l’or51 et il faut penser qu’il s'agit là d’une manifestation de difficultés entraînant la fonte des réserves métalliques.

  • 52 Plut., Alex., 10.
  • 53 Hdt. 5.21 ; cf. Hornblower 1982, 218.
  • 54 Cf. supra p. 188 n. 206.
  • 55 Hornblower 1982, 221 ; Griffith in Hammond & Griffith 1979, 679 sq.
  • 56 Supra p. 78.

10Plutarque52 est le seul auteur à rapporter le ballet diplomatique qui eut lieu entre les cours de Macédoine et de Carie et qu’il convient de placer tout à la fin du règne de Philippe II. Rappelons succinctement ce que nous dit Plutarque : Pixodaros cherche à devenir l’allié de Philippe ; il lui propose de sceller un accord par le mariage de sa fille aînée (Ada II sans doute) et d’Arrhidée (le futur Philippe III). Ayant appris cela, Alexandre fait l’offre au Carien de remplacer son demi-frère, ce que Pixodaros accepte avec empressement. Cette démarche déclenche la colère de Philippe qui avait semblé agréer le premier projet. Que retenir de cette anecdote ? Les mariages entre Macédoniens et Perses ne sont pas une nouveauté puisque nous pouvons noter qu’Alexandre ier avait donné sa sœur en mariage au perse Boubarès53 et que ce mariage avait été en quelque sorte “sanctifié” par le pouvoir perse puisque Amyntas, le fils issu de cette union se vit doter d Alabanda (plus probablement Blaundos)54 en Phrygie. Pixodaros n’est certes pas un Perse, mais il est le dernier représentant d’une dynastie connue de tous pour sa richesse et sa puissance gagnée au service de l’Empire. Les modernes ont discuté le sens qu’il convient d’attribuer à cette tentative avortée55. Faut-il suivre Plutarque lorsqu'il considère qu’il s’agit pour Pixodaros d’assurer une alliance militaire avec la Macédoine, attitude sur laquelle il serait revenu plus tard en “persisant” ? Dans quelle mesure n’y a-t-il pas là une trace supplémentaire de l’intoxication permanente chez les Grecs (principalement les Athéniens) concernant la politique des Hékatomnides ? On peut aussi bien penser qu'il s’agit d’une manœuvre plus complexe où, avec l’assentiment tacite du Roi, un satrape côtier s'efforce d’étendre le réseau de ses relations, appliquant les préceptes qu’Hérodote prête aux Mèdes56 puis aux Perses. Quoiqu’il en soit, ce rapprochement échoue dans la mesure où il devient en quelque sorte une affaire interne à la Macédoine, révélant les tensions profondes qui secouent la cour de Pella.

  • 57 Supra p. 146 ; Arrien, An., 1.23.8 et Str. 14.2.17, fournissent des versions contradictoires de l’ (...)
  • 58 Supra p. 137.

11Soit qu’il ait été personnellement déçu du refus macédonien, soit sur ordre royal, un mariage est conclu entre Ada II et Orontobatès et ce dernier est bientôt associé au pouvoir satrapal57. Quels qu’aient été les revirements de la diplomatie hékatomnide, ce mariage et ses conséquences doit être considéré comme un cuisant échec pour la dynastie carienne. Malgré les hypothèses de Th. Petit58, il montre combien la marge de manœuvre dont elle disposait était mince lorsque le pouvoir central décidait de rendre plus concret son contrôle effectif sur une région. En ce sens le sort de la Carie ne se distingue guère de celui des satrapies “héréditaires” tenues par des Perses (Daskyleion).

2. Les insulaires

  • 59 Supra p. 381 sq.
  • 60 Vitruve 2.8.14-15 ; Berthold 1978, 129-134 ; 1984, 32 n. 44, plaide dans le sens du rejet de cet é (...)
  • 61 Démosthène, Prologue 23, Clavaud CUE
  • 62 Clavaud, 149 n. 5.
  • 63 Démosthène fait observer que les Athéniens ont sauvé chacun d’entre eux (donc démocrates ou oligar (...)
  • 64 Le Prologue, cf. particulièrement le § 3, est une charge contre l’impudence des envoyés des oligar (...)
  • 65 En 346, Démosthène, Paix, 25, observe que le Carien (Idrieus) occupe les îles de Chios, Cos et Rho (...)
  • 66 Démosthène, loc. cil. ; Sherwin-White 1978, 76 et n. 241 à la suite de Hill identifie une tête fém (...)
  • 67 Démosthène, loc. cit. Bosworth 1980, 178, propose de mettre Énée 11.3 en relation avec cet événeme (...)
  • 68 Démosthène, Rhodiens, 3.
  • 69 Supra p. 292.

12Nous avons a vu plus haut59 comment Mausole avait profité de la Guerre des alliés pour susciter des régimes à sa dévotion. Il apparaît que sa mort suscita quelques espoirs de libération de la tutelle carienne, en particulier à Rhodes. Il n'est en effet pas justifié de rejeter comme pure invention la tentative malheureuse que firent les Rhodiens sur le port d’Halicarnasse60. Il faut bien que le “Discours Rhodien” de Démosthène ait répondu à quelque velléité de soulèvement, mais surtout le Prologue 2361 apporte des précisions dont R. Clavaud a raison de souligner qu’elles n’ont pas reçu suffisamment d’attention de la part des commentateurs modernes. Il y a eu non pas une mais deux interventions rhodiennes à Athènes. L’une est le fait de démocrates exilés à laquelle répond le discours Sur la liberté des Rhodiens, l’autre des oligarques au pouvoir dans l’île qui inspire à Démosthène soit un discours dont nous aurions ici le prologue soit, comme le suggère R. Clavaud62, une simple intervention à l'assemblée qui aurait été intégralement conservée. Le point commun entre ces ambassades est qu’elles viennent demander de l'aide à Athènes, mais les objectifs sont différents. Les démocrates veulent rentrer dans l’île et ils ne le peuvent que par un renversement des oligarques soutenus par Artémise. Démosthène plaide en leur faveur bien qu ils aient eux-mêmes fait basculer l'île du côté carien et se soient comportés avec impudence à son égard. Ils se font désormais les suppliants de la cité63. Les oligarques ont une toute autre perspective. Peut-être alarmés par les nouvelles qui viennent d’Athènes, ils décident de se placer en position de force par rapport à leurs ennemis en prenant l’offensive contre le pouvoir carien à un moment où il est présumé affaibli64. On sait quelle fut l’issue de cette affaire et les propos sévères de l’orateur : “quand ils entreprennent une guerre pour leur compte vous avez plus de tracas pour corriger leur présomption et leur malchance” paraît tout à fait correspondre à la situation que décrit Vitruve, c’est-à-dire à l’expédition malencontreuse des Rhodiens a Halicarnasse, et par conséquent en confirmer l'existence. Contrairement à ce que pense R. Clavaud, il me semble que ce discours prend naturellement sa place quelques temps après le raid, alors que la harangue n’évoque nullement l'idée d’une quelconque intervention hors de l’île de Rhodes. La poursuite et même, comme nous venons de le voir, le renforcement du contrôle carien n’a pas laissé beaucoup de traces tangibles65. Il en va de même pour Cos66 où la présence hékatomnide paraît pourtant permanente. Par rapport à la situation antérieure la seule modification importante est l’assujettissement de Chios67 qui était sans doute restée l’alliée de Mausole puisqu’elle n’intervient pas, comme le note Démosthène68, lorsque le satrape met la main sur Rhodes. Elle subit le même sort de la main d’Idrieus. En 346, la pression du Carien est donc considérable sur la clérouquie athénienne de Samos et on s'explique mieux ainsi les contingents de clérouques envoyés successivement par Athènes69. Assez rapidement les préoccupations des protagonistes vont devenir d’une autre nature avec la montée en puissance de la Macédoine, qui amène à un rapprochement entre Athènes et les îles méridionales.

  • 70 Pistorius 1913 ; cf. aussi Brun 1988a, 380.
  • 71 Tod, 131 ; supra p. 289. On rapprochera aussi Tod, 163 (IG, XII. Suppl. 3) qui montre que les Myti (...)
  • 72 Monument de Chabrias ; cf. Burnett & Edmonson 1961, 85 sq. ; supra p. 287.
  • 73 Isée, Astyphilos, 14 ; cf. Burnett & Edmonson 1961,86.
  • 74 Cf. en 363, Démosthène, C. Aristocr., 143 : Thersagoras et Exéklestos, les meurtriers de Philiskos (...)
  • 75 Démosthène, Rhodiens, 19 ; Org. fin., 8. La faction oligarchique a probablement expulsé plusieurs (...)
  • 76 Parmi d’autres, Glotz 1941, 280 n. 73 et Bengtson, commentaire à SV2, 328 (Tod, 168) d’après Démos (...)
  • 77 Supra p. 350 sq. Sur l’ordre des événements, cf. Glotz, loc. cit.
  • 78 Brun 1988, développe l’idée, peut-être un peu trop subtile, que la mention des syntaxeis de Lesbos (...)
  • 79 Démosthène, C. Boiotios, 36-37.
  • 80 Phaidros est l’un des promoteurs du décret Tod, 168 (IG, II2, 213 ; Syll.3, 205 ; SV2, 328) : cf. (...)
  • 81 Clavaud, 16, pense que ce discours dont nous avons seulement le prologue 36 (37 Bekker) est à plac (...)
  • 82 Brun 1983, 80 sq.
  • 83 E.g. Cawkwell 1978, 92 sq.

13Plus au nord, l’évolution de l’île de Lesbos70, pour laquelle nous possédons une information un peu plus abondante, montre bien les soubresauts et les ambiguïtés de la politique égéenne en ce milieu du ive s. La situation est rendue encore plus compliquée par le fait que, à la différence de toutes les îles comparables, le synœcisme n’a jamais pu s’y réaliser. Autre originalité par rapport aux îles méridionales, la loyauté de Mytilène et des autres cités lesbiennes à l’alliance athénienne ne paraît pas avoir été remise en cause par la Guerre des alliés. Rappelons qu'en 367 le peuple de Mytilène (auquel on associe Méthymna, Antissa, Érésos et Pyrrha)71 est loué pour sa fidélité. Il est vrai que depuis 375 au moins72, une garnison athénienne est installée à Mytilène. Elle s’y trouve encore en 371 au moins73. Il n’est fait nulle allusion à Lesbos au cours de la guerre proprement dite. Dans la période qui suit Mytilène paraît se comporter en alliée assez libre de ses choix74. A une date de peu antérieure à 350, les Mytiléniens sont passés sous un gouvernement oligarchique75 mais ils ne quittent pas pour autant la mouvance athénienne76. On se demandera cependant s’il n’y a pas eu quelques périodes de flottement en particulier en ce qui concerne le paiement des syntaxeis, lorsque la marine athénienne n'était pas en mesure d’aider efficacement à leur perception. C’est à l’une de ces expéditions que fait allusion l’inscription IG, II2, 207, en 349/348 si l'on retient cette date77, où l'on voit Charidèmos, Charès et Phocion prendre contact avec Orontès après avoir reçu (ou exigé ?) la contribution de Lesbos78. Faut-il voir une réaction directe à cette exaction dans l’établissement d'une tyrannie anti-athénienne par Kammys79, que le stratège Phaidros, dont on peut penser qu’il avait conduit une flotte au nord-est de l’Egée, a dû contribuer à déloger de la cité pour y réintroduire la démocratie (1. 10)80. Il est assez tentant de placer à ce moment le discours sur Mytilène de Démosthène dont nous ne possédons que le prologue et qui évoque de façon assez vague l’oppression qui pèse sur le dèmos de Mytilène que l’orateur invite à secourir81. L’une des clauses du décret Tod, 168 paraît répondre aux revendications des insulaires dans la mesure où le renouvellement de l'alliance en 346 prévoit l'abandon par Athènes du montant de la syntaxis82. Cet acte doit être replacé dans un contexte plus général, il suit de peu la Paix de Philocratès83, et le décret est pris le même jour que celui pour les (ils de Leukon, roi du Bosphore, probablement dans l'ambiance de reconstruction qui suit la paix si chèrement acquise, avec en particulier l’abandon des anciennes positions en Chalcidique et en Thrace. On revient donc à la politique traditionnelle en direction des îles, des détroits, de la mer Noire.

  • 84 Buchholz 1975.
  • 85 Tod, 122 = IG, II2, 42 (supra p. 285).
  • 86 Isocrate, Lettre 7, 8 sq. le cite en exemple à Timothée, fils de Cléarchos tyran d’Héraclée du Pon (...)
  • 87 Le développement de la piraterie, dont le décret Tod, 170 (Syll.3, 263 ; IG, II2, 284) est l’une d (...)
  • 88 Cargill 1981.92.
  • 89 Polyen 5.44.3 ; cf. Buchholz 1975, 149.
  • 90 Arrien, An., 3.2.4.
  • 91 Infra p. 457 sq. n. 265 sq.

14En ce qui concerne Méthymna84, nous n’avons aucune indication depuis la date de l’entrée dans la Deuxième confédération en 378/37785. Vers 345, elle est sous la coupe d'un tyran du nom de Kléomis. Isocrate le présente comme un "bon” tyran86. L’une des raisons en est qu'à la différence de Kammys à Mytilène, Kléomis est un ami des Athéniens. Par un décret, ces derniers le louent pour son attitude mais surtout pour avoir racheté des citoyens athéniens capturés par des pirates87. Comme le note J. Cargill88, rien n’indique que Méthymna ait quitté l’alliance à quelque moment. Polyen rapporte un stratagème où le stratège athénien Charès est affronté à un certain Aristonymos89. D’après Buchholz, il pourrait s’agir du même personnage, nommé Aristonikos par Arrien90. Ce qui supposerait qu’il s'est maintenu de 340 jusqu’en 334. Il serait plus économique de penser que les deux textes sont relatifs aux mêmes événements au moment de la reconquête navale de Memnon91.

  • 92 Tod, 191 (entre autres éditions IG, XII.2, 526 - XII.Suppl., p. 65 sq. ; IJG, II, XXVII, p. 161 sq (...)
  • 93 Tod, 1948, 258.
  • 94 Supra p. 284.
  • 95 Griffith in Hammond & Griffith 1979, 720 sq., discute la date et propose 340 ou 339. Pistorius 191 (...)
  • 96 Plut., Mor., 1126 f (cf.. 1097b) précise que Théophraste a contribué deux fois à l'élimination de (...)
  • 97 Ps.-Démosthène, Traité Alex., 7 : l’auteur de cette harangue laisse entendre que la majeure part s (...)
  • 98 Plut., Mor., 1126c ; est-il bien assuré qu’il s’agisse d'une tyrannie comme le pense Pistorius ?

15La situation d’Érésos de l’époque de Philippe à celle des Diadoques est bien documentée par un dossier épigraphique92 concernant les tyrans qui ont dominé la cité au moins à trois reprises. Vers le milieu du ive s. trois frères : Hermon, Héraios et Apollodoros ont capté le pouvoir. Nous ne savons pas quelle incidence ce changement de gouvernement a eu sur les relations avec Athènes. L’expulsion des tyrans avec l’aide de Philippe ne plaide pas dans le sens de M. N. Tod93 qui suppose, sans preuves, que les Érésiens ont participé à la Guerre des alliés. On sait qu’Érésos était membre de la Confédération94. Dans les années 346 Athènes, nous l’avons vu plus haut, paraît encore en mesure, si la nécessité s’en fait sentir, de rétablir l’ordre dans le sens qu’elle souhaite. Il n’y a pas lieu d’établir nécessairement un lien entre l’action dans les détroits et l’intervention à Lesbos, mais les deux s’inscrivent dans un même mouvement général en direction de l’est, cause immédiate de la rupture avec le pouvoir perse (infra). La date la plus récente paraît la plus appropriée95. Comme nous le verrons plus loin la conclusion logique est que l'éviction s’est produite après 338 (et même sans doute à un moment proche de 336). Il est possible que Théophraste ait joué un rôle déterminant dans cet événement96. Il n’est pas assuré que le régime mis en place ait été démocratique ; en tout cas, les troubles engendrés en Macédoine par la mort de Philippe et les problèmes successoraux permettent l’établissement d’une autre tyrannie, celle d’Agonippos et Eurysilaos (infra) qui contrôlent probablement aussi Antissa97. Il y a peut-être une autre tyrannie à Pyrrha98. La multiplication des régimes de cette nature en ce milieu de ive s. n’est manifestement pas liée à la pression perse. Elle correspond plutôt à l'un de ces mouvements pendulaires qui les font apparaître et disparaître depuis le vie s. dans la région. Mais l'exemple d’Hermias d'Atarnée montrerait si nécessaire que la conception du pouvoir tyrannique et la personnalité de ceux qui l'exercent a bien évolué depuis cette époque. Philippe a très vraisemblablement affranchi toute l'île de ces régimes.

  • 99 Ps.-Démosthène, C. Polyclès, 53-54.
  • 100 Ps.-Démosthène, C. Théocrinès, 35 datable de 345-342 ; IG, II2, 232,1. 7, en 339.
  • 101 IG, II2, 233 ; Syll.3, 256 ; Tod,175 ; Migeotte 1984, 23-25 no 2.
  • 102 Démosthène, Cour., 302.

16Ténédos fait partie de la confédération athénienne, elle est inscrite en bonne place dans la liste annexée au décret d’Aristotélès. Les Athéniens l’utilisent comme base navale aux alentours de 36099. Ce choix se justifie pleinement si l’on songe à la situation stratégique de l’île pour le contrôle de l'accès aux Détroits. On comprend donc que, dans toute la mesure du possible, Athènes ait cherché à la maintenir dans sa mouvance. Cela ne signifie pas pour autant qu'il n’y ait pas eu des “accrocs” conjoncturels à des moments d’affaiblissement de la puissance navale athénienne. En tout cas, après 350, les Ténédiens semblent avoir été des alliés fidèles100. Ils ont même prêté de l’argent aux Athéniens ce qui leur vaut d'être honorés par décret101 et d’être exemptés de toute contribution jusqu’au remboursement de la dette. Le motif de l’emprunt pourrait être le siège de Périnthe et de Byzance par Philippe en 340/339, qui a entraîné une expédition navale athénienne (infra) pour assurer la libre circulation dans les Détroits. L’île est encore dans l’alliance athénienne102 avant Chéronée (tout comme Proconnèsos).

17En conclusion, peut-être plus à ce moment qu'en d’autres périodes la zone insulaire paraît divisée, le destin de chacune des îles n'est guère semblable à celui de ses voisines. L’affaiblissement d’Athènes avait donné l’espoir, concrétisé pour les îles du sud, de se débarrasser de la tutelle pressante de cette dernière, mais c’était pour mieux tomber sous le joug des Hékatomnides. Il n’y a pas lieu de considérer comme paradoxal l’appel à Athènes tenté par les factions rhodiennes antagonistes. J. Cargill en fait à tort un des arguments de sa "défense” d’Athènes. Ce type de virage qui nous apparaît comme très brutal dans la politique des cités, en particulier insulaires depuis que celles du continent sont passées “définitivement” sous la tutelle royale, illustre bien l’obstination qu’elles mettent à rechercher l'eleutheria. Tentatives qui nous paraissent assez vaines, mais c’est notre privilège d’historiens modernes que de pouvoir analyser les choses sur la longue distance. On a vu que ces coups de boutoir ont eu souvent comme conséquence de la faire tomber encore plus lourdement sous la coupe d’un plus puissant. Si nous revenons à l’exemple de Rhodes, il est clair que c’est bien ce pari qui est poursuivi encore à l’époque hellénistique, d’abord avec le succès que l’on sait, jusqu’à ce que la chance que représentait l’équilibre des royaumes ne tourne à l’avantage de Rome avec comme conséquence inévitable l'abaissement politique de la grande cité insulaire. Le cas de Samos est bien différent, avec pendant toute la période la présence de la clérouquie athénienne. On observera cependant que les objectifs des Samiens avant 365 étaient de même ordre que ceux des Rhodiens et que leurs rêves d’exilés, réalisés seulement à partir de 322, correspondent à ces mêmes aspirations. L’île de Lesbos présente toutes les caractéristiques, toutes les tares aussi, du système civique tel qu’il est vécu au ive siècle : divisions chroniques de la population en entités distinctes, toujours rivales, parfois ennemies ; recherche de l’autonomie et de ses moyens, y compris économiques ; et en même temps soubresauts politiques à répétition qui débouchent sur l’instauration de tyrannies diversement supportées avec comme corollaire l’appel inévitable à des puissances extérieures (Athènes, la Macédoine), ce qui entraîne ultérieurement une réaction perse.

3. Les grandes incertitudes de la période 360-340 : la Cilicie et la Méditerranée orientale

  • 103 Ainsi Diophantos, dont la Lettre 8, 8 d’Isocrate nous informe incidemment qu’il se trouve en Asie, (...)
  • 104 Kienitz 1953, 170 sq.
  • 105 Diod. 16.44 ; 47 etc.
  • 106 Sordi 1959, 107-118.
  • 107 Supra p. 401.
  • 108 Six 1884, 97-159 ; Berve 1926, 243-244, no 484.

18L’attitude du gouvernement perse face aux révoltes qui agitent l’Asie Mineure occidentale est mal connue. Les sources grecques sont particulièrement déficientes : les Athéniens s’intéressent de façon quasi exclusive à leurs rapports avec la Macédoine et subsidiairement avec les îles. Certains d’entre eux interviennent en Asie ou en Égypte, mais c’est le plus souvent à titre personnel et nous ne le savons que de façon fort allusive103. Parmi les auteurs d’histoires générales, seul le texte de Diodore nous est intégralement parvenu, mais, malchance supplémentaire, son récit est ici entaché encore plus qu’ailleurs de graves confusions chronologiques et il est de surcroît peu explicite. On ne sait même pas comment sont gérées les principales satrapies. A cela s’ajoute le fait que pour le Roi l'affaire importante, et qui mobilise l’essentiel des énergies, est la reconquête de l’Égypte104. Sur ce point. Diodore105 est particulièrement confus : la plupart des commentateurs s'accordent en effet pour penser qu’il a amalgamé indûment deux campagne en Égypte, l’une infructueuse à partir de 351/350 et celle qui aboutit à la défaite de Nectanebo, beaucoup plus tardive. Pour cette dernière M. Sordi106 propose une fourchette chronologique comprise entre 346 et 343/342, et il y a en effet de bonnes raisons de placer cet événement après 344. Dans ces conditions la remise au pas de Chypre liée par Diodore à l’avènement d’Idrieus107 serait en relation avec la première de ces interventions. Plus problématique est la reconquête de la Phénicie et en particulier de Sidon, qui intéresse directement notre sujet dans la mesure où elle est associée à la carrière du gouverneur de la Cilicie Mazaios/Mazday108. L’essentiel de l’information est fourni par la numismatique.

  • 109 Newell 1919, 1-15 ; Mildenberg 1990-1991, 9-23 ; Le Rider 1997, 154-155.
  • 110 Cf. à titre de comparaison les bijoux scaraboïdes, Boardman 1970 no 909 ; 1975 no 97 et les monnai (...)
  • 111 SNG Levante 107-112 (108 = Pl. X, 4) carré au revers ; Cap. 305-307 ; von Aulock 5953-5956 ; Franc (...)
  • 112 Eg. Boardman 1970 no 935 ; cf. Bing 1998, 67 et notes.
  • 113 Pl. VII, 3-4.
  • 114 SNG Levante 100-106 ; Cop. 308-313 ; von Aulock 5957-5960 ; France 2 330-353 ; Mildenberg 1990-199 (...)
  • 115 SNG Levante 113-115 (114 = Pl. X, 6) ; Cop. 314 ; von Aulock 5961 sq. ; France 2 354-360 ; Mildenb (...)
  • 116 Supra p. 163.
  • 117 Cf. à ce sujet la monnaie émise à Hiérapolis, Lemaire (Istanbul), au nom de MZDY “en charge de la (...)
  • 118 Babelon 1910, 459-460 ; déjà Six 1884, 137.
  • 119 Xén., An.. 1.4.4.
  • 120 Bien différent par exemple de la disposition circulaire sur les monnaies de Datamès, supra Pl. IX, (...)
  • 121 SNG Levante 185-188 (185 = Pl. X, 7) ; France 2 433-434 ; Mildenberg 1990-1991, pl. 2 no 11-12. Cf (...)
  • 122 Boardman 1970b no 878.
  • 123 SNG Levante 191 ; France 2 435.
  • 124 SNG Levante 189 (Pl. X, 9) - 190.
  • 125 Newell 1919, 1-42.
  • 126 Cf. supra p. 339. Selon Babelon 1910, 471 sq, cette série aurait été émise en Syrie et à Babylone (...)

19Mazaios émet à Tarse plusieurs séries de monnaies109. L’une présente à l’avers le Baal de Tarse, de trois-quarts face mais la tête de profil, tenant l’épi et la grappe, avec la légende araméenne BLTRZ ; au revers un lion attaquant un cervidé110, dans un carré en léger creux marqué par un grènetis ou avec un soulignage circulaire, et la légende araméenne MZDY111 (la présence d’un carré en creux ne préjuge en rien de la datation relative des monnaies). Une autre reprend un avers proche du précédent mais Baal, tête de face, est appuyé de son bras gauche sur le sceptre, sur sa main droite l’aigle, figurent aussi divers symboles secondaires ; sur le revers : un lion attaquant un taureau. Il est notable qu’il s'agit là d’un thème perse112 bien connu, mais aussi du retour à l’illustration ancienne des monnaies de Tarse113 : même légende114. Il n’y a pas de véritable raison de placer cette série après la précédente si ce n'est la parenté du thème de revers avec celui de la troisième série. Le troisième groupe115 paraît plus récent à la fois parce que les thèmes restent inchangés sur le premier monnayage de Balakros116 et aussi à cause de la titulature qui apparaît sur cette série : “Mazaios, en charge de la Transeuphratène117 (Ebirnari de l’Ancien Testament) et de la Cilicie”. L’avers est très proche des précédents mais le bras gauche est replié vers la hanche et drapé ; le bras droit tient le sceptre, la tête est de profil ; dans le champ, épi, grappe et aigle ; même légende. Le revers est doublement original : par le titre donné à Mazaios, par le thème, le lion attaquant le taureau n’occupe que la moitié supérieure du décor, et dans le bas figurent deux murailles superposées à quatre tours. Pour E. Babelon118, il s'agit de marquer que Mazaios contrôle les deux systèmes de défense des Portes de Syrie dont Xénophon119 donne une description vivante, l’un en Cilicie, l’autre en Syrie de l’autre côté du Karsos. On a pu remarquer aussi la parenté de ce décor avec celui des monnaies de Sidon avec la même disposition “à plat” des tours120). Un dernier groupe à l’avers semblable à la série précédente où est représenté à gauche sur certains exemplaires un aigle perché sur un thymiaterion ; au revers un lion à gauche sur un croissant, au-dessus une étoile à seize branches121. Cette monnaie doit être rapprochée d’un sceau-cylindre de calcédoine122. On y voit le Roi en posture d’orant face à une déesse dont le corps est radié (Anahita ?) montée sur un lion à gauche reposant sur une ligne de sol. L’étoile des monnaies est évidemment la représentation symbolique de la déesse. Sur certaines divisions à la place de l’étoile123 apparaît le disque solaire ailé d’Ahura Mazda124. E. T. Newell125 attribue cette série à Myriandros, hypothèse qui a eu la vie dure mais qu’il convient de rejeter. On doit par exemple prendre en considération les réserves émises par E. Levante, en introduction à la série des monnaies attribuées à cette cité : “no corroborating evidence has sofar turned out and probably part of these coins were minted at Tarsos”. C'est cette solution que nous retiendrons en fonction de l’hypothèse énoncée plus haut sur les monnaies qui portent la légende (et pas seulement l’effigie) “Baal de Tarse”126.

  • 127 Mildenberg 1990-1991, pl. 3 no 13 ; Levante Suppl. I 28 (= Pl. X, 8).
  • 128 Parmi les trois monnaies que Levante attribue à nouveau à Myriandros (Levante Suppl. I 26-28) seul (...)
  • 129 SNG Levante Suppl. I 26 (Pl. X, 10) où il est souligné que le nom du satrape n’est pas indiqué ; c (...)
  • 130 E.g. SNG France 2 425, avec Baaltars comme dans X, 10, la coiffure est légèrement différente, reve (...)
  • 131 Autre argument : la lettre T sous le siège de Baal sur l’exemplaire SNG Levante 186. Bing 1989 pro (...)
  • 132 Mildenberg 1990-1991, pl. 3 no 20.
  • 133 Babelon 1910, 475-478. Confirmation par les trésors, Mildenberg 1990-1991, 15-16 (bibliographie) e (...)
  • 134 Cf. Pl. X, 3.
  • 135 Pl. X. 8.
  • 136 SNG France 2 421, Pl. VIII. 13.

20Il existe plusieurs autres monnaies similaires : l’une127 présente un avers très proche des précédents, Baal, l’aigle sur le thymiaterion ; au revers un lion marchant à gauche sans ligne de sol128, symbole secondaire “2”. Plus originale, une autre série représente Baaltars à l’avers mais avec une facture “orientale”, il porte une tiare droite, tient une fleur de lotus dans la main droite et cette même fleur couronne son sceptre, au revers un lion accroupi à gauche, et comme symbole secondaire, un arc129. Les subdivisions combinant des éléments des deux séries concrétisent le lien entre elles130 et invitent à proposer Tarse comme lieu probable de l’émission131. Il convient enfin de rapprocher une monnaie du musée de Haïfa132, donnée comme de provenance incertaine. Il s’agit d’un didrachme de 8,15 g, donc appartenant au dernier avatar de la carrière de Mazaios si l’on retient l’argumentation d’E. Babelon133. Ce dernier suggère que Mazaios, rallié à Alexandre, n’a pas modifié ses thèmes monétaires mais adopté l’étalon attique : Baal de trois-quarts face mais tête de face134/lion assis à droite tête de face ; symbole secondaire “2” comme ci-dessus135. Le dieu est appelé Baaldagon par la légende et l’on doit naturellement rappeler la monnaie des années 380136. Cette continuité invite enfin à penser que les séries “de Myriandros” sont les dernières à avoir été émises par Mazaios en Cilicie.

  • 137 Harrison 1982a, 355 à partir de Diod. 16.40.6.

21Il ressort de ce qui précède que Mazaios a poursuivi la politique de frappe relativement intensive en Cilicie de ses prédécesseurs perses, Tissapherne peut-être mais à coup sûr Tiribaze, Pharnabaze, Datamès et cela dans des circonstances comparables c’est-à dire la préparation des expéditions en Égypte ou la pacification de Chypre et de la Phénicie. Par exemple comme le fait observer C. M. Harrison137 au moment de la révolte de la Phénicie le Roi fait armer huit cents navires et on voit mal un autre endroit possible pour la constitution de cette flotte que la Cilicie.

  • 138 En notant une fois encore en contrepoint les propos d'Isocrate, Phil, 102 : "En outre les régions (...)
  • 139 Harrison 1982a. 350 sq. est tentée de proposer une date encore plus basse (peu avant 350).
  • 140 Elayi 1989, 218 ; cf. aussi Harrison 1982a, 348-349 ; Briant 1996, 702.
  • 141 Faut-il comme le comput babylonien, compter une année supplémentaire d'accession ? Cf. e.g. Varinl (...)
  • 142 Babelon 1910.581 sq.

22Beaucoup de modernes situent la nomination de Mazaios en Cilicie en 361, implicitement parce qu'il y aurait eu ainsi abandon de la forme de gestion antérieure de la Cilicie dans la mesure où elle avait participé à la grande révolte des satrapes. Il n’y a aucune preuve de cela. En fait, cette nomination marque une rupture avec la tradition et renforce le contrôle par le pouvoir central138. Une telle décision correspondrait bien à la politique menée par Ochos, une date à partir de 35 8139 paraît donc plus plausible. Cela dit, le monnayage de Mazaios indique bien qu’il s'inscrit dans la continuité des officiers perses qui l’avaient précédé, même si ces derniers n’avaient pas le titre de satrapes de Cilicie. Le Baal de Tarse, avec l’épi et la grappe, est le dispensateur des ressources locales, nécessaires à l'entretien de l’armée et de la flotte opérant en Méditerranée orientale. Mazaios a continué à remplir ce rôle d’“intendance” soit auprès d’autres chefs désignés par le Roi, soit pour son propre compte lors de la (re)conquête de la Phénicie. Selon J. Elayi140 les séries monétaires de Sidon font apparaître que Mazaios contrôle cette cité pendant vingt et un ans141. Les mentions de nombres indiquent les années du satrape Mazaios, imitant en cela les rois de Sidon ; selon E. Babelon il s’agirait des années de règne d’Artaxerxès142. Le fait que Mazaios n’ait pas été d’emblée satrape de Cilicie et Transeuphratène (ce que montrent les séries successives de son monnayage telles que classées ci-dessus) implique de choisir plutôt la première hypothèse.

  • 143 Grayson 1975, 114 no 9, cité par Briant 1996, 702.
  • 144 Elayi 1989.
  • 145 Le Rider 1997, 160.
  • 146 Briant 1996, 702.

23Une tablette babylonienne mentionne l’envoi à Babylone de femmes sidoniennes, prises de guerre, que A. K. Grayson143 date de l’an quatorze d’Artaxerxès III – soit 345 – alors que J. Elayi144 propose l’an quatre, soit 355. Dans l’impossibilité d’argumenter sur ce point je me contenterai d’évoquer les implications, et les difficultés, des deux lectures. La date de 345 entraîne le rejet de celle qui se déduit de Diodore 16.43.1 (351/350) pour les événements qui amènent le sac de Sidon et pose un sérieux problème de chronologie pour le monnayage émis par Mazaios dans cette ville dont nous avons admis plus haut qu’il remonte à 354. Cela amène G. Le Rider145 à une hypothèse compliquée où Mazaios aurait été chargé à partir de cette date d’une mission ponctuelle, sous l’autorité de Bélésys, mais alors pourquoi Mazaios serait-il l’autorité émettrice des monnaies ? R Briant146 pense pour sa part que la révolte a commencé peu de temps avant 346 et que l’on fait dire au texte de Diodore plus qu’il ne dit, dans la mesure où il n’y aurait pas de lien immédiat entre l’échec de l’expédition en Égypte (351) et la révolte de Sidon.

  • 147 Diod. 16.42.2.
  • 148 Cette distinction faite me paraît indiquer que Mazaios est doté d’un commandement du type de ceux (...)
  • 149 Elayi 1989, 232 n. 163.
  • 150 Le Rider 1997, 160 évoque cette hypothèse sans la retenir ; Leuze 1935, 386-387 propose de dater l (...)

24Si l'on retient 355, que faire alors de Bélésys, dont Diodore147 indique qu’au moment de la première action avortée contre Sidon, datée par lui de 351, il est satrapes de Syrie alors que Mazaios est archôn148 de Cilicie ? Pour tenir compte des monnaies sidoniennes évoquées ci-dessus, J. Elayi conclut qu’il ne peut être qu'hyparque de Syrie sous la tutelle de Mazaios149. 11 faudrait alors penser qu’il y a eu, à très peu d’intervalle, deux épisodes dramatiques pour la cité phénicienne (destructions, déportations) et pourtant cette dernière a retrouvé sa prospérité avant même la conquête par Alexandre. Ne serait-il pas préférable de penser qu’il n’y a eu en réalité qu’un seul sac de Sidon – en 355 – la reprise en main ayant entraîné un remaniement des gouvernements de la région – en 354 – au profit de Mazaios150. Dans ce cas, Bélésys aurait bien été satrape de la Transeuphratène, mais avant la révolte de Tennès. A noter enfin qu’il n’y a pas d’obstacle à supposer que Mazaios a pu faire battre monnaie pour son compte à Sidon, profitant des infrastructures préexistantes, en même temps que d’autres séries étaient frappées pour les autorités locales.

  • 151 Malgré Babelon 1910, 461 sq. et dans le même sens, Kraay 1976, 284. Contra Harrison 1982a, 352 no  (...)
  • 152 Berve 1926, 81 sq. no 149 ; cf. Babelon, note précédente et aussi Bosworth 1980a, e.g. 325. Tous f (...)
  • 153 Arrien, An., 2.4.5.
  • 154 Arrien, An., 2.11.8 (cf. 1.12.8) ; Diod. 17.19.4 mentionne un Arsaménès (sic) qui commande sa prop (...)
  • 155 Quinte Curce 3.4.3.

25Il n’y a en revanche aucune preuve qu’Arsamès ait frappé monnaie151. Il n’est même pas assuré qu’il ait été véritablement satrape152. Arrien ne lui attribue pas de titre. Peu avant la bataille d’Issos où il va mourir, cet auteur laisse penser qu’il était responsable de la défense de la Cilicie153 alors que dans la liste des morts d’Issos, il est seulement indiqué qu’il commandait une force de cavalerie au Granique154 et que dans le même passage Sabakès est explicitement qualifié de satrape d'Égypte. Quinte Curce155 est en définitive le plus net : qui Ciliciae praerat. Rien dans son activité n’impose la frappe de monnaie.

4. Les grandes incertitudes de la période 360-340 : L’Asie Mineure occidentale

26Il serait capital d’arriver à fournir une chronologie plus satisfaisante des événements du Pioche Orient dans la mesure où l'Asie Mineure occidentale est la région vers laquelle le Roi tourne son attention après la reprise en main de la côte phénicienne et de l’Égypte, et cela sans solution de continuité. Jusque-là nous ne savons plus rien, ainsi par exemple le sort d’Autophradatès, après les événements peu glorieux pour lui des années 360, ne nous est pas connu. Seule donnée à peu près assurée, pendant toute cette période la région semble avoir joui d’une assez large autonomie de fait.

  • 156 Str. 13.4.3.
  • 157 La distance qui sépare ces deux cités amène à s’interroger sur l’étendue du territoire contrôlé pa (...)
  • 158 Arist., Pol., 2.1267a.
  • 159 Supra p. 296.
  • 160 Leaf 1915, 167-168 : 1923, 295-300.
  • 161 Bogaert 1968, 240 sq.
  • 162 FGrHist, 115, F291. Cf. Shrimpton 1991, 125-6 ; Flower 1994 205-207
  • 163 Düring 1957, 272-283.

27Comme nous avons déjà pu le noter, un des premiers bénéficiaires de cette situation a été la dynastie des Hékatomnides dont l'influence en Ionie s’est accrue, profitant en cela du vide apparent qui est la caractéristique principale de la satrapie de Sardes à cette époque. Localement, certains ont su exploiter au mieux la situation, tel est bien sûr le cas d'Hermias d'Atarnée qui avait été précédé dans cette voie par Euboulos. Selon Strabon156, ce dernier était un banquier qui contrôlait la région d’Atarnée et d’Assos157. Les dates de la période d’activité d’Euboulos font problème. Que faut-il penser de l’épisode rapporté par Aristote158 où Ton voit le tyran se dégager d’une situation critique en faisant accepter par Autophradatès l’idée que le siège d'Atarnée coûterait beaucoup de temps et d'argent et que le jeu n'en valait pas la chandelle ? Deux dates sont possibles pour cette opération : soit la reprise en main après la révolte des années 380, soit beaucoup plus vraisemblablement 366 au moment de l’avancée d'Autophradatès contre Ariobarzane159. Euboulos avait-il capté la tyrannie par des prêts aux satrapes perses ? Telle est l'hypothèse qu’avait développé, sans preuves, W. Leaf160, suivi avec un peu plus de prudence par R. Bogaert161. Rien n’est moins sûr. Pour Théopompe162, il tient une simple officine de changeur, τράπεζα ἀργυραμοιβική, son homme de confiance est Hermias, un esclave eunuque originaire de Bithynie. C’est du moins ainsi que le dépeint Théopompe et Strabon lui emboîte partiellement le pas. Certains modernes ont mis en doute cette triple marque d’indignité préférant croire à la malignité de l'historien de Chios ne pouvant imaginer qu’un tel homme ait pu être disciple de Platon et le beau-père d’Aristote... mais on sait que l'ascension sociale dans le milieu des banquiers pouvait se faire de cette façon (Pasion, Phormion). Euboulos avait envoyé Hermias à Athènes où, comme nous venons de le voir, il se lie aux plus illustres esprits du temps163.

  • 164 Diogène Laerce 5.3.
  • 165 Statue et épigramme à Delphes : Diogène Laërce 5.5 ; hymne à sa mémoire : Athénée 15.696a-d.

28Revenu à Atarnée, il est associé au pouvoir et certains (à l’instar de Démétrios de Magnésie)164 le rendent responsable de la mort de son prédécesseur (vers 350 ?). Il fait venir auprès de lui à Assos Xénocrate et Aristote, qui épousera après sa mort sa fille adoptive et manifeste à titre posthume l’attachement qu’il avait à son égard165.

  • 166 Düring 1957, 462, supra p. 267. Il semble aussi concerné par l’ancienne chôra de Mytilène, cf. Shr (...)
  • 167 IK, 1-Erytitrai, 9 = Tod, 165, à rapprocher de FGrHist, 115, F 291, προεπηλάκισε πλείστους Ἰώνων, (...)

29Tous ces faits sont bien documentés parce qu’ils relèvent de l'histoire littéraire, le reste est plus aléatoire. Le fait qu’Hermias tienne Atarnée qui avait fait autrefois partie de la Pérée de Chios l’entraîne très probablement dans des difficultés avec cette dernière166 et cela suffirait à expliquer l’hostilité de Théopompe à son égard. Il faut rappeler qu'à ce moment Chios est sous la coupe des Hékatomnides et la montée en puissance d'Hermias gêne naturellement ces derniers. C’est probablement dans ce contexte de relations difficiles, susceptibles de déboucher sur un conflit ouvert, qu’il convient d’interpréter l’accord passé entre Hermias et les Érythréens167. Ceux-ci se sentant menacés passent une convention, d’ailleurs défensive, et obtiennent des garanties d'Hermias et de ses hetairoi (infra) pour les biens qu’ils mettront à l’abri sur le territoire de ce dernier dans l’hypothèse d'une guerre. L’immunité est totale sauf en cas de vente de ces biens, auquel cas une taxe de 1/50e (donc une pentekostè) est perçue à titre rétroactif, des droits de garde seront exigibles après le rétablissement de la paix si ces biens ne sont pas récupérés dans les trente jours. La réciprocité est prévue de façon plus brève et apparaît plutôt comme une clause de style indispensable à un accord où les deux parties sont censées figurer sur le même plan. De telles clauses dans un traité d’alliance et surtout la détermination chiffrée de leurs limites nous rappellent qu’Hermias est homme habitué à traiter les problèmes de commerce et de banque. La date de ce document n’est pas connue. Cependant le contexte impose une fourchette comprise entre le début du gouvernement d Idrieus en Carie (à ce moment Érythrées est fidèle à ce dernier) et bien entendu avant la chute d’Hermias. Vu la tonalité du traité on peut même penser que les préparatifs du conflit sont avancés et que nous sommes près de 342.

  • 168 Diod. 16.47.2 ; supra p. 153.
  • 169 Supra p. 123 ; en dernier lieu pour la campagne d’Autophradatès contre Datamès, supra p. 364 n. 48 (...)
  • 170 Diod. 16.44.4.
  • 171 Supra p. 129 (Strouthas).
  • 172 Supra p. 153.
  • 173 Ces mercenaires lui ont été fournis par le roi d’Égypte.
  • 174 Diod. 16.50.8. Noter dans le camp adverse, parmi les principaux chefs des mercenaires recrutés par (...)
  • 175 Diod. 16.52.5-8.
  • 176 Chroust 1972, 170-176.
  • 177 C’est de cette période de la vie d’Aristote que datent les traités “zoologiques”, Histoire des ani (...)
  • 178 Diogène Laërce 5. 27.
  • 179 Diogène Laërce 5.6 ; Didyme 6.36 sq. ; cf. Foucart 1907.
  • 180 Diod. 16.52.6-7.
  • 181 Diod., loc. cit. ; même histoire chez Polyen 6.48.
  • 182 Didyme 5.64 sq. ; cf. Démosthène.4e Phil., 32.
  • 183 Démosthène, 4e Phil., 32 ; cf. Judeich 1892, 298 ; Kahrstedt 1910, 10 sq.
  • 184 Plutôt que d’admettre l’hypothèse “mercantiliste” de Leaf 1923a, 299, pour qui il s’agit de “banki (...)
  • 185 Diod. 16.52.4.

30Au moment du départ de l’expédition dont le but ultime est l’Égypte, le satrape d’Ionie et de Lydie est Rhoisakès168. Il est donné comme l’un des principaux chefs de l’expédition et est accompagné d'une force importante de cavalerie et d’un corps non négligeable d’infanterie, le tout composé de barbares, sans aucun doute les forces rassemblées traditionnellement à Kastolos, dont il a été question à plusieurs reprises169. Diodore traite ailleurs170 des contingents grecs placés sur le même plan que les Grecs d’Europe et qualifiés explicitement d’alliés (ils sont au nombre de six mille). Faut-il accepter cette assertion de Diodore ? Dans ce cas, cela signifierait que tout ou partie de la côte grecque a échappé au contrôle des Perses et un certain nombre d’indices montrent que telle devait être la situation de fait de plusieurs cités (Érythrées par exemple). Mais notons bien que le texte nous invite à aller plus loin puisqu'il implique la reconnaissance comme alliés des parathalassioi. Si tel était bien le cas, il paraît peu vraisemblable que le pouvoir central ait pu tolérer longtemps un tel laisser-faire ou plutôt une telle incapacité de réaction dont la première cause était probablement l’ordre d'Artaxerxès III interdisant aux satrapes côtiers d’entretenir des mercenaires et dont rien n’indique qu’il avait été rapporté. Comme toujours le changement de politique passe par un mouvement des personnels en place mais aussi par un redécoupage administratif selon des recettes déjà éprouvées171. Il est fait appel à Mentor (et non pas Memnon comme l’indique Strabon) comme stratège autokrator172 et c’est peut-être à ce moment qu’a lieu le remplacement de Rhoisakès par Spithridatès (rappelons que Pixodaros devient satrape en 341/0). On retrouve ainsi Mentor pour la première fois depuis la disgrâce d’Artabaze, qu’il avait dû accompagner dans un premier temps en Macédoine, mais à partir de là son sort est dissocié de celui de son frère Memnon. Il est l’un des chefs mercenaires173 au service de Tennès, roi de Sidon ; mais il contribue à livrer la ville à Artaxerxès et cela lui vaut de rentrer en grâce et même de devenir l’un des principaux officiers de l’expédition égyptienne et de gagner là à la fois la reconnaissance du Roi et celle de Bagoas appelé par la suite à jouer un rôle capital à la cour où il sera le “supporter” de Mentor174. En récompense de ses services, il reçoit les plus hautes distinctions, et cent talents d’argent. Son premier souci est d'éradiquer la révolte latente ou déclarée d’Hermias et des autres cités grecques côtières. Ces événements sont placés par Diodore en 349/8175. Ce qui est notoirement impossible puisque Aristote est censé avoir vécu trois ans à la cour d’Hermias après la mort de Platon. De plus comme nous le verrons plus loin la date de l’arrestation d’Hermias est fixée par la ive Philippique. Selon A. H. Chroust176 le Stagirite avait été envoyé à Hermias par Philippe II et il se comporte comme l’agent du Macédonien, une sorte d’“honorable correspondant” sans pour autant que cela entrave sa production scientifique177. A ce titre il essaie d’“approcher” Mentor à qui, selon Diogène Laërce178, il avait adressé des lettres. Est-ce parce qu’il pense avoir réussi à le débaucher que Mentor accepte de se rendre auprès de lui (Chroust) ou plutôt parce que, comme nous l’avons vu plus haut, il n’y a pas ouverture formelle des hostilités et que les cités grecques sont toujours censées être les alliées du Roi ? En tout cas. Mentor attire Hermias dans un traquenard179. Du récit de Diodore180, il ressort que nombre de cités d'Éolide et d’Ionie avaient suivi Hermias ; et cela a pu donner à Philippe l’idée qu’une entreprise pour contrôler l’Asie Mineure se révélerait assez facile. La reprise en main de toute la région s’opère une fois encore par la ruse181. Le tyran est livré au Roi et sa fin est rapportée par Didyme182. Il nous est indiqué que les Perses veulent apprendre quels sont les liens d'Hermias avec les Macédoniens dont il est considéré comme l'agent. Telle est la réputation que lui faisaient les Athéniens. L’auteur de la ive Philippique183 lui voue une haine implacable : “l'agent du même Philippe, le complice de toute les machinations contre le Roi vient d’être arraché de chez lui. Ainsi le Roi va être instruit de toute l’affaire... par celui-là même qui a monté le coup et qui a tout arrangé”. Dans un tel contexte, peut-on suggérer l’hypothèse que les hetairoi dont il a été question plus haut pourraient être une sorte de conseil des “amis” qui trouverait son modèle à la cour de Macédoine184 ? Après ce succès sans effusion de sang (autre que celui d’Hermias) Mentor se sent assez fort pour demander au Roi le retour en grâce d’Artabaze et Memnon. Il donne des postes militaires de responsabilité aux fils de l’ancien satrape185.

  • 186 Les motivations en sont discutées. Griffith in Hammond & Griffith 1979, 568, propose d’y voir une (...)
  • 187 Griffith in Hammond & Griffith 1979, 574 n. 2.
  • 188 Cf. supra pour Rhodes.
  • 189 Diod. 16.77.2. Frontin, Strat.. 1.4.1.3a, ne mentionne que Chios et Rhodes. Cf. aussi le décret fr (...)
  • 190 Supra p. 9-10.
  • 191 Ps.-Démosthène, Rép. Phil., 5.
  • 192 Diod. 16.75.1-2. Il tenta aussi vainement de faire aider l’Athénien Diopeithès en Chersonnèse (en  (...)
  • 193 Arrien, An., 2.14.2.
  • 194 Ibid. 5.
  • 195 Paus. 1.29.10.
  • 196 Sur ces événements, cf. Griffith in : Hammond & Griffith 1979, 580 qui pour sa part donne une vers (...)

31La progression de Philippe II vers l’est186, avec les sièges de Périnthe, puis de Byzance et probablement de Sélymbria187, la menace qu'il fait peser sur les Détroits, entraîne des réactions convergentes. Athènes, dont l’attitude à l’égard de Byzance était empreinte de quelque réticence188, pense surtout à la libre circulation de ses convois de blé et envoie un contingent naval sous Charès. Les préoccupations de Rhodes, Cos, Chios189 sont pour une bonne part identiques mais il y a une dimension supplémentaire : on rappellera en effet les liens traditionnels au long d'un axe nord-sud dont nous avons signalé maintes fois le fonctionnement190. Si l'on suit l’argumentation, quelque peu rhétorique, de Démosthène, Couronne, 234, Rhodes et Chios étaient restées à l’écart du conflit naissant entre Athènes et Philippe. L’explication de leur action par la sujétion aux Hékatomnides n’est pas entièrement satisfaisante. Certes il n’y a pas divergence sur ce point avec le satrape mais contrairement à ce qu’affirment certains modernes il n’y a aucune trace d’une intervention directe du Carien. L'aide des satrapes (sans plus de précision) est fournie à Périnthe à la fois par l’envoi de mercenaires étrangers191, de l’argent, de la nourriture et du matériel de guerre. Diodore donne en quelques mots sans équivoque les raisons de l’attitude perse : “l’augmentation du pouvoir du roi (Philippe) ayant été rapportée en Asie, le Roi, redoutant la puissance de Philippe écrivit aux satrapes de la côte pour qu'ils soutiennent les Périnthiens de leur mieux”192. Il est clair que l’intervention du Macédonien dans cette zone sensible fut considérée par le pouvoir perse comme un casus belli. On en trouvera confirmation dans la lettre envoyée par Darius III à Alexandre, qui rappelle qu’autrefois Philippe et Artaxerxès étaient alliés et en paix, mais qu'à l'avènement d'Arsès le roi de Macédoine avait pris l’initiative de l’affrontement sans provocation de la part du Perse193. Dans sa réponse, Alexandre rejette évidemment les arguments en précisant que les Perses avaient aidé les Périthiens qui avaient “manqué” à son père194. Nous apprenons par Pausanias195 que c'est (très naturellement) Arsitès, le satrape de Phrygie hellespontique, qui engagea les mercenaires sous l'Athénien Apollodoros pour mener à bien le “sauvetage” de Périnthe. On connaît l'issue incertaine de l’affaire : Philippe est incapable de s’emparer de Byzance et de Périnthe mais il réussit un fructueux coup de main sur la flotte qui ramène le blé de la mer Noire, Des pourparlers de paix semblent s’engager, mais apparemment sans succès196.

5. La campagne asiatique de Parménion197

  • 197 Badian 1966, 37-69 (cf. 39-43). Sur les circonstances de l’expédition, Ruzicka 1985, 84-95.
  • 198 Diod. 16.89.2 ; Justin 9.5.
  • 199 Diod. 16.91.2 ;cf. 17.2.4 ; 5-6.
  • 200 Polyen 5.44.4.
  • 201 Badian 1966, 41 ; aussi Cawkwell 1978, 177. Dans un sens différent Glotz 1941, 378 et encore McCoy (...)

32Quelques mois avant sa mort, Philippe II envoie Parménion et Attale en Asie avec l’avant-garde de ses forces, soit dix mille hommes. Il s’agit, nous dit Diodore, de “châtier (les Perses) pour la profanation des sanctuaires”198 (ce programme avait reçu l'assentiment des Grecs assemblés à Corinthe) et de “libérer les cités grecques”199. Nous ne sommes renseignés qu'indirectement sur la première année de la campagne (336) et, bien qu’elle soit mieux documentée, la reconstruction des phases de celle de 335 n’est pas aisée. Le premier élément concret est l'affrontement de Parménion et de Memnon à Magnésie. L’antériorité de cet épisode est assurée par le fait qu’Attale figure encore au côté de Parménion dans le récit de Polyen200. De quelle Magnésie s’agit-il ? De celle du Méandre ou de celle du Sipyle ? Il y a tout lieu de proposer avec E. Badian201 la seconde nommée. C’est là en effet que les généraux perses et Memnon peuvent disposer rapidement de la garnison de Sardes et d’une partie des forces des colonies du Moyen-Hermos, des troupes qui se réunissent à Kastolos.

Carte 13 : La campagne asiatique de Parménion.

  • 202 L’histoire de Magnésie aux hautes époques est impossible à établir. Ihnken 1978, réunit les maigre (...)
  • 203 Diod. 17.5.3.

33Magnésie du Sipyle n’est probablement alors qu’un phrourion ou guère mieux202. Diodore indique que Memnon avait avec lui cinq mille mercenaires et ce faible nombre a surpris certains commentateurs, mais il faut tenir compte de l'urgence ; d'ordinaire la concentration des troupes royales prend beaucoup de temps. Il n'y a pas de véritable bataille rangée mais une sorte de ballet entre les adversaires. Contrairement à ce qu’écrit E. Badian, il ne résulte pas de cette première passe d’armes que Memnon a pris Magnésie où se retranche Parménion après son échec. Il est plus probable que ce dernier l’a évacuée en se retirant vers le nord. A partir de ce moment, le combat a changé d’âme. La mort de Philippe, les incertitudes de la succession, ses conséquences pour certains des chefs de l'expédition (Attale), tout cela place le corps expéditionnaire macédonien dans une situation beaucoup moins favorable que l'année précédente. La position des Perses est exactement inverse : en 338 Bagoas assassine Artaxerxès Ochos pour le remplacer par Arsès203 mais ce dernier est empoisonné quelques temps après (en 336) et Darius III Codoman est porté sur le trône. Il affermit son pouvoir en se débarrassant de Bagoas et peut alors se consacrer à la contre-attaque en Asie Mineure.

  • 204 Diod. 17.7.3.
  • 205 Kaiser-Raiss 1984, 27-53, propose de reconnaître Philippe II sur les statères d’électrum von Fritz (...)
  • 206 Diod. 17.7.8 ; Polyen 5.44.5. Badian 1966 date cette action de juillet 335.
  • 207 Badian 1966.
  • 208 Supra p. 189.

34Après le premier engagement de Magnésie, Memnon renonce à se heurter à Parménion en rase campagne et préfère l’isoler. Pour cela il se dirige au nord-ouest vers la côte. Il s’agit manifestement de couper les Macédoniens de leurs arrières : c’est ce qu'implique le fait que pour se rendre à Cyzique le contingent perse passe διὰ τῆς Ἴδης204. L'objectif que s'assigne Memnon est en effet le contrôle d'une cité grecque dont la position stratégique est évidente si l’on constate que la voie normale pour traverser la Troade équivaut à un quasi contournement par le nord de cette zone accidentée. Cyzique en est véritablement le verrou et elle s’est déclarée alliée des Macédoniens205. Malgré un stratagème qui consiste à coiffer une partie de ses hommes de casques macédoniens, Memnon ne peut pousser jusqu’au bout l’effet de surprise et pénétrer dans dans la ville. Il doit se contenter de ravager la chôra et d’y faire un abondant butin206. Cette option tactique contraint Parménion à emprunter pratiquement la même route et à remonter vers le nord pour éviter l'enfermement. Si l'on suit Diodore, il n’est pas du tout en position de force mais bien au contraire sur la défensive (il est hors de question d’imaginer avec E. Badian que les généraux macédoniens visaient Daskyleion)207 et cela d'autant plus que les villes ferment leurs portes : en premier lieu Gryneion, à la longue tradition de soumission à des dynastes persophiles208, confortée par la probable démonstration de force toute récente de Memnon.

  • 209 Note à l’édition de Diodore, coll. Loeb, p. 137 n. 5, relevé par Badian 1966.
  • 210 Tarn 1948, 219.
  • 211 Sur la présence de mercenaires en nombre pour cette campagne, cf. Griffith in Hammond & Griffith 1 (...)
  • 212 Keil 1950, 1841-1843.
  • 213 Sur ce personnage, supra p. 158.
  • 214 Diod. 17.7.10, cf. carte 6 p. 240 ; Cook 1973, 79 sq.
  • 215 Il semble que l’on peut inférer cela du point de départ de l’expédition d’Alexandre, Arrien, An., (...)

35La ville est prise d’assaut et ses habitants vendus comme esclaves. Le traitement infligé à Gryneion n’est en rien différent de bien des épisodes qui ont eu lieu avant ou après en Grèce d’Europe. A ce moment, comme le note C. B. Welles209, Parménion ne se préoccupe guère de la “libération” des cités grecques, contrairement à l'argumentation spécieuse de certains modernes210. Il s’agit de se frayer à tout prix un chemin vers le nord et aussi de nourrir la troupe, de payer les mercenaires et de leur fournir du butin211. La ville de Pitanè212 qui résiste aussi aurait probablement subi le même sort sans l’arrivée de Memnon qui oblige Parménion à rompre précipitamment et à se replier en Troade. Une contre-attaque menée avec l’adjonction de troupes fraîches, composées de Macédoniens et de mercenaires, amenées par Kalas213 ne donne rien face à la supériorité numérique des Perses, il faut se réfugier au cap Rhoiteion214. Les Macédoniens ne conservent apparemment qu’une seule tête de pont, à Abydos215.

  • 216 Badian 1966,40.
  • 217 L’expédition d’Alexandre ne passe pas d’avantage par la zone côtière, puisqu’il envoie après la re (...)

36Voilà les données qui sont à peu près assurées. Il reste cependant bien des incertitudes concernant la campagne de 336 (par où Parménion est-il venu ?) et les événements d’Éphèse. E. Badian216 propose une solution originale : il suppose que les Macédoniens ont débarqué près d'Éphèse et qu’ils tiennent dans un premier temps une bonne partie de la zone côtière entre Lesbos et Samos. Ce que nous avons vu plus haut nous invite plutôt à revenir à la solution traditionnelle, c’est-à-dire l’arrivée par Abydos. Nous ne savons rien de l’offensive de 336, sans doute parce qu’elle n’a comporté aucun fait d’arme notable dans la mesure où les Perses, surpris, n’ont été à aucun moment en mesure de s’opposer à l’avancée macédonienne. Celle-ci a dû se dérouler selon un tracé qui préfigure le début de l’anabase d’Alexandre, au moins jusqu’à l’Hermos217. Remarquons aussi que Parménion n'avait probablement pas la flotte appropriée pour l’opération navale que suppose le débarquement en Ionie.

  • 218 Arrien, An., 1.17.10 ; supra p. 388.

37Que s’est-il réellement passé à Éphèse ? A coup sûr l’installation d’un régime démocratique hostile aux Perses et, par voie de conséquence, philo macédonien. Est-il pour autant assuré que Parménion et Attale se soient avancés jusqu’à Éphèse ? Aucune source ne le dit. E. Badian soutient cette hypothèse en soulignant que Diodore ne dit mot de la campagne de 336 (mais comme cela a été noté plus haut, peut-être y a-t-il une explication à ce silence). On peut cependant se demander si en combinant le récit de Diodore et les informations fournies par Polyen on ne doit pas conclure que Magnésie a été le point d’avancée extrême du contingent macédonien. On comprendrait mal en effet comment des officiers expérimentés seraient revenus vers la côte, prêtant le flanc à l’attaque de l’armée perse concentrée à Sardes et dans ses environs et au risque de se couper de leurs arrières. E. Badian est conscient de cette difficulté puisqu'il fait venir les Macédoniens de la mer. Mais alors, dans cette hypothèse, pourquoi n’être pas revenu au point de départ supposé (Éphèse) après le semi-échec de Magnésie ? Comment expliquer le ralliement de Cyzique à Parménion et la tactique de Memnon ? Il ne paraît possible d’envisager que deux hypothèses. Soit les Éphésiens ont d’eux-mêmes déclenché la révolte qui fait d’eux des alliés des Macédoniens, au même titre que les habitants de Cyzique (dont on ne sait pas si elle avait été visitée par Parménion). Soit le renversement de l’oligarchie a été facilité par l'arrivée d’un détachement macédonien sans qu’il y ait eu combat, excepté les éventuelles luttes intestines : à quel moment et dans quelles circonstances est mort Hérophytos qui avait son tombeau sur l’agora218 ?

  • 219 Arrien, loc. cit., on sait la polyvalence du terme hieron. Il serait plus prudent de le traduire i (...)
  • 220 Infra p. 470.
  • 221 Diod. 16.92.5 ; 95.1 : τοῖς δώδεκα θεοῖς σύνθρονος.

38Le principal argument de E. Badian pour une présence effective est le fait que Philippe devient le synnaos d’Artémis par la présence de sa statue dans le hiéron219. La comparaisons avec les autels de Zeus Philippios à Érésos220 inciterait plutôt à la prudence. On pourrait trouver de nombreux antécédents à la démarche des Éphésiens dans les îles et sur la côte : pour Lysandre, pour Conon. Ariobarzane avait sa statue devant le naos d'Athéna à Ilion. Est-il par conséquent pleinement légitime de placer cette statue sur le même plan que celle de Philippe lui-même lorsqu’il décide de faire figurer sa propre effigie parmi celles des dieux lors de l’épiphanie de ces derniers à Aigai221 ?

  • 222 Arrien, An., 1.17.9.

39Après la retraite de Parménion, Éphèse retombe aux mains de l’oligarchie soutenue par les Perses. Si l’on pense que l’installation d'une garnison suit de près la reprise (ou le ralliement) de la ville, il faut conclure que l’événement précède de peu l’arrivée d'Alexandre en Asie. Arrien nous informe en effet que son chef était un transfuge macédonien du nom d’Amyntas222, ce qui suppose que les troubles qui ont suivi l’accession d’Alexandre au trône étaient réglés et que les adversaires du nouveau roi avaient dû s’exiler pour ne pas risquer leur vie.

  • 223 OGIS, 284 : Érythrées connaît successivement la tyrannie puis un premier épisode démocratique, le (...)
  • 224 Badian 1966, 43.
  • 225 Malgré Bosworth 1980, 107 sq., suivi par McCoy 1989, 424, je ne vois pas de raison de situer le st (...)
  • 226 Arrien, An., 1.12.6 ; infra p. 430.
  • 227 Cf. Ellis 1976, 229 ; Bosworth 1980, 100. Point de vue différent d’Anson 1989, 47, qui soutient qu (...)

40Pour interpréter cette campagne, il faut évidemment faire abstraction des événements ultérieurs. Comment son déroulement a-t-il été perçu en Asie Mineure même ? Nous disposons de bien peu d’informations utilisables, mais une analyse globale indique clairement qu’elle s’inscrit dans la tradition des expéditions menées par les Spartiates depuis la fin du ve siècle, sous Derkyllidas, Thibron et surtout Agésilas. Elle présente les mêmes caractéristiques et un déroulement assez comparable à celle dont les historiens locaux comme Théopompe ou Éphore entretenaient le souvenir. Les Macédoniens ont obtenu le ralliement de deux grandes cités au moins : Cyzique et Éphèse, qui avaient derrière elles une longue tradition de résistance aux Perses, probablement de quelques-unes en plus (Erythrées ?)223. Il est non moins assuré que beaucoup d'autres – une majorité – n’ont pas bougé. Ainsi Lampsaque dont E. Badian assure qu’elle avait été perdue par Parménion (“même Lampsaque”...)224 n’a probablement jamais été gagnée225 si l’on prend comme parallèle la situation de 334 où Alexandre l’évite soigneusement ainsi que Kolonai226. D’autres, telles Gryneion, Pitanè ont même tenté de résister. En somme on doit considérer que cette opération se solde par un complet échec puisque, à l’exception d’Abydos (et de Cyzique ?), toute l’Asie est retombée sous la coupe des Perses227.

Notes

1 Supra p. 135.

2 Cf. Beloch 1923, 141 sq. ; Hornblower 1982, 40 ; Schol. Démosthène, Rhodiens, 11 (5a Dilts 1983), Καρίας ἐβασίλευε ; cf. Valère Maxime 4.6, ext. 7 ; Jérôme, Contre Jovinien, 1.130 ; Souda s.v. Ἀρτεμίσια ; Pline, HN, 36.31 ; Diod. 16.36.2 ; 45.7 : ἄρξασα ἔτη δύο. Hornblower 1982, 41 n. 30 s’appuie sur ce dernier passage pour conclure qu’elle a porté le titre de satrape (cf. supra p. 136 pour l’une des interprétations possibles de Coll. Froehner, 96). Artémise ne semble pas avoir frappé monnaie à son nom (Kraay 1976, 275 mais cf. supra p. 381 la possibilité d’une frappe à Cos au nom de Mausole mais après la disparition de ce dernier) ; il n’y a pas non plus d’inscription gravées sous sa seule autorité.

3 Supra p. 140.

4 Démosthène, Rhodiens, 23.

5 Vitruve 2.8.14-15.

6 Itaque post mortem Mausoli Artemisiam uxorem eius regnantem Rhodii indignantes mulierem imperare civitatibus Cariae totius...

7 Sur cet épisode, infra p. 407.

8 Judeich 1892, 250 sq.

9 Blümel 1997, 136-142.

10 Ruzicka 1992, 164 n. 2 penche pour le début du satrapat de Mausole ; Hornblower 1982, 322, suggère qu’il s’agit d’un doublet avec Polyen 7.23, stratagème attribué à Mausole (supra p. 392), le scénario est certes différent, mais repose sur le même moteur : la curiosité des Latmiens.

11 Selon Str. 14.2.17, Mausole est mort ἄτεκνος : il faut entendre par là qu’il n’a pas d’enfant susceptible de lui succéder (donc fils d’Artémise). Peut-être pourtant Ἀ[ρι]αράμη[ς] Μαυσσώλ[λου] de l’inscription Labraunda 28 est-il un fils du satrape (notons en passant qu’il s’agit d’un nom perse) en tout cas Mausole paraît avoir une postérité qu’enregistre Syll. 3, 603 (Delphes) où Pixodaros fils de Kratès se définit comme descendant de Mausole fils d Hékatomnos ; Hornblower 1982, 40 n. 28 écarte ces témoignages pour rester fidèle à ce que dit Strabon.

12 Diod. 16.69.2. ; Plut., Agés., 13, rapporte la supplique du satrape Idrieus à propos d’un certain Nicias. Cela suppose qu'Idrieus exerçait des fonctions officielles vraisemblablement au nom de son frère avant son accession à la charge satrapale puisque Agésilas meurt en 359 (360 ?). On pensera aussi à la prise de Latmos au nom de son frère, Polyen 7.23.2.

13 Diod. 16.42.6-9. Hornblower 1982, 43, souligne les difficultés qu’engendre la chronologie assignée à cette expédition mettant en avant Isocrate, Phil, 103, où ce dernier expose son espoir de la défection d’Idrieus. Mais l’on sait que les Hékatomnides ont toujours été suspectés de pratiquer un double jeu. L’argument n’est donc pas en soi décisif. Diodore insiste beaucoup sur la relation entre le début du mandat d’Idrieus et l’expédition de Chypre, mais il situe dans le même mouvement l’action contre Sidon puis l’expédition en Égypte. Faut-il rabaisser la chronologie de l’ensemble comme le faisait déjà Beloch 1923, 285-287 ; cf. Ruzicka 1992, 117 et 202 n. 59 ; Hornblower, CAH, VI2, 91 et Konuk 1998 qui en tire argument pour confirmer l’attribution des monnaies roi archer/satrape à cheval à l'expédition vers Chypre et la frappe à Évagoras II. Mais les événements, et le monnayage de Sidon n’entrent que malaisément dans cette chronologie basse (infra p. 415 sq.). Le problème reste donc entier. Une solution alternative pouvant être l’étalement dans le temps des événements susmentionnés

14 Petit 1988, 316 sq.

15 Coll. Froehner, 96 (Tralles) ; supra p. 136.

16 Tod, 161 B (Syll.3, 225 ; FD, III.4, 176), cf. Marcadé 1953, 93, pl. XVII, 1.

17 Supra p. 139.

18 Tod, 181, cf. Picard 1954, 75 sq. ; 870 sq. Sur le Mausolée et les éléments de comparaison, et de différence, avec le temple d'Athéna à Priène et celui de Zeus à Labraunda, Hoepfner 1966, sp. 113.

19 Sur ce monument de Tégée, cf. Foucart 1910, 145 sq. ; Jonkees 1948, 31-33, qui propose de voir dans ce relief l’œuvre d’un Carien ayant accompagné Scopas à Tégée au moment de l’érection du temple d’Athéna et après l’achèvement de son œuvre au Mausolée. La photo de ce relief (qui se trouve au British Museum), ibid, p. 33. Une meilleure reproduction est fournie par Borchhardt 1978, pl. 73, 8. Notons en passant que ce dernier (p. 190) n’indique pas la provenance de cette stèle et que la légende qui est attribuée à la photo : “Votivrelief... für Zeus Labraundos von Mylasa” a amené Dupont-Sommer 1979,176, à écrire qu’il s’agit d’un relief de Mylasa. En dernier lieu Waywell 1993, 79-86 refuse toute corrélation avec Scopas, il propose de voir dans ce monument la partie haute d’un décret.

20 La comparaison avec les monnaies rend probable qu’il s’agit là d’une représentation-interprétation de la statue cultuelle du dieu.

21 Infra p. 407 sq.

22 Infra p. 420.

23 Isocrate, Phil., 103.

24 Le lieu est occupé par un culte d’Artémis qui est bien antérieur au ive s. Cf. par exemple les statuettes du vie s. et le fragment de frise en terre cuite du ve s. : Robert & Robert 1983, 63 et fig. 35.

25 Robert & Robert 1983, 63 ; consécration du propylée par Idrieus, no 1, p. 93-95 ; mise au point commode sur la présence hékatomnide en Carie intérieure, p. 90-92.

26 Labraunda, 6.

27 Supra p. 392 n. 176.

28 Bean & Cook 1955, 122 sq. ; 1957, 89 sq.

29 Cf Robert & Robert 1983, 6 sq. ; cf déjà Robert 1953, 13.

30 Devambez 1959, 28-29.

31 Radt 1970, pour ne retenir que des monuments édités.

32 Cf provisoirement Bresson & Debord, 1985, 210 sq.

33 Sinuri, 73 et 75.

34 Sinuri, 73 ; texte amélioré Robert 1949b, 63 sq. (= Hornblower 1982, M5).

35 Labraunda, III.2, no 15-19.

36 Varinlioğlu 1981,45-47.

37 E.g. IK, 1-Erythrai, 10 ; 12, etc.

38 Cette mention semble confirmer l'hypothèse émise (Debord 1984, 210) sur la nouveauté que représentaient les institutions en -tys (chiliastys, etc.) dans les cités de la façade anatolienne (contra Gauthier, Bull, ép., 1987, no 230), puisque dans une cité où sont attestées de telles subdivisions, seulement à partir de l’époque hellénistique, il est proposé à Idrieus de choisir le genos auquel il appartiendra.

39 IK, 1-Erythrai, 9, infra p. 418.

40 Arrien, An., 1.23.8.

41 TL, 145.1. 11-12 ; il n’y a pas de raison de penser que l’autel du Roi de Caunos et d’Arkésimas dans la trilingue avait été offert par Pixodaros conjointement avec les Xanthiens et leurs périèques, (contra Hornblower 1982, 279).

42 IK, 34-Mylasa, 7 ; mais beaucoup plus probablement cette offrande est faite par Mausole et non par Pixodaros comme les traces de lettres copiées au xviiie s. le laissent penser (par référence à IK, 34-Mylasa, 6).

43 Labraunda, III, 42 (Hornblower M8).

44 TL, 45 1. 1 sq. : ἔδωκεν Πιξώδαρωι Ἑκ[α]τό[μνου Ξα]ν[θ]ίο[ι]ς, Τλωίτοις, Πιναρέοι[ς, Κανδαϋδέο[ι]ς δεκάτην τῆς ἐμπορ[ίας τῆς] οὔσης [ἐ]ν τῆι π[όλ]ει. Cf. Svenciskaya 1967, 84 sq. (à rapprocher de TL, 65 1. 31 ?). L’existence même d’un conflit entre Pixodaros, les cités susnommées d’une part et Caunos de l’autre est loin d’être assurée, cf. Bean 1953, 18 n. 30 a ; cf. aussi Hornblower 1982, 115 n. 174 ; 121 n. 128 ; 161 n. 198. En dernier lieu Bousquet 1986, 10 ; Briant & Descat 1998, 82.

45 Laroche 1980, 6 (mais cf supra p. 68).

46 Paton & Hicks 1891, 109 n. 53 ; interprétation de ce texte par Bean 1954.

47 Supra p. 357.

48 Borchhardt 1978, 183-191.

49 Hornblower 1982, 76.

50 Pl. V, 9 et 13.

51 Robert & Robert 1983, 91 n. 63 ; Konuk 1993, 241-242 (cf. Pl. V, 10-11).

52 Plut., Alex., 10.

53 Hdt. 5.21 ; cf. Hornblower 1982, 218.

54 Cf. supra p. 188 n. 206.

55 Hornblower 1982, 221 ; Griffith in Hammond & Griffith 1979, 679 sq.

56 Supra p. 78.

57 Supra p. 146 ; Arrien, An., 1.23.8 et Str. 14.2.17, fournissent des versions contradictoires de l’enchaînement des faits.

58 Supra p. 137.

59 Supra p. 381 sq.

60 Vitruve 2.8.14-15 ; Berthold 1978, 129-134 ; 1984, 32 n. 44, plaide dans le sens du rejet de cet épisode. Cf. supra p. 400.

61 Démosthène, Prologue 23, Clavaud CUE

62 Clavaud, 149 n. 5.

63 Démosthène fait observer que les Athéniens ont sauvé chacun d’entre eux (donc démocrates ou oligarques) l’un après l’autre, en rappelant par allusion les interventions d’Athènes en faveur des Rhodiens quel que soit la nature du gouvernement en place.

64 Le Prologue, cf. particulièrement le § 3, est une charge contre l’impudence des envoyés des oligarques.

65 En 346, Démosthène, Paix, 25, observe que le Carien (Idrieus) occupe les îles de Chios, Cos et Rhodes. Une monnaie rhodienne datée hypothétiquement des années 340 porte une “tête satrapale’’mais cf. infra p. 485.

66 Démosthène, loc. cil. ; Sherwin-White 1978, 76 et n. 241 à la suite de Hill identifie une tête féminine qui apparaît au ive s. sur les monnaies de Cos avec Artémise suggérant que certaines pourraient avoir été émises après la mort de Mausole. C’est une hypothèse un peu aventurée, mais cf. supra p. 381.

67 Démosthène, loc. cit. Bosworth 1980, 178, propose de mettre Énée 11.3 en relation avec cet événement. Ce qui paraît incompatible avec la date de composition de l’œuvre.

68 Démosthène, Rhodiens, 3.

69 Supra p. 292.

70 Pistorius 1913 ; cf. aussi Brun 1988a, 380.

71 Tod, 131 ; supra p. 289. On rapprochera aussi Tod, 163 (IG, XII. Suppl. 3) qui montre que les Mytiléniens géraient leurs affaires de façon autonome en obtenant une réduction des taxes sur l’exportation du blé du Bosphore. Faut-il considérer dans ce décret, dont la date n’est pas fermement fixée, vers 350, la mention sans autre précision “les Mytiléniens” comme indice d’un gouvernement non démocratique ?

72 Monument de Chabrias ; cf. Burnett & Edmonson 1961, 85 sq. ; supra p. 287.

73 Isée, Astyphilos, 14 ; cf. Burnett & Edmonson 1961,86.

74 Cf. en 363, Démosthène, C. Aristocr., 143 : Thersagoras et Exéklestos, les meurtriers de Philiskos d’Abydos fait récemment citoyen athénien (supra p. 299), se réfugient à Lesbos. Démosthène fait observer que Philiskos n’avait pas obtenu un décret similaire à celui qui est réclamé pour Charidèmos et qui prévoit les peines les plus sévères contre un éventuel meurtrier, § 91 : “Quiconque tuera Charidèmos sera soumis à la prise de corps ; si quelqu’un, particulier ou cité, l’enlève au saisissant, il sera mis au ban de la Confédération” (cf. 142). Ce développement appelle deux remarques, à cette époque Lesbos (dans son ensemble d’après le texte) appartient à la Confédération et elle est tenue d’en appliquer les lois mais, au vu et au su de tous, les tyrannoctones ont été accueillis à Lesbos ; vers 358, le Ps.-Démosthène, C. Polyclès, 53, atteste la perception à Mytilène de l’indemnité de nourriture pour l’équipage d’une trière ; en 354/3 les Mytiléniens dédient une couronne à Athéna, IG, II2, 1437, I. 14-15.

75 Démosthène, Rhodiens, 19 ; Org. fin., 8. La faction oligarchique a probablement expulsé plusieurs de ses adversaires cf. Isocrate, Lettre, 8, note suivante.

76 Parmi d’autres, Glotz 1941, 280 n. 73 et Bengtson, commentaire à SV2, 328 (Tod, 168) d’après Démosthène, Rhodiens, 19 concluent que les Mytiléniens ont quitté l’alliance en même temps qu’ils changeaient de régime. Comme le note à juste titre Cargill 1981, 95 n. 39, la lettre d’Isocrate, 8.7, adressée aux oligarques de Mytilène (les destinataires sont les ἄρχοντες et non le dèmos) affirme que l’orateur a toujours œuvré en leur faveur et celle des autres alliés (ὑμῶν καὶ τῶν ἄλλων συμμάχων). Il ne doit pas y avoir de doute sur le fait qu’au moment où elle est écrite, l’appartenance à la ligue n’a pas été dénoncée. La date de cette lettre n’est pas clairement fixée Mathieu, CUF p. 173 propose soit les années 353 ou 352 soit 349 ou 348. La recherche de la cohérence de l'ensemble des documents invite à proposer 350 ou 349. La conclusion que les oligarques sont resté fidèles à l’alliance paraît pouvoir être encore confortée par Démosthène, Org. fin., 8 : "la démocratie succombe à Mytilène ; vous vivez tranquilles, et celle de Rhodes est détruite ; elle était votre ennemie dira-t-on...”. Manifestement pour Démosthène les deux cités ne sont pas dans une situation identique.

77 Supra p. 350 sq. Sur l’ordre des événements, cf. Glotz, loc. cit.

78 Brun 1988, développe l’idée, peut-être un peu trop subtile, que la mention des syntaxeis de Lesbos, pourrait masquer le fait que celles-ci sont perçues sur toutes les cités sauf Mytilène.

79 Démosthène, C. Boiotios, 36-37.

80 Phaidros est l’un des promoteurs du décret Tod, 168 (IG, II2, 213 ; Syll.3, 205 ; SV2, 328) : cf. Pistorius 1913, 154 ; Judeich 1892, 295 sq.

81 Clavaud, 16, pense que ce discours dont nous avons seulement le prologue 36 (37 Bekker) est à placer à la même époque et dans la même ambiance que Rhodiens. Il voit la main de Mausole dans l’oppression de la démocratie à Mytilène. Comme nous l'avons noté supra n. 74, il n’y a aucune preuve d’une intervention aussi septentrionale de la part du Carien.

82 Brun 1983, 80 sq.

83 E.g. Cawkwell 1978, 92 sq.

84 Buchholz 1975.

85 Tod, 122 = IG, II2, 42 (supra p. 285).

86 Isocrate, Lettre 7, 8 sq. le cite en exemple à Timothée, fils de Cléarchos tyran d’Héraclée du Pont (supra p. 301). A comparer au qualificatif retenu par Tod, 170 : ἀνὴρ ἀγαθός. En revanche Athénée 10.442 sq ; 443 a, attribue à Théopompe (FGrHist, 115, F219) un jugement nettement moins favorable, mais on sait que ce dernier n’était pas spécialement philo-athénien.

87 Le développement de la piraterie, dont le décret Tod, 170 (Syll.3, 263 ; IG, II2, 284) est l’une des preuves, paraît lié à l’affaiblissement de la flotte athénienne ; cf. encore Ps.-Démosthène, Halonnèse, 15, qui souligne l’utilisation que Philippe peut faire de cette situation.

88 Cargill 1981.92.

89 Polyen 5.44.3 ; cf. Buchholz 1975, 149.

90 Arrien, An., 3.2.4.

91 Infra p. 457 sq. n. 265 sq.

92 Tod, 191 (entre autres éditions IG, XII.2, 526 - XII.Suppl., p. 65 sq. ; IJG, II, XXVII, p. 161 sq. ; OGIS, 8). En dernier lieu Heisserer 1980, 27-78 ; Brun 1988b, 253-261.

93 Tod, 1948, 258.

94 Supra p. 284.

95 Griffith in Hammond & Griffith 1979, 720 sq., discute la date et propose 340 ou 339. Pistorius 1913, 60 sq. et 120 sq., après avoir évoqué trois dates possibles : 350 (Première Philippique) ; 343 (sur l’Halonnèse) ; 340, en relation avec les événements de Périnthe et de Byzance, avait pour sa part retenu la seconde.

96 Plut., Mor., 1126 f (cf.. 1097b) précise que Théophraste a contribué deux fois à l'élimination de la tyrannie (entre 338 et 336 et plus tard au cours des procès de 332) ; Diogène Laërce 5.45 et 50 ; Élien, HV, 4.19 ; cf. Heisserer 1980, 73-76 ne croit pas à cette intervention qu’il juge trop précoce.

97 Ps.-Démosthène, Traité Alex., 7 : l’auteur de cette harangue laisse entendre que la majeure part sinon la totalité de Pile de Lesbos était tenue par des tyrans ; ces régimes ont été renversés à Antissa et Érésos où ils étaient établis avant la Paix (c’est-à-dire le renouvellement de l’alliance de Corinthe). Infra p. 467 sq.

98 Plut., Mor., 1126c ; est-il bien assuré qu’il s’agisse d'une tyrannie comme le pense Pistorius ?

99 Ps.-Démosthène, C. Polyclès, 53-54.

100 Ps.-Démosthène, C. Théocrinès, 35 datable de 345-342 ; IG, II2, 232,1. 7, en 339.

101 IG, II2, 233 ; Syll.3, 256 ; Tod,175 ; Migeotte 1984, 23-25 no 2.

102 Démosthène, Cour., 302.

103 Ainsi Diophantos, dont la Lettre 8, 8 d’Isocrate nous informe incidemment qu’il se trouve en Asie, on ne sait au service de quelle cause (Hermias ?).

104 Kienitz 1953, 170 sq.

105 Diod. 16.44 ; 47 etc.

106 Sordi 1959, 107-118.

107 Supra p. 401.

108 Six 1884, 97-159 ; Berve 1926, 243-244, no 484.

109 Newell 1919, 1-15 ; Mildenberg 1990-1991, 9-23 ; Le Rider 1997, 154-155.

110 Cf. à titre de comparaison les bijoux scaraboïdes, Boardman 1970 no 909 ; 1975 no 97 et les monnaies de Pumiathon roi de Kition (cf. Destrooper-Georgiades 1993, 249-259). Certains y voient la preuve d’une intervention de Mazaios à Chypre, cf. par exemple Bing 1998, 67 n. 75).

111 SNG Levante 107-112 (108 = Pl. X, 4) carré au revers ; Cap. 305-307 ; von Aulock 5953-5956 ; France 2 312-329 (320 = Pl. X, 5) ; variante de revers, Mildenberg 1990-1991, pl. 2-4 ; cf. Le Rider 1994, 16.

112 Eg. Boardman 1970 no 935 ; cf. Bing 1998, 67 et notes.

113 Pl. VII, 3-4.

114 SNG Levante 100-106 ; Cop. 308-313 ; von Aulock 5957-5960 ; France 2 330-353 ; Mildenberg 1990-1991, pl. 2-5 ; vente Athena 1987, 137 (= Pl. X, 3). Bon nombre de ces monnaies proviennent d’un trésor dispersé aux États-Unis (cf. Bing 1998, 63 et 73). La tête radiée de Baaltars en fait à l’évidence un dieu solaire, le syncrétisme avec Zeus est facile.

115 SNG Levante 113-115 (114 = Pl. X, 6) ; Cop. 314 ; von Aulock 5961 sq. ; France 2 354-360 ; Mildenberg 1990-1991, pl. 2-7.

116 Supra p. 163.

117 Cf. à ce sujet la monnaie émise à Hiérapolis, Lemaire (Istanbul), au nom de MZDY “en charge de la Transeuphratène” (Bordreuil 1996, 27-30). Sur cette légende, Mildenberg (Istanbul).

118 Babelon 1910, 459-460 ; déjà Six 1884, 137.

119 Xén., An.. 1.4.4.

120 Bien différent par exemple de la disposition circulaire sur les monnaies de Datamès, supra Pl. IX, 14.

121 SNG Levante 185-188 (185 = Pl. X, 7) ; France 2 433-434 ; Mildenberg 1990-1991, pl. 2 no 11-12. Cf. le très bel exemplaire de revers, BMC Cilicia, pl. XXXI, 3. Sur certains exemplaires : variantes, ligne de sol à la place du croissant et pas d’étoile (ibid. 432-434).

122 Boardman 1970b no 878.

123 SNG Levante 191 ; France 2 435.

124 SNG Levante 189 (Pl. X, 9) - 190.

125 Newell 1919, 1-42.

126 Cf. supra p. 339. Selon Babelon 1910, 471 sq, cette série aurait été émise en Syrie et à Babylone avant 331 ; il admet implicitement qu’il s’agit de la dernière émission de Mazaios fidèle au Grand Roi.

127 Mildenberg 1990-1991, pl. 3 no 13 ; Levante Suppl. I 28 (= Pl. X, 8).

128 Parmi les trois monnaies que Levante attribue à nouveau à Myriandros (Levante Suppl. I 26-28) seul le no 27 porte explicitement le nom de Mazaios. Elle se distingue par l’absence du thymiaterion et l’indication d’une ligne de sol figurée par un grènetis sous les pattes du lion marchant à gauche.

129 SNG Levante Suppl. I 26 (Pl. X, 10) où il est souligné que le nom du satrape n’est pas indiqué ; cf. aussi France 2 422-424 ; Mildenberg 1990-1991, pl. 3 no 14 ; Gulbenkian 815.

130 E.g. SNG France 2 425, avec Baaltars comme dans X, 10, la coiffure est légèrement différente, revers comme dans X, 8.

131 Autre argument : la lettre T sous le siège de Baal sur l’exemplaire SNG Levante 186. Bing 1989 propose (à tort semble-t-il) Issos. Harrison 1982a, 361-370 exclut Myriandros mais suggère un site inconnu à l’intérieur des terres. Tarse pour Mildenberg 1990-1991, 12-13.

132 Mildenberg 1990-1991, pl. 3 no 20.

133 Babelon 1910, 475-478. Confirmation par les trésors, Mildenberg 1990-1991, 15-16 (bibliographie) et pl. 3, 18-19.

134 Cf. Pl. X, 3.

135 Pl. X. 8.

136 SNG France 2 421, Pl. VIII. 13.

137 Harrison 1982a, 355 à partir de Diod. 16.40.6.

138 En notant une fois encore en contrepoint les propos d'Isocrate, Phil, 102 : "En outre les régions de Chypre, de Phénicie, de Cilicie. et de tout ce pays d'où les Perses tiraient leurs flottes, appartenaient alors au Grand Roi. maintenant elles l’ont abandonné ou sont en proie à la guerre et à de tels malheurs...".

139 Harrison 1982a. 350 sq. est tentée de proposer une date encore plus basse (peu avant 350).

140 Elayi 1989, 218 ; cf. aussi Harrison 1982a, 348-349 ; Briant 1996, 702.

141 Faut-il comme le comput babylonien, compter une année supplémentaire d'accession ? Cf. e.g. Varinlioglu et al. 1990, 73 sq.

142 Babelon 1910.581 sq.

143 Grayson 1975, 114 no 9, cité par Briant 1996, 702.

144 Elayi 1989.

145 Le Rider 1997, 160.

146 Briant 1996, 702.

147 Diod. 16.42.2.

148 Cette distinction faite me paraît indiquer que Mazaios est doté d’un commandement du type de ceux de Tiribaze, Pharnabaze, Datamès, en plus de son titre satrapal (contra Le Rider 1997, 156 ; cf. aussi Briant 1996, 352-353). Casabonne 1995, 165 pense que la nature du pouvoir de Mazaios est semblable à celle de ses prédécesseurs, c’est-à-dire qu’il n’est pas à ce moment satrape de Cilicie.

149 Elayi 1989, 232 n. 163.

150 Le Rider 1997, 160 évoque cette hypothèse sans la retenir ; Leuze 1935, 386-387 propose de dater le cumul de 345/344 ou 344/343.

151 Malgré Babelon 1910, 461 sq. et dans le même sens, Kraay 1976, 284. Contra Harrison 1982a, 352 no 20 pour laquelle la plupart des monnaies d’“Arsamès” ont été émises par Balakros. Bordreuil 1996, 29 en fait un subordonné de Mazaios.

152 Berve 1926, 81 sq. no 149 ; cf. Babelon, note précédente et aussi Bosworth 1980a, e.g. 325. Tous font de lui un satrape de Cilicie. Weiskopf 1982, 495-498, soutient avec des arguments de poids (en particulier le fait que tous les officiers qui participent à la bataille du Granique relèvent des satrapies de Sardes et de Daskyleion, et aussi la possible appartenance d’Arsamès à la lignée de Pharnakès) que la présence d’A. en Cilicie était purement conjoncturelle et liée à une fonction militaire - cette hypothèse suppose que l’on écarte le témoignage de Quinte-Curce. C’est pourquoi je me rallierai en dernière analyse au point de vue de Leuze 1935, 403-405 et de Atkinson 1980, 138, qui le subordonnent à Mazaios en Cilicie. Rien ne s’oppose à ce que cette “promotion” tardive ait pour objet de structurer la défense de la région en réponse à l’avance d’Alexandre.

153 Arrien, An., 2.4.5.

154 Arrien, An., 2.11.8 (cf. 1.12.8) ; Diod. 17.19.4 mentionne un Arsaménès (sic) qui commande sa propre force de cavalerie au Granique. Il le qualifie de satrape, sans indication de lieu. On a pu noter combien l’emploi de ce terme chez cet auteur était sujet à caution.

155 Quinte Curce 3.4.3.

156 Str. 13.4.3.

157 La distance qui sépare ces deux cités amène à s’interroger sur l’étendue du territoire contrôlé par Hermias et avant lui par Euboulos. Le fait qu’Hermias ait pu en dernier ressort trouver un certain nombre d’alliés en particulier en Ionie (cf. par exemple Érythrées) ne préjuge pas qu’il avait personnellement mis la main sur un ensemble de cités constituant une véritable principauté. Un certain nombre d’indices (en particulier les tribulations d’Aristote auprès d’Hermias) laisseraient plutôt supposer qu’Assos et Atarnée constituaient l’essentiel de son domaine.

158 Arist., Pol., 2.1267a.

159 Supra p. 296.

160 Leaf 1915, 167-168 : 1923, 295-300.

161 Bogaert 1968, 240 sq.

162 FGrHist, 115, F291. Cf. Shrimpton 1991, 125-6 ; Flower 1994 205-207

163 Düring 1957, 272-283.

164 Diogène Laerce 5.3.

165 Statue et épigramme à Delphes : Diogène Laërce 5.5 ; hymne à sa mémoire : Athénée 15.696a-d.

166 Düring 1957, 462, supra p. 267. Il semble aussi concerné par l’ancienne chôra de Mytilène, cf. Shrimpton 1991, 125-126 ; Flower 1994, 87.

167 IK, 1-Erytitrai, 9 = Tod, 165, à rapprocher de FGrHist, 115, F 291, προεπηλάκισε πλείστους Ἰώνων, “il circonvint la majeure part des Ioniens”.

168 Diod. 16.47.2 ; supra p. 153.

169 Supra p. 123 ; en dernier lieu pour la campagne d’Autophradatès contre Datamès, supra p. 364 n. 482.

170 Diod. 16.44.4.

171 Supra p. 129 (Strouthas).

172 Supra p. 153.

173 Ces mercenaires lui ont été fournis par le roi d’Égypte.

174 Diod. 16.50.8. Noter dans le camp adverse, parmi les principaux chefs des mercenaires recrutés par Nectanebo, Kleinias de Cos qui est tué au cours des premiers engagements (Diod. 16.48.5).

175 Diod. 16.52.5-8.

176 Chroust 1972, 170-176.

177 C’est de cette période de la vie d’Aristote que datent les traités “zoologiques”, Histoire des animaux ; Les parties des animaux ; cf. les introductions de Louis aux volumes de la CUF, et 1948, 91-95 ; Chroust 1972, 171 et n. 4.

178 Diogène Laërce 5. 27.

179 Diogène Laërce 5.6 ; Didyme 6.36 sq. ; cf. Foucart 1907.

180 Diod. 16.52.6-7.

181 Diod., loc. cit. ; même histoire chez Polyen 6.48.

182 Didyme 5.64 sq. ; cf. Démosthène.4e Phil., 32.

183 Démosthène, 4e Phil., 32 ; cf. Judeich 1892, 298 ; Kahrstedt 1910, 10 sq.

184 Plutôt que d’admettre l’hypothèse “mercantiliste” de Leaf 1923a, 299, pour qui il s’agit de “banking partners” ; pour Tod 1948, 189 sq. (commentaire au no 165), c’étaient des “chief officers”.

185 Diod. 16.52.4.

186 Les motivations en sont discutées. Griffith in Hammond & Griffith 1979, 568, propose d’y voir une action fondamentalement anti-athénienne : il bloque ainsi le trafic de la mer Noire. Cette dimension existe indubitablement mais elle n'est pas la seule comme pourrait le faire croire l'athénocentrisme de nos sources. Toute la politique de Philippe n’a pas pour but unique de nuire à Athènes ; l’expansionnisme est un phénomène autoreproducteur bien connu à toutes les époques. La réduction à merci d’anciennes alliées comme Olynthe relève du même processus.

187 Griffith in Hammond & Griffith 1979, 574 n. 2.

188 Cf. supra pour Rhodes.

189 Diod. 16.77.2. Frontin, Strat.. 1.4.1.3a, ne mentionne que Chios et Rhodes. Cf. aussi le décret fragmentaire IG, II2, 234.

190 Supra p. 9-10.

191 Ps.-Démosthène, Rép. Phil., 5.

192 Diod. 16.75.1-2. Il tenta aussi vainement de faire aider l’Athénien Diopeithès en Chersonnèse (en 341 ou 340 ?) par les Perses : Arist., Rhét., 2.1386 a 13 (les subsides arrivent après la mort de ce dernier, cf Glotz & Cohen 1936,334).

193 Arrien, An., 2.14.2.

194 Ibid. 5.

195 Paus. 1.29.10.

196 Sur ces événements, cf. Griffith in : Hammond & Griffith 1979, 580 qui pour sa part donne une version peu crédible des faits. L’idée développée là d’une paix séparée avec Rhodes, Chios et Cos s’appuie implicitement sur Démosthène 18.234 (où il est indiqué de façon quelque peu rhétorique qu’Athènes ne peut compter ni sur Chios, ni sur Rhodes) et plus explicitement sur Frontin, Strat., 1.4.13a où il est question de vaisseaux de Rhodes et Chios mais d’une paix séparée seulement avec Byzance. Cf. aussi Diod. 16.77.2, une version des événements qui paraît presque totalement erronée.

197 Badian 1966, 37-69 (cf. 39-43). Sur les circonstances de l’expédition, Ruzicka 1985, 84-95.

198 Diod. 16.89.2 ; Justin 9.5.

199 Diod. 16.91.2 ;cf. 17.2.4 ; 5-6.

200 Polyen 5.44.4.

201 Badian 1966, 41 ; aussi Cawkwell 1978, 177. Dans un sens différent Glotz 1941, 378 et encore McCoy 1989, 424. Il suffira de se reporter à la carte 13 pour trancher en faveur de la localité la plus septentrionale.

202 L’histoire de Magnésie aux hautes époques est impossible à établir. Ihnken 1978, réunit les maigres informations concernant la localité. Pour le vie s. quelques graffiti en Égypte ; pour le ve s. les propriétés particulières d’une source (Hellanikos de Lesbos) — il ne retient pas le texte de Polyen. La place forte où se retire Parménion après l’affrontement a de bonnes chances d’être le chôrion de Palaimagnésia de OGIS, 229 1. 94 où sont cantonnés les Perses d’Omanès en 245 a.C. (cf. aussi le commentaire de Ihnken, p. 114 sq) supra p 195

203 Diod. 17.5.3.

204 Diod. 17.7.3.

205 Kaiser-Raiss 1984, 27-53, propose de reconnaître Philippe II sur les statères d’électrum von Fritze no 199 (Zeus lauré) qui, selon elle, auraient été frappés à l’époque de l’expédition de Parménion mais cf infra p. 484.

206 Diod. 17.7.8 ; Polyen 5.44.5. Badian 1966 date cette action de juillet 335.

207 Badian 1966.

208 Supra p. 189.

209 Note à l’édition de Diodore, coll. Loeb, p. 137 n. 5, relevé par Badian 1966.

210 Tarn 1948, 219.

211 Sur la présence de mercenaires en nombre pour cette campagne, cf. Griffith in Hammond & Griffith 1979, 438 sq.

212 Keil 1950, 1841-1843.

213 Sur ce personnage, supra p. 158.

214 Diod. 17.7.10, cf. carte 6 p. 240 ; Cook 1973, 79 sq.

215 Il semble que l’on peut inférer cela du point de départ de l’expédition d’Alexandre, Arrien, An., 1.11.6.

216 Badian 1966,40.

217 L’expédition d’Alexandre ne passe pas d’avantage par la zone côtière, puisqu’il envoie après la reddition de Sardes un détachement pour prendre possession des domaines de Memnon, probablement en Éolide, infra p. 434.

218 Arrien, An., 1.17.10 ; supra p. 388.

219 Arrien, loc. cit., on sait la polyvalence du terme hieron. Il serait plus prudent de le traduire ici par sanctuaire plutôt que par temple. La nuance est ici primordiale si l’on songe au nombre et à la diversité des documents qui étaient érigés dans le temenos des dieux. En ce sens il est abusif de dire que Philippe est le synnaos d'Artémis.

220 Infra p. 470.

221 Diod. 16.92.5 ; 95.1 : τοῖς δώδεκα θεοῖς σύνθρονος.

222 Arrien, An., 1.17.9.

223 OGIS, 284 : Érythrées connaît successivement la tyrannie puis un premier épisode démocratique, le retour de l’oligarchie puis une deuxième démocratie. Badian 1966, 62 n. 19, se demande si la première démocratie n’aurait pas pu être établie au moment de l’expédition de Parménion.

224 Badian 1966, 43.

225 Malgré Bosworth 1980, 107 sq., suivi par McCoy 1989, 424, je ne vois pas de raison de situer le stratagème concernant Lampsaque (Ps.-Arist., Éc., 2.1351b 1) à ce moment de la présence de Memnon en Troade ; comme pour l’éditeur de la CUF, il me semble que la période de prise en main de la satrapie par Artabaze convient mieux.

226 Arrien, An., 1.12.6 ; infra p. 430.

227 Cf. Ellis 1976, 229 ; Bosworth 1980, 100. Point de vue différent d’Anson 1989, 47, qui soutient que les Macédoniens contrôlaient la rive européenne de l’Hellespont mais aussi la majeure partie de la rive asiatique, Lesbos (mais cf. supra p. 409). Le seul port important de la région leur échappant, étant Lampsaque. Il me semble qu’Anson sous-estime la capacité de ces cités à changer de camp.

Table des illustrations

Légende Carte 13 : La campagne asiatique de Parménion.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540