Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Deuxième partie. Conflits et enjeux de pouvoir (412-423 a.C.)

Chapitre IX. Mausole et la guerre des alliés

La révolte d’Artabaze (357-352)

Texte intégral

  • 1 Str. 14.2.23.
  • 2 Cf. Aristophane, Oiseaux, 292 sq.
  • 3 Debord & Descat éd. 1994 : contributions de L. Karlsson, A. Peschlow, E. Varinlioglu, R. Descat, P. (...)
  • 4 Akarca 1971, 1-37.
  • 5 A Berber mi, plan dans Akarca 1971, cf. Bean 1980, 124 et pl. 4.
  • 6 Athénée 8.348a. La période de floruit de Stratonikos est généralement datée de 410-360 (Maas 1931 3 (...)
  • 7 Ruzicka 1979, 59.
  • 8 La date de ce transfert n’est pas connue, on sait seulement qu’il a eu lieu pendant le règne de Mau (...)
  • 9 Vitruve, De arch., 2.8.10 sq.
  • 10 Hornblower 1982, 298 à partir d’Isocrate, Évag., 47 : “Il recueillait une ville livrée à la barbari (...)

1A l’accession de Mausole au pouvoir en 377, il paraît clair que même si l’ensemble carien a été concédé en totalité, sans doute dès 391, par le pouvoir central aux Hékatomnides, ces derniers s’appuient d’abord sur la plaine de Mylasa1. Pour les Grecs2, les Cariens habitent sur des hauteurs. Une étude du terrain confirme tout à fait ce point de vue. Les points fortifiés, dont on peut faire remonter l’aménagement à l’époque hécatomnide, y sont plus nombreux qu’ailleurs3. Avant l’établissement d’une agglomération de type grec dans la plaine, à Mylasa, la région était contrôlée par un dynaste puissant qui tenait les forteresses de Peçin Kale4, de Kuyruklu Kale et sans doute d’autres. C’est probablement à lui que l’on doit la tombe rupestre d’ordre dorique, unique en son genre, proche de Mylasa5. Il est assez tentant de penser que la “descente” à Mylasa est due à Hékatomnos. Selon Vitruve, Mausole y est né mais on pensera surtout à Athénée6 qui relate la visite du harpiste Stratonikos à Mylasa. L’anecdote telle qu’elle est rapportée suppose qu’il y a déjà là des temples mais peu de population7. Il va être donné à Mausole d’accroître notablement les territoires contrôlés directement et de déplacer le centre de gravité de la Carie par l’établissement de sa capitale à Halicarnasse8. Ce mouvement, auquel on a voulu parfois donner une signification liée à la conjoncture politique, en quelque sorte une réponse à l’impérialisme agissant d’Athènes, peut être perçu aussi comme la manifestation d’une rupture avec la tradition “perse”. En effet nous avons vu plus haut qu’elle considérait le monde d’un point de vue continental, ce qui se traduisait par l’implantation des centres du pouvoir satrapique à Sardes, Daskyleion et probablement Magnésie. Cette “course à la mer” donne une nouvelle coloration au pouvoir carien. Les motivations que Vitruve9 attribue à Mausole sont identiques à celles des fondateurs des cités grecques : “Car ce roi, quoiqu’il fût né à Mylasa, ayant remarqué que la ville d’Halicarnasse était située dans une position naturellement fortifiée et offrait un emplacement commode et avantageux pour le commerce ainsi qu’un fort bon port, résolut d’y fixer sa résidence”. S. Hornblower10 propose de rapprocher cette situation de celle de Salamine de Chypre “transformée” par Évagoras et qui, de ville orientale, devient ainsi une véritable cité grecque. En tout cas, quelles que soient ses motivations profondes – sans doute pas univoques – ce transfert eut une double conséquence.

  • 11 On lira en ce sens l’hypothesis de Libanios à la harangue de Démosthène, Sur la liberté des Rhodien (...)

2Dans un premier temps, pour les cités insulaires de la région il apparaît qu’il y a désormais conjonction d’intérêts et d’appréciation autour de l’“axe paralien” de Byzance à Rhodes, en rappelant les déplacements symétriques de Cos et d’Halicamasse et aussi le rééquilibrage urbain de Cnide. Cette convergence débouche dans l’immédiat sur la Guerre des alliés. Mais ces rapprochements n’entretiennent que de façon temporaire les illusions des cités. Dans un deuxième temps, en fonction de la nature profondément différente du pouvoir hékatomnide, on assiste à l’assujettissement des insulaires par celui en qui elles avaient pensé trouver un allié aux préoccupations semblables aux leurs11.

  • 12 Nous avons vu plus haut que Mausole entretenait de bons rapports avec certains Grecs, ainsi par exe (...)

3Cela peut aussi expliquer le comportement de certains Athéniens, en particulier dans la mouvance d’Isocrate, qui ont peut-être cru que l’effort des Hékatomnides vers la norme grecque laissait espérer la possibilité d’une alliance contre le pouvoir central. Il s’agissait là encore d’une illusion que ni Mausole ni ses successeurs n’ont permis de concrétiser12.

1. La guerre des alliés

  • 13 Cargill 1981.
  • 14 Cargill 1981. Il convient évidemment de rajouter les travaux dont l’auteur n’a pu avoir connaissanc (...)

4Depuis quelques années, la question de la responsabilité de chacun dans ce conflit est de nouveau à l’ordre du jour. On se demandera s’il ne s’agit pas là d’un problème mal posé dans la mesure où il serait plus important de savoir quelle a été la perception par les contemporains de ces événements. Or il nous faut extrapoler à partir essentiellement du discours de Démosthène, Sur la liberté des Rhodiens composé en 351, c’est-à-dire à un moment où l’issue du conflit et ses conséquences pour les cités insulaires sont connus. Il s’agit là d’un témoignage précieux mais qui ne nous donne qu’une facette d’événements complexes que les modernes traitent souvent de façon manichéenne, en rejetant la faute soit sur l’impérialisme athénien soit sur les manœuvres de Mausole. La thèse de J. Cargill13 permet de faire commodément le point sur l’historiographie de la question14.

  • 15 Marshall 1905.
  • 16 Marshall 1905, 109 sq.
  • 17 Accame 1941, 181.
  • 18 Ryder 1965, 89.
  • 19 Glotz & Cohen 1941, 188 sq. ; e.g., p. 194 : “Ainsi l’empire tend à devenir un terrain d’exploitati (...)
  • 20 En une vision moralisante selon laquelle “hybris brings disaster”.
  • 21 Cargill 1981 et les comptes-rendus de Hornblower 1982b, 235-9 ; Sherwin-White 1982, 269-271, élogie (...)
  • 22 Cargill 1981, 155, réfute l’idée que les critiques émises tout au long de La Paix s’adressent à la (...)
  • 23 Démosthène, Rhodiens, 19 ; Arist., Pol., 5.1304b. Cf. le c.r. de Sherwin-White cité supra n. 21.

5Comme le souligne ce dernier, depuis F. H. Marshall15 pour lequel “les causes de mécontentement qui existaient dans la confédération étaient nombreuses et sérieuses”16, une majorité d’auteurs comme S. Accame17 ou T. T. B. Ryder18 concluent, avec quelques nuances, à la responsabilité athénienne (même observation pour G. Glotz-G. Cohen)19. Pour J. Cargill, cela repose sur le fait que les modernes n’échappent pas à la facilité par un parallèle inadéquat avec les développements de la Ligue de Délos20. Ses propres conclusions sont radicalement différentes. Son livre est une défense et illustration de la conduite athénienne21. L’idée maîtresse est que la Guerre sociale est en fait une guerre égéenne, aux implications beaucoup plus larges que la sécession de quelques alliés d’Athènes. Cette révolte n’est qu’un aspect d’un conflit où sont impliqués Mausole et déjà Philippe II. Beaucoup de membres de la Ligue sont restés fidèles pendant et après les opérations militaires. S’il y a responsabilité athénienne, elle incombe en totalité à Charès et à ses soutiens politiques comme Aristophon d’Azenia22. En revanche Cargill souligne le rôle de l’or perse, qui permet d’acheter les consciences des politiciens, mais qui est aussi un moyen d’existence pour un grand nombre de mercenaires. Il insiste enfin sur le caractère oligarchique de cette révolte23.

  • 24 Diod. 16.7.3 retient 358/357 comme date du début de la guerre sociale et lui assigne une durée de t (...)
  • 25 Cargill 1981. 154.
  • 26 Diod. 16.7.3 sq.
  • 27 Démosthène, Rhodiens, spécialement § 3.
  • 28 “Charès avait été envoyé pour asservir Amphipolis... croyant qu’il s’en emparerait facilement... il (...)
  • 29 Judeich 1892, 285 ; Glotz & Cohen 1941, 196.
  • 30 Démosthène, Rhodiens, 15.
  • 31 Cawkwell 1981, 52 sq., s’interroge sur le déclenchement de la Guerre sociale ; son point de départ (...)
  • 32 Toujours en conflit larvé avec Athènes depuis la fin des années 360 (supra).

6Pour rester dans notre cadre géographique, il est assez clair que le déclenchement des hostilités a lieu à Chios, probablement en 357/35624. Pour J. Cargill, il est impossible de préciser les causes immédiates du conflit et il faut dire que les sources conservées sont particulièrement indigentes sur ce point25. Diodore26 nous installe d’emblée dans le vif du sujet : il y a la guerre, Charès et Chabrias se rendent à Chios où ils rencontrent non seulement les forces attendues de la cité mais aussi des renforts venus de Byzance, Rhodes, Cos et même de Mausole. Démosthène, dont nous avons vu plus haut que son discours rhodien était notre source principale27, n’a pas en 351 comme objectif de décrire des événements supposés connus de tous et n’apporte aucune précision. C’est en s’appuyant sur l’argument anonyme du Sur la Paix d’Isocrate28 que G. Glotz-R. Cohen, développant une idée de W. Judeich29, ont élaboré une hypothèse séduisante. Charès avait été chargé de capturer Amphipolis mais les finances d’Athènes étaient dans une période difficile : il décide, ou on lui enjoint, de faire d’abord une “tournée incitative” chez les alliés pour percevoir le montant de la syntaxis indispensable pour payer ses équipages. Selon Démosthène30, les Athéniens n’ont fait que réclamer ce qui leur était dû. Le membre de phrase est ambigu et a suscité des commentaires divergents chez les modernes, mais l’idée qu’il s’agit de la contribution non acquittée des insulaires paraît devoir emporter l’adhésion31, d’autant que la révolte et l’échec de la perception amènent Charès à se mettre au service d’Artabaze avec comme but avoué le versement de la solde (infra). En effet, les Chiotes ne sont pas décidés à payer, ils ont reçu des renforts de Byzance32, de Rhodes, de Cos. L’axe nord-sud dont nous notons si souvent le fonctionnement se trouve ainsi reconstitué. Ils sont également aidés par Mausole.

  • 33 Diod. 16.7.3.
  • 34 Démosthène, Rhodiens, 3 : ὁ μὲν πρυτανεύσας ταῦτα mi πείσας Μαύσωλος.
  • 35 Cargill 1981, 153 ; concluant aussi à la responsabilité de Mausole, Sealey 1976b, 440.

7Le rôle véritable de ce dernier a suscité des commentaires divergents et cela dès l’Antiquité. Pour sa part, Diodore33 se contente d’indiquer qu’il a aidé les rebelles alors que Démosthène34 lui attribue un rôle beaucoup plus actif : “Mausole, par son initiative et sa persuasion...”. C’est sur ce membre de phrase que J. Cargill appuie son argumentation35, alors qu’un certain nombre de modernes ont plutôt privilégié la première phrase du paragraphe : “Chios, Rhodes et Byzance nous ont accusé de mauvais desseins à leur égard et c’est pour cela qu’elles ont d’un commun accord suscité contre nous la dernière guerre”. Comme le note J. Cargill, cette accusation est implicitement rejetée par Démosthène, mais il n’en reste pas moins, qu’à tort ou à raison, elle a été portée par les alliés.

  • 36 Cawkwell 1981b, 41 discute la participation de chacun. Il part du postulat que la flotte d’Épaminon (...)
  • 37 Supra p. 296 n. 156.
  • 38 Supra p. 205 n. 17.
  • 39 Hornblower 1982, 21 (cf. p. 127) qui s’appuie 1) sur le témoignage indirect de L. Lanuvinus évoquan (...)
  • 40 Cf. Sherwin-White 1978, 73 n. 224 : une épigramme (Paton & Hicks 1891, 350) honore les gens de Cos (...)

8Pour mesurer la façon dont chacun est impliqué dans le conflit, il faudrait au moins savoir quelles forces ont été mises en œuvre par les membres de cette nouvelle alliance36. Nous avons vu plus haut37 qu’au moment de la révolte d’Ariobarzane en 366/365. Mausole disposait de cent trières et que ces dernières avaient été fort peu engagées dans les combats. Quelques dix ans plus tard, nous n’avons pas d’information sur le nombre total de ses navires, ni même le contingent envoyé à Chios. Cette dernière dispose évidemment de navires38 et d’une grande expérience en matière de marine. L’apport de Rhodes semble avoir été important. Il faut raisonner sur des continuités historiques : si la flotte rhodienne paraît encore assez faible dans la première moitié du ive s., elle est l’une de celles qui comptent dès la fin des années 330 et ce domaine est rarement celui de l’improvisation. A vrai dire pour la période considérée les preuves sont minces. Il convient de noter cependant que pour certains contemporains la Guerre des alliés a été perçue comme une guerre entre Athènes et Rhodes39. Cos est censée avoir elle aussi envoyé un contingent40.

  • 41 Diod. 16.7 ; Démosthène, Leptine, 80.2 ; Cornelius Nepos, Chab., 4 ; Plut., Phoc., 6.1.
  • 42 Diod. 16.21.2.
  • 43 La clérouquie à Samos a été renforcée en 361/0 (schol. Eschine, Timarque, 53), elle le sera à nouve (...)
  • 44 La situation de Samos au cours de la guerre des alliés n’est pas complètement éclaircie. Pour Diodo (...)
  • 45 Diod. 16.21.3-4 situe cet affrontement dans l’Hellespont dans le contexte du siège de Byzance. Appa (...)
  • 46 Diod. 16.22.2.
  • 47 D’où l’idée que la révolte d’Artabaze et la Guerre Sociale font bien partie d’un même échiquier mil (...)
  • 48 Démosthène, Cour., 234 : au moment où la tension monte avec Philippe II, Démosthène relève que la r (...)

9La seule indication globale que nous ayons est le nombre total des vaisseaux (cent unités) utilisés pour mettre à mal les clérouquies athéniennes après la défaite à Chios (infra) et l’importance des contingents mis en œuvre par Athènes pour tenter de s’opposer aux rebelles. Charès et Chabrias mettent le siège devant Chios par terre et par mer, mais au cours d’un engagement naval, Chabrias est tué41 et Charès doit se retirer. Cet échec a dû être suivi d’un certain nombre de défections volontaires ou forcées et les vainqueurs s’en prennent aux clérouquies42, preuve s’il en était besoin que ces dernières représentent pour les ennemis d’Athènes le symbole de la domination athénienne43. Imbros et Lemnos sont razziées, un fort contingent ravage la chôra de Samos et met le siège par terre et par mer devant la ville44. Athènes équipe une nouvelle flotte de soixante navires sous Charès, Timothée et Iphicrate mais les divergences entre les généraux entraînent un nouvel échec à Embata45. Pour pouvoir payer ses troupes Charès loue ses services à Artabaze. Après un premier succès contre Tithraustès (ci-dessous § 4), il doit se retirer devant la menace du Roi d’engager contre les Athéniens une flotte de trois cents navires et Diodore46 lie la fin du conflit avec les alliés à cette injonction47, soulignant aussi que des deux côtés on souhaite la paix, une paix de statu quo. Athènes sort évidemment affaiblie de ce conflit et cela va peser lourd dans la suite de son histoire48, mais on ne peut pas considérer le sort des insulaires comme beaucoup plus enviable : loin d’accéder à l’eleutheria tant recherchée, ils tombent sous la coupe des Hékatomnides.

2. Les insulaires

  • 49 Mais cf. supra n. 145 p. 295 ; Ruzicka 1979, 104, attribue cette mutation à l’influence de Mausole.
  • 50 Arist., Pol., 5.1304b 25 ; cf. Sherwin-White 1978, 73 suivie par Hornblower 1982, 134. Aucun élémen (...)
  • 51 Hornblower 1982, 134.
  • 52 Démosthène, Rhodiens, 27.

10Au moment du déclenchement des hostilités, il semble bien que certains des insulaires qui se déclarent contre Athènes sont gouvernés par des factions démocratiques. C’est probablement le cas de Cos, dont le synoecisme, pourtant généralement perçu comme une mesure conservatoire face à la menace athénienne, a plutôt été le fait de démocrates49. Il est possible que la Guerre sociale ait servi de prétexte à une révolution oligarchique, celle qui est évoquée par Aristote50. Dans ce cas, comme le note S. Hornblower51, les démocrates auraient creusé leur propre tombe. Démosthène52 indique que, du vivant de Mausole et ensuite sous Artémise, les Hékatomnides ont mis la main sur Cos et sur Rhodes.

  • 53 Hurter 1998.
  • 54 Konuk 1998a, 59-61.
  • 55 Hill 1923, 207-9 ; BMC Caria pl. XXX, 6-8 suivi par Brett (commentaire à Boston 2020).
  • 56 Bonne photo, Hornblower 1982, pl. 36 (c) qui accepte l’identification (cf. p. 272 et n. 403) de mêm (...)

11Le trésor de Pixodaros53 permet au moins de poser quelques questions. On y trouve deux séries de tétradrachmes d’étalon rhodien. L’un avec un Héraklès barbu à l’avers, au revers le crabe, symbole habituel de Cos, inscrit dans un carré souligné par un grènetis avec le nom du magistrat et ΚΩΙΟΝ. K. Konuk54 montre à partir du trésor CH 5, 17 + CH 8, 96 que cette série, portant à l’avers le même Héraklès mais au revers une tête féminine voilée, précède la date conventionnelle retenue pour le début du monnayage de l’île au ive s. (366/5), il propose donc de remonter son démarrage aux années 380 et isole deux séries distinctes Héraklès/crabe. Rappelons que G. F. Hill55 avait autrefois proposé une hypothèse ingénieuse en rapprochant le profil d’Héraklès de la célèbre statue du Mausolée, identifiant logiquement Artémise au revers de ces mêmes monnaies56.

  • 57 Supra p. 144 n. 230.
  • 58 Hurter 1998, pl. 32.28 (= Pl. V, 14) ; Mildenberg 1998, pl. 59.38 (datée de c. 350). Il peut certes (...)
  • 59 Ce fait n’est pas à lui seul significatif dans la mesure où les tétradrachmes qui utilisent le même (...)

12Ce même trésor contenait aussi des didrachmes “légers" aux mêmes types. Il y a tout lieu de penser que le double système pondéral57 a été aménagé en liaison avec les séries émises par Idrieus ou que ce dernier a adopté une innovation venue des îles (Cos et Rhodes). On versera à ce dossier la monnaie publiée par S. Hurter où derrière la tête féminine au voile raide figurent les lettres MA58 sans la légende ΚΩΙΟΝ59. S’agit-il d’une annexion pure et simple ou plus vraisemblablement d’une alliance inégalitaire ?

  • 60 Démosthène, Rhodiens, 19.
  • 61 Ibid. 15.
  • 62 Cf. les précisions supplémentaires qu’apporte Démosthène, Prol. 23 (Clavaud, CUF = 24 Bekker), 3 “L (...)
  • 63 Hornblower 1982, 127 à partir de Démosthène, Org. fin., 8.
  • 64 Démosthène, Rhodiens, 14 ; cf. Théopompe, FGrHist, 115, F121 (= Athénée 10. 444e-445a) où est évoqu (...)
  • 65 Supra n. 50.
  • 66 Arist., Pol., 5.1304b 25 ; en ce sens Hornblower 1982, 127 ; Berthold 1980, 39-40 ; contra Westlake (...)
  • 67 Ashton s.d.
  • 68 Monnaie publiée par Pollard 1968, 68 n. 101 (datée là des alentours de 340) ; photo Hornblower 1982 (...)

13Le cas de Rhodes est assez semblable : il y a eu là aussi renversement des démocrates qui avaient pourtant manifesté leur hostilité à Athènes. En 35160, Rhodes a un gouvernement oligarchique, elle est sous le contrôle d’une garnison de barbares cariens61, mais en 357 elle vivait en démocratie, c’est ce qui ressort clairement du discours Pour la liberté des Rhodiens de Démosthène62. On peut même préciser qu’en 353 son régime est déjà oligarchique63. C’est entre ces deux dates que se situe la prise du pouvoir par les oligarques avec l’aide des démocrates modérés, ces derniers étant ensuite exilés64. Il est donc possible de lier ce changement à la Guerre sociale comme on l’a fait pour Cos65. Il n’est pas du tout sûr en revanche que la stasis mentionnée par Aristote66 se rapporte à cette période. En ce qui concerne le monnayage, il est très difficile d’en tirer argument pour réinterpréter les événements politiques. R. H. J. Ashton67 conclut que les didrachmes légers sont apparus simultanément à Rhodes et dans les frappes de Pixodaros et il date par conséquent cette innovation pondérale de la fin des années 340 suggérant une coordination des émissions monétaires. Il met aussi en relation la monnaie “à tête de Déméter” avec le contrôle hékatomnide sur l’île qui perdure de la Guerre sociale à l’arrivée d’Alexandre68.

  • 69 Hornblower 1982, 131 ; cf. O’Neill 1978-9, 71 qui observe que dans le traité avec Athènes, Tod, 118 (...)
  • 70 Il paraît en effet assez plausible que les événements relatés par Enée, Pol., 11.3-6 (cf. 17.5) son (...)
  • 71 Démosthène, Rhodiens, 19 ; Org.fin., 8.
  • 72 Démosthène, Rhodiens, 3.
  • 73 Infra p. 402.
  • 74 Hornblower 1982, 132 et n. 220.
  • 75 Boardman 1958-9, 304, d’où IGCH 1211, p. 162.
  • 76 Décrite à tort dans IGCH comme un didrachme. 0 1,4 cm. ; 3,5 g ; à l’avers tête d’Apollon de troisq (...)

14Pour ce qui concerne Chios, nous savons seulement qu’elle a probablement aussi changé de système politique69, peut-être dès la période qui précède immédiatement le déclenchement des hostilités, et cela contribuerait à l’éclaircissement des causes immédiates du conflit70. En tout cas, comme Mytilène71, elle a en 351 un gouvernement oligarchique mais on peut inférer du discours rhodien de Démosthène72 que, comme Byzance, Chios est restée seulement une alliée de Mausole qu’elle n’intervient pas lorsque le satrape prend possession de Rhodes, qui est une autre de ses alliées. Il ne paraît pas y avoir de garnison carienne avant Idrieus73 et malgré S. Hornblower74, il n’y a rien à tirer d’un trésor monétaire publié par J. Boardman75. Adoptant le point de vue de ce dernier, S. Hornblower tire argument de la présence dans ce trésor d’une pièce qu’il décrit comme une drachme d’étalon chiote76 comme preuve de la présence des Hékatomnides à Chios dès l’époque de Mausole mais 1) cette pièce est unique dans un trésor qui comporte par ailleurs soixante-cinq monnaies chiotes, 2) cette monnaie ne paraît différer en rien de celles émises par Mausole en Carie. Elle témoigne tout au plus qu’il y avait à ce moment des contacts entre Halicarnasse et Chios, ce qui n’a rien de bien surprenant.

  • 77 Cf. Hornblower 1982, 136. A noter cependant que le trésor sur lequel il se fonde (IGCH 1216) a été (...)

15On ne sait rien des îles de taille plus modeste : pas plus Diodore que Démosthène ne se sont appliqués à décrire avec exactitude le contour des territoires contrôlés par le satrape. Il est cependant assez logique de penser que ce dernier avait dans sa mouvance la totalité des îles cariennes : Symè, Nisyros, Télos, Kalymna où une grande quantité de monnaies à son effigie a été découverte77. Rappelons aussi que l’influence de Mausole a peut-être également concerné Samos. La question doit être posée à partir de la numismatique mais sans que l’on arrive là à des conclusions irréfutables, ou en s’interrogeant sur le nom du supérieur hiérarchique de Tigrane au moment de la guerre de Samos. Rien là encore d’assuré.

  • 78 Labraunda, III, 2 no 40.
  • 79 Telle est l’hypothèse d’Hornblower 1982, 135.
  • 80 Blümel 1995, 63 (traité entre Cnide et Lyttos) no 34 : donné là comme du iiie s.
  • 81 Les monnaies de Pixodaros contremarquées par Itanos : Konuk 1993, 240 et fig. 3-3a témoignent au mo (...)
  • 82 Infra p. 408.

16La politique maritime de Mausole l’amène à prendre des contacts loin de sa sphère d’influence immédiate comme l’atteste l’inscription publiée par J. Crampa78 : un édit de Mausole et Artémisia pris en faveur des Cnossiens. Comme toujours le motif n’est pas donné avec précision, il faut supposer qu’il s’agissait de se procurer des mercenaires79 ou éventuellement s’assurer les services de marins crétois pour harceler les communications maritimes d’Athènes. Observons que les relations entre la Carie et la Crète sont anciennes, en quelque sorte induites des données géographiques. Cela vaut aussi pour le ive s. tant en ce qui concerne les cités80 que les dynastes81. Nous n’avons aucune preuve d’interventions plus septentrionales82.

3. Mausole dans sa satrapie

  • 83 Lucien, Dial, des Morts, 24, 1.
  • 84 Doit-on lire Lydie ou Lycie ? Cf. supra p. 356.
  • 85 Supra p. 135 sq.
  • 86 Isocrate, Phil., 103.
  • 87 Dupont-Sommer 1979, 166 n. 1 et la réponse de Robert & Robert 1980, 486.
  • 88 Tod, 138, 2° décret (= IK, 34-Mylasa, 2).
  • 89 Briant 1997,58.
  • 90 Supra p. 357 et n. 417.
  • 91 Cf. l’expédition conduite par Hékatomnos contre le roi de Salamine de Chypre (supra p. 258).
  • 92 Robert 1987, p. 449-532, étude sur Caunos et sa région (géographie, produits, relations).
  • 93 Robert 1987, 526 n. 156.
  • 94 Hdt. 1.72.
  • 95 Les inscriptions confirment cette double caractéristique cf. les textes de Sekköy : Blümel 1990, 29 (...)
  • 96 Inscriptions dialectales : Bean 1953, 19-20 (cf. aussi Robert 1950b, 18 n. 14 et 20 n. 16 ; Masson (...)
  • 97 Bean 1953, 20 n.3-4 = SEG. 12, 1955,470-471.
  • 98 Bean 1953, 95 sq.
  • 99 E.g. Str. 14.2.3.
  • 100 Cf. le plan fourni par Akurgal 1986, 275 à partir des travaux de Ögün 1968 ; 1978.
  • 101 Pimouguet 1994, 290-299. L’une des forteresses de Caunos est désignée sous le nom de Persikon (Diod (...)
  • 102 Roos 1972.
  • 103 Konuk 1998b, 197-223.
  • 104 Roos 1989, 63-68.
  • 105 Cf. la Trilingue de Xanthos et le commentaire de Dupont-Sommer 1979, 168-9 (voir supra p. 285).
  • 106 TL, 44c 8, avec l’interprétation de Melchert 1993. Sur ces questions, supra p. 312.
  • 107 TL, 32.

17L’action de Mausole ne se limite pas au contrôle d’une partie de l’Égée. Il poursuit parallèlement l’extension de son influence dans le quart sud-ouest de l’Asie Mineure. “Régnant sur toute la Carie, je dominais aussi une partie de la Lydie, je soumis des îles ; je m’avançai jusqu’à Milet assujettissant la plus grande part de l’Ionie”. Ces propos que Lucien prête à Mausole83, qu’ils aient été partiellement défigurés par un copiste ou non84, rendent bien compte des progrès territoriaux de la dynastie hékatomnide. Nous avons vu plus haut que l’une des conséquences indirectes de la révolte des satrapes avait été de livrer tout ou partie de la Lycie au satrape de Carie. Les effets ne nous en sont véritablement sensibles qu’à l’époque du gouvernement de Pixodaros, si du moins on adopte la datation basse de la stèle trilingue de Xanthos proposée par E. Badian85, c’est-à-dire 337 plutôt que 358. Mausole a connu des difficultés avec le Roi, logiquement après la révolte des satrapes86, mais il est aux affaires et même développe une vaste politique dès 357/356. Cela suppose des contacts ayant précédé le déclenchement des opérations de la Guerre des alliés, donc au plus tard en 357. Dans l’hypothèse haute, Pixodaros n’aurait été satrape de Lycie qu’une année87 et on a parfois imaginé qu’il aurait pu exercer là une fonction de vice-satrape, mais le document araméen précise qu’il est satrape de Carie et Lycie. Enfin, nous savons par ailleurs que Mausole exerce sa pleine autorité satrapale sur Mylasa en 361/36088. Le principal obstacle à la date proposée par Badian reposait sur le constat qu’Arsès n’était nulle part désigné sous le nom d’Artaxerxès (IV). On sait aujourd’hui que malgré la brièveté du règne, de tels documents existent. Le débat est donc tranché89. Les contacts de Mausole s’élargissent jusqu’à Phasélis90 sans qu’on puisse préciser la date et le contexte. Les mêmes problèmes de date et d’interprétation se posent pour son action en direction du nord. Il faut penser que dès le début du gouvernement d’Hékatomnos, la satrapie carienne avait un débouché sur la mer91. La géographie suggère la région de lasos-Bargylia, mais il est encore plus probable que Caunos a rempli ce rôle. L. Robert a soutenu naguère avec force92 que la cité a vécu dans un relatif isolement par rapport à l’hinterland et la géographie paraît a priori lui donner raison. Il souligne son caractère “grec”93 et même qu’elle est une cité grecque de “droit commun” à l’époque hellénistique. Mais de cela il n’est pas possible d’inférer la situation à l’époque classique. Le Ps.-Skylax 99 la qualifie de ville carienne et Hérodote94 est plus précis lorsqu’il indique que, bien que d’origine ethnique différente, les cauniens ont adopté le dialecte carien95. Ils sont les seuls avec les Pladaséens à figurer dans les deux listes de Sekkôy. Les scribes ont eu manifestement quelque difficulté à orthographier les noms des envoyés96. Les rapports avec les Hékatomnides sont constants. G. E. Bean a publié97 deux dédicaces grecques de statues, respectivement d’Hékatomnos fils d’Hyssaldomos et de Mausollos fils d’Hékatomnos. Les noms des divinités auxquelles elles étaient consacrées ont été effacées mais Bean lit Ἀθηνᾶι et Βασιλεῖ98 et l’on pense au Basileus Kaunios (cf. ci-après). Même si l’on admet que les deux statues ont été érigées en même temps, celle du premier nommé pourrait être l’indice d’un contrôle ancien. Toute la tradition99 souligne l’excellence du port, fait confirmé par l’archéologie100. Un premier état de la fortification101 et aussi l’importance des tombes rupestres dès le ive s.102 indique que cette époque a correspondu à un moment important pour la ville. K. Konuk103 identifie le monnayage de cette cité. Il présente un personnage ailé à l’avers et un objet triangulaire doté d’anses au revers. Les séries sont abondantes dès le ve s. et sont présentes dans divers trésors cariens (e.g. CH 5, 17) ; cela démontre si besoin en était que les liens entre Caunos et le reste de la Carie sont aussi économiques. Sous Mausole, Caunos fait partie du koinon des Cariens. Les relations culturelles confirment l’étroitesse des liens politiques. Des tombes rupestres comparables à celles de Caunos sont disséminées en Carie centrale et méridionale104. Le Basileus Kaunios a été l’un des instruments de “carisation” de la Lycie105 mais sans doute plus tard qu’on ne l’a dit106. On observera d’ailleurs la présence du nom d’Hékatomnos (Ecatamla) dans une autre inscription lycienne malheureusement sans contexte interprétable107.

  • 108 Cf. appendice 2.
  • 109 Syll.3, 169 (= IK, 28-Iasos, 1).
  • 110 Judeich 1892, 236 n. 3.
  • 111 Infra n. 122.

18La Paix du Roi livre les cités côtières qui bordent la Carie aux Hékatomnides. Nous n’avons aucun détail sur la façon dont a été ressentie cette saisie qui inclut peut-être la pérée de Rhodes108. Il apparaît cependant que des factions ont pu tenter de s’opposer au pouvoir des Hékatomnides et alimenter des “complots” contre Mausole ; par chance, nous assistons à l’un de ces “incidents” à Iasos109. Un groupe – comme il est d’usage, l’inscription n’explicite pas d’avantage – est condamné à l’exil et à la confiscation de ses biens. Il s’agit très probablement malgré le caractère vague des formules de l’expulsion des opposants par la faction fidèle au satrape qui gouverne la cité. Il faut noter avec W. Judeich110 que l’on maintient ici la fiction de la liberté de la cité qui décide elle-même de l’action à mener contre les opposants. Le texte ne donne d’ailleurs aucun qualificatif à Mausole, à la différence des textes comparables de Mylasa111 où il est désigné explicitement comme exerçant les fonctions de satrape.

  • 112 Pedersen 1994, 215-235. Sur les rapports avec Priène et la “renaissance ionienne”, Isager 1994.
  • 113 Vitruve 2.8.10 donne une bonne idée de l’urbanisme de la cité tel que Mausole le développe.
  • 114 Str. 13.1.59. Sur la sujétion supposées des populations lélèges par rapport aux Cariens, cf. Philip (...)
  • 115 Hornblower 1982, 78-79 propose 377/376, ou peu après, en réponse à la Deuxième confédération athéni (...)
  • 116 Varinlioğlu et al. 1992, 162 contrairement à ce qui est soutenu à la suite de Bean & Cook 1955, 115 (...)

19Le choix d’Halicarnasse comme capitale satrapique eut au moins deux conséquences : d’abord, le début de la réalisation dans cette cité d’un vaste programme monumental, on pense bien sûr au Mausolée achevé (au moins) par Artémise. Signalons de façon plus significative le système de fortification de la ville112 et cela malgré son site naturel aisément défendable113. Ensuite cette montée en puissance provoque la disparition de six poleis lélèges114 (à l’exception de Syangéla et Myndos qui restent en dehors du synœcisme) fondues en une seule : Halicamasse. La date n’en est pas connue. Des solutions bien différentes ont été retenues selon les paramètres pris en compte, en particulier la simultanéité avec le choix comme capitale115. Ce synœcisme n’a rien à voir avec celui effectué par Alexandre et connu par Pline116.

  • 117 Consécration d’une table d’offrande par Hékatomnos, Sinuri, I, 76.
  • 118 Labraunda, III, 2, 27.
  • 119 Crampa 1972, 6 sq.
  • 120 Robert 1936a. 81-84 ; Bean 1971, 128-132.
  • 121 Sur l’hellénisation en profondeur de la Carie à l’époque de Mausole, cf. Robert 1946, 506-523 sp. 5 (...)

20Pour les régions situées plus à l’intérieur, et déjà sous contrôle hékatomnide, l’information devient un peu plus abondante grâce aux inscriptions. Tout comme Sinuri117, Labraunda a livré un document118 attestant une offrande faite par Hékatomnos, mais à Labraunda le programme des constructions monumentales commence avec Mausole119 et se poursuit sous Idrieus. Même si nous sommes imparfaitement renseignés pour les autres sites, il est assez probable que la situation est identique. Faut-il attribuer à Mausole le déplacement et la “refondation” de Théangéla120. Il y aurait bien d’autres sites où des similitudes dans les techniques de construction paraissent impliquer l’action du satrape (Amyzon, Alinda, Alabanda...)121. Cela n’exclut pas pour autant que ces cités aient pu, quel que soit leur origine, être intégrées dans le koinon des Cariens.

  • 122 Tod, 138 (Syll.3, 167) = IK, 34-Mylasa, 1-3.
  • 123 Supra p. 137 ; c’est la formule qui est la plus proche des termes de chancellerie perses qui nous s (...)
  • 124 Exactement, “ayant été envoyé par les Cariens”. Cf. Robert & Robert 1983, 224.
  • 125 Loc. cit. lignes 6-8 et 22-23.
  • 126 A comparer avec la situation de Caunos, supra p. 385.

21La tentation de dresser un tableau idyllique de la domination mausolienne doit être tempérée par la série d’inscriptions relatives à des “complots” contre le satrape, trois décrets de Mylasa conservés sur la même stèle122 et datant respectivement de 367/366, 361/360 et 355/354 par la référence aux années de règne des souverains perses ; il est également indiqué que Mausole exerce les fonctions de satrape123. Du point de vue historique, le premier – de peu antérieur aux soubresauts de la révolte des satrapes – est sans conteste le plus intéressant. Un certain Arlissis fils d’Oussollos a profité de sa position de député du koinon carien auprès du Roi124 pour comploter contre Mausole. Cela se traduit semble-t-il par une dénonciation des manœuvres de ce dernier, mais Artaxerxès n’entre pas dans le jeu et fait mettre à mort Arlissis. Les deux autres textes sont relatifs à des attentats, l’un contre la statue d’Hékatomnos, le second contre la personne de Mausole qui échappe à ses assaillants et ces derniers sont lynchés par les partisans du satrape. Nous observons dans ces textes à la fois toute la phraséologie officielle et obligée, surtout dans le premier125 : reconnaissance du rôle d’évergète de la cité, non seulement de Mausole, mais aussi d’Hékatomnos et de leurs ancêtres, comme pour affirmer le loyalisme à une véritable dynastie126. Cela dit le troisième décret montre clairement qu’un fort parti de la population soutient Mausole malgré la présence d’individus ou de factions hostiles.

  • 127 Hdt. 1.146.
  • 128 Cf. Laumonier 1958, e.g., 539-540 ; 546.
  • 129 Polyen 6.8.

22La poussée vers le nord en Ionie et peut être en Lydie pose d’avantage de problèmes, d’une part en ce qui regarde l’extension de ces progrès et aussi quant à leur signification vis à vis des cités considérées, les rapports avec l’Empire et les voisins, en particulier le satrape de Sardes. Nous avons vu que Lucien indique que Mausole était maître d’une grande partie de l’Ionie et qu’il s’était avancé jusqu’à Milet, ville carienne. On sait par Hérodote127 qu’il s’agit là d’une revendication ancienne128. Pas plus que Lucien, Polyen129 ne permet de préciser si Milet a appartenu au domaine de Mausole : en effet, le complot visant à placer les partisans du satrape au pouvoir est découvert et le représentant de ce dernier doit s’échapper de la ville. Remarquons enfin que la logique de la géographie implique que le maître de la Carie du nord se doit de “déboucher” à Latmos et à Milet.

  • 130 Supra p. 144 et n. 230.
  • 131 Cf. e.g. BMC Ionia pl. XXI, 4 ; sur la date relativement tardive de certaines de ces monnaies, Pfei (...)
  • 132 Supra p. 142 sq., contra Konuk 1998, 38-40.
  • 133 SNG von Aulock 2086, datée par l’éditeur de 478-390 : même type de lion que 2354 ; ibid. 7932 sq., (...)
  • 134 Kinns 1989, 191 et n. 60 (cf. déjà Kinns 1986a, 249) attire l’attention sur la monnaie Sternberg Sa (...)
  • 135 SNG von Aulock 2354 (cf. supra p. 145).
  • 136 Kraay 1976, 275, propose une séquence qui serait sujétion puis indépendance. On remarquera certes q (...)
  • 137 FD, III.4, 176 (Tod, 161 B) ; cf. infra p. 402 ; les rapports officiels au moins paraissent excelle (...)

23Le recours au monnayage amène à considérer sur d’autres bases la question de la présence précoce des Hékatomnides à Milet. Ces derniers ont émis une série bien connue d’étalon rhodien130, mais on connaît aussi depuis longtemps une autre série d’étalon milésien qui prend la suite des types frappés jusqu’à la fin du ve s. à Milet131. Il nous semble qu’il convient d’attribuer cette émission à l’atelier de Milet132. Dans cette cité en effet, le monnayage ne commence véritablement à devenir important qu’à partir du milieu du ive s., la date conventionnelle souvent adoptée, 353/352, est celle de l’année de la mort de Mausole. Quelques rares monnaies d’argent sont peut-être antérieures à cette date (environs de 360)133 ; mais il convient surtout de noter l’intérêt de la présence d’un monnayage de bronze qui, lui, pourrait remonter aux années 375. Ph. Kinns note que la tête du lion de l’avers (rosette au revers) n’est pas tournée vers l’arrière134. Ce fait remarquable nous paraît devoir être rapproché des tétradrachmes d’Hékatomnos135, avec lion de profil regardant à droite devant lui. Par conséquent on ne saurait retenir, comme cela a été parfois le cas, l’“archaïsme” de ces monnaies comme la preuve qu’il s’agit d’une “imitation barbare”. En d’autres termes, l’absence d’un monnayage civique de quelque envergure entre 390 et 350, alors qu’il y a une très nette accélération par la suite, pourrait bien s’expliquer par le fait que Milet frappe à ce moment des séries pour les Hékatomnides, en tout état de cause peu abondantes, sous Hékatomnos d’abord puis Mausole, au début de son gouvernement, en parallèle avec des émissions de bronze destinées à la circulation locale. Il est impossible de préciser si l’interruption correspond à une perte du contrôle de la cité (au moment de la révolte des satrapes ?)136 ou à un changement de la politique monétaire du satrape. En tout cas Milet est à coup sûr dans la mouvance hékatomnide sous Idrieus137.

  • 138 Supra p. 384.
  • 139 Diod. 15.49 ; supra p. 177. Les conclusions de Shipporeit 1998, 193-236, sont similaires aux nôtres
  • 140 Polyen lui donne le nom de Hérophytos (7.23.2), Arrien, An., 1.17.9 sq. le qualifie de “libérateur (...)
  • 141 Polyen, ibid. Pygéla est située à proximité de Marathésion (cf. Str. 14.1.20). Elle contribue pour (...)
  • 142 Str. 14.1.20.

24Si Mausole contrôle la majeure partie de l’Ionie (Lucien) au début de son gouvernement, y compris peut-être certaines positions insulaires138, on doit en inférer qu’il est l’instigateur de la réforme de la Ligue ionienne dont fait état Diodore139 à la date de 373/372, réforme qui comporte logiquement un retour au Panionion près de Mykalè, Il est à noter que le lieu de réunion avait été précédemment transféré sur le territoire d’Éphèse dont on sait qu’elle s’opposait aux entreprises du satrape. Cette dernière cité était alors dirigée par une faction démocratique dont le chef était un certain Hérophytos140. Le point de litige paraît avoir été le contrôle de Pygéla, petite cité située au sud d’Éphèse141. Comme le montre la description de Strabon142, Mykalè et Pygéla sont très proches et appartiennent au même ensemble géographique, il est donc assez tentant de penser que tous ces événements connus par bribes participent d’un même mouvement de (re)prise en main de toute la région par Mausole, avec tous les renversements de situation que l’on doit le plus souvent supposer, faute d’avoir la documentation nécessaire.

  • 143 Le fait que des Priéniens figurent parmi les nombreuses personnes ayant aidé les Samiens (infra p.  (...)
  • 144 Selon l’éditeur : 332/1 au plus tôt pour le premier, 327/6 pour le second, où ne figure pas la form (...)
  • 145 Crowther 1996, 233, ses conclusions : I. Priene, 4a, en 294/293 ; 4b, en 285/284.
  • 146 Wiegand & Schrader 1904, 35 ; Asboeck 1913, 1-4. ; tel est aussi le point de vue de Van Berchem 197 (...)
  • 147 Hornblower 1982, 323-330.
  • 148 Selon Vitruve 7, Praef, 12, le même qui conçut avec Satyros le Mausolée d’Halicarnasse ; cf. aussi (...)
  • 149 Carter 1983, 24-30 : son no 85 est une tête d’“Ada”, très comparable aux statues du Mausolée ; p. 2 (...)
  • 150 Eschine, Amb., 116.
  • 151 Flacelière 1937, 35 n. 3.
  • 152 Hornblower 1982, 327 et n. 277 tire des conclusions paradoxales de ces quelques monnaies, suivant s (...)
  • 153 Kinns 1989, 190 sq.
  • 154 Naulochon, BMC Ionia, p. 302 et pl. XXII, 14 : ce sont là les seules monnaies connues de Naulochon  (...)
  • 155 BMC Ionia, p. 160 no 15-16 ; pl. XVIII, 6.
  • 156 Kinns 1989b, 137-148 ; cf. spécialement 137-139 avec la n. 4 ; 142 pour les bronzes de la même péri (...)
  • 157 Polyen 4.2.22.
  • 158 Griffith in Hammond & Griffith 1979, 266 n. 2, d’après le Ps.-Démosthène, Lettre de Phil., 17.
  • 159 Infra, p. 441 sq. pour la réinterprétation chronologique de ces décrets.
  • 160 Infra, p. 443 et n. 142.
  • 161 Sherwin-White 1985, 89.
  • 162 Il se trouverait non loin de Gülbahçe, à environ 10 km. au nord du Méandre, cf. Wiegand & Schrader (...)
  • 163 Robert 1962, 62.
  • 164 Infra, p. 439.
  • 165 Kleiner et al. 1967, constatent que l’unité de mesure du temple d’Athéna à Priène est identique à c (...)
  • 166 Cf. la photo très suggestive publiée par Robert 1976, 178.

25Ainsi, la littérature ne nous apprend rien sur Priène et ses rapports avec Mausole, mais le retour au Panionion implique que l’Hékatomnide ne pouvait pas se désintéresser de cette dernière. Pour le reste, les informations sont extrêmement fragmentaires et, partant, sont objet de vives controverses143. A la suite de H. von Gartringen, éditeur des I. Priene, on considère généralement que la refondation de Priène sur son nouveau site date du milieu du ive s., donc de l’époque de la domination hékatomnide. Son argumentation repose pour partie sur I. Priene, 4, ensemble de deux décrets pris pour un certain Apellis à plusieurs années de distance144. Si l’on accepte la date de 332/331 retenue pour le premier et en constatant qu’Apellis a rempli diverses magistratures pendant de longues années : quatorze ans secrétaire du stratège, secrétaire du peuple pendant vingt ans (1. 14-17), on doit remonter la date de la (re)fondation au moins à 353/352. Il convient de mettre en regard la révision drastique de la chronologie proposée par C. V. Crowther145 qui, si elle était acceptée, enlèverait toute pertinence à ces inscriptions dans le débat. On sait que l’hypothèse d’une refondation de Priène à l’époque hékatomnide a connu un large écho, même si la plupart des commentateurs sont obligés de constater que cela ne correspond pas du tout à la date architecturale qui est suggérée par les vestiges archéologiques et l’on comprend bien pourquoi le fouilleur du site, Th. Wiegand146 a, pour sa part, opté en faveur d’une fondation par Alexandre. S. Hornblower147 donne une analyse détaillée des arguments présentés. Celui qui est le plus souvent avancé pour la datation haute est le nom de l’architecte du temple d’Athéna, Pythéos, dont le nom est attaché au plus célèbre des monuments hékatomnides148. Beaucoup ont considéré que, comme il en avait fait la proposition à Éphèse, Alexandre s’est contenté d’achever à ses frais la construction d’un édifice déjà en cours. Il est évident en tout cas que le temenos d’Athéna est ancien et J. C. Carter149 propose de dater au moins l’une des statues trouvées à cet endroit du milieu du ive s. De plus, il paraît impossible de soutenir que Priène avait disparu dans les années 355-335 ; tout d’abord parce que deux témoignages contredisent cette assertion. Eschine150 indique qu’en 343 les deux votes des Ioniens au conseil amphictyonique de Delphes sont ceux d’Érétrie et de Priène ; présence étonnante selon R. Flacelière151, mais qui s’impose si le koinon des Ioniens a été réorganisé, comme nous le pensons, sous le contrôle de Priène. L’autre texte n’est pas précisément datable puisqu’il s’agit du Ps.-Skylax (§ 98), dont nous avons vu pour la côte septentrionale que sa description “collait” bien pour le milieu du ive s. ; or il parle de Priène comme d’une cité dotée de deux ports. Dernier indice, le monnayage152, dont on ne saurait nier l’existence. Ph. Kinns153 isole en effet deux séries de bronzes datant approximativement du milieu du ive s. Les monnaies sont identiques : à l’avers Athéna au casque athénien à droite, au revers un dauphin dans un cercle formé par le Méandre ; elles ne diffèrent que par la légende au revers : ΠΡ et NAY, évidemment pour Priène et Naulochon154. Le même auteur met aussi en lumière le fait qu’existe une grande parenté entre ces pièces et une série en argent de Magnésie du Méandre : Athéna/trident dans le cercle du Méandre155 qu’il date des années 360-350 et cela sans doute à juste titre dans la mesure où Magnésie émet à partir de 350 environ une série cavalier/taureau156 dont les thèmes seront constamment ensuite ceux de la cité. Ph. Kinns conclut en s’interrogeant sur l’éventualité de la collaboration de Magnésie à la refondation de Priène, hypothèse pour l’instant invérifiable. Ajoutons à ce moment du débat un document qui n’a pas, me semble-t-il, été pris en compte : l’inscription I. Priene, 10, décret pour les habitants de Maronée. La pierre est assez peu lisible. Ce décret accorde assez probablement la citoyenneté et d’autres privilèges aux ressortissants (qui le désirent ?) de cette cité. La suite du texte règle les rapports judiciaires entre les communautés, mais il convient de souligner que tout se passe à Priène. L’éditeur F. Hiller von Gartringen paraît embarrassé pour proposer une date : ive s. sur des critères paléographiques, ce qui est bien vague et, dans le bref commentaire adjacent, il serait tenté, à cause des formes dialectales ioniennes, de dater ce texte de peu après 334, voire même d’avant cette date. Les arguments historiques plaident incontestablement pour une date haute. La chôra de Maronée, cité grecque de Thrace, colonie de Chios, a été ravagée en 353 par Philippe II157, mais, pour G. T. Griffith158, la ville est restée autonome puisqu’elle est l’alliée d’Athènes en 340 et tombe peu après entre les mains de Philippe. Ces troubles ont certainement entraîné le départ d’une partie de ses habitants, qui ont pu souhaiter s’implanter à proximité de leur terre d’origine en formant un complément de population pour la “recolonisation” de Priène et il est bien certain qu’un tel décret pris pour les Maronites paraît mieux en situation avant la conquête de l’Anatolie par Alexandre. Cependant, même si cette interprétation du document peut paraître séduisante, elle suscite un certain nombre d’objections qui tiennent au formulaire du document et au régime politique qu’il sous-tend. Notons d’abord qu’il n’y a pas de parallèle exact à la formule Ἔδοξε Π[ρ]ιη[ν]έων [τῶι] δ[ή]μωι et que la mention de l’autonomie des Priéniens, constante après la “libération” par Antigone159 est absente ici. Mais une telle formule de sanction implique que la cité est alors gouvernée par une faction démocratique avec comme éponyme le stéphanéphore, comme c’est aussi le cas après 311, alors qu’en 335-334 l’éponyme était le prytane. On a d’autres exemples de telles variations160). Tout cela reste conjectural. Que conclure ? Il semble qu’il faut éviter des points de vue par trop linéaires, qui correspondent mal aux réalités antiques. Il est par exemple assez peu réaliste de concevoir un scénario comme celui de S. M. Sherwin White161 qui ferait se succéder trois entités politiques : la vieille Priène, perdant son identité au profit de Naulochon, puis reprenant son ancien nom sur un site nouveau. Priène a été une cité importante à l’époque archaïque, apparemment non négligeable encore après la révolte de l’Ionie. Son site n’a pas été localisé avec une absolue certitude162. L’ensemble de la documentation disponible montre que Priène n’a pas disparu, mais aussi qu’elle a sérieusement périclité. Vers 350, le port de Naulochon est une communauté distincte, qui émet, en même temps que Priène, des séries aux types identiques. Naulochon était raisonnablement l’un des ports que Skylax mentionne sans les nommer ; elle a acquis momentanément son autonomie. L. Robert163 met en relief le cas de Colophon et de Notion dont les rapports étaient réglés au ive s. par une συνθήκη, un traité, où sont prévues entre autres les procédures de prise des décrets. C’est d’Alexandre que les Priéniens obtiennent un arbitrage en leur faveur, qui équivaut pour eux à la reconnaissance de la propriété de Naulochon164, à la différence de Notion (Colophon-sur-Mer) et Colophon (ancienne) qui sont deux entités fédérées mais encore distinctes au iiie s. Il convient alors de se replacer dans le contexte de la domination du Panionion165 et de la ligue ionienne par Mausole. L’un des aspects du contrôle est aussi militaire et il était impossible de négliger ce site remarquable qu’est la Téloneia Akra166. Bon nombre des premiers textes épigraphiques conservés concernent directement ou indirectement la garnison qui tient le phrourion. Nous sommes sur le territoire de Priène mais cela ne signifie pas nécessairement que l’occupation de l’acropole ait eu comme corollaire immédiat le déplacement du centre de la cité. Ici comme ailleurs (on pense par exemple à Cnide), on confond peut-être trop vite l’existence d’une cité et l’obligation d’une hiérarchie des agglomérations sur le territoire civique (les choses évoluent bien entendu à l’époque hellénistique). La transition a dû s’opérer progressivement, en fonction de la perte d’intérêt du site ancien, désormais loin de la mer, et de la valeur stratégique du site de la future cité hellénistique. C’est cela qui a déterminé l’installation initiale qui est à coup sûr celle de l’akra, avec la présence toute proche d’un sanctuaire d’Athéna. L’idée d’installer là une ville n’est que subséquente, d’où le caractère aberrant du schéma d’urbanisme, dont il n’est pas possible de déterminer s’il avait été conçu dès avant l’arrivée d’Alexandre ; en rappelant qu’il n’a été réalisé qu’après la mort du Roi

  • 167 Supra p. 381.
  • 168 Blümel 1990, 32,1. 11. Sur cette inscription, supra p. 179.
  • 169 Blümel 1997, 136 sq.
  • 170 Supra p. 161.
  • 171 Blümel 1997, 140.
  • 172 Cf. Brun 1994, 193-204.
  • 173 Cf. aussi Karlsson 1994, 141-153, sp. 150 et 153. A noter le problème de datation que cela génère p (...)
  • 174 Il n’est pas indiqué quelle est l’Héraclée concernée mais les commentateurs (Habicht 1957, 190 no 2 (...)
  • 175 Polyen 7.23.2 (cf. 8.53.4, infra p. 400). Cf. Str. 14.1.8. Les Latmioi figurent dans les listes att (...)
  • 176 Cf. l’étude du site à laquelle s’est livrée Peschlow 1977, 100-104 ; 1978-9, 80 ; 1994, 157-172 : l (...)

26En ce qui concerne Latmos, il était couramment admis que le déplacement du site et son changement de nom pour celui d’Héraclée étaient dus à Mausole s’identifiant à Héraklès. Cette assertion était renforcée par un raisonnement de type syllogistique reposant sur l’identification de Mausole représenté en Héraklès sur les monnaies de Cos167. L’inscription de Sekkôy168 aurait déjà dû attirer l’attention sur le fait que la délégation envoyée au koinon des Cariens l’était par les Latmiens. Mais surtout, un autre document publié par W. Blümel169 montre que la cité s’appelait encore Latmos au moment du satrapat exercé par Asandros170. Etienne de Byzance indique simplement que Pleistarcheia (s.v.) s’est appelée Hérakleia avant et après avoir reçu ce nom. La nouvelle inscription, qui décrit les modalités d’une convention entre Latmos et Pidasa, prévoit la création d’une tribu Asandris, ce qui la situe171 dans une fourchette chronologique 323-313. La comparaison avec Hyllarima paraît éclairante. Cette dernière possède à peu de distance deux systèmes fortifiés, le plus récent doit être l’œuvre de Pleistarchos172. Tout cela invite à proposer à titre d’hypothèse que le dynaste a pu être à l’origine du double changement de nom en même temps qu’il en transportait le site173. Cela n’exclut pas pour autant que l’Héracléote, remercié parmi d’autres pour son aide aux exilés samiens174 puisse être originaire d’Héraclée du Latmos. Il est en effet impossible de donner une date précise pour la prise du décret afférent. Polyen175 nous apprend que Latmos a été contrainte de composer avec Idrieus, apparemment alors chef de l’armée du satrape, et fournir des otages, mais cette situation ne semble pas correspondre aux vœux de Mausole qui souhaite l’assujettir plus complètement (en installant par exemple une garnison ?) et qui s’en empare par surprise. La question de savoir quelle contribution Mausole a pu apporter à l’urbanisme de la ville reste objet de controverse176.

  • 177 Tod, 155 (Syll.3, 168 ; IK, 1-Erythrai, 8).
  • 178 Sinuri, 108.
  • 179 A Labraunda, les dédicaces d’Idrieus (Labraunda, III, 2 no 17-19) mentionnent son patronyme et son (...)
  • 180 E.g. Tod ; Merkelbach & Engelman dans IK, 1 ; Hornblower 1982, 108.

27A Érythrées177, une inscription qu’il n’est pas possible de dater avec certitude honore le satrape, le proclame bienfaiteur, lui accorde le droit de cité et la proxénie, prévoit l’érection d’une statue de bronze le représentant sur l’agora ainsi qu’une statue de marbre pour Artémise dans le sanctuaire d’Athéna. Mausole est simplement désigné par son nom et son ethnique, Mylaseus. Pour L. Robert178 cela prouve qu’Érythrées n’est pas dépendante de Mausole. En fait cette dénomination n’est pas en soi un argument décisif179 mais les honneurs accordés, droit de cité surtout, indiquent que les Érythréens entendent marquer les contours légaux de leur autonomie même si en pratique cela ne les empêche pas d’être dans la mouvance du Carien. On peut dire que ce type de document préfigure les rapports existant entre cités et souverains hellénistiques. La date proposée généralement est de 357-355, c’est-à-dire pendant la Guerre sociale180 dans la mesure où il est tentant de lier le sort d’Érythrées à celui de Chios, sa voisine, en rappelant que la seconde bataille du conflit a eu lieu à Embata, près des côtes du territoire d’Érythrées. C’est sans doute un argument de poids : qui contrôle Chios a tout intérêt à assurer ses arrières à Érythrées, mais en vingt-cinq ans les occasions n’ont pas dû manquer aux Érythréens de manifester leurs bonnes intentions à l’égard de Mausole. Il n’est donc pas possible d’être aussi précis.

4. La révolte d’Artabaze

  • 181 On consultera avec profit Beloch 1922, 243, 250 ; 1923, 269 ; Moysey 1975, 175 sq. donne une recons (...)
  • 182 Il y a évidemment des différences, par exemple l’effacement de Sparte et l’issue pour quelques-uns (...)

28En plus des inévitables problèmes d’information, la révolte d’Artabaze181 amène à poser un certain nombre de questions générales sur le fonctionnement de l’Empire perse. Mais, tout d’abord, quel rapport doit-on établir entre la Guerre des alliés et les événements du nord-ouest de l’Anatolie ? Il n’y a pas, apparemment, de lien direct et, pour employer le vocabulaire de M. N. Weiskopf, les faits se déroulent dans deux “sphères” différentes. Il faut tout aussitôt remarquer que tous ces faits s’inscrivent dans l’échiquier complexe des relations entre Athènes et la Perse, qu’elle soit représentée par le Roi ou les pouvoirs locaux et les arrière-pensées ne sont pas moins importantes d’un côté que de l’autre. Question complémentaire, celle de la coïncidence des intérêts à l’intérieur de l’Empire perse : Mausole paraît mener une politique assez libre et pourtant cela ne lui nuit nullement, alors qu’Artabaze est, lui, considéré comme rebelle. Il est intéressant de noter qu’il est aisé de faire un parallèle avec la situation des années 366-365. Les hommes ne sont pas tous les mêmes mais le comportement des protagonistes présente bien des similitudes, comme si un déterminisme géographico-politique amenait le satrape de Daskyleion, les insulaires, Athènes et les généraux athéniens, Mausole à adopter des attitudes comparables à quelque dix ans de distance182. Dernière interrogation plus traditionnelle, quel a été le véritable poids de la révolte d’Artabaze : a-t-il ou non entraîné d’autres satrapes dans sa rébellion ?

  • 183 Diod. 16.22.1-3 ; 34.1-2 ; scholie à Démosthène, 1e Phil., 19 ; P. Erzherzog Rainer (FGrHist, 105, (...)

29Nous avons vu plus haut qu’Artabaze avait été installé à la tête de la satrapie de Daskyleion après la disparition d’Ariobarzane. Quelques années s’écoulent et nous le retrouvons en état de rébellion contre le pouvoir central dans ce qu’il est convenu d’appeler la “deuxième révolte des satrapes”. Les questions porteront à la fois sur l’ampleur du mouvement et les raisons de la rupture. Il paraît assez clair que le tournant se situe à la mort d’Artaxerxès II en 359/358 suivie de l’accession au pouvoir d’Artaxerxès III Ochos. Artabaze était par sa mère le petit-fils d’Artaxerxès II et manifestement le protégé de ce dernier. La situation change radicalement avec Artaxerxès III qui entend reprendre en main l’ensemble de l’Empire avec toute la vigueur de quelqu’un qui s’est assis depuis peu sur le trône. L’apparente confusion qui caractérise cette deuxième révolte n’est, semble-t-il, due qu’à l’extrême indigence de nos sources : Diodore est très avare d’information et seul le hasard de conservation de scholies ou de fragments de papyrus nous permet quelques éclairages183.

  • 184 Scholie à Démosthène, 1e Phil, 19.
  • 185 Weiskopf 1982,473.
  • 186 Weiskopf 1982, 474.
  • 187 Diod. 17.111.1.

30La cause immédiate de la rébellion est l’ordre donné aux satrapes côtiers (τοῖς ἐπὶ θαλσσης σατράπαις)184 par Ochos de débander les mercenaires. Il est tentant de penser que cette mesure concernait trois satrapes : Artabaze, le titulaire de la satrapie de Lydie, Mausole, plus éventuellement Orontès. La raison invoquée est le coût de leur entretien au moment où le Roi entreprend une expédition importante en Egypte. Comme le note M. N. Weiskopf185, cela suppose que les frais d’entretien incombaient, directement ou indirectement, au Roi. A l’exception d’Artabaze, tous obéissent. La flotte de Mausole fait évidemment question, il faut supposer soit qu’elle n’était pas incluse dans la décision royale, soit que Mausole avait d’autres moyens de la constituer. Cette mesure apparemment sage puisque le Roi visait à assurer sa sécurité sur ses arrières au moment de s’engager en Égypte va en fait accélérer le mouvement en jetant sur le marché dix mille mercenaires qui vont se trouver un chef en la personne de Charès, lui-même à la recherche de subsides pour payer son armée après l’échec de Chios et sans doute aussi de victoires pour redorer son blason. C’est dans ce contexte que Charès s’abouche avec Artabaze. M. N. Weiskopf186 conteste cette version des faits au nom de la vraisemblance. Il relève le caractère néfaste que ne pouvait manquer d’avoir une telle mesure, qui libérait des forces ensuite incontrôlables ; mais le parallèle qu’il fournit, l’ordre similaire donné par Alexandre187, débouche, comme l’indique M. N. Weiskopf lui-même sur la guerre lamiaque. Cela montre bien qu’une telle erreur d’appréciation n’est nullement à exclure.

  • 188 Supra p. 377.
  • 189 L’action de Charès, à ce moment seul chef de l’expédition, au cours de la guerre des alliés est qua (...)
  • 190 Dans cette affaire c’est apparemment de sa propre initiative que Charès s’est engagé auprès d’Artab (...)
  • 191 Diod. 15.22.1-2 ; scholie à Démosthène, Ie Phil, 19 ; Démosthène, Ie Phil., 24.
  • 192 FGrHist, 105, F4.
  • 193 Judeich 1892, 200 n. 2 les identifie à tort ; contra Beloch 1923, 153 et à sa suite Osborne 1973, 5 (...)
  • 194 Supra p. 155 sq. D’autant qu’il “descend” ensuite vers la mer (καταβαίειν).
  • 195 Weiskopf 1982.476.
  • 196 Hornblower 1982. 144 : “private Persian Tithraustès”.
  • 197 Cette restitution n’a été remise en cause par personne.
  • 198 Selon Diod. 16.22.1 le Roi dispose de plus de soixante-dix mille hommes alors que le scholiaste de (...)
  • 199 Scholie à Démosthène, Ie Phil., 19 ; formulation similaire, Plut., Aratos, 16.3.
  • 200 Diod. 16.22.1-2 ; Moysey 1975. 173 n. 1, s’interroge sur la composition éventuelle de cette flotte. (...)
  • 201 Moysey 1975, 185, suppose que deux batailles successives ont opposé Tithraustès et Charès ; malgré (...)

31En 356/355, Charès188 vient de mener une campagne ruineuse en Égée. Il a du mal à payer les hommes de sa flotte dans la mesure où Athènes ne finance pratiquement pas l’expédition et où il lui faut vivre sur le pays189. C’est donc pratiquement en condottiere qu’il se met au service d’Artabaze190. Nous apprenons ensuite191 que Charès remporte une victoire sur Tithraustès en Phrygie. Le papyrus Erzherzog Rainer192 est un peu plus explicite : il indique que Charès a envahi la chôru de Tithraustès. Le statut et même l’identité de ce dernier font problème. Sans doute n’est-il pas le chiliarque du même nom193 mais son fils ou son petit-fils. Le verbe συνεμβάλλειν, “envahir”, suggère que la Phrygie dont il s’agit ici est la Phrygie intérieure, c’est-à-dire la satrapie de Haute-Phrygie, centrée à Kélainai194. La plupart des modernes admettent que Tithraustès est le satrape alors en fonction. M. N. Weiskopf, cohérent avec sa propre théorie des pouvoirs dans l’Empire perse, penche pour un “local noble”, mais le peu que nous savons indique qu’il était le chef de l’armée “loyaliste”. Cela suppose qu’il ne peut être qu’un Perse de haut rang et par conséquent, bien que nous n’en ayons aucune preuve formelle, il est tentant de penser qu’il a exercé les fonctions de satrape. Pour M. N. Weiskopf195 et S. Hornblower196 le terme chôra employé dans le récit suggère une possession locale. Mais, même si l’on retient cette possibilité, il n’y a pas de contradiction puisque le satrape est toujours doté de biens personnels et ce sont eux que l’ennemi est censé attaquer en premier (cf. Agésilas et Tissapherne ou Pharnabaze). Cela dit le terme chôra est aussi employée au sens de “territoire”, voire même de “ressort territorial” comme le montre par exemple Hell. Ox., 16.1 où il est question de la ch[ôra]197 de Pharnabaze envahie par Agésilas. Toutes les bribes du récit montrent le rôle primordial de Tithraustès (à la fois dans l’ordre militaire et diplomatique) totalement disproportionné s’il s’agissait simplement d’un “local noble”. Charès défait l’armée de Tithraustès, composée de vingt mille Perses, essentiellement de cavaliers198. Il envoie une lettre à Athènes où il présente son action d’éclat comme le digne pendant de la bataille de Marathon199. C’était sans doute aussi une façon de légitimer a posteriori ses actes. La première réaction des Athéniens est très positive, mais devient beaucoup plus prudente lorsque le Roi réagit et menace d’envoyer en Égée une flotte de trois cents navires200. Charès s’entremet entre Tithraustès et Artabaze et obtient la conclusion d’une trêve201.

  • 202 Scholie à Démosthène, 3e Olynth., 31 (Dilts 1983. 100, 146a).
  • 203 Pour Bürchner 1924, 590-592, cette dernière a été conquise par Charès en 355. Il est possible qu’Ar (...)
  • 204 Arrien, An., 1.12.1.
  • 205 Supra p. 296. A noter que Hammond 1937, 74 proposait déjà ce parallèle refusé par Moysey 1975, 180, (...)

32Les détails de cette campagne, pas plus que les conséquences pour les cités grecques ne sont connus. Nous avons quelque information seulement pour deux cités : Lampsaque et Sigeion. Encore n’est-il pas possible de préciser à quel moment elles ont été prises par Charès : avant de rejoindre Artabaze, ou plutôt sur l’ordre de ce dernier alors qu’elles avaient profité des troubles pour faire sécession ? Dans ce cas, les intérêts d’Athènes et des satrapes étaient convergents lorsque l’on se rappelle les défections en traînée de poudre de Rhodes à Byzance qui risquaient de couper à Athènes la route de la mer Noire. Le scholiaste de Démosthène202 nous apprend que pour annoncer sa victoire, Charès envoie des bœufs à Athènes qui furent répartis entre les tribus. Quel fut le sort ultérieur des deux cités ? Pour Sigeion (et moins sûrement pour Lampsaque203) elle fut concédée à Charès qui y fixe sa résidence et qui la conserve au moins jusqu’à l’arrivée d’Alexandre dans l’Hellespont204. Le parallèle entre Ariobarzane-Timothée205 d’une part et Artabaze-Charès d’autre part est frappant par la similitude des comportements.

  • 206 Diod. 16.34.1-2 ; Frontin 2.3.3 ; Polyen 5.16.2 ; 7.33.2.
  • 207 Moysey 1975, 189.
  • 208 Cf. Diod. 16.52.3 ; Kienast 1971, suggère une influence de ces nobles perses sur les institutions m (...)
  • 209 Moysey 1975, 186.
  • 210 Diod. 16.40.2. Beloch 1922, 483, n. 1, met en relation cette somme avec l’aide demandée par le Roi (...)
  • 211 Moysey 1975, 188.

33La trêve ne résout rien puisque les opérations reprennent en 353/352. Artabaze a obtenu cette fois le concours des Thébains qui envoient cinq mille mercenaires commandés par Pamménès206. Grâce à ce renfort, les troupes royales sont vaincues par deux fois, mais peu après (la date de 352 apparaît comme très plausible)207 Artabaze, “lâché" par les Thébains, s’enfuit en Macédoine accompagné de son beau-frère Memnon208. R. A. Moysey209 suggère que les Thébains ont accepté d’intervenir en contrepartie du versement d’une somme de trois cents talents d’argent210. Si tel est bien le cas, il convient d’être aussi d’accord avec lui211 pour penser que pas plus l’action de Charès que celle de Pamménès ne procèdent d’un plan concerté pour libérer les cités grecques asiatiques. Les deux cas de figure montrent plutôt les difficultés financières d’Athènes et de Thèbes, mais aussi la faiblesse de l’armée perse lorsqu’elle est confrontée aux contingents mercenaires grecs. La leçon sera retenue par les Macédoniens.

  • 212 De Judeich à Moysey. On sait que Weiskopf lui attribue une importance bien moindre (p. 478).
  • 213 Les deux passages précités de Diodore ne mentionnent que le seul Artabaze mais le P. Erz. Rainer in (...)
  • 214 Supra p. 344 n. 318.

34Dans les événements qui viennent d’être relatés, le seul satrape rebelle est Artabaze et pourtant pratiquement toute la tradition savante212 a tendu à donner à cette seconde révolte des satrapes213 une ampleur presque comparable à la première. Cette vision doit aujourd’hui être réfutée car elle repose pour l’essentiel sur une lecture à contresens de Démosthène, Sur les symmetries, 31. Ce discours est certes daté de 354, mais le passage concerné, comme nous l’avons vu plus haut214, s’applique de façon générale à l’activité du Roi et non aux événements les plus récents. De plus, il n’y a pas de preuve que le Roi ait enrôlé des mercenaires grecs contre Artabaze, mais plutôt des indices du contraire. Orontès n’est pas concerné par la deuxième révolte sans qu’on sache pour autant s’il est encore en vie ou non. Même lacune pour Autophradatès et la Lydie. Cette dernière paraît étrangement absente du jeu politique des années 350, mais peut-être n’est-ce là qu’un problème de sources. Mausole pour sa part semble s’être tenu à l’écart des affaires du nord-ouest de l’Asie Mineure et s’être uniquement concentré sur les problèmes posés par le quart sud-ouest, c’est-à-dire sur sa propre “sphère d’influence”.

5. Les cités grecques au milieu du IVe siècle

  • 215 Moysey 1975, 158-163.
  • 216 Trad. Mathieu & Brémond, CUE Je ne retiens que les passages les plus explicites des § 8-10.

35Selon R. A. Moysey215 le meilleur tableau de la situation des cités grecques en Asie Mineure à cette époque est fourni par Isocrate, Lettre IX, A Archidamos216 :

  • 217 Ἐν ταῖς συνθήκαις. S’agit-il là seulement d’une allusion à la Paix du Roi ? Le propos paraît plus g (...)

il ne reste aucun lieu qui ne regorge de guerres, de luttes intestines, de massacres et de maux innombrables. La plupart de ces maux sont le partage des habitants des rivages asiatiques que, dans les traités217, nous avons livré en bloc non seulement aux barbares, mais à des Grecs qui, s’ils ont la même langue que nous, ont les façons d’agir des barbares... ces gens ravagent une faible partie de la terre du Grand Roi, mais s’ils entrent dans quelque ville grecque, ils la détruisent, tuent les uns, exilent les autres, pillent la fortune des derniers” (suit une évocation des exactions sur les personnes, femmes et enfants).

  • 218 Supra p. 289 n. 97.

36Faut-il comme lui prendre cette description apocalyptique à la lettre ? Il est évident que de telles exactions ont bien eu lieu dans la période qui va de 365 à 350 : on pensera à titre d’exemple à l’attitude de Philiskos d’Abydos218 et il existe sans doute beaucoup d’autres cas semblables mais non connus. Cependant le procédé d’Isocrate relève du genre pamphlétaire. Il consiste à présenter des cas particuliers, même relativement répétés, comme une politique systématique des Perses ou de leurs représentants à l’égard des cités grecques, ou plus exactement de montrer que la conséquence quasi mécanique de l’assujettissement au Roi est la situation décrite. Isocrate noircit volontairement le tableau pour réveiller la mauvaise conscience des Grecs d’Europe auxquels il rappelle leur comportement passé, qui a fait du Roi l’arbitre des querelles des cités et lui a livré les Grecs d’Asie. Le but est évidemment de provoquer. C’est un véritable leitmotiv chez le rhéteur, une “croisade” contre les Perses, ciment de l’unité introuvable des cités grecques.

  • 219 Supra p. 299.
  • 220 Arrien, An., 1.17.10 sq. ; Diod. 17.22 sq.

37Au-delà du pamphlet, la réalité anatolienne et insulaire se laisse assez difficilement appréhender au milieu du ive s. dans la mesure où nous sommes réduits à une information fragmentaire et qui, par définition même, a tendance à amplifier les faits extraordinaires, au sens plein du terme, donc les sièges, les pillages et autres exactions. La région d’Abydos Lampsaque est plusieurs fois concernée219 ; on relèvera aussi le déplacement de la population de Pergame, la prise de Latmos, peut-être celle de Milet. Mais somme toute, encore une fois compte tenu du faible volume de notre information, les cités de la zone anatolienne semblent plutôt moins mal loties que celles de bien des régions de la Grèce d’Europe, en particulier en bénéficiant d’une stabilité politique qui, même si elle était imposée, contrastait avec ce qui se passait de l’autre côté de l’Égée. La plupart des cités ont un gouvernement oligarchique où la faction favorable aux Perses tient le haut du pavé ; c’est encore la situation à l’arrivée d’Alexandre220.

  • 221 Infra p. 408.
  • 222 Cf. les conclusions, sans doute encore révisables, de Hardwick 1993, 218-219. Ces séries dans Hurte (...)
  • 223 Cf. en ce sens les observations de Glotz & Cohen 1941, 103 ; pour un panorama général de ce monnaya (...)
  • 224 Waddington et al 1908, 311 et pl. XLIX, 1-4 (statère d’étalon attique avers Apollon lauré, revers p (...)
  • 225 Bodenstedt 1981. 168 et 260 (Phocée, Mytilène) ; SNG von Aulock 1207-1212 (Cyzique). Cf. Mildenberg (...)

38D’autres paramètres sur la plus longue durée, permettent en effet de présenter un tableau moins négatif, en particulier les émissions monétaires et les programmes de construction. En ce qui concerne les monnaies, il ne saurait être question ici d’analyser la production cité par cité. Une telle étude serait à réaliser et fournirait des informations capitales. Elle est pour le moins difficile et aléatoire dans la mesure où la date absolue, parfois même relative, des séries est encore à établir. Nous sommes donc contraints de raisonner sur des ensembles vastes aux contours flous et sur les exemples les mieux connus. Rares sont les cités qui cessent d’émettre : c’est le cas de Samos et moins sûrement de Chios. Il y a interruption brutale de séries assez abondantes et cela pour des raisons politiques bien connues comme l’installation de la clérouquie athénienne à Samos. En ce qui concerne Chios221, elle émet en électrum et en argent après sa rébellion contre Athènes mais semble cesser ensuite sa production jusque vers le milieu du ive s.222. Il est difficile de relier cela aux événements politiques de la période. On mettra en revanche en exergue le développement du monnayage d’Éphèse, de Milet, de Cos, de Rhodes pour l’argent223 ; de Kios pour l’or224, de Phocée, Mytilène et Cyzique pour l’électrum225.

Conclusion

39Du point de vue athénien, la Paix du Roi avait généré en théorie deux zones bien distinctes pour les cités grecques : l’une soumise à l’arbitraire du Roi perse, l’autre bénéficiant de l’eleutheria. On voit bien que dans la pratique les choses ont évolué de façon différente. Du côté des insulaires, c’est là une objection de taille aux thèses de J. Cargill, pour les cités petites et moyennes nous relevons une quête permanente, et qui peut paraître aux modernes pathétique et quelque peu dérisoire, de la liberté. Mais les factions qui cherchent à s’imposer s’appuient volontiers sur l’étranger, grec ou non-grec, et les passions peuvent obscurcir momentanément le jugement politique de ceux qui sont engagés dans ces luttes, au point de les conduire à une sujétion plus importante. Contradiction apparente : depuis le début du ve s. (mais ce n’est pas à ce moment un fait nouveau) nous relevons l’idée constante que la survie politique passe par des ligues. Cependant le désenchantement survient vite, alors que l’on s’est lié “pour tout le temps”. Les objectifs que l’on s’était assignés d’un commun accord peuvent apparaître comme dépassés, être modifiés par la cité ou le pouvoir hégémonique et les contreparties de la protection, au moins des contributions financières, sont alors plus mal supportées. Elles donnent des arguments de poids à la faction écartée du pouvoir et qui aspire à le reprendre.

  • 226 Gauthier 1985, 4.

40Du côté des cités continentales, le catastrophisme d’Isocrate a été parfois reçu comme vérité irréfutable par les modernes. La réalité paraît sensiblement plus nuancée. Certaines cités ont pu trouver l’opportunité de s’affranchir en fait de tutelles trop pesantes et d’autre part le traitement qui est celui des cités grecques paraît assez souvent respecter les usages traditionnels en ce qui regarde l’apparence de l’autonomie des cités En ce sens il n’y a pas hiatus mais bien évolution en continuité entre les époques classique et hellénistique226. La situation des cités grecques est donc globalement loin d’être aussi noire qu’on l’a parfois écrit : le développement de certains monnayages et le début de programmes de constructions ambitieux suffisent à le montrer. Autre fait caractéristique, une différenciation accrue entre cités concrétise les changements : alors qu’Éphèse, Milet, Rhodes... tendent à affirmer leur rôle, d’autres s’effacent à jamais par synœcisme ou absorption pure et simple. Enfin, malgré toutes les décisions politiques, les liens imposés par la géographie sont trop forts pour que l’on puisse totalement isoler cités côtières et cités insulaires.

Notes

1 Str. 14.2.23.

2 Cf. Aristophane, Oiseaux, 292 sq.

3 Debord & Descat éd. 1994 : contributions de L. Karlsson, A. Peschlow, E. Varinlioglu, R. Descat, P. Pedersen, I. Pimouguet, T. Saner.

4 Akarca 1971, 1-37.

5 A Berber mi, plan dans Akarca 1971, cf. Bean 1980, 124 et pl. 4.

6 Athénée 8.348a. La période de floruit de Stratonikos est généralement datée de 410-360 (Maas 1931 326 sq.).

7 Ruzicka 1979, 59.

8 La date de ce transfert n’est pas connue, on sait seulement qu’il a eu lieu pendant le règne de Mausole, pour Ruzicka, l’événement a eu lieu aux environs de 367 (postulat [assez gratuit] que la flotte qui agit contre Ariobarzane en 366 ne peut avoir été formée qu’à Halicarnasse) ; cf. Hornblower 1982, 297 sq. par la combinaison de Str. 14.2.23 (du temps d’Hékatomnos, la capitale était à Mylasa) et de Diod. 15.90.3 (à l’époque de la révolte des satrapes la capitale est Halicarnasse). Cf. aussi Vitruve cité note suivante.

9 Vitruve, De arch., 2.8.10 sq.

10 Hornblower 1982, 298 à partir d’Isocrate, Évag., 47 : “Il recueillait une ville livrée à la barbarie où sous la souveraineté phénicienne qui n’accueillait pas les Grecs, on ne pratiquait pas les métiers, ni ne connaissait le commerce, ne possédait pas de ports... il la dota d’une vaste chôra, éleva des murailles, mit à l’eau des trières... en sorte qu’elle ne fut inférieure à aucune cité grecque...”.

11 On lira en ce sens l’hypothesis de Libanios à la harangue de Démosthène, Sur la liberté des Rhodiens.

12 Nous avons vu plus haut que Mausole entretenait de bons rapports avec certains Grecs, ainsi par exemple Agésilas ; Hornblower 1982, 184, argumente autour de l’idée qu’Androtion, envoyé par Athènes en ambassade à Mausole après la guerre des alliés (infra) et lui-même disciple d’Isocrate aurait put être le représentant d’une telle tendance. Certes nous savons que ce dernier a composé un discours concernant la Carie hékatomnide, mais le seul passage conservé (transmis par Arist., Rhét., 1406b 25 = FGrHist, 324, F72) concerne non pas Mausole mais Idrieus ; c’est à ce même Idrieus qu’Isocrate, Phil., 103 pense pour aider Philippe et les Grecs dans une éventuelle action contre le Roi. Il n’y a donc peut-être pas lieu de transposer cette même ambiance sous le gouvernement de Mausole, encore que ce dernier ait pu, en bon politique, entretenir cette illusion (cf. ci-dessus la situation des années 366-362).

13 Cargill 1981.

14 Cargill 1981. Il convient évidemment de rajouter les travaux dont l’auteur n’a pu avoir connaissance, essentiellement le livre de Hornblower et divers articles de Cawkwell cités infra.

15 Marshall 1905.

16 Marshall 1905, 109 sq.

17 Accame 1941, 181.

18 Ryder 1965, 89.

19 Glotz & Cohen 1941, 188 sq. ; e.g., p. 194 : “Ainsi l’empire tend à devenir un terrain d’exploitation pour les particuliers comme pour l’État. L’hégémonie d’Athènes tourne à nouveau au despotisme”.

20 En une vision moralisante selon laquelle “hybris brings disaster”.

21 Cargill 1981 et les comptes-rendus de Hornblower 1982b, 235-9 ; Sherwin-White 1982, 269-271, élogieux sur le travail réalisé, critiques sur les thèses retenues.

22 Cargill 1981, 155, réfute l’idée que les critiques émises tout au long de La Paix s’adressent à la Ligue ; pour lui, elles s’adressent seulement à Charès et condamnent les exactions de ce dernier (cf. Arist., Rhét., 1418 a) bien qu’il ne soit jamais nommé. Il est évident que Charès a été souvent la cible des auteurs et cela dès le ive s. (cf. ibid., 276 n. 85). On objectera cependant les § 101, 106, etc. où est exprimée l’idée que l’empire maritime est générateur de décadence ; donc, même si Cargill, s’appuyant sur Aristote, a raison en suggérant qu’Isocrate vise particulièrement Charès, il n’en reste pas moins que dans l’esprit du rhéteur les exactions de ce dernier sont la conséquence inévitable de la domination sur mer. C. refuse l’idée d’assimiler Charès à ses prédécesseurs, par exemple Timothée suivant en cela Isocrate. On rapprochera Démosthène, Chers., 24 : “Tous les stratèges qui ont pris la mer à quelque moment... extorquent de l’argent de Chios, d’Érythrées et de partout où ils peuvent, je veux dire de ceux qui habitent l’Asie”. On pensera aussi aux exactions, au sens plein du terme, de Thrasybule à Halicarnasse et ailleurs (supra p. 261). Notons enfin le § 134 qui paraît dépasser la personnalité du seul Charès pour poser la question beaucoup plus générale de la conception qu’Athènes doit avoir de son rôle dans le cadre de la ligue pour pouvoir en redevenir l’hègemôn indiscuté.

23 Démosthène, Rhodiens, 19 ; Arist., Pol., 5.1304b. Cf. le c.r. de Sherwin-White cité supra n. 21.

24 Diod. 16.7.3 retient 358/357 comme date du début de la guerre sociale et lui assigne une durée de trois ans. Cf. en ce sens Schweigert 1939, 12 sq. : bataille de Chios, tout à la fin de 358/357 ; 357/356, campagne de Charès dans l’Hellespont et à Byzance ; 356/355, bataille d’Embata. Lewis 1954, 43 sq. aboutit à une datation comparable ; Cawkwell 1962b, 34 sq. en s’appuyant sur Denys d’Halicarnasse, Lys., 2.12.7. Cette date est largement acceptée, cf. Sherwin-White 1978, 72 et n. 223 ; Hornblower 1982a, 211 et de nouveau Cawkwell 1981b, 52 n. 49, mais déjà Beloch 1923, 258-9 ; Glotz & Cohen 1941, 198).

25 Cargill 1981. 154.

26 Diod. 16.7.3 sq.

27 Démosthène, Rhodiens, spécialement § 3.

28 “Charès avait été envoyé pour asservir Amphipolis... croyant qu’il s’en emparerait facilement... il s’attaqua à Chios, à Rhodes et aux autres alliés”. Tel quel ce résumé paraît incohérent et Cargill 1981, 157, Cawkwell 1981b, 52, Hornblower 1982, 207 lui dénient toute valeur. Tout cela ne s’organise que si l’on admet le préalable du recouvrement des syntaxeis sur les principaux alliés (infra n. 31). Il paraît bien improbable que Charès ait choisi de sa propre initiative de se rendre à Chios. Sur ce thème en général, cf. Cargill 1981, 156 qui adopte les vues de Pritchett 1974, 59 sq. (77-78 sur Charès) selon lequel les généraux athéniens du ive s. ne peuvent être considérés comme des condottieri mais qu’ils agissent presque toujours sur ordre. Charès, sur lequel pèsent par ailleurs toutes sortes d’accusations, n’est nulle part pris à partie pour cette intervention à Chios.

29 Judeich 1892, 285 ; Glotz & Cohen 1941, 196.

30 Démosthène, Rhodiens, 15.

31 Cawkwell 1981, 52 sq., s’interroge sur le déclenchement de la Guerre sociale ; son point de départ est le passage précité de Démosthène, Rhodiens, 15 : “C’est en effet pour avoir voulu vous priver de ce qui vous était dû (τοῦ κομίσασθαι τὰ ὑμέτεῤ ὑμῖν φθονήσαντες) qu’ils (les Rhodiens) ont perdu la liberté” (trad. Croiset, CUF). Il présente deux hypothèses : 1) il convient de comprendre que Démosthène a en tête dans cette phrase le recouvrement de la Chersonèse et d’Amphipolis, mais cela paraît incompatible avec le contexte, car il s’agit manifestement de quelque chose qui concerne beaucoup plus immédiatement les Rhodiens ; 2) autre solution, les propriétés ou dettes extérieures non recouvrées par les Athéniens (cf. déjà Cawkwell 1972, 272 n. 4). Cette interprétation est plus séduisante si l’on met en regard Isocrate, Paix, 5-6, pour lequel la majorité des orateurs entretient les Athéniens dans l’espoir de recouvrer leurs possessions dans les autres cités (τὰς κτή)σεις τὰς ἐν ταῖς πόλεσιν κομιούμεθα), objection de taille à la thèse de Cargill (supra n. 21) ; cf. encore Isocrate, Plat., 44 : “Après avoir abandonné vos propres possessions par dessein d’agrandir le plus possible la confédération”... (trad. Mathieu & Brémond, CUF) ; mais le verbe κομίζειν, “recouvrer”, peut aussi bien s’employer pour des propriétés, des créances, un tribut (Thucydide). Par conséquent le “dû” peut être tout aussi bien le montant de la syntaxis.

32 Toujours en conflit larvé avec Athènes depuis la fin des années 360 (supra).

33 Diod. 16.7.3.

34 Démosthène, Rhodiens, 3 : ὁ μὲν πρυτανεύσας ταῦτα mi πείσας Μαύσωλος.

35 Cargill 1981, 153 ; concluant aussi à la responsabilité de Mausole, Sealey 1976b, 440.

36 Cawkwell 1981b, 41 discute la participation de chacun. Il part du postulat que la flotte d’Épaminondas comportait pour l’essentiel des navires fabriqués par les alliés (mais cf. supra p. 297 n. 161) et admet par voie de conséquence l’importance des contingents que les cités insulaires plus Byzance peuvent mettre en œuvre ; il pense même que les cents navires engagés à Samos ne sont qu’une partie de leur flotte et il est apparemment tenté de minimiser le rôle de Mausole, dont il admet que les ordres donnés par le Roi de débaucher les mercenaires (infra) a largement affaibli la flotte du Carien.

37 Supra p. 296 n. 156.

38 Supra p. 205 n. 17.

39 Hornblower 1982, 21 (cf. p. 127) qui s’appuie 1) sur le témoignage indirect de L. Lanuvinus évoquant une guerre des Athéniens contre les Rhodiens dans une comédie démarquée d’un original grec du ive s. (probablement Ménandre, cf. Garton 1971, 17 sq. ; Edmonds 1961, 629-30, Atheniense beltum cum Rhodiensibus) ; 2) sur une scholie à Démosthène, Org.fin., 1 (Dilts 1983, 166 1. 5-7 : δοκοῦσι δέ μάλιστα ὑπὸ Ῥοδίων ἠδικῆσθαι’ἰσχυσάντων τε κατὰ θάλατταν mi πεισάντων τοὺς ἄλλους ἀποστῆναι συμμάχους et 3) sur l’existence à Rhodes d’une triérarchie (de type athénien ?) qui préjuge de l’organisation d’une flotte non négligeable (Arist., Pol., 5.1304b 27). Les conclusions de Cawkwell 1981b, 41, vont dans le même sens. On notera simplement que sa remarque sur l’envoi de seulement dix trières par les Rhodiens à la flotte rassemblée par Alexandre (Arrien, Anab, 2.20) et du même nombre fourni à Antigone (Diod. 19.77.2) indique seulement leur faible volonté de participer à une campagne de longue durée, pas leur capacité globale en cas d’attaque directe.

40 Cf. Sherwin-White 1978, 73 n. 224 : une épigramme (Paton & Hicks 1891, 350) honore les gens de Cos qui sont tombés pour la défense de l’eleutheria dans une guerre contre Athènes (dont le nom est partiellement restitué). Dans leur commentaire, Paton & Hicks retiennent deux périodes possibles : la guerre d’Ionie ou la guerre sociale.

41 Diod. 16.7 ; Démosthène, Leptine, 80.2 ; Cornelius Nepos, Chab., 4 ; Plut., Phoc., 6.1.

42 Diod. 16.21.2.

43 La clérouquie à Samos a été renforcée en 361/0 (schol. Eschine, Timarque, 53), elle le sera à nouveau en 352/1 (Philochore, FGrHist, 328, F154).

44 La situation de Samos au cours de la guerre des alliés n’est pas complètement éclaircie. Pour Diodore elle est seulement menacée (16.21.2-3) mais pour Cornelius Nepos (Tim., 3.1 ; cf. 3.4) elle est prise. Tel est le point de vue de Davies 1969, p. 328. (contra Fantasia 1986, 114).

45 Diod. 16.21.3-4 situe cet affrontement dans l’Hellespont dans le contexte du siège de Byzance. Apparemment Diodore télescope deux opérations, l’une à Byzance et dans les détroits, une autre dans les eaux de Chios qui aboutit à la bataille d’Embata. Le site n’est en effet pas exactement placé mais Étienne de Byzance, s.v. Ἔμβατον, nous apprend qu’il s’agit d’un lieu du territoire d’Érythrées. Il existe une anse assez resserrée, au sud du village moderne d’Alaçata (le site est placé là avec un point d’interrogation sur la carte de A. Philippson), mais cela correspond assez mal à la définition donnée par le scholiaste de Thc. 3.29.2 : τὸ στενὸν τὸ μεταξὺ Χίου καὶ Ἐρυθρᾶς. Pour la bataille elle-même, cf. Polyen 3.9.29 ; Cornelius Nepos, Tim.. 3.3 sq.

46 Diod. 16.22.2.

47 D’où l’idée que la révolte d’Artabaze et la Guerre Sociale font bien partie d’un même échiquier militaire et diplomatique. Hornblower 1982, 168 sq., confrontant les deux passages de Diodore (16.7.3 et 16.22.2) en tire la conclusion que Mausole a agi de son propre chef dans cette affaire et non sur ordre du Roi puisque ce dernier se considère comme agressé et non comme agresseur alors que pourtant Mausole a aidé les rebelles par des navires. Même si l’on admet ce point de vue, il faut attribuer une part de duplicité à l’attitude d’Artaxerxès ; rien ne montre qu’il désapprouve l’action de Mausole, tout au plus n’en a-t-il pas été l’initiateur. Autrement dit, même si la politique du satrape vise des fins personnelles, elle va aussi dans le sens des souhaits du Roi dans la mesure où l’abaissement de la puissance athénienne, qui apparaît comme un danger potentiel et une gêne périodique (Moysey 1975, 172), lui laisse les mains libres en Égypte. Il n’y a donc pas lieu de déduire de l’“autonomie” de Mausole qu’il s’agit d’un “untypical satrap” (sur ce point cf. supra p. 146).

48 Démosthène, Cour., 234 : au moment où la tension monte avec Philippe II, Démosthène relève que la richesse d’Athènes repose surtout sur ses alliés insulaires, mais qu’elle a perdu Chios, Rhodes, Corcyre.

49 Mais cf. supra n. 145 p. 295 ; Ruzicka 1979, 104, attribue cette mutation à l’influence de Mausole.

50 Arist., Pol., 5.1304b 25 ; cf. Sherwin-White 1978, 73 suivie par Hornblower 1982, 134. Aucun élément de datation n’est indiqué mais la liaison avec le récit parallèle pour Rhodes n’est peut-être pas fortuit. Pugliese Caratelli 1957, 333-342, propose de voir là la “main” des Asklépiades.

51 Hornblower 1982, 134.

52 Démosthène, Rhodiens, 27.

53 Hurter 1998.

54 Konuk 1998a, 59-61.

55 Hill 1923, 207-9 ; BMC Caria pl. XXX, 6-8 suivi par Brett (commentaire à Boston 2020).

56 Bonne photo, Hornblower 1982, pl. 36 (c) qui accepte l’identification (cf. p. 272 et n. 403) de même que Sherwin-White 1978, 70 et 76 n. 241 pour Artémise ou encore Hurter 1988, 151. Konuk 1998, 138-141 fait observer que la présence d’Héraklès sur les monnaies de Cos est antérieure au satrapat de Mausole ; il admet cependant que la tête voilée des revers peut être celle d’Artémise ou d’Ada.

57 Supra p. 144 n. 230.

58 Hurter 1998, pl. 32.28 (= Pl. V, 14) ; Mildenberg 1998, pl. 59.38 (datée de c. 350). Il peut certes y avoir là le début du nom d’un magistrat, mais la coïncidence est troublante d’autant que les noms de magistrats sont en général plus développés. Cette série pourrait-elle avoir été émise pendant l’“interrègne” d’Artémise ? Cf infra n 66 p. 407.

59 Ce fait n’est pas à lui seul significatif dans la mesure où les tétradrachmes qui utilisent le même rendu de la tête féminine avec un voile très raide portent la légende “des Coéens”. On rapprochera à titre d’hypothèse la monnaie de Cnide, Mildenberg 1998, pl. 59.34 (Aphrodite à gauche).

60 Démosthène, Rhodiens, 19.

61 Ibid. 15.

62 Cf. les précisions supplémentaires qu’apporte Démosthène, Prol. 23 (Clavaud, CUF = 24 Bekker), 3 “Les démocrates de Rhodes, qui naguère vous adressaient des propos bien plus grossiers que les leurs (les aristocrates)”.

63 Hornblower 1982, 127 à partir de Démosthène, Org. fin., 8.

64 Démosthène, Rhodiens, 14 ; cf. Théopompe, FGrHist, 115, F121 (= Athénée 10. 444e-445a) où est évoquée la prise du pouvoir par une faction oligarchique.

65 Supra n. 50.

66 Arist., Pol., 5.1304b 25 ; en ce sens Hornblower 1982, 127 ; Berthold 1980, 39-40 ; contra Westlake 1983b, 246, qui retient la date de 391, cf. supra p. 259.

67 Ashton s.d.

68 Monnaie publiée par Pollard 1968, 68 n. 101 (datée là des alentours de 340) ; photo Hornblower 1982, pl. 36 (a), mais cf. infra p. 485 (Pl. XI, 14).

69 Hornblower 1982, 131 ; cf. O’Neill 1978-9, 71 qui observe que dans le traité avec Athènes, Tod, 118 1. 16, c’est le dèmos de Chios qui est en relation avec celui d’Athènes.

70 Il paraît en effet assez plausible que les événements relatés par Enée, Pol., 11.3-6 (cf. 17.5) sont à inscrire dans l’actualité ; l’auteur ne précise en rien les circonstances ni les protagonistes en présence – cela est connu de tous. Si l’on pense avec Bon (CUF, cf. p. VIII sq. et note 2 p. 21) que cet opuscule peut dater de 357/6 voire même de 356/5, nous avons le détail de la trahison d’un magistrat qui permet à la faction adverse (aidée par Mausole ? Il est question de soldats qui s’emparent de la ville par surprise) de prendre le pouvoir. Enée précise que la sédition se produit en période de paix, ce qui endort la vigilance de la faction au pouvoir, elle aurait donc eu lieu au plus tard en 357. Whitehead 1990, 129, suivant une première opinion de Gehrke 1985. 46 sq., pense avec moins de vraisemblance à une date postérieure à 355.

71 Démosthène, Rhodiens, 19 ; Org.fin., 8.

72 Démosthène, Rhodiens, 3.

73 Infra p. 402.

74 Hornblower 1982, 132 et n. 220.

75 Boardman 1958-9, 304, d’où IGCH 1211, p. 162.

76 Décrite à tort dans IGCH comme un didrachme. 0 1,4 cm. ; 3,5 g ; à l’avers tête d’Apollon de troisquarts face ; au revers Zeus Labraundeus et la légende ΜΑΥΣΣΩΛΛΟ. Il suffira de renvoyer à BMC Caria, p. 182 et pl. XXVIII 4) pour retrouver des exemplaires très semblables dont les poids varient de 3,2 g à plus de 3,6 g et les diamètres entre 1,4 et 1,5 cm. Pour ce qui est de l’étalon “chiote” on rappellera qu’il s’agit aussi de l’étalon rhodien et que son usage est d’une grande banalité à l’époque (sur ce point, cf. Kraay 1976, 247 n. 1). Même type d’argumentation présenté par Lane Fox 1986, 109 à propos du trésor publié par Boardman, mais aussi d’un autre plus anciennement connu (IGCH 1217) qui contient un tétradrachme “chiote” de Mausole.

77 Cf. Hornblower 1982, 136. A noter cependant que le trésor sur lequel il se fonde (IGCH 1216) a été enfoui bien après le règne de Mausole (date proposée, vers 335).

78 Labraunda, III, 2 no 40.

79 Telle est l’hypothèse d’Hornblower 1982, 135.

80 Blümel 1995, 63 (traité entre Cnide et Lyttos) no 34 : donné là comme du iiie s.

81 Les monnaies de Pixodaros contremarquées par Itanos : Konuk 1993, 240 et fig. 3-3a témoignent au moins de l’étroitesse des relations, la Crète étant une pourvoyeuse de mercenaires bien attestée.

82 Infra p. 408.

83 Lucien, Dial, des Morts, 24, 1.

84 Doit-on lire Lydie ou Lycie ? Cf. supra p. 356.

85 Supra p. 135 sq.

86 Isocrate, Phil., 103.

87 Dupont-Sommer 1979, 166 n. 1 et la réponse de Robert & Robert 1980, 486.

88 Tod, 138, 2° décret (= IK, 34-Mylasa, 2).

89 Briant 1997,58.

90 Supra p. 357 et n. 417.

91 Cf. l’expédition conduite par Hékatomnos contre le roi de Salamine de Chypre (supra p. 258).

92 Robert 1987, p. 449-532, étude sur Caunos et sa région (géographie, produits, relations).

93 Robert 1987, 526 n. 156.

94 Hdt. 1.72.

95 Les inscriptions confirment cette double caractéristique cf. les textes de Sekköy : Blümel 1990, 29-42.

96 Inscriptions dialectales : Bean 1953, 19-20 (cf. aussi Robert 1950b, 18 n. 14 et 20 n. 16 ; Masson 1973, 123-131) et la bilingue Frei & Marek 1997, 1-79 (cf. Descat 1998, 187-190). Frei & Marek 1998, 1-18.

97 Bean 1953, 20 n.3-4 = SEG. 12, 1955,470-471.

98 Bean 1953, 95 sq.

99 E.g. Str. 14.2.3.

100 Cf. le plan fourni par Akurgal 1986, 275 à partir des travaux de Ögün 1968 ; 1978.

101 Pimouguet 1994, 290-299. L’une des forteresses de Caunos est désignée sous le nom de Persikon (Diod. 20.27), une autre Herakleion (Diod. 19.75.5).On ne sait rien de leur date d’aménagement. Le premier nom est évidemment très évocateur et le deuxième pourrait être mis en relation avec Mausole. L’examen des systèmes fortifiés ne contredit pas ces hypothèses.

102 Roos 1972.

103 Konuk 1998b, 197-223.

104 Roos 1989, 63-68.

105 Cf. la Trilingue de Xanthos et le commentaire de Dupont-Sommer 1979, 168-9 (voir supra p. 285).

106 TL, 44c 8, avec l’interprétation de Melchert 1993. Sur ces questions, supra p. 312.

107 TL, 32.

108 Cf. appendice 2.

109 Syll.3, 169 (= IK, 28-Iasos, 1).

110 Judeich 1892, 236 n. 3.

111 Infra n. 122.

112 Pedersen 1994, 215-235. Sur les rapports avec Priène et la “renaissance ionienne”, Isager 1994.

113 Vitruve 2.8.10 donne une bonne idée de l’urbanisme de la cité tel que Mausole le développe.

114 Str. 13.1.59. Sur la sujétion supposées des populations lélèges par rapport aux Cariens, cf. Philippe de Théangéla, FGrHisl, 741, F2 (Athénée 6.271b).

115 Hornblower 1982, 78-79 propose 377/376, ou peu après, en réponse à la Deuxième confédération athénienne ; implicitement Ruzicka 1992, 35 retient une date similaire ; cf. aussi Moggi 1976, 266, 370-365. Bockish 1969, 144 opte pour 367/366 en s’appuyant sur le monnayage d’Halicarnasse ; Demand 1990, 120, ne tranche pas entre les dates extrêmes.

116 Varinlioğlu et al. 1992, 162 contrairement à ce qui est soutenu à la suite de Bean & Cook 1955, 115 et 144, par Moggi 1976, 263-271 ; Hornblower l982, 82 ; Demand 1990, 123.

117 Consécration d’une table d’offrande par Hékatomnos, Sinuri, I, 76.

118 Labraunda, III, 2, 27.

119 Crampa 1972, 6 sq.

120 Robert 1936a. 81-84 ; Bean 1971, 128-132.

121 Sur l’hellénisation en profondeur de la Carie à l’époque de Mausole, cf. Robert 1946, 506-523 sp. 515.

122 Tod, 138 (Syll.3, 167) = IK, 34-Mylasa, 1-3.

123 Supra p. 137 ; c’est la formule qui est la plus proche des termes de chancellerie perses qui nous sont transmis le plus fidèlement par les documents araméens (cf. la Trilingue de Xanthos).

124 Exactement, “ayant été envoyé par les Cariens”. Cf. Robert & Robert 1983, 224.

125 Loc. cit. lignes 6-8 et 22-23.

126 A comparer avec la situation de Caunos, supra p. 385.

127 Hdt. 1.146.

128 Cf. Laumonier 1958, e.g., 539-540 ; 546.

129 Polyen 6.8.

130 Supra p. 144 et n. 230.

131 Cf. e.g. BMC Ionia pl. XXI, 4 ; sur la date relativement tardive de certaines de ces monnaies, Pfeiler 1962-1963, 20-21 ; ce qui permettrait de combler un éventuel hiatus entre séries civiques et séries “satrapales” mais Konuk 1998, 37, considère que les dates de Pfeiler sont trop tardives.

132 Supra p. 142 sq., contra Konuk 1998, 38-40.

133 SNG von Aulock 2086, datée par l’éditeur de 478-390 : même type de lion que 2354 ; ibid. 7932 sq., datées entre 377-353 : lion avec tête vers l’arrière, rosette.

134 Kinns 1989, 191 et n. 60 (cf. déjà Kinns 1986a, 249) attire l’attention sur la monnaie Sternberg Sale 21, no 2129. L’avers de cette monnaie se distingue du type qui deviendra usuel au revers des monnaies milésiennes à partir du milieu du ive s. : lion debout regardant derrière lui, rosette dans le champ. C’est déjà le type le plus fréquent sur les bronzes avec monogramme M : cf. BMC Ionia XXI, 7. Pour sa part, Deppert-Lippitz 1980, 54 et pl. 9 date ce matériel des années 340. Des tétradrachmes de Milet (Apollon de profil à gauche/lion à gauche regardant derrière lui, étoile) figurent dans le “trésor de Pixodaros” (Hurter 1998, pl. 31.13-14).

135 SNG von Aulock 2354 (cf. supra p. 145).

136 Kraay 1976, 275, propose une séquence qui serait sujétion puis indépendance. On remarquera certes qu’Idrieus ne frappe pas de monnaie au type à la rosace et qu’après 350 le monnayage de Milet se développe de façon significative ; mais il n’est pas exclu que la cité ait pu jouir, après accord avec Mausole, d’une autonomie comparable à celle d’Érythrées.

137 FD, III.4, 176 (Tod, 161 B) ; cf. infra p. 402 ; les rapports officiels au moins paraissent excellents.

138 Supra p. 384.

139 Diod. 15.49 ; supra p. 177. Les conclusions de Shipporeit 1998, 193-236, sont similaires aux nôtres.

140 Polyen lui donne le nom de Hérophytos (7.23.2), Arrien, An., 1.17.9 sq. le qualifie de “libérateur de la cité” (sa tombe sur l’agora est profanée par les partisans de l’oligarchie qui ont pactisé avec Memnon).

141 Polyen, ibid. Pygéla est située à proximité de Marathésion (cf. Str. 14.1.20). Elle contribue pour un talent puis un talent et demi à la ligue de Délos, cf. Meritt et al. 1939, 543 ; Xén., Hell., 1.2.2 (en révolte en 410/409). Elle semble avoir connu une période de pleine autonomie encore dans la première moitié du ive s : une série de monnaies a été datée du début ive s. par Regling 1922, 46-53, légende ΦΥΓΕΛΕΩΝ. Kinns 1989, 189 propose les années 360. Un décret de la même époque est mentionné dans Delphinion, 142. Théopompe, FGrHist, 115, F59 nomme cette localité à la date de 353, mais le contexte historique n’est pas précisé et par conséquent le lien que fait Judeich 1892, 241, entre Théopompe et Polyen est purement conjectural (supra p. 268 n. 41). Cf. en dernier lieu l’ample monographie de Ragone 1996.

142 Str. 14.1.20.

143 Le fait que des Priéniens figurent parmi les nombreuses personnes ayant aidé les Samiens (infra p. 472) au cours de leur exil ne prouve en aucun cas l’existence de la cité avant 334 dans la mesure où cette aide peut s’être placée entre 334 et 322.

144 Selon l’éditeur : 332/1 au plus tôt pour le premier, 327/6 pour le second, où ne figure pas la formule indiquant que les Priéniens sont autonomes. Mais dans les deux cas le stéphanéphore est le dieu (non spécifié, Zeus ?).

145 Crowther 1996, 233, ses conclusions : I. Priene, 4a, en 294/293 ; 4b, en 285/284.

146 Wiegand & Schrader 1904, 35 ; Asboeck 1913, 1-4. ; tel est aussi le point de vue de Van Berchem 1970, 198-205, mais on notera les réticences de Robert & Robert, Bull, ép., 1971, 581, aux conclusions de ce dernier.

147 Hornblower 1982, 323-330.

148 Selon Vitruve 7, Praef, 12, le même qui conçut avec Satyros le Mausolée d’Halicarnasse ; cf. aussi 1.1.12. Sur les comparaisons entre les modules de construction hékatomnides et ceux du temple d’Athéna à Priène, Pedersen 1989, 9-14.

149 Carter 1983, 24-30 : son no 85 est une tête d’“Ada”, très comparable aux statues du Mausolée ; p. 28, l’auteur émet l’idée que la refondation collerait bien avec les années 351-344, à la fois pour le temple et le projet d’urbanisme, mais un point de vue plus nuancé dans 1990, 129-136 au moins en ce qui concerne la date de la tête conservée. Cf. déjà Coulton 1977, 101, qui proposait une fourchette comprise entre 350 et 330.

150 Eschine, Amb., 116.

151 Flacelière 1937, 35 n. 3.

152 Hornblower 1982, 327 et n. 277 tire des conclusions paradoxales de ces quelques monnaies, suivant sur ce point Van Berchem.

153 Kinns 1989, 190 sq.

154 Naulochon, BMC Ionia, p. 302 et pl. XXII, 14 : ce sont là les seules monnaies connues de Naulochon ; d’où Head 1910, 587 ; pour Priène, Regling 1927, no 47 ; SNG Tubingen 3133 (cf. von Aulock 2152 ; Regling 53) : légende ΠΡΙΗ.

155 BMC Ionia, p. 160 no 15-16 ; pl. XVIII, 6.

156 Kinns 1989b, 137-148 ; cf. spécialement 137-139 avec la n. 4 ; 142 pour les bronzes de la même période. Kinns souligne que ces monnaies d’argent d’étalon rhodien voisinent avec celles de Milet dans le trésor IGCH 1213, daté des environs de 340. Cf. SNG Tübingen 2923.

157 Polyen 4.2.22.

158 Griffith in Hammond & Griffith 1979, 266 n. 2, d’après le Ps.-Démosthène, Lettre de Phil., 17.

159 Infra, p. 441 sq. pour la réinterprétation chronologique de ces décrets.

160 Infra, p. 443 et n. 142.

161 Sherwin-White 1985, 89.

162 Il se trouverait non loin de Gülbahçe, à environ 10 km. au nord du Méandre, cf. Wiegand & Schrader 1904, 35 sq. ; Kleiner 1962, 1184 ; Bean 1971, 199.

163 Robert 1962, 62.

164 Infra, p. 439.

165 Kleiner et al. 1967, constatent que l’unité de mesure du temple d’Athéna à Priène est identique à celle du bouleuterion du Panionion.

166 Cf. la photo très suggestive publiée par Robert 1976, 178.

167 Supra p. 381.

168 Blümel 1990, 32,1. 11. Sur cette inscription, supra p. 179.

169 Blümel 1997, 136 sq.

170 Supra p. 161.

171 Blümel 1997, 140.

172 Cf. Brun 1994, 193-204.

173 Cf. aussi Karlsson 1994, 141-153, sp. 150 et 153. A noter le problème de datation que cela génère pour le § 99 du Ps.-Skylax, où figure le nom d’Héraclée.

174 Il n’est pas indiqué quelle est l’Héraclée concernée mais les commentateurs (Habicht 1957, 190 no 23 suivi par Robert & Robert, Bull. ép„ 1960, 318) penchent pour des raisons de proximité pour la cité du Latmos.

175 Polyen 7.23.2 (cf. 8.53.4, infra p. 400). Cf. Str. 14.1.8. Les Latmioi figurent dans les listes attiques.

176 Cf. l’étude du site à laquelle s’est livrée Peschlow 1977, 100-104 ; 1978-9, 80 ; 1994, 157-172 : la cité qui a précédé Héraclée se trouvait dans la montagne, à l’est de la cité hellénistique ; le site est occupé de l’époque archaïque aux environs de 300. Bien qu’il soit assez ruiné son plan peut être précisé avec en particulier de très belles fortifications. Peschlow note que l’on peut faire un parallèle étroit entre ces constructions et celles de Mausole à Labraunda. Elle suggère donc que l’aménagement a eu lieu dans la première moitié du ive s. (mais il paraît y avoir une égale probabilité pour Idrieus que pour Mausole). On utilise des tetrapyrgia, y compris pour le palais du maître des lieux.

177 Tod, 155 (Syll.3, 168 ; IK, 1-Erythrai, 8).

178 Sinuri, 108.

179 A Labraunda, les dédicaces d’Idrieus (Labraunda, III, 2 no 17-19) mentionnent son patronyme et son ethnique, Mylaseus. Idrieus se pose donc apparemment en simple citoyen de la cité “grecque” de Mylasa, sans pour autant qu’il soit nécessaire avec Crampa 1972 de se demander si Idrieus a fait ces constructions sous le gouvernement de son frère.

180 E.g. Tod ; Merkelbach & Engelman dans IK, 1 ; Hornblower 1982, 108.

181 On consultera avec profit Beloch 1922, 243, 250 ; 1923, 269 ; Moysey 1975, 175 sq. donne une reconstruction parfois contestable des événements mais on trouvera p. 295 sq., dans l’appendice D’un utile examen des sources : citation et traduction de textes rares (infra note 183) ; cf. aussi Weiskopf 1982, 418 sq. et les différents articles de Osborne cités supra p. 149 n. 258.

182 Il y a évidemment des différences, par exemple l’effacement de Sparte et l’issue pour quelques-uns des protagonistes, par exemple Athènes.

183 Diod. 16.22.1-3 ; 34.1-2 ; scholie à Démosthène, 1e Phil., 19 ; P. Erzherzog Rainer (FGrHist, 105, F4) ; scholie à Démosthène, 3e Olynlh., 31.

184 Scholie à Démosthène, 1e Phil, 19.

185 Weiskopf 1982,473.

186 Weiskopf 1982, 474.

187 Diod. 17.111.1.

188 Supra p. 377.

189 L’action de Charès, à ce moment seul chef de l’expédition, au cours de la guerre des alliés est quantifiée par Eschine, Amb., 71 : d’après lui. le stratège avait perdu cent-cinquante trières, dépensé mille cinq cents talents, extorqué soixante talents par an aux insulaires et survécu grâce à la piraterie.

190 Dans cette affaire c’est apparemment de sa propre initiative que Charès s’est engagé auprès d’Artabaze même s’il va tenter après les premiers succès de faire légitimer son action par l’assemblée.

191 Diod. 15.22.1-2 ; scholie à Démosthène, Ie Phil, 19 ; Démosthène, Ie Phil., 24.

192 FGrHist, 105, F4.

193 Judeich 1892, 200 n. 2 les identifie à tort ; contra Beloch 1923, 153 et à sa suite Osborne 1973, 542 ; Weiskopf etc.

194 Supra p. 155 sq. D’autant qu’il “descend” ensuite vers la mer (καταβαίειν).

195 Weiskopf 1982.476.

196 Hornblower 1982. 144 : “private Persian Tithraustès”.

197 Cette restitution n’a été remise en cause par personne.

198 Selon Diod. 16.22.1 le Roi dispose de plus de soixante-dix mille hommes alors que le scholiaste de Démosthène, Ie Phil.. 19 attribue vingt mille hommes à Tithraustès ; les deux données ne sont pas exclusives ou contradictoires.

199 Scholie à Démosthène, Ie Phil., 19 ; formulation similaire, Plut., Aratos, 16.3.

200 Diod. 16.22.1-2 ; Moysey 1975. 173 n. 1, s’interroge sur la composition éventuelle de cette flotte. Il ne peut s’agir, du moins en totalité, des navires que Mausole peut mettre à l’eau. Il faut donc évidemment penser à la “flotte de Phénicie” dont on sait le rôle dans la diplomatie perse dès la fin du ve s. et aussi l’action en 394 (pour rester dans le secteur de l’Egée).

201 Moysey 1975, 185, suppose que deux batailles successives ont opposé Tithraustès et Charès ; malgré les arguments présentés, il est assez clair qu’il s’agit là d’une complication inutile d’un seul et même événement : l’affrontement est rapporté de façon légèrement différente mais pas incompatible par nos trois sources (Diod. 16.22 ; P. Erz. Rainer : scholie à Démosthène, Ie Phil.. 19) qui dérivent apparemment d’un original unique.

202 Scholie à Démosthène, 3e Olynth., 31 (Dilts 1983. 100, 146a).

203 Pour Bürchner 1924, 590-592, cette dernière a été conquise par Charès en 355. Il est possible qu’Artabaze ait eu quelque mal à la conserver dans sa mouvance. Il n’est pas sûr que Charès y ait conservé quelque position après la capture et le sac de la ville. En revanche Théopompe, FGrHist, 115, F105 (transmis par Athénée 12. 532b) est plus explicite pour Sigeion.

204 Arrien, An., 1.12.1.

205 Supra p. 296. A noter que Hammond 1937, 74 proposait déjà ce parallèle refusé par Moysey 1975, 180, en fonction d’un cadre général perçu comme très différent, en particulier pour la situation d’Athènes.

206 Diod. 16.34.1-2 ; Frontin 2.3.3 ; Polyen 5.16.2 ; 7.33.2.

207 Moysey 1975, 189.

208 Cf. Diod. 16.52.3 ; Kienast 1971, suggère une influence de ces nobles perses sur les institutions macédoniennes ; il faut peut-être plutôt penser avec Weiskopf 1982, 527 n. 21, que les ressemblances sont dues à un fonctionnement archaïsant comparable des deux monarchies. Mentor se réfugie en Égypte auprès de Nectanebo.

209 Moysey 1975, 186.

210 Diod. 16.40.2. Beloch 1922, 483, n. 1, met en relation cette somme avec l’aide demandée par le Roi pour son expédition en Égypte, sans preuve, alors que Moysey 1975, 188, pense que les tractations ont pour enjeu le maintien ou le retrait des cinq mille mercenaires, d’où la rupture entre Pamménès et Artabaze.

211 Moysey 1975, 188.

212 De Judeich à Moysey. On sait que Weiskopf lui attribue une importance bien moindre (p. 478).

213 Les deux passages précités de Diodore ne mentionnent que le seul Artabaze mais le P. Erz. Rainer indique que les satrapes loyalistes s’opposent à lui.

214 Supra p. 344 n. 318.

215 Moysey 1975, 158-163.

216 Trad. Mathieu & Brémond, CUE Je ne retiens que les passages les plus explicites des § 8-10.

217 Ἐν ταῖς συνθήκαις. S’agit-il là seulement d’une allusion à la Paix du Roi ? Le propos paraît plus général et s’appliquer à tous les accords passés avec le Roi en particulier par les Spartiates. De même Moysey 1975, 163, veut faire des § 13-14 un état des cités grecques d’Anatolie à l’époque d’Agésilas or le reproche qui lui est fait, “il voulait faire la guerre au Grand Roi et ramener dans leur patrie ses amis exilés en les rendant maîtres des affaires publiques” oppose plutôt l’attitude du roi de Sparte en Asie et en Europe, l’une louée alors que l’autre est blâmée.

218 Supra p. 289 n. 97.

219 Supra p. 299.

220 Arrien, An., 1.17.10 sq. ; Diod. 17.22 sq.

221 Infra p. 408.

222 Cf. les conclusions, sans doute encore révisables, de Hardwick 1993, 218-219. Ces séries dans Hurter 1998, 149.

223 Cf. en ce sens les observations de Glotz & Cohen 1941, 103 ; pour un panorama général de ce monnayage cf. Kraay 1976, 256 sq.

224 Waddington et al 1908, 311 et pl. XLIX, 1-4 (statère d’étalon attique avers Apollon lauré, revers proue de navire).

225 Bodenstedt 1981. 168 et 260 (Phocée, Mytilène) ; SNG von Aulock 1207-1212 (Cyzique). Cf. Mildenberg 1998.

226 Gauthier 1985, 4.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540