Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Deuxième partie. Conflits et enjeux de pouvoir (412-423 a.C.)

Chapitre VIII. “La grande révolte des satrapes”

Texte intégral

  • 1 Osborne 1971, 297-321 ; 1973,515-551 ; 1975, 291-309.
  • 2 Weiskopf 1989.
  • 3 Diod. 15.90 sq.
  • 4 Weiskopf 1982, 338 ; 1989, 12.
  • 5 Trogue-Pompée, Prol., 10 : (Artaxerxes) in Cadusis victus, defectores in Asia purpuratos suos pers (...)
  • 6 Stratagèmes, attribués à Orontès, Autophradatès, Mausole, etc.
  • 7 Cf. par exemple Démosthène, Sur les symmories, 31.
  • 8 Sur les sources possibles de Cornelius Nepos, Thiel 1923, 412 sq. ; cf. Moysey 1992. 158-168.
  • 9 Diod. 15.91.2-7.

1Il s’agit là d’un épisode controversé et qui comporte bien des zones d’ombre malgré le réexamen drastique auquel se sont livrés M. J. Osborne1 et surtout M. Weiskopf2 : problème exemplaire de l’utilisation des sources et de leur difficulté. Le seul récit cohérent et global des faits est celui de Diodore3 ; mais il apparaît très vite à l’analyse que ces deux qualificatifs sont eux-mêmes inadéquats. Dans un souci de mise en scène dramatique (unité de temps, unité d’action), Diodore a réuni des faits qui en réalité se déroulent sur beaucoup plus d’une année et qui sont probablement moins liés entre eux que l’auteur ne l’affirme4. La révolte des (ou de) satrapes est traitée de façon encore plus schématique par Justin résumant Trogue Pompée5. Il apporte des informations nouvelles, mais partiellement contradictoires avec celles de Diodore, et il conviendra de se rappeler que le récit de cet auteur, lorsqu’on peut le comparer à d’autres sources, se révèle souvent assez fautif. A côté de cela, quelques éclairages nous sont fournis par Polyen6 et le Ps.-Aristote de l’Economique, II. Ces deux auteurs ont en commun de s’intéresser à des stratagèmes militaires ou fiscaux, classés par personnages célèbres mais sans que jamais le contexte chronologique ne soit précisé et qui apparaissent, parfois même, dans une complète intemporalité. Il est donc dangereux, en l’absence de tout point d’ancrage, de tenter de restituer ces faits précis dans un cadre plus général et à une date déterminée. La suite montrera la difficulté d’une telle entreprise. Enfin, occupant une place à part dans ce tableau, Démosthène et Cornelius Nepos. Dans plusieurs de ses œuvres, le premier fait référence à la situation des années 365-360. Il y a là une information de premier ordre dont il faut obligatoirement tenir compte, même si le plus souvent il ne s’agit que d’allusions à une situation supposée connue des Athéniens7. Le second est précieux par sa “Vie de Datamès”8, exposé séduisant mais nécessairement hagiographique qu’il faudra tenter de concilier avec Diodore9.

  • 10 Babelon 1893 ; 1910.
  • 11 Cf. supra p. 65.

2Notons que c’est sans doute par les progrès de la numismatique qu’il est possible de sortir de certaines impasses. Des avancées importantes ont eu lieu depuis les travaux classiques de E. Babelon10. Un réexamen systématique des monnaies satrapales (signification, étalons, représentations) serait cependant nécessaire11.

3Nous avons vu plus haut qu’Autophradatès, Mausole et Artabaze n’avaient pas réussi à venir à bout de la révolte d’Ariobarzane. La présence d’Agésilas et les manœuvres d’intimidation de Timothée avaient suffi à établir un partage de fait de la partie occidentale de la satrapie de Daskyleion. La participation de Mausole à l’expédition avait paru tellement peu efficace qu’on avait pu s’interroger sur son éventuelle duplicité.

1. Les acteurs de la révolte selon Diodore

  • 12 Diod. 15.90.1-3.

4En 362/1, selon Diodore, se produit une révolte générale des zones côtières de l’Empire. Il est essentiel de lire intégralement le texte12 :

  • 13 La basileia de Mithridate est probablement la dôrea personnelle de ce dernier. Sur ce point cf. su (...)
  • 14 Ce deuxième emploi du mot basileia montre bien la polysémie du terme ; le “palais” se trouvait pro (...)
  • 15 Plutôt que “parmi les peuples”. Convient-il avec Dindorf de corriger Ίώνων en ἐθνῶν (c’est la solu (...)

“Sous l’archontat de Molôn à Athènes [362/1]... les peuples qui habitent la côte de l’Asie se révoltèrent contre les Perses et quelques-uns des satrapes et des stratèges entrant en révolte firent la guerre à Artaxerxès. Simultanément le roi d’Égypte Tachôs ayant décidé de combattre les Perses, équipait une flotte et levait des forces d’infanterie. Ayant recruté de nombreux mercenaires dans les cités grecques, il persuada les Lacédémoniens de s’allier à lui. Les Spartiates en voulaient au Grand Roi parce que les Messéniens avaient été placés sur le même plan que les autres Grecs dans la Paix Commune. La sédition contre les Perses ayant pris une telle ampleur, le Roi aussi se prépara à la guerre. Car il avait à combattre en même temps le roi d’Égypte, les cités grecques d’Asie, les Lacédémoniens et leurs alliés, les satrapes et les stratèges qui avaient des commandements dans les districts côtiers et avaient décidé d’agir de concert ; parmi ces derniers, les plus en vue étaient Ariobarzane, le satrape de Phrygie qui, à la mort de Mithridate, avait pris possession de la basileia de ce dernier13 et Mausole, dynaste de Carie, maître de nombreuses places fortes et de villes considérables dont Halicarnasse, qui possédait une acropole remarquable et le palais14 de la (dynastie de) Carie, se trouvait être le centre et la métropole ; outre ces derniers, Orontès, satrape de Mysie et Autophradatès (satrape) de Lydie ; à côté des Ioniens15, les Lyciens, les Pisidiens, les Pamphyliens et les Ciliciens, plus les Syriens, les Phéniciens, et pratiquement tous les peuples côtiers”.

5Diodore distingue deux catégories parmi la longue énumération des coalisés : les représentants du pouvoir perse et les peuples. Il établit une hiérarchie dont la validité a été souvent discutée. Ces données ne se situent pas sur le même plan et peuvent être résumées par le tableau suivant :

Ordre de la révolte

Les ennemis du Roi : vision globale

Les ennemis du Roi : liste détaillée des belligérants

1. Les peuples qui habitent la côte d’Asie

1. roi d’Égypte

1er groupe : 1. Ariobarzane, Mausole

2. Quelques-uns des satrapes et stratèges.

2. Cités grecques d’Asie

2. Orontès, Autophradatès

3. Tachôs, roi d’Égypte.

3. Lacédémoniens et alliés

2e groupe : 1. Ioniens

4. Lacédémoniens

4. Satrapes et stratèges des régions côtières qui coordonnent leur action

2. Lyciens, Pisidiens, Pamphyliens, Ciliciens

3. Syriens, Phéniciens, pratiquement tous les peuples côtiers.

Les peuples qui habitent la côte d’Asie

  • 16 E.g. Diod. 15.93.6 ; 16.40 ; 46.3 etc.
  • 17 Diod. 16.44.4 ; sur la notion de satrapie “côtière”, cf. supra p. 70 sq., 91 sq.
  • 18 Si notre interprétation du document est correcte, la mention des Ioniens – qui figure dans les man (...)

6La formulation est ambiguë. Le terme Asia est employé par Diodore tantôt pour désigner l’Asie Mineure (et même souvent sa partie occidentale), tantôt en un sens géographique beaucoup plus large16. Notons que la formule οἱ τὴν παράλιον οἰκοῦντες τῆς Ἀσίας est peut-être à distinguer d’autres qui, bien que paraissant proches comme οἱ τὴν παραθαλάττιον τῆς Ἀσίας οἰκοῦντες Ἕλληνες, semblent s’appliquer plus spécifiquement aux Grecs d’Asie Mineure17. La suite du texte est plus précise : il est question d’abord des cités grecques d’Asie et, plus loin, des Ioniens18.

Les Ioniens

  • 19 Moysey 1975, 98, traduit Asia par Asie Mineure et conclut que ceux que Diodore appelle “habitants (...)
  • 20 Infra p. 348.

7R. A. Moysey19, en accord avec sa thèse principale qui met en évidence la faiblesse des cités de la Grèce d’Asie, conclut “while the Greeks may well have become weary of Persian domination, they did not initiate the rebellion”. Il serait certes vain de vouloir déterminer de façon linéaire un ordre de soulèvement, en particulier à cause du caractère artificiel de la chronologie de Diodore. Cependant, la suite des événements montre que le rôle des Ioniens n’est pas secondaire et que leur résolution est grande puisque la révolte ne prend fin que par la traîtrise de Rhéomithrès qui se saisit de leurs chefs assemblés20. Il est bien probable que Diodore n’accorde pas tout à fait le même sens qu’Hérodote au vocable “Ioniens”. Nous avons vu plus haut que l’énumération des peuples doit être lue en simultanéité avec celles des satrapes révoltés, en quelque sorte pour combler les vides dans la perspective d’une conflagration touchant toutes les régions côtières. Elle n’a donc pas valeur institutionnelle.

  • 21 Balcer 1985, 31-42.
  • 22 Piérart 1985b, 42. Cf. aussi Mitchell 1990, 107.
  • 23 En dernier lieu Jones 1987, 308-310.
  • 24 Béquignon 1928, 185-208.
  • 25 Hunt 1947, 68-76 ; dans le même sens Balcer 1985, 39.
  • 26 Piérart 1985a, 177 sq. ; Jones 1987, 308-310.
  • 27 Robert & Robert, Bull, ép., 1976, 174, après Ruge 1934a, 553-555.
  • 28 Debord 1994, 57.
  • 29 Boeckh, CIG, 3064, commentaire.
  • 30 Cahill 1988, 481-501.

8Est-il possible de déterminer des facteurs communs à toutes ces cités, à la fois pour tâcher de leur donner une identité et pour cerner les clivages internes. J. Balcer21 propose une grille d’analyse où la “frontière” serait en fait interne aux cités dans la mesure où l’on pourrait opposer au ve s. asty et chôra. La première est en général tenue par des démocrates pro-athéniens, la seconde subdivisée en rural manorial districts. M. Piérart22 a beau jeu de montrer qu’un point de vue aussi systématique ne saurait correspondre à une réalité que l’on doit concevoir comme plus complexe et surtout sujette à des évolutions liées à la conjoncture. Le seul exemple de Téos suffira sans doute à montrer les difficultés d’une analyse trop linéaire. On a beaucoup disserté sur les pyrgoi23. Y. Béquignon24 y voit des détachements militaires en charge des tours. En revanche D. W. S. Hunt25 les interprète dans le cadre d’un système décrit comme féodal. Ces deux positions sont évidemment inconciliables mais pourtant des solutions de compromis ont été tentées à partir d’une définition minimale : il est clair qu’à l’époque hellénistique au moins il s’agit, comme les symmories, d’une subdivision de la cité. M. Piérart26 pense que le pyrgos est dû à une réorganisation militaire, postérieure aux symmories. J. et L. Robert27 soulignent que dans d’assez nombreux cas l’éponyme de ces pyrgoi porte un nom indigène et cela tendrait plutôt à montrer que l’origine est assez ancienne – au plus tard ive s. – et qu’il s’agissait au départ de domaines disposant de tours dans la campagne28, dont A. Boeckh29 faisait l’équivalent des dèmes athéniens. On rapprochera la tombe de Tas Kule près de Phocée que N. Cahill30 propose de dater de la fin du vie ou du début du ve s. et qu’il analyse comme pouvant appartenir à une famille aristocratique perse ou à des nobles locaux “persianisés”.

  • 31 Str. 14.1.3 après Phérécyde.
  • 32 Debord 1977.
  • 33 I. Priene, 1.

9L’observation de J. et L. Robert concernant l’arrière-pays ionien et la persistance de toponymes indigènes pour nombre d’agglomérations de petite taille invite à rappeler que Strabon31 attribue aux Cariens et aux Lélèges, du sud au nord le peuplement de l’Ionie avant l’arrivée des Grecs. On sait que ceux-ci ont eu à compter aux hautes époques avec ces populations. Ainsi les Milésiens connaissent de graves difficultés avec les Gergithes soutenus par le clergé (et donc de l’oracle) de Didymes32. La situation vaut encore très largement pour le ive s. et même au-delà. En témoignent les rapports conflictuels des Priéniens et des Pédieis que traduit l’opposition explicite entre les citoyens de Priène et les habitants des komai à l’époque d’Alexandre33. Si l’on compare avec ce qui se passe plus au sud. la grande différence réside dans le rapport des forces. Le tissu des cités grecques est tel que les entités indigènes, peut-être assez diverses par leurs origines, n’ont pas pu développer de solidarités ou de caractères culturels communs. Les quelques traits autochtones repérables, en particulier dans le domaine de la religion (Didymes), ont été récupérés par le groupe dominant.

Les Lyciens34

  • 34 Une bibliographie exhaustive est fournie par Borchhardt & Dobesch 1993. A l’étude classique de Tre (...)
  • 35 Recueil des inscriptions lyciennes, Kalinka 1901, révisé par Friedrich 1932, 52-90 et complété par (...)
  • 36 Mise au point bibliographique commode de Picard pour Metzger 1987, 10 n. 53. Babelon 1893, CX sq. (...)
  • 37 Zahle 1989 ; Keen 1993.

10La documentation sur cette région est abondante à partir de la fin du ve s. et jusqu’à la mainmise par les Hékatomnides. En effet à quelques trop rares mentions littéraires s’ajoutent d’importantes inscriptions, provenant en particulier de Xanthos35 et du Létôon et un grand nombre de monnaies auxquelles ont été consacrées plusieurs études récentes36. La principale difficulté provient du fait que, malgré les découvertes qui en ont fait progresser le déchiffrement, la langue lycienne reste encore largement hermétique. On doit s’interroger sur les raisons qui président à la prospérité économique d’une région qui ne semble pas posséder de ressources la distinguant de ses voisins immédiats37. Les opinions divergent : J. Zahle aurait tendance à attribuer à des causes militaires l’enrichissement des dynastes lyciens sous la domination perse alors que A. Keen souligne plutôt la situation stratégique de la région sur la route qui va de l’Égée à la Méditerranée orientale, étape obligatoire pour les navires circulant dans les deux sens.

  • 38 Cf. la tentative de hiérarchisation des cités proposée par Zahle 1980, 37-49. La plus importante e (...)
  • 39 Mørkholm 1964, 71 ; cf. aussi Bryce 1980, 377 sq. avec un découpage légèrement différent. En derni (...)
  • 40 Childs 1981, 56 et n. 13 (cf. aussi Houwink ten Cate 1965, 15).
  • 41 Borchhardt et al. 1975.
  • 42 Infra n. 412.

11Le pays est très accidenté et compartimenté. Cela se traduit dans l’ordre politique par la multiplication apparente des entités politiques38. On peut considérer cependant que, de Telmessos à Gagai, se dégagent trois unités géographiques39 : 1) A l’ouest, le bassin du Xanthe. Les principaux centres sont Xanthos, Tlos, Pinara, Patara auxquels il convient d’ajouter Telmessos, bien distincte mais dont l’histoire est liée à celle de la région40. 2) Une zone centrale où sont notables les localités associées de Phellos et Antiphellos, puis Aperlai, Myra41. 3) La partie est qui s’organise dans le bassin du Limyros avec Limyra, Rhodiapolis, Korydalla. En revanche Phasélis42 n’appartient pas politiquement à l’horizon lycien, même si la géographie impose des relations étroites bien que parfois mouvementées.

Image

Carte 10 : La Lycie.

12Cette structuration implique des conséquences pour la frappe des monnaies. De façon un peu trop simplificatrice sans doute, on oppose deux régions utilisant deux étalons distincts : dans la partie occidentale on émet des monnaies “légères” calquées sur l’étalon athénien alors que les autres centres d’émission adoptent un étalon “lourd” convertible dans le système perse. Faut-il voir à cette bipolarisation des raisons d’ordre économique (Mørkholm) ou administratif (Childs). Nous verrons en tout cas que cela ne préjuge en rien des choix politiques des différentes régions.

  • 43 TL, 44c 31. On a toujours restitué Κα[ρ]ίκα γήνος. Bousquet 1992, 172 sq., fait observer à juste t (...)
  • 44 Bryce 1982, 334. Pour un stemma totalement différent Keen 1998, 220.

13Dès le début du ve s., une famille : le Ka[s?]ika genos43 joue un rôle primordial en Lycie. Une reconstitution du stemma familial a été tentée par plusieurs auteurs. La plus satisfaisante à ce jour paraît être celle de T. Bryce44 dans sa version B c’est-à-dire celle qui fait d’Harpagos non pas un membre direct mais un allié de la famille xanthienne :

Image

  • 45 Bousquet 1992 (donné là comme une évidence). Cf. Keen 1998, 46 ; 76-79.
  • 46 Sur la région de Phellos-Antiphellos et son organisation géopolitique, Schweyer 1996, 39-42.
  • 47 Bryce 1982. 332 n. 19.
  • 48 Ce type d’alliance pourrait être illustré par l’exemple de Pharnouchos né d’un père lycien et d’un (...)

14En effet le nom d’Harpagos ouvre deux hypothèses : 1) Le Ka[s?]ika genos a dû sa prééminence dans la vallée du Xanthos à l’arrivée des Perses. Il serait l’une des quatre-vingts familles qui repeuplent la ville après la première destruction par le général perse Harpagos (Hérodote 1.176). Le genos témoigne de son attachement au vainqueur par l’adoption de ce nom – comme d’autres choisiront en sens contraire le nom de Périklès. Dans ce cas, Harpagos serait l’un des fils de Kuprlli. Telle est la solution retenue par J. Bousquet45. 2) Harpagos (Arppakhu) a reçu en récompense un domaine dans la région conquise et une branche de sa famille a pu continuer à y résider. Deux inscriptions provenant de Phellos et de ses environs (N 310 et TL, 77)46 se terminent par la formule ẽnẽ Arppakhuhe khñtawata dont le sens est probablement “sous l’autorité d’Harpagos” et pourtant ce dernier ne semble pas avoir émis de monnaies. Certains modernes ont voulu voir chez Hérodote la trace d’une tradition “harpagide”47. Dans ce cas le Ka[s?]ika genos aurait recherché une alliance matrimoniale avec un personnage important de l’aristocratie perse48.

Légende de la planche VI
VI.1. Kherẽi, Schwabacher pl. 11. 2, ar, 8,18 g.
VI.2. Kherëi, idem pl. 11. 13. ar, 8,35 g.
VI.3, Artembarès, idem pl. 11. 13, ar, 3,79 g.
VI.4, Ddenevele, idem pl. 11.6, ar, 7,95 g.
VI.5, Mithrapata, idem pl. 12. 1, ar, 9,77 g.
VI.6, Periklès, idem pl. 12. 9, ar, 9,85 g.
VI.7. Kheriga, SNG von Aulock 4166, ar, 9,50 g.
VI.8, Kherëi, Cahn 1989 I. 8, ar.
VI.9, Kherëi, von Aulock 4176, ar, 4,13 g.
VI.10, Ddenevele, von Aulock 4180, ar, 8,34 g.
VI.11, Ddenevele, Hurter, Essays... Thompson pl. 8. 7, ar, 8,47 g.
VI.12, Arbinas, idem pl. 9. 26, ar, 8, 48 g.
VI.13, Artembarès, von Aulock 4184, (revers de VI 3).
VI.14. Périklès, von Aulock 4252, 9,91 g.
VI.15. Périklès, v. Athena 1987 132, 9,04 g.

Planche VI

Image

  • 49 Schmitt 1982, 373-388 ; Bryce 1986a, 161 sq. ; 1990, 536 sq.
  • 50 Supra p. 146.
  • 51 Bernard 1964, 208-212 : il relève 24 noms perses dans des inscriptions hellénistiques et romaines. (...)

15L’existence d’un certain nombre de noms perses dans les familles “locales”49 ne permet pas le plus souvent de trancher : s’agit-il d’autochtones iranisés, de familles perses anciennement implantées, de représentants en mission du pouvoir central ? Tous ces cas de figure ont dû coexister. Ces noms perses témoignent dans tous les cas d’une présence impériale bien affirmée qui contraste avec l’idée d’une “autonomie” de la Lycie jusqu’à une époque relativement avancée50. P. Bernard51 soutient de façon vraisemblable que nombre de nobles perses ont reçu des domaines dans la région. On pensera à titre de comparaison à la situation de Spithridatès et à ses relations avec Cyzique.

  • 52 Bryce 1982, 330 à propos de Hdt. 7.98 ; cf. aussi 1983, 33-34 ; Bousquet 1992, 172. A la lecture K (...)
  • 53 IG, I3, 261 ; 262 ; 266 (ATL, II, 3 ; 4 ; 9). Le montant de la contribution unique des Lyciens et (...)
  • 54 Plut., Cimon, 12.3 ; Diod. 11.60.4. Cette version des faits est contestée par Bryce 1986a, 103 sq. (...)
  • 55 IG, I3, 266 (dans les deux listes précédentes, [τελμέσσιοι καὶ Λ]ύκιοι ; [Τελμέσ]σιοι [καὶ Λύκιοι] (...)
  • 56 Certaines monnaies de Kheriga ont été émises à Xanthos de façon simultanée à celles de Kuprlli. Kh (...)
  • 57 Childs 1981,62.
  • 58 Mørkholm & Zahle 1976, 75-6. (cf. aussi Asheri 1972, 87).
  • 59 Nous avons la version athénienne des faits par Thc. 2.69 et, fait rarissime, le point de vue antag (...)
  • 60 Monnaies à Xanthos, Phellos, Tlos, Pinara, Telmessos ; donc un domaine qui ne paraît pas différent (...)
  • 61 Pour la fin de ce monnayage qui est contemporaine de l’érection du pilier funéraire, cf. Childs 19 (...)

16En 480 le contingent naval lycien qui accompagne Xerxès en Grèce est probablement commandé par Kuprlli fils de Kheziga52. L’histoire de la Lycie s’éclaire un peu à partir du milieu du Ve s. dans la mesure où elle entre alors en contact avec Athènes. Elle apparaît dans les listes des tributs pour 452/451,451/450 et 446/44553 et, en règle générale, ce fait est lié à la campagne de Cimon qui culmine en 468 à la bataille de l’Eurymédon. L’adhésion des Lyciens est-elle obtenue par la force ou par la persuasion ? La couche de destruction de Xanthos a-t-elle quelque lien avec ces événements ?54 L’ultime versement, dix talents en 446/445, est effectué par les Τελεμέσσ[ιοι], Λύκιοι καὶ συν[τελ-]55. Vers 440, Kuprlli transmet le pouvoir à son petit-fils Kheriga (celui-ci et son frère cadet Kherẽi sont des fils d’Harpagos) qui devient donc le maître de Xanthos mais aussi d’une principauté beaucoup plus vaste56. A un moment qu’il est difficile de préciser (dès 440 selon Childs57, vers 430 pour O. Mørkholm-J. Zahle)58, les Lyciens (ou au moins une part d’entre eux) ne paient plus leur contribution à la Ligue. Une expédition menée en 430/429 par l’Athénien Mélésandros avec comme objectif de récupérer de l’argent, est défaite par les Lyciens. Mélésandros est tué par le dynaste Trbbënimi59 apparemment maître de la partie orientale de la Lycie. En revanche il n’y a pas de preuve qu’à ce moment la part occidentale ait été détachée de la ligue de Délos. Sous Kheriga est émis un monnayage à la chouette qui perdure encore sous son frère et successeur Kherẽi60 avant qu’elle soit remplacée par la “tête satrapale”61. En bref, il n’est donc pas assuré que l’action de Mélésandros ait concerné au départ l’ensemble de la Lycie, en revanche il est possible que sa défaite ait entraîné la sécession de toute la région, plutôt vers 430 que dix années auparavant (cf. supra).

  • 62 Zagaba, Trbbënimi, Kherëi, Teththiweibi, Mithrapata, Aruwàtiyesi. Certains ne sont pour nous rien (...)
  • 63 TL, 44a 59-60 apparaissent les noms de Darius et Artaxerxès ; il y a certes plusieurs combinaisons (...)
  • 64 Cf. Childs 1979, 97-102 ; 1981, 67-8 d’où Bryce 1982, 332.
  • 65 Bousquet 1975 (d’où Robert 1978) ; 1992, suivi par Keen 1998, 130.
  • 66 Supra p. 121. Keen 1993.
  • 67 Cf. l’épigramme grecque de TL, 44c 1. 29 (ML, 93) ; réédition du texte, Bryce 1986a, 97 ; traducti (...)
  • 68 Son nom est associé à celui de Hiéraménès dans un contexte religieux (cf. 1. 12 et 15). Il est ass (...)
  • 69 Mørkholm & Neumann 1978, 25 et pl. III. 4 ; Hurter 1979, 100-101 : à l’avers, “satrape" perse à ch (...)
  • 70 D’accord sur ce point avec Childs 1981,67 et n. 72, Keen 1998, 137 émet l’hypothèse qu’elle aurait (...)
  • 71 Bousquet 1975 et 1992.
  • 72 Melchert 1993, 31.
  • 73 On voir combien toute construction reposant sur une interprétation des textes lyciens reste encore (...)
  • 74 Supra p. 213.
  • 75 Robert 1978a, 21, suivi par Hornblower 1994, 214.
  • 76 TL, 44a 47 indique qu’elle a appartenu au domaine du Ka[s?]ika genos, Kherēi ayant dû remettre bon (...)
  • 77 Masson 1974, 127-130 d’où Bousquet 1992, 167 n. 18. Le même (ibid. 180) ajoute au dossier la monna (...)
  • 78 Schweyer 1996, 11 sq.
  • 79 Schweyer 1996, 16-17.

17Un certains nombre de noms propres62 apparaissent dans l’inscription lycienne du “Pilier inscrit”, mais celle-ci est très incomplètement déchiffrée ce qui ne permet pas d’en donner une interprétation entièrement satisfaisante. Les hypothèses de W. A. P. Childs quant à la date (vers 400)63 et à la nature du document (il s’agirait du pilier funéraire de Kherẽi)64 s’opposent à celles de J. Bousquet (pilier funéraire de Gergis-Kheriga, début du ive s.)65. La suite ne se laisse pas aisément appréhender à une exception près : aux lignes 52-55 apparaissent les noms des Ioniens, de Iasos, Mykalè, Samos (?), d’Amorgès non loin du nom de Kherẽi. Il est clair qu’il s’agit là des événements qui ont accompagné la révolte d’Amorgès en Carie66. Nous apprenons ainsi qu’un contingent lycien a participé à la victoire de Tissapherne et des Spartiates puisque Kheriga-Gergis se glorifie d’avoir tué de sa main et en un seul jour, sept hoplites arcadiens67. Il faut en conclure qu’à ce moment la Lycie est dans la mouvance de Tissapherne dont le nom apparaît dans l’inscription lycienne68. La présence du satrape est encore attestée par une monnaie à légende lycienne émise à son nom à Xanthos69. Le moment le plus adéquat est la période comprise entre 407 et 401, c’est-à-dire lorsque son domaine paraît se résumer pour l’essentiel à la Carie-Lycie et où une présence effective dans la région paraît plus plausible70. Faut-il en conclure que Tissapherne a pris le contrôle direct de Xanthos et de sa région ? Cela expliquerait pourquoi au tout début du ive s., Arbinas fils de Gergis affirme avoir établi son pouvoir sur la région de Telmessos, Xanthos et Pinara. On ne sait d’où est partie la reconquête menée par Arbinas. J. Bousquet71 suggère Caunos en partant de prémisses inexactes. En effet, le Basileus Kaunios et son introduction en Lycie n’a rien à voir dans ce débat si l’on suit H. C. Melchert72 dans son interprétation de TL, 44c 7. Pour ce dernier, il s’agirait simplement de l’affichage d’une stèle dans le sanctuaire du dieu à Caunos73 à l’occasion de négociations entre les Spartiates et Tissapherne arbitrées par le dynaste de Xanthos74. L. Robert75 se prononce en faveur de Tlôs comme point de départ parce qu’elle n’est pas mentionnée dans le poème76 mais les arguments ne sont pas décisifs. Les confins caro-lyciens, sans plus de précision, fournissent une meilleure approximation. La présence des lettres cariennes équivalant à ER77 sur une monnaie d’Arbinas-Erbbina plaiderait en ce sens. A.-V. Schweyer78 étudie cette région en soulignant le mélange de caractères cariens et lyciens (tombes, écriture) à Krya. Rappelons un peu plus à l’intérieur, la présence d’une agglomération importante à Kadyanda79 qui offre d’autres possibilités, d’autant que c’est à proximité de ce site qu’a été découvert le “trésor de Tissapherne”.

  • 80 Arbinas bat monnaie à Telmessos et apparemment pas à Xanthos ; on en a tiré argument pour soutenir (...)
  • 81 Keen 1998, 139 note la présence du nom de Lysandre dans trois inscriptions lyciennes, TL. 90 ; 103 (...)
  • 82 Rien ne prouve par exemple que la (re)conquête d’Arbinas se soit faite contre Kherẽi comme le pens (...)
  • 83 Un certain nombre de dynastes sont uniquement connus par les monnaies et sont donc seulement des n (...)
  • 84 Cf. provisoirement à ce sujet Bryce 1982, 336.
  • 85 Pour les mentions d’Autophradatès, deux périodes s’offrent à nous ; entre 392/1 et 387 ou entre 38 (...)

18Si l’on situe le “règne” d’Arbinas80 dans les premières années du ive s. (au plus tard jusque vers 380-375 ?), il faut penser que la Lycie a eu à subir les soubresauts qui caractérisent l’Asie Mineure dans la période : lutte Cyrus-Tissapherne81, révolte des années 380. Tout cela a dû avoir des conséquences sur la vie locale, mais rien d’assuré ne peut être dit82. Nous avons été amené à privilégier cette famille à la fois parce que la documentation récente permet enfin de mieux percevoir les liens familiaux et surtout son insertion dans l’histoire générale, même s’il subsiste bien des zones d’ombre. Il convient de constater aussi qu’elle a, durant de longues périodes, dominé une vaste partie sinon la totalité de la région. Cela n’exclut pas que de façon synchronique les monnaies, et parfois les inscriptions, font mention de bien d’autres dynastes (environ une quarantaine, répertoriés pour les ve et ive s.83), mais leur pouvoir reste plus local et dans les périodes calmes le Ka[s?]ika genos paraît, jusqu’à la fin du ve s. au moins, avoir été le représentant régional du pouvoir central sous l’autorité plus ou moins vigilante du satrape de Sardes et/ou d’Ionie84. Au-delà les choses sont moins claires dans la mesure où Arbinas ne semble concerné que par la Lycie occidentale. Dans le premier quart du ive s., plus précisément à partir des environs de 390, la Lycie relève du satrape de Sardes, Autophradatès85 ; telle est apparemment la situation au moment où se déclenche la révolte des satrapes.

  • 86 Isocrate.Panég., 161.
  • 87 Xén., An., 1.1.11.

19En bref, c’est d’une analyse superficielle de la réalité lycienne et en s’appuyant sur l’opinion d’Isocrate86 que l’on a tiré l’idée d’une Lycie quasi indépendante durant une large partie de la période classique. Il convient en effet de rappeler que dans la pensée du rhéteur athénien l’affirmation selon laquelle les provinces de l’Empire perse sont prêtes à faire sécession à la première occasion constitue une sorte de leitmotiv qui relève plus d’une attitude volontariste que d’une analyse objective de la réalité perse. Il tient des raisonnements similaires pour la Carie, la Cilicie. En fait, la Lycie apporte une bonne information sur le fonctionnement normal de l’Empire perse. Elle est simplement mieux fournie en documents que la plupart des autres régions, même si la difficulté d’interprétation des sources doit rendre prudent. Kheriga et Kherẽi jouent à peu près le même rôle auprès du pouvoir satrapal que la famille de Mania en Troade87.

Les Pamphyliens

  • 88 Erzen 1973, 388-401 ; Mansel 1975, 49 sq. ; Nollé 1993, 299-303.
  • 89 Meritt et al. 1950, 11 et 207 sq. ; 260 sq. ; aussi Meiggs 1972, 102 et 420-421.
  • 90 Ps.-Skylax 100-101.
  • 91 Sur leur constante rivalité, Nollé 1993. Pour la très large diffusion des monnaies d’Aspendos, cf. (...)
  • 92 Arrien, An., 1.26-27 ; cf. Jones 1937, 123-124.
  • 93 Str. 14.4.3.

20On sait peu de choses sur l’évolution de cette région qui appartient au premier nome hérodotéen. Les fouilles, à de rares exceptions près, n’ont révélé que les - très riches - niveaux hellénistiques et surtout romains88. On sait que l’expédition de Cimon a comme conséquence de faire entrer un certain nombre de cités dans la ligue de Délos89 : Ityra, Pergè, Sillyon, Aspendos, Kélendéris. Le périple du Ps.-Skylax90 retient les noms d’Olbia, Magidos, Pergè, Aspendos, Sillyon, Sidè. La Pamphylie apparaît donc comme assez largement urbanisée. Les deux cités les plus importantes sont Aspendos et Sidè91. Leur monnayage remonte au ve s. et elles revendiquent une longue tradition d’hellénisme (Sidè se déclare colonie de Kymè92 alors qu’Aspendos revendique des origines argiennes93) même si la réalité apparaît comme plus complexe comme tendrait à le prouver le nom même de Panphyloi et la tradition qui intègre les Lélèges aux légendes de fondation.

  • 94 Casabonne 1996, 115-117.
  • 95 Infra p. 365.
  • 96 Davesne 1989 ; Casabonne 1996 et infra p. 335 n. 229.
  • 97 Thc. 8.81.3 ; 87.6 ; 108.3. Kagan 1987, 212 sq. : 236 sq.

21O. Casabonne94 présente quelques arguments de vraisemblance pour affirmer que les Pamphyliens sont intégrés au même nome que la Cilicie : tribut en chevaux exigé d’Aspendos par Alexandre, présence d’Aspendiens et de Ciliciens au côté d’Épyaxa au moment de son entrevue avec Cyrus. Si cette hypothèse devait être retenue, disons à tout le moins que rien ne s’y oppose, il n’y a en revanche aucune raison d’en conclure au caractère erroné de l’information d’Hérodote. Nous avons relevé plus haut de nombreux exemples de variations des ressorts territoriaux. La “Paix de Rallias” (449) pourrait par exemple avoir entraîné de telles mutations puisque toute la façade occidentale était perdue pour l’Empire, une petite part de la côte méridionale a pu être rattachée à la Cilicie. Les solidarités sont évidentes encore au ive s. où nous voyons le satrape de Cappadoce Datamès, alors en charge de la flotte du Grand Roi rassemblée en Phénicie, avoir des relations (dont la nature exacte ne saurait être définie) avec Sidè95. La circulation monétaire tendrait à montrer96 que nous sommes dans une zone de forts contacts politico-économiques. Les cités paraissent avoir joui d’une assez large autonomie jusqu’à la campagne d’Alexandre avec peut-être une relative reprise en main au début du ive s. On constate en tout cas qu’elles jouent un rôle important dans le dispositif naval perse en Méditerranée orientale97.

Les Pisidiens

  • 98 Cf. Briant 1976, d’après Polyen 7.27.1 ; Xén., An., 1.9.14 ; Xén., Hell., 3.1.13. Leurs actions se (...)
  • 99 Polyen 7.27.1.
  • 100 Xén., An., 1.1.11.
  • 101 Cornelius Nepos, Dat., 4.4 ; 8.2, dans le décompte de l’armée d’Autophradatès les Pisidiens sont d (...)

22Ils habitent une région dont l’accès et par conséquent le contrôle sont difficiles. Ils sont considérés comme insoumis au pouvoir perse98. Des tentatives de pacification ont lieu à l’initiative d’Autophradatès, qui leur impose le versement du phoros, mais la date ne peut être d’avantage précisée99. Rappelons aussi que le prétexte retenu par Cyrus pour lever son armée était une campagne contre les Pisidiens100. Comme c’est souvent le cas pour ces populations montagnardes, les Pisidiens ont la réputation d’être de redoutables guerriers et ils sont recrutés comme mercenaires dans les différentes armées qui s’affrontent dans la région. Il y a des Pisidiens dans l’armée du dynaste de Cataonie, Aspis, que combat Datamès et dans celle d’Autophradatès qui attaque ce même Datamès101. Pour l’essentiel, l’organisation de la région semble être restée tribale jusqu’après la conquête des Macédoniens. Telle est la perception, sans aucun doute très simplificatrice, que l’on peut avoir de la région à la lecture de Xénophon et des quelques autres auteurs grecs qui lui consacrent quelques mots au détour d’une phrase. La réalité est bien plus nuancée. La partie méridionale de la Pisidie a été très tôt en contact avec le monde grec, et il convient même de constater que s’établit une sorte de symbiose dans le bassin des petits fleuves côtiers communs à la Pisidie et à la Pamphylie. Deux “couples” se dégagent : Aspendos-Selgè et Sidè-Étenniens.

Image

Carte 11 : Pamphylie Pisidie.

  • 102 Aperçu sur l’histoire de Selgè, IK, 37-Selge (Nollé & Schindler) ; cf. Fleischer 1968-1971, 19-23.
  • 103 Str. 12.7.2-3. Il s’attarde beaucoup sur la production d’une gomme aux mêmes usages que l’encens t (...)
  • 104 Kraay 1976, 278 ; SNG von Aulock 5247-5265 ; France 3 1914-1934 légende ΣΤΛΕLΙΙΥΣ vel simile (à no (...)
  • 105 Comme le note Kraay, ibid. n. 1, le trésor de Podalia ne contient aucune monnaie de Selgè ; son en (...)
  • 106 De Callataÿ & Doyen 1987, 63-71 ; Le Rider 1994, 14-15. Cf. aussi Destrooper 1988, 21 : deux tréso (...)
  • 107 Le Rider 1994 et déjà Destrooper 1988.

23Selon Strabon, Selgè102 aurait une origine lacédémonienne (tradition bien propre à la distinguer de ses voisines pisidiennes plus “rudes”) ; peuplée de vingt mille hommes, elle dispose d’une chôra fertile avec oliviers, vigne, pâturages, forêts103. Elle a subi plus tôt que les autres localités pisidiennes l’influence de l’hellénisme comme le démontre son monnayage dont les thèmes sont calqués sur ceux d’Aspendos ; au point qu’on a pu suggérer que les coins avaient été fabriqués par les mêmes graveurs104. Ce monnayage débute vers 375/370 et atteint rapidement une diffusion non négligeable même si elle n’est pas tout à fait aussi importante que celle des monnaies d’Aspendos105. Les monnaies divisionnaires de Selgè ont fait l’objet d’études récentes106. Il en ressort qu’il convient de réattribuer à cette dernière des monnaies traditionnellement données à Aspendos. Un nombre important de ces monnaies figure dans un trésor trouvé à (près de ?) Silifke107 et cela confirme, si nécessaire, les relations étroites qui existent entre Pamphylie-Pisidie et Cilicie, en particulier à l’époque de Datamès (le trésor est daté par G. Le Rider du troisième quart du ive s.).

  • 108 Polybe 5.73.
  • 109 Str. 12.7.1. L’identité des deux peuples est parfois contestée.
  • 110 Telle était la date proposée par Hill (BMC Lycia p. CXIX) et Head 1911, 708 alors que Imhoof-Blüme (...)

24Le même type de rapport devait exister entre Sidè et les Étenniens108. Ces derniers que Strabon109 appelle Katenneis semblent avoir conservé au moins jusqu’à l’époque hellénistique une organisation du type koinon moins achevée que celle de Sidè, mais qui ne les empêche pas d’émettre un monnayage attesté dès le ive s.110.

  • 111 Peut-être même pour une part antérieure, Paribeni 1916-1920,73-78.

25Pednélissos, voisine mais souvent ennemie de Selgè est dotée d’une très remarquable fortification à l’époque hellénistique111. C’est le site d’une ville importante. Il faut en tirer l’idée que dès le ive s. toute la Pisidie méridionale connaît une période faste.

  • 112 Str. 12.8.14 ; 12.3.31.
  • 113 Jones 1937, 411, n. 10 ; Magie 1950, 1316 n. 22 ; Debord 1982,387 n. 23.

26Mais la Pisidie n’est pas une région géographiquement homogène, en particulier parce qu’elle s’articule autour de la partie occidentale de la chaîne du Taurus et il est évident que les conditions géo-politiques ont pesé là de tout leur poids : au nord de la zone montagneuse l’hellénisation est beaucoup plus tardive, en revanche on doit observer la présence bien affirmée du culte de Men dans la région où est établie plus tard Antioche “de Pisidie”. Strabon112 distingue deux sanctuaires dans une région qu’il définit pour sa part comme jouxtant la Pisidie. Le plus célèbre, celui de Men Askainos, connaît encore à l’époque hellénistique une organisation de type théocratique113. On pourrait s’étonner de la présence aussi importante de Men dans ce secteur, mais il faut relever que toute cette frange nord-taurique appartenait, à l’époque de Darius, au second nome si l’on retient comme historique la présence des Étenniens dans la description hérodotéenne des nomes. Cette région a pu – a dû – être une zone de forte colonisation perse avant de servir au même usage aux époques hellénistique et romaine.

27Pour conclure, tout comme nous l’avons noté plus haut pour la Mysie il serait bien dangereux de considérer la Pisidie comme un bloc homogène, l’exemple même de la zone rebelle ayant toujours échappé au pouvoir central.

Les Ciliciens114

  • 114 L’ouvrage de base reste Erzen 1940, 97-131. On peut également consulter Desideri & Jasink 1990, ra (...)
  • 115 Hdt. 1.72 ; supra p. 87.
  • 116 Hdt. 1.28.
  • 117 Qu’il s’agisse d’un nom, d’un titre, ou plus vraisemblablement du nom pris au moment de l’accessio (...)
  • 118 Hdt. 1.74.

28L’histoire de la Cilicie jusqu’à la fin du ve s., et même jusqu’en 360, ne saurait être restituée que par bribes. Hérodote, dans son premier livre accrédite l’image d’une “Grande Cilicie” englobant en partie le cours de l’Halys115, non soumise à Crésus116 et dont le souverain, le Syennésis117, est au même titre que Labynète/Nabonide l’arbitre du conflit entre Mèdes et Lydiens après la célèbre “bataille de l’éclipse”118.

  • 119 Hdt. 5.49 et 52.
  • 120 Hdt. 3.90.
  • 121 Hdt. 5.1 18.
  • 122 Hdt. 5.108.
  • 123 Hdt. 6.43.
  • 124 Hdt. 7.91.
  • 125 Oromédon pourrait être, selon Cook 1983, 149, un théonyme qui hellénisait le nom d’Ahura Mazda.
  • 126 Hdt. 7.98 ; cf. Eschyle, Perses, 237.
  • 127 Hdt. 8.68 et 100.
  • 128 Hdt. 3.90 ; cf. contra Babelon 1910, 546 ; Olmstead 1948, 295 : “native cavalry guard” ; Desideri (...)
  • 129 Supra p. 87.
  • 130 Contra Legrand, ad loc., 139 n. 7.
  • 131 Xén., An., 1.2.21.

29Toujours selon Hérodote, à l’époque de Darius encore, la Cilicie a conservé des dimensions larges. Nous possédons en effet deux indices : au livre V119, Hérodote décrit le parcours et les étapes de la voie royale. Celle-ci ne fait qu’une brève incursion en Cilicie pour pénétrer ensuite en Arménie, dont elle est séparée par l’Euphrate. Il faut remonter assez au nord pour trouver la possibilité d’une telle frontière. La Cilicie constitue le quatrième nome120 dont le tribut est très important, puisque la province doit fournir trois cent soixante chevaux en plus des cinq cents talents de phoros, dont cent quarante sont consommés sur place pour l’entretien de la cavalerie qui y tient garnison. Au moment de la révolte de l’Ionie, les Perses utilisent la Cilicie comme base arrière pour l’expédition contre Chypre121. A cette même époque, on note les liens familiaux qui unissent aristocrates ciliciens et cariens : Pixodaros, fils de Mausole de Kindyè est le gendre du Syennésis, "roi” des Ciliciens122. Une flotte est construite pour Mardonios en 492123. La Cilicie fournit un fort contingent à la flotte de Xerxès124 : cent navires (contre trente aux Pamphyliens, cinquante aux Lyciens). Syennésis fils d’Oromédon125 est l’un des chefs de la flotte126. Mais la valeur de ce détachement ne fait pas l’unanimité : aux dires d’Artémise, ils ne sont “bons à rien”127. Ces quelques notations éparses invitent à considérer la Cilicie comme l’une de ces provinces au statut particulier en ce sens qu’elle a été confiée (ou bien plutôt laissée) à une dynastie autochtone. Mais cela ne permet aucune ambiguïté : les Syennésis successifs exercent le pouvoir avec l’aval du Roi, auquel ils paient le tribut (en nature et en espèces). Elle est l’un des principaux lieux de formation et de concentration de la flotte perse. Il y a une (ou des) garnison, comme dans le reste de l’Empire. Cette dernière est tout naturellement composée d’allogènes. Dans le cas contraire on imagine mal qu’Hérodote eût employé une formulation comme ἐς τὴν φρουρέουσαν ἵππον τὴν Κιλκίην χώρην128. Si l’on admet la définition géographique large de la Cilicie exposée ci-dessus129, la garnison n’a rien à voir avec le contrôle des Portes de Cilicie130, que l’on aurait sans doute pas tenu avec une cavalerie, et il n’y a pas de garnison perse à cet endroit au moment du passage de Cyrus131.

  • 132 Xén., Cyr, 7.4.1-2 et 8.6.2. Dans ce dernier passage Xénophon ajoute la Paphlagonie.
  • 133 Supra p. 80.
  • 134 Desideri & Jasink 1990 citant l’article de Junge 1941, voir supra p. 81 et n. 412.

30Il convient cependant de ne pas esquiver une difficulté majeure. Apparemment la Cilicie ne figure nulle part dans les listes perses et l’on ne peut rien assurer en ce qui regarde les représentations figurées des tributaires. Mais on n’alléguera pas pour autant les deux mentions de la Cyropédie relatives à l’absence de satrapes perses en Cilicie et à Chypre132. Nous avons en effet déjà noté133 que cette “géographie” était bien plutôt l’écho, plus ou moins exact, de la situation à l’époque de Xénophon. Malgré P. Desideri et A. M. Jasink134, il semble que ce soit une solution de facilité que de vouloir opposer (ici comme ailleurs) satrapie et circonscription de taxation.

  • 135 Hdt. 9.107.

31Hérodote fournit un dernier éclairage, assez énigmatique, concernant le règne de Xerxès. En signe de reconnaissance à l’égard d’un certain Xénagoras d’Halicarnasse – encore un Carien, le roi le place à la tête de toute la Cilicie135. Si cet épisode est vraiment historique il dut se résumer à un bref intermède, car le gouvernement de la région paraît revenir assez rapidement à une (la ?) famille autochtone. Autre sujet de perplexité, par sa formulation Hérodote vise-t-il à désigner toute la région, nord et sud, telle que définie plus haut ou bien l’ouest et l’est, c’est-à-dire à la fois Cilicie Trachée et Cilicie Pédienne ?

Image

Carte 12 : La Cilicie.

  • 136 Diod. 11.60.
  • 137 On citera le Contre Léocrate, 72, de Lycurgue, qui rappelle le temps où la flotte athénienne ravag (...)
  • 138 Diod. 11.75.
  • 139 Plut., Cimon, 18.5 ; à rapprocher de Them., 34.4 ; cf. aussi Thc. 1.112.
  • 140 Str. 14.5.3 (cf. aussi 14.5.10, les anciens arsenaux de l’embouchure du Kydnos).
  • 141 Diod. 19.58.2-5.
  • 142 Cf. Davesne 1987, 38.
  • 143 Robert 1973, 178-183 à partir de Lucain 3.227-228.

32On sait fort peu de choses pour les trois derniers quarts du ve s. et il est significatif que cela soit toujours lié à la construction de flottes perses. En 476136 celle qui va être détruite par Cimon avait été constituée en Phénicie et en Cilicie, elle y sera restaurée après la défaite137. En 461138, une autre flotte est construite en Cilicie, Phénicie et à Chypre sur l’ordre d’Artabaze et de Mégabyze ; encore en 450-449, la dernière expédition de Cimon vers Chypre met en œuvre la même trilogie de peuples maritimes139. De façon systématique par rapport au golfe d’Issos, charnière de deux sous-continents et vers lesquels convergent les armées terrestres, la Phénicie et la Cilicie sont, pour les mêmes raisons, des lieux privilégiés de construction navale. Aux célèbres cèdres du Liban correspondent ceux qui se trouvent au-dessus d’Hamaxia, utilisés selon Strabon pour les chantiers navals140. De même Diodore141 donne une description très vivante d’une telle construction dans les mêmes lieux ; l’épisode se situe à l’époque d’Antigone, mais il est évident qu’ici encore tout se passait comme dans la période immédiatement antérieure. Il précise que pour la Cilicie, les bois venaient du Taurus et A. Davesne142 en tire argument pour expliquer l’importance du site perse de Meydancikkale. L. Robert143 montre que Mallos (et aussi Aigai à cette époque) étaient utilisées comme chantiers navals pour la flotte de Pompée. Le bois venait par flottage sur le Pyramos à partir du Taurus jusqu’à Mallos.

Planche VII

Image

Planche VIII

Image

Planche IX

Image

Planche X

Image

Légende des planches VII-X
VII.l. Tarse, ACGC 1031, ar, 9,01 g.
VII.2, Tarse, ACGC 1032, ar, 10,88 g.
VII.3 Tarse, NC 1962 pl. 2. 10, ar, 10,66 g.
VII.4, Tarse, NC 1962 pl. 2, 13, ar, 10,64 g.
VII.5, Tarse, NC 1962 pl. 2. 15, ar, 10,55 g.
VII.6, Tarse, NC 1962 pl. 2, 14, ar, 10, 44 g.
VII.7, Tyr, ACGC 1049, ar.
VII.8, Tarse, ACGC 1049, ar.
VI1.9, Tarse, RN 1973 pl. 1. 1, ar, 10,49 g.
VII.10, Tarse, SNG France 2 214, ar, 10,15 g.
VIL11, Tarse (?), SNG France 2 436, ar, 11,06 g.
VII.12, Tarse (?), SNG France 2 438, ar, 10,45 g.
VII13, Tarse, Traitéll pl. 105. 3, ar, 10,60 g.
VII.14, Tarse, SNG France 2 219, ar, 10,52 g.
VII.15, Tarse, SNG Levante 60, ar, 10,44 g.
VIII.1, Tarse, SNG France 2 223, ar, 10,36 g.
VIII.2, Tarse, SNG France 2 228, ar, 10,65 g.
VIII.3, Tarse, ACGC 1036, ar, 10,75 g.
VIII.4, Kélendéris, NC 1962 2. 6, ar, 10,59 g.
VIII.5, Kélendéris, SNG France 2 77, ar, 10,52 g.
VIII.6, Tarse, SNG France 2 209, ar, 10,34 g.
VIII.7, Tarse, RN 1973 pl. 1.2, ar, 10,35 g.
VIII.8, Tarse, SNG von Aulock 5914, ar, 10,64 g.
VIII.9, Mallos (?), SNG Levante Suppl. I 23, ar, 10,54 g.
VIII.10, Tarse, Tiribaze, SNG France 2 235, ar, 10,35 g.
VIII.11, Tarse, Tiribaze, SNG France 2 237, ar, 10,14 g.
VIII.12, Holmoi, Tiribaze, SNG France 2 120, ar, 9,98 g.
VIII.13, Issos, Tiribaze, SNG France 2 421, ar, 10.53 g.
VIII.14, Mallos, Tiribaze, SNG France 2 398, ar, 10,30 g.
VIII.15, Mallos (?), Tiribaze, SNG France 2 399, ar, 10,49 g.
IX.1, Soloi, Tiribaze, SNG Levante 49, ar, 10.54 g.
IX.2, Tarse (?), Tiribaze, SNG France 2 232, ar, 9,83 g.
IX.3, Mallos (?), Tiribaze (?), SNG Levante 153, ar, 10 g.
IX.4, Nagidos, Tiribaze (?), ZPE 1989 40, ar.
IX.5, Mallos, Tiribaze (?), SNG France 2 391, ar, 9,96 g.
IX.6, Tarse, Tiribaze (?), SNG Levante 66, ar, 10,02 g.
IX.7, Tarse, Pharnabaze (?), SNG Levante Suppl. I 17, ar, 10,26 g.
IX.8, Tarse, Pharnabaze, SNG Levante 75, ar, 10.50 g.
IX.9, Tarse, Pharnabaze, ACGC 1037, ar.
IX.10, Tarse, Pharnabaze, SNG Levante 72, ar 10,91 g.
IX.1l, Tarse (?), Pharnabaze, SNG von Aulock 5919, ar, 10,73 g.
IX.12, Nagidos, Pharnabaze, SNG France 2 23, ar, 9,91 g.
IX.13, (?), Datamès, SNG von Aulock 5934, ar, 10,72 g.
IX.14, Tarse, Datamès, SNG France 2 292, ar, 10.32 g.
IX.15, Soloi, SNG Levante 40, ar, 10,69 g.
X.1, (?), Boardman 1970b, p. 317 fig. 294.
X.2, Tarse, Datamès, SNG France 2 288, ar, 10.51 g.
X.3, Tarse, Mazaios, v. Athena 1987 137, ar, 10,90 g.
X.4, Tarse, Mazaios, SNG Levante 108, ar, 10,59 g.
X.5, Tarse, Mazaios, SNG France 2 320, ar, 10,62 g.
X.6, Tarse, Mazaios, SNG Levante 114, ar, 10.81 g.
X.7, Tarse, Mazaios, SNG Levante 185, ar, 9,95 g.
X.8, Tarse (?), Mazaios, SNG Levante Suppl. I 28, ar, 10,73 g.
X.9, Tarse, Mazaios, SNG Levante 189, ar, 0,69 g.
X.10, Tarse, Mazaios, SNG Levante Suppl. I 26, ar, 10,68 g.
X.11, Nagidos, SNG France 2 30, ar, 10,15 g.
X.12, Tarse, Balakros, SNG Levante 122, ar, 9,47 g.
X.l3, Tarse, Balakros, SNG France 2 371, ar, 10,74 g.
X.14, (?), Balakros, SNG Levante 118, ar, 10,76 g.
X.15, Gazioura, Ariarathès, Simonetta 1977 pl. 1. 2, ar, 5,35 g.

  • 144 Supra p. 55.

33Par conséquent, on ne voit pas bien en quoi il serait opportun de conclure à une semi-indépendance, voire même à une véritable autonomie par rapport au pouvoir central, qui serait la conséquence de la domination autochtone. Depuis le début du ve s., les Ciliciens sont impliqués dans toutes les opérations navales menées contre la Grèce, Chypre, l’Égypte et nous verrons que cette situation se poursuit jusqu’à l’époque d’Alexandre. Il n’y a de plus aucune raison objective d’opposer la situation du ve à celle du ive s. Artabaze et Mégabyze assument des fonctions exactement comparables à celles de Tiribaze, Pharnabaze, Datamès. La seule différence consiste dans le fait que les derniers émettent des monnaies à leur nom, mais il est évident que cela tient à des raisons d’usage : les monnaies “satrapales” apparaissent de façon assez tardive144. Ce qui ne signifie pas pour autant que les généraux perses n’aient pas émis de monnaies plus tôt. De plus les ateliers ciliciens ne naissent que tardivement, dans le courant du ve s.

  • 145 Lemaire 1989, 150-156, avers : caprin, revers : chouette, légende araméenne ; en observant que l’a (...)
  • 146 Str. 14.5.4. Le Ps.-Skylax 102 mentionne dans la région une polis désertée du nom de Sarpédon près (...)
  • 147 Celle-ci possède un atelier monétaire au IVe s. (infra p. 334).

34Cinq cités ciliciennes (Nagidos, Tarse, Soloi, Mallos, Kélendéris) battent monnaie au ve s. et peut-être même six, si l’on adopte l’hypothèse de A. Lemaire à propos de Oura145. Il s’agirait de la ville qui a précédé, sur son site ou à proximité, Séleucie du Kalykadnos, fondée selon Strabon146 grâce au renfort des habitants d’Holmoi147.

  • 148 Cela confirme la liaison entre les deux cités (voir plus haut), que tisse obligatoirement la route (...)
  • 149 Sur le monnayage cilicien au ve s., il convient de consulter Kraay 1976, 278-285 ; Casabonne (Ista (...)
  • 150 Cf. le commentaire de Kraay 1976 à son no 1011 (p. 279) ; SNG France 2 77 (Pl. VIII, 5) mais cf. G (...)

35— C’est apparemment seulement au milieu du ve s. que Kélendéris commence à émettre un monnayage, tout comme Aspendos148. Ce monnayage est celui d’une cité grecque149 : cavalier/chèvre, légende KEΛ. KEΛE ou ΚΕΛΕΝ. Il faut attendre le ive s. (les environs de 380) pour que la légende ΚΕΛΕΝΔΕΡΙΤΙΚΟΝ soit apparemment la preuve que la frappe est faite au nom d’une autorité extérieure qui ne peut alors être autre que Pharnabaze150.

  • 151 Par exemple SNG France 2 1-4 ; le no 3 porte la légende ΝΑΓΙΔΙΚΟΝ alors que les autres ont ΝΑΓΙΔΕΩ (...)

36— Nagidos, un monnayage de faible ampleur du dernier quart du ve s. Aphrodite/Dionysos, légende grecque151, absent du trésor de Kélendéris.

  • 152 Pl. IX, 15, légende ΣΟΛΕΩΝ. Une pièce du ve s. porte une légende araméenne énigmatique (Naster 198 (...)

37— Soloi, monnayage qui commencerait dans le courant du troisième quart du ve s. amazone/grappe de raisin, légende grecque152.

38Donc, pour ces trois cités des émissions qui paraissent être au ve s. exclusivement civiques. La plupart des thèmes sont grecs (ou empruntés à l’imaginaire grec), la langue est grecque, en revanche l’étalon est “chypriote” ou plutôt persique.

  • 153 A noter que les premières séries ont comme type d’avers Hermès et un bélier/au revers la divinité (...)
  • 154 BMC Cilicia no 23, p. 99, pl. XVII, 4 ; SNG France 2 398 (Pl. VIII, 15), qui pourrait dater de l’é (...)
  • 155 BMC Cilicia p. 100 no 24, pl. XVII, 5 ; Col. L de Hirsch 1594 ; SNG France 2 399 (Pl. VIII, 14) ; (...)
  • 156 La légende des monnaies de Mallos est généralement grecque : MAP ou MAA, mais cf. Traité, II, no 1 (...)
  • 157 BMC Cilicia p. 100 no 25, pl. XVII, 6 (roi-archer à l’avers).

39— La situation est différente pour Mallos. Le thème le plus fréquent du revers est dès le début du ive s. le cygne153, mais à l’avers figure une divinité ailée tenant un disque solaire parfois identifiée à Kronos. Ce personnage pourrait avoir quelque rapport avec Ahura Mazda ou plutôt il ouvrait la porte à une assimilation syncrétique. D’autres monnaies portent le thème typiquement perse du roi archer à l’avers comme au revers154. Elles ont été identifiées parce que le thème apparaît à l’avers d’une monnaie155 qui porte la légende MAΛ156. On attribue aussi à Mallos 1/18e de statère qui porte une “tête satrapale” au revers157.

  • 158 Kraay 1976, 280 ; Casabonne 1996b passe en revue l’ensemble de la documentation figurée (monnaies, (...)
  • 159 Cf. la mise au point de Casabonne 1995 et ses corrections (Istanbul).
  • 160 Naster 1988, 7-8.
  • 161 Babelon 1910, 351-358 et pl. CV-CVI.
  • 162 Kraay 1962, 1-15, sp. 9-11 (= IGCH 1255) ; 1976, 281.
  • 163 SNG von Aulock place l’ensemble des séries examinées ici entre 425 et 400 ; de même pour Levante ; (...)

40— Tarse émet sans aucun doute le monnayage le plus important, mais aussi celui qui comporte le moins de références proprement civiques, ce qui amène, fort justement, C. M. Kraay158 à souligner que la Cilicie doit être véritablement considérée comme une part de l’Empire perse. Examinons les problèmes complexes posés par ces séries tarsiotes159. Elles se distinguent, sauf sur la première série anépigraphe, d’abord par l’apparition de trois lettres araméennes équivalant à TRZ160. La datation et la position relative des séries sont sujettes à caution. La présence de multiples thèmes perses amène aussi à s’interroger sur la nature même de ce monnayage. Le classement proposé par E. Babelon161 isolait un premier groupe qui présente à l’avers un cavalier perse, généralement à droite, et au revers un peltaste grec nu agenouillé en position de défense avec un casque corinthien, lance et bouclier. Pour lui ces séries débutaient vers 475 et duraient jusque dans le courant du ive s. C. M. Kraay, en publiant le Celenderis Hoard en 1962162 propose une modification complète de la chronologie absolue : il pense que le monnayage de Tarse apparaît seulement en 425. Il bouleverse aussi l’ordre des séries puisque les monnaies cavalier/peltaste absentes du trésor de Kélendéris (daté des alentours de 410), seraient postérieures au passage de Cyrus en Cilicie et dateraient des environs de 390. Il introduit ensuite quelques nuances dans ACGC en prenant en compte diverses considérations historiques. Cette révision drastique n’a pas emporté l’adhésion sur tous les points163. La question mérite d’autant plus d’être examinée que la datation proposée interfère avec la reconstruction historique évoquée ci-dessus, les monnaies fournissant en quelque sorte l’illustration de la situation politique de la Cilicie :

  • 164 Kraay & Moorey 1981, 7, no 59 ; ACGC 1031 (Pl. VII, 1). Même thème sur une monnaie du début du ive(...)

41— La première série (troisième quart du ve s.) porte à l’avers comme au revers la représentation de Bellérophon monté sur Pégase, thème grec mais qui peut trouver des répondants locaux dans toute l’Asie Mineure méridionale. Cette série est par ailleurs anépigraphe et a toutes chances d’être civique164.

  • 165 ACGC 1032 (Pl. VII, 2). SNG France 2 213.

42— Une deuxième série, vers 425-420, offre une illustration toute différente : à l’avers un cavalier que C. M. Kraay propose d’identifier au dynaste ; au revers l’archer bien connu, type perse par excellence, également anépigraphe165, croix ansée en tau dans le champ.

  • 166 Statères : Kraay 1962, pl. II 10 (Pl. VII, 3) à 12 ; SNG von Aulock 5907 ; Levante 54 ; France 2 2 (...)
  • 167 Kraay 1962, pl. II, 13 (Pl. VII, 4).
  • 168 Kraay 1962, pl. Il 15 (Pl. VII, 5) ; SNG von Aulock 5909 ; France 2 199.
  • 169 Kraay 1962, pl. II, 14 (Pl. VII, 6) ; SNG von Aulock 5908 ; Levante 56.
  • 170 SNG von Aulock 5910 ; Levante 58. Cela permet l’identification du revers de ACGC 1033 (Pl. VII, 8) (...)
  • 171 Kraay 1976, 280 sq. ; dans le même sens E. Levante, commentaire à cette même monnaie ; doutes de C (...)
  • 172 ACGC 1049 (Pl. VII, 7). Mais il convient de noter que Melkart sur l’hippocampe/chouette sont les t (...)
  • 173 Thc. 8.46, etc. ; cf. supra p. 213. Contra Casabonne (Istanbul).

43— Les monnaies suivantes, entre 420 et 410, se rencontrent dans le trésor de Kélendéris et elles ont comme caractéristique commune d’avoir la légende TRZ en araméen. Entre ces séries il est possible de relever des types identiques d’avers ou de revers. Le premier groupe (a) porte à l’avers un lion attaquant un taureau, autre thème perse, et on pense bien sûr au relief de Persépolis. Le revers figure un épi de blé en diagonale dans un carré (qui n’est plus vraiment en creux) souligné par un grènetis qui se transforme sur un côté en un bourrelet plein166. Le second (b) présente le même avers mais avec au revers un guerrier perse porte-lance ayant devant lui dans le champ un épi de blé en position médiane dans un carré souligné par un grènetis167. Troisième groupe (c) même revers que le précédent mais associé à un avers où est figuré Melkart chevauchant un hippocampe ailé168. Le groupe (d) présente ce même avers avec une représentation stylisée de l’onde avec au revers un dieu au trident et un épi de blé169. Enfin un dernier groupe (e)170 associe l’hippocampe ailé à Nergal, représenté et nommé sur des monnaies comparables. Cette fort intéressante série appelle plusieurs observations. On est tout d’abord frappé par la grande diversité des sujets figurés, mais aussi par le fait que tous nous ramènent à l’“Orient”, perse bien sûr mais aussi mésopotamien ou phénicien. C. M. Kraay171 fait observer que le thème Melkart sur l’hippocampe (dont on doit noter par ailleurs qu’il constitue une contrepartie marine du Bellérophon/Pégase de la première série) se retrouve à la même époque sur des monnaies de Tyr172. Il propose d’en induire que l’élément unificateur entre les deux régions est la construction de la “flotte de Phénicie" dont Tissapherne agite plusieurs fois la menace en 411 dans le jeu diplomatique subtil qu’il joue face aux Athéniens et aux Spartiates173.

  • 174 Levante propose par exemple une fourchette 425-400.
  • 175 ACGC 1036 (Pl. VIII, 3).

44En fonction de ce classement qui paraît globalement acceptable bien que la fourchette chronologique proposée paraisse un peu resserrée174, comment situer la série “satrape” à cheval/peltaste grec, pour laquelle C. M. Kraay occulte les très sensibles différences de style qui existent entre les groupes en choisissant de n’illustrer que celui qui est manifestement le plus récent175 ? E. Babelon avait décrit très correctement les séquences :

  • 176 Traité, II, no 504-508, pl. CV, 1-5 ; SNG France 2 215, 218, 219, 220 ; von Aulock 5911 ; Cop. 258
  • 177 Ce revers doit être rapproché de SNG France 2 211-212, dont l’avers très médiocre est dérivé de ce (...)
  • 178 Traité, II, no 506 (= BMC Cilicia p. 162 no 3, pl. XXVIII, 6), pl. CV, 3 (Pl. VII, 13).
  • 179 Sauf Traité, II, no 508 (= SNG France 2 219), pl. CV, 5 (Pl. VII, 14) peut-être le plus récent de (...)

45Groupe A176 : cheval au galop (notons que le mouvement n’est pas sensiblement différent de celui du Pégase ailé de la première série chronologique de Kraay) devant le cavalier une croix ansée ; le peltaste du revers est en général à droite, figuré en diagonale dans un carré dont le creux est assez accusé dans certains exemplaires177, derrière lui une croix ansée en tau. Le grènetis du cadre n’est pas toujours présent et dans un cas au moins très maladroitement réalisé178, sur un côté il forme souvent un trait continu. L’avers est médiocrement frappé comme pour la série lion et taureau179. E. Babelon propose de dater ces monnaies “vers 475”, ce qui est sans aucun doute trop tôt.

  • 180 Traité, II, no 509-512, CV.7-11 ; CV, 9 = maintenant SNG France 2 223 (Pl. VIII, 1) ; Levante 60 ;(...)

46Groupe B180 : le personnage de l’avers est plus avancé sur le cheval, dont le mouvement reste identique à celui du premier groupe mais avec plus de relief. Un cas particulier, la monnaie Levante 60 où le “satrape” tient à la main une fleur de lotus. Au revers, le peltaste est à droite en position médiane dans le carré, lequel est souligné par un grènetis plus net ; l’épi de blé est presque toujours présent comme symbole secondaire. E. Babelon les situe "vers 450” et l’on peut faire la même observation que ci-dessus.

  • 181 CV, 12-14 ; CV, 13 = maintenant SNG France 2 228 (Pl. VIII, 2) ; von Aulock 5913 ; Cop. 259 ; Leva (...)

47Groupe C181 : le cheval est légèrement cabré, avec un entourage circulaire en trait plein souvent apparent et un fort relief. Le peltaste occupe à gauche tout le champ avec l’indication plus ou moins nette du sol ; le bouclier porte un épisème apparent (gorgone ?). La date de 400 et se poursuivant au-delà est cette fois très plausible.

  • 182 On comparera par exemple à la situation d’Aspendos où deux séries bien différentes paraissent avoi (...)
  • 183 Kraay 1962, pl. II, 10-11 (comparer VII, 3 et VII, 13).
  • 184 Kraay 1962, pl. II, 6 ; cf. aussi ACGC 1036 (Pl. VIII, 3 à rapprocher de VIII, 4).
  • 185 Kraay 1962 (= IGCH 1255) ; cf. Davesne 1989, 160-162.

48En passant en revue les critères stylistiques, il paraît difficile d’admettre que toutes ces monnaies sont postérieures aux groupes (a)-(e)182, en effet : le groupe A paraît présenter un certain nombre d’affinités avec le (a) par la mauvaise qualité des avers183 et le traitement en diagonale du carré au revers. De même pour le groupe B comparé à (b)-(c)-(d) : même traitement et même disposition des revers avec l’épi de blé comme symbole secondaire. En revanche le groupe C est clairement postérieur à tous les autres. Cependant il est évident qu’il convient de procéder à un rapprochement stylistique avec la quatrième série des monnaies de Kélendéris184 pour ce qui concerne en particulier les avers. Par conséquent si l’on accepte à la fois la provenance du Celenderis Hoard185 et sa datation aux alentours de 400, on est amené à considérer comme logique que les monnaies de Kélendéris soient les plus abondantes mais aussi les plus récentes du trésor. Cela pourrait expliquer que les monnaies des groupes A, B, C en soient absentes.

  • 186 L’évolution du traitement du cavalier est de même nature que celle constatée sur les monnaies d’As (...)
  • 187 Harrison 1982a, 450-458.
  • 188 Xén., An., 1.2.12.
  • 189 Hdt. 7.91.
  • 190 Kraay 1976, 28.
  • 191 Il s’agit là d’un thème perse connu dont Donbaz & Stolper 1997, 71 donnent une illustration dans l (...)
  • 192 Weiser 1989, 280 et pl. 19, 19. Avec quelques réserves, cf. supra p. 59 n. 223.
  • 193 Diod. 14.20.4.

49Outre l’absence dans le Celenderis Hoard, l’argumentation de C. M. Kraay pour repousser la date de la série cavalier/peltaste vers 390186 repose sur des critères extérieurs qui ont été fortement contestés par M. C. Harrison187. En ce qui concerne la non présence de mercenaires grecs avant cette date on ajoutera aux arguments de Harrison le fait que la “reine” Épyaxa lors de son entrevue avec Cyrus était accompagnée de Ciliciens et d’Aspendiens188, or Hérodote dans le catalogue de l’armée de Xerxès189 indique que les Pamphyliens sont équipés à la grecque. Implicitement, le “satrape” à la tiare de l’avers ne peut être que perse pour C. M. Kraay qui suppose190 que “soon after Cyrus replaced the local dynast with a Persian satrap who, like his predecessor appeard mounted on the obverse, but now wearing a tiara”. Cependant 1) rien n’indique que le Syennésis ait été destitué par Cyrus ou même Artaxerxès, 2) l’équation “port de la tiare = Perse” relève comme le montre l’exemple lycien du postulat gratuit, d’autant que sur la monnaie ACGC 1033 le “dynaste” porte déjà la tiare191. Cela nous amène à reconsidérer au moins partiellement l’hypothèse de W. Weiser192 pour lequel la monnaie la plus “moderne” aurait été émise par ou au nom de Cyrus, qui est censé avoir séjourné vingt jours à Tarse selon Diodore193. On doit penser en tout cas qu’elle peut lui être contemporaine ou, plus probablement, associée à l’effort de guerre de Conon et de Pharnabaze (infra). La présence de nombreux exemplaires de ce type dans le trésor de Nagidos (CH 8, 91) renforce encore l’idée que ces monnaies ont été frappées à partir de 400 au plus tôt, mais a contrario, aucun exemplaire des autres séries cavalier/peltaste n’y figure.

  • 194 Supra p. 126-127 (Pl. I, 13 et 14).
  • 195 Hurter 1979, 97-108. Sans aucun doute influencée par l’opinion de Kraay, elle propose une date de (...)
  • 196 Doutes d’Harrison 1982a, 46-51 ; Capecchi 1991,68-69 suivis par Briant 1996, 1010 sur le fait que (...)

50Que faire alors de ces premières séries ? Pour le groupe B se pose indiscutablement le problème de la relation avec Tissapherne. Nous avons noté plus haut que ce dernier avait émis au moins deux séries de monnaies au satrape galopant à droite (Xanthos, Adramyttion [?]194). Une simple coïncidence paraît d’autant moins probable qu’une monnaie du groupe B se trouve dans le trésor dit “de Tissapherne” d’où provient la monnaie précitée de Xanthos195. L’hypothèse la plus vraisemblable est que certaines de ces monnaies du groupe B ont été émises au moment de la construction de la “flotte de Phénicie”196 et que le satrape, dont on connaît par ailleurs le goût pour la cavalerie, a repris le thème dans son gouvernement occidental. Les monnaies du groupe A sont à coup sûr antérieures.

  • 197 Xén., An., 1.2.12. Casabonne 1996, 111-115 suggère qu’Épyaxa la “Cilicienne” tenait, à titre famil (...)
  • 198 Supra p. 164.
  • 199 Albright 1922, 74 sq. ; Cousin 1924, 259, contra Williams 1996, 284-314 qui considère que Tyane es (...)
  • 200 Xén., An., 1.2.23-24.
  • 201 Supra p. 46 et 99 (Kios).
  • 202 Xén., An.. 1.2.27.
  • 203 Diod. 14.19.3 ; cf. aussi 6.

51La littérature grecque ne nous permet de reprendre véritablement contact avec la Cilicie que grâce à la campagne de Cyrus et à la relation qui en est donnée dans l’Anabase de Xénophon. Le rebelle est rejoint à Kaÿstroupédion par Épyaxa femme du Syennésis197. Elle apporte avec elle une solde de quatre mois pour la troupe de Cyrus. D’Iconion, dernière ville de Phrygie on passe en Lycaonie198, considérée comme pays ennemi et à ce titre livrée au pillage. Cyrus renvoie Épyaxa par la route la plus courte, on peut envisager un passage à travers le Taurus puis au long du Kalykadnos. Il pénètre pour sa part en Cappadoce où il se rend à Dana, qui ne peut être que Tyane199. Cela suppose qu’à ce moment la “Grande Cilicie” hérodotéenne avait vécu, sans qu’on puisse préciser à quel moment l’amputation s’était produite. La frontière de la province est donc marquée au nord par le Taurus et on y pénètre par les célèbres Portes de Cilicie que le Syennésis est censé garder ; mais Cyrus ne rencontre pas de résistance. Le dynaste, pris en tenaille entre l’armée de Cyrus, le contingent de Ménon qui a accompagné Épyaxa et la flotte de Tamôs (trente-cinq bateaux et sept cents mercenaires), abandonne dans un premier temps Tarse, sa capitale200. Le passage est intéressant à plus d’un titre : le Syennésis a sa basileia à Tarse, nous avons à plusieurs reprises évoqué la signification de ce terme201, et il n’y a rien là qui distingue le Cilicien de n’importe quel haut dignitaire de l’Empire. Autre donnée, Xénophon oppose le comportement des habitants de Tarse, qui fuient avec le dynaste en un lieu fortifié de la montagne, et celui des kapèloi qui espèrent visiblement faire des affaires avec l’armée de Cyrus et restent donc sur place comme le font les habitants de Soloi et Issos. La même opposition que celle que nous avions pu observer à propos du monnayage se manifeste donc entre la capitale provinciale, très imprégnée de l’influence perse et à l’attitude légaliste, et les cités côtières plus ouvertes au monde grec que Cyrus représentait, d’une certaine manière, par son comportement et aussi la composition de son armée. Une explication complémentaire nous est fournie plus loin par Xénophon : les troupes grecques qui accompagnent Épyaxa se sont livrées à Tarse au pillage et à diverses exactions. Un accord finit par être conclu entre Cyrus et le Syennésis202. Ce dernier remet à Cyrus χρήματα πολλά (la forme de ces richesses n’est pas précisée). Les cadeaux de Cyrus sont ceux que fait normalement le Roi : cheval avec un frein en or, divers bijoux et armes d’or, un vêtement perse. En outre Cyrus promet de ne plus piller et de rendre, dans la mesure du possible, les esclaves capturés. Ce récit assez anecdotique laisse l’impression d’une grande ambiguïté. L’attitude du couple cilicien est pleine de duplicité. Selon Diodore203, le Syennésis aurait fourni des troupes à Cyrus avec à leur tête l’un de ses fils, alors qu’il dépêchait l’autre auprès du Roi pour l’avertir des intentions de son frère cadet. A cela correspond le comportement contradictoire de Cyrus qui n’a pas ouvertement dévoilé ses plans (il est censé d’abord lutter contre les Pisidiens révoltés selon Xénophon ou encore contre les tyrannoi de Cilicie d’après Diodore), mais il traite le dynaste cilicien comme le Roi le ferait à l’égard d’un satrape. Une telle attitude ne pouvait plus guère tromper que les plus naïfs des mercenaires grecs.

  • 204 A partir de Noldeke 1984, 297-298.

52Selon de nombreux auteurs204 cette duplicité aurait perdu le dynaste et la Cilicie entrerait à partir du début du ive s. dans une ère de contrôle étroit avec à sa tête des satrapes perses. L’argument e silentio est irrecevable dans la mesure où les mentions antérieures à 401 sont en nombre trop peu important pour qu’on puisse conclure que la situation postérieure à 400 est différente.

  • 205 Dupont-Soramer 1961, 19-23 ; Dupont-Sommer & Robert 1964, 7-15. Cf. aussi Debord 1982, 142.
  • 206 Ils sont publiés par Lemaire & Lozachmeur 1987, 365-372.
  • 207 Weiseman 1956, cité par Lemaire & Lozachmeur, note précédente.
  • 208 Cf. à Silifke, Borchhardt 1968, 160-211 ; Kizkalesi, Hermary 1984, 292-296 ; Adana, Fleischer 1984 (...)

53A ce moment du débat sur le degré d’intégration de la Cilicie dans l’Empire perse il convient enfin de mettre en œuvre les documents épigraphiques ou figurés. Nous pensons d’abord aux textes araméens comme l’inscription de Hiérapolis-Kastabala, borne du territoire sacré de Kubala-Cybèle (que les Grecs interprètent comme une Artémis) et dont A. Dupont-Sommer date la gravure de la fin du ve ou du début du ive s.205. Nous trouvons là confirmation de deux faits : la langue officielle de la Cilicie (cf. aussi les monnaies de Tarse) est la langue de l’Empire, les cultures traditionnelles, en particulier la religion, ont été sauvegardées. Deux autres textes araméens ont été lus à l’autre extrémité de la Cilicie, à Gülnar-Meydancikkale206. L’un est une simple funéraire très mutilée, l’autre – en aussi mauvais état de conservation – est un document officiel daté par l’année (seizième au moins) de règne d’un roi perse (probablement un Artaxerxès) qui donne par rapprochement avec une chronique néobabylonienne207 le nom du site : Kirsu/Kirsi. L’importance du lieu à l’époque perse est confirmée par la présence de bas-reliefs dont la date ne peut être précisée, mais qui s’apparentent à ceux de Persépolis : deux cortèges d’hommes habillés à la perse convergent vers une entrée dont chaque côté est “gardé” par un porte-lance. Il s’agit sans aucun doute du palais, de la basileia, d’un dignitaire perse (hyparque ou dynaste local persisé ?). En tout cas cela montre que la Cilicie Trachée était bien tenue et intégrée dans le tissu perse ce qui suppose évidemment qu’il en était de même pour la Cilicie plane où ont été trouvés trois reliefs “gréco-perses” datant du ive s.208.

  • 209 Diod. 14.79.8.
  • 210 Babelon 1910, 399-402.

54En ce qui concerne les opérations du début du ive s., le choix de Conon comme amiral ne va pas modifier la politique navale du Grand Roi. Dès 399, ordre est donné de construire à Chypre une flotte de cent trières. Dès que cinquante sont prêtes, l’Athénien passe en Cilicie où il commence la préparation de la guerre. Cette dernière région conserve son rôle de point de concentration et de ravitaillement de la flotte. Un peu plus avant dans la guerre, alors que les opérations contre les Lacédémoniens sont déjà engagées, Conon reçoit un important renfort mais Diodore précise209 que seulement dix trières viennent de Cilicie, alors que le roi de Sidon en amène quatre-vingts de Phénicie. Cela ne semble pas plaider en faveur de l’hypothèse présentée par E. Babelon210, selon lequel une partie du monnayage émis par Pharnabaze en Cilicie l’aurait été au moment où il est associé à Conon. On penserait plutôt au groupe C du monnayage de Tarse décrit ci-dessus.

  • 211 Casabonne 1995, 162, après Starr 1977, 92 n. 70.
  • 212 Cf. plus loin à propos de certaines monnaies de Datamès.
  • 213 Fin ve-début ive s. ? (Pl.VIII, 6).
  • 214 Ce thème est très fréquent dans la glyptique, cf. Boardman & Scarisbrick 1977, no 88 pour la repré (...)
  • 215 Casabonne 1995, 163-164.
  • 216 Une fois à Tarse [ ?] : SNG France 2 207.
  • 217 J. Elayi (Istanbul) fait observer que la croix ansée ou plus exactement le symbole similaire peut (...)

55On doit s’interroger sur la signification du monnayage cilicien antérieur aux séries émises pour l’équipement des grandes flottes (qui portent le nom du karanos désigné) et par conséquent sur l’autorité émettrice. C. M. Kraay attribuait à ces monnaies une fonction strictement militaire et, poussant le raisonnement à l’extrême, concluait par exemple que l’épi de blé souvent présent sur les monnaies de Tarse symbolisait le sitonion des soldats. O. Casabonne211 a beau jeu de montrer qu’une telle interprétation est abusive. Nous avons déjà observé qu’il est particulièrement difficile de mettre en relation des événements précis avec l’émission d’une série de monnaies. Cela vaut ici encore, et d’autant plus que les symboles peuvent s’interpréter en des sens divergents voire même opposés212. Ainsi la monnaie SNG France 2 209213 présente à l’avers le Grand Roi transperçant un lion aux pattes dressées214 et au revers le Grand Roi appuyé sur une lance et tenant en main une croix ansée. O. Casabonne215 souligne que ce symbole est souvent présent sur les monnaies de Tarse, mais aussi parfois ailleurs en Cilicie. Il en conclut que la croix ansée est un emblème du pouvoir dynastique cilicien, et par conséquent que la monnaie susmentionnée, serait un marqueur de la volonté du Grand Roi d’affirmer son pouvoir sur la Cilicie. Cela est très plausible même si en Cilicie ce thème iconographique est rarement le symbole principal216, contrairement à Chypre où une croix similaire mais différente prédomine217. La double légende ΤΕΡΣΙ(KON) et TRZ (en araméen) pourrait confirmer que la monnaie a été frappée à Tarse mais que l’autorité émettrice n’est pas la cité.

  • 218 Athéna/Apollon en pied, légende ΟΛΜΙΤΚΟΝ, SNG France 2 120 (Pl. VIII, 12) ; Casabonne (Istanbul) p (...)
  • 219 Sur Issos, Bing 1985, 97-123.
  • 220 Attribution d’un monnayage à Aphrodisias de Cilicie par Imhoof-Blumer 1908, 204 no 1 (à propos de (...)
  • 221 Bing 1984 ; Brindley 1993.
  • 222 Newell 1920.
  • 223 E.g. SNG France 2 421 (Pl. VIII. 13).
  • 224 Levante 1994.
  • 225 Levante 1994, 9 signale qu’une monnaie apparue dans une vente et portant l’inscription ΙΣΙ confirm (...)
  • 226 SNG Levante 173. Newell 1914. no 72 propose d’y voir une épiclèse du dieu ; mais cf. Masson 1992, (...)
  • 227 Waggoner 1976.
  • 228 Brindley 1993, 8.
  • 229 Brindley 1993 observe fort justement que cette série qui représente à l’avers comme au revers deux (...)
  • 230 Le choix des représentations par un portrait et non plus en pied est commun à nombre d’autres cité (...)

Il faut souligner qu’au début du ive s. plusieurs nouvelles cités battent monnaie : Holmoi218, Issos219, Aphrodisias220 (?). Il a été beaucoup question ces dernières années221 des émissions de l’atelier d’Issos auquel sont attribuées, en plus des séries identifiables par la légende, d’autres que E. T. Newell222 donnait à Myriandros. La contribution de J. C. Brindley emporte pour l’essentiel l’adhésion, avec peut-être une légère correction pour le début attesté des séries : divinité au trident à queue de monstre marin/lion à droite223 qu’il date de 405-400 alors que leur présence dans le trésor de Nagidos224 plaiderait plutôt pour la période 400-380. Observons à ce propos que des exemplaires de plusieurs autres séries d’Issos sont présentes dans ce même trésor : groupe 3 de Brindley, Baal/Héraklès (daté par ce dernier de 390-386)225 ; groupe 4, frappe au nom de Tiribaze (infra) ; groupe 5, Apollon avec sur de nombreux exemplaires la légende ΙΣΣΙ et ΑΠΑΤΟΡΙΟΥ226 /Héraklès avec comme symbole secondaire Image ; pour la date Brindley propose 380-370. Observons cependant qu’un des exemplaires est surfrappé sur une monnaie d’Évagoras ier (411-374)227 et que ce type figure dans IGCH 1259, généralement daté des environs de 380. Il n’y a d’ailleurs aucun obstacle à supposer que Issos a pu émettre cette série purement civique228 parallèlement aux monnaies frappées pour Tiribaze229 ; groupe 6 Athéna de trois-quarts face/jeune homme de profil daté de 380-370 par Brindley230, date plausible d’un point de vue stylistique et qui pourrait fournir un argument pour abaisser de quelques années après 380 la date d’enfouissement du trésor de Nagidos.

  • 231 Brindley 1993,9.
  • 232 SNG von Aulock 4770 (Athéna/Apollon au corbeau)*.
  • 233 SNG Levante 1 ; 7-10 (Aphrodite assise tenant une phiale, Éros debout à sa gauche/Dionysos avec gr (...)
  • 234 SNG Levante 32 ; France 2 120 = Pl. VIII, 12 (Athéna Nicéphore/Apollon à la phiale), ΟΛΜΙΤΙΚΟΝ*.
  • 235 SNG Levante 173 (Héraklès/Apollon à la phiale), ΙΣ ; cf. aussi 174*, France 2 418 (Baal/Héraklès). (...)
  • 236 SNG Levante 155 ; France 2 403-404 (Athéna assise, lance, bouclier/Hermès et Aphrodite), ΜΑΛ*.
  • 237 SNG Levante 64 ; France 2 237 (Pl. VIII, 11)-238. Athéna assise similaire à celle de Mallos/femme (...)
  • 238 Cf. Soloi, e.g. Levante 43-45 où le profil d’Athéna remplace l’amazone traditionnelle ; Nagidos, L (...)
  • 239 Elles sont notées ici d’un astérisque*.

56Ce très intéressant trésor, par ailleurs quelque peu disparate (les monnaies athéniennes et certaines tarsiotes paraissent plus anciennes que les autres), comporte 1) la série Ahura Mazda/Baal (infra), 2) un ensemble homogène comme l’observait Brindley231 illustrant à l’avers comme au revers deux divinités en pied avec leurs différents attributs. Il paraît y avoir là un programme comme pour la série Ahura Mazda/Baal, indiquant des solidarités économiques et très probablement aussi un cadre politique liant sous la tutelle du satrape les cités de Sidè232, Nagidos233, Holmoi234, Issos235, Mallos236, Tarse237. 3) Cette série paraît être suivie de peu par une autre où les divinités sont représentées sous la forme d’une tête de profil (une ou deux faces)238. La plupart de ces séries figurent dans le trésor de Nagidos239.

  • 240 Infra pour les légendes en-IKON.

57Les années 380 sont donc caractérisées en Cilicie par l’abondance des frappes affichées comme civiques ou en tout cas à mettre en relation avec les cités240 avant l’essor du monnayage qui affiche explicitement la responsabilité des officiers perses ; ce qui n’empêche nullement la référence directe ou indirecte à la cité.

  • 241 Il y avait eu une première expédition dès 391, menée par Autophradatès et Hékatomnos ; mais cette (...)
  • 242 Diod. 15.2.1-2.
  • 243 Diod. 15.4.2. Le Rider 1997, 164 no 40, suggère qu’une partie de cette somme aurait pu être compos (...)
  • 244 Isocrate, Panég., 161,Evag., 62.
  • 245 En dernier lieu Le Rider 1997, 152-153.
  • 246 Bing 1998 complique beaucoup les choses en faisant de Camisarès puis de Datamès les satrapes de Ci (...)
  • 247 A noter le choix fait d’une représentation anthropomorphe, à la “grecque”.
  • 248 Tel est l’ordre des faces que propose Le Rider.
  • 249 Il s’agit de statères ; sur une monnaie divisionnaire apparaît seulement la tête d’Ahura Mazda cou (...)
  • 250 Légende ΣΟ ; Traité, II, no 581 ; SNG Levante 49 (Pl. IX, 1). En parallèle avec des séries civique (...)
  • 251 Légende T ou TEP ; Traité, II, no 582 ; SNG Levante 62 ; Levante Suppl. I 16.
  • 252 Brindley 1993, 4-5 ; légende ΙΣΣΙΚΟΝ ; Traité, II, no 579 (=SNG France 2 416) ; von Aulock 5601-56 (...)
  • 253 Légende MAP ou MAA ; Traité, II, no 580 (SNG France 2 389-390) ; von Aulock 5712 sq. ; Levante 147 (...)
  • 254 Traité, II, pl. 107, 16 (= SNG France 2 232) (Pl. IX, 2) ; cf. Cahn 1989, 104 et pl. I, 17. Cette (...)
  • 255 Babelon 1910, 383 sq.
  • 256 Légende ΣΟΛΙΚΟΝ ou ΣΟΛΕΩΝ. Traité, II, no 563-566 (= SNG France 2 159-162 : “monnayage satrapal ve (...)
  • 257 Légende MΛA ; Traité, II, no 570 sq. ; SNG France 2 395-397 ; von Aulock 5716 ; cf. aussi Levante (...)
  • 258 A l’avers un Dionysos, qui justifie l’attribution par Weiser 1989, 290 à Nagidos de la monnaie Ban (...)
  • 259 Kraay 1976, 284 sq. (no 1018 ; 1027) ; d’où probablement par exemple l’indication vague de Levante (...)
  • 260 Telle est aussi l’opinion de Weiser 1989, 290 sq. et implicitement de Levante (du moins en ce qui (...)

58Après l’établissement de la Paix du Roi, les intérêts du gouvernement perse se tournent à nouveau vers Chypre241. Tiribaze et Orontès sont chargés de la mise en œuvre de l’expédition. Selon Diodore242, les préparatifs se font à Phocée et Kymè ; puis les généraux installent en Cilicie une armée de trois cent mille hommes comportant des cavaliers et trois cents trières. La Cilicie reste la base arrière des opérations, c’est de là que Tiribaze se rend auprès du Roi, dont il obtient deux mille talents pour la guerre243. Si l’on suit à la lettre Diodore, cela suppose que l’argent émis localement était destiné à l’approvisionnement en blé de la troupe et aussi au paiement des mercenaires. Le choix de la Cilicie s’explique par le fait que la Cilicie Pédias est une zone céréalière et que par ailleurs les monnaies produites utilisent les infrastructures techniques préexistantes des cités ciliciennes. Si l’on en croit Isocrate244, le roi de Salamine avait réussi à détacher la Cilicie du Grand Roi. Il convient d’être prudent face à ce témoignage dans la mesure où on a pu noter par ailleurs les erreurs ou les exagérations de cet auteur. A tout le moins la reconquête a été rapide et complète. On sait la rivalité qui oppose les deux généraux perses, mais nous nous intéresserons seulement ici à leur position en Cilicie. Seul Tiribaze émet à son nom245. Ce fait, ainsi que l’épisode de la négociation avec Évagoras, indiquent qu’il avait alors le pas sur son collègue. Il paraît tout aussi clair que, contrairement à ce qui a été souvent écrit, il n’exerce aucune fonction de gouvernement régional (il y a encore très probablement un Syennésis qui remplit cet office246) et c’est en tant que responsable de la guerre à Chypre qu’il émet deux séries de monnaies. La première présente au revers Ahura Mazda se couronnant et tenant une fleur de lotus247 ; à l’avers248 Baal avec aigle, légende araméenne TRIBZW249. Les lieux d’émission sont Soloi250, Tarse251, Issos252, Mallos253 par ordre progressif de l’importance de la frappe. La seconde a comme point de départ la monnaie Traité, II, no 578254 : à l’avers, tête de satrape diadémé (le diadème est ici double), légende grecque TEIPIBAZOY ; au revers, tête d’Héraklès frisé, barbu avec pattes de lion nouées autour du cou, dans un grènetis circulaire. Cette monnaie est considérée par E. Babelon comme une imitation barbare (cf. aussi son faible poids, 9,85 g) mais il signale255 une monnaie inédite très semblable de meilleur style. On rapproche généralement les monnaies émises à Soloi256, Mallos257 et Nagidos258, sans indication du nom du satrape, avec les types évoqués ci-dessus mais avec quelques nuances dans la disposition de la tiare ou le traitement de la barbe. Ces monnaies sont datées par C. M. Kraay des environs de 370, mais il ne fournit pas d’argument259. Il reste plus probable qu’elles ont été émises par Tiribaze260.

  • 261 Le Rider 1997, 157 (d’après une idée comparable de Newell 1918, 86 à propos du monnayage d’Alexand (...)

59Les deux séries ont en commun d’avoir plusieurs lieux d’émission. La première présente une complète unification des types ; et cela vaut, bien que moins nettement, pour la seconde. Il est aussi démontré, et c’est là une innovation, qu’il y a de la part du satrape une politique monétaire réfléchie et valable pour les cités qui sont le pivot de la constitution de la flotte. Observant la quasi-identité des pièces de Soloi, Tarse et Mallos (alors que celles d’Issos présentent quelques caractéristiques différentes), G. Le Rider261 suggère que toutes ont pu être frappées à Tarse. Quelle est la chronologie relative ? L’absence du nom du satrape sur nombre d’exemplaires de la seconde émission est un (mince) argument en faveur de son antériorité par rapport à la première, mais sa moindre homogénéité pourrait laisser supposer un plus grand étalement dans le temps.

  • 262 Isocrate, Panég., 4.141 (voir aussi Evag., 64).
  • 263 Weiskopf 1982, 144 sq. Les numismates retiennent la fourchette 386-380 pour les monnaies de Tiriba (...)
  • 264 Isocrate, Panég., 4.140. Mathieu, ad. loc., suggérait la date de 382 ; pour Weiskopf 1982, 166, il (...)

60Pour Isocrate262, l’affaire de Chypre dure six ans après la Paix du Roi, ce qui nous amènerait selon M. Weiskopf aux années de campagne 381 et 380, donc aux années civiles 381/380 et 380/379263. C’est simultanément qu’est menée la campagne contre l’Égypte264, campagne malheureuse contre Akoris et Chabrias, dont les chefs sont Abrokomas, Tithraustès et Pharnabaze. Abrokomas est le satrape de Transeuphratène et c’est à partir du territoire qu’il contrôle qu’est organisée l’expédition, avec comme point de réunion, la ville d’Akè. Apparemment donc rien à voir avec la Cilicie à laquelle on a demandé un considérable effort de guerre pour l’expédition de Chypre.

  • 265 Diod. 15.29.3 ; 41 ; cf. par ex. Mørkholm 1959, 184-201 ; Moysey 1986, 7-61 ; Naster 1989, 191-201 (...)
  • 266 En dernier lieu Le Rider 1997, 153.

61Cela explique que la plupart des historiens et des numismates attribuent plutôt l’important monnayage de Pharnabaze à la période qui débute en 379, avec les préparatifs d’une nouvelle expédition en Égypte265. On sait que l’armée, dont la concentration finale a lieu à Akè après plusieurs années de préparation, réunissait des forces considérables : vingt mille mercenaires avec Iphicrate (douze mille selon Cornelius Nepos), deux cent mille barbares, deux cents triakontores et trois cents trières. Plusieurs séries peuvent être individualisées266 :

  • 267 Moysey 1986 série 1, p. 30, recense 7 exemplaires connus, cf. sa pl. 2, 25 ; voir aussi SNG von Au (...)
  • 268 Naster 1988, 14-17.
  • 269 Cf. par ex. Kraay 1984, 8 : portrait idéalisé du satrape ; Naster 1989 193 relève diverses variant (...)
  • 270 Moysey 1986. 14-15.
  • 271 Lemaire 1989, 143.
  • 272 Telle est la conclusion de de Callataÿ (Istanbul).
  • 273 Suivi sur ce point par Casabonne (Istanbul).
  • 274 De Callataÿ (Istanbul) rejette pour des raisons numériques la liaison entre cette petite émission (...)
  • 275 Hypothèse envisagée par de Callataÿ (Istanbul).
  • 276 Comme y invite aussi la présence dans ce trésor de la plus récente des séries d’Issos.

62Un premier groupe267 dont le volume paraît assez modeste porte à l’avers Héraklès de trois-quarts face revêtu de la leontè, dans un grènetis circulaire, légende ḥlk268 ; au revers, un guerrier barbu de profil, portant un casque attique interprété tantôt comme un “portrait” du satrape, tantôt comme un Arès269 ; légende ΤΕΡΣΙΚΟΝ. Le thème de l’avers - Héraklès - nous rapproche de celui dont nous avons noté la présence sur les monnaies attribuables à Tiribaze mais le traitement est plus “moderne” (trois-quarts face au lieu du profil) et cela renforce l’établissement de la chronologie relative entre les deux séries. Des monnaies de ce groupe figurent dans le trésor de Nagidos (CH 8, 91) datable, on le sait, des environs de 380. Ce fait confirme l’hypothèse de R. A. Moysey270 pour lequel cette série serait la première à faire figurer le guerrier casqué au revers et amène à rejeter le classement de A. Lemaire271 qui s’appuie sur la présence de la légende ḥlk qu’il pense devoir mettre en série avec le troisième groupe après l’autre graphie klk. A partir de ces nouvelles données, trois solutions paraissent possibles. Soit cette frappe est antérieure à Pharnabaze272 ; et il convient en effet de rappeler que l’ancien satrape de Daskyleion n’est pas nommé sur les monnaies, qu’“Arès” est présent sur d’autres séries que les siennes. Soit il s’agit bien d’une émission de Pharnabaze pour la période 386-383. Telle était déjà la conclusion de R. A. Moysey273. Mais comme noté plus haut il nous semble que la campagne conjointe d’Abrokomas, Tithraustès et Pharnabaze n’a pas concerné la Cilicie274. Soit enfin la série est de peu postérieure à 380. C’est cette dernière solution que nous retiendrons à titre d’hypothèse. Il faut alors en mesurer les implications : tout d’abord abaisser un peu au-delà de 380275 la date d’enfouissement de CH 8, 9 1276, d’autre part cela supposerait que dans une brève période de transition Pharnabaze n’avait pas modifié profondément la circulation monétaire.

  • 277 Moysey 1986, 30-34 ; SNG von Aulock 5927-5933 ; Levante 71-74 (Pl. IX, 10 = Levante 72) ; Levante (...)
  • 278 Lemaire (Istanbul).

63Un deuxième groupe, à l’avers Baaltars, légende araméenne (Baal de Tarse) ; au revers “Arès”, le nom de Pharnabaze est donné également en araméen. Il existe un grand nombre de monnaies à ce type277 qui doit être attribué à Tarse à cause de la légende de l’avers. Il faut en effet accepter les conséquences d’une suggestion d’A. Lemaire278 qui rappelle que Baal peut être un appellatif signifiant maître, seigneur et que par conséquent BLTRZ a toutes chances de désigner le dieu principal de la cité de Tarse dans les caractéristiques duquel nombre d’étrangers ont pu reconnaître celles de leur dieu majeur (on pensera au choix d’Alexandre de cette représentation pour ses monnaies).

  • 279 Davesne 1989, 166, met justement en doute cette attribution (cf. déjà la prudence de Babelon 1910, (...)
  • 280 Déjà Babelon 1910, commentaire du no 403 ; voir aussi Kraay 1976, 223, avec l’idée que seules les (...)
  • 281 Moysey 1986, 34-40 ; Naster 1989, 196 sq. ; SNG Cop. 261-271 ; von Aulock 5916-5925 (Pl. IX, 11 = (...)
  • 282 Infra p. 360.
  • 283 Naster 1989 pense que ces séries ont été émises simultanément, cela paraît historiquement assez pe (...)
  • 284 Sur le caractère exceptionnel du point de vue numérique des groupes 2 et 3 et des trois émissions (...)

64L’attribution du troisième groupe279 est plus problématique. Il n’est pas sûr qu’il convienne de l’associer à Tarse, du moins à Tarse seule280. L’avers est occupé par une copie de l’Aréthuse syracusaine gravée par Kimon281 ; même revers que dans les séries précédentes avec l’inscription bilingue ḥlk KIΛIKION. R. A. Moysey282 montre que des identités de coins existent avec certaines monnaies de Datamès. Les deux séries ont donc été émises successivement283 mais sans solution de continuité. Ce groupe est quantitativement le plus important284.

  • 285 Harrison 1982, 210 ; cf. aussi Casabonne 1996 b, 126.
  • 286 SNG von Aulock 5753 ; Traité, II, no 599 = France 2 23 (Pl. IX, 12) ; sur la monnaie de Kélendéris (...)

65Un dernier groupe a été émis à Nagidos, comme le prouve la légende ΝΑΓΙΔΙΚΟΝ de l’avers où est représentée une Aphrodite. C’est là le thème habituel des monnaies de cette cité mais comme le fait observer C.M. Harrison285 la déesse est ici “persisée” ; au revers le même “Arès”, légende au nom du satrape en araméen et hlk ; il s’agit numériquement d’une petite série. Ajoutons éventuellement Kélendéris selon le sens que l’on attribue à la légende KEΛENΔEPITIKON286.

  • 287 De Callataÿ (Istanbul).
  • 288 La présence de ces derniers n’exclut nullement l’existence d’une autorité politique régionale, mai (...)
  • 289 Cf. Davesne 1989.
  • 290 En nombre important encore dans CH 8,91.

66Au terme de ce panorama sur la Cilicie à la fin du ve et au début du ive s„ il est clair que sans le monnayage (monnaies, contremarques, trésors) nous ne saurions pratiquement rien de l’histoire politique et institutionnelle de cette satrapie. En dépit des limites imposées par ce type de source, il est loisible d’arriver à quelques conclusions générales. Tout d’abord, la quantité de monnaies émises est considérable, bien plus importante par exemple que celle des Hékatomnides287. La différence paraît aussi résider dans le fait qu’il y a plusieurs autorités émettrices : à l’évidence les cités elles-mêmes, le Syennésis à Tarse dans la deuxième moitié du ve s. (sans qu’on puisse le démontrer) et dans le courant du ive s. avec Tiribaze l’apparition de généraux288 en charge d’opérations militaires d’envergure nécessitant la construction et l’armement de flottes puissantes ainsi que l’engagement de nombreux mercenaires. Il est tout à fait plausible que ce type d’organisation dualiste a fonctionné dès la fin du ve s. avec Tissapherne au moins. Une différence sensible : la composition du trésor monétaire IGCH 1255, dit “de Kélendéris”289 daté des environs de 410 et où l’on note l’importance des monnaies de Chypre, d’Athènes290 et – majoritairement – de Kélendéris (quelques monnaies de Tarse, Soloi, Mallos). Nous sommes au début des grandes émissions ciliciennes. L’expédition conjointe de Pharnabaze et de Conon a probablement pour conséquence une augmentation du volume de ces émissions tarsiotes.

67Il faut aussi souligner que la construction d’une flotte coûte cher, sans même qu’elle soit construite sur place : il ne s’agit pas seulement de solder des mercenaires, d’autres aspects sont aussi onéreux et concernent tout un territoire (ports et arrière-pays). Fourniture du bois, transport, agrès, équipements portuaires, ravitaillement etc. L’intégralité de ces aspects ne pouvait être couverte par la corvée. Elle suppose des dépenses très importantes et inscrites dans la durée en amont de la mise à l’eau de la flotte.

  • 291 Kraay 1976, 282.

68D’où provient l’argent ? Comme nous l’avons vu plus haut, pour une part directement de la caisse centrale mais il paraît tout aussi clair qu’une partie est tirée du prélèvement tributaire. Tel est le cas à l’époque du mandat de Pharnabaze, avec l’apparition des légendes ḥlk, klk ou KIAIKION, qui invitent à penser que l’on raisonne à l’échelle de la satrapie sans qu’il faille en inférer comme le fait C. M. Kraay291 que Pharnabaze est satrape de Cilicie. Au mieux pourrait-on traduire “Pharnabaze en Cilicie”.

  • 292 Kraay 1976, 278 sq.
  • 293 E.g. Levante 1994, 8. Voir aussi l’introduction à SNG France 2 (on ne saurait être aussi catégoriq (...)
  • 294 Gauthier 1975, 166-167 suivant Babelon 1910, 852-855.
  • 295 Cf. aussi la graphie ΣΟΛΙΚΩΝ : SNG Levante 160 ; sur cette question Casabonne (Istanbul).
  • 296 SNG France 2 77 (Pl. VIII, 5) ; Gulbenkian 798. En observant d’ailleurs que cette (rare) monnaie e (...)

69Nous avons vu plus haut que dès l’époque de Tiribaze d’autres légendes avec un suffixe en -ikon étaient apparues : ΤΕΡΣΙΚΟΝ, ΣΟΛΙΚΟΝ, ΙΣΙΚΟΝ, ΝΑΓΙΔΙΚΟΝ (attestée aussi sous Pharnabaze et au-delà), KEAENAEPITIKON, OAMITIKON (difficiles à dater avec certitude). C. M. Kraay292 conclut après d’autres que le neutre singulier trahit l’“initiative d’un pouvoir extérieur” alors que le banal génitif pluriel s’explique par “l’autorisation du gouvernement de la cité” et cette hypothèse séduisante a été reprise par de nombreux spécialistes293. Cette solution n’est pas acceptée par Ph. Gauthier294 qui fait observer qu’à elle seule la légende ne saurait constituer une preuve irréfutable alors que les séries sont par ailleurs identiques (parfois même avec des identités de coins). La monnaie SNG France 2 209 porte la double légende TEPΣΙ(KON) et TRZ en araméen. Faut-il en conclure que les deux légendes sont deux graphies d’une même réalité et qu’il n’y a là qu’un phénomène de mode295 ? Il paraît cependant clair que dans certains cas on a tenu à marquer la différence sinon pourquoi à Kélendéris avoir décidé d’écrire in extenso l’encombrant ΚΕΛΕΝΔΕΡΙΤΙΚΟΝ296 au lieu de la formule habituelle KEΛ ou ΚΕΛΕΝ ? Nous retiendrons donc à titre d’hypothèse qu’à côté (voire simultanément) des frappes civiques ont dû exister des frappes issues de la perception du tribut (rappelons une fois encore que le karanos était habilité à en disposer) et qu’il s’agissait d’indiquer la provenance du métal qui servait à frapper ces monnaies, quel que soit par ailleurs le lieu de la frappe.

  • 297 Cornelius Nepos, Dat., 4.1-5. Aspis qui s’empare du montant de celui qui transite par la route roy (...)
  • 298 Sur ces régions Diod. 18.22.1-4 ; Str. 12.6.2-3 et supra p. 164.
  • 299 Briant 1976. 185-6.

70Si l’on s’efforce de faire la synthèse des éléments réunis ci-dessus concernant les peuples “révoltés” selon Diodore, il pourrait apparaître comme un complet paradoxe de conclure qu’aucun de ces peuples n’échappe à la tutelle du pouvoir central. Comme nous l’avons observé il est pourtant avéré qu’aucun ne peut être considéré comme rebelle en permanence, pas même la Pisidie pourtant présentée au même titre que la Mysie comme le meilleur exemple d’une telle situation. Certes les zones de montagne, pour l’Asie Mineure méridionale toutes les régions tauriques, avaient de particulières facilités à se dispenser du versement du phoros et des secteurs entiers ont dû pendant de longues périodes échapper au contrôle des satrapes (la Cataonie d’Aspis297, la Lycaonie, l’Isaurie298, une partie de la Pisidie, de la Cilicie Trachée) et représenter des foyers d’insécurité, en particulier dans les périodes troubles de l’histoire de l’Empire, et donc tout naturellement dans les années 360, comme elle profiteront plus tard de toutes les occasions de s’affranchir de la tutelle du pouvoir central299. Par conséquent, on admettra volontiers avec M. Weiskopf qu’il s’agit là d’événements à caractère essentiellement local. Cependant il est tout aussi assuré que de tels désordres devaient être encore accentués lorsqu’ils se greffaient sur des conflits de plus grande portée qui leur servaient de prétexte. Il n’y a donc rien d’anormal au fait que Diodore (ou sa source) ait pu avoir la vision d’une conflagration généralisée même si toutes les opérations militaires ne se situaient pas au même niveau et n’avaient pas le même but.

  • 300 Moysey 1975, 100, cf. 1986, 24 ; il y voit la preuve de l’hellénocentrisme de Diodore ou de sa sou (...)

71L’ordre suivi par Diodore pour les satrapes n’est pas indifférent. R.A. Moysey300 pense qu’il est dû aux liens étroits qui existent entre Ariobarzane et Mausole d’une part, et le monde grec de l’autre.

Ariobarzane

  • 301 Judeich 1895, 832 s.v. “Ariobarzanes” ; Beloch 1923, 150-1 penche pour un frère cadet de Pharnabaz (...)
  • 302 Xén., Hell, 5.1.28.
  • 303 Il subsiste une grosse difficulté dans l’interprétation de Diod. 15.90.2. Faut-il avec Beloch 1923 (...)
  • 304 Weiskopf 1982, 381-385.

72Fils ou frère de Pharnabaze301, il tient la satrapie de Daskyleion depuis les alentours de 387302. Sa “rébellion” est antérieure à 362/361, faut-il la mettre en relation avec la saisie de la basileia de Mithridate à la mort de ce dernier303 ? Malgré M. Weiskopf304, il semble qu’après avoir été mis en difficulté par Autophradatès et Mausole il a réussi à se maintenir dans une partie au moins de ses possessions (jusqu’en 363/362 ?).

Mausole

  • 305 Hornblower 1982, spécialement 137-182.
  • 306 Supra p. 137.
  • 307 Infra p. 352.

73Satrape-dynaste de Carie305 de 377 à 353, soit pratiquement durant un quart de siècle, son “règne” constitue l’un des temps forts de l’histoire de la Carie. Si l’ambiguïté de son titre ne fait guère problème306, sa position dans la “révolte” est beaucoup plus sujette à caution. La fin rapide de celle-ci n’altère probablement307 en rien sa position qui, dès avant 362, était fondée sur l’attente et la prudence.

Orontès

  • 308 Supra p. 149.
  • 309 Supra p. 150.

74M. J. Osborne308 paraît avoir établi que ce dernier est titulaire d’un commandement important dont le centre est la Mysie pergaménienne et qui s’étend sur une partie de la côte. Cette création témoignerait d’un nouvel équilibre géopolitique de l’Asie Mineure occidentale après la fondation de la satrapie de Carie qui enlevait toute pertinence à une satrapie centrée à Magnésie de Méandre309.

Autophradatès

75Satrape de Sardes depuis qu’il a succédé à Tiribaze, sa situation est comparable à celle de Mausole ; tant par la tiédeur de son engagement dans la révolte que par les conséquences pour lui de l’échec de la sédition. Nous verrons plus loin cependant qu’il ne subsiste aucune preuve de sa présence en Asie Mineure après les événements de 362/361.

76Il va de soi qu’Artabaze dont le soulèvement est largement postérieur n’a pas à apparaître ici. Diodore a choisi de parler de la révolte de Datamès de façon séparée, et cela reflète probablement une réalité, même s’il la situe dans le même contexte chronologique.

2. Essai de reconstruction des événements

  • 310 Judeich 1892, 193-225 ; Beloch 1923. 254-7 ; Olmstead 1948, 408-429 ; Meloni 1951,5-27.
  • 311 La paternité de cette idée, très largement contestée aujourd’hui, revient à Babelon 1893, LXXIII, (...)
  • 312 Cf. l’itinéraire proposé par Moysey 1975 sur la carte annexée à son ouvrage.

77C’est à W. Judeich, avec quelques retouches dues à K. J. Beloch310, que l’on doit la version des événements qui est devenue la “vulgate” jusqu’à ces dernières années. Pour lui, nous sommes en présence d’un soulèvement généralisé dont Orontès est le chef. Le point culminant en est l’année 362/361 comme l’indique Diodore (que l’on suit le plus exactement possible). Les opérations dépassent largement le cadre de l’Asie Mineure : l’ambition d’Orontès est de supplanter le Roi311 et il mène une action conjuguée avec le roi rebelle d’Égypte. Les forces convergent en Syrie-Phénicie312 pour attaquer le Roi. Mais assez rapidement les rebelles, ou plus exactement certains d’entre eux (Orontès, Rhéomitrès), se rendent au Roi dans l’espoir d’obtenir non seulement leur pardon mais aussi une amélioration de leur situation personnelle. Seuls Ariobarzane et Datamès disparaissent. Pour les autres, il y a un simple retour au statu quo ante, Artabaze ayant remplacé Ariobarzane. Se produit alors une deuxième révolte à laquelle participent non seulement Artabaze mais aussi Orontès alors qu’Autophradatès et Mausole restent loyaux au Roi. Ce schéma, dont je ne donne ici que les très grands traits, suscite beaucoup de réserves et doit être corrigé en bien des points après les études de M. J. Osborne et M. Weiskopf. Les pages qui suivent ne prétendent pas résoudre tous les problèmes et supprimer les pans d’obscurité. Il s’agit de propositions révisables et dont chacun pourra juger de la pertinence.

2.1. La “révolte” des satrapes occidentaux

  • 313 Infra p. 352.

78Si l’on met à part son opinion concernant la localisation et la nature de son commandement, le principal apport des travaux de M. J. Osborne a été sa critique des positions traditionnelles sur la durée du mandat d’Orontès en Asie Mineure occidentale et son rôle éventuel après 360. La plupart des érudits (e.g. R.A. Moysey, S. Hornblower, M. Weiskopf) admettent à sa suite qu’Orontès n’est en aucune façon associé à la révolte d’Artabaze. Ce point doit être considéré comme acquis. Notons simplement ici qu’il a comme conséquence de créer un vide d’une vingtaine d’années pour la satrapie de Sardes313.

  • 314 Weiskopf 1982, 406 : “Opposition to Artaxerxes does enter into consideration for both men’ aims [O (...)
  • 315 Weiskopf résume ainsi ses thèmes p. 405 : “Crucial to reconstruction of the satrap’s revolt as a m (...)
  • 316 Cf. p. 340 : “Isocrates’ false perceptions were shared by Ephorus and restated by Diodorus”. Cf. d (...)

79La remise en cause proposée par M. Weiskopf est beaucoup plus profonde. En voyant les choses sommairement on peut dire que pour lui il n’y a pas de révolte des satrapes, mais que certains d’entre eux ont dû être considérés comme rebelles par le pouvoir central. La plupart des faits sont expliqués par les relations conflictuelles d’autorités voisines (e.g. Ariobarzane-Autophradatès, Artabaze-Autophradatès) ou même à l’intérieur d’une satrapie (Orontès-Autophradatès). Mausole et Autophradatès n’ont pas pris part à la révolte. Ariobarzane et Datamès se sont déclarés bien avant 362/361 (probablement séparément) et le premier est déjà mort en 362 et remplacé par Artabaze. Orontès, hyparque d’Autophradatès, n’est qu’un “lesser officer” mécontent de son sort314, son action n’a de valeur que régionale voire même locale. Pour le pouvoir perse, l’affaire importante c’est le soulèvement de l’Égypte315. Les sources grecques ont tout embrouillé316 et n’ont guère de crédibilité.

  • 317 Malgré Weiskopf 1982, 413 pour qui “since Orontes had been a lesser officer... we may assume he dr (...)
  • 318 “Quelques-uns craignent il est vrai qu’avec son or (le Roi) ne recrute force mercenaires. A tort s (...)
  • 319 Polyen 7.14.2 : Orontès est retranché dans le Tmôlos d’où il lance un raid contre Sardes ; il se p (...)
  • 320 Polyen 7.14.3 : ces affrontements avec Autophradatès ne peuvent être postérieurs à la révolte de 3 (...)
  • 321 En 7.14.2 Orontès est dit avoir avec lui dix mille mercenaires équipés lourdement. Autophradatès e (...)
  • 322 Babelon 1923, pl. 88, no 22 (supra p. 151 n. 279).
  • 323 Infra p. 347.
  • 324 Cf. Babelon 1910, 107-110, et plus récemment Baldwin 1924. Cf. encore les remarques critiques de W (...)
  • 325 Essentiellement par J.-P. Six.
  • 326 En rapprochant aussi à tort le tétradrachme d’argent au revers duquel figure une lyre (peut-être é (...)
  • 327 Cf. par exemple Bodenstedt 1976, 74 et pl. 2, 13-14, qui relève des ressemblances entre les séries (...)
  • 328 Troxell 1981, 27-37, refuse cette attribution, suivi par Moysey 1986, 28 qui trouve là un argument (...)
  • 329 Hornblower 1982, 178-9 et n. 69. Sur les indications de Kraay, Hornblower constate qu’au ive s. Cl (...)
  • 330 Cité supra n. 5. Le thème de la stratégie du “rendez-vous” (en français dans le texte) d’Orontès e (...)

80Si nous reprenons les données, une première observation doit être faite : il est impossible de fournir un récit détaillé et précis des événements qui ont jalonné la révolte ; tout au plus peut-on souligner que celle-ci a eu une certaine ampleur et qu’Orontès y a joué un rôle déterminant317. Ces deux conclusions doivent être inférées de Démosthène, Sur les symmetries 31, qui, lorsqu’il se propose de décrire un soulèvement important ayant entraîné le recrutement de beaucoup de mercenaires, prend précisément, encore en 354, l’exemple de la révolte d’Orontès318. Ce dernier a établi ses bases arrières, un camp retranché, dans le massif du Tmôlos. Les opérations se déroulent en partie en Lydie contre les généraux du Roi, aux alentours de Sardes319, et contre Autophradatès nommément à Kymè320. Pour mener à bien son entreprise, Orontès a recruté dix mille mercenaires grecs et nous avons une double affirmation que ces derniers constituent la force matérielle mais aussi idéologique du satrape. C’est ce qu’indiquent nettement : d’abord le récit de Polyen, où l’on voit comment il trompe Autophradatès en équipant à la grecque une partie de ses troupes “barbares” et en lui faisant croire qu’il a reçu un important renfort de mercenaires grecs321 et peut-être aussi le droit de l’émission monétaire de Kisthènè pour Orontès avec le type inhabituel du peltaste accroupi322. Une partie des opérations s’est aussi déroulée en Troade323, mais il faudrait pouvoir préciser quand et dans quel contexte. Faut-il penser que c’est seulement au moment où Autophradatès retient Artabaze (infra) ou déjà lorsque, quelques années auparavant, ce dernier a été désigné pour succéder à Ariobarzane ? Charidèmos tient une partie seulement de la Troade, il profite de l’arrestation momentanée d’Artabaze pour tenter de se constituer une principauté autonome. Qu’en est-il de la zone côtière pendant tout ou partie de la même période ? On a longtemps cru pouvoir résoudre partiellement la question en attribuant à Lampsaque un monnayage assez abondant frappé aussi bien en or, en argent et en bronze et dont la caractéristique commune était un revers au Pégase. Les monnaies d’or sont presque à coup sûr émises réellement à Lampsaque et s’insèrent sans difficulté dans les séries de cette cité mais elles sont anépigraphes. Ce sont pourtant ces dernières qui ont servi de support à la thèse d’E. Babelon324 déjà esquissée avant lui325 : la frappe de l’or est bien la preuve qu’Orontès aspirait à la royauté326 et pas seulement, comme l’indique Diodore, à augmenter son ressort de commandement. E. Babelon avait été assez largement suivi327 dans cette hypothèse aventureuse par nombre de savants avant la remise en cause radicale de H. A. Troxell qui réattribue à Adramyttion et Kisthènè les monnaies d’argent et de bronze qui portent cette fois le nom d’Orontès (au revers pour Adramyttion un protomé de Pégase très semblable à celui de Lampsaque ; pour Kisthènè un sanglier ailé). Il n’y a donc plus de raison de reconnaître Orontès dans la tête satrapale du monnayage d’or de Lampsaque328. En poussant le raisonnement à son terme toutes les émissions connues sont frappées dans une région qui peut relever légitimement d’Orontès, il n’est en rien assuré qu’il s’agisse d’un monnayage insurrectionnel. Dans la mesure où l’on tend à réduire le rôle et les ambitions d’Orontès dans la part occidentale de l’Anatolie329, il paraît un peu paradoxal de privilégier le Prologue 10 de Trogue-Pompée330 qui en saluant Orontès du titre de satrape d’Arménie indique qu’il a été défait en Syrie par le Roi. Si en définitive on acceptait cette version, elle supposerait une conflagration générale impliquant la quasi-totalité de l’Asie Mineure. Observons qu’à ce jour nous n’avons, par ailleurs, d’informations sur des opérations militaires que pour le quart nord-ouest de la Péninsule si l’on met à part Datamès (comme le fait Diodore) et alors que Trogue-Pompée enregistre les défaites successives de Datamès, Ariobarzane et en dernier lieu Orontès.

  • 331 Dans son paragraphe sur la chute de la maison d’Ariobarzane, p. 381 sq., Weiskopf expose son “inti (...)
  • 332 Diod. 15.90.3.
  • 333 Supra p. 100. Si l’on admet la véracité de l’allégation de Diod. 16.90, sur les origines de la dyn (...)
  • 334 Supra p. 304.

81Avec Orontès, nous avons vu que Diodore désigne Ariobarzane et Autophradatès comme les principaux chefs du mouvement. En ce qui concerne Ariobarzane, aucun doute possible sur sa rébellion mais M. Weiskopf remet en cause la date de celle-ci. Pour lui Ariobarzane est mort depuis longtemps au moment où Diodore situe l’acmé de la révolte, c’est-à-dire en 362/361. Réexaminons les faits. Nous avons noté précédemment que dès 366/365, Ariobarzane est considéré comme rebelle par le pouvoir central qui envoie Autophradatès et Mausole contre lui. Artabaze n’est pas mentionné dans les sources qui relatent les événements d’Assos et/ou Adramyttion mais il ressort d’autres témoignages qu’il contrôle une partie de la Troade (au moins l’intérieur) dès 362 et peut-être même avant. M.Weiskopf en conclut331 qu’Ariobarzane a disparu de la scène et qu’Artabaze l’a remplacé. Aucune source antique ne permet d’étayer cette affirmation qui est en contradiction avec le récit de Diodore332. Malgré cela, il est assez tentant de suivre au moins sur ce point cette hypothèse. Comme nous l’avons noté plus haut333, l’exploitation systématique de nos informations concernant Ariobarzane, en particulier chez Diodore, amène à penser que ce dernier est mort au plus tard en 363/362. Faut-il penser qu’Artabaze lui a immédiatement succédé ou plutôt qu’une période d’interrègne assez confuse s’ouvre à ce moment et prend fin avec la reddition générale des rebelles. Si l’on accepte notre grille d’analyse du récit de Diodore334, on remarque que c’est Ariobarzane qui est nommé en premier (logiquement puisqu’il est le premier à se rebeller) mais que tout aussitôt (15.91.1) Diodore indique qu’Orontès est désigné comme le stratège de ceux qui se sont révoltés. Il doit sans doute ce choix à ses qualités personnelles, ses talents militaires, sa naissance et ses liens matrimoniaux, mais cela s’explique mieux si Ariobarzane a disparu à ce moment. En bref, il y a donc beaucoup plus probablement succession de révoltes dont nous sommes loin de posséder toutes les données.

  • 335 Démosthène. C. Aristocr., 154.
  • 336 Weiskopf 1982,428.

82Au départ, Artabaze ne contrôle qu’une partie, la moins importante en superficie, de la satrapie dont il est le titulaire reconnu. Il doit faire face à la rébellion réelle ou feinte de Mithridate dans la partie orientale de la Mysie mais aussi à la trahison de Charidèmos. Ce dernier est recruté par Memnon et Mentor pendant qu’Artabaze est arrêté par Autophradatès335. M. Weiskopf336 se débarrasse rapidement du témoignage de Démosthène en imaginant un incident de frontière entre les deux satrapes, or ce n’est pas du tout ce que suggère le terme grec σύλληψις. Il est plus simple de penser qu’Artabaze se trouve à ce moment auprès d’Autophradatès et que par conséquent il ne contrôle pas encore sa satrapie. Il y donc bien acte de “rébellion” de la part d’Autophradatès, et l’on peut penser qu’il s’agit là d’un gage donné par le satrape de Lydie à ses voisins qui sont déjà en état de révolte ouverte. Cela ne signifie pas forcément qu’il a ensuite participé activement à leur entreprise.

  • 337 Ps.-Arist., Ec., 2.1351b ; Polyen 3.14 ; Démosthène, C. Aristocr., 154 ; Énée, Pol., 24. Ces événe (...)
  • 338 Énée 24.3-14.
  • 339 C’est le sens qu’il convient de donner à ἄρχων (ainsi Whitehead 1990), et non celui de magistrat, (...)
  • 340 Démosthène, loc. cit., 158-160 souligne qu’elle est une ennemie de toujours d’Athènes.

83On peut penser qu’avec cette péripétie la situation était au comble de la confusion et que Charidèmos a jugé le moment opportun pour se tailler une principauté en Troade. Il s’empare facilement de Skepsis, Kébren et Ilion337. Énée donne des détails supplémentaires sur la capture de cette dernière cité338 qui est alors dirigée par un gouverneur339 fidèle à Artabaze. Grâce à un stratagème, la ville est prise mais manque de passer aussitôt aux mains d’Athénodoros, officier loyaliste bien connu par ailleurs. Charidèmos est incapable d’assurer le ravitaillement en blé de sa troupe (sur place ou par la mer) alors qu’Artabaze libéré par Autophradatès s’en procure en abondance. Démosthène précise qu’il vient de Haute - Phrygie, Lydie et Paphlagonie (§ 157). Charidèmos se retire par convention du territoire conquis et, s’embarquant à Abydos340,) gagne la Chersonnèse. Il ressort de ce récit que les cités de Troade sont ballottées entre les diverses obédiences dans une guerre qui les dépasse. Faut-il conclure pour autant qu’elles sont gravement atteintes par ces troubles ? Le récit d’Énée montre plutôt que les affrontements ont lieu entre mercenaires et celui de Démosthène (§ 155) indique qu’elles n’ont pas forcément souffert d’exactions.

  • 341 Weiskopf 1982, 233-234 par exemple, cf. aussi 1989, 65-68 ; cf. en revanche Hornblower 1982, 179.
  • 342 Ps.-Arist., Ec., 2.1351b 19.

84La position de Mausole est très comparable à celle d’Autophradatès. Malgré M. Weiskopf341, il ne semble pas y avoir de doute sur sa participation aux événements ou en tout cas sur l’exploitation qu’il pu faire de ceux-ci à son profit. Il n’y a pas en effet de raison d’écarter le témoignage de l’auteur de l’Économique, II342, bon connaisseur des choses de l’Asie : Mausole avait un moment cessé de payer le phoros au Roi et ce dernier le fait réclamer. D’autre part, pour obtenir des subsides des Mylasiens il a recours à un subterfuge leur faisant croire que le Roi marche sur leur cité et qu’il leur faut contribuer financièrement à la construction de murailles. L’efficacité du stratagème montre que cette situation était plausible, même si concrètement les troupes royales n’ont nullement envahi la Carie.

  • 343 Supra n. 337.
  • 344 Cf. Hornblower 1982, 181 et infra p. 352.
  • 345 Diod. 15.90.4 : “A cause de l’importance de la révolte, le Roi perdit la moitié de ses revenus” ; (...)

85Au terme de cette revue des satrapes révoltés, il apparaît que le principal “reproche” que l’on peut adresser à Diodore est d’avoir placé sur un même plan des situations assez différentes, celle d’Ariobarzane et Orontès d’un côté, celle d’Autophradatès et Mausole de l’autre : rébellion active, “suivisme” dans le cadre d’événements qu’on ne peut contrôler ou mise à profit de la situation à des fins personnelles. De plus, Diodore ne s’intéresse, dans ce scénario tracé à grands traits, qu’aux personnages les plus en vue et par conséquent néglige ce qui concerne les peuples ou les acteurs secondaires. Localement, les situations ont pu se révéler assez confuses, la carence du pouvoir central ayant permis à certains de constituer ou d’accroître des principautés qui deviennent quasi autonomes. Deux exemples parmi le plus nets : en Troade, Charidèmos343 gouverne à son profit la part intérieure de la région alors qu’il est censé agir au nom d’Artabaze ; en Lycie, le dynaste Périklès de Limyra arrondit son domaine au détriment de ses voisins de Telmessos344. De façon plus générale comme le note Diodore ce fut pour beaucoup l’occasion de s’affranchir du versement du phoros345.

2.2 La fin de la révolte en Anatolie occidentale

  • 346 Le seul document concret est fourni par l’épigraphie : Syll. 3, 182 (= Tod, 145 ; Staatsverträge2,(...)
  • 347 Osborne 1973, 543, pose la question de savoir si Orontès, très vite “retourné”, n’était pas en fai (...)
  • 348 Diod. 15.91.4.
  • 349 Diod. 15.1.
  • 350 Rhéomitrès est présenté comme un “local noble” dont la motivation serait une amélioration de son s (...)
  • 351 Cf. pour sa carrière ultérieure, Weiskopf 1982, 547 n. 97 ; son fils Phrasaortès est nommé satrape (...)
  • 352 Moysey 1975, 98.

86Comment la rébellion prend-elle fin ? Nous avons pu noter que l’apport des mercenaires grecs avait été perçu comme un élément déterminant des succès initiaux d’Orontès. Démosthène, Sur les symmories, 31, montre que la démarche du Roi est identique et il est probable, qu’après une lente mise en action, de très importants contingents royaux se portent vers l’Asie Mineure occidentale, contournant par le nord la région tenue par Datamès. La présence de la Paphlagonie parmi les territoires loyaux qui permettent à Artabaze de rétablir sa position en Troade par l’approvisionnement qu’ils procurent (infra) peut être un argument en ce sens. Face à cette pression la réponse des rebelles passait par la recherche de subsides et d’alliés. Il est probable que Rhéomithrès avait déjà été envoyé auprès de Tachôs, le roi d’Égypte, le seul susceptible de fournir une aide substantielle dans la mesure où les cités de la Grèce d’Europe se montraient réticentes à aider ouvertement les satrapes346. Apparemment les secours tardèrent et Orontès se soumit au pouvoir central avec l’espoir de voir cette volte-face rapide récompensée347. Diodore indique348 qu’il espérait obtenir un vaste commandement comme prix de son ralliement, une σατραπεία τῆς παραθαλασσίου πάσης. Si l’on veut rester en cohérence avec l’ensemble de la documentation il ne peut s’agir que de la satrapie de Daskyleion349 à laquelle serait naturellement réunie son ancienne province de Mysie. La chose n’a rien d’invraisemblable si l’on songe qu’Ariobarzane a disparu et que l’installation d’Artabaze ne s’est faite probablement qu’après un certain hiatus. Cet espoir s’est avéré fallacieux : les plans de Suse pour Daskyleion étaient d’une toute autre nature. “Il fait arrêter ceux qui apportent l’argent collecté, livre beaucoup de cités et les soldats recrutés aux officiers envoyés par le Roi”. Tout cela semble indiquer qu’il n’y a pas eu d’affrontement décisif et que, sauf dans quelques cas (Ariobarzane et un peu plus tard Datamès), on est venu à composition. Lorsque Rhéomitrès revient en Asie Mineure et plus précisément à Leukè350 avec cinq cent talents et cinquante navires de guerre, il se rend compte que la partie est déjà jouée : les principaux chefs du mouvement se sont rendus ou réconciliés avec le Roi, à moins qu’ils n’aient disparu. Il choisit donc la solution de la reddition apparemment négociée puisque sa famille ne souffre nullement de son action antérieure351. Pour obtenir son pardon, il livre au Roi les chefs de ceux qui sont encore en état de révolte. Diodore ne précise malheureusement pas leur identité, leur nombre, ni même leur qualité : nobles perses, dynastes grecs ou indigènes, représentants des cités ? Toutes ces catégories étaient probablement représentées et il serait sans doute assez inexact de ramener la rébellion à la seule initiative des satrapes, comme le fait R. A. Moysey352.

  • 353 Harpocration, s.v. “Ariobarzane” est le seul à mentionner cette fin tragique ; supra p. 99 n. 129.
  • 354 Supra p. 103.

87Pour revenir à ces derniers, leur sort reste souvent pour nous matière à discussion. L’une des principales raisons est que Diodore ne s’y est pas intéressé et n’apporte pratiquement aucune information après la révolte. Il est certes très probable qu’Ariobarzane disparaît, livré au Roi par son fils Mithridate, lequel devait encore se signaler plus tard en assassinant par traîtrise Datamès. Étant donné la tournure que prenaient les événements, Mithridate a pu penser se concilier les faveurs du Roi en trahissant son père qui fut, selon Harpocration, crucifié par la suite353, et obtenir la satrapie. Mais tels n’étaient pas les desseins du Roi : le choix d’Artabaze est maintenu. Mithridate se réfugie plus à l’est, c’est-à-dire en Bithynie354 et de là entre en contact avec Datamès (infra).

  • 355 Démosthène, C. Aristocr., 157-159.
  • 356 Démosthène, loc. cit., 157. Il ne s’agit probablement pas de la chôra de Memnon mentionnée par Arr (...)
  • 357 Tod, 149 (IK, 29-Kios, 2). Par la banalité des considérants, le décret n’apporte aucune précision (...)

88Artabaze entreprend la pacification de sa satrapie. Le seul épisode pour lequel nous ayons quelque certitude est la reprise en main de la Troade où nous voyons Artabaze, Mentor et Memnon assiéger Charidèmos puis permettre à ce dernier de quitter la région pour se rendre en Thrace en passant par Abydos355. Du texte de Démosthène, il semble découler que les deux frères se sont taillés un domaine “à eux” grâce à l’expulsion de Charidèmos356. A ce moment Artabaze est loin de tenir en totalité sa satrapie : Démosthène, Contre Aristocratès, 155, donne un aperçu des ressources dont peut disposer le satrape pour conquérir son domaine, Haute-Phrygie (ᾄνωθεν Φρυγία), Lydie, Paphlagonie. Le fait que Charidèmos puisse quitter l’Anatolie par Abydos prouve simplement que cette dernière est dans la mouvance d’Artabaze. La “reconquête" concerne aussi la part orientale. Aucun élément ne permet de préciser la chronologie relative des événements mais on peut penser que cette action se fait au détriment des intérêts de Mithridate ce qui expliquerait qu’il soit en rébellion ouverte dans la région (infra). Il est assez tentant de mettre le décret de Kios pour Athénodoros357 en relation avec les faits précités, dans la mesure où ce dernier est connu par ailleurs comme l’un des officiers au service d’Artabaze.

  • 358 Supra p. 150.
  • 359 OGIS, 264 1. 4 sq. : Ὀρόντης δὲ Ἀρτασύ[ρου, τὸ γέν]ος Βάκτριος, ἀποστὰς ἀπὸ Ἀρταξέρ[ξου τοῦ Περσ]ῶ (...)
  • 360 Cette date est retenue par Parke 1936, 367-378 ; cf. plus récemment Cawkwell 1962, 131 ; Bengtson (...)
  • 361 Osborne 1971, 297-321 ; 1981, 54 ; cf. 1982, 72-79.
  • 362 Telle était déjà l’opinion de Judeich 1892, 213 sq.
  • 363 IG, II2, 207, 1. 11 : τοὺς ἐπὶ Κα(λλι)μάχου) ἄρχοντος. En fait, Pittakys avait copié NIKOMAXOY (Ni (...)
  • 364 Osborne 1973, 547-551, retient en fait deux possibilités : 1) le retour d’Orontès en Arménie, pour (...)
  • 365 C’est sa dernière analyse : 1982, 75-78.
  • 366 Cf. Moysey 1975, 265, ses conclusions sur la date la plus appropriée pour la fourniture de blé aux (...)
  • 367 Charidèmos était-il en situation d’exercer une stratégie entre 364 et 361 ? Pour cela, il fallait (...)
  • 368 Bearzot 1985, 79 sq. sur les 45 stratégies ; 94-95 pour les événements qui nous occupent. En revan (...)
  • 369 Plut., Phoc., 8.1-2.
  • 370 La présence des stratèges à Mytilène avant le contact avec Orontès renforce l’idée de la localisat (...)
  • 371 Se pose le problème de la “survie” de la dynastie familiale. L’un des fils paraît être à nouveau t (...)
  • 372 La dernière mention sûre est l’élargissement d’Artabaze par Autophradatès, Démosthène, C. Aristocr (...)
  • 373 Ibid. 156.
  • 374 A moins d’admettre que le sarcophage xanthien de Payawa (qui porte l’inscription TL, 40) doive êtr (...)
  • 375 Arrien, An., 3.8.5 ; Diod. 19.23.3.
  • 376 Cf. Moysey, 1987, 97.
  • 377 Supra p. 153.

89La fin d’Orontès est beaucoup plus difficile à traiter. Une seule chose est assurée : Orontès ne participe pas à la deuxième révolte où le rôle principal revient à Artabaze. Par conséquent, la remise des villes au Roi (Diodore) clôture sa première et unique révolte. Parmi ces cités figure Pergame dont nous avons vu plus haut358 qu’elle était aussi sa capitale. Or la “Chronique de Pergame”359 indique que la restitution au Roi s’est faite juste avant la mort du satrape. Que faire alors du décret athénien/G, II 2, 207 pour Orontès, daté généralement de 34 8360. M. J. Osborne361 propose de renoncer à cette date basse et replace l’inscription dans les années 360. Son argumentation sur l’existence de plusieurs documents et non pas d’un seul362 ne paraît pas devoir emporter l’adhésion : les considérations “techniques” figurant dans la partie aujourd’hui conservée du texte n’invitent guère à penser qu’il s’agit d’un décret honorifique ; en règle générale, les considérants sont en effet beaucoup plus vagues. M. J. Osborne admet par ailleurs que les décrets ont pu être gravés sur une même stèle et qu’en tout cas ils sont liés l’un à l’autre quel qu’en soit l’ordre (honneurs pour obtenir le blé ou à l’inverse, honneurs parce que l’on a obtenu le blé). Dans la partie aujourd’hui disparue – le décret honorifique – est indiqué le nom d’un archonte, et là commencent les difficultés car on a dû corriger la lecture du premier éditeur pour retrouver le nom de Kallimachos, en charge en 349/8363. En s’appuyant sur la “Chronique de Pergame”364 qui met en relation chronologique étroite la mort d’Orontès et la remise de Pergame au Roi, M. J. Osborne conclut que la seule date possible pour ces textes est à rechercher dans la fourchette 364-361365. Remarquons tout d’abord avec R. A. Moysey366 que la fourniture de grain aux Athéniens se comprend mieux dans une période de paix en Asie qu’au moment des troubles importants de 362/361. Mais surtout il convient de noter que la partie conservée du décret, mentionne les noms des trois stratèges athéniens qui sont donc en fonction simultanément : Charidèmos367, Charès, Phocion. Dans une étude récente, C. Bearzot368 s’est attachée à retracer la carrière de ce dernier. Elle démontre que sa période d’activité vraiment connue débute en 349/348. Il n’y a aucun témoignage antérieur daté avec sécurité : nous n’avons que le propos vague et peu crédible de Plutarque369 selon lequel Phocion aurait exercé quarante-cinq stratégies. Nous sommes ici en présence de l’une de ces contradictions de sources dont il est impossible de sortir en l’état actuel de notre documentation. Il se peut qu’Orontès meure dès 361, il se peut aussi qu’il ait conservé son gouvernement. Le texte du décret athénien suppose que les contacts entre les Athéniens et Orontès ont eu lieu en Mysie éolienne puisqu’ils interviennent après une mission de recouvrement de syntaxeis à Mytilène370. L’absence de son nom au cours de la révolte d’Artabaze ne prouve pas sa disparition, elle montre tout au plus qu’à la différence de ce dernier, il a obéi aux injonctions royales371. De fait, nous ne savons pas qui gouverne la région de Lydie-Mysie-Ionie jusque dans les années 340. Autophradatès n’est en effet pas d’avantage nommé qu’Orontès372, le seul témoignage le concernant (il s’agit des affrontements avec Orontès rapportés par Polyen) étant replacé au cours de la première révolte. Nous savons simplement que la marque de son “revirement” est la libération d’Artabaze et l’aide qu’il lui fournit, au moins par l’intendance pour reprendre pied en Éolide373. Plus rien au-delà374. Une solution possible, mais dont il faut souligner qu’elle ne repose sur aucun argument matériel, pour concilier les sources : il existe un autre Orontès (fils ou petit-fils du précédent selon toute probabilité)375 qui est satrape d’Arménie en 331. Dans le texte IG, II2, 207, Yarchè d’Orontès (1. 14) ne peut se trouver qu’en Mysie (cf. c. 1. 13). Si l’ensemble du document date bien de 349/8, on peut suggérer l’hypothèse376 qu’Orontès II a d’abord succédé en Mysie à Orontès I avant d’être transporté en Arménie. Rappelons que nous ignorons tout de ce qui se passe en Lydie-Ionie avant les environs de 344377.

  • 378 Isocrate, Phil., 103. Idrieus est supposé pouvoir adhérer à une coalition contre le Roi perse mené (...)

90En revanche, nous savons que Mausole a survécu politiquement aux événements de 362/361 et même qu’il a su en profiter pour accroître sa zone d’influence en Lycie et dans une partie de l’Ionie ; non sans avoir connu quelques problèmes auxquels Isocrate fait seulement allusion378.

  • 379 Théopompe, FGHist, 115, F103.17. La datation est incertaine, cf. Tuplin 1969, 13.
  • 380 IGCH 1262. Cet important trésor (plus de 1600 pièces) a été découvert sur la rive est du lac de Po (...)
  • 381 Cela se déduit du contexte général mais aussi du monnayage à tête “satrapale” émis par Artembarès (...)
  • 382 Keen 1998, 151.
  • 383 Cf. TL, 11,3 (Pinara, avec la formule ẽnẽ khñtawata) il semble être question dans ce texte de l’ar (...)
  • 384 Houwink ten Cate 1965, 10 n. 1 (cf. p. 103) : Payawa est la transcription en lycien du nom Παιάϝας (...)
  • 385 Autophradatès avec la formule ẽnẽ... khñtawata à Baymdir Limam-Sebeda (?) : TL. 61.
  • 386 SNG von Aulock 4184 = Pl. VI, 3 et 13. Quelle signification doit-on accorder à la frappe de monnai (...)
  • 387 Keen 1998, 157. La formule ënë Periklehe khntawata se lit à Teimioussa (TL, 67) ; Arnéai (TL, 83)  (...)
  • 388 Cf. TL, 133 L’hèrôon du dynaste a été identifié par Borchhardt 1967 ; 1970, 353-390 ; 1976 ; cf. 1 (...)
  • 389 Bryce 1980, 379. Dans un sens différent Six 1898, 215-216 ; en dernier lieu Keen 1998, 155 sq. D’a (...)
  • 390 Comme le souligne Jenkins 1959, 36, il y a une volonté novatrice dans les monnaies “au portrait” d (...)
  • 391 Wörrle 1991, 203-239 (d’où SEG, 41,1991, 1382) ; cf. 1993, 187-190.
  • 392 Hornblower 1994, 214, y verrait seulement une réponse aux prétentions des dynastes de Xanthos.
  • 393 Les tensions dans la région ont laissé d’autres traces : nous voyons ainsi un certain Chariménès d (...)
  • 394 Childs 1981, 65 sq. ; c’est aussi, notons-le, un des arguments des tenants de la date basse parfoi (...)
  • 395 C’est aussi de Limyra que viennent les deux inscriptions mentionnant ce dynaste (TL, 128 ; 135).
  • 396 Olçay & Mørkholm 1971, 10 et 26. A noter qu’il y a là une situation comparable (identité de coins) (...)
  • 397 Cf. les monnaies de Trbbẽnimi et de Périklès frappées à Wedrẽi (sans doute Rhodiapolis, cf. Mørkho (...)
  • 398 Sur ce nom iranien, parmi d’autres en Lycie. Schmitt 1982 b, 23-24. Mizrapata est présent à Isinda (...)
  • 399 Xén., Hell, 1.3.13.

91En ce qui concerne la Lycie, la version traditionnelle des faits repose sur le schéma suivant : Périklès se serait révolté et aurait vaincu Artembarès et ses partisans à Telmessos379. Mausole aurait défait Périklès et reçu la Lycie en récompense. Le témoignage de Théopompe doit être mis en corrélation avec un certain nombre d’inscriptions et de monnaies, en particulier depuis la publication du trésor de Podalia380. Le maître de la Lycie occidentale au moment où éclate la révolte des satrapes est ArttumÞpara-Artembarès. Bien qu’il n’y en ait aucune preuve directe, il apparaît comme un représentant loyaliste du pouvoir satrapique, c’est-à-dire d’Autophradatès381. On ne sait si Artembarès succède directement à Arbinas et s’il y a un lien de parenté entre eux. A. G. Keen382 suggère qu’il a pu être envoyé par Autophradatès pour recueillir l’héritage d’Arbinas à la mort de celui-ci. Son domaine comprend Telmessos, Kadyanda, Tlos, Pinara383, c’est-à-dire au moins la Lycie nordoccidentale. Les fouilles de Xanthos n’ont livré aucun document le concernant. Il convient même d’observer que le sarcophage d’un autre officier, probablement d’origine pamphylienne, Payawa384, domine l’acropole de Xanthos. Or, l’une des inscriptions qu’il porte fait référence non pas à Artembarès mais à Autophradatès385 qui n’a pas non plus frappé de monnaies à Xanthos. Il est très probable qu’Artembarès conduit un contingent lycien au moment de l’action menée par Autophradatès contre Datamès et que les opérations engagées en Pamphylie l’amènent à émettre des monnaies à légende lycienne à Sidè, vraisemblablement entre 370 et 366386. Il n’est pas exclu que Périklès ait profité de cette absence pour tenter d’imposer son pouvoir à la majeure part de la Lycie. Le point de départ de Périklès se situe dans la partie centrale et orientale de la région387 avec probablement Limyra comme capitale388. Le nom même du dynaste a de quoi surprendre. Il paraît bien être porté par un Lycien et il s’agirait d’un nom assumé par identification à une sorte de “modèle”, symbole, même approximatif, de la lutte pour la liberté et contre l’oppression perse plutôt que donné à la naissance, telle est l’hypothèse de T. R. Bryce389. Le monnayage de Périklès mérite également une attention particulière. La représentation du dynaste de trois-quarts face, tête nue, cheveux au vent, symbole charismatique évident (on pense au monnayage de Philippe V de Macédoine) témoigne de la volonté manifeste de se démarquer des “têtes satrapales” des dynastes de Lycie occidentale390. Le fait qu’il soit qualifié de basileus par Théopompe n’apporte rien de décisif à la définition de son pouvoir et de ses ambitions. On notera cependant la publication récente par M. Wörrle391 de l’inscription que porte un autel, dédicace à Zeus, fils de Kronos et de Rhéa, par Περι[κλ]ῆς Λυκίας β[ασιλεύων]. Malgré l’état de la pierre, la restitution parait très tentante. M. Wôrrle rapproche la mention de la basileia dans l’inscription de Xanthos en l’honneur de Gergis. On rappellera les comparaisons possibles avec les Hékatomnides basileis des Cariens, avec les rois de Salamine de Chypre, etc. La référence à toute la Lycie est évidemment plus significative et justifierait l’intervention du pouvoir central392. Les étapes de la carrière de Périklès et les alliances qu’il a pu contracter ne sont pas faciles à saisir393. A la différence de Périklès, un certain nombre de ses contemporains dans la région figurent déjà parmi les acteurs de la geste rapportée par le “pilier inscrit” de Xanthos : ainsi Trbbẽnimi et Mizrapata-Mitrobatès au point que W. A. P. Childs394 se demande s’il n’y a pas deux séries de dynastes aux noms identiques. Trbbẽnimi est le vainqueur de Mélésandros en 430/429.Il est numériquement, et de très loin (deux cent vingt-sept monnaies contre quatre-vingt-onze pour Mizrapata et cent dix-sept pour Périklès), le dynaste le mieux représenté dans le trésor de Podalia, dont les éditeurs datent l’enfouissement des alentours de 370. Apparemment un certain nombre de monnaies de Trbbẽnimi ont été frappées à Limyra395, avant celles de Périklès mais aussi de façon simultanée396. Sans le secours des monnaies nous ne saurions rien de leurs liens de parenté. Nous n’avons en effet aucune information sur la famille de Périklès. Il paraît assez probable que, comme c’était le cas dans la partie occidentale, Périklès a exercé ailleurs un ou plusieurs commandements avant de succéder à Trbbẽnimi à Limyra397. Mizrapata398 paraît avoir été l’allié des deux premiers nommés à ce moment, on ne sait rien de son rôle au cours de la révolte ; le seul point assuré est qu’il tient une zone en Lycie centrale autour d’Isinda. Est-il identique (ou apparenté ?) au Mitrobatès mentionné par Xénophon ?399

  • 400 TL, 104, 3 (Limyra). Cf. Keen 1998, 164.
  • 401 Contra Keen 1998, 165.
  • 402 Cf. Houwink ten Cate 1965, 13, “cruelly punished” ou encore Borchhardt 1967, 166, qui suggère qu’i (...)
  • 403 Wörrle 1991, partant entre autres du constat que des décisions prises par Périklès semblent perdur (...)
  • 404 Infra p. 392.

92Périklès a certainement été initialement un dynaste intégré dans l’organisation administrative perse. La rupture est consommée lorsqu’il se porte en Lycie occidentale et se vante dans une inscription de Limyra d’avoir assiégé (?)400 Artembarès. Il a été noté plus haut qu’il s’empare de Telmessos (Théopompe). Les deux situations ont été mises en corrélation, sans doute à juste titre401. Mais le contrôle qu’il exerce sur la région paraît avoir été de courte durée : il n’a laissé là aucune trace épigraphique et, plus significatif encore, aucune monnaie. Il est donc tentant de situer cet épisode peu de temps avant la fin de la révolte. On ne sait rien du sort ultérieur de Périklès402, mais comme le fait observer M. Wörrle403 les témoignages archéologiques et épigraphiques n’impliquent nullement une fin ignominieuse et encore moins une fuite. Il est possible qu’Artembarès ait conservé un commandement si l’on interprète TL, 29 (Tlos) comme une chronique où sont mentionnés successivement 1. 5, Idrieus (Edryeuse), 1. 7, Artembarès (ArttumÞpara), 1. 9, Alexandre (Alakssañtra). Ces faits, s’ils sont arrangés selon un ordre chronologique n’impliquent pas pour autant une date tardive pour Artembarès (la solution de “commodité” a ici encore consisté à imaginer deux Artembarès) : Idrieus a fort bien pu exercer là un commandement au nom de son frère Mausole comme cela a été par exemple le cas à Latmos404.

  • 405 Keen 1998, 166 sq.

93Au terme de son développement, Keen405 retient la séquence suivante : 1) Trbbẽnimi et Périklès maîtres conjoints de la part orientale de la Lycie. 2) Mort du premier nommé, constitution de son hèrôon par le second. 3) Mort d’Arbinas, Artembarès et Mithrapatès sont désignés comme responsables des deux moitiés de la Lycie. 4) Rupture de Périklès avec le pouvoir central avant l’embrasement général. Il étend son influence jusqu’à la Milyade méridionale ; il est attaqué par Artembarès qui est défait après des succès initiaux. 5) Périklès perd Telmessos. 6) Chassé de Lycie, Artembarès bat monnaie à Sidè.

94Ce tableau a le mérite de la clarté et de la cohérence. Il est cependant rien moins qu’assuré qu’il corresponde à l’enchaînement réel des faits. Comme toute tentative similaire il repose sur un certain nombre de postulats indémontrables. Le point trois suppose une organisation que l’on connaît sous Pixodaros mais dont on n’a aucune preuve de l’existence antérieure. La position de Mithropatès est inconnue. Le point six est également incertain. Comme on le voit les zones d’ombre l’emportent largement sur les certitudes.

  • 406 Keen 1998, 171.
  • 407 Supra p. 187 et n. 189.
  • 408 Hornblower 1982, il s’appuie sur l’inscription trilingue de Xanthos, infra.
  • 409 Ps.-Arist., Ec., 2.1348a.
  • 410 Hornblower 1982, 76, propose de reconnaître là une approximation pour le nom carien attesté par ai (...)
  • 411 Lucien, Dial, des morts, 24.1 : κaὶ ἐπὶ τῇ βασιλείᾳ μέν, ὦ Σινωπεῦ, ὃς ἐβασίλευσα, Καρίας μὲν ἁπάσ (...)
  • 412 Bref aperçu historique de Blackman dans Schäfer éd. 1981, 33. Cf. Hornblower 1982, 122-123 ; Keen (...)
  • 413 Troxell 1982, e.g. 10.
  • 414 Infra p. 405.

95La Lycie tombe-t-elle rapidement sous la coupe des Hékatomnides ? La question reste débattue. A. G. Keen406 met en avant l’inscription TL, 61 pour attribuer à Autophradatès la reconquête de la Lycie, où il assumerait le titre de “roi” après la disparition de Périklès. Cette affirmation repose sur une base ténue. Elle s’appuie sur le fait que A. G. Keen donne au terme khñtawata un sens restrictif, ou plutôt spécifique (roi des Lyciens), qu’il ne semble pas toujours avoir407. Il admet que Mausole a mis très tôt la main sur la région. Pour S. Hornblower408 une seule chose est sûre : la région a changé de maîtres sous Pixodaros mais c’est sans doute être trop critique envers les sources dans la mesure où le Ps.-Aristote409 indique que Kondalos410, représentant de Mausole perçoit le phoros et diverses taxes dans cette zone. Il n’est certes pas possible de déterminer la date de la saisie de la région et le texte de Lucien411, tel que corrigé par W. Judeich, indiquerait que Mausole contrôle une partie de la Lycie. On remarquera cependant que l’influence du satrape s’étend bien au-delà, jusqu’à Phasélis412, et même à une partie de la Pisidie-Pamphylie. Le contrôle est exercé directement et, observation capitale, il n’y a plus de monnayage lycien avant l’époque hellénistique413. Une administration structurée se met en place comme le montre la Trilingue de Xanthos ; elle concerne toute la Lycie414. Pour la partie méridionale de l’Ionie, les choses sont moins claires. Il y a tout d’abord la description du domaine de Mausole donnée par le Dialogue des Morts de Lucien. M. Weiskopf suggère que Mausole contrôlait la région sud-ouest de la Lydie, région dont il convient de souligner que les auteurs anciens la considéraient souvent comme appartenant à la Carie. Nous verrons plus loin que cet élargissement de la zone d’influence de Mausole à une partie de la côte ionienne et même aux îles adjacentes doit être replacé dans le contexte de la Guerre des alliés.

2.3. Datamès

  • 415 Meyer 1879, 27 sq. ; Cracco-Ruggini 1967, 52 sq. ; Fogazza 1972, 130-131 ; sur le nom, Robert 1966 (...)
  • 416 II est le seul “Perse” avec Artaxerxès auquel cet auteur ait consacré une Vie.
  • 417 Ps.-Arist., Éc„ 2.1350 b.
  • 418 Polyen 7.21.1-7.
  • 419 Diod. 15.91.2-7.

96Par souci de clarté dans un dossier fort embrouillé, nous terminons par le cas de Datamès415, quoique ce dernier ait excercé son activité bien avant le déclenchement de la révolte dans les satrapies occidentales et même si sa première “révolte” est antérieure à celle d’Ariobarzane, mais son cas est particulier. Diodore ne le mentionne pas dans sa grandiose description des révoltés du chapitre 15.90.Il faut en conclure que sa rébellion se suffit à elle-même. Cependant, son action n’est pas sans rapport ni sans conséquence sur le déroulement des événements de l’Asie Mineure occidentale et à ce titre il est indispensable de la mettre en parallèle avec les soubresauts qui agitent les régions adjacentes. Ce personnage a beaucoup intéressé les auteurs de l’Antiquité puisque Cornelius Nepos416, le Ps.-Aristote417, Polyen418, Diodore419 lui consacrent de substantiels développements qu’il n’est pas toujours facile de concilier et surtout de placer dans les limites d’une chronologie fiable.

  • 420 Cornelius Nepos, Dat., 1.2. Sur les implications géographiques, supra p. 105.
  • 421 Bing 1998.
  • 422 Cornelius Nepos, Dat.,2.1.
  • 423 Diod. 15.91.2 ; supra p. 106. Rappelons que Bing 1998 en fait le satrape de Cilicie.
  • 424 Cornelius Nepos, Dat., 2.2-3.4. La date est imprécise ; Babelon avait d’abord penché pour 375 (in (...)
  • 425 Supra p. 78 ; d’accord sur ce point avec Weiskopf 1982, 203.
  • 426 Polyen 7.21.1 ; la même histoire, Ps.-Arist„ Éc., 2. 1350b 16. Sur le monnayage frappé dans la rég (...)
  • 427 Polyen 7.21.2. Cf. Énée, Pol, 40.4.
  • 428 Les mss portent Seston, il n’y a pas lieu de chercher une correction plus ou moins judicieuse comm (...)
  • 429 Weiskopf 1982, 210.

97Le seul récit continu est celui de la Vie de Datamès de Cornelius Nepos. Rappelons quelques faits : il succède à son père comme gouverneur (hyparque ?) de la portion de la Cilicie qui touche à la Cappadoce et qu’habitent les Leukosyriens420. Faire avec J. D. Bing421 de Datamès le satrape de Cilicie ne serait cohérent qu’à condition de considérer qu’avant lui les positions de Tiribaze et Pharnabaze avaient été similaires, dans la mesure où ils assument le même rôle et bénéficient des mêmes prérogatives (en particulier monétaires). D’autre part il faudrait supposer qu’à des personnages aussi considérables aurait succédé un quasi inconnu dans une charge de tout premier plan. Tout cela reste bien improbable. Il me semble plus réaliste de penser qu’il aide Autophradatès contre les “peuples révoltés”422 avec peut-être à la clef une “promotion” le plaçant à la tête de l’ensemble de la Cappadoce423. La date n’est pas certaine ; il pourrait s’agir des événements des alentours de 380 qui ont eu une certaine ampleur mais que les sources ne permettent pas de reconstituer. Quelques années plus tard424 il entreprend la pacification puis la conquête de la Paphlagonie ; en cela, il est pleinement en accord avec les principes de fonctionnement de l’Empire perse425. Peut-être est-ce à ces campagnes qu’il convient de rattacher les épisodes où, selon Polyen, Datamès s’empare des richesses d’un grand sanctuaire (il ne précise pas lequel : Comana, Zéla ?) pour payer ses soldats. Il annonce qu’il va battre monnaie à Amisos426 et il prend Sinope427 en simulant la préparation d’une expédition contre Sestos (les gens de Sinope avaient sans doute eu maille à partir avec les Sestiens qui profitaient de la situation de crise pour contrôler les Détroits)428. Cornelius Nepos note que la campagne en Paphlagonie s’est faite dans un premier temps avec l’aide d’Ariobarzane et M. Weiskopf429 paraît avoir vu juste en relevant que les projets de Datamès, en particulier en direction de Sestos, mis à exécution ou non, n’ont de sens que dans le cadre d’une collaboration étroite avec Ariobarzane et qu’il n’y avait rien là dont le Roi pût prendre ombrage.

  • 430 Cornelius Nepos, Dat., 3.5.
  • 431 Weiskopf 1982, 205, penche pour une seule préparation, ce qui l’amène à minimiser le rôle de Datam (...)
  • 432 Cf. la discussion des faits par Hornblower 1982, 171-172. Sur la date probable de la mort de Pharn (...)
  • 433 Cornelius Nepos, Dat., 4.1-5. Il faut noter cependant que Sekunda 1988b, 43, donne de bons argumen (...)
  • 434 Cornelius Nepos, Dat., 5.6 ; cf. Sekunda 1988b, 47. Weiskopf 1982, 205-207 suivi par Briant 1996, (...)
  • 435 Polyen 7.21.5. La lettre royale devant laquelle Datamès se prosterne indique à la fois les préoccu (...)
  • 436 Cornelius Nepos, Dat, 7.

98Sa réputation est telle à Suse, qu’il est chargé de préparer une expédition en Egypte avec Pharnabaze et Tithraustès430. Pharnabaze ayant été rappelé auprès du Roi, Datamès en devient le commandant en chef. Là encore la chronologie est très discutée. Tithraustès n’a pas participé à l’expédition de 374/373 où seul Iphicrate est mentionné. Il faut donc penser qu’une nouvelle expédition est organisée après l’échec de la première431 et que Datamès est alors associé à Pharnabaze mais ce dernier disparaît dès 372432. Pendant les longs préparatifs de l’armée à Akè, le Roi charge Datamès d’une mission contre le dynaste-brigand Aspis de Cataonie433. Ce dernier jouit d’une autonomie de fait, mais ce qui préoccupe le Roi c’est qu’Aspis entrave l’acheminement du phoros de l’Asie Mineure centrale et orientale vers le centre de l’Empire. Après une victoire éclair, Datamès revient à Akè mais une faction de la cour qui lui est hostile a profité de son absence pour le discréditer auprès du Roi. Selon Cornelius Nepos, il entre alors en rébellion et s’installe dans le pays voisin de la Cappadoce et il passe un accord secret avec Ariobarzane434. Est-ce à dire qu’il revient vers la Paphlagonie, ce qui expliquerait une deuxième action contre Sinope435 qui, cette fois, n’aboutit pas à la suite de l’intervention royale ? La version de Cornelius Nepos présente une alternative par trop manichéenne entre rébellion et loyauté. En fait, les relations de Datamès avec le pouvoir central ne se sont détériorées que progressivement, une étape importante étant sans doute la démarche de Syssinas, son fils aîné qui dénonce au Roi les mauvaises intentions de son père436.

  • 437 Xén., Hell.. 5.28.

99Comment peut-on expliquer cette rupture ? Le commandement contre l’Égypte est une responsabilité exceptionnelle, mais à haut risque. Il existe une opinion politique de la Cour autour du Roi et il est clair que la personnalité contradictoire d’Artaxerxès II avive les luttes d’influence. Il est caractéristique que tout échec militaire entraîne une accusation de trahison aux conséquences graves, surtout quand il s’agit des grandes affaires de l’Empire, entreprises préparées de longue date et aux multiples rebondissements (cf. Tissapherne puis Conon intervenant dans les affaires grecques, Tiribaze et Orontès à Chypre). Ce système peut freiner les entreprises militaires et pousser à des compromis avec les armées ennemies, c’est en partie de là que vient l’image peu flattée dans les sources grecques de la politique perse. Facteur aggravant, la position de Datamès est d’autant plus fragile qu’il a eu une ascension sociale fulgurante et qu’il partage des responsabilités avec des Perses du plus haut rang, d’où une cristallisation des oppositions. Parmi ces dernières, on peut mettre en bonne place Pharnabaze qui a ses propres raisons peut-être de s’opposer à Datamès dans la mesure où ce dernier paraît avoir partie liée avec Ariobarzane. On peut se demander en effet si Pharnabaze avait accepté de bon gré les conditions de sa succession à Daskyleion437.

100On attribue traditionnellement à Datamès un abondant monnayage qui se subdivise en trois groupes :

  • 438 Moysey 1986, 7-61.
  • 439 Cf. le tableau de Moysey 1986, 16 ; ses pages 41-52 (pl. 2, 16-21) ; SNG Cop. 274-294 ; von Aulock(...)

101A l’avers l’Aréthuse des monnaies de Pharnabaze ; au revers “Arès” avec des identités de coins avec celles de l’ancien satrape de Daskyleion, mises en lumière par R. A. Moysey438. La première différence réside dans le nom de celui qui émet : TRKMW selon la lecture de A. Lemaire (infra). A noter également l’absence de l’indication du lieu d’émission : klk (Cilicie), qui figurait précédemment sur nombre de monnaies de Pharnabaze. Cette série est de loin la plus abondante439 puisque R. A. Moysey dénombre trois cent sept monnaies et, plus important encore, deux cent deux coins de revers différents (contre respectivement cent vingt-quatre et cent sept pour les phamabazes aux mêmes types).

  • 440 Moysey 1986, 53-58 (pl. 3, 37 ; 4, 40-50) ; SNG Cop. 299-302 ; von Aulock 5943-5950 ; Levante 83-8 (...)
  • 441 Moysey 1989, 109 n. 4.
  • 442 Cf. en dernier lieu Lemaire (Istanbul).
  • 443 Bing 1998, 59-63 ; abondante bibliographie p. 61.
  • 444 Robert 1963, 457-523, non signalé par Bing.
  • 445 Y a-t-il comme le pense Bing un jeu de mots avec le substantif grec ἄνα(ξ) sous lequel on pourrait (...)

102Un groupe440 (cent trente-six monnaies, dont cent neuf revers différents) présente à l’avers Baal de Tarse, assis de trois-quarts face à droite. Il tient un bouquet formé d’un épi et d’une grappe de raisin, le tout dans une enceinte hérissée de tours, légende en araméen. Au revers, deux personnages se faisant face, l’un est le dieu Ana, l’autre (le satrape ?) un personnage vêtu d’un manteau ample. Ils sont séparés par un thymiaterion, le tout dans un temple représenté de façon stylisée par un grènetis dans un carré surmonté d’un toit à acrotères. Moysey441 après consultation de A. Lemaire442 suggère que la légende peut aussi bien être lue Anu. En tout état de cause la convention de représentation est la nudité héroïque grecque, qui s’oppose à tout ce que l’on sait de la tradition perse tant pour la représentation artistique de ces derniers que pour leurs habitudes quotidiennes ; de même le “satrape” est vêtu à la grecque. S’il s’agit bien du dieu mésopotamien, adoré au moins depuis l’époque sumérienne, on notera ici le télescopage de traditions quasi antagonistes, dont les cités ciliciennes assumaient les contradictions. J. D. Bing443 doute de cette identification et propose de reconnaître ici le dieu de Kanesh, Ana. L’objection qu’il se présente à lui-même (pour l’écarter ensuite) concernant la survie de cultes anciens ne tient pas si l’on prend en compte le décret hellénistique de Hanisa-Kanesh réexaminé par L. Robert444 où la déesse Astarté apparaît en position prééminente. L. Robert souligne la présence d’un culte de Zeus Sôter : “Je croirais qu’à Hanisa les noms seuls de Zeus Sôter et d’Héraklès sont grecs et qu’ils recouvrent de très anciennes divinités”. Le point de vue de J. D. Bing est donc très séduisant, mais il va tout à fait à l’encontre des conclusions de son article en ce sens que le choix par Datamès d’un dieu de la part méridionale de la Cappadoce, de surcroît adoré par les Leukosyriens, redonne tout sa validité au texte de Cornelius Nepos, tout en enlevant sa valeur “insurrectionnelle” à ce monnayage445. Datamès a simplement privilégié un dieu qui lui avait été précédemment favorable dans son gouvernement initial.

  • 446 Moysey 1986, 58-61 (pl. 5, 51-59) ; SNG Cop. 295-298 ; von Aulock 5951-5952 ; Levante 85-88 (Pl. X (...)

103Un dernier groupe dont l’avers ne se distingue guère que par divers accessoires qui se trouvent sous le siège de Baal. Au revers, un “satrape” assis de trois-quarts face à droite, qui vérifie la rectitude d’une flèche ; devant lui, un arc et à la hauteur de sa tête la représentation non anthropomorphe de Ahura Mazda sous la forme stylisée d’un disque solaire doté d’ailes. Ce groupe est le moins abondant : soixante-douze monnaies pour soixante revers446 et probablement le plus récent.

104Au cours des dernières années ces monnaies ont été l’objet de plusieurs études et il convient de faire le point de ce qui paraît désormais assuré et de ce qui reste objet de controverses.

  • 447 Babelon 1910,407-416.
  • 448 Harrison 1982a, 321-336. Cf. Six 1884, 114-117 ; Nöldeke 1884, 298.
  • 449 Lemaire 1989, 144-149 ; 1991, 203-205.
  • 450 On observera par exemple que Orontobatès est appelé Rhoontopatès sur certaines de ses monnaies (cf (...)
  • 451 Harrison 1982, 321-336. dans le même sens Le Rider 1997, 158 sq.
  • 452 Weiskopf 1982, 205 sq.
  • 453 En dernier lieu Briant 1997, 59-61.
  • 454 Moysey 1986, 12 (cf. ses pl. 1 et 2, respectivement no 2 et 16 ; 4 et 17) démontre les identités d (...)
  • 455 Lemaire 1989, 147-8 ; cf. aussi Sekunda 1988, 35-53, sp. 35 sq.

105— Le premier problème est celui de l’auteur de ce monnayage. Depuis E. Babelon447, il était admis presque sans réserve que le nom araméen TRDMW gravé sur ces monnaies ne pouvait identifier que Datames. Or, C. M. Harrison448 et A. Lemaire449, reprenant en cela des hypothèses anciennes de Th. Noldeke et J.-P. Six, développent des points de vue très similaires : la découverte de monnaies mieux frappées ou conservées permet d’affirmer qu’on ne peut pas lire autre chose que TRKMW, c’est-à-dire un nom qui ne peut pas être l’équivalent de Datamès, même par métathèse de “commodité dialectale”450. Reste à identifier le personnage. Pour C. M. Harrison (qui suit J.-P. Six)451 il s’agit d’un dynaste indigène (dans la lignée ou non du Syennésis). Rappelons que, pour sa part, M. Weiskopf452 voit dans “Datamès” un “local noble” placé sous les ordres de Pharnabaze et de Tithrausthès. Mais le refus d’identifier Datamès et “Tarkumuwa”453 crée plus de problèmes qu’il n’en résout, dans la mesure où on aboutit au double paradoxe suivant : un personnage parfaitement connu et attesté, ayant émis des monnaies ailleurs (à Sinope), chargé comme Tiribaze et Pharnabaze d’une expédition vers l’Égypte nécessitant des moyens matériels, et donc financiers, particulièrement importants qui n’aurait pas battu monnaie en Cilicie ; un complet inconnu, “noble local” qui - au moment où l’on sait que Datamès exerçait son mandat454 - aurait frappé un monnayage dans des quantités que l’on ne retrouvera qu’avec l’arrivée d’Alexandre. Il est donc évident que si l’on prend en compte les données historiques le responsable de l’émission ne peut être autre que Datamès. C’est apparemment en dernière analyse la solution que retient A. Lemaire. Pour lui, Datamès aurait deux noms, l’un local et dont il s’efforce de repérer les possibles étymologies, l’autre perse455.

  • 456 Sekunda 1988 b. 42.
  • 457 Bibliographie fournie par Moysey 1986, 7 n. I. Confirmation du fait par de Callataÿ (Istanbul) à p (...)
  • 458 Par conséquent le rapport de Datamès avec les émissions monétaires est exactement identique à celu (...)
  • 459 Moysey 1986, 23 sq.
  • 460 Développée dans Moysey 1989, 110-116, suivi par Bing 1998, 55-63.

106— La date, le lieu et les circonstances des émissions (les trois choses ne peuvent être envisagées séparément) sont l’objet de vives discussions. Le point de vue de V. Sekunda résume bien la position la plus raisonnable456 : les frappes des monnaies de Pharnabaze et de Datamès ont été effectuées successivement, et non pas simultanément comme on le pense généralement457, pour constituer la force armée nécessaire aux expéditions en Égypte458 : une émission avant 373, l’autre entre 372 et 368 (cette durée expliquerait l’abondance de la frappe). R. A. Moysey459 articule les séries respectives de Pharnabaze et de Datamès autour de 373 mais il propose une autre interprétation historique460. Entre 372 et 368, Datamès émet dans le cadre de la mission que lui a confiée le Roi, mais les deux dernières séries seraient émises par le satrape entré en état de rébellion dans les années 360. Essayons d’analyser les différents arguments :

  • 461 Comme le souligne Davesne 1989, 164 ; supra p. 360. En revanche il paraît difficile de suivre Nast (...)

107La grande abondance et la diversité des frappes (trois cent soixante et onze coins d’avers connus contre seulement cent quatre-vingt-cinq pour Pharnabaze ; en quantité de monnaies, 2,3 pour 1) ne peut que suggérer une durée importante. On penchera donc pour une “révolte” tardive, c’est-à-dire vers 368 mais il faut aussi observer que rien n’indique que toutes ces monnaies aient été frappées seulement à Tarse, au moins pour les séries à l’Aréthuse461. Pharnabaze et Datamès (on a vu combien leurs monnayages étaient indissociables, non pas en simultanéité mais en continuité) seraient les seuls dans la lignée des Perses émettant en Cilicie à avoir Tarse comme seul atelier (cf. Tiribaze aussi bien que Mazaios... ou Balakros).

  • 462 E.g. SNG Levante 38-41 (ibid. 40 = Pl. IX, 15).
  • 463 Boardman 1970, 220 et pl. 681.
  • 464 Ibid. 316 et fig. 294 p. 317 (Pl. X, 1). Même conclusion chez Casabonne 1997, 37.
  • 465 Cf. e.g. Franke & Hirmer 1966, pl. 212 et no 5, 781-782.
  • 466 Il n’est pas exclu pour autant que celui-ci ait été initialement emprunté à l’art grec, cf. par ex (...)
  • 467 Pl. IX. 1.
  • 468 Pl. X, 9 et, également à Tarse, SNG von Aulock 5914 (Pl. VIII, 8).

108R. A. Moysey met aussi en avant le choix des thèmes qui illustrent les monnaies. Il s’efforce d’y voir - il faut bien le dire, de façon assez subjective - la revendication de la royauté. Deux exemples : le satrape assis vérifiant la rectitude de sa flèche serait, par le caractère inhabituel de la scène, suspect de “prétentions grandioses”. On mettra en relation la représentation sur les monnaies de Soloi d’une Amazone s’assurant de la tension de son arc462. Soulignons que ce thème semble banal dans la glyptique et donc dans l’iconographie perse. J. Boardman463 publie une bague signée Athénadès et provenant du sud de la Russie représentant ce thème à la mode hellénique. De façon encore plus significative il apparaît à l’identique sur un sceau scaraboïde464, ce qui exclut complètement l’hypothèse de l’affirmation d’une volonté insurrectionnelle. Il est assez banal pour figurer encore sur les monnaies parthes de Mithridate II et III465. Retenons en contrepoint l’Apollon des revers séleucides dont l’attitude n’est pas due à une rencontre fortuite avec le thème perse466. De même on ne saurait discuter le fait que “the winged disc symbol calls to mind the king”, mais R. A. Moysey rappelle lui-même que Ahura Mazda (à figure humaine cette fois) apparaissait déjà sur des monnaies de Tiribaze467. On ajoutera qu’une figure identique, non anthropomorphe, se rencontre aussi sur certaines monnaies de Mazaios468, lequel n’est pas suspect d’être un satrape rebelle.

  • 469 Moysey 1986, 16 et 1989, tableaux p. 114-115.

109Dernier argument, les poids des monnaies. R. A. Moysey relève469 que les deux derniers groupes de Datamès sont en moyenne beaucoup plus légers que les groupes précédents, en particulier ceux de Pharnabaze. Il en tire argument pour supposer que le satrape révolté a pu à certains moments être coupé de ses approvisionnements en métal, cette réduction pondérale étant un expédient pour pallier la pénurie. Cependant certaines notations complémentaires amènent à nuancer cela. La “décrue” moyenne avait commencé dès les frappes de Pharnabaze comme le montrent les tableaux de Moysey. Il y a sans aucun doute un certain nombre de monnaies “aberrantes” dans le groupe au satrape assis (certaines monnaies pèsent entre 6,80 et 8,20 g). Mais il faut observer tout aussitôt que plusieurs exemplaires pèsent plus de 11 g ce qui n’est pas le cas pour Pharnabaze.

  • 470 Cornelius Nepos, Dat., 5.6.
  • 471 Cornelius Nepos, Dat., 8.3.

110On s’interrogera enfin sur les motifs éventuels de la frappe par le rebelle. Rien dans le récit de Cornelius Nepos, bien au contraire, n’indique que Datamès ait eu à faire face au paiement de nombreux mercenaires grecs. Lorsqu’il quitte Akè pour se retirer en Cappadoce, il laisse les troupes à Mandroklès de Magnésie et ne part qu’avec “les siens”470. Dans le combat contre Autophradatès, il ne dispose que de moins du vingtième des forces de son adversaire471, c’est-à-dire, si l’on prend Nepos à la lettre, environ huit mille hommes. A aucun moment dans son épopée il n’est question de mercenaires, sa tactique consiste toujours en une guérilla qui s’appuie sur une meilleure utilisation du terrain.

  • 472 Polyen 7.21.3.
  • 473 Moysey 1986, e.g. 21 n. 1, attribue à Datamès l’ambition de supplanter le Roi, ce qui paraît assez (...)
  • 474 Cornelius Nepos, Dat., 6.1-6.3.
  • 475 Ibid., 7.1-8.6 (cf. aussi Polyen 7.21.6).
  • 476 Ibid., 10-11.
  • 477 Diod. 15.91.2-7.
  • 478 Cf. l’analyse par Weiskopf 1982, 212 sq., de différents passages des auteurs anciens où ce type de (...)

111Les différentes sources font état d’événements qui concernent tout le cœur de l’Anatolie, mais la chronologie absolue et parfois même, relative, fait problème. Une des actions pousse Datamès au-delà de l’Euphrate, ce qui ne signifie pas une pénétration en profondeur en Mésopotamie472 : la haute vallée du fleuve est proche des territoires contrôlés par le rebelle ; il doit vite renoncer face à la puissance de l’armée royale. On ne voir pas comment il serait possible d’inférer de ce passage une ambition à très large portée du satrape qui se replie dès l’annonce de l’arrivée des troupes royales473. Au moins deux expéditions successives sont menées contre lui par Autophradatès et Artabaze. Pour Cornelius Nepos, ce sont d’abord les Pisidiens qui attaquent Datamès (il place à ce moment la trahison de son beau-père Mithrobarzane)474 puis Autophradatès475, sans plus de succès. Datamès est alors assassiné par Mithridate476. Diodore passe sous silence l’action d’Autophradatès, en revanche il associe le revirement de Mithrobarzane à l’expédition d’Artabaze477 et place sa mort peu après. Une seule chose paraît assurée : le passage à l’ennemi de Mithrobarzane est incompréhensible si les agresseurs sont “les Pisidiens”, il est indispensable que l’autorité à laquelle il veut se rendre, soit le Roi ou son représentant, en l’occurrence Artabaze478.

  • 479 Weiskopf 1982, 216, est plus précis : il propose deux années de campagne en 369 et 368. La tenue d (...)
  • 480 Pour une reconstruction différente cf. Bing 1998, 74-76.
  • 481 Cornelius Nepos, Dat., 8.2. Peut-être convient-il de situer la campagne contre les Pisidiens (Poly (...)
  • 482 La référence aux Kardakes ne comporte ici aucun commentaire. Briant 1996, 340 propose une explicat (...)
  • 483 Une absence notable dans cette liste : celle des Lyciens. Remarquons cependant que le texte de Cor (...)
  • 484 Pour Sekunda 1988b, 49, (dans le même sens Tuplin) il s’agit en fait de l’armée rassemblée à Akè p (...)
  • 485 Supra p. 238.
  • 486 Cf. aussi Frontin 2.7.9 ; Polyen 7.21.6.

112Le reste est plus hypothétique. On peut penser que la première offensive est celle d’Autophradatès entre 370 et 367479 ; après cette date ce dernier a d’autres préoccupations au nord-ouest de sa propre satrapie. L’attaque est menée par le sud480 après une concentration de troupes dont, fait exceptionnel, Cornelius Nepos donne le détail de la composition481 : cent cinquante-six mille hommes sans compter les troupes légères : cent mille fantassins et vingt mille cavaliers Kardakes482 et encore trois mille frondeurs parmi les “Perses”. Puis vient la liste des régions qui fournissent des troupes. Il est intéressant de noter que des contingents proviennent de toute l’Asie Mineure et en particulier de la zone centrale et méridionale : huit mille Cappadociens, dix mille Arméniens, cinq mille Lydiens, trois mille Aspendiens et Pisidiens, deux mille Captianiens483 et autant de Ciliciens, enfin trois mille mercenaires grecs. Il paraît donc y avoir un recrutement sur place, mais aussi la présence de corps en garnison loin de leur terre d’origine484, comparables à ceux que nous avons rencontrés à travers le récit de Xénophon en Éolide485. Datamès échoue dans sa première tentative pour empêcher Autophradatès de pénétrer dans la zone qu’il contrôle, mais ce dernier une fois engagé par les Portes de Cilicie est incapable de conclure et doit faire retraite vers la Phrygie après qu’une promesse de réconciliation ait été faite486.

  • 487 Diod. 15.91.2-6 ; il n’y a pas à gloser sur ce titre puisque, quelle qu’ait été sa position par ai (...)
  • 488 A noter que pour Weiskopf 1982, 422, c’est au cours de son voyage pour prendre possession de sa sa (...)
  • 489 Polyen 7.29.2.
  • 490 II faut accepter le point de vue de Weiskopf, e.g. p. 424, selon lequel Datamès ne doit pas être a (...)
  • 491 SNG Berry II 1294-1295 ; cf. Mørkholm 1964, 73.
  • 492 Supran. 391.

113Artabaze, désigné comme général du Roi487, est amené à son tour à combattre Datamès. On ne peut guère envisager pour cette campagne que la période qui suit la pacification de la satrapie de Daskyleion, donc au mieux à partir de 360488. Elle est comme le prolongement naturel de celle-ci dans la mesure où Mithridate semble poursuivre aux limites de la satrapie et éventuellement en Paphlagonie (?)489 un combat d’arrière-garde comparable à la résistance d’Amorgès en Carie après la disparition de Pissouthnès. Pendant les années intermédiaires, il est assez clair que Datamès n’est pas concerné directement par les affaires de l’Asie Mineure occidentale. Il est occupé par l’affermissement de son pouvoir à l’intérieur de sa propre satrapie, alors que sa situation vis à vis du Roi devait être assez ambiguë490. Malgré la trahison de Mithrobarzane, Artabaze se montre aussi incapable que son prédécesseur Autophradatès de réduire le rebelle. On ne sait où se placent les opérations. Si l’on retient partiellement la version proposée par Cornelius Nepos, 6.1, on peut penser aux confins de la Pisidie. Le fait que Datamès ait surfrappé le monnayage de Sidè491 a pu suggérer que le “révolté” s’était aussi avancé vers l’ouest. Il a pu y avoir “reconquête” de Sidè par Datamès et les monnaies du satrape rebelle seraient postérieures à celles d’Artembarès déjà signalées492 mais il s’agit là d’une hypothèse dans la mesure où la surfrappe ne prouve en rien la saisie de la ville. En réalité les monnaies émises au type d’”Aréthuse” ne peuvent l’avoir été que par le général loyaliste. Il convient donc de penser 1) soit que Datamès agissait là dans le cadre de son mandat, 2) soit que la circulation monétaire couvrait une étendue plus vaste que celle supposée pour la satrapie de Cilicie et que 3) les deux hypothèses loin d’être exclusives peuvent en réalité se combiner. Le monnayage d’Artembarès à Sidè pourrait alors s’interpréter comme un témoignage de l’action de reconquête d’une partie périphérique du domaine de Datamès.

  • 493 C’est lui qui avait été chargé de mener Aspis auprès du Roi après sa défaite, cf. Cornelius Nepos,(...)
  • 494 Ibid., 10-11.
  • 495 Fogazza 1972.

114Cornelius Nepos indique comment Mithridate, le fils d’Ariobarzane qui avait autrefois exercé un commandement sous Datamès493 et dont avons vu qu’il opérait pour son propre compte en Bithynie ou à proximité, essaie de revenir en grâce auprès du Roi en échangeant celle-ci contre la vie de Datamès494 peu de temps avant la mort d’Artaxerxès à l’hiver 359/358. Une fois Datamès disparu, ses descendants continuent à exercer leur pouvoir sur une partie de la région495.

Conclusion

115La “Grande révolte des satrapes’’ correspond bien à une réalité. Certes, la grandiose fresque de Diodore ne saurait être prise au pied de la lettre. Il n’est guère possible d’imaginer que tous, satrapes, dynastes, nobles perses, cités ont concouru, de I’Hellespont à la Phénicie, en un vaste mouvement concerté avec le roi d’Egypte pour déstabiliser le Roi, voire même le renverser. Les préoccupations des satrapes sont d’une autre nature. Elles constituent en fait une addition de cas particuliers (Ariobarzane, Datamès). Il n’en reste pas moins que la plupart des satrapes de l’Asie Mineure occidentale ont été impliqués, à un moment ou à un autre et même si ce n’était que du bout des lèvres (Autophradatès), dans une série de mouvements qui se succèdent ou se juxtaposent. Orontès tente d’unifier leurs efforts mais il est très vite conscient de la vanité de son entreprise, qu’il contribue largement à saborder. La remise en question, même momentanée, du fonctionnement normal de l’administration achéménide permet à ceux qui agissent à l’échelle régionale (Mausole en Carie) ou locale (Lyciens, Pisidiens, etc.) de s’affranchir de leurs obligations à l’égard du pouvoir central (plioros) ou de régler des questions de suprématie en arrondissant leurs possessions antérieures (Mausole, Périklès). Les cités, ou plus vraisemblablement des factions à l’intérieur de celles-ci, participent au mouvement et toutes subissent plus ou moins les contrecoups des opérations (sièges, exactions, contributions volontaires ou forcées). Il ne faut peut-être pas cependant noircir le tableau : nous verrons plus loin que le potentiel économique et social des cités n’est pas trop gravement entamé si l’on quitte le niveau des cas particuliers pour celui de l’ensemble régional.

  • 496 Robert 1975, 306-330.

116Ce sont les événements les plus importants qui se passent sur le littoral ionien depuis presque trente ans (si l’on excepte la “secousse” de 382/381 qu’on peut difficilement estimer). Et c’est peut-être dans ce contexte que l’on peut comprendre un texte épigraphique de Sardes d’origine perse, recopié en grec et édité et commenté par L. Robert496 et dont nous allons maintenant examiner le contenu.

Annexes

Appendice 4. L’inscription de sardes mentionnant Droaphernès

Έτέων τριήκοντα ἐννέα Άρτα-
ξέρξεω βασιλεύοντος τον ἀν-
δριάντα Δροαφέρνης ναc.
4 Βαρ(ά)κεω Λυδίης ὕπαρχος Βαρα-
δατεω Διί. Image Προστάσσει τοῖς
εἰσπορευομένοις εἰς τὁ ἄδυ-
τον νεωκόροις θεραπευ- νac
8 ταῖς αὐτοῦ καὶ στεφανοῦσι τὸν θε-
ὸν μὴ μετέχειν μυστηρίων Σαβα-
ζίου τῶν tα ἔνπυρα βασταζόν-
των καὶ Ἀνγδστεως καὶ Mαç. Προσ-
12 τάσσουσι δὲ Δορατῃ τῷ νεωκόρῳ) τού-
των xrâv μυστηρίων ἀπέχεσθαι. Image

Le texte ne présente pas de problème particulier. P. Briant est le premier à signaler qu’il se termine par une hedera un peu différente de celle, très nette, qui figure dans le corps de l’inscription. J’en propose la traduction suivante :

“Année trente-neuf du règne d’Artaxerxès. Droaphernès fils de Barakès, hyparque de Lydie (a consacré) la statue à Zeus de Baradatès. Il interdit aux néocores desservants de ce dernier, qui ont le droit de pénétrer dans l’adyton et couronnent le dieu, de participer aux mystères de Sabazios de ceux qui apportent les victimes pour être brûlées497, à ceux d’Angdistis et de Ma. Et il est fait interdiction au néocore Doratès de prendre part à ces mystères”.

Après avoir été d’abord unanimement acceptée, l’interprétation du texte retenue par L. Robert498 a été discutée, d’abord sur un point précis, puis remise en cause plus radicalement par P. Briant499. Pour poser les termes du débat, il est nécessaire d’exposer brièvement les deux points de vue.

Selon L. Robert l’inscription comporte trois parties :

— La dédicace d’une statue à (de) Zeus Baradatès (“Législateur”, il s’agirait donc ici d’Ahura Mazda) par Droaphernès, probable satrape (hyparque) de Lydie, la trente neuvième année du règne d’Artaxerxès (plutôt Artaxerxès II, soit 365 a.C., qu’Artaxerxès ier, 427 a.C.).

— Une interdiction cultuelle émanant du même personnage concernant la fréquentation des mystères de Sabazios, Angdistis et Ma.

— Le rappel de cette interdiction visant spécifiquement un néocore du nom de Doratès, probablement contemporaine (et cause) de la gravure du document au milieu du iie s. de notre ère.

R Briant propose une solution alternative dans laquelle l’inscription ne compte que deux parties :

— La dédicace à Zeus de Baradatès par Droaphernès, officier perse au statut incertain, d’une statue humaine plutôt sous Artaxerxès Ier que sous Artaxerxès II.

— Une interdiction incluse entre deux hederae contemporaine de la gravure et n’apportant par conséquent aucune information sur l’ambiance religieuse à l’époque de la domination achéménide.

Reprenons les arguments avancés. Comme le pensaient déjà R Frei500 et F. Gschnitzer501, il est bien plus vraisemblable d’analyser, 1. 4-5, Βαραδατεω comme un génitif et non comme un datif. Il faut donc comprendre Zeus de Baradatès et non Zeus Baradatès. Par conséquent il n’y a plus de preuve directe d’un quelconque phénomène syncrétique avec Ahura Mazda. Peut-on aller plus loin pour tenter de cerner la personnalité du dieu dont il est question ici et la nature de son sanctuaire ? Une inscription ultérieure (datée d’environ 100 a.C.)502 représente une sorte de pont avec l’époque impériale. Zeus n’y est doté d’aucune épiclèse et elle émane des “thérapeutes de Zeus qui font partie de ceux qui ont le droit de pénétrer dans l’adyton”503. L. Robert504 conclut que ce fait établit la continuité du culte et de son adyton et suggère que par la suite le dieu fut appelé Megistos Polieus Zeus ou Zeus Polieus505. C’est cette dernière forme qui est employée dans Sardis, 7.1, 8. Or cette inscription, datée du règne d’Auguste, fournit probablement une des clefs du problème. Il y est question d’un groupe de personnes : οἱ ἐν τῷ ἱερῷ τοῦ xe Πολιέως Διὸς καὶ τῆς Ἀρτέμιδος οἰκοῦντες. A ce propos L. Robert506 écrivait : “On peut se demander... si, dans ce sanctuaire un Zeus Polieus d’origine iranienne n’était pas associé à Artémis dans le sanctuaire ou dans le temple même”. A l’exception de l’origine iranienne, c’est bien la solution économique. Les fouilleurs ont cherché en vain les vestiges du temple de Zeus et de son adyton507 ; par ailleurs, la plupart des inscriptions où est inscrit le nom de la divinité ont été découvertes aux alentours immédiats du temple d’Artémis ; enfin et surtout, les fouilles américaines ont mis au jour la tête d’une statue monumentale, interprétée comme un Zeus et provenant de la partie est de la cella de ce même temple508. On rappellera que l’édifice hellénistique présente la caractéristique originale d’être doté d’une cella double, l’une pour Zeus, l’autre pour Artémis. Les discussions sont vives entre archéologues pour établir la chronologie et la nature des états successifs du temple509. Pour cette même période, l’épigraphie est d’un mince secours510. En ce qui concerne les époques plus anciennes, les fouilles n’ont pas permis la mise au jour de structures antérieures à celles de l’édifice hellénistique. Il est évident que le sanctuaire est très ancien511 cependant la première preuve indirecte, mais nette, de son existence : la dédicace bilingue (lydien-grec)512 par Nannas fils de Dionysiklès à Artémis ne date que du milieu du ive s. La consécration de la statue à Zeus par Droaphernès me paraît devoir poser la question de l’existence antérieure du partage dont nous avons la preuve irréfutable à l’époque hellénistique. Il me paraît quasi assuré qu’à quelque moment de la domination perse un officier de haut rang consacre une statue à Zeus dans le hieron d’Artémis. A partir de ce moment (ou déjà précédemment ?), une partie de l’adyton est utilisé pour les cérémonies en l’honneur du maître des dieux. Quelles sont les conséquences d’une telle interprétation ? Tout d’abord cela paraît rendre vaines les tentatives faites pour déterminer la nature de ce Zeus. La séquence des inscriptions précitées permet seulement de préciser qu’il ne peut s’agir de Zeus Lydios513 (à titre de comparaison, on ne confondait pas à Sardes Artémis Anaïtis et l’Artémis sardienne). Cette localisation rend compréhensible ce qui pouvait apparaître comme antinomique : le Zeus de Baradatès devenant Zeus Polios, le dieu d’un Perse se muant en celui de la cité. C’est bien le lieu qui a joué un rôle déterminant dans cette mutation. Enfin, et c’est le plus important, il ne saurait être question d’une affaire anodine ou relevant du domaine privé (dont on ne voit pas bien d’ailleurs pourquoi elle aurait été l’objet d’une nouvelle gravure aussi longtemps après la dédicace initiale et dans ce cas il est bien peu probable que l’on aurait utilisé une datation par l’année de règne d’Artaxerxès514). Il me semble qu’il s’agit d’une fondation, ou d’un transfert de culte, dans laquelle l’autorité du ressort s’engageait. Ici comme à Xanthos, l’intervention (ou la sanction) d’un officier perse dans des affaires religieuses n’est nullement anecdotique même si naturellement elle n’a pas de valeur universelle et concerne au premier chef les Sardiens515.

L’implantation dans le principal sanctuaire de la ville permet de mieux expliquer comment on a pu aisément passer d’un culte fondé par un Perse (quelle que soit la connotation qu’on lui donne) à celui de Zeus de la cité.

Quelle était la nature de la statue offerte ? L. Robert opte pour la statue du dieu, l’absence de tout autre indication (éventuellement nom de personne) semble aller en ce sens, mais le terme andrias fait problème. Certes P. Briant souligne à juste titre que, statistiquement516 ce mot désigne une statue d’homme. Il donne des exemples de telles statues érigées devant des sanctuaires517. Dans la plupart des cas relevés, le terme pour désigner la statue est eikôn, tout comme à Érythrées pour la statue à l’effigie d’Artemisia élevée dans le sanctuaire d’Athéna518, et on pourrait multiplier les références. Si l’on prend en compte le corpus des inscriptions de Priène, on observera que le terme andrias est employé pour la statue de Mégabyze et agolma pour Lysimaque519. La problématique ne saurait donc se résoudre à l’opposition des deux termes andrias-agalma. Mais aussi comment concevoir que la statue d’un homme ait pu être consacrée à un dieu dans le sanctuaire d’un autre dieu ?

Le reste ne peut être qu’hypothèses. Baradatès est inconnu par ailleurs. Est-il, comme le suggère P. Briant, un ancêtre de Droaphemès qui aurait exercé à quelque moment un commandement à Sardes ? Tout cela est plausible mais rien ne peut être allégué en ce sens.

Examinons maintenant les articulations des éléments du texte les uns par rapport aux autres et ce qui en résulte pour sa compréhension générale. Nous avons déjà noté qu’il y avait trois parties distinctes pour L. Robert et seulement deux pour P. Briant.

Ce dernier souligne un aspect formel intéressant : la présence non pas d’une mais de deux feuilles de lierre, encadrant les parties deux et trois qui formeraient ainsi un tout matérialisé par le graveur. Cet argument n’a peut-être pas un caractère aussi décisif. Si l’on consulte par exemple le corpus TAM, V.2, il apparaît que les hederae sont assez souvent placées de façon à souligner des éléments que l’on veut mettre en valeur ou à ponctuer les textes, mais parfois de façon plus aléatoire y compris à l’intérieur d’un mot520 et assez fréquemment en fin de texte.

L. Robert fait observer que les parties deux et trois s’ouvrent par le même verbe, au singulier pour la partie deux : προστάσσει, au pluriel pour la troisième partie : προστασσῦσι. Quel en est le sujet ? Pour L. Robert il est clair que celui du premier verbe ne peut être que Droaphernès, ici sous-entendu, renforçant le lien entre les deux premiers textes. Le sujet du second verbe au pluriel est plus difficile à déterminer. Pour L. Robert, “ils” équivaut à un indéfini et l’on doit comprendre “il est interdit”. C’est cette redondance entre les deux interdictions autant que la nécessité d’expliquer les raisons de la gravure au milieu du iie s. qui l’avait conduit à considérer que cette partie devait être dissociée des deux autres.

Autre question difficile : doit-on considérer le αὐοῦ de la ligne 8 comme faisant référence au Zeus de la dédicace ? P. Briant521 soutient qu’il convient de donner ici un sens adverbial à autou522.

Il faut maintenant prendre en compte quelques critères internes propres à chacun des éléments du document. Dans la deuxième partie, le groupe des opérateurs est qualifié de “néocores desservants de ce dernier523 qui ont le droit de pénétrer dans l’adyton et couronnent le dieu”. P. Briant524 s’appuie sur l’article de P. Herrmann525 pour conforter son point de vue, en soulignant les parallèles ou correspondances dans des documents de l’époque hellénistico-romaine qui lui paraissent confirmer que le collège est une institution bien postérieure au ive s. Ce point important mérite d’être précisé. L’association des qualificatifs de néocores et de thérapeutes apparaît dans ce seul texte. Dans une nouvelle inscription, il est question de mystes et thérapeutes526 et ailleurs des thérapeutes de Zeus “qui font partie de ceux qui ont droit de pénétrer dans l’adyton”527 et cette précision, qui suppose une double hiérarchie partitive528, prendrait tout son sens dans l’hypothèse où Zeus serait hébergé par Artémis.

Le titre de néocore est à la fois banal et ambigu. Il peut désigner aussi bien un personnage de rang modeste, un “sacristain”529, qu’un personnage de très bonne extraction sociale dont les fonctions deviennent honorifiques à l’époque impériale530. On observera qu’il y avait un néocore d’Artémis à Sardes sous la domination attalide531 et que le Mégabyze d’Éphèse est qualifié de néocore d’Artémis dans deux inscriptions de Priène datant de la fin du ive ou du début du iiie s.532.

Les thérapeutes sont, selon L. Robert : “Un groupe cultuel que l’on pourrait appeler une association de dévots qui se mettent au service de telle ou telle divinité”533. On doit se demander si ce terme peut être un indice chronologique significatif : il apparaît dans diverses inscriptions, à Délos534 et ailleurs, au plus tôt à l’époque hellénistique. Le rapprochement le plus intéressant est celui que l’on peut faire avec un passage d’Aelius Aristide cité par Chr. Habicht535 : οἵ τε γὰρ νεωκόροι... καὶ πάντες οἱ περὶ τον Θεὸν θεραπευταὶ καὶ τάξιν ἔχοντες536. On observera que le mot est attesté à l’époque classique à plusieurs reprises chez Platon537 toujours en relation avec le service des dieux. En l’occurrence θεραπευτής semble se substituer progressivement à θεράπων en usage depuis Homère. Il n’y a donc pas de raison absolument décisive d’attribuer ces termes, seuls ou associés, plutôt au ive s. ou à l’époque hellénistico-romaine.

— A part le nom Doratès, la troisième partie de l’inscription ne comporte aucun élément interne susceptible d’éclairer la date de rédaction. Il convient de noter cependant le caractère exceptionnel de cet interdit ad hominem. Comme le note L. Robert538, il n y a pour l’instant rien à tirer du nom de Doratès, qu’en bonne méthode il n’accentue pas. Quelle que soit la date retenue pour cette partie du document, il y a peu de chances pour qu’il s’agisse d’un personnage subalterne : si tel était le cas on voit mal l’intérêt qu’il y aurait à pérenniser cette interdiction sur la pierre. A l’époque impériale, un néocore dont la charge serait largement honorifique aurait peu de chances de n’être pas un citoyen, voire un citoyen romain et dans ce cas il serait tout à fait étrange qu’il ne porte qu’un seul nom. Ce fait serait bien plus banal au ive s. a.C.

Au terme de cette tentative de réexamen global de l’inscription, et comme cela arrive bien souvent, on retire l’impression que le nombre de données assurées ou incontestables est moindre qu’on pouvait le penser au départ. L’interprétation repose pour une part sur une conception globalisante fondée sur la mise en série de beaucoup d’autres documents. Pour L. Robert est sous-jacente l’idée d’une “survie” des réalités iraniennes en Anatolie (culte, onomastique) alors que chez P. Briant transparaît le point de vue qu’il convient de minimiser le poids de l’initiative des autorités perses dans la gestion du fait religieux dans les provinces539.

En ce qui me concerne, et en l’état du dossier, je ne vois pas de raison décisive pour dissocier les trois éléments et, en particulier il n’y a pas de certitude quant à une date aussi basse que le iie s. p.C. s’appliquant à la dernière partie. Alors pourquoi une copie aussi tardive ? Le iie s. a été considéré comme un siècle de renaissance religieuse en Anatolie540. Il y a au moins une part de vérité à cette affirmation. Les conditions économiques étaient favorables et l’on manifeste, de façon parfois quelque peu superficielle, une volonté de renouer avec les aspects les plus traditionnels des cultes. Cette démarche d’antiquaire se concrétise par la représentation des plus anciennes statues sur les monnaies et l’exhumation de textes réputés fondateurs.

Pour accepter la pertinence de ce qui suit, il faut admettre deux postulats dont nous constatons qu’ils ne sont pas définitivement établis :

— L’inscription date de l’époque d’Artaxerxès II. Or comme noté plus haut la trente-neuvième année du règne, convient aussi bien à Artaxerxès ier qu’à Artaxerxès II. Une bonne partie de l’argumentation de L. Robert en faveur d’Artaxerxès II (statue de Zeus-Ahura Mazda) est caduque mais nous avons donné plus haut541 quelques autres arguments qui nous paraissent établir une présomption en faveur d’Artaxerxès II. Ce qui nous amènerait à 366/365 a.C. Pour des raisons diverses les commentateurs ont été gênés par le fait qu’à cette date la charge de satrape de Sardes est confiée à Autophradatès, mais précisément à ce moment celui-ci est absent de Lydie dans la mesure où il a reçu un commandement pour tenter de mater la révolte d Ariobarzane. En 1 absence du satrape, l’autorité sédentaire est l hyparque qui lui est subordonné, et c’est explicitement la fonction que le texte attribue à Droaphernès. Il n’y a donc nulle contradiction à ce que des décisions puissent être prises par l’hyparque. J’y verrais plutôt une manifestation de l’emprise plus étroite de la trame de l’administration perse qui, me semble-t-il, sied mieux pour le ive que pour le ve s.

— Elle représente un ensemble chronologiquement homogène. Dans ce cas, quel sens donner à l’interdiction faite aux néocores de participer aux mystères de Sabazios Agdistis et Ma ? Ces trois divinités ont en commun d’être relativement peu présentes en Lydie, du moins en l’état de notre documentation542. Elles sont phrygiennes, ou myso-phrygiennes pour Sabazios et Angdistis543 et cappadocienne en ce qui concerne Ma, divinité guerrière, identifiée à Enyô par Strabon544 dans sa description de Comana de Cappadoce. Trait remarquable concernant les pratiques rituelles associées au culte de Sabazios : l’interdit relatif à la participation aux mystères de ce dernier précise τῶν τὰ ἔνπυρα βασταζόντων, ce que L. Robert traduit par “ceux qui apportent des victimes pour être brûlées”. Nous sommes malheureusement fort peu renseignés sur les pratiques liées aux cultes de Sabazios545. A noter que les holocaustes apparaissent comme un usage proprement oriental (sémitique ?), cf. par ex. Poiphyre, DA, 2.26 (= Eusèbe, PE, 9.3) qui attribue à Théophraste une définition des sacrifices complets effectués par les Juifs (assimilés aux Syriens), se déroulant de nuit et dans un rituel qui doit être repoussé par les Grecs. Parmi les parallèles possibles, à la fin du ive s. les Coéens interdisent aux prêtres de dieux poliades, parmi lesquels Zeus Polieus, de sacrifier à Hécate et à d’autres dieux selon des rites chtoniens546.

Si, encore une fois, on retient l’homogénéité du texte, tout se passe comme si on redoutait la propagation de cultes jugés politiquement dangereux pour la partie restée fidèle à l’Empire.

Il serait tentant par hypothèse de rattacher ces faits assez obscurs pour nous à une influence “idéologique” véhiculée par Datamès ou Ariobarzane. Ce que l’on peut savoir du comportement de Datamès, en dehors de la guerre, montre un souci de la “mise en scène” destiné à faire un effet547, ce qui explique pourquoi ce personnage a acquis si rapidement une réputation hors du commun. Rien ne nous autorise à conclure à une opération concertée de la part des révoltés, mais le rapport entre la religion et le pouvoir politique apparaît évident tout comme le trouble qui agite les esprits dans les grands foyers de peuplement iranien que sont la Cappadoce et la Lydie. Cela permet de saisir la gravité de la situation et le châtiment rigoureux infligé à Ariobarzane supplicié, et à Datamès, assassiné “sur ordre, qui contraste avec les suites de carrière relativement sans problème que connaîtront les autres “révoltés”, Autophradatès, Mausole et Orontès.

Notes

1 Osborne 1971, 297-321 ; 1973,515-551 ; 1975, 291-309.

2 Weiskopf 1989.

3 Diod. 15.90 sq.

4 Weiskopf 1982, 338 ; 1989, 12.

5 Trogue-Pompée, Prol., 10 : (Artaxerxes) in Cadusis victus, defectores in Asia purpuratos suos persecutes, primum Dotamen praefectum <Paphlagoniae>. Paphlagonon origo repetita ; deinde praefectum Hellesponti Ariobarzanen, deinde in Syria praefectum Armeniae Oronten, omnibus victis, decesserit, filio successore Ocho.

6 Stratagèmes, attribués à Orontès, Autophradatès, Mausole, etc.

7 Cf. par exemple Démosthène, Sur les symmories, 31.

8 Sur les sources possibles de Cornelius Nepos, Thiel 1923, 412 sq. ; cf. Moysey 1992. 158-168.

9 Diod. 15.91.2-7.

10 Babelon 1893 ; 1910.

11 Cf. supra p. 65.

12 Diod. 15.90.1-3.

13 La basileia de Mithridate est probablement la dôrea personnelle de ce dernier. Sur ce point cf. supra p. 99. Nous avons souligné là le danger que représentait la traduction de ce passage par Cl. Vial. CUF : “Ariobarzanès le satrape de Phrygie qui avait pris possession de ce royaume à la mort de Mithridate”.

14 Ce deuxième emploi du mot basileia montre bien la polysémie du terme ; le “palais” se trouvait probablement à l’emplacement du château des Hospitaliers de Saint-Jean.

15 Plutôt que “parmi les peuples”. Convient-il avec Dindorf de corriger Ίώνων en ἐθνῶν (c’est la solution que retient Cl. Vial), mais la correction paraît assez violente, ou plutôt penser avec d’autres éditeurs qu’un mot a été omis (e.g. ἄνευ, πλήν) ? Quelle que soit la solution, le sens ne fait pas difficulté.

16 E.g. Diod. 15.93.6 ; 16.40 ; 46.3 etc.

17 Diod. 16.44.4 ; sur la notion de satrapie “côtière”, cf. supra p. 70 sq., 91 sq.

18 Si notre interprétation du document est correcte, la mention des Ioniens – qui figure dans les manuscrits – doit être conservée en 90.3. Elle consacre le rôle privilégié que Diodore leur attribue dans la révolte.

19 Moysey 1975, 98, traduit Asia par Asie Mineure et conclut que ceux que Diodore appelle “habitants de la côte” sont les Grecs. Selon lui, Diodore suit Éphore qui fait la part trop belle aux Grecs reprenant par personne interposée des thèmes des théoriciens politiques athéniens comme Isocrate.

20 Infra p. 348.

21 Balcer 1985, 31-42.

22 Piérart 1985b, 42. Cf. aussi Mitchell 1990, 107.

23 En dernier lieu Jones 1987, 308-310.

24 Béquignon 1928, 185-208.

25 Hunt 1947, 68-76 ; dans le même sens Balcer 1985, 39.

26 Piérart 1985a, 177 sq. ; Jones 1987, 308-310.

27 Robert & Robert, Bull, ép., 1976, 174, après Ruge 1934a, 553-555.

28 Debord 1994, 57.

29 Boeckh, CIG, 3064, commentaire.

30 Cahill 1988, 481-501.

31 Str. 14.1.3 après Phérécyde.

32 Debord 1977.

33 I. Priene, 1.

34 Une bibliographie exhaustive est fournie par Borchhardt & Dobesch 1993. A l’étude classique de Treuber 1887, on substituera des publications qui tiennent compte de la découverte de nouveaux documents et du meilleur déchiffrement de ceux qui étaient déjà connus : Houwink ten Cate 1965, 3-15 ; Jameson 1973, 265-308, Bean 1987 ; Metzger et al. 1979, 25-37 ; Weiskopf 1982, 441-2 ; Hornblower 1982, 181 sq. ; cf. surtout Childs 1981, 55-80 (article touffu et parfois aventuré mais la base de notre analyse) ; Bryce 1980, 337 sq. ; 1983, 31-42 ; Asheri 1983 ; Bryce 1986a ; Metzger 1987, 3-19 ; Bryce 1990, 531-541. Cf. la synthèse générale de Kolb & Kupke 1992 et les travaux récents de Keen 1992a, 53-63 ; 1992b ; 1993, 71-77 et surtout 1998.

35 Recueil des inscriptions lyciennes, Kalinka 1901, révisé par Friedrich 1932, 52-90 et complété par Neumann 1979 ; cf. aussi les volumes des Fouilles de Xanthos, spécialement les volumes 5 et 6.

36 Mise au point bibliographique commode de Picard pour Metzger 1987, 10 n. 53. Babelon 1893, CX sq. Donne l’état des connaissances à la fin du xixe s. De nombreux articles dont le support principal est la numismatique ont paru dans ces vingt dernières années ; cf. Atlan 1958, 89-95 ; Jenkins 1959, 48 ; Mørkholm 1964, 65-76 ; 1971, 1-29 ; Mørkholm & Zahle 1972, 57-113 ; 47, 1976, 47-90 ; Mørkholm & Neumann 1978, 3 sq. ; Zahle 1985, etc.

37 Zahle 1989 ; Keen 1993.

38 Cf. la tentative de hiérarchisation des cités proposée par Zahle 1980, 37-49. La plus importante est Xanthos puis Phellos/Antiphellos, Limyra, Telmessos, suivies de Pinara, Tlos, Patara, Myra (cette étude repose sur une analyse quantitative et qualitative des différents types de sources).

39 Mørkholm 1964, 71 ; cf. aussi Bryce 1980, 377 sq. avec un découpage légèrement différent. En dernier lieu Schweyer 1996 et Keen 1998, 13-33.

40 Childs 1981, 56 et n. 13 (cf. aussi Houwink ten Cate 1965, 15).

41 Borchhardt et al. 1975.

42 Infra n. 412.

43 TL, 44c 31. On a toujours restitué Κα[ρ]ίκα γήνος. Bousquet 1992, 172 sq., fait observer à juste titre qu’étant donné le nom du père de Gergis transmis par Hérodote un σ ou un ζ conviendrait sans doute mieux.

44 Bryce 1982, 334. Pour un stemma totalement différent Keen 1998, 220.

45 Bousquet 1992 (donné là comme une évidence). Cf. Keen 1998, 46 ; 76-79.

46 Sur la région de Phellos-Antiphellos et son organisation géopolitique, Schweyer 1996, 39-42.

47 Bryce 1982. 332 n. 19.

48 Ce type d’alliance pourrait être illustré par l’exemple de Pharnouchos né d’un père lycien et d’une mère perse (supra p. 21).

49 Schmitt 1982, 373-388 ; Bryce 1986a, 161 sq. ; 1990, 536 sq.

50 Supra p. 146.

51 Bernard 1964, 208-212 : il relève 24 noms perses dans des inscriptions hellénistiques et romaines. Point de vue différent de Keen 1998, 60 sq.

52 Bryce 1982, 330 à propos de Hdt. 7.98 ; cf. aussi 1983, 33-34 ; Bousquet 1992, 172. A la lecture Kyberniskos fils de Sikas (mss), il convient de substituer Kybernis fils de Kossika (ainsi Legrand, CUF, après Meyer, mais la paternité de l’hypothèse paraît devoir être attribuée à Six). Refus de l’équivalence Kybernis/Kuprlli par Zgusta 1964 et Asheri 1972, 61. Selon Keen 1998, 89 et 96 il pourrait être mort au cours de la bataille de Salamine et on lui a attribué le sarcophage aux Harpyes. Le contingent lycien était de cinquante navires selon Hdt. 7.92 ; de quarante seulement selon Diod. 11.2.1-2 où il est indiqué que la Lycie a été l’un des centres de construction de la flotte ; 3.7. Kuprlli émet des monnaies à Xanthos mais aussi en Lycie centrale et à Limyra. Cf. Mørkholm & Zahle 1972, 57-113 et en dernier lieu Spier 1987, 29-37 (spécialement 33) ; des monnaies de ce dynaste dans le “Decadradhm hoard” dont l’enfouissement [p. 37] pourrait dater des environs de 450.

53 IG, I3, 261 ; 262 ; 266 (ATL, II, 3 ; 4 ; 9). Le montant de la contribution unique des Lyciens et de Telmessos dans les deux premières listes n’est pas connue ; dans la troisième, Telmessos verse un talent, les Lyciens et leur synteleis dix talents. C’est évidemment une somme importante (Jones 1937, 97) mais Bryce 1986a, 106 n. 18, fait observer qu’elle est relativement modeste par référence aux quatre cents talents dus par le premier nome dans la répartition hérodotéenne des tributs de l’Empire.

54 Plut., Cimon, 12.3 ; Diod. 11.60.4. Cette version des faits est contestée par Bryce 1986a, 103 sq. Ce dernier s’appuie sur Diodore qui indique que Cimon “usa de persuasion” alors que Plutarque est encore plus évasif. Notons cependant que la mission de Xanthos, cf. e.g. Metzger 1963, 81, date une destruction importante de l’acropole lycienne des années 475-470. Peut-on penser à une simple coïncidence ? Bryce 1983, 35 relève le fait que le Monument des Harpyes (antérieur au passage de Cimon) est resté intact et que Kuprlli continue à émettre un monnayage sous la domination athénienne.

55 IG, I3, 266 (dans les deux listes précédentes, [τελμέσσιοι καὶ Λ]ύκιοι ; [Τελμέσ]σιοι [καὶ Λύκιοι]. Il y a donc bien deux entités distinctes, même si pour la commodité du versement elles sont rassemblées en une même rubrique). Dans quelle mesure ces synteleis sont-ils les ancêtres des perioikoi de la Trilingue et que l’on rencontre à l’époque hellénistique à Telmessos et ailleurs en Lycie (Worrle 1978, 236 sq.). Telle est l’hypothèse de Childs 1981, 57 (mais cf. contra Bryce 1986a, 106, qui voit là une distinction purement politique). En dernier lieu Keen 1998, 45 sq. Il serait plus aisé de trancher si nous savions quelle définition les Athéniens – et plus généralement les Grecs – donnaient de la Lycie (ensemble de la région ou vallée du Xanthos ?). Sur l’hypothèse d’un koinon lycien dès l’époque de la domination perse supra p. 182.

56 Certaines monnaies de Kheriga ont été émises à Xanthos de façon simultanée à celles de Kuprlli. Kheriga semble avoir exercé un commandement en Lycie centrale (monnaies à Phellos, cf. Mørkholm & Neumann 1978, 15, et Kandyba par exemple Bank Leu 13 mai 1986) avant de succéder à son grand-père à Xanthos (Mørkholm & Zahle 1972, 75 ; Bryce 1982, 335). Kheriga à Xanthos dans l’inscription TL, 43 avec la formule ënë khñtawata, Laroche 1974, 134. Il semble que la date basse Metzger (ive s.) et aussi Zahle 1979, doive être abandonnée au profit de la date haute traditionnelle (vers 430) proposée pour le sarcophage qui porte l’inscription (cf. Childs 1981, 69 n. 77). Ses monnaies ne sont pas postérieures à 410.

57 Childs 1981,62.

58 Mørkholm & Zahle 1976, 75-6. (cf. aussi Asheri 1972, 87).

59 Nous avons la version athénienne des faits par Thc. 2.69 et, fait rarissime, le point de vue antagoniste par le “Pilier inscrit” de Xanthos : TL, 44a 44 sq. Selon l’hypothèse de Thompson 1967, 105-6, toute l’histoire rapportée par le Pilier se placerait au moment de la guerre de Décélie. Il y aurait donc deux Mélésandros, tous deux défaits dans des conditions quasi identiques à une génération d’intervalle. Cela paraît bien improbable (Childs 1981, 64). Il faut donc admettre que nous sommes plutôt en présence d’une chronique portant sur une assez longue période. S’agissait-il de percevoir les arriérés du phoros ? Le terme ἀργυρολογεῖν employé Thucydide est vague. Trbbenimi émet (infra, n. 397) encore des monnaies vers 370. Une telle longévité fait penser à celle de Kuprlli ; à noter qu’elle a suggéré deux hypothèses contradictoires : 1) avec Childs l’idée que plusieurs dynastes du même nom ont pu se succéder, 2) avec Thompson, que l’épisode de Mélésandros est à placer au cours de la guerre d’Ionie (supra). Cf. Keen 1993.

60 Monnaies à Xanthos, Phellos, Tlos, Pinara, Telmessos ; donc un domaine qui ne paraît pas différent de celui de son prédécesseur (Mørkholm 1976, 51 sq. ; Mørkholm & Neumann 1978, 16 et 26 ; Bryce 1982, 335-6), mais infra n. 81.

61 Pour la fin de ce monnayage qui est contemporaine de l’érection du pilier funéraire, cf. Childs 1981,63 n. 40. Kheriga émet un monnayage qui porte à l’avers une déesse (Aphrodite ?) et au revers la chouette athénienne (SNG von Aulock 4167-4168). La plus significative est cependant celle qui inscrit cette chouette dans un tétraskèle, ibid. 4166 (Pl. VI, 7). Il est assez tentant de considérer qu’elles correspondent à l’époque de l’adhésion à la ligue de Délos, alors que Kherëi émet des pièces comparables (4170-4171). En revanche il convient d’être tout à fait d’accord avec Childs pour considérer que le choix d’Athéna n’a pas de valeur “politique” (p. 70). Elle n’est autre que la déesse lycienne Maliya. A noter la très exceptionnelle qualité de la monnaie Boston 2086 reproduite par Schwabacher, pl. II, 2 (portrait [?] de Kherëi de trois-quarts face), probablement l’une des dernières émises par le dynaste (Pl. VI, 1).

62 Zagaba, Trbbënimi, Kherëi, Teththiweibi, Mithrapata, Aruwàtiyesi. Certains ne sont pour nous rien d’autre que des noms. Mithrapata/Mit(h)robatès est un nom suffisamment commun pour qu’on puisse douter de l’identité entre ce personnage et le subordonné de Pharnabaze (Xén., Hell., 1.3.12), cf. Sekunda 1991, 101. Sur le classement chronologique de ces dynastes en fonction de leurs monnaies, Mørkholm 1964. Tout est loin d’être assuré : par exemple Zagaba est-il un nom de dynaste ou de cité : Keen 1998, 55 ?

63 TL, 44a 59-60 apparaissent les noms de Darius et Artaxerxès ; il y a certes plusieurs combinaisons possibles mais celle généralement retenue est Darius II et Artaxerxès II (cf. Childs 1981, 66 et n. 64). Noter également le nom de Tissapherne (Childs 1981, 67-8 et supra p. 120) et d’Arbinas, comme le fait observer Bousquet 1992, 170, qui opte pour le tout début du ive s.

64 Cf. Childs 1979, 97-102 ; 1981, 67-8 d’où Bryce 1982, 332.

65 Bousquet 1975 (d’où Robert 1978) ; 1992, suivi par Keen 1998, 130.

66 Supra p. 121. Keen 1993.

67 Cf. l’épigramme grecque de TL, 44c 1. 29 (ML, 93) ; réédition du texte, Bryce 1986a, 97 ; traduction Picard 1980, 257.

68 Son nom est associé à celui de Hiéraménès dans un contexte religieux (cf. 1. 12 et 15). Il est assez tentant de rapprocher cette rencontre avec celle que l’on retrouve chez Thc. 8.58.1, à la fin de l’hiver 412/11 au moment de la conclusion du 3e accord avec les Spartiates, l’hypothèse est séduisante si l’on retient la lecture proposée par Melchert 1993, 31, le dynaste lycien se serait entremis entre le satrape et les Spartiates lors de l’entrevue de Caunos.

69 Mørkholm & Neumann 1978, 25 et pl. III. 4 ; Hurter 1979, 100-101 : à l’avers, “satrape" perse à cheval, légende ar]ñna (Xanthos) ; au revers Athéna casquée, légende Zisa...na ; Hurter propose une date comprise entre 400 et 395 ; (Pl. I. 14).

70 D’accord sur ce point avec Childs 1981,67 et n. 72, Keen 1998, 137 émet l’hypothèse qu’elle aurait été frappée pour payer des mercenaires lyciens engagés contre Amorgès.

71 Bousquet 1975 et 1992.

72 Melchert 1993, 31.

73 On voir combien toute construction reposant sur une interprétation des textes lyciens reste encore hasardeuse.

74 Supra p. 213.

75 Robert 1978a, 21, suivi par Hornblower 1994, 214.

76 TL, 44a 47 indique qu’elle a appartenu au domaine du Ka[s?]ika genos, Kherēi ayant dû remettre bon ordre dans cette ville. Pour Bousquet 1992, la reconquête de Telmessos, Xanthos, Pinara par Arbinas s’est faite contre Kherèi.

77 Masson 1974, 127-130 d’où Bousquet 1992, 167 n. 18. Le même (ibid. 180) ajoute au dossier la monnaie Bank Leu 12 mai 1987 no 325 émise par Kheriga (tête casquée au revers ; à l’avers Athéna et légende Tuminehi) et s’appuie en réalité sur une notice d’Étienne de Byzance : Τύμνησσος πόλις Καρίας (alors qu’il y a aussi une Ἀρτύμνησσος πόλις Λυκίας) et sur les positions de Robert 1936 ;1955a, 188-193 ; 1966, 9-14. Mais Zahle cité par Schweyer 1996, 24 et 30-31, démontre de façon convaincante (nature du monnayage, présence dans le texte du pilier inscrit TL. 44 entre Xanthos et Kandyba) que Tymnessos doit être placée à Köybayşi. J’ajouterai que, malgré la mention polis Karias. toute la suite de la notice fait référence à la Lydie. Schweyer suggère (après Jones et d’autres) qu’il y a un doublet chez Étienne entre les notices de Tymnessos et Artymnesos.

78 Schweyer 1996, 11 sq.

79 Schweyer 1996, 16-17.

80 Arbinas bat monnaie à Telmessos et apparemment pas à Xanthos ; on en a tiré argument pour soutenir que le centre du pouvoir avait changé et s’était déplacé de Xanthos vers Telmessos mais Metzger 1979, 24 fait remarquer que sa présence (monuments, inscriptions) à Xanthos-ville et au Letôon n’est pas moins nette. En revanche rien ne montre une quelconque intervention en Lycie centrale (monnaies toutes d’étalon “léger”, cf. supra) qui est alors sous le contrôle d’autres dynastes parmi lesquels probablement en premier lieu Trbbẽnimi et peut-être Périklès (infra). Le “trésor de Tissapherne”, n. 69 supra, trouvé près de Kadyanda et pour lequel Hurter propose une fourchette 410-385/80, amène à proposer quelques hypothèses nouvelles. Les monnaies de Ddenevele (19) et d’Arbinas (27) sont de loin les plus nombreuses. Ddenevele frappe à Telmessos (carré incus puis revers circulaire) et la frappe d’Arbinas paraît lui succéder (revers circulaire). Ddenevele émet aussi probablement à Xanthos et l’on notera la grande parenté des revers (Athéna casquée) des no 7, Ddenevele, et 26, Arbinas, Pl. VI, 11-12 ; monnaies dont les poids sont par ailleurs identiques. Il me paraît donc possible qu’Arbinas ait eu aussi, contrairement à l’opinion retenue jusqu’alors, un atelier à Xanthos. Cf. sur d’autres bases les arguments de Keen 1998, 147. A noter aussi l’idée que le monument des Néréides pourrait être la tombe d’Arbinas, cf. Demargne 1979, 99-100 n. 16.

81 Keen 1998, 139 note la présence du nom de Lysandre dans trois inscriptions lyciennes, TL. 90 ; 103 ; 104 datant des années 360 mais qui rappelleraient le navarque Spartiate et des sympathies pour l’action de ce dernier, cf. en contrepoint infra le choix du nom Périklès.

82 Rien ne prouve par exemple que la (re)conquête d’Arbinas se soit faite contre Kherẽi comme le pense Bousquet 1987 et 1992 (cf. les liens de coins des monnaies de Kheriga-Kherëi-Erbinna) ; cf. Keen 1998, 144 qui rejette l’idée d’une parenté étroite entre les deux dynastes.

83 Un certain nombre de dynastes sont uniquement connus par les monnaies et sont donc seulement des noms pour nous, (cf. Mørkholm 1964 ; Mørkholm & Neumann 1978 ; Zahle 1989), par ex. Aruwãtijesi qui bat monnaie dans les deux étalons, de même que Wekhssere (II) dont la présence de monnaies à la fois dans le “trésor de Tissapherne” et dans celui de Podalia montre qu’il marque la transition entre les premières décades du ive s. et la période de la révolte des satrapes.

84 Cf. provisoirement à ce sujet Bryce 1982, 336.

85 Pour les mentions d’Autophradatès, deux périodes s’offrent à nous ; entre 392/1 et 387 ou entre 380 et la révolte des satrapes ; cf. à Xanthos TL, 40, sur le sarcophage dit de Payawa, inscription d, Autophradatès est qualifié de “satrape perse” (khssadrapa pa[rz]a), cf. Laroche 1974, 139 ; il est probablement représenté sur la scène d’audience qui est figurée, cf. Demargne 1974, 78 sq. qui propose de dater le monument des années 370-350 (p. 86). Une autre inscription provenant de Bayindir Limani, sur la côte méridionale près d’Antiphellos (TL, 61 ; cf. la bibliographie fournie par Childs 1981, 74 n. 118) mentionne Autophradatès dans la formule ẽnẽ khñtawata wataprddatehe (“sous l’autorité d’Autophradatès”). Keen 1998, 171, la place après la révolte des satrapes (infra).

86 Isocrate.Panég., 161.

87 Xén., An., 1.1.11.

88 Erzen 1973, 388-401 ; Mansel 1975, 49 sq. ; Nollé 1993, 299-303.

89 Meritt et al. 1950, 11 et 207 sq. ; 260 sq. ; aussi Meiggs 1972, 102 et 420-421.

90 Ps.-Skylax 100-101.

91 Sur leur constante rivalité, Nollé 1993. Pour la très large diffusion des monnaies d’Aspendos, cf. les trésors de Karaman (IGCH 1244) et Podalia (IGCH 1262), Mørkholm 1959, 184-200 et 1971, 6 sq. Mais Levante 1994, 8 note que le monnayage d’Aspendos n’a pas dû débuter bien avant 400 (absent du trésor de Kélendéris, IGCH 1255, cf. Davesne 1989, 160 sq.) alors que l’atelier de Sidè est incontestablement plus ancien. Monnaies d’Aspendos, cf. l’étude de Tekin (Istanbul) : d’abord guerrier/triskèle (e.g. ACGC 1004). puis drachme cavalier/sanglier (ibid. 1005), et statère deux lutteurs/frondeur (repris à l’identique à Selgè) ; monnaies de Sidè (Atlan 1967, dès le ve s.) : grenade/tête d’Athéna puis vers 380 (infra p. 286 n. 226) Athéna/Apollon au corbeau, les deux divinités représentées en pied, SNG France 3 632-658. C’est bien entendu cette série qui figure en nombre dans le trésor de Nagidos où sont présentes également celles d’Aspendos (rien de certain pour celles de Selgè).

92 Arrien, An., 1.26-27 ; cf. Jones 1937, 123-124.

93 Str. 14.4.3.

94 Casabonne 1996, 115-117.

95 Infra p. 365.

96 Davesne 1989 ; Casabonne 1996 et infra p. 335 n. 229.

97 Thc. 8.81.3 ; 87.6 ; 108.3. Kagan 1987, 212 sq. : 236 sq.

98 Cf. Briant 1976, d’après Polyen 7.27.1 ; Xén., An., 1.9.14 ; Xén., Hell., 3.1.13. Leurs actions servent de prétexte à l’expédition de Cyrus : Xén., An., 1.1.11 ; 1.2.1.4 ; cf. Diod. 2.61.4 ; Xén., Mém., 5.26 ; Théopompe, FGrHist, 115, F103 ; Diod. 15.90.3 ; Cornelius Nepos, Dut., 4.4.6 ; Polyen, loc. cit. Ils sont utilisés comme mercenaires par ou contre les Achéménides à cause de leur valeur guerrière, cf. Arrien, An., 1.24.6 ; 28.1

99 Polyen 7.27.1.

100 Xén., An., 1.1.11.

101 Cornelius Nepos, Dat., 4.4 ; 8.2, dans le décompte de l’armée d’Autophradatès les Pisidiens sont dénombrés avec les Aspendiens, preuve supplémentaire des liens étroits des deux régions ; cf. encore 6.1-7, la guerre entre les Pisidiens et Datamès, cf. infra p. 364.

102 Aperçu sur l’histoire de Selgè, IK, 37-Selge (Nollé & Schindler) ; cf. Fleischer 1968-1971, 19-23.

103 Str. 12.7.2-3. Il s’attarde beaucoup sur la production d’une gomme aux mêmes usages que l’encens tirée de la sève d’un arbre (styrax) ; cf. aussi Bean 1968, 138-147.

104 Kraay 1976, 278 ; SNG von Aulock 5247-5265 ; France 3 1914-1934 légende ΣΤΛΕLΙΙΥΣ vel simile (à noter sur plusieurs exemplaires la contremarque : taureau, légende araméenne Baal). La plupart des exemplaires ont un osselet comme symbole secondaire.

105 Comme le note Kraay, ibid. n. 1, le trésor de Podalia ne contient aucune monnaie de Selgè ; son enfouissement est maintenant daté des années 375/370. Celui de Karaman est postérieur d’environ dix ans ; des monnaies d’Aspendos mais aussi de Selgè entrent dans sa composition ; la proportion est notable : 393 pour les premières, 171 pour les secondes.

106 De Callataÿ & Doyen 1987, 63-71 ; Le Rider 1994, 14-15. Cf. aussi Destrooper 1988, 21 : deux trésors (issus d’une même découverte ?) datés des années 370.

107 Le Rider 1994 et déjà Destrooper 1988.

108 Polybe 5.73.

109 Str. 12.7.1. L’identité des deux peuples est parfois contestée.

110 Telle était la date proposée par Hill (BMC Lycia p. CXIX) et Head 1911, 708 alors que Imhoof-Blümer 1901, 361 retenait le iiie s. Dans le même sens SNG France 3 1530 : tête de gorgone de face/harpè (serpe recourbée au bout d’une hampe, cf. Sekunda 1996, 9-17) ; statères, deux lutteurs affrontés (comme Aspendos)/homme armé d’une harpè, symbole secondaire triskèle (cf. Aspendos), légende ΕΤΕΝΝΕΩΝ. La présence d’une obole anépigraphe (ou en tout cas à légende indéchiffrable) dans un trésor daté du troisième quart du IVe s. confirme la date haute. La harpè est aussi présente sur certaines monnaies de Sidè (au point que l’on peut douter parfois de l’attribution, cf. Le Rider 1994, 14) et cela démontre les liens forts qui unissaient les Étenniens et Sidè, ce que suggère le texte de Polybe précité.

111 Peut-être même pour une part antérieure, Paribeni 1916-1920,73-78.

112 Str. 12.8.14 ; 12.3.31.

113 Jones 1937, 411, n. 10 ; Magie 1950, 1316 n. 22 ; Debord 1982,387 n. 23.

114 L’ouvrage de base reste Erzen 1940, 97-131. On peut également consulter Desideri & Jasink 1990, rapide mais commode ; Lemaire & Lozachmeur 1990, 143-155 ; cf. aussi Bing 1969 ; 1971, 98-109 ; Houwink ten Cate 1965, 17-30 ; Weiskopf in Encyc. Iran. 562 sq.

115 Hdt. 1.72 ; supra p. 87.

116 Hdt. 1.28.

117 Qu’il s’agisse d’un nom, d’un titre, ou plus vraisemblablement du nom pris au moment de l’accession au pouvoir. Sur la signification du terme Benveniste 1930, 34. En dernier lieu Casabonne 1995, 147-172.

118 Hdt. 1.74.

119 Hdt. 5.49 et 52.

120 Hdt. 3.90.

121 Hdt. 5.1 18.

122 Hdt. 5.108.

123 Hdt. 6.43.

124 Hdt. 7.91.

125 Oromédon pourrait être, selon Cook 1983, 149, un théonyme qui hellénisait le nom d’Ahura Mazda.

126 Hdt. 7.98 ; cf. Eschyle, Perses, 237.

127 Hdt. 8.68 et 100.

128 Hdt. 3.90 ; cf. contra Babelon 1910, 546 ; Olmstead 1948, 295 : “native cavalry guard” ; Desideri & Jasink 1990, 183 ; mais dans le même sens que nous Erzen 1940, 98.

129 Supra p. 87.

130 Contra Legrand, ad loc., 139 n. 7.

131 Xén., An., 1.2.21.

132 Xén., Cyr, 7.4.1-2 et 8.6.2. Dans ce dernier passage Xénophon ajoute la Paphlagonie.

133 Supra p. 80.

134 Desideri & Jasink 1990 citant l’article de Junge 1941, voir supra p. 81 et n. 412.

135 Hdt. 9.107.

136 Diod. 11.60.

137 On citera le Contre Léocrate, 72, de Lycurgue, qui rappelle le temps où la flotte athénienne ravageait les côtes de la Cilicie et de la Phénicie, avec peut-être comme corollaire l’obligation pour certaines cités de verser le phoros, ou en tout cas la velléité de le faire payer (infra n. 148).

138 Diod. 11.75.

139 Plut., Cimon, 18.5 ; à rapprocher de Them., 34.4 ; cf. aussi Thc. 1.112.

140 Str. 14.5.3 (cf. aussi 14.5.10, les anciens arsenaux de l’embouchure du Kydnos).

141 Diod. 19.58.2-5.

142 Cf. Davesne 1987, 38.

143 Robert 1973, 178-183 à partir de Lucain 3.227-228.

144 Supra p. 55.

145 Lemaire 1989, 150-156, avers : caprin, revers : chouette, légende araméenne ; en observant que l’avers est très comparable aux revers de Kélendéris.

146 Str. 14.5.4. Le Ps.-Skylax 102 mentionne dans la région une polis désertée du nom de Sarpédon près d’un fleuve (le Kalykadnos ?). Ne pourrait-il s’agir d’Oura ?

147 Celle-ci possède un atelier monétaire au IVe s. (infra p. 334).

148 Cela confirme la liaison entre les deux cités (voir plus haut), que tisse obligatoirement la route maritime entre Égée et Phénicie, dont elles sont deux étapes indispensables aussi bien pour Cimon, Pharnabaze que pour les navires de commerce. Meritt et al. 1950, 260 sq. (cf. aussi Meiggs 1972, 269 sq.), constatant que Kélendéris, tout comme les cités de Pamphylie, n’apparaît que dans la liste exceptionnelle de 425 (leur document A 9), émettent l’hypothèse que si ces cités ont réellement payé le tribut à quelque moment, elles l’ont fait avant le début des listes en 454. Elles avaient été abandonnées en 449 par Athènes si l’on tient pour historiques (en fait ou en droit) les clauses de la Paix de Kallias.

149 Sur le monnayage cilicien au ve s., il convient de consulter Kraay 1976, 278-285 ; Casabonne (Istanbul). La circulation monétaire en Cilicie est esquissée par Davesne 1989, 160-162 ; sur le monnayage de Kélendéris, cf. Kraay 1962, 2-6 (Pl. VIII, 4) ; 1976, 279 sq. ; SNG Levante 16-30 ; Cop. 76 sq. ; von Aulock 5614-5634.

150 Cf. le commentaire de Kraay 1976 à son no 1011 (p. 279) ; SNG France 2 77 (Pl. VIII, 5) mais cf. Gauthier 1975 et infra p. 339.

151 Par exemple SNG France 2 1-4 ; le no 3 porte la légende ΝΑΓΙΔΙΚΟΝ alors que les autres ont ΝΑΓΙΔΕΩΝ ou une forme abrégée.

152 Pl. IX, 15, légende ΣΟΛΕΩΝ. Une pièce du ve s. porte une légende araméenne énigmatique (Naster 1988, 11).

153 A noter que les premières séries ont comme type d’avers Hermès et un bélier/au revers la divinité ailée (dernier quart du ve s.).

154 BMC Cilicia no 23, p. 99, pl. XVII, 4 ; SNG France 2 398 (Pl. VIII, 15), qui pourrait dater de l’époque de Tiribaze (cette série semble représentée dans le trésor CH 6, 11).

155 BMC Cilicia p. 100 no 24, pl. XVII, 5 ; Col. L de Hirsch 1594 ; SNG France 2 399 (Pl. VIII, 14) ; Gulbenkian 801 ; Héraklès au lion (revers).

156 La légende des monnaies de Mallos est généralement grecque : MAP ou MAA, mais cf. Traité, II, no 1396 = BMC Cilicia no 17, p. 98 (pl. XVI, 13) avec légende bilingue grec-araméen ; Naster 1988, 10.

157 BMC Cilicia p. 100 no 25, pl. XVII, 6 (roi-archer à l’avers).

158 Kraay 1976, 280 ; Casabonne 1996b passe en revue l’ensemble de la documentation figurée (monnaies, coroplastie, bas-relief) pour démontrer la variété et la richesse des représentations empruntées à l’iconographie et à l’idéologie perses. Peut-être eût-il été utile de tenter une périodisation de ces données.

159 Cf. la mise au point de Casabonne 1995 et ses corrections (Istanbul).

160 Naster 1988, 7-8.

161 Babelon 1910, 351-358 et pl. CV-CVI.

162 Kraay 1962, 1-15, sp. 9-11 (= IGCH 1255) ; 1976, 281.

163 SNG von Aulock place l’ensemble des séries examinées ici entre 425 et 400 ; de même pour Levante ; plus imprécise en ce qui concerne les dates mais proposant de revenir aux points de vues traditionnels, Harrison 1982a, 450-458.

164 Kraay & Moorey 1981, 7, no 59 ; ACGC 1031 (Pl. VII, 1). Même thème sur une monnaie du début du ive s. : Mildenberg 1973 (Pl. VIII, 7).

165 ACGC 1032 (Pl. VII, 2). SNG France 2 213.

166 Statères : Kraay 1962, pl. II 10 (Pl. VII, 3) à 12 ; SNG von Aulock 5907 ; Levante 54 ; France 2 201-202 ; la plupart des avers sont de médiocre facture, les coins paraissent usés ; on note la présence de symboles secondaires (crabe, arbre, tortue). Tiers de statère, Levante 55.

167 Kraay 1962, pl. II, 13 (Pl. VII, 4).

168 Kraay 1962, pl. Il 15 (Pl. VII, 5) ; SNG von Aulock 5909 ; France 2 199.

169 Kraay 1962, pl. II, 14 (Pl. VII, 6) ; SNG von Aulock 5908 ; Levante 56.

170 SNG von Aulock 5910 ; Levante 58. Cela permet l’identification du revers de ACGC 1033 (Pl. VII, 8), guerrier représenté à la mode perse avec lance et arc comme Nergal ; cf. aussi ibid. 1035 très proche de Jenkins 1973, 31 et pl. 1, 1. Cf. le développement de ce dernier sur Nergal et les possibles syncrétismes tarsiotes. Nergal est présent sur deux monnaies, Mildenberg 1973 ; Jenkins 1973 : l’une (Pl. VII, 9) avec cavalier au trot à droite (avers), Nergal sur un lion arc et lance, légende NRGL.TRZ (revers), l’autre où le dieu est doté d’une double hache (Casabonne 1995) au revers d’une monnaie du début du IVe s. qui représente Bellérophon à l’avers (Pl.VIII, 7).

171 Kraay 1976, 280 sq. ; dans le même sens E. Levante, commentaire à cette même monnaie ; doutes de Casabonne (Istanbul).

172 ACGC 1049 (Pl. VII, 7). Mais il convient de noter que Melkart sur l’hippocampe/chouette sont les thèmes récurrents des monnaies tyriennes, cf. le trésor 35 de Elayi & Etayi 1993 ; s’il y a eu influence, elle ne peut se concevoir que dans le sens Tyr vers Tarse.

173 Thc. 8.46, etc. ; cf. supra p. 213. Contra Casabonne (Istanbul).

174 Levante propose par exemple une fourchette 425-400.

175 ACGC 1036 (Pl. VIII, 3).

176 Traité, II, no 504-508, pl. CV, 1-5 ; SNG France 2 215, 218, 219, 220 ; von Aulock 5911 ; Cop. 258.

177 Ce revers doit être rapproché de SNG France 2 211-212, dont l’avers très médiocre est dérivé de celui de la monnaie 214 (= Traité, II, pl. 105.6 = Pl. VII, 10) : satrape à cheval à gauche ; mouche à droite dans le champ. Le traitement du revers de cette monnaie est très original, archer à droite, aux muscles très saillants, astragale derrière la tête. Le rapprochement avec le groupe A amènerait à placer cette série résolument dans le ve s. mais il est à noter que Levante 1994, 10 signale deux exemplaires de la dernière monnaie décrite dans le “trésor de Nagidos” datable des années 380. Le problème reste donc entier.

178 Traité, II, no 506 (= BMC Cilicia p. 162 no 3, pl. XXVIII, 6), pl. CV, 3 (Pl. VII, 13).

179 Sauf Traité, II, no 508 (= SNG France 2 219), pl. CV, 5 (Pl. VII, 14) peut-être le plus récent de la série, à rapprocher de Levante 60 (Pl. VII, 15) dans le groupe B.

180 Traité, II, no 509-512, CV.7-11 ; CV, 9 = maintenant SNG France 2 223 (Pl. VIII, 1) ; Levante 60 ; von Aulock 5912.

181 CV, 12-14 ; CV, 13 = maintenant SNG France 2 228 (Pl. VIII, 2) ; von Aulock 5913 ; Cop. 259 ; Levante 61.

182 On comparera par exemple à la situation d’Aspendos où deux séries bien différentes paraissent avoir été émises simultanément.

183 Kraay 1962, pl. II, 10-11 (comparer VII, 3 et VII, 13).

184 Kraay 1962, pl. II, 6 ; cf. aussi ACGC 1036 (Pl. VIII, 3 à rapprocher de VIII, 4).

185 Kraay 1962 (= IGCH 1255) ; cf. Davesne 1989, 160-162.

186 L’évolution du traitement du cavalier est de même nature que celle constatée sur les monnaies d’Aspendos (datées par E. Levante de c. 420-360) : SNG France 3 15-25.

187 Harrison 1982a, 450-458.

188 Xén., An., 1.2.12.

189 Hdt. 7.91.

190 Kraay 1976, 28.

191 Il s’agit là d’un thème perse connu dont Donbaz & Stolper 1997, 71 donnent une illustration dans le dernier quart du ve s. La parenté est frappante en particulier entre le sceau no 21 p. 204 et la monnaie de la Pl. VII, 15.

192 Weiser 1989, 280 et pl. 19, 19. Avec quelques réserves, cf. supra p. 59 n. 223.

193 Diod. 14.20.4.

194 Supra p. 126-127 (Pl. I, 13 et 14).

195 Hurter 1979, 97-108. Sans aucun doute influencée par l’opinion de Kraay, elle propose une date de 395-390 pour la monnaie de Tarse du trésor (p. 107 ; sa pl. 9 A) alors que la monnaie de Tissapherne daterait de 400-395. Cela paraît paradoxal.

196 Doutes d’Harrison 1982a, 46-51 ; Capecchi 1991,68-69 suivis par Briant 1996, 1010 sur le fait que la monnaie avec revers à la chouette (Pl. I. 11) soit à mettre en relation avec Tissapherne et a fortiori avec la flotte de Phénicie. Ce n’est pas à cette série que nous pensons.

197 Xén., An., 1.2.12. Casabonne 1996, 111-115 suggère qu’Épyaxa la “Cilicienne” tenait, à titre familial, tout ou partie de la Cilicie Trachée avec comme capitale Oura (renvoi à Lemaire 1989). Ce serait à ce titre qu’elle aurait rencontré seule Cyrus bien avant l’entrée de ce dernier en Cilicie.

198 Supra p. 164.

199 Albright 1922, 74 sq. ; Cousin 1924, 259, contra Williams 1996, 284-314 qui considère que Tyane est trop septentrionale pour être Dana (mais l’armée de Cyrus avait fait d’autres détours) et qui en conséquence propose de placer ce toponyme à Zeive près de Porsuk.

200 Xén., An., 1.2.23-24.

201 Supra p. 46 et 99 (Kios).

202 Xén., An.. 1.2.27.

203 Diod. 14.19.3 ; cf. aussi 6.

204 A partir de Noldeke 1984, 297-298.

205 Dupont-Soramer 1961, 19-23 ; Dupont-Sommer & Robert 1964, 7-15. Cf. aussi Debord 1982, 142.

206 Ils sont publiés par Lemaire & Lozachmeur 1987, 365-372.

207 Weiseman 1956, cité par Lemaire & Lozachmeur, note précédente.

208 Cf. à Silifke, Borchhardt 1968, 160-211 ; Kizkalesi, Hermary 1984, 292-296 ; Adana, Fleischer 1984, 85-104.

209 Diod. 14.79.8.

210 Babelon 1910, 399-402.

211 Casabonne 1995, 162, après Starr 1977, 92 n. 70.

212 Cf. plus loin à propos de certaines monnaies de Datamès.

213 Fin ve-début ive s. ? (Pl.VIII, 6).

214 Ce thème est très fréquent dans la glyptique, cf. Boardman & Scarisbrick 1977, no 88 pour la représentation qui se rapproche le plus de celle des monnaies.

215 Casabonne 1995, 163-164.

216 Une fois à Tarse [ ?] : SNG France 2 207.

217 J. Elayi (Istanbul) fait observer que la croix ansée ou plus exactement le symbole similaire peut prendre des formes très diverses, en tout cas différentes de l’ankh égyptien. Le symbole cilicien et le symbole chypriote (avec ses deux variantes) ne sont pas identiques.

218 Athéna/Apollon en pied, légende ΟΛΜΙΤΚΟΝ, SNG France 2 120 (Pl. VIII, 12) ; Casabonne (Istanbul) propose avec prudence les alentours de 380. de Callataÿ (Istanbul) retient pour cette brève émission une fourchette 380-373. Observons que ces monnaies sont absentes du trésor de Nagidos, mais cela ne saurait être considéré comme une indication totalement significative dans la mesure où la série est peu abondante.

219 Sur Issos, Bing 1985, 97-123.

220 Attribution d’un monnayage à Aphrodisias de Cilicie par Imhoof-Blumer 1908, 204 no 1 (à propos de Traité, II, no 1520 bis ; cf. aussi Head 1911,717 sq.). Les statères sont datés par Kraay, ACGC 1015, des environs de 380 a.C. Des subdivisions dans Troxell & Kagan 1989, 280. L’identification repose sur une argumentation assez ténue.

221 Bing 1984 ; Brindley 1993.

222 Newell 1920.

223 E.g. SNG France 2 421 (Pl. VIII. 13).

224 Levante 1994.

225 Levante 1994, 9 signale qu’une monnaie apparue dans une vente et portant l’inscription ΙΣΙ confirme l’origine de ce groupe.

226 SNG Levante 173. Newell 1914. no 72 propose d’y voir une épiclèse du dieu ; mais cf. Masson 1992, 6-9 : l’apparition du même nom sur une monnaie de Soloi plaiderait plutôt pour une signature d’artiste.

227 Waggoner 1976.

228 Brindley 1993, 8.

229 Brindley 1993 observe fort justement que cette série qui représente à l’avers comme au revers deux divinités en pied avec leurs différents attributs s’inscrit dans un ensemble homogène émis par Sidè, Nagidos (e.g. ACGC 1012 datée là, à tort, de c. 350, Aphrodite/Dionysos, légende ΝΑΓΙΔΙΚΟΝ SNG France 2 30 = Pl. X, 11), Holmoi, Issos, Tarse (e.g. von Aulock 5915), Mallos (Levante 155 ; France 2 403 sq.) donc datable des années 380. Cela confirme les solidarités économiques, et sans aucun doute politiques, qui lient toutes ces cités.

230 Le choix des représentations par un portrait et non plus en pied est commun à nombre d’autres cités, cf. Nagidos.

231 Brindley 1993,9.

232 SNG von Aulock 4770 (Athéna/Apollon au corbeau)*.

233 SNG Levante 1 ; 7-10 (Aphrodite assise tenant une phiale, Éros debout à sa gauche/Dionysos avec grappe de raisin et thyrse). Les classements proposés font figurer d’abord une série légendée ΝΑΓΙΔΕΩΝ* (intégralement ou en abrégé) avant une autre considérée comme nettement plus tardive, Levante 11-14 ; France 2 29-41 [30 = Pl. X, 111 (principale différence, Éros couronne Aphrodite, le rendu du costume est plus minutieux), légende ΝΑΓΙΔΙΚΟΝ*. Le trésor de Nagidos montre que les deux légendes ont été gravées simultanément ou à peu d’intervalle (cf. France 2 3).

234 SNG Levante 32 ; France 2 120 = Pl. VIII, 12 (Athéna Nicéphore/Apollon à la phiale), ΟΛΜΙΤΙΚΟΝ*.

235 SNG Levante 173 (Héraklès/Apollon à la phiale), ΙΣ ; cf. aussi 174*, France 2 418 (Baal/Héraklès). Cet avers est similaire aux revers de la série de Tiribaze avec Ahura Mazda à l’avers.

236 SNG Levante 155 ; France 2 403-404 (Athéna assise, lance, bouclier/Hermès et Aphrodite), ΜΑΛ*.

237 SNG Levante 64 ; France 2 237 (Pl. VIII, 11)-238. Athéna assise similaire à celle de Mallos/femme agenouillée aux osselets, ΤΕΡΣΙΚΟΝ*.

238 Cf. Soloi, e.g. Levante 43-45 où le profil d’Athéna remplace l’amazone traditionnelle ; Nagidos, Levante 2 ; France 2 5 tête d’Aphrodite/tête de Dionysos* ; Tarse, tête d’Aphrodite( ?)/Héraklès terrassant le lion, Levante 63 ; France 2 235 (= Pl. VIII, 10)*. Ce même thème de revers sur une monnaie de Mallos avec Kronos (?) à l’avers. Levante 154 ; Issos, France 2 414*. Athéna de trois-quarts face/tête juvénile.

239 Elles sont notées ici d’un astérisque*.

240 Infra pour les légendes en-IKON.

241 Il y avait eu une première expédition dès 391, menée par Autophradatès et Hékatomnos ; mais cette opération ne semble pas avoir été menée à partir de la Cilicie (supra p. 258).

242 Diod. 15.2.1-2.

243 Diod. 15.4.2. Le Rider 1997, 164 no 40, suggère qu’une partie de cette somme aurait pu être composée de sides et de dariques ; cf. aussi 15.9.3 : Glos, bien pourvu en argent et en soldats.

244 Isocrate, Panég., 161,Evag., 62.

245 En dernier lieu Le Rider 1997, 152-153.

246 Bing 1998 complique beaucoup les choses en faisant de Camisarès puis de Datamès les satrapes de Cilicie. Par exemple p. 46 n. 15 il suppose que dès 391 Camisarès a contribué aux constructions navales qui préludent à l’expédition contre Évagoras.

247 A noter le choix fait d’une représentation anthropomorphe, à la “grecque”.

248 Tel est l’ordre des faces que propose Le Rider.

249 Il s’agit de statères ; sur une monnaie divisionnaire apparaît seulement la tête d’Ahura Mazda couronnée : SNG Levante 216 ; Traité, II, no 577 (=France 2 234 donnée là à Tarse [incertaine]) ; von Aulock 5415 ; légende araméenne TRI.

250 Légende ΣΟ ; Traité, II, no 581 ; SNG Levante 49 (Pl. IX, 1). En parallèle avec des séries civiques (tête d’Athéna/grappe de raisin cf. par ex. ACGC 1017 ; Levante 45).

251 Légende T ou TEP ; Traité, II, no 582 ; SNG Levante 62 ; Levante Suppl. I 16.

252 Brindley 1993, 4-5 ; légende ΙΣΣΙΚΟΝ ; Traité, II, no 579 (=SNG France 2 416) ; von Aulock 5601-5602 ; Levante 175. Légende ΙΣΣΑΩΝ e.g. Levante 177 au revers inscription grecque AMI sur la plupart des pièces (nom du monétaire ?).

253 Légende MAP ou MAA ; Traité, II, no 580 (SNG France 2 389-390) ; von Aulock 5712 sq. ; Levante 147 sq. L’importance relative de l’émission de Mallos est confirmée par le trésor CH 8, 165 qu’il convient de dater des années 380 : Casabonne (Istanbul) et non de “vers 330” avec les éditeurs.

254 Traité, II, pl. 107, 16 (= SNG France 2 232) (Pl. IX, 2) ; cf. Cahn 1989, 104 et pl. I, 17. Cette monnaie est attribuée à Issos par Weiser 1989, 290, à Tarse par Levante.

255 Babelon 1910, 383 sq.

256 Légende ΣΟΛΙΚΟΝ ou ΣΟΛΕΩΝ. Traité, II, no 563-566 (= SNG France 2 159-162 : “monnayage satrapal vers 385 av. J.-C.”) ; von Aulock 5682 sq. ; Levante 50.

257 Légende MΛA ; Traité, II, no 570 sq. ; SNG France 2 395-397 ; von Aulock 5716 ; cf. aussi Levante 153 (Pl. IX, 3 anépigraphe) ; Weiser 1989, 290 (et sa pl. XX, 36) y voit contre toute vraisemblance un Arès. Même type satrapal avec à l’avers Aphrodite, von Aulock 5717 ; Levante 150 ; France 2 391 (Pl. IX, 5) - 394.

258 A l’avers un Dionysos, qui justifie l’attribution par Weiser 1989, 290 à Nagidos de la monnaie Bank Leu 7 Auktion 1973, 260, style très comparable à celui de la monnaie de la Pl. IX, 2 ; à noter en particulier le double diadème (Pl. IX, 4 = Weiser pl. XX, 40).

259 Kraay 1976, 284 sq. (no 1018 ; 1027) ; d’où probablement par exemple l’indication vague de Levante “later satraps” [par rapport à Tiribaze],

260 Telle est aussi l’opinion de Weiser 1989, 290 sq. et implicitement de Levante (du moins en ce qui concerne la chronologie). La probabilité est encore renforcée par la présence dans le trésor de “Nagidos”, Levante 1994 (antérieur à Pharnabaze mais cf. infra) de plusieurs monnaies du type Levante 66 (Pl. IX, 6) avec à l’avers une tête satrapale diadémée (légende TRZ en araméen) et au revers un “Perse” assis à droite.

261 Le Rider 1997, 157 (d’après une idée comparable de Newell 1918, 86 à propos du monnayage d’Alexandre).

262 Isocrate, Panég., 4.141 (voir aussi Evag., 64).

263 Weiskopf 1982, 144 sq. Les numismates retiennent la fourchette 386-380 pour les monnaies de Tiribaze.

264 Isocrate, Panég., 4.140. Mathieu, ad. loc., suggérait la date de 382 ; pour Weiskopf 1982, 166, il faudrait plutôt penser à 385-383 (pour Moysey 1986, 15 : 386-383).

265 Diod. 15.29.3 ; 41 ; cf. par ex. Mørkholm 1959, 184-201 ; Moysey 1986, 7-61 ; Naster 1989, 191-201 ; Le Rider 1997, 157.

266 En dernier lieu Le Rider 1997, 153.

267 Moysey 1986 série 1, p. 30, recense 7 exemplaires connus, cf. sa pl. 2, 25 ; voir aussi SNG von Aulock 5926 ; Levante Suppl. I 17 (Pl. IX, 7) ; France 2 240. Levante 75 présente un exemplaire original où “Arès” est remplacé par un personnage imberbe qui pourrait bien être une Athéna (Pl. IX, 8). Cela est à rapprocher des observations de Kraay 1976, 176, à propos de son no 1037 (Pl. IX, 9). Pour ce dernier le personnage, représenté parfois avec un casque lauré, est une allusion à la monnaie dAthènes ; il en conclut que l’émission est faite pour payer les mercenaires grecs. A noter aussi qu’il n’y a aucune mention de nom de la personne qui émet. Sur cette série, en dernier lieu de Callataÿ (Istanbul).

268 Naster 1988, 14-17.

269 Cf. par ex. Kraay 1984, 8 : portrait idéalisé du satrape ; Naster 1989 193 relève diverses variantes dans le traitement du casque.

270 Moysey 1986. 14-15.

271 Lemaire 1989, 143.

272 Telle est la conclusion de de Callataÿ (Istanbul).

273 Suivi sur ce point par Casabonne (Istanbul).

274 De Callataÿ (Istanbul) rejette pour des raisons numériques la liaison entre cette petite émission et la solde des mercenaires pour l’Égypte.

275 Hypothèse envisagée par de Callataÿ (Istanbul).

276 Comme y invite aussi la présence dans ce trésor de la plus récente des séries d’Issos.

277 Moysey 1986, 30-34 ; SNG von Aulock 5927-5933 ; Levante 71-74 (Pl. IX, 10 = Levante 72) ; Levante Suppl. I 17 ; France 2 251-257, etc.

278 Lemaire (Istanbul).

279 Davesne 1989, 166, met justement en doute cette attribution (cf. déjà la prudence de Babelon 1910, 394-398) ; il pense pour sa part qu’il faudrait peut-être classer cette série à Soloi. Observons seulement qu’il existe plusieurs séries qui peuvent être frappées simultanément dans plusieurs cités et que la légende klk et/ou KIAIKION plaiderait plutôt en faveur d’une telle solution.

280 Déjà Babelon 1910, commentaire du no 403 ; voir aussi Kraay 1976, 223, avec l’idée que seules les monnaies avec la légende Baal de Tarse sont assurément de Tarse.

281 Moysey 1986, 34-40 ; Naster 1989, 196 sq. ; SNG Cop. 261-271 ; von Aulock 5916-5925 (Pl. IX, 11 = von Aulock 5919) ; Levante 69-70 ; France 2 241-250, etc.

282 Infra p. 360.

283 Naster 1989 pense que ces séries ont été émises simultanément, cela paraît historiquement assez peu probable si l’on prend en compte l’âge, la carrière, le statut des deux personnes.

284 Sur le caractère exceptionnel du point de vue numérique des groupes 2 et 3 et des trois émissions de Datamès, de Callataÿ (Istanbul).

285 Harrison 1982, 210 ; cf. aussi Casabonne 1996 b, 126.

286 SNG von Aulock 5753 ; Traité, II, no 599 = France 2 23 (Pl. IX, 12) ; sur la monnaie de Kélendéris infra p. 341.

287 De Callataÿ (Istanbul).

288 La présence de ces derniers n’exclut nullement l’existence d’une autorité politique régionale, mais on ne peut que souligner le silence des sources.

289 Cf. Davesne 1989.

290 En nombre important encore dans CH 8,91.

291 Kraay 1976, 282.

292 Kraay 1976, 278 sq.

293 E.g. Levante 1994, 8. Voir aussi l’introduction à SNG France 2 (on ne saurait être aussi catégorique pour l’opposition “civique” “satrapique” à partir des légendes).

294 Gauthier 1975, 166-167 suivant Babelon 1910, 852-855.

295 Cf. aussi la graphie ΣΟΛΙΚΩΝ : SNG Levante 160 ; sur cette question Casabonne (Istanbul).

296 SNG France 2 77 (Pl. VIII, 5) ; Gulbenkian 798. En observant d’ailleurs que cette (rare) monnaie est la seule à présenter au revers un carré en creux qui la différencie nettement des autres émissions.

297 Cornelius Nepos, Dat., 4.1-5. Aspis qui s’empare du montant de celui qui transite par la route royale.

298 Sur ces régions Diod. 18.22.1-4 ; Str. 12.6.2-3 et supra p. 164.

299 Briant 1976. 185-6.

300 Moysey 1975, 100, cf. 1986, 24 ; il y voit la preuve de l’hellénocentrisme de Diodore ou de sa source. De fait, les deux satrapes ainsi privilégiés, Ariobarzane et Mausole, sont ceux qui ont les contacts les plus étroits avec le monde grec et a contrario l’absence de Datamès, élément essentiel de la rébellion semble aller en ce sens, tout comme la place modeste qui est attribuée à Tithraustès. Mais nous verrons plus loin que la situation personnelle des deux satrapes suffirait à expliquer ce choix.

301 Judeich 1895, 832 s.v. “Ariobarzanes” ; Beloch 1923, 150-1 penche pour un frère cadet de Pharnabaze, mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse plutôt d’un fils d’un autre mariage, supra p. 98.

302 Xén., Hell, 5.1.28.

303 Il subsiste une grosse difficulté dans l’interprétation de Diod. 15.90.2. Faut-il avec Beloch 1923, 149-150, refuser toute valeur à ce passage (de même Weikopf 1989, 11 conclut à une erreur de Diodore) ; si l’on décide de le maintenir, la basileia en question est-elle la dôrea de Kios ou la satrapie de Pont-Cappadoce. Nous pencherions plutôt, supra p. 99, pour la dôrea de Kios.

304 Weiskopf 1982, 381-385.

305 Hornblower 1982, spécialement 137-182.

306 Supra p. 137.

307 Infra p. 352.

308 Supra p. 149.

309 Supra p. 150.

310 Judeich 1892, 193-225 ; Beloch 1923. 254-7 ; Olmstead 1948, 408-429 ; Meloni 1951,5-27.

311 La paternité de cette idée, très largement contestée aujourd’hui, revient à Babelon 1893, LXXIII, à propos du statère d’or de Lampsaque (supra p. 152).

312 Cf. l’itinéraire proposé par Moysey 1975 sur la carte annexée à son ouvrage.

313 Infra p. 352.

314 Weiskopf 1982, 406 : “Opposition to Artaxerxes does enter into consideration for both men’ aims [Orontès et Rhéomitrès] were confined to attaining stronger positions in the far west at the expense of highest officers” ; cf. aussi Weiskopf 1989, 69-91.

315 Weiskopf résume ainsi ses thèmes p. 405 : “Crucial to reconstruction of the satrap’s revolt as a massive destabilization of the Achaemenid far west has been the assumption that there existed at least the plans for widespread cooperation (if not a joint invasion of sectors east of the Syrian desert) between the rebel satraps, led by Orontès, and the king of rebel Egypt, Tachos. However, the thrust of my reconstruction so far as been that neither Autophradatès nor Mausollos were disloyal, and that Orontes1 activities seem confined to an outward extension of his base in Mysia... He tries to exploit fighting among the highest officers in Sparda and Dascylium and fighting within the house of Ariobarzanes as a means to enhance his own power”.

316 Cf. p. 340 : “Isocrates’ false perceptions were shared by Ephorus and restated by Diodorus”. Cf. déjà les remarques de la p. 338 où Weiskopf croit pouvoir déceler les tares du récit de Diodore qui sont celles aussi d’Hérodote, Xénophon, Éphore, Isocrate... les auteurs modernes cloués au pilori sont en bonne compagnie !

317 Malgré Weiskopf 1982, 413 pour qui “since Orontes had been a lesser officer... we may assume he drew his principal support from among lesser officers”. Weiskopf ne tient pas compte du passage de Démosthène.

318 “Quelques-uns craignent il est vrai qu’avec son or (le Roi) ne recrute force mercenaires. A tort selon moi. Car sans doute lorsqu’il s’agit d’aller combattre soit contre l’Egypte soit contre Orontès ou d’autres barbares, beaucoup de Grecs voudront bien s’enrôler à son service” (Trad. Croiset, CUF). Ce discours est daté de 354, mais il ne fait plus de doute que son propos s’applique à la révolte des années 360 et non à celle d’Artabaze (sur ce point, il convient de suivre Osborne 1973, 544-551 et Weiskopf 1982, 416 et note 115) ; cela renforce l’idée que plusieurs années après, cette révolte était encore présente à tous les esprits à Athènes. Qu’elle pouvait même avoir valeur d’exemple.

319 Polyen 7.14.2 : Orontès est retranché dans le Tmôlos d’où il lance un raid contre Sardes ; il se procure ainsi un énorme butin.

320 Polyen 7.14.3 : ces affrontements avec Autophradatès ne peuvent être postérieurs à la révolte de 362/361 (infra) mais rien ne permet de préciser la chronologie relative (et donc absolue) des stratagèmes retenus par Polyen (cf. par ex. la même situation pour Tissapherne, 7.18.1 et 2. Weiskopf 1982, 395-398 s’efforce de minimiser la nature et la portée de ces événements).

321 En 7.14.2 Orontès est dit avoir avec lui dix mille mercenaires équipés lourdement. Autophradatès en a le même nombre avec en plus de la cavalerie. Plus intéressant, en 14.3, Orontès a été coupé de ses alliés par une manœuvre d’Autophradatès mais il réussit à se dégager en faisant croire qu’il a reçu de nouveaux contingents de mercenaires ; pour cela, il équipe à la grecque un certain nombre de ses barbares.

322 Babelon 1923, pl. 88, no 22 (supra p. 151 n. 279).

323 Infra p. 347.

324 Cf. Babelon 1910, 107-110, et plus récemment Baldwin 1924. Cf. encore les remarques critiques de Weiskopf 1982, 388-394 et notes 71-73. On ajoutera au monnayage d’or, le statère de la vente de Monaco, avril 1985 no 346, gravure différente par exemple, de l’exemplaire présenté par Kraay & Hirmer 1966, pl. 202, ce qui implique qu’il y a eu plusieurs frappes et atteste l’importance de ces séries (Gulbenkian 689 = P1. II, 15).

325 Essentiellement par J.-P. Six.

326 En rapprochant aussi à tort le tétradrachme d’argent au revers duquel figure une lyre (peut-être émis à Colophon, cf. supra p. 62) avec la légende ΒΑΣΛ, nouvelle “preuve” de la prétention au titre royal. Babelon 1910, 114 et n. 1 ; Osborne 1973, 517 n. 14, retient cette hypothèse quoique avec une relative prudence ; Moysey 1975, 114 sq., de façon beaucoup plus catégorique, mais il semble l’avoir abandonnée dans Moysey 1989.

327 Cf. par exemple Bodenstedt 1976, 74 et pl. 2, 13-14, qui relève des ressemblances entre les séries de Phocée et de Lampsaque ; mais sur les comparaisons de “portraits”, cf. Harrison 1982a.

328 Troxell 1981, 27-37, refuse cette attribution, suivi par Moysey 1986, 28 qui trouve là un argument pour minimiser le rôle d’Orontès dans la révolte et suppose que, s’il s’agissait bien de lui, il aurait fait figurer son nom sur les monnaies ; cf. aussi 1989, 11, où il émet plusieurs hypothèses (Ariobarzane, un monnayage civique), d’autres sont possibles encore (supra p. 154).

329 Hornblower 1982, 178-9 et n. 69. Sur les indications de Kraay, Hornblower constate qu’au ive s. Clazomènes, Téos, Lampsaque, peut-être Éphèse, Kios, Rhodes, ont émis des séries monétaires en or. C’est probablement l’indication d’un état de crise ; il s’agit en effet le plus souvent d’un monnayage de nécessité en période difficile (les événements de 362 ou l’arrivée du corps expéditionnaire de Philippe II ?). Weiskopf 1982, 391-392.

330 Cité supra n. 5. Le thème de la stratégie du “rendez-vous” (en français dans le texte) d’Orontès et des autres révoltés avec Tachôs pour envahir la Perse, tel que le décrit Moysey 1975, 107-108 (cf. ses cartes) et qui s’appuie sur le seul Trogue Pompée, Prol, 10, paraît relever de la politique fiction (cf. cependant Hornblower 1982, 180 et encore Moysey 1986, 26-27).

331 Dans son paragraphe sur la chute de la maison d’Ariobarzane, p. 381 sq., Weiskopf expose son “intime conviction” de la disparition précoce d’Ariobarzane. Son principal argument est l’absence dans nos sources de toute collusion entre les deux satrapes ; mais aucun auteur, sinon par les quelques bribes que nous livre Polyen, ne donne la moindre indication sur des campagnes qui ont pourtant bien eu lieu.

332 Diod. 15.90.3.

333 Supra p. 100. Si l’on admet la véracité de l’allégation de Diod. 16.90, sur les origines de la dynastie pontique et qui situe en 363 l’acquisition de la basileia de Kios par Ariobarzane, il faut alors jouer de Diodore contre lui-même. Quel est l’Ariobarzane qui a fait cette acquisition à cette date ? Manifestement, à moins que son récit ne soit totalement incohérent, il y a confusion de deux personnes. Si Ariobarzane (le fils de Mithridate) a bien récupéré son bien familial en 363, il faut supposer qu’Ariobarzane (le satrape de Daskyleion) est déjà mort.

334 Supra p. 304.

335 Démosthène. C. Aristocr., 154.

336 Weiskopf 1982,428.

337 Ps.-Arist., Ec., 2.1351b ; Polyen 3.14 ; Démosthène, C. Aristocr., 154 ; Énée, Pol., 24. Ces événements sont généralement datés de 360. Parke 1933, 125-132 ; Osborne 1971, 317 sq. ; Pritchett 1974, 85-89 ; cf. aussi Hornblower 1982, 179 qui penche pour 362. Charidèmos est exécuté plus tard sur l’ordre de Darius II (Diod. 17.30 ; Berve 1926 no 823). Parmi les officiers qui s’opposent à Charidèmos, donc loyaux à Artabaze, figure Athènodoros d’Imbros (cela n’est pas contradictoire avec le fait qu’il soit qualifié d’Athénien par IK, 29-Kios, 2 et Démosthène, C. Aristocr., 12). Cf. Graham 1964, 167 sq. ; Hofstetter 1978, s.v.

338 Énée 24.3-14.

339 C’est le sens qu’il convient de donner à ἄρχων (ainsi Whitehead 1990), et non celui de magistrat, comme le fait par exemple Bon dans l’édition de la CUE

340 Démosthène, loc. cit., 158-160 souligne qu’elle est une ennemie de toujours d’Athènes.

341 Weiskopf 1982, 233-234 par exemple, cf. aussi 1989, 65-68 ; cf. en revanche Hornblower 1982, 179.

342 Ps.-Arist., Ec., 2.1351b 19.

343 Supra n. 337.

344 Cf. Hornblower 1982, 181 et infra p. 352.

345 Diod. 15.90.4 : “A cause de l’importance de la révolte, le Roi perdit la moitié de ses revenus” ; Moysey 1975, 117 et n. 52.

346 Le seul document concret est fourni par l’épigraphie : Syll. 3, 182 (= Tod, 145 ; Staatsverträge2, 292). A propos de la diplomatie d’Orontès, cf. Moysey 1975, 107 et les réserves de Weiskopf (1982, 398-401) sur le texte précité. Il faut dire en effet que la disparition de la pierre, dont l’inscription est connue seulement par deux copies anciennes, l’absence de toute la première partie laissent subsister bien des interrogations. Il s’agit en fait de deux textes : l’un, en dialecte attique, qui concerne la Paix commune, le Roi, les satrapes, les Hellènes ; l’autre, en dialecte dorien, qui traite apparemment d’une tout autre affaire. “Les" satrapes ont envoyé un émissaire aux Hellènes. Le document ayant été lu à Argos, on a beaucoup discuté pour savoir quel pouvait être l’organisme, la confédération désignée par ce vocable. Momigliano 1934, 497, pense que cette instance doit être la Deuxième confédération athénienne et qu’Argos n’a pu y appartenir qu’en 371/370, il est suivi par Dusanié 1979, 336. Beaucoup d’auteurs penchent cependant plutôt pour la révolte des satrapes, cf. par exemple Ryder 1965, 142-144. Sur ce texte cf. également la note additionnelle de Tod à la mise au point de Austin 1944, 100 (en particulier sur l’identification de la koinè eirènè dont il est question dans ce texte). Cf. le texte, traduction et commentaire in Moysey 1975, 143-148 qui développe l’analyse “classique” du document : l’ambassadeur est envoyé par [παρά] les satrapes en 361 (pour se mettre en accord avec Diodore) et plus précisément par Orontès. Les Grecs qui refusent de rompre unilatéralement la Paix commune jurée avec le Roi, rendent une réponse négative. Cargill 1981, 11-12, semble adhérer à la datation de cette inscription autour de 362/361.

347 Osborne 1973, 543, pose la question de savoir si Orontès, très vite “retourné”, n’était pas en fait un agent provocateur ;il compare son rôle à celui de Mithridate auprès de Datamès. Il faut dire cependant que les moyens mis en oeuvre et les affrontements initiaux avec Autophradatès ne plaident guère en faveur de cette hypothèse.

348 Diod. 15.91.4.

349 Diod. 15.1.

350 Rhéomitrès est présenté comme un “local noble” dont la motivation serait une amélioration de son statut personnel, alors que Diod. 15.92.1, indique qu’il a été envoyé ὑπὸ τῶν ἀποστατῶν (par les révoltés).

351 Cf. pour sa carrière ultérieure, Weiskopf 1982, 547 n. 97 ; son fils Phrasaortès est nommé satrape de Perside par Alexandre.

352 Moysey 1975, 98.

353 Harpocration, s.v. “Ariobarzane” est le seul à mentionner cette fin tragique ; supra p. 99 n. 129.

354 Supra p. 103.

355 Démosthène, C. Aristocr., 157-159.

356 Démosthène, loc. cit., 157. Il ne s’agit probablement pas de la chôra de Memnon mentionnée par Arrien, An., 1.17.8 (sur ce problème, cf. infra p. 434 sq.). En revanche, il n’y a pas lieu de s’interroger sur la capacité des satrapes à faire des dons de terre comme ici : ainsi Hornblower 1982, 144 n. 58 : “It appears to show Artabazos, still a loyal satrap, making grants of a kind normally made by the king. This may just show that the royal authority was in rather low water at the time”. Il s’agit là d’un comportement normal du satrape.

357 Tod, 149 (IK, 29-Kios, 2). Par la banalité des considérants, le décret n’apporte aucune précision sur les circonstances dans lesquelles il a été passé. Sur l’Athénien Athénodoros, dont la carrière se poursuit bien au-delà, cf. Parke 1933, 129 sq. ; Hofstetter 1978, 35-36 ; Le Rider 1963, 39 sq. ; voir supra n. 337.

358 Supra p. 150.

359 OGIS, 264 1. 4 sq. : Ὀρόντης δὲ Ἀρτασύ[ρου, τὸ γέν]ος Βάκτριος, ἀποστὰς ἀπὸ Ἀρταξέρ[ξου τοῦ Περσ]ῶν βασιέως ἐκράτησεν τῶν Περγα[μεηνῶν καὶ μ]ετώκισεν αὐτοὺς πάλιν ἐπὶ τὸν κο[λωνὸν εἰς] τὴν πα[λαι] ὰν πόιν εἶτα Ὀρόντης [τὴν πόλιν ἐ]πιτρέ[ψας Ἀρτα]ξέρξηι ἀπέθανεν. “Orontès fils d’Artasuros, bactrien, s’étant révolté contre le roi des Perses Artaxerxès, assit son autorité sur les Pergaméniens et les réinstalla sur la hauteur dans l’ancien site. Puis Orontès mourut ayant rendu la ville à Artaxerxès”. Dittenberger notes ad. loc., avait bien senti la difficulté qu’il y avait à concilier ce texte avec IG, II2, 207. Il concluait de façon brillante mais bien sujette à caution que dans les deux mentions il ne s’agissait pas du même Artaxerxès. Il est cependant loisible de s’interroger sur le sens à donner à εἶτα dans une énumération qui s’étend sur la longue durée.

360 Cette date est retenue par Parke 1936, 367-378 ; cf. plus récemment Cawkwell 1962, 131 ; Bengtson 1975, 324 ; Gauthier 1972, 82 ; 168-169. Nous verrons plus loin que Moysey, malgré l’argumentation de Osborne, reprend la date traditionnelle dans une étude solidement argumentée (1975, App. B 2, 254 sq. ; 1987, 93-100), de même pour Bearzot 1985.

361 Osborne 1971, 297-321 ; 1981, 54 ; cf. 1982, 72-79.

362 Telle était déjà l’opinion de Judeich 1892, 213 sq.

363 IG, II2, 207, 1. 11 : τοὺς ἐπὶ Κα(λλι)μάχου) ἄρχοντος. En fait, Pittakys avait copié NIKOMAXOY (Nikomachos est archonte en 341/340) et il n’y a pas de raison plus valable paléographiquement de corriger NIKOMAXOY en MKO/ΦHMOY (ce que proposait Osborne 1971, 319) qu’en ΚΑΛΛΙ/MAXOY (Nikophèmos est archonte en 361/360, Kallimachos en 349/348) ; on s’est alors servi d’une autre lecture (directe ?) de Rangabé qui proposait KAMAXOY, d’où la restitution indiquée ci-dessus. Il y a donc en fait au moins trois dates possibles pour ce texte : 361/360, 349/348, 341/340. La dernière paraît être exclue à cause de l’âge supposé d’Orontès mais surtout par la conjonction au poste de stratège des trois personnages bien connus que sont Charidèmos, Charès et Phocion, alors que cette année ne paraît pas comporter d’action guerrière susceptible d’avoir réuni les trois hommes.

364 Osborne 1973, 547-551, retient en fait deux possibilités : 1) le retour d’Orontès en Arménie, pour intégrer le passage précité de Trogue-Pompée et aussi parce que son fils est satrape d’Arménie à l’époque de la conquête macédonienne ; 2) il penche pour une mort rapide. Moysey 1987, 97 n. 13, a plutôt tendance à sous-estimer ce témoignage de Trogue-Pompée.

365 C’est sa dernière analyse : 1982, 75-78.

366 Cf. Moysey 1975, 265, ses conclusions sur la date la plus appropriée pour la fourniture de blé aux Athéniens.

367 Charidèmos était-il en situation d’exercer une stratégie entre 364 et 361 ? Pour cela, il fallait évidemment qu’il fût devenu citoyen athénien (on sait qu’il était originaire d’Oréos en Eubée). Sur ce point le Contre Aristocrates de Démosthène est notre principal guide (§ 141, 151,203 etc.). Depuis Parke 1928, 170(cf. 1933, 125-132 et 146), il est assez couramment admis que l’octroi de la citoyenneté eut lieu en 357 (cf. Davies 1971, 15380 ; Moysey 1987, 98 ; etc.), ce qui naturellement exclurait les années 360 pour IG, II2, 207. Osborne (en dernier lieu 1982, 77-78) soutient que l’événement doit se placer plutôt, au milieu des années 360 (cf. Dusanic 1979, 338 sq. ; Tritle, 1988, 71 et, déjà en faveur de 362, Glotz 1941, 183). Il est difficile de trancher de façon abrupte, mais nous ferons trois remarques : 1) Le fait de recevoir la citoyenneté n’implique pas que Charidèmos ait été désigné en même temps comme stratège. 2) Pritchett 1974, 88-89, fait observer que Charidèmos reçoit une couronne d’or (IG, II2, 1496) seulement en 357/6. 3) Il est surtout tentant de penser avec Moysey 1987,98 n. 18,que le νῦν du § 141 du Contre Aristocrates emporte la décision : “A certain moment et dans certaines circonstances [supra p. 288] vous avez fait d’Ariobarzane un citoyen, et Philiskos à cause de ce dernier, comme maintenant Charidèmos à cause de Chersobleptès”. Ce dernier succède à Kotys en 359. Osborne 1982, 76-78, préfère s’appuyer sur le § 151.

368 Bearzot 1985, 79 sq. sur les 45 stratégies ; 94-95 pour les événements qui nous occupent. En revanche Tritle 1988, 162 n. 80 retient l’historicité de cette assertion et s’efforce en conséquence de combler les “lacunes” dans la carrière supposée du stratège.

369 Plut., Phoc., 8.1-2.

370 La présence des stratèges à Mytilène avant le contact avec Orontès renforce l’idée de la localisation mysienne du satrape. Sur ces syntaxeis, cf. Brun 1983, 112 et 134.

371 Se pose le problème de la “survie” de la dynastie familiale. L’un des fils paraît être à nouveau titulaire de la satrapie d’Arménie, mais il ne faut voir là rien d’anormal si l’on conçoit cette satrapie comme une dôrea familiale. Il en va autrement pour les inscriptions de Commagène, cf. par exemple IGLS, I, 3,1. 10-15 (et le stemma familial proposé ibid. p. 10), où Aroandès-Orontès est désigné comme l’ancêtre de la dynastie. Cette revendication ne se comprendrait guère si Orontès avait disparu sans gloire peu de temps après sa reddition (cf. la conclusion paradoxale de Weiskopf 1982. 418).

372 La dernière mention sûre est l’élargissement d’Artabaze par Autophradatès, Démosthène, C. Aristocr..155.

373 Ibid. 156.

374 A moins d’admettre que le sarcophage xanthien de Payawa (qui porte l’inscription TL, 40) doive être placé bas dans la fourchette chronologique que lui attribue Bryce 1986a, 47 : 370-350. Cf. supra n. 85.

375 Arrien, An., 3.8.5 ; Diod. 19.23.3.

376 Cf. Moysey, 1987, 97.

377 Supra p. 153.

378 Isocrate, Phil., 103. Idrieus est supposé pouvoir adhérer à une coalition contre le Roi perse menée par Philippe II dans la mesure où lui-même connaît des difficultés avec le pouvoir central et où son frère a été maltraité (du verbe αἰκίζομαι, la traduction “supplicié” proposée par Mathieu, CUF, est à l’évidence beaucoup trop forte). Ce “mauvais traitement” a-t-il été jusqu’à l’éviction temporaire de Mausole comme le pensent les éditeurs de la stèle trilingue de Xanthos ? Cf. Dupont-Sommer 1979, 167 n. 2.

379 Théopompe, FGHist, 115, F103.17. La datation est incertaine, cf. Tuplin 1969, 13.

380 IGCH 1262. Cet important trésor (plus de 1600 pièces) a été découvert sur la rive est du lac de Podalia (Avlan Gölü) au village de Bucak à 15 km au sud d’Elmali. Il a été dispersé mais plus de 500 monnaies sont conservées à Istanbul. Olçay & Mørkholm 1971, 1-29 publient 730 monnaies (488 lyciennes et 242 d’Aspendos) ; cf. aussi Jenkins 1959, 33-40 ; Mildenberg 1965, 45-55 ; Schwabacher 1968, 117-122 ; Zahle 1989, 174. La date proposée pour le trésor de Podalia par les éditeurs, p. 28, est “autour de 370” par comparaison avec le trésor de Karaman (IGCH 1244, Mørkholm 1959, 187), qu’il conviendrait de situer vers 365-360 (l’analyse de son contenu, Davesne 1989, 165 sq.).

381 Cela se déduit du contexte général mais aussi du monnayage à tête “satrapale” émis par Artembarès en Lycie occidentale, cf. par ex. Traité, II, pl. C 15-16. A noter qu’Artembarès n’émet que des monnaies “légères” (par conséquent en Lycie occidentale). Sur ce monnayage, cf. Borchhardt 1976, 100-101 ; Zahle 1990, 173 no 173.

382 Keen 1998, 151.

383 Cf. TL, 11,3 (Pinara, avec la formule ẽnẽ khñtawata) il semble être question dans ce texte de l’armée lycienne ; 29, 7 (Tlos) ; le fragment de Théopompe cité supra mis en relation avec l’inscription de Limyra 104 b 1. 3 laisse penser que le centre du pouvoir d’Artembarès est Telmessos. Dans l’inscription de Tlos. on lit Arttumpara medese qu’il était tentant de comprendre Artembarès le “Mède”, cf. par ex. Borchhardt 1976, 101. Metzger 1979, 35 n. 25 propose de couper mede se. État de la question Keen 1998, 149.

384 Houwink ten Cate 1965, 10 n. 1 (cf. p. 103) : Payawa est la transcription en lycien du nom Παιάϝας qui apparaît dans une inscription pamphylienne. Brixhe 1976, 235, à propos du no 66, admet la possibilité qu’il s’agisse d’un nom grec (un Aspendien venu servir en Lycie ?). Le fait que ce soit un officier (à la tête d’un groupe de mercenaires ?) paraît être confirmé par la “scène d’audience” illustrée sur le sarcophage. Cf. Metzger 1979, 35 et l’inscription TL, 40. Bryce propose d’inscrire l’ensemble dans une fourchette chronologique comprise entre 370 et 350.

385 Autophradatès avec la formule ẽnẽ... khñtawata à Baymdir Limam-Sebeda (?) : TL. 61.

386 SNG von Aulock 4184 = Pl. VI, 3 et 13. Quelle signification doit-on accorder à la frappe de monnaies à Sidè par Artembarès ? Selon l’éditeur Atlan 1958, 89-95, Artembarès se serait réfugié là vers 370 après sa défaite par Périklès, ce qui suppose que ce dernier aurait pris rapidement le contrôle de toute la Lycie (ce point de vue est adopté par Mørkholm 1964, 73 ; Houwink ten Cate 1965, 10 n. 1 ; Bryce 1980, 380 ; Keen 1998, 162) ; pour Childs 1981, 76 cet épisode se situe avant l’affrontement avec le rebelle, dans le contexte de l’action d’Autophradatès contre Datamès, qu’il faut, je crois, placer entre 370 et 367 (infra p. 364 sq.) et dont le théâtre des opérations est en effet la région méridionale de l’Anatolie. La solution proposée par Childs paraît plus tentante mais elle n’est étayée par aucune preuve décisive.

387 Keen 1998, 157. La formule ënë Periklehe khntawata se lit à Teimioussa (TL, 67) ; Arnéai (TL, 83) ; Limyra (TL, 103 et 132) ; sur un site anonyme près de Kizilca (N 314). Ce dernier exemple montre que le domaine de Périklès s’était étendu à tout ou partie de la Milyade ; monnaies à Limyra mais aussi à Phellos, cf. Olçay & Mørkholm 1971, 13-14 (cf. 27).

388 Cf. TL, 133 L’hèrôon du dynaste a été identifié par Borchhardt 1967 ; 1970, 353-390 ; 1976 ; cf. 1990, 109-143. Il paraît clair par la décoration de ce monument qu’au moment où il a été construit, Périklès était tout à fait intégré aux usages perses, Keen 1998, 158 sq., et était alors un dynaste “loyaliste”.

389 Bryce 1980, 379. Dans un sens différent Six 1898, 215-216 ; en dernier lieu Keen 1998, 155 sq. D’autres “dynastes” portent des noms grecs : cf. Tënegure-Athénagoras (SNG von Aulock 4123 ; Mørkholm & Neumann 1978, 24). Bryce 1990, 537-540 établit la liste des noms grecs présents dans les inscriptions relatives indubitablement à des résidents en Lycie (sans pour autant qu’on puisse être sûr de leur origine, comme c’est le cas par exemple pour les officiers mis en place par Pixodaros). Cf. en dernier lieu Neumann 1996, 145-151 ; Keen 1998, 66-69.

390 Comme le souligne Jenkins 1959, 36, il y a une volonté novatrice dans les monnaies “au portrait” de Périklès Pl. VI, 6 ; il est assez probable que le revers au peltaste nu avec bouclier est aussi une évocation du dynaste, cf. Schwabacher, loc. cit. et pl. 12, 9a (Pl. VI, 14 = SNG von Aulock 4252). A comparer avec les séries précédentes à la face de lion/triskèle (Pl. VI, 15).

391 Wörrle 1991, 203-239 (d’où SEG, 41,1991, 1382) ; cf. 1993, 187-190.

392 Hornblower 1994, 214, y verrait seulement une réponse aux prétentions des dynastes de Xanthos.

393 Les tensions dans la région ont laissé d’autres traces : nous voyons ainsi un certain Chariménès de Milet poursuivi par un contingent de Périklès se réfugier à Phasélis où il est bloqué par la flotte du dynaste. Nous avons ainsi une preuve indirecte que Phasélis échappait à son autorité. Cette anecdote est rapportée par Polyen 5.42. Chariménès est considéré par certains, sans preuve, comme un agent de Mausole (Treuber 1887. 105 suivi par Judeich et Ruzicka contra Hornblower 1982, 111 n. 38). Il s’agir encore de l’un de ces récits de Polyen qu’il est impossible de situer dans une chronologie précise.

394 Childs 1981, 65 sq. ; c’est aussi, notons-le, un des arguments des tenants de la date basse parfois proposée pour l’inscription TL, 44. Cependant si l’on réfère au cas précité de Kuprlli (supra n. 52) une telle longévité n’est pas à exclure.

395 C’est aussi de Limyra que viennent les deux inscriptions mentionnant ce dynaste (TL, 128 ; 135).

396 Olçay & Mørkholm 1971, 10 et 26. A noter qu’il y a là une situation comparable (identité de coins) à celle de Kuprlli et Kheriga à Xanthos, supra n. 56.

397 Cf. les monnaies de Trbbẽnimi et de Périklès frappées à Wedrẽi (sans doute Rhodiapolis, cf. Mørkholm & Neumann 1978, 19-20 :146-148) dont le revers porte l’Athéna si caractéristique, copie de la célèbre monnaie d’Eukleidas de Syracuse (p. 3 et pl. 8) ; ces monnaies datent donc du début du ive s. Dans le trésor de Podalia (vers 375-370) figurent également quelques exemplaires à ce type au nom de Vekhssere-Zagaba (ce nom est-il un anthroponyme ou un toponyme ? cf. Keen 1998, 55). Aruvãtijesi appartient à la même séquence chronologique. A noter que la plupart de ces noms apparaissent dans la chronique du “pilier inscrit” mais pas celui de Périklès et aussi que Trbbẽnimi surfrappe des monnaies d’Aruvãtijesi. Pour Bryce 1987, 47 il y aurait deux Trbbẽnimi, celui du Pilier Inscrit et celui des monnaies.

398 Sur ce nom iranien, parmi d’autres en Lycie. Schmitt 1982 b, 23-24. Mizrapata est présent à Isinda (TL, 64) et à Seyret (N 315). Une partie de son monnayage présente une grande similitude avec celui de Périklès. Tous les deux émettent à Phellos ; une deuxième série au “portrait” est traitée dans le même esprit que celle de Périklès évoquées supra n. 395, même si dans un cas – Mizrapata – le dynaste est représenté de profil dans un carré incus (Pl. VI, 5) alors que dans l’autre – Périklès – tout le champ est utilisé et le dynaste de trois-quarts face. Mizrapata apparaît avant Périklès, il est donné comme contemporain d’Arbinas et de Zagaba (à partir de TL, 44) par Mørkholm & Zahle 1972, 112. Childs 1981, 76, en fait le gouverneur perse de la Lycie orientale alors qu’Artembarès serait celui de la Lycie occidentale. En ce sens Keen 1998, 153. Aucune preuve ne peut être apportée. Rappelons que la révolte des satrapes est d’abord le fait de notables perses, il n’est donc en rien assuré que Mizrapata ait été “loyaliste”. Cf. Zahle 1991 (monnaies à Tymnessos), mais Keen 1998, 164, affirme qu’il ne peut s’agir du même personnage (père et fils ?). Il attribue les monnaies de Tymnessos à celui qui figure dans l’inscription du Pilier (TL, 44). Borchhardt 1970, 389, suggère que le célèbre hiéron de Trysa, daté des alentours de 380, serait la tombe de ce dynaste.

399 Xén., Hell, 1.3.13.

400 TL, 104, 3 (Limyra). Cf. Keen 1998, 164.

401 Contra Keen 1998, 165.

402 Cf. Houwink ten Cate 1965, 13, “cruelly punished” ou encore Borchhardt 1967, 166, qui suggère qu’il a pu se réfugier auprès du roi de Sidon (on sait en effet combien l’influence artistique de la Lycie a été grande en particulier pour les sarcophages). Tout cela est pure hypothèse (cf. Bryce 1980, 381 et surtout Wörrle 1991).

403 Wörrle 1991, partant entre autres du constat que des décisions prises par Périklès semblent perdurer assez longtemps, par exemple à propos du koinon des Pernitai (sp. 224-234 = SEG, 41, 1991, 1380).

404 Infra p. 392.

405 Keen 1998, 166 sq.

406 Keen 1998, 171.

407 Supra p. 187 et n. 189.

408 Hornblower 1982, il s’appuie sur l’inscription trilingue de Xanthos, infra.

409 Ps.-Arist., Ec., 2.1348a.

410 Hornblower 1982, 76, propose de reconnaître là une approximation pour le nom carien attesté par ailleurs Κονδμαλας. Sur Kondalos, cf. Zgusta 1964, § 676-1 ; Robert 1963, 148.

411 Lucien, Dial, des morts, 24.1 : κaὶ ἐπὶ τῇ βασιλείᾳ μέν, ὦ Σινωπεῦ, ὃς ἐβασίλευσα, Καρίας μὲν ἁπάσης ἧρξα δὲ καὶ Λυδῶν ἐνίων καὶ νήσους δέ τινας ὑπηγαγόμην καὶ ᾄχρι Μιλήτου ἐπέβη τὰ πολλὰ τῆς Ἰωνας καταστρεφόμενος. “Et d’abord, ô Sinopéen, en ce qui concerne le domaine sur lequel je régnais, j’étais maître de toute la Carie et d’une partie de la Lydie, je soumis des îles et je m’avançais jusqu’à Milet, subjugant la majeure part de l’Ionie”. Traduction et coupe de la phrase différentes de celles proposées par la CUF Λυδῶν est corrigé en Λυκίων par Judeich 1892, 242, n. 3, suivi entre autres par Hornblower 1982, 2 n. 3, contra Weiskopf 1982, 274.

412 Bref aperçu historique de Blackman dans Schäfer éd. 1981, 33. Cf. Hornblower 1982, 122-123 ; Keen 1998. 233-235. Colonie rhodienne archaïque et cité grecque reconnue par tous comme telle, elle participe à l’Hellénion de Naucratis (Hdt. 2.178.2). Lycienne ou pamphylienne ? Pour Str., 14.3.9, elle n’est pas membre du koinon lycien. On peut avoir une idée de ses relations avec Mausole par l’inscription TAM, II, 1183 où elle semble traiter sur un pied d’égalité avec le satrape. Phasélis est en rapport avec l’Ionie et plus particulièrement avec Chios au ve s. Au cours de la campagne maritime de Cimon, Phasélis reste fidèle au Roi ; les gens de Chios présents au sein de la flotte athénienne intercèdent et obtiennent un accord moyennant un versement de dix talents et la fourniture d’un contingent (Plut., Cimon, 12 ; cf. aussi ML, 31,1. 10-11 = IG, I3, 10). Phasélis apparaît dans les ATL de 454/3 à 420/17. Ses bateaux sont présents en Égypte au ve s. (Briant & Descat 1998, 63). Elle connaît un important essor économique au ive s. comme en témoigne Démosthène, C. Lacritos, 1 sq. et aussi un abondant monnayage, BMC Lycia p. 79 sq., il faut noter que Mausole a été actif dans toute cette région du sud-ouest de l’Anatolie, cf. Étienne de Byzance : Σόλυμοι οι νῦν Πισίδαι · Σολύμους καλουμένους παρελθὼν Μαυσώλου. Sur les Solymes, cf. Hdt. 1.173.3. Il s’agirait de Prélyciens localisés en Milyas.

413 Troxell 1982, e.g. 10.

414 Infra p. 405.

415 Meyer 1879, 27 sq. ; Cracco-Ruggini 1967, 52 sq. ; Fogazza 1972, 130-131 ; sur le nom, Robert 1966a, 31 ; supra p. 106.

416 II est le seul “Perse” avec Artaxerxès auquel cet auteur ait consacré une Vie.

417 Ps.-Arist., Éc„ 2.1350 b.

418 Polyen 7.21.1-7.

419 Diod. 15.91.2-7.

420 Cornelius Nepos, Dat., 1.2. Sur les implications géographiques, supra p. 105.

421 Bing 1998.

422 Cornelius Nepos, Dat.,2.1.

423 Diod. 15.91.2 ; supra p. 106. Rappelons que Bing 1998 en fait le satrape de Cilicie.

424 Cornelius Nepos, Dat., 2.2-3.4. La date est imprécise ; Babelon avait d’abord penché pour 375 (in Waddington et al. 1908, 200), d’autres ont proposé de descendre cette affaire vers 372-369 et même plus bas (e.g. Six 1895, 169). Je crois qu’il faut admettre qu’il y a eu deux interventions à Sinope, l’une où Datamès s’empare de la ville, l’autre, nettement plus tard, où le Roi lui enjoint de se retirer avant qu’il n’ait pu conclure le siège (Polyen 7.21.5 et peut-être Énée 40.4) ; en bonne logique ce n’est pas à ce moment qu’il aurait pu battre monnaie sur place. La date la plus appropriée pour la première opération paraît devoir être située entre environ 380 et environ 375. Bing 1998, 47, met en relation l’intervention en Paphlagonie avec la constitution de la flotte contre l’Égypte, il s’agirait d’une manifestation de la mobilisation générale.

425 Supra p. 78 ; d’accord sur ce point avec Weiskopf 1982, 203.

426 Polyen 7.21.1 ; la même histoire, Ps.-Arist„ Éc., 2. 1350b 16. Sur le monnayage frappé dans la région, cf. Babelon 1910, 416 sq. Les rapports anciens d’Amisos avec la Cappadoce, Str. 13.3.14. Cependant, comme le remarque Moysey 1986, 25-26, le récit du Ps.-Aristote ne correspond pas avec les trouvailles monétaires (des émissions sont connues à Sinope mais pas à Amisos).

427 Polyen 7.21.2. Cf. Énée, Pol, 40.4.

428 Les mss portent Seston, il n’y a pas lieu de chercher une correction plus ou moins judicieuse comme cela a été fait parfois (Melber ed. Teubner 1970 : Sesamon ; cf. par ex. Harrison 1982a, 260). D’accord sur ce point avec Weiskopf 1982, 211 et n. 16 (mais cf. une opinion différente 1989, 32 n. 51).

429 Weiskopf 1982, 210.

430 Cornelius Nepos, Dat., 3.5.

431 Weiskopf 1982, 205, penche pour une seule préparation, ce qui l’amène à minimiser le rôle de Datamès et placer le retrait de ce dernier dès 374.

432 Cf. la discussion des faits par Hornblower 1982, 171-172. Sur la date probable de la mort de Pharnabaze et le remplacement d’Iphicrate par Timothée, cf. Cawkwell 1963, 88 n. 23 et 25. Une fourchette possible pour la désignation de Datamès contre l’Égypte : 372-366. Hornblower penche pour la partie haute, il pense que la date proposée par Momigliano 1966, 405 sq. pour la révolte de Datamès (374/373) est trop haute, p. 171 n. 8 in fine.

433 Cornelius Nepos, Dat., 4.1-5. Il faut noter cependant que Sekunda 1988b, 43, donne de bons arguments pour soutenir que le nom d’Aspis est perse ; il en tire la conclusion que ce dernier était le satrape de la région et qu’il s’était révolté. Bing 1998, 48 n. 20 : “Aspis, like Thuys of Paphlagonia, appears to be an administrator responsible of the flow of local revenues and produces to the Persian treasuries”.

434 Cornelius Nepos, Dat., 5.6 ; cf. Sekunda 1988b, 47. Weiskopf 1982, 205-207 suivi par Briant 1996, 1018 pense qu’il est nécessaire d’inverser l’ordre des facteurs. Cela ne paraît nullement indispensable si l’on admet que les préparatifs de l’expédition vers l’Égypte ont pris beaucoup de temps.

435 Polyen 7.21.5. La lettre royale devant laquelle Datamès se prosterne indique à la fois les préoccupations du Roi face aux entreprises du satrape et le fait que celui-ci n’est pas ouvertement en rébellion ou considéré comme tel par le pouvoir central. S’il y a bien deux campagnes contre Sinope, on ne sait à laquelle s’applique Énée, Pol., 40.4. Pour Sekunda 1988b, 46-47, il y a bien deux interventions à Sinope, mais l’une, infructueuse, vers 384, on ne comprend pas alors l’intervention du Roi ; l’autre, réussie, en 368 (le monnayage de Datamès aurait été frappé à ce moment).

436 Cornelius Nepos, Dat, 7.

437 Xén., Hell.. 5.28.

438 Moysey 1986, 7-61.

439 Cf. le tableau de Moysey 1986, 16 ; ses pages 41-52 (pl. 2, 16-21) ; SNG Cop. 274-294 ; von Aulock 5934 (Pl. IX, 13) -5942 ; Levante 78-80 ; France 2 258-277, etc.

440 Moysey 1986, 53-58 (pl. 3, 37 ; 4, 40-50) ; SNG Cop. 299-302 ; von Aulock 5943-5950 ; Levante 83-84 (Pl. IX, 14) ; France 2 290-300, etc. ; Naster 1989, 149 propose de placer chronologiquement ce groupe après celui où est représentée Aréthuse.

441 Moysey 1989, 109 n. 4.

442 Cf. en dernier lieu Lemaire (Istanbul).

443 Bing 1998, 59-63 ; abondante bibliographie p. 61.

444 Robert 1963, 457-523, non signalé par Bing.

445 Y a-t-il comme le pense Bing un jeu de mots avec le substantif grec ἄνα(ξ) sous lequel on pourrait retrouver Zeus ?

446 Moysey 1986, 58-61 (pl. 5, 51-59) ; SNG Cop. 295-298 ; von Aulock 5951-5952 ; Levante 85-88 (Pl. X, 2) ; SNG France 2 282-289 etc.

447 Babelon 1910,407-416.

448 Harrison 1982a, 321-336. Cf. Six 1884, 114-117 ; Nöldeke 1884, 298.

449 Lemaire 1989, 144-149 ; 1991, 203-205.

450 On observera par exemple que Orontobatès est appelé Rhoontopatès sur certaines de ses monnaies (cf. de Hirsch 1887, 93-95 ; Naster 1959, no 1543). Harrison, joue aussi sur l’identité du nom Datamès avec la légende ΔATAMA qui apparaît sur les monnaies de Sinope ; mais notons qu’il en va de même pour OPONTA-Orontès alors que dans l’inscription du Nemrud Dag on le nomme Aroandès (de façon plus fidèle à l’original iranien ?).

451 Harrison 1982, 321-336. dans le même sens Le Rider 1997, 158 sq.

452 Weiskopf 1982, 205 sq.

453 En dernier lieu Briant 1997, 59-61.

454 Moysey 1986, 12 (cf. ses pl. 1 et 2, respectivement no 2 et 16 ; 4 et 17) démontre les identités de coins de revers des dernières monnaies de Pharnabaze et des premières de “Tarkumuwa”.

455 Lemaire 1989, 147-8 ; cf. aussi Sekunda 1988, 35-53, sp. 35 sq.

456 Sekunda 1988 b. 42.

457 Bibliographie fournie par Moysey 1986, 7 n. I. Confirmation du fait par de Callataÿ (Istanbul) à partir des contremarques.

458 Par conséquent le rapport de Datamès avec les émissions monétaires est exactement identique à celui de ses prédécesseurs (Tiribaze et Pharnabaze), contra Bing 1998.

459 Moysey 1986, 23 sq.

460 Développée dans Moysey 1989, 110-116, suivi par Bing 1998, 55-63.

461 Comme le souligne Davesne 1989, 164 ; supra p. 360. En revanche il paraît difficile de suivre Naster 1989, 199, lorsqu’il argumente pour attribuer à Soloi certaines frappes à partir de la présence de la grappe de raisin à gauche dans le champ du revers (e.g. SNG von Aulock 5941) ; à titre de comparaison cf. la grappe qui figure devant Baaltars sur les monnaies de Balakros, von Aulock 5963-5964 ; Levante 120-121 ; France 2 367-371 (Pl. X, 13).

462 E.g. SNG Levante 38-41 (ibid. 40 = Pl. IX, 15).

463 Boardman 1970, 220 et pl. 681.

464 Ibid. 316 et fig. 294 p. 317 (Pl. X, 1). Même conclusion chez Casabonne 1997, 37.

465 Cf. e.g. Franke & Hirmer 1966, pl. 212 et no 5, 781-782.

466 Il n’est pas exclu pour autant que celui-ci ait été initialement emprunté à l’art grec, cf. par exemple l’archer de Cyzique, Franke & Hirmer 1966, pl. 199 (de la première moitié du ve s.).

467 Pl. IX. 1.

468 Pl. X, 9 et, également à Tarse, SNG von Aulock 5914 (Pl. VIII, 8).

469 Moysey 1986, 16 et 1989, tableaux p. 114-115.

470 Cornelius Nepos, Dat., 5.6.

471 Cornelius Nepos, Dat., 8.3.

472 Polyen 7.21.3.

473 Moysey 1986, e.g. 21 n. 1, attribue à Datamès l’ambition de supplanter le Roi, ce qui paraît assez contradictoire avec l’origine carienne qu’il lui conserve ; il y aurait, selon cet auteur, une révolte concertée et de plus en plus généralisée des satrapes, dont Datamès serait le principal acteur.

474 Cornelius Nepos, Dat., 6.1-6.3.

475 Ibid., 7.1-8.6 (cf. aussi Polyen 7.21.6).

476 Ibid., 10-11.

477 Diod. 15.91.2-7.

478 Cf. l’analyse par Weiskopf 1982, 212 sq., de différents passages des auteurs anciens où ce type de situation apparaît. Quatre sont placés sous le nom de Datamès : Diod. 15.91.2-7 ; Frontin, Strat., 2.7.9 ; Polyen 7.21.7 ; Cornelius Nepos, Dat., 6 (cf. Beloch 1923, 153). Weiskopf 1982, 214 conclut – pour les raisons invoquées ci-dessus – que la défection de Mithrobarzane est liée à l’action d’Artabaze. Sekunda 1988b, 48 sq. perçoit la difficulté qu’il y a à admettre que Mithrobarzane se soit rendu aux Pisidiens ; mais, privilégiant le récit de Cornelius Nepos par rapport aux autres sources, il choisit de conserver cet épisode. Cependant toute sa reconstruction, il en a bien conscience, est sujette à caution. Une égale prudence est de mise pour tous ceux qui tentent de débrouiller cet écheveau particulièrement complexe.

479 Weiskopf 1982, 216, est plus précis : il propose deux années de campagne en 369 et 368. La tenue du Congrès de Suse en 367 ne saurait fournir d’élément d’appréciation puisqu’à cette date il s’agit d’une affaire (provisoirement) réglée. Pour Sekunda 1988b, 45, la révolte de Datamès doit être datée de 368 ; tel était déjà le point de vue de Judeich.

480 Pour une reconstruction différente cf. Bing 1998, 74-76.

481 Cornelius Nepos, Dat., 8.2. Peut-être convient-il de situer la campagne contre les Pisidiens (Polyen 7.27.1 ; Frontin 1.4.5 ; aucun des deux auteurs n’indique le sens de la marche d’Autophradatès) dans le contexte de la pacification de toute la région méridionale de l’Asie Mineure, à moins qu’il ne s’agisse plutôt d’une campagne des années 380 (supra p. 281).

482 La référence aux Kardakes ne comporte ici aucun commentaire. Briant 1996, 340 propose une explication tout à fait plausible quant au mode de recrutement de ces contingents en rapprochant le texte de Str. 15.3.18 (levées par classe d’âge etc.). Il y a là un parallèle qui ne saurait être complètement fortuit avec la cryptie Spartiate. Ici comme là il est probable qu’il y a un téléscopage entre des pratiques très anciennes qui relèvent des rites de passage et une réutilisation beaucoup plus récente à des fins plus utilitaires. Sekunda 1988b y voit la main de Datamès (sans aucune preuve comme le note Briant). S’il fallait nommer un (ou des) initiateurs il paraîtrait plus logique de penser au couple Cyrus-Lysandre. Ce sont ces Kardakes que l’on convoque à Kastolos ou dans les autres points de concentration de l’armée perse. Il y a un lien institutionnel entre ces contingents et la colonisation : c’est ce que paraît montrer l’inscription relative à la komè des Kardakes évoquée supra p. 195.

483 Une absence notable dans cette liste : celle des Lyciens. Remarquons cependant que le texte de Cornelius Nepos (par la faute de l’auteur et/ou de ses copistes) n’est pas exempt d’erreurs et que 1) la possible mention de Termilai dans la source de Cornelius Nepos eut été peu compréhensible pour ce dernier, 2) le nom des Captianiens reste une énigme. On sait par ailleurs qu’il est assez probable qu’Artembarès secondait Autophradatès dans cette expédition, sinon on ne comprendrait pas à quel titre ce personnage a pu émettre un monnayage à Sidè (supra p. 353 n. 391). Cf. Sekunda 1988b, 49-50. En dernier lieu Keen 1998, 167.

484 Pour Sekunda 1988b, 49, (dans le même sens Tuplin) il s’agit en fait de l’armée rassemblée à Akè pour la campagne égyptienne et dont Autophradatès aurait pris le commandement à la suite du retrait de Datamès. La composition de l’armée inciterait plutôt à penser qu’Autophradatès a fait route par le sud à partir de sa satrapie et à travers la Pisidie, la Pamphylie, la Cilicie, pour faire jonction avec tout ou partie des troupes d’Akè avant de pénétrer par le sud en Cappadoce.

485 Supra p. 238.

486 Cf. aussi Frontin 2.7.9 ; Polyen 7.21.6.

487 Diod. 15.91.2-6 ; il n’y a pas à gloser sur ce titre puisque, quelle qu’ait été sa position par ailleurs, Artabaze est à ce moment en charge de l’armée royale (sur ce terme cf. supra p. 26).

488 A noter que pour Weiskopf 1982, 422, c’est au cours de son voyage pour prendre possession de sa satrapie qu’Artabaze est amené à affronter Datamès.

489 Polyen 7.29.2.

490 II faut accepter le point de vue de Weiskopf, e.g. p. 424, selon lequel Datamès ne doit pas être associé aux événements de la révolte d’Orontès et même d’Ariobarzane (mais notons qu’aucun auteur - même Diodore - n’y fait allusion). Dans les années 367-360 Datamès ne paraît pas avoir été officiellement en situation de rebellion.

491 SNG Berry II 1294-1295 ; cf. Mørkholm 1964, 73.

492 Supran. 391.

493 C’est lui qui avait été chargé de mener Aspis auprès du Roi après sa défaite, cf. Cornelius Nepos, Dat., 4.5.

494 Ibid., 10-11.

495 Fogazza 1972.

496 Robert 1975, 306-330.

497 Trad. L. Robert, cf. infra p. 373.

498 Robert 1975, 306-330.

499 Briant 1998, 205-228. Je remercie vivement P. Briant de m’avoir communiqué les épreuves de son article.

500 Frei 1984, 19-21 : 1996, 90-96.

501 Gschnitzer 1986, 45-54 et bien d’autres, Chaumont 1990, 581 n. 9 (citant l’opinion de R. Schmitt) ; Corsten 1991, 176 – sans pour autant que leurs points de vue sur la nature du Zeus mentionné soient convergents ; cf. Herrmann 1996, 332 et Briant 1998, 213 sq. pour un état de la question.

502 Sardis, 7.1, 22 ; Herrmann 1996, 323, qui publie p. 321 une nouvelle inscription d’époque impériale où il est question des mystes et thérapeutes de Zeus.

503 Trad. Robert 1975. 321. Donc une formule identique à celle de l’inscription que nous étudions.

504 Robert 1975, 321 n. 51 sq.

505 Sardis, 7.1, 47. Robert, n. 51, invoque un peu abusivement la Cyropédie où Zeus est abondamment cité avec diverses épiclèses et très évidemment comme une interpretatio Graeca d’Ahura Mazda, mais sans le qualificatif de Megistos.

506 Robert 1975, 321 n. 52.

507 Hanfmann 1983, 131 sq.

508 Hanfmann 1983, 131 et fig.176. Cette statue n’est évidemment pas celle offerte par Droaphernès.

509 Butler 1925 ; Mierse dans Hanfmann 1983, 119-120.

510 OGIS, 225 (Welles, RC, 18-19), lettre d’Antiochos II dont l’affichage est prévu dans le hieron d’Artémis alors que celui du traité entre Éphèse et Sardes, OGIS, 437 (98 a.C.), a lieu dans le hieron de Zeus.

511 Mais on est réduit à des hypothèses fondées sur les textes littéraires, Butler 1925 140 sq

512 Sardis, 7.1,85.

513 C’est probablement à un autre sanctuaire de Zeus que fait référence l’inscription Sardis, 7.1, 17, liste de fontaines d’époque impériale qui situe l’une d’entre elles dans le secteur du local des mystes d’Attis et du sanctuaire de Zeus. Cf. Hanfmann 1983, 131-132, qui pense à Zeus Lydios.

514 Briant 1998, 220n. 37, relève le parallèle que pourrait représenter la bilingue araméo-lydienne Cowley 1921

515 Briant 1998, 220 sq. et n. 37 présente un point de vue tout à fait différent : “Le personnage (Doratès) n’a fait que dédier à Zeus une statue rappelant la vénération familiale manifestée envers le dieu depuis son ancêtre Baradatès : rien de plus”.

516 A noter cependant que la majeure partie des occurrences épigraphiques appartiennent à l’époque impériale.

517 E.g. Ariobarzane à Ilion, Diod. 17.17.6, alors que L. Robert tend à minimiser cette habitude.

518 Syll.3, 168 = IK, 1-Erythrai, 8.

519 I. Priene, 3 et 14.

520 TAM, V.2, 1010, 1014, 1021, 1139, etc., ce que reconnaît Briant lui-même p. 209 n. 8.

521 Briant 1998, 222 et n. 45.

522 Renvoi à Robert & Robert, Bull, ép., 1971, 648. Il est évident que ce sens n’est pas statistiquement le plus fréquent.

523 C’est-à-dire de Zeus. cf. le paragraphe précédent.

524 Briant 1998, 225.

525 Herrmann 1996.

526 Herrmann 1996, 321.

527 Sardis, 7.1. 22.

528 Buckler & Robinson., commentaire ad loc. : “The association of οἱ τοῦ Αιὸϛ θεραπευταί... are members of the larger group οὶ τὸ ἄδυτον εἰσπορευομένοι”.

529 Cf. par exemple le Mime 4 d’Hérondas.

530 Debord 1982, 349 n. 11.

531 Sardis, 7.1.8.

532 I. Priene, 3 et 231.

533 Robert 1975, 319 et n. 41 ; cf. Robert & Robert 1948, 10 ; Herrmann 1996, 322.

534 Par exemple IG. XI. 4. 1226 (iie s. a.C.) ; cl. Roussel. 1916, 266 sq. Il s’agit des cultes égyptiens et syriens.

535 I. Pergamon, 8.3, p. 114.

536 Aelius Aristide 48.47. Il s’agit là d’une mention tardive, nous ne savons rien de l’organisation du culte d’Asklépios à Pergame au ive s. sinon que son origine était privée.

537 Platon, Phèdre, 252c, Ἄρεως θεραπευταί ; Lois, 740c, θεραπευτὴς θεῶν (sens figuré), etc. Sur ce type d’évolution avec une spécialisation plus affirmée des termes, cf. le parallèle de syngeneia, Debord in Bresson & Debord 1985, 194-196.

538 Robert 1975, 326.

539 Cf. supra.

540 Cf. Beaujeu 1955, 274-278 ; pour le règne d’Hadrien, spécialement à Pergame, Leglay 1976, 347-372.

541 Sous Artaxerxès Ier le seul personnage connu pour la région et susceptible d’être hyparque de Pissouthnès est un certain Itaménès (supra p. 171).

542 Quelques mentions de Sabazios (Kollyda, TAM, V.l, 356 sq.), de Zeus Sabazios (Herrmann 1962, n 45 ; Keil & Premerstein 1911, II, 168) ; une d’Angdistis (Keil & Premerstein 1914, III, 18, ier s. a.C.) ; une de Ma (TAM, V.2, 1305) dédicace hellénistique provenant d’Hyrcanis. Faut-il considérer comme fortuite cette rencontre de la déesse et d’une localité associée à la colonisation perse ? (supra p. 194).

543 Par exemple, Cité de Midas, MAMA, 6, 394. Angdistis est aussi attestée à Euméneia de Phrygie, Pruse de l’Olympe, Philadelphie de Lydie, en Pisidie, en Lycaonie, etc. Cf. Vermaseren 1987 ; à Dokimeion Robert 1980 236-240.

544 Str. 12.2.3, cf. Seyrig 1970, 76-78.

545 Cf. Démosthène, Cour., 259 sq., pour quelques indications sarcastiques concernant la jeunesse d’Eschine.

546 LSCG, 156,1. 8-9.

547 Cornelius Nepos, Dat., 3 ; 6.3 ; 9.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540