Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Deuxième partie. Conflits et enjeux de pouvoir (412-423 a.C.)

Chapitre VII. De la paix du Roi à la révolte des satrapes (386-362)

Texte intégral

1. La Paix du Roi1

  • 1 Momigliano 1934,482-514 ;Wilcken 1941 ; Martin 1944,13-30 ; 1949, 126 sq. ; 1963 ; Ryder 1965, 35-6 (...)
  • 2 Diod. 14.110.3-4.
  • 3 Xén., Hell., 5.1.31 ; Diod. 14.110.3, propose une version abrégée des événements. L’ensemble des do (...)

1Diodore2 donne un compte rendu succinct du rescrit royal mais insiste sur le fait que Thèbes, Athènes et quelques autres acceptent à contrecœur la sujétion des cités asiatiques, car elles ne sont pas en mesure de s’opposer à la volonté conjointe de la Perse et de Sparte. Xénophon transmet en ces termes le texte de la décision royale3 :

  • 4 Les commentateurs de ce passage, e.g. Hatzfeld. CUE p. 72 n. 1, et Ryder 1965, 34 considèrent que l (...)
  • 5 Cf. Arist., Ath. Pol., 62.2 et infra, p. 292 n. 130. Seager 1966, 172, soutient que Lemnos et Imbro (...)
  • 6 Lewis 1977, 147 et n. 79, souligne que ὁπότεροι ne peut signifier que “celui des deux (camps)”, ce (...)

“Le roi Artaxerxès estime juste que les cités d’Asie lui appartiennent et aussi, parmi les îles, Clazomènes et Chypre4 et que l’autonomie soit laissée aux autres cités grecques, petites ou grandes, à l’exception de Lemnos, Imbros et Skyros qui, comme par le passé, appartiendront aux Athéniens5. Ceux6 qui n’accepteront pas cette paix, je leur ferai personnellement la guerre avec l’aide de ceux qui l’observent, à la fois sur terre et sur mer, avec ma flotte et mon trésor”.

  • 7 Xén., Hell., 5.1.36.

2Xénophon7 insiste sur le succès remporté par Sparte dans cette affaire et le renforcement à court terme de son pouvoir sur le Péloponnèse, occultant l’abandon ignominieux des cités asiatiques qui deviendra un véritable leitmotiv chez les adversaires de Sparte et affaiblira la position de cette dernière.

  • 8 Cf. Martin 1944, 26 analysant le passage de Justin concernant la paix, 6.6.1 “civitatibus libertate (...)

3Certains modernes ont douté que Xénophon ait donné tout le détail des clauses de la Paix du Roi, bien qu’il fasse parler ce dernier à la première personne, en particulier le dispositif aurait pu contenir une clause concernant le territoire des cités8. En tout cas, même si une telle clause a bien existé, elle a été appliquée de façon restrictive pour les cités insulaires voisines de la côte asiatique qui ont été privées au moins de facto de leurs domaines continentaux (supra appendice 2). Il convient aussi de noter combien le texte était peu précis dans sa définition de l’autonomie laissant ainsi aux cités aspirant à l’hégémonie une assez large marge de manœuvre dont Sparte puis Athènes vont largement profiter.

4A partir de là deux questions peuvent être posées qu’il conviendra d’avoir à l’esprit en décrivant la suite des événements :

  • Quelle a été la durée d’application de la Paix, en particulier jusqu’à quand trouve-t-on des références explicites à cette dernière ?

  • Quelle a été la réalité de sa mise en œuvre ? En d’autres termes y a-t-il eu des entorses et, subsidiairement – si cette question a quelque pertinence –, quelle a été la part de responsabilité de chacun dans son échec final, quel degré de sincérité peut se déceler chez les différentes parties ?

2. Les cités asiatiques après la paix

  • 9 Xén., Hell., 5.1.36.
  • 10 Cf. par ex. Diod. 15.9.5 et 19.4 ; sur l’ambiance qui prévaut en Grèce, Ryder 1965, 39-57.
  • 11 Moysey 1975, 14-5 ; l’argumentation que l’auteur développe sur le déclin économique des cités asiat (...)
  • 12 Isocrate, Panég., 137, trad. Mathieu, CUF ; cf. 123-4 : “Autrefois les Spartiates s’indignaient qua (...)

5Le décret athénien concernant Érythrées cité supra montre combien était grande l’inquiétude des cités asiatiques à l’idée d’être soumises par traité au Grand Roi. En fait nous ne savons pratiquement rien sur les conséquences en Asie de la Paix du Roi : le silence se fait pour plusieurs années. Il y a à cela un certain nombre de raisons. Comme nous l’avons noté plus haut, Xénophon9 ne retient de l’exécution du traité que ce qui concerne la Grèce d’Europe, en faisant une victoire pour Sparte et ignorant l’abandon de l’Asie10 et même la constitution de la Deuxième confédération athénienne. Il est évident que sans espoir de trouver des alliés les cités asiatiques n’avaient pas le moyen de se dresser contre le Roi. Elles courbent donc l’échine en attendant des jours meilleurs11. Isocrate dans le Panégyrique donne une image effrayante de la situation : “(Le Roi) a reçu sur les villes grecques un pouvoir suffisant pour détruire les unes et élever des citadelles dans les autres”12.

  • 13 Diod. 15.49.
  • 14 Supra p. 177.

6Ce pamphlet ne reflète sans doute que partiellement la réalité. On mettra en regard les rares indications que nous fournit accidentellement Diodore13. En effet à propos d’un tremblement de terre qui frappe l’Achaïe en 373/372, il mentionne la situation de la Ligue Ionienne. Il s’agit d’une véritable réorganisation puisque les Ioniens se préoccupent de retrouver la copie de textes anciens. Diodore insiste sur l’aspect religieux de l’union entre les neuf cités autour du Panionion14, un moment abandonné pour la proximité d’Éphèse à cause du caractère trop exposé de la région du cap Mykalè. Il paraît bien probable que ce déplacement s’accompagne d’une restructuration politique qui n’est pas contradictoire avec la mainmise perse : à titre de comparaison, nous avons noté plus haut qu’à l’époque de Strouthas la ligue fonctionne sous la tutelle du satrape.

  • 15 Diod. 15.2.2.
  • 16 Moysey 1975, 15.
  • 17 Xén., Cyr., 1.6.9 etc.
  • 18 Isocrate, Panég., 135 : “Dans l’armée de Tiribaze la partie la plus utilisable de son infanterie a (...)
  • 19 Infra p. 388.

7Ce calme apparent permet au Roi de se tourner avec plus d’efficacité vers d’autres points chauds et en particulier Chypre où s’opposent des forces importantes, le roi de Salamine ayant trouvé des alliés en Arabie, en Egypte et ailleurs. Diodore est notre source essentielle pour la période mais il ne mentionne l’Asie Mineure occidentale que dans la mesure où elle sert de lieu de préparation – à Kymè et à Phocée15 – pour la flotte envoyée contre Évagoras. Trois cent mille hommes y compris la cavalerie et plus de trois cents navires auraient été ainsi réunis. L’argument de R.A. Moysey16 concernant l’affaiblissement de la région est discutable. La levée concerne surtout les populations non-grecques et, pour des expéditions de ce type, l’argent est fourni par la caisse centrale17. Il est probable en revanche que les cités grecques ont participé à l’effort de guerre, en particulier par la fourniture d’équipages18. Le manque d’information laisse une autre question sans réponse : quelle était l’autorité en charge des régions côtières ? Nous avons vu que la flotte de Tiribaze se constitue à Kymè et Phocée, donc au nord de la péninsule d’Érythrées, mais on ne sait quelle était la limite méridionale de l’autorité du satrape de Sardes. Il est vraisemblable qu’Hékatomnos tenait Milet et que Mausole a fait de même pendant une partie de son “règne”. Éphèse avec laquelle ce dernier va connaître bien des difficultés19 semble avoir vécu des phases assez longues où elle jouit d’une autonomie de facto.

  • 20 Diod. 15.2.3-4.
  • 21 Diod. 15.8-11.
  • 22 Meloni 1950, 292-339.
  • 23 Diod. 15.2.2 ; sur Orontès, cf. infra et Osborne 1971, 297-321 ; 1973,515-561.
  • 24 Il apparaît en 15.3.2 et 6. Cf. Sekunda 1991, 89 sq. qui suggère que cet Égyptien était doté d’un a (...)
  • 25 Diod. 15.9.5.
  • 26 Épisode accepté par Judeich 1892,190 ; Ryder 1963, 105-9 ; 1965, 52 ; Moysey 1975, 16 ; mais rejeté (...)
  • 27 A rapprocher du Panégyrique d’Isocrate (ensemble du discours et plus particulièrement § 137) où il (...)
  • 28 Diod. 15.9.3 sq.
  • 29 Diod. 15.10.2-3 ; parallèlement à l’accusation principale d’avoir partie liée avec Évagoras qu’il e (...)
  • 30 Photios, Bibl., 176 : FGrHist, 115, F103.Comme le note Sekunda 1988b, 39-40, l’epitome de Photios n (...)
  • 31 Polyen 7.27.1. Selon Sekunda, loc. cit, cet épisode serait à placer autour de 384 mais on pourrait (...)

8Dès cette époque, il apparaît que certains satrapes se livrent à un double jeu. Ainsi Hékatomnos, auquel Diodore attribue le titre de dynaste de Carie, est censé fournir secrètement des subsides importants à Évagoras20. L’accent est également mis sur les rivalités qui opposent les hauts dignitaires de l’Empire perse, Tiribaze et Orontès21 choisis respectivement comme commandants de la flotte et de l’armée envoyée contre Évagoras. Rappelons que Tiribaze22 était le satrape de Sardes et Orontès le beau-frère du Roi23. Ce dernier se comporte donc toujours de la même façon, sa politique est de diviser pour mieux régner. Une autre flotte est construite en Phénicie et placée sous les ordres de Glos, gendre de Tiribaze et fils de Tamôs24, mais Glos se révolte et fait appel à Akoris, roi rebelle d’Égypte, et aux Spartiates auxquels il promet le retour de leur suprématie. D’après Diodore25, ces derniers acceptent cette alliance26 parce qu’ils sont en butte aux critiques des autres Grecs qui leur reprochent d’avoir livré les Grecs d’Asie aux Perses27. La sécession de Glos28 est due à la disgrâce temporaire de Tiribaze accusé, entre autres, par Orontès d’avoir des relations privilégiées avec Sparte29. Cet épisode montre que, malgré la Paix d’Antalkidas, un fort parti en Perse soupçonne les Spartiates de vouloir restaurer leur empire. Si Tiribaze arrive à se disculper au cours du procès, Glos connaît un sort moins favorable puisqu’il est assassiné avant que son action ait eu quelque efficacité. Son fils Tamôs le remplace. Sans transition nous voyons apparaître la flotte qu’il commande en mer Égée. Nous ne savons presque rien sur ces troubles de 383/2. Peut-être est-ce à ce moment que se place le soulèvement des Pisidiens dont Théopompe (apud Photios)30 indique qu’ils avaient conclu une alliance avec l’Égyptien Akoris. Le seul Polyen nous apprend qu’Autophradatès mena une campagne victorieuse contre les Pisidiens, mais la date n’en est pas précisée31.

  • 32 Diod. 15.18.1-4 ; cf. 15.92.1. Leukè est implantée sur un promontoire qui contrôle l’entrée dans le (...)
  • 33 Cf. par exemple Larisa “l’Égyptienne” supra p. 194.
  • 34 Diod. 15.18.4 indique que la rébellion s’est éteinte αὐτομάτως. Il est cependant tentant de situer (...)
  • 35 Polyen 7.27.3.
  • 36 On rapprochera l’action menée contre Atarnée. Il semble par conséquent y avoir deux possibilités ; (...)
  • 37 Diod. 15.19.2.

9Tamôs fonde la polis de Leukè, autour d’un sanctuaire d’Apollon préexistant32 sur un promontoire qui dominait la mer. Diodore ne mentionne ce fait anecdotique, manifestement emprunté à Éphore, que parce que les Clazoméniens et les Kyméens souhaitent également incorporer Leukè dans leur territoire et qu’il fournit à l’historien l’occasion de décrire le stratagème qui permit aux Clazoméniens de l’emporter. Ce type de fondation, dont le but est de mieux contrôler la contrée, est loin d’être isolé et des précédents sont attestés33. Les Clazoméniens ont pu capter Leukè parce que Tamôs est mort rapidement et que la rébellion s’est éteinte, soit d’elle-même soit sous l’action d’Autophradatès qui avait été doté d’un vaste commandement “contre les peuples qui se sont révoltés”34. C’est peut-être dans ce même contexte que doit être interprété le conflit entre Autophradatès et les Éphésiens35, lequel ne semble compréhensible que dans une perspective plus vaste. Il est peu crédible en effet que les Éphésiens se soient soulevés seuls contre l’autorité satrapale36. L’échec prématuré des révoltés s’explique aussi par le fait que les Spartiates avaient renoncé à leurs projets asiatiques37. Seul cet aspect est retenu par Diodore qui souligne pourtant l’importance de la préparation diplomatique de l’affaire : des contacts avec le roi d’Égypte avaient été pris parallèlement à ceux qui étaient noués avec Sparte.

3. La deuxième confédération athénienne et les insulaires38

  • 38 La bibliographie est considérable (cf. celle fournie par Cawkwell 1981b, 40), nous ne retiendrons q (...)
  • 39 Isocrate, Plat., 28. La comparaison avec les décrets invite à une certaine prudence et il n’est pas (...)
  • 40 Isocrate, Panég.,132. Supra p. 272.
  • 41 Telles sont les conclusions de Hornblower 1982, 128-9. Selon lui les cités devront attendre la conq (...)
  • 42 Isocrate, Panég., 162.
  • 43 Diod. 15.28.3. Si l’on veut comparer cet ordre à celui du décret d’Aristotélès et considérer qu’il (...)
  • 44 IG, II2, 34-5 ; Tod. 118 ; Pouilloux 1960, no 26. Sur Chios en 384-3, cf. Bruce 1965, 282.
  • 45 IG, II2, 42 ; Tod, 122.
  • 46 IG, II2, 41 ; Tod, 121.
  • 47 IG, II2, 43 ; Tod, 123 ; Pouilloux 1960, no 27 ; cf. l’article important de Cawkwell 1973, 47-60. L (...)
  • 48 Diod. 15.30.2
  • 49 Eschine 2.70.
  • 50 Selon Brun 1988a, 377 n. 27 l’adhésion d’Érésos et Antissa aurait eu lieu à l’occasion de la campag (...)
  • 51 Cos semble n’avoir jamais appartenu à la deuxième confédération comme le montre Sherwin-White 1978, (...)
  • 52 Sur cette dernière, cf. infra p. 290 sq.

10Dans les îles, la situation créée par la Paix du Roi est bien différente : les cités recouvrent leur autonomie. Certaines se tournent à nouveau vers Athènes, peut-être même sans qu’il y ait eu de véritable hiatus pour Chios, Mytilène et Byzance39. Cependant la situation est probablement plus complexe qu’il n’y paraît d’après ce qu’affirme Isocrate lui-même. Le Panégyrique, en 380 donc, rapporte que les Spartiates lèvent tribut sur les insulaires, lesquels ont d’autant moins les moyens de payer qu’ils ont été privés de leurs pérées par la Paix du Roi40. Telle est la conclusion qui a été souvent tirée des propos du rhéteur athénien41. Les îles (et Byzance qui est dans la même situation) vont chercher un soutien face aux prétentions Spartiates mais aussi à la menace potentielle de la Perse42. Elles reprennent naturellement le chemin d’Athènes. Diodore indique succinctement43 que Chios et Byzance donnent le signal de la sécession, suivies par Rhodes, Mytilène et d’autres. Nous constatons, une fois encore, l’importance de l’axe nord-sud, de Byzance à Rhodes, si souvent attesté. Des documents épigraphiques permettent de préciser voire même de contredire certaines de ces affirmations. Il s’agit de décrets athéniens pour Chios en 38444, Méthymna45 et Byzance en 37846. Le texte de la charte est transmis par le décret d’Aristotélès, daté du printemps 37747, à la suite duquel sont inscrits les noms des participants (soixante-dix selon Diodore48, soixante-quinze pour Eschine49). Les membres fondateurs sont avec Athènes, Chios, Thèbes, Mytilène, Méthymna, Rhodes, Byzance, parmi les autres figurent les Érésiens et les Antisséens50. Absences remarquables, celles de Cos51 et surtout de Samos52.

  • 53 Cf. par exemple Cargill 1981.
  • 54 Burnett 1962, 2.

11Pour tenter de débrouiller une situation rendue peu claire par la pauvreté de nos informations, le guide indispensable est le décret d’Aristotélès, qu’il convient d’analyser de façon globale (fond et forme)53 parce qu’il représente une étape importante dans la constitution de la ligue. En effet, les traités bilatéraux et la charte collective s’inscrivent dans un même mouvement, ou plus exactement la rédaction de la charte constitutive est la résultante des négociations avec chacune des cités qui tiennent compte des desiderata des futurs alliés et des conditions propres à chacun54. Ces premières négociations permettent de dégager un cadre unique qui sera proposé aux nouveaux postulants à l’alliance : 1. 24-5 “dans les mêmes conditions que Chios, Thèbes et les autres alliés”, à cela répondent aux 1. 79 et suivantes six noms d’une même main. Sur la même ligne Χῖοι et Θηβαῖοι. (entre les deux) Τενέδιοι est gravé d’une autre main), puis au-dessous du premier Μυτιλη[ν]αῖοι, [Μ]ηθυ[μν]αῖοι, Ῥόδιοι (Ποιήσσιοι sur la même ligne mais d’une autre main), Βυζάντιοι. Comme le texte lui-même l’indique (1. 69-72), on inscrit d’abord le nom des cités actuellement alliées, une place est prévue pour les autres à la suite et apparemment au fur et à mesure des ralliements. Un second décret (plutôt qu’un amendement, le formulaire ne semblant pas convenir) également proposé par Aristotélès clôt l’espace consacré aux noms des cités et il faut alors inscrire les autres (dont celui d’Érésos) sur la tranche de la stèle une fois que tous les blancs ont été utilisés. Si l’on admet que l’ensemble du document est cohérent, en d’autres termes que l’ordre de citation des alliés n’est pas indifférent, on obtient la liste suivante : 1) Chios ; 2) Thèbes ; 3) Mytilène ; 4) Méthymna ; 5) Rhodes ; 6) Byzance.

  • 55 Il convient de rappeler qu’en 378 s’est produit un “accroc” de taille aux traités avec le raid de S (...)
  • 56 Cf. Xén., Hell., 6.3.12 (encore donc en 371), dont il convient de comparer les propos au texte du d (...)

12Voyons dans quelle mesure cet ordre correspond à ce que l’on peut tirer de l’analyse du reste de la documentation. L’alliance avec Chios, datée de l’été 384 dans le décret IG, II2, 34, s’inscrit dans le cadre de la paix “qu’ont jurée le Roi, les Athéniens, les Lacédémoniens et les autres Grecs”. Il est noté dans le texte que les citoyens de Chios “sont venus avec des propositions favorables au dèmos athénien, à toute la Grèce, au Grand Roi". Il est à noter que Chios est alors en démocratie, comme l’indique la mention du dèmos à la ligne 16. On reste dans le cadre de tous les accords existants ; les gens de Chios seront libres et autonomes. Ce traité va servir de référence pour tous les traités ultérieurs. La seule évolution notable concerne les rapports avec Sparte55 qui se détériorent rapidement, comme le montre le fait que cette dernière est désignée nommément comme un adversaire potentiel dans le décret d’Aristotélès alors que pendant cette période les Athéniens conservent une constante prudence à l’égard du Roi56.

  • 57 Pritchett 1972, 164-9, décret pris en l’honneur d’un certain Euryphron qui a aidé les Athéniens. Ho (...)

13Un nouveau décret athénien publié par W. K. Pritchett57 permet d’affirmer que des négociations en vue de l’établissement d’une symmachie ont lieu dès 379/378. Il se produit alors une “accélération” du processus d’alliance.

  • 58 Le titre donné à l’inscription dans l’editio minor des IG est “Foedus cum Thebanis et Mytilenaeis”.
  • 59 Cargill 1981. 53, donne une édition élaguée de tous les suppléments douteux et analyse le texte p.  (...)
  • 60 Accame 1941, 38-44 (cf. Burnett 1962, 6) est amené à conclure que l’amendement n’a rien à voir avec (...)
  • 61 Burnett 1962, 8-9.
  • 62 Cf. la conception très différente de Cawkwell 1973, 49.
  • 63 Diod. 15.28.5 indique qu’Athènes et les autres Grecs qui participent au synédrion sont alliés de Th (...)
  • 64 Diod. 15.29.7-8.

14Pour ce qui se passe à cette époque, on a beaucoup utilisé le décret IG, II2, 40 auquel on a fait dire manifestement plus que son état de conservation ne le permet58. Telle est la conclusion bien argumentée à laquelle aboutit J. L. Cargill qui conteste les différentes restitutions proposées et les conclusions hâtives qui en ont été tirées59. Une fois le texte apuré, il reste que, dans le décret proprement dit, dont il subsiste moins de la moitié des quatre dernières lignes, il est question aux 1. 2-3 des deux [...] thébains (on restitue traditionnellement là πρέσβη, ambassadeurs) qui seraient appelés à un repas d’hôtes le lendemain au prytanée (1. 3-4). Remarquons que si ce canevas est accepté, on a le plus grand mal à remplir la lacune de la ligne 3 et que le verbe καλέσαι, appeler, viendrait au moins aussi logiquement à cet endroit. Dans la plupart des cas, mais certes pas toujours, les amendements se rapportent au même sujet que le décret, en rajoutant quelque détail pratique60. Or l’amendement, dont il est difficile de comprendre totalement le contenu, bien qu’on en ait toute la longueur sur la partie droite, propose des honneurs pour deux insulaires, un Chiote et un Mytilénien, puis plus loin vient l’adjectif “mytilénien” au génitif. A. R Burnett61 s’efforce de rendre sa cohérence à l’ensemble du document, mais il est significatif 1) qu’il lui faille réintroduire dans une partie lacunaire le nom des Thébains, 2) qu’elle ne sache manifestement que faire du... ]το το[ῦ] Μυτιληναίο de la ligne 19. A titre d’hypothèse, on suggérera que l’amendement comporte des mesures individuelles de remerciements pour les deux insulaires que l’on loue pour leur action dans le processus d’alliance entre Athènes et Mytilène, alors que le décret pouvait dans ses dernières lignes faire référence au(x) précédent(s) traité(s) avec Thèbes (et Chios ?)62. Si l’on reste acquis à l’interprétation traditionnelle de ce document, notons en passant que l’adhésion de Thèbes s’est faite en deux temps. Un accord entre les cités de Thèbes et d’Athènes d’abord (avant le raid de Sphodrias sur le Pirée)63, puis un deuxième par lequel la première nommée entre dans la Ligue64.

  • 65 Cf. Buchholz 1975, 146 sq.
  • 66 Puisqu’il fait référence, 1. 9-10, à l’inscription parmi les noms des confédérés, qui a lieu en 377 (...)

15Méthymna65 est encore dans la mouvance Spartiate au moment du passage de Thrasybule, qui ne peut s’emparer d’elle. Les critères de datation du décret la concernant (IG, II2, 42) sont, nous l’avons vu plus haut, erronés puisque l’alliance ne se constitue pas par le décret d’Aristotélès mais probablement dès 379/8. Les Méthymnéens viennent après d’autres, donc soit en 379/8 soit en 378/7, date qui paraît la plus plausible66.

  • 67 Cf. Accame 1941, 15 sq ; 32 sq. Berthold 1980, 41 ; 1984, 28-29.

16En ce qui concerne Rhodes, aucune autre information ne nous permet de dater son adhésion à la ligue67.

  • 68 Cawkwell 1973, 51.
  • 69 Tod, 121 : εἶναι Βυζα[ντίος Ἀθηναίων] συμμάχους κ[αὶ τῶν ἄλλων συ]μμάχων.
  • 70 La mention de Chios est restituée dans le texte.
  • 71 Xén., Hell., 4.8.27 ; Démosthène, C. Leptine, 60.
  • 72 Isocrate, Plat., 28.

17Celle de Byzance est traditionnellement datée de 378 (IG, II2, 41). Pour se raccrocher au récit de Diodore, G. L. Cawkwell68 s’efforce de rester dans le cadre de cette chronologie relative et considère que le décret pour Byzance est antérieur à celui pour Méthymna. Il argue du fait que dans le premier cas les Athéniens sont les seuls interlocuteurs des Byzantins alors que dans le second les synèdres des alliés participent au serment. La différence pourrait s’expliquer par le fait que les deux décrets ne semblent pas se placer au même moment du processus symmachique. De plus les 11. 4-6 impliquent qu’au moment où se conclut l’alliance avec Byzance il y a déjà d’autres alliés69 et pas seulement les gens de Chios dont la charte a peut-être servi de modèle70. Byzance avait été “libérée” par Thrasybule qui avait restauré la démocratie71 en 390/389. Malgré la Paix du Roi, elle est restée dans la mouvance athénienne72, ce qui, répétons-le, ne préjuge en rien de la conclusion formelle d’un traité d’alliance. C’est à cette ancienneté des bons rapports avec Athènes que se rapporte probablement le début du texte en son état actuel.

18Si le décret d’Aristotélès ne peut pas être considéré comme le “décret constitutif” de la Confédération, il reste à en expliquer la rédaction. Le texte lui-même donne la solution, il s’agit :

    • 73 A la ligne 14, après relecture de cette partie qui a été érasée (1. 12-14), Cargill restitue καὶ βα (...)

    De donner toute garantie aux alliés présents et à venir. L’offre est faite indifféremment aux Grecs et aux barbares ; en cela elle ne se distingue pas de l’alliance précédente. Celui qui n’est pas sujet du Roi, en vertu de la Paix jurée73, peut demander à devenir l’allié d’Athènes et des autres confédérés en toute liberté et autonomie, avec la constitution qu’il veut, sans garnison ni gouverneur, sans payer de tribut. Interdiction est faite aux Athéniens de posséder des biens fonciers et immobiliers dans les cités de l’alliance. Autant de mesures et d’interdictions qui mettent en évidence les abus de la première confédération.

  1. De dresser officiellement la liste des alliés en la gravant, apparemment pour la première fois sur une stèle.

  • 74 Burnett & Edmonson 1961, 81-83 ; Cargill 1981, 62-67 ; Brun 1988a, 377 n. 27 admettent que la plupa (...)
  • 75 État de la question, Brun 1983,74-142 (sp. 91-3). Brun accepte la date retenue par Cawkwell 1963,91 (...)

19En bref, pour résumer notre point de vue en tentant de répondre aux questions posées plus haut, il apparaît que dès 384 les Athéniens ont passé une convention bilatérale avec Chios, mais ce n’est qu’en 379/378 que les événements se précipitent. En deux ans des conventions sont conclues sur le modèle de celle de Chios avec cinq autres cités, mais à chaque fois les autres symmachoi sont associés au nouveau pacte. Une fois atteint le total de sept membres au printemps de 377, il est décidé de matérialiser l’alliance en fixant durablement les noms des symmachoi sur le marbre et en ajoutant des garanties telles que beaucoup d’autres ralliements sont attendus74. Ces précautions étaient nécessaires pour obtenir les adhésions mais la plupart des interdictions ont été tournées par la suite. Certes il ne fut pas levé de phoros mais, à partir de 373, des syntaxeis75 furent demandées aux alliés. En 366/365, des clérouques sont installés à Samos (infra), des garnisons aux points chauds ; les régimes démocratiques sont favorisés mais un certain nombre de ces derniers vont “lâcher” Athènes au profit de Mausole pendant la Guerre Sociale.

  • 76 Cargill 1981.
  • 77 Démosthène, Rhodiens, 9 : ἠλευθέρωσε.
  • 78 Cargill 1981, 149 et n. 8.
  • 79 Trad. Mathieu.

20On sait que J. L. Cargill76 s’efforce de “blanchir” Athènes des accusations portées contre elle à propos de l’évolution de la Deuxième Confédération. Le vrai problème est moins le jugement des modernes que celui des contemporains et il est significatif de voir que, même à Athènes, l’opinion publique est très partagée, par exemple sur l’affaire de Samos, “libérée” par Timothée. Tout comme le fait Démosthène77, J. L. Cargill78 joue un peu sur les mots en ne retenant que la première phase mais en oubliant la clérouquie. On rappellera en contrepoint le jugement d’Isocrate dans le Sur la Paix79, donc au plein cœur de la guerre des alliés, qui oppose deux phases dans l’attitude d’Athènes (§ 30) : “... en montrant la justice de notre cité, en venant en aide aux opprimés sans convoiter le bien d’autrui, nous avons reçu le commandement par le libre choix des Grecs, à qui maintenant, depuis bien longtemps déjà nous témoignons un mépris déraisonnable et téméraire”. Donc si J. L. Cargill a souvent ponctuellement raison dans son plaidoyer pour Athènes, il n’en reste pas moins qu’en trente ans le capital de confiance à l’égard de la grande métropole s’est affaibli, mais surtout les habitants des rivages orientaux de l’Égée considéraient comme caduque l’une des raisons fondamentales de la création de la Ligue, en l’occurrence l’attitude oppressive de Sparte, bien incapable désormais d’apparaître comme un épouvantail. Par conséquent ils renâclaient de plus en plus à l’effort financier que l’on exigeait d’eux et pour des objectifs qu’ils n’avaient pas choisis : le fruit était mûr, Mausole n’avait plus qu’à le cueillir.

4. A la recherche d’une impossible paix commune

  • 80 Busolt 1897, 761 ; Beloch 1923, 154, etc.
  • 81 Burnett & Edmonson 1961, 74-91.
  • 82 Sur Philiskos d’Abydos, Hofstetter 1978, 150 sq. (ajouter l’article de la note précédente) ; le per (...)
  • 83 [Oἱ στρατι]ῶται οἱ ἐν τ[ῶι Αι]αντε[ί]ωι τῶι [ἐν Ἑλλησπό]ντωι σ[υμμαχ]εσά[με]νοι, restitution due à (...)
  • 84 A propos d’Abydos on ne sait dans quel contexte historique placer le décret IG, II2, 49 pour cinq A (...)
  • 85 Telle est l’opinion des éditeurs, cf. les doutes de Cargill. Dans quelle mesure sont-ils fondés ? I (...)
  • 86 Sur ces opérations, cf. Prasek 1910, 210 sq. Infra p. 358.
  • 87 Démosthène, C. Aristocr., 142 et 202.
  • 88 Infra p. 296. En ce sens Buckler 1980, 165 sq.
  • 89 Weiskopf 1989, 34 n. 61.

21Entre 378 et 371 des conflits sporadiques opposent Sparte et Athènes. En 375, selon Yopinio communis80, Athènes envoie une flotte sous Chabrias vers Lesbos et l’Hellespont. Cet épisode est réexaminé par A. P. Burnett et C. N. Edmonson à l’occasion d’une reconstitution nouvelle du monument de Chabrias à Athènes81. Ce dernier reçoit une couronne du dèmos de Mytilène où il est intervenu, mais aussi de la garnison dans cette cité. Apparemment celle-ci a été installée avec l’accord, et peut-être même à la demande, des Mytiléniens. Il ne faut donc pas y voir une contravention à l’accord général scellé par la stèle d’Aristotélès. Plus intéressant encore, une couronne est votée par Philiskos, la garnison d’[Abydos]82 et les soldats qui ont combattu avec Chabrias à l’Aianteion de l’Hellespont83. Cette double mention invite à penser que Philiskos a reçu de l’aide de la part de Chabrias. On ne sait contre quel adversaire, peut-être des cités révoltées ou bien contre Abydos dont on sait que l’influence Spartiate y est plus persistante qu’ailleurs84 ? La mention d’une garnison d’Abydos dans le texte tend à montrer que Philiskos et Ariobarzane tiennent la cité avec l’aide d’Athènes85. Cela éclaire d’un jour nouveau les rapports de cette dernière avec le satrape, dont la neutralité bienveillante est nécessaire pour assurer la sécurité du ravitaillement en blé. Aucune mention directe d’Ariobarzane dans ces événements, mais Philiskos est son représentant légitime et le satrape est probablement lui-même accaparé par d’autres tâches, comme la pacification de la Paphlagonie avec son allié Datamès86. Démosthène87 dénonce ceux qui ont fait voter le droit de cité pour Ariobarzane, ses trois fils, Philiskos et un autre Abydénien. Ni la date ni les circonstances du décret ne sont précisées. Deux moments sont possibles. La plupart des commentateurs penchent pour la période où Athènes (Timothée) aide Ariobarzane en révolte contre le Roi88. M. N. Weiskopf89 propose avec vraisemblance de remonter cet épisode dans les années 375.

  • 90 Diod. 15.29.1-4, indique qu’en Égypte Chabrias avait choisi, à titre privé, le parti des insurgés, (...)
  • 91 Diod. 15.38.1, affirme que le Roi a souhaité cette paix pour pouvoir se procurer des mercenaires pl (...)
  • 92 Diod. 15.38.2.
  • 93 Diod. 15.50.4 ; cf. Xén., Hell., 6.3.12 ; 5.1 ; Sordi 1951, 40 sq. ; Woodhead 1957a, 373 ; 1957b, 2 (...)
  • 94 Hornblower 1982, 188 ; cf. infra p. 375.

22Les relations entre Athènes et le Roi se tendent assez vite. Le détonateur est le différend entre Iphicrate et Pharnabaze lors de la tentative avortée de reprise en main de l’Égypte par la Perse90. Cette dernière cherche en vain la conclusion d’une paix durable entre les Grecs. En 375/37491, l’initiative du Roi ne modifie en rien les “règles du jeu” imposées par la paix de 386 à une exception près : l’affirmation que les cités doivent être libres de garnisons (étrangères)92 – ἀφρύρηται. Il est évident qu’Athènes et ses alliés sont à l’origine de cette demande dans la mesure où une clause identique figure par exemple dans le décret d’Aristotélès. En 37193 la responsabilité de l’échec des négociations est attribuée par Xénophon et Diodore aux Thébains. De grands changements se produisent en Grèce qui accaparent l’attention des historiens dont les œuvres nous ont été conservées et ce n’est que par quelques documents isolés que nous pouvons entrevoir ce qui se passe sur le continent asiatique et dans les îles. Il s’y produit pourtant des événements appelés à avoir une grande portée tant à l’intérieur des cités que dans le domaine des relations internationales. Pour ne citer qu’un exemple, le développement de la puissance hékatomnide et son infléchissement dans un sens plus égéen à partir de la nouvelle capitale de Mausole : Halicarnasse. Pour l’instant il n’est pas possible de fixer précisément la date du transfert, qui a eu lieu entre 377 et 362 mais S. Hornblower y voit une réponse à la politique active d’Athènes en mer Égée94.

  • 95 IG, II2, 107 ; Tod, 131, cf. Alfieri Tonini 1989, 47-61.

23Cette politique est illustrée par deux décrets athéniens95 pris respectivement en 369/368 et en 367. Ils concernent Mytilène et les autres cités de Lesbos : Antissa, Méthymna, Érésos et Pyrrha. Des ambassadeurs ont été envoyés par Athènes, d’abord à Mytilène puis semble-t-il auprès de l’ensemble des cités de Lesbos en 367. S’agit-il de s’assurer de la loyauté de l’île face aux périls et en particulier aux nouvelles ambitions thébaines ? Le décret de 369/368 fait allusion à une guerre qui a eu lieu et au fait que les Athéniens ont lutté au nom de la liberté des Grecs au contraire des Lacédémoniens (dont le nom est presque totalement restitué). Les Mytiléniens y sont loués pour avoir œuvré dans le sens souhaité par Athènes, à la fois par leur propre action et par incitation auprès des autres alliés.

  • 96 C’est ainsi que Diodore présente les choses (15.70.2).
  • 97 Xén., Hell., 7.1.27 ; cf. Démosthène, C. Aristocr., 141 ; 202 ; Beloch 1923, I, 181 ; Meyer 1958, 4 (...)
  • 98 Longue discussion avec état de la question sur la véritable (?) mission de Philiskos à Delphes : Mo (...)

24En 368, une nouvelle tentative de paix est faite par Artaxerxès96 ou plus exactement par le satrape de Mysie hellespontique : Ariobarzane. Celui-ci envoie en Grèce Philiskos d’Abydos97 avec une grosse somme d’argent renouant en cela avec la politique menée par son prédécesseur quelques années plus tôt. Xénophon impute l’échec des négociations de Delphes une nouvelle fois aux Thébains. Philiskos repart en Asie sans que rien n’ait été conclu et laisse deux mille mercenaires aux Spartiates98.

  • 99 Xén., Hell., 5.1.3-7. Cf. Buckler 1980. 151-157.
  • 100 Démosthène, Rhndiens. 9.
  • 101 Isocrate. Ech.. 3.
  • 102 Isocrate. Ech.. 111 ; Polyen 3.10.9 sq. donne sept mille. Les deux sources indiquent que les forces (...)
  • 103 Démosthène, Rhodiens, 9. Notons que ce pamphlet de l’époque de la Guerre Sociale a intérêt à “faire (...)
  • 104 Meyer 1958, 456-8 ; Moggi 1981, 16-20 ; Griffith 1978, 138-141 ; Cargill 1981, 148-50 ; Davis 1969, (...)
  • 105 Supra p. 252 n. 152.
  • 106 Shipley 1987. 134 sq. et le point de vue très critique de Cargill 1995, 17-21 (sp. 18 n. 3).
  • 107 Supra p. 259.
  • 108 Supra p. 260.
  • 109 Judeich 1892, 271, propose 375.
  • 110 Infra p. 380.
  • 111 Cf. Bennett, col. Loeb. “he secures possession of the harbour”, alors qu’il aurait suffi de dire “i (...)
  • 112 Polyen 3.9.36.
  • 113 Pour Shipley 1987, 156 n. 7. cet épisode “probably belongs in the Social War”, contra Cargill 1995, (...)
  • 114 Cf. la campagne de Périclès (Isocrate, Ech., 111).
  • 115 Hurter 1998, 150 et pl. 32, 21. Cette dernière indique une autre hypothèse envisageable : l’émissio (...)

25L’année 367 marque un tournant important : au Congrès de Suse le Roi choisit pour la première fois les Thébains comme interlocuteurs privilégiés99, Il se produit une "redistribution des cartes” qui amène à nouveau la région qui nous occupe sous le feu des projecteurs. Mais à vrai dire la séquence des événements se laisse mal appréhender dans la mesure où Xénophon pas plus que Diodore n’ont jugé utile de prendre en compte cet épisode dans leur chroniques respectives. Il faut donc se contenter d’ouvrages polémiques qui font allusion aux faits sans les décrire vraiment et l’on doit même suspecter qu’ils ont pu être reconstruits au gré des besoins de la démonstration. Ainsi, à en croire Démosthène100, Timothée apporte d’abord une aide limitée à Ariobarzane puis se rend à Samos. C’est l’ordre inverse que suggère Isocrate101. Nous devons tenter de reconstituer la séquence des faits de la façon la plus simple et la plus cohérente possible. Selon Démosthène, lorsque Timothée se dirige vers la côte asiatique au printemps de 366 avec un contingent non négligeable (trente navires, huit mille hommes)102 il a reçu pour instruction de ne pas “violer les traités conclus avec le Roi”103. Son choix se porte sur Samos104 qui avait résisté victorieusement à Iphicrate. Comme pour beaucoup d’autres cités, il est très difficile de reconstituer l’histoire de Samos au ive s. Elle se tourne à nouveau vers Athènes au moment du passage de Conon et Pharnabaze en 394105. Shipley106 s’efforce de remettre en ordre les quelques témoignages conservés : en 391 les Spartiates obtiennent qu’elle fasse sécession107 et l’année suivante Téleutias y augmente sa flotte de sept navires de guerre. En revanche, malgré G. Shipley, il n’est pas sûr que la campagne de Thrasybule ait eu quelque effet à Samos108, à moins de situer peu après109 le stratagème de Chabrias rapporté par Frontin, 1.4.14. En tout cas cet épisode ne saurait être associé à la révolte des alliés, cela serait en effet contraire à toute la tradition110 qui fait mourir Chabrias à Chios dès le déclenchement des hostilités. Frontin écrit : Chabrias... cum adiré portum Samiorum obstante nauali hostium praesidio non posset... nullo obstante portum cum reliqua adeptus est classe et malgré un certain nombre de commentaires ou de traductions, ce passage implique le contrôle du port de Samos par des forces amies et un blocus ennemi111. Rappelons qu’elle avait choisi de ne pas adhérer à la deuxième confédération autour d’Athènes. L’île avait une fois de plus changé de camp entre 375 et 369/368. dates bien hypothétiques puisqu’il est impossible de placer précisément l’action d’Iphicrate à Samos112. W. Judeich propose de situer son intervention manquée en 369/368113. Malgré la réussite du stratagème, les Athéniens ne s’implantent pas durablement sur l’île et se contentent de razzier par deux fois la chôra, cela seul suffirait à expliquer l’appel fait à l’hyparque perse. Peut-on mettre cet épisode en rapport avec un passage de Cornelius Nepos, Tim., 1.2 mentionnant une campagne précédant celle de Timothée (sans plus de précision) qui se serait soldée par un échec et aurait coûté mille deux cents talents. Ce montant se répète pour plusieurs épisodes des relations d’Athènes et de Samos114 et entraîne quelques doutes sur la validité de l’indication chiffrée. L’action de Timothée suppose naturellement que l’île n’était pas alors dans la mouvance athénienne. Mais nous sommes loin de maîtriser l’ensemble des soubresauts qui agitent le monde insulaire a ce moment. A verser aussi au dossier l’hypothèse d’une possible (mais brève) période où les Samiens prirent résolument le parti d’Athènes documentée par une monnaie qui provient du “trésor de Pixodaros”115. Ce remarquable tétradrachme présente l’avers habituel au scalp de lion mais au revers, à la place du protomé de taureau, est figurée une statue de facture archaïsante d’Athéna brandissant la lance au-dessus de sa tête, symboles secondaires, un rameau d’olivier et une chouette, légende ΣA.

  • 116 Supra p. 172.
  • 117 Démosthène, Rhodiens, 9. Le scholiaste (Dilts 1983, 180) ajoute que le Roi n’était pas fâché de l’a (...)
  • 118 Hornblower 1982, 98 ; cf. aussi 135 sq. : “After Timotheos siege, the cleruchy on Samos kept Mausol (...)
  • 119 Selon Cargill 1995, 19, Tigrane, aussi bien que Timothée, sont en contravention avec la Paix du Roi (...)
  • 120 En ce sens, il ne faut pas soutenir un point de vue trop hellénocentriste en introduisant une échel (...)
  • 121 Thc. 1.115 sq. ; Diod. 12.27.
  • 122 Sur la date de 365, la plus plausible, cf. Ryder 1965, 81 ; mais le même auteur évoque la possibili (...)
  • 123 Cornelius Nepos, Tim., 1.2. Timothée lui-même et ses lieutenants reçoivent à la suite de ces hauts (...)
  • 124 Shipley met en rapport Polyen 3.10.5 avec Samos (il n’y a pas là de référence précise contrairement (...)
  • 125 Le livre de Salomon 1997 aborde de façon très brève la question de la clérouquie de Samos. Elle pri (...)
  • 126 Arist. fr. 611, 35 Rose (Héraclide le Pontique, Polit., 10.7 ; FHG, II, p. 216) : οί δὲ ἐλθόντες πά (...)
  • 127 Schol. Eschine, Timarque, 53.
  • 128 Cicéron, De nat. deo., 1.72 ; Philochore, FGrHist, 328, F154, indique, évidemment à tort, qu’il s’a (...)
  • 129 Le philosophe est né en 341 et cela fait penser à Shipley 1987, 141, qu’il s’agit du troisième cont (...)
  • 130 Le haut de la stèle est brisé et on ne peut donc assigner de date sûre à ce compte-rendu des épimél (...)
  • 131 Voir cependant Griffith 1978, 135 n. 16 qui propose 365/4 ; Mitchel & Kroll 1980, 91 publient un je (...)

26Samos “était gardée par Kyprothèmis que Tigrane116, hyparque du Roi, y avait installé”117. Démosthène explique de façon assez rhétorique que si le Roi n’est pas intervenu lorsqu’Athènes a “délivré” Samos, c’est qu’on prend des risques pour ce dont on tente de vous dépouiller mais pas pour ce dont on s’est agrandi. S. Hornblower118 va même un peu plus loin en affirmant que la présence d’une garnison mercenaire implantée par les Perses était en contradiction avec les clauses de la Paix du Roi119. Il n’est pas assuré qu’il faille prendre à la lettre le propos de Démosthène. En effet il est assez plausible que la faction au pouvoir à Samos, hostile à Athènes comme le montre la non adhésion à la Ligue, mise en alerte par la tentative d’Iphicrate a appelé à l’aide les Perses, préférant leur tutelle à une présence athénienne s’accompagnant de la restauration de la démocratie120. Cette situation ne faisait que reproduire celle de 440 où Pissouthnès reçoit une demande d’aide de la part des notables samiens et leur fournit un contingent de sept cents hommes121. La victoire est longue à se dessiner, Timothée met dix mois pour forcer les assiégés à capituler122. Quelles étaient les motivations d’Athènes et du stratège dans cette affaire ? En premier lieu d’ordre politique c’est évident, puis à court terme la récupération de butin (il envoie mille deux cents talents à Athènes)123 et la solde des équipages pour la suite de la campagne. G. Shipley soutient que dès le départ Timothée avait en tête la colonisation de Samos124 puisqu’il fait épargner par les soldats le potentiel des exploitations agricoles (arbres, fermes, etc.). Des clérouques sont installés dans l’île dès 365125. Il est difficile d’en préciser le nombre, la seule indication chiffrée - deux mille - est fournie dans un contexte assez ambigu. Il y eut plusieurs envois de colons. Trois vagues successives ressortent des témoignages conservés : la première dès 365126, une deuxième en 361/360127 enfin une troisième en 352/351128. C’est Strabon 14.1.18 qui donne le nombre de deux mille clérouques, apparemment pour la première vague puisque cette précision vient immédiatement après l’allusion à la campagne de Périclès, elle est mentionnée pour introduire le nom de Néoklès, père d’Épicure129. La date d’installation des premières clérouquies dans le cadre de la deuxième confédération a été discutée en s’appuyant sur IG, II2, 1609. Les problèmes posés par ce texte sont complexes130. Quoiqu’il en soit, on ne doit pas modifier la date traditionnelle d’installation dont Diodore 18.18.9 permet de confirmer qu’elle est bien de 366/5 : il indique en effet que Perdiccas fait rentrer en 323 les exilés samiens qui avaient été chassés quarante-trois ans plus tôt131.

  • 132 Hallof & Habicht 1995, 273-304, sp. 286 sq.
  • 133 Michel, 832 ; cf. Ohly 1953, 25-50 ; Debord 1982, 219-221.
  • 134 Considéré comme exagéré par Figueira 1991, 30 n. 60.
  • 135 E.g. Beloch 1923, 194 n. 3 (contra Hornblower 1982, 199 n. 132).
  • 136 En ce sens Barron 1998, 26 sq. Ce dernier signale des traces dialectales dans l’inventaire de l’Hér (...)

27Un document récemment publié amène à un réexamen de la question de la clérouquie samienne, fondé sur d’autres bases. Il s’agit d’une inscription effacée systématiquement (donc après 321), liste de deux cent cinquante citoyens athéniens répartis entre les tribus que les éditeurs132 interprètent à juste titre comme la liste des membres de la boulè des résidents athéniens à Samos. Figurent aussi les noms de divers magistrats dont un archonte. On pouvait déjà avoir la preuve que tous les aspects de la vie de l’île étaient contrôlés par les Athéniens, y compris la vie religieuse dans ses manifestations les plus traditionnelles par l’inventaire de l’Héraion de Samos de 346/345133. Tout cela démontre l’importance numérique de la présence athénienne mais ne permet toujours pas d’en définir la composition et par conséquent la nature. Kl. Hallof et Chr. Habicht démontrent que certains clérouques sont connus à Athènes par d’autres inscriptions (mais peut-on pour autant admettre l’idée d’une sorte de rotation ?). On observera symétriquement l’apparition dans la nouvelle inscription d’anthroponymes nouveaux ; or l’onomastique athénienne est la moins mal connue de toutes, ce qui plaiderait plutôt pour une origine samienne de ces “Athéniens”. La nouvelle inscription invite-t-elle à adopter le point de vue maximaliste de G. Shipley134 pour lequel les deux mille colons mentionnés par Strabon ne sont que l’avant-garde d’un apport initial qu’il estime se situer entre six mille et douze mille hommes ? Une telle saignée paraît difficile à admettre en une seule fois même si on peut y inclure les Samiens démocrates expulsés par Lysandre (ou plutôt leur descendants). En revanche, la nature des sources qui nous permettent de fixer à trois le nombre des apports successifs fait douter qu’il n’y en ait pas eu d’avantage. Question connexe, a-t-on expulsé la totalité de l’ancienne population civique de Samos selon l’affirmation prêtée à Héraclide du Pont par Aristote : “Ils les expulsèrent tous” (πάντας έξεβαλον) ? Nombre de commentateurs ont admis qu’il s’agit d’une exagération135, que seuls les opposants d’Athènes ont dû partir et que l’on peut supposer sans risque qu’ils étaient en bonne part les propriétaires fonciers sur les terres desquels on a établi les clérouques. Il semble impossible d’admettre que les Athéniens ont vidé l’île de sa population, y compris la faction sans doute numériquement importante de ses partisans déclarés ou non dont on ne peut corollairement admettre qu’ils avaient tous été délogés par Lysandre. Comment Démosthène 15.9 (en 351) pouvait-il soutenir que Timothée avait libéré l’île si la conséquence avait été l’expulsion de toute la population autochtone136 ?

  • 137 Cité supra p. 235 n. 16.
  • 138 Cargill 1983, 326 sq. ; 1995, 20 soutient qu’il s’agit d’un retour au statut de 405, ce qui aurait (...)
  • 139 Glotz 1941, 169.
  • 140 Cf. Arist., Rhét.. 1384b 32-35 ; Cawkwell 1972, 272 sq.
  • 141 Cf. Hornblower 1982, 109 n. 20 ; 128 n. 184 ; 133 ; Sherwin-White 1978, 67 et n. 194, qui donne la (...)
  • 142 IG, II2, 108 (IK, 1-Erythrai, 7), 366/365. Le contexte général est donné par Beloch 1922, 194 ; Mey (...)

28La clef de ce paradoxe apparent est, semble-t-il, fournie par IG, II2, 1,1. 12137 où la citoyenneté athénienne est accordée à ceux des Samiens qui en feront la demande et à eux seuls. Les décrets renouvelés après la chute des Trente étaient encore valides en 366. Il est donc probable que les Samiens ont eu le choix entre le droit de cité athénien et l’exil138. Comme le note G. Glotz139 il ne s’agissait pas là d’une violation de la charte de la confédération puisque Samos n’en était pas membre, mais les Athéniens n’en commettaient pas moins une grave faute politique. Une telle mesure rappelait trop le comportement impérialiste de la cité dans le cadre de la première alliance et montrait qu’en fait cette dernière n’avait rien retenu de sa défaite de 404. L’écho de cette affaire fut considérable. A Athènes un large débat s’ouvrit sur l’opportunité de la mesure140 et, preuve de la large réprobation qui s’ensuivit, beaucoup de cités accueillirent chez elles les exilés141. C’est probablement pendant le long siège de Samos que Timothée prit contact avec les Érythréens. Malheureusement les circonstances et l’issue nous échappent en raison du mauvais état de conservation du décret athénien pris pour eux142.

  • 143 Cf. Davies 1969, 328-331.
  • 144 Supra n. 51.
  • 145 Diod. 15.76.2 ; Str. 14.2.19 ; cf. Ps.-Skylax 90 (Counillon 1986-7, 49-62) ; Sherwin-White 1978, 65 (...)
  • 146 Cf. l’introduction.
  • 147 Sherwin-White 1978, 66 sq., admet avec prudence que le synoecisme de Cos est une réforme de type dé (...)

29Certains modernes ont également mis en relation le siège de Samos et le synœcisme de Cos143, faisant du second la conséquence du premier. En effet si Cos n’est pas membre de la confédération athénienne – et nous avons vu ci-dessus que c’était la solution la plus probable144 – elle pouvait redouter un sort comparable à celui de Samos, ayant eu à subir elle aussi au ve s. la présence d’une clérouquie. Une telle affirmation est cependant pour l’instant invérifiable dans la mesure où seul un passage de Diodore145 nous renseigne explicitement sur l’événement. Le déplacement en direction du continent et peut-être plus encore au contact de l’axe maritime nord-sud146 peut avoir de toutes autres causes, mais le synchronisme est troublant147.

  • 148 Cette vision des choses n’est somme toute pas très différente de celle de Sekunda 1988b, 51 pour le (...)
  • 149 Comme le note Moysey 1975, 65, aucune source antique ne mentionne qu’il s’agit là de la raison de l (...)
  • 150 Comme le souligne Weiskopf 1989, 26 il s’agit là d’une opération organisée selon tous les processus (...)
  • 151 Sur les motivations supposées d’Ariobarzane, Weiskopf 1989, 41-43.

30Le choix thébain du congrès de Suse de 367 eut sur le territoire asiatique au moins une autre conséquence. Nous avons vu plus haut qu’Ariobarzane s’était compromis par des tentatives diplomatiques officielles infructueuses du côté de la Grèce et qu’il entretenait de bons rapports personnels avec les Athéniens et les Spartiates. Comme cela avait été le cas pour Pharnabaze, le changement de politique148 entraîne un remaniement à la tête de la satrapie de Daskyleion. Mais, alors que précédemment cela s’était traduit par un surcroît d’honneur pour Pharnabaze, Ariobarzane est considéré, lui, comme rebelle. On n’en connaît pas les raisons. Faut-il penser que dès le départ le Roi avait en tête de lui substituer Artabaze, fils de Pharnabaze, mais aussi son propre petit-fils149 ? On doit cependant constater qu’il n’apparaît pas dans le récit des premières opérations : Autophradatès et Mausole sont les deux chefs désignés de l’expédition150. Il semble n’en retirer le bénéfice qu’a posteriori. De même l’attitude de Mithridate s’explique mieux s’il était persuadé que le problème successoral n’était pas encore réglé. Il est en tout cas assez probable qu’Ariobarzane a été conforté dans ses velléités de résistance par l’exemple de Datamès151 dont la révolte perturbait par ailleurs les relations entre l’Asie Mineure occidentale et le centre de l’Empire.

  • 152 Diod. 15.90.3 ; Moysey 1975, 75 retrouve des traces d’un possible contact antérieur entre Sparte, A (...)

31Les opérations militaires se déplacent donc vers le nord-ouest de l’Asie Mineure : fort logiquement en effet, le satrape a appelé à l’aide Sparte et Athènes152.

  • 153 Polyen 7.26 ; Autophradatès disposait de trois mille mercenaires grecs (Cornelius Nepos, Dat., 8.2)
  • 154 Telle est la version de Xén., Agés., 2.26 ; le récit de Xénophon pourrait paraître plus fiable que (...)
  • 155 On a parfois voulu faire dire au texte de Cornelius Nepos, Tim., 1.3, plus qu’il ne dit ; ainsi Glo (...)
  • 156 Xén., Agés., 2.26-7 ; Mausole est censé commander cent trières, mais ne paraît pas les avoir engagé (...)

32Agésilas arrive le premier au secours d’Ariobarzane, enfermé dans Adramyttion par Autophradatès153 à moins que ce ne soit Assos154, et brise l’encerclement. Entre temps, Timothée, pour sa part, se porte dans l’Hellespont. Il dégage les places fortes de Sestos et de Krithone qui appartenaient à Ariobarzane mais qui étaient menacées par le roi des Odryses, Kotys. En récompense de ses services, le satrape lui donne les deux places qu’il reçoit au nom d’Athènes, consolidant ainsi les positions de sa patrie en Chersonese155. Comme le note J. Buckler, les choix tactiques de Timothée étaient habiles puisque, quel que soit le résultat de l’affrontement entre Perses, il n’avait pas violé les clauses de la Paix et pouvait espérer conserver les positions acquises. Pour sa part Agésilas reçoit de l’argent en récompense. Devant cette action conjointe (et qui semble même coordonnée), Mausole se retire en Carie avec sa flotte156. Il faut donc supposer que pendant cette campagne Autophradatès avait le commandement des forces terrestres et Mausole celui de la flotte.

  • 157 Cf. Moysey 1975, 83-84. Pour la séquence des événements j’adopte ici une reconstruction proche de c (...)
  • 158 Justin 16.4 ; contrairement à ce qu’écrit Buckler 1980, 168, Justin indique que Timothée refuse de (...)
  • 159 Cela peut se déduire de Xén., Agés., 2.27. La position de Mausole reste toujours aussi ambiguë.
  • 160 C’est la première fois qu’apparaissent ces personnages appelés à jouer un grand rôle par la suite. (...)

33Tandis que Timothée consolide les positions athéniennes157 sur la côte septentrionale de l’Hellespont mais refuse de s’engager à Héraclée158, Agésilas se rend auprès de Mausole159 puis en Egypte. Malgré les succès - apparemment ponctuels - des généraux grecs, Artabaze réussit à se maintenir sur la côte grâce aux mercenaires de Mentor et Memnon de Rhodes, ses beaux-frères160.

  • 161 Cf. Roesch 1984, 45-60. L’existence de cette flotte a été autrefois niée, cf. Cawkwell 1972, 270-1 (...)
  • 162 Diod. 15.79.1.
  • 163 La sécession puis la reprise de Kéos, que ne mentionne aucune source littéraire, est rapportée par (...)
  • 164 Hornblower 1982. 126, pense que Rhodes n’a pas effectivement quitté l’alliance athénienne et qu’il (...)
  • 165 Blümel 1994, 157 (363 a.C.) ; cf. Buckler 1998, 192-205 (364 a.C.)
  • 166 La découverte de ce texte, à Tekir, a relancé le débat issu de la position prise par Bean & Cook 19 (...)
  • 167 Buckler 1998, 196-204.
  • 168 Cependant Iphiadès disposait d’autres arguments qui pouvaient procurer une gêne, ou une aide, consi (...)
  • 169 Comme le note L. Robert. F a-t-il jamais été ?
  • 170 Ps.-Démosthène, C. Polyclès, 6 ; cf. Sealey 1956, 197. Un Byzantin est honoré par un décret de la l (...)
  • 171 Polyen 6.2.1.
  • 172 Diod. 15.81.6 (364/3) ; Cornelius Nepos. Tim., 1.3 ; cf. Hasluck 1910 ; Glotz 1949, 170. Le statut (...)
  • 173 Cornelius Nepos. Tim., 1.2.
  • 174 Tod, 160.1. 11 et 20-24.
  • 175 Pour Buckler, Épaminondas s’est bien rendu à Byzance et y a été reçu avec sympathie sans pour autan (...)
  • 176 Énée 12.13.

34La réussite des Athéniens apparaît comme très fragile puisqu’en 365/4 la construction d’une flotte en Béotie, à l’instigation d’Épaminondas161 et sans doute grâce à l’or perse, permet aux Thébains d’intervenir l’année suivante en Égée orientale et dans les Détroits. C’est là un fait nouveau, d’autant que cela s’accompagne d’un appel à la défection de l’alliance athénienne162 de Byzance, Chios, Rhodes (plus Kéos)163. Pour Chios et Rhodes, on a pu douter des effets164 de cette tentative de “débauchage”. En tout cas aucune action violente n’est mentionnée dans les textes littéraires mais l’épigraphie apporte une confirmation décisive165. Les Cnidiens ont pris un décret de proxénie pour Épaminondas ce qui suggère que ce dernier a dû faire escale à Cnide dans son périple de Chios à Rhodes166 et confirme que tout cela se fait avec l’assentiment des Perses. Il semble que J. Buckler167 force quelque peu le sens du décret en le considérant comme la preuve d’un lien politique tissé entre Cnide et la Béotie et de la démonstration des ambitions navales d’Épaminondas en Égée. La formule ἔσπλουν... Καὶ ἔκπλουν est très banale. La comparaison faite avec Athénodoros (décret de Kios) et Iphiadès (décret de Cnide) n’invite pas à de telles conclusions dans la mesure où il n’y a pas de raison objective de supposer que ces deux chefs de guerre disposaient d’une flotte significative168. De même la collation de la proxénie n’est certes pas à cette époque un honneur vide de sens169, mais c’est attribuer à la cité de Cnide une capacité de décision dont elle n’avait guère de chance de pouvoir bénéficier. Le décret est bien un acte politique mais qui s’inscrit sans aucun doute dans un contexte où les décisions sont prises à Halicarnasse ou même à Suse. Il apparaît donc que Chios et Rhodes ont pour le moins pris leur distance avec Athènes, mais cela ne suppose pas ipso facto qu’il y avait eu quelque engagement militaire. Le cas de Byzance est différent170. Il s’inscrit dans un ensemble de données complexes et à première vue contradictoires qui concernent les Détroits et la Propontide. Le discours Contre Polyclès montre les gens de Byzance, de Chalcédoine et de Cyzique se livrant à des opérations de piraterie sur les navires marchands circulant dans les parages. Les gens de Proconnèsos (alliés d’Athènes) sont menacés par Cyzique. Nous savons d’autre part que vers ce moment Alexandre de Phères a envoyé des navires vers l’Hellespont171 et Samos. La réaction d’Athènes est d’autant plus vive que la route vitale des Détroits menace d’être coupée. Une flotte est envoyée sous le commandement de Timothée, Toronée et Potidée sont reprises, Cyzique qui subissait un siège de la flotte d’Épaminondas, débloquée172. C’est peut-être à cette campagne qu’il convient de rattacher la défaite des Byzantins face à Timothée que C. Nepos mentionne sans en permettre la datation précise173. En tout cas si cet épisode est bien réel, il ne détourne pas durablement les Byzantins de l’alliance de Thèbes où ils sont représentés par des synèdres quelques années plus tard174, entre 355 et 351, donc bien après la guerre des alliés dont ils sont un des principaux protagonistes175. De même on a tenté de rapprocher le siège de Chalcédoine par un adversaire inconnu à l’occasion duquel cette dernière reçoit une aide encombrante de Cyzique176.

  • 177 Sur Philiskos d’Abydos, cf. Hofstetter 1978, 1 et 259 sq. (bibliographie).
  • 178 Démosthène, C. Aristocr., 141.
  • 179 Mais cf. supra p. 288.
  • 180 Démosthène, loc. cit., 141 et 202.
  • 181 Supra p. 104.

35L’exemple de Cyzique montre que les cités grecques sont engagées dans des conflits qui les dépassent avec un cortège de revirements plus ou moins spontanés. Elles servent d’enjeu aux luttes fratricides d’Ariobarzane et Artabaze. Tel est le cas des villes de Troade et plus particulièrement de Lampsaque. Démosthène fait allusion à ces événements qui coûtent la vie à Philiskos d’Abydos177. On ne peut, à travers cet auteur178, se faire une idée exacte de l’ampleur des opérations : s’agit-il d’un soulèvement (manqué puisque les assassins de Philiskos se réfugient à Lesbos) ou d’une vengeance privée consécutive aux exactions du chef de mercenaires ? En tout cas cela s’insère dans une opération de reprise en main des villes de la côte : “Il profitait de la puissance d’Ariobarzane pour conquérir les villes grecques”. La date est également imprécise, elle se situe en tout cas entre 375179, date probable du décret honorifique d’Athènes pour Ariobarzane et secondairement pour les Abydiens Philiskos et Agauos180, et 363/362 date de la mort d’Ariobarzane181.

  • 182 Arist., Pol., 5.1306a 31.
  • 183 Wilhelm 1911, XIV ; Robert 1967b, 23-25. On fera observer que dans l’inscription IG, I3, 28, peu ap (...)
  • 184 Traité, II. no 2463.
  • 185 Démosthène, C. Aristocr., 158.
  • 186 Énée 28.6.
  • 187 Syll.3, 187.

36C’est aussi dans cette époque troublée qu’il convient de placer l’épisode d’Iphiadès, “tyran d’Abydos”. Les bribes d’information que nous possédons ont été parfois surinterprétées par les modernes. D’après Aristote182, Iphiadès est le chef d’une des hétairies qui se disputent le pouvoir à Abydos. A l’évidence il appartient à un courant anti-athénien qui arrive aux affaires grâce aux difficultés (ou à la chute) d’Ariobarzane. On peut certes le qualifier de tyran comme le laisse entendre le Stagirite, il paraît bien plus probable que la double conjonction de la situation et du contrôle de l’armée lui donne un levier dont il a su jouer. Sa famille est l’une des plus en vue, sinon la principale, des familles aristocratiques d’Abydos. On en connaît des représentants dès le ve s183, plusieurs monétaires, dont un Iphiadès, au ive s.184 L’action d’Iphiadès dépasse le cadre de sa cité pour concerner l’ensemble de la zone hellespontique. Il participe à la saisie de Sestos185 et s’empare de Parion186. Reste à interpréter le décret honorifique que les Cnidiens prennent en son honneur187. Il me semble que la clef se trouve dans le texte de Démosthène, C. Aristocrates 176-177 : il y est question de Charidèmos qui réclame à tous telè et dekatai et se comporte comme si la contrée lui appartenait, exigeant que ses percepteurs aient la haute main sur les impôts. Il s’agit à l’évidence de contrôler entre autres le lucratif produit de la circulation maritime dans les Détroits. Dans un tel contexte, des puissances de premier plan comme Athènes peuvent penser intervenir militairement, les autres tentent d’aplanir la difficulté par d’autres moyens, par exemple en octroyant des privilèges signalés à ce personnage réputé important. Il est en effet très plausible que Charidèmos n’avait fait rien d’autre que de reproduire une pratique déjà ancienne, en particulier par Iphiadès avec comme centre opérationnel Abydos, ce que la consultation d’une carte permet aisément de comprendre.

  • 188 Hoepfner 1966 ; Asheri 1972 ; Franke 1966, 130 sq. ; Burstein 1976 ; Saprykin 1982, 127-149.
  • 189 Justin 16.4.
  • 190 Justin 16.3.9 (424/3) ; cf. Thc. 4.75.2.
  • 191 Énée 11.10 bis-11.
  • 192 Arist., Pol., 5.1304b 31 sq.
  • 193 Souda, s.v. Κλέαρχος ; Énée 12.5 ; Justin 16.4-8 ; Diod. 15.81.5.
  • 194 Pour Weiskopf 1982, 430, il ne fait pas de doute que le Mithridate mentionné ici est le fils d’Ario (...)
  • 195 Memnon d’Héraclée (apud Photius, Bibl., 224), FGrHist, 434, Fl, 1-5. Cf. De Sainte Croix 1972, 37 s (...)
  • 196 Démosthène, C. Leptine, 84.
  • 197 Plut., F. d’Alexandre, 2.5.338c.
  • 198 Fille d’Oxyathrès, le frère de Darius (III). Cela pour montrer une fois encore les liens matrimonia (...)
  • 199 Magie 1950, 308 sq.
  • 200 C’est ce qu’affirme Str. 12.3.4, contrairement à une tradition [locale ?] qui fait venir les colons (...)
  • 201 Str. 12.3.10 qui indique de surcroît que Kytoron était autrefois un emporion des Sinopéens et que T (...)

37Héraclée pontique188 fournit un autre exemple de ces luttes intestines où les factions n’hésitent pas à faire appel à l’intervention de forces extérieures pour asseoir leur hégémonie. Notre source principale est l’abrégé de Trogue Pompée par Justin189. Selon cet auteur190, alors que les autres cités paient tribut à Athènes, les seuls Héracléotes refusent et se déclarent alliés des Perses. Cela entraîne une expédition sous Lamachos, qui ravage la chôra mais dont une tempête détruit les vaisseaux. Il est donc contraint de rejoindre Chalcédoine par la voie terrestre. Au début du ive s. une crise latente oppose la faction populaire aux riches (les premiers revendiquent, d’après Justin, l’abolition des dettes et le partage des terres). Il est fait appel par le conseil d’abord à Timothée puis à Épaminondas. Il est clair que le récit manque de cohérence. Ce ne peut être que le parti des démocrates qui tente vainement d’attirer Timothée (ce dernier n’est manifestement intéressé que par la zone des Détroits) et probablement un groupe antagoniste qui essuie le même échec auprès d’Épaminondas. On notera la même opposition de motifs si l’on fait intervenir des facteurs extérieurs. La faction hostile aux Perses se tourne naturellement vers Timothée ; une partie au moins de l’aristocratie peut au contraire souhaiter leur tutelle pour mettre à bas le parti adverse. L’appel à Cléarchos peut tout aussi bien s’interpréter en ce sens. La réforme institutionnelle dont il est question chez Énée191 se place peu avant ce moment, au cours d’un de ces épisodes de pouvoir démocratique, ou en tout cas de gouvernement plus ouvert, auquel fait allusion Aristote192. Les aristocrates s’adressent donc à Cléarchos193 qu’ils avaient exilé et qui s’était mis avec ses mercenaires au service de Mithridate194. Cléarchos floue ses différents partenaires : Mithridate qu’il capture et relâche contre une forte rançon, les aristocrates qu’il malmène après avoir été appelé par eux. En 364, il installe un pouvoir tyrannique qui va durer douze ans jusqu’à son assassinat. Polyen 2.30.1-3 nous décrit quelques étapes de la consolidation de son pouvoir. Il fortifie l’acropole puis fait arrêter les membres du conseil des Trois cents (donc les plus influents des notables). Il entreprend le siège d’Astakos qui est pour lui le moyen de faire périr nombre de citoyens. Il s’agit là à l’évidence des griefs habituels contre la cautèle et la cruauté des tyrans. On sait qu’il accroit le territoire d’Héraclée jusqu’à Kiéros au sud, Tieion à l’est, et jusqu’à Astakos (sans pouvoir s’en emparer) en direction de la Propontide195. Dans le domaine des relations extérieures, il se comporte en vassal loyal du Grand Roi, auquel il délègue nombre d’ambassades mais cela ne l’empêche pas d’entretenir de bons rapports avec Athènes. Rappelons qu’il avait donné à son fils le nom de Timothée dont il était l’ami et à cause duquel Athènes lui conféra le droit de cité196. Il est réputé être le fondateur d’une bibliothèque et se présente lui-même comme le fils de Zeus197. On en retiendra l’idée que par bien de traits il préfigure l’attitude des rois hellénistiques. Après sa mort, la tyrannie ne disparaît pas pour autant puisqu’il est remplacé par son frère Satyros (353/2 à 346/5), tout cela probablement avec l’assentiment des Perses qui ont laissé à nouveau se développer ce type de régime dans les cité grecques. Les deux fils de Cléarchos, Timothée (346/5-338/7), destinataire de la Lettre VII d’Isocrate, puis Denys, lui succèdent. Ce dernier épouse la femme divorcée de Cratère, Amastris198 et prend le titre de roi en 305 peu de temps avant sa mort199. Il profite des vicissitudes des temps pour agrandir son domaine, bénéficiant de la vacance du pouvoir dans la partie nord de l’Anatolie après la victoire d’Alexandre au Granique, puis il réussit à se maintenir malgré l’appel de ses adversaire à Alexandre d’abord puis à Perdiccas. Héraclée est une fondation milésienne200. Elle possède vers Test cinq colonies de Milet, Tieion, Sésamos, Kromna, Kytoron, Mastya, comptoirs plutôt que cités. La reine Amastris fonde sous son propre nom une cité nouvelle par le synoecisme de quatre localités : Sésamos, Kytoron, Kromna, Tieion201.

Notes

1 Momigliano 1934,482-514 ;Wilcken 1941 ; Martin 1944,13-30 ; 1949, 126 sq. ; 1963 ; Ryder 1965, 35-6 et 122-3 ; Seager 1974. 36-63 ; Sinclair 1978, 29-54 ; Cawkwell 1981a, 69-83 ; Badian 1991. 25-48 ; Urban 1991.

2 Diod. 14.110.3-4.

3 Xén., Hell., 5.1.31 ; Diod. 14.110.3, propose une version abrégée des événements. L’ensemble des documents relatifs à cette paix sont réunis par Bengtson 1975, no 242 ; cf. Martin 1963, 232.

4 Les commentateurs de ce passage, e.g. Hatzfeld. CUE p. 72 n. 1, et Ryder 1965, 34 considèrent que les deux exceptions que sont Chypre et Clazomènes procèdent de mesures de rétorsion aux actions ponctuelles d’Athènes vers ces deux endroits. Il semble plutôt que nous ayons affaire à une conception globale de l’empire perse, qui implique de la part du Roi l’idée que son royaume est une entité continentale, vue de l’intérieur, seule l’île la plus proche est revendiquée. Le cas de Chypre, carrefour stratégique vital, est un peu différent et s’apparente à l’analyse faite par la Turquie de la situation créée par le traité de Lausanne, cf. la très instructive comparaison faite par Lewis 1977, 156-8. Notons qu’une telle conception n’est pas nouvelle en 386 et qu’elle s’inscrit dans une tradition perse dont la description hérodotéenne de l’Empire est l’illustration la mieux connue des hellénistes.

5 Cf. Arist., Ath. Pol., 62.2 et infra, p. 292 n. 130. Seager 1966, 172, soutient que Lemnos et Imbros sont importantes pour Athènes parce qu’elles jalonnent la route du Pont mais aussi parce qu’elles produisent elles-mêmes du blé.cf. Cargill 1981,9 n. 4.

6 Lewis 1977, 147 et n. 79, souligne que ὁπότεροι ne peut signifier que “celui des deux (camps)”, ce qui suppose que le Roi se place théoriquement en position d’arbitre mais sans jamais intervenir directement ensuite dans les conflits entre Grecs d’Europe. Bien entendu cela n’est pas incompatible avec le fait que chacun savait de quel côté penchait alors le Roi.

7 Xén., Hell., 5.1.36.

8 Cf. Martin 1944, 26 analysant le passage de Justin concernant la paix, 6.6.1 “civitatibus libertatem suaque omnia restituit” qu’il faut rapprocher d’Andocide 3.19 (paix de 392) : τὴν ἑαυτῶν ἔχοντες ; dans le même sens Ryder 1965, 122 sq.

9 Xén., Hell., 5.1.36.

10 Cf. par ex. Diod. 15.9.5 et 19.4 ; sur l’ambiance qui prévaut en Grèce, Ryder 1965, 39-57.

11 Moysey 1975, 14-5 ; l’argumentation que l’auteur développe sur le déclin économique des cités asiatiques (largement appuyée sur Cook 1961b, 9-18, même si Moysey, 15 n. 18, attribue d’autres causes au phénomène) fournit l’un des thèmes principaux de cet ouvrage.

12 Isocrate, Panég., 137, trad. Mathieu, CUF ; cf. 123-4 : “Autrefois les Spartiates s’indignaient quand nous prétendions commander à quelques Grecs en respectant les lois ; maintenant que ceux-ci sont soumis à un tel esclavage, ils ne se soucient pas de ces gens qui, non seulement paient un tribut et voient leurs citadelles occupées par leurs ennemis, mais qui, en plus des malheurs publics supportent des souffrances corporelles plus pénibles que les esclaves que nous avons achetés... Mais le plus grand de tous les maux, c’est pour eux d’être forcés de partir en expédition pour affermir leur propre servitude...” ; cf. Buchner 1958. Sur la mauvaise conscience des Athéniens, cf. Lysias, Discours Olympique 3, daté de 387 par Diod. mais que beaucoup de modernes déplacent en 384 (e.g. Ryder 1965, 44), “Lorsque je vois la Grèce dans la situation déshonorante où elle est, une grande partie de son territoire soumis à des barbares...”. On rapprochera le § 5 où il fait référence au rôle de l’or perse : “Que l’or c’est le Grand Roi qui en dispose ; que les Grecs sont au service de qui peut les payer, que le barbare a beaucoup de vaisseaux...”.

13 Diod. 15.49.

14 Supra p. 177.

15 Diod. 15.2.2.

16 Moysey 1975, 15.

17 Xén., Cyr., 1.6.9 etc.

18 Isocrate, Panég., 135 : “Dans l’armée de Tiribaze la partie la plus utilisable de son infanterie a été levée dans nos contrées et la majorité de sa flotte vient d’Ionie”. Il faut bien sûr comprendre que les fantassins sont des mercenaires venus pour l’essentiel de Grèce d’Europe.

19 Infra p. 388.

20 Diod. 15.2.3-4.

21 Diod. 15.8-11.

22 Meloni 1950, 292-339.

23 Diod. 15.2.2 ; sur Orontès, cf. infra et Osborne 1971, 297-321 ; 1973,515-561.

24 Il apparaît en 15.3.2 et 6. Cf. Sekunda 1991, 89 sq. qui suggère que cet Égyptien était doté d’un apanage en Carie, d’après Athénée 6.256c (où il est qualifié de “Carien”). Cf. aussi pour ce personnage Énée 31 35

25 Diod. 15.9.5.

26 Épisode accepté par Judeich 1892,190 ; Ryder 1963, 105-9 ; 1965, 52 ; Moysey 1975, 16 ; mais rejeté par Lewis 1977, 58 n. 59.

27 A rapprocher du Panégyrique d’Isocrate (ensemble du discours et plus particulièrement § 137) où il est fait appel en 380 à l’union sacrée contre les Perses, à l’imitation de ce qu’avait été dès 392 le propos de Gorgias (supra) dans son Discours olympique.

28 Diod. 15.9.3 sq.

29 Diod. 15.10.2-3 ; parallèlement à l’accusation principale d’avoir partie liée avec Évagoras qu’il est censé assiéger. On sait qu’il sera finalement réhabilité (ibid., 15.11).

30 Photios, Bibl., 176 : FGrHist, 115, F103.Comme le note Sekunda 1988b, 39-40, l’epitome de Photios n’est pas toujours fiable mais l’hypothèse reste séduisante. A remarquer qu’il est question des Aspendiens dans la suite du texte.

31 Polyen 7.27.1. Selon Sekunda, loc. cit, cet épisode serait à placer autour de 384 mais on pourrait aussi penser à la campagne contre Datamès qui amène Autophradatès à emprunter une route méridionale pour contourner les positions du satrape révolté (infra p. 364).

32 Diod. 15.18.1-4 ; cf. 15.92.1. Leukè est implantée sur un promontoire qui contrôle l’entrée dans le bassin de l’Hermos, c’est à dire, entre autres, l’accès à Sardes.

33 Cf. par exemple Larisa “l’Égyptienne” supra p. 194.

34 Diod. 15.18.4 indique que la rébellion s’est éteinte αὐτομάτως. Il est cependant tentant de situer à ce moment l’action d’Autophradatès contre les rebelles dans la mesure où Cornelius Nepos, Dat., 2, nous indique qu’il a reçu l’aide de Datamès, alors au début de sa carrière (supra p. 106). Nous acceptons ici la reconstitution des faits proposés par Judeich 1892, 190 sq. suivi par Beloch 1923, 136 ; contra Weiskopf 1982, 96 et n. 20.

35 Polyen 7.27.3.

36 On rapprochera l’action menée contre Atarnée. Il semble par conséquent y avoir deux possibilités ; soit vers la fin des années 380, soit en 362, mais à ce moment Autophradatès participe lui-même à la révolte. La première solution paraît donc la plus plausible. Étant donné la nature du commandement d’Autophradatès. son intervention contre les Éphésiens ne préjuge en rien de la répartition territoriale de la côte ionienne entre les satrapes.

37 Diod. 15.19.2.

38 La bibliographie est considérable (cf. celle fournie par Cawkwell 1981b, 40), nous ne retiendrons que quelques ouvrages essentiels, réservant la citation d’autres contributions aux discussions de points précis ; Judeich 1892, 258 sq. ; Marshall 1905 ; Accame 1941 ; Cargill. 1981, version révisée d’une dissertation de 1977, et 1982, 91-102, où il résume ses résultats. Cargill a une conception très “hérodotéenne” de l’histoire en ce sens qu’il a cru pouvoir déceler chez ses prédécesseurs une vision antiathénienne de la Deuxième confédération et qu’il s’efforce de démontrer que la responsabilité de la guerre des alliés n’est pas le fait d’Athènes mais que Mausole en est le principal initiateur. Il paraît plus important de voir quel était le jugement porté par les contemporains.

39 Isocrate, Plat., 28. La comparaison avec les décrets invite à une certaine prudence et il n’est pas assuré, comme le fait Hornblower 1982, 125 qu’il faille accepter de telles affirmations sans réserve (avec les conclusions que cela implique par exemple pour Rhodes, absente de l’énumération) ; on mettra en parallèle Isocrate, Panég., 163, qui suppose que Rhodes, Samos. Chios n’ont pas penché en faveur du Roi, mais il faut rappeler que Samos n’a pas adhéré à la confédération. Brun 1988a, 378 exprime le même scepticisme : selon lui le propos d’Isocrate concernait seulement le maintien d’un gouvernement démocratique. En ce qui concerne Chios, sa fidélité avait pu être confortée par l’élimination du jeu politique d’un certain nombre de triérarques laconophiles par Iphicrate (Polyen 3.9.58 ; cf. supra).

40 Isocrate, Panég.,132. Supra p. 272.

41 Telles sont les conclusions de Hornblower 1982, 128-9. Selon lui les cités devront attendre la conquête de l’Asie par Alexandre pour recouvrer la jouissance de leur pérée (mais cf. supra appendice 2).

42 Isocrate, Panég., 162.

43 Diod. 15.28.3. Si l’on veut comparer cet ordre à celui du décret d’Aristotélès et considérer qu’il a valeur historique, on constatera ce que dit exactement le texte : πρῶτι πρὸς τὴν ἀπόστασιν (sécession) Χῖοι καὶ Βυζάντιοι puis les Rhodiens et les Mytiléniens et les autres insulaires : αἰεὶ δὲ μᾶλλον αὐξομένης. Le reste de la Grèce voit le nombre de ceux qui s’attachent aux Athéniens augmenter. A proprement parler, le passage qui concerne les insulaires donne l’ordre de sécession, pas forcément celui des traités formels avec Athènes (noter qu’il est question de l’action conjuguée d’Athènes et de Thèbes dans les § 26-27, donc avant le développement précité sur les îles). Cf. Hamilton 1989, 93-101. Rappelons que Xénophon est silencieux au sujet de la Deuxième confédération : il n’y fait référence que par allusion, ainsi Hell, 6.1.12.

44 IG, II2, 34-5 ; Tod. 118 ; Pouilloux 1960, no 26. Sur Chios en 384-3, cf. Bruce 1965, 282.

45 IG, II2, 42 ; Tod, 122.

46 IG, II2, 41 ; Tod, 121.

47 IG, II2, 43 ; Tod, 123 ; Pouilloux 1960, no 27 ; cf. l’article important de Cawkwell 1973, 47-60. Le décret a été réexaminé sur la pierre avec beaucoup de minutie par Cargill 1981, 14-47 (bibliographie exhaustive).

48 Diod. 15.30.2

49 Eschine 2.70.

50 Selon Brun 1988a, 377 n. 27 l’adhésion d’Érésos et Antissa aurait eu lieu à l’occasion de la campagne de Chabrias en 375 (Diod. 15.36.4). Le nom de Pyrrha a parfois été restitué à partir du pi de la 1. 90 (cf. Cargill 1981, 36). Bien d’autres noms pourraient être avancés ; mais il n’en reste pas moins que la cité devait figurer en quelque endroit sur la stèle puisqu’elle apparait dans le décret d’Athènes pour Mytilène, IG, II2, 107 (Tod. 131). Cf. Cargill 1981, 113 et aussi Accame 1941, 109.

51 Cos semble n’avoir jamais appartenu à la deuxième confédération comme le montre Sherwin-White 1978, 42 sq., pas plus que Kalymna, Nisyros et Télos (contra Cargill 1981, 37 sq., mais Sherwin-White 1982, 271, et Hornblower 1982b, 325-9 conservent leur point de vue). Cela paraît s’expliquer par des raisons d’ordre géographique. Il est probable que les îles cariennes étaient passées rapidement sous le contrôle des Hékatomnides, sans qu’il soit nécessaire dans un premier temps d’imaginer une conquête. Les relations n’étaient pas pour autant exemptes de nuages comme l’atteste la guerre entre Hékatomnos et Cos, rapportée par la Souda s.v. Δέξιππος. Ce dernier, médecin célèbre de Cos, aurait obtenu d’Hékatomnos la lin d’un conflit en guérissant les fils du satrape ; le texte indique que cette affaire concerne les Κᾶρας et la plupart des auteurs modernes pensent avec Beloch 1923, 237 n. 2 (ainsi par ex. Sherwin-White 1978, 41 ; Hornblower 1982, 132 sq. ; contra Judeich 1892, 234 et Bockisch 1969, 138) qu’il faut corriger en Κῴους. Une telle émendation n’est pas nécessaire si l’on se rappelle qu’Étienne de Byzance donne Καρίς comme l’ancien nom de Κώς (s.v.). Plusieurs savants se sont demandés pourquoi les Athéniens n’avaient pas cherché à s’emparer de Cos au moment de la prise de Samos (infra) ; rappelons que l’objectif assigné à Iphicrate était, 1) d’aider Ariobarzane, 2) de ne pas rompre la Paix du Roi. Si l’on admet que l’attitude des Hékatomnides a été très tôt ambiguë, les Athéniens n’avaient pas intérêt à intervenir dans ce secteur dans la mesure où il paraissait sage de ménager Mausole.

52 Sur cette dernière, cf. infra p. 290 sq.

53 Cf. par exemple Cargill 1981.

54 Burnett 1962, 2.

55 Il convient de rappeler qu’en 378 s’est produit un “accroc” de taille aux traités avec le raid de Sphodrias sur le Pirée, d’autant plus mal perçu que son auteur est acquitté à Sparte ; cf. Diod. 15.29.7 ; Xén„ Hell., 5.4.24 sq. Sur l’évolution des relations des insulaires avec Sparte, cf. Ryder 1965, 51.

56 Cf. Xén., Hell., 6.3.12 (encore donc en 371), dont il convient de comparer les propos au texte du décret d’Aristotélès (cf. aussi infra p. 290).

57 Pritchett 1972, 164-9, décret pris en l’honneur d’un certain Euryphron qui a aidé les Athéniens. Hornblower 1982,126 n. 161 souligne à juste titre l’intuition de Cawkwell 1973, 47-60 qui proposait de remonter la date des négociations.

58 Le titre donné à l’inscription dans l’editio minor des IG est “Foedus cum Thebanis et Mytilenaeis”.

59 Cargill 1981. 53, donne une édition élaguée de tous les suppléments douteux et analyse le texte p. 54-56. Il nie, à juste titre semble-t-il, que l’on puisse s’appuyer sur IG, II2, 40 comme le font par exemple Burnett et Cawkwell après bien d’autres pour régler la question de la date d’entrée de Thèbes dans la confédération (sur ce point cf. Cloché 1952, 117-123 ; Buckler 1971, 504-508) ; notons que ces deux auteurs acceptent l’alliance entre Thèbes et Athènes avant l’attaque de Sphodrias, Diod. 15.28.5 (contra Ryder 1965, 54 n. 4). Signalons aussi Buckler 1971, 506-508 avec une hypothèse ingénieuse sur le nombre 70 qui se trouve à la ligne 1 du texte ; il s’agirait des prestataires de serment mandatés par les différents membres de l’alliance. En dernier lieu Kallet-Marx 1985, 127-151.

60 Accame 1941, 38-44 (cf. Burnett 1962, 6) est amené à conclure que l’amendement n’a rien à voir avec le texte principal et, malgré Burnett, cette position “extrémiste” a au moins le mérite de bien poser le problème.

61 Burnett 1962, 8-9.

62 Cf. la conception très différente de Cawkwell 1973, 49.

63 Diod. 15.28.5 indique qu’Athènes et les autres Grecs qui participent au synédrion sont alliés de Thèbes. Ce passage fait problème et a été souvent rejeté ou ignoré par les modernes. Il est fort possible qu’il corresponde à une réalité : l’alliance avec Thèbes, mais qu’il anticipe quelque peu sur la création du synédrion des alliés.

64 Diod. 15.29.7-8.

65 Cf. Buchholz 1975, 146 sq.

66 Puisqu’il fait référence, 1. 9-10, à l’inscription parmi les noms des confédérés, qui a lieu en 377 et dont on imagine mal qu’on l’ait prévue très longuement à l’avance.

67 Cf. Accame 1941, 15 sq ; 32 sq. Berthold 1980, 41 ; 1984, 28-29.

68 Cawkwell 1973, 51.

69 Tod, 121 : εἶναι Βυζα[ντίος Ἀθηναίων] συμμάχους κ[αὶ τῶν ἄλλων συ]μμάχων.

70 La mention de Chios est restituée dans le texte.

71 Xén., Hell., 4.8.27 ; Démosthène, C. Leptine, 60.

72 Isocrate, Plat., 28.

73 A la ligne 14, après relecture de cette partie qui a été érasée (1. 12-14), Cargill restitue καὶ βασλεὺς κατὰ τὰς συνθήκας comme le faisait déjà Accame. Il propose d’y voir (1981, 28-30), contre Cawkwell 1973, 60 et n. 1, une référence à la Paix du Roi, d’autant plus nécessaire à cause des lignes 17-18 : νησιωτῶν, ὅσ[οι μὴ βασι]λέως εὶσιν qui impliquent que la Paix est encore en vigueur. L’érasure interviendrait assez tard selon Cargill 1981, 32, qui suit sur ce point Ryder 1965, 81 sq. et n. 9 (en 367 ?). On peut également être d’accord avec Cargill sur le fait que l’on a trop restitué (en particulier 1. 10) : il n’y a aucun élément pour décider s’il est question d’une koinè eirènè, dont ce serait la première mention épigraphique attestée, ou simplement de la Paix du Roi.

74 Burnett & Edmonson 1961, 81-83 ; Cargill 1981, 62-67 ; Brun 1988a, 377 n. 27 admettent que la plupart des insulaires dont Antissa et Érésos ont rejoint la symmachie en 375 (Glotz & Cohen 1941, 140 ; Woodhead 1962, 258-266 penchent pour 373).

75 État de la question, Brun 1983,74-142 (sp. 91-3). Brun accepte la date retenue par Cawkwell 1963,91 sq.

76 Cargill 1981.

77 Démosthène, Rhodiens, 9 : ἠλευθέρωσε.

78 Cargill 1981, 149 et n. 8.

79 Trad. Mathieu.

80 Busolt 1897, 761 ; Beloch 1923, 154, etc.

81 Burnett & Edmonson 1961, 74-91.

82 Sur Philiskos d’Abydos, Hofstetter 1978, 150 sq. (ajouter l’article de la note précédente) ; le personnage et son rôle, infra n. 97.

83 [Oἱ στρατι]ῶται οἱ ἐν τ[ῶι Αι]αντε[ί]ωι τῶι [ἐν Ἑλλησπό]ντωι σ[υμμαχ]εσά[με]νοι, restitution due à Wilhelm 1947, 190 sq., légèrement modifiée par Burnett & Edmonson. Pour la localisation sur le territoire de Rhoiteion, à l’ouest de la cité, cf. Cook 1973, 86-88.

84 A propos d’Abydos on ne sait dans quel contexte historique placer le décret IG, II2, 49 pour cinq Abydéniens qui est daté par le style du début du ive s. (cf. SEG, 21, 1965, 224) ; Burnett & Edmonson proposent de ramener la date au début des années 370. Ariobarzane paraît régler ainsi les séquelles de la présence Spartiate dans la région à l’époque d’Anaxibios (cf. Xén., Hell, 4.8.32-39).

85 Telle est l’opinion des éditeurs, cf. les doutes de Cargill. Dans quelle mesure sont-ils fondés ? Il est notable que la même formulation : οἱ στρατιῶται... soit employée pour toutes les garnisons (Abydos, Mytilène, etc.).

86 Sur ces opérations, cf. Prasek 1910, 210 sq. Infra p. 358.

87 Démosthène, C. Aristocr., 142 et 202.

88 Infra p. 296. En ce sens Buckler 1980, 165 sq.

89 Weiskopf 1989, 34 n. 61.

90 Diod. 15.29.1-4, indique qu’en Égypte Chabrias avait choisi, à titre privé, le parti des insurgés, mais qu’à la demande de Pharnabaze et pour ne pas déplaire au Roi, les Athéniens rappellent Chabrias et envoient Iphicrate pour aider les forces royales. Cet épisode est daté de 377/6 par Diodore mais ce fait a été discuté par les modernes (par exemple Parke 1933, 59 sq. penche pour une date antérieure). Cawkwell 1973, 47 n. 3 propose 375. L’action proprement dite en Égypte a lieu en 374/3 (Diod. 15.41-43).

91 Diod. 15.38.1, affirme que le Roi a souhaité cette paix pour pouvoir se procurer des mercenaires plus facilement dans les cités grecques. Cf. Momigliano 1936b, 3-35 ; Cawkwell 1963, 84-95 ; Ryder 1965, 58 sq. ; 124-6 ; Buckler 971b, 353-61 (qui discute de la date du traité, automne 375 ou été 374 - il penche pour la première solution-, abondante bibliographie) ; Gray 1980, 306-326 ; Cargill 1981, 10-11 ; Thompson 1983, 75-80.

92 Diod. 15.38.2.

93 Diod. 15.50.4 ; cf. Xén., Hell., 6.3.12 ; 5.1 ; Sordi 1951, 40 sq. ; Woodhead 1957a, 373 ; 1957b, 225 ; Sealey 1957, 108 ; Ryder 1965, 67 sq. ; Dušanić 1979, à la suite de Momigliano 1934, 494 sq., pense que le texte Staatsverträge2 292 doit être interprété dans le contexte de la koinè eirènè de 371 et non dans celui de la révolte des satrapes (infra p. 348 n. 346).

94 Hornblower 1982, 188 ; cf. infra p. 375.

95 IG, II2, 107 ; Tod, 131, cf. Alfieri Tonini 1989, 47-61.

96 C’est ainsi que Diodore présente les choses (15.70.2).

97 Xén., Hell., 7.1.27 ; cf. Démosthène, C. Aristocr., 141 ; 202 ; Beloch 1923, I, 181 ; Meyer 1958, 443 ; Moysey 1975, 49-50. Philiskos est désigné par Démosthène, op. cit., 142, comme le plus important des hyparques (traduit à tort par satrape par Gernet, CUF) d’Ariobarzane. Il assure la surveillance de l’Hellespont à partir de la Troade, qu’il contrôle (tout ou partie ? cf. infra) au nom du satrape. Il paraît abusif de dire avec de Sainte Croix 1972, 39 que “Ariobarzanes is said to have given possession of various Greek cities to his protégé Philiscus of Abydus”. Supra p. 288.

98 Longue discussion avec état de la question sur la véritable (?) mission de Philiskos à Delphes : Moysey 1975,53 sq.

99 Xén., Hell., 5.1.3-7. Cf. Buckler 1980. 151-157.

100 Démosthène, Rhndiens. 9.

101 Isocrate. Ech.. 3.

102 Isocrate. Ech.. 111 ; Polyen 3.10.9 sq. donne sept mille. Les deux sources indiquent que les forces de Timothée vivent sur le pays et non grâce aux subsides athéniens ; sur ce point, cf. Ps.-Arist., Éc., 2.1350b 5.

103 Démosthène, Rhodiens, 9. Notons que ce pamphlet de l’époque de la Guerre Sociale a intérêt à “faire porter le chapeau” à Mausole de tous les maux d’Athènes, même à titre rétroactif ; alors qu’il semble bien au contraire que dans les années 60 on le ménageait (supra).

104 Meyer 1958, 456-8 ; Moggi 1981, 16-20 ; Griffith 1978, 138-141 ; Cargill 1981, 148-50 ; Davis 1969, 328 sq. (printemps de 365) ; Fantasia 1986, I 14. En dernier lieu Shipley 1987.

105 Supra p. 252 n. 152.

106 Shipley 1987. 134 sq. et le point de vue très critique de Cargill 1995, 17-21 (sp. 18 n. 3).

107 Supra p. 259.

108 Supra p. 260.

109 Judeich 1892, 271, propose 375.

110 Infra p. 380.

111 Cf. Bennett, col. Loeb. “he secures possession of the harbour”, alors qu’il aurait suffi de dire “il put pénétrer”, d’où Shipley 1987, 156 n. 7 “... Chabrias captured the harbour of Samos”.

112 Polyen 3.9.36.

113 Pour Shipley 1987, 156 n. 7. cet épisode “probably belongs in the Social War”, contra Cargill 1995, 18 n. 3.

114 Cf. la campagne de Périclès (Isocrate, Ech., 111).

115 Hurter 1998, 150 et pl. 32, 21. Cette dernière indique une autre hypothèse envisageable : l’émission de la monnaie par les clérouques de Samos mais l’existence d’un seul exemplaire connu de cette monnaie ne plaide pas en faveur de ce point de vue. Barron 1998, 26 sq. soutient, par comparaison avec les représentations d’Athéna Promachos sur les amphores panathénaïques, que cette monnaie n’a pas pu être émise avant 360/59. Ce qui l’amène à l’attribuer aux Samiens restés sur l’île qui auraient conservé une part d’autonomie mais dans une étroite association avec les Athéniens. Cette hypothèse parait peu réaliste, surtout après la publication de l’inscription Hallof & Habicht 1995 (infra).

116 Supra p. 172.

117 Démosthène, Rhodiens, 9. Le scholiaste (Dilts 1983, 180) ajoute que le Roi n’était pas fâché de l’action de Tigrane (οὐκ ἠγανάκτησε Βασιλεύς).

118 Hornblower 1982, 98 ; cf. aussi 135 sq. : “After Timotheos siege, the cleruchy on Samos kept Mausolus and Persia at bay”. Observons cependant que les monnaies à l’effigie de Mausole (trouvées avec celles d’Idrieus) peuvent seulement montrer que des relations économiques existaient entre Halicarnasse et Samos ; et cela si on pense que ces monnaies sont arrivées à Samos du vivant de Mausole, ce qui n’a rien d’obligatoire (Thompson et al 1973, 162 no 1213). Ce qui vaut pour Cos n’est pas forcément applicable à Samos.

119 Selon Cargill 1995, 19, Tigrane, aussi bien que Timothée, sont en contravention avec la Paix du Roi, ce serait la preuve que celle-ci est rompue.

120 En ce sens, il ne faut pas soutenir un point de vue trop hellénocentriste en introduisant une échelle subjective de valeurs selon laquelle des Grecs ne sauraient adhérer de plein gré à une hégémonie perse ; sur le sujet en général, cf Mazzarino 1979, 139 sq., contre Holladay 1978, 178.

121 Thc. 1.115 sq. ; Diod. 12.27.

122 Sur la date de 365, la plus plausible, cf. Ryder 1965, 81 ; mais le même auteur évoque la possibilité (note 1) de 361, s’appuyant sur Schol. Eschine, Timarque, 53 ; cf. aussi Cawkwell 1972, 272 sq. Shipley 1987, 138 n. 60, date l’expédition de 367/6 et place sa fin en novembre 366. Autre question, celle de la fortification de Samos : Kienast 1978, “Die stadtmauer von Samos”, 64 et 97, la date de peu après 370, mais son argument principal est la présence dans les fondations d’une anse d’amphore (cf. Hornblower 1982, 198 n. 123 et 297 n. 23).

123 Cornelius Nepos, Tim., 1.2. Timothée lui-même et ses lieutenants reçoivent à la suite de ces hauts faits de grands honneurs a Athènes : Démosthène, C. Aristocr., 202.

124 Shipley met en rapport Polyen 3.10.5 avec Samos (il n’y a pas là de référence précise contrairement aux § 9 et 10) qu’il cite p. 138 sq. Il n’est pas sûr que le lien soit aussi explicite que l’indique S. mais cela éclaire bien l’idée générale que le stratège pouvait se faire de l’intervention athénienne et les informations qui ont pu être fournies à l’ekklèsia.

125 Le livre de Salomon 1997 aborde de façon très brève la question de la clérouquie de Samos. Elle privilégie la colonisation agricole.

126 Arist. fr. 611, 35 Rose (Héraclide le Pontique, Polit., 10.7 ; FHG, II, p. 216) : οί δὲ ἐλθόντες πάντας ἐξέβαλον. On a inféré de ce membre de phrase (cf. infra) que ce passage sans contexte se rapportait à 365.

127 Schol. Eschine, Timarque, 53.

128 Cicéron, De nat. deo., 1.72 ; Philochore, FGrHist, 328, F154, indique, évidemment à tort, qu’il s’agit de la fondation de la clérouquie, notons cependant que la tourmente des années 357-355 avait dû entraîner la mort ou le départ de nombre des occupants initiaux.

129 Le philosophe est né en 341 et cela fait penser à Shipley 1987, 141, qu’il s’agit du troisième contingent. Caria, Samiakes Meletes 2 (1995-1996) 7-26 [non vidi ; cité par Follet, Bull. ép„ 1997, 36] reprend le dossier des différents apports et penche pour la deuxième vague de colons ; un Néoklès est archonte à Samos en 334/333 (SEG, 18, 1962, 200).

130 Le haut de la stèle est brisé et on ne peut donc assigner de date sûre à ce compte-rendu des épimélètes des arsenaux. La mention d’une expédition clérouchique aux lignes 88-111 a fait dater traditionnellement ce document de 366/365 (1. 89 : κληρ[ο]χ[α]ρχόντων) ; cf. par exemple les arguments développés par Davies 1969, 309 sq., qui critique les propositions de Sealey 1957, 95-111 ; ce dernier préfère une date de la fin des années 70 (à cause de la mention de l’activité de Pasion, mort en 370/369), ce qui suppose que la volonté d’installation des clérouquies remonterait à cette période (pas obligatoirement à Samos, dont le nom n’est pas mentionné dans le texte). Cawkwell 1973b, 759-61 retient pour sa part la date de 370/369 ; son principal argument étant que le cumul de la stratégie et de la triérarchie, qui découle de la date basse, pour Iphicrate n’a pas de véritable parallèle. Pour lui les 1. 88-111 concernent le renouvellement des commandants des clérouques de Lemnos, Imbros et Skyros (Cawkwell 1981,51, avec référence à Arist., Ath. Pol., 62.2). La position de Cawkwell a été discutée par Brun 1985, 312-316, qui propose de revenir à la date basse, avec de bons arguments, mais le débat reste ouvert.

131 Voir cependant Griffith 1978, 135 n. 16 qui propose 365/4 ; Mitchel & Kroll 1980, 91 publient un jeton de terre cuite avec le nom d’un stratège décrit comme ἰς Σάμον et le datent de peu après 365. Ensemble des témoignages sur les stratèges pour Samos, Cargill 1995, 142.

132 Hallof & Habicht 1995, 273-304, sp. 286 sq.

133 Michel, 832 ; cf. Ohly 1953, 25-50 ; Debord 1982, 219-221.

134 Considéré comme exagéré par Figueira 1991, 30 n. 60.

135 E.g. Beloch 1923, 194 n. 3 (contra Hornblower 1982, 199 n. 132).

136 En ce sens Barron 1998, 26 sq. Ce dernier signale des traces dialectales dans l’inventaire de l’Héraion. Il rapproche la monnaie récemment publiée du trésor de Pixodaros (supra p. 291 et n. 115) et retient l’idée que les Samiens restés sur l’île ont conservé “a measure of autonomy alongside the Athenian administration”, position qu’il pense être plus proche de celle de Griffith 1978, 139 sq. (il ne me semble pas que G. aille jusque-là) que de celle de Cargill 1983, 326 sq.

137 Cité supra p. 235 n. 16.

138 Cargill 1983, 326 sq. ; 1995, 20 soutient qu’il s’agit d’un retour au statut de 405, ce qui aurait évidemment comme conséquence de minimiser la part de l’apport athénien. Comme le note Shipley 1987, 142, l’onomastique qui permet d’établir des parallèles entre les noms des clérouques et ceux des Samiens ne prouve rien puisque ces noms de Samiens sont postérieurs à la suppression de la clérouquie, cela montrerait plutôt que tous les anciens clérouques n’ont pas été expulsés en 323 peut-être tout simplement parce qu’ils pouvaient arguer du fait qu’ils étaient descendants d’autochtones. Un métèque d’origine samienne au Pirée dans les années 320, IG, II2, 1628, 1. 366-8 ; 1629, 1. 859. Barron 1998, 27 met en avant un Samien qui vend du bois à Eleusis en 329/328 (IG, II2, 1672). Il déduit du fait qu’il n’est pas qualifié de métèque qu’il s’agit d’un Samien de l’Ile et y voit un argument pour sa théorie sur le maintien d’une structure politique distincte de la clérouchie. Cela ne paraît pas assuré : comment aurait-on pu désigner autrement un Samien de la diaspora, même à Athènes ?

139 Glotz 1941, 169.

140 Cf. Arist., Rhét.. 1384b 32-35 ; Cawkwell 1972, 272 sq.

141 Cf. Hornblower 1982, 109 n. 20 ; 128 n. 184 ; 133 ; Sherwin-White 1978, 67 et n. 194, qui donne la liste des cités ayant accueilli des Samiens : Cyrène, Rhodes, Priène, Iasos, Héraclée (du Latmos ?), Sestos, Amphipolis, Cos, après Habicht 1957, 152 sq. n. 2-4, 13, 20-29 ; 1972, 191 sq. avec le catalogue des décrets pris après le retour des Samiens dans leur île pour remercier leurs hôtes ; cf. encore Habicht 1975 b, 45-50 et Seibert 1979,514 n. 1304.

142 IG, II2, 108 (IK, 1-Erythrai, 7), 366/365. Le contexte général est donné par Beloch 1922, 194 ; Meyer 1958, 444 sq. ; cf. Judeich 1892, 200. Remarquons que Timothée a des raisons familiales d’entretenir des relations avec Érythrées puisque son père, Conon y a reçu des honneurs importants, dont la citoyenneté potentielle, à titre héréditaire (IK, 1-Erythrai, 6). Le plus simple est de penser que, fort de cela, Timothée a noué des relations avec la cité (ou une faction) au moment du siège de Samos ce qui expliquerait qu’un décret ait été pris à Athènes pour les Érythréens, décret dont nous ne pouvons préciser la teneur. Cf. encore Osborne 1975, 308 n. 32 ; Davies 1969, 330 et Hornblower 1982, 108-9 (cf. p. 52). Ces derniers (cf. aussi Shipley 1987, 138) croient préciser le contexte en liant ce décret à Démosthène, Chers., 24 : “Tous les stratèges qui à un moment quelconque sont partis d’ici avec quelques vaisseaux... tous tirent de l’argent de Chios, Érythrées, d’où Us peuvent, c’est-à-dire des villes d’Asie” [je souligne]. Ce texte, daté de 341, a un caractère bien trop rhétorique et général pour qu’on puisse espérer en tirer une information sur la situation de 366/5. 11 s’applique tout aussi bien au contexte de la campagne de Thrasybule qui précède la Paix du Roi. Notons en passant qu’il constitue une objection de taille aux théories de Cargill sur les rapports d’Athènes et de ses alliés.

143 Cf. Davies 1969, 328-331.

144 Supra n. 51.

145 Diod. 15.76.2 ; Str. 14.2.19 ; cf. Ps.-Skylax 90 (Counillon 1986-7, 49-62) ; Sherwin-White 1978, 65 sq. met en relation avec le synœcisme un passage de la Politique d’Arist. 1304 b 25 où il est question d’une révolution oligarchique qui suit (de combien ?) l’établissement de la démocratie. Il y aurait un paradoxe au moins apparent à admettre que la rupture avec Athènes a coïncidé avec la mise en place d’un régime démocratique (cf. n. 147).

146 Cf. l’introduction.

147 Sherwin-White 1978, 66 sq., admet avec prudence que le synoecisme de Cos est une réforme de type démocratique, après Paton & Hicks 1891, XXVII ; Judeich 1892, 238 ; cf. encore Moggi 1976, 325 sq. et Hornblower 1982a, 103 et n. 197. Notons cependant qu’elle ne comporte aucune référence “clisthénienne”. Faut-il au contraire y voir l’influence de Mausole et non pas une réaction contre ce dernier et donc une réponse au synœcisme d’Halicarnasse, comme le pense Judeich, loc. cit. suivi par Neppi Modona 1933, 37. Ruzicka 1992, 70 trouve dans l’action de Timothée à Samos la raison du renforcement de la présence de Mausole à Cos. Les Hékatomnides ont exercé une influence précoce sur l’île ; les relations économiques et monétaires sont bien attestées ; cf. Bean & Cook 1957, 142. Il n’est pas impossible de penser avec Pugliese Carratelli 1957, 337-9 ; 1963, 149-152, que la réunion des cités insulaires a pu avoir un caractère oligarchique. En dernier lieu Demand 1990, 127-132.

148 Cette vision des choses n’est somme toute pas très différente de celle de Sekunda 1988b, 51 pour lequel la disgrâce d’Ariobarzane est liée à l’influence croissante de Tiribaze à la cour (dont nous avons observé plus haut qu’il était plutôt philolaconien). Il est clair que tout changement de politique est lié aux aléas des luttes des personnes et des clans à la cour du Roi.

149 Comme le note Moysey 1975, 65, aucune source antique ne mentionne qu’il s’agit là de la raison de la révolte d’Ariobarzane ; pourtant les mentions en sont relativement nombreuses : Diod. 15.90.3 ; Cornelius Nepos, Dat., 2.5 ; Trogue Pompée, Prol., 10 ; Démosthène, Rhodiens, 9 ; Cornelius Nepos, Tïm., 1.2-3 Harpocration, s.v. On retrouve Artabaze parmi les officiers royaux loyalistes avant la fin de la révolte ; il est emprisonné par Autophradatès, lorsque ce dernier se joint au mouvement : Diod. 15.91.2 ; Démosthène, C. Aristocr., 23.154-5 (en 362/1, cf. infra p. 347).

150 Comme le souligne Weiskopf 1989, 26 il s’agit là d’une opération organisée selon tous les processus habituels des mises en œuvre d’armées impériales.

151 Sur les motivations supposées d’Ariobarzane, Weiskopf 1989, 41-43.

152 Diod. 15.90.3 ; Moysey 1975, 75 retrouve des traces d’un possible contact antérieur entre Sparte, Athènes et les dynastes asiatiques (Ariobarzane et peut-être Mausole dans Isocrate, Archid., 62-3, œuvre qui date de 366. Il convient de rappeler que les bons rapports entre Athènes et Ariobarzane remontent au moins à 375 (supra p. 288). Le satrape est décrit comme allié de Sparte par Xén., Agés., 2.26. Sur ces événements cf. Buckler 1980, 166-175.

153 Polyen 7.26 ; Autophradatès disposait de trois mille mercenaires grecs (Cornelius Nepos, Dat., 8.2).

154 Telle est la version de Xén., Agés., 2.26 ; le récit de Xénophon pourrait paraître plus fiable que celui de Polyen (note précédente). Il présente cependant un caractère hagiographique qui déforme, volontairement ou non, une partie des événements. Je ne vois pas de raison de compliquer les choses en pensant avec Weiskopf 1989, 46-48 qu’il y a eu deux campagnes contre Ariobarzane : 366 (Adramyttion), 365 (Assos).

155 On a parfois voulu faire dire au texte de Cornelius Nepos, Tim., 1.3, plus qu’il ne dit ; ainsi Glotz 1949, 168 ; Parke 1933, 109 ; Meyer 1958, 444 ; Meloni 1951, 10 ; Homblower 1982, 174, supposent que Timothée a participé à l’opération du golfe d’Adramyttion. Or ce n’est pas ce que dit Cornelius Nepos : Ariobarzani simul cum Agesilao auxilio profectus est que l’on peut traduire : “Il se porta au secours d’Ariobarzane en même temps qu’Agésilas”. L’endroit n’est pas précisé ; il n’y a donc pas lieu d’opposer cette information aux silences de Xén., Agés., 2.26 et Polyen 7.26 et surtout à Isocrate 15.112 comme le fait Moysey 1975, 82. De même à propos de Sestos et Krithone, Moysey préfère la version d’Isocrate (ἔλαβε) à celle de Cornelius Nepos (accepit). Mais Xén., Agés., 2.27 indique que Kotys “assiégeait Sestos qui appartenait encore à Ariobarzane” d’après lui, c’est l’intervention d’Agésilas qui l’aurait dégagée. Faut-il situer à ce moment l’épisode du ravage des vignes des riches propriétaires de Lampsaque (Polyen 2.1.26) ? Pour des raisons parallèles, Isocrate et Xénophon ont comme but de mettre en avant les exploits de leurs “héros”. Il est par exemple très compréhensible qu’Isocrate ait insisté sur la défense ou la prise des villes de Chersonnèse de Thrace, fait hautement glorieux pour Timothée et par là pour Athènes, plutôt que sur le don – apparemment a posteriori – par Ariobarzane, qui l’était beaucoup moins (cf. Moysey 1975, 83 : “therefore it is possible Sestos and Krithone were ‘ceded’to Athens”, etc.). Une fois admis ce schéma, faut-il penser que Kotys agit pour sa part de concert avec les satrapes loyalistes ou, plus simplement, qu’il profite de la situation pour tenter de chasser Ariobarzane de la Chersonèse ? Buckler 1980, 167, considère que l’installation d’Ariobarzane à Krithone et Sestos, donc sur la rive européenne de l’Hellespont, était en contradiction avec les clauses de la Paix du Roi, tout comme l’était la présence perse à Samos. Cf. aussi le propos très polémique de Démosthène, Rhodiens, 9. Sur la chronologie de ces épisodes, Kallet 1993, 246 sq.

156 Xén., Agés., 2.26-7 ; Mausole est censé commander cent trières, mais ne paraît pas les avoir engagées activement, sauf peut-être à Cyzique.

157 Cf. Moysey 1975, 83-84. Pour la séquence des événements j’adopte ici une reconstruction proche de celle de Glotz 1949, 167-170 (sauf pour les événements de Troade et de l’Hellespont) et donc bien différente de celle de Buckler qui tend à minimiser l’impact de la campagne maritime d’Épaminondas, à laquelle il dénie tout succès et même tout effet pratique. Point de vue plus nuancé de Buckler 1998, 203, où il considère que la flotte a servi d’arme diplomatique, mais son ultime conclusion est que “the entire Theban naval program was an expensive failure”.

158 Justin 16.4 ; contrairement à ce qu’écrit Buckler 1980, 168, Justin indique que Timothée refuse de s’immiscer dans les affaires d’Héraclée (infra p. 300) après que très vraisemblablement on lui ait envoyé une ambassade ; même scénario pour Épaminondas, dont il encore moins plausible qu’il soit allé jusqu’à Héraclée.

159 Cela peut se déduire de Xén., Agés., 2.27. La position de Mausole reste toujours aussi ambiguë.

160 C’est la première fois qu’apparaissent ces personnages appelés à jouer un grand rôle par la suite. C’est aussi apparemment la première fois qu’un Perse de si haut rang contracte une alliance matrimoniale avec une famille grecque. En ce sens les Grecs se comportent comme l’ont fait avant eux des aristocrates d’autres régions et cela confirme bien qu’il pouvait y avoir dans les cités (cf. plus haut à Samos) des factions qui ne manifestaient aucune hostilité de principe à la domination perse.

161 Cf. Roesch 1984, 45-60. L’existence de cette flotte a été autrefois niée, cf. Cawkwell 1972, 270-1 pour lequel les Thébains se sont appuyés essentiellement sur les flottes des alliés (Rhodes, Chios, Byzance) ; Diod. 15.79.1, insiste fortement sur la construction de cent trières et des arsenaux correspondants. Cela n’exclut nullement que des navires supplémentaires aient pu être fournis par les alliés, encore que la participation active des Chiotes et des Rhodiens soit loin d’être assurée (infra n. 164). Allusion à cette flotte éphémère, Plut., Philopoemen, 14.2-3. La monnaie ACGC 369, cf. p. 114 n. 1 qui porte le nom d’Épaminondas et une rose au-dessus de l’amphore traditionnelle doit être probablement mise en relation avec ces événements, Hornblower 1982, 200 n. 137 ; Hepworth 1986, 39 (et pl. 3, 5). Voir supra p. 275.

162 Diod. 15.79.1.

163 La sécession puis la reprise de Kéos, que ne mentionne aucune source littéraire, est rapportée par IG, II2, 111= Tod, 142. Cf. Buckler 1980, 173.

164 Hornblower 1982. 126, pense que Rhodes n’a pas effectivement quitté l’alliance athénienne et qu’il en va de même pour Chios. Il s’appuie sur Diod. 16.7.3 : Χίων καὶ Ῥοδίων rai Κῴων, ἔτι δὲ Βυξαντίων ἀποστάντων, liste des cités “révoltées” à l’époque de la guerre sociale. Son interprétation du texte est par trop sélective, à moins de donner à ἔτι un sens fort qu’il n’a pas ici (cf. 16.21.1 où le même mot paraît bien signifier “et aussi” et être placé là pour rompre la monotonie de l’accumulation des noms). Que faire alors de Cos dont H. admet, sans doute à juste titre, qu’elle n’a jamais appartenu à la confédération (supra n. 51) ?

165 Blümel 1994, 157 (363 a.C.) ; cf. Buckler 1998, 192-205 (364 a.C.)

166 La découverte de ce texte, à Tekir, a relancé le débat issu de la position prise par Bean & Cook 1952, 202-212 (suivis par exemple sur ce point par Robert & Robert, Bull. ép. 1954, 228 (p. 168) : le site ancien de Cnide serait Datça et la ville aurait été transplantée au ive s. à la pointe de la Knidia. Cette hypothèse avait été contestée par Demand 1989. 224-237 (cf. aussi Blümel, IK, 41-Knidos, p. 1-2). Il paraît assez clair que le débat est posé de façon erronée. Datça et Tekir sont également Cnide et l’on aurait tort d’imaginer obligatoirement une structure centralisée de modèle athénien. C’est seulement à l’époque hellénistique que l’agglomération de la pointe de la péninsule s’est affirmée en liaison avec l’activité du “couloir paralien” (cf. l’introduction), mais cela ne signifie nullement que les autres bourgs ont pour autant disparu ou même périclité. Bresson 1999 soutient qu’il convient de revenir au point de vue de Bean & Cook, c’est-à-dire au transfert du centre politique de Cnide de Datça vers Tekir dans la deuxième moitié du ive s. Pour B., le Triopion se trouvait à Tekir.

167 Buckler 1998, 196-204.

168 Cependant Iphiadès disposait d’autres arguments qui pouvaient procurer une gêne, ou une aide, considérable aux Cnidiens (infra).

169 Comme le note L. Robert. F a-t-il jamais été ?

170 Ps.-Démosthène, C. Polyclès, 6 ; cf. Sealey 1956, 197. Un Byzantin est honoré par un décret de la ligue thébaine (IG, VII. 2048) ; Roesch va sans doute trop loin dans la précision lorsqu’il imagine que ce personnage pourrait être un architecte naval. Les raisons précises sont inconnues mais pourraient être aussi bien politiques que techniques, en liaison directe avec la construction de la flotte. Les navires d’Épaminondas à Byzance, cf. Isocrate. Phil, 53.

171 Polyen 6.2.1.

172 Diod. 15.81.6 (364/3) ; Cornelius Nepos. Tim., 1.3 ; cf. Hasluck 1910 ; Glotz 1949, 170. Le statut et la situation de Cyzique à partir de 387 ne sont pas clairs. Il s’agit certes d’une île. mais reliée au continent par des ponts (Str. 12.8.11). On ne sait à quel moment ces derniers ont été construits. L’attaque d’Épaminondas se justifie si la cité est alors dans la mouvance d’Ariobarzane. A quel moment situer l’intervention de Timothée à Cyzique ? Pour Buckler 1980, 168, cf. aussi 256 sq., elle a lieu avant l’arrivée de la flotte d’Épaminondas (en 365 ; Weiskopf 1989, 52 penche pour 364) il s’agissait officiellement d’aider Ariobarzane et en réalité de se procurer du butin pour payer la troupe. Si pour rester plus près du texte l’on place cet épisode au moment de la présence d’Épaminondas l’action d’intimidation de Timothée se déroule strictement sur mer et par conséquent il n’y a pas plus ici qu’à Héraclée (contra Buckler) de rupture des instructions données au stratège au moment de son départ d’Athènes.

173 Cornelius Nepos. Tim., 1.2.

174 Tod, 160.1. 11 et 20-24.

175 Pour Buckler, Épaminondas s’est bien rendu à Byzance et y a été reçu avec sympathie sans pour autant emporter la décision de la cité d’entrer en rébellion ouverte contre Athènes.

176 Énée 12.13.

177 Sur Philiskos d’Abydos, cf. Hofstetter 1978, 1 et 259 sq. (bibliographie).

178 Démosthène, C. Aristocr., 141.

179 Mais cf. supra p. 288.

180 Démosthène, loc. cit., 141 et 202.

181 Supra p. 104.

182 Arist., Pol., 5.1306a 31.

183 Wilhelm 1911, XIV ; Robert 1967b, 23-25. On fera observer que dans l’inscription IG, I3, 28, peu après le milieu du ve s., plusieurs membres de la famille sont honorés par un décret de proxénie, ce qui démontre que malgré le parti-pris de Démosthène, C. Aristocr., 158, les dirigeants d’Abydos n’ont pas été systématiquement défavorables à Athènes, même si c’est la situation la plus fréquente.

184 Traité, II. no 2463.

185 Démosthène, C. Aristocr., 158.

186 Énée 28.6.

187 Syll.3, 187.

188 Hoepfner 1966 ; Asheri 1972 ; Franke 1966, 130 sq. ; Burstein 1976 ; Saprykin 1982, 127-149.

189 Justin 16.4.

190 Justin 16.3.9 (424/3) ; cf. Thc. 4.75.2.

191 Énée 11.10 bis-11.

192 Arist., Pol., 5.1304b 31 sq.

193 Souda, s.v. Κλέαρχος ; Énée 12.5 ; Justin 16.4-8 ; Diod. 15.81.5.

194 Pour Weiskopf 1982, 430, il ne fait pas de doute que le Mithridate mentionné ici est le fils d’Ariobarzane ; cette hypothèse est discutée supra p. 103, mais le contexte général reste à préciser. Énée souligne le grand danger qu’il y a à introduire dans une cité un parti trop puissant de mercenaires.

195 Memnon d’Héraclée (apud Photius, Bibl., 224), FGrHist, 434, Fl, 1-5. Cf. De Sainte Croix 1972, 37 sq.

196 Démosthène, C. Leptine, 84.

197 Plut., F. d’Alexandre, 2.5.338c.

198 Fille d’Oxyathrès, le frère de Darius (III). Cela pour montrer une fois encore les liens matrimoniaux qui pouvaient se tisser au ive s. entre les aristocraties locale et perse. Cf. infra p. 488.

199 Magie 1950, 308 sq.

200 C’est ce qu’affirme Str. 12.3.4, contrairement à une tradition [locale ?] qui fait venir les colons de Mégare et de Béotie, cf. Magie 1950, 1191 n. 23 ; Asheri 1972, 12-17. Lasserre CUF 157 retient la fondation milésienne comme n’étant pas à écarter. Cf. aussi Ehrhardt 1983.

201 Str. 12.3.10 qui indique de surcroît que Kytoron était autrefois un emporion des Sinopéens et que Tieion se sépare rapidement des trois autres. Cf. Debord 1998.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540