Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Deuxième partie. Conflits et enjeux de pouvoir (412-423 a.C.)

Chapitre VI. De la victoire militaire à la prééminence diplomatique (404-387)1

Texte intégral

I. Vers un nouveau renversement des alliances

1.1. Apogée et déclin rapide du système lysandrien

  • 1 Outre les ouvrages mentionnés au début du précédent chapitre, on retiendra l’article de Andrewes 1 (...)
  • 2 Plut., Lys., 19.3. Je ne vois pas de raison décisive de corriger Milet en Thasos, comme le propose (...)
  • 3 Sur la divinisation de Lysandre à Samos, Habicht 1970, 3-7, qui considère que la date la plus prob (...)
  • 4 Diod. 14.10.2. Il est difficile d’interpréter avec certitude le texte très ramassé et sans context (...)
  • 5 Plut., Lys., 19.7. Il s’agit probablement d’actions destinées à assurer la subsistance de l’armée.
  • 6 Cornelius Nepos, Alc., 9.2 ; Plut., Alc., 37. Hatzfeld 1948, 342 et n. 3, doute à juste titre de l (...)
  • 7 Cf. sur ce point les conclusions de Hatzfeld 1948, 337 sq. Certes les traditions et les motifs ava (...)
  • 8 La localisation du lieu de l’assassinat est due à Robert 1980, 257 sq. (cf. supra p. 36 n. 91).

1L’année 404 marque le point culminant de la puissance lysandrienne et de son organisation décarchique. L’œuvre de Xénophon nous est d’un mince secours pour cette époque et il faut recourir au récit de Plutarque avec les réserves que cela doit entraîner : ainsi pour l’épisode sanglant de Milet2 où malgré le serment du Spartiate, les chefs de la faction démocratique sont massacrés au nombre de huit cents. Plutarque précise ἀλλὰ καὶ... ὕστερον. et sans doute convient-il de placer cet épisode après la croisière dans les détroits. Ce retour vers l’Ionie ne doit pas nous étonner, nous trouvons Lysandre à Samos à l’époque où l’on célèbre les Hèraia rebaptisées en son honneur Lysandreia3. C’est encore à ce moment que fut levé lephoros dont Diodore nous dit qu’il atteignit plus de cent talents4. L’action et le pouvoir de Lysandre apparaissent à beaucoup de Lacédémoniens comme trop personnels et il suffit d’un prétexte, fourni par Pharnabaze qui se plaint des exactions de Lysandre dans sa satrapie, pour qu’il soit rappelé à Sparte5. Les rapports de Pharnabaze avec le navarque n’avaient, semble-t-il, jamais été des meilleurs. D’une part Lysandre était très lié à Cyrus et d’autre part les relations de Pharnabaze avec les Athéniens s’étaient progressivement améliorées. En 408 ce dernier avait fait d’Alcibiade son hôte et lorsqu’après la débâcle d’Aigos Potamoi l’Athénien se réfugie auprès de lui il paraît l’accueillir d’abord favorablement6. Mais l’injonction de Lysandre7 l’amène à envoyer contre lui des sicaires sous les ordres de Bagaios. Ses assassins le rejoignent à Mélissa près de Métropolis de Phrygie alors qu’il cherche à se rendre auprès du “satrape” de Paphlagonie dont il espère qu’il l’introduira auprès du Roi8.

  • 9 Supra p. 213 sq.
  • 10 Comme le suggère Lewis 1977, cf. supra p. 222.
  • 11 Cf. Bommelaer 1981, 118 sq.

2A propos de la nouvelle donne politique qu’entraîne le départ de Lysandre, il est nécessaire de s’interroger sur l’application sur le terrain des clauses du traité de 4119 (ou éventuellement des accords de 408 à Suse)10 dont les conséquences devaient être l’évacuation des Spartiates. En bonne méthode11 deux aspects doivent être distingués, même s’ils ont des liens entre eux : le rappel des harmostes, la disparition des décarchies.

3L’évacuation militaire a dû être progressive, mais elle était inévitable. En droit tout d’abord, sous peine de rompre le traité (et l’on a vu au cours du différend entre Lysandre et Pharnabaze que les Lacédémoniens ne sont pas prêts alors à la rupture) ; dans la pratique ensuite, car privés des ressources des satrapes, ils eussent été en peine de solder les mercenaires qui composaient en majorité les garnisons. Ces derniers passent donc très probablement au Roi ce qui pourrait expliquer partiellement l’ambiguïté de certaines attitudes un peu plus tard.

4Il importe d’abord d’examiner à titre de contre-épreuve les exemples allégués pour soutenir l’opinion contraire :

  • Chalcédoine avait été placée sous la tutelle de l’harmoste de Byzance par Lysandre en 40512. On sait seulement qu’en 400 il y a une garnison dans la ville et que cette dernière obéit aux ordres du navarque Anaxibios13. Il n’est pas assuré que la garnison ait été maintenue en permanence14. Nous venons de voir qu’il y a une présence continue de Sparte à Byzance (harmoste et parfois aussi navarque) mais nous sommes là hors d’Asie Mineure.
  • Pour Parion et Cyzique, voire Abydos, la seule conclusion à laquelle on puisse arriver est qu’en 400 les envoyés de Sparte circulent librement dans les ports de Phamabaze ; cela se conçoit très bien étant donné la nature des rapports qui existent alors entre le satrape et son alliée15.
  • En Ionie, aucun harmoste n’est attesté ; en revanche, le décret athénien qui loue les habitants de Notion et d’Éphèse16 en 403/2 pour l’accueil qu’ils ont réservé aux exilés de Samos cadrerait mal avec l’idée du maintien des décarchies dans ces cités. A coup sûr donc à ce moment, ces deux cités, et très probablement beaucoup d’autres, avaient remplacé ces dernières par des gouvernements plus modérés sans pour autant aller jusqu’à la démocratie mais par référence aux patrioi politeiai17. Il est très tentant de situer les deux phénomènes sinon de façon totalement concomitante du moins très proches dans le temps (rappel des harmostes, disparition des décarchies)18. Une date haute justifierait mieux les assertions de Xénophon19 selon lequel Agésilas avait trouvé les villes “en état de dissension par suite des changements politiques qui suivirent la chute de l’Empire athénien” ou encore "la situation politique des cités était troublée et il n’y avait plus ni démocrates comme au temps des Athéniens ni décarchies comme au temps de Lysandre”. Faut-il y voir la volonté de Sparte de donner des gages à Tissapherne en éliminant du gouvernement des cités des hommes politiques tant dévoués à Lysandre et qui avaient été complètement engagés au côté de Cyrus dans le conflit opposant les deux satrapes ?20 Bien que cette préoccupation ne soit pas tout à fait à exclure, l’affaire paraît plutôt refléter les clivages internes de Sparte.
  • 21 Xén., An., 1.1.7.
  • 22 Xén., Hell., 3.1.1.
  • 23 Diod. 14.12. Les Spartiates ont envoyé un contingent contre lui ; il se réfugie d’abord à Sélymbri (...)
  • 24 Diod. 14.19.5 et 7 ; Xén„ An., 1.2.1-3. Cf. Roy 1967, 287-323 ; Perlman 1976-7, 241-284 ; Seibt 19 (...)
  • 25 Diod. 14.19.6 (supra p. 124).

5La seconde présence de Cyrus en Asie Mineure peut être considérée à bon droit comme une sorte d’intermède pour les cités asiatiques qui se rangent unanimement de son côté, à l’exception de Milet que Tissapherne avait pris soin de ramener à son parti en chassant du pouvoir les hommes de Lysandre21 et dont Cyrus fait le siège par terre et par mer. Mais selon Xénophon ce n’est qu’une péripétie ou plutôt un prétexte. En effet Cyrus est essentiellement préoccupé par sa vengeance et son projet de conquête du trône. Les Spartiates lui fournissent une aide discrète22 mais surtout ils permettent à plusieurs officiers de se joindre à lui à titre privé et de recruter des contingents de mercenaires. L’un de leurs chefs est Cléarchos, l’harmoste de Byzance, obligé de quitter la ville par suite de troubles internes mais aussi de son attitude tyrannique à l’égard de la cité23. Ces mercenaires et aussi les contingents levés sur place (explicitement les bannis milésiens parmi d’autres)24 sont officiellement destinés à lutter contre les rebelles. Le départ de Cyrus entraîne une réorganisation des satrapies occidentales25.

1.2. L’hostilité déclarée envers Sparte et l’action d’Agésilas en Asie26

  • 26 Westlake 1981, 257-279 ; 1986, 405-426.
  • 27 Diod. 14.35.6-7 ; sur Kymè, Bouzek 1974 ; 1980 ; Engelmann 1976. Il est possible que les monnaies (...)
  • 28 Xén., Hell., 3.1.5. Cela suppose que les régimes en place étaient des oligarchies philolaconiennes (...)
  • 29 Xén., Hell, 3.1.3 ; Diod. 14.35.6.
  • 30 Xén., Hell, 3.1.20 ; cf. 3.2.12.
  • 31 Xén., Hell, 3.4.5.
  • 32 Ruzicka 1997, 109 sq. souligne la rupture que représente l’été 400 avec l’appel à l’aide des cités (...)

6Après la mort de Cyrus, Tissapherne revient en Anatolie occidentale et désormais les règles du jeu sont profondément modifiées. Ce dernier a des comptes à régler à la fois avec les Spartiates pour leur attitude antérieure et aussi avec les cités grecques asiatiques. Malgré l’ultimatum Spartiate qui exige qu’aucune action ne soit entreprise contre elles, Tissapherne se dirige vers Kymè dont il ravage le territoire sans pouvoir s’emparer de la ville27. Dès avant la fin de 400 et à l’appel des cités ioniennes, Sparte envoie Thibron qui arrive avec un contingent non négligeable mais recrute aussi sur place “car c’était le temps où toute les cités grecques obéissaient à n’importe quel ordre d’un homme venu de Lacédémone”28. Fait nouveau également, l’aspiration à l’eleutheria des Grecs asiatiques29 ou plus exactement la prise en compte de cette demande par les autorités Spartiates : ainsi, Derkylidas demande pour les habitants des cités que contrôlait Midias, et avant lui Mania, liberté et autonomie30 ; Agésilas pose la même revendication31. La politique officielle de Sparte est donc bien différente de ce qu’elle était à la fin du ve s.32, telle qu’elle était exprimée par ses envoyés successifs (Lichas, Lysandre) quelle que soit par ailleurs leur position personnelle.

  • 33 Tuplin 1993, 48 sq. Isocrate, Panég., 144 en donne une image plus favorable, il est vrai dans un c (...)
  • 34 Diod. 14.36.3 ; sur le lieu de résidence de Tissapherne, supra p. 46.
  • 35 Cf. aussi Xén., Hell, 3.2.19 ; Meyer 1909, 112 penche pour 391 c’est-à-dire la deuxième campagne d (...)
  • 36 Diod. 14.36.3. Les pentes escarpées de l’acropole constituaient un rempart efficace.

7Xénophon souligne expressément la relative inactivité initiale de Thibron mais il semble lui être globalement hostile33. En revanche Diodore indique qu’à partir de son quartier général d’Éphèse, il s’empare de Magnésie qui n’était pas fortifiée34 Il établit la population à Thorax, lieu plus facile à contrôler, près du célèbre sanctuaire d’Artémis Leukophryènè35. Il échoue en revanche face à Tralles, mieux défendue36 ; il pille le territoire du Roi mais se replie vers Éphèse à l’arrivée de Tissapherne.

Carte 5 : Éolide et Mysie occidentale.

  • 37 Xén., An., 7.8.7-8.
  • 38 Il est en effet tout à fait remarquable qu’un grand nombre de cités de Troade-Mysie-Éolide, même p (...)
  • 39 Par la voie terrestre directe et par conséquent dans un cheminement différent de celui que décrit (...)
  • 40 Xén., An., 7.8.9-21.

8Pour cette même époque, Xénophon nous fournit de façon fortuite à l’occasion de l’étape ultime du périple des Dix-Mille, de Lampsaque à la jonction avec Thibron, des renseignements très vivants sur la géographie politique de la Troade et de l’Éolide37. C’est un tableau assez précis de la Troade qui nous est proposé. La mise en perspective avec les autres sources, en particulier le monnayage38, permet de montrer qu’il s’agit d’une région bien dotée en cités grecques (ou de modèle grec). La configuration de la péninsule explique en partie cette caractéristique. Xénophon décrit d’abord le débarquement dans le grand port de Lampsaque et son marché (on notera tout particulièrement l’anecdote de la vente de son cheval) puis une marche qui par Antandros, le pedion de Thèbè, Adramyttion, Kytarion les conduit enfin à Pergame39. A partir de Pergame le tableau est tout à fait différent : au chapelet côtier des cités se juxtapose un monde composite dans la main du Roi perse40.

  • 41 On sait peu de choses sur la Pergame du ive s. ; cf. Hansen 1947, 8-13 (rapide). Sur les Gongylide (...)
  • 42 Supra p. 190.
  • 43 Ps.-Skylax 98 ; Str. 13.1.69 ; Xén., Hell., 3.1.6. Ce vocable désigne à la fois une région et une (...)
  • 44 Dont la localisation n’est pas exactement assurée, cf. Schuchhardt 1912, 116-17 ; Wilhelm 1914, 14 (...)
  • 45 Supra p. 189.
  • 46 On attribue à cette cité un monnayage pour la seconde moitié du ive s. SNG von Aulock 1085-1088 ; (...)
  • 47 Cf. aussi Syll.3, 302 ; IJG I, p. 257 ; cf. Rostovtzeff 1910, 267, époque d’Alexandre (cf. supra p (...)
  • 48 Synthèse commode surtout par les testimonia réunis : Kassab 1987, 173-189. Monnayage des ive-iiie  (...)
  • 49 Gryneion est célèbre par son sanctuaire oraculaire consacré à Apollon (Ragone 1990) ; elle frappe (...)
  • 50 Connue seulement par Xén., An., 7.8.15, cette cité pourrait être une candidate sérieuse pour l’att (...)
  • 51 En particulier pour rendre totalement compatible les deux récits de Xén., An., 7.8.8-22 ; Hell., 3 (...)
  • 52 Cf. l’organisation des phrouria qui apparaît chez Polyen 4.10.
  • 53 Cf. les analyses de Briant 1982, 189 sq. Nous reviendrons ailleurs sur les informations économique (...)

9Pergame est tenue par la famille des Gongylides41, d’origine érétrienne. Le texte de Xénophon n’est pas très explicite, mais le personnage en vue dans la cité paraît être Hellas, veuve de Gongylos. C’est elle qui suggère à Xénophon un coup de main contre la propriété du noble perse Asidatès42. Dans cette même région des troupes “perses” sont cantonnées dans les villages. Il s’agit en réalité d’Hyrcaniens et de Cappadociens – Xénophon les appelle Assyriens – pour ceux dont l’origine est précisée. Il y a là aussi plusieurs cités grecques qui ont été données par le Roi à des Grecs exilés : Teuthrania43 et Halisarna44 aux Démaratides45 ; Gambreion46, Palaigambreion47, Myrina48, Gryneion49 aux Gongylides. Il y a aussi Parthénion, ville dotée de murs, dont le maître n’est pas nommé ; de même pour Apollonia50. Il est admis universellement, parce que le texte de Xénophon est sur ce point sans équivoque, que les gens qui tiennent les deux dernières nommées se portent au secours d’Asidatès. En revanche tous les commentateurs admettent que les Gongylides et les Démaratides se rangent du côté de Xénophon. Or la cohérence de l’ensemble de la documentation51 implique que, à l’exception d’Hellas, l’attitude des dynastes grecs a été pour le moins suspecte. Ils ne se sont pas engagés dans le “coup” contre Asidatès mais semblent en revanche décidés à venir à la curée (malgré l’avis contraire d’Hellas) lorsque les affaires tournent mal pour Xénophon et ils restent finalement dans une prudente expectative. Cet enchevêtrement de cités grecques avec leur chôra comportant des kômai, de villages issus ou non de la colonisation perse, de phrouria52 montre la complexité du monde sur lequel les Perses ont exercé leur autorité. Au ve s., à l’exception des zones côtières (à la différence de ce qui se passe en Carie et partiellement en Troade) les Athéniens ont eu peu de contacts avec ces régions, même relativement proches de la mer. Elles sont restées sous la tutelle directe des Perses53.

  • 54 C’est à ce moment qu’il convient de placer le stratagème d’Alexandros, phrourarque des chôria d’Eo (...)
  • 55 Supra p. 190 sq.
  • 56 Il y a deux Laris(s)a dans le nord-ouest de l’Asie Mineure celle-ci (Hell., 3.1.7) dont les ruines (...)
  • 57 Supra p. 95.
  • 58 Xén., Hell, 3.1.10-16 ; cf. Diod. 14.38.2-3.
  • 59 Le développement qui suit s’appuie largement sur les travaux de Cook 1973.

10En 399, Thibron vient à la rencontre de ce qui reste des Dix-Mille et obtient la soumission de la plupart des villes de l’Éolide septentrionale et de la Mysie pergaménienne54. Il y a toute une gradation dans le récit de Xénophon55. Pergame se singularise par le fait qu’elle se livre d’elle-même. Teuthrania et Halisarna tombent au pouvoir de Thibron. les maîtres de Gambreion, Palaigambreion, Myrina et Gryneion se soumettent, d’autres sont prises de force mais Larisa l’Égyptienne résiste victorieusement56. A la suite de cet échec, Thibron est rappelé à Éphèse (il est condamné à son retour à Sparte à cause de ses exactions contre les alliés) et remplacé en 398 par Derkylidas, harmoste d’Abydos en 407. Ce dernier joue de la rivalité entre Pharnabaze et Tissapherne57. Il engage une action contre la satrapie de Pharnabaze après convention avec Tissapherne et pénètre dans la partie de l’Éolide qui est du ressort de ce satrape. Dans le récit de Xénophon, c’est là le prétexte d’une longue digression sur la famille qui gouverne cette région58. On pourrait intituler ce développement “Histoire de Mania”, tant ce personnage paraît avoir impressionné l’auteur et être la véritable cause de l’ampleur inaccoutumée du récit59.

Carte 6 : La Troade.

  • 60 Dardanos est mentionnée par le Ps.-Skylax 95 ; Str. 13.1.28 ; sa localisation à Mal Tepe (Δαρδανὶς (...)
  • 61 Ps.-Skylax 95 ; Str. 13.1.47 (cf. 13.3.2). Du Sud vers le Nord : Hamaxitos figure dans le décret p (...)
  • 62 Probablement entre 410 et 404/3. Il serait peu vraisemblable que ces cités aient fait défection pl (...)
  • 63 Str. 13.1.33 ; 45 ; 52. Monnaies, Head 1910, 548-9 (460-400 a.C.) ; SNG von Aulock 1575-1579 (deux (...)
  • 64 Du texte d’Hérodote 5.122, il ressort que les Gergithes constituaient alors un peuple et non une c (...)
  • 65 Str. 13.1.51 ; Néandria est présente dans la liste du phoros de 410 (IG, I3, 100), son montant hab (...)
  • 66 Phoros porté à deux talents en 425. Mindaros à Ilion, Xén., Hell., 1.1.4 : la cité est-elle déjà d (...)
  • 67 La localisation de Kokylion n’est pas connue et l’on possède bien peu de témoignages sur cette cit (...)
  • 68 Ricl 1997, IK, 53-Alexandreia Troas, p. 7.
  • 69 Str. 13.1.33 ; Kébren figure dans la liste de 425/4 (auparavant elle contribuait au maximum pour l (...)
  • 70 Comme cela a été noté par plusieurs auteurs (cf. Tuplin 1993, 50), cette attitude initiale paraît (...)
  • 71 Xén„ Hell., 3.1.21.
  • 72 De Sainte-Croix 1981, 558 n. 7, estime à trois cent cinquante talents les sommes recueillies comme (...)
  • 73 Infra p. 243 ; cf. Diod. 14.39.1-4 ; Hell. Ox., 2.1. Cent trières sont demandées aux rois de Chypr (...)
  • 74 C’est-à-dire la région comprise entre Chalcédoine et Héraclée pontique.
  • 75 Pharnabaze en profite pour “monter” à la cour du Roi. Il fait approuver son plan de construction d (...)
  • 76 Xén„ Hell., 3.2.11 ; Diod. 13.65.3-4 ; cf. infra p. 267.
  • 77 Isocrate, Pane’g., 144.

11Zènis et Mania sont originaires de Dardanos60. Quelle que soit l’origine lointaine des habitants, ces derniers sont considérés comme Grecs à l’époque classique. Ils écrivent en tout cas en grec. Cela n’empêche sans doute pas qu’il puisse y avoir quelques nuances dans la perception des choses (cf. plus loin l’ambassade des gens de Sigeion accompagnant Charès à Ilion au moment de l’anabase d’Alexandre). Mania conserve les cités qui lui avaient été confiées à la mort de son mari et y ajoute les cités côtières de Larisa, Hamaxitos et Kolonai61 dont les fortifications sont prises d’assaut par ses mercenaires grecs. Ces villes échappent ainsi à l’influence athénienne62. Mania est assassinée par son gendre Midias qui se maintient à Skepsis (Xénophon indique plus loin qu’il s’agit de sa cité d’origine)63 et à Gergis64. Il est précisé que ce sont des places fortifiées (ἐχυραὶ πόλεις). Dans le reste du territoire, les garnisons restent fidèles à Pharnabaze. Derkylidas se présente sur la côte et en un jour Larisa, Hamaxitos, Kolonai se livrent à lui. A son appel, Néandria65, Ilion66, Kokylion67 ouvrent leurs portes, mais nous apprenons que la mort de Mania a accru les dissensions entre la population et les mercenaires grecs. A Kébren68 en revanche le chef de la garnison ne veut pas livrer la ville et Derkylidas entreprend un siège, mais les Grecs imposent la reddition69. Le corps expéditionnaire Spartiate se porte alors vers Skepsis. Derkylidas entre dans la ville en “bluffant” Minias : après avoir demandé liberté et autonomie70 pour les habitants, il “remit la cité aux citoyens (et)... leur recommand(a) de la gouverner comme il convenait à des Grecs”71. A Gergis, un scénario quasi identique se reproduit. Derkylidas confisque ce qui appartenait à Mania en arguant du fait que cette dernière tenait tout de Pharnabaze72, et ne restitue à Midias que ce qui lui vient de son père c’est-à-dire apparemment ses biens patrimoniaux à Skepsis. Ainsi, par démonstration de force, par la ruse, en jouant des antagonismes latents des différents groupes, le général lacédémonien s’empare en huit jours de pratiquement toute la région de Troade que tenait Mania. Devant l’ampleur du désastre, Pharnabaze demande, et obtient, une trêve dont il profite, semble-t-il, pour se rendre en Haute-Asie et faire entreprendre la construction de la flotte dont le rôle ultérieur sera si important73. Derkylidas s’installe en Thrace de Bithynie74 où son armée vit sur le pays. Ce point de chute pour hiverner satisfait les deux belligérants et montre une fois encore la difficulté qu’il pouvait y avoir à tenir en main, sans argent sans cesse renouvelé, une armée relativement nombreuse. Après l’hiver 398, la trêve est prolongée75 et, pour les mêmes raisons, Derkylidas passe avec son armée en Chersonnèse de Thrace. De là, il revient vers Éphèse par Atarnée tenue par des exilés de Chios76. Le siège dure huit mois. Après s’être emparé de cette place forte (chôrion) il s’en sert de lieu d’étape (katagôgè) y stocke tout le nécessaire et installe Dracon de Pellène comme épimélète. Isocrate77 précise que ce dernier prend appui sur Atarnée pour ravager le pedion de Mysie avec trois mille peltastes.

  • 78 Supra p. 124 n. 80.
  • 79 Cf. l’exploration menée dans la région par Paton (1900) et reprise par notre équipe.
  • 80 Humann et al. 1904, fig. 12 ; Bingöl 1998, 77 sq.
  • 81 Hell Ox.. 12[7].4.
  • 82 Xén., Hell., 4.2.17-18 ; cf. Westlake 1979, 34 ; Ruzicka 1997, 111.
  • 83 Xén., Hell., 3.2.20.
  • 84 A noter ici la claire distinction opérée entre chôra et poleis (à rapprocher des textes des traité (...)

12Les éphores ordonnent alors à Derkylidas de se porter en Carie pour atteindre là le cœur des possessions de Tissapherne. Celui-ci – qui vient d’être nommé stratègos tôn pantôn78 – est rejoint par Pharnabaze et, malgré l’avis de ce dernier qui souhaitait pour sa part reconquérir la Troade, il se rend en Carie où il établit des garnisons puis il revient dans la vallée du Méandre. Dans la plaine, ou sur les premiers contreforts des collines, les seuls véritables “reliefs” sont les tumuli et les tours. Ils servent d’observatoire aux guetteurs des deux armées. La suite du récit montre que nous sommes entre Magnésie et Tralles. L’archéologie n’a pas permis pour l’instant la découverte des vestiges correspondants. On peut cependant s’en faire une bonne idée avec les nombreuses tours que l’on rencontre dans cette région79 et aussi par le nombre des tumuli que l’on peut apercevoir tout autour de Magnésie80. Nombre d’entre elles ont été aménagées au ive s. Les tumuli sont également très présents dans la vallée du Méandre et de ses affluents. On pensera à ceux d’Harpasa ou encore au très bel exemple à Mal Tepe (Direcik). L’aménagement intérieur des chambres est réalisé en schiste mais taillé à la manière du bois. Ce type de tombe et d’autres indices nous orientent vers la Lydie voisine. Mais sommes-nous à cette époque en Carie ? Nous avons noté plus haut que sous le règne de Darius la réponse était très probablement négative, et il en va peut-être de même du temps de Mausole. Avons-nous un élément de réponse avec l’indication que nous fournit l’auteur anonyme des Helléniques d’Oxyrrhychos81 qui dans un passage mutilé semble indiquer que pour lui la vallée du Méandre était habitée par des Lydiens ? Les deux armées se font donc face près de Magnésie. L’affrontement se conclut par une “non-bataille” (l’expression est de S. Ruzicka) qui permet une fois encore à Xénophon82 de donner une image peu flattée des forces antagonistes d’Ionie, en opposant les attitudes dans les deux camps. Les Péloponésiens ne bronchent pas alors que les Priéniens et les gens de l’Achilleion se débandent en abandonnant leurs armes, le reste des contingents insulaires et ioniens n’est pas loin d’en faire autant. Dans le camp perse, Pharnabaze veut en découdre mais Tissapherne qui n’est pas informé de la situation des troupes de Derkylidas hésite à s’engager et fait demander aux Grecs les conditions de la paix. Du côté grec, il est réclamé I’“autonomie des cités grecques”83, du côté perse “que l’armée grecque sorte de la chôra et les harmostes des villes”84. Une trêve est conclue pour consulter les autorités de Sparte et le Roi.

  • 85 Xén., Hell., 3.4.1 ; Age’s., 1.6. ; Plut., Age’s., 6.1. Selon l’informateur la puissance de la flo (...)
  • 86 Seager 1977, 183-184 ; De Voto 1985, 169. Cartledge 1987, sp. 180-202 et 208-218 ; Hamilton 1991, (...)
  • 87 Xén., Hell, 3.4.1-3.
  • 88 Xén., Hell., 3.4.5-6.
  • 89 Xén., Hell, 3.4.7.
  • 90 Xén., Hell., 3.2.11.
  • 91 Supra p. 235.
  • 92 Plut., Agés., 2.2 ; cf. Xén., Agés., 1.37 ; Hell., 4.2.7.
  • 93 Ce dernier apparaît dans les Hell. en 3.4.10 (cf. Xén., Agés., 3.3). Est-ce le même personnage que (...)

13Mais à l’annonce (donc dès 397)85 de l’armement d’une flotte en Phénicie par les Perses, Sparte décide l’envoi d’un contingent substantiel en Asie qui est placé, fait nouveau et signe de l’importance attachée à cette opération, sous le commandement du roi Agésilas86. D’après Xénophon87 cette décision a été prise sous l’influence de Lysandre qui pensait pouvoir, à cette occasion, restaurer les décarchies “lesquelles avaient été supprimées par les éphores qui avaient fait rétablir les patrioi politeiai”. Dès son débarquement à Éphèse (396), Agésilas entreprend de négocier avec Tissapherne pour l’établissement d’une trêve88. Xénophon évoque alors à ce moment la situation politique de l’Ionie89 qui, d’après lui, n’était plus gouvernée par des démocraties comme au temps de la domination athénienne, ni des décarchies comme au temps de Lysandre. Nous reviendrons plus loin sur cette affirmation par trop simpliste mais intéressons-nous plutôt ici aux implications et aux causes de la situation de crise interne également évoquée. En 397, au retour de l’expédition qu’il a mené en Chersonèse, Derkylidas observe que les cités se trouvent globalement dans une situation satisfaisante90. Paradoxalement J.-F. Bommelaer91 en tire argument pour conclure que l’abolition des décarchies est postérieure à la situation décrite par le texte qu’il prend donc à la lettre. Il semble plus probable d’admettre que l’éclipse de l’influence de Lysandre à Sparte s’est produite peu après la victoire sur Athènes et que les éphores (supra) en ont profité pour déposséder du pouvoir les partisans du navarque. Une partie d’entre eux sont mis à mort après leurs exactions92, les autres se pressent autour de Lysandre qui a accompagné Agésilas en Asie dans l’espoir d’être réinstallés en maîtres dans leurs cités. Cette “cour” de Lysandre irrite Agésilas qui, après avoir manifesté beaucoup de froideur à son égard, l’envoie en mission dans l’Hellespont. Là, Lysandre obtient le ralliement du Perse Spithridatès93.

  • 94 Xén., Hell., 3.4.15 ; Agés., 1.23.4.

14Ayant obtenu des renforts, Tissapherne rompt la trêve. Les préparatifs de campagne sont décrits avec complaisance dans ce véritable panégyrique qu’est l’Agésilas. Peut-on accorder quelque crédit à la description de l’enthousiasme qui préside à la “levée en masse” ? Cette atmosphère contraste singulièrement avec le comportement des contingents ioniens dans les engagements précédents et le mépris à peine déguisé que Xénophon manifestait à leur égard dans les Helléniques où il décrit le “stratagème” qui permet au roi de se procurer une cavalerie mercenaire sans bourse délier et souligne avec une ironie mordante le zèle que les plus riches mettent à se procurer un remplaçant pour se faire tuer à leur place94.

  • 95 Hell. Ox., 4.2 le passage est très mal conservé ; Diod. 14.79.4-8. Voir Funke 1980, 59-70.
  • 96 Infra p. 251.
  • 97 Quatre-vingts navires venant de Phénicie sous le roi de Sidon et dix de Cilicie. Tel est l’ordre d (...)
  • 98 Le meilleur exposé est celui de Dugas 1910, 58-95 ; cf. également Bruce 1967, index s.v. Agesilas  (...)

15Pendant ce temps une partie (quarante navires) de la flotte construite en Phénicie est venue, sous le commandement de Conon. s’ancrer dans le port de Caunos95. Elle est bloquée par le navarque Pharax (donc en 397 et non l’année suivante, date qui se déduit du texte de Diodore). Celui-ci s’appuie sur le phrourion de Sasanda mais doit se retirer à Rhodes sous la pression du reste de la flotte perse commandée par Pharnabaze et Artaphernès. Conon poursuit alors son avantage en s’avançant avec quatre-vingts trières en Chersonnèse (c’est-à-dire la future Pérée rhodienne). Les Rhodiens se révoltent contre les Lacédémoniens et laissent entrer Conon et sa flotte dans le port96. Il y transporte aussi son quartier général. Avec les Rhodiens il profite de l’effet de surprise pour capturer les cargos de ravitaillement en blé que les Spartiates avaient obtenus du roi d’Égypte. Des renforts venant de Phénicie rejoignent Conon97. Sur ses mouvements avant la bataille de Cnide Xénophon est une fois encore totalement silencieux, ce qui déséquilibre complètement l’appréciation que l’on peut porter sur les événements d’Asie Mineure pendant la présence d’Agésilas. Sur la terre ferme celui-ci ne reste pas inactif, il mène en 396 puis au printemps et à l’automne de 395 trois campagnes98 pour lesquelles Xénophon met en valeur l’habileté tactique du roi lacédémonien :

  • En 39699, Agésilas convoque les contingents des villes pour une expédition en Carie, où Tissapherne avait son oikos. Le satrape tombe dans le piège, d’autant qu’il sait qu’Agésilas manque de cavalerie et que la configuration géographique de la Carie est peu propice à son utilisation. Il envoie donc ses propres cavaliers pour attendre le Spartiate dans la plaine du Méandre mais ce dernier passe en Phrygie (ici à l’évidence la satrapie de Pharnabaze) et progresse jusque dans les environs de Daskyleion. Un engagement partiel a lieu, après lequel Agésilas se replie (il ne se sent manifestement pas en position de force) et revient à Ephèse où il décide de constituer un corps de cavalerie capable de rivaliser avec les Perses (supra). Le très bref récit de Diodore est bien différent, non pas tant par la route décrite que par l’ambition qu’il attribue à Agésilas de piller et de détruire : la troupe100 est accompagnée d’un marché ambulant pour revendre le butin. Le roi prend Kymè comme base opérationnelle101 et de là pousse des raids en Phrygie. C’est probablement à ce moment qu’il convient de placer le siège de Phocée mentionné seulement par Polyen102.
  • La présence d’Agésilas à Éphèse a laissé un témoignage épigraphique : une inscription sur une base de colonne de l’Artémision103. C’est en effet au printemps 395104 qu’il concentre ses troupes dans cette cité et les entraîne au combat, au point que la ville devient un véritable “atelier de guerre” où tous les corps de métiers rivalisent dans la fabrication d’armes et l’agora bruisse sans cesse des transactions sur les armes et les chevaux105. Après avoir minutieusement préparé son armée, Agésilas laisse entendre qu’il va s’attaquer au cœur de la Lydie mais Tissapherne pense à nouveau qu’il se dirigera plutôt vers la Carie et place ses forces en conséquence. A partir de là, les données divergent totalement. Xénophon106 ne décrit pas à proprement parler un itinéraire mais la durée du trajet (trois jours) et le premier obstacle naturel qu’il mentionne est le Pactole. Ceci avait conduit les différents commentateurs107 à penser que la route suivie était la plus courte possible en suivant la vallée du Caÿstre jusqu’à Hypaipa pour atteindre ensuite le Pactole et Sardes en traversant le Tmôlos. Ils écartaient ainsi la version de Diodore108 qui s’est trouvée confortée après la découverte des Helléniques d’Oxyrrhynchos109. Selon ces auteurs, Agésilas aurait quitté beaucoup plus tôt la plaine du Caÿstre (à Métropolis ?) pour s’engager dans la passe de Karabel110, gagner le bassin de l’Hermos et rejoindre là la route principale qui relie Smyrne à Sardes. Les Lacédémoniens s’appuient sur les contreforts du Sipyle, sans doute pour éviter d’être surpris par le déploiement de la cavalerie perse. L’itinéraire décrit était propice au pillage – tout ce que pouvait espérer en réalité Agésilas, comme le montrera la suite des opérations, incapable qu’il était d’emporter d’assaut une place fortifiée de quelque importance – et il doit se contenter du sac du paradis de Tissapherne (avant ou après la bataille de Sardes)111. L’affrontement est rapporté de façon assez divergente par les auteurs112. Au-delà des péripéties, notons que malgré le peu d’importance réel (quantitatif) de cet engagement (les Perses ont perdu six cents hommes si l’on suit Xénophon – plutôt que six mille d’après Diodore –), il a cependant un retentissement considérable : il dissuade dans l’immédiat Tissapherne de toute action efficace ultérieure et surtout entraîne sa disgrâce et à terme sa condamnation à mort par le Roi.

Carte 7 : Les campagnes d’Agésilas.

  • 113 Hell. Ox., 6.27 ; 7.3.
  • 114 Hérodote 7.26 ; Xén., An., 1.2.7-8 : “ville bien peuplée, grande et riche” Cyrus le jeune y avait (...)
  • 115 Dugas 1910, 75, à partir de Hell. Ox., 8.1.39-40.

16Xénophon enchaîne tout de suite sur la mise à mort de Tissapherne. Les Helléniques d’Oxyrrhynchos sont donc les seules à donner un récit relativement détaillé de ce qui se passe ensuite113. Agésilas s’enfonce en direction de la Phrygie, probablement en remontant le Kogamos jusqu’à la ligne de relief qui sert de limite à la Lydie et à la Phrygie. Là, plutôt que de se diriger vers l’intérieur en direction de Kélainai114, il choisit le retour vers la mer en suivant la vallée du Méandre. Il séjourne, semble-t-il. un temps à Magnésie et c’est là qu’il apprendra la mort de Tissapherne. Il revient alors à Éphèse115. Ch. Dugas a raison d’insister sur le sens que l’on doit attribuer à cette campagne : il s’agit pour l’essentiel d’une démonstration de force par le pillage des plus riches parties du territoire ennemi, ce qui permet en même temps d’entretenir l’armée. Il faut en effet rappeler une fois encore combien les Spartiates connaissaient de difficultés en ce domaine lorsque le recours à l’or perse leur était interdit.

  • 116 Xén., Hell, 3.4.25 ; Diod. 14.80.6-8 ; Plut., Agés., 10.4-5.
  • 117 Xén., Hell, 3.4.25-6 ; Isocrate, Pane’g., 153, ; Diod. 14.80.8 ; Plut., Agés., 10.4-5.
  • 118 Cela montre une fois encore, si nécessaire, que les rapports des officiers perses sont dénués de t (...)

17La bataille de Sardes fit au moins une victime supplémentaire en la personne de Tissapherne. Le Roi envoie Tithraustès avec pour mission la mise à mort du satrape116. Avec la complicité d’Ariaios, qui réside alors à Kolossai, Tissapherne est attiré dans un guet-apens et décapité à Kélainai. Tithraustès engage aussitôt des pourparlers avec Agésilas117. D’après Xénophon il propose comme base de négociation la reconnaissance de l’autonomie des cités grecques à condition qu’elles continuent à payer l’archaios dasmos. Il lui remet trente talents contre la promesse que les Spartiates ne dévasteront plus la Lydie, Agésilas s’engage à passer dans la satrapie de Phamabaze118.

  • 119 Hell. Ox., 18.33. ; 20.38 ; Xén., Hell., 3.4.27-9 ; 4.1.1-2 ; Plut., Agés., 10.5-6 ; 11.1.
  • 120 Il passe par les environs de Kymè, Xén., Hell., 3.4.27 ; là il apprend que les autorités Spartiate (...)
  • 121 Cette cité émettait un monnayage au ive s. : SNG Cop. 550 ; von Aulock 1436 ; Tubingen 2503.
  • 122 Hell. Ox, 16.1.
  • 123 Str. 12.1.70 ; cf. aussi Polybe 5.77.9.

18— Le roi de Sparte entreprend donc une nouvelle campagne à l’automne de 395119. Il remonte vers le nord par la route côtière120 en s’abstenant de molester les populations de la Lydie, puisqu’il a reçu par avance les moyens de subsister. “Après qu’il fut entré sur le territoire de Pharnabaze ayant dépassé la plaine de Thèbè121 et celle qu’on appelle Apia, il pénétra en Mysie”122. Cette simple phrase invite à considérer qu’au moment de la campagne d’Agésilas le secteur d’Adramyttion est dans la mouvance de Phamabaze (mais cf. infra). Le nom du pedion suivant (Apia) qui a disparu dans le papyrus, se restitue grâce à Strabon123. La description que nous fournit ce dernier incite à penser que la chaîne montagneuse nommée Temnos n’est pas seulement la dorsale est-ouest mais qu’elle décrit un arc vers le nord pour séparer la plaine de Thèbè (et donc la région d’Adramyttion) et la vallée moyenne du Makestos à l’est de la future Hadrianuthérai-Balikesir où il conviendra de situer la plaine d’Apia. Nous entrons alors en Mysie telle qu’elle est définie par le Ps.-Skylax, § 88, c’est-à-dire repoussée à l’intérieur des terres. Le roi lacédémonien renforce son armée en recrutant des Mysiens, qu’il libérera au retour de la campagne. Une apparente rupture de phrase a pour objet de souligner que bon nombre de Mysiens sont autonomes et n’obéissent pas au Roi. Agésilas se dirige vers la région de l’Olympe de Mysie où la nature du terrain, propice aux embuscades, entraîne des revers. On s’est interrogé sur cette tactique, mais outre le fait qu’il recrute là des soldats redoutés, il faut probablement y voir la volonté de surprendre la vigilance de Pharnabaze (comme cela avait été le cas pour Tissapherne) lequel en prévision d’une attaque sur Daskyleion avait dû concentrer ses forces en conséquence et était supposé avoir dégarni la partie la plus orientale de la satrapie.

  • 124 Supra p. 34 n. 84.
  • 125 Hell. Ox., 16.6 ; cf. Bruce 1967, 141 sq. Le commandant de la place, Rhatanès, est probablement le (...)
  • 126 Territoire alors quasi autonome comme une partie de la Mysie, cf. Xén., An., 5.6.6 ; supra p. 110.
  • 127 Cf. Dugas 1910, 83 pour les différents noms de ce roi chez les auteurs grecs et supra p. 113.
  • 128 Anderson 1899, 95.
  • 129 Supra p. 34-35.
  • 130 Xén., Hell., 4.1.4-15.
  • 131 Dugas 1910, 86 ; cf. Reinach 1888, 93.
  • 132 Hell. Ox., 17.3. Miletouteichos = Miletoupolis qui figure dans la liste du tribut attique/G, I3, 1 (...)
  • 133 Il convient bien entendu de distinguer la capitale de la satrapie de Daskyleion ἐν Προποντίδι qui (...)
  • 134 Xén., Hell., 4.1.37 ; supra p. 45 Il serait sans doute excessif de voir là, avec Seager 1977, 182- (...)
  • 135 Supra p. 96 n.109.
  • 136 Xén., Hell., 4.1.41 ; la traduction proposée par Hatzfeld (Haute-Asie) est inadéquate. Cornelius N (...)
  • 137 Hell. Ox., 17.104. Malgré une grosse erreur topographique qui montre combien étaient médiocres les (...)
  • 138 On ne suivra donc pas Judeich lorsqu’il émet des doutes sur les capacités de stratège d’Agésilas.
  • 139 Hell. Ox., 17.3.

19Il s’engage alors en direction de la Phrygie et, rejoint par Spithridatès, ravage le territoire de Léontôn Képhalai sans pouvoir s’emparer de la ville qui est défendue par de solides fortifications124. Il se dirige alors vers Gordion et, là encore, échoue dans son siège125. Spithridatès lui conseille alors de s’allier avec le roi de Paphlagonie126 Otys127. Pour cela l’armée lacédémonienne avance jusqu’à l’Halys128 en suivant la route royale129. Le roi de Paphlagonie accepte de fournir des troupes et sans doute aussi de nouer une alliance matrimoniale avec Spithridatès130. De là, Agésilas revient vers Kios de Mysie par le Sangarios (et non la Bithynie)131 puis fait route vers l’intérieur, pénètre en Phrygie παραθαλαττίδιος, mais ne peut s’emparer de Miletouteichos132 et par les rives du lac Daskylitis gagne le territoire de Daskyleion133. Xénophon nous fournit alors une description complaisante de la richesse des domaines de Pharnabaze pillés par les Spartiates. Le partage du butin qui suit la prise du camp du satrape entraîne la défection de Spithridatès. Cet épisode indique bien que les rapports n’étaient pas faciles entre Grecs et Perses même lorsqu’ils étaient alliés. Par l’entremise d’Apollophanès de Cyzique – les notables (commerçants ou propriétaires fonciers ?) de cette région ont tout intérêt au retour de la paix entre Sparte et le satrape de Daskyleion – Agésilas et Pharnabaze passent une convention à la suite de laquelle les Lacédémoniens, après avoir expédié leur butin par Cyzique se retirent du pays de Pharnabaze. Ce dernier est selon Xénophon134 en situation d’expectative : il se “rebellera” si le Roi envoie en Asie Mineure un autre stratègos et place une fois encore Pharnabaze sous ses ordres. Agésilas s’installe dans la plaine de Thèbè et plus précisément autour du sanctuaire d’Artémis Astyréné. Il se trouve sur le territoire de la satrapie de Lydie (nous avons là la preuve que la région avait de nouveau échappé à Pharnabaze135) et prépare l’expédition du printemps suivant. Xénophon lui attribue comme objectif d’aller “le plus à l’intérieur possible" (ἀνωτάτω)136 alors que l’auteur des Helléniques d’Oxyrrhynchos est plus précis – et plus crédible –137 en proposant la Cappadoce. Il est clair qu’Agésilas mène une action méthodique et réaliste, qui l’amène à ravager successivement en prenant un important butin la Lydie, la Phrygie Hellespontique, la Cappadoce138. Il espère manifestement faire plier ainsi le pouvoir central et l’entretien de son armée est assuré sur le terrain. On sait qu’il est rappelé en Europe, “vaincu par trente mille archers perses”139 et ne pourra donner suite à son projet : le Roi a donc trouvé la parade au défi qui lui était ainsi lancé.

Carte 8 : La phrygie hellespontique et la Mysie.

  • 140 Barbieri 1955.
  • 141 Plut., Agés., 15 ; Paus. 6.7.6 ; Diod. 14.79.6. Cf. Westlake 1983a, 333-344 ; David 1984, 272.
  • 142 Supra p. 212 et 244.
  • 143 La source pour cette affaire est Hell. Ox., 10.2-3, cf. Bruce 1961, 167-170, 1967, 98-102 ; David (...)
  • 144 On pensera à la région de Kélainai-Kolossai.
  • 145 Hell. Ox., 14.1-3.
  • 146 Diod. 14.81.4-6 ; cf. aussi Cornelius Nepos, Conon, 3 ; Paus. 3.9.2.
  • 147 Xén., Hell., 4.3.10-12 ; Diod. 14.83.4. Conon fournit à Starr 1976, 64, un excellent exemple d’une (...)
  • 148 Xén., Hell., 4.3.12 ; Diod. 14.83.7. Cf. Westlake 1979, 34. A noter qu’il y a des contingents ioni (...)
  • 149 Xén., Hell., 4.3.10-13 ; Diod. 14.83.4-7.
  • 150 Xén., Hell., 4.8.1-3 ; Diod. 14.84.3-4 et de façon plus vague Paus. 6.3.16. Cf. Barbieri 1955, 153 (...)
  • 151 Elle est la seule des cités de Lesbos à échapper au contrôle lacédémonien en 389 (Xén., Hell., 4.8 (...)
  • 152 Paus. 6.3.16, indique que les Samiens ont élevé des statues successivement à Alcibiade, Lysandre, (...)
  • 153 Il est à noter que Xén., Hell., 4.8.2 affirme que les cités “décernaient des éloges à Pharnabaze”, (...)
  • 154 Xén., Hell, 4.8.4-5. Derkylidas est-il alors harmoste d’Abydos ? Le texte de Xénophon est ambigu. (...)

20Agésilas ne se désintéressait pas pour autant des opérations sur mer puisque, devant la menace représentée par la flotte de Conon140 et de Pharnabaze, il avait demandé aux cités alliées un effort de construction navale sans précédent. Les cités et les particuliers promettent cent vingt trières neuves. L’escadre placée sous le commandement de Pisandre (quatre-vingt-cinq ou quatre-vingt-dix navires) se porte en direction de Rhodes où Conon a soutenu une révolution démocratique141. Il semble que dans un premier temps la prise de distance par rapport à Sparte ait été le fait des Diagorides, cette famille aristocratique qui tenait le haut du pavé à Rhodes depuis de nombreuses années142. Ce revirement entraîne l’exécution de Dorieus par les Spartiates mais, dès l’été 395, les Diagorides et plusieurs de leurs partisans sont massacrés, les survivants exilés143. Conon a quitté provisoirement l’île pendant cet épisode sanglant pour ne pas y être impliqué de façon trop visible. Il y avait sans doute une autre raison, encore plus impérative, à ce départ : il fallait assurer la solde des équipages. Conon se rend donc à Caunos et, de là, il pénètre à l’intérieur des terres144 pour rencontrer Tithraustès et Pharnabaze. Tithraustès tire deux cent vingt talents des biens de Tissapherne145, mais cette somme n’est pas suffisante et Conon doit se rendre auprès du Roi146 pour obtenir davantage. Les navires de Conon se trouvent à Loryma en Chersonnèse147 ; Peisandros relâche à Cnide puis se dirige vers Physkos. L’affrontement des deux flottes se conclut par la fuite des alliés148 et la mort du navarque Spartiate. Conon capture cinquante des quatre-vingt-dix navires et une partie des équipages enfuis à terre. Le reste de la flotte vaincue se réfugie à Cnide149. Forts de ce succès, les vainqueurs rallient à eux Cos, Nisyros et Télos150. Les défections se propagent comme une véritable traînée de poudre : Chios expulse sa garnison, Mytilène151, Éphèse, Érythrées changent de camp. Deux tendances se manifestent, certaines cités entendent reprendre leur liberté, d’autres s’attachent à Conon qui jouit manifestement d’une grande popularité dans la région152. Après le retour triomphal à Athènes, les choses deviennent plus complexes que ne l’indique C. G. Starr. Conon est très largement honoré, à la différence de ce qui se passe pour Pharnabaze pour lequel on ne peut guère alléguer que les monnaies de Mytilène153. Il y a déjà là en germe les divergences qui vont apparaître chez les officiers perses quant à l’appréciation du rôle de Conon (par exemple Tiribaze et Pharnabaze). Si l’on se tourne du côté Spartiate, on constate que, malgré la débâcle, Derkylidas a pu sauver un certain nombre de positions en particulier la place fortifiée d’Abydos, mais aussi Sestos, de l’autre côté de l’Hellespont. Son discours154 montre cependant que les Lacédémoniens ne peuvent plus compter que sur un petit nombre de points d’appui (Aigai, Temnos et quelques autres non identifiés) qui échappent encore à la reprise en main par les Perses.

  • 155 Xén., Hell, 4.8.1-2.

21Faut-il conclure avec Plutarque à la versatilité des Ioniens, prêts à faire mille bassesses pour se concilier le vainqueur du moment ou bien penser qu’ils ont voulu croire aux promesses de Conon et de Pharnabaze155 en une quête obstinée et pathétique de leur autonomie ? En fait cette attitude manifestait une grande cohérence, même si ponctuellement, à travers les accidents de l’histoire, elle passait par des revirements fréquents. Il n’est pas contradictoire qu’elle puisse paraître relever de l’utopie et s’accompagner d’une certaine dose de fatalisme. Il est clair en tout cas que la présence des harmostes lacédémoniens était mal supportée et que l’adhésion des cités était liée à la promesse que les Perses “ne fortifieraient pas leurs citadelles et qu’ils respecteraient leur autonomie”.

2. La victoire de la diplomatie perse : 394-387

  • 156 Hell. Ox.. 14.3.
  • 157 Supra p. 128 et n. 115.
  • 158 Xén., Hell., 4.8.12 ; Diod. 14.85.4 ; cf. Lewis 1977, 145, n. 63.
  • 159 Cornelius Nepos, Conon, 5.3 : qui Sardibus preerat.

22La mort de Tissapherne puis la bataille de Cnide et la reprise en main de la côte asiatique qui en résulte ont comme corollaire une période de vacance du pouvoir satrapique en Asie Mineure occidentale. Le chiliarque Tithraustès avait été chargé d’une mission ponctuelle et se retire une fois sa tâche accomplie. Il laisse à Sardes Ariaios et Passiphernès avec des attributions présentées comme purement militaires156 et leur ayant remis environ sept cents talents. Mais, à partir de 392, les Spartiates vont trouver à Sardes un nouvel interlocuteur en la personne de Tiribaze157. Ce dernier a reçu un commandement important, du type de celui dont avaient bénéficié Cyrus puis Tissapherne158, et on déduit généralement d’un passage de Cornelius Nepos qu’il était également satrape de Sardes (Lydie, Ionie, Carie)159.

  • 160 Xén., Hell., 4.8.12-15 ; cf. Martin 1944, 13-30 (spécialement 17-20) ; 1949, 126 sq., qui confront (...)
  • 161 Xén., Hell., 4.8.15.
  • 162 Philochore ap. Didymos, In Dem. (FGrHist, 328, F 149).
  • 163 Sur ce point on ne peut être d’accord avec Martin 1949, 133 sq. Cf. déjà les négociations d’Alcibi (...)

23Pendant que Pharnabaze et Conon s’efforcent de porter des coups décisifs à Sparte, il apparaît très vite que Tiribaze préconise une toute autre politique. En 392, il accueille avec sympathie Antalkidas160 qui vient à la tête d’une ambassade lacédémonienne proposer la paix au Roi. Le prix à payer est que Sparte ne lui disputera pas la possession des cités asiatiques, en contrepartie, celles des îles et du Monde grec conserveront ou recouvreront leur autonomie. Un tel programme ne pouvait que recevoir l’aval du satrape. Cependant, à la nouvelle que les Spartiates avaient député Antalkidas auprès de Tiribaze, les Athéniens et leurs alliés du moment (Béotiens, Corinthiens, Argiens) lui envoient aussi des ambassadeurs et cette entrevue va se transformer presqu’accidentellement en une conférence internationale. Cette première tentative va échouer et à partir de là les versions divergent. Pour Xénophon161 ce sont les intérêts des cités de la Grèce d’Europe (Athènes, Thèbes, Argos) qui ont motivé le refus ; pour Philochore162, l’opposition des Athéniens vient de la situation faite aux Hellènes résidant en Asie. Il est certes probable que cet argument a eu son poids, en particulier au cours des discussions qui se placent à l’ekklèsia après les conférences de Sardes et de Sparte, mais la suite des événements montre que les préoccupations athéniennes étaient prioritairement ailleurs163.

  • 164 Xén., Hell., 4.8.16 ; Diod. 14.85.4. Il ne semble pas, malgré Weiskopf 1982, 88, qu’on puisse cons (...)
  • 165 David 1984, 276 n. 30, penche pour l’automne 392.
  • 166 Xén., Hell, 4.8.17 ; Diod. 14.99. Il emploie le terme στρατηγός, cf. supra p. 129.
  • 167 Syll.3, 134, (= Tod, 113) Στρούης ἐξαιτράτης Ίωνίης est amené au nom du Roi à procéder à l’arbitra (...)
  • 168 Xén., Hell., 4.8.17. Sur Priène au ive s., cf. infra et l’article de Van Berchem 1970, 198-205 ; L (...)
  • 169 Xén., Hell., 4.8.19 ; Diod. 14.99.3 ; τὸ Κνιδίνιον φρούριον est selon Parke 1930, 69, la place for (...)

24Tiribaze indique de quel côté il penche164 en donnant secrètement de l’argent à Antalkidas et en arrêtant Conon à Sardes en 391165. Cependant il éprouve le besoin de se justifier auprès du Roi (ou ce dernier le rappelle) et Artaxerxès montre que, pour le moment, il n’envisage pas de modifier le cap de sa politique. Cet épisode est néanmoins l’occasion d’un profond remaniement de l’organigramme des responsables perses en Asie Mineure occidentale. Tandis qu’il retient Tiribaze en Haute-Asie, il délègue Strouthas, explicitement indiqué comme favorable aux Athéniens, ἐπιμελησόμενος τῶν κατὰ θάλατταν166. Ce dernier cumule des fonctions administratives et militaires puisque nous savons par ailleurs que Strouthas était satrape d’Ionie167. Il faut penser que nous sommes à nouveau en présence de deux satrapies, avec la probable réorganisation d’une satrapie d’Ionie autour de Magnésie. C’est ce que démontre la campagne de Thibron dans la vallée du Méandre, qui prend pour point de départ une fois encore Éphèse et en s’appuyant sur Priène, Leukophrys et l’Achilleion168. Thibron est tué par surprise et le reste de ses forces se réfugie au phrourion de Cnidinion169.

C arte 9 : La Carie au ive siècle.

  • 170 Théopompe, FGrHist, 115, F103.4. Son domaine s’étend aussi à la Lycie (TL, 61).
  • 171 Le travail essentiel est celui de Hornblower 1982. On consultera également Judeich 1892, 226 sq. ; (...)
  • 172 Hdt. 5.118 ; Pixodaros fils de Mausollos est un personnage important puisqu’il est le gendre du ro (...)
  • 173 Sur les dynastes de la fin de l’archaïsme en Carie, Ruzicka 1979, 15. Cf. Eddy 1973, 241 sq. sur l (...)
  • 174 Hornblower 1982, 27. Halicarnasse et Bargylia seraient membres de la ligue depuis l’origine à la d (...)
  • 175 Supra p. 209 n. 48 ; sur Iasos, Berti 1993, 187-247 ; Franco 1997, 145-154 et le volume ANSP, 1993
  • 176 Κᾶρες hᾶν Τύνες ἄρχει, e.g. IG, I3, 71,1 113-114. Tymnès n’est connu que par les listes du tribut (...)
  • 177 Sur Chalkétor et ses inscriptions cariennes, cf. Robert 1949, 8-10.
  • 178 Site : à côté du village d’Ayakli près de Selimiye Mendel ; cf. Laumonier 1958, 164-75 ; inscripti (...)
  • 179 Robert 1955a, 226-227 identifie les Ὑλιμῆς des AIL, 5, II, 1. 39 (IG, P, 263) comme les habitants (...)
  • 180 Meritt et al. 1939, 483-484 ; Sahin 1976, 7. Cf. en dernier lieu, Debord 1994, 109.
  • 181 Il ne me paraît pas assuré que Kyromos, soit identique à Euromos-Hyromos dans le décret de 425 pou (...)
  • 182 Site inconnu, cf. Robert 1955a, 223 sq.
  • 183 Ces trois peuples – plutôt que cités – sont associés pour l’assiette du phoros de 425, IG, P, 71, (...)
  • 184 Malgré Hornblower 1982, 30, on se demandera si ce phénomène doit être mis en relation avec des con (...)
  • 185 Cf. en dernier lieu Berti & Innocenti 1998, 137-142.

25Autophradatès reçoit la Lydie170 et Hékatomnos une satrapie de Carie qui pourrait apparaître comme une nouveauté. Pourtant la création d’une entité spécifique de Carie n’est en quelque sorte que la poursuite et l’accentuation de la situation antérieure. Nous avons en effet noté à plusieurs reprises que la Carie constituait la part la plus significative de la satrapie de Tissapherne à l’époque où ce dernier avait été privé de la Lydie au profit de Cyrus. Il est même assuré qu’il y possédait dans la vallée du Méandre de riches domaines personnels. La dynastie des Hékatomnides171 a ses racines plus au sud, dans la plaine de Mylasa. C’est probablement une famille très anciennement implantée, si du moins on admet que l’un de ses ancêtres est Pixodaros, fils de Mausollos172. L’aristocratie carienne semble s’être rangée rapidement du côté perse et en avoir tiré avantage ; cependant cela ne s’est pas fait sans accidents de parcours. Nous n’en saisissons pas le détail, mais les listes du phoros nous montrent que les contacts politiques avec Athènes remontent au moins au milieu du ve s.173 et dans certains cas (Halicarnasse peut-être)174 aux origines de la Ligue de Délos. Les cités côtières y figurent bien entendu, comme Iasos (de six cents à mille huit cents dr.)175, Halicamasse (dix mille dr. en général) ; la syntélie qui unit plusieurs communautés cariennes autour du dynaste Tymnès176 ; plus à l’intérieur Chalkètor (deux mille cent dr.)177 et Euromos (deux mille cinq cents dr. puis une exigence de cinq talents)178 ; Mylasa (un talent puis cinq mille deux cents dr.) et Olymos179 ; enfin les Ἐδριῆς (région occupée plus tard par Stratonicée)180 en syntélie avec les Κυρωμῆς181 et les γμεσσῆς (Hymessos)182 pour un phoros estimé en 425/424 à six talents183. Le plus remarquable étant la profondeur de la pénétration de l’influence athénienne, sans équivalent dans les autres régions où était perçu le tribut184. Mais il serait vain de vouloir opposer cités grecques et agglomérations cariennes : à Iasos à la fin du vie s., de nombreuses offrandes au sanctuaire de Zeus Megistos portent des graffiti en carien185.

  • 186 Supra p. 130.
  • 187 En soulignant l’unicité de la province. On pourrait en effet imaginer que la Carie septentrionale (...)
  • 188 Supra p. 128.
  • 189 Hornblower 1982, 21 n. 123 ; sur la connexion entre la Carie et Chypre, qui vaut pour toutes les é (...)
  • 190 Théopompe, FGrHist, I 15, F103 ; Diod. 14.98.3-4. Cf. Costa 1974, 40-56. Autophradatès commande po (...)
  • 191 Lysias, 28.12 et 17.
  • 192 Hornblower 1982, 85 n. 56.
  • 193 Infra p. 384 sq.
  • 194 Cf. Ruzicka 1979, 78.
  • 195 Diod. 15.2.4.

26Les Hékatomnides ont assis leur pouvoir sur la partie centrale de la Carie en se ralliant à la monarchie perse en une situation comparable à celle de Zènis et Mania en Troade. La tradition littéraire antique, assez peu prolixe sur ce point il est vrai, laisse penser que le premier satrape carien186 a été Hékatomnos. Il est en effet bien peu probable que la Carie187 ait été dotée dès 395 d’un satrape alors que la pièce maîtresse du système (la Lydie) aurait dû attendre 393 au moins pour en avoir un. Il est beaucoup plus cohérent de penser que la réorganisation de 392/391188 est le moment le plus propice pour la création de la satrapie carienne. Hékatomnos est aussitôt chargé d’une mission importante à Chypre189 : le commandement de la flotte envoyée contre Évagoras190. Cela suppose que ses qualités étaient reconnues depuis longtemps par le Roi et qu’il fréquente assidûment la Porte de ce dernier. On peut s’interroger sur le point de rassemblement de cette flotte. Il ne semble pas qu’Halicarnasse puisse être retenue dans la mesure où les exactions du lieutenant de Thrasybule191 invitent à penser qu’à ce moment encore la ville échappe au contrôle des Hékatomnides. Il est en effet beaucoup plus plausible de penser avec S. Hornblower192 que la plupart des cités côtières ne sont contrôlées sans discussion possible par les satrapes qu’après la Paix du Roi. Caunos193 remarquable site portuaire dont on sait qu’elle a élevé une statue à Hékatomnos, paraît un meilleur candidat. On pourrait objecter194 que Diodore indique explicitement qu’Hékatomnos a traversé les hautes (ἄνω) satrapies avant de voguer vers Chypre. Il n’aurait alors fait, venant de la cour du Grand Roi. que prendre le commandement de la flotte de Phénicie. Mais on observera que quelques années plus tard la flotte envoyée à nouveau contre Évagoras se constitue à Phocée et Kymè195. Il paraît possible sinon probable que la flotte ait été réunie en Carie, comme le sera plus tard celle de Mausole.

  • 196 Xén„ Hell, 4.8.20-25.
  • 197 Diod. 14.97.1-4 ; 99.4-5.
  • 198 D’où les analyses contradictoires des modernes, pour ne citer que quelques travaux récents, Funke (...)
  • 199 Westlake écarte Xénophon et s’efforce de réhabiliter pour l’essentiel Diodore.
  • 200 Comme le notent Funke 1980, 65-66 et Westlake 1983, 240, les puissances de premier plan sont entra (...)
  • 201 Supra p. 251. Xénophon est muet sur l’épisode de restauration démocratique, ce qui pourrait expliq (...)
  • 202 Westlake 1983b, 246 s’appuie sur Arist., Pol., 5.1302b 23 ; 1304b 27 pour privilégier la version d (...)
  • 203 Diod. 14.97.3. On ne sait à quel moment les Athéniens avaient récupéré l’île de Samos. Sa “libérat (...)
  • 204 Ce dernier s’appelle Tigrane. On se demandera s’il s’agit du personnage homonyme, hyparque en toni (...)
  • 205 Xén., Hell, 4.8.22. Le passage est lacunaire, faut-il le mettre en relation cette flotte rhodienne (...)

27Les Spartiates ont donc échoué, en apparence au moins, dans leur tentative de rapprochement avec le Roi. Dans ce contexte, ils reçoivent avec intérêt un groupe d’aristocrates rhodiens venus solliciter leur aide. Les versions des faits rapportés par Xénophon196 et par Diodore197 diffèrent sérieusement et il est difficile de se faire une idée exacte de la situation198. La raison plausible est que la situation était assez complexe, mouvante et il faut d’autre part tenir compte des ambiguïtés du vocabulaire (polis successivement au sens de ville et de cité) et du fait qu’il s’agit de deux résumés forcément simplificateurs. Xénophon présente une version cohérente, au moins à première vue, des événements et c’est celle qui a été retenue par la plupart des commentateurs199. Pour lui les “plus riches” ont été expulsés par le dèmos, ils font valoir auprès des Lacédémoniens que le triomphe des démocrates livre l’île aux Athéniens qui reçoivent ainsi une aide non négligeable200. Le récit de Diodore est bien différent, les philo-laconiens brutalement écartés du pouvoir à l’époque de Conon201 ont repris le dessus202, ils expulsent de la ville les partisans d’Athènes ; à la suite d’affrontements armés les aristocrates l’emportent, ils tuent ou exilent nombre de leurs ennemis mais, craignant une nouvelle révolution, ils envoient une ambassade à Lacédémone. Cette dernière constitue, à l’été de 391, une escadre de huit navires sous le navarque Ekdikos et avec aussi Diphridas. Après la reprise en main de Samos203, ce dernier passe en Asie pour recueillir les débris de l’armée de Thibron. Il se conduit en chef de brigands rançonnant le gendre de Strouthas204 pour payer ses soldats. Pendant ce temps, la flotte lacédémonienne stationne à Cnide où elle apprend que les démocrates ont remporté une nette victoire à Rhodes et qu’ils disposent par ailleurs d’une flotte deux fois supérieure en nombre à celle des Spartiates205.

  • 206 Le point de vue de Bresson 1993, 171-172 est très comparable.

28Il me semble que la situation n’est pas aussi manichéenne que le suggère de façon très partisane Xénophon. L’opposition λακωνίζοντες–πλουσιώτεροι/δῆμος ne résume qu’imparfaitement les soubresauts - bien souvent non décrits - de la vie interne des cités. Le revirement des Diagorides (ou de certains d’entre eux ?), le fait que la stasis puisse être politique sans être obligatoirement lutte armée, tout cela rend quasi impossible une appréciation fine de la situation. Globalement les démocrates sont au pouvoir depuis le passage de Conon ce qui a entraîné ipso facto la création d’un groupe d’exilés qui conservent naturellement des amis à Rhodes. Ces derniers sont suspects mais indispensables dans le dispositif naval de la cité. Il y a d’abord une agitation politico-judiciaire puis une action violente où les oligarques prennent le dessus. Étant donné la taille de l’île mais aussi le fait que le synoecisme n’est sans doute pas encore complètement “digéré" aucune des factions ne semble en mesure de s’imposer partout et pour longtemps. En règle générale les oligarques tiennent la ville de Rhodes, tout ou partie, puisqu’il contrôlent le (un ?) mur206 mais les autres villes leur échappent. Le poids relatif des uns et des autres varie au cours de la période. Toute la difficulté est de comprendre comment intégrer ces éléments d’histoire locale dans les événements internationaux. La surprise d’Ekdikos resté inactif à Cnide est contradictoire avec la victoire supposée connues des démocrates au début du récit de Xénophon. Il faut donc penser que la situation (ou l’image que les exilés voulaient en donner) paraissait suffisamment incertaine pour que l’envoi d’un petit contingent lacédémonien suffît à retourner la situation en faveur de leurs amis. Ekdikos découvre que ce n’est manifestement pas le cas et que les démocrates ont la situation bien en main.

  • 207 Téleutias est le frère d’Agésilas, la nature de son mandat n’est pas claire. Le plus vraisemblable (...)
  • 208 Xén., Hell, 4.8.23.
  • 209 Xén., Hell. 4.8.24 ; cf. Diod. 14.97.4.
  • 210 Xén., Hell., ibid. ; cf. Hamilton 1979, 293-294.

29En 390, Téleutias207 est envoyé en Asie avec douze trières. Il passe par Samos208 où il renforce sa flotte de sept navires et fait jonction à Cnide avec ceux envoyés l’année précédente. Il a donc en tout vingt-sept navires209. En route pour Rhodes, il capture dix navires athéniens qui allaient à Chypre soutenir Évagoras, ce qui provoque cette remarque pertinente de Xénophon : “Singulière contradiction en cette affaire dans la conduite des deux adversaires : les Athéniens, amis du Roi, envoyaient des renforts à leur allié Evagoras qui faisait la guerre au Roi ; Téleutias, quand les Lacédémoniens étaient en guerre avec le Roi, détruisait une flotte qui allait combattre contre lui”210. Téleutias vend ses prises à Cnide puis revient soutenir les aristocrates à Rhodes.

  • 211 Selon Funke 1980, 94-97 la mission de Thrasybule de Steiria débute à l’été 390 et se poursuit l’an (...)
  • 212 La confrontation de deux passages des Helléniques de Xénophon (4.8.25 et 5.1.5) incite à penser qu (...)
  • 213 A comparer par contraste avec le tableau de la situation dressé après la mort du stratège athénien (...)
  • 214 Xén., Hell, 4.8.28 ; en passant par l’Ionie où il collecte des fonds (Diod. 14.94.2). On sait par (...)
  • 215 Xén., Hell, 4.8.27 (cf. 1.1.22).
  • 216 La nuance provient du fait que Chalcédoine relève normalement de Pharnabaze.
  • 217 Xén., Hell, 4.8.27.
  • 218 Supra p. 252 n. 151.
  • 219 Hell., 4.8.28-30 ; Diod. 14.94.3-4. Contrairement à ce qu’affirment Glotz & Cohen 1941. 95 Thrasyb (...)
  • 220 Brun 1988a, 377.
  • 221 Lysias 28.12.
  • 222 Xén., Hell., 4.8.31 ; Diod. 14.99.4 (printemps 389 ?). Cf. Seager 1967, 109-110.
  • 223 Diod. 14.99.4-5.
  • 224 Diod. 14.99.4.
  • 225 Cawkwell 1976, 270-277.
  • 226 Xén., Hell., 5.1.13.

30En 389211. Athènes confie quarante vaisseaux à Thrasybule. Son attitude paraît exactement symétrique à celle d’Ekdikos, malgré l’importance du contingent naval dont il dispose, il n’intervient pas à Rhodes et cela montre bien que la position des oligarques est considérée comme inexpugnable. Les partisans de Sparte tiennent un τεῖχος212 qui apparemment leur permet de contrôler la ville de Rhodes. Xénophon soutient que le parti favorable à Athènes est maître des villes (c’est-à-dire les autres villes de file) et, ayant l’avantage du nombre (il vient de remporter une bataille) il ne craint rien dans l’immédiat. C’est là une formulation rhétorique et propre à dédouaner le stratège athénien213 de son inaction. Thrasybule se rend donc dans l’Hellespont, renouant ainsi avec la tradition214. Il reprend contact avec les roitelets thraces avant d’aller à Byzance où il afferme la dîme sur les navires venant du Pont-Euxin et établit la démocratie. On pourrait se croire revenu aux plus beaux jours de l’impérialisme athénien215. Il s’assure également de la bonne volonté des gens de Chalcédoine216 et, comme le souligne Xénophon, cela se passe sans engagement militaire, en grande partie parce que le Roi, ou plus exactement Pharnabaze, entretient de bons rapports avec les Athéniens217. Thrasybule se rend alors à Lesbos dont toutes les cités sauf Mytilène tiennent pour Sparte218. Sur place, il organise une troupe composée d’hoplites athéniens, de Mytiléniens et d’exilés des autres cités. L’objectif est la seconde ville de l’île, Méthymna, dont la défense est organisée par l’harmoste lacédémonien : infanterie de la flotte lacédémonienne, gens de Méthymna, exilés mytiléniens. Un combat a lieu sous les murs de Méthymna et les Spartiates ont le dessous, ce qui provoque les défections d’Érésos et d’Antissa selon Diodore219. En ce qui concerne Méthymna, l’Athénien ne réussit qu’à ravager son territoire. Autre fait notable, Thrasybule, pour mieux stimuler les Mytiléniens, leur fait miroiter qu’ils seront avec son aide les maîtres de Lesbos. Comme le note P. Brun220, il ne faisait là que flatter l’aspiration hégémonique de la principale des cités de l’île. Il se prépare à venir soutenir l’action des démocrates à Rhodes mais suit d’abord les côtes de l’Asie Mineure sud-occidentale extorquant des subsides pour alimenter la caisse de la campagne. Cette action est très mal perçue par les cités traditionnellement alliées d’Athènes comme Halicarnasse221, d’autant que ce qui était exigé consistait non pas en une contribution extraordinaire mais en la volonté de restaurer une taxe permanente de 5 % (εἰκοστή) comme semble le montrer l’inscription de Clazomènes étudiée ci-dessous. Thrasybule pousse jusqu’à Aspendos où, après avoir obtenu l’argent, il est assassiné par les habitants mécontents des exactions de ses soldats222. Diodore223 apporte une précision supplémentaire en indiquant que les triérarques athéniens choisissent alors de se replier sur Rhodes pour aider les partisans d’Athènes qui pour leur part se sont assurés le contrôle d’un phrourion224 dont il y a tout lieu de penser qu’il s’agissait d’un point fortifié permettant de menacer le rempart (teichos) évoqué ci-dessus. Mais la position des oligarques est suffisamment forte pour que Hiérax le nouveau navarque lacédémonien puisse utiliser l’île comme base pour ses opérations navales. Grâce à l’action de Thrasybule225, même si elle fut discutée après sa mort (cf. Lysias), les Athéniens ont le sentiment d’avoir récupéré leurs positions sur la côte asiatique et de tenir à nouveau la mer226. Deux décrets du peuple athénien éclairent les préoccupations des partenaires du moment et expliquent le revirement perse :

  • Le décret pour Clazomènes227 est daté de 387228. Le dèmos de Clazomènes y est loué pour sa fidélité à l’égard du dèmos athénien. Nous avons là une probable référence aux rapports généralement amicaux entre les deux cités dans le courant du ve s. (supra). Cela n’empêche pas que les Clazoméniens sont invités à continuer de verser l’eikostè imposée par Thrasybule. La situation interne de Clazomènes semble difficile. Nous avons vu plus haut qu’à cette époque c’est encore une île, mais elle possède naturellement un territoire continental où se sont installés les adversaires de la démocratie, plus précisément dans la bourgade de Chyton229. Les démocrates, victorieux, ont demandé des otages à leurs opposants. S’étant donné le choix, les Athéniens décident en dernier lieu de ne pas installer de garnison ni d’archôn. Ils s’interdisent de rappeler les bannis de Clazomènes sans l’avis du dèmos de la cité et laissent aussi les Clazoméniens libres de prendre contact avec les villes qui les approvisionnent en blé : Smyrne, Milet (ou Phocée)230 et Chios. Il s’agit apparemment là d’une concession importante dans la mesure où l’obligation de passer par Athènes est écartée. Les stratèges athéniens doivent aider les Clazoméniens à conclure un accord sur les mêmes bases avec une tierce puissance qui pourrait bien être le Roi (le texte est mutilé). Le traitement fait à Clazomènes paraît favorable. Les Clazoméniens sont déclarés libres comme les Athéniens mais l’ordre des décisions qui met en premier la perception de l’eikostè est révélateur.
  • C’est probablement à la période 388-386 qu’il faut attribuer un autre décret athénien découvert à Érythrées231. La situation politique y est également difficile. Les démocrates tiennent Vasty mais l’acropole est aux mains d’opposants et les stratèges athéniens ne doivent pas traiter avec eux sans l’aval du dèmos d’Athènes. De même, personne ne peut rappeler les bannis sans l’accord du dèmos d’Érythrées. La clause finale est capitale : περὶ δὲ τοῦ μὴ ἐκδίδοσθαι Ἐρυθραίους τοῖς βαρβάροις... “au sujet de la non-livraison des Érythréens aux barbares, il est répondu...” Malheureusement le texte conservé se termine sans que cette réponse soit connue, mais même sans ce précieux complément, nous voyons quelle pouvait être l’anxiété des cités asiatiques dans le débat qui a lieu à partir de 392 et où - non sans raisons - ces dernières peuvent avoir l’impression d’être un enjeu, voire même une monnaie d’échange, dans une négociation qui leur échappe. A la lecture de ces documents, on comprend mieux le changement d’attitude du Roi entre 392 et 387. Le comportement athénien, en particulier avec la campagne de Thrasybule, tendait de plus en plus à ressembler à celui du ve s., même si la cité n’avait que très partiellement les moyens d’une telle politique. Tout cela ne pouvait qu’inciter le Roi à choisir la voie préconisée par la faction représentée par Tiribaze et donc à rappeler Strouthas232.
  • 233 Xén., Hell., 4.8.32. Cf. supra sur le statut de Derkylidas.
  • 234 Sur Abydos, supra p.216 ; l’aide en hoplites et en navires fournie à Sparte par les Abydéniens con (...)

31Les Lacédémoniens reprennent l’offensive dans l’Hellespont. Derkylidas, bien que n’ayant pas démérité, est remplacé par Anaxibios comme harmoste d’Abydos233. Ce dernier avait reçu trois trières et de l’argent pour lever mille mercenaires. Les Abydéniens lui fournissent trois autres navires et deux cents hoplites. Grâce à cette armée il réussit à détacher certaines cités éoliennes de Pharnabaze et traverse l’isthme éolien pour rallier Antandros. Au retour, il tombe dans une embuscade tendue près de Krémastè par Iphicrate, venu dans la région avec quatre navires et mille deux cents peltastes. Anaxibios est tué et sa troupe mise en déroute234. Iphicrate retourne alors en Chersonnèse.

  • 235 Xén., Hell, 5.1.5.

32A Rhodes, les partisans de Lacédémone tiennent toujours la ville235. Hiérax est envoyé pour les soutenir alors que leurs adversaires occupent un camp retranché (ἐπιτειχίμα) avec un contingent athénien.

  • 236 Apparemment Strouthas, s’il est encore en Ionie, ne contrôle pas cette cité. On ne sait pas quand (...)
  • 237 Xén., Hell. 5.1.6 ; cf. Graefe 1935, 262-270.
  • 238 Xén., Hell., 5.1.25. Le récit de Xénophon est toujours très discontinu. Il semble cependant assuré (...)
  • 239 Xén., Hell., 5.1.28 indique qu’Ariobarzane entretient depuis longtemps des liens d’hospitalité ave (...)
  • 240 Polyen 3.9.58.
  • 241 Polyen 3.9.36, mais cf. infra p. 290 sq.

33Antalkidas est nommé navarque en 388. Par ce geste les Lacédémoniens pensent se concilier Tiribaze. Le Spartiate installe son quartier général à Éphèse236 et de là un détachement naval gagne Abydos, pillant au passage Ténédos237. Mais le véritable tournant se produit lorsqu’Antalkidas, s’étant rendu en Haute-Asie auprès du Roi, revient avec Tiribaze238 après qu’un accord ait été conclu. Le changement du paysage politique du côté perse est total puisque Pharnabaze est rappelé, certes avec tous les honneurs : il va épouser la fille du Roi. Ce rappel n’est sans aucun doute pas fortuit : il signifie qu’à une nouvelle politique doivent être associés de nouveaux exécutants. Le successeur qui lui est donné, Ariobarzane239, collabore aussitôt avec les Spartiates. La conséquence immédiate est que la route du Pont est coupée aux Athéniens et, malgré Xénophon, il faut penser que c’est autant par la nouvelle donne du jeu politique que par la supériorité de la flotte d’Antalkidas (quatre-vingts navires). Faut-il placer à ce moment le stratagème employé par Iphicrate à Chios pour amener les triérarques laconophiles à se démasquer240 et la double opération, incomplètement réussie à Samos ?241

34La lassitude des cités grecques paraît de plus en plus évidente, ne serait-ce que par la faiblesse des contingents navals mis en œuvre lorsque le Roi ne fournit pas l’argent et tout le monde va accepter les propositions de Tiribaze qui avaient été repoussées avec indignation en 392.

Annexes

Appendice 2. Les pérées

... “Les insulaires qui méritent notre pitié quand nous les voyons contraints par l’insuffisance de leur territoire de cultiver des montagnes, alors que les continentaux, parce que leur terre est inépuisable, en laissent inculte la majeure partie et, de celles qu’ils cultivent, retirent une telle richesse”242.

Cette assertion d’Isocrate, énoncée en 380, mérite notre attention à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’elle exprime avec justesse la convoitise séculaire des insulaires (et des Grecs en général) à l’égard des vastes et fertiles plaines littorales, mais aussi parce qu’elle paraît impliquer que les îles ont perdu à cette époque leurs territoires sur le continent. Mais dans quelle mesure est-ce l’une de ces formules-choc qu’affectionnait le rhéteur pour renforcer son argumentation ? En tout cas il y avait là un contraste censé être violent par rapport aux situations antérieures où presque toutes les grandes îles, du nord au sud, Ténédos, Lesbos, Chios, Samos, Rhodes (apparemment pas Cos) avaient possédé des pérées continentales et cela dès l’époque archaïque pour la plupart d’entre elles.

En ce qui concerne le ive s. la question primordiale qui se pose est de savoir quelles sont les conséquences de la Paix du Roi sur l’évolution des rapports des pérées avec les îles qui en avaient la tutelle. Des réponses fort divergentes ont été proposées par les divers savants qui ont traité de cette question. W. Judeich243 conclut, en s’appuyant sur le Ps.-Skylax, lequel mentionne explicitement les pérées, qu’au ive s. les insulaires ont conservé leurs territoires continentaux moyennant le versement d’un tribut. Pour K. J. Beloch244 il est probable que Ténédos et Mytilène étaient encore en possession de leurs domaines continentaux lorsqu’ils adhèrent à la Deuxième confédération. Par référence aux conclusions de L. Boffo245 pour laquelle lors de la conquête perse les cités insulaires restent libres mais ne conservent leurs pérées que moyennant tribut, U. Fantasia246 penche plutôt dans ce sens mais avec plus de prudence en fonction du cas de Samos qui est le point de départ de son étude. En revanche, S. Hornblower conclut en faveur de l’hypothèse de la saisie247.

Le cas de Samos précité montre bien que l’on aurait tort de systématiser sans discernement. La situation de chacune des îles est particulière en fonction des aléas de son histoire, d’autant que la nature du domaine continental de chacune d’entre elles et de son peuplement a été à l’évidence assez hétérogène. Il importe de réexaminer chacun des cas dans son évolution historique en tenant compte des grandes inégalités dans l’information.

Ténédos

Au témoignage d’Aristote248, sa chôra est ancienne puisqu’au début du vie s. elle fait l’objet d’une dispute avec Sigeion et que Ténédos fait valoir son bon droit grâce à l’arbitrage de Périandre. L’affaire rebondit dans le courant de la deuxième moitié du ive s. Sigeion est alors sous la domination de Charès, mais il est malheureusement impossible de dater plus précisément l’épisode. Il paraît a priori assez logique de penser qu’il s’agit du moment où Ténédos recouvre sa pérée, ou souhaite la récupérer après l’avoir par conséquent perdue, ce qui nous placerait après 334.

Selon Strabon249, la pérée de Ténédos comportait deux parties, l’une l’Achaiïon est encore de son temps détenue par l’île ; l’autre comprenait autrefois [quand ?] Larisa et Kolonai. Le texte du § 47 est malheureusement lacunaire et si la séquence τῆς Τενεδίων περαίας οὖσαι πρότερον, s’appliquant à Kolonai et Larisa est généralement acceptée, mais il faut dire que le texte conservé est le suivant : τῆς [c.a. 10] δίας οὐσαί κτλ --- et J. M. Cook250 propose une toute autre interprétation : selon lui, aux hautes époques, la région avait été colonisée par Mytilène et c’est ce nom qu’il convient de restituer dans le passage. Cette interprétation très séduisante est contestée par s. Homblower251. Ce dernier pense que la pérée de Ténédos a dû constituer la chôra de Memnon252. Deux passages d’Arrien, An., 2.1.4 (Mytilène) et 2.2 (Ténédos) sont allégués dans le débat par S. Hornblower qui suppose que la première préoccupation des cités avait été avec l’arrivée d’Alexandre la récupération de leurs pérées. Cela est bien possible mais les textes ne disent rien de tel. Dans les deux cas, il est fait référence au retour à la “paix d’Antalkidas” par opposition aux accords inscrits sur des stèles et passés avec Alexandre (Mytilène), Alexandre et les Grecs (Ténédos). Il s’agit donc d’un renversement d’alliances qui est imposé aux cités et nullement de problèmes territoriaux. On ne voit pas d’ailleurs quel intérêt auraient eu les amiraux perses à s’intéresser aux pérées dans la situation provisoirement inversée par rapport à celle qui prévalait au moment de la conclusion de la Paix du Roi : la terre aux Perses, la mer aux Grecs.

Mytilène253

La question des territoires continentaux des cités de Lesbos est complexe. Toute la côte de Troade, au moins de l’Hellespont à Antandros a été colonisée par les Éoliens. Strabon254 précise que les Lesbiens revendiquent la quasi-totalité de la Troade et que la plupart des fondations sont de leur fait. C’est en s’appuyant sur cette tradition que se met en place un jeu complexe qui oppose les insulaires de Ténédos, de Mytilène et les cités continentales qui cherchent à s’émanciper ou à conserver une autonomie déjà acquise. A partir du vie s. Athènes intervient à son tour. Hérodote décrit le conflit qui oppose Athènes à Mytilène et dont l’enjeu est le contrôle de cette région hautement stratégique255. L’affaire est réglée grâce à l’arbitrage de Périandre : les Athéniens gardent Sigeion256, les Mytiléniens Achilleion qu’ils fortifient à cette occasion257.

L’échec de la révolte de 428 a les conséquences que l’on sait pour la ville, ses habitants et leurs domaines. Thucydide258 ajoute que les Athéniens s’emparent des polismata tenus par les Mytiléniens sur le continent. Strabon attribue à Thucydide l’assertion selon laquelle Troie (ou plutôt la Troade : la formulation τὴν Τροΐαν est ambiguë) aurait été prise aux Mytiléniens par Athènes à l’occasion de la guerre de Pachès en 427. En réalité, Thucydide ne dit rien de tel. En 424 ces cités sont toujours aux mains des Athéniens. Elles sont qualifiées d’Aktéennes (“de la côte”) et c’est sous ce vocable qu’elles sont regroupées dans la liste du tribut sous la rubrique Aktaiai poleis259. C’est à cette date260 que les bannis de Mytilène (et du reste de Lesbos) entrent en action sur le continent, s’emparent de Rhoiteion qu’ils restituent contre rançon (deux mille statères phocaïques) puis d’Antandros qu’ils espèrent utiliser comme chantier naval et base de départ pour ravager Lesbos et prendre possession des agglomérations (πολίσματα) éoliennes du continent.

Le Ps.-Skylax 95, tel que son texte a été corrigé par les éditeurs successifs, nomme du nord au sud Sigeion, Achilleion, Achaiïon. A noter qu’il n’est nullement question là d’une chôra de Mytilène (ni d’ailleurs de Ténédos) mais que celle-ci est signalée au-delà d’Antandros, immédiatement avant la chôra de Chios.

Au ive s., la plupart de ces anciennes fondations “lesbiennes” bénéficient du statut de cité. Achilleion est déjà qualifiée de polis par Hérodote, le fait qu’elle soit seulement une katoikia micra pour Strabon (placée sous la tutelle d’Ilion) ne prouve rien quant à son statut antérieur. Sigeion et Achilleion émettent des monnaies de bronze au ive s.261.

De 335 à 332, Sigeion est sous la coupe de Charès262, elle entre en contestation avec Ténédos263. Ce ne peut guère être qu’à propos de problèmes territoriaux264 puisqu’il est fait référence à l’arbitrage de Périandre déjà mentionné. La chôra de Mytilène est mentionnée dans le texte malheureusement très mutilé de Théopompe (FGrHist, 115, F291 relatif à l’aventure d’Hermias). Le contexte ne se laisse pas élucider, il l’est cependant probable que le tyran en avait capté au moins une partie. Quinte Curce265 signale qu’en raison de leur fidélité les Mytiléniens voient leur territoire largement augmenté par Alexandre. Cet accroissement n’a probablement de sens que sur le continent.

Pérée de Chios

La première mention remonte, à travers le récit d’Hérodote266, à l’époque de la conquête de la Lydie par Cyrus. Paktyès, un Lydien qui a été chargé d’une mission de confiance, trahit le roi et s’enfuit à Kymè. De là il est envoyé à Mytilène, puis à Chios où il est livré à Mazarès contre le revenu d’Atarnée (ἐπὶ τῷ Ἀταρνέï μισθῷ). Il est indiqué là qu’Atarnée se trouve en face de Lesbos267. Dès ce passage implicitement et plus explicitement en 6.28, il ressort que le territoire d’Atarnée, et plus largement la plaine du Caïque, produisent des céréales en abondance. En effet, l’île ne possède qu’une seule plaine fertile au sud. Le reste est essentiellement propice à la culture de la vigne et des arbres fruitiers. Par conséquent la richesse proverbiale de l’île ne saurait s’expliquer sans l’apport de la pérée268. Peu avant 480, les gens de Chios sont encore en possession d’Atarnée269, Diodore rapporte qu’en 409270 le Spartiate Kratèsippidas, à la demande des exilés de Chios, s’empare de l’acropole et expulse six cents adversaires qui à leur tour se saisissent du chôrion d’Atarnée, bien défendu et qui leur sert de point de départ pour des coups de main contre leurs ennemis et plus généralement contre l’Ionie, ce qui décide Derkylidas à agir contre eux en 397271. Ils détiennent beaucoup de blé et il faudra un siège de huit mois pour les amener à composition. Cette remise au pas ne paraît pas être synonyme d’expulsion si l’on suit le texte à la lettre et c’est peut-être une situation inchangée qu’enregistre le Ps.-Skylax § 98 lorsqu’il mentionne en dessous de la chôra de Mytilène, celle de Chios et la polis d’Atarnée. Celle-ci est une cité assez importante pour devenir sous Euboulos, et plus encore sous son successeur Hermias272, le centre d’une principauté qui me paraît impliquer la disparition de la pérée de Chios. L’activité du dynaste en Ionie va entraîner l’intervention de Mentor et il est probable que Memnon possédait sa chôra273 dans ce secteur, qui pourrait être ainsi fondée, tout ou partie, sur ce qui avait été autrefois la pérée de Chios. C’est certainement, mais de façon vague, à ces territoires que fait allusion Polybe274.

Pérée de Samos

L’existence d’une pérée de Samos275 semble pouvoir être inférée, dès le hautarchaïsme (viiie s.), du conflit connu sous le nom de “guerre méliaque”276. Ce conflit, né de l’insolence de la cité de Méliè, entraîne l’union de l’ensemble des cités ioniennes contre cette dernière. Vaincue et détruite277, son territoire est partagé par le sort. Pour les plus éloignées ces parcelles de terrains ne présentaient pas un grand intérêt, elle devinrent une monnaie d’échange et la source de conflits. Il n’en allait pas de même pour les voisines immédiates : Samos reçut Pygéla278, Priène, Dryoussa et le Karion (le nom même est notable).

Le Ps.-Skylax, 98279, donne la liste des localités qui se trouvent dans la pérée de Samos : Anaia, Panionion280, Érasistratios. Charadrous, Phokaia, Akadamis, Mykalè. Celles-ci jouxtent les territoires d’Éphèse, de Magnésie et de Priène. Il convient d’observer qu’il n’est pas fait mention de Pygéla. L’histoire de cette dernière a dû être assez agitée. Elle est autonome vers le milieu du ve s. puisqu’elle figure pour un talent dans les listes du tribut attique pour 446/445 et encore en 415/414281. Sa position juste au sud d’Éphèse en a fait sans aucun doute un objet de convoitise pour sa puissante voisine mais de nombreux témoignages indiquent qu’elle était autonome à nouveau au ive s.282 La date ne se laisse pas aisément appréhender, mais il est tentant de voir dans les différents mouvements la conséquence de la lutte d’influence opposant Éphèse aux Hékatomnides283. C’est en tout cas à ce moment qu’est construite l’enceinte de Pygéla284 D’après Strabon285 Anaia a été acquise par Samos à l’occasion d’un échange avec les Éphésiens (contre Marathésion)286. Elle est absente des listes attiques. L’explication la plus plausible est qu’à ce moment elle fait partie de la pérée de Samos (même situation pour Atarnée par rapport à Chios) alors que les bourgades dépendantes de Mytilène semblent avoir gagné leur autonomie à la suite de la révolte de l’île en 428/427 et apparaissent dans la liste de 425287.

En 441/440 les Athéniens organisent une expédition contre Samos. La formulation de Thucydide288 est assez vague : “à propos de Priène”. Il s’agit donc de problèmes relatifs aux intérêts continentaux de Samos sans qu’on puisse préciser plus. Les Athéniens installent la démocratie à Samos. Une partie des opposants s’enfuient vers le continent (il ne peut s’agir que d’Anaia), et complotent avec les dynotatoi de ceux qui sont restés. Ils obtiennent l’aide de Pissouthnès, le satrape de Sardes et réussissent un coup de main sur Samos. Malgré l’arrivée de forces importantes les Athéniens mettent plusieurs mois à rétablir la situation après un siège et au prix d’un accord qui ne semble pas impliquer le retour à la démocratie289 Les opposants continuent à tenir Anaia puisqu’en 424 : “Les exilés de Samos s’y étaient établis [à Anaia] et de là facilitaient la navigation pour les Péloponésiens en leur envoyant des pilotes, cependant qu’ils entretenaient le désordre chez les Samiens de la ville et accueillaient ceux qui en sortaient”290

La situation est inchangée en 412-411291. Par conséquent, dès le milieu du ve s. même s’il n’y a pas rupture en droit, les vicissitudes de la situation politico-militaire font que les deux communautés samiennes de l’île et du continent n’obéissent pas aux mêmes motivations, par inclination personnelle sans doute mais aussi à cause d’évidents déterminismes géographiques. Les exilés samiens devront attendre 322 pour rentrer dans l’île. Comme le montrent les deux premiers décrets de la série publiée par Chr. Habicht292, Anaia a servi de point de départ pour une première tentative avortée des exilés après la décision de 324 concernant le retour des bannis293. Pour Chr. Habicht, l’ancienne pérée de Samos aurait été captée par Priène. A noter cependant que I. Priene, 363, 1. 22 sq., montre que dans la première moitié du ive s. (il est malheureusement impossible de préciser davantage) le territoire de Thèbes du Mykalè294 jouxte celui de Samos. Ce qui suppose que les Samiens avaient conservé aussi (jusqu’en 366 ?) des possessions dans la région du Mykalè.

A un moment que l’on doit situer entre 366 et 356, Anaia d’Ionie semble être considérée comme une cité de plein droit295 Elle contribue à la restauration du temple de Delphes (en drachmes phocaïques) détruit par le tremblement de terre de 373296. En 365, il est évident que les clérouques athéniens installés à Samos ne contrôlent pas cette dernière. La prise de contrôle aurait pu paraître en contravention explicite avec la Paix du Roi que Timothée avait comme mission précise de respecter. Apparemment une partie de la population déplacée s’installe là, à moins que les textes allégués indiquent seulement que le retour des exilés (ou plutôt de leurs descendants) s’est effectué par Anaia297. Mais par comparaison à la situation antérieure, cela ne saurait démontrer que les territoires côtiers ont été (ou non) confisqués par les Perses au moment de la Paix du Roi. De même la présence d’une inscription funéraire pour un Athénien près d’Anaia298, même si elle date du ive s.299, ne prouve nullement un contrôle athénien300.

Pérée de Rhodes

Comme souvent c’est paradoxalement plutôt en direction de la Lycie, plus précisément sa partie orientale, et de son voisinage que nous orientent divers documents ou informations et non vers la Chersonnèse, au moins dans un premier temps. J. Spier301 observe que Phasélis302 était une colonie de Rhodes et que l’on a aussi dans la même région le nom de Rhodiapolis. Il édite parmi les monnaies du “Decadrachm Hoard” une pièce (exemplaire unique) qu’il définit lui-même comme assez extraordinaire. Elle porte à l’avers un cheval ailé et au revers la mention POΔION rétrograde dans un carré en creux perlé. Rappelons que le trésor est daté des années 460. Que peut signifier à cette date l’évocation d’une communauté de “Rhodiens”303 ? Faut-il y voir la preuve que pour des opérations extérieures une organisation des insulaires avait précédé le synoecisme ou plutôt simplement la présence d’une sorte de comptoir commun à toutes les cités de l’île ? Les Rhodiens tiennent aussi Pilot de Mégistè304, remarquable position sur la route de la Lycie orientale et au-delà vers Chypre et la côte syro-palestinienne.

En ce qui concerne la pérée de Rhodes proprement dite, il est à noter qu’il n’y a aucune preuve évidente d’une telle possession avant 387. Les conclusions en ce sens de P. M. Fraser et G.E. Bean305 reposent assez largement sur un a priori, qui au demeurant n’a rien d’invraisemblable. Malgré l’absence de documents épigraphiques locaux, plusieurs témoignages attestent l’existence de cités au ve s. dans ce qui sera plus tard le territoire de la pérée intégrée. Les données les plus abondantes concernent Chersonnèse souvent présente dans les listes du tribut attique de 452/451 à 428/427 pour trois talents puis deux talents quatre mille deux cents drachmes, ainsi que dans le décret de 425/424306. La dernière mention “régulière”, en 428/427307, bien que très mutilée, est la plus intéressante dans la mesure où il est question d’une syntélie autour des Chersonnésiens. Ces derniers ont probablement leur centre politique et religieux au sanctuaire d’Hémithéa à Kastabos308, lequel jouissait déjà d’une certaine notoriété à l’époque de la domination perse309. On leur attribue aussi un monnayage daté traditionnellement de la seconde moitié du ive s.310 H. Cahn réexamine l’ensemble des émissions et propose de les placer entre 530 et 450, ce qui paraît trop tôt, au moins en ce qui concerne la date finale311 D’autres témoignages concernent Kédréai, qui figure aussi presque en permanence dans les listes attiques (Lysandre prend d’ailleurs prétexte de cette fidélité à Athènes pour traiter l’île avec une particulière rigueur312) ou encore Kallipolis, absente des listes, mais dont le toponyme moderne Gelibolu conserve le souvenir313. Il ressort de ce qui précède que ces divers cas (Chersonèse, Kédréai, Kallipolis) doivent être clairement distingués. A la fin du ve s. Kédréai est une entité autonome mais le coup porté par Lysandre a pu lui être fatal et la livrer aux visées rhodiennes. Le cas de Kallipolis est différent, qui paraît exister en tant que cité au ive s. En revanche Chersonèse si présente au ve s. réapparaît ensuite comme un koinon rhodien314, mais après une longue période de silence. Il ne paraît donc pas exclu que d’une part le synœcisme des cités rhodiennes, générateur d’un nouveau dynamisme, et d’autre part le vide laissé par la défaite athénienne aient modifié profondément les équilibres au profit de Rhodes. En ce sens la première partie de l’évolution serait comparable à la situation de Mytilène dans son rapport avec les Aktaiai poleis, la seconde bien différente : Rhodes sort moins meurtrie - et unifiée - de la guerre du Péloponèse, et donc en mesure d’imposer ses prétentions aux petites entités continentales.

Le territoire continental de Rhodes est mentionné par le Ps.-Skylax mais on sait que la date de rédaction de cette œuvre est loin d’être assurée. Il est alors tentant de considérer les Lettres d’Eschine315 comme le premier témoignage historique de la possession de la pérée par les Rhodiens mais on sait que l’authenticité en est souvent mise en doute. On y voit l’orateur athénien acquérir un bien dans la pérée rhodienne, un petit phrourion au lieu-dit Ammos (Amos ?) dont il précise que l’agglomération est alors en ruines. Or, d’après ce que l’on sait, Eschine a quitté Athènes en 330. Il semble être passé par Éphèse avant de s’établir à Rhodes et/ou dans la pérée, donc entre 330 et 325. Le fait que les Rhodiens dès cette date aient “récupéré” aussi rapidement un territoire qui comprenait Physkos et Amos semble impliquer une possession antérieure sinon on ne voit pas au nom de quoi ils auraient obtenu d’Alexandre cette concession à une date aussi proche de leur ralliement. Le tableau très vivant que donne la lettre IX de la richesse agricole du terroir (oliviers, vignes, terres à céréales et pâturages) qui contraste avec le fait qu’il n’y a pas une maison debout est un indice qui plaiderait en faveur de son authenticité. On pense naturellement aux opérations qui ont impliqué Orontobatès et les lieutenants d’Alexandre.

Conclusion

Au terme de cette étude de cas, il apparaît qu’on ne saurait traiter du problème des pérées sans tenir compte des situations particulières. En effet dès les origines, des différences notables peuvent être mises en lumière : la gamme va du contrôle de localités dont l’objectif constant sera de s’affranchir de la tutelle de la suzeraine insulaire (villes de Troade/Mytilène) avec l’appui intéressé de tierces puissances, à la possession de territoires plus ou moins vastes, perçus plutôt en relation avec leur valeur agricole (Mytilène/chôra de Mytilène).

Les événements d’ample portée comme la Paix du Roi ont pu entraîner des modifications importantes. Doit-on penser pour autant que la saisie des pérées a été systématique et, en quelque sorte, programmée ? Les soubresauts antérieurs sur lesquels nous sommes paradoxalement mieux renseignés montrent bien que les changements de puissance dominante entraînent ipso facto des convulsions locales dont la partition du territoire entre île et continent constitue un facteur aggravant, en tout cas important, et qui entraîne la pérennisation des situations de stasis (e.g. Atarnée/Samos). En 387, c’est probablement quelque chose de similaire qui se passe. Les partisans de la Perse, disons plutôt les factions oligarchiques appuyées par les satrapes perses, voient leur position confortée et aussi renforcée l’opportunité de menées fractionnistes. Les revendications des îles auprès d’Alexandre concernant la restitution des pérées ont bien entendu des arrières-plans matériels, économiques, mais il s’agit d’abord pour les démocrates à nouveau dominants de procéder à l’éradication de leurs éternels rivaux.

Appendice 3. Le monnayage ΣΥΝ316

Depuis plus d’un siècle on a isolé un groupe de monnaies qui ont comme caractéristique de faire figurer au droit un thème commun : Héraklès étouffant des serpents (Drakonopnigon) alors que le revers reprend le thème habituel de chacune des cités émettrices. Pour le reste, l’identité d’étalon317, de métal, la présence de la légende ΣΥΝ sont de règle mais celle-ci souffre des exceptions. Dernier trait remarquable : le volume des séries paraît avoir été relativement modeste. Les données principales peuvent être réunies dans le tableau suivant :

Cité

Métal

Légende ΣΥΝ

Thème du revers

Présence dans CH 5. 17

Byzance

AR

*

Bovidé à gauche sur un ΠΥ à gauche sur un ΠΥ

Cnide

*

Tête d’Aphrodite Euploia à droite ΚΝΙΔΙΩΝ

*

Crizique

*

Tête de lion à gauche – thon ΚΥΖΙ

Ephèse

*

Abeille dans un grènetis ΕΦ—ΠΕ

*

Iasos

*

Tête laurée d’Apollon à droite ΙΑ

Samos

*

Tête de lion de face ΣΑ

Rhod

Rose ΡΟ

*

Lampsaque

AV

Protomè de Pégase à gauche dans un creux a

Le préfixe ΣYN indique bien entendu l’entente, l’alliance, sans qu’on puisse dire avec certitude quel substantif ou quel adjectif est ainsi abrégé318. Nous en sommes donc réduits à essayer de décrypter le sens du mot, et de l’institution, en tentant de situer cette émission dans son contexte chronologique.

En combinant des critères “stylistiques” avec le postulat selon lequel les cités asiatiques ne sont pas en situation après la Paix du Roi d’entrer individuellement dans une alliance, la plupart des auteurs ont conclu que l’accord matérialisé par la légende ΣΥΝ était antérieur à 387. On a par conséquent cherché au début du ive, voire même à la fin du ve s. les circonstances qui auraient pu amener son émission.

W. H. Waddington dès 1863319 avait proposé une fourchette chronologique comprise entre 394 et 391, K. Regling320 étendait la durée jusqu’à la conquête de Byzance par Thrasybule en 389. A quelques nuances près, la plupart des commentateurs ont mis en relation ce monnayage avec la bataille de Cnide et ses suites. Sans pour autant que les opinions convergent sur le sens historique à donner. G. L. Cawkwell321 retient une alliance anti-spartiate pour la période 394-391 alors que J. M. Cook322 croit reconnaître une alliance pro-spartiate dans la période immédiatement postérieure, 391/390. Il faut aussi observer que cette datation peu fondée a généré un véritable cercle vicieux, dans la mesure où il n’était pas possible d’établir une chronologie absolue des émissions monétaires de la plupart des cités. Sur ce point le Traité d’E. Babelon est tout à fait exemplaire, les séries ΣΥΝ y sont considérées comme un élément charnière dans les monnayages de Samos, etc. et cette chronologie établie sert à renforcer la date de 394, retenue a priori323.

Deux hypothèses “extrêmes” se singularisent par des choix chronologiques diamétralement opposés. S. Karwiese324 dans une mise au point récente plaide pour l’influence de Lysandre et situe ce monnayage à la fin du ve s. Au contraire, J. Hiquily325 retenait une date proche de 367.

Examinons cette dernière hypothèse qui malgré ses détracteurs pouvait paraître très séduisante. En 367 se produit le revirement que l’on sait à Suse : Thèbes devient l’interlocuteur privilégié du Roi en Grèce d’Europe et 364 marque la fin de la grande politique navale thébaine. Rappelons aussi qu’Épaminondas meurt en 362 à Mantinée. Pourquoi évoquer d’emblée ces événements ? Il paraît a priori exister une relation étroite entre le type de revers commun aux monnaies ΣΥΝ et celui qui figure sur les monnaies de Thèbes326. Certes, il n’y a pas copie servile mais la référence pourrait paraître assez évidente même S. Karwiese fait observer que ce thème n’est naturellement pas absent des peinture sur céramique ni même d’autres monnayages327.

Une intense activité diplomatique a dû se manifester à partir de 367 ; nous savons par Diodore328 qu’elle concerne Chios, Rhodes, Byzance, membres de la seconde Confédération constituée autour d’Athènes et que les Thébains cherchent à débaucher. Les résultats sont assez inégaux : Byzance rompt avec Athènes, la situation est plus ambiguë en ce qui concerne les deux autres. Diodore n’a pas mentionné ici Samos qui n’appartient pas à la Ligue. Cette action aurait pu déboucher sur une entente sous le double patronage de la Perse et de Thèbes, ce qui expliquerait que des cités placées des deux côtés du couloir paralien soient concernées dans une opération fondamentalement anti-athénienne.

Quels arguments peut-on développer pour ou contre une telle date ? On doit d’abord mettre en valeur l’observation de C. M. Kraay329 à propos de ses numéros 368-369 où au revers et au-dessus de l’amphore traditionnelle du revers apparaissent un bouclier mais aussi une rose avec la légende ΕΠΠΑ et ΕΠΑΜΙ – le symbolisme guerrier de la première mais surtout l’alliance rhodienne suggérée par la seconde monnaie incitent à penser que l’on a voulu ainsi illustrer l’entente libératrice avec Rhodes. C. M. Kraay330 s’interroge à propos des émissions d’argent ACGC 362, et d’électrum ACGC 363331 au type d’Héraklès enfant pour savoir s’il y a une corrélation avec le monnayage ΣΥΝ ou une simple rencontre.

Si nous examinons le cas de Samos332, les séries du ive s.333 portent les noms des magistrats monétaires au revers. Vingt-trois noms sont connus pour trente-cinq ans environ. Toutes ces émissions paraissent de faible ampleur (un ou deux coins de revers attestés) sauf celle d’Hégésianax pour laquelle on dénombre dix coins de revers. Par son rendu ce monnayage a été mis en relation étroite avec les types employés pour le monnayage IYN. Quel est le moment le plus approprié de l’histoire de Pile pour une frappe monétaire abondante ? Il serait logique de penser à la période où les Samiens hébergent une garnison perse puis doivent soutenir un long siège des Athéniens.

Le cas de Cyzique a été souvent allégué dans le débat. La situation politico-militaire de cette dernière n’est pas clairement établie334. Cependant, d’après Diodore 15.81.6, elle subit un siège de la part d’Épaminondas et Timothée l’en délivre. Si donc on retenait une date d’émission comprise entre 367 et 364. il faudrait supposer qu’entre ces deux dates Cyzique avait une nouvelle fois changé de camp. Ce qui évidemment n’a rien d’impossible mais ne repose sur aucune source conservée. L’absence de Chios parmi les lieux d’émission fait également problème335.

D’autres objections ont été présentées. Elles tiennent au style des monnaies. Ainsi à Éphèse la représentation de l’abeille au revers a un rendu “archaïsant” qui la distingue des séries du ive s.336. On a de même allégué la monnaie d’or de Lampsaque avec au revers un carré en creux337. Mais on doit faire à ce propos plusieurs observations. D’une part, la présence d’un carré en creux ne doit pas faire rejeter systématiquement une datation au début du ive s. Il suffira pour s’en convaincre de mettre en parallèle les séries ciliciennes de l’époque du mandat de Tiribaze338. D’autre part, il ne paraît pas assuré que ce monnayage doive être considéré comme appartenant pleinement au mouvement concrétisé par les séries en argent. Il est en effet facile de montrer que les monnayages d’or et d’électrum de Cyzique, Lampsaque, Phocée-Mitylène présentent des types très variés qui illustrent des thèmes tirés de l’actualité immédiate339, choisis parce que la cité concernée adhérait aux thèmes retenus mais peut-être aussi par un simple phénomène de mode.

Mais l’argument décisif pour repousser une date comprise entre 367 et 364 est en définitive le trésor CH 5, 1979, 17 daté là des environs de 375. La description donnée n’exclut pas toute ambiguïté : on y signale la présence de pièces au nom d’Hékatomnos et de “dynastes cariens”. M. J. Price [par lettre] avait bien voulu m’indiquer que le trésor contenait des monnaies d’Hékatomnos, mais aucune de Mausole, et que par ailleurs les monnaies ΣΥΝ semblaient avoir circulé assez longtemps340 (ce qui pose question dans la mesure où la présence de monnaies de trois origines différentes, alors que nous avons souligné la faible ampleur de l’émission, pouvait laisser penser que nous n’étions pas à un moment très éloigné de la fabrication lors de l’enfouissement du trésor). L’étude du trésor CH 5, 17 (+ CH 8, 96) doit être reprise en détail dans CH 9 mais K. Konuk341 donne une première mise à jour de l’information concernant ce trésor aujourd’hui dispersé. Il considère pour sa part que la date de 375 est trop basse en raison de l’absence des types milésiens d’Hékatomnos342. Le trésor contenait :

— Des tétradrachmes d’Hékatomnos.

— Des monnaies de Caunos343 primitivement attribués à des “dynastes cariens”.

— En tout quinze monnaies ΣΥΝ (Cnide, Rhodes, Éphèse).

— Des monnaies Héraklès/crabe de Cos344.

Il rejoint dans ses conclusions la datation haute de S. Karwiese en se fondant sur la nouvelle chronologie proposée du trésor et sur l’usure des monnaies ΣΥΝ. La date proposée par S. Karwiese (405-404 a.C.) a paru intéressante à nombre d’historiens et de numismates345. Il me semble cependant que l’on doit avoir un doute méthodique dans la mesure où on ne peut jamais être sûr des conditions de constitution d’un trésor qui a pu être réuni en plusieurs fois même s’il forme un tout au moment de son enfouissement. Outre le hiatus tout de même important qu’il faudrait supposer entre la date d’émission et l’enfouissement de CH 5,17, la principale réserve que l’on doit faire me paraît être en relation avec l’iconographie. Malgré les efforts de S. Karwiese il reste des données irréductibles. L’argumentation qui fait le lien entre Héraklès et Lysandre est recevable, il est en revanche moins évident de l’associer au Drakonopnigon. Ce dernier par la localisation du mythe, par les représentations dès le milieu du ve s. est incontestablement béotien. Il est tout à fait inconcevable que les cités asiatiques pour remercier ou évoquer un navarque lacédémonien aient choisi un thème thébain. D’autres arguments pourraient être présentés. S. Karwiese346 reconnaît qu’une sérieuse difficulté résulte, dans son hypothèse, de l’usage de l’étalon rhodien alors que les travaux récents sur les trésors monétaires n’obligent nullement à remonter aussi haut la date de la systématisation de cet étalon.

En conclusion, si l’on veut associer ce monnayage exceptionnel à des événements historiques précis c’est, faute d’information plus décisive, la période qui suit immédiatement 394 qui reste la plus plausible et – me semble-t-il – plutôt dans une ambiance anti-spartiate. Le choix de représenter Héraklès éradiquant les serpents visait à souligner l’atmosphère née de la “libération” récente (même si très vite cela devait s’avérer n’être qu’une éphémère illusion).

Reste à comprendre le choix de ce thème thébain. Il conviendra alors de se rappeler qu’il figure à deux reprises au ve s. sur les monnaies d’électrum de Cyzique347. La dernière de ces séries est datée du troisième quart du ve s. par S. Karwiese348. Il me semble qu’après avoir donné une explication plausible du thème adopté, nous trouvons là la filiation iconographique. Cyzique a toujours défini ses origines mythiques en relation avec la légende des Argonautes auxquels est associé Héraklès, mais un Héraklès qui est celui du cycle thébain et en aucune façon un Héraklès péloponésien. Il y a donc bien rencontre mais indirecte avec les thèmes thébains. Les envoyés des cités concernées ont cherché la représentation symbolique qui pouvait les fédérer, Cyzique disposait déjà de celui qui fut retenu.

Notes

1 Outre les ouvrages mentionnés au début du précédent chapitre, on retiendra l’article de Andrewes 1971, 206-226 ; Hamilton 1979. Voir aussi Tuplin 1993.

2 Plut., Lys., 19.3. Je ne vois pas de raison décisive de corriger Milet en Thasos, comme le propose Bommelaer 1981, 154 n. 225, “avec tous les modernes” (?).

3 Sur la divinisation de Lysandre à Samos, Habicht 1970, 3-7, qui considère que la date la plus probable pour la création de la fête se situe entre 404 et 390 (ibid. 243 sq.). Il est suivi par Flower 1988, 132 sq. Cartledge 1982, 265 attribue cette mutation du nom (lourde de signification) aux relations traditionnelles entre aristocrates samiens et lacédémoniens.

4 Diod. 14.10.2. Il est difficile d’interpréter avec certitude le texte très ramassé et sans contexte chronologique (sinon la mort d’Alcibiade) de Diodore. Cette levée faite par Sparte en son nom était tellement contradictoire avec toute la politique antérieure de la cité qu’elle a choqué les anciens : cf. Isocrate, 12.67 (encore que la comparaison opérée avec la domination athénienne ne soit pas sans équivoque : il n’est pas avéré que l’on doive comprendre que les Spartiates ont, eux. perçu un tribut) et surtout Polybe 6.49.10, où les Spartiates sont accusés “de se presser à la Porte des Perses, d’extorquer des tributs des insulaires, d’exiger des contributions de tous les Grecs”.

5 Plut., Lys., 19.7. Il s’agit probablement d’actions destinées à assurer la subsistance de l’armée.

6 Cornelius Nepos, Alc., 9.2 ; Plut., Alc., 37. Hatzfeld 1948, 342 et n. 3, doute à juste titre de l’assertion de Cornelius Nepos selon laquelle non seulement Alcibiade aurait été accueilli très amicalement mais de plus que le satrape lui aurait donné le revenu de Gryneion. Si cette dernière est bien la petite cité éolienne célèbre par son oracle d’Apollon, 1) elle n’est pas sous le contrôle de Pharnabaze, à moins d’admettre que ce dernier a profité très provisoirement de la situation de Tissapherne pour s’approprier ou du moins revendiquer le contrôle d’une région disputée (cf. supra p. 95 et n. 102 pour Blaundos). 2) il s’est agi tout au plus d’une velléité : la région appartient encore aux Gongylides en 399 (infra p. 238-239). Il y a donc probablement quelque confusion dans le récit de Cornelius Nepos et une contamination de la biographie de Thémistocle. Tout cela n’exclut pas pour autant que dans un premier temps Pharnabaze ait reçu courtoisement celui qui était son hôte.

7 Cf. sur ce point les conclusions de Hatzfeld 1948, 337 sq. Certes les traditions et les motifs avancés, divergent (cf. le scepticisme de Robert 1980) mais une certaine vraisemblance se dégage. Alcibiade, malgré tous les revers d’Athènes et son infortune personnelle espère encore retourner la situation à son avantage. Sa dernière chance consiste à convaincre le Roi lui-même. Il est évident que les autorités Spartiates ne pouvaient courir ce risque. Pharnabaze ne peut rien refuser à Lysandre dont l’escadre est maîtresse des Détroits et qui jouit de la confiance de Cyrus. Cette trahison de la foi jurée a dû cependant être ressentie comme une humiliation et contribuer à la rupture entre les deux hommes.

8 La localisation du lieu de l’assassinat est due à Robert 1980, 257 sq. (cf. supra p. 36 n. 91).

9 Supra p. 213 sq.

10 Comme le suggère Lewis 1977, cf. supra p. 222.

11 Cf. Bommelaer 1981, 118 sq.

12 Xén., Hell., 2.2.1. C’est semble-t-il à ce moment qu’il convient de placer l’épisode cruel qui marque à jamais la mémoire des Chalcédoniens (supra p. 229).

13 Xén., An., 7.1.20 ; notons que malgré ce qui est parfois soutenu les Cyréens n’ont probablement pas touché Chalcédoine ; ils sont à Chrysopolis, certes sur le territoire de la cité, mais qui a une place très particulière depuis la fin du Ve s.

14 Parke 1930. 58, analyse autrement la présence Spartiate à Chalcédoine. Selon lui, Pharnabaze aurait aliéné cette cité aux Athéniens (cf. supra Hell., 1.3.9) et lorsque Sparte la reprit en mains elle aurait réclamé les mêmes droits. Cette argumentation ne repose sur aucune base solide.

15 Xén., An., 7.2.5 et 7 ; Beloch 1922, 35 pour Cyzique et Meyer 1958, 46 pour les trois cités.

16 IG, II2.1, 1,1. 48-9 (Tod, 97, 1. 8-9) cf. Andrewes 1971, 207-16 contre Smith 1948, 45-56. L’inscription IG, IP. 1, 1 est en réalité un dossier de décrets concernant Samos, les uns pris en 405, d’autres, complétant les privilèges octroyés aux Samiens, en 403/2. Il s’agit évidemment de ceux des Samiens qui étaient restés jusqu’au bout fidèles à Athènes. A noter la clause Σαμίος Ἀθηναίος εἶναι, πολιτευομένος ὅπως ἂν αὐτοὶ βόλωνται (1. 12 sq.). Cf. ML. 94.

17 Xén., Hell., 3.4.2.

18 Après Beloch 1922, 16 et d’autres, Andrewes 1971, 211, plaide pour la fin de 403 ; Bommelaer 1981, e.g. 183 place la fin des décarchies en 398 ou 397.

19 Xén., Agés., 1.37 ; Hell., 4.4.7.

20 Hamilton 1979, 126-129 ; Ruzicka 1997, 111.

21 Xén., An., 1.1.7.

22 Xén., Hell., 3.1.1.

23 Diod. 14.12. Les Spartiates ont envoyé un contingent contre lui ; il se réfugie d’abord à Sélymbria puis auprès de Cyrus. Cela n’entraîne apparemment aucune brouille avec les Lacédémoniens.

24 Diod. 14.19.5 et 7 ; Xén„ An., 1.2.1-3. Cf. Roy 1967, 287-323 ; Perlman 1976-7, 241-284 ; Seibt 1977. Il est à noter que les “Dix-Mille” paraissent ne comporter qu’assez peu d’ioniens (un Chiote, un Samien mentionnés) ; cf. Westlake 1979, 34.

25 Diod. 14.19.6 (supra p. 124).

26 Westlake 1981, 257-279 ; 1986, 405-426.

27 Diod. 14.35.6-7 ; sur Kymè, Bouzek 1974 ; 1980 ; Engelmann 1976. Il est possible que les monnaies émises à Astyra et Adramyttion (?) soient frappées à l’occasion de cette campagne.

28 Xén., Hell., 3.1.5. Cela suppose que les régimes en place étaient des oligarchies philolaconiennes depuis 405/4 au moins. Diod. 14.36.2 précise qu’il recrute deux mille hommes en plus des cinq mille qu’il amène ; ces contingents ioniens (ou ceux réunis par Derkylidas) se débandent à Magnésie (infra), Hell., 3.2.17, “gens de Priène, de l’Achilleion, des îles et des villes d’Ionie”. Pareti 1913, 259-277.

29 Xén., Hell, 3.1.3 ; Diod. 14.35.6.

30 Xén., Hell, 3.1.20 ; cf. 3.2.12.

31 Xén., Hell, 3.4.5.

32 Ruzicka 1997, 109 sq. souligne la rupture que représente l’été 400 avec l’appel à l’aide des cités ioniennes auprès de Sparte.

33 Tuplin 1993, 48 sq. Isocrate, Panég., 144 en donne une image plus favorable, il est vrai dans un contexte polémique.

34 Diod. 14.36.3 ; sur le lieu de résidence de Tissapherne, supra p. 46.

35 Cf. aussi Xén., Hell, 3.2.19 ; Meyer 1909, 112 penche pour 391 c’est-à-dire la deuxième campagne de Thibron en Asie. Contra Beloch 1923, 34-5 n. 1 ; sur Magnésie, Kern 1900, V-XVIII ; Bingöl 1998.

36 Diod. 14.36.3. Les pentes escarpées de l’acropole constituaient un rempart efficace.

37 Xén., An., 7.8.7-8.

38 Il est en effet tout à fait remarquable qu’un grand nombre de cités de Troade-Mysie-Éolide, même parmi les plus insignifiantes, émettent des monnaies à la fin du ve et surtout au ive s.

39 Par la voie terrestre directe et par conséquent dans un cheminement différent de celui que décrit le Ps.-Skylax § 98.

40 Xén., An., 7.8.9-21.

41 On sait peu de choses sur la Pergame du ive s. ; cf. Hansen 1947, 8-13 (rapide). Sur les Gongylides, supra p. 189 sq.

42 Supra p. 190.

43 Ps.-Skylax 98 ; Str. 13.1.69 ; Xén., Hell., 3.1.6. Ce vocable désigne à la fois une région et une cité. Sur cette dualité cf. Ruge 1934. Elle doit s’expliquer par l’organisation fiscale de l’Empire perse, comme dans le cas similaire de Magnésie. Le site a été fixé par Thraemer 1888. 184 sq. et Conze 1887, 149-160 ; cf. aussi Robert 1973, 480 n. 9. On connaît pour le ive s. un monnayage peu abondant : SNG Cop. 549 ; Tübingen 2502. Une monnaie intéressante est publiée par Imhoof-Blumer 1883, 258 sq. no 149 et pl. E no 20. A l’avers une tête laurée d’Apollon, au revers une tête imberbe coiffée d’une tiare perse, légende TEY (bronze). Cette monnaie et d’autres comparables sont attribuées sans véritables preuves à Proklès par Babelon 1910, col. 83. On a parfois proposé d’identifier là une divinité perse (Men ?) ; le nom d’Atys a été retenu pour des monnaies dont l’illustration est très proche, cf. Phocée (Bodenstedt 1985, Ph. 84) et surtout Mytilène (id., My. 102), dont le rendu se rapproche beaucoup de Traité, II, no 42 (pl. 88 no 5). Cf. aussi Imhoof-Blumer 1890, 619 sq. (argent) ; HN2 538 ; SNG Cop. Mysia, 549. Sur une autre interprétation possible infra, appendice 5.

44 Dont la localisation n’est pas exactement assurée, cf. Schuchhardt 1912, 116-17 ; Wilhelm 1914, 149-150 ; Robert 1973, 481. Faut-il penser que les petites cités proches de Pergame ont été unies à cette dernière en un vaste synœcisme (que les populations aient été déplacées ou non). Sur la région de Pergame, Ghione 1905, sp. 109 sq.

45 Supra p. 189.

46 On attribue à cette cité un monnayage pour la seconde moitié du ive s. SNG von Aulock 1085-1088 ; Tübingen 2186-2193.

47 Cf. aussi Syll.3, 302 ; IJG I, p. 257 ; cf. Rostovtzeff 1910, 267, époque d’Alexandre (cf. supra p. 159).

48 Synthèse commode surtout par les testimonia réunis : Kassab 1987, 173-189. Monnayage des ive-iiie s., SNG von Aulock 1659 ; Tubingen 2709-2712.

49 Gryneion est célèbre par son sanctuaire oraculaire consacré à Apollon (Ragone 1990) ; elle frappe un monnayage de bronze avec à l’avers Apollon et au revers une coquille (elle était réputée pour ses huîtres selon Pline) ; cf. Robert 1973, 482 n. 13 qui date cette série du ive s. alors que Wroth propose le iiie s. On retrouve ces monnaies dans différentes collections : SNG von Aulock 1619-20 ; Cop. 202-207, etc.

50 Connue seulement par Xén., An., 7.8.15, cette cité pourrait être une candidate sérieuse pour l’attribution du document de Chios étudié par Robert 1983, 500 sq. (supra p. 185).

51 En particulier pour rendre totalement compatible les deux récits de Xén., An., 7.8.8-22 ; Hell., 3.1.6-7 et tenir compte du fait qu’après la tourmente les dynastes paraissent retrouver leur situation ancienne (supra p. 191).

52 Cf. l’organisation des phrouria qui apparaît chez Polyen 4.10.

53 Cf. les analyses de Briant 1982, 189 sq. Nous reviendrons ailleurs sur les informations économiques fournies par ce texte.

54 C’est à ce moment qu’il convient de placer le stratagème d’Alexandros, phrourarque des chôria d’Eolide, qui réunit au prétexte d’une grande manifestation culturelle les notables des cités du voisinage, les saisit, en tire une forte rançon avant de livrer les phrouria à Thibron.

55 Supra p. 190 sq.

56 Il y a deux Laris(s)a dans le nord-ouest de l’Asie Mineure celle-ci (Hell., 3.1.7) dont les ruines ont été repérées à Buzuncuk (Schefold, Boehlau & von Gerkan 1940 ; Bean 1966, 100 sq.), l’autre en Troade dont il est question en 3.1.13 et 16 (cf. Cook 1973, 219-221). Larisa de Troade, cité assez importante au ve s., paie trois talents de tribut (Ricl 1997, IK, 53-Alexandreia Troas, p. 5). Sur les incertitudes concernant la localisation du site Akalin 1991.

57 Supra p. 95.

58 Xén., Hell, 3.1.10-16 ; cf. Diod. 14.38.2-3.

59 Le développement qui suit s’appuie largement sur les travaux de Cook 1973.

60 Dardanos est mentionnée par le Ps.-Skylax 95 ; Str. 13.1.28 ; sa localisation à Mal Tepe (Δαρδανὶς ἄκρα = Kephez Burnu) a été reconnue depuis longtemps ; cf. Leaf 1923 a, 150-2 ; Meritt et al. 1939, 479 ; Cook 1973, 59 (céramique du viiie s. à l’époque hellénistique) et 60 n. 1 : sur le tumulus découvert à proximité, cf. Duyuran 1960, 9-12, inscription datée là du ive s. (mais en réalité la tombe contient des objets hellénistiques, comme l’est l’inscription sur le cippe funéraire dont est donnée la photographie), d’autres inscriptions plus anciennes sont mentionnées, cf. le résumé des conclusions de Taşliklioğlu 1963, 17-18 dans AS, 21, 1971, 50 (qu’il est indispensable de consulter avec Robert & Robert, Bull. Ep., 1968, 432). Elle paie en général un talent de phoros à Athènes et apparaît pour la dernière fois dans le décret de réajustement du versement en 425/4 (IG, P, 71). Dorieus est à Dardanos en 410 ; une garnison probablement péloponnésienne s’y trouve déjà ; Diod. 13.45.4 (cf. Lewis 1977, 128 n. 123). Monnaies de Dardanos avec à l’avers une femme à cheval à gauche, au revers un coq dans un carré en creux, fin ve s. souvent attribuées à Mania. Traité, II, pl. 167 19 ; SNG Berry 985 ; Cop. 282 ; Tubingen 2576 (Pl. III, 19) ; von Aulock 1504.

61 Ps.-Skylax 95 ; Str. 13.1.47 (cf. 13.3.2). Du Sud vers le Nord : Hamaxitos figure dans le décret pour 422/421 (IG, I3, 77), son tribut avait été porté en 425 à 4 T. (céramique reconnue, du viie – ou même viiie s.– au ive s. : Cook 1973, 231 ; IK, 53-Alexandreia Troas, cf. Ricl 1997, p. 5) ; même chose pour Kolonai, à cela près que le montant de son phoros n’est pas connu (Cook, p. 217, le site est abandonné après le ive s.) ; Larisa est encore occupée pendant une partie de l’époque hellénistique : Cook, p. 200 ; cf. Leaf 1923a, 223 sq. ; Meritt et al. 1939, 505 sq. ; Robert 1951, 36-64 ; Cook, p. 195 sq., Str. 13.1.47 indique que Kolonai et Larisa faisaient partie de la pérée de Ténédos (infra appendice 2). Cook, p. 196, émet des doutes sur la reconstitution de ce passage et suggère d’y insérer plutôt les Lesbiens (d’après Thc. 4.52). Monnaies de Kolonai au ive s., SNG von Aulock 1552 sq. ; Tübingen 2647 ; de Larisa, von Aulock 1554 sq.

62 Probablement entre 410 et 404/3. Il serait peu vraisemblable que ces cités aient fait défection plus tôt (cf. Skepsis note suivante). Il s’agit donc plutôt d’une conséquence immédiate de la défaite athénienne.

63 Str. 13.1.33 ; 45 ; 52. Monnaies, Head 1910, 548-9 (460-400 a.C.) ; SNG von Aulock 1575-1579 (deuxième moitié ve-ive s.) ; Tubingen 2659-2673 ; décret de proxénie, Judeich 1898, 225-40 ; cf. Leaf 1923a, 272 sq. ; 1923b, 270-2 ; Robert 1951, 13-15 ; un fragment d’un autre décret hellénistique est publié par Cook 1973, 399 no 13 ; le phoros est encore réclamé en 410/409 (IG, I3, 100), une seule indication de son montant antérieur, un talent.

64 Du texte d’Hérodote 5.122, il ressort que les Gergithes constituaient alors un peuple et non une cité, celle-ci a dû être créée peu après (par le déplacement de ces populations ?). En tout cas le matériel collecté sur le site montre que celui-ci a très vite prospéré (il dure des environs de 500 à la fin du iie s.). Cf. Cook 1973, 347-51, qui publie l’épitaphe d’époque classique d’un Kébrénien, découverte sur le site (p. 401 no 18) qu’il identifie de façon définitive à proximité du village turc de Karincali. Monnaies de la fin ve s., SNG Tubingen 2650 ; ive-iiie s., von Aulock 1556-1558 ; Tubingen 2651 sq.

65 Str. 13.1.51 ; Néandria est présente dans la liste du phoros de 410 (IG, I3, 100), son montant habituel est de deux mille dr. Cf. Koldewey 1891 ; Leaf 1923 a, 547 ; Ruge 1935 s.v. ; Cook 1973, 204 sq. ; Schwerteim 1994 ; Ricl 1997 (IK, 53-Alexandreia Troas p. 7) ; le site est occupé du viie au ive s. Winter 1985, 680-683 propose de dater la fortification de la fin du ive s. ou du début du iiie s.

66 Phoros porté à deux talents en 425. Mindaros à Ilion, Xén., Hell., 1.1.4 : la cité est-elle déjà dans la mouvance de Mania à cette époque comme le suggère Lewis 1977 ?

67 La localisation de Kokylion n’est pas connue et l’on possède bien peu de témoignages sur cette cité, cf. Cook 1973, 322.

68 Ricl 1997, IK, 53-Alexandreia Troas, p. 7.

69 Str. 13.1.33 ; Kébren figure dans la liste de 425/4 (auparavant elle contribuait au maximum pour la somme importante de trois talents. Sa richesse est confirmée par la présence d’un matériel abondant et original (terres cuites architectoniques), monnaies du ve s. [ ?] (Lazzarini 1986 identifie Zènis sur les monnaies “à tête satrapale” de la cité cf. Pl. II, 13-14, nous pencherions plutôt pour Spithridatès, du moins pour les plus anciennes) et du ive s. SNG von Aulock 1545-1551 ; Tübingen 2623-2650. A la fin du ive s. elle est incorporée à Alexandrie de Troade (infra) cf. Cook 1973, 327-344 (p. 337 il signale des identités de coins avec des cités voisines) ; cf. également Leaf 1923a, 171-173 ; Meritt et al. 1939, 99 sq. ; Robert (1951, 34 ; 1973, 172, cf. encore 1982, 330 n. 70) et Cook divergent sur le sort ultérieur de la cité, que nous n’avons pas à discuter ici.

70 Comme cela a été noté par plusieurs auteurs (cf. Tuplin 1993, 50), cette attitude initiale paraît en contradiction avec la réalité (harmostes, épimélètes) telle que la décrit plus tard Tissapherne. Mais Xénophon paraît tout à fait favorable à Derkylidas : à deux reprises (Hell., 3.2.9 ; 11), il se plait à souligner la paix et la prospérité des villes lorsqu’elles sont sous contrôle lacédémonien. Cf. Corsaro 1994, 115 sq. ; Ragone 1996, 344.

71 Xén„ Hell., 3.1.21.

72 De Sainte-Croix 1981, 558 n. 7, estime à trois cent cinquante talents les sommes recueillies comme butin. Celui-ci va permettre à Derkylidas de faire vivre son armée pendant plusieurs mois.

73 Infra p. 243 ; cf. Diod. 14.39.1-4 ; Hell. Ox., 2.1. Cent trières sont demandées aux rois de Chypre, l’ensemble de la flotte est préparé en Cilicie sous les ordres de Conon.

74 C’est-à-dire la région comprise entre Chalcédoine et Héraclée pontique.

75 Pharnabaze en profite pour “monter” à la cour du Roi. Il fait approuver son plan de construction d’une flotte et probablement commence à desservir les intérêts de Tissapherne (Westlake 1981, 260 ; 278)

76 Xén„ Hell., 3.2.11 ; Diod. 13.65.3-4 ; cf. infra p. 267.

77 Isocrate, Pane’g., 144.

78 Supra p. 124 n. 80.

79 Cf. l’exploration menée dans la région par Paton (1900) et reprise par notre équipe.

80 Humann et al. 1904, fig. 12 ; Bingöl 1998, 77 sq.

81 Hell Ox.. 12[7].4.

82 Xén., Hell., 4.2.17-18 ; cf. Westlake 1979, 34 ; Ruzicka 1997, 111.

83 Xén., Hell., 3.2.20.

84 A noter ici la claire distinction opérée entre chôra et poleis (à rapprocher des textes des traités Thc. 8.58, etc.).

85 Xén., Hell., 3.4.1 ; Age’s., 1.6. ; Plut., Age’s., 6.1. Selon l’informateur la puissance de la flotte doit être portée à trois cents navires. C’est à cette même époque qu’il convient de placer la mission de Timocratès de Rhodes en Grèce (la situation est donc parallèle mais inversée par rapport aux événements de 411. Thc. 8.5). Il a été en effet plus probablement envoyé par Pharnabaze si l’on retient la version des faits proposée par les Hell. Ox., 2.1-2 et 5 (avec Polyen 1.48.3) plutôt que celle de Xénophon qui pense que l’instigateur est Tithraustès, donc nécessairement après la bataille de Sardes (Xén., Hell, 3.5.1-2 ; Paus. 3.9.8). La première solution est retenue par les éditeurs des Hell. Ox., p. 205 et en dernier lieu par Bruce 1967 dans son commentaire à ce même texte e. g., p. 59 (avec bibliographie) contre Meyer 1909, 44 sq. ; Jacoby, FGrHist, p. 395. Il paraît beaucoup plus cohérent de penser que les troubles en Grèce commencent avant l’arrivée de Tithraustès aux affaires.

86 Seager 1977, 183-184 ; De Voto 1985, 169. Cartledge 1987, sp. 180-202 et 208-218 ; Hamilton 1991, 87-103. Cf. également Hofstetter 1978, 2-4 (avec une importante bibliographie). Tuplin 1993, 51, suggère que l’échec relatif de Derkylidas est l’une des causes du changement de la politique Spartiate et que le mot d’ordre est désormais la “liberté pour les Grecs d’Asie” (Seager & Tuplin 1980, 141-154).

87 Xén., Hell, 3.4.1-3.

88 Xén., Hell., 3.4.5-6.

89 Xén., Hell, 3.4.7.

90 Xén., Hell., 3.2.11.

91 Supra p. 235.

92 Plut., Agés., 2.2 ; cf. Xén., Agés., 1.37 ; Hell., 4.2.7.

93 Ce dernier apparaît dans les Hell. en 3.4.10 (cf. Xén., Agés., 3.3). Est-ce le même personnage que le général qui vient avec Tissapherne briser la révolte de Pissouthnès, FGrHist, 688, F15.53 (52) ? C’est l’hypothèse de Lewis 1977, 81 n. 200 suivi par Petit 1981, 12. Ou bien son fils (Weiskopf 1989, 23 n. 15) ? Rappelons aussi le satrape homonyme issu de l’un des Sept (supra p. 153). A-t-il reçu son domaine en récompense du service rendu ou le possédait-il déjà ? La question se pose dans les mêmes termes que pour Tissapherne (supra). En tout cas, il fournit un bon exemple de ces perses apanagés par le Roi (cf. Briant 1982, 310-311).

94 Xén., Hell., 3.4.15 ; Agés., 1.23.4.

95 Hell. Ox., 4.2 le passage est très mal conservé ; Diod. 14.79.4-8. Voir Funke 1980, 59-70.

96 Infra p. 251.

97 Quatre-vingts navires venant de Phénicie sous le roi de Sidon et dix de Cilicie. Tel est l’ordre des événements rapporté par Diodore (rejeté par Grenfell & Hunt 1908, 211-13 ; accepté par Bruce 1967, 74), qui propose de dissocier - à juste titre - l’abandon du parti de Sparte et la révolution démocratique de l’été 395. infra p. 251).

98 Le meilleur exposé est celui de Dugas 1910, 58-95 ; cf. également Bruce 1967, index s.v. Agesilas ; Kelly 1978, 97-98.

99 Xén., Hell., 3.4.12-15 ; Diod. 14.79.3.

100 Dix mille hommes dont quatre mille levés sur place, mais seulement quatre cents cavaliers.

101 Renseignement probablement emprunté à Éphore.

102 Polyen 2.1.16. Un certain nombre d’auteurs, e.g. implicitement Glotz 1941, 68, admettent que la capture de Phocée se place en 365. Les notices de Polyen ne semblent suivre aucun ordre chronologique raisonné (ainsi la bataille de Coronée est placée avant la première expédition en Asie), il n’y a donc rien à inférer de la place de cet épisode. En 396 la situation paraît plus propice à un tel fait d’armes qu’en 365 (infra) ; cf. dans un sens comparable au nôtre Bommelaer 1981, 185 et n. 70. Le récit de la “ruse” d’Agésilas est intéressant en ce qu’il montre que les Phocéens réduits à leurs seules forces ne peuvent rien contre les Lacédémoniens. S’ils ont pu résister auparavant c’est grâce à l’assistance d’alliés qui ne peuvent être que les occupants des phrouria avoisinants (on pensera au parallèle très éclairant fourni par Xén., An., 8.8.15), ce qui paraît confirmer l’intérêt constant que les Perses ont attaché à cette région stratégique depuis le début du ve s. (Hdt. 5.123 ; 7.95), cf. Lewis 1977, 139 n. 19.

103 Cf. Börker 1980, 69-75 ; Wesenberg 1981, 175-180 ; Ragone 1996, 331 et n. 121 sq. suit Bôrker dans l’hypothèse d’une tentative avortée de reconstruction de l’Artémision qui aurait été incendié en 395. Comment concilier cette hypothèse avec Xén., Hell, 3.4.18 ?

104 Dugas 1910, 59-65.

105 Xén., Hell., 3.4.17.

106 Xén., Hell., 3.4.20-21 ; Agés., 1.28-9 ; aucune précision quant au chemin emprunté chez Plut., Agés., 10.1 ; Paus. 3.9.5 ; Cornelius Nepos. Agés., 3.4-5 ; Polyen 2.1.9.

107 Cf. Radet 1893, 31 n. 102 ; Cousin 1924, 85 ; Busolt 1908, 255-85 continue à préférer la version de Xénophon même après la publication du papyrus d’Oxyrrhynchos.

108 Diod. 14.80.1-2.

109 Hell. Ox, 6.1-3.

110 Le col de Karabel a été utilisé depuis la plus haute antiquité ; le relief rupestre hittite atteste sa fréquentation au iie millénaire avant notre ère. Cf. Güterbock 1967, 63-71. C’est probablement l’un des deux reliefs évoqués par Hérodote 2.106.

111 Dugas 1910, 61, place cet épisode après la bataille de Sardes et non avant comme l’indique Diodore ; certes le récit paraît ainsi plus cohérent mais en est-il pour autant plus crédible ?

112 Dugas 1910, 65-73 ; Cornelius 1933, 29-31 ; Bruce 1967, 150-6 ; Anderson 1974, 27-53 ; Gray 1979, 183-200 ; De Voto 1988, 41-53 ; Botha 1988, 71-80 ; Wylie 1992, 118-130. La bataille de Sardes fait encore rage !

113 Hell. Ox., 6.27 ; 7.3.

114 Hérodote 7.26 ; Xén., An., 1.2.7-8 : “ville bien peuplée, grande et riche” Cyrus le jeune y avait une résidence et un paradis ; le Roi possédait également un palais près des sources du Marsyas ; Hell. Ox., 7.3 : “Kélainai, grande ville de Phrygie”. Elle devient Apamée de Phrygie à l’époque hellénistique ; cf. Ramsay 1895, ad. loc. ; Robert 1962, 338 sq. (supra p. 157).

115 Dugas 1910, 75, à partir de Hell. Ox., 8.1.39-40.

116 Xén., Hell, 3.4.25 ; Diod. 14.80.6-8 ; Plut., Agés., 10.4-5.

117 Xén., Hell, 3.4.25-6 ; Isocrate, Pane’g., 153, ; Diod. 14.80.8 ; Plut., Agés., 10.4-5.

118 Cela montre une fois encore, si nécessaire, que les rapports des officiers perses sont dénués de toute aménité. Chacun gère au mieux ses intérêts éventuellement au détriment de ceux du voisin.

119 Hell. Ox., 18.33. ; 20.38 ; Xén., Hell., 3.4.27-9 ; 4.1.1-2 ; Plut., Agés., 10.5-6 ; 11.1.

120 Il passe par les environs de Kymè, Xén., Hell., 3.4.27 ; là il apprend que les autorités Spartiates lui ont confié aussi la responsabilité de la flotte (infra p. 251).

121 Cette cité émettait un monnayage au ive s. : SNG Cop. 550 ; von Aulock 1436 ; Tubingen 2503.

122 Hell. Ox, 16.1.

123 Str. 12.1.70 ; cf. aussi Polybe 5.77.9.

124 Supra p. 34 n. 84.

125 Hell. Ox., 16.6 ; cf. Bruce 1967, 141 sq. Le commandant de la place, Rhatanès, est probablement le même que le Rhatinès des Hell., 3.4.13, qui commande la cavalerie de Pharnabaze.

126 Territoire alors quasi autonome comme une partie de la Mysie, cf. Xén., An., 5.6.6 ; supra p. 110.

127 Cf. Dugas 1910, 83 pour les différents noms de ce roi chez les auteurs grecs et supra p. 113.

128 Anderson 1899, 95.

129 Supra p. 34-35.

130 Xén., Hell., 4.1.4-15.

131 Dugas 1910, 86 ; cf. Reinach 1888, 93.

132 Hell. Ox., 17.3. Miletouteichos = Miletoupolis qui figure dans la liste du tribut attique/G, I3, 100 (date probable 410/409) ; cf. en dernier lieu, Schwertheim 1983, spécialement 105 ; Robert 1980, 89 n. 572. On lui attribue un monnayage dès le début du ive s. : BMC Mysia, p. 91 no 3 sq. ; SNG von Aulock 7412 ; Cop. 246 sq. ; Tubingen 2315-2319. Bien que les sites de Miletouteichos et de Daskyleion (note suivante) soient désormais connus avec quelque sécurité, il subsiste dans la marche d’Agésilas un certain nombre d’incertitudes. Le Spartiate suit le Rhyndakos pour atteindre le lac Daskylitis. Pour rester le plus près possible du texte de l’Anonyme d’Oxyrrhynchos il faut penser que, passé à proximité du lac d’Apollonia, Agésilas a gagné les rives du lac Daskylitis en suivant l’émissaire qui le joint au Rhyndakos (cf. la carte 8). Le passage des Hell. Ox.. 17.3, est donc à rajouter au dossier que réunit Robert 1980, 89-98, et qui traite de la navigabilité du Rhyndakos jusqu’au lac d’Apollonia et même jusqu’à Miletoupolis. Comment concilier aussi cela avec Str. 12.8.10, qui mentionne trois lacs : Daskylitis (le même que le lac Marsyas ou encore Aphnitis, Id. 13.1.9), Apolloniatis, Miletopolitis (on ne voit pas bien à quoi ce dernier peut correspondre. S’il a jamais existé, le troisième lac devait être de beaucoup plus petite taille et se situer dans la zone de marécage au nord-est de Kavakli) ; cf. Bruce 1967, 146-147.

133 Il convient bien entendu de distinguer la capitale de la satrapie de Daskyleion ἐν Προποντίδι qui paie huit cents dr. de phoros à Athènes (Meritt et al. 1939, 479-480). Les témoignages littéraires sur la première sont évidemment nombreux (cf. ibid, 480) : Hdt. 3.120 ; 126 ; 6.33.3 ; Thc. 1.129.1 ; Xén., Hell., 4.1.15-16. Elle est située au sud-est du lac Daskylitis sur lequel cf. Hécatée, FGrHist, 1, F217 cité par Str. 12.3.22. Όδρύσσης (ὃς) ῥέων... ἀπὸ δύσιος έκ τῆς λίμνης τῆς Δασκυλίτιδος ἐς Ῥύνδακον ἐσβάλλει. L’Odrysses est donc le Karadere (sur sa carte E. Schwertheim propose de façon erronée le Nitüfer) ; cf. encore Hell. Ox., 17.3 ; Plut., Luc., 9.16. En ce qui concerne les sources archéologiques, les fouilles de Daskyleion, qui ont livré des vestiges assez impressionnants du "palais de Pharnabaze” (cf. par ex. la photo donnée par Akurgal 1961, pl. 115), n’ont pas été véritablement publiées, cf. Akurgal 1956, 20-24 ; Cook 1961c, 34-35. Environ trois cents bulles furent mises au jour ; un petit nombre a été publié par Balkan 1959, 123-130 ; il propose de voir là un ensemble daté par la mention de Xerxès des années 481-480 (à compléter par Kaptan 1990, 15-27 ; 1996, 259-271) cependant Mellink 1955,235, suggère que la céramique associée doit être ramenée aux alentours de 400. Mais la série des bulles est-elle homogène ? On ne pourra, peut-être, répondre à cette question que par une étude exhaustive du matériel. Sur les fouilles récentes et leurs résultats, Bakir 1995, 269-281. Rappelons enfin la concentration des stèles “gréco-perses” autour du lac Daskylitis. Parmi les travaux les plus récents, Dupont-Sommer 1966, 44-58 ; Bernard 1969, 17-28 ; Dentzer 1982 ; Altheim-Stiehl et al. 1983, 90 ; Cremer 1984, 87-99 ; Altheim-Stiehl & Cremer 1985, 1-13. On se demandera d’où provient la stèle du Musée de Bergama publiée par Radt 1983, 55-68 (il penche pour Sardes, mais est-ce bien assuré ?). Une tombe satrapale (?), Bernard 1969, 17-28.

134 Xén., Hell., 4.1.37 ; supra p. 45 Il serait sans doute excessif de voir là, avec Seager 1977, 182-4, la volonté du roi de Sparte de créer une “zone de satrapes rebelles”.

135 Supra p. 96 n.109.

136 Xén., Hell., 4.1.41 ; la traduction proposée par Hatzfeld (Haute-Asie) est inadéquate. Cornelius Nepos, Agés., 4.1, lui prête comme objectif la Perse.

137 Hell. Ox., 17.104. Malgré une grosse erreur topographique qui montre combien étaient médiocres les connaissances que les Grecs avaient de la géographie des régions internes de l’Asie Mineure (supra p. 83) décrite ultérieurement encore comme un isthme, mais qui reprenaient sans doute servilement une conception perse de la géographie de ces régions.

138 On ne suivra donc pas Judeich lorsqu’il émet des doutes sur les capacités de stratège d’Agésilas.

139 Hell. Ox., 17.3.

140 Barbieri 1955.

141 Plut., Agés., 15 ; Paus. 6.7.6 ; Diod. 14.79.6. Cf. Westlake 1983a, 333-344 ; David 1984, 272.

142 Supra p. 212 et 244.

143 La source pour cette affaire est Hell. Ox., 10.2-3, cf. Bruce 1961, 167-170, 1967, 98-102 ; David 1984, 272-273 ; Bresson 1993. L’auteur des Helléniques indique explicitement que le régime renversé par les démocrates était celui des Diagorides.

144 On pensera à la région de Kélainai-Kolossai.

145 Hell. Ox., 14.1-3.

146 Diod. 14.81.4-6 ; cf. aussi Cornelius Nepos, Conon, 3 ; Paus. 3.9.2.

147 Xén., Hell., 4.3.10-12 ; Diod. 14.83.4. Conon fournit à Starr 1976, 64, un excellent exemple d’une perception hellénocentriste de l’histoire achéménide. Alors que Conon est à l’évidence un amiral perse, au moins jusqu’en 394, un certain nombre de modernes inversent les rôles, ainsi Bean 1971, pour qui le contrôle naval Spartiate “ended for good by the Athenian naval victory under Conon” (p. 71), “The Athenian admiral Conon with Persians now on his side puts an end to Spartan control” (p. 139). Mais n’est-il pas outrancier de considérer avec Starr (loc. cit.) que la bataille de Cnide a ouvert une période de domination maritime sans partage pour la Perse, qui n’a été remise en cause par aucun état grec, même Athènes, jusqu’à l’époque d’Alexandre (on pensera entre autres à l’épisode du siège d’Assos et au repli peu glorieux de la flotte de Mausole) ?

148 Xén., Hell., 4.3.12 ; Diod. 14.83.7. Cf. Westlake 1979, 34. A noter qu’il y a des contingents ioniens dans l’armée d’Agésilas à Coronée.

149 Xén., Hell., 4.3.10-13 ; Diod. 14.83.4-7.

150 Xén., Hell., 4.8.1-3 ; Diod. 14.84.3-4 et de façon plus vague Paus. 6.3.16. Cf. Barbieri 1955, 153 sq. ; Funke 1980b, 120 sq. ; Lanzillotta 1981, 273-276.

151 Elle est la seule des cités de Lesbos à échapper au contrôle lacédémonien en 389 (Xén., Hell., 4.8.28-29). C’est très probablement Pharnabaze qu’il convient de reconnaître au revers d’une hektè de Mytilène avec à l’avers Athéna coiffée du casque attique. Cf. Bodenstedt 1981, 10-11 et 250, em. 71 qui recense treize exemplaires dont Traité, II, no 43 (Perses no 373) attribué à tort par E. Babelon à Eurysthénès de Pergame. Remarquons que le “couple” qui figure sur les monnaies peut très bien illustrer l’association de Pharnabaze et de Conon. (Pl. II, 3). Le fait que les autres cités restent dans la mouvance Spartiate indique assez combien étaient grandes les rivalités dans l’île.

152 Paus. 6.3.16, indique que les Samiens ont élevé des statues successivement à Alcibiade, Lysandre, Conon et Timothée ; ce même Conon avait une statue à Éphèse ; Érythrées lui avait érigé une statue de bronze (doré sans doute) comme le demande un décret de proxénie passé en son honneur, IK, 1-Erythrai, 6 (= Syll. 3, 126), par un gouvernement redevenu démocratique. Cf. plus généralement Démosthène, Leptine, 71.

153 Il est à noter que Xén., Hell., 4.8.2 affirme que les cités “décernaient des éloges à Pharnabaze”, mais à la différence de ce qui se passe pour Conon aucun monument, aucun témoignage n’est passé à la postérité. On se rappellera cependant que nos sources grecques n’ont peut-être pas voulu insister sur ces votes pris pour un satrape perse. De surcroît, ces décrets, ces statues – s’ils ont existé – n’ont pas dû survivre aux péripéties de l’histoire ultérieure.

154 Xén., Hell, 4.8.4-5. Derkylidas est-il alors harmoste d’Abydos ? Le texte de Xénophon est ambigu. 11 parle certes des autres harmostes mais la présence de Derkylidas paraît presque fortuite. Il avait été envoyé par Agésilas (4.3.1-3) pour une mission ponctuelle.

155 Xén., Hell, 4.8.1-2.

156 Hell. Ox.. 14.3.

157 Supra p. 128 et n. 115.

158 Xén., Hell., 4.8.12 ; Diod. 14.85.4 ; cf. Lewis 1977, 145, n. 63.

159 Cornelius Nepos, Conon, 5.3 : qui Sardibus preerat.

160 Xén., Hell., 4.8.12-15 ; cf. Martin 1944, 13-30 (spécialement 17-20) ; 1949, 126 sq., qui confronte les sources anciennes en tentant de réfuter les conclusions du mémoire de Wilcken 1941. Il part du présupposé que tout accord formel avec le Roi ne peut avoir d’historicité dans la mesure où ce dernier ne saurait traiter quiconque sur un pied d’égalité et par conséquent sceller une paix. Cela l’amène à nier l’existence de la paix de Rallias (449) et d’Épilykos (423), cf. Martin 1963, 232. Pour revenir à la négociation de 392, Martin a raison, contre Wilcken, de soutenir que l’accord entre Antalkidas et Tiribaze ne peut être interprété comme une paix entre Sparte et la Perse. Mais il semble bien que c’est entrer dans un débat stérile que de chercher à enfermer les rapports diplomatiques antiques dans des cadres trop modernistes. Les contacts sont fréquents comme le montre le nombre des ambassades. On ne peut nier que certaines au moins ont été suivies d’effets concrets, que l’on ne saurait réduire à une soumission pure et simple des cités grecques (cf. par exemple l’ambassade de 408 et l’idée d’un “traité de Boiotios” qu’en tire Lewis, supra). Martin propose de façon assez convaincante de placer le contact de Sardes - dont il ne souligne pas assez le caractère impromptu - connu par Xénophon, avant la réunion sans suite de Sparte (Philocore, Andocide). Ryder 1965, 27-33 et 165-169 où il expose sa préférence pour une chronologie 1) Sardes 2) Sparte, avec Treves 1937, 113 sq. et Accame 1951, 5-20, contre une succession 1) Sparte 2) Sardes avec Judeich 1926, 141 sq. et Momigliano 1936a, 98 sq. Sur Antalkidas, Hofstetter 1978, 15-16 à la bibliographie duquel il conviendra d’ajouter Buckler 1977, 139-145 ; Devoto 1986, 191-202 ; Jehne 1991, 265-271 ; 1992, 99-116.

161 Xén., Hell., 4.8.15.

162 Philochore ap. Didymos, In Dem. (FGrHist, 328, F 149).

163 Sur ce point on ne peut être d’accord avec Martin 1949, 133 sq. Cf. déjà les négociations d’Alcibiade et de Tissapherne avec les envoyés athéniens (supra p. 212) où le point d’achoppement n’est pas les cités d’Asie mais la libre circulation de la flotte perse en Égée. Ce n’est pas le Ménéxène de Platon (245 a-c) qui peut convaincre du contraire. Nous y rencontrons un florilège de clichés (et quelques contrevérités) sur l’attitude d’Athènes à l’égard des Perses depuis leurs premiers rapports. Dans ces conditions il est difficile de lui faire confiance lorsqu’il se fait l’écho de la volonté du Roi de rompre avec les Athéniens par l’exigence de l’abandon des Grecs d’Asie, exigence que selon Platon les Athéniens ne pouvaient accepter (et que, d’après lui, ils refusèrent seuls entre tous). On sait d’autre part que, malgré les conversations de Sardes, le Roi n’a pas immédiatement rompu avec les Athéniens. Le revirement royal est bien en relation avec les cités asiatiques mais il se produit trois ans plus tard (infra p. 278). Or le Ménéxène pourrait dater d’un ou deux ans après la paix (cf. Ryder 1965, 42 et notes). Le silence d’Andocide, Sur la Paix, ne saurait servir d’avantage d’argument. Andocide avait été désigné pour être l’un des plénipotentiaires athéniens à la réunion de Sparte. L’ambassade préfère cependant ne pas s’engager sans l’avis de Yekklèsia, qui refuse les clauses de l’accord. Ce discours est un plaidoyer pro domo de l’orateur. On a remarqué depuis longtemps que les cités d’Asie ne sont pas mentionnées et le rôle du Roi simplement évoqué. Andocide a choisi d’argumenter uniquement sur les rapports avec Sparte et les avantages de la paix malgré les sacrifices qu’elle impose à Athènes.

164 Xén., Hell., 4.8.16 ; Diod. 14.85.4. Il ne semble pas, malgré Weiskopf 1982, 88, qu’on puisse considérer la politique de Tiribaze comme la suite de celle de Tissapherne. L’arrestation de Conon n’indique en aucun cas que Tiribaze ait voulu éviter d’entrer en conflit avec Pharnabaze.

165 David 1984, 276 n. 30, penche pour l’automne 392.

166 Xén., Hell, 4.8.17 ; Diod. 14.99. Il emploie le terme στρατηγός, cf. supra p. 129.

167 Syll.3, 134, (= Tod, 113) Στρούης ἐξαιτράτης Ίωνίης est amené au nom du Roi à procéder à l’arbitrage d’un litige entre Milet et Myonte à propos de terres situées dans la vallée du Méandre. Strouthas convoque un tribunal de la Ligue ionienne. Les noms conservés sont ceux des gens d’Érythrées, Chios, Clazomènes, Lébédos, Éphèse ; manquent ceux de Phocée, Téos, Colophon, Samos, Priène (et il paraît impossible de les loger tous dans la lacune). Le fonctionnement de cette ligue (supra p. 177) indique que le découpage îles-continent n’est pas (ou pas encore) entré dans les faits. Après avis, Strouthas donne raison aux Milésiens. A travers le cas de Strouthas, il apparaît une fois de plus que les missions confiées par le Roi sont des missions ad hoc (avec objectifs et éventuellement durée limitée). Il s’agit ici de maintenir le contact militaire avec les Athéniens dans le cadre des conventions précédentes. Le meilleur lieu pour ce faire était naturellement la côte ionienne, d’où la résurgence - ponctuelle - d’un commandement distinct en Ionie (contra Petit 1988, 309 sq.). Mais il serait très abusif de considérer la fonction de satrape d’Ionie attribuée à Strouthas par Tod, 113 comme l’interpretatio Graeca d’un commandement naval dont nous avons d’autres témoignages : comment en ce cas expliquer la nature de la seule intervention concrète dont nous avons la trace (voir Tuplin 1983, 181 n. 68 et Frei 1996, 97).

168 Xén., Hell., 4.8.17. Sur Priène au ive s., cf. infra et l’article de Van Berchem 1970, 198-205 ; Leukophrys est le nouveau site de Magnésie : les modernes hésitent pour savoir si le déplacement auprès du sanctuaire d’Artémis Leukophryènè a eu lieu au cours de la première campagne de Thibron en 397 (Diod. 14.36.4), tel est par exemple le point de vue de Beloch 1923, 34-5, ou de la deuxième campagne de 391 (e.g. Meyer 1909, 112) ; Achilleion est une place fortifiée connue seulement par les deux passages de Xénophon (3.2.19 ; 4.8.17) qui se rapportent à la région de Magnésie. Diod. 14.99.1, précise que Thibron s’empare de Ionda (Isinda ?) et de la montagne de Kornissos (Selmissos ?) ; cf. Meritt et al. 1939, 93.

169 Xén., Hell., 4.8.19 ; Diod. 14.99.3 ; τὸ Κνιδίνιον φρούριον est selon Parke 1930, 69, la place forte de Cnide, base navale de Sparte à cette époque (cf. Xén., Hell., 4.8.22).

170 Théopompe, FGrHist, 115, F103.4. Son domaine s’étend aussi à la Lycie (TL, 61).

171 Le travail essentiel est celui de Hornblower 1982. On consultera également Judeich 1892, 226 sq. ; Beloch 1923, 234 ; Bockisch 1969, 117-175 ; Crampa 1972, 6-8 ; Ruzicka 1979 ; 1992.

172 Hdt. 5.118 ; Pixodaros fils de Mausollos est un personnage important puisqu’il est le gendre du roi de Cilicie Syennésis (le premier à avoir noté la double homonymie avec la dynastie des Hékatomnides est Newton 1862, 31), il est l’un des chefs de la confédération carienne au moment de la révolte de l’Ionie ; il est donné comme originaire de Kindyè que Str. 14.2.20 signale comme un chôrion n’existant plus à son époque, probablement absorbé par Bargylia, cf. Robert 1949, 10 ; Bean & Cook 1957, 97 ; Hornblower 1982, 100. Notons encore le nom de Pigrès fils d’Hysseldomos (Hdt. 7.98 ; cf. Tod, 115). A la même époque, la famille dominante à Mylasa est celle d’Ibanolis et de ses fils Oliatos et Hérakleidès. Oliatos, Hdt. 5.37, (= Ouliadès dans les documents plus tardifs), est certes un nom banal en Carie, mais il ne semble pas être le fait du hasard que la dynastie sacerdotale de Labraunda (Debord 1969, 383 sq. ; 1982, 330) ait retenu des noms comme ceux d’Hékatomnos, Ouliadès lorsqu’on sait d’une part que les Hékatomnides avaient un attachement particulier au culte de Zeus Labraundeus et d’autre part que c’est un usage constant chez la plupart des dynasties orientales que de confier les sacerdoces les plus importants de l’Etat à des branches collatérales de la famille régnante. Hérakleidès, Hdt. 5.121, frère du précédent (cf. la notice de Legrand, p. 58 n. 2, de l’édition CUF du tome 5 d’Hérodote avec référence à un ouvrage, dont nous ne possédons que le titre, et qu’aurait écrit Skylax sur le “roi” des Mylasiens Hérakleidès : Souda s.v. “Skylax”, cf. Meritt et al. 1939, 498 n. 4 ; Bengtson 1954, 301-307 ; Momigliano 1971, 290 et n. 33 ; FGrHist, IV, 1).

173 Sur les dynastes de la fin de l’archaïsme en Carie, Ruzicka 1979, 15. Cf. Eddy 1973, 241 sq. sur les rapports des villes de Carie avec Athènes (contra Hornblower 1982, 27 n. 168) et Meritt 1939, 187 sq. Sur le phoros carien, Thompson 1981, 95-100.

174 Hornblower 1982, 27. Halicarnasse et Bargylia seraient membres de la ligue depuis l’origine à la différence de Kindyè (cf. Meritt et al. 1939, 212 sq.). Lors de l’action de Cimon en Carie, Diod. 11.60.4 ; Éphore, FGrHist, 70, F191, frg. 8, il est établi une distinction entre les cités colonisées à partir de la Grèce et les et les cités “diglottales” ; les secondes ont des garnisons perses et sont prises après un siège. Sur les monnaies autonomes d’Halicarnasse, cf. Troxell 1984, 253 sq., légendées A Image O. Notons en passant qu’il s’agit là de lettres cariennes et que la dernière, doublée, a été mise à tort par Babelon 1910, 159-168 et 170-172, en relation avec Évagoras.

175 Supra p. 209 n. 48 ; sur Iasos, Berti 1993, 187-247 ; Franco 1997, 145-154 et le volume ANSP, 1993.

176 Κᾶρες hᾶν Τύνες ἄρχει, e.g. IG, I3, 71,1 113-114. Tymnès n’est connu que par les listes du tribut (à noter la tombe d’un Carien nommé Tymnès fils de Skylax à Athènes cf. Bengtson 1954, 303) ; cf. cependant Hdt. 7.98 : Ίστιαῖος ὁ Τύμνεω, indiqué comme carien dans une liste des officiers les plus importants de la flotte de Darius cf. Price 1979, 8-12. Sur la syntélie, cf. Meritt 1937, 385-9 ; voir également Bean & Cook 1955, 147 sq. ; 163 avec mention d’un autre dynaste Pigrès de Syangéla (pour lequel Camp 1974, 316 admet l’équivalence Igrès = Pigrès), enfin la dynastie de Lygdamis à Halicamasse, cf. Maffi 1988.

177 Sur Chalkétor et ses inscriptions cariennes, cf. Robert 1949, 8-10.

178 Site : à côté du village d’Ayakli près de Selimiye Mendel ; cf. Laumonier 1958, 164-75 ; inscriptions cariennes, Robert 1949, 6 et 13 ; les fouilles les plus récentes ne sont pas publiées, elles ont permis la mise au jour de plusieurs inscriptions, que l’on peut voir pour certaines sur le site, les plus anciennes remontant à la fin du ive s : Errington 1993, 15-31. On connaît une monnaie d’Hyromos, cf. Troxell 1984, 253.

179 Robert 1955a, 226-227 identifie les Ὑλιμῆς des AIL, 5, II, 1. 39 (IG, P, 263) comme les habitants de cette localité.

180 Meritt et al. 1939, 483-484 ; Sahin 1976, 7. Cf. en dernier lieu, Debord 1994, 109.

181 Il ne me paraît pas assuré que Kyromos, soit identique à Euromos-Hyromos dans le décret de 425 pour la fixation du phoros (ATL, A 9 = IG, P, 71 ; cf. Meritt & West 1934), II, 143-4. On comprendrait mal qu’une syntélie réunisse des cités éloignées et en tout cas séparées par le territoire de Mylasa et cela d’autant qu’Euromos figure ailleurs (II, 100) dans le même document, à sa place puisque juste avant Chalkétor. Les éditeurs des ATL supposent qu’il s’agit d’une inadvertance des rédacteurs.

182 Site inconnu, cf. Robert 1955a, 223 sq.

183 Ces trois peuples – plutôt que cités – sont associés pour l’assiette du phoros de 425, IG, P, 71, II, 143-4. Meritt et al. 1939, 484, mettent en doute le caractère effectif de cette imposition. Elle implique cependant que des contacts bien réels avec Athènes ont existé à quelque moment.

184 Malgré Hornblower 1982, 30, on se demandera si ce phénomène doit être mis en relation avec des contacts anciens et nourris avec tous les aspects de la culture grecque, cf. par exemple les kouroi archaïques de Mylasa (Laubscher 1963-1964, 84-88 ; Ruzicka 1979, 30-31).

185 Cf. en dernier lieu Berti & Innocenti 1998, 137-142.

186 Supra p. 130.

187 En soulignant l’unicité de la province. On pourrait en effet imaginer que la Carie septentrionale – la vallée du Méandre – avait sa destinée liée à celle de l’Ionie, alors que la Carie méridionale aurait pu plus tôt, dès le ve s., avoir une vie autonome. Il est clair qu’à l’époque de Tissapherne cette hypothèse ne saurait être retenue (supra p. 123). Très tôt, en tout cas après la Paix du Roi, Hékatomnos qui contrôlait peut-être Tralles (supra p. 134 n. 140) a mis la main aussi sur Milet ; c’est ce qui semble se déduire d’une des composantes de son monnayage (cf. e.g. BMC Caria, pl. XXI, 5 et supra p. 142 sq.), alors qu’elle est sous l’autorité du satrape d’Ionie, Strouthras en 388.

188 Supra p. 128.

189 Hornblower 1982, 21 n. 123 ; sur la connexion entre la Carie et Chypre, qui vaut pour toutes les époques et tous les domaines, cf. infra 401.

190 Théopompe, FGrHist, I 15, F103 ; Diod. 14.98.3-4. Cf. Costa 1974, 40-56. Autophradatès commande pour sa part les troupes terrestres selon le principe constant du commandement double (en ce sens Beloch 1922, 89).

191 Lysias, 28.12 et 17.

192 Hornblower 1982, 85 n. 56.

193 Infra p. 384 sq.

194 Cf. Ruzicka 1979, 78.

195 Diod. 15.2.4.

196 Xén„ Hell, 4.8.20-25.

197 Diod. 14.97.1-4 ; 99.4-5.

198 D’où les analyses contradictoires des modernes, pour ne citer que quelques travaux récents, Funke 1980, 65-66 ; Ruschenbuch 1982, 495-498 ; Westlake 1983b, 239-250 ; David 1984, 277-284 ; en dernier lieu Bresson 1993, 166-175.

199 Westlake écarte Xénophon et s’efforce de réhabiliter pour l’essentiel Diodore.

200 Comme le notent Funke 1980, 65-66 et Westlake 1983, 240, les puissances de premier plan sont entraînées dans cette affaire par les factions rhodiennes bien plus qu’elles n’ont suscité la stasis.

201 Supra p. 251. Xénophon est muet sur l’épisode de restauration démocratique, ce qui pourrait expliquer pourquoi il lui est nécessaire d’introduire ici la prise de pouvoir par les démocrates pour rendre son propos intelligible.

202 Westlake 1983b, 246 s’appuie sur Arist., Pol., 5.1302b 23 ; 1304b 27 pour privilégier la version de Diodore. Dans un développement sur les causes des révolutions en démocratie, le Stagirite prend l’exemple de Rhodes où les démocrates au pouvoir rémunèrent ceux qui servent l’État (une forme de misthophorie) mais pas les triérarques. Ces derniers, sous le coup de poursuites judiciaires, fomentent une conspiration qui leur permet de s’imposer. Ce texte, par son caractère imprécis, suscite bien des questions, tout d’abord quant à la date des événements évoqués, Westlake après Momigliano 1936b, 53-54 les date de 391. Dans le même sens David 1984, 273-275, mais Berthold 1980, 31-40 ; Hornblower 1982, 127, penchent pour 357.

203 Diod. 14.97.3. On ne sait à quel moment les Athéniens avaient récupéré l’île de Samos. Sa “libération” par Conon est déduite de Paus. 6.3.16. Il n’y a pas d’autre témoignage, à moins qu’il convienne de dater le monnayage ΣΥΝ de 394. Les récits de Diodore et de Xénophon se complètent et ne divergent plus que sur quelques points mineurs.

204 Ce dernier s’appelle Tigrane. On se demandera s’il s’agit du personnage homonyme, hyparque en tonie au moment de la capture de Samos par Timothée (infra p. 292). A noter que le passage de Xén., Hell., 4.8.21, ne saurait être utilisé comme preuve que Strouthas est titulaire de la satrapie de Sardes, ainsi que le fait Petit 1988, 309 n. 13. Certes il est indiqué que Tigrane se rend à Sardes, mais toutes les opérations de Thibron puis de Diphridas, y compris la capture du gendre de Strouthas, se placent dans la vallée du Méandre.

205 Xén., Hell, 4.8.22. Le passage est lacunaire, faut-il le mettre en relation cette flotte rhodienne avec la passage précité d’Aristote ?

206 Le point de vue de Bresson 1993, 171-172 est très comparable.

207 Téleutias est le frère d’Agésilas, la nature de son mandat n’est pas claire. Le plus vraisemblable est qu’il a reçu un commandement extraordinaire.

208 Xén., Hell, 4.8.23.

209 Xén., Hell. 4.8.24 ; cf. Diod. 14.97.4.

210 Xén., Hell., ibid. ; cf. Hamilton 1979, 293-294.

211 Selon Funke 1980, 94-97 la mission de Thrasybule de Steiria débute à l’été 390 et se poursuit l’année suivante. Cf. Seager 1967.

212 La confrontation de deux passages des Helléniques de Xénophon (4.8.25 et 5.1.5) incite à penser que ce teichos est le mur (ou l’un des murs) de la ville de Rhodes et que Diodore n’a pas bien compris ce qui se passait dans l’île de Rhodes (il faut dire que la situation était assez complexe) entraînant Hatzfeld à une traduction approximative pour teichos (“un point fortifié”) ; cf. Bresson 1993, 171-172 ; Debord 1994, 55 et n.6.

213 A comparer par contraste avec le tableau de la situation dressé après la mort du stratège athénien par Diod. 14.99.4-5.

214 Xén., Hell, 4.8.28 ; en passant par l’Ionie où il collecte des fonds (Diod. 14.94.2). On sait par un décret d’Athènes, cf. infra n. 227, qu’il perçoit une eikostè.

215 Xén., Hell, 4.8.27 (cf. 1.1.22).

216 La nuance provient du fait que Chalcédoine relève normalement de Pharnabaze.

217 Xén., Hell, 4.8.27.

218 Supra p. 252 n. 151.

219 Hell., 4.8.28-30 ; Diod. 14.94.3-4. Contrairement à ce qu’affirment Glotz & Cohen 1941. 95 Thrasybule ne “s’empare” pas de Lesbos. Le texte de Diodore est clair à cet égard.

220 Brun 1988a, 377.

221 Lysias 28.12.

222 Xén., Hell., 4.8.31 ; Diod. 14.99.4 (printemps 389 ?). Cf. Seager 1967, 109-110.

223 Diod. 14.99.4-5.

224 Diod. 14.99.4.

225 Cawkwell 1976, 270-277.

226 Xén., Hell., 5.1.13.

227 IG, II2, 28 ; Syll.3, 136 ; Tod, 114 ; IK, 2-Erythrai, 502. Sur ce texte et le suivant, cf. Merkelbach 1970, 32-36 ; Picard 1980, 242-4 ; Cawkwell 1976, 271 ; Aikyo 1988 (sa restitution du nom de Pharnabaze à la 1. 21 ne s’impose pas).

228 De 386 pour Cartledge 1987, 194.

229 La bourgade de ΧΥΤΌΝ est également mentionnée par Éphore, 19, ap. Étienne de Byzance (FGrHist, 70, F78) ; Arist., Pol, 5.1303b 9 (Χύτρῳ) et Str. 14.1.36 (Χύτριον). Cf. Meritt et al. 1939, 503 sq. Sur le site double de Clazomènes, Kallipolitis 1972, 9-24 ; Cook 1953-1954, 149-157 et en dernier lieu de la Genière et al. 1982, 81-96 ; Demand 1990, 87-89. Il en ressort que le site autour du hôyük, qui supporte une occupation très ancienne, est très probablement le Chyton-Chytrion des anciens. Le rapport de Clazomènes à son domaine continental est comparable à la relation Samos-Anaia.

230 Sur l’approvisionnement en blé, cf. infra. La lacune du texte 1. 18-19 a été comblée différemment par Wilhelm et la plupart des auteurs :.. Φωκάας καὶ Χί/ου καὶ Σ]μύρνης et par Ziebarth 1929, no 31 :... Χίου καὶ Mμιλήτ/ου.

231 şahin 1976. 565-71 (cf. Robert & Robert, Hull. ép., 1977, 402) = SEG, 26, 1976-1977, 1282.

232 Seager 1967, 96 sq. ; Cawkwell 1976, 276 ; Hornblower 1982, 184 sq. Les Athéniens ont à ce moment l’ambition de reconstituer leur Empire, mais les factions portent des appréciations différentes sur le rôle de la Perse dans le redressement athénien face à Sparte (ces points de vue divergents pouvant être personnalisés sous les noms de Thrasybule et de Conon).

233 Xén., Hell., 4.8.32. Cf. supra sur le statut de Derkylidas.

234 Sur Abydos, supra p.216 ; l’aide en hoplites et en navires fournie à Sparte par les Abydéniens confirme les moyens économiques dont disposait cette cité. L’expédition vers Antandros peut être liée à la volonté de contrôler une cité où il était possible de fabriquer des navires ; mais sans aucun doute les Abydéniens qui possédaient des mines d’or sur la route d’Antandros près de Krémastè (dont la localisation n’est pas exactement assurée) y trouvaient aussi leur intérêt. Sur les liens traditionnels d’Abydos et d’Antandros et la route qui les relie, cf. Cook 1973, 290. Ce dernier rejette, ibid., 342 sq„ la restitution [ἐν K]ρεμ[αστῆι... /ἐν Κεβρ]ῆν[ι, retenue par Robert 1937, 171-2 dans la liste des théodoroques de Delphes et propose de lire ἐν Ἐ]ρε[σῶι... /ἐν Μιτυλ]ήν[αι]. Cette suggestion est acceptée par Robert 1982, 330 n. 70.

235 Xén., Hell, 5.1.5.

236 Apparemment Strouthas, s’il est encore en Ionie, ne contrôle pas cette cité. On ne sait pas quand Tiribaze est revenu à Sardes.

237 Xén., Hell. 5.1.6 ; cf. Graefe 1935, 262-270.

238 Xén., Hell., 5.1.25. Le récit de Xénophon est toujours très discontinu. Il semble cependant assuré que Tiribaze s’est rendu à plusieurs reprises auprès du Roi en Haute-Asie.

239 Xén., Hell., 5.1.28 indique qu’Ariobarzane entretient depuis longtemps des liens d’hospitalité avec Antalkidas.

240 Polyen 3.9.58.

241 Polyen 3.9.36, mais cf. infra p. 290 sq.

242 Isocrate, Pané g., 132, trad. Mathieu & Brémond, CUF. La nature du “continent” ne fait aucun doute dans la mesure où la phrase qui suit exhorte les Grecs à “exploiter l’Asie”. Brun 1996, 67 sq. utilise ce passage pour démontrer la pratique des cultures en terrasse.

243 Judeich 1892, 105 sq. et n. 2.

244 Beloch 1923, 158 et 165.

245 Boffo 1983,42.

246 Fantasia 1986, 113-143.

247 Hornblower 1982, 128 ; 1983, 199 ; selon Cawkwell 1981, 70, le traité contient des stipulations précises concernant les domaines continentaux des cités grecques. Cela ne paraît pas du tout indispensable.

248 Arist., Rhét., 1375b ; cf. Ruge 1937b, 585 ; Leaf 1923, 223 sq. ; Cook 1973, 189.

249 Str. 13.1.46-47. Cf. le croquis p. 240.

250 Cook 1973, 197 sq.

251 Hornblower 1982, 144 et n. 58 ; 128.

252 Mais sur ce point cf infra p. 434.

253 Beloch 1912, 308 ; 414 sq. ; Ruge 1937b, 583-585 ; Meritt et al. 1950, 196 ; Cook 1973, 178 sq. ; Κοντῆς 1978, 58 sq.

254 Str. 13.1.38.

255 Hdt. 5.94 sq. ; cf. Str, loc. cit.

256 Cf. le décret de 451/0 (IG, I3, 17) pris par les Athéniens en faveur de Sigeion. A noter que Mattingly 1963, 267-70 propose la date de 418/417.

257 Str. 13.1.39.

258 Thc. 3.50.3.

259 ATL, A. 9-10. 425/424-421/420 (IG, I3, 71, col. III 1. 125-138 et 77). Cf. Meritt et al. 1939, 157 sq. ; 1950, 196 ; Pordosélènè, Antandros, Rhoiteion, Hamaxitos, Larisa, Ophryneion, probablement Kolonai (Cook 1973, 197).

260 Thc. 4.52.

261 Robert 1966b, 106 sq. Cf. e.g. SNG von Aulock 1569 ou 7637 (Sigeion). Athéna de trois-quarts face (avers), chouette et croissant légende LITE (au revers). Cette série paraît précédée (chouette dans un carré en creux au revers, légende BA) par une série avec tête satrapale à l’avers coiffée d’une tiare liée par un diadème (PI. II 22). Cf. aussi SNG Tübingen 2653-2655. Pour Achilleion, cf. Imhoof-Blümer 1901, 33 sq. (Head 1910. 540).

262 Arrien.An., 1.12.1.

263 Arist., Rhét., 1375b.

264 Cook 1973, 179.

265 Quinte Curce 4.8.13 : Mytilenaeis... magnam regionem finibus adjecit.

266 Hdt. 1.160 ; d’où Paus. 4.35.10.

267 Ce site est mentionné par plusieurs auteurs et sa localisation peut être précisée grâce à Hdt. 7.42.1 ; Str. 13.1.67 ; Ps.-Skylax 98 ; Pline, HN, 5.32 ; 37, 56. Ses ruines sont placées à Kale Agili, cf. en dernier lieu Lambrianides et al 1996, 190-194 (avec bibliographie).

268 Thc. 8.45.4-5 Alcibiade agissant au nom de Tissapherne éconduit les Chiotes en rétorquant qu’ils sont les plus riches Grecs, supra p. 212.

269 Hdt. 8.106.

270 Diod. 13.65.4.

271 Xén., Hell., 3.2.1 ; supra p. 242.

272 Infra p. 418. On attribue à Atarnée un monnayage pour la seconde moitié du ive s. : Mysia, p. 14 ; SNG Tubingen 2182.

273 Infra p. 434.

274 Polybe 21.45.6. ; cf. Walbank 1979, 170 ; Ἀθηνᾶ, 1908, p. 167, 1. 26 ; 31 : domaines dans la pérée. Cf. Bürchner 1900, 1630.

275 État de la question : Fantasia 1986, 113-143 ; cf. Shipley 1987, 29-37.

276 Vitruve 4.1.4. à consulter avec les notes de P. Gros, CUF. Cf. Ragone 1986, 173-205.

277 Plusieurs allusions à cette guerre dans le texte épigraphique I. Priene, 37 (1. 56, 108, 118) ; cf. aussi 422 (= Aristote, fr. 576 Rose, fragment de la Samiôn politeia).

278 I. Priene, 37,1. 118-122 ; 38 fragment 5, 1. 8. Cf. Curty 1989 ; Franco 1993b, 67-85 ; 162-164. Sur la localisation probable cf. Keil 1908 ; Meritt et al. 1939, 543. Ragone 1996, 215 et n. 10 reste prudent tout en présentant les éléments des possibles identifications.

279 Faut-il voir dans cette liste une image de la situation au ive s. ou bien l’une des parties “archaïques” du Périple ? Cf. Fantasia 1986, 123 n. 35. La mention du Panionion fait problème pour une datation au milieu du ive s. Il faut nécessairement situer cela avant 373, date de la réactivation des fêtes et du retour au premier plan de Priène.

280 Panionion, cf. Kleiner et al. 1967.

281 Meritt et al. 1939, 390 sq. ; IG, I3, 266 (446/445) ; 290 (415/414).

282 Cf. l’ample monographie de Ragone 1996, 183-241, 341-379. Pygéla au ive s. (monnaies, décret, traité avec Milet), figure dans la liste des théorodoques d’Argos (aux environs de 330), cf. Charneux 1966, 198-216, lequel admet cependant (201 sq.) après ATL II, 82, qu’avant 446/445 elle constituait une simple dépendance d’Éphèse. Ensemble des témoignages réunis par Robert 1967, 37-40. Elle semble rattachée à Ephèse dans les années qui suivent la Paix du Roi. Sur le monnayage, Regling 1922, 46-53. Kinns 1989, 189 le date des années 360. Cf. Ragone 1996, 237 sq. (ne connaît pas les travaux de Kinns) qui fournit une liste de monnaies publiées (n. 71) : or, argent, bronze.

283 En ce sens Homblower 1982, 112.

284 Datée par Keil 1908, 139-140, de l’époque hellénistique, mais cf. sa photo ibid. : isodome à feuillure, bossage irrégulier et blocs assez larges comparativement à leur longueur, c’est une technique typiquement hékatomnide. Cf. aussi le “Ringmauer” au nord d’Anaia, col. 150, avec la carte col. 135-136, où il est défini comme carien (?).

285 Str. 14.1.20 : il convient de lire εἶτ’ Ἄναια πόλις et non pas εἶτα Νεάπολις, cf. Robert 1982b, 312-314. Le texte qui oppose une situation ancienne à l’actuelle, ne permet en réalité aucune véritable approche chronologique. Cf. Paus. 7.4.2-3, qui reporte loin dans le passé mythique des données qui peuvent avoir des contreparties dans l’actualité (opposition Éphèse-Samos) une partie des Samiens (φεύΥοντες) se réfugie à Anaia. Cf. Ragone 1996, 239 n. 76, plus que par des considérations étymologiques brillantes dont la base est quelque peu ténue, 240 sq., je serais tenté par un rapprochement avec la présence de ce terme dans l’inscription IG, V.l, 1 + (supra p. 219) mentionnant les exilés de Chios. J’ajouterai que Pausanias met en avant une entente entre les Samiens et les Cariens contre les Ioniens, cf. infra p. 291.

286 Sur Marathésion, Keil 1908. Cette localité est mentionné dans/. Priene, 37.

287 ATL, A 9 =/G, P, 71. Fantasia 1986, 130.

288 Thc. 1.115.2.

289 Thc. 1.115.4-117. Sur ces faits et leur analyse, Voir Quinn 1981, 18.

290 Thc. 4.75.1 trad, de Romilly. Cf. déjà 3.32.2 (428).

291 Thc. 8.19.1 ; 61.2, supra p. 230 n. 242.

292 Habicht 1957, 156-8 et 164 sq. (Cf. Robert & Robert, Bull. ép.. 1960, 318).

293 Infra p. 477.

294 Cette dernière est autonome au ive s., aux hautes époques elle avait appartenu au territoire de Méliè et fait ensuite l’objet d’un échange territorial entre Milet et Samos (Théopompe, FGrHist, 115, F23, cf. I. Priene, 37). Comme on le voit l’histoire de la région est particulièrement agitée et complexe.

295 Fantasia 1986, 118-119.

296 FD, III.5, 6 A.

297 Cf. Badian 1976, 293 n. 9. qui compare avec le retour de Phylé des démocrates athéniens.

298 Keil 1908, 164 no 7.

299 Comme le pense Habicht 1957, 158 (hellénistique pour Keil).

300 Shipley 1987, 157.

301 Spier 1987, 36. Cf. aussi Bresson 1993, 748-757 (pour Korydalla, Gagai, Rhodiapolis).

302 Certes pas en Lycie, mais vivant en symbiose avec elle.

303 Étant à peu près assuré qu’il convient d’entendre Rhodion comme un génitif pluriel.

304 Ps.-Skylax 99.

305 Fraser & Bean 1954, 94 sq. ; voir aussi Mayer 1937.

306 IG, I3, 261-283 et 71 ; cf. Bresson 1990, 104 ; 1999, 104 sq.

307 Telle est la date retenue par les IG, I3, 426/425 selon Piérart 1984, 172-176.

308 Je ne suis pas sûr qu’il faille interpréterIG, P, 283 III 31-33 (= ATL, no 27) comme le fait Bresson 1993, 66 sq. Il y a bien syntélie, comme dans plusieurs autres cas attestés (par exemple les Telmessiens et Lyciens), les noms de deux des membres sont partiellement conservés : Amos, Ler[...] et il y en avait au moins un troisième. Les sommes versées sont faibles et on voit mal comment arriver au total de deux talents quatre mille deux cents dr. Bresson suggère lui-même la solution : le versement des Chersonnésiens pourrait se trouver immédiatement au-dessus, dans la partie lacunaire et il ne s’agirait là que du complément fourni par les synteleis.

309 Diod. 5.63.1. ; Cook & Plommer 1966 mais cf. Debord 1982, 41-45.

310 Head 1911,614 ; SNG Cop. 190.

311 Cahn 1970, 200-211, pour l’essentiel d’étalon éginétique.

312 Xén„ Hell., 2.11.15.

313 L’identification de Kallipolis à Kyllandos due à Bean & Cook 1957 doit être sérieusement remise en question. Kallipolis existe déjà au ive s., en tout cas à l’époque d’Alexandre (infra p. 461) ; il y a toutes chances qu’il s’agisse d’une fondation (par synoecisme) du ive s., attribuable donc aux Hékatomnides. Elle occupe le flanc sud du fond du golfe Céramique. Imhoof Blumer 1883, 307 no 29 ; 1901, 138 no 1 identifie son monnayage au iie s. ; Head 1911,612.

314 Bresson 1991, no 5.

315 Eschine 1.4 ; 9.1 ; 12.11.

316 Une étude exhaustive du matériel sera proposée par F. Delrieux (Istanbul). Ces quelques pages n’ont d’autre objet que de résumer ce que Ton sait de ces monnaies et d’exposer les principaux problèmes qu’elles posent. L’article de base reste celui de Karwiese 1980, même s’il me paraît que ses conclusions chronologiques et donc historiques ne peuvent être retenues.

317 Étalon rhodien, les exemplaires samiens sont en général les plus lourds.

318 Συν(μαχικόν), Συν(μαχιόν), etc.

319 Waddington 1863, 223.

320 Regling l906, 207.

321 Cawkwell 1956, 69-75 ; 1963b, 152-154. Dans ce même sens, Ragone 1996, 354 sq. et bien d’autres.

322 Cook 1961a, 66-72.

323 Cf. pour Colophon, Hurter 1998, 149.

324 Karwiese 1980, 1-27.

325 Hiquily 1948, 1-4 contra Ephraïm 1948, 4-6, pour lequel la date proposée est beaucoup trop tardive en fonction du style des monnaies.

326 ACGC 362 (cf. P1. III.21).

327 Par exemple Crotone. ACGC 637, mais dans ce cas le rendu est assez sensiblement différent.

328 Diod. 15.79.1.

329 Kraay 1976, 114 n. 1.

330 Kraay 1976, 113 datée là comme la suivante des environs de 390, mais ne faut-il pas y voir “l’effet ΣΥΝ” signalé ci-dessus ? Cf. aussi BMC Central Greece, no 101-103 p. 79, pl. 14. 7-8 ; date proposée 395-387 a.C.

331 BMC Central Greece, no 89-90 p. 77-78, pl. 14. 1-2. Le choix de ce support rare à Thèbes pouvant paraître hautement significatif dans une offensive en direction de cités dont trois émettent l’électrum.

332 Kraay 1976, 255 ; Barron 1966.

333 Barron 1966, 113.

334 Infra p. 298 et n. 172.

335 A contraster avec Diod. 15.79.1.

336 Exemplaire illustré Gulbenkian 730 = Pl. III, 22.

337 A comparer par exemple ACGC 918 au revers de la monnaie à tête satrapale Pl. II, 15. Karwiese 1980, 19 n. 145 admet même que cette série pourrait être plus tardive que le monnayage ΣYN.

338 Infra p. 341 n. 2 %.

339 Pharnabaze et Conon à Mitylène, divers satrapes à Phocée, Zeus “Philippios” à Cyzique, Lampsaque et Mytilène, Alexandre probablement (infra appendice 5).

340 Ce qui faisait dater ce monnayage de c. 400 par Hardwick 1993, 215 n. 30.

341 Konuk 1998a, 55-62.

342 Mais cela repose (supra p. 142) sur des hypothèses non assurées concernant la chronologie relative et la localisation des frappes au nom d’Hékatomnos (au moins soixante-dix).

343 Cf. Konuk 1998b, 223.

344 Konuk repousse l’appartenance à ce trésor de monnaies Héraklès/tête féminine.

345 Kinns 1986b, 157 ; Ashton 1990, 12 n. 2.

346 Karwiese 1980, 18.

347 Traité, II, no 2654, pl. 174. 28 ; ACGC 966 ; SNG von Aulock 7321 pour la plus ancienne, Héraklès est représenté avec Iphiklès. Traité, II, no 2656 ; Boston 1501 pour la plus récente.

348 Karwiese 1980, 13-14 et pl. 1. 2. Elle est très proche de l’image canonique du monnayage ΣYN.

Table des illustrations

Légende Carte 5 : Éolide et Mysie occidentale.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8958/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Carte 6 : La Troade.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8958/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Carte 7 : Les campagnes d’Agésilas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8958/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Carte 8 : La phrygie hellespontique et la Mysie.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8958/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende C arte 9 : La Carie au ive siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8958/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540