Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Deuxième partie. Conflits et enjeux de pouvoir (412-423 a.C.)

Chapitre V. L’Asie Mineure durant la dernière phase de la guerre du Péloponnèse

Texte intégral

  • 1 Événements brièvement envisagés du point de vue perse : Olmstead 1948, 358-370 ; du côté de la con (...)
  • 2 Supra p. 121.
  • 3 Thc. 8.6. (cf. aussi 5.4-5).

1Étudier les événements qui se produisent sur la façade occidentale de l’Asie Mineure au ive s. amène inévitablement à prendre d’abord en compte la période 413-4041. La date de 413/412 est en effet une date importante mais elle fournit aussi une charnière commode. La région connaît alors un moment particulièrement difficile, peut-être dès l’avènement de Darius II et en tout cas avec la révolte de Pissouthnès enrayée depuis peu mais relayée par celle d’Amorgès. Tissapherne vient juste d’apparaître dans le jeu politique de la région. En faisant appel à Sparte pour briser l’hégémonie navale athénienne dont la plus grave conséquence était de priver les satrapes des revenus du pharos des régions côtières2, il accomplit un geste lourd de conséquence. Pharnabaze entreprend une démarche parallèle. Les points de vue des deux satrapes sont donc convergents même s’ils sont concurrents ; une semblable communauté d’intérêts se retrouve avec les cités insulaires de Lesbos et de Chios : “Les gens de Chios et Tissapherne négociaient donc de concert et dans le même sens”3. Cela va entraîner le déplacement des champs de bataille vers la côte asiatique et de profondes convulsions politiques dans les cités dont la conséquence directe est un éclairage plus constant (essentiellement à travers le livre VIII de Thucydide) sur une région pour laquelle il n’y avait jusque-là qu’une information discontinue.

1. La guerre en Ionie, 412-4114

  • 4 Les événements dont il est question ici doivent être réunis sous le nom de guerre en Ionie (Thc. 8 (...)
  • 5 Diod. 13.34.1-2. Il y a beaucoup de confusion dans le récit de ce dernier qui attribue par exemple (...)
  • 6 Thc. 8.5.3-5 ; 6.1-3.
  • 7 Agis décide d’envoyer un harmoste à Lesbos (Thc. 8.5.2 ; c’est la seule occurrence dans son œuvre (...)
  • 8 Telle est l’opinion de Thc. 8.6.2 ; quelques réserves sont émises par Lewis 1977, 89 et de fait, d (...)
  • 9 Outre la biographie classique de Hatzfeld 1940 ; cf. Brunt 1952, 59-96 ; Delebecque 1965 et l’intr (...)
  • 10 Xén„ Hell., 1.1.9 ; Diod. 13.46.3.
  • 11 Par exemple Pharnabaze, Xén., Hell., 1.3.11-12.
  • 12 Il est patent qu’Alcibiade utilisait largement un incontestable pouvoir de séduction. Pour ne pren (...)

2Le début du livre VIII nous montre comment, dans l’hiver 413/412, l’annonce du désastre de Sicile amène les alliés et sujets d’Athènes aussi bien que les neutres à penser qu’il est temps de choisir leur camp, naturellement du côté où l’on entrevoit la victoire5. Les appels à Sparte se multiplient mais Thucydide6 montre bien les faiblesses du mode de décision en matière de politique extérieure dans les institutions Spartiates : on pensera aux conflits d’influence entre le roi Agis (qui mène sa propre politique à Décélie, reçoit des ambassades7) et les éphores ; à Sparte même de sourdes luttes compliquent et retardent les choix. Parmi les demandes d’intervention figurent celle des factions de Lesbos, Chios, Érythrées, présentées simultanément à celles des satrapes Tissapherne et Pharnabaze. Les requêtes de Tissapherne et de Chios sont reconnues comme prioritaires et cela à l’instigation d’Alcibiade8. Constatons déjà l’influence considérable de ce dernier9, non seulement par ses choix stratégiques, mais par sa seule présence qui a pour conséquence de changer l’âme d’un certain nombre de combats10. Il est l’interlocuteur privilégié de ses adversaires11 et paraît encore jouer un rôle disproportionné à ce que sont ses moyens réels. Cela est certes dû à son charisme12, à la nécessité qu’ont les auteurs anciens de “personnaliser” les événements, mais aussi au fait que les circonstances l’ont amené à se comporter en “outsider” en raison de l’ambiguïté de sa situation à Sparte d’abord, puis face à l’État athénien.

  • 13 Il faut noter à ce propos avec Westlake 1979, 10 et n. 1, que les forces mises en œuvre dans la pr (...)
  • 14 Thc. 8.14. Sans pour autant s’en prendre à la ville même d’Érythrées, les Athéniens conservent les (...)
  • 15 Ibid., 16.2-3 ; sur Téos et sa région, cf. Robert & Robert 1976, 153-235, sp. 165-188. La cité pai (...)
  • 16 Ibid., 17.1.
  • 17 Les gens de Chios, à cette époque, sont les seuls parmi les alliés d’Athènes à contribuer à la Lig (...)
  • 18 Balcer 1970, 25-30 isole une courte série (cinq ans) émise par les cités de Téos et de Phocée qui (...)
  • 19 Ibid., 17.2 ; cf. Meiggs 1972, 367.

3L’expédition de Chalkideus et d’Alcibiade vers l’Ionie est d’abord un “coup de bluff’. Alors que le gros de la flotte péloponnésienne est bloqué à Speiraion, ils réussissent avec un faible détachement naval13, à obtenir la défection de Chios, Érythrées et Clazomènes dans un premier temps14. Les Athéniens, conscients du désastre, interviennent rapidement à Samos, qui apparaît une fois encore comme la clef de voûte de leur système de défense en Ionie. Ils y renforcent leur flotte d’un contingent levé sur place et se rendent à Téos15. Cependant ils se replient rapidement car la situation est radicalement différente de celles des années antérieures : la supériorité navale est du côté de Sparte et de ses alliés, grâce surtout à l’apport de Chios (des équipages de Chios remplacent les Lacédémoniens sur les navires amenés par Chalkideus, Chios fournit en outre vingt navires supplémentaires)16. Les Lacédémoniens avaient d’ailleurs pris leurs précautions en s’assurant par avance de l’importance de la flotte de Chios et de la richesse de la cité17. Téos, menacée par terre et par mer (les forces terrestres étant composées d’Érythréens, de Clazoméniens et de quelques barbares amenés par Stagès), fait sécession à son tour18. Le premier acte des occupants est de détruire le mur qui protège la ville vers l’intérieur. Alcibiade lance alors une opération en direction de Milet. Grâce à ses liens personnels avec des aristocrates milésiens, il emporte l’adhésion de la cité, prenant, une fois encore, de vitesse les Athéniens19.

  • 20 Ibid., 18 ; traduction Weil, CUF. L’exposition des clauses intervient de façon abrupte dans le dév (...)

4C’est dans ce contexte que se place un premier accord entre Tissapherne et les Spartiates, dont Thucydide nous fournit le contenu20 :

“Les Lacédémoniens et leurs alliés ont fait alliance avec le Roi et Tissapherne aux conditions suivantes : tout le territoire et les cités que possède le Roi et que possédaient ses pères appartiendront au Roi. Tout ce que les Athéniens tiraient de ces cités, en argent ou autrement, fera l’objet d’une opposition commune du Roi et de Lacédémone et ses alliés ; il ne sera pas permis de mettre fin à la guerre contre Athènes sans la décision des deux parties, le Roi et Lacédémone avec ses alliés. Quiconque fera défection dans l’empire du Roi sera l’ennemi de Lacédémone et de ses alliés ; quiconque fera défection chez les Lacédémoniens et leurs alliés sera, de la même façon, l’ennemi du Roi”.

  • 21 A noter que la distinction très nette opérée entre chôra et poleis n’implique pas une différence d (...)
  • 22 Sur la situation interne de la cité, infra p. 207 et Meiggs 1972,358-9. Cf. également Milet (Lewis (...)
  • 23 Thc. 8.19.2.
  • 24 Cf. Fantasia 1986, 113-143.
  • 25 Etienne de Byzance : Διὸς ἱερόν · πολϰνιον ἸωνίΑς μεταξὺ Λεβέδου καὶ Κολοφῶνος ; cf. Meritt et al.(...)
  • 26 A l’ouest de Téos au village moderne de Nea-Demircili (Keil 1912, Beibl. 59-64 ; Meritt et al. 193 (...)
  • 27 Comme le précise Thc. 8.16.3, ce mur avait été bâti du côté des terres en partant du principe qu’u (...)

5Ce “traité” pouvait paraître très peu favorable aux cités asiatiques21 mais la rancœur à l’égard d’Athènes était telle que le conflit se poursuit comme si de rien n’était et Chios y joue un rôle très actif22. Les initiatives qu’elle prend sont immédiatement réfrénées par les Spartiates (pour bien marquer à qui appartient le pouvoir de décision ? par simple prudence ?)23. Partie vers Anaia24, la flotte est mise en déroute par les Athéniens à son retour vers Dios Hiéron25. Malgré ce revers elle provoque la défection de Lébédos et Hairai26. L’attitude de Téos peut paraître plus ambiguë : elle reçoit d’abord les gens de Chios et Tissapherne, puis les Athéniens. En réalité les Téiens n’ont guère le choix dans la mesure où la destruction de leur mur les prive d’un moyen de défense efficace (cf. l’exemple opposé de Hairai que les Athéniens ne peuvent emporter)27.

  • 28 A l’été de 412 un navire de Chios trouve refuge à Éphèse alors qu’il est poursuivi par les Athénie (...)
  • 29 Diod. 13.34.2 ; cf. Quinn 1981, 19-20 ; Shipley 1987, 124-128.
  • 30 Il est impossible de donner une interprétation assurée de cet épisode, s’agit-il d’une initiative (...)
  • 31 Il n’y a cependant aucune raison décisive de situer en 412 la grande réforme institutionnelle qui (...)
  • 32 Thc. 8.21 ; cet épisode important pose de façon plus générale la question de la pression exercée p (...)
  • 33 Quinn 1981. 18-19.
  • 34 Thc. 1.115.5 ; 1 16.1-117.3 ; 4.75.1
  • 35 IG, I3, 96, tel que restitué par Lewis 1954, 29-31 (d’où SEG, 14, 1957, 9). Quinn 1981, 73 n. 50 é (...)

6Ainsi, en quelques semaines, la position dominante d’Athènes en Ionie s’était quasiment effondrée. Éphèse passée à l’ennemi, ou au mieux hésitante28, les Athéniens ne pouvaient plus guère compter que sur Samos. Le passage de Thucydide concernant les événements de 412 (7.28) montre bien qu’à ce moment l’île n’est pas en révolte contrairement à l’affirmation rapide de Diodore29. Les liens sont d’ailleurs renforcés par une insurrection : les démocrates samiens aidés par les équipages de trois trières athéniennes30 liquident le pouvoir des notables, en tuent deux cents, en exilent quatre cents, partagent leurs terres et installent un régime de démocratie exclusive puisque les géomores ne peuvent plus accéder aux affaires31. Les mariages entre les deux groupes sont désormais interdits. Assurés de la fidélité des Samiens, les Athéniens leur accordent l’autonomie32. Cet épisode sanglant fournit quelques indications complémentaires intéressantes. Le gouvernement en place jusque-là était à l’évidence, entre les mains des δυνατώτατοι qui étaient restés loyaux (contraints et forcés ?) à Athènes alors qu’une autre faction d’aristocrates tenait Anaia, sur le continent. Dès le début des hostilités ce parti avait fait allégeance à Sparte33 parce que, dès 440/43934, il n’avait pas accepté de composer avec Athènes. C’est probablement à ces derniers que fait allusion un décret athénien assez mutilé mais où il est question des “Samiens qui ont mené les Péloponnésiens contre Samos”35.

  • 36 Ibid., 8.22 ; cf. 23.4.
  • 37 Cf. Andrewes in Gomme et al. 1981, 50 ; Westlake 1979, 20.
  • 38 Thc. 8.23.4.
  • 39 Cf. Meiggs 1972, 361.
  • 40 Cf. Andrewes 1981, 35. On rappellera la liste du tribut IG, I3, 264, III 28-30 dont la formulation (...)
  • 41 Thc. 8.23.6 ; pour la topographie du secteur cf. Cook 1953-4, 149-157 et aussi de la Genière et al (...)
  • 42 Géographie de la région, Keil 1910, 5-22 ; 1912, 49-50 ; Meritt et al. 1939, 485-486 ; Andrewes in (...)

7Les habitants de Chios manifestent une activité soutenue en direction de Lesbos. A la simple lecture de Thucydide36, il est évident que les deux îles ont des rapports étroits et anciens. En tout cas, une action conjuguée par terre et par mer, entraîne la défection de Méthymna puis de Mytilène et probablement de Kymè et de Phocée37 au cours de la même campagne. La position des Lacédémoniens est cependant loin d’être assurée, tant militairement que politiquement. Militairement tout d’abord puisque l’arrivée d’une escadre athénienne entraîne dès le premier engagement la défaite des vaisseaux de Chios et la perte de Mytilène ; mais aussi politiquement, en effet, si le commandant Spartiate Astyochos obtient l’adhésion d’Érésos, il doit compter sur la présence des gens de Chios pour rassurer les Méthymnéens et les conforter dans leur volonté de sécession38. En tout cas l’épisode évoqué supra brise l’élan des Spartiates et de leurs alliés (les gens de Chios sont probablement échaudés par leur défaite rapide à Mytilène) qui renoncent à l’expédition projetée dans l’Hellespont39. Les Athéniens rétablissent rapidement l’ordre à Lesbos et de là se rendent à Clazomènes ou plus exactement à Polichna40. Ils persuadent les Clazoméniens de réintégrer leur île, sauf les instigateurs du déplacement initial qui se sont réfugiés à Daphnous41. Le principal intérêt de cette démarche est de nous confirmer que, dans les deux camps, on est d’accord pour penser que les Athéniens ont une incontestable suprématie sur mer, mais qu’en revanche ils ne peuvent rien entreprendre de durable sur terre, d’où l’idée que le ralliement des Clazoméniens à Athènes passe par leur réimplantation sur l’île, si proche du continent soit-elle. Dans ce tableau des forces et des faiblesses des deux camps, Chios représente une anomalie importante et les Athéniens vont s’efforcer d’y remédier. Ils mettent en place un dispositif de harcèlement articulé sur un certain nombre de points fortifiés tout près, puis sur l’île même de Chios (Sidoussa, Ptéléon, îles Oinoussai et enfin Delphinion)42 et ils entreprennent la dévastation quasi systématique du territoire de Chios, reproduisant en cela ce que les Spartiates font depuis Décélie.

Carte 4 : La guerre autour de Chios.

  • 43 Thc. 8.24.4-5.
  • 44 Cf. Meiggs 1972, 362.
  • 45 Thc. 8.24.6 ; 31.1 à rapprocher de 36.1 : “Les Milésiens acceptaient avec ardeur les charges de la (...)

8Suit une digression43 où Thucydide rapporte l’heureuse situation de Chios, intacte depuis les guerres médiques et cela grâce, en partie, à la sagesse (et implicitement à la modération) de son gouvernement44. Enhardie par la présence proche des Athéniens et confortée par la situation matérielle difficile de la cité, une faction cherche à renverser le gouvernement pro-spartiate. Les magistrats font appel à Astyochos. Ce dernier prend des mesures sévères, y compris la demande d’otages, pour réfréner cette tentative de coup d’État, mais sans aller jusqu’aux mesures extrêmes que seraient des massacres ou des expulsions45.

  • 46 Commentaire sur 8.25.3 ; ce thème de l’opposition ethnique est traité par de Romilly 1947, 76 sq.  (...)
  • 47 Thc. 8.28.2 et supra p. 121 à partir de 8.5.5 ; Westlake 1977, 319-29.
  • 48 Thc. 8.28.2-4 : Amorgès et Iasos sont les alliés d’Athènes, c’est ce qui ressort explicitement du (...)
  • 49 TL, 44a 1. 52-55 ; infra p. 312.
  • 50 TL, 44c 1. 29. Pour le choix de Gergis, cf. Bousquet 1992.

9Après avoir reçu des renforts, les Athéniens se portent devant Milet avec un contingent argien. Ici se place une réflexion très significative. Les Argiens engagent le combat avec l’idée qu’ils mettront aisément en déroute les Ioniens et, malgré le commentaire de R. Weil46, on est tenté de penser qu’un tel mépris était assez courant en Grèce face à la valeur militaire, à la valeur tout court de ces Grecs asiatiques. Thucydide, ayant noté que dans ce même engagement les Argiens ont été défaits par les Milésiens, les Péloponnésiens par les Athéniens, constate que de part et d’autre les Ioniens l’ont emporté sur les Doriens. Il substitue donc un autre type d’opposition dont les clivages traversent la mer Égée. L’issue finale du combat est favorable aux Athéniens qui peuvent ainsi mettre le siège devant Milet, mais celui-ci est levé à l’annonce de l’arrivée d’une flotte péloponnésienne, qui aborde à Teichioussa, bourgade milésienne sur le golfe d’Iasos. Après le départ des Athéniens l’action navale vers Milet était devenue sans objet et Tissapherne obtient des Lacédémoniens qu’ils agissent contre Iasos et le rebelle Amorgès47. Prise par surprise, la ville procure un très gros butin et les mercenaires d’Amorgès, péloponnésiens pour la plupart, sont enrôlés par les Lacédémoniens. En revanche les habitants de toutes conditions sont livrés à Tissapherne, à raison d’un darique par tête, et ce dernier installe une garnison à Iasos48. Le pilier inscrit de Xanthos49 nous apprend que les Spartiates n’ont pas été les seuls à participer activement à l’opération. Les Lyciens de Xanthos ont envoyé un contingent et leur dynaste, Kherẽi (ou Gergis ?) a tué en un seul jour et de sa main sept hoplites arcadiens50.

  • 51 Thc. 8.30-1.
  • 52 Thc. 8.33.2-4 : c’est la curieuse affaire des prisonniers érythréens à Samos, dont la rumeur préte (...)
  • 53 Thc. 8.32.3-33.1.
  • 54 Thc. 8.35.1-3. Cnide se révolte contre Athènes à l’instigation de Tissapherne et accueille des tro (...)
  • 55 Cela découle du fait que Caunos est considérée comme un point sûr par les Spartiates (8.39.4 ; cf. (...)

10Vers la fin de l’hiver51, la guerre d’escarmouches se poursuit sans modification importante des positions, mais dans les deux camps on manifeste quelque inquiétude sur la fidélité des alliés : les Athéniens à l’égard de Lesbos, les Lacédémoniens pour Chios et Érythrées52. Les gens de Chios manifestent, en effet, une certaine mauvaise grâce à continuer l’effort de guerre53. Un seul mouvement significatif intervient : sous l’action de Tissapherne, Cnide quitte le camp athénien, et cela confirme bien la volonté du satrape de reprendre en main la Carie après la révolte du bâtard de Pissouthnès54. Les Athéniens ne peuvent recouvrer Cnide, mais ravagent son territoire, ainsi que probablement celui de Caunos55.

  • 56 Telle est par exemple la position de Westlake 1979, 35-36, qui pense qu’à aucun moment de la guerr (...)
  • 57 Lewis 1977, 83 ; cf. un Carien “bilingue” dans l’entourage de Tissapherne, chargé d’une mission à (...)

11Il est d’usage courant chez les auteurs modernes de considérer que les satrapes ont généralement mis en œuvre des moyens militaires limités parce qu’ils ne disposaient que de faibles contingents terrestres et pas de flotte, et qu’ils attendaient presque tout en matière militaire de leurs alliés Spartiates56. On se demandera cependant si l’éclairage que fournit Thucydide n’est pas sélectif. Il est peu probable en effet que la rébellion d’Amorgès ait eu pour cadre la seule lasos, mais le reste de la Carie intéresse peu les auteurs grecs. L’action de Tissapherne y a été plus importante et plus profonde, ce qui justifierait sa possession de domaines importants dans la région (hypothèse aussi plausible que celle d’une implantation familiale ancienne développée par D. M. Lewis)57.

  • 58 Thc. 8.37 ; cf. Andrewes in Gomme et al. 1981, 81-2 pour une possible distinction entre les territ (...)

12A ce moment les Lacédémoniens négocient un nouvel accord avec Tissapherne, destiné à se substituer au précédent58 :

“Tout le territoire et les villes qui appartiennent au Roi Darius ou appartenaient à son père ou à ses aïeux ne seront l’objet d’aucune agression militaire ni d’aucune alliance de la part des Lacédémoniens ni de leurs alliés ; de leur côté le roi Darius et ceux qu’il commande ne feront subir aucune agression militaire ni aucun dommage aux Lacédémoniens et à leurs alliés. Pour toutes les demandes que les Lacédémoniens ou leurs alliés feront au Roi ou que le Roi fera aux Lacédémoniens et à leurs alliés, ils n’auront qu’à se conformer aux décisions dont ils conviendront. La guerre contre les Athéniens et leurs alliés sera menée en commun par les deux parties ; si l’on veut y mettre fin, ce sera fait en commun par les deux parties. Toutes les troupes qui se rendront sur le territoire du Roi à l’appel du Roi, seront entretenues par le Roi. Si l’une des villes comprises dans cet accord avec le Roi attaque le territoire du Roi, les autres s’y opposeront et soutiendront le Roi autant qu’ils le pourront ; si quelqu’un sur le territoire du Roi ou dans le pays que commande le Roi attaque le territoire des Lacédémoniens ou de leurs alliés, le Roi devra s’y opposer et donner son soutien autant qu’il le pourra”.

13Si l’on compare ce traité au précédent, on s’aperçoit immédiatement qu’il est plus détaillé et plus réaliste. À l’évidence il est le fruit d’une cohabitation sur le terrain et fonction de faits concrets. Les Spartiates obtiennent l’assurance de leur entretien en Asie aux frais du Roi et la garantie de son aide s’ils sont attaqués par quiconque dépendant de l’autorité de ce dernier, autorité et prétentions qui ne sont par ailleurs nullement remises en cause. Une fois encore l’entente se fait sur le dos des cités asiatiques.

  • 59 Sur la côte orientale de l’île au nord de l’agglomération principale de Chios ; cf. Boardman 1956, (...)
  • 60 Meiggs 1972, 362 n. 3.
  • 61 Dont celle de Tydée fils d’Ion que certains (e.g. Meiggs 1972 après von Wilamowitz ; cf. encore Do (...)
  • 62 Thc. 8.39.3 ; la cité de Caunos était très lourdement taxée dans le cadre de la ligue de Délos, AT (...)
  • 63 Cos Méropis, considérée par les anciens comme le site primitif de l’île, deviendra l’agglomération (...)
  • 64 Symè, Andrewes in Gomme et al. 1981, 88 ; Chalkè, Cook 1961, 58.
  • 65 The. 8.45.4-5. (cf. IG, I3, 103 : décret pour les habitants d’Halicarnasse, 410/409).
  • 66 Que l’on peut considérer d’une certaine manière comme une première étape en direction du syncecism (...)
  • 67 Il appartient à la célèbre famille olympionice des Diagorides (originaires de lalysos) ; sur le rô (...)
  • 68 Thc. 8.44 ; cf. Diod. 13.38.5 et 45.1 ; cette contribution a été rapprochée par Woodhead 1948, 56 (...)
  • 69 Thc. 8.45-52.
  • 70 Arguant du fait que les Spartiates sont venus en Asie pour libérer les cités grecques, certes dans (...)
  • 71 Thc. 8.45.4-5.

14Grâce au dispositif qu’ils ont mis en place (supra), les Athéniens peuvent accroître leur pression sur Chios, à partir surtout de Delphinion59. Cela entraîne des troubles dans la cité, l’installation d’un gouvernement plus radical60 tout à la dévotion de Sparte, des exécutions61 et une grande fuite d’esclaves. Thucydide rappelle ici que Chios est la cité la plus riche d’Ionie, que le nombre de ses esclaves est seulement inférieur à celui de Sparte. Du côté Spartiate, on se décide enfin à utiliser l’argent proposé par Pharnabaze pour équiper une flotte. Après un périple complexe qui confirme toutes les hésitations de la politique lacédémonienne, ces navires arrivent à Caunos62 où ils attendent leur jonction avec Astyochos qui, au passage, pille l’île de Cos63 qui avait été précédemment ravagée par un tremblement de terre. Des opérations ont lieu autour de Symè64 avec à la clef une victoire lacédémonienne mais qui n’apporte rien de décisif (en particulier Halicarnasse reste aux Athéniens65.) En revanche Rhodes change de camp. À Camiros l’intervention de la flotte lacédémonienne à l’appel des δυνατώατοι ἄνδρες provoque la panique parmi les πολλοί l’amiral Spartiate réunit une assemblée commune66 à laquelle participent les gens de Lindos et Ialysos et où l’on décide que l’ensemble de l’île se joint aux Péloponnésiens. Diodore attribue un rôle important au Rhodien Dorieus67 exilé à Thourioi après la prise du pouvoir par le demos. A cette occasion les Lacédémoniens procèdent à la réquisition de trente-deux talents68. Peu de temps auparavant une rencontre a eu lieu à Cnide entre Tissapherne et les Spartiates ; ces derniers sans doute enhardis par leurs succès dénoncent l’accord précédent, provoquant la fureur du satrape. Il n’est apparemment pas besoin de chercher plus loin les motifs des attitudes ultérieures de celui-ci à l’égard de Sparte. C’est le moment que choisit Alcibiade pour tenter de tirer son épingle du jeu en s’appuyant alternativement sur les Athéniens de Samos et sur Tissapherne dont il devient le conseiller privilégié69. D’après Thucydide70, c’est lui qui suggère au satrape la politique de bascule qui correspondait bien aux intérêts du Roi mais aussi au caractère de Tissapherne. C’est lui encore qui reçoit les doléances des cités71. Chios est distinguée des autres cités, manifestement en fonction de ses rapports antérieurs avec Athènes et la ligue de Délos à laquelle elle collaborait par ses propres forces militaires alors que les autres payaient le phoros. Alcibiade éconduit les gens de Chios en arguant qu’ils sont les plus riches des Grecs, qu’ils ont leurs propres forces militaires et que Tissapherne ne saurait engager hommes et argent pour autrui (ce qui sous-entend qu’il ne veut pas s’engager pour ceux qui revendiquent leur indépendance par rapport à l’Empire perse). Pour les autres, il leur déclare qu’ayant payé tribut à Athènes, il n’y a pas de raisons qu’elles ne paient pas au moins autant pour assurer leur sécurité.

  • 72 Cette négociation a cela d’intéressant qu’elle montre jusqu’où (fort loin) les Athéniens étaient p (...)
  • 73 C’est peut-être à ces événements que fait allusion le pilier inscrit de Xanthos (TL, 44c 3-9) où s (...)

15Thucydide n’arrive pas à débrouiller aisément tous les fils d’une situation au demeurant fort confuse. Malgré ses allégations il ressort bien que Tissapherne menait les choses à son idée et qu’après avoir rencontré les Athéniens72 il finit par se persuader que la moins mauvaise solution était de traiter avec les Spartiates sur de nouvelles bases. Après des préliminaires qui ont eu lieu dans la plaine du Méandre, c’est-à-dire probablement à Magnésie, Tissapherne se rend à Caunos73 et conclut un troisième accord, dont les conditions sont les suivantes :

  • 74 Thc. 8.58.

“Tout le territoire royal qui est situé en Asie demeure la propriété du Roi : le Roi doit pouvoir disposer à son gré de son territoire. Les Lacédémoniens et leurs alliés n’iront faire subir aucun dommage au territoire du Roi et le Roi n’ira faire subir aucun dommage au territoire des Lacédémoniens et de leurs alliés. Si l’un des Lacédémoniens ou de leurs alliés veut faire subir des dommages au territoire du Roi, les Lacédémoniens et leurs alliés s’y opposeront ; et si un sujet du Roi veut faire subir des dommages aux Lacédémoniens ou à leurs alliés le Roi devra s’y opposer. Tissapherne entretiendra dans les conditions convenues les navires actuellement présents jusqu’à la venue des navires du Roi”74.

  • 75 Sur la flotte “fantôme” de Phénicie, cf. Lewis 1958, 392-7 qui s’appuie sur des papyrus où apparaî (...)
  • 76 Thc. 8.81.3. Cf. Kagan 1987, 212 sq. Pour de possibles traces d’un monnayage émis simultanément à (...)

16Suivent des clauses relatives à la coopération des deux flottes. Mais on sait que celle qui fut formée en Phénicie n’arriva jamais en mer Égée75 : si l’on en croit Tissapherne au nom duquel Alcibiade76 prétend s’exprimer, cette flotte est venue jusqu’à Aspendos.

17Ce texte appelle un certain nombre de commentaires :

  • Contrairement à ce qu’il avait fait pour les deux traités précédents, Thucydide prend soin de donner l’intitulé comme s’il avait eu accès à un document rédigé, à la différence de ce qui s’était passé jusque-là. Cette impression est apparemment renforcée par le fait - que l’on ne doit pas considérer comme une contradiction - que les négociations ayant eu lieu à Caunos, la ratification se fait en un lieu de la vallée du Méandre que Thucydide ne précise pas (on pourrait suggérer Voikos de Tissapherne). A. Andrewes souligne, à juste titre, que les trois traités, même le dernier parvenu dans une forme plus élaborée, n’étaient, sans l’aval du Roi d’une part et du gouvernement de Sparte d’autre part, qu’une convention entre les acteurs du théâtre des opérations77.
  • Du côté perse, le seul Tissapherne s’était engagé dans les deux premiers traités78 ; pour le troisième, outre Tissapherne et Hiéraménès79, les fils de Phamakès, c’est-à-dire Pharnabaze et un (?) frère non nommé, sont mentionnés. Les deux satrapies occidentales sont donc liées par l’accord et Tissapherne est en charge à ce moment d’un commandement élargi (supra). Il agit par délégation du Roi qui est implicitement concerné puisqu’on règle les “affaires du Roi’’. On peut penser que cette ouverture procède d’une demande expresse des Spartiates, peut-être déjà dans la perspective d’un élargissement de leur action vers le nord.
  • En apparence, les Lacédémoniens ont obtenu une concession importante par la limitation explicite à l’Asie des prétentions royales. Ils font ainsi disparaître, manifestement par l’action de Lichas, l’ambiguïté des accords précédents.
  • La contrepartie n’était pas négligeable. Pour les Grecs d’Asie au moins “au lieu de la liberté, Sparte leur apporterait l’empire du Mède”80 et le même Lichas rappelle plus tard avec quelque brutalité que “les Milésiens, comme tous les habitants du pays du Roi, devaient obéir comme des esclaves à Tissapherne dans tout ce qui ne passait pas la mesure et le servir jusqu’à ce que la guerre fût menée à bonne fin’’81. Même avec la restriction mentale que suppose le deuxième membre de la phrase, on sait que cela provoqua une vive colère chez les Milésiens. On peut même penser avec Ed. Lévy82 que le membre de phrase “le Roi doit pouvoir disposer à son gré de son territoire” est une allusion très transparente au phoros, cause immédiate de la guerre d’Ionie et dont les Spartiates admettent implicitement la légitimité. Au même titre que les précédents, le troisième traité est un accord inégal83.

18L’apparence est donc la poursuite de l’alliance, mais il est évident que quelque chose a été rompu entre Tissapherne et les Lacédémoniens, qui jamais ne sera effacé et les relations ultérieures resteront empreintes d’une méfiance réciproque.

  • 84 Cf. Delebecque 1965 ; 1967 ; Weil, notice du livre VIII, CUF, 1972, p. XII-XIII.
  • 85 Thc. 8.83.
  • 86 Thc. 8.84.4-5.
  • 87 Thc. 8.84.5. Parke 1930, 47-8, suggère avec vraisemblance que cette garnison avait remplacé celle (...)
  • 88 E. g. 8.73.2-6 (cf. 8.63.3-4) ; 8.75.2-3.
  • 89 L’interprétation de Quinn, 1981, 20-22, paraît un peu forcer le texte ici. Certes les “trois cents (...)

19Les événements de l’été 411 tels que les rapporte Thucydide paraissent très confus, partiellement sans doute à cause du caractère inachevé de l’œuvre84, mais il semble que cela est dû bien plutôt au grand désordre des événements qui paraissent se dérouler sans plan et sans suite, ce qui provoque un grand trouble dans les esprits. On déplace des flottes nombreuses qui se rencontrent sans s’affronter, et on ne sait plus très bien quels sont les contours des camps antagonistes. Il suffira d’évoquer ici la tension qui monte entre Tissapherne et les Spartiates85, puis entre les Milésiens et Astyochos86, et l’expulsion de la garnison perse par Milet87. Tout cela culmine avec la révolution oligarchique à Athènes, dont les antécédents et les contrecoups à Samos fournissent l’occasion de longs développements à Thucydide. Après l’échec du renversement de la démocratie par une faction de ceux qui détenaient le pouvoir, une sorte de gouvernement mixte, composé d’Athéniens et d’une majorité des Samiens, prend toutes les décisions88, en particulier en imposant la lutte à outrance contre Sparte et ses alliés. Les revirements des dirigeants samiens montrent bien que les situations pouvaient être moins manichéennes (affrontement démocrates contre oligarques) que l’on à parfois tendance à le penser89.

2. L’initiative aux athéniens, 411-407

20De l’étude de l’ensemble de cette période, il ressort que les Athéniens ont une politique “à géométrie variable” selon les succès ou les échecs : en cas de victoire ils cherchent à étendre leur présence militaire aux côtes de la Carie et de l’Ionie et à reprendre pied dans les cités ; chaque revers entraîne un retour vers l’Hellespont dont le contrôle est rendu encore plus vital par la présence Spartiate à Décélie qui coupe la route de l’Eubée et fait dépendre plus étroitement Athènes pour son approvisionnement du blé des régions pontiques.

  • 90 Thc. 8.80.2 ; cf. Westlake 1979, 37.
  • 91 Thc. 8.108.3, cf. Kagan 1987, 236 sq. et supra n. 75.
  • 92 Le choix de Phasélis s’explique par sa situation stratégique mais aussi par les relations étroites (...)
  • 93 Cf. les doutes de Delebecque 1965, 107 et 125 ; contra Westlake 1979, 23 et n. 2. Cf. aussi Arait (...)

21Autre élément important, les Lacédémoniens répondent à l’appel (qui vient d’être renouvelé ?) de Pharnabaze et leur passage dans la sphère hellespontique modifie profondément les données dans la mesure où Tissapherne ne dispose plus du même moyen de pression sur les Spartiates90. Il se propose d’utiliser une autre carte, militaire cette fois : la flotte de Phénicie91. Son départ est suivi par celui d’Alcibiade qui, de Samos, se rend à Caunos et Phasélis92. Le fait que 8.88 et 108.1 se répondent indique que l’expédition a bien eu lieu93. Doit-on penser que l’Athénien manifestait ainsi sa capacité à concevoir de façon globale la situation en Orient, en une analyse comparable à celle qui avait conduit à l’expédition de Sicile ; ou bien s’agissait-il d’un double “coup de bluff’ : d’abord de Tissapheme, brandissant la menace d’une flotte qui ne parvint jamais – du moins pas avant 394 –, puis d’Alcibiade, trouvant ainsi une occasion de faire valoir son rôle à peu de frais (cf. 8.108.1). Mais ce “machiavélisme” n’est-il pas un peu trop celui des modernes, dans la mesure où il est assuré que la flotte a bien existé mais qu’elle a été employée en Egypte, c’est-à-dire en un endroit jugé toujours prioritaire par le Roi. En ce sens Alcibiade n’aurait fait qu’anticiper sur le rôle qui reviendra plus tard à Conon.

  • 94 Diod. 13.38.5 ; supra p. 212.
  • 95 Thc. 8.6.11. Le monnayage d’Abydos au ve s. se subdivise en deux groupes (Robinson 1958, 593 sq.)  (...)
  • 96 Thc. 8.21. ; 108.2 ; IG, I3, 96 (= I2, 101), pour cette inscription voir Lewis 1954, 29-31 ; Diod. (...)
  • 97 Thc. 8.44.3 ; 108.2.
  • 98 Ibid., Rhodes en revanche leur a échappé (supra p. 212).
  • 99 Cependant, Érésos fait défection à l’été de 411 (8. 100.2-3) ; des aristocrates méthymnéens venus (...)
  • 100 Y compris leur territoire continental, Thc. 8.31.2 ; cf. Xén., Hell., 1.1.10-11 : les Clazoméniens (...)
  • 101 Thc. 8.108.2 ; cf. le décret de 410/09 en l’honneur des Halicarnassiens IG, I3. 103 ; la cité est (...)
  • 102 Lampsaque est prise par les Spartiates en même temps qu’Abydos, elle est perdue presqu’aussitôt (T (...)
  • 103 Par deux fois : Thc. 8.107.1 et 2 (cf. Diod. 13.40.6), puis prise par Pharnabaze et Mindaros (Diod (...)
  • 104 Thc. 8.61.1.
  • 105 Infra p. 219.

22En 411, Mindaros avait décidé d’envoyer un petit contingent de navires italiotes vers Rhodes sous les ordres de Dorieus. Il s’agissait de faire face à un risque de retournement de la situation en faveur des démocrates en Égée94, mais c’est l’Hellespont qui devient le centre principal de l’activité militaire. Les Athéniens tiennent la Chersonnèse, c’est-à-dire la rive nord, les Lacédémoniens et Pharnabaze appuient leur défense sur la place forte d’Abydos95 ralliée par Derkylidas. Il peut paraître utile, à ce moment, de dresser un tableau des positions respectives des adversaires. Pour l’essentiel, les Athéniens contrôlent les territoires insulaires : Samos96, Cos97, Chalkè98, Lesbos99, Clazomènes100 ; mais aussi un certain nombre de positions sur le continent : Halicarnasse101, Lampsaque102, Cyzique, perdue et immédiatement reprise103. Outre Abydos qui est en quelque sorte un pôle opérationnel en territoire ennemi, à laquelle s’ajoute la région comprise entre Sigeion et Rhoiteion, soumise par Derkylidas au cours de sa marche vers le nord104, les Spartiates tiennent la majeure partie de l’Ionie et s’appuient essentiellement sur Chios105 et sur Milet qui est alors leur quartier général.

  • 106 Xén., Hell., 1.1.20.
  • 107 Ibid., 22 ; ce site de Chrysopolis est mentionné dans une inscription d’Athènes IG, I3, 108 (I2, 1 (...)
  • 108 Xén., Hell., 1.3.9 ; la situation de Chalcédoine et de Chrysopolis amène à poser de façon plus glo (...)
  • 109 Thc. 8.37.2.

23La préoccupation athénienne est somme toute identique à celle des Perses : il s’agit avant tout de percevoir le tribut et diverses taxes sur les territoires contrôlés. C’est ainsi que les Athéniens envoient une flotte en Macédoine et en Thrace pour y collecter le phoros en 410 ; Cyzique106 reprise par eux doit payer une forte contribution (χρήματα πολλά). Ces mêmes Athéniens s’installent à Chrysopolis, sur le territoire de Chalcédoine, la fortifient et organisent une douane pour prélever une dîme sur les navires qui transitent par le Bosphore (δεκατευτήριον, δεκάτη)107. Un peu plus tard Chalcédoine doit s’engager à verser le phoros et ses arriérés108. Les levées des Spartiates sont plus épisodiques et toujours en liaison avec une expédition précise. De plus dans une convention conclue avec Tissapherne (convention dite de Thériménès), ils ont accepté que “tout le territoire et les villes qui appartiennent au Roi Darius ou appartenaient à son père... ne paient tribut ni aux Lacédémoniens ni à leurs alliés”109.

  • 110 Thc. 8.108 ; Diod. 13.42.4 ; Andrewes in Gomme et al. 1981, 356. En 424, des exilés lesbiens veule (...)
  • 111 Andrewes in Gomme et al. 1981, 356, se demande si malgré la précision fournie par Diodore (note pr (...)
  • 112 Xén., Cyr., 7.4.9, attribue à un général de Cyrus le Grand l’acceptation du statut des cités de Ph (...)
  • 113 Supra n. 110.
  • 114 Supra p. 212.

24Quelles sont les réactions des cités asiatiques face à tout cela ? Il est évident qu’elles ne souhaitent pas être rançonnées – ou subir la taxation – davantage par un parti que par l’autre. Le cas d’Antandros paraît à cet égard très significatif110. Les habitants estiment que l’hyparque Arsakès les contraint à des versements insupportables ; ils font appel aux Spartiates d’Abydos111 pour expulser leur garnison perse et leur action conjuguée est couronnée de succès. Leur ambition avouée, selon Diodore, est de faire d’Antandros une cité libre112. On doit considérer cependant l’opération comme un succès tout relatif dans la mesure où il a fallu au moins l’aval de Pharnabaze pour qu’elle puisse être menée à bien. D’autre part, bien que nous n’ayons aucune information à ce sujet, Tissapherne a dû rétablir la situation à son profit quelque temps plus tard : en 396, Agésilas sortant par convention de la satrapie de Pharnabaze s’installe en pays ennemi, c’est-à-dire dans la satrapie de Sardes, à Astyra, tout près d’Antandros113. L’équilibre apparemment instable des forces provoque également des convulsions à l’intérieur des cités. Nous avons étudié plus haut114 le cas de Rhodes qui peut être considéré comme exemplaire.

  • 115 Ainsi Plutarque présente la haine des Grecs contre Tissapherne comme un véritable lieu commun en d (...)
  • 116 Thc. 8.109.1.
  • 117 Thc. 8.108.4-5 ; 109.1 (supra p. 120). Comme le suggère Parke 1930, 48, il est très probable que T (...)
  • 118 Thc. 8.45-46.
  • 119 Xén., Hell., 1.1.10.
  • 120 Plut., Alc., 28.

25La situation est rendue encore plus complexe par la relative ambiguïté du rôle de Tissapherne. Nous avons déjà vu qu’il entretient des relations difficiles avec Pharnabaze et aussi avec les Spartiates (l’affaire d’Antandros n’ayant sans doute rien arrangé). Apparemment ces derniers voient là la possibilité d’un double jeu. Tissapherne est également mal vu par les cités grecques asiatiques115, les épisodes de Milet, de Cnide116, d’Antandros sont là pour en témoigner et l’on ajoutera le massacre des Déliens d’Adramyttion par un subordonné du satrape117. Nous avons vu plus haut que Tissapherne avait établi un bon contact avec Alcibiade118. Pourtant, celui-ci s’étant rendu auprès de lui, il l’interne à Sardes. L’Athénien semble néanmoins s’échapper assez facilement119. Selon Plutarque120, Alcibiade lui-même laissait entendre que cela s’était fait avec l’assentiment de Tissapherne.

  • 121 Thc. 8.104.2-5 ; 105.1-3, puis Xén., Hell., 1.1.1-7. Cf. Andrewes 1982, 19-25.
  • 122 A propos de cette localité, cf. Étienne de Byzance citant Éphore, FGrHist, 70, F83 et Théopompe, F (...)
  • 123 IG, I3, 100.
  • 124 Robertson 1980,293-301.
  • 125 Elle verse le phoros en 440 et figure dans le décret de 425. Sur le contexte infra p. 222.
  • 126 Ce choix se justifie par la réserve de bois que constitue le mont Ida (Thc. 4.52).

26Les premiers affrontements dans l’Hellespont ont pour but (dans les deux camps) de régler la question de la suprématie navale que les Spartiates ont récemment contestée aux Athéniens. Par deux fois les Lacédémoniens sont défaits et subissent de lourdes pertes en hommes et en matériel121. La bataille de Cyzique montre que les Athéniens sont également capables de tenir le choc dans un combat terrestre. Cette succession de victoires leur permet de rétablir, partiellement au moins, une situation bien compromise. La Propontide et ses deux rives sont à nouveau sous contrôle athénien. Nous avons noté plus haut que les Athéniens s’installent à Chrysopolis122, position stratégique sur le Bosphore, située sur le territoire de Chalcédoine. Le territoire récupéré s’étend probablement plus à l’intérieur : Milétou[teichos] figure dans la liste, fort mutilée, du phoros pour 410/409123 et si l’on suit N. Robertson124 dans son analyse du décret d’atimie contre Arthmios de Zéleia, cette dernière avait été récupérée pour un temps par les Athéniens125. Des escadres sont immédiatement dépêchées pour percevoir le phoros. Cependant cela n’entamait que partiellement le potentiel terrestre de Phamabaze. Le satrape enjoint aux Lacédémoniens et à leurs alliés de reconstruire une flotte à Antandros126. Cela n’est en aucune façon contradictoire avec le récit de Thucydide : Antandros s’est libérée de Tissapheme (et non de Phamabaze) grâce à l’appui Spartiate, or cette liberté était sans doute assez illusoire surtout après la défaite de Cyzique qui plaçait les Lacédémoniens en situation de grande dépendance à l’égard du satrape.

  • 127 Xén., Hell., 1.1.32 ; les manuscrits donnent l’improbable Θάσῳ ; même confusion chez les copistes (...)
  • 128 Elle sera récupérée par Lysandre, Diod. 13.104.7.
  • 129 Xén., Hell., 1.1.32. Les chronologies retenues sont variables, entre 409/8 et 408/7, mais la date (...)
  • 130 Diod. 13.65.3-4.
  • 131 E.g. Parke 1930, 45 sq.
  • 132 Piérart 1995, sp. 267-270.
  • 133 E.g. Meiggs 1972, 362-3 ; Andrewes in Gomme et al. 1981, 83 ; CAH, IV2, 1992, 489. Je pencherais p (...)
  • 134 Le texte dans SEG, 39, 1989, 370. Outre l’article de Piérart 1995, cf. Loomis 1992 ; Bleckmann, 19 (...)
  • 135 M. Piérart retient l’unité de temps de la gravure et des versements. D’autres solutions ont été pr (...)

27A cette même époque, Iasos127 se révolte à la fois contre Tissapheme et l’harmoste Spartiate. Un régime démocratique s’y installe128. Les Lacédémoniens ne semblent pas en état de réagir ou plutôt le font sans plan bien construit. Le navarque Pasippidas est destitué (sans doute à cause des liens qu’il avait tissés avec Tissapheme) et remplacé par Kratésippidas qui prend le commandement de la flotte à Chios129. Diodore130 précise pour sa part qu’avec les vingt cinq navires fournis, et dont les équipages sont complétés par les alliés, il croise en Ionie sans efficacité, puis qu’ayant reçu de l’argent des exilés de Chios (παρὰ τῶν ἐκ Χίου φυγάδων) il réinstalle ces derniers dans l’île entraînant par un mouvement en chaîne l’exil de six cents de leurs ennemis qui s’emparent d’Atarnée et, à partir de ce point fort, continuent la lutte contre ceux qui tiennent Chios. Faut-il en conclure qu’entre temps Chios avait changé de camp131 ? M. Piérart reprend le dossier132 et nuance l’opinion, souvent présentée133, selon laquelle il s’agirait d’une affaire purement interne, un parti modéré mais philolaconien aurait renversé les “durs”, obligés de s’exiler. Pour lui, les hommes au pouvoir à l’arrivée de Kratésippidas se veulent “neutres”. En l’absence de sources explicites, il est très difficile de trancher. En tout cas il paraît désormais assuré que dans l’inscription IG, V.l, 1, complétée par un nouveau fragment134, les exilés de Chios amis des Lacédémoniens (τοὶ φεύγοντες τõv Χίον τοὶ φίλοι τοὶ τõv [Λακεδα]ιμονίον), qui contribuent pour mille statères éginétiques (1. 9-10) sont bien les mêmes que ceux mentionnés par Diodore et cette contribution au moins doit être placée en 409 ou 408. Les Éphésiens donnent pour leur part une somme de mille dariques135.

  • 136 Xén., Hell., 1.1.36 ; cf. infra, p. 223.

28Sans lien apparent avec les événements ioniens, une action modeste est menée en direction de Byzance et de Chalcédoine, dont le seul effet durable est l’installation de Kléarchos comme harmoste à Byzance136.

  • 137 Selon que l’on adopte la chronologie haute ou basse : Xén., Hell, 1.2.1 : été 410 ou 409 ; 1.3.1, (...)
  • 138 Célèbre par son sanctuaire d’Artémis Mounychia, censé avoir été fondé par Agamemnon, Str. 14.1.20. (...)
  • 139 Xén., Hell, 1.2.2-3.
  • 140 Thc. 8.36.1.
  • 141 Delphinion, 142 = IK, 17.1-Ephesos, 3110 ; Ragone 1996, 363.
  • 142 Cf. Milne 1941. Hurter 1998, 149, indique que cette cité émet un monnayage selon l’étalon perse, p (...)
  • 143 Xén., Hell, 1.2.6-9 ; Hell. Ox. (nouveau fragment in Koenen 1976, 55-76 ; McKechnie & Kern 1988, 1 (...)
  • 144 Xén., Hell, 1.2.15.
  • 145 Xén., Hell., 1.2.17 ; cf. Diod. 13.64.4
  • 146 Cf. Hatzfeld 1940, 280.

29En 410 ou 409137, les Athéniens, enhardis par leurs succès de l’année précédente, partent de Samos pour porter l’offensive en Ionie, l’un des points forts de la présence lacédémonienne. Ils débarquent à Pygéla138 pour un coup de main ; des Milésiens venus à la rescousse sont défaits et la majorité du contingent de deux cents hommes est tuée139. La rapidité d’intervention suppose un rôle très actif de Milet à mettre en relation avec les propos de Thucydide140. Mais on rapprochera aussi les liens tissés entre Pygéla et Milet dont on pourrait trouver trace aux hautes époques et encore dans le décret d’isopolitie entre les deux cités au ive s.141 Les Athéniens rembarquent pour Notion d’où ils poussent vers l’intérieur, Colophon142 leur ouvre ses portes ; ils passent ensuite en Lydie où les blé sont mûrs, le pays est ravagé, les villages pillés. Enfin, toujours par voie maritime, ils prennent Éphèse comme objectif, mais cette fois Tissapheme entreprend de gros préparatifs pour se porter “au secours d’Artémis”. Face aux Éphésiens renforcés par des Syracusains, des Sélinontins, quelques Lacédémoniens et les troupes de Tissapherne, les Athéniens subissent une sévère défaite et perdent 400 hommes143. Ils se replient donc vers l’Hellespont avec une escale à Méthymna. L’amalgame avec les troupes d’Alcibiade se fait avec quelque difficulté, néanmoins les Athéniens fortifient Lampsaque144, manifestement pour faire pièce à Abydos d’ailleurs la première opération est lancée contre cette dernière. Les troupes de Pharnabaze sont mises en déroute mais les Athéniens ne peuvent prendre la ville. Lampsaque sert alors de point de départ pour des opérations de pillage dans le pays du Roi145. Cette installation se voulait durable et visait à montrer que l’on abandonnait pas la terre à Pharnabaze et à ses alliés146.

  • 147 Comme il a été noté supra, la chronologie de cette période est assez incertaine cf. Beloch 1931,24 (...)
  • 148 Amit 1973,436-447.
  • 149 Xén., Hell., 1.3.2. La date de la prise de contrôle de Chalcédoine par les Spartiates et Pharnabaz (...)
  • 150 Xén., Hell., 1.3.9. Rien n’indique que les Athéniens soient entrés à ce moment dans Chalcédoine. T (...)
  • 151 Amit 1973, 436-447.

30L’année suivante, au printemps de 409 ou de 408147, Alcibiade lance une offensive en direction du Bosphore. Les Athéniens entreprennent d’abord le siège de Chalcédoine. Il s’agit là d’un épisode mineur mais dont l’analyse a été reprise récemment et qui présente un certain intérêt d’ordre méthodologique. Nous disposons de trois textes qui relatent ces événements : Xénophon, Hell., 1.3.1-9 ; Plutarque, Alc., 29.5-30 ; Diodore 13.66.1-3. Il y a de sérieuses divergences entre les récits, proches, des deux premiers et Diodore où le satrape Pharnabaze ne joue aucun rôle. M. Amit148 considère que la convergence de Xénophon et de Plutarque d’une part, le caractère plus complet du récit d’autre part amène à privilégier la version de Xénophon : Alcibiade enferme Chalcédoine grâce à une palissade de bois établie “d’une mer à l’autre” et au long du fleuve. À cause de cette dernière, Pharnabaze qui campe à proximité avec son armée ne peut intervenir efficacement ; l’harmoste Spartiate tente une sortie au cours de laquelle il est tué149 - La cité est mise en grand péril150. Confronté à une situation jugée désastreuse Pharnabaze accepte de traiter, apparemment dans une négociation tripartite151.

  • Les Chalcédoniens doivent acquitter le tribut et les arriérés.
  • Pharnabaze donne une sorte de rançon de vingt talents.
  • Les Athéniens acceptent la sauvegarde de la ville jusqu’au retour de l’ambassade (Plutarque ajoute qu’ils s’engagent à ne pas ravager le territoire de Pharnabaze).
  • 152 Bosworth 1997, 306 sq.
  • 153 L’article de Bosworth, bien que solidement argumenté, ne me paraît pas en définitive devoir emport (...)

31Les Athéniens suspendent leur action et Pharnabaze exige qu’Alcibiade, absent lors des négociations, jure aussi. A. B. Bosworth152 suggère que Diodore a comme source l’Anonyme des Helléniques d’Oxyrrhynchos (dont ce développement est perdu) et que cette version des faits comporte moins d’invraisemblances que celle de Xénophon. Il conclut que les atrocités commises à Chalcédoine (infra) ont eu lieu immédiatement après la bataille de Cyzique et que le silence de Xénophon (et des autres sources majeures) s’explique par son parti pris philolaconien153.

  • 154 Infra p. 228.
  • 155 Xén., Hell., 1.3.13.
  • 156 Xén., Hell., 1.4.2.
  • 157 Malgré l’opinion de Hatzfeld, CUF, ad. loc., il convient de suivre sur ce point Beloch 1931, 256 ; (...)
  • 158 Lewis 1977, e.g. p. 124.
  • 159 Mais cf. supra p. 43 sq.
  • 160 Tuplin 1987c, 133-153. Dans le même sens Cartledge 1987. 190 sq.
  • 161 Faut-il placer dans ce contexte le décret d’atimie pris à Athènes contre Arthmios de Zéleia (408/4 (...)
  • 162 Supra p. 122.

32Deux ambassades se rendent auprès du Roi ; en effet, l’ambassade athénienne accompagnée d’Argiens a été précédée d’une autre composée de Péloponnésiens et de Syracusains. On sait que les envoyés athéniens n’atteindront jamais la Haute-Asie (après qu’ils soient restés longtemps bloqués à Gordion, Pharnabaze reçoit mission de les faire reconduire)154. Des questions subsistent en ce qui concerne l’ambassade (ou les ambassades) de Sparte. Selon Xénophon, l’une est menée par Pasippidas155, l’autre revient d’Asie avec Boiotos156. Il n’y a sans doute pas lieu de penser qu’il s’agit de deux ambassades distinctes - Pasippidas a pu par exemple mourir en route157. D’autre part, Boiotios annonce qu’il a obtenu tout ce qu’il souhaitait du Roi. Les conclusions de D. M. Lewis158 sont les suivantes : un nouveau traité, qu’il désigne sous le nom de “traité de Boiotios”, a été juré sur des bases plus satisfaisantes pour les deux parties ; il prévoit l’autonomie des cités asiatiques mais cela ne les exempte pas pour autant du phoros ; l’envoi de Cyrus apporte une autre modification d’importance puisque ce dernier perçoit le tribut à titre de revenu personnel159. Chr. Tuplin160 doute à juste titre de cette reconstruction. Il y a bien eu accord, mais les Spartiates sont essentiellement venus demander aux Perses de joindre l’acte à la parole ; comme toujours, cela se manifeste par des moyens accrus pour la guerre161 et un remaniement des responsables de l’administration perse en Asie Mineure occidentale162. Le Roi frappe un grand coup et marque son intérêt pour les opérations en envoyant son fils cadet, Cyrus, avec des pouvoirs que l’on pourrait comparer à ceux d’un vice-roi.

  • 163 Diod. 13.66.4. Cf. Plut., Alc., 30.
  • 164 IG. I3, 118 (IG, I2. 116 ; ML, 87) ; cf. Hatzfeld 1940, 283 sq. ; Andrewes 1953, 8 ; Gauthier 1972 (...)
  • 165 A noter que les Athéniens possèdent à titre privé des biens dans diverses cités ainsi, les stèles (...)

33Entre temps, Alcibiade avait mis à la raison Sélymbria sur la côte nord de la Propontide. Outre le récit de Diodore163, nous avons la chance de posséder le texte de la convention ratifiée l’année suivante à Athènes164 : l’autonomie de la cité y est reconnue ; les tribunaux de Sélymbria auront la connaissance des procès entre tous les citoyens : ceux qui sont restés et ceux dont Athènes permet le retour ; les Athéniens s’interdisent de demander des indemnités pour des pertes subies sauf pour les immeubles165 ; les conventions, publiques ou privées, passées avant le retour à la Confédération sont annulées ; les contestations sont réglées par les tribunaux ; il doit y avoir une prestation de serment réciproque par les Sélymbriens et tous les Athéniens présents dans la cité ; les otages seront rendus par les Athéniens.

  • 166 Plut., Alc., 30.
  • 167 Diod. 13.67.5-7.
  • 168 Ibid., 68.1-2. C’est très certainement à ce moment que Chalcédoine choisit fermement son camp et a (...)
  • 169 Xén., Hell., 1.1.35.

34Ces clauses sont particulièrement intéressantes dans la mesure où elles montrent qu’Athènes, en cette période de court renouveau, avait tiré les leçons de ses échecs passés, mais cela doit être un peu nuancé par le retour des bannis et la présence d’une garnison athénienne166. Malgré tout, la situation qui est faite aux Sélymbriens est beaucoup plus favorable par exemple que celle naguère réservée aux Chalcidiens. Apparemment les cités reconquises par Athènes ont en général bénéficié de la même modération comme le montre son attitude à l’égard de Byzance. C’est en effet sur cette dernière que les Athéniens font porter leur effort. Après un long siège, la ville est prise en l’absence de l’harmoste lacédémonien Kléarchos, parti chercher du secours auprès de Pharnabaze. D’après Diodore167, Kléarchos était mal vu par les Byzantins. Certains d’entre eux permettent l’entrée par surprise des Athéniens dans la ville et tous changent de camp à l’annonce qu’aucun mal ne sera fait à la cité. Suit une reprise en main méthodique des deux rives de la Propontide et des détroits (sauf la place forte d’Abydos)168. L’objectif est évident : il s’agit d’assurer la sécurité du passage du blé. On mettra en regard la réflexion désabusée d’Agis qui, depuis Décélie, voit filer vers le Pirée les convois de navires chargés de blé et constate ainsi la vanité de sa présence et des sacrifices qu’elle entraîne169.

  • 170 Cf. notre volume collectif Hautes terres de Carie, à paraître.
  • 171 Robertson 1980, 286 sq.
  • 172 Diod. 13.69.5.
  • 173 Supra n. 41.
  • 174 Diod. 13.71.1 ; cf. Xén., Hell.,1.2.4.
  • 175 Ibid., 1.1.32 et Diod. 13.104.7.
  • 176 Xén., Hell., 1.5.15.
  • 177 Diod. 13.73.3-6. Je ne suis pas sûr que l’on puisse tirer de Thc. 8.100.3 l’idée que Kymè était en (...)
  • 178 Est-ce à ce moment qu’il faut attribuer IG, I3, 113 où sont mentionnés le Roi, Tissapherne et Chio (...)

35Alcibiade rentre à Athènes avec un énorme butin et beaucoup de prisonniers. Xénophon est particulièrement concis sur l’opération qui permet à ce dernier, parti de Samos avec vingt navires, de constituer un trésor de guerre de cent talents dans le golfe Céramique en Carie. Cette somme paraît tout à fait disproportionnée avec ce que rendait la levée normale du phoros (toute la Carie aurait au mieux été taxée pour la moitié), de surcroît le pays est fort accidenté, compartimenté et pourvu de bons systèmes défensifs170. Si le renseignement fourni par Xénophon est exact, il faut donc admettre qu’Alcibiade a mis du temps pour s’emparer de plusieurs de ces petits centres et y faire du butin. C’est ce qui incite N. Robertson171 à penser que toute la partie utile de l’année 408 a dû être consacrée à cet acte que l’on pourrait assimiler à de la piraterie. Il est accueilli en triomphateur et sur sa lancée obtient de larges pouvoirs ; il organise une expédition à Andros puis, de là, gagne Samos qu’il prend comme base d’actions contre Chios et Rhodes172. La situation en Ionie et en Carie ne paraît pas défavorable : outre Samos, Cos, Clazomènes173, les Athéniens contrôlent Notion et peut être encore Colophon174, Iasos175 Téos, Delphinion dans l’île de Chios176 et Kymè en Éolide177. Ils peuvent en outre espérer profiter de l’attitude pleine de duplicité de Tissapherne178.

3. L’arrivée de cyrus et de lysandre

  • 179 Robertson 1980, 282-301. En 408 pour Diod. 13.70.3.
  • 180 Voir Lotze 1964 et en dernier lieu Bommelaer 1981, 62-160.
  • 181 Xén., Hell., 1.5.1 ; Diod. 13.70.2. Sur Cos supra n. 63.
  • 182 Xén., Hell., 1.5.3 ; supra p. 43 sq.
  • 183 Xén., Hell., 1.8.6 ; Diod. 13.70.4 ; Plut., Lys., 3.3-4.

36Nous avons vu plus haut les conséquences institutionnelles de l’arrivée de Cyrus en Asie Mineure (408 ou 407)179. Si Ton essaie de définir le contexte politique, il s’agit à l’évidence pour le pouvoir central de remettre de l’ordre après les revers de Pharnabaze dans la Propontide mais aussi d’une manifestation de défiance à l’égard de Tissapherne, suscitée en partie par l’ambassade lacédémonienne. Un autre changement de personne va avoir également une grande importance : la nomination de Lysandre180 à la tête du corps expéditionnaire lacédémonien. Ce dernier fait route par Rhodes, Cos181, Milet puis Éphèse et, de là, il se rend à Sardes pour rencontrer Cyrus. L’entente entre les deux hommes semble immédiatement sans nuage. Cyrus amène avec lui les moyens de l’action militaire : cinq cents talents et annonce son engagement personnel, y compris financier182. Lysandre est également bien accueilli par les cités grecques, particulièrement à Éphèse183 dont il fait son quartier général et le centre de ses préparatifs militaires.

  • 184 Lewis 1977, 115.
  • 185 Lewis 1977, 124 sq. ; cf. supra p. 222.
  • 186 Xén., Hell., 1.5.8-9 ; cf. supra Thc. 8.46.
  • 187 Xén., Hell., 1.5.11. Les manuscrits donnent le verbe τειχίξειν pour qualifier l’action de Thrasybu (...)
  • 188 Diod. 13.71.1-2. L’intervention à Clazomènes est-elle nécessairement contradictoire avec l’expédit (...)
  • 189 Cf. Robertson 1980, 284.
  • 190 Xén., Hell., 1.5.11 ; Hell. Ox. (PSI 1304) ; Diod. 13.71.1-4. Sur la bataille de Notion, cf. Bruce (...)
  • 191 Diod. 13.73.3-6. Cet épisode a suscité beaucoup de commentaires chez les modernes. Sa réalité est (...)
  • 192 Cornelius Nepos, Alc., 7.1-2.
  • 193 Cf. par exemple Thc. 8.100.3 ; Westlake 1979, 20.

37Cela prouve bien que le crédit de Sparte n’avait pas été entamé par le traité de 411184 ou plutôt que l’envoi de Cyrus avait été assorti, lors des négociations menées par l’ambassade Spartiate en Haute Asie, d’une convention avec le Roi185 garantissant les intérêts des deux parties. Les Athéniens essaient de rencontrer Cyrus, en vain malgré l’appui de Tissapherne qui prêche toujours l’équilibre entre les Grecs pour mieux les contrôler186. Ils s’efforcent alors de reprendre l’offensive en lançant une action en direction de Phocée187. Nous savons par Diodore188 qu’Alcibiade apporte son appui aux Clazoméniens en butte aux actions d’exilés, appartenant évidemment à la faction pro-spartiate. En son absence, la flotte de Samos subit une grave défaite (bataille de Notion au printemps de 407 ou plutôt de 406189) dont il est tenu pour responsable. C’est là un revers d’autant plus sérieux que sa conséquence directe est la perte des positions athéniennes à Téos et Delphinion190. Alcibiade tente alors une action (rapportée par Diodore191) doublement malencontreuse contre Kymè. Les Athéniens sont tenus en échec, de plus les Kyméens se plaignent d’avoir été attaqués et leur territoire pillé alors qu’ils sont les alliés d’Athènes. Il est assez difficile d’apprécier le bien-fondé de leur argumentation dans la mesure où leur attitude depuis 413 était pour le moins ambiguë192. Il est possible que certaines voix à Athènes, et ailleurs, aient suggéré qu’Alcibiade avait mené mollement son action contre Kymè parce qu’il avait été acheté par l’or perse193.

  • 194 Diod. 13.75.1 ; Conon, FGrHist, 26, Fl ; Str. 14.2.9 et 11 ; Aelius Aristide, Rh., 43.552 sq. Xéno (...)
  • 195 Meiggs 1972,210.

38C’est vers ce moment (408/407) que Diodore place le synoecisme des trois cités de Camiros, Lindos et Ialysos, unies désormais en une seule qui prend le nom de l’île : Rhodes194. R. Meiggs195 y voit simplement une stratégie défensive de concentration des forces, face à la pression athénienne, sur le site le plus propice. On doit cependant observer que les autres agglomérations n’ont pas disparu et que le succès économique, s’il n’était pas l’objectif recherché, a été très rapidement obtenu.

39Alcibiade est destitué et remplacé par Conon, mais ce dernier, comme son prédécesseur, en est réduit à des expédients, c’est-à-dire à faire vivre son armée par la razzia et le pillage à un moment où l’armée ennemie est mieux payée et plus régulièrement par Cyrus.

  • 196 Hofstetter 1978, no 170 ; Ronnet 1981, U 1-121 ; Tuplin 1987c, 135-6.
  • 197 Xén., Hell., 1.6.4.
  • 198 Plut., Lys., 5.6 et surtout Diod. 13.70.4 : “Alors Lysandre, revenant à Éphèse appela auprès de lu (...)
  • 199 Plut., Lys., 3.4 ; cf. Bommelaer 1981, 85.
  • 200 Xén„ Hell., 1.6.3.
  • 201 Ibid., 1.6.7-11.
  • 202 Diod. 13.76.3-4. Westlake 1979, 13 n. 4, montre que ce passage n’est nullement en contradiction av (...)
  • 203 Xén., Hell., 1.6.13-15 ; Diod. 13.76.5.
  • 204 Gauthier 1966, 86-87.

40Des problèmes de personnes se manifestent également dans le camp Spartiate. Lysandre, arrivé au terme de son commandement, cède avec mauvaise grâce la place à Kallikratidas196. Il avance comme argument la méconnaissance de son successeur concernant les choses de l’Asie et entretient en sous-main l’agitation dans les cités ioniennes197. Lysandre avait su se constituer une clientèle personnelle au sein des factions aristocratiques, particulièrement à Éphèse où il invite des gens venus des différentes cités de l’Ionie à constituer de véritables hétairies à sa dévotion198. Il avait contribué à la progression économique de la cité et de son port, pensant manifestement qu’une ville importante et prospère était plus apte à servir de cadre à l’effort de guerre Spartiate199. Mais au-delà des rivalités des hommes – il est clair que dès ce moment l’ambition personnelle de Lysandre suscite des attitudes très diverses – c’est plus profondément l’opposition de deux politiques que nous constatons : au pragmatisme de Lysandre s’oppose l’attitude “vieux Spartiate” de Kallikratidas. Ce dernier en effet se heurte très vite à Cyrus, qui ne comprend probablement pas pourquoi les changements se produisent à la tête du corps expéditionnaire dans la mesure où Lysandre a montré son efficacité et que lui même n’a pas réclamé son départ. D’autre part, Kallikratidas répugne à utiliser une diplomatie à l’orientale. La stratégie utilisée devient donc plus traditionnelle : puisque Cyrus refuse de le recevoir dans des conditions jugées acceptables, le Spartiate se tourne vers les cités grecques. Il lève cinquante trières sur les alliés insulaires, Chios, Rhodes et d’autres non précisés200. Il demande de l’argent aux Milésiens et le discours que lui prête Xénophon laisse apparaître son mépris pour le barbare et l’idée d’une nécessaire réconciliation, à terme, entre Athènes et Sparte (préfigurant ainsi les thèmes du ive s.)201. Il obtient par persuasion, mais aussi par une sorte de chantage sur les adversaires supposés de Sparte à l’intérieur de la cité, une forte contribution. Il se rend ensuite à Chios où il procède un peu de même et reçoit cinq drachmes par matelot. Doté de ces moyens, il se porte vers Lesbos après avoir forcé les Athéniens à évacuer Delphinion sur le territoire de Chios et capturé Téos202. Il fait le siège de Méthymna et s’empare de la ville, malgré la garnison athénienne et l’hostilité des dirigeants de la cité mais grâce à des intelligences avec des habitants de la cité. Il laisse la liberté aux Méthymnéens mais vend les esclaves et les soldats de la garnison203. Ph. Gauthier204 voit dans cet épisode la preuve que les clérouques athéniens établis dans l’île après la révolte de 428 étaient encore en place en 406. Il reconnaît lui-même que la défection de 412/411 fait problème. Il me paraît qu’il y a là confusion de deux données : une garnison (mercenaire ou non) peut avoir été implantée de façon ponctuelle selon les aléas des opérations, il n’en va pas de même de clérouques, nécessairement les premiers visés en période de trouble.

  • 205 Diod. 13.79.
  • 206 La localisation des Arginuses a été remise en question par Robert 1980, 281 sq. Il les situe aux î (...)

41Kallikratidas bloque alors Conon au pied des remparts de Mytilène. Il fait appel à des troupes venues de Méthymna et de Chios et reçoit enfin de l’argent de Cyrus. Le blocus de la flotte et le siège de la ville commence alors mais une trière athénienne réussit à passer et à informer les autorités. À cette nouvelle, Athènes rassemble ses ultimes ressources et demande la même chose aux alliés205. La flotte ainsi constituée rencontre celle des Lacédémoniens aux Arginuses206, où elle remporte la victoire dans les conditions et avec les conséquences à Athènes que l’on sait. Le navarque lacédémonien trouve la mort au cours du combat naval. Mytilène est dégagée mais les Athéniens ne peuvent pas pousser plus loin leur avantage.

  • 207 Diod. 13.100.5.
  • 208 Xén., Hell., 2.1.6-7 ; Diod. 13.100.7-8 ; Plut., Lys., 7.4. “La plupart des hommes politiques infl (...)
  • 209 Xén., Hell., 2.1.10.
  • 210 Supra p. 43. Pour la signification de ce passage de Xén., Hell., 2.1.14. A noter l’importance de l (...)
  • 211 Supra et Diod. 13.70.
  • 212 Diod. 13.104.5-7 ; Plut., Lys., 8.1-3 où le nombre des morts est indiqué comme étant de huit cents (...)
  • 213 Supra p. 95 n. 102.

42Les Spartiates rassemblent leurs forces à Chios après un passage à Pyrrha207. A cause de difficultés de subsistance les soldats envisagent un coup de force contre la cité. Celui-ci est évité de justesse grâce au sang-froid des chefs du contingent et à une contribution qui permet de payer les troupes. Cyrus et les alliés de Sparte208 obtiennent le retour de Lysandre (officiellement à un poste d’epistoleus car il ne peut être navarque une seconde fois). Celui-ci réorganise l’armée à Éphèse et fait construire de nouveaux navires à Antandros209. Cyrus lui remet une forte somme d’argent pour équiper la flotte avant de se rendre en Haute-Asie où il est rappelé au chevet de son père. Il l’autorise à lever le phoros en son absence. On peut considérer qu’il lui confie une sorte d’“intérim” du pouvoir dans les régions dont il a la charge210. Lysandre a donc, à tous égards, les mains plus libres que lors de son premier commandement et il peut mener la politique qui était restée à l’état de virtualité211. Diodore212 nous montre comment Lysandre se comporte à Milet où les oligarques, assurés de son appui, massacrent un grand nombre de démocrates ; un millier d’autres s’exilent à Blau(n)dos en Lydie213 où ils sont installés par Pharnabaze. C’est le premier exemple d’une politique qui sera développée de façon systématique par la suite.

  • 214 Diod. 13.104.7. L’ordre le plus probable des faits : en 412, Amorgès a fait d’Iasos son quartier g (...)
  • 215 Xén., Hell., 2.11.15.

43Selon l’injonction de Cyrus, Lysandre ne s’en prend pas immédiatement au gros de la flotte athénienne. Xénophon et Diodore (nous savons que leur source est différente) nous rapportent deux épisodes dont on ne peut préciser l’ordre chronologique. Il s’agit de la prise d’Iasos : huit cents hommes en âge de porter les armes sont passés au fil de l’épée, les femmes et les enfants vendus comme esclaves, la cité est rasée214. Plus au sud il pénètre dans le golfe Céramique, s’empare de Kédréai, cité insulaire alliée d’Athènes, dont Xénophon215 précise qu’elle était peuplée de semi-barbares : les habitants sont réduits à l’esclavage. Il fait ensuite escale à Rhodes.

  • 216 Ibid., 17.
  • 217 Ibid., 1.4.7.
  • 218 IG. I3. 124.
  • 219 Supra p. 221 ; son envoi a lieu en 408 et son retour en 405, donc peu de temps avant la bataille d (...)
  • 220 Il y a deux archontes ayant porté le nom de Kallias ; l’un en 406/5, l’autre en 377/6. Pour de nom (...)
  • 221 On a aussi pensé à ΙΚΙΟΣ, cf. Corsten 1985, 24-25 (L 23).
  • 222 Meritt et al. 1939, 502.
  • 223 Briant 1996, 661 sq.
  • 224 Supra p. 111.
  • 225 La discussion de ces points difficiles, supra p. 99 sq.
  • 226 Xén„ Hell., 1.2.15.
  • 227 FD, III. 1, 50-68 ; Meiggs & Lewis 1980, 95 ; Paus. X, 9, 9.
  • 228 Lewis 1977, 115 et n. 59. Doutes de Westlake 1979, 27 n. 30.
  • 229 Xén„ Hell, 2.2.2.
  • 230 Xén., Hell., 2.2.1 ; pour Chalcédoine cela suppose que Xénophon a passé sous silence un épisode, c (...)
  • 231 Supra p. 221 contra Bosworth 1997.
  • 232 Arrien, FGrHist, 156, F79-80 ; Bosworth 1997, 298 sq.
  • 233 À rapprocher de Hdt. 6.32. Cette affaire trouve un écho chez Plut., Camille, 19.9. En revanche le (...)

44Pendant ce temps, les Athéniens, maîtres de la mer en Ionie, se livrent à des ravages sur la terre royale. Remarquons cependant que, faisant route vers l’Hellespont, ils sont obligés de naviguer au large parce que les habitants de la côte sont jugés hostiles216. Lysandre se sent assez fort pour tenter de retourner à son avantage la situation dans les Détroits où les Athéniens ont encore des positions solides. Un éclairage sur la situation de la région nous est fourni par la combinaison d’un passage de Xénophon217 et d’un décret athénien pour les gens de Kios218. Ariobarzane est chargé par Pharnabaze de renvoyer vers le camp athénien l’ambassade restée bloquée pendant trois ans à Gordion219. Il fait reconduire les Athéniens à Kios (ἀπήγαγεν εἰς Κίον) “d’où ils s’embarquèrent pour rejoindre le reste de l’armée”. À cette même date de 406/5 (sous l’archontat de Kallias)220, un relief représente Athéna serrant la main d’un personnage masculin dont le nom – ΚΙΟΣ – est indiqué au-dessus221. Les auteurs des ATL222 suggèrent avec vraisemblance qu’un décret a été pris pour remercier les gens de Kios pour leur aide à l’ambassade. Tout cela est presque anecdotique, mais nous obtenons indirectement deux informations importantes : avant Aigos Potamoi la position des Athéniens en Propontide est loin d’être défavorable, Kios comme Byzance et Chalcédoine ou d’autres encore sont restées dans leur mouvance. L’arrière-pays est tenu par Ariobarzane. À quel titre ? Comme hyparque de Pharnabaze ? P. Briant223 émet l’hypothèse qu’Ariobarzane pourrait être le “satrape” de Paphlagonie mêlé à la fin de la vie d’Alcibiade224. En tant que titulaire d’une dôrea qui sera agrandie après la déroute athénienne à la ville de Kios ?225 En tout cas, avant 405, sa situation par rapport à la cité de Kios paraît être assez comparable à celle de Spithridatès face à Cyzique. Lysandre entreprend le siège par terre et par mer de Lampsaque fortifiée par les Athéniens en 409226. Une fois prise la ville est pillée mais les habitants sont épargnés. Les Athéniens s’installent en face, en Chersonnèse, où il sont surpris par Lysandre : c’est le fameux désastre d’Aigos Potamoi. La victoire est certes celle de Lysandre et de Sparte mais, à l’époque, on a voulu en faire un triomphe de tous les Grecs en indiquant sur le monument de Delphes le nom des navarques victorieux et leur origine227 : Chios, Rhodes, Cnide, Éphèse, Milet, Samos et peut-être Érythrées228 pour ne mentionner que ceux qui sont originaires de la région qui nous occupe. Seul Conon réussit à s’échapper. Les Lacédémoniens peuvent alors entreprendre le nettoyage du Bosphore. Depuis 411 le sort de Byzance et Chalcédoine est étroitement lié, les mouvements qui concernent la première touchent immédiatement la seconde. Pour ne prendre en compte que les événements les plus récents, elles sont traitées comme un ensemble par Lysandre229 et placées sous l’autorité d’un seul harmoste. Elles avaient toutes deux des garnisons athéniennes230 et passent des conventions pour l’évacuation en douceur de ces dernières. Mais c’est là que les destins se séparent. La victoire de Sparte et le déplacement des centres d’intérêt vers la rive européenne ont comme conséquence de laisser le champ libre à Pharnabaze. Si le récit de Xénophon231 est exact, le satrape avait largement oeuvré pour la sauvegarde de Chalcédoine. Il pouvait donc être d’autant plus enclin à lui faire payer très cher son récent retour au giron athénien (dans la foulée, semble-t-il, du revirement de Byzance). C’est donc dans ce contexte de remise au pas et pour l’exemple que l’on comprend le mieux les atrocités commises à Chalcédoine et rapportées dans les Bithyniaka d’Arrien232. Le satrape fait procéder à la castration des enfants mâles et à leur déportation auprès de Darius, renouvelant ainsi des pratiques qui paraissaient être d’un autre âge233.

  • 234 Xén., Hell, 2.5.
  • 235 Ibid., 2.6. Cf. Bommelaer 1981, 140. On doit en inférer qu’il y avait eu une tentative infructueus (...)
  • 236 IG, II2. 1 ; cf. infra p. 235.
  • 237 On pense aux gens d’Anaia exilés au cours des soubresauts de 412-411.
  • 238 Xén., Hell., 2.3.6 ; Diod. 14.3.4-5 ; Plut., Lys., 14.2.

45La flotte lacédémonienne est remise en état à Lampsaque, puis se rend à Lesbos où toute l’île – y compris Mytilène – passe sous son contrôle234. Tout le monde abandonne les Athéniens sauf les Samiens qui “après avoir mis à mort leurs gnôrimoi avaient leur cité bien en main”235. Un décret en l’honneur des Samiens est pris en 405 par les Athéniens en raison de leur loyauté. On leur octroie la citoyenneté, mais ils peuvent choisir librement leur régime politique. La stèle sera détruite sous les Trente et regravée ensuite236. Cependant, avant même la chute d’Athènes (automne 404), Lysandre se rend à Samos qu’il force à capituler. Les hommes libres peuvent partir, l’île est rendue à ses anciens propriétaires237 et il y établit une décarchie238. Il licencie alors les éléments alliés de la flotte.

46Au milieu de cette tourmente les Grecs asiatiques paraissent à la recherche d’une eleutheria plus ou moins illusoire (Antandros). Ils souhaitent évidemment éviter les exactions des garnisons installées par les Perses ou les Lacédémoniens, garnisons qui sont le plus souvent constituées de mercenaires. Les rapports entretenus avec elles et leurs officiers varient selon les lieux et selon la personnalité de ces harmostes (lasos, Chalcédoine, Byzance). Dans bon nombre de cas, les cités ne manifestent pas de zèle excessif dans des affrontements qui paraissent les dépasser (Cyzique) d’autant que leurs moyens militaires sont sans commune mesure avec ceux de Sparte, d’Athènes ou des satrapes.

  • 239 Ce paragraphe doit beaucoup à Westlake 1979, 25 sq., même si nos conclusions ne sont pas totalemen (...)
  • 240 Thc. 8.6.4.
  • 241 Cf. Thc. 8.100.5. Mytilène disposait avant 428 d’une flotte que l’on peut estimer à une cinquantai (...)
  • 242 The. 8.61.2. Un détachement naval pour garder Milet est composé de cinq navires de Thourioi, quatr (...)
  • 243 Il faut combiner les informations partielles fournies par différents auteurs pour dresser un table (...)
  • 244 Xén., Hell.. 1.6.3.
  • 245 Il n’y a pas lieu de penser, avec Westlake 1979, 26 in fine, que la majorité des "autres” cités es (...)
  • 246 Cf. supra p. 228 ; pour Westlake 1979, 27, les navarques issus d’autres régions seraient les plus (...)
  • 247 Xén., Hell., 1.6.25 : les Athéniens ont équipé cent dix navires avec des équipages composés d’escl (...)

47En ce qui concerne la guerre sur mer, pendant la première partie de la période239, on remarquera que les Ioniens n’ont pratiquement pas fourni de navires, si l’on met à part Chios, censée disposer de soixante navires au début du conflit240. Certes au vie s. et encore pendant les guerres médiques, les Ioniens ont pu mettre à l’eau des flottes importantes, mais dans le cadre de la Ligue de Délos, après 427, seules Chios et Méthymna241 contribuent par des vaisseaux. Il n’est donc pas étonnant que leur participation soit d’abord si faible (un navire de Samos avec les Athéniens ; un de Milet, un d’Anaia242 - les exilés samiens - au côté des Lacédémoniens). La construction navale est une activité qui ne s’improvise pas. Elle demande du temps et des compétences, mais aussi une volonté politique. C’est seulement avec l’arrivée de Lysandre que ces conditions sont réunies et la flotte de ce dernier comprend des navires de Chios, de Rhodes et d’autres construits à Ephèse243. De même la flotte de Kallikratidas qui se compose, au dire de Xénophon244, de cent quarante navires : les quatre-vingt-dix de Lysandre, cinquante autres réquisitionnés avec leurs équipages à Chios, Rhodes et d’autres cités alliées245. Ainsi, malgré H. D. Westlake, il semble bien que dans la dernière partie de la guerre l’effort naval demandé aux alliés ait été considérable et que pour la première fois les “Ioniens” (au sens large que donne Westlake à ce terme) aient été supérieurs en nombre aux autres composantes de la flotte y compris les Péloponnésiens. Le caractère panhellénique du contingent naval engagé sur la côte asiatique est confirmé par le monument des navarques qui commémore à Delphes la victoire d’Aigos Potamoi246. Du côté athénien, on conserve la politique qui avait été la règle constante au ve s., c’est-à-dire que l’on fait appel le moins possible aux navires des alliés (sauf ceux de Chios pendant l’expédition de Sicile). C’est donc seulement dans les circonstances quasi désespérées qui précèdent la bataille des Arginuses que l’on met sur l’eau tout ce dont on peut disposer247.

  • 248 Ils retrouvent les Péloponésiens au cap Mykalè en 411 (Thc. 8.79.4) pour préparer une action contr (...)

48Sur terre, la situation est à peu près identique. Au début de la guerre, les Chiotes, les Clazoméniens, les Érythréens participent avec un certain enthousiasme. Ils prennent même des initiatives, apparemment vite réfrénées ou tempérées, mais les contingents engagés (tout comme ceux des Lacédémoniens à la même époque) sont peu nombreux. Après quelques mois, les Ioniens ne prennent part à aucune action militaire notable sauf pour la défense de leur territoire (Éphèse). La seule exception importante est Milet248, qui paraît s’impliquer plus complètement dans le conflit.

  • 249 Cf. Westlake 1979, 28 et n. 4.

49Il faut donc se garder de considérer la période de façon univoque. En réalité, l’attitude des cités d’Ionie est faite de l’addition de cas particuliers selon la situation géographique, la taille et le fait qu’elles soient pourvues ou non de murailles249. Il y a beaucoup d’exemples où la prise de la cité se passe sans trop de mal sinon par le versement d’une contribution à la guerre : Cyzique, Chalcédoine. Ce sont les petites cités qui paraissent être traitées avec le plus de désinvolture (Kédréai), mais un certain nombre échappe aux vicissitudes des combats (Érythrées). Les changements imposés de l’extérieur ont souvent de graves répercussions par le retour des factions précédemment exilées et qui ne rêvent que de revanche (Chios). Il put aussi y avoir quelques épisodes dont la barbarie devint proverbiale (Chalcédoine). Il serait cependant trop schématique de considérer que les cités asiatiques ne jouent qu’un rôle de comparse. Beaucoup parmi les plus importantes paraissent avoir une marge de manœuvre et une action personnelles très importantes (Milet, Éphèse, Samos, Chios).

50En conclusion, quelques traits d’ensemble se dégagent. Au départ, il y a beaucoup d’enthousiasme pour la révolte. Il s’agit d’expulser les Athéniens dont les exactions sont ressenties par tous comme insupportables, d’où une collaboration étroite avec les Péloponnésiens. Il s’avère assez vite que les hypothèses de départ des uns et des autres sont peu réalistes et cela entraîne beaucoup de désillusions. Les Spartiates sont entrés dans la guerre en pensant qu’Athènes serait rapidement à genoux, mais la résistance inattendue de cette dernière, et par voie de conséquence l’incapacité des Lacédémoniens à conclure, entraîne le désenchantement des Ioniens et leur relatif désengagement. Il s’instaure un climat de suspicion réciproque. Les Lacédémoniens ont peu de confiance et d’estime pour les Ioniens qui, eux-mêmes, s’aperçoivent que leurs alliés sont prêts à s’entendre sur leur dos avec Tissapherne dont les rapports avec les cités grecques sont de plus en plus mauvais. Le fossé se creuse aussi entre Tissapherne et l’ensemble des Grecs des cités européennes. L’entente avait reposé sur un malentendu ou plutôt sur la volonté de part et d’autre d’occulter les problèmes. L’objectif était la mise à mal du dispositif athénien et la réflexion n’a pas été au-delà de l’enjeu immédiat. Or les Perses, en échange d’une aide qui se fait de plus en plus parcimonieuse, exigent le prix fort, c’est-à-dire la livraison de l’Asie, y compris les cités. L’arrivée de Cyrus et de Lysandre modifie provisoirement les choses, dans la mesure où les ambitions des deux personnages ne se contrarient pas, mais elle apparaît plutôt comme une pause. Par la suite, quelque chose semble s’être rompu irrémédiablement entre Spartiates et Perses. De plus, l’action de Lysandre apparaît globalement comme très liée aux intérêts des factions à l’intérieur des cités ; elle revivifie les luttes intestines qui prennent parfois, comme à Milet, un tour très violent. Enfin il convient de constater que la périodisation adoptée en fonction des critères de l’histoire des cités de la Grèce d’Europe ne s’applique que très imparfaitement à la situation de l’Ionie et plus généralement de la façade occidentale de l’Anatolie.

Notes

1 Événements brièvement envisagés du point de vue perse : Olmstead 1948, 358-370 ; du côté de la confédération athénienne, Meiggs 1972, 351-374 et dans différentes notes additionnelles ; Kagan 1987 ; du point de vue Spartiate, Parke 1930, 37-79 ; Bockisch 1968, 139-160 ; avec un gros effort pour intégrer les données perses, Lewis 1977, spécialement 91-135. Pour les Grecs asiatiques, cf. Westlake 1979, 9-44.

2 Supra p. 121.

3 Thc. 8.6. (cf. aussi 5.4-5).

4 Les événements dont il est question ici doivent être réunis sous le nom de guerre en Ionie (Thc. 8.11.3 : Τοῦ Ίωνικοῦ πολέμου, plus approprié que celui de guerre d’Ionie, souvent retenu, cf. Westlake 1979, 9 n. 1.

5 Diod. 13.34.1-2. Il y a beaucoup de confusion dans le récit de ce dernier qui attribue par exemple à Pharnabaze des interventions qui ne peuvent être que l’œuvre de Tissapherne (cf. 13.36.5 ; 37.4-6), supra p. 121 n. 50.

6 Thc. 8.5.3-5 ; 6.1-3.

7 Agis décide d’envoyer un harmoste à Lesbos (Thc. 8.5.2 ; c’est la seule occurrence dans son œuvre du terme ᾁρμοστής ; cf. Parke 1930, 44). L’opération n’aura aucune suite immédiate. Notons en passant qu’il est question ici de Lesbos et non des cités entre lesquelles l’île est partagée. Observons aussi que les “grandes îles” agissent en ordre dispersé (Quinn 1981,43-44) ou plutôt en liaison avec le pouvoir satrapique dont elles dépendent géographiquement.

8 Telle est l’opinion de Thc. 8.6.2 ; quelques réserves sont émises par Lewis 1977, 89 et de fait, d’après Thc. 8.8, le plan lacédémonien était à la fois ambitieux et cohérent, articulé autour de trois harmostes : un à Chios, un à Lesbos, un dans l’Hellespont. Cela nous indique clairement que les harmostes n’étaient pas seulement en charge d’une place forte, mais qu’à partir de là ils devaient contrôler toute une région. Ce schéma théorique ne fut pas réalisé à ce moment (Parke 1930, 44).

9 Outre la biographie classique de Hatzfeld 1940 ; cf. Brunt 1952, 59-96 ; Delebecque 1965 et l’introduction par Weil de son édition du livre VIII de Thucydide, CUF, 1972 ; l’ample commentaire d’Andrewes in Gomme et al. 1981. On consultera aussi la très abondante bibliographie réunie par Hofstetter 1978, 9-12.

10 Xén„ Hell., 1.1.9 ; Diod. 13.46.3.

11 Par exemple Pharnabaze, Xén., Hell., 1.3.11-12.

12 Il est patent qu’Alcibiade utilisait largement un incontestable pouvoir de séduction. Pour ne prendre en compte que les faits de la période qui nous occupe, rappelons les rapports privilégiés qu’Alcibiade noue avec Tissapherne puis avec Pharnabaze. Thucydide manifeste à son égard des sentiments contradictoires faits à la fois d’attirance et de méfiance. Dans quelle mesure Alcibiade est-il l’une des sources principales du livre VIII (cf. Westlake 1979) ?

13 Il faut noter à ce propos avec Westlake 1979, 10 et n. 1, que les forces mises en œuvre dans la première partie du conflit par Athènes et Sparte sont relativement modestes. Le peu de moyen en hommes est mis en évidence par le petit nombre de garnisons qui sont alors mises en place par les antagonistes.

14 Thc. 8.14. Sans pour autant s’en prendre à la ville même d’Érythrées, les Athéniens conservent les points fortifiés de Sidoussa et Ptéléon (ibid., 24.2). Le premier geste des Clazoméniens ralliés à Sparte est de fortifier Polichna sur le continent (infra n. 40). Rappelons qu’à cette époque Clazomènes n’était pas encore rattachée à la terre. Selon le réflexe habituel, même lorsqu’ils ont la maîtrise de la mer, les Spartiates prennent des précaution au cas où une situation “normale” se rétablirait (c’est-à-dire la suprématie navale des Athéniens). L’établissement sur l’île de Clazomènes reste non fortifié (8.31.3). Cf. infra n. 41.

15 Ibid., 16.2-3 ; sur Téos et sa région, cf. Robert & Robert 1976, 153-235, sp. 165-188. La cité paie normalement six talents de phoros ; cf. Westlake 1979, 12-14 et infra n. 27.

16 Ibid., 17.1.

17 Les gens de Chios, à cette époque, sont les seuls parmi les alliés d’Athènes à contribuer à la Ligue par des navires et non par le phoros : dans l’hiver 413/2, les Athéniens exigent d’eux comme gage la fourniture de sept bateaux. Pour attirer les Spartiates en Ionie, ils prétendent pouvoir en disposer de pas moins de soixante et ce fait est confirmé par un observateur périèque (8.6.4). La flotte de Chios est considérée par Isocrate comme un élément déterminant dans l’équilibre des forces navales à la fin du ve s. (Isocrate, Panég., 139). Quelques autres cités peuvent mettre en ligne un petit nombre de navires, cf. Andrewes in Gomme et al. 1981, 38. Sur Chios, cf. Quinn 1969, 22-30 ; O’Neill 1978-9, 66-73. A partir de 412 Chios émet des tétradrachmes avec à l’avers un sphinx et une amphore et au revers un carré en creux, puis un carré avec stries et le nom du magistrat monétaire, Baldwin 1914, 26-29 ; 62-78 ; Hardwick 1993, 217-218 ; Hurter 1998, 149.

18 Balcer 1970, 25-30 isole une courte série (cinq ans) émise par les cités de Téos et de Phocée qui concluent un pacte monétaire afin de pallier l’absence forcée du numéraire athénien.

19 Ibid., 17.2 ; cf. Meiggs 1972, 367.

20 Ibid., 18 ; traduction Weil, CUF. L’exposition des clauses intervient de façon abrupte dans le développement de Thucydide (cf. par opposition le troisième traité ; sur ce point Andrewes in Gomme et al. 1981, 40). Les trois accords successifs (Bengtson 1975, no 200-202) sont analysés par Lévy 1983, 221-241 ; Canfora 1990, 193-216.

21 A noter que la distinction très nette opérée entre chôra et poleis n’implique pas une différence de traitement, bien au contraire. Le fait que le texte de l’accord explicite l’affirmation que le Roi veut effacer l’empreinte athénienne indique bien que les cités appartiennent sans ambiguïté à ce dernier et que Tissapherne entend y insister ; sur ce point, Lévy 1983, 229-234. Lewis 1977, 90, s’interroge sur le degré d’application du traité : par exemple Érythrées a-t-elle dû rompre les accords qu’elle avait passés auparavant avec Sparte (8.6.4) ?

22 Sur la situation interne de la cité, infra p. 207 et Meiggs 1972,358-9. Cf. également Milet (Lewis 1977,95).

23 Thc. 8.19.2.

24 Cf. Fantasia 1986, 113-143.

25 Etienne de Byzance : Διὸς ἱερόν · πολϰνιον ἸωνίΑς μεταξὺ Λεβέδου καὶ Κολοφῶνος ; cf. Meritt et al. 1939, 483. On remarquera simplement que l’objection présentée quant à l’identification du site (pas de trace d’un temple mais seulement un habitat) n’est probablement pas décisive : le terme hieron peut signifier sanctuaire et l’on n’a pas forcément à imaginer un temple (les habitants de Dios Hiéron sont mentionnés dans ML, 47, 1. 26). Cf. Robert 1946, 520 sq. ; Robert & Robert 1989, 71-75.

26 A l’ouest de Téos au village moderne de Nea-Demircili (Keil 1912, Beibl. 59-64 ; Meritt et al. 1939, 465-6). (h)αιραῖοι ou (h)αιραιες dans les listes attiques (cf. Meritt et al. 1939, 465-6) ; Str. 14.1.32 orthographie Γέραι et précise qu’elle est un πολιχνιον Τηΐων (cette intégration s’est donc produite probablement à l’époque hellénistique). Le Ps.-Skylax 98 la nomme Ἄγρα. Robert 1946, 512 n. 2 rappelle plusieurs décrets du ve et du ive s. (par exemple Michel, 497, avec la formule ἐν Αἰρῆσιν daté là du iiie s. mais pour lequel Wilhelm propose le ive s.). Monnayage du ive s. cf. Imhoof Blumer 1883, 280 no 259 ; 1902, 512 (pl. XIX, 17).

27 Comme le précise Thc. 8.16.3, ce mur avait été bâti du côté des terres en partant du principe qu’une menace pouvait venir de l’intérieur, les Athéniens étant supposés avoir la maîtrise de la mer. Les Spartiates et les Perses s’empressent de le détruire, faisant ainsi de Téos une ville ouverte (cf. Thc. 8.20.2). Diod. 13.76.4, indique que Kallikratidas s’empare de Téos en 406 malgré le mur, ce qui suppose qu’une fortification avait été (r)établie (apparemment vers la mer cette fois). Il ne faut pas imaginer qu’il s’agit là de murs appareillés avec soin mais plutôt de constructions de fortune qu’il était donc relativement facile de détruire. Cf. Wade-Gery 1958, 219-20 ; Lewis 1977, 89.

28 A l’été de 412 un navire de Chios trouve refuge à Éphèse alors qu’il est poursuivi par les Athéniens (Thc. 8.18.3 avec le commentaire de Weil). En 415/4, Éphèse est dans la mouvance athénienne : elle paie le phoros (IG, I3, 290 = ATL, II, 40 I, 1. 26) ; elle reçoit probablement un stratège athénien au printemps de 414 (IG, I3, 270, 1. 79 = ML, 77) auquel a été remise une somme d’argent (sur le sens de cette action supra p. 121). Vers la fin de l’été 411 Tissapherne se rend à Éphèse (Thc. 8.109.1) et offre un sacrifice à Artémis. La cité a-t-elle pour autant opté de façon ferme pour le satrape ? Telle est l’opinion de Lewis 1977, 90 n. 39. En tout cas Éphèse et tout son environnement sont fermement anti-athéniens en 409 (410 pour Piérart 1995, 276), infra n. 143. Elle émet dès ce moment des didrachmes et ensuite des tétradrachmes avec à l’avers l’abeille et au revers le protomé d’un cervidé regardant en arrière. Ce monnayage est important quantitativement au ive s. (Hurter 1998, 148 ; Konuk 1998).

29 Diod. 13.34.2 ; cf. Quinn 1981, 19-20 ; Shipley 1987, 124-128.

30 Il est impossible de donner une interprétation assurée de cet épisode, s’agit-il d’une initiative individuelle des Athéniens en charge du contingent naval ou d’une action plus délibérée, préventive, levant la menace d’effet “boule de neige” de l’activité lacédémonienne ?

31 Il n’y a cependant aucune raison décisive de situer en 412 la grande réforme institutionnelle qui donne à Samos de nouveaux cadres géopolitiques (chiliastys, etc.) avec Glotz & Cohen 1949, 713 après d’autres. Roussel 1976, 88 propose de rabaisser cette date au ive s. Il semble que le moment approprié soit la réinstallation des exilés samiens en 322 (Debord 1984, 205).

32 Thc. 8.21 ; cet épisode important pose de façon plus générale la question de la pression exercée par les Athéniens sur les régimes des cités alliées ; cf. infra p. 222-223.

33 Quinn 1981. 18-19.

34 Thc. 1.115.5 ; 1 16.1-117.3 ; 4.75.1

35 IG, I3, 96, tel que restitué par Lewis 1954, 29-31 (d’où SEG, 14, 1957, 9). Quinn 1981, 73 n. 50 émet l’hypothèse que ce document pourrait se rapporter aux événements de 405 et non à ceux de 412.

36 Ibid., 8.22 ; cf. 23.4.

37 Cf. Andrewes in Gomme et al. 1981, 50 ; Westlake 1979, 20.

38 Thc. 8.23.4.

39 Cf. Meiggs 1972, 361.

40 Cf. Andrewes 1981, 35. On rappellera la liste du tribut IG, I3, 264, III 28-30 dont la formulation (Πολιϰναῖοι Ἐρυθραίων) indique une association étroite avec les Érythréens, qui paient pour ses habitants, à la différence de ce qui se passe pour les autres membres de la syntélie qui paient chacun pour soi.

41 Thc. 8.23.6 ; pour la topographie du secteur cf. Cook 1953-4, 149-157 et aussi de la Genière et al. 1982, 82-96. Un décret athénien de 407, IG, I3, 119 = I2, 117 (cf. ML, 77 et son commentaire), accroît encore le caractère complexe des mouvements des factions clazoméniennes ; contrairement à ce que nous voyons dans le texte de Thucydide pour 412 (8.31.2-3) où les Clazoméniens sont du côté d’Athènes et résistent victorieusement à l’assaut d’Astyochos (ils sont encore dans le même camp en 410 : Xén., Hell., 1.1.10-11), il apparaît qu’en 407 ce sont les maîtres de Daphnous qui sont pro-athéniens. La seule explication possible est qu’entre 410 et 407 les Lacédémoniens ont réussi à obtenir le transfert des partisans d’Athènes à Daphnous alors qu’ils avaient échoué dans leur tentative de 412 (Thc. 8.32.2 : “[Astyochos] longea la côte jusqu’à Clazomènes, où il somma les partisans d’Athènes d’aller s’installer à Daphnous et de se rallier à son parti”) ; ces derniers retournent dès que possible à leur ancienne alliance. Sur ces questions, cf. aussi Andrewes in Gomme et al. 1981, 34-35 et la réflexion de Lewis 1977, 93 n. 49 : “The pattern of splits in the citizen body, secessions and changes of allegiance may be a good deal commoner than sources let us see”.

42 Géographie de la région, Keil 1910, 5-22 ; 1912, 49-50 ; Meritt et al. 1939, 485-486 ; Andrewes in Gomme et al. 1981, 55-7. Sur Sidoussa, Wade-Gery 1938, 470-5 (à partir de Pline, HN, 5.137).

43 Thc. 8.24.4-5.

44 Cf. Meiggs 1972, 362.

45 Thc. 8.24.6 ; 31.1 à rapprocher de 36.1 : “Les Milésiens acceptaient avec ardeur les charges de la guerre”.

46 Commentaire sur 8.25.3 ; ce thème de l’opposition ethnique est traité par de Romilly 1947, 76 sq. ; Will 1956 ; Alty 1982, 1-14.

47 Thc. 8.28.2 et supra p. 121 à partir de 8.5.5 ; Westlake 1977, 319-29.

48 Thc. 8.28.2-4 : Amorgès et Iasos sont les alliés d’Athènes, c’est ce qui ressort explicitement du récit de Thucydide pour lequel la prise de la ville est due au fait que “personne ne s’attendait à ce que les navires ne fussent pas Athéniens” ; cf. également 54.3. Cette collusion est confirmée par Andocide, Paix, 29. Sur la région d’Iasos, cf. Bean & Cook 1957, 100-6 avec un plan de la région comprise entre Milet et Iasos. La construction du mur date probablement de cette période (cf. Hornblower 1982, 317 n. 184, avec bibliographie et plus généralement 32-33 sur la situation de la cité).

49 TL, 44a 1. 52-55 ; infra p. 312.

50 TL, 44c 1. 29. Pour le choix de Gergis, cf. Bousquet 1992.

51 Thc. 8.30-1.

52 Thc. 8.33.2-4 : c’est la curieuse affaire des prisonniers érythréens à Samos, dont la rumeur prétend qu’ils ont été “retournés” et renvoyés chez eux pour fomenter des troubles. Sur ce type de situation, cf. Losada 1972. Westlake 1979, 16-17, s’interroge à juste titre sur l’activité des Érythréens au cours de la guerre (cf. supra l’action en direction de Téos) ; nous apprenons ici indirectement qu’ils avaient aussi eu une activité sur mer, à moins que les prisonniers soient simplement l’équipage d’un navire marchand arraisonné en mer par les Samiens ou leurs alliés athéniens. Ils sont apparemment très peu actifs par la suite.

53 Thc. 8.32.3-33.1.

54 Thc. 8.35.1-3. Cnide se révolte contre Athènes à l’instigation de Tissapherne et accueille des troupes Spartiates. Elle reçoit ensuite une garnison du satrape (109.1). C’est le deuxième exemple d’une garnison implantée dans une cité carienne et cela confirme bien la volonté d’emprise directe du satrape sur la région.

55 Cela découle du fait que Caunos est considérée comme un point sûr par les Spartiates (8.39.4 ; cf. 43.1).

56 Telle est par exemple la position de Westlake 1979, 35-36, qui pense qu’à aucun moment de la guerre en Ionie les deux satrapes concernés ne disposent de forces militaires significatives. Il faut tout de même rappeler que Tissapherne installe des garnisons à Cnide (Thc. 8.109), Milet (84.4-5 ; 109), Antandros (108.4-5) et probablement d’autres puisque ne sont connus que les cas où ces garnisons ont été expulsées. Autre argument présenté par Westlake, Tissapherne a constamment peur (57.1 ; 109) que les Spartiates ne pillent son territoire pour se dédommager du mauvais versement de la solde et cela montrerait sa faiblesse ; mais il convient de constater qu’ils n’ont rien tenté en ce sens. L’attitude générale de Sparte n’indique pas qu’elle a le sentiment d’être en position de force face à la puissance perse.

57 Lewis 1977, 83 ; cf. un Carien “bilingue” dans l’entourage de Tissapherne, chargé d’une mission à Sparte (Thc. 8.85.2).

58 Thc. 8.37 ; cf. Andrewes in Gomme et al. 1981, 81-2 pour une possible distinction entre les territoires que le Roi contrôle (on notera en effet l’ambiguïté de la traduction Weil-de Romilly) ; cf. également Lewis 1977, 94 et n. 54. On s’interrogera sur la nature et la portée d’un tel accord ; ainsi 8.45.4-5 paraît exclure l’existence d’un traité bi-latéral explicite.

59 Sur la côte orientale de l’île au nord de l’agglomération principale de Chios ; cf. Boardman 1956, 41-49 pour les fouilles de ce site qui doit bien entendu son nom à l’Apollon Delphinios.

60 Meiggs 1972, 362 n. 3.

61 Dont celle de Tydée fils d’Ion que certains (e.g. Meiggs 1972 après von Wilamowitz ; cf. encore Dover 1986, 27-37) pensent être le poète Ion de Chios ; sur ce point, cf. Jacoby 1947, 1 n. 9. Ces exécutions ont lieu à l’instigation de l’harmoste Spartiate Pédaritos, cf. Bruce 1964, 273 ; 1967, 31 sq. ; Piérart 1995, 266.

62 Thc. 8.39.3 ; la cité de Caunos était très lourdement taxée dans le cadre de la ligue de Délos, ATL, II, A 9, 98. Westlake 1979 suggère qu’il pourrait s’agir d’une indemnité extorquée et non du paiement ordinaire. Meyer 1913, 556, pense que la région (Cnide, Caunos) est tombée aux mains de Tissapherne (contra Westlake 1979, 23 n. 1). C’est à Caunos que se place la rencontre entre Tissapherne et les Spartiates qui aboutit à la troisième convention de 411 (infra p. 213).

63 Cos Méropis, considérée par les anciens comme le site primitif de l’île, deviendra l’agglomération principale après le synoecisme ; Sherwin-White 1978, 50 sq. ; cf. également Westlake 1979, 17-20. Cos paie un tribut de cinq talents. Pour Bean & Cook 1957, 119-126, Astypalaia, dans la partie occidentale de l’île était favorable à Sparte alors que Cos Méropis était pro-athénienne. Meiggs 1963, 35 ; Westlake 1979, 17 n. 6 ; Sherwin-White 1978, 54-55 refusent cette hypothèse et en effet la taille de l’île rend peu probable le fait qu’elle ait pu être partagée entre deux obédiences.

64 Symè, Andrewes in Gomme et al. 1981, 88 ; Chalkè, Cook 1961, 58.

65 The. 8.45.4-5. (cf. IG, I3, 103 : décret pour les habitants d’Halicarnasse, 410/409).

66 Que l’on peut considérer d’une certaine manière comme une première étape en direction du syncecisme, effectif en 408 (cf. Demand 1990, 90 ; Bresson 1993, 129).

67 Il appartient à la célèbre famille olympionice des Diagorides (originaires de lalysos) ; sur le rôle dominant de cette dernière à Rhodes jusqu’en 395, David 1984, 271, à partir de Paus. 6.7.1-7.

68 Thc. 8.44 ; cf. Diod. 13.38.5 et 45.1 ; cette contribution a été rapprochée par Woodhead 1948, 56 n. 4 du tribut versé par les différentes communautés rhodiennes ; le maximum versé par Lindos est de quinze talents, lalysos dix talents, Kamiros dix talents et si l’on ajoute les ensembles secondaires, on obtient un total proche de quarante talents. Les Lacédémoniens s’étaient en quelque sorte liés les mains en s’interdisant de lever le phoros, ils ont donc recours à des expédients de ce type ; cf. encore la contribution de trois quarantièmes de Chios par homme pour la flotte (Thc. 8.101.1) ; voir Andrewes in Gomme et al. 1981, 346-7.

69 Thc. 8.45-52.

70 Arguant du fait que les Spartiates sont venus en Asie pour libérer les cités grecques, certes dans un premier temps des Athéniens mais à terme sans doute des Perses (46.2), Alcibiade tire argument de l’entrevue orageuse de Cnide (43.3-4) mais en déplaçant la portée ; ce passage est à rapprocher de 52 où il est indiqué que Lichas veut libérer la totalité des cités. Cf. Lewis 1977, 100.

71 Thc. 8.45.4-5.

72 Cette négociation a cela d’intéressant qu’elle montre jusqu’où (fort loin) les Athéniens étaient prêts à aller dans les concessions au Roi (56.4). Tissapherne réclame d’abord l’Ionie, puis les îles avoisinantes plus divers avantages enfin la libre circulation d’une flotte perse en Égée. Il est très significatif que les négociateurs athéniens aient acquiescé aux deux premières demandes.

73 C’est peut-être à ces événements que fait allusion le pilier inscrit de Xanthos (TL, 44c 3-9) où selon l’interprétation du texte proposée par Melchert 1993, 31-34, le dynaste de Xanthos se vante de s’être entremis entre Tissapherne d’une part et ses alliés de l’autre pour conclure un accord. Des stèles sont érigées à Hytennaet à Caunos

74 Thc. 8.58.

75 Sur la flotte “fantôme” de Phénicie, cf. Lewis 1958, 392-7 qui s’appuie sur des papyrus où apparaît une révolte en Égypte à cette époque (cf. Diod. 13.46.6) et conclut que la flotte a été envoyée là et que son absence en Ionie n’est pas due à la volonté de Tissapherne (Thc. 8.87, cf. Meyer 1956, 305 sq. même confusion systématique de Diod. 13.37.4-5 pour lequel les trois cents navires de la flotte de Phénicie obéissent à Pharnabaze, cf. déjà 13.36.5 et encore 13.38.4) ; cf. également Andrewes 1961, 13-14 et surtout Lateiner 1976, 267-290 ; Wallinga 1987, 73. Sur les traités successifs avec le Roi, cf. Lévy 1983 ; les textes sont donnés par Bengtson 1975, 139-143 ; cf. aussi Goldstein 1974, 162-164 ; Andrewes in Gomme et al. 1981, ad loc. ; Bommelaer 1981, 118 sq.

76 Thc. 8.81.3. Cf. Kagan 1987, 212 sq. Pour de possibles traces d’un monnayage émis simultanément à cette occasion à Tyr et à Tarse (même type d’avers : Melkart chevauchant Pégase au-dessus des flots), cf. Kraay 1976, 280 comparant ACGC 1049 et SNG Levante 56 (PI. VII, 6-7).

77 Andrewes, in : Gomme et al. 1981, 143. Sur le lieu de la ratification, cf. Lewis 1977,103, n. 77. Voir aussi Lévy 1983, 225.

78 Plus exactement, comme le fait remarquer Lévy 1983, 227, le Roi et Tissapherne pour le premier accord, le Roi Darius, les enfants du Roi et Tissapherne pour le second. S’agit-il par cette curieuse formulation d’indiquer la durée accrue de l’accord ?

79 Dont le nom apparaît aussi dans l’inscription lycienne TL, 44 c associé à celui de Tissapherne. Il est manifestement lié à lui comme le montrent sa mention dans le troisième traité avec Sparte (Thc. 8.58) et Xén., Hell., 2.1.8-9 (Hatzfeld, CUF, se débarrasse un peu rapidement de ce passage en le considérant comme interpolé), où nous apprenons que Hiéraménès est apparenté à la famille royale ; l’animosité de Cyrus à l’égard des enfants de ce dernier pourrait s’expliquer par les liens étroits qu’il paraît avoir avec Tissapherne. Donc, plutôt que de voir en lui (Lewis) un envoyé royal, nous penserons qu’il exerce un commandement (hyparchie ?) sous les ordres de Tissapherne.

80 Thc. 8.43.3.

81 Ibid., 83.5 : Λίχας... ἔφη τε χρῆναι Τισσαφέρνει καὶ δουλεύεν Μιλησίους καὶ τοὺς ᾄλλους τοὺς ἐν τῇ βασιλέως τὰ μέτρια καὶ ἐπιθεραπεύειν ἕως ἂν xôv πόλεμον εὖ θῶνται. La traduction de epitherapeuein par courtiser paraît beaucoup trop faible, il s’agit bien ici de “servir” ; l’incidente “jusqu’à la fin de la guerre” paraît remettre en cause la validité permanente du traité ; on se demandera néanmoins s’il ne s’agit pas là d’une pure clause de style dans la mesure où le pouvoir de contrôle des Lacédémoniens serait réduit à néant après le départ de leur flotte si la paix était rétablie. Noter également la différence d’attitude non pas tant individuelle que globale de Sparte entre la fin du ve et le début du ive s. (infra). Lévy souligne à juste titre l’ambiguïté de l’accord (il reproche à Lewis 1977, 105, d’avoir compris que les cités étaient livrées à la Perse). Mais on doit s’interroger : Qu’en est-il véritablement du discours de Lichas ? Décrit-il la réalité de la politique Spartiate ou un vague espoir destiné à calmer les inquiétudes et la colère des Milésiens (sur ce point, on sait quelles furent leurs réactions) et aussi les problèmes de conscience des Lacédémoniens ? Un Lichès, fils d’Archésiléos est archonte à Thasos au début du ive s. ; Pouilloux & Salviat 1983, 376-403 ; cf. 1985, 13-20, en concluent qu’il s’agit du même personnage et que cette mention permet de compléter le récit de Thucydide, en rallongeant d’autant la vie du personnage (et celle de Thucydide...) ; mais cf. la démonstration convaincante par Robert & Robert, Bull, ép., 1984, 314 qu’il ne saurait s’agir ici du général lacédémonien. Cartledge 1984, 98-102 suggère avec vraisemblance que cette remarquable homonymie est plutôt due à l’existence de liens d’hospitalité entre familles aristocratiques.

82 Lévy 1983, 234.

83 Lévy 1983, 237.

84 Cf. Delebecque 1965 ; 1967 ; Weil, notice du livre VIII, CUF, 1972, p. XII-XIII.

85 Thc. 8.83.

86 Thc. 8.84.4-5.

87 Thc. 8.84.5. Parke 1930, 47-8, suggère avec vraisemblance que cette garnison avait remplacé celle de l’harmoste de Sparte Philippos en application de la convention passée avec Tissapherne.

88 E. g. 8.73.2-6 (cf. 8.63.3-4) ; 8.75.2-3.

89 L’interprétation de Quinn, 1981, 20-22, paraît un peu forcer le texte ici. Certes les “trois cents” de Samos devaient avoir des origines assez composites, comme les “quatre cents” d’Athènes. Il est évident qu’il y avait des “Théramène” parmi eux, prêts à de multiples volte-face, mais Thucydide souligne à plusieurs reprises qu’ils sont dans un premier temps les “démocrates” donc ceux qui avaient pris – ou accepté – quelques temps auparavant des mesures d’exclusion à l’encontre des géomores (Thc. 8.21). Il ressort de 8.73.2 qu’ils ne sont qu’une partie des trois cents conjurés (qui comprennent aussi des Athéniens).

90 Thc. 8.80.2 ; cf. Westlake 1979, 37.

91 Thc. 8.108.3, cf. Kagan 1987, 236 sq. et supra n. 75.

92 Le choix de Phasélis s’explique par sa situation stratégique mais aussi par les relations étroites que la cité entretient depuis longtemps avec l’Ionie, Chios en particulier ; cf. Thc. 2.69.1 et IG, I3, 10 (ML, 31) ; sur ce décret voir en dernier lieu Fornara 1979, 48-52.

93 Cf. les doutes de Delebecque 1965, 107 et 125 ; contra Westlake 1979, 23 et n. 2. Cf. aussi Arait 1973, 438.

94 Diod. 13.38.5 ; supra p. 212.

95 Thc. 8.6.11. Le monnayage d’Abydos au ve s. se subdivise en deux groupes (Robinson 1958, 593 sq.) : l’un d’étalon éginétique en argent postérieur à la révolte (influence péloponnésienne), l’autre composé de statères d’or de poids attique.

96 Thc. 8.21. ; 108.2 ; IG, I3, 96 (= I2, 101), pour cette inscription voir Lewis 1954, 29-31 ; Diod. 13.46. 3.

97 Thc. 8.44.3 ; 108.2.

98 Ibid., Rhodes en revanche leur a échappé (supra p. 212).

99 Cependant, Érésos fait défection à l’été de 411 (8. 100.2-3) ; des aristocrates méthymnéens venus de Kymè sont en effet incapables de reprendre en main leur cité qui avait réintégré l’alliance athénienne ; ils entraînent alors les Érésiens dans la sécession ; cf. Diod. 13.49.3.

100 Y compris leur territoire continental, Thc. 8.31.2 ; cf. Xén., Hell., 1.1.10-11 : les Clazoméniens favorisent la fuite d’Alcibiade et lui procurent six navires.

101 Thc. 8.108.2 ; cf. le décret de 410/09 en l’honneur des Halicarnassiens IG, I3. 103 ; la cité est dans la mouvance athénienne en 412 et 411, cf. Thc. 8.42.4. Elle reste loyale durant la guerre (Hornblower 1982, 28). Sur l’attitude de Cnide, ibid., 29.

102 Lampsaque est prise par les Spartiates en même temps qu’Abydos, elle est perdue presqu’aussitôt (Thc. 8.62.1-2 ; cf. Xén., Hell., 1.2.13). Cf. Str. 13.1.18 (Leaf 1923a, 92-7) ; Charon de Lampsaque, FGrHist, 262, F7-8 (fondation) ; son territoire est étendu et riche, cf. Xén., Hell., 3.1.19 ; Thc. 1.138.5 (vin) ; Str., loc. cit. Au ve s. Lampsaque frappe des monnaies d’électrum, cf. Kraay & Hirmer 1966, 37, pl. 202, 724 ; la liste des tributs de 418/417 indique que celui de Lampsaque est de 12 talents (comme au milieu du ve s.), cf. Meritt 1972, 418-20 ; Eddy 1973a, 49-53 ; Andrewes in Gomme et al. 1981, 151.

103 Par deux fois : Thc. 8.107.1 et 2 (cf. Diod. 13.40.6), puis prise par Pharnabaze et Mindaros (Diod. 13.49.4 ; implicitement Xén., Hell., 1.1.14) elle est reprise par les Athéniens (ibid., 1.1.19-20) qui demandent une forte contribution financière, cf. Robertson 1980, 298.

104 Thc. 8.61.1.

105 Infra p. 219.

106 Xén., Hell., 1.1.20.

107 Ibid., 22 ; ce site de Chrysopolis est mentionné dans une inscription d’Athènes IG, I3, 108 (I2, 107), malheureusement le texte est trop mutilé pour qu’on puisse en tirer autre chose.

108 Xén., Hell., 1.3.9 ; la situation de Chalcédoine et de Chrysopolis amène à poser de façon plus globale la question du phoros : selon Thc. 7.28.4, après le désastre de Sicile, celui-ci avait été remplacé par une taxe de 5 % sur le trafic maritime (εἰκοστή) et pourtant Xénophon parle partout du phoros ; on se demandera donc si la mesure évoquée par Thucydide avait valeur universelle ou à tout le moins si ce type de perception ne s’est pas révélé très vite encore plus inopérant que celui du phoros car il impliquait une présence permanente dans les cités, présence que justement les Athéniens étaient incapables de maintenir. En tout cas, elle n’a pas duré puisqu’en 411 on était revenu au système du phoros, la dîme de Chrysopolis ne pouvant en aucun cas être confondue avec l’eikostè de Thucydide.

109 Thc. 8.37.2.

110 Thc. 8.108 ; Diod. 13.42.4 ; Andrewes in Gomme et al. 1981, 356. En 424, des exilés lesbiens veulent s’établir à Antandros (Thc. 4.52.3), mais la ville est reprise rapidement par les Athéniens (75.1) ; son nom figure en 421 dans les ATL (A 10, IV.15 = IG, I3, 77) ; elle se révolte probablement en 412 et reçoit plus tard une garnison perse ; son monnayage est frappé sur l’étalon perse : Robinson 1949, 332. Il convient de remarquer que la cité retombe alors pour un bref moment (cf. supra p. 96 n. 109) sous la coupe de Pharnabaze qui la fait (ou la laisse) fortifier – Xén., Hell., 1.1.26 – par les habitants aidés par le contingent syracusain.

111 Andrewes in Gomme et al. 1981, 356, se demande si malgré la précision fournie par Diodore (note précédente) les hoplites ne sont pas pour l’essentiel des Abydiens, par référence à la force constituée par Anaxibios, Xén., Hell, 4.8.35.

112 Xén., Cyr., 7.4.9, attribue à un général de Cyrus le Grand l’acceptation du statut des cités de Phrygie hellespontique, qui “obtinrent à force de présents de ne pas recevoir de barbares dans leurs murs, mais simplement de supporter un tribut (dasmos) et de faire toute les campagnes ordonnées par Cyrus”. Sur la notion d’“autonomie” des cités grecques dans l’Empire, cf. infra p. 236. Dans quelle mesure doit-on distinguer le phoros alors exigé (e.g. Thc. 8.45.4) du dasmos qui serait la forme plus ancienne et mieux perçue de taxation (cf. Murray 1966, 142-156) ?

113 Supra n. 110.

114 Supra p. 212.

115 Ainsi Plutarque présente la haine des Grecs contre Tissapherne comme un véritable lieu commun en différents passages : Alc., 23.1 ; Agés., 10.5 ; cf. Lys., 4.2 ; cette haine est tenace puisque dix ans plus tard, au moment du second mandat de Cyrus, toutes les cités ioniennes échappent à Tissapherne sauf Milet qui est maintenue de force dans l’obéissance (Xén., An., 1.1.6-7).

116 Thc. 8.109.1.

117 Thc. 8.108.4-5 ; 109.1 (supra p. 120). Comme le suggère Parke 1930, 48, il est très probable que Tissapherne avait installé une garnison à Antandros, à la suite du troisième traité avec les Spartiates (supra n. 58).

118 Thc. 8.45-46.

119 Xén., Hell., 1.1.10.

120 Plut., Alc., 28.

121 Thc. 8.104.2-5 ; 105.1-3, puis Xén., Hell., 1.1.1-7. Cf. Andrewes 1982, 19-25.

122 A propos de cette localité, cf. Étienne de Byzance citant Éphore, FGrHist, 70, F83 et Théopompe, FGrHist, 115, F7.

123 IG, I3, 100.

124 Robertson 1980,293-301.

125 Elle verse le phoros en 440 et figure dans le décret de 425. Sur le contexte infra p. 222.

126 Ce choix se justifie par la réserve de bois que constitue le mont Ida (Thc. 4.52).

127 Xén., Hell., 1.1.32 ; les manuscrits donnent l’improbable Θάσῳ ; même confusion chez les copistes de Diod. 13.104.5 (en 405) avec la précision τῆς Καρίας et donc malgré Pouilloux 1954, 137-8, on restera fidèle à l’opinion traditionnelle sur ce point (cf. Meiggs 1972, 577 sq. ; Westlake 1979, 24 sq. ; Bommelaer 1981, 67 n. 309). Piérart 1995, 279 propose pour sa part de penser à Chios.

128 Elle sera récupérée par Lysandre, Diod. 13.104.7.

129 Xén., Hell., 1.1.32. Les chronologies retenues sont variables, entre 409/8 et 408/7, mais la date précise est impossible à connaître en l’état de la documentation puisque dans ce cas il y a eu sanction et non une succession à échéance du mandat. Sur les navarques Spartiates cf. Sealey 1976, 335-358.

130 Diod. 13.65.3-4.

131 E.g. Parke 1930, 45 sq.

132 Piérart 1995, sp. 267-270.

133 E.g. Meiggs 1972, 362-3 ; Andrewes in Gomme et al. 1981, 83 ; CAH, IV2, 1992, 489. Je pencherais plutôt pour cette solution. D. Lewis avait préparé une étude sur le sujet, elle est restée apparemment inédite.

134 Le texte dans SEG, 39, 1989, 370. Outre l’article de Piérart 1995, cf. Loomis 1992 ; Bleckmann, 1993, 297-308.

135 M. Piérart retient l’unité de temps de la gravure et des versements. D’autres solutions ont été proposées ou pourraient l’être. Dans Veditio princeps de l’inscription nouvellement complétée Horos, 7, 1989, 77-124, Matthaiou & Pikoulas acceptent l’idée d’une gravure par une même main mais en plusieurs fois (cela paraît peu vraisemblable si l’on admet qu’un assez long laps de temps a pu s’écouler). On pourrait penser à une sorte de récapitulatif des dons effectués sur une longue période en rappelant que l’inscription IG, V.l, 219 a été interprétée par Jeffery 1961, 197, comme un document de même nature que IG, V. 1, 1. Piérart 1995 attribue les versements des Éginètes et des Méliens à des groupes d’exilés. Si ce point de vue était accepté, il enlèverait toute pertinence aux hypothèses préférant une datation haute (en général 427) pour le document : ainsi Meiggs dans ML, 67 ; Renfrew & Wagstaff 1982, 49. La date du versement des Éphésiens dépend évidemment de l’interprétation générale de l’inscription : pour Piérart la même date de 409 ou 408 ; pour Lewis dans ML, 67, début du ive s.

136 Xén., Hell., 1.1.36 ; cf. infra, p. 223.

137 Selon que l’on adopte la chronologie haute ou basse : Xén., Hell, 1.2.1 : été 410 ou 409 ; 1.3.1, printemps 409 ou 408 ; 1.4.2, printemps 408 ou 407, ce qui placerait la bataille de Notion au printemps 407 ou 406. Pour un bon exposé du problème, cf. Robertson 1980 ; en dernier lieu CAH, V2 [1992] 503-505 et Piérart 1995, 19 (pour ce dernier : 1.4.2, été 410 ; mais 1.4.2, printemps 407).

138 Célèbre par son sanctuaire d’Artémis Mounychia, censé avoir été fondé par Agamemnon, Str. 14.1.20. Cf. Ragone 1996.

139 Xén., Hell, 1.2.2-3.

140 Thc. 8.36.1.

141 Delphinion, 142 = IK, 17.1-Ephesos, 3110 ; Ragone 1996, 363.

142 Cf. Milne 1941. Hurter 1998, 149, indique que cette cité émet un monnayage selon l’étalon perse, puis à partir de 394 (sur cette périodisation, cf. appendice 3), elle adopte l’étalon rhodien pour des séries de médiocre importance, ce qui semble indiquer que la cité a décliné.

143 Xén., Hell, 1.2.6-9 ; Hell. Ox. (nouveau fragment in Koenen 1976, 55-76 ; McKechnie & Kern 1988, 116-121 ; Chambers 1993, 1, 1. 4-5 ; 2, I. 19-20, 32-33), Diod. 13.64.1. Les sources indiquent qu’Éphèse est alors fermement anti-athénienne.

144 Xén., Hell, 1.2.15.

145 Xén., Hell., 1.2.17 ; cf. Diod. 13.64.4

146 Cf. Hatzfeld 1940, 280.

147 Comme il a été noté supra, la chronologie de cette période est assez incertaine cf. Beloch 1931,243-254 ; Andrewes 1953, 2-9 qui opte pour la date basse, de même Bosworth 1997, 306 (contra Robertson 1980, 282-301).

148 Amit 1973,436-447.

149 Xén., Hell., 1.3.2. La date de la prise de contrôle de Chalcédoine par les Spartiates et Pharnabaze n’est pas connue elle se produit probablement en même temps que celle de Byzance (Thc. 8.80.2-4 ; 107.1). Sur Chalcédoine dans cette période, cf. Parke 1930, 48 ; Bosworth 1997, 297-313.

150 Xén., Hell., 1.3.9. Rien n’indique que les Athéniens soient entrés à ce moment dans Chalcédoine. Tel est aussi le point de vue de Amit 1973, 445 sq. qui paraît avoir raison contre beaucoup d’éditeurs et de commentateurs de ce passage de Xénophon (Bengtson, Glotz, Will, etc.) ; par conséquent la correction apportée au texte de Xén., Hell., 1.3.9, par Hatzfeld 1940, 285 n. 2, paraît sans objet (il comprend que les Athéniens s’engagent à ne pas faire la guerre à Pharnabaze jusqu’au retour de l’ambassade).

151 Amit 1973, 436-447.

152 Bosworth 1997, 306 sq.

153 L’article de Bosworth, bien que solidement argumenté, ne me paraît pas en définitive devoir emporter l’adhésion.

154 Infra p. 228.

155 Xén., Hell., 1.3.13.

156 Xén., Hell., 1.4.2.

157 Malgré l’opinion de Hatzfeld, CUF, ad. loc., il convient de suivre sur ce point Beloch 1931, 256 ; cf. encore Bommelaer 1981, 63-65. Robertson 1980, 290 continue à soutenir que deux ambassades ont eu lieu à une année d’intervalle. Retenons aussi le point de vue de Piérart 1995, 281 sq., qui considère que Pasippidas, banni de Sparte (Xén., Hell.. 1.1.32), agit ici à titre personnel.

158 Lewis 1977, e.g. p. 124.

159 Mais cf. supra p. 43 sq.

160 Tuplin 1987c, 133-153. Dans le même sens Cartledge 1987. 190 sq.

161 Faut-il placer dans ce contexte le décret d’atimie pris à Athènes contre Arthmios de Zéleia (408/407) ? C’est l’hypothèse séduisante [mais fragile] de Robertson 1980, 293-301.

162 Supra p. 122.

163 Diod. 13.66.4. Cf. Plut., Alc., 30.

164 IG. I3, 118 (IG, I2. 116 ; ML, 87) ; cf. Hatzfeld 1940, 283 sq. ; Andrewes 1953, 8 ; Gauthier 1972, 162-163.

165 A noter que les Athéniens possèdent à titre privé des biens dans diverses cités ainsi, les stèles des Hermocopides, IG, I3, 427 et 430, mentionnent des terres à Abydos et Ophryneion, cf. en particulier dans la seconde inscription : ἐπικαρπία τImageς γImageς τImageς ἐν Όφρυνείοι. Cf. Pritchett 1953, p. 282 et 288 ; 1956, 311 ; Cook 1973, 77. Voir aussi la contribution de Gauthier 1973, 168 sq. Monnaies d’Abydos à partir du ve s., SNG von Aulock 1439-1443 ; d’Ophryneion au ive s. von Aulock 1559 (thèmes dionysiaques).

166 Plut., Alc., 30.

167 Diod. 13.67.5-7.

168 Ibid., 68.1-2. C’est très certainement à ce moment que Chalcédoine choisit fermement son camp et accueille une garnison athénienne (infra).

169 Xén., Hell., 1.1.35.

170 Cf. notre volume collectif Hautes terres de Carie, à paraître.

171 Robertson 1980, 286 sq.

172 Diod. 13.69.5.

173 Supra n. 41.

174 Diod. 13.71.1 ; cf. Xén., Hell.,1.2.4.

175 Ibid., 1.1.32 et Diod. 13.104.7.

176 Xén., Hell., 1.5.15.

177 Diod. 13.73.3-6. Je ne suis pas sûr que l’on puisse tirer de Thc. 8.100.3 l’idée que Kymè était en état de défection en 411 malgré Hatzfeld 1940, 313 n. 2 ; en tout cas d’après le texte précité de Diodore (dont la source était Éphore de Kymè ?) les Kyméens revendiquent la qualité de σύμμαχος πόλις auprès des Athéniens. Cette affirmation paraît contredite par Thc. 8.31.3, mais comme le note Westlake 1977 le fait qu’une cité soit amenée à accueillir l’un ou l’autre des belligérants ne prouve pas pour autant qu’elle ait choisi de changer de camp. Cette attitude “passive” pouvait être cependant exploitée par Alcibiade pour justifier son action.

178 Est-ce à ce moment qu’il faut attribuer IG, I3, 113 où sont mentionnés le Roi, Tissapherne et Chios dans un décret pris par Athènes en faveur d’Évagoras (cf. le lemme ; Hatzfeld 1940, 307 n. 5 ; Lewis 1977, 129 sq.).

179 Robertson 1980, 282-301. En 408 pour Diod. 13.70.3.

180 Voir Lotze 1964 et en dernier lieu Bommelaer 1981, 62-160.

181 Xén., Hell., 1.5.1 ; Diod. 13.70.2. Sur Cos supra n. 63.

182 Xén., Hell., 1.5.3 ; supra p. 43 sq.

183 Xén., Hell., 1.8.6 ; Diod. 13.70.4 ; Plut., Lys., 3.3-4.

184 Lewis 1977, 115.

185 Lewis 1977, 124 sq. ; cf. supra p. 222.

186 Xén., Hell., 1.5.8-9 ; cf. supra Thc. 8.46.

187 Xén., Hell., 1.5.11. Les manuscrits donnent le verbe τειχίξειν pour qualifier l’action de Thrasybule à Phocée ; or la ville est censée être rebelle aux Athéniens à partir de 412 (Thc. 8.31.3 ; 101.2) ; un certain nombre de commentateurs retiennent l’idée d’un siège et corrigent en Ἐπιτειχίξειν (ainsi Hatzfeld, CUF). Il vaut mieux remarquer avec Westlake 1979, 21-22 (qui suit Underhill 1900), que la prise d’une ville non fortifiée est facile pour tous les camps. Il n’y a donc aucune raison de modifier la lecture fournie par tous les manuscrits. Sur ces termes Debord 1994, 54 n. 4. Thrasybule veut en faire un point d’appui fortifié, pari stratégique judicieux lorsqu’on sait la place que Phocée a toujours tenu dans le dispositif militaire perse. Malgré ces travaux (on ne sait quel a pu être leur degré de réalisation), la position athénienne reste fragile, en particulier après la défaite de Notion : en 406 une partie des vaincus de la bataille des Arginuses se réfugie à Phocée (Xén., Hell., 1.6.33), ce qui montre bien que la situation avait évolué entre temps.

188 Diod. 13.71.1-2. L’intervention à Clazomènes est-elle nécessairement contradictoire avec l’expédition vers Phocée comme le pensent Hatzfeld 1940, 309 et Bommelaer 1981, 90 n. 43. Il semble que rien n’interdit de retenir les deux.

189 Cf. Robertson 1980, 284.

190 Xén., Hell., 1.5.11 ; Hell. Ox. (PSI 1304) ; Diod. 13.71.1-4. Sur la bataille de Notion, cf. Bruce 1967, 35-45 ; Andrewes 1982, 15-19 ; McKechnie & Kern 1988, 125-129.

191 Diod. 13.73.3-6. Cet épisode a suscité beaucoup de commentaires chez les modernes. Sa réalité est généralement admise, mais il est placé avant Notion par Busolt 1897, 1575 n. 1 et Meyer 1913, 634 (dans le même sens, Westlake 1979, 20 et n. 4).

192 Cornelius Nepos, Alc., 7.1-2.

193 Cf. par exemple Thc. 8.100.3 ; Westlake 1979, 20.

194 Diod. 13.75.1 ; Conon, FGrHist, 26, Fl ; Str. 14.2.9 et 11 ; Aelius Aristide, Rh., 43.552 sq. Xénophon ne mentionne pas ce fait. Cf. Moggi 1976, 213-220 ; Demand 1990, 89-94 ; Bresson 1993, 119-131.

195 Meiggs 1972,210.

196 Hofstetter 1978, no 170 ; Ronnet 1981, U 1-121 ; Tuplin 1987c, 135-6.

197 Xén., Hell., 1.6.4.

198 Plut., Lys., 5.6 et surtout Diod. 13.70.4 : “Alors Lysandre, revenant à Éphèse appela auprès de lui les hommes les plus influents des cités ; les incita à former des hétairies et leur promit de les installer en maîtres dans chacune de leurs cités si ses projets aboutissaient...” 11 est à noter que Lysandre s’appuie sur Éphèse, ville “orientale” ; Kallikratidas sur Milet, revenant ainsi à la situation traditionnelle (un peu plus tard Lysandre va faire payer cher aux Milésiens leur manque d’enthousiasme à son égard). Il est clair que les rivalités anciennes entre les deux villes n’ont pu qu’être ravivées ; cf. Bommelaer 1981, 80 et 89.

199 Plut., Lys., 3.4 ; cf. Bommelaer 1981, 85.

200 Xén„ Hell., 1.6.3.

201 Ibid., 1.6.7-11.

202 Diod. 13.76.3-4. Westlake 1979, 13 n. 4, montre que ce passage n’est nullement en contradiction avec Xén., Hell., 1.5.15. Il ne nous paraît cependant pas assuré qu’il faille suivre Westlake 1979, 13 n. 14, lorsqu’il suppose que la prise de Téos par Kallikratidas n’implique pas que cette dernière avait regagné le giron athénien. La reconstruction au moins partielle du mur semble plaider en sens contraire et sinon on ne voit pas alors pourquoi le navarque lacédémonien s’en serait pris à elle pour s’y procurer du butin.

203 Xén., Hell., 1.6.13-15 ; Diod. 13.76.5.

204 Gauthier 1966, 86-87.

205 Diod. 13.79.

206 La localisation des Arginuses a été remise en question par Robert 1980, 281 sq. Il les situe aux îles Adjano, près de l’ancienne Pitanè et non, comme c’est la tradition, à l’île Saint Georges (les Arginuses doivent leur nom à des marnes blanches). Stauber 1996, 284 sq. ne signale pas cette hypothèse.

207 Diod. 13.100.5.

208 Xén., Hell., 2.1.6-7 ; Diod. 13.100.7-8 ; Plut., Lys., 7.4. “La plupart des hommes politiques influents dans les cités désiraient depuis longtemps son retour, car ils espéraient devenir encore plus puissants quand, grâce à lui, les gouvernements démocratiques auraient été complètement détruits”. Cf. Bommelaer 1981, 97 et n. 76.

209 Xén., Hell., 2.1.10.

210 Supra p. 43. Pour la signification de ce passage de Xén., Hell., 2.1.14. A noter l’importance de la contribution financière perse à la guerre à cette époque, cf. Lewis 1977, 131, n. 138.

211 Supra et Diod. 13.70.

212 Diod. 13.104.5-7 ; Plut., Lys., 8.1-3 où le nombre des morts est indiqué comme étant de huit cents ; cf. également Polyen 1.45.1 et 4. Cf. infra pour la situation intérieure de Milet.

213 Supra p. 95 n. 102.

214 Diod. 13.104.7. L’ordre le plus probable des faits : en 412, Amorgès a fait d’Iasos son quartier général (Thc. 8.28.2-29, 1) ; la ville est reprise par les Lacédémoniens à l’instigation de Tissapherne qui place la ville "sous bonne garde”. Entre 412 et 409, elle est tenue par un harmoste Spartiate, ce qui n’est en rien contradictoire avec l’action précédente. L’harmoste est expulsé par les habitants en 409 (Xén., Hell., 1.1.32). Ceux-ci se tournent naturellement vers Athènes avec laquelle ils entretiennent des relations étroites (IG, II2, 3) jusqu’à la mise à sac de 405 par Lysandre. Tout cela paraît simple, mais il ne faut pas occulter les nombreuses questions qui restent posées. Après bien d’autres, Westlake souligne que les épisodes de 409 et 405 ne sont attribués à Iasos que par une correction textuelle de Thasos en Iasos (supra note 127). L’ordre de succession des puissances qui contrôlent Iasos proposé par Westlake 1979, 24-25 (Amorgès, Lacédémoniens, Tissapherne et les Athéniens, Lysandre) paraît trop complexe : il n’y a en particulier rien dans les textes - Xénophon indique même le contraire - qui démontre une reprise à quelque moment par Tissapherne. Autre question controversée : la date de IG, II2, 3. Sur ce point, les opinions de Lewis ont varié. Il penchait d’abord (1954, 33) pour une date antérieure à 412, mais revient ensuite à une date plus traditionnelle (1977, 91 n. 43).

215 Xén., Hell., 2.11.15.

216 Ibid., 17.

217 Ibid., 1.4.7.

218 IG. I3. 124.

219 Supra p. 221 ; son envoi a lieu en 408 et son retour en 405, donc peu de temps avant la bataille décisive d’Aigos Potamoi.

220 Il y a deux archontes ayant porté le nom de Kallias ; l’un en 406/5, l’autre en 377/6. Pour de nombreuses raisons, mais en particulier parce qu’à la seconde date un accord entre Athènes et Kios serait apparu comme une contravention à la Paix du Roi, c’est la date de 406/5 qui doit être retenue.

221 On a aussi pensé à ΙΚΙΟΣ, cf. Corsten 1985, 24-25 (L 23).

222 Meritt et al. 1939, 502.

223 Briant 1996, 661 sq.

224 Supra p. 111.

225 La discussion de ces points difficiles, supra p. 99 sq.

226 Xén„ Hell., 1.2.15.

227 FD, III. 1, 50-68 ; Meiggs & Lewis 1980, 95 ; Paus. X, 9, 9.

228 Lewis 1977, 115 et n. 59. Doutes de Westlake 1979, 27 n. 30.

229 Xén„ Hell, 2.2.2.

230 Xén., Hell., 2.2.1 ; pour Chalcédoine cela suppose que Xénophon a passé sous silence un épisode, comme cela lui arrive souvent. Le simple bon sens fait penser que le choix du camp athénien eu lieu en même temps que la prise de Byzance.

231 Supra p. 221 contra Bosworth 1997.

232 Arrien, FGrHist, 156, F79-80 ; Bosworth 1997, 298 sq.

233 À rapprocher de Hdt. 6.32. Cette affaire trouve un écho chez Plut., Camille, 19.9. En revanche le fait qu’elle ne soit pas mentionnée dans les sources de l’époque classique ou celles qui en dérivent directement, s’explique bien si l’on pense qu’à partir de 405 l’attention des auteurs se déplace vers Athènes et que l’Asie retombe dans un anonymat quasi complet ; sur Chalcédoine en 400, infra p. 234 sq.

234 Xén., Hell, 2.5.

235 Ibid., 2.6. Cf. Bommelaer 1981, 140. On doit en inférer qu’il y avait eu une tentative infructueuse de soulèvement de quelques survivants des géomores.

236 IG, II2. 1 ; cf. infra p. 235.

237 On pense aux gens d’Anaia exilés au cours des soubresauts de 412-411.

238 Xén., Hell., 2.3.6 ; Diod. 14.3.4-5 ; Plut., Lys., 14.2.

239 Ce paragraphe doit beaucoup à Westlake 1979, 25 sq., même si nos conclusions ne sont pas totalement identiques à celles de cet auteur. Cf. aussi Tuplin 1987, 136-8.

240 Thc. 8.6.4.

241 Cf. Thc. 8.100.5. Mytilène disposait avant 428 d’une flotte que l’on peut estimer à une cinquantaine d’unités : Quinn 1981, 30 et n. 28 ; Brun 1988a, 375. Ce dernier pense que la cité possédait une marine de guerre non négligeable au ive s.

242 The. 8.61.2. Un détachement naval pour garder Milet est composé de cinq navires de Thourioi, quatre de Syracuse, un d’Anaia, un de Milet, un Lacédémonien. Ce navire d’Anaia au côté des Lacédémoniens fait question. Le propos de Thucydide pourrait faire penser que nous sommes en présence d’une entité politique individualisée comme les autres qui sont énumérées dans le même passage. En réalité les gens d’Anaia sont la partie retranchée à la communauté samienne que les Athéniens ne contrôlent pas. Il s’agit à la fois d’une partition conjoncturelle : les exilés de Samos, hostiles à la démocratie se sont réfugiés dès 441 sur le continent et ont profité des offensives lacédémoniennes pour tenter de retourner la situation en leur faveur, mais aussi d’une situation plus structurelle : le secteur continental (cf. sur sa localisation Fantasia 1986, 124 n. 39. Sur la pérée de Samos, infra p. 268) étant propice au développement d’une plus vaste propriété alors que le port insulaire serait par définition le “lieu” des démocrates (même interrogation pour Clazomènes, infra p. 261, peut-être dans ce cas plus facile à résoudre étant donné la faible superficie de l’île).

243 Il faut combiner les informations partielles fournies par différents auteurs pour dresser un tableau cohérent : à la bataille des Arginuses, les Lacédémoniens ont perdu leur flotte et son commandant (Mindaros). Diod. 13.70.1 (cf. Xén., Hell., 1.6.34) ; Lysandre quitte le Péloponèse avec (autant ?) de navires et d’hommes qu’il le peut ; il réquisitionne ceux des cités de Rhodes, équipe l’ensemble à Milet et à Ephèse ; il reçoit ceux de Chios, ce qui donne en tout une escadre d’environ soixante-dix navires (Diod. 13.70.2-3 ; avec moins de précisions, Xén., Hell., 1.5.1). Arrivé à Ephèse, il met sur pied un programme de construction navale en commençant par organiser un arsenal (Plut., Lys., 3.4), ce qui lui permet, au moment de la bataille de Notion de disposer de quatre-vingt-dix navires (Xén., Hell., 1.5.10).

244 Xén., Hell.. 1.6.3.

245 Il n’y a pas lieu de penser, avec Westlake 1979, 26 in fine, que la majorité des "autres” cités est à rechercher loin de l’Asie Mineure. Il nous est seulement indiqué que Kallikratidas est venu prendre un commandement sur la côte asiatique, rien sur une éventuelle escadre d’appoint.

246 Cf. supra p. 228 ; pour Westlake 1979, 27, les navarques issus d’autres régions seraient les plus nombreux.

247 Xén., Hell., 1.6.25 : les Athéniens ont équipé cent dix navires avec des équipages composés d’esclaves, d’hommes libres et même de cavaliers : “Ils se dirigèrent alors vers Samos où ils reçurent dix navires ; ils en assemblèrent trente qu’ils trouvèrent chez les autres alliés où ils forcèrent tout le monde à monter à bord". Il est à noter que l’affrontement a coûté plus de soixante bateaux aux alliés de Sparte, (ibid., 34).

248 Ils retrouvent les Péloponésiens au cap Mykalè en 411 (Thc. 8.79.4) pour préparer une action contre Samos ; des Milésiens sont venus à la rescousse des gens de Pygéla contre le corps expéditionnaire athénien en 409 (Xén., Hell., 1.2.2) ; quelques autres exemples cités par Westlake 1979, 33 n. 3.

249 Cf. Westlake 1979, 28 et n. 4.

Table des illustrations

Légende Carte 4 : La guerre autour de Chios.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 285k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540