Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Première partie. Mise en place et organisation des satrapies perses en Asie Mineure occidentale

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Il n’y a aucune raison d’opposer les auteurs les uns aux autres, en particulier Hérodote à Xénophon. La satrapie, le ressort satrapique ont évolué. Au départ il s’agit de très grands ensembles confiés à des proches du Roi : familiers, membres de sa famille, descendants des “Sept”. Un lien personnel très fort est conservé avec le Roi dans un système de relations “archaïques”, somme toute guère différent de ce que l’on rencontre en Grèce à la même époque. On comprend mieux pourquoi les Spartiates en particulier, mais on pourrait dire la même chose des Macédoniens, ont pu trouver à partir de ces modes de comportement, “fossiles” au ive s., tant de points de rencontre avec les Perses. Bien entendu il serait caricatural de ne souligner que les convergences : la différence essentielle réside en la disparition en Grèce d’un échelon royal comparable à celui de la monarchie perse (mais dont il convient d’observer tout aussitôt qu’il perdure en Macédoine).

2La satrapie ne doit pas être imaginée comme un système clos, enfermé dans des frontières rigides. Bien plus importantes pour la définir sont les relations de personnes : celles du satrape avec le Roi, nous l’avons vu, mais aussi celles du satrape avec les aristocrates (perses ou non) dotés de domaines, ou avec les représentants des ethnè et des villes.

3Quel est le sens de l’évolution ? Elle est à bien des égards semblable à ce qui se passe de l’autre côté de l’Égée. A la multiplication des magistratures correspond l’augmentation du nombre des satrapies et de leurs subdivisions. On s’efforce, avec des fortunes diverses, de “normaliser” la situation de régions considérées comme vivant de façon assez autonomes (Cilicie, Paphlagonie). Rien donc qui démontre la victoire des forces centrifuges qui sont réputées être les signes précurseurs de la chute de l’Empire (Isocrate). Au contraire l’Égypte, longtemps le fer de lance de la rébellion, vient de rentrer dans le rang. Il semble même que l’on s’efforce de mettre sur pied une administration “moderne” utilisant un nombre croissant de Grecs.

4Dans quelle mesure doit-on considérer les informations relatives à l’administration perse de l’Asie Mineure au ive s. comme exemplaires du fonctionnement de l’ensemble de l’Empire ? Question difficile pour plusieurs raisons. Nous avons vu que l’Empire perse avait su (ou avait été obligé de) sauvegarder les disparités régionales issues d’une longue tradition historique, par conséquent la généralisation de toute information locale à l’ensemble impérial doit être tentée avec prudence. Il est patent que la nature et les dates des sources conservées sont bien différentes.

  • 301 Plut., Lys., 3.2 (cf. Sekunda 1985, 17-18).
  • 302 Athénée 12.525 c-e qui, d’après Démocrite d’Éphèse, souligne l’usage de vêtements perses (à la mode (...)
  • 303 Benveniste 1966, 108-113 ; cf. Picard 1922, 163 sq. Cf. aussi sur le Mégabyze, Robert 1975, 318.
  • 304 Cf. Sekunda 1985, 17-18 ; Cahn 1985, 593.

5Autre constat, ce qui vient d’être dit confirme l’importance et la profondeur de l’implantation perse en Asie Mineure occidentale. Tout cela va laisser des traces durables, longtemps après la conquête macédonienne, dans les domaines religieux, culturel, institutionnel même, dans les modes d’exploitation du sol aussi bien que pour la perception de l’impôt. Un remarquable exemple de cette “persisation” nous est fourni par Éphèse. Plutarque attribue à Lysandre301 cette observation : “Arrivé à Éphèse, il trouve la ville... dans un triste état et risquant de devenir barbare en se laissant contaminer par les mœurs perses parce qu’elle était entourée par la Lydie et que les généraux du Roi y séjournaient le plus souvent". L’iranisation des mœurs est soulignée par Athénée302 ; iranisation encore du culte d’Artémis303 probablement renforcée par l’attention particulière portée à cette dernière par certains nobles perses, au premier rang desquels le satrape Tissapherne304. Or, malgré tout cela, Éphèse ne peut évidemment être perçue autrement que comme une cité grecque.

6Les satrapies occidentales de l’Empire perse constituent un champ d’expériences particulièrement intéressant dans la mesure où nous y assistons à la confrontation de deux mondes dont l’organisation est théoriquement antinomique. Par la force des choses, chacun d’entre eux est obligé de prendre en compte la réalité de l’autre, d’autant que la présence de Grecs de Grèce d’Europe, pèse de tout son poids à partir du début du ve s. Pourtant, le Roi entend faire gérer ces provinces selon les mêmes principes que pour le reste de l’Empire. Là se trouve la source de bon nombre de conflits, les satrapes ayant des choix difficiles à effectuer, ce qui les amène à attirer la suspicion du pouvoir central et parfois même à se rebeller contre lui. Du côté grec, la monarchie perse et l’organisation satrapique constituent l’objet de réflexion de théoriciens politiques comme le Xénophon de l’Économique et de la Cyropédie ou le Ps.-Aristote de l’Économique. Ces œuvres concourent à rendre crédible une alternative monarchique face à la crise que connaît la cité dans le courant du ive s.

7Cela dit, et comme nous l’avons maintes fois souligné, les mondes de l’Asie Mineure occidentale ne sont pas un ensemble homogène : il y a de très considérables disparités régionales qu’il ne faut pas sous-estimer ; des évolutions historiques que l’on ne peut hélas repérer que dans quelques régions privilégiées. Par conséquent, il serait caricatural de ne pas faire place à l’élément “autochtone” (carien, lycien, pisidien, mysien etc.) dont le degré d’intégration, ou de non-intégration, varie avec la nature du relief, l’existence de traits culturels développés, d’une hiérarchie politique déjà bien affirmée. Cependant, pour tenter de résoudre notre dilemme initial, on aurait sans doute tout à fait tort d’imaginer que cette diversité engendre l’anarchie et que, comme le prétend Isocrate, l’Asie est un fruit mûr qu’il suffit de cueillir. Cette souplesse est aussi adaptation aux réalités du lieu et du temps ; l’essentiel est que le phoros rentre. La preuve, s’il en fallait une, que ce système de gouvernement n’était pas si mal adapté aux besoins est fournie par le fait qu’Alexandre et ses successeurs immédiats en reprennent pratiquement trait pour trait les principes et le plus souvent même le détail.

Notes

301 Plut., Lys., 3.2 (cf. Sekunda 1985, 17-18).

302 Athénée 12.525 c-e qui, d’après Démocrite d’Éphèse, souligne l’usage de vêtements perses (à la mode perse) par les Éphésiens.

303 Benveniste 1966, 108-113 ; cf. Picard 1922, 163 sq. Cf. aussi sur le Mégabyze, Robert 1975, 318.

304 Cf. Sekunda 1985, 17-18 ; Cahn 1985, 593.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540