Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Première partie. Mise en place et organisation des satrapies perses en Asie Mineure occidentale

Chapitre IV. L’organisation interne des satrapies de l’Asie Mineure

Texte intégral

1Ce chapitre tente de rapprocher une série d’observations qu’il est nécessaire de relier bien qu’elles apparaissent de prime abord comme distinctes :

  1. Nous avons tenté de définir plus haut le ressort principal de gouvernement. Même s’il existe un certain nombre de disparités, il est assez clair que le module normal, au sens premier du terme, est la satrapie. Cela dit, la réalité de cette dernière a pu varier dans le temps et dans l’espace. Certaines sont de taille relativement modeste et, dans ce cas, le satrape peut y exercer aisément une autorité sans partage. Il n’en va pas de même pour les "grandes” satrapies où les distances sont considérables et qui réunissent des peuples (on rappellera une fois encore l’importance de ce concept) bien différenciés. De plus, ces satrapies sont naturellement confiées à de grands personnages, lesquels sont souvent amenés à exercer d’autres types de commandements, en particulier militaires. Il est nécessaire pour toutes ces raisons qu’à chaque ethnos corresponde un échelon de gouvernement que nous désignerons par commodité du nom d’hyparchie.
  2. L’étude des rapports entre satrapie et pouvoir central semble donner la mesure de la plasticité du système ; cependant nous avons pu relever qu’une partie du tableau était en “trompe-l’œil” puisque les moyens de contrôle dont ce dernier disposait étaient considérables, du moins lorsqu’il était en situation de les utiliser. Si nous en restons à l’échelon de la satrapie, le procédé évident pour limiter le pouvoir du satrape consiste à multiplier les rouages de commandement, non plus verticalement (satrapie/hyparchie) mais horizontalement en divisant les responsabilités (administration, armée, finances), créant par là des sources de conflits et de rivalités dont le Roi joue à son profit. Est-il possible de relever les traces d’un tel système, quittant ainsi le domaine de la théorie dans lequel paraît nous enfermer Xénophon ?
  3. Les échelons administratifs ne sont pas, loin s’en faut, les seuls témoins de la présence perse en Asie Mineure. Les rois perses, et apparemment aussi les satrapes, peuvent concéder à des individus, nobles perses, aristocrates et condottieri grecs ou assimilés, des domaines parfois si vastes qu’ils deviennent de véritables principautés, ce qui leur permet de s’intégrer au plus haut niveau dans le système de gouvernement. Par ailleurs, le quadrillage militaire (mais aussi bien d’autres raisons conjoncturelles ou de politique générale) peut amener l’implantation de garnisons, de colonies militaires et/ou de peuplement. L’existence de la deuxième catégorie a été récemment contestée et il convient donc de procéder à un réexamen de la documentation disponible en soulignant déjà que les deux types de présence ne sont en rien contradictoires, mais au contraire sont complémentaires (cf. ci-dessous l’épisode d’Asidatès).

1. Séparation des tâches dans la satrapie

2Pour ce qui concerne l’Empire perse dans son ensemble, l’image que nous en donne Xénophon dans la Cyropédie et subsidiairement dans l’Économique paraît devoir permettre d’affirmer la réalité de la séparation des pouvoirs. La création de hiérarchies parallèles, voire même rivales, est une des règles de fonctionnement du système :

  • 1 Xén., Cyr., 8.6.

“Quand il fut de retour à Babylone, (Cyrus) décida d’envoyer des satrapes aux peuples soumis. Il ne voulut point cependant que les commandants des citadelles et les chiliarques des gardes de la chôra obéissent à un autre qu’à lui-même. Il prenait cette précaution afin que, si quelque satrape, fier de ses richesses et du nombre de ses sujets, se conduisait en despote et se mettait en tête de refuser l’obéissance, il trouvât aussitôt dans le pays des gens pour s’y opposer’’1.

  • 2 Ibid., 8.1.
  • 3 Xén., Éc., 4.5-11. L’analyse détaillée de ces passages est donnée par Briant 1982 (cf. index). Coo (...)
  • 4 Plut., Eum., 3.7 ; cf. le commentaire approfondi de Briant 1982. 16 sq.
  • 5 Briant 1982, 22 sq. ; il n’y a pas de juges royaux en Asie Mineure à l’époque achéménide. Certes O (...)

3Dans un autre passage, une même hiérarchie de la base au sommet paraît être mise en place pour l’administration fiscale et financière2 imitée de celle de l’armée, dont il vient de montrer qu’elle est très structurée. Dans l’Économique, il oppose le gouverneur (archôn), en charge des affaires civiles et du tribut, et le phrourarque, responsable des troupes et des garnisons. Les deux sont chapeautés par le satrape partout où il y en a un3. C’est donc d’abord à l’instance satrapique qu’il revient de régler les contentieux, mais le contrôle virtuel et surtout la nomination des officiers restent le fait du Roi. On présentera en contrepoint ce passage de la Vie d’Eumène due à Plutarque4 : “Il remit les cités à ses amis, il installa des phrourarques, intronisa des juges5 et les diœcètes qu’il voulait ; Perdiccas n’était intervenu en rien dans ces affaires...” En bien des points l’administration mise en place par Eumène a toute raison d’être quasi décalquée sur celle des Perses. En revanche, et le fait est particulièrement souligné par Plutarque ou sa source, le régent Perdiccas lui a laissé toute liberté et cela apparaît comme peu ordinaire.

  • 6 Sur la double administration de l’Égypte, cf. par ex. Thomas 1978, 187-194 ; Orrieux 1983, 25-26 ; (...)
  • 7 Hornblower 1982, 150-151.
  • 8 Hdt. 1.153.
  • 9 Arrien, An., 1.17.7. (cf. Berve 1926, no 565).
  • 10 Arrien, An., 3.16.4.
  • 11 Quinte Curce 5.1.43 sq.
  • 12 Ainsi Arrien, An., 1.17, laisse à penser que Kalas avait la responsabilité directe de la perceptio (...)
  • 13 Esdras, 5.6 et 6.6.
  • 14 Cf. par ex. le Ps.-Arist., Ec., 2.1.4 et le commentaire de Briant 1982, 27 qui admet pour sa part (...)
  • 15 Les exemples sont nombreux ; pensons à Tissapherne, Thc. 8.5.5 ; mais aussi à Cyrus, Xén., Hell., (...)
  • 16 Point de vue semblable pour Le Rider 1997, 165 sq.

4Le texte précité fait référence à des “diœcètes”, sans aucun doute chargés de l’administration fiscale. Quelles sont les traces d’une organisation de ce type dans les provinces ? L’Égypte pourrait peut-être servir de référence pour l’existence d’une telle séparation des charges : l’organisation interne du royaume lagide nous invite à penser que le pouvoir à vocation centralisatrice se dote d’une double administration dont chacune des branches lui rend directement des comptes. Mais, pour que l’exemple soit probant, encore faudrait-il qu’Alexandre et ses successeurs aient bien emprunté cette pratique à leurs prédécesseurs perses alors même qu’elle était déjà traditionnelle dans l’Égypte pharaonique6. Revenons à l’Asie Mineure. Il faut bien dire que les indices sont ténus7. L’un remonte à l’époque de la conquête du royaume lydien par Cyrus. Ce dernier remet l’acropole de Sardes au Perse Tabalos et charge le Lydien Paktyès de convoyer les trésors des Lydiens vers la Haute-Asie8. On pourrait être tenté d’y voir la préfiguration d’une séparation des tâches à partir du moment où la perception du phoros fut rationalisée par Darius, mais l’exemplarité de ce cas est peu probante étant donné le résultat fâcheux de cette opération. Beaucoup plus significatif est le fait que lorsqu’Alexandre prend possession de Sardes, il désigne Pausanias comme commandant de la citadelle de la ville pour remplacer Mithrinès, Nikias pour s’occuper de l’établissement de l’assiette du tribut et de sa perception (τῶν φόρων τῆς συντάξεώς τε καὶ ἀποφορᾶς), Asandros comme satrape avec les effectifs militaires appropriés9. Nous sommes au tout début de sa campagne et il y a peu de chances qu’il ait cherché là à innover en quoi que ce soit. Ce type de partage trouve d’ailleurs le parallèle attendu à Babylone10. Mazaios est nommé satrape, mais Apollodoros d’Amphipolis est en charge des troupes et Asklépiodoros a la responsabilité de la collecte du tribut. Quinte Curce précise même qu’il y avait un commandant particulier pour la citadelle11. Il est difficile d’aller plus loin, c’est-à-dire d’affirmer que toutes les satrapies étaient réellement gérées selon le même schéma. Sardes et Babylone sont deux grands pôles du gouvernement provincial. Peut-être cette complexité était-elle inutile dans des satrapies moins importantes ?12 Autre question : le responsable de la fiscalité était-il subordonné au satrape ? La documentation est bien mince. Esdras, 7.21, nous indique que les trésoriers de la satrapie de Ebir-Nari (la Transeuphratène) reçoivent un ordre royal – apparemment sans référence à quelque intermédiaire que ce soit – alors que les autres officiers13 autour du satrape sont associés à ce dernier dans la correspondance avec le Roi. Observons cependant qu’il ressort aussi bien à travers les œuvres théoriques précitées14 que de l’analyse de situations concrètes15 que la responsabilité du satrape est entière dans la perception du phoros. La solution de bon sens consiste donc à penser qu’il existe bien un échelon fiscal différencié, mais qui fonctionne normalement sous la tutelle du satrape16.

  • 17 Sardis, 7.1, 1 : à redater de la fin du ive s. L’existence d’un réseau de chiliarchies encore à ce (...)
  • 18 Il faut être d’accord sur ce point avec Briant 1982, 210, malgré Tuplin 1987b, 132 (point de vue p (...)

5Même chose si l’on descend au niveau des structures locales. Dans l’inscription de Mnésimachos17 il est indiqué que le paiement du phoros se fera à la chiliarchie (et non au chiliarque) ce qui est bien la formulation la plus appropriée. C’est donc qu’Antigone, et avant lui Alexandre, a maintenu un système où, bien que distincts, les deux ordres, militaire et fiscal, concourent à la rentrée régulière de l’impôt. Par la force des choses, la chiliarchie est ainsi devenue dans la chôra un échelon nécessaire de la pression fiscale18.

  • 19 Arrien, An., 3.6.4.
  • 20 Τῆς Ἀσίας τὰ ἐπὶ τάδε τοῦ Ταύρου ἐκλέγειν ; “de ce côté du Taurus”,... mais lequel : faut-il se pl (...)
  • 21 Ps.-Arist., Éc., 2.1352 b-1353 a (§ 34 a et 38 CUF).

6La perception et le lieu de perception sont donc liés, mais avec des administrateurs distincts. Il est, en revanche, difficile de tirer quelque argument de la nomination par Alexandre19 de Koiranos pour collecter les impôts en Phénicie et de Philoxénos pour ceux d’en deçà du Taurus20. On ne peut, en effet, déterminer ce que recouvrent réellement ces charges et, a fortiori, si elles reproduisent des rouages administratifs perses. Autre administrateur “économique” auprès d’Alexandre, un certain Antiménès de Rhodes21. Il est, entre autres, en charge de la gestion des taxes et du système d’accompagnement des routes royales. Par deux fois, le texte laisse à penser que son action s’inscrit dans la continuité par rapport à l’Empire perse, mais cela n’indique rien sur la gestion matérielle des provinces.

2. Les échelons inférieurs de commandement22

  • 22 Cf. Robert 1975, sp. 312-313 ; Bertrand, 1974, 25-47 (bibliographie) ; Weiskopf 1982, 103-106 ; Tu (...)
  • 23 Esther, 3.12.
  • 24 Ibid., 1.1. Ce qui reviendrait à estimer à six le nombre des “hyparchies” par satrapie, le terme a (...)
  • 25 En Egypte le terme frataraka, chef d’un nome, semble pouvoir être perçu comme l’équivalent du grec(...)
  • 26 Hdt. 7.194 ; cette traduction paraît rendre mieux compte du texte et de la réalité que celle de Le (...)
  • 27 Hdt. 5.27.

7“On écrivit... aux satrapes du Roi, aux gouverneurs des diverses provinces, aux chefs des différentes populations23” ou encore “Cela se passait au temps de Xerxès, de ce Xerxès qui régnait de l’Inde à l’Éthiopie sur cent vingt-sept provinces24 ”. Si l’on prend à la lettre ces deux passages du Livre d’Esther, il faut concevoir une hiérarchie à trois niveaux, dont il faut bien dire qu’à l’exception de l’Égypte25 il est difficile d’en repérer la trace concrète, en Asie Mineure comme ailleurs. Cela est dû. pour une large part, à l’inadéquation d’une information fournie, pour l’essentiel, par des textes littéraires et aussi à l’ambiguïté du terme hyparque. Hérodote emploie manifestement ὕπαρχος pour désigner des officiers qui relèvent des trois niveaux évoqués ci-dessus. Tout d’abord ceux que l’on appellera plus tard des satrapes : par exemple Oibarès, Artaphernès, Oroitès, etc. Sandokès, lui, est dit ὁ ἀπὸ Κύμης τῆς Αἰολίδος ὕπαρχος : il semble que l’on doive comprendre qu’il est “en charge de l’Eolide à partir de Kymè”26. En ce cas, il appartient à une deuxième catégorie, celle des gouverneurs de “peuples”. Il est, certes, mentionné dans un épisode guerrier mais rien n’indique que sa fonction d’hyparque ait été exclusivement militaire. Le troisième niveau apparaît en 7.106, où il est fait allusion aux “hyparques établis en Thrace et partout dans l’Hellespont”. Un peu plus loin dans la phrase, Hérodote met en avant celui de Doriskos, montrant qu’il s’agit là de gouverneurs de places fortes dominant une portion de territoire. On peut sans doute rattacher à la même catégorie l’hyparque de Lemnos27.

8La présence, à plusieurs reprises, du terme hyparchos chez Thucydide prend d’autant plus de relief que cet auteur n’utilise pas le titre de satrapès auquel il préfère celui de stratègos. Trois cas concernent la satrapie de Tissapherne :

  • Stagès commande un contingent qui participe à la destruction des murailles de Téos28 à l’été de 412. Il est en charge de la même région, implicitement la Lydie, encore en 409 : il s’oppose à Thrasyllos dans l’arrière-pays de Colophon29.
  • Arsakès, au début du mandat de Tissapherne, massacre les Déliens établis à Adramyttion, installe une garnison et impose de lourdes charges aux gens d’Antandros : il tient donc la partie septentrionale de la satrapie30.
  • La carrière de Tamôs est la mieux connue et le “cursus” de cet Égyptien de Memphis ne présente aucune anomalie31 lorsqu’on met bout à bout les informations fournies par les différents auteurs. Il est hyparque de Tissapherne et/ou d’Ionie32, puis se rallie à Cyrus qu’il aide, grâce à ses vaisseaux, à assiéger Milet33. Il commande la flotte barbare de celui-ci dans la première partie de son anabase34. Diodore35 indique que des parents du rebelle se voient attribuer la charge de la Lydie et de la Phrygie, alors que Tamôs reçoit l’Ionie, l’Éolide et les territoires associés. Plus tard, après la mort de Cyrus, et alors qu’il a été le plus puissant des satrapes de ce dernier, et conscient qu’il ne pourra pas se réconcilier avec Tissapherne, il s’enfuit en Egypte avec sa flotte auprès de Psammétique qui le fait assassiner36. Autre fait à noter, la liaison, encore une fois attestée, entre le commandement de la flotte et la charge de l’Ionie37. Ce qui vient d’être dit à propos de Tamôs laisse penser que Cyrus avait établi (ou conservé) des hyparques dans son immense gouvernement. Malheureusement, les textes mentionnant explicitement des hyparques dans l’entourage de Cyrus sont peu explicites38. En tout cas, lorsqu’il se déclara ouvertement comme prétendant au trône achéménide, il abandonna, dans le même temps, le titre de satrape et morcela à nouveau son ancienne province, trop vaste pour un seul gouverneur.
  • 39 Telles sont aussi les conclusions de Weikopf 1982, 106.
  • 40 Thc. 3.34.1. Il n’est pas du tout certain que l’Itaménès qui se porte avec son propre contingent a (...)

9L’analyse de ces trois cas montre que nous sommes en présence d’un système hiérarchique. Les hyparques sont subordonnés au satrape : ils sont chargés d’une circonscription géographique39. En revanche, il n’est pas assuré que la satrapie était découpée de façon immuable en un certain nombre de “départements”. Il est possible que certaines missions régionales, ou locales, aient été confiées ad hoc à la discrétion du satrape et en fonction des circonstances. Par ailleurs Tissapherne n’est nullement l’initiateur du système dans sa vaste satrapie. Outre Sandokès mentionné plus haut, telle paraît être également la position, sinon le titre – qui n’est pas indiqué –, d’Itaménès lorsqu’il intervient à Colophon au nom de Pissouthnès en 43040.

  • 41 Robert 1975, 310, indique qu’il pense à 365.
  • 42 Robert 1975, 306-330. Cf. Hanfmann éd. 1983, 256.
  • 43 On a bien noté plus haut les imprécisions de la carrière de ce satrape (supra p. 130) avant 380 et (...)
  • 44 Briant 1996, 1026.
  • 45 Dans ce même sens, Petit 1988, 312, n. 15 ; Weiskopf 1982, 98-107 ; Harrison 1982a, 246-248.

10Pour la suite, nous possédons deux indications presque contemporaines. Nous connaissons depuis peu un hyparque de Lydie du nom de Droaphernès. L’inscription est une copie romaine d’un original daté de la trente neuvième année du règne d’Artaxerxès, soit l’année 366/36541 si l’on pense avec l’éditeur L. Robert42 qu’il s’agit d’Artaxerxès IL Ce même auteur suggère que l’on a écrit hyparque à la place de satrape, or à ce moment le satrape est connu : il s’agit d’Autophradatès43. Le cas de Stagès évoqué plus haut démontre qu’il pouvait y avoir un hyparque en charge de la Lydie. Pour sa part P. Briant44 pencherait plutôt pour la datation haute, c’est-à-dire le règne d’Artaxerxès Ier et donc 426 sous le satrapat de Pissouthnès. En ayant conscience qu’aucun des arguments présentés ne peut être considéré comme décisif, nous préférerions la date basse qui nous paraît plus vraisemblable : la période est plus prolixe dans la définition des rouages administratifs. En tout cas, si c’est cette date qui devait être conservée, il nous paraît douteux qu’un document du milieu du ive s. ait employé les deux termes d’hyparque et de satrape l’un pour l’autre. On se rappellera tous les documents datés conjointement par l’indication de l’année du règne du Roi et la mention du satrape45.

  • 46 Démosthène, Rhodiens, 9, le qualifie d’hyparque du Roi ; il s’agit peut-être du gendre de Stroutha (...)
  • 47 Hornblower 1982, 187 ; 198.
  • 48 Hornblower 1982, 109, n. 19.
  • 49 IGCH 1213.
  • 50 Infra p. 177.
  • 51 Ps.-Arist., Éc., 2.1348 a (§14a, CUF).
  • 52 Hornblower, CAH, VI2, 88, écarte cette hypothèse parce que Démosthène, toujours prompt à dénoncer (...)
  • 53 Infra p. 388.

11La position de Tigrane46, probable hyparque d’Ionie, est apparemment plus simple. La date de 366 est fournie par l’intervention des Athéniens à Samos ; de même, le ressort se déduit du contexte. Le véritable problème est de savoir au nom de qui agit Tigrane. S. Hornblower47 développe l’idée que l’installation de la garnison s’est faite à l’instigation de Mausole. Son principal argument est d’ordre monétaire48, avec la présence de monnaies de Mausole dans un trésor trouvé dans l’île de Samos49. Mais ce fait, à lui seul, ne saurait être un argument décisif : le trésor contient aussi des monnaies d’Idrieus et S. Hornblower est contraint de souligner que, dans son hypothèse, les monnaies des deux satrapes ne seraient pas entrées dans la même perspective sur l’île. S’il s’agit bien d’un trésor, cela ne préjuge nullement du moment de l’arrivée sur l’île des monnaies de Mausole, qui ont pu circuler, ou être thésaurisées, au-delà de son mandat. Il convient donc de poser le problème autrement. Avec des formulations diverses (parce que les informations sont de nature différente), nous savons que Mausole est présent à Milet, Érythrées, Chios, Latmos ; mieux même, il nous paraît être l’instigateur de la restauration de la ligue ionienne au Panionion50. Dans ces conditions, il faut pousser le raisonnement jusqu’au bout et se demander si Tigrane n’est pas un hyparque de Mausole pour l’Ionie, comme Kondalos l’était pour la Lycie51. On restera néanmoins prudent52. En effet, si peu de choses du détail des événements des années 360 nous sont connues que des changements ont pu se produire sans que l’information nous soit parvenue, y compris la reprise en main de tout ou partie de la région à partir de Sardes. Comment interpréter, par exemple, le fait que les monnaies milésiennes de Mausole paraissent dater seulement de la première partie de son gouvernement53 ? En tout cas, si Tigrane est un subordonné de Mausole, cela signifierait qu’un Perse peut être placé sous les ordres d’un satrape autochtone.

12La situation des autres satrapies amène à conclure que le pouvoir des dynastes locaux peut être assimilé à la fonction d’un hyparque, lui conférant la durée à moins que le satrape n’en décide autrement. De telles missions peuvent être confiées à des non-iraniens et en particulier à des Grecs. Dans la satrapie de Daskyleion deux cas méritent notre attention.

  • 54 Xén., Hell., 3.1.10-15 ; cf. infra p. 240 sq.
  • 55 Il n’y a pas lieu de gloser sur le titre de “satrape” qui apparaît plusieurs fois dans le récit, d (...)
  • 56 Xén., Hell., 3.1.11-13. Trad. Hatzfeld légèrement modifiée.

13Xénophon54 nous relate, avec un certain luxe de détails, l’histoire de la famille de Zènis. Il indique que cette partie de l’Éolide était à Pharnabaze et que le “commandement satrapal” était exercé par Zènis de Dardanos, donc un dynaste grec (ou gréco-barbare ?). A la mort de ce dernier, le satrape se prépare à désigner quelqu’un d’autre mais Mania, sa veuve, le persuade de lui confier la “charge satrapale”55. Le rôle et le comportement de Zènis et de Mania sont décrits de façon précise et très vivante par Xénophon que l’on peut citer là in extenso56 :

  • 57 Cf. plus loin le texte de l’Economique.
  • 58 En un système de don-contre don, qui doit être pris en compte parallèlement aux échanges économiqu (...)
  • 59 Elle lève donc ses propres forces militaires (cf. une vision très différente infra dans l’Économiq (...)
  • 60 En une sorte de “service d’ost”.
  • 61 Existe-t-il un “conseil” du satrape ?

“Mon mari qui t’était dévoué à tous les autres égards, te versait le montant des impôts (phoroi)57 de manière à être honoré de tes éloges. Eh bien si tu trouves en moi-même un aussi bon subordonné qu’en lui, quelle nécessité pour toi d’établir un autre gouverneur (satrapès) ? et, si je ne fais pas ton affaire, tu seras toujours libre de me destituer et de donner mes fonctions (arche) à un autre. Ces paroles décidèrent Pharnabaze à donner à cette femme le gouvernement (satrapeuein). Une fois qu’elle eut le pays sous ses ordres, on vit qu’elle ne versait pas moins les impôts que son mari ; en outre quand elle arrivait chez Pharnabaze, elle lui apportait toujours des présents58, et quand c’était lui qui descendait dans le pays, elle savait beaucoup mieux que les autres gouverneurs (hyparchoi) lui organiser une réception magnifique et agréable ; non contente de maintenir au pouvoir de Pharnabaze les villes qui lui avaient été remises, elle y adjoignit des villes non-sujettes de la côte,... dont ses mercenaires59 grecs prirent d’assaut les murailles, tandis qu’elle-même assistait aux opérations de sa voiture de voyage... Elle participait aussi aux expéditions de Pharnabaze60... qui l’appelait parfois pour la consulter61.”

14Midias, le gendre de Mania, l’assassine et se saisit du gouvernement puis il demande à Pharnabaze de l’agréer comme hyparque. La réponse du satrape illustre bien le type des rapports hiérarchiques établis à l’intérieur de l’Empire et leur mode de fonctionnement : il peut tout garder jusqu’à ce que Pharnabaze vienne le lui reprendre.

  • 62 Démosthène, C. Aristocr., 142 ; cf. Xén., Hell., 7.1.27 ; Diod. 15.70.2 ; infra p. 288.

15A l’époque d’Ariobarzane, Philiskos d’Abydos paraît remplir des fonctions similaires. Il est décrit comme le “plus important des hyparques” du satrape62. Il exerce son mandat en Troade et Démosthène précise qu’il contrôle tout l’Hellespont et appointe une garnison à Périnthe.

  • 63 Supra p. 147 ; infra p. 313.
  • 64 Supra p. 137.
  • 65 Supra p. 49.
  • 66 Infra p. 405.

16En Lycie63 et en Carie64, la situation ne paraît pas être très différente. Comme nous l’avons déjà indiqué, la relation des satrapes avec ces régions a sans doute assez considérablement varié selon les époques. Le gouvernement de Tissapherne se manifeste de façon plus concrète et, par conséquent, le contrôle exercé sur les autorités locales a dû être plus étroit. La dynastie des Hékatomnides en Carie, le Ka[s?]ika genos en Lycie correspondent bien à cette définition de dynastes locaux reconnus par le pouvoir satrapique, avec une succession héréditaire (marquée apparemment par quelques “accidents”, au moins en Lycie, mais nos sources ne permettent pas d’en dire plus). La succession de Tissapherne amène le pouvoir central à opérer des choix différents. La Carie forme désormais une entité de “premier rang”, assimilée donc à une satrapie, alors que le contrôle sur la Lycie tend à s’accentuer avec la présence d’officiers perses (Artembarès sûrement, peut-être Mithrapatès) en charge de districts régionaux sous l’autorité d’Autophradatès. A noter, aussi, la présence de Payawa (un Pamphylien ?) à Xanthos. L’ultime étape est la mainmise de la Carie sur la Lycie. Mausole y installe un “hyparque”, Kondalos, dont l’une des attributions primordiales est la perception desphoroi65. Pixodaros semble pour sa part avoir partagé la Lycie en deux unités qui sont confiées à des archontes grecs66.

  • 67 Supra p. 109.
  • 68 Cornelius Nepos, Dat., 4.1.

17Tout naturellement l’information que nous avons sur l’Est de l’Anatolie est nettement plus maigre. Nous savons que Datamès au début de sa carrière était en charge de “la partie de la Cilicie qui jouxte la Cappadoce” et qu’il avait succédé dans cet emploi à son père Camisarès67. Comme nous l’avons vu plus haut, cela implique que la Cappadoce était, elle aussi, subdivisée en "départements”. La Cataonie, où Aspis se comporte comme un dynaste quasi indépendant (ce qui ne signifie pas qu’il était nominalement détaché de l’Empire), pourrait être l’un de ces sous-ensembles68. Il n’y a donc pas de raison de douter qu’il s’agisse d’une structure assez répandue, au moins dans les satrapies les plus vastes dont les titulaires étaient des personnages importants que le Roi appelait souvent de façon simultanée à d’autres tâches : par exemple des expéditions militaires dont la préparation pouvair être très longue. On sait que la question de l’existence de gouverneurs subalternes se pose aussi pour l’Arménie.

  • 69 Hornblower 1982, 147.
  • 70 Tuplin 1987b, 189.
  • 71 Xén., Éc., 4.8.9 et 11 ; cf. supra p. 39.

18La mention d’“archontes” dans la Trilingue de Xanthos face à l’épimélète de Xanthos dont on a compris la charge comme étant celle d’un commandant de la garnison69 – interprétation incertaine mais qui repose sur des bases assez solides puisque la ville est considérée comme une forteresse par la version araméenne du texte70 – doit être rapprochée d’un passage bien connu de l’Économique de Xénophon71 : “Et les fonctionnaires préposés aux deux offices [archontes et phrourarques] ne sont pas les mêmes : les uns commandent aux habitants, aux cultivateurs et prélèvent sur eux des tributs, les autres commandent aux troupes et aux garnisons... Partout où il y a un satrape c’est lui qui a la haute main sur les deux domaines, civil et militaire”.

  • 72 Cf. l’indication fournie pour Kondalos par le Ps.-Arist., Éc., 2.1348 a (§ 14 c). A noter que la t (...)
  • 73 Cook 1983. 176.

19Ce qui précède montre qu’un tel tableau était sans doute inexact par son caractère bien trop systématique. L’exemple de Mania témoigne bien qu’un “sous-satrape” peut avoir aussi des activités militaires72 et même, dans ce cadre, une assez large autonomie d’action. Il est en revanche probable que dans les zones de forte présence perse les deux domaines étaient clairement différenciés. Inversement J. M. Cook73 note que la mention des hyparques de Cyrus et de Tissapherne est toujours liée à des opérations militaires, mais on fera valoir que c’est ce seul point de vue qui intéresse Thucydide et Xénophon (dans les Helléniques et l’Anabase) et non l’administration des provinces. Les préoccupations de Droaphernès sont à l’évidence d’une autre nature dans l’inscription de Sardes précitée.

  • 74 Bertrand 1974, 30-31, fait référence à Arrien, An., 3.16.4 (où Mazaios est dit σατράπης Βαβυλῶνος) (...)
  • 75 Supra p. 159-160.

20A l’époque d’Alexandre la situation ne paraît pas très différente. J.-M. Bertrand74 s’est efforcé de montrer que le relativement grand nombre des hyparques connus étaient dotés de commandements qui n’avaient pas forcément de définition géographique ; mais il est à noter que de telles subdivisions sont attestées. Deux cas paraissent indubitables, ceux d’Alkimachos et de Philoxénos75 qui ont exercé en Ionie une fonction (plutôt, la conjonction de fonctions) qui doit être comparée à celle de Tamôs et probablement aussi de Strouthas.

  • 76 Sur Rhatanès, cf. Hell. Ox., 16.6. Sekunda 1988a, 181 propose de l’identifier au Rhatinès qui comm (...)
  • 77 De même il est impossible de connaître le statut d’Itaménès, mentionné dans l’épisode d’Asidatès é (...)
  • 78 Des mentions de kômarques dans des inscriptions inédites de Carie mais au plus tôt à l’époque hell (...)
  • 79 Tuplin 1987b.

21Il existait encore d’autres échelons administratifs à un niveau inférieur, donc local, mais nous ne possédons aucune information valable pour la chôra en Asie Mineure. Par conséquent, il est impossible de dire si ces fonctions étaient remplies par des Perses, ou en tout cas des non-autochtones. Ainsi, on ne sait quel était le titre de Rhatanès76, qui défend Gordion au moment de l’expédition d’Agésilas : hyparque pour la Phrygie intérieure, phrourarque, gouverneur local77 ? Nous ne savons rien pour cette même région des kômarques78 – qui devaient nécessairement exister –, étaient-ils désignés par les populations locales, ou du moins parmi elles ou bien s’agissait-il de fonctionnaires surimposés ? Les éléments de comparaison pour le reste de l’Empire ne permettent guère de conclure79.

22De ce qui précède, il ressort que chaque satrapie, chaque région, a sa spécificité. Selon les circonstances, ou les hommes au pouvoir, peuvent cohabiter ou se succéder plusieurs types d’administrateurs de districts. Nous rencontrons bien sûr des Perses ou assimilés (Stagès, Arsakès, Artembarès, Tigrane, Droaphemès...), mais aussi d’autres étrangers, y compris des Grecs (Tamôs, Payawa, Philiskos et déjà Thémistocle), voire des autochtones fidélisés (Zènis et Mania, le Ka[s?]ika genos, Hyssaldomos) surimposés aux rouages politiques existants. Ces critères ethniques n’autorisent nullement à établir des catégories distinctes que ce soit en fonction du statut ou du type d’attributions. S’il fallait marquer des nuances, je les verrais, une fois encore, davantage dans la durée. L’évolution de la satrapie et la taille de certaines d’entre elles amènent l’autorité à déléguer des tâches régionales dans une perspective plus “fonctionnariste”.

3. Les rapports avec les entités préexistantes : les koina

  • 80 Gallet de Santerre 1947-1948, 305 sq. Infra p. 475.

23Nous venons de montrer que le gouvernement perse s’est accommodé de la présence de pouvoirs locaux qui existaient antérieurement à la conquête et qu’il s’est efforcé de les fidéliser. La solution la plus commode consistait à traiter avec les entités constituées à l’échelon des peuples. L’ethnos-dahyu était l’unité de mesure de l’Empire perse. En conséquence, nous pouvons penser que ce sous-ensemble n’a pas seulement une fonction fiscale mais aussi politique. H. Gallet de Santerre80 a autrefois soutenu l’hypothèse qu’Alexandre avait revivifié des koina, sous-entendant que les Perses avaient pour leur part mis à mal ces entités. Il est bien plus probable que, dans ce domaine comme dans tant d’autres, Alexandre a simplement poursuivi la politique de ses prédécesseurs. Examinons successivement les divers cas susceptibles d’être allégués.

3.1. La ligue des Ioniens81

  • 81 Caspari 1915, 173 sq. ; Roebuck, 1955 ; Cassola 1958, 153 sq. ; Fogazza 1973, 157-169 ; Boffo 1983 (...)
  • 82 Hdt. 6.42. Trad. Legrand, CUE

24“Artaphernès... fit venir les députés des cités, et il obligea les Ioniens à conclure entre eux des conventions (συνθήκας) pour régler leur différends par la voie judiciaire (δωσίδικοι εἶεν) et non par enlèvements et rapines réciproques”82. Dans quel autre cadre cela peut-il se comprendre sinon dans celui de l’ethnos et de ses rouages ?

  • 83 Hdt. 1.170.
  • 84 Hommel in Kleiner et al. 1967,91-94.
  • 85 Selon Roebuck 1955, 29, ce choix aurait impliqué de transformer les probouloi du Panionion en un c (...)
  • 86 Hdt. 6.7.

25On doit donc s’interroger sur le rôle des Perses dans l’évolution des institutions des Ioniens, et par là sur la situation au moment de la conquête par Cyrus. Hérodote83 rapporte qu’au moment de la campagne d’Harpage, Bias de Priène, au cours d’une réunion tenue au Panionion84, propose que les Ioniens émigrent en Sardaigne pour fonder une cité panionienne, et à cette occasion rappelle l’opinion exprimée par Thalès de Milet avant la conquête. Pour ce dernier, il convenait que les Ioniens se dotassent d’un conseil (bouleuterion) unique dont le siège serait à Téos, au centre de l’Ionie, les autres cités devenant des dèmes de la nouvelle communauté85. Tout cela paraît indiquer, qu’au moins à la fin de l’époque de la domination lydienne, la ligue avait commencé à fonctionner comme un véritable organe politique et, en ce sens, les Perses auraient seulement rendu plus systématique un élément préexistant. On alléguera aussi Hérodote 1.141 : après la défaite de Crésus les Ioniens et les Éoliens envoient une ambassade à Cyrus pour tenter de traiter aux mêmes conditions qu’avec les Lydiens. Après le refus du Perse, une réunion a lieu au Panionion et l’on décide (à l’exception de Milet) de se défendre. Plus tard, à l’époque de la révolte de l’Ionie86, les choix des navarques est effectué au Panionion.

  • 87 Thc. 3.104 par référence à des événements déliens de 426/425.
  • 88 Diod. 15.49. On ne sait ce que recouvre ce terme vague. Pour Kleiner 1967, 14, il s’agirait de la (...)
  • 89 Tod, 113, infra p. 254 n. 167.
  • 90 Str. 8.7.2 ; cf. aussi 14.1.20.
  • 91 Rappelons qu’Hékatomnos et Mausole tenaient déjà sans doute Milet où ils battent probablement monn (...)

26Il n’y a pas beaucoup de traces de l’activité au ve s. Nous apprenons incidemment par Thucydide87 que les Ioniens organisent des fêtes religieuses à Éphèse. Diodore, pour sa part, indique que neuf cités (douze selon Hérodote) tiennent les Panionia près d’Éphèse à la suite de “guerres”88 qui avaient dévasté la région du Mykalé. Au début du ive s., le satrape d’Ionie, Strouthas, s’appuie sur les Ioniens pour trancher un conflit territorial89 ; on doit en déduire qu’il était en situation de contrôler cette instance. Le passage précité de Diodore nous renseigne sur une démarche des Ioniens visant au renouvellement des traditions. Ils consultent l’oracle de Delphes qui leur indique qu’ils doivent trouver les traces écrites de leurs origines à Héliké en Achaïe. Les gens d’Héliké veulent d’abord empêcher les Ioniens de sacrifier au temple de Poséidon, puis ils commettent un sacrilège sur l’offrande et même la personne des délégués. Diodore n’en dit pas plus dans la mesure où il insiste sur les malheurs qui frappent l’Achaïe et ne s’intéresse pas à l’aspect “ionien” de l’affaire. Strabon90 nous fournit quelques informations complémentaires, tout d’abord quant à la date du séisme provoqué en représailles par l’Ébranleur du sol (373) et aussi l’indication que l’ambassade avait eu lieu l’année précédente. Il souligne les liens affirmés entre Priène et Héliké. Ainsi les pièces du puzzle paraissent se mettre en place91. Priène joue un rôle de premier plan dans la démarche de renouvellement du culte et plus tard dans l’ordonnancement des cérémonies, ce qui implique que l’objectif était de rappeler les principes originels avec comme corollaire le retour au Panionon. Les réunions échappent ainsi à la tutelle d’Éphèse, adversaire de toujours des Hékatomnides, et dans le même temps Mausole entreprend le (ré)aménagement du site de Priène, point stratégique primordial pour qui veut tenir la péninsule du Mykalé.

  • 92 Fogazza 1973, 166.
  • 93 I. Priene, 490.

27Selon G. Fogazza92 c’est au début du ive s. seulement que la ligue aurait été reconstituée au Panonion et elle aurait ensuite été “réactivée” selon un scénario identique sous Alexandre ou l’un des Diadoques93. Pour cet auteur la ligue ionienne est synonyme de recherche de la liberté grecque mais les quelques cas précités (en particulier l’épisode associé au nom de Strouthas, omis par Fogazza) montrent bien que le fonctionnement normal de la ligue se situe à l’intérieur du cadre institutionnel de l’Empire perse.

  • 94 Str. 14.1.3 ; cf. 8.7.2. Momigliano 1934a ; Carlier 1984, 432-435, 440-442 et sp. 450-455 ; Ragone (...)
  • 95 Hommel dans Kleiner et al. 1967,45-63.
  • 96 Carlier 1984.

28Il me semble que c’est dans ce contexte de dispute à propos de la prééminence au sein du koinon qu’il convient d’interpréter le passage de Strabon94 où est mentionnée l’existence d’une famille éphésienne qui revendique le titre de “roi des Ioniens”, en arguant du fait qu’elle est issue du roi Codros. Cette famille a conservé divers privilèges (proédrie, maîtrise des sacrifices pour Déméter Éleusisienne). Au-delà des références, toujours intéressantes, aux origines de la colonisation, Strabon paraît marquer la volonté qu’ont les Éphésiens de rappeler la place prééminente qu’ils prétendent détenir parmi les Ioniens. Une inscription du ive s. datée par P. Hommel95 des années 349-333 a été découverte au cours des fouilles allemandes du Panionion. Son état de conservation n’en permet pas une restitution complète mais il y est question des rois porteurs de sceptre (on pense bien sûr à la scène du conseil dans l’Iliade), du roi et prytane et du roi des Éphésiens. Malgré P. Carlier96, on suivra A. Momigliano lorsqu’il met en parallèle l’existence d’un roi du koinon des Cariens (infra), sans toutefois que cela implique la copie d’un système par l’autre.

3.2. Le koinon des Éoliens

  • 97 Hdt. 1.141 et 149.
  • 98 Les Grecs essaient vainement de se rétablir après leur manque de lucidité dans l’affrontement entr (...)
  • 99 Cf. ce qui est peut-être (restitution d’Engelmann & Merkelbach) un décret conjoint des Ioniens et (...)
  • 100 Hdt. 7.194.
  • 101 Monnaies à légende AIOΛE, Head 1910, 559. infra p. 475 ; cf. Gallet de Santerre 1947-1948, 305 sq. (...)
  • 102 Sur lequel, Ragone 1990, 9 sq.

29Son existence ancienne paraît devoir être déduite de deux passages d’Hérodote97. Dans le premier les Éoliens sont associés aux Ioniens pour la démarche effectuée auprès de Cyrus après la prise de Sardes98. On rapprochera un décret pris par les Ioniens et les Éoliens dans le courant du ive s.99 Faut-il penser à une union organique ou à une démarche commune de circonstance ? Le second extrait, qui voit Smyme être acquise par la ruse à l’Ionie montre que les intérêts des deux communautés pouvaient n’être pas identiques. Vers 480, il y a un hyparque pour l’Éolide100, l’existence de ce koinon est attestée par des monnaies à l’époque hellénistique (entre 300 et 280 ?)101. Hérodote nomme en premier Kymè parmi les douze (puis onze) membres mais son centre politico-religieux est plus probablement le célèbre sanctuaire oraculaire d’Apollon à Gryneion102.

3.3. Le koinon des Cariens103

  • 103 En dernier lieu, et de façon plus détaillée, cf. Les hautes terres de Carie (à paraître) : le chap (...)
  • 104 Hdt. 5.118.
  • 105 Hdt. 1.28.

30Tout comme pour les Ioniens, la première interrogation concerne les origines. Hérodote104 emploie simplement οἱ Κᾶρες. S’agit-il là d’une véritable organisation politique ou d’une réunion de circonstance pour tenter de faire face à l’arrivée des Perses ? Les Cariens avaient été soumis par Crésus105 et on sait que le royaume lydien fonctionnait déjà en un système où les peuples jouaient un rôle important.

  • 106 Momigliano 1934, 429 sq. spécialement p. 431.
  • 107 Magie 1950, 1031 et n. 76.
  • 108 Hornblower 1982, 55 sq. En particulier la n. 33 de la p. 56.

31Autre question, la ligue carienne a-t-elle eu pour modèle le koinon des Ioniens ? Tel est le point de vue de A. Momigliano106. La réfutation de D. Magie107 et S. Hornblower108 repose sur le fait que les deux entités ne peuvent pas être de même nature puisque dans un cas nous sommes en présence d’un groupe de cités et dans l’autre de villages (kômai).

  • 109 Blümel 1990.29-42.
  • 110 A moins d’admettre 1. 7 une restitution du type Καρ]σὶ παρῆσαν ἀπὸ πόλεων.
  • 111 Labraunda, 42.
  • 112 Varinlioğlu et al. 1990, 61.
  • 113 IK, 22.1-Stratonikeia, 501-503. Le no 503 emploie explicitement le terme de polis.
  • 114 Varinlioğlu et al. 1992, 165.
  • 115 Hdt. 7.99.
  • 116 Hdt. 2.178.
  • 117 Syll.3, 45-46 (45 = ML, 32).
  • 118 Même si la consonnance peut être ressentie comme grecque. Parmi beaucoup d’exemples Hdt. 3.4 et 11 (...)
  • 119 On observera que dans l’inscription IK, 28.1-Iasos, 1 (liste des personnes proscrites après un com (...)
  • 120 D’après une suggestion de R. Descat.

32L’information sur le koinon des Cariens s’est enrichie récemment avec la publication de deux inscriptions trouvées à Sekköy109 sur un site antique, étape sur la route qui mène de Kéramos à Mylasa. Il s’agit de deux listes d’envoyés de communautés cariennes, rédigées vraisemblablement pour la même affaire ou en tout cas à très peu de temps d’intervalle. En effet, lorsque les parties conservées se recoupent, les envoyés sont les mêmes avec quelques variantes d’orthographe ou erreurs du lapicide. Bien que cela ne soit pas explicitement indiqué110, on ne voit pas dans quel autre cadre que le koinon des Cariens ces gens pourraient être réunis. L’affaire elle-même est obscure parce que le début de l’inscription manque pour l’une, et est peu lisible pour l’autre. On devine seulement qu’il est question dans la première d’une attribution de terres que l’on délimite. Il y est fait mention des gens de Kindyè, de Zeus Osogollis et des Mylasiens. Tout cela, mieux explicité, serait évidemment intéressant. A la ligne sept la formule ]σι παρῆσαν ἀπὸ πόλεων ouvrant la liste des envoyés est tout à fait notable. Mausole considère donc chacune des entités représentées comme une polis. Soulignons que ce n’est pas une facilité de langage mais bien un concept institutionnel qui est exprimé là. Il serait certes tentant d’opposer deux systèmes idéologiques antagonistes en suspectant la chancellerie de Mausole d’employer un vocabulaire inadéquat pour faire pièce au mépris affiché par les Grecs, convaincus de la “barbarie” des Cariens. Mais, chaque fois qu’on peut le vérifier pour la période immédiatement postérieure, les communautés cariennes mentionnées là sont bien des cités. Examinons quelques cas significatifs. Pladasa est une cité sous le satrapat de Pixodaros111 et encore en 320/319 sous Philippe III112. La situation est semblable pour Koranza113 et encore pour Ouranion114, même si dans ce cas l’hiatus est un peu plus important (inscriptions du iiie s.). Remarquons donc, une fois encore, combien il est trop simpliste d’opposer cité grecque et “ville” autochtone. Les trois entités précitées envoient des représentants dont tous les noms sont cariens : or deux se situent sur la côte (Pladasa, Ouranion), l’autre plus à l’intérieur (Koranza). Par ailleurs, dans la liste de Sekkôy figurent également de vieilles cités grecques comme Halicarnasse et Iasos. Prenons d’abord le cas d’Halicarnasse. Celle-ci, ville portuaire, est indubitablement une cité grecque ; pour Strabon (14.2.16), ses colons venaient entre autres de Trézène. Il n’est pas besoin de rappeler qu’elle est la patrie d’Hérodote qui, de son côté, affirme : “La population sur laquelle (Artémise) régnait... était, je le déclare, toute dorienne ; celle d’Halicarnasse, originaire de Trézène”115. On sait aussi qu’Halicamasse est co-fondatrice de l’Hellenion de Naucratis116. En fonction de l’origine affirmée des colons, il est normal que le dialecte utilisé à Halicarnasse vers le milieu du ve s. soit l’ionien, comme le prouvent deux inscriptions bien connues117. En revanche ces inscriptions montrent que l’onomastique est très composite, aussi bien à Halicarnasse même que dans les villages des alentours. Notons par exemple deux occurrences du nom perse Mégabatès (une fois associé à un patronyme carien, l’autre fois comme patronyme d’un personnage au nom grec). Les noms cariens n’appartiennent pas seulement aux gens modestes ou supposés tels (biens ou personnes gagés du no 46) mais aussi aux principaux magistrats de la cité (mnèmones du no 45). Ce même mélange onomastique (Hérakleidès, Démétrios, Pyladès mais aussi Kondmalos, Pyrkéas, Imbrassis) caractérise encore la délégation de la cité dans l’inscription évoquée plus haut et datée du satrapat de Mausole, donc du ive s. En ce qui concerne Iasos deux des noms qui nous sont parvenus sont indubitablement grecs, mais Phanès est un vieux nom anatolien118 et Ouliadès est la forme grécisée du nom carien Oliatos qui apparaît chez Hérodote119. En définitive une seule de ces délégations porte exclusivement des noms grecs. Malheureusement le nom de la cité n’est pas intégralement conservé. L’éditeur, W. Blümel, pense à Cnide. Nous préférons restituer Mynd]os120. Observons, enfin, que même à l’intérieur du pays l’acculturation hellénique commence à faire sentir ses effets : dans plusieurs cas, le représentant a un nom grec mais son patronyme est carien.

  • 121 La liste intégrait quasi certainement Chalkètor : on pensera à l’inscription IK, 35-Mylasa, 911 : (...)
  • 122 Aussi dans le domaine de la circulation monétaire, cf. Konuk 1998b, 223.

33Comme nous l’avons déjà noté, les deux listes sont incomplètes. Elles se recoupent seulement pour deux délégations (Caunos et Pladasa). Au total ce sont vingt-et-un noms de cités complets ou partiels qui nous sont transmis, trois délégations au moins, en l’état des pierres, restent anonymes121. La cartographie des sites connus amène quelques réflexions ou interrogations. Si nous avons bien là une liste de membres du koinon carien la répartition géographique est intéressante. A l’exception de Caunos, dont la présence ne doit pas nous étonner tant ses liens avec les Hékatomnides apparaissent à la fois profonds et anciens122, tous les autres centres se situent en Carie occidentale et centrale, en ne dépassant pas le Marsyas et le fond du golfe Céramique. De plus il n’y a guère d’absences notables (Alinda et surtout Mylasa, mais le cas de cette dernière est peut-être lié à l’affaire qui motive la réunion et où elle est partie prenante), lesquelles pourraient s’expliquer ponctuellement par l’état du texte. En revanche, rien pour la vallée de l’Harpasos ou au-delà vers l’est, mais premièrement dans cette région le statut de polis semble être apparu un peu plus tard et en second lieu on ne sait pas quelle était la limite orientale de la satrapie de Mausole.

  • 123 Nous disposons de deux inscriptions : IK, 34-Mylasa, 4 et 8, l’une trouvée à Mylasa, l’autre copié (...)
  • 124 Labraunda, 67.
  • 125 Des hypothèses similaires pour les Lyciens, Magie 1950, 525 ; Moretti 1962, 208-209.

34Autre intérêt des listes de Sekköy, elles attirent l’attention sur une série de documents similaires provenant de Mylasa123 et de Labraunda124. La multiplication de listes en des endroits différents suggère plusieurs hypothèses : soit un affichage dans toutes les cités concernées, mais alors il est un peu étonnant qu’il n’y ait pas d’avantage d’inscriptions connues, soit que les lieux de réunion du koinon aient pu varier125, éventuellement en fonction de la nature de l’affaire évoquée. Chaque délégation est composée de presbeis (IK, 34-Mylasa, 8) accompagnés d’un kèrux (Labraunda, Sekköy). Seules les inscriptions de Sekkôy permettent de constater que toutes les communautés ne délèguent pas le même nombre de représentants. Dans les parties conservées on peut voir que la plupart des cités envoient deux ou trois presbeis en plus du kèrux. Les Ouraniètai n’ont qu’un presbeus, les Pladasiètai et les Cauniens en ont en revanche quatre. Nous ne savons rien des critères qui président à ces différences, mais comme nous le verrons plus loin, l’hypothèse la plus “économique” est de penser qu’une hiérarchie était établie selon l’importance des cités.

  • 126 Labraunda, 5.
  • 127 IK, 35-Mylasa, 828,1. 12 ; cf. Robert 1937, 54 et n. 2 ; Hornblower 1982, 55 n. 28 (cf. p. 60) pro (...)
  • 128 Le fait que tel auteur grec leur attribue le qualificatif de roi n’est pas une preuve décisive de (...)
  • 129 Ainsi dans l’inscription de Sekköy, comme dans le fragment de Tralles, IK, 34-Mylasa, 4.

35Malgré l’apparition ultérieure de l’ethnos des Chrysaoriens, le koinon des Cariens ne disparaît pas pour autant. Ici comme ailleurs (on pense par exemple à l’évolution institutionnelle d’Athènes à la fin du vie s.), on ne supprime pas les institutions anciennes qui, même vidées de leur contenu politique, n’en continuent pas moins à jouer un rôle religieux. Deux documents confirment ce point. Ces deux entités sont probablement mentionnées de façon simultanée dans une inscription de Labraunda126 datant du iiie s. avant notre ère, et dans une inscription de Mylasa du iie s. figure un ἱερεὺς καὶ βασιλεὺς τοῦ κοινοῦ τοῦ Καρ[ῶν]127. L’inscription est évidemment tardive mais il ne serait pas étonnant que, dès l’origine, le “roi” des Cariens en ait été en même temps le prêtre, que les Hékatomnides se soient arrogés ou non ce titre128. Les affaires traitées qui nous sont connues relèvent manifestement du religieux129.

36Par conséquent, à partir de données culturelles différentes, mais dans une zone où les contacts entre communautés sont étroits, le pouvoir perse a pu être tenté de trouver des interlocuteurs à une échelle suffisamment large, celle des peuples, d’où une tendance à l’harmonisation des systèmes de gouvernement régionaux, sans pour autant qu’il soit nécessaire de présupposer un “modèle” ionien.

3.4. Le koinon des Lyciens

  • 130 Keen 1998, 53-56.
  • 131 Cité par Étienne de Byzance.
  • 132 Ps.-Skylax 100. Doutes de Whitehead 1994, contra Flensted-Jensen & Hansen 1996. 152 sq.
  • 133 Ménandre, Bouclier, 30-32.
  • 134 Arrien, An., 1.24.4.

37De la même façon que pour la Carie, les auteurs grecs nous donnent une image ambiguë de la Lycie en ce qui concerne la présence de la polis130. Certains comme Hécatée131, le Ps.-Skylax qualifient de poleis plusieurs villes lyciennes, mais chez le second auteur au moins on sait les débats suscités par le sens institutionnel qu’il conviendrait ou non d’accorder à ce terme132. En revanche un célèbre passage de Ménandre133 parle des kômai lyciennes. Arrien pour sa part emploie soit le terme de polis soit celui plus vague de polisma134. Mais tout comme les agglomérations cariennes du ive s. les Xanthiens, et d’autres, ont eu manifestement le sentiment de constituer une polis (N 320).

  • 135 Str. 14.3.3 et les monnaies, Troxell 1982.
  • 136 Sur cette ligue, cf. Larsen 1956, 161-162 ; 166-7 ; 1957, 5-25 (la considère comme tardive) ; 1968 (...)
  • 137 Jones 1937, 96.
  • 138 A noter que Phasélis et Telmessos qui paient séparément ne font pas partie de la Lycie.
  • 139 Bryce 1983,31-42.
  • 140 Cf. cependant les doutes de Tuplin 1987b, 111, n. 13.
  • 141 Keen 1998,44-45.

38L’existence d’un koinon des Lyciens est évidemment bien attestée à l’époque hellénistique et au-delà, en particulier par le texte de Strabon135 basé sur Artémidore d’Éphèse, ce qui nous situe aux alentours de 100 avant notre ère. Beaucoup de commentateurs admettent qu’il a été fondé à l’époque des Lagides136. Il est cependant légitime de penser qu’aux temps des Achéménides, l’ethnos lycien constituait un des échelons de gouvernement de l’Empire. Selon A. H. M. Jones137 son existence se déduit de la mention des Λύκιοι καὶ συντελες138 dans les listes attiques du tribut. T. Bryce139 reprend l’idée d’une fédération autour de Xanthos140. La position de Keen141 est plus ambiguë mais son scepticisme repose sur le postulat suivant : “A genuinly federal state in the Near East at this early stage seems highly unlikely”, qui paraît peu probant en lui-même.

  • 142 Diod. 16.41.1.
  • 143 Gallet de Santerre 1947-8, 302-306.

39Pour ce qui est des autres ethnè, l’absence d’information est uniquement un problème de sources. Pour les Phéniciens, Diodore142 nous apprend qu’ils tenaient leurs assemblées communes à Tyr. Par ailleurs, l’intérêt manifesté pour ce type d’organisation par Alexandre143 ne fait que conforter l’idée que le Macédonien a, là encore, récupéré une pratique perse.

4. Domaines concédés, dôreai

  • 144 Infra n. 255-256.
  • 145 Sekunda 1985, 7-29 ; cf. aussi 1991, 83-87 (pour la réaffirmation de sa thèse générale) ; un point (...)
  • 146 Sekunda 1988a, 175-196 (cf. sp. 184 sq.) ; 1991,83 ; déjà Widengren 1956, 118-119.
  • 147 Xén., Hell, 4.1.17.
  • 148 Xén., Cyr :, 1.2.15.

40La présence perse ne se limite pas à quelques gouverneurs ou administrateurs. Dans un certain nombre de régions, elle paraît assez dense et il faut tenter d’en préciser la nature. Depuis les travaux de L. Robert144, on admet volontiers que la colonisation perse a joué un rôle important en Asie Mineure occidentale. On croit pouvoir en retrouver la trace dans l’onomastique, la toponymie, la survie des cultes iraniens. Les principales zones concernées, ou supposées l’être, sont la Lydie du nord-est, la Mysie pergaménienne, la région de Daskyleion, celle de Kélainai-Kolossai. Cette conception des choses a été récemment remise en question par N. V. Sekunda145, qui propose comme alternative une vision “féodaliste” de la présence perse avec ses “dukes” et ses “knights”146. Il prend comme exemple la satrapie de Daskyleion, où il relève la présence de trois familles de premier plan (Pharnakides, Ariobarzanides qu’il distingue des précédents, Spithridatides) et d’autres nobles parmi lesquels il range les deux cents cavaliers qui accompagnent les revirements de Spithridatès et aussi les six cents cavaliers de Pharnabaze147 qui seraient quelques un des homotimoi que N. V. Sekunda reconnaît dans les cent vingt mille cavaliers “perses” de la Cyropédie148.

4.1. La noblesse perse

  • 149 Sekunda 1985, 13-14 ; cf. aussi 1988a, 188-190.
  • 150 Xén., An., 7.8.8-22 ; voir Tuplin 1987a, 213.
  • 151 Sur les pyrgoi de Téos, tenus par les aristocrates locaux, cf. infra. Sur les termes désignant les (...)
  • 152 Sur les tyrseis de la vallée du Méandre, Xén., Hell., 3.2.14 sq.
  • 153 Masqueray (CUF) traduit προμαϰεῶνας ἔϰουσα par “munie de créneaux”. Le terme employé par Énée 33.3 (...)
  • 154 Radt 1970, cf. e.g. pl. 4 et 7.
  • 155 Quelques points de comparaison dans la documentation épigraphique, l’aulè de Sardis, 7.1.1 ; la ba (...)
  • 156 Briant 1982, 103 sq. ; Debord 1982. 250.
  • 157 Cf. Tuplin 1987a, 198. Il paraît difficile de confondre ce personnage avec Itamanès qui intervient (...)
  • 158 Robert 1976, 667 à propos d’une inscription publiée par Wörrle 1975, 59-87.

41Comme il arrive souvent, les critiques de N. V. Sekunda ont rendu moins assurées les constructions de ses devanciers sans pour autant que le système qu’il propose soit pleinement convaincant. Il relève à juste titre que si l’on inclut l’archéologie (en particulier les tombeaux)149 les témoignages concernant la noblesse perse sont relativement abondants et il met en avant l’exemple d’Asidatès150. Ce dernier exploite un riche domaine qui porte un pyrgos151 doté d’une tursis152 “élevée”, grande, munie de créneaux153. Les découvertes de W. Radt dans la péninsule de Myndos154 permettent de se faire une idée assez précise de ce type d’édifice assimilable à une ferme fortifiée155. Asidatès a avec lui sa famille et, apparemment, un certain nombre d’hommes. Les “esclaves” qui exploitent le domaine sont nombreux : du récit de Xénophon, il ressort qu’ils sont beaucoup plus de deux cents. Il faut évidemment rapprocher cela des oikètai et des laoi de l’inscription de Mnésimachos156. A l’intérieur de la maison de maître sont entreposées de grandes richesses, réelles ou supposées, qui suscitent la convoitise de ses voisins habituels. Il est, en effet, fort intéressant de relever l’attitude d’Hellas, la femme de Gongylos. Autant il est évident que l’on doit faire d’Asidatès l’un de ces nobles perses apanagés – un “knight” si l’on veut – autant la situation d’Itaménès paraît plus discutable. N. V. Sekunda en fait un “duke”, mais Xénophon n’est guère explicite : il est seulement question de la troupe qu’Itaménès conduit (τὴν έαυτοῦ δύναμιν). Faut-il penser qu’après ce membre de phrase intervient une ponctuation forte, dans ce cas les autres forces qui arrivent s’ajoutent aux siennes – et Itaménès n’est alors rien de plus qu’un autre “knight” – ou bien ce qui suit est la description de ceux qu’il amène avec lui, mais alors il s’agit de troupes royales et Itaménès doit être perçu comme un officier au service du Roi (hyparque, phrourarque ?)157. Les grands domaines devaient être relativement importants, à la fois quantitativement et qualitativement, mais les témoignages sont rares et peu explicites. L. Robert158 émet l’hypothèse que Banabélos intendant d’un domaine des alentours de Laodicée-du-Lykos (en Phrygie) pourrait descendre d’une famille sémitique qui gérait traditionnellement la propriété au nom de maîtres perses.

  • 159 Xén„ Cyr, 3.6.5.
  • 160 Xén„ Hell., 3.4.10 ; cf. supra p. 45 et infra p. 244 ; Tuplin 1987b, 117.
  • 161 Diod. 17.20.2 ; 21.1.
  • 162 Cf. l’interprétation que l’on peut faire en ce sens de Cyr., 8.6.
  • 163 Cf. e.g. Sordi 1958, 324.
  • 164 A la lecture du passage précité de Xénophon (Hell., 3.4.10), il paraît bien peu probable que, comm (...)
  • 165 Cf. Kahrstedt 1932a, 964 sq. ; 1932b, 652 sq. ; Mc Coy 1989, 422 sq.
  • 166 En Troade (Démosthène, C. Aristocr., 154 ; Ps.-Arist., Éc., 2.1351b) mais cf. infra p. 435.
  • 167 Infra p. 434.
  • 168 Des exemples de paradis royaux : Arrien, An., 6.29.4 ; Diod. 16.41.5 ; Quinte Curce 7.2.22 ; des v (...)
  • 169 Diod. 17.19.4 : τούς ἰδίους ἱππεῖς (à comparer avec Itaménès, ci dessus p. 184).
  • 170 Weiskopf 1982, émet des doutes sur l’interprétation traditionnelle selon laquelle Arsaménès est à (...)

42A côté de l’hyparchie perçue comme un ressort administratif, subsiste une forme plus archaïque de contrôle local ou régional. Un certain nombre de nobles perses sont apanagés avec possibilité de transmission héréditaire159. En contrepartie, ils doivent fournir des contingents, en particulier de cavalerie, à l’armée perse. Un cas exemplaire, celui de Spithridatès160 noble perse établi en Phrygie hellespontique qui, ayant subi un affront, passe du côté des Lacédémoniens avec enfants, biens et environ deux cents cavaliers. Cet épisode peut sans doute recevoir un meilleur éclairage si on rappelle que le satrape homonyme (un descendant ?) combat au Granique avec quarante de ses syngeneis161. Les contingents que chacun de ces nobles doit amener à l’armée royale sont proportionnés au rang qu’ils ont dans la hiérarchie impériale162. Cette organisation n’est sans doute guère différente de celle qui est connue pour la Macédoine ou la Thessalie : armées privées comprenant à la fois parents et dépendants163. Dans le cas de Spithridatès cela suppose un très vaste domaine dont l’essentiel devait se trouver non loin de Cyzique, sans pour autant qu’il ait contrôlé la cité164. Ces dispositions valent pour tous ceux qui reçoivent des domaines, qu’ils les tiennent du Roi ou des satrapes. C’est le cas de Mentor et Memnon165 qui doivent leur premier domaine à Artabaze166 alors que le second est donné par le Roi167 (ce dernier possède ou acquiert par confiscation de vastes domaines, paradeisoi, villages168 qu’il peut redistribuer). Les deux frères sont des Grecs, des Rhodiens, mais ils se comportent, et sont traités, comme des nobles perses. Memnon amène au Granique sa propre force de cavalerie169, comme le fait aussi Arsaménès170.

43Après la conquête macédonienne, l’intégration des familles nobles perses paraît, dans de nombreux cas, s’effectuer sans à-coup. Leurs membres sont assimilés au meilleur niveau par les cités voisines qui y trouvent intérêt par l’entrée de vastes domaines dans leur chôra. On relèvera deux exemples significatifs :

  • Une inscription trouvée à Chios (mais provenant d’ailleurs) est un décret d’une Apollonia pour un certain Mardonios (au tout début du iiie s. ?) proclamé évergète et citoyen pour services rendus sous les tyrans et lors du synroecisme de la tétrapole. L. Robert171 penche, après Moretti172, pour Apollonia du Méandre. Mais nous sommes là bien loin de la côte. Ne pourrait-on penser à cette Apollonia du Caïque mentionnée par Xénophon173 ? Nous n’avons pas de traces à l’époque hellénistique parce que, sans doute, elle a, été absorbée par Pergame, mais sa situation générale se prêterait bien à l’existence de propriétaires perses à proximité. Il ne faut pas confondre cette cité avec Apollonis, fondation pergaménienne. On sait qu’au ive s. toute la région était entre les mains de “tyrans”. P. Briant174 souligne que c’est le satrape lui-même qui est à l’origine de cette décision, peut-être à l’occasion d’un arbitrage.
  • A Amyzon175, Bagadatès fils d’Ariaramnès reçoit non seulement la citoyenneté mais encore il devient néocore d’Artémis. V. Sekunda176 s’interroge sur les origines et les connexions de cette famille. Il fait observer la parenté des noms Bagadatès et Gadatas177. Le père de Bagadatès a également un nom perse bien attesté : Ariaramnès ; un descendant homonyme détient encore la néocorie sous Antiochos III178. Il n’y a pas de preuve que l’homonymie avec le satrape de Cappadoce indique un quelconque lien familial. Il est en revanche particulièrement intéressant de noter la dédicace érigée à Labraunda en façade de l’un des principaux monuments du sanctuaire pour un Ariaramnès fils de Mausole179. Là encore il n’est pas établi (bien qu’il ne faille pas exclure cette hypothèse) que ce personnage soit le fils du satrape ni qu’existe une quelconque corrélation avec la famille d’Amyzon. Il s’agit cependant à coup sûr de quelqu’un d’important, produit probable (à cette génération ou antérieurement) d’une union matrimoniale entre familles aristocratiques perses et autochtones.

4.2. Dynastes autochtones

44L’une des particularités qui pourrait être mise en exergue est que, dans nombre de cas, ces derniers détiennent leurs biens en tant que possessions patrimoniales ; mais cette différence tend à s’estomper lorsque le temps passe et certaines familles perses font souche localement (sans parler de la possibilité d’alliances matrimoniales). Il est cependant évident que la confirmation du bien, son éventuelle évolution (augmentation ou amputation), est fonction de la fidélité affichée envers l’autorité centrale.

45Il y a aussi un problème de sources. Ces notables locaux étaient innombrables mais l’information les concernant nous est fournie, pour l’essentiel, par des sources grecques, directes ou indirectes, sauf dans le cas de la Lycie où la documentation, même si elle n’est encore que partiellement exploitable, est très abondante et diversifiée. Comme nous l’avons observé plus haut, il n’y a aucun paradoxe à prendre l’aristocratie lycienne pour exemple des rapports qu’entretiennent des élites locales avec le pouvoir et plus généralement la civilisation perse.

  • 180 Cf. par exemple Keen 1998, 182-192.
  • 181 Mellink 1979 ; cf. aussi Zahle 1991 pour qui l’influence perse est particulièrement nette vers 480 (...)

46Les monuments funéraires sont la source principale de notre information180. Deux tombes de Lycie du nord vont nous permettre de mettre en place notre problématique. La première à Kizilbel près d’Elmah, datant du dernier quart du vie s., témoigne d’influences ioniennes à la fois par les thèmes et leur traitement même si les empreintes orientales (phrygiennes ?) ne sont pas absentes. Quelque cinquante ans plus tard, la tombe de Karaburun atteste que bien des évolutions se sont produites. Certes la technique graphique est grecque (cette fois plus attique qu’ionienne) mais elle est au service d’une idéologie déjà profondément iranisée181. Les serviteurs du dynaste défunt ont un costume perse. La scène de combat illustre une victoire sur les Grecs et celle du voyage (dans un contexte évidemment funéraire) invite à des comparaisons avec les reliefs “gréco-perses” de Daskyleion. Cette vie noble est donc conçue sur un modèle perse.

  • 182 Demargne 1958 ; Demargne & Laroche 1974.
  • 183 Cf. le Monuments des Harpies vers 480.
  • 184 Cf. la reconstitution isométrique très expressive de Wurster 1993, 27, fig. 24-25.
  • 185 Deltour-Levie 1982, 205 en dénombre quarante.

47Les monuments funéraires de Xanthos182 fournissent également de précieux jalons pour interpréter les évolutions des aspirations de l’aristocratie lycienne. Les piliers semblent être le fruit d’une élaboration locale au ve s. Les influences et les artistes peuvent être grecs avec des origines très diverses183, mais ils sont au service d’une idéologie étrangère et travaillent à la gloire de dynastes avec des emprunts au bestiaire sacré oriental, telles les sphynges psychopompes, les représentations évoquent aussi la famille de ces derniers. Le choix de l’emplacement de ces tombes n’est nullement fortuit. C’est évident sur l’acropole de Xanthos mais aussi par exemple à Sura184. Leur nombre, relativement restreint, indique bien qu’ils sont réservés à des potentats locaux185.

  • 186 Infra p. 314 n. 85.

48Au ive s. les sarcophages deviennent plus importants. Celui de Payawa (daté de 370-360186) reflète la vie noble des princes lyciens et de leurs officiers : le dynaste vainqueur qui siège au banquet, rend audience sur son trône (soumission de ses ennemis, délégation de ses sujets). On pourrait retrouver ces scènes en Iran et dans tous les centres où s’exerce la domination perse.

49Au fur et à mesure que l’on avance dans le ive s. on constate un approfondissement de l’hellénisation, à la fois par la technique mais surtout par le choix des thèmes qui sont empruntés à la vie civique (palestre, agora, religion) même si subsistent des “îlots de résistance” proprement lyciens. Ainsi la chasse à la Chimère qui appartient à la geste locale de Bellérophon.

  • 187 Wurster 1993, 7-30 mais cf. contra Zimmermann 1992, 16-19.
  • 188 Heubeck 1979, 247-259 ; en dernier lieu liste des occurrences Keen 1998, 46-48.
  • 189 Ce terme est également employé pour une divinité dans la Trilingue de Xanthos. Cela ne doit évidem (...)
  • 190 Ensemble des textes réunis et traduits par Bousquet 1992.
  • 191 TL, 44 (Bousquet 1975, 139 = SEG, 42, 1992, 1245).
  • 192 Supra p. 99.
  • 193 Cf. dans un sens similaire Savalli 1988, 111, qui compare la Lycie aux royaumes homériques, rappro (...)
  • 194 Frei 1990b. 8-9.
  • 195 Sekunda 1988a ; 1991 ; supra p. 183.
  • 196 Cf. Mørkholm 1964 ; Zahle 1989.
  • 197 Zahle 1989.
  • 198 Herrenschmitt 1985, même si son point de vue est trop tranché.
  • 199 Monnaies de Kherẽi, Ddenevele, Arttumpara ; sarcophage de Payawa.
  • 200 Cf. Arbinas et Périklès.
  • 201 Bousquet 1975 ; 1992.
  • 202 Cf. e.g. Robert 1978a.

50L’environnement archéologique, en d’autres termes l’insertion de leur palais fortifié dans l’agglomération qu’ils dominent, est bien mis en lumière par W. Wurster187 : citons les exemples de Pinara, Tlos, Phellos, Limyra, etc. Il avait été observé depuis longtemps que Tlos était aménagée sur un véritable “nid d’aigle”. La nature du pouvoir des princes lyciens a été diversement interprétée. En lycien la formule ẽnẽ X (nom du dynaste) khῆtawata188 qualifie un certain nombre d’entre eux mais pas tous (en l’état de nos connaissances par exemple Kherẽi, Arppakkhu, etc. mais pas Kheriga). À noter que le même formulaire est employé aussi pour le satrape, en l’occurrence Autophradatès (TL, 61)189. Il est intéressant de signaler que c’est le verbe τυραννέω qui est employé par Symmachos de Pellana pour définir la nature du gouvernement d’Arbinas190. Telle était donc la perception que pouvait avoir ce Grec de l’exercice du pouvoir par les dynastes. Ils disposent – au moins pour ceux du premier rang – d’une basileia, comme c’est le cas d’Arbinas qui en a “donné une part aux membres de sa syngeneia”191. J. Bousquet traduit basileia par “domaine royal” et plus loin indique qu’il a partagé son royaume entre ses syngeneis. Par comparaison avec Ariobarzane de Kios192, nous préférerions une traduction plus vague du type “domaine princier”, “domaine dynastique”193, dans la mesure où il serait pour le moins imprudent d’évacuer l’idée du pouvoir du Roi ou du satrape, même si la région, ou tel dynaste a pu profiter des circonstances pour s’émanciper de fait à un moment de l’histoire mouvementée de la Lycie. Prenant appui sur ce document auquel il donne une valeur normative et sur le constat qu’il paraît y avoir une hiérarchie entre les dynastes, P. Frei194 décrit ce système comme de nature féodale. Nous avons vu plus haut que cette approche avait été revivifiée récemment pour l’aristocratie perse195. Ce point de vue est à la fois séduisant, indémontrable à ce jour, et sans doute force-t-il les choses si l’on veut établir un parallèle trop strict avec les données du Moyen Age occidental. Autre caractéristique fort surprenante : le nombre de ceux qui frappent monnaie. Certains d’entre eux ne sont même connus que par ce moyen196. Notable également la quantité et l’importance des trésors monétaires découverts en Lycie ainsi que l’abondance des monnaies lyciennes dans d’autres trésors197. J. Zahle tire argument des trésors dits “Decadrachm hoard” et de Podalia pour émettre l’hypothèse que le métal était fourni, en partie au moins, par le pouvoir perse à des tins militaires ou administratives. Education198, costume199 mode de gouvernement sont sans aucun doute perses. La culture200, les techniques artistiques, la pratique monétaire et bien d’autres aspects sont influencés par la Grèce (proche ou lointaine) mais il ne faut pas, bien entendu, s’enfermer dans un manichéisme simpliste. Ces dynastes sont lyciens et c’est d’abord sur cela qu’est assis leur pouvoir héréditaire. Dans le domaine politique, ils jouent au mieux de leurs intérêts des événements généraux qui dépassent le cadre de la Lycie. J. Bousquet201 s’est essayé à reconstituer l’“histoire” de l’un d’entre eux, Arbinas, à partir des éléments fournis par les monnaies et les inscriptions. Force est de constater que cette esquisse reste fragile202. Nous avons souvent comparé le genos de Kheriga à la famille de Zènis de Dardanos, mais il nous manque ici un Xénophon pour donner une véritable épaisseur historique à un dossier pourtant déjà bien fourni.

4.3. Les Grecs dotés d’un apanage203

  • 203 Il ne faut sans doute pas mélanger tous les apanages comme le fait Sainte-Croix 1972, 37 sq. L’ens (...)

51Il existe d’assez nombreux témoignages relatifs à des dons en faveur de Grecs. Les raisons, lorsqu’elles sont connues, sont diverses :

  • Simplement la faveur du Roi qui donne sept villes à Pytharchos de Cyzique204.
  • La qualité du récipiendaire : Métiochos est le fils aîné de Miltiade. Capturé par les Phéniciens, il est remis à Darius. Contre toute attente, celui-ci lui donne une maison, une terre et une femme perse, avec laquelle il a des enfants admis au rang de Perses205.
  • Les alliances matrimoniales : le fils d’un Perse (Boubarès) et d’une Macédonienne (Gygaiè, elle-même fille d’Amyntas) porte le nom d’Amyntas, il est doté par le Roi des revenus de la grande ville phrygienne d’Alabastra (?)206. Dans ce cas il s’agit donc d’un “perso-grec”, comme les enfants de Métiochos.
  • Un service signalé : Phylakos de Samos participe efficacement à la bataille de Salamine et se voit attribuer un grand domaine en récompense207. On pense encore à Lykon208 qui reçoit villes et terres pour prix de son abandon du camp de Pissouthnès, ou aux cas précités de Mentor et Memnon.
  • Il convient de traiter à part la donation des revenus de Gryneion à Alcibiade par Pharnabaze209 dont la mention paraît résulter d’une erreur de Cornelius Nepos, ou d’une invention malveillante de sa source par référence à Thémistocle.
  • 210 Cf. le commentaire de Robert & Robert 1983, 116 et n. 154 (à propos de l’épisode d’Asidatès dans l (...)
  • 211 Hdt. 6.70.
  • 212 Plut., Them., 29.8.
  • 213 Xén., An., 2.1.3.
  • 214 Thc. 1.128.6 ; Diod. 11.44.3.
  • 215 Xén., Hell., 3.1.6.
  • 216 Xén., An., 7.8.8.
  • 217 Xén., Hell., loc. cit.
  • 218 Meritt et al. 1950, 200-202.
  • 219 Descat 1991, 37 à partir d’Isoerate, Panég., 120.
  • 220 Syll.3, 381 ; cf. Dürrbach, Choix, 21-23.
  • 221 Selon Babelon 1910, 92 ; après Six 1890, 192 n. 27.
  • 222 Cf. carte 5 p. 237.

52Quelques autres cas sont mieux connus tels ceux des Gongylides ou des Démaratides, et ce n’est pas à un type de concession différent qu’appartient la dôrea de Thémistocle. Du point de vue du pouvoir central il n’y a qu’un seul mode de rapports possible : les cités sont sujettes tout comme l’est la chôra. On aurait donc tort d’isoler ces dynastes grecs de leurs homologues, “autochtones” ou “perses”, auxquels sont attribuées villes ou cités. Ces Grecs, du moins ceux qui sont installés anciennement comme c’est le cas des familles mentionnées ci-dessus, se comportent exactement de la même façon que les autres dynastes. Ils agissent selon leur propre intérêt mais globalement sont fidèles au Roi à qui ils doivent leur position. C’est par conséquent établir une distinction arbitraire que de les opposer aux nobles locaux ou iraniens210 en une vision trop hellénocentriste, dont nous avons souligné au début de ce chapitre les persistances jusqu’à aujourd’hui et qui aboutit à des lectures à contresens d’un certain nombre de textes comme on peut le démontrer pour les Démaratides et les Gongylides. Exilé de Sparte, le roi Démarate se réfugie auprès du Grand Roi en 491. Il reçoit de ce dernier les villes de Teuthrania et d’Halisarna211 et fonde une dynastie qui dure jusqu’à la fin de l’Empire perse. Il est lui-même encore vivant lorsque Thémistocle passe aux Perses212. Nous retrouvons la trace de ses descendants à l’époque de la rébellion de Cyrus, en effet Proklès, maître de Teuthrania, l’accompagne dans son anabase213. On peut penser qu’il fait ensuite rapidement sa soumission à Artaxerxès puisqu’il est encore en possession de cette cité et d’Halisarna en 399 au moment du retour de Xénophon avec le reste des Dix-Mille, et que cela n’a pu se faire qu’avec l’assentiment du nouveau maître de l’Asie Mineure occidentale, Tissapherne. Le destin des Gongylides est parallèle à celui des Démaratides. Gongylos d’Érétrie est l’homme de confiance de Pausanias à Byzance214. S’étant réfugié auprès du Roi, il reçoit Gambreion, Palaigambreion, Myrina, Gryneion215. Sa femme (ou plus exactement sa veuve) paraît dominer Pergame216 alors que ses deux fils (Gongylos II et Gorgion) se sont partagés l’héritage paternel217. C’est probablement à tort que les éditeurs des ATL218 s’interrogent sur la continuité de la possession de Myrina et de Gryneion par Gongylos en observant que les deux cités ont payé le phoros à la Ligue de Délos, car on se demandera si à certains moments il n’est pas envisageable qu’un double phoros ait pu être acquitté à Athènes et aux Perses219. Nous retrouverons bientôt des manifestations de cette attitude ambiguë. Il est très probable que les deux familles ont entretenu des liens étroits qui se traduisent par des unions matrimoniales : une inscription de Délos220 concerne un Démarate, fils de Gorgion et ami de Lysimaque. Même chose peut-être avec Thémistocle, dont Hellas, femme de Gongylos, pourrait être la fille221. Leurs domaines sont très imbriqués222.

  • 223 Par exemple Hansen 1947, 9 ; déjà Fritze 1906, 48 n. 1, l’attribuait aux Gongylides.
  • 224 Babelon 1910, 80 ; Lewis 1977, 54, accepte trop rapidement les points de vue de Babelon (histoire, (...)
  • 225 Xén., An., 7.8.8 et 8.17.
  • 226 Infra p. 239.

53Xénophon jette un éclairage intéressant, mais qui paraît avoir été souvent interprété fautivement, sur la situation de ces familles au tournant du ve et du ive s. Ecartons d’emblée, comme l’ont fait nombre de nos devanciers223, l’hypothèse ruineuse d’E. Babelon224 selon laquelle Pergame aurait été tenue par les Démaratides puisqu’il ressort de An., 7.8.8 que cette cité est dominée par Hellas, femme de Gongylos ier et mère de Gongylos IL Elle réside là et c’est elle qui suggère à Xénophon l’action contre Asidatès. Son attitude est donc résolument favorable aux entreprises des Grecs. Un peu plus tard, elle déconseille à ses fils de se mêler aux opérations et cela n’est logique225 que si ces derniers sont tentés de se ranger du côté d’Asidatès, bien tardivement d’ailleurs, en fait lorsque l’affaire paraît tourner au désavantage de Xénophon226.

  • 227 Xén., Hell., 3.1.6-7 : καὶ πόλεις Πέργαμον μὲν έκοῦσαν προσέλαβε καὶ Τευθρανίαν καὶ Ἁλίσαρναν, ὧν (...)

54La conquête de la région par Thibron fournit l’occasion à Xénophon de dresser un tableau des attitudes des différentes communautés de la région : “Il se rendit maître des cités de Pergame, celle-ci de son plein gré, et de Teuthrania et d’Halisarna que tenaient Eurysthénès et Proklès... se soumirent aussi Gorgion et Gongylos... maîtres de Gambrion et de Palaigambrion pour l’un, de Myrina et Gryneion pour l’autre. Il y eut aussi celles qui étaient sans défense et que Thibron prit de force. Quant à Larisa dite l’égyptienne... il en entreprit le siège.”227.

55Il faut lire le texte comme progressant crescendo en quatre paliers et l’ordre retenu n’est évidemment pas du tout indifférent :

  1. Pergame accueille Thibron de son plein gré (et cela est cohérent avec l’attitude antérieure d’Hellas).
  2. Les possessions des Gongylides et des Démaratides se soumettent mais apparemment après qu’une négociation ait eu lieu (à noter que la construction de la phrase isole les Gongylides et Pergame, au point d’amener E. Babelon à l’erreur signalée plus haut).
  3. Les cités mal défendues sont emportées d’assaut.
  4. Larisa l’égyptienne228, bien fortifiée et tenue par une garnison, résiste aux tentatives de Thibron, ce qui provoque le rappel de ce dernier.
  • 229 Tuplin 1993, 49, soutient que les dynastes grecs apportent une “voluntary adhesion” à Thibron. On (...)
  • 230 Sextus Empiricus 1.25S.

56En fait la seule cité à avoir opté d’enthousiasme pour Thibron est Pergame229. Nous sommes mal renseignés sur la situation postérieure. Les Perses rétablissent leurs positions anciennes et le plus plausible est que les deux dynasties ont pu à nouveau restaurer, au prix d’un de ces revirements dont elles étaient familières, leur pouvoir ancestral. Les deux familles paraissent en effet avoir survécu à la tourmente comme le montre l’inscription de Délos précitée et mieux encore un passage de Sextus Empiricus230 qui nous informe que le tyran d’Atarnée, Hermias, fait épouser l’une de ses parentes (et fille d’Aristote) par un certain Proklès. Ce type d’union ne s’explique guère que dans le cadre d’une politique d’alliances entre familles de dynastes voisins.

  • 231 Traité, II, col. 85 sq.
  • 232 Cf. Bodenstedt 1976, pl. 1 no 9 et supra p. 64 (Pl. II, 3).
  • 233 Bodenstedt 1976, pl. 1 no 11 et 12 ; SNG von Aulock 1347 (Pl. II, 4) ; Babelon, pl. 88. 8 (PI. II, (...)
  • 234 Six 1890, 194 ; 1894, 318, les place à la fin du ve s. (comme les monnaies de Teuthrania selon Bab (...)
  • 235 Mørkholm 1984, 181 sq. et pl. 27 no 1. (Pl. II, 5).
  • 236 Babelon 1910, 93-98 ; Head 1910, 528. Cf. par exemple The Numismatic Auction Ltd, Ancient Coins, D (...)
  • 237 Babelon 1910, 83-86.
  • 238 Infra p. 481.

57Les monnayages mériteraient un complet réexamen. E. Babelon231 avait cru pouvoir isoler un groupe de monnaies d’Eurysthénès à Pergame. C’est en fait un lot disparate qui comprenait une hektè d’electrum et des dioboles d’argent. Écartons d’emblée l’hetkè (no 43) qu’il convient de redonner à Mitylène et dont le satrape de l’avers est probablement Pharnabaze232. Restent les monnaies d’argent (1,5 g en moyenne) qui présentent à l’avers un Apollon lauré à droite, au revers une tête de “satrape barbu” à droite dans un carré creux avec légende ΠΕΡΓ ou ΠΕΡΓΑ233. Il ne peut s’agir d’Eurysthénès. La plupart des numismates situent ces monnaies dans la deuxième moitié du ve s. (et plutôt vers sa fin)234. S’il convient de reconnaître là un "portrait”, s’agit-il du satrape (Pharnabaze ?) ou du dynaste local, en l’occurrence Gongylos ier ? Sur un bel exemplaire, publié dans un article posthume de O. Mørkholm, le “Perse” est représenté avec la tiare et le diadème235 ce qui inviterait à choisir plutôt la première solution. Restent les autres monnaies des Gongylides (Gorgion et Gongylos II)236 qui font problème. En ce qui concerne les Démaratides, E. Babelon identifie un groupe de monnaies de Proklès ier à Teuthrania mais cette attribution est très discutable237. Il s’agit presque à coup sûr de monnaies civiques avec la légende TEY au revers associée à un “satrape imberbe” (peut-être Alexandre)238.

  • 239 Podlecki 1975 ; Frost 1980.
  • 240 Il s’agit probablement de l’assiette du phoros et donc de ce que “vaut” Magnésie sans qu’on puisse (...)
  • 241 Thc. 1.138.5.
  • 242 Plut., Thém., 29.10 ; Athénée 1.29 f ajoute Gambreion, à tort comme l’indique Podlecki 1975, 129 n (...)
  • 243 Après un séjour à la Porte du Roi où il apprend la langue et s’initie aux coutumes perses : Plut.,(...)
  • 244 Plut., Thém., 29.6 (il apprend la doctrine des mages) ; 30, 2-6 (il élève un temple à la Meter Din (...)
  • 245 Pl. I, 1-6 (supra p. 58).
  • 246 Athénée 1.29 sq., mais cf. n. 27 et 242.
  • 247 Plut., Thém., 30 ; supra p. 36.
  • 248 Briant 1985b.
  • 249 Murray 1966, 142-156.

58Revenons pour conclure au cas de Thémistocle239 : les modernes ont émis des hypothèses contradictoires sur ce que l’Athénien reçoit effectivement du Roi. Rappelons qu’il s’agit de Magnésie au “revenu” de cinquante talents240, Myonte et Lampsaque241 auxquelles s’ajoutent probablement Palaiskepsis et Perkoté242. Observons que les domaines concédés ne sont pas contigus et cela ne se conçoit que s’il s’agit de l’octroi des revenus et non d’un don de territoire. Thémistocle réside à Magnésie (du Méandre) et son comportement ne diffère en rien de celui de ses homologues iraniens243. Cela vaut aussi bien en matière de religion244 que pour l’émission de monnaies245, encore qu’en ce domaine on doive plutôt le percevoir comme un précurseur. Le Roi ordonne à Thémistocle de porter un costume perse (comme cela avait été demandé aussi à Démarate) et pour financer cette dépense – et dans une certaine mesure cette concession – il reçoit Gambreion246. En fait, Thémistocle est l’“hyparque” d’une région dont l’ethnos des Magnètes est le centre. L’épisode de Léontoképhalè apporte un autre éclairage247. A ce moment, l’Athénien est mandaté par le Roi pour un commandement précis : il doit “s’occuper des affaires de la Grèce”. Thémistocle commande à Magnésie, Épixyès à Kélainai et jusqu’alors ils devaient être à peu près sur le même plan. L’attentat fomenté par Épixyès n’a donc de sens que si on en fait la conséquence des jalousies suscitées par ce surcroît d’honneur qui échoit à Thémistocle. Le caractère officiel de la mission explique que la tentative d’assassinat ait été perpétrée hors de la “satrapie” du dernier nommé ; dans le cas contraire, le Roi l’en aurait tenu pour responsable. Enfin les dons “pour la ceinture”, etc. qui sont faits à Thémistocle se conçoivent dans un système archaïque de don et de contre-don248 où chacun a intérêt à faire fructifier le mieux possible le domaine concédé. Le Roi multiplie les largesses, en retour il attend fidélité et paiement régulier du dasmos249.

  • 250 Lewis 1977, 122 et n. 98-100 suivi par Hornblower 1982, 33, idée d’un apanage spécial sur les vill (...)
  • 251 Cf. supra p. 104 le conflit entre Ariobarzane et Artabaze pour la possession de la satrapie de Das (...)

59Comme on le voit, la distinction traditionnelle entre Perses, Grecs et autochtones n’a pas de raison d’être. Dans leur rapport avec les biens concédés, ils ont le même comportement. S’intégrer au système socio-politique perse implique d’en accepter toutes les conséquences, y compris le mode de vie et de fonctionnement social. Les différences tiennent à l’origine des dons et surtout à leur importance. Il est en effet tentant de pousser l’analyse jusqu’au bout en considérant la satrapie (au moins dans sa conception ancienne) comme la plus importante des dôreai. C’est à une conclusion proche, même s’il ne mène pas le raisonnement jusqu’à son terme, qu’aboutit D. M. Lewis250 en comparant le pouvoir de Tissapherne sur les villes d’Ionie à la dôrea de Thémistocle à Magnésie (ou à celle de Lykon). En revanche, en fonction de ce qui a été dit plus haut, il ne semble pas que ce système soit de création récente comme le propose D. M. Lewis ; par sa nature même il ne peut que dériver du système originel de contrôle et ne saurait apparaître en 407. C’est bien comme une possession familiale que la famille de Pharnabaze conçoit sa satrapie251.

5. Les colonies perses

60Pour en terminer, il faut essayer de caractériser la “colonisation perse” en Asie Mineure. Il est assez probable que le phénomène a pris plusieurs formes, ce qui donne à cette notion un champ plus large que l’on ne l’imaginerait de prime abord.

  • 252 Diod. 14.22.5 ; cf. Tuplin 1987a, 195.
  • 253 Cf. par exemple Masson 1987, 237 sq„ qui relève dans une inscription d’Éphèse (fin du ive s.) rela (...)
  • 254 Sekunda 1985, 7-30, s’efforce de montrer que les traces de la colonisation ne sont pas aussi éclat (...)
  • 255 Robert 1963, 349 ; Robert 1966, 31-32 ; 1975, 284-285 et notes ; Robert & Robert 1983, 168, etc.

61La présence iranienne ne saurait se limiter à quelques nobles et leur entourage. Il convient de rappeler, par exemple, que Cyrus a dans son armée dix mille Perses qui sont des fantassins d’élite et ne peuvent, par conséquent, se confondre par leur recrutement avec les cavaliers issus de l’aristocratie ou, plus exactement, du système de contrôle de vastes domaines par cette dernière252. L’onomastique est d’un précieux secours253 lorsque, en de trop rares occasions, l’épigraphie à travers des documents contemporains de notre période permet d’en faire la preuve. Il est évidemment de moindre valeur démonstrative d’alléguer des noms isolés, surtout lorsqu’ils figurent dans des inscriptions largement postérieures à la période achéménide. Sur ce point les réserves de N. V. Sekunda et M.-F. Basiez254 sont d’un poids certain, mais la multiplication des témoignages mis en relief par L. Robert255 implique que, statistiquement, un certain nombre d’entre eux ne peuvent qu’émaner de descendants de la colonisation ancienne.

5.1. Les zones de colonisation

  • 256 Cf. les listes fournies à plusieurs reprises par Robert (1975, 323-324 ; 1982, 373) et discutées p (...)

62Des preuves256 de la colonisation perse existent :

  • Des colons militaires égyptiens sont installés par Cyrus près de Kymè, à Kyllènè et à Larisa257. Les descendants de ces premiers colons sont encore présents (et efficaces) au moment de la campagne de Thibron258.
  • Les hoplites “assyriens” venant du village de Comania au secours d’Asidatès, sont très probablement des Cappadociens qui ont adopté un toponyme rappelant le nom de Comana, le principal sanctuaire de leur région d’origine259.
  • Des cavaliers hyrcaniens nous rappellent qu’une plaine voisine est appelée plaine hyrcanienne. Selon Strabon260 cette dernière avait reçu son nom des Perses qui y avaient installé des colons hyrcaniens. Les cavaliers hyrcaniens qui accompagnent Spithridatès261 ont toutes chances d’être levés parmi les descendants de ces colons262. Il est à noter qu’une cité a conservé le nom d’Hyrcanis, mais la colonisation perse n’y a laissé que peu de traces dans la mesure où une nouvelle fondation, qui est le fait de “Macédoniens”, a lieu à l’époque hellénistique263.
  • On s’est demandé dans le même passage de Strabon, si le Kyroupedion était un autre nom de la plaine hyrcanienne ou s’il constituait une entité distincte264.
  • A noter aussi la Dareioukomè et divers toponymes quasi identiques (Darieion, Dareion)265. Il est difficile de savoir combien d’établissements correspondaient à ces noms dans la mesure où des localisations divergentes (Phrygie, Mysie) cachent parfois les hésitations des auteurs anciens sur la géographie de la région266.
  • Au iiie s. sous le règne de Séleucos II, des colons militaires de la région de Magnésie du Sipyle267, plus exactement du chôrion de Palaimagnésia, obtiennent le droit de cité de Smyrne lorsque cette dernière augmente sa population civique en englobant divers groupes à son territoire. L’une des informations les plus intéressantes fournies sur ces colons d’origine perse (1. 104-105 : Ώμάνης καὶ οἱ Πέρσαι οἱ ὑπὸ Ώμάνην) est qu’ils conservent leurs klèroi (c’est-à-dire les lots qui leur avaient été attribués antérieurement) et cela nous rapproche de situations bien connues en Babylonie268. Il reste cependant là une difficulté qu’il ne faut pas esquiver : à quelle date ces Perses ont-ils été installés ? L. Robert et M. Launey penchent pour l’époque achéménide, N. Sekunda pour l’époque hellénistique. Un argument paraît plaider plutôt pour la première solution. L’intégration dans un cadre civique grec suppose de la part des nouveaux admis une certaine acculturation qui ne se conçoit que par la durée de leur présence269. L’implantation ne paraît pas cependant pouvoir être antérieure à la campagne de Memnon contre Parménion en 335270.
  • Les Maibozanoi, qui doivent à l’évidence leur nom à Maibouzanès nom perse bien attesté en Cappadoce, sont apparus dans la célèbre inscription des conventus trouvée à Éphèse et publiée par Chr. Habicht271. L. Robert propose de situer cet établissement à Gôlmarmara où était déjà connue une dédicace à l’Artémis Persique272.
  • Hiérakomè, la future Hiérocésarée, est célèbre pour son sanctuaire de l’Artémis Persique dont le droit d’asile fut largement reconnu273. De notre point de vue, le témoignage le plus intéressant est celui de Pausanias274 qui parle du sanctuaire “de ceux des Lydiens appelés Perses”. Il y a donc eu un phénomène d’intégration sur la longue durée sans pour autant qu’il y ait eu totale acculturation puisque ces “Perses” continuent à pratiquer leur ancien culte avec un rituel perse.
  • La Kardakôn komè mentionnée dans une lettre d’Eumène II au gouverneur de Telmessos275 obtient du roi une exemption de taxe et l’autorisation de restaurer sa tour (pyrgion). N. V. Sekunda276 propose avec beaucoup de vraisemblance de dater l’installation du village des kardakes277 du ive s. (des années 340 selon lui mais sans véritable preuve) et non, comme on l’a souvent proposé à la suite de l’éditeur M. Segre, de l’époque hellénistique. La localisation n’est pas connue mais on peut penser aux confins caro-lyciens.
  • 278 Robert 1963, 349, le nom d’un monétaire : Maiphernès sur les monnaies d’Apamée ; à combiner avec l (...)
  • 279 Robert & Robert 1954, 79 ; Robert 1937, 353-354 ; 1978b, 285. les noms iraniens sont bien attestés (...)
  • 280 La grande abondance des noms iraniens en Cappadoce à l’époque hellénistique et au delà est un témo (...)
  • 281 Le toponyme Chiliokomon, “mille villages”, la présence du sanctuaire de Men de Pharnakès, le culte (...)
  • 282 Noms perses en Lydie, Robert 1963, 216-218.
  • 283 Où les cultes perses sont particulièrement bien représentés, Str. I 1.14.16 ; beaucoup de sanctuai (...)

63Il paraît assuré que les zones de colonisation perse sont plus nombreuses que ne l’affirme N. V. Sekunda : en Éolide, en Grande-Phrygie,278 dans la région de Tabai279, dans la plaine du Méandre, en Grande-Cappadoce280, Cappadoce pontique281, dans la vallée de l’Hermos282, en Arménie283 et sans doute en bien d’autres endroits.

  • 284 Cf. déjà pour les Hittites Bryce 1986, 8.
  • 285 Cf. les détachements juifs en Égypte, bibliographie Briant 1996, 981.
  • 286 Arrien, An., 3.13.1.

64Les déplacements de population correspondent à la politique avérée des grands empires orientaux284. Les Perses, les Iraniens en général, sont très minoritaires en nombre. Ils assurent le contrôle des régions en s’appuyant sur des garnisons mono-ethniques qui conservent longtemps leur particularisme285 et sont les garants du maintien de l’ordre perse, ce qui n’est en rien contradictoire. Il va de soi que ces mouvements valent dans les deux sens : ainsi les Cariens “transplantés” qui participent à la bataille de Gaugamèles286. Il est probable que ce phénomène trouve mieux sa place au début de la présence perse, à un moment où le pouvoir central a besoin d’affirmer localement son autorité et dispose par ailleurs d’un réservoir d’hommes disponibles. Cela n’exclut pas qu’un certain nombre de réajustements aient pu avoir lieu jusqu’au ive s. Le parallèle avec la colonisation macédonienne est, me semble-t-il, tout à fait éclairant.

5.2. Les cultes iraniens témoin de la colonisation ?

  • 287 Robert 1948, 58-60, montre qu’il y avait aussi un sanctuaire d’Artémis Persique bénéficiant du dro (...)
  • 288 Robert 1976c, 37 n. 60, donne un bon résumé de sa pensée concernant la nature et la signification (...)
  • 289 Sekunda 1985,7.
  • 290 Le cours du Moyen-Hermos, mais aussi le Kogamos avec Philadelphie, donc toute une zone centrée pri (...)
  • 291 Keil 1923, 250 sq. ; Briant 1982, 458-467 ; Diakonoff 1979, 139-189 ; Debord 1982, 265-7 ; 1984, 8 (...)
  • 292 Cf. aussi le cas exemplaire d’Hypaipa, Robert 1976c, 25 sq., dans la haute-vallée du Caystre. L’ét (...)
  • 293 Debord 1985, 352.
  • 294 Cf. déjà le rapport de Mellink 1967, 172 et pl.59, concernant des fouilles de tumuli dans la même (...)
  • 295 Sekunda 1991, 129 sq.
  • 296 Robert 1978b, 284 sq. n. 63.
  • 297 Quel est le degré de pertinence de l’observation de Sekunda 1985, 24 : “The cult of Persian Artemi (...)
  • 298 L’un des objets du musée d’Uşak est inscrit du nom perse Artimas, mais en lydien.

65Dans plusieurs cas il y a une concomitance très logique entre colonisation et culte d’Artémis Persique (Maibozanoi, Hiérakomè-Hiérocésarée, site de Sariçam287.) Faut-il penser réciproquement que lorsqu’existe une forte densité de cultes d’origine iranienne, il y a une bonne probabilité qu’ait existé là une zone de peuplement implanté par les maîtres perses ? Telle a été l’hypothèse largement accréditée après les travaux de L. Robert288, mais discutée par N. V. Sekunda289. La Lydie du Nord-Est290 a livré des témoignages extrêmement abondants du culte d’Artémis Anaïtis291, mais il n’y a pas de trace d’une colonisation perse292 dans la documentation épigraphique retrouvée. Faut-il s’en étonner ? Probablement non. Comme cela a déjà été observé293, la pénétration de T hellénisation a été bien plus tardive (en tout cas pour la région de Kula et toute la Katakékauménè) que dans la plaine hyrcanienne dont l’accès était beaucoup plus aisé et qui était plus proche des centres du pouvoir à l’époque hellénistique. La documentation épigraphique, rédigée en grec, est par conséquent beaucoup plus tardive ici et d’autant plus éloignée de l’époque de la colonisation. En revanche, la Turquie a obtenu le retour d’objets provenant de fouilles clandestines dans des tumuli d’une zone comprise entre Uşak et Güre, tout près du tracé de la voie royale (supra). Parmi le matériel beaucoup de témoignages attestent l’origine (ou l’influence) iranienne : glyptique, toreutique et tout particulièrement un pectoral cloisonné de très belle facture représentant le disque solaire ailé d’Ahura Mazda294. N. V. Sekunda295 relève aussi la présence de trois noms iraniens dans une inscription impériale de Sébastè296. Faut-il parler d’une présence de nobles perses apanagés comme il le soutient ou de colons ? Le texte de Xénophon relatif à l’expédition contre Asidatès montre que tout se tient et ces deux données loin de s’exclure sont très normalement complémentaires. Si l’on admet que la colonisation a eu lieu surtout au début de la présence achéménide297, il ne faut pas penser pour autant qu’à chaque mention d’un culte d’Anaïtis correspond de façon quasi mécaniste une “colonie” perse. Ce serait sans doute gravement sous-estimer la dynamique propre d’une divinité et de ses fidèles. La densité des témoignages est en revanche un bon indice que nous sommes dans une zone de peuplement iranisé298.

  • 299 Supra p. 123.
  • 300 Xén., Éc., 4.6.

66La population a connu de nombreux apports successifs et il est d’autant plus intéressant de constater dans ces conditions la survie des cultes iraniens. Dans ce contexte le développement de Pausanias sur les “Lydiens appelés Perses” prend toute sa valeur. Ajoutons enfin un témoignage indirect : le lieu de rassemblement de l’armée perse pour les campagnes se déroulant en Asie Mineure occidentale est le Kastolou Pédion299, bien localisé entre Hermos et Kogamos. Certes, tout montre qu’on faisait appel à des contingents locaux pour constituer les armées des grandes expéditions, mais il serait impensable qu’une partie notable des troupes les plus fiables ne fût pas constituée de soldats “professionnels”300, recrutés dans des corps à prédominance ethnique marquée provenant des autres parties de l’Empire, et dont le ciment était justement l’acceptation des principaux traits de civilisation iranienne, en particulier en matière religieuse.

Notes

1 Xén., Cyr., 8.6.

2 Ibid., 8.1.

3 Xén., Éc., 4.5-11. L’analyse détaillée de ces passages est donnée par Briant 1982 (cf. index). Cook 1983, 83, est très sceptique sur l’utilisation que l’on peut faire des traités xénophontiques. On admettra volontiers avec lui que le tableau ne peut valoir que pour les territoires directement contrôlés par les Perses et qu’il est par trop systématique mais, dans ce domaine comme dans d’autres, on ne saurait tout rejeter sans examen.

4 Plut., Eum., 3.7 ; cf. le commentaire approfondi de Briant 1982. 16 sq.

5 Briant 1982, 22 sq. ; il n’y a pas de juges royaux en Asie Mineure à l’époque achéménide. Certes Otanès (Hdt. 5.25) a exercé cette fonction mais le contexte indique que cela se passe dans la capitale royale. On peut cependant trouver une illustration du rôle judiciaire du satrape dans l’inscription Tod, 113 (Strouthas) ; infra p. 254 n. 167.

6 Sur la double administration de l’Égypte, cf. par ex. Thomas 1978, 187-194 ; Orrieux 1983, 25-26 ; 1985, 177. A noter cependant que ce dernier s’interroge sur le caractère conjoncturel de l’importance prise par le dioecète et son administration sous Ptolémée II. En ce qui concerne les permanences administratives entre l’Empire perse et Alexandre en Égypte, Préaux 1978, 278 ; entre les Achéménides et leurs prédécesseurs, Briant 1987, 13 sq.

7 Hornblower 1982, 150-151.

8 Hdt. 1.153.

9 Arrien, An., 1.17.7. (cf. Berve 1926, no 565).

10 Arrien, An., 3.16.4.

11 Quinte Curce 5.1.43 sq.

12 Ainsi Arrien, An., 1.17, laisse à penser que Kalas avait la responsabilité directe de la perception du phoros dans sa satrapie.

13 Esdras, 5.6 et 6.6.

14 Cf. par ex. le Ps.-Arist., Ec., 2.1.4 et le commentaire de Briant 1982, 27 qui admet pour sa part que 1) il y a continuité entre le système qui prévaut sous les Achéménides puis sous Alexandre, 2) les satrapes étaient responsables de la levée des impôts dans leur ressort. Cf. aussi Briant 1993, 17 sq.

15 Les exemples sont nombreux ; pensons à Tissapherne, Thc. 8.5.5 ; mais aussi à Cyrus, Xén., Hell., 2.1.44 etc.

16 Point de vue semblable pour Le Rider 1997, 165 sq.

17 Sardis, 7.1, 1 : à redater de la fin du ive s. L’existence d’un réseau de chiliarchies encore à cette époque paraît confirmer la mention qui en est faite par Xén., Cyr., 8.6.1 (cf. Éc., 4.7).

18 Il faut être d’accord sur ce point avec Briant 1982, 210, malgré Tuplin 1987b, 132 (point de vue plus nuancé et circonstancié, Tuplin 1987a, 214-217, ses réserves principales reposent sur la date supposée tardive du document de Sardes, mais cf. supra p. 42).

19 Arrien, An., 3.6.4.

20 Τῆς Ἀσίας τὰ ἐπὶ τάδε τοῦ Ταύρου ἐκλέγειν ; “de ce côté du Taurus”,... mais lequel : faut-il se placer du point de vue d’Alexandre, qui est alors à l’est du Taurus, ou du point de vue supposé “grec” d’Arrien regardant donc l’Asie à partir de la Mer Égée ? Berve 1926, no 793, en fait une sorte de surintendant des finances pour l’Asie Mineure cistaurique, ce qui paraît disproportionné par rapport à la charge de Koiranos (la Phénicie) et n’a aucun parallèle connu. Cependant dans une direction similaire Badian 1966, 54-56, présente l’hypothèse que les deux personnages sont chargés de lever les syntaxeis sur les cités grecques (Philoxénos) et phéniciennes (Koiranos), mais Arrien parle de phoroi (supra p. 160).

21 Ps.-Arist., Éc., 2.1352 b-1353 a (§ 34 a et 38 CUF).

22 Cf. Robert 1975, sp. 312-313 ; Bertrand, 1974, 25-47 (bibliographie) ; Weiskopf 1982, 103-106 ; Tuplin 1987b, 339 sq. ; Chaumont 1990, 584-585.

23 Esther, 3.12.

24 Ibid., 1.1. Ce qui reviendrait à estimer à six le nombre des “hyparchies” par satrapie, le terme araméen est medinah, mais cela reste bien entendu tout théorique.

25 En Egypte le terme frataraka, chef d’un nome, semble pouvoir être perçu comme l’équivalent du grec hyparchos ; encore au-dessous le chef d’un district est appelé hpthpt en araméen : Henning 1968, 138-145 ; Bolgolyubov 1974, 109-114 ; Frye 1983, 114. Cf. cependant les réserves de Tuplin 1987b, 124 sq. Jacobs 1994 décrit sous le règne de Darius III un système satrapique à trois étages : Groβsatrapie Hauptsatrapie Kleinsatrapie. S’il s’agit d’une reconstruction théorique (e.g. Esther, 3.12), dont il n’est en aucune façon avéré qu’elle ait été élaborée de façon aussi explicite par le pouvoir perse, pourquoi pas : il serait possible de trouver des traces d’un tel organigramme dans ce qui a été défini plus haut par les termes de : – pouvoir karanique – satrapie – hyparchie. Ce système trouve en Anatolie un certain nombre d’antécédents (Cyrus, Tissapherne, etc.). Il me semble en revanche que son application quasi mécaniste rend mal compte de la spécificité des cas régionaux et de sa capacité d’adaptation.

26 Hdt. 7.194 ; cette traduction paraît rendre mieux compte du texte et de la réalité que celle de Legrand, “le gouverneur de Kymè en Éolide”. Selon Cook 1983, 176, l’hyparque de Kymè serait à mettre en relation, en 480, avec la flotte destinée à envahir la Grèce.

27 Hdt. 5.27.

28 Thc. 8.16.3 : Στάγης ὕπαρϰος Τισσαφέρνους.

29 Xén., Hell., 1.2.5 : Στάγης... ὁ Πέρσης περὶ ταῦτα τὰ ϰωρία ὤν, traduction assez libre de Hatzfeld : “Le Perse Stagès de qui dépendait la région”. Faut-il donner à chôrion le sens (fréquent chez Xénophon) de place forte, ou plutôt rapporter tauta ta chôria aux kômai de la phrase précédente où Xénophon indique que les opérations se déroulent en Lydie ? Observons que dans de nombreux cas attestés le chôrion ne saurait être isolé de la chôra où il est placé, par conséquent il serait erroné d’attribuer à Stagès une fonction purement militaire, cf. Debord 1994, 59. Sur le sens de chôrion, en particulier dans les stèles des Hermocopides, Prichett 1956, 268 sq., qui traduit par “land”, “landed property”. Chaumont 1990, 53 sq., attribue à Stagès une charge comprenant une part de la Lydie, une part de l’Ionie. Il me semble que le partage avec Tamôs doit plutôt se concevoir ainsi : la côte et les affaires maritimes à ce dernier, la terre à l’autre.

30 Thc. 8.108.4-5.

31 Contra, Weiskopf 1982, 13.

32 Thc. 8.31.2 (hyparque d’Ionie) ; 87.1 et 3 (hyparque de Tissapherne).

33 Xén., An., 1.4.2.

34 Diod. 14.19.5 ; cf. Xén., An., 1.2.21 ; 4.2.

35 Diod. 14.19.6 emploie le terme epimelètès, “en charge de”, auquel on ne donnera par conséquent pas de sens trop précis.

36 Diod. 14.35.3-5.

37 On ne comprend pas l’étonnement que Lewis 1977, 93, n. 48, manifeste à propos de ce cumul, peut-être parce qu’il entre mal dans son hypothèse du refus de l’existence d’une entité d’Ionie ayant quelque autonomie.

38 Xén., An., 1.2.20 : Cyrus fait exécuter à Tyane έτερόν τινα τῶν ὑπάρϰων δυνάστην, suspecté de comploter avec un scribe royal contre le prétendant au trône. Cf. aussi Ariaios, Xén., An., 1.8.5. Il semble qu’il faille comprendre là “commandant en second” (supra p. 24).

39 Telles sont aussi les conclusions de Weikopf 1982, 106.

40 Thc. 3.34.1. Il n’est pas du tout certain que l’Itaménès qui se porte avec son propre contingent au secours d’Asidatès (Xén., An., 8.8.15) soit le même personnage. Si tel était le cas, il faudrait admettre qu’il avait changé de district après l’arrivée de Tissapherne et aurait eu une bien longue carrière.

41 Robert 1975, 310, indique qu’il pense à 365.

42 Robert 1975, 306-330. Cf. Hanfmann éd. 1983, 256.

43 On a bien noté plus haut les imprécisions de la carrière de ce satrape (supra p. 130) avant 380 et après 361/360, mais entre les deux, il est assurément en fonction. Notons en passant que le règne d’Artaxerxès Ier (hypothèse écartée par Robert 1975, 310) ne convient pas mieux puisqu’à la date requise, le satrape de Sardes était Pissouthnès (supra p. 119).

44 Briant 1996, 1026.

45 Dans ce même sens, Petit 1988, 312, n. 15 ; Weiskopf 1982, 98-107 ; Harrison 1982a, 246-248.

46 Démosthène, Rhodiens, 9, le qualifie d’hyparque du Roi ; il s’agit peut-être du gendre de Strouthas ; cf. infra p. 259 et n. 204 ; p. 291.

47 Hornblower 1982, 187 ; 198.

48 Hornblower 1982, 109, n. 19.

49 IGCH 1213.

50 Infra p. 177.

51 Ps.-Arist., Éc., 2.1348 a (§14a, CUF).

52 Hornblower, CAH, VI2, 88, écarte cette hypothèse parce que Démosthène, toujours prompt à dénoncer les manœuvres de Mausole, n’indique rien de tel. C’est un argument de poids, sans doute pas décisif à lui seul.

53 Infra p. 388.

54 Xén., Hell., 3.1.10-15 ; cf. infra p. 240 sq.

55 Il n’y a pas lieu de gloser sur le titre de “satrape” qui apparaît plusieurs fois dans le récit, dans la mesure où la fonction de Zènis puis de Mania est à l’évidence celle d’un hyparque, ce que dit explicitement le § 12.

56 Xén., Hell., 3.1.11-13. Trad. Hatzfeld légèrement modifiée.

57 Cf. plus loin le texte de l’Economique.

58 En un système de don-contre don, qui doit être pris en compte parallèlement aux échanges économiques. On attribue avec quelque vraisemblance un monnayage à Mania, e.g. SNG Tübingen 2576 (Pl. III, 19) : avers l’hyparque à cheval à gauche ; revers coq à gauche.

59 Elle lève donc ses propres forces militaires (cf. une vision très différente infra dans l’Économique).

60 En une sorte de “service d’ost”.

61 Existe-t-il un “conseil” du satrape ?

62 Démosthène, C. Aristocr., 142 ; cf. Xén., Hell., 7.1.27 ; Diod. 15.70.2 ; infra p. 288.

63 Supra p. 147 ; infra p. 313.

64 Supra p. 137.

65 Supra p. 49.

66 Infra p. 405.

67 Supra p. 109.

68 Cornelius Nepos, Dat., 4.1.

69 Hornblower 1982, 147.

70 Tuplin 1987b, 189.

71 Xén., Éc., 4.8.9 et 11 ; cf. supra p. 39.

72 Cf. l’indication fournie pour Kondalos par le Ps.-Arist., Éc., 2.1348 a (§ 14 c). A noter que la traduction de Wartelle : “L’un de ses soldats”... force un peu les choses. Kondalos n’est peut-être chargé que de l’entretien des soldats dont “les chefs” pourraient relever d’une autre structure hiérarchique. Cela est d’autant plus plausible si l’on suppose que l’épisode se passe à Xanthos où il y a probablement une akra.

73 Cook 1983. 176.

74 Bertrand 1974, 30-31, fait référence à Arrien, An., 3.16.4 (où Mazaios est dit σατράπης Βαβυλῶνος) et le compare à 4.18.13 (où la formulation est ὁ Βαβυλώνιος ὕπαρϰος). En observant le flottement assez systématique de cet auteur entre satrape et hyparque, il me paraît assez assuré que Mazaios était satrape de Babylonie.

75 Supra p. 159-160.

76 Sur Rhatanès, cf. Hell. Ox., 16.6. Sekunda 1988a, 181 propose de l’identifier au Rhatinès qui commande la cavalerie de Pharnabaze (Xén., An., 6.5.7 ; Hell., 3.4.13). Nos sources n’indiquent pas s’il était doté d’une dôrea comparable à celle de Spithridatès.

77 De même il est impossible de connaître le statut d’Itaménès, mentionné dans l’épisode d’Asidatès évoqué plus haut.

78 Des mentions de kômarques dans des inscriptions inédites de Carie mais au plus tôt à l’époque hellénistique.

79 Tuplin 1987b.

80 Gallet de Santerre 1947-1948, 305 sq. Infra p. 475.

81 Caspari 1915, 173 sq. ; Roebuck, 1955 ; Cassola 1958, 153 sq. ; Fogazza 1973, 157-169 ; Boffo 1983, 19 sq. Sur la période des origines, cf infra p. 268.

82 Hdt. 6.42. Trad. Legrand, CUE

83 Hdt. 1.170.

84 Hommel in Kleiner et al. 1967,91-94.

85 Selon Roebuck 1955, 29, ce choix aurait impliqué de transformer les probouloi du Panionion en un conseil permanent.

86 Hdt. 6.7.

87 Thc. 3.104 par référence à des événements déliens de 426/425.

88 Diod. 15.49. On ne sait ce que recouvre ce terme vague. Pour Kleiner 1967, 14, il s’agirait de la guerre entre Samos et Milet pour Fogazza 1973, 166, de la bataille du Mykalé de 479.

89 Tod, 113, infra p. 254 n. 167.

90 Str. 8.7.2 ; cf. aussi 14.1.20.

91 Rappelons qu’Hékatomnos et Mausole tenaient déjà sans doute Milet où ils battent probablement monnaie.

92 Fogazza 1973, 166.

93 I. Priene, 490.

94 Str. 14.1.3 ; cf. 8.7.2. Momigliano 1934a ; Carlier 1984, 432-435, 440-442 et sp. 450-455 ; Ragone 1996, 221 sq. et n. 29.

95 Hommel dans Kleiner et al. 1967,45-63.

96 Carlier 1984.

97 Hdt. 1.141 et 149.

98 Les Grecs essaient vainement de se rétablir après leur manque de lucidité dans l’affrontement entre Cyrus et Crésus.

99 Cf. ce qui est peut-être (restitution d’Engelmann & Merkelbach) un décret conjoint des Ioniens et des Éoliens datable du ive s. : IK, 1-Erythrai, 16.

100 Hdt. 7.194.

101 Monnaies à légende AIOΛE, Head 1910, 559. infra p. 475 ; cf. Gallet de Santerre 1947-1948, 305 sq. ; Robert 1951.92-100.

102 Sur lequel, Ragone 1990, 9 sq.

103 En dernier lieu, et de façon plus détaillée, cf. Les hautes terres de Carie (à paraître) : le chapitre “Cité grecque-village carien. Des usages du mot koinon”.

104 Hdt. 5.118.

105 Hdt. 1.28.

106 Momigliano 1934, 429 sq. spécialement p. 431.

107 Magie 1950, 1031 et n. 76.

108 Hornblower 1982, 55 sq. En particulier la n. 33 de la p. 56.

109 Blümel 1990.29-42.

110 A moins d’admettre 1. 7 une restitution du type Καρ]σὶ παρῆσαν ἀπὸ πόλεων.

111 Labraunda, 42.

112 Varinlioğlu et al. 1990, 61.

113 IK, 22.1-Stratonikeia, 501-503. Le no 503 emploie explicitement le terme de polis.

114 Varinlioğlu et al. 1992, 165.

115 Hdt. 7.99.

116 Hdt. 2.178.

117 Syll.3, 45-46 (45 = ML, 32).

118 Même si la consonnance peut être ressentie comme grecque. Parmi beaucoup d’exemples Hdt. 3.4 et 11, Phanès, originaire d’Halicarnasse (Grec ou Carien ?) mercenaire au service d’Amasis puis de Cambyse ou encore Osborne & Byrne, 3371 (IG, I3. 427 daté de 414/3 : mention d’un esclave, Φάνες τὸ [Υέ]νος Λυδός).

119 On observera que dans l’inscription IK, 28.1-Iasos, 1 (liste des personnes proscrites après un complot contre Mausole) les noms cariens ne sont pas absents mais tout de même assez minoritaires. Il est intéressant de noter que les noms Oliatos et Ouliadès figurent simultanément dans ce texte ; sur le nom, Masson 1988, 177-179.

120 D’après une suggestion de R. Descat.

121 La liste intégrait quasi certainement Chalkètor : on pensera à l’inscription IK, 35-Mylasa, 911 : décret de Chalkètor pour un citoyen de Koranza (ive s. a.C.).

122 Aussi dans le domaine de la circulation monétaire, cf. Konuk 1998b, 223.

123 Nous disposons de deux inscriptions : IK, 34-Mylasa, 4 et 8, l’une trouvée à Mylasa, l’autre copiée à Tralles mais provenant peut-être de Mylasa. La nouvelle découverte qui multiplie les occurrences de ce type de documents n’impose plus l’hypothèse de Robert 1937, 573, selon laquelle les deux inscriptions précitées seraient deux parties de la même stèle.

124 Labraunda, 67.

125 Des hypothèses similaires pour les Lyciens, Magie 1950, 525 ; Moretti 1962, 208-209.

126 Labraunda, 5.

127 IK, 35-Mylasa, 828,1. 12 ; cf. Robert 1937, 54 et n. 2 ; Hornblower 1982, 55 n. 28 (cf. p. 60) propose de restituer éventuellement, IK, 34-Mylasa, 10, ὁ] Καρῶν βασιλ[εύς.

128 Le fait que tel auteur grec leur attribue le qualificatif de roi n’est pas une preuve décisive de l’existence de ce titre dans les institutions cariennes.

129 Ainsi dans l’inscription de Sekköy, comme dans le fragment de Tralles, IK, 34-Mylasa, 4.

130 Keen 1998, 53-56.

131 Cité par Étienne de Byzance.

132 Ps.-Skylax 100. Doutes de Whitehead 1994, contra Flensted-Jensen & Hansen 1996. 152 sq.

133 Ménandre, Bouclier, 30-32.

134 Arrien, An., 1.24.4.

135 Str. 14.3.3 et les monnaies, Troxell 1982.

136 Sur cette ligue, cf. Larsen 1956, 161-162 ; 166-7 ; 1957, 5-25 (la considère comme tardive) ; 1968, 240-263 ; Moretti 1962, 179-195, qui retient l’idée qu’elle a été fondée par les Lagides, avec une première attestation en 278/7, mais qui évoque, p. 185-6, l’hypothèse d’un système remontant aux ve-ive s.

137 Jones 1937, 96.

138 A noter que Phasélis et Telmessos qui paient séparément ne font pas partie de la Lycie.

139 Bryce 1983,31-42.

140 Cf. cependant les doutes de Tuplin 1987b, 111, n. 13.

141 Keen 1998,44-45.

142 Diod. 16.41.1.

143 Gallet de Santerre 1947-8, 302-306.

144 Infra n. 255-256.

145 Sekunda 1985, 7-29 ; cf. aussi 1991, 83-87 (pour la réaffirmation de sa thèse générale) ; un point de vue comparable est développé par Basiez 1985, 29 et 138 sq.

146 Sekunda 1988a, 175-196 (cf. sp. 184 sq.) ; 1991,83 ; déjà Widengren 1956, 118-119.

147 Xén., Hell, 4.1.17.

148 Xén., Cyr :, 1.2.15.

149 Sekunda 1985, 13-14 ; cf. aussi 1988a, 188-190.

150 Xén., An., 7.8.8-22 ; voir Tuplin 1987a, 213.

151 Sur les pyrgoi de Téos, tenus par les aristocrates locaux, cf. infra. Sur les termes désignant les fortifications, Debord 1994, 53-61, spécialement 57 sq., à propos du terme tetrapyrgia qui a trop souvent servi de support à des hypothèses “féodalistes” très en honneur au début du siècle et revivifiées par Sekunda.

152 Sur les tyrseis de la vallée du Méandre, Xén., Hell., 3.2.14 sq.

153 Masqueray (CUF) traduit προμαϰεῶνας ἔϰουσα par “munie de créneaux”. Le terme employé par Énée 33.3 est ϰεῖος sans que la traduction proposée par Bon (CUF) soit beaucoup plus sûre. De ce fait les réserves de Robert 1983, 116 paraissent justifiées. A noter que προμαϰίον est pour Hesychius, s.v. τύρρις, un synonyme de πύρΥος, ἔπαλξις, etc. ; cf. Debord 1994, 57.

154 Radt 1970, cf. e.g. pl. 4 et 7.

155 Quelques points de comparaison dans la documentation épigraphique, l’aulè de Sardis, 7.1.1 ; la baris dont on trouve mention dans l’inscription Welles 1934, no 18-20 (cf. p. 91 et 320-321), où un domaine est vendu à l’ex-reine Laodice ou encore Plut., Eum., 8 : “Il leur vendait les fermes et les tetrapyrgia de la chôra qui étaient plein d’esclaves et de bétail.” Le choix d’une traduction est évidemment conditionné par la conception générale que l’on adopte pour tout le système de la hiérarchie sociale. Les trouvailles de Radt invitent à douter qu’il s’agisse d’un système spécifiquement perse. Cf. Briant 1982, 100-101.

156 Briant 1982, 103 sq. ; Debord 1982. 250.

157 Cf. Tuplin 1987a, 198. Il paraît difficile de confondre ce personnage avec Itamanès qui intervient en 428 dans les affaires de Colophon (Thc. 3.34.1) et qui pourrait être un hyparque de Pissouthnès, lequel fournit des mercenaires à la faction de ses partisans à Notion (ibid., 3.34.2).

158 Robert 1976, 667 à propos d’une inscription publiée par Wörrle 1975, 59-87.

159 Xén„ Cyr, 3.6.5.

160 Xén„ Hell., 3.4.10 ; cf. supra p. 45 et infra p. 244 ; Tuplin 1987b, 117.

161 Diod. 17.20.2 ; 21.1.

162 Cf. l’interprétation que l’on peut faire en ce sens de Cyr., 8.6.

163 Cf. e.g. Sordi 1958, 324.

164 A la lecture du passage précité de Xénophon (Hell., 3.4.10), il paraît bien peu probable que, comme le pense Moysey 1975, 6, Spithridatès soit le maître de Cyzique.

165 Cf. Kahrstedt 1932a, 964 sq. ; 1932b, 652 sq. ; Mc Coy 1989, 422 sq.

166 En Troade (Démosthène, C. Aristocr., 154 ; Ps.-Arist., Éc., 2.1351b) mais cf. infra p. 435.

167 Infra p. 434.

168 Des exemples de paradis royaux : Arrien, An., 6.29.4 ; Diod. 16.41.5 ; Quinte Curce 7.2.22 ; des villages royaux : I. Priene, 1 (= Tod, 185) 1. 9 sq. χώραγ γινώσκω ἐμὴν εἶναι τούς δὲ κατοικοῦντας ἐν ταῖς κώμαις ταύταις φέρειν ξούς φόρος. Les laoi de ces villages doivent donc le phoros à Alexandre, comme ils versaient à ses prédécesseurs (cf. Debord 1977, 51). Cf. encore la récupération au nom du Roi par Tithraustès d’une somme de 220 talents (Hell. Ox., 14.3) sur l’ousia de Tissapherne.

169 Diod. 17.19.4 : τούς ἰδίους ἱππεῖς (à comparer avec Itaménès, ci dessus p. 184).

170 Weiskopf 1982, émet des doutes sur l’interprétation traditionnelle selon laquelle Arsaménès est à ce moment satrape de Cilicie (Arsamès pour Quinte-Curce 3.4.3 ; Arrien, An., 2.4.5). Il n’y a peut-être pas de raison d’être aussi critique.

171 Robert 1987, 344-349.

172 Moretti 1979, 295-300.

173 Xén., An., 7.8.15.

174 Briant 1985a, 169-171.

175 Robert & Robert 1983, 97, 115-118 ; Briant 1985a, 167-195.

176 Sekunda 1991,93-96.

177 ML, 12 : Gadatas, quel que soit son statut (supra p. 118), est en fonction à Magnésie du Méandre.

178 Robert & Robert 1983.

179 Labraunda, 28 et le commentaire de Crampa.

180 Cf. par exemple Keen 1998, 182-192.

181 Mellink 1979 ; cf. aussi Zahle 1991 pour qui l’influence perse est particulièrement nette vers 480/470 et dans le dernier tiers du ve s.

182 Demargne 1958 ; Demargne & Laroche 1974.

183 Cf. le Monuments des Harpies vers 480.

184 Cf. la reconstitution isométrique très expressive de Wurster 1993, 27, fig. 24-25.

185 Deltour-Levie 1982, 205 en dénombre quarante.

186 Infra p. 314 n. 85.

187 Wurster 1993, 7-30 mais cf. contra Zimmermann 1992, 16-19.

188 Heubeck 1979, 247-259 ; en dernier lieu liste des occurrences Keen 1998, 46-48.

189 Ce terme est également employé pour une divinité dans la Trilingue de Xanthos. Cela ne doit évidemment pas surprendre, cf. le terme basileuôn employé fréquemment en Lydie pour des dieux dans leurs relations avec des villages : Debord 1982, 166.

190 Ensemble des textes réunis et traduits par Bousquet 1992.

191 TL, 44 (Bousquet 1975, 139 = SEG, 42, 1992, 1245).

192 Supra p. 99.

193 Cf. dans un sens similaire Savalli 1988, 111, qui compare la Lycie aux royaumes homériques, rapprochement pertinent, mais que sont les “royaumes” homériques ?

194 Frei 1990b. 8-9.

195 Sekunda 1988a ; 1991 ; supra p. 183.

196 Cf. Mørkholm 1964 ; Zahle 1989.

197 Zahle 1989.

198 Herrenschmitt 1985, même si son point de vue est trop tranché.

199 Monnaies de Kherẽi, Ddenevele, Arttumpara ; sarcophage de Payawa.

200 Cf. Arbinas et Périklès.

201 Bousquet 1975 ; 1992.

202 Cf. e.g. Robert 1978a.

203 Il ne faut sans doute pas mélanger tous les apanages comme le fait Sainte-Croix 1972, 37 sq. L’ensemble des témoignages, Briant 1985b, 58-59 ; cf. déjà Pareti 1911, 132-144.

204 Agathoclès de Babylone, FGrHist, 472, F6, apud Athénée 1.30 a. Ces villes, du moins pour celles qui sont connues ou identifiables sont situées au nord-ouest de l’Anatolie, comme Pédasos ; cf. Ruge 1937 s.v. ; notice de Hofstetter 1978 sur le personnage, no 282.

205 Hdt. 6.41. On ne connaît pas la localisation des biens concédés.

206 Hdt. 8.136.1. Les manuscrits portent Alabanda, qui est une ville carienne ; la correction s’appuie sur Étienne de Byzance : Ἀλάβαστρα πόλις ΦρυΥίας. Ἠρόδοτος. Cette assertion est curieuse. On n’a pas d’autre mention de cette localité. On pourrait penser à Blaunda, supra p. 95 n. 102.

207 Hdt. 8.85.3 ; la localisation n’est pas précisée.

208 Ctésias, FGrHist, 688, F 15.53 (52).

209 Cornelius Nepos, Alc., 9.2.

210 Cf. le commentaire de Robert & Robert 1983, 116 et n. 154 (à propos de l’épisode d’Asidatès dans l’Anabase) : “Les trois éléments de la population apparaissent donc dans le tableau : dynastes grecs dans les villes, seigneurs perses dans les domaines fortifiés et garnisons iraniennes. Les maîtres grecs et perses se pillent les uns les autres et l’arrivée des Dix-Mille fournit un renfort aux premiers”, cf. Robert 1973, 483 n. 20. Les comportements sont assurément moins manichéens.

211 Hdt. 6.70.

212 Plut., Them., 29.8.

213 Xén., An., 2.1.3.

214 Thc. 1.128.6 ; Diod. 11.44.3.

215 Xén., Hell., 3.1.6.

216 Xén., An., 7.8.8.

217 Xén., Hell., loc. cit.

218 Meritt et al. 1950, 200-202.

219 Descat 1991, 37 à partir d’Isoerate, Panég., 120.

220 Syll.3, 381 ; cf. Dürrbach, Choix, 21-23.

221 Selon Babelon 1910, 92 ; après Six 1890, 192 n. 27.

222 Cf. carte 5 p. 237.

223 Par exemple Hansen 1947, 9 ; déjà Fritze 1906, 48 n. 1, l’attribuait aux Gongylides.

224 Babelon 1910, 80 ; Lewis 1977, 54, accepte trop rapidement les points de vue de Babelon (histoire, monnaie).

225 Xén., An., 7.8.8 et 8.17.

226 Infra p. 239.

227 Xén., Hell., 3.1.6-7 : καὶ πόλεις Πέργαμον μὲν έκοῦσαν προσέλαβε καὶ Τευθρανίαν καὶ Ἁλίσαρναν, ὧν Εὐρυσθένης τε καὶ Προκλῆς ἦρχον… προσεχώρησαν δὲ αὐτῷ καὶ Γοργίων καὶ Γογγύλος..., ἔχοντες ὀ μὲν Γάμβριον καὶ Παλαιγάμβριον, ὀ δὲ Μύριναν καὶ Γρύνειον...Ἦν δὲ ἃς ἀσθενεῖς οὔσας καὶ κατὰ κράτος ὁ Θίβρων ἐλάμβανε. Λάρσάν γε μὴν τὴν Αἰγπτίαν καλουμένην... ἐπολιόρκει.

228 Infra p. 194.

229 Tuplin 1993, 49, soutient que les dynastes grecs apportent une “voluntary adhesion” à Thibron. On aimerait savoir ce qui se passe à Pergame qui sera plus tard la “capitale” d’Orontès.

230 Sextus Empiricus 1.25S.

231 Traité, II, col. 85 sq.

232 Cf. Bodenstedt 1976, pl. 1 no 9 et supra p. 64 (Pl. II, 3).

233 Bodenstedt 1976, pl. 1 no 11 et 12 ; SNG von Aulock 1347 (Pl. II, 4) ; Babelon, pl. 88. 8 (PI. II, 6).

234 Six 1890, 194 ; 1894, 318, les place à la fin du ve s. (comme les monnaies de Teuthrania selon Babelon) ; Wroth 1892, XXVIII-XXIX, penche pour la période 420-400 ; von Fritze 1906, 47 sq„ pour le milieu du ve s. Sur ces monnaies cf. aussi Harrison 1982 a, 70 sq. et note 54.

235 Mørkholm 1984, 181 sq. et pl. 27 no 1. (Pl. II, 5).

236 Babelon 1910, 93-98 ; Head 1910, 528. Cf. par exemple The Numismatic Auction Ltd, Ancient Coins, Dec. 1 1985, no 120, av. Apollon lauré à droite ; rev. protomé de taureau à droite, légende ΓΟΡΓ[I]. Pl. II, 7 = Traité, II, pl. 88. 9 ; cf. col. 93-96 ; attribué là à Gambreion.

237 Babelon 1910, 83-86.

238 Infra p. 481.

239 Podlecki 1975 ; Frost 1980.

240 Il s’agit probablement de l’assiette du phoros et donc de ce que “vaut” Magnésie sans qu’on puisse être sûr de la véracité de cette somme. A rapprocher du “don” fait à Alcibiade par Pharnabaze de Gryneion qui paie un phoros (vectigal) de cinquante talents selon Cornelius Nepos, Alc., 9.3 (cf. Briant 1982, 58-9 n. 8 ; 1985b, 58). Nous sommes ici dans la même situation. L’historicité de cette assertion est très douteuse dans la mesure où elle est en contradiction avec Xén., Hell., 3.1.6.7. Sur Gryneion, Robert 1973, 481 sq. ; Ragone 1990.

241 Thc. 1.138.5.

242 Plut., Thém., 29.10 ; Athénée 1.29 f ajoute Gambreion, à tort comme l’indique Podlecki 1975, 129 n. 134 (elle avait été donnée à Gongylos par Xerxès : Xén., Hell., 3.1.6).

243 Après un séjour à la Porte du Roi où il apprend la langue et s’initie aux coutumes perses : Plut., The’m., 29.5-6.

244 Plut., Thém., 29.6 (il apprend la doctrine des mages) ; 30, 2-6 (il élève un temple à la Meter Dindymènè et consacre sa fille comme prêtresse), supra p. 69.

245 Pl. I, 1-6 (supra p. 58).

246 Athénée 1.29 sq., mais cf. n. 27 et 242.

247 Plut., Thém., 30 ; supra p. 36.

248 Briant 1985b.

249 Murray 1966, 142-156.

250 Lewis 1977, 122 et n. 98-100 suivi par Hornblower 1982, 33, idée d’un apanage spécial sur les villes d’Ionie (à partir de An., 1.1.6).

251 Cf. supra p. 104 le conflit entre Ariobarzane et Artabaze pour la possession de la satrapie de Daskyleion.

252 Diod. 14.22.5 ; cf. Tuplin 1987a, 195.

253 Cf. par exemple Masson 1987, 237 sq„ qui relève dans une inscription d’Éphèse (fin du ive s.) relative aux condamnations à mort de Sardiens cinq noms iraniens dont un Euamès originaire de Hiérakomè ; un Mithridatès dont il suggère qu’il est l’esclave d’un Lydien (il aurait fallu mettre cette inscription en relation avec Sardis, 7.1, 1 dont l’onomastique présente une grande similitude).

254 Sekunda 1985, 7-30, s’efforce de montrer que les traces de la colonisation ne sont pas aussi éclatantes que ne l’ont affirmé ses devanciers, en particulier L. Robert. Il propose de penser que le rôle de la noblesse perse a été plus important que celui des colons ; cf. par exemple p. 26 “the evidence on colonization is extremely poor”. Son point de vue, qui suppose l’arrivée tardive d’un certain nombre de personnes aux noms perses, est partagé par Basiez (1985, 137-155). On observera cependant que le cas des îles et de la “diaspora” iranienne n’est pas strictement identique à celui de l’Anatolie dans la mesure où dans un cas la domination directe a été rare ou épisodique, alors qu’elle est la règle pour une longue période dans le second.

255 Robert 1963, 349 ; Robert 1966, 31-32 ; 1975, 284-285 et notes ; Robert & Robert 1983, 168, etc.

256 Cf. les listes fournies à plusieurs reprises par Robert (1975, 323-324 ; 1982, 373) et discutées par Sekunda 1985, 18-26. Cf. aussi Tuplin 1987a, 190 ; 1987b ; Briant 1985, 173.

257 Xén., Cyr., 7.1.43-45. Il faut être d’accord avec Sekunda (p. 19) pour considérer cette installation d’Égyptiens comme un fait historique (même s’il n’est pas assuré qu’il faille remonter à Cyrus).

258 Xén., Hell., 3.1.7 : Larissa l’égyptienne résiste victorieusement aux assauts de Thibron en 399.

259 Xén., An., 7.8.15 ; cf. Robert & Robert 1983, 153, qui renvoient au texte de Sardes (Robert 1975, spéc. 322-3) interdisant aux thérapeutes de Zeus de Baradatès de participer entre autres aux mystères de Ma, mais sur ce point infra p. 367 sq. L’emploi du terme “Assyriens” par Xénophon ne doit pas surprendre. Hérodote désigne en effet constamment les habitants de la Cappadoce comme Syriens. Sur le sanctuaire de Ma à Comana, cf. Debord 1982, index s.v. (bibliographie).

260 Str. 13.4.13 : εἶτα τὸ Ὑρκάνιον πεδίον, Περσῶν ἐπονομασάντων καὶ ἐποίκους ἀγαγόντων Ἐκεῖθεν (ὁμοίως δὲ καὶ τὸ Κύρου πεδίον Πέρσαι κατωνόμασαν).

261 Diod. 17.19.4.

262 Telle est l’opinion de Lane Fox 1973, 516 ; Brunt 1986, 449 ; Hornblower 1982, 143 ; contra Hammond 1980, 80 n. 21 ; Sekunda 1985 pour qui il s’agit de forces récemment implantées.

263 Robert 1948, 16-26 ; on rencontre à quelques km de là un M. Antonius Bagoas, donc un personnage dont la famille est d’origine perse mais qui a reçu la citoyenneté romaine de Marc Antoine, ibid, p. 19 n. 3.

264 La formulation de Str. 13.4.13 est ambiguë. Faut-il comprendre que ὁμοίως δέ καί introduit l’idée que les Perses ont aussi donné son nom au Kyrou Pedion, ou bien que la plaine hyrcanienne est aussi appelée plaine de Cyrus. Dans le premier sens e.g. Jones (Loeb ad loc.) et Sekunda 1985, 22 ; dans le second. Ghione 1904, 51-2. suivi par Jones 1937, 38. Un petit indice de la présence militaire perse dans la région : une balle de fronde au nom de Tissapherne trouvée à Gördes (la future Julia Gordos), cf. Foss 1975, 25 et pl. V.

265 Dareioukomè à Dereköy sur l’Hermos, cf. Ramsay 1890, 124-125 (inscription publiée dans le BCH, 9, 1885, 397 = IGR, IV, 1352 : ἡ Δαρειουκωμητῶν κατοικία). Δαρεῖον παρὰ τὲμ Μυσίαν dans la liste des tributs attiques, IG, I3, 71, III 109 sq. Sekunda 1988a, 195, souligne le fait que cette localité paie le phoros à Athènes et que s’il y a bien eu colonisation (sous Darius) la fondation a perdu depuis longtemps son caractère militaire. Il la situe, à titre d’hypothèse, sur la route qui de Gordion mène vers les détroits et la Thrace et qui est mentionnée à Pannukomè (supra p. 36) ; cf. aussi Meritt et al. 1939, 479 qui la localisent près de la Propontide. Elle est bien évidemment distincte de Dareioukomè. En revanche il est difficile de savoir s’il en est de même pour le Δαρίειον qu’Étienne de Byzance place en Phrygie. Ce terme peut s’appliquer aussi bien à la Grande-Phrygie qu’à la Phrygie hellespontique. Sekunda 1991, 132, penche pour l’existence de deux localités distinctes.

266 Cf. les hésitations de Str. 13.4.12, pour qualifier toute la région. Sur ce point, voir Debord 1985, 346-351.

267 OGIS, 229, (Schmitt 1969, 492 ; IK, 8-Magnesia am Sipylos, 1. Cf. Robert 1936, 97 ; Launey I960 566, 669-674.

268 E.g. Tuplin 1987b, 155.

269 Cf. les clauses restrictives de l’inscription de Pergame OGIS, 338 en ce qui concerne l’accession à la citoyenneté des laoi basilikoi.

270 Infra p. 423.

271 Habicht 1975, 73-74 ; Maibouzanès est un nom perse bien attesté en Cappadoce, Robert 1963, 516 n. 4.

272 Robert 1982, p. 367-373 ; cf. déjà Radet 1887, 447-448 no 5. C’est volontairement que cette inscription n’a pas été reprise dans le corpus TAM, V parce que considérée comme une pierre déplacée.

273 Robert 1948, 27-33 ; Debord 1982, 82.

274 Paus. 5.27.5. on a parfois proposé de “rendre plus intelligible” ce passage en introduisant divers compléments. En fait le texte doit être conservé en l’état (Robert 1976c, 29-30.).

275 Segre 1938, 190-207, traduction Austin 1981, no 202.

276 Sekunda 1991, 105-107. Cf. Keen 1998, 64 sq.

277 Sur le terme infra p. 364 n. 482.

278 Robert 1963, 349, le nom d’un monétaire : Maiphernès sur les monnaies d’Apamée ; à combiner avec les témoignages du culte d’Artémis Anaïtis (y compris son image cultuelle sur les monnaies émises sous l’autorité de Maiphernès).

279 Robert & Robert 1954, 79 ; Robert 1937, 353-354 ; 1978b, 285. les noms iraniens sont bien attestés dans tout le secteur de Tabai-Aphrodisias. Sekunda 1991, 119 émet l’hypothèse (à laquelle il me semble qu’il faut souscrire) que la région relève de Kolossai à l’époque de la domination achéménide.

280 La grande abondance des noms iraniens en Cappadoce à l’époque hellénistique et au delà est un témoignage indirect de la colonisation : Robert 1963, 514-519.

281 Le toponyme Chiliokomon, “mille villages”, la présence du sanctuaire de Men de Pharnakès, le culte d’Anaïtis à Zéla, l’onomastique, tout cela au milieu de riches plaines agricoles, autant d’éléments qui plaident en faveur d’une présence perse constante.

282 Noms perses en Lydie, Robert 1963, 216-218.

283 Où les cultes perses sont particulièrement bien représentés, Str. I 1.14.16 ; beaucoup de sanctuaires d’Anaïtis, particulièrement en Acilisène.

284 Cf. déjà pour les Hittites Bryce 1986, 8.

285 Cf. les détachements juifs en Égypte, bibliographie Briant 1996, 981.

286 Arrien, An., 3.13.1.

287 Robert 1948, 58-60, montre qu’il y avait aussi un sanctuaire d’Artémis Persique bénéficiant du droit d’asile comme celui de Hiérakomè. Une inscription mentionne des katoikountes sans qu’il puisse en être tiré l’idée d’une “colonisation”. Ce site pourrait être Hiérolophos (nom connu par Pline, HN, 5.126) selon une hypothèse de Buresch 1898, 27.

288 Robert 1976c, 37 n. 60, donne un bon résumé de sa pensée concernant la nature et la signification de la présence perse en Asie Mineure, les différentes formes sous lesquelles elle se manifeste. Pour une analyse du culte d’Anahita-Anaïtis, ibid., 44-47 (cf. Robert 1975, 327-8).

289 Sekunda 1985,7.

290 Le cours du Moyen-Hermos, mais aussi le Kogamos avec Philadelphie, donc toute une zone centrée principalement autour de ce que l’on appelle la Lydie “brûlée” (Katakékauménè) ou Méonie.

291 Keil 1923, 250 sq. ; Briant 1982, 458-467 ; Diakonoff 1979, 139-189 ; Debord 1982, 265-7 ; 1984, 85-91 ; Keil & Herrmann 1981, 1 (cf. index).

292 Cf. aussi le cas exemplaire d’Hypaipa, Robert 1976c, 25 sq., dans la haute-vallée du Caystre. L’établissement, par sa situation stratégique au sud du Tmolos, tient la route de Sardes ; il possède une acropole. On relève aussi la relative fertilité de la vallée, le culte célèbre (Pausanias) d’une Artémis Persique, appelée Anaïtis dans les inscriptions, avec des traits cultuels bien marqués, des mages sont mentionnés dans une inscription ; quelques survivances perses dans l’onomastique et enfin les monnaies, encore à l’époque impériale attestent la survie de la tradition perse. Pour cette même région du Tmôlos, Robert loc. cil., 30 n. 24, cite un passage de Diogène le Tragique (Athénée 14.636 a-b) où des Λυδὰς Βακτρίας τε παρθένους se livrent en l’honneur de l’Artémis du Tmolos à des rites de mode perse.

293 Debord 1985, 352.

294 Cf. déjà le rapport de Mellink 1967, 172 et pl.59, concernant des fouilles de tumuli dans la même région (Ikiztepe près de Güre) avec du matériel lydien et perse. Ils sont présentés au musée d’Uşak. Cf. Özgen & Ôzturk 1996 ; Karagôz 1996, 285-296 (par exemple sa fig. 8 : phiale d’argent à omphalos et godrons avec une frise de guerriers perses à la lance, datée là du vie s.), résumé dans Briant 1997, 18-19.

295 Sekunda 1991, 129 sq.

296 Robert 1978b, 284 sq. n. 63.

297 Quel est le degré de pertinence de l’observation de Sekunda 1985, 24 : “The cult of Persian Artemis seems to go back to Cyrean times, where as the sanctuary to Artemis Anaïtis may only have been established in the fifth century, when the cult of Anahita was sponsored throughout the Empire”. Il fait évidemment allusion ici au célèbre texte de Bérose, FGrHist, 680, F11, qui vaut pour le règne d’Artaxerxès II. Si cette distinction a quelque validité (?) il serait possible d’envisager deux mouvements de colonisation ; le second éventuellement avec des éléments non iraniens mais iranisés (cf. ce qui se passe dans la même région à l’époque de la domination attalide, Debord 1985, 348).

298 L’un des objets du musée d’Uşak est inscrit du nom perse Artimas, mais en lydien.

299 Supra p. 123.

300 Xén., Éc., 4.6.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540