Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Première partie. Mise en place et organisation des satrapies perses en Asie Mineure occidentale

Chapitre III. Les satrapies de Sardes et d’Ionie et leur postérité

Texte intégral

  • 1 Lewis 1977, 118-9 ; Weiskopf 1982. 91-2 et n. 14 ; Petit 1988, 309-312. Cf. aussi Chaumont 1990, 5 (...)

1Lorsqu’il donne la liste des nomes, en 3.90, Hérodote distingue sous le règne de Darius deux entités différentes dans la partie la plus occidentale de l’Anatolie. Pour la même époque, les documents perses mentionnent simultanément Yauna et Sparda. En revanche, le premier nom a disparu dans l’inscription de Xerxès. Raisonnant par “peuples”, il était logique que Darius aboutît à la conclusion qu’il valait mieux gérer la part la plus occidentale de l’Asie Mineure en deux gouvernements distincts : les Lydiens et ceux qui leur avaient été soumis, depuis Sardes ; les Grecs et les autres peuples côtiers, depuis Magnésie. Malgré l’existence de nombreux indices, un certain nombre de savants (e.g. D. M. Lewis, M. N. Weiskopf et en dernier lieu Th. Petit)1 refusent l’existence d’une satrapie d’Ionie, au moins aux ve et ive s. Ce qui suit vise à montrer que si les circonstances ont amené, dès Xerxès, à renoncer de facto à cette partition, elle n’en n’est pas moins restée présente dans la pratique administrative perse. En conséquence, des choix stratégiques (à usage interne ou externe) ont amené à certains moments le pouvoir central à reproduire une telle situation. Rappelons, une fois encore, que l’Empire est le produit d’une tradition mais qu’il se caractérise aussi par sa capacité d’adaptation aux conditions de l’heure, qu’il ne saurait se définir, même dans l’ordre administratif, comme un ensemble immobile.

1. Jusqu’en 380, une ou deux satrapies ?

  • 2 Hdt. 3.120.
  • 3 Hdt. 3.120-125.
  • 4 Pour Chaumont 1990, 587, il s’agit du siège de la satrapie.
  • 5 Hdt. 3.127.
  • 6 Hdt. 3.128.
  • 7 Balcer 1984, e.g., 185, suppose que Bagaios, l’instrument de l’exécution d’Oroitès, exerça à Sarde (...)
  • 8 Supra p. 90.

2Sous le règne de Cyrus, Oroitès est satrape à Sardes ; il l’est encore à l’époque de la maladie de Cambyse2. Au cours d’un affrontement verbal à la Porte du Roi avec Mitrobatès, satrape de Daskyleion, ce dernier assène un argument décisif contre la vaillance supposée d’Oroitès : il n’a pas su ajouter à son nome l’île contiguë de Samos. Cela suppose que la côte – l’Ionie – était sous le contrôle du satrape de Sardes. Relevons que l’épisode qui aboutit au supplice de Polycrate3 se passe entièrement à Magnésie (Hérodote précise, du Méandre) où Oroitès se tient. Il y a manifestement là une résidence satrapale4 qui servira ultérieurement et à plusieurs reprises lorsque les Perses auront des rapports prolongés avec les Grecs, qu’ils soient belliqueux ou diplomatiques. Profitant des troubles qui aboutissent à la prise du pouvoir par Darius, Oroitès fait exécuter Mitrobatès et le fils de ce dernier pour s’emparer de leur nome. Il tient désormais trois provinces selon Hérodote : Phrygie, Lydie, Ionie5. Lorsque Darius est enfin en mesure d’affirmer son autorité, il se débarrasse d’Oroitès suspecté de velléités d’indépendance ; mais le procédé utilisé démontre bien à quel degré de puissance était parvenu le satrape6. Tout comme dans le cas évoqué ci-dessus de la satrapie de Daskyleion, nous ne savons pratiquement rien de ce qui se passe dans la région immédiatement après la mort d’Oroitès7. Tous les parallèles montrent que, dans ce type de situation, la réponse du pouvoir central fut la division en plusieurs gouvernements du territoire rebelle. Autre conséquence : le déplacement provisoire du centre de commandement principal d’Anatolie vers la Cappadoce8. C’est en effet Otanès qui est chargé de la conquête de Samos.

  • 9 Hdt. 5.25.
  • 10 Supra p. 93.
  • 11 Hdt. 5.30.
  • 12 Hdt. 5.31-32.
  • 13 Hdt. 5.102 ; 116. Par opposition à τῆς ἄνω Ἅλυος ποταμοῦ Ἀσίης (1.130, cf. 103). Daurisès en campa (...)
  • 14 Hdt. 5.123.
  • 15 Hdt. 6.42. Lewis 1977, 2 n. 2, souligne qu’il autorise aussi un voyage vers Persépolis en 495 (PFT (...)

3La date de la nomination à Sardes d’Artaphernès, frère du Roi, n’est pas, elle non plus, absolument définie. Du récit quelque peu décousu d’Hérodote il faut conclure que cet événement a eu lieu entre le retour de l’expédition de Scythie et le départ de Darius vers la Haute-Asie. Artaphernès est établi hyparque (c’est-à-dire satrape) des Sardiens en même temps qu’est créé un commandement de “ceux de la côte” pour Otanès9. Nous avons vu plus haut que cette nomination est peut-être assortie (ou suivie ?) du titre de satrape de Daskyleion10. Quelques années plus tard, Hérodote présente ainsi Artaphernès : τῶν δ’ ἐπιθαλασσίων τῶν ἐν τῇ Ἀσίῃ ἄρχει πάντων, “il commande à tous ceux qui en Asie vivent près de la mer”11. La suite du récit montre qu’il bénéficie là d’un commandement élargi qui lui permet de réunir l’armée destinée à la conquête de Naxos (après avoir cependant obtenu l’aval du Roi), de désigner son chef, Mégabatès, le futur satrape de Daskyleion12. Cette fonction lui donne (au moins après le déclenchement de la révolte de l’Ionie) la haute main sur tous les nomes qui sont entos Halyos puisque Artaphernès peut appeler à la rescousse les trois hyparques des nomes définis par ce critère géographique13. Pour deux d’entre eux, il paraît probable que leurs ressorts nominaux sont la Phrygie et la Carie. On ne peut hésiter en ce qui concerne le dernier qu’entre la Grande-Phrygie (mais elle n’apparaît pas comme dahyu dans les textes iraniens ni comme entité individualisée chez Hérodote) et l’Ionie, naturellement en observant qu’Artaphernès est pour sa part satrape de Lydie. C’est plutôt cette dernière solution que nous privilégierons en remarquant que les trois armées mises en mouvement par les Perses agissent, en parant au plus pressé, en fonction des zones soulevées et que l’intervention d’Artaphernès en Éolide14 ne préjuge en rien de l’étendue du nome qui lui avait été confié. Il est satrape encore en 492 au moins15.

  • 16 Syll. 3, 22, 1. 12-13 ; sur l’authenticité de ce document cf. Brandenstein & Mayrhofer 1964, 91-98 (...)
  • 17 Briant 1996, 507-509, 977, comme Dandamaev 1984, 114.
  • 18 Briant 1996, 304.
  • 19 Infra p. 121 n. 50.
  • 20 Briant 1996, 507 propose, à titre d’hypothèse, l’époque du séjour de Darius à Sardes au retour de (...)
  • 21 Supra p. 47. Selon Robert 1987, 42-43 les hiérodules mentionnés ici relèvent du sanctuaire d’Apoll (...)
  • 22 Dans le même sens que nous Meiggs dans Meiggs & Lewis 1980, no 12 commentaire ; Chaumont 1990, 590

4Il faut surtout verser au dossier de la satrapie d’Ionie l’inscription ML, 1216, lettre de Darius à un certain Gadatas que le texte grec qualifie de doulos (terme dont nous avons vu plus haut que les Grecs le donnaient en équivalence de bandakā). Ce dernier est félicité pour avoir introduit la culture, dans un secteur défini comme τὰ κάτω τῆς Ἀσίας μέρη, d’arbres provenant de τοὺς πέραν Εὐφράτου καρπούς. P. Briant17 propose de voir en Gadatas l’intendant d’un paradis. Il paraît cependant y avoir plusieurs objections à cette solution : la lettre est adressée sans intermédiaire à Gadatas, qui ne saurait donc être un personnage subalterne, et surtout les concepts géographiques retenus sont précis. P. Briant18 interprète le point de départ des arbres comme la satrapie de Ebir Nari. En ce qui concerne le fieu de destination on remarquera d’emblée que le terme meros correspond bien à nomos employé par Hérodote. Nous avons déjà noté que κάτω, “le bas”, par opposition à ἄνω, “le haut”, est un vocable souvent employé dans le contexte de la géographie politique perse19. S’agit-il alors de toutes les régions gouvernées plus tard depuis Sardes ? Il y a à cela au moins deux objections majeures : premièrement, il faudrait supposer que son gouvernement est limité à la courte période comprise entre l’exécution d’Oroitès et la nomination d’Artaphernès20 ; de plus, l’affaire concerne la région de Magnésie du Méandre (probablement la création de son paradis)21 d’où provient l’inscription. Gadatas serait donc en charge du nome ionien22.

  • 23 Ainsi Balcer 1985, 31-42.
  • 24 E.g. Weiskopf 1982, 134 n. 14.
  • 25 Retenant l’individualité de la satrapie d’Ionie, Beloch 1923, 137-141 ; Bengtson 1937, 129 sq. ; M (...)

5Par conséquent, tout un faisceau de fortes présomptions permettent de penser qu’entre la fin d’Oroitès et la “reconquête” athénienne, postérieure à Salamine, il existe bien une entité ionienne, parfaitement individualisée du point de vue du pouvoir central (et pas seulement dans une histoire supposée phantasmée par Hérodote), et que cette dernière peut constituer un gouvernement distinct même s’il est déjà souvent placé sous la tutelle militaire du satrape de Sardes. Plusieurs auteurs soulignent la complexité de l’Ionie23, et certains24 considèrent qu’il y aurait une extraordinaire difficulté à percevoir le phoros dans un district qui irait de l’Éolide à la Pamphylie. Un tel argument n’est guère recevable dans la mesure où les Athéniens ont réellement prélevé le tribut dans cette même région et que d’autres zones côtières, la façade syro-palestinienne par exemple, sont au moins aussi complexes25. Il est évident que les victoires athéniennes entraînent des défections en série dans la région et rendent obsolète cette partition. Ce qui reste du premier nome est rattaché à Sardes même si l’ambition des satrapes, ou la mission qui leur est assignée, est de rétablir la situation antérieure.

  • 26 Hdt. 7.74. Les Ioniens et les Cariens sont commandés là par Ariabignès, Hdt. 7.97. En s’appuyant s (...)
  • 27 Supra p. 93.
  • 28 Plut., Them., 29.
  • 29 Infra p. 486.
  • 30 Thc. 1.115.4-5. Diod. 12.27 ; Briant 1996, 598.
  • 31 Hdt. 7.64 ; cf. cependant Diod. 11.69.2, qui place Hystaspès, fils de Xerxès, en Bactriane en 465, (...)
  • 32 Cf. l’introduction.
  • 33 Rappelons que cette dernière sera un instrument diplomatique – ou si l’on veut dissuasif – plus qu (...)
  • 34 Thc. 1.115-117 ; cf. aussi supra p. 91 et n. 62.
  • 35 Thc. 3.31.1 ; 34.2 et Polyen 3.2. Cf. aussi l’affaire de Zopyros et de Caunos (Ctésias, FGrHist, 6 (...)
  • 36 Pl. I, 7. Bodenstedt 1985, 82 et pl. 7 Ph 65. La date qu’il propose sur des critères stylistiques (...)
  • 37 FGrHist, 688, F15. 52(50). Cf. Schaefer 1940, 1579-1599 ; Petit 1981 ; Sekunda 1991, 90 sq. : les (...)
  • 38 Inscription de Xanthos en lycien, TL, 44c. 1. 11-12, où est mentionné Zisprnna Widrñnahe ; le cont (...)
  • 39 Andrewes 1961, 4 sq.
  • 40 Thc. 8.108.4 ; 5.32.1.
  • 41 Andrewes in Gomme et al. 1981, 12, retient la datation haute alors que Lewis 1977, 80 sq. proposer (...)
  • 42 Thc. 5.1.
  • 43 Thc. 8.5.5. Les commentateurs qui acceptent la date haute sont embarrassés par cette mention : mêm (...)
  • 44 Les tendances centrifuges de la région, combattues – ou entérinées – par l’accession d’une dynasti (...)
  • 45 Cf. e.g. Andrewes 1961, 6 sq. § 2 : “Thucydides’ silences”.
  • 46 IG, I3, 370, 1. 79 (IG, I2, 302) ; commentaire de Meritt 1936, 382 ; Andrewes, loc. cit. ; Wade-Ge (...)
  • 47 IG, I3, 290 (ATL, II, liste 40) I, 26 : 415/4.
  • 48 Thc. 8.5.5.

6Revenons à Sardes. Il est possible qu’Artaphernès (II) tils d’Artaphernès ait succédé à son père. Nous le trouvons à la tête des contingents lydiens et mysiens de l’armée de Xerxès en 48026. En ce cas, il n’y a pas de place pour Hydarnès que l’on doit considérer comme en poste à Daskyleion27. C’est vers 465 que l’on peut situer l’anecdote rapportée par Plutarque28 où l’on voit Démarate, qui revendique le port de la tiare droite29, se faire rabrouer par Mithropaustès, anepsios (cousin) du Roi. Aucune fonction n’est indiquée pour ce haut personnage. On sait simplement que la scène se passe à Sardes. Il est possible que ce dernier soit alors satrape de Sparda et que l’on ait continué ainsi à y maintenir des proches parents du Roi, tels Cyrus à la fin du siècle, mais sans doute aussi Pissouthnès, qui est en charge de ce gouvernement au moins en 44030. Ce dernier est fils d’Hystaspès, c’est-à-dire très probablement le neveu de Xerxès31. Il mène une politique active en mer Égée entraînant la défection de Samos et en chaîne celle de Byzance ; Lesbos et Chios se sentent menacées. C’est donc déjà tout le “couloir paralien”32 qui est concerné et il est tentant de voir globalement dans ces troubles la main de Pissouthnès, et pas seulement à Samos. Il peut disposer de la “flotte de Phénicie” ou du moins est en situation de le faire croire33. Tout cela permet de lui attribuer un large commandement, comparable à celui de certains de ses prédécesseurs. On connaît la réplique d’Athènes et de Périclès34. Pissouthnès est encore en poste en 427 et son attitude anti-athénienne35 d’alors paraît devoir déboucher sur un conflit ouvert. Les parties antagonistes appuient des groupes rivaux dans un conflit local à Colophon et Notion. L’épisode est narré par Thucydide 3.34.1-2 : Itaménès s’empare de Colophon en 430 avec l’appui de la faction aristocratique. Les opposants se réfugient près de la mer à Notion (c’est un schéma classique). Mais les troubles reprennent et un groupe obtient de Pissouthnès l’installation d’une garnison composée d’Arcadiens et de barbares en un point fortifié (διατείχισμα) qui sert de point de ralliement à tous les philo-perses. Grâce à une ruse l’Athénien Pachès massacre la garnison et assure aux amis d’Athènes le contrôle du port. Ce passage montre que la guerre du Péloponèse a permis à Pissouthnès de renforcer les positions perses en Ionie. Y a-t-il pour autant reconstitution d’un gouvernement spécifique ? Le texte de Thucydide est trop allusif pour que l’on puisse trancher. Il paraît plus vraisemblable de penser qu’Itaménès est un subordonné (un hyparque ?) de Pissouthnès. Peut-être une monnaie de Phocée “représente”-t-elle ce dernier36. Thucydide ne nous apprend rien de plus. C’est donc le seul Ctésias qui mentionne la révolte du satrape. Le Roi envoie contre lui trois nobles perses, dont Tissapherne37, et c’est curieusement par une inscription lycienne que nous apprenons le nom du père de ce dernier : Hydamès38. Tissapherne reçoit le gouvernement de Pissouthnès après l’élimination de ce dernier livré par le chef de ses mercenaires athéniens, Lykon. Il n’y a rien à attendre du récit de Ctésias en ce qui concerne la chronologie absolue, en particulier à cause des lacunes évidentes de son information39. Il n’y a pas de raison décisive de placer cet épisode au début du règne de Darius II. Certains auteurs ont cru pouvoir déduire de la confrontation de deux passages de Thucydide40 l’idée que Tissapherne était déjà en possession d’Adramyttion dès avant 421, puisqu’à cette date les Déliens sont censés avoir réintégré leur île. Mais, à la lecture, il apparaît assez peu vraisemblable que les gens d’Antandros allèguent un événement vieux de dix ans (le massacre de Déliens d’Adramyttion) pour se soulever contre l’hyparque de Tissapherne. Il y a là une contradiction qui a rendu prudents la plupart des commentateurs41. Peut-être tous les Déliens ne sont-ils pas rentrés dans leur île, dans la mesure où les conditions qui leur avaient été faites par Pharnakès paraissaient favorables42. Une date basse rendrait mieux compte de l’enchaînement des faits, essentiellement l’exigence de l’arriéré des tributs par le Roi à Tissapherne43 et la révolte d’Amorgès en Carie après l’échec de son père44. Dernier élément d’un maigre dossier (Thucydide n’ayant pas jugé que ces événements étaient dignes d’être rapportés45 sans doute parce qu’ils n’étaient pas alors au cœur du conflit), une inscription46 qui semble indiquer qu’un stratège athénien envoyé à Éphèse reçoit une somme d’argent. Malgré l’opinion de plusieurs auteurs, le lien avec la révolte d’Amorgès paraît bien problématique. La date, et surtout le lieu (Thucydide précise qu’Amorgès s’est soulevé en Carie), invitent plutôt à penser à des mesures conservatoires dues à l’action de Tissapherne en Ionie pendant ou immédiatement après la révolte de Pissouthnès. Cet effort est d’ailleurs couronné de succès puisqu’Éphèse (parmi d’autres) continue à payer le phoros47, ce qui motive la demande d’intervention formulée par Tissapherne auprès des Spartiates48.

  • 49 Thc. 8.5.4.
  • 50 Diod. 13.36.5, écrit ὁ τῶν ἐπὶ θαλάττης τόπων ἔχων τὴν στρατηγίαν et plus loin (13.37.4) satrapès (...)
  • 51 En ce sens Andrewes in Gomme et al. 1981, 14.
  • 52 Supra n. 38 et infra p. 126.
  • 53 Thc. 8.6.2 ; cf. également l’épisode d’Antandros supra et encore, quelques années plus tard les ré (...)
  • 54 Thc. 8.58.1 ; Tissapherne dans l’Hellespont, Hell., 1.1.9 ; situation identique pour Cyrus, Xén., (...)
  • 55 Thc. 8.46.1 ; 58.5 ; Diod. 13.36.5 ; 37.4 ; infra p. 213 et n. 75, cf. également p. 215.

7Ce dernier apparaît donc pour la première fois dans le récit de Thucydide au cours de l’hiver 413/249 avec comme préoccupation première de réduire le soulèvement d’Amorgès, bâtard de Pissouthnès en Carie. Thucydide indique qu’il a été nommé στρατηγὸς τῶν κάτω par le Roi, et ce titre a suscité des commentaires aussi abondants que divergents chez les modernes50. Il est impossible de comprendre ce que cela signifie si l’on n’essaie pas de rendre compatibles l’ensemble des informations fournies par les deux gouvernements de Tissapherne, avec entre les deux celui de Cyrus, ou pour être plus exact les deux gouvernements successifs de Cyrus, sans oublier que Tissapherne avait conservé quelque pouvoir même à l’époque du commandement de ce dernier. Tissapherne est donc “en charge du Bas-Pays”. Il ne semble pas qu’il s’agisse d’un terme désignant un commandement militaire du type de celui exercé par Cyrus51 et englobant toute l’Asie Mineure occidentale, et pas davantage la responsabilité de la seule satrapie de Sardes, correspondant au deuxième nome hérodotéen. En bref, jusqu’à l’arrivée de Cyrus, Tissapherne est satrape d’une région qui comprend à la fois la Lydie, l’Ionie, une partie de l’Éolide, la Carie, la Lycie52 et probablement quelques territoires adjacents. Dès le début les rapports entre Tissapherne et Pharnabaze ne sont pas bons53 mais le second n’est en rien subordonné au premier. Tissapherne reçoit un commandement supérieur vers le début de l’année 411 comme l’indiquent à la fois la présence de Pharnabaze à ses côtés lors des négociations du troisième traité avec les Lacédémoniens, un peu plus tard une action de Tissapherne dans l’Hellespont54 et enfin le fait qu’il dispose (ou est supposé pouvoir disposer) de la flotte de Phénicie55.

  • 56 Cousin 1924. Rappelons que Cyrus était le fils de Darius II et le frère cadet du futur Artaxerxès (...)
  • 57 Xén., Hell., 1.4.3 : ἀπήντησαν… καὶ Κῦρς, ἄρξων πάντων τῶν ἐπὶ θαλάττῃ καὶ συμπλεμήσων Λακεδαιμονί (...)
  • 58 Xén., An., 1.9.7.
  • 59 C’est par ce troisième élément que se distingue fondamentalement le ressort de Cyrus par rapport à (...)
  • 60 Il n’y a donc pas lieu de préférer l’une des versions à l’autre, comme le fait Weiskopf, 1982, e.g (...)
  • 61 Hdt. 5.30 (Artaphernès) : τῶν δ’ ἐπιθαλασσίων τῶν ἐν τῇ Ἀσίῃ ἄρχει πάντων voir supra p. 117. On ra (...)
  • 62 Kastôlos. Kastolou Pedion, cf. Xén., Cyr, 6.2.11 ; Hornblower 1982, 146 n. 65 ; Debord 1985, 349 ; (...)
  • 63 Supra p. 26.
  • 64 Selon Plut., Artax., 2.5, Cyrus fut nommé Λυδίας σατράπης καὶ τῶν ἐπὶ θαλάσσῃ στρατηγός.
  • 65 Diod. 14.12.8 : ἄρχων ἀποδεδειγμένος τῶν έπὶ θαλάττῃ σατραπειῶν (cf. 14.19.2).
  • 66 Infra p. 155.
  • 67 Xén., Hell.. 3.1.3 : “Tissapherne… fut envoyé comme satrape à la fois de la province dont il avait (...)
  • 68 Cf. par ex. Thc. 8.18.1 (traité d’alliance entre Chalkideus et Tissapherne) : “Les Lacédémoniens e (...)
  • 69 Certains auteurs : Lewis 1977, 119 ; Hornblower 1982, 33 ; Sekunda 1991, 88, considèrent que le re (...)

8La nomination de Cyrus56 en 408 ou 407 amène des modifications importantes pour l’administration de la région. Il est désigné par Xénophon dans les Helléniques comme ᾂρξων πάντων τῶν ἐπὶ θαλάττῃ57. Cette fonction n’est nullement en contradiction avec ce que dit l’Anabase58 où le ressort qui lui est attribué est ainsi décrit : Lydie, Grande-Phrygie, Cappadoce59. Elle se situe simplement sur un autre plan60. Premièrement Cyrus dispose d’un commandement large, du type de celui dont avait bénéficié avant lui Artaphernès frère de Darius. La formulation employée par Xénophon est pratiquement identique à celle d’Hérodote61. Cependant Xénophon fournit des précisions intéressantes : Cyrus est karanos des troupes qui se concentrent à Kastôlos62. Nous avons vu plus haut que ce titre est un hapax, qu’il est d’essence militaire – c’est d’ailleurs ce qu’indique explicitement Xénophon – mais qu’il donne à son détenteur les moyens, en particulier fiscaux et peut-être monétaires, de mener à bien les opérations armées63. Deuxièmement il est en possession d’un ressort satrapique dont il n’y a pas lieu de douter de l’existence tel qu’il est défini64. Il y a donc place pour d’autres satrapies en Asie Mineure occidentale, comme l’indique fort clairement Diodore65, en premier lieu celle de Pharnabaze. En revanche, il est difficile de décider si la Grande-Phrygie a été retirée à ce moment à Daskyleion ou si ce fait était acquis depuis longtemps66. Le principal “perdant” de ce remaniement est Tissapherne dont il n’est pas douteux qu’il est resté en Asie Mineure en 407. Sans être en conflit ouvert avec Cyrus il doit cependant courber l’échine. Cyrus est le fils du Roi et il a le pouvoir que lui confère son titre de karanos. De surcroît, la politique de balance entre Spartiates et Athéniens qu’il prônait a été désavouée par Suse. Enfin, il est littéralement “coincé” entre Cyrus d’un côté et Lysandre de l’autre, au moins dans la partie ionienne de son gouvernement dont l’existence est explicitement attestée par Xénophon67. Son ressort ne peut être qu’une satrapie de Ionie Carie-Lycie, reconstituant pour l’essentiel le premier nome hérodotéen (on ne sait rien de la Pamphylie à ce moment). Remarquons d’une part que c’était la première fois qu’une telle province pouvait exister depuis 476, paradoxalement grâce aux efforts de Tissapherne, même s’ils avaient été jugés peu efficaces en haut lieu. Depuis les traités de 411, les Spartiates ont explicitement admis la possession institutionnelle et fiscale sur les villes d’Ionie68 par les Perses. D’autre part on observera que Cyrus paraît être resté complètement étranger à la Carie et à la Lycie, alors que les témoignages concernant Tissapherne y sont importants69.

  • 70 Xén., An., 1.1.2.
  • 71 Ibid., 1.1.6 ; Xén., Hell., 3.1.3 : “il exigea immédiatement la soumission de toutes les villes d’ (...)
  • 72 La date du retour de Cyrus a donné lieu à des théories différentes : Cavaignac 1924, 311-3, propos (...)
  • 73 De la confrontation de ce passage (Xén., An., 1.1.6) et de Hell, 3.1.3 (cité ci-dessus n. 71), il (...)
  • 74 Xén., An.. 1.1.7.
  • 75 Diod. 14.19.6.
  • 76 Sur Artimas, il paraît difficile de suivre Balcer 1984, 189. Il est hautement improbable que l’on (...)
  • 77 Xén., An.. 7.8.25. À tort ou à raison ce passage est considéré par bon nombre d’auteurs comme inte (...)
  • 78 Tamôs n’est pas mentionné par Xénophon (ou son interpolateur) mais par le seul Diodore.

9A l’annonce de la maladie de Darius, Cyrus se dirige vers la Haute-Asie en compagnie de Tissapherne qu’il considère, nous dit Xénophon, comme son ami70. Ce grand dissimulateur tient enfin sa vengeance, il dénonce à Artaxerxès les ambitions de son frère. Ce dernier est retenu sur place alors que Tissapherne regagne son gouvernement, en pensant avoir les mains libres puisque ses deux “ennemis” : Cyrus et Lysandre, ont quitté la place. Il rétablit son autorité sur l’Ionie71. Mais Parysatis obtient la grâce de Cyrus et même son retour dès 403 dans son gouvernement72. À partir de là, c’est la guerre ouverte entre les deux hommes. Cyrus revendique l’Ionie, s’empare “des villes d’Ionie qui relevaient anciennement de Tissapherne, à qui le Roi les avait données”73, il paie le tribut au Roi pour elles et ce dernier laisse faire (nous savons que ce n’est pas là un cas isolé). Seule Milet, où Tissapherne a renforcé le pouvoir de ses partisans, résiste. Cyrus en fait le siège74, mais ses préoccupations sont ailleurs. A son départ, il crée trois satrapies75 : une de Lydie et une de Phrygie, confiées respectivement à Artimas76 et Artakamas77, et une d’Ionie-Éolide pour Tamôs78.

  • 79 Xén., Hell., 3.1.3 : “Il fut envoyé comme satrape à la fois de son ancienne province et de celle q (...)
  • 80 Xén., Hell., 3.2.13, stratègos tôn pantôn ; Diod. 14.26.4, Tissapherne reçoit τὴν ἡγεμονίαν ὧν Κύρ (...)

10Une fois Cyrus disparu, Tissapherne peut retrouver son ancien gouvernement et même au-delà. Cela se fait en deux temps : dès 401/400 il revient en charge des satrapies79 relevant précédemment de Cyrus, il faut comprendre qu’il s’agit du secteur Lydie-Ionie. En revanche il ne paraît pas avoir autorité sur la Cappadoce probablement conservée par Mithridate (supra). Fin 398-début 397, il reçoit en plus un commandement militaire comparable à celui de Cyrus, puisqu’il a le pas sur Pharnabaze et décide seul des actions militaires à mener dans les deux gouvernements, y compris la zone hellespontique80.

  • 81 Andrewes 1971,208 et Lewis 1977, 119, pensent que sa satrapie a été réduite à la Carie alors que B (...)
  • 82 Supra p. 59 n. 223.
  • 83 Weiser 1989, 267-293 ; supra p. 62.
  • 84 Son “portrait” (mais cf. infra n. 88), Franke & Hirmer 1966, pl. 184, 621-623. Sur le monnayage de (...)
  • 85 Babelon 1910, col. 102-106 (pl. 88, 10-13), étalon rhodien, “phénicien” pour Cahn 1985, cf. sa pl. (...)
  • 86 Franke & Hirmer 1966, pl. 184, no 621 ; Cahn 1989, pl. I no 5, (Pl. I, 11). Cet unicum est d’étalo (...)
  • 87 Franke & Hirmer, 1966, no 622 ; Cahn 1989, no 6 (Pl. I. 15) ; étalon "phénicien" (rhodien) qui inc (...)
  • 88 Harrison 1982a récuse toute identification d’un personnage lorsque le nom (du satrape) n’est pas i (...)
  • 89 Weiser 1989, 290 sq. A lire ces pages, il est assez tentant de penser à Tiribaze en rapprochant ce (...)
  • 90 Weiser 1989, Taf. XIX, 27A. Cette monnaie faisait partie du trésor dit de “Karaman”, l’antique Lar (...)

11Ce schéma, relativement facile à établir si l’on tient compte de ce que disent les sources, et par conséquent si l’on admet l’existence de deux entités “filles” de celles qui existaient du temps de Darius Ier, n’a pourtant pas été adopté par tous les modernes81. Les monnaies apportent quelques éléments de confirmation malgré les sérieuses interrogations qu’elles peuvent encore susciter. Il était étrange qu’il n’y eût point de monnayage certainement attribuable à Cyrus le Jeune si l’on considère les fortes sommes dépensées pour la guerre, et cela d’autant plus qu’il est très probable qu’il faut lui retirer la paternité des dariques à “l’archer imberbe”, presque à coup sûr plus anciennes82. Les chouettes publiées par W. Weiser83 viennent heureusement combler cette lacune en parallèle, très probablement, avec des dariques “ordinaires”. En ce qui concerne Tissapherne84 la situation est très différente. Jusqu’à une époque relativement proche de nous les monnaies (toutes anépigraphes, ou plus exactement ne portant mention que du Roi) qui lui étaient attribuées appartenaient à deux groupes. D’une part, une série “têtes satrapales” avec tiare et diadème, au revers l’archer perse (tétradrachme et drachme d’argent, bronze), avec sur les tétradrachmes une trière comme symbole secondaire85 ; d’autre part le désormais très célèbre tétradrachme, très finement gravé et qui porte la chouette d’Athènes au revers, mais avec la légende BAΣ86 et dont on peut rapprocher une autre pièce de même module avec une cithare à sept cordes au revers87. L’absence du nom du satrape a entraîné le scepticisme le plus complet de M. C. Harrison88 qui refuse, pour des raisons de méthode, toute identification du ou des personnages. Pour W. Weiser89, la série à l’archer est plus récente et ne doit donc pas être attribuée à Tissapherne. En revanche, il croit pouvoir lire [TI]ΣΣA sous le profil du satrape “à la chouette” et date cette monnaie de la période qui suit la disparition de Cyrus90. La nouveauté de ces dernières années a été l’apparition en divers endroits d’émissions dont l’attribution à Tissapherne n’est pas douteuse dans la mesure où elles portent le nom du satrape :

  • 91 Meilleure photo, Zahle, 1989, 181 (Pl. I, 14). Cette monnaie avait été publiée par Hurter 1979, pl (...)
  • 92 Harrison 1982a, 391-395.
  • 93 Hurter 1979, 100-101, d’où Weiser 1989, 283.
  • 94 Kraay 1962, 10-11.
  • 95 Cf. Harrison 1982a, 450-458, qui propose une date plus haute, dans le courant du ve s., pour la sé (...)
  • 96 Harrison 1982a, penche pour une émission satrapale, alors que S. Hurter, op. cit., pense qu’il s’a (...)
  • 97 Supra p. 55 n. 197.

12— A Xanthos91, une monnaie qui, pour l’instant, est un unicum et par conséquent difficile à dater. Elle figurait dans un trésor qui comportait au moins soixante-dix-huit pièces. Il s’agit d’un statère d’argent de 8,42 g avec à l’avers un cavalier perse au galop à droite, légende en lycien Arñna (?) ; au revers l’Athéna de Xanthos, légende Zis[aprñ]na, nom qui apparaît dans l’inscription TL, 44c. Ce trait amène M. C. Harrison92 à proposer une date plus haute que celle retenue par S. Hurter93. Cette dernière donne comme autre argument que le thème du cavalier perse est emprunté aux monnaies ciliciennes du Syennésis pour lesquelles C. M. Kraay94 propose le début du ive s. Mais la datation de ces séries n’est pas absolument assurée95. Pour M. C. Harrison96 il s’agit d’un monnayage émis par le satrape à cause de la légende transcrivant son nom dans sa graphie lycienne. On rappellera que le “cavalier perse” figure également sur une série assez abondante frappée en Carie dont l’attribution – et donc la date — restent incertaines97. Le contexte historique de cette émission ne se laisse pas aisément saisir. Il faut donc conserver une fourchette chronologique large dans la mesure où Tissapherne peut avoir eu l’occasion de frapper monnaie à Xanthos à divers moments de son activité satrapale : fin de la guerre du Péloponèse, période du “repli” de Tissapherne sur la Carie-Lycie, campagne contre Agésilas.

  • 98 Cahn 1985, 591 ; 1986, 11-14 ; 1989, 99 ; Weiser 1989, 271 n. 21 (cf. pl. 19, no 25) donne une lis (...)
  • 99 Plus vraisemblablement AΣTYPHN(NΩN) qu’AΣTYPH(NH). La monnaie de la vente Athena (note précédente)(...)
  • 100 Cahn 1985, 585-587 ; cf. Laumonier 1958, 670.
  • 101 Près de la moderne Çanakkale, cf. Cook 1973, 36.
  • 102 Astyra d’Éolide : Paus. 4.35.10 ; cf. Lambrianidis et al. 1966, 196.
  • 103 Supra p. 96 n. 108.
  • 104 En dernier lieu Stauber 1996, 259-260 (une incertitude : ces monnaies civiques proviennent-elles d (...)

13— A Astyra : plusieurs exemplaires [provenant d’une même trouvaille ?] sont récemment apparus sur le marché98. Il s’agit de bronzes avec à l’avers, un “portrait” de Tissapherne, tête nue, donc à la grecque, à droite la légende TIΣΣA ; au revers, statue archaïsante d’une “Meter”, avec légende AΣTYPH99. Comme le fait observer H. A. Cahn100 nous connaissons quatre Astyra : en Troade101, en Mysie, en Éolide102, en Carie. Il est hors de doute qu’il s’agit de celle de Mysie dont le sanctuaire d’Artémis Astyrènè est bien connu103. Observons qu’en ce qui regarde les légendes, la pratique a été identique à Astyra et à Xanthos. Cela tendrait à confirmer le fait qu’il s’agit bien d’une émission satrapale dans la mesure où les émissions civiques d’Astyra à cette époque sont bien différentes104.

  • 105 Cahn 1985, cf. les références de la note 84 supra. (Pl. I, 13).
  • 106 Cahn 1989, 99 n. 6. On frappe en effet à Adramyttion des monnaies pour Orontès sur lesquelles Athé (...)

14— Un autre groupe de bronzes105 “sorti” en même temps que le précédent, porte les mêmes types que le didrachme de Xanthos (cavalier perse brandissant une lance, Athéna portant un casque attique) mais l’ordre des faces est inversé et le traitement stylistiquement bien différent (le fait est particulièrement évident pour Athéna), avec l’inscription TIΣΣA en grec en revers. Il n’est pas possible d’attribuer une origine certaine à ces monnaies, mais leur lieu d’émission ne devrait pas être très éloigné d’Astyra. H. A. Cahn106 suggère Adramyttion.

  • 107 Supra p. 94.
  • 108 Supra p. 96 et n. 108.
  • 109 Il n’y a pas lieu de supposer avec Cahn 1985, 593 qu’il agit là en tant que karanos ou de voir dan (...)

15La proximité de ces deux groupes invite à penser qu’ils ont été émis dans des conditions historiques et chronologiques similaires. Le moment le plus approprié paraît être celui de la reprise en main de la région d’Adramyttion et Antandros que Tissapherne semble avoir momentanément perdue en 411107, mais qui dépend de la satrapie de Sardes en 395108. Comme on le voit, la fourchette chronologique est relativement large mais, en réalité, seules deux périodes paraissent vraisemblables, soit une période très proche de l’“affront”, soit mieux encore les années (l’année ?) qui suivent immédiatement son retour en Asie Mineure après la mort de Cyrus. À ce moment, Tissapherne est en mesure de revendiquer la totalité de son gouvernement109. y compris dans cette région, et Pharnabaze, resté apparemment assez discret dans la guerre civile qui vient d’avoir lieu, ne peut s’y opposer. En conséquence si l’on considère la monnaie d’Adramyttion (?) comme une réplique de celle de Xanthos, cette dernière devrait être datée des années immédiatement antérieures à 400.

  • 110 Cf. Bodenstedt 1981, 154 n. 87 (pl. 8 no 10) ; Cahn 1989, pl. I, no 9. (Pl. I, 9).

16— Un cas un peu particulier est celui d’une hektè de Phocée110 où le “portrait” présente des traits de ressemblance physique assez évidents avec certaines des monnaies d’Astyra malgré les réserves de principe de C. M. Harrison. Une différence d’importance, il s’agit très probablement ici d’un monnayage civique.

17Nous sommes donc en présence de toute une série d’émissions qui se caractérisent par une grande diversité d’étalons, de métaux et d’iconographie et cela suppose d’assez nombreux centres de frappe. Tissapherne paraît être le premier satrape perse à avoir perçu l’intérêt de l’utilisation systématique d’un monnayage imitant celui des cités grecques.

  • 111 Tithraustès exerçait probablement les fonctions de chiliarque ; Lewis 1977, 19 n. 96 (après Bruce (...)
  • 112 Infra p. 247.
  • 113 Chaumont 1990, 596 sq. en fait le satrape de Sardes pour un court laps de temps.
  • 114 Sur Ariaios, cf. infra p. 156 ; on ne sait rien de plus sur Passiphernès.
  • 115 Cf. Meloni 1950, 292-339. Tiribaze est l’ami et le conseiller d’Artaxerxès au moins dès 401 (Plut. (...)
  • 116 Xén., Hell, 4.8.12 : βασιλέως ὄντα στρατηγόν ; Diod. 14.85.4 : ὁ τῶν κατὰ τἠν Ἀσίαν πεζῶν δυνάμεων (...)
  • 117 Weiskopf 1982, 87 n. 8 ne retient pas ce commandement élargi car il ne croit pas qu’il ait à ce mo (...)
  • 118 Cornelius Nepos, Conon, 5.3. Les textes cités note 115 montrent clairement la double nature du man (...)
  • 119 Xén., Hell, 4.8.16 ; cf. infra p. 254.
  • 120 Cf. Beloch 1923, 137 et l’approbation nuancée de Hornblower 1982, 38 n. 12 ; contra Petit 1988, 30 (...)

18Si l’on essaie de concilier l’ensemble des indications fragmentaires fournies par nos sources, la succession de Tissapherne, c’est-à-dire les années 395-380, est particulièrement difficile à comprendre. Le pouvoir central semble avoir passablement tâtonné : on constate une grande instabilité dans les fonctions satrapiques et dans l’étendue des ressorts territoriaux. A la mort de Tissapherne (en 395) s’ouvre une période de transition. Tithraustès, qui exerçait de hautes fonctions à la cour, est chargé d’une mission ponctuelle111. Il s’agit de régler, au moins provisoirement, les problèmes posés à la satrapie de Lydie par la présence d’Agésilas112. On sait que Tithraustès ne s’embarrasse pas de scrupules en incitant le roi de Sparte à envahir la Phrygie hellespontique et en lui fournissant un fort viatique. Il n’est donc rien d’autre qu’un administrateur provisoire113 chargé d’une mission militaire et diplomatique ad hoc. Lorsqu’il repart pour la Haute-Asie il remet à Ariaios et à Passiphernès le commandement de l’armée114. Le premier est en charge de la Haute-Phrygie mais il n’y a aucune raison de penser que le second est devenu satrape à Sardes. La vacance semble donc durer jusqu’à l’arrivée de Tiribaze115, doté en 393/392 d’un commandement militaire116 probablement de même type que ceux qui avaient été confiés précédemment à Cyrus puis à Tissapherne117 et dont nous apprenons par le seul Cornelius Nepos118 qu’il était aussi satrape de Lydie. Après son rapprochement avec le Spartiate Antalkidas, le Roi le rappelle (ou en tout cas il se rend auprès de lui119). C’est l’occasion d’une grande réorganisation qui a lieu en 392/391120 :

  • La Carie devient une satrapie séparée sous Hékatomnos121.
  • La Lydie est donnée à Autophradatès122. Sa satrapie comprend aussi, nous le verrons plus loin, la Lycie. Nous en avons en tout cas la preuve pour la partie occidentale et méridionale. À moins d’imaginer (même si cela reste possible) qu’il y avait une nette rupture territoriale, il faut conclure que le “trait d’union” est constitué par la Carie Orientale dont d’autres indices semblent indiquer qu’elle n’appartenait pas, au moins sous les premiers d’entre eux, aux Hékatomnides.
  • Une satrapie d’Ionie est recréée pour Strouthas. Elle accompagne un commandement militaire ample du type de ceux qui avaient existé antérieurement123. Contrairement à ce qu’affirme Th. Petit124, il n’y a pas lieu de douter de ce que dit l’inscription de Milet Tod, 113125 qui lui donne seulement le titre de satrape d’Ionie. Certes, on pourrait arguer du fait que cette inscription prend en compte les seuls Ioniens parce qu’ils sont les interlocuteurs du satrape126, mais toute la documentation disponible sur ce personnage concerne l’Ionie dont le centre vital est la vallée du Méandre. Lorsque les Lacédémoniens veulent lui porter des coups qui l’atteignent spécifiquement, les actions militaires de leurs généraux ont lieu précisément dans cette région127, selon les mêmes principes qui guideront les opérations successives d’Agésilas contre les différents satrapes de l’Asie Mineure occidentale. Il se confirme donc ainsi qu’à des époques diverses, sans qu’il y ait forcément de continuité, on a reconstitué une archè séparée dont l’origine remonte au “premier” nome hérodotéen128, même si ses limites ont pu varier. La Carie n’est pas incluse dans l’archè de Strouthas mais ses côtes sont naturellement sous son contrôle militaire. On ne sait rien pour ce qui concerne la Pamphylie. Le pouvoir central paraît donc avoir souvent hésité entre cette solution et une grande satrapie unifiée, mais potentiellement l’Ionie conservait son identité.
  • 129 Théopompe, loc. cit. L’emploi de Cariens dans la flotte perse est un usage constant depuis la conq (...)

19Les objectifs semblent relativement clairs. Les choix faits (y compris le maintien de Pharnabaze) impliquent que le Roi n’est pas prêt à changer de politique et que la priorité est donnée à la lutte contre le roi rebelle de Salamine, Évagoras. Une expédition est organisée avec à sa tête Hékatomnos comme navarque et Autophradatès comme général des troupes terrestres129, alors que Strouthas est en charge des affaires de l’Égée.

  • 130 Xén., Hell., 4.1.25.
  • 131 Sur la fin de Tiribaze, cf. Plut., Artax., 29 ; les rapports cyclothymiques qu’entretiennent le Ro (...)
  • 132 Le récit de Xénophon est ici plus que jamais discontinu et décousu. Il juxtapose des faits qui, po (...)

20Cette répartition est remise en cause par le changement de la politique royale en faveur de Sparte et aussi sans doute l’échec de l’expédition chypriote. Tiribaze revient aux affaires à Sardes (récupérant la satrapie d’Ionie ?) en 388130, en même temps qu’Ariobarzane succède à Pharnabaze (supra). Seul Hékatomnos échappe à ce mouvement. Rien ne permet d’affirmer que Tiribaze est déchargé de la satrapie de Sardes en même temps qu’il reçoit la mission de préparer puis de mener l’expédition contre Chypre, comme ce sera le cas plus tard pour Pharnabaze. Le fait que Kymè et Phocée soient le premier lieu de concentration de la flotte semblerait indiquer le contraire. En tout cas [en 380 ?], Autophradatès est une seconde fois son successeur131. Notons cependant que ce schéma complexe n’a pas emporté l’adhésion de tous les commentateurs modernes et que plusieurs des maillons ont été remis en question de façon plus ou moins ferme132.

21Dès 392, mais cela est encore plus évident à partir de 380, l’organisation mise en place par Darius, telle du moins que nous la décrit Hérodote, est bien morte. Le nombre des satrapies s’est multiplié. A quelques retouches près, il est désormais fixé pour la part occidentale de l’Asie Mineure. C’est l’évolution ultérieure de ces “satrapies-filles” que nous allons tour à tour examiner.

2. La satrapie de Carie133

  • 133 Bockisch 1970, 117-175 ; Hornblower 1982 (essentiel) ; Ruzicka 1992.

22Tout le monde s’accorde aujourd’hui pour considérer qu’une entité carienne, quel qu’en soit le premier titulaire et la signification exacte, apparaît au tout début du ive s. Une série d’interrogations vient alors à l’esprit :

  • Y a-t-il des antécédents à la satrapie du ive s. ? Sans revenir sur toute la problématique des listes perses, on invoquera celle de Naqs-i-Rustam, de l’époque de Darius Ier, où non seulement Karkā est distinct mais encore très éloigné dans la liste de Katpatuka, Sparda, Yauna. Ces dernières se succèdent somme toute suivant l’ordre hérodotéen mais en l’inversant134. La création d’unité autonome au ive s. n’est pas une véritable innovation135 d’autant que la satrapie “reliquat” de Tissapherne à partir de 407 devait être perçue de facto comme une satrapie de Carie ;
  • A quelle date ? Pour des raisons historiques évoquées plus haut136, la date qui paraît la plus plausible est 392/1. Cela suppose d’éliminer le ghost-satrap qu’est très certainement Hyssaldomos. La tradition littéraire antique, assez peu prolixe il est vrai, avait laissé penser que le premier satrape était Hékatomnos137 mais une inscription réexaminée par L. Robert138 a amené le monde savant139 à admettre que le premier satrape hékatomnide était Hyssaldomos, le père d’Hékatomnos. Il apparaît cependant qu’une tout autre interprétation du (ou des) document(s) est plus plausible140. Nous proposons donc de revenir à la solution traditionnelle : Hékatomnos a bien été le premier satrape en 392/391, son père Hyssaldomos ayant exercé une fonction identique à celle des hyparques connus de Tissapherne. Il est en effet bien peu probable que la Carie ait été dotée dès 395 d’un satrape alors que la pièce maîtresse du système, la Lydie, aurait dû attendre 393 au moins pour en avoir un. Certes, on pourrait discuter cette date de 392/391 au vu de la fonction énigmatique attribuée à Hékatomnos vers 380 par Isocrate, celle d’epistathmos141. Il n’y a pas de raison de croire qu’Isocrate fait référence ici à une fonction précise, distincte de celle de satrape. On notera que, dès 391, le Carien est appelé à exercer un commandement à Chypre et que ce genre de mission est confié à de hauts dignitaires de l’Empire. D’autre part il a été remarqué, depuis l’Antiquité, que la composition du Panégyrique a duré de nombreuses années, à partir de 392 au moins142, et l’on ne peut être sûr qu’Isocrate ait modifié sur ce point son texte initial.

Planche IV

Image

Planche V

Image

Légende des planches IV-V
IV. 1, Mylasa, A. Laumonier, Cultes, pl. III, 1
IV.2, Mylasa, A. Laumonier, Cultes, pl. IV, 3
IV.3, Tégée, A. Laumonier, Cultes, pl. III, 2
IV. 4, Milet (?), Hékatomnos, v. Athena 1988 no 180, ar, 4,24 g.
IV.5, Milet (?), Hékatomnos, Babelon 89.17, ar, 12,40 g.
IV.6, Mylasa, Mausole (?), Babelon 91.6, ar, 15,04 g.
IV.7, Mylasa, Hékatomnos, von Aulock 2354, ar 13,2 g.
IV.8, (?), Hékatomnos (?), Troxell, Fest. Mildenberg, pl. 40 no 1 A, ar, 0,47 g.
IV.9, (?), (?), Keckman I 847, ar, 0,23 g.
IV.10, Mylasa, Mausole, Troxell pl. 40 no 3, ar, 0,32 g.
IV.11, Mylasa, hellénistique, von Aulock 2618, ae, 1,69 g.
V.1, (?), Hékatomnos, von Aulock 8044, ar, 2,17 g.
V.2, (?), Kim (?), von Aulock 8045, ar, 2,24 g.
V.3, (?), (?), Troxell pl. 40 no 11 B, ar, 0,39 g.
V.4, Milet (?), Mausole (?), Jenkins, BMQ 1972, ar, 3,30 g.
V.5, Milet (?), Mausole, v. Athena mai 1990 no°191, ar, 12,15 g.
V.6, Mylasa, Mausole, Bank Leu 1980 no 160, 14,99 g.
V.7, Halicarnasse (?), Mausole, v. Athena 1987 no 127, ar, 15,04 g.
V.8, Halicarnasse (?), Idrieus, v. Athena 1987 no 128, ar, 15,23 g.
V.9, Halicarnasse (?), Pixodaros, von Aulock 8048, ar, 0,82 g.
V.10, Halicarnasse (?), Pixodaros, v. Athena 1987 no 129, au, 1,39 g.
V.11, Halicarnasse (?), Pixodaros, Babelon 90.12, au, 4,17 g.
V.12, Halicarnasse (?), Pixodaros, v. Athena 1987 no 130, ar, 7,09 g.
V.13, Halicarnasse (?), Orontobatès, Babelon 91.4, ar, 15,08 g.
V.14, Cos, (?), Hurter 1998, pl. 32.28, ar. 6,84 g.

  • 143 Beloch 1923, 143-145. Hékatomnos : Diod. 14.98.3 ; sur son contrôle probable d’un territoire allan (...)

23La généalogie des Hékatomnides s’organise selon le stemma suivant143 :

Image

24Ce tableau ne va pas sans poser de nombreux problèmes, en particulier en ce qui concerne la chronologie.

  • 144 Metzger et al. 1974, 82-149.
  • 145 Metzger et al. 1979 ; cf. spécialement la contribution de Dupont-Sommer, p. 165-168.
  • 146 Badian 1977, 40-50.
  • 147 Robert & Robert 1977, 472 et 1980, 486 ; Wörrle 1978, 234 n. 174 ; Childs 1981, 78 ; Hornblower 19 (...)
  • 148 Dupont-Sommer 1979, 166 n. 1 et la réponse de Robert & Robert 1980, 486.
  • 149 D’autres arguments pouvaient être présentés en faveur de la date basse, infra p. 384 sq.
  • 150 Robert & Robert 1977, 472.
  • 151 Briant 1997, 58 ; 1998b.
  • 152 Metzger 1979, 37.
  • 153 Badian 1977 est manifestement gêné par cette mention et aboutit à une solution peu économique : Pi (...)
  • 154 Robert & Robert 1974, 553.
  • 155 Metzger 1979. p. 38.

25a) Y a-t-il eu un premier exercice de la satrapie par Pixodaros en 358 ? Telle est la conclusion à laquelle arrivaient H. Metzger, E. Laroche et A. Dupont-Sommer dans leur présentation préliminaire de la stèle trilingue de Xanthos144 Le point de vue présenté dans l’édition définitive est resté pratiquement inchangé145 malgré l’hypothèse de E. Badian146 qui, suivi par la plupart des savants147, suggère que le roi Artaxerxès dont il est question pourrait être en réalité Arsès, dont le règne n’a duré que deux ans, et qui aurait pu à l’image de ses prédécesseurs prendre le nom dynastique d’Artaxerxès (IV). L’argument que développe A. Dupont-Sommer148 (aucune source antique ne donne d’autre nom à Arsès) avait certes son poids mais il valait au moins autant pour l’intermède Pixodaros sur lequel le silence était tout aussi complet. En admettant que l’an I d’Artaxerxès dont il est question dans la seule version araméenne est bien 358, on multiplie les difficultés historiques149. Comme le notent J. et L. Robert150, la solution élégante est bien 337. La découverte récente de documents relatifs à la période entre Artaxerxès III et Arsès, confirment la thèse de Badian151. Il subsiste cependant un certain nombre de problèmes. H. Metzger152 observe que le tout début du texte grec : Ἐπεὶ Λυκίας ξαδράπης ἐγένετο Πιξώδαρος semble indiquer que cette nomination est récente, “il faut entendre qu’un nouveau pouvoir vient de s’installer” et il en fait implicitement un argument pour la date haute153. Il convient de réexaminer la question en mettant en regard les différentes versions. Le texte araméen désigne Pixodaros comme le satrape qui (gouverne) en Carie et Lycie en l’an I d’Artaxerxès, et cela sans indication des administrateurs régionaux ou locaux qui figurent, en revanche, dans les deux autres versions. Il est abusif de combiner des textes qui ne sont pas destinés au même usage et ne disent pas exactement la même chose (infra). Il faut voir dans le début des versions lycienne et grecque : “Lorsque Pixodaros devint satrape en Lycie, il établit Hiéron et Apollodotos comme archontes de Lycie et Artémélis comme épimélète de Xanthos” la transcription d’une sorte de chronique à l’orientale plutôt qu’un décret à la façon grecque154. Cette idée est renforcée par le fait que H. Metzger155 admet que le texte grec est la traduction du texte lycien, réalisée par un scribe maîtrisant bien, mais pas de façon parfaite, la langue grecque. Par conséquent, ce préambule ne doit pas obligatoirement être mis en relation avec l’an I d’Artaxerxès (date du document araméen, dont l’omission n’est pas fortuite), mais représente l’état administratif de la Lycie mis en place en 341 et qui dure encore en 337. En bref, il y a toutes chances que Pixodaros soit devenu satrape en Carie et Lycie en 341.

  • 156 Robert 1936 ; Hornblower 1982, M4 ; IK, 36.1-Tralleis, 3 ; cf. Debord 1982, 264 ; Rigsby 1996,416- (...)
  • 157 Diod. 16.45.7.
  • 158 Hornblower 1982,40-41.
  • 159 Cf. sur les circonstances et l’“ambiance” de l’exhumation de tels documents, Debord 1982, 278-284.
  • 160 Infra p. 415.
  • 161 Cf. par exemple les doutes de Nilsson 1961,88 n. 5 : “Viellecht eine Fälschung ?”.

26b) L’inscription de Tralles qui reconnaît le droit d’asile du sanctuaire de Dionysos Bacchios156 est datée de la septième année du règne d’Artaxerxès (il ne peut s’agir que d’Artaxerxès III, ce qui donne la date de 353) et indique que le satrape en fonction est Idrieus. Or, Diodore157 situe son accession en 351/350. S. Hornblower158 discute cette inscription et propose l’alternative suivante : soit il s’agit d’un faux soit il faut considérer qu’il y a une erreur du lapicide, IIIIIII pour ΠIIII, sept pour neuf. Pour S. Hornblower, la deuxième solution est la bonne. On admettra volontiers qu’il s’agit là de la copie d’époque impériale d’un original du ive s.159, en revanche j’avoue ne pas comprendre comment on peut passer de IIIIIII à ΠIIII (à la rigueur ΠIIIII, pour conserver sept hastes verticales, mais ce nombre ne signifie rien). On doit observer que sur certaines monnaies de Sidon, Traité, II, no 941, émises par Mazday/Mazaios dont les légendes sont en araméen la dix-septième année du pouvoir du satrape (plutôt que du règne d’Artaxerxès comme le pense Babelon160) est notée comme suit : IIIIIII. La façon à première vue anormale de noter sept s’expliquerait donc mieux par un original araméen, élément de nature à renforcer l’hypothèse de l’authenticité de cette inscription qui a parfois été contestée161. Cela paraît ouvrir la porte à une autre possibilité qui ne me paraît pas devoir être rejetée sans quelque considération : le “règne” d’Artémise seule a pu être envisagé par le pouvoir perse comme une sorte de parenthèse non officialisée même si elle fonctionnait de facto. Il y aurait ainsi un “rattrapage” de deux années pour ne laisser aucun hiatus dans la séquence officielle des satrapes.

  • 162 Str. 14.2.17.
  • 163 Arrien, An., 1.23.8.
  • 164 Str. 14.2.17.
  • 165 Plut., Alex., 10.
  • 166 Hornblower 1982, 49.
  • 167 Infra p. 144 n. 230.

27c) Une dernière énigme concerne encore Pixodaros. Strabon162 et Arrien163 présentent deux versions contradictoires. Pour le premier, Pixodaros demande au Roi de lui envoyer un satrape pour partager le pouvoir avec lui. Orontobatès est choisi ; il épouse Ada II la fille que Pixodaros avait eu d’une femme cappadocienne164 Arrien dit seulement qu’à la mort de Pixodaros, le Roi envoie son beau-frère pour lui succéder. Une chose paraît assurée. Le Perse Orontobatès est le gendre du Carien, comme le laisse supposer l’histoire du mariage macédonien avorté165. S. Homblower166 propose d’adopter intégralement la version de Strabon. Mais sur le reste (partage du pouvoir et non succession) il est en réalité impossible de trancher. Les monnaies émises le sont par l’un ou l’autre, non par les deux simultanément167.

  • 168 Cf. la position exemplaire de Childs 1981, 75 et n. 122 : “In the case of M. the evidence shows th (...)
  • 169 Hékatomnos, 14.98.3 etc. (cf. les références à la note n. 143) : particulièrement 16.42.6 où Idrie (...)
  • 170 Hékatomnos, Mausole, Ada I (à l’époque d’Alexandre) : Str. 14.2.17. Cf. Cicéron, Tusc., 3.31.75 ; (...)
  • 171 IK, 34-Mylasa, 1-3 (= Tod, 138) ; 5 (= Syll. 3, 170). Cf. Aulu-Gelle 10.18.1 : Mausolus autem fuit (...)
  • 172 Metzger et al. 1979, 60 et 140 ; Petit 1988, 315. Cf. aussi le point de vue de Briant 1998.

28Les Hékatomnides sont-ils de véritables satrapes ? En se fondant sur le postulat que les satrapes sont tous d’origine iranienne, un certain nombre de savants168 leur refusent ce titre. Leur principal argument est que les auteurs grecs ne les désignent pratiquement jamais comme satrapes mais avec les qualificatifs les plus divers. Diodore utilise presque toujours le terme de dynastès ou le verbe dérivé169, alors que Strabon préfère celui de basileus170. Il est assez paradoxal, à l’instar de Th. Petit, de tirer argument de ces textes, très disparates, pour refuser tout caractère officiel aux documents épigraphiques en grec171, en lycien, en araméen qui désignent explicitement les Hékatomnides mâles comme satrapes. Par exemple la trilingue de Xanthos donne en grec, ἐπεὶ Λυκίας ξαδράπης ἐγένετο ; le lycien dit ẽke TrmÞmisñ χssaθrapazate ; “lorsque devint satrape de Lycie…” alors que l’araméen formule de façon sensiblement différente puisque Pixodaros est appelé “le satrape qui (est) en Carie et en Lycie”. Il me paraît tout à fait impossible de suivre Th. Petit qui, pour rendre cohérente sa démonstration, est obligé de conclure que le texte araméen n’avait pas plus que les deux autres de valeur officielle. Pourquoi, dans ce cas, avoir pris la peine de donner trois documents, dont deux quasis semblables mais dans des langues différentes, le troisième présentant de multiples divergences et surtout écrit dans une langue dont l’affichage à Xanthos se justifie par son caractère de langue de l’administration perse172 ? C’est donc l’existence même de la trilingue qui n’aurait aucun sens.

  • 173 Cf. Tod, 161A (Tégée) : B (Delphes, consécration par les Milésiens).
  • 174 Il n’y a donc probablement rien à tirer de là concernant l’appartenance de telle cité à la mouvanc (...)
  • 175 Labraunda, III, 2, 15-19 (Idrieus fils d’Hékatomnos Mylaseus) ; ibid., 13-14 (Mausollos fils d’Hék (...)
  • 176 Théopompe, FGrHist, 115, F103.17. infra p. 353.
  • 177 Qui se différencie en cela des monnayages satrapiques connus (cf. cependant celui de Tissapherne) (...)
  • 178 Labraunda, III, 2, 40.
  • 179 Briant 1987, 19 s’interroge sur les origines de Datamès et à cette occasion examine la question de (...)
  • 180 Infra p. 406.

29On pourrait être tenté d’objecter qu’en Asie Mineure même beaucoup de documents (décrets de cités grecques, architraves de monuments cariens) ne comportent pas ces indications. Il n’y a pas lieu de rechercher là quelque contradiction ; les points de vue sont différents. Comme les cités de la vieille Grèce173, celles d’Ionie maintiennent pour leur part la fiction qui fait de Mausole ou d’Idrieus, lorsqu’elles les honorent, de simples Mylaseis. Il ne s’agit pas de les désobliger, de leur dénier leur titre perse174 mais bien au contraire de les accepter comme parents en assimilant Mylasa à une cité de plein exercice ; on leur applique les règles qui régissent les rapports entre Grecs. C’est ce même message que véhiculent les dédicaces de Labraunda175. Pour les auteurs grecs, les maîtres de la Carie sont ce qu’ils n’ont jamais cessé d’être : c’est-à-dire des dynastes autochtones que l’on pare de titres divers (cf. Périklès de Limyra, qualifié de roi par Théopompe)176. Il est en effet bien clair qu’ils exerçaient, au même titre que beaucoup d’autres, un pouvoir de type local puis régional avant de devenir des satrapes. Leur “promotion” dans la hiérarchie perse ne gomme pas cette dimension puisqu’ils présentent un certain nombre de traits bien spécifiques : émission d’un monnayage abondant et dont certains soutiennent le caractère continu177, mariage hiérogamique et, plus encore, association des princesses au pouvoir de leur frère époux comme l’indique clairement le décret concernant Cnossos178 pris conjointement par Mausole et Artémise. Dans cette même inscription il est fait référence à l’archè de Mausole sans qu’il soit question d’un pouvoir supérieur. Tout cela n’empêche nullement que, du point de vue perse, les Hékatomnides puissent exercer la charge satrapale. On observera que notre méconnaissance du détail de l’administration perse, et aussi de l’origine de beaucoup d’officiers, est telle qu’il n’est pas exclu qu’un certain nombre de non-iraniens aient pu exercer des commandements de cet ordre179. On a aussi émis des réserves en fonction de la succession héréditaire, mais c’est oublier que l’on possède plusieurs parallèles, en particulier celui de la satrapie de Daskyleion conservée dans la famille de Pharnakès. D’ailleurs, ce que le Roi a accepté, ou seulement toléré, il peut y mettre fin à tout instant. Ainsi, l’envoi d’Orontobatès peut être perçu comme une reprise en main menée en douceur mais qui s’avère nécessaire pour faire face à la montée du péril macédonien180.

  • 181 IK, 34-Mylasa, 1.
  • 182 Ps.-Arist., Éc., 2.1348a (13a) de même Idrieus semble verser directement sa quote-part au Grand Ro (...)

30La liaison directe avec le pouvoir central (qui atteste que Mausole n’est pas un subsatrap comme le pense W. A. P. Childs) se manifeste en différentes occasions. Ainsi, dans le premier décret de Mylasa181, l’appel au Roi par le koinon des Cariens, ou tel de ses membres, se fait sans intermédiaire et le Roi renouvelle implicitement sa confiance à Mausole en condamnant à mort son dénonciateur ; la revendication du phoros est faite directement lorsque le versement vient à n’être plus effectué182. Nous savons aussi, à travers la Trilingue et d’autres actes de Xanthos, qu’un échelon de la chancellerie perse fonctionnait très normalement auprès de Pixodaros. Il convient enfin de rappeler la très longue résistance d’Halicarnasse à Alexandre, qui suppose une intégration réussie à l’Empire.

31Il reste une dernière question à évoquer, celle des sœurs-épouses et de la nature du pouvoir qu’elles exercent, en distinguant deux situations : le moment où elles sont associées au “règne” de leur frère ; celui où elles sont devenues veuves.

  • 183 Labraunda, III, 2, 40.
  • 184 Robert 1949, 63 sq., version améliorée de Sinuri, 73 (= Hornblower l982, M 5) ; cf. Sinuri, 75, ex (...)
  • 185 IK, 1-Erythrai, 8.
  • 186 Arrien. An., 1.23.7 ; à noter que Strabon la qualifie de reine, il est en cela cohérent avec lui-m (...)

32Dans le premier cas le décret de Mausole et Artémise pour Cnossos publié par J. Crampa183 permet de clarifier un peu les choses ou, plus exactement, d’en marquer les nuances. Le document émane des deux époux : “Il a plu à Mausole et à Artémise”. Il est possible de trouver un parallèle à Sinuri où une ἐντολή émane à la fois d’Idrieus et Ada184. Revenons au premier texte, pour remarquer qu’il est ensuite question des affaires et de l’arche de Mausole seul. De même, il n’y a pas trace des sœurs-épouses dans les nombreuses dédicaces de monuments en Carie. C’est aussi une image inégalitaire que nous donne le décret d’Érythrées185 en faveur de Mausole, nommé seul comme bénéficiaire, même si Artémise reçoit une statue de marbre (de bronze pour Mausole) et une couronne de trente dariques (cinquante pour Mausole). Le fait qu’Artémise soit aussi honorée par une cité grecque est, cependant, le constat de la réalité de l’association d’une femme au pouvoir, si difficile à admettre pour les Hellènes (infra). Dans ce domaine, comme dans tant d’autres, la Carie peut être définie comme un carrefour ou l’on peut à la fois regarder devant et derrière soi : lorsqu’Arrien186 relate qu’Alexandre concède à Ada le titre viager de satrape de Carie, il croit nécessaire d’expliquer ce choix inhabituel par une tradition asiatique remontant à la reine Sémiramis. Mais on ne peut s’empêcher d’évoquer aussi les couples lagides, particulièrement celui formé par Ptolémée Philadelphe et Arsinoé tels qu’ils apparaissent sur leur monnayage avec la reine en arrière-plan mais bien présente.

  • 187 La tombe princière d’une femme a été découverte dans la périphérie d’Halicarnasse. Elle est datée (...)
  • 188 Hornblower 1982, e.g. 45.
  • 189 Infra, p. 173 ; 241.
  • 190 Démosthène, Rhodiens, 23 ; Vitruve 2.8.14 ; cf. infra p. 400.
  • 191 Hurter 1998, 153 et sa pl. 33 no 48-49, cf. aussi Hurter 1986, 16-18.

33Par trois fois, des femmes exercent seules le gouvernement de la Carie : Artémise entre 353/352 et 351/350, Ada (I) entre 344/343 et 341/340 puis de nouveau entre 334 et une date indéterminée avant la mort d’Alexandre187. C’est dans ce dernier et seul cas qu’Ada est explicitement dénommée satrape par Arrien. Contrairement à l’opinion de S. Hornblower188, il n’est pas assuré que tel ait été le cas pour Artémise et Ada sous la tutelle perse. Aucun document (texte littéraire ou épigraphique, monnaie) ne leur attribue ce titre. L’inscription de Tralles citée supra et le “coup de force” de Pixodaros inciteraient à penser que la situation particulière de la Carie a été tolérée, plus que véritablement acceptée, par le pouvoir central. Cette situation d’une femme exerçant de hautes responsabilités dans l’Empire n’est pas sans parallèle : qu’il suffise de rappeler l’épisode de Mania en Troade, l’acceptation de Pharnabaze mais aussi les résistances rencontrées, allant jusqu’à l’assassinat de l’hyparque de sexe féminin189. Dans cette affaire, le gendre de Mania a une réaction que l’on pourrait qualifier de très grecque. Rappelons l’opinion de Démosthène au moment où Artémise gouverne seule et la tentative infructueuse des Rhodiens sur Halicarnasse au même moment, telle que la relate Vitruve190. Le fait qu’Alexandre ait fait porter son choix sur Ada pour remplacer Orontobatès s’explique par les conditions particulières de la conquête (Ada lui propose de faire de lui son héritier en l’adoptant et le Macédonien “joue le jeu”, espérant ainsi renforcer sa légitimité en Carie) bien plus que par la tradition orientale suggérée par Arrien, encore fallait-il que cette dernière existât. Il faudrait enfin ajouter au dossier un texte énigmatique (N 322) lu à Pinara en Lycie où figure le nom d’Ada suivi de deux barres verticales dans une position terminale qui est normalement réservée à la “date” par l’indication de l’autorité de tutelle. Malheureusement le mot qui précède reste incompréhensible. L’étude récente du “trésor de Pixodaros”191 paraît démontrer des identités de coin de droit entre certaines monnaies d’Idrieus et de Pixodaros, ce qui exclut ipso facto qu’Ada ait émis à son nom au cours des années d’interrègne.

  • 192 Il faudra désormais consulter la thèse de Konuk 1998 qui fait le point à cette date sur ce que l’o (...)

34On sait depuis longtemps que les Hékatomnides ont émis des monnaies de façon plus régulière et abondante que les autres satrapes192 :

  • Un premier groupe doit attirer notre attention. Il s’agit pour l’essentiel de fractions. H. Troxell avait publié une variété présentant à l’avers le lion milésien de profil à gauche, au revers Apollon de trois-quarts face193. Elle attribuait cette série assez fruste à Hékatomnos, notant la présence d’un trident sur ces monnaies toutes anépigraphes par ailleurs. K. Konuk194 produit des exemplaires portant la légende EKA ou EK, confirmant la frappe par Hékatomnos mais surtout il interprète le trident Image ou Image comme une (ou deux) lettre(s) carienne(s) qui aurait valeur de ü195 et conclut qu’il pourrait s’agir là d’une émission faite par Hyssaldomos. J’ai indiqué plus haut196 quelles étaient les raisons de repousser l’hypothèse d’un premier satrapat de Carie pour Hyssaldomos. Cela n’exclut pas pour autant que ce dernier ait pu émettre en tant que dynaste de Mylasa comme plusieurs autres de ses homologues cariens. Il convient cependant de présenter quelques observations. Le trident apparaît sur une autre variété avec le lion milésien à l’avers, le lion samien de face au revers197 en association avec des lettres NE (grecques ou cariennes ?) mais aussi sur une autre série datant du satrapat de Mausole198. Il s’agit d’une hémiobole d’argent d’étalon rhodien (1/24e de statère) ; à l’avers, le lion milésien de profil ; au revers un trident avec la légende MA sur au moins l’un des exemplaires conservés. Il est certes tentant de placer cette petite émission au début du “règne” de Mausole, en tout cas au moment du déplacement de sa capitale vers la mer199, ce que pourrait symboliser le revers au trident. On ajoutera même aux observations de l’éditeur que le culte de Poseidon est présent dès les hautes époques à Halicarnasse200. Il faut alors évoquer le culte de Zeus Osogoa201, appelé aussi Zénoposeidon, dont l’effigie est mainte fois reproduite sur les monnaies impériales de Mylasa avec ses attributs principaux, le trident202 et le crabe. Étranges accessoires marins, pour un dieu continental, dont on a justifié la présence par l’élaboration de thèmes mythologiques, savants certes, mais comme toujours a posteriori203. Observons tout aussitôt qu’à l’exception de quelques représentations archaïsantes204, l’image de Zeus Osogoa sur les monnaies impériales est de facture classique. Cela suppose que l’agalma qui sert de modèle doit être, ou peu s’en faut, le contemporain du Zeus Labraundeus dans sa deuxième facture (cf. cidessus). A. Laumonier205 soutenait que le Zeus des Otorkondeis était identique à Zeus Osogoa, déjà contre toute vraisemblance puisque l’inscription IK, 34-Mylasa, 204, 7 (LW, 415) démontrait qu’il s’agissait de deux divinités différentes et de surcroît ce statut de divinité d’une tribu permettait difficilement de rendre compte de la présence de ce dieu sur le monnayage impérial de Mylasa206. Une monnaie signalée par H. Troxell207 porte à l’avers Zeus Osogoa revêtu d’un himation, tenant un aigle dans la main droite, un trident dans la main gauche, au revers Zeus Labraundeus, légende MA. Les thèmes retenus incitent à proposer une origine mylasienne pour cette frappe. Un texte épigraphique que publie W. Blümel208 confirme à son tour la “collusion” entre Mausole, Zeus Osogoa et les Mylasiens. La restitution du texte n’est pas aisée mais il apparaît que Zeus Osogollis et les Mylasiens ( ?) reçoivent un terrain ayant appartenu aux habitants de Kindye ; cela sous les auspices de Mausole et le contrôle d’envoyés du koinon des Cariens. Ce dieu fait donc partie de la stratégie politico-religieuse du satrape. Pour ce qui est de la tradition littéraire elle retient deux étapes : l’une où le ruisseau alimente le sanctuaire de Zeus Osogoa en eau douce, l’autre où il se transforme en un flux d’eau salée (Pline, HN, 31.54). Il est évident qu’il s’agit d’une allégorie destinée à supporter l’idée d’un changement d’orientation du pouvoir de la dynastie mylasienne, autrefois continentale et désormais maritime mais antérieurement au déplacement vers Halicarnasse. L’ancienneté du nom de la divinité trouve confirmation dans une anecdote de Machon citée par Athénée209 qui nous reporte au plus tard au milieu du ive s. a.C. Le crabe que “terrasse” Zeus sur les représentations ultérieures pourrait apparaître comme une référence à la prise de Cos210 (il est en effet le symbole principal des monnaies de cette cité). Le trident et l’assimilation de Zeus Osogoa à Poseidon (évolution qui peut paraître étrange en soi) s’explique alors si l’on rappelle qu’il existe en Ionie un culte de Poseidon bien plus célèbre que celui d’Halicarnasse : celui de Poseidon Hélikonios, divinité du sanctuaire fédéral des Ioniens211. L’ensemble de ces séries primitives montre en tout cas l’importance des thèmes ioniens (Samos, Milet) qui ne saurait s’expliquer par une simple volonté de copier des séries bien connues ou par l’existence de rapports économiques. Comme nous le verrons plus loin, il n’est pas exclu qu’Hékatomnos, puis Mausole, aient cherché à s’appuyer sur le koinon des Ioniens de la même façon qu’ils le faisaient sur celui des Cariens, mais cela ne s’est pas fait sans soubresauts212. Nous conclurons d’autre part que cette série n’a pas lieu d’être attribuée à Halicarnasse, dont elle ne reprend, ou n’anticipe, aucun des thèmes monétaires, mais bien à Mylasa avant le déplacement de la capitale dont rien n’indique qu’elle ait eu lieu au tout début du mandat de Mausole213. En allant jusqu’au bout du raisonnement le “trident” des monnaies les plus anciennes doit-il être lu comme une lettre ? Si tel était le cas. en rapport avec le nom de Mylasa ?
  • Un deuxième groupe a vu, dès sa découverte, ses origines discutées. A l’avers est représentée une tête de lion à gauche avec une patte apparente au-dessous, la légende EKA ou MA en permet l’attribution évidente à Hékatomnos puis à Mausole ; au revers la rosace milésienne214 ; étalon milésien215. Tous ces éléments plaident pour une provenance milésienne, mais un certain nombre de spécialistes soutiennent l’hypothèse d’une imitation réalisée (à Mylasa ?) à partir d’un modèle milésien216. Dans ce débat, il convient tout d’abord de noter que la carence des sources littéraires ne permet nullement de conclure dans un sens ou dans l’autre. Par conséquent K. Konuk a raison de souligner que ce sont seulement les monnaies qui ont fait postuler qu’Hékatomnos avait pu établir son contrôle sur Milet217. L’examen du contenu du trésor CH 5, 17 + CH 8, 96218 l’amène à considérer que les émissions “milésiennes” du satrape n’ont pas encore commencé au moment de l’enfouissement de ce lot. Il faudrait donc supposer que les ateliers hékatomnides (à Mylasa ?) ont émis alternativement (ou simultanément) des monnaies d’étalon différent dont l’une au type d’une cité voisine mais non intégrée dans leur dispositif politique219. Il me semble que vraisemblance pour vraisemblance220 le contrôle de Milet, et donc l’attribution des monnaies, reste plausible. K. Konuk221 étudie les trésors monétaires contenant des fractions d’étalon milésien. Il conclut qu’il y a eu simultanément des émissions (rares) de Milet et pour Hékatomnos. Il est tentant de le suivre sur ce point, mais cela n’exclut pas pour autant qu’elles aient pu être frappées au même endroit. On sait que Mausole reprend le même type pour ses statères et K. Konuk222 souligne la continuité des séries. Que faire alors des séries d’étalon rhodien ? Il est difficile encore une fois d’imaginer qu’elles ont alterné dans le même atelier. Il me paraît donc inévitable d’admettre qu’il y a bien eu deux ateliers distincts, fonctionnant à des fins différentes. Nous en resterons donc sur ce point aux conclusions de E. Babelon223 dont on peut tenter, de resserrer la chronologie. Hékatomnos a pu contrôler Milet vers la fin de son gouvernement, la Paix du Roi de 387 fournissant un bon terminus ad quem. Nous reviendrons plus loin sur la date finale. Ajoutons aux “milésiennes” une monnaie unique en son genre publiée par J. K. Jenkins224 qui pourrait être attribuée à ce dynaste : avers, le Roi debout à droite face à un griffon ailé/revers, une rosace de type milésien.
  • Il faut mettre à part deux monnaies dont les exemplaires les mieux connus sont publiés dans les supplementa de la collection von Aulock225, présentant à l’avers comme au revers un protomé de taureau. L’une avec la légende EKA et carré en creux (on pense évidemment à Hékatomnos), l’autre avec KIM (pour KIMΩN ?)226 et un revers circulaire en creux. H. Troxell227 les rapproche de séries similaires avec, sur certains exemplaires, des taureaux affrontés et diverses lettres cariennes. Il est impossible d’attribuer une origine certaine à ces monnaies, ni même de définir s’il s’agit uniquement d’un monnayage de dynastes ou si, simultanément, des séries ont pu être émises par une cité. La seule observation qui doit être faite, sans qu’on puisse en tirer de conclusions historiques, est que le thème du protomé de taureau avec une patte repliée se retrouve sur les monnaies de Samos mais selon K. Konuk la provenance pourrait être Caunos228.
  • Le dernier groupe, en fait le premier que l’on ait isolé (et qui reste le mieux représenté)229, débute avec Mausole et se poursuit jusqu’à la conquête de la Carie par Alexandre230. Il s’agit d’un monnayage d’argent d’étalon rhodien : à l’avers une tête d’Apollon de trois-quarts face à droite. K. Konuk231 propose d’y voir une copie de l’Apollon qui figure depuis 390 au moins à l’avers des monnaies d’Halicarnasse. Cela impliquerait que la frappe soit postérieure au transfert de la capitale satrapique. Au revers est représenté Zeus Labraundeus avec la labrys (double hache) sur l’épaule droite, dans la main gauche une longue lance232. Il s’agit très probablement là d’une reproduction de la statue cultuelle la plus récente du dieu233. La posture de trois-quarts face permet aussi de masquer le caractère un peu encombrant dans une perspective grecque de la polymastie du dieu. Ce parti pris de représentation édulcorée, qui gomme l’aspect trop anecdotique de la statuaire ancienne, fait apparaître un autre domaine dans lequel les Hékatomnides jouent pleinement leur rôle de précurseurs de l’époque hellénistique. Cette longue série de monnaies avait été précédée par une émission d’Hékatomnos, à l’avers Zeus de Labraunda, archétype du revers des monnaies ultérieures ; au revers, un lion debout à droite incliné vers l’avant qui trouve son modèle à Milet, même étalon234. Il convient probablement de rapprocher, et d’attribuer à Mausole une petite série de même étalon, même avers mais doté d’un revers très original (du moins en Carie) illustrant l’archer perse debout à droite et vêtu d’une tunique courte235.
  • Enfin Pixodaros est le seul à avoir émis des monnaies d’or dont le poids est aligné sur l’étalon persique. Il va de soi que ce monnayage n’a rien d’insurrectionnel mais témoigne bien plutôt de la difficulté des temps et de l’ultime effort de guerre contre Alexandre236.

35Pour résumer notre sentiment, il semble bien qu’après les tâtonnements du début (avec plusieurs lieux d’émission et des séries à la fois peu abondantes et peu cohérentes) un changement radical se soit produit ; il se caractérise par un monnayage important qui a su s’adapter aux besoins conjoncturels jusqu’à la fin de la dynastie. Le nouveau type parait correspondre à l’installation de Mausole à Halicarnasse.

  • 237 Gunter 1985, 113, discute à juste titre le rôle attribué par la plupart des auteurs aux Hékatomnid (...)
  • 238 Str. 14.2.17.
  • 239 Cf. Hornblower 1982, 169 et infra e.g. p. 406.

36En conclusion, la dynastie hékatomnide a joué avec habileté de tous les registres : “simplicité” et philhellénisme237 qui à plusieurs reprises laissent penser aux Grecs qu’ils peuvent les utiliser comme force d’appoint (Lysandre, Grecs insulaires, Isocrate) ou que leur pouvoir n’est pas si pesant. Mais on se rappellera aussi l’étendue et la solidité de cette même arche, si l’opportunité s’en fait sentir. Les Hékatomnides, par la puissance de leur flotte, deviennent les auxiliaires quasi indispensables du pouvoir perse sans pour autant renoncer à une politique tortueuse à Chypre. C’est probablement à ce double ou triple jeu que fait allusion Strabon238 lorsqu’il indique que Pixodaros est obligé à un moment de choisir clairement son camp (περσίσας). Il faut surtout éviter le piège où sont tombés beaucoup de Grecs, Isocrate étant l’un des plus beaux exemples. En effet, même s’il convient de nuancer quelque peu en constatant que les Hékatomnides ont profité au mieux des circonstances, le plus souvent il y a coïncidence entre leurs intérêts personnels et ceux plus généraux de l’Empire239 et cela grâce, encore une fois, à la structure souple de ce dernier. La latitude d’action dont ils semblent disposer ne signifie nullement que le pouvoir central se désintéresse de ce qui se passe en Carie. Le mariage d’Ada (II) avec Orontobatès, l’association de ce dernier au pouvoir de Pixodaros ou à tout le moins le fait qu’il lui succède, tout cela ressemble fort à un échec final d’une politique menée au mieux des intérêts locaux. Le Roi n’est pas intervenu jusqu’alors parce qu’il n’en avait pas les moyens mais surtout probablement parce que les Cariens menaient une politique globalement conforme à ses intérêts. Il finit par reprendre les choses en main lorsque la nécessité s’en fait sentir.

3. La Lycie

  • 240 Treuber 1887, 102 ; Metzger et al. 1979, 34 sq d’où Savalli 1988 : “Période d’indépendance lycienn (...)
  • 241 Isocrate, Panég., 161 (vers 380).
  • 242 TL, 44 b 26, khssadrapahi trmmili, “satrape de Lycie”, malheureusement le contexte n’est pas intel (...)
  • 243 Cf. le “Pilier inscrit”, le monnayage ; sur l’importance de la présence perse dès 480, Bryce 1990, (...)
  • 244 Cf. par exemple la scène d’audience du sarcophage de Payawa à Xanthos, mise en série par Borchhard (...)
  • 245 Cf. l’introduction supposée du culte du Basileus Kaunios, ainsi Laroche 1980, 6 (mais cf. supra p. (...)

37En ce qui concerne la Lycie, depuis O. Treuber, on écrit avec quelques nuances – car il faut bien tenir compte de la documentation existante – que cette région a connu une autonomie quasi totale à l’égard de l’Empire perse, auquel elle aurait appartenu de façon seulement nominale240. Le texte toujours allégué est emprunté à Isocrate241 : “De la Lycie jamais un Perse n’a été le maître”. Mauvaise foi ou absence d’information, cette phrase s’inscrit dans une tentative pour démontrer que les forces centrifuges de l’Empire (Carie, cités grecques, etc.) n’attendent qu’un signal pour faire sécession et seront d’un secours précieux dans la guerre qu’il convient de mener contre le Roi. Il n’y a de même rien à tirer des “silences de Xénophon” sinon, tout au plus, la preuve indirecte que Cyrus n’a jamais mis la main sur la région. Il convient de noter, au contraire, que dès que des sources locales explicites nous sont offertes le terme satrape apparaît. Transcrit directement du perse il nous est transmis par les chroniques lyciennes et c’est même la première mention datée dans un document contemporain pour les régions occidentales de l’Empire242. Dès l’époque de Tissapherne (mais rappelons encore que la documentation manque pour les époques antérieures) l’“interventionnisme perse” est manifeste243, non seulement – ce serait là un fait relativement banal – dans le domaine de la politique mais aussi dans un contexte religieux qui nous fait pénétrer plus au cœur de la réalité lycienne. Il ne s’agit pas, apparemment, d’imposer des thèmes perses. Ces derniers existent dans les représentations figurées qui sont un autre bon témoin des comportements244. Le satrape Tissapherne paraît plutôt avoir joué le rôle de catalyseur de l’influence carienne245.

  • 246 Une indication est fournie en ce sens par la 1.8 de l’inscription grecque du Pilier inscrit, où Kh (...)
  • 247 Il se peut cependant qu’il s’agisse là d’un “accident historique”, cf. infra p. 307.
  • 248 Cf. les conclusions de Borchhardt 1978, 183-191 et infra p. 405.
  • 249 Heubeck 1979.
  • 250 Selon Childs 1981, 76, la Lycie serait un moment passée sous le contrôle de Strouthas, satrape d’I (...)

38Le fonctionnement de l’administration locale et régionale ne peut être aperçu que dans ses grandes lignes dans la mesure où le dialecte lycien est encore très incomplètement décrypté. Pendant la majeure partie du ve s., la Lycie paraît être placée sous l’autorité d’un seul “hyparque” (en l’occurrence Kuprlli et ses successeurs immédiats), qui exerce son autorité à partir de sa capitale, Xanthos, et dont il délègue une part aux cadets et aux fils du Ka[s ?]ika genos, sous forme de commandements et de morceaux de sa basileia, dans le bassin de Xanthos et même au-delà246. Y a-t-il dès le ve s. deux régions qui ne nous sont sensibles alors que par l’existence de deux systèmes pondéraux distincts247 et qui sont concrétisées au ive s. par l’existence de deux archontes dans la Trilingue de Xanthos248 ? Le problème reste insoluble pour l’instant et la situation ne paraît pas si simple car il y a bien d’autres dynastes qui tiennent des villes, voire des régions, sans qu’on puisse établir une hiérarchie, si elle existe. A ceux-là s’ajoutent des personnages de toutes origines (Perses, Grecs, etc.) qui reçoivent des commandements mais aussi des apanages qui peuvent devenir héréditaires. A partir de la fin du ve s, apparaît la formule khẽtawata249 accompagnée du nom du dynaste. Celle-ci permet la datation et indique aussi à quelle autorité est soumise la ville. A noter que cela ne désigne pas forcément un commandement subalterne puisqu’elle est aussi associée au nom d’Autophradatès250. Ce dernier paraît avoir établi des hyparques qui gouvernent la part occidentale de la Lycie en son nom (Artembarès à Telmessos et dans la haute vallée du Xanthe, Payawa dans la partie basse et à Xanthos-ville).

  • 251 Mørkholm & Zahle 1972, 112.
  • 252 Bryce 1983, 41.

39Pour essayer d’aller plus au fond des choses, il faut comparer deux points de vue qui s’opposent ou, en tout cas, présentent de fortes différences. Selon O. Møprkholm et J. Zahle251 on ne peut conclure du rapprochement sur une monnaie d’un nom de dynaste de celui d’une cité que cette dernière est sous le contrôle direct du premier. Ils pensent plutôt à une sorte de féodalisme où de grands propriétaires fonciers et chefs de guerre, organisés en clans, possèdent vraisemblablement des domaines dans plusieurs parties de la Lycie et peuvent soit frapper leurs monnaies dans des émissions privées, soit plutôt émettre un monnayage dans la cité voisine avec laquelle ils ont des liens économiques. T. R. Bryce252 présente une autre vision des choses : il y aurait des dynastes lyciens et un tissu administratif plus intégré, ce qui suppose un contrôle plus avéré de l’autorité centrale. Pour lui en définitive la Lycie se présente sous la forme d’un microcosme entretenant le même type de rapport avec le satrape que ce dernier avec le pouvoir central. Il en résulte un système hiérarchisé dans lequel Xanthos – son dynaste – a un rôle d’intermédiaire entre le satrape et des dynastes locaux qui ont avec lui des liens familiaux [et/ou] des relations de dépendance attestés entre autres par le monnayage.

  • 253 Infra p. 173.

40Je pencherais pour ma part en ce sens en soulignant le parallèle tout à fait éclairant à opérer avec Zènis et Mania, dynastes du second niveau253 de la satrapie de Daskyleion. Le premier débute à Dardanos mais son autorité s’étend à toute la Troade dont il est nommé hyparque. Sa femme Mania lui succède et soumet à son pouvoir – donc celui du satrape, donc celui du Roi – plusieurs villes. Leur fille épouse Midias qui, lui, tient personnellement Skepsis d’où il est originaire. La famille de Kuprlli et de Gergis peut leur être légitimement comparée, le fait exceptionnel en Lycie restant l’extraordinaire abondance de monnayages émis aux ve-ive s. Ce phénomène cessera brutalement avec l’arrivée des Hékatomnides.

41En bref, jusqu’à sa saisie par ces derniers, l’impression que donne la Lycie est celle d’une certaine flexibilité selon que le contrôle du pouvoir central est plus ou moins direct sur la région. Tout paraît reposer sur une bonne dose d’ambiguïté, qui n’est pas levée tant que les apparences sont sauves… et que le phoros rentre et il est intéressant de souligner que, loin d’être un cas particulier, la Lycie devrait être prise comme l’un des exemples du mode de fonctionnement de l’Empire perse.

  • 254 Sur ces événements, cf. infra p. 356.
  • 255 Ps.-Arist., Éc., 2.1348 a (13 a).
  • 256 Telle est la conclusion séduisante de Borchhardt 1978, 183-191 (cf. Dupont-Sommer 1979, 176) qui m (...)
  • 257 Metzger et al. 1979, 37.

42Après l’“intermède” représenté par Périklès au moment de la révolte des satrapes, la Lycie est prise en main par les Hékatomnides et n’apparaît plus que comme une entité complémentaire de la Carie254. Elle est en effet administrée par Kondalos255, un hyparque de Mausole. Dans la trilingue de Xanthos, les versions lycienne et grecque désignent Pixodaros comme satrape de Lycie, alors que le texte araméen le qualifie de satrape de Carie et Lycie. Nous avons noté plus haut qu’il s’agissait sans doute là de la version de l’administration impériale. En outre, l’un des intérêts de ce document est de décrire les principaux rouages du mode de gouvernement de la région : deux archontes, établis probablement sur chacun des deux secteurs qui composent la Lycie, l’un autour de Xanthos, l’autre de Limyra256 (on pense tout naturellement aux hyparques dont il a été question plus haut) ; un épimélète de Xanthos, pour lequel on ne saurait préciser s’il s’agit d’un administrateur civil – c’est ce à quoi fait penser a priori ce titre – ou d’un gouverneur en charge de la garnison257.

4. La Satrapie de Mysie258

  • 258 L’article essentiel est celui de Osborne 1975, 291-309 ; cf. Osborne 1971, 297-321 ; 1973, 515-551 (...)
  • 259 Sur le nom, cf. Grenet 1983, 373-4.
  • 260 Texte infra p. 350 n. 363. Il est le fils d’Artasouras.
  • 261 Str. 11.14.15.
  • 262 Aroandès fils d’Artasouras et gendre de Mnémon qui figure dans les inscriptions de Commagène ne pe (...)
  • 263 L’était-il déjà au moment de l’anabase de Cyrus ou bien reçoit-il ce gouvernement en récompense de (...)
  • 264 Nous verrons infra que c’est mettre le texte de Diodore en contradiction avec lui-même et qu’il y (...)
  • 265 Osborne 1975, 299-302, montre l’impossibilité qu’il y a à faire d’Orontès le satrape de Daskyleion (...)
  • 266 Cette solution s’appuie sur l’idée de la “dégradation” d’Orontès après la réhabilitation de Tiriba (...)
  • 267 Debord 1985, 345-347, à propos du corpus TAM, V, 1 de Keil & Herrmann 1981 et d’autres publication (...)
  • 268 Cf. infra p. 238 sq. la description xénophontique de la région de Pergame.

43Son existence est liée à celui qui a peut-être été son unique titulaire : Orontès259. Personnage singulier que cet Orontès, d’origine bactrienne comme nous l’apprend la "Chronique de Pergame”260, mais membre de la haute noblesse perse puisque selon Strabon261 le dernier dynaste d’Arménie à l’époque d’Antiochos III s’appelait Orontès et que ce dernier était descendant d’Hydarnès, l’un des “Sept’. Cela explique qu’il ait été choisi comme gendre par Artaxerxès Mnémon et qu’il soit le chef naturel des révoltés en 361. Cette origine et la longévité de la dynastie sont en quelque sorte soulignées par les grandes inscriptions royales de Commagène où Aroandès-Orontès est salué comme l’ancêtre de la famille régnante locale262. D’abord satrape d’Arménie263, il est désigné pour commander les forces royales à Chypre contre Évagoras conjointement avec Tiribaze, satrape de Lydie. Il accuse ce dernier auprès du Roi et capte ainsi un moment le commandement unique de l’opération. Tiribaze est rappelé et jugé mais il réussit à se disculper au cours du procès. Orontès est alors disgracié et probablement privé de sa satrapie. Il réapparaît quelque quinze ans plus tard dans le récit de Diodore comme satrape de Mysie, mais rien ne permet de préciser la date de sa nomination. Un vif débat s’est établi entre les érudits modernes, bon nombre d’entre eux doutant de l’existence d’une satrapie qui devait forcément être retranchée de la zone de commandement d’Autophradatès, jusque-là fidèle au Roi. Des solutions contradictoires ont été retenues et M. J. Osborne donne un bon état de la question. On a supposé une erreur de Diodore ou de ses copistes : pour les uns, la confusion est d’ordre chronologique, Orontès aurait reçu la satrapie de Mysie après la révolte264 ; pour d’autres l’erreur porterait sur le nom265 de la satrapie ; pour d’autres enfin, sur le titre, Orontès ne serait en fait qu’un hyparque266 placé après 380, suprême humiliation, sous les ordres de son ennemi juré, Tiribaze. Une fois encore, il n’y a pas lieu de corriger violemment un texte ancien. La Mysie est une vaste région qui s’étend de la côte et du mont Ida à l’ouest jusqu’au mont Dindymos à l’est, de l’Hermos au sud jusqu’à la haute et moyenne vallée du Makestos et de ses affluents au nord267. Ce serait une sérieuse erreur de perspective que de réduire ce territoire à un rôle de zone refuge, en justifiant cette assertion par le relief très accidenté de sa partie intérieure articulé sur l’épine dorsale que constitue le Temnos et culminant dans l’Olympe de Mysie. Il est exact que cette zone, riche en hommes solides montagnards et rudes combattants, a souvent échappé au contrôle de l’administration achéménide. En revanche, les vallées périphériques et la partie occidentale font clairement partie du dispositif militaire et économique perse268. De plus, les circonstances paraissent favorables à la création d’une telle entité autour de la Mysie pergaménienne. L’Ionie, lorsqu’elle forme un gouvernement séparé, trouve naturellement son centre d’équilibre à Magnésie du Méandre, sa “capitale”. Une partition de la région en deux entités (Lydie, Ionie) ne se justifiant plus après la création de la satrapie de Carie, Magnésie se trouve alors complètement excentrée. Autre facteur, la possession de la zone qui borde le golfe d’Adramyttion entraîne depuis des décennies la rivalité des satrapes de Sardes et de Daskyleion. Il est tentant de penser que le pouvoir central a voulu mettre fin à cette situation en mettant en place un “écran” entre les deux satrapies dont l’antagonisme était inscrit dans la configuration géographique. Le succès de cette tentative ne fut pas à la hauteur des espérances. On peut même penser que la participation d’Autophradatès à la révolte a, au moins en partie, pour origine le dépit de voir son loyalisme récompensé par la diminution de sa sphère de commandement lors de la tentative de répression d’Ariobarzane.

  • 269 Weiskopf 1982 décrit justement la satrapie comme l’archétype du royaume de Pergame. On notera que (...)
  • 270 OGIS, 264.

44Il n’est pas possible de définir avec exactitude la dimension spatiale du ressort d’Orontès, en particulier en ce qui concerne ses limites orientales. Par contre, il est assuré que son centre politique était Pergame269, sur laquelle le satrape paraît avoir exercé une pression particulière, incluant des déplacements de population270, et elle a dû être son lieu de résidence ordinaire. La comparaison s’impose donc avec Halicarnasse. Il est à noter que les Perses n’ont jamais choisi comme centre administratif principal une cité côtière, ainsi Sardes, Daskyleion (retenues d’abord parce qu’elles sont d’anciennes “capitales" lydiennes), mais aussi Magnésie, Mylasa. Ce type de choix est logique si l’on tient compte de deux éléments d’importance inégale selon les époques. L’Empire perse est un empire continental dont il ne faut jamais oublier que la perception de la géographie politique se fait de l’intérieur. A cela s’ajoute, plus tard, la volonté de ne pas être l’otage de la pression maritime exercée par les Grecs.

  • 271 Babelon 1893, LXXIII sq. ; 1910, 107 sq. ; Hornblower 1982, 178 sq. ; Kraay 1976, pl. 54, 922, 925
  • 272 Troxell 1981, 27-37 ; cf. aussi Weiskopf 1982, 388-394.

45Le principal élément d’appréciation du domaine d’Orontès est son monnayage271. Nous touchons là un point qui est loin d’être complètement élucidé. H. A. Troxell272 a procédé à un examen minutieux des monnaies alléguées. Ses conclusions paraissent devoir emporter l’adhésion en l’état de la documentation. Elle dégage deux groupes de monnaies provenant d’ateliers distincts, en fonction des revers :

  • Le premier venant d’Adramyttion, avec au revers un cheval ailé (comme sur les monnaies de Lampsaque, cf. ci-dessous). Il s’agit d’une série de tétroboles (ou demi-sicles) d’argent de poids très variable (2,20 à 3,13 g), à l’avers une Athéna portant un casque attique273 ; au revers un protomé de cheval ailé et la légende OPONTA ; de deux séries de bronzes de poids variés (0,60 à 1,82 g) avec le même revers – légende OPONT ou OPONTA - mais à l’avers soit Zeus lauré, soit une tête satrapale274. Ce Zeus lauré trouve un parallèle immédiat dans le monnayage de bronze d’Adramyttion (légende AΔPAMY)275. Il convient donc de retirer à Lampsaque l’imputation de l’ensemble de ces pièces contrairement à ce qu’écrivait E. Babelon276.
  • Le second est attribuable à Kisthènè. On a depuis longtemps identifié une monnaie de bronze avec à l’avers une tête satrapale, sans légende ; au revers un cavalier perse au galop (comme sur les monnaies de Tissapherne, mais le rendu de la course du cheval est plus proche des dernières séries de Sardes) et la légende ΚΙΣΘΑ277. Il n’est pas absolument assuré que cette émission, qui paraît être une émission civique, doive être donnée à Orontès. On peut cependant la rapprocher de deux autres séries de bronzes avec à l’avers une tête satrapale, au revers un sanglier ailé, accompagné dans un cas de la légende OPONTA, dans l’autre K ou ΚΙΣ278. Très logiquement H. A. Troxell en conclut qu’il convient de donner la même origine aux tétroboles (ou demi-sicles : poids 2,41 g à 2,79 g) d’argent bien connus qui portent à l’avers un hoplite grec agenouillé à gauche279 ; au revers un sanglier ailé à droite avec la légende OPONTA. Généralement cette monnaie a été attribuée à Clazomènes280.
  • 281 Babelon 1893, LXXII ; 1910, 109-110 ; Baldwin 1924, pl. 2, 15-17 ; Gulbenkian 689 = PI. II, 15 ; T (...)
  • 282 Supra p. 60.
  • 283 Cette hektè de Phocée est connue depuis fort longtemps, cf. Babelon 1910, 118 et pl. 88, 24 ; Kraa (...)

46Il est en revanche très peu probable qu’Orontès soit représenté sur une célèbre série de monnaies d’or de Lampsaque281 considérées comme l’une des “preuves” de son aspiration à la royauté282. On ne doit donc pas retenir l’argument de ressemblance entre cette monnaie et une hektè de Phocée283 où la seule lettre gravée (ou apparente) est un A avec laquelle il faut beaucoup jongler pour retrouver la légende [OPONT]A !

  • 284 Osborne 1975, 306 sq.
  • 285 Diod. 10.1.2.

47Comme le note M. J. Osborne284, l’existence d’une “côte mysienne” ne soulève aucune difficulté : elle s’inscrit dans une longue tradition. Il cite en effet un passage de Diodore285 relatif à l’expédition navale que Xerxès mène vers la Grèce et où figurent les cités de Lycie, Carie, Troade et Hellespont. Il convient d’ajouter de façon plus significative encore le Ps.-Skylax 98 : “A partir d’Antandros et du pays des Indei, le ‘bas’formait autrefois la chôra de Mysie sous ce nom jusqu’à Teuthrania, c’est aujourd’hui la Lydie”.

  • 286 Polyen 7.14.2 ; infra p. 344 et 352.
  • 287 Dans le même sen. que nous, Osborne 1981, 70 n. 239.
  • 288 Osborne 1975, 308, d’après Xén., Age’s., 2.26 ; contra, Weiskopf 1982.
  • 289 Osborne 1973, 547 sq.

48La satrapie ainsi définie permet de comprendre pourquoi des affrontements se sont produits entre Orontès et Autophradatès, l’un des épisodes étant localisé près de Kymè avant 362/1 et non après comme le supposerait la version traditionnelle de ces événements286. Elle prend la suite de la satrapie d’Ionie et doit être perçue ainsi par les Grecs puisque Rhoisakès est qualifié un peu plus tard de satrape d’Ionie et Lydie, ce qui, malgré M. N. Weiskopf, ne saurait se concevoir si à un moment antérieur il n’y avait pas eu deux entités distinctes287. La durée d’existence de ce gouvernement est difficile à préciser. Sa création est postérieure au milieu des années 360288 et selon l’opinion traditionnelle elle disparaît avec Orontès après le milieu du ive s., mais peut-être dès 361 si l’on accepte le point de vue de M. Osborne289.

  • 290 Infra p. 352.
  • 291 Infra p. 154.

49Il n’est pas exclu cependant, si l’on retient plutôt avec R. A. Moysey une date basse pour le décret IG, II2, 207, qu’un fils homonyme du premier satrape ait pu lui succéder290. La satrapie n’existe plus en tout cas à l’époque de Spithridatès291.

5. La satrapie de Lydie

  • 292 Diod. 16.47.2.
  • 293 Cf. par ex. Beloch 1923, 284-287 (cf. 136) ; Lewis 1977, 23 n. 131, etc.
  • 294 Cf. Hanfmann 1983, 256.
  • 295 Diod. 16.52 ; dès le développement rapporté à 350/49 (16.50.7), Mentor est qualifié de ἐν τοῖς παρ (...)
  • 296 Infra p. 419. S’il est nécessaire de “descendre” de sept années la chronologie absolue de Diodore, (...)
  • 297 A propos du même épisode Str. 13.1.57, indique que Memnon (et non Mentor) “servait” (ὑπηρετῶν) les (...)
  • 298 Supra p. 129.
  • 299 Arrien, An., 1.12.8 ; 16.3 (satrape de Lydie) ; Diod. 17.19.4 ; 20.2 (appelé dans les deux passage (...)
  • 300 Rhoisakès identifié là comme le frère du satrape Spithridatès atteint le cimier du casque d’Alexan (...)

50Cette dernière est, de façon très curieuse, totalement absente de nos sources après la première révolte des satrapes puisque c’est à Tithraustès (infra) qu’échoit la mission de s’opposer à Artabaze lorsque ce dernier entre en rébellion. Nous n’avons quelque information, si l’on suit Diodore, qu’à partir de 350/49. À ce moment, Rhoisakès, qui participe avec le Roi à une expédition en Égypte, est donné comme titulaire d’une satrapie d’Ionie et de Lydie292. Nous apprenons là qu’il appartenait à l’une des plus illustres familles perses puisqu’il descendait de l’un des “Sept”. En fait, il y a confusion chez Diodore entre deux expéditions égyptiennes d’Ochos, l’une en 351, l’autre en 344293. C’est seulement en 344 que Rhoisakès est attesté comme satrape de Sardes, mais rien n’empêche qu’il l’ait été dès le milieu du ive s.294. Présent également dans l’armée royale après avoir changé de camp, Mentor prend une part décisive à la victoire. Entre autre récompense il reçoit le titre de satrape τῆς κατὰ τὴν Ἀσίαν παραλίας en même temps que celui d’αὐτοκράτωρ στραηγός295. Si l’on abaisse de sept ans la chronologie, le texte de Diodore devient cohérent, en particulier, par référence à l’histoire de la capture d’Hermias d’Atarnée qui convient mieu en 342 qu’en 349/348296. Remarquons aussi que cette action cadre bien avec l’aire géographique qui lui a été assignée297. Il est donc tentant de penser qu’a été reconstituée pour Mentor une fonction double, du type de celle qui avait été confiée quelques années plus tôt à Strouthas298. Comme cela avait été le cas de ce dernier, il s’agit peut-être là d’une mission de courte durée ou bien Mentor est mort en cours de mandat puisqu’il disparaît complètement de nos sources. A un moment qu’il est impossible de préciser (pour K. J. Beloch, vers 340), Spithridatès devient satrape de Lydie et d’Ionie299. Il est assez probable qu’il s’agit du fils et non du frère du précédent satrape. On comprendrait mal que Rhoisakès, destitué de son gouvernement ait pu jouer un rôle important à la bataille du Granique300. Celui qui est désigné là comme étant le frère de Spithridatès pourrait être le fils cadet du satrape homonyme de 344.

  • 301 Babelon 1910, 125-128.
  • 302 Cf. les doutes de Cahn 1989, 101 pour des raisons stylistiques.
  • 303 Récemment encore Cahn, loc. cit.
  • 304 E.g. Six 1888, 114 n. 56 ; Droysen 1908, 100. Les revers d’Adramyttion sont quasi identiques à ceu (...)
  • 305 PL 89, 1 et 3 (P1. II, 18-19).
  • 306 Cf. la représentation de Darius sur la mosaïque de Pompéi.
  • 307 P1. 89, 2 (P1. II, 17).
  • 308 Troxell 1981, 27, 37 et supra p. 64.
  • 309 Comme le pensent Cahn 1989, 101 et Weiser 1989, 295 sq.
  • 310 Comparer Pl. II, 15 et 17. Rien là d’assuré, on pourrait penser aussi à Ariobarzane ou Artabaze, u (...)
  • 311 Première version : Traité, II. no 68. pl. 88, 28 (Pl. II. 14) ; no 2335, pl. 164, 25 ; deuxième ve (...)

51En ce qui concerne le monnayage émis par (ou au nom de) Spithridatès, il convient de suivre pour l’essentiel les conclusions de E. Babelon301. S’il paraît évident que les monnaies qui portent la légende ΣΠΙ ou ΣΠΙΘΡΙ doivent être attribuées au satrape et non au subordonné de Pharnabaze302, en revanche le lieu d’émission fait problème. On propose généralement Lampsaque et Kymè303 à cause de la présence au revers soit de Pégase (P1. II, 17-18) soit du protomé de cheval (P1. II. 16. 19-20), mais cette attribution a été discutée principalement parce que Lampsaque se trouve hors du ressort satrapique de Spithridatès304. Il faudrait donc, comme le note Babelon, admettre que ce dernier exerçait un commandement karanique, ce qui est vraisemblable étant donné son statut, mais dont nous n’avons par ailleurs aucune preuve : Arrien n’indique pas qui commande en chef chez les Perses au Granique. Ce monnayage, relativement abondant, est bien connu et a été souvent étudié. Observons qu’il utilise aussi bien l’argent que le bronze. Nous avons vu plus haut qu’il y avait deux types de revers, il a en revanche été moins mis en valeur qu’il y avait deux types d’avers. Traité, II, no 69 et 71305 présentent un rendu assez particulier de la tiare, très plissée et dont les paragnatides recouvrent largement les joues306, alors que sur Traité, II, no 70307 la tiare est beaucoup plus “classique” et les paragnatides libres. Ce qui suit est plus problématique dans la mesure où le satrape n’est pas nommé. Le très célèbre statère d’or de Lampsaque qui a servi pour une part de base aux théories de Babelon sur la révolte d’Orontès une fois “enlevé” à ce dernier308, la réattribution à Spithridatès paraît possible309 en particulier par comparaison avec le second type d’avers décrit ci-dessus310. Il est aussi tout à fait légitime de penser à Spithridatès pour des bronzes civiques de Kébren. Les avers se rapprochent des deux types précédemment évoqués311 et forment un même ensemble, chronologiquement resserré, avec une monnaie au “satrape imberbe” que nous identifions à Alexandre (infra), présentant en particulier des revers caractéristiques, occupés entièrement par un monogramme formé des lettres K et E.

  • 312 Arrien, An., 1.12.9. Il me paraît très réducteur de le considérer comme un simple chef de mercenai (...)
  • 313 Diod. 17.7.2 (cf. infra p. 423).
  • 314 Diod. 17.18.3 ; Arrien, An., 1.12.10.
  • 315 Diod. 17.23.6 : οἱ κατὰ θάλατταν οἰκοῦντες doivent lui obéir ; ibid., 29.1, “commandant en chef’ ; (...)
  • 316 Il est possible que celui-ci ait émis des monnaies à son nom, Babelon 1910, col. 124, cf. supra p. (...)
  • 317 L’un des fils d’Artabaze.

52Quelles sont, pendant la campagne d’Alexandre, les fonctions de Memnon ? Jusqu’au Granique, il a un “commandement”312 et il obtient par exemple de Darius des troupes mercenaires pour tenter de s’emparer de Cyzique313 pendant la campagne de Parnténion, mais au début de l’anabase d’Alexandre il n’est qu’un officier parmi d’autres et son avis ne prévaut guère314. Il faut attendre le siège d’Halicamasse pour qu’il reçoive un commandement de première importance315 comparable à ceux de Tissapherne et de Cyrus le Jeune. A sa mort, Autophradatès316 et Pharnabaze317 lui succèdent à la tête de la flotte.

6. La satrapie de haute-Phrygie318

  • 318 Sur les limites de cette satrapie en 333, Briant 1973, 47-49.
  • 319 Démosthène, C. Aristocr., 155.
  • 320 Supra p. 121 et n. 50.

53Le nom de cette satrapie est rendu diversement chez les auteurs grecs, mais la formulation la plus correcte selon les concepts perses est ἄνωθεν Φρυγία319, Phrygie intérieure ou “continentale” par opposition à la Phrygie maritime ou hellespontique. Il faut donc entendre “Haute”-Phrygie à cause de sa localisation et non de son relief. Nous avons vu que la distinction constante entre ἄνω et κάτω ne peut s’expliquer que si elle est directement empruntée à la géographie administrative perse320.

  • 321 Supra p. 95.
  • 322 Plut., Thém., 30 ; supra p. 36.
  • 323 Leuze 1935. 245 (cf. aussi 401 n. 45) nie qu’il s’agisse d’un satrape ; contra Tuplin 1987a, 183.

54Pour rester fidèle au titre général du chapitre, la satrapie de Haute-Phrygie aurait dû être étudiée avec les régions qui avaient constitué le troisième nome hérodotéen. Cependant, il est clair qu’à partir de la nomination de Cyrus à Sardes elle n’appartient plus à la satrapie de Daskyleion, alors tenue par Pharnabaze321. Mais cette partition peut être largement antérieure. En tout cas, son histoire commence au début du ve s. si l’on retient comme véridique le récit de l’attentat manqué d’Épixyès, “satrape” de Haute-Phrygie (ἄνω Φρυγία), contre Thémistocle tel que le rapporte Plutarque322 : des Pisidiens – hommes de main par excellence – sont dépêchés à Léontoképhalè, sur la Route royale, pour assassiner l’Athénien. On ne peut toutefois se fonder sur ce texte pour déterminer si Épixyès était satrape ou hyparque de la région323.

  • 324 Xén., An., 1.9.7.
  • 325 Xén., An., 1.2.7-8.
  • 326 Sur lequel nous n’avons aucune autre information. Cette fonction lui est attribuée par la conclusi (...)
  • 327 Ariaios appartient à une famille noble, même s’il ne s’agit pas d’une des toutes premières (Xén., (...)
  • 328 Les Helléniques de l’Anonyme d’Oxyrrhynchos sont à cet endroit trop mutilées pour être vraiment ut (...)
  • 329 Polyen 7.16.1.
  • 330 Hell. Ox., 14.3.
  • 331 A moins d’admettre, mais c’est beaucoup moins probable malgré Bruce dans son commentaire aux Hellé (...)
  • 332 Xén., Hell., 4.1.27, souligne que Spithridatès avait été mis en confiance par le fait qu’Ariaios s (...)
  • 333 Il faut être d’accord avec Beloch 1923, 153 pour dire que ce Tithraustès ne saurait être identifié (...)
  • 334 Cf. P. Erzherzog Reiner (FGrHist, 105, F4) ; Schol. Démosthène, 1e Phil., 19.
  • 335 Weiskopf 1982, 526 et dans le même sens Hornblower 1982, 144 n. 57 ; cf. infra p. 394.
  • 336 P. Erzherzog Reiner : ἐπο]λέμει πρὸς βασιλέα καὶ συνεμβαλὼν εἰς Φρυγία ἐπόρθει τὴν Τιθραύστου ϰώρα (...)
  • 337 Beloch 1923, 153 pense qu’il s’agit d’une confusion avec Datamès.

55Nous ne reprenons véritablement pied qu’avec l’arrivée de Cyrus dont le ressort comprend expressément la Phrygie324. Il est avéré qu’il contrôle la zone du Haut-Méandre (Kélainai) au cours de son second gouvernement325. Lorsqu’il commence son anabase, le prétendant au trône confie le gouvernement de cette région à Artakamas326. Après la mort de Cyrus, de nouveaux responsables sont désignés pour les satrapies anatoliennes. Il semble qu’Ariaios ait été chargé de la Grande-Phrygie327. Tous les auteurs concordent pour évoquer l’aide qu’il fournit à Tithraustès dans le guet-apens préparé contre Tissapherne. Le récit le plus prolixe, du moins en l’état de conservation de nos sources328, est celui de Polyen329 et il ne permet pas de trancher en toute sécurité. Ariaios attire Tissapherne à Kolossai, où il a manifestement une résidence, il le remet à Tithraustès qui le fait transporter à Kélainai et c’est là qu’il sera exécuté. Le rapport des deux officiers perses n’est pas explicité. Tithraustès vient du centre de l’Empire avec les pleins pouvoirs. Sa fonction n’est pas précisée (est-il chiliarque ?). Après la mort de Tissapherne, il règle la situation militaro-diplomatique en passant une convention avec Agésilas. Puis il repart en Haute-Asie en laissant le commandement de l’armée à Ariaios et Passiphernès330. Cela ne semble pas plaider en faveur de l’hypothèse qui ferait de Tithraustès le satrape de Kélainai (et par conséquent d’Ariaios l’hyparque de Kolossai). La situation d’Ariaios n’est pas non plus complètement éclaircie mais le plus simple serait de penser qu’il détient le gouvernement en Haute-Phrygie qu’il cumule avec le commandement de l’armée après le départ de Tithraustès. Ce ne peut être qu’à ce titre qu’il reçoit à Sardes331 la soumission de Spithridatès et des autres Perses déçus par Agésilas332. Nous ne savons plus rien jusque dans les années 350 où un autre Tithraustès est très probablement le titulaire du gouvernement333. Certes, aucun témoignage ne le qualifie de satrape334 mais tous lui attribuent, au moins implicitement, la charge de l’armée royale. Weiskopf335 le qualifie de “lesser officer”, ce qui paraît contradictoire avec le fait qu’il exerce un commandement important. Le papyrus Erzherzog Reiner fournit une précision décisive : Charès “guerroya contre le Roi et, ayant envahi la Phrygie, il ravagea la chôra de Tithraustès jusqu’à ce que l’ambassade venue d’Athènes arrive et lui enjoigne de cesser de faire la guerre aux satrapes du Roi”336. Comme nous le verrons à plusieurs reprises, le terme chôra peut tout à fait désigner ici le ressort satrapique de Tithraustès. On ne sait que faire de Polyen 7.28.2 relatant un stratagème utilisé par un certain Arsamès, en charge de la Grande-Phrygie, alors en rébellion contre le Roi337.

  • 338 Arrien, An., 1.25.3 ; 2.11.8 ; Diod. 17.21.3 ; cf. Berve 1926, 91 no 179.
  • 339 Arrien, An., 1.29.2.
  • 340 L’auteur des Helléniques d’Oxyrrhynchos, 12.3 indique que c’est la plus grande cité de Phrygie.
  • 341 Il n’existe pas d’étude récente sur la région : sur Kélainai on consultera Hirschfeld 1876, 1-26 ; (...)
  • 342 Tchiatcheff 1886, 212 sq. ; Robert 1962, 341-343.
  • 343 Str. 13.8.13 sq.
  • 344 Cf. Arrien, An., 1.2.7-8 ; Robert 1963, 349. Sekunda 1991, 110 sq., pense pouvoir y retrouver des (...)

56A la bataille du Granique, les contingents de la satrapie sont conduits par Atizyès338. Lorsqu’il est en mesure de contrôler la province Alexandre le remplace par Antigone339. Comme on le voit l’histoire de cette satrapie est particulièrement discontinue dans la mesure où elle ne joue qu’accidentellement (e.g. Tithraustès) un rôle de premier plan dans les affaires des régions côtières qui sont les seules à intéresser les auteurs grecs. Sa création s’explique par l’immensité de la satrapie initiale, qui en empêchait sans doute une gestion efficace. Elle sert de zone tampon entre les peuples non soumis du sud et la Phrygie hellespontique, cependant il serait très incomplet de la ramener à ce seul rôle. Ses centres principaux sont Kélainai340 et Kolossai341. La première est manifestement la capitale de la satrapie à l’époque d’Atizyès et son acropole abritait une garnison. Le Méandre et ses affluents (comme le Marsyas) représentent un réservoir permanent en eau. Les alluvions constituent un terroir particulièrement propice à l’agriculture et qui contraste vivement avec l’environnement très aride342. Strabon343 décrit la région comme riche par son agriculture et son artisanat et il y a plusieurs cités hellénistiques florissantes (Apamée, Laodicée-du-Lykos) qui succèdent à Kélainai et Kolossai dans la région. Il n’est donc pas étonnant que la Haute-Phrygie soit devenue une zone de peuplement perse344 dont la conquête est jugée primordiale par Alexandre. Autant de raisons pour en faire une satrapie de plein exercice.

57Au milieu du ive s., Diodore (16.47.2) attribue à Spithridatès une satrapie de Lydie et d’Ionie, unifiée certes, mais qui rappelle la partition que nombre de modernes refusent d’accepter chez Hérodote. Comme nous l’avons souligné tout au long de ce chapitre les ressorts satrapiques ont varié au gré des circonstances internes ou externes. La prise de contrôle par Athènes des régions côtières enlève toute signification à une satrapie d’Ionie et c’est à l’évidence pour la partie perse la raison de l’entrée en guerre au côtés des Spartiates. Dès que cela est possible et à plusieurs reprises, une circonscription côtière (entièrement autonome ou placée sous la tutelle de Sardes) est redéfinie, assortie le plus souvent d’un commandement naval. C’est donc là jusqu’à l’époque d’Alexandre l’un des éléments de permanence. Cela n’exclut pas pour autant des retouches importantes : expérience avortée d’une satrapie mysienne (mais, au fond, elle peut être considérée comme une sorte de “brouillon” du royaume de Pergame) ; création plus durable de la satrapie de Carie dont la dynastie préfigurait à bien des égards les monarchies hellénistiques, mais morcelée et disputée tout au long de la période hellénistique, la Carie ne retrouvera jamais son unité avant l’époque impériale.

Annexes

Appendice 1. L’organisation satrapique sous Alexandre345

La mort d’Alexandre en 323 entraîne une nouvelle donne politique et à ce moment Diodore ressent la nécessité de dresser une liste des satrapies dont Perdiccas procède à la redistribution : “Il donna la Cilicie à Philotas… à Eumène la Paphlagonie, la Cappadoce ainsi que les régions adjacentes qu’Alexandre n’avait pas eu le temps de conquérir… à Antigone la Pamphylie, la Lycie et la Grande-Phrygie, à Asandros la Carie, à Ménandre la Lydie, à Léonnatos la Phrygie hellespontique”346. Plus loin, le même auteur propose une approche plus géographique : “Ensuite l’Arménie, la Lycaonie, la Cappadoce, qui ont toutes un climat hivernal rigoureux ; leurs voisines immédiates sont la Grande-Phrygie et la Phrygie hellespontique ; sur le flanc, sont la Lydie et la Carie ; contiguë par en dessous à la Phrygie, la Pisidie et jouxtant cette dernière, la Lycie”347.

Comme il est aisé de s’en rendre compte la liste satrapique diffère assez sensiblement de celle que l’on pouvait établir sous le règne de Darius III Codoman. Faut-il en conclure que la présence d’Alexandre a été synonyme de profonds bouleversements administratifs ? Dans ce domaine, comme dans d’autres, la politique adoptée par le Macédonien procède d’une double analyse : il est bien probable que, dès le départ, il s’est placé dans la perspective d’une conquête de l’intégralité de l’Empire perse ; par ailleurs les étapes de son avancée l’amènent à prendre des décisions ponctuelles en fonction des problèmes posés, mais cela n’est pas contradictoire. La conjonction de ces deux données nous paraît déboucher dans la pratique sur une reproduction systématique poste pour poste du système perse. Les modifications ne viendront que lorsqu’Alexandre sera pleinement entré dans le système et qu’il voudra véritablement infléchir ce dernier.

A la tête de la Phrygie hellespontique après la victoire du Granique, Kalas succède à Arsitès348. Il n’y a pas de raison de douter que la capitale satrapique soit restée à Daskyleion. Lorsqu’Alexandre se trouve à Ankyra349, il décide de rattacher la Paphlagonie au gouvernement de Kalas. Il ne s’agit là en aucune façon d’une innovation ; comme nous l’avons vu plus haut350, la fin de Datamès avait permis à l’administration perse de réintégrer cette région, restée longtemps largement autonome de facto, dans la satrapie de Daskyleion. Il n’est pas sûr que cette décision ait été suivie de quelque effet pratique. Selon Arrien351, Alexandre avait pris l’engagement de ne pas occuper militairement la région ; selon Quinte Curce, il était même censé l’avoir exemptée du tribut352 et pourtant Kalas mène une campagne en Paphlagonie353. Cette dernière était, en effet, devenue le centre principal de concentration de la résistance perse354, et l’on peut lier à ce fait l’émission de séries monétaires à légendes araméennes à Sinope355. Le résultat de cette expédition n’est pas connu mais on peut douter de son efficacité dans la mesure où nous savons par ailleurs que Kalas ne contrôlait pas la Bithynie : c’est en combattant Bas, prince bithynien, qu’il trouve la mort avant 323356 ; il est remplacé par Démarchos357.

A Sardes, le nouveau satrape Asandros, fils de Philotas, se voit confier l’ensemble de l’archè de Spithridatès. Alexandre pousse plus loin la volonté de reproduire le système perse en nommant Nikias à la tête d’un département fiscal ; un autre officier est responsable de la garnison de l’acropole358. On ne sait pas si cette organisation était spécifique à la Lydie ni s’il existait un rapport hiérarchique entre ces personnages359. Asandros est remplacé dans sa charge par Ménandre à l’occasion d’un remaniement qui concerne aussi la Syrie et probablement la Lycie en 331360. Il n’est pas aisé de définir exactement les limites de la satrapie, notons simplement qu’une inscription de Gambreion361 atteste que la région de Pergame appartient à cet ensemble, probablement sans hiatus depuis la disparition de la satrapie de Mysie, quelle que soit la date de cet événement. Une autre interrogation concerne l’Ionie : quel est son rapport avec la Lydie ? C’est là un point délicat qu’il convient d’apprécier en tenant compte de tout le passé historique. Nous savons qu’Alexandre désigne Alkimachos362 pour libérer les cités d’Ionie et d’Éolide. Le fait que ce dernier ait, quelques années plus tard, à veiller au maintien de la paix civile à Chios363 indique à la fois qu’il est resté en charge de la région reconquise et fournit une indication sur les limites de son ressort. On est évidemment fort tenté de le qualifier d’hyparque d’Ionie, même si aucune source ne lui donne explicitement ce titre. Dans la dernière partie du règne d’Alexandre apparaît un autre officier du nom de Philoxénos364. À partir de sources nombreuses, mais hétéroclites, W. Tarn365 reconstitue la carrière d’un seul personnage ayant successivement exercé de multiples fonctions. Nous retiendrons cette hypothèse. Il a en premier lieu la charge de la perception des phoroi “de ce côté du Taurus”366 puis de ce que Plutarque définit comme une hyparchie du littoral (ὕπαρϰος τῆς παραλίας)367 et qui, dans la réalité, correspond à une hyparchie de l’Ionie368. Quelle qu’ait été l’importance de la fonction fiscale évoquée ci-dessus, un poste politico-militaire comme l’est une hyparchie constituait sans aucun doute une promotion pour Philoxénos (Tarn). On ne saurait d’autre part confondre cette seconde charge avec celle précitée : Philoxénos est amené à intervenir à Éphèse dans une circonstance qui comporte à la fois des aspects politiques et judiciaires369. Cela n’a manifestement rien à voir avec la fiscalité. Dernière question, est-il satrape ou hyparque ? Si, comme le fait E. Badian370, et bien qu’il ne soit pas nommément mentionné, il convient de lui attribuer cet épisode où quatre prisonniers arrêtés à Méthymna, Imbros et Rhodes371 sont transférés à Sardes, puis libérés sur l’intervention de Phocion372, il faut penser que, comme dans le cas d’Alkimachos, les îles font partie du secteur supervisé par Philoxénos. Cependant le lieu d’incarcération confirmant que cet officier dépend de Sardes, on peut en conclure que le titre le plus approprié est bien hyparchos. Tout à fait au terme de la vie d’Alexandre, Philoxénos paraît avoir bénéficié d’une nouvelle distinction puisqu’il semble être satrape de Carie373. En fonction du second passage d’Arrien374 il est même possible qu’il ait simplement rajouté la Carie à son ancien gouvernement375. Si tel est bien le cas, il est piquant de constater qu’Alexandre a presque reconstitué le premier nome hérodotéen, le gouvernement de Strouthas376 ou la carrière de Tamôs.

Le choix d’Ada comme satrape de Carie377 peut paraître a priori surprenant. Comme nous l’avons vu il correspond cependant à une pratique bien attestée dans l’Empire perse. En réalité la procédure est plus complexe : Alexandre accepte d’être adopté par Ada et, en retour, celle-ci est désignée comme satrape. Il faut y voir en quelque sorte le maintien de l’ambiguïté du statut des Hékatomnides à l’époque précédente. On observera que son domaine est amputé de la Lycie, non encore conquise, mais qui appartiendra plus tard à un autre ressort. Ada est sans doute âgée et Philoxénos la remplace, tout à la fin de la vie d’Alexandre, sans qu’on sache s’il y a eu un hiatus entre les deux. En ce qui concerne la capitale de la satrapie, il est exclu qu’Halicarnasse ait retrouvé cette fonction. On peut penser à Alinda, à l’époque d’Ada, mais Mylasa paraît tout aussi plausible. Philoxénos, hyparque de la côte avait probablement choisi Milet : on notera en effet que cette cité est devenue un centre assez important d’émissions monétaires à la fin du règne d’Alexandre378 Promu satrape de Carie reste-t-il à Milet (à noter que sur certaines émissions anciennes d’or – pas sur l’argent où le symbole est plus tardif – la double hache apparaît comme marque de contrôle)379 ou choisit-il Mylasa ? La question reste ouverte. Il y a certes frappe de monnaies à l’effigie d’Alexandre à Mylasa, mais ces alexandreioi sont posthumes380. Mylasa est la capitale du satrape Asandros381, fils d’Agathon, mais on ne sait si cette situation préexiste à sa nomination par Perdiccas.

La Phrygie intérieure (ou Grande-Phrygie) une fois conquise est confiée à Antigone382. C’est par erreur que Quinte Curce lui attribue la Lydie383. Les contours de la satrapie sont probablement les mêmes qu’à l’époque perse384 et lorsque Antigone fait mouvement vers la Lycaonie385, Quinte Curce n’indique pas s’il s’agit de contrôler le secteur de plateau autour d’Iconion qui faisait traditionnellement partie de l’horizon phrygien386 ou d’entreprendre la pacification de la région beaucoup plus accidentée des contreforts du Taurus. Le récit de la mort de Balakros quelques années plus tard (ci-dessous) montre que cette zone méridionale de la Lycaonie n’était pas contrôlée par les Macédoniens, pas plus qu’elle ne l’avait été précédemment par les Perses387. Il reste cependant possible que cette région ait été nominalement rattachée à la juridiction d’Antigone388. Ce dernier va conserver sa province jusqu’à la mort d’Alexandre (et même au-delà) en l’accroissant vers le sud. En effet, le Macédonien avait créé pour Néarque une satrapie de Lycie et des territoires adjacents jusqu’au Taurus389, donc Lycie, Pamphylie et probablement Pisidie. Pour ce qui concerne la date, on doit présumer que cette nomination est intervenue dès 334/3, Arrien ne signale son existence qu’en 331 dans un passage qui constitue une digression. Une satrapie avec une telle définition géographique apparaît de prime abord comme une innovation ; mais il convient tout aussitôt de nuancer cette affirmation : les territoires côtiers, y compris la Lycie-Pamphylie, avaient constitué le premier nome selon Hérodote. Le sort administratif de ces régions aux ve et ive s. les avait séparées. La Pisidie n’est que rarement ou partiellement contrôlée, la Lycie est rattachée à Sardes puis à Halicarnasse et on ne sait rien du sort de la Pamphylie, peut-être un temps captée par Mausole, mais ensuite rattachée à la Grande Phrygie. Je ne vois pas de raison de penser, avec Ed. Meyer390, qu’elle constitue une entité qui paie directement le phoros au Roi sans passer par le système satrapique. Ce découpage correspond à un choix tactique : il s’agit de renforcer le secteur qui sert de pivot – ou d’obstacle selon le point de vue duquel on se place – entre la mer de Cilicie et l’Égée. Par conséquent cette nouvelle satrapie est conçue comme maritime, à l’instar de ce qu’était l’Ionie aux époques précédentes ; en ce sens le choix du “marin” Néarque à sa tête n’est nullement fortuit. L’objectif est, à l’évidence, de contrecarrer la domination maritime que les Perses ont acquise grâce à la flotte phénicienne et, peut-être, de développer une nouvelle puissance navale pour remplacer la flotte grecque dont Alexandre s’était volontairement privé quelques temps plus tôt et cela dans la perspective de la conquête de la côte syrophénicienne et de l’Égypte. En 331, cette préoccupation conjoncturelle est caduque et la région est agrégée à la Phrygie d’Antigone. C’est du moins ce qui se déduit de la présence de Néarque auprès du Roi. On sait, en effet, qu’il accompagne Asandros, ancien satrape de Sardes, qui amène des renforts venant de Grèce en vue des campagnes orientales, cela en 329/328391. Asandros, nous l’avons vu plus haut, a été remplacé dès le début de sa mission, c’est à dire en 331. Or Antigone est confirmé dans son commandement accru en 32 3392. Depuis O. Treuber393, la plupart des savants admettent qu’Antigone reçoit ce supplément territorial en 331394, solution logique mais dont on ne peut établir la preuve formelle. Il est alors à la tête d’une province énorme qui lui donnera les bases territoriales nécessaires à l’assouvissement de ses ambitions personnelles après la disparition d’Alexandre. Dernière observation, il est possible qu’au moment de la contre-offensive perse de 333-332 Antigone ait eu des responsabilités militaires élargies à l’ensemble du champ de bataille, en somme un commandement comparable à ceux dont nous avons relevé supra l’existence pour certains officiers perses, dont Cyrus395.

En ce qui concerne l’organisation de la Cappadoce396, considérons tout d’abord les faits bruts. Selon Arrien397, Sabiktas – inconnu par ailleurs – est désigné comme satrape ; pour Quinte Curce398, le satrape s’appelle Abistaménès. J. E. Atkinson399 propose une solution dont les deux éléments sont également séduisants : il s’agirait d’un seul et même personnage et son origine serait cappadocienne (une telle nomination n’aurait rien d’extraordinaire si l’on songe à la position faite à Ada en Carie). C’est en tout cas la seule façon de concilier ces informations avec les allégations d’Appien et de Strabon. Le texte de Strabon contient une affirmation qui paraît solide400 : au moment de la conquête macédonienne, la Cappadoce était divisée en deux satrapies. Il poursuit : “Ces mêmes Macédoniens permirent, alors qu’ils tenaient l’une mais pas l’autre, qu’elles se transformassent de satrapies en royaumes”. Appien, pour sa part401, soutient qu’Alexandre laissa en place les dynastes qu’il trouva en Cappadoce, à la condition qu’ils paient le tribut. En bref, il nous semble qu’Alexandre choisit le “satrape” parmi les dynastes locaux qui acceptèrent de lui faire allégeance. Son autorité, apparemment très éphémère, se limitait à la Cappadoce intérieure. La Cappadoce pontique lui a toujours échappé.

La Cilicie est tout naturellement la dernière des satrapies de l’Asie Mineure à être dotée d’un satrape par Alexandre. L’événement est immédiatement consécutif à la bataille d’Issos402. La charge est confiée à Balakros qui est aussitôt concerné par la contre-offensive perse à partir de la Cappadoce403. Quinte Curce404 fournit une version contradictoire puisqu’il indique qu’Alexandre donna la Cilicie à Sokratès. S’il ne s’agit pas là d’une erreur pure et simple, on pensera que ce dernier avait reçu un commandement militaire ou une hyparchie (les deux autres officiers mentionnés dans le même passage ont des charges de ce type). Il est possible d’individualiser un monnayage de Balakros405 :

— A Tarse, une première série, probablement sans solution de continuité avec l’une des dernières émissions de Mazaios406 au point qu’on ne les distinguait que difficilement avant l’étude de H. von Aulock ; à l’avers le Baal de Tarse dont le nom est indiqué en araméen ; au revers, un lion attaquant un taureau sur deux rangées de murs dotés de quatre tours avec dans le champ une massue407 et la lettre B408. E. Babelon décrit cette monnaie avec un T sous le siège de Baal et donne plusieurs variantes avec I, M, Σ (donc Issos, Mallos, Soloi)409.

— Une série plus abondante : à l’avers Athéna de trois-quarts face à gauche ; au revers Baal représenté de façon identique aux séries précédentes et la légende B ou BAΛAKPOY410 – parfois aussi absente, sans qu’il faille penser à Arsamès. Cette légende a été copiée de façon médiocre par un graveur qui ne lisait pas le grec dans la monnaie de “style barbare” Levante 1 18411. Sous le siège, la lettre T fait penser que le lieu d’émission est Tarse412, mais il existe d’autres monnaies avec même des liaisons de coin qui portent au même endroit les lettres I, M, Σ (respectivement pour Issos413, Mallos414, Soloi415) et aussi parfois dans le champ ΣΟ (avers), ΙΣ (revers). Cette série est probablement la plus récente416.

On observera combien le monnayage de Balakros par les lieux de frappe (y compris apparemment leur diversité ou en tout cas les indications de provenance du prélèvement tributaire), le choix des thèmes, de l’étalon, vise à s’inscrire dans la continuité de celui de l’époque précédente. Il y a une volonté évidente de se couler dans le moule préexistant.

Diodore417 nous apprend que Philippe et Perdiccas, après avoir défait Ariarathès et installé Eumène en Cappadoce, décident de s’attaquer à Isaura et Laranda parce que ces deux cités sont responsables de la mort de Balakros. Pour les deux communautés, il s’agit de leur première apparition dans l’histoire. Diodore les qualifie toutes deux de poleis. Strabon418 en fournit une description toute différente : pour lui il s’agit bien plutôt de places fortifiées qui servent de refuge à des populations de pasteurs-pillards419 organisées en fédération de villages. Cette organisation, comme le note A. H. M. Jones420 ne doit guère être différente de celle des Étenniens421. Il est donc bien plausible que Balakros avait mené une expédition de représailles malheureuse contre des populations insoumises et dont la richesse était, comme celle des Pisidiens, le produit du pillage. Les lectures de Diodore et Strabon paraissent contradictoires mais il convient de rappeler que la campagne des Macédoniens se traduit par la destruction complète des deux sites (population et biens). En ce qui concerne Isaura, Diodore422 souligne que sa richesse en or et en argent était naturelle pour une cité prospère depuis longtemps. Cette aisance matérielle (conjuguée avec les contacts établis avec les cités grecques voisines) amène tout naturellement à la frappe de monnaies. Celles d’Isaura ont été identifiées récemment423, en revanche, une petite série de Laranda était connue depuis longtemps : à l’avers deux personnages diadémés, au revers un protomé de loup424, légende ΛAPAN. Il est tout à fait tentant de mettre en relation avec Laranda tout ou partie d’une série de petites divisions425 classées par E. Levante comme “incertaines de Cilicie” : à l’avers Baal (de Tarse) trônant, au revers un protomé de loup avec parfois la lettre Λ. Des rapports privilégiés paraissent s’établir entre Laranda et Tarse. C’est ce que montrent le choix de Baal et la présence du loup (sans oublier pour autant que la région s’appelle Lycaonie) lui-même bien attesté sur les monnaies tarsiotes dans la mesure où il existait à Tarse un culte d’Apollon Lykeios426. Comme nous le verrons plus loin à propos de la Pisidie (Étenna/Sidè, Selgè/Aspendos), il est clair que les régions intérieures sont en contact avec le monde méditerranéen : la chaîne du Taurus devait logiquement servir de frontière, mais le bassin fluvial du Kalykadnos permettait la communication dans les deux sens. Elles ont développé auIVe s. une activité d’échanges basée sur une économie de type monétaire qui devait nécessairement déboucher, à terme, sur une organisation politique de type civique grec. Le coup d’arrêt fut brutal, mais là comme ailleurs427, on voit combien sont dangereuses des positions trop manichéennes opposant villages indigènes et cités grecques. De surcroît les régions intérieures qui sont mal connues à travers les sources grecques semblent avait été un lieu potentiel de colonisation “perse”428.

Il est aventuré de suivre E. Babelon lorsqu’il cherche à relier avec trop de précision le monnayage de Laranda à un événement historique précis en proposant la date de 324/323429. Les séries qui ne sont pas encore parfaitement identifiées présentent une diversité qui ne saurait s’expliquer que par la durée. Il paraît donc beaucoup plus vraisemblable de penser que ce monnayage a couvert au moins le troisième quart du ive s.

Diodore souligne que la mort de Balakros s’est produite à un moment où Alexandre vivait encore. Cette formulation laisse penser que l’événement a eu lieu en 323430. Il est donc possible qu’il y ait eu un hiatus jusqu’à la nomination de Philotas qui est faite par Perdiccas (supra) ; Philoxénos431, ancien satrape de Carie, lui succédera au moment du partage de Triparadeisos.

Une lecture dégagée de tout a priori amène à la conclusion que, dans la grande majorité des cas, Alexandre s’est contenté de reproduire tels quels les rouages administratifs de l’Empire perse. Le choix des titulaires des postes répond à peu près aux mêmes critères que sous les Achéménides, y compris lorsque cela paraît nécessaire parmi les dynastes autochtones. Les raisons sont clairement affichées dans le cas d’Ada ; on espère qu’ils permettront le ralliement plus facile de populations que le conquérant n’avait ni le temps ni les moyens de pacifier (telle est peut-être aussi la raison de l’élévation de Sabiktas). Bien entendu, Alexandre ne s’interdit pas pour autant les modifications, les réajustements, guidé en cela par les aléas de la conquête et les objectifs qu’il s’assignait (Lycie-Pamphylie). Mais cette “plasticité” administrative (toute relative) trouverait bien des antécédents à l’époque perse et il est piquant de constater qu’a pu se poser aussi le problème des façades maritimes et que, si nos conclusions sont exactes, une province littorale a dû même être ressuscitée pour un certain laps de temps sur la côte égéenne.

Notes

1 Lewis 1977, 118-9 ; Weiskopf 1982. 91-2 et n. 14 ; Petit 1988, 309-312. Cf. aussi Chaumont 1990, 586-603 ; Briant 1996 reste dubitatif, e.g. p. 721 : “les rapports précis qui lient les deux composantes [Lydie et Ionie] sont rien moins que clairs”.

2 Hdt. 3.120.

3 Hdt. 3.120-125.

4 Pour Chaumont 1990, 587, il s’agit du siège de la satrapie.

5 Hdt. 3.127.

6 Hdt. 3.128.

7 Balcer 1984, e.g., 185, suppose que Bagaios, l’instrument de l’exécution d’Oroitès, exerça à Sardes une sorte d’intérim jusqu’à l’arrivée de Darius ; cela n’est nullement impossible, mais il n’y a aucune preuve.

8 Supra p. 90.

9 Hdt. 5.25.

10 Supra p. 93.

11 Hdt. 5.30.

12 Hdt. 5.31-32.

13 Hdt. 5.102 ; 116. Par opposition à τῆς ἄνω Ἅλυος ποταμοῦ Ἀσίης (1.130, cf. 103). Daurisès en campagne dans l’Hellespont se dirige vers la Carie à l’annonce de la révolte de la région, Otanès est sans doute le même personnage que celui désigné en 5.25 par le titre de στρατηγὸς τῶν παραθαλασσίων ἀνδρῶν (supra p. 93). Hymaiès n’est pas mentionné ailleurs.

14 Hdt. 5.123.

15 Hdt. 6.42. Lewis 1977, 2 n. 2, souligne qu’il autorise aussi un voyage vers Persépolis en 495 (PFT, 1404).

16 Syll. 3, 22, 1. 12-13 ; sur l’authenticité de ce document cf. Brandenstein & Mayrhofer 1964, 91-98 ; Wiesehöfer 1987, 396-398 qui propose de dater ce texte entre 521 et 486. En dernier lieu Lecoq 1997.

17 Briant 1996, 507-509, 977, comme Dandamaev 1984, 114.

18 Briant 1996, 304.

19 Infra p. 121 n. 50.

20 Briant 1996, 507 propose, à titre d’hypothèse, l’époque du séjour de Darius à Sardes au retour de sa campagne européenne.

21 Supra p. 47. Selon Robert 1987, 42-43 les hiérodules mentionnés ici relèvent du sanctuaire d’Apollon d’Aulai.

22 Dans le même sens que nous Meiggs dans Meiggs & Lewis 1980, no 12 commentaire ; Chaumont 1990, 590.

23 Ainsi Balcer 1985, 31-42.

24 E.g. Weiskopf 1982, 134 n. 14.

25 Retenant l’individualité de la satrapie d’Ionie, Beloch 1923, 137-141 ; Bengtson 1937, 129 sq. ; Murray 1966, 149 ; pour Bosworth 1980a, 112, elle existe en 390 et encore en 362 sous le nom de Mysie.

26 Hdt. 7.74. Les Ioniens et les Cariens sont commandés là par Ariabignès, Hdt. 7.97. En s’appuyant sur Hdt. 6.43 on a suggéré aussi que Mardonios avait peut-être été le successeur d’Artaphernès pour une courte période.

27 Supra p. 93.

28 Plut., Them., 29.

29 Infra p. 486.

30 Thc. 1.115.4-5. Diod. 12.27 ; Briant 1996, 598.

31 Hdt. 7.64 ; cf. cependant Diod. 11.69.2, qui place Hystaspès, fils de Xerxès, en Bactriane en 465, d’où le commentaire de Lewis 1977, 55 n. 35, qui indique que Pissouthnès pourrait être le fils de ce dernier. Observons cependant que les deux passages sont tout à fait compatibles : Xerxès a presque à coup sûr donné le nom de son frère à l’un de ses fils.

32 Cf. l’introduction.

33 Rappelons que cette dernière sera un instrument diplomatique – ou si l’on veut dissuasif – plus que véritablement militaire, en ce qui concerne du moins les affaires égéennes avant 394 ; cf. infra p. 213 et n. 75.

34 Thc. 1.115-117 ; cf. aussi supra p. 91 et n. 62.

35 Thc. 3.31.1 ; 34.2 et Polyen 3.2. Cf. aussi l’affaire de Zopyros et de Caunos (Ctésias, FGrHist, 688, F 15. 43) qui pourrait montrer que cette cité s’est détachée d’Athènes à l’instigation de Pissouthnès (?) ; voir le dossier réuni par Briant 1996, 1001.

36 Pl. I, 7. Bodenstedt 1985, 82 et pl. 7 Ph 65. La date qu’il propose sur des critères stylistiques tourne autour de 450 ; il croit pouvoir préciser 453 ou 452, en liaison avec l’absence supposée de Phocée dans les listes du tribut attique. Harrison 1982a, 142-145, a beau jeu de montrer la faiblesse des arguments avancés. Pour sa part, Weiser 1989, 282 suggère d’y voir un “Midas” mais la tiare avec diadème invite plutôt à penser à un satrape. Bodenstedt avait rapproché (Ph 66 et 68), sans le préciser mais sur des critères de ressemblance, deux “Midas” qui pourraient être le même satrape tête nue, mais porteur d’un diadème (Pl. I, 8). Sans proposer d’identification, Cahn 1989, 98 (cf. pl. I no 2), date la monnaie Ph 65 du troisième quart du ve s., ce qui correspondrait parfaitement au gouvernement de Pissouthnès.

37 FGrHist, 688, F15. 52(50). Cf. Schaefer 1940, 1579-1599 ; Petit 1981 ; Sekunda 1991, 90 sq. : les deux autres sont Spithradatès (un ancêtre du subordonné de Pharnabaze ?) et Parmisès.

38 Inscription de Xanthos en lycien, TL, 44c. 1. 11-12, où est mentionné Zisprnna Widrñnahe ; le contexte n’a pu être complètement élucidé mais le nom de Xanthos apparaît. Selon Melchert 1993, 31, il pourrait être question d’un accord entre Tissapherne d’un côté, les Spartiates et leurs alliés de l’autre. Des stèles pour sceller l’accord sont érigées à Hytenna et Caunos. Lewis 1977, 83 et n. 4, émet deux propositions : 1) Tissapherne est d’une famille issue de l’un des “Sept” (Hdt. 7.70). Peut-on aller plus avant dans la précision ? Cf. les forts doutes de Westlake 1985, 44, n. 6. Lewis se contente de rapprocher le père de Tissapherne du commandant des Immortels en 480 (Hdt. 7.135), probablement identique au personnage évoqué supra p. 93, sans qu’on puisse préciser le degré exact de parenté (cf. les hypothèses de Petit 1981, 5 sq.) ; mais comme le note Lewis p. 84 (cf. aussi, Westlake ou encore Cook 1983, 67) le nom est trop commun pour qu’on puisse être certain de cette identification. Cependant le personnage choisi pour un gouvernement de cette importance ne pouvait être qu’un membre de la famille royale ou allié à cette dernière. 2) Ayant associé Hydamès à la satrapie de Sardes (mais cf. supra p. 93), il conclut que les propriétés que Tissapherne possède en Carie (Cornelius Nepos, Agés., 3.1 : quod ipsius erant plurima domicilia in Caria) pourraient être antérieures à son installation comme satrape. Il nous paraît plus plausible qu’il s’agit soit de domaines dont il avait pris possession en mettant un terme à la sécession d’Amorgès, soit de domaines institutionnels, c’est-à-dire liés à la fonction satrapale, que le satrape avait à Magnésie (en fait dans la vallée du Méandre) (supra p. 46). Dans l’inscription précitée de Xanthos apparaît aussi le nom de Hiéraménès (infra p. 215).

39 Andrewes 1961, 4 sq.

40 Thc. 8.108.4 ; 5.32.1.

41 Andrewes in Gomme et al. 1981, 12, retient la datation haute alors que Lewis 1977, 80 sq. proposerait une date vers 416/5 comme alternative à celle-ci.

42 Thc. 5.1.

43 Thc. 8.5.5. Les commentateurs qui acceptent la date haute sont embarrassés par cette mention : même si l’on admet qu’une remise du phoros a lieu après la mort du Roi (Hdt. 6.59), il paraît impensable qu’une dizaine d’années d’arriérés ait pu être exigée de quelqu’un que le Roi récompensait de son efficacité contre le rebelle Pissouthnès. Cette demande n’est plausible que si elle court à partir de l’accession de Tissapherne et à condition que celle-ci soit un événement récent (cf. Murray 1966, 148 sq.). Petit 1981,13-15, croit pouvoir apporter un élément de preuve complémentaire : partant de l’identification d’Arsitès (hyparque de Tissapherne) avec Arrišitu mentionné en déc. 417 dans une tablette babylonienne (Cardascia 1951, 96-97), il penche, p. 15, pour une date comprise entre 415 et 413, mais cela repose sur une méprise : l’hyparque s’appelle Arsakès.

44 Les tendances centrifuges de la région, combattues – ou entérinées – par l’accession d’une dynastie locale au satrapat, semblent déjà inscrites dans le choix d’Amorgès ; cf. 8.28.2. Si l’on en croit Andocide, Paix, 29, dès le départ Amorgès avait reçu le soutien des Athéniens (implicitement chez Thc, loc. cit., et 54.3).

45 Cf. e.g. Andrewes 1961, 6 sq. § 2 : “Thucydides’ silences”.

46 IG, I3, 370, 1. 79 (IG, I2, 302) ; commentaire de Meritt 1936, 382 ; Andrewes, loc. cit. ; Wade-Gery 1958, 222 sq. ; ML, 77 ; Lewis 1977, 86.

47 IG, I3, 290 (ATL, II, liste 40) I, 26 : 415/4.

48 Thc. 8.5.5.

49 Thc. 8.5.4.

50 Diod. 13.36.5, écrit ὁ τῶν ἐπὶ θαλάττης τόπων ἔχων τὴν στρατηγίαν et plus loin (13.37.4) satrapès pour désigner le pouvoir de Pharnabaze, alors que le contexte et les événements décrits montrent bien qu’il s’agit de Tissapherne. Le titre de stratègos chez Thucydide ne suffit pas à qualifier une charge militaire : nous avons vu plus haut qu’il n’emploie pas le terme satrapès. 11 est très probable qu’ici stratègos ton kato sert à expliciter l’idée que son gouvernement ne comporte pas seulement la Lydie, mais que Tissapherne a aussi la charge de l’Ionie qu’il a pour mission de reconquérir. Le Roi lui rappellera peu après qu’il doit acquitter le phoros pour cette dernière, dont en réalité les Perses ne contrôlent qu’une infime partie au moment de son accession. Sur ce titre cf. le commentaire avec bibliographie de Andrewes in Gomme et al. 1981, 13-16. Mais le rapprochement avec le Ps.-Skylax § 98 (supra p. 74) inviterait plutôt à penser que nous sommes en présence d’un neutre (Weil & Romilly, CUF, 5 n. 2) alors qu’Andrewes y voit un masculin. Remarquons que le parallèle que proposent Weil & Romilly avec Thc. 1.120.2, où s’opposent τὰ κάττω/τὰ ἄνω n’est pas significatif dans la mesure où dans ce passage les deux termes ont un sens géographique vague ; chez Hdt. 1.177, Harpage soumet τὰ κάτω τῆς Ἀσίης pendant que Cyrus fait de même pour τὰ ἄνω ; le § 178 montre qu’il s’agit d’une distinction qui vaut seulement pour l’Anatolie et le récit des § 162-176, limite l’action d’Harpage à l’Ionie, la Carie, la Lycie. Cette même expression dans ML, 12 (Syll. 3, 22) 1. 12, désigne probablement la région gouvernée depuis Magnésie du Méandre. Cela confirme qu’il s’agit bien de la traduction en grec d’un terme perse, par exemple uška de l’inscription DPe (supra p. 72). Ajoutons le commentaire de Walbank 1957, 570 : ἄνω, oriental, κάτω occidental, à propos de Polybe 5.40.5, τοῖς ἄνω τόποις ; cf. 3.6, 10 : αἱ ἄνω σατραπεῖαι (voir aussi Robert 1949, 5-22 ; 1950, 73). Andrewes pense que Tissapherne avait un commandement militaire [c’est évident dans le cadre de la campagne contre Amorgès] mais il faut noter qu’à cette époque la satrapie de Daskyleion en était exclue.

51 En ce sens Andrewes in Gomme et al. 1981, 14.

52 Supra n. 38 et infra p. 126.

53 Thc. 8.6.2 ; cf. également l’épisode d’Antandros supra et encore, quelques années plus tard les réflexions de Pharnabaze sur le comportement de Tissapherne, Xén., Hell., 4.1.32 (s’adressant à Agésilas et aux Lacédémoniens) : “de la duplicité comme chez Tissapherne, vous n’en trouverez ni dans mes actes ni dans mes paroles”.

54 Thc. 8.58.1 ; Tissapherne dans l’Hellespont, Hell., 1.1.9 ; situation identique pour Cyrus, Xén., Hell, I.4.5 et, de nouveau, pour Tissapherne, ibid., 3.2.13 ; 4.1.37.

55 Thc. 8.46.1 ; 58.5 ; Diod. 13.36.5 ; 37.4 ; infra p. 213 et n. 75, cf. également p. 215.

56 Cousin 1924. Rappelons que Cyrus était le fils de Darius II et le frère cadet du futur Artaxerxès II.

57 Xén., Hell., 1.4.3 : ἀπήντησαν… καὶ Κῦρς, ἄρξων πάντων τῶν ἐπὶ θαλάττῃ καὶ συμπλεμήσων Λακεδαιμονίοις, ἐπιστολήν τε ἔφερε τοῖς κάτω πᾶσι τò βασίλειον σφράγισμα ἔχουσαν, ἐν ᾗ ἐνῆν καὶ τάδε καταπέμπω Κῦρον κάρανον τῶν εἰς Καστωλὸν ἁθροιξομένων τò δὲ κάρανον ἔστι κύριον, passage que J. Hatzfeld, CUF, traduit de la façon suivante : “Us rencontrèrent également Cyrus qui allait prendre le commandement de toutes les forces de mer et faire la guerre avec les Lacédémoniens ; aussi était-il muni d’une lettre destinée aux gens d’Asie Mineure sans exception, portant le cachet du Roi et qui contenait entre autres ces mots : ‘J’envoie Cyrus comme Caranos des forces qui sont en train de se rassembler à Castôlos, Caranos veut dire seigneur’.” En plusieurs points la traduction n’est pas tout à fait exacte et ajoute à la difficulté d’interprétation. Il ne s’agit pas ici de “forces de mer” mais d’un commandement élargi concernant une région très précise dans la terminologie perse (cf. Artaphernès). Lewis 1977, 84 et n. 12, souligne que son lieu de commandement est Sardes ; il est donc logique que cette fonction soit jumelée avec la satrapie de Sparda. Il est de même façon inexact de traduire kato par “Asie Mineure” ; il aurait fallu au moins ajouter “occidentale” (sur ce terme supra p. 117 où la limite est l’Halys ou encore ci-dessus n. 50). Dans ces deux cas il s’agit, malgré Weiskopf 1982, d’une formule empruntée de façon plus ou moins littérale au vocabulaire de la chancellerie perse.

58 Xén., An., 1.9.7.

59 C’est par ce troisième élément que se distingue fondamentalement le ressort de Cyrus par rapport à celui de ses prédécesseurs ; il en fait un véritable “vice-roi” de l’Asie Mineure occidentale et centrale.

60 Il n’y a donc pas lieu de préférer l’une des versions à l’autre, comme le fait Weiskopf, 1982, e.g. 30, qui pense que Cyrus n’était pas satrape mais qu’il avait seulement un commandement qui s’imposait aux satrapes de la région. Si tel était le cas, pourquoi ne pas avoir mentionné la Phrygie hellespontique pour laquelle il était aussi karanos.

61 Hdt. 5.30 (Artaphernès) : τῶν δ’ ἐπιθαλασσίων τῶν ἐν τῇ Ἀσίῃ ἄρχει πάντων voir supra p. 117. On rappellera Hdt. 1.154 où les alliés de Paktyès contre le Roi sont désignés comme oἱ ἐπιθαλασσίοι ἄνθρωποι.

62 Kastôlos. Kastolou Pedion, cf. Xén., Cyr, 6.2.11 ; Hornblower 1982, 146 n. 65 ; Debord 1985, 349 ; Briant 1982, 151. Cf. la notice de Weiskopf, s.v. “Castolus” in Encyclopedia Iranica.

63 Supra p. 26.

64 Selon Plut., Artax., 2.5, Cyrus fut nommé Λυδίας σατράπης καὶ τῶν ἐπὶ θαλάσσῃ στρατηγός.

65 Diod. 14.12.8 : ἄρχων ἀποδεδειγμένος τῶν έπὶ θαλάττῃ σατραπειῶν (cf. 14.19.2).

66 Infra p. 155.

67 Xén., Hell.. 3.1.3 : “Tissapherne… fut envoyé comme satrape à la fois de la province dont il avait luimême précédemment la charge et de celle de Cyrus”.

68 Cf. par ex. Thc. 8.18.1 (traité d’alliance entre Chalkideus et Tissapherne) : “Les Lacédémoniens et leurs alliés ont fait alliance avec le Roi et Tissapherne aux conditions suivantes : tout le territoire et toutes les villes que possède le Roi et que possédaient ses pères, appartiendront au Roi. Tout ce que les Athéniens tiraient de ces villes en argent et autrement, fera l’objet d’une opposition commune.”. Trad. R. Weil (CUF) à mettre en relation avec 8.5.5, cité supra p. 121.

69 Certains auteurs : Lewis 1977, 119 ; Hornblower 1982, 33 ; Sekunda 1991, 88, considèrent que le ressort de Tissapherne avait été réduit à une satrapie de Carie.

70 Xén., An., 1.1.2.

71 Ibid., 1.1.6 ; Xén., Hell., 3.1.3 : “il exigea immédiatement la soumission de toutes les villes d’Ionie. Celles-ci, partagées entre le désir d’être libres et la crainte de Tissapherne, à qui elles avaient préféré Cyrus de son vivant”.

72 La date du retour de Cyrus a donné lieu à des théories différentes : Cavaignac 1924, 311-3, propose 404 ; Meyer 1913, 173, été 403, même chose pour Andrewes 1971, 215, alors que Bommelaer 1981, 123-4 plaide pour un retour tardif de Cyrus. La chronologie paraît cependant bien se mettre en place si l’on considère, 1) le décret athénien pour Notion et Éphèse (IG, II2, 1) louées pour avoir accueilli les réfugiés de Samos, événement qui ne peut se placer qu’avant la reprise en mains de la région (en 402 ?) par Cyrus. Rappelons que le décret est pris sous l’archontat d’Euclide en 403/402 ; 2) les préparatifs diplomatiques et militaires décrits par le début de l’Anabase ne sauraient se réduire à quelques mois.

73 De la confrontation de ce passage (Xén., An., 1.1.6) et de Hell, 3.1.3 (cité ci-dessus n. 71), il ressort que nominalement Tissapherne était maître de l’Ionie (le reste, au sud, ne lui étant pas contesté). Mais sur le terrain, étant donné la fragilité de la position personnelle et aussi à cause de la réputation de Tissapherne, il devait être difficile de faire la part des choses entre le fait et le droit. Même avant la rupture de 405 la situation de Tissapherne en Ionie ne devait pas être confortable, ce qui explique qu’elle ait été son premier objectif au moment de son retour de Haute-Asie, comme si c’était là qu’il avait subi les plus graves rebuffades dont il souhaitait se venger au plus vite. Dans sa volonté de nier l’existence d’une satrapie individualisée d’Ionie, Lewis 1977, 120-121, est amené à envisager toutes sortes d’hypothèses compliquées, alors que tout peut se régler simplement : tous les documents traitant de Cyrus et de Tissapherne sont cohérents si l’on admet que le karanos peut disposer (en tout ou partie) du phoros levé dans les territoires dont il a la charge, et donc pas seulement dans sa satrapie (supra p. 26).

74 Xén., An.. 1.1.7.

75 Diod. 14.19.6.

76 Sur Artimas, il paraît difficile de suivre Balcer 1984, 189. Il est hautement improbable que l’on ait aménagé un tombeau à Limyra pour ce même personnage.

77 Xén., An.. 7.8.25. À tort ou à raison ce passage est considéré par bon nombre d’auteurs comme interpolé. Diodore ne donne pas les noms des titulaires des deux satrapies.

78 Tamôs n’est pas mentionné par Xénophon (ou son interpolateur) mais par le seul Diodore.

79 Xén., Hell., 3.1.3 : “Il fut envoyé comme satrape à la fois de son ancienne province et de celle que commandait Cyrus”.

80 Xén., Hell., 3.2.13, stratègos tôn pantôn ; Diod. 14.26.4, Tissapherne reçoit τὴν ἡγεμονίαν ὧν Κύρος έπὶ θαλάττης ἦρχε σατραπειῶν selon Diodore, et cela dès 401, c’est cette simultanéité que retient Westlake 1981, 257 sq. ; cf. Cornelius Nepos, Ages., 2.3 : Tissaphernes, qui summum imperium tum interpraefectos habebat regios (à l’époque de l’arrivée d’Agésilas en Asie en 396). Il ne semble cependant plus être question de la Grande-Phrygie (où est Ariaios en 395, cf. Diod. 14.80.8 ; Polyen 7.16.1). Cf. Lewis 1977, 119. Une balle de fronde à son nom a été trouvée à [Julia] Gordos, évidemment impossible à dater : Foss 1975, 25-30.

81 Andrewes 1971,208 et Lewis 1977, 119, pensent que sa satrapie a été réduite à la Carie alors que Busolt 1904, 1567, et Judeich 1892, 36, 40-41, lui attribuent une satrapie d’Ionie calquée sur le premier nome hérodotéen.

82 Supra p. 59 n. 223.

83 Weiser 1989, 267-293 ; supra p. 62.

84 Son “portrait” (mais cf. infra n. 88), Franke & Hirmer 1966, pl. 184, 621-623. Sur le monnayage de Tissapherne en général, cf. Babelon 1893, XXXI-XXXIV ; 1910, 101-106 ; à compléter par Robinson 1948,48-55 ; Schwabacher 1957, 27-32 ; Cahn 1985, 587-594 ; 1986, 11-14 ; 1989, 99 sq.

85 Babelon 1910, col. 102-106 (pl. 88, 10-13), étalon rhodien, “phénicien” pour Cahn 1985, cf. sa pl. p. 591 no 7 ; 1989, pl. I no 7 (Pl. I, 16), p. 102 : légende BA, BAΣIΛE, BAΣIΛEΩΣ sur les tétradrachmes ; cf. les références dans l’article de Weiser 1989, 287 n. 96. Dans ce cas la parenté du rendu entre drachmes et tétradrachmes fait qu’il est difficile de ne pas parler d’un “portrait” (cf. Cahn 1985, 591 no 7 et 8).

86 Franke & Hirmer 1966, pl. 184, no 621 ; Cahn 1989, pl. I no 5, (Pl. I, 11). Cet unicum est d’étalon attique.

87 Franke & Hirmer, 1966, no 622 ; Cahn 1989, no 6 (Pl. I. 15) ; étalon "phénicien" (rhodien) qui incite Weiser 1989, 290 à proposer une date ultérieure à la mort de Tissapherne (sans aucun doute à juste titre) et comme lieu d’émission Colophon (telle était déjà la conclusion de Babelon 1910, col. 111-114, mais il proposait de reconnaître Orontès). D’autres avaient suggéré Iasos (BMC Ionia, 325 no 13 ; Six 1888, 106 sq.) avec moins de vraisemblance étant donné la grande parenté des représentations de la lyre sur les monnaies civiques (e.g. Weiser 1989, pl. 20, no 33). Légende BAΣIΛ.

88 Harrison 1982a récuse toute identification d’un personnage lorsque le nom (du satrape) n’est pas indiqué sur la monnaie.

89 Weiser 1989, 290 sq. A lire ces pages, il est assez tentant de penser à Tiribaze en rapprochant ces monnaies de séries émises en Cilicie, infra p. 336 sq. De fait, l’utilisation de l’étalon rhodien rend l’attribution de ces monnaies à Tissapherne tout à fait improbable.

90 Weiser 1989, Taf. XIX, 27A. Cette monnaie faisait partie du trésor dit de “Karaman”, l’antique Laranda (IGCH 1243 et les doutes exprimés là sur le lieu de découverte) ; en fonction de cela Price 1989, 106 après Buttrey 1982, 137-140 en réponse à la communication de Cahn (qui retient la date traditionnelle de 412-411), évoque la possibilité pour le trésor d’une date proche du milieu du ive s. Mais la publication de W. Weiser appelle à un réexamen global des imitations perses de chouettes attiques. Cf. aussi les doutes de Capecchi 1991,68-69.

91 Meilleure photo, Zahle, 1989, 181 (Pl. I, 14). Cette monnaie avait été publiée par Hurter 1979, pl. 8, 6. Zahle 1989, 173 donne la description du trésor et propose une date d’enfouissement proche de 385, mais cette date paraît reposer sur une sorte de cercle vicieux : elle découle implicitement de la date attribuée à une monnaie de Tarse, appartenant à notre groupe B (infra p. 329) et que Zahle, à la suite de Kraay 1962, date de 390, alors qu’il signale dans ce même trésor deux monnaies mylasiennes datées par Troxell 1979, 264, de 460-400.

92 Harrison 1982a, 391-395.

93 Hurter 1979, 100-101, d’où Weiser 1989, 283.

94 Kraay 1962, 10-11.

95 Cf. Harrison 1982a, 450-458, qui propose une date plus haute, dans le courant du ve s., pour la série de Tarse, cavalier perse/hoplite grec (en fait un retour à la solution adoptée traditionnellement), en réponse aux dates proposées par Kraay 1962, 12-15 (cf., de façon plus vague, mais implicitement au tout début du ive s., Kraay 1976, 281). Or ces séries sont certes identiques par l’illustration, en revanche bien différentes par le rendu (carré en creux ou revers circulaire) cheval plus statique dans les premières, plus "animé” dans les autres, hoplite à droite puis à gauche, avec de nombreuses émissions différentes, ce qui suppose que cette “série" recouvre en réalité une assez longue période. On observera que le revers de la monnaie de Tissapherne est circulaire mais que le cheval paraît plus proche de celui de la première série. En d’autres termes cette monnaie pourrait s’inscrire à l’intérieur de l’évolution de ce type et ne pas être forcément postérieure aux dernières émises. Cf. infra p. 329 sq.

96 Harrison 1982a, penche pour une émission satrapale, alors que S. Hurter, op. cit., pense qu’il s’agit d’un monnayage civique.

97 Supra p. 55 n. 197.

98 Cahn 1985, 591 ; 1986, 11-14 ; 1989, 99 ; Weiser 1989, 271 n. 21 (cf. pl. 19, no 25) donne une liste de nouveaux exemplaires. Cf. par exemple Auktion Athena. 15 mai 1990 no 146 (Pl. I, 12). En dernier lieu Stauber 1996, 253-257 (sans illustration).

99 Plus vraisemblablement AΣTYPHN(NΩN) qu’AΣTYPH(NH). La monnaie de la vente Athena (note précédente) semble porter AΣTYPA mais la photo ne permet pas de trancher en toute certitude.

100 Cahn 1985, 585-587 ; cf. Laumonier 1958, 670.

101 Près de la moderne Çanakkale, cf. Cook 1973, 36.

102 Astyra d’Éolide : Paus. 4.35.10 ; cf. Lambrianidis et al. 1966, 196.

103 Supra p. 96 n. 108.

104 En dernier lieu Stauber 1996, 259-260 (une incertitude : ces monnaies civiques proviennent-elles d’Astyra de Mysie ou de son homonyme de Carie ? cf. Stauber 1996, 258).

105 Cahn 1985, cf. les références de la note 84 supra. (Pl. I, 13).

106 Cahn 1989, 99 n. 6. On frappe en effet à Adramyttion des monnaies pour Orontès sur lesquelles Athéna est représentée aussi avec un casque attique (infra p. 151).

107 Supra p. 94.

108 Supra p. 96 et n. 108.

109 Il n’y a pas lieu de supposer avec Cahn 1985, 593 qu’il agit là en tant que karanos ou de voir dans ces monnaies la marque d’une quelconque volonté d’indépendance (1989, 99).

110 Cf. Bodenstedt 1981, 154 n. 87 (pl. 8 no 10) ; Cahn 1989, pl. I, no 9. (Pl. I, 9).

111 Tithraustès exerçait probablement les fonctions de chiliarque ; Lewis 1977, 19 n. 96 (après Bruce 1967, 90-91) : cf. Xén., Hell., 3.4.25 ; Diod. 14.80.7. Il a en tout cas la haute main sur les affaires militaires et leurs prolongements financiers puisque c’est à lui que Conon vient réclamer l’argent pour solder la flotte (Hell. Ox., 14.3). L’un de ses descendants pourrait être le satrape de Haute-Phrygie du milieu du IVe s. (cf. Beloch 1923, 152) ; en tout cas les deux Tithraustès ne peuvent être une seule personne. Infra p. 156.

112 Infra p. 247.

113 Chaumont 1990, 596 sq. en fait le satrape de Sardes pour un court laps de temps.

114 Sur Ariaios, cf. infra p. 156 ; on ne sait rien de plus sur Passiphernès.

115 Cf. Meloni 1950, 292-339. Tiribaze est l’ami et le conseiller d’Artaxerxès au moins dès 401 (Plut., Artax., 7.3 ; Xén., An., 4.4.4). Weiskopf 1982, 84-88, lui attribue le titre d’hyparque d’Arménie occidentale, il suit en cela Xén., An., 4.4.4 (alors que Diod. 14.27.7 le qualifie de satrape d’Arménie) ; il aurait reçu cette promotion en récompense des services rendus (Plut., Artax., 10.1) mais aurait été placé sous les ordres d’Orontès, satrape d’Arménie. Cf. aussi Osborne 1973, 518-9 (qui s’appuie sur An., 3.5.17) et infra p. 149 n. 263 ; notons en passant qu’ici Weiskopf admet la conception “traditionnelle” d’un hyparque qui tient une région particulière mais soumis à un satrape…

116 Xén., Hell, 4.8.12 : βασιλέως ὄντα στρατηγόν ; Diod. 14.85.4 : ὁ τῶν κατὰ τἠν Ἀσίαν πεζῶν δυνάμεων ἀφηγούμενος.

117 Weiskopf 1982, 87 n. 8 ne retient pas ce commandement élargi car il ne croit pas qu’il ait à ce moment le pas sur Pharnabaze.

118 Cornelius Nepos, Conon, 5.3. Les textes cités note 115 montrent clairement la double nature du mandat de Tiribaze (contra Weiskopf 1982, 132 n. 8, qui ne retient que la fonction satrapale).

119 Xén., Hell, 4.8.16 ; cf. infra p. 254.

120 Cf. Beloch 1923, 137 et l’approbation nuancée de Hornblower 1982, 38 n. 12 ; contra Petit 1988, 308.

121 Infra p. 134 ; Hornblower 1982, 36 sq. ; contra Petit 1988, 313 sq.

122 Théopompe, FGrHist, 115, F103.4 : τòν Λυδίας ἐξατράπην ; cf. Beloch 1923, 135. Comme le fait observer Weiskopf 1989, 38, on ne sait rien de la carrière antérieure et de la famille d’Autophradatès. Il semble cependant difficile d’admettre avec lui qu’il s’agit en 390 d’un officier subalterne (Strouthas gouvernant à Sardes), cela paraît assez contradictoire avec le commandement qui lui est alors confié de l’expédition contre Évagoras conjointement avec Hékatomnos. Dans le même sens que Weiskopf, Chaumont 1990, 599.

123 Xén., Hell., 4.8.17 : ἐπιμελησόμενος τῶν κατὰ θάλατταν ; Diod. 14.99.1 : στρατηγóς… έπὶ θάλατταν.

124 Petit 1988, 309 sq.

125 Milet, 1.2, p. 113 sq., no 9 (Syll. 3, 134). Strouthas est qualifié de satrapès, mais sans autre précision par la Souda et Harpocration, s.v. Pour Weiskopf 1989, 29, il est satrape à Sardes.

126 Comme par exemple les versions lyciennes et araméennes de la trilingue de Xanthos qualifiant seulement Pixodaros de satrape de Lycie.

127 Xén., Hell., 4.8.17 et 21 ; sur l’épisode de Tigrane, cf. infra p. 259 n. 204.

128 Position similaire de Osborne 1982, 70-71 ; mais cf. la note 132.

129 Théopompe, loc. cit. L’emploi de Cariens dans la flotte perse est un usage constant depuis la conquête.

130 Xén., Hell., 4.1.25.

131 Sur la fin de Tiribaze, cf. Plut., Artax., 29 ; les rapports cyclothymiques qu’entretiennent le Roi et Tiribaze, constamment mis en lumière par la Vie d’Artaxerxès, pourraient partiellement justifier les avatars de la satrapie de Sardes. Weiskopf 1989, 39, situe cette succession peu après 374, en fait la conséquence de l’échec des Perses en Égypte.

132 Le récit de Xénophon est ici plus que jamais discontinu et décousu. Il juxtapose des faits qui, pour nous, ne présentent aucune cohérence, comme si la trame des événements était acquise de son lecteur. Diodore apporte quelques précisions complémentaires mais n’est guère plus éclairant. Quel degré de fiabilité doit-on attribuer à Cornelius Nepos, si souvent approximatif dans ses traductions d’institutions grecques en termes latins, ou à l’epitomè de Théopompe par Photios ? Les conclusions ici exposées sont proches de celles de Beloch 1923 (cf. les tableaux synoptiques de sa p. 155). Les points les plus discutés sont les suivants (un état de la question est fourni par Hornblower 1982, 37 sq.) : 1) l’existence d’une satrapie d’Ionie est contestée par Lewis 1977, 118 n. 75, qui tend à penser que Strouthas a purement et simplement remplacé Tiribaze (“reluctance… instinctive”), ibid. p. 146 plus explicitement ; position identique de Petit 1988, 309. La théorie de Cawkwell 1976. 274 n. 19 introduit une complication supplémentaire avec l’idée que Strouthas aurait succédé dans la satrapie de Lydie à Autophradatès. 2) Il n’y aurait pas eu de premier mandat d’Autophradatès, telle est l’opinion de Lewis, loc. cit., de Weiskopf 1989, 40, et déjà de Krumbholz 1883, 66.

133 Bockisch 1970, 117-175 ; Hornblower 1982 (essentiel) ; Ruzicka 1992.

134 Supra p. 71 et n. 329.

135 Contra Hornblower 1982, 18.

136 Supra p. 128.

137 Cf. par exemple Str. 14.2.23 (à propos de Mylasa) : πατρὶς δὲ καὶ βασίλειον τῶν Καρῶν τῶν περὶ τòν Ἐκατόμνω.

138 Robert 1937, 571 sq.

139 Contra avec des arguments similaires aux nôtres, Hornblower, p. 36 et n. 5 suivi sur ce point par Petit 1988, 313.

140 IK, 34-Mylasa, 4. L’inscription, copiée à Mylasa, est connue seulement par une copie envoyée à Condoleon. Son objet pourrait être la protection d’un domaine sacré consacré à Aphrodite si l’on suit le déchiffrement proposé par Haussoullier 1899, 155 n. 1. Robert 1937, 568 réédite une liste de presbeis trouvée à Tralles (ou simplement copiée là ?) IK, 34-Mylasa, 8 et suggère qu’il pourrait s’agir de la tin du même document. Remarquons que la découverte ultérieure de listes comparables (infra p. 179) fait douter de la validité de cette hypothèse. On ne peut déterminer la longueur des lignes du no 4 et donc une restitution Ἐκατόμνω τοῦ ‘Yσσ]αλδώμου ἐξαιθρ[απεύοντος paraît possible. Il faut reconnaître que les mentions de satrapes hékatomnides avec leur patronyme sont rares ou plutôt relèvent d’un autre type de documents, ainsi la dédicace Sinuri, 76 faite par Ἐκατόμνως ‘Yσσαλδώμου ou encore celles de Labraunda publiées par Crampa (1972, 13-19) mais qui ne comportent pas la titulature perse. Il y a cependant au moins un parallèle exact : IK, 34-Mylasa, 5, 1. 2-4 : Μαυσσ]ώλλου τοῦ Ἐκα[τόμνω ἐξαιθραπ]εύοντ[ος qui nous incite à trancher résolument dans le sens indiqué plus haut.

141 Isocrate, Panég., 162 ; à rapprocher du § 120 où l’auteur déclare qu’il s’en faut de peu que la Paix du Roi ait eu comme conséquence de permettre aux Perses d’établir des gouverneurs dans les cités ; cf. Cawkwell 1973, 52 n. 1 ; Hornblower 1982, 107 ; LSJ s.v. Le terme epistathmos peut donc être traduit par “gouverneur” quelle que soit la nature et la taille du “gouvernement”. Ruzicka 1979, 35 fait observer que dès l’antiquité on a éprouvé le besoin de préciser le sens de ce terme : les Anecdota graeca (Bekker 253) donnent comme définition : “Les archontes et les satrapes qui gouvernent les cités assujetties au Roi” alors que Harpocration, s.v. précise que Hékatomnos n’était rien d’autre que le gouverneur de la satrapie de Carie. Observons enfin qu’Isocrate, Phil, 104 mentionne Idrieus et “beaucoup d’autres satrapes”.

142 Mathieu CUF, notice p. 5-6 avec les références.

143 Beloch 1923, 143-145. Hékatomnos : Diod. 14.98.3 ; sur son contrôle probable d’un territoire allant jusqu’à Caunos et à Milet, infra p. 143-144 et 387. Mausole : Diod. 16.36.2, maître de la Carie centrale puis à partir de 387 ( ?) d’une partie au moins de l’Ionie (infra p. 387) ; après la révolte des satrapes, il annexe la Lycie (infra p. 356), cf. Lucien, Dial. Morts, 24.1. Artémise : Diod. 16.36.2 ; 45.7. Idrieus : Diod., loc. cit. et 69.2. Ada I : 69.2 ; 74.2. Pixodaros : 74.2. Ada II : Str. 14.2.17 ; Arrien, An., 1.23.7.

144 Metzger et al. 1974, 82-149.

145 Metzger et al. 1979 ; cf. spécialement la contribution de Dupont-Sommer, p. 165-168.

146 Badian 1977, 40-50.

147 Robert & Robert 1977, 472 et 1980, 486 ; Wörrle 1978, 234 n. 174 ; Childs 1981, 78 ; Hornblower 1982, 46 sq. ; Eichner 1983, 52 ; Bryce 1986, 48. Pour sa part Frei 1981, 368-9 reste sur une prudente réserve alors qu’Asheri 1983, 109-110 penche pour la date haute.

148 Dupont-Sommer 1979, 166 n. 1 et la réponse de Robert & Robert 1980, 486.

149 D’autres arguments pouvaient être présentés en faveur de la date basse, infra p. 384 sq.

150 Robert & Robert 1977, 472.

151 Briant 1997, 58 ; 1998b.

152 Metzger 1979, 37.

153 Badian 1977 est manifestement gêné par cette mention et aboutit à une solution peu économique : Pixodaros aurait été satrape en Carie en 341/340 mais c’est seulement en 337 qu’il serait devenu maître de la Lycie.

154 Robert & Robert 1974, 553.

155 Metzger 1979. p. 38.

156 Robert 1936 ; Hornblower 1982, M4 ; IK, 36.1-Tralleis, 3 ; cf. Debord 1982, 264 ; Rigsby 1996,416-417.

157 Diod. 16.45.7.

158 Hornblower 1982,40-41.

159 Cf. sur les circonstances et l’“ambiance” de l’exhumation de tels documents, Debord 1982, 278-284.

160 Infra p. 415.

161 Cf. par exemple les doutes de Nilsson 1961,88 n. 5 : “Viellecht eine Fälschung ?”.

162 Str. 14.2.17.

163 Arrien, An., 1.23.8.

164 Str. 14.2.17.

165 Plut., Alex., 10.

166 Hornblower 1982, 49.

167 Infra p. 144 n. 230.

168 Cf. la position exemplaire de Childs 1981, 75 et n. 122 : “In the case of M. the evidence shows that he had a great personnal freedom to conduct both internal and foreign affairs… Yet this does not mean that he held a position comparable to that of his Persian colleagues with the title satrap. Rather it is more likely that he served as a sub-satrap in the Persian administration with certain freedoms as a local ruler apart from the administration of the Empire”. Voir aussi l’argumentation détaillée de Petit 1988, 313-320.

169 Hékatomnos, 14.98.3 etc. (cf. les références à la note n. 143) : particulièrement 16.42.6 où Idrieus est qualifié de dynaste et défini comme φίλος… καὶ σύμμαχος Περσῶν ἐκ προγόνων. Sont encore employés les termes archon : Théopompe, FGrHist, 115, F299 ; Libanios, infra n. 171 et tyrannos : Ps.-Arist., Éc., 2.2. (1348a).

170 Hékatomnos, Mausole, Ada I (à l’époque d’Alexandre) : Str. 14.2.17. Cf. Cicéron, Tusc., 3.31.75 ; Lucien, Dial. Morts, 24.1 et déjà Épigénès, Mnemation, cité par Athénée 11.472f (Pixodaros fils du roi [Hékatomnos]) ; et aussi La Souda s.v., Dexippos (Hékatomnos) ; Valère Maxime 4.6, ext. 1 (Artémise) ; Plut., Alex., 22.7 (Idrieus). Y a-t-il eu vraiment un roi des Cariens, c’est-à-dire du koinon dont l’existence est attestée à l’époque de Mausole (IK, 34-Mylasa, 1 = Tod, 138) ? Cette question mérite d’être posée à partir de l’inscription no 10 du même recueil, 1.1 :] Καρῶν βασιλ[ε ; doit-on lire] Καρῶν, βασιλ[.. comme le fait Waddington, LW, 388, ou] Καρῶν βασιλ[εύς comme l’envisage Hornblower 1982, 55 n. 28 (cf. p. 60) par référence à l’existence à l’époque hellénistique tardive d’un prêtre et roi du koinon des Cariens (IK, 35-Mylasa, 828, 1. 12) ; sur cette inscription, cf. Robert 1937, 571 et n. 2. A noter à titre de comparaison qu’Autophradatès est appelé roi dans l’inscription lycienne TL, I, 61 ; cf. Zahle 1979, 103.

171 IK, 34-Mylasa, 1-3 (= Tod, 138) ; 5 (= Syll. 3, 170). Cf. Aulu-Gelle 10.18.1 : Mausolus autem fuit, ut M. Tullius ait, rex terrae Cariae, ut quidam Graecarum historiarum scriptores, provinciae praefectus, σατράπην Graeci vocant. On ne peut naturellement tirer argument dans un sens ou dans un autre d’assertions tardives (cf. encore Pixodaros satrape de Carie pour Plut., Alex., 10.1 ; même désignation pour Mausole chez Libanios, Second argument contre Timocrate ; comme le note Petit 1988, 314, n. 45, le même emploie archon quelques lignes plus bas). Petit est conduit à refuser l’idée que les décrets transmettent une titulature officielle ; cf. cependant encore Idrieus à Tralles (Robert 1936, 143-144 = Hornblower 1982, M 4) ; Pixodaros à Platasa (Labraunda, III 2 no 42 = Hornblower, M 8).

172 Metzger et al. 1979, 60 et 140 ; Petit 1988, 315. Cf. aussi le point de vue de Briant 1998.

173 Cf. Tod, 161A (Tégée) : B (Delphes, consécration par les Milésiens).

174 Il n’y a donc probablement rien à tirer de là concernant l’appartenance de telle cité à la mouvance des Hékatomnides ou non.

175 Labraunda, III, 2, 15-19 (Idrieus fils d’Hékatomnos Mylaseus) ; ibid., 13-14 (Mausollos fils d’Hékatomnos. sans autre indication).

176 Théopompe, FGrHist, 115, F103.17. infra p. 353.

177 Qui se différencie en cela des monnayages satrapiques connus (cf. cependant celui de Tissapherne) et se rapproche par exemple de ceux émis par les dynastes de Lycie. Naster 1979, 35 n. 158 reprend rapidement la question et observe que seuls les Hékatomnides hommes ont frappé monnaie à leur nom. À noter que Konuk 1998 rejette l’idée d’un monnayage frappé sans interruption.

178 Labraunda, III, 2, 40.

179 Briant 1987, 19 s’interroge sur les origines de Datamès et à cette occasion examine la question des échanges matrimoniaux entre Iraniens et non Iraniens.

180 Infra p. 406.

181 IK, 34-Mylasa, 1.

182 Ps.-Arist., Éc., 2.1348a (13a) de même Idrieus semble verser directement sa quote-part au Grand Roi (Isocrate, Philippe, 104) ; cf. la référence aux basilikè télè dans l’inscription IK, 22.1-Stratonikeia, 502.

183 Labraunda, III, 2, 40.

184 Robert 1949, 63 sq., version améliorée de Sinuri, 73 (= Hornblower l982, M 5) ; cf. Sinuri, 75, exemption d’impôts accordée par Idrieus fils d’Hékatomnos et Ada fille d’Hékatomnos.

185 IK, 1-Erythrai, 8.

186 Arrien. An., 1.23.7 ; à noter que Strabon la qualifie de reine, il est en cela cohérent avec lui-même (supra n. 170).

187 La tombe princière d’une femme a été découverte dans la périphérie d’Halicarnasse. Elle est datée par le matériel de 360-325. On l’attribue (assez hypothétiquement) à Ada I : cf. Isager 1994, 97-106. La tombe contenait une intaille à motif perse.

188 Hornblower 1982, e.g. 45.

189 Infra, p. 173 ; 241.

190 Démosthène, Rhodiens, 23 ; Vitruve 2.8.14 ; cf. infra p. 400.

191 Hurter 1998, 153 et sa pl. 33 no 48-49, cf. aussi Hurter 1986, 16-18.

192 Il faudra désormais consulter la thèse de Konuk 1998 qui fait le point à cette date sur ce que l’on sait du monnayage des Hékatomnides.

193 Troxell 1984, pl. 40 2 A ; SNG Keckman 847-859 (847 = Pl. IV, 9).

194 Konuk 1998, 22-28 et pl. 1, 3 ; 7, 143-149.

195 Mais le déchiffrement du carien paraît encore bien incertain.

196 Supra p. 134.

197 Troxell 1984, pl. 40 1 A (Pl. IV, 8) ; Konuk 1998, 23 fait observer que cet unique specimen présente un carré en creux au revers ; SNG Keckman 837-846.

198 Troxell 1984, 251-252, pl. 40 no 3 (Pl. IV, 10) ; SNG Keckman 860-861 ; Konuk 1998, 85-89.

199 Infra p. 375. Cf. Troxell 1984, 252.

200 Syll. 3, 46. Inscription du ve s.

201 Laumonier 1958. 101-126.

202 Observons que ce même trident figure quasi à l’identique sur une série de monnaies hellénistiques de Mylasa (e.g. SNG von Aulock 2617-2621 ; Pl. IV, 11 = 2618).

203 Paus. 8.10.4 ; Athénée 2.42a (qui cite Théophraste) ; cf. aussi 8.337c et d (qui cite Machon, infra) ; Pline, HN, 31.54. Cf. Laumonier 1958, 104-105 et n. 7.

204 Laumonier e.g. pl. IV no 8 : est-ce par nécessité d’établir un parallèle avec Zeus Labraundeus dont la représentation est alors toujours archaïque et qui figure aussi sur cette médaille ou simplement pour s’adapter au goût du temps ?

205 Cf. supra n. 201.

206 E.g. SNG von Aulock 2626 ; 2634.

207 Troxell 1984, 252 et n. 11 à partir de Bank Leu, Auktion 25, 23 Avril 1980 no 160. Tétradrachme, 14,99 g, datable du début du mandat de Mausole (Pl. V, 6). Cette monnaie figure dans le trésor de Pixodaros, cf. Hurter 1980, 150, qui très naturellement en localise la frappe à Mylasa.

208 Blümel 1990, 29-42 ; infra p. 179 sq.

209 Athénée 8.337c-d. Savelkoul 1988,274-279. Machon est un contemporain de Philippe II de Macédoine.

210 Infra p. 381.

211 Vitruve 4.1.

212 Infra p. 177 sq.

213 Contra Troxell 1984, 252, qui suit sur ce point la datation proposée par Hornblower 1982, 78-79. Bockisch 1970, 144-5 situe pour sa part le déplacement environ dix ans après le début du “règne” de Mausole.

214 Cf. Hornblower 1982, 111. Légende EKA, e.g. BMC Ionia p. 187 et pl. XXI, 5 : dr. pesant 4, 2 g ; SNC von Aulock 2356 sq. (4, 16 et 4, 14 g) ; Delepierre 2721 (3, 98 g), (voir Pl. IV. 4 = v. Athena 1988 no 180, 4,24 g.) ; Traité, II, no 84, pl. 89, 17 (Pl. IV 5) d’un poids de 12,4 g, etc. Légende MA, BMC Ionia, p. 188 et pl. XXI, 6 : 12,7 g (étalon samien ?), voir Pl. V, 5 (= v. Athena 1990 no 191. 12,15 g).

215 Kinns 1986, 237, 249 sq. ; 1989, 191 n. 59 parle d’étalon attique. Force est alors de constater le faible poids de ces monnaies par rapport au modèle athénien (par exemple la drachme d’Hékatomnos pèse 4,15 g, les trioboles qui leur sont associées ont un poids de 2,10 g) et ont été reconnues à ce titre comme milésiennes par Babelon. infra n. 223 (ce dernier expose une vision plus complexe des rapports étalon attique/étalon milésiaque). Ne pourrait-on concilier tout cela en postulant de l’existence d’une prise de bénéfice au moment de l’échange forcé à raison de un pour un avec les monnaies venant d’Athènes ?

216 Les partisans de cette théorie. Head. BMC Ionia, p. XXXV sq. après Six 1890, 231 ; en dernier lieu Moysey 1989. 129 et n. 65. Ils s’appuient entre autres sur le fait qu’un certain nombre de ces monnaies ont été trouvées au nord de Bodrum, dans la péninsule de Myndos. Mais cet argument est peu probant dans la mesure où des monnaies indubitablement milésiennes du ve s. (SNG Cop. 945 ; 949) ont la même provenance. Dans ce même sens Konuk 1998, 30-36.

217 En revanche, je ne suis pas certain de la validité de l’argument (p. 39) prenant en compte l’existence d’une satrapie d’Ionie sous Strouthas ; en 387 celle-ci avait probablement disparu et l’on ne connaît que quelques-uns des soubresauts qui concernent la partie méridionale de la région.

218 Konuk 1998,55-62.

219 Les monnaies à la chouette ne fournissent pas un bon parallèle.

220 Infra p. 287 sq.

221 Konuk 1998, 41-46 à partir de CH 8, 7 (qu’il date des alentours 380) ; CH 8, 54 (du milieu du ve s.) ; IGCH 1205 (début du ive s.) ; IGCH 1199 (vers 380) ; IGCH 1207 ; SNG Keckman 138c-138d. 139a, fin ve-début ive s.

222 Konuk 1998. 84.

223 Babelon 1910, 143 sq. ; suivi par Kraay 1976. 275 ; Hornblower 1982, 111 ; Deppert-Lippitz 1980, 12 ; Kinns 1986, dans un c.r. du précédent. 233-260 (cf. sp. 237, 249 sq.) est plus dubitatif mais laisse ouverte la possibilité. Hurter 1998, 149 soulignait après d’autres que Milet n’émet pas de monnaies d’argent au début du ive s. à la différence de la plupart des autres cités d’Asie Mineure. Elle ne produit de tétradrachmes qu’à partir du milieu du ive s. (Deppert-Lippitz 1984, 11-13, no 68-93), ils sont présents dans le trésor de Pixodaros ; cf. supra n. 217 pour des fractions.

224 Jenkins 1972, 97-98 croit lire le début du nom de Mausole ; Konuk 1998, 47 sq. penche pour Hékatomnos (Pl. V, 4). Pour une autre monnaie hékatomnide aux thèmes achéménides, cf. infra n. 235.

225 SNG von Aulock 8044-8045. (Pl. V 1-2). Sur ces monnaies cf. Wells 1984, 57-60 ; elles proviennent du trésor IGCH 1206. daté là de c. 370 a.C.

226 Il peut y avoir là simplement une trace parmi d’autres d’un double monnayage civique et satrapal simultanément ou successivement. Kim () étant le début du nom d’un magistrat.

227 Troxell 1984, 256 n. 24 (Pl. V, 3).

228 Konuk, 1998, 49-51 qui souligne aussi l’étroite relation de Caunos et des Hékatomnides.

229 Supra p. 57.

230 Cf. Konuk 1993, 237-241 ; Hurter 1998, 152-153 : Mausole (légende MAYΣΣΩΛΛO ou MAYΣΣΩΛΛOY), Traité, II, no 90-99, pl. 90, 2-7 ; SNG von Aulock 2358-2365, etc., frappe un grand nombre de tétradrachmes (Pl. V, 7) d’étalon rhodien (environ 15,25 g), des drachmes et quelques hémidrachmes. Il n’y a probablement pas de solution de continuité avec le monnayage d’Idrieus (IΔPIEΩΣ), Traité, II, no 100-102, pl. 90, 8-10 ; von Aulock 2366-2369, etc. Il s’agit alors de tétradrachmes (Pl. V, 8), drachmes, hémidrachmes mais aussi de didrachmes de poids allégé (environ 7 g). Konuk 1993, 238-239 met en lumière la création d’un double système pondéral qui concerne aussi Rhodes et Cos. Selon lui c’est ce double système qui explique la fabrication de trihémioboles (environ 0,90 g, Konuk 1993, 238 et 240 fig. 2 ; Traité, II, no 103-104. pl. 90, 11 : avers Apollon de trois-quarts face/revers rosace milésienne) pour permettre le passage de l’un à l’autre. On peut d’autre part constater des identités de coin de droit entre certaines séries d’Idrieus et de Pixodaros (Hurter 1986, 16-18 ; 1998, 153). Pixodaros (ΠIΞOΛAPO ou ΠIΞOΛAPOY), Traité, II, no 110-113, pl. 90, 18-20 ; 91, 1-2 ; von Aulock 2375-2377, émet des tétradrachmes seulement au début de son règne, des drachmes et ensuite une grande quantité de didrachmes “légers” (Pl. V, 12), nombreux dans le “trésor de Pixodaros”. On connaît également des trihémioboles semblables à ceux d’Idrieus (Traité, II, no 114, pl. 91, 3 ; von Aulock 2370-2371, 8048 ; Pl. V, 9). Le volume des monnaies émises par Orontobatès (POONTOΠIATO), Traité, II, no 114 (sic)-l 15, pl. 91, 4-5 (tétradrachmes. Pl. V. 13), paraît plus faible. Pour une étude systématique et un classement raisonné de ce matériel cf. Konuk 1998.

231 Konuk 1998,97.

232 Remplacée par un sceptre à embout trilobé sur certaines séries d’Idrieus et Orontobatès (cf. Konuk 1998, 53).

233 Il se pourrait qu’existent deux agalmata : l’un archaïque (ou à tout le moins de facture archaïsante), statue très rigide, bras ouverts à angle droit, dans une main la double hache, dans l’autre la lance ou le sceptre et sur la tête une sorte de polos. Cf. e.g. le relief illustré pl. III fig. 1 par Laumonier 1958 ; les monnaies impériales, ibid. (pl. IV) ; Akarca 1959, e.g. pl. XI, no 90-93 ; cf. aussi ses pages 32 sq. (Pl. IV, 1 et 2) ; l’autre, de facture classique, qui pourrait parfaitement avoir été réalisée par (pour) Hékatomnos. La statue se différencie de la précédente par le drapé du vêtement et plus nettement encore par le fait que la labrys est désormais portée sur l’épaule droite. C’est cette représentation qui est figurée quelque peu maladroitement sur le relief de Tégée (Pl. IV, 3) et de façon plus significative, sur la série de monnaies précitée.

234 Babelon 1910, col. 141-2 et pl. 89, 15-16 ; SNG von Aulock 2354, 15,2 g ; (Pl. IV, 7). Sur les antécédents milésiens, Konuk 1993, 237 n. 6 ; 1998, 54.

235 Babelon 1910, col. 159-160 et pl. 91,6 (Pl. IV, 6), [autre exemplaire Bank Leu, Auktion 25, avril 1980, no 166], que Babelon attribue sans explication à Orontobatès, mais en partant implicitement du fait que ce dernier est perse et par conséquent que l’illustration lui convient mieux qu’à des Cariens. Jenkins 1972, 100, n. 4 (supra p. 57 n. 206) à Hékatomnos (déjà dans ce sens Imhoof-Blumer 1906, 263 no 11). Konuk 1998, 9 penche pour Mausole. Le fait que cette monnaie soit présente dans le trésor de Pixodaros où l’on ne trouve aucune émission d’Hékatomnos (cf. Hurter 1998, 152) ainsi que la parenté évidente du revers avec Pl. V, 6, semblerait lui donner raison.

236 Konuk 1993, 241-242, cf. Vickers 1989, 254-255. A l’avers, Apollon de profil, au revers, Zeus Labraundeus (Pl. V, 10-11) ; sur un 24° de statère (0,33 g) à l’avers, Apollon de profil, au revers, la hache bipenne et ΠI. Konuk 1998, 178 sq. situerait plutôt ce monnayage au début du satrapat de Pixodaros.

237 Gunter 1985, 113, discute à juste titre le rôle attribué par la plupart des auteurs aux Hékatomnides dans la diffusion de l’hellénisme en Carie. On observera que l’attitude peut être différente à l’intérieur de la satrapie et au dehors. Cf. la réponse de Hornblower 1990, 137-139.

238 Str. 14.2.17.

239 Cf. Hornblower 1982, 169 et infra e.g. p. 406.

240 Treuber 1887, 102 ; Metzger et al. 1979, 34 sq d’où Savalli 1988 : “Période d’indépendance lycienne – aussi bien d’Athènes que de la Perse – de 440 à 380 c.”. Bernard 1964, 195-212 sp. 209 rapproche une jambière qui apparaît deux fois sur le sarcophage de Payawa avec une stèle gréco-perse de la région de Daskyleion. Cela dénote une influence certaine sur les mœurs et les usages. Les Perses étaient assez “Habiles pour accorder une large autonomie aux hobereaux indigènes”. Bernard cite alors le Pan., 161 d’Isocrate dont il souligne le caractère exagéré [ce n’est pas une exagération mais une contrevérité] puisque “Certaines cités durent recevoir cependant des gouverneurs perses qui paraissent avoir fait souche dans leur fief, s’assimilant au milieu indigène et s’émancipant de l’autorité centrale”.

241 Isocrate, Panég., 161 (vers 380).

242 TL, 44 b 26, khssadrapahi trmmili, “satrape de Lycie”, malheureusement le contexte n’est pas intelligible et on ne sait s’il s’agit de Tissapherne [solution la plus probable] ou, à la rigueur, d’un des dynastes de Xanthos ; à titre de comparaison, cf. Pixodaros TrmÞmisñ khssathrapawata dans la trilingue de Xanthos ; cf. Childs 1981,67 n. 72.

243 Cf. le “Pilier inscrit”, le monnayage ; sur l’importance de la présence perse dès 480, Bryce 1990, 531 ; Zahle 1991 et infra p. 310 et notes.

244 Cf. par exemple la scène d’audience du sarcophage de Payawa à Xanthos, mise en série par Borchhardt 1980, 7-12 (et les réserves de Akurgal 1980, 13 sq., à propos de la face est du Monument des Harpyes) ; Jacobs 1987, 71-73 ; Briant 1996, 520-521. Un autre débat est né autour des monnaies à tête “satrapale”. Pour Cahn 1975, 84-91, la tiare est un attribut satrapal, il identifie de ce fait les “portraits” comme ceux des satrapes et non des princes locaux. La position de Zahle 1976 est au contraire de postuler qu’il s’agit là des portraits idéalisés des dynastes locaux. Le critère du pouvoir satrapal étant le diadème. Zahle 1982, 103. Sur ce débat, cf. encore Harrison 1982a, 83 sq. ; Petit 1988, 320-322 ; Moysey 1989, 134-136.

245 Cf. l’introduction supposée du culte du Basileus Kaunios, ainsi Laroche 1980, 6 (mais cf. supra p. 68).

246 Une indication est fournie en ce sens par la 1.8 de l’inscription grecque du Pilier inscrit, où Kherẽi (Gergis pour Bousquet 1975 ; 1992) “donne à ses proches part de son domaine royal” (trad. Bousquet p. 139). Nous préférerions traduire basileia par un terme plus vague (cf. supra p. 99 sq.).

247 Il se peut cependant qu’il s’agisse là d’un “accident historique”, cf. infra p. 307.

248 Cf. les conclusions de Borchhardt 1978, 183-191 et infra p. 405.

249 Heubeck 1979.

250 Selon Childs 1981, 76, la Lycie serait un moment passée sous le contrôle de Strouthas, satrape d’Ionie. Cela paraît logique, si l’on admet une reconstitution du premier nome hérodotéen à son profit. Mais rien ne permet de trancher en ce sens. Il n’y a à ce jour aucune mention de Strouthas en Lycie (pas plus qu’en Carie) alors que les témoignages concernant Autophradatès existent même s’ils sont indatables. Pour Childs le sarcophage de Payawa sur lequel figure le nom d’Autophradatès (TL, 40) doit être daté de 370-360 sur des critères stylistiques (Bryce 1986, 47 propose pour sa part 370-350). Manifestement Childs est tenté de situer l’intervention d’Autophradatès dans le cadre de la révolte des satrapes.

251 Mørkholm & Zahle 1972, 112.

252 Bryce 1983, 41.

253 Infra p. 173.

254 Sur ces événements, cf. infra p. 356.

255 Ps.-Arist., Éc., 2.1348 a (13 a).

256 Telle est la conclusion séduisante de Borchhardt 1978, 183-191 (cf. Dupont-Sommer 1979, 176) qui met en corrélation la trilingue de Xanthos et sa découverte à Limyra d’une tombe-tumulus aménagée pour un Carien (infra p. 405).

257 Metzger et al. 1979, 37.

258 L’article essentiel est celui de Osborne 1975, 291-309 ; cf. Osborne 1971, 297-321 ; 1973, 515-551 ; 1981 52-54 ; 1982, 61-80 (avec recueil des testimonia) ; 1983.

259 Sur le nom, cf. Grenet 1983, 373-4.

260 Texte infra p. 350 n. 363. Il est le fils d’Artasouras.

261 Str. 11.14.15.

262 Aroandès fils d’Artasouras et gendre de Mnémon qui figure dans les inscriptions de Commagène ne peut qu’être identique avec Orontès ; cf. Reinach 1890, 364-367.

263 L’était-il déjà au moment de l’anabase de Cyrus ou bien reçoit-il ce gouvernement en récompense de son courage à Cunaxa, les textes ne permettent pas de trancher (Xén., An., 3.5.17, inciterait à pencher pour la première solution) ; cf. Osborne 1973, 518. Trogue-Pompée lui donne ce titre au moment de la révolte des satrapes (Pro !., 10), d’où sans doute la position de Hornblower 1982, 177 dont l’analyse des événements de 362/1 est par ailleurs très “classique” mais qui propose l’idée qu’en réalité Orontès n’a jamais été déchargé de la satrapie d’Arménie, cf. la vive réaction de Osborne 1982, 67 sq.

264 Nous verrons infra que c’est mettre le texte de Diodore en contradiction avec lui-même et qu’il y a de sérieuses objections à une telle hypothèse.

265 Osborne 1975, 299-302, montre l’impossibilité qu’il y a à faire d’Orontès le satrape de Daskyleion (Droysen 1877 ; Babelon 1893) ou de Sardes.

266 Cette solution s’appuie sur l’idée de la “dégradation” d’Orontès après la réhabilitation de Tiribaze ; Osborne 1975, 296 sq. fait justement un sort à cette opinion (suivi en cela par Hornblower 1982, 177 n. 58, qui penche pour l’hypothèse qu’Orontès n’a jamais cessé d’être satrape d’Arménie). La sanction infligée à Orontès sert pourtant de point de départ à toute la théorie de Weiskopf 1982 sur la révolte des satrapes (cf. aussi Weiskopf 1989, 69-91). Ce dernier reprend sur ce point les thèses de Judeich 1892, 222 n. 2, suivi par exemple par Olmstead 1931, 415.

267 Debord 1985, 345-347, à propos du corpus TAM, V, 1 de Keil & Herrmann 1981 et d’autres publications postérieures concernant la même région. Weiskopf 1989 en sous-estime manifestement l’importance et la diversité.

268 Cf. infra p. 238 sq. la description xénophontique de la région de Pergame.

269 Weiskopf 1982 décrit justement la satrapie comme l’archétype du royaume de Pergame. On notera que la synthèse de Hansen 1947, si utile par ailleurs, est trop concise sur les origines de cette principauté au ive s.

270 OGIS, 264.

271 Babelon 1893, LXXIII sq. ; 1910, 107 sq. ; Hornblower 1982, 178 sq. ; Kraay 1976, pl. 54, 922, 925.

272 Troxell 1981, 27-37 ; cf. aussi Weiskopf 1982, 388-394.

273 Troxell 1981, pl. 4 no 1 ; Traité, II, pl. 88. 15 (PI. II, 10).

274 Troxell 1981, pl. 4 no 2 et 3 ; Traité, II, pl. 88.17 (Pl. II, 11) et 14 ; SNG von Aulock 1822 (Pl. II, 12).

275 Troxell 1981, 33 et pl. 4 A, après Fritze 1910, 10-12. Cahn 1989, 99 n. 6, propose d’attribuer à Adramyttion une série de monnaies de Tissapherne, à cause de la présence d’une Athéna avec ce même casque attique.

276 Babelon 1910, col. 107-110.

277 Traité, II, pl. 88.21 = Troxell 1981, pl. 4 no 5 (Pl. II, 9).

278 Troxell 1981, 30 et pl. 4 no 6, 7a, 7b ; la dernière de ces monnaies était inédite.

279 Babelon 1893, LXXIV, fig. 34 ; Traité, II, pl. 88.22 (PI. II, 8) ; Head, BMC Ionia 326, no 17 ; Hirsch, pl. 77, 1465 ; Troxell 1981, pl. 4,4 ; Cahn 1989, pl. 1, 16. À propos de la position du peltaste, Babelon rappelle l’observation de Waddington 1867, 19 : “Il (Chabrias) avait appris à ses soldats lorsque l’ennemi allait charger, à mettre un genou en terre et à tenir leurs lances en arrêt, en se couvrant du bouclier appuyé contre l’autre genou” (Diod. 15.32.5). Dans ce cas, il est probable que l’émission monétaire a été faite pour rétribuer ceux-là mêmes qui sont illustrés sur les monnaies, mais il faut aussi considérer qu’il s’agit de l’affirmation que c’est grâce aux peltastes grecs qu’Orontès est en situation de remporter la victoire. Faut-il y voir une référence directe à Chabrias à travers sa statue de l’agora d’Athènes ? Telle est l’opinion de Burnett & Edmonson 1961, 89 sq. et n. 45, mais cf. contra Westermark 1965, 7-14 (non vidi) cité par Moysey 19S9, 124 sq. n. 49. Le fait que ce thème apparaisse sur d’autres monnayages, en particulier sur celui du Syennésis à Tarse, cf. e.g. Weiser 1989, pl. XIX, 18 et 19, ne permet pas pour autant de conclure qu’il s’agit d’un thème banal et donc sans signification particulière.

280 Babelon 1910, col. 63.

281 Babelon 1893, LXXII ; 1910, 109-110 ; Baldwin 1924, pl. 2, 15-17 ; Gulbenkian 689 = PI. II, 15 ; Troxell 1981, pl. 4, B. Cette dernière refuse l’attribution de ce monnayage à Orontès, suivie par Weiskopf 1982, 390-392 ; Moysey 1986, 28 ; 1989, 122-123 (il penche pour une émission civique). Cf. infra p. 154 ; 345.

282 Supra p. 60.

283 Cette hektè de Phocée est connue depuis fort longtemps, cf. Babelon 1910, 118 et pl. 88, 24 ; Kraay & Hirmer, pl. 200 no 718. Bodenstedt 1981, Ph. 101 (Pl. 1,10) continue d’attribuer à Orontès cette monnaie de facture assez médiocre et mal centrée ; cette hypothèse est à juste titre fortement remise en question (Troxell 1981 ; Moysey 1989, etc.). Cf. supra p. 61 n. 238.

284 Osborne 1975, 306 sq.

285 Diod. 10.1.2.

286 Polyen 7.14.2 ; infra p. 344 et 352.

287 Dans le même sen. que nous, Osborne 1981, 70 n. 239.

288 Osborne 1975, 308, d’après Xén., Age’s., 2.26 ; contra, Weiskopf 1982.

289 Osborne 1973, 547 sq.

290 Infra p. 352.

291 Infra p. 154.

292 Diod. 16.47.2.

293 Cf. par ex. Beloch 1923, 284-287 (cf. 136) ; Lewis 1977, 23 n. 131, etc.

294 Cf. Hanfmann 1983, 256.

295 Diod. 16.52 ; dès le développement rapporté à 350/49 (16.50.7), Mentor est qualifié de ἐν τοῖς παραθαλαττίοις μέρεσι τῆς Ἀσίας ἡγεμὼν μέγιστς. Cette mention a manifestement gêné beaucoup de modernes. Ni Mentor ni Memnon ne sont introduits dans les listes satrapales de l’Asie Mineure occidentale par Beloch 1923 ; Berve 1926, 251 conclut que Memnon était plutôt un hyparque qu’un satrape, ce qui en contradiction avec le texte de Diodore mais surtout avec la fonction de commandant en chef qu’il exerce. De même Weiskopf 1982 dénie toute signification concrète à ce passage de Diodore et qualifie Memnon de “lesser officer, local noble”.

296 Infra p. 419. S’il est nécessaire de “descendre” de sept années la chronologie absolue de Diodore, il est en revanche possible d’en conserver le déroulement sans retouche majeure.

297 A propos du même épisode Str. 13.1.57, indique que Memnon (et non Mentor) “servait” (ὑπηρετῶν) les Perses et qu’il était stratège. Cette contamination est excusable si l’on songe qu’à quelques années d’intervalle les deux frères ont exercé des fonctions similaires.

298 Supra p. 129.

299 Arrien, An., 1.12.8 ; 16.3 (satrape de Lydie) ; Diod. 17.19.4 ; 20.2 (appelé dans les deux passages Spithrobatès, satrape d’Ionie).

300 Rhoisakès identifié là comme le frère du satrape Spithridatès atteint le cimier du casque d’Alexandre avant d’être tué.

301 Babelon 1910, 125-128.

302 Cf. les doutes de Cahn 1989, 101 pour des raisons stylistiques.

303 Récemment encore Cahn, loc. cit.

304 E.g. Six 1888, 114 n. 56 ; Droysen 1908, 100. Les revers d’Adramyttion sont quasi identiques à ceux de Lampsaque comme le fait observer Troxell à propos du monnayage d’Orontès (supra). Le rapprochement reste donc tentant : comparer le revers de II, 15 et ceux de II 17-18. S’il n’y a pas identité de provenance, il y a au moins copie consciente. On pourrait donc suggérer aussi bien l’une que l’autre comme lieu d’émission.

305 PL 89, 1 et 3 (P1. II, 18-19).

306 Cf. la représentation de Darius sur la mosaïque de Pompéi.

307 P1. 89, 2 (P1. II, 17).

308 Troxell 1981, 27, 37 et supra p. 64.

309 Comme le pensent Cahn 1989, 101 et Weiser 1989, 295 sq.

310 Comparer Pl. II, 15 et 17. Rien là d’assuré, on pourrait penser aussi à Ariobarzane ou Artabaze, uniquement sur des critères de vraisemblance dans la mesure où aucun des deux satrapes n’a “signé” de monnaies.

311 Première version : Traité, II. no 68. pl. 88, 28 (Pl. II. 14) ; no 2335, pl. 164, 25 ; deuxième version Traité, II, no 2335, pl. 164, 24 ; vente Pegan 23 février 1991 no 40, Pl. II, 13).

312 Arrien, An., 1.12.9. Il me paraît très réducteur de le considérer comme un simple chef de mercenaires, cf. McKoy 1989.

313 Diod. 17.7.2 (cf. infra p. 423).

314 Diod. 17.18.3 ; Arrien, An., 1.12.10.

315 Diod. 17.23.6 : οἱ κατὰ θάλατταν οἰκοῦντες doivent lui obéir ; ibid., 29.1, “commandant en chef’ ; Arrien, An., 1.20.3 : ἀποδεδειγμένος… τῆς κάτω Ἀσίας καὶ τοῦ ναυτικοῦ παντὸς ήγεμών ; ibid., 2.1.1 : τοῦ ναυτικοῦ παντὸς ἡγεμών… καὶ τῆς παραλίου ξυμπάσης. La première des références à Arrien appelle évidemment le rapprochement avec la formule employée pour Tissapherne, cf. supra p. 121 et n. 50 ; sur ce personnage cf. les notices de Berve 1926 ; Kahrstedt 1932b et Hofstetter 1972.

316 Il est possible que celui-ci ait émis des monnaies à son nom, Babelon 1910, col. 124, cf. supra p. 61 n. 238 ; il est assez probable qu’il était un parent du satrape homonyme des années 380, sans qu’on puisse préciser davantage.

317 L’un des fils d’Artabaze.

318 Sur les limites de cette satrapie en 333, Briant 1973, 47-49.

319 Démosthène, C. Aristocr., 155.

320 Supra p. 121 et n. 50.

321 Supra p. 95.

322 Plut., Thém., 30 ; supra p. 36.

323 Leuze 1935. 245 (cf. aussi 401 n. 45) nie qu’il s’agisse d’un satrape ; contra Tuplin 1987a, 183.

324 Xén., An., 1.9.7.

325 Xén., An., 1.2.7-8.

326 Sur lequel nous n’avons aucune autre information. Cette fonction lui est attribuée par la conclusion de l’Anabase de Xén., 7.8.25. La plupart des modernes considèrent ce passage comme interpolé. Il n’y a pas cependant de raison d’écarter ce témoignage. Artakamas disparaît avec Cyrus.

327 Ariaios appartient à une famille noble, même s’il ne s’agit pas d’une des toutes premières (Xén., An., 2.2.1) ; il exerce un commandement important dans l’armée de Cyrus (ibid., 1.8.5 ; 9.31). Diodore dit (14.24.1) Κύρου σατράπης τεταγμένος ἑπὶ τῆς ἡγεμονίας que Oldfather (Loeb) traduit librement mais en respectant l’esprit du texte “who was second in command to Cyrus” (supra p. 24) ; après la mort de ce dernier, les Grecs proposent la royauté à Ariaios mais il la refuse et même change de camp (ibid., 2.5.35 sq. ; Plut., Artax., 18). Le Roi lui accorde son pardon. Si du moins on accepte l’identification de ce personnage avec celui auquel le seul Diodore 14.80.8 donne le qualificatif de satrape (sans préciser une affectation géographique). Diodore en tout cas ne fait pas la liaison puisqu’il appelle constamment le premier Aridaios (alors que Xénophon écrit Ariaios) et emploie l’expression τις Ἀριαίος pour désigner le second.

328 Les Helléniques de l’Anonyme d’Oxyrrhynchos sont à cet endroit trop mutilées pour être vraiment utiles.

329 Polyen 7.16.1.

330 Hell. Ox., 14.3.

331 A moins d’admettre, mais c’est beaucoup moins probable malgré Bruce dans son commentaire aux Helléniques d’Oxyrrhynchos 14.3, qu’Ariaios a été pour un temps satrape de Sardes.

332 Xén., Hell., 4.1.27, souligne que Spithridatès avait été mis en confiance par le fait qu’Ariaios s’était luimême rebellé contre l’autorité du Roi, et cette précision plaide en faveur de l’identité supposée des deux Ariaios.

333 Il faut être d’accord avec Beloch 1923, 153 pour dire que ce Tithraustès ne saurait être identifié à celui de 395 (dans le même sens Osborne 1973, 542 ; Weiskopf 1982, 526 et n. 3. Sekunda 1991, 112, pense qu’il s’agit du grand-père et du petit-fils) contrairement à l’opinion de Judeich 1892, 210 n. 2 et 270. Certains ont vu dans cette homonymie la manifestation de la transmission héréditaire de ce gouvernement.

334 Cf. P. Erzherzog Reiner (FGrHist, 105, F4) ; Schol. Démosthène, 1e Phil., 19.

335 Weiskopf 1982, 526 et dans le même sens Hornblower 1982, 144 n. 57 ; cf. infra p. 394.

336 P. Erzherzog Reiner : ἐπο]λέμει πρὸς βασιλέα καὶ συνεμβαλὼν εἰς Φρυγία ἐπόρθει τὴν Τιθραύστου ϰώραν ἕως ἡ Ἀθήνηθεν ἦλθεν πρεσβεία κωλύουσα πολεμεῖν αὐτὸν τοῖς βασιλικοῖς σατράπαις. Si on continue à distinguer deux Tithraustès faut-il placer cet épisode à l’époque de la grande révolte des satrapes ?

337 Beloch 1923, 153 pense qu’il s’agit d’une confusion avec Datamès.

338 Arrien, An., 1.25.3 ; 2.11.8 ; Diod. 17.21.3 ; cf. Berve 1926, 91 no 179.

339 Arrien, An., 1.29.2.

340 L’auteur des Helléniques d’Oxyrrhynchos, 12.3 indique que c’est la plus grande cité de Phrygie.

341 Il n’existe pas d’étude récente sur la région : sur Kélainai on consultera Hirschfeld 1876, 1-26 ; Weber 1892 ; Briant 1973, 49-53. Il n’y a pas eu de fouille véritable sur le site, où n’ont donc été repérés que des vestiges postérieurs. Le site de Kolossai n’est pas exactement fixé. Il était proche de Laodicée.

342 Tchiatcheff 1886, 212 sq. ; Robert 1962, 341-343.

343 Str. 13.8.13 sq.

344 Cf. Arrien, An., 1.2.7-8 ; Robert 1963, 349. Sekunda 1991, 110 sq., pense pouvoir y retrouver des témoignages indirects (bien ténus) d’une forte présence aristocratique perse. Il note aussi (p. 114) le nombre des anthroponymes iraniens susceptibles d’être attribués à cette Laodicée.

345 Berve 1926, 253-258 donne une description sommaire des satrapies de l’Asie Mineure avec en particulier les références à la bibliographie antérieure ; entre les p. 276 et 277 un tableau chronologique des satrapes ; on trouvera dans le tome II, les notices relatives aux différents personnages. Ce travail reste la base de toute étude ultérieure dans la mesure où Berve disposait de tout l’essentiel de la documentation. Cf. Jacobs 1994, 39 sq.

346 Diod. 18.3 ; cf. Dexippos, FGrHist, 100, F8 ; Arrien, Suce., FGrHist, 156, Fl5-8 ;. Quinte Curce 10.10.1-6.

347 Diod. 18.5.4.

348 Arrien, An., 1.17.1-2.

349 Arrien, An., 2.4.2 ; Quinte Curce 3.1.22-24 ; cf. Plut., Alex., 18.

350 Supra p. 114.

351 Arrien, An., 2.4.1.

352 Quinte Curce 3.1.23.

353 Ibid. 4.5.13. Alexandre avait placé la région sous tutelle, Arrien, An., 2.4.2.

354 Quinte Curce 4.1.34.

355 Supra p. 114-115.

356 Memnon, FGrHist, 434, Fl, 12.4. Billows 1990, 45 n. 85 lie sa fin à la campagne contre les Paphlagoniens. Il vaut mieux placer cet épisode peu avant la mort d’Alexandre.

357 Arrien, Succ., FGrHist, 156, Fl.6.

358 Arrien, An., 1.17.7-8.

359 Infra p. 433.

360 Arrien, An., 3.6.7 ; cf. 7.23.1.

361 Syll. 3, 302

362 Arrien. An., 1.18.1-2.

363 Il n’est pas sûr, comme le fait Tod 1948, 267, qu’il faille identifier ce personnage (Berve 1926, no 47) avec celui qui reçoit des honneurs à Athènes quelques années plus tôt (Tod, 180) ; en revanche, il s’agit incontestablement de l’officier qu’Alexandre détache pour pacifier l’Éolide et l’Ionie (Arrien, An., 1.18.1-2 ; infra p. 436). Par conséquent, à la différence de Parménion envoyé à Tralles et à Magnésie, il apparaît qu’Alkimachos est resté en charge de la région avec la fonction (et le titre ?) d’hyparque.

364 Berve 1926, no 793-796 ; Bengtson 1937, 126 sq. et 141 sq. ; Badian 1966, 56-61.

365 Tarn 1948,172 sq.

366 La nature exacte de la fonction fait problème ; cf. infra p. 473.

367 Plut., De Fort. Alex., 1.12.333a.

368 Polyen 6.49.

369 Infra p. 436.

370 Badian 1966, 56.

371 Cf. aussi l’interpellation à Rhodes par Philoxénos de l’intendant des biens d’Harpale, Paus. 2.33.4. C’est probablement le même personnage qui est qualifié d’“amiral de la flotte” par Plut., Alex., 22.1, c’est peut-être là un titre inexact mais il fallait bien que Philoxénos disposât d’une flotte pour exercer sa tutelle sur les îles (contra Badian 1966).

372 Plut., Phoc., 18 ; Élien, HV, 1.25.

373 Ps.-Arist., Éc., 2.31 : Arrien, An., 7.23.1.

374 Arrien, An., 7.24.1.

375 Badian 1966, 61 et n. 104 se propose de réfuter l’hypothèse de l’unicité, soutenue entre autres par Bengtson 1937, en mettant en avant les termes qui qualifient Philoxénos (le second du nom selon lui) ; “un obscur Macédonien” (Arrien) ou encore τις Μακεδών pour le Ps.-Arist. Mais signalons que Pausanias emploie la simple formule Φιλόξενος Μακεδών pour désigner le “premier” personnage.

376 Cf. sur ce point, Bengtson, loc. cit.

377 Diod. 17.24.3.

378 Thompson 1980, cf. e.g. 66-68.

379 Thompson no 124 a et suivants.

380 Thompson 1981.

381 Cf. par ex. IK, 34-Mylasa, 21 et de façon plus explicite Robert & Robert, Bull, ép., 1983, 100,1. 3 (déjà Robert 1955b) inscription trouvée à l’emplacement de la future Stratonicée qui paraît indiquer qu’Asandros siège ἐμ Μυλάσο[ις. Sur cet Asandros cf. Blümel 1997. 140.

382 Arrien, An., 1.29.3

383 Quinte Curce 4.1.35 ; cf. infra p. 464.

384 Cf. Briant 1973,47-49.

385 Quinte Curce 4.5.13 ; cf. infra p. 465.

386 Xén., An., 1.2.19 ; cf. Ramsay 1904, col. 58

387 Supra p. 76.

388 Briant 1973, 48, après Baumbach 1911, 57.

389 Arrien, An., 3.6.6.

390 Meyer 1925, 6-7.

391 Arrien, An., 4.7.2 ; Quinte Curce 7.10.13.

392 Diod. 18.3, cité supra p. 158 ; Briant 1973, 132 et notes.

393 Treuber 1887, 139.

394 Cf. Briant 1973, 74-76, avec bibliographie.

395 Briant 1973, 66-70 et infra p. 465.

396 Infra p. 456.

397 Arrien, An., 2.4.2.

398 Quinte Curce 3.4.1.

399 Atkinson 1980, 135 sq.

400 Str. 12.1.4 ; supra p. 109.

401 Appien. Mithr., 8.

402 Arrien, An., 2.12.2.

403 Infra p. 462 sq.

404 Quinte Curce 4.5.9.

405 Aulock 1964,78-82.

406 Infra p. 413 sq.

407 Il est difficile d’attribuer avec certitude à Mazaios ou à Balakros les monnaies qui ne mentionnent pas le nom du satrape mais celui de Baaltars, elles se distinguent des précédentes par l’apparition de la massue dans le champs du revers : SNG France 2 362-364. (Cf. Mildenberg 1990-1, pl. 2. 8.) J’y verrais cependant volontiers l’affirmation de la dimension héracléenne d’Alexandre.

408 SNG Levante 122 (Pl. X, 12) ; Traite’, II, no 712 (= France 2 365) ; Cop. 322 ; von Aulock 5965.

409 Traité, II, no 714-716 ; voir BMC Cilicia p. 173-174 (pl. XXI, 7-13).

410 SNG France 2 367-371. (Pl. X, 13 = France 2371), cf. aussi Levante 120-121.

411 SNG Levante 118 (Pl. X, 14), à comparer à la légende de la monnaie précédente : par exemple le B très grêle de l’initiale peut être à première vue pris pour un I, etc.

412 SNG Levante 120-121 ; Cop. 323-324 ; von Aulock 5963-5964.

413 SNG Levante 178-181 ; France 2 420.

414 SNG Levante 169-170 ; von Aulock 5721 ; France 2 413.

415 SNG Levante 52-53 ; von Aulock 5873 ; cf. France 2 196-198.

416 Harrison 1982a, 352 n. 20.

417 Diod. 18.22.1-2.

418 Str. 12.66.2 ; cf. 1 pour l’élevage des moutons comme activité principale de toute la Lycaonie.

419 Cf. sur ce type de rapprochement, Briant 1982b.

420 Jones 1937, 126.

421 Infra p. 317, n. 110 ; on pourrait ajouter bien d’autres peuples des régions accidentées de l’Anatolie.

422 Diod. 18.22.4.

423 Gökturk (Istanbul).

424 Babelon 1910, 450 n. 4.

425 E.g. SNG France 2 443-453.

426 Robert 1987, 55 (monnaies impériales, la statue cultuelle est représentée là avec une facture archaïque), le dieu vient d’Argos, Tarse aurait été fondée par Persée, héros argien (p. 59) ; Str. 14.5.12 en fait aussi une colonie d’Argos. Pour Bing 1971, 99-109, elle serait une apoikia des Lindiens. Sur les mythes et les cultes de Tarse, Chuvin 1981,319-324.

427 Voir infra les kômai cariennes.

428 Cf. la Pisidie ou la Cappadoce ; supra p. 105.

429 Suivi par Levante, commentaire à SNG France 3 2311.

430 Newell 1918, 70 et 81 soutient sans démonstration que Balakros est mort en 328 et pense que la série Athéna/Baal lui est postérieure (mais cf. plus haut).

431 Diod. 18.39.6.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540