Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Première partie. Mise en place et organisation des satrapies perses en Asie Mineure occidentale

Chapitre II. Les satrapies de Cappadoce et de Phrygie maritime

Texte intégral

1Ce chapitre et le suivant ont pour objectif de décrire de manière rapide l'histoire des satrapies de l'Asie Mineure occidentale et centrale à partir de la réforme de Darius. Avant d'aborder les chapitres proprement chronologiques qui composent la deuxième partie, il convient en effet de mettre en place le cadre géopolitique en insistant particulièrement sur les changements qui ont pu intervenir dans l'étendue voire même le nombre des ressorts satrapiques. Il est d'autre part indispensable de considérer de façon continue, lorsque les sources nous le permettent, la succession et donc l'identification des satrapes ainsi que les titres qui leurs sont attribués avec les interprétations que cela sous-tend.

1. La Cappadoce et la liste hérodotéenne

2C'est la satrapie la plus orientale de l'Asie Mineure proprement dite. Elle paraît un peu marginale aux yeux des Grecs qui ont moins de rapports avec la Cappadoce qu'avec les régions littorales. Cependant les sources montrent qu'en réalité l'histoire de cette satrapie est importante, parfois essentielle, quand on veut prendre en compte le point de vue perse sur l'Asie Mineure et qu'elle symbolise parfaitement les manières successives dont la monarchie perse a envisagé les affaires grecques.

  • 1 Str. 12.1.1.
  • 2 Str. 12.1.3. Sur la notion d'isthme, cf. aussi le Ps.-Arist., De mundo, 393 b.9. Ce thème est empr (...)
  • 3 Hdt. 1.72 ; 2.34.
  • 4 Cf. par exemple Hell. Ox., 17.4 ; Quinte Curce 3.1.12-13 ; Pline, HN, 6.7.
  • 5 Hdt. 5.30.
  • 6 Hdt. 7.135 ; cf. infra p. 93.
  • 7 Entos Halyos : 5.102.
  • 8 Str. 12.2.10.

3Strabon1 considère la Cappadoce comme une région diversifiée qui a connu au cours de son histoire de nombreux changements. L'idée maîtresse est qu'elle constitue un isthme entre le Golfe d'Issos et Sinope et que vers l'ouest (c'est-à-dire au-delà de l'Halys) s'ouvre une péninsule, une chersonnèse, qui est l'Asie Mineure2. Strabon ne fait que reprendre là un véritable lieu commun dont nous avons la première mention (conservée) chez Hérodote auquel il fait explicitement référence. Ce dernier affirme que c'est la région qui permet la plus courte traversée du Pont à la mer de Cilicie ; il précise même que cela se fait en cinq jours3. Cette vision erronée de la géographie anatolienne a trouvé tout au long de l'Antiquité de nombreux émules4. Elle est certainement d'inspiration orientale bien plutôt que grecque égéenne. Elle représente bien, en tout cas, l'idée qu'on pouvait en avoir en se situant au cœur de l'Empire perse. Cela se traduit dans l'intitulé de pouvoirs comme celui d'Artaphernès5 qui a autorité sur “tous les pays maritimes d'Asie” (epithalassiai), ce qui ne concerne pas seulement les côtes (on emploie pour les commandements de la région de Phrygie maritime le terme de parathalassioi)6, mais, comme on le verra plus loin, l'ensemble des pays de ce côté (s.c. à l'ouest) de l'Halys7. Cette image du plus court chemin du sud au nord, de Tarse à Sinope, doit être liée à l'existence d'une très ancienne route reliant les deux villes et sur laquelle on pourrait retrouver de multiples témoignages. Ainsi Strabon indique que primitivement (avant d'être acheminée vers Éphèse), l'ocre de Sinope portait ce nom bien qu'elle fût exploitée en Grande-Cappadoce parce qu'elle était exportée par ce port8.

Carte 2 : L’Asie Mineure orientale sous la domination perse.

  • 9 Hdt. 1.6 ; d’où Str. 12.3.9.
  • 10 Pour Str. 12.3.12, l'Halys a sa source en Grande-Cappadoce et plus précisément en Camisène.
  • 11 Il y a là une référence à la population ancienne de la Cappadoce. Il faut rappeler que dans la rég (...)
  • 12 Hdt. 1.72, cf. aussi 1.6.
  • 13 Hdt. 5.49-54.
  • 14 Hdt. 7.61-99.

4Selon Hérodote9, la frontière occidentale de la Cappadoce est l'Halys. Ce dernier vient d'une montagne d'Arménie10, il coule à travers la Cilicie (infra) et sépare dans son cours moyen les Matiènes vers l'est et les Phrygiens vers l'ouest puis, vers son embouchure, les Syriens-Cappadociens11 d'un côté, les Paphlagoniens de l'autre12. Frontière historique puisque c'est celle qui existait entre Phrygiens et Lydiens d'un côté, Assyriens et Mèdes de l'autre. Dans les documents iraniens cette région est le dahyu de Katpatuka, toujours présent dans les inscriptions de Darius et de Xerxès. De la même façon, on retrouve cet ethnos dans deux autres sources hérodotéennes, l'itinéraire de la route royale13 et le catalogue de l'armée de Xerxès14. La Cappadoce est donc bordée à l'ouest par la Paphlagonie et la Phrygie, à l'est par l'Arménie, au sud par la Cilicie, et au nord par le Pont-Euxin.

  • 15 Hdt. 2.104.
  • 16 Robert 1980, 191 sq. (Thermodon) ; 165 sq. (Parthénios).
  • 17 Ps.-Skylax 89.
  • 18 Apollonios de Rhodes 2.946 sq. Cf. aussi Plut., Luc., 23.5, selon lequel Sinope aurait appartenu a (...)
  • 19 Cf. la note 2 de Lasserre, CUF, 69. Eumèlos compose vers 730, cf. FGrHist, 451, F5 ; Bowra 1963, 1 (...)

5Le cadre géographique paraît ainsi bien délimité et pourtant nous sommes amenés à constater un certain nombre d'anomalies, dont il faut tenter de rendre compte. Dans un autre passage15, Hérodote a une conception très large de la côte “syrienne” qui est comprise entre les fleuves Thermodon et Parthénios16, ce qui priverait la Paphlagonie de son accès à la mer. Cette position n'est pas isolée puisque le Ps.-Skylax17 déplace un peu cet accès vers l'ouest, situant Sinope et une assez large bande côtière (probablement jusqu'au Küre Daglan) en Syrie. Strabon présente les choses de façon assez contradictoire : en 12.3.5, où, citant Callisthène, il attribue la façade maritime de la Paphlagonie aux Kaukoniens (aux hautes époques) qu’il donne comme voisins des Syriens blancs ; mais en 12.3.9, il reproduit Hérodote (1.6) en faisant de l’embouchure de l'Halys la frontière côtière entre Paphlagonie et Cappadoce. Cela traduit manifestement des variations territoriales liées à des accidents historiques, dont le détail nous échappe, mais qui ont donné naissance à une double tradition littéraire qu’aussi bien Hérodote que Strabon ont quelque mal à ordonner. L'une, qui marque la frontière à l'embouchure de l'Halys, remonterait à Hécatée, l'autre, qui intègre Sinope à la Syrie et dont Apollonios de Rhodes18 se fait l'écho, serait empruntée à Eumèlos de Corinthe19.

  • 20 Cf. par exemple Hdt. 5.49 ; 5.52.
  • 21 Cf. Xén„ An., 6.4.4.
  • 22 Balcer 1984, 171.
  • 23 Cette ville sert de quartiers d'hiver à Pharnabaze, Xén., Hell., 1.4.1.
  • 24 Infra p. 175.
  • 25 Supra p. 38.
  • 26 Hdt. 3.102 ; 4.44.
  • 27 Xén., An., 7.8.25 ; cf. Hdt. 3.94.
  • 28 Laird 1921,308, approuvé par Legrand, CUF, 141, n. 4.

6Il convient de prendre en compte cette double définition de la Syrie lorsqu'on examine le problème central posé par les délimitations hérodotéennes du troisième nome. Peut-on admettre, comme beaucoup le font, que la Cappadoce et la Phrygie maritime formaient une même entité dans la liste des nomes ? Un tel ensemble, tout à fait surdimensionné, crée des problèmes inextricables, y compris pour la lecture d'autres passages explicitement contradictoires des Histoires20, et ne trouve aucune confirmation ailleurs puisque au ve s. l'autorité du satrape de Daskyleion ne paraît guère dépasser la Bithynie21 sur la côte et la région de Gordion. On pourrait songer à attribuer à cette dernière un rôle de capitale, comme le fait Baker22, à la fois en raison de son passé et de l’importance des vestiges apparents. A l’époque de Pharnabaze et de l’expédition d’Agésilas23 Gordion relève à l’évidence de la Phrygie hellespontique dont elle est probablement l’un des centres administratifs secondaires24. Le fait qu’il s’agisse d’une ville importante est aussi dû à sa position géostratégique au point de convergence des deux routes principales de l’Anatolie occidentale25 Une première constatation s’impose. En 3.93 est donnée la description du treizième nome : Paktyikè, Arméniens et les peuples voisins jusqu'au Pont Euxin. On a fait remarquer depuis longtemps que la Paktyikè était placée là par erreur puisqu'il s'agit d'une région que l'on retrouve deux fois dans l'œuvre d'Hérodote (dont une dans la même liste des nomes)26 bien loin de la mer Noire, aux confins de l'Indus. Autre remarque, le dix-neuvième nome occupe une région qui va de la Colchide au Thermodon, il regroupe des peuples que l'Anabase mentionne comme autonomoi27 et qui créent de sérieux problèmes à l'Arménie qui est leur voisine au sud. Cela ne laisse aucune place pour le débouché sur la mer du treizième nome qui se situe obligatoirement entre l'Halys et le Thermodon, donc dans une région considérée comme appartenant à la Cappadoce. Il semble bien qu'il faille suivre Laird28 lorsqu'il propose de voir à cet endroit une corruption du texte où Paktyikè aurait été écrit pour Katpatykè-Kappadokia. Ce n'est pas déplacer le problème en créant un nouveau doublon Syriens/Cappadociens, si l'on admet, comme indiqué plus haut, que des “Syriens” pouvaient être aussi établis à l'ouest de l'Halys dans la région côtière et relevaient du troisième nome.

  • 29 Infra p. 318 sq.
  • 30 Etat de la question fourni par Bing 1998, 42-43, spécialement n. 5, qui refuse le point de vue sou (...)
  • 31 Il allègue, ce qui est méthodiquement contestable, les raisons pour lesquelles un auteur de la deu (...)
  • 32 Cf. Postgate 1973, 25-34.
  • 33 Cornelius Nepos, Dat., 1.1. Infra p. 105 n. 168.
  • 34 Ἐν δὲ τῇ Κιλικίᾳ καλουμένῃ τὰ Μάζακα, ἡ μητρόποις τοῦ ἔθνους. Mazaka est aujourd'hui Kayseri, mais (...)
  • 35 Cf. la réédition par Robert 1963, 457-523 d'un décret tardo-hellénistique d'Anisa, toponyme qui dé (...)
  • 36 Robert 1963, 514-519.
  • 37 Bittel 1952, 18-29 ; 1956, 35-42 et pl. XV. Fin du ve siècle.
  • 38 Str. 11.12.2 ; cf. 12.1.4.
  • 39 Olshausen 1978, col. 396-442.
  • 40 Str. 12.3.15, la décrit comme une ancienne capitale royale déserte de son temps. Sur le site, cf. (...)
  • 41 Infra p. 108. Il est important de noter avec Lemaire (Istanbul) que Baal pourrait être un appellat (...)
  • 42 Infra p. 357.
  • 43 Str. 12.1.4.

7Le problème des limites se pose aussi au sud. La Cilicie n'est jamais citée comme telle dans les textes iraniens, mais il est aventuré d'en inférer qu'elle échappe au contrôle perse29. Hérodote l'intègre dans la liste des nomes au quatrième rang et, chez lui, cette “région” est fort étendue puisqu'il affirme en 1.72, que l'Halys traverse la Cilicie. Il coule donc dans une région qui a presque toujours été considérée comme cappadocienne30. J. D. Bing dénie toute valeur à ce passage31 et met en avant les données de la géographie néo-babylonienne, en particulier une lettre de l’époque de Sargon II où le gouverneur de la Cilicie est en charge des affaires de la Cappadoce et soumet les Phrygiens du roi Mita32. Encore faudrait-il être sûr que la définition des limites de la région et de son centre politique aux hautes époques n’est pas le fruit d’un postulat. Le poids des cités proches de la côte, qui nous paraît évident, l’est seulement en fonction de la nouvelle donne géopolitique née de la création de l’Empire perse désormais doté d’une vaste façade maritime. L’une de ses missions sera la constitution de grandes flottes, dès 490 pour la première invasion de la Grèce et ensuite pour tenter de soumettre l’Égypte si souvent en état de rébellion et dont la reconquête apparaît comme un objectif prioritaire. Remarquons que ce qui est souvent perçu comme une incohérence d’Hérodote trouve confirmation dans le passage de Cornelius Nepos consacré au territoire confié au père de Datamès, Camisarès : habuit provinciam partem Ciliciae iuxta Cappadociam quam incolent Leucosyri. Cette assertion a été souvent interprétée à tort par les modernes33. Pour J. D. Bing, la province de Camisarès qui échoit ensuite à Datamès ne peut être que la Cilicie. Il me semble que nous sommes là en contradiction sur deux points avec le texte de Cornelius Nepos (dont la source pourrait être Dinon) : il n’y est pas du tout question de la Cilicie mais de la pars qui jouxte la Cappadoce. Il faut d’autre part subordonner quam incolent Leucosyri à partem Ciliciae et non à Cappadociam. On citera surtout Strabon. J. D. Bing remarque qu’il indique en 12.1.1 que la limite sud de la Cappadoce est le Taurus cilicien et note : “This cannot be taken to mean, contra Waddington, that northern slope of the Taurus Mountains was called Cilicia” – certes, mais ce n’est pas non plus un argument pour prouver le contraire. Il omet en revanche de citer 12.2.7 où l'une des dix stratégies du royaume de Grande-Cappadoce est appelée Cilicie avec comme capitale Mazaka34, ce qui paraît tout à fait corroborer Cornelius Nepos. Strabon définit ce site comme impropre à l'habitat et à la défense mais indique qu'il a été choisi (§9) parce qu'il était central. Rappelons que Mazaka est proche de l'ancienne Kanesh devenue Anisa à l'époque hellénistique. Toutefois cette dernière conserve sa tradition “syrienne” avec, en particulier, la permanence du culte d’Astarté qui reste la principale divinité de la cité35. Il paraît donc assuré que dans la répartition initiale, la Cilicie de l'Halys était le cœur de ce que Hérodote appelle le quatrième nome. La domination perse a également laissé des traces, d'une part dans l'onomastique36 et cela est valable pour les deux parties de la Cappadoce, d'autre part avec un autel découvert à Bunyan (près de Kültepe) où est figuré sur les quatre faces un prêtre du feu37. Cette région, coupée (depuis quand ?) de la zone au sud du Taurus, est le gouvernement initial de Camisarès et de Datamès. Elle est désignée de plusieurs noms : Grande-Cappadoce, Cappadoce Taurique, le plus intéressant dans notre perspective étant ἄνω Καππαδοκία38 (Haute-Cappadoce dans la géopolitique perse). Elle constitue le noyau du royaume de Grande-Cappadoce. La partie nord que l'on appelle Cappadoce pontique sera ensuite le royaume du Pont39. Elle a sa capitale dans la vallée de l'Iris à Gazioura40 où Ariarathès (Ier) émet des monnaies à l'image de Baal semblables à celles de Tarse en Cilicie, mais la légende araméenne indique qu'il s'agit du Baal de Gazioura41. Dans la liste hérodotéenne elle est réunie à l'Arménie. Observons que cette dernière formera plus tard un et même deux ensembles séparés. Nous verrons plus loin qu'à certaines époques, la Cappadoce a pu être unifiée (en particulier par Datamès)42 mais il est frappant de constater que pour Strabon elle est scindée en deux provinces distinctes au moment de la conquête macédonienne43.

2. La Cappadoce et l’Asie mineure sous le règne de darius Ier

  • 44 Diod. 31.19.1-8.
  • 45 La description de Kabeira, donnée par Str. 12.3.30, est tout à fait conforme à la tradition achémé (...)
  • 46 Str. 12.3.31 ; comme l'indique Lane 1964, 49. On ne connaît pas l'emplacement d'Améria ni a fortio (...)
  • 47 Infra p. 196 n. 281.
  • 48 Robert 1963, 514.
  • 49 Str. 12.3.37 ; 11.8.4.
  • 50 Cf. Str. 12.3.32 ; Benvéniste 1966, 51-65 : “Le second après le Roi” ; Debord 1982, 54. Cela suppo (...)

8Avant de montrer l'importance prise par la satrapie de Cappadoce dans la stratégie de Darius au début de son règne, il est peut-être possible de déterminer le nom de son premier titulaire, Pharnakès, premier roi de Cappadoce. Dans sa généalogie, Diodore44 fait de lui un oncle de Cyrus. Rappelons l'existence tout près de Kabeira45 du sanctuaire de Men de Pharnakès46 avec la kômopolis d'Améria, peuplée de hiérodules, proche encore du Chiliokomon47. Nous sommes ici dans le bassin intérieur de l’Iris qui apparaît comme une zone de colonisation perse. Il n'est évidemment pas assuré que le fondateur soit ce premier Pharnakès. On peut aussi penser à Pharnace Ier du Pont, éponyme de la cité de Pharnakeia. Quelques indices cependant plaident pour la première hypothèse. L'organisation sociale décrite pour Améria laisserait penser à quelque chose d'ancien. Plusieurs anthroponymes perses sont bâtis sur le nom du dieu Men ainsi dans l'inscription d'Anisa précitée nous avons un Ménophilos fils de Maidatès, soit comme le note L. Robert48 deux façons – l'une grecque, l'autre perse – de marquer sa dévotion au dieu Men. Dans cette même région, les Perses ont été aussi fondateurs. Zéla49, où a été aménagé un “tell” est consacrée à Anaïtis mais aussi à deux autres divinités perses secondaires qui partagent ses autels : Omanès et Anadatès, après une victoire remportée par des généraux perses sur les Saces. Cela témoigne de l'influence du pouvoir politique perse sur les faits religieux et les populations. À noter dans cette même perspective que le successeur mythique de Pharnakès dans la généalogie de Diodore s'appelle Gallos et que c’est le nom du prêtre consacré dans sa chair à la Déesse-mère. On se souviendra que le prêtre est toujours dans ces principautés orientales “le second après le roi” et que le principal sanctuaire de la région est celui de Ma à Comana, ici Comana Pontique50. Soulignons pourtant que cette généalogie est loin d'être totalement fiable.

  • 51 Hdt. 3.83 sq.
  • 52 Ctésias. FGrHist, 688, F 13 § 16.
  • 53 PFT, 1495.
  • 54 Hdt. 7.62.
  • 55 Ctésias, FGrHist, 688, F 13 § 20.

9Diodore indique également que l'un des “Sept” était satrape de Cappadoce et que Darius lui donna ce gouvernement en l'exemptant du tribut. Cette précision est d'importance car il s'agit évidemment d'Otanès dont Hérodote se plaît à souligner la singularité parmi les conjurés51. Diodore lui donne le nom de Anaphas. Il ne s'agit pourtant pas d'une banale erreur puisque Ctésias l'appelle Onophas52. Les inscriptions perses emploient le nom Utana dont Otanès est la transcription la plus exacte en grec53. Hérodote fait de lui un fils de Pharnapès, on n'est pas loin de Pharnakès. Toujours selon Diodore, Anaphas a un fils homonyme qui lui succède. Hérodote54 signale un Anaphès, fils d'Otanès qui commande le contingent des Kissiens dans le catalogue des contingents de l'armée de Xerxès. Anaphas a deux fils, l'un s'appelle Datamès et Diodore précise qu'il s'agit d'un homme qui s'est distingué à la guerre mais aussi dans les autres aspects de l’exercice du pouvoir, qu'il a combattu les Perses avec succès avant d'être tué les armes à la main. C'est bien évidemment le Datamès du ive siècle et la chronologie a subi là une brusque accélération de près de cent cinquante années destinée à rattacher la famille de Datamès à la lignée célèbre d’Otanès pour accroître ainsi sa légitimité. Datamès aurait eu un fils du nom d’Ariaramnès dont le “règne” aurait duré cinquante ans sans pour autant qu'il accomplît rien de notable. Il s'agit en fait pour Diodore, de “retomber sur ses pieds” avec Ariarathès (Ier), tué après avoir été capturé par Perdiccas en 322. Selon Ctésias55, un Ariaramnès est satrape de Cappadoce au moment où se prépare l'expédition de Scythie en 515. Il ressort donc à l'évidence que cette liste est sujette à caution. Elle intègre des données exactes, mais elles ne sont pas toujours correctement liées les unes aux autres. Comme toujours, il s'agit d'assurer à la famille régnante en Cappadoce la lignée la plus prestigieuse possible, au risque de graves distorsions pour ne pas dire franchement des libertés prises avec l'histoire.

10On doit retenir, avec naturellement toute la prudence qui s'impose :

— Époque de Cyrus

Pharnakès.

— Vers 521-520

Otanès.

— Vers 515

Ariaramnès.

  • 56 Hdt. 3.139.
  • 57 Descat 1990, sp. 542 sq.
  • 58 Hdt. 4.89.
  • 59 Hdt. 7.95-96.

11Le poids considérable pris par Oroitès à partir de sa position à Sardes amène Darius à reconsidérer la hiérarchie des gouvernements de l'Asie Mineure. En effet, la remise en ordre qui aboutit à l'élimination du satrape “rebelle” a pour conséquence une modification complète du dispositif stratégique perse. Sardes, qui avait été la plaque tournante de toutes les premières opérations perses en Asie Mineure, perd ce rôle. C'est Otanès qui reçoit le commandement de l'expédition menée à Samos pour rétablir Syloson56 (rappelons que c'est l'affaire de Samos qui avait déclenché le conflit entre Oroitès et Mitrobatès). Otanès a reçu pour cela le titre de karanos (ou son équivalent). L’importance alors de la Cappadoce est encore renforcée par les nouveaux objectifs que s'assigne le pouvoir central : c'est désormais la mer Noire57, et plus exactement les Scythes qui la bordent au nord, qui préoccupent Darius. Le satrape de Cappadoce Ariaramnès est chargé d'une mission exploratoire sur les côtes de Scythie avec ordre de faire des prisonniers. Le satrape envoie effectivement trente pentécontores. C’est-à-dire qu'il a un commandement maritime. Or les contingents mentionnés dans l'expédition de Scythie du côté des Grecs sont des Hellespontins (à côté des Éoliens et des Ioniens)58 ; de même pour la flotte de Xerxès59. Des cités comme Sinope et Amisos ne sont jamais mentionnées explicitement et tout au plus leur contribution (faible sans doute) est fondue dans la masse hellespontique. Tout laisse à penser qu'Ariaramnès a autorité sur l'ensemble de l'Asie Mineure septentrionale, avec un commandement militaire unifié. Cette situation qui est la conséquence des troubles de 522 ne va pas être prolongée. Darius tire la leçon de la campagne de Scythie, d'une meilleure connaissance du terrain et des nouveaux objectifs occidentaux (il s'agit désormais de conquérir les régions européennes). Il organise un nouveau système à son retour : en installant son frère Artaphernès à Sardes, il en fait naturellement le chef principal de toute l'Asie Mineure jusqu'à l'Halys. Les événements de 499-494 vont confirmer cette situation. Pour lutter contre les Grecs en révolte mais aussi contre les autres peuples qui ont suivi, Artaphernès fait appel aux satrapes qui tiennent les nomes de ce côté de l'Halys (donc à l'ouest de ce fleuve). Le satrape de Cappadoce n'est plus concerné et cette situation va durer un siècle environ, d'où notre complète ignorance des satrapes du ve s. dans une zone qui n'a que très épisodiquement de rapport avec les Grecs du littoral égéen.

  • 60 Plut., Pér., 20-21. Cf. en général, Glotz 1949, 211.
  • 61 Pissouthnès est fils d'Hystaspès. Infra p. 119. Pour sa part Lewis, 1977, 59-60, spécialement n. 7 (...)
  • 62 Plut., Pér., 20.1.2 ; cf. IG, I3, 1180, mention d’un Athénien mort à Sinope, probablement au momen (...)
  • 63 Hirschfeld 1894, s.v. ; Cumont 1906, 111 sq. et Cumont in Anderson et al. 1910, 1 sq.
  • 64 Str. 12.3.14.
  • 65 Ps.-Skymnos, Périég., 918-920, cf. Lasserre 1978, 212-220.
  • 66 Str. 12.4.2. Cf. Debord 1998, 141.
  • 67 Memnon d'Héraclée, FGrHist, 434, F1, 12.3 ; Diod. 12.34.5 (cf. Meritt et al. 1939, 471 sq.).

12Il est par exemple difficile d'interpréter, même chronologiquement, la mention de l'expédition de Périclès en mer Noire60. Elle semble devoir se situer après la révolte de Samos et l'agitation à Byzance, dans le cadre d'une entreprise de grande envergure tentée par Pissouthnès61, alors satrape de Sardes, qui agite la menace d'une véritable expédition perse ; tout cela laisse à penser que ce dernier a un commandement assez large, du type de celui d'Artaphernès. C'est probablement en 437 que Périclès paraît en mer Noire. Mais il n'est peut-être pas allé personnellement à Sinope et sur les côtes maritimes de la Cappadoce. C'est à Lamachos qu'est attribuée l'intervention à Sinope62. Celle-ci a pour conséquence l'expulsion du tyran Timésilaos et l'installation de six cents colons athéniens. Il faut penser que c'est au même moment que des Athéniens sous Alhénoklès refondent Amisos sous le nom de Pirée63, comme nous l’apprend le passage de Théopompe transmis par Strabon64 où il est fait mention de trois fondations successives d'Amisos : la première par les Milésiens (au début du vie s.), la dernière par les Athéniens. Quant à la deuxième, elle serait l’œuvre de l'archôn des Cappadociens, Timadès. Faut-il lier cet événement à l'apport de colons phocéens vers 560 connu par le Ps.-Skymnos65, et dans ce cas Timadès serait le dynaste des Cappadociens alors sous tutelle des Mèdes, ou penser qu'il est postérieur et se place à l'époque de la domination perse ? On mettra en parallèle le cas d'Astakos66 fondée par les Mégariens en 712/711, puis à nouveau par les Athéniens en 435/43467 et enfin par Doidalsès le dynaste bithynien (il s'agit probablement plutôt là d'une “récupération” de la cité en 405 après le désastre d'Aigos Potamoi ou peut-être même dès après 412).

3. La satrapie de Daskyleion

  • 68 Balcer 1988, 18.
  • 69 Hell. Ox, 17.3.
  • 70 Ainsi Schmitt 1972 ; histoire de la satrapie dans Weiskopf, Encyc. Iran, s.v. “Daskyleion”, 85-90.
  • 71 Hdt. 7.73-74.
  • 72 Ps.-Skylax 88, infra p. 149. La chaîne de l'Olympe (Ulu Dağ) culmine à 2543 m.

13Il convient d'abord de faire table rase de l'hypothèse soutenue par J. M. Balcer68 selon laquelle la satrapie de Daskyleion serait apparue de façon tardive et ne serait au départ qu'une “dépendance” de Sardes. Nous pensons que “ceux près de la mer” (que l'Anonyme d'Oxyrrhynchos transcrit par parathalassioi)69 désigne bien dans les listes perses les habitants de la bande côtière relativement étroite qui est située au nord de la Mysie. C'est la Phrygie hellespontique70. Le massif de l'Olympe de Mysie était à l'est une borne frontière commode. Il semble, en effet, que Balcer interprète à tort le catalogue hérodotéen de l'armée de Xerxès71 où figurent ensemble au § 74 les Lydiens et les Mysiens preuve, pour lui, que Phrygiens-Mysiens et Lydiens relèvent d'un même gouvernement. Il omet cependant de signaler que les Phrygiens sont également présents au § 73 et que les corrélations établies là avec les Macédoniens inclinent à penser à un peuple (au moins partiellement) côtier. Les Mysiens sont dits Olympiens, du nom du mont Olympe. Cela suppose que la Mysie s'étendait au moins jusqu'aux pentes de cette chaîne montagneuse, de même qu'elle atteignait l'Ida à l'ouest72. D'autres liaisons apparaissent avec les Paphlagoniens, les Mariandyniens, les Syriens-Cappadociens et même les Arméniens. Ils ont tous des équipements comparables mais des commandements distincts. Tous ces peuples constituent, nous l'avons vu, les troisième et treizième nomes entre lesquels doivent subsister des liens particuliers.

  • 73 Selon Str. 12.4.8, une colonisation mysienne en Bithynie est attestée par Skylax (FGrHist, 709, F1 (...)
  • 74 Infra p. 99 sq.
  • 75 Polybe 21.45.10.
  • 76 Tite-Live 38.39.15.
  • 77 Supra p. 75.

14La région de Kios, considérée comme mysienne par le Ps.-Skylax73 pose un problème connexe. On pensera à la pacification par Agésilas d'une région comprise entre Kios et l'Olympe de Mysie en réponse aux exactions commises contre son armée à l'aller du périple qui devait l'amener à Gordion et aux confins de la Paphlagonie. D'où l'idée d'un “couloir mysien” séparant la Phrygie proprement côtière (Hérodote : ceux que l'on a à droite en entrant dans l'Hellespont) du reste de la satrapie (Hérodote : la Phrygie) et joignant la Mysie à la région de Kios où une dynastie perse avait sa basileia74. C’est entre autres à cette région que Polybe75 (et après lui Tite-Live76) fait référence lorsqu’il parle de la Mysie annexée par Prusias de Bithynie. Cette dénomination a donc perduré à l’époque hellénistique77.

  • 78 Hdt. 3.120-126.
  • 79 Contra, Balcer 1988 ; Petit 1990, 41-2 ; 182.
  • 80 Hdt. 6.33 ; Justin 7.3.
  • 81 Hdt. 4.143-4 ; 5.1-2 ; 14-15.
  • 82 Hdt. 5.25-28. Legrand 1946, 32 n. 3 lui attribue un commandement exclusivement militaire.
  • 83 Hdt. 5.116.
  • 84 Legrand, CUF, livre 7 notice p. 130 (implicitement).
  • 85 Le dialogue entre les Spartiates et le satrape, si le fond – au moins – a quelque historicité ne s (...)
  • 86 Hdt. 7.135.
  • 87 Infra p. 119.
  • 88 Dans le même sens que nous, Burn 1984, 136 ; cf. déjà Krumbholz 1883, 33 qui place aussi Hydarnès (...)
  • 89 Thc. 1.129.1 ; 132.5. Mégabatès est le commandant de l'expédition manquée contre Naxos, Hdt. 5.32.
  • 90 Parnaka des sources iraniennes. Ce dernier est fils d’Arsamès et cousin de Darius. Cf. Lewis 1977, (...)
  • 91 Thc. 2.67.1. Le stemma de la famille, Beloch 1923, 151. Cf. aussi Lewis 1977, 52 ; Sekunda 1988, 1 (...)
  • 92 Thc. 5.1 (en 422) ; Diod. 12.73.1.
  • 93 Thc. 8.108.4.
  • 94 Une partie seulement a dû rentrer à Délos dès 421 : Thc. 5.32.1 ; pour la discussion de cette ques (...)
  • 95 Ariobarzane assiégé dans Adramyttion par Autophradatès : Polyen 7.26.
  • 96 Xén., Hell, 3.1.10 sq.
  • 97 Xén., Hell., 4.1.41 ; cf. encore Agés., 2.26, Assos est dans le domaine du satrape de Daskyleion, (...)
  • 98 Thc. 8.66.1 (412) ; Pharnakès est encore satrape en 414, cf. Aristophane, Oiseaux, 1028 ; Lewis, 1 (...)
  • 99 Thc. 3.2.13 ; Tissapherne commandant en chef en Asie Mineure occidentale en 411 (Thc. 8.58. l) ; u (...)

15Il n'y a pas lieu de rejeter ce que dit explicitement Hérodote78 en attribuant la satrapie de Daskyleion à un certain Mitrobatès, qui est ainsi le premier titulaire attesté du poste en 523 au plus tard79. Celui-ci est surtout connu pour avoir été privé de son gouvernement par Oroitès. Qu'advient-il après la mise à mort de ce dernier. La seule chose assurée est qu’en 493 la satrapie est entre les mains d’Oibarès, fils de Mégabaze80. Entre les environs de 520 et 493 nous sommes réduits à des hypothèses. Nous avons pu noter que vers 515, l'initiative militaire dans la région revient au satrape de Cappadoce Ariaramnès. Cela ne veut pas dire pour autant que la satrapie ait cessé d'exister, tout au plus peut-on penser que sa reconstitution n'a pas été une priorité pour le pouvoir qui se mettait en place. On sait que des commandements militaires élargis furent confiés successivement à Mégabaze et à Otanès (fils de Sisamnès). Dans un cas, l'objectif assigné est la Thrace et la Macédoine ; dans l'autre, la saisie des Détroits et de certaines îles du Nord de l'Égée. Étaient-ils pour autant satrapes de Daskyleion ? Le premier est seulement qualifié de stratègos81 et le seul argument que l'on pourrait avancer est le fait que son fils Oibarès est, lui, certainement investi de cette fonction. Le second82 est dit στρατηγός… τῶν παpαθαραλασσίων ἀνδρῶν. Or il convient de rappeler que le terme de parathalassioi est employé dans les Helléniques d'Oxyrrhynchos pour désigner les habitants de la Phrygie hellespontique. Otanès pourrait bien être encore en charge de Daskyleion au moment de la révolte de l'Ionie83, en 499. Oibarès intervient pour sa part à Byzance, à Chalcédoine, en Troade, à Lemnos et Imbros, ce qui cadre bien avec un commandement centré en Phrygie maritime. Après Oibarès, nous n'avons à nouveau plus rien de sûr. À une époque indéterminée, mais que Ph. Legrand84 situe entre les guerres médiques (avec beaucoup de vraisemblance si l'on considère l'ensemble du livre VI)85, Hydarnès est qualifié par Hérodote86 de στρατηγὸς τῶν παραθαλασσίων ἀνθρώπν τῶν ἐν τῇ Ἀsίῃ. Le titre est identique à celui de Otanès quelques années plus tôt. Il accueille et fait transiter vers Suse une ambassade lacédémonienne. A priori on pourrait penser que le fieu de rencontre est Sardes mais le récit d’Hérodote ne dit rien de précis, et on sait que, plus tard, plusieurs ambassades vers la Haute-Asie sont passées par Daskyleion. De plus la fonction d’Hydarnès suffirait à expliquer que ce soit vers lui que se dirigent les Spartiates quel que soit son fieu de résidence. Dernier argument, si Artaphernès (II) succède à son père à Sardes87, on voit mal à quel moment placer Hydarnès. Cela reste donc hypothétique et l'unanimité est loin d'être faite sur ce point88. En 478, Xerxès remplace Mégabatès89, alors en poste, par Artabaze, fils de Pharnakès90. À partir de là s'ouvre une longue période de successions familiales et l’accès au satrapat devient une affaire héréditaire : en 430 en effet, Thucydide91 nous indique indirectement que le satrape de Daskyleion est Pharnakès fils de Pharnabaze, c’est en effet lui qui concède aux Déliens, expulsés de leur île par les Athéniens92, des terres à Adramyttion. Ces mêmes Déliens sont massacrés traîtreusement par Arsakès, hyparque de Tissapherne en 41193. Il ne semble pas qu'il soit possible d'en inférer que Pharnakès avait expressément profité de la révolte de Pissouthnès pour agrandir sa province et que Tissapherne avait remis de l'ordre en 411 en faisant massacrer ceux des Déliens qui étaient restés94. Adramyttion est entre les mains du satrape de Daskyleion, Ariobarzane, vers 36595. Cela permet d'avoir une idée des limites de l'autorité de Pharnabaze en Éolide. La partition de cette région en deux est confirmée par le récit de la campagne de Derkylidas contre Pharnabaze fourni par Xénophon96. Le Spartiate se distingue de son prédécesseur Thibron en traitant avec égard le pays ami (c’est-à-dire la région qui relève de Tissapherne) alors qu'il met au pillage “la partie de l’Éolide appartenant à Pharnabaze”. De même, Agésilas évacuant après convention la province du même Pharnabaze97 établit son camp dans la plaine de Thèbè sans aucun doute près de la frontière de la satrapie. Nous venons d'évoquer par anticipation deux épisodes qui se placent sous le gouvernement de Pharnabaze, fils de Pharnakès, qui avait succédé à son père entre 414 et 41298. Très vite la rivalité des satrapes occidentaux se manifeste, au point qu'on peut la considérer comme quasi institutionnelle99. La question litigieuse, outre les problèmes posés par l'incompatibilité des caractères, est celle du commandement des armées destinées à contrer les entreprises des Grecs européens. Ainsi au cours de son long gouvernement, Pharnabaze a été placé deux fois sous les ordres de Tissapherne et, entre temps, de Cyrus. Il estime manifestement à la mort de Tissapherne que, compte tenu de son rang, de son âge, des services rendus, ce commandement lui revient de droit.

16Les limites des satrapies à la fin du ve et au début du ive font problème dans la mesure où nos maigres renseignements risquent d'apparaître comme contradictoires. Examinons les indications géographiques qui nous sont ainsi fournies en respectant l'ordre chronologique :

  1. Avant 400 Pharnabaze contrôle une région qui va jusqu'aux confins de la Pisidie100 ou, bien plutôt, accessible aux raids des Pisidiens.
  2. En 408, Cyrus est désigné comme satrape de Lydie, Grande Phrygie, Cappadoce101.
  3. En 405, alors que Cyrus est reparti en Haute-Asie, Pharnabaze est en possession de la localité de Blau(n)da aux limites de la Lydie, il y installe les proscrits milésiens102.
  4. En 401 Cyrus confie la province de Haute-Phrygie à l'un des membres de sa parentèle103.
  5. Vers l'est, Pharnabaze tient la Bithynie mais pas la Paphlagonie104.
  6. En 400 Tissapherne conserve son ancien domaine (Ionie-Carie), il reçoit en plus ce qu'avait Cyrus105.
  7. En 396/5 une partie de la Phrygie intérieure est dans le ressort de Pharnabaze106, mais l'action d'Agésilas, à Léontoképhalè107, puis à Gordion a pour conséquence de le priver momentanément du contrôle de cette région108.
  8. A partir de 394, il récupère la partie de l'Éolide dont les Spartiates l'avaient spolié en 399 ; mais celle-ci ne comprend toujours pas la plaine de Thèbè, les villes d'Adramyttion, Antandros, Astyra qui sont clairement en dehors de son domaine, comme c'était le cas au moment de la campagne d'Agésilas109.
  • 110 Infra p. 263 ; cf. Judeich, 1895, s.v. (point de vue différent de celui énoncé dans Judeich 1892)  (...)
  • 111 Polyen 7.26 ; mais les opérations menées par Autophradatès et Mentor contre Euboulos et Hermias mo (...)

17Il semble donc bien que les régions d'Assos en Éolide, Léontoképhalè au sud, Gordion vers l'est et la Bithynie au nord-est représentent les limites de la satrapie de Pharnabaze. A un moment indéterminé, Ariobarzane qui succède en 388 à Phamabaze110 reprend possession d’Adramyttion111.

  • 112 Beloch 1923, 151.

18K. J. Beloch donne l'analyse la plus fouillée de l'histoire de la famille de Daskyleion pour aboutir au stemma suivant112 :

  • 113 Cf. par ex. la note de Sherman, éditeur pour la coll. Loeb du livre 15 de Diodore, qui réunit comm (...)

19Les propositions de ce savant ont été assez largement acceptées113 lorsque le problème n'a pas été purement et simplement esquivé, dans ce qui a pu apparaître comme une question désespérée.

20Notons d'abord que les hypothèses élaborées ne peuvent être considérées comme entièrement satisfaisantes et qu'un certain nombre de points méritent un réexamen :

  1. K. J. Beloch se débarrasse un peu vite de l'encombrant passage de Diodore (15.90.3) où Ariobarzane, le satrape de Phrygie, récupère la basileia de Mithridate à la mort de ce dernier (l'explication fournie est la confusion des deux Ariobarzane).
  2. Comment la branche de Kios a-t-elle pu s'emparer aussi rapidement de la Cappadoce pontique si elle n’avait pas des liens anciens avec cette région ?114

21Essayons de rassembler et d'ordonner les différents renseignements disponibles :

  • 115 Xén., Hell., 1.4.7. Weiskopf 1989, 28 pense qu’il s’agit du futur satrape.
  • 116 Infra p. 228.

22a) Un Ariobarzane apparaît d'abord en 406/405115. Il est important de constater que les faits rapportés (rapatriement d'une ambassade athénienne)116 se passent à Kios et dans sa région. Cette dernière est alors manifestement sous la responsabilité de cet Ariobarzane.

  • 117 “Plus tard, profitant de l'absence de Pharnabaze, son frère en dépossédant de son pouvoir fou comm (...)
  • 118 Weiskopf 1982, 120-9 (1989, 31), qui s'appuie entre autres sur le récit de Plutarque, Agés., 13, r (...)
  • 119 Infra p. 263. Une toute autre interprétation pour Sekunda 1988, 178, selon lequel le fils de Parap (...)

23b) Les textes anciens n'indiquent jamais explicitement s'il y a un lien de parenté entre Pharnabaze et Ariobarzane. On ne dispose en effet que de renseignements flous, ainsi Xenophon, Hell., 4.1.40 : Ώς δ’ ἐν τῇ τοῦ Φαρναβάξου ἀποημίᾳ ἀποστερῶν ἀδελφὸς τὴν ἀρχὴν φυγάδα ἐποίησε τὸν τῆς Παραπίτας υἱόν…117. Ainsi formulé, le texte est ambigu. K. J. Beloch hésite entre les deux solutions possibles pour la construction de la phrase : adelphos pouvant désigner un frère de Pharnabaze ou un frère du fils de Parapita, donc un fils de Pharnabaze. Dans le stemma qui lui sert de conclusion, il adopte la première solution. M. N. Weiskopf118 suggère de façon convaincante, même s'il ne peut apporter de preuve décisive, qu'Ariobarzane est un fils, le fils aîné, de Pharnabaze. Malheureusement les personnages ne sont pas nommés à l'exception de la mère du jeune homme exilé. De même la date de l'“absence” de Pharnabaze n'est pas précisée, mais il paraît assez vraisemblable de situer ces faits au moment de son rappel auprès du Roi119.

  • 120 Thc. 8.58.1 ; infra p. 214.
  • 121 Weiskopf 1989. 27 n. 35.
  • 122 Beloch 1923, 147.

24c) Pharnabaze est accompagné par un ou plusieurs frères lors de la négociation du troisième traité de 411 avec les Spartiates120. M. N. Weiskopf suppose121 par référence au père du “fondateur” de la dynastie satrapale de Daskyleion qu'il s'agit d'une appellation générique “les fils de Pharnakès”. Même si l'on accepte avec prudence le point de vue de M. N. Weiskopf, il convient de ne pas oublier celui de K. J. Beloch qui voit dans ce passage un argument en faveur de l'idée que Pharnabaze et Ariobarzane sont frères122.

  • 123 Arrien, An., 3.23.7 ; ce fait avait été souligné par Nöldleke 1884, 295 sq. (c.r. de l'ouvrage de (...)
  • 124 Infra p. 458.

25d) Une autre source confirme indirectement la parenté d'Ariobarzane et de Pharnabaze : lorsque Artabaze, fils de Pharnabaze et d'Apamè (elle-même fille d'Artaxerxès, cf. h), se rend à Alexandre123, il est accompagné de plusieurs de ses enfants dont un Ariobarzane. Il a un autre fils du nom de Pharnabaze124.

  • 125 Supra p. 93.

26e) Remarquons aussi que la plupart des modernes considèrent que la satrapie de Daskyleion avait depuis l'époque de Pharnakès un caractère héréditaire125. Il est donc tout à fait logique que Pharnabaze ait obtenu que son fils aîné lui succède, d'autant que ce dernier entretenait de bonnes relations avec les Spartiates et en particulier Antalkidas.

  • 126 Xén„ Hell., 5.1.28.

27f) En effet, Xénophon126 nous apprend qu’Ariobarzane est depuis longtemps l'hôte d'Antalkidas. Il va favoriser les entreprises de ce dernier lorsqu'il est désigné comme satrape.

  • 127 Cornelius Nepos, Dat., 2.5.

28g) Cornelius Nepos127 définit Ariobarzane comme praefectus Lydiae et Ioniae totiusque Phrygiae dans un contexte antérieur aux événements qu'il rapporte, approximativement dans les années 380-375. La plupart des modernes ont rejeté cette assertion comme fantaisiste. Ne pourrait-elle éventuellement recouvrir une stratégie englobant les satrapies de l'Asie Mineure occidentale dont nous avons déjà relevé plusieurs exemples ?

  • 128 Polyen 7.26 ; infra p. 104.

29h) En 366, Ariobarzane est considéré comme rebelle par le pouvoir central ; il est décidé – mais peut-être pas dès les premières opérations – de le remplacer par son demi-frère (ou neveu) Artabaze, le petit-fils du Roi128.

  • 129 Xén., Cyrop., 8.8.4 ; Arist., Pot., 5.1312a ; Valère Maxime 9.11, ext. 12, indiquent seulement la (...)

30i) Nous savons également qu'Ariobarzane est livré par traîtrise au Roi par son propre fils Mithridate129, par ailleurs assassin de Datamès (infra), et Harpocration est le seul à indiquer qu'il fut crucifié.

31Voilà les données à peu près assurées, même s'il subsiste un doute sur le degré de parenté (supra b, c) entre Pharnabaze et Ariobarzane. Le reste est beaucoup plus sujet à caution :

  • 130 La traduction de Vial, CUF, est pour le moins rapide et mériterait d'être expliquée par une note ; (...)
  • 131 Weiskopf 1982, 128.
  • 132 Weiskopf suggère que les noms d'Ariobarzane et de Mithridate ont pu être inversés mais nos sources (...)

32j) Le point de départ est le texte de Diodore 15.90.3 : Ἀριοβαρζάνης ὁ τῆς Φρυγίας σατράπης ὃς καὶ Μιθριδάτου τελευτήσαντος τῆς τούτου βασιλείας κεκυριευκὼς ἦν… que l’on doit traduire “Ariobarzane, le satrape de Phrygie, qui devint aussi à la mort de Mithridate le maître de sa principauté”130. Beloch rejette cette assertion (qui n’entre pas dans son schéma général) mais on pensera avec Weiskopf131 qu'il n'est pas possible de se débarrasser sans discussion de ce passage. Le satrape de Phrygie (cette titulature simplifiée n'est pas pour autant inexacte) devient le maître de la basileia de Mithridate à la mort de ce dernier. Ce terme ne saurait s'appliquer au ressort d'une satrapie, pas plus celle de Phrygie hellespontique, où l'on ne voit aucune raison d'introduire Mithridate dans la liste des satrapes132, que celle de Cappadoce qui a en effet un titulaire du nom de Mithridate en 401-400.

  • 133 Pharnabaze, Xén., Hell, 4.1.15-16 (cf. Hell. Ox., 17.3) ; Weiskopf, p. 50 et sur le terme en génér (...)
  • 134 En ce qui concerne la cité de Kios, l’ensemble des testimonia et une esquisse historique sont four (...)
  • 135 Dont Diodore rapporte ailleurs (19.40.2) qu'il descendait de l'un des “Sept” ; ce qui est le cas, (...)
  • 136 Myrleia est une colonie de Colophon, cf. Pline, HN, 5.143 ; Étienne de Byzance, s.v. Elle paie un (...)
  • 137 Sur l'accession de ce personnage d'abord lié à Antigone, cf. aussi Appien, Mithr., 9.
  • 138 Supra p. 75.
  • 139 C’est la conclusion que nous retenons pour les § 96 et 98 du Ps.-Skylax.
  • 140 Hell. Ox,16.1.

33k) Pour procéder logiquement, il importe tout d'abord de définir ce qu'est la basileia. Sur ce point au moins il semble que l'on puisse arriver à des conclusions solides. Il est clair que le terme de basileia a un double sens. D'une part, et il est possible d'alléguer bien des parallèles pour différents satrapes aussi bien que pour Arbinas (Erbbina) en Lycie133, il s'agit d'un palais, d'une demeure fortifiée, dont dépendent des domaines, des villages. D'autre part, la cohérence interne de Diodore me ! hors de doute que la basileia est le point de départ de la puissance de la famille de Kios134 et dans ce cas, par extension, le terme doit être compris au sens de principauté. Au passage 15.90.3 répondent en effet 16.90.2 où il est indiqué qu'Ariobarzane meurt en 337/6 après avoir “régné” vingt-six ans (donc depuis 363/2) et que Mithridate (II)135 lui succéda dans la basileia pour trente-cinq ans et 20.111.4 (en 302) où Mithridate, tué à Kios après avoir gouverné cette cité et Myrleia136, est remplacé par Mithidrate (III) qui hérite de la dynasteia et agrandit son domaine pour devenir roi de la Cappadoce Pontique et de Paphlagonie pour trente-six ans. On suit donc aisément le processus de formation et de consolidation d'une principauté à partir de la basileia de Kios qui s'“arrondit” même au point de devenir un royaume qui comprend aussi la Paphlagonie et la Cappadoce Pontique137. Quelle définition juridique donner à cette basileia ? La clef de cette énigme paraît être fournie par Xénophon et Skylax138. Chez ces deux auteurs la région de Kios est décrite comme mysienne et cela pourrait bien refléter non pas une vague référence au peuplement primitif de la région mais plutôt l'organisation administrative du secteur139. Si cette lecture est la bonne, la basileia relève de la satrapie de Sardes. Or, très souvent, le cœur du pays mysien échappe à l'autorité des Perses140 ; c'est la raison pour laquelle a pu se constituer à cet endroit encore plus éloigné de Sardes une véritable principauté, distincte de la satrapie de Daskyleion, mais dont les titulaires sont nécessairement amenés à composer avec cette dernière.

34Revenons à Diodore 15.90.3 et à l'identité de Mithridate. Trois solutions au moins sont envisageables :

  1. Mithridate est le satrape de Cappadoce de 401/400141. C'est la solution retenue par ceux qui n'établissent pas les corrélations mises en évidence ci-dessus entre les divers passages de Diodore. Ce dernier souligne qu'Ariobarzane est le satrape de Phrygie mais ne donne aucun titre particulier à Mithridate ; on comprendrait assez mal que le satrape ait sa basileia à Kios, c’est-à-dire en dehors de sa satrapie. Il n'est nullement impossible en revanche qu'il y ait un lien de parenté entre Mithridate, les satrapes de Cappadoce, et les Pharnakides (cf. infra le stemma proposé) et cela expliquerait à la fois le fait que Mithridate, le fils d'Ariobarzane, ait été délégué auprès de Datamès qui avait succédé à Mithridate en Cappadoce142 et aussi la facilité avec laquelle les descendants de la branche de Kios ont pu s'emparer de la région, comme s'ils y possédaient déjà des jalons143.
  2. Mithridate est le fils d'Ariobarzane. Telle est la solution de M. N. Weiskopf144 mais elle implique d'inverser les noms des deux protagonistes. Il en infère que Mithridate a pu succéder de façon momentanée à son père dans la charge de la satrapie de Daskyleion, ce dont il n'y a aucune preuve et même dont la vraisemblance historique est contestable.
  3. La dynastie de Kios est une entité distincte145, telle est l'opinion de Th. Corsten après Ed. Meyer146 après avoir réuni les testimonia concernant cette cité, résume ses propositions par le stemma suivant :
  • 147 Supra p. 100.

35La solution présentée par Th. Corsten a l'avantage de ne pas obliger à manipuler le texte de Diodore 15.90.3, mais on peut lui objecter divers arguments de poids inégal. Tout d'abord le fait de faire apparaître un troisième Mithridate en plus du satrape de Cappadoce et du fils d'Ariobarzane ; d'autre part. Th. Corsten ne tient pas vraiment compte de Xénophon, Hell., 1.4.7, où il apparaît que le responsable de la région est (un) Ariobarzane ; enfin et surtout son fils Mithridate II aurait une vie à éclipses, mais qui dure fort longtemps147.

36Le point de départ est intéressant, mais il faut tenter de tenir compte de tous les textes et donc aller jusqu'au bout du raisonnement. Dans ce cas, Ariobarzane mentionné par Xénophon a) est distinct du satrape et l'ancêtre de cette lignée de la dôrea de Kios ; il a un fils nommé Mithridate qui lui succède à une date indéterminée et qui est encore présent en 364, cf. 1) ; le satrape Ariobarzane profite de la mort de ce dernier pour accaparer la basileia. Notons en passant que la phrase de Diodore se comprend mieux encore si à l'origine cette basileia ne relève pas de la satrapie de Daskyleion (supra). Mais lui-même disparaît rapidement puisqu'un autre Ariobarzane (fils du précédent Mithridate ?) en dispose à partir de 363/362. On obtient alors l'arbre généalogique suivant :

37Répétons que tout cela reste très hypothétique mais que l'avantage de cette solution apparemment compliquée est de tenir compte des différents éléments du puzzle tels qu'ils nous ont été conservés. Diodore dispose manifestement de deux sources distinctes, d'une part les éléments d'une ou plusieurs histoires générales et d'autre part une chronique officielle de la dynastie cappadocienne. Il a manifestement quelque mal à combiner l'ensemble des données ; à sa décharge, l'abondance des homonymes (quelles que soient les solutions retenues) et la difficulté de maniement des chroniques où toute erreur ou mauvais calcul se répercute, voire se multiplie lorsque l'on remonte dans le temps.

  • 148 Justin 16.4.
  • 149 Sur la crédibilité de ce “raccourci”, infra p. 300.

38l) Il reste un dernier document à confronter au reste du dossier ; Justin148 résume l'histoire d'Héraclée pontique. A partir de 365 il nous montre le “sénat” faire appel à Timothée, à Épaminondas, mais en vain149 ; les aristocrates s'adressent alors à Cléarchos pour mater leurs opposants. Ce dernier s'était mis au service des Perses après avoir été expulsé de sa cité ; il feint de s'entendre avec Mithridate, que Justin décrit comme l'ennemi principal de la cité mais en fait il trompe tout le monde puisque dans un premier temps il capture Mithridate, qu'il libère contre une forte rançon ; il s'installe ensuite au pouvoir à Héraclée et maltraite les aristocrates. Qui est le Perse ici mentionné ? La réponse est évidemment liée à la solution proposée pour Diodore 15.90.3. Pour nous il ne peut s'agir que du Mithridate issu de la branche de Kios (voir le stemma ci-dessus), on ne voit pas en effet à quel titre Mithridate de Cappadoce pourrait entretenir des rapports mauvais – mais constants – avec Héraclée pontique.

  • 150 Cornelius Nepos, Dut., 10-11 ; Polyen 7.29.1. Pour Weiskopf 1982, 51 il s’agit du fils d’Ariobarza (...)
  • 151 Polyen 7.29.2.

39m) Pour en terminer avec Mithridate, le fils d'Ariobarzane satrape de Phrygie, il faut rappeler qu'il poursuit une carrière de “traître” déjà fort bien entamée. Il se révolte contre le grand Roi, de façon fictive selon nos sources150, pille les villages, s'empare du montant du tribut, abat les forteresses et ayant ainsi manifesté la sincérité de sa rébellion, il propose une alliance à Datamès. Ce dernier tombe dans un guet-apens et meurt de la main de Mithridate. Le seul renseignement postérieur (?) que nous possédions est fourni par Polyen où nous le voyons fuir devant des poursuivants à travers la Paphlagonie151. Cet épisode appelle quelques remarques : le lieu du soulèvement se situe obligatoirement dans la partie orientale de la satrapie de Daskyleion, au voisinage des territoires contrôlés par Datamès ; s'il s'agissait de la basileia de Kios (en poussant à son terme l'hypothèse de M. N. Weiskopf) nous serions en présence d'une nouvelle difficulté puisque ces événements se placent en 359/358 selon toute probabilité et qu'il y aurait là contradiction avec Diodore 16.90.2.

  • 152 A moins d'admettre comme le fait Beloch 1923 (supra p. 97) qu'il y a eu confusion chez Diodore.

40Que retenir de tout ce qui précède ? Ariobarzane est le frère cadet ou plutôt le fils aîné de Pharnabaze auquel il succède. Il est déjà en “rébellion” depuis quelques années contre le pouvoir central lorsqu'il s'empare de la principauté de Kios, à une date indéterminée mais qui ne peut s'inscrire qu'entre 364 et 363. Il n'y a pas identité entre Ariobarzane de 15.90.3, mort très probablement dès 363/362, cf. i), donc avant la date que Diodore assigne à la grande révolte des satrapes, et son homonyme de 16.90.2 qui “règne” dans la basileia jusqu'en 337/336152. Il y a donc bien deux Ariobarzane (au moins…), mais aussi deux Mithridate (sans compter celui de Cappadoce). Ces homonymies expliquent pourquoi cet écheveau d'informations est aussi difficile à manier, comme l'est plus généralement tout ce qui concerne cet épisode.

  • 153 Fils de Pharnabaze et d'une fille du Roi (infra p. 295). Weiskopf 1982, 381 sq. plaide pour une da (...)
  • 154 L'inscription de Kios (Tod, 149 = IK, 29-Kios, 2), en l'honneur de l'Athénien Athénodoros, n'appor (...)
  • 155 Paus. 1.29.10. Beloch 1923, 149 et 156, penche pour une succession directe à la fin des années 350
  • 156 Arrien, An., 1.12.8. Il convient de ne pas écarter cette mention puisque dans la même phrase, Arri (...)
  • 157 Weiskopf 1982, 83 ; cf. aussi Berve 1926, 82 no 151 ; sur les choix stratégiques et la fin du pers (...)
  • 158 Diod. 17.19.4.

41Artabaze succède à Ariobarzane à une date inconnue, probablement au plus tard en 363/362153, et il est contraint de s'enfuir à la cour de Macédoine en 352. L'étendue de son ressort est assez difficile à préciser, en particulier pour ce qui concerne sa partie orientale. Dès son retour, il peut compter sur les ressources de la Paphlagonie et il semble avoir rétabli assez rapidement son autorité sur la Bithynie154, en revanche une partie des cités grecques de la côte paraissent avoir échappé au contrôle. Il est remplacé par Arsitès, sans qu'on sache si cette succession a été directe ou non puisqu'on n'a de trace de ce dernier que vers 340, lorsqu'il envoie de l'aide aux Périnthiens contre Philippe155. Pausanias lui donne le titre de σατράπης τῆς ἐφ’ Ἑλλησπόντῳ Φρυγίας alors qu'Arrien le désigne comme ὁ τῆς πρὸς Ἑλλησπόντῳ Φρυγίας ὕπαρϰος156. Les origines du personnage ne sont pas connues, mais il est tentant avec M. N. Weiskopf157 d'en faire un “descendant de Pharnakès” (par la branche d'Ariobarzane ?) dans la mesure où l'usage de la transmission familiale paraît établi avec suffisamment de force pour qu'il n'y ait pas été dérogé. Arsitès contrôle (ou en tout cas a des liens étroits avec) la Paphlagonie : c'est là que sont recrutés les cavaliers qu'il commande au Granique158.

  • 159 Cf. Berve 1926, 253 sq., no 498 ; 442 (stemma de la famille). Pharnabaze (III) est le successeur d (...)

42Notons pour en terminer avec cette famille des Pharnacides, que nous sommes assez bien renseignés sur la descendance d'Artabaze et des Rhodiens Mentor et Memnon, qui s'organise selon le stemma suivant159, où ne sont retenus que les personnages ayant joué un rôle de premier plan jusqu'à la mort d'Alexandre :

4. La satrapie de Cappadoce au IVe siècle

  • 160 Xén., An., 1.9.7.
  • 161 Xén., An., 7.8.25.
  • 162 Str. 12.1.1.
  • 163 Infra p. 164.

43Après une longue éclipse, nous retrouvons une mention de la Cappadoce à la fin du ve s. avec l'entrée en scène de Cyrus en 407. Il reçoit, avec le titre de karanos, une satrapie qui englobe Lydie, Grande-Phrygie et Cappadoce160. L’adjonction de cette dernière à un ensemble déjà fort conséquent se justifie, en fonction de la mission qui lui a été confiée, par la nécessité de contrôler la Route royale, vecteur principal de la puissance perse. Elle est de plus, tout comme la Lydie ou la Grande-Phrygie, un secteur important de colonisation et donc de levées de troupes. En 401, Cyrus laisse la Cappadoce et la Lycaonie à Mithradatès (ou Mithridatès)161. Cette précision semble impliquer une progression vers le sud de la zone contrôlée depuis la Cappadoce. En effet, la Lycaonie est une région qui échappe fréquemment à l'administration perse. Il n'est pas impossible que, dans le même temps, le Taurus “cilicien”162 soit devenu une frontière et non plus comme à l'époque précédente un trait d'union entre Cilicie du nord et du sud ; situation qui s'expliquerait par une “reconquête” partielle par les autorités perses d'une région devenue plus autonome163.

  • 164 Xén., An., 3.5.35.
  • 165 Xén., An., 3.3.4.
  • 166 Sur ce point Beloch 1923, 153.
  • 167 Diod. 14.80.8.

44Bien qu'il soit l'un des amis les plus fidèles de Cyrus164, Mithridate change de camp assez rapidement, en même temps qu'Ariaios. Dès l'automne 401, il combat sous les ordres de Tissapherne pour que les Grecs s'éloignent de la Cappadoce et passent par le nord165. Il paraît conserver la satrapie de Cappadoce166 de même qu'Ariaios est récompensé de son attitude en recevant la satrapie de Grande-Phrygie où il trahit à son tour Tissapheme en 395167. C'est à partir des années suivantes que l'histoire de cette région va se placer de plus en plus nettement au cœur des problèmes qui agitent l'Asie Mineure.

  • 168 Cornelius Nepos, Dat., 1.1 : habuit prouinciam partem Ciliciae iuxta Cappadociam quam incolent Leu (...)
  • 169 C'est la position affirmée avec force par Petit 1988, 318 (supra p. 27).
  • 170 Sekunda 1988b, 35-36 ; 1991, 88 sq suivi par Bing 1998, 44. Pour Camisarès, Sekunda admet qu'il n’ (...)
  • 171 Scythissa, dont on ne connaît pas l’origine exacte (son nom est-il véritablement une indication fi (...)
  • 172 Supra p. 28.

45Dès le début du règne d'Artaxerxès II, Camisarès se voit confier un gouvernement ainsi défini par Cornelius Nepos168 : “La partie de la Cilicie qui jouxte la Cappadoce et qu'habitent les Leukosyriens”. Il est difficile de déterminer s'il s'agit là d'un gouvernement autonome, né de la partition de la Cilicie ou bien d'une hyparchie rattachée à la Cappadoce. En tout cas, ce gouvernement de marche frontière a une importance stratégique décisive, en particulier parce qu'il contrôle les Portes de Cilicie, où il convient par conséquent de nommer des personnages énergiques, si possible bons militaires. Toujours d'après Cornelius Nepos, Camisarès était d'origine carienne et cette mention a posé beaucoup de problèmes aux érudits modernes. Pour bon nombre d'entre eux, il est exclu qu'un gouvernement de quelque importance ait pu être dévolu à un non-iranien169 : N. V. Sekunda conclut que Camisarès et par conséquent son fils Datamès sont des Perses170 issus d'une famille implantée en Carie et, ce qui est plus hypothétique, que cette famille avait dû sa fortune à Tissapherne en restant loyale à ce dernier au moment de l'anabase de Cyrus. Si l'on accepte cette origine perse, il convient tout aussitôt de noter que Datamès est aussi le fils de Scythissa171. Ce fait confirme que des Perses de haut rang pouvaient tisser des liens matrimoniaux avec les aristocraties locales dont l'autorité était reconnue par le pouvoir central172.

  • 173 Sekunda 1988b, p. 37 développe le même raisonnement : “A date of birth of around 405 or earlier”.

46Au cours de la grande expédition contre les Cadusiens, Camisarès est tué et est remplacé aussitôt dans son poste par son fils Datamès, dont c'est la première expérience militaire d'envergure (il est donc né vers 410-405)173 et qui se montre déjà très brillant. Ainsi commence la carrière du meilleur stratège perse du ive siècle, que Cornelius Nepos nous permet de suivre avec une assez grande précision.

  • 174 Cornelius Nepos, Dat., 2.1.
  • 175 Judeich 1892, 191-192.
  • 176 Évoquée par Cornelius Nepos, Dat., 2.1. Telle est aussi la solution retenue par Sekunda 1988b, 44, (...)
  • 177 Infra p. 112.
  • 178 Cornelius Nepos, Dat., 2.5.
  • 179 Supra p. 73.
  • 180 Cornelius Nepos. Dat., 4.5 ; 10 sq.
  • 181 Ibid, 2.5.

47La deuxième étape est sa participation décisive à la campagne menée par Autophradatès, satrape de Lydie, contre les “peuples qui se sont révoltés”174. Le rôle joué dans la victoire lui vaut peut-être, comme le pense W. Judeich175, de recevoir en récompense176 la satrapie de Cappadoce. Cela suppose que cette dernière avait été rendue vacante par la mort de son titulaire Mithridate, à une date qui pourrait se situer peu avant (?) 380. La phase suivante est la reconquête au nom du Roi de la Paphlagonie qui était restée en état de sécession de fait depuis la campagne de Cyrus contre son frère177 et, vraisemblablement en même temps, de toute la zone nord de la Cappadoce y compris Sinope (cf. ci-dessus). Datamès est épaulé par Ariobarzane, ou très probablement plutôt l'inverse si l'on tient compte de l'âge respectif, de la notoriété et des origines des deux personnages. Si l'on accepte de donner quelque crédit au titre que lui donne Cornelius Nepos : “gouverneur de Lydie, d'Ionie et de Phrygie toute entière”178 il s'agit là d'un de ces commandements doubles si fréquents dans la mise en oeuvre des armées perses. La présence d'Ariobarzane est justifiée par la mitoyenneté, peut-être même par le fait qu'autrefois la Paphlagonie avait appartenu au troisième nome179 ; celle de Datamès également par la mitoyenneté, si l'on admet qu’il a reçu la Cappadoce. L'accord entre les deux satrapes est concrétisé par la présence de Mithridate, le fils d'Ariobarzane, auprès de Datamès dès les années suivantes180. Le fait qu'Ariobarzane ait quitté le théâtre des opérations n'entraîne pas de brouille entre les deux hommes181.

  • 182 Ibid, 4.2. Cf. Atkinson 1972, 408-409 ; Briant 1996, 731 sq. ; Strabon 12.2.2. souligne les qualit (...)
  • 183 Str. 12.2.2-6.
  • 184 Cf. Debord 1982, 163-164.
  • 185 Str. 12.1.2.
  • 186 Sekunda 1988b, 43.

48Un peu plus tard, vers 376-375, Datamès est chargé de combattre Aspis de Cataonie. Cette région est décrite par Cornelius Nepos182 comme “au-dessus de la Cilicie et aux confins de la Cappadoce”. S'appuyant sur le relief et un solide réseau de places fortes, Aspis n'obéit plus aux ordres du Roi, et même, il s'empare des convois amenant le tribut au centre de l'Empire. Il serait tentant de voir en Aspis un dynaste-brigand autochtone, laissé quasi indépendant, mais en fait les choses sont beaucoup moins simples. La Cataonie ne se distingue ni par la langue ni par le peuplement du reste de la Cappadoce183. En ce qui concerne les cultes, Comana de Cataonie (on dit en général de Cappadoce) est le centre du plus important sanctuaire de Cappadoce, celui de Ma, et son grand-prêtre est issu de la famille royale. De même le culte d'Apollon cataonien184 a une grande réputation. Ces solidarités, même si elle s'appliquent à l'époque “des rois” (c’est-à-dire de la dynastie cappadocienne), ne peuvent que traduire des réalités anciennes. D'après Strabon185 elle a eu une existence autonome pendant une longue période, en fait jusqu'à l'annexion par Ariarathès III (soit entre les environs de 255 et 220). N. V. Sekunda186 soutient avec des arguments sérieux que le nom Aspis est perse. Il en tire la conclusion qu'il s'agit du satrape (disons plutôt gouverneur) révolté de la région. Datamès règle rapidement la question avec peu de moyens.

  • 187 Infra p. 359.
  • 188 C’est du moins le point de vue de Weiskopf 1982, 208, à moins que Datamès n’agisse là dans le cadr (...)

49On voit donc la brillante carrière de ce “nouveau venu” avec comme corollaire les jalousies à la cour, qui conduisent à la révolte et finalement à l'assassinat de Datamès187. Si l'on essaie d'esquisser les contours des territoires contrôlés par ce dernier (sans qu'il faille penser qu'il les a tous tenus en même temps) il faut y inclure, outre la Cappadoce, la Paphlagonie, la Cilicie (au moins en partie), la Cataonie, la côte méridionale jusqu’à la Pisidie, avec une possible intervention à Sidè en Pamphylie188.

  • 189 Str. 12.1.4.
  • 190 Diod. 31.19 ; pour la première partie de cette généalogie, supra p. 90.

50Là comme ailleurs, le pouvoir central paraît avoir tiré la leçon des événements. Il y a tout lieu de penser que la Cappadoce fut à nouveau scindée en deux provinces. Strabon189 indique explicitement que les Macédoniens, au moment de la conquête, trouvent la Cappadoce subdivisée en deux satrapies. Essayons de confronter les informations de valeur inégale qui nous sont proposées et qui ont suscité des analyses contradictoires ou peu pertinentes chez les modernes. Pour Diodore190, l'arbre généalogique de la famille de Cappadoce se construit ainsi à partir de Datamès :

  • 191 Harrison 1982a, 468-469. Légende araméenne ’Arywrt : Babelon 1910, 431-442, pl. 110, 17-19, 111, 1 (...)
  • 192 Pl. X, 15. Harrison 1982a, 470 ; cf. Babelon 1910, 669-672, pl. CXI, 9-12. Reinach 1890, 30-31, en (...)
  • 193 L'influence des monnaies ciliciennes est évidente et montre bien que la région regarde vers le sud (...)
  • 194 Arrien, An., 1.16.3 ; Diod. 17.21.3, emploie ἡγούμενος ; on ne peut rien fonder, comme le fait par (...)

51On attribue à Ariarathès Ier des monnaies émises à Sinope, ou en tout cas reprenant à l'identique les types monétaires et l'étalon des monnaies de cette cité191, ainsi que des séries émises à Gazioura192 apparemment imitées du monnayage tarsiote de Mazaios193, mais dont la légende en araméen précise qu'il s'agit du Baal de Gazioura : avec à l'avers Baal, au revers un griffon attaquant un cervidé, Ariarathès en araméen. Enfin, Arrien194 indique que Mithrobouzanès, hyparque de Cappadoce, est tué à la bataille du Granique.

  • 195 Supra p. 90.
  • 196 Certes, il n'y a pas d’autre attestation explicite d'une telle situation ; mais il convient de rel (...)
  • 197 Infra p. 162.
  • 198 Infra p. 463 sq.
  • 199 Harrison 1982a, 286-290.
  • 200 Parmi d’autres Babelon 1910, 434 ; Simonetta 1961, 11.
  • 201 Infra p. 114 sq.
  • 202 Harrison 1982a, 289-290 citant Newell 1931, 1-24.
  • 203 Arrien, Succ., FGrHist, 156, Fl (5) ; Briant 1982, 15.

52Peut-on accorder quelque crédit à la “Chronique cappadocienne” de Diodore ? Il est clair que dans le détail cette dernière est (parfois gravement) fautive, nous l'avons relevé plus haut195. C'est également vrai pour la partie qui concerne le ive s., le gouvernement de Datamès est largement antidaté ce qui amène à étendre sur cinquante ans celui d'Ariamnès (sans qu'il ait accompli rien de notable…). Il paraît plausible cependant de retenir un lien entre la famille d'Ariarathès et Datamès. Dans ce cas, l'origine du pouvoir de Camisarès, puis de Datamès, et l'exercice héréditaire d'une puissance dynastique à partir d'Ariarathès (II) nous ramènent toujours dans la Cappadoce méridionale (donc le futur royaume de Cappadoce). Une fois cela établi, comment ordonner le reste de la documentation ? À partir de 358, il y a deux satrapies : c'est la meilleure réponse du pouvoir central à de possibles tentatives hégémoniques. Il n'y a donc aucune raison de douter de l'affirmation par Strabon de l'existence de deux satrapies au moment de la conquête macédonienne, ne serait-ce que par comparaison avec les antécédents196 mais aussi avec la situation ultérieure où existent les deux royaumes du Pont et de Cappadoce. La situation conforme à la norme paraît bien être celle de la partition. Malgré la “révolte” de Datamès la zone méridionale reste dans la même famille. Cela n'est nullement contradictoire avec les pratiques de gouvernement perses ; mais une satrapie de Cappadoce pontique est reconstituée pour Mithrobouzanès ou son prédécesseur. Mithrobouzanès est tué au Granique, cependant les Macédoniens ne font pas l'effort de conquérir le centre de l'Anatolie (situation à comparer à celle de la Carie). Le passage d'Alexandre est trop bref pour que les choses soient modifiées profondément. Il désigne un “satrape (Sabiktas) pour la Cappadoce197 qui ne survit pas, au moins politiquement, à la contre-offensive perse de 333-332198. Cette double disparition laisse le champ libre à Ariarathès199 pour se tailler une vaste principauté reconstituant le domaine qu'avait dominé son ancêtre Datamès. Nous ne savons rien de concret sur le processus. Mais plusieurs observations doivent être faites à partir des monnaies. Les monnaies de Gazioura sont généralement considérées comme appartenant à la dernière décade de son activité200. Les imitations des types de Sinope sont les plus tardives du groupe des six Perses ayant émis selon ce modèle201. On rapprochera les observations de E. T. Newell concernant le trésor de Küchük Köhne202 qui s'étonnait de ne pas trouver dans sa composition de monnaies d'Ariarathès aux côtés des monnaies civiques de Sinope, Amisos ou encore de monnaies de Mazaios, dans un trésor qu'il date de 325-320. Ce faisceau d'indications est plus facile à expliquer si la présence d'Ariarathès dans cette zone nord est conjoncturelle et directement liée aux événements qui vont entraîner sa disparition en 322. On rappellera qu’à la mort d’Alexandre Eumène reçoit en partage la Cappadoce, la Paphlagonie, et les territoires pontiques jusqu’à Trapézonte203. Il est tentant de penser que ces territoires, qui sont à conquérir, correspondent en fait à la liste des régions que contrôlait Ariarathès. L’extension de son domaine vers le nord, si notre hypothèse est exacte, engendrait un danger plus important pour les Macédoniens que l’existence d’un ensemble non contrôlé au centre de la péninsule. Cet accroissement avait pour conséquence de couper l’Anatolie en deux et permettait la mainmise sur la rive sud de la mer Noire. L’élimination d’Ariarathès devenait un objectif prioritaire. Il paraît cohérent de penser que c’est l'effort de guerre final (trente mille fantassins et quinze mille cavaliers selon Diodore 18.16.2) qui a nécessité la frappe des monnaies attribuables à ce personnage.

5. La Paphlagonie204

  • 204 Cf. Leonhard 1915 ; Ruge & Bittel 1949. col. 2510-2537 ; Wilson, I960 (non vidi) ; l'essentiel des (...)
  • 205 Str. 12.3.40 ; cf. Robert 1963, 449-452 et 656-659 ; 1980, 210-214.
  • 206 Il est notable que pour Kallisthénès cité par Str. 12.3.5, les Cauconiens et les Hénètes barrent l (...)
  • 207 Supra p. 85.
  • 208 Cf. Robert 1980, 204 et 265.
  • 209 Str. 12.3.40.

53C’est une région très compartimentée, articulée autour des Monts Olgassys (Ilgaz Daglari), puissante dorsale qui culmine à plus de deux mille cinq cents mètres, mais aussi un secteur boisé et d'accès difficile. Strabon205 retient comme particularité l'abondance des sanctuaires installés par les Paphlagoniens. Au nord, se trouve une zone fertile, arrosée par la rivière Amnias, puis après une nouvelle chaîne montagneuse (Küre Dağlari), la côte contrôlée par Sinope qui ferme ainsi une partie de l'accès à la mer pour les Paphlagoniens. 11 leur fallait déboucher, de façon assez malaisée, plus à l'ouest, mais là commençait le territoire des Héracléotes206. Nous avons vu plus haut qu’Hérodote207 donne une image contradictoire des peuples qui habitent les régions comprises entre Thermodon et Parthénios, et que Skylax situe au-delà de Sinope vers l'ouest la “frontière” entre Assyrie et Paphlagonie. Au sud des Monts Olgassys une zone élevée (hautes collines atteignant mille huit cents mètres) qui enserre de petites plaines. La plus importante est celle où se trouve Gangra (aujourd'hui Çankiri) qui se définit plus tard sur son monnayage comme ἀρχαιοτάτη Παφλαγονίας208. Ce pourrait être le lieu de résidence de celui qui administre la Paphlagonie, quel que soit par ailleurs son statut. Elle était la capitale des derniers souverains indépendants209.

54Un peu comme la Cilicie, ou même la Carie, la Paphlagonie représente dans l'histoire de l'Empire perse l'un de ces territoires périphériques dont l'importance du point de vue du pouvoir central a pu varier en fonction de circonstances qui dépassent souvent l'ordre local. Lorsque les intérêts vitaux n'étaient pas menacés une assez large liberté d'action pouvait leur être laissée. Chacune de ces régions a connu cependant des formules de gouvernement particulières.

  • 210 Diod. 14.11.3. Briant 1996, 662 émet l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’Ariobarzane (mais cf. inf (...)
  • 211 Cornelius Nepos. Dat., 3.1. Sur cette scène Briant 1996, 211.
  • 212 Relief à banquet funéraire d'Afirozu, Donceel-Voute 1984, 101-118.
  • 213 Von Gall 1966a : Kalekapi, “perse” ; Salarköy, deuxième moitié du ive s. ; Kastamonu, deuxième moi (...)
  • 214 Von Gall 1966a, 122.

55D'après Hérodote, la Paphlagonie appartenait au troisième nome. On verra plus loin que ces liens anciens avec la satrapie de Daskyleion seront reproduits au moins dès les années 350 et dureront jusqu'à la fin de l'Empire perse. Dans les dernières années du ve s., en liaison avec les événements de la fin de la vie d'Alcibiade, apparaît un satrape anonyme de Paphlagonie210. On ne doit pas conclure a priori qu'il y a confusion chez Diodore puisqu'il indique expressément qu'il suit Éphore. On rapprochera le récit de Cornelius Nepos concernant la “mise en scène” de la remise de Thuys au Roi211 après l'avoir revêtu du “vêtement somptueux que portent les satrapes du Roi”. Il s'agit non pas d'une belle histoire comme l'indique superficiellement l’éditeur de la CUF, mais de la volonté d'humilier celui qui était considéré comme le représentant du Roi et à ce titre aurait dû se comporter comme un satrape. On aurait sans doute d'ailleurs une assez fausse image de la Paphlagonie en imaginant qu'elle était restée à l'écart de l'influence perse. J'en retiens comme preuve le relief d'Afirozu représentant un banquet funéraire à trois personnages habillés à la mode perse212, ou encore la présence de tombes rupestres à fronton étudiées par A. von Gall213 et datées par lui des ve et ive s. Si l’on accepte cette chronologie, la consultation d’une carte invite à penser que la diffusion des thèmes perses (adaptés à la spécificité régionale) s’est faite au ve s. en remontant l’Halys à partir de son cours final et le long de son affluent l'Amnias. La progression au ive s. concerne les alentours des monts Olgassys. H. von Gall214 souligne les correspondances à établir avec la Phrygie et il convient de rappeler les liens politiques réels puis théoriques entre les deux régions.

Carte 3 : La Paphlagonie.

  • 215 Xén.. An., 7.8.25.
  • 216 Ibid., 5.5.23.
  • 217 Ibid., 5.6.8.
  • 218 Aussi bien Xén., An., 5.17, que 7.8.25. Cf. encore 3.5.16-17 et 4.1.4-9. Ils sont le pendant des P (...)
  • 219 Xén., An., 5.6.8.
  • 220 Str. 12.3.1-12.
  • 221 Et par conséquent les amphores nécessaires. Il est à noter qu'un certain nombre de noms perses app (...)
  • 222 Xén., An., 5.5.10 ; cf. Ehrhardt 1983, 57 sq.
  • 223 Xén., An., 5.5.23. Mais les choses n'étaient pas si simples : Xénophon indique un peu plus loin qu (...)
  • 224 Sur Sinope en 400, cf. Raubitschek 1964, 155, suivi par Lewis 1977, 60 n. 70. Tout comme Korylas, (...)

56Au moment du retour de ce qui reste des Dix Mille, la Paphlagonie est indiquée comme étant l'archè d'un certain Korylas. Le long récit de Xénophon laisse penser que ce personnage, bien qu'il soit englobé dans la liste des archontes215 qui comprend par exemple Pharnabaze pour la Bithynie, est un Paphlagonien de souche216. Ces derniers “ne se sont pas rendus à l'appel du Roi, leur chef est trop fier pour cela”217. Que faut-il en conclure quant à l'organisation politique et la dimension spatiale de la Paphlagonie ? Tout d'abord la situation n'est pas complètement identique à celle des peuples du nord-est de l'Anatolie qui sont expressément décrits comme n'obéissant pas au Roi218. Il semble plutôt que Korylas a profité de la situation créée par la guerre civile qui mobilisait les énergies au cœur de l'Empire pour manifester des velléités d'indépendance. Il n'a pas répondu à la demande royale, c’est-à-dire au “service d'ost”, qu'il devait normalement honorer. Quel est le secteur contrôlé ? Il n'est pas assuré que la Paphlagonie soit véritablement unifiée. D'après la description que donne le Sinopéen Hékatonymos219 la zone concernée par l'action de Korylas englobe l'arrière-pays de Kotyora et se poursuit jusqu'à la chôra de Sinope, donc un secteur qui sert normalement de débouché à la Cappadoce vers la mer. Une telle situation ne peut s'expliquer que par les circonstances exceptionnelles évoquées ci-dessus. Il contrôle plaines et montagnes, y compris peut-être les pentes des monts Olgassys. En cela il est un voisin encombrant pour les Sinopéens, à la fois pour la ville et la chôra dont on connaît la richesse à travers Strabon220. Bon site de presqu'île déterminant deux ports, pêche de la pélamyde, bois de qualité pour la construction navale, d'autres pour le mobilier, olivier près de la côte221, cultures “maraîchères” aux alentours de la ville auxquels s’ajoutent les possessions au long de la côte peuplée de Grecs et qui paient un tribut à Sinope (Kotyora, Cérasonte, Trapézonte)222. Face à la mauvaise volonté affichée par Kotyora et certains Sinopéens, Xénophon répond par d'autres menaces, il propose de s'allier avec Korylas223 : “on m'assure qu'il convoite votre cité et vos places maritimes (χωρία τὰ ἐπιθαλάττια)”. Cela suffit à provoquer le revirement des Sinopéens224. Il n'est pas certain en revanche que Korylas soit maître des zones au sud des monts Olgassys, beaucoup plus faciles d'accès à partir des territoires restés sous contrôle perse.

  • 225 Xén., Hell., 4.1.3, Otys vient sceller un traité d'alliance alors qu'il a refusé de se rendre à l' (...)
  • 226 Cornelius Nepos, Dat., 2 ; Elien, HV, 1.27 ; Théopompe dans Athénée 4.144 b ; 10.415 d. Ce même no (...)
  • 227 Kotys dans l'Agésilas, 3.4 ; de même chez Plut., Agés., 11.
  • 228 Weiskopf 1982, 75 n. 20.
  • 229 Cf. l'anecdote de la livraison de Datamès au Roi rapportée par Cornelius Nepos ; Robert 1963, 453 (...)
  • 230 Hell., Ox., 17.2.
  • 231 Robert, loc. cit.

57Quelques années plus tard (en 395) c'est un autre personnage, Otys, qui est l'interlocuteur d'Agésilas lorsque ce dernier envahit la satrapie de Pharnabaze. Les récits de Xénophon et de l'Anonyme d'Oxyrrhynchos225 laissent à penser que le contact a eu lieu dans la zone méridionale de la Paphlagonie. Dans ce cas Otys tient Gangra mais on ne sait rien alors pour le nord. Agésilas propose de tisser des liens matrimoniaux entre le transfuge Spithridatès et le dynaste. Par ce geste, un pas est franchi dans le sens de la rupture avec l'empire, d'autant qu'Otys fournit un contingent de cavalerie qui vient grossir l'escadron perse de Spithridate. La plupart des modernes admettent que Thuys (Cornelius Nepos) qu'Élien et Théopompe appellent Thys226, est identique à Otys227 chez Xénophon. Malgré les doutes exprimé par M. N. Weiskopf228, il est quasi certain qu'il s'agit bien du même personnage en raison de ses caractères physiques originaux229, mais surtout parce que les Helléniques d'Oxyrrhynchos230 appellent Otys Γυης. Le “pont” est ainsi établi entre des anthroponymes transcrivant de façon plus ou moins exacte le nom indigène231.

  • 232 Cornelius Nepos, Dat., 2.1.5.
  • 233 Infra p. 281 sq.
  • 234 Sekunda 1988b, 40, propose à tort les années 380.
  • 235 Les doutes émis par Harrison 1982a, 265, sur le fait qu'Amisos soit dans la zone où se déroule une (...)
  • 236 Les types sont les mêmes que sur les monnaies civiques : avers tête féminine à gauche (nymphe Sino (...)
  • 237 Cornelius Nepos, Dat., 5.6.
  • 238 Polyen 7.21.5 ; infra p. 359.
  • 239 Démosthène. C. Aristocr., 155.
  • 240 Diod. 17.19.4.
  • 241 Quinte Curce 3.1.23, affirme que les Paphlagoniens n'ont jamais versé de tribut aux Perses. Selon (...)
  • 242 Cf. essentiellement Harrison 1982a, 265-290 ; 1982b, 181-194 ; Briant 1996, 851.
  • 243 En ce sens Newell 1931, 16-19. Konuk 1998, 71 n. 132 retire ces monnaies à Sinope et les qualifie (...)

58Dans l'année 380232 le Roi, après avoir maté une importante révolte dont nous n'avons pas de traces directes233, entend réintégrer la Paphlagonie dans l'Empire alors qu'elle est en état de sécession de fait depuis au moins 400234. C'est Datamès qui est chargé de l'opération, sans doute parce qu'il est par sa mère un cousin germain de Thuys. Il n'y a pas eu de conflit préalablement déclaré comme tendrait à le prouver la procédure suivie. Mais la négociation ayant échoué, la guerre aboutit à la capture de Thuys (cf. ci-dessus). Il est logique de penser que c'est au cours de cette campagne que Datamès recouvre à l'Empire perse toute la zone septentrionale que contrôlait autrefois Korylas. Polyen et le Ps.-Aristote nous le montrent à Amisos et à Sinope235. C'est dans cette dernière ville que sont frappées des monnaies légendées ΔATAMA ou ΔATA236. C'est probablement encore en Paphlagonie qu'il revient (Cornelius Nepos indique seulement qu'il se trouve dans une région proche de la Cappadoce)237 aux alentours de 370. Il est alors en froid avec le Roi sans pour autant être entré ouvertement en rébellion. Peut-être est-ce à ce moment qu'il convient de placer l'épisode rapporté par Polyen238 de la deuxième tentative contre Sinope stoppée par l'intervention du Roi. La mort de Datamès entraîne le retour de la Paphlagonie dans les “droit chemin” de la domination perse. Elle figure dans la liste des régions qui soutiennent l'action d'Artabaze239 pour la conquête de sa province. Le contingent de cavalerie d'Arsitès au Granique240 en est originaire. La Paphlagonie paraît donc être officiellement dans la satrapie de Daskyleion, renouant avec la plus ancienne tradition perse. Nous verrons plus loin qu'Alexandre ne prend pas vraiment le contrôle de cette région, malgré son intégration théorique dans la province de Kalas241, et que Sinope devient l'un des principaux pôles de la résistance perse avec en particulier la frappe de séries monétaires identiques à celles de Datamès, mais avec légende araméenne242. Il n'y a pas lieu de douter que ces monnaies s'insèrent dans les émissions de Sinope, il ne s'agit pas d'“imitations barbares”243.

  • 244 Infra p. 464.
  • 245 Harrison 1982a, 266-267 ; 1982b, 182-184 : Mtrwpst, lecture améliorée de monnaies publiées par Tro (...)
  • 246 Supra p. 104.
  • 247 Harrison 1982a, 268-269 : 1982b. 185-186 [’A]rwntpt.
  • 248 Infra p. 461.
  • 249 Harrison 1982a, 269 ; 1982b, 187 : Wdrn. Voir SNG Black Sea 1448-1451.
  • 250 Infra p. 462 sq.
  • 251 Justi 1895, s.v. Widarna (4) ; Berve 1926, no 759.
  • 252 Six 1894, 302-305 (mais contra Robinson 1920, 11-12 suivi par Harrison 1982a, 284-285 ; 1982b, 182 (...)
  • 253 Cornelius Nepos, Dat., 7.1.
  • 254 Supra p. 109.

59C. M. Harrison isole les noms de six “Perses” qui émettent ce type de monnaies. En ce qui concerne l'ordre chronologique, quatre se situeraient dans la période 333-332 et elle les met par conséquent en relation avec les opérations menées contre les lieutenants d'Alexandre à partir de la Paphlagonie et de la Cappadoce244. Mithropastès, selon la lecture révisée par Harrison245, est un personnage inconnu par ailleurs, à moins d'admettre qu'il est le fils d'Arsitès246 le défunt satrape de Phrygie hellespontique et qu'il défend ainsi le dernier lambeau de la satrapie de son père. Orontobatès247 dans lequel l'auteur propose de reconnaître le satrape de Carie dont on ignore le sort après sa défaite contre Ptolémée et Asandros248. Vidarna (Hydarnès pour les Grecs)249 est identifié au personnage défait par Balakros en Cilicie plutôt qu'à Milet250. Il pourrait être le fils de Mazaios251 et avoir tenté à partir du nord de reconquérir la satrapie de son père. Enfin Tyryn ( ?) dont le nom même ne se laisse pas interpréter. Les deux autres personnages émettraient un peu plus tard. M. C. Harrison réfute l'équation’Abdssn = Syssinas (ou Abd Syssinas) que proposaient B. V. Head, et J.-P. Six, suivis par A. T. Olmstead252. Rappelons que Syssinas est connu pour avoir dénoncé la trahison de son père au Roi253. La date assignée à ces monnaies dans la série précitée ne conviendrait guère à ce personnage. Elles sont stylistiquement proches de celles d'Ariarathès254 et (peut-être ?) de peu antérieures à ces dernières. Pour E. Babelon, il faudrait lire Abrokomas, mais c'est paléographiquement impossible. Tout cela reste très largement hypothétique.

60C’est probablement dans la partie centrale de l’Anatolie que l’anabase d’Alexandre marque le plus nettement une rupture avec l’époque précédente. Nous verrons plus loin que cette région, incomplètement conquise, est rapidement marginalisée. Ce serait une grave erreur de perspective de penser qu’il en allait de même sous la domination perse. Ces provinces ont comme caractère commun d’être beaucoup plus acculturées qu’on ne l’a parfois affirmé (de la Cilicie à la Paphlagonie) et d’être pour la plupart des zones de forte colonisation. Leur principal défaut est de ne pas avoir eu de chantre grec de leur histoire. L’information sur la Phrygie hellespontique est évidemment plus dense. Certes Daskyleion n’est pas Sardes et il faudrait expliquer pourquoi son rôle a décru après la conquête macédonienne. Observons cependant que sous les Achéménides sa place a souvent été de premier plan et que la route vers Abydos a concurrencé parfois victorieusement l'axe venant de Sardes tant sur le plan politique qu’économique.

Notes

1 Str. 12.1.1.

2 Str. 12.1.3. Sur la notion d'isthme, cf. aussi le Ps.-Arist., De mundo, 393 b.9. Ce thème est emprunté à Poseidonios selon Lasserre CUF, 48 n. 1, mais il s’agit d'un lieu commun qui doit être beaucoup plus ancien.

3 Hdt. 1.72 ; 2.34.

4 Cf. par exemple Hell. Ox., 17.4 ; Quinte Curce 3.1.12-13 ; Pline, HN, 6.7.

5 Hdt. 5.30.

6 Hdt. 7.135 ; cf. infra p. 93.

7 Entos Halyos : 5.102.

8 Str. 12.2.10.

9 Hdt. 1.6 ; d’où Str. 12.3.9.

10 Pour Str. 12.3.12, l'Halys a sa source en Grande-Cappadoce et plus précisément en Camisène.

11 Il y a là une référence à la population ancienne de la Cappadoce. Il faut rappeler que dans la région autour de Kültepe (Kanesh) la présence assyrienne se manifeste dès le début du IIe millénaire a.C. : cf. Garelli 1963 et aussi Özgüc 1971. Le Ps.-Skylax 89 (Müller) emploie encore le terme d'Assyriens pour désigner le peuple qui atteint la mer entre les Chalybes et les Paphlagoniens. Cf. l'article pionnier de Nöldeke 1871, 443-468 ; Franck 1966, 5-122 (sp. 84-89). Il est à noter qu'Apollonios de Rhodes 2.964, associe l’Iris à la terre assyrienne. Il relève probablement de la même tradition que Skylax. Les mentions des Syriens ou encore des Leukosyriens sont relativement nombreuses depuis Hécatée (ap. Ét. de Byzance), FGrHist, 1, F7a et Hdt. 1.6 ; 72 ; 2.104 ; 3.90. On notera aussi la relation établie par Pindare (ap. Str. 12.3.9) entre les Syriens et les Amazones. Ce passage explicite le fait que les Cappadociens sont appelés soit “Syriens” soit “Leukosyriens” pour les distinguer des habitants de la Syrie proprement dite par la couleur de la peau (mais cf. Hesychius, s.v. Λευκόσυρος· Βαβυλώνιος λευκόχροος) ; Str. 12.3.5 : “Les Syriens blancs que nous appelons Cappadociens”, renverse la proposition d’Hérodote 1.72 en inversant l’ordre des facteurs ; cf. encore Str. 16.1.2 ; Pline, HN, 6.3 (9). Si l’on en croit Cornelius Nepos, Dat., 1,. 1, le nom de Leukosyriens serait à réserver au peuple qui jouxte la Cappadoce et qui constitue la partie nord de la Cilicie, mais cette définition restrictive semble contredite par tout le reste de la tradition. La Ptéria d’Hérodote 1.76 est située à l’est de l’Halys mais près de Sinope, manifestement une région naturellement forte (ἰσϰυρότατον), peuplée de Syriens. Summers 1997, 81-94, croit pouvoir situer leur capitale sur le Kerkenes Dağ.

12 Hdt. 1.72, cf. aussi 1.6.

13 Hdt. 5.49-54.

14 Hdt. 7.61-99.

15 Hdt. 2.104.

16 Robert 1980, 191 sq. (Thermodon) ; 165 sq. (Parthénios).

17 Ps.-Skylax 89.

18 Apollonios de Rhodes 2.946 sq. Cf. aussi Plut., Luc., 23.5, selon lequel Sinope aurait appartenu aux Syriens (aux temps légendaires).

19 Cf. la note 2 de Lasserre, CUF, 69. Eumèlos compose vers 730, cf. FGrHist, 451, F5 ; Bowra 1963, 145-153. Mais cette date est-elle vraiment crédible ? Il s’agit en tout cas d’une tradition ancienne, cf. Ivantchik 1997,35 sq.

20 Cf. par exemple Hdt. 5.49 ; 5.52.

21 Cf. Xén„ An., 6.4.4.

22 Balcer 1984, 171.

23 Cette ville sert de quartiers d'hiver à Pharnabaze, Xén., Hell., 1.4.1.

24 Infra p. 175.

25 Supra p. 38.

26 Hdt. 3.102 ; 4.44.

27 Xén., An., 7.8.25 ; cf. Hdt. 3.94.

28 Laird 1921,308, approuvé par Legrand, CUF, 141, n. 4.

29 Infra p. 318 sq.

30 Etat de la question fourni par Bing 1998, 42-43, spécialement n. 5, qui refuse le point de vue soutenu ici, remontant à Meyer 1879. Il s’appuie pour sa part sur des arguments présentés par Waddington 1860, 440 sq.

31 Il allègue, ce qui est méthodiquement contestable, les raisons pour lesquelles un auteur de la deuxième moitié du ier s. a.C. aurait ajouté des informations erronées à sa propre source et suit sur ce point Calder 1925, 7-11 dont les conclusions générales sont par ailleurs assez discutables.

32 Cf. Postgate 1973, 25-34.

33 Cornelius Nepos, Dat., 1.1. Infra p. 105 n. 168.

34 Ἐν δὲ τῇ Κιλικίᾳ καλουμένῃ τὰ Μάζακα, ἡ μητρόποις τοῦ ἔθνους. Mazaka est aujourd'hui Kayseri, mais il est probable que la ville moderne n'est pas exactement à l'emplacement du site primitif ; voir Harper 1976, s.v., 182. Cf. aussi la notice de Lasserre, CUF, s.v. p. 220.

35 Cf. la réédition par Robert 1963, 457-523 d'un décret tardo-hellénistique d'Anisa, toponyme qui démontre la persistance du nom Kanesh. Le sanctuaire d’Astarté est le lieu d’affichage des décrets.

36 Robert 1963, 514-519.

37 Bittel 1952, 18-29 ; 1956, 35-42 et pl. XV. Fin du ve siècle.

38 Str. 11.12.2 ; cf. 12.1.4.

39 Olshausen 1978, col. 396-442.

40 Str. 12.3.15, la décrit comme une ancienne capitale royale déserte de son temps. Sur le site, cf. la notice de Lasserre, CUF, 211.

41 Infra p. 108. Il est important de noter avec Lemaire (Istanbul) que Baal pourrait être un appellatif générique et signifier, maître, seigneur ; ce qui expliquerait la nécessité de préciser un lieu (e.g. Baaltars) ou une caractéristique (e.g. Baaldagon).

42 Infra p. 357.

43 Str. 12.1.4.

44 Diod. 31.19.1-8.

45 La description de Kabeira, donnée par Str. 12.3.30, est tout à fait conforme à la tradition achéménide : eau abondante (moulin), parc avec animaux, terrain de chasse. Elle est indiquée comme la capitale de Mithridate sans qu'on sache rien de la situation antérieure. Voir Biller & Olshausen 1978 (pour Kabeira p. 169).

46 Str. 12.3.31 ; comme l'indique Lane 1964, 49. On ne connaît pas l'emplacement d'Améria ni a fortiori celui du sanctuaire de Men de Pharnakès (pour lequel on aurait sans doute tort d'attendre un “temple” proche du modèle grec). L'hypothèse de Lasserre, CUF, 184, pour lequel Améria serait située près de Pharnakeia, n'est pas recevable en raison même du texte de Strabon (il y plus de 100 km. à vol d'oiseau entre Kabeira et Pharnakeia). Sur le dieu Men et ses probables origines iraniennes en plus de l’inscription d’Anisa, cf. Lane 1976 (index s.v) ; Van Haeperen-Pourbais 1984, 221-257, mais il me semble qu’on ne peut la suivre lorsqu’elle fait de Φαρνάκου une épiclèse. Il s’agit bien du nom du fondateur au génitif.

47 Infra p. 196 n. 281.

48 Robert 1963, 514.

49 Str. 12.3.37 ; 11.8.4.

50 Cf. Str. 12.3.32 ; Benvéniste 1966, 51-65 : “Le second après le Roi” ; Debord 1982, 54. Cela supposerait que l’étymologie proposée pour Gallos soit due à une homophonie fortuite.

51 Hdt. 3.83 sq.

52 Ctésias. FGrHist, 688, F 13 § 16.

53 PFT, 1495.

54 Hdt. 7.62.

55 Ctésias, FGrHist, 688, F 13 § 20.

56 Hdt. 3.139.

57 Descat 1990, sp. 542 sq.

58 Hdt. 4.89.

59 Hdt. 7.95-96.

60 Plut., Pér., 20-21. Cf. en général, Glotz 1949, 211.

61 Pissouthnès est fils d'Hystaspès. Infra p. 119. Pour sa part Lewis, 1977, 59-60, spécialement n. 70, nie toute relation entre les affaires de l'Égée et l'intervention de Périclès en mer Noire. De façon un peu excessive tout son développement vise à souligner le caractère peu engagé voire même ambigu de la politique de Pissouthnès dans cette affaire qui aurait ainsi anticipé l’attitude de son successeur Tissapherne. Dans un sens différent Eddy 1973b, 247-252.

62 Plut., Pér., 20.1.2 ; cf. IG, I3, 1180, mention d’un Athénien mort à Sinope, probablement au moment de cette expédition. Sur Sinope, Ruge 1927 s.v. et surtout Robinson 1905, 294-333 ; 1906a, 125-153 ; articles réunis dans Robinson 1906b. Cf. aussi Akurgal, Princeton Enc., “Sinop”, 842 et Debord 1990, 516-525.

63 Hirschfeld 1894, s.v. ; Cumont 1906, 111 sq. et Cumont in Anderson et al. 1910, 1 sq.

64 Str. 12.3.14.

65 Ps.-Skymnos, Périég., 918-920, cf. Lasserre 1978, 212-220.

66 Str. 12.4.2. Cf. Debord 1998, 141.

67 Memnon d'Héraclée, FGrHist, 434, F1, 12.3 ; Diod. 12.34.5 (cf. Meritt et al. 1939, 471 sq.).

68 Balcer 1988, 18.

69 Hell. Ox, 17.3.

70 Ainsi Schmitt 1972 ; histoire de la satrapie dans Weiskopf, Encyc. Iran, s.v. “Daskyleion”, 85-90.

71 Hdt. 7.73-74.

72 Ps.-Skylax 88, infra p. 149. La chaîne de l'Olympe (Ulu Dağ) culmine à 2543 m.

73 Selon Str. 12.4.8, une colonisation mysienne en Bithynie est attestée par Skylax (FGrHist, 709, F11) qui rapporte qu'ils s'établirent (ainsi que les Phrygiens) autour du lac d'Askania. Toujours d'après Strabon, Denys de Chalcis indique que le Bosphore s'est appelé “mysien” avant d'être “thrace”, cf. Debord 1998.

74 Infra p. 99 sq.

75 Polybe 21.45.10.

76 Tite-Live 38.39.15.

77 Supra p. 75.

78 Hdt. 3.120-126.

79 Contra, Balcer 1988 ; Petit 1990, 41-2 ; 182.

80 Hdt. 6.33 ; Justin 7.3.

81 Hdt. 4.143-4 ; 5.1-2 ; 14-15.

82 Hdt. 5.25-28. Legrand 1946, 32 n. 3 lui attribue un commandement exclusivement militaire.

83 Hdt. 5.116.

84 Legrand, CUF, livre 7 notice p. 130 (implicitement).

85 Le dialogue entre les Spartiates et le satrape, si le fond – au moins – a quelque historicité ne saurait se comprendre après la deuxième guerre médique, il sert au contraire comme le note Legrand à expliciter la détermination des Grecs, Spartiates aussi bien qu'Athéniens.

86 Hdt. 7.135.

87 Infra p. 119.

88 Dans le même sens que nous, Burn 1984, 136 ; cf. déjà Krumbholz 1883, 33 qui place aussi Hydarnès tôt dans le règne de Xerxès ; contra Lewis 1977, 83 n. 10. Et il n'y a guère de raison de douter que le même personnage est le chef des Immortels en 480 (cf. Lewis 1977, 84 et n. 12).

89 Thc. 1.129.1 ; 132.5. Mégabatès est le commandant de l'expédition manquée contre Naxos, Hdt. 5.32.

90 Parnaka des sources iraniennes. Ce dernier est fils d’Arsamès et cousin de Darius. Cf. Lewis 1977, 9 sq. ; Andrewes in Gomme et al. 1981, 18. Thémistocle, Lettre, 16.5 (Doenges 1981) définit Artabaze comme σατράπης Βασιλέως ἐπὶ τοῖς πρὸς θαλάσσῃ ἔθεσιν. Malgré la date tardive de composition du recueil (Ier ou iie siècle de notre ère ?), l'information de l'auteur est manifestement puisée à une source très au fait des réalités perses, cf. Schmitt 1972, 524 sq. (avec références antérieures). On doit comparer à la dénomination des listes perses, tayiay drayahyâ, “ceux auprès de la mer” (supra p. 70). Le seul anachronisme apparent est qu'un contemporain eût plus vraisemblablement employé le titre d'hyparque à la place de satrape (contra Doenges 1981, 82-83, qui pense que la fonction a été reconstituée à partir de la zone où agit Pausanias).

91 Thc. 2.67.1. Le stemma de la famille, Beloch 1923, 151. Cf. aussi Lewis 1977, 52 ; Sekunda 1988, 178.

92 Thc. 5.1 (en 422) ; Diod. 12.73.1.

93 Thc. 8.108.4.

94 Une partie seulement a dû rentrer à Délos dès 421 : Thc. 5.32.1 ; pour la discussion de cette question cf. Wade-Gery 1958, 222 n. I ; Lewis 1977, 80 n. 198 ; Andrewes 1961, 5 n. 11 et Andrewes in Gomme et al. 1981, 12. Adramyttion est considérée par la tradition grecque comme une fondation lydienne. Cela pouvait fournir une base à la revendication du satrape de Sardes, cf. Weiskopf 1982, 444 n. 20 ; Stauber 1996, IK, 50-Adramytteion, p. 127 sq.

95 Ariobarzane assiégé dans Adramyttion par Autophradatès : Polyen 7.26.

96 Xén., Hell, 3.1.10 sq.

97 Xén., Hell., 4.1.41 ; cf. encore Agés., 2.26, Assos est dans le domaine du satrape de Daskyleion, Ariobarzane ; Démosthène, C. Aristocrates, 154.

98 Thc. 8.66.1 (412) ; Pharnakès est encore satrape en 414, cf. Aristophane, Oiseaux, 1028 ; Lewis, 1977, 52 et n. 17, se demande à partir de Thc. 8.58.1 si le gouvernement de la satrapie n’a pas pu être exercé de façon collégiale par les fils de Pharnakès. On remarquera cependant que du côté perse sont cités, pour le troisième traité de 411, Tissapherne mais aussi après lui un certain Hiéraménès qui pourrait être un hyparque du premier nommé. Il ne serait pas invraisemblable qu'un frère de Pharnabaze exerce des responsabilités auprès de lui.

99 Thc. 3.2.13 ; Tissapherne commandant en chef en Asie Mineure occidentale en 411 (Thc. 8.58. l) ; une situation identique après qu'il ait été nommé à la tête des armées, succédant en cela à Cyrus (Xén., Hell., 3.2.13 ; 4.1.37) d'où la réaction de Pharnabaze au moment de sa rencontre avec Agésilas (supra p. 44).

100 Xén., Hell., 3.1.13 nous apprend que Pharnabaze doit contenir les raids des Mysiens et des Pisidiens, Beloch 1923, 132 en conclut que la satrapie hellespontique s'étendait encore à cette époque jusqu'aux confins de la Pisidie, comme dans la liste des nomes (doutes de Lewis 1977, 56 n. 39). Le rapprochement avec Plut., Thém., 30 invite à penser que les Pisidiens, pour leur propre compte, ou à la solde d'autres, pouvaient se livrer à des raids vers le nord, bien au-delà de leur région d'origine (sur les mouvements des peuples de “brigands” cf. Briant 1982, 183). On ne saurait donc tirer argument de ce passage pour définir les limites de la satrapie de Daskyleion à la fin du ve s., en notant aussi qu'il s'agit d'un récit “intemporel” puisqu'il fait référence à des événements censés être multiples à l'époque où Mania (infra p. 240) vivait et qu'il est impossible de les situer par rapport à l'arrivée de Cyrus en 407, dont on sait qu'il avait reçu la Grande-Phrygie.

101 Xén., An., 1.9.7 ; cf. Leuze 1935, 245 n. 1.

102 Diod. 13.104.6. C'est une question sans doute désespérée que la localisation de la position remise par Pharnabaze aux exilés milésiens en même temps qu'un statère d'or (un darique) par tête. Le nom même est loin d'être assuré. Les manuscrits donnent Κλαῦδα, mais depuis Wesseling on a l'habitude d'émender en Βλαῦδα. Cela n'a rien de choquant dans la mesure où les toponymes de ce passage ont subi de graves altérations (Κλυδίας pour Λυδίας, Θάσσων à la place de Ἲασον). Il est tentant de penser à la localité de Klauda (ou Blauda), dont l'identification a fait l'objet de beaucoup d'interrogations mais qui pourrait être à Sülümenli, c'est-à-dire tout à fait aux confins de la Lydie et de la Phrygie (cf. Hamilton 1842, 124 sq. ; Keil & von Premerstein 1911, 144-150 ; 1914, 50-51 ; Ramsay 1883, 38 et 1890, 127 [cf. aussi 133], cité avec quelques précautions par Drew-Bear 1978, 56-59 ; cf. aussi Bommelaer 1981 98 n. 86 ; Hornblower 1982, 218-219 n. 2 ; Petzl 1996, 149). La situation géographique de Blaundos, sinon sa localisation précise est assurée par Str. 12.5.2, qui indique qu’elle se trouve dans le voisinage d'Ankyra [Sidéra], Hornblower, loc. cit., suggère qu'il s'agit de la même ville qui avait été autrefois donnée à Amyntas, fils de Boubarès (Hdt. 8.136, la ville est appelée Alabanda mais placée en Phrygie). Sekunda 1991, 127 sq. pense [mais sa démonstration reste bien aléatoire] que Blauda doit être identifiée à Pharnakeia, mentionnée par Etienne de Byzance. La ville de Blaudos a parfois été située à Bolat (donc sensiblement plus au nord, ainsi, après bien d'autres, Lasserre, CUF). Il est à noter cependant que Ramsay 1890, 133, avait donné de bons arguments contre cette localisation. Une autre hypothèse (au moins) reste ouverte : Ramsay 1890, 118 et 133, signale une agglomération du nom de Kalanda qui apparaît dans les listes conciliaires et qu'il situe non loin de Stratonicée du Calque. Nous aurions dans ces confins myso-lydiens une autre candidate possible pour Klauda. Les localisations envisagées n'amènent nullement à remplacer le nom de Pharnabaze par celui de Tissapherne dans le passage de Diodore (ainsi Andrewes 1971, 213 sq. ; Lewis 1977, 121 n. 92 ; Westlake 1979, 41 n. 1). On sait (Xén., Hell., 3.1.13) que Pharnabaze eut maille à partir avec les Mysiens, il n'est donc pas exclu qu'à quelque moment il ait cherché à implanter des bannis aussi près que possible de leur patrie d'origine s'assurant leur fidélité mais aussi le contrôle d'une région dangereuse pour sa satrapie même si elle n'en relevait pas officiellement. Les Mysiens dépendent au moins en théorie de la Lydie et en ce sens Diodore ne commettrait aucune incohérence en qualifiant Blauda de φρούρόν τι τῆς Λυδίας. La démarche de Pharnabaze trouve un parallèle presque exact dans l'installation quelques années plus tôt de Déliens à Adramyttion par Pharnakès. Rappelons enfin que les rapports entre Lysandre, qui chasse les démocrates de Milet, et Pharnabaze, qui les accueille, ne sont pas bons. Le satrape se plaint à Sparte de Lysandre “qui pille et ravage son territoire” (Plut., Lys., 19.7), il est à l'origine de son rappel.

103 Infra p. 124.

104 Xén., An., 7.8.25.

105 Xén., Hell., 3.1.3.

106 En gros, il s'agit de la vallée du Sangarios dont la source est placée en Grande-Phrygie par Arrien. L'anecdote rapportée par Plut., Them., 30 paraît confirmer que Léontoképhalè se trouve aux limites de la satrapie de Phrygie. Elle est probablement encore le point le plus méridional du territoire contrôlé par Pharnabaze.

107 Supra p. 34 n. 84.

108 Perte de la Troade (que Xén., Hell., 3.1.10, appelle l'Éolide de Pharnabaze) lors de l'expédition de Derkylidas (3.1.16 sq. ; cf. 3.2.13) en 399. La région est récupérée, sauf Abydos, après la bataille de Cnide (4.8.1-7 ; 31-33).

109 Xén., Hell., 4.1.41 : lorsqu'aux termes de la convention qu'il vient d'accepter, Agésilas quitte la satrapie de Daskyleion, il établit ses quartiers dès qu'il entre dans la satrapie voisine, celle de Sardes, “dans la plaine de Thèbè, autour du sanctuaire d'Artémis Astyrènè”. Le contrôle de fait que Pharnabaze avait exercé sur Antandros (Hell., 1.1.25-26) après l'expulsion de la garnison de Tissapherne en 411 (Thc. 8.108) avait donc été de courte durée. Mais à première vue le texte des Hell. Ox., 16.1, paraît en contradiction avec celui de Xénophon : ἐπειδὴ δὲ κατῆρεν εἰς τὴν χώραν τὴν Φαρναβάξου προῆγε… εἶτα δὲ παραλλάξας tó τε Θήβης πεδίον καὶ τò Ἀπίας καλούενον εἰσέβαλεν εἰς τὴν Μυσίαν. “Lorsqu'il (Agésilas) fut entré dans le domaine de Pharnabaze… ensuite dépassant la plaine de Thèbè puis celle dite d'Apia, il envahit la Mysie”. Si l’on veut concilier les deux séries d'informations, il faut conclure soit qu'il a pu y avoir des variations dans le contrôle de ces zones frontières, dans un court laps de temps entre l'aller et le retour d'Agésilas, ou bien que Pharnabaze était le maître de la plaine de Thèbè à l'exception de la frange côtière. Les Astyrènoi Mysoi apparaissent dans les listes de tribut attiques pour la période qui va de 444/3 à 438/7 (IG, I3, 268 ; 273), cf. Meritt et al. 1939, 472 sq. Astyra est une polis selon le Ps.-Skylax 98 et émet un monnayage au nom de Tissapherne : Cahn 1985, 585-7 (infra p. 126) ; Xénophon ne mentionne que le sanctuaire. Pour Str. 13.1.51 Astyra est une simple kômè ; il précise en 13.1.65 qu'Astyra autrefois polichnè est maintenant un village qui appartient à la Mysie ; il évoque alors l'ancienne richesse et le peuplement de la région, de son temps quasi désertée. Il la décrit comme une zone frontière, situant une “Porte de Lydie” à Adramyttion. Cette dernière est mysienne mais a été fondée par les Lydiens (cf. aussi Stéphane de Byzance s.v. “Adramyteion” ; Nicolas de Damas, FGrHist, 90, F 65). Artémis Astyrènè avait un célèbre sanctuaire situé dans un bois sacré et dont les Antandriens se sont approprié le contrôle. Ce récit nous apporte deux informations de grand intérêt : la région a toujours été une zone charnière disputée entre Mysie et Lydie, quels que soient par ailleurs les pouvoirs concernés. C'est une perspective similaire qu'offre le Ps.-Skylax au milieu du ive s., qui oppose la situation ancienne où les Mysiens atteignaient la mer et l’actuelle où à partir d’Antandros et du territoire des Indei le pays est lydien et relève de to katô (cf. le texte traduit et son analyse supra p. 74). Antandros absorbe Astyra en une sympolitie probablement dès l'époque hellénistique et le type des monnaies d'Astyra est “récupéré” par Antandros sur ses monnaies de l'époque impériale.

110 Infra p. 263 ; cf. Judeich, 1895, s.v. (point de vue différent de celui énoncé dans Judeich 1892) ; Beloch 1923, 146-151. Une statue d'Ariobarzane au sanctuaire d'Athéna (d'Ilion) en Troade, qui gît à terre au moment du passage d'Alexandre (Diod. 17.17.6).

111 Polyen 7.26 ; mais les opérations menées par Autophradatès et Mentor contre Euboulos et Hermias montrent que la situation avait encore évolué. (Arist., Pol., 2.1267 a).

112 Beloch 1923, 151.

113 Cf. par ex. la note de Sherman, éditeur pour la coll. Loeb du livre 15 de Diodore, qui réunit commodément à propos de 15.90.2 (202 n. 1) l'ensemble des témoignages sur le difficile dossier Mithridate-Ariobarzane. On ne peut cependant accepter son interprétation (différente de Beloch, sans que cela soit indiqué) de la basileia comme étant le royaume du Pont.

114 Infra p. 101.

115 Xén., Hell., 1.4.7. Weiskopf 1989, 28 pense qu’il s’agit du futur satrape.

116 Infra p. 228.

117 “Plus tard, profitant de l'absence de Pharnabaze, son frère en dépossédant de son pouvoir fou commandement ?] le fils de Parapita, l'avait exilé” ; trad. Hatzfeld, CUF.

118 Weiskopf 1982, 120-9 (1989, 31), qui s'appuie entre autres sur le récit de Plutarque, Agés., 13, rapportant les mêmes événements et où le jeune homme est dit avoir été chassé par ses frères. Sekunda 1988 et Corsten 1985 (voir note 132) chacun de leur côté, avec des solutions différentes, refusent les liens de parenté proposés traditionnellement pour Pharnabaze et Ariobarzane

119 Infra p. 263. Une toute autre interprétation pour Sekunda 1988, 178, selon lequel le fils de Parapita est un fils illégitime (il paraît difficile de traduire arche par home comme le fait S.). On sait que Pharnabaze avait un frère bâtard. Bagaios, qui commande sa cavalerie (Hell., 3.4.13). Le nom de deux des fils de Pharnabaze, Oxythrès et Dibiktos, est connu par Polyen 7.33.2 (frères cadets d'Artabaze probablement). Un oncle de Pharnabaze (Susamithrès) : Cornelius Nepos, Alc., 10.3.

120 Thc. 8.58.1 ; infra p. 214.

121 Weiskopf 1989. 27 n. 35.

122 Beloch 1923, 147.

123 Arrien, An., 3.23.7 ; ce fait avait été souligné par Nöldleke 1884, 295 sq. (c.r. de l'ouvrage de Krumbholz, 1883) ; cf. Bosworth 1980a, 325 ; Weiskopf 1982. 122 et n. 64.

124 Infra p. 458.

125 Supra p. 93.

126 Xén„ Hell., 5.1.28.

127 Cornelius Nepos, Dat., 2.5.

128 Polyen 7.26 ; infra p. 104.

129 Xén., Cyrop., 8.8.4 ; Arist., Pot., 5.1312a ; Valère Maxime 9.11, ext. 12, indiquent seulement la livraison au Roi du père par le fils ; Harpocration, s.v. Ἀριοβαρξάνης, est le seul à mentionner sa mise à mort.

130 La traduction de Vial, CUF, est pour le moins rapide et mériterait d'être expliquée par une note ; “Ariobarzane le satrape de Phrygie qui avait pris possession de ce royaume [faut-il comprendre la Phrygie comme Briant 1996, 677 (cf. 1051) ?] à la mort de Mithridate…” ; Weiskopf 1982, 128, n'est pas loin de proposer une solution identique, qu'il tente d’expliquer par l'inversion des noms des deux personnages (infra).

131 Weiskopf 1982, 128.

132 Weiskopf suggère que les noms d'Ariobarzane et de Mithridate ont pu être inversés mais nos sources et la vraisemblance font penser que c'est Artabaze qui a directement succédé à Ariobarzane.

133 Pharnabaze, Xén., Hell, 4.1.15-16 (cf. Hell. Ox., 17.3) ; Weiskopf, p. 50 et sur le terme en général, supra p. 46 ; pour Arbinas, cf. l'inscription grecque de TL, 44, infra p. 187.

134 En ce qui concerne la cité de Kios, l’ensemble des testimonia et une esquisse historique sont fournis par Corsten 1985, 3-71 (spécialement 23-30 pour la période qui nous occupe). Elle appartient à la Ligue de Délos et apparaît dans un certain nombre de listes entre 454/3 et 418/7 (1000 dr.). Dans l'inscription IK, 29-Kios, 2 (Tod, 149), que l'on date généralement de 360 ou d’une année de peu postérieure, elle présente toutes les caractéristiques d’une cité autonome avec ses institutions, ses magistrats… Cette impression est renforcée par le monnayage que Waddington et al. 1908, 31 1-314, dataient de la deuxième moitié du ive s. Le Rider 1963, 31 propose de modifier la chronologie relative des émissions : d’abord une émission d'argent d’étalon rhodien (Waddington et al. 1908, pl. XLIX 27 = Le Rider 1963, pl. XIX, 1), vers 350-345 ; puis des statères d’or de poids attique en 345/330 et enfin des hémi-drachmes et des 1/4 de dr. de poids perse. Parmi les monnaies de bronze seule la monnaie no 14 p. 314, pl. 99, 35 : Pl. III, 12 (anépigraphe, à la différence des bronzes de l’époque d’Alexandre), doit être considérée comme une manifestation de la tutelle perse au ive s. : avers, tête de “satrape” barbu à droite, avec tiare mais sans diadème/revers, grappe de raisin et couronne formée de deux épis de blé. Après d’autres. Le Rider, p. 40. s'interroge sur le degré de liberté de Kios en soulignant que les frappes d'argent restent limitées aux petites divisions [mais retenons qu'il y a tout de même la frappe d'or], La première impression est qu'il a dû y avoir des périodes d'indépendance et d'autre où un contrôle plus ou moins strict s'exerce sur la cité. Pour lever la contradiction apparente entre Diodore et les autres sources, il y a peut-être une ébauche de solution si l'on se rappelle la nature initiale de la basileia, qui n'implique nullement que la cité de Kios en ait fait partie au départ. Le texte de Xénophon a) et un décret athénien (infra p. 228) semblent impliquer que, à la fin du ve s., Kios jouissait d’une part d’autonomie ; la basileia correspond à la riche plaine qui se trouve à l’intérieur, sur l’Iznik Gölü (Askania Limen, dont Strabon note que ses eaux étaient poissonneuses ; sur ce type d'observations, cf. supra p. 46). La ville elle-même a donc dû avoir des rapports fluctuants avec le pouvoir perse et plus précisément avec la dynastie de “Kios”. Selon Plut., Phoc., 18, Alexandre offre à Phocion les revenus de Kios. Cf. Debord 1998, 141.

135 Dont Diodore rapporte ailleurs (19.40.2) qu'il descendait de l'un des “Sept” ; ce qui est le cas, rappelons-le, des Pharnacides.

136 Myrleia est une colonie de Colophon, cf. Pline, HN, 5.143 ; Étienne de Byzance, s.v. Elle paie un tribut d’un demi-talent à Athènes en 433/2, IG, I3, 279, II 18, sous l'appellation Βρυλλειανά (cf. Meritt et al. 1939, s.v.). Elle est refondée par la dynastie bithynienne sous le nom d'Apamée. Cf. Debord 1998, 146.

137 Sur l'accession de ce personnage d'abord lié à Antigone, cf. aussi Appien, Mithr., 9.

138 Supra p. 75.

139 C’est la conclusion que nous retenons pour les § 96 et 98 du Ps.-Skylax.

140 Hell. Ox,16.1.

141 Xén., Anab., 7.8.25. On ne saurait négliger ce passage considéré par certains comme un ajout indu à l'Anabase. Remarquons que Pharnabaze est désigné là comme en charge de la Bithynie (ce renseignement est incomplet mais pas faux ; le passage a sa cohérence puisque l'auteur donne la liste non des satrapes mais des autorités qui contrôlent les lieux de passage des Dix Mille).

142 Infra p. 107.

143 Diod. 20.111.4 expédie cette question en une phrase : “Mithridate héritant de la principauté ajouta beaucoup de sujets, il régna en Cappadoce et en Paphlagonie pendant trente-six ans”. Les auteurs modernes, si critiques par ailleurs à l'égard du récit de Diodore, ne se posent guère la question de savoir comment et à quel titre Mithridate a pu mettre la main sur la région ponto-paphlagonienne.

144 Weiskopf 1982, 430.

145 Pour Sekunda 1988, 180-181, la famille de Kios (Ariobarzane et ses descendants) n'a pas de lien de parenté avec Pharnabaze. Selon lui il s'agit d'une branche cadette de la famille de Mithridate, le satrape de Cappadoce.

146 Corsten 1985, 30.

147 Supra p. 100.

148 Justin 16.4.

149 Sur la crédibilité de ce “raccourci”, infra p. 300.

150 Cornelius Nepos, Dut., 10-11 ; Polyen 7.29.1. Pour Weiskopf 1982, 51 il s’agit du fils d’Ariobarzane, le satrape.

151 Polyen 7.29.2.

152 A moins d'admettre comme le fait Beloch 1923 (supra p. 97) qu'il y a eu confusion chez Diodore.

153 Fils de Pharnabaze et d'une fille du Roi (infra p. 295). Weiskopf 1982, 381 sq. plaide pour une date antérieure, (dès 365). Sur le personnage cf. la notice de Berve 1926, no 152 ; Brunt 1975, 22 sq. ; Bosworth 1980, 1 sq. Cf. infra p. 346 sq.

154 L'inscription de Kios (Tod, 149 = IK, 29-Kios, 2), en l'honneur de l'Athénien Athénodoros, n'apporte pas les précisions attendues. Il est simplement plausible que ce dernier a recouvré la région au nom d’Artabaze, dont nous savons par ailleurs qu'il était l'un des officiers (Énée, Pol, 24.10). Faut en conclure qu’il s’agit de rendre la principauté à ses légitimes propriétaires dans le cadre du règlement général de la révolte d’Ariobarzane ou bien Aratabaze intervient-il comme satrape de Daskyleion ?

155 Paus. 1.29.10. Beloch 1923, 149 et 156, penche pour une succession directe à la fin des années 350.

156 Arrien, An., 1.12.8. Il convient de ne pas écarter cette mention puisque dans la même phrase, Arrien qualifie Spithridatès de satrape de Lydie et Ionie.

157 Weiskopf 1982, 83 ; cf. aussi Berve 1926, 82 no 151 ; sur les choix stratégiques et la fin du personnage, cf. infra p. 431. Mithropastès, fils d'Arsitès, fut exilé par Darius à Ormuz, cf. Strabon 16.3.5.

158 Diod. 17.19.4.

159 Cf. Berve 1926, 253 sq., no 498 ; 442 (stemma de la famille). Pharnabaze (III) est le successeur de Memnon à la tête de la flotte (infra p. 458). Thymondas est chargé par le Roi de lui ramener les mercenaires confiés précédemment à son oncle (infra p. 459). Athènes rend des honneurs à Memnon (II), IG, II2, 356 (cf. Tod 1948, 282, avec le commentaire sur la fin de cette famille).

160 Xén., An., 1.9.7.

161 Xén., An., 7.8.25.

162 Str. 12.1.1.

163 Infra p. 164.

164 Xén., An., 3.5.35.

165 Xén., An., 3.3.4.

166 Sur ce point Beloch 1923, 153.

167 Diod. 14.80.8.

168 Cornelius Nepos, Dat., 1.1 : habuit prouinciam partem Ciliciae iuxta Cappadociam quam incolent Leucosyri. Sekunda 1988b, 36-37, considère qu'il y a erreur (de Cornelius Nepos ou de Dinon ?) de localisation dans la mesure où les Leukosyriens sont en Cappadoce et non en Cilicie, mais Cornelius Nepos n’indique nullement que Camisarès gouverne la Cilicie, (même erreur chez Moysey 1986, 24 cf. encore Bing 1998, 42-44, état de la question dans sa n. 7). Sur les Leukosyriens, supra p. 85 n. 11. Briant 1996, 732 pense qu’il s’agit de la Cataonie qui serait donc passée de Camisarès à Aspis. Pour ma part, je pencherais pour une entité plus vaste avec comme capitale Mazaka, supra p. 87.

169 C'est la position affirmée avec force par Petit 1988, 318 (supra p. 27).

170 Sekunda 1988b, 35-36 ; 1991, 88 sq suivi par Bing 1998, 44. Pour Camisarès, Sekunda admet qu'il n’y a pas de parallèle avéré dans l’onomastique perse. A noter cependant que Harrison 1982, 256 n. 3 (suivant en cela Justi 1895 s.v Kamsar) penche pour l'alternative contraire. En revanche le nom de Datamès ou plutôt Datamas se rencontre par trois fois chez Xénophon pour désigner deux personnes différentes (Cyr., 5.3.38 ; 4.16 ; 8.3.13) et déjà dans les Perses : Schmitt 1978. L'orthographe araméenne soulève de sérieuses difficultés : doit-on considérer que les monnaies frappées en Cilicie par Tarkumuwa appartiennent bien à Datamès (infra p. 361) ? Le principal argument avancé par Sekunda pour l'origine iranienne de Datamès, et par conséquent de Camisarès, est le fait que le premier a été garde du palais, fonction réservée aux seuls Iraniens selon Hérodote 7.41, et Hérakleidès de Kymè (Athénée 12.514 b-c). Il est à noter que le Ps.-Arist., Éc., 2.1350 b, désigne Datamès comme Perses. Son beau-père Mithrobarzanès est sans aucun doute un Perse.

171 Scythissa, dont on ne connaît pas l’origine exacte (son nom est-il véritablement une indication fiable ?) est la tante de Thuys le roi de Paphlagonie dont ce même Datamès détruira le pouvoir (Cornelius Nepos 14.2.3).

172 Supra p. 28.

173 Sekunda 1988b, p. 37 développe le même raisonnement : “A date of birth of around 405 or earlier”.

174 Cornelius Nepos, Dat., 2.1.

175 Judeich 1892, 191-192.

176 Évoquée par Cornelius Nepos, Dat., 2.1. Telle est aussi la solution retenue par Sekunda 1988b, 44, qui propose 385 ou 384 (à rabaisser peut-être de quelques années). Noter que Diodore 15.91.2 présente Datamès comme le satrape de Cappadoce. Ce point de vue est celui de la plupart des historiens. À souligner que Bing 1998, 42 sq., s’efforce de démontrer que le ressort de Datamès (et déjà de Camisarès) est la Cilicie.

177 Infra p. 112.

178 Cornelius Nepos, Dat., 2.5.

179 Supra p. 73.

180 Cornelius Nepos. Dat., 4.5 ; 10 sq.

181 Ibid, 2.5.

182 Ibid, 4.2. Cf. Atkinson 1972, 408-409 ; Briant 1996, 731 sq. ; Strabon 12.2.2. souligne les qualités agricoles du pedion cataonien.

183 Str. 12.2.2-6.

184 Cf. Debord 1982, 163-164.

185 Str. 12.1.2.

186 Sekunda 1988b, 43.

187 Infra p. 359.

188 C’est du moins le point de vue de Weiskopf 1982, 208, à moins que Datamès n’agisse là dans le cadre de son mandat à la tête de la flotte de Phénicie ; sur le monnayage de Sidè surfrappé par Datamès, infra p. 365.

189 Str. 12.1.4.

190 Diod. 31.19 ; pour la première partie de cette généalogie, supra p. 90.

191 Harrison 1982a, 468-469. Légende araméenne ’Arywrt : Babelon 1910, 431-442, pl. 110, 17-19, 111, 1-8 (111, 3 = Pl. III, 17). SNG Black Sea, 1459. Sur les monnaies de Sinope, infra p. 114 sq.

192 Pl. X, 15. Harrison 1982a, 470 ; cf. Babelon 1910, 669-672, pl. CXI, 9-12. Reinach 1890, 30-31, en déduit l'idée que Ariarathès avait une principauté autour de Gazioura. Cf. Simonetta 1961, 11 et 26 ; Naster 1988, 9.

193 L'influence des monnaies ciliciennes est évidente et montre bien que la région regarde vers le sud. Cela vaut aussi bien pour l'avers que pour le revers qui “plagie” le monnayage de Mazaios, cf. Pl. X, 3 et infra p. 413 : avers le Baal de Tarse tête de face/ revers un lion attaquant un cervidé.

194 Arrien, An., 1.16.3 ; Diod. 17.21.3, emploie ἡγούμενος ; on ne peut rien fonder, comme le fait par exemple Lasserre, l’éditeur du livre 12 de Strabon, CUF, 151, à la suite de Jones 1971, 429 sur l'emploi du terme hyparchos par Arrien, cf. supra p. 24.

195 Supra p. 90.

196 Certes, il n'y a pas d’autre attestation explicite d'une telle situation ; mais il convient de relire autrement les passages précités de Hérodote et Cornelius Nepos. Les hypothèses de Jones, loc. cit., qui sont souvent citées comme référence semblent devoir être complètement repensées.

197 Infra p. 162.

198 Infra p. 463 sq.

199 Harrison 1982a, 286-290.

200 Parmi d’autres Babelon 1910, 434 ; Simonetta 1961, 11.

201 Infra p. 114 sq.

202 Harrison 1982a, 289-290 citant Newell 1931, 1-24.

203 Arrien, Succ., FGrHist, 156, Fl (5) ; Briant 1982, 15.

204 Cf. Leonhard 1915 ; Ruge & Bittel 1949. col. 2510-2537 ; Wilson, I960 (non vidi) ; l'essentiel des conclusions du même auteur dans ses notices de la Princeton Encyclopedia of Classical Sites, 1976. Remarques brèves sur l'évolution de la région dans Baumbach 1911,44 et 55 ; Bosworth 1980,188 sq ; Briant 1996, 718 sq.

205 Str. 12.3.40 ; cf. Robert 1963, 449-452 et 656-659 ; 1980, 210-214.

206 Il est notable que pour Kallisthénès cité par Str. 12.3.5, les Cauconiens et les Hénètes barrent l'accès à la mer aux Paphlagoniens. On avait donc à l'époque d'Alexandre le souvenir plus ou moins confus d’une époque où les Paphlagoniens étaient un peuple continental.

207 Supra p. 85.

208 Cf. Robert 1980, 204 et 265.

209 Str. 12.3.40.

210 Diod. 14.11.3. Briant 1996, 662 émet l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’Ariobarzane (mais cf. infra p. 228).

211 Cornelius Nepos. Dat., 3.1. Sur cette scène Briant 1996, 211.

212 Relief à banquet funéraire d'Afirozu, Donceel-Voute 1984, 101-118.

213 Von Gall 1966a : Kalekapi, “perse” ; Salarköy, deuxième moitié du ive s. ; Kastamonu, deuxième moitié du ive s. ; Gerdek Boğazi ve s. ; Terelik Kayasi, deuxième moitié du ve s. ; Hanbarkaya Kargi, ve s. ; Iskilip, ive s. ; Kapikaya, ve s. Cf. von Gall 1966b, 19-43.

214 Von Gall 1966a, 122.

215 Xén.. An., 7.8.25.

216 Ibid., 5.5.23.

217 Ibid., 5.6.8.

218 Aussi bien Xén., An., 5.17, que 7.8.25. Cf. encore 3.5.16-17 et 4.1.4-9. Ils sont le pendant des Pisidiens au sud-ouest de l'Anatolie.

219 Xén., An., 5.6.8.

220 Str. 12.3.1-12.

221 Et par conséquent les amphores nécessaires. Il est à noter qu'un certain nombre de noms perses apparaissent sur les timbres amphoriques, cf. Robert 1963, 515 : Mithrobatès, Maidatès (comme dans l'inscription d'Anisa précitée), etc. La présence de ces noms n'a évidemment pas le même sens selon la date de leur utilisation.

222 Xén., An., 5.5.10 ; cf. Ehrhardt 1983, 57 sq.

223 Xén., An., 5.5.23. Mais les choses n'étaient pas si simples : Xénophon indique un peu plus loin qu'Hékatonymos est le proxène de Korylas (5.6.11).

224 Sur Sinope en 400, cf. Raubitschek 1964, 155, suivi par Lewis 1977, 60 n. 70. Tout comme Korylas, les Sinopéens ont pu profiter de la situation créée par l'arrivée des Dix-Mille pour s'affranchir complètement de la tutelle perse jusqu'à l'action de Datamès.

225 Xén., Hell., 4.1.3, Otys vient sceller un traité d'alliance alors qu'il a refusé de se rendre à l'invitation du Roi ; il fournit mille cavaliers et deux mille peltastes à Agésilas. Cf. aussi Hell. Ox., 17.2.

226 Cornelius Nepos, Dat., 2 ; Elien, HV, 1.27 ; Théopompe dans Athénée 4.144 b ; 10.415 d. Ce même nom figure sur de nombreux timbres amphoriques et surtout dans une inscription conservée au musée de Samsun (l’origine de la stèle n’est pas assurée) : Olshausen 1988, 271, Βάγης Θυός, “Bagès fils de Thys”. Il est particulièrement intéressant de constater que le père de ce personnage a un nom iranien.

227 Kotys dans l'Agésilas, 3.4 ; de même chez Plut., Agés., 11.

228 Weiskopf 1982, 75 n. 20.

229 Cf. l'anecdote de la livraison de Datamès au Roi rapportée par Cornelius Nepos ; Robert 1963, 453 sq. ; Zgusta 1964, 188.

230 Hell., Ox., 17.2.

231 Robert, loc. cit.

232 Cornelius Nepos, Dat., 2.1.5.

233 Infra p. 281 sq.

234 Sekunda 1988b, 40, propose à tort les années 380.

235 Les doutes émis par Harrison 1982a, 265, sur le fait qu'Amisos soit dans la zone où se déroule une part des opérations ne paraissent pas fondés.

236 Les types sont les mêmes que sur les monnaies civiques : avers tête féminine à gauche (nymphe Sinopé ?) revers aigle en vol tenant dans ses serres un dauphin. Sur les monnaies civiques figure la légende ΣΙΝΩ avec abréviation du nom du monétaire (Babelon 1910, 1521-26) ; ce dernier apparaît aussi parfois sur les monnaies émises au nom de Datamès. ibid. 415 ; pl. 110, 1 ; SNG Black Sea 1447 = Pl. III, 14. Cf. supra p. 64 n. 261, mais cf. Konuk 1998, 71 et n. 132. Pour lui, soit elles sont frappées à Amisos (Polyen), soit il s’agit d’une frappe de campagne.

237 Cornelius Nepos, Dat., 5.6.

238 Polyen 7.21.5 ; infra p. 359.

239 Démosthène. C. Aristocr., 155.

240 Diod. 17.19.4.

241 Quinte Curce 3.1.23, affirme que les Paphlagoniens n'ont jamais versé de tribut aux Perses. Selon lui, ils se seraient soumis à Alexandre contre le non-versement du tribut ; selon Arrien, en obtenant de ne pas accueillir de troupes macédoniennes, cf. infra p. 455.

242 Cf. essentiellement Harrison 1982a, 265-290 ; 1982b, 181-194 ; Briant 1996, 851.

243 En ce sens Newell 1931, 16-19. Konuk 1998, 71 n. 132 retire ces monnaies à Sinope et les qualifie de “camp mints’’.

244 Infra p. 464.

245 Harrison 1982a, 266-267 ; 1982b, 182-184 : Mtrwpst, lecture améliorée de monnaies publiées par Troxell 1978,9-11.

246 Supra p. 104.

247 Harrison 1982a, 268-269 : 1982b. 185-186 [’A]rwntpt.

248 Infra p. 461.

249 Harrison 1982a, 269 ; 1982b, 187 : Wdrn. Voir SNG Black Sea 1448-1451.

250 Infra p. 462 sq.

251 Justi 1895, s.v. Widarna (4) ; Berve 1926, no 759.

252 Six 1894, 302-305 (mais contra Robinson 1920, 11-12 suivi par Harrison 1982a, 284-285 ; 1982b, 182) ; SNG Black Sea 1456-1458. (Cf. Waddington et al., pl. 24.28 = Pl. III, 16).

253 Cornelius Nepos, Dat., 7.1.

254 Supra p. 109.

Table des illustrations

Légende Carte 2 : L’Asie Mineure orientale sous la domination perse.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8937/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8937/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Carte 3 : La Paphlagonie.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8937/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540