Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie Mineure au ive siècle

 | 
Pierre Debord

Introduction

Texte intégral

1Écrire l’histoire de l’Asie Mineure au ive siècle pouvait apparaître comme une tâche impossible. C’est pourtant l’ambition que s’était assignée W. Judeich, il y a maintenant un peu plus de cent ans (1892) sous le titre ambigu de Kleinasiatische Studien mais avec un sous-titre plus explicite : Untersuchungen zur griechisch-persischen Geschichte des iv . Jahrhunderts. Le rédacteur de cet ouvrage, au bout de quelques années de recherches, est plus que tout autre conscient du caractère quelque peu désespéré d’une telle entreprise : à l’exception d’Athènes – et on sait combien subsistent de zones d’ombre – toute approche événementielle continue de quelque cité grecque que ce soit, même à partir de l’époque classique, reste à l’état d’un puzzle dont il manquerait la majorité des pièces. Une histoire régionale est aussi aléatoire dans la mesure où l’information est disparate et discontinue ; cela est d’autant plus vrai pour une région considérée comme marginale par les auteurs grecs contemporains. En réalité ces derniers, ou plutôt ceux dont les œuvres sont conservées, ont un point de vue généralement athénocentrique et ne s’intéressent à l’Anatolie que dans la mesure où les cités de la Grèce balkanique sont concernées.

2Les cadres chronologiques de cet essai sont le reflet de l’état de nos sources. La date de 412 s’imposait à l’évidence ; après le désastre de Sicile, les feux de l’actualité, perçue essentiellement à travers Thucydide, se déplacent vers le secteur insulaire et côtier de l’Asie Mineure. Les événements qui ont lieu à ce moment conditionnent de façon décisive l’histoire ultérieure de la région au moins jusqu’à la Paix du Roi. Le choix de la date terminale était plus délicat. Il s’agissait de marquer une coupure significative et trois dates étaient susceptibles d’être proposées : 334, 323, 280. Dans une volonté de conserver la plus grande cohérence possible à l’ensemble, la conquête macédonienne pouvait paraître marquer une rupture suffisamment nette. Un examen dépourvu de tout présupposé de l’ensemble de la documentation disponible montrera que, dans ses effets à court terme, la campagne menée par Alexandre n’a nullement entraîné une rupture brutale avec le passé, tant dans l’organisation générale de l’administration de l’Asie Mineure que pour le comportement des cités. De plus, dans le cadre d’une étude visant à privilégier l’analyse des évolutions sur la durée, il eût été difficile de se priver des informations à la fois abondantes et précises que l’on possède pour la période 334-323. La date de 280 présentait une alternative séduisante dans la mesure où c’est seulement à ce moment que sont fixés les cadres presque définitifs du monde hellénistique. Il y avait cependant deux écueils : la cohérence était moindre et l’ampleur de la tâche encore accrue. Cela dit, à l’intérieur de la séquence retenue (412-323), l’information reste très inégale. Nous sommes bien renseignés pour toute la période où Athènes et Sparte interviennent en opposition ou en accord avec les satrapes du Grand Roi. Il est clair que la Paix du Roi de 386 marque une rupture et le début d’un “blanc” dans nos sources littéraires qui n’est compensé que très partiellement par l’augmentation du nombre des documents épigraphiques. Pour cette période l’information reste cependant importante pour les îles. La révolte des satrapes marque un regain d’intérêt pour l’Asie Mineure qui va se poursuivre jusqu’au milieu du ive siècle. À ce moment, et à l’exception de quelques régions comme la Carie, l’impression est celle d’un grand vide qui ne cesse véritablement qu’avec la campagne de Parménion et surtout bien sûr l’anabase d’Alexandre. Grâce à ce nouveau coup d’éclairage il est loisible de saisir les évolutions très importantes qui se sont produites depuis la fin du ve siècle.

3Comme on peut déjà le percevoir, il est particulièrement difficile de se tenir au présupposé de départ de cet ouvrage qui consiste, dans toute la mesure du possible, à se placer du point de vue de ceux qui vivent en Anatolie : Grecs, Perses et aussi tous ces peuples qui ont créé sur place les conditions de civilisations aux caractéristiques certes voisines mais néanmoins originales (Lydiens, Mysiens, Cariens, Lyciens, Phrygiens, Paphlagoniens, etc.). Il va sans dire que cette tripartition est elle-même singulièrement réductrice puisque les influences croisées, les “mélanges” font que les lignes de partage sont à la fois floues et surtout variables dans le temps. Une série de chapitres résolument chronologiques constitue en quelque sorte le centre du travail. La nature même de l’information a cependant rendu nécessaires des mises au point régionales dont le “prétexte” a été la liste des peuples révoltés lors de la Grande révolte des satrapes que nous a transmise Diodore ou encore le périple d’Alexandre narré par Arrien. Le plan initial prévoyait d’encadrer cette étude par deux ensembles symétriques, l’un décrivant les origines et le fonctionnement des satrapies, l’autre s’intéressant aux cités ou groupes de cités (et aux entités similaires). Seul le premier volet sera abordé ici, la suite étant réservée à une étude ultérieure.

4En ce qui concerne le système satrapique, toute tentative pour en préciser la nature et le contenu s’inscrit nécessairement dans la longue durée. Il était donc impossible de prendre en considération uniquement les données postérieures à 412. Le processus de constitution, les évolutions, scissions, etc. qui se produisent à partir des origines induisent les options stratégiques retenues par le Grand Roi pour le ive siècle. Pour simplifier, disons que Xénophon doit être éclairé par Hérodote. L’ambition affichée n’est pas d’écrire une histoire institutionnelle figée des satrapies de l’Empire perse et de leurs composantes mais bien de montrer les variations dans l’espace et dans le temps en analysant les modes d’attribution et de fonctionnement (par exemple le passage d’un type de rapports fondé sur le respect de valeurs aristocratiques “archaïques” à une organisation plus bureaucratique et “moderne”). A partir de là, il est nécessaire de s’interroger sur la pertinence de définitions générales telles qu’elles sont définies à l’échelle de l’Empire appliquées à l’Anatolie, en ne perdant toutefois pas de vue deux paramètres importants : le fait que l’auteur n’est en rien spécialiste du monde iranien et aussi le risque qu’il y aurait à sur interpréter des sources très majoritairement grecques.

  • 1 Les Mysiens d’Eschyle, pièce dont seul le titre nous est parvenu.
  • 2 Aristophane, Oiseaux, 292 sq.
  • 3 Lewis 1977, 156-157.

5Le choix de l’aire géographique mérite aussi quelque explication. Nous avons choisi de privilégier la péninsule anatolienne, en n’ignorant pas que l’information relative aux régions intérieures et orientales est particulièrement discontinue. Les affrontements de la “guerre en Ionie” comme l’indique déjà la dénomination retenue intéressent en priorité la façade occidentale de l’Anatolie et les Détroits. D’autre part l’hellénisme, et l’hellénisation, au ve et au début du ive siècle, dispensateurs de décrets et de monnaies, concernent pour l’essentiel une frange côtière. Il faut attendre la campagne de Cyrus puis les expéditions des généraux spartiates pour “découvrir” les régions intérieures de la part occidentale. C’est également alors que les zones orientales retiennent l’attention des historiens grecs. Cela ne veut pas dire pour autant que les Athéniens de cette époque ignoraient tout des peuples non grecs. Souvent leur perspective est mythographique1 mais manifeste parfois plus de précision ou une connaissance plus intime : pour Aristophane2, les Cariens sont un peuple qui habite les hauteurs et cette caractéristique est confirmée par l’archéologie. Lorsque l’on avance dans le ive siècle, le territoire sur lequel existent des informations ne cesse de gagner en étendue vers l’est, bien qu’il subsiste de grandes disparités. En revanche, il était impossible de traiter de l’Anatolie sans intégrer aussi dans cette étude les grandes îles égéennes qui la bordent, de Ténédos à Rhodes. Une prise en considération trop rapide des données ethno-linguistiques tend à accréditer l’idée que la mer Égée est le principal trait d’union des peuples grecs dans le cadre de liens ouest-est. Cela traduit en partie l’image véhiculée par beaucoup des modernes d’une Grèce d’Europe prédominante à tous les points de vue. La géographie politique contemporaine conduit à accentuer les différences entre domaines insulaire et continental. D. M. Lewis3 a brillamment mis en parallèle le traité de Lausanne de 1920 et la Paix du Roi dont les clauses respectives comportent des similitudes frappantes.

  • 4 Appendice 2 : les pérées.
  • 5 Cf. Atarnée. Anaia, etc.
  • 6 Chios est une étape importante du commerce vers le Pont : Ps.-Démosthène 35.52-4 ; sur son port, c (...)
  • 7 En 338 Lycurgue, dans le Contre Léocrate, 15, évoque “des marchands parcourant le monde pour leurs (...)
  • 8 Le synœcisme de Cos a comme première conséquence la création d’une ville et d’un port remarquable. (...)
  • 9 Arrien, An., 2.1.2 explique comment le cap Sigrion sert de lieu de refuge pour les navires marchan (...)
  • 10 Monnayage ΣYN, cf. appendice 3 ; on prendra aussi en compte le pacte monétaire qui unit Mytilène e (...)
  • 11 Debord 1984.
  • 12 Le phénomène se poursuit bien plus tard : Robert & Robert 1983, 30 font remarquer que dans l’inscr (...)

6Plusieurs objections méritent cependant examen. Les îles côtières, même les plus grandes (celles qui ont par conséquent un potentiel agricole non négligeable), se caractérisent en général par un relief accentué. Elles ont donc cherché à se procurer un domaine continental sur les terres alluviales des plaines fluviales ou côtières4. Comme on le verra plus loin, la Paix du Roi a entraîné quelques turbulences mais l’histoire continue à peser5 et la “restitution” des pérées reste au moment de l’anabase d’Alexandre un objectif prioritaire. Toutes les grandes îles côtières sans exception développent ou implantent leur agglomération principale sur le site favorable le plus proche du continent, soit qu’il s’agisse d’un établissement ancien (et dans ce cas l’agglomération s’est imposée plus ou moins facilement à ses rivales potentielles qu’il y ait eu ou non synœcisme : Mitylène, Chios6) soit, de façon encore plus significative, dans le cadre de la création d’un nouveau centre urbain principal après synœcisme (Rhodes7, Cos8). Il s’agit bien sûr d’être près du continent mais cela n’explique pas tout. La raison principale est que l’ensemble géographique considéré se structure autour d’une véritable épine dorsale nord-sud. Cette situation est très ancienne : à Lesbos, on constate un changement de localisation des sites à partir du Bronze final. La voie maritime qui sinue entre les îles et le continent est un des axes de circulation les plus importants dès l’époque de la colonisation et ensuite comme route de commerce9, elle joue aussi un rôle politique indéniable. Nous aurons plusieurs occasions de noter de multiples phénomènes qui unissent les deux rives de cet axe paralien : “union monétaire”10, contagion institutionnelle11, interaction politique et militaire (révolte des satrapes, guerre des alliés, etc. dans une aire géographique qui va de Rhodes à Byzance12.

  • 13 Polyen 5.42.

7L’évolution des points de vue sur le continent est un peu de même nature. On a souvent mis en avant l’évolution des littoraux pour expliquer certains changements de sites. Mais ce facteur ne suffit pas à expliquer tous les phénomènes. Ce sont bien deux logiques qui s’opposent (ou se succèdent). Nous aurons de nombreuses occasions de constater que la géopolitique achéménide est conçue très naturellement à partir de l’origine du pouvoir : le centre, c’est-à-dire le plateau iranien. Les Perses sont par nature des terriens. Les capitales régionales sont par conséquent dans une situation identique par rapport aux entités dominées. Sardes, Daskyleion, Magnésie, Tarse ne sont pas au bord de la mer, Mazaka et Kélainai franchement à l’intérieur des terres. Cette hiérarchie des sites n’est d’ailleurs pas spécifiquement perse. On a pu noter par exemple en Lycie l’évolution de “couples” d’agglomérations : Apollonia-Aperlai, Phellos-Antiphellos à l’intérieur desquels la préséance s’inverse avec l’acculturation hellénique. C’est dans ce même ordre d’idées que doit être perçu le déplacement de leur “capitale” à Halicarnasse par les Hékatomnides. Les motifs dans ces cas sont différents (évolution presque mécaniste d’un côté, volonté politique de l’autre), mais ils reposent sur la même intégration à doses de plus en plus contraignantes du poids de la mer. On peut ainsi mettre en avant la flotte de Mausole, mais peut-être de façon encore plus significative la volonté de Périklès de Limyra13 de se doter d’un contingent naval d’une certaine ampleur.

8Le bref panorama bibliographique qui suit n’a d’autre ambition que de montrer les étapes qui ont conduit à la mise en œuvre de la problématique contemporaine. Nous avons retenu ici les études qui nous ont paru avoir conservé un intérêt ou qui ont représenté en leur temps une étape nouvelle par rapport aux travaux antérieurs. Comme toujours, le progrès scientifique n’est pas linéaire : la fin du xixe siècle voit la parution à un rythme assez rapide d’œuvres restées importantes. La bibliographie des travaux sur l’Empire perse commence véritablement avec P. Krumbholz, De Asiae Minoris Satrapis Persicis, Leipzig, 1883 (à consulter avec le c.-r. de T. Nöldeke, GGA, 8, 1884, p. 290-300) ; du même, De descriptione regni Achemenidarum, Eisenach, 1891. Comme il a été noté plus haut, et pour la région qui nous occupe, la synthèse de W. Judeich, Kleinasiatische Studien, Marburg, 1892, n’a pas été véritablement remplacée et reste, malgré un inévitable vieillissement, l’ouvrage de référence pour tous ceux qui abordent les problèmes traités dans cet ouvrage ; cf. aussi A. Buchholz, Quaestiones de Persarum satrapis satrapiisque, Leipzig, 1894. Il faut ensuite attendre les années 1920 pour que se manifeste un intérêt renouvelé à l’égard de ces questions avec l’importante notice de R. Lehmann-Haupt, RE, s.v. “Satrap”, 1921 ; le chapitre XII, “Satrapen und Satrapien in Kleinasien” de la Griechische Geschichte de K. J. Beloch, III2 2, 1923 reste indispensable ; on consultera avec beaucoup de profit E. Meyer, Geschichte des Alternons, V, 1913 [1958] (jusqu’en 355) et du même Die Grenzen der hellenistischen Staaten in Kleinasien, Zurich, 1925 ; O. Leuze, “Die Satrapieneinteilung in Syrien und im Zweitsromlande von 520-330”, Schriften der Königsberger gelehrten Gesellschaft, XI, Geistesgewiss. Klasse 4, 1935, p. 157-476.

9En ce qui concerne les histoires générales de l’Empire achéménide, A. T. Olmstead, A History of the Persian Empire, Chicago, 1948 (1970) est l’ouvrage classique mais ponctuellement dépassé et souvent trop sommaire. Plusieurs livres récents ont, avec des fortunes diverses (j’entends par là ce qui concerne spécifiquement l’Asie Mineure achéménide), tenté de couvrir le même champ de recherche : R. N. Frye, The Heritage of Persia, Londres 1962 ; du même, The History of Ancient Iran, Munich, 1984 ; J. M. Cook, The Persian Empire, Londres, 1983 ; cf. en dernier lieu la Cambridge History of Iran (éd. I. Gershevitch), vol. 2, 1983, chapitres rédigés principalement par J. M. Cook et A. R. Burn ; R. Schmitt, “Achaemenid dynasty” dans Encyclopaedia Iranica (E. Yarshater éd.).

10La parution du livre très personnel de D. M. Lewis, Sparta and Persia, Leyde, 1977, est sans aucun doute à l’origine d’un nouvel intérêt pour les choses de l’Asie Mineure. Son originalité par rapport à des travaux antérieurs d’hellénistes sur des sujets comparables est qu’il s’efforce d’intégrer au mieux les données fournies par les documents perses. Une place à part doit être faite à la Ph. D. de M. N. Weiskopf, Achaemenid Systems of Governing in Anatolia, Berkeley, 1982. Ce travail est à ce jour l’étude la plus détaillée sur nombre de questions étudiées ici, une thèse au sens plein du terme. Il y sera souvent fait référence dans la mesure où il est malheureusement peu accessible. Il convient de souligner toutefois qu’il y a quelque chose d’un peu irritant à la “distribution de prix” à l’égard des prédécesseurs, tendance assez fréquente chez certains membres de la jeune école historique américaine, la polémique étant d’autant plus inutile lorsqu’on s’en prend à des ouvrages datant du siècle passé. Ce même auteur a restreint son propos à un épisode précis dans le livre qu’il en a tiré : The So Called “Great Satrap’s Revolt”, Historia Einzelschr., 63, 1989, 112 p. Un résumé commode de ses idées : “Asia Minor” dans Encyc. Iranica. Retenons enfin l’essai de Chr. Tuplin, “Achaemenid Administration” dans Coinage and Administration in the Athenian and Persian Empires (I. Carradice éd.), BAR Int. S. 343, 1987, p. 109-166 et la nouvelle édition de la Cambridge Ancient History (CAH) V.2, The Fifth Century b.c. (D. M. Lewis, J. Boardman, J. K. Davies, M. Ostwald) 1992 ; VI.2, The Fourth Century b.c. (D. M. Lewis, J. Boardman, S. Hornblower, M. Ostwald) 1994. Les points de vue adoptés par J. M. Balcer “The Ancient Persian Satrapies and Satraps in Western Anatolia”, AMI 26, 1993, 81-90, paraissent souvent contestables. Le dernier ouvrage général dont j’ai pu prendre connaissance est la grosse synthèse publiée par P. Briant, Histoire de l’Empire perse de Cyrus à Alexandre, 1996 (1247 p.). Mon manuscrit était déjà rédigé pour l’essentiel lorsque cet ouvrage a paru, et il n’est donc pas intégré - ou discuté – autant que j’aurais pu le souhaiter. Il doit être clair que nous sommes ici en présence d’une œuvre destinée à devenir un indispensable outil de référence, à consulter avec le complément bibliographique fourni par le “Bulletin d’histoire achéménide I” paru dans Topoi suppl. 1, 1997.

  • 14 Drews 1973 ; cf. l’introduction de Balcer 1995 et aussi Tuplin 1996, 132-177 (place de la Perse da (...)

11Il convient aussi d’aborder de front la question des sources14. En ce qui concerne les sources littéraires, celles dont nous disposons sont souvent lacunaires : elles ne s’intéressent que périodiquement aux événements de l’Asie Mineure, et en tout cas presque exclusivement lorsque les grandes cités du monde grec européen sont concernées. Parfois suspectes, elles sont dans quelques cas à coup sûr fautives (Diodore, Justin, etc.), du fait de l’auteur lui-même ou de ses copistes. Cela dit, il ne saurait être considéré comme de bonne méthode d’écarter des témoignages parce qu’ils ne coïncident pas avec un schéma préétabli retenu par l’érudit moderne. Il est aisé de constater que beaucoup se sont essayés, dans un passé récent, à revisiter les sources, proposant ici des corrections plus ou moins violentes et refusant là telle version au profit de telle autre. Dans un premier temps au moins, il nous paraît indispensable d’adopter le point de vue exactement inverse, c’est-à-dire de prendre en compte la totalité des document disponibles : ils ne sont déjà pas si nombreux. La conséquence de ce parti pris doit être acceptée jusqu’au bout : il sera parfois impossible de proposer une solution susceptible de recevoir l’assentiment de tous. L’histoire de la grande révolte des satrapes fournit une excellente illustration de notre propos. Il y aura donc des cas où il nous faudra conclure sur un non liquet, en se contentant d’analyser les sources et les propositions subséquentes des modernes.

  • 15 Marg 1962 ; Fornara 1971 ; Gould 1989.
  • 16 E.g. Armayor 1978.

12Les chapitres relatifs à l’implantation de l’Empire perse en Asie Mineure sont sous-tendus par de nombreux passages des Histoires d’Hérodote15, dont la fiabilité de l’information a été souvent mise en doute16. Sur nombre de points le procès du “père de l’Histoire qui avait débuté avec Thucydide doit faire l’objet de révisions dans la mesure où on ne saurait attendre de cet auteur une objectivité parfaitement anachronique.

  • 17 Outre les études classiques de Delebecque 1965 et 1967, cf. en général Connor 1985 et le commentai (...)
  • 18 Andrewes 1961.

13Stricto sensu, c’est exclusivement le livre VIII de Thucydide qui prend en compte la période 412-411. La plupart des auteurs s’accordent pour souligner les incohérences, ou plus exactement le caractère inachevé, de cette partie d’une oeuvre qui reste cependant la justification principale de la date de 412 adoptée dans le présent ouvrage pour le début théorique de la présentation chronologique17. De plus, on a pu observer que la curiosité de Thucydide concernant le monde perse trouvait vite ses limites18.

  • 19 Anderson 1974b ; Breitenbach 1967 ; Hirsch 1981 et 1985 ; Dillery 1989 et 1995.
  • 20 Markley 1968 ; Carlier 1978 ; Hirsch 1985 ; Due 1989 ; Tatum 1989 ; Gera 1993 ; Tuplin 1994.
  • 21 Cook 1983.
  • 22 Sordi 1950-51 ; Henry 1967 ; Krenz 1989 ; Riedinger 1991 ; 1993, 518-523.
  • 23 Grenfell & Hunt 1908 ; Busolt 1908 ; Bartoletti 1959 ; Bruce 1967 ; Breitenbach 1970 ; McKechnie (...)
  • 24 Infra, cf. en dernier lieu Dillery 1995.
  • 25 E.g. Westlake 1983, 249.
  • 26 Erbse 1966 ; Geysel 1974 ; Perlman 1977-79 ; Manfredi 1986 ; Lendle 1995 ; Briant éd. 1996.

14Son continuateur Xénophon19, longtemps décrié, est aujourd’hui à la mode ; il serait sans doute vain de tenter de donner une bibliographie à jour des travaux sur cet auteur, même en se limitant aux œuvres, ou parties d’œuvres, qui concernent directement l’Asie Mineure. La Cyropédie20 est rédigée par un théoricien politique et doit être utilisée en tant que telle ; en d’autres termes on ne saurait comme J. M. Cook21 lui refuser toute pertinence mais il convient de la lire en miroir avec la situation administrative et politique du ive siècle bien plutôt qu’avec celle du vie siècle. Il doit être constaté que l’idée d’une “décadence” de l’Empire perse provient pour partie de cet ouvrage et de celui de Ctésias. Les Helléniques ne prennent en compte la situation de l’Asie et des îles que dans la mesure où Athènes et surtout Sparte sont impliquées22. Les divergences constatées avec l’auteur anonyme des Helléniques d’Oxyrrhynchos23 ont suscité une littérature très abondante en particulier à propos de la campagne d’Agésilas qui aboutit à la bataille de Sardes24. Beaucoup ont souligné les grandes qualités de cet auteur – comparées à la “médiocrité” affirmée de Xénophon – et montré la naissance d’une tradition différente qui explique certains développements de Diodore25. L’Anabase en revanche est une mine d’informations sur des régions jusqu’alors méconnues ou négligées par les auteurs grecs. C’est donc le dilettante plus que l’historien qui retient l’attention de nombre de modernes26.

  • 27 Drews 1962 ; Gray 1980 ; Andrewes 1985 ; Westlake 1987 ; Hamilton 1989.
  • 28 Barber 1935 ; Andrewes 1985.
  • 29 Von Fritz 1941 ; Bruce 1970 ; Lane Fox 1986 ; Flower 1994.
  • 30 Bigwood 1964 ; Brown 1978b ; Sancisi 1987 ; Auberger 1991 et en dernier lieu Schmitt dans Encyc. I (...)
  • 31 Hood 1967 ; Podlecki 1973 ; Buckler 1977 ; Frost 1980 ; Moysey 1992.
  • 32 La vie de Datantes est la source principale de la carrière de ce personnage. Moysey 1992.
  • 33 Heckel & Yardley 1997.
  • 34 Whitehead 1990.
  • 35 Krenz & Wheeler 1994.
  • 36 Dans l’Économique II ; cf. Van Groningen 1933 ; Cracco Ruggini 1966-1967 ; Thillet 1969.
  • 37 FGrHist, IV A, 1, 1998, 4-28 (Skylax de Karyanda, à distinguer du Ps.-Skylax).

15Assez tôt dans le ive siècle, en fait dès 394, moment à partir duquel les Helléniques de Xénophon se désintéressent quasi complètement de l’Asie Mineure, Diodore devient notre principal fil conducteur. Cela pose évidemment le problèmes des sources et de la méthode de cet auteur27. Les œuvres d’Ephore28 et Théopompe29 ne nous sont parvenues que sous forme de citations fragmentaires. La contribution de Ctésias de Cnide30 dont on pourrait attendre beaucoup en raison de sa position à la cour perse se révèle assez décevante et doit être utilisée avec précaution. Il est alors indispensable de prendre en compte des sources indirectes : auteurs de “vies” dont la fiabilité historique n’est pas la préoccupation majeure (Plutarque31, Cornelius Nepos32), abrégés mal faits d’œuvres antérieures (Justin à partir de Trogue Pompée)33, morceaux choisis thématiques de “stratagèmes” militaires ou fiscaux (Énée le Tacticien34, Polyen35, Ps.-Aristote36) avec dans ces recueils de constants problèmes de chronologie absolue, voire relative. Parmi les auteurs “techniques” une attention toute particulière a été portée aux géographes et aux auteurs que l’on peut leur assimiler, du Ps.-Skylax37 à Strabon.

  • 38 Baynes 1955 ; Büchner 1958 ; Bringmann 1965 ; Cargill 1981 ; Petit 1988.

16Les orateurs attiques sont enfin un ultime recours. Leur centre d’intérêt est ailleurs, les références à l’actualité trop allusives, et surtout ils nous présentent un point de vue très déformé parce que partisan. Le cas d’Isocrate est à cet égard très révélateur du risque d’erreurs de perspective qu’il s’agisse de la situation institutionnelle et de l’action politique des satrapes-dynastes de Carie ou de la place de la Lycie dans l’Empire38.

  • 39 Bosworth 1980a ; Brunt 1962 et 1986.
  • 40 Cf. appendice 5.
  • 41 Sur Quinte Curce, Atkinson 1980 ; Plutarque, Hamilton 1969.

17L’épopée d’Alexandre entraîne chez les auteurs grecs un regain d’intérêt pour les régions qu’il traverse et les peuples qu’il soumet. Nous disposons alors de l’Histoire d’Alexandre d’Arrien39. C’est donc l’occasion à ce moment de faire le point sur l’organisation et le degré d’évolution culturelle et politique des différentes communautés. On prendra garde cependant d’avoir toujours à l’esprit qu’il s’agit là d’une contribution au “mythe d’Alexandre” en ce sens que lorsqu’Arrien compile son œuvre le destin ultime du Macédonien est connu de tous, alors qu’on peut facilement montrer que la lecture de son action par ses contemporains des cités grecques occidentales de l’Anatolie était tout autre40. Les autres sources relatives à la période doivent être maniées avec autant de prudence41.

  • 42 Metzger et al. 1979 ; Badian 1977.
  • 43 Inschriften von Kleinasien ; Tituli Asiae Minons.
  • 44 Lewis 1977 ; 1980.

18Il est clair que les progrès les plus significatifs sont maintenant dus à d’autres types de documents dont la découverte modifie parfois sensiblement les contours de notre information. On pense d’abord à l’épigraphie. Pour ne citer que quelques exemples, la Trilingue de Xanthos42 a permis des avancées importantes dans le domaine linguistique et historique mais a immédiatement soulevé d’importants problèmes chronologiques ; les inscriptions de Sekköy renouvellent notre connaissance du koinon des Cariens et de la géographie historique de la région contrôlée par Mausole mais leur signification concrète reste désespérément obscure. La publication systématique de corpus43 rend plus aisé l’accès à une documentation jusqu’alors fort dispersée. L’utilisation des inscriptions cunéiformes, même si elle ne concerne que marginalement nos régions, fournit quelques précieux éclairages44 dans la mesure où elle permet d’échapper à un point de vue par trop hellénocentrique.

  • 45 Cf les nombreux volumes de la Sylloge Nummorum Graecarum (particulièrement SNG von Aulock ; Copenh (...)
  • 46 Six, Babelon, Imhoof Blumer, Head.
  • 47 Cf. notre table ronde Or perse et histoire grecque et dans le même esprit avec une tonalité plus “ (...)
  • 48 Parmi bien d’autres exemples le trésor lycien dit "de Tissapherne” : Hurter 1979.
  • 49 Cf. l’apport exceptionnel du trésor Levante 1994, pourtant simplement “aperçu” à l’occasion d’une (...)

19La numismatique a été également, dans ces dernières années, une source de renouvellement grâce notamment à l’édition accélérée des collections des musées45, de collections privées et à des études qui sont venues corriger les points de vue restés très longtemps non discutés de savants dont l’activité se situe à la fin du xixe ou au début du xxe siècle46. Ce domaine est peut-être cependant celui où il reste encore le plus à découvrir47. Je me suis efforcé dans les pages qui suivent de tenir compte du monnayage émis aussi bien par les cités que par l’autorité satrapale, de montrer les disparités régionales qui existent et de mettre en exergue les cas privilégiés de la Carie, de la Lycie et de la Cilicie. Pour cette dernière, il est évident que sans la numismatique nous ne saurions à peu près rien de son histoire sinon par quelques bribes de textes littéraires. La publication, ici comme ailleurs48, de trésors monétaires permet le renouvellement de bien des questions49 qui dépassent largement le domaine des monnaies et même celui de l’économie.

20Je voudrais conclure en soulignant que cet ouvrage est le fruit d’un travail de longue haleine, souvent mis sur le métier, souvent interrompu. Puissent ceux qui m’ont aidé de leurs critiques et soutenu de leurs encouragements trouver ici l’expression de toute ma gratitude. Je remercie tout particulièrement A. Salomon pour la saisie des planches, des index et la révision du texte ; N. Tran et S. Vincent pour la mise en page ; A. Bugat, O. Henry et J.-F. Pichonneau pour la réalisation des cartes.

Notes

1 Les Mysiens d’Eschyle, pièce dont seul le titre nous est parvenu.

2 Aristophane, Oiseaux, 292 sq.

3 Lewis 1977, 156-157.

4 Appendice 2 : les pérées.

5 Cf. Atarnée. Anaia, etc.

6 Chios est une étape importante du commerce vers le Pont : Ps.-Démosthène 35.52-4 ; sur son port, cf. Str. 14.1.35. Pour Arist., Pol, 4.4.21, elle est remarquable par le nombre de ses emporoi.

7 En 338 Lycurgue, dans le Contre Léocrate, 15, évoque “des marchands parcourant le monde pour leurs affaires” (cf. Bresson 1993, 366-370). Demand 1990, 90-91, schématise quelque peu le point de vue de ses devanciers (en liant synœcisme, déplacement du site et politique mercantiliste de la famille des Diagorides) pour mieux le combattre au nom des thèses primitivistes de Hasebroek et proposer des causes entièrement politiques.

8 Le synœcisme de Cos a comme première conséquence la création d’une ville et d’un port remarquable. A partir de là, revenus privés et fortunes personnelles augmentent et font de Cos une rivale des premières parmi les cités : Diod. 15.76.2 (cf. Sherwin-White 1978, 67-68).

9 Arrien, An., 2.1.2 explique comment le cap Sigrion sert de lieu de refuge pour les navires marchands qui viennent de Chios, du [cap] Géraistos, du [cap] Malée, au sud-est de l'île. Nous avons là l'indication des axes principaux du commerce lesbien : la Grèce centrale et Athènes. Chios et la Méditerranée orientale. Le fonctionnement économique de cet axe paralien se perçoit bien par exemple lorsque les Rhodiens s’en prennent aux Byzantins qui veulent taxer le passage du Bosphore.

10 Monnayage ΣYN, cf. appendice 3 ; on prendra aussi en compte le pacte monétaire qui unit Mytilène et Phocée daté traditionnellement du début du ive s. (Tod, 112), des années 440-410 pour Heisserer 1984, 115-132 (d’où SEG, 34, 1984, 849), le décret reproduit un amendement introduit vers 426 ; cf. Labarre 1996, 364 sq. (texte et traduction). On pensera enfin à l’adoption dans les premières décades du ive s. de l’étalon rhodien pour l’argent par la quasi-totalité des cités et autres entités politiques de la partie occidentale de l’Anatolie, phénomène discret mais aux conséquences de fond, économiques et politiques, de première importance. Mildenberg 1998, 280 n. 34 fait observer que cet espace monétaire et donc sans doute économique concernait aussi Thasos (cf. le trésor de Pixodaros).

11 Debord 1984.

12 Le phénomène se poursuit bien plus tard : Robert & Robert 1983, 30 font remarquer que dans l’inscription flavienne d’Éphèse donnant une liste de cités par conventus (Habicht 1975, 65) Samos et Chios sont rattachées au conventus de Milet alors que dans l’île de Lesbos, Mytiléniens et Kalléniens sont intégrés dans celui de Pergame.

13 Polyen 5.42.

14 Drews 1973 ; cf. l’introduction de Balcer 1995 et aussi Tuplin 1996, 132-177 (place de la Perse dans la littérature athénienne).

15 Marg 1962 ; Fornara 1971 ; Gould 1989.

16 E.g. Armayor 1978.

17 Outre les études classiques de Delebecque 1965 et 1967, cf. en général Connor 1985 et le commentaire très riche de Andrewes dans Gomme et al. 1981. On retiendra aussi Hornblower 1987 et 1991 ; cf. Westlake 1989.

18 Andrewes 1961.

19 Anderson 1974b ; Breitenbach 1967 ; Hirsch 1981 et 1985 ; Dillery 1989 et 1995.

20 Markley 1968 ; Carlier 1978 ; Hirsch 1985 ; Due 1989 ; Tatum 1989 ; Gera 1993 ; Tuplin 1994.

21 Cook 1983.

22 Sordi 1950-51 ; Henry 1967 ; Krenz 1989 ; Riedinger 1991 ; 1993, 518-523.

23 Grenfell & Hunt 1908 ; Busolt 1908 ; Bartoletti 1959 ; Bruce 1967 ; Breitenbach 1970 ; McKechnie & Kern 1988 ; Chambers 1993.

24 Infra, cf. en dernier lieu Dillery 1995.

25 E.g. Westlake 1983, 249.

26 Erbse 1966 ; Geysel 1974 ; Perlman 1977-79 ; Manfredi 1986 ; Lendle 1995 ; Briant éd. 1996.

27 Drews 1962 ; Gray 1980 ; Andrewes 1985 ; Westlake 1987 ; Hamilton 1989.

28 Barber 1935 ; Andrewes 1985.

29 Von Fritz 1941 ; Bruce 1970 ; Lane Fox 1986 ; Flower 1994.

30 Bigwood 1964 ; Brown 1978b ; Sancisi 1987 ; Auberger 1991 et en dernier lieu Schmitt dans Encyc. Iran. s.v. 441-446.

31 Hood 1967 ; Podlecki 1973 ; Buckler 1977 ; Frost 1980 ; Moysey 1992.

32 La vie de Datantes est la source principale de la carrière de ce personnage. Moysey 1992.

33 Heckel & Yardley 1997.

34 Whitehead 1990.

35 Krenz & Wheeler 1994.

36 Dans l’Économique II ; cf. Van Groningen 1933 ; Cracco Ruggini 1966-1967 ; Thillet 1969.

37 FGrHist, IV A, 1, 1998, 4-28 (Skylax de Karyanda, à distinguer du Ps.-Skylax).

38 Baynes 1955 ; Büchner 1958 ; Bringmann 1965 ; Cargill 1981 ; Petit 1988.

39 Bosworth 1980a ; Brunt 1962 et 1986.

40 Cf. appendice 5.

41 Sur Quinte Curce, Atkinson 1980 ; Plutarque, Hamilton 1969.

42 Metzger et al. 1979 ; Badian 1977.

43 Inschriften von Kleinasien ; Tituli Asiae Minons.

44 Lewis 1977 ; 1980.

45 Cf les nombreux volumes de la Sylloge Nummorum Graecarum (particulièrement SNG von Aulock ; Copenhagen ; Levante ; France 2 ; France 3, etc.).

46 Six, Babelon, Imhoof Blumer, Head.

47 Cf. notre table ronde Or perse et histoire grecque et dans le même esprit avec une tonalité plus “cilicienne” celle qui s’est tenue à Istanbul au printemps 1997 et dont les actes ne sont pas encore publiés. Il est tenu compte des principaux résultats, signalés par le nom des auteurs suivi de la mention (Istanbul).

48 Parmi bien d’autres exemples le trésor lycien dit "de Tissapherne” : Hurter 1979.

49 Cf. l’apport exceptionnel du trésor Levante 1994, pourtant simplement “aperçu” à l’occasion d’une vente.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540