Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Conclusion de la table ronde

André Laronde

Texte intégral

1La diversité et la richesse des communications ont souligné avec éclat la valeur du site de Dougga et son développement, de la période numide à l'Antiquité tardive. Déjà mise en valeur par les beaux travaux de Claude Poinssot, l'importance de Dougga est d'autant plus frappante que d'autres sites étaient peut-être mieux placés, au moins du point de vue des communications, et c'est certainement le cas de Thubursicum Bure. Certes, l'état de conservation des monuments et la richesse de l'épigraphie accentuent encore notre impression favorable sur Dougga. Mais cet ensemble de facteurs relève-il du hasard ou d'une logique ? La connaissance de celle-ci a incontestablement progressé au cours de nos travaux de ces deux journées qui ont contribué à souligner, voire à révéler quelques grands aspects de l'épigraphie et à travers elle, de la vie de Dougga.

2L'ancienneté de l'occupation est démontrée par le monument mégalithique situé près du mausolée. Il est clair que la nécropole était en usage dès les temps préhistoriques et protohistoriques. Certes, les textes littéraires sont muets sur les périodes antérieures au IVe siècle a.C. Toutefois, la zone du forum est riche en inscriptions bilingues étudiées par Mansour Ghaki. Il y avait là une place publique qui va évoluer avec le statut de la ville. Il est remarquable qu'un monument en l'honneur de Massinissa ait été élevé là, si toutefois l'inscription conservée au Bardo se rapporte bien au monument retrouvé. De fait, le Capitole élevé à la fin du IIe siècle p.C. a bien respecté ce monument. Enfin, il est clair que la ville numide et la ville romaine avaient la même superficie. Cette importance précoce de Dougga explique sa mention par Diodore de Sicile à propos des campagnes d'Agathocle et de ses lieutenants, rappelée par Jehan Desanges.

3Les études épigraphiques mettent d'abord l'accent sur le statut de Dougga. Il est clair qu'il n'y avait qu'un seul espace urbain pour deux communautés de statut juridique différent. De ce point de vue, les études d'André Chastagnol et d'Azedine Beschaouch nous apportent beaucoup. Pagus et civitas ont coexisté alors que se produisait le démantèlement de la grande pertica de Carthage.

4En ce qui concerne le pagus, l'épigraphie témoigne de la sauvegarde de ses intérêts en matière fiscale. Comme les Consularia Constantinopolitana le montrent bien, Carthage reçu la liberté du peuple romain en 28 a.C. Ce vocable de liberté n'est pas dépourvu de signification juridique. Dès 1953, Y. Debbasch y reconnaissait l'immunitas, exemption de taxes, ce que confirme une inscription de Dougga datée de l'époque de Trajan. Libertas et immunitas se chevauchent donc. Carthage cherchait à protéger ses privilèges fiscaux, sous Trajan encore, et à nouveau sous Commode.

5Le rapprochement du pagus et de la civitas enclavée s'opère pour entraîner la constitution d'un municipe au début de l'époque sévèrienne, entre 198 et 205. Le desserrement des liens du pagus et de Carthage avait dû s'esquisser dès l'époque de Marc Aurèle, quand le pagus a une assemblée délibérative sans rompre complètement avec Carthage. La lenteur de cette évolution tient sans doute à la crainte du pagus de se trouver perdant lors du rapprochement avec la civitas.

6L'évolution de Dougga nous apparaît désormais bien mieux et elle n'est pas sans être un écho de ce qui est beaucoup mieux connu en Orient dans le cas d'Aphrodisias de Carie. Le poids de la question des exemptions fiscales paraît particulièrement déterminant. Ce n'est pas innocemment que l'épithète libera est absente de la titulature coloniale de Dougga dans les années 260, alors que les générosités fiscales de l'époque sévérienne n'étaient plus de mise, de l'avis de Claude Lepelley.

7Tel qu'il nous apparaît aujourd'hui, le paysage de Dougga est incontestablement aurélien, comme le montre Mustapha Khanoussi : non seulement le Capitole, mais encore le temple de Dar Lachhab prennent place dans ce contexte, tout comme la base en l'honneur de Plautilla, étudiée par Michel Christol. Ainsi se marque la romanisation de Dougga. L'étude des patrons de la cité est éclairée d'une vive lumière par Samir Aounallah et Zeineb Benzina Ben Abdallah qui retracent le stemma des Calpurnii sur six générations en nous montrant comment cette famille d'origine pérégrine finit par voir un des siens accéder à l'ordre équestre. Se pose alors la question de l'entrée des notables parmi les juges des cinq décuries, voire dans l'ordre équestre ou même l'accès au clarissimat.

8Les monuments religieux de Dougga sont éclairés d'une vive lumière par l'épigraphie : pas moins de soixante-dix inscriptions nous guident à travers trois siècles et demi d'histoire, de la fin du principat de Tibère en 36-37 au règne de Gratien en 379-383. Les travaux de Nabil Kallala, ceux de Véronique Brouquier et de Sophie Saint Amans, nous informent, qu'il s'agisse du temple de la Victoire, de celui de Sol, ou des temples de la Concorde. Il ne faut cependant pas se dissimuler le rapport délicat à établir entre les monuments retrouvés et les inscriptions. La correspondance est certes bonne pour le IVe s. p.C. : elle ne l'est pas précédemment et il en ressort le primat de l'archéologie quand l'épigraphie ne peut nous aider.

9Enfin, ces études épigraphiques ne se sont pas bornées au seul espace urbain, mais elles concernent largement l'espace rural avec les beaux travaux de Mariette de Vos. L'enquête conduite dans la campagne n'est pas un des moindres acquis de la recherche récente.

10La place éclatante que Dougga tient dans nos études doit peu à la littérature somme toute peu prolixe. L'épigraphie est à juste titre au centre de ces travaux. Elle a été envisagée sous tous ses aspects sans omettre le style de l'écriture et son évolution, avec Valérie Bouard, Nicolas Demaison et Louis Maurin. L'utilisation du programme PETRAE révèle ici tous ses avantages.

11La participation de l'Institut National du Patrimoine tunisien, le concours de l'Université de Sassari ont épaulé puissamment le travail opiniâtre et efficace d'Ausonius, Institut de Recherche sur l'Antiquité et le Moyen-Age de l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux III. La présence de S. Exc. M. l'Ambassadeur de Tunisie en France et celle de M. le Directeur de l'INP de Tunis ont confirmé l'importance de cette coopération scientifique dont la présente Table Ronde est le témoin. Il est symbolique dans ces conditions que le site de Dougga fasse l'objet d'une inscription au Patrimoine mondial de l'UNESCO, en rappelant à tous que les sciences de l'Antiquité, éclairées ici par l'épigraphie, forment un tout.

Auteur

Professeur à l’Université de Paris IV

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540