Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

CIL, VIII, 26580 et l'écriture “africaine”

Valérie Bouard, Nicolas Demaison et Louis Maurin

Note de l’éditeur

Pl 24-27, fig. 1-18

Texte intégral

  • 1 Hübner 1885, fait un historique des recherches sur l'écriture des inscriptions depuis le XVe siècle (...)
  • 2 Cette étude s'appuie sur Demaison 1995. C'est sur les données de ce mémoire qu'a été dressé le tabl (...)

1Les fiches des inscriptions établies suivant le système PETRAE comprennent une rubrique intitulée style de l'écriture, invitant donc dans chaque cas les rédacteurs à réfléchir à la manière dont ce style concourt à la connaissance d'un texte et notamment, en l'absence de critères internes, à sa datation, domaine où nous nous limiterons ici. C'est là une tentative, on pourrait écrire une tentation, vieille comme la science épigraphique elle-même1 Le propos peut paraître avoir d'emblée une certaine solidité à Dougga, parce que le site offre un important corpus d'inscriptions datées exactement ou de façon approximative par des critères internes : noms et titres des empereurs et de leur famille ; noms, titres et fonctions de membres des deux ordres supérieurs ; inscriptions relatives à des institutions africaines ou locales ou à des notables locaux ; ainsi peut-on fixer avec une précision plus ou moins grande suivant les cas la chronologie de ces inscriptions2. La démarche est donc simple : on étudie le style de l'écriture des textes datés pour examiner s'il peut lui-même être à son tour un critère de datation.

1. CIL, VIII, 26580

2Nous prendrons ici comme argument du raisonnement l'inscription CIL, VIII, 26580, dédicace à Passienus Rufus, fils de Passienus Rufus ; le critère du style de l'écriture a joué un rôle déterminant dans l'étude et dans la datation de ce texte (pl. 24.1).

PASSIENO RV

FO TRIBVNO MIL

LEGIỌNISImage 100000000000000F0000000FA0A8E947.jpgXImage 100000000000000E0000000FFC3546E8.jpgImage 100000000000000F0000000FA0A8E947.jpgFVL

[4]

MINATẠẸ Image 100000000000000B0000000F0F3D6377.jpgẠṢ

RVFI FILIO

GENSES PRO

CITIA-QVAE IIṢ

[8]

PATRE ESTImage 100000000000000F0000000FA0A8E947.jpgLIBENTEṢ

DEDERVNT.

Passieno Ru/fo, tribuno mil(itum) / legionis XII Fulminatae, Pas[sieni] / Rufi filio, [Thug]/genses pro [ami]/citia quae iis [cum] / patre est libentes / dederunt.

A Passienus Rufus, tribun de la 12e légion Fulminata, fils de Passienus Rufus, les Thuggenses, en raison de l'amitié qui les lie à son père, ont élevé de bon cœur (cette statue).

  • 3 Thomasson 1960 II, 17-18. Hypothèses sur l'activité du personnage en Afrique : Benabou 1976, 61 et (...)
  • 4 CIL, VIII, 26580 et ILS, 8966, notes.
  • 5 Poinssot L. 1906, 277, no 137 : date probablement postérieure à la construction du théâtre, en 168 (...)
  • 6 Poinssot L. 1913, 49-50, n. 5 et 201.

3Le père du tribun a été identifié avec le consul de 4 a.C., devenu quelques années plus tard, probablement en 3 de notre ère, proconsul d'Afrique3. Cependant, H. Dessau, en éditant le texte dans le Corpus, notait l'absence de prénom pour les deux hommes, et suggérait en conséquence que la base découverte à Dougga portait une copie tardive, d'époque antonine, d'un original du début de l'ère chrétienne4. Cette hypothèse a immédiatement séduit Louis Poinssot, pour lequel la preuve en était administrée par le style de l'écriture ; selon ses termes, il paraissait “difficile d'admettre qu'au début du Ier siècle on ait pu à Dougga graver selon une pareille mode... l'ensemble paraît si maniéré que tout d'abord on serait porté à attribuer le texte à une époque assez basse”, et il fixa au règne d'Hadrien le terminus post quem de cette regravure qu'il tenait pour une copie libre ou une restitution approximative d'un texte plus ancien5. Cette démonstration, que Louis Poinssot n'a cependant pas formulée sans hésitations6, a été admise par tous les commentateurs postérieurs.

  • 7 On a vu sur quelle voie sans issue elle a conduit naguère Ch. Saumagne et J. Ferron, pour un texte (...)

4Or l'hypothèse que des inscriptions de cette nature aient pu être rééditées un ou deux siècles, ou plus, après la gravure de l'original ne nous semble pas pouvoir être soutenue ; quel autre cas pourrait-on proposer en exemple ?7 Si on la refuse, l'alternative est la suivante :

  • Ou bien l'inscription CIL, VIII, 26580 daterait bien du début de notre ère ; elle serait alors la plus ancienne inscription latine datée de Dougga. Mais peut-on concilier avec cette datation haute le style de l'écriture ?

  • Ou bien la gravure du texte serait d'époque antonine, ou même plus tardive ; mais alors, l'attribution du texte au fils de L. Passienus Rufus, proconsul d'Afrique vers 3 de n. è. devrait être remise en cause.

5Nous examinerons successivement les deux termes de l'alternative.

2. L'écriture de CIL, VIII, 26580 et le style “africain” à Dougga

2.1. Les caractères de l'écriture de CIL, VIII, 26580

6Les familiers de l'épigraphie africaine reconnaîtront aisément les caractères de l'écriture de CIL, VIII, 26580. La gravure est légère, avec une opposition peu marquée entre les graisses et les maigres. Les capitales ont une forme générale allongée, un dessin souple et fluide que le graveur obtient par le soin apporté au tracé des courbes attendues (C, D, G, O, Q, R, S). Mais il accentue ce caractère en traçant des barres horizontales ondulées pour E, F, L, T ou au-dessus du chiffre de la 1. 3, ou bien en créant des courbes d'une façon à la fois systématique et discrète en haut et en bas des lettres, ou encore dans les départs ou les arrêts des traits où l'on a une sorte de fuite : haut de la barre oblique gauche de V, bas de la barre oblique droite de A, pied de P, haut des barres obliques de X ; la même impression est donnée par la traverse oblique de A.

7L'attention est surtout attirée par des fioritures plus accentuées, détails qui rompent la rigueur de l'alignement et la régularité du dessin, et qui, pour cette raison, ne sont pas systématiques. On remarque avant tout le G et le C au début des lignes 6 et 7 : leur courbe supérieure ondule au-dessus de la lettre suivante (à la différence du G de la 1. 3) ; T ne dépasse l'alignement que dans la 1. 8, et de manière inégale. L s'évade sous la lettre suivante, 1. 5 et 8, mais non 1. 2 et 3. Ces fioritures, qui restent anecdotiques ajoutent à l'élégance de l'ensemble, à laquelle concourt la légèreté de la gravure.

8On peut noter aussi le souci apporté à la compréhension immédiate du texte par le lecteur : les abréviations sont rares, les membres de la phrase nettement séparés par des espaces (1. 5 surtout, mais aussi 1. 7 et 8).

9Cette inscription se caractérise donc par le soin apporté à la calligraphie et à l'effet produit par le dessin des lettres, et notamment par la souplesse du trait et les fioritures, qui demeurent discrètes. L'ordonnateur et le graveur, qui peuvent être évidemment le même artisan, n'ont pas pour autant fourni un effort particulier : s'ils manient avec aisance le charbon ou le pinceau, la masse et le ciseau, ils n'ont pas apporté à la réalisation de l'inscription un soin exceptionnel : dans la mise en page, l'alignement à gauche est rigoureux, mais on note un tassement général à droite, et les espaces entre les lettres et les mots ont des irrégularités ; des fautes de détail apparaissent dans la gravure de certaines lettres : courbe des S depuis la 1. 3, courbe de G, 1. 6 (irrégularité due à un léger défaut de la pierre), ovale de Q, 1. 7. Autrement dit, l'écriture de CIL, VIII, 26580, qui est une inscription publique, traduit des habitudes pratiquées par des artisans spécialisés de Dougga à une époque qu'il convient de préciser.

2.2. Inscriptions de Dougga à l'époque julio-claudienne

10Cette étude nous conduit donc à évoquer les origines et le développement d'un style particulier que nous avons qualifié d'africain et qui caractérise un lot important d'inscriptions de Dougga.

  • 8 ILAfr, 558.
  • 9 ILAfr, 520 (apportant des compléments à CIL, VIII, 26519). Un fragment découvert en 1961 permet de (...)
  • 10 CIL, VIII, 26475.
  • 11 CIL, VIII, 26517 ; ILPB, 224.

11Plus d'une génération (35 ans environ), sépare le proconsulat de Passienus Rufus de la plus ancienne inscription latine datée de Dougga. A partir de la fin du règne de Tibère et sous les règnes de Caligula et de Claude la ville offre un groupe étoffé d'inscriptions publiques. Ce n'est pas par hasard, car cette floraison de textes reflète l'importance qu'a eu cette époque dans l'histoire de la communauté, ou des deux communautés. La première inscription datée par des critères internes est de 36-37 ; c'est celle qui célèbre sur un long bloc (3, 97 m) appartenant à une frise ou un épistyle les générosités de L. Postumius Chius, premier patron assuré du pagus Thuggensis8 (pl. 25.2) ; le module ou corps des lettres est à peu près constant, sauf pour le T qui dépasse légèrement l'alignement ; les lettres ont un dessin net et raide, leur forme est en général légèrement allongée en hauteur à l'exception des C et surtout des O qui sont presque circulaires ; dans une mise en page hésitante, la gravure ferme est légère pour ce type de support et les graisses et les maigres sont peu différenciées. Vient ensuite la dédicace par L. Julius Crassus, patron du pagus, de l'arc de Caligula et de son emmarchement offerts par un autre patron du pagus, C. Caesetius Perpetuus9 (pl. 25.3). L. Julius Crassus est aussi connu par une dédicace à Jupiter10 ; l'une et l'autre gravure emploient des capitales carrées légèrement allongées, d'un dessin sobre et d'une gravure plus régulière que celle du texte de L. Postumius Chius. La plus célèbre inscription de ce lot est celle qui fut consacrée à Auguste divinisé et à Claude en 48-49 par des notables de la cité pérégrine, la cérémonie de la dédicace étant présidée par un patron du pagus11. Le style est ici tout différent : dans un champ épigraphique limité à gauche et à droite par des pilastres lisses à chapiteaux éoliques, décor qui répondait aux traditions indigènes, l'écriture est très appliquée, mais les maladresses sont nombreuses dans le module, la forme et la gravure des lettres.

12Un intérêt particulier doit être porté à un groupe de six inscriptions publiques postérieures au règne de Tibère et qui sont relatives à M. Licinius Rufus, patron du pagus et de la cité ou à son affranchi M. Licinius Tyrannus, patron du pagus (et de la cité ?). L'époque est assurée par une dédicace de M. Licinius Rufus à l'empereur Claude datée de 54 ; nous ne prenons pas en compte pour le style de l'écriture dans la recension ci-dessous ce dernier texte que nous n'avons pas revu (ILAfr, 559 ; ILTun, 1499).

13CIL, VIII, 26464, complété par AE, 1969-1970, 648 (Poinssot Cl. 1969, 215-216). Consécration à Cérès sur un linteau de 2,20 m de longueur environ. Quatre lignes. Lettres de 6 à 8 cm suivant les lignes. Capitales carrées légèrement allongées, très régulières, dans une mise en page hésitante. Elégance recherchée dans l'empattement des lettres.

14CIL, VIII, 26603, complété par AE, 1969-70, 649 (Poinssot Cl. 1969, 217-218). Consécration à Cérès sur un linteau de 2,40 m de longueur environ. Quatre lignes. Lettres de 11 cm pour la 1. 1, 6,5 cm pour les lignes suivantes. L. 1 et 4 : capitales carrées ; 1. 2 et 3 : capitales allongées et serrées. La gravure, très lourde, différencie peu les graisses et les maigres (pl. 25.4).

  • 12 Hübner 1885, no 75-90. Gordon 1958-1965.

15AE, 1969-70, 650 (Poinssot Cl. 1969, 218-219). Consécration à Vénus, à la Concorde, et à une ou plusieurs autres divinités sur un linteau dont la longueur conservée est de 2,10 m. Trois lignes. Lettres de 10 cm pour la 1. 1, 8 et 7,5 cm pour les 1. 2 et 3. Capitales carrées de forme très régulière (C parfois trop large) ; les lettres des 1. 2 et 3 sont légèrement allongées. La gravure est très soignée et tout à fait conforme aux modèles romains des grandes capitales monumentales de l'époque de Tibère à Néron12 (pl. 25.5).

16CIL, VIII, 26518, complété par ILAfr, 519 (Poinssot Cl. 1969, 220-222). Consécration à Tibère (sans doute sous Claude) sur un linteau de 3,20 m de longueur env. Cinq lignes. La hauteur des lignes régresse de haut en bas de 10 à 3,5 cm. Gravure très soignée, capitales carrées de même style que dans l'inscription précédente.

17CIL, VIII, 15529, cf. p. 2616 ; AE, 1969-70, 653 (Poinssot Cl. 1969, 223-225). Fragment d'un monument, sans doute une base retaillée (pl. 25.6). Cinq lignes. Lettres de 7 cm pour la première ligne, 6 pour les suivantes. Lettres très allongées et étroites, soigneusement alignées (traces de lignes de guidage) ; gravure lourde avec un contraste appuyé entre graisses et maigres. L. 1, restituer [M. Licinio,. f(ilio), Arn(ensi)] Rufo et 1. 5 : [po]suit (lettres incomplètes).

18A cette série on ajoutera les épitaphes de deux esclaves de M. Licinius Rufus :

19AE, 1969-70, 654 (Poinssot Cl. 1969, 225-226). Stèle funéraire de Teletè, esclave de M. Licinius Rufus. Quatre lignes. Lettres allongées et étroites de 4,5 cm ; gravure légère (pl. 25.7).

20AE, 1969-70, 655 (Poinssot Cl. 1969, 226-228). Stèle funéraire de Protè, esclave de M. Licinius Rufus. Quatre lignes. Petites capitales peu régulières, légèrement allongées ; gravure légère.

  • 13 Christol 1991, 625-626, pense que l'offrande de ces évergètes locaux avait été placée dans le cadre (...)
  • 14 Éditée et commentée dans le présent volume par N. Kallala, p. 158-162.

21De cet ensemble, on peut retenir que le style de l'écriture n'a pas d'uniformité à l'époque de Tibère et de Claude. Il varie suivant les commanditaires et suivant les monuments inscrits. Une seule inscription publique datée émane des autorités de la cité indigène : elle est caractérisée par une certaine maladresse de la gravure qui, sous le règne de Caligula et surtout sous celui de Claude, s'oppose à la maîtrise que l'on constate dans toutes les inscriptions publiques émanant de membres du pagus13 (pl. 26.8). Mais on doit sans aucun doute attribuer à une époque très voisine la dédicace à Jupiter Auguste par L. Terentius Rufinianus, fils d'Adjutor14 (pl. 26.9) ; son écriture est des plus malhabiles. Au contraire, les artisans-graveurs qui sont commandités par des notables du pagus ont une bonne maîtrise de leur métier. Dans cette série émanant du pagus on prendra en outre en compte la nature du support : les textes affichés sur des monuments de quelque importance sont gravés sur de grands linteaux, où les lettres ont le dessin des capitales monumentales romaines, plus ou moins carrées, souvent légèrement allongées, d'une gravure plus ou moins lourde ; on leur opposera l'unique et court texte inscrit sur le socle de la statue de M. Licinius Rufus (CIL, VIII, 15529 ; AE, 1969-70, 653) qui fournit le premier exemple de l'écriture “africaine”.

2.3. Les origines de l'écriture “africaine”

  • 15 Cagnat 1886, 18 ; 1888, 96, no 66.
  • 16 Poinssot Cl. 1969, 225 et 236 ; l'auteur s'engage alors dans un raisonnement circulaire : la 1. 4 m (...)

22Pour ce dernier texte, René Cagnat avait noté que la paléographie lui en semblait “plutôt du IIe siècle”15, ce qui engagea Claude Poinssot à émettre l'hypothèse que, comme CIL, VIII, 26580, cette inscription pouvait être une restitution approximative d'un texte plus ancien, en raison du souvenir que cet évergète particulièrement actif avait laissé dans la mémoire des habitants de Dougga ; selon lui, elle aurait été gravée au IIe siècle, sinon au IIIe16. Mais l'épitaphe de Teletè montre bien que l'hommage à M. Licinius Rufus n'est que la réalisation dans une calligraphie savante d'une écriture déjà connue ou courante à Dougga vers le milieu ou dans le troisième quart du Ier siècle. Autrement dit, cette dédicace témoigne de l'existence, au moins depuis cette époque, d'un style caractérisé par une écriture en lettres très allongées et étroites dans un alignement strict, traitée avec lourdeur par le contraste appuyé entre les graisses et les maigres.

Image 100000000000015200000117FD487155.jpg

  • 17 Mallon 1952, dont nous suivons les conclusions, en particulier p. 22-27, 49, 57-59, et Gordon 1957, (...)
  • 18 Plus l'angle d'attaque se rapproche de l'horizontale, plus les graisses seront accentuées et appara (...)
  • 19 Mallon 1952, 58-59.
  • 20 Mallon 1952, 22-25.

23Il est aisé de mettre en évidence l'origine de cette écriture, avant tout grâce à l'ouvrage classique de Jean Mallon17. Ce style est la traduction dans la pierre, par la masse et le ciseau du graveur, d'une écriture sur support souple (papyrus, parchemin), tracée avec un instrument tendre (ou doux), plume de roseau ou pinceau, par un scribe attaquant la feuille de préférence avec un angle très aigu par rapport à l'horizontale, ce qui explique la forme allongée ou très allongée des lettres, la répartition et le traitement des graisses et des maigres18. Cette référence au tracé à l'encre sur le papyrus ou le parchemin19 qui était transmis par le commanditaire au graveur nous conduit à conserver le vocabulaire des paléographes20. Mais il importe de constater que l'on a affaire à une écriture en capitales qui est une écriture d'apparat. On peut admettre que la calligraphie sur support souple a servi de modèle à certains lapicides, principalement à ceux de l'Afrique ; ils en ont fait un style propre d'écriture sur la pierre en conservant dans le tracé préliminaire au charbon ou au pinceau, ou encore à la pointe, puis lors de la gravure, tous les caractères qu'il tenait de son origine. A l'exception (rare) de certaines lettres (avant tout des I, parfois plus hauts que les autres lettres), l'attaque se fait de façon assez rigoureuse suivant l'alignement donné par des traits de guidage. A ce style d'écriture les artisans d'Afrique ont donné des caractères particuliers, propres à cette région de l'Empire. Ainsi est né le style de l'écriture en capitales que nous avons qualifiées d'“africaines”.

  • 21 II est illusoire de prétendre donner un catalogue d'exemples ; on évoquera néanmoins deux textes tr (...)
  • 22 Voir en particulier, à propos CIL, VIII, 12521 = CIL, XIII, 593, Héron de Villefosse 1881, 160-172.

24Pourtant, certaines caractéristiques de ces capitales se rencontrent dans des inscriptions latines de toutes les régions du monde romain surtout entre la fin du premier siècle de notre ère et la fin du IIIe ; les exemples ne manquent pas en Italie et d'une extrémité à l'autre de la Méditerranée21 ; mais la préférence va largement à la capitale carrée dans tous les types d'écriture sur pierre. Au contraire l'originalité de l'Afrique vient d'avoir adopté avec enthousiasme ce style. Si bien que l'on a parlé d'une écriture proprement africaine dès 1881, au moment où était publié le premier volume du tome VIII du Corpus, et où l'installation française en Tunisie attirait particulièrement l'attention sur le cœur de la province proconsulaire22. C'est pourquoi nous avons adopté cette épithète géographique. Si ce style a connu partout dans l'Afrique romaine une faveur considérable, nous ne prendrons en considération ici que les inscriptions de Dougga, non seulement en raison du thème de notre table ronde, mais parce qu'à l'intérieur de la seule province proconsulaire on peut relever des variantes sensibles suivant les régions ou les cités.

2.4. Évolution de l'écriture “africaine” à Dougga

25Depuis les Flaviens, les inscriptions publiques de Dougga offrent essentiellement deux styles d'écriture :

  • Sur des supports ou des monuments de petite taille, avant tout sur les bases honorifiques, les ex-voto, on emploie de préférence les capitales allongées ou très allongées avec une opposition tranchée entre gras et maigres. C'est l'écriture des caractères de moyenne dimension (3 à 8 cm, pour fixer les idées), L'emploi de cette écriture sur ce type de monuments devient presque systématique à Dougga et, plus généralement, dans une partie au moins de la Proconsulaire.

    • 23 Parmi d'autres, sous Hadrien, les inscriptions des tempia Concordiae (ci-dessus, V. Brouquier-Reddé (...)

    La capitale carrée, au dessin parfois légèrement allongé, règne sur la frise ou l'épistyle des grands monuments, ou en tête de certaines inscriptions règne la capitale carrée, au dessin parfois légèrement allongé. Cette écriture aux caractères qui ont souvent un grand module est donc associée à l'architecture monumentale, ce qui n'a rien d'original. Les textes courent sur une ou plusieurs lignes23.

  • 24 CIL, VIII, 26471.
  • 25 CIL, VIII, 26482.
  • 26 CIL, VIII, 26498.
  • 27 ILAfr, 527.
  • 28 CIL, VIII, 26547 + ILAfr, 528.
  • 29 ILAfr, 570 et 571 ; le goût qui se manifeste dans ces deux textes, notamment dans le second, pour l (...)
  • 30 CIL, VIII, 26529 et ILAfr, 561.
  • 31 Capitales carrées : CIL, VIII, 26539, 26540 ; capitales “africaines” : CIL, VIII, 26541, 26542. La (...)

26Mais une série de frises ou d'épistyles manifeste l'attraction de l'écriture “africaine” qu'il n'est pas rare de trouver dans de grandes inscriptions monumentales : par exemple, elle est employée en 119 pour la grande dédicace du temple de la Fortune Auguste, de Vénus et de Mercure24 (pl. 26.10) ; sous le règne de Commode pour la longue inscription du temple de Mercure25 ; en 195, dans le temple de Saturne, pour l'inscription de l'épistyle du portique de la cour26 ; en 214 pour la dédicace du temple de la Victoire de Caracalla27 ; sous Sévère Alexandre pour commémorer la restauration du temple de la Fortune28. Sous ce dernier règne en revanche, la capitale carrée connaît un regain de faveur dans de grandes inscriptions monumentales. C'est peut-être ce qui explique à cette époque l'emploi de capitales carrées pour les bases qui honorent C. Sedius Africanus et son fils29. Déjà, en 173, les longs textes qui accompagnent les deux statues colossales de Lucius Verus divinisé et de Marc Aurèle avaient été gravés en capitales carrées30. Des solutions mixtes, associant des textes en capitales carrées à des textes en capitales “africaines” ont été adoptées en certains cas, par exemple pour les dédicaces de l'arc de Sévère en 20531.

27Tandis que l'on ne relève guère de transformations datables pour l'écriture carrée dans les inscriptions de Dougga, l'écriture “africaine” connaît des nuances sensibles ; la raison en est peut-être que, par ses origines, elle n'était pas prisonnière des mêmes règles contraignantes dans lesquelles la tradition romaine enfermait les capitales carrées. Le style “africain” mûrit sous les Flaviens et au début du IIe siècle et connaît dès lors deux variantes principales qui se distinguent par la répartition des graisses et des maigres, la forme des lettres étant dans les deux cas identique :

    • 32 L'attention étant alors attirée sur eux, les arrêts des lettres sont souvent chargés : par exemple (...)

    Un style baroque avec l'exagération de l'étroitesse des lettres : cette variante s'accompagne souvent de contrastes accentués entre graisses et maigres et de leur report assez fréquent sur les traits ou courbes horizontaux ou presque horizontaux et sur les arrêts des lettres32, comme si, sur le manuscrit correspondant, l'angle d'attaque de la plume de roseau ou du pinceau avait été très aigu par rapport aux lignes horizontales.

  • Un style que l'on peut dire classique : si la forme des lettres est allongée, on conserve dans leur dessin bien des caractéristiques de l'écriture carrée, notamment dans la répartition des graisses et des maigres ; les traits verticaux sont gras et les horizontaux maigres, ce qui, sur un support souple, représenterait un angle d'attaque proche de l'angle droit par rapport aux lignes horizontales. Ce style est en quelque sorte une adaptation de l'écriture carrée au style africain.

  • 33 AE, 1963,94.
  • 34 Éditées et commentées dans le présent volume par S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, p. 77-81.

28Ces deux formes de l'écriture “africaine” se manifestent parfaitement dès le dernier quart du Ier siècle et au début du IIe. Au premier appartient sous Trajan le fragment qui célèbre l'empereur defensor immunitatisperticae Carthaginiensium33. C'est à la même époque qu'est gravé un hommage à Calpurnius Faustinus, fils de Felix et petit-fils de Sidiathon (peut-être dès le règne de Domitien ?) et le texte qui célèbre la générosité de Calpurnius Faustinus, fils de Faustinus34 ; l'écriture est ici presque identique à celle de la base de M. Licinius Rufus, si ce n'est que la gravure en est nettement mieux maîtrisée et que le O dessine un angle aigu au sommet et la base.

  • 35 Éditée et commentée dans le présent volume par N. Kallala, p. 153-158. Le graveur a multiplié les f (...)
  • 36 ILPB, 226, avec les corrections et remarques de Christol 1991, 607-615 (deux textes successifs juxt (...)

29Sous Domitien, le second est représenté en 83/89 par la consécration d'un sanctuaire à Minerve par Q. Vinnicius Genialis35 (pl. 26.1 1) et, avant la mort de Titus, par un grand fragment d'une dédicace gravée sur une plaque de marbre, conservée au Musée du Bardo36 ; la calligraphie de ces deux textes est d'une haute qualité.

  • 37 Édité et commenté dans le présent volume par S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, l'hommage à Calpurniu (...)

30Ces deux tendances du style “africain” s'épanouissent parallèlement sous les règnes d'Hadrien et d'Antonin où elles sont illustrées sur de nombreux monuments. Nous retenons ici surtout pour le style “baroque”, outre les grandes inscriptions monumentales citées ci-dessus, CIL, VIII, 26615, hommage à Sex. Pullaienius Florus Caecilianus, prêtre de Cérès en 126/13237 ; ILAfr, 568, hommage à A. Gabinius Datus le père ; ILTun, 1513, hommage A. Gabinius Datus le fils ; ILAfr, 560, base d'une statue de Marc Aurèle César en 145 ou 146 (pl. 26.12), et encore, au début du règne de Marc Aurèle, CIL, VIII, 26605, hommage à Q. Marcius Maximus. Pour le style “classique”, un fragment inédit sur une plaque de calcaire dur, daté de 134 (pl. 26.13) ; ILAfr, 556a, base d'une statue d'Antonin en 138 ; CIL, VIII, 26609, hommage à L. Marcius Simplex, le donateur du Capitole.

  • 38 On n'est que plus étonné de le rencontrer, avec des fioritures sobres, mais indéniables, à une date (...)
  • 39 Ces fioritures qui introduisent la fantaisie dans l'alignement sont très courantes dans l'écriture (...)

31L'originalité de ce style “africain” est venue avant tout du développement des fioritures en dehors (au-dessus ou au-dessous) de l'alignement dans le dessin de certaines lettres, principalement les C, F, G, L, T, X. A Dougga, ces fioritures semblent n'apparaître, pour le moment, qu'à partir de l'époque flavienne. Elles sont exceptionnelles dans les exemplaires (eux-mêmes rares) de ce type d'écriture en dehors de l'Afrique38. Les fioritures nous semblent un emprunt fait à l'écriture commune39 par les calligraphes qui en ont tiré un parti ornemental en le traduisant dans la pierre.

  • 40 La sobriété du style est remarquable dans de grands textes comme CIL, VIII, 26482 (Commode), 26498 (...)
  • 41 CIL, VIII, 26482, sous le règne de Commode.

32La tendance “classique” l'emporte à Dougga du règne de Marc Aurèle à celui de Sévère Alexandre. C'est l'époque ou l'on retrouve toutes les caractéristiques que nous avons relevées dans CIL, VIII, 26580 : légèreté de la gravure, goût mesuré des fioritures40, distribution des graisses et des maigres comme dans l'écriture carrée ; la forme des lettres est d'ailleurs souvent moins allongée, avec notamment des O ovales et non cassés en haut et en bas. On comparera tout particulièrement avec la dédicace à Passienus Rufus fils la grande inscription du temple de Mercure, sous le règne de Commode41 ; et aussi des textes gravés sur des bases de statues vers la fin du IIe siècle ou au début du IIIe : CIL, VIII, 26590, hommage à Asicia Victoria, une des figures marquantes de Dougga au tournant des IIe et IIIe siècles ; CIL, VIII, 26589, hommage à Asicius Adjutor à la même époque (pl. 27.14).

  • 42 AE, 1966,512.
  • 43 AE, 1966, 511.
  • 44 Poinssot Cl. 1966, 777, pense que la base a été érigée à la fin du IIe et au début du IIIe s., “san (...)
  • 45 En réalité, le seul exemple sûrement daté de ce règne (en 198-209) serait fourni par CIL, VIII, 237 (...)
  • 46 Occurrences dans Duncan Jones 1967, 168-169, et dans Bassignano 1974, 430, index, s. v. vir egre gi (...)

33Un problème ardu nous a été posé par l'inscription de L. Terentius Romanus42 (pl. 27.15). Cet évergète local était probablement décédé quand son fils, C. Terentius Julianus Sabinianus, se substitua au populus Thugg(ensis), pour lui ériger une statue. Cet hommage lui était rendu pour la cura aquae qu'il avait assumée, charge que Cl. Poinssot a mise en relation avec la construction, en 184-185, de l'aqua Commodiana43. Si ce rapprochement est fondé, on admettra que la base de Terentius Romanus date de la décennie ou des deux décennies suivantes, en gros du règne de Septime Sévère, plutôt avant 20544. De fait, l'écriture n'est pas sans rappeler celle des inscriptions que nous venons d'évoquer pour cette époque, et celle de CIL, VIII, 26580, avant tout par la légèreté de la gravure. Mais deux critères conduiraient à retarder ce texte dans le courant du IIIe siècle. Le premier est interne : le dédicant de la statue est fl(amen) perp(etuus), u(ir) e(gregius) ; il n'est pas impossible de rencontrer ces titres associés dès le règne de Septime Sévère45, mais ils sont plus souvent attestés de Sévère Alexandre au courant du IVe siècle46. Le second tient à l'écriture qui évoque les règnes d'Hadrien ou d'Antonin, mais dans un style très maniéré : l'étroitesse extrême des lettres, les fioritures multipliées à l'excès, nous éloignent du classicisme des dernières décennies du IIe et du début du IIIe siècle et nous feraient préférer plutôt le second ou le troisième quart du IIIe siècle.

  • 47 CIL, VIII, 26582.
  • 48 CIL, VIII, 1487 ; lLAfr, 566.
  • 49 lLAfr, 530.
  • 50 ILTun, 1416 (les blocs de l'épistyle ont été remployés dans l'angle nord-ouest de la forteresse). I (...)
  • 51 CIL, VIII, 26520 (Titus ?), 26521 (Trajan), 26522 (Hadrien Pius), 26523 (Marc Aurèle) ; ILAfr, 556 (...)
  • 52 lLAfr, 556b. C'est le renouveau de l'épigraphie municipale, accompagnant la promotion de la commune (...)

34La capitale “africaine” prévaut dans les inscriptions monumentales comme dans les autres après les Sévères, dans la suite du IIIe siècle ; la capitale carrée n'apparaît plus à Dougga jusqu'à la fin du IIIe siècle dans les titres des inscriptions ou sur les frises. A l'époque de Gallien, l'engouement est total pour le style “africain”. Sous ce règne, la base de A. Vitellius Honoratus signo Honorius47, retrouvée sur le forum, constitue encore une œuvre remarquable par sa gravure sobre et élégante (pl. 27.16), avec un dessin des lettres, en particulier des L, caractéristique. Dans l'ensemble, on assiste à une sorte d'exagération des tendances de ce style, avec un développement systématique des fioritures qu'accompagne souvent une certaine raideur. Les capitales, très allongées, sont stéréotypées et ont un tracé rigide (notamment la barre oblique qui termine le R) ou figé (C, G, L) que l'on retrouve sur les nombreux textes officiels de ce temps où un renouveau de l'épigraphie publique accompagna la promotion de la cité au rang de colonie. Aux bases en l'honneur de l'empereur et de son épouse48 s'ajoutent les grandes dédicaces de monuments publics : dans la cour du temple de Tellus49, ou près de l'angle nord-ouest de la forteresse byzantine50. Le style “africain” nous paraît alors assez caractéristique pour que l'on puisse attribuer avec une quasi-certitude à ce règne une série de bases remployées du forum qui furent gravées, en grandes capitales, de brèves dédicaces aux souverains divinisés des temps passés51. Elles attestent une remise en état et une réorganisation du centre civique, et c'est notamment sur l'une d'elles, hommage à Diuus Augustus52 (pl. 27.17), que nous trouvons une écriture assez proche de la base de L. Terentius Romanus.

  • 53 Avec deux dédicaces à Probus : CIL, VIII, 26560 et 26561.
  • 54 De belles réalisations avec CIL, VIII, 15516 (ILPB, 227) ; CIL, VIII, 26562 (ILAfr, 531) ; CIL, VII (...)
  • 55 CIL, VIII. 26472.
  • 56 CIL, VIII, 26568 + ILAfr, 533 ; CIL, VIII, 26569 ; ILTun, 1500, complétant ILAfr, 573 (frag. b : IL (...)

35Les rares exemples d'inscriptions conservées montrent un déclin incontestable dans la décennie suivante53. La tradition épigraphique connaît cependant à Dougga une véritable renaissance sous la Tétrarchie. On perpétue alors servilement le style qui s'était épanoui sous Gallien, avec encore plus de raideur, des contrastes généralement très accentués entre graisses et maigres54, un dessin des lettres parfois médiocre55. Enfin l'éclat retrouvé de la vie municipale sous la dynastie Valentinienne s'accompagne de la gravure de grandes inscriptions publiques qui conservent la tradition des capitales allongées, mais avec de nouvelles recherches esthétiques : elles ne s'expriment plus par le goût des fioritures, ou par le contraste entre graisses et maigres, mais par les variations que l'on observe sur une même ligne dans le module des lettres56.

2.5. Écriture “africaine” et datation : les inscriptions publiques

36La datation par la paléographie n'est donc pas aussi hasardeuse qu'ailleurs à Dougga grâce à l'abondance des témoignages. Du moins en ce qui concerne les inscriptions municipales datées qui fournissent de nombreux jalons chronologiques pour étudier le style des ateliers de graveurs.

37Mais le critère paléographique n'est pas à toute épreuve et il doit être manié avec précaution si le texte n'entre pas en série et si l'on n'y trouve point l'élément caractéristique que constitue le traitement des fioritures. Or, nous l'avons noté, il se trouve qu'à l'époque du style “classique” – en gros entre les règnes de Marc Aurèle et de Sévère Alexandre – les fioritures sont souvent sobres et disparaissent parfois : ainsi pour CIL, VIII, 26528b (en 168) ; 26597 (vers 200) ; 26591 (vers 205) ; ILAfr, 562 (en 209/211). La datation par l'écriture est alors hasardeuse, comme on peut s'en rendre compte, par exemple, en mettant côte à côte CIL, VIII, 15529 = AE, 1969-1970, 653 et CIL, VIII, 26591.

38Et quand bien même le graveur aurait orné le texte de fioritures, les hésitations peuvent avoir cours. En effet, le style “africain” est établi avec toutes ses caractéristiques dès l'époque claudienne pour la forme des lettres pour l'atelier travaillant pour les notables du pagus, et dès l'époque tardo-flavienne pour le développement des fioritures et le style “classique” ; l'écriture “africaine” semble avoir atteint alors sa pleine maturité. Si bien que même en présence de fioritures, il est parfois difficile de trancher : sous Domitien le traitement des capitales sur le socle de la statue de Minerve ne présente pas de différences très sensibles avec celle de la base de A. Vitellius Honoratus, élevée sous le règne de Gallien. Cependant, la sobriété ou, au contraire, l'exagération des traits caractéristiques (fioritures, allongement des lettres etc.), qui peuvent suivre une mode passagère favorisent une meilleure approche chronologique.

39Enfin, même dans les cas les plus favorables, le critère paléographique ne donne jamais une précision chronologique comparable à celle des indications de nombreux textes. L'examen de l'écriture ne permet alors qu'une fourchette assez large de datation. Dans l'ensemble, elle sera d'autant plus précise que l'on aura affaire à des artisans de qualité cherchant à réaliser une écriture d'apparat tenant compte de la mode.

2.6. Écriture “africaine” et datation : les épitaphes

  • 57 Lassère 1973, 7-151.
  • 58 Lassère 1973, 120-128. Notre étude s'appuie sur Bouard 1995 (manuscrit). Le formulaire païen est at (...)
  • 59 Sur l'usage du prénom, en particulier, v. ci-dessous, n. 71.
  • 60 J.-M. Lassère pense que les cippes funéraires se sont multipliés au cours de la seconde moitié du I (...)

40Par suite, son apport sera forcément limité dans le domaine des inscriptions funéraires où l'écriture d'apparat est très rare à Dougga. Or ce domaine est immense puisque l'on doit compter actuellement au moins 1200 épitaphes. Une tentative pour les dater a été faite par J.-M. Lassère57 qui a eu recours au formulaire58, à l'onomastique59, au type de monument60 (stèles à sommet arrondi, grands cippes) ; mais il ne s'agit que d'hypothèses. On ne dispose à Dougga que d'une quinzaine d'inscriptions funéraires datables par des critères internes : encore ne le sont-elles qu'approximativement, par le nom de défunts que l'on rencontre sur des textes publics : ces épitaphes sont l'expression d'un milieu particulier, celui des notables de la cité, qui ne sont donc pas représentatifs de l'ensemble de la population.

41Les critères paléographiques ne peuvent que très rarement entrer en ligne de compte pour dater les inscriptions funéraires ; en effet, la presque totalité d'entre elles sont gravées (avec de multiples variantes) dans une écriture en capitales que nous avons qualifiées de “cursives” dans la mesure où elles correspondent généralement à un tracé rapide sur le modèle confié à l'artisan qui l'a reproduit ensuite plus ou moins fidèlement sur la pierre ; il est rare que l'on se préoccupe dans cette série des contrastes entre les graisses et les maigres, et les fioritures sont très rares. Sur la quinzaine d'épitaphes approximativement datables, deux seulement sont gravées en capitales “africaines”. Autrement dit, les inscriptions funéraires ne peuvent faire progresser la question qui nous occupe ici, à l'exception toutefois de la courte épitaphe de Teletè dont l'écriture nous a paru comparable à un des textes relatifs à M. Licinius Rufus.

2.7. CIL, VIII, 26580 : écriture et datation

42L'écriture de CIL, VIII, 26580 appartient sans conteste à l'époque classique que nous avons discernée dans le style “africain” par la souplesse et la finesse du dessin (pl. 27.18), l'élégance des lettres, le goût des fioritures. Comme l'avaient bien vu nos prédécesseurs, une telle inscription ne saurait en aucun cas être datée des premières années de n. è., d'autant plus que, comme nous le croyons, elle émane de la ciuitas dont nous avons relevé le retard qu'elle avait par rapport au pagus sur le plan du style de l'écriture. Elle appartient à une série d'inscriptions que le style de leur écriture appuyé par divers critères internes permettent de dater des décennies qui couvrent le dernier tiers du IIe siècle et le premier tiers du IIIe.

3. Passienus Rufus et les Thuggenses

43Si la question paléographique est ainsi résolue, nous ne pensons point que l'on doive pour autant identifier le bénéficiaire de CIL, VIII, 26580 avec le proconsul contemporain d'Auguste et croire à une copie d'un original ancien. On l'a dit, on ne pourrait produire aucun autre cas comparable. Les commentateurs ont d'ailleurs relevé des critères internes qui appauvrissaient leur hypothèse : l'important détail de la nomenclature que constitue l'absence de prénoms et, selon eux, la mention, 1. 5/6, des Thuggenses, à quoi on ajoutera la citation embarrassante de la XIIe Fulminante comme seule fonction de Passienus Rufus fils. Ces particularités ont été interprétées comme des laxismes imputables aux copistes de l'époque antonine (ou sévérienne) qui auraient adapté à la mode du temps ( ?) les indications du texte primitif. Mais elles trouvent leur explication si l'on établit que cette inscription est contemporaine du style de l'écriture : ce dernier permet seulement d'approcher la date et il reste à examiner les critères internes qui permettraient de la préciser.

3.1. Les Thuggenses

  • 61 Cette singularité a été relevée par Poinssot L. 1913, 202 (“c'est là que l'hypothèse d'un remanieme (...)
  • 62 C'est-à-dire éventuellement une époque antérieure à la constitution de la cité : on pense ici à l'i (...)

44Outre la base des Passieni Rufi, l'appellation Thuggenses, ethnique employé seul, n'apparaît que dans un seul autre texte qui rend hommage à Asicia Victoria (CIL, VIII, 26590). Sa singularité61 peut-être interprétée de deux manières, une fois exclue l'époque augustéenne62.

  • 63 Grâce au rapprochement avec CIL, VIII, 26591 qui honore le même personnage, Asicia Victoria.
  • 64 Poinssot L. 1913, 186.
  • 65 D'après l'index du Corpus, l'ethnique employé absolument semble au total d'un usage assez rare dans (...)

45Ou bien l'usage de l'ethnique convient à une époque où les deux parties de la cité ne formaient plus qu'un seul peuple, ce qui fut le cas à partir de la création du municipe. Jusqu'en 205, le qualificatif Thuggensis était appliqué aussi bien à la civitas qu'au pagus, mais pour ce dernier l'épithète était seulement géographique et n'avait rien d'un ethnique. A cette époque, employer l'ethnique Thuggenses seul, qualifiant l'une ou l'autre des communautés, pouvait être source de confusion en raison de la différence qui, sur le plan du droit public, les séparait. Au contraire, à partir du moment où les deux communautés n'en firent plus qu'une, en 205, l'emploi de Thuggenses seul pouvait paraître normal : il s'appliquait à tous les membres de la communauté, dotés du même statut. Précisément, on a daté de 205 CIL, VIII, 26590, la base élevée à Asicia Victoria par les Thuggenses63. Pour Louis Poinssot, cet hommage devait intervenir au moment du changement de statut de la communauté64. Selon lui, l'emploi de l'ethnique devrait être expliqué par un flou passager des institutions : la création du municipe était alors acquise, mais la mise en forme des institutions restait à faire. Ainsi devrait-on interpréter la rareté de l'ethnique pour désigner la communauté toute entière65. Cette explication quelque peu embarrassée ne nous semble guère convaincante ; nous préférons croire que dans ce cas ce sont les seuls membres de la ciuitas qui sont en cause sous l'appellation de Thuggenses ; dans ce texte il n'est pas question du municipe, et l'on ne trouve plus jamais, dans la suite, l'emploi de l'ethnique seul pour qualifier la communauté des membres du municipe et de la colonie.

  • 66 On pense ici à la situation de Sutunurca, cité du nord-est de la Proconsulaire dans le territoire d (...)

46Ou bien il faut entendre par Thuggenses les seuls habitants qui, à Dougga, pouvaient se dire véritablement tels, les membres de la ciuitas66. Dans ce cas, le critère fourni par l'ethnique autorise seulement à dire que l'inscription est antérieure à 205, et sa datation dépendrait du seul critère paléographique, c'est-à-dire entre 160/170 et 205.

  • 67 Carton 1895, 166, no 302.
  • 68 Les occurrences sont données par l'index du Corpus, Suppl. 4, p. 270. On ne peut guère tirer argume (...)
  • 69 Sur l'expression populus Thugg(ensis) dans AE, 1966, 512 : outre le sujet des deux inscriptions AE (...)

47Les Thuggenses interviennent en outre comme complément dans deux textes : la base de Q. Calpurnius Rogatianus (CIL, VIII, 26594) qui, sous le règne de Marc Aurèle, est patronus pagi et ciuitatis Thuggensium, expression parfaitement explicite si l'on considère qu'il s'agit d'un ethnique concernant seulement la cité pérégrine. La seconde inscription, la grande dédicace monumentale qui courait sur le portique de la cour du temple de Caelestis (CIL, VIII, 26458), pose un cas épineux ; elle a été datée du règne de Sévère Alexandre parce qu'une autre inscription du sanctuaire, d'une autre graphie67, porte le nom de cet empereur (CIL, VIII, 26457). Vers le début du texte, un des linteaux mentionne un évergète qui semble avoir été (au génitif) [fla]minis q(uin)q(uennalis) reip(ublicae) Thuggensium. On aurait tendance, au premier abord, à appliquer cette formulation singulière au municipe mais celui-ci n apparaît pas dans le texte. D'autre part le monument a été élevé solo priuato, c'est-à-dire sur un domaine où les deux communautés n'étaient pas a priori impliquées ensemble. Enfin, s'il n'est pas impossible que l'on ait pu développer les expressions municipium, colonia Thugg., que l'on rencontre assez souvent, en municipium, colonia Thugg(ensium), il faut noter que, chaque fois que le développement complet est donné par le texte, on trouve Thuggense (mun.), Thuggensis (col.), ou Thugga68. Quoi qu'il en soit, et même si l'on devait refuser de dater CIL, VIII, 26458 d'avant 205, nous continuerions de croire que les Thuggenses comme responsables d'une décision de la communauté étaient les membres de la ciuitas69.

3.2. L'absence de prénom

  • 70 C'est ce qui explique la formulation de la filiation de Passienus Rufus fils.

48Les Passieni Rufi étaient donc des contemporains de Marc Aurèle. de Commode ou de Septime Sévère. Peut-on envisager les raisons pour lesquelles, à cette époque, d'une part le fils fut honoré d'une statue par les Thuggenses, d'autre part pourquoi ces derniers, pour justifier cet hommage, invoquaient l'“amitié” qui les liaient au père70 ? Deux hypothèses se présentent alors, l'une pour les règnes de Marc Aurèle ou de Commode, l'autre pour celui de Septime Sévère.

  • 71 L'attention est attirée en particulier, à Dougga, sur l'usage du prénom : on constate son absence d (...)
  • 72 Seuls des sénateurs sont partenaires dans les exemples de contrats d'hospitalité entre un notable r (...)
  • 73 Dans la région, en 193, Marcius Tertullus dans CIL, VIII, 25515 et ILTun, 1242, à Bulla Regia (mais (...)
  • 74 Voir ci-dessous, n. 88. On pourrait imaginer une lointaine filiation avec le proconsul augustéen, c (...)

49L'inscription CIL, VIII, 26580 ne donne pas de prénom aux deux hommes. Ce détail ne laisse pas d'être surprenant et il a été mis en relief par les commentateurs précédents, car le prénom est toujours présent à Dougga dans la dénomination des notables sur les inscriptions publiques du temps, à la différence de ce qui se passait jusque dans la première moitié du IIe siècle71. Que nous soyons dans ce texte en présence d'hommes de haut rang ne saurait faire de doute ; le tribunat militaire du fils en fait au moins un membre de l'ordre équestre, tandis que l'évocation d'un contrat d'amitié entre Passienus Rufus et les Thuggenses oriente plutôt vers l'ordre sénatorial72. Or il est indéniable que l'on trouve à l'époque en Afrique quelques inscriptions où des sénateurs ne portent pas de prénom73. Mais ce sont des exceptions, et l'on invoquera plutôt ici la parfaite homonymie des deux hommes qui conduisait à abréger leur dénomination. Il est possible que Passienus Rufus et son fils aient porté le prénom de Lucius74.

3.3. L'hypothèse du règne de Marc Aurèle

  • 75 Epist. ad amicos, 1.8, éd. Portalupi 1974, 386 ; Fronton, qui ne le connaît pas et prend l'initiati (...)
  • 76 Bowersock 1969, 124-126 ; Portalupi 1974, 24-25. Dans la correspondance de Fronton, aucune lettre n (...)

50Précisément, c'est à l'ordre sénatorial qu'appartenait, selon H. G. Pflaum, un Passienus Rufus, correspondant de Fronton de Cirta75. On ignore tout de son origine (il pourrait être originaire d'Afrique) et de sa carrière éventuelle. Nous entrons alors dans le domaine des suppositions : sur des activités publiques qu'il aurait eu (ses fonctions ou ses origines l'auraient un jour appelé à nouer des liens privilégiés avec les habitants de Dougga) et sur la chronologie (la lettre qui lui est adressée ne comporte aucun indice chronologique, et la date de la mort de Fronton est incertaine, mais on présume qu'elle survint vers ou en 16976 – nous sommes donc dans cette hypothèse sous le règne de Marc Aurèle). De même, on ignore l'âge qu'avait alors Passienus Rufus, mais il est certain que c'était un homme mûr. S'il doit être relié à l'inscription de Dougga, nul doute qu'il ne s'agisse du père, auquel sont consacrées les 1.4 à 8.

  • 77 RE, 12.2 (1925), s. v. Legio (XII Fulminata), (Ritterling), col. 1708.
  • 78 Zwikker 1941, en part. 206-217, 246-246, 258.
  • 79 Dion Cassius, 72.9 ; ce passage est un commentaire de Xiphilin qui prétend que la XIIe Fulminante t (...)
  • 80 Sur la colonne, un génie ailé à la chevelure et à la barbe opulente, qui figure le génie du fleuve (...)
  • 81 Tertullien s'en fait l'écho en 197 comme d'un fait bien connu, dans Apol., 5.6 : le miracle de la p (...)

51Si l'hommage des Thuggenses se réfère à l'amitié qui les lie à son père, c'est au fils qu'il s'adresse et c'est à lui qu'on élève une statue : le seul titre pour justifier cet honneur, celui que le texte mentionne à l'exclusion de tout autre, est son brevet de tribun de la XIIe Légion Fulminante, dont le surnom n'est pas abrégé. Risquons-nous à une hypothèse. Selon Xiphilin, qui commente ici Dion Cassius, cette légion, ou au moins une vexillation, fut durant l'été 171 (Ritterling77) ou 17278 la vedette d'un drame de la première guerre germanique de Marc Aurèle. Lors d'un combat difficile, l'empereur était dans l'anxiété sur le sort de son armée : il avait invité des légionnaires chrétiens venus de Mélitène (donc des soldats de la XIIe Fulminante) à invoquer le secours de leur dieu. Sensible aux prières des hommes de la Fulminante, c'est par la foudre que celui-ci aurait frappé les Quades qui furent, semble-t-il, noyés ensuite par des pluies diluviennes79. L'épisode dut faire grand bruit, puisqu'il fut propagé avec des variantes et confirmé et illustré sous le règne de Commode par une grande scène sculptée de la colonne aurélienne80. Il a été immédiatement enregistré par la tradition chrétienne, comme l'atteste Tertullien81. Donc, en 171 ou dans les années suivantes, les Thuggenses auraient voulu honorer un des héros du moment, le fils homonyme de leur “ami” Passienus Rufus en lui dressant une statue qui l'associait à un des grands faits militaires du règne dont le récit plus ou moins enjolivé circulait dans la province.

  • 82 Poinssot L. 1906, 277 ; Dessau, CIL, VIII, 26580. Les célèbres tables de patronat datées de 321 tro (...)
  • 83 Occurrences et commentaires : Thes, linguae lat., 5.3, 1936-1942, col. 3038 (Lausberg) ; dans ce se (...)
  • 84 Poinssot L. 1913, 49-51 ; Poinssot Cl. 1969, 230-240. Aucun patron n'est connu ni pour le municipe, (...)

52Ils l'ont fait en vertu de l'amichici qui les liait au père du jeune tribun, c'est-à-dire d'un contrat conclu sous ce terme entre le haut personnage qu'il était et cette communauté locale. L'amichici appartenant au vocabulaire du patronage, on admet que le mot doit être synonyme d'hospitium82 et que cette amitié impliquait des liens de patron à clients83. Cependant, il faut noter que Passienus Rufus n'est pas cité formellement comme patron, précisément parce que, si notre hypothèse chronologique est juste, ce contrat ne devait le lier qu'avec les membres de la ciuitas, alors que tous les patrons connus depuis le milieu du IIe siècle au plus tard le sont à la fois de la ciuitas et du pagus84.

  • 85 Poinssot Cl. 1966, 771-786.
  • 86 Comme le démontre dans ce volume A. Beschaouch, p. 61-73.
  • 87 Parmi ces personnalités, il faut éventuellement compter le notable – peut-être identifiable au Q. C (...)
  • 88 Le site de Dougga a livré l'épitaphe d'un L. Pasenius Aruntius (CIL, VIII, 27112). Poinssot L. 1911 (...)

53Allons plus loin encore dans l'hypothèse : la ciuitas porte dans le dernier tiers du IIe siècle l'épithète d'Aurélia dont Louis et Claude Poinssot ont attribué le bénéfice à Commode85, tandis que, selon A. Beschaouch, la communauté le devait à Marc Aurèle86, qui aurait apporté une amélioration très importante à son statut. On peut croire que pour favoriser cette promotion politique toutes les personnalités influentes furent mobilisées, sur place ou au dehors87 ; il est dès lors tentant de supposer qu'en érigeant la statue de son fils, les Thuggenses remerciaient Passienus Rufus le père dont l'amitié agissante avait pu attirer sur leur communauté la faveur impériale88.

3.4. L'hypothèse de 205

  • 89 Sur les Asicii de Dougga, Jacques 1984, 544-546.
  • 90 CIL, VIII, 26590, 26591 (ILTun, 1427), 26592, 26593.

54Une autre étape importante dans la vie politique de Thugga a été évidemment la promotion au statut de municipe en 205. Le même cas de figure paraît se présenter, avec la nécessité de faire intervenir des appuis influents pour faire aboutir le dossier. Sur place, les Asicii89, et singulièrement Asicia Victoria qui est à ce moment une des figures dominantes de Thugga, ont probablement eu leur rôle dans cette affaire : on le déduit de l'activité évergétique dont fit preuve à la veille de la promotion municipale Asicia Victoria pour rehausser l'image de sa ville, et de l'ampleur des honneurs qui lui furent conférés et des hommages qui lui furent rendus autour de 20590.

55On pourrait de même imaginer qu'à la cour intervint alors un Passienus Rufus, sénateur, fils du contemporain de Marc Aurèle, ayant noué un contrat d'amitié avec les Thuggenses, ce qui lui avait donné une puissante raison de militer en faveur de la promotion de Thugga au rang de municipe dont ses protégés étaient une des partes. Mais, outre qu'aucun sénateur de ce nom n'est attesté à l'époque, on voit bien que l'argumentation ne peut alors envisager d'explication pour l'hommage rendu au fils. C'est pourquoi notre préférence va à la première hypothèse chronologique.

4. Conclusion

56Épaulé par des critères internes qui précisent l'hypothèse chronologique, le style de l'écriture permet de proposer les années 171/172 ou immédiatement postérieures pour dater CIL, VIII, 26580. Pour autant, on ne saurait sous estimer la faiblesse argumentaire inhérente à toute hypothèse de ce genre. Mais cependant nous avons pu établir un faisceau de vraisemblances ou de possibilités, ou même de probabilités qui, dans notre hypothèse, permettent d'intégrer ce texte dans une histoire, celle de la ville de Dougga et celle de l'Empire. En outre, nous avons pu montrer comment le critère du style de l'écriture, en éliminant une interprétation ancienne, permet de s'orienter vers de nouvelles voies qui à leur tour viennent enrichir notre connaissance historique.

APPENDICE : INSCRIPTIONS DE DOUGGA DATÉES PAR DES CRITÈRES INTERNES

Inscriptions publiques

Date

Empereur ou personnage

Critère déterminant

Références principales

10-42 env.

L. Iul. Crassus

IIv. qq design.

CIL, VIII, 26475

14-37

Tibère

CIL, VIII, 26518 + ILAfr, 519

36-37

Tibère

TP 38 (cos 5)

ILAfr, 558

37/42
24/30

Claude
C. Caesetius Perpetuus

cos design 3
an 68 de Cérès

ILAfr, 520 ; cf. Gascou, AntAfr, p. 97

48-49

Claude

TP 8 (cos 3), Imp. 16

CIL, VIII, 26517 ; ILS, 6797 ; ILPB, 224

41-54

Cl. Abascantus

onomastique

ILAfr, 546

54

Claude

TP 14 (cos 5)

ILAfr, 519

Claude-Néron

Lie. Prisca

M. Licinius Tyrannus

AE, 1969, 650

Claude-Néron

M. Lie. Rufus

CIL, VIII, 15529

Claude-Néron

M. Lie. Tyran.

CIL, VIII, 26464

Claude-Néron

M. Lie. Tyran.

CIL, VIII, 26603 ; ILTun, 1433 + AE, 1969/70, 649

15-80 env.

Protè

M. Licinius Rufus

AE, 1969/70, 655

15-80 env.

Teletè

M. Licinius Rufus

AE, 1969/70, 654

50-100 env.

Terentius Rufinianus

inéd, BAC, 1969, p. 230 et 239

69-79

Vespasien et ses fiIls !

ILPB, 2CIL, VIII, 26 ; AE, 1987,1023

83-89

Q. Vinnicius Genialis

an 127 de Cérès

inéd, BAC, 1969, p. 230 et 239

101-200

C. Pompeius Nahanius

CIL, VIII, 26493

102-117

Trajan

AE, 1963, 94

117 ou 118

Hadrien

TP (1 ?), cos 2 (design. ?)

CIL, VIII, 1479

117-138

A. Gabinius Datus

adl. in V Dec. par Hadrien

ILTun, 1513

117-138

Hadrien

CIL, VIII, 26467

117-150

A. Gabinius Datus filius

connu sous Hadrien

ILAfr, 569

117-150

A. Gabinius Datus, M. Gabinius Bassus

connu sous Hadrien

ILAfr, 568

117-150

A. Gabinius Datus, M. Gabinius Bassus

connus sous Hadrien

CIL, VIII, 26468

117-150

A. Gabinius Datus, M. Gabinius Bassus

connus sous Hadrien

CIL, VIII, 26470

117-150

Deux Gabinii

connus sous Hadrien

inédit

117-150

Gabinia Beata

ép. un A. Gabinius Datus

ILTun, 1511

117-150

M. Gabinius Bassus

connu sous Hadrien

ILTun, 1512

119 ?

Hadrien

TP, cos 3

CIL, VIII, 26471

Hadrien-Antonin

Q. Maedius Severus

connu par CIL, VIII, 26471, 119-138

CIL, VIII, 27012

126-132

Sex. Pull. Florus Caeclianus

an 170 de Cérès

CIL, VIII, 26615 ; ILS, 9404

134

Hadrien

TP 18 (cos 3)

inédit

138

Antonin

TP (1), cos desig. 2

ILAfr, 556a

138-161

Antonin

CIL, VIII, 26525

138-161

Antonin

ILAfr, 521

138-161

Iulia Paula Laenatiana

connue sous Antonin

CIL, VIII, 26490

145-146

Marc Aur. Caes.

cos 2

ILAfr, 560

150-200

C. Iulius Martialis Catapala

père de CIL, VIII, 26600

CIL, VIII, 26602

150-200

Honoratus Catap[---]

= CIL, VIII, 26600 ? cf. CP, BAC, 69, p. 244-245

CIL, VIII, 26600a

150-200

Iulius C[---Honor ?]atus Catapalianus

cf. CP, BAC, 69, p. 244-245

CIL, VIII, 26600

150-205

M. Iulius Rogatianus Catapalianus

cf. CP, BAC, 69p. 244-245

CIL, Vili, 26602ab ; ILAfr, 536 ; ILTun, 1432

157

Antonin

TP 20 (cos 4, imp. 3)

AE, 1968,585

161-205

civitas Aurélia Thugga

CIL, VIII, 26625

161-205

civitas Aurélia Thugga

ILAfr, 574

161-222

Marc Aur, ou Car. ou Elagabal.

CIL, VIII. 26479

162(postr)

M. Paccius Silvanus

cos 162

CIL, VIII, 26579

164-169

Marc Aur., Lucius Verus

Titres vict.

CIL, VIII, 265CIL, VIII, 26

164-180

Faustine

Titre Marc Aur.

CIL, VIII, 26532

166(postr)

mention de Marc Aur. et Lucius Verus

ILTun, 1515

166-169

C. Marcius Clemens

connu sous Marc Aur. et Lucius Verus, frère de L. Marcius Simplex

CIL, VIII, 26604

166(postr)

L. Marcius Regilianus

connu sous Marc Aur. et Lucius Verus

CIL, VIII, 26610

166 (postr)

L. Marcius Simplex

connu sous Marc Aur. et Lucius Verus

CIL, VIII, 26609

166 (postr)

L. Marcius Simplex, LMS Regilianus

mention de Marc Aur. et Lucius Verus

CIL, VIII, 15514

166 (postr)

Marc Aur., Lucius Verus

Titres vict.

CIL, VIII, 15513

166-169

Marc Aur., Lucius Verus

Titres vict.

CIL, VIII, 26527

166-169

Marc Aur., Lucius Verus

Titres vict.

CIL, VIII, 26528

166-169

Marc Aur., Lucius Verus

Titres vict.

CIL, VIII, 26528a

166-169

Marc Aur., Lucius Verus

Titres vict.

ILAfr, 555

161 (postr)

P. Marcius Quadratus

cf. CIL, VIII, 26528

CIL, VIII, 26465

161 (postr)

P. Marcius Quadratus

cf. CIL, VIII, 26528

CIL, VIII, 26606 ; ILS. 9364

161 (postr)

P. Marcius Quadratus

cf. CIL, VIII, 26528

CIL, VIII, 26607

161 (postr)

Q. Calpurnius Rogatianus

mention de Marc Aur. et Lucius Verus

CIL, VIII, 26594

161 (postr)

Q. Marcius Maximus

connu sous Marc Aur. et Lucius Verus, père de L.Marcius Simplex

CIL, VIII, 26605

166-205

mention de Marc Aur. et Lucius Verus

ILTun, 1514

166-217

Marc Aur. ou Carac.

Parthicus

CIL, VIII, 26531

168

Marc Aur.

TP 22 (cos 3, Imp. 5)

CIL, VIII, 26528b ; ILS, 9399

173

Marc Aur.

TP 27 (cos 3, Imp. 6)

CIL, VIII, 26529

173

Marc Aur.

TP 27 (cos 3, Imp. 6)

ILAfr, 561

180-205

Clemens Clodianus

uterque ordo

CIL, VIII, 26597

180-192

Commode

CIL, VIII, 26500

180-192

M. Pacuvius Felix Victorianus

CIL, VIII, 26635 ; ILAfr, 517

180-192

Q. Pacuvius Saturas, Nahania Victoria

CIL, VIII, 26484

180-192

Q. Pacuvius Saturas, Nahania Victoria

ILTun, 1396

180-192

Q. Pacuvius Saturas, Nahania Victoria

Nom de Commode martelé

CIL, VIII, 26482 ; ILAfr, 516

180-205

Asicia Victoria

uterque ordo

CIL, VIII, 26590

180-205

Asicius Adiutor, M. Vibius Felix Martianus, Asicia Victoria

Asicia V. connue à cette ép.

CIL, VIII, 26589

180-210

[---]tus Minervianus

Asicia Victoria est sa grand'mère

CIL, VIII, 26592

180-250

Q. Pacuvius Saturas

mort à 85 ans, actif sous Commode

CIL, VIII, 1532

183-205

Gabinius Octavius Festus Sufetianus

Chev. par Commode ; cf. CP, BAC, 69, p. 244. Ciuitas

CIL, VIII, 26598 ; ILAfr, 535

183-205

Gabinius Octavius Festus Sufetianus ?

Chev. par Commode ; cf. CP, BAC, 69, p. 244-245.

CIL, VIII, 26624

184-187

Antonius Zeno

Procos

AE, 1966,511

184-192

Commode

CIL, VIII, 26533 ; ILAfr, 523

184-192

Commode

Britannicus

CIL, VIII, 26535 ; ILAfr, 524

185

Commode

TP 10

CIL, VIII, 26497

193-211

Pertinax ou Sept. Sév.

CIL, VIII, 26537

193-211

Pertinax ou Sept. Sév.

CIL, VIII, 26538

193-217

Julia Domna

ILAfr, 563

193-235

un Sévère

CIL, VIII, 26536

193-235

un Sévère

CIL, VIII, 26553

195

Septime Sévère

TP 3 (cos 2)

CIL, VIII, 26498

198-205

Commode, frère Sept. S.

CIL, VIII, 27374 : ILPB, 228

198-211

Sept. Sév., Jul. Domna

Carac. Aug.

CIL, VIII, 1481 = 15523

198-212

Les mêmes + Car., Géta

CIL, VIII, 26544

201-202

Fulvia Plaut.

fiancée de Carcacalla

ILAfr, 565

201-202

Plautien

ILAfr, 564

205

Caracalla

cos 2

CIL, VIII, 26541

205

Caracalla

TP 8, cos 2

ILAfr, 5CIL, VIII, 26

205

Geta Caes.

arc de Sévère

CIL, VIII, 26542

205

Sept. Sév. (arc)

TP 13 (cos 3, Imp. 12)

CIL, VIII, 26539 (ILAfr, 525) CIL, VIII, 26540 (ILAfr, 5CIL, VIII, 26)

205-

Asicia Victoria

municipe

CIL, VIII, 26593

205-210

uterque ordo, mun.

CIL, VIII, 26622

205-210

Asicia Victoria, Asicianes

uterque ordo, mun.

CIL, VIII, 2659la-b ; ILTun, 1427

205-261

mun. Sept. Aur. lib.

CIL, VIII, 26556

205-261

mun. Sept. Aur. lib.

CIL, VIII, 26633

205-261

mun. Sept. Aur. lib.

CIL, VIII, 26634

205-261

mun. Sept. Aur. lib.

CIL, VIII, 26635b ; ILAfr, 541

205-261

mun. Thu[---]

ILAfr, 572

205-261

C. Sedius Africanus

mun. Sept. Aur. lib.

ILAfr, 570

205-261

C. Sedius Honoratus Africanus

fils de ILAfr, 570 ; mun. Sept. Aur. lib.

ILAfr, 571

208

Sept. Sév.

TP 16

CIL, VIII. 26543

209-211

Sept. Sév., Car., Géta

Imppp.

ILAfr, 562

210-211 ?

Sept. Sév.

TP 18 ? (cos 3, lmp. 15)

AE, 1985, 868

214

Caracalla

TP 17, lmp. 3 (cos 4)

ILAfr, 527

219-250

P. Aelius Secundinus

municipe

ILTun, 1420

222-230

Sév. Alex., Sall.Barbia

CIL, VIII, 26548

222-235

Sévère Alexandre

CIL, VIII, 26457 + CIL, VIII, 26554

222-235

Sévère Alexandre

CIL, VIII, 26547 ; ILAfr, 528

222-235

Sévère Alexandre

CIL, VIII. 26557 ; ILAfr, 529

224

Sévère Alexandre

cirque

CIL, VIII, 26550

224

Sévère Alexandre

TP 3, cos

CIL, VIII, 26549

226-228

Sévère Alexandre

Cos des. 3

CIL, VIII, 26551

228-229 ?

Sévère Alexandre

TP 9 ? cos 3 ?

inédit

232

Sévère Alexandre

TP 11 (cos 3)

CIL, VIII, 26552

235

Sévère Alexandre

TP 14

CIL, VIII, 15527

261-268

Botria Fortunata

Déd. du T. de Tellus

ILAfr, 553

261-268

Gallien

TP 10, Imp. 10, cos 4

CIL, VIII, 1487 ; ILS, 584

261-268

Gallien, Salonine

TP 10, cos 4

ILAfr, 530

261 (postr)

Emp.

colonia Thuggensis

CIL, VIII, 26571

261 (postr)

Emp. du IIIe s. ? TP 3

colonia Thuggensis

CIL, VIII, 26564

261 (postr)

L. Instanius Pap. Commodus Asicius

colonia Thugga

CIL, VIII, 26601

261 (postr)

Titisenius Pap. Felicissimus Cornelianus

colonia Thugga

ILAfr, 539 (CIL, VIII, 26618 + CIL, VIII, 266CIL, VIII, 26)

260-268

A. Vitellius Felix Honoratus

Règne de Gallien

CIL. VIII, 26582

260-268

Salonine

Règne de Gallien

ILAfr, 566

264

Gallien, Salonine

TP 13, cos 4

ILTun, 1416

276-282

Probus

CIL, VIII, 26560 ; ILS, 8927

276-282

Probus

CIL, VIII, 26561

285-288

Maximien

TP 1 à 4

CIL, VIII, 26563

286-290

Maximien

Max. Aug. 286 ; procos Aur. Ant.

CIL, VIII, 1488+ 26574a

293-305

Tétrarques

CIL, VIII, 15516a ; ILPB, 227

293-305

2 Césars.

ILAfr, 567

293-305

2 Césars, col.

CIL, VIII, 15516b

293-305

Tétrarques

CIL, VIII, 26472

295

Constance Chlore

TP 3 (cos 2)

CIL, VIII, 26566

295

Galère

procos Post. Titianus

CIL, VIII, 26573

298

Maximien

cos 5 des. 6

ILAfr, 531

376-377

Valens, Gratien, Val.II

procos D. Hilar. Hesp.

CIL, VIII, 26568 + ILAfr, 533

378-383

Gratien

ILAfr, 573 ; ILPB, 225

379-383

Gratien, Val.II, Théodose

CIL, VIII, 26569

Inscriptions funéraires

Image 100000000000030F00000433C4DF1737.jpg

Discussion

57A. Beschaouch.— A. B. met en exergue les aspects novateurs de cette analyse et on attend, tant pour Thugga que pour le reste de l'Afrique Romaine, des datations mieux assurées quand, à défaut d'autres éléments de datations, l'écriture paléographique prime. Il pose des questions sur la date de l'inscription CIL, VIII, 15529, et sur l'hypothèse de Cl. Poinssot (BAC, 1969-70). L. Maurin répond qu'il n'a pas d'autres éléments que ceux qui ont été présentés dans la communication.

Bibliographie

Bibliographie

Bakker, L. (1993) : “Raetien unter Postumus”, Germania, 71, 369-386.

Bassignano, M. S. (1974) : Il fiammato nelle province dell'Africa, Rome.

Benabou, M. (1976) : La résistance africaine à la romanisation, Paris.

Bouard, V. (1995) : La mort à Dougga sous le Haut-Empire à partir des inscriptions funéraires païennes, 2 vol., mémoire de maîtrise sous la direction de L. Maurin, Bordeaux, 1995 (manuscrit).

Bowersock, G. W. (1969) : Greek Sophists in the Roman Empire, Oxford.

Burnett, A., M. Amandry et P. P. Ripollès (1992) : Roman Provincial Coinage. Vol. I (Part I et II) : From the Death of Caesar to the Death of Vitellius (44 BC-AD 69), Londres-Paris.

Cagnat, R. (1886) : “Inscriptions inédites de Dougga et de Chemtou”, Bulletin épigraphique de la Gaule, 6, p. 17-26.
— (1888) :“IVe Rapport”, Archives des missions scientifiques, 14.

Carton, Dr L. (1895) : Découvertes épigraphiques et archéologiques faites en Tunisie, Paris.

Christol, M. (1991) : “Remarques sur une inscription de Thugga : le pagus dans la colonie de Carthage au Ier siècle ap. J.-C.”, Epigrafia, Actes du colloque... en mémoire d'Attilio Degrassi, Rome, 27-28 mai 1988, Rome, 1991 (EFR, 143), p. 607-628.

Demaison, N. (1995) : Les inscriptions datées de Dougga, Synthèse, Catalogue, Annexe iconographique, mémoire de maîtrise sous la direction de L. Maurin, Bordeaux, 1995 (manuscrit).

Duncan Jones, R. (1967) : “Equestrian Rank in the Cities of the African Provinces under the Principate : an Epigraphic Survey”, PBSR, 35, 147-188.

Dupuy, X. (1992) : “Constructions publiques et vie municipale en Afrique de 244 à 276”, MEFRA, 104, 233-280.

Gascou, J. (1972) : La politique municipale de l'empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome.
— (1979) : “L'emploi du terme respublica dans l'épigraphie latine d'Afrique”, MEFRA, 91,
83-398.
— (1994) : “Les undecemuiri de Nîmes”, Mélanges M. Leglay, Paris, 416-423 et pl. LXV.

Gonzalez Fernandez, J. (1991) : Corpus de Inscripciones Latinas de Andalucia, t. II, 2 vol.

Gonzalez Roman, C. et J. Margas Monjarrés (1991) : Corpus de Inscripciones Latinas de Andalucia, t. III, 2 vol.

Gordon, A. E. (1958-1961) : Album of Dated Latin Inscriptions. Rome and the Neighbourhood, Berkeley.

Gordon, J. S. et A. E. (1957) : Contributions to the Palaeography of Latin Inscriptions, Berkeley.

Harmand, L. (1957) : Le patronat sur les collectivités publiques, Paris.

Hübner, A. (1885) : Exempta scripturae epigraphicae latinae a Caesaris dictatoris morte ad aetatem Iustiniani, Berlin.

ILPB = Benzina Ben Abdallah, Z. (1986) : Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du Bardo, EFR, 92, Rome.

Jacques, J. (1984) : Le privilège de liberté, Rome (EFR 76).

Lassère, J.-M. (1973) : “Recherches sur la chronologie des épitaphes païennes de l'Africa”, AntAfr, 7, 7-151.

Le Bohec, Y. (1989) : La troisième légion Auguste, Paris.

Mallon, J. (1952) : Paléographie romaine, Madrid.
— (1982) : De l'écriture, Paris.

Maurin, L. (1987) : “C/L, VIII, 12521 (= CIL, XIII, 593) et l'enceinte romaine de Bordeaux”, Aquitania, 5, 123-132.
— (1995) : “Pagus Mercurialis ueteranorum Medelitanorum”, MEFRA, 107, 124-125.

Nash, E. (1961) : Bildlexikon zur topographie des antiken Rom, t. 1, Tübingen.

Ors, A. d'(1953) : Epigrafia juridica de la Espana Romana, Madrid.

Pflaum, H. G. (1964) : “Les correspondants de M. Cornelius Fronto de Cirta”, Hommages à Jean Bayet, Bruxelles (coll. Latomus, 70), 544-560.

Poinssot, Cl. (1966) : “Aqua Commodiana Ciuitatis Aureliae Thuggae”, Mélanges d'Archéologie, d'épigraphie et d'histoire offerts à J. Carcopino, Paris, 771-786.
— (1969) : “M. Licinius Rufus, patronus pagi et civitatis Thuggensis”, BAC, n. s. 5, 216-258.

Poinssot, L. (1906) : “Les inscriptions de Thugga. Textes publics”, NAMS, 13, 3, 103-355.
— (1913) : “Inscriptions de Thugga découvertes en 1910-1913”, NAMS, 21, 8, 1-227.

Portalupi, F. (1974) : Opere di Marco Cornelio Frontone, Turin.

Saumagne, Ch. et J. Ferron (1966) : “Une inscription commémorative de la consecratio de Carthage : Adon Baal”, CRAI, 61-76.

Thomasson, B. E. (1960) : Die Statthalter der romischen Provinzen Nordafrikas von A ugustus bis Diokletian, Lund.

Thylander, H. (1952) : Étude sur l'épigraphie latine, Lund.

Zwikker, W. (1941) : Studien zur Markussdule, I, Amsterdam.

Notes

1 Hübner 1885, fait un historique des recherches sur l'écriture des inscriptions depuis le XVe siècle, p. XIIIXVII.

2 Cette étude s'appuie sur Demaison 1995. C'est sur les données de ce mémoire qu'a été dressé le tableau donné ici en annexe.

3 Thomasson 1960 II, 17-18. Hypothèses sur l'activité du personnage en Afrique : Benabou 1976, 61 et n. 62 ; Le Bohec 1989, 81. Velleius Paterculus, 2, 116, 2, rappelle qu'il y a mérité l'honneur du triomphe, ce qu'ont commémoré un grand bronze frappé par l'atelier monétaire de Thanae HrThina (Burnett et al. 1992, I, 204, no 808 et II, pl. 46 : au revers, L. Pass[ien]us Rufus Imp(erator) et une inscription d'Ellès, en Afrique Proconsulaire (CIL, VIII, 16456 = ILS, 120). Sur le personnage, en général, RE, 18, 4 (1949), Passienus 6, col. 2098 (Hanslik)

4 CIL, VIII, 26580 et ILS, 8966, notes.

5 Poinssot L. 1906, 277, no 137 : date probablement postérieure à la construction du théâtre, en 168 ou 169 ; Poinssot L. 1913, 201, no 88 ; 201-202 (cf. ILTun, 1422) : époque d'Hadrien (en comparant avec l'écriture de CIL, VIII, 26471), ou postérieure. Entre CIL, VIII, 26471 et 26580, le style de l'écriture présente en réalité des nuances sensibles.

6 Poinssot L. 1913, 49-50, n. 5 et 201.

7 On a vu sur quelle voie sans issue elle a conduit naguère Ch. Saumagne et J. Ferron, pour un texte qui était cependant de nature assez différente : 1966, 61-76 (AE, 1967, 546) ; il s'agissait dans ce cas d'un faux.

8 ILAfr, 558.

9 ILAfr, 520 (apportant des compléments à CIL, VIII, 26519). Un fragment découvert en 1961 permet de compléter les lacunes de la seconde partie du texte et précise la composition du monument offert (1. 7 : arcum et gradus) ; sur ce fragment, Poinssot Cl. 1969, 231 et 255 ; texte complet dans Christol 1991, p. 618-619.

10 CIL, VIII, 26475.

11 CIL, VIII, 26517 ; ILPB, 224.

12 Hübner 1885, no 75-90. Gordon 1958-1965.

13 Christol 1991, 625-626, pense que l'offrande de ces évergètes locaux avait été placée dans le cadre du pagus, et non dans celui de la cité pérégrine, parce que la dédicace est faite par un notable carthaginois. Mais à l'époque, cette intervention de la colonie était normale si, comme le pagus, la cité pérégrine se trouvait dans la dépendance directe de Carthage, comme le voudrait dans ce même volume A. Beschaouch.

14 Éditée et commentée dans le présent volume par N. Kallala, p. 158-162.

15 Cagnat 1886, 18 ; 1888, 96, no 66.

16 Poinssot Cl. 1969, 225 et 236 ; l'auteur s'engage alors dans un raisonnement circulaire : la 1. 4 mentionne un décret des décurions, ce qui tendrait à assurer que l'on est en présence d'une restitution du texte postérieure au Ier siècle, car on suppose que le pagus ne pouvait être une res publica sous Claude ou Néron. L'hypothèse de Cl. Poinssot est en somme admise par Christol 1991, 623 n. 49.

17 Mallon 1952, dont nous suivons les conclusions, en particulier p. 22-27, 49, 57-59, et Gordon 1957, 93-125 (sur le ductus des capitales manuscrites).

18 Plus l'angle d'attaque se rapproche de l'horizontale, plus les graisses seront accentuées et apparaîtront dans les tracés horizontaux.

19 Mallon 1952, 58-59.

20 Mallon 1952, 22-25.

21 II est illusoire de prétendre donner un catalogue d'exemples ; on évoquera néanmoins deux textes très célèbres qui diffèrent à la fois par leur époque et leur calligraphie, mais appartiennent tous deux à ce type d'écriture : la dédicace des Athéniens à Hadrien archonte en 112 (CIL, III, 550 ; ILS, 308) et la dédicace gravée en 260 à la Victoire contre les barbares découverte en 1992 à Augsbourg (Bakker 1993, 369-386. Sur ce style en Gaule, Maurin 1987, 123-132 (AE, 1987, 768). Il n'est pas étonnant de rencontrer un lot relativement étoffé d'exemples de cette écriture (essentiellement des inscriptions funéraires), parfois avec quelques fioritures, dans l'ancienne Bétique : Gonzalez Fernandez 1991 ; Gonzalez Roman & Margas Monjarrés 1991 ; bel exemple dans Mallon 1982, 302.

22 Voir en particulier, à propos CIL, VIII, 12521 = CIL, XIII, 593, Héron de Villefosse 1881, 160-172.

23 Parmi d'autres, sous Hadrien, les inscriptions des tempia Concordiae (ci-dessus, V. Brouquier-Reddé, S. Saint Amans) ; plus tard, les dédicaces des arcs de Septime Sévère (CIL, VIII, 26539, 26540 = ILAfr, 525, 526) et de Sévère Alexandre (CIL, VIII, 26551).

24 CIL, VIII, 26471.

25 CIL, VIII, 26482.

26 CIL, VIII, 26498.

27 ILAfr, 527.

28 CIL, VIII, 26547 + ILAfr, 528.

29 ILAfr, 570 et 571 ; le goût qui se manifeste dans ces deux textes, notamment dans le second, pour les ligatures ornementales, les ferait attribuer à ce règne.

30 CIL, VIII, 26529 et ILAfr, 561.

31 Capitales carrées : CIL, VIII, 26539, 26540 ; capitales “africaines” : CIL, VIII, 26541, 26542. La même observation pourrait être faite à propos des inscriptions des Templa Concordiae à l'époque d'Hadrien : capitales carrées : CIL, VIII, 26467, 26468 et deux textes découverts en 1960 publiés ici par V. Brouquier-Reddé et S. Saint Amans, p. 194-196 ; capitales “africaines” : CIL, VIII, 26470 ; mais, comme le montrent ces auteurs, il n'est pas certain que cette dernière inscription ait la même place dans l'architecture des monuments et soit contemporaine des autres.

32 L'attention étant alors attirée sur eux, les arrêts des lettres sont souvent chargés : par exemple le haut de la lettre A s'alourdit d'une courbe vers la gauche.

33 AE, 1963,94.

34 Éditées et commentées dans le présent volume par S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, p. 77-81.

35 Éditée et commentée dans le présent volume par N. Kallala, p. 153-158. Le graveur a multiplié les fioritures (pour le C, le G, le X), mais sans système.

36 ILPB, 226, avec les corrections et remarques de Christol 1991, 607-615 (deux textes successifs juxtaposés, entre 70 et 79), d'où AE, 1991, 1666 a-b.

37 Édité et commenté dans le présent volume par S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, l'hommage à Calpurnius Felix, fils de Faustinus, est à placer sous le règne d'Hadrien par l'écriture de la dernière ligne qui s'ajoute aux critères internes développés par eux.

38 On n'est que plus étonné de le rencontrer, avec des fioritures sobres, mais indéniables, à une date très précoce puisqu'il s'agit du règne de Tibère dans une inscription de Nîmes CIL, XII, 3179 = ILS, 2267 ; reproduite par Gascou 1994, pl. LXV.

39 Ces fioritures qui introduisent la fantaisie dans l'alignement sont très courantes dans l'écriture commune avec un instrument souple (pinceau) ou rigide (pointe) sur des supports durs : enduits peints, pierre et, pour les plus nombreux, céramique (avant tout après cuisson) ; il est naturellement plausible que les textes en écriture commune, dessinés au charbon ou gravés à la pointe sur de tels supports (des tessons de céramique par exemple) aient inspiré à l'origine les lapicides africains qui en ont fait un style de gravure sur pierre autonome.

40 La sobriété du style est remarquable dans de grands textes comme CIL, VIII, 26482 (Commode), 26498 (en 195), 26458 (Sévère Alexandre).

41 CIL, VIII, 26482, sous le règne de Commode.

42 AE, 1966,512.

43 AE, 1966, 511.

44 Poinssot Cl. 1966, 777, pense que la base a été érigée à la fin du IIe et au début du IIIe s., “sans doute après 205”, en raison de critères internes qui ne paraissent pas bien assurés : 1) la tribu Papiria qui est celle du dédicant ; on a cru à tort qu'elle dut, seulement depuis la création du municipe, être celle des nouveaux citoyens de Dougga ; 2) l'emploi du mot respublica attesté par des inscriptions datées postérieures à la création du municipe. I. Gascou a bien montré que le mot respublica n'était en aucun cas lié au statut d'une communauté 1979, 383-398.

45 En réalité, le seul exemple sûrement daté de ce règne (en 198-209) serait fourni par CIL, VIII, 2372, de Timgad ; mais une erreur de lecture (VE pour VET) nous paraît probable au vu des autres textes concernant le même personnage et son fils (AE, 1941,46 ; AE, 1946, 66 ; CIL, VIII, 2408). Ducan Jones 1967, date “post 161” un certain nombre de textes qui sont sensiblement plus tardifs que ce terminus post quem, selon toute vraisemblance, comme AE, 1937, 57, qui nomme deux e. v. flaminales.

46 Occurrences dans Duncan Jones 1967, 168-169, et dans Bassignano 1974, 430, index, s. v. vir egre gius. Nous remercions X. Dupuy d'avoir attiré notre attention sur ce point.

47 CIL, VIII, 26582.

48 CIL, VIII, 1487 ; lLAfr, 566.

49 lLAfr, 530.

50 ILTun, 1416 (les blocs de l'épistyle ont été remployés dans l'angle nord-ouest de la forteresse). Il faut ajouter maintenant à cette série la dédicace au dieu Soleil (CIL, VIII, 26499), voir dans le présent volume, M. Khanoussi, p. 118 et N. Rullala, p. 163-165.

51 CIL, VIII, 26520 (Titus ?), 26521 (Trajan), 26522 (Hadrien Pius), 26523 (Marc Aurèle) ; ILAfr, 556 (Auguste) ; 557 (Livie) ; 560 (Vespasien).

52 lLAfr, 556b. C'est le renouveau de l'épigraphie municipale, accompagnant la promotion de la commune, qui nous invite à dater plus précisément AE, 1966, 512 du règne de Gallien. On sera alors tenté de mettre en relation la cura aquae de Terentius avec la construction des thermes liciniens. Le style de l'écriture ne permet ici qu'une estimation chronologique très approximative.

53 Avec deux dédicaces à Probus : CIL, VIII, 26560 et 26561.

54 De belles réalisations avec CIL, VIII, 15516 (ILPB, 227) ; CIL, VIII, 26562 (ILAfr, 531) ; CIL, VIII 26566 ; ILAfr, 513.

55 CIL, VIII. 26472.

56 CIL, VIII, 26568 + ILAfr, 533 ; CIL, VIII, 26569 ; ILTun, 1500, complétant ILAfr, 573 (frag. b : ILPB, 225, photo).

57 Lassère 1973, 7-151.

58 Lassère 1973, 120-128. Notre étude s'appuie sur Bouard 1995 (manuscrit). Le formulaire païen est attesté à date tardive (IVe siècle ? plus tard ?) par une épitaphe commençant par la formule DMS, sur une mosaïque funéraire historiée : ILTun, 1520.

59 Sur l'usage du prénom, en particulier, v. ci-dessous, n. 71.

60 J.-M. Lassère pense que les cippes funéraires se sont multipliés au cours de la seconde moitié du IIe siècle. Mais les modestes stèles à sommet arrondi ont dû continuer leur carrière pour les petites gens.

61 Cette singularité a été relevée par Poinssot L. 1913, 202 (“c'est là que l'hypothèse d'un remaniement du texte peut, semble-t-il, intervenir utilement”).

62 C'est-à-dire éventuellement une époque antérieure à la constitution de la cité : on pense ici à l'inscription CIL, VIII, 26274 qui oppose à l'intérieur d'un castellimi les Uchitani, indigènes, aux coloni, ces derniers étant probablement les membres du futur pagus (Gascou 1972, 173-174). Cette interprétation appuierait l'hypothèse traditionnelle, à laquelle nous nous opposons en raison de l'absence de cas comparable et du critère paléographique.

63 Grâce au rapprochement avec CIL, VIII, 26591 qui honore le même personnage, Asicia Victoria.

64 Poinssot L. 1913, 186.

65 D'après l'index du Corpus, l'ethnique employé absolument semble au total d'un usage assez rare dans l'épigraphie des villes de Proconsulaire, à l'exception de celles de Tripolitaine.

66 On pense ici à la situation de Sutunurca, cité du nord-est de la Proconsulaire dans le territoire de laquelle un pagus de vétérans avait été taillé sous Auguste : à l'époque antonine on voit des notables se dire, dans leur ville, Sutunurcenses : CIL, VIII, 24003 ; ILAfr, 300 (ILPB, 160) ; Maurin 1995, 124-125. On pourrait avoir un cas semblable à Dougga, avec un personnage qui se dit Thuggensis dans un texte très mutilé (CIL, VIII, 15531).

67 Carton 1895, 166, no 302.

68 Les occurrences sont données par l'index du Corpus, Suppl. 4, p. 270. On ne peut guère tirer argument de la mention de q(uin)q(uennalis), dans l'ignorance où l'on est du détail des institutions locales avant 205.

69 Sur l'expression populus Thugg(ensis) dans AE, 1966, 512 : outre le sujet des deux inscriptions AE 1966, 511 et 512, l'eau publique, il y a une certaine cohérence entre elles : l'aqua Commodiana est construite par la ciuitas Aurelia Thugga et, pour élever la statue de L. Terentius Romanus, une collecte avait été faite dans le populus Thugg(ensis), expression que l'on pourrait considérée comme synonyme de Thuggenses, membres de la ciuitas. Il nous semble cependant que l'expression populus Thugg(ensis) se rapporte plutôt à une époque plus tardive (pourquoi l'aurait-on pas employée sous Commode, plutôt que Thuggenses ?) et qu'elle s'applique au corps civique du municipe ou de la colonie. C'est pourquoi une datation de la cura aquae dans le courant du IIIe siècle conviendrait. Sur le rôle du populus au IIIe siècle, Dupuy 1992, 259.

70 C'est ce qui explique la formulation de la filiation de Passienus Rufus fils.

71 L'attention est attirée en particulier, à Dougga, sur l'usage du prénom : on constate son absence dans des inscriptions publiques concernant des Africains au Ier siècle et peut-être encore au début du second siècle : CIL, VIII, 26517, mais aussi dans une série de textes relatifs aux Calpurnii connus, comme CIL, VIII, 27362 (droit) ou édités et commentés dans le présent volume par S. Aounallah et Z. Ben Abdallah ; les curateurs désignés dans ces textes ne portent pas plus de prénom que les personnages honorés. De même, sans doute encore au Ier siècle, le princeps civitatis Julius Felix, fils de Candidus (nouvelle lecture de AE, 1966, 510), n'a-t-il pas de prénom, et l'on remarque que, dans la dédicace à Jupiter Auguste étudiée par N. Kallala, le prénom de L. Terentius Rufinianus, fil d'Adjutor, omis d'abord, a été ajouté en marge. Noter aussi que ces noms ne sont jamais accompagnés de la mention de la tribu. Ces exemples conduisent à hésiter à classer systématiquement comme d'époque tardive dans le Haut-Empire (après le milieu du IIe s.) les épitaphes où le défunt ne porte pas de prénom (cf. Thylander 1952, 77-79). Cf. d'ailleurs Benabou 1976, 553, Lassère, 1973, 59 ; et les remarques faites ici sur les Calpurnii de Dougga par S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, p. 77-96.

72 Seuls des sénateurs sont partenaires dans les exemples de contrats d'hospitalité entre un notable romain et une cité pérégrine : DE, III, 1922, p. 1058-1060 (M. Marchetti). Sur l'équivalence entre hospitium et amicitia, v. ci-dessous, n. 82.

73 Dans la région, en 193, Marcius Tertullus dans CIL, VIII, 25515 et ILTun, 1242, à Bulla Regia (mais il est décédé). Sur ces cas, Thylander, 1952, 80 n. 10, d'après les listes de Barbieri.

74 Voir ci-dessous, n. 88. On pourrait imaginer une lointaine filiation avec le proconsul augustéen, comme le suggère Pflaum 1964, 554.

75 Epist. ad amicos, 1.8, éd. Portalupi 1974, 386 ; Fronton, qui ne le connaît pas et prend l'initiative de lui écrire, l'appelle frater ; PIR1, 3, no 112. Pflaum 1964, 554. Selon Pflaum, il devait être apparenté au consul suffect de l'été 149 Q. Passienus Licinus “dont nous ne connaissons... que cette unique magistrature”.

76 Bowersock 1969, 124-126 ; Portalupi 1974, 24-25. Dans la correspondance de Fronton, aucune lettre ne fait allusion à un événement postérieur à 169, ni à la mort de Lucius Verus, survenue cette année-là ; dans des lettres datables de 166 à 169, Fronton parle de ses douleurs physiques et morales et il croit sa fin proche.

77 RE, 12.2 (1925), s. v. Legio (XII Fulminata), (Ritterling), col. 1708.

78 Zwikker 1941, en part. 206-217, 246-246, 258.

79 Dion Cassius, 72.9 ; ce passage est un commentaire de Xiphilin qui prétend que la XIIe Fulminante tirait son surnom de cet épisode (mais voir Zwikker 1941, 212 et Balwin & Forster dans la coll. Loeb, t. IX (1961), n. 2 p. 28-29). Il faut donc faire disparaître cette légion des effectifs potentiels de l'Africa à l'aube de l'Empire (comme le suggère d'ailleurs déjà Le Bohec 1989, 340 et n. 56).

80 Sur la colonne, un génie ailé à la chevelure et à la barbe opulente, qui figure le génie du fleuve (le Danube) ensevelit les barbares, hommes et chevaux, sous l'œil des légionnaires romains : Zwikker 1941, 263 (scène XVI), cf. 206 ; Nash 1961, 279. La foudre ne fait pas partie du scénario.

81 Tertullien s'en fait l'écho en 197 comme d'un fait bien connu, dans Apol., 5.6 : le miracle de la pluie n'est plus tourné contre les Quades, mais au profit de l'armée romaine mourant de soif.

82 Poinssot L. 1906, 277 ; Dessau, CIL, VIII, 26580. Les célèbres tables de patronat datées de 321 trouvées à Rome, commémorant les liens noués entre le gouverneur de Byzacène Q. Aradius Valrius Proculus et diverses villes de Byzacène, montrent l'équivalence qui devait régner à l'époque entre les termes hospitium, amicitia, clientela ; qu'il ait existé au moins des nuances est attesté par le juriste Pomponius (sous Hadrien) cité par Dig., 49.15.5, qui établit une gradation ou une différence entre amicitia, hospitium, foedus amicitiae causa. Il semble que dans le cas de l'amicitia les engagements entre les parties étaient peut-être moins précis, plus généraux et davantage d'ordre moral. Sur les relations fondées sur l'amicitia, Thes, linguae lat., I, 1900, col. 1894 (Gudeman). L'amicitia appartient généralement aux relations de droit international entre l'État romain et d'autres États ou cités, et il semble qu'il n'y ait, au contraire de l'hospitium, guère d'occurrences de son emploi pour exprimer des liens officiels, comme c'est le cas ici, entre un particulier et une collectivité : une des tables de patronat de Q. Aradius Valerius Proculus rappelle cependant ceux qui unissaient l'ordo de Mididi (Hr Meded) au patron qu'il a choisi (ordo M(i)diditanorum hospitium amicitiamque fecit : CIL, VI, 1689).

83 Occurrences et commentaires : Thes, linguae lat., 5.3, 1936-1942, col. 3038 (Lausberg) ; dans ce sens, en général, Harmand 1957, 50-55 ; exemples nombreux dans la péninsule ibérique (Ors 1953).

84 Poinssot L. 1913, 49-51 ; Poinssot Cl. 1969, 230-240. Aucun patron n'est connu ni pour le municipe, ni pour la colonie, ce qui vient à l'appui de notre interprétation des Thuggenses, puisque l'amicitia les liant à Passienus Rufus peut être considérée comme l'équivalent d'un patronage.

85 Poinssot Cl. 1966, 771-786.

86 Comme le démontre dans ce volume A. Beschaouch, p. 61-73.

87 Parmi ces personnalités, il faut éventuellement compter le notable – peut-être identifiable au Q. Calpurnius Rogatianus de CIL, VIII, 26594 – promu dans l'ordre équestre en 166-169 et auquel rendent hommage la ciuitas et le pagus : en effet, il est remercié par la communauté comme patronus et aduocatus eloquentissimus (ILTun, 1514).

88 Le site de Dougga a livré l'épitaphe d'un L. Pasenius Aruntius (CIL, VIII, 27112). Poinssot L. 1911, 175, no 903, rapproche cette inscription des épitaphes de deux personnages de Teboursouk (CIL, VIII, 15327 et 26057), qui se nomment L. Passenus Restu(tus) et L. Pas[senus] Feli[---], et d'un autre, d'Ain Golea, près de Téboursouk, L. Passe[nus] Ingenuus Scapella (CIL, VIII, 15251) ; selon lui, ces hommes tenaient “sans doute leur gentilice de L. Passienus Rufus, proconsul d'Afrique en 3-6 p.C., qui avait été patron de Dougga”. D'après le formulaire, ces inscriptions sont datables des IIe-IIIe s. et ils pouvaient tirer du contemporain de Marc Aurèle leur gentilice, mais aussi, étant donné qu'on le retrouve chez les trois hommes, leur praenomen.

89 Sur les Asicii de Dougga, Jacques 1984, 544-546.

90 CIL, VIII, 26590, 26591 (ILTun, 1427), 26592, 26593.

Auteurs

Études doctorales à l'Université de Bordeaux III

Études doctorales à l'Université de Bordeaux III

Professeur émérite de l'Université Michel de Montaigne - Bordeaux III

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540