Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Épigraphie et architecture religieuse de Dougga : l’exemple des templa Concordiae, Frugiferi, Liberi Patris, Neptuni1

Véronique Brouquier-Reddé et Sophie Saint-Amans

Note de l’éditeur

Pl. 16-19, fig. 1-10

Texte intégral

  • 1 Mustapha Khanoussi, Chef de département des sites à l’INP de Tunis nous a autorisées à publier les (...)
  • 2 1997, cf. infra, 190-196.

1La vie religieuse de Thugga a été particulièrement intense. Nulle part en Proconsulaire n’ont été découverts autant d’inscriptions et de monuments religieux. Jusqu’à présent, les vestiges archéologiques de Dougga ont été interprétés à partir des données épigraphiques. Il convient de revoir leur identification par un réexamen archéologique. Après les exemples cités par M. Khanoussi2, nous proposons de reprendre le dossier épigraphique et archéologique d’un monument cultuel, les templa Concordiae.

1. Le dossier épigraphique des Templa Concordiae

2Trois inscriptions étaient connues jusqu’à maintenant. Deux mentionnent les templa Concordiae, Frugiferi, Liberi Patris, cum reliquis templis et xystis, la troisième les templa Concordiae, Frugiferi, Liberi Patris, Neptuni. Le récolement épigraphique entrepris par l’équipe Petrae-Dougga a identifié deux nouvelles inscriptions inédites A et B (4 et 5) des templa Concordiae, Frugiferi, Liberi Patris, cum reliquis templis et xystis (appendice épigraphique et pl. 16-18.1-5).

3Le type de support, la graphie et le contenu des textes permettent de distinguer deux catégories.

4Les inscriptions 1, 2, 4 et 5 sont des blocs de frises architravées de mêmes dimensions (h. 46/48 ; 1. 50). Seule la longueur du support des inédites (4-5), placées vraisemblablement sur un mur de façade du monument, est complète (L. 410). Le texte, toujours similaire, donne une longueur restituée identique des deux autres supports.

Image 10000000000002FD0000013B7677B7B6.jpg

Tableau 1. Dimension des supports

Image 1000000000000315000001FDB2B99AEA.jpg

Tableau 2. Taille des caractères (droit) et des interlignes (italique)

5Pro salute Imp(eratoris) Caesaris Traiani Hadriani Aug(usti), A(ulus) Ga[binius] Quir(ina) Datus, / patronus pagi et ciuitatis, M(arcus) Gabinius Quir(ina) Bassus, flam(en) Au[g(usti) perp(etuus), p]atronus pagi / et ciuitatis, tempia Concordiae Frugiferi Liberi Patris cum re[liquis te]mplis et xystis / solo suo a fundamentis sua pecunia struxerunt, in qu[od opus cum] L. promisissent, / multiplicata pec(unia) consummauerunt itemq(ue) ded(icauerunt), cura[toribus---F]ortunato, L(ucio) Instani[o] / Fortunato, M(arco) Vibio Gemello, M[----].

  • 3 Voir la communication de Bouard, Demaison et Maurin dans le présent volume.

6C’est la première des cinq inscriptions que nous présentons qui fournit le plus de renseignements sur le contexte de la dédicace : le début du texte indique que c’est sous le règne d’Hadrien que les deux dédicants, A. Gabinius Datus et M. Gabinius Bassus, tous deux patrons du pagus et de la ciuitas, et flamine perpétuel pour le dernier, ont fait élever les temples de la Concorde, de Frugifer et de Liber Pater et des annexes ; ils précisent qu’aux 50 000 sesterces promis pour cet ouvrage, ils ont ajouté une somme indéterminée afin de l’achever ; sont ensuite nommés les quatre curateurs. Les inscriptions 2 et 5 sont semblables mais le nom de l’empereur est omis ainsi que la mention du flaminat de M. Gabinius Bassus sur la seconde. L’inscription 4 révèle un troisième dédicant, A. Gabinius Datus (filius), fils du premier, sa carrière est partiellement citée, et des éléments de l’inscription 3 permettent de la compléter. Mais elle ne donne ni les noms des divinités consacrées, ni la somme dépensée, ni la construction d’annexes, enfin elle ne comporte le nom d’aucun curateur. Les capitales carrées de toutes ces inscriptions, sauf celles de l’inédite B, sont gravées sur cinq lignes ; le style de la graphie est semblable à celui que l’on retrouve sur d’autres monuments publics de Dougga3. Si la graphie est identique, la taille des caractères de l’inédite B est cependant plus grande et le texte est réparti sur quatre lignes. Les temples de la Concorde, Frugifer et Liber Pater sont mentionnés sur trois documents et sous-entendus sur l’inédite A. Ces inscriptions appartiennent au même monument.

Image 1000000000000315000001881A948569.jpg

Tableau 3. Les variantes des dédicaces.

  • 4 Voir note précédente.

7La troisième inscription fragmentaire est gravée sur une plaque de calcaire moulurée et décorée qui devait être plaquée contre un mur à l’intérieur du temple (pl. 18.5). Après restitution du texte, cette plaque devait mesurer c. 220/230 cm. L’écriture se distingue également des précédentes. Les capitales sont allongées et serrées, le contraste entre les maigres et les graisses est accentué, le ductus est plus fortement marqué et certaines lettres s’ornent de fioritures qui permettent à Louis Maurin de classer l’inscription dans la catégorie de l’“écriture africaine4” Le texte commence par le nom impérial qui n’est pas conservé, suivent les noms des deux fils, les temples de quatre divinités (Neptune s’ajoute aux précédentes) avec la mention de décors en marbre, de statues et d’un nouveau curateur. On note l’absence des annexes qu’il semble difficile de restituer et du coût. L’ajout de Neptune la distingue des précédentes inscriptions.

2. Les dédicants5

  • 5 Poinssot 1913, 59-61 ; Poinssot & Lantier 1925, 263-269 ; Pflaum 1968, 161-162 no 9 ; Jacques 1984, (...)
  • 6 Ces deux bases et une funéraire, dédiée à L. Gabinius Primigenius (CIL, VIII, 26881) étaient remplo (...)

8Les dédicaces CIL, VIII, 26467, 26469, CIL, VIII, 26468 et les deux inédites ont été commandées par A. Gabinius Datus pater et son fils M. Gabinius Bassus ; l’inscription inédite 4 a également été faite au nom de A. Gabinius Datus filius qui apparaît encore avec son frère seul dans CIL, VIII, 26470, lors des embellissements des templa et de la construction du temple de Neptune. Ces dédicants sont également connus par une série de bases honorifiques découvertes dans l’espace triangulaire entre les temples A et B (ILAfr, 568-569)6, ou en contrebas de la zone des tempia (ILTun, 1511-1513).

  • 7 Le flaminat perpétuel lui est accordé sur les bases ILAfr, 568, ILTun, 1511, cf. infra n. 37 ; Bass (...)
  • 8 Cf. Carcopino 1922, 13-36 repris par Jacques 1984, 541 ; contra Poinssot 1920, 357-359 repris par B (...)

9Aulus Gabinius Datus pater est patron du pagus et de la ciuitas. Il a reçu l’honneur du flaminat perpétuel d’Auguste après avoir offert les temples de la Concorde7, car ce titre n’est pas mentionné sur les dédicaces du temple mais sur une base honorifique commandée par les conductores praediorum regionis Thuggensis ; il a assuré sans aucun doute la charge administrative des domaines impériaux de la région8.

  • 9 Bassignano 1974, 187 no 5-7, 192 no 6, 195 no 6. Ce titre n’est pas donné sur l’inscription 2.
  • 10 Relation filiale attestée par l’ILAfr, 568, cf. infra n. 37.

10Marcus Gabinius Bassus, patron du pagus et de la cité est flamine perpétuel d’Auguste9 et fils du précédent dédicant. L’une des bases honorifiques10 découvertes en remploi, entre les temples A et B, confirme le lien de parenté entre eux. Ils appartiennent tous les deux à la tribu Quirina.

  • 11 ILTun, 1513, cf. infra n. 37.
  • 12 Poinssot & Lantier 1925, 268, no 6 ; Duncan-Jones 1967, 173 no 96, 184 no 96 ; Pflaum 1968, 161-162 (...)
  • 13 Nous n’avons pas l’attestation épigraphique de cette filiation, mais nous la déduisons d’une dédica (...)

11L’inscription inédite A mentionne trois dédicants ; aux deux déjà cités s’ajoute Aulus Gabinius Datus filius11. C’est le fils d’Aulus Gabinius Datus (Pater) ; cette dédicace confirme la filiation. Aulus Gabinius Datus filius appartient à la tribu Arnensis, il est devenu citoyen du pagus de Carthage. Il est patron du pagus et de la cité de Thugga, flamine de Titus divinisé de Carthage12, édile, augure de la colonie julienne de Carthage, agrégé puis juge des cinq décuries. A la même époque, cette intégration se concrétisa par l’union de sa sœur Gabinia et d’un membre de la famille des Marciil13.

  • 14 Beschaouch 1968,42.

12Les trois dédicants ont offert le terrain sur lequel ils ont fait élever les temples à leurs frais. L’emploi du verbe promittere peut aussi bien indiquer l’acquittement d’une somme honoraire que d’une pollicitation14, mais rien n’indique à quelle occasion cette promesse aurait été formulée. L’emploi de ce verbe, plutôt que de taxare, insiste davantage sur le fait que la promesse a été tenue dans les délais prévus que sur le montant même de la somme offerte (50 000 sesterces) ; de même, si les dédicants mentionnent que l’achèvement des travaux a nécessité un don supplémentaire, ils n’en précisent pas le montant. Même en tenant compte de cette augmentation, on constate que le coût total de la construction n’est pas très élevé si on le compare à celui des autres édifices cultuels de la ville : 30 000 sesterces pour le temple de la Piété Auguste, un temple aux dimensions très réduites, 70 000 sesterces au moins pour le temple de la Fortune, 100 000 sesterces pour le temple de la Victoire de Caracalla, 70 000 sesterces ajoutées aux 50 000 prévues pour le temple de Mercure, 150 000 sesterces pour le temple de Saturne et pour le “monument anonyme” du Dar el Acheb. Les rallonges budgétaires étaient déjà, à cette époque, courantes. Elles n’atteignent pas les 600 000 sesterces d’un temple du Génie de Lambèse.

3. Les Gabinii de Thugga

  • 15 Pour un panorama des familles de notables à Thugga, cf. Jacques 1984, 539-548. Nous avons répertori (...)
  • 16 Nous le connaissons par une dédicace de la ciuitas Aurélia, CIL, VIII, 26598 et une autre du pagus, (...)
  • 17 Sous Hadrien et peut-être sous Antonin, deux dédicants des temples de la Concorde ; entre 180 et 20 (...)
  • 18 CIL, VIII, 26524 = ILAfr, 521.
  • 19 CIL, VIII, 26546 = ILAfr, 527.
  • 20 CIL, VIII, 26458, 26460, 26461, 26462. La datation de la construction du temple de Caelestis repose (...)

13Au moins vingt-cinq membres de la gens des Gabinii sont attestés à Dougga, entre le règne de Claude et celui de Sévère Alexandre15. Cette famille, originaire de Dougga a sans doute obtenu son entrée dans la Quirina par l’acquisition de la citoyenneté vintane sous le règne de Claude ; on le déduit de la présence d’une Gabinia Felicula dans CIL, VIII, 26517, datée de 48 et de l’appartenance de plusieurs Gabinii à la Quirina dans les décennies qui suivirent. Dès cette époque, et tout au long des IIe et IIIe siècles, les Gabinii ont participé à la vie municipale et à l’embellissement de leur cité. On compte parmi eux trois patrons du pagus et de la ciuitas qui sont les dédicants des temples de la Concorde ; un patron du pagus seul, attesté entre 180 et 205, [---] ius Gabinius Octavius Festus Sufetianus, de l’Arnensis, prêtre d’Esculape et de Jupiter qui fut fait juge des cinq décuries par Commode16 ; cinq Gabinii ont exercé le flaminat perpétuel à Thugga17. En outre, c’est Q. Gabinius Felix Faustianus, fils de Marcus Gabinius Bassus, et ses enfants qui offrirent à la cité le portique du forum sous le règne d’Antonin18 ; en 214, Gabinia Hermonia donne par testament le temple de la Victoire de Caracalla, et lègue le terrain du cirque19. Le dernier évergète connu est Q. Gabinius Rufus Felix Beatianus, qui entre 222 et 235 complète les legs testamentaires de ses parents et édifie le temple de Caelestis20.

Image 1000000000000349000003EF79022FD1.jpg

Stemma des GABINII
(les dates correspondent à la période pendant laquelle les personnages sont attestés épigraphiquement)

14Gabinia Felicula est attestée en 48/49 par la dédicace d’une statue de Claude offerte avec son mari Iulius Venustus, sufète (CIL, VIII, 26517).

15Gabinia Beata a reçu une dédicace de son petit-fils sous le règne d’Hadrien, Gabinius Priscus et Gabinius Honoratus étaient curateurs de la statue (ILTun, 1511) ; elle est également mentionnée dans l’inscription funéraire de son frère M. Gabinius Aequus (CIL, VIII, 26882 = 27348 = ILTun, 1495).

16Gabinius Felix est connu par son épitaphe où figurent aussi les noms de ses frère et soeur : Marcus Gabinius Aequus et Gabinia Beata (CIL, VIII, 26882 = 27348 = ILTun, 1495).

17A. Gabinius Datas pater appartient à la tribu Quirina, il est connu par les dédicaces des temples de la Concorde dont il fut un des évergètes sous le règne d’Hadrien (CIL, VIII, 26467, 26469 ; 26468 et inédites A et B) qui mentionnent son patronat du pagus et de la ciuitas ; il a en outre reçu une dédicace des conductores praedorium regionis Thuggensis où il est également honoré comme flamine d’Auguste perpétuel (ILAfr, 568).

18M. Gabinius Bassus, fils du précédent, appartenant comme lui à la Quirina et flamine d’Auguste divinisé, il est connu par les mêmes dédicaces (CIL, VIII, 26467, 26469 ; 26468 ; inédites A et B et CIL, VIII, 26470). Il a reçu une dédicace du pagus et de la ciuitas dont il est le patron (ILTun, 1512).

19A. Gabinius Datas filius, fils et frère des deux précédents a participé avec eux à la dédicace des temples de la Concorde. Il est inscrit dans la tribu Arnensis et est honoré dans plusieurs dédicaces comme flamine de Titus divinisé, édile, augure de la colonie de Carthage et juge des cinq décuries (ILAfr, 569, CIL, VIII, 26470 ; inédite A). Il a également reçu une dédicace du pagus et de la ciuitas dont il est le patron (ILTun, 1513).

20Q. Gabinius Felix Faustianus, tribuie de la Quirina et ses enfants, Q. Gabinius Datus et Gabinia Processa sont connus par la dédicace du portique du forum qu’ils ont offert au pagus sous le règne d’Antonin (CIL, VIII, 26524 =ILAfr, 521).

21L. Gabinius Clemens a été curateur d’une statue en 161 ou 162 (CIL, VIII, 26579).

22[Ga]binius a été honoré d’une dédicace des décurions des deux ordres avant 205 (CIL, VIII, 26597).

23[---]ius Gabinius Octauius Festus Sufetianus est attesté entre 180 et 205 par une dédicace de la ciuitas Aurelia, (CIL. VIII, 26598 =ILAfr, 535 = ILTun, 1429), et par une dédicace du pagus dont il a été patron (CIL, VIII, 26624 = ILTun, 1438). Ces deux inscriptions attestent que ce personnage a été duumvir quinquennal et flamine perpétuel à Thugga, puis flamine d’Auguste divinisé, prêtre d’Esculape et de Jupiter et juge des cinq décuries à Carthage.

24Gabinia Hermonia a offert le temple de la Victoire de Caracalla en 214. La dédicace du monument mentionne également le don du terrain appelé cirque (CIL, VIII, 26546 = ILAfr, 527).

25Iulia Gabinia Venusta a offert, par legs testamentaire, 30 000 HS pour la construction du temple de Caelestis qui a été dédié sous le règne de Sévère Alexandre (CIL, VIII, 26458).

26Q. Gabinius Rufus Felix Beatianus et ses parents ont offert le temple de Caelestis (CIL, VIII, 26458-26462).

27Une série d’inscriptions funéraires ne sont pas datées mais attestent l’existence d’autres Gabinii :

28Gab[---] (CIL, VIII, 26880) ; L. Gabinius Prim[i]genius La[b]onius, (CIL, VIII, 26881) ; Gabinius Vi[c]tor, (CIL, VIII, 26883) ; Gabin[ia] Melffone] (CIL, VIII, 26884) ; Gabinia Victoria (CIL, VIII, 26885) ; Gabinia Vitalica (CIL, VIII, 26886) ; Gabinia 1. f. Sperata (CIL, VIII, 27343) ; Gabinia, (RT, 1349).

4. Les curateurs

  • 21 Nous connaissons, à Dougga, le cas particulier de trois inscriptions mentionnant toutes les mêmes q (...)

29L’inscription 1 cite au moins quatre curateurs (Fortunatus, Lucius Instanius Fortunatus, Marcus Vibius Gemellus, M...) et l’inscription 3 au moins deux. Seul le nom de Q. Iulius Faustus est conservé ; il est différent des quatre mentionnés sur la dédicace 1. On peut s’étonner du nombre de personnes ayant ce titre honorifique. Les dédicaces d’édifice public à Dougga et dans les environs de la cité ont rarement été présidées par plus de deux curateurs21 ; faudrait-il alors supposer que plus d’un édifice est concerné par la dédicace des temples de la Concorde ?

5. Les divinités

  • 22 Les dieux Augustes, Génie de Thugga, Esculape, Salus, la Victoire ILAfr, 546 ; la Fortune Auguste, (...)
  • 23 Pluton est vénéré dans le temple de Tellus. Plusieurs bases de divinités étaient placées dans le te (...)

30Les inscriptions 1, 2 et 5 mentionnent les trois divinités la Concorde, Frugifer, Liber Pater dans le même ordre. La troisième y ajoute le dieu Neptune. L’inscription 4 signale des templa sans nom de divinités. Les groupements de divinités associées sont très fréquents dès le IIe s. et l’épigraphie de Dougga nous en offre plusieurs exemples22. L’archéologie révèle aussi la présence de plusieurs divinités dans le même lieu23. Aucune autre inscription de divinité n’a été découverte dans les templa ; les inventeurs signalent une stèle de Pluton en remploi dans le temple A, une statuette de Bacchus au nord de ce temple, et deux statues féminines non identifiées près de l’escalier de la rue ou “au sud de la cella”.

  • 24 AE, 1969-70, 650. Ce monument est bien différent du temple de la Fortune, Vénus, Concorde et Mercur (...)
  • 25 CIL, VIII. 26471.
  • 26 [Con]cordiae Aug(ustae) Sacrum, CIL, VIII, 26466
  • 27 Pflaum 1970, 76.

31La Concorde, placée en tête de toutes les dédicaces est honorée dans plusieurs lieux. Entre 15 et 80, une affranchie de M. Licinius Rufus, Licinia Prisca édifia un temple de Vénus et de la Concorde24. Sous Hadrien, elle est vénérée dans un second temple, en association avec la Fortune Auguste, Vénus et Mercure Auguste25 construit par Q. Maedius Severus et localisé à l’est de la place de la Rose des vents. Elle occupe la troisième position dans cette liste de divinités. Une dédicace, d’époque indéterminée26, s’adresse à la Concorde seule ; elle peut provenir de l’un des trois temples où elle est associée, ou d’un autre lieu de culte. Cette densité des témoignages dont jouissait le culte s’explique par la référence à la divinité protectrice de Carthage et exprime le lien qui rattache le pagus à la capitale, mais elle doit être interprétée avant tout comme un élément de cohésion entre les habitants des deux entités juridiques de la cité27.

  • 28 Le Glay 1966, 120-123 ; Beschaouch 1971-1972, 103-105 ; Le Glay 1988, 195-196 ; Brouquier-Reddé 199 (...)
  • 29 Poinssot 1913, 27-30 no 19-22.
  • 30 Poinssot 1958, 62 no 23 ; Khanoussi 1995, 56 no 34.

32Frugifer désigne ici Pluton28 genius loci (CIL, VIII, 26494, 26495) ou le genius Thuggae (CIL, VIII, 26496 ; ILAfr, 546). Aucun temple de cette divinité africaine n’a été identifié dans la zone du forum, malgré la découverte de plusieurs stèles du dieu dont certaines sont remployées comme élément de fondation et de protection dans la construction d’édifices cultuels (temple A, temple de Mercure)29. Un sanctuaire du dieu a été identifié en contrebas du site, à l’ouest de l’arc de Septime Sévère30 uniquement d’après la découverte d’un buste de Pluton.

  • 31 Base de Liber Pater, Cf. Kullala 1997, p. 168.

33Liber Pater est mentionné seul (CIL, VIII, 26476) ou associé à sa parèdre Libera (CIL, VIII, 26477) ; ces dédicaces ont été trouvées non loin de la zone des templa. Le dieu est vénéré dans le temple de la Victoire de Caracalla31.

  • 32 Neptuno Aug(usto) Sacrum [---] undarum domino nereidumque patri, CIL, VIII, 26492.
  • 33 Cf. supra n. 23.

34Un petit édicule votif32, semblant provenir d’un sanctuaire rupestre non localisé, est consacré à Neptune, à proximité du sanctuaire de Saturne et une base lui est dédiée dans le temple de la Victoire de Caracalla33.

6. Chronologie relative des inscriptions

  • 34 ILAfr, 569, cf. infra, n. 37.

35La mention de l’empereur Hadrien sur la première inscription situe la construction entre 117 et 138. Les inscriptions 2, 4 et 5 sont sans doute de la même époque d’après la graphie, les supports, et la carrière des dédicants. Toutefois, le flaminat perpétuel de M. Gabinius Bassus ne peut être restitué sur l’inscription 2, ce qui indiquerait une date antérieure. Nous avons noté aussi une différence du nombre de lignes (quatre lignes et non cinq) et de hauteur des caractères (9,6) sur l’inédite B gravée sur la face opposée de l’inédite A. Dans l’inédite A, la dédicace a été faite au nom seulement d’A. Gabinius Datus fìlius, preuve qu’il était alors absent, peut-être retenu à Carthage. Il était déjà patron du pagus et de la ciuitas, mais il n’était encore qu’agrégé aux cinq décuries, étape préalable à l’entrée dans l’ordre équestre. Sa participation aux travaux des templa est vraisemblablement antérieure d’après l’une des bases honorifiques qui cite le début de sa carrière à Carthage34.

  • 35 L’une des bases honorifiques (ILAfr, 568, voir ci-dessous) a été faite par les soins de son fils M. (...)
  • 36 Demougin 1988, 462-465. Selon l’auteur (p. 200), l’emploi d’equo publico à la place d’eques romanus(...)
  • 37 A. Gabinius Datus p(ater), cf. ILAfr, 568 (= AE. 1921, 24) : A(ulo) Gabinio Quir(ina) Dato p(atri), (...)
  • 38 Comme l’a restituée Bassignano 1974, 110, no 10.

36Sur la troisième dédicace, les deux fils entreprennent des embellissements et complètent les lieux de cultes, en ajoutant en particulier celui de Neptune, vraisemblablement après la mort du père, car celui-ci n’apparaît pas35. La graphie et le support sont différents. Ce document ne constitue pas un élément intrinsèque de l’édifice ; il est matériellement possible que cette plaque ait été ajoutée après la construction du temple. Un nouveau curateur, Q. Iulius Faustus est nommé, ce qui renforce l’hypothèse d’une datation postérieure. Le cursus d’Aulus Gabinius Datus filius indique également une date plus tardive. C’est vraisemblablement lors de son retour à Dougga qu’il a pu faire lui-même la dédicace où apparaissent la mention d’equo publico et la liste des fonctions qu’il a revêtues entre temps36. Alors qu’aucune indication n’était donnée sur sa tribu dans l’inscription précédente, son appartenance à l’Arnensis est précisée. La même carrière apparaît sur la dalle ILTun, 1513, découverte en contrebas de la zone des Templa Concordine. C’est sans doute à la suite du don des temples que les deux fils ont été remerciés par leur cité avec leur père qui a reçu le flaminat perpétuel37. Ces arguments nous empêchent donc de restituer la titulature d’Hadrien à la première ligne de CIL VIII, 26470, comme pour CIL, VIII, 26467, 2646938.

37La découverte des trois premières inscriptions et l’avancement du dégagement des ruines ont rapidement permis de localiser la zone des templa.

7. L’identification de L. Poinssot

  • 39 Découverte CIL, VIII, 15520 voir bibliographie antérieure infra n. 68.
  • 40 Carton et Denis 1893, 22, plan au l/5000e [“temples de la Concorde (à trois baies)”] ; Carton 1895, (...)
  • 41 Poinssot 1910, 89 : “Édifice à arcades que l’on suppose être les templa Concordiae”.
  • 42 Poinssot 1919, 138-144, 181-182 et plan de Ch. Emonts levé en 1919, 198 ; Id. 1920, CCX-CCXV. Lanti (...)

38Dès 1885, le temple est connu par l'épigraphie39 et sa localisation est envisagée en 1893 par L. Carton au sud-est de la ville, au-dessous du capitole40. L’édifice à arcades41 non dégagé est identifié à ces templa : il s’agit en réalité des thermes liciniens. Les inscriptions 1, 2 et 3 sont découvertes avant la fouille entreprise à l’est des thermes liciniens par L. Poinssot et A. Merlin lors de deux campagnes, entre le 16 mars 1918 et le 25 mai 1919, et entre le 1er mars et le 20 juin 192042. Les nombreux remaniements des monuments depuis l’occupation byzantine, lors de la construction de la forteresse jusque dans les années 1930 avec les maisons arabes installées dans les ruines ont contribué à un déplacement important, et souvent fort éloigné de leur lieu d’origine, des inscriptions.

  • 43 1954, 160 ; Picard 1955, 236 n. 5 ; Romanelli 1970, 125 ; Lachaux 1972, 136-137.
  • 44 Poinssot 1958, 52-54 no 16 ; Id. 1961, 257-260, plan fig. 1. Golfetto 1961, 48-50. Cependant, pour (...)

39L. Poinssot a identifié ces templa Concordiae aux temples A et B ; il a émis l’hypothèse que le temple A soit celui de la Concorde, le temple B celui de Liber Pater ; les deux autres temples ne seraient pas dégagés. Le plan de L. Poinssot montre une liaison architecturale très angulaire entre les deux édifices et un passage peu conventionnel, ménagé dans l’abside de la cella centrale du temple B. Cette identification a été reprise par G. Ch. Picard43 et Cl. Poinssot qui ont rattaché l’“édifice de spectacle”, au sud du temple B, à ce temple dit de Liber Pater, divinité dont les rites cultuels se déroulent dans un théâtre. Cl. Poinssot incluait également le temple C situé entre la palestre des thermes liciniens et le théâtre cultuel (fig. 6)44.

  • 45 Jouffroy 1986, 212, 213, 216, 419. Les travaux de nettoyage et de restauration ont alerté M. Khanou (...)

40La présence d’un vaste ensemble cultuel avec autant de temples que de divinités mentionnées était admise jusqu’à présent45.

41L’examen des sources archéologiques permet de revoir l’interprétation admise.

8. La réalité archéologique

42Un examen rapide sur le terrain a permis d’observer les liaisons architecturales entre les deux édifices. Il s’agit de deux complexes clos (fig. 6).

  • 46 Ferchiou 1975, pl. 6 (base du porche). La rue ne semble pas avoir été abaissée (contra Poinssot).

43Le temple A46, de 22 sur 10 m environ, orienté au sud suivant l’axe du capitole est accessible par une entrée latérale à l’ouest avec un escalier en saillie sur la rue d’1,85 m et un porche distyle. Il est construit en blocs de grand appareil ; une stèle de Pluton, martelée pour recevoir un enduit, est remployée dans le péribole, rite de protection de l’édifice. La cour quadrangulaire avec un portique à l’est est dominée par un temple à pronaos terminé à l’est par une abside latérale et une cella à niche centrale sur un haut podium à escalier axial de sept marches. Une porte ménagée dans le mur est du portique donne accès à des aménagements identifiés comme une habitation de prêtre. Ce temple est de type romain avec quelques caractéristiques locales (abside latérale du pronaos en particulier).

  • 47 A l'occasion d’un sondage stratigraphique en avril 1996, l’Université de Freiburg sous la direction (...)
  • 48 Une disposition identique devait être aménagée au sud et éventuellement à l’est, mais ces murs sont (...)
  • 49 Picard 1955, 236 n. 5.
  • 50 L’axonométrie du site faite par J.-Cl. Golvin (Bordeaux, 1996) sur les indications de M. Khanoussi (...)
  • 51 Ferchiou 1975, 15, 17, 22, 40-42, 46, 85, 87-88, 94, 96, pl. 7.
  • 52 Hanson 1969, 67 et n. 46 (E. Frézouls).

44Au sud-est du précédent, le temple B47, orienté nord-est/sud-ouest est construit sur un soubassement en blocs de grand appareil à bossage de 27 m sur 30 m environ. Le péribole est bâti en opus africanum et moellons, recouvert à l’extérieur d’un enduit de tuileau décoré de pilastres dont l’un est conservé à l’angle est de la cella centrale. Une porte latérale peu large de 1,50 m, à l’angle sud-est, donne accès au quadriportique décoré de niches48 sur le péribole nord. Cinq pièces ou “cellae” sans podium ouvrent sur le portique ouest (pl. 18.7). La cella centrale plus large est décorée d’une abside centrale et de deux niches latérales ; la cella nord présente une niche latérale (pl. 19.8) identique à celles du péribole ; une niche symétrique peut être restituée dans la cella sud. Le placage en marbre subsiste dans ces cellae. Le péribole oriental est pourvu, dans l’axe du monument, d’un large seuil de 2,46 m qui donne accès à un édifice de spectacle ménagé dans la pente49 (pl. 19.9). Les traces de deux escaliers latéraux sur les bossages des blocs en grand appareil sont visibles et coïncident avec les vestiges du dallage et les assises de soutènement de l’escalier50. Le lien entre le temple B et ce théâtre est confirmé. Cet édifice51 de 25 sur 27 m environ, comprend une orchestra sans scène, des gradins sur les deux tiers de la hauteur offrant une capacité de huit cents places environ. Il est accessible, outre la porte déjà citée, par deux portes latérales au sommet de l’édifice et une porte en bas à l’ouest. Ce temple offre deux particularités : son plan est proche des sanctuaires dits africains à plusieurs cellae sans podium et sa relation avec un édifice de spectacle le rapproche des sanctuaires puniques (Cagliari) et des sanctuaires romains de Gabii, Palestrina et Tivoli52.

Image 1000000000000180000002B180F127E7.jpg

Fig. 6. Plan des temples A, B et C (Poinssot 1961, fig. 1)

  • 53 Sur Asadi, située dans le golfe d’Hammamet, cf. Beschaouch 1974, 228-231, fig. 5-6. Le plan inédit (...)
  • 54 Temple d’une divinité auguste sur le vieux forum et temple anonyme de la région V (cf. Brouquier-Re (...)

45Sommes-nous à Dougga en présence d’un temple à trois ou à cinq cellae ? Plusieurs temples de Dougga présentent plusieurs cellae, tous au nombre de trois : le sanctuaire de Saturne, le temple de Tellus, le temple de Mercure. A l’exception d’un temple à cinq cellae et quadriportique ( ?) édifié en l’honneur de l’empereur Hadrien à Asadi (Zauiet Jedidi, Afrique proconsulaire)53, les exemples africains présentent soit trois cellae sur un même côté, soit un nombre supérieur de cellae mais sur plusieurs côtés. La haute plate-forme et l’absence de cour fermée à portiques ne permettent pas d’établir un rapprochement avec les temples de Sala ou de Banasa (Maroc) à cinq ou six cellae sur podium. Le premier est isolé ; le second est inclus dans le forum fermé par les portiques latéraux et la basilique. A Dougga, les absides latérales de la cella centrale empiètent sur les pièces latérales. Deux temples de Lepcis Magna présentent le même nombre de pièces, mais celles qui encadrent la cella centrale sont étroites et dans un cas sont publiées comme des couloirs54. En revanche, les pièces extrêmes ne sont pas tronquées et sont vraisemblablement des cellae.

46Le temple C, de dimensions réduites de 10 sur 5 m, est aménagé dans un espace triangulaire laissé libre entre les thermes liciniens et l’édifice de spectacle, en contrebas du temple B. Il est adossé aux murs du théâtre et des thermes liciniens et il est donc postérieur à ces deux édifices. Un escalier axial de cinq marches dont la troisième supporte un porche de deux colonnes surélève cette cella à porte centrale (les deux crapaudines du seuil sont visibles) terminée par une abside.

  • 55 Partiellement indiqué par des hachures sur le plan de Cl. Poinssot 1961, fig. 1 (cf. ici fig. 6).
  • 56 Contra Poinssot 1961,257 n. 7 : “le temple A et le temple B représenteraient deux campagnes success (...)
  • 57 L’étude stylistique du décor architectural des temples A et B et du théâtre est basée sur la datati (...)

47Les relations des murs donnent des arguments de chronologie relative entre les trois édifices (pl. 19.10). Un pavement de mortier de tuileau de 113 cm de large au minimum avec un solin était aménagé autour du temple B55 ; un bassin circulaire en mortier de tuileau, peu profond a été découvert à l’ouest de la cella centrale. Une paroi en mortier de tuileau d’un second bassin ( ?) montre que cet aménagement continuait vers l’ouest. Le sol est partiellement conservé au nord de part et d’autre de l’abside centrale et à 1 est. La construction du mur oriental du temple A l’a partiellement détruit et ce mur s’appuie contre l’enduit de l’abside de la cella centrale de l’édifice B. Le mur sud s’interrompt à l’est contre la même structure et repose sur ce solin et sur ce sol de tuileau (L. conservée 81 cm), cassé au nu interne du mur sud. Un décrochement interne de 53 cm, conservé en plan, masque la courbure de l’abside de B et forme un mur rectiligne réenduit (l’enduit de la cella a été piqueté). Cet aménagement extérieur lié au temple B a été partiellement détruit lors de la construction de A. Entre les deux monuments, un espace de forme triangulaire, réoccupé jusqu’à une époque récente a souffert des modifications contemporaines. Le temple B est antérieur au temple A qui n’appartient pas au même projet de construction. Aucun passage n’existe entre les deux édifices, la technique de construction n’est pas la même et l’orientation différente des édifices est un argument supplémentaire à notre démonstration. L’édifice de spectacle est contemporain du temple B et prévu dans le projet initial56. La construction du temple A a préservé le temple B. Le temple C est postérieur au théâtre cultuel et à la construction des thermes liciniens. En dehors des inscriptions, le matériel céramique n’a pas été conservé ni étudié et aucun élément chronologique ne peut confirmer l’épigraphie57.

  • 58 Janon 1985, 35-102, pl. II.
  • 59 Bassignano 1974, 188 no 21.
  • 60 CIL, VIII, 26547 = ILAfr, 528 ; CIL, VIII, 26471.
  • 61 Les temples A et C sont dédiés à des divinités anonymes.
  • 62 Foucher 1975, 486-487 ; Hanoune 1986, 152.
  • 63 Poinssot 1910, 93 no 9.
  • 64 1906, 133 no 20.

48Quant à l’aménagement architectural (“templa, reliqua temlpla, xysta”), l’emploi du pluriel pour désigner les temples pose d’abord le problème du nombre de monuments distincts. S’agit-il d’un sanctuaire à plusieurs cellae ou de plusieurs temples ou chapelles séparés comme le temple d’Esculape à Lambèse58 ? Ailleurs, à Thugga même, la description du templum Mercuri et cellas duas cum statuis et porticum et absides (CIL, VIII, 1503, 15532, 26482 = AE, 1906, 1259) correspond à un temple à trois cellae à absides et niches. Les inscriptions des templa Concordiae n’indiquent ni le nombre de monuments cultuels construits ni leurs agencements. Il n’y a pas à Dougga d’autre exemple d’éventuels complexes cultuels ; en revanche, nous avons le cas de dédicaces de temples consacrés à des divinités associées, et dans tous les cas templum est employé au singulier60. L’emploi du pluriel dans ces dédicaces exprime peut-être la volonté de réserver un emplacement spécifique à chaque divinité au sein du même édifice. Ce pluriel, qui n’a pas d’autre analogie à notre connaissance, a conduit les spécialistes de Dougga à chercher plusieurs temples ; le nombre important de curateurs semble être un autre élément en faveur de cette hypothèse. Mais une dédicace concerne un monument précis dans lequel elle est placée ; elle ne peut en aucun cas se rapporter à des édifices éloignés, éparpillés dans la cité. Si les divinités citées sont vénérées dans d’autres lieux de cultes, ceux-ci ne peuvent en aucun cas s’identifier aux templa en raison des dates de construction, des divinités associées. La somme dépensée ne permet pas la construction de quatre temples, sans oublier le théâtre cultuel attesté par l’archéologie. Ces arguments, les données de l’archéologie, le plan du sanctuaire lié à un édifice de spectacle identifient le temple B aux templa Concordiae61. L’une des divinités citées est Liber Pater dont le culte est souvent associé à des rites et des célébrations pratiqués dans un théâtre62. Si notre hypothèse est la bonne, les trois cellae du temple B (axiale et latérales) correspondraient aux trois divinités mentionnées lors de la construction. Les divinités honorées dans un second temps, en particulier Neptune, auraient été vénérées soit dans les deux cellae latérales (2 et 4), soit dans les niches des périboles nord ou sud. La liste des divinités est incomplète, car l’absence de et entre Liber Pater et Neptune laisse envisager d’autres divinités63. L. Poinssot avait envisagé la présence de Libera, la parèdre de Liber Pater dont le culte non localisé est attestée à Thugga64 ; mais son nom devrait figurer après celui de Liber Pater.

49Les reliqua templa cum xystis sont sans doute intégrés à cet ensemble cultuel. Nous avons traduit reliqua par “les autres temples”, au sens de cetera, mais les divinités auxquelles ces édifices cultuels sont dédiés ne sont pas mentionnées. Il ne peut pas s’agir de monuments plus anciens, car aucun sanctuaire antérieur n’a été repéré sous le temple B. Les niches du péribole nord et vraisemblablement du péribole sud pouvaient abriter des statues de divinités associées.

  • 65 Bassignano 1974, 110 no 18-19.
  • 66 1904, 149, 162.
  • 67 Vitruve, 5.1, 25 et 28 ; jardins à grandes allées cf. Graillot 1919, 1026-1027 et en particulier p. (...)

50Les xystes mentionnés dans trois inscriptions sont cités dans les constructions secondaires du théâtre de Dougga (theatrum cum basilicis et porticu et xystis CIL, VIII, 26606 = ILS, 9364 ; 2660765, 26608). Selon L. Carton66, les xystes seraient peut-être “les deux grands couloirs allant de la façade aux uomitoria” ou peut-être des promenades situées en avant de l’édifice de spectacle. Ce terme est souvent associé au gymnase et désigne un terrain soigneusement aplani, désherbé et ratissé ; il désigne aussi une allée découverte de jardin67. Il n’y a pas en Afrique d’autre occurrence épigraphique de ce terme, et on ne trouve aucun cas dans l’Empire de xystes associés à un temple. La tentation est grande de voir une similitude entre l’édifice de spectacle lié au temple B et les xystes du théâtre. Il ne semble pourtant pas que ce soit à ce bâtiment que se réfère ce terme, et il faut plutôt imaginer des portiques, des promenades reliant entre eux les différents éléments du sanctuaire. Dans ce cas, le théâtre cultuel serait considéré comme partie intégrante du temple sans qu’il soit nécessaire de préciser sa construction dans la dédicace.

51La richesse épigraphique de Dougga a nui à la connaissance de son architecture cultuelle. Certes, les vestiges d’une vingtaine de temples ont été dégagés. Mais la découverte, dès les premières campagnes de fouilles, de la dédicace du temple avec les noms des divinités et des dédicants et des indications sur la période de construction de l’édifice n’ont pas enclin les inventeurs à poursuivre leurs fouilles, à étudier le matériel. Les remaniements et les restaurations n’ont guère attiré l’attention. Cet exemple montre la nécessité d’entreprendre de nouveaux levés architecturaux indispensables à toute étude sur les édifices religieux de la cité et de les compléter par un examen archéologique.

Appendice épigraphique

1. CIL, VIII, 26467 + 26469 (cf. ILAfr, 515) ; ILTun, 138968 (pl. 16.1a-169b)

  • 68 (Inv. 94.18, 94.19, 95.17) ; CIL, VIII. 1493 ; EphEp., V, 1884, 354 no 572 et VII, 1892, 87 n” 276  (...)
  • 69 Le fragment CIL, VIII, 26469 n’a pas été retrouvé sur le site.

PRO·SALVTE·IMP·CAESARIS·TRAIẠNI·HADRIANI·AVG·AGAI[….] QṾỊṚ·DATVS

PATRONVS·PAGI·ET·CIVITATIS·M·GAḄINIVS·QVIR·BASṢVS·FLAM· AṾ [......]ATRONVS PAGI

ET CIVITATIS· TEMPLA· CONCORDIAE·Image 100000000000000C0000000FA7052A5A.jpg[. ]ṾGIFERI LIBERI PATṚIS CVM RE[]MPLIS·ET·XYSTIS·

[4]

SOLO ·SVO·A· FVNDAMENTIS· SVA· PECVṆIA· STRVXERVNT· IN QṾ[.....] ḶPROMISISSENT

MVLTIPLICATA·PEC·CONSVMMAVERVNT·ITEMQ·DED·CVRA[…---.]ORTVNATO L·INSTAṆỊ[.]

Image 100000000000000C0000000FA7052A5A.jpgỌṚṬṾṆẠṬỌ Ṃ ṾỊḄỊỌ GẸṂẸḶḶỌ Ṃ[---].

Pro salute Imp(eratoris) Caesaris Traiani Hadriani Aug(usti), A(ulus) Ga[binius] Quir(ina) Datus,

patronus pagi et ciuitatis, M(arcus) Gabinius Quir(ina) Bassus, flam(en) Au[g(usti) perp(etuus), platronus pagi

et ciuitatis, tempia Concordiae Frugiferi Liberi Patris cum re[liquis te]mplis et xystis

[4]

solo suo a fundamentis sua pecunia struxerunt, in qu[od opus cum (sestertium)] L (milia nummum) promisissent,

multiplicata pec(unia) consummauerunt itemq(ue) ded(icauerunt), cura[toribus ---F]ortunato, L(ucio) Instani[o]

Fortunato, M(arco) Vibio Gemello, M[---].

“Pour le salut de l’empereur César Trajan Hadrien Auguste, Aulus Gabinius Datus, de la tribu Quirina, patron du pagus et de la ciuitas, et Marcus Gabinius Bassus, flamine perpétuel d’Auguste, patron du pagus et de la ciuitas, ont construit sur un terrain qui leur appartenait, à leur frais, depuis les fondations, les temples de la Concorde, de Frugifer et de Liber Pater ainsi que les autres temples et les xystes ; comme ils avaient promis de consacrer 50 000 sesterces pour cet ouvrage, ils l’ont mené à terme en augmentant cette somme et ils en ont fait la dédicace. Curateurs... Fortunatus, Lucius Instanius Fortunatus, Marcus Vibius Gemellus, M...

52Support : Architrave en calcaire.
État : L’inscription est constituée de six blocs. Les blocs a et b sont jointifs, le a est brisé à droite avec des éclats en bas, le b est cassé à droite et à gauche. Le bloc c est incomplet à droite et en bas. Les fragments 4 et 5, lus par G.Wilmanns (CIL, VIII, 1493) ou L. Poinssot (CIL, VIII, 26469) n’ont pas été retrouvés. Le bloc d est lacunaire à gauche et brisé à l’angle inférieur droit. L. 170 + 194 + ? (L. restituée 450) x ép. 49,4/50 x h. 48,3/48,6 avec un trou de scellement sur le lit d’attente des blocs a et c.
Lieu de découverte : Le lieu de découverte du bloc a est indéterminé, le bloc b a été trouvé entre la fontaine demi-circulaire et les thermes liciniens, les blocs c et d dans les thermes des Cyclopes, le bloc 5 dans un mur en pierres sèches construit dans les mêmes thermes, le bloc 4 dans les oliviers.
Lieu de conservation : Les blocs a et b sont remployés dans un mur sous l’odéon, entre la maison du trifolium et les thermes liciniens (zone 6) ; les blocs c et d gisent à proximité des thermes des Cyclopes.
Champ épigraphique : mêmes dimensions. H. marge sup. 2/3,1 ; H. marge inf. 6,2 ; L. marge gauche 11,2 ; L. marge droite 8,7 à 21. Abîmé à la jonction des blocs. La ligne 6 est incomplète sur le bas de b, c et d. Capitales carrées, points trièdres, gravure soignée, régulière et profonde, alignement respecté. Lettres H. min. 5,7 ; H. max. 8,3 ; H. moy. interligne 0,3/ 1,5.
Datation : Août 117/10 juillet 138 Justifiée par la mention du règne d’Hadrien.

2. CIL, VIII, 26468 ; ILTun, 139070 (pl. 16.2a-2b)

  • 70 (Inv. 91.289, 96.168) ; Carton & Denis 1892, 174 no 40 ; Poinssot 1906, 131-132, insc. 17, 165 insc (...)

A·GABINIVS [………..]ATIS ·THVGGE....]

M·GABINIVS [………..]S ·PAGI ·ET ·CIVITATIS

TEMPLA CONC[………]IQVIS·TEMPLIS·ET· XYSTIS

[4]

SOLO SVO A FVN[………]D OPVS CVM HS· L·PROMI

SISSENT [………] DEDIC·

A(ulus) Gabinius [Quir(ina) Datus, patronus pagi et ciuit]atis Thugge[nsis], M(arcus) Gabinius [Quir(ina) Bassus, patronu]s pagi ciuitatis, tempia Conc[ordiae, Frugiferi, Liberi Patris, cum rel]iquis templis et xystis

[4]

solo suo a fun[damentis sua pecunia struxerunt, in quo]d opus cum (sestertium) L (milia nummum) promisissent, [multiplicata pecunia consummaeurunt itemq(ue)] dedic(auerunt).

Aulus Gabinius Datas, de la tribu Quirina, patron du pagus et de la ciuitas, et Marcus Gabinius Bassus, patron du pagus et de la ciuitas, ont construit sur un terrain qui leur appartenait, à leur frais, depuis les fondations, les temples de la Concorde, de Frugifer et de Liber Pater ainsi que les autres temples et les xystes ; comme ils avaient promis de consacrer 50 000 sesterces pour cet ouvrage, ils Font mené à terme en augmentant cette somme et ils en ont fait la dédicace”.

53Support : Architrave en calcaire. Bloc a : L. 80,5 x ép. 50 x h. 48 avec un trou de scellement (14 x 3,5) sur le lit d’attente. Bloc b : L. 140 x ép. 50 x h. 47,3/48 avec un trou de scellement. L. restituée 470.
État : Deux fragments ; quelques épaufrures en haut à gauche et le bord inférieur du bloc a ; le bloc b est cassé aux angles inf. et sup. gauches et droits. Il manque la zone médiane de l’inscription. Bloc a : L. 80,5 x ép. 50 x h. 48 avec un trou de scellement (14 x 3,5) sur le lit d’attente. Bloc b : L. 140 x ép. 50 x h. 47,3 48 avec un trou de scellement. L. restituée 470.
Lieu de découverte : Le bloc a a été trouvé près du “temple de la Concorde” et le second b à 25 m du même temple. Il s’agit vraisemblablement du temple A.
Lieu de conservation actuel : A est remployé dans un mur en contrebas du théâtre du temple B ; b est placé à l’entrée du site, sur le chemin d’accès au temple B, à l’ouest du café.
Champ épigraphique : Mêmes dimensions. H. marge sup. 1/2,1 ; H. marge inf. 4/5,9 ; L. marge g. 6/8,5 ; L. marge dr. 7,8. Capitales carrées avec A long, points trièdres, gravure profonde et soignée, alignement centré avec un grand espace à la dernière ligne (45 et 62). Nous révisons la lecture du CIL : L. 4 le d de fundamentis n’est pas visible et lire promi et non promis ; en revanche L. 5 le t de promisissent est gravé suivi d’un point. Lettres H. min. 6,2 ; H. max. 9 ; H. moy. interligne 1.
Datation : 117/138 d’après la précédente.

3. CIL, VIII, 26470, ILTun, 1391 (cf. ILTun, 1513)71 (pl. 18.5)

  • 71 Sans no d’inventaire ; Poinssot 1910, 91-92, insc. 9 ; CIL, VIII, 26470 ; Poinssot & Lantier, 1925, (...)

[---]ṂP [---]

[]Ṣ QVIR BASSVS FLAMEN AVG PERP PATRON[…]

[] DIVI TITI AEDILIS AVGVR C·I·K EQVO PVBLICO IN QV[---]

[4]

[....]LA CONCORDIAE FRVGIFERI LIBERI PATRIS NEPTVNI [---]

[---] CVM MARMORIBVS ET STATVIS ET ORNAMENTIS SVA [---]

[---] Q IVLIO FAVSTO [---].

[Pro salute I]mp(eratoris) [---]

[M(arcus) Gabiniu]s Quir(ina) Bassus, flamen Aug(usti) perp(etuus), patron[us pagi et ciuitatis Thugg(ensis), A(ulus) Gabinius, Arnen(sis), Datus, patronus pagi et ciuitatis],

[flamen] Diui Titi, aedilis, augur C(oliniae) I(uliae) K(arthaginis), equo publico, in qu[inque decurias ab Imp(eratore) Caesare Traiano Hadriano adlectus],

4

[temp]la Concordiae, Frugiferi, Liberi Patris, Neptuni [---]

[---] cum marmoribus et statuis et ornamentis, sua [pecunia --- curatoribus]

[---] Q(uinto) Iulio Fausto [---].

“Pour le salut de l’empereur --- Marcus Gabinius Bassus, de la tribu Quirina, flamine perpétuel d’Auguste, patron du pagus et de la ciuitas de Thugga, et Aulus Gabinius Datus, de la tribu Arnensis, patron du pagus et de la ciuitas, flamine de Titus divinisé, édile, augure de la colonie julienne de Carthage, ayant reçu le cheval public, admis dans les cinq décuries par l’empereur César Trajan Hadrien, (ont élevé) à leurs frais les temples de la Concorde, de Frugifer, de Liber Pater et de Neptune... avec des marbres, des statues et des décors,...étant curateurs Quintus Iulius Faustus...

54Support : Base moulurée en calcaire. Le décor inférieur très usé se compose d’un filet (3,8), de perles et pirouettes (3), d’un bandeau plat en ressaut (7,5), de raies de coeur (10,3) et doucine.
État : 1 fragment, incomplet en haut, à droite et à gauche. L. 82,5 ; L. restituée 220/230 ; H. 47 ; H. restituée 62 ; ép. 27.
Lieu de découverte : L’inscription est remployée dans le mur nord (parement interne) de la forteresse byzantine, entre la poterne et le bastion, à l’ouest du capitole.
Champ épigraphique : H. 37 ; 1. 82,5 ; ép. 27. Cassé à droite, à gauche et en haut. Capitales africaines, serrées ; certaines lettres A et R sont allongées. Gravure soignée et régulière, corps des lettres décroissant. H. marge inf. 2,9 ; L. marge g. 3 ; L. marge dr. 2. 6 lignes dont la première incomplète. Lettres H. min. 3,1 ; H. max. 5 ; H. moy. interligne 1,5. Les restitutions proposées par L. Poinssot d’après ILTun. 1513 sont confirmées par l’inscription inédite 4. Ligne 1, M. Bassignano restitue [Caesaris Troiani Hadriani Aug(usti)]. L. 3 decuriis est gravé sur l’inédite 4 et ILTun, 1513.
Datation : Après 117/138.

55Le recensement épigraphique en cours (PETRAE-Dougga) ajoute deux inscriptions inédites des templa Concordiae, découvertes vraisemblablement lors des dégagements de M. Boulouednine (I.N.A.A.) entre 1959 et 1961 et exposées dans la zone du Dar el Acheb. Celles-ci sont gravées sur les deux faces de plusieurs blocs jointifs.

4. Inédite A (au revers de l’inscription inédite B)72 (pl. 17.3a-3b)

  • 72 Inv. FA 18, face 1 et FA 1d, face 2.

AGAḄ[…..] QVIR DATVS PATRONVS P[ . ]GI EṬ Image 100000000000000B0000000FD1F87A11.jpgIVITATIS THVGGEṆ[...]

M-GAB[.]Ṇ[...] QVIR BASSVS FLAMEN A VG P[.]RP PATRONṾṢ PAGI ET CIVIT[....]

NOMINE [ ..]O ET AGABINIDATI FILIN QVIṆQVE DECṾṚIIS·AB·IMP·CAES[…]

[4]

TRAIANO [ . ]ẠDRIANO·AVG·ADLECTO·PATROṆỊ PAGỊ·ET CIVITTEMPLA·SOLO

ṢṾỌ [ . ] FVNḌẠMENTIS·SVA·PECVNIA·STRVXẸṚṾṆ[ . ] IṬEMQVE DEDICAVEṚ[...].

A(ulus) Gab[inius] Quir(ina) Datus, patronus p[a]gi et ciuitatis Thuggen[sis]

M(arcus) Gab[i]n[ius] Quir(ina) Bassus, flamen Aug(usti) p[e]r[p(etuus), patronus pagi et ciuitlatis]

nomine [su]o et A(uli) Gabini Dati fil(ii), in quinque decuriis ab imp(eratore) Caes(are)

[4]

Traiano [H]adriano Aug(usto) adlecto, patroni pagi et ciuit(atis), tempia solo suo [a] fundamentis sua pecunia strux[e]runt itemque dedicauer[unt]

Aulus Gabinius Datus, de la tribu Quirina, patron du pagus et de la ciuitas de Thugga, et Marcus Gabinius Bassus, de la tribu Quirina, flamine perpétuel d’Auguste, patron du pagus et de la ciuitas de Thugga, en leur nom et en celui de Aulus Gabinius Datus fils, agrégé dans les cinq décuries par l’empereur César Trajan Hadrien, ont construit sur un terrain qui leur appartenait, à leurs frais, depuis les fondations, ces temples et ils en ont fait la dédicace”.

56Support : Architrave en calcaire.
État de conservation : Quatre blocs L. 240 + 170 (L. restituée 410) x h. 46 x ép. 50. les trois premiers sont jointifs. Le bloc 1, incomplet à l’angle inférieur gauche, porte des éclats aux angles inférieur et supérieur droit, et sur le côté droit. Un trou de scellement (12,3 x 3,8) sur le lit d’attente du bloc 1 ; le bloc 4 est incomplet à gauche.
Lieu de découverte : Inconnu.
Lieu de conservation : Au nord-ouest du Dar el Acheb.
Champ épigraphique : Mêmes dimensions que le support. Complet à gauche sauf éclats sur le premier bloc et à la première ligne du second. Sur le bloc 4, éclat sur le début des lignes 1 et 4, gros éclats au milieu des lignes 1.2 et 3 ; retaillé ou cassé à droite. 5 lignes. H. marge sup. 2/2,1 ; H. marge inf. 4,7/5 ; L. marge g. 9,7/11 ; L. marge dr. 6/10,5. Capitales carrées, gravure profonde et régulière, soignée, lettres allongées A, R, Q, points trièdres, alignement respecté. H. lettres 6,5/7,5 ; H. interlignes 0,5/1.

5. Inédite B (au revers de l’inscription inédite A)73 (pl. 17.4a-4b)

  • 73 Inv. FA Id, face 1 et FA 18, face 2.

A GABỊṆỊṾṢ, QVIR ḌA[]RO[...]Image 100000000000000B0000000F0F3D6377.jpgAGI.ET.CIVITATIS TḤṾGGEN

M GABỊNIVS QVIR BASSṾS [..]AM AṾImage 100000000000000D0000000FD88630BF.jpg PERP.PATRONVS.PAGI E[..]ỊṢ,

TEMPLA CONCORDIAE FRVGỊFERI LIBERI PATR CVM RELIQVIS-TEM[ . ]

[4]

SOLOSVOA FVṆḌAMENTIS-S P STRVXERVNT IN QṾOD OPVS Image 100000000000000B0000000FD1F87A11.jpgṾṂ HS L PROMISISSENT MṾ[…].

A(ulus) Gabinius, Quir(ina), Da[tus, pat]ro[nus] pagi et ciuitatis Thuggen(sis),

M(arcus) Gabinius, Quir(ina), Bassus, [fl]am(en) aug(usti) perp(etuus) patronus pagi et ciuitatis,

templa Concordiae, Frugiferi, Liberi Patr(is), cum reliquis temlplis et xystis]

[4]

solo suo, a fundamentis, s[ua] p[ecunia], struxerunt, in quod opus cum (sestertium) L (milia nummum) promisissent, mullti(plicata) pec(unia) consum(mauerunt)].

Aulus Gabinius Datas, de la tribu Quirina, patron du pagus et de la ciuitas de Thugga, et Marcus Gabinius Bassus, de la tribu Quirina, flamine perpétuel d’Auguste, patron du pagus et de la ciuitas, ont élevé à leurs frais et sur leur terrain, depuis les fondations, les temples de la Concorde, de Frugifer et de Liber Pater, avec les autres temples et des xystes ; comme ils avaient promis 50.000 sesterces pour cet ouvrage, ils Font mené à terme en augmentant cette somme”.

57Support : Architrave en calcaire.
État de conservation : Quatre blocs L. 170 + 240 (L. restituée 410) x h. 46 x ép. 50. Le bloc 1 est incomplet en bas et à droite, éclats sur l’angle supérieur droit, usure de la gravure à droite. Le bloc 2 est fragmentaire ; les angles supérieur et inférieur gauche sont cassés ; une encoche (25 x 8) a été taillée sur les lignes 1 et 2 ; l’angle inférieur droit manque.
Lieu de découverte : Inconnu.
Lieu de conservation : Au nord-ouest du Dar el Acheb.
Champ épigraphique : Mêmes dimensions que le support. Le dernier bloc est cassé et usé ; la fin des lignes 2, 3 et 4 a disparu. H. marge sup. 2,5/2,8 ; H. marge inf. 2,5 ; L. marge g. 11 ; L. marge dr. 7. Capitales carrées, gravure profonde et régulière, soignée, lettres allongées A, R, Q, ligatures NT et IN, points trièdres, alignement à gauche H. Lettres décroissantes 11 à 7 ; H. interlignes 2/2,8.
L. 1 : pater est sous-entendu.
L. 3 : on restitue tem[plis et xystis] d’après les inscriptions 1 et 2.
L. 4 : à la fin de la ligne, on peut restituer douze lettres au maximum ; à la rigueur, on pourrait imaginer la restitution MV[LT PAC CONS ET DED], comme dans le texte 1, mais malgré le développement que donne immédiatement au lecteur la comparaison avec ce dernier, on hésitera à abréger consummauerunt en CONS.

Discussion

58M. Khanousssi.— Le temple B est en étroite connexion avec “l'odèon”. Les deux monuments ont été construits en même temps. Le temple A est postérieur au temple B, donc il n'est pas à identifier avec l'un des tempio offerts pas les Gabinii. Quant au temple C, il a été construit dans l'espace laissé entre les thermes liciniens et l'odèon. Il est donc postérieur à la construction de l'ensemble thermal qui, dans l'état actuel de la recherche remonterait, au plus tard, à l'époque sévérienne.

59A. Beschaouch.— Selon A. B., les inscriptions de Thugga mentionnant un templum Veneris et Concordiae (AE, 1969-1970, 650) et un templum dédié “Fortunae Augustae Veneri Concordiae”, (CIL, VIII, 26547), invitent à penser que, pour les tempio Concordiae Frugiferi Liberi Patris, il s'agissait de plusieurs temples. Il partage l'avis de M. Khanoussi en ce qui concerne les temples dits “A et B”. Pas de relations entre eux, et “B est postérieur à “A”.

60Chr. Delplace.— 1) Ensemble temple B + théâtre. L'association du temple et du théâtre se rencontre dès l'époque républicaine en Italie centro-méridionale. Le temple y apparaît en position dominante, au-dessus et dans l'axe de la cavea du théâtre.

61Les premières constructions de tels complexes – sans revenir sur le problème des origines – ont été relevées en Campanie, notamment à Teanum, dans les dernières décennies du IIe s. a.C., puis dans le Samnium, notamment à Pietra Abbondante, à la fin du IIe -début du Ier s. a.C. (P. Gros, Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République, Bruxelles, coll. Latomus 156, 1978, p. 44 et 49-50). A Rome, la construction du complexe monumental du théâtre de Pompée, dominé par le temple de Venus Victrix, et du quadriportique post scaenam dans les années 61-55 s'inscrit dans la lignée de ces exemples républicains (Id., ibid., p. 67-69) et servira de modèle aux théâtres dominés par un sacellum (voir l'étude de J. A. Hanson, Roman Theater-Tempels, Princeton, 1959), tels ceux de Vérone ou de Trieste en Italie du Nord ; M Verzar-Bass (“I teatri dell'Italia settentrionale”, in La Città nell'Italia settentrionale in età romana, EFR 130, Rome-Trieste, 1990, p. 411-450) daterait ces ensembles en raison précisément d'un sacellum in summa canea de l'époque républicaine tardive ou augustéenne, du moins dans leur phase la plus ancienne. De tels exemples sont également attestés dans les provinces, par exemple dans la Péninsule Ibérique à Sagonte (Id., ibid., p. 426). Ainsi, l'exemple de Dougga ne fait que s'intégrer dans une série que l'on commence à bien connaître et qui relève d'un même plan d'ensemble architectural.

622) Y avait-il un cryptoportique en liaison avec le théâtre du temple B ? Avant de parler de cryptoportique il conviendrait d'en préciser le sens, de ne pas appeler cryptoportique toute galerie souterraine, et de réserver ce terme à une structure bien précise en U, liée soit à une habitation privée (ainsi dans la villa des Mystères), soit à un monument public (Les cryptoportiques dans l'architecture romaine, EFR 19-23 avril 1972, EFR 14, Rome, 1973, et la documentation que j'ai rassemblée dans La romanisation du Picenum. L'exemple d'Urhs Salvia, EFR 177, Rome. 1993, p. 273-280). Or tous les exemples identifiés et étudiés sont à mettre en relation avec une place et/ou l'aire d'un temple, et aucun n'a été mis en relation directe avec un théâtre. Le théâtre latin, entièrement construit, par opposition au théâtre grec qui s'appuyait sur une dénivellation de terrain, avait sa cavea construite sur des galeries souterraines, mais aucune de celles-ci ne peut être identifiée à un cryptoportique.

63S. Demougin.— Il faut faire attention aux titulatures des juges des cinq décuries ; il y a les trois premières décuries, où se trouvent les chevaliers, et les deux dernières plébéiennes. Dans le texte 4 (inédit A), A. Gabinius Datus fil. est simplement adlectus in quinque decuriis (sic), c'est-à-dire admis dans les cinq décuries : il faut comprendre l'une des deux dernières. En effet, rien n'indique qu'il soit chevalier.

64Dans le document 3, il faut bien distinguer : d'une part, l'obtention du cheval public, d'autre part le siège dans les décuries. La dignité du juge, dans le cas des chevaliers, est supérieure à celle d'eques Romanus en particulier à cause des spécificités de la charge, du nombre réduit des sièges, et de l'âge minimum fixé à 25 ans finalement sous l'Empire.

65Pour les notables municipaux, devenus juges non-équestres, la nomination est vraiment une promotion. Pour les chevaliers, c'est une étape de leur carrière.

66Il est évident que la mention ex V decuriis, ou in V decurias adlectus ab..., cache la vérité = c'est-à-dire qu'il y a aussi des juges non équestres. Il suffit, à cet effet, de regarder les cursus des juges, notables municipaux : ils se disent ex V decuriis, sans être devenus chevaliers.

67On ne doit pas oublier qu'à Rome, lorsqu'on possède un rang privilégié, même à un niveau inférieur, on l'indique. Ceci, évidemment nous mène à des difficultés d'interprétation, particulièrement dans le cas des épitaphes rédigées par les enfants d'un notable, un chevalier romain par exemple, lorsque le statut du père est indiqué, et pas celui des fils survivants.

Bibliographie

Bibliographie

Bassignano, M. S. (1974) : Il flaminato nelle province romane dell’Africa, Universita degli studi Padova. Pubblicazioni dell’Istituto di Storia antica, Rome.

Beschaouch, A. (1968) : Mustitana I. Recueil des nouvelles inscriptions de Mustis, cité romaine de Tunisie.
— (1971-1972) : “Pluton africain”, Karthago, 16, 103-105.
— (1974) : “La découverte de trois cités en Afrique proconsulaire (Tunisie) : Alma, Urev et Asadi : une contribution à l’étude de la politique municipale de l’Empire romain”, CRAI, 219-234.

Bouard, V., N. Demaison et L. Maurin (1997) : “CIL, VIII, 26580 et l’écriture ‘africaine’”, cf. infra, 209-236.

Brouquier-Reddé, V. (1992) : Les temples et cultes de Tripolitaine, Etudes d’Antiquités Africaines, Paris.
— (1994) : “De Saturne à Aulisua. Quelques remarques sur le panthéon de la Maurétanie Tingitane”, L’Afrique, la Gaule, la religion à l’époque romaine, Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Bruxelles, 154-162.

Cagnat, R. et P. Gauckler (1898) : Les monuments historiques de la Tunisie, I Les monuments antiques. Les temples païens, Paris.

Carcopino, J. (1922) : “Fermier Général ou sociétés publicaines”, REA, 24, 13-36.

Carton, L. et Ch. Denis (1892) : “Quelques inscriptions latines de Dougga”, BAC, 170-174.
— (1893) : “Notice sur les fouilles exécutées à Dougga (Tunisie). Aqueducs, citernes et théâtre”, Bulletin de la Société de géographie d’Oran, 22-42.

Carton, L. (1895) : “Découvertes épigraphiques et archéologiques faites en Tunisie (région de Dougga)”, Extraits des Mémoires de la Société des Sciences de Lille, Paris, 1-427.

Chastagnol, A. (1997) : “La ciuitas de Dougga d’Auguste à Marc Aurèle”, cf. supra, 51-60.

Demaison, N. (1995) : Inscriptions datées de Dougga, Mémoire de maîtrise, Université de Bordeaux III.

Demougin, S. (1988) : L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Collection de l’École Française de Rome, 108, Paris.

Duncan-Jones, R. (1962) : “Costs, outlays and summae honorariae from Roman Africa”, PBSR, 30, 47-115.
— (1967) : “Equestrian rank in thè Cities of the African provinces under the Principale : an epigraphic survey”,
PBSR, 35. 147-188.
— (1974).The Economy of the Roman Empire. Quantitative Studies, Cambridge.

Ferchiou, N. (1975) : Architecture romaine de Tunisie. L’ordre : rythmes et proportions dans le tell, Tunis.

Foucher, L. (1975) : “Théâtre et culte dionysiaque en Afrique”, In Actes du IXe Congrès international de l’association Guillaume Bude, Rome 13-18 avril 1973, Paris, 1975, 486-492.

Golfetto, A. (1961) : Dougga. Die Geschichie einer Stadt im Schatten Karthagos, Bâle.

Graillot, H. (1919) : Xystos, Xystus, in Daremberg Ch., Saglio E., Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, V, Paris.

Hanoune, R. (1986) : “Les associations dionysiaques dans l’Afrique romaine” In L’association dionysiaque dans les sociétés anciennes, Rome, 24-25 mai 1984, Collection EFR 89, Rome, 149-164.

Hanson, J. A. (1969) : Roman Theater-Temples, Princeton.

Jacques, Fr. (1984) : Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Collection de l’École Française de Rome 76, Rome.

Janon, M. (1985) : “Recherches à Lambèse III : essais sur le temple d’Esculape”, AntAfr, 21, 35-102.

Jouffroy, H. (1986) : La construction publique en Italie et dans l’Afrique romaine, Groupe de recherche d’histoire romaine de l’Université des sciences humaines de Strasbourg, Etudes et travaux, II, Strasbourg.

Kallala, N. (1997) : “Nouveaux témoignages épigraphiques sur la vie religieuse à Thugga à l’époque romaine”, cf. supra, 141-174.

Khanoussi, M. (1994) : “Thugga (Dougga) sous le Haut-Empire : une ville double ?”, L’Africa romana, 10, Oristano 1992, Sassari, 597-602.
— (1995) : Dougga, collection sites et monuments de la Tunisie, Tunis.
— (1997) : “Thugga : Épigraphie et constructions publiques”, cf. supra, 117-125.

Lachaux, J.-Cl. (1972) : Théâtres et amphithéâtres de l’Afrique proconsulaire, Aix-en-Provence.

Lantier, R. (1931) : “Les grands champs de fouilles de l’Afrique du Nord. Dougga”, AA, 520-535.

Lassère, J.-M. (1977) : Ubique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C. -225p. C), Études d’Antiquités Africaines, Paris.

Le Glay, M. (1966) : Saturne africain. Histoire, BEFAR 205, Paris.
— (1985) : “Les syncrétismes dans l’Afrique romaine”, in Dunand F. et P. Levêque, Les syncrétismes dans les religions de l’Antiquité, Colloque de Besançon, 22-23 octobre 1973, Leiden 1973, 123-149.
— (1988) : “Nouveaux documents, nouveaux points de vue sur Saturne africain”, Studia Phoenicia 6, Carthago, 187-237.

Pflaum, H. G. (1968) : “Les juges des cinq décuries originaires d’Afrique”, AntAfr, 2, 153-195.
— (1970) : “La romanisation de l’ancien territoire de la Carthage punique à la lumière des découvertes épigraphiques récentes”, AntAfr, 4, 75-117.

Picard, G. -Ch. (1954) : Les religions de l’Afrique antique, Paris.
— (1955) : “Le théâtre des mystères de Cybèle-Attis à Vienne (Isère) et les théâtres pour représentations sacrées à travers le monde méditerranéen”, CRAI, 229-248.

Poinssot, Cl. (1958) : Les ruines de Dougga, Tunis.
— (1961) : “La recherche de l’effet monumental et l’utilisation des difficultés naturelles du terrain à Thugga aux IIe et IIIe siècles ap. J.-C.”, Atti del VII Congresso internazionale di archeologica classica, t. 3, 257-260, Rome.

Poinssot, L. (1902) : “Inscriptions de Dougga”, BAC, 395-404.
— (1904) : “Le théâtre romain de Dougga”, Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1ère série, 11, 2. 79-191.
— (1906) : “Les inscriptions de Thugga, Textes publics”, NAMS, 13, fasc. 3, 103-355.
— (1910) : “Nouvelles inscriptions de Dougga”, NAMS, 18, fasc. 4, 83-174.
— (1913) : “Inscriptions de Thugga découvertes en 1910-1913”, NAMS, 21, n. s. fasc. 8, 1-227.
— (1919) : “Les fouilles de Dougga en 1919 et le quartier du Forum”, NAMS, 22, 138-144, 181-182.
— (1920) : “Datus, conductor praediorum regionis Thuggensis”, CRAI, 357-359.
— (1920) : “Rapport sur les fouilles de Dougga du 1 mars au 20 juin 1920”, Séance de la CAN du 16/12/1920, BAC, 210-215.

Poinssot, L. et R. Lantier (1925) : “Fouilles de la Direction des Antiquités de la Tunisie en 1923”, BAC, 251-269.

Romanelli, P. (1970) : Topografia e archeologia dell’Africa romana, Enciclopedia classica, sezione 111, Archeologia e storia dell’arte classica, vol. X, tome VII, Turin.

Notes

1 Mustapha Khanoussi, Chef de département des sites à l’INP de Tunis nous a autorisées à publier les deux inscriptions inédites et à étudier sur le terrain les temples A, B et C en vue de cette communication. Sa grande connaissance du site a aiguillé notre propos. Louis Maurin, Professeur à l’Université de Bordeaux et responsable du programme PETRAE-Dougga a mis à notre disposition sa documentation épigraphique et a pris en charge nos missions avec le concours de l’UMR IRAM-CNRS (Maison de l’Archéologie de Bordeaux). Nous leur adressons nos remerciements ainsi qu’à Jean-Michel Roddaz, Directeur de l’UMR, à l’équipe franco-tunisienne PETRAE-Dougga et à J.-Fr. Bernard, architecte.

2 1997, cf. infra, 190-196.

3 Voir la communication de Bouard, Demaison et Maurin dans le présent volume.

4 Voir note précédente.

5 Poinssot 1913, 59-61 ; Poinssot & Lantier 1925, 263-269 ; Pflaum 1968, 161-162 no 9 ; Jacques 1984, 541-542 ; Chastagnol 1997.

6 Ces deux bases et une funéraire, dédiée à L. Gabinius Primigenius (CIL, VIII, 26881) étaient remployées dans une maison construite entre les deux temples A et B, cf. Poinssot 1920, CCXI et n. 3 et infra, n. 37.

7 Le flaminat perpétuel lui est accordé sur les bases ILAfr, 568, ILTun, 1511, cf. infra n. 37 ; Bassignano 1974, 187 no 3-5, 192 no 5, 195 no 5.

8 Cf. Carcopino 1922, 13-36 repris par Jacques 1984, 541 ; contra Poinssot 1920, 357-359 repris par Bassignano 1974, 195 no 5.

9 Bassignano 1974, 187 no 5-7, 192 no 6, 195 no 6. Ce titre n’est pas donné sur l’inscription 2.

10 Relation filiale attestée par l’ILAfr, 568, cf. infra n. 37.

11 ILTun, 1513, cf. infra n. 37.

12 Poinssot & Lantier 1925, 268, no 6 ; Duncan-Jones 1967, 173 no 96, 184 no 96 ; Pflaum 1968, 161-162 no 9 ; Bassignano 1974, 110 no 9-11, 114 no 6, 117 no 6 ; Lassère 1977, 598-599 : Jacques 1984, 541-543.

13 Nous n’avons pas l’attestation épigraphique de cette filiation, mais nous la déduisons d’une dédicace faite par Q. Marcius Rufinus à sa grand-mère Gabinia Beata, ILTun, 1511.

14 Beschaouch 1968,42.

15 Pour un panorama des familles de notables à Thugga, cf. Jacques 1984, 539-548. Nous avons répertorié vingt-neuf inscriptions mentionnant un ou plusieurs Gabinii, et qui se répartissent ainsi : onze dédicaces de monuments publics, deux dédicaces honorifiques faites par un Gabinius, sept dédicaces honorifiques faites à un Gabinius et neuf inscriptions funéraires.

16 Nous le connaissons par une dédicace de la ciuitas Aurélia, CIL, VIII, 26598 et une autre du pagus, CIL, VIII, 26624. Sur les deux inscriptions, son nom a été martelé. Gabinius est porté comme cognomen et non comme gentilice, ce qui signifie sans doute qu’il n’est pas un descendant direct des Gabinii, mais qu’il leur était affilié.

17 Sous Hadrien et peut-être sous Antonin, deux dédicants des temples de la Concorde ; entre 180 et 205, [---] ius Gabinius Octauius Festus Sufetianus, CIL, VIII, 26624 ; sous Sévère Alexandre, Iulia Gabinia Venusta et son fils Q. Gabinius Rufus Felix Beatianus, CIL, VIII, 26458.

18 CIL, VIII, 26524 = ILAfr, 521.

19 CIL, VIII, 26546 = ILAfr, 527.

20 CIL, VIII, 26458, 26460, 26461, 26462. La datation de la construction du temple de Caelestis repose sur une dédicace à Caelestis, pour le salut de Sévère Alexandre, CIL, VIII, 26457 ; cependant, il n’est pas certain que cette inscription soit contemporaine de la construction du temple.

21 Nous connaissons, à Dougga, le cas particulier de trois inscriptions mentionnant toutes les mêmes quatre curateurs. Il s’agit de trois bases honorifiques dédiées par le pagus et la ciuitas à L. Marcius Simplex, qui donna le capitole (CIL, VIII, 26609), à son frère C. Marcius Clemens (CIL, VIII, 26604) et à son père Q. Marcius Maximus (CIL, VIII, 26605). Ces trois bases sont identiques et les quatre curateurs ont donc présidé conjointement à la dédicace simultanée des trois statues.

22 Les dieux Augustes, Génie de Thugga, Esculape, Salus, la Victoire ILAfr, 546 ; la Fortune Auguste, Vénus, la Concorde, Mercure Auguste, CIL, VIII, 26471.

23 Pluton est vénéré dans le temple de Tellus. Plusieurs bases de divinités étaient placées dans le temple de la Victoire de Caracalla (voir la communication de N. Kallala dans le présent volume, p. 141-153).

24 AE, 1969-70, 650. Ce monument est bien différent du temple de la Fortune, Vénus, Concorde et Mercure ; la restitution de [Fortunae Augustae] proposée à la ligne 1 par l’AE n’est pas fondée.

25 CIL, VIII. 26471.

26 [Con]cordiae Aug(ustae) Sacrum, CIL, VIII, 26466

27 Pflaum 1970, 76.

28 Le Glay 1966, 120-123 ; Beschaouch 1971-1972, 103-105 ; Le Glay 1988, 195-196 ; Brouquier-Reddé 1994, 155-157. D’autres inscriptions mentionnent Pluton (CIL, VIII, 26494, ILAfr, 549, 550).

29 Poinssot 1913, 27-30 no 19-22.

30 Poinssot 1958, 62 no 23 ; Khanoussi 1995, 56 no 34.

31 Base de Liber Pater, Cf. Kullala 1997, p. 168.

32 Neptuno Aug(usto) Sacrum [---] undarum domino nereidumque patri, CIL, VIII, 26492.

33 Cf. supra n. 23.

34 ILAfr, 569, cf. infra, n. 37.

35 L’une des bases honorifiques (ILAfr, 568, voir ci-dessous) a été faite par les soins de son fils M. Gabinius Bossus.

36 Demougin 1988, 462-465. Selon l’auteur (p. 200), l’emploi d’equo publico à la place d’eques romanus est un archaïsme qui se retrouve au IIe siècle dans certaines provinces moins latinisées que le reste de l’Empire, en particulier celles d’Afrique.

37 A. Gabinius Datus p(ater), cf. ILAfr, 568 (= AE. 1921, 24) : A(ulo) Gabinio Quir(ina) Dato p(atri), / flam(ini) Aug(usti) perp(etuo), patrono pagi et ciuitatis Thuggen(sis), conductor<e>s praediorum/regionis Thuggensis ob me(rita)/ curatore M(arco) Gabinio Basso f(ilio) et ILTun, 1511 (= AE, 1924, 29) Gabiniae Beatae coniu/gi A(uli) Gabinii Dati flami(inis) Aug(usti) / perp(etuo), patroni pagi et ciuit(atis), / Q(uintus) Manius Rufinus nepos / auiae piissimae ob merit(a) ; / curatoribus Gabiniis Prisco / et Honorato. M. Gabinius Bassus (ILTun, 1512 = AE, 1924, 28) M(arco) Gabinio / Quir(ina) Basso / flam(ini) Aug(usti) perp(etuo),/patrono pagi et / ciuitat(is) Thugg(ensis) pag(us) / et ciuit(as) Thugg(ensis). A. Gabinius Datus filius, cf. ILAfr, 569 = AE, 1921, 25, A(ulo) Gabinio / Dato filio / flam(ini) Diui / Titi Aug(uri) pa/trono pagi/et ciuitatis pa/gus et ciuitas Thu[gg]ae et ILTun, 1513 = AE, 1924, 30, A(ulo) Gabinio A(uli) fil(io) Arnens(i) Da[to] / patrono pagi et ciuitatis Th[ugg(ae)] / flamini diui Titi, aedil(i), augur[i] / coloniae C(oncordiae) I(uliae) K(arthaginis), equo publico, in quinque / [de]curiis ab Imp(eratore) Caesare/[Traian]o Hadriano Aug(usto) [adlecto/.

38 Comme l’a restituée Bassignano 1974, 110, no 10.

39 Découverte CIL, VIII, 15520 voir bibliographie antérieure infra n. 68.

40 Carton et Denis 1893, 22, plan au l/5000e [“temples de la Concorde (à trois baies)”] ; Carton 1895, 152, plan du site repris par Cagnat & Gauckler 1898, 39.

41 Poinssot 1910, 89 : “Édifice à arcades que l’on suppose être les templa Concordiae”.

42 Poinssot 1919, 138-144, 181-182 et plan de Ch. Emonts levé en 1919, 198 ; Id. 1920, CCX-CCXV. Lantier 1931, 529, fig. 20.

43 1954, 160 ; Picard 1955, 236 n. 5 ; Romanelli 1970, 125 ; Lachaux 1972, 136-137.

44 Poinssot 1958, 52-54 no 16 ; Id. 1961, 257-260, plan fig. 1. Golfetto 1961, 48-50. Cependant, pour M. Khanoussi (1994, 32 no 14), il s’agit d’un élément indépendant et postérieur, cf. infra.

45 Jouffroy 1986, 212, 213, 216, 419. Les travaux de nettoyage et de restauration ont alerté M. Khanoussi sur les relations entre les temples A et B depuis la parution de son article (Khanoussi 1994, 600 : “vaste ensemble cultuel composé de quatre temples”).

46 Ferchiou 1975, pl. 6 (base du porche). La rue ne semble pas avoir été abaissée (contra Poinssot).

47 A l'occasion d’un sondage stratigraphique en avril 1996, l’Université de Freiburg sous la direction de V. M. Strocka a entrepris un relevé et une étude de ce temple.

48 Une disposition identique devait être aménagée au sud et éventuellement à l’est, mais ces murs sont arasés au niveau du sol du quadriportique. Sur le péristyle, cf. Ferchiou 1975, 15, 17, 22, 83-84, pl. 6.

49 Picard 1955, 236 n. 5.

50 L’axonométrie du site faite par J.-Cl. Golvin (Bordeaux, 1996) sur les indications de M. Khanoussi restitue ces escaliers ; contra Poinssot 1961, 258 : escalier central de sept marches.

51 Ferchiou 1975, 15, 17, 22, 40-42, 46, 85, 87-88, 94, 96, pl. 7.

52 Hanson 1969, 67 et n. 46 (E. Frézouls).

53 Sur Asadi, située dans le golfe d’Hammamet, cf. Beschaouch 1974, 228-231, fig. 5-6. Le plan inédit de ce temple a été présenté par A. Beschaouch, lors de la Table-ronde “L’originalité des temples romains des Gaules et d’Afrique du Nord”, Paris-Sorbonne, 23 mai 1985 organisée par M. Le Glay, actes non parus. La fouille du monument est inachevé. Nous remercions A. Beschaouch de nous permettre de le mentionner.

54 Temple d’une divinité auguste sur le vieux forum et temple anonyme de la région V (cf. Brouquier-Reddé 1992,81 no 3, fig. 30 no 3 et 105-107 no 12, fig. 51).

55 Partiellement indiqué par des hachures sur le plan de Cl. Poinssot 1961, fig. 1 (cf. ici fig. 6).

56 Contra Poinssot 1961,257 n. 7 : “le temple A et le temple B représenteraient deux campagnes successives de construction, la grande cour et le théâtre n’étant pas prévus dans le plan initial”.

57 L’étude stylistique du décor architectural des temples A et B et du théâtre est basée sur la datation donnée par les inscriptions, cf. Ferchiou 1975.

58 Janon 1985, 35-102, pl. II.

59 Bassignano 1974, 188 no 21.

60 CIL, VIII, 26547 = ILAfr, 528 ; CIL, VIII, 26471.

61 Les temples A et C sont dédiés à des divinités anonymes.

62 Foucher 1975, 486-487 ; Hanoune 1986, 152.

63 Poinssot 1910, 93 no 9.

64 1906, 133 no 20.

65 Bassignano 1974, 110 no 18-19.

66 1904, 149, 162.

67 Vitruve, 5.1, 25 et 28 ; jardins à grandes allées cf. Graillot 1919, 1026-1027 et en particulier p. 1027 n. 6.

68 (Inv. 94.18, 94.19, 95.17) ; CIL, VIII. 1493 ; EphEp., V, 1884, 354 no 572 et VII, 1892, 87 n” 276 ; CIL, VIII, 15520 ; Carton 1895, 177 no 320 ; Cagnat & Gauckler 1898, 39-40 ; Poinssot 1902, 395 no 1 ; Poinssot 1906, 130-131, insc. 16 ; Poinssot 1910, 90-91, insc. 7-8 ; CIL, VIII, 26467, 26469 ; Poinssot 1913, 14-15, insc. 9 ; ILAfr, 515 ; ILTun, 1389 ; Bassignano 1974, 187 no 5 ; Jouffroy 1986, 213, 216, 419 ; Demaison 1995, no 10 ; révision Petrae-Dougga. Nous ajoutons de nombreux points à la lecture du CIL.

69 Le fragment CIL, VIII, 26469 n’a pas été retrouvé sur le site.

70 (Inv. 91.289, 96.168) ; Carton & Denis 1892, 174 no 40 ; Poinssot 1906, 131-132, insc. 17, 165 insc. 60 ; Poinssot 1910, 89-90, insc. 7 ; CIL, VIII, 26468 ; Poinssot 1913, 15, insc. 10 ; ILTun, 1390 ; Demaison 1995, no 88 ; révision PETRAE-Dougga.

71 Sans no d’inventaire ; Poinssot 1910, 91-92, insc. 9 ; CIL, VIII, 26470 ; Poinssot & Lantier, 1925, 267-268 ; ILTun, 1391 ; Pflaum 1968, 161-162 no 9 ; Bassignano 1974, 110 no 10 ; Jouffroy 1986, 213, 216, 419 ; Demaison 1995, no 89 ; révision PETRAE-Dougga.

72 Inv. FA 18, face 1 et FA 1d, face 2.

73 Inv. FA Id, face 1 et FA 18, face 2.

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540