Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Nouveaux témoignages épigraphiques sur la vie religieuse à Thugga à l'Époque romaine

Nabil Kallala

Note de l’auteur

P1. 12-15, fig. 1-18

Texte intégral

  • 1 Qu'il me soit permis ici, de remercier mon ami M. Khanoussi qui, gracieusement, a mis à la disposit (...)
  • 2 Les dimensions des blocs seront données en cm. H = hauteur ; L = longueur ; E = épaisseur.

1En 1958, Cl. Poinssot a attiré l'attention sur l'importance de la religion à Thugga, en écrivant : “La population de Thugga était très religieuse. Nulle part en Afrique, on ne rencontre de série épigraphique, où il y ait une telle proportion de dédicaces aux dieux”1.Le jugement de cet auteur est corroboré depuis, par la découverte de nouveaux textes religieux, qui viennent enrichir le lot d'inscriptions connues à ce jour, et qui constituent l'objet de notre étude. Ces nouveaux documents sont au nombre de dix dont cinq ont été partiellement publiés et cinq autres sont restés inédits2.

1. Dédicace du temple de la Victoire de Caracalla (ILAfr, 527 complétant CIL, VIII, 26546 + 26650 + 26639) + cinq fragments inédits.

2C'est l'une des plus longues inscriptions de Thugga ; elle comprend cinq linteaux, dont on a trouvé en tout quinze fragments éparpillés dans plusieurs endroits ; ils étaient soit enfouis, soit remployés dans des maisons récentes construites sur le site et démolies lors du déménagement du village en 1963. Ils sont actuellement rassemblés dans le temple de la Victoire de Caracalla, à Dar El Achheb (= Dar el Acheb, Dar Lachhab) et dans leurs environs immédiats. Ils se répartissent comme suit :

310 sont publiés, dont 5 seulement ont été retrouvés : frag. b = CIL, VIII, 26546b (= 1483 cf. 15505) ; frag. j = CIL, VIII, 26546f ; frag. k = CIL, VIII, 26546g ; frag. 1 = CIL, VIII, 26650 ; frag. o = CIL, VIII, 26546h. Les 5 autres n'ont pas été retrouvés malgré une prospection approfondie du site : frag. a = CIL, VIII, 26546a ; frag. d = CIL, VIII, 26546c ; frag. f = CIL, VIII, 26546d ; frag. g = CIL, VIII, 25546e ; frag. n = CIL, VIII, 26639.

4Cinq fragments nouveaux sont inédits : ils portent les lettres c, e, h, i, m (ils ont été seulement annoncés par Cl. Poinssot ; cf. infra). L'inscription est ainsi reconstituée en grande partie ; le texte du quatrième linteau est à présent entier, il manque au deuxième seulement quatre lettres ; ailleurs, quelques passages ont cependant disparu, mais n'entravent guère la restitution du texte.

  • 3 Poinssot L. 1913, 144.

5Avant de passer en revue les différents linteaux, il y a lieu de commencer par des considérations d'ordre général et communes à l'ensemble de l'inscription. Le support était constitué initialement de cinq blocs composant le linteau du temple ; ils sont en calcaire blanc, gréseux, coquillier très induré. Les blocs I et V, qui se trouvent aux extrémités, seraient longs chacun de 300 cm, selon les calculs de L. Poinssot, qui fait remarquer qu'ils “étaient, comme il convient au premier et au dernier blocs de la frise d'un portique, plus longs que ceux qui les touchaient”3.

  • 4 II : L 138 + 90 = 228 ; III : L 136 + 92 = 228 ; IV : L 60 + 160 = 220 (ce dernier est simplement i (...)

6Les blocs II, III et IV auraient chacun, d'après nos mesures 228 cm de longueur4.

7La longueur totale de la frise était voisine de 12, 85 m ; H : 60 cm ; E : 38 cm en moyenne.

  • 5 1er linteau : 1 1 : 39 lettres ; 1 2 : 45 let ; 1 3 : 51 let. ; 2e linteau : 1 1 : 39 lettres ; 1 2 (...)

8Le champ épigraphique se confond avec la face principale et n'est pas délimité par un cadre isolant. Marge supérieure : 3 cm environ ; inférieure : 6 cm ; marge droite conservée : 42 cm. Le texte est légèrement décalé vers le haut, l'alignement est irrégulier à droite : la marge de la 1. 3 est de 57 cm (en fait, c'est un vacat) ; tassement des lettres sur cette ligne dans les deux premiers linteaux5.

9Le style de l'écriture est caractéristique de la capitale “africaine” : gravure très soignée, capitales monumentales allongées, avec pleins appuyés et déliés ; les T dépassent partout l'alignement. Quelques hederae et points de séparation ; quand il n'y en a pas, les mots ne sont généralement pas séparés d'un intervalle. Abréviations usuelles, tildes et ligatures.

10Dans la présentation de l'inscription, nous avons suivi l'ordre des linteaux (de I à V) ; quant aux fragments, nous les avons classés par ordre alphabétique (de la lettre “a” à la lettre “o”) avec le numéro du recueil épigraphique correspondant quand ils sont publiés ; les fragments publiés et non retrouvés seront présentés évidemment tels quels, ceux qui sont inédits auront une présentation complète mais sans qu'il soit nécessaire de reprendre ce qui est commun à l'ensemble de l'inscription.

Premier linteau

11Frag. a = CIL, VIII, 26546a. Non retrouvé.

PRO SAL[---]

M·AVRE[---]

QVOD G[---]

12L 1 : Poinssot L. 1906, 256, 115, et p. 342, 247a ; 1. 2-3 : Merlin 1903, 55, 22 a.

13Frag. b = CIL, VIII, 26546b (= 1483, cf. 15505). Retrouvé. Inv. 93-94.
Incomplet à droite, à gauche et endommagé en bas, ce qui a entamé la partie inférieure de la 1 3. Conservé à Dar El Achheb (pl. 12.1).

IMP CAES DỊ[---]

[---]ḶI ANTONINI PII FELICIS Ạ[---]

[---]ḄINIA ḤẸṚṂỊỌṆẠ ṬẸṢṬẠṂẸṆẸ [---]

14Sir Grenville Temple 1835, 312, 38 ; Guérin 1862, 137, 356
Poinssot L. 1906, 222, 90 b ; 1909, 119,41a.

15Frag. c. Inédit. Inv. V 44.
Bloc incomplet à gauche, éclats en bas, encoche en queue d'aronde de remploi sur la face supérieure. Trouvé à proximité de Dar El Achheb et au nord-ouest de la maison de Vénus où il est conservé aujourd'hui.
H 60 ; L 103 ; E 38. Le champ épigraphique est en bon état, sauf en bas où il est usé ; éclats en bas à gauche, usure sur les arêtes. Pas de marge à droite.
L 2 : Deux hederae. L 3 : tilde au-dessus du C et du N sous forme de barre horizontale aux extrémités relevées. Ligature, 1. 2 : inclusion dans C de M (petit corps) surmonté d'un point séparatif, peut-être pour rattraper une omission.

[---]ẸVERI·PII ARA

BRITMAX GE

[---] ḤS ‘CM’-N FIERI IVSSIT PERFE

  • 6 Poinssot L. 1913, 143. Il est vrai que l'auteur a fait suivre la lettre S qui termine -ctus d'un po (...)

16La restitution des 1. 1 et 2 par L. Poinssot est juste, mais le nouveau fragment permet de corriger celle qu'il a proposée pour la 1. 3 : fieri praecepit ius...., en pensant à la personne qui se serait chargée de l'exécution de la dédicace et dont le nom se terminerait en -ius et le cognomen en-ctus. Cette terminaison devait, selon lui, se trouver à la fin de la 1. 3 du bloc suivant. Or, nous avons bien en cet endroit (bloc II, 1. 3) -ctum qui termine perfectum et non-ctus6.

Deuxième linteau

17Frag. d = CIL, VIII, 26546c. Non retrouvé.
Il s'agit en fait de deux petits fragments qui se joignent verticalement.

BICI·A

M

18Poinssot L. 1913, 142,58a.
L 1 : Le haut est endommagé, il manque le jambage droite du A ; 12 : le bas du premier M manque, ainsi que la moitié droite du deuxième. Le bas du M se retrouve sur le fragment d'en bas ; le jambage droit du A (1 1) et du deuxième M (1 2) figure sur le bloc e.

RM

CTV

19Poinssot L. 1906, 342, 247b.
L. 1 : On ne voit que le bas du R et du M (le haut étant sur le fragment précédent) ; 1. 2 : on ne voit que le haut des lettres. En fait, ces lettres sont à cheval sur le frag. d et le frag. e. Les 1. 1 et 2 correspondent aux 1. 2 et 3 de l'inscription.

20Les deux fragments se joignent pour donner :

BICI A

M

CTV

21Frag. e. Inédit. Inv. V 3.
Bloc incomplet à gauche et à droite ; éclats dans la partie droite ; usure sur les arêtes. Conservé à l'ouest et à proximité de l'accès du temple de la Victoire de Caracalla.
H 60 ; L 90.
Le champ épigraphique est en bon état de conservation, sauf éclats à droite.

[---]ẠDIABENICI PẠ [---]

[---]M·MAX·PONT·MAX [---]

[---]CTVM ET DEDICATVM ẸṢ[---]

  • 7 Poinssot L. 1913, 143.

22L. 2, première lettre : Bas du jambage de droite d'un M ; 1. 3, au début : bas d'un C et d'un T. L. Poinssot, 1. 3 : [---]ctu[s aedificauit idemq s[---]7.

23Frag. f = CIL, VIII. 26546d. Non retrouvé.

[---]THICI·MAXIMI·BRIT‘AN’·NICI M

[---]RIB·POTES·XVII·IMMP·III·COS IIII·P·PRO

[---]VO TESTAMENTO DIE DEDICATIONIS ET DEI

24Poinssot L. 1909, 120, 41b.

Troisième linteau

25Frag. g = CIL, VIII, 26546e [Retrouvé été 1997].

I[.]I

[---] M·ANTON[---]

[---]LIAE DOMNA [---]

[4]

[---]VODANNIS EPVLV[---]

26Merlin 1903, 55, 22b ; Poinssot L. 1906, 222, 90c. L. 2 (fin) : les deux auteurs hésitent entre le jambage d'un A ou d'un M (voir explication ci-dessous).

27Frag. h et i. Inédits. Inv. V3.
Deux blocs se joignant horizontalement ; écornure en haut, à droite du bloc h et éclat en bas, à droite, faisant disparaître partiellement quelques lettres. Dimensions : bloc h, L 134 ; bloc i : L 39 m. Ils ont tous les deux la même hauteur. Conservés dans la cour du temple de la Victoire de Caracalla, en face de l'entrée principale.
Le champ épigraphique du bloc i est usé, des lettres ont disparu partiellement ou entièrement. Pas de marge à droite sur le bloc i.

h :

[---]INI GERM SARM NEPỌṬỊṢ

IAE FELICIS AVG MATRIS AVG ET

[---]Ṃ DECVRTONIBVṢ ẠḄ HER[.]

i :

ḌỊ[...]

CASṬṚ[.]

ḌỊḄṾṢ Ṣ

28Pour mémoire, on rappellera la restitution de L. Poinssot avant la découverte de ces deux fragments (ILAfr, 527) :

[---]ini Sarmatici nepoti diui
[---] Piae Felicis matris castro
[---]] condecurionibus s

29Comment doit se restituer le début du linteau ? Le relevé à l'échelle nous a permis de calculer les lacunes des trois premières lignes avec assez de précision :

30L. 1 : L'espace à combler, soit le fragment g, plus la partie manquante, est de 69 cm environ. Or, si l'on opte pour la proposition de L. Poinssot aximi filii, plus l'espace que doit occuper le fragment g, il faut 80 cm au moins. Les 11 cm de trop peuvent être résorbés en abrégeant maximi en max.

31L 2 : L. Poinssot propose la restitution suivante : [cos et Iu]liae Domnae A[ug] etc... Mais d'évidence A[ug] doit être supprimé, puisque le titre apparaît maintenant après Piae Felicis (cf. le parallèle offert par D. 437).

32L.3 : L. Poinssot prévoit, au début de la ligne de la place pour six lettres, outre l'initiale de q]uod. Qu'en est-il ? Le début de la ligne jusqu'à epulu doit normalement mesurer 84 cm. Cet espace pouvait comporter entre 14 et 16 lettres, voire 17 lettres. Or 13 sont déjà attestées en plus de la lettre Q qui s'impose devant quod si bien qu'on ne peut, dans le meilleur des cas, ajouter plus de 3 lettres au début de la ligne ; si tel est le cas, et guidé par dei de la fin du deuxième linteau, nous proposerons de restituer par nde. On aura ainsi dei[nde], ce qui correspond bien au sens général de la dédicace.

Quatrième linteau

33Frag. j et k = CIL, VIII, 26546f et 26546g. Retrouvés. Inv. V3
Deux blocs jointifs horizontalement. Conservés dans la cour du temple de la Victoire de Caracalla, en face de l'entrée principale. Bloc j : L 136 ; bloc k : L 92.
Champ épigraphique bien conservé à part une usure au niveau des 1 2 et 3 du bloc k. Pas de marge à dr et à g.

j (Pl 12.2)

ṆṬONINI PII PRONEPOTIS DI[.]

RVM ET SENATVS ET PATRIAE TOTIVS

VIS DARI PRAECEPIT ITEM AGRVM

k (pl. 12.3)

I HADRIANI ABNE

QVE DIVINAE DOMṾṢ

QVI APPELLATṾṚ

34Frag. j : Carton 1895, 157, 288 ; Poinssot L. 1906, 222, 90d.
Frag. k : Poinssot L. 1902, 396, 5 ; 1906, 223, 90e.
L. 1 (déb. frag. j) : Nous confirmons la lecture donnée par le Dr Carton qui fait commencer le texte par un N ; L. Poinssot fait précéder la ligne d'un petit blanc qu'il restitue par un A. En réalité, la partie érodée correspond à la moitié gauche du N uniquement et il n'y a guère de place sur ce bloc pour un A ; celui-ci pouvant largement trouver place à la fin du bloc i qui le précède.
L. 3 (déb. frag. j) : On a seulement la haste droite du V de SVIS, l'autre moitié devait se trouver à la fin de la ligne du bloc i qui le précède.

Cinquième linteau

35Frag. 1 = CIL, VIII, 26650. Retrouvé. Inv. 93-60 (pl. 12.4).
Brisé de tous côtes sauf à gauche. Conservé à Dar El Achheb.
Champ épigraphique H 22 ; L 68. Pas de marge inf. ; la fin de la 1. 2 est endommagée.

[---]

ḶṾṂ[---]

CIRCVS AD ṾỌ[---]

36Poinssot L.1902, 399, 10 ; 1906, 305, 160.
L. 2 : Seul le bas des quatre premières lettres de templum est visible ; après LV on trouve le complément de la lettre M sur le bloc suivant (frag. m, 1. 2).
L. Poinssot a fait précéder templum par [ei]us, qui doit se rapporter dans le cas d'espèce à la maison de l'empereur seul. Or, écrit-il, “on a peu de choses de eius”. A vrai dire, on ne voit plus rien du mot qui précède templum : le T (1. 2) étant superposé au S de circus (1. 3), la place est suffisante pour restituer eorum au début de la 1. 2 du linteau, ce qui est plus attendu ici que eius.

  • 8 Poinssot Cl. 1969, 249 et n 128 y a seulement fait allusion.

37Frag. m. Inédit. Inv. V 88
Deux blocs jointifs verticalement, incomplets à gauche et à droite ; conservés dans la cour du temple de la Victoire de Caracalla. Bloc supérieur, L 66, H 28,5 ; bloc inférieur, L 64, H 32. Champ épigraphique L : 52 ; H 59.

[---]ṬRAIA[---]

[---]VICTORIAẸ [---]

TATEM PỌ[---]

  • 9 Poinssot L. 1913, 147. Il faut toutefois signaler que, tout en considérant la restitution Genii com (...)

38L 2, à la fin, bas de la haste verticale d'un E.
La deuxième ligne constitue le nœud de la dédicace. L. Poinssot avait proposé de restituer geni avant la découverte du fragment m9. Il faut désormais mettre ici Victoriae. Le temple était donc dédié à la Victoire de Caracalla.

39Il reste maintenant à combler l'espace qui suit Victoriae et précède [d]omini sur le frag. o. En présentant ce texte lors de la table ronde, nous avions proposé de restituer ici Augustae comme épithète de la Victoire. Dans la discussion qui a suivi cette communication, A. Mastino a préféré Germanicae à quoi A. Beschaouch ajouterait Maximae ce qui est peu probable, car l'espace à combler ne peut accueillir que huit lettres ; l'abréviation Germ. Max. ne serait guère justifiée car il n'y a pas de contrainte de manque d'espace, la marge droite étant de 42 cm.

  • 10 Smadja 1986, 503-519.
  • 11 En fait, on ne peut pas avoir Victoriae Augusti suivi de domini nostri ; en outre, d'après E. Smadj (...)
  • 12 Smadja 1986, 509 : “Ces dédicaces aux Victoires sur les peuples ont un caractère commémoratif..., e (...)
  • 13 Voir la nouvelle lecture de Christol 1975. La victoire germanique de Caracalla fut célébrée ici par (...)
  • 14 Christol 1975, 139, n. 39 et CIL, XIII, 6459. La consécration à Caracalla et à Julia Domna est fait (...)
  • 15 Christol 1975, 136.

40La proposition de A. Mastino ne doit pas poser de problème d'espace, mais il y a lieu de se demander si elle est opportune. La réponse doit être recherchée, à notre avis, dans la nature du culte de la Victoire que Gabinia Hermiona voulut honorer. Dans ce sens, l'étude de E. Smadja est particulièrement éclairante10. Cet auteur dégage trois formes de ce culte en Afrique : Victoria Augusta, Victoria Augusti ou Augustorum, enfin Victoria de gentibus. La deuxième étant exclue11, il nous faut choisir entre Augusta et l'épithète du nom d'un peuple vaincu, soit Germanicae. Si l'on doit placer notre inscription dans les trois tableaux analytiques du culte de la Victoire, récapitulant les auteurs des dédicaces, leur répartition géographique et chronologique, il semble qu'on ne pourra opter que pour Victoria Augusta. En effet, les auteurs de ces inscriptions dans le nord de la Numidie et en Proconsulaire, donc en dehors des zones militaires, sont à part égale de simples particuliers et des magistrats ; les simples particuliers sont complètement absents des dédicaces à la Victoria de gentibus, qui sont le fait de militaires, de magistrats et de collectivités, et elles ont un caractère commémoratif12. Or, l'auteur de notre inscription est justement un simple notable de la ville, qui a fait un acte d'une évergésie privée, excluant par là tout caractère officiel et encore moins militaire comme ce fut le cas ailleurs, par exemple à Mayence13 et chez les Vicani Murrenses14. Faut-il ajouter que nous sommes relativement loin des victoires que remporta Caracalla sur les Chattes et les Alamans15 ?

  • 16 Smadja 1986, 509, n. 21, l'auteur situe l'apparition de la formule Victoria Augusta imperatoris dan (...)

41Pour toutes ces raisons, il nous semble difficile de retenir la restitution Germanicae et plus logique de garder l'épithète Augustae dont le nombre de lettres, huit, correspond parfaitement à l'intervalle manquant. Du coup, nous devons avoir Victoriae [Augustae d]omini nostri, et ce serait là, si l'on suit E. Smadja, “une formule synthétisant” les deux personnalités divines, celle qui honore la Victoria Augusta et le maître des hommes, l'empereur16.

42Frag. n = CIL, VIII, 26639. Non retrouvé.

[---]

[---]VLI REIPVB[---]

43Merlin 1903, 64-65, 38 ; Poinssot L. 1906, 329-330, 222.

44Frag. o = CIL, VIII, 26546/ ;. Inv. 93-67. Retrouvé (pl. 12.5).
Incomplet de tous côtés sauf à droite ; éclats en bas. H 43 ; L 106. Conservé à Dar El Achheb. La cassure en haut du champ épigraphique a fait disparaître toute la 1. 1 et le haut de quelques lettres à gauche de la 1. 2. Bon état de la partie restante ; marge dr. : 42 cm (1. 3 : 57 cm).

[---]

·REMISIT

45Merlin 1903, 55c ; Poinssot L.1906, 223, 90f.

46Il faut donc corriger la lecture que donne L. Poinssot (1913, 143, 58) des 1. 2 et 3 du 5e linteau :

[ei]us templum [genii sanctissimi d]omini nostri

circus ad uo[luptates po]puli reipubl. remisit.

qui deviennent :

[eorum] TEMPLVM VICTORIAE [Augustae d]OMINI NOSTRI

CIRCVS AD VO[1]VPTATEM PO[p]VLI REIPVBL REMISIT

47Voici, à présent, comment se présente l'inscription :

48Premier linteau (pl. 13.6)

IMP CAES DỊ[---]ẸVERI PII ARA

·AVREḶI ANTONINI PII FELICIS Ạ[---] MAXBRITMAX GE

QVOD G[.]ḄINIA ḤẸṚṂỊỌNẠ ṬẸṢṬẠṂẸN[---] ḤS ʿCMʾ·N FIERI IVSSIT PERFE

49Deuxième linteau (pl. 13.7)

BICI·ẠDIABENICI PẠ[.]THICI MAXIMI·BRITʿANʾNICI·M

MAX·PONT·MAX [.]RIB· POTES·XVII IMP·IIICOS IIII P·P·PRO

CTVM ET DEDICATVM ẸṢ[---JVO TESTʿAMʾENTO DIE DEDICATIONIS ET DEI

50Troisième linteau (pl. 13.8-9)

[---]Ị[.]I[---] M·ANTONINI GERM SARM NEPỌṬỊṢ ḌỊ[---]

IAE FELICIS AVG MATRIS AVG ET CASṬṚ[.]

[---]VODANNIS EPVLVṂ DECVRIONIBVṢ ẠḄ HER[.]ḌỊḄṾṢ Ṣ

51Quatrième linteau

ṆṬONINI PII PRONEPOTIS DI[.]I HADRIANI ABNE

RVM ET SENATVS ET PATRIAE TOTIVSQVE DIVINAE DOMṾṢ

VIS DARI PRAECEPIT ITEM AGRVM QVI APPELLATṾṚ

52Cinquième linteau (pl. 13.10)

[---]ṬRAIAI[---]

ḶṾṂ VICTORIAE [---]ỌMINI NOSTRI

TATEM PỌ[.]VLI REIPYBḶ· REMISIT

Pro salute Imp(eratoris) Caes(aris) Di[ui Septimi(i) S]eueri Pii, Arabici, Adiabenici, Pa[r]thici maximi, Britannici m[ax(imi) filii, D]i[u]i M(arci) Antonini Germ(anici), Sarm(atici) nepotis, Di[ui A]ntonini Pii pronepotis, Di[u]i Hadriani abne[potis, diui] Traialni Parthici et Diui Neruae adnepotis],

M(arci) Aureli(i) Antonini Pii Felicis Alug(usti), Parth(ici)] max(imi), Brit(annici) max(imi), Germ(anici) max(imi), pont(ificis) max(imi), [t]rib(unicia) potes(tate) XVII, Imp(eratoris) III, co(n)s(ulis) IIII, p(atris) p(atriae), pro[co(n)s(ulis), et Iu]liae Domnae Piae Felicis Aug(ustae), matris Aug(usti) et castr[o]rum et senatus et patriae, totiusque diuinae domus [eorum], templum Victoriae [Augustae d]omini nostri

quod G[a]binia Hermiona testamen[to suo ex](sestertium) C m(ilibus) n(ummum) fieri iussit, perfectum et dedicatum es[t s]uo testamento, die dedicationis, et deiinde q]uodannis, epulum decurionibus ab her[e]dibus suis dari praecepit. Item agrum qui appellatur circus ad uoluptatem po[p]uli reipubl(icae) remisit.

“Pour la sauvegarde de l'empereur César, fils du divin Septime Sévère Pieux, vainqueur des Arabes, des Adiabènes, vainqueur suprême des Parthes, vainqueur suprême des Bretons, petit-fils du divin Marc Antoine vainqueur des Germains et des Sarmates, arrière-petit-fils du divin Antonin le Pieux, arrière-arrière-petit-fils du divin Hadrien, descendant du divin Trajan le Parthique et du divin Nerva.

Marc Aurèle Antonin le Pieux, Heureux, Auguste, vainqueur suprême des Parthes, vainqueur suprême des Bretons, vainqueur suprême des Germains, souverain pontife, en sa 17e puissance tribunicienne, acclamé trois fois Imperator, consul quatre fois, père de la patrie, proconsul, et (pour la sauvegarde de) Iulia Domna, Pieuse, Heureuse, Auguste, mère de l'Auguste, des camps du sénat et de la patrie, et de toute la maison divine. Le temple de la Victoire Auguste de notre seigneur,

que Gabinia Hermiona avait, dans son testament, ordonné d'édifier pour la somme de 100 000 sesterces, a été achevé et sa dédicace faite ; dans son testament, elle a prescrit que le jour de la dédicace, et chaque année dans la suite, un banquet soit offert aux décurions par ses héritiers. Et le champ nommé “le cirque”, elle l'a légué à la république pour les plaisirs du peuple”.

  • 17 Poinssot L. 1913, 146.

53L. Poinssot date l'inscription entre le printemps 214 et le 9 décembre de la même année17. Cette date correspond à la 17e puissance tribunicienne de Caracalla, entre le 10 décembre 213 et le 9 décembre 214 ; de plus, Caracalla était proconsul, ce qui suppose, écrit L. Poinssot, que l'empereur était au moment de la gravure de l'inscription en dehors de l'Italie, or il rentre à Rome vers la fin de 213 et repart pour l'Orient en 214 et n'en revient plus.

  • 18 Mastino 1981,95-96 et 108.

54A la suite de notre communication, A. Mastino a proposé dans son intervention de dater l'exécution du testament quelques mois après, mais si tel était le cas on aurait dépassé la date limite de la 17e puissance tribunicienne et, comme les noms et honneurs des empereurs sont une question officielle, les fidéicommissaires du testament, en l'occurrence les héritiers de Gabinia Hermiona, auraient dû les actualiser. Toutefois rien n'empêche de penser que la formulation du testament a eu lieu avant cette date. C'est pourquoi, nous maintenons la fourchette proposée par L. Poinssot, d'ailleurs, A. Mastino lui-même, donne par ailleurs l'année 21418.

  • 19 Poinssot L. 1913, 141-148 (en part. p. 145-148).

55Cette importante inscription n'a donné lieu qu'à un commentaire sommaire de la part de L. Poinssot19. Il gagnerait à être complété sur certains points à la lumière des fragments nouvellement découverts.

  • 20 Fears 1981a, 828-948.
  • 21 Fears 1981a, 889-908 : l'auteur dresse le profil historique de ces vertus. Il s'en dégage que c'est (...)

56Quelle est tout d'abord la valeur de la Victoria Augusta associée ici au culte impérial de Caracalla et de toute la famille impériale ? La Victoire, comme tant d'autres vertus telles que Pax, Fortuna Redux, était sous Auguste, selon l'expression de J. Rufus Fears “central of the official imagery of the New Principate”20. Cet auteur montre que sous les Julio-Claudiens, un système des vertus impériales a été créé, il s'est poursuivi sous les Flaviens et les Antonins et a connu son apogée à la fin de la dynastie antonine et sous les Sévères. Mais très tôt sous Caracalla, on assiste à une limitation du flot des vertus21.

  • 22 Fears 1981b, 737.
  • 23 Nous renvoyons entre autres travaux de ce savant à sa brillante synthèse : Gagé 1933, 1-43, et au t (...)
  • 24 Fears 1981b, 739.

57De toutes les vertus, Victoria Augusta assuma, depuis le commencement du Principat, “une position centrale dans la politique mythologique invoquée pour consacrer l'immense édifice de l'empire romain”22. J. Gagé résume cette politique mythologique dans “La théologie de la Victoire”23. Autrement dit, Victoria Augusta, plus qu'une figure allégorique ou une simple métaphore des réalités brutales de la vie politique évoquait, selon les termes de J. Rufus Fears, “a complex sériés of relationships, an entire repertoire of essential themes wich together created that political myth of supernatural legitimization wich is as essential to the stability and continuity of a government as are the military, political, and socio-economic bases of power”24.

  • 25 Fears 1981a, 931, les exemples sont multiples pour diverses périodes ; voir, entre autres, p. 929 o (...)
  • 26 Pour les qualifier Fears emploie le terme de “Godheads”.

58Cela résume parfaitement le rôle de la Victoire/Victoria Augusta, dans la légitimation du pouvoir, dans les structures de l'État et l'édification de l'empire. Elle a aussitôt servi d'instrument à la propagande officielle. En retour, la célébration de la Victoire – et des vertus – dans la propagande impériale était “un reflet d'une croyance politique religieuse sincère dans de pareilles entités divines”25, qui étaient des divinités à part autonomes, et en cela, J. Rufus Fears avertit qu'il faut se garder de faire des distinctions avec des divinités comme Jupiter ou Mars par exemple26.

  • 27 Smadja 1986, 504.
  • 28 Smadja 1986, 508.

59S'il est vrai, comme le remarque cet auteur, que les témoignages du culte de la Fortune, en tant que figure de la religion populaire, étaient dans l'absolu, globalement plus nombreux que ceux de la Victoire, qui se placerait en deuxième position, on ne trouve à travers l'épigraphie, nulle part ailleurs qu'en Afrique de dévotion particulière à la Victoire qui est, selon E. Smadja, “au centre de la religion impériale”27. Parmi les trois formes du culte de la Victoire dégagées par cet auteur (cf. supra), celle de la Victoire Auguste est, en dehors des zones militaires, “partout un culte civique”28. C'est bien le cas de notre inscription.

  • 29 Fears 1981b, 744. L'auteur avertit : “it is essential to keep firmely in mind the fact of the Victo (...)
  • 30 LeGlay 1990, 87-88.
  • 31 Poinssot L. 1913, 60-61, no 38.

60En faisant cette évergésie privée et libre à la Victoire Auguste, qui est par ailleurs l'unique attestation de ce culte à Thugga, Gabinia Hermiona voulait à la fois exprimer un sentiment de religiosité et de dévotion envers la Victoire29, et faire preuve de loyalisme politique30, vu l'implication de la Victoire dans la théologie du pouvoir et l'invocation de la sauvegarde de l'empereur, de sa mère et toute la maison divine. A l'acte religieux se mêle donc un acte civique, car, après tout, ce sont les Gabinii, écrit L. Poinssot, qui ont “rempli les charges les plus brillantes et les plus onéreuses”31.

  • 32 Poinssot L. 1913, 147-148.

61En outre, la dédicante a ordonné a ses héritiers d'offrir des repas aux décurions et un vaste terrain pour les plaisirs de la population. C'est en cet endroit, que l'on nommait circus en raison de sa topographie, que sera édifié, en 224, le cirque de Thugga32.

  • 33 CIL, VIII, 26498.
  • 34 ILAfr, 517. Le temple date de 185-192.
  • 35 CIL, VIII, 26471.
  • 36 CIL, VIII, 26467.
  • 37 CIL, VIII, 26493. Nous renvoyons au tableau de Duncan-Jones 1962, 79. Ailleurs, d'autres temples on (...)

62Le coût de l'ensemble de la donation, à savoir le temple, les repas, l'espace de jeux, était certainement très élevé, puisque le temple seul a coûté 100 000 sesterces. Parmi les temples construits à Thugga à une époque rapprochée et dont le montant est connu, celui de la Victoire Auguste se situe en deuxième position avec le temple de Saturne élevé pour la même somme 20 ans plus tôt33 ; en effet, seul le temple de Mercure lui est légèrement supérieur puisqu'il a coûté 120 000 sesterces34. A titre comparatif, les prix des temples du début du IIe siècle n'étaient pas aussi élevés ; par exemple, celui de la Fortune fut construit en 119-138 pour 70 000 sesterces35, celui de la Concorde, Frugifer, Liber Pater, fut édifié en 117-138 pour 50 000 sesterces36, et enfin celui de Pietas, à la fin du Ier siècle ou au début du IIe siècle, pour seulement 30 000 sesterces37.

2. Consécration à Minerve Auguste, inédite, inv. M 20 (pl. 14.11)

  • 38 Khanoussi s. d., 36. Cette base a permis à l'auteur d'identifier le temple, qui se trouve en contre (...)

63Base en calcaire blanc, composée d'un socle mouluré sur les trois côtés (antérieur et latéraux), d'un dé simplement ébauché au revers. La base devait supporter la statue cultuelle. Elle est conservée in situ, au fond d'une abside semi-circulaire à l'ouest de la grande area rectangulaire du sanctuaire de Minerve38.
Socle : H 27, 5 ; L 137, 5 ; E 114. Dé : H 72, 5 ; L 107 ; E 73.

64Le champ épigraphique se confond avec la face principale du dé et n'est pas délimité par un cadre isolant. Marge sup : 8 cm, inf : 6, g : 5, dr : 6. Il est bien conservé à part deux petits éclats à la fin des lignes 3 et 4, qui n'ont pas cependant altéré les lettres.

65Style de l'écriture : Capitales monumentales de style “africain” dont le dessin et la gravure sont très soignés, les pleins contrastant nettement avec les déliés ; recherche décorative par les fioritures harmonieuses (C, G, X et M de testamento). Points de séparation de forme variable : 1. 1, triangles ; ailleurs, feuille de lierre, queue vers le haut sauf à la fin de la 1. 2 où elle est vers le bas. Abréviations rares mais usuelles, sauf à la fin de la 1. 5 : POPR ; 1. 3, tilde à peine incisé au-dessus de CXXVII, et la dernière haste est de petit corps ; 1. 4, les deux traits obliques du K ne sont que deux amorces légèrement incisées ; trois hastes verticales dépassent l'alignement ; 1. 5, tilde au-dessus du X et de XX.

66Mise en page : 1. 1,2 et 7 centrées ; 1. 3 à 6 alignées à gauche mais en retrait par rapport à la 1. 2 ; à gauche, l'alignement est irrégulier, à droite les lettres sont plus serrées vers le bas. Les particularités des lettres finales des 1. 3 et 4 sont dues au tassement à droite. Hauteur des lettres : 1. 1 : 9,5 ; 1. 2 : 8, 5 ; 1. 3 : 7 ; 1. 4 : 6, 5 ; 1. 5 : 6 ; 1. 6 : 5, 5 ; 1. 7 : 4.

MINERVAE·AVG·SACR

TESTAMENTOQVINNICIQFILIARN
SACERDOTISCERERISANNICXXVII

[4]

PRAEFECTIIVRISDICHVIRCC K
THVGGENSIS EX ĦS X MIL XX POPR
CIVITATIDONVMDEDITuac.CVRATORECMARIO PER

PETVO PATRONO CIVITATIS

Mineruae Aug(ustae) sacr(um), ex testamento Q(uinti) Vinnici(i) Q(uinti) fili(i), Arn(ensi tribu), Genialis, sacerdotis Cereris anni CXXVII, quaestoris, praefecti iuris dic(undi), duouiri c(oloniae) C(oncordiae) I(uliae) K(arthaginis), patroni ciuitatis Thuggensis, ex sestertium X mil(ibus), uicesima pop(uli) R(omani) minus, ciuitati donum dedit, curatore C(aio) M(ario) Perpetuo, patrono ciuitatis.

“A Minerve Auguste consécration. Quintus Vinnicius Genialis, fils de Quintus, de la tribu Arnensis, prêtre de Cérès de l'an 127, questeur, préfet chargé de dire le droit, duumuir de la colonie Concordia Julia de Carthage, patron de la cité de Thugga, a fait, par testament, don (de cette statue) à la cité pour 10 000 sesterces moins le vingtième du peuple romain. Curateur Caius Marius Perpetuus, patron de la cité”.

  • 39 La fourchette 44-38 a.C. résume les différents points de vue des auteurs qui se sont penchés sur l' (...)
  • 40 Jacques 1984b, 469-473 : l'auteur fait une récapitulation des lois, rescrits et autres sources sur (...)
  • 41 Jarret 1971, 516-518.
  • 42 Jacques 1984b, 468.

67De quand date l'inscription ? Un premier terminus a quo est fourni par la première charge mentionnée par le testateur, la prêtrise de Cérès de l'an 127 ; elle a dû être accomplie entre 83 et 89 p.C., en sachant que l'annus primus du culte des Cereres se situe entre 44 et 38 a.C.39 Q. Vinnicius Genialis a été ensuite questeur, préfet chargé de dire le droit, duumvir à Carthage et patron de Thugga. L'approche se fera donc à partir de la date d'exercice du duumvirat, le patronat pouvant être exercé en même temps que cette charge. Or, si l'on s'accorde sur l'âge minimum pour occuper la questure, à savoir 25 ans, celui du duumvirat reste encore sujet à discussion40. M. G. Jarret, le situe à 30 ans ou peu après41, alors que F. Jacques considère que le duumvir ne devait pas avoir en règle générale moins de 38 ou 40 ans42. Tout en étant conscient qu'il ne faut pas établir de règle absolue sur l'âge requis de telle ou telle charge, que ces âges sont calculés sur la base de l'album de Canusium et que la carrière dépend, en définitive, de la position sociale du jeune magistrat, il y a lieu toutefois de proposer une fourchette chronologique haute et une autre basse, ce qui nous invite à suivre la carrière de ce dédicant.

  • 43 Jacques 1984a, 211-224.
  • 44 Gascou 1990, 367-380.
  • 45 Gascou 1990, 377 : l'auteur explique que le plus souvent on considère que la fonction des praefecti (...)
  • 46 II est vrai, fait remarquer Gascou 1990, 377, qu'on ne dispose pas d'arguments suffisants pour “se (...)
  • 47 Gascou 1990, 378.

68La deuxième charge mentionnée par l'inscription après la questure est la praefectura iure dicundo. Comment s'explique l'absence de la mention de l'édilité ? A notre connaissance, celle-ci, contrairement à la questure43, n'est pas normalement omise quand elle est exercée. On peut donc supposer que Q. Vinnicius Genialis n'a pas rempli cette charge. Mais l'a-t-il sautée par adlectio ou l'a-t-il remplacée par la praefectura i. d. ? Si l'on se référait à l'étude de J. Gascou sur la préfecture i. d dans l'Afrique romaine44, et si l'on admettait la similitude entre cet honneur et la praefectura pro triumviris, qui apparaît dans la confédération cirtéenne45, on pourrait supposer que cette charge avait peut-être figuré parmi les honneurs46. Donc l'écart entre la questure et le duumvirat serait le même que s'il était passé par l'édilité d'autant plus que “la fonction (de la préfecture) durerait certainement une année entière comme celle des autres magistrats municipaux”47.

  • 48 Sur le sanctuaire de Minerve, nous renvoyons à Khanoussi 1994 et à sa communication lors de la prés (...)

69Ainsi la prêtrise de Cérès datant entre 83 et 89 et la questure l'année d'après au moins, c'est-à-dire, entre 84 et 90, il faut admettre que le dédicant devait avoir à ce moment là 25 ans au moins. Si l'on considérait l'hypothèse de M. G. Jarret, qui fixe l'âge minimum du duumvir à 30 ans ou peu après, c'est-à-dire 6 ans après la questure ou un peu plus, l'inscription daterait entre 90 et 96 p.C. ou peu après. En revanche, si l'on admettait l'hypothèse de F. Jacques, selon laquelle on est généralement duumvir à l'âge de 38 ou 40 ans, l'inscription aurait été gravée 14 ou 16 ans après l'exercice de la questure, soit entre 96-99 et 103-105 p.C. Pour l'une et l'autre dates, il y a lieu d'ajouter quelques mois, puisqu'il s'agit de l'exécution d'un testament. Les deux propositions pourraient être affinées davantage (voir infra). Remarquons au passage que la date de l'érection de la base devrait être vraisemblablement contemporaine de la construction du temple de Minerve48.

  • 49 Gascou 1987, 199 et n., fait remarquer que cette inscription est la seule de la série où l'on trouv (...)
  • 50 Voir pour ces deux patrons Poinssot Cl. 1969, 230-231, no 9 et 10.

70Il s'agit donc de l'exécution d'un testament fait par Q. Vinnicius Genialis, qui a été prêtre de Cérès49, questeur, préfet chargé de dire le droit et duumuir. Le curateur du legs est C. Marius Perpetuus ; tous les deux sont patroni ciuitatis, mais sans être originaires de Thugga. Le premier est un magistrat de Carthage, il appartient à la tribu Arnensis, le second serait, d'après C. Poinssot, un descendant des colons de Marius implantés dans la région de Thugga, à Uchi Maius ou Thibar pagi de la pertica de Carthage50.

  • 51 Bayet 1957, 119.
  • 52 Toutain 1907, 296. Voir sur ce culte, p. 291-297.

71Cette consécration est faite à la déesse Minerve Auguste, qui est le troisième personnage de la triade Jupiter-Junon-Minerve, instituée au temps des Tarquins déjà51 et devenue en 509 la Triade capitoline. J. Toutain la définit comme étant “la déesse du travail, de l'industrie, des corporations. Ici et là seulement, elle se présente sous les traits d'une déesse guerrière”52.

  • 53 Gascou et al. 1982, 88.
  • 54 Trois consécrations sont faites M. A. S. (CIL, VIII, 26488, 26489 ; ILPB, 222 = AE, 1987, 1022) ; s (...)

72A part cette inscription, nous avons recensé en Afrique 34 à 38 attestations épigraphiques du culte de Minerve ; elles proviennent toutes de la Proconsulaire, sauf une de la Tingitane53 ; on ne relève aucun texte en Césarienne. L'étude des dédicants combinée avec celle des lieux de provenance, montre que le culte de Minerve est lié en Proconsulaire à la ville et à la vie urbaine, tandis qu'en Numidie, il est plutôt lié aux camps et à la vie militaire ; en effet, des 33 ou 37 documents épigraphiques de l'ensemble de la Proconsulaire, 10 proviennent de Lambèse. A Thugga, le culte est bien représenté puisqu'avec ce nouveau document il est attesté désormais par 4 à 6 inscriptions54, sans compter les deux temples qui sont consacrés à la déesse. A Thugga, les dédicants sont le pagus et la civitas, un chevalier romain, une flaminique perpétuelle et un simple citoyen, ce qui montre que ce culte y avait un caractère plutôt officiel, qui est du reste confirmée par notre inscription.

  • 55 Girard 1981,296.

73Ce culte de Minerve exprime un certain loyalisme, car J.-L. Girard précise que “Minerve joue à l'égard de César le rôle que tient Jupiter à l'égard de l'empereur”55 et, de ce fait, la déesse assume, grâce à sa sagesse et aux conseils qu'elle peut prodiguer aux princes, un rôle important dans la protection de l'empire romain qui passe par celle de ses provinces, elle-même tributaire de celle de ses cités. Ainsi, Carthage se doit de veiller à la consolidation de ses liens avec les cités de sa pertica, par le biais notamment de la religion, en l'occurrence le culte de la déesse Minerve, et ce sont naturellement ses propres magistrats qui s'en chargent.

  • 56 Pontife : CIL, VIII, 4198, 5295 ; flamine perpétuel : CIL, VIII, 18234 ; AE, 1957, 81 ; flaminique (...)

74Minerve Auguste aurait donc servi la propagande religieuse impériale. Nous en avons une preuve supplémentaire à travers la nature de ses dédicants, qui se recrutent généralement dans le sacerdoce officiel56. Mais quel empereur aurait-elle servi et protégé ? Si on se référait à la fourchette de temps que nous avons proposée, soit entre 90 et 96 ou entre 96-99 et 103-105, l'un des trois empereurs suivants serait concerné par cette inscription, Domitien, Nerva ou Trajan.

  • 57 Beaujeu 1955, 55-58.
  • 58 La prédilection de cet empereur pour Minerve se voit à travers la construction ou la restauration d (...)
  • 59 Beaujeu 1955, 93 : l'auteur note cependant que l'on n'est pas en mesure de préciser le rôle que jou (...)
  • 60 CIL, VIII, 4875 = ILAlg, 1, 1231 = AE, 1906, 4 = AE, 1909, 238. Cette association inviterait à revo (...)

75Il faut rapidement exclure Nerva dont le court règne était accaparé par les problèmes politiques. En tout cas, de rares indices permettent de dire qu'il se dévoua uniquement à Neptune et à Diane57. Restent Domitien et Trajan, le premier est connu pour sa prédilection pour Minerve qui occupa une place de choix sous son règne58, ce qui pourrait à priori faire pencher pour la date de 90-96. Or, chose surprenante et même paradoxale, nous n'avons pas le moindre indice épigraphique du culte de Minerve en Afrique sous le règne de cet empereur. N'est-il pas alors permis d'envisager plutôt le règne de Trajan, d'autant plus que, d'après J. Beaujeu, Minerve semble avoir joué un rôle important au cours de son règne59 ? D'ailleurs le culte de cette déesse est attesté en Afrique par au moins une inscription, provenant de Thubursicu Numidarum et consacrée à Trajan et à Minerve en même temps60 ; certes, l'argument n'est pas de taille, mais il n'est pas impossible que cette consécration ait eu lieu sous cet empereur. Si tel était le cas, on opterait plutôt pour une date comprise entre 98-99 et 103-105, mais sans toutefois exclure totalement Domitien, en raison des liens privilégiés qu'il entretient avec cette déesse.

  • 61 Duncan-Jones 1962, 62. cf. son tableau sur les prix des statues, p. 83-89. L'auteur relève (p. 65) (...)
  • 62 La statue de Minerve à Verecunda a coûté, en 193-211, 6 148 sesterces (CIL, VIII, 4198), celle de T (...)

76Pour donner de l'importance à son acte, le dédicant a offert une statue colossale à Minerve, à en juger par les dimensions de la base (voir supra), par celles du temple lui-même et par le coût de la statue qui est de 9 500 sesterces, ce qui représente le double de la moyenne des prix des statues établie par R. Duncan-Jones, soit entre 4 000 et 6 000 sesterces avec une concentration de 4 000 à 5 000 sesterces61. Elle est aussi la plus chère des statues connues de Minerve en Afrique62.

  • 63 Corbier 1974, 688, 702 et 704.
  • 64 L'autre inscription est une dédicace à Frugifer et elle provient de Thuburbo Maius (ILAfr, 238).

77En fait, le montant de la dédicace est de 10 000 sesterces, mais le testateur en déduit le 1/20 au titre de l'impôt sur les héritages, qui doit être versé au peuple romain, soit 500 sesterces. On sait que cette vicesima hereditatium ou vicesima populi Romani touchait les successions et les legs des citoyens et alimentait avec la centesima rerum venalium la caisse de l'aerarium militare63. La taxe est donc banale, mais sa mention épigraphique ne l'est pas. Notons enfin que nous avons là un deuxième exemple en Afrique où un prêtre de Cérès éponyme fait une dédicace à une divinité64.

3. Consécration à Jupiter Auguste, inédite, inv. TH 45 (pl. 14.12)

78Base en calcaire gris avec trou de scellement dans la face supérieure pour fixer la statue cultuelle. Ébauche d'encoche en haut de la face latérale gauche ; érosion de la face postérieure ; le reste est en très bon état. La base est conservée devant le théâtre.
H 38 ; L 53 ; E 50.

79Le champ épigraphique est égal à la face antérieure ; il est délimité par un cadre à double moulure courant à 2,5 cm de la bordure. H 24,5 ; L 39. Pas de marge en haut et à droite ; marge inf : 0,5. Bien conservé à part quelques éclats sur l'arête gauche.

80Style de l'écriture : Capitales irrégulières se rapprochant de la cursive : les A ne sont pas barrés, la boucle des R n'est pas fermée, parfois la haste droite du N est détachée, le S est écrit de différentes manières (rien qu'à la 1. 6 nous en avons cinq variantes). L. 6, le O de ordinis a la forme d'un D ; fioriture au C (1. 4). Certaines lettres sont de plus petit corps, notamment le O, quelques autres dépassent l'alignement en haut et parfois en bas ; ligature TH (1. 5). Nous renvoyons à la photo pour d'autres détails de style.

81La mise en page est défectueuse : 1. 2, le L initial empiète sur la moulure ; l'alignement à gauche est à peu près régulier, alors qu'il est irrégulier à droite, avec tassement à droite des 1. 3-5. La hauteur des lettres diminue de haut en bas et de gauche à droite : vers la fin de la 1. 7 elles deviennent minuscules et arrivent à une hauteur de 1,6 cm ; abréviations assez rares et usuelles, sauf DEN pour den(arios), 1. 7. Quelques points séparatifs (un à la fin de la 1. 6).
H lettres : L. 1 et 2 : 3 ; I. 3 et 4 : 2,9 ; 1. 5 à 7 : 1,8 à 1,6.

IOVI·AVG·SACRVM

L TERENTIVS ADIVTORIS FIL RVFI

NIAN VS SIGNVM·IOVIS VICTORIS CON

[4]

SERVATORIS ET CANDELABRA CVM LVCERNIS OB

HONOREM PATRONATVS CIVITATIS SVAE ͑H ͗VGG· IN

SE DECRETO ORDINIS CONLATO DONVM DEDIT

ET OB DEDICATIONEM DECVRIONIB DEN TERNOS DEDIT·

loui Au(gusto) sacrum, L(ucius) Terentius, Adiutoris fil(ius), Rufinianus, signum louis Victoris Conseruatoris et candelabra cum lucernis, ob honorem patronatus ciuitatis suae Thugg(ensis), in se decreto ordinis coniato, donum dedit et ob dedicationem decurionib(us) den(arios) ternos dedit.

“Consécration à Jupiter Auguste. Lucius Terentius Rufinianus, fils d'Adiutor a offert cette statue de Jupiter Victor Conservator, avec les candélabres et leurs lampes, pour l'honneur du patronat de sa cité qui lui a été conféré par décret de l'Ordre. A l'occasion de la dédicace il a distribué trois deniers à chacun des décurions”.

82Poinssot Cl. 1969,239-240.

  • 65 Voir dans ce volume, Bouard et al.

83Le texte daterait, d'après Cl. Poinssot, qui se fonde sur les caractères employés, au plus tard de la fin du Ier s. p.C. (p. 239, n. 92) ; L. Maurin, propose les alentours du milieu du Ier s. p.C. (les règnes de Caligula et de Claude)65.

  • 66 CIL, VIII, 69 : il existe bien un parallèle entre le nom de notre patron et ceux de la deuxième tab (...)
  • 67 Voir dans ce volume, Bouard et al.

84En fait l'inscription se prête bien au contexte du début de la romanisation, à savoir le premier siècle et notamment le milieu du siècle. L'auteur de la dédicace, L. Terentius Rufinianus fils d'Adjutor, porte un nom dont les caractéristiques trahissent une origine africaine, comme on le voit à la lumière de l'étude de M. Benabou sur les noms qui figurent sur les tables de patronat de la civitas de Gurza, et notamment sur celle qui date de 60 p.C.66. Le dédicant, citoyen de fraîche date, avait dû porter au départ les duo nomina seulement, soit Terentius Rufinianus, en tout cas, il n'était pas apparemment habitué à ses tria nomina, d'où l'omission du prénom L(ucius) et son ajout par la suite, en empiétant sur la moulure du cadre du champ épigraphique67. La filiation est indiquée, tout comme à Gurza, par le cognomen du père Adjutor et non par le prénom. L. Terentius Rufinianus est donc un ciuis noaus ; l'onomastique se conjugue avec l'écriture pour situer ce texte sans doute dans la première moitié du Ier s. p.C.

85Ce dédicant, qui est en même temps patron de Thugga, a offert une statue à Jupiter Auguste qu'il qualifie aussi de Victor Conservator.

  • 68 Ucubi : CIL, VIII, 15662 ; H. Medjenine : CIL. VIII, 10677 = ILAlg, 1, 2937 ; Sigus : ILAlg, 2.2. 6 (...)

86Qui est ce Jupiter Auguste ? Cette inscription l'atteste pour la première fois à Thugga. A vrai dire, la rareté de culte dans cette cité n'a rien d'étonnant, puisqu'il est très peu diffusé en Afrique où on le rencontre dans quatre cités seulement68.

  • 69 Kallala 1992, notamment, p. 196.

87Est-ce que ce Jupiter Auguste revêt tout comme I.0.M., dieu du Capitole, un caractère officiel ? Dans un travail sur l'autre aspect du culte de Jupiter en Afrique, nous croyons avoir démontré que les quatre inscriptions que nous venons de citer ne revêtent pas de caractère officiel, mais plutôt un aspect fortement religieux, qui s'ajoute à l'“africanité”, si on peut dire, des dédicants et à la simplicité des ex-voto, et nous en avons déduit que Jupiter Auguste devrait cacher en fait une réalité locale, en l'occurrence Saturne Auguste69. Mais la question est de savoir si cela s'applique à notre inscription.

88A première vue, le contexte de la dédicace, qui est faite ob honorem patronatus, le rang social du dédicant, la distribution de trois deniers pour chacun des décurions, ainsi que les deux autres épithètes de Jupiter, Victor et Conservator, plaideraient plutôt en faveur d'un culte officiel. Ce serait donc par le biais de cette religion que le dédicant exprimait son loyalisme et sa déférence envers l'État romain, d'autant plus qu'il venait, comme on l'a montré, d'obtenir la citoyenneté romaine.

  • 70 Kallala 1992, 196.

89Seulement, il n'est pas moins vrai de dire justement, que parce que le dédicant est un ciuis nouus, il reste encore attaché à sa propre culture et à sa religion qu'il aurait évoquée d'une façon syncrétique. Ainsi en s'adressant à Jupiter Auguste, il n'est pas impossible qu'il pense en vérité à une réalité locale voilée, à savoir Saturne Auguste, auquel cas, l'épithète Augustus appellerait l'idée de religiosité plutôt que la révérence et la protection de l'empereur70.

  • 71 CIL, VIII, 26475 + 15519, cf. ILTun, 1393.

90Nous pouvons même supposer qu'il y aurait des chances pour que cela fût le cas. Nul doute que le culte de I.O.M., était connu à Thugga au moment de la dédicace, nous en avons la preuve au moins par la consécration qui lui a été faite par le chevalier romain L. Iulius Crassus et qui date de 37-41 p.C.71, pourtant, il a choisi un dieu qui répondait mieux à ses sentiments et exprimerait son appartenance à une culture syncrétique et religieuse qu'il était en train de vivre.

  • 72 Lévêque 1973, plus particulièrement p. 181-182.

91L'inscription aurait donc deux visages, l'un officiel, loyal et l'autre de piété et de religiosité sincère, l'un romain et l'autre africain. Jupiter lui-même couvrirait deux réalités, l'une officielle, civique, rappelant le culte national à travers ses deux épithètes Victor, Conservator, et l'autre non officielle, personnelle rendue par l'épithète Augustus, qui évoquerait la forme synthétique d'assimilation avec Saturne Auguste. Ce serait là, pour appliquer une formule de P. Levêque, “un syncrétisme-juxtaposition”72. Ce qui traduit chez L. Terentius Rufinianus, citoyen de fraîche date, une culture bicéphale transitoire en procédant par une interpretatio Romana d'un culte africain.

  • 73 Lucerna, dans DA (J. Toutain) et DE (E. Talama).

92Outre la statue de Jupiter, le dédicant a offert des candélabres avec leurs lampes et trois deniers pour chaque décurion. Nous savons que dans le culte des dieux, les lampes jouaient un rôle important, soit dans les fêtes et processions religieuses, soit en tant que présent votif73. En offrant des instruments de culte, ce dédicant veille à l'aspect rituel et charge Jupiter d'une fonction profondément religieuse en le rendant très proche des hommes. En revanche, l'offre des deniers aux décurions appelle le côté loyal, car c'est un acte civique, quoique la somme ne semble pas avoir été importante (cf. infra). Par conséquent, la nature de ces dons, lampes et candélabres d'un côté, et une somme d'argent de l'autre à l'ordo, appuieraient, si besoin est, l'idée d'ambivalence et de sentiments partagés entre d'une part, l'attachement à une pratique de piété et de religiosité profonde, et d'autre part l'expression d'un sens civique et de loyalisme.

  • 74 CIL, VIII, 22701 : candel[ab]rum a[r]gen[teu]m, quant à la statue, elle était en or : simula[cr]um (...)
  • 75 CIL, VIII, 12001 : personam argenteam et candelabro aerea et lucernas.

93L'acte d'évergétisme dû à ce patron n'était apparemment pas onéreux, malgré la diversité des dons. En effet, la statue devait être de petite taille, vu les dimensions de la base. Les candélabres, qui étaient d'habitude en argent, comme par exemple, à Gigthis74, ou en bronze comme à Vazi Sarra75, ne semblent pas avoir été faits ici en métal précieux, autrement on gagnerait à l'indiquer.

  • 76 Jacques 1984b, 530. Voir Jacques 1990, 107, où l'auteur précise que “cent décurions étaient sans do (...)

94Quant aux deniers donnés aux décurions, leur montant ne paraît pas avoir été élevé non plus. En effet, si l'on admettait, à la suite de F. Jacques, qu'“un ordre comptait normalement de 50 à 100 membres dans une cité organisée suivant le modèle romain”76, la somme distribuée à l'ensemble des décurions, à raison de trois deniers pour chacun d'eux, représenterait entre 150 et 300 deniers, soit entre 600 et 1 200 sesterces, ce qui n'est évidemment pas hors de prix.

  • 77 A titre comparatif, on peut citer l'exemple de la petite cité voisine d'Agbia (à 3 km au sud-ouest (...)
  • 78 Poinssot Cl. 1969, 239 et n. 93.

95Si l'on estimait le prix de la statue à 4 000 sesterces, vu sa petite taille (cf. supra), l'ensemble de la dédicace ne devrait pas, à notre avis, dépasser de beaucoup les 5 000 sesterces, somme relativement modeste pour un patron d'une cité qui aurait été d'une importance moyenne77. CL Poinssot remarque qu'il est exceptionnel qu'un nouveau citoyen dont le père est pérégrin offre une dédicace à l'occasion de son patronat78. Mais on peut très bien supposer aussi que les Terentii n'étaient pas encore assez fortunés pour faire davantage de largesses, ou encore qu'on a voulu donner à la dédicace, en plus de son caractère officiel, une dimension religieuse et de piété qui s'exprimerait à travers la simplicité même de la consécration.

4. Ex voto à I. O. M. Inédit. Inv. T 27 (pl. 14.13)

96Stèle en calcaire à sommet plat, incomplète à gauche et en bas ; éclats en haut à gauche et à droite en bas.
H 27 ; L 22,5 ; E 20. Conservée dans les citernes d'Aïn Mizeb.

97La partie conservée du champ épigraphique est en bon état ; il est délimité par un cadre incisé à 3,5 cm du haut et à 2,5 cm de l'arête droite ; H 23 ; L 19 ; marge sup :1 ; pas de marge à dr.

98Style de l'écriture : Capitales de style “africain” ; gravure ferme et très soignée ; recherche décorative par les courbes et les fioritures (le jambage gauche du A, la barre horizontale du T, la barre médiane du E, le C et le G). Inclusion du E de sacerdos, de plus petit corps, par suite du tassement nécessaire à droite. Hederae 1. 1 ; abréviations courantes. H lettres : 1. 1-3 : 4,8 ; 1. 4 : 4,6.

OM

[---]GIVS RES

[---]VS SACER

[4]

[....]ṾOTO D

[I(oui)] O(ptimo) M(aximo), [---]gius Res[---]us sacer[dos, ex] uoto d(edit).

99Mentionnée seulement par Poinssot Cl. 1969, 255.

  • 79 Solili & Salomies 1994, 236.
  • 80 Onze inscriptions de Dougga concernent à l'heure présente des Sergii : sauf CIL, VIII, 26472 (Sergi (...)
  • 81 Solin & Salomies, 155 et l'index du CIL, VIII ; Restitutus et Restutus sont bien attestés en Afriqu (...)

100Les restitutions dépendent de la largeur que l'on attribuera à la partie manquante à gauche. On peut la déduire assez exactement de la 1. 1, centrée : il manque 3 ou 4 lettres, 1. 2 ; 4 ou 5, 1. 3 ; 5, 1. 4. La restitution de la 1. 4 étant assurée, on choisit la plus courte des hypothèses. Par suite, parmi les gentilices possibles79, on donnera la préférence à Sergius, car les Sergii sont bien représentés à Dougga80. Il serait éventuellement précédé d'un prénom ; parmi les deux solutions qui s'offrent, on choisira pour cognomen Restitutus81 : il faut restituer cinq lettres, en sachant que le I est étroit et que les deux T ne sont pas larges (cf. le T de uoto, 1. 5).

  • 82 CIL, VIII, 1141 : sac(erdos) I(ovis) O(ptimi) M(aximi).
  • 83 CIL, VIII, 10624 = ILAlg, 1, 3005 : sacerdotes I(ovis) O(ptimi) M(aximi) S(aturni) A(ugusti).
  • 84 CIL, VIII, 16696 = ILAlg, 1,3473 :I(oui) O(ptimo) M(aximo) Saturno Aug(usto)...sacerdos uotum.

101On a ici la première mention du sacerdoce de I. O. M. à Thugga. Il faut dire que cette prêtrise est très rare en Afrique où on en relève, en tout, trois autres attestations, l'une provenant de Carthage82 et les deux autres de Theveste83 et de Hr Gouneifida84 où Jupiter est associé à Saturne.

  • 85 Kallala 1982, 49 et tableau, p. 53-57bis, voir carte, p. 64bis ; Kallala 1985, 19-25.
  • 86 Kallala 1982,62-65.

102Jupiter Optimus Maximus, dieu du Capitole, apparaît en Afrique, d'une façon générale, comme le Maître de l'État romain et de la conquête romaine85. Il connut en Afrique, dans son extension augustéenne, une grande diffusion. Sur un total de 143 inscriptions mentionnant les divinités capitolines seules, en triade ou en couple, le culte de I. O. M. est attesté 67 fois, soit dans près de la moitié des inscriptions. Mais la Numidie en compte à elle seule, 40 dont 32 proviennent de la partie méridionale et ceci, en raison des liens de ce culte avec l'armée et la conquête militaire. Pour les mêmes raisons, les attestations en provenance de la Proconsulaire sont plus importantes dans la région des Monts de Tébessa, qui est stratégique pour la pénétration des Nemencha. Au total, les documents épigraphiques proviennent des régions les moins pénétrées par la romanisation86.

  • 87 CIL, VIII, 26475 + 15519 cf. 1393, sans compter évidemment la présente inscription.
  • 88 Cf. Kallala 1982, tableau, p. 53-57bis.

103Aussi, ne s'étonnera-t-on point de ne pas voir ce culte attesté jusqu'ici, plus d'une seule fois à Thugga87, une cité pacifiée et romanisée de longue date, alors que Theveste compte 5 documents et Lambèse 1488. D'ailleurs, les dédicants se recrutent essentiellement parmi les militaires. Sur 40 dédicants connus en Proconsulaire, 18 sont des militaires.

  • 89 Cf. Kallala 1982, 193-195.

104Quant au reste des dédicants, ce sont 3 gouverneurs de Numidie, 3 magistrats, 6 prêtres, 2 collèges, un esclave et un affranchi89, ce qui montre bien l'aspect officiel de ce culte et son rapport avec l'État romain. D'ailleurs, la première inscription en provenance de Thugga est faite par un chevalier, la nôtre l'est par un prêtre de I. O. M. Dans ce cas, l'invocation de ce culte fait appel non pas à la conquête romaine mais à l'État romain d'une façon générale, dans le sens de sa domination et de sa suprématie.

5. Consécration au Dieu Sol Auguste = CIL, VIII, 2649990

  • 90 Voir ici pl. 10.2, p. 250.
  • 91 Poinssot L. 1904, 437, no 25 ; 1906, 163, no 54.
  • 92 Sur ce texte, voir ici M. Khanoussi, p. 118.

105Bloc de linteau retrouvé par M. Khanoussi au cours d'une campagne de fouille récente. Le premier intérêt de l'étude de cette inscription est d'en compléter la publication partielle faite par L. Poinssot91 et les auteurs du Corpus qui ne laissent pas entendre qu'elle comportait non seulement la première ligne, qu'ils ont éditée, mais quatre, dont les lignes 2, 3 et la plus grande partie de la ligne 4 ont subi un martelage impitoyable. L'inscription daterait de la Tétrarchie92 d'après M. Khanoussi.

  • 93 Bayet 1957, 116.
  • 94 Sur le culte de Sol Invictus, voir surtout Halsberghe 1984. Comme on sait, le règne décisif fut cel (...)

106Le deuxième intérêt est que ce document constitue l'unique attestation épigraphique du culte du dieu Sol Auguste à Thugga. Que sait-on du culte de cette divinité ? Le dieu Soleil ou Sol Indiges était d'après J. Bayet, parmi les dieux cosmiques, “en position secondaire chez les anciens Romains”93, et c'est grâce à la Grèce et surtout à la Syrie que les cultes cosmiques, et notamment le Soleil, ont connu des développements ultérieurs94. Mis à part l'épisode particulier du règne d'Élagabal qui voulut assurer à Rome la promotion du dieu d'Émèse, il faut attendre la seconde moitié du IIIe siècle pour voir Sol porté au premier plan à Rome, alors que les cultes orientaux avaient déjà de longue date imprégné l'Italie et les provinces occidentales.

  • 95 Nous pensons que le tableau sur la diffusion géographique établi par Toutain 1911, reste globalemen (...)

107L'Afrique n'a pas échappé au succès de ces cultes sous l'empire romain, et notamment de ceux qui avaient un caractère astral et solaire. Toutefois, leur diffusion n'y fut pas égale et l'on y retrouve les mêmes caractères que dans les autres régions de l'Occident romain : ce sont surtout les villes situées sur ou près des côtes et les villes de garnison - en Numidie méridionale essentiellement - qui nous ont livré le plus d'attestations de ces cultes, alors que les témoignages provenant de la Proconsulaire, et précisément du Nord-Ouest de la Tunisie et de la vallée moyenne de la Medjerda sont rarissimes95.

  • 96 Leglay 1966, 207-220.
  • 97 Leglay 1966, 128-130 et 256.
  • 98 Je remercie mon ami M. Khanoussi, qui a bien voulu me permettre de faire état de cette inscription (...)

108Ceci s'expliquerait, parce que cette région n'entretenait pas de rapports particuliers avec l'Orient, comme ce fut le cas pour les villes côtières, et qu'elle ne se trouvait pas dans une zone militaire. A cela s'ajouterait que le dieu Saturne, bien implanté dans cette zone, et notamment à Thugga96 n'était pas du tout étranger à l'idéologie astrale et solaire, loin s'en fallait. Sans s'identifier au soleil, il dominait tout le monde céleste et s'affirmait maître du soleil et de la lune97, ce qu'illustrent les nombreuses représentations du soleil dans l'environnement de Saturne et que confirme notamment une inscription récemment découverte à Simitthu (Chemtou), qui atteste l'introduction dans le sanctuaire de Baal Saturne du culte de Sol Augustus et Luna Augusta98.

  • 99 Leglay 1966, 130.
  • 100 CIL, VIII, 2350 (Thamugadi), 4513 (Zaraï), 26499 (Thugga, notre inscription) el l'inscription en pr (...)
  • 101 CIL, II, 807, 6308 ; CIL, VI, 3721 ; cf. DE, I, p. 926, s.v. Augustus : Mithras (F. Fuchs).

109Dans le cas présent, il nous semble que le rapprochement entre Sol et Saturne a dû se faire grâce au titre d'Augustus porté par le dieu Sol. Ce qualificatif “essentiel du dieu africain”99 est porté par Sol quatre fois dans la seule Afrique100 mais ne se rencontre que trois fois dans le reste de l'empire101. Comme la dédicace est officielle puisqu'elle est faite par la cité de Thugga, elle doit exprimer à la fois la révérence envers le dieu Sol, privilégié par les Tétrarques dans l'empire romain, et aussi la dévotion à Saturne à travers l'épithète d'Augustus accolée au dieu Sol.

6. Stèle à Mercure Auguste, inédite, inv. 95-40 (pl. 15.14)

110Stèle en calcaire blanc, à sommet plat, incomplète en bas ; éclats sur les arêtes. H 28 ; L 23,5 ; E 11. Conservée dans les citernes d'Aïn Mizeb.

111Le champ épigraphique est délimité par un cadre mouluré ; usure en bas à droite, assez bon état de la partie restante, H conservée : 22 ; L 17,5 ; marge sup : 1 ; g : 2 ; dr. 1,5. H lettres : 1.1-2 : 3 ; 1. 3-4 : 3,1.

112Style de l'écriture : Écriture peu soignée et maladroite, capitales très irrégulières et quelquefois difformes ; le dessin d'une même lettre est variable : la boucle du deuxième R de Mercurio est très étroite et la haste oblique s'en détache, celle du R de Rogato n'est pas fermée et prolonge la haste oblique, le V de Mercurio est en forme de Y, la boucle du G de Aug est fermée, le L (1. 3) est en lambda de tracé variable, les deux hastes du N ont les extrémités recourbées et celle de droite est détachée, le O de Rogato est un D à l'envers, les deux jambages du A se joignent avant le sommet puis se prolongent en un seul trait vertical, le I de Liconius n'arrive pas à la ligne de pose et les IV dépassent l'alignement ; abréviations courantes, points de séparation.

MERCVRIO

AVG SAC·

L·LICONIV[.]

[4]

ROGAṬỊ[]]

[----]

Mercurio Aug(usto) sac(rum), L(ucius) Liconiu[s] Rogati[anus---]

“A Mercure Auguste consécration. L. Liconius Rogatianus...”

113Cette stèle votive daterait au plus tard du milieu du Ier s. p.C. à cause du style de l'écriture qui se rapproche de celui de l'inscription de Jupiter Auguste (inscr. No 3), sauf que le graveur du texte de Mercure est encore plus maladroit.

  • 102 Toutain 1907,297.
  • 103 Leglay 1966, 344 et n. 58, p. 345.

114Le culte de Mercure était très répandu dans les provinces latines de l'empire romain102. D'après J. Toutain, il fut diffusé partout en Afrique du Nord, avec cependant plus de traces en Proconsulaire et en Numidie que dans la Tripolitaine et les deux Maurétanies, et il reçut plus d'hommages dans les cités modestes situées dans le cœur du pays que dans les grandes villes de la côte ou dans les garnisons de la Numidie méridionale. En Afrique proconsulaire, on le trouve surtout dans la vallée de la Medjerda, dans la région d'El Jem et dans celle qui est comprise entre Thelepte, Sufetula et Theveste103.

  • 104 CIL, VIII, 26471 (= ILTun, 1392), CIL, VIII, 26478 (= ILTun, 1394), CIL, VIII, 26479 (= ILTun, 1395 (...)

115Nous savons qu'à Thugga Mercure fut l'objet d'une grande dévotion. Nous y avons recensé, outre le présent texte, entre 9 et 12 inscriptions qui témoignent du culte qui lui fut rendu104. A titre comparatif, le culte de Minerve, à qui deux temples ont été dédiés, ne compte que 4 ou 6 attestations épigraphiques (cf. supra).

  • 105 La bibliographie sur Hermes-Mercure est abondante, mais on peut citer surtout la thèse de Combet-Fa (...)
  • 106 Toutain 1907, 307. Leglay 1966, 244, précise que ce dieu punique ou indigène est inconnu par ailleu (...)
  • 107 Leglay 1966, 244.

116Mais de quel Mercure s'agit-il dans notre inscription ? Nous savons qu'il existait en Afrique deux aspects de cette divinité : l'un, gréco-romain, personnifié par Hermès-Mercure, dieu protecteur de la merx et des mercatores, mais aussi psychopompe en tant que messager des dieux, et dieu de l'Univers et de sa cohésion105. L'autre aspect est celui d'un Mercure africain, ou plutôt qui recouvre un dieu africain, le dieu scorpion, lié à l'agriculture et à la fécondité de la terre, il est d'origine punique et/ou punico-libyque106. Et M. Leglay de remarquer qu'“en dehors des villes, la quasi-totalité des dédicaces à Mercure proviennent des régions vouées à l'oléiculture”107, où l'on aurait affaire au dieu africain. Peut-on alors en déduire, étant donné que notre inscription provient d'un milieu urbain, que nous avons affaire au dieu gréco-romain ?

  • 108 Gsell 1922, 42-43.
  • 109 Voir Gsell 1900, 386-387. A l'inverse, le Mercure psychopompe n'est pas complètement absent de la c (...)
  • 110 ILAfr, 548.
  • 111 CIL, VIII, 26486 (= ILTun, 1397), cf. Toutain 1907, 305-306.

117Certaines villes ont révélé la coexistence des deux types de Mercure comme Madaure108 et Cirta109, et il nous semble bien que nous ayons la même chose à Thugga. D'un côté, un Mercure gréco-romain reconnu à travers la plupart des inscriptions et qui fut l'objet de grandes libéralités, de dédicaces officielles, d'associations avec le culte impérial, et surtout à travers l'inscription faite à Mercurius genius macelli110 et dont le temple donne sur le marché. De l'autre côté, un Mercure non romain à la lumière de l'inscription consacrée à Mercurius Siluius111. Le problème est de savoir lequel des deux Mercurii est invoqué dans notre inscription ?

  • 112 Combet-Famoux 1980,432.
  • 113 Kajanto 1965, 297.
  • 114 Schulze 1904, 67 et 191. Les attestations de ce gentilice ne s'élèvent guère à plus de trois : CIL,(...)

118A vrai dire, nous sommes enclin à pencher plutôt pour le Mercure romain et ceci, pour deux raisons : d'abord, pour son épithète Augustus ; en effet, B. Combet - Farnoux a montré que le culte de Mercurius Augustus a été mis en place au début du Principat pour assurer tant la sacralisation de la merx que la finalité, c'est-à-dire le profit112. La deuxième raison a trait au nom et à l'origine du dédicant L. Liconius Rogatianus. Si le cognomen Rogatianus est bien représenté en Afrique où l'on compte 140 Rogatiani sur un total de 166 connus dans le monde romain113, le gentilice Liconius, qui serait d'origine étrusque, est inconnu en Afrique et n'est attesté qu'en Italie114. Ces éléments plaideraient en faveur d'un Mercure romain, qui veille sur la merx, et non d'un dieu africain à la fonction agricole.

7. Base à Apollon Auguste, inédite, inv. v 22 (pl. 15.15)

119Base en calcaire blanc en deux blocs, incomplète de tous côtés sauf en haut où des éclats ont endommagé la corniche, érosion de la face postérieure. La base se compose d'un socle mouluré, d'un dé et d'une corniche également moulurée. Elle est conservée dans l'abside gauche, au fond du temple de la Victoire de Caracalla.
H 62 ; L 70 ; E 34. Dé : H 29 ; L 58 ; E 24.
Le champ épigraphique est incomplet à gauche et à droite, usé au niveau des 1.1 et 2 ; marge sup : 3, marge inf : 3, 5.
Style de l'écriture : Écriture et gravure très soignées, avec pleins et déliés. Texte centré.
Hauteur des lettres : 1.1 et 2 : 8.

APOLLỊN[.]

AṾ[.]

Apollin[i] Au[g(usto)].

  • 115 Sur ce culte et la place qu'il prit dans l'Empire romain, Gagé 1955 et 1981 ; Beaujeu 1955, 41, 184 (...)
  • 116 Toutain 1907, 314-320.
  • 117 DE, I, 519, s. v. Apollo (D. Vaglieri).
  • 118 DE, 1,516.
  • 119 CIL, VIII, 6191 : Mactaris ; CIL, VIII, 858 : Municipium Giufitanum, plus cette base.
  • 120 Étienne 1958,334-349.

120Cette inscription constitue l'unique attestation du culte de ce dieu à Thugga. L'Apollon impérial est l'Apollon citharède, dieu des lettres et des arts, le dieu triomphal auquel Auguste avait consacré un temple sur le Palatin115. Son culte fut diffusé inégalement à travers l'Empire116. La Gaule à elle seule, par exemple, compte la moitié des inscriptions, alors qu'on n'en recense que 12 pour toute l'Afrique, auxquelles s'ajoute le présent document, et on les rencontre surtout en Proconsulaire117. D. Vaglieri a relevé une panoplie d'épithètes dont le dieu s'est paré à travers l'empire, mais c'est celle d'Auguste qui est la plus fréquente118 et qui convenait le mieux à l'Apollon impérial. En Afrique, ce titre revient à présent trois fois119. L'épithète Augustus renvoie ici à l'Apollon impérial du Palatin120. La confirmation de cette référence à l'empereur nous est donnée par les trois bases qui suivent.

8. Base à Liber Pater Auguste, inédite, inv. v 6 (pl. 15.16)

121Base en calcaire blanc, complète, éclats à gauche érosion sur les arêtes d'en haut et d'en bas. Même architecture que la base précédente. Conservée en contrebas, à gauche du podium du temple de la Victoire de Caracalla. H 56 ; L 66 ; E 27. Dé : H 27,5 ; L 65,5 ; E 26,5.
Usure prononcée du champ épigraphique ; éclat en bas, à gauche. Marge sup : 3,5 ; inf : 1,5 ; g. : 4. ; dr. : 2.
Style de l'écriture : Le même que pour l'inscription précédente ; point de séparation après Aug (1.2) ; le texte est légèrement désaxé vers la droite.
H lettres : 1. 1 : 8 ; 1. 2 : 7,5.

LIBERO PATRI

AVG·

Libero Patri Aug(usto).

  • 121 Voir sur ce dieu Brühl 1953 ; DE, 4, 830-836 s. v. (N. Turchi) et Foucher 1981.
  • 122 Brühl 1953, 223 ; Foucher 1981, 684.
  • 123 Brühl 1953, 191 ; Foucher 1981, 698.

122Dieu d'origine italique, Liber Pater se rapproche de Dionysos-Bacchus gréco-romain et il devient le dieu du vin et de la vigne121. Restée limitée à travers l'Empire, sa diffusion a connu un grand essor en Afrique depuis la fin du Ier siècle p.C., jusqu'à une époque tardive122. On a expliqué la popularité de Liber Pater en Afrique sous Septime Sévère par son assimilation avec Shadrapa, un des Dii Patrii de sa ville natale Lepcis Magna123.

  • 124 Jalloul-Boussaada 1991, 1049 et cartes p. 1051-1055.
  • 125 Dédicace des temples de la Concorde, Frugifer, Liber Pater : CIL, VIII, 26467 + CIL, VIII, 26469 (c (...)
  • 126 CIL, VIII, 26476 et notre base.
  • 127 CIL, VIII. 26477.

123On compte aujourd'hui plus de 90 inscriptions relatives à ce culte en Afrique avec une certaine concentration en Proconsulaire et notamment dans la pertica de Carthage et le pays numide124. A Dougga même, on relève six attestations épigraphiques dont quatre en association avec d'autres divinités125 et deux autres faites à Liber Pater Auguste seul126, sans compter une inscription à Liber et Libera127.

124Le caractère officiel de ce dieu permet de donner à l'épithète Augustus une connotation politique tout comme l'inscription précédente.

9. Base à Mercure Auguste, inédite, inv. TH 47 (pl. 15.18)

125Base en calcaire blanc ; petits éclats sur la corniche, bon état de conservation pour le reste. Même architecture que la base précédente. Conservée devant le théâtre. H 54 ; L 69 ; E 37. Dé : H 26 ; L 57 ; E 31,5.
Le champ épigraphique est bien conservé. Marge sup : 3,5, inf : 1,5, g. : 7,5, dr. : 4,5. Le texte est légèrement désaxé vers la droite.
Style de l'écriture : Le même que pour l'inscription précédente.
H lettres : L. 1 : 8,2 ; 1. 2 : 8.

MERCVRIO

AVG·

  • 128 Sur le culte de Mercure Auguste à Thugga, voir ci-dessus, inscr. no 6.

Mercurio Aug(usto)128.

10. Base à Neptune Auguste. inédite. inv. v 12 (pl. 15.17)

126Base en calcaire blanc, complète sauf entaille en haut, à droite, qui arrive au niveau du départ de la corniche. Même architecture que la base précédente. Conservée devant le temple de la Victoire de Caracalla. H 58 ; L 67 ; E 35. Dé : H 29 ; L 55 ; E 27,5.
Le champ épigraphique est bien conservé. Marge sup : 2, inf. 2, 5, dr : 4 ; g : 5. Texte centré.
Style de l'écriture : Le même que pour l'inscription précédente.
H lettres : 1.1 et 2 : 8.

NEPTVNO

AVG

Neptuno Aug(usto).

  • 129 Bayet 1957. 122.
  • 130 Bayet 1957, 94.
  • 131 Toutain 1907, 373-375.
  • 132 Notamment à Chullu (CIL, VIII, 8194 = CIL, VIII, 19916) et à Saldae (CIL, VIII, 8925) ; cf. Toutain (...)
  • 133 Ben Baaziz 1996, 103-111.
  • 134 Il s'agit de la vallée de la Medjerda et de la Numidie à l'est de l'Algérie ; ce sont toutes deux d (...)
  • 135 CIL, VIII, 26470 (ILTun, 1391) : dédicace d'un complexe cultuel à la Concorde, Frugifer, Liber Pate (...)

127D'origine étrusque129, Neptune semble avoir été à Rome “dieu des eaux douces vivifiantes avant que l'influence grecque lui rende le domaine marin”130. En Afrique, il était essentiellement le dieu des sources131 et secondairement de la mer, en tout cas pour quelques villes maritimes132. 54 documents épigraphiques et 13 temples ont été recensés en Afrique133 et proviennent en grande majorité de la Proconsulaire et notamment de sa partie septentrionale134. Neptune avait à Thugga deux temples qui sont attestés uniquement par l'épigraphie ; la présente base fournie une troisième inscription135. Le recensement des dédicaces, de lecture et de restitution certaines, montre que ce dieu est le plus souvent invoqué comme Augustus (33 dédicaces sur 43). On peut donc dire que l'épithète est caractéristique, du moins pour l'Afrique.

128La présentation des quatre bases à Apollon, Liber Pater, Mercure et Neptune montre qu'elles sont toutes identiques par leur architecture (socle et corniche moulurés, dé), leurs dimensions, la gestion du champ épigraphique sur deux lignes de même disposition, la hauteur des lettres (entre 7,5 et 8) et la facture des textes. Enfin, les quatre divinités sont qualifiées d'Augustes.

129Ces considérations indiquent que ces bases décoraient un même monument. En raison de leur lieu de découverte, il est possible, ou probable, qu'elles proviennent du temple de la Victoire de Caracalla, dont elles ont pu orner la vaste cour. Des bases identiques, consacrées à d'autres divinités les accompagnaient éventuellement, car Caracalla n'avait pas une prédilection particulière pour les quatre divinités en question. En outre, l'épithète d'Auguste évoque ici le culte impérial, naturellement associé à celui de la Victoire de Caracalla.

130On est donc porté à croire que ces quatre bases jumelles, vraisemblablement sorties du même atelier, sont contemporaines de la dédicace du temple de la Victoire de Caracalla et faisaient donc partie de ce monument dû à la générosité de Gabinia Hermiona, nouvel exemple de la contribution exemplaire de cette grande famille locale à l'ornementation de sa patrie et à la gloire de l'Empire et du souverain.

Conclusion

131Il n'est peut-être pas inutile de rappeler que dans le cadre de la table ronde, nous étions tenu essentiellement de faire état des inscriptions inédites. De ce fait, notre travail a consisté préalablement dans la révision de certains textes plus ou moins connus et dans la présentation de nouveaux documents. Au cours de l'étude, il s'en est dégagé – au plan strictement religieux – les résultats et enseignements suivants.

1321) Le panthéon de Thugga s'est vu enrichir de trois nouvelles divinités qui sont la Victoire Auguste, en association avec le culte impérial de Caracalla, Jupiter et Apollon Augustes. L'ensemble des inscriptions couvrent une période qui va des alentours du milieu du Ier siècle p.C. au règne des Tétrarques, soit près de trois siècles.

1332) Sur les neuf divinités étudiées, mis à part I. O. M., huit sont dites Augustes. Si, dans l'ex-voto de Mercure, cette épithète exprime clairement un sentiment de piété, ailleurs elle traduit essentiellement la révérence et la loyauté politique. Toutefois, dans les dédicaces à la Victoire, à Jupiter et à Sol, elle exprime aussi, en plus de la loyauté, un sentiment de dévotion et de religiosité. C'est probablement cette ambivalence qui aurait permis notamment à Jupiter et à Sol de se rapprocher du dieu Saturne, dont nous savons que l'épithète Augustus faisait partie intégrante du nom.

1343) A part les deux ex-voto de I.O.M. et de Mercure Auguste, toutes les autres inscriptions sont de nature publique. Parmi elles, trois dédicaces ont un caractère franchement officiel : ce sont celles de Sol, qui est dédiée par la respublica, et celles de Mercure et de Jupiter Augustes qui le sont chacune par un patron de Thugga. Bien que la dédicante n'ait pas de charge particulière, l'inscription de la Victoire s'apparente aux textes officiels, d'abord par la formule pro salute, puis par l'association du culte de l'empereur Caracalla, à quoi s'ajoute le rôle que joua la Victoire dans la propagande impériale. C'est dans le même contexte que s'insèrent la dédicace des quatre bases d'Apollon, de Liber Pater, de Mercure et de Neptune qui auraient décoré le monument.

135En outre, même si aucune inscription ne mentionne de décret pris par l'ordo, celui-ci avait dû être, on s'en doute, impliqué d'une manière ou d'une autre dans nombre de dédicaces, notamment pour autoriser et choisir le lieu de l'édification du temple de la Victoire et des quatre bases qui le décoraient, ainsi que celui des deux statues de Minerve et de Jupiter Augustes. C'est ce qui pourrait expliquer, peut-être, que les dédicants aient veillé à associer les décurions de la cité, puisque les héritiers de Gabinia Hermonia devaient offrir chaque année aux décurions un banquet annuel et que L. Terentius leur attribuait à chacun trois deniers.

1364) Enfin les deux inscriptions de la Victoire et de Jupiter Auguste viennent confirmer la part que prirent certaines familles illustres, comme les Terentii dès le milieu du Ier siècle p.C. et les Gabinii au début du IIIe siècle dans la vie religieuse, mais aussi monumentale et civique, de Thugga.

137Signalons, pour terminer, que la religion n'était pas uniquement l'apanage de la cité de Thugga, c'était aussi l'affaire de Carthage, si l'on peut dire, puisque l'un de ses magistrats, qui est en même temps patron de Thugga, fait une consécration à Minerve Auguste. Ce qui montre, si besoin est, les liens solides qu'entretenaient la capitale africaine autour du IIe siècle avec sa pertica et ce, par le moyen de la religion.

138Ces quelques enseignements nous apportent donc, une fois encore, la preuve de l'importance de la religion romaine et de son exceptionnelle vitalité à Thugga. Toutefois, nous sommes conscient que ces conclusions ne peuvent être que partielles, et qu'elles gagneraient à être mieux étoffées et étendues aux autres documents et à l'ensemble des divinités pour espérer donner une idée précise et complète de la religion romaine dans cette cité.

Discussion

139A. Mastino.— L'edizione del testo di ILAfr, 527 nella proposta di Nabil Kallala migliora sicuramente la comprensione dell'epigrafe, soprattutto grazie al ritrovamento di quattro nuovi frammenti : escluderei pero l'integrazione templum Victoria[e Augustae d]omini nostri e penserei a templum Victoria[e Germanicae oppure Germ(anicae) max(imae) d]omini nostri, con ovvia allusione alla vittoria contro gli Alamanni conseguita sul Meno alla fine del mese di settembre 213 (vd. A. Mastino, Le titolature di Caracolla e Geta attraverso le iscrizioni (indici), Bologna, 1981, p. 53 s.). La cronologia è fissata dalla XVII potestà tribunicia, dalla terza acclamazione imperiale e dal quarto consolato : penserei ad una dedica negli ultimi mesi del 214 (prima del 10 dicembre), in relazione alle procedure relative all'esecuzione testamentaria della volontà di G[a]binia Hermiona ed all'edificazione del tempio. Che si debba pensare ad un ritardo di qualche mese rispetto alla conclusione della campagna germanica potrebbe esser suggerito dalla terza acclamazione imperiale, dal momento che nella vicina Uchi Maius, in CIL, VIII, 26243 dedicata Victoriae Parthicae Britannicae Germanicae Maximae Augustae l'imperatore compare ancora con la seconda acclamazione imperiale : ma generalmente gli studiosi legano la terza acclamazione proprio alla vittoria germanica (vd. A. Mastino, “Potestà tribunicie e acclamazioni imperiali di Caracalla”, AFLFM, Univ. Ca, 37, 1974-75, p. 55 ; inaccettabile la cronologia di C. Letta, “Le dediche Dis Deabusque secundum interpretationem oraculi Clarii Apollinis e la Constitutio Antoniniana”, SCO, 39, 1989, p. 277 sgg.).

140Escluderei anche ovviamente qualunque riferimento alla seconda vittoria partica di Caracalla, che si data agli anni immediatamente successivi : al 216 (Hist. Aug., Car., 6.5) oppure al 217 (RIC, Car. 297-299).

Bibliographie

Bibliographie

Bayet, J. (1956) : Histoire politique et psychologique de la religion romaine, Paris.

Beaujeu, J. (1955) : La religion romaine à l'apogée de l'Empire, Paris.

Benabou, M. (1976) : La résistance africaine à la romanisation, Paris.

Ben Baaziz, S. (1996) : “Les temples de Neptune en Afrique romaine”, Africa, 14, p. 103-111 (cf. Ben Baaziz, S. (1973) : Le culte de Neptune dans l'Afrique romaine, TER, Bordeaux III).

Brühl, A. (1953) : Liber Pater, Paris.

Carton, Dr L. (1895) : Découvertes épigraphiques et archéologiques en Tunisie, Lille.

Christol, M. (1975) : “CIL, XIII, 6754 (Mayence), Caracalla en Germanie supérieure : empereur Soleil ou empereur Victorieux ?”, BJ, 175, 129-139.

Combet-Farnoux, B. (1980) : Mercure romain, BEFAR, 238, Rome.

Corbier, M. (1974) : L'aerarium Saturni et l'aerarium militare, Rome.

Duncan-Jones, R. (1962) : “Coasts, outlays and summae honorariae from roman Africa”, PBSR, 47-115.

Étienne, R. (1958), Le culte impérial dans la péninsule ibérique d'Auguste à Dioclétien, Paris.

Fears, J. R. (1981a) : “The Cult of Virtues and Roman Imperial Ideology”, ANRW, 11.17.2, 828-948.
— (1981b) : “The Theology of Victory at Rome. Approaches and Problems”,
ANRW, II.17.2, 736-826.

Foucher, L. (1981) : “Le culte de Bacchus sous l'empire Romain”, ANRW, II. 17.2, 684-702.

Gagé. J. (1933) : “La théologie de la Victoire impériale”. RH, 171, p. 1-43.
— (1955) : Apollon romain, BEFAR, 182, Paris.
— (1981) : “Apollon impérial, garant des Fata Romana, ANRW, II. 17.2, 561-630.

Gascou, J. (1972) : La politique municipale de l'empire romain en Afrique proconsulaire, de Trajan à Septime Sévère, Rome (EFR 8).
— (1987) : “Les sacerdotes Cererum de Carthage”, AntAfr, 23, 95-128.
— (1990) : “La praefectura iure dicundo dans les cités de l'Afrique romaine”, L'Afrique dans l'Occident romain, Ier-IVe siècles, Rome, 367-380.
et alü (1982) : Inscriptions Antiques du Maroc. 2. Inscriptions latines, Paris.

Girard, J.-L. (1981) : “Laplace de Minerve dans la religion romaine au temps du Principat”, ANRW, II. 17.2, 203-232. Gsell, St. (1922) : Khamissa, Mdaourouch, Announa, 2e partie, Mdaourouch, Paris, 1922.

Guérin, V. (1867) : Voyage archéologique dans la Régence de Tunis, t. II, Paris.

Halsberghe, G. H.(1984) : “Le culte de Deus Sol Invictus à Rome au IIIe s. ap. J.-C. ”, ANRW, II. 17.4, 2181-2201.

ILPB = Benzina Ben Abdallah, Z. (1986) : Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du Bardo, EFR, 92. Rome.

Jacques, F. (1984a) : “La questure municipale dans l'Afrique du Nord romaine”, BAC, n. s. 17 B, 211-224.
— (1984b) : Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l'Occident romain (161-244), Rome (EFR 76).
— (1990) : Les cités de l'Occident romain du Ier s. av. J.-C. au IVe s. ap. J.-C., Paris.

Jalloul Boussaada, A. (1991) : “Le culte de Liber Pater en Afrique à la lumière de l'épigraphie”, L'Africa Romana, 9, 1049-1065.

Jarret, M. G. (1971) : “Decurions and priests”, AJPh, 92, 513-538.

Kajanto, I. (1965) : The Latin Cognomina, Helsinki.

Kallala, N. (1982) : Le culte des divinités capitolines en Afrique proconsulaire à l'époque romaine, thèse dactylographiée, Tunis, 2 vol.
— (1985) : “Le culte des divinités capitolines en Maurétanie Césarienne d'après les documents épigraphiques”, CT, 33, 1985, p. 9-35.
— (1992) : “L'autre aspect du culte de Jupiter en Afrique”, Actes du Ve coll, intern. sur l'Hist. et l'Arch. de l'Afr. du Nord, Afrique du Nord antique et médiévale : spectacles, vie portuaire, religion, Avignon, 9-13 avril 1990, Paris, 193-200.

Khanoussi, M. (1990) : “Mercure psychopompe en Afrique romaine”, MEFRA, 102, p. 647-649.
— (s. d.) : Dougga, Tunis.

Leglay, M. (1961) : Saturne africain. Monuments, t. 1, Afrique Proconsulaire, Paris.
— (1966) : Saturne africain. Histoire, Paris.
— (1990) : “Évergétisme et vie religieuse dans l'Afrique romaine”, L'Afrique, dans l'Occident romain, Ier siècle av. J.C.-IVe siècle ap. J.C., Rome, 77-88.

Lévêque, P. (1973) : “Essai de typologie des syncrétismes”, Les syncrétismes dans les religions grecques et romaines, Colloque de Strasbourg 9-10 juin, 1971, Paris, 179-187.

Mastino, A. (1981) : “Le titolature di Caracalla e di Geta attraverso le iscrizioni (indici)”, Studio di Storia antica, 5, Bologna, 83-108.

Merlin, A.(1903) : “Les fouilles de Dougga en 1902”, Nouvelles Archives des Missions Scientifiques (= NAMS), 11, 1-115 et plan h.t.

Pflaum, H.-G. (1970) : “La romanisation de l'ancien territoire de la Carthage punique à la lumière des découvertes épigraphiques récentes”, AntAfr, 4, 75-118.

Poinssot, Cl. (1958) : Les ruines de Dougga, Tunis.
— (1969) : “M. Licinius Rufus, patronus pagi et civitatis Thuggensis”, BAC, n. s., 5, 215-258.

Poinssot, L. (1902) : “Inscriptions de Dougga”, BAC, 395-404.
— (1904) : “Les fouilles de Dougga en avril-mai 1903”, NAMS, 12, 403-440.
— (1906) : “Les inscriptions de Thugga. Textes publics”, NAMS, 13, 103-355.
— (1909) : “Nouvelles inscriptions de Dougga”, NAMS, 18, 83-174.
— (1913) : “Inscriptions de Thugga découvertes en 1910-1913”, NAMS, 21, 1-227.

Schulze, W. (1904) Zur Geschichte Lateinischer Eigennamen, Berlin réimp. avec compléments par Weidmann (1966).

Smadja, E. (1986) : “La Victoire et la religion impériale dans les cités d'Afrique du Nord sous l'Empire romain”, Les grandes figures religieuses, fonctionnement pratique et symbolique dans l'Antiquité, colloque de Besançon, 25-26 avril, 1984 (Centre de Recherche d'Histoire ancienne, vol. 68, Lire le polythéisme, 1. Annales littéraires de l'Université de Besançon), Paris, 503-519.

Solin, H. et O. Salomies (1994), Repertorium nominum gentilium et cognominum Latinorum, Hildesheim-ZürichNew-York, 2e éd.

Temple, Sir Grenville (1835) : Excursions in the Mediterranean, Algiers and Tunis, Londres.

Toutain, J. (1907) : Les cultes païens dans l'empire romain, 1ère partie : Les provinces latines, t. I : Les cultes officiels, les cultes romains et gréco-romains, Paris.
— (1911) : Les cultes païens dans l'empire romain, 1ère partie : Les provinces latines, t. 2 : les cultes orientaux, Paris.

Notes

1 Qu'il me soit permis ici, de remercier mon ami M. Khanoussi qui, gracieusement, a mis à la disposition de l'équipe PETRAE Dougga, l'ensemble des inscriptions de ce site et le professeur L. Maurin pour sa disponibilité à toute épreuve et ses conseils précieux.

2 Les dimensions des blocs seront données en cm. H = hauteur ; L = longueur ; E = épaisseur.

3 Poinssot L. 1913, 144.

4 II : L 138 + 90 = 228 ; III : L 136 + 92 = 228 ; IV : L 60 + 160 = 220 (ce dernier est simplement incomplet au niveau du joint des deux blocs).

5 1er linteau : 1 1 : 39 lettres ; 1 2 : 45 let ; 1 3 : 51 let. ; 2e linteau : 1 1 : 39 lettres ; 1 2 : 43 Jet ; 1 3 : 55 let.

6 Poinssot L. 1913, 143. Il est vrai que l'auteur a fait suivre la lettre S qui termine -ctus d'un point d'interrogation.

7 Poinssot L. 1913, 143.

8 Poinssot Cl. 1969, 249 et n 128 y a seulement fait allusion.

9 Poinssot L. 1913, 147. Il faut toutefois signaler que, tout en considérant la restitution Genii comme vraisemblable, l'auteur admet que d'autres solutions pourraient être envisagées, comme par exemple, templum [diui patris d]omini nostri.

10 Smadja 1986, 503-519.

11 En fait, on ne peut pas avoir Victoriae Augusti suivi de domini nostri ; en outre, d'après E. Smadja (1986, 509) on ne devrait plus avoir la formule pro salute, de même que les voeux individuels n'auraient plus de raison d'être, ce qui n'est pas le cas dans notre inscription.

12 Smadja 1986, 509 : “Ces dédicaces aux Victoires sur les peuples ont un caractère commémoratif..., elles sont aussi la marque d'une volonté politique du pouvoir impérial relayé par les collectivités publiques des provinces”.

13 Voir la nouvelle lecture de Christol 1975. La victoire germanique de Caracalla fut célébrée ici par le légat propréteur de Germanie Supérieure.

14 Christol 1975, 139, n. 39 et CIL, XIII, 6459. La consécration à Caracalla et à Julia Domna est faite expressément ob victoriam Germanicam.

15 Christol 1975, 136.

16 Smadja 1986, 509, n. 21, l'auteur situe l'apparition de la formule Victoria Augusta imperatoris dans le deuxième quart du IIIe siècle. Si notre interprétation est bonne, il faudra faire remonter cette formule synthétisante au début du IIIe siècle, et précisément à 214, date de l'inscription cf. infra.

17 Poinssot L. 1913, 146.

18 Mastino 1981,95-96 et 108.

19 Poinssot L. 1913, 141-148 (en part. p. 145-148).

20 Fears 1981a, 828-948.

21 Fears 1981a, 889-908 : l'auteur dresse le profil historique de ces vertus. Il s'en dégage que c'est le concept d'autocratie théocratique qui a développé le culte des vertus, et cela dès Auguste, puis en 68/69 et sous Domitien. L'élaboration se développa sous Trajan et Hadrien. Le culte acquiert un rôle central dans l'idéologie officielle de la monarchie antonine.

22 Fears 1981b, 737.

23 Nous renvoyons entre autres travaux de ce savant à sa brillante synthèse : Gagé 1933, 1-43, et au travail important de Fears 1981b, qui a dressé dans une note substantielle le bilan des recherches assorti d'un commentaire précis.

24 Fears 1981b, 739.

25 Fears 1981a, 931, les exemples sont multiples pour diverses périodes ; voir, entre autres, p. 929 où l'auteur cite l'exemple de l'arc de Lepcis Magna où Caracalla est couronné de la Victoire en présence de Jupiter ; Septime Sévère et Julia Domna apparaissent comme Jupiter et Junon, accompagnés de Minerve et de la Concorde.

26 Pour les qualifier Fears emploie le terme de “Godheads”.

27 Smadja 1986, 504.

28 Smadja 1986, 508.

29 Fears 1981b, 744. L'auteur avertit : “it is essential to keep firmely in mind the fact of the Victoria Augusta as a vital popular religious conception”.

30 LeGlay 1990, 87-88.

31 Poinssot L. 1913, 60-61, no 38.

32 Poinssot L. 1913, 147-148.

33 CIL, VIII, 26498.

34 ILAfr, 517. Le temple date de 185-192.

35 CIL, VIII, 26471.

36 CIL, VIII, 26467.

37 CIL, VIII, 26493. Nous renvoyons au tableau de Duncan-Jones 1962, 79. Ailleurs, d'autres temples ont coûté très cher, comme par exemple le Capitole de Lambèse, construit pour 600 000 sesterces, en 193-197 ? (CIL, VIII, 18226-7), le temple d'Apollon à Calama qui a coûté 350 000 sesterces en 284-305 (ILAlg, 1, 250), de même que celui de Mater Magna, à Leptis Magna, en 72 (IRT, 300).

38 Khanoussi s. d., 36. Cette base a permis à l'auteur d'identifier le temple, qui se trouve en contrebas de la maison de Dionysos et d'Ulysse, comme étant celui de Minerve.

39 La fourchette 44-38 a.C. résume les différents points de vue des auteurs qui se sont penchés sur l'ère des Cereres à Carthage. Voir l'état de la question dans Gascou 1987, 96.

40 Jacques 1984b, 469-473 : l'auteur fait une récapitulation des lois, rescrits et autres sources sur les données théoriques concernant les étapes du cursus.

41 Jarret 1971, 516-518.

42 Jacques 1984b, 468.

43 Jacques 1984a, 211-224.

44 Gascou 1990, 367-380.

45 Gascou 1990, 377 : l'auteur explique que le plus souvent on considère que la fonction des praefecti pro triumviri “s'exerçait dans les pagi ou castella dépendant de la confédération” ; ils sont des délégués des triumvirs. Il semble bien (p. 378) que l'on ait à Carthage un système semblable où les praefecti iure dicundo étaient chargés de la juridiction d'un ou de plusieurs pagi (voir Pflaum 1970, 111-112).

46 II est vrai, fait remarquer Gascou 1990, 377, qu'on ne dispose pas d'arguments suffisants pour “se prononcer sur la nature exacte de cette fonction et (...) savoir si elle était comptée au nombre des honneurs” ; toutefois, dit-il, on peut seulement le croire à considérer la fréquence de ces mentions dans les carrières des magistrats cirtéens, et parce qu'elle est exactement parallèle à la préfecture des colonies, bien qu'elle soit placée à un échelon inférieur dans la hiérarchie.

47 Gascou 1990, 378.

48 Sur le sanctuaire de Minerve, nous renvoyons à Khanoussi 1994 et à sa communication lors de la présente table ronde, p. 121.

49 Gascou 1987, 199 et n., fait remarquer que cette inscription est la seule de la série où l'on trouve le génitif Cereris et non Cererum.

50 Voir pour ces deux patrons Poinssot Cl. 1969, 230-231, no 9 et 10.

51 Bayet 1957, 119.

52 Toutain 1907, 296. Voir sur ce culte, p. 291-297.

53 Gascou et al. 1982, 88.

54 Trois consécrations sont faites M. A. S. (CIL, VIII, 26488, 26489 ; ILPB, 222 = AE, 1987, 1022) ; s'il est maintenant certain que cette dernière inscription est faite à Minerve Auguste (d'ap. Z. Ben Abdallah, ILPB), on hésite encore pour les deux autres à développer M par M(ineruae) ou par M(ercurio), de même que pour une quatrième inscription dédiée à M. Aug. (CIL, Vili, 26516). Pour la répartition du culte de Minerve en Proconsulaire, voir Kallala 1982, 68-70 et carte p. 69 bis.

55 Girard 1981,296.

56 Pontife : CIL, VIII, 4198, 5295 ; flamine perpétuel : CIL, VIII, 18234 ; AE, 1957, 81 ; flaminique perpétuelle : CIL, VIII, 1472 = 26490 ; édile et flamine : ILAlg, 1,236 ; prêtre de Tellus : IRT. 304 = AE, 1954, 215 ; enfin, un prêtre de Minerve : AE, 1973, 635.

57 Beaujeu 1955, 55-58.

58 La prédilection de cet empereur pour Minerve se voit à travers la construction ou la restauration d'édifices religieux de Minerve, ou se rapportant à elle, les représentations monumentales d'apparat, les fêtes, les rites, les symboles et les emblèmes monétaires, voir Girard 1981, 233-245.

59 Beaujeu 1955, 93 : l'auteur note cependant que l'on n'est pas en mesure de préciser le rôle que joua cette déesse !

60 CIL, VIII, 4875 = ILAlg, 1, 1231 = AE, 1906, 4 = AE, 1909, 238. Cette association inviterait à revoir l'assertion de Girard 1981, 226, pour qui l'empereur Trajan s'est gardé de revendiquer la protection de cette déesse à titre personnel.

61 Duncan-Jones 1962, 62. cf. son tableau sur les prix des statues, p. 83-89. L'auteur relève (p. 65) que cette moyenne est similaire à celle des provinces occidentales. Il faut savoir que les prix des statues sont très variables : la statue des divinités la plus chère en Afrique est celle du Genius Patriae de Verecunda dont le prix s'élève à 20 000 sesterces (CIL, VIII. 4192, en 193-195), la moins chère est celle de Liber Pater, à Leptis Magna et qui est de 460 sesterces seulement (IRT, 294, au Ier s. p.C.).

62 La statue de Minerve à Verecunda a coûté, en 193-211, 6 148 sesterces (CIL, VIII, 4198), celle de Thubursicu Numidarum au commencement du IIIe s, 5 000 sesterces (ILAlg, 1, 1236), à Lambèse, elle a coûté, en 147-148, 4 000 sesterces (CIL, VIII, 18234) et à Vazaïvi, 9 000 sesterces (CIL, VIII, 14349).

63 Corbier 1974, 688, 702 et 704.

64 L'autre inscription est une dédicace à Frugifer et elle provient de Thuburbo Maius (ILAfr, 238).

65 Voir dans ce volume, Bouard et al.

66 CIL, VIII, 69 : il existe bien un parallèle entre le nom de notre patron et ceux de la deuxième table de patronat de Gurza où M. Benabou met en relief trois traits qui en démontrent l'origine africaine, à savoir l'absence du prénom, la filiation indiquée par le cognomen du père en plus de l'origine punique ou libyque de l'un des cognomina paternels. Voir Benabou 1976, 503-509, notamment p. 506.

67 Voir dans ce volume, Bouard et al.

68 Ucubi : CIL, VIII, 15662 ; H. Medjenine : CIL. VIII, 10677 = ILAlg, 1, 2937 ; Sigus : ILAlg, 2.2. 6494 = AE, 1898, 6 ; Khenchela : CRAcad. Hippone, 1888, L.

69 Kallala 1992, notamment, p. 196.

70 Kallala 1992, 196.

71 CIL, VIII, 26475 + 15519, cf. ILTun, 1393.

72 Lévêque 1973, plus particulièrement p. 181-182.

73 Lucerna, dans DA (J. Toutain) et DE (E. Talama).

74 CIL, VIII, 22701 : candel[ab]rum a[r]gen[teu]m, quant à la statue, elle était en or : simula[cr]um aur[eum].

75 CIL, VIII, 12001 : personam argenteam et candelabro aerea et lucernas.

76 Jacques 1984b, 530. Voir Jacques 1990, 107, où l'auteur précise que “cent décurions étaient sans doute l'effectif souhaitable qui est attesté à plusieurs reprises ; mais il ne pouvait être atteint dans les cités médiocres à la couche dirigeante insuffisante”. On peut supposer que Thugga était, peut être à ce moment là, une cité moyenne et devait avoir, à notre avis, plus de 50 et moins de 100 décurions.

77 A titre comparatif, on peut citer l'exemple de la petite cité voisine d'Agbia (à 3 km au sud-ouest de Thugga). C'était à la fois un pagus et une civitas (cf. Gascou 1972, 184-185) ; sous Antonin le Pieux, un patron du pagus et de la civitas, Cincius Victor a offert une statue au génie de la Curie pour 4 000 sesterces, distribué 8 as à chaque décurion et donné un repas à tous les citoyens. Son fils, M. Cincius Felix Iulianus, désigné à son tour comme patron, a offert une statue à la Fortune pour 5 000 sesterces, 8 as à chacun des décurions et un repas à tous les citoyens. Voir Poinssot Cl. 1969, 237.

78 Poinssot Cl. 1969, 239 et n. 93.

79 Solili & Salomies 1994, 236.

80 Onze inscriptions de Dougga concernent à l'heure présente des Sergii : sauf CIL, VIII, 26472 (Sergius Firmus lunianus, 3e s.), ce sont des inscriptions funéraires : CIL, VIII, 27202-27204 (trois) ; ILAfr, 588 (six épitaphes) ; ILTun, 1519 (une épitaphe).

81 Solin & Salomies, 155 et l'index du CIL, VIII ; Restitutus et Restutus sont bien attestés en Afrique ; à Dougga : CIL, VIII, 27001, 26475 (Restitutus) ; 27165, ILAfr, 588 (Restutus).

82 CIL, VIII, 1141 : sac(erdos) I(ovis) O(ptimi) M(aximi).

83 CIL, VIII, 10624 = ILAlg, 1, 3005 : sacerdotes I(ovis) O(ptimi) M(aximi) S(aturni) A(ugusti).

84 CIL, VIII, 16696 = ILAlg, 1,3473 :I(oui) O(ptimo) M(aximo) Saturno Aug(usto)...sacerdos uotum.

85 Kallala 1982, 49 et tableau, p. 53-57bis, voir carte, p. 64bis ; Kallala 1985, 19-25.

86 Kallala 1982,62-65.

87 CIL, VIII, 26475 + 15519 cf. 1393, sans compter évidemment la présente inscription.

88 Cf. Kallala 1982, tableau, p. 53-57bis.

89 Cf. Kallala 1982, 193-195.

90 Voir ici pl. 10.2, p. 250.

91 Poinssot L. 1904, 437, no 25 ; 1906, 163, no 54.

92 Sur ce texte, voir ici M. Khanoussi, p. 118.

93 Bayet 1957, 116.

94 Sur le culte de Sol Invictus, voir surtout Halsberghe 1984. Comme on sait, le règne décisif fut celui d'Aurélien. Mais Dioclétien voua au culte solaire une grande ferveur (dédicace d'un temple à Côme : AE, 1914, 249). Et l'on sait quelle fortune il connut encore dans la première partie du règne de Constantin, jusque vers 320. Ce culte fut d'ailleurs renforcé par celui de dieux solaires, Mithra et Sérapis, qui furent en grande faveur à Rome sous la Tétrarchie.

95 Nous pensons que le tableau sur la diffusion géographique établi par Toutain 1911, reste globalement valable, en dépit de quelques découvertes ultérieures. Cet auteur montre que les cultes syriens (en tout 15 documents en Afrique sur 60 pour l'ensemble de l'empire) ont été diffusés seulement en Numidie méridionale et florissants dans les sites militaires (p. 55-58). Celui de Mithra (26 documents en Afrique et 500 ailleurs) dans les villes côtières et les villes voisines (p. 144-147). Enfin, pareillement, les cultes égyptiens, peu nombreux, sont attestés dans les villes des côtes, mais aussi dans les villes garnisons (p. 17-19).

96 Leglay 1966, 207-220.

97 Leglay 1966, 128-130 et 256.

98 Je remercie mon ami M. Khanoussi, qui a bien voulu me permettre de faire état de cette inscription qu'il doit publier par ailleurs.

99 Leglay 1966, 130.

100 CIL, VIII, 2350 (Thamugadi), 4513 (Zaraï), 26499 (Thugga, notre inscription) el l'inscription en provenance de Simitthu.

101 CIL, II, 807, 6308 ; CIL, VI, 3721 ; cf. DE, I, p. 926, s.v. Augustus : Mithras (F. Fuchs).

102 Toutain 1907,297.

103 Leglay 1966, 344 et n. 58, p. 345.

104 CIL, VIII, 26471 (= ILTun, 1392), CIL, VIII, 26478 (= ILTun, 1394), CIL, VIII, 26479 (= ILTun, 1395), CIL, VIII, 26480, 26481, 26482 cf. CIL, VIII, 1503 et 15532 (= ILAfr, 516), CIL, VIII, 26485 = 26595a + 26631 + 26635 (= ILAfr, 517), 26486 (= ILTun, 1397), 26487. A ces neuf inscriptions s'en ajoutent trois autres que l'on hésite à attribuer à Mercure ou à Minerve : 26488, 26489, 26516.

105 La bibliographie sur Hermes-Mercure est abondante, mais on peut citer surtout la thèse de Combet-Farnoux 1980.

106 Toutain 1907, 307. Leglay 1966, 244, précise que ce dieu punique ou indigène est inconnu par ailleurs.

107 Leglay 1966, 244.

108 Gsell 1922, 42-43.

109 Voir Gsell 1900, 386-387. A l'inverse, le Mercure psychopompe n'est pas complètement absent de la campagne, ainsi que le prouve le bas-relief décorant le fronton d'un monument (probablement un mausolée) découvert au lieu-dit El Ayaïda (Khanoussi 1990, 647-649).

110 ILAfr, 548.

111 CIL, VIII, 26486 (= ILTun, 1397), cf. Toutain 1907, 305-306.

112 Combet-Famoux 1980,432.

113 Kajanto 1965, 297.

114 Schulze 1904, 67 et 191. Les attestations de ce gentilice ne s'élèvent guère à plus de trois : CIL, IX, 1861 (C. Liconius Felix) ; 1969 (C. Liconius Celer, à Bénévent) ; CIL, XI, 5621 (F ? Liconius, à Pistia).

115 Sur ce culte et la place qu'il prit dans l'Empire romain, Gagé 1955 et 1981 ; Beaujeu 1955, 41, 184-186, 298-300 et 369-409. Le culte d'Apollon sous l'empire est conforme au modèle augustéen, sans jamais connaître une vigueur particulière. Selon Gagé, avec l'institution officielle du culte du dieu Sol, il fut “le principal vaincu”, mais son caractère solaire lui redonna un lustre certain jusqu'à la conversion de Constantin.

116 Toutain 1907, 314-320.

117 DE, I, 519, s. v. Apollo (D. Vaglieri).

118 DE, 1,516.

119 CIL, VIII, 6191 : Mactaris ; CIL, VIII, 858 : Municipium Giufitanum, plus cette base.

120 Étienne 1958,334-349.

121 Voir sur ce dieu Brühl 1953 ; DE, 4, 830-836 s. v. (N. Turchi) et Foucher 1981.

122 Brühl 1953, 223 ; Foucher 1981, 684.

123 Brühl 1953, 191 ; Foucher 1981, 698.

124 Jalloul-Boussaada 1991, 1049 et cartes p. 1051-1055.

125 Dédicace des temples de la Concorde, Frugifer, Liber Pater : CIL, VIII, 26467 + CIL, VIII, 26469 (cf. ILTun, 1389 et. ILAfr, 515). La mention des deux dédicants des temples et des xystes : CIL, VIII, 26468 (cf. ILTun, 1390). Dédicace des temples de la Concorde, Frugifer, Liber Pater et Neptune : CIL, VIII, 26470 (cf. ILTun, 1391). Enfin, une inscription inédite. Les inscriptions des Tempia Concordiae sont étudiées dans le présent volume par V. Brouquier-Reddé et S. Saint Amans.

126 CIL, VIII, 26476 et notre base.

127 CIL, VIII. 26477.

128 Sur le culte de Mercure Auguste à Thugga, voir ci-dessus, inscr. no 6.

129 Bayet 1957. 122.

130 Bayet 1957, 94.

131 Toutain 1907, 373-375.

132 Notamment à Chullu (CIL, VIII, 8194 = CIL, VIII, 19916) et à Saldae (CIL, VIII, 8925) ; cf. Toutain 1907, 378.

133 Ben Baaziz 1996, 103-111.

134 Il s'agit de la vallée de la Medjerda et de la Numidie à l'est de l'Algérie ; ce sont toutes deux des régions montagneuses, pourvues de sources et ayant le taux de pluviométrie le plus élevé.

135 CIL, VIII, 26470 (ILTun, 1391) : dédicace d'un complexe cultuel à la Concorde, Frugifer, Liber Pater et Neptune ; CIL, VIII, 26491 et 26492 : temple de Neptune Auguste. Le même nombre d'inscriptions peut être observé à Calatila et à Lepcis Magna ; seule Lambèse en compte cinq.

Auteur

Maître-Assistant à l'Université de Tunis I

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540