Version classiqueVersion mobile

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

L'épigraphie de Thugga et la carrière de Plautien

Michel Christol

Note de l’éditeur

Pl. 11

Texte intégral

  • 1 Poinssot 1913. 111-117, no 51 et no 52 (AE, 1914, 177 et 178 ; ILAfr, 565 et 564). Sur l'histoire i (...)
  • 2 Poinssot 1913, 116.

1Parmi les ultimes inscriptions mentionnant la civitas Aurelia Thugga se trouvent deux bases qui furent publiées par Louis Poinssot au début du siècle1. La première (no 51) fut mise au jour “en déblayant une grande pièce à abside de la maison qui est au nord-est de Dar El-Acheb”. Elle avait été remployée “dans un mur ajouté à basse époque”. La seconde (no 52) fut mise au jour “dans une maison située au nord des citernes voisines des Thermes”. Elle avait été également remployée et, quoique brisée en deux fragments, elle fut facile à reconstituer. Dès leur publication L. Poinssot relevait l'étroite ressemblance qui unissait ces deux documents. D'abord par les dimensions : les deux bases mesurent, l'une comme l'autre, 0,75 x 0,70 x 0, 38. Ensuite par la facture, car dans les deux cas la face opposée à l'inscription n'était que dégrossie : l'éditeur en avait raisonnablement déduit que les deux bases étaient adossées à un mur. Enfin par la gravure des textes. Aussi les conclusions de L. Poinssot peuvent être reprises sans la moindre correction2 : “Il n'est pas douteux que les deux bases n'aient été taillées et gravées simultanément et qu'elles ne se soient pas fait pendant. Elles étaient sans doute l'une et l'autre sur le forum, d'où elles ont été descendues à leur emplacement actuel”. Peut-être même appartenaient-elles à un groupe d'inscriptions encore plus important.

2La première des inscriptions concerne Plautilla, fille du préfet du prétoire de Septime Sévère (pl. 11) :

[Fuluiae Plautillae Aug(ustae) sponsae]
Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli Antonini Aug(usti), [nurui]
Imp(eratoris) Caes(aris) L(uci) Seueri Pii, Pertinacis, Aug(usti), [filiae]
[4] [C(ai) Fului Plautiani c(larissimi) u(iri), praefecti praetor(io)]
[ac necessari] dominorum n(ostrorum trium), [soceri et consoceri]
Aug(ustorum duorum), ciuitas Aurélia Thugga d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica).

3La seconde concerne Fulvius Plautianus lui-même. Elle n'a pu être pour l'instant retrouvée. La seule question pour l'établissement du texte, dans les parties martelées, qui sont les plus difficiles à lire, concerne l'éventuelle mention du rang clarissime de Plautien, qui d'après la lecture de L. Poinssot n'apparaîtrait pas ici :

[[C(aio)] Fuluio Plautiano praef(ecto) praet(orio)]
[ac necessario] dominorum nn[n(ostrorum)]
Aug[g(ustorum), socero e[t] consocero] Aug(ustorum duorum)
[4] [patri) Fuluia[e] [Pl]autillae]
[Aug(ustae)]
ciuitas Aurelia Thugga d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica).

4Sur les fondements de la publication de Louis Poinssot il faut traiter ces inscriptions de façon conjointe, c'est-à-dire lier les réflexions qui se rapportent au destin de Plautille à celles qui concernent le destin de Plautien.

  • 3 Kienast 1990, 166.
  • 4 Mastino 1981, 37 n. 69, 157-158. Pour la date d'apparition, en Afrique en 201 p.C., Pflaum 1966, 17 (...)

5Ces bases sont postérieures, évidemment, à l'association de Géta avec le rang de César, le 28 janvier 1983. Il est naturel que ce jeune prince soit assimilé à un Auguste, conformément à un usage qui s'établit et se développa rapidement en Afrique et ailleurs4. Mais de ce point de vue les bases offrent de légères différences, il est vrai sans conséquence. Sur la base qui supportait l'hommage rendu à Plautilla, c'est dans le développement des titres de Plautien que Géta est associé aux autres membres du collège impérial par le triplement du N (necessarius dominorum nnn.), alors que sur l'autre base le rédacteur a été plus explicite encore, en lui attribuant, comme à Septime Sévère et Caracalla, la qualification d'Augustus (necessarius dominorum nnn. Auggg.). Par la suite tout ce qui pouvait rappeler sa présence fut martelé.

  • 5 Kienast 1990, 162, 165 ; voir aussi Chastagnol 1984, 91-107 et Chastagnol 1987, 491-507. Nous ne vo (...)
  • 6 Stein 1910, col. 273 : “Aus der Zeit, in welcher Plautilla mit Caracalla verlobt war, stammen CIL, (...)
  • 7 CIL, IX, 4958.
  • 8 CIL, XI, 1336.
  • 9 Ciampoltrini 1992, 226-227.
  • 10 Cagnat, dans BAC, 1906, p. CXCVIII-CXCIX, présentant une découverte effectuée par E. Espérandieu da (...)
  • 11 D'où IRT, 432. Les éditeurs reprennent les indications déjà mises en avant par Cagnat (n. précédent (...)
  • 12 Voir les commentaires de H. Dessau au CIL et aux ILS (cf. note 10) ; Barton 1977, 3 (où l'inscripti (...)

6L'intérêt de l'inscription portant hommage à Plautille est de bien préciser qu'elle acquit le titre d'Augusta antérieurement au mariage avec Caracalla, qui eut lieu entre le 9 et le 15 avril 2045, au moment des fêtes décennales de Septime Sévère. Il n'est peut-être pas utile d'argumenter davantage : c'est certainement à l'issue des fiançailles scellant l'union à venir des deux jeunes gens que Plautilla reçut ce titre d'Augusta. Le fait avait été observé depuis longtemps. A. Stein l'avait d'abord remarqué dans la notice sur Plautien rédigée pour la Real-Encyclopädie, mais sans attirer l'attention, car il avait développé une analyse partielle et s'en était tenu à une formulation ambiguë, en disjoignant les données sur les fiançailles de celles concernant le titre d'Augusta6. Plus loin, dans le même recueil, en rédigeant la notice sur Plautilla elle-même, il était plus précis, sans toutefois prolonger par un commentaire explicatif des observations pourtant fondées sur des documents incontestables : après avoir constaté que Plautilla était à trois reprises connue dans la documentation comme sponsa (CIL, IX, 4958 ; CIL, XI, 1336 ; AE, 1906, 34 = IRT, 432), il écrivait “Die Ehe fand im J. 202 (vor dem 29 August....) mit vielen Festlichkeiten und unter grossem Prunk statt, Dio LXXVI 1, 2 ; vgl. auch S. 273 - fortan fürhte sie als Gemahlin des jungen Mitkaisers den Titel Augusta, so auf Münzen und Inschirften : die früheste datierte vom 17. September 202, CIL, VI, 226 ; doch auch dort schon, wo sie als sponsa geehrt wird, hat sie den Titel Aug., CIL, IX, 4958. XI 1336”. En effet l'on connaissait alors trois inscriptions qui qualifiaient Plautilla du titre d'Augusta, quoique sponsa de Caracalla. L'une provenait de Cures de Sabine7. Elle avait été datée de la période 201/202 par Mommsen qui l'éditait dans le CIL : [Fulviae Pla[utillae], Aug(ustae) sp[onsae]] Imp(eratoris) M(arci) Aureli An[tonini] Aug(usti) et nu[rui] Imp(eratoris) L(uci) Septimi Sev[eri Pii] Pertïnacis [Aug(usti)]... ; la seconde provenait de Luni8 : [Fulvi]ae Plau[til]lae Aug(ustae) sp[on]sae Imp(eratoris) Cae(saris) [M(arci)] Aureli Ant[onini Aug(usti)...] ; elle n'a pas suscité de commentaires, sauf récemment : mais des observations rapides de G. Ciampoltrini on doit aussi retenir la nécessité de placer avant 202 ce témoignage9. La dernière provenait de Lepcis Magna10, où elle fut redécouverte par Bartoccini11. Cette inscription montrait aussi d'une façon évidente la situation qui avait été faite à la jeune fiancée : R. Cagnat l'avait relevée en commentant brièvement le texte, suivi à deux reprises par H. Dessau, et, sans aucune réserve, par I. M. Barton12. Mais il n'y attachait qu'une importance relative, s'étonnant certes, mais se refusant aussi par cette façon d'aborder la question la recherche d'une explication : “le mot sponsa appliqué à la même femme se trouve déjà sur une inscription de Luna, où elle porte, ce qui est curieux à signaler, le titre d'Augusta”.

  • 13 Mommsen 1896, 90, qui cependant n'envisage pas le cas de Plautilla.

7Tous ces documents n'avaient, bien sûr, pas échappé à L. Poinssot. Ce savant trouvait normal que Plautilla fût Augusta avant même son mariage. Il invoquait la facilité avec laquelle ce titre fut accordé, et faisait remarquer, suivant en cela Mommsen, que son octroi avait été assez large13.

  • 14 Poinssot 1913, 113.

8Ces inscriptions non seulement montraient clairement que le titre d'Augusta fut octroyé à Plautilla dès les fiançailles, mais elles apportaient aussi pour la première fois une formulation des titres de Plautien et de Plautilla d'une originalité qui pouvait surprendre. D'une façon soutenue, sinon insistante, elles mettaient en évidence que de nouvelles relations d'alliance existaient désormais entre Plautien et sa famille d'une part, la famille impériale d'autre part. D'abord parce que la première des inscriptions citées indiquait que Plautilla était à la fois sponsa de Caracalla et nurus de Septime Sévère. L'inscription de Cures de Sabine, il est vrai, l'indiquait. Mais personne, à notre connaissance, n'avait été tenté par un commentaire, pas même Mommsen qui avait dû placer l'inscription en 201-202. A Thugga aussi le même renseignement apparaissait. Mais l'inscription, avec une plus grande force et avec d'autres développements concernant la situation de Plautien, en augmentait l'originalité. En effet, après avoir décrit la situation de Plautilla par rapport à Caracalla (sponsa) et à Septime Sévère (nurus), le rédacteur en vient à évoquer Plautien, dont elle était filia. Mais à propos de ce personnage, préfet du prétoire, il a recours à une expression qui à l'époque est pleine d'originalité, en le qualifiant de socer et consocer Augustorum : cette formule, rehaussant d'une façon encore plus brillante la place de Plautien par rapport à la domus impériale, n'était pas encore un titre connu. D'autre part le texte gravé sur la seconde base publiée par L. Poinssot – et qu'il faut, à la suite de ce savant, considérer comme indissociable de la première – apportait une confirmation on ne peut plus claire, puisque Plautien, comme père de Plautilla Augusta, était aussi qualifié de socer et consocer Augustorum. Dans le contexte chronologique de l'érection de ces deux bases jumelles, il fallait considérer cette expression comme une conséquence des fiançailles de la jeune fille avec Caracalla. Certes il était normal, puisque Plautille apparaissait comme la bru de l'empereur, que ces nouveaux liens, d'alliance familiale, qui rapprochaient Plautien de Septime Sévère et de Caracalla, puissent être affirmés. Mais cette affirmation venait renforcer la singularité de la situation, puisqu'elle poussait à l'extrême l'expression de cette alliance, en la soulignant d'une façon quasi-redondante. Aussi, face à cette nouveauté, l'éditeur s'étonna et évoqua l'exception, bref renonça à une explication. Il résolvait la situation en affirmant : “quand il s'agit de la famille de Plautien, tout est exceptionnel et insolite”14, ajoutant cependant à quelques lignes d'intervalle une observation plus juste, quand il supposait que ces inscriptions “indiquent bien que selon toute vraisemblance les fiançailles de Plautille avaient suffi pour la faire entrer dans la famille impériale”. Pourquoi ne pas avoir prolongé cette observation ?

  • 15 Calza 1915,29-30. L'inscription, à notre connaissance, n'a pas été alors reprise dans l'Année Épigr (...)
  • 16 A. Merlin, communication dans BSAF, 1920. 133-134 (d'où AE, 1922, 34). CIL, XIV, 4392 ; G. Alföldy (...)

9Au même moment G. Calza publiait une inscription d'Ostie. Il s'agissait aussi d'un groupe épigraphique qui concernait Plautien, son jeune fils, Hortensianus, et certainement Plautilla15 : mais plutôt que d'être présentés sur la face de bases séparées, les personnages avaient été regroupés sur une longue base, peut-être faite de plusieurs plaques jointives. Si le texte relatif au jeune Hortensianus était conservé, celui relatif à Plautilla avait disparu, et celui concernant Plautien n'était préservé que dans da partie gauche. On y lisait toutefois au début d'une ligne le mot SOCERO, se rapportant au préfet du prétoire. Mais G. Calza, qui ne pouvait connaître la publication de L. Poinssot, relevait simplement la nouveauté de la qualification de Plautien comme socer, sans toutefois pouvoir restituer l'intégralité de la formule, car il ne disposait pas de parallèle. Aussi A. Merlin, en s'appuyant sur les textes de Dougga, n'eut aucune difficulté à retrouver une formule plus exacte, quelques années plus tard16.

  • 17 Alföldy 1979, col. 126-141, et 141-144 (pour l'inscription d'Ostie). Ce savant présente un bilan de (...)
  • 18 PIR2 (1943) F 564.
  • 19 Ainsi Kienast 1990, 165 : “9-15 April 202. Heirat mit Caracalla. Erhebung zur Augusta : PLAUTILLA A (...)
  • 20 Birley 1988, 144, 220.
  • 21 Ce raisonnement est implicite par exemple chez Dagron & Feissel 1987, 19-20, no 1, suivant les rens (...)
  • 22 Alföldy 1979, col. 129. Voir aussi col. 134, quand il s'agit d'expliquer le titre de socer et conso (...)

10Depuis la publication de ces inscriptions de Dougga et d'Ostie la documentation sur le sujet ne s'est donc guère augmentée, sauf par quelques restitutions de textes, comme le fit récemment G. Alföldy pour deux pièces du dossier, CIL, V, 2821 (Padoue) et CIL, XIV, 4392 (Ostie)17. Mais elle n'a pas donné lieu à des commentaires spécifiques. Pourtant, dans sa notice de la seconde édition de la Prosopographia Imperii Romani, A. Stein avait répété son constat, en ajoutant à la documentation acquise les inscriptions de Thugga : “sponsa Antonini Augusti et iam Augusta nuncupata”18. En revanche on affirmait constamment, comme une doctrine acquise, que c'était à l'issue de son mariage que la fille du préfet du prétoire avait reçu le rang d'Augusta19 : ce fut par exemple le cas d'A. Birley dans sa synthèse récente sur le règne de Septime Sévère20. Et c'est sur ces fondements que l'on a systématiquement daté les inscriptions faisant connaître Plautilla comme Augusta : elles ont été repoussées après le mariage de 20221, alors qu'il aurait fallu se demander si certaines d'entre elles n'auraient pas pu appartenir éventuellement à une période antérieure. Quant à celles qui étaient sans aucun doute antérieures à cette date, leur existence fut simplement constatée, sans susciter de réflexion plus approfondie. Cagnat, ad AE, 1914, 177-178, reprenait bien la datation de L. Poinssot : “201 ou début de 202”. G. Alföldy pour sa part, à propos de l'hommage rendu à Plautilla, faisait de même en réduisant le plus possible les possibilités chronologiques offertes : “Iscrizione di Thugga del 202, dedicata da quel comune alla figlia di Plauziano tra il fidanzamento e il matrimonio con Caracalla”22. Plutôt que d'affronter cette question comme une difficulté à contourner ou à ignorer, il vaut mieux affirmer sans détour que dès les fiançailles Plautilla fut Augusta et en rechercher une explication.

11Mais il faut revenir aussi sur le volet complémentaire de l'information, concernant les liens d'alliance attribués à Plautien et à sa fille dès les fiançailles, et dès lors certainement affichés de façon ostensible. A l'embarras de L. Poinssot, succéda le silence d'A. Merlin à propos des inscriptions de Thugga. On a en général considéré que ces nouvelles formulations ne pouvaient qu'être postérieures au mariage de Caracalla : ainsi G. Calza, dans son rapide commentaire du terme de socer, mais aussi plus récemment G. Alföldy. Mais d'autres aussi firent de même. Si, bien sûr, lorsque l'inscription ne peut être datée exactement par rapport à cet événement, l'argument semble incontestable, il n'en reste pas moins que les inscriptions de Dougga montrent que la formule nouvelle fut en usage avant le mois d'avril 202, et qu'on ne devrait pas négliger le fait.

  • 23 Comme le voudrait Ciampoltrini 1992, 227, à propos des inscriptions de Luna : “si potrebbe congettu (...)
  • 24 Sur Pomponius et son œuvre, Krueger 1894, 69, 230-235 ; Guarino 1975, 477-478.
  • 25 Dig., 38.10.8. Sur ce texte Volterra 1932, 87-168 (= Volterra 1991,1, 339-420), et Astolfi 1971,671 (...)
  • 26 Dig., 38.10.6 (Ulpien 1.5 Ad leg. Iul. Papi) ; Dig., 22.5.5 (Gaius 1.4 ad leg. Iul. Pap.).
  • 27 Marquardt 1892, I, 49-50. Voir aussi Gaudemet 1948, 79-87 (= Gaudemet 1979) ; Gaudemet 1955, 47-58 (...)
  • 28 R. Astolfi explique ces développements du vocabulaire de l'adfinitas par les effets des lois Mia et(...)

12C'est incontestablement cette relation nouvelle avec Septime Sévère et Caracalla, indiquée tant pour Plautilla que pour Plautien, qui mérite attention. Les formules qui mettent en évidence Plautien et Plautilla ne constituent pas une bizarrerie que le prince aurait concédée à un préfet du prétoire redoutable, et peut-être pris par l'ambition la plus démesurée sinon par la mégalomanie. Elle ne sont pas non plus à prendre pour un exemple d'excès d'adulation provinciale23, anticipant une situation qui s'annonçait dans un futur très proche. Elles s'expliquent de façon tout à fait normale. Le juriste Pomponius, sous Hadrien, dans un de ses manuels24 reprenait l'avis de son lointain prédécesseur Servius Sulpicius Rufus, qui affirmait que les fiançailles attribuaient aussi les dénominations de socer et de socrus d'un côté, de gener et de nurus de l'autre : Pomponius libro primo enchiridii : Servius recte dicebat socri et socrus et generi et nurus appellationem etiam ex sponsalibus adquiri25. D'autres passages montrent aussi que l'on étendait aux fiancés et aux beaux-parents le vocabulaire des relations d'alliance26. Sans être un acte aussi fondateur que le mariage, les fiançailles se caractérisaient par l'établissement d'un cadre juridique contraignant27, qui fut selon R. Astolfi renforcé par les lois augustéennes28.

  • 29 Corbier 1974, 214. Voir de même Birley 1988, 143. C'était également l'avis d'Alföldy 1979, col. 134 (...)
  • 30 Birley 1988, 129-145, dans le chapitre 13 intitulé “Parthia and Egypt”, n'indique rien de précis su (...)

13On ne peut donc plus reprendre la doctrine traditionnelle, et par exemple écrire, comme le fit récemment M. Corbier, qu'“à la suite du mariage de sa fille, Fulvia Plautilla avec Caracalla, en 202, Plautien devint pour le jeune empereur un beau-père (socer) et pour Septime Sévère un consocer29. Il l'était déjà. On ne peut non plus, comme le fait pour sa part A. Birley, passer quasiment sous silence l'épisode des fiançailles impériales30.

14Le mariage de Plautilla n'est donc pas, pour ce qui concerne les titres dont fut paré le préfet du prétoire, le véritable couronnement de l'ascension politique de Plautien. En réalité cette étape avait été scellée plus tôt par la conclusion des fiançailles, qui faisaient du préfet du prétoire un adfinis de la famille sévérienne. Mais la date de ces cérémonies nous échappe. On ne peut la déduire des sources que de façon incertaine, ce qui incite à réexaminer le sujet en l'élargissant à d'autres documents relatifs à la carrière de Plautien et au déroulement des activités de la cour impériale entre 200 et 202.

  • 31 von Rohden 1896, col. 2442.
  • 32 Poinssot 1913, 113-114.
  • 33 Birley 1988, 215, 220.

15Des solutions diverses ont été avancées par les auteurs, dans certains cas par des raisonnements hasardeux, parfois même sans la moindre ébauche de raisonnement. P. Von Rohden estimait que les fiançailles eurent lieu dès le retour à Rome, au printemps de 202, mais il plaçait le mariage un peu plus tard, ce qui paraît proprement impossible31. L. Poinssot, par un raisonnement fondé sur des interprétations audacieuses des articles d'A. Stein, excluait que cette cérémonie ait eu lieu avant l'année 201, préférant cette année-là ou le début de 20232. Récemment toutefois, A. Birley a affirmé, sans apporter de preuves, que les fiançailles dataient de 20033.

16L. Poinssot avait cependant attiré l'attention sur les inscriptions adressées par les équites singulares en hommage à la domus impériale, en estimant qu'une d'entre elles, datée du 1er avril 200, qui ne comportait pas de mention de Plautilla, fournissait un terminus post quem à la date des fiançailles. Il vaut donc la peine, puisque cette observation semble juste, de reprendre ces inscriptions. Leur classement chronologique est le suivant :

  • Le 5 des ides de juin en 197 [=, le 8 juin] (CIL, VI, 224), vœux pro salute : mention de Septime Sévère, de Caracalla et de Plautien.

  • Le jour des kalendes d'avril en 200 (CIL, VI, 225), vœux pio salute itu reditu et Victoria : mention de Septime Sévère, Caracalla, Géta, Julia Domna et Plautien, mais absence de Plautilla. Le collège impérial s'est élargi, mais l'absence de Plautilla signifie que les fiançailles n'ont pas encore eu lieu.

    • 34 Nous nous séparons d'Alföldy 1979, col. 130 (au no 13), qui, tout en reconnaissant que l'on doit en (...)

    A une date inconnue mais à notre avis avant les fiançailles, si l'on suit le raisonnement que nous avons esquissé à propos du document précédent34, (CIL, VI, 227), vœux pro salute et Victoria et reditu : mention de Septime Sévère, Caracalla, Géta, Julia Domna et Plautien, mais absence de Plautilla.

  • Le jour des ides de septembre 202 (CIL, VI, 226) : mention de Septime Sévère, Caracalla, Géta, Julia Domna, Plautilla et Plautien. On a inséré le nom de Plautilla à la suite de celui des princes et des princesses, avant celui de son père, qui clôt toujours l'énumération, mais nous sommes alors après le mariage.

  • En 203 (CIL, VI, 220) : mention de Septime Sévère, Caracalla, Géta, Julia Domna, Plautilla et Plautien.

17Maintenant qu'il est bien clair que Plautilla fut Augusta dès ses fiançailles, et qu'elle fut associée aux hommages adressés à la domus divina, son absence dans l'inscription romaine du 1er avril 200 prend tout son sens. Comme l'avait bien entrevu L. Poinssot, nous tenons avec ce document la preuve qu'à cette date les fiançailles n'avaient pas encore été conclues. Mais, comme il a été indiqué plus haut, ce ne peut être qu'un terminus post quem.

  • 35 Voir déjà n. 33 supra. Barton 1977, 4 (“probably in 200”) ; Ciampoltrini 1992, 227 (“intorno al 200 (...)
  • 36 Christol & Drew-Bear 1995, 67-93.
  • 37 Varinlioglu & French 1992, 403-412 ; Christol & Drew-Bear 1995, 75-79.
  • 38 Christol & Drew-Bear 1995, 98.
  • 39 Christol & Drew-Bear 1995, 76. Cf. Varinlioglu & French 1992, 405 (texte 1), 412 (pl. 1).
  • 40 AE, 1992, 1594 a.

18Nous abordons alors une autre inconnue du dossier, la date des fiançailles de Plautilla. En effet, les informations sur le sujet, que l'on découvre dans divers ouvrages, sont en général présentées de façon péremptoire, sans justification documentaire et sans esquisse de démonstration, ne serait-ce que pour fonder une hypothèse. Aussi nous ne tiendrons pas compte de la date de 200 qui est en général avancée sans preuve35. Nous devons tout réexaminer d'une façon plus argumentée, afin de progresser clairement. Il semble possible d'aller plus loin que nos prédécesseurs, en reprenant une démonstration esquissée, voici peu de mois, dans un article écrit en collaboration avec Thomas Drew-Bear sur des milliaires de la province d'Asie36. A l'occasion de la publication d'un nouveau milliaire de la région de Smyrne, érigé sous le proconsulat de Q. Hedius Rufus Lollianus Gentianus, il a été possible d'examiner conjointement non seulement d'autres documents portant aussi le nom de ce proconsul, mais encore le texte d'une autre borne routière, récemment publié par E. Varinlioglu et D. French. La borne avait été érigée dans la partie méridionale de la province sous le proconsulat de Q. Aurelius Polus Terentianus37. Il importait de préciser la chronologie de ces deux gouverneurs : Q. Aurelius Polus fut proconsul dans l'année proconsulaire 200-201, et Q. Hedius Rufus Lollianus Gentianus lui succéda dans l'année proconsulaire 201-20238. Or le milliaire de Kéramos, publié par Varinlioglu et French, correspondant à l'activité du premier de ces personnages, comportait une série de martelages : celui qui concernait le nom de Géta avait été bien relevé par les auteurs de la publication, tant dans le texte latin que dans le texte grec qui le suivait sur la pierre ; en revanche un second martelage, dans la partie du texte latin qui faisait suite à la mention de Julia Domna leur avait échappé, alors qu'il est très visible sur les photographies de la borne routière39 : il était signalé comme une lacune évaluée à trois lignes. Plus bas, sur le texte grec, apparaissait de même un martelage, faisant suite aussi à la mention de Julia Domna, mais il n'était signalé que par une indication de lacune en fin de ligne. En somme les éditeurs n'avaient prêté aucune attention à cette particularité du document. Et c'est ainsi que le texte a été recopié dans l'Année Épigraphique40, sans que l'on s'aperçoive des défauts de l'editio princeps.

  • 41 Hirschfeld 1913, 718-719.

19La présence des impératrices sur les milliaires a été reconnue comme une nouveauté de la période sévérienne, et O. Hirschfeld avait en son temps signalé qu'à son avis Plautilla avait été mentionnée sur deux milliaires de la région de Stratonicée en Carie, dans la même région que Kéramos41. Ces deux documents routiers proviennent de la seconde moitié de l'année 201, quand était proconsul Q. Hedius Rufus Lollianus Gentianus. Ils comportent l'un comme l'autre des martelages qui ne peuvent affecter que les noms de Géta et ceux de Plautilla, comme nous avons pu le vérifier.

  • 42 Cousin 1891, 419-420, no 3 : “Sur la route de Djibi à Stratonicée, au bas de la colline, au bord d' (...)
  • 43 Christol & Drew-Bear 1995. 79-81
  • 44 Négroponte 1896, 62-63.
  • 45 CIL, III, 12272. Mais voir l'avis d'O. Hirschfeld, supra n. 41.
  • 46 Peut-être était-elle insuffisamment soutenue : Cousin 1891,422. Néanmoins elle figurait dans l'édit (...)
  • 47 IK. 22.1-Stratonikeia, 811. L'éditeur, qui ignore l'édition du CIL. connaît pourtant celle de G. Co (...)
  • 48 Christol & Drew-Bear 1995, 80 ; voir aussi 77-78.

20Le premier de ces milliaires fut copié et estampé par G. Cousin, qui en a fourni une édition et un commentaire42. Nous en avons amélioré le texte43 en nous aidant d'observations de J. Négroponte qui étaient restées inaperçues44. Le fac-similé de G. Cousin indiquait dans le texte plusieurs martelages. Il y en avait un dans le texte latin, placé en haut : il concernait Géta (1.3, G. Cousin ; 1.5-6, Christol et Drew-Bear). Il y avait en revanche, de l'avis de l'éditeur, deux lignes martelées dans le texte grec, placé en bas : dans l'une G. Gousin rétablissait, comme il se doit, la dénomination de Géta (1. 11, Cousin ; 1.12-13, Christol et Drew-Bear), dans l'autre il restituait la dénomination de Plautilla et ses titres (1. 13, G. Cousin ; 1. 14-15, Christol et Drew-Bear). Il est dommage que Mommsen n'ait pas repris ses observations dans l'édition du CIL45 : celle-ci indique les martelages, mais pour le dernier d'entre eux elle ne retient pas, ne serait-ce que dans l'apparat critique, la suggestion de G. Cousin46. Qui plus est, dans l'édition récente des inscriptions de Stratonicée toute trace du martelage disparaît47. Nous avons proposé de restituer [καί Φουλβία Πλαυτίλλα Σεβαστή]48.

  • 49 CIL, III, 12271. Mais voir l'avis d'O. Hirschfeld, supra n. 41.
  • 50 IK, 22.1-Stratonikeia, 81 I a. L'éditeur cite l'article de Cousin, mais se fonde sur la copie de Le (...)
  • 51 Christol & Drew-Bear 1995, 81 ; voir aussi 77-78.

21Le second de ces milliaires était connu lorsque G. Cousin en réalisa sa copie, la meilleure à notre avis. Le fac-similé qu'il donna indiquait à nouveau divers martelages. Dans le texte latin, toujours placé en haut, il s'agissait du martelage de Géta (1. 5, G. Cousin ; 1. 5, Christol et Drew-Bear). Dans le texte grec, placé en bas, il y avait deux martelages, l'un attribué normalement à Géta (1. 12-13, G. Cousin ; 1. 12-13, Christol et Drew-Bear), l'autre, sur le modèle précédent, à Plautilla (1. 14-15, G. Cousin ; 1. 14-15, Christol et Drew-Bear). A nouveau Mommsen se contenta de signaler la seconde rasura, en rejetant dans l'apparat critique la proposition formulée par G. Cousin de restituer la dénomination de Plautilla49. Et, de même que pour l'autre inscription, toute trace de martelage disparaît dans l'édition récente des inscriptions de Stratonicée50. Là aussi nous avons proposé de restituer [καὶ Φουλβία Πλαυτίλλα Σεβαστή], à la place de [καὶ Φουλβία Πλαυίλλα Σεβ ’Αντονείνου Σεβ] proposé par G. Cousin51.

  • 52 Mommsen 1892, III, 293-294. Sa position est vraisemblable : on se référera à la discussion de Talbe (...)
  • 53 En plus du milliaire nouveau, ces documents sont examinés par Christol & Drew-Bear 1995, 69-70 sur (...)

22Dans ces deux cas la mention de Plautilla avait été insérée seulement dans le texte grec. Il n'en reste pas moins que le rapprochement avec le milliaire de Kéramos s'impose : leur voisinage implique de placer leur rédaction à des dates rapprochées. Mais comme il s'agit de l'œuvre de deux proconsuls qui ont assumé l'un après l'autre le gouvernement de la province d'Asie, il conviendrait de proposer comme date une période au cours de laquelle s'effectua le changement du gouverneur, soit le début de juillet52, c'est-à-dire un peu avant et un peu après ce moment de l'année 201 p.C., puisque tous les milliaires se placent nécessairement dans l'intervalle 10 décembre 200/10 décembre 201. Mais le milliaire de Kéramos, qui est antérieur au milieu de l'année 201, ne constitue qu'un terminus ante quem pour l'octroi à Plautilla du titre d'Augusta. Toutefois, si l'on observe que sur une autre série de milliaires du proconsul Lollianus Gentianus, provenant de la région de Smyrne, en 201/202, la dénomination de Plautilla n'apparaît pas53, on sera tenté de voir dans les textes des bornes milliaires de Kéramos et de Stratonicée une sorte d'hommage réflexe à la nouvelle des fiançailles de Caracalla. Nous pourrions alors considérer que nous détenons un indice chronologique pour placer cet événement aux abords de la quatorzième année du jeune prince. L'anniversaire du jeune Antoninus date du 4 avril 201. Mais entre cette date et le début de juillet, il y en avait bien d'autres qui pouvaient convenir à une fête impériale : le 9 avril, die s'imperii de Septime Sévère, le 11 avril, son jour de naissance, le 9 juin, jour d'entrée à Rome lors de la prise de pouvoir en 193. Si la prise de la toge virile devait s'adapter à 1 anniversaire du jeune homme, les fiançailles pouvaient survenir à tout autre moment supposé omineux. Nous sommes conduit à placer cette cérémonie au printemps 201 ou à l'approche de l'été de cette année. L'échange des engagements liés aux fiançailles se produisit alors, permettant tout naturellement à la personnalité de Plautien d'être rehaussée de titres nouveaux.

  • 54 Il n'a pas encore le titre le premier janvier, selon une inscription de Rome (Josi 1934, 347-349, d (...)
  • 55 Cet épisode est examiné par Grosso 1968, 24-33.
  • 56 Grosso 1968, 32.
  • 57 Di Vita 1965, 133-134 ; Di Vita 1966, 83-84 (d'où AE. 1967, 537) ; Corbier 1974, 213-217 ; Alföldy (...)
  • 58 Corbier 1974, 216-217.
  • 59 IRT, 390.
  • 60 IRT. 402.
  • 61 IRT, 419.
  • 62 IRT. 433.
  • 63 Cette démonstration fondée, en bonne méthode, sur l'examen parallèle des documents, a été esquissée (...)

23Ces observations conduisent à réexaminer l'ascension de Plautien. Investi de la préfecture du prétoire, il avait été revêtu du clarissimat, attesté pour la première fois le 9 juin 19754. Par la suite il put se maintenir comme seul titulaire de la fonction, en écartant notamment Q. Aemilius Saturninus qui, pendant quelques mois, lui avait été donné comme collègue, dans la seconde moitié de 199 et au début de 200 p.C.55 Mais le Pap. Columbia 123, du 14 mars 200, fournit un repère nouveau. 11 révèle un des premiers aspect de cette recherche d'une “titolatura sovrabbondante e spagnolesca”, dont a parlé F. Grosso56. Le titre de οἰκεῖoς, qui apparaît alors, doit trouver son équivalent ailleurs dans celui de necessarius Augustorum. Les premiers témoignages de ce titre apparaissent dans l'épigraphie latine à Lepcis Magna, dans la période qui s'étend du 10 décembre 199 au 9 décembre 200, comme vient de le montrer G. Di Vita. En effet on ne peut que souscrire au réexamen qu'elle a imposé à l'inscription de Plautien publiée en 196657, dans le texte de laquelle les titres du préfet du prétoire avaient été d'emblée restitués par l'expression comiti et necessario dominorum nostrorum. Retenons d'abord que, par la date qu'il faut lui attribuer, l'on ne peut aucunement relier cette inscription à un voyage impérial de 203 p.C., comme le voudrait par exemple M. Corbier58. Elle entre dans la série des hommages adressés à Septime Sévère59, Julia Domna60, Caracalla61 et Géta62, par M. Calpurnius Geta Attianus et par M. Calpurnius Attianus, son fils, ce qui donne une date incontestable, entre le 10 décembre 199 et le 9 décembre 20063. Il s'agit du premier ensemble d'hommages à l'empereur et à son entourage en provenance de sa cité natale. Le titre de necessarius, qui est bien lisible, fut désormais régulièrement utilisé pour rehausser le prestige du préfet du prétoire.

  • 64 A. Di Vita (voir n. 57), d'où AE, 1967, 537.
  • 65 M. Corbier (voir n. 57), d'où AE, 1976, 696.
  • 66 G. Alföldy (voir n. 57).
  • 67 L. Gasperini (voir n. 57), d'où AE, 1988, 1099.
  • 68 CIL, VI, 1074 (ILS, 456). Le rôle de Plautien, intercesseur de la demande de T. Statilius Calocaeru (...)
  • 69 Sur le déroulement des fêtes, voir les travaux d'A. Chastagnol, cités supra n. 5.

24Cette inscription de Lepcis permet de repérer une étape importance dans les titres du préfet du prétoire. On avait envisagé d'abord de restituer consocero et necessario dominorum nostrorum imperatorum Auggg.64, puis on proposa comiti et necessario65, avant de revenir à la première solution66, puis de réhabiliter la seconde en proposant c(larissimo) v(iro) comiti et necessario dominorum nostrorum imperatorum Auggg.67. Le réexamen de ces lignes par G. Di Vita conduit à la restitution c(arissimo) v(iro) amico et necessario. Il en résulte que disparaît d'une date précoce la mention de consocer Augustorum, mais aussi une mention explicite du titre de comes. Ce titre n'apparaît donc pour l'instant que sur une inscription de Rome de l'année 202 p.C., car l'on fait référence explicite et insistante au troisième consulat de Septime Sévère et au premier consulat de Caracalla : nous nous trouvons au lendemain du retour dans la capitale de la cour impériale68, et Plautien est paré du titre de comes per omnes expeditiones, ce qui met en valeur sa place aux cotés des princes dans les guerres de la première décennie du règne69.

  • 70 Le voyage de retour de Septime Sévère a été étudié par Hasebroek 1921, 124-128 ; par Halfmann 1986 (...)
  • 71 Dion Cassius, 76.15.3-4. Sur ce point, surtout Birley 1988, 141, utilisant l'article de Robert 1977 (...)
  • 72 Schneider&Karnap 1938,46-47, no 16(AE, 1939,295) ; IK, 9-Nikaia, 59. Sur ce texte voir Robert 1940 (...)
  • 73 CIL. III, 6075, cf. p. 1285 (ILS, 1366) ; IK, 13-Ephesus, 820. La restitution du mot comiti, qui ai (...)

25Un an après l'érection des inscriptions de Lepcis, soit dans le courant de 201, peut-être entre avril et juin, il ajouta à ces titres celui de socer et consocer Augustorum. Ainsi Plautien était entouré d'un très grand prestige quand la cour impériale quitta Antioche, non au début de 202 mais avant l'hiver 201, pour se déplacer à travers les provinces d'Asie mineure en direction de la côte de Propontide, où vraisemblablement elle hiverna70. Nicée pourrait être cette étape71. Nous savons par Dion Cassius quelles étaient les fantaisies extravagantes du préfet du prétoire. Mais nous savons aussi par les inscriptions combien ce séjour fut favorable à la cité, grâce aux faveurs de Caracalla et de Julia Domna. Plautille fut honorée d'une inscription que l'on date habituellement de l'intervalle 202-205, c'est-à-dire postérieurement au mariage : si cet hommage s'explique par les faveurs impériales octroyées à la cité72, ne peut-on, à la lumière de ce que nous venons d'établir sur la date d'attribution en sa faveur du titre d'Augusta, le considérer comme une sorte d'hommage réflexe au bienfait et donc le dater avant le départ de la cour pour franchir les Détroits et gagner l'Illyricum, c'est-à-dire au début de 202 ? Nous pouvons peut-être aussi trouver un écho de la nouvelle situation de Plautien dans une inscription d'Éphèse, malheureusement mutilée, qui donne le cursus d'un chevalier, parvenu certainement à la fonction de procurateur d'Asie73. Les gens qui honorent ce fonctionnaire le rattachent à Plautien, en qualifiant ce dernier d'adfinis domin[orum nostr]orum, une autre forme d'éloge de l'alliance avec la famille impériale : par le mariage certes, mais aussi, comme nous venons de le voir, par les fiançailles. Ne peut-on donc dater ce moment de la carrière d'après ce dernier épisode ?

26Ainsi l'annonce d'un événement heureux de l'histoire de la famille impériale est devenu l'occasion d'exalter la personne du puissant préfet du prétoire. Les inscriptions de Thugga, qui sont à l'origine de ce dossier très original, permettent de reconsidérer sous un nouveau jour la situation créée en faveur de Plautien par les fiançailles de sa fille Plautilla : un an environ avant la date du mariage de sa fille Plautien avait déjà acquis de nouvelles positions de prestige et de pouvoir. Les témoignages d'adulation en révèlent le caractère exceptionnel. Ils permettent de reconsidérer quelque peu le déroulement des événements durant les voyages qui suivirent les entreprises guerrières en Orient. C'est en 201 très vraisemblablement qu'un pas nouveau fut franchi dans l'ascension du préfet du prétoire, et tout porte à croire que Plautien profita du voyage de retour pour recueillir un peu partout des marques de prestige en rapport avec sa nouvelle situation de socer et consocer Augustorum.

Discussion

27A. Mastino.— La dimostrazione di Michel Christol mi pare assai acuta : eppure rimane singolare e senza confronti il fatto che Plautilla si veda ufficialmente attribuito il titolo di Augusta un anno prima del matrimonio con Caracalla ; analogamente è strano che suo padre Plauziano venga considerato a tutti gli effetti socer et consocer Augustorum duorum fin dall'anno 201, mentre il matrimonio è del 202.

28Non è che in alternativa si possa pensare che i decurioni della civitas Aurelia Thugga abbiano dedicato la base con la statua di Plautilla proprio in occasione del matrimonio con Caracalla ? In questo caso sponsa non significherebbe “fidanzata” oppure “promessa sposa” (da spondere), ma “sposina” ; non puo pensarsi anche che sponsa in questo caso sia considerato come sinonimo di uxor, secondo un uso che non è infrequente nella bassa latinità ?

29M. Christol.— Il semble difficile de supposer que le mot sponsa a été substitué à uxor, qui est le plus banal.

Bibliographie

Bibliographie

Alföldy, G. (1979) : “Un'iscrizione di Patavium e la titolatura di C. Fulvio Plauziano”, AN, 50, col. 126-152.

Astolfi, R. (1971) : “Il fidanzamento nella lex Iulia et Papia” in : Studi in onore di Edoardo Volterra, Milan, III, 671-694.
— (1989) :
Il fidanzamento nel diritto romano, Padova.

Barton, I. M. (1977) : “The Inscriptions of Septimius Severus and his Family at Lepcis Magna” in : Mélanges offerts à Léopold Sédar Senghor, Paris, 3-12.

Birley, A. (1988) : The African Emperor Septimius Severus, Londres.

Castello, C. (1988) : “Lo status personale dei fidanzati nel diritto romano della fine della Repubblica e del Principato” in : Estudios en Homenaje al Professor Juan Iglesias, Madrid, 3, 1165-1178.

Chastagnol, A. (1984) : “Les fêtes décennales de Septime Sévère”, BSAF, 91-107.
— (1987) : “Aspects concrets et cadre topographique des fêtes décennales des empereurs à Rome” in : L'Urbs. Espace urbain et histoire (Ier siècle ap. J.C.-IIIe siècle ap. J.-C.), Rome, 1987, 491-507.

Christol, M. et Th. Drew-Bear (1995) : “Q. Aurelius Polus Terentianus et Q. Hedius Rufus Lollianus Gentianus, proconsuls d'Asie”, Anatolia Antiqua, 3, 67-93.

Ciampoltrini, G. (1992) : “Appunti sull'Etruria settentrionale in età severiana”, SCO, 42, 227-239.

Corbier, M. (1974) : “Plautien, comes de Septime Sévère” in : Mélanges de philosophie, de littérature et d'histoire ancienne offerts à Pierre Boyancé, Rome, 213-218.

Cousin, G. (1891) : "Inscriptions d'Asie mineure”. BCH, 15, 418-430.

Dagron, G. et D. Feissel (1987) : Inscriptions de Cilicie, Paris.

Di Vita, A. (1965) : “Nuova dedica a C. Fulvio Plauziano”, LibAnt, 2, 133-134.
— (1966) : “Nuova dedica a Caio Fulvio Plauziano”,
Suppl, to Libya Antiqua, 2, 83-84.

Ferrua, A. (1951) : “Nuove iscrizioni degli équités singulares”, Epigraphica, 13, 96-141.

Gascou, J. (1972) : La politique municipale de l'empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome.
— (1982) : “La politique municipale de Rome en Afrique du Nord. 1. De la mort d'Auguste à la mort de Septime Sévère”, ANRW, II.10.2, 136-229.

Gasperini, L. (1988) : “Note di epigrafia lepcitana” in : L'Africa romana. Atti del V convegno di studio, Sassari II-13 dicembre 1987, a cura di Attilio Mastino, Sassari, 153-166.

Gaudemet, J. (1948) : “La conclusion des fiançailles à Rome à l'époque classique”, RIDA, 1, 79-94.
— (1955) : “L'originalité des fiançailles romaines”, Iura, 6, 47-77.
— (1979) : Études de droit romain, Naples.

Grosso, F. (1968) : “Ricerche su Plauziano e gli avvenimenti del suo tempo”, RAL, 33, 1-2, 7-58.

Guarino, A. (1975) : Storia del diritto romano5, Naples.

Halfmann, H. (1986) : Itineraprincipum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im römischen Reich, Stuttgart.

Hasebroek, J. (1921) : Untersuchungen zur Geschichte des Kaisers Septimius Severus, Heidelberg.

Hirschfeld, O. (1913) : “Die römischen Meilensteine”, SDAW, 1907 in : Kleine Schriften, Berlin, 703-743.

Josi, E. (1934) : “Scoperte nella basilica costantiniana al Laterano”, RAC, 11, 335-358.

Kienast, D. (1990) : Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt.

Krueger, P. (1894) : Histoire des sources du droit romain (trad. fr.), Paris.

Marquardt, J. (1892) : La vie privée des Romains (trad. fr.), Paris.

Mastino, A. (1981) : Le titolature di Caracolla e Geta attraverso le iscrizioni (indici), Bologne.

Mommsen, Th. (1896) : Le droit public romain (trad. fr.), V, Paris.

Negroponte, J. (1896) : “Le proconsul d'Asie Lollianus Gentianus”, RPh, 20, 60-64.

Pflaum, H.-G. (1960) : Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris.
— (1966) : “P. Licinius Gallienus, nobilissimus Caesar et Imp. M. Aurelius Numerianus à la lumière de deux nouveaux milliaires d'Oum-el-Bouaghi”, BAA, 2, 175-182.
— (1978) : Afrique romaine. Scripta varia I, Paris.

Poinssot, L. (1913) : “Inscriptions de Thugga découvertes en 1910-1913”, Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires, XXI, 8 (paru en 1916).

Robert, L. (1940) : “La titulature de la ville de Sardes” in : Hellenica. Recueil d'épigraphie, de numismatique et d'antiquités grecques, I, Paris, 56-59.
— (1961) : “Lettres byzantines. Les Kordakia de Nicée, le combustible de Synnada et les poissons-scies. Sur les lettres d'un métropolite de Phrygie au Xe siècle. Philologie et réalités”. JS, 97-166.
— (1977) : “La titulature de Nicée et de Nicomédie : la gloire et la haine”. HSPh, 81, 1-39.
— (1990) : Opera minora selecta, VII, Amsterdam.

Rohden, P. von (1896) : “Aurelius, 46”, RE, 2.2, col. 2434-2453.

Schneider, A. M. et W. Karnap (1938) : Die Stadtmauer von Iznik (Nicaea), Berlin.

Spawforth, A. J. S. (1986) : “A Severan Statue-group and an Olympic festival at Sparta”, ABSA, 81, 313-332.

Stein, A. (1910) : “C. Fulvius Plautianus”, RE, 7.1, col. 270-278.

Talbert, J. A. (1984) : The Senate of Imperial Rome, Princeton.

Varinlioğlu, E. et D. French (1992) : “A New Milestone from Ceramus”, REA, 94, 403-412.

Volterra, E. (1932) : “Ricerche intorno agli sponsali in diritto romano”, BIDR, 40, 87-168.
— (1991) :
Scritti giuridici, Naples.

Watson, A. (1967) : The Law of Persons in the Later Republic, Oxford.

Notes

1 Poinssot 1913. 111-117, no 51 et no 52 (AE, 1914, 177 et 178 ; ILAfr, 565 et 564). Sur l'histoire institutionnelle de Thugga à la période envisagée, Gascou 1972, 178-182 ; Gascou 1982, 210-211.

2 Poinssot 1913, 116.

3 Kienast 1990, 166.

4 Mastino 1981, 37 n. 69, 157-158. Pour la date d'apparition, en Afrique en 201 p.C., Pflaum 1966, 178 (= Pflaum 1978, 232).

5 Kienast 1990, 162, 165 ; voir aussi Chastagnol 1984, 91-107 et Chastagnol 1987, 491-507. Nous ne voyons aucune raison de dissocier la célébration des décennales du retour à Rome de la cour impériale, qui selon certains auteurs ne se serait produit qu'en juin 202. Cette dernière datation se trouve chez Poinssot 1913, 113 n. 2.

6 Stein 1910, col. 273 : “Aus der Zeit, in welcher Plautilla mit Caracalla verlobt war, stammen CIL, XI, 1336 und Rev. arch. VIII1906, 34 [AE, 1906, 34], wo sie sponsa des jungen Kaisers genannt wird... Die Vermählung fand nach Dio LXXVI1, 2 zur Zeit der Dezennalien des Kaisers Sepdmius Severus statt (10 Dez. 201-9. Dez. 202), aber vor dem 17 September 202, weil damais Plautilla schon den Titel Augusta fürht, CIL, VI, 226”.

7 CIL, IX, 4958.

8 CIL, XI, 1336.

9 Ciampoltrini 1992, 226-227.

10 Cagnat, dans BAC, 1906, p. CXCVIII-CXCIX, présentant une découverte effectuée par E. Espérandieu dans le Journal de Voyage d'Augustin Cervelli (1811), rédigé en 1812 (Archiv. Nat. F 80-1586) ; d'où AE, 1906, 34, puis CIL, VIII, 22670a et ILS, 8918.

11 D'où IRT, 432. Les éditeurs reprennent les indications déjà mises en avant par Cagnat (n. précédente) : le titre de Pius que porte Caracalla (201), et le mariage du prince (202).

12 Voir les commentaires de H. Dessau au CIL et aux ILS (cf. note 10) ; Barton 1977, 3 (où l'inscription est datée entre 200 et 202), 4 (datée de 201).

13 Mommsen 1896, 90, qui cependant n'envisage pas le cas de Plautilla.

14 Poinssot 1913, 113.

15 Calza 1915,29-30. L'inscription, à notre connaissance, n'a pas été alors reprise dans l'Année Épigraphique (le dépouillement du volume commence à la p. 38). Mais voir la note suivante.

16 A. Merlin, communication dans BSAF, 1920. 133-134 (d'où AE, 1922, 34). CIL, XIV, 4392 ; G. Alföldy 1979, col. 129, no 4, qui a amélioré la restitution de Merlin, place le texte entre 202 et 205.

17 Alföldy 1979, col. 126-141, et 141-144 (pour l'inscription d'Ostie). Ce savant présente un bilan de la documentation à la col. 134 : on en retirera l'inscription de Lepcis, dans laquelle la restitution co[nsocero] ne peut être maintenue, tout autant que celle de co[miti], comme vient de le montrer G. Di Vita (voir infra n. 63). D'ailleurs, à la col. 130, G. Alföldy devait estimer que la restitution qu'il défendait avait une "forma non del tutto corretta”.

18 PIR2 (1943) F 564.

19 Ainsi Kienast 1990, 165 : “9-15 April 202. Heirat mit Caracalla. Erhebung zur Augusta : PLAUTILLA AUGUSTA”.

20 Birley 1988, 144, 220.

21 Ce raisonnement est implicite par exemple chez Dagron & Feissel 1987, 19-20, no 1, suivant les renseignements fournis par J. Marciller-Jaubert. Il sous-tend de même le développement de Spawforth 1986, 320-321 (repris dans AE, 1991, 1440). Même arrière-plan chez Robert 1977, 26 sur une inscription de Nicée que l'on retrouvera plus bas (n. 72).

22 Alföldy 1979, col. 129. Voir aussi col. 134, quand il s'agit d'expliquer le titre de socer et consocer : “... cioè suocero di Caracalla e consocero di Settimio Severo a partire del matrimonio di Caracalla con la figlia del prefetto nella primavera del 202”, et col. 139-141.

23 Comme le voudrait Ciampoltrini 1992, 227, à propos des inscriptions de Luna : “si potrebbe congetturare che ordo e plebs avessero voluto, in qualche modo, ‘compensare’ il potente prefetto del pretorio per gli onori che non potevano venir loro ufficialmente tributati assieme alla casa di Severo”.

24 Sur Pomponius et son œuvre, Krueger 1894, 69, 230-235 ; Guarino 1975, 477-478.

25 Dig., 38.10.8. Sur ce texte Volterra 1932, 87-168 (= Volterra 1991,1, 339-420), et Astolfi 1971,671-694, ainsi que Astolfi 1989, 80-86. Plus récemment, avec d'autres textes, Castello 1988, 1165-1178.

26 Dig., 38.10.6 (Ulpien 1.5 Ad leg. Iul. Papi) ; Dig., 22.5.5 (Gaius 1.4 ad leg. Iul. Pap.).

27 Marquardt 1892, I, 49-50. Voir aussi Gaudemet 1948, 79-87 (= Gaudemet 1979) ; Gaudemet 1955, 47-58 (= Gaudemet 1979) ; Watson 1967, 11-18 (et sur le texte de Servius transmis par Pomponius, p. 18).

28 R. Astolfi explique ces développements du vocabulaire de l'adfinitas par les effets des lois Mia et Papia qui étendaient aux fiancés les obligations juridiques découlant du mariage. Voir l'article cité supra n. 25 ainsi que Astolfi 1989, 28-31, 35-38, 40-41.

29 Corbier 1974, 214. Voir de même Birley 1988, 143. C'était également l'avis d'Alföldy 1979, col. 134 ; voir aussi col. 136.

30 Birley 1988, 129-145, dans le chapitre 13 intitulé “Parthia and Egypt”, n'indique rien de précis sur la question. On ne trouve qu'une brève référence aux fiançailles dans l'appendice prosopographique, p. 215, 220.

31 von Rohden 1896, col. 2442.

32 Poinssot 1913, 113-114.

33 Birley 1988, 215, 220.

34 Nous nous séparons d'Alföldy 1979, col. 130 (au no 13), qui, tout en reconnaissant que l'on doit en premier adopter un cadre large (198-205), se demande si l'inscription ne serait pas “più precisamente forse del 203”, en pensant à l'énigmatique voyage à Lepcis ; voir aussi col. 150 n. 51.

35 Voir déjà n. 33 supra. Barton 1977, 4 (“probably in 200”) ; Ciampoltrini 1992, 227 (“intorno al 200”).

36 Christol & Drew-Bear 1995, 67-93.

37 Varinlioglu & French 1992, 403-412 ; Christol & Drew-Bear 1995, 75-79.

38 Christol & Drew-Bear 1995, 98.

39 Christol & Drew-Bear 1995, 76. Cf. Varinlioglu & French 1992, 405 (texte 1), 412 (pl. 1).

40 AE, 1992, 1594 a.

41 Hirschfeld 1913, 718-719.

42 Cousin 1891, 419-420, no 3 : “Sur la route de Djibi à Stratonicée, au bas de la colline, au bord d'un ruisseau. Borne milliaire, brisée en haut et complètement effacée à droite".

43 Christol & Drew-Bear 1995. 79-81

44 Négroponte 1896, 62-63.

45 CIL, III, 12272. Mais voir l'avis d'O. Hirschfeld, supra n. 41.

46 Peut-être était-elle insuffisamment soutenue : Cousin 1891,422. Néanmoins elle figurait dans l'édition fournie par cet auteur. De plus, pour la révision de l'autre inscription provenant de Stratonicée, où G. Cousin introduisait de même la mention de Plautilla, l'apparat critique de CIL, III, 12271 signale cette restitution.

47 IK. 22.1-Stratonikeia, 811. L'éditeur, qui ignore l'édition du CIL. connaît pourtant celle de G. Cousin.

48 Christol & Drew-Bear 1995, 80 ; voir aussi 77-78.

49 CIL, III, 12271. Mais voir l'avis d'O. Hirschfeld, supra n. 41.

50 IK, 22.1-Stratonikeia, 81 I a. L'éditeur cite l'article de Cousin, mais se fonde sur la copie de Le Bas.

51 Christol & Drew-Bear 1995, 81 ; voir aussi 77-78.

52 Mommsen 1892, III, 293-294. Sa position est vraisemblable : on se référera à la discussion de Talbert 1984, 497-498.

53 En plus du milliaire nouveau, ces documents sont examinés par Christol & Drew-Bear 1995, 69-70 sur CIL, III, 471 (IGRR, IV, 1482 ; IK, 24.1-Smyrna, 815), et 70-75 sur IGRR, IV, 1483 (IK, 24.1-Smyma, 817).

54 Il n'a pas encore le titre le premier janvier, selon une inscription de Rome (Josi 1934, 347-349, d'où AE, 1935, 156 ; Ferrua 1951, 137-138), revue par Grosso 1968,17-20, mais il porte ce titre dans CIL, VI, 224 (ILS, 2185).

55 Cet épisode est examiné par Grosso 1968, 24-33.

56 Grosso 1968, 32.

57 Di Vita 1965, 133-134 ; Di Vita 1966, 83-84 (d'où AE. 1967, 537) ; Corbier 1974, 213-217 ; Alföldy 1979, col. 130, no 3 et col. 146-147 n. 11 (qui date l'inscription de 202-205) ; Gasperini 1988, 153-157.

58 Corbier 1974, 216-217.

59 IRT, 390.

60 IRT. 402.

61 IRT, 419.

62 IRT. 433.

63 Cette démonstration fondée, en bonne méthode, sur l'examen parallèle des documents, a été esquissée par Barton 1977, 3 et 4. La question a été reprise par G. Di Vita à l'occasion d'une des rencontres franco-italiennes d'épigraphie (Macerata, novembre 1995). Qu'il nous soit permis de la remercier pour avoir bien voulu nous faire part de ses résultats et avoir discuté avec nous de ces questions concernant la carrière de Plautien.

64 A. Di Vita (voir n. 57), d'où AE, 1967, 537.

65 M. Corbier (voir n. 57), d'où AE, 1976, 696.

66 G. Alföldy (voir n. 57).

67 L. Gasperini (voir n. 57), d'où AE, 1988, 1099.

68 CIL, VI, 1074 (ILS, 456). Le rôle de Plautien, intercesseur de la demande de T. Statilius Calocaerus, implique à notre avis le retour de la cour à Rome. Plautien a fait accorder à l'un des enfants du dédicant le tribunat angusticlave.

69 Sur le déroulement des fêtes, voir les travaux d'A. Chastagnol, cités supra n. 5.

70 Le voyage de retour de Septime Sévère a été étudié par Hasebroek 1921, 124-128 ; par Halfmann 1986 50-52, 216-223 ; Birley 1988, 142-144, 250-251.

71 Dion Cassius, 76.15.3-4. Sur ce point, surtout Birley 1988, 141, utilisant l'article de Robert 1977, 25-27. H. Halfmann est très allusif. Sur l'épisode du muge, provenant du lac de Nicée, Robert 1961 103-105 (= Robert 1990, 7-9).

72 Schneider&Karnap 1938,46-47, no 16(AE, 1939,295) ; IK, 9-Nikaia, 59. Sur ce texte voir Robert 1940 58-59 ; Robert 1977, 26-27.

73 CIL. III, 6075, cf. p. 1285 (ILS, 1366) ; IK, 13-Ephesus, 820. La restitution du mot comiti, qui ainsi serait employé dans l'entourage même du préfet du prétoire, n'est nullement satisfaisante. Nous préférerions opter pour un terme de parenté. Sur la carrière de ce procurateur : Pflaum 1960, 647-649, no 241.

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search