Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dougga (Thugga). Études épigraphiques

 | 
Mustapha Khanoussi
, 
Louis Maurin

Thugga : épigraphie et constructions publiques

Mustapha Khanoussi

Note de l’éditeur

Pl. 9-10, fig. 1-3

Texte intégral

  • 1 Duncan Jones 1990, 213.
  • 2 Jacques 1984, 758.
  • 3 Lepelley 1979-1981.
  • 4 Demaison 1995.

1Dougga n'est pas seulement une collection épigraphique d'une richesse exceptionnelle. C'est aussi et surtout, est-il besoin de le rappeler, un site archéologique insigne qui compte parmi les joyaux du patrimoine tunisien. Pourtant, malgré une abondante documentation épigraphique et archéologique, son évolution urbaine à l'époque romaine n'a jamais fait l'objet d'une étude exhaustive. Tout ce que l'on peut citer à ce propos est le mémoire du regretté L. Poinssot intitulé “Les fouilles de Dougga et le quartier du forum” paru dans NAMS, 22, 1919, p. 133-198, qui a exploité la documentation épigraphique et archéologique connue à l'époque pour brosser un tableau de l'évolution du quartier du forum qui reste pour l'essentiel encore valable aujourd'hui. L'épigraphie a été utilisée également par Duncan-Jones1 et F. Jacques2 pour dresser des tableaux chronologiques de l'évolution de la construction des monuments publics sous le Haut-Empire, ainsi que par Cl. Lepelley3 pour l'étude des efforts de restauration et de revitalisation de la vie municipale durant le Bas-Empire. Une approche du même genre a été suivie par N. Demaison dans le chapitre qu'il a consacré à “L'histoire monumentale de Dougga” dans son mémoire de TER sur Les inscriptions datées de Dougga (Thugga)4. Ainsi, comme on peut le constater, il n'existe pas de travail qui traite dans le détail de l'évolution urbaine de la cité de Thugga et qui s'appuie sur l'ensemble de la documentation disponible.

  • 5 Khanoussi 1992 ; 1995.

2C'est avec l'intention de poursuivre la recherche commencée par L. Poinssot et de contribuer ainsi à combler cette lacune que je me suis engagé dans cette étude de longue haleine5. La présente contribution s'inscrit dans ce cadre.

3Le dossier épigraphique concernant les monuments publics de Thugga est l'un des plus fournis de l'Afrique proconsulaire. Il renferme environ soixante-dix inscriptions qui couvrent une période de trois siècles et demi. Ces textes qui évoquent des travaux de construction, d'agrandissement, d'embellissement ou de restauration, permettent de suivre presque pas à pas la mise en place de la parure monumentale à la romaine dont la cité a été dotée. Pas moins d'une quarantaine de monuments publics s'est trouvée concernée par les travaux mentionnés dans nos inscriptions.

4Le plus ancien document qui figure dans le dossier demeure toujours l'inscription ILAfr, 558 = ILTun, 1498 qui dit :

Imp(eratori) Ti(berio) Caesari, diui Aug(usti) f(ilio) Aug(usto) pontif(ici) maximo, tribunic(ia) potest(ate) XXXVIII, co(n)s(uli) V, / L(ucius) Manilius L(ucii) f(ilius) Arn(ensi tribu) Bucco (duo)uir dedicauit / L(ucius) Postumius C(aii) f(ilius) Arn(ensi tribu) Chius patronus pag(i), nomine suo et Firmi et Rufi filiorum, / forum et aream ante templum Caesaris strauit, aram Aug(usti), aedem Saturn(i), arcum d(e) s(ua) p(ecunia) f(aciendum) c(urauit).

5Ce texte est datable entre le 27 juin 36 (début de la 38e puissance tribunicienne) et le 16 mars 37 (date de la mort de Tibère). Il illustre presque tous les problèmes que l'on rencontre quand on essaie de confronter les données livrées par l'épigraphie à celles fournies jusqu'ici par l'archéologie.

1. Les monuments attestés et non encore identifiés

6Quatre des cinq monuments mentionnés dans le texte, le templum Caesaris, l'area ante templum Caesaris, le temple de Saturne et l'arc, n'ont pas été jusqu'ici retrouvés ou, du moins, leur identification n'est pas encore établie de manière assurée. Cette situation n'est pas propre à ces quatre exemples. Il en est de même pour au moins neuf autres monuments attestés par les textes. Ce sont :

  • L'arc de Caligula, redédié à Claude (ILAfr, 520)

  • Le temple de Jupiter capitolin (CIL, VIII, 26475)

  • La cella de Cérès (AE, 1969/70, 648)

  • Le temple de Vénus et de la Concorde (AE, 1969/70, 650)

  • Le monument aux Flaviens (ILPB, 226, et Christol 1991,607-615)

  • Le temple de Cérès Prataria Auguste (CIL, VIII, 26465)

  • Un temple anonyme de l'époque de Marc-Aurèle et Lucius Verus (ILAfr, 555)

  • Un temple anonyme de l'époque de Commode offert par L. Octavius Victor Roscianus, le donateur du temple de Baal-Saturne (CIL, VIII, 26500)

  • Le temple de Cybèle (ILAfr, 531)

  • Le temple du Génie de la Patrie (CIL, VIII, 26472)

7A cette liste, il est désormais possible d'ajouter un autre monument. Il s'agit du temple du dieu Sol dont l'existence vient d'être révélée grâce à la redécouverte, à la fin de l'année dernière de l'inscription CIL, VIII, 26499 dont le support n'avait pas été décrit par le premier éditeur. Cette redécouverte a permis de se rendre compte que le texte comporte, non pas une seule ligne comme l'a laissé penser la première publication reprise par les éditeurs du CIL, VIII, mais bien quatre lignes dont les trois dernières furent presque complètement martelées (pi. 9.1). Ce qui subsiste de la dernière ligne

...] resp(ublica) col(oniae) T[hugg(ensis)...

8permet de situer le document après la promotion de la cité, en 261, au rang de colonie. Peut-on préciser davantage ? L'absence de mention des épithètes de la colonie peut servir d'indice. D'après les inscriptions connues, l'indication de ces épithètes disparaît après le règne de Gallien. Notre document serait donc postérieur au règne de cet empereur.

9Quant au support, il s'agit d'un grand bloc en pierre calcaire mesurant 0,60 m de haut, 1,83 m de long et 0,48 m d'épaisseur. C'est de toute évidence une partie d'un linteau qui devait surmonter la porte d'entrée du sanctuaire.

10Ainsi, au total, quinze monuments publics sont attestés par l'épigraphie et leurs vestiges n'ont pas encore été retrouvés.

2. Monuments attestés par l'épigraphie et dont la date de construction n'est toujours pas connue

11La deuxième remarque se rapporte à la date de construction des monuments. L'inscription de Chius n'indique que celles de deux monuments, à savoir le temple de Saturne et l'arc. Celles des trois autres, le forum, le templum Caesaris et la place qui se trouvait devant lui ne peuvent qu'être conjecturées. Les trois monuments devaient déjà exister au moment où L. Postumius Chius fit son évergésie.

12L'identification très vraisemblable du templum Caesaris comme étant celui de Tibère permet de situer entre les années 14 et 36 la date de sa construction et l'aménagement d'une area devant lui.

  • 6 Poinssot L. 1919, 176.

13Quant à la date de création de la place publique, elle reste, à notre avis, non encore établie. Comme l'on sait, l'idée qui est admise jusqu'ici est l'hypothèse de L. Poinssot qui attribue aux membres du pagus la fondation du forum6. Or, il semble que l'on doive reconsidérer cette hypothèse. En effet, le monument situé dans la partie nord-est de la place et que L. Poinssot a proposé d'identifier comme une fontaine datant de la première époque romaine, semble devoir, dans l'état actuel de la recherche, être reconnu comme le soubassement d'un monument numide semblable au désormais célèbre sanctuaire numide de Chemtou. Serions-nous alors devant des vestiges du temple de Massinissa attesté par une inscription bilingue, en punique et en libyque, trouvée non loin de là et aujourd'hui conservée au Musée National du Bardo ? Bien que de nombreux indices autorisent à le penser, il est encore trop tôt pour l'affirmer. Si cette nouvelle identification se révèle juste, le forum de l'époque romaine ne serait alors que la place qui a succédé à l'agora numide.

14Le forum n'est d'ailleurs pas le seul monument mentionné par l'épigraphie et dont nous ignorons la date de construction. Quatre autres monuments sont dans ce cas. Citons, tout d'abord le temple de la Piété Auguste dont la dédicace (CIL, VIII, 26493) ne renferme pas de données internes qui autorisent une datation précise. Citons ensuite, les thermes liciniens dont une inscription (ILAfr, 573) de l'époque de Gratien (378-383) nous apprend qu'ils firent l'objet de travaux de restauration rendus nécessaires par des défauts de construction. Citons, encore, le temple de Cybèle dont nous savons seulement qu'il a été doté en 298 d'un portique dont la construction a été achevée aux frais de la cité. Citons, enfin, le temple du Génie de la Patrie qui fut orné entre les années 292-305. Au total, nous avons donc cinq monuments publics qui sont attestés par l'épigraphie et dont la date de construction n'est pas fournie par les inscriptions.

  • 7 Ferchiou 1989. 331.

15Un autre type de problème est illustré par l'inscription ILAfr, 552 (pl. 10.2). Ce texte gravé sur le linteau de la porte d'entrée du temple de Tellus a toujours été daté, comme le reste des inscriptions provenant de ce sanctuaire, de l'année 261. Or, l'étude de décor du linteau a amené N. Ferchiou à le dater de la deuxième moitié du Ier  s. p.C. “Il est convenu d'admettre que le temple de Tellus a été édifié a solo sous le règne de Gallien. Or le style du linteau paraît remonter au Ier s. p.C. Il y a quelques années, nous nous étions déjà heurtée à ce problème, en raison de l'évolution du décor architectonique de Thugga, la survivance d'un tel style, en plein IIIe s., semble difficilement acceptable, à moins de supposer une résurgence d'une mode archaïsante... C'est pourquoi nous nous demandons s'il n'est pas possible de faire l'économie d'une résurgence hypothétique et si cet élément n'appartient pas à un premier état des lieux, qui pourrait se situer au cours de la seconde moitié du Ier s. p.C., d'après la dégénérescence des composantes, mais avant le règne de Trajan...” écrit-elle dans sa thèse sur le Décor architectonique d'Afrique proconsulaire7. Ainsi, on aurait eu à Thugga un premier sanctuaire de Tellus d'époque flavienne, qui aurait été reconstruit sous Gallien grâce à la générosité de la flaminique perpétuelle Botria Fortunata en réutilisant des éléments du premier monument.

3. Les monuments attestés par l'épigraphie et identifiés

16Venons-en maintenant au cas des monuments connus par l'épigraphie et dont les vestiges ont été retrouvés. Leur nombre s'élève à vingt-deux. Il s'agit de :

  • Forum

  • Marché (AE, 1969/70, 652)

  • Sanctuaire de Tellus (CIL, VIII, 26558 ; ILAfr, 553)

  • Temple de la Piété Auguste (CIL, VIII, 26493)

  • Temple de la Fortune Auguste, Concorde, Vénus et Mercure Auguste (CIL, VIII, 26471)

  • Temples de la Concorde, Frugifer, Liber Pater et Neptune (CIL, VIII, 15520 et 26470)

  • Temple de Minerve (CIL, VIII, 26525 + ILAfr, 522)

  • Portiques du forum (ILAfr, 521)

  • Capitole (CIL, VIII, 15513)

  • Théâtre (CIL, VIII, 26528)

  • Temple anonyme dit Dar Lachheb (CIL, VIII, 26527)

  • Temple de Mercure (CIL, VIII, 26482)

  • Area macelli (place dite de la Rose des vents) et portiques (ILAfr, 523)

  • Aqueduc (de Ain el Hammam) et nymphée (AE, 1966, 511)

  • Temple de Baal-Saturne (CIL, VIII, 26498)

  • Arc de Septime Sévère (ILAfr, 525)

  • Temple de la Victoire de Caracalla (ILAfr, 527 + inédits cf. dans ce volume N. Kallala, p. 141-153)

  • Cirque (CIL, VIII, 26549 et 26550)

  • Arc de Sévère Alexandre (CIL, VIII, 26551 et 26552)

  • Temple de Tanit-Caelestis (CIL, VIII, 26457)

  • Arc de la Tétrarchie (CIL, VIII, 15516 a et b)

  • Thermes liciniens (ILAfr, 573)

  • 8 Une photographie de ce texte accompagne la communication de N. Kallala dans le présent volume, pl. (...)

17A cette liste, nous pouvons ajouter désormais un nouveau monument qui fut découvert lors des travaux de dégagement effectués par les services de l'INAA durant les années 1959-1961 et que permet d'identifier l'inscription suivante8 (pl. 9.3) :

18Mineruae Aug(ustae) sacr(um), / ex testamento Q(uinti) Vinnici(i) Q(uinti) fili(i) Arn(ensi) / Genialis, sacerdotis Cereris anni CXXVII, / quaestoris, praefecti iuris dic(undi) Iluir c(oloniae) C(oncordiae) I(uliae) K(arthaginis), / patroni ciuitatis Thuggensis ex HS X mil(libus), XX pop(uli) R(omani) / minus, ciuitati donum dédit, curatore C(aio) Mario Perpetuo patrono ciuitatis.

  • 9 Pour le commentaire détaillé de cette inscription, cf. la communication de N. Kallala dans le prése (...)

19Cette inscription est intéressante à plus d'un titre9. Elle nous fait connaître deux nouveaux patrons de la ciuitcis. L'un, C. Vinnicius Genialis, est un notable de Carthage. Il a été questeur, préfet pour dire le droit et duovir de la colonie. Il a couronné sa carrière comme prêtre de Cérès pour l'année 127 avant de devenir patron de la ciuitas. L'autre, C. Marius Perpetuus ne dit pas s'il a revêtu des charges municipales.

20L'inscription nous apprend qu'avec la somme de 10 000 sesterces léguée par Vinnicius et de laquelle a été ôtée la taxe du vingtième sur les héritages, on a élevé un monument à la déesse Minerve Auguste. L'inscription est gravée sur la face principale d'une base qui devait servir de podium à une statue. Cette base est placée à l'intérieur d'une abside qui occupe la partie centrale du mur ouest d'un monument à cour. L'identification de ce monument comme un nouveau sanctuaire consacré au culte de Minerve paraît ainsi ne soulever aucune objection.

4. Epigraphie et importance réelle des monuments

21Pour quelques uns, peu nombreux d'ailleurs, les inscriptions donnent le coût total de la construction. Nous savons ainsi que le temple de Saturne et le monument anonyme dit Dar Lachheb ont coûté chacun la somme de 150 000 sesterces, et que le sanctuaire de la Piété Auguste n'a coûté que la somme de 30 000 sesterces.

22Pour quelques autres, les inscriptions décrivent dans le détail leurs différentes composantes. Mais, à elle seule, l'épigraphie ne permet pas de se faire une idée exacte sur l'importance réelle du monument. Comment peut-on, en effet, déduire de la seule lecture de sa dédicace que le sanctuaire de la Piété Auguste n'était en réalité qu'une petite chapelle ? Et comment peut-on déduire à partir uniquement de l'épigraphie que le temple de Baal-Saturne couvrait une superficie d'environ 1 300 m2 ? Comment peut-on deviner des seules inscriptions que pour construire la plupart des monuments publics, d'importants travaux de terrassement et de soutènement ont été rendus nécessaires par la configuration accidentée du terrain ? Rien dans l'état actuel du dossier épigraphique ne le laisse supposer.

5. Les monuments retrouvés et non mentionnés par les inscriptions

23Le dossier épigraphique dans son état actuel ne concerne pas tous les monuments publics découverts à ce jour. Il ne fournit aucune indication sur de nombreux monuments publics dont les vestiges parfois imposants ont été mis au jour lors des différentes campagnes de fouilles menées jusqu'ici. C'est le cas des thermes dits des Cyclopes et des thermes de Aïn Dora. C'est aussi le cas de quelques sanctuaires tels que celui situé au nord de l'arc de Septime Sévère ou celui qui se trouve à l'ouest du Temple de Saturne ou encore celui qui a été aménagé dans l'espace resté libre entre le théâtre cultuel du temple de Liber Pater et les thermes liciniens, ou, enfin, le sanctuaire dont nous venons d'identifier les vestiges juste au nord du mausolée libyco-punique. Il en est de même des fontaines et nymphées dont le nombre s'élève actuellement à quatre ; cela sans parler du pavage des rues ou de l'installation du réseau d'égouts qui relie tous les quartiers, ou encore de l'aqueduc de Aïn al Hammam et de la batterie de citernes publiques du même nom. Comme on peut le constater, de nombreux monuments publics ne figurent pas encore dans le dossier épigraphique. Cela ne signifie nullement qu'il n'existe pas parmi les monuments cultuels encore anonymes un temple ou une chapelle déjà attesté par l'épigraphie. Leur identification reste cependant à faire.

24On ne peut conclure cette contribution sans évoquer tous les corps de métier (carriers, tailleurs de pierre, sculpteurs de bases de colonnes et de chapiteaux, maçons, architectes, etc...) qui, génération après génération, ont mis leur savoir-faire au service de l'embellissement de la cité et dont la contribution a permis de la doter de sa parure monumentale. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les inscriptions connues à ce jour sont absolument muettes à leur sujet. Aucune allusion à ces métiers ne figure encore dans le dossier épigraphique de Dougga.

25En conclusion, le dossier épigraphique de Dougga s'avère donc d'une exceptionnelle richesse en inscriptions qui concernent, d'une manière ou d'une autre, les monuments publics. A cet égard, son apport est d'une grande importance pour l'histoire monumentale de la cité. Toutefois, dans son état actuel, il est loin de refléter la totalité de la réalité archéologique aujourd'hui connue.

Tableau chronologique des travaux de construction, d’agrandissement et de restauration des monuments publics à Thugga

Date

Monuments

Nature des travaux

Références

Époque numide

— Forum

aménagement

Tibère
Entre 14 et 36
36/37

— Temple de Tibère
— Place devant le temple de Tibère
— Forum
— Place devant le temple de Tibère
— Temple de Saturne
— Arc

construction
aménagement
dallage
dallage
construction
construction

ILAfr, 558
ILAfr, 558
ILAfr, 558
ILAfr, 558
ILAfr, 558
ILAfr, 558

Caligula

— Arc

construction

CIL, VIII, 15503

Claude

— Marché
— Cella de Cérès
— Temple de Vénus et de la Concorde
— Temple de Jupiter capitolin
— Temple de Tibère

construction
construction
construction
construction
construction

AE,1969/1970, 652
AE,1969/1970,648
AE,1969/1970, 650
CIL,VIII, 15519
ILAfr,519

Vespasien et ses fils

— Monument (temple ?)
— Sanctuaire de Tellus

construction
construction

Christol 1991,615
ILAfr, 552 + Ferchiou 1989, 330-331

Fin du Ier - début du IIe s.

— Temple de Minerve I
— Temple de la Piété Auguste

construction
construction

inédite
CIL, VIII, 26493

Hadrien

— Temple de Fortune Auguste, Concorde. Vénus et Mercure
— Temples de Concorde, Frugifer, Liber Pater et Neptune

construction
construction

CIL, VIII, 26471
CIL, VIII, 15520 et 26470

Antonin le Pieux

— Temple de Minerve II
— Portiques du forum

construction
construction

CIL, VIII, 26525 + ILAfr, 522
ILAfr, 521

Marc-Aurèle et Lucius Verus

— Capitole
— Théâtre
— Temple de ?
— Temple anonyme (Dar Lachheb)
— Temple de Cérès Prataria Auguste

construction
construction
construction
construction
construction

CIL, VIII, 15513
CIL, VIII, 26528
ILAfr, 555
CIL, VIII, 26527
ILTun, 1388

Commode

— Temple de Mercure
Area macelli et portique
— Temple de ?
— Aqueduc et nymphée
— Portiques de ?
— Temple de Saturne

construction
construction et dallage
construction
construction
construction
restauration

CIL, VIII, 26482
ILAfr, 523
CIL, VIII, 26500
AE, 1966, 511
ILAfr, 524
CIL, VIII, 26497

Septime Sévère

— Temple de Baal-Saturne
— Arc

construction
construction

CIL, VIII, 26498
ILAfr, 525

Caracalla

— Temple de la Victoire Germanique

construction

ILAfr, 527 + inédits

Sévère Alexandre

— Cirque (224)
— Arc (232)
— Temple de Tanit-Caelestis

construction
construction
construction

CIL. VIII, 26549 et 26550
CIL, VIII, 26551 et 26552
CIL, VIII, 26457

Gallien

— Temple de Fortune Auguste Vénus, Concorde et Mercure
— Temple de Tellus

restauration
restauration

CIL, VIII, 26547
ILAfr, 530

Tétrarchie

— Temple de Sol
— Portique de ?
— Portique du temple de Cybèle
— Temple de génie de la Patrie
— Arc
— Monument ?

construction ( ?)
construction
construction
ornementation
construction
construction ou restauration

CIL, VIII, 26499 revu
CIL, VIII, 26559
ILAfr, 531
CIL, VIII, 26472
CIL, VIII, 15516 a et b
CIL, VIII, 1489

376-377
378-383
379-383

— Aqueduc et nymphée et portique autour
— Thermes liciniens
— Monument ( ?°

restauration et construction
restauration
restauration

CIL, VIII, 26568 + ILAfr, 533
ILAfr, 573
CIL, VIII, 26569

Discussion

26A. Beschaouch.— A. B. félicite M. Khanoussi qui a su allier, dans sa démarche, l'expérience de l'épigraphiste et celle de l'archéologue. Il rappelle que c'est à sa prise en charge du site, au sein de l'Institut National du Patrimoine de Tunisie, que nous devons l'initiative qui est à l'origine de notre présente “Table Ronde” : descriptions archéologiques du site, maintenance et aménagement, présentations des monuments au sein d'un parc national (proposé d'ores et déjà pour inscription dans la “liste du patrimoine mondial” à l'UNESCO), programme épigraphique PETRAE.

27Il attire aussi l'attention sur la difficulté de dater les états successifs des monuments, en prenant pour exemple le temple de Tellus (ILAfr, 530), daté jusqu'ici de Gallien (construction ? ou plutôt restauration).

Bibliographie

Bibliographie

Christol, M. (1991) : “Remarques sur une inscription de Thugga. Le pagus dans la colonie de Carthage au Ier siècle ap. J.-C.”, Epigrafia. Actes du colloque en mémoire de Attilio Degrassi, Rome, 607-628.

Duncan Jones, R. (1990) : Structure and Scale in the Roman Economy, Cambridge.

Jacques, F. (1984) : Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de lOccident romain 161-244, EFR, 76, Rome.

Lepelley, Cl.(1979-1981) : Les cités de lAfrique romaine au Bas-Empire, Paris, t. I et II.

Demaison, N. (1995), Les inscriptions datées de Dougga, Mémoire de maîtrise préparé sous la direction de L. Maurin, Université de Bordeaux III.

Khanoussi, M. (1992) : “Thugga (Dougga) sous le Haut-Empire : une ville double ?”, LAfrica Romana, 10, p. 597-602.
— (1995) : “L’urbanisme de Thugga à la lumière des découvertes archéologiques récentes”, Actes du IIe colloque tuniso-italien darchéologie et dhistoire, Cagliari, juin 1995 (à paraître).

Poinssot, L. (1919) : “Les fouilles de Dougga en 1919 et la quartier du forum”, NAMS, 22, 133-198.

Ferchiou, N. (1989) : Décor architectonique dAfrique proconsulaire, Gap.

Notes

1 Duncan Jones 1990, 213.

2 Jacques 1984, 758.

3 Lepelley 1979-1981.

4 Demaison 1995.

5 Khanoussi 1992 ; 1995.

6 Poinssot L. 1919, 176.

7 Ferchiou 1989. 331.

8 Une photographie de ce texte accompagne la communication de N. Kallala dans le présent volume, pl. 14.11.

9 Pour le commentaire détaillé de cette inscription, cf. la communication de N. Kallala dans le présent volume, p. 163-168.

Auteur

Maître de recherche à l'Institut National du Patrimoine (Tunis) et responsable du parc de Dougga

© Ausonius Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540